Version classiqueVersion mobile

Le bovarysme et la littérature de langue anglaise

 | 
Yvan Leclerc
, 
Nicole Terrien

Bovarysme, histoire d’une notion

Yvan Leclerc

Texte intégral

1Nous sommes aujourd’hui le 13 décembre 2002. Hier, Flaubert, né le 12 décembre 1821, aurait eu cent quatre-vingt-un ans, s’il n’était pas mort prématurément d’une hémorragie cérébrale. I1 y a cent cinquante ans, Madame Bovary était sur le métier, remise plutôt vingt fois qu’une (vers le 13 décembre 1852, Flaubert écrivait la visite d’Emma et de Léon à la nourrice, deuxième partie, chapitre 3) ; et, pour clore la liste commémorative, la définition canonique du bovarysme fête ses cent ans tout juste, si l’on prend comme référence le livre le plus souvent cité de Jules de Gaultier, intitulé Le Bovarysme, paru au Mercure de France en 1902, ou cent dix ans, si l’on fait remonter cette définition à un essai antérieur du même auteur (Le Bovarysme. La Psychologie dans l’œuvre de Flaubert, Librairie Léopold Cerf, 1892). Un roman cent cinquantenaire, une notion centenaire : c’est donc une histoire longue qu’il convient de parcourir, en marquant quelques étapes dans le domaine critique, en attente de ce que les romanciers (particulièrement les romanciers de langue anglaise concernés par notre colloque), en feront, par l’appropriation fictionnelle.

Bovaryste

  • 1 Le premier emploi attesté se trouve dans un article que Barbey d’Aurevilly consacre à un roman de M (...)
  • 2 Lettre du [6 janvier 1857], Correspondance, éd. Jean Bruneau (Paris : Gallimard, Bibl. de la Pléiad (...)
  • 3 Lettre du [28 janvier 1857], ibid. 676. renvoie à un lieu qu’il n’a pas été possible de détermin (...)

2Flaubert n’est pas le créateur du néologisme promis à la fortune que l’on sait.1 Mais il est sans doute le premier à ouvrir le chemin de la manipulation lexicale, en jouant avec le nom propre de son héroïne pour créer le dérivé suffixal bovaryste, au moment du procès, le mot désignant alors celui ou celle qui prend la défense du roman. La correspondance présente au moins deux occurrences, dans des lettres de janvier 1857. À son frère Achille, Flaubert écrit : « Les dames se sont fortement mêlées de ton serviteur et frère ou plutôt de son livre, surtout la princesse de Beauvau, qui est une “Bovaryste” enragée et qui a été deux fois chez l’Impératrice pour faire arrêter les poursuites. »2 Et à Théophile Gautier : « Tu trouveras là beaucoup de Bovarystes. Joins-toi à eux et sauve-moi, homme puissant ! »3 Sous la pression des circonstances judiciaires, le nom propre devient un nom presque commun (mais « Bovaryste » garde sa majuscule) qui peut prendre la marque du pluriel et recevoir un déterminant féminin (« une “Bovaryste” ») ou indifférencié : dans le groupe constitué par « beaucoup de Bovarystes », on imagine autour de Gautier des artistes mâles, sans exclure la présence de l’autre sexe. Il n’est pas indifférent toutefois que le néologisme apparaisse pour la première fois dans un contexte entièrement féminisé : ce sont les dames (Flaubert souligne le mot) qui intercèdent auprès du Pouvoir en faveur de l’auteur, ou plutôt — l’épistolier se corrige — en faveur du livre, du livre qui parle d’une femme comme elles. Ces dames ne sont pas flaubertistes, mais bovarystes : elles ne prennent pas la défense d’un homme auteur mais d’une femme, témoignant ainsi d’une forme de complicité, ou de communauté d’intérêts entre lectrices et héroïne. Que la princesse de Beauvau soit par ailleurs une « “Bovaryste” enragée » semble presque aller de soi, à l’écoute de son nom, qui s’inscrit dans la lignée bovine, surdéterminée, comme on sait, dans l’onomastique du roman normand. On peut donc trouver des femmes et des hommes bovarystes, mais sans doute pas pour les mêmes raisons : les femmes sont bovarystes parce que femmes ; Gautier et ses amis du cénacle de l’Art pour l’Art sont bovarystes en tant qu’artistes : ils prennent fait et cause pour l’œuvre, non pour l’héroïne.

3À notre connaissance, on ne trouve pas dans la Correspondance de Flaubert d’autres dérivés formés sur le nom de ses personnages, même pas sur Homais, alors qu’on s’attendrait à une déclinaison de la bêtise homaisienne. Dans l’œuvre, Bouvard par exception donne son nom à une crème, baptisée « la Bouvarine » (chap. III). Est-ce le signe qu’il y a en Madame Bovary, roman et personnage éponyme, quelque chose qui se prête spécifiquement à la dérive signifiante ?

  • 4 Lettre à Maurice Schlésinger, [vers le 11 février 1857], ibid. 681.

