Version classiqueVersion mobile

Les Parlements et la vie de la cité (xvie-xviiie siècle)

 | 
Yves Sassier
, 
Olivier Chaline

La mobilisation du Parlement et de la municipalité de Rouen face aux épidémies de peste, XVIe-XVIIe siècles

Virginie Lesage

Texte intégral

1La peste, de tous les fléaux subis par les populations du Moyen Age et d’Ancien Régime, est certainement celui qui a marqué le plus cruellement les mentalités.

  • 1 Ce bacille de la peste, Yersinia Pestis, doit son nom à Alexandre Yersin qui l’isola en 1894. Nous (...)

2La peste, due au bacille de Yersin1, est transmise à l’homme par une piqûre de la puce du rat noir. Ce rat, vecteur de la maladie, généralement sédentaire, apprécie particulièrement le bois, les greniers ou les bateaux. Les puces qu’il véhicule pondent leurs œufs dans la poussière ou les fentes du bois et les œufs éclosent lorsque les conditions climatiques idéales sont réunies ; une température entre 15 et 20° et une hygrométrie élevée.

3Rouen, par sa situation climatique et géographique, était exposée à ces épidémies récurrentes. La température y est douce et l’humidité pratiquement constante. La ville est effectivement exposée aux vents d’Ouest chargés de cette humidité et par ailleurs abritée par les collines des vents du Nord qui pourraient l'assécher. La proximité de la mer, des forêts et le passage de la Seine ne peuvent qu’aggraver la situation.

4Il faut ajouter à ces facteurs climatiques, un urbanisme conçu de façon malheureuse : les rues étroites, les encorbellements retiennent l’humidité ambiante ; les maisons à pans de bois sont des lieux de ponte privilégiés pour les puces du rat, de même que les bateaux du port de commerce.

5Enfin le commerce lui-même, les liaisons avec d’autres ports favorisent la transmission de la maladie. (Ainsi, en 1348, la grande Peste Noire arrive à Rouen par voie maritime avant de redescendre sur Paris ; très souvent les cas de peste rouennais sont contemporains des pestes qui sévissent à Bordeaux ou à Londres). Le commerce avec la Flandre a lui aussi parfois eu des conséquences fatales.

  • 2 F. Farin, Histoire de la ville de Rouen, Rouen, 1738.

6Rouen connaît donc de nombreuses épidémies de peste tout au long du Moyen Age et jusqu’en 1669, date de la dernière poussée pesteuse. Mais les documents sont assez maigres avant le XVIe siècle et les registres du Parlement ne permettent une étude raisonnable qu’à partir de cette date. Si ces épidémies ne présentent pas toutes le même degré de gravité, la même ampleur ni par conséquent la même mortalité, la même psychose reste perceptible. Farin, dans son Histoire de la ville de Rouen2, évoquant la peste de 1669 qui pourtant n’a pas été la plus meurtrière dresse un tableau pathétique : “la communication était si contagieuse qu’on expirait en se regardant Quelle que soit l’ampleur de l’épidémie, la peste est toujours envisagée avec gravité et toutes les autorités se mobilisent pour circonscrire puis tenter d’éradiquer l’épidémie.

  • 3 F. Grandpierre, “L’organisation interne”, Du Parlement de Normandie à la Cour d’appel de Rouen, 149 (...)

7A cette occasion, le Parlement et la municipalité de Rouen joignent leurs efforts. Ils apparaissent ensemble, à côté de bourgeois, religieux de l’Hôtel-Dieu, curés et médecins au sein d’organismes mis spécialement en place au moment des poussées pesteuses : le bureau de santé ou service de santé puis à partir de 1622 la chambre de santé3. A travers quelques épidémies de peste mentionnées dans les registres secrets du Parlement, nous allons voir le processus mis en place par les autorités pour, à partir du moment où elles sont informées, évaluer le mal et prendre les mesures, de concert, pour l’éradiquer.

  • 4 ADSM, 1 B 140, f° 44 v°, 24 fév. 1617 : Le Parlement “avoit eu advis que à Evreux mesme en quelques (...)

8La cour est parfois informée d’un cas de peste par la rumeur publique. Le Parlement est également attentif aux signes de maladie dans les régions circonvoisines4, mais généralement les conseillers du Parlement sont avisés d’un risque de peste par le lieutenant général civil du bailliage qui, dans ce domaine, se révèle être le principal interlocuteur de la cour et un agent de liaison efficace entre le Parlement et la municipalité.

