Version classiqueVersion mobile

Le bovarysme et la littérature de langue anglaise

 | 
Yvan Leclerc
, 
Nicole Terrien

Destin du bovarysme et effets de lecture

Delphine Jayot

Texte intégral

1Que le terme de bovarysme soit évocateur, tient sans aucun doute davantage au succès de l’œuvre de Flaubert, qu’à celui de l’œuvre théorique qui le sous-tend. Il n’est point besoin de connaître aujourd’hui Jules de Gaultier pour entendre le mot « bovarysme », pour qu’il prenne un certain sens. Il est même une acception générale du terme, qui veut que le bovarysme concerne le personnage d’Emma Bovary. Ce n’est pas une pirouette tautologique. C’est la condition première de l’existence du bovarysme : Emma Bovary a prêté son nom — à moins qu’on ne le lui ait pris — et a reçu en échange un peu de l’autorité d’une notion, inscrite dans le suffixe.

2Le bovarysme ne peut se penser indépendamment de Madame Bovary. Or, l’histoire des notions dont le nom est construit à partir d’un personnage, d’une œuvre littéraire ou encore d’un auteur, prouve qu’il n’en est pas toujours ainsi. La notion peut très bien acquérir une autonomie, au point que son usage ne soit plus que faiblement motivé par la référence au terme d’origine. Il se crée alors un éloignement, voire une rupture du lien entre le nom propre et le nom dérivé. On peut ignorer que Masoch est un auteur, et avoir cependant une certaine idée de l’implication du concept de masochisme dans le champ de la psychologie. De même, le discours social contemporain accorde une telle place au « narcissisme », que l’histoire du mythe de Narcisse se trouve, dans l’opinion commune, reléguée au second plan. Un dernier exemple, anecdotique, retiendra notre attention : Monsieur B. qui ne possède pas de culture littéraire, achète à un représentant de commerce, les œuvres complètes de Sade, pour sa belle édition reliée. Bien des années après, il avoue à son fils, devenu grand, qu’il en avait commencé la lecture, mais qu’il avait été très choqué, parce qu’il avait trouvé ça « presque... sadique ! » Le mot a été prononcé ici en toute naïveté, conférant ainsi à la notion de sadisme une autonomie tout à fait remarquable.

3Les trois notions précitées relèvent toutes du champ de la psychologie. Leur apparition, à la fin du XIXe siècle, coïncide avec la naissance d’une discipline nouvelle, la psychopathologie. Le champ psychiatrique va les accueillir, de même que le champ psychanalytique.

  • 1 Jules de Gaultier, Le bovarysme, la psychologie dans l’œuvre de Flaubert (Paris : Léopold Cerf, 189 (...)

4Quand, en 1892, Jules de Gaultier écrit Le bovarysme, la psychologie dans l’œuvre de Flaubert,1 il a également le projet d’élaborer une notion psychologique à partir d’une œuvre littéraire :

  • 2 Ibid. 11.

La vision de l’écrivain a fait saillir dans son œuvre un principe indestructible et foncier de l’âme humaine et l’a mis à nu dans ses manifestations malsaines, auxquelles n’a pas mis fin l’apparition de Madame Bovary, parce qu’il y a des maladies dont les causes profondes persistent irrémédiablement bien qu’elles soient signalées et connues.2

Le bovarysme pathologique

5Le bovarysme, tel qu’il a été conçu par son auteur, a pour vocation première d’isoler une pathologie, de la nommer, et de lui donner des fondements théoriques. La méthode de Jules de Gaultier est celle du psychologue ; elle repose sur l’idée que la déformation du cas pathologique permet de révéler le mécanisme normal des fonctions. Dès lors, le bovarysme va désigner à la fois une pathologie (Emma Bovary devient le prototype du « bovarysme pathologique ») et un phénomène psychologique (qui existe en chaque individu) :

  • 3 Ibid. 26.

Elle a personnifié en elle cette maladie originelle de l’âme humaine à laquelle son nom peut désormais servir d’étiquette, si l’on entend par « bovarysme » la faculté départie à l’homme de se concevoir autrement qu’il n’est...3

6Par la suite, Jules de Gaultier semble ambitionner pour son « bovarysme », un destin philosophique. Dès 1902, date à laquelle paraît un second ouvrage, Le bovarysme, il œuvre en ce sens, faisant du bovarysme, un concept philosophique, et également le fondement de toute sa philosophie. Mais c’est davantage le premier bovarysme, le bovarysme « pathologique » qui va susciter l’intérêt, notamment de la psychiatrie de la première moitié du XXe siècle.

