Version classiqueVersion mobile

La draperie en Normandie du XIIIe siècle au XXe siècle

 | 
Alain Becchia

Apogée et déclin

« Capter le goût des consommateurs » : naissance et renaissance de la draperie-nouveauté à Elbeuf (milieu XVIIIe siècle - vers 1830)

Francis Concato

Texte intégral

  • 1 « Drap : tous les draps viennent d’Elbeuf », FLAUBERT (Gustave), Dictionnaire des idées reçues, Par (...)
  • 2 Musée Industriel. Description complète de l’exposition des produits de l’industrie française en 183 (...)
  • 3 [Exposition de 1823], Rapport sur les produits de l’industrie française [...], Paris, Impr. Royale, (...)
  • 4 Ministère du Commerce, Enquête relative à diverses prohibitions établies à l'entrée des produits ét (...)

1Par-delà la complète disparition de son industrie textile, le renom d’Elbeuf reste attaché, dans la mémoire collective, à la fabrication du drap1, tissu de pure laine cardée solide et uni. Spécialisée dans une qualité inférieure à celle des draps superfins de Sedan et de Louviers, Elbeuf était déjà devenue le premier centre lainier normand au XVIIIe siècle. Sous la Restauration, libérée des contraintes réglementaires et stimulée par la mécanisation progressive de plusieurs phases du processus de production - préparation et filature de la laine, apprêts -, la fabrique connaît un important développement. Sa production, qui s’établissait à environ 25 millions de francs en 18142, atteint 36 millions en 18233, 50 en 18334. Bien qu’une certaine diversification soit perceptible, cette forte croissance repose avant tout sur le produit traditionnel : le drap. L’emballement de la fabrique, cependant, génère bientôt des surcapacités de production alors que se manifeste une relative saturation des marchés du drap uni, marchés encore limités dans la mesure où les qualités fine et superfine restent onéreuses pour beaucoup.

2C’est la fabrication d’étoffes façonnées dites « nouveautés » qui va ouvrir la voie à une salutaire régénération de l’industrie elbeuvienne. Ces étoffes fantaisie en sont devenues assez rapidement le produit-phare et ont nourri sa croissance sous la Monarchie de Juillet et le Second Empire, comme en témoignent, malgré leur imprécision, les données suivantes :

Année

Production totale d’Elbeuf
(millions de francs)

Part des
« nouveautés »

1843 (a)

60

41 %

1857 (b)

85

70 %

1863 (c)

110

81 %

1868 (d)

85

80 %

(a) L’Industriel Elbeuvien, 9 juin 1844.
(b) BOURDON (Mathieu), Etude sur l’importance commerciale et manufacturière des ville et canton d’Elbeuf, Rouen, Impr. H. Rivoire et Cie, 1858, p. 12.
(c) SAINT-DENIS (H.), Histoire d'Elbeuf, Tome X, p. 561.
(d) Ibid., Tome XI, p. 52-53.

  • 5 LEVAIN (Janine), ROUGERIE (Jacques) et STRAUS (André), « Contribution à l’étude des mouvements de « (...)
  • 6 Ces questions seront abordées dans notre étude des dessins de fabrique déposés au Conseil de Prud’h (...)

3A l’acmé de 1863, au terme d’une constante progression, les « nouveautés » représentent les quatre cinquièmes de la production totale. Grâce à cette réorientation fondamentale de son activité, Elbeuf a pu connaître une « puissante croissance, progressivement accélérée »5 qui lui a permis de laisser loin derrière Sedan et Louviers. Cela ne s’est pas fait sans un profond changement dans les pratiques industrielles et commerciales locales. Avec les « nouveautés », c’est la mode qui entre pleinement à Elbeuf. Mode qu’il faut suivre au plus près ou, mieux encore, susciter. Chaque saison voit ainsi naître de nouveaux dessins, de nouvelles alliances de couleurs. Des fils d’aspects très divers, des apprêts nouveaux ou appliqués différemment, des mélanges de fibres sont à l’origine de tissus sans cesse renouvelés, destinés à « capter le goût des consommateurs »6.

4L’activité n’est pas sans risque : une collection réussie vaut au fabricant des profits élevés mais un échec le contraint à solder rapidement des tissus difficilement vendables l’année suivante.

  • 7 L’Industriel Elbeuvien, 3 mai 1840.
  • 8 Journal d’Elbeuf, 23 janvier 1848.
  • 9 BOURDON (Mathieu), Etude sur l'importance commerciale et manufacturière des ville et canton d’Elbeu (...)
  • 10 Nous n’avons pas rencontré, en revanche, de témoignages d’une volonté d’affirmer l’antériorité d’El (...)

5Sans renoncer complètement à son produit traditionnel, le drap, Elbeuf a su maîtriser ce nouveau genre de fabrication et imposer ses « nouveautés » tant sur le marché national qu’à l’étranger. Il faut toutefois se déprendre d’une vision assez prégnante qui tend à faire accroire à une création ex nihilo. Les contemporains s’en gardaient bien, d’ailleurs, qui ne manquaient pas de rappeler l’ancienneté de cette fabrication dans leur ville. Ainsi L’Industriel Elbeuvien, en 1840 : « Cette variation de tissus qui récemment a multiplié nos ressources manufacturières s’était produite dans un autre temps dans les ateliers de M. Maille-Louvet [...] ; son talent manufacturier s’était [...] exercé dans cette branche de notre fabrique qui constitue aujourd’hui l'un de ses principaux élémens [...] »7. Ou encore le Journal d’Elbeuf, en 1848 : « Parfait Maille est le premier manufacturier d'Elbeuf qui, en l’an X, obtint une médaille d’argent [...] pour la bonne confection des draps nouveautés. On voit que ce genre de fabrication a été inventé dans notre ville à une époque bien moins récente qu’on ne le voit généralement »8. Mathieu Bourdon, enfin, en 1858 : le président de la Chambre Consultative des Arts et Manufactures d’Elbeuf rappelle que si « l'unité de la fabrication » a cessé en 1830, « ce serait une erreur de croire que [les articles de nouveauté] étaient de nouvelle création puisque la tradition avait transmis des témoignages irrécusables de ce qui avait été produit en ce genre, si varié qu’il soit, pendant la fin du dernier siècle, par l’ancienne fabrique »9. Les premières « nouveautés » sont donc bien présentes dans la mémoire collective, même si le souvenir en est flou et se trouve quelque peu instrumentalisé par la volonté d’enraciner ce genre de fabrication dans l’histoire industrielle d’Elbeuf10. Un peu comme si la fabrique, prise de vertige par la soudaineté puis par le rythme de la croissance, cherchait en quelque sorte à la légitimer et, par-là, à se rassurer.

6C’est aux balbutiements puis à la relative affirmation de la fabrication des « nouveautés » que nous nous attachons en premier lieu, en une approche nécessairement exploratoire eu égard à la rareté des sources. Dans un second temps, nous nous penchons sur la re-naissance des étoffes de fantaisie à Elbeuf vers la fin de la Restauration, épisode que l’on peut lire comme le prélude au prodigieux essor qu’allait connaître cette activité au cours des décennies suivantes. Pour l’une et l’autre de ces phases, notre regard s’élargira aux autres centres drapiers du Nord de la France afin de ne pas ajouter les risques d’une histoire par trop « locale » aux insuffisances de la documentation.

Les premières « nouveautés » : une longue parenthèse

  • 11 Sur cette question voir MINARD (Philippe), La fortune du colbertisme. État et industrie dans la Fra (...)
  • 12 SAINT-DENIS (H.), Histoire d’Elbeuf, Tome V, p. 255 (Lettre de Trudaine à l’inspecteur des manufact (...)
  • 13 Ibid., Tome V, p. 260.
  • 14 BERNIER (Abbé P.), « Voyage de Antoine-Nicolas Duchesne au Havre et en Haute-Normandie, 1762 », Mél (...)
  • 15 A.N., F12 560. Rapport de Boisroger, inspecteur des manufactures, 13 mars 1762. Voir aussi BECCHIA (...)
  • 16 SAINT-DENIS (H.), op. cit., Tome V, p. 279-280 (Ordonnance du 7 janvier 1758). Outre le fait que l’ (...)
  • 17 Parfait MAILLE, historien d’Elbeuf, issu d’une très vieille famille de manufacturiers et lui-même a (...)

7Au milieu du XVIIIe siècle, alors que s’affirme progressivement l’industrialisme libéral et que s’impose de plus en plus la nécessité de prendre en compte « le goût du consommateur »11 quelques innovations de produit se font jour au sein de la manufacture de draps d’Elbeuf établie par Colbert en 1667. C’est ainsi que Trudaine, en 1756, autorise et même encourage la fabrication d’étoffes en alpaga, « puisque cette espèce d’étoffe trouve de la consommation »12. A cette entorse à l’usage exclusif de la laine cardée s’ajoute, dans le même temps, une première rupture avec le non moins exclusif drap uni. Un mémoire des drapiers elbeuviens adressé à Trudaine fait alors état de la fabrication de draps chinés13. Ces étoffes constituaient vraisemblablement une spécialité locale ayant acquis une certaine réputation puisqu’elles suscitent la curiosité d’Antoine Duchesne, prévôt des Bâtiments du Roi et voyageur érudit, lors de sa visite à Elbeuf en 1762. Pour des raisons qui nous demeurent inconnues - prix trop élevé ? demande insuffisante ? - la fabrication en avait cessé à cette date14. A la même époque, l’inspecteur des manufactures de Boisroger mentionne dans un rapport les nouveaux produits d’Elbeuf15 : espagnolettes lisses ou croisées dont la fabrication avait été autorisée par l’intendant de Brou en 175816, mais aussi « draps à fleurs » de la manufacture Béranger et Godet. On ne peut que regretter l’absence d’informations sur les caractéristiques de cette étoffe dont la fabrication, pour surprenante qu’elle soit en ce temps à Elbeuf, ne peut cependant guère être mise en doute17.