  • 5 ADSM, 1 B 119, f° 76 v°, 21 janv. 1602.
  • 6 ADSM, 1 B 121, f° 137 r°, 7 mai 1602.

9Le 21 janvier 1602 par exemple, le premier président assemble les chambres après l’avis qu’il a reçu du lieutenant général du bailli de Rouen “que l’on est menassé de pestillence” et qu’il y a déjà quelques maisons infestées5. En mai de la même année, le lieutenant général informe à nouveau la cour qu’une certaine maladie commence à arriver “qui est comme rougeole,... des malades... sont couvertz comme de pustules ressemblantz le pourpre et marques pestilentielles”6. Le lieutenant du bailli informe parfois dans un premier temps les gens du roi qui prennent le relais et informent à leur tour la cour.

  • 7 ADSM, 1B 184, P 112 v°, 8 janv. 1650.

10Tout au long de l’épidémie le lieutenant civil du bailliage (lieutenant général ou particulier) sera sollicité par la compagnie pour qu’il la tienne informée de la progression du mal : en janvier 1650, alors que la maladie sévit depuis l’automne précédant, la cour a fait mander le lieutenant particulier civil “pour entendre l’estat de la ville en ce qui est de la maladie contagieuse”7

  • 8 ADSM, 1B 103, f° 92 v°, 30 mars 1593.
  • 9 ADSM, 1B 121, f° 137 r°, 7 mai 1602.

11Le lieutenant général a ses propres informateurs, les enquêteurs, chargés de frapper à toutes les portes à la recherche des malades ou des morts : en mars 1593, le lieutenant apprend par le rapport de ses enquêteurs “que la maladie de peste est de beaucoup augmentée en ceste ville depuys quelques jours”8. Par ailleurs le lieutenant n’hésite pas à consulter lui-même les médecins9

12A peine la cour est-elle prévenue d’un cas de peste, qu’elle fait venir les représentants des échevins pour que la municipalité soit informée elle aussi de l’épidémie et surtout pour qu’elle prenne les mesures nécessaires à l’éradication de la maladie. Le 30 octobre 1592, “ont esté mandé et faictz entrez les conseillers eschevins de l’hostel commun de ceste ville”, pour que l’avocat du roi leur expose la situation.

  • 10 ADSM, 1B 101, P 266 v°, 30 oct. 1592.

13Tous les protagonistes informés de la situation, il s’agit désormais de faire face à l’épidémie. Face à l’urgente nécessité, le lieutenant du bailli a déjà pu prendre quelques mesures. C’est le cas en 1592 ; le lieutenant général civil a fait “quelques règlements et ordonnances pour pourvoir et remédier à la maladie et contagion de peste qui depuys quelques jours est augmentée en plusieurs maisons de ceste ville”10. Mais le plus souvent le lieutenant se contente d’informer et le Parlement et les échevins se concertent pour trouver les mesures efficaces.

  • 11 ADSM, 1B 103, f°91 v°, 29 mars 1593.
  • 12 ADSM, 1B 103, P 93 v°, 30 mars 1593.

14Les réunions de travail et d’information se succèdent parfois de façon très rapprochée. Ainsi en mars 1593, après avoir entendu l’exposé de la situation par le lieutenant civil du bailli, la cour “a enjoinct audict Ledoux lieutenant venir demain sept heures de matin céans et y faire venir le substitut dudit procureur général ensemble les eschevins de ladite ville pour, eulx ouys, estre ordonné ce qu’il appartiendra”11. La réunion de travail se déroule effectivement dans l’enceinte du palais du Parlement le lendemain dès sept heures du matin ; la situation est grave, il est impératif d’agir rapidement. La cour ordonne par conséquent une nouvelle réunion de travail qui devra permettre de prendre des mesures efficaces. Elle se tiendra le jour même à 14 heures et cette fois-ci “en l’hostel commun de la ville”12. La réunion mêle étroitement le Parlement et la municipalité. Elle a lieu à l’hôtel de ville mais elle est présidée par deux conseillers du Parlement commis et députés pour l’occasion. Elle compte l’ensemble des échevins et 24 membres du Parlement, auxquels s’ajoutent 12 notables bourgeois et les médecins de la ville. La cour exige qu’un rapport de cette réunion de travail lui soit fait dès le lendemain matin.

  • 13 ADSM, IB 103, P 96 v°, 31 mars 1593.

