Version classiqueVersion mobile

La draperie en Normandie du XIIIe siècle au XXe siècle

 | 
Alain Becchia

Apogée et déclin

L’industrie et la ville : l’exemple d’Elbeuf XVIIe-XXe siècles

Emmanuelle Real

Texte intégral

  • 1 Ce repérage réalisé en 1992 a permis au terme d’un travail scientifique de localisation et d’identi (...)
  • 2 L’analyse des deux premières périodes s’est appuyée sur l’ouvrage d’Alain BECCHIA, La draperie d’El (...)

1Cette étude, qui s’appuie sur le repérage du patrimoine industriel d’Elbeuf réalisé par le Service régional de l’inventaire de Haute-Normandie1 et sur les nombreux travaux conduits par la Société d’histoire locale, tente de déceler quelle a été, à Elbeuf, l’incidence de l’activité lainière sur le développement et le paysage urbain. Il s’agit de montrer comment, sur près de trois siècles, entre 1667, date de la création de la Manufacture royale de draps d’Elbeuf, et la première guerre mondiale, au lendemain de laquelle s’amorce le déclin, l’industrie du drap a investi, engendré ou tout simplement marqué la ville. L’étude met en évidence un découpage en trois périodes (1667-1830, 1830-1870, 1870-1918), correspondant pour cette industrie à des phases de mutation, dont témoignent encore l’architecture et la morphologie de la ville2

2Pour conclure enfin, il est fait état de la situation patrimoniale actuelle, résultat de démarches parfois contradictoires.

Une industrie entre ville et campagne (1667-1830)

3En 1667, la création de la Manufacture royale de draps d’Elbeuf, sur l’initiative de Colbert, va entraîner une réorganisation de la production et donner une nouvelle impulsion à l’activité drapière dans la ville. Les fabricants regroupés au sein de la Manufacture bénéficient de la protection du pouvoir royal qui leur assure la pérennité de leurs entreprises. En contrepartie, ils doivent observer des règles de travail strictes pour produire des tissus de qualité répondant à des normes précises et se soumettre à un système de contrôle sévère. La suppression du Bureau de la Manufacture, en mars 1791, libère les fabricants du carcan réglementaire et semble anéantir tout esprit de corps. Il survit en fait et réapparaît au grand jour dès 1801 avec l’institution d’une Commission de Commerce qui assure la défense de leurs intérêts collectifs. Elle est remplacée en 1804 par une Chambre Consultative composée de six membres issus des grandes familles drapières de l’Ancien Régime... Ces institutions interviennent notamment sur la politique urbaine à mettre en œuvre pour l’amélioration du commerce et de l’industrie et, bien que leur rôle soit consultatif, leurs avis sont fréquemment suivis.

L’organisation de la production

4Jusque dans les années 1780, la fabrication des draps est à la fois dispersée, fragmentée et peu mécanisée. Caractérisée par une extrême division du travail en une multitude d’opérations, la fabrication des draps entraîne la laine dans un circuit complexe qui se traduit par des va-et-vient continuels entre ville et campagne. En cela, Elbeuf ne dément pas le schéma proto-industriel classique à l’intérieur duquel les « fabricants » sont moins des industriels que des donneurs d’ouvrages qui gèrent la fabrication, contrôlent le travail exécuté à domicile et écoulent la marchandise. Ils se réservent toutefois les opérations de finition du drap dont dépend la qualité produit.

  • 3 Archives Nationales F12 560. Lepage décrit très précisément toutes les opérations (excepté la teint (...)
  • 4 TOULEMONDE (Damien), « La teinturerie elbeuvienne (18e - 19e siècles) », Bulletin de la Société de (...)
  • 5 CHAPON (Nathalie), « La proto-industrialisation dans les campagnes de l’Eure au sud d’Elbeuf de 175 (...)
  • 6 LARGESSE (Pierre), « Le dénombrement de 1796 », Tableau XVII (secteur secondaire, textile), Bulleti (...)

5Comme l’évoque en 1780 l’élève-inspecteur Lepage, dans son « Mémoire sur la fabrique des draps d'Elbeuf »3, on utilise à Elbeuf de la laine espagnole, acheminée par bateaux depuis Bilbao, Santander et Alicante jusqu’à Rouen, puis par voie fluviale jusqu’à Elbeuf. Arrivée brute, la laine est nettoyée de ses impuretés, dégraissée et rincée dans des ateliers implantés le long du Puchot, petit cours d’eau qui traverse la partie occidentale de la ville. La teinture, pratiquée sur la laine « en bourre « jusqu’au XVIIIe siècle, puis en fil et en pièce au XIXe siècle, est souvent l’œuvre de maîtres-teinturiers indépendants. Comme le montre le cadastre de 1830, les teintureries se concentrent au cœur de la ville, sur la paroisse Saint-Etienne, le long du Puchot dont elles encombrent les rives. Leur nombre n’a cessé de croître, passant de trois à la fin du XVIIe, à 14 en 1732, à 25 en 1822. A partir de 1824, pour remédier à l’engorgement du Puchot, autorisation est donnée d’utiliser l’eau de la Seine. De nouvelles teintureries, comme celles de Pierre Turgis ou de Victor Grandin, s’installent alors en bordure du fleuve4. Le cardage, opération délicate et décisive, est effectué en ville par une main-d’œuvre qualifiée, essentiellement masculine, travaillant sous le regard des fabricants. Jusqu’à la fin du XVIIIe siècle, le filage reste une opération exclusivement périurbaine. Réalisé à la campagne, dans un rayon de 25 km, il occupe une main-d’œuvre féminine, pour laquelle il s’agit d’une activité d’appoint. Le tissage ensuite, qui occupe une population exclusivement masculine, se réalise tant en fabrique qu’à domicile, et se localise tant en ville que dans les faubourgs proches. En 1794, le recensement de 3 448 fileuses sur les 58 communes rurales parmi les plus périphériques du bassin de main-d’œuvre elbeuvien, alors qu’il n’est fait mention d’aucun tisserand, rend compte du phénomène5. En contrepartie, lors du dénombrement de 1796, on comptabilise sur sept communes rurales voisines d’Elbeuf, 1 680 fileuses et 730 tisserands travaillant pour la draperie locale6

6Au cours du XIXe siècle, la mécanisation de la filature inverse la tendance, de sorte que la généralisation du métier à filer contribue à relancer le tissage manuel à l’extérieur de la ville.

7Une fois tissé, le drap rentre en fabrique pour être contrôlé, puis ressort à nouveau de la ville pour gagner les moulins à foulons implantés dans les vallées voisines de l’Andelle, de l’Eure et de la Risle. En effet, l’exploitation intensive du Puchot, dont le débit est par ailleurs trop faible, ne permet pas de réaliser le foulage à Elbeuf. Enfin, le drap retourne en fabrique où, sous la haute surveillance des maîtres drapiers, sont exécutés les apprêts. A partir des années 1780, une forme de concentration du travail s’amorce. Des manufactures urbaines, regroupant des métiers manuels ou mécaniques, sont construites à l’intérieur de la ville et identifiées comme tissages ou filatures. Ces dernières bénéficiant d’une mécanisation précoce utilisent des manèges à chevaux, symbolisés sur le cadastre napoléonien par de petites roues à rayons facilement reconnaissables.

