Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Parlements et la vie de la cité (xvie-xviiie siècle)

 | 
Yves Sassier
, 
Olivier Chaline

Le Parlement de Bordeaux et la cité, de la Fronde à la veille de la Révolution

Michel Figeac et Caroline Le Mao

Texte intégral

  • 1 Bib. Mun. Bx, Ms 1201,26-28 février 1775.

1“M. le premier président Leberthon est arrivé deux heures après midi à travers une affluence de peuple, innombrables gens de toutes espèces. On dit que depuis un lieu de la ville, il y avait au moins deux cents carrosses, sans compter les chaises, cabriolets de tous les clercs et étudiants en droit, à cheval. On a été devant lui, jusqu’à ce qu’ils l’aient trouvé, arrivé au Bequet, il a descendu de carrosse, est entré dans la cour de la maison qui lui avait été préparée. Mais il n’a pas voulu y entrer, ni dîner, et après avoir dit que les ordres du roi ne lui permettaient plus de s’arrêter, bien salué tout le monde, il est remonté dans son carrosse, pour continuer très lentement sa route pour n’écraser personne, et arriver à la porte d’Aquitaine, au bruit de l’artillerie qui était sur son passage, et aux acclamations du peuple qui ne cessait de crier : “Vive le roi, M. Leberthon et toute sa famille”. (...) En un mot, tout s’est très bien, et très décemment passé. Le soir toute la ville a été illuminée, quoique les jurats ne l’eussent pas ordonné, et moi comme les autres, j’ai brûlé des chandelles sur mes fenêtres. Messieurs les revenants étaient tous en carrosse, à la suite de leur chef”1.

  • 2 P. Butel et J.-P. Poussou, La vie quotidienne à Bordeaux au XVIIIe siècle, Paris, 1980, p. 261.
  • 3 Gauthier Aubert, “La noblesse et la ville au XVIIIe siècle. Réflexions à partir du cas rennais”, Hi (...)

2C’est ainsi que Madame Duplessis, célèbre salonnière bordelaise, décrivit à sa fille les scènes de liesse populaire qui mobilisèrent toute la population, des portefaix du port aux négociants des Chartrons, à l’occasion du rappel des anciens parlementaires après l’intermède du Parlement Maupeou. Le premier Président franchit six arcs triomphaux sur lesquels étaient inscrits “Vive Leberthon, vive le Parlement”, moment fort d’unanimité sociale d’une collectivité réunie autour de ses magistrats. Cette mobilisation se répéta d’ailleurs à l’identique à chaque retour d’exil jusqu’en 1789, ce qui est bien la preuve d’une véritable osmose entre les juges, “porte-drapeau de la lutte contre l’arbitraire et le despotisme” pour reprendre l’expression de Jean-Pierre Poussou2, et leur cité. Si le Parlement était ainsi capable de réunir la population dans la rue, c’était en raison du prestige de la cour, mais aussi de l’importance du groupe judiciaire à Bordeaux. Numériquement, la compagnie était nombreuse, puisque de 88 officiers en 1638, elle comptait dix présidents, 98 conseillers, un procureur général et deux avocats généraux sous Louis XVI. Mais à cela, il convient de rajouter tous ceux qui vivaient autour du Parlement et qui n’hésitaient pas à bloquer la machine judiciaire lors des actes d’autorité du pouvoir monarchique : le monde des avocats, des notaires, des procureurs, des huissiers et autres greffiers, cette basoche dont sont sortis les Girondins durant la Révolution Française. Et plus largement, c’était tout un monde de secrétaires, d’hommes d’affaires et de domestiques qui gravitaient autour de l’hôtel parlementaire. Au milieu du XVIe siècle, l’avocat Leblanc affirmait déjà que 10 000 personnes sur 30 000 habitants vivaient de la cour, ce qui est très excessif, mais qui traduit la perception du poids social du milieu parlementaire. L’influence des magistrats dépassait bien sûr largement les murs de Bordeaux, puisque le Parlement était la cour suprême pour deux millions d’habitants, sur une superficie recouvrant la Guyenne, le Limousin, la Saintonge, le Périgord, le Bazadais, l’Agenais et la Gascogne. Cette puissance de la magistrature était perceptible dans la cité au travers des symboles, du cérémonial de la justice, des usages et des préséances, de la visibilité du corps. Pourtant, la ville ne représentait qu’une partie de l’existence du parlementaire, qui vivait aussi sur ses seigneuries viticoles à l’origine de sa puissance économique. Or Gauthier Aubert, dans une belle étude sur le Parlement de Rennes3, a montré qu’en Bretagne, la seigneurie avait une place primordiale dans le système des représentations du magistrat breton. Singularité régionale ou remise en question de conclusions prématurées, la réponse se trouve dans un élargissement de l’enquête aux autres cours. Dans ce but, nous avons suivi le parlementaire dans son emploi du temps entre ville et campagne, nous avons recomposé son décor quotidien et ses réseaux de sociabilité, des paroisses aux loges maçonniques.

Les parlementaires dans la ville : quelle visibilité ?

Les saisons du Parlement

  • 4 Archives Municipales de Bordeaux, ms. 758 à 809, registres secrets du Parlement de Bordeaux.
  • 5 Roland Mousnier, Les institutions de la France sous la monarchie absolue, 1598-1789, t. 2, Les orga (...)

3On peut considérer que c’est le Parlement qui donne son rythme à la ville, puisque l’ensemble des juridictions se calquait sur son calendrier. A Bordeaux comme ailleurs, la rentrée du Parlement avait lieu chaque année à la Saint-Martin d’hiver, le 12 novembre. Si la tradition est scrupuleusement respectée4 au XVIIe siècle, il semble que par la suite le zèle des magistrats s’étiole, le travail ne débutant véritablement qu’à l’Epiphanie (6 janvier). Au cours de l’année, les parlementaires chôment 36 fêtes religieuses, et s’octroient quelques vacances à Pâques, comme c’est le cas dans les autres cours, comme Toulouse, Paris ou Aix5. L’année parlementaire s’achève enfin à la fête de Notre-Dame, le 7 septembre. Messieurs s’en vont alors rejoindre leurs domaines de campagne, pour surveiller les vendanges. La présence de la compagnie au sein de la ville est donc constante, les mois de septembre et d’octobre constituant les seules “vraies” vacances. On prenait cependant soin d’assurer la permanence de la justice par la mise en place de la chambre des vacations, aussi appelée “chambre de relevée Composé de douze magistrats, ce Parlement en miniature avait pour fonction d’expédier les affaires urgentes, et procédait notamment à l’enregistrement provisoire des décisions royales, enregistrement confirmé par l’assemblée des chambres. La présence des membres au sein de la ville est donc constante.

  • 6 Voir par exemple le cas aixois au travers de l’ouvrage de Monique Cubells, La Provence des Lumières (...)

4Comme l’ont montré différentes études6, Messieurs en prenaient à leur aise avec le calendrier parlementaire, le plus souvent pour simple convenance personnelle. L’examen des fortunes parlementaires démontre que la grande majorité des membres de la compagnie disposait de châteaux et de domaines ruraux. Outre le fait que ces domaines requièrent l’attention de leur propriétaire, en plus des bons soins de l’homme d’affaires ou du procureur d’office, ces lieux constituent de charmants séjours d’agrément, mais aussi de convalescence ainsi qu’un refuge bien commode lorsque le manque d’argent se fait sentir, et que le train de vie urbain devient trop dispendieux.

5Le conseiller au Parlement Labat de Savignac est un exemple frappant de cet absentéisme. S’il fait preuve d’une parfaite assiduité au Palais durant les premières années de l’exercice de sa charge, ne partant que quelques jours pour se rendre en son domaine de Savignac afin d’y régler les affaires les plus urgentes, force est de constater que par la suite, il s’octroie de larges congés supplémentaires. Ainsi, il quitte Bordeaux à la fin du mois de juillet 1716 pour n’y reparaître que début mai 1717, soit une absence de plus de huit mois. Il repart à nouveau à la fin septembre pour ne revenir qu’à la mi-février de l’année suivante, soit quatre mois et demi d’absence. A chaque fois cependant, il prend soin de revenir quelques jours en novembre, à l’occasion de la faction des chambres, afin d’éviter d’être affecté en Tournelle. Ces absences ne sont pas le fait d’un goût soudain pour la vie campagnarde, car l’intense correspondance qu’il entretient avec ses relations restées en ville montre qu’il cherche à se tenir au courant de tout ce qui se passe dans la cité, dont il se languit. De même, les absences de certains autres parlementaires ne relèvent pas d’un retour à la campagne, mais d’un goût pour la vie urbaine, car on délaisse alors le domaine familial et l’hôtel bordelais pour la vie parisienne.

  • 7 A.M. Bordeaux, ms 726, f° 380, 30/08/1683 ; f 381, 13/09/1683 ; f° 401, 17/09/1685 : lettres de l’a (...)

6On peut ainsi noter une forte présence des parlementaires bordelais à Paris. La correspondance que le Président de Latresne, à la fin du XVIIe siècle, entretient avec son homme d’affaires à Paris, l’abbé Cuiville, fait mention de ces séjours parisiens7. On sait de même que le président de Ségur, au début du XVIIIe siècle, ne réside plus à Bordeaux, mais fréquente assidûment la cour versaillaise et occupe un hôtel particulier parisien, sur l’actuelle place Vendôme. Certains s’offrent même des séjours à l’étranger, tels, à la fin du XVIIIe siècle, l’avocat général Dupaty, qui visite l’Italie. Ces absences restent cependant ponctuelles et librement consenties. Paradoxalement, c’est quelquefois l’assiduité à la tâche de membre du Parlement qui conduit à quitter la capitale provinciale.

  • 8 A.M. Bordeaux, Registres secrets du Parlement de Bordeaux, collection Verthamon : durant toute l’an (...)

7Les rapports houleux que le Parlement de Bordeaux entretient avec le pouvoir royal conduisent parfois à la solution extrême de l’exil. A la suite de la Fronde, dans laquelle le Parlement de Bordeaux avait joué un rôle actif, la cour est envoyée à Agen, sur décision du Roi du 8 octobre 1652 ; mais la séance parlementaire ne fut ouverte qu’en mars, parce qu’il ne s’était jusqu’alors pas trouvé un nombre suffisant de membres. C’était bien à contre-cœur que la compagnie avait rejoint sa terre d’exil8 mais soucieux d’apaiser les esprits, Louis XIV fit preuve de clémence ; le bannissement ne dura qu’un an et demi et le Parlement réintégra la cité le 1er décembre 1654.