15Le lendemain, les deux conseillers départis lisent à la cour le procès verbal de l’assemblée13. La cour est alors en mesure de délibérer et d’arrêter les mesures nécessaires à la sauvegarde de la ville.

  • 14 ADSM, IB 119, P 76 v°, 21 janv. 1602.
  • 15 ADSM, 1B 119, P 77 r°, 21 janv. 1602.

16En 1602 la maladie réapparaît ; le 8 janvier, la cour est prévenue qu’un cas mortel a été signalé dans la maison d’un boucher. Le 21 janvier plusieurs maisons sont déjà infestées. Le premier président du Parlement assemble alors les chambres pour étudier les mesures à prendre pour dit-il “la conservation de la santé de ceste ville”14. Il charge l’un de ses conseillers, monsieur de Halley d’organiser chez lui, dès le lendemain, une assemblée qui réunira tous les membres de la compagnie, le lieutenant général du bailli et les échevins de la ville. Le premier président demande à chacun de dresser un mémoire des mesures à prendre15. Cette fois-ci membres du Parlement et membres de la municipalité prennent le temps de la réflexion et travaillent ensemble pendant huit jours et le 28 janvier monsieur de Halley est en mesure d’exposer devant la cour les avis des différents membres de l’assemblée de travail.

  • 16 ADSM, 1B 184, P 103 r°, 20 déc. 1649.

17L’assemblée se tient parfois chez l’un des présidents du Parlement. Ces assemblées sont plus ou moins nombreuses. En décembre 164916, étaient présents, outres les conseillers du Parlement, les gens du roi, les échevins et des bourgeois, le lieutenant du bailli et le lieutenant du vicomte de Rouen. C’est donc toujours un travail commun du Parlement et de la municipalité pour imaginer les mesures nécessaires pour faire face à la maladie.

18Les mesures qui résultent de ces assemblées de travail sont de deux ordres. Il faut bien sûr prendre des mesures immédiates pour enrayer l’épidémie qui sévit et soulager les malades ; mais il faut aussi prendre des mesures préventives dont les effets à plus long terme devront éviter toute récidive pesteuse.

19Dans un premier temps, il faut prendre des mesures immédiates, avant tout agir vite et éviter la propagation de la contagion.

  • 17 ADSM, IB 184, fi 113 v°, 8 janv. 1650 : Le lieutenant du bailli interrogé sur l’état de la ville fa (...)

20Deux critères entrent en ligne de compte dans l’appréhension de la maladie. On considère d’une part que la peste est due à la constitution viciée de l’air et d’autre part que la contagion se répand par “communication”17. Les deux moyens essentiels de lutte contre la propagation de la maladie sont donc d’une part, la technique de l’évent, c’est-à-dire de l’aération, l’assainissement de l’air ; évent des maisons, des meubles ou des navires et d’autre part, l’isolement des malades et de ceux qui ont été en contact avec eux et la fermeture des maisons infectées.

21Dans la lutte contre la maladie trois lieux étaient donc indispensables : un lieu pour l’évent qu’il a été assez facile de mettre en place, un lieu pour la quarantaine et un lieu de santé pour les malades de la contagion dont la mise en place a été beaucoup plus laborieuse parce que si la volonté de chacun est d’enrayer au plus vite l’épidémie, la préoccupation des échevins est aussi financière.

  • 18 ADSM, IB 101,f° 267 v°, 30 oct. 1592.
  • 19 Sur la ferme du Grand Aulnay, cf. L. Dubreuil, “la ferme du Grand Aulnay”, Bulletin des amis des mo (...)

22Un lieu pour l’évent, c’est ce que réclame le lieutenant du bailliage en 1592. Il affirme qu’il est indispensable que les échevins prévoient un lieu où les meubles des maisons infectées pourraient être éventés. Les échevins sont entendus par la cour ; ils ont, disent-ils, trouvé “une isles quilz ont faict accomoder” pour éventer les meubles des maisons pestiférées18. Dès 1593, le problème du lieu de l’évent sera définitivement réglé ; les échevins l’ont établi dans la ferme du grand Aulnay19.

  • 20 ADSM, 1B 184, f° 113 r°, 8 janv. 1650.
  • 21 ADSM, 1B 184, fi 113 r°, 8 janv. 1650.
  • 22 ADSM, 1B 184, f° 192 r°, 12 mars 1650.
  • 23 ADSM, IB 119, f° 61 v°, 8 janv. 1602.