7La problématique de la discordance entre réel et imaginaire ainsi que la question de la perturbation de la fonction du réel, exposées dans la théorie de Jules de Gaultier, retiennent l’attention des psychiatres.

  • 4 Génil-Perrin, Les paranoïaques (Maloine, 1926).
  • 5 Joseph Grasset, Demi-fous et demi-responsables (Paris : Alcan, 1907), 24.
  • 6 Joseph Lévy-Valensi, « Bovarysme et constitution mentale », in Journal de psychologie normale et pa (...)

8Des ouvrages théoriques vont donc accueillir la notion de bovarysme, et prôner sa parenté avec d’autres entités de la nosographie de la psychiatrie. Pour le psychiatre Génil-Perrin,4 le « bovaryque » ressemble au paranoïaque, (notons que don Quichotte est également retenu par les aliénistes comme type de paranoïaque, et par Jules de Gaultier comme exemple de bovarysme). Selon Joseph Grasset, Emma Bovary est « une dégénérée hystérique caractérisée par l’impuissance à s’adapter à la réalité. »5 Quant à Lévy-Valensi,6 il n’assimile pas le bovarysme à une pathologie déjà existante, mais reconnaît la « déformation bovarique » dans toute maladie mentale, le délire étant, selon lui, synonyme de bovarysme.

9Apparaît donc, sur le devant de la scène psychiatrique, un nouveau cas, le cas Emma, très intéressant, mais particulièrement résistant, relevant à la fois de toutes les pathologies, et d’aucune précisément. Est-ce à dire que la méthode était vouée à l’échec ? Celle qui consiste à penser le personnage littéraire comme entité clinique ?

10Quoi qu’il en soit, on peut remarquer que le bovarysme a été utilisé par la psychiatrie tel qu’il avait été pensé et surtout tel qu’il avait été défini par Jules de Gaultier, sans qu’il y ait véritablement d’élaborations théoriques supplémentaires. C’est peut-être là l’une des caractéristiques du bovarysme, que d’être, pour une part, resté rivé au geste créateur qui l’a vu naître : un nom, un auteur et une définition (« la capacité qu’a l’homme de se concevoir autre qu’il n’est »). Et, si la psychologie en fait un usage, même restreint — certains dictionnaires attestent son existence, en le décrivant principalement comme une insatisfaction et une attitude de compensation dans l’imaginaire — il est frappant de constater qu’il n’a pas été repensé par la théorie psychanalytique.

Bovarysme et narcissisme

11On songe en effet à l’incomparable destinée freudienne que le narcissisme a connue, et on se plaît à imaginer — proposition bovaryque ? — que le bovarysme aurait pu également intéresser la psychanalyse. Lorsque l’on prête attention aux conditions de la création de la notion de narcissisme, on s’aperçoit que les données sont sensiblement les mêmes. Le terme de narcissisme est né en 1887, à peu près à la même époque que le bovarysme. C’est également un psychologue, Alfred Binet, qui en est l’inventeur. Enfin, le narcissisme a trouvé, tout comme le bovarysme, un écho dans le domaine de la maladie mentale ; il a été repris par des psychiatres, avant de tomber sous la plume de Freud.

12Que se serait-il passé si, en 1914, Freud avait écrit « Pour introduire le bovarysme » ? Après tout, la question n’est peut-être pas si fantaisiste. Bovarysme et narcissisme ont en commun d’avoir interrogé, dans leur postulat de départ, un certain rapport au « réel » et à l’image. D’autre part, il n’est pas dit que les énoncés de Jules de Gaultier ne contenaient pas les prémisses de réflexion pour la pensée freudienne. Certes, il aurait fallu alors, entre autres, renouveler les catégories du moi, du réel et du fictif telles que Jules de Gaultier les utilise. Il aurait fallu renoncer à l’idée d’un « moi héréditaire » qui définirait « l’être réel ». Il aurait fallu... Mais c’est précisément ce qu’a fait la psychanalyse, en s’affranchissant de la doctrine de l’hérédité-dégénérescence et en repensant radicalement la notion de norme et de pathologie. On peut très bien imaginer qu’un certain nombre d’apories, parce que repérées comme telles dans la théorie de Jules de Gaultier, auraient ainsi servi l’élaboration de la théorie psychanalytique.