4Le nom bovaryste, s’il appelle formellement l’autre suffixe en -isme, s’en distingue pourtant radicalement par l’esprit. Malgré la parenté lexicale, il y a loin des bovarystes au bovarysme. Le premier néologisme s’applique aux agents d’une intervention extérieure au roman, suscitée par la procédure judiciaire. Flaubert se désolera de ce que la notoriété lui vienne par le scandale : « Mais je suis fâché de ce procès ; en somme cela dévie le succès et je n’aime pas, autour de l’art, les choses qui lui sont étrangères ».4 Les bovarystes partisans sont en dehors de l’œuvre dont ils prennent la défense ; le néologisme désigne alors une catégorie circonstancielle liée à la réception particulière du roman. Au contraire, le second néologisme, le bovarysme, procède de l’intérieur du roman ; il en dégage l’essence, abstraite des conditions historiques de sa publication.

  • 5 Lettre à Émile Cailteaux, [4 juin 1857], ibid. 728.
  • 6 Lettre du [14 août 1853], ibid. 392.

5La création linguistique de l’auteur inaugure la série des flexions du nom propre, qui devient ainsi ouvert aux jeux du signifiant, modelable et modulable. À l’origine du processus lexical de dérivation, Flaubert anticipe également sur l’extension à venir due à Jules de Gaultier, dans la mesure où le romancier affirme vouloir créer, non un personnage singulier, mais une figure générale, ou ce qu’il appelle, après Balzac, un « type ». À un lecteur qui l’interroge sur les clefs du roman, sur les « modèles » (lieux et personnages) qui ont posé pour lui, il répond qu’il n’a pas « en vue des personnalités » et qu’il a voulu, « au contraire, reproduire des types »,5 par exemple, avec Homais, ce qu’il appelle le Bourgeois majuscule. Pendant la rédaction, il écrit à Louise Colet cette phrase demeurée célèbre : « Ma pauvre Bovary, sans doute, souffre et pleure dans vingt villages de France à la fois, à cette heure même. »6 Double extension donc : dans l’espace, d’un village normand à toute la France provinciale (Madame Bovary est sous-titré, en référence à La Comédie humaine, « Mœurs de Province »), et extension dans le temps, puisque l’histoire d’Emma, qui se passe sous la Monarchie de Juillet, se répète sous l’Empire, après une Révolution et deux régimes politiques, « à cette heure même », le dimanche 14 août 1853 à 4 heures, moment précis où il écrit à sa maîtresse. On sait que la marque du génie pour Flaubert — idéal paradoxal de celui qui épingle les idées reçues — était de créer un « lieu commun » (équivalent du « poncif » baudelairien), c’est-à-dire, littéralement, un topos romanesque universel, où le plus grand nombre pourrait se retrouver. Que le nom propre de Bovary devienne un nom commun va dans le sens de la visée esthétique de l’auteur.

Bovarysme

  • 7 Jules de Gaultier, Le Bovarysme. La Psychologie dans l’œuvre de Flaubert (Paris : Librairie Léopold (...)
  • 8 Jules de Gaultier, Le Bovarysme (Paris : Mercure de France, 1902), nouvelle éd. 1921, 3. C’est J. d (...)

6Ce devenir commun du nom, ou cette désappropriation du propre, amorcée par l’auteur, Jules de Gaultier l’accomplira, en fixant les termes de la définition :« [...] on entend par “Bovarysme” la faculté départie à l’homme de se concevoir autrement qu’il n’est, sans tenir compte des mobiles divers et des circonstances extérieures qui déterminent chez chaque individu cette intime transformation » ;7 définition condensée dans une seconde formulation, dix ans plus tard : « Cette faculté est le pouvoir départi à l’homme de se concevoir autre qu’il n’est ».8

7La réflexion de Jules de Gaultier procède par cercles concentriques : du personnage d’Emma aux autres personnages flaubertiens (lesquels souffrent de bovarysme sentimental ou intellectuel), de l’œuvre à l’auteur, et de la « faculté maîtresse » de Flaubert (pour reprendre l’une des catégories tainiennes qui imprègnent la pensée de Gaultier, même s’il est en rupture avec le positivisme) à une faculté générale de l’esprit humain.

  • 9 Lettre à Mme X [Louise Colet], 10 octobre 1846, Correspondance (Paris : Charpentier, première série (...)
  • 10 René Descharmes, Flaubert. Sa vie, son caractère et ses idées avant 1857 (Paris : Ferroud, 1909 ; G (...)

