Version classiqueVersion mobile

Le bovarysme et la littérature de langue anglaise

 | 
Yvan Leclerc
, 
Nicole Terrien

D’Emma à Edna

L’influence de Flaubert sur L’Éveil de Kate Chopin

Noëlle Benhamou

Texte intégral

  • 1 Pour une rapide approche bio-bibliographique de Kate Chopin en français, lire Marie-Claude Perrin-C (...)
  • 2 Les références à L’Éveil sont données à partir de la traduction de Michelle Herpe-Voslinsky, UGE (P (...)

1Peu connue des lecteurs français, Kate Chopin1 appartient à la génération des auteurs américains qui écrivent après la guerre de Sécession. Comme Stephen Crane, elle lit les écrivains français de son époque : Flaubert, Goncourt, Zola et surtout Maupassant dont elle traduit quelques contes. Une quarantaine d’années après Madame Bovary, elle publie The Awakening, L’Éveil,2 roman qui dénonce la condition féminine. Imprégnée des écrits de Flaubert, la romancière américaine s’inspire du personnage d’Emma pour créer son héroïne Edna Pontellier. Comme son modèle européen, Edna, que la critique américaine du temps désigne comme une « Bovary créole », est insatisfaite de sa vie de femme. Sujette à de profondes crises de déréliction, elle croit trouver le bonheur dans l’adultère. Mais une seule nuit d’infidélité lui suffit pour se rendre compte de son erreur. Elle se noie afin de préserver l’avenir de ses enfants. Outre l’empreinte indéniable laissée par la figure d’Emma Bovary, il faudra étudier le « bovarysme » d’Edna et voir en quoi le comportement de l’héroïne a pu déranger le lectorat américain.

D’Emma à Edna

  • 3 Willa Cather Sibert, « Books and Magazines », Pittsburgh Leader, 8 July 1899, 6.

2En 1899, lors de la parution de L’Éveil, Willa Cather place le roman dans la droite ligne de Madame Bovary en qualifiant l’héroïne de « Bovary créole ».3 Cette expression qui fera couler beaucoup d’encre est aussitôt reprise par la critique qui ajoutera le modèle d’Anna Karénine. En effet, L’Éveil s’appuie sur le motif de la femme mal mariée qui s’ennuie et va de rêves et d’espoirs en déceptions. Sa trame n’est pas sans rappeler Madame Bovary puisque Edna Pontellier, après avoir commis l’adultère, se suicide. Il est donc intéressant de comparer rapidement les deux œuvres.

3Kate Chopin choisit de faire évoluer son personnage en Louisiane, et plus précisément dans la microsociété créole. Comme Emma dans sa ville de Normandie, Edna ne se sent pas à sa place dans le Sud, non pas que les gens lui soient hostiles, mais la jeune Madame Pontellier n’appartient pas à cette région. Edna est originaire du Kentucky, état du Nord, où elle a passé ses premières années, puis est venue s’installer dans le Mississippi où son père possède une plantation. Comme Emma, elle garde la nostalgie d’une enfance marquée par la disparition de sa mère. Orpheline de mère assez jeune et élevée par sa sœur aînée, contrairement à Emma, Edna a un père autoritaire, ancien colonel et fervent presbytérien, dont « l’autorité avait poussé sa femme dans la tombe » [L’Éveil 142]. Le rêve devient pour la jeune fille le moyen d’échapper à une vie décevante et peu attirante et, à l’image des lectures de la pensionnaire du couvent Emma Rouault, Edna tombe dans le sentimentalisme.

Sa meilleure amie à l’école était une fille aux capacités intellectuelles plutôt exceptionnelles, capable d’écrire des rédactions bien tournées qu’Edna admirait et s’efforçait d’imiter ; ensemble elles avaient des conversations, s’enthousiasmaient pour les classiques anglais, et quelquefois discutaient de religion et de politique. [L’Éveil 58]

  • 4 Pour Kenneth Eble, « The husband, Léonce Pontellier, is a businessman whose nature and preoccupatio (...)

4Elle épouse Léonce Pontellier — qui n’a aucun point commun avec Charles Bovary quoi qu’en aient dit certains critiques4 — puis devient mère de deux garçons. Edna est attirée par le jeune Robert Lebrun, qui peut rappeler Léon Dupuis, mais c’est à un homme à femmes, viveur dénué de scrupules et proche des petits maîtres du XVIIIe, Alcée Arobin, ayant une vague parenté avec Rodolphe Boulanger, que la jeune femme cèdera. L’adultère consommé une seule fois, Edna se suicide, non en s’empoisonnant mais en se noyant après avoir nagé jusqu’à épuisement.