  • 7 CHAPLAIN (Jean-Michel), La chambre des tisseurs, Louviers : cité drapière 1680-1840, Seyssel, Champ (...)

8On notera que faute d’un cours d’eau assez puissant, la mécanisation débutante ne repose pas ici sur l’exploitation de la force hydraulique, contrairement à la ville voisine et concurrente de Louviers7.

L'industrie s'intègre à la ville

9La physionomie d’Elbeuf aux XVIIe et XVIIIe siècles demeure sensiblement la même, bien que sa population connaisse une augmentation importante. Elle passe de 4 000 à 6 000 habitants entre 1630 et 1790. Cette poussée démographique, due essentiellement à l’effet d’attraction que produit la Manufacture, est littéralement absorbée par la ville. C’est significatif quand on compare les plans d’Elbeuf à la fin des XVIIe et XVIIIe siècles. Excepté une très faible extension, la physionomie du site ne subit pas de transformations profondes : la trame urbaine reste constituée d’un réseau de ruelles et de passages, qui se greffe sur les artères principales et qui permet de desservir l’intérieur d’un tissu compact, tandis que quelques chemins partent du centre pour desservir les champs. Au lieu de s’agrandir, le bourg se densifie autour de ses structures existantes et c’est à l’intérieur de ce tissu compact que se développe l’activité drapière. Les constructions se concentrent sur les deux paroisses, autour des églises Saint-Etienne et Saint-Jean, de chaque côté des axes majeurs que sont la Grande Traverse (ancienne voie romaine) qui parcourt la ville d’est en ouest, la rue Saint-Jean orientée nord-sud qui rejoint la Seine (au bout de laquelle se trouve le port) et la rue de l’Hospice au sud qui descend du plateau parallèlement au Puchot et rejoint la Grande Traverse (ou Grande Rue). Ce sont sur ces axes que s’établissent les premières manufactures. Jusqu’en 1830, la paroisse Saint-Etienne, traversée par le Puchot, reste proportionnellement plus marquée par l’activité textile. Les manufactures y occupent un parcellaire en lanières qui, comme on l’observe sur le cadastre napoléonien, relie presque systématiquement la rue au Puchot. L’étroitesse des parcelles accentue le rythme vertical des rues anciennes, d’autant plus marqué que les ateliers s’élèvent sur trois, voire quatre étages.

10Au cours des XVIIe et XVIIIe siècles, on note peu de modifications dans le tracé des rues (et peu de nouvelles rues), exception faite de la percée réalisée en 1777, qui facilite la traversée de la ville du nord au sud et met le plateau du Neubourg en communication directe avec le port. C’est principalement sur cet axe, jalonné par les deux portes majeures du Neubourg et de l’Eau, que circule la laine arrivée par la Seine, entre ville et campagne. En 1757, la construction d’un quai de débarquement en pierre de Vernon, en remplacement de la berge talutée, rend compte de l’importance du trafic fluvial.

11L’utilisation intensive du Puchot par les teintureries et autres ateliers provoque l’ouverture spontanée des rues du Nord, du Bassin et Notre-Dame à la fin du XVIIIe siècle.

12C’est seulement au XVIIIe siècle que débutent les premiers travaux de voirie devant améliorer la circulation des marchandises à l’intérieur de la ville. Pour cela, on entreprend en 1740 le pavage des rues.

13Il faut attendre le début du XIXe siècle pour que de véritables projets urbanistiques soient à l’étude. En 1808, Masson, ingénieur en chef des Ponts et Chaussées de Rouen, exécute pour la Ville les premiers plans de voirie. Ses propositions d’alignement et d’élargissement des rues seront exécutées partiellement. En 1818, le projet de l’architecte Robert fait à nouveau le constat de l’étroitesse et de l’irrégularité des rues, qu’il est « urgent d’élargir pour le bon développement de l’industrie locale ». Une fois encore, ce projet n’est que partiellement suivi d’effets.

  • 8 Abbé BERNIER, « Voyage d’Antoine Duchesne au Havre et en Haute-Normandie, 1762 », Mélanges de la So (...)

14Les prairies situées au sud-ouest de la ville sont alors toutes utilisées comme clos à rames, pour l’étirage des draps. En 1762, Antoine Duchesne, prévôt des Bâtiments du Roi en fait la description suivante : « ce qui est le plus singulier à Elbeuf, c’est la vue de la côte de la Justice où sont tous les jardins des manufacturiers. Ce ne sont ni des pêchers, ni des poiriers, ni aucune autre espèce d’arbres qui forment les contre-espaliers ; ce sont des rames couvertes de pièces de drap de toutes les couleurs ; cela fait assurément une montagne bien habillée ; un peu arlequin, mais n’importe, je crois qu’on chercherait longtemps pour en trouver une pareille.8

Les modèles architecturaux des lieux de production

15Jusqu’au milieu du XVIIIe siècle, il n’y a pas de bâtiments à vocation purement industrielle : la fabrication du drap se fait à différents niveaux de la production dans les habitations en ville comme à la campagne. Il y a donc une véritable confusion entre lieu d’habitation et lieu de production. A partir de la seconde moitié du XVIIIe siècle, les greniers-étentes manifestent une première expression de l’architecture industrielle. Cette solution du séchage en comble, spécifique à la région rouennaise, est adoptée en remplacement du séchage en plein air. Cette solution se généralise lorsque la croissance démographique et l’augmentation de la production entraînent une pénurie de place avec l’occupation des terrains jusqu’alors disponibles. Dans ce paysage, la manufacture Lemonnier construite en 1673 pour de riches « marchands-drapiers-drapants » de confession protestante, a un caractère exceptionnel. Il s’agit d’un vaste établissement ayant à la fois vocation industrielle et résidentielle qui est atypique par ses dimensions et par la qualité de ses décors et des matériaux utilisés. Abandonné après la Révocation de l’Edit de Nantes, l’édifice est repris par le duc de Lorraine et converti en château ducal. Pour les établissements de taille modeste, la mixité des fonctions (habitat-production) est affaire de niveaux : la partie inférieure du bâtiment construite en brique sert généralement de logement tandis que les étages supérieurs en pan de bois tiennent lieu d’ateliers. Les manufactures plus importantes, à l’exemple des établissements Legrand-Duruflé, Louvet, Houiller sur la rue de la République (ancienne Grande Traverse) et des établissements Grandin de l’Eprevier, Delarue sur l’ancienne rue Saint-Jean, empruntent le modèle suivant : logis patronal en façade ordonnancée sur rue en pierre calcaire, avec sur l’arrière des ateliers en pan de bois construits autour d’une longue cour rectangulaire. La manufacture Petou, rue aux Bœufs, adopte un parti différent. Elle consiste en un long bâtiment de dix-huit travées qui s’élève sur trois étages surmontés d’un grenier-étente, tout entier destiné à la production. De façon générale, jusqu’au début du XIXe siècle, les nouveaux espaces de travail sont obtenus par surélévation des ateliers, ce que facilite la technique du pan de bois. Cette solution contribue à accentuer la densification du centre ancien.

