Version classiqueVersion mobile

La draperie en Normandie du XIIIe siècle au XXe siècle

 | 
Alain Becchia

Apogée et déclin

Elbeuf, 1870-1914 : transformations et déclin de la draperie

Jean-Claude Daumas

Texte intégral

  • 1 A handbook for travellers in France, Londres, John Murray, 9ème éd., 1864.

1A Elbeuf, à la fin du Second Empire, le drap était tout, si bien qu’un guide pour touristes anglais pouvait affirmer que « si Rouen a pu, à juste raison, être comparé à Manchester, on peut fort bien l'appeler le Leeds français »1 La draperie montrait pourtant des signes d’essoufflement que son exceptionnelle prospérité et la réputation universelle de ses productions, dissimulaient aux yeux des Elbeuviens. Sous la Troisième République, la transition de la fabrique traditionnelle vers des structures industrielles plus modernes qui avaient jusqu’alors marqué le pas s’est accélérée au prix d’une forte réduction du nombre de ses fabricants et de ses ouvriers, alors que, simultanément, les ventes reculaient inexorablement, si bien qu’à la veille de la guerre la draperie elbeuvienne n’était plus que l’ombre d’elle-même. L’évolution est cependant plus complexe que ne le laisse à penser ce rapide résumé : après l’annexion de l’Alsace, une poignée d’industriels originaires de cette province sont venus en effet s’installer à Elbeuf, où ils ont monté des établissements puissants et modernes qui sont d’emblée apparus comme une sorte de corps étranger au sein de la draperie elbeuvienne, où ils représentaient l’organisation industrielle face au système traditionnel de la fabrique. Dès lors, l’histoire d’Elbeuf a entrelacé deux trajectoires différentes, les sociétés dirigées par des Alsaciens échappant d’abord aux crises à répétition qui affectaient durement le milieu industriel local, avant d’être à leur tour rattrapées par les difficultés au milieu des années 1890.

2Aussi est-il indispensable pour dégager les particularités de l’histoire de la draperie elbeuvienne et en comprendre la logique de développement, de prendre d’abord une vue complète et précise de ses structures à la fin du Second Empire, de décrire ensuite la greffe alsacienne et, pour finir, d’analyser les formes et les ressorts de son long déclin en montrant comment il a inégalement touché fabricants autochtones et établissements alsaciens.

I. Les structures de la draperie à la fin du Second Empire

  • 2 Louis REYBAUD, La laine : nouvelle série des études sur le régime des manufactures, Paris, Michel L (...)
  • 3 Francis CONCATO, Pierre LARGESSE, « La Manufacture de draps d’Elbeuf avant et après la révocation d (...)
  • 4 Théodore CHENNEVIÈRE, « Note sur l’histoire et l’importance de la fabrication des nouveautés à Elbe (...)

3En 1870, Elbeuf était devenu le principal centre lainier normand, Louviers ayant été réduit au rang de satellite2. Très vieux centre lainier, c’est au XVIIe siècle qu’Elbeuf s’est spécialisé dans la fabrication du drap cardé uni3 qui a la double particularité d’être lisse et monocolore (noir ou bleu) et dont la qualité s’est améliorée au fur et à mesure que progressait la mécanisation de la filature et des apprêts, mais sans atteindre la finesse de ceux de Sedan et de Louviers. Toutefois, la véritable expansion d’Elbeuf date seulement de l’adoption de la nouveauté au début des années 18304.

1. L'âge d'or de la nouveauté

  • 5 Jean-Claude DAUMAS, L’amour du drap, Blin et Blin, 1827-1975, Histoire d’une entreprise lainière fa (...)

4A la fin de la Restauration, le marché du drap uni, étoffe de qualité qui demeurait chère, est saturé, alors que la demande de la clientèle s’orientait désormais vers des étoffes de coton, ou de laine mélangée de coton ou de soie, aux coloris et aux motifs variés5

  • 6 Voir sa notice biographique in Dominique BARJOT, Les patrons du Second Empire. Anjou, Normandie, Ma (...)
  • 7 A. BECCHIA, op cit., p. 508-509.
  • 8 Mathieu BOURDON, « Précis sur la statistique générale d’Elbeuf », Annuaire Normand, 1843, p. 392.
  • 9 A. BECCHIA, op cit., p. 511.

5C’est dans ce contexte que Théodore Chennevière6 décida de reprendre la fabrication d’articles fantaisie qui avait déjà été expérimentée, mais sans succès au début des années 1820. Le succès fut immédiat, et Chennevière a rapidement été imité par une cohorte, sans cesse plus nombreuse, de jeunes industriels qui « ne se contentent plus d’imiter, de prolonger, ni même de parfaire » mais qui, à l’écoute de la clientèle et à l’instigation de négociants de la capitale, « imaginent des gammes d’articles en rupture totale avec les anciennes productions »7. D’un point de vue strictement technique, la nouveauté consiste à combiner une chaîne formée de fils à la fois communs et résistants à une trame de fils plus fins, doux et élastiques ; à varier à l’infini le nombre et la nature des fils, sans hésiter à utiliser les matières les plus diverses (coton, soie, cachemire, vigogne, castor, rat...), et à multiplier dessins et couleurs qu’il faut renouveler sans cesse. Cette nouvelle fabrication qui a nécessité l’adoption du métier Jacquard, a donné « une impulsion toute différente aux affaires de la localité »8 et provoqué « une véritable métamorphose des comportements patronaux »9 : désormais privés de la sécurité qu’offrait le drap uni, les fabricants doivent renouveler leurs collections à chaque changement de saison.

  • 10 F. CONCATO, P. LARGESSE, De la Chambre Consultative à la Chambre de commerce. 1801-1861, Elbeuf, CC (...)
  • 11 ADSM, F 229, Notice historique de la Ville d’Elbeuf, 1844 ; Enquête parlementaire sur le régime éco (...)

6La croissance de la production de nouveauté fut extrêmement rapide. Dès 1840, la part des nouveautés atteignait 36 % de la production elbeuvienne. En 1853, elle l’emportait déjà avec 56,4 % du total. En 1864, avec 66,7 %, sa domination s’était encore amplifiée, mais la proportion (2/3 pour la nouveauté, 1/3 pour l’uni) n’a plus varié jusqu’à la fin de l’Empire10. A l’évidence, c’est la nouveauté qui a porté l’essor spectaculaire des ventes d’Elbeuf, qui se sont élevées de 40/45 MF en 1834 à 91 MF en 1869 après être passées par un maximum de 110 MF en 186311.

  • 12 Julien TURGAN, Les grandes usines, Paris, M. Lévy frères, 1865, T. 5, p. 130.
  • 13 A. BECCHIA, op cit., p. 510.
  • 14 Rapport reproduit dans Henri SAINT-DENIS, Histoire d’Elbeuf, Elbeuf, Imp. H. Saint-Denis, T. 11, 19 (...)

7Si Elbeuf fabriquait aussi des nouveautés communes, moins changeantes et moins chères, en grandes quantités, la haute nouveauté, que les fabricants devaient renouveler à chaque saison et produisaient en petits lots, était un article cher, de demi-luxe, qui s’adressait à des consommateurs aisés. Pourtant, parce qu’elle était réalisée avec des matières de moins belle qualité et n’exigeait pas une fabrication aussi soignée12, la nouveauté était moins chère que le drap lisse13. Cet avantage de prix a sans doute joué un rôle important dans le succès d’un genre de tissu dont la fabrication est parvenue à une sorte de perfection à la fin de l’Empire, comme le prouvent les nombreuses récompenses obtenues à l’Exposition universelle de 1867 à Paris, qui a consacré la primauté d’Elbeuf. Ce que Louis Flavigny a souligné avec force dans son rapport sur l’Exposition : « Nul ne s’entend mieux que le fabricant d’Elbeuf à mélanger, avec une rare habileté, le coton, la laine et la soie, à façonner le tissu de mille manières, à l’enrichir de filets vifs et de bandes larges ou étroites, à modifier les apprêts, qui sont tantôt rasés, tantôt drapés, tantôt duveteux ; à calculer quels effets disparaîtront ou viendront à la surface de l’étoffe après l’opération capricieuse du foulage »14.

  • 15 AN, BB 30 390, Rapport du procureur général de Rouen, 7 février 1870.
  • 16 A. BECCHIA, op cit., p. 623-624 et J.-C. DAUMAS, L’amour du drap, Thèse, op cit., p. 308-310.

8La croissance elbeuvienne a évidemment profité de l’élargissement de la consommation de la laine induite par la crise cotonnière – du fait de la pénurie provoquée par la guerre de Sécession le prix du coton a triplé – et la baisse du cours de la matière première (-40 % entre 1859 et 1869) stimulée par l’arrivée des laines de La Plata, mais le reflux s’est fait nettement sentir dès 1864, avant même le retour de la paix. Ce n’est qu’en 1868, après quatre années de « souffrance », que la situation s’améliora de nouveau pour bientôt redevenir excellente : « Depuis deux ans, la fabrication elbeuvienne a traversé une phase de prospérité dont les annales n’offrent pas d’exemples »15. On n’a en effet jamais tant fabriqué à Elbeuf mais, en raison de la baisse du prix des tissus, le chiffre des ventes n’était pas plus élevé en 1869 (91 MF) qu’en 185916 !

  • 17 Enquête parlementaire sur le régime économique. La laine, Paris, Imprimerie Nationale, 1870, p. 41.
  • 18 Janine LEVAIN, Jacques ROUGERIE, André STRAUS, « Contribution à l’étude des mouvements de longue du (...)

9Cependant, cet accroissement de l’activité elbeuvienne s’est accompagné de « grandes modifications dans la fabrication pour suivre le nouveau courant vers lequel Elbeuf se trouve entraîné »17. Autrement dit, pour faire face aux difficultés, lutter contre les produits anglais moins chers et conquérir la clientèle populaire, Elbeuf a cherché à produire meilleur marché en réduisant la part de la laine dans le prix de ses tissus – elle est tombée de 56,2 % en 1860 à 42,7 % en 187018 – et en sacrifiant la qualité de ses productions qui ont perdu leur « éclat » et leur « variété », Elbeuf ayant perdu l’initiative et ne donnant plus désormais le ton à la fabrication :

  • 19 Enquête, 1870, op cit., p. 44.

10« le plus souvent nous marchons à la suite de l’Angleterre pour la création de nos nouveautés que nous perfectionnons autant que possible, mais nous ne sommes plus les premiers »19.