5On ne peut que constater les similitudes qui existent entre les deux héroïnes. De plus, l’onomastique les rapproche, Edna résonnant comme Emma, la consonne labiale et la sensualité en moins. À cela s’ajoutent la présence d’un certain M. Ratignolle, pharmacien comme Homais, et surtout des scènes parallèles : les promenades d’Edna et Robert Lebrun près du rivage, la contemplation de la mer et les rêveries de la jeune femme à la fenêtre. Cependant, on note des différences importantes dans le traitement du personnage. Emma a évolué et s’est humanisée sous les traits d’Edna. En effet, Madame Pontellier est dotée d’une vie spirituelle et d’une richesse intérieure dont Madame Bovary est dépourvue. La psychologie des deux héroïnes diverge.

6La romancière américaine crée un personnage cultivé, policé, appartenant à un milieu social aisé. À l’inverse d’Emma, Edna n’est pas superficielle. Elle possède des qualités morales et humaines indéniables. Élevée de façon stricte, elle subit encore l’influence de la religion presbytérienne et ne peut ôter ce carcan.

[...] à une certaine époque de ma vie, la religion a pris un ferme ascendant sur moi — après l’âge de douze ans et jusqu’à... jusqu’à..., eh bien, jusqu’à aujourd’hui je suppose, bien que je n’y aie jamais beaucoup songé, je me laisse mener par l’habitude. [L’Éveil 57]

7C’est en société que Madame Pontellier ressent le plus le poids de son éducation rigide. Réservée, elle s’offusque de certaines conversations et ne connaît rien au jeu social. Malgré cela, Edna se montre simple, sociable et indulgente envers les autres femmes. Autant Emma est égoïste, autant sa petite sœur américaine est altruiste. De même, à l’impulsivité de l’une correspond le caractère réfléchi de l’autre. Deux points essentiels du caractère d’Edna l’éloignent considérablement de son modèle français : l’amour maternel et la sexualité.

  • 5 Gustave Flaubert, Madame Bovary (Paris : Le Livre de Poche, 1983), IIe partie, chapitre 6, 149.

8Contrairement à Emma Bovary qui délaisse sa fille Berthe et même la blesse en la repoussant,5 Edna est une bonne mère. Elle aime ses deux garçons Étienne et Raoul, bien qu’elle revendique le droit d’avoir un autre rôle que celui de génitrice. Elle se noie pour préserver l’avenir et la réputation de ses enfants, dernier sacrifice d’une mère qui aspirait à sa liberté de femme. Cette décision de donner sa vie afin de sauver la chair de sa chair est évoquée lors d’une conversation avec Adèle Ratignolle.

Un jour Edna avait dit à madame Ratignolle qu’elle ne se sacrifierait pas pour ses enfants, ni pour personne. Une discussion assez animée avait suivi ; les deux femmes ne paraissaient pas se comprendre ni parler le même langage. Edna essaya d’apaiser son amie, d’expliquer :
— Je cèderai tout ce qui n’est pas essentiel ; je donnerais mon argent, je donnerais ma vie pour mes enfants ; mais je ne me donnerais pas moi-même. Je ne peux pas l’exprimer plus clairement ; c’est seulement une chose que je commence à comprendre, qui se révèle à moi peu à peu.
— Je ne sais pas ce que vous appelleriez l’essentiel, ni ce que vous voulez dire par ce qui ne l’est pas, dit madame Ratignolle gaiement, mais une femme qui donnerait sa vie pour ses enfants ne pourrait pas faire davantage — votre Bible le dit. [L’Éveil 105]

9On est bien loin d’Emma Bovary, mère dénaturée qui accordait beaucoup plus d’importance aux objets qu’aux personnes, cherchant reconnaissance sociale et considération dans l’étalage de biens matériels. Rien de tout cela chez Edna qui possède déjà un confort et une position sociale et financière enviables. Madame Pontellier va même se détacher de ce qu’elle considère comme futile pour mieux se consacrer aux êtres qu’elle aime et à l’accomplissement de ses décisions et de ses désirs.

  • 6 Madame Bovary, nouvelle version précédée des scénarios inédits, texte établi par J. Pommier et G. L (...)

10Enfin, et surtout, Edna n’éprouve pas la frénésie d’amour physique qui s’empare d’Emma Bovary. Si Flaubert désignait son héroïne comme « un peu putain »,6 cette expression ne peut s’appliquer à Edna Pontellier. Elle trompe son mari une seule fois, alors qu’Emma s’étourdissait dans les bras de Rodolphe ou de Léon dans l’Hirondelle et devenait insatiable. L’héroïne de Kate Chopin est sans doute trop raisonnable pour se jeter ainsi dans l’amour. Toutefois, son amitié amoureuse pour Robert Lebrun est vécue comme une passion, alors même que le jeune homme ne semble pas prêt à s’engager.