13L’adage du bovarysme — « capacité de se concevoir autre » — pourrait se penser aujourd’hui, à la lumière de la découverte de l’inconscient, comme « l’incapacité de faire autrement que de se concevoir autre ». Le bovarysme illustrerait alors l’instance du « moi » comme distincte du sujet, le moi qui ne peut se soustraire de la fonction imaginaire dont il relève.

14Mais l’histoire raconte que là où le destin du narcissisme s’est déployé dans le champ de la psychanalyse, au point d’en devenir un concept majeur, celui de bovarysme s’est figé dans la pensée de son temps. Cependant, il est un autre espace où depuis quelques décennies, on parle de bovarysme, où le bovarysme fait parler de lui... La littérature aurait-elle sauvé le bovarysme d’une certaine pétrification du sens ?

Bovarysme et littérature

15Il existe indéniablement un usage « littéraire » du bovarysme. On peut très bien le rencontrer dans un contexte scolaire, harnaché à Emma Bovary et à l’étude du roman, comme dans des ouvrages de critique littéraire. Il est, en effet, devenu un topos de l’histoire de la littérature, de son enseignement, et jouit également d’une certaine autorité au sein de la critique. Ce succès (à la fois populaire et théorique) n’est pas sans rappeler celui de Madame Bovary.

16Dans le champ littéraire, le « bovarysme » se révèle « approprié », pour parler d’Emma Bovary, d’une certaine spécificité du personnage. Sans doute, la trouvaille linguistique de « bovarysme » fonctionne ici à merveille. Le bovarysme crée sa propre cause ; il présuppose un savoir sur Madame Bovary, qui, comme tel, n’existant pas, est à chercher. Quelles que soient les orientations théoriques qui l’accompagnent alors (thématique, idéologique, esthétique, historique...), on peut dire que le bovarysme sert l’interprétation de Madame Bovary et de son personnage éponyme. Tout se passe comme si la création du bovarysme induisait la production d’un discours sur Madame Bovary. On peut penser que d’une certaine manière, le bovarysme change Madame Bovary. Il en modifie la lecture, les lectures. Chacun peut chercher son bovarysme, ou le bovarysme d’Emma, en relisant par exemple Madame Bovary, tant l’œuvre est inépuisable.

17On pourrait croire que le bovarysme, après avoir navigué dans les eaux psychopathologiques, reviendrait à son objet, la littérature. L’inventeur, Jules de Gaultier, semble en effet un peu lointain, même si les littéraires lui reconnaissent la paternité du terme (sa définition est également très souvent citée). Pourtant, si la critique entend user du bovarysme, en référence à Madame Bovary plus qu’en référence à Jules de Gaultier, il semblerait qu’elle ne rompe pas complètement avec le geste créateur, ou qu’elle ne le puisse pas.

18Une connotation pathologique demeure et entache presque toutes les interprétations qui concernent la problématique du personnage d’Emma. Il est, en effet, une particularité dans l’usage que la critique fait du bovarysme : c’est de le penser dans une perspective de causalité. Dès lors, le bovarysme n’est pas descriptif. On ne décrit pas Emma, on cherche ce qu’elle a.

19Parmi les causes du mal d’Emma, il en est une, la lecture, qui se trouve très souvent invoquée. Des générations de lecteurs ont reconnu en Emma Bovary celle qui, tout comme eux, lisait. Toute une tradition critique a fait d’elle le paradigme de la lectrice. Ainsi, la lecture, comme cause des maux d’Emma, est devenue l’une des explications les mieux partagées. « Emma a lu », voilà qui accrédite d’autant « l’inadaptation au réel » dont elle fait preuve. Le rapport dysphorique que le personnage entretient avec la réalité se situerait dans cette catastrophe originelle : « avoir lu ». Cette explication a certainement eu pour corollaire de créer, par métonymie, une autre acception du bovarysme : le bovarysme, c’est la maladie de la lecture.