11Dans un rapport devant la Chambre de commerce, Philippe Aubé a dressé en 1869 un tableau très lucide de cette évolution :

  • 20 Reproduit par H. SAINT-DENIS, op cit., T. 11, p. 49-53 et cité d’après A. BECCHIA, op cit., p. 626- (...)

12« La fabrication, par suite de la lutte avec les produits étrangers, s’est transformée. Elbeuf ne fabrique presque plus de ces articles de haute nouveauté qui ont fait autrefois sa réputation. Les laines coloniales anglaises et surtout les laines de La Plata, dont le marché du Havre est, depuis trois ou quatre ans, abondamment pourvu, ont subi une forte dépréciation. Cette baisse a permis à nos fabriques de produire des articles à bas prix qui s'adressent à une consommation plus générale : il en est résulté un abaissement, peut-être regrettable (...) mais en même temps le moyen de produire bon marché, et, par suite, des quantités plus fortes »20.

2. Le maintien de structures dispersées

  • 21 ADSM, 10 M 6.
  • 22 Enquête. Traité de commerce avec l’Angleterre. Industries textiles. T.3. Laine, Paris, Conseil supé (...)

13Cet âge d’or, qui a vu le nombre de fabricants et d’ouvriers s’accroître fortement, s’est réalisé dans le cadre de la fabrique traditionnelle. Les fabricants elbeuviens qui employaient une main-d’œuvre considérable – 23 000 personnes en 1872 dans le département de la Seine-Inférieure dont 9 à 10 000 dans la seule agglomération elbeuvienne21 – ont travaillé jusqu’à la fin du Second Empire dans le cadre d’un système de production fondé sur l’extrême division de la propriété des moyens de production, la prépondérance du travail à façon et la dissémination du tissage à bras dans les campagnes. Cette structure complexe de production est étroitement liée au type de produit que fabriquait Elbeuf qui n’a pu jouer la carte de la qualité que parce qu’elle disposait d’une main-d’œuvre abondante, habile et bon marché, le bas niveau des coûts salariaux compensant le prix élevé des matières premières, du charbon et des machines22. Cependant, cette organisation a été peu à peu transformée par l’introduction du machinisme, au demeurant relativement lente et très inégale selon les stades de la fabrication.

  • 23 Louis BERGERON, « Douglas, Ternaux, Cockerill : aux origines de la mécanisation de l’industrie lain (...)
  • 24 Enquête, 1870, annexe statistique.

14La diffusion des mécaniques à filer qui s’est accélérée après 181123 a complètement bouleversé l’organisation de la filature qui, à l’origine, était disséminée dans une large zone autour d’Elbeuf. On constate en effet une tendance accentuée à la concentration : l’emploi de machines coûteuses a naturellement conduit à leur regroupement à proximité du moteur qui les faisait fonctionner. Toutefois, la concentration est restée relativement limitée : en 1870, à Elbeuf, les fabricants disposaient, en moyenne de trois ou quatre assortiments de 400 broches tandis que ceux de l’Eure qui travaillaient à façon pour Elbeuf en possédaient six24. Quoique important, l'investissement restait donc fractionné.

15Par ailleurs, l’emploi d’un moteur a entraîné une relocalisation de la filature : tantôt elle s’est concentrée dans Elbeuf et sa banlieue, où la vapeur a bientôt triomphé du manège à chevaux, tantôt elle a été attirée par les sites hydrauliques qui s’étiraient le long des vallées de l’Eure (Eure, Iton, Andelle) et du Calvados (Orbec). En 1870, l’agglomération elbeuvienne comptait 28 filatures à vapeur (134 assortiments), alors que 35 filatures hydrauliques travaillaient pour Elbeuf (250 assortiments) dans les départements voisins. Ainsi, à la fin du Second Empire, le bilan est-il nuancé : l’introduction des mécaniques a profondément renouvelé la géographie de la filature mais la vapeur est loin de l’avoir complètement emporté sur l’eau.

  • 25 ADSM, 10 M 29.
  • 26 Enquête, 1870, p. 47 et 90-91.

16Il est significatif que les manufacturiers n’aient pas cherché à automatiser la filature. Alors que, entre 1862 et 1869, le nombre d’établissements de filature est passé de 9 à 15, la main-d’œuvre faisant plus que doubler (de 430 à 890 personnes25), les filateurs n’ont pas profité de cet important effort d’investissement exigé par l’accroissement de la demande pour moderniser leur potentiel de production. Si bien que, d’après Flavigny, en 1870, le renvideur self-acting commençait à peine à être introduit dans les filatures d’Elbeuf, alors qu’il était depuis longtemps d’un emploi courant en Angleterre et que Roubaix l’utilisait déjà sur une large échelle26.

  • 27 Enquête, 1870, p. 48.

17Les préventions contre l’automatisation de la filature ont leurs racines dans la très grande variété des tissus elbeuviens qui obligeaient les filateurs à travailler de nombreuses laines aux caractéristiques différentes et à filer un très grand nombre de numéros, des plus gros aux plus fins27. L’absence de spécialisation interdisait naturellement la production par grandes quantités et entraînait de fréquentes et ruineuses « intermittences de travail ». On comprend, dans ces conditions, que l’adoption du self-acting n’ait pas été ressentie comme une nécessité impérieuse.

  • 28 ADSM, 9 AIP 1 et Louis REYBAUD, La laine, op cit., p. 60.
  • 29 Journal d’Elbeuf, 3 mai 1864 ; AN, BB 30 889 et 387 ; Marcel BOIVIN, Le mouvement ouvrier dans la r (...)

18Au tissage, la domination du vieux métier à bras était presque absolue puisque, en 1870, il n’y avait que 363 métiers mécaniques pour 6 809 métiers manuels28. La lenteur de la mécanisation tenait moins à des raisons techniques – la complexité du travail pour la nouveauté et la résistance insuffisante du fil cardé au rythme saccadé du métier mécanique – qu’il ne faut pourtant nullement sous-estimer, qu’à un choix commercial : celui d’une fabrication d’une grande variété qui rendait impossible la production en série et, du même coup, le tissage sur machines. Au demeurant, la mécanisation du tissage (comme d’ailleurs l’automatisation de la filature) ne pouvait progresser qu’à la condition que les fabricants, faisant preuve d'imagination en termes de produit, élaborent de nouvelles étoffes associant qualité et fabrication sur machine alors même que, à leurs yeux, machinisme et qualité étaient antinomiques, et le demeurèrent longtemps. De surcroît, en donnant la possibilité aux fabricants elbeuviens d’embaucher les tisserands de coton réduits au chômage à des salaires inférieurs à ceux que recevaient les ouvriers elbeuviens, la crise cotonnière a rendu inutile la recherche du progrès technique pour lutter contre la concurrence étrangère et a, de ce fait, ralenti la diffusion du métier mécanique29. Sans doute la mécanisation du tissage devait-elle à la longue pousser à sa concentration dans des ateliers urbains équipés d’un moteur. Toutefois, la mécanisation étant à peine amorcée, Louis Reybaud pouvait décrire dans les termes suivants le partage de l’activité entre la ville et la campagne :

  • 30 L. REYBAUD, op cit., p. 60.

19« Elbeuf et les localités voisines n’avaient retenu que la partie la plus raffinée (du tissage), qui ne pouvait être confiée qu’à des ouvriers expérimentés. Le gros de la besogne est dispersé à une plus grande distance »30.

  • 31 L'Industriel Elbeuvien, 11 septembre et 1er novembre 1872 ; Louis REYBAUD, op. cit., p. 60-62.
  • 32 L’Industriel Elbeuvien, 11 septembre 1872.

20C’est le développement de la nouveauté qui, à partir des années 1830, a entraîné la concentration du tissage à la ville, car le métier Jacquard qui était utilisé pour la fabrication des tissus les plus élaborés était trop coûteux et trop encombrant pour que les tisserands ruraux puissent en faire l’acquisition. De leur côté, les tisserands ruraux utilisaient le vieux métier à armures pour tisser les étoffes unies et les nouveautés les plus simples31. D’après l’Enquête de 1872, ils se recrutaient dans les communes rurales du canton d’Elbeuf, quinze à vingt communes des arrondissements de Dieppe et Yvetot et, enfin, cent cinquante communes du département de l’Eure32.

  • 33 A. BECCHIA, op cit., p. 539-550.

21Parce que ces opérations délicates et coûteuses sont essentielles à la qualité des draps, les apprêts (lainage et tondage) étaient depuis toujours exclusivement urbains et s’effectuaient, pour une bonne part, sous le contrôle direct du fabricant. La teinture était également urbaine. Par contre, le foulonnage demeurait étroitement tributaire de l’énergie hydraulique. La vapeur, en effet, n’avait que partiellement modifié la situation puisque, sur 36 foulons en activité en 1869, neuf seulement marchaient à la vapeur et étaient situés à Elbeuf, les autres s’étirant le long des cours d'eau de l’Eure voisine où ils exploitaient une force hydraulique évaluée à 375 chevaux. Dans toutes ces opérations de finition, les innovations destinées à améliorer la qualité des tissus et à abaisser les prix n’ont certes pas manqué, mais la mécanisation n’y a pas suivi le progrès de la fabrication33.

  • 34 M. ALCAN, Fabrication des étoffes..., op. cit., t. 2, p. 413 et 417-422.

22Malgré d’évidentes limites, la mécanisation a profondément transformé les conditions de travail et rendu possible d’importantes économies de main-d’œuvre. D’après Michel Alcan, qui fait en 1866 le bilan des innovations enregistrées dans le travail du drap depuis 1785, le personnel nécessaire pour transformer en drap lisse 1,5 t de laine lavée est tombé de 10 016 personnes à 1 897, soit, globalement, une réduction de 81 %. Les différents stades de production n’ont été que très inégalement touchés. C’est naturellement la filature qui a été le plus profondément transformée puisque son personnel a été divisé par 26, suivie du cardage (13), alors que les opérations restées à l’écart de la mécanisation n’ont été que faiblement affectées. C’est le cas notamment du tissage qui ne doit la diminution de la main-d’œuvre employée (divisée par 6) qu’à l’adoption de la navette volante, de nombreuses opérations d’apprêts et, surtout, de la teinture (3)34.

  • 35 ADSM, 9 M 9.