23Pourtant la population menacée par le fléau a parfois du mal à se plier aux mesures concernant l’évent. Un enquêteur signale une maison infectée par la faute de la maîtresse des lieux qui avait refusé que l’on évente une chambre20. Alors que l’air est assaini, les vêtements des malades sont souvent vecteurs de la maladie ; aux dires du lieutenant civil du bailli ils sont cause de la récidive pesteuse de janvier 165 021. Le même lieutenant est appelé en mars suivant devant la cour pour exposer l’état de la ville et tenter d’expliquer “dou lon trouve que provient la continuation de ce mal veu que l’air nest point vicié” ; une nouvelle fois il ne peut que répondre “que le mal vient du transport des meubles et hardes”22. En 1602 déjà alors qu’un premier cas de peste était décelé dans la ville, le Parlement ordonnait d’empêcher par tous moyens “la communication des habittz”23.

  • 24 ADSM, 1B 184, f° 113 v°, 8 janv. 1650.

24Le lieutenant civil se lamente de ne pouvoir empêcher la contagion “a cause que le peuple y obvie et ne séloigne du mal, les voisins mesmes empeschans que les maisons affligées demeurent croisées ny cadenacées”24. La peine est pourtant lourde : main coupée ou peine de mort.

25Pour empêcher que le mal n’augmente un lieu de santé pour isoler les pestiférés ainsi qu’un lieu pour mettre en quarantaine ceux qui ont été à leur contact sont évidemment essentiels. Mais le coût de tels lieux envenime souvent les relations Parlement/Municipalité.

26Pour le lieu de quarantaine par exemple. Pour éviter la contagion, il est nécessaire d’isoler les personnes qui sortent des maisons infectées. En 1592, le Parlement enjoint aux échevins de leur trouver un lieu commode. Les échevins sur ce point font la sourde oreille. Ils renvoient le lieutenant général civil vers les gouverneurs de l’Hôtel-Dieu à qui il appartient, selon les échevins, de traiter le problème, d’autant qu’ils ont des moyens financiers provenant de la vente de matériaux. Les administrateurs de l’hôtel-Dieu réfutent cette allégation et dénient avoir le moindre denier à consacrer au problème. Le Parlement ordonne aux échevins de prévoir un lieu pour y mettre en quarantaine les personnes saines qui sortent des maisons infectées pour éviter la contagion.

27Le problème financier se fait plus aigu encore lorsqu’il s’agit de prévoir un lieu de soin pour les malades.

  • 25 Dr. G. Panel, Préoccupation municipale pour l’hygiène et ta santé publique à Rouen de 1389 à 1870, (...)

28Lors de l’épidémie qui sévit de 1518 à 1523, on parle pour la première fois d’un hôpital de la contagion25. Mais en 1580 encore, les échevins décident que les malades de la peste seraient conduits dans un lieu de Santé, porte cauchoise, qui accueillait depuis quelques temps les convalescents de l’Hôtel-Dieu. Ça n’est donc pas un lieu spécifique à la peste ; différents types de malades s’y trouvent confondus.

29Le souci d’un tel lieu spécifique à la peste revient de façon récurrente dans les registres du Parlement. En octobre 1592, le lieutenant général du bailli prend l’initiative de l’isolement des personnes malades et demande à la cour de prévoir une prison où enfermer les contrevenants à sa réglementation, avec un concierge pour fournir le pain et la bière aux prisonniers. La cour répond “attendu l’urgente nécessité” à toutes les demandes du lieutenant général et ordonne aux échevins de fournir une maison-prison pour les pestiférés qui ne s’isolent pas au lieu de Santé, le tout sur les deniers de la ville.

  • 26 ADSM, IB 101, P 274 v°, 31 oct. 1592.

30Il est fort probable que les échevins se montrent pour le moins réticents face à cette charge financière importante puisque la cour prévoit pour le retard des échevins d’“arrester et prendre les premiers et plus clairs deniers des revenus et impostz de ladite ville”26

  • 27 ADSM, 1B 103, f° 91 r°, 29 mars 1593.
  • 28 ADSM, IB 103, f° 91 v°, 29 mars 1592.
  • 29 ADSM, IB 103, f° 96 v°, 31 mars 1593.
  • 30 ADSM, IB 103, f° 96 v°, 31 mars 1593.

