Version classiqueVersion mobile

La draperie en Normandie du XIIIe siècle au XXe siècle

 | 
Alain Becchia

Apogée et déclin

Les grandes étapes de la mécanisation de l’industrie lainière à Louviers

Jean-François Belhoste

Texte intégral

  • 1 Ce sont les inventaires après décès de marchands drapiers, en particulier parisiens, qui en apporte (...)

1La petite ville de Louviers fut longtemps presque entièrement vouée à la production textile, essentiellement celle des draps en laine cardée de haute qualité. Elle fut l’une des trois villes, avec Elbeuf et Sedan, où s’implanta à partir de la fin du XVIIe siècle la production de ces draps « façon de Hollande » qui se fabriquaient exclusivement à partir de laines mérinos importées d’Espagne. Ces tissus coûteux étaient destinés à une clientèle particulièrement aisée et servaient, d’ailleurs, essentiellement à la confection d’habits masculins1.

  • 2 Jean-Michel Chaplain, La chambre des tisseurs. Louviers, cité drapière 1680-1840. Champ Vallon, 198 (...)
  • 3 Par exemple, le gros inventaire du fabricant Jean Maille du 27 novembre 1726. Arch. dép. Eure, 4E4/ (...)
  • 4 Certains inventaires après décès ou bilans établis lors de faillites fournissent des listes de maté (...)

2La fabrication de tels draps s’effectuait en manufacture, par une succession de tâches qui toutes, sauf le foulonnage, restaient manuelles. Les caractères en sont relativement bien connus grâce aux textes et planches de l'Encyclopédie et aux descriptions très détaillées que fournit L'Art de la draperie de Duhamel de Monceau (1765)2. Celles-ci peuvent même être précisées et personnalisées grâce aux énumérations de stock et de matériel qui se trouvent dans les inventaires après décès des marchands fabricants3. On peut regretter cependant une relative méconnaissance des outils très variés que requéraient les quelque vingt à vingt-cinq opérations nécessaires à cette fabrication. Surtout, on sait peu de choses sur la confection de ces outils4. Construits pour l’essentiel en bois, ils étaient sûrement pour la plupart, en particulier les rouets et les métiers à tisser, réalisés par des charpentiers ou menuisiers locaux à peine spécialisés. Certains matériaux malgré tout devaient être scrupuleusement choisis. Leur qualité faisait la différence, comme le fer dur ou aciéreux du fil de carde, que l’on faisait venir d’Allemagne, ou le fer plus souple des ciseaux des tondeurs. Bref, c’est essentiellement ce qui était métallique, et de fait peu abondant, qui exigeait une attention particulière.

3Rien de tout ce qu’on vient dire ne laisse supposer que Louviers ait pu devenir au XIXe siècle un grand centre de construction de machines textiles, qui abrita non seulement pendant quelque temps l’une des principales entreprises du secteur, mais aussi des inventeurs, mécaniciens et constructeurs de second ordre en nombre nettement plus important que ceux des deux villes concurrentes et d’ailleurs plus importantes par les quantités produites, Elbeuf et Sedan.

Premières initiatives

  • 5 Serge CHASSAGNE, Le coton et ses patrons, France (1760-1840), Editions de l’Ecole des Hautes Etudes (...)
  • 6 Pierre DARDEL, Commerce, industrie et navigation à Rouen et au Havre au XVIIIe siècle, Rouen, 1966, (...)

4La particularité de Louviers, expliquant sans doute en partie cette caractéristique, est qu’elle accueillit l’une des premières filatures mécaniques installées en France, du type continue d’Arkwright, destinée non pas à travailler la laine, mais le coton. L’histoire en est connue : le savoir-faire fut apporté par deux mécaniciens anglais, John Theakston et John Flint, qui avaient travaillé pour Arkwright à Cromford5 Ils avaient créé une société à Rouen dès février 1784 pour « tout ce qui regarde et concerne l’art de faire des méchaniques pour carder et filer la laine ou le coton » avant d’installer la filature de Louviers – un bâtiment à quatre niveaux – bientôt surnommée « La Méchanique »6. Le propriétaire et exploitant en était une société constituée en février 1785, qui comptait parmi ses membres quelques-uns des principaux fabricants de drap de la ville, Jean-Baptiste Decretot, Pierre-Michel Pieton, les frères Petou, ainsi que les frères Defontenay, gros négociants rouennais qui contrôlaient en partie le commerce des laines espagnoles. L’implantation eut un grand retentissement, faisant de Louviers un centre cotonnier de première importance, tandis que l’usage de la nouvelle fibre progressait à vive allure et que des jennies à manivelles se répandaient parallèlement dans les campagnes.

  • 7 Arch. nat., F12 1365.
  • 8 Arch. nat., F12 2214 (Rapport du Bureau des Arts et Manufactures du 12 Nivôse an IX).

5La mécanisation de la filature de la laine, c’est-à-dire comme pour le coton celle de la séquence cardage-filage, fut plus difficile à obtenir, du fait de la longueur et de l’irrégularité de la fibre. Des fabricants de Louviers ayant demandé dès 1777 à l’inspecteur John Holker de les aider à faire construire des modèles de ces petites machines ou jennies, ce dernier avait d’emblée fait observer qu’il doutait qu’elles puissent être utilisées pour la laine. L’effort, néanmoins, fut poursuivi. En 1788, furent essayées sous les yeux de J.-B. Decretot et des frères Petou, des machines installées par des Irlandais, les frères Mallois, spécialement appelés en France par le gouvernement. Elles consistaient en une jenny de 28 broches (de 18 pieds de long sur 5 pieds), un « chevalet propre à carder la laine à la manière anglaise », deux métiers à tisser, un grand et un petit (pour casimirs), le tout restant manifestement sans usage7. Il n’empêche que fonctionnaient à la fin des années 1780, à Louviers comme à Elbeuf, des jennies à manivelle servant à filer la laine, de 40 à 50 broches8

  • 9 Louis BERGERON, « Douglas, Ternaux, Cockerill : aux origines de la mécanisation de l’industrie lain (...)

6Il restait à y appliquer des moteurs comme dans les water-frame ou mull-jenny cotonniers. Ce fut l’œuvre de deux Anglais, James Douglas et William Cockerill, qui agirent de façon indépendante et, dans une certaine mesure, concurrente9. Le premier, bénéficiant du soutien de Chaptal, prit gratuitement un brevet d’invention en 1802 et obtint même des subsides pour démarrer dans un atelier mis à sa disposition à Paris sur l’île des Cygnes la fabrication de machines, dont les premières furent livrées en 1804. William Cockerill, établi à Verviers, équipa d’abord les fabricants de cette ville, avant de fournir à partir de 1807 ceux de Sedan, puis d’installer une succursale à Paris, rue de la Roquette, en 1810.

7Le cycle de fabrication de la laine étant plus complexe que celui du coton, ce ne sont pas seulement les opérations de cardage et de filage qui se prêtaient à la mécanisation. Le démêlage initial des laines et surtout le brossage et le rasage de la pièce tissée (lainage et tonte) offraient d’autres opportunités de substituer au travail à la main celui des machines, permettant, pensait-on, d’être non seulement plus efficace, mais aussi d’œuvrer avec plus de régularité et donc de fabriquer de meilleurs produits. Dans la panoplie des machines proposées par Douglas figuraient ainsi, outre des cardes et des métiers à filer, des machines à ouvrir la laine, à tondre et à lainer.

  • 10 Arch. nat., F12 618. Louis Marie LOMÜLLER, Guillaume Ternaux (1763-1833), créateur de la première i (...)

8Douglas, qui était déjà en mesure de fabriquer dès 1805 une quinzaine de machines par mois, équipa à n’en pas douter plusieurs manufactures de Louviers, surtout en ensemble de machines à carder et à filer, ce qu’on appelait un assortiment. Ce qui est certain, c’est que Guillaume Ternaux, le grand industriel sedanais installé à Louviers dès 1801, en fit l’acquisition. Un autre grand nom de l’industrie lainière française, Jean-Baptiste Decretot, l’un des associés de la Mécanique, figure aussi parmi les utilisateurs. Ces machines restaient actionnées à la main ou par un manège à chevaux. L’étape suivante consista donc à faire en sorte que certaines de ces machines puissent être entraînées par une roue hydraulique ou une machine à vapeur. Louviers fut encore pionnière, puisque c’est là que Guillaume Ternaux édifia en 1809 la deuxième fabrique de draps hydraulique construite en France, peu de temps après celle de Lamecourt près de Sedan10. Elle occupait l’ancien moulin à blé dit de Fécamp, en plein centre-ville. L’équipement vint vraisemblablement en grande partie de l’atelier de construction mécanique que Ternaux avait créé en 1806 rue Mouffetard à Paris, suite au conflit qui l’avait opposé à J. Douglas et incité à prendre une certaine autonomie. Les quarante machines à tondre qui équipaient l’usine étaient sûrement l’ouvrage du mécanicien Henri Wathier, passé par Eberfeld et Charleville, que Ternaux avait embauché en 1802. Quant aux onze assortiments de carderie et filature, ils étaient probablement du suisse Jacob Messmer, à qui avait été confiée la tâche de perfectionner les modèles initiaux de Douglas et Cockerill. Seules les machines à lainer devaient être de Douglas, peut-être même sorties de ses ateliers, car à l’époque sa machine n’avait pas de concurrent sérieux. Quoi qu’il en soit l’usine, où tout certes n’était pas encore mécanisé, avait l’avantage d’intégrer l’ensemble de la fabrication, c’est-à-dire de pouvoir produire chaque année 4 000 pièces de draps “sans sortir de l’enceinte”. S’y trouvait aussi une presse hydraulique provenant des ateliers de Périer à Chaillot et un équipement moderne de chauffage et d’éclairage (fourneaux de Curandeau, lampes astrales de Bordier). L’établissement était dit “unique en son espèce”.

  • 11 Arch. dép. Eure, 4E 4/290, 19 novembre 1809.
  • 12 Arch. dép. Eure, 8 M 97 (Exposition de 1806).
  • 13 Arch. dép. Eure, 19 S 23.

9C’est un établissement plus modeste, essentiellement consacré à la filature de laine, que créa entre 1810 et 1812 le fabricant de cardes Jean-Jacques Hache, associé pour l’occasion de son gendre Jacques Benjamin Bourgeois. Ce dernier, né vers 1780, originaire de Rouen, se disait alors “artiste mécanicien” et “ marchand cardier Un autre gendre de Hache, Jacques-Laurent Saunier, était marchand de fer à Louviers. Deux de ses fds, enfin, étaient comme lui fabricants de cardes : Jean-François Philippe et Louis-Stanislas Xavier, qui exerçait son art à L’Epine, près d’Arpajon, où avait été construite en 1784 l’une des premières filatures hydrauliques de coton11. La fabrique de Hache avait évidemment profité de la multiplication des filatures mécanisées, y compris celles de coton qui réclamaient également un cardage préalable. Hache s’était appliqué à perfectionner les plaques et rubans de cardes, grâce à l’introduction de machines à percer plus précises12. Il employait traditionnellement du fil de fer de L’Aigle et c’est pour en assurer lui-même en partie l’élaboration et pouvoir confectionner les dents appropriées, qu’il établit dès 1801 une tréfilerie hydraulique sur un canal de décharge de l’Eure, qui autrefois longeait les remparts et passait le long de ses ateliers, le bras du Gril13. Ayant la disponibilité d’un site hydraulique, il eut alors l’idée d’installer une machine pour “faire filer la laine propre à fabriquer des draps”. Les machines à carder et à drousser (ainsi que les métiers à filer nécessaires) furent livrées par Cockerill, qui utilisa sans doute les rubans de cardes fournis par son client.

  • 14 L. MARCEL, op. cit., p. 624-628.
  • 15 J. TURGAN, « Etablissements Mercier à Louviers », Les Grandes Usines, Tome 5, 1870, p. 40-41.