16L’architecture des ateliers reste très proche de celle des bâtiments civils traditionnels, mais un certain nombre de caractéristiques liées à leur fonction apparaissent, telles que leur hauteur (jusqu’à cinq niveaux en comptant les combles) et l’importance de leur surface vitrée. En 1801, la Commission de Commerce, dès sa deuxième séance, après avoir exposé que le grand nombre de vitrages dans les lieux de travail est une nécessité purement technique, requiert l’exemption de l’impôt des portes et fenêtres pour tous les ateliers de fabrique. Dernier trait de cette période : l’absence de ségrégation sociale dans l’espace entre fabricants et ouvriers, de sorte que lieux de production, habitat populaire et riches maisons bourgeoises se côtoient, voire s’enchevêtrent.

Répercussions démographiques

  • 9 LIERVILLE (Sylviane), « La Manufacture Royale de Draps d’Elbeuf (1667-1770) », Bulletin de la Socié (...)

17Si l’activité drapière n’est pas exclusivement urbaine, il n’en demeure pas moins que la ville tout entière travaille la laine. En 1756, sur les 5 600 habitants recensés à Elbeuf, 4 000 se déclarent ouvriers du textile. Ce qui signifie que les 3/5e de la population d’Elbeuf participent à la fabrication du drap. En 1788, 5 100 habitants sur 5 700 au total appartiennent à des ménages affiliés à l’activité lainière. De plus, le phénomène de concentration de la production qui s’amorce à partir des années 1780, s’accompagne d’un appel de main-d’œuvre rurale vers la ville. Ainsi en 1814, alors que la population totale de la ville s’élève à 6 500 habitants, ce sont près de 8 000 ouvriers qui travaillent intra-muros. De nombreux ruraux viennent donc chaque jour travailler à Elbeuf. Parallèlement, le nombre des fabricants augmente de façon importante au cours du XVIIIe siècle, bien que les règlements de la Manufacture royale réserve l’accès à la maîtrise aux seuls fds de drapiers. Leur nombre passe de 42 en 1692 à 84 en 1750 et se stabilise jusqu’à la Révolution. Ces chiffres cachent en fait l’émergence des lignages et le cloisonnement professionnel : ainsi pour un Grandin en 1684, on en dénombre deux en 1693, six en 1764 et huit en 17809. Après la suppression du bureau de la Manufacture, le nombre des fabricants augmente nettement : ils sont 140 en 1793. Mais bon nombre des nouveaux venus sont de petits fabricants dont la carrière est souvent éphémère. Ainsi à côté d’un noyau de vieilles familles apparaît un groupe très fluctuant de petits fabricants qui s’établissent en période de croissance et disparaissent en cas de crise.

La ville transformée (1830-1870)

  • 10 CONCATO (Francis), LARGESSE (Pierre), De la Chambre Consultative à la Chambre de Commerce 1801-1861 (...)
  • 11 CONCATO (Francis), LARGESSE (Pierre), op. cit., p. 129.

18« Elbeuf est une ruche, tout le monde y travaille » : l’expression de Bonaparte, en visite à Elbeuf en 1802, vaut encore plus sous la Monarchie de Juillet et sous le Second Empire. En 1840, on compte 180 fabricants et un peu plus de 17 000 ouvriers (dont 11 000 travaillent en ville) alors que la population d’Elbeuf s’élève à 14 600 habitants10. Les chiffres de 1861 confirment la tendance : Elbeuf compte alors 204 fabricants de draps, 18 teinturiers, 8 filateurs, 50 apprêteurs... Parmi les 14 700 ouvriers travaillant dans la ville, 4 400 viennent des environs pour y travailler la semaine et 2 500 sont occupés au dehors, soit au total 21 600 ouvriers œuvrant à la fabrication du drap !11.

19La croissance industrielle entraîne une vive poussée démographique : de 1830 à 1870, la population d’Elbeuf double, passant de 10 300 à 20 000 habitants. Cette augmentation sans précédent est due à l’attraction qu’exerce l’industrie urbaine florissante sur la main-d’œuvre rurale.

L’organisation de la production entre tradition et modernité

20Par-delà les crises, l’industrie drapière connaît durant cette période une forte croissance dont l’apogée se situe en 1868. Cependant en dépit de la mécanisation amorcée et de la concentration de la production, la structure productive elbeuvienne reste marquée par une tradition proto industrielle encore vivace. Jusqu’à la fin du Second Empire, l’industrie locale continue à se caractériser par la division de la propriété des moyens de production, par le fractionnement de la fabrication en un grand nombre d’opérations et par la persistance du travail à façon. Le tissage est en grande partie réalisé à domicile par une main-d’œuvre rurale, à l’aide de vieux métiers à bras : en 1870 on en dénombre 6 809 (employés par l’industrie locale) contre 362 métiers mécaniques. La mécanisation de la filature suscite, comme dans d’autres centres lainiers, la forte augmentation du nombre des métiers à bras en campagne. Elle s’appuie également sur l’utilisation de l’énergie thermique, qui s’impose de façon précoce et massive, remplaçant progressivement les manèges à chevaux. La première machine à vapeur est installée à Elbeuf en 1817 ; c’est la première du département. Leur généralisation est rapide puisqu’en 1834, 45 machines à vapeur de grandes dimensions, déployant une force totale de 800 ch. fonctionnent dans la ville. L’utilisation de l’énergie thermique sans contrainte de localisation, avantage que présentait déjà la force animale, a permis l’implantation des bâtiments de production à l’intérieur de la ville et l’apparition de nouveaux quartiers.

L’industrie modernise la ville

21La croissance industrielle suscite une adaptation de l’espace de la ville aux besoins des manufacturiers. Les structures urbaines existantes, c’est-à-dire le centre ancien, surpeuplé et jugé mal adapté, ne peuvent plus répondre aux nécessités de la nouvelle industrie. Les besoins vont être évalués tant au niveau des intérêts privés des manufacturiers qu’au niveau global de la ville. L’exigence principale porte sur la circulation des marchandises.

22Le cycle de production s’accélérant, la circulation des marchandises doit suivre le même rythme. Dans cette perspective, différents axes de communication sont créés ou réaménagés.

23A la demande des fabricants, par l’intermédiaire de la Chambre Consultative, les principales voies empruntées par la laine pour être tissée ou par les draps pour être foulés sont améliorées : en 1837, le chemin vicinal reliant Elbeuf à Bourgtheroulde est transformé en route départementale, de même en 1838 pour les chemins reliant Elbeuf à Louviers et Pont-de-1’Arche.