31En mars 1593, le lieutenant général civil du bailli alerte à nouveau le Parlement : “la contagion, dit-il... pulluloyt fort en ceste ville”27. Ses inquiétudes et ses demandes sont les mêmes que cinq mois plus tôt. Le procureur du roi rappelle que la situation a déjà été réglée. Or les sollicitations du lieutenant auprès des échevins pour isoler les malades sont restées vaines. Le procureur général du roi exige alors que tous les revenus de la ville soient arrêtés jusqu’à complète exécution de l’arrêt ; il sait dit-il “que la ville a du revenu plus que suffisant pour satisfaire au contenu [de cet arrêt]”28. Une nouvelle assemblée de travail est décidée par le président du Parlement à l’issue de laquelle, la cour enjoint aux échevins de “faire promptement accomoder au lieu de santé loges nécessaires pour y retirer et meltre les infectez de ladite contagion”29. Si les échevins ne se soumettaient pas à la décision, le lieutenant devrait faire aménager ces loges lui-même et arrêter les deniers de la ville pour ce faire. Pour clore ce débat financier, la cour envoie un huissier chercher le receveur des deniers commis de la ville pour “apporter par devers la court les papiers joumaulx de la recepte et despense faite”30

  • 31 Supplique de sœur Romaine Martin, “coucheresse” de la Madeleine, A.D.S.M., H.D., série A, no 25.

32En 1619, lorsque la peste surgit à nouveau, aucun lieu spécifique ne peut encore accueillir les pestiférés. L'année suivante, la peste progresse avec une telle violence que le lieu de santé se trouve complètement saturé. L’une des sœurs qui officie au sein de l’établissement adresse une supplique au Parlement pour que les malades soient traités chez eux “il y avait 4 à 5 pestiférés à chaque lit”31

33Pour pallier le manque de place on fit construire de nouvelles loges pour y placer les malades ; elles s’avérèrent vite insuffisantes.

34En 1654 enfin, une assemblée qui réunissait le premier président du Parlement, des députés des différentes compagnies souveraines, les commissaires ordinaires du bureau de santé, les députés des échevins de la ville et ceux des administrateurs de l’Hôtel-Dieu décide la construction de deux grands bâtiments. L’un accueillerait comme avant les convalescents de l’Hôtel-Dieu, l’autre accueillerait spécialement les malades de la peste.

35Le 11 mars 1654, le duc de Longueville posait la première pierre de l’hôpital saint Louis ; le 27 mars suivant, le premier président du Parlement Faucon de Ris posait la première pierre de l’hôpital saint Roch, patron des pestiférés, dont la famille du premier président descendait selon Farin. Malheureusement, les bâtiments ne serviront jamais aux pestiférés.

  • 32 ADSM, 1B 184, f° 113 r°-v°, 8 janv. 1650.
  • 33 ADSM, IB 184, f° 113 v°, 8 janvier 1650 : “Il avoit creu pour éviter a tout péril et que le monde n (...)

36Une ultime mesure est prise pour éviter la propagation de la maladie : la séparation des malades même dans la mort. Les victimes de la peste sont ensevelies au cimetière Saint-Maur et non au cimetière Saint-Maclou. Dans le doute de la cause de la mort, en période d’épidémie, le corps doit être porté au cimetière des pestiférés32. Le Parlement exige que l’enterrement ait lieu de nuit et ne manque pas de rappeler à l’ordre le lieutenant qui contrevient à ce règlement. C’est, explique-t-il, la crainte de la contamination qui l’a fait agir dans l’urgence33.

37Isoler les malades pour éviter la propagation de la maladie est une chose ; les soigner ou plus exactement tenter de les soulager en est une autre.

38Là encore, Parlement et échevins interviennent ensemble. Ainsi pour la nomination d’un médecin de la peste.

  • 34 ADSM, IB 184, P 5 v°, 1 sept. 1649.

39En 1649, Buise, médecin présente des signes de fatigue. Les échevins sollicitent alors les médecins de la ville pour qu’ils leur désignent un collègue susceptible d’aider le prêtre chargé d’assister et de consoler les malades. Buise décède sans qu’aucun médecin ne se soit porté volontaire. Les échevins nomment alors d’office un médecin que la cour écarte “car il est de la religion prétendue réformée”34. On charge alors les médecins de la ville de prendre contact avec le doyen des médecins de la faculté de Paris pour qu’il envoie un médecin non seulement capable d’assister les malades, mais encore de confession catholique.

  • 35 ADSM, IB 184, P 103 r°, 20 déc. 1649.