8La révolte du papier timbré eut des conséquences bien plus importantes sur la vie du Parlement, alors même que la cour adopta une attitude de fidélité envers le pouvoir royal. Dès le début des troubles, le Parlement prit un arrêt contre les attroupements, et s’opposa à la foule ; le conseiller Tarneau, qui se porta au-devant des Bordelais, fut tué raide d’un coup de mousquet. Trois de ses collègues furent faits prisonniers et gardés en otage, en vue d’un échange. Ce ne fut que sous la pression populaire que la cour se résigna à envoyer au Roi d’humbles remontrances pour obtenir l’abolition de l’impôt, ce qui fut d’ailleurs accordé. Cependant, le 15 novembre 1675, le Parlement fut transféré à Condom, officiellement pour le soustraire à l’influence de la ville. S’ensuit alors une période quasi itinérante pour la compagnie ; en raison de l’incommodité de la ville, le Parlement s’installe dans un premier temps à Marmande, mais une épidémie l’en chasse et c’est finalement la petite ville de La Réole qui héberge la cour jusqu’en 1690. L’éloignement de Bordeaux dura donc quinze ans... On peut dès lors se demander pourquoi une telle punition, alors que le Parlement avait fait montre, durant l’épisode, d’une réelle loyauté. De fait, il ne s’agissait pas tant de punir les membres de la compagnie que la cité de Bordeaux, preuve s’il en est que le Parlement constituait un bienfait pour la ville. L’exil eut pour effet de mettre en exergue les liens qui unissaient le Parlement et sa cité, et le caractère vital de leur union. Loin de Bordeaux, le Parlement dépérit : le prix des charges s’effondre, certaines ne trouvent pas preneurs, les charges financières se multiplient car il faut louer un nouveau palais, y faire des travaux pour aménager les prisons, loger les membres du Parlement, souvent chez l’habitant, ce qui crée des tensions... La ville de Bordeaux elle-même se languit de son Parlement. Le palais de l’Ombrière se délabre, dans la ville le montant des loyers diminue et les marchands réclament à corps et à cris le retour de la cour. La correspondance du contrôleur général s’en fait l’écho : dans deux lettres du 12 et du 16 décembre 1678, on rapporte qu’il y a à Bordeaux des bruits sourds pour le rétablissement du Parlement, et que quelques principaux habitants et marchands se sont inscrits sur des cartes pour ce qu’ils pouvaient donner pour l’obtenir. Les dits marchands offrirent même jusqu’à 600 000 livres.

  • 9 Clarisse Coulomb, ““l’heureux retour”. Fêtes parlementaires dans la France du XVIIIe siècle”, dans (...)

9En regard, le XVIIIe siècle paraîtrait presque calme, mais se caractérise par une exacerbation des tensions tout au long d’un siècle jalonné par des affaires comme l’enregistrement de la bulle Unigenitus, 1’“Union des classes”, l’impôt sur le vingtième et l’expulsion des Jésuites. La rupture eut lieu lorsque le chancelier Maupeou décida de renvoyer sur leurs terres les deux tiers des magistrats, pour mettre en place une nouvelle cour. Mais le coup de force fit long feu, et l’ancienne compagnie fut rétablie deux ans plus tard ; la cour fit un retour triomphal dans la cité le 2 mars 1773, un “heureux retour” comparable à ceux décrits par Clarisse Coulomb9.

10Il apparaît donc que le lien entre le Parlement et la ville est fondamental. La cour est attachée à la ville, autant que la ville est attachée à sa cour. Certes, l’absentéisme est patent, mais ne pas être présent au Parlement ne signifie pas que l’on a quitté Bordeaux ; l’âge, la maladie sont autant de motifs. Le retour à la campagne, dans la tradition rousseauiste, existe, mais il reste généralement le fait des vacances d’été ; les retraites permanentes sont rares, le président Lavie, à la fin du XVIIIe siècle, faisant figure de contre-exemple, et Messieurs apprécient par-dessus tout la sociabilité liée à la vie urbaine. La compagnie surtout, en tant que corps constitué, s’étiole loin de Bordeaux, qui reste le cadre privilégié de son rayonnement, car c’est véritablement dans le cadre urbain que la condition de parlementaire prend sa pleine mesure.

Une compagnie en représentation

  • 10 A.D.G. C 3666, mémoire sur le palais, 1768.

11La puissance parlementaire est avant tout symbolisée par un lieu, le Palais de l’Ombrière, cœur de la cité judiciaire, qui abrite le Parlement ainsi que les différentes cours de justice siégeant à Bordeaux. Occupé à l’époque médiévale par les ducs de Guyenne, il accueille le Parlement dès sa fondation, en 1462. Un mémoire de 1768 signale qu’“on y a non seulement établi la grand chambre, celle des Enquêtes, requêtes et greffe du parlement, mais encore le sénéchal, les eaux et forêts, l’amirauté, la table de marbre, la prévôté, la chancellerie, les archives du parlement, et dans les rez-de-chaussée et souterrains toutes les prisons, cachots, logements de concierge relatifs à ces différentes juridictions10”.

  • 11 Mémoires de ma vie par Charles Perrault. Voyage à Bordeaux (1669). par Claude Perrault, Paris, libr (...)
  • 12 A.N., G7, 131 : 10/12/1678 : contrôle général des finances, correspondance des intendants.
  • 13 A.D.Gir. C 3585 : devis pour les tapisseries ; devis pour les travaux à faire ; adjudication du cha (...)

12Le tout forme donc un ensemble monumental, dans le vieux centre de Bordeaux, qui se distingue clairement des autres bâtiments, d’autant mieux que la place qui est au-devant constitue l’un des rares espaces vides dans la ville, ce qui contraste avec l’entassement des maisons environnantes. Le palais est vétuste. Claude Perrault11, de passage à Bordeaux en 1669, écrit que le lieu “consiste en une salle assez médiocre qui a une rangée de piliers par le milieu, qui fait deux allées de différente largeur, le tout sale et malpropre, de même que les chambres qui sont petites, obscures et sales presque autant qu’à Poitiers”, Le fait est confirmé par les plaintes réitérées des contemporains quant à la mauvaise conservation des archives ou l’emprisonnement des prévenus. Ainsi, on signale en 1678 que deux prisonniers condamnés aux galères se sont sauvés en raison du mauvais état des prisons de la conciergerie12. Le Palais se détériore en effet gravement durant l’absence de la compagnie. On ne compte plus les gouttières à réparer, la charpente à refaire. Les accidents sont inévitables ; un premier incendie touche l’édifice en 1690, mais le plus grave est celui de 1704. Les dégâts sont considérables et le devis des travaux s’élève à près de 50 000 livres, outre les 4 500 livres de tapisseries13. Le feu emporte aussi la collection des registres secrets du XVIIe siècle. Ce n’est qu’en 1772 que le Parlement Maupeou décide de résoudre la question et entreprend de trouver un nouveau local pour le Parlement, profitant de ce que depuis le départ des jésuites en 1762, le collège de La Madeleine est vide. Mais après l’obtention des lettres patentes en 1773 et le début des travaux en 1774, le projet fut interrompu, avec le rétablissement de l’ancienne compagnie. L’influent président Leberthon s’était en effet plaint que les prisons étaient trop proches de sa maison. Le Parlement resta donc à l’Ombrière jusqu’à la fin.

Le Palais de l’Ombrière

  • 14 A.D.Gir., Mémoire concernant les charges du Palais du Parlement de Bordeaux, à prendre sur les amen (...)

13De fait, durant toute la période, le Palais de l’Ombrière est une véritable fourmilière. Chaque jour les membres du Parlement, ceux des diverses cours susdites, auxquels il faut ajouter les procureurs, les avocats ainsi qu’un nombre impressionnant d’artisans fréquentent le Palais. Un état de frais14 transmis en avril 1679 au contrôleur général laisse apparaître que le Parlement emploie un garde du Palais, des garçons pour l’entretien, un couvreur, un serrurier, un horloger, un charpentier, un imprimeur pour les édits et arrêts, des crocheteurs pour porter les cierges, les bancs et les tapisseries dans les églises où le Parlement se rend en procession. La conciergerie nécessite un médecin, un chirurgien, un apothicaire, des blanchisseuses pour le linge. Le palais se pourvoie aussi en bois de chauffage pour les “quatorze cheminées où l’on fait du feu tous les jours”, en chandelles pour l’éclairage, en pain pour les prisonniers.

14Le palais de l’Ombrière constitue donc un pôle au cœur de la cité, autour duquel gravite un monde de petits métiers. Mais ces Messieurs de la compagnie ne restent pas au sein de leur sanctuaire.

15Une brève approche de la structure du Palais suffit à montrer que les bâtiments du Parlement ne comportent pas de bureaux. C’est donc dans leurs hôtels particuliers que Messieurs s’occupent de leurs dossiers et reçoivent les plaignants. Les inventaires après décès s’en font l’écho : les demeures parlementaires comptent un nombre important de meubles de groupe mais comportent surtout une pièce généralement appelée “cabinet” ou “cabinet de Monsieur”, qui est en fait le bureau de travail, ce qui atteste la confusion entre l’espace public et privé, entre le magistrat et l’homme privé. Par ailleurs, les parlementaires se rendent aussi chez les particuliers ou chez leurs collègues, à des fins professionnelles. Un magistrat ne vit donc pas enfermé dans sa tour d’ivoire : on le croise dans les rues de Bordeaux, en carrosse, en chaise à porteurs. Le simple fait de traverser la rue devient un acte significatif, ce qui implique une rigueur permanente.

  • 15 A.D.Gir., 1 B 28, f° 137, édit de novembre 1661.
  • 16 A.D.Gir., 8 J 47, Mémorial général de Labat de Savignac, 17/01/1714.