10C’est à la même époque, entre 1810 et 1812, que les associés de la Mécanique, alors principalement Pierre Michel Piéton et Alexandre Nicolas De Fontenay décidèrent d’établir eux-aussi une filature hydraulique de laine. Ils choisirent pour cela de transformer la filature de coton qu’ils avaient établie en 1801 quartier de La Villette, à l’emplacement d’un ancien moulin à blé14. C’est là que Mary Dubois, futur grand nom de la mécanique à Louviers, démarra son activité, en aidant Robert Favrel, le mécanicien envoyé par Cockerill, à monter des machines15. L’assortiment de Cockerill comportait une première carde à quatre cylindres (de 80 cm de long) produisant un matelas laineux, une seconde de même disposition, qui donnait de gros boudins ou loquettes, un métier en gros (dit bely) de 40 broches, d’où sortait un fil huit à dix fois plus fin que les loquettes, et quatre métiers à filer (“jeannettes”) de 60 broches. Seules les cardes étaient mues par la force de l’eau. Elles étaient installées aux étages inférieurs. Les métiers à filer se trouvaient au-dessus, actionnés par une grande roue qu’entraînait manuellement un ouvrier.

  • 16 J. A. VICTOR, « Le bénédictin Jacques-Antoine De Maurey inventeur des premières mécaniques textiles (...)

11Jacques-Antoine de Maurey, né à Alençon en 1759, avait été reçu dès 1785 membre de l’Académie des Sciences, Belles Lettres et Arts de Rouen pour des travaux qui déjà portaient sur des machines de filature16. Vers 1800, il installa à Incarville une petite filature de coton à mécaniques nouvelles, ainsi qu’un atelier de construction de machines. Il collaborait alors, semble-t-il, avec les associés de La Mécanique, pour adapter les machines servant au cardage et au filage du coton, au travail de la laine, du lin et du chanvre. C’est dans la mise au point de machines à peigner la laine qu’il obtint les résultats les plus tangibles, prenant un brevet en 1813, perfectionné et mis en œuvre dans les ateliers parisiens de Guillaume Ternaux, sous la conduite du mécanicien Antoine Marie Dobo.

  • 17 Yves FOUYÉ, « Une filature de coton dans l’Abbaye de Fontaine-Guérard », Le Textile en Normandie, o (...)
  • 18 Arch. nat., F12 1015. Rodrigue PILLEUL, « Jacques-François Mazeline, mécanicien-serrurier et invent (...)

12Le passage de la filature du coton à celle de la laine fut tenté parallèlement dans l’établissement de Fontaine-Guérard à Radepont sur l’Andelle, lequel avait été créé en 1792 avec l’aide technique de John Flint, l’un des deux Anglais de La Mécanique, par le rouennais François Guéroult qui avait été l’architecte de cette première usine17. C’est son fils, François Guéroult jeune, qui en 1809 déposa un brevet pour un perfectionnement des métiers de Douglas, obtenu grâce à un mécanisme permettant de ralentir automatiquement la marche du chariot18. Il autorisait, en principe, une marche continue, susceptible d’être adaptée sur des métiers portant jusqu’à 200 broches. Une filature de laine fut effectivement construite en 1810 à Fontaine-Guérard, à côté de celle de coton déjà existante.

13Comme le montre la panoplie de machines proposée par Douglas, ce n’était pas seulement le cardage et le filage qui se prêtaient à la mécanisation, mais aussi les apprêts, surtout le lainage et la tonte.

14Leur cas suscita des initiatives plus individuelles, fondées sur la mise au point de machines relativement simples, ne nécessitant ni calculs, ni recours à des matériaux particuliers, simplement un sens concret de la mécanique et une certaine expérience du travail du bois et du métal. Deux inventeurs lovériens s’y distinguèrent, François Mazeline et Ambroise Place.

  • 19 Arch. nat., F12 1006.
  • 20 Dessins du Portefeuille Industriel, Musée des Arts et Métiers, Inv. 13571, 1857/184. Jean-François (...)
  • 21 Arch. dép. Eure, 8M97 (Exposition 1806).

15Le premier était né en 1775 à Sannerville, dans le Calvados, d’un père serrurier. Il vint s’établir à Louviers, peut-être comme apprenti du serrurier Michel-Nicolas Hébert, dont il épousa la fille en 1802. Sans doute se fit-il alors une spécialité dans la construction et la réparation d’outils de fabricants drapiers. Le fait est qu’en 1805 il prit un brevet pour une machine à lainer, qui allait connaître un certain succès. Si les circonstances précises de son invention ne sont pas connues, on sait qu’elle fut conçue « d'après les ordres et quelques idées » des frères Gerdret, fabricants influents de la ville, venus de Paris et d’Arcueil, qui avaient fait l’acquisition d’une importante manufacture de la Grande Rue en 179619. C’est là qu’en septembre 1805, François. Mazeline fit la démonstration de sa machine devant une assemblée réunissant la quasi-totalité des fabricants de la ville, qui lui décernèrent un satisfecit général. Comparée à celle que Douglas avait fait breveter en 1802, la machine de Mazeline était relativement simple20. Elle imitait le travail à la main. Le brossage du drap, entraîné de haut en bas par des cylindres, était assuré par le mouvement de va-et-vient d’un châssis en fer muni de chardons. L’un des avantages souligné par l’inventeur était qu’elle effaçait les irrégularités introduites par le foulage pour certaines couleurs. Elle nécessitait, en outre, peu de force et était peu encombrante. Dès 1806, Mazeline entreprit, du reste, de réaliser un modèle encore plus petit, destiné à être portatif21. Un brevet de perfectionnement pris en juillet 1806 remplaça le système initial de transmission à poulies par un système à roues dentées en laiton, plus fiable et plus économique. Le faible coût de la machine (2 400F) servait également d’argument, d’autant plus que sa capacité – environ 250 pièces par an – correspondait aux besoins de la majorité des fabricants.

16Cette machine à lainer rencontra un certain succès, à Louviers bien sûr, mais aussi, semble-t-il, à Elbeuf. En 1811, François Mazeline décida, cependant, de s’établir à Carcassonne, avec son jeune frère André, dans l’espoir de pouvoir équiper les centres lainiers du Languedoc, en retard dans la mécanisation. Il y créa un petit atelier de construction mécanique d’une quinzaine de personnes, qui resta actif jusqu’à son décès en 1827. Il conserva, du reste, son inventivité prenant successivement avec son frère un brevet pour une machine à tondre et un autre pour un métier à tisser, lesquels s’avéreront cependant de plus en plus décalés par rapport aux nouvelles machines apparues au début de la Restauration.

  • 22 « Notice sur les artistes qui ont le plus puissamment contribué au perfectionnement des produits de (...)
  • 23 Arch, nat., F12 1017B. Archives de l’Institut National de la Propriété Industrielle (INPI).
  • 24 Arch. nat., F12 2204. Archives du Musée des Arts et Métiers, U 225.
  • 25 Arch. dép. Eure, 4E 4/291, 23 juillet 1810.

17Un autre inventeur contemporain de Mazeline, Ambroise Place, limita, aussi, son activité à la conception d’une machine d'apprêt, en l’occurrence une machine à tondre Serrurier lui aussi de formation, se qualifiant dans les années 1810 d’« artiste mécanicien », il était né à Louviers en 177022. C’est probablement vers 1805 qu’il mit au point sa machine à tondre, laquelle fut brevetée en septembre 1810. Elle était encore du genre anthropomorphe, c’est-à-dire qu’elle reproduisait le mouvement traditionnel des forces par le jeu d’un maillet entraîné par des poulies. De tels principes avaient déjà été mis en œuvre par Delarche à Amiens dès 1788, améliorés par J. Douglas en 1802, puis par Le Blanc Paroissien à Reims et son associé de l’époque, Henri Wathier, en 1803 (à l’initiative, semble-t-il, de Guillaume Ternaux)23. On ne connaît pas les détails de la démarche d’Ambroise Place. Il semble, cependant, qu’il ait été directement soutenu par un groupe de fabricants de Louviers, qui probablement ne voulaient plus dépendre, pour leur équipement, de leur seul concurrent Ternaux, la ville étant apparemment en retard pour l’adoption des machines à tondre. Depuis environ 1805, Ambroise Place occupait comme locataire une partie d’une maison à usage d’habitation et d’atelier de teinture de la Grande Rue, propriété des fabricants Henry Paysan La Fosse et de Jean-François Dumouchel24. Alors que Place mettait au point sa machine à tondre, Laurent Mathieu Faux inventait d’ailleurs à Verviers une nouvelle machine qui, dès 1808, remplaçait les machines pourtant récentes de Le Blanc et Wathier25.

  • 26 Arch. du Musée des Arts et Métiers, U 227.
  • 27 Arch. nat., F12 1017B
  • 28 Arch. nat., F12 2204.

18Le premier mérite de la machine de Place, telle qu’il ressort de la demande de brevet de septembre 1810, confirmée par une déclaration écrite faite en janvier 1811 par douze fabricants de la ville, était d’être d’une construction et d’un maniement faciles26. Elle était mue par une grande roue qu’actionnait manuellement un seul homme et qui pouvait, en fait, entraîner six machines. Deux autres hommes étaient nécessaires pour « les gouverner », si bien qu’il fallait en tout trois hommes pour six machines. La machine de Place avait aussi selon lui l’avantage d’agir avec plus de régularité et avec plus de légèreté que les autres machines et donc de réaliser une tonte plus égale. Les fabricants appelés à cautionner l’invention insistaient quant à eux sur la rapidité d’exécution : il fallait six minutes pour que la force parcoure une tablée, au lieu de 14 à 15 minutes pour ses concurrentes. Place réussit à diffuser assez bien sa machine, non seulement à Louviers mais aussi à Elbeuf et Darnétal. Il s’efforça de poursuivre son activité de constructeur au début des années 1820, en réclamant un encouragement officiel, qui lui fut refusé car sa machine était déjà obsolète du fait de l’apparition de la tondeuse hélicoïdale27. Marié à une marchande lingère de Louviers, dont c’était le troisième mariage, Place eut quatre enfants, deux filles qui furent comme leur mère lingères à Louviers et deux fils, dont l’un, François Michel, s’établit coiffeur à Paris, rue de Sèvres, et l’autre, Jean-Baptiste Ambroise, marchand ferblantier rue de Temple28.

Mécanisation après 1815

19A partir des années 1820, et même dès 1817-1818, s’amorça une évolution radicale de la production lainière qui s’appuya, certes, sur les premières expériences réalisées durant l’Empire, mais prit des proportions autrement plus larges. Le cardage et la filature mécaniques pénétrèrent davantage d’établissements, introduisant des processus plus complets et plus continus. Les opérations d’apprêt – lainage, tondage, foulonnage – connurent la même évolution avec l’apparition de machines plus compactes et plus performantes, moins anthropomorphes et par conséquent plus fondamentalement distinctes de l’outillage traditionnel. Malgré quelques tentatives, le tissage resta très largement manuel.

  • 29 Arch. nat., F12 6330 (Statistique sur l’état de ses forces industrielles et de son commerce, déposé (...)

20Cette évolution eut pour effet, bien sûr, de mobiliser davantage de ressources énergétiques. Louviers, en l’occurrence, misa principalement sur la force hydraulique, à la différence de sa rivale, Elbeuf, essentiellement axée sur la force vapeur. Elle pouvait, il est vrai, tirer parti de sa situation le long de l’Eure et de la présence de plusieurs bras qui la traversaient ou la contournaient. Ce sont ainsi dix-huit usines textiles hydrauliques qui étaient en activité en 1833, dont beaucoup avaient été créées entre 1817 et 1825, telle la deuxième usine du bras du Gril, celle dite de l’Ermitage, les usines de la Motte et des Rédiers en amont de la ville et, en plein centre, proche de l’usine Ternaux, les deux usines de la Londe29. Pourtant, la machine à vapeur ne resta pas absente et, dès 1817, apparurent même des établissements totalement actionnés par ce type de moteur. Ils étaient six en 1833. La puissance vapeur installée y était alors d'environ 67 chevaux, total certes modeste comparé aux 662 chevaux hydrauliques potentiellement disponibles dans les autres usines.