23Il est cependant remarquable que les bénéfices accumulés pendant la période de prospérité des années soixante n’aient guère été utilisés à transformer les entreprises. Certes, en faisant craindre un renforcement de la concurrence étrangère, l’annonce en 1860 de la levée des prohibitions a-t-elle incité un certain nombre de manufacturiers à moderniser et accroître leur matériel. Grâce à des prêts de l’Etat (470 000 F au total), les Elbeuviens construisirent un tissage mécanique de 200 métiers et une filature de 70 000 broches décrite en 1867 comme « un établissement modèle » et équipèrent des établissements de séchage et d’apprêts. Simultanément, toutes sortes de machines nouvelles furent expérimentées35. Mais la faible diffusion du renvideur self-acting et, plus encore, du métier à tisser mécanique, montre que l’élan modernisateur constaté en 1860-1862 est bien vite retombé. Si les Elbeuviens qui n’ignoraient évidemment pas les avantages que l’on pouvait attendre de la mécanisation de la production, n’ont pas cherché à la pousser plus loin, c’est parce que deux « accidents » (le mot est de Flavigny) – la crise cotonnière et l’arrivée massive des laines de La Plata – leur ont momentanément épargné cet effort de modernisation. La baisse du prix des laines et le renchérissement du coton ont favorisé un élargissement de la demande auquel les fabricants ont répondu en embauchant les tisserands réduits au chômage par la crise du coton. La prospérité aussi facile qu’exceptionnelle qui en a résulté a rapidement dissipé les inquiétudes que la signature du traité de commerce avec l’Angleterre avait inspirées aux fabricants et contribué à calmer les ardeurs modernisatrices qu’elle avait fait naître, figeant ainsi pour longtemps les structures de l’industrie elbeuvienne.

  • 36 Enquête, 1860, p. 129.
  • 37 Enquête, 1860, p. 129 et sq et J. TURGAN, op. cit., t. 5, p. 65-128.

24Le processus de fabrication de la draperie cardée est d’une grande complexité, la transformation de la laine en drap exigeant une vingtaine d’opérations successives. Cependant, à la fin de l’Empire, il existait peu d’établissements qui les réunissaient toutes, du triage des laines jusqu’aux apprêts. Cette situation était essentiellement liée à la substitution de la nouveauté au drap uni : d’une part, la complexité de fabrication et la grande diversité des articles fabriqués constituaient autant d’obstacles à la réunion de tous les stades de la production parce qu’il était difficile d’établir entre eux un rapport stable et régulier ; de l’autre, parce que la production de nouveauté ayant essentiellement un caractère saisonnier, il était impossible d’alimenter en permanence un établissement soumis à de « longs et fréquents chômages ». De surcroît, là où elle a existé, l’intégration n’a jamais été tout à fait complète. Même Charles Flavigny qui était à la tête de l’établissement le plus grand et le plus moderne d’Elbeuf et qui « faisait tout chez lui »36, se procurait une partie du fil dont il avait besoin auprès de filateurs à façon et faisait travailler plus de 200 tisserands dans les campagnes voisines37.

25Non seulement les grandes entreprises étaient exceptionnelles et continuaient de combiner travail concentré et travail à domicile mais, de plus, on constate un mouvement continu de division de la propriété des moyens de production. Toutes spécialités confondues, l’agglomération elbeuvienne comptait 293 établissements en 1853, 475 en 1861 et 518 en 1866, année qui marque un point culminant après lequel s’amorce un lent reflux. Quant aux fabricants de tissus, leur nombre n’a cessé de croître jusqu’en 1858 : 80 en 1814, 200 en 1834 et 282 en 1858.

  • 38 Enquête, 1870, p. 43.
  • 39 J. TURGAN, op. cit., t. 5, p. 65-66.
  • 40 ADSM, 10 M 29.

26Cette extrême division de la fabrication s’explique par la prééminence du travail à façon dans laquelle Flavigny voyait « une manière de travailler particulière à Elbeuf »38. La plupart des fabricants, en effet, n’avaient pas d’ateliers et de machines, achetaient la laine à des maisons de commission et la faisaient travailler à façon, se contentant d’un comptoir et d’un magasin39. D’après un rapport de l’inspecteur du travail daté de 1884, « c’est après avoir subi 20 manipulations chez 15 intermédiaires, après avoir parcouru près de 200 km depuis son arrivée à Elbeuf que la laine, transformée en drap, était mise en vente »40.

  • 41 Enquête, 1860, p. 43.

27Le système de production elbeuvien articulait donc « fabrique » et « travail à façon », celui-ci étant en position dominante. D’après Flavigny, en effet, « le travail à façon donne à la fabrique ses plus grands moyens de production et sans lui les 5/6 des fabricants ne pourraient exister »41.

  • 42 Enquête, 1870, p. 43 et annexe statistique.

28C’est que, en effet, sur 234 fabricants recensés en 1870, seuls 36 possédaient un moteur, onze quelques assortiments de filature, six leur foulon et 54 seulement apprêtaient leurs étoffes eux-mêmes. Dès lors, le potentiel productif des façonniers était bien plus considérable que celui des fabricants – teintureries et tissages à façon représentaient un total de 130 établissements et utilisaient plus de 80 % de toute la force motrice disponible dans le « rayon elbeuvien »42. De surcroît, la plupart des fabricants n’étaient pas propriétaires de leurs ateliers mais les louaient, de même d’ailleurs qu’une partie de la force motrice et des machines dont ils avaient besoin.

  • 43 Enquête, 1870, p. 43 et 50.

29Aux yeux des Elbeuviens, cette organisation de la production était synonyme de qualité et de souplesse d’adaptation aux variations de la demande. Pourtant, en même temps, et Flavigny le reconnaissait volontiers, elle était à l’origine de la faiblesse d’Elbeuf face à la concurrence des pays (Angleterre, Allemagne, Belgique) où existaient de puissants établissements bien équipés, réunissant tous les stades de la fabrication43.

30Au total, à la fin du Second Empire, le système productif elbeuvien associait de manière complexe travail à domicile dans les campagnes, de nombreux petits ateliers urbains et quelques véritables usines rassemblant une main-d’œuvre importante. D’autre part, le travail à la main demeurait largement répandu, non seulement dans les campagnes mais aussi à la ville où seul un fabricant sur six avait un moteur. Si la mécanisation touchait bien la quasi-totalité des opérations de la fabrication, les mécaniques ne dominaient vraiment qu’au stade de la préparation de la laine (cardage et filature) alors que la révolution du tissage, pourtant décisive, était à peine esquissée.

31L’Enquête de 1870 montre clairement que les Elbeuviens, l’autosatisfaction aidant, n’ont pas eu conscience de la grande vulnérabilité de leur industrie dont les conditions d’existence étaient doublement remises en cause. D’une part, parce qu’elle subissait la concurrence d’étoffes fabriquées à moindre coût à l’étranger où la production était davantage mécanisée et standardisée. De l’autre, parce que les conditions du marché étaient radicalement transformées par la poussée impétueuse du peigné, qui répondait mieux que le cardé à une demande croissante de tissus légers et moins chers.

  • 44 D. BARJOT, op cit., p. 18.

32Dans ces conditions, Elbeuf ne pouvait réellement sortir de cette situation difficile qu’au prix d’une véritable réorientation commerciale et d’une transformation complète de ses structures productives. Sur le plan commercial, il lui fallait se tourner vers des articles associant qualité et fabrication sur machines. Sur le plan productif, la nécessité s’imposait à la fois d’une spécialisation et d’une concentration des entreprises, et d’une mécanisation plus poussée du travail, en particulier du tissage. Ces évolutions étaient obligatoirement interdépendantes. On mesure l’ampleur de la mutation nécessaire. Pour reprendre une formulation de Dominique Barjot, il s’agissait en fait du « passage d’un modèle d’industrialisation à un autre »44.

3. La greffe alsacienne

  • 45 J-C. DAUMAS, « De Bischwiller à Elbeuf. Un exode industriel (1871-1872) », Revue d’Alsace, 1997, no(...)

33Les années 1871-1872 marquent une coupure profonde dans l’histoire de la draperie elbeuvienne qui reçut alors une injection de sang neuf avec l’installation d’une poignée de fabricants et négociants alsaciens, pour la plupart originaires de Bischwiller, petit centre manufacturier de Basse Alsace spécialisé dans le travail de la laine cardée. Pour des raisons à la fois patriotiques et économiques, ils ont fait le choix de conserver la nationalité française et de transplanter capitaux, machines et ouvriers dans la cité normande du drap où ils ont débuté une seconde carrière45

  • 46 J-C. DAUMAS, L'amour du drap. Blin et Blin, 1827-1975. Histoire d’une entreprise lainière familiale (...)
  • 47 Sur Fraenckel-Herzog, cf. les témoignages d’André MAUROIS (pseudonyme d’Emile Herzog qui a été un d (...)

34Si les petits fabricants (Charles Weith, Samuel Hirsch, Samuel Cahen) qui disposaient de moyens trop restreints ont rapidement disparu, en revanche, les Blin et les Fraenckel édifièrent deux établissements qui sont bientôt devenus les plus importants et les plus prestigieux d’Elbeuf, comme en témoignent les rapports sur les expositions internationales et les très nombreuses récompenses qu’ils y ont obtenues. Les archives de Blin et Blin ayant seules été conservées, ce qui suit concerne exclusivement cette maison46. Toutefois, les résultats de l’analyse peuvent, me semble-t-il, être étendus sans grands risques à Fraenckel-Herzog où l’on retrouve les mêmes éléments : ambition industrialiste et dynastique, intégration et mécanisation de toute la production, spécialisation dans le drap uni suivie d’une progressive diversification des fabrications, et, enfin, gestion paternaliste de la main-d’œuvre47.

35L’exode a donné aux Blin l’occasion d’édifier un vaste établissement à l’architecture fonctionnelle, puissamment équipé, réunissant toutes les opérations de la draperie et au tissage entièrement mécanisé, qui passait à Elbeuf pour une usine-modèle. Confiants dans les vertus du progrès technique, les Blin n’ont jamais cessé d’étendre leurs ateliers et d’accroître et perfectionner leur matériel : de 1878 à 1908, le nombre des broches de filature est passé de 7 000 à 15 630 et celui des métiers à tisser mécaniques de 136 à 581. Disposant d’une force motrice de 1 300 CV en 1889, ils l’ont complétée en électrifiant l’usine dès la fin du siècle. L'accroissement de la capacité de production s’est bien sûr accompagné d’une très forte progression des effectifs employés : environ 300 ouvriers en 1872, 700 en 1883 et, enfin, 1 601 en 1899. Ce développement de l’outil de production ne prend tout son sens que dans le cadre de la stratégie industrialiste qui animait les Blin, pour lesquels il s’agissait tout à la fois de produire le plus de biens possible et d’affirmer leur puissance sur leur environnement.