  • 18 ROCHE (Daniel), La culture des apparences. Une histoire du vêtement, XVIIe-XVIIIe siècle, Paris, Fa (...)
  • 19 SAINT-DENIS (H.), op. cit., Tome VI, p. 32-33.
  • 20 A.D.S.M., L 444. Voir aussi BECCHIA (Alain), CONCATO (Francis) et LARGESSE (Pierre), « L’industrie (...)
  • 21 MAILLE (Parfait), Recherches sur Elbeuf, Tome III : Histoire de la ville et de la Fabrique suivie d (...)

8Le « système intermédiaire » établi par Necker en 1779 allait permettre, en autorisant la fabrication d’étoffes « libres » à côté des étoffes « réglées », de satisfaire en toute légalité une demande nouvelle de draps moins lourds, moins chers et d’aspect varié. Sous le règne de Louis XVI, les motifs à carreaux et surtout à rayures connaissent ainsi une grande faveur. Comme l’ont montré Daniel Roche et Michel Pastoureau, la rayure envahit alors l’univers du vêtement dans toutes les couches de la société18. A Elbeuf, si la communauté des drapiers reste très majoritairement à l’écart, il est un fabricant qui s’engage immédiatement et résolument dans cette voie nouvelle. Une circulaire publicitaire de Pierre Maille le jeune nous apprend ainsi qu’il tient, en 1781, les foires de Caen et de Guibray où il présente un « assortiment complet de draps d’Elbeuf unis, mélangés, catis et à poil, kalmoucs, alpagas, sibériennes, royales à poil, rayés, jaspés, quadrillés en soie et laine, le tout dans les couleurs le plus à la mode »19. Pareille diversité témoigne d’une approche nouvelle qui, au-delà du simple jeu sur les nuances données aux draps unis, intègre pleinement les goûts nouveaux exprimés par les consommateurs en matière vestimentaire. Nous sommes bien en présence de ces étoffes façonnées, dans lesquelles d’autres matières peuvent se mêler à la laine, que l’on nommera plus tard « nouveautés ». De plus, ce genre de fabrication s’inscrit dans la durée. Malgré la crise de 1788 qui fit s’effondrer la vente des draps rayés, ils représentent encore, durant le second semestre de 1789, 4,6 % de la valeur de la production totale d’Elbeuf et près de 6 % du nombre total de pièces20. La présence d’au moins un dessinateur à Elbeuf en 1787 suggère de surcroît une volonté de diversifier les motifs proposés aux consommateurs21.

  • 22 L’autre étant Piéton de Prémalé, d’après le manufacturier elbeuvien Auguste Grandin (voir infra).
  • 23 YOUNG (Arthur), Voyages en France, 1787-1788-1789, Tome I. Paris, Armand Colin, 1976 [reproduction (...)
  • 24 Arthur Young mentionne le « rayé en soie marbre » (marbré ?) et la « castorine rayée en soie » (Ibi (...)
  • 25 TURGAN (Julien), Les grandes usines. Etudes industrielles en France et à l’étranger, V, Paris, Mich (...)

9En l’état actuel de nos connaissances, on peut penser que Pierre Maille le jeune fut longtemps le seul fabricant elbeuvien à s’aventurer de façon significative sur le terrain risqué de la « nouveauté ». A Louviers, deux manufacturiers se livrent également à ce genre de fabrication mais, conformément à la tradition « haut de gamme » de ce centre drapier, leurs « nouveautés » se vendent fort cher. L’un d’eux22 n’est autre que le célèbre Decrétot dont la manufacture et les produits émerveillent Arthur Young lors de sa visite, en octobre 1788 : « il me montra sa fabrique, indubitablement la première fabrique de draps du monde, si le succès, la beauté de la fabrication et une inépuisable invention pour satisfaire avec goût à tous les désirs insatiables de la fantaisie, peuvent donner le mérite d’une telle supériorité »23. Decrétot fabrique ainsi des étoffes rayées mêlant laine et soie, larges de 5/8 d’aune, au prix de 32 livres l’aune24, soit plus de trois fois le prix moyen des draps rayés d'Elbeuf. De luxe ou destinée à une plus vaste clientèle, la fabrication d’étoffes façonnées est donc bien présente dans les deux principaux centres drapiers normands en cette fin d’Ancien Régime. Production limitée, sans doute, mais qu’il est excessif de réduire à « quelques essais d’étoffes à mille raies tentés vers la fin du siècle dernier », comme le fit Julien Turgan25.

  • 26 RENIER (J. S.), Histoire de l'industrie drapière au Pays de Liège et particulièrement dans l'arrond (...)
  • 27 A.D.S.-M., 15 J 53 et 54 (pour les années 1787 à 1791). Ce qui suit s’appuie sur les travaux de Pat (...)
  • 28 A.D.S.M., 15 J 53. Lettre du 20 septembre 1787 à Brossat et Perrin de Lyon.
  • 29 Ibid.. Lettre du 1" avril 1788 à Pierre Bizet de Rouen.
  • 30 Ibid., Lettre du 30 avril 1788 à Lambert fils de Marseille.
  • 31 Souligné par nous.
  • 32 A.D.S.-M., 15 J 53. Lettre du 14 avril 1788 à Boujet d’Ostende.
  • 33 A.D.S.-M., 15 J 54; DUBOS (Corinne), op. cit., p. 46.
  • 34 DUBOS (Corinne), op. cit., p. 48.

10On peut s’interroger sur les raisons qui poussèrent la quasi-totalité des fabricants d’Elbeuf et de Louviers à s’en tenir exclusivement à l’uni. Routine ? Sentiment de déroger en fabriquant autre chose que du drap, « ce roi des tissus de laine »26 ? Demande jugée insuffisante et/ou trop instable parce que soumise à la mode ? A cette interrogation, la correspondance commerciale de la manufacture Pierre Grandin l’aîné, alors dirigée par Auguste Grandin, nous apporte quelques précieux éléments de réponse27. Ce manufacturier s’est spécialisé dans la fabrication de draps superfins, comparables à ceux de Louviers. En septembre 1787, devant le ralentissement de ses affaires, il s’inquiète auprès de négociants lyonnais : « La vente des draps va-t-elle un peu ou bien est-on tellement enjoué des rayures qu’on abandonne les draps unis ? »28. Quelques mois plus tard, il affirme ne pas avoir besoin de laines fines car il ne vend rien en raison de la vogue des draps rayés29. Dans le même temps, Auguste Grandin affiche sa confiance en un retournement prochain de la mode : « Les draps rayés commencent à être infiniment moins demandés à Paris. Ils sont portés à présent par une classe d’hommes qui n’est pas faite pour donner le ton et deviennent trop communs, on va les abandonner tout à fait. La capitale donnera un exemple qui sera bientôt suivi par la province »30. Dans cette perspective, il n’envisage aucunement de fabriquer des draps rayés, malgré les demandes qui lui sont adressées ; il s’en tient à indiquer à ses correspondants le nom des manufacturiers qui se livrent à ce genre de fabrication, tant à Elbeuf qu’à Louviers : « Je ne fabrique que des draps unis. Pour les nouveautés31 vous pouvez vous adresser à messieurs Decretôt et Piéton de Prémalé à Louviers et à Pierre Maille le jeune à Elbeuf. Chez les premiers, vous trouverez des étoffes de première qualité très belles et très cher [sic]. Chez les seconds, beaucoup moins belles mais bien traitées et à bien meilleur marché comme il est naturel »32. Malgré la mévente persistante de l’uni, la manufacture Pierre Grandin l’aîné ne semble pas avoir produit d’étoffes façonnées avant 1791. On trouve alors dans sa production des draps rayés soie façon laine ou « silésie d'Hollande », des cannelés et des étoffes couleur sur couleur ou côtelées33. On ne peut écarter complètement l’hypothèse d’une certaine sous-traitance destinée à protéger l’image de marque de sa manufacture puisqu’à partir de 1790, Auguste Grandin a fabriqué des draps moins chers sous le nom de son associé, Flavigny-Gosset34. La demande de « nouveautés », on le voit, n’a pas évolué comme Auguste Grandin l’avait souhaité. En se maintenant, elle semble bien avoir contraint ce manufacturier à reconsidérer en partie ses choix productifs.

  • 35 DELARUE (Prosper), Notice sur la ville et sur les fabriques d’Elbeuf en brumaire an XIII. Réponse a (...)
  • 36 A.D.S.-M., 8 M 34. Rapport des commissaires nommés pour recueillir les produits industriels de l’ar (...)
  • 37 Exposition publique des produits de l’industrie française, an 10. Procès-verbal des opérations du j (...)
  • 38 Exposition publique..., op. cit., p. 23 et 34.
  • 39 A.D.S.-M., 8 M 35.
  • 40 Voir PERROT (Philippe), Les dessus et les dessous de la bourgeoisie. Une histoire du vêtement au XI (...)
  • 41 A.D.S.-M., 8 M 35. Etat des fabricants et manufacturiers qui ont déposé des échantillons des produi (...)
  • 42 COSTAZ (CI. - Anthelme), op. cit., p. 76.