  • 30 Musée Industriel, Description complète de l’exposition des produits de l’industrie française faite (...)

21C’est cette réserve de puissance qui explique que Louviers ait particulièrement développé son industrie de filature, produisant davantage de filés qu’elle n’en utilisait si bien qu’elle pouvait fournir largement Elbeuf. En 1833, six établissements n’étaient que des filatures. Cette même année, tous les métiers à filer de la ville – représentant 77 assortiments – étaient en mesure de fournir les filés nécessaires au tissage de 27 000 pièces de drap, alors qu’elle n’en fabriquait que 9 à 10 00030. Si certains établissements hydrauliques n’abritaient que des activités de tissage et d’apprêt, les plus grandes regroupaient la quasi-totalité des opérations. Certains poussaient même l’intégration au point de réunir, à l’exemple de l’ancienne usine Ternaux, toutes les opérations dans la même enceinte (Jourdain-Ribouleau, Chennevière, Poitevin).

22Louviers resta fidèle à la production de draps fins de qualité, même si les laines françaises et saxonnes remplaçaient désormais les traditionnelles laines mérinos espagnoles. Mais par rapport aux productions du XVIIIe siècle, les gammes s’élargirent. L’évolution se fit d’abord au niveau des couleurs, le bleu à base d’indigo et ses dérivés (vert, noir) restant cependant les plus prisés. Les techniques de teinture d’ailleurs évoluèrent. Il y eut surtout l’apparition de tissus à motifs (rayures, carreaux), ce qu’on appelait, à partir des années 1830, les nouveautés (pour pantalons et redingotes), que des Lovériens comme Jourdain-Ribouleau, Dannet ou Chennevière, à l’instar de leurs concurrents d’Elbeuf, entreprirent de fabriquer. Sur le plan technique, l’attachement aux productions de qualité entraîna la persistance du tissage manuel, en particulier pour ces tissus nouveautés, qui nécessitaient l’emploi d’un métier de type Jacquard simplifié, le métier à armures. Le souci de diversification conduisit néanmoins certains fabricants à se tourner vers la production de qualités plus ordinaires. Pour ces sortes de fabrication, des expériences de tissage mécanisé furent tentées sans grand succès dès les années 1820.

23C’est donc à tous les stades de la production que l’effort d’innovation s’appliqua, visant bien sûr à améliorer la productivité par la mécanisation, mais aussi à permettre le développement d’une production variée et renouvelée. Ce processus s’apprécie par les prises de brevets d’invention – une douzaine entre 1815 et 1840. Il faut cependant noter, par rapport à la période précédente, la disparition de mécaniciens indépendants du type Mazeline ou Place. Certains brevets furent pris par des fabricants de draps, ce qui suggère que l’innovation put prendre corps dans les usines, à l’initiative d’ouvriers ou de techniciens de fabrication et d’entretien. Mais deux entreprises de construction mécanique, nouvellement créées, eurent un rôle déterminant. Il y eut aussi l’intervention de bureaux d’ingénierie. Pour suivre cette histoire complexe, où les conditions initiales de la création, les sources d’inspiration d’une part, les transferts d’expériences et la circulation des savoirs d’autre part sont difficiles à saisir, il convient de passer en revue les étapes successives du processus de fabrication, les innovations s’y étant appliquées avec des intensités et des rythmes variables.

Energie et moteurs

24Le choix d’une énergie et d’un type de moteur conditionnait la capacité, et dans une certaine mesure, la localisation des usines dans la ville, ainsi que la disposition des bâtiments au sein de chaque établissement. Certes, un certain nombre d’opérations restèrent, comme on l’a dit, longtemps manuelles : le tissage, mais aussi des portions du cycle mécanisé, au niveau notamment de la filature. Le tondage ne devint pas non plus du jour au lendemain entièrement mécanique, surtout lorsqu’il s’agissait de produire en petite quantité et en recherchant la qualité. L’organisation spatiale de la production dépendait ainsi des parts respectives entre travail resté manuel et du travail désormais mécanisé et, pour ce qui concernait ce dernier, du choix énergétique.

  • 31 J.-M. CHAPLAIN, op. cit., p. 214.

25A Louviers, où la majorité des usines textiles étaient actionnées par la force hydraulique, celle-ci était bien entendu déjà utilisée avant 1800, pour des moulins à blé, des moulins à tan, et des moulins à foulon, situés en majorité dans les faubourgs. La multiplication des usines, dans le premier tiers du XIXe siècle, imposa cependant la création de nouveaux sites, en des endroits qui étaient jusqu’alors inoccupés. Les premiers travaux consistaient à aménager les cours d’eau, construire des canaux de longueur et direction adaptées, installer des écluses. Mais l’intensification de l’activité occasionnait des difficultés de voisinage, l’une des particularités de l’énergie hydraulique étant de générer de fortes interdépendances entre utilisations riveraines31. Le débit aval dépendait de celui d’amont ; inversement une retenue d’eau trop importante en aval faisait monter l’eau en amont et réduisait d’autant la chute disponible. On ne s’étonnera donc pas que la multiplication des installations à partir de 1815 ait provoqué des conflits à répétition. L’arbitrage de l’administration des Ponts et Chaussées fut requis, qui aboutit, après nombreuses visites et expertises, à l’établissement d’un premier règlement en 1826, conforté en 1830 par une ordonnance qui fixa précisément la quantité d’eau attribuée à chaque usine. Ces querelles, parfois violentes et qui, de toute façon, cessaient rarement sans recours à la justice, disparurent après le dernier grand réaménagement qui intervint quartier de la Villette, en aval de la ville, entre 1832 et 1834.

  • 32 Musée industriel, op. cit., p. 79. Inventaire après décès, 12 septembre 1834. Arch. dép. Eure, 4E 4 (...)

26Les ingénieurs des Ponts et Chaussées eurent un rôle souvent décisif dans le règlement des conflits, à l’occasion desquels se trouvaient requises à la fois leur expertise scientifique et leur responsabilité d’inspecteur administratif. On citera surtout l’action de l'ingénieur en poste à Louviers, Jean-Jacques Petit, époux du reste d’une fille de fabricant, Sophie Frontin, qu’un mémoire rédigé à l’occasion de l’exposition industrielle de 1834 – l’année de son décès – honorait pour avoir “vaincu avec un rare talent les difficultés32.

  • 33 Paul DIBON, Essai historique sur Louviers, 1836.
  • 34 Les Granger étaient fabricants de draps à Evreux et aux Andelys à la fin du XVIIIe siècle. Acte de (...)
  • 35 Louis Granger céda ses actions à Augustin-Félix Defontenay le 3 janvier 1826. Mention dans un acte (...)
  • 36 L’association entre Granger et Mary Dubois est attestée pour la première fois dans un Etat des fabr (...)
  • 37 Archives de l'INPI. Brevet du 16 novembre 1829.
  • 38 Henri TRESCA, « Notice sur Michel Alcan », Mémoires de la Société des Ingénieurs civils, 1877, p. 6 (...)
  • 39 Il figure comme expert, résidant à Rouen, à côté de l’ingénieur Pierre Hippolyte Limet, alors assoc (...)
  • 40 Moniteur Universel, 30 octobre 1834.
  • 41 Arch. Nat., F14 6330. Observations et avis de l’Ingénieur en chef sur l’objet des observations réci (...)
  • 42 Visite estimative des usines de La Motte et des Rédiers appartenant au sieur Frigard Petou, 6 août (...)

27A côté des acteurs officiels intervinrent cependant des ingénieurs indépendants – ingénieurs civils – surtout Jacques Emmanuel Granger à propos duquel un contemporain, Paul Dibon, particulièrement bien renseigné puisqu’il avait été l’un des associés de la Mécanique, écrivait : «Louviers possède un ingénieur hydraulicien très habile, M. Granger, qui a doublé la force des usines33. Les informations manquent sur l’itinéraire initial de cet ingénieur, qui se disait ingénieur mécanicien dès la fin des années 1820, et notamment sur sa formation. Le fait est qu’en 1821, alors qu’il avait environ 35 ans, il devint l’un des associés de la Mécanique, où il assumait sans doute les fonctions de directeur technique34. Il la quitta en 1826, tandis qu’il se trouvait choisi comme expert par une majorité de fabricants de la ville pour effectuer les visites et expériences destinées à fixer un règlement d’eau général35. C’est apparemment cette même année 1826 qu’il devint l’associé du mécanicien, devenu également filateur, Mary Dubois36. L’entreprise, outre des machines textiles, construisait des machines à vapeur à haute pression, des calorifères pour apprêts et teinture ainsi que des roues hydrauliques. Granger y développa une véritable activité d’ingénierie, avec levés de plans, confection de devis et direction des travaux. Il prit aussi un brevet en 1829 pour une machine à garnir et lainer37. A partir de 1835, il paraît avoir exercé au sein d’un cabinet indépendant. C’est auprès de lui, en tout cas, que Michel Alcan, le futur professeur de filature et de tissage du Conservatoire des Arts et Métiers fit ses débuts professionnels en 1835-1836, à sa sortie de l’Ecole Centrale. Il s’y occupa, disent des biographes, de construction et d’installation d’usines, ayant « à étudier d’une façon particulière les machines motrices, roues hydrauliques et machines », tout en effectuant comme Granger l’avait fait de “nombreuses expertises de règlements d’eau38. On peut penser que la venue à Louviers d’Alcan, qui ensuite exerça de 1837 à 1844 le même métier d’ingénieur conseil à Elbeuf, fut motivée par le fait que ses études à l’Ecole Centrale avaient été financées par un prêt d’Edouard Ternaux. Granger cessa son activité à Louviers vers 1840, et la continua ensuite durant quelques temps à Rouen39. La présence de Granger et d’Alcan est à mettre en relation avec l’intense réorganisation technique qui intervint dans les années 1830. L’initiative la plus spectaculaire fut celle de Frédéric Jourdain-Ribouleau, qui ayant acquis deux anciennes usines voisines du quartier de la Villette, y fit édifier à leur place un nouvel établissement d’une puissance de 100 chevaux, en suivant, comme il le déclarait lui-même en 1834, « le meilleur principe hydraulique »40. Ce parti pris est d’autant plus intéressant à souligner qu’il émanait d’un industriel qui avait été le premier à utiliser la machine à vapeur en 1817. Mais son opinion avait évolué et dans les années 1830, étant devenu le plus puissant fabricant de la ville, il considérait que l’hydraulique était plus économique et plus performante. « Les roues pourraient être améliorées, on n’utilise que 3 à 400 chevaux, mais nous faisons tous les jours des changements », observait-il, d’ailleurs, faisant sans doute allusion à l’intervention de Granger. Au début des années 1840, lorsqu’elle fut achevée, la filature de Jourdain-Ribouleau était aux dires des ingénieurs des Ponts et Chaussées la plus belle de Louviers et « probablement de toute la France »41. Dans le même quartier et au même moment, un autre industriel particulièrement entreprenant, Henri Lhuillier, gendre de Bourgeois qui avait été lui-même l’un des premiers à installer une filature hydraulique, procéda à l’édification de deux usines modernes, l’une consacrée à la filature, l’autre aux apprêts, dotées elles aussi de dispositifs hydrauliques efficients. Cette séparation en deux usines destinées l’une à la filature, l’autre aux apprêts et au foulonnage était une option fréquemment retenue dans les années 1820-1830, par exemple aux usines des Rédiers et de la Motte, en amont de la ville42

  • 43 Arch. dép. de l’Eure, Tribunal civil de Louviers, 193U5 (Procès verbal pour expropriation, 1834).
  • 44 Archives du Musée des Arts-et-Métiers, A 128. Le rapporteur de l’exposition de 1834 (Musée Industri (...)
  • 45 Médiathèque de Louviers, Fonds Lalun IV.
  • 46 J.-M. CHAPLAIN, op. cit., p. 250. Arch. nat. F14 6331.