16On comprend alors l’intérêt porté par la monarchie aux édits sur les vêtements. Un arrêt enregistré au parlement15 en 1661 stipule que le Roi souhaite que les membres du Parlement “paraissent toujours dans le publicq avec des habitz qui conviennent à leur dignité et qui les distinguens du commun. Nous voulons que les officiers de nos dites cours du Parlement soyent revestus dans la ville de soutanes de manteaux longs sans collez a passement, à paine pour la première fois d’êstre puni de l’entrée de nos dites cours pour 6 mois, la seconde pour un an et la troisième pour toujours. ” On peut cependant lire, cinquante ans plus tard, sous la plume du conseiller au parlement Labat de Savignac16 : “11 a été convenu, sur la réquisition de M. le procureur général, qu’au terme de l’édit du Roi du mois d’avril 1684, sur la décence des habits des officiers de judicature, aucun de Messieurs ne pourrait plus paraître dans les rues sans manteau ni collet... ”. L’application de la législation semble donc poser des problèmes, mais les arrêts réitérés témoignent cependant d’une volonté de distinguer nettement, aux yeux des particuliers, les parlementaires, et en chaque circonstance officielle, Messieurs revêtent la tenue de l’emploi. La chose fait même l’objet d’une décision en cours, comme le montrent les registres secrets, notamment en ce qui concerne les cérémonies.

17C’est lors des diverses processions que la puissance du Parlement se matérialise. Au XVIIe comme au XVIIIe siècles, les occasions de parader ne manquaient pas. Outre les diverses fêtes religieuses, comme la Fête-Dieu, Pâques, la Pentecôte, le Parlement commémore des fêtes qui lui sont plus personnelles, comme la fête de St-Yves, patron des avocats, les 18 et 19 mai, qui est en réalité la fête du Parlement. On commémore de même le 15 août, le matin pour le vœu du Parlement, et l’après-midi pour le vœu de Louis XIII, qui plaça son royaume sous la protection de la Vierge. A cela s’ajoutent les célébrations ponctuelles plus profanes, à l’occasion d’une victoire des armées du Roi ou de la naissance d’un dauphin.

  • 17 François Cadilhon, “Les processions religieuses à Bordeaux au XVIIIe siècle”, dans Bordeaux et l’Aq (...)

18Le spectacle donné est saisissant. Ainsi, en 1767, les capucins organisent une procession17 en l’honneur de la béatification d’un des leurs. Le cortège est ouvert par des enfants, suivis des autorités ecclésiastiques, notamment les chapitres et l’archevêque, après lequel viennent, dans l’ordre, le Parlement, la Cour des Aides, les Trésoriers de France, le Présidial, les Jurats, les avocats et la Bourse. La suprématie civile du Parlement est donc clairement affirmée et soulignée par le faste des costumes, car pour ces cérémonies, Messieurs apparaissent habituellement en habit d’apparat, à savoir la robe écarlate, le manteau écarlate fourré d’hermine avec l’épitoge et le mortier de velours noir galonné d’or pour les présidents, et la robe rouge à chaperons fourrés pour les conseillers. Les processions sont donc véritablement l’occasion d’un “spectacle des valeurs” et quand bien même on constate, au XVIIIe siècle, que la procession devient moins une cérémonie religieuse qu’une institution sociale, il n’en demeure pas moins qu’elle reste le reflet des valeurs de l’organisation humaine.

  • 18 A.M. Bordeaux, Registres secrets du Parlement, collection Verthamon, 21/06/1658.
  • 19 A.D.Gir. 8 J 46, Mémorial général de Labat de Savignac, 18/06/1710.

19On peut juger dès lors quel effet déplorable pouvait avoir une mauvaise tenue des participants... La question fait l’objet de récriminations véhémentes. En 1658, on convoque une assemblée des chambres sur la plainte du procureur général qui déclare que la veille, M. de Suduirault a fait entrer dans le rang des parlementaires son laquais, et qu’il refusa de l’en faire sortir, malgré les injonctions18. De même, au début du XVIIIe siècle, Savignac relate que “...M. de Constantin est venu en la première des Enquêtes pour prier la chambre de faire quelque réflexion sur la cérémonie de la procession de demain, jour de la fête-Dieu, disant que le public était scandalisé et du petit nombre des Messieurs qui y assistaient et de ce que l’on ne gardait point les rangs et que l’on causait d’une manière scandaleuse. Il lui a été répondu qu’on priait aussi MM. de la Grand Chambre de faire réflexion sur ce qu’ils donnaient, la plupart du temps, le mauvais exemple de s’assembler et de parler, que MM. les présidents à mortier s’y faisaient entourer de leurs laquais, en sorte que cela interrompait les rangs des Messieurs, que l’on souffrait que les dames se missent dans les dits rangs, chose scandaleuse, et que la Compagnie semblait marcher à trois corps séparés19... ”

20On peut donc noter chez les parlementaires un réel souci de visibilité, qu’elle soit individuelle ou collective. Le parlementaire s’identifie clairement dans la rue, dans les processions. Ce souci dépasse la simple visibilité du corps, de la personne, car le parlementaire cherche aussi à laisser son empreinte dans la pierre.

L’hôtel urbain symbole du pouvoir parlementaire

S’inscrire dans la pierre

  • 20 Voir annexes, document no 2.
  • 21 Ceci dit, on est loin de la rue parlementaire par excellence, comme pouvait l’être la rue Neuve à G (...)
  • 22 Voir annexes, document no 3.

21Etudiant les rôles de capitation, nous avons pu remarquer que Bordeaux captait largement la noblesse, puisque 77 % des membres du second ordre y résidaient, contre 16,78 % à Périgueux ou 12,36 % à Agen. Si l’on ne considère que les membres du parlement, tous, sans exception, disposaient d’une résidence en ville, aussi bien au XVIIe siècle qu’a fortiori à la fin du XVIIIe siècle. Bien plus, tous étaient propriétaires de l’hôtel de famille, alors que l’on trouve de nombreux locataires parmi les membres de la Cour des Aides ou du Bureau des Finances, ce qui traduit bien que le prestige du magistrat devait d’abord s’inscrire dans la pierre urbaine. L’empreinte des parlementaires dans le paysage urbain était d’autant plus forte qu’ils se regroupaient dans des quartiers nettement circonscrits, traduisant un véritable contrôle de l’espace social. Au milieu du XVIIe siècle20, les parlementaires s’étaient rassemblés dans un périmètre allant du Parlement à l’est, à la cathédrale à l’ouest et du quartier du Mirail au sud, aux fossés du Chapeau-rouge au nord. Les magistrats préféraient les petites paroisses du cœur de la ville (Saint-Projet, Saint-Christoly, Saint-Mexant, Saint-Eloi, Puy-Paulin) et désertaient les grosses paroisses marchandes des bords de Garonne (Saint-Michel, Sainte-Croix, Saint-Pierre et Saint-Rémi). Certaines rues concentraient plusieurs grandes façades de pierre, si bien que l’on peut parler de “rues parlementaires” : la rue du Mirail, la rue du Caheman et la rue des trois-Conils présentaient chacune quatre hôtels dans les années 1650, la rue Porte-Dijeaux, trois21. Un siècle plus tard22, la carte révèle la lenteur des mutations. La rue du Mirail, les fossés Sainte-Eulalie, le quartier de la cathédrale et celui de l’Intendance conservaient leur réputation aristocratique, car l’on restait, très souvent, attaché à l’hôtel de famille. Rares encore étaient ceux qui sortaient du cœur historique du vieux Bordeaux, mais on note, toutefois, la timide apparition d’une localisation périphérique. En effet, pour les nouveaux arrivants, les parcelles à bâtir étaient rares et exiguës dans les vieux quartiers. Basquiat de Mugriet, venu des Landes, ou Jaucen de Poissac de Tulle choisirent de s’installer sur les allées d’Albret. Les grandes opérations d’urbanisme conduites par Victor Louis ou Laclotte avaient lieu en bordure du cœur historique au profit de l’avocat général Saige ou du conseiller Lamolère. Il convient d’ailleurs de relativiser ce contraste entre deux types de noblesse, dans la mesure où de vieux lignages, comme les Gascq ou les Castelnau d’Auros s’implantèrent aussi dans les faubourgs. Cet intérêt pour de nouveaux quartiers restait, en tout état de cause, très timide, si bien que l’on est très éloigné du modèle aixois de polynucléarité, d’un saupoudrage des demeures dans toute la ville.

Document no 2
L’habitat parlementaire à Bordeaux au milieu du XVIIe siècle.
D’après le plan de Lattré de 1733.

  • 23 A.D.Gir., 3 E 6600, f° 618, 672 et 673.

22Les parlementaires avaient leurs paroisses, leurs secteurs privilégiés, mais cela ne doit surtout pas amener à conclure à une ségrégation sociale dans la cité, bien au contraire. L’analyse du parcellaire prouve qu’en fait, ils étaient propriétaires d’îlots d’immeubles dans les rues adjacentes et leurs locataires appartenaient à toutes les couches sociales. Thibaut de Lavie, avocat général, possédait sa demeure familiale rue du Caheman au début du règne de Louis XIV, mais il louait trois maisons voisines à des marchands pour 1225 livres23. À l’époque, Lecomte de Latresne résidait dans son hôtel de la rue du Mirail, autour duquel on repère trois autres maisons données à loyer. N’est-ce pas là une excellente preuve de l’implication des parlementaires dans leur cité ?

23En dépassant la simple localisation, on s’aperçoit rapidement que l’hôtel de pierre blanche était bien au cœur des représentations nobiliaires. Désirant faire rebâtir sa maison, le conseiller François-Joseph Chaperon de Terre fort écrivait aux trésoriers de France :

Document no 3
La résidence des parlementaires bordelais en 1788.

  • 24 A.D.Gir., L 4232, Requête de François-Joseph de Chaperon de Terrefort, le 15 avril 1785.

24“Le suppliant qui a la façade de son hôtel bâtie d’un goût supérieur, qui flatte même la vue des passants, se proposait de continuer sa même décoration”24.

25Un siècle plus tôt, le président de Grimaldi-Régusse à Aix-en-Provence ne disait pas autre chose :

  • 25 Cité dans Histoire d’Aix-en-Provence, Edisud, Aix-en-Provence, 1981.

26“Les bâtiments sont une honnête et nécessaire suite de la charge aussi bien que le train et les ameublements auxquels la vanité et la pompe de la ville nous obligent”25.

  • 26 E. Coutureau, Le développement urbain du faubourg des Chartrons à la fin du XVIIIe siècle (1770-179 (...)
  • 27 E. Coutureau, op. cit., p. 94-95.