8Le premier glissement de l’œuvre à l’auteur est rendu possible par la publication de la Correspondance générale de Flaubert, mentionnée par l’essayiste, qui a paru chez Charpentier en quatre volumes de 1887 à 1893. Au moment où il rédige son premier essai, en 1892, Gaultier a pu lire, dans les trois volumes parus, regroupant les lettres écrites par Flaubert jusqu’en 1869, des phrases telles que celles-ci : « J’ai un ami qui a vécu huit ans dans l’Inde, il revenait de temps à autre en France ; quand il était à Calcutta il passait sa journée couché à plat sur une carte de Paris, et rentré à Paris il se mourait d’ennui et regrettait Calcutta. L’homme est ainsi, il va alternativement du Midi au Nord et du Nord au Midi, du chaud au froid, se fatigue de l’un, demande l’autre et regrette le premier. »9 Le désir d’altérité, ici géographique, se formule ailleurs dans la Correspondance en certitude existentielle, ou ontologique, d’être un autre, d’avoir vécu des vies antérieures, etc., certitude fondée sur le dégoût de l’ici, du moment, de l’être-bourgeois. Le texte épistolaire permet donc à Jules de Gaultier d’assimiler le créateur à sa créature, quelques années avant l’apparition d’une autre célèbre formule : « Madame Bovary, c’est moi ! », déclaration apocryphe, citée dans une note à une étude de René Descharmes parue en 1909 : Flaubert aurait dit cette phrase à Amélie Bosquet, qui l’aurait répétée à un proche, qui l’aurait transmise au critique Descharmes.10 Sans attendre cette équivalence un peu suspecte, il suffisait de lire la Correspondance, à la fin du XIXe siècle, pour postuler l’identification entre homme et œuvre, entre l’écrivain impersonnel et sa célèbre « petite femme », ainsi qu’il l’appelle dans ses lettres.

  • 11 Paul Bourget, « Flaubert », La Nouvelle Revue, 15 juin 1882, repris dans les Essais de psychologie (...)
  • 12 Cité par Jules de Gaultier, Le Bovarysme. La psychologie dans l’œuvre de Flaubert, 11.

9Mais Jules de Gaultier ne fait pas œuvre de critique littéraire. Madame Bovary et Flaubert ne constituent qu’un point d’appui, et presque un prétexte, dans une entreprise plus large de psychologie, comme le sous-titre de son essai l’indique, à la suite des Essais de psychologie contemporaine de Paul Bourget,11 auxquels notre auteur se réfère. Dans la mouvance du théoricien de la décadence, il s’agit de donner un nom au nouveau mal du siècle, et plus précisément au mal de la fin-de-siècle. Bourget, cité par Gaultier, parlait d’un mal de la Pensée, de « la Pensée qui précède l’expérience au lieu de s’y assujettir, le mal d’avoir connu l’image de la réalité avant la réalité ».12 Comme Bourget, Gaultier diagnostique une « maladie de l’âme », une « maladie de la personnalité », une « tare mentale », une « défaillance du tempérament ou de l’intelligence » dont Emma incarne le prototype, portant à son paroxysme et jusqu’à en mourir, le clivage entre l’être réel et l’être imaginaire. Quand on replace la définition du bovarysme dans son contexte, elle prend un sens entièrement négatif : la faculté ou le pouvoir de se concevoir autre ne doit rien en effet à la royauté de l’imagination exaltée par Baudelaire, en particulier dans l’article qu’il consacre à Madame Bovary, ni à la force de rupture créatrice que l’on trouve par exemple chez Rimbaud (« Je est un autre » ; « À chaque être, plusieurs autres vies me semblaient dues », — dans « Alchimie du verbe »). L’altérité est ici réduite à l’altération du moi et de son rapport au monde.

10La généralisation opérée par Jules de Gaultier, qui trouve en Emma la représentation fictionnelle d’une faculté inhérente à l’esprit humain, touche à trois questions fondamentales posées par le roman de Flaubert, auxquelles tout écrivain qui s’en inspire doit apporter une réponse fictionnelle. La première concerne l’Histoire, ce que Taine appelle le « moment ». Emma vit et meurt sous la Monarchie de Juillet ; c’est un produit, ou un sous-produit du romantisme. Or, la définition de Gaultier déshistoricise le bovarysme en y voyant une disposition universelle et éternelle. On a constaté que ce mouvement était déjà amorcé par Flaubert lui-même, par l’extension du type dans l’espace et dans le temps. L’hésitation entre le « moment » et l’atemporel se trouve dans les définitions que juxtapose par exemple l’Oxford English Dictionary, d’une part « a romantic or unreal conception of oneself », d’autre part, reprenant l’énoncé de Gaultier : « one of the essential faculties of the human being ». Le bovarysme est-il lié aux circonstances historiques, et en particulier à un moment déterminé dans l’histoire de la littérature ?

11Deuxième problème, corollaire de la question historique : celui de l’ordre, ou du désordre social. Emma Rouault est fille de paysan ; elle épouse un petit bourgeois, devient la maîtresse d’un viveur bourgeois et elle rêve à une existence aristocratique, sur l’étui à cigares d’un vicomte rencontré au bal de la Vaubyessard, où elle a entrevu un vieux duc qui a couché dans le lit des reines. Cette volonté de reclassement par le haut est constitutive du parcours d’Emma. La définition de Gaultier, qui se veut psychologique, morale, philosophique, ne retient rien de ce désir d’ascension sociale. Qu’en est-il du bovarysme dans une société démocratique, fondée en théorie sur l’égalité de ses membres ?