11Par-delà les turbulences de la Révolution, le goût des consommateurs pour les étoffes de laine façonnées n’a pas disparu complètement au début du Premier Empire. Selon Prosper Delarue, maire d’Elbeuf, on en fabrique encore dans la cité en 1804 : « On a fait souvent quelques étoffes en 5/8 rayées, mouchetées, chinées soye et laine, des castorines ou alpaka. On en fait encore quelques-unes dans ce moment pour gilets ; mais ces étoffes, dites de goût et de fantaisie, sont subordonnées à la mode et se font accidentellement »35. Les « nouveautés », toutefois, ne figurent pas parmi les tissus de laine distingués par le jury lors de l’exposition industrielle de l’an X. Pierre Maille le jeune avait promis aux commissaires de l’arrondissement de Rouen d’envoyer une étoffe nouvelle faite d’une chaîne de soie et d’une trame de laine, destinée à « remplacer avantageusement les velours d'Utrecht »36. Ce fabricant ne figure cependant ni dans le registre d’inscription ni dans le procès-verbal dressé par le jury de cette exposition37. En dehors des châles et des tissus imprimés, la fantaisie ne se manifeste alors que dans d’autres types d’étoffes tels les batistes rayées de Cambrai et les velours de coton rayés des rouennais Godet et Délépine38. L’état général des fabriques et manufactures d’Elbeuf dressé par la Chambre Consultative en vue de l’exposition de 1806 montre que les étoffes façonnées ne sont cependant pas abandonnées. On y retrouve Pierre Maille le jeune, qui produit des tissus de « nouveautés » pour gilets, mais aussi Pierre-Thomas Vitcoq pour le même type d’article et Maille-Louvet pour des velours de laine d’un nouveau genre, destinés aux gilets et culottes39. Les observations de Prosper Delarue trouvent ici leur confirmation : lorsque l’uni gagne dans la garde-robe masculine, la fantaisie se réfugie essentiellement dans le gilet, moins visible40. Le jury départemental de la Seine-Inférieure observe que les deux velours de laine - côtelé et pour gilet - présentés par Maille-Louvet sont « susceptibles de beaucoup de perfection et [qu’il] n’a cru devoir les admettre [à l’exposition] qu’en considération des efforts que ce fabricant paraît avoir fait pour imiter une étoffe étrangère qui paraît obtenir quelques succès »41. Pierre Maille le jeune, quant à lui, n’a semble-t-il pas participé à cette exposition. L’offre de « nouveautés » des fabricants lovériens fait apparaître davantage de diversité. Costaz mentionne ainsi les « draps rayés, chinés, jaspés, mouchetés en laine et soie » parmi les nombreuses étoffes produites en cette ville, à propos desquelles il ne tarit pas d’éloges42

  • 43 SAINT-DENIS (H.), op. cit., Tome VIII, p. 243.

12La mode, pourtant, n’allait pas tarder à s’infléchir, faisant refluer la demande de fantaisie, au moins pour les tissus elbeuviens. Dans le rapport qu’elle adresse au préfet en janvier 1811, la Chambre Consultative des Arts et Manufactures constate : « Les fabriques d’Elbeuf se sont quelquefois livrées avec succès à des étoffes de mode. Elles se conforment au goût actuel du public en ne s’occupant plus que de ces draps beaux et solides qui ont fait la réputation dont elles jouissent, et qui seront toujours pour elles la base d’une vente très étendue »43. Une longue parenthèse se ferme. Quelques fabricants d’Elbeuf et de Louviers n’ont pas hésité à tenter l’aventure des « nouveautés » afin de profiter des opportunités offertes par la mode. Le drap uni, qu’ils n’avaient jamais abandonné, va désormais régner sans partage pendant deux décennies.

De l’uni triomphant à la renaissance des « nouveautés »

  • 44 [Exposition de 1819], Rapport du jury central sur les produits de l’industrie française [...], Pari (...)
  • 45 Brevet du 22 juin 1813 pour un procédé propre à confectionner un tricot de genre particulier nommé (...)

13La première exposition industrielle organisée sous la Restauration, en 1819, témoigne de ce retour à l’uni. Non que l’attrait pour les « nouveautés » en laine ait complètement disparu, puisque le jury central de l’exposition consacre une section de son rapport sur les tissus de laine aux « étoffes de goût et de fantaisie ». Le jury précise : « [ces étoffes] doivent suivre toutes les variations de la mode, souvent les devancer et même les faire naître, en présentant aux consommateurs de nouvelles combinaisons de matières, de couleurs et de tissus [...]. Quelquefois elles sont rases, d’autres fois elles appartiennent au genre drapé ; cela dépend du goût du moment. C’est à Reims que se fabriquent avec le plus de succès les étoffes de fantaisie dans la composition desquelles entre la laine. Cette branche d’industrie [...] est rarement stagnante parce qu’elle sait se modifier de manière à être toujours en rapport avec les goûts les plus mobiles des consommateurs riches ». La fabrication des « nouveautés » de laine a ainsi déserté la Normandie au profit de la cité champenoise, ouverte au peigné comme au cardé et à tous les mélanges de matières. Si la maison rémoise Jobert-Lucas est hors concours parce que Ternaux, l’un de ses principaux intéressés, est alors membre du jury, Baligot-Remi reçoit une médaille d’argent pour ses étoffes improprement appelées « poils de chèvre » (chaîne en coton, trame en laine peignée mérinos) et ses tissus brochés « mosaïques », les unes et les autres destinés aux gilets44. Point d’étoffes façonnées à Elbeuf et à Louviers, qui rejoignent Sedan dans le culte de l’uni. La diversification de la production de ces centres passe désormais par la fabrication de tissus croisés (armure sergé) comme le Casimir et le cuir de laine. Cette dernière étoffe, à chaîne coton et trame laine, a d’ailleurs été mise au point par la maison Petou frères et fils, de Louviers, qui l’a brevetée en 181345.

  • 46 [Exposition de 1823], Rapport sur les produits..., op. cit., p. 27.
  • 47 Brevet du 22 février 1823 « pour la manière de faire, en chaîne de soie et trame de laine, l’étoffe (...)
  • 48 [Exposition de 1823], Rapport sur les produits..., op. cit., p. 33. On notera que le terme « nouvea (...)
  • 49 Ibid., p. 32 (Trémeau et Cie) et p. 26 (Poupart de Neuflize et fils).

14La même tendance domine lors de l’exposition de 1823. Petou frères et fils présentent encore des cuirs de laine mais ils exposent également des « draps d'été », dont la chaîne est en soie, « remarquables [...] de douceur et de légèreté »46 dont ils sont également les inventeurs brevetés47. De la même façon, les fabricants elbeuviens Chefdrue et Chauvreulx obtiennent une médaille de bronze pour leurs draps légers dits « draps-mousseline ou japonaise », dont les rapporteurs estiment qu’« ils justifient la vogue que cette maison s’est acquise dans ce genre de nouveautés »48. C’est à peine si l’on perçoit, dans un océan d’uni, 1’îlot de fantaisie dû à la fabrique Trémeau et Cie de Louviers, sous la forme d’un cuir de laine rayé en pure laine. Les sedanais Poupart de Neuflize et fils présentent bien des tissus à carreaux mais ceux-ci proviennent de leur manufacture de Reims...49

  • 50 [Exposition de 1827], Rapport sur les produits de l’industrie française [...], Paris, Impr. Royale, (...)
  • 51 Ibid., p. 44. Il s’agit de Eggly, Roux et Cie qui font, semble-t-il, un usage précoce de la mécaniq (...)
  • 52 Séance publique de la Société libre d’Emulation de Rouen, tenue le 6 juin 1829, p. 78. La Société l (...)
  • 53 Rapport du jury central sur les produits de l’industrie française exposés en 1834, par le baron Cha (...)

15L’exposition industrielle de 1827 permet d’observer un regain d’intérêt certain pour les étoffes de fantaisie en général. Cela concerne avant tout les tissus de coton, notamment les « guigams » (ginghams) qui, « presque inconnus il y a quelques années, sont devenus d’une consommation très importante et d’une concurrence redoutable pour l’indienne ». Le jury vante « la variété et le goût des dessins » ainsi que le bon marché de ces étoffes de coton fines et lustrées, à rayures et à carreaux, fabriquées à Saint-Quentin, Rouen, Ribeauvillé ou encore Sainte-Marie-aux-Mines50. Se multiplient également les tissus dans lesquels la soie, le lin ou la laine sont mélangés au coton. L’industrie lainière, pour sa part, reste encore très réservée à l’égard de la fantaisie. Des fabricants parisiens exposent toutefois un assortiment complet de tissus mérinos brochés « qui offrent une heureuse application du métier à la Jacquart »51. Ce cas, pourtant, est loin d’être unique. A Rouen, Louis Auber, qui peut être « à juste titre considéré comme un des hommes qui ont été les plus utiles à la fabrique de Rouen, dans la création de tissus portant le nom de Nouveautés », est sur le point, en juin 1829, de faire installer 90 métiers Jacquard dans ses ateliers. La médaille d’or que décerne la Société libre d’Emulation de Rouen à cet « inventeur de plusieurs étoffes brochées, croisées, à fleurs contredites et avec opposition de couleur » montre qu’une fabrication importante et très diversifiée d’étoffes façonnées, tant en laine qu’en coton, était alors bien établie à Rouen52. Louis Auber, qui exposera pour la première fois en 1834, obtiendra une médaille d’or dans la catégorie des tissus de laine ras53.