27Grimaldi-Régusse s’était d’ailleurs impliqué dans la construction de sa demeure au point d’en inspirer les plans. Cette démarche n’était pas aussi rare que l’on pourrait le penser, car bien d’autres nobles, magistrats ou non, caressèrent l’idée de se transformer en bâtisseurs, ce qui traduit leur attachement à la demeure urbaine. Une telle attitude nécessitait néanmoins des compétences peu ordinaires et, sur Bordeaux, plusieurs parlementaires se contentèrent de se convertir en spéculateurs avisés, en véritables promoteurs immobiliers. Dans les années 1780, le président Daugeard de Virazel répartit trente-sept lots entre des artisans et des boutiquiers du quartier sud de la paroisse Sainte-Eulalie. Le conseiller Moreau de Montcheuil fut l’un des inspirateurs d’une vaste politique immobilière dans le nouveau quartier du Jardin Public, où il vendit soixante-six lots entre 1774 et 179026. Son collègue, Pierre-Henri Dumas de Larroque entreprit le lotissement qui allait doter le Pavé des Chartrons de sa monumentale façade regardant vers le Château-Trompette27. Sur les terres de son fief de Pradets, il demanda, en effet, aux frères Laclotte un plan de distribution en quatorze lots. Il n’est pas possible de croire que Dumas de Larroque a pu avoir l’idée de s’établir aux Chartrons, car le lieu était éloigné du Parlement et il venait, en outre, de déménager rue du Hâ, à deux pas de la cathédrale. Il s’agissait bien d’une entreprise purement spéculative de la part d’une noblesse des Lumières qui fut l’un des grands vecteurs de la métamorphose du paysage urbain.

28Un dernier indice de l’importance primordiale des constructions urbaines réside dans la simple lecture des façades, véritable grammaire architecturale, qui permet de mesurer le rang du propriétaire. On pense à ces colonnes accouplées qui encadrent l’entrée de l’hôtel du Premier Président Leberthon, alors qu’un simple président devait se contenter de colonnes simples, comme à l’hôtel de Raguenau, rue du Loup. Les façades se lisent parfois comme le livre d’une vie, ainsi que l’on peut le noter à l’hôtel de Saint-Savin, rue de Grassi. Ancien consul de la Bourse qui avait constitué sa fortune dans l’exportation du vin vers les pays du nord, Daniel de Saint-Savin avait réussi à entrer au Parlement et, pour concrétiser cette ascension fulgurante, il se fit construire un hôtel particulier en 1742. L’avant-corps central, légèrement saillant par rapport au corps de logis, était surmonté d’un fronton triangulaire dont la décoration sculptée rappelait la fortune du maître des lieux. Au milieu de la composition, une femme, le bras droit sur la tête d’un monstre marin tenait fermement un gouvernail. De part et d’autre de ce personnage central, le visiteur apercevait un enfant à califourchon sur un dauphin et un triton soufflant dans une conque, ultime hommage à la mer, source de prospérité.

29Au total, les parlementaires bordelais avaient bien adopté un comportement radicalement différent de celui de leurs collègues bretons ou normands, ce qui pose problème, d’autant plus que les cours de Toulouse et d’Aix-en-Provence ressemblent à Bordeaux. Attitude méridionale plus portée vers la mise en scène des signes extérieurs du prestige, alors que les parlementaires bretons seraient plus tournés vers la puissance seigneuriale, l’explication est un peu courte. En réalité, Gauthier Aubert en avance une autre qui peut être considérée comme convaincante. Les familles de magistrats du Parlement de Bretagne étaient anciennes, puisque 63 % d’entre elles étaient issues de familles antérieures à 1500 et elles s’étaient souvent alliées à des dynasties de la moyenne noblesse de très ancienne extraction. Au total, le profil du magistrat breton était donc carrément opposé à celui du magistrat bordelais, cour dans laquelle le taux de renouvellement était très fort, puisqu’en 1789, sur 111 membres, 60 % n’avaient jamais figuré dans la compagnie avant 1720. Cette robe bordelaise ne constituait pas un monde clos, mais une élite ouverte aux roturiers riches et ambitieux, ce que révèlent les stratégies matrimoniales, puisque plusieurs magistrats n’hésitèrent pas à prendre leurs épouses dans le monde du commerce. La chose était parfaitement admise, pourvu qu’il y ait équivalence de fortune ou échange entre les titres et la noblesse d’une part, la fortune d’autre part, comme l’écrit le conseiller François de Lamontaigne :

  • 28 F. de Lamontaigne, Chronique bordelaise, Bordeaux, Gounouilhou, p. 147.

30“Le jeudi 4 mars 1784, M. de Sentout a épousé Mademoiselle O’Quin du Chartron d’une famille distinguée et prodigieusement riche. A tous égards, c’est le contraste du mariage de M. Richon”28.

31Ces parlementaires ouverts sur les autres élites urbaines étaient profondément attachés à leur cité. Le passage des activités commerciales, qui avaient entraîné l’ascension de leur famille, aux investissements immobiliers ne pouvait que leur paraître naturel. Cependant, l’explication reste encore incomplète, car les plus anciennes familles, les Lavie, les Pontac ou les Pichon, qui assuraient la mémoire de la Compagnie, n’avaient pas forcément un comportement différent. Certains, comme les Leberthon ou Lecomte, n’hésitaient d’ailleurs pas à changer de demeure entre 1650 et 1789 pour se faire construire un hôtel au goût du jour. Il ne faut pas oublier non plus que toutes les études prouvent que les magistrats toulousains ou aixois, aux origines plus anciennes que leurs collègues bordelais, ménageaient également une place privilégiée à leur hôtel urbain. En réalité, le paramètre de la fortune semble aussi déterminant, car, à Bordeaux, les parlementaires qui tiraient d’importants revenus du vignoble, pouvaient se permettre de concilier un train de vie urbain élevé avec une villégiature rurale des plus agréables, où ils mélangeaient la gestion des terres et les plaisirs champêtres.

L’hôtel urbain, lieu des nouvelles consommations

  • 29 M. Figeac, La douceur des Lumières, Noblesse et art de vivre en Guyenne au XVIIIe siècle, Bordeaux, (...)

32L’analyse des intérieurs offre la possibilité d’affiner les premières conclusions quant aux lieux de vie préférés des parlementaires. En Bretagne, Gauthier Aubert a retenu quelques objets tests comme les tableaux, les portraits de famille, les livres, les pendules qui lui ont permis de confirmer que le château constituait l’horizon de référence dans une majorité de cas. Néanmoins, la fréquence des glaces et des miroirs en ville indique que Rennes restait, malgré tout, le cadre favori des rencontres politico-mondaines. En Bordelais, l’étude statistique systématique conduite dans La douceur des Lumières29 à partir de cent quarante inventaires après décès a apporté la preuve que la résidence urbaine cristallisait toute l’attention des magistrats. Quantitativement, on ne discerne pas d’écart significatif dans le nombre moyen de meubles, ce qui est logique, car les châteaux ruraux étaient de vastes demeures abondamment meublées. On remarque, en revanche, que le mobilier le plus sophistiqué, le plus précieux et le plus récent, était moins important à la campagne. Les fauteuils, les bergères, sans parler des sofas, étaient moins fréquents (33,96 contre 23,49), car dans les pièces secondaires, on utilisait la plupart du temps des chaises simplement paillées. Les petits meubles (chiffonnières, encoignures, cabarets), qui étaient devenus des symboles du genre de vie bordelais, ne se retrouvaient que dans les plus belles demeures rurales. Ce constat peut être réalisé dans tous les domaines sans exception : par exemple, dans le secteur des arts de la table, la faïence était nettement plus courante à la campagne (42,67 % contre 32,64 %) alors que l’on obtient le résultat inverse pour la porcelaine (9,16 % contre 25,66 %). En fait, les moyennes sont quelque peu trompeuses, car elles recouvrent des réalités fort différentes. Il convient, en particulier, de distinguer les folies, les chartreuses, les châteaux viticoles qui jouaient un rôle de résidence secondaire, où les sociabilités bordelaises se recréaient à l’époque des vendanges, et le simple centre d’exploitation, le bourdieu, dont la vocation était exclusivement économique.

  • 30 C. Le Mao, Vivre en Bordelais au temps de Labat de Savignac, T.E.R., Université de Bordeaux 3, 1998 (...)

33Dans son analyse, Gauthier Aubert a également pu constater que les bibliothèques avaient plutôt été installées dans le château ancestral, ce qui est très lourd de signification. En Bordelais, un tel choix est rarissime car, à la campagne, les parlementaires se contentaient de transférer de petites bibliothèques pratiques composées d’ouvrages de dévotion, d’agronomie ou de jurisprudence. La bibliothèque du mémorialiste Labat de Savignac, découverte au château de Savignac, ne contenait que trente-six titres. À côté des traditionnels manuels juridiques comme les ordonnances de Louis XIV, un Traité de Droit civil, le Nouveau règlement de la cour ou l’Instruction des gardes des eaux et forêts, il détenait 39 % de l’ensemble en théologie, avec, en particulier, une bible, une Vie des Saints, un Processionnal du diocèse de Bordeaux et le propre des Saints du diocèse. À partir de son Mémorial, on a pourtant démontré qu’il lisait bien autre chose et qu’il ne détestait pas la littérature légère, voire libertine, mais il s’agissait là de lectures de la ville30. Ce schéma se répète, en réalité, la plupart du temps et les grosses bibliothèques qui furent saisies durant la Révolution le furent presque exclusivement à Bordeaux, confirmant que la cité était bien le cœur de l’activité intellectuelle des parlementaires.

  • 31 A.D.Gir., 3 E 6618, le 4 juin 1708.
  • 32 A.D.Gir., 25/635, Fonds Daleau.
  • 33 Soit 320 mètres.