Pour la première fois, elle reconnaissait les symptômes de la passion qu’elle avait éprouvée à peine éclose petite fille, au seuil de l’adolescence, et plus tard devenue jeune femme. Toutefois, aucune promesse, aucun sentiment de précarité ne venaient atténuer la réalité, la poignante intensité de cette révélation. Le passé n’était rien pour elle ; il ne lui offrait aucune leçon qu’elle fût prête à suivre. L’avenir était un mystère qu’elle n’essayait jamais de percer. Seul le présent avait du sens [...]. [L’Éveil 101]

11La fuite de Lebrun au Mexique achève de faire basculer Edna vers la mort libération. Afin de comprendre le geste ultime de l’héroïne, il faut analyser son bovarysme.

Le bovarysme d’Edna

  • 7 Madame Bovary, Ie partie, chapitre 6, 70-71.
  • 8 « Elle eut envie de courir dans ses bras pour se réfugier en sa force comme dans l’incarnation de l (...)

12Edna a hérité d’Emma une nature romanesque et romantique. L’origine de ce bovarysme est expliquée dans une analepse, le roman de Kate Chopin n’étant pas linéaire. De même qu’Emma lisait au couvent des histoires à l’eau de rose,7 les lectures d’Edna entraînent l’adolescente dans l’illusion. C’est à travers les livres qu’elle fait son éducation sentimentale et se construit un monde secret plus exaltant que la réalité. L’importance de l’illusion et de son univers s’accroît avec le développement physiologique de la jeune Edna, dont les différentes étapes sont évoquées. La jeune fille sombre dans un état qui la pousse à être perpétuellement amoureuse. Elle s’entiche d’hommes inaccessibles comme si elle était attirée par l’amour impossible. À douze ans, Edna s’amourache d’un officier de cavalerie, ami de son père. Plus tard, elle tombe en admiration devant un jeune planteur, déjà fiancé. Enfin, elle est fascinée par un tragédien célèbre, comme Emma l’était du ténor Lagardy lors d’une représentation de Lucie de Lammermoor.8

Elle était devenue une vraie jeune fille, lorsqu’elle vécut ce qu’elle prit alors pour l’apogée de son destin. Le visage et la silhouette d’un grand tragédien s’étaient mis à hanter son imagination et à émouvoir ses sens. La persistance de cet engouement lui prêtait un air d’authenticité. Son caractère sans espoir le colorait des teintes d’une passion profonde.
La photographie du tragédien trônait encadrée sur son bureau. [...] Devant les autres elle exprimait de l’admiration pour les dons sublimes de l’acteur, et passait la photo à la ronde en insistant sur la ressemblance. Une fois seule elle s’en saisissait quelquefois et couvrait le verre de baisers enflammés. [L’Éveil 59]

13Néanmoins, Edna n’est qu’une jeune fille quand elle s’éprend de ces hommes, au contraire d’Emma qui, même adulte, vit dans un rêve de grandeur nourri de ses idées sentimentales.

14Si Emma se complaît dans le monde des illusions, Edna a conscience de son penchant pour la chimère. Elle essaie d’échapper à l’illusion par le mariage. En effet, la vie conjugale passe aux yeux d’Edna comme la solution à son refuge dans le rêve. Elle épouse M. Pontellier, plus âgé qu’elle, pour sortir du « labyrinthe intérieur de contemplation ou de songerie » [L’Éveil 37].

La félicité suprême, une union avec le tragédien, n’était pas pour elle en ce bas monde. En tant qu’épouse dévouée d’un homme qui l’adorait, elle sentait qu’elle allait prendre une place digne dans le monde de la réalité ; elle ferma à jamais derrière elle les portes du royaume de la romance et du rêve.
Il ne fallut pas longtemps pour que le tragédien rejoignît l’officier de cavalerie, le jeune fiancé et quelques autres. Edna se retrouva aux prises avec le réel. Elle se mit à aimer tendrement son mari. Il lui semblait qu’aucune trace de passion, aucune flamme excessive ou factice ne coloraient son affection, menaçant ainsi de la faire disparaître. [L’Éveil 60]

  • 9 Madame Bovary, IIe partie, chapitre 5,143.

15Il est vrai que cette union est motivée par deux autres raisons. Edna accepte de donner sa main à Léonce Pontellier par esprit frondeur car il ne plaît pas à sa famille. De plus, elle est reconnaissante à son futur mari de la passion véritable qu’il lui porte. On voit à quel point le bovarysme d’Edna est assez différent de celui d’Emma. Madame Bovary, elle, ne souhaite pas sortir de l’illusion. Son mariage avec Charles accentue son ennui ce qui l’amène à chercher des dérivatifs. Le mal d’Emma9 s’appuie sur un narcissisme exagéré et une insatisfaction permanente. Sa boulimie de caresses n’a d’égale que sa déception.

16Madame Pontellier apprend à aimer son mari ou, du moins, elle lui porte une certaine affection. Son rôle de mère la satisfait sans pour autant la combler. C’est alors qu’il lui arrive de fuir épisodiquement dans le rêve comme lorsqu’elle était adolescente. On retrouve ainsi le motif de la fenêtre, symbole de liberté et d’évasion.