  • 13 Madame Bovary, éd. Claudine Gothot-Mersch (Paris: Garnier, 1971), 283.

12Enfin, troisième question : quel est le « sexe » du bovarysme ? Faculté ou pouvoir départi à l’homme, dit Gaultier. Homme au sens générique de l’espèce, incluant les deux sexes. Mais Emma est femme. À quelle condition peut-on parler d’un bovarysme au masculin ? De Baudelaire à Sartre, on n’a pas manqué de souligner la virilité d’Emma qui féminise ses hommes : à propos de Léon, Flaubert écrit : « Il devenait sa maîtresse plutôt qu’elle n’était la sienne ».13 On s’est interrogé sur la féminité latente d’un auteur mâle qui connaît si bien l’autre sexe, Baudelaire le premier :

  • 14 Charles Baudelaire, « Madame Bovary par Gustave Flaubert », in Œuvres complètes, éd. Claude Pichois (...)

Il ne restait plus à l’auteur, pour accomplir le tour de force dans son entier, que de se dépouiller (autant que possible) de son sexe et de se faire femme. Il en est résulté une merveille ; c’est que, malgré tout son zèle de comédien, il n’a pas pu ne pas infuser un sang viril dans les veines de sa créature, et que madame Bovary, pour ce qu’il y a en elle de plus énergique et de plus ambitieux, et aussi de plus rêveur, madame Bovary est restée un homme. Comme la Pallas armée, sortie du cerveau de Zeus, ce bizarre androgyne a gardé toutes les séductions d’une âme virile dans un charmant corps de femme.14

13On a signalé que les « Bovarystes », au temps du procès, se recrutaient dans le camp des deux sexes, les dames d’abord, les Artistes ensuite, mais qu’ils se distinguaient sans doute par des motivations spécifiques. D’où une possible interprétation de la définition du bovarysme, dans un sens que l’auteur n’avait pas prévu, mais conforme après tout aux inversions décadentes : si cet « autre » que l’homme conçoit était l’autre sexe ?

14Comme on le voit, la formule neutralisée et au présent de vérité générale de Gaultier gomme l’Histoire, les hiérarchies sociales et les sexes. Il sera intéressant de voir comment les écrivains de langue anglaise réintroduisent ces trois instances constitutives du genre romanesque.

Bovaryque

  • 15 Le Trésor de la langue française fait remonter l’invention de ce néologisme à Barbey d’Aurevilly, q (...)

15Après les bovarystes qui plaident la cause du roman au moment du procès, après le bovarysme comme faculté commune de l’humaine condition, le XXe siècle développe toute une réflexion autour d’un troisième dérivé, le bovaryque15. Ce n’est plus une catégorie judiciaire comme en 1857, ni morale ou philosophique comme chez Gaultier. Le bovaryque relève de la nosologie, de la psychopathologie. Emma devient un cas clinique ; elle donne son nom à des patients analysés par les psychiatres, qui caractérisent la « maladie de l’âme » étendue par Jules de Gaultier à l’homme tout entier. Les traités et les thèses de médecine se multiplient. Anne-Marie Milet soutient par exemple en 1978 une thèse pour le doctorat en médecine intitulée Étude critique du concept de bovarysme dans le champ psychiatrique. Elle passe en revue la « littérature du sujet », comme disent les scientifiques. Je lui emprunte ses références, dont je n’ai pas une connaissance de première main. En 1907, J. Grasset, dans Les demi-fous, les demi-responsables (Alcan) assimile Madame Bovary à une « dégénérée hystérique caractérisée par son impuissance à s’adapter à la réalité ». Genil-Perrin consacre un chapitre de son livre Les Paranoïaques (Maloine, 1926) à la question « Constitution paranoïaque et Bovarysme » : Emma souffre d’une forme atténuée de paranoïa, qui se manifeste, entre autres symptômes, par son orgueil, sa méfiance, la fausseté de son jugement, son inadaptabilité sociale. Lévy-Velensi, dans « Bovarysme et constitutions mentales » (Journal de Psychologie, 1930), fait du bovaryque un imaginatif délirant, un mythomaniaque. Le Manuel de psychiatrie d’Antoine Porot consacre officiellement l’appartenance du terme au champ psychiatrique, en donnant cette définition du bovarysme, classé dans les névroses :

  • 16 Antoine Porot, Manuel alphabétique de psychiatrie clinique et thérapeutique, 1952 (Paris : PUF, 5e (...)

Il conviendrait, à notre avis, de ne pas élargir démesurément la signification de ce mot, et de le réserver, du moins sur le terrain de la clinique, aux cas, déjà assez nombreux, des jeunes femmes insatisfaites qu’un mélange de vanité, d’imagination et d’ambition porte à des aspirations au-dessus de leur condition, surtout dans le domaine sentimental.
Cet élément de bovarysme se retrouve fréquemment à l’analyse des états névrotiques féminins et explique certains comportements insolites ou certaines réactions anormales.16

  • 17 Dans sa thèse, Anne-Marie Milet rappelle que les psychanalystes ont donné, au contraire des psychia (...)
  • 18 Michel Foucault, Les Anormaux, Cours au Collège de France, 1974-1975, Gallimard/Seuil, « Hautes Étu (...)