  • 12 AD Seine-Maritime, 2 OP 716/51.

24En 1843, un pont suspendu est construit sur la Seine qui unit Elbeuf à Saint-Aubin. L’intérêt d’une telle construction a fait l’objet d’une forte polémique. Du point de vue de l’utilité générale, ni le trafic entre les deux communes, ni la construction d’une route supplémentaire entre Elbeuf et Rouen ne justifient un tel ouvrage. Du point de vue de l’utilité locale, l’intérêt semble plus évident. Ainsi peut-on lire dans un rapport du Conseil Municipal d’Elbeuf (1837) : « on envisage d'établir (...) des lavoirs et des teintureries sur la rive droite de la Seine, de reporter dans la plaine de Saint-Aubin les étentes de draps chassées de la rive opposée du fleuve par l’enrichissement de nos rues, de nos places, de nos constructions nouvelles »12. L’ouverture de ce pont va permettre en effet l’extension de l’industrie elbeuvienne sur la rive droite de la Seine (mais il ne s’agit pas d’une délocalisation). Le déploiement de l’activité dans cette direction est à nouveau stimulé par la construction d’un pont de fer en 1864, consécutive à l’aménagement de la gare de Saint-Aubin (sur la ligne Paris-Serquigny), alors qu’Elbeuf en est toujours dépourvue. L’absence de desserte ferroviaire à Elbeuf même est compensée par le transport fluvial. La Seine demeure le moyen le plus employé pour approvisionner la ville en pondéreux, houille et laine. Pour répondre aux besoins de l’activité portuaire, les quais sont réaménagés en 1857.

25Parallèlement de nouvelles rues sont réalisées dans la ville. Leur percement est l’objet de bien des convoitises et souvent le résultat de stratégies personnelles. Il nécessite l’autorisation conjointe des membres du Conseil municipal et des propriétaires des terrains visés par l’extension. A Elbeuf, ce sont souvent les mêmes personnes, tous pour la plupart patrons de l’industrie (sur 29 maires élus entre 1770 et 1910, 23 sont manufacturiers). Il en résulte que l’intérêt collectif et les intérêts privés se confondent fréquemment. En pratique, lorsqu’un manufacturier souhaite qu’une rue desserve sa propriété, il offre gratuitement à la commune une partie de son terrain pour l’emprise de la rue et conserve le reste pour édifier son usine quand ce n’est pas déjà le cas. Parfois, il propose lui-même le plan du tracé de la voie. La municipalité n’a plus qu’à accepter le projet, à exécuter et financer les travaux de voirie. C’est le cas, entre autres, des rues Bourdon, Charles-Flavigny, Lefort, Patallier, Théodore-Chennevière, Félix-Gariel, Grandin, etc. ouvertes entre 1830 et 1870.

26Jusqu’en 1870, la ville s’étend dans ses parties basses, au nord-est à partir de la rue Saint-Jean, entre la Grande Traverse et la Seine, et à l’est jusqu’à ses limites administratives. C’est là que sont édifiées la plupart des nouvelles usines, sur des terrains utilisés auparavant comme clos à rames. Par trop inondable, l’extrémité nord-est de la ville reste peu urbanisée. Les nouvelles rues quadrillent la ville et la découpent en îlots presque réguliers. En règle générale, leur orientation est parallèle (est/ouest) ou perpendiculaire (nord/sud) à la Seine, l’objectif principal étant de faire communiquer la Grande Traverse avec le fleuve. La largeur des rues, de 10 à 13 mètres pour les plus importantes, est fixée par le conseil municipal en fonction de l’importance du trafic supposé. Les voies étant maintenant réservées à la circulation, les activités sociales qu’elles accueillaient jusqu’alors doivent trouver des espaces spécifiques. Marchés et foires disposent progressivement de places distinctes. La place Lécallier est créée en 1838 (utilisée jusqu’en 1842 pour le séchage des draps), la place Lemercier en 1838 (habits, souliers, fruits et légumes), la place aux Halles en 1842 (blé), la Halle au Poisson en 1859... La place du Champ-de-Foire, qui accueille les foires aux laines et sert de port de débarquement pour les matériaux de construction, dispose d’un emplacement fixe à partir de 1832, dans la partie sud-est de la ville.

27Comme pour la période précédente, la mixité de l’habitat ouvrier et de l’industrie demeure la règle, comme on le voit dans Pilot triangulaire formé par les rues de Caudebec, Cousin-Corblin et par le cours Carnot. Ici les industriels ont fait construire sur la même parcelle, leur usine et des immeubles de rapport destinés à loger une partie de leurs ouvriers. Ainsi, rue de Caudebec, les ateliers de fabrication sont disposés autour d’une cour rectangulaire, fermée par un immeuble d’habitation sur la rue. Les bâtiments industriels édifiés en fond de parcelle sont invisibles de la voie publique et il faut pour les entrevoir pousser les portes cochères.

28En revanche, le logement patronal tend à se couper des lieux de production et à s’éloigner du monde ouvrier. Les industriels s’établissent, à partir de 1850, à proximité de la place de la mairie et sur le très résidentiel cours Carnot. Le quartier du Puchot, jugé insalubre, est définitivement abandonné par le patronat textile. Le centre ancien conserve par ailleurs une activité industrielle relative, bien que la concurrence croissante qui oppose les nouvelles usines aux manufactures condamne ces dernières à fermer. Certaines, pourtant, à l’exemple de la manufacture Petou, qui vers 1840 s’équipe d’une chaudière et d’une machine à vapeur, font face en se modernisant.

Une nouvelle architecture industrielle

  • 13 AD Seine-Maritime, 5 M 404-407, 652-653, 809-810.

29A compter des années 1830, la modernisation, même partielle, de la production entraîne une rupture dans le système constructif. Au pan de bois succède la brique et le passage de la manufacture à l’usine se lit dans le paysage par l’apparition des cheminées. Cependant, les structures porteuses demeurent en bois. Grâce à la brique, utilisée dorénavant de façon systématique comme matériau de gros œuvre, les volumes changent ; les usines occupent des parcelles rectangulaires plus larges. Ainsi, sans que change la hauteur des ateliers (ils s’élèvent toujours sur quatre niveaux en moyenne), la verticalité est moins marquée qu’au siècle précédent. La disposition des usines emprunte maintenant des modèles multiples : certaines adoptent un plan simple en alignement sur rue (Béranger frères, rue Cousin Corblin ; Gasse et Canthelou, rue Patallier), d’autres un plan en U (Nivert et Bourgeois, rue Grémont) ou un plan en T (Thibault, rue du Neubourg). Et comme dit précédemment, certaines sont dotées de logements de rapport destinés aux ouvriers. La brique utilisée localement vient en partie des communes environnantes : Saint-Pierre-lès-Elbeuf, Caudebec-lès-Elbeuf, Oissel. Entre 1820 et 1880, on recense autour d’Elbeuf une vingtaine d’autorisations préfectorales pour l’établissement de briqueteries13. Certains gros fabricants, comme Théodore Chennevière, possèdent leur propre briqueterie.