  • 54 [Exposition de 1827], Rapport sur les produits..., op. cit., p. 31.
  • 55 A.D.S.-M., 8 M 39.
  • 56 Rapport du jury central sur les produits exposés en 1834, op. cit., Tome II, p. 34.
  • 57 A.D.S.-M., 8 M 40. Cette affirmation est reprise par le jury central (Exposition des produits de l’ (...)
  • 58 Musée Industriel, op. cit., Tome I, p. 115-116.
  • 59 Souligné par nous.
  • 60 Les notes manuscrites de Louis Bertin, qui exerça pendant une quarantaine d’années à Elbeuf, ont ét (...)
  • 61 Rapport du jury central sur les produits exposés en 1834, op. cit., Tome II, p. 34.

16De leur côté, les centres drapiers diversifient un peu plus leur gamme de tissus unis. La fabrication de draps légers, « zéphyrs » ou « amazones », se développe tout comme celle des draps surfoulés dits « imperméables », importée d’Angleterre. Chefdrue et Chauvreulx ont introduit l’un et l’autre de ces genres à Elbeuf et le jury de 1827 souligne une nouvelle fois leur « grande ardeur d'innovation »54. L’aptitude que manifestent ces fabricants à s’emparer de nouveaux créneaux productifs justifierait à l’évidence que leur rôle dans le développement de la fabrique fût davantage mis en valeur. Pour autant, peut-on considérer qu’ils sont à l’origine de la renaissance de la draperie-nouveauté à Elbeuf ? Si le jury central qualifie de « nouveautés » les « draps-mousseline » qu’ils exposent en 1823, rien n’autorise à voir dans ces tissus des étoffes plus ou moins façonnées. Les quatorze échantillons que présentent ces fabricants en 1827 relèvent tous, par ailleurs, du genre uni55. Pourtant, en 1834, le jury central de l’exposition rappelle que Chefdrue et Chauvreulx ont « fabriqué tour à tour les articles de nouveautés, les draps fins unis ou mélangés »56. D'une manière plus explicite, le jury départemental de la Seine-Inférieure pour l’exposition de 1839 souligne que « c’est dans les ateliers de Mrs Chefdrue et Chauvreulx qu’ont été fabriqués les premiers articles de fantaisie en laine drapière pour pantalon d'été » et qu’ils ont donc « le mérite d’avoir doté la ville d’Elbeuf d’une nouvelle et précieuse branche d’industrie »57. Pour leur part, les rédacteurs du Musée Industriel de 1834 leur reconnaissent sans réserve la priorité d’introduction à Elbeuf des cuirs de laine, des draps zéphyrs et des amazones mais ils rappellent que ce rôle innovateur leur est contesté par Théodore Chennevière en ce qui concerne les draps imperméables. Ils font également état des incertitudes qui demeurent quant à la fabrication précoce des draps à côtes par ces manufacturiers58. De son côté, lorsqu’il évoque les premières formes simples de « nouveautés » produites à Elbeuf - en particulier les rayures en long - le monteur-échantillonneur Louis Bertin note que « M. Chauvreulx passait59 pour être le créateur de ce genre »60. Lors de l’exposition de 1834, Chefdrue et Chauvreulx présenteront « une des plus complètes et des plus belles » collections comprenant, outre des draps classiques, des zéphyrs, des cuirs de laine, des draps imperméables et des casimirs. On imagine mal que cette maison qui symbolise en quelque sorte « l’activité, l'esprit inventif, l’amour du progrès et le courage entreprenant de la fabrique d’Elbeuf » se soit abstenue d’exposer des échantillons de ces « nouveautés » désormais bien présentes dans les collections de plusieurs de leurs concurrents d’Elbeuf et de Louviers61.

  • 62 [Exposition de 1823], Rapport sur les produits..., op. cit., p. 28. Le jury départemental d’admissi (...)
  • 63 [Exposition de 1827], Rapport sur les produits.... op. cit., p. 25.
  • 64 A.D.S.-M., 8 M 39.

17Des étoffes de fantaisie fabriquées à Elbeuf ont pourtant bien été exposées en 1827. On les doit à la maison Desfreches et fils. Sous la raison sociale « Desfreches jeune et Cie », ces fabricants avaient déjà obtenu, en 1823, une médaille d’argent pour des produits très classiques - draps lisses et cuirs de laine - essentiellement destinés aux uniformes d’officiers62. Rien ne les prédisposait, a priori, à s’engager dans une nouvelle voie. Cependant, en 1827, cette maison expose des « draps de fantaisie pour pantalons » à côté de produits traditionnels, draps lisses ou croisés et zéphyrs. Le jury central reconnaît de nouveau son mérite mais c’est surtout un cuir de laine garance qui attire son attention63. Pour sa part, le jury départemental d’admission à l’exposition avait tenu à souligner l’originalité de cette maison qui « paraît [...] s’occuper à varier son genre de fabrication et à capter par de nouvelles combinaisons le goût des acheteurs ». Les échantillons présentés à ce jury départemental témoignent à la fois de la diversité des étoffes produites par Desfreches et de la place non négligeable qu’occupent les draps de fantaisie et autres tissus à côtes64.

Echantillons d’étoffes exposés par Desfreches et fils en 1827

Drap hortensia

Zéphir

15 francs l’aune

Drap bleu flore (a)

mérinos

20 francs l'aune

Drap américain (b)

côtes satinées

17 francs l’aune

Drap gris de perle (c)

mille côtes

17 francs l’aune

Drap cazimir tourterelle

côtes satinées

18 francs Faune

Drap américain

( ?)

20 francs Faune

Drap fantaisie

satiné moiré

22 francs Faune

Drap fantaisie

satiné moiré

22 francs Faune

Drap fantaisie

satiné moiré

22 francs Faune

Drap tourterelle

lisse

17 francs Faune

Drap bleu flore

( ?)

20 francs Faune

Drap vert dragon (a)

( ?)

22 francs Faune

Drap bleu de roi (a)

fin

24 francs Faune

Drap bleu de roi

extra-fin

34 francs Faune

Drap monstre

cuir-de-laine

18 francs l'aune

(a) Ce sont les couleurs dominantes de l’époque, le bleu flore étant moins foncé que le bleu roi.
(b) « Les nuances dites américaines servent à faire les vêtements d’hiver appelés carricks » (redingote ample à plusieurs collets étagés).
(c) Les draps gris perle sont particulièrement destinés à la fabrication des pantalons.
(D’après Julien TURGAN, Les grandes usines..., V, op. cit., p. 119).

  • 65 CAUMONT (A. de), « Notice biographique sur M. Théodore Chennevière », Annuaire des cinq département (...)
  • 66 Musée Industriel, op. cit., Tome 1, p. 80. Voir également BARJOT (Dominique) dir., op. cit., p. 111 (...)
  • 67 Annuaire des cinq départements de l'ancienne Normandie, 1843, p. 496-497.

18Cette nouvelle orientation aurait pu n’être qu’un épisode productif sans lendemain pour la fabrique d’Elbeuf comme elle fut une parenthèse dans l’activité de Desfreches et fils qui n’exposeront que des draps unis en 1834 et en 1839. Son importance tient avant tout aux liens établis entre ces fabricants et les frères Chennevière, en particulier Théodore qui allait rapidement devenir la figure emblématique de la « nouveauté » conquérante à Elbeuf. Né en 1800, Théodore Chennevière fait en effet ses débuts chez Desfreches en 1814. Il est intéressé à cette maison en 1820 et en devient l’un des associés en 1824. Il le demeure jusqu’en 1831, année au cours de laquelle il fonde son propre établissement à Elbeuf65. Son frère aîné Delphis, également associé, devait implanter un établissement à Louviers sous la raison sociale « Desfreches et Chennevière frères » avant d’en devenir le seul dirigeant en 182966. Lui aussi s’illustrera précocement - mais plus modestement - dans la fabrication des « nouveautés ». Compte tenu de la spécialisation affirmée de la maison Desfreches dans l’uni, attribuer aux frères Chennevière la création des étoffes fantaisies exposées en 1827 ne serait pas sans fondement. Reste que Théodore Chennevière, prompt à revendiquer une antériorité dans l’innovation, ne semble pas l’avoir fait à propos des « nouveautés » de 1827. Dans l’exposé qu’il présente en 1842 aux membres de l’Association normande sur « l'histoire et l’importance de la fabrication des nouveautés à Elbeuf », il fait d’ailleurs « remonter à 1823 l’origine ou la renaissance » de ces étoffes, sans davantage de précisions. Il ajoute d’autre part que « ce genre de fabrication fut abandonné vers l’année 1828, après trois ou quatre années d’essais et d’études », avant d’être repris (par ses soins) en 183167.

