Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Parlements et la vie de la cité (xvie-xviiie siècle)

 | 
Yves Sassier
, 
Olivier Chaline

La librairie du Palais sous l’Ancien Régime : splendeur et décadence de l’exception rouennaise du livre

Jean-Dominique Mellot

Texte intégral

  • 1 Avec la parution de deux importants ouvrages commémorant le Ve centenaire du parlement de Normandie (...)

1On cerne mieux aujourd’hui, et plus encore depuis 19991, l’exercice des pouvoirs (politique, juridictionnel, administratif et réglementaire) du parlement et l’importance de cet exercice dans le cadre de son ressort. Toutefois, on n’en évalue pas toujours facilement l’impact - direct ou indirect - sur telle catégorie sociale ou telle branche d’activité de la ville et de la province. Il faut pour cela partir de cas précis et étudiés dans la durée.

2Or, à travers l’exemple de la librairie, il est possible de donner une idée du rôle majeur qu’a joué le parlement de Normandie. Rôle majeur non seulement en ce qui concerne les conditions d’existence des métiers du livre rouennais, mais aussi et surtout pour leur essor et leur rayonnement.

3Plusieurs aspects institutionnels peuvent être évoqués à cet égard : l’impulsion décisive donnée par le parlement à l’incorporation et à la réglementation des métiers du livre ; la bienveillance relative de la cour en matière de censure ; la protection systématiquement accordée aux libraires rouennais et normands face aux privilèges souvent exorbitants dont le pouvoir central a fait bénéficier leurs concurrents parisiens ; ou encore, d’une façon plus générale, la politique de modération suivie par la cour souveraine en matière de prix et de monopoles. Tous ces aspects sont d’autant plus intéressants qu’ils semblent bien avoir été la marque propre du parlement de Normandie. Du moins ce parlement est-il le seul, dans l’état actuel de nos connaissances, à avoir poussé aussi loin en France tout à la fois l’encouragement et l’encadrement des métiers du livre.

4Et ce dans un contexte qui est loin d’être anodin puisque Rouen, à son apogée démographique, au milieu du XVIIe siècle, est, en même temps, le deuxième centre français d’édition après Paris et plus ou moins ex æquo avec Lyon : vers 1650, plus de 150 maîtres imprimeurs et libraires travaillent concurremment dans la capitale normande et, au cours du XVIIe siècle, plus de 6 000 éditions y voient le jour.

  • 2 Jean-Dominique Mellot, L’Édition rouennaise et ses marchés (v. 1600 - v. 1730) : dynamisme provinci (...)

5Ces points, qu’il n’est certes pas inutile de rappeler, ont cependant déjà été en grande partie étudiés (entre autres dans L’Édition rouennaise et ses marchés2). Aussi a-t-il semblé intéressant de s’attacher plutôt aujourd’hui à un autre indicateur des relations étroites entre le parlement de Normandie et les métiers du livre, à savoir la géographie particulière des libraires et des imprimeurs de Rouen sous l’Ancien Régime.

Les cas de Paris et de Lyon sous l’Ancien Régime : des géographies du livre exclusives

6Avant d’aborder l’évolution de la topographie des métiers du livre rouennais, il n’est pas inutile de rappeler brièvement, à titre de comparaison, ce que l’on sait de la situation des deux autres grands centres éditoriaux français d’Ancien Régime : Paris et Lyon.

7Dans la capitale, dès le Moyen Âge, le ton est donné : les libraires, puis aussi les imprimeurs à partir de 1470, sont placés sous la tutelle de l’Université dont ils sont réputés les “suppôts” (i. e. les sujets). À ce titre, ils jouissent des droits, franchises et immunités de l’Université. En contrepartie, pour pouvoir bénéficier des protections et avantages attribués à l’Université, ils sont tenus de résider dans ce que l’on appelle son “enclos” ou son “détroit” - en fait dans un périmètre plus ou moins bien délimité incluant une partie de la montagne Sainte-Geneviève et les abords de la Sorbonne, soit en gros le cœur du Quartier latin. Rue Saint-Jacques, en particulier, la concentration des professions liées au livre est spectaculaire.

  • 3 Un premier effort de définition préside à l’arrêt du Conseil du 24 octobre 1643, qui fait tenir l’é (...)

8Mais, dès le XVIe siècle, le pouvoir royal va devoir batailler pour faire respecter cette exclusivité du Quartier latin. Car il existe d’autres pôles d’attraction, comme le Palais de la Cité, où vont s’installer en particulier les libraires spécialisés dans les éditions juridiques ou les nouveautés littéraires. Au cours du XVIIe siècle, tout en entérinant cette extension, on va s’efforcer de la cantonner pour faciliter la surveillance corporative et policière3.

  • 4 [Claude-Marin Saugrain,] Code de la librairie et imprimerie de Paris, ou Conférence du règlement ar (...)

9Si bien que l’édit du mois d’août 1686 (art. 7), repris ensuite par le Code de la librairie de 1744 (titre II, art. XII)4, et valable en théorie jusqu’à la fin de l’Ancien Régime, assignera aux boutiques des libraires “le quartier de l’Université ou au-dedans du Palais & non ailleurs ; à l’exception néanmoins de ceux qui voudront se restreindre à ne vendre que des heures & des petits livres de priéres, des édits, déclarations & arrêts seulement, auquel cas ils pourront encore demeurer aux environs du Palais [et] dans la ruë & parvis Notre-Dame, Pont au Change & quay de Gêvres”.

  • 5 Voir à ce propos Sabine Juratic, “Le commerce du livre à Paris à la veille de la Révolution”, Le Co (...)

10Cette réglementation ne sera certes pas respectée à la lettre, mais elle contribuera à maintenir jusqu’à la Révolution une géographie parisienne du livre très restreinte, polarisée avant tout par le Quartier latin et ses quais, avec une exception limitée pour le Palais de la Cité et, à la veille de la Révolution, pour le Palais-Royal, récemment ouvert au public par le duc d’Orléans5.

  • 6 Sur le cas de Lyon, voir l’article “Lyon” du Dictionnaire encyclopédique du livre, sous la dir. de (...)

11À Lyon, bien qu’il n’existe pas alors d’université, des obligations analogues ont pesé sur la géographie de la librairie. Jusqu’à la Révolution, il est défendu aux professionnels du livre de s’implanter hors de ce que l’on appelle la “presqu’île” d’entre Rhône et Saône (c’est-à-dire la paroisse Saint-Nizier et la rue Mercière, principalement). Et cette exclusivité ne sera véritablement remise en cause qu’au XIXe siècle6.

À Rouen, le portail des Libraires, premier foyer du livre

12L’une des particularités de Rouen, c’est que rien de pareil n’y est précisément observable. Comme Lyon, la cité normande est dépourvue d’université, mais les métiers du livre n’y sont assignés à résidence ni par la tradition ni par la réglementation.

  • 7 Charles de Beaurepaire, “Les boutiques du portail des Libraires”, Bulletin de la Commission des ant (...)
  • 8 Isabelle Delaunay, “Le manuscrit enluminé à Rouen au temps du cardinal Georges d’Amboise : l’œuvre (...)
  • 9 Valérie Neveu, dans le cadre de son travail sur les incunables rouennais, a dépouillé les comptes d (...)
  • 10 Sylvain Skora, Les Libraires-imprimeurs de Rouen (vers 1550 – vers 1630). mémoire de maîtrise d’his (...)
  • 11 I. Delaunay, art. cit., p. 216-217, et les dépouillements de V. Neveu, qui attestent la présence à (...)