34Il est possible d’aller beaucoup plus loin en démontrant que les modes nouvelles pénétrèrent à Bordeaux sous l’influence de la haute robe qui se livrait à une sorte de concurrence avec le négoce pour la maîtrise des signes symboliques de la puissance. Quand on a la chance de disposer de séries d’inventaires après décès sur plusieurs générations, on prend facilement conscience de la transformation des intérieurs au cours du XVIIIe siècle. Chez les Pichon-Longueville, visités par le notaire en 1700, 1732 et 1761, on ne retrouvait plus les meubles des ancêtres au bout d’un demi-siècle, car ils avaient été relégués dans des garde-meubles ou envoyés dans quelque résidence rurale. Dans les dernières années de l’Ancien Régime, l’obsolescence des objets était de plus en plus rapide, et l’on chercherait en vain une caquetoire, une chaise recouverte de cuir doré ou un volumineux fauteuil Louis XIII chez un parlementaire. Parmi les nouvelles modes qui entraînèrent une large adhésion chez les magistrats bordelais, l’exotisme est au premier plan et c’est dans leurs hôtels que l’on en repère les premiers signes. Dans l’inventaire du conseiller Pierre-Michel Duplessis dressé en 1708, apparaît, par exemple, un “petit bureau lequel ayant été ouvert, s’est trouvé composé de six tiroirs de bois de la Chine aussi bien que le susdit bureau”31. À la même époque, plusieurs parlementaires se signalent par la possession de pièces de vaisselle en porcelaine de Chine, ou de tapis de Turquie. C’est également sous le règne de Louis XIV que s’annonce la vogue des boissons dopantes en provenance des îles. Le même parlementaire disposait, par exemple, d’une cafetière en fer blanc, d’un moulin à café et d’une boîte de bois peint renfermant les précieux grains. Ce goût des breuvages exotiques fut à l’origine de nouvelles sociabilités qui s’épanouirent dans les salons de compagnie, dont les premières mentions, en tant que pièces, sont repérables dans les inventaires de parlementaires à l’époque de la Régence. Pour les meubler, les ébénistes créèrent un mobilier spécifique en bois exotique composé de tables en cabaret, d’encoignures et de tables à jeu. Les premières mentions de bois des îles se retrouvent dans l’inventaire précurseur du commissaire à la marine Joseph Lombard, mais c’est chez les parlementaires et les négociants qu’elles se multiplient dans les années 1730-1740. À la même époque, triomphe la vogue des toiles peintes, des indiennes, autre expression de l’orientalisme. C’est ainsi qu’en 1728, pour aménager son château de Bourg-sur-Gironde, le conseiller Denis de Saint-Savin s’adressa au maître tapissier Laurent32. Parmi les garnitures d’ameublement, celui-ci fournissait notamment, 267 aunes d’indienne33. Cet achat est d’autant plus surprenant que depuis 1686, l’importation, la fabrication et l’utilisation des toiles peintes étaient interdites en France et devaient le rester jusqu’en 1759. En réalité, la prohibition n’avait fait qu’augmenter l’engouement pour ces étoffes et les indiennes qui arrivaient à Lorient ou à Nantes, étaient achetées par les commerçants bordelais pour être réexportées vers les Antilles. Il était donc très facile d’en détourner une partie pour satisfaire les élites locales. Il est ainsi aisé de suivre la progression de toutes les modes comme l’anglomanie, si visible dans des secteurs aussi variés que le vêtement, l’art des jardins ou les voitures. Le style anglais était omniprésent dans ce domaine comme le révèlent les petites annonces du Journal de Guyenne, grâce auxquelles les véhicules étaient revendus. On y découvre en 1789 “une diligence anglaise” appartenant à la marquise de Mons, “un cabriolet à l’anglaise et à quatre ressorts dans le dernier goût” monnayé par un président du Parlement et bien d’autres encore. De même, le retour à l’antique, l’anticomanie, qui s’épanouissait avec le néo-classicisme triomphant dans les constructions des années 1780, déclencha l’adhésion des parlementaires comme des négociants. Cet essor de la consommation, ce souci de suivre les modes venues de Paris, sont la traduction matérielle de l’enrichissement global de la Compagnie d’autant plus qu’il convient de souligner une indéniable homogénéisation du milieu. Au XVIIe siècle, seuls les présidents occupaient les très grandes demeures et détenaient de belles collections de livres, de tableaux et de tapisseries. Désormais, entre les magistrats, la hiérarchie dans la possession des biens d’usage était plus quantitative que qualitative.

  • 34 Christine Dousset, “Entre tradition et modernité : les intérieurs toulousains au XVIIIe siècle”, à (...)

35Si l’on élargit l’horizon à d’autres villes méridionales, on constate même peu d’écart avec les intérieurs des parlementaires aixois comme Grimaldi Régusse ou d’Albertas, et si l’on compare avec la cour toulousaine, on ne peut que noter une belle unicité des comportements. En émigrant sous la Révolution, le Président au Parlement de Toulouse, Desinnocens de Maurens abandonna son vaste hôtel toulousain, place des Pénitents Blancs. Parmi de nombreuses pièces, sa demeure comprenait, entre autres, une salle à manger, un salon de compagnie d’hiver et un cabinet de bains doté d’une baignoire. Une importante bibliothèque regroupait 2 182 volumes et dans les armoires, on pouvait recenser 162 nappes, 130 douzaines de serviettes, 1526 assiettes et seulement 154 verres, alors que la cave renfermait 812 bouteilles. Là encore, cet exemple n’a rien d’exceptionnel, selon Christine Dousset et il symbolise le cadre de vie de l’élite parlementaire de la ville34. Ce faste s’appliquait aussi aux châteaux du plat pays qui avaient vocation à la réception durant les vacances du Parlement, mais il convient, comme en Bordelais de distinguer deux types de résidence. Pour plus de la moitié des inventaires de châteaux, le mobilier recensé ne représentait même pas celui des hôtels les moins bien pourvus de la cité. Dans le cas du château de Verdalle appartenant aux Dubourg ou dans le manoir de Lagarrigue, chez le président d’Ayguesvives, les maisons étaient même vides de meubles, car ils préféraient séjourner sur d’autres propriétés. La promiscuité, oubliée depuis longtemps en ville, existait encore dans ces manoirs, lieux de repos occasionnels, puisqu’on relève assez souvent deux à trois lits par chambre. Tout ce qui faisait la modernité des résidences urbaines aurait, en effet, semblé superflu, voire incongru, dans des manoirs à la vocation avant tout économique.

36Au total, la destinée des propriétés rurales était donc très variable, de la belle demeure prête à recevoir une intense vie festive au simple centre d’exploitation. Mais à Toulouse comme à Bordeaux, le centre de décision était en ville, tout partant de l’hôtel urbain autour duquel s’était tissé un réseau de sociabilités et de solidarités.

Une compagnie qui domine la société urbaine

Les parlementaires et le pouvoir dans la ville

37Messieurs ne se contentaient pas de dominer “physiquement” l’espace urbain, les hôtels particuliers n’étant en fait que l’incarnation d’une influence plus profonde. En tant que cour d’appel, le Parlement représentait, pour l’ensemble du ressort, la dernière instance, si l’on excepte le Conseil du Roi. A ce titre, il attirait donc, au sein de la ville, une foule de plaignants et de plaideurs. D’autre part, le Parlement était la voix du Roi, car il enregistrait les édits et ordonnances, mais il était tout autant la voix du peuple, la seule instance apte à faire entendre les récriminations populaires. Il était donc l’intermédiaire indispensable, tangible, face à un pouvoir royal qui semblait inaccessible. Dès lors, le prestige de la cour rejaillissait sur la ville qui l’abritait. Cependant, l’ascendant du Parlement au sein même de la ville tenait à ses attributions autres, qui dépassaient largement le cadre de ses fonctions judiciaires. La compagnie était en effet dotée d’un pouvoir administratif, de droit et de fait, à titre corporatif ou individuel.

  • 35 A.M. Bordeaux, ms 793, Registres secrets du Parlement de Bordeaux, copie Verthamon, le 26/02/1655. (...)
  • 36 A.M. Bordeaux, ms 794, Registres secrets du Parlement de Bordeaux, copie Verthamon, le 07/01/1660.
  • 37 A.M. Bordeaux, ms 793, Registres secrets du Parlement de Bordeaux, copie Verthamon, le 11/02/1655.

38Ainsi, les registres secrets du Parlement révèlent que le droit de regard de la Cour s’étendait à tous les domaines et à tous les aspects de la vie quotidienne. D’un commun accord avec les jurats, Messieurs s’occupaient de veiller au nettoiement des boues, prenaient les mesures nécessaires en cas d’épidémie ou de famine35, fixaient le montant de l’afferme du Pied fourché36, qui déterminait le prix de la viande pour l’année à venir... Si la chronique retient généralement les affrontements et les rivalités entre les acteurs locaux, il faut reconnaître que la raison prévalait le plus souvent, et que la gestion des crises offre de beaux exemples d’unanimité et de travail concerté. Ainsi, lorsqu’en 1655, le bruit se répand que le Roi souhaite établir une fabrique de liards37 dans la ville, entreprise qui menace dangereusement le commerce bordelais, on décide de la tenue, chez le Premier Président, d’une réunion à laquelle sont conviés les jurats, des représentants du Parlement (le Procureur Général, les présidents et les anciens de la Grand Chambre), les juges et consuls de la bourse, les receveurs de taille et les fermiers du convoi. La séance aboutit à la rédaction d’un texte parfaitement argumenté, mettant en exergue les effets pervers d’un tel établissement, tant pour la ville que pour la royauté.

  • 38 Voir Philippe Loupes, “L’hôpital Saint-André au XVIIIe siècle” dans Revue historique de Bordeaux, B (...)

39De même, la politique d’assistance au sein de la cité relève très largement du parlement. Au XVIIe siècle, il fut l’artisan de la mise en place des structures indispensables à l’encadrement des pauvres. Le Parlement a ceci de remarquable que son rôle ne se limite pas à un domaine, à un point précis : il intervient à tous les moments clés du processus. Outre l’enregistrement des lettres patentes portant établissement de l’institution, la Cour assura l’encadrement indispensable, par le biais des commissaires nommés chaque année, tant pour l’hôpital Saint-André que pour celui de la Manufacture, sans oublier l’hôpital des Enfants Trouvés, ouvert au début du XVIIIe siècle. A titre d’exemple, le bureau de l’hôpital St-André38, selon les statuts de 1736, compte 18 personnes, dont 6 membres du Parlement, à savoir le Premier Président, 4 conseillers et un des gens du Roi. La compagnie participe de plus au financement de ces établissements : on fait appel à elle pour décider de levées extraordinaires lorsque les temps sont durs. L’exercice de leur charge de parlementaire les amenant à mieux connaître la misère humaine et les formes qu’elle revêtait, il en résulte une sensibilité accrue à la question, sensibilité exacerbée par les idéaux de la Réforme Catholique, dont les parlementaires bordelais furent les fers de lance. Dès lors, l’assistance aux pauvres ne relève plus de la simple obligation professionnelle ; les parlementaires s’engagent à titre privé, et sont les principaux pourvoyeurs de fonds de ces établissements, comme le montrent les testaments et autres legs. L’implication des magistrats ne se limite pas à ces institutions. Ce sont ainsi les épouses de conseillers et présidents au Parlement qui s’occupent des quêtes lors des grandes fêtes religieuses ou qui courent la ville pour recueillir les aumônes. De même, les membres de la compagnie sont communément syndics de leurs paroisses, comme les de Mons, syndics de père en fils pour la fabrique Saint-Michel.