  • 68 WORONOFF (Denis), Histoire de l’industrie en France du XVIe siècle à nos jours, Paris, Editions du (...)
  • 69 Rapport au ministre de l’Intérieur, séance du 22 juillet 1830 in SAINT-DENIS (H.), op. cit., Tome V (...)
  • 70 RANDOING (J.), « Industrie des laines foulées » in Exposition universelle de 1851. Travaux de la Co (...)
  • 71 Même Mathieu Bourdon, maire d’Elbeuf et observateur averti de la vie industrielle locale, n’hésite (...)

19Ainsi, en ce dernier lustre de la Restauration, on se préoccupait de nouveau, à Elbeuf, d’élargir l’offre de tissus et de lui ouvrir de nouvelles perspectives de croissance. Dans un contexte général marqué par la « crise multiforme du capitalisme industriel »68, l’industrie drapière connaît en effet une situation difficile. Une phase d’intense accumulation, liée notamment au développement du machinisme, se traduit par une surcapacité de production alors que le marché des draps unis tend à être saturé. A Elbeuf, la Chambre Consultative des Arts et Manufactures se fait l’écho de ces difficultés : « L’industrie étrangère nous ayant devancés, nos manufacturiers, pour ne pas rester en arrière, ont été obligés de créer des établissements à grands frais. Le besoin de couvrir leur dépense les a portés naturellement à fabriquer davantage, et dès lors il n’y a plus eu de proportions entre les produits et la consommation. Enfin, les débouchés ne pouvant suffire aux résultats de la fabrication, les marchandises sont restées invendues et le cours s’en est établi à des prix désastreux »69. Le manufacturier abbevillois J. Randoing, rapporteur sur l’industrie des laines foulées à l’exposition universelle de 1851, n’analyse pas autrement ces années : « [Depuis 1823-1824] jusqu’en 1830, la fabrication des tissus foulés demeura dans un état d’anxiété et de malaise [...] qui avait pour principale cause [la] rupture de l’équilibre entre la consommation et la production »70. La diversification des tissus unis dont nous avons donné un aperçu ci-avant a constitué une première forme de réponse à cette crise, insuffisante à l’évidence. En présence de cet « état de souffrance », on ne saurait s’étonner que certains fabricants, peut-être stimulés par la vogue des étoffes façonnées en coton ou en laine peignée, aient tenté de renouer avec ce genre de fabrication abandonné depuis bien moins longtemps qu’on ne l’a souvent affirmé71. On ne peut davantage être surpris qu’un autre centre drapier de grande renommée, Sedan, ait emprunté la même voie.

Sedan avant Elbeuf ?

  • 72 Rapport du jury central sur les produits de l’agriculture et de l'industrie exposés en 1849, Tome I (...)
  • 73 AUDIGANNE (A.), Les populations ouvrières et les industries de la France, Paris, Capelle, 2e éd., 1 (...)

20Une tradition bien établie veut que Sedan ait donné l’impulsion décisive dans l’aventure industrielle de la « nouveauté ». Le rapporteur du jury central de l’exposition de 1849 l’affirme : « Il faut le dire, cette transformation capitale de nos draperies fines est provenue de l’élan que leur a imprimé, le premier, M. Bonjean, à Sedan »72. De la même façon, Armand Audiganne fait état de l’antériorité sedanaise dans la première édition de son ouvrage sur Les populations ouvrières et les industries de la France [...], parue en 1854. Il reçut à ce sujet une protestation de la Chambre Consultative des Arts et Manufactures d’Elbeuf, pour laquelle il était « plus que douteux que Sedan [eût] devancé Elbeuf dans la fabrication des nouveautés ». Consciencieux, Audiganne s’informa de nouveau auprès de la Chambre Consultative de Sedan avant de publier la seconde édition de son ouvrage. Le président de la Chambre sedanaise, Ch. Cunin-Gridaine, lui confirma le rôle pionnier de sa cité et, plus précisément, de Jean-Lambert Bonjean. Selon le manufacturier sedanais, « M. Bonjean est le créateur des étoffes dites nouveautés. Dès qu’elles parurent dans le commerce, le monde industriel leur donna le nom d’étoffes Bonjean ; il leur est resté en France et à l’étranger. L’invention de M. Bonjean est antérieure à 1830 ; jamais elle ne lui a été contestée »73.

  • 74 RENIER (J.S.), op. cit. p. 95.
  • 75 RANDOING (L), op. cit. p. 22-23.
  • 76 REYBAUD (Louis), La laine. Nouvelle série des études sur le régime des manufactures, Paris, Michel (...)

21Il reste, semble-t-il, beaucoup à apprendre sur Bonjean et « l’invention » des étoffes « nouveautés ». Imprécis, parfois contradictoires, les récits qui y sont consacrés relèvent parfois plus du mythe que de l’Histoire. Tentons cependant un état des lieux, très certainement non exhaustif. Né à proximité de Verviers en 1796, Lambert Bonjean aurait d’abord été instituteur dans un pensionnat de cette ville drapière. Remarquant qu’on ne fabriquait en ce lieu qu’un seul genre d’étoffe, le drap, il aurait résolu de « faire surgir un système nouveau. Lorsqu’il présenta ses essais comme ressources d’avenir, [les fabricants de Verviers] ne crurent pas à leur succès, et l’inventeur incompris dut transporter à Sedan ses procédés. M. Bertèche les accueillit, fut son bailleur de fonds puis son associé et leurs étoffes, lancées dans le commerce parisien, eurent une vogue sans rivale ». J.S. Renier rapporte cet épisode à Tannée 1830, sans plus de précisions74. Dans son rapport sur l’industrie des laines foulées à l’exposition de 1851, J. Randoing nous apprend que Bonjean, « ancien élève de l’Ecole polytechnique, [...] préoccupé depuis longtemps de cette idée d’arriver à une grande variété dans la production, imagina de marier sur une même étoffe les diverses nuances entre elles dans une certaine mesure et à l’aide de procédés de tissage que les machines dont il pouvait disposer lui permirent d’exécuter sans trop de difficultés »75. Louis Reybaud, enfin, nous conte à ce propos une bien belle histoire, où le hasard s’interprète en destin : « Un jour on lui apporta l’échantillon d’un drap qui allait être mis sur le métier : l’aspect lui en parut défectueux, l’étoffe était maigre, mal venue ; le défaut était moins dans l'exécution que dans la matière. Il n’en pouvait pas attendre un produit régulier. L’idée lui vint d’en faire un tissu de fantaisie. Pour cela il fit circuler dans les fils de laine quelques fils de soie bizarrement disposés et réglés par quelques cartons à la Jacquart. Dès que la première pièce fut achevée, il l’expédia aux marchands de Paris. La réponse fut une forte commande ; la nouveauté avait réussi. L’étoffe reçut le nom de l’auteur et le genre l’a longtemps gardé, c’était l’étoffe Bonjean [...]. Tombée entre les mains d’Elbeuf elle est devenue contre Sedan un instrument de guerre »76.

  • 77 CETIH (Centre Technique des Industries de l’Habillement), Nomenclature des étoffes, accessible sur (...)
  • 78 ALCAN (Michel), Traité du travail des laines, Tome 1, Paris, Noblet et Baudry, 1866, p. 102. L’aute (...)

22Les divers auteurs s’accordent sur un point : Bonjean fut un créateur éponyme. Le fait, suffisamment rare, vaut d’être souligné car cela a pu contribuer à parer de légende des réalités mal connues. Aujourd’hui encore le « satin Bonjean » figure dans les nomenclatures et dictionnaires de termes textiles. On désigne sous ce nom un satin en laine peignée, fortement foulé et destiné à la confection des pantalons77. On remarquera que l’appellation qui a perduré concerne le tissu réalisé à partir d’une armure satin et non pas une « étoffe Bonjean » à vocation plus générique, susceptible d’englober tous les tissus de fantaisie qui procéderaient plus ou moins de « l'invention » de Bonjean. C’est d’ailleurs ainsi que Michel Alcan nomme cette étoffe, en précisant qu’il s’agit d’un satin de laine couvert, dérivé du Casimir mais offrant « une apparence plus flatteuse à l’œil et un usage plus agréable », en raison du feutrage intense qu’il subit. Il ajoute que le satin Bonjean fut tout d’abord teint en noir, comme la plupart des tissus de Sedan, avant de recevoir diverses nuances puis de se sophistiquer par des combinaisons de fils variées78. Dans un premier temps, et cela vaut très certainement pour les dernières années de la Restauration, la « nouveauté » produite à Sedan fut donc vraisemblablement un satin uni, la nouveauté ne tenant par conséquent qu’à l’armure utilisée et à la finition de cette étoffe.

  • 79 GAYOT (Gérard), op. cit., p. 389.
  • 80 Lors de l’exposition de 1827, à l’occasion de laquelle la maison Desfreches et fils d’Elbeuf présen (...)
  • 81 Rapport du jury central sur les produits [...] exposés en 1834, op. cit., Tome II, p. 50.
  • 82 Musée Industriel, op. cit., Tome I, p. 94.
  • 83 BLANQUI aîné (Adolphe-Jérôme), Cours d’économie industrielle, 1836-1837, Paris, J. Angé et Comp., 1 (...)
  • 84 Exposition des produits [...] en 1839, op. cit., Tome I, p. 66-67.
  • 85 Exposition des produits de l’industrie française en 1844. Rapport du jury central. Tome 1, Paris, I (...)
  • 86 Rapport du jury central sur les produits [...] exposés en 1849, op. cit., Tome III, p. 26.