13Dès la première moitié du XVe siècle et dans les débuts du livre imprimé, on remarque bien une concentration de libraires ou de “libratiers”, comme on dit alors, contre le transept nord de la cathédrale, au fameux portail des Libraires et à ses abords. Mais cette implantation ne présente aucun caractère exclusif ni obligatoire. Le portail des Libraires ne prend d’ailleurs cette dénomination que dans la seconde moitié du XVe siècle, après s’être appelé portail des Boursiers. Tous ceux qui ont étudié de près l’occupation du lieu - notamment Charles de Beaurepaire7 et, plus récemment, Isabelle Delaunay8 et Valérie Neveu9 pour la fin du XVe et le début du XVIe siècle, Sylvain Skora10 pour la fin du XVIe et le début du XVIIe siècle - ont conclu aux possibilités limitées de ce premier noyau. De fait, les échoppes du portail lui-même sont fort étroites - “les libraires n’ayant pas pour lors besoin de grands bâtimens”, dira dom Jean-François Pommeraye en 1686 dans son Histoire de l’eglise cathedrale de Rouen. Elles ne comptent tout au plus que 14 emplacements qui ne sont d’ailleurs pas tous occupés par des libraires stricto sensu. À la fin du XVe siècle, on trouve là côte à côte parcheminiers, enlumineurs, relieurs, “écrivains”, copistes et “vendeurs de livres”, mais aussi au moins un orfèvre, un lunetier et une brodeuse11.

  • 12 S. Skora, op. cit., annexe 7, p. 154.

14À la fin du XVIe siècle, comme l’a établi S. Skora pour l’année 1583, les libraires en titre sont désormais les seuls à occuper la cour qui porte leur nom12. Mais entre-temps plusieurs mutations de taille sont intervenues qui ont profondément modifié la répartition des espaces du livre dans la ville.

Aux premiers temps de l’imprimé, la spectaculaire dispersion des métiers du livre par la ville

  • 13 Cf. Léon de Laborde, Étude sur la bibliothèque de la cathédrale de Rouen, le portail des Libraires, (...)

15Tout d’abord, avant même que l’imprimerie soit introduite à Rouen (en 1485), une délibération du chapitre cathédral des 5 et 7 juillet 1483, sans s’arrêter aux protestations des libraires établis, autorise au portail l’installation de “vendeurs de livres imprimés”13 - ce qui montre au passage que les chanoines, quitte à bousculer les routines de leurs locataires, étaient tout à fait favorables à cette innovation.

  • 14 Cf. Pierre Le Verdier, L’Atelier de Guillaume Le Talleur, premier imprimeur rouennais : histoire et (...)
  • 15 Alain-R. GIRARD, “Les incunables rouennais : imprimerie et culture au XVe siècle”, Revue française (...)

16Cependant, à partir de 1485, précisément, ce n’est pas au voisinage de la cathédrale mais rue Saint-Lô, le long du futur Palais, que les premiers typographes de Rouen, Guillaume Le Talleur et Martin Morin, trouvent les locaux nécessaires à leurs ateliers14. Avec l’arrivée de l’imprimé, la géographie du livre rouennais amorce une extension spectaculaire à travers la ville. En témoignent les adresses relevées sur les publications du XVe et du début du XVIe siècle par les bibliographies de Pierre Aquilon et d’Alain Girard15. Ce sont des paroisses aussi diverses que Saint-Jean, Saint-Godard, Saint-Laurent, Notre-Dame-de-la-Ronde, Saint-Martin-du-Pont, Saint-Michel, etc., qui accueillent les premières vagues de professionnels rouennais du livre imprimé.

  • 16 Édouard-Hippolyte Gosselin, Glanes historiques normandes à travers les XVe, XVe, XVIIe et XVIIIe si (...)

17Et si l’on en croit les dépouillements d’Édouard Gosselin16 dans les registres du tabellionage, les 100 imprimeurs ou libraires repérés pour la période 1500-1540 habitent et exercent dans 26 paroisses différentes, soit plus des deux tiers du tissu paroissial rouennais ! Le taux de dispersion de la profession apparaît donc énorme à cette époque. Même si certaines paroisses de l’Est et du Sud-Est comme Saint-Maclou, Saint-Vivien et Sainte-Croix-Saint-Ouen regroupent, à elles trois, 43 imprimeurs, soit 43 % de toute la population de professionnels du livre dont l’adresse est connue.

18Toujours est-il que cette diaspora de la librairie dans la cité représente alors un exemple quasiment unique - du moins à notre connaissance actuelle - à l’échelle de l’Europe.

Au cours du XVIe siècle, la montée en puissance de la librairie du Palais

  • 17 É.-H. Gosselin, Glanes historiques..., op. cit., p. 93.

19Cela dit, dès la mise en chantier du palais du parlement, à partir de 1498-1499, on voit se dessiner une nouvelle polarisation. Au cours du XVIe siècle, un nombre croissant de professionnels du livre, libraires avant tout, tend à se fixer à proximité du nouveau palais, voire jusque dans sa cour. Dès 1533, d’après É. Gosselin17, la cour du Palais abrite 50 échoppes et le grand escalier 9 autres. Côtoyant des merciers et des orfèvres, 3 libraires au moins y sont déjà attestés.

20Pourquoi ce phénomène ? La première motivation à invoquer, c’est bien sûr l’idée de se rapprocher des nouvelles élites de l’État de justice et du public de justiciables et de passants qu’elles ne manqueront pas de drainer. C’est aussi la position relativement centrale du nouvel édifice, à proximité du Gros Horloge et de rues déjà commerçantes. Jusque-là, rien de très original en comparaison par exemple avec Paris et son Palais de la Cité.

  • 18 Philip Benedict, Rouen under the Wars of Religion, Cambridge - London - New York, Cambridge Univers (...)

21Mais il est un autre facteur auquel on pense moins et qui a cependant son importance, en ces temps de conflits religieux naissants : le fait que le Palais ne soit a priori pas marqué confessionnellement comme peut l’être le quartier de la cathédrale, ou comme le sera plus tard celui du collège des Jésuites. Les libraires ouvertement protestants, ou sympathisants du protestantisme - et on sait par les travaux de Benedict18 qu’ils sont relativement nombreux à Rouen au XVIe siècle -, vont pouvoir s’y installer sans inconvénient.

22Au point même de focaliser les haines lors des périodes d’affrontements religieux. Le 3 avril 1568, par exemple, une foule de catholiques rendus furieux par l’édit de Longjumeau (23 mars), favorable aux protestants, fait intrusion dans la cour du Palais. Comme le rapportent les délibérations de la ville, les émeutiers s’en prennent alors aux

  • 19 Archives communales antérieures à 1790. Registre des délibérations, Rouen, 1877, année 1568. Cité p (...)