40Parlement et échevins interviennent encore ensemble lorsqu’il s’agit d’apprécier un nouveau remède contre la contagion. Ainsi en décembre 1649, alors que l’épidémie devient particulièrement sévère, une assemblée particulièrement large, composée entre autres de conseillers et d’échevins, se réunit chez le premier président pour savoir si l’on pouvait permettre à un religieux cordelier d’administrer de nouveaux remèdes aux malades avec, et les échevins ne peuvent rester insensibles à cet argument, “beaucoup moins de dépens”35.

  • 36 J de Lamperiere, Traité de la peste, de ses causes et de la cure, Rouen, 1620.
  • 37 E. Plantrou, La peste à Rouen (1348-1669), thèse de médecine, Rouen, 1980.

41Le lieutenant du bailli atteste des résultats spectaculaires obtenus par le religieux à Meaux, à Chartres, au Mans et plus près de nous à Darnétal. Par ailleurs, le Parlement s’est assuré du sérieux des remèdes du cordelier. La cour lui a vraisemblablement demandé de discuter de ses remèdes avec l’illustre médecin rouennais, de Lamperière, en présence des conseillers du Parlement (de Lamperière qui dans son “Traité de la Peste... ”36, préconisait pour guérir le malade d’appliquer sur son cœur un pigeon macéré dans du jus de citron ; remède hautement plus efficace selon lui que celui de son détesté confrère, Jouysse, qui conseillait d’avaler des pierres précieuses !)37.

  • 38 ADSM, 1 B 184, f° 187 r°-v°, 9 mars 1650.

42Les deux préoccupations, sanitaire et économique, sont mises en avant dans la décision prise par le Parlement. La tentative sera malheureusement un échec. La peste fera une nouvelle poussée et il faudra à nouveau trouver des fonds pour subvenir aux besoins financiers du lieu de santé. La situation financière de la ville est bien différente de celle de 1593 et le Parlement sait que la municipalité n’a aucun fonds à lui consacrer ; il décide alors de participer financièrement à l’entretien du lieu et à la subvention des indigents malades “en donnant ce qui peut provenir de la réception des officiers” ; il espère ainsi donner l’exemple aux autres compagnies38.

43A côté de ces mesures prises directement contre la peste, alors que la maladie sévit et décime la ville, Parlement et municipalité réfléchissent aux moyens d’éviter toute récidive du fléau. Des mesures de police sanitaire sont prises par le Parlement, qu’il est parfois difficile de faire exécuter par une municipalité soucieuse encore une fois de ses intérêts financiers.

44Les mesures ordonnées sont sans cesse répétées, ce qui montre qu’elles sont difficilement appliquées. Le Parlement rappelle régulièrement la défense faite à la population de “nourrir pourceaulx, cornilz et pigeons” dans la ville.

  • 39 ADSM, IB 103, f°97 r°, 31 mars 1593.

45Les visiteurs de poisson frais et salé s’assureront que ne sont pas exposés à la vente les poissons “mauvays et puants”.39

  • 40 ADSM, IB 103, fi 96 v°, 30 mars 1593.

46En 1593, les propriétaires devront faire faire des “clouasques”, c’est-à-dire des toilettes dans les maisons où il n’y en a pas encore. Cet ancien règlement semble avoir été assez peu suivi et le Parlement supposant la résistance de la population ordonne aux enquêteurs de repérer sous trois jours et chacun dans son quartier “lesdites maisons où il ny aura clouasques et les faire tenir fermées jusques à ce que Ion y en ayt faict faire”40.

  • 41 ADSM, 1B 103, fi 97 r°, 30 mars 1593.

47La cour enjoint aux échevins de désigner des lieux, hors la ville, pour y porter les immondices41.

  • 42 ADSM, 1B 119, P 86 v°, 28 janv. 1602.
  • 43 ADSM, IB 121, f° 136 v°-137 r°, 7 mai 1602.

48Autre mesure prise qui demande la collaboration du Parlement et de la municipalité : la “gestion” des “gueux et mendiants”. En 1592, le lieutenant réclamait encore des mesures pour subvenir en nourriture et en médicaments “à ceulx qui seront touchez de ladite malladie nayans aucuns moyens de vivre”. En janvier 1602, le premier président du Parlement convoque une assemblée réunissant conseillers et échevins pour éradiquer la peste qui commence à sévir. A l’issue de cette réunion de travail “A esté trouvé qu’il falloit donner ordre au grand nombre de povres gueux et mendientz valides et empescher lentrée des povres estrangers en cestedite ville”42. Les mesures ordonnées sont radicales puisque la cour enjoint aux sergents d’arrêter les pauvres aux portes des églises et de les faire prisonniers. La mesure n’a certainement pas été scrupuleusement appliquée puisqu’en mai, le lieutenant général du bailli réaffirme “qu’il est besoing de donner ordre au grand nombre de gueux qui affluent en cestedite ville qui peuvent causer la peste”43.