Après avoir valsé deux fois avec son mari, [...] madame Pontellier sortit sur la véranda et s’assit sur le rebord peu élevé de la fenêtre, d’où elle pouvait observer tout ce qui se passait dans le salon et regarder dans la direction du Golfe. Une douce lueur éclairait l’est. La lune se levait et, vers le large, son éclat énigmatique jetait mille reflets sur la surface agitée des eaux. [L’Éveil 69]

17Dans des moments de désœuvrement où l’ennui s’installe de façon insidieuse, le rêve ne peut reparaître.

Il y avait des jours où elle était très heureuse sans savoir pourquoi. [...] Elle découvrit ainsi plus d’un coin assoupi au soleil, fait pour le rêve. Et elle trouvait bon de rêver et d’être seule, sans être dérangée.
Il y avait des jours où elle était malheureuse sans savoir pourquoi [...]. Ces jours-là elle ne pouvait pas travailler, ni bâtir des chimères qui lui feraient palpiter le cœur et lui réchaufferaient le sang. [L’Éveil 121]

18Edna est ainsi décrite devant sa maison d’où elle contemple la mer, fenêtre ouverte sur le monde de l’imaginaire qui l’appelle. Elle s’efforce pourtant de juguler la venue de ces crises d’échappées vers bailleurs et essaie plusieurs remèdes : la religion, l’art, l’adultère. Madame Pontellier est presbytérienne mais son mari est catholique. Elle abandonne la religion dans laquelle elle a été élevée pour celle de son époux. Celle-ci ne lui apportant pas le réconfort recherché, elle se tourne alors vers l’art.

19Douée d’une véritable sensibilité artistique, Edna aime lire, peindre et écouter Adèle Ratignolle jouer du piano. En côtoyant Mademoiselle Reisz, pianiste considérée par la société créole comme une vieille folle, la jeune femme éprouve le désir de s’adonner à l’art. La musique la transporte malgré elle dans l’univers onirique qu’elle tentait mollement de quitter.

Edna était passionnée de musique, selon ses propres termes. Les mélodies, lorsqu’elles étaient bien interprétées, avaient le pouvoir d’évoquer des images dans son esprit. Parfois, le matin, elle aimait s’asseoir dans la pièce quand madame Ratignolle jouait ou faisait des exercices. Elle avait baptisé « Solitude » un des morceaux que celle-ci interprétait souvent. [...] Lorsqu’elle l’entendait, elle imaginait la silhouette d’un homme debout à côté d’un rocher isolé au bord de la mer. Il était nu. Son attitude exprimait à la fois la résistance et le désespoir, tandis qu’il regardait un oiseau s’enfuir très loin à tire-d’aile. [L’Éveil 70-71]

20Son admiration pour la musique intervient dans un moment de crise morale, de profonde déréliction qui s’empare souvent d’Edna. Ces périodes d’abattement sont plus fréquentes depuis qu’elle a pris conscience de son Moi. Cette révélation soudaine est presque une épiphanie.

Enfin, Madame Pontellier commençait à comprendre sa position dans l’univers, et à éprouver ses relations d’individu avec le monde qui l’entourait et celui qu’elle portait en elle. Cela peut paraître un fardeau bien lourd, cette sagesse descendue sur l’âme d’une jeune femme de vingt-huit ans — peut-être plus de sagesse que le Saint-Esprit ne se plaît d’habitude à en accorder aux femmes, quelles qu’elles soient. [L’Éveil 52]

21Un intérêt soudain s’éveille en elle : elle sera artiste peintre. Edna s’essaie à la peinture mais Mademoiselle Reisz l’en dissuade en lui montrant la dure condition des femmes artistes. La vieille demoiselle ramène Edna vers la réalité : est-elle seulement une artiste ? Plus dure est la chute pour Madame Pontellier qui avait fondé ses espoirs d’une vie nouvelle dans la peinture. Elle qui souhaitait élever son âme et son esprit avait même emménagé dans une petite maison, le « pigeonnier », afin de se consacrer corps et âme à l’art.

Le pigeonnier lui plaisait. Il avait tout de suite pris le caractère intime d’un foyer, tandis qu’elle-même l’investissait d’un charme qui se traduisait par un chaud rayonnement. Elle avait l’impression d’être descendue dans l’échelle sociale, mais en même temps de s’être élevée dans celle des valeurs spirituelles. Chaque démarche entreprise pour se libérer des obligations ajoutait à sa force et à son épanouissement personnel. Elle commençait à regarder de ses propres yeux ; à percevoir et appréhender les courants sous-jacents de la vie. Elle ne se contentait plus de se nourrir de l’opinion générale dès lors que son âme la sollicitait. [L’Éveil 176]

22Le dégoût de tout, forme de dépression latente, s’empare d’Edna. Elle se détache peu à peu de son foyer, du monde, de ses passe-temps. Elle ne lit plus, sentant peut-être qu’elle est une victime de la fiction. Elle abandonne ses activités mondaines — qui auraient fait pâlir d’envie Emma — pour s’adonner à l’introspection et à la quête du bonheur, de la liberté. Madame Pontellier ne veut plus s’intéresser à des futilités : le nouveau mobilier. Le matériel l’ennuie.