“boutiques des huguenots estanz allentour du Pallais, et principallement les libraires, où ils commencèrent à rompre et brusler leurs livres et pappiers et à les piller. De là, courans par les rues prochaines où ilz trouvèrent des libraires [...], ilz feirent le pareil et mesme [...] aux aultres huguenotz marchans, les pillans et saccageans leurs boutiques”19.

  • 20 Amable Floquet, Histoire du parlement de Normandie, Rouen, É. Frère, 1840-1842, 7 vol., t. III, 184 (...)
  • 21 Il s’agit de Jean Joron, paroisse Saint-Pierre-l’Honoré, d’Olivier Avenel, rue Écuyère, de Robert e (...)

23Nouvelle irruption dans la cour du Palais pour le même motif en avril 157020. Lors de la Saint-Barthélemy rouennaise, du 17 au 21 septembre 1572 (environ 500 victimes dont beaucoup au Palais et à l’entour), cinq libraires huguenots périssent mais aucun, semble-t-il, n’exerce alors au Palais ou à ses abords21. Cela dit, si l’on excepte la période de la Ligue, où les protestants doivent vider les lieux sous peine de persécutions, le parlement et son Palais semblent bien avoir eu leur préférence - du moins parmi les libraires, les imprimeurs huguenots ayant formé de leur côté un noyau relativement important paroisse Saint-Maclou.

Au XVIIe, “siècle d’or” de l’édition rouennaise, le Palais domine la “ville pleine” des métiers du livre

24Dès la fin des troubles et surtout à partir de l’édit de Nantes (1598), l’attraction exercée par le Palais se confirme, chez les libraires catholiques aussi bien que chez les protestants. C’est l’époque où l’édition rouennaise, profitant d’une conjoncture favorable, prend son essor et vient bousculer sa rivale provinciale, Lyon. À cet essor, le Palais participe de façon décisive, en regroupant les principaux “libraires de fonds”, ceux autrement dit qui éditent et exportent aussi bien vers Paris que vers la province ou l’étranger.

  • 22 Entre 1600 et 1670, sur 651 maîtres, compagnons et apprentis recensés à Rouen, 82 (soit environ 12, (...)

25À partir de la décennie 1590, on voit ainsi fleurir, au Palais et dans les rues adjacentes, quelques grands noms de la librairie rouennaise : Raphaël Du Petit Val (15..-1614), libraire et imprimeur du Roi “devant la grand’ porte du Palais”, Martin III Le Mesgissier (15..-1633 ?), imprimeur ordinaire du Roi, “au haut des degrez de la grand’chambre”, Thomas Mallard (15..-1597) puis son successeur Théodore Reinsart (15..-1618), actif libraire originaire d’Anvers. D’autres viennent bientôt les rejoindre. Des catholiques comme Jean I Osmont (15..-1651 ?), Jacques I Besongne (15..-1633), gendre de Raphaël Du Petit Val, ou encore David Du Petit Val (159.-1658), fils de Raphaël, David II Ferrand (1589-1660), l’auteur de la fameuse Muse normande et, un peu plus tard, Laurent II Maurry (160.-1670), imprimeur de l’archevêché mais aussi des frères Corneille, ou encore Jean III Viret (1610 7-1672), imprimeur du Roi. Mais aussi des protestants comme Claude Le Villain (1571 ?-1648), libraire et relieur du Roi, Jean I Berthelin (1577-1652), autre gendre de Raphaël Du Petit Val, Jacques Cailloué (159.-1664), ainsi que Jean III Petit (15..-1612)22 parmi les plus actifs.

26Il est difficile de disposer, à la date de 1600, de statistiques fiables dans la mesure où les baux des échoppes du Palais n’ont pas été conservés, pour cette période, parmi les registres municipaux. Cependant, en se fondant sur d’autres sources - et surtout sur les adresses des publications recensées -, on peut parvenir à reconstituer la topographie des métiers du livre rouennais.

27Vers 1600, comme le montre la représentation cartographique proposée par S. Skora à partir de données que j’ai établies précédemment, sur 71 maîtres libraires, imprimeurs ou relieurs répertoriés à Rouen, 21, soit près de 30 %, sont déjà fixés au Palais ou à proximité immédiate. 12 seulement, soit moins de 17 %, se sont maintenus dans le foyer historique du portail des Libraires et du quartier de l’archevêché. Trois autres petits groupes se répartissent entre la paroisse Saint-Jean (12,6 %) - elle-même proche du Palais et vouée aux publications bon marché-, les quais et la paroisse Saint-Maclou.

28Les 70 premières années du XVIIe siècle, petit “siècle d’or” de l’édition rouennaise, ne font que confirmer l’attraction exercée par le Palais - ainsi que le récapitule le tableau de la répartition topographique des métiers du livre rouennais au XVIIe siècle.

29Entre 1600 et 1670, on passe de 21 à 64 maîtres établis au Palais ou à ses abords - soit une proportion qui progresse de 29,5 % à 38,3 % et qui ne diminue ensuite que faiblement puisque, en 1700, plus de 37 % des professionnels du livre sont encore fixés dans ce secteur. Pendant la plus grande partie du XVIIe siècle, la librairie du Palais va donc concentrer entre 30 et 40 % des professionnels du livre rouennais. Et pas les moins actifs. C’est au Palais que sont regroupées les forces vives de l’édition, les libraires les plus dynamiques et les plus illustres. Ceux qui, comme Raphaël Du Petit Val, son fils David, David Ferrand, ou plus tard Claude II Jore (1668-1736), fréquentent les “messieurs” du parlement. Et ceux aussi qui donnent de l’ouvrage aux imprimeurs, aux relieurs ou aux libraires détaillants des rues voisines ou des autres quartiers.

30Ces autres quartiers, quels sont-ils ? Un plan réalisé lui aussi par S. Skora à partir de données établies par mes soins en donne une idée à la date de 1640. L’évolution perceptible dès 1600 se poursuit très nettement.

31Le Palais renforce son poids et même son emprise, en favorisant le développement du quartier le plus proche, à savoir la paroisse Saint-Jean et sa rue Ecuyère, où des imprimeurs et des libraires plus modestes profitent du dynamisme du Palais. Ces imprimeurs et ces libraires amorcent d’ailleurs une spécialisation prometteuse, celle qui va consacrer la Bibliothèque bleue rouennaise et ses livrets populaires.

  • 23 Il s’agit de Jean Hellot, François Du Castel, Samson Vaultier et Marie Petit (2 échoppes). Cf. S. S (...)

32Le portail des Libraires et le quartier de l’archevêché, entre-temps, ont marqué le pas, non en valeur absolue (car ce sont sensiblement les mêmes effectifs qui s’y maintiennent), mais en proportion : on y passe de près de 17 % à moins de 9 % de l’ensemble des professionnels du livre rouennais. Et le fait est confirmé en amont, par les recherches notamment de S. Skora dans les archives capitulaires : à la date de 1627, sur les 14 échoppes du portail des Libraires, 11 locataires sont connus et, parmi ces 11, seuls 7 sont libraires. Bien plus, sur ces 7, seuls 2 ont réellement publié des éditions à leur compte (Michel II Lallemant et Antoine Orange), les autres ayant surtout exercé comme détaillants ou en qualité de libraires-relieurs23. Et ce mouvement de désaffection se poursuit aux décennies suivantes, même si un petit noyau de libraires reste présent auprès de la cathédrale jusqu’au milieu du xviiie siècle. Cela dit, en 1686, lorsque dom Pommeraye, dans son Histoire de l’eglise cathedrale, décrit le portail des Libraires, il précise bien en parlant de ses échoppes : “Les libraires n’[avaient...] pas pour lors besoin de grands bâtimens, avant que le College et le Palais eussent mis la librairie en vogue par le grand nombre de gens de lettres que le siecle passé et le nôtre ont produit”. Pour lui, la cause est entendue : c’en est fini de ce foyer historique de la librairie rouennaise ; de petits métiers y ont supplanté les “vendeurs de livres”.