  • 48 ADSM, 77 J 106 à 114.

36Alors même que l’industrie elbeuvienne s’enfonçait dans un déclin inexorable, Blin afficha longtemps une croissance insolente. Prolongeant les traditions alsaciennes, l’entreprise a d'abord fabriqué exclusivement du drap uni, noir et de couleur, pour homme, avant, progressivement, mais plus résolument que les fabricants elbeuviens de souche, de diversifier ses fabrications (drap de dame, nouveauté en laine peignée, drap de troupe, cheviotte, flanelle blanche et de couleur...) afin de s’adapter aux transformations du marché. Cette habile politique commerciale explique la formidable expansion des ventes qui, progressant au rythme de 9 % par an, sont passées de 1,2 MF en 1872 à 8,8 MF en 1891, avant d’osciller entre 8 et 9 MF jusqu’en 190748.

37A l’opposé des fabricants elbeuviens qui n’avaient qu’indifférence en matière sociale, parce que le système de la fabrique excluait l’existence d’institutions patronales qui auraient eu le double inconvénient de fixer la main-d’œuvre et d’en élever le coût, les Blin étaient convaincus que le grand manufacturier ne doit pas seulement à l’ouvrier son salaire mais a une véritable responsabilité sociale. Aussi ont-ils mis en œuvre une politique sociale centrée sur les institutions de prévoyance et de protection qui a réussi à stabiliser largement la main-d'œuvre – c’est ainsi que le nombre d’ouvriers ayant plus de dix ans de présence est passé de 28,2 % en 1891 à 49,3 % en 1909 – et à créer les conditions d’une production de qualité. En somme, elle leur a donné durablement la maîtrise du recrutement et de la gestion de leur personnel.

38Le modèle de croissance qui s’est cristallisé après l’installation à Elbeuf a conservé sa cohérence et son efficacité jusque dans les années 1890. Cependant, les difficultés apparues alors annoncent la longue crise dans laquelle Blin est entrée en 1907 et qui a paru menacer son existence même.

II. Un long déclin

39A la veille de la première guerre mondiale, la draperie elbeuvienne avait perdu beaucoup de sa substance. Deux indicateurs immédiatement lisibles, le chiffre d’affaires et les effectifs de la main-d’œuvre, permettent de prendre la mesure de son déclin.

1. Les symptômes du déclin

  • 49 ADSM, 9 AIP 1,2 et 3.

40De 1869 à 1913 la production elbeuvienne accuse une tendance très nette à la baisse (Figure no 1). Après la crise très sévère provoquée par la guerre en 1870-1871, pendant laquelle la production s’est brutalement effondrée (51 MF en 1870 et 64 MF en 1871), l’industrie elbeuvienne a retrouvé en 1872 son niveau de 1869 (91 MF), et l’a même un peu amélioré les années suivantes (93 MF en 1873 et 1874), avant que la crise de 1876 n’inaugure une dégringolade ponctuée de crises plus ou moins graves, notamment celle des années 1880 qui a marqué une véritable cassure. Les ventes se sont ensuite stabilisées à un niveau assez médiocre, oscillant autour de 60 MF, avant de connaître une nouvelle chute dans l’immédiat avant-guerre où les affaires furent particulièrement mauvaises, et atteindre finalement 45 MF en 1912 et 1913. Si bien qu’en quarante ans le chiffre des ventes de la draperie a été réduit de moitié49.

Figure no 1. Evolution des ventes de la draperie elbeuvienne, 1869-1913 (en MF)

Figure no 1. Evolution des ventes de la draperie elbeuvienne, 1869-1913 (en MF)

Sources : ADSM, 9 AIP 1, 2 et 3, Compte rendu des Travaux de la Chambre de commerce.

  • 50 ADSM, 6 1067, 1110 et 1116, 9 AIP 2 et 3, et 9 M 9.

41Ce recul aux allures de désastre est à la fois absolu et relatif. La contribution d’Elbeuf à la production des principaux centres lainiers français s’est en effet réduite comme une peau de chagrin, tombant de 22,4 % en 1869 à 8,5 % en 1910. Cette évolution a eu d’importantes répercussions sur le volume de la main-d’œuvre. Resté à peu près stable jusqu’en 1880 (20 000 environ), le nombre d’ouvriers s’est brutalement affaissé après la très grave crise des années 1880, tombant d’abord à 14 269 en 1884 puis à 12 402 en 1887. Il s’est ensuite maintenu à ce niveau jusqu’à la fin des années 1890 où il a subi une nouvelle hémorragie : 10 500 ouvriers seulement ont été recensés en 1899. Enfin, il a encore diminué pour se situer seulement entre 8 000 et 9 000 en 190450.

  • 51 ADSM, 9 AIP 3, Compte rendu des Travaux de la Chambre de commerce d’Elbeuf, 1892-1913.

42De plus, à partir de 1873, la main-d’œuvre n’a jamais été employée en totalité toute l’année. Même en année normale, un septième environ des ouvriers était sans travail et, en période de crise, ce chiffre se gonflait brutalement. On comprend, dans ces conditions, qu’une partie de la population ouvrière ait déserté Elbeuf pour aller travailler dans l’agglomération rouennaise toute proche, où de nouvelles industries en expansion offraient des emplois plus nombreux et mieux payés51, contribuant ainsi à la diminution de la population de la ville et à son vieillissement.

  • 52 ADSM, 6 M 217, 234, 269, 270, 284, 319, 397, 398, 475, 476, 532, 533 et 611.
  • 53 ADSM, 9 AIP 3.

43Le reflux démographique a accompagné le déclin de la draperie. Après avoir progressé jusqu’en 1881 où, avec 45 549 habitants, elle atteignit son maximum, la population du canton chuta ensuite régulièrement, de recensement en recensement, pour ne plus compter que 35 865 habitants en 1914, soit une perte de substance de 21,34 % en trois décennies52. Pour sa part, la seule ville d’Elbeuf a vu sa population tomber de 22 848 habitants en 1872 à 18 290 en 1911, soit une réduction de 19,94 %. Cette décrue s’explique par l’impact de soldes naturel et migratoire négatifs. A la veille de la guerre, la Chambre de commerce qui s’alarmait de cette situation, expliquait qu’elle avait une triple cause : la faiblesse de la natalité, l’attraction des hauts salaires payés dans les industries de l’agglomération rouennaise et les crises successives du textile qui avaient chassé d’Elbeuf, sans espoir de retour, de nombreux ouvriers expérimentés53.

2. L’appareil de production : des transformations limitées et tardives

44Accomplie sous la pression de la concurrence et accélérée par les crises successives, la transition vers l’industrie moderne s’est étalée sur trois décennies.

  • 54 ADSM, 10 M 6.
  • 55 ADSM, 9 AIP 2 et 3.

45La décrue du nombre des établissements et des fabricants qui s’était amorcée dès les années 1860, s’est poursuivie et même amplifiée après 1871, prenant d’énormes proportions. De 547 établissements recensés en 187254, on tombe à 166 en 1895. L’effectif des fabricants suit une évolution parallèle : de 234, il chute à 60 en 1895, avant de glisser à 31 en 1913, soit au total une division par 7,5 ! Chacune des crises qui a ponctué ce long reflux s’est traduite par une véritable hécatombe qui a précipité l’évolution55.

  • 56 Exposition Universelle de 1900. Rapports du Jury international. Groupe XIII, Fils, vêtements et tis (...)

46Le recul du nombre d’établissements s’est accompagné d’un réel mouvement de concentration. D’un côté, les fabricants employant moins de dix personnes qui formaient encore plus du quart de l’effectif (28 %) en 1876 avaient tous disparu en 1889 : dépourvus de moteur, ils n’ont pu mécaniser leur tissage et ont évidemment été les premières victimes des crises successives. De l’autre, alors qu’en 1876 un seul établissement comptait plus de 300 ouvriers (Blin avec 409 salariés), il y en avait quatre en 1889 et sept en 1900, les deux maisons dirigées par des Alsaciens en employant plus de 1 000 (1 400 salariés pour Fraenckel et 1 600 chez Blin). Ces deux établissements se rangeaient parmi les unités de production les plus puissantes du pays (en 1906, la France comptait seulement 189 usines occupant plus de 1 000 salariés) et, à Elbeuf, ils étaient exceptionnels tant par leurs origines que par leurs structures et leur mode de fonctionnement. Le plus remarquable cependant est que, à l’exemple des Alsaciens qui intégraient l’ensemble de la fabrication du drap, les plus importants des établissements elbeuviens effectuaient désormais une partie des opérations qu’ils confiaient auparavant à des façonniers. Le plus complet, Clarenson et Lebret, rassemblait filature, tissage et apprêts et employait 500 ouvriers56. Concentration et intégration ont donc marché de pair.

47Du reste, au début des années 1880, un rapport de l’inspection du travail signalait cette évolution qu’il jugeait positive :

  • 57 ADSM 10 M 29.

48« Les fabricants qui veulent vivre augmentent leur personnel et centralisent le tout dans des usines complètes. Aujourd’hui, grâce à l’exemple donné par les Alsaciens venus s’établir à Elbeuf les Elbeuviens comprennent que c’est dans ce sens qu'il faut modifier leur industrie »57.

49Cependant, même si en 1900 beaucoup de fabricants avaient annexé un atelier d’apprêts à leur tissage, la majorité continuait de recourir largement au travail à façon.

  • 58 ADSM, 10 M 112.
  • 59 Gilbert SAYET, Exposition internationale du Nord de la France, Roubaix, 1911, Imprimerie du Journal (...)
  • 60 ADSM, 9 AIP 3.