  • 44 ADSM, IB 119, f° 61 v°, 8 janv. 1602.
  • 45 ADSM, 1B 119, P 86 v°, 28 janv. 1602.
  • 46 ADSM, IB 140, f° 44 v°, 24 fév. 1617.
  • 47 ADSM, IB 140, f° 44 v°, 24 fév. 1617.

49La mesure la plus fréquemment rappelée est l’obligation faite à la population et à la municipalité de tenir les rues nettes. Pour ce faire, les échevins doivent impérativement fournir des bennes, “des bennaux” et des petites brouettes44. Mais la dépense est lourde et le lieutenant civil du bailli se plaint régulièrement de la réticence des échevins : c’est le cas en 1602 : “il est nécessaire de faire fournir nombre de benneaux et petites brouettes dont néantmoins lesdits eschevins se veullent dispenser pour les grands fraiz quil y convient faire”45 ; En 1617 alors que des signes avant-coureurs laissent craindre une prochaine poussée pesteuse, le lieutenant du bailli demande au Parlement “de faire garder les règlementz accoustumez pour la police de la ville et principallement de faire tenir les rues nettes, en oster les immondices”46 ; il “supplie la court de vouloir interposer son auctorité contre les eschevins de ceste ville qui ne fournissent que trois beneaux pour oster les immondices ce qui n’est suffisant pour purger la ville et la tenir nette attendu le grand nombre de carrosses qui y est de présent”47.

  • 48 ADSM, 1B 5281, chambre de la santé, 4 sept. 1665.
  • 49 ADSM, IB 5281, chambre de la santé, 30 mai 1668 : “Sur ce qui a esté représenté quil y a quantité d (...)
  • 50 ADSM, IB 5281, chambre de la santé, 23 sept. 1666 : face à des rumeurs contradictoires de contagion (...)

50Echevins, consuls des marchands et conseillers du Parlement, réunis au sein de la chambre de la Santé, se montrent vigilants lorsque la peste atteint les grandes villes des régions voisines. Les navires en provenant sont mis en quarantaine et éventés48. Le commerce avec les villes infectées est suspendu ; c’est le cas avec Amiens en 166849. La suspension du commerce n’est pourtant pas sans conséquences financières ; aussi n’est-elle pas décidée à la légère. En cas de doute sur l’ampleur du mal qui touche les voisins, le Parlement demande aux échevins d’écrire à leurs homologues “pour en scavoir la vérité”50.

51Face aux épidémies de peste, Parlement et municipalité semblent unis pour faire front. Ils travaillent ensemble au sein d’assemblées qui se réunissent tantôt au palais, tantôt à l’hôtel commun de la ville. Ils cherchent ensemble les moyens les plus efficaces, tant prophylactiques que sanitaires pour éradiquer le fléau, même si les échevins veillent parfois plus attentivement aux intérêts financiers de la ville.

Notes

1 Ce bacille de la peste, Yersinia Pestis, doit son nom à Alexandre Yersin qui l’isola en 1894. Nous devons ces précisions au professeur J.-P. Lemercier ; qu’il soit ici chaleureusement remercié.

2 F. Farin, Histoire de la ville de Rouen, Rouen, 1738.

3 F. Grandpierre, “L’organisation interne”, Du Parlement de Normandie à la Cour d’appel de Rouen, 1499-1999, Ve centenaire du Parlement de Normandie, Rouen, 1999, p. 94-95.

4 ADSM, 1 B 140, f° 44 v°, 24 fév. 1617 : Le Parlement “avoit eu advis que à Evreux mesme en quelques endroitz des faulxbourgs de Paris, y avoit de la maladie de peste et qu’en ceste ville il courait des petites vérolles et rougeolles qui sont ordinairement avantcoureurs de ladite maladie”.