33En revanche, un autre quartier du livre a vu le jour - dom Pommeraye en témoigne-, c’est celui du collège de la Compagnie de Jésus, dont le succès rapide à sa réouverture, en 1603-1604, a contribué à fixer des libraires et imprimeurs actifs. Richard II Lallemant (15..-1641), transfuge du portail des Libraires, s’y installe dès 1604. Bientôt Jean Le Boullenger (1582-1677) le rejoint, suivi par d’autres imprimeurs, libraires et relieurs venus profiter du marché du collège et des “escoliers”. Et les deux familles Lallemant et Le Boullenger vont marquer le secteur de leur empreinte pratiquement jusqu’à la Révolution, constituant autour d’elles toute une mouvance de parents, d’associés, de sous-traitants et de détaillants.

34Quant aux autres quartiers, voués surtout aux petits imprimeurs (Saint-Maclou) ou aux libraires étalants (quais), leur poids est devenu moins significatif que jamais.

35Au temps de sa splendeur, le palais du parlement de Normandie domine donc aussi l’univers de la librairie et de l’édition normandes. L’ambiance du lieu sans doute en témoignait. Certains ont tenté de se l’imaginer, Charles de Beaurepaire, par exemple :

  • 24 C. de Beaurepaire, “Les boutiques du portail des Libraires”, Derniers mélanges..., art. cit., p. 16 (...)

36“Qu’on se figure [...] au bas et au haut de ses degrés, des échoppes de libraires où se débitaient les livres de droit et les factums à l’usage des gens du Palais, ce flot de monde qui journellement s’acheminait par là pour se rendre à l’audience ou pour consulter les procureurs, dont les bureaux étaient rangés de chaque côté de la salle des Pas Perdus”24.

37Toutefois, cette tentative de représentation, de même que la fameuse gravure de Bonington au début du xixe siècle, si elle donne une idée de la fréquentation du Palais, est certainement très au-dessous de la réalité de l’époque, en tout cas s’agissant de la librairie. Tout d’abord, le Palais n’est pas seulement, loin de là, le point de vente des livres de droit et des factums : toutes les nouveautés y sont présentées - qu’elles soient publiées à Rouen ou échangées avec des libraires d’autres villes -, en particulier la littérature, l’histoire, les ouvrages savants, les livres religieux, etc. Ensuite, les étals des libraires ne sont pas cantonnés aux “degrés” (escaliers) du Palais. C’est même là qu’ils occupent le moins de place. Les échoppes les plus nombreuses - on y reviendra en détail grâce aux registres municipaux - sont disposées dans et tout autour de la cour.

38Et il faut également s’imaginer les rues avoisinantes largement peuplées de représentants des métiers du livre. Les imprimeurs et les relieurs y tiennent leurs ateliers, les libraires y ont des boutiques plus spacieuses, ainsi que des “magasins” ou entrepôts. Beaucoup aussi y logent, qu’il s’agisse de maîtres, de compagnons, de garçons ou de filles de boutique ou encore d’apprentis. Dans la journée tout ce petit peuple du livre côtoie les messieurs du parlement, les gens de justice et leurs justiciables, mais aussi les passants et les flâneurs.

39Le Palais, rendez-vous des élites de la province comme des curieux et des amateurs, décide bien souvent du succès de telle ou telle nouveauté. C’est là qu’il faut être placé. Non seulement pour réaliser les meilleures ventes, mais aussi pour sonder le public potentiel de nouvelles éditions.

40Le soir venu, on peut également imaginer qu’une fois les magistrats et officiers des cours rentrés dans leurs hôtels particuliers de paroisses plus huppées (Saint-Godard, Saint-Laurent, Saint-Vigor, Saint-Patrice) et les portes du Palais refermées, la vie du livre n’en continue pas moins à animer ce quartier qui lui est voué en grande partie. Ici on achève “à la chandelle” l’impression d’un factum destiné à un particulier en procès ; là on met en ballots des exemplaires en feuilles qui seront expédiés le lendemain à Paris ; plus loin, on sélectionne les assortiments qui le matin suivant garniront les étals du Palais ; plus loin encore, on finit d’assembler les feuilles d’un libelle qui promet de faire sensation le lendemain aux abords du prétoire...

Pour une topographie détaillée du commerce du livre dans le quartier du Palais au tournant du XVIIe et du XVIIIe siècle

  • 25 Bibliothèque municipale de Rouen, Arch. mun. de Rouen, II, 9 registres de 1695 à 1790.

41Ce tableau, vraisemblable mais imaginaire, de la vie du livre autour du Palais n’acquiert un début de consistance qu’à partir de 1695, date à laquelle toute une série de baux de boutiques, maisons et échoppes “appartenant à l’hôtel commun de la ville de Rouen” ont été conservés par les archives municipales25. Par chance, tous les points de vente du Palais et une proportion non négligeable de ceux des rues adjacentes sont concernés par ces documents. Bien tenus et détaillés, ils permettent de se faire une idée assez précise de l’occupation des lieux durant le dernier siècle de l’Ancien Régime.

42Si l’on récapitule ce que la ville propose, au Palais et dans ses environs immédiats, on aboutit pour le XVIIIe siècle à 98 unités locatives, affermées par périodes de 6 ans, qui se répartissent comme suit :

    • 26 Notamment Laurent I Besongne (1646-1724), “sous la galerie au bas de l’escalier”, distributeur atti (...)

    10 échoppes” et 9 “ouvroirs” situés dans l’“enclos du Palais”, dont certains “aux degrés” et d’autres “sous la voutte de la porte du costé de S. Lo” ; or, sur ces 19 points de vente, 9 sont tenus en 1695 par des libraires26, pour un prix moyen de 30 l. /an pour les échoppes et de 36 1. /an pour les ouvroirs ;

    • 27 Parmi lesquels la veuve de Louis Behourt (1632 7-1715), avec deux boutiques, Eustache Hérault (1665 (...)

    50 échoppes “autour du Palais”, dont 14 en 1695 sont tenues par 8 libraires en tout27 pour un prix moyen annuel de 20 l. ;

    • 28 Il s’agit notamment de Laurent I Besongne à nouveau, de Jean II Dumesnil (1647-1720), beau-frère du (...)

    23 autres échoppés, boutiques et ouvroirs” localisés “dans la cour du Palais et aux environs”, dont 5 sont tenus par 4 libraires28, pour un prix moyen annuel de 25 l. ;

    • 29 En l’occurrence la veuve de Jacques Herault (1628 ?-1709) et celle d’Eustache I Viret (1633-1717).