50Liée à l’extrême division de la propriété, la petite taille des unités de production était une des caractéristiques essentielles du système productif elbeuvien avant 1870. En 1884 encore, les filatures elbeuviennes ne possédaient, en moyenne, que 1 000 à 2 000 broches, 5 000 pour les mieux équipées, quand à Venders la plupart des filateurs disposait de 20 000 broches58. Même si, dans les années suivantes, on décèle une tendance à l’accroissement du matériel à la disposition de chaque filature, la situation n’était pas radicalement transformée à la veille de la guerre. C’est ainsi que, en 1910, la Chambre de commerce recensait 19 filatures et 93 679 broches, soit une moyenne de 4 930 broches par établissement59 contre 14 926 à Roubaix. En tissage, la situation n’était pas meilleure. En 1905, 39 fabricants faisaient battre 2 129 métiers60, soit une moyenne de 54,6 métiers par établissement contre 312 à Roubaix.

51Au total, après quarante années marquées par la quasi-disparition du travail à domicile, une très forte diminution du nombre d’établissements et de fabricants et une tendance sensible à la concentration et à l’intégration de toute la fabrication, le système productif elbeuvien présentait trois caractéristiques étroitement articulées : de véritables usines coexistaient avec de petits ateliers ; fabricants et façonniers demeuraient complémentaires ; les deux établissements alsaciens, les plus puissants et les plus modernes, dominaient de manière écrasante l’ensemble de l’industrie locale.

52En 1870, le tissage restait dominé par le métier à bras (6 809 contre 363 métiers mécaniques) alors que d’autres centres lainiers français avaient adopté plus tôt et plus résolument le métier mécanique. C’est ainsi que Roubaix, où la première grande vague de mécanisation date des années 1857-1867, possédait 12 000 métiers mécaniques en 1872 et qu’à Reims les métiers mécaniques étaient plus nombreux que les métiers à bras dès 1872 (7 827 contre 7 207). Elbeuf a pris là un retard qui lui coûtera cher puisque la croissance s’est faite au profit des centres qui avaient su reconnaître de bonne heure les avantages de la mécanisation du tissage.

53La concurrence impitoyable des centres mieux équipés de l’étranger et du Nord, celle, interne, des établissements alsaciens où le tissage était entièrement mécanisé, et les crises répétées, provoquèrent le recul irréversible du vieux métier à bras. La situation pourtant n’évolua que lentement. Il fallut attendre la terrible crise de 1883-1885 pour que s’accélérât, de façon décisive, le reflux du tissage à bras. En 1880, la région elbeuvienne comptait 5 317 métiers à bras pour 459 métiers mécaniques ; en 1890, 1 645 pour 1 362 et, en 1895, 926 pour 1 827. Le métier mécanique avait dès lors partie gagnée. Cependant, les tisserands ruraux résistèrent longtemps. Aussi fallut-il attendre 1910 pour voir la défaite complète du métier à bras (35 métiers à bras pour 2 236 métiers mécaniques).

  • 61 AN, C 7320, Enquête sur l’état de l'industrie textile, 1904.
  • 62 ADSM, 9 M 9.
  • 63 Voir notamment les dépositions de manufacturiers elbeuviens au cours de l’Enquête de 1904.

54Les mêmes atermoiements se manifestèrent lorsqu’il s’agit, à la fin du siècle, de confier la conduite de deux métiers à un seul ouvrier comme on le faisait alors en Angleterre (où un tisseur conduisait jusqu’à trois ou quatre métiers), en Belgique et dans le Nord. On vit alors les syndicats ouvriers soutenir l’impossibilité de conduire deux métiers en cardé61 et la Chambre de commerce affirmer que le procédé n’était applicable qu’aux seuls articles bon marché62. L’introduction du métier automatique Northrop suscita les mêmes réserves63. Apparu en 1895 aux Etats-Unis où un ouvrier pouvait surveiller jusqu’à 24 métiers, il ne fut adopté chez Blin (qui en acheta 12) et Fraenckel-Blin qu’en 1904 et, le moins qu’on puisse dire, est que l’initiative ne fit pas tache d’huile.

55Dans ces trois épisodes, le souci d'éviter tout bouleversement des processus de production l’a emporté sur toute autre préoccupation, en particulier la nécessité d’élever la productivité du travail. La Chambre de commerce le concédait d’ailleurs avec résignation :

  • 64 ADSM, 9 M 9, Réponse au questionnaire de la Commission d’enquête sur l’industrie textile, 1904, p.  (...)

56« Il est possible qu’à cause du fini et de la perfection exigés des produits d’Elbeuf la production soit moindre d'une façon générale par métier et par ouvrier »64.

  • 65 ADSM, 9 AIP 2, 1889. Emile LEFÈVRE, Histoire économique de la laine, Reims, H. Leroy Imprimeur-

57La stagnation puis le recul des ventes d’Elbeuf ont coïncidé avec l’irrésistible montée en puissance du peigné et de Roubaix-Tourcoing. Dans le vêtement masculin, notamment, la laine peignée a été substituée à la laine cardée ou mélangée à elle dans de grandes proportions, évolution qui s’est naturellement faite aux dépens d’Elbeuf dont la filature n’était pas équipée pour travailler les laines longues. Quant à la confection qui cherchait à obtenir les prix les plus bas, Elbeuf ne pouvait guère satisfaire ses exigences ainsi que la Chambre de commerce le reconnaissait en 1889 : « La confection recherche surtout des étoffes à bas prix que notre centre industriel ne fabrique qu'en petites quantités »65.

  • 66 ADSM, 9 AIP 2, 1889. Emile LEFÈVRE, Histoire économique de la laine, Reims, H. Leroy Imprimeur-

58Cette situation tenait à la fois à la nature de la production elbeuvienne et aux caractéristiques du système productif. Les tissus cardés étaient plus coûteux que les étoffes peignées, d’une part, parce qu’ils étaient plus lourds, d’autre part, parce qu’ils étaient foulés et très apprêtés et, enfin, parce que la mécanisation étant moins avancée à Elbeuf qu’à Roubaix, la productivité du travail y était moins élevée : vers 1900, un fileur soignait 1 200 broches à Roubaix mais seulement 800 à 1 000 à Elbeuf, et si un tisserand conduisait deux métiers dans le Nord, un seul était la norme en Normandie66.

3. Le manque de capitaux

59Les transformations structurelles que l’on vient de décrire ont exigé des investissements importants en un temps relativement court. Cependant, il faut se demander si leur caractère tardif, partiel et comme inachevé ne s’explique pas par un détournement massif des profits hors de l’entreprise. Seules, bien sûr, les comptabilités des entreprises permettraient de répondre en toute rigueur à cette question.

  • 67 A. BECCHIA, op cit., p. 686-744, et Christophe RENDU, « L’irrésistible ascension des « parvenus ». (...)

60En leur absence, les trajectoires patronales67 et les témoignages des contemporains livrent de précieux éléments de réponse.

  • 68 Banque de France, succursale d’Elbeuf, 1900.
  • 69 Marcel BOIVIN, op. cit., p. 40, a évalué le bénéfice annuel net d’un fabricant qui se contentait d’ (...)
  • 70 ADSM, 2 PP 114, Valeur locative des usines, 1889.

61Il faut différencier les attitudes des fabricants en fonction de leur niveau de richesse. Ayant trouvé fortune faite, les fils des plus riches se sont détournés du métier d’industriel auquel ils ont préféré le barreau, le commerce ou la politique, et ont employé leurs capitaux à l’achat de titres et de propriétés68. Quant aux petits fabricants, que la prospérité avait multipliés mais qui, plus fragiles, ont été les premières victimes des difficultés de la draperie, ils ont préféré s’accrocher à une organisation de la production qui leur permettait de s’enrichir rapidement69. Ne disposant que de faibles moyens financiers, ils n’investissaient pas dans le capital productif et cherchaient à gagner le plus d’argent possible, avant de se retirer fortune faite ou de cesser leur activité en temps de crise. Quant aux fabricants moyens, souvent de nouveaux venus qui ont pris la place des grands lignages disparus après la crise de 1826-1832, ils ont acheté à bon compte des machines d’occasion et loué ateliers et force motrice. Cette pratique largement répandue à Elbeuf où, en 1889, sur 231 usines en activité, 158 étaient louées, soit 68,4 % de l’effectif total70, s’est révélée fort pernicieuse :

  • 71 A. BECCHIA, op cit., p. 583.

62« Les locataires – fabricants de rang moyen disposant de peu de capitaux – usent le matériel jusqu’à l’extrême limite, sans le renouveler. La location, ainsi que les achats d’occasion, freinent la modernisation et aboutissent à l’obsolescence des équipements »71.

63Au total, les attitudes des fabricants, et cela quel que soit leur niveau de richesse, ont convergé pour freiner, après 1870, la modernisation du matériel et la transformation des structures de la draperie.

4. L’avilissement de la qualité

  • 72 ADSM, 9 AIP 2 et 3.
  • 73 Journal d’Elbeuf, 5 juillet 1874.

64Dans ces conditions, pour résister à la concurrence étrangère et surtout à celle que lui faisaient les centres de peigné, Reims ou le Nord, et assurer sa survie, l’industrie elbeuvienne dut se résoudre à employer des matières moins nobles et à diversifier sa production. Entre 1858 et 1913, on assiste à une série de glissements successifs : les laines fines d’Allemagne et de France qui représentaient 55,9 % de l’approvisionnement d’Elbeuf en 1858 n’y entraient plus que pour moins de 5 % en 1884. En revanche, les laines de La Plata qui ne comptaient que 2,2 % au début de la période, formaient 57,9 % de la consommation elbeuvienne 25 ans plus tard, à quoi venaient s’ajouter les blousses (21,4 %) et les déchets (6,8 %). A leur tour, les laines argentines ont reculé – 29,1 % en 1899 et 5 % en 1912 – remplacées par des blousses, des déchets et du coton dont la part s’est accrue de façon impressionnante (47,1 % en 1899, 71,9 % en 1913)72. Justifiée par de fortes différences de prix, cette politique de substitution s’est traduite par « une révolution dans la fabrication d’Elbeuf »73 dont les articles ont peu à peu perdu leur toucher, leur aspect et leur résistance incomparables.

5. Une diversification trop limitée

  • 74 ADSM, 9 AIP 3.

65Simultanément, ce n’est en effet qu’à contrecœur que les fabricants elbeuviens ont accepté de diversifier leur production et de se tourner vers les articles bon marché : « Poussés par les exigences de la clientèle, nos acheteurs ont une tendance à rechercher le bas prix. Nous estimons cependant que nos industriels ne doivent pas abandonner les genres pour lesquels ils ont acquis une réputation légitimement établie, la concurrence serait encore plus difficile dans les articles à bas prix »74.

  • 75 L’Industriel Elbeuvien, 2 mai 1877.