16Définition minimaliste, qui réduit le bovarysme aux aspects les plus élémentaires du personnage et de la fable : une femme (A. Porot n’a visiblement pas rencontré de bovaryques parmi ses patients masculins), mal mariée, rêvant à l’amour et aspirant à un surclassement. Mais qu’il soit limité à son modèle féminin ou étendu à un comportement pathologique, le bovaryque rejoint la grande famille des malades mentaux qu’il s’agit de soigner.17 Michel Foucault a consacré l’un de ses cours au Collège de France, pendant l’année 1974-1975, aux anormaux. Il entre dans le sujet en citant un rapport d’expertise psychiatrique en matière pénale, qui a été établi à propos d’un homme dont la maîtresse a tué sa petite fille. L’expert, qui apparemment connaît bien Flaubert (il reproduit, sans autre nécessité qu’un effet de style, l’orthographe monstrueuse du mot « hénaurme »), analyse la personnalité de l’amant nommé A., dont il dégage certains traits, entre autres le donjuanisme, et une inconsistance originelle qui le pousse à se surestimer par compensation. Il poursuit : « Naturellement, il y a dans tout cela une certaine dose de bovarysme, de ce pouvoir départi à l’homme de se concevoir autre qu’il n’est, surtout plus beau et plus grand que nature. C’est pourquoi A. a pu se concevoir comme un surhomme. »18 Le bovarysme conduit donc au nietzschéisme, et le bovaryque rejoint le bovaryste comme catégorie pénale, mais alors que celui-ci se rangeait parmi les défenseurs du roman incriminé, celui-là prend la place de l’accusé. Emma nous a enseigné que le bovarysme menait au suicide ; le rapport d’expertise cité par Foucault montre qu’il pousse aussi au crime.

D’un bovarysme pantextuel

17Que reste-t-il du bovarysme aujourd’hui, maintenant que le procès est gagné en appel et que le roman, étudié au lycée, n’est plus objet de scandale ; maintenant que l’altérité a été installée définitivement au cœur du sujet, qui n’a plus besoin de se concevoir autre qu’il n’est, parce que son être n’est que de l’autre ; maintenant que la notion a cessé d’être opératoire dans le discours clinique ou pénal ? Le bovarysme est devenu une catégorie littéraire et humaine, à la fois instrument du discours critique et topos du langage commun, en même temps que le nom de l’héroïne se mettait par antonomase à désigner l’espèce dont Emma a fixé le modèle : on parle d’une Bovary comme d’un Don Juan, et les deux types ne sont pas si éloignés l’un de l’autre.

  • 19 Madame Bovary, III, chap. 8, 322.
  • 20 Je reprends ici les phrases d’un article antérieur, « Comment une petite femme devient mythique », (...)
  • 21 Lettre à Flaubert, 18 décembre 1856, Correspondance, t. II, 654.
  • 22 Dans la communication qu’elle a présentée lors du colloque, Vanessa Guignery a rendu en toute justi (...)

18Ce qui reste, et ce qui incite les romanciers à réécrire, à revenir à ce texte, c’est que le bovarysme est l’affirmation des pouvoirs du romanesque. A. Huxley, dans la définition reprise par l’Oxford English Dictionary, le dit excellemment en glosant l’inventeur du mot : « By a process of what Jules de Gaultier has called “Bovarysm” we impose upon ourselves a more or less fictitious personality ». Une personnalité plus ou moins fictive, ou fictionnelle. L’« autre » de Gaultier, c’est en nous la part de la fiction. Le bovarysme, autant que le donquichottisme, se confond avec la littérature, puisqu’on pourrait présenter l’intertexte comme le pouvoir départi au texte de se concevoir autre qu’il n’est... En ce sens, la figure d’Emma incarne la littérature tout entière, elle en sort et y retourne, elle s’en nourrit et la régurgite, à l’heure de sa mort, quand les romans empoisonnés (c’est l’avis de la mère de Charles et du pharmacien Homais) lui reviennent en bouche avec un « affreux goût d’encre »,19 dans la scène de l’agonie qui a fait littéralement vomir Flaubert au moment où il l’écrivait, parce qu’il sentait dans sa bouche, à lui, un goût d’arsenic. Emma fonctionne comme une matrice imaginaire ouverte à toutes les identifications, qu’elle subit et suscite, réunissant dans le bovarysme l’auteur contaminé, les lectrices et les lecteurs qui reconnaissent en elle leurs désirs, les écrivains à venir sommés de s’y mesurer. Celle qui se donne pour modèle imaginaire à venir est prise dans l’imaginaire des modèles antérieurs.20 Du fond de sa province angevine, Marie-Sophie Leroyer de Chantepie s’y est retrouvée. Sa première lettre au cher maître montre que le piège à femme-lectrice tendu par la mécanique de l’œuvre a fonctionné admirablement : « Dès l’abord je l’ai reconnue, aimée, comme une amie que j’aurais connue. Je me suis identifiée à son existence au point qu’il me semblait que c’était elle et que c’était moi. »21 On ne sait pas si Flaubert a jamais dit : « Madame Bovary, c’est moi », mais Marie-Sophie Leroyer de Chantepie l’a écrit. Madame Bovary, c’est nous. Le bovarysme est une MTT, une maladie textuellement transmissible.22

19Au lieu de conclure, il faut ouvrir la notion de bovarysme sur le domaine de la littérature de langue anglaise. Pour m’acquitter de cette tâche avant de laisser la parole aux spécialistes, je voudrais terminer en esquissant trois portraits de femmes, trois anglaises qui ont un lien de grande proximité avec Flaubert et avec Madame Bovary.