L’ère des Alsaciens (1871-1918)

  • 14 DAUMAS (Jean-Claude), L'installation des alsaciens à Elbeuf après 1871, éd. Les Descendants de Moys (...)

30La troisième étape s’ouvre au lendemain de la guerre franco-allemande, avec l’arrivée massive de fabricants et d’ouvriers issus de l’industrie drapière, originaires du canton de Bischwiller en Alsace14. Les raisons de cet exode sont en grande partie d’ordre économique : les clauses douanières du traité de Francfort, en fermant le marché français aux industriels alsaciens leur imposent, soit de s’adapter à la demande du marché allemand en changeant leur production, soit de transplanter leurs établissements dans des centres lainiers français. Une majorité fait le choix de partir. L’immigration se porte essentiellement sur Sedan et Elbeuf, où elle prend la forme non seulement d’une migration de population mais aussi d’un transfert d’activités et de capitaux. De ce moment date l’avènement de la grande industrie drapière à Elbeuf.

L’organisation de la production dans l’industrie alsacienne

  • 15 DAUMAS (Jean-Claude), L'amour du drap. Blin et Blin, 1827-1975. Histoire d’une entreprise familiale (...)

31Les structures productives développées par les Alsaciens sont en rupture totale avec celles caractérisant T industrie locale. Alors que les fabricants elbeuviens conservent un système de production extrêmement fractionné, médiocrement mécanisé, dans des établissements de taille modeste, les industriels alsaciens font édifier de vastes usines, extrêmement mécanisées et à grande capacité productive. Ils s’imposent d’emblée comme des concurrents fort dangereux. L’usine Blin & Blin est la première à développer localement un système de production complètement intégré15. Tous les stades de fabrication y sont réalisés depuis la préparation des laines jusqu’aux opérations d’apprêts, avec des ateliers de tissage entièrement mécanisés. En terme d’effectifs, d’équipement et de production, les deux établissements alsaciens Blin et Fraenckel deviennent les unités lainières les plus importantes de la ville et comptent parmi les plus puissantes du pays.

Les répercussions sur la morphologie urbaine

  • 16 DAUMAS (Jean-Claude), « Paternalisme et sociabilité ouvrière dans la draperie elbeuvienne à la fin (...)

32Avec l’arrivée des fabricants alsaciens, de véritables quartiers industriels apparaissent, repoussant les limites de la ville vers le sud jusqu’aux limites naturelles données par le relief. Leurs usines, à l’exemple des établissements Blin et Fraenckel, édifiés respectivement en 1872 et en 1881, forment des îlots fermés. De façon générale, les bâtiments en hauteur sont édifiés sur rue, alors que les ateliers bas couverts en sheds remplissent l’espace intérieur de l’îlot. L’accès du personnel au site s’effectue par une entrée principale alors que les produits empruntent des passages latéraux qui leur sont réservés. En 1896, l’usine Blin couvre une superficie de 22 000 m2, où sont édifiés neuf bâtiments qui s’ordonnent à l’intérieur de cet espace autour de rues, de cours et de placettes. L’usine Fraenckel consiste en un îlot de 17 000 m2 densément bâti. Les ateliers sont desservis par une large rue intérieure qui constitue l’axe unique du site, emprunté conjointement par les hommes et les produits. La construction de ces deux établissements rompt définitivement avec la tradition industrielle elbeuvienne qui faisait de la parcelle l’unité de construction. La politique paternaliste des industriels alsaciens16, davantage centrée sur la prévoyance et la protection des travailleurs que sur le logement social, se traduit par la construction, au voisinage de l’usine, d’ateliers-écoles pour la formation des jeunes apprentis, d’une bibliothèque (1892), d’une pouponnière modèle (1904), etc. Le seul exemple de logements réalisés par les industriels alsaciens semble être la cité ouvrière édifiée pour quarante ménages à proximité de la filature Blin de Saint-Pierre-lès-Elbeuf. Elle consiste en de petites maisons en bande, disposant de jardinets individuels et d’un terrain de jeu collectif. La ville même d’Elbeuf, déjà densément occupée, ne pouvait accueillir sur son territoire une telle réalisation.

33Malgré les multiples démarches menées conjointement par la municipalité et par la Chambre Consultative, le raccordement d’Elbeuf à la ligne Rouen-Orléans (via les communes de Couronne et Quevilly), n’est obtenu qu’en 1883. La nouvelle gare, dite d’Elbeuf-ville, est édifiée au proche voisinage de l’usine Blin dans le prolongement de l’avenue Gambetta qui sert de lien direct entre les deux lieux. Le choix de cet emplacement n’est sans doute pas fortuit, tant il semble que la gare soit une extension de l’usine.

34A la fin du XIXe siècle, le rayonnement de cette nouvelle industrie drapière sur les communes environnantes (Caudebec-lès-Elbeuf, Saint-Pierre-lès-Elbeuf et Saint-Aubin-lès-Elbeuf), contribue à la création de l’agglomération. Ce phénomène est renforcé par la migration progressive d’une partie de la population ouvrière installée jusqu’alors Elbeuf, qui recherche dans les localités voisines des logements aux loyers plus modiques. Se pose alors de façon cruciale le problème des transports urbains. Pour y répondre, un réseau de tramways électriques est ouvert en 1898. Deux lignes perpendiculaires sont mises en service, l’une nord-sud relie Elbeuf et Saint-Aubin, l’autre est-ouest relie Saint-Pierre à Orival en passant par Caudebec-lès-Elbeuf et Elbeuf. Devenu un moyen de circulation largement utilisé par les ouvriers habitant les communes périphériques pour gagner les usines d’Elbeuf, le tramway contribue largement au phénomène d’agglomération. Cependant, la détérioration du service entraîne l’arrêt brutal du tramway après les grèves de 1926. Certains industriels mettront alors en place un système de navettes pour le transport de leurs ouvriers.

Une architecture monumentale

35L’usine Blin présente un caractère monumental à la fois par le nombre, la dimension et la qualité architecturale des bâtiments qui la composent. Elle associe des ateliers bas couverts de sheds en brique ou béton (ateliers de filature), et des bâtiments en maçonnerie de brique exclusivement, comportant jusqu’à quatre niveaux, percés par de larges baies répétitives de forme cintrée ou rectangulaire (ateliers de tissage et des apprêts, magasin de draps). De façon générale, les bâtiments en hauteur ont une architecture qui combine l’esthétique des décors classiques (jeux de briques bicolores, pilastres, corniches à modillons) et la fonctionnalité d’une charpente métallique constituée de poutres et de poteaux respectivement en acier et en fonte, supportant des planchers en voûtains de brique. Le souci de sobriété l’emporte cependant sur le triomphalisme affiché alors par tant d’usines textiles. Deux bâtiments se distinguent néanmoins : le premier est celui des bureaux et des magasins de vente qui borde la voie publique et forme l’entrée de l’usine (au-dessus de la porte, une tête d’homme néobaroque est surmontée de l’inscription « Blin & Blin ») ; le second est l’atelier des apprêts (rez-de-chaussée et 1er étage) et du tissage (2e et 3e étages) dont les façades sur cour sont ordonnancées avec un axe de symétrie souligné par un fronton triangulaire couronnant les travées centrales.