66Pour caricaturale que soit cette déclaration d’Emilien Nivert, vice-président de la Chambre de commerce, elle traduit bien un état d’esprit qui était assez général à Elbeuf. C’est ainsi qu’un rapport de deux délégués d’Elbeuf à l’Exposition de Philadelphie en 1876, intitulé « Des métiers mécaniques en général par rapport aux genres d'Elbeuf », expliquait, après avoir condamné la mécanisation du tissage (« la Fabrique elbeuvienne n’aurait jamais dû établir des genres susceptibles d’être faits ou reproduits par les métiers mécaniques »), que, plutôt que de chercher à produire pour la grande consommation, il aurait fallu perfectionner les articles de luxe, avant de proclamer : « Elbeuf avait une mission spéciale : elle devait être l’habilleur de la classe riche et élégante qui ne marchande pas. C’est ce qu’elle n’a pas compris »75. Cette opinion était également partagée par les ouvriers elbeuviens dont les délégués à la même exposition estimaient de leur côté :

  • 76 L’Industriel Elbeuvien, 6 décembre 1876.

67« Elbeuf fabrique surtout des nouveautés de belle qualité pour vêtements d’homme ; si une partie de son industrie quittait la voie qu’elle s’est tracée jusqu’alors, ce serait une abdication des plus malheureuses »76.

68Et de conclure leur diatribe contre les articles à petits prix par une étonnante proposition : ne suggèrent-ils pas qu’Elbeuf, plutôt que de tourner le dos à ses traditions, accueille des maisons étrangères qui fabriqueraient les genres nouveaux réclamés par la mode !

69En somme, il s’est trouvé bien peu de voix pour identifier correctement l’origine des difficultés commerciales d’Elbeuf – son refus d’élargir sa production aux articles à la mode, draperies de couleur et étoffes en laine peignée, et plus encore aux tissus bon marché – et l’expliquer par le manque d’attention des fabricants aux tendances de la demande :

  • 77 L’Industriel Elbeuvien, 14 août 1890.

70« Un grand nombre de nos industriels n’ont pas su ou n'ont pas voulu comprendre les exigences de la mode, et n'ont point modifié leur fabrication »77.

  • 78 Cité dans L’Industriel Elbeuvien, 4 octobre 1876.

71La lecture du bulletin de la Chambre de commerce montre, toutefois, que les fabricants elbeuviens n’étaient pas inconscients des difficultés de leur industrie – comment d’ailleurs auraient-ils pu l’être quand chaque année enregistrait un nouveau recul du chiffre d’affaires de la draperie ? – mais, au lieu de remettre en cause l’inadaptation de leur production à l’évolution du marché, ils se bornaient à constater que les consommateurs se détournaient de plus en plus des genres elbeuviens traditionnels, attendant un hypothétique retournement de la mode, et expliquaient leurs difficultés tantôt par les facilités dont disposaient leurs concurrents, d’ailleurs démesurément grossies, tantôt par des méthodes commerciales inefficaces sans d’ailleurs qu’ils puissent se résoudre à les réformer. Aussi Le Jacquard pouvait-il déplorer que les fabricants « se contentent de constater leurs souffrances avec une résignation toute orientale », jugeant que cette attitude frisait « l’abdication volontaire »78. En définitive, et comme à Sedan, l’obsession de la qualité a mis la draperie elbeuvienne en porte-à-faux par rapport à l’évolution de la demande.

  • 79 Rapports de L. Tabourier et de S. Dauphinot sur le renouvellement des traités de commerce (1890), A (...)
  • 80 ADSM, RSE 23/25.
  • 81 P. LARGESSE, « Les luttes des drapiers elbeuviens contre le libre-échange », Bulletin de la Société (...)

72Le culte de la qualité a eu pour corollaire une adhésion sans faille au protectionnisme qu’on ne retrouve pas dans les centres peignés davantage tournés vers les marchés extérieurs. Les Rémois, notamment, se firent constamment les champions du libre-échange79. A Elbeuf, au contraire, le protectionnisme trouva bien peu d’adversaires et les Alsaciens qui avaient pourtant été (quoique sans enthousiasme) libre-échangistes avant 1871, s’y rallièrent jusqu’à figurer parmi les membres du comité directeur de l’Association de l’Industrie et de l’Agriculture fondée pour la Défense du travail national80. Mais il est vrai, qu’à Elbeuf, le protectionnisme était pour les fabricants une véritable tradition qui remontait à la lutte contre le projet d’union douanière avec la Belgique en 184281.

  • 82 F. CONCATO, P. LARGESSE, De la Chambre Consultative..., p. 106 et 120-121.
  • 83 Enquête, 1870, p. 51-53.
  • 84 ADSM, 9 AIP 1,2, 3, et surtout 9 M 9, Enquête, 1904, p. 29-31.

73Hostiles au traité de commerce signé avec l’Angleterre en 1860, ils réclamèrent un droit de 30 % sur les draperies, en fait le maximum prévu par le traité82. En 1870, Flavigny demanda la dénonciation de tous les traités de commerce au fur et mesure de leur arrivée à échéance et la transformations des droits « ad valorem » en droits spécifiques83. Sous la Troisième République, chaque crise leur fut l’occasion de rappeler la nécessité vitale d’une protection efficace du marché national pour éviter son envahissement par des produits moins chers, l’industrie française souffrant à la fois du prix élevé de la houille et des machines, d’impôts trop lourds et d’une législation sociale trop contraignante. S’ils s’étaient d’abord réjouis de l’adoption du tarif de 1892, ce fut pour constater rapidement l’épuisement de ses effets bénéfiques et en réclamer un nouveau, plus protecteur84.

74Le protectionnisme n’était pas conçu par les Elbeuviens comme une protection provisoire destinée à se donner le temps d’adapter les fabrications à l’évolution de la demande et de moderniser les structures industrielles mais, bien au contraire, comme une protection permanente dont Elbeuf avait besoin pour assurer le maintien de la qualité traditionnelle de ses draps et la survie de son industrie. L’important est que cette mentalité protectionniste qui faisait de la dénonciation de la concurrence anormale dont Elbeuf était prétendument victime une véritable antienne, a constamment détourné les patrons elbeuviens de la nécessité d’examiner froidement les raisons réelles de l’infériorité de leur industrie et a contribué ainsi à rendre plus difficile encore tout effort sérieux d’ajustement aux conditions commerciales et techniques nouvelles.

75Il n’est pas inutile de souligner que les Alsaciens, par ailleurs si étrangers au conservatisme des Elbeuviens de souche, ont également adopté une attitude frileuse devant l’innovation. Sans doute ont-ils, plus tôt et plus systématiquement qu’eux, diversifié leur production en ajoutant au drap uni qui faisait initialement le fonds de leur collection des tissus peignés légers pour l’été, des articles en cheviotte, des draps de dame de couleur et des flanelles. Pourtant, cette politique de diversification s’est heurtée à des obstacles culturels très puissants.

76La désaffection croissante pour le cardé obligea, pour alimenter l’usine, à fabriquer des articles nouveauté en laine peignée. Pour les Alsaciens qui étaient d’abord des fabricants de tissus unis en cardé, la fabrication de nouveauté représenta un véritable bouleversement de toutes leurs habitudes. Le témoignage d’André Maurois sur les conditions dans lesquelles les Fraenckel s’y résolurent vers 1905 en fait sentir toute la difficulté :

  • 85 A. MAUROIS, op cit., p. 84.

77« Ces messieurs avaient la conscience tranquille. Ils avaient fait de leur mieux. (...) Mais la mode les trahissait. Les beaux tissus noirs, ces draps unis où ils étaient passés maîtres, ils les voyaient de plus en plus délaissés. (...) Depuis plusieurs années, Edmond, dans ses rapports du vendredi, leur disait : « Si nous persistons à ne pas fabriquer de fantaisie, je ne réponds plus de maintenir de chiffre... » Les oncles avaient d’abord haussé les épaules. La « fantaisie » n’était pas leur métier. « Une petite fleur plus rouge ou plus verte !... disait Monsieur Henry avec dégoût. C’est ça que tu veux faire ? Non, nous sommes des fabricants de « noirs »... chacun son métier ». Mais le désastreux inventaire appelait des mesures héroïques. Il fut entendu que l’on créerait un rayon de fantaisie »85.

78C’est l'attachement à un produit spécifique, le tissu uni, qui faisait corps avec l’identité de la maison, qui a bridé durablement les initiatives. Il a fallu le choc salutaire d’un bilan désastreux pour que la direction de Fraenckel se décidât à tenir compte des signaux du marché et à rompre avec le métier traditionnel de la maison. Cependant, la rupture n’a pas été globale puisqu’elle n’a pas conduit à remettre en cause la prédominance du cardé. La manière dont les Alsaciens, les Fraenckel comme les Blin, définissaient leur métier par l’attachement à un produit historique – des draps unis en laine cardée – plutôt que par l’appartenance à un secteur industriel – le textile – à l’intérieur duquel ils seraient passés d'une technologie à l’autre et d’un produit à un autre afin de répondre aux attentes des consommateurs, explique sans doute qu’ils aient manqué la révolution du peigné.

79Cette explication vaut sans doute également pour les fabricants autochtones qui, comme les Alsaciens, se définissaient avant tout comme des fabricants de tissus de laine cardée plutôt que comme des industriels de la laine. C’est sans doute pourquoi l’industrie elbeuvienne n’a pas trouvé en son sein les forces nécessaires pour assurer le succès des tentatives de greffe d’une filature de laine peignée sur l’appareil productif local, qui ont été faites à la fin du siècle. L’établissement créé en 1885 par un groupe d’industriels elbeuviens parmi lesquels on comptait d’ailleurs les Alsaciens, cessa toute activité dès 1893 parce qu’il n’avait donné que « des déceptions et des pertes ». Quoique directement intéressés au succès de l’affaire, ils ont conservé leur entière liberté d’approvisionnement, si bien que la filature n’avait aucune garantie d’alimentation. De plus, lorsque vint le temps des difficultés, ils préférèrent mettre fin sans attendre à une expérience qui n’avait pas tenu ses promesses.

  • 86 F. CONCATO, « L’appareil productif elbeuvien face au changement », Etudes Normandes, 1987, no 2, p. (...)