28Se pose, une fois précisées l’importance et la nature des aménagements entrepris, la question du moteur adopté, autrement dit du type de roue utilisé. Les gains de productivité qui permirent l’utilisation plus intensive des cours d’eau furent en grande partie redevables à l’arrivée de nouvelles roues mieux conçues et mieux construites. Les plus répandues furent les roues de côté ou « breastwheel » d’origine anglaise, inventées à la fin du XVIIIe siècle, qui se diffusèrent en France à partir des années 1820. Des roues de conception française virent aussi le jour, surtout celle de dessous à aubes courbes que le polytechnicien Jean-Victor Poncelet mit au point à l’arsenal de Metz en 1823. En fait, peu d’informations subsistent sur le genre de roues employées à Louviers et sur leur construction. Seules les trois roues fonctionnant à l’usine Ternaux sont décrites comme étant « du système mixte à impulsion et à poids d’eau, ne rendant sous ce rapport qu’environ 54 à 55 % d’effet utile ». Elles fournissaient alors environ 16 chevaux. « Avec un meilleur système hydraulique » précisaient en 1834 les rédacteurs du procès-verbal dont sont extraites ces données, le pourcentage aurait pu être élevé à 65 %43. Ces roues, en tout cas, paraissent bien être du type « breastwheel », elles auraient été importées en 1826 d’Angleterre, fabriquées par John Hall à Dartford près de Londres. C’est ce même constructeur de moteurs et machines qui en 1834-1835 fournit tout l’équipement de la nouvelle usine de Jourdain-Ribouleau, à savoir un vannage, une roue en fonte avec aubes en fer, ainsi que tout le système de transmission servant sur trois niveaux à entraîner des laineries, des machines à carder et des métiers de filature44. Tout porte à penser que la plupart des roues installées dans ces années 1820-1830 à Louviers furent également du type roue de côté, telle celle que le parisien Germain Petit mit en place, lorsqu’il procéda en 1826 à d’importants travaux à l’usine dite des Lavandières, qu’il avait acquise en 182345. La présence d’une vanne plongeante assure encore que la nouvelle roue de 4 mètres de diamètre installée vers 1836 par Lhuillier dans son usine de La Villette était bien une roue de côté46. Ces roues étaient vraisemblablement construites à Louviers, notamment par Granger et Dubois, qui purent s’inspirer du modèle importé par Ternaux.

  • 47 Procès verbal d’expropriation 1834 (cité note 43)
  • 48 Archives de F INPI. Brevet du 25 octobre 1816.

29Les usines de Louviers n’étaient pas toutes animées par la force de l’eau. En dehors de la machine à vapeur, on a pu utiliser dans celles qui ne disposaient pas de roues, ce qui étaient évidemment le cas des établissements ne se trouvant pas en bord de rivière, des manèges à chevaux. La célèbre manufacture que Jean-Baptiste Decretot avait fait édifier rue Porte de Rouen dans les années 1770 était de celles-ci. Passée aux mains de Guillaume Ternaux, elle comportait en 1834, dans une pièce en saillie du rez-de-chaussée de son aile avant droite, les restes d’un tel manège alors désaffecté47. L’intérêt que l’on pouvait encore porter au début de la Restauration à de tels moteurs fit qu’en 1816-1817 deux brevets d’invention furent pris par des Lovériens, dans l’espoir d’en améliorer le fonctionnement. L’un d’eux, proposé par les nommés Arnoult et Goulé dont on ne sait rien, pas plus que l’impact qu’a pu avoir leur invention, consistait en un accroissement des performances mécaniques, obtenu grâce à l’emploi d’un balancier48. Deux hommes faisaient, prétendaient-ils, le travail de quatre chevaux. Un tel engin peu encombrant pouvait servir notamment à actionner des machines à tondre et à lainer.

  • 49 Arch, nat., F14 4218. Arch. dép. Eure, 5 M 294.
  • 50 J. PA YEN, Technologie de l’énergie vapeur en France dans la première moitié du XIXe siècle : la ma (...)
  • 51 Arch. dép. Eure, 5 M 294. Etat des machines à feu, 1841.

30Pour les usines sans eau, c’est malgré tout le recours à la machine à vapeur qui le plus souvent s’imposait. Dès 1825, une enquête administrative en dénombrait déjà sept à Louviers, ce qui représentait la quasi-totalité des machines alors employées dans le département de l’Eure49. Les premières furent installées en 1817-1818 chez Frédéric Jourdain-Ribouleau et chez Anatole Gerdret dans la grande fabrique qu’il venait d’édifier à la sortie de la ville sur la route d’Evreux. De type Woolf (à haute pression et deux cylindres), l’une et l’autre furent encore fournies par John Hall de Dartford. Cette sorte de machine, dont Humphrey Edwards entreprit alors la construction à Chaillot, fut l’une des plus répandues dans les usines textiles françaises50. La première avait été installée vers 1816 par Richard-Lenoir à Paris, rue de Charonne, pour entraîner une carderie de laine. Parmi les machines signalées à Louviers en 1825, on notera celle installée chez Joseph Ratier, négociant à Paris, dans une fabrique qu’il avait fait édifier rue du Quai à partir de 1817 et qu’il céda en 1826 au fabricant d’Elbeuf Pierre Turgis. Il est possible qu’elle ait été fabriquée à Louviers par Mary Dubois. Ce dernier en effet entreprit apparemment la construction de machines de type Woolf dès les années 1820, ayant peut-être commencé par utiliser pour sa filature de la place Royale une machine fournie par Edwards à Chaillot. Ce qui est sûr, c’est que la machine de 18 chevaux fonctionnant chez lui dans les années 1830, de même que celle de 12 chevaux existant alors chez Moreau-Turgis, sortaient bien de ses ateliers51. On signale alors un autre constructeur à Louviers, Jean-Baptiste Leroy (associé par la suite de Louis Benjamin Alépée). Il était chaudronnier et, de ce fait, ne fabriquait probablement que des chaudières, bouilleurs et calorifères (pour le chauffage des ateliers et la production de vapeur nécessaire aux apprêts).

  • 52 Arch. dép. Eure, 8 M 98.

31Il est frappant de constater que si certaines machines mentionnées dans l’enquête industrielle de 1833 ne servaient qu’à actionner certains types d’ateliers – de filature chez Dubois, d’apprêt chez Moreau-Turgis – la plupart équipaient des établissements intégrant tout ou presque du cycle de fabrication. C’était le cas des usines Jourdain-Ribouleau, Maître et Dufour (anciennement A. Gerdret) et de Saxer. Cette dernière était la suite d’un établissement créé en 1817 par le grand manufacturier de Sedan, André Poupart de Neuflize. D’abord consacré au tissage et à l’apprêt, il avait été considérablement étendu en 1823 au moyen de nouvelles constructions. C’est alors qu’il fut doté d’une machine de 12 chevaux, « pompe à feu à trois pistons ». Grâce à elle, expliquait la notice de l’Exposition de 1824, l’usine pouvait « réunir dans son intérieur toutes les manutentions nécessaires à la fabrication du drap, le foulage excepté »52

  • 53 Arch. dép. Eure, 5 M 294 (Epreuves de chaudières).

32Au milieu des années 1830, intervint une nouvelle vague d’équipement, contemporaine de celle qui touchait alors les usines hydrauliques. Du reste certains de leurs exploitants, comme Viollet-Jeuffrain à L'Hermitage, décidèrent alors de se munir d’une machine d’appoint. D’autres fabricants du centre-ville, jusqu’alors non mécanisés, comme Louis Lecouturier, Grande Rue, et Gastinne, rue de l’Ile, firent l’acquisition de machines faisant 8-10 chevaux (toujours de type Woolf). Dannet frères, récemment installés dans l’ancienne fabrique Decretot, y établirent aussi en 1836 une machine de 16 chevaux. Toutes ces machines venaient désormais de Rouen, plus précisément de chez Landay. Frédéric Letellier, ayant la manufacture Grande Rue, s’équipa à son tour en 1845 d’une machine fournie cette fois par un autre constructeur rouennais Hall et Scott, qui semble s’être assuré alors la majorité des fournitures53

Cardes et métiers à filer

  • 54 Mary Dubois, maître serrurier, fit en effet l’acquisition le 26 septembre 1812 d’une maison Place I (...)
  • 55 J. TURGAN, “Etablissements Mercier”, op. cit., p. 41.
  • 56 Archives de l’INPI. Brevet du 28 juillet 1826.

33Les opérations liées à la filature étaient celles qui initialement avaient donné lieu aux efforts les plus soutenus de mécanisation aboutissant, comme on l’a vu, à la production d’assortiments conçus et fabriqués par Douglas et Cockerill, puis par les mécaniciens travaillant pour Ternaux. La mécanisation cependant restait très incomplète et ne s’appliquait pas à l’opération de torsion du fil, c’est-à-dire au filage proprement dit. Du coup, les initiatives furent nombreuses dans les années 1820 pour améliorer la continuité du processus et augmenter parallèlement la capacité des machines. Deux inventeurs constructeurs de Louviers, Mary Dubois et Ambroise Mercier y contribuèrent de façon décisive, par une série d’améliorations dont profiteront d’abord les industriels de la ville – ce qui s’explique par la multiplication déjà constatée des filatures durant la Restauration – mais aussi ceux des autres centres lainiers. Mary Dubois (de son nom complet Marie François Dominique Jacques Dubois) commença, semble-t-il, à fabriquer dès 1812, en tant que maître-serrurier, des assortiments du type de ceux produits par J. Cockerill, qui avaient équipé les filatures De Fontenay (la deuxième « Mécanique ») et Hache-Bourgeois54. L’assortiment comportait deux cardes, un « bely » ou métier à filer en gros de 40 broches et quatre métiers à filer de 60 broches55. S’inspirant probablement des perfectionnements introduits par François Guéroult à Fontaine-Guérard, Mary Dubois, qui s’était associé depuis 1814 avec le menuisier Ambroise Mercier, mit au point en 1818 un nouveau métier à filer de 120 broches, dit « métier à filer au moteur », qui pouvait être entraîné mécaniquement. Il en assura une large diffusion, auprès notamment des filateurs belges. Le chariot portant les broches y restait cependant encore actionné à la main, parce que sa vitesse de déplacement était variable, rapide au début, lente à la fin. C’est pour assurer la conduite mécanique qu’A. Mercier, devenu indépendant, déposa un brevet en 1826, reposant sur l’emploi d’un cône à vis sans fin « pour remplacer », selon ses termes, « la main de l’homme dans la conduite du chariot des filatures mécaniques »56. Le but était de garantir un guidage uniforme du chariot, « mathématiquement établi ». La vitesse d’étirage et le degré de torsion pouvaient, en outre, être réglés selon les qualités de laine utilisées.

  • 57 Arch. dép. Eure, 4 E 44/34, 13 novembre 1824.
  • 58 Procès verbal pour expropriation, 1834 (cité note 43).

34Il n’a pas été possible à partir des sources lovériennes de suivre précisément la diffusion de ces nouveaux métiers. Ce qui est sûr, c’est que leur fabrication, avec celle des cardes et belys, constituait durant les années 1820-1830 l’essentiel de l’activité d’Ambroise Mercier, ainsi du reste que de son ancien associé Mary Dubois qui, on l’a vu, avait entrepris de fabriquer également des roues et des machines à vapeur. On notera qu’à la deuxième usine du Gril, aménagée en filature par Henry Paysan-Lafosse en 1817, ne fonctionnaient que des métiers de 60 broches57. Il y avait deux pièces au second étage, dites « chambres des fileurs », dans lesquelles se trouvaient respectivement cinq et trois de ces métiers. Au premier étage fonctionnaient trois cardes et un bely. En 1834, l’usine Ternaux possédait deux métiers de 120 broches, mais abritait encore deux petits métiers de 60 et six belys de 40 broches58.