36L’usine Fraenckel utilise les mêmes techniques de construction en brique et métal que l’usine Blin. Elles permettent notamment de dégager des espaces de travail vastes et lumineux. Ici, tous les ateliers, à l’exception de celui construit sur la rue Salvandy (aujourd’hui détruit), sont traités avec une extrême sobriété. Les seuls éléments décoratifs sont les pilastres et le couronnement des fenêtres que souligne un jeu de briques bicolores ainsi que les ancres des tirants métalliques qui répètent sur chaque façade, les initiales F-B (Fraenckel-Blin) entrelacées.

Répercussions sur la démographique et la structure sociale

  • 17 DAUMAS (Jean-Claude), « L’installation des Alsaciens à Elbeuf après 1871 », p. 9.

37Les Alsaciens qui s’installent à Elbeuf entre 1871 et 1873 contribuent à l’augmentation de la population d’Elbeuf. Celle-ci atteint son chiffre maximum en 1881 avec un total de 23 152 habitants. Les nouveaux venus, au nombre de 538 pour la seule ville d’Elbeuf, sont un peu plus de 2 000 sur l’ensemble de l’agglomération. Parmi les 538 Alsaciens établis à Elbeuf, 357 sont actifs, 9 % sont des fabricants et 65 % des ouvriers travaillant exclusivement dans le textile. Ainsi, l’arrivée de cette population issue majoritairement du secteur textile contribue à renforcer le caractère mono-industriel et prolétarien de la ville17. D’autre part, l’immigration alsacienne va modifier le paysage cultuel de la ville : pour les ouvriers protestants un temple est construit en 1877. Les fabricants de confession israélite font quadrupler le chiffre de la communauté juive établie jusqu’alors à Elbeuf. La synagogue communautaire est construite en 1909 rue Grémont.

Le patrimoine industriel d’Elbeuf aujourd’hui (destruction, réhabilitation, protection)

38Après la première guerre mondiale commence le déclin de l’industrie lainière d’Elbeuf. La crise que subit alors ce secteur entraîne progressivement la fermeture de toutes les usines de la ville. La dernière, celle des établissements Prudhomme, cesse son activité en 1992. L’industrie défunte laisse la ville d'Elbeuf à la tête d’un patrimoine significatif mais fragile, face auquel toutes les attitudes, de la négation à la reconnaissance, sont adoptées. Au début des années 1970, la rénovation du quartier du Puchot, en vertu de principes progressistes, condamne une grande partie du centre ancien jugé insalubre et entraîne la disparition des nombreuses manufactures qui s’y trouvaient. A leur place s’élèvent aujourd’hui des immeubles de type HLM où sont relogés les habitants du quartier. La destruction d’un secteur entier, réponse sans nul doute la plus radicale en matière de politique patrimoniale, est heureusement marginale. Peu après la fermeture de l’usine Blin et Blin en 1975, et devant l’absence de projet de reconversion industrielle, l’attitude inverse est adoptée : la ville se rend acquéreur des lieux et met en place une vaste opération de réhabilitation programmée, dans le cadre du fonds d’aménagement urbain. Cette initiative publique permet d’éviter le morcellement et la dégradation de ce site exceptionnel parfaitement intégré au tissu urbain. Les architectes Bernard Reichen et Philippe Robert, connus pour leurs récents travaux sur la filature Leblan à Lille (1980), sont chargés de la réhabilitation. Les travaux sont achevés en 1983. Seuls les bâtiments à étages sont conservés : les rez-de-chaussée sont réaménagés en magasins de commerce, les étages en logements sociaux. Près de 175 appartements de catégorie HLM sont ainsi créés. Les rues et les cours intérieures qui desservaient l’usine sont transformées en places publiques, en espaces de jeux et en jardins.

39De façon générale, la reconversion spontanée s’impose comme solution de ré-affectation intermédiaire et consensuelle. Le phénomène n’est pas nouveau, puisqu’il se pratique déjà au XIXe siècle, avec la transformation de bon nombre de manufactures en logements. De nos jours, ces réhabilitations, réalisées avec plus ou moins de bonheur, relèvent pour l’essentiel de l’initiative privée. Faute de réutilisation à des fins de production, la reconversion des bâtiments industriels en immeuble d’habitation a permis de répondre localement à la pénurie de logements.

  • 18 A l’issue du repérage du patrimoine industriel d’Elbeuf, un travail de sélection raisonnée est mené (...)

40Enfin plus récemment, à l’instigation des services de l’Etat18, six édifices industriels témoignant de l’activité drapière aux XVIIIe et XIXe siècles, ont bénéficié d’une protection au titre de monuments historiques. Leur choix résulte d’une sélection sévère basée sur le critère de représentativité ou sur leur caractère exceptionnel. Les protections concernent quatre manufactures et deux usines. La manufacture Charles Houiller, 12-14 rue de la République, est inscrite à l’inventaire supplémentaire des monuments historiques en date du 28 novembre 1997. La protection porte sur les trois ateliers de fabrication édifiés durant la seconde moitié du XVIIIe siècle, le logement patronal reconstruit au XIXe siècle et l’emprise foncière de la cour. La manufacture Nicolas Godet, 63 rue Guynemer, est inscrite à l’inventaire supplémentaire des monuments historiques depuis le 15 mars 1994. La protection porte sur le tissage attesté en 1775, sur la petite filature thermique édifiée vers 1820 (détruite néanmoins en 1999) et sur le logement patronal reconstruit vers 1830. La manufacture Petou, 2 rue aux Bœufs, est inscrite à l’Inventaire supplémentaire des monuments historiques du 13 janvier 1994. La protection porte sur l’atelier de fabrication édifié au XVIIIe siècle et sur la cheminée qui lui est adjointe vers 1840. La manufacture Louis-Henri Delarue, 20 rue Guynemer, est inscrite à l’inventaire supplémentaire des monuments historiques depuis le 27 avril 1976 et la protection a été étendue le 6 décembre 1993. La protection portant sur le logis primitif est étendue aux ateliers du XVIIIe siècle et aux deux logements construits ultérieurement vers 1800 et 1840. L’usine Gasse et Canthelou, 17 rue Camille Randoing, est inscrite à l’Inventaire supplémentaire des monuments historiques depuis le 2 décembre 1997. La protection porte sur l’ensemble des bâtiments (ateliers de fabrication, chaufferie, conciergerie...) édifiés entre 1840 et 1920. L’usine Fraenckel-Herzog, 25 rue Camille Randoing, est pour partie inscrite à l’Inventaire supplémentaire des monuments historiques depuis le 4 juillet 1994. Cette protection concerne un atelier de fabrication, la salle des machines et la cheminée de l’usine édifiés vers 1880. Le 4 juillet 1995, le classement au titre des monuments historiques est obtenu pour les trois chaudières de l’usine et leurs accessoires.