  • 39 A.D.G., 8 J 48, Mémorial général de Labat de Savignac, année 1718.

40Cet engagement sincère n’est cependant pas dénué d’arrière-pensées. Lorsque Savignac relate l’épisode de l’hiver 1709, et le rôle de chacun dans la gestion de la crise, il n’oublie pas de souligner que lorsque le Procureur Général transmet à la foule la délibération de la Cour, “quantité de ces femmes prenaient les mains de Messieurs et les leur baisaient, rendant mille actions de grâce et leur souhaitant mille bénédictions”, tandis que les jurats sont obligés d’emprunter le petit escalier, “n’ayant osé traverser cette foule de femmes dont certaines demandaient qu’on leur livrât un jurat”. La compagnie ne perd jamais de vue que la ville de Bordeaux est un enjeu de pouvoir, et que la primauté qu’elle y exerce doit être rigoureusement défendue. Ainsi, au début du XVIIIe siècle, la modification des lettres patentes de l’hôpital Saint-André, qui tendait à minorer le rôle du Parlement, fut l’objet d’une vive querelle entre le pouvoir monarchique et la cour bordelaise, au point que certains de ses membres furent envoyés en exil par lettres de cachet39.

41De même, le Parlement réagit vivement à toute tentative d’introduction d’un nouveau pouvoir, vécu comme un contre-pouvoir. Au XVIIe comme au XVIIIe siècle, la réaction se cristallisa autour du rétablissement des intendants. Les délibérations de la chambre Saint-Louis avaient posé comme impératif la suppression de ces commissaires, concurrents directs des parlements, mais la fin de la Fronde entraîna leur rétablissement progressif. Les registres secrets du Parlement se font l’écho de la vigilance de la cour : on exige de procéder au contrôle et à l’enregistrement des lettres de commission, on traque l’usage du titre honni d’“intendant de justice, police et finances Le terme de “Justice” choque tout particulièrement, car la cour y voit une usurpation de ses fonctions traditionnelles. La lutte s’exacerbe au XVIIIe siècle, car dès lors, l’intendant n’a plus à veiller aux troubles de la province. Il se fixe donc à Bordeaux, à l’hôtel Puypaulin, et dispute au Parlement son emprise sur la cité, intervenant par exemple directement dans la gestion des famines, car il contrôle le commerce des grains de la province.

42Les membres du Parlement avaient donc la volonté de s’assurer une réelle prééminence au sein de la ville. Mais face à la volonté royale de la brider, notamment au XVIIe siècle, et face à la montée du pouvoir de l’intendant, la cour pouvait compter sur de nombreux appuis. Les grandes familles parlementaires avaient en effet su tisser au fil du temps une vaste toile qui s’étendait sur l’ensemble des pouvoirs, par le moyen de stratégies familiales savamment orchestrées.

  • 40 Voir Philippe Loupes, Chapitres et chanoines de Guyenne aux XVIIe et XVIIIe siècles, Paris, EHESS e (...)

43L’ensemble des institutions religieuses était ainsi sous la coupe parlementaire, les chapitres40 Saint-André et Saint-Seurin faisant figure de fiefs. Par le biais des résignations “ad favorem”, certains canonicats restèrent aux mains d’une même famille, comme ce fut le cas pour les Mosnier qui se perpétuèrent au chapitre de 1605 à 1705, tandis qu’ils assuraient au Parlement une présence continue de 1622 à 1728. La collusion était telle que certains exercèrent même simultanément les fonctions de conseillers au Parlement et de chanoines.

  • 41 A.D.Gir. 3 E 11744 F° 450, Thomas, 23/07/1650 : acte d’entrée en religion de Jeanne de Cursol, fill (...)
  • 42 B.M. Bordeaux, ms 764 : abrégé des grâces et miséricordes singulières dont Dieu a favorisé la vénér (...)
  • 43 A.D.Gir. 3 E 6750 F° 239, Grégoire, 07/02/1672, acte de Anne Darriet au Révérend Père provincial de (...)
  • 44 A.D.Gir. 3 E 6751 F° 413, Grégoire, 22/04/1673.

44L’emprise de la compagnie s’étend aussi sur les couvents. Fondateurs au XVIIe siècle, les parlementaires restent par la suite les principaux pourvoyeurs de fonds, par leurs legs testamentaires ou par les aumônes dotales de leurs filles. Une grande partie des membres des couvents est en effet d’extraction parlementaire : on rencontre au carmel les Gourgues, les Lestonnac, les Baritault, les Pichon, les Pontac, les Dalesmes. De même, lorsque Jeanne de Cursol41, fille du conseiller, entre au couvent de Saint-Benoît en 1650, on relève quinze patronymes parlementaires parmi les 23 signatures des sœurs portées au bas de l’acte notarié. Une fois le couvent intégré, et fortes de leur appui, les jeunes filles ne se contentent pas de mener une vie dévote, puisqu’on les retrouve très souvent mère supérieure ou prieure de leur communauté. Le cas d’Isabeau de Voysin est à ce titre édifiant. Les historiens ont retenu des religieuses de l’Annonciade de Bordeaux le nom d’Anne Darriet, morte en odeur de sainteté en 1702, et bien connu par son autobiographie mystique42 ; sa réputation n’empêcha cependant pas, à l’époque, son éviction à la tête du couvent par Isabeau de Voysin. Anne Darriet déclara par acte devant notaire43 que la dame de Voysin “a taché par toute sorte de moyens de lui oster la plasse qu’elle occupe despuis longues années, tant par le droit de sa profession que par le consantement de toute la communauté et mesme de la dite soeur de Voysin”, et que cette dernière tente de faire entrer dans l’affaire le Supérieur de leur ordre, en s’appuyant sur “le crédit et autorité de ses proches” ; la famille de Voysin était en effet à l’époque présente au Parlement et à la Cour des Aides. L’acte ne dit pas la fin de l’histoire, mais les documents de l’ordre passés ensuite chez le même notaire44 sont signés de la main d’Isabeau de Voysin, supérieure et mère ancelle du couvent...

  • 45 A.D.Gir., C 3853 f° 16v, liste des membres du Bureau des Finances pour l’année 1690.

45La toile parlementaire s’étend surtout sur les institutions civiles. Le lien avec le Bureau des Finances est fort au XVIIe siècle. La liste des membres de 169045 fait apparaître que sur 25 noms, 11 se retrouvent dans les rangs des parlementaires, mais il semble qu’au XVIIIe siècle, les liens se distendent. La Cour des Aides est elle aussi intégrée à la stratégie parlementaire. A défaut d’avoir pu éviter l’établissement de cette cour, on s’assure d’y avoir des soutiens, d’autant que cela offre une solution de placement tout à fait acceptable pour les cadets. Les d’Essenault, les Darche, ou les Voysin en prirent le parti. Les liens avec les autres institutions sont moins immédiats et moins systématiques. Par exemple, on noue peu de contacts avec les jurats, ce qui tient sans doute au caractère temporaire de la fonction. On délaisse de même les juridictions “subalternes” comme le présidial ou la Bourse, avec lesquelles on entretient plutôt des rapports de clientélisme.

  • 46 A paraître Stéphane Minvihlle, “Démographes sans le savoir : les comportements démographiques des é (...)

46Les membres du Parlement ont donc pris soin de placer les leurs au sein de tout ce qui peut compter à Bordeaux, mais les rapports entretenus avec les autres institutions ne se font pas sur le pied de l’égalité. L’étude de quelques généalogies suffit à le démontrer : la charge de parlementaire revient toujours, sauf accident fortuit, à l’aîné, les fonctions autres étant le fait des cadets. L’emprise parlementaire sur la cité bordelaise est donc réelle, et passe notamment par les stratégies matrimoniales et familiales savamment menées, stratégies qui prennent soin d’intégrer les élites négociantes de la ville, en mal de reconnaissance sociale46. Cette emprise se double par ailleurs d’une forte insertion dans la sociabilité urbaine.

Les membres du Parlement et la sociabilité bordelaise

47Sommet de la pyramide socio-politique urbaine, le Parlement s’employait aussi à tenir le haut du pavé en matière culturelle. Une solide éducation suivie au collège bordelais de la Madeleine ou, pour les plus illustres, au collège de Juilly, une fortune importante qui leur permet une “consommation culturelle” (achat de livres, financement de concerts privés...) étaient autant de facteurs qui permettaient aux membres de la compagnie de mener une vie culturellement active, d’autant que leur charge leur en laissait le loisir.

  • 47 Paul Courteault, “Une académie des sciences à Bordeaux au XVIIe siècle”, dans Revue historique de B (...)
  • 48 Discours prononcé dans l’assemblée de Mr le président Salomon, touchant les forces de l’imagination (...)

48Les parlementaires avaient ceci de particulier qu’ils étaient tout à la fois acteurs, animateurs et clients de la culture. C’est ainsi au président Salomon47 que Bordeaux doit la mise en place de la première Académie de la ville. Dans les années 1660, à l’heure où le mouvement des académies de province bat son plein, Salomon de Virelade décide de réunir chez lui, tous les vendredis, une petite société composée de quelques amis, parlementaires pour la plupart. On s’y entretenait non pas de littérature, comme c’était le cas dans la plupart des académies de province, mais de sciences, ce qui démontre le caractère innovant de ce cercle, fréquenté notamment par le président Despagnet qui, en plus d’être un hermétiste et un alchimiste, se piquait aussi de physique. Le petit cercle eut son heure de gloire avec le “Discours prononcé dans l’assemblée de M. le président Salomon, touchant les forces de l’imagination, sur le sujet d’un fœtus humain, changé en celui d’un singe, par la seule force de l’imagination”48, qui agita les intellectuels bordelais au point de susciter des réponses et réfutations en cascade. Ce cercle cependant ne survécut pas à la mort de son fondateur et surtout à l’exil du Parlement en 1675.