20Juliet Herbert. C’est la gouvernante anglaise de la petite Caroline. Elle tombe à Croisset vers le mois de mai 1855, en pleine rédaction de Madame Bovary. Un peu après la publication du roman, Flaubert écrit à son éditeur, Michel Lévy :

  • 23 Lettre à Michel Lévy, [8 ou 9 mai 1857], Lettres inédites de Gustave Flaubert à son éditeur Michel (...)

On confectionne sous mes yeux une traduction anglaise de la Bovary qui me satisfait pleinement. S’il doit en paraître une en Angleterre, je désirerais que ce fût celle-là et pas une autre.
Mon traducteur est une femme qui n’a aucune relation avec aucun éditeur de Londres, mais doit regagner Albion dans quinze jours, environ. Pouvez-vous l’aboucher (expression indécente) avec un de vos confrères d’outre Manche ?
[...] cette traduction est un vrai chef-d’œuvre, je vous le répète.
Il me semble que cela plairait en Angleterre.
[...] Faites quelque chose pour ma protégée, cela m’obligerait de toutes les façons ?23

21L’auteur et sa traductrice anglaise devinrent amants, on ne sait quand, ni dans quelles circonstances. Mais ce fut à l’ombre de Madame Bovary. Comme Paolo et Francesca, ils ont pu dire : « Ce jour-là, nous ne lûmes pas plus avant. »

22Gertrude Tennant. C’est l’une des deux sœurs Collier, rencontrées à Trouville en 1842. Il y eut entre les trois une love story. Puis, Gertrude épousa en 1847 le philanthrope Charles Tennant. Flaubert envoie un exemplaire de Madame Bovary à son ancienne girl friend. « Il me semble que cela plairait en Angleterre », écrivait-il à son éditeur. Gertrude lit, et répond :

  • 24 Lettre de Gertrude Tennant à Flaubert, [23 juin 1857], publiée par Jean Bruneau, « La famille Colli (...)

Je ne ferai pas de phrases, mais je vous dirai tout bonnement que je suis émerveillée [au sens de étonnée], que vous, avec votre imagination, avec votre admiration pour tout ce qui est beau, que vous ayez écrit, que vous ayez pu prendre plaisir à écrire quelque chose de si hideux que ce livre ! Je trouve tout cela si mauvais [bad] ! et le talent que vous avez mis dans le livre doublement détestable ! ! — à vous dire vrai, je n’ai pas tout lu mot à mot, car à mesure que je plongeais par ci, par là dans votre livre, je me sentais suffoquer comme ce pauvre chien que l’on jette dans « Il grotto del Cane. »
Je ne comprends pas, comment vous ayez pu [sic] écrire tout cela ! — où il n’a [sic] absolument rien de beau, ni de bon ! — et le jour viendra pour sûr où vous verrez que j’ai raison. À quoi bon faire des révélations de tout ce qui est mesquin, et misérable : personne n’a pu lire ce livre sans se sentir plus malheureux, et plus mauvais !
Je ne sais quels sont les sentimens [sic] de votre mère, mais elle doit éprouver un chagrin mortel de voir un pareil ouvrage !... Maintenant j’ai fini pour toujours avec votre Madame de Bovary [sic] et n’en parlons plus !
[...] Espérant sincèrement que cette carrière qui s’ouvre devant vous sera employée à quelque chose de bon.24

  • 25 Lettre de Marx à Engels, 17 janvier 1855, citée par Yvonne Kapp, Eleanor, chronique familiale des M (...)
  • 26 « [Eleanor] parle à ravir, elle raconte à merveille, c’est ce que lui ont appris les frères Grimm q (...)
  • 27 Yvonne Kapp, Eleanor Marx (New York: Pantheon Books, 1976), t. II, 696.
  • 28 Madame Bovary, III, chap. 8, 320. Eleanor Marx-Aveling n’avait pas pu lire Passion et vertu, un réc (...)