La maladie de la lecture

20Dans l’histoire de la littérature, don Quichotte avait déjà, avant Emma, ouvert la voie d’une folie qui s’attrape par le livre. La filiation de Cervantes à Flaubert est bien connue, l’amour de Flaubert pour L’Ingénieux Hidalgo Don Quichotte de la Manche, aussi. Les deux romans travaillent la question du livre dans le livre, de la littérature qui réfléchit sur elle-même. Emma, rendue malade par la lecture de tant de romans, ressuscite, quelques siècles plus tard, la figure du lecteur « fou » qu’est don Quichotte. On peut très bien entendre le donquichottisme (qui existe, lui aussi) d’après cette composante de la lecture qui « affole ». Donquichottisme et bovarysme seraient deux représentants d’une « pathologie littéraire ». Mais qu’est-ce qui différencierait alors le bovarysme du donquichottisme ? Serait-ce d’être un donquichottisme féminin ? Un donquichottisme du XIXe siècle ?

21Lorsqu’on rapproche les deux textes, il apparaît une différence majeure. Chez Cervantes, la lecture est traitée — in praesentia — comme cause. Dès le premier chapitre, le texte dit, par la voix du narrateur :

  • 7 M. de Cervantes, L’ingénieux Hidalgo Don Quichotte de la Manche Trad. Aline Schulman (Paris : Seuil (...)

Bref, notre gentilhomme se donnait avec un tel acharnement à ses lectures qu’il y passait ses nuits et ses jours, du soir jusqu’au matin et du matin jusqu’au soir. Il dormait si peu et lisait tellement que son cerveau se dessécha et qu’il finit par perdre la raison.7

22Cette cause originelle court tout le long du roman, elle est l’un des « motifs » dominants du texte. De plus, elle opère une véritable scansion du récit des aventures, chaque action du personnage étant préparée ou secondée par le renvoi explicite au modèle romanesque :

  • 8 Ibid. 50.

mais comme tout ce que notre chevalier voyait, pensait ou imaginait lui semblait reproduire ce qu’il avait lu dans les romans, dès qu’il vit cette auberge, il crut qu’il avait devant les yeux un château.8

  • 9 G. Flaubert, Madame Bovary. (Paris : Classiques Garnier, 1990), chapitre 6 de la première partie.

23Il y a mise en présence simultanée des deux éléments comparés (élément lu/élément vécu). L’illusion que le personnage de don Quichotte affronte, n’est donc pas obscurcie par le travail du texte, elle est au contraire, sans cesse révélée, mise à jour. On serait bien en peine de vérifier un tel lien de cause à effet, dans le texte de Madame Bovary. Pourtant, Emma lit, ou a lu : « des assiettes peintes », « Paul et Virginie », « les vignettes pieuses des livres de messe », « quelque roman », « Walter Scott », « des choses historiques », « des keepsakes », « des tableaux du monde »9... C’est ce que dit le texte : n’y a-t-il pas moyen de concevoir le chapitre 6 de la première partie, autrement que dans une perspective déterministe ?

Ah ! elle s’occupe ! À quoi donc ? À lire des romans, de mauvais livres, des ouvrages qui sont contre la religion et dans lesquels on se moque des prêtres par des discours tirés de Voltaire. [Madame Bovary 129]

24C’est ce que dit Madame Bovary mère : quelle valeur attribuer à une opinion ? « Elle aime mieux, quoiqu’on lui recommande l’exercice, toujours rester dans sa chambre, à lire » [Madame Bovary 85]. C’est ce que dit Charles. Mais qui parle : le mari ou l’officier de santé ?

25Ces trois extraits renvoient à une multiplicité de points de vue, concernant les lectures d’Emma. Ils ne permettent pas de dégager un seul sens. Le texte produit des éléments de discours, éventuellement contradictoires, qui restent à interpréter. Le rapport causal n’est donc pas présentifié, il est à créer.

26Parmi les livres de Madame Bovary, il en est un qui n’est pas offert à la lecture. Personne ne le lit, et personne ne peut le lire puisqu’il demeure « non coupé », dans l’espace du roman. Il s’agit du Dictionnaire des sciences médicales :

Les tomes du Dictionnaire des sciences médicales, non coupés, mais dont la brochure avait souffert dans toutes les ventes successives par où ils avaient passé, garnissaient presque à eux seuls les six rayons d’une bibliothèque en bois de sapin. [Madame Bovary 33]

Bovarysme et hystérie

  • 10 J.-P. Sartre, L’Idiot de la famille (Paris : Gallimard), 111-781.