23Contrairement à Elbeuf et à Louviers, Sedan ne s’était jamais livrée à la fabrication de « nouveautés » avant cette époque. La mode des draps rayés, à la fin de l’Ancien Régime, avait été ressentie comme une « conspiration contre le noir »79. A s’en tenir aux informations rassemblées lors des expositions industrielles, il apparaît d’ailleurs que la greffe effectuée par Bonjean, dont nous n’avons pu préciser le moment80, ne porta ses fruits que très progressivement. Ainsi, en 1834, alors que les « nouveautés » elbeuviennes sont déjà bien représentées, un seul fabricant sedanais, Trotot père et fils, expose entre autres étoffes des casimirs de fantaisie81. La maison Bertèche, Lambquin et fils, pour laquelle travaille Bonjean, présente certes des étoffes « nouvelles », mais il s’agit de cuirs de laine, d’alpagas et autres casimirs...82. Deux ans plus tard, dans son Cours d’économie industrielle, Adolphe Blanqui vante la diversité des étoffes fabriquées à Elbeuf, notamment les draps de fantaisie et les flanelles écossaises pour manteaux de dames, mais souligne que « / 'article de Sedan consiste en draps noirs fins, garances et couleurs riches ». Aucune mention de « nouveautés » à Sedan83. La réputation « universelle » acquise par les « étoffes Bonjean » tardait-elle à se manifester ? La consécration vint cependant lors de l’exposition de 1839. Trois fabricants de Sedan présentent alors des satins, dont la maison Bertèche, Bonjean jeune et Chesnon, devenue la plus importante de la fabrique locale. Cette dernière expose notamment des « satins et nouveautés pour pantalon », pris parmi les « nouveautés les plus rares et les plus recherchées du monde fashionable » qu’elle produit. Bonjean est alors un des associés de cette manufacture à laquelle il a « apporté une industrie [où] il s’est acquis, depuis longtemps, la première réputation, celle des casimirs et des articles de fantaisie »84. En 1844, le jury central fera mention de « ces belles nouveautés restées sans égales et toujours très recherchées par la consommation », produites par Bertèche, Bonjean jeune et Chesnon85. Le nom de Bonjean n’apparaît plus, en 1849, dans la raison sociale de cette manufacture, devenue « Bertèche, Chesnon et Cie ». Le jury central de l’exposition rappelle toutefois que leurs étoffes, « admirables de fini, de goût, douées des nuances les plus éclatantes, les plus solides, les mieux assorties, prouvent qu’en perdant le nom de M. Bonjean, cette maison a su conserver le génie créateur que M. Bonjean imprimait à tout ce qu’il entreprenait »86. Même s’il est difficile de connaître la part qui revient aux « nouveautés » dans ce dithyrambe, la vigueur de l’impulsion nouvelle donnée par Lambert Bonjean ne peut certainement pas être mise en doute.

  • 87 Voir PERROT (Philippe), op. cit., p. 205.

24On le voit, ce qui précède ne permet pas de trancher avec certitude dans cette querelle d’antériorité qui n’a d’ailleurs de véritable intérêt que dans le champ des représentations affrontées. Il nous paraît utile, en revanche, de mettre en lumière la quasi-simultanéité et la proximité technique des tentatives de sortie de crise émanant de ces centres drapiers : à peu près dans le même temps, la recherche de produits nouveaux s’est orientée vers la fabrication d’étoffes en armure satin (ou présentant l’aspect du satin), destinées à la confection des pantalons. Il est vrai que le pantalon est alors la seule pièce « visible » du costume masculin pour laquelle une certaine fantaisie reste acceptée, notamment pour la demi-toilette de matinée..87

***

25Bien avant que Théodore Chennevière et quelques autres fabricants d’Elbeuf ne les relancent avec le succès que Ton sait, bien avant que Lambert Bonjean ne crée le satin qui porte son nom, les « nouveautés » avaient eu droit de cité dans la production d’Elbeuf et, sans doute plus tardivement, de Louviers. Fabrication d’importance secondaire, certes, mais qui s’est néanmoins inscrite dans la durée et, par-là, constitue une partie intégrante de l’activité industrielle de ces centres en deçà et, au moins pour Elbeuf, au-delà de la Révolution.

  • 88 SAINT-DENIS (H.), op. cit., Tome IX, p. 133 (d’après les notes du monteur-échantillonneur Louis Ber (...)
  • 89 Sur le glissement sémantique qui s’est opéré à propos du terme « nouveautés », voir FALCOT (P.), Tr (...)

26Après deux décennies d’un retour massif à l’uni pour les tissus de laine cardée, la crise qui marque les dernières années de la Restauration stimule l’innovation de produit dans ce secteur. Les premiers essais, à Elbeuf et à Sedan, butent semble-t-il sur une demande insuffisante. Le véritable démarrage des « nouveautés » se produit quelques années plus tard, après que le négoce en draperies de Paris eut engagé certains fabricants à diversifier leur production dans cette direction88. Ce renouveau passe par la fabrication d’articles assez simples qui, malgré l’appellation de « nouveautés » qu’on leur attribue, se distinguent parfois difficilement des divers tissus unis, souvent croisés, fabriqués depuis peu dans ces centres drapiers89. En ce sens, la renaissance des « nouveautés » doit être replacée dans un mouvement plus large de diversification de la draperie. Elbeuf, Sedan et Louviers sont entrées dans cette voie avec plus ou moins de conviction et de vigueur. C’est la première de ces cités qui, on le sait, devait en tirer le meilleur parti et connaître ainsi la phase la plus prospère de sa très longue histoire industrielle.

Notes

1 « Drap : tous les draps viennent d’Elbeuf », FLAUBERT (Gustave), Dictionnaire des idées reçues, Paris, Aubier, 1978, p. 58.

2 Musée Industriel. Description complète de l’exposition des produits de l’industrie française en 1834 [...], publié par MM. de MOLÉON, COCHAUD et PAULIN-DESORMEAUX, Tome 1, Paris, Bureau Central de la Société Polytechnique et du Recueil Industriel, 1835, p. 108.

3 [Exposition de 1823], Rapport sur les produits de l’industrie française [...], Paris, Impr. Royale, 1824, p. 19.

4 Ministère du Commerce, Enquête relative à diverses prohibitions établies à l'entrée des produits étrangers, Tome III, Paris, Impr. Royale, 1835, p. 42.

5 LEVAIN (Janine), ROUGERIE (Jacques) et STRAUS (André), « Contribution à l’étude des mouvements de « longue durée » : la croissance de l’industrie lainière en France au XIXe siècle : ses allures et ses déterminants », Bulletin Recherches et Travaux de l’Institut d’Histoire Économique et Sociale de l’Université de Paris I, no 12, décembre 1983, p. 72.

6 Ces questions seront abordées dans notre étude des dessins de fabrique déposés au Conseil de Prud’hommes d’Elbeuf entre 1834 et 1898, à paraître dans le Bulletin de la Société de l’Histoire d'Elbeuf. Cette source a été saisie par les Archives municipales d’Elbeuf avec notre collaboration ; elle constitue l’un des fichiers de la base informatisée de données historiques en cours de constitution à Elbeuf. Pour une première vue d’ensemble, voir CONCATO (Francis), « L’appareil productif elbeuvien face au changement. Une approche historique », Études Normandes, 1987, no 2, p. 66-67 ; BECCHIA (Alain), La draperie d’Elbeuf (des origines à 1870), Publications de l’Université de Rouen, 2000, p. 501-512.

7 L’Industriel Elbeuvien, 3 mai 1840.

8 Journal d’Elbeuf, 23 janvier 1848.

9 BOURDON (Mathieu), Etude sur l'importance commerciale et manufacturière des ville et canton d’Elbeuf, Rouen, Impr. H. Rivoire et Cie, 1858, p. 13.

10 Nous n’avons pas rencontré, en revanche, de témoignages d’une volonté d’affirmer l’antériorité d’Elbeuf en la matière, excepté en réaction à l’ouvrage d’Armand Audiganne attribuant la primauté à Sedan (voir infra).

11 Sur cette question voir MINARD (Philippe), La fortune du colbertisme. État et industrie dans la France des Lumières. Paris, Fayard, 1998, p. 316-349.

12 SAINT-DENIS (H.), Histoire d’Elbeuf, Tome V, p. 255 (Lettre de Trudaine à l’inspecteur des manufactures de Boisroger, 12 janvier 1756). Trudaine réagit ainsi favorablement à l’envoi d’échantillons effectué par le « sieur Lefebvre », vraisemblablement Nicolas Lefebvre.