Le lendemain matin monsieur Pontellier, au moment de partir au bureau, demanda à Edna si elle voulait le retrouver en ville afin qu’ils aillent regarder de nouveaux rayonnages pour la bibliothèque.
— Je ne pense pas que nous ayons besoin de nouveaux meubles, Léonce. Ne faisons pas d’autres achats ; tu es trop dépensier. Je ne crois pas que tu songes jamais à économiser ni à mettre de l’argent de côté. [L’Éveil 113-114]

23Dans sa recherche de l’émancipation, une nouvelle voie s’offre, inexplorée : l’adultère. Le seul remède qu’Edna n’ait pas goûté est l’amour physique avec un autre homme que son mari. Madame Pontellier ne se donne pas à Robert Lebrun, ce jeune homme qui fait office de chevalier servant auprès des femmes restées seules à Grand-Isle. Elle est pourtant séduite par son attention, qu’elle croit unique alors qu’il agit ainsi avec toutes les dames créoles. Madame Ratignolle comprend qu’Edna prend au sérieux le badinage de Robert et tente de protéger la jeune femme :

– Accordez-moi une faveur, Robert, dit la jolie femme à l’instant même où ils prirent lentement le chemin de la maison. [...] laissez madame Pontellier tranquille. [...]
— Pourquoi ? demanda-t-il, devenant sérieux à son tour.
— Elle n’est pas des nôtres, elle n’est pas comme nous. Elle pourrait commettre la malheureuse erreur de vous prendre au sérieux. [L’Éveil 61-62]

24La société créole, libre en apparence, tente la Nordiste qui découvre la sensualité dans les bras d’Alcée Arobin, le briseur de cœurs.

Il était tard lorsqu’il la quitta. Pour Arobin, rechercher sa compagnie devenait plus qu’une fantaisie passagère. Il avait décelé chez elle une sensualité latente et, et ayant compris ce que demandait sa nature, il savait l’épanouir avec délicatesse, comme une fleur engourdie, sensible, ardente. [L’Éveil 195]

  • 10 « J’ai voulu connaître... le... le vice... eh bien... eh bien..., ce n’est pas drôle. », Guy de Mau (...)

25Cette unique nuit d’infidélité avec Arobin lève un nouveau voile dans la quête émancipatrice d’Edna : elle n’aime pas cet homme et s’en est servi pour mener jusqu’au bout une expérience qui ne l’a pas satisfaite outre mesure. À l’image de l’héroïne du conte maupassantien intitulé Une aventure parisienne, Edna Pontellier a voulu connaître le vice qui n’est pas drôle.10 Elle choisit de mourir pour empêcher Arobin de répandre la nouvelle de sa faute. Ses enfants n’auront pas à rougir de l’inconduite de leur mère. Ce suicide et ses différentes motivations ont dérangé le public et la critique américaine.

Réception du roman

  • 11 Lire à ce sujet « Madame Bovary : Logiques de la censure » in Yvan Leclerc, Crimes écrits. La litté (...)
  • 12 Emily Toth, Kate Chopin (Austin : University of Texas Press, 1990), 336 seq. Le chapitre 22 est con (...)
  • 13 Daniel S. Rankin, Kate Chopin and Her Creole Stories (Philadelphia: University of Pennsylvania Pres (...)

26L’œuvre de Kate Chopin est troublante puisque, outre l’empreinte laissée par le personnage d’Emma Bovary, elle reçut le même accueil scandalisé de la critique contemporaine. On connaît le procès intenté à Madame Bovary par Pinard.11 Rien d’aussi officiel pour le roman de Kate Chopin mais un travail de sape insidieux et perfide. Quand paraît L’Éveil en 1899, Kate Chopin est un auteur à succès, apprécié du public. Elle a déjà écrit des contes et nouvelles Bayou Folk et un roman At fault qui ont été bien reçus car classés comme appartenant au folklore et à la tradition du sud. Tout autre est la réception réservée à L’Éveil. Le 30 avril 1899, les gros titres des journaux annoncent l’œuvre en ces termes : « Kate Chopin’s new book is the story of a lady most foolish. »12 Les critiques se font violentes, la conduite de l’héroïne, non condamnée par l’auteur, étant jugée immorale. Le Père Rankin parlera encore en 1932 d’« érotisme morbide »13 dans le traitement de l’amour coupable. Nul doute que le rapprochement fait avec Madame Bovary n’ait envenimé les choses.