  • 59 Arch. dép. Eure, 4 E 4/346, 21 juillet 1835. L’acte est une location de Dubois père à son fils Mari (...)
  • 60 Arch. dép. Eure, 8 M 100.
  • 61 Musée Industriel, op. cit., p. 76.
  • 62 Arch. dép. Eure, 8 M 100 (Exposition de 1834). Henri Lhuillier était propriétaire de la tréfilerie (...)

35Pour leurs recherches de perfectionnement, Dubois et Mercier profitèrent du fait qu’ils exploitaient, l’un et l’autre, à proximité de leur atelier de construction, une filature dans laquelle ils pouvaient procéder à des essais. Mary Dubois la créa vers 1820, juste à côté de son atelier mécanique, en utilisant du reste une seule et même machine à vapeur (dont la puissance fut portée à 16 chevaux vers 1830)59. L’établissement comptait 26 métiers de 120 broches en 1834, plus 25 cardes et 10 belys60. Quant à Ambroise Mercier, il paraît avoir établi sa filature en 1826, comme locataire en partie d’une usine dite de La Londe, construite près du centre-ville en 1823-24 par Jean-Baptiste Bourgeois et son gendre Henri Lhuillier61. Ces derniers étaient toujours en même temps fabricants de cardes, dans la première usine du Gril, où avait été ajoutée vers 1810 la filature de laine dont on a déjà parlé. La fabrique de rubans et plaques de cardes Hache-Bourgeois restait, d’ailleurs, l’une des plus importantes du secteur, sans doute la première de France, exportant une partie de sa production vers la Saxe, l’Italie et l’Espagne62. Elle employait des fils de fer de L'Aigle, de finesse et force adaptées aux différents types de cardes fabriquées. Hache-Bourgeois étant bien entendu fournisseur de Mercier, il est évident qu’étant propriétaire des locaux de sa filature, il collaborait avec lui de façon étroite, tant pour le choix des fournitures que pour les essais réclamés par de nécessaires et continuelles mises au point. Il n’en subsiste cependant aucun témoignage concret. Entre autres perfectionnements introduits par A. Mercier dans les années 1820-1840, on citera la mise au point de belys de 50 et 60 broches entraînés par un moteur et l’emploi de fonte au lieu de bois pour les bâtis de cardes et de métiers à filer.

  • 63 J. TURGAN, « Etablissement Mercier », op. cit., p. 45.

36A la fin des années 1830, Mercier une nouvelle fois contribua de façon décisive à la mise au point d’un dispositif permettant de rendre continue l’opération de la filature, en supprimant l'intermédiaire du bely dont l’alimentation se faisait en gros boudins de laine cardée, préalablement noués entre eux par des enfants (les rattacheurs)63. Le nouveau système, comportant en particulier une carde boudineuse dont les produits pouvaient alimenter directement le métier à filer, avait été inventé aux Etats-Unis. Il avait été importé vers 1835 par un filateur d’Elbeuf, de Montfleury, qui chercha à le fabriquer « d’après des modèles rapportés d’Amérique ». Il équipa ainsi Frédéric Jourdain, ce qui permit à Mercier de l’examiner et d’en entreprendre la construction, tout en l’expérimentant dans sa propre filature (avec des métiers de 240 broches). Plus qu’Ambroise Mercier, c’est son fils Achille, formé par son père à toutes les étapes de la fabrication, qui fut l’artisan de ce succès. Frédéric Jourdain fut en 1839 son premier client, puis les commandes affluèrent rapidement de France et de l’étranger, valant à Mercier une médaille d’or à l’exposition de 1844, et une autre à celle de 1849. Ces succès, sur lesquels nous reviendrons, provoquèrent une expansion considérable et une réorganisation complète de l’usine.

  • 64 J. TURGAN, « Etablissements Raphaël Renault », Les Grandes Usines, tome 5, 1870, p. 130.

37A Louviers, l’adoption de ces nouvelles machines suscita un rééquipement général dans les années 1840. De nouvelles filatures apparurent, telle celle de Delahaye et Cie aux Quatre Moulins, à l’entrée de Louviers, dont l’installation nécessita un élargissement de la roue. Raphaël Renault, qui prit en mains vers 1850 l’usine de l’Hermitage, fit lui aussi l’investissement de tels assortiments qui sont ceux que Turgan décrit après sa visite de l’établissement en 186764.

Tissage et ourdissage

  • 65 Arch. nat., F12 1016.
  • 66 Arch. dép. Eure, 8 M 98.

38Le tissage resta longtemps manuel (et pédestre). Le métier à tisser, qui était, depuis le Moyen Age, muni de dispositifs mécaniques, connut néanmoins des perfectionnements, résultant en particulier du fait que les tissus essentiellement lisses et unis au XVIIIe siècle, devinrent au XIXe siècle plus variés, constituant ce qu’on appelait des tissus façonnés, à motifs divers, obtenus grâce à des manières particulières de croiser la trame et la chaîne. L’évolution est illustrée par le brevet pris en 1813 par Petou frères (en fait Michel Nicolas Frigard-Petou) pour un nouveau tissu dénommé « casimir-cuir de laine », en fait une étoffe croisée de laine et de coton, d’une contexture telle qu’elle était réputée « d’une solidité à toute épreuve »65. La fabrication d’une telle pièce s’effectuait sur un métier à tisser de constitution habituelle, mais comportant neuf marches et six lames. Il avait été mis au point par un employé de Frigard-Petou, un tisserand nommé Toullé, inventeur d’une « combinaison particulière pour le mécanisme des lames », récompensé à l’exposition de 1819 non seulement pour la force et la finesse des tissus obtenus, mais aussi pour l’économie de main-d’œuvre qui en résultait66.

39L’apparition, à partir des années 1830, des « tissus nouveautés », à rayures et carreaux, nécessita, comme on l’a dit, l’introduction de métiers dits à armure (Jacquard simplifié) dont les bâtis étaient semblables à ceux des métiers ordinaires, mais qui étaient dotés d’un dispositif mécanique permettant d’obtenir un mouvement des lames conforme au dessin choisi. Ambroise Mercier en construisit mais on ne sait s’il fut seul à fournir les fabricants de Louviers.

  • 67 Rapport sur les produits de l’industrie française, présenté au nom du jury central (chapitre XXVI, (...)
  • 68 Musée Industriel..., op. cit., p. 84. J. TURGAN, « Etablissements Mercier », op. cit., p. 44.

40L’obligation de changer fréquemment le jeu des lames et de surveiller de près la marche des mécaniques eut pour effet de maintenir pendant longtemps, c’est-à-dire jusqu’à la fin des années 1860, un mode de fonctionnement manuel, entretenu surtout par des tisserands travaillant à domicile et à la campagne. Pour les articles courants, qui ne variaient pas d’une année sur l’autre, on tenta il est vrai, dès les années 1820, d’utiliser des métiers mécaniques. A l’exposition de 1827, deux constructeurs parisiens, Etienne Calla et John Collier, présentèrent des prototypes particulièrement remarqués67. Celui de Collier était dit « à moteur continu de rotation » ; Germain Petit fut l’un des premiers à l’utiliser dans l’usine dite des Lavandières, qu’il avait acquise et progressivement rénovée à partir de 1823. L’expérience malheureusement ne fut pas concluante : les douze métiers qu’il avait, paraît-il, montés à grand frais étaient d’une construction tellement compliquée qu’il lui fallut les vendre comme vieille ferraille en 183468.

  • 69 Arch. dép. Eure, 8 M 98 (Exposition de 1823).
  • 70 Archives de l’INPL. Brevet du 28 octobre 1824. La lettre de demande expliquait : « L’invention de M (...)

41Les progrès du tissage supposaient, en amont, ceux de l’ourdissage des chaînes. Là aussi, des efforts furent entrepris dès les années 1820 pour faciliter et économiser le travail. Un ingénieur polytechnicien, Viard, inventa ainsi une machine appelée bobineuse, qui évitait l’opération du dévidage et du bobinage à la main (en mettant immédiatement en bobines la fusée prise sur le métier du fileur)69. Elle devait permettre, selon lui, de réaliser 25 % d’économie sur le prix de la filature des chaînes et d’en améliorer la régularité. Cette machine obtint une médaille d’or à l’exposition de 1823. Cette année-là, la Chambre consultative des manufacturiers de Louviers vint examiner chez Frédéric Jourdain l’exemplaire qu’il avait fait installer et décerna un satisfecit. C’est ce constat qui incita Amédée Duperrier, l’associé de Germain Petit, à concevoir et breveter en 1824 une machine appelée « ourdissoir dévideur », qui allait jusqu’à éviter la mise en bobines70. On ignore quelle fut sa destinée.

Apprêts

  • 71 M. MALLET, « Rapport sur les ateliers de construction de machines, fondés à Paris par M. John Colli (...)
  • 72 C. HÉRICART DE THURY, Rapport du Jury d’admission des produits de l’industrie du département de la (...)
  • 73 Arch. dép. Eure, 4 E 44/36, 13 novembre 1824 (Inventaire après décès de Henry Mathieu Paysan Lafoss (...)
  • 74 Arch. dép. Eure, 193 U 5.
  • 75 M. MALLET, op. cit., p. 168. Arch. dép. Eure, 8 M 100.

42Ces opérations finales avaient donné lieu très tôt, en même temps que le cardage et la filature, à des essais de mécanisation. Les machines à tondre et à lainer construites au début du siècle restaient cependant de petites machines à mécanisme assez compliqué, relativement peu performantes. L’effort se poursuivit à la fois pour économiser la main-d’œuvre et pour apporter davantage de régularité au processus. Le résultat le plus spectaculaire fut d’abord l’arrivée en 1817 de la tondeuse hélicoïdale. Machine rotative, à cylindres armés de lames tranchantes, elle fut mise au point par le mécanicien parisien d’origine anglaise John Collier. Il y avait été poussé, suite à des tentatives infructueuses, par le fabricant sedanais J. A. Poupart de Neuflize, avec lequel il s’associa d’ailleurs afin de pouvoir financer les essais et promouvoir l’innovation71. Une première tondeuse hélicoïdale fut d’abord installée dans l’usine Poupart de Mouzon, près de Sedan, puis dans celle qu’il exploitait aussi à Elbeuf où un atelier public équipé de cinq de ces machines servait même à faire des démonstrations aux fabricants de la ville72. Le succès fut effectivement immédiat et la tondeuse hélicoïdale rapidement diffusée dans toute l’Europe lainière. A. Poupart, qui installa rappelons-le des ateliers à Louviers en 1817, les en dota immédiatement, procédant sans doute comme à Elbeuf à des démonstrations. La deuxième usine du Gril n’était pourtant encore équipée en 1824 que de tables à tondre (19 en tout), ce qui atteste d’une certaine persistance, durant quelques années, du tondage à la main73. En revanche, ce sont bien des tondeuses qui se trouvaient à l’usine Temaux en 1834, en l’occurrence des « tondeuses alternatives système Poupart », sans doute celles dites « à mouvement oscillatoire et à double effet » qui avaient valu à leur constructeur une médaille d’or à l’exposition de 182374. Ces machines étaient produites à la fois par Poupart à Sedan et Collier à Paris. Vers 1820 apparut une tondeuse dite longitudinale, et non plus transversale, fonctionnant toujours avec des cylindres armés, mais aux performances supérieures. La transversale resta cependant employée pour la finition. John Collier en exposa une en 1827 à 18 lames très rapprochées. Les 800 tondeuses déjà produites par Collier en 1828 accomplissaient le travail de 16 000 tondeurs75. En faisant disparaître ces ouvriers autrefois « les plus nécessaires », et souvent les plus agités, l’installation de ces machines ne se fit pas sans traumatisme.

  • 76 Arch. dép. Eure, 8 M 100.