    Enfin 6 “grandes maisons basties sur la ruë aux Juifs le long de l’hostel de ville”, dont 2 sont adjugées à des libraires29, pour un prix moyen à l’année de 200 l.

43Autrement dit, au tournant du XVIIe et du XVIIIe siècle (baux de 1695 à 1701), 30 des 98 locaux loués par la ville au Palais et à proximité sont tenus par des professionnels du livre. Soit une proportion de plus de 30 % qui apparaît considérable - même si on peut supposer qu’elle fut plus importante encore un demi-siècle auparavant. Et si l’on y regarde de plus près, dans l’“enclos du Palais” proprement dit, c’est-à-dire aux emplacements les plus proches du prétoire et les plus attractifs (près des buvettes et aux degrés), ce sont 9 des 19 échoppes et ouvroirs, soit près de la moitié, qui se trouvent aux mains d’une demi-douzaine de libraires. C’est dire le rôle capital que joue la librairie dans la valorisation des espaces commerciaux du lieu.

Le reflux du XVIIIe siècle, au Palais et au-delà

44Au cours du XVIIIe siècle, si l’on en juge par les baux des échoppes louées par la ville au Palais et à l’entour (cf. tableau des implantations 1695-1779), cette importante représentation des métiers du livre tend à décroître sensiblement. Entre 1695-1701 et 1749-1755, le nombre et la proportion de libraires présents au Palais ont été divisés par 2 (de 30 sur 98 à 15 sur 98 ; soit de 30,6 % à 15,3 %). Cela dit, dans l’“enclos” lui-même, au cœur du Palais, 13 échoppes ou ouvroirs sur 30 (soit 43,3 %) sont encore occupés par des libraires en 1749-1755. Mais les autres espaces ont été progressivement désinvestis, voire désertés, par les professionnels du livre : en 1749-1755, une seule des 50 échoppes d’“autour du Palais” est encore louée à un libraire, alors que 14 l’étaient en 1695-1701.

  • 30 Il s’agit en l’espèce (en 1773-1779) d’Eustache-François Herault, de Charles Benitier, de Julien Ch (...)

45Dans les dernières années de l’Ancien Régime (tranche 1773-1779, dernier registre complet), la tendance se confirme : 15,5 % des locaux sont encore loués à des libraires, mais ils ne sont plus que 6 sur 24 (soit 25 %) dans l’enclos du Palais, là où l’on en comptait 14 (soit 58,3 %) en 1737-1743 encore. De sorte qu’en moins de 80 ans, les effectifs de libraires présents dans le périmètre curial ont été quasiment divisés par 3 (de 30 à 11). Et, au sein de ce “dernier carré”, bien peu nombreux sont les véritables libraires éditeurs qui pourraient rivaliser avec leurs grands devanciers du XVIIe siècle30.

  • 31 Sur cette protection et son étendue, cf. J.-D. Mellot, L’Édition rouennaise et ses marchés..., op. (...)

46À quoi tient donc ce reflux ? Difficile de porter sur ce point un diagnostic pleinement satisfaisant. Ce que l’on sait, en tout cas, c’est qu’il n’est nullement dû à une désaffection des élites parlementaires. Jamais au contraire la protection du parlement de Normandie à la librairie rouennaise n’a été aussi entière et efficace qu’au XVIIIe siècle31. Le premier président du parlement, devenu officiellement directeur de la Librairie pour la Normandie en 1728, à l’époque de Pontcarré père, protège ouvertement l’économie du livre à Rouen et dans la province contre les monopoles parisiens. Il acquiesce aux nombreuses contrefaçons rouennaises d’éditions parisiennes. Il n’hésite pas à délivrer des permissions tacites locales pour des ouvrages audacieux - certains fort célèbres comme l’Histoire de Charles XII de Voltaire en 1732. Il encourage et couvre la production de livrets de colportage échappant au régime légal, etc. Et la cour dans son ensemble favorise à sa porte la publication d’écrits relayant la fronde parlementaire, jansénisante souvent et anti-absolutiste à l’occasion.

47Ce n’est donc pas de ce côté qu’il faut chercher. On pourrait imaginer, en revanche, que la hausse des loyers dans l’enclos et autour du Palais est à l’origine de ce recul. De fait, en moins de 80 ans (de 1695-1701 à 1773-1779), le montant moyen des baux dans l’enclos du Palais est passé de 32 l. à 117 l., soit un quasi-quadruplement. Pour les échoppes “d’autour le Palais”, les montants n’ont fait que doubler, passant de 20 à 40 l. en moyenne. De telles augmentations auraient pu rebuter nos libraires.

48Mais il ne semble pas que ce soit la raison essentielle. Car on imaginerait, dans ce cas, les espaces libérés par la librairie investis par des commerces de luxe, ou du moins de haut de gamme, capables de faire face à des loyers élevés. Or, à partir du moment où les professions sont le plus souvent indiquées dans les registres municipaux - en gros à partir des années 1740-, on est plutôt surpris au contraire par la relative modestie des professions représentées dans ce secteur apparemment si prestigieux. Certes, dans l’enclos même, on trouve d’abord des praticiens du droit (“procureurs”, huissiers) et secondairement un graveur et un mercier - ce qui apparaît assez conforme à ce que l’on y attendrait. Mais, tout autour, les autres boutiques ou ouvroirs du Palais sont loués à des corps de métiers plutôt courants voire ordinaires. Des métiers féminins, en grande partie : rubanières, bonnetières, couturières, lingères, filassières, ravaudeuses et même grainetières. Sans oublier des professions masculines parfois assez inattendues dans un tel lieu : bonnetiers, chandeliers, tailleurs, cordonniers, savetiers, menuisiers, plâtriers, marchands de sel, ferblantiers, grainetiers, vinaigriers. Ceux que l’on y verrait plus volontiers sont en fait minoritaires : orfèvres, horlogers, lunetiers, tabletiers, maîtres écrivains.

49Il faut donc trouver des raisons plus déterminantes. En particulier la diminution générale des effectifs qui frappe les métiers du livre de façon spectaculaire, au cours du XVIIIe siècle. Cette diminution obéit à une logique de contrôle centralisé qui affecte l’imprimerie et la librairie dans tout le royaume de France. Mais à Rouen, ville de tradition corporative forte, où la “démographie des métiers du livre” a été galopante au XVIIe siècle, les résultats de cette politique malthusienne sont particulièrement criants. Entre 1700 et 1789, le nombre de maîtres appartenant à la communauté rouennaise du livre se trouve divisé par plus de 4, chutant de 129 à 30 représentants. En valeur absolue, la cause est donc clairement identifiée.

50Mais en valeur relative ? Le Palais aurait très bien pu, dans un tel contexte, maintenir sa capacité d’attraction dominante. Or la répartition topographique que permettent d’établir les listes professionnelles montre que la tendance, dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, est plutôt à un déclin graduel de la prééminence du Palais. Il est vrai qu’en 1753, dans une communauté déjà réduite à 36 membres, le Palais polarise encore 50 % des professionnels du livre en titre - soit une proportion supérieure à celles observées au XVIIe siècle. En 1768, la décrue s’est amorcée, mais un peu plus d’un tiers des maîtres (34,1 %) sont encore établis dans le voisinage du Palais. En 1789, en revanche, cela ne fait plus de doute : il ne reste plus que 6 libraires au Palais et dans les rues voisines, soit seulement 20 % de la profession.