27Nous ne résistons pas à l’envie de couper les pages de ce livre, datant de plus d’un siècle, pour y lire... que la lecture de romans est impliquée dans certaines maladies, notamment dans la maladie de la femme au XIXe siècle, l’hystérie. À la stupeur première pourrait succéder un cri de joie, celui d’avoir découvert la maladie d’Emma, de pouvoir enfin la nommer, et de lui donner un nom qui appartient au temps de Flaubert, comme au nôtre. Il est vrai qu’il est parfois difficile de résister à la tentation « homaisienne » de l’adéquation : qu’à un mot corresponde une définition, qu’à un symptôme médical corresponde une cause... Même Jean-Paul Sartre semble nous y convier, si l’on se réfère à une note laconique appartenant à l’origine aux cahiers préparatifs à sa lecture de Madame Bovary : « Le bovarysme, c’est l’hystérie ».10

28Lorsque l’on compare certains « phénomènes de corps » qui hantent Emma avec les symptômes décrits dans l’article consacré à l’hystérie, on est étonné de pouvoir conclure à une quasi-coïncidence. Les évanouissements d’Emma, sa mystérieuse fièvre s’y trouvent en effet répertoriés. De même, « étouffements aux premières chaleurs », « oppressions », « exaltations et torpeurs », « battements de cœur » trouvent aisément leur équivalent.

29Mais continuons la lecture du Dictionnaire des sciences médicales. Les causes s’articulent autour du rôle prédominant que joue « l’imagination » dans la pathologie hystérique. Est donc à proscrire, non seulement la lecture des romans, mais d’une manière générale, tout ce qui exalte les sens et l’imagination.

  • 11 Louyer-Villermay, Art. Hystérie, in Dictionnaire des sciences médicales, tome 23, Panckoucke, 1818, (...)

30On découvre alors les remèdes. Par exemple, certaines sorties sont préconisées : « l’équitation, les bals, les concerts, les spectacles... ». Comment comprendre que se trouve conseillé ce qui était, juste auparavant, proscrit ? D’autant plus que ces mêmes conseils sont mis en cause un peu plus loin, puisque ces sorties sont « à bannir si la personne dont l’imagination ardente et un tempérament lascif s’enflamm[ent] à la vue habituelle d’un homme doué d’un physique avantageux, au récit des passions les plus exaltées, au tableau séduisant de l’amour couronné... ».11 Les causes sont donc parfois des remèdes, à moins que les remèdes ne deviennent parfois des causes. Au contentement « homaisien » qui pouvait nous habiter jusque-là, succède alors le dépit de Bouvard et de Pécuchet : l’édifice théorique ne tient pas, il s’effondre sous nos yeux.

31Dès lors, il ne s’agit plus de chercher les équivalences entre le texte littéraire et le texte médical, mais de rire des contradictions du discours médical, contradictions qui se trouvent répercutées dans l’espace textuel du roman. Le bal, l’équitation, le spectacle (pouvant, selon le dictionnaire, tout à la fois provoquer la maladie et la guérir...) constituent, dans le récit de Madame Bovary, des « événements ». On connaît l’importance du bal dans la biographie d’Emma (« quelque chose d’extraordinaire tomba dans sa vie... » [Madame Bovary 47] / « Son voyage à la Vaubyessard avait fait un trou dans sa vie... ») [Madame Bovary 58]. L’équitation et le spectacle correspondent aux deux moments d’adultère : « baisade » avec Rodolphe lors de la promenade à cheval et retrouvailles charnelles avec Léon après le spectacle à l’Opéra de Rouen. Charles acquiesce à la proposition de Rodolphe pour la promenade à cheval (« Certes ! excellent, parfait !…Voilà une idée ! » [Madame Bovary 161]) comme à celle d’Homais pour le spectacle à l’Opéra (« Cette idée de spectacle germa vite dans la tête de Bovary » [Madame Bovary 225]). On pourrait désormais relire les propos de Charles, à la lumière du discours médical. Charles Bovary, porte-voix de la santé de sa femme (« la santé avant tout ! » [Madame Bovary 161]) s’embrouille avec le discours médical, lui-même défaillant, imprécis et incertain.