Cette gravure de Cavelier et Lemarié, vraisemblablement réalisée au milieu du XIXe siècle depuis l’église Saint-Jean, représente la partie Nord-Ouest de la ville, située entre la Seine et le Puchot. On y découvre un paysage industriel mixte et densément bâti, où coexistent usines et manufactures.
© Inventaire général, ADAGP, 1980.

Usine Fraenckel-Herzog, 25 rue Camille Randoing. Ce groupe de trois chaudières de type semi-tubulaire à deux bouilleurs qui alimentait en partie l’usine Fraenckel-Herzog, a été fabriqué dans les années 1880 par l’entreprise Veillet-Lescure d’Amiens. En 1942, elles faisaient encore fonctionner une machine à vapeur de 500 ch. Les chaudières ainsi que leurs accessoires sont classés au titre des monuments historiques depuis 1995.
© Inventaire général, ADAGP, 1992

Vue intérieure du comble de la manufacture Petou, 2 rue aux Bœufs. Comme les autres niveaux, l’étage de comble est également utilisé comme espace de travail ou grenier étente. Pour ce faire, il consiste en un vaste plateau libre de 200 m2 largement éclairé par de grandes baies cintrées.
© Inventaire général, ADAGP, 1984.

Etablissements Blin et Blin, avenue Gambetta. Sur cette vue intérieure de l’atelier de lavage des laines, réalisée vers 1888, on peut distinguer sur la droite les cuves utilisées pour le dégorgeage et à gauche les essoreuses mécaniques mises en mouvement au moyen de courroies entraînées par des arbres de transmission fixés au plafond.
© Inventaire général, ADAGP, 1992

Filature de laine Nicolas Godet, passage Dubuc. Cette petite filature à façade ordonnancée néo-classique, construite vers 1820, est identifiée comme l’une des toutes premières filatures thermiques édifiées à Elbeuf. Elle est alors équipée d’une machine à vapeur de 18 ch. Bien que protégé au titre des Monuments Historiques en 1994, l’édifice a été détruit en raison de sa vétusté en 1999.
© Inventaire général, ADAGP, 1993.

Etablissements Nivert et Bourgeois, 16 rue Grémont.
Cette usine, spécialisée dans le tissage et l’apprêt des étoffes, édifiée dans les années 1860, comprend trois ateliers disposés autour d’une cour rectangulaire. Son plan en « U » rappelle singulièrement le modèle des anciennes manufactures.
© Inventaire général, ADAGP, 1981.

Château de l’industriel Théodore Chennevière, rue Romelot. Vers 1840, Théodore Chennevière, qui compte parmi les plus riches fabricants d’Elbeuf, fait bâtir au centre d’un vaste parc ce véritable château de style dit éclectique. Dans les années 1860, deux serres présentées lors d’une Exposition universelle à Paris, lui sont adjointes. L’édifice est entièrement détruit en 1974.
© Inventaire général, ADAGP, 1974.

Hôtel du manufacturier Pierre Grandin, 85 rue de la République. Héritier d’une famille de drapiers connue à Elbeuf depuis 1572, Pierre Grandin fait construire cette fabrique au milieu du XVIIIe siècle. Elle se compose d’un bel hôtel en façade de pierre de taille calcaire sur la rue et d’ateliers de fabrication en pans de bois édifiés en fond de parcelle.
© Inventaire général, ADAGP, 1992.

Etablissements Blin et Blin, avenue Gambetta. L’entrée des bureaux et des magasins est surmontée de décors sculptés représentant une tête d’homme néo-baroque et un caducée symbolisant lecommerce.
© Inventaire général, ADAGP, 1992.

Etablissements Blin et Blin, avenue Gambetta. Photographie prise vers 1888 de l’ensemble du personnel de l’usine. Une grande partie des ouvriers des établissements Blin et Blin était originaire d’Alsace. Ils furent nombreux en effet à suivre leur employeur dans l’exode, après l’annexion de l’Alsace à l’Allemagne en 1871.
© Inventaire général, ADAGP, 1992.

Usine Blin et Blin, avenue Gambetta. Après la fermeture de l’usine en 1975 et en l’absence de projet de reconversion industrielle, la ville fait l’acquisition du site pour éviter son morcellement et sa dégradation. Elle charge le cabinet Reichen et Robert de sa réhabilitation en logement sociaux. Seuls les bâtiments à étages sont conservés, comme ici l’ancien atelier de tissage et d’apprêt. Près de 175 appartements sont ainsi créés.
© Inventaire général, ADAGP, 1994.

Notes

1 Ce repérage réalisé en 1992 a permis au terme d’un travail scientifique de localisation et d’identification utilisant, entre autres sources, les plans et matrices du cadastre napoléonien, les registres des augmentations et des diminutions de 1836 à 1910, d’établir une liste exhaustive des édifices encore en place relevant de l’activité drapière. Le résultat de cette étude, soit 81 notices, est accessible sur le site internet du Ministère de la Culture dans la base Mérimée.

2 L’analyse des deux premières périodes s’est appuyée sur l’ouvrage d’Alain BECCHIA, La draperie d’Elbeuf (des origines à 1870), Publications de l’Université de Rouen, 2000, 869 p.

3 Archives Nationales F12 560. Lepage décrit très précisément toutes les opérations (excepté la teinture) qui entrent dans le processus de fabrication du drap d’Elbeuf.

4 TOULEMONDE (Damien), « La teinturerie elbeuvienne (18e - 19e siècles) », Bulletin de la Société de l'Histoire d’Elbeuf juin 1996, no 3, p. 11-18.

5 CHAPON (Nathalie), « La proto-industrialisation dans les campagnes de l’Eure au sud d’Elbeuf de 1750 à 1850 », Bulletin de la Société de l'Histoire d’Elbeuf no 23, juin 1995, p. 37-43.

6 LARGESSE (Pierre), « Le dénombrement de 1796 », Tableau XVII (secteur secondaire, textile), Bulletin de la Société de l’Histoire d’Elbeuf, no 9, décembre 1987, p. 43.

7 CHAPLAIN (Jean-Michel), La chambre des tisseurs, Louviers : cité drapière 1680-1840, Seyssel, Champ Vallon, 1984.

8 Abbé BERNIER, « Voyage d’Antoine Duchesne au Havre et en Haute-Normandie, 1762 », Mélanges de la Société de l’Histoire de Normandie, 4ème série, 1898, p. 185-275.