13 Ibid., Tome V, p. 260.

14 BERNIER (Abbé P.), « Voyage de Antoine-Nicolas Duchesne au Havre et en Haute-Normandie, 1762 », Mélanges de la Société de l'Histoire de Normandie, 4ème série, 1898, pp. 185-275. Nous en avons publié de nouveau, en les annotant, les extraits relatifs à Elbeuf. Voir CONCATO (Francis), « Une visite à Elbeuf, en 1762 », Bulletin de la Société de l'Histoire d’Elbeuf, no 2, octobre 1982, p. 30-38 et no 3, mai 1983, p. 11-15. Antoine Duchesne précise : « On ne fait plus à Elbeuf du drap chiné. Melle Lefebvre auroit désiré nous procurer cette vue mais, information faite dans la manufacture de M. son père, le métier est démonté, partie à remettre, car la faible idée qu’on nous en a donnée par écrit ne nous dédommage point de la privation du coup d’œil » (Ibid., no 3, mai 1983, p. 11). On peut penser, avec une grande vraisemblance, que ce fabricant de drap chiné n’est autre que Nicolas Lefebvre, décidément très novateur.

15 A.N., F12 560. Rapport de Boisroger, inspecteur des manufactures, 13 mars 1762. Voir aussi BECCHIA (Alain), op. cit., p. 187.

16 SAINT-DENIS (H.), op. cit., Tome V, p. 279-280 (Ordonnance du 7 janvier 1758). Outre le fait que l’espagnolette croisée se tissait selon une armure - le sergé - différente de celle du drap lisse (armure toile), les fabricants étaient autorisés à employer des laines de France, contrairement aux normes imposées par les statuts de la manufacture. Cette initiative divisa la communauté des drapiers d’Elbeuf.

17 Parfait MAILLE, historien d’Elbeuf, issu d’une très vieille famille de manufacturiers et lui-même ancien fabricant de draps, en mentionne l’existence en 1759 dans son « Tableau officiel de la fabrique et du commerce d’Elbeuf d’après les archives municipales et départementales » qui couvre les années 1667 à 1788 (Recherches sur Elbeuf Tome II, Elbeuf, 1862, p. 612).

18 ROCHE (Daniel), La culture des apparences. Une histoire du vêtement, XVIIe-XVIIIe siècle, Paris, Fayard, 1989, p. 137-138 ; PASTOUREAU (Michel), Rayures. Une histoire des rayures et des tissus rayés, Paris, Editions du Seuil, 1995, p. 60-62.

19 SAINT-DENIS (H.), op. cit., Tome VI, p. 32-33.

20 A.D.S.M., L 444. Voir aussi BECCHIA (Alain), CONCATO (Francis) et LARGESSE (Pierre), « L’industrie drapière elbeuvienne sous la Révolution : hommes, techniques et produits », Annales de Bretagne et des Pays de l'Ouest, Tome 97, 1990, no 3, p. 210 et 212. Outre les dimensions différentes des pièces de draps rayés, le prix de ces étoffes - autour de 10 livres l’aune - était bien inférieur à celui des draps fins (22 livres).

21 MAILLE (Parfait), Recherches sur Elbeuf, Tome III : Histoire de la ville et de la Fabrique suivie de diverses notices sur les environs, Elbeuf, 1863, p. 170.

22 L’autre étant Piéton de Prémalé, d’après le manufacturier elbeuvien Auguste Grandin (voir infra).

23 YOUNG (Arthur), Voyages en France, 1787-1788-1789, Tome I. Paris, Armand Colin, 1976 [reproduction de l’édition de 1931], p. 261 (souligné par nous). La Chambre du Commerce de Normandie fait également état, en la généralisant sans doute à l’excès, de la créativité que l’on observe à Louviers où « le fabricant semble s’éveiller chaque jour avec un dessin nouveau » (Observations de la Chambre du Commerce de Normandie sur le Traité de Commerce entre la France et l'Angleterre, S.I.n.d. [Rouen, 1787], p. 26).

24 Arthur Young mentionne le « rayé en soie marbre » (marbré ?) et la « castorine rayée en soie » (Ibid., Tome III, p. 974).

25 TURGAN (Julien), Les grandes usines. Etudes industrielles en France et à l’étranger, V, Paris, Michel Lévy frères, 1870, p. 129 (« Etablissements de MM. Raphaël Renault et Cie à Louviers »).

26 RENIER (J. S.), Histoire de l'industrie drapière au Pays de Liège et particulièrement dans l'arrondissement de Terriers depuis le Moyen Age jusqu'à nos jours, Liège, Léon de Thier, 1881, p. 100.

27 A.D.S.-M., 15 J 53 et 54 (pour les années 1787 à 1791). Ce qui suit s’appuie sur les travaux de Patrick PASQUIER, « Esquisse d’une étude de comportement économique : Pierre Grandin l’aîné et la crise de l’Ancien Régime », (texte non publié aimablement communiqué par l’auteur que nous remercions vivement) et de Corinne DUBOS, Pierre Grandin l'aîné : le fonctionnement d’une fabrique elbeuvienne à travers ses registres de correspondance (1787-1791), Mémoire de Maîtrise d’histoire, Université de Rouen, 1995, 164 p. + annexes (sous la dir. d’Alain Becchia).

28 A.D.S.M., 15 J 53. Lettre du 20 septembre 1787 à Brossat et Perrin de Lyon.

29 Ibid.. Lettre du 1" avril 1788 à Pierre Bizet de Rouen.

30 Ibid., Lettre du 30 avril 1788 à Lambert fils de Marseille.

31 Souligné par nous.

32 A.D.S.-M., 15 J 53. Lettre du 14 avril 1788 à Boujet d’Ostende.

33 A.D.S.-M., 15 J 54; DUBOS (Corinne), op. cit., p. 46.

34 DUBOS (Corinne), op. cit., p. 48.

35 DELARUE (Prosper), Notice sur la ville et sur les fabriques d’Elbeuf en brumaire an XIII. Réponse aux questions de M. Le Préfet (manuscrit), Bibliothèque municipale de Rouen, Ms g 1 (709). Il ajoute, montrant par là où se trouve la seule voie « noble » à ses yeux : « Tous les draps dits d’Elbeuf et connus dans le commerce sous ce nom sont en 5/4 de large ».

36 A.D.S.-M., 8 M 34. Rapport des commissaires nommés pour recueillir les produits industriels de l’arrondissement de Rouen.

37 Exposition publique des produits de l’industrie française, an 10. Procès-verbal des opérations du jury[...], Paris, Impr. de la République, vendémiaire an XI, 72 p. Il en va de même de Parfait Maille-Grandin qui figurait également parmi les exposants potentiels. Dans la notice nécrologique que le Journal d’Elbeuf du 23 janvier 1848 consacre à Parfait Maille (i.e. Pierre Parfait Modeste Maille, 1772-1848), le rédacteur signale que ce manufacturier avait obtenu une médaille d’argent lors de l’exposition de l’an X pour la « bonne confection des draps-nouveautés » qu’il avait exposés. S’agit-il d’une confusion liée à la volonté de fonder l’ancienneté de ce genre de fabrication à Elbeuf ? Toujours est-il que H. SAINT-DENIS reprend à son compte cette affirmation qui, à s’en tenir au procès-verbal officiel, est erronée (op. cit., Tome VIII, p. 78).

38 Exposition publique..., op. cit., p. 23 et 34.

39 A.D.S.-M., 8 M 35.

40 Voir PERROT (Philippe), Les dessus et les dessous de la bourgeoisie. Une histoire du vêtement au XIXe siècle, Paris, Fayard, 1981, p. 60 et 206.

41 A.D.S.-M., 8 M 35. Etat des fabricants et manufacturiers qui ont déposé des échantillons des produits de leur industrie pour concourir à l’exposition publique. Costaz (Claude-Anthelme) signale toutefois ces velours dans ses Notices sur les objets envoyés à l’exposition des produits de l’industrie française [...], An 1806, Paris, Impr. Impériale, 1806, p. 312.

42 COSTAZ (CI. - Anthelme), op. cit., p. 76.

43 SAINT-DENIS (H.), op. cit., Tome VIII, p. 243.

44 [Exposition de 1819], Rapport du jury central sur les produits de l’industrie française [...], Paris, Impr. Royale, 1819, p. 34-35.

45 Brevet du 22 juin 1813 pour un procédé propre à confectionner un tricot de genre particulier nommé Casimir cuir de laine (étoffe de laine et de coton). Devant le succès remporté par le cuir de laine (ou cuir-laine) pour les pantalons, les manufacturiers du Midi - de Castres notamment - se sont emparés de cette fabrication en transformant le produit en étoffe pure laine ([Exposition de 1819], Rapport du jury central..., op. cit., p. 28).

46 [Exposition de 1823], Rapport sur les produits..., op. cit., p. 27.

47 Brevet du 22 février 1823 « pour la manière de faire, en chaîne de soie et trame de laine, l’étoffe ou drap nommé été ».

48 [Exposition de 1823], Rapport sur les produits..., op. cit., p. 33. On notera que le terme « nouveautés » est employé ici dans un sens beaucoup plus large que l’acception usuelle, i. e. étoffes façonnées.

49 Ibid., p. 32 (Trémeau et Cie) et p. 26 (Poupart de Neuflize et fils).

50 [Exposition de 1827], Rapport sur les produits de l’industrie française [...], Paris, Impr. Royale, 1828, p. 117.

51 Ibid., p. 44. Il s’agit de Eggly, Roux et Cie qui font, semble-t-il, un usage précoce de la mécanique Jacquard dans l’industrie lainière, en dehors de la fabrication des châles. Le tissu mérinos est composé d’une chaîne en laine peignée et d’une trame en laine cardée (Ibid., p. 40).