27La critique américaine au tournant du siècle raisonne en terme d’éthique et non d’esthétique. Les belles descriptions de la mer et de Grand-Isle dans une technique proche de l’impressionnisme ne retiennent pas l’attention du lecteur professionnel. C’est le personnage d’Edna qui cristallise les reproches des journalistes. Les attaques viennent essentiellement d’hommes qui considèrent le roman comme subversif, dans la mesure où l’identification avec l’héroïne est possible. Edna qui veut sa liberté et choisit sa mort choque l’Amérique puritaine où la femme est encore sous la tutelle de son époux. Dans l’esprit étroit de certains critiques, le mal-être puis le suicide de Madame Pontellier ne sont pas justifiés. La jeune femme jouit d’une certaine position sociale puisqu’elle a épousé un homme ayant une belle situation. Elle possède de l’argent, une domesticité, deux garçons en bonne santé et de belles demeures. Elle peut s’adonner à sa guise à ses passe-temps : lecture, peinture, jours de réception et visites à des amies. Edna a donc tout pour être heureuse. Son geste final a pu être perçu comme celui d’une pauvre folle.

  • 14 Lawrence Thornton, « The Awakening: A Political Romance », American Literature, 52, March 1980, rep (...)

28La conduite d’Edna, son éveil progressif à la vie et aux sensations, est également dérangeant. En réclamant une liberté plus grande et le droit de mener sa vie comme elle l’entend, Madame Pontellier met en péril les institutions américaines : la religion, le mariage, la famille. C’est ainsi que Lawrence Thornton a pu parler du roman comme d’une œuvre politique.14 En effet, dans la société créole qui vit en autarcie, les femmes sont réduites au rôle de mère ou d’objets exhibés par leurs maris dans des fêtes. Edna est la propriété de Léonce Pontellier « regardant sa femme comme on regarde un objet de valeur qui vous appartient et vient d’être endommagé » [L’Éveil 35]. Madame Ratignolle, qui accouche tous les deux ans, est la caricature de l’épouse modèle et docile sous le joug masculin. Ainsi apparaît-elle soudain à Edna lors d’une visite aux Ratignolle.

Après les avoir quittés, Edna se sentit plus abattue que réconfortée. La brève vision d’harmonie domestique qu’on lui avait offerte la laissait sans regret ni envie. Cette façon de vivre ne lui convenait pas, elle n’y trouvait qu’un ennui mortel et désespéré. Elle éprouvait une sorte de commisération pour madame Ratignolle — un sentiment de pitié pour cette existence sans relief, qui n’entraînait jamais son amie au-delà d’un contentement aveugle. Nulle impression d’angoisse ne venait visiter son âme, jamais elle ne goûterait à la frénésie de la vie. [L’Éveil 118]

29Adèle n’a pas de vie à elle mais existe à travers ses enfants. La condition féminine est dénoncée dans plusieurs scènes, notamment lorsque Edna reste auprès de son amie sur le point d’accoucher.

Déchirée en son for intérieur, révoltée contre les lois de la nature, elle assista à la scène de supplice.
Elle était encore abasourdie et muette d’émotion lorsque plus tard elle se pencha sur son amie pour l’embrasser et lui dire doucement adieu. [L’Éveil 202]

30Madame Pontellier compatit à la douleur de la parturiente et en ressort profondément abattue. Cette expérience est le dernier voile qui couvrait l’inanité du statut de la femme vouée injustement à la souffrance et à la stérilité psychologique. Edna se confie au docteur Mandelet :

Les années écoulées sont pareilles à des rêves... si l’on pouvait continuer à dormir et à rêver... mais se réveiller et découvrir... enfin ! peut-être est-il préférable de se réveiller après tout, même pour souffrir, au lieu de rester dupe de ses illusions toute sa vie... [L’Éveil 203]

31Madame Pontellier s’était déjà rebellée contre l’asservissement conféré par le mariage.

Elle tenait un fin mouchoir qu’elle mit en lambeaux, roula en boule, et jeta loin d’elle. À un moment elle s’arrêta, ôta son alliance, et la jeta sur le tapis. Lorsqu’elle la vit là, elle la piétina pour essayer de l’écraser. Mais le talon de sa bottine ne laissa pas d’entaille, pas une marque dans le petit anneau étincelant. [L’Éveil 113]

32En jetant son alliance après l’avoir enlevée plusieurs fois pour nager, Edna montre symboliquement son goût de la liberté.

33Le titre du roman, L’Éveil, peut paraître également subversif. À travers l’héroïne Edna, c’est la Femme qui s’éveille, après des années de soumission et de silence forcé. Elle représente le type universel de l’épouse torturée par la découverte du conflit existentiel qui l’oppose à la société. À peine décidée à gagner son indépendance, Edna voit se lever des barrières infranchissables entre la réalisation de son Moi et le monde extérieur. Elle ne veut plus être traitée en perpetuus infans et se rend compte que ses velléités d’autonomie changent le regard bienveillant que lui portait Léonce Pontellier. Ses décisions d’apprendre à nager, d’abandonner ses réceptions, la vie mondaine, de devenir artiste peintre, de ne plus respecter les convenances sont une menace pour l’époux et la communauté. Madame Pontellier n’est-elle pas en train de perdre la raison ? « Quelquefois monsieur Pontellier se demandait si sa femme ne devenait pas un peu déséquilibrée » [L’Éveil 57]. Léonce éprouve en effet le besoin de confier ses soucis au docteur Mandelet.