80Quant à la seconde tentative d’implantation dans l’agglomération d’une filature de peigné en 1895, non seulement elle ne doit rien au milieu industriel local puisqu’elle est l’œuvre d’entrepreneurs originaires de Fiers, mais encore, et comme pour la première filature, les achats des fabricants locaux furent trop limités pour assurer son avenir. Aussi ferma-t-elle à son tour (1912). En somme, dans les deux cas, les industriels elbeuviens ne s’engagèrent pas à fond dans une tentative de diversification que l’évolution de la demande rendait pourtant nécessaire mais qui, à leurs yeux, les éloignait de leur métier de base. Aussi fallut-il attendre la première guerre mondiale pour que s’implantent durablement à Elbeuf des filatures de peigné, mais ce fut le résultat d’un apport exogène puisque industriels, capitaux et matériels venaient du Nord et de la Champagne occupés par les armées allemandes86.

  • 87 AN, F12 6886, Production en 1891.

81Si, malgré les efforts accomplis, la diversification de la production a été impuissante à enrayer la chute des ventes, c’est parce qu’elle a été très limitée : d’une part, les articles qui, dans le passé, avaient fait le fonds de la fabrication elbeuvienne – la nouveauté cardée, le drap uni pour homme, le drap pour livrée et voiture – ont longtemps conservé une importance beaucoup trop grande alors même que la demande dont ils étaient l’objet ne cessait de se réduire ; de l’autre, et c’est évidemment l’essentiel, bien que la fabrication d’étoffes peignées se soit acclimatée avec succès à Elbeuf, elle n’y eut pas un développement bien grand. On ne possède pas de données sur la place des étoffes peignées dans la fabrication elbeuvienne, mais la répartition des matières consommées donne une indication indirecte intéressante : la part des fils peignés qui s’est régulièrement accrue à partir des années 1880 ne représentait encore que 15,7 % des fibres consommées en 1912. Plus généralement, la part des tissus légers (souvent en peigné) qui avaient pourtant la faveur du consommateur, demeurait très minoritaire dans la production elbeuvienne : en 1891, 20 % seulement des articles fabriqués à Elbeuf pesaient moins de 400 g au mètre quand les tissus de cette catégorie représentaient 93,7 % de la production de Reims et que, à Roubaix, 70,9 % des tissus mélangés pesaient moins de 200 g et 78,8 % des tissus en pure laine moins de 250 g87.

  • 88 ADSM, 77 J 19, 26 et 34, ainsi que J-C. DAUMAS, L’amour du drap, Thèse, op. cit., p. 458-461.
  • 89 Christopher H. JOHNSON, The Life and Death of Industrial Languedoc, 1700-1920, The Politics of Dein (...)

82A partir de la crise du début des années 1880 les Elbeuviens, renouant avec une vieille tradition, ont systématiquement cherché un appoint du côté des draps pour l’armée. Les Blin, qui ont devancé dans cette voie les fabricants autochtones, ont décroché leur premier marché de fournitures militaires en 1885, et en ont obtenu de nouveaux à chaque fléchissement de leurs ventes (1894, 1902 et 1908). A partir de 1894, les draps militaires ont toujours formé une proportion importante de la production de l’usine qui a oscillé entre 9 et 14 %88. Ils ont bien sûr été imités par les autres fabricants, Elbeuf bénéficiant du déclin de Lodève dont la fabrication de drap de troupe était la spécialité89. Les marchés militaires ont été utilisés non seulement pour amortir les fluctuations conjoncturelles mais surtout pour ralentir le déclin d’une industrie en perte de vitesse. Ce faisant, ils ont contribué à freiner l’effort d’adaptation à l’évolution de la demande.

6. Blin et Blin : la crise des années 1900

  • 90 ADSM, 77 J 322.
  • 91 J.-C. DAUMAS, L'amour du drap, Thèse, op cit., p. 589-590.

83Il est significatif que Blin, qui afficha longtemps une croissance insolente, ait fini par être rattrapé par les difficultés au milieu des années 1890. Cette évolution négative a sans doute ses racines dans les limites de la politique de diversification commerciale suivie depuis 1879. Conçue davantage comme une succession d’ajustements ponctuels aux variations de la mode que comme une adaptation systématique aux tendances « lourdes » de la demande, celle-ci ne pouvait bien sûr remettre en cause la prépondérance des étoffes cardées qui, en 1910 comme en 1914, représentaient plus de 60 % du chiffre d’affaires90. Le plafonnement des ventes entre 1892 et 1906 et la série de mauvais résultats enregistrés en 1892, 1894, 1900 et 1903, n’ont très certainement pas d’autre cause. Mais c’est surtout la chute dramatique des ventes entre 1907 et 1911 (-39,8 %) qui souligne l’inadaptation de la collection de Blin à une évolution de la demande de plus en plus favorable au peigné. De surcroît, le rétrécissement de son marché a été amplifié par l’effondrement en 1911 des ventes d’amazone que la soie et le velours avaient presque complètement remplacée dans le costume féminin dès 1910 et dont Blin, qui en avait commencé la fabrication en 1838, détenait le quasi-monopole à Elbeuf91.

  • 92 Archives Albert Blin, Lettre d’Ernest Blin, 11 mai 1914.

84Même si Blin souffrit davantage des crises de 1908 et 1910 que le reste de l’industrie locale, ses ventes commencèrent à se redresser dès 1912, alors que la draperie elbeuvienne subissait un nouveau recul de son activité. Cherchant à profiter au mieux du retournement de la mode en faveur du cardé que l’on constate à la veille de la guerre, sa direction remplaça les draps unis pour robes et manteaux par des nouveautés et développa les étoffes légères du type flanelles92. Mais, en 1914, Blin n’était pas encore tiré d’affaires car la question que la terrible crise ouverte en 1907 avait mise au premier plan – quels produits pour quels marchés ? – continuait de se poser de manière aiguë. Seule la prospérité artificielle du temps de guerre a sauvé Blin, comme au demeurant l’ensemble de l’industrie lainière elbeuvienne qui a été revitalisée par la fabrication massive de drap militaire.

Conclusion

85Sans doute la concurrence a-t-elle obligé les fabricants elbeuviens à diversifier leur production en se tournant vers les tissus en peigné et en cheviotte et à transformer les structures de leur industrie en mécanisant et en concentrant la production. Cependant, cette évolution, tardive et lente, n’a pas été suffisante. D’un côté, la modernisation des structures productives donnait en 1914 une impression d’inachèvement : faible diffusion du progrès technique, petite taille des unités de production, importance du travail à façon, absence de spécialisation des entreprises et bas niveau de la productivité du travail définissent une configuration productive au total moins efficace que les industries lainières du Nord, d’Angleterre et d’Allemagne. Cette situation ne s’explique sans doute pas seulement par l’insuffisance des capitaux disponibles pour l’investissement mais aussi par l’attachement très fort de la majorité des industriels à la fabrication d’articles de qualité, fortement différenciés, soumis à d’incessantes variations saisonnières à laquelle l'appareil de production elbeuvien était somme toute bien adapté. De l’autre côté, c’est parce qu’ils sont demeurés fidèles au cycle cardé que les fabricants elbeuviens ne se sont tournés qu’à contrecoeur vers les articles plus légers et moins chers que réclamaient pourtant les consommateurs, se condamnant du même coup à voir leur part de marché se contracter inexorablement. Toutefois, la lenteur et la faiblesse de la diversification commerciale ne sont pas seulement imputables à une mauvaise appréciation des tendances profondes de la demande mais aussi à l’inadaptation de l’outil de production à de nouvelles fabrications, du fait de l’héritage des choix techniques antérieurs et de la médiocrité de l’investissement. En définitive, c’est la cohérence entre le produit, l’organisation et les techniques de production qui explique l’inachèvement des transformations structurelles de la draperie elbeuvienne, le recul irrésistible de ses ventes et l’affaiblissement de ses positions face aux centres lainiers concurrents

  • 93 Limitée aux structures productives et aux choix commerciaux, l’étude de l’évolution de la draperie (...)

86L’apport des Alsaciens n’a pas été suffisant pour modifier l’orientation de la draperie elbeuvienne que, grâce à leur puissance, ils dominaient pourtant. D’une part, ils ont longtemps constitué une sorte de corps étranger au sein de l’industrie locale où par leur héritage alsacien, leur ambition industrialiste, l’intégration et la mécanisation poussées de la production, la gestion paternaliste de leur personnel, ils représentaient l’organisation industrielle face à la fabrique traditionnelle. Certes, ils ont été imités, au moins partiellement, et leurs structures se sont rapprochées, tant du point de vue productif que commercial, mais la concurrence redoutable qu’ils faisaient aux fabricants autochtones n’a pu que contribuer à déstabiliser l’ensemble de la draperie en lui enlevant sa cohérence interne. D’autre part, même s’ils ont, avec plus d’audace que les Elbeuviens, diversifié leurs fabrications, ils sont, comme eux, demeurés avant tout des fabricants de cardé, ce qui les a durablement placés en porte-à-faux par rapport à l’évolution de la demande et explique qu’ils aient fini par connaître les mêmes difficultés que tout le milieu industriel local. En somme, le paradoxe des Alsaciens d’Elbeuf, c’est qu’ils étaient à la fois différents et semblables. C’est sans doute pourquoi la greffe alsacienne a si faiblement contribué au renouvellement des structures de l’industrie elbeuvienne93.

Notes

1 A handbook for travellers in France, Londres, John Murray, 9ème éd., 1864.

2 Louis REYBAUD, La laine : nouvelle série des études sur le régime des manufactures, Paris, Michel Lévy frères, 1867, p. 67.

3 Francis CONCATO, Pierre LARGESSE, « La Manufacture de draps d’Elbeuf avant et après la révocation de l’Edit de Nantes », Bulletin de la Société de l’Histoire du Protestantisme Français, juillet-septembre 1992, t. 138, p. 409.

4 Théodore CHENNEVIÈRE, « Note sur l’histoire et l’importance de la fabrication des nouveautés à Elbeuf », Annuaire Normand, 1843, p. 496 ; Francis CONCATO, « L’appareil productif elbeuvien face au changement. Une approche historique », Etudes Normandes, no 2, 1987, p. 65-67 ; Alain BECCHIA, La draperie d’Elbeuf (des origines à 1870), Rouen, Publications de l’Université de Rouen, 2000, p. 501-512.

5 Jean-Claude DAUMAS, L’amour du drap, Blin et Blin, 1827-1975, Histoire d’une entreprise lainière familiale, Thèse, Paris IV, 1995, 5 vol., p. 276.