43La machine à lainer connut le même genre d’évolution, devenant elle-même une machine rotative, facilement entraînée par l’arbre d’un moteur hydraulique ou à vapeur. Elle se composait d’un tambour, reposant sur un bâti en fonte et portant des cadres en fer garnis de chardons. Ce qui importait, c’était la grande consommation de ces chardons, cultivés pour partie entre Louviers et Elbeuf, et le soin qui devait être apporté à leur classement par forme, dureté et flexibilité du croc. Dubois exposa en 1834 une machine de sa conception, récompensée pour sa régularité et l’économie de travail qu’elle procurait76

  • 77 P. M. N. BENOÎT, « Note sur le foulage de la laine et sur les machines à fouler les draps et autres (...)
  • 78 Archives de l’INPl, Brevet du 30 juin 1831.
  • 79 J. TURGAN, « Etablissements Mercier », op. cit., p. 44.
  • 80 Ibid.
  • 81 Arch. dép. Eure, 8 M 101 (enquête 1840).
  • 82 Arch. dép. Eure, 6 M 1243.

44Le foulonnage avait été la seule grande opération d’apprêt à n’avoir pas connu d’évolution marquante, étant par ailleurs aussi la seule à être depuis longtemps entraînée par la force de l’eau. Certains perfectionnements avaient certes été apportés, comme par exemple le fait de rendre les pilons solidaires (ce dont s’était préoccupé notamment Alexandre Demaurey à Incarville)77. Le changement définitif consista encore à rendre le mouvement rotatif, en faisant passer le tissu à travers des rouleaux tournants et pressants (ce qui l’échauffait par frottement). La première machine de ce genre, comportant des cylindres horizontaux et verticaux, fut construite en Angleterre par John Dyer. Hall, Powell et Scott de Rouen en obtinrent le brevet d’importation et purent la présenter à l’Exposition de 1839. Très vite un autre constructeur de Rouen, Lacroix père et fils, mit au point un modèle à quatre cylindres horizontaux (dont trois petits). D’autres expériences allant dans le même sens avaient été tentées, dont celle des frères Benoît, mécaniciens à Paris, qui aboutit à une prise de brevet en 1839, et auparavant celle d’un architecte mécanicien de Louviers, Jean-Marie Vouret. Son brevet de 1831 pour un « foulon rotatif propre au foulage et au feutrage », comportant un tambour cylindrique à l’intérieur duquel tournait un excentrique, ne paraît pas avoir connu de réelles applications78. C’est la fouleuse Lacroix qui reçut le meilleur accueil. Elle donna lieu cependant rapidement à des variantes et des perfectionnements, dus cette fois à des constructeurs d’Elbeuf, Desplas et Malteau (ce dernier parent des Mercier à Louviers). Leurs machines à pression successive – l’une par contrepoids et l’autre par ressort – permettaient de fouler toutes sortes de draps, en particulier les nouveautés (sans avoir besoin d’employer du savon)79. Si Louviers n’entreprit apparemment pas la construction de telles machines, elle les adopta très rapidement. Guilbert créa un grand établissement équipé d’une quinzaine de ces fouleuses, qu’il déménagea par la suite au Vaudreuil80. Delphis Chennevière, l’un des premiers fabricants de la ville à s’être lancé dans la fabrication des nouveautés, choisit aussi d’équiper en « fouleuses du nouveau système » l’usine de 15 chevaux qu’il s’adjoignit alors, quartier Saint-Germain. A l’usine de l’Hermitage, C. Poitevin monta encore des fouleuses, mais en y conservant des foulons à maillets (18 piles pour trois cylindres)81. On continua d’ailleurs longtemps à fouler traditionnellement, Pelletier n’étant toujours équipé que de six piles en 186182.

  • 83 « Note sur l’épincetage par mécanique des tissus », Bulletin de la Société d'Encouragementpour l'In (...)

45Il faut encore dire un mot des tentatives faites pour mécaniser les tâches intercalaires moins en vue, comme par exemple l’épincetage (retrait à la pince des petits défauts), une opération longue et vétilleuse. La machine que proposèrent en 1825 Westerman frères de Paris, comportait des rangées de pinces métalliques descendant alternativement sur le tissu, sans qu’on puisse dire si elle fut réellement mise en service83.

  • 84 Arch. dép. Eure, 8 M 102.
  • 85 Arch. dép. Eure, 8 M 101.

46Le dégraissage était pour une part également lié aux opérations d’apprêts. L’emploi de l'acide oléique fut breveté en 1839 par Michel Alcan, alors qu’il était encore ingénieur conseil à Elbeuf84. Il n’est pas douteux que le procédé fut mis en œuvre dans les usines tant d’Elbeuf que de Louviers où il était intervenu. On citera de même l’installation en 1842 par Eugène Malteau, fils du constructeur d’Elbeuf, d’un atelier servant à traiter l’huile des eaux savonneuses rejetées, en particulier, par la filature voisine de Mary Dubois85. En fin de cycle, le séchage, le décatissage et la presse nécessitèrent l’installation de calorifères. Le constructeur de Louviers, Jean-Baptiste Leroy, fut en mesure dès les années 1820 de fournir les chaudières en cuivre nécessaires.

L’entreprise Mercier

47Nicolas-Ambroise-Tranquille Mercier, d’abord associé à Mary Dubois, avait comme on l’a vu développé sa propre entreprise de construction mécanique à partir de 1818. Menuisier de formation, il se révéla un innovateur particulièrement habile et fécond, sachant, d’abord seul puis avec son fils Achille qui le seconda activement dès les années 1830, après avoir été formé sur le tas dans les différents ateliers de l’établissement paternel, apporter des améliorations constantes au fonctionnement des machines. Ce furent surtout celles concernant la filature – cardes et métiers à filer – qui mobilisèrent leur attention, avec l’objectif d’en améliorer la solidité et les performances mécaniques, tout en agrandissant leur taille. La difficulté restait de rendre les processus aussi continus que possible. Mercier fut, en outre, parmi les premiers – ce qui peut surprendre pour un spécialiste du bois – à fabriquer des cardes et métiers à bâti en fonte. C’est le succès rencontré dans la mise au point des assortiments à trois cardes à boudins, sans bely, qui assura le décollage commercial de l’entreprise, et le développement des ventes un peu partout en France et en Europe. Pour ses machines, A. Mercier obtint d’ailleurs une médaille d’argent à l’Exposition de 1844, puis une médaille d’or à celle de 1849. Ces récompenses successives traduisent bien l’essor de l’entreprise. Dès 1844, en outre, Mercier pouvait présenter aussi des métiers à tisser de différentes sortes, mécaniques et à armure, qui lui permettaient de diversifier son catalogue, même si le matériel de filage restait celui sur lequel se fondait sa réputation et qui constituait la majorité de ses ventes. Progressivement, il fut en mesure, surtout dans la perspective d’accroître ses exportations, d’équiper presque entièrement les usines lainières, y compris en roues hydrauliques et en matériel de transmission.

  • 86 J. TURGAN, « Etablissements Mercier... », op. cit., p. 46.
  • 87 Arch. dép. Eure, 8 M 103.
  • 88 J. TURGAN, op. cit., p. 46-47.

48L’usine Mercier fut dès l’origine établie le long des anciens remparts nord de la ville, entre la place de l’hôtel de ville et les bassins de Bigard, à l’endroit où confluent les bras intérieurs de l’Eure et une partie des bras extérieurs. Elle employait vers 1840 environ 200 ouvriers. Une machine à vapeur de 10 cv. y entraînait alors une série de machines servant au travail du bois et du métal, comme six raboteuses et vingt-cinq tours. Elle abritait aussi un four de fonderie et quatre forges. La fonderie, du reste, constituait un atelier relativement autonome, qui travaillait pour d’autres industries du département. Dans cette même usine de Louviers, A. Mercier avait installé en 1826 une filature de laine. Il l’équipa, dès 1838, à titre d’essai, d’un assortiment de cardes à boudin continu qui alimentait deux métiers à filer de 240 broches86. L’établissement comportait en 1849 trois grands assortiments et deux mille broches87. Faute de place pour l’étendre, Mercier fils décida en 1851 de le déplacer dans une nouvelle usine créée à Authouillet avec six grands assortiments et 6 000 broches, entraînés par une force hydraulique de 60 cv88. Elle fonctionna jusqu’à sa destruction par un incendie en 1861.

  • 89 Arch. dép. Eure, 4 E 4/431. L’inventaire est complété par la déclaration à l’enregistrement du 2 ma (...)

49C’est au cours du Second Empire que l’entreprise Mercier connut son plein épanouissement, fabriquant toujours en premier lieu des machines de filature, mais aussi des métiers à tisser, des machines à tondre et à lainer, et du matériel d’entraînement. Elle récolta alors des récompenses prestigieuses – grandes médailles d’honneur – aux expositions universelles de Londres en 1851 et de Paris en 1855. Cet essor nécessita aussi une réorganisation profonde des conditions de production, accompagnée d’une extension des surfaces occupées et de la construction de nouveaux bâtiments. Les dispositions qui en résultèrent nous sont bien connues grâce à deux documents descriptifs, contemporains et complémentaires, qui apportent des informations précises sur l’organisation générale du travail, l’équipement technique ainsi que sur les ventes et les approvisionnements. Ce sont, d’une part, un article paru dans la série des Grandes Usines de Turgan, édité en 1870 (tome V), mais rédigé manifestement à l’occasion de l’Exposition de 1867. Il contient des informations déjà amplement utilisées sur l’histoire de l’entreprise, la succession de perfectionnements techniques auxquels elle participa, mais aussi un tableau relativement précis du fonctionnement de l’établissement, notamment, de l’organisation méthodique qui y prévalait. L’autre document disponible est le gros inventaire dressé à partir du 5 août 1867 par le notaire de Louviers, suite au décès subit d’Achille Mercier, qui était intervenu à Neuilly le 18 juillet précédent, alors qu’il se trouvait à Paris pour l’exposition*89. C’est à une visite systématique de tous les ateliers qu’il invite, avec une énumération détaillée des stocks de matières premières et des pièces en cours de fabrication. Il fournit également la liste des clients, livrés entre la date du décès et celle du début de l’inventaire.

  • 90 Arch. dép. Eure, 4 E 4/408, 4 janvier 1858 (achat d’Auguste-Jules Thouet, entrepreneur de maçonneri (...)
  • 91 Arch. dép. Eure, 5 M 210.

50Evoquons, d’abord, l’organisation générale des lieux. Dans ses grandes lignes, elle avait été mise en place entre 1858 et 1862, suite à l’achat de terrains et bâtiments situés de l’autre côté du boulevard de Crosne90. L’usine compta dès lors deux corps de bâtiments, l’un d’implantation plus ancienne entre la rue Achille Mercier (autrefois rue de Bordeaux) et le boulevard de Crosne, l’autre au-delà dudit boulevard. Ils donnaient l’un et l’autre vers l’Est sur la place de la Porte de l’Eau et le quai de Bigard, face au bras du même nom. La date extrême de la mise en service des nouveaux bâtiments est fournie par une autorisation délivrée en 1861 de déplacer l’ancienne fonderie du bâtiment sud vers le bâtiment nord, c’est-à-dire celui nouvellement construit au-delà du boulevard91. Une nette distinction d’usage séparait, du reste, les deux corps, celui du nord étant réservé au stockage et à la première élaboration des matériaux (bois et métaux), celui du sud à l’ajustage des pièces et au montage des différentes machines. La communication entre les deux s’effectuait par un tunnel à deux voies passant sous le boulevard. Partout régnaient un soin méthodique et une organisation, fondée à la fois sur une stricte division du travail et sur une relative autonomie des différents ateliers. Ces choix reposaient sur la volonté de mécaniser au maximum la production, tout en assurant la fabrication d’une grande variété de produits finis, ce qui résultait à la fois de l’étendue de la gamme figurant au catalogue et d’une volonté affichée de satisfaire à toutes les spécificités réclamées par les clients.