9 LIERVILLE (Sylviane), « La Manufacture Royale de Draps d’Elbeuf (1667-1770) », Bulletin de la Société de l'Histoire d'Elbeuf no 23, juin 1995.

10 CONCATO (Francis), LARGESSE (Pierre), De la Chambre Consultative à la Chambre de Commerce 1801-1861, Elbeuf, 1991, p. 79-80.

11 CONCATO (Francis), LARGESSE (Pierre), op. cit., p. 129.

12 AD Seine-Maritime, 2 OP 716/51.

13 AD Seine-Maritime, 5 M 404-407, 652-653, 809-810.

14 DAUMAS (Jean-Claude), L'installation des alsaciens à Elbeuf après 1871, éd. Les Descendants de Moyse Blin, 1990

15 DAUMAS (Jean-Claude), L'amour du drap. Blin et Blin, 1827-1975. Histoire d’une entreprise familiale, Presses Universitaires Franc-comtoises, 1999, 660 p.

16 DAUMAS (Jean-Claude), « Paternalisme et sociabilité ouvrière dans la draperie elbeuvienne à la fin du XIXe siècle : le cas Blin et Blin », Bulletin de la Société de l’Histoire d’Elbeuf, hors-série, septembre 1993, p. 71-82.

17 DAUMAS (Jean-Claude), « L’installation des Alsaciens à Elbeuf après 1871 », p. 9.

18 A l’issue du repérage du patrimoine industriel d’Elbeuf, un travail de sélection raisonnée est mené conjointement par le Service régional de l’Inventaire et la Conservation régionale des Monuments historiques, auxquels sont associés la municipalité et la Société de l’Histoire d’Elbeuf. Pour la première fois en Haute-Normandie, le patrimoine industriel fait l’objet d’une présentation générale devant la Commission régionale du patrimoine historique, archéologique et ethnologique de Haute-Normandie, lors de sa séance du 21 octobre 1993. Cette instance, remplacée depuis le 28 février 1997 par la Commission régionale du patrimoine et des sites, était habilitée à donner ses avis sur les propositions de protection des monuments historiques au titre de la loi du 31 décembre 1913.

Table des illustrations

Légende Cette gravure de Cavelier et Lemarié, vraisemblablement réalisée au milieu du XIXe siècle depuis l’église Saint-Jean, représente la partie Nord-Ouest de la ville, située entre la Seine et le Puchot. On y découvre un paysage industriel mixte et densément bâti, où coexistent usines et manufactures.© Inventaire général, ADAGP, 1980.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7252/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Légende Usine Fraenckel-Herzog, 25 rue Camille Randoing. Ce groupe de trois chaudières de type semi-tubulaire à deux bouilleurs qui alimentait en partie l’usine Fraenckel-Herzog, a été fabriqué dans les années 1880 par l’entreprise Veillet-Lescure d’Amiens. En 1942, elles faisaient encore fonctionner une machine à vapeur de 500 ch. Les chaudières ainsi que leurs accessoires sont classés au titre des monuments historiques depuis 1995.© Inventaire général, ADAGP, 1992
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7252/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Légende Vue intérieure du comble de la manufacture Petou, 2 rue aux Bœufs. Comme les autres niveaux, l’étage de comble est également utilisé comme espace de travail ou grenier étente. Pour ce faire, il consiste en un vaste plateau libre de 200 m2 largement éclairé par de grandes baies cintrées.© Inventaire général, ADAGP, 1984.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7252/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Légende Etablissements Blin et Blin, avenue Gambetta. Sur cette vue intérieure de l’atelier de lavage des laines, réalisée vers 1888, on peut distinguer sur la droite les cuves utilisées pour le dégorgeage et à gauche les essoreuses mécaniques mises en mouvement au moyen de courroies entraînées par des arbres de transmission fixés au plafond.© Inventaire général, ADAGP, 1992
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7252/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Légende Filature de laine Nicolas Godet, passage Dubuc. Cette petite filature à façade ordonnancée néo-classique, construite vers 1820, est identifiée comme l’une des toutes premières filatures thermiques édifiées à Elbeuf. Elle est alors équipée d’une machine à vapeur de 18 ch. Bien que protégé au titre des Monuments Historiques en 1994, l’édifice a été détruit en raison de sa vétusté en 1999.© Inventaire général, ADAGP, 1993.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7252/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende Etablissements Nivert et Bourgeois, 16 rue Grémont.Cette usine, spécialisée dans le tissage et l’apprêt des étoffes, édifiée dans les années 1860, comprend trois ateliers disposés autour d’une cour rectangulaire. Son plan en « U » rappelle singulièrement le modèle des anciennes manufactures.© Inventaire général, ADAGP, 1981.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7252/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Légende Château de l’industriel Théodore Chennevière, rue Romelot. Vers 1840, Théodore Chennevière, qui compte parmi les plus riches fabricants d’Elbeuf, fait bâtir au centre d’un vaste parc ce véritable château de style dit éclectique. Dans les années 1860, deux serres présentées lors d’une Exposition universelle à Paris, lui sont adjointes. L’édifice est entièrement détruit en 1974.© Inventaire général, ADAGP, 1974.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7252/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Légende Hôtel du manufacturier Pierre Grandin, 85 rue de la République. Héritier d’une famille de drapiers connue à Elbeuf depuis 1572, Pierre Grandin fait construire cette fabrique au milieu du XVIIIe siècle. Elle se compose d’un bel hôtel en façade de pierre de taille calcaire sur la rue et d’ateliers de fabrication en pans de bois édifiés en fond de parcelle.© Inventaire général, ADAGP, 1992.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7252/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende Etablissements Blin et Blin, avenue Gambetta. L’entrée des bureaux et des magasins est surmontée de décors sculptés représentant une tête d’homme néo-baroque et un caducée symbolisant lecommerce.© Inventaire général, ADAGP, 1992.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7252/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Etablissements Blin et Blin, avenue Gambetta. Photographie prise vers 1888 de l’ensemble du personnel de l’usine. Une grande partie des ouvriers des établissements Blin et Blin était originaire d’Alsace. Ils furent nombreux en effet à suivre leur employeur dans l’exode, après l’annexion de l’Alsace à l’Allemagne en 1871.© Inventaire général, ADAGP, 1992.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7252/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Légende Usine Blin et Blin, avenue Gambetta. Après la fermeture de l’usine en 1975 et en l’absence de projet de reconversion industrielle, la ville fait l’acquisition du site pour éviter son morcellement et sa dégradation. Elle charge le cabinet Reichen et Robert de sa réhabilitation en logement sociaux. Seuls les bâtiments à étages sont conservés, comme ici l’ancien atelier de tissage et d’apprêt. Près de 175 appartements sont ainsi créés.© Inventaire général, ADAGP, 1994.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7252/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 105k

Auteur

DRAC Haute-Normandie, Service régional de l’Inventaire général, Rouen

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search