34L’adultère d’Edna avec Alcée Arobin est, évidemment, à l’origine de la polémique autour du roman. Si la jeune femme est attirée par le roué, elle trompe son mari surtout par désœuvrement et pour affirmer son détachement. L’amour coupable est une expérience supplémentaire, une étape franchie vers la construction de sa nouvelle personnalité. Aucun ébat n’est décrit, aucun mot déplacé n’est utilisé. La luxure n’est pas la caractéristique de Madame Pontellier. Pourtant, ses pensées sur la nuit d’amour avec Arobin peuvent paraître cyniques.

Elle s’était dit et répété : « Aujourd’hui c’est Arobin ; demain ce sera un autre. Peu importe pour moi, et ce n’est pas grave pour Léonce Pontellier — mais Raoul et Étienne ! » Elle comprenait clairement à présent ce qu’elle avait voulu dire, il y a longtemps, en déclarant à Adèle Ratignolle qu’elle cèderait volontiers tout ce qui n’était pas essentiel, mais ne se sacrifierait jamais pour ses enfants. [L’Éveil 208]

35Les sens de cette jeune femme s’éveillent peu à peu au moment même où elle décide d’en finir avec la vie. Là encore, la mort volontaire bouscule les conventions et les convenances. La noyade n’est en aucun cas une punition des fautes commises par l’héroïne. Contrairement à Emma Bovary, Anna Karénine et d’autres personnages adultères, Edna ne connaît pas une fin horrible et brutale. La description en demi-teinte de sa disparition dans l’eau suggère plutôt une ultime communion avec la nature, une fusion de l’être avec l’élément aquatique matriciel.

L’épuisement la gagnait, la terrassait. [...]
Elle regarda au loin, et la terreur ancienne fulgura un instant, puis retomba. Edna entendit la voix de son père et de sa sœur Margaret. Elle entendit l’aboiement d’un vieux chien enchaîné au sycomore. L’officier de cavalerie traversa la véranda en faisant sonner ses éperons. Les abeilles bourdonnaient et le parfum musqué des œillets emplissaient l’air. [L’Éveil 210]

36Aucune violence, mais une sorte de plénitude emporte Edna, nouvelle Vénus, l’âme apaisée. La fin jugée immorale a été considérée, à juste titre, comme l’affirmation de la liberté d’Edna qui choisit sa mort à défaut d’avoir su à temps choisir sa vie.

37Le fait que l’auteur du roman soit une femme n’a fait qu’accentuer le rejet du public américain. La narratrice sympathise avec son personnage qui lui ressemble comme une sœur. Les idées émancipatrices et modernes sur la femme qui animent Edna ne sont-elles pas le reflet des préoccupations de la romancière ? Kate Chopin avait traversé une crise morale qui l’avait amenée à écrire sur les conseils d’un médecin. Le lecteur perçoit l’empathie qui existe avec son personnage. Le scandale de L’Éveil, qui dénonçait la condition féminine dans un pays qui n’était pas prêt à cela, fit tomber l’œuvre de Kate Chopin dans l’oubli. L’Éveil connut en effet un destin littéraire plus cruel que l’hypotexte flaubertien : un purgatoire d’un demi-siècle. Ce n’est qu’à la fin des années 1960, que l’œuvre fut jugée à sa juste valeur et selon des critères esthétiques. On reconnut l’écriture musicale et sensuelle du roman transformé en classique de la littérature américaine. L’élan créateur de Kate Chopin fut cependant brisé puisqu’elle ne publia presque plus après 1899.

  • 15 L’influence française a été beaucoup étudiée aux États-Unis. Lire entre autres : Elaine Jasenas, «  (...)
  • 16 « “Pontellierism” [...] represents a wish for clarity and willingness to understand one’s inner and (...)