23Eleanor Marx. C’est la fille cadette de Karl Marx. Marx aurait préféré un rejeton mâle : « Si ç’avait été un garçon, la chose serait plus acceptable », écrit-il au lendemain de sa naissance, en 1855, alors que Flaubert compose Madame Bovary.25 Pendant son enfance, elle lut beaucoup de contes de fées.26 Quand elle eut dix-sept ans, elle se fiança secrètement à un français, Hyppolite Lissagaray (le futur auteur de l’Histoire de la Commune), mais son père opposa un veto au mariage. Eleanor entra alors dans une longue dépression. En 1886, elle traduisit Madame Bovary. C’est la première traduction en anglais, publiée en 1886 à Londres, chez Vizetelly, après celle de Juliet Herbert, qui n’avait pas paru. Le 31 mars 1898, Eleanor se suicida en prenant « a small quantity of prussic acid for dog ».27 On se souvient qu’Emma avait demandé à Justin de l’arsenic pour tuer les rats.28

Notes

1 Le premier emploi attesté se trouve dans un article que Barbey d’Aurevilly consacre à un roman de M. Ch. Bataille et M. E. Rasetti, Antoine Quérard (Les OEuvres et les hommes, t. IV : Les Romanciers, 1865 ; Genève, Slatkine Reprints, 1968, 281-294). L’article est construit sur un parallélisme entre le roman qui fait l’objet de l’analyse et Madame Bovary ; l’une de leur ressemblance tient au traitement de l’amour : « Rosette, la concubine d’Antoine Quérard, reste donc sa concubine, mais, comme elle aime Paul et qu’elle le lui a dit, elle se dégrade de plus en plus, et, dès cette heure, elle passe à l’état de bovarisme absolu » [290]. Sous la plume de Barbey d’Aurevilly, très critique à l’égard de Flaubert, le néologisme se teinte de péjoration.

2 Lettre du [6 janvier 1857], Correspondance, éd. Jean Bruneau (Paris : Gallimard, Bibl. de la Pléiade, 1980,1), 662.

3 Lettre du [28 janvier 1857], ibid. 676. renvoie à un lieu qu’il n’a pas été possible de déterminer (voir le commentaire de Jean Bruneau, n. 4, 676), mais on sait que devaient s’y retrouver les amis du prévenu à la veille du procès, peut-être en compagnie du fils de Charles Abbatucci, le garde des Sceaux, mentionné au début de la lettre.

4 Lettre à Maurice Schlésinger, [vers le 11 février 1857], ibid. 681.

5 Lettre à Émile Cailteaux, [4 juin 1857], ibid. 728.

6 Lettre du [14 août 1853], ibid. 392.

7 Jules de Gaultier, Le Bovarysme. La Psychologie dans l’œuvre de Flaubert (Paris : Librairie Léopold Cerf, 1892), 20.

8 Jules de Gaultier, Le Bovarysme (Paris : Mercure de France, 1902), nouvelle éd. 1921, 3. C’est J. de Gaultier qui souligne.

9 Lettre à Mme X [Louise Colet], 10 octobre 1846, Correspondance (Paris : Charpentier, première série, 1887), 174 (édition de Jean Bruneau, Bibl. de la Pléiade, t.I, 383).

10 René Descharmes, Flaubert. Sa vie, son caractère et ses idées avant 1857 (Paris : Ferroud, 1909 ; Genève, Slatkine Reprints, 1969,103). La note complète est ainsi rédigée : « Une personne qui a connu très intimement Mlle Amélie Bosquet, la correspondante de Flaubert, me racontait dernièrement que Mlle Bosquet ayant demandé au romancier d’où il avait tiré le personnage de Mme Bovary, il aurait répondu très nettement, et plusieurs fois répété : “Mme Bovary, c’est moi ! – D’après moi” ». Selon une note manuscrite de René Descharmes, son informateur est M. de Launay, 31 rue Bellechasse (Fonds Descharmes, B.N.F., N.A.F. 23841, f° 402).

11 Paul Bourget, « Flaubert », La Nouvelle Revue, 15 juin 1882, repris dans les Essais de psychologie contemporaine (Lemerre, 1883 ; éd. définitive Plon, 1899). On lit cette étude aujourd’hui dans l’édition d’André Guyaux (Paris : Gallimard, coll. Tel, 1993).

12 Cité par Jules de Gaultier, Le Bovarysme. La psychologie dans l’œuvre de Flaubert, 11.

13 Madame Bovary, éd. Claudine Gothot-Mersch (Paris: Garnier, 1971), 283.

14 Charles Baudelaire, « Madame Bovary par Gustave Flaubert », in Œuvres complètes, éd. Claude Pichois (Paris : Gallimard, Bibl. de la Pléiade, 1976, t. II), 81.

15 Le Trésor de la langue française fait remonter l’invention de ce néologisme à Barbey d’Aurevilly, qui a donc créé à la fois le substantif et l’un des adjectifs possibles : « Il n’est de réalités que de cette sorte, et ces réalités il n’est pas permis de les contester. Les raisonnements que l’on poursuit à leur occasion peuvent être justes ou erronés, mais elles-mêmes ne sont ni vraies, ni fausses, elles existent. Tel est le caractère de la formule bovaryque : elle n’est pas la conclusion d’un raisonnement, elle est l’expression d’un mode de vision et peut devenir aussi une méthode de vision. » Pour cette citation, le TLF renvoie à la même référence bibliographique que pour le terme « bovarisme » (voir ci-dessus la note 1), 55. Je n’ai pas retrouvé la citation à cette page.