51Cette organisation minutieuse tenait d’abord à la façon dont était gérée la commande. Réceptionnée, elle donnait lieu à l’impression en interne d'une feuille où était porté le détail des pièces devant former la machine complète et qui était distribuée à tous les chefs d’ateliers concernés, de façon à constituer un mémento de toutes les fabrications de pièces détachées nécessaires et de leur montage. Autre aspect particulièrement symptomatique, la manière dont étaient gérés la confection et le stockage des modèles. Il y avait des modèles en bois et en fonte. L’inventaire de 1867 dénombrait par exemple 123 modèles en bois pour filature (équerres, boîte à noyau...). Les modèles en fonte étaient surtout des modèles de poulies, volants et bâtis. Leur confection requérait bien entendu les services d’un bureau de dessin. Tous ces modèles étaient ensuite soigneusement rangés, notamment au 3e étage du corps de bâtiment nord. Sur des registres régulièrement mis à jour, étaient notés non seulement l’inventaire des modèles produits, mais aussi la liste des pièces fabriquées en fonction des commandes.

52La construction des machines, assemblages d’une grande variété de matériaux, supposait des relations suivies avec de nombreux fournisseurs. Il fallait les stocker, puis les travailler indépendamment avant de les assembler. Le bois et la fonte dominaient ; venaient ensuite le fer, l’acier, les autres métaux, comme le fer blanc, le cuivre, le zinc, enfin les cuirs de bourrellerie (pour courroies et lacets), les peintures et vernis, les combustibles (coke et charbon), le foin et l’avoine pour les chevaux, la paille pour les emballages.

53La partie des bois se trouvait tout entière concentrée dans le nouveau bâtiment nord. Ces bois étaient principalement des madriers de chêne et de planches de hêtre, tilleul, aulne et sapin du Nord. Une première précaution consistait à les faire tremper pendant deux ou trois mois dans un bassin situé près de l’entrée, avant qu’ils soient séchés dans une étuve, puis empilés dans de vastes hangars. Les ateliers de menuiserie étaient concentrés dans un même bâtiment. Au rez-de-chaussée était installée une scierie, comportant scies, meuleuses, machines à canneler et à raboter. Ces bois servaient à confectionner des chariots de métiers à filer et surtout des cylindres de cardes. Ceux-ci étaient constitués de douves, elles-mêmes formant une véritable marqueterie de petits trapèzes d’environ 20 cm de côté, collés les uns aux autres, où alternaient l’aulne et le tilleul pour compenser le jeu des bois. Ces douves étaient scellées par du soufre fondu sur une armature en fonte. L’inventaire de 1867 énumère les lots en stock (196 en tout, d’une valeur de 46 217 francs). Il détaille aussi l’outillage utilisé, ce qui renseigne sur la division du travail qui existait entre les différents ateliers. Il y en avait huit, dirigés chacun par un chef d’équipe. Chaque équipe disposait de son propre matériel comportant établi, rabot, varlope, vilebrequin, égoïne, fraise, ciseaux, marteau, compas. La première, celle du dénommé Pierre Gille, comprenait 22 postes d’outils, d’une valeur globale de 177 F (donc 50 F pour l’établi et 75 F pour la presse). L’état des objets en cours de fabrication renseigne, en outre, sur la variété de la production. Y figurent parmi les 39 articles énumérés, valant en tout 23 735 F : un chariot de filature de 260 broches (500 F) et deux de 500 broches (1 500 F), 50 tambours (9 180 F), trois grosses ensouples de métiers à tisser (60 F), trois dévidoirs (240 F).

54La fonte est progressivement devenue l’un des matériaux les plus importants de la construction mécanique. En 1867, la fonderie Mercier était une installation moderne, établie dans une halle bien éclairée, au fond du bâtiment nord. Equipée de cubilots, elle traitait des fontes brutes venues d’Angleterre et surtout de Garsherie en Ecosse, disposées en grands empilements dans la cour. On a souligné déjà la variété des modèles et le soin apporté à les stocker. L’atelier de fonderie proprement dit était doté de l’outillage habituel, châssis, creusets, et de quatre grues en fer et fonte. C’est du sable extrait des environs de Louviers qui était utilisé, soigneusement bluté avec du charbon de bois. Le coke venait de Belgique. L’inventaire de 1867 énumère pas moins de 915 articles entreposés dans les différents magasins de fonte (pour une valeur de 30 998 F)., surtout des roues, pignons, consoles, galets et éléments de bâtis. Ces pièces subissaient, toujours dans le bâtiment nord, un ébarbage et un rectifiage de surface, effectués par émoulage mécanique (antérieurement réalisés manuellement à la lime, ce qui exigeait beaucoup d’efforts et de temps). Les grandes pièces passaient à travers de grandes meules verticales en grès rouge des Vosges, les petites dans un tonneau tournant sur un axe, partiellement garni de galets.

55Quant au fer, il servait surtout à la confection de petites pièces. Son élaboration se faisait dans différents types d’ateliers, forges, ajustage, chaudronnerie. Le magasin à fer, situé encore dans le bâtiment nord, abritait toutes sortes de fers marchands, provenant en particulier des forges de Châtillon-Commentry, mais aussi de celles du Creusot : fers ronds, carrés et méplats, petites et grandes cornières, fers en “T” (12 articles faisant 22 904 F). C’est une variété considérable de petits objets que travaillaient les forgerons ajusteurs et chaudronniers au sein d’ateliers restés en grande partie manuels, répartis comme pour le travail du bois en équipes indépendantes. Ils utilisaient toutes sortes d’outils comme limes, burins, poinçons, marteaux, forets, mandrins, becs d’âne. L’équipement des chaudronniers était un peu différent. Ils travaillaient les tôles de fer, éventuellement celles d’acier, mais également celles de cuivre et de zinc, ainsi que les tôles étamées et galvanisées. Ebarbés et rectifiés, les fers marchands cités plus haut étaient mis en œuvre dans des ateliers d’ajustage et de montage, tous situés dans le quartier sud (côté ville). Six ateliers se superposaient dans deux corps de bâtiments, équipés de machines outils de toutes formes et de toutes dimensions. Il y en avait qui servaient à tailler, percer et limer les boulons, les écrous et les petites roues dentées. La plus remarquable était une raboteuse à trois burins pour rectifier les bâtis de cardes et de métiers à tisser. Le montage des machines s’effectuait au sein d’ateliers spécifiques : ateliers des échardonneuses, des renvideurs, des cardes, des peigneuses, des filatures, des métiers à tisser. Quelques grosses machines étaient nécessaires, outre la raboteuse déjà signalée, surtout des tours à percer et poinçonneuses. C’est dans le même bâtiment sud que se trouvait le principal moteur, une machine à vapeur à balancier et deux cylindres, système Woolf de 70 chevaux, équipée de deux chaudières. Elle mettait en mouvement, prétendait Turgan, “plus de 200 machines outils de toutes sortes” au moyen d’un arbre moteur qui faisait 19 m de long et 50 mm de diamètre.

56La production de Mercier était surtout constituée d’assortiments de cardes, de métiers à filer et de métiers à tisser. Il avait cependant étendu sa gamme dans les années 1860 en fabriquant des échardonneuses à cylindre cannelé, pour le nettoyage des laines d’Amérique du Sud, des chargeuses mécaniques (ploqueteuses), des machines à feutrer le fil (type Levillan), ainsi que du matériel de peignage, gills simples et doubles, et peigneuses circulaires Noble, dont il était devenu constructeur privilégié, en accord avec le propriétaire français du brevet, Isaac Holden et fils, de Reims, et qu’il vendait principalement à Tourcoing, Roubaix et Amiens.

57Pour faciliter, en particulier, ses ventes à l’exportation, Mercier, n’hésita pas à réaliser aussi des moteurs et des organes de transmission. Il entreprit également la fabrication de machines d’apprêt, même en petit nombre pour offrir un éventail aussi large et complet que possible. On dispose, par exemple, de la liste des machines destinées à un industriel portugais, Alves Bebbiano de Castanheira qui, lors de l’inventaire de 1867, se trouvaient encore en gare de Louviers. Il y en avait dix-sept de toutes sortes, détaillées dans le tableau ci-joint, valant en tout 40 893 F. Le même inventaire, grâce à la liste des expéditions réalisées depuis le décès d’A. Mercier, permet d’apprécier la diversité de sa clientèle. Les destinataires se classaient en trois catégories, régionale, nationale et internationale.

58Parmi les premiers figuraient évidemment des fabricants de Louviers et Elbeuf, dont certains très importants (pour Louviers : Audresset et fils, Dannet et Cie ; pour Elbeuf : E. Nivert, Alphonse Leroy et fils). S’y ajoutaient quelques-uns de Rouen (Eugène Lacroix, Levesque et Cie), Lebourg et Cie de Pont-Authou. Les autres clients français se trouvaient pour une part dans le Sud-Ouest (Maître à Villeneuvette, Lagrasera à Montauban, Molinié frères à Mazamet). A noter aussi Gilbert et Persault d’Orléans, Molinié frères de Romorantin, Curmey et Crespin de Paris. L’essentiel des ventes non régionales se faisait cependant à l’exportation. Quatre pays étaient concernés : la Russie, l’Italie, l’Espagne et le Portugal, ce dernier rassemblant de loin le plus grand nombre de clients cités. En fait, pour la Russie, un seul nom apparaît, Bol à Moscou. Les ventes italiennes concernaient moins de dix personnes, à Biella, Bologne, Arpino, Val Musso, Florence (Alphandery) et Rome (Ruggeri et Devecchi). L’Espagne était encore moins représentée (Blonvillar à Miquelanez, Vicente Buno à Béjar...). Le Portugal, donc, constituait le principal débouché avec surtout trois centres : Gouveia (Souza, Mendez Duarto...), Covilha (José Mendez, Antonio Nores, Mendez Veiza) et Costanheira (Manuel Jesus d’Oseria, Manuel dos Nores...).

59L’article de Turgan fait état, par ailleurs, d’une commande exceptionnelle passée en 1860 par un fabricant de Cuzco au Pérou, François Garmandia. Elle était destinée à mécaniser une fabrication restée jusqu’alors essentiellement manuelle. L’usine devait être établie à Lucre, dans les Cordillères, entraînée par une turbine de 60 chevaux. Ce sont les conditions de transport qui retinrent surtout l'attention du commentateur. Il fallut, en effet, tout prévoir pour assurer le transport à dos de mulet de plus de 300 lieues depuis le point de débarquement à Arica. Les pièces, en conséquence, furent décomposées en éléments vissables, pesant 70 kg au plus, emballage compris. Le tout représenta 1 200 colis, faisant chacun moins de 2 m de long. L’envoi eut lieu en 1860, mais les deux monteurs qui furent spécialement mis à la disposition de l’entrepreneur ne terminèrent leur travail qu’en 1864. Le transport coûta à lui seul 400 000 F.

60Le décès d’Achille Mercier n’entraîna pas la disparition de l'entreprise. Elle continua durant quelques années sous la raison Veuve Mercier et L. Mercier, et fut présente à l’Exposition de 1878 avec des échardonneuses, des cardes et des métiers à filer. A la fin du siècle, les bâtiments furent acquis par Léopold Breton (1831-1909), dont l’entreprise allait rester la principale de Louviers jusque dans l’Entre-deux-Guerres. Il fabriquait, entre autres, des draps en laine peignée et cardée pour pantalons et complets ainsi que des hautes nouveautés pour dames. A la fabrique de Louviers était adjointe une grande filature établie à Authouillet. Ce rachat signifia la fin de la construction des machines textiles à Louviers, qui s’inscrivait dans une série de transformations plus larges : la suprématie des laines d’Australie, d’Afrique du Sud et d’Argentine, la mécanisation définitive du tissage et la prééminence du peigné sur le cardé, qui firent désormais de Reims, Roubaix et Tourcoing les principaux centres de l’industrie lainière française.