5 ADSM, 1 B 119, f° 76 v°, 21 janv. 1602.

6 ADSM, 1 B 121, f° 137 r°, 7 mai 1602.

7 ADSM, 1B 184, P 112 v°, 8 janv. 1650.

8 ADSM, 1B 103, f° 92 v°, 30 mars 1593.

9 ADSM, 1B 121, f° 137 r°, 7 mai 1602.

10 ADSM, 1B 101, P 266 v°, 30 oct. 1592.

11 ADSM, 1B 103, f°91 v°, 29 mars 1593.

12 ADSM, 1B 103, P 93 v°, 30 mars 1593.

13 ADSM, IB 103, P 96 v°, 31 mars 1593.

14 ADSM, IB 119, P 76 v°, 21 janv. 1602.

15 ADSM, 1B 119, P 77 r°, 21 janv. 1602.

16 ADSM, 1B 184, P 103 r°, 20 déc. 1649.

17 ADSM, IB 184, fi 113 v°, 8 janv. 1650 : Le lieutenant du bailli interrogé sur l’état de la ville fait cette distinction : “le mal est continué par la seulle communication l’air nestant pas contagié”.

18 ADSM, IB 101,f° 267 v°, 30 oct. 1592.

19 Sur la ferme du Grand Aulnay, cf. L. Dubreuil, “la ferme du Grand Aulnay”, Bulletin des amis des monuments rouennais, 1925, p. 51-58.

20 ADSM, 1B 184, f° 113 r°, 8 janv. 1650.

21 ADSM, 1B 184, fi 113 r°, 8 janv. 1650.

22 ADSM, 1B 184, f° 192 r°, 12 mars 1650.

23 ADSM, IB 119, f° 61 v°, 8 janv. 1602.

24 ADSM, 1B 184, f° 113 v°, 8 janv. 1650.

25 Dr. G. Panel, Préoccupation municipale pour l’hygiène et ta santé publique à Rouen de 1389 à 1870, Cagnard éditeur, Rouen, 1888.

26 ADSM, IB 101, P 274 v°, 31 oct. 1592.

27 ADSM, 1B 103, f° 91 r°, 29 mars 1593.

28 ADSM, IB 103, f° 91 v°, 29 mars 1592.

29 ADSM, IB 103, f° 96 v°, 31 mars 1593.

30 ADSM, IB 103, f° 96 v°, 31 mars 1593.

31 Supplique de sœur Romaine Martin, “coucheresse” de la Madeleine, A.D.S.M., H.D., série A, no 25.

32 ADSM, 1B 184, f° 113 r°-v°, 8 janv. 1650.

33 ADSM, IB 184, f° 113 v°, 8 janvier 1650 : “Il avoit creu pour éviter a tout péril et que le monde ne sassemblast a son ordinaire autour de ce corps le debvoir faire enlever promptement”,

34 ADSM, IB 184, P 5 v°, 1 sept. 1649.

35 ADSM, IB 184, P 103 r°, 20 déc. 1649.

36 J de Lamperiere, Traité de la peste, de ses causes et de la cure, Rouen, 1620.

37 E. Plantrou, La peste à Rouen (1348-1669), thèse de médecine, Rouen, 1980.

38 ADSM, 1 B 184, f° 187 r°-v°, 9 mars 1650.

39 ADSM, IB 103, f°97 r°, 31 mars 1593.

40 ADSM, IB 103, fi 96 v°, 30 mars 1593.

41 ADSM, 1B 103, fi 97 r°, 30 mars 1593.

42 ADSM, 1B 119, P 86 v°, 28 janv. 1602.

43 ADSM, IB 121, f° 136 v°-137 r°, 7 mai 1602.

44 ADSM, IB 119, f° 61 v°, 8 janv. 1602.

45 ADSM, 1B 119, P 86 v°, 28 janv. 1602.

46 ADSM, IB 140, f° 44 v°, 24 fév. 1617.

47 ADSM, IB 140, f° 44 v°, 24 fév. 1617.

48 ADSM, 1B 5281, chambre de la santé, 4 sept. 1665.

49 ADSM, IB 5281, chambre de la santé, 30 mai 1668 : “Sur ce qui a esté représenté quil y a quantité de peste en la ville d’Amiens d’où il vient quantité de marchandises en ceste ville, a esté arresté d’interdire le commerce de ladite ville et mettre des gardes aux portes de Martainville, saint Hilaire, Beauvoisine, Bouvreuil”.

50 ADSM, IB 5281, chambre de la santé, 23 sept. 1666 : face à des rumeurs contradictoires de contagion, “a esté arresté que lesdits sieurs eschevins escriront aux eschevins desdites villes de Senlis et Beauvays pour en scavoir la vérité”,

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search