  • 32 Cf. Arch. dép. Seine-Maritime, C 145, pièces 109-114, rôles de la capitation (1768-1772) et des vin (...)

51Et, à en croire les rôles fiscaux des vingtièmes32 pour cette date, la poignée d’imprimeurs et de libraires subsistant dans le quartier ne sont pas, loin de là, les plus dynamiques de la place de Rouen. Si l’on excepte la veuve d’Étienne-Vincent Machuel, imprimeur-libraire rue Saint-Lô, cotée à 22 l., les membres réputés les plus prospères de la communauté sont fixés dans de tout autres quartiers :

  • Robert-Jacques-Pierre Behourt (coté à 83 1.), sur le port ;

  • la veuve de Pierre-Jean-Victor Dumesnil (cotée à 57 1.), rue de la Poterne, paroisse Saint-Martin-sur-Renelle ;

  • Louis Le Boucher fils (coté à 40 1.), rue Ganterie, paroisse Saint-Laurent ;

  • Nicolas Labbey (coté à 32 1.), rue Martainville ;

  • Jean (-Baptiste) Racine (coté à 32 L), rue Ganterie, paroisse Saint-Laurent ;

  • Louis-Joseph Oursel (coté à 32 l.), rue de la Vicomté, paroisse Saint-Vincent ;

  • Jacques-Joseph (-Jean-Baptiste) Le Boullenger (coté à 32 1.), rue du Grand-Maulévrier, près du collège, paroisse Saint-Godard ;

  • la veuve de Laurent II Dumesnil (cotée à 24 L), rue de l’Écureuil, paroisse Saint-Laurent.

À la fin du XVIIIe siècle : une nouvelle topographie qui annonce les mutations révolutionnaires

52En fait, dès la fin des années 1780, d’autres quartiers ont donc pris le pas sur celui du Palais, notamment les quais, mais aussi les paroisses Saint-Laurent et Saint-Martin-sur-Renelle (avec les rues Ganterie, de l’École, de l’Écureuil, Saint-Laurent), au nord et au nord-est du Palais, qui semblent en quelque sorte prolonger, à une courte distance, le dynamisme passé de celui-ci. Dès 1768, ces deux nouveaux pôles réunis regroupent 48,8 % des professionnels, pour atteindre les 50 % en 1789.

53Dans le même temps, deux foyers historiques de la librairie rouennaise, à savoir les abords de l’archevêché et la paroisse Saint-Jean, ont vu disparaître leurs derniers libraires entre 1787 et 1789.

54Quant au quartier du collège, paroisse Saint-Godard, depuis la suppression de la Compagnie de Jésus en France, en 1764, il ne se maintient que par l’enracinement de deux dynasties d’imprimeurs-libraires vouées aux impressions scolaires et classiques : les Lallemant et les Le Boullenger.

***

55Si bien que, dans les toutes dernières années précédant la Révolution, le paysage des métiers du livre rouennais semble avoir renoué avec la dispersion qui le caractérisait au début du XVIe siècle. À ceci près que le foisonnement n’est plus - tant s’en faut - la marque de l’édition et de la librairie rouennaises. Quant à la “ville pleine” des métiers du livre du XVIIe siècle, articulée autour du Palais, elle n’est plus qu’un lointain souvenir.

56Des logiques différentes semblent avoir présidé à la nouvelle répartition des espaces du livre. Et, en premier lieu, une tendance accusée à la spécialisation. En matière d’édition, pour contrer les monopoles et privilèges parisiens sur le marché français, les imprimeurs et libraires rouennais ont en effet choisi de développer une triple production : 1/ édition de colportage, 2/ contrefaçon à grande échelle d’éditions parisiennes ou 3/ lancement de nouveautés prohibées.

57Or, pour aucune de ces nouvelles “spécialités”, la proximité du Palais ne constitue un atout. L’idéal, dans ce contexte, c’est plutôt de disposer d’emplacements discrets, spacieux et plus proches des sorties de la ville. Les petites échoppes du Palais, l’urbanisme resserré du quartier environnant, l’exposition permanente à la foule fréquentant le centre et aux regards des magistrats ne présentent sans doute plus les mêmes avantages que par le passé (où le commerce de proximité permettait la prospection d’un marché représentatif en vue d’éditions d’envergure).

58D’où l’intérêt par exemple d’être installé sur le port, où les locaux sont par ailleurs généralement moins chers, ou dans des paroisses situées un peu plus à l’écart du Palais vers le nord-est où les ateliers et les entrepôts, pour le même prix, peuvent être plus vastes (voire plus respectables, ainsi l’hôtel de Saint-Wandrille où Pierre Machuel puis Jean Racine tiennent librairie à la fin du XVIIIe siècle).

59Cela dit, le déclin du Palais doit être aussi perçu pour ce qu’il est : à savoir le symptôme d’un déclin graduel de la librairie rouennaise, que la Révolution et son Paris-centrisme vont contribuer à “faire rentrer dans le rang”. Jusqu’à la fin de l’Ancien Régime, en effet, l’édition et la librairie rouennaises étaient parvenues à maintenir leur dynamisme face à la centralisation et aux monopoles parisiens en multipliant les contrefaçons, les lancements d’ouvrages audacieux et les éditions de colportage - tout ceci avec la bienveillance voire l’encouragement du parlement de Normandie et de son premier président.

60Or, à partir de la Révolution, tous les enjeux de la nation se trouvent du jour au lendemain concentrés à Paris. Sans qu’aucun contrepoids provincial puisse désormais limiter les effets économiques de cette concentration. Les provinces disparaissent avec la création des départements début 1790, les cours souveraines en septembre 1790, les corporations en mars 1791 : toutes les structures d’Ancien Régime qui avaient permis l’essor et la résistance de l’édition et de la librairie en province, à Rouen particulièrement, se trouvent ainsi anéanties en quelques mois.

61Le provincialisme guette désormais la ville, privée de son statut de siège de parlement, et la cour de son Palais, dont l’activité était jusque-là à l’image du Palais de la Cité dans la capitale - temple des nouveautés, rendez-vous des amateurs, baromètre du marché du livre.

Reconstitution de l’ambiance du Palais au xviie siècle. Au premier plan à droite l’une des nombreuses boutiques de librairie.
R. P. Bonington, Rouen, entrée de la salle des pas perdus, Palais de justice, pl. de 1824, lithogr. Feillet
Cote Estampes : Cd 45 Rés.

62Signe des temps : en 1792, un Etat des boutiques à détruire qui sont adossées contre le palais de justice, dressé dans le cadre de la réorganisation des prisons, ne recense plus que 14 échoppes et ouvroirs situés “aux degrés” ou contre le greffe. Et, parmi ces locaux, plus aucun n’est désormais tenu par un professionnel du livre.

Les implantations de libraires au Palais d’après les baux de location de la ville. Nombre et proportion de boutiques louées par des libraires

Les implantations de libraires au Palais d’après les baux de location de la ville. Nombre et proportion de boutiques louées par des libraires

N.B. : Tous les registres n’ont pu être dépouillés ; ont été privilégiées les dates extrêmes (1695-1701 et 1773-1779) et médianes (1737 à 1755) dans la série disponible.