52 Séance publique de la Société libre d’Emulation de Rouen, tenue le 6 juin 1829, p. 78. La Société libre d’Emulation de la Seine-Maritime possède plusieurs registres d’échantillons de la maison Louis Auber, déposés aux Archives départementales de la Seine-Maritime, qui témoignent de cette fécondité d’invention. Voir FAUVEL (Daniel), Deux siècles d’histoire de la Société libre d’Emulation 1792-1992. Catalogue de l’exposition du bicentenaire, Rouen, Société libre d’Emulation, 1992, p. 40, no 112 et 113. A la même époque, Yvart-Pavie et Jourdain, de Rouen, associés à Eno-Salmon, de Paris, déposent un brevet d’invention pour un « procédé de fabrication d’une étoffe à dessins pour meubles dans laquelle le menu dessin se présente des deux côtés de l’étoffe sous une couleur différente » (15 juin 1829).

53 Rapport du jury central sur les produits de l’industrie française exposés en 1834, par le baron Charles Dupin, Tome II, Paris, Impr. Royale, 1836, p. 69-70. A cette époque, Louis Auber emploie 236 tisserands sur des métiers à la Jacquard dans ses ateliers de Rouen et de Lieurey (Eure) (A.D.S.-M., 8 M 40).

54 [Exposition de 1827], Rapport sur les produits..., op. cit., p. 31.

55 A.D.S.-M., 8 M 39.

56 Rapport du jury central sur les produits exposés en 1834, op. cit., Tome II, p. 34.

57 A.D.S.-M., 8 M 40. Cette affirmation est reprise par le jury central (Exposition des produits de l’industrie française en 1839. Rapport du jury central, Tome I, Paris, L. Bouchard-Huzard, 1839, p. 62).

58 Musée Industriel, op. cit., Tome I, p. 115-116.

59 Souligné par nous.

60 Les notes manuscrites de Louis Bertin, qui exerça pendant une quarantaine d’années à Elbeuf, ont été publiées partiellement et de manière dispersée par H. SAINT-DENIS dans son Histoire d’Elbeuf, Tome IX, passim [ici, p. 241].

61 Rapport du jury central sur les produits exposés en 1834, op. cit., Tome II, p. 34.

62 [Exposition de 1823], Rapport sur les produits..., op. cit., p. 28. Le jury départemental d’admission à l’exposition nous apprend que cette maison produit environ 400 pièces de 12 à 36 francs l’aune, emploie 350 à 400 ouvriers et fait battre 15 métiers (A.D.S.-M., 8 M 38).

63 [Exposition de 1827], Rapport sur les produits.... op. cit., p. 25.

64 A.D.S.-M., 8 M 39.

65 CAUMONT (A. de), « Notice biographique sur M. Théodore Chennevière », Annuaire des cinq départements de l’ancienne Normandie, 1859, p. 491. Voir également BARJOT (Dominique) dir., Les patrons du Second Empire. Anjou-Normandie-Maine, Paris, Picard et Le Mans, Editions Cénomane, 1991, p. 102-103 (Notice de Dominique Barjot).

66 Musée Industriel, op. cit., Tome 1, p. 80. Voir également BARJOT (Dominique) dir., op. cit., p. 111-112 (Notice de Jean-Pierre Chaline et Jean-François Belhoste).

67 Annuaire des cinq départements de l'ancienne Normandie, 1843, p. 496-497.

68 WORONOFF (Denis), Histoire de l’industrie en France du XVIe siècle à nos jours, Paris, Editions du Seuil, 1994, p. 320-321. Voir aussi GONNET (Paul), « Esquisse de la crise économique en France de 1827 à 1832 », Revue d’Histoire Economique et Sociale, 1955, no 3, p. 287-289 en particulier.

69 Rapport au ministre de l’Intérieur, séance du 22 juillet 1830 in SAINT-DENIS (H.), op. cit., Tome VIII, p. 579.

70 RANDOING (J.), « Industrie des laines foulées » in Exposition universelle de 1851. Travaux de la Commission française sur l'industrie des nations, Tome IV, Paris, Impr. Impériale, 1854, p. 17.

71 Même Mathieu Bourdon, maire d’Elbeuf et observateur averti de la vie industrielle locale, n’hésite pas à écrire : « ce genre de fabrication (i.e. les articles « nouveautés »), suspendu et resté à l’état de sommeil de 1784 à 1823... » (« Précis sur la statistique générale d’Elbeuf », Annuaire des cinq départements de l'ancienne Normandie, 1843, p. 392).

72 Rapport du jury central sur les produits de l’agriculture et de l'industrie exposés en 1849, Tome III, Paris, impr. Nationale, 1850, p. 22.

73 AUDIGANNE (A.), Les populations ouvrières et les industries de la France, Paris, Capelle, 2e éd., 1860, Tome I, p. 80-81. L’auteur publie en annexe la lettre que Cunin-Gridaine lui a adressée le 1er mars 1860 (Ibid., p. 393-394). Voir aussi SAINT-DENIS (H.), op. cit., Tome X, p. 366.

74 RENIER (J.S.), op. cit. p. 95.

75 RANDOING (L), op. cit. p. 22-23.

76 REYBAUD (Louis), La laine. Nouvelle série des études sur le régime des manufactures, Paris, Michel Lévy frères, 1867, p. 77-78. Gérard GAYOT cite ce passage sans le commenter dans son bel ouvrage sur Les draps de Sedan, 1646-1870, Paris, Editions de l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, 1998, p. 465.

77 CETIH (Centre Technique des Industries de l’Habillement), Nomenclature des étoffes, accessible sur le site Internet de cet organisme professionnel (www.cetih.fr) ; LINTON (George E.), The modem textile dictionary, New-York, Duell, Sloan and Pearce, 1954, p. 567 ; Fairchild's dictionary of textiles, New-York, Fairchild Publications, 7e éd., 1996, p. 491. Les définitions s’accordent à en faire un tissu de laine peignée, ce qui n’est guère dans la tradition de Sedan et de Verviers.

78 ALCAN (Michel), Traité du travail des laines, Tome 1, Paris, Noblet et Baudry, 1866, p. 102. L’auteur s’appuie peut-être sur le rapport du jury central de l’exposition de 1839 : « Sedan avait eu l'heureuse idée de modifier la croisure de son Casimir et d’en faire un satin. Ce satin, d'abord noir, avait pris ensuite quelques couleurs unies ou mélangées. Quelques fabricants s'étaient procurés des échantillons de fantaisies anglaises, qui leur avaient fourni des modèles ou des idées [...] » (Exposition des produits de l’industrie française en 1839. Rapport du jury central, op. cit., Tome I, p. 50).

79 GAYOT (Gérard), op. cit., p. 389.

80 Lors de l’exposition de 1827, à l’occasion de laquelle la maison Desfreches et fils d’Elbeuf présente notamment des satins « fantaisie », les manufacturiers sedanais, pourtant assez nombreux (douze) n’exposent que des tissus classiques, draps et casimirs unis. Voir [Exposition de 1827], op. cit., p. 18-34.

81 Rapport du jury central sur les produits [...] exposés en 1834, op. cit., Tome II, p. 50.

82 Musée Industriel, op. cit., Tome I, p. 94.

83 BLANQUI aîné (Adolphe-Jérôme), Cours d’économie industrielle, 1836-1837, Paris, J. Angé et Comp., 1837, p. 394-395.

84 Exposition des produits [...] en 1839, op. cit., Tome I, p. 66-67.

85 Exposition des produits de l’industrie française en 1844. Rapport du jury central. Tome 1, Paris, Impr. de Fain et Thunot, 1844, p. 72.

86 Rapport du jury central sur les produits [...] exposés en 1849, op. cit., Tome III, p. 26.

87 Voir PERROT (Philippe), op. cit., p. 205.

88 SAINT-DENIS (H.), op. cit., Tome IX, p. 133 (d’après les notes du monteur-échantillonneur Louis Bertin). Pour Sedan, voir supra. En ce qui concerne Elbeuf, Julien TURGAN rapporte l’anecdote suivante : « [En 1831], un tailleur de Paris fit commander à Elbeuf quelques mètres d’une étoffe à carreaux égala d’un centimètre de côté formant damier noir et blanc ou grenat et gris ; l'essai réussit auprès de quelques clients, et fut violemment combattu par d'autres [...] ; il se fit une transaction : les genres simples furent maintenus pour pantalons habillés ; mais les pantalons négligés du matin entrèrent dans le domaine de la fantaisie pure. Les tailleurs, comprenant l’immense avantage que leur donnerait le renouvellement incessant de la mode [...] entrèrent avec ardeur dans cette voie, qui devait révolutionner entièrement toute l’industrie elbeuvienne » (Les grandes usines, V, op. cit., p. 120). Même s’il est bien difficile d’apprécier le crédit que l’on peut accorder à cette anecdote, elle a pour mérites de mettre l’accent sur le rôle essentiel de la demande, trop souvent occulté, et de confirmer la destination première de ces « nouvelles nouveautés » : le pantalon.

89 Sur le glissement sémantique qui s’est opéré à propos du terme « nouveautés », voir FALCOT (P.), Traité encyclopédique et méthodique de la fabrication des tissus, 2e éd., Elbeuf, Chez l’Auteur et Mulhouse, J.-P. Risler, 1852, p. 461-462 du volume de texte.

Auteur

Ingénieur d’Etudes, Université de Rouen

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search