38Si L’Éveil de Kate Chopin, doit beaucoup à Madame Bovary, comme nous l’avons vu, le roman américain, qui n’a pas l’œuvre de Flaubert pour seul hypotexte,15 s’éloigne de son modèle dans le traitement du bovarysme. Tandis qu’Emma s’enfonce dans l’illusion et ses rêves chimériques, Edna Pontellier lutte contre sa tendance romantique et tire des leçons de ses erreurs afin d’affirmer son intelligence et son libre arbitre. Per Seyersted utilise d’ailleurs le terme « Pontellierisme »16 pour qualifier son mal être. L’Éveil, contrairement à l’œuvre flaubertienne, montre donc la naissance et non la déchéance de son personnage principal, l’ascension d’une âme qui se veut indépendante vers la liberté et la libération. Kate Chopin a su attirer la sympathie du lecteur en créant une héroïne attachante car profondément humaine, bien éloignée en cela de son aïeule française. Emma Bovary est en effet une figure peu sympathique, pleine de méchanceté et de suffisance pour laquelle son créateur n’éprouve aucune compassion. Le roman n’est-il pas censé dénoncer la bêtise humaine ? L’œuvre américaine, elle, est pleine de sensibilité. Le lecteur assiste à l’éveil d’une femme à la vie et suit les conséquences d’une prise de conscience : l’impasse existentielle où se trouve l’héroïne, en tant que femme dans une société puritaine et phallocrate. Edna Pontellier meurt pour échapper à sa condition de mineure et finir en femme moderne. Toutes les femmes du roman proches de Madame Pontellier incarnent d’ailleurs une facette de sa personnalité qu’Edna voudrait concilier : Mademoiselle Reisz, l’artiste ; Madame Ratignolle, la mère ; les dames créoles, l’amante. Plus encore que Flaubert affirmant « Madame Bovary, c’est moi », Kate Chopin aurait pu dire : « Emma Pontellier, c’est moi ».

Notes

1 Pour une rapide approche bio-bibliographique de Kate Chopin en français, lire Marie-Claude Perrin-Chenour, Les Romancières américaines (Paris : Ellipses, 1995), 43-56.

2 Les références à L’Éveil sont données à partir de la traduction de Michelle Herpe-Voslinsky, UGE (Paris : 10/18,1993).

3 Willa Cather Sibert, « Books and Magazines », Pittsburgh Leader, 8 July 1899, 6.

4 Pour Kenneth Eble, « The husband, Léonce Pontellier, is a businessman whose nature and preoccupation are not far from those of Charles Bovary. » [« A Forgotten Novel: Kate Chopin’s The Awakening », in Critical Essays on Kate Chopin, ed. by Alice Hall Petry (New York: G.K. Hall & Co, 1996), 76-77].

5 Gustave Flaubert, Madame Bovary (Paris : Le Livre de Poche, 1983), IIe partie, chapitre 6, 149.

6 Madame Bovary, nouvelle version précédée des scénarios inédits, texte établi par J. Pommier et G. Leleu (Paris : Corti, 1949).

7 Madame Bovary, Ie partie, chapitre 6, 70-71.

8 « Elle eut envie de courir dans ses bras pour se réfugier en sa force comme dans l’incarnation de l’amour même, et de lui dire, de s’écrier : “Enlève-moi, emmène-moi, Partons ! À toi, à toi ! Toutes mes ardeurs et tous mes rêves !” », Madame Bovary, IIe partie, chapitre 5, 59

9 Madame Bovary, IIe partie, chapitre 5,143.

10 « J’ai voulu connaître... le... le vice... eh bien... eh bien..., ce n’est pas drôle. », Guy de Maupassant, Une aventure parisienne, Gil Blas 22/12/1881, in Contes et nouvelles, éd. Louis Forestier (Paris : Gallimard, 1992), 1-335.

11 Lire à ce sujet « Madame Bovary : Logiques de la censure » in Yvan Leclerc, Crimes écrits. La littérature en procès au 19e siècle (Paris : Plon, 1991), 129-222.

12 Emily Toth, Kate Chopin (Austin : University of Texas Press, 1990), 336 seq. Le chapitre 22 est consacré à L’Éveil.

13 Daniel S. Rankin, Kate Chopin and Her Creole Stories (Philadelphia: University of Pennsylvania Press, 1932).

14 Lawrence Thornton, « The Awakening: A Political Romance », American Literature, 52, March 1980, repris dans Critical Essays on Kate Chopin, ed. by Alice Hall Petry (New York : G.K. Hall & Co, 1996), 85 seq.

15 L’influence française a été beaucoup étudiée aux États-Unis. Lire entre autres : Elaine Jasenas, « The French Influence in Kate Chopin’s The Awakening », Nineteenth Century French Studies 4,3 (1976), 312-322. L’intertextualité du roman a donné lieu à plusieurs thèses comparatistes : Jasin Soledad Herrero-Ducloux, Sex and Suicide in ‘Madame Bovary’, ‘Anna Karenina’, ‘The Awakening’ and ‘The House of Mirth’, Ph.D., Dallas: University of Texas, 1996; Linda Martin, Death of desire, desire of death: An exploration of narcissism and death in ‘Madame Bovary’ and ‘The Awakening’, M.A., Canada: University of Victoria, 1997; Jean Ann Witherow, Kate Chopin’s contribution to realism and naturalism: Reconsiderations of W. D. Howells, Maupassant, and Flaubert, Ph.D., Louisiana State University and Agricultural & Mechanical College, 2000.

16 « “Pontellierism” [...] represents a wish for clarity and willingness to understand one’s inner and outer reality besides a desire to dictate one’s own role rather than to slip into patterns prescribed by tradition. », Per Seyersted, Kate Chopin: a critical biography (Baton Rouge: Louisiana State University Press, 1994), 139.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search