Évolution de la répartition topographique des maîtres imprimeurs, libraires ou relieurs de Rouen au XVIIe siècle

en 1600

en 1640

en 1670

en 1700

Nb total de maîtres (“maîtres à gages” inclus)

71

145

167

129

Palais et alentours (rue aux Juifs, rue St-Lô, rue du Bec, Poterne...)

21
(29,5 %)

46
(31,7 %)

64
(38,3 %)

48
(37,2 %)

Collège des Jésuites, paroisse Saint-Godard

0

14
(9,6 %)

19
(11,3 %)

10
(7,7 %)

Paroisse Saint-Jean, rue Écuyère

9
(12,6 %)

20
(13,8 %)

27
(16,1 %)

15
(11,6 %)

Portail des Libraires, archevêché

12
(16,9 %)

13
(8.9 %)

10
(6 %)

11
(8,5 %)

Autres (quais, Saint-Maclou, etc.)

11
(15,5 %)

17
(11,7 %)

22
(13,1 %)

21
(16,2 %) dont quais : 10

Adresses inconnues

18
(25,3 %)

35
(24,1 %)

25
(14,9 %)

23
(17,8 %)

Évolution de la répartition topographique des maîtres imprimeurs, libraires ou relieurs de Rouen au XVIIIe siècle

Évolution de la répartition topographique des maîtres imprimeurs, libraires ou relieurs de Rouen au XVIIIe siècle

Notes

1 Avec la parution de deux importants ouvrages commémorant le Ve centenaire du parlement de Normandie : Élisabeth Caude, Le Parlement de Normandie, Ve centenaire du palais de justice de Rouen, 1499-1999, [Rouen, 1999] ; et Du Parlement de Normandie à la cour d’appel de Rouen, 1499-1999, sous la dir. de Nicolas Plantrou, Rouen, Association du Palais du Parlement de Normandie, 1999.

2 Jean-Dominique Mellot, L’Édition rouennaise et ses marchés (v. 1600 - v. 1730) : dynamisme provincial et centralisme parisien, Paris, Ecole des chartes, 1998 (diff. Paris, H. Champion ; Genève, Droz) ; et, du même, “Un exemple de pouvoir : le Parlement et la librairie”, dans Du Parlement de Normandie..., op. cit., p. 222-242.

3 Un premier effort de définition préside à l’arrêt du Conseil du 24 octobre 1643, qui fait tenir l’étendue de l’Université entre la porte Saint-Bernard et la porte de Nesle (la tentative d’application intégrale de cet arrêt donnera d’ailleurs lieu à la première grande enquête sur les imprimeries parisiennes, au début de l’année 1644). Puis un autre arrêt du 10 février 1665 précise tout en débordant ce cadre : “depuis les rues de la Bûcherie, de la Huchette […], jusqu’aux portes Saint Michel, Saint Jacques, Saint Marcel, Saint Victor, ou dans l’enclos du Palais seulement”,

4 [Claude-Marin Saugrain,] Code de la librairie et imprimerie de Paris, ou Conférence du règlement arrêté au Conseil d’État du Roy le 28 février 1723, et rendu commun pour tout le royaume, par arrêt du Conseil d’État du 24 mars 1744..., Paris, aux dépens de la communauté, 1744, p. 97 sqq.

5 Voir à ce propos Sabine Juratic, “Le commerce du livre à Paris à la veille de la Révolution”, Le Commerce de la librairie en France au XIXe siècle, 1789-1914, sous la dir. de J.-Y. Mollier, Paris, IMEC éditions - éd. de la Maison des sciences de l’Homme, 1997, p. 19-26, notamment p. 23-25.

6 Sur le cas de Lyon, voir l’article “Lyon” du Dictionnaire encyclopédique du livre, sous la dir. de P. Fouché, D. Péchoin, P. Schuwer et sous la responsabilité scientifique de J.-D. Mellot, A. Nave et M. Poulain, article dû à D. Varry, Paris, éd. du Cercle de la Librairie, t. 11 (à paraître en 2004).

7 Charles de Beaurepaire, “Les boutiques du portail des Libraires”, Bulletin de la Commission des antiquités de la Seine-Inférieure, t. XIII, 1903 à 1905, Rouen, 1906, p. 391-408, et “Les boutiques du portail des Libraires”, Derniers mélanges historiques et archéologiques concernant le département de Seine-Inférieure et plus spécialement la ville de Rouen, Rouen, impr. E. Cagniard, 1909, p. 161-177 (même texte). Cet auteur relève au portail le premier exemple de libraire et “écrivain” en 1406 (Jean Boivin ou Boyvin), de “lieur de livres” en 1409 (Guillaume Martin) puis en 1434 (Jean Auber). Il signale également qu’en 1438, Nicolas Coquet et Jean Faudemer étant qualifiés de “libraires jurés”, il semble bien que les libraires aient déjà été organisés en communauté de métier.

8 Isabelle Delaunay, “Le manuscrit enluminé à Rouen au temps du cardinal Georges d’Amboise : l’œuvre de Robert Boyvin et de Jean Serpin”, Annales de Normandie, 45° année, no 3, sept. 1995, p. 211-244, notamment p. 216-217 (à propos de la famille des libraires, “écrivains” et enlumineurs Boyvin).

9 Valérie Neveu, dans le cadre de son travail sur les incunables rouennais, a dépouillé les comptes de fabrique de la cathédrale, où ont été enregistrés les baux de location des échoppes du portail (Archives départementales de la Seine-Maritime, G 2510-2529 pour les années 1479/1480 à 1525/1526). Nous tenons à la remercier d’avoir mis le produit de ses dépouillements à notre disposition pour la présente contribution.

10 Sylvain Skora, Les Libraires-imprimeurs de Rouen (vers 1550 – vers 1630). mémoire de maîtrise d’histoire, université de Rouen, 2001-2002, dactylogr.

11 I. Delaunay, art. cit., p. 216-217, et les dépouillements de V. Neveu, qui attestent la présence à partir de 1488/1489 de l’orfèvre Cardinot Le François et à partir de 1497/1498 de la “broderesse” Jehenne Rouvet ou Rounet.

12 S. Skora, op. cit., annexe 7, p. 154.

13 Cf. Léon de Laborde, Étude sur la bibliothèque de la cathédrale de Rouen, le portail des Libraires, les commencements de l’imprimerie à Rouen. Textes et notes revus par M. le chanoine Porée et M. l’abbé F. Blanquart, Paris, H. Leclerc, 1919. Le chapitre décide, malgré les plaintes des vendeurs de manuscrits, que les marchands de livres imprimés ne seront point expulsés, attendu qu’ils vendent des “livres très bons et utiles” (“peroptimos et utiles”). Cf. le texte original (Arch. dép. Seine-Maritime, G 2142), signalé par V. Neveu.

14 Cf. Pierre Le Verdier, L’Atelier de Guillaume Le Talleur, premier imprimeur rouennais : histoire et bibliographie, Rouen, A. Lainé, 1916, et Édouard-Benjamin Frère, De l’imprimerie et de la librairie à Rouen dans les XVe et XVIe siècles, et de Martin Morin, célèbre imprimeur rouennais, Rouen, A. Le Brument, 1843.