32L’ensemble de Madame Bovary pourrait, selon cette logique, se lire comme une immense farce. Lorsque l’on sait (par le Dictionnaire des sciences médicales) que les sinapismes sont considérés comme des substances irritantes pouvant favoriser des accès hystériques, on relit, entre rire et larmes, l’acharnement de Charles à proposer des sinapismes comme unique remède : lors de la terrible crise d’Emma (« il était continuellement à lui tâter le pouls, à lui poser des sinapismes... » [Madame Bovary 215]), et avant qu’elle ne meure (« Elle est bien mal, n’est-ce pas ? Si l’on posait des sinapismes ? » [Madame Bovary 327]).

  • 12 Louyer-Villermay 254.

33Charles n’est plus seulement celui qui ordonne, du point de vue médical, des mauvaises prescriptions, il devient lui-même une mauvaise prescription. En effet, bien que le meilleur remède à l’hystérie (c’était déjà ce que préconisait Hippocrate) demeure, encore au XIXe siècle, le mariage (« l’hystérie se guérit presque toujours dès que le vœu de la nature est rempli »),12 nous entendons Emma nous répondre : « Mais, moi (...) c’est après le mariage que ça m’est venu. » [Madame Bovary 112]

34Que peut-on en conclure ? Que doit-on ne pas conclure ? Certes, dans Madame Bovary, le matériau hystérique existe et il est même très présent. Mais peut-on dire pour autant que Flaubert a conçu, à travers Emma, un personnage d’hystérique ? Ce serait sans compter sur le jeu de l’ironie. On s’aperçoit, en effet, que le travail de l’écriture consiste notamment à mettre en présence, dans ses contradictions, différents éléments de savoir sur l’hystérie telle qu’on la pense au XIXe siècle, et à opérer ainsi un brouillage du sens. S’il faut donc se méfier des conclusions qui viseraient l’assimilation d’Emma Bovary à la figure de l’hystérique, il faut sans doute questionner, de la même façon, l’interprétation de la lecture comme cause des maux d’Emma...

35Le bovarysme n’est pas réductible à l’hystérie. Il permet de réfléchir à l’hystérie, de la penser différemment, dans son évolution. Si, à travers Madame Bovary, nous entendons Flaubert nous parler de l’hystérie, c’est aussi parce que nous pouvons la lire, aujourd’hui, comme la mise en déroute de tous les savoirs constitués. Emma incarne la subversion de ces savoirs : le discours médical, le discours social et le discours religieux sont renvoyés à leur inanité.

36Flaubert est, en ce sens, visionnaire : il annonce l’évolution de l’hystérie, qui quittera le champ de la maladie mentale, pour trouver un statut autre, dans le champ psychanalytique. Emma est une parole en mal d’interprétation. Le bovarysme est cette interprétation, qui vient sans cesse buter sur un mal insaisissable, qui tente de le définir, s’embrouille, se dédit et cherche encore.

37Si, un jour, quelqu’un entreprenait d’écrire un dictionnaire des idées reçues, sur Flaubert, le bovarysme, certainement, mériterait d’y avoir son entrée.

38Bovarysme. Se dit chaque fois qu’on ne comprend rien à Emma Bovary.

39Viendrait, à sa suite :

40Lecture. Cause de bovarysme.

41Réalité. Ne pas s’en éloigner, sous peine de sombrer dans le bovarysme (voir bovarysme) …

Notes

1 Jules de Gaultier, Le bovarysme, la psychologie dans l’œuvre de Flaubert (Paris : Léopold Cerf, 1892).

2 Ibid. 11.

3 Ibid. 26.

4 Génil-Perrin, Les paranoïaques (Maloine, 1926).

5 Joseph Grasset, Demi-fous et demi-responsables (Paris : Alcan, 1907), 24.

6 Joseph Lévy-Valensi, « Bovarysme et constitution mentale », in Journal de psychologie normale et pathologique (Paris : Alcan, 1930).

7 M. de Cervantes, L’ingénieux Hidalgo Don Quichotte de la Manche Trad. Aline Schulman (Paris : Seuil, 1997), I-44.

8 Ibid. 50.

9 G. Flaubert, Madame Bovary. (Paris : Classiques Garnier, 1990), chapitre 6 de la première partie.

10 J.-P. Sartre, L’Idiot de la famille (Paris : Gallimard), 111-781.

11 Louyer-Villermay, Art. Hystérie, in Dictionnaire des sciences médicales, tome 23, Panckoucke, 1818, 266.

12 Louyer-Villermay 254.

Auteur

Université de Paris VIII

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search