6 Voir sa notice biographique in Dominique BARJOT, Les patrons du Second Empire. Anjou, Normandie, Maine, Paris/Le Mans, Picard/Ed. Cénomane, 1991.

7 A. BECCHIA, op cit., p. 508-509.

8 Mathieu BOURDON, « Précis sur la statistique générale d’Elbeuf », Annuaire Normand, 1843, p. 392.

9 A. BECCHIA, op cit., p. 511.

10 F. CONCATO, P. LARGESSE, De la Chambre Consultative à la Chambre de commerce. 1801-1861, Elbeuf, CCI, 1991, p. 79 et 110, et L. REYBAUD, op cit., p. 307.

11 ADSM, F 229, Notice historique de la Ville d’Elbeuf, 1844 ; Enquête parlementaire sur le régime économique, Paris, 1870, t. 2, déposition de Flavigny.

12 Julien TURGAN, Les grandes usines, Paris, M. Lévy frères, 1865, T. 5, p. 130.

13 A. BECCHIA, op cit., p. 510.

14 Rapport reproduit dans Henri SAINT-DENIS, Histoire d’Elbeuf, Elbeuf, Imp. H. Saint-Denis, T. 11, 1904, p. 24-32, et cité d’après Alain BECCHIA, op cit., p. 556.

15 AN, BB 30 390, Rapport du procureur général de Rouen, 7 février 1870.

16 A. BECCHIA, op cit., p. 623-624 et J.-C. DAUMAS, L’amour du drap, Thèse, op cit., p. 308-310.

17 Enquête parlementaire sur le régime économique. La laine, Paris, Imprimerie Nationale, 1870, p. 41.

18 Janine LEVAIN, Jacques ROUGERIE, André STRAUS, « Contribution à l’étude des mouvements de longue durée. La croissance de l’industrie lainière en France au XIXe siècle : ses allures et ses déterminants », Bulletin de l’Institut d’histoire économique et sociale de Paris I, no 12, décembre 1983, p. 80.

19 Enquête, 1870, op cit., p. 44.

20 Reproduit par H. SAINT-DENIS, op cit., T. 11, p. 49-53 et cité d’après A. BECCHIA, op cit., p. 626-627.

21 ADSM, 10 M 6.

22 Enquête. Traité de commerce avec l’Angleterre. Industries textiles. T.3. Laine, Paris, Conseil supérieur de l’Agriculture, du Commerce et de l’Industrie, 1860, p. 41-44, 45-66, 66-91, 123 et 129-157 ainsi que Enquête, 1870, op cit., p. 46-51 et annexe statistique.

23 Louis BERGERON, « Douglas, Ternaux, Cockerill : aux origines de la mécanisation de l’industrie lainière en France », Revue Historique, no 501, janvier-mars 1972, p. 76-77.

24 Enquête, 1870, annexe statistique.

25 ADSM, 10 M 29.

26 Enquête, 1870, p. 47 et 90-91.

27 Enquête, 1870, p. 48.

28 ADSM, 9 AIP 1 et Louis REYBAUD, La laine, op cit., p. 60.

29 Journal d’Elbeuf, 3 mai 1864 ; AN, BB 30 889 et 387 ; Marcel BOIVIN, Le mouvement ouvrier dans la région de Rouen : 1851-1876, Rouen, Publications de l’Université de Rouen, 1989, p. 169, 255-256 et 264 ; A. BECCHIA, op cit., p. 601-602.

30 L. REYBAUD, op cit., p. 60.

31 L'Industriel Elbeuvien, 11 septembre et 1er novembre 1872 ; Louis REYBAUD, op. cit., p. 60-62.

32 L’Industriel Elbeuvien, 11 septembre 1872.

33 A. BECCHIA, op cit., p. 539-550.

34 M. ALCAN, Fabrication des étoffes..., op. cit., t. 2, p. 413 et 417-422.

35 ADSM, 9 M 9.

36 Enquête, 1860, p. 129.

37 Enquête, 1860, p. 129 et sq et J. TURGAN, op. cit., t. 5, p. 65-128.

38 Enquête, 1870, p. 43.

39 J. TURGAN, op. cit., t. 5, p. 65-66.

40 ADSM, 10 M 29.

41 Enquête, 1860, p. 43.

42 Enquête, 1870, p. 43 et annexe statistique.

43 Enquête, 1870, p. 43 et 50.

44 D. BARJOT, op cit., p. 18.

45 J-C. DAUMAS, « De Bischwiller à Elbeuf. Un exode industriel (1871-1872) », Revue d’Alsace, 1997, no 123, p. 185-202.

46 J-C. DAUMAS, L'amour du drap. Blin et Blin, 1827-1975. Histoire d’une entreprise lainière familiale, Besançon, Presses universitaires franc-comtoises, 1999, p. 153-289.

47 Sur Fraenckel-Herzog, cf. les témoignages d’André MAUROIS (pseudonyme d’Emile Herzog qui a été un des dirigeants de cette société), Mémoires, (1885-1970), Paris, Flammarion, 1970, et de Jean-Richard BLOCH (qui a épousé Marguerite Herzog, une des sœurs d’Emile),... et Compagnie, Paris, Gallimard, 1917, rééd., 1947.

48 ADSM, 77 J 106 à 114.

49 ADSM, 9 AIP 1,2 et 3.

50 ADSM, 6 1067, 1110 et 1116, 9 AIP 2 et 3, et 9 M 9.

51 ADSM, 9 AIP 3, Compte rendu des Travaux de la Chambre de commerce d’Elbeuf, 1892-1913.

52 ADSM, 6 M 217, 234, 269, 270, 284, 319, 397, 398, 475, 476, 532, 533 et 611.

53 ADSM, 9 AIP 3.

54 ADSM, 10 M 6.

55 ADSM, 9 AIP 2 et 3.

56 Exposition Universelle de 1900. Rapports du Jury international. Groupe XIII, Fils, vêtements et tissus, Paris, Imprimerie Nationale, 1902, p. 483-485.

57 ADSM 10 M 29.

58 ADSM, 10 M 112.

59 Gilbert SAYET, Exposition internationale du Nord de la France, Roubaix, 1911, Imprimerie du Journal de Roubaix, 1912, t. 2, p. 309.

60 ADSM, 9 AIP 3.

61 AN, C 7320, Enquête sur l’état de l'industrie textile, 1904.

62 ADSM, 9 M 9.

63 Voir notamment les dépositions de manufacturiers elbeuviens au cours de l’Enquête de 1904.

64 ADSM, 9 M 9, Réponse au questionnaire de la Commission d’enquête sur l’industrie textile, 1904, p. 24.

65 ADSM, 9 AIP 2, 1889. Emile LEFÈVRE, Histoire économique de la laine, Reims, H. Leroy Imprimeur-

66 ADSM, 9 AIP 2, 1889. Emile LEFÈVRE, Histoire économique de la laine, Reims, H. Leroy Imprimeur-

67 A. BECCHIA, op cit., p. 686-744, et Christophe RENDU, « L’irrésistible ascension des « parvenus ». Le nouveau patronat de l’industrie textile à Elbeuf (1830-1870) », Mémoire de Maîtrise, Université de Rouen, 1997.

68 Banque de France, succursale d’Elbeuf, 1900.

69 Marcel BOIVIN, op. cit., p. 40, a évalué le bénéfice annuel net d’un fabricant qui se contentait d’un comptoir à 40 000 F.

70 ADSM, 2 PP 114, Valeur locative des usines, 1889.

71 A. BECCHIA, op cit., p. 583.

72 ADSM, 9 AIP 2 et 3.

73 Journal d’Elbeuf, 5 juillet 1874.

74 ADSM, 9 AIP 3.

75 L’Industriel Elbeuvien, 2 mai 1877.

76 L’Industriel Elbeuvien, 6 décembre 1876.

77 L’Industriel Elbeuvien, 14 août 1890.

78 Cité dans L’Industriel Elbeuvien, 4 octobre 1876.

79 Rapports de L. Tabourier et de S. Dauphinot sur le renouvellement des traités de commerce (1890), AN, F 12/6887.

80 ADSM, RSE 23/25.

81 P. LARGESSE, « Les luttes des drapiers elbeuviens contre le libre-échange », Bulletin de la Société de l'Histoire d'Elbeuf, novembre 1988, no 11, p. 29-49.

82 F. CONCATO, P. LARGESSE, De la Chambre Consultative..., p. 106 et 120-121.

83 Enquête, 1870, p. 51-53.

84 ADSM, 9 AIP 1,2, 3, et surtout 9 M 9, Enquête, 1904, p. 29-31.

85 A. MAUROIS, op cit., p. 84.

86 F. CONCATO, « L’appareil productif elbeuvien face au changement », Etudes Normandes, 1987, no 2, p. 69-70 et J-C. DAUMAS, L’amour du drap, Thèse, op cit., p. 338-340.

87 AN, F12 6886, Production en 1891.

88 ADSM, 77 J 19, 26 et 34, ainsi que J-C. DAUMAS, L’amour du drap, Thèse, op. cit., p. 458-461.

89 Christopher H. JOHNSON, The Life and Death of Industrial Languedoc, 1700-1920, The Politics of Deindustrialization, Oxford, Oxford University Press, 1995, chap. 8 et 9.

90 ADSM, 77 J 322.

91 J.-C. DAUMAS, L'amour du drap, Thèse, op cit., p. 589-590.

92 Archives Albert Blin, Lettre d’Ernest Blin, 11 mai 1914.

93 Limitée aux structures productives et aux choix commerciaux, l’étude de l’évolution de la draperie elbeuvienne permet de prendre la mesure des transformations et du déclin subis, mais il conviendrait de la compléter par une analyse des rapports entre culture patronale et formes de gestion, des structures du marché local de l’emploi et des formes institutionnelles de régulation du système productif. Sur ces questions, cf. J.-C. DAUMAS, Les Territoires de la laine, HDR, Paris I, 2000, ainsi que P. LARGESSE, F. CONCATO, La Chambre et la Fabrique, Histoire de la Chambre de commerce d’Elbeuf de 1861 à 1914, CCI d’Elbeuf, 2001, ch. 4 et 6.

Table des illustrations

Titre Figure no 1. Evolution des ventes de la draperie elbeuvienne, 1869-1913 (en MF)
Légende Sources : ADSM, 9 AIP 1, 2 et 3, Compte rendu des Travaux de la Chambre de commerce.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7250/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 77k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search