16 Antoine Porot, Manuel alphabétique de psychiatrie clinique et thérapeutique, 1952 (Paris : PUF, 5e éd., 1975), 105. Dans la réédition qui paraît dix ans plus tard, une nouvelle formulation gomme l’aspect « sexiste » de la précédente : « Le bovarysme semble se situer davantage dans le registre névrotique et plus spécifiquement hystérique où l’insatisfaction et la part imaginative compensatrice est prépondérante » (6e édition, 1984 ; article signé H. Loo et C. Descamps).

17 Dans sa thèse, Anne-Marie Milet rappelle que les psychanalystes ont donné, au contraire des psychiatres, un contenu dynamique à la notion de bovarysme : Maryse Choisy y voit un « pouvoir d’exhaussement » au service de l’idéal du moi (« Le Bovarysme, de l’idéal du moi et de la libido narcissique », Psyché, 1949, 562-580) ; pour Jacques Lacan, « la théorie de Jules de Gaultier concerne un rapport des plus normaux de la personnalité humaine : ses idéaux » (« Propos sur la causalité psychique », Écrits (Paris : Seuil, 1966), 170).

18 Michel Foucault, Les Anormaux, Cours au Collège de France, 1974-1975, Gallimard/Seuil, « Hautes Études », 1999, 4. Mon attention a été attirée sur ce texte par Per Buvik, que je remercie très cordialement.

19 Madame Bovary, III, chap. 8, 322.

20 Je reprends ici les phrases d’un article antérieur, « Comment une petite femme devient mythique », dans Emma Bovary, dir. Alain Buisine, Autrement, coll. « Figures mythiques », 1997, p. 8-25. Article revu et corrigé en ligne sur le site Flaubert <http://www.univ-rouen.fr/flaubert>, rubrique « Études ».

21 Lettre à Flaubert, 18 décembre 1856, Correspondance, t. II, 654.

22 Dans la communication qu’elle a présentée lors du colloque, Vanessa Guignery a rendu en toute justice la paternité de cette expression à Daniel Pennac, Comme un roman, Gallimard, 1992. Il s’agit en effet du sixième droit reconnu au lecteur : « Le droit au bovarysme (maladie textuellement transmissible) ». On croit inventer, alors qu’on se souvient...

23 Lettre à Michel Lévy, [8 ou 9 mai 1857], Lettres inédites de Gustave Flaubert à son éditeur Michel Lévy, Calmann-Lévy, 1965, 36-37. C’est Flaubert qui souligne. Il ne semble pas que la traduction de Juliet Herbert ait paru. — Les lettres de Flaubert à Michel Lévy, entrées à la B.N.F. en 1991 et désormais libres de droits, seront publiées intégralement dans le supplément du t. V de la Correspondance, Bibl. de la Pléiade.

24 Lettre de Gertrude Tennant à Flaubert, [23 juin 1857], publiée par Jean Bruneau, « La famille Collier et Gustave Flaubert (lettres inédites, 1842-1879) », Nineteenth-Century French Studies 17, 1-2 (Fall-Winter, 1988-1989), 79.

25 Lettre de Marx à Engels, 17 janvier 1855, citée par Yvonne Kapp, Eleanor, chronique familiale des Marx (Paris : Éditions Sociales, 1980), 19.

26 « [Eleanor] parle à ravir, elle raconte à merveille, c’est ce que lui ont appris les frères Grimm qui lui tiennent compagnie jour et nuit. Nous devons lui lire les contes à voix haute jusqu’à l’épuisement, mais malheur à nous si nous omettons ne serait-ce qu’une syllabe dans. Rumpelstilzchen, dans Barbe-Bleue ou dans Blanche-Neige. Grâce à ces contes elle a, en même temps que l’anglais dans lequel elle baigne, appris aussi l’allemand qu’elle parle avec une remarquable exactitude et précisions grammaticales. Cette enfant est la préférée de Karl, et ses rires et son babil effacent nombre de ses soucis » (lettre de Jenny Marx à Mme Weydemeyer, 11 mars 1861 [Eleanor a six ans], citée par Franz Mehring, Karl Marx, histoire de sa vie (Paris : Éditions sociales, 1983), 338-339).

27 Yvonne Kapp, Eleanor Marx (New York: Pantheon Books, 1976), t. II, 696.

28 Madame Bovary, III, chap. 8, 320. Eleanor Marx-Aveling n’avait pas pu lire Passion et vertu, un récit que le jeune Flaubert avait écrit en 1837, et qui fut publié pour la première fois en 1910 (Œuvres complètes, éd. Conard). Mazza, dont le destin anticipe de vingt ans celui d’Emma, se suicide en buvant « quelques gouttes du poison », versés d’un « flacon d’acide » (Œuvres de jeunesse, éd. Claudine Gothot-Mersch et Guy Sagnes (Paris : Gallimard, Bibl. de la Pléiade, 2001), 301.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search