15 Alain-R. GIRARD, “Les incunables rouennais : imprimerie et culture au XVe siècle”, Revue française d’histoire du livre, no 53, oct.-déc. 1986, p. 463-525, et Pierre Aquilon, Bibliographie normande. Bibliographie des ouvrages imprimés à Caen et à Rouen au XVIe siècle, fasc. 8, 14, 22, 27 et 5, 6, 7 hors série de la Bibliotheca bibliographica Aureliana. Répertoire bibliographique des livres imprimés en France au XVe siècle, Baden-Baden, Koerner, 1968

16 Édouard-Hippolyte Gosselin, Glanes historiques normandes à travers les XVe, XVe, XVIIe et XVIIIe siècles. Documents inédits, Rouen, impr. de E. Cagniard, 1869, notamment p. 64-97. La répartition des principales paroisses peuplées d’imprimeurs ou de libraires entre 1500 et 1540 s’effectue d’après ces “glanes” comme suit : 21 paroisse Saint-Maclou, 16 paroisse Saint-Nicolas (abords de la cathédrale), 12 paroisse Saint-Vivien, 10 paroisse Sainte-Croix-Saint-Ouen, 7 paroisse Saint-Laurent, 6 paroisse Saint-Lô et 6 paroisse Saint-Jean, 5 paroisse Saint-Godard.

17 É.-H. Gosselin, Glanes historiques..., op. cit., p. 93.

18 Philip Benedict, Rouen under the Wars of Religion, Cambridge - London - New York, Cambridge University Press, 1981.

19 Archives communales antérieures à 1790. Registre des délibérations, Rouen, 1877, année 1568. Cité par S. Skora, op. cit., p. 13.

20 Amable Floquet, Histoire du parlement de Normandie, Rouen, É. Frère, 1840-1842, 7 vol., t. III, 1842, p. 61.

21 Il s’agit de Jean Joron, paroisse Saint-Pierre-l’Honoré, d’Olivier Avenel, rue Écuyère, de Robert et Pierre Dugord, “près des Trois Cygnes”, plus un dernier dont on ne connaît pas le nom. Cf. S. Skora, op. cit., p. 13, et Émile Lesens, “Liste des imprimeurs et libraires protestants rouennais”, Bulletin de la Société de l’histoire du protestantisme français, 1887, p. 331-336.

22 Entre 1600 et 1670, sur 651 maîtres, compagnons et apprentis recensés à Rouen, 82 (soit environ 12,6 %) font profession de la RPR (Religion Prétendue Réformée), particulièrement bien représentés en certaines spécialités : ainsi, entre 1640 et 1650, 40 % parmi les libraires éditeurs, 22,5 % parmi les imprimeurs, 16 % parmi les compagnons, 15 % parmi les imprimeurs-libraires, 10,2 % parmi les libraires, 10 % parmi les maîtres à gages (maîtres non établis) et presque 0 % chez les relieurs, les libraires-relieurs et les étalants.

23 Il s’agit de Jean Hellot, François Du Castel, Samson Vaultier et Marie Petit (2 échoppes). Cf. S. Skora, op. cit., p. 154, d’après Arch. dép. Seine-Maritime, G 2609.

24 C. de Beaurepaire, “Les boutiques du portail des Libraires”, Derniers mélanges..., art. cit., p. 161.

25 Bibliothèque municipale de Rouen, Arch. mun. de Rouen, II, 9 registres de 1695 à 1790.

26 Notamment Laurent I Besongne (1646-1724), “sous la galerie au bas de l’escalier”, distributeur attitré des gazettes, François III Vaultier (1668-1719), “à la seconde boutique du côté des buvettes”, et Claude II Jore (1668-1736), “au bas des degrez”. On découvre dans ces registres, à la date du 9 décembre 1700, la trace des mesures qui ont préludé à la construction de l’aile de la seconde chambre des enquêtes du parlement : “Les deux ouvroirs [...] occupez par [le libraire] Laurens Machuel ayant esté démolis pour servir à la construction du nouveau bastiment du Palais en execution de l’arresté du bureau du 8. juin dernier [...] led. Machuel est déchargé des loyers desd. ouvroirs... ”

27 Parmi lesquels la veuve de Louis Behourt (1632 7-1715), avec deux boutiques, Eustache Hérault (1665-1719), qui en tient trois au même endroit, la veuve d’Eustache I Viret (1633-1717) et son fils Eustache II (1659-1736), imprimeurs-libraires.

28 Il s’agit notamment de Laurent I Besongne à nouveau, de Jean II Dumesnil (1647-1720), beau-frère du peintre Jean Jouvenet, auteur du fameux Triomphe de la Justice qui précisément décore le Palais, et d’Abraham I Lucas (1654-1719 ?).

29 En l’occurrence la veuve de Jacques Herault (1628 ?-1709) et celle d’Eustache I Viret (1633-1717).

30 Il s’agit en l’espèce (en 1773-1779) d’Eustache-François Herault, de Charles Benitier, de Julien Chesneau (ces trois libraires pour 3 des 6 “grandes maisons” sises rue aux Juifs, le long de l’hôtel de ville) ; de Pierre Ferrand (2 boutiques près la Chancellerie) ; de Nicolas Besongne, d’Eustache-François Herault (à nouveau), de la veuve de Jacques Fouques, de Guillaume-Louis Le Boucher, de Charles Ferrand, de Catherine Herault, femme de Claude-François Jore (libraire destitué). Or, si l’on excepte Guillaume-Louis Le Boucher et accessoirement Nicolas Besongne et la “dame Jore”, aucun de ces libraires n’a véritablement fait œuvre d’éditeur.

31 Sur cette protection et son étendue, cf. J.-D. Mellot, L’Édition rouennaise et ses marchés..., op. cit., notamment p. 599-602, et, du même, “Un exemple de pouvoir... ”, art. cit., en particulier p. 240-242.

32 Cf. Arch. dép. Seine-Maritime, C 145, pièces 109-114, rôles de la capitation (1768-1772) et des vingtièmes de l’industrie (1787 et 1789) imposés à la communauté des imprimeurs et libraires de Rouen.

Table des illustrations

Légende Reconstitution de l’ambiance du Palais au xviie siècle. Au premier plan à droite l’une des nombreuses boutiques de librairie.R. P. Bonington, Rouen, entrée de la salle des pas perdus, Palais de justice, pl. de 1824, lithogr. FeilletCote Estampes : Cd 45 Rés.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7316/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 360k
Titre Les implantations de libraires au Palais d’après les baux de location de la ville. Nombre et proportion de boutiques louées par des libraires
Légende N.B. : Tous les registres n’ont pu être dépouillés ; ont été privilégiées les dates extrêmes (1695-1701 et 1773-1779) et médianes (1737 à 1755) dans la série disponible.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7316/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7316/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 480k
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7316/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Évolution de la répartition topographique des maîtres imprimeurs, libraires ou relieurs de Rouen au XVIIIe siècle
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7316/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 67k

Auteur

Conservateur en chef à la Bibliothèque nationale de France

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540