Version classiqueVersion mobile

Le bovarysme et la littérature de langue anglaise

 | 
Yvan Leclerc
, 
Nicole Terrien

Avant-propos

Nicole Terrien

Texte intégral

1Le colloque Madame Bovary, le bovarysme et la littérature de langue anglaise, dont les communications forment le noyau de ce recueil, est le fruit logique d’une certaine conception de la recherche universitaire articulée sur l’enseignement (séminaire de maîtrise sur le personnage romanesque), sur la mise en commun des approches (études anglophones, littérature comparée et littérature française) proposées par des collègues d’horizons différents (France, Angleterre, États-Unis), sur l’ouverture d’un pôle d’excellence déjà reconnu (les études flaubertiennes à l’université de Rouen).

2Un autre colloque s’était déjà tenu dans nos murs, sous l’égide du CELCLA-ERAC, portant sur le roman de Julian Barnes, Flaubert’s Parrot, au programme de l’agrégation en 2001-2002. J’avais alors été invitée à communiquer et avais pu apprécier le travail d’une équipe accueillante, soutenue pour les circonstances par la coopération érudite et toujours constructive du Professeur Yvan Leclerc. Ce projet déjà déposé ne s’en trouva que renforcé par l’enthousiasme de « notre » flaubertien. Qu’il soit ici chaleureusement remercié pour tous les conseils prodigués, les éclairages proposés qui ont permis de mettre en relief la richesse d’un héritage bien vivant.

3Il nous semble opportun de souligner que la Normandie rayonne sous une forme littéraire, parfois discrète mais toujours efficace. Ce n’est pas à nous de juger de l’impact économique d’une telle renommée, mais gageons qu’il n’est pas neutre à défaut d’être directement quantifiable.

4Que soient remerciés nos collègues d’Angleterre (université de Hull) et des États-Unis (Massachusetts Institute of Technology) d’avoir partagé avec nous leur lecture du texte de Flaubert à travers celle de leurs auteurs.

5Que soient remerciés les collègues de nos universités ou classes préparatoires aux grandes écoles qui ont contribué au succès de cette entreprise par ailleurs soutenue par le Conseil Scientifique de notre université et par le centre de recherche CEREDI qui s’est joint au CETAS-ERAC pour financer cet événement.

6Que soient remerciés les nombreux étudiants, anciens étudiants, jeunes collègues, collègues des autres établissements d’éducation de la région ou d’ailleurs d’avoir montré par leur présence réconfortante que les études littéraires ne sont pas mortes et que notre université peut participer au maintien d’une vie culturelle locale mais néanmoins rayonnante.

7La notion centrale de bovarysme retenue comme outil d’analyse a permis de mettre en relief, au delà de ressemblances thématiques, une interrogation récurrente du texte littéraire sur le rôle de la lecture dans la définition de sa propre identité. Le roman de Flaubert et son héroïne constituent alors plus qu’une référence, une véritable déclaration de connivence entre auteur et lecteur / lectrice qui situe le roman au cœur d’un incessant processus de création / recréation, plus tard explicité par Umberto Eco comme celui de « l’œuvre ouverte ». À l’intertextualité affirmée se joint une dimension méta-textuelle donnant au roman une portée autocritique qui dépasse le niveau du simple divertissement, sans pourtant nier la nécessaire facette ludique. Ce que les études ici réunies ont montré, c’est que la critique littéraire la plus contemporaine n’est pas une construction in abstracto, mais bien une théorisation s’appuyant sur la trame même du récit romanesque, au-delà des modes, des époques ou des limites géographiques.

8La présentation respectant la chronologie des romans étudiés souligne les constantes de cette réflexion, sans masquer une évolution vers une théorisation plus ouverte, vers une interrogation plus inquiète sur la survie du genre romanesque. Mais à aucun moment il ne nous semble avoir rencontré de crise du roman. L’étroite relation entre personnage et lecteur / lectrice garantit en effet l’intérêt narcissique sans cesse renouvelé et assure la possibilité de poursuivre la lecture à L’infini.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search