  • 49 A.D.Gir., 8J47, Mémorial général de M. de Savignac, 20/05/1713. “Les lettres patentes que le Roi a (...)
  • 50 B.M. Bordeaux, Ms 828, XXVI, 5°, de Bacalan, Conjectures sur l’ancien gouvernement des Gaulois et s (...)

49Il faut attendre le début du XVIIIe siècle pour qu’une véritable Académie voie le jour. Le rôle des parlementaires dans cette fondation est patent et joue à différents niveaux. Grâce à leurs réseaux de relations, ils purent obtenir les lettres patentes nécessaires à l’établissement de l’institution en 171249. Ils apportent de plus les subsides nécessaires ; en tant qu’académiciens ordinaires, ils peuvent payer 300 livres d’adhésion annuelle, ce qui permet à l’Académie de s’adjoindre des membres associés, généralement médecins ou abbés, dont le niveau intellectuel est avéré mais qui ne peuvent s’acquitter de la cotisation. Les parlementaires constituent de plus la première armature intellectuelle, participant aux travaux, réalisant des mémoires... De fait, les orientations intellectuelles du cercle sont marquées par la prégnance parlementaire : en propriétaires terriens soucieux de la bonne gestion de leur domaine, Messieurs encouragent les recherches sur l’agriculture, sur la vigne en particulier, et n’hésitent pas à faire part de leurs réflexions, comme le président de Bacalan, qui présenta des mémoires ayant trait à l’amélioration des cultures. La marque du Parlement se lit aussi dans les dissertations à caractère politique, notamment à l’occasion de l’expulsion des jésuites50.

  • 51 Michel Figeac, Destins.... p. 271.
  • 52 Voir A. Grellet Dumazeau, La société bordelaise sous Louis XV et le salon de Madame Duplessis, Bord (...)

50L’Académie est donc, au XVIIIe siècle, la tribune et la vitrine culturelle et intellectuelle du parlement. L’implication de la compagnie existe tout au long du siècle, mais on51 a pu constater un certain désengagement vers 1760-1770, désengagement qui semble se faire au profit de nouvelles structures, comme le Musée, créé en 1783, qui compte 11 parlementaires pour 145 membres. Les parlementaires aiment aussi se retrouver dans le cadre moins formel des salons comme celui de Mme Duplessis52, qui assemble autour d’elle les présidents Lalanne, de Gascq, de Ségur ou encore Montesquieu. On fréquente aussi l’hôtel du gouvernement, où le maréchal de Richelieu réunit des érudits comme de Gascq, Latresne ou Dupaty, dans ce lieu qu’il surnomme sa “cabane de Philémon Mais ce sont surtout les loges maçonniques qui attirent. La loge française élue écossaise compte ainsi, en 1778, 18 parlementaires pour 94 membres, avec des personnalités comme le premier président Leberthon, les présidents à mortier Verthamon et de Gourgues, et l’avocat général Dupaty. Ils y côtoient 14 autres nobles, 22 négociants, mais aussi des marchands, des avocats, des notaires, des capitaines de vaisseaux, et même l’architecte Victor Louis.

51De fait, il convient de constater que c’est bien au sein de ces structures, académies ou loges maçonniques, que se réalise non pas un brassage social à visée égalitaire, mais un mélange des élites urbaines, à défaut d’une fusion, des élites qui se définissent tout à la fois par la naissance, la fortune, le grade militaire, les qualités intellectuelles ou le talent artistique. En un mot, ces structures réunissent tout ce qui compte à Bordeaux, ce qui permet au Parlement d’être non pas une élite sclérosée renfermée dans ses hôtels particuliers, ses domaines de campagne ou son Palais de l’Ombrière, mais bien un groupe dominant, en prise directe avec le milieu urbain, d’autant qu’au-delà des agréments de l’esprit, Messieurs ne méprisaient pas les réjouissances plus triviales.

  • 53 Voir Caroline Le Mao, “Une source essentielle à l’histoire de la vie privée : la chronique du conse (...)

52S’ils cultivaient certes le goût du bel esprit, ils ne dédaignaient pas les plaisirs de la cité. Ainsi, M. de Savignac aimait arpenter les rues de la ville avec sa famille pour aller à la foire regarder les joueurs de gobelets ou les cracheurs de feu, et emmener ses filles voir le géant, allant parfois jusqu’à inviter chez lui les artistes les plus doués ou les plus étonnants53. Bordeaux offre aussi, au détour des rues, de petites représentations de théâtre comique données par des troupes italiennes, notamment vers les fossés des Salinières.

53Les soirées se veulent plus mondaines, notamment lors de la période du Carnaval, où la cité fait preuve d’une effervescence sans pareil. Si l’on reprend l’exemple de Savignac, la soirée débute généralement par une représentation à l’opéra, où il se rend en compagnie de quelques couples d’amis, le plus souvent membres du Parlement. Il retrouve là la bonne société bordelaise : le gouverneur, quelques hauts militaires de passage, des collègues parlementaires, des trésoriers de France... La représentation terminée, la nuit ne fait que commencer, et la ville offre de multiples opportunités à qui veut s’amuser. M. de Savignac, le 16 février 1716, porte son choix sur deux soirées privées, données par ses collègues le Premier président et le président de Gourgues où il se rend masqué, toujours en compagnie de ses amis, pour y jouer aux dés ; malchanceux, il s’en retourne à l’opéra où l’on donne un bal. On se sépare enfin au petit matin, après avoir mangé un réveillon.

  • 54 Voir Michel Figeac, Destins..., p. 286.

54Ces distractions ordinaires sont parfois pimentées par les nouveautés du siècle. Quelques membres du Parlement souscrivent ainsi, en 1784, pour le lancement d’un ballon à hydrogène. On se pique aussi de mesmérisme54. Mme de Verthamon Saint-Fort, veuve d’un président, se presse pour accueillir lors de son passage à Bordeaux le père Hervier, disciple de Mesmer. Le succès est tel qu’une loge mesmérienne est créée, à laquelle adhèrent des hommes comme J.-B. de Laporte Pauillac, le conseiller Jaucen de Poissac ou encore Jean-André de Meslon.

55La compagnie du Parlement de Bordeaux est donc au coeur de la sociabilité urbaine. Elle permet à la ville d’être “dans l’air du temps”, d’accueillir les nouveautés, et d’avoir la clientèle capable de financer les nouvelles modes, et intellectuellement apte. De même, la ville offre au Parlement le cadre indispensable à ces distractions, car c’est elle qui propose le spectacle, c’est en ville que l’on trouve les structures et la bonne compagnie.

56“Ce qui fait que j’aime être à La Brède, c’est qu’à La Brède, il me semble que mon argent est sous mes pieds. À Paris, je dis : “Il me faut dépenser que cela À ma campagne, je dis : “Il faut que je dépense tout cela

57Prise isolément, cette célèbre phrase de Montesquieu pourrait laisser penser qu’elle reflétait l’état d’esprit du parlementaire de province et plus précisément du magistrat bordelais. En réalité, elle cadre parfaitement avec la personnalité du philosophe qui stigmatisait le luxe, proscrivait toute dépense superflue, mais elle n’est pas confirmée par une analyse des comportements du groupe. En effet, au même moment, les Pontac, les Pichon, les Baritault et autres Pelet d’Anglade étalaient avec ostentation leur prestige dans la capitale de la Guyenne. Pour eux, la dignité de parlementaire passait par la possession d’un bel hôtel de pierre, par l’adoption des nouvelles modes venues de Paris, par le contrôle des réseaux de solidarité en matière culturelle ou caritative. Entre ville et campagne, le parlementaire se mariait en ville, y compris fréquemment avec les élites négociantes, le parlementaire était enterré en ville dans l’église de la paroisse ou le couvent qu’il couvrait de ses bienfaits. Mais faut-il vraiment s’étonner quand on se souvient que l’on a affaire à une noblesse très récente issue majoritairement des comptoirs de la rue de la Rousselle ? En fait, cette explication est trop courte quand on s’aperçoit qu’un Moreau de Montcheuil ou un Dumas de Laroque issus des profondeurs de la Guyenne étaient parmi les spéculateurs immobiliers les plus audacieux. La ville était bien le symbole du pouvoir politique et culturel ; lieu où l’on rendait la justice, elle était le centre de commandement, mais il serait erroné d’opposer ville et campagne dans le système de représentation du magistrat. Il y avait en effet complémentarité profonde, symbiose entre les propriétés viticoles et la ville où l’on stockait les barriques dans les chais des Chartrons en attente d’une exportation vers les îles ou l’Europe du Nord. Les parlementaires ne furent-ils pas d’ailleurs, pendant toute la période, les défenseurs acharnés des privilèges urbains en matière viticole, puisqu’ils réaffirmèrent à plusieurs reprises l’interdiction de faire entrer dans la ville les vins du Haut-pays avant Noël ? Au quotidien, les livres de raison nous apprennent même qu’un véritable partage s’opérait dans l’emploi du temps des magistrats, ce qui donne du coup un autre sens aux propos de Montesquieu. Ce modèle du parlementaire donnant l’impulsion depuis la ville, mais vivant en symbiose avec le plat pays, se retrouve à Toulouse où les magistrats locaux s’investirent dans les transformations urbaines grâce aux profits céréaliers du Lauragais. La ville restait en effet la valeur culturelle dominante aux yeux du parlementaire. La Révolution française en apporte du reste a posteriori une preuve tragique. La noblesse parlementaire ne fut-elle pas la catégorie qui paya le plus cher son attachement à l’espace urbain, puisque quarante-deux anciens magistrats gravirent les degrés de l’échafaud ? Alors que beaucoup auraient pu se réfugier à la campagne, à l’abri de la Terreur, ils préférèrent demeurer dans leur hôtel urbain pensant protéger leurs biens en se mettant en conformité avec les nouveaux pouvoirs. En réalité, le premier à tomber sous le couperet froid de la guillotine ne fut autre que François-Armand Saige, l’ancien avocat général : lui, le fds et petit-fds de négociant, le modèle d’ascension sociale, lui, la plus grosse fortune de Bordeaux, qui s’était fait construire un palais romain par Victor Louis, lui, le symbole d’une noblesse urbaine qui avait accepté la Révolution au point de devenir Maire en 1791, tombait victime de la rue. Les parlementaires n’étaient plus les “pères du peuple” que l’on ramenait en triomphe cinq ans plus tôt, ils étaient désormais les symboles d’un pouvoir honni, d’un pouvoir multiséculaire sur la cité.

Notes

1 Bib. Mun. Bx, Ms 1201,26-28 février 1775.

2 P. Butel et J.-P. Poussou, La vie quotidienne à Bordeaux au XVIIIe siècle, Paris, 1980, p. 261.

3 Gauthier Aubert, “La noblesse et la ville au XVIIIe siècle. Réflexions à partir du cas rennais”, Histoire urbaine, no 4, déc. 2001, p. 127-149.

4 Archives Municipales de Bordeaux, ms. 758 à 809, registres secrets du Parlement de Bordeaux.

5 Roland Mousnier, Les institutions de la France sous la monarchie absolue, 1598-1789, t. 2, Les organes de l’Etat et de la société, Paris, PUF, 1980, p. 367.

6 Voir par exemple le cas aixois au travers de l’ouvrage de Monique Cubells, La Provence des Lumières : les parlementaires d’Aix au XVIIIe siècle, Paris, Maloine, 1984.

7 A.M. Bordeaux, ms 726, f° 380, 30/08/1683 ; f 381, 13/09/1683 ; f° 401, 17/09/1685 : lettres de l’abbé Cuiville au président Lecomte de Latresne.

8 A.M. Bordeaux, Registres secrets du Parlement de Bordeaux, collection Verthamon : durant toute l’année 1653, les conseillers arrivent les uns après les autres, porteurs de lettres du Roi les autorisant à entrer.

9 Clarisse Coulomb, ““l’heureux retour”. Fêtes parlementaires dans la France du XVIIIe siècle”, dans Histoire, Economie et Société, Paris, SEDES, no 2, 2000, p. 201 à 215.

10 A.D.G. C 3666, mémoire sur le palais, 1768.

11 Mémoires de ma vie par Charles Perrault. Voyage à Bordeaux (1669). par Claude Perrault, Paris, librairie Renouard, 1909, p. 180-181.

12 A.N., G7, 131 : 10/12/1678 : contrôle général des finances, correspondance des intendants.

13 A.D.Gir. C 3585 : devis pour les tapisseries ; devis pour les travaux à faire ; adjudication du chantier.

14 A.D.Gir., Mémoire concernant les charges du Palais du Parlement de Bordeaux, à prendre sur les amendes, suivant l’ordre de Sa Majesté.

15 A.D.Gir., 1 B 28, f° 137, édit de novembre 1661.

16 A.D.Gir., 8 J 47, Mémorial général de Labat de Savignac, 17/01/1714.

17 François Cadilhon, “Les processions religieuses à Bordeaux au XVIIIe siècle”, dans Bordeaux et l’Aquitaine, Bordeaux, F.H.S.O., 1998, p. 214-232.

18 A.M. Bordeaux, Registres secrets du Parlement, collection Verthamon, 21/06/1658.

19 A.D.Gir. 8 J 46, Mémorial général de Labat de Savignac, 18/06/1710.

20 Voir annexes, document no 2.

21 Ceci dit, on est loin de la rue parlementaire par excellence, comme pouvait l’être la rue Neuve à Grenoble où logeaient huit parlementaires en 1708. Cf. Clarisse Coulomb, Les pères de la patrie. La société parlementaire en Dauphiné au temps des Lumières, Thèse, dactyl., Ecole des Hautes études en Sciences Sociales, décembre 2001, p. 309-310.

22 Voir annexes, document no 3.

23 A.D.Gir., 3 E 6600, f° 618, 672 et 673.

24 A.D.Gir., L 4232, Requête de François-Joseph de Chaperon de Terrefort, le 15 avril 1785.

25 Cité dans Histoire d’Aix-en-Provence, Edisud, Aix-en-Provence, 1981.

26 E. Coutureau, Le développement urbain du faubourg des Chartrons à la fin du XVIIIe siècle (1770-1790), T.E.R., Bordeaux, 1979, p. 72-77.

27 E. Coutureau, op. cit., p. 94-95.

28 F. de Lamontaigne, Chronique bordelaise, Bordeaux, Gounouilhou, p. 147.

29 M. Figeac, La douceur des Lumières, Noblesse et art de vivre en Guyenne au XVIIIe siècle, Bordeaux, Mollat, 2001.

30 C. Le Mao, Vivre en Bordelais au temps de Labat de Savignac, T.E.R., Université de Bordeaux 3, 1998, p. 296.

31 A.D.Gir., 3 E 6618, le 4 juin 1708.

32 A.D.Gir., 25/635, Fonds Daleau.

33 Soit 320 mètres.

34 Christine Dousset, “Entre tradition et modernité : les intérieurs toulousains au XVIIIe siècle”, à paraître dans Les Annales du Midi, 2003.

35 A.M. Bordeaux, ms 793, Registres secrets du Parlement de Bordeaux, copie Verthamon, le 26/02/1655. En 1655, une épidémie de pourpre survient à Bordeaux, en raison de la saleté des rues : c’est le Parlement qui fixe les modalités et le montant de la taxation nécessaire pour faire nettoyer la ville.

36 A.M. Bordeaux, ms 794, Registres secrets du Parlement de Bordeaux, copie Verthamon, le 07/01/1660.

37 A.M. Bordeaux, ms 793, Registres secrets du Parlement de Bordeaux, copie Verthamon, le 11/02/1655.

38 Voir Philippe Loupes, “L’hôpital Saint-André au XVIIIe siècle” dans Revue historique de Bordeaux, Bordeaux, t. 21, 1972, p. 79 à 111.

39 A.D.G., 8 J 48, Mémorial général de Labat de Savignac, année 1718.

40 Voir Philippe Loupes, Chapitres et chanoines de Guyenne aux XVIIe et XVIIIe siècles, Paris, EHESS et FHSO, 1985.

41 A.D.Gir. 3 E 11744 F° 450, Thomas, 23/07/1650 : acte d’entrée en religion de Jeanne de Cursol, fille de feu Guillaume de Cursol, conseiller au Parlement, et de Marguerite de Pichon.

42 B.M. Bordeaux, ms 764 : abrégé des grâces et miséricordes singulières dont Dieu a favorisé la vénérable mère Anne Darriet, religieuse de l’ordre de l’Annontiade, décédée à Bordeaux en odeur de saincteté, le sixième du mois de mai 1702, âgée de 78 ans, 475 p.

43 A.D.Gir. 3 E 6750 F° 239, Grégoire, 07/02/1672, acte de Anne Darriet au Révérend Père provincial de l’ordre Saint-François de la Grande Observance.

44 A.D.Gir. 3 E 6751 F° 413, Grégoire, 22/04/1673.

45 A.D.Gir., C 3853 f° 16v, liste des membres du Bureau des Finances pour l’année 1690.

46 A paraître Stéphane Minvihlle, “Démographes sans le savoir : les comportements démographiques des élites bordelaises du XVIIIe siècle au travers des sources du for privé”, colloque Au plus près du secret des cœurs : nouvelles lectures historiques des écrits du for privé, Paris, 6-7 juin 2002.

47 Paul Courteault, “Une académie des sciences à Bordeaux au XVIIe siècle”, dans Revue historique de Bordeaux et du département de la Gironde, 5e année, no 3, mai-juin 1712, p. 145-157.

48 Discours prononcé dans l’assemblée de Mr le président Salomon, touchant les forces de l’imagination, sur le sujet d’un fœtus humain, changé en celui d’un singe, par la seule force de l’imagination, Bordeaux, G. de la Court, 1669, 22 p.

49 A.D.Gir., 8J47, Mémorial général de M. de Savignac, 20/05/1713. “Les lettres patentes que le Roi a accordées à cette nouvelle académie furent enregistrées de ces jours au Parlement. Sa Majesté y dit que, voulant traiter favorablement sa ville de Bordeaux, elle lui accorde une académie pour y cultiver les riches talents que la nature prodigue si libéralement aux gens qui vivent sous ce climat. Elle nomme M. le Duc de La Force pour protecteur, et, après sa mort, permet à l’Académie de s’en élire un, pourvu qu’il soit d’une naissance distinguée et sous le bon plaisir de Sa Majesté. Elle fixe les académiciens au nombre de 20, qui doivent être domiciliés à Bordeaux. Elle accorde 20 élèves et autant d’associés pour les Belles-Lettres et les Sciences, un pareil nombre d’agrégés pour les Arts. Outre cela, il doit y avoir deux secrétaires, l’un pour les Sciences et les Belles-Lettres et l’autre pour les Arts, et un imprimeur. Il doit y avoir deux séances publiques chaque année, l’une le jour de Saint-Louis et l’autre celui du patron du protecteur. Le directeur sera élu, chaque année, du corps des académiciens, par eux-mêmes, et ils doivent s’assembler deux fois par semaine.”

50 B.M. Bordeaux, Ms 828, XXVI, 5°, de Bacalan, Conjectures sur l’ancien gouvernement des Gaulois et sur le système politique des Druides. Sous couvert de s’attaquer à la religiosité des Druides, Bacalan dénonce le pouvoir occulte des jésuites. Voir à ce propos, Michel Figeac, Destins de la noblesse bordelaise, Bordeaux, FHSO, 1996, p. 276.

51 Michel Figeac, Destins.... p. 271.

52 Voir A. Grellet Dumazeau, La société bordelaise sous Louis XV et le salon de Madame Duplessis, Bordeaux, 1897, p. 218.

53 Voir Caroline Le Mao, “Une source essentielle à l’histoire de la vie privée : la chronique du conseiller au Parlement Labat de Savignac, 1708-1720”, Histoire, Economie et Société, no 3, 1999.

54 Voir Michel Figeac, Destins..., p. 286.

Table des illustrations

Légende Le Palais de l’Ombrière
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7329/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7329/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Légende Document no 2L’habitat parlementaire à Bordeaux au milieu du XVIIe siècle.D’après le plan de Lattré de 1733.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7329/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende Document no 3La résidence des parlementaires bordelais en 1788.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7329/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 80k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540