Annexes

Annexes

Machines commandées en 1867 par Alves Bebbiano de Costanheira (Portugal)

1

Loup de 80 x 70 cm

900

2

Echardonneuse de 80 cm de large avec chargeuse mécanique

3 500

4

Support à tourner de 1,40 m

300

6

Machine complète pour monter les rubans de cardes

100

7

Deux assortiments à deux cardes de 1,40 m de largeur, deux briseuses à matelas

4 000

8

Deux boudineuses à deux peignes

6 400

9

Rubans et bagues sur cuir pour couvrir les cylindres de cardes

5 400

10

Cent bobines à boudiner

300

11

Quatre métiers à filer de 240 broches de 55 mm d’écartement

9 390

12

Tondeuse longitudinale

1 800

13

Tondeuse transversale

1600

14

Un foulon cylindrique

1 600

15

Une brosserie continue de 12 brosses

1 200

16

Une lainerie horizontale à deux tambours et mouvements continus

2 000

17

Deux cents cadres à chardon

600

38 946

Emballage à 5 %

1 947

40 893

Noms des clients étrangers figurant dans l’inventaire des établissements Mercier de Louviers (1867).

- Italie :

Fraditelli Radini à Gaudina

Frederico Bosso à Biella

Giuseppe Pasquini à Bologne

Pietro Cossa à Arpeno

Ferdinando Testa à Rome

Ruggieri et Devecchi à Rome

Alphandery à Florence

- Espagne :

Vicente Buno à Byar

Blonvillar à Miquelanez

- Portugal :

Daupias et Cie à Lisbonne

Mandez Duarto à Gouveia

Souza à Gouveia

Orsino André à La Trinita

Angel de la Riva à Artigaza

Larcher à Portalègre

Gali et fils à Tarata

S. Gaetano Calado à Covilha

Antonio Nores à Covilha

José Mendez à Covilha

Sebasta das Costa à Covilha

Mendez Veiza à Covilha

D’Acosta à Covilha

Manuel Lopez Candozo à Covilha

Costa Lopez à Covilha

Manuel Jesus d’Oseria à Costanheira

Notes

1 Ce sont les inventaires après décès de marchands drapiers, en particulier parisiens, qui en apportent la preuve. Par exemple, celui du marchand Jacques Lallier, rue Saint-Honoré en 1741 : il détaille les stocks en magasin par provenance et contient une liste de débiteurs parmi lesquels figurent des tailleurs et des aristocrates désirant se faire faire un habit. Archives nationales, Minutier central, Etude II, 901. Cf. Jean-François Belhoste. “Du drap pour habiller les hommes”, Colloque “Wool : Produits and Markets ”, 2ème Euro-Conférence, Schio, octobre 2001, à paraître.

2 Jean-Michel Chaplain, La chambre des tisseurs. Louviers, cité drapière 1680-1840. Champ Vallon, 1984.

3 Par exemple, le gros inventaire du fabricant Jean Maille du 27 novembre 1726. Arch. dép. Eure, 4E4/61. (analyse par J.M. Chaplain, op. cit., p. 114).

4 Certains inventaires après décès ou bilans établis lors de faillites fournissent des listes de matériel avec des prix, mais ils sont peu fréquents. L’inventaire du fabricant Médard Le Forestier, du 17 décembre 1717, énumère, entre autres, 3 paires de forces à 50 livres pièce, 3 métiers, 3 rouets et un ourdissoir estimé 100 livres. Arch. dép. Eure, 4E 4/47. Le bilan de faillite de Simon Dagoumer en 1779 répertorie 9 métiers à tisser montés à 30 livres pièce, 3 forces à 50 livres, 4 métiers de laineurs à 8 livres. Arch. dép. Seine Maritime, 201Bp. L’inventaire après décès d’Antoine Christophe Gerdret, négociant à Paris, qui exploitait en 1793 une manufacture de draps à Arcueil et dont les fils devinrent manufacturiers à Louviers, contient une liste particulièrement intéressante : 23 paires de cardes à 4 livres pièce, 112 rouets à filer à 30 sols pièce, 22 grands métiers à tisser avec leurs équipages à 50 livres, huit forces à 50 livres, une presse avec ses plaques de fonte à 1 200 livres. Archives nationales, Minutier Central, Etude XVII, 529, 15 avril 1793.

5 Serge CHASSAGNE, Le coton et ses patrons, France (1760-1840), Editions de l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, 1991, p. 152.

6 Pierre DARDEL, Commerce, industrie et navigation à Rouen et au Havre au XVIIIe siècle, Rouen, 1966, p. 129-130. Louis Marcel, Les rues de Louviers, 1881, p. 452-454. Arch. nat., F12 1339 et 2195.

7 Arch. nat., F12 1365.

8 Arch. nat., F12 2214 (Rapport du Bureau des Arts et Manufactures du 12 Nivôse an IX).

9 Louis BERGERON, « Douglas, Ternaux, Cockerill : aux origines de la mécanisation de l’industrie lainière en France », Revue Historique, 1972, pp. 67-80. Jean-François BELHOSTE, « Machines lainières du début du XIXe siècle », La Revue, Musée des Arts et Métiers, décembre 2002, no 34, p. 45-52.

10 Arch. nat., F12 618. Louis Marie LOMÜLLER, Guillaume Ternaux (1763-1833), créateur de la première intégration industrielle française, Paris, 1978.

11 Arch. dép. Eure, 4E 4/290, 19 novembre 1809.

12 Arch. dép. Eure, 8 M 97 (Exposition de 1806).

13 Arch. dép. Eure, 19 S 23.

14 L. MARCEL, op. cit., p. 624-628.

15 J. TURGAN, « Etablissements Mercier à Louviers », Les Grandes Usines, Tome 5, 1870, p. 40-41.

16 J. A. VICTOR, « Le bénédictin Jacques-Antoine De Maurey inventeur des premières mécaniques textiles françaises », Le Textile en Normandie, Société d’Etudes Diverses, Rouen, 1975, p. 219-227.

17 Yves FOUYÉ, « Une filature de coton dans l’Abbaye de Fontaine-Guérard », Le Textile en Normandie, op. cit. p. 173-180. John Flint aida le fabricant d’indiennes Jacques François Lemaitre à construire en 1793 la filature de Lillebonne. S. CHASSAGNE, Le coton..., op. cit., p. 574. 11 participa ensuite à l’édification de la filature de Brosville. L’ayant partiellement acquise, il la vendit le 10 Thermidor an XI au marchand horloger de Louviers, Zacharie Martinot. Arch. dép. Eure, 4E 4/270.

18 Arch. nat., F12 1015. Rodrigue PILLEUL, « Jacques-François Mazeline, mécanicien-serrurier et inventeur. Itinéraire d’une ascension sociale (1775-1827) », Société de l’Histoire d’Elbeuf, Bulletin no 23, juin 1995, p. 31-36.

19 Arch. nat., F12 1006.

20 Dessins du Portefeuille Industriel, Musée des Arts et Métiers, Inv. 13571, 1857/184. Jean-François BELHOSTE, « Machines lainières... », op. cit.

21 Arch. dép. Eure, 8M97 (Exposition 1806).

22 « Notice sur les artistes qui ont le plus puissamment contribué au perfectionnement des produits des fabricants de Louviers », 1818. Arch. dép. Eure, 8M98.

23 Arch, nat., F12 1017B. Archives de l’Institut National de la Propriété Industrielle (INPI).

24 Arch. nat., F12 2204. Archives du Musée des Arts et Métiers, U 225.

25 Arch. dép. Eure, 4E 4/291, 23 juillet 1810.

26 Arch. du Musée des Arts et Métiers, U 227.

27 Arch. nat., F12 1017B

28 Arch. nat., F12 2204.

29 Arch. nat., F12 6330 (Statistique sur l’état de ses forces industrielles et de son commerce, déposée par le Maire le 12 septembre 1833). Pour l’exposé des implantations hydrauliques successives, voir Jean-Michel CHAPLAIN, La chambre des tisseurs..., op. cit., p. 232-250.

30 Musée Industriel, Description complète de l’exposition des produits de l’industrie française faite en 1834, ou Statistique industrielle, manufacturière et agricole de la France à la même époque, Paris, 1838, p. 72-83.

31 J.-M. CHAPLAIN, op. cit., p. 214.

32 Musée industriel, op. cit., p. 79. Inventaire après décès, 12 septembre 1834. Arch. dép. Eure, 4E 4/342. La bibliothèque comportait entre autres : Mécanique analytique de Lagrange, Géométrie et mécanique de Dupin, Essai sur la composition des machines de Lanz et Béthancourt.

33 Paul DIBON, Essai historique sur Louviers, 1836.

34 Les Granger étaient fabricants de draps à Evreux et aux Andelys à la fin du XVIIIe siècle. Acte de société pour les filatures de St-Germain et de La Villette, 14 décembre 1820, enregistré le 1er février 1823. Arch. dép. Eure, 356 Q/17. Louis Granger possédait 5 actions et recevait 1/5 des bénéfices “pour encourager ses services”,

35 Louis Granger céda ses actions à Augustin-Félix Defontenay le 3 janvier 1826. Mention dans un acte du 28 janvier 1832. Arch. dép. Eure, 4E 4. Les expériences hydrauliques réalisées entre avril et août 1826 pour déterminer la distribution des eaux entre les différentes usines sont évoquées dans les mémoires rédigées à l’occasion des multiples conflits qui opposèrent ensuite les fabricants. Il y est fait mention du rôle d’arbitre joué par Petit et de celui d’expert joué par Granger, « constructeur mécanicien ». Médiathèque de Louviers, Fonds Lalun IV.

36 L’association entre Granger et Mary Dubois est attestée pour la première fois dans un Etat des fabriques ou chaudières à vapeur existant dans le département de l'Eure du 1er décembre 1830. Arch. dép. Eure, 5 M 294. L’hypothèse d’une association dès 1826 résulte de la mention d’une cession par Dubois à Granger d’un immeuble situé à proximité de l’usine que celui-là possédait Place Royale. Elle figure dans un acte du 9 janvier 1827. Arch. dép. Eure, 4 E 44/40.

37 Archives de l'INPI. Brevet du 16 novembre 1829.

38 Henri TRESCA, « Notice sur Michel Alcan », Mémoires de la Société des Ingénieurs civils, 1877, p. 673. Georges RIBEILL, « Michel Alcan, (1811-1877), Professeur de filature et de tissage », Les professeurs du Conservatoire national des arts et métiers (C. FONTANON, A. GRELON éds.), INRP, 1994, p. 83.

39 Il figure comme expert, résidant à Rouen, à côté de l’ingénieur Pierre Hippolyte Limet, alors associé d’Alcan à Elbeuf dans une contestation intervenue en 1843-1845 entre des fabricants de la ville. Arch. nat., F14 6331. C’est Granger qui avait construit en 1840 la roue à auges de la grande filature de coton de Vast près de Cherbourg. ARMENGAUD, Publication Industrielle, tome II, Paris, 1842, p. 391.

40 Moniteur Universel, 30 octobre 1834.

41 Arch. Nat., F14 6330. Observations et avis de l’Ingénieur en chef sur l’objet des observations réciproques de MM Jourdain-Ribouleau, Lequeu et Lhuillier, 20 février 1844.

42 Visite estimative des usines de La Motte et des Rédiers appartenant au sieur Frigard Petou, 6 août 1832. Arch. dép. Eure, 4 E 4/335. L’usine de la Motte abritait un foulon et un grand atelier de lainerie et de tonderie, celle des Rédiers un atelier de carderie et de fdature.

43 Arch. dép. de l’Eure, Tribunal civil de Louviers, 193U5 (Procès verbal pour expropriation, 1834).

44 Archives du Musée des Arts-et-Métiers, A 128. Le rapporteur de l’exposition de 1834 (Musée Industriel, op.cit., p. 85) évoque en effet “l’introduction prochaine de quelques changements à leur système hydraulique qui sera perfectionné”.

45 Médiathèque de Louviers, Fonds Lalun IV.

46 J.-M. CHAPLAIN, op. cit., p. 250. Arch. nat. F14 6331.

47 Procès verbal d’expropriation 1834 (cité note 43)

48 Archives de F INPI. Brevet du 25 octobre 1816.

49 Arch, nat., F14 4218. Arch. dép. Eure, 5 M 294.

50 J. PA YEN, Technologie de l’énergie vapeur en France dans la première moitié du XIXe siècle : la machine à vapeur, Paris, 1985.

51 Arch. dép. Eure, 5 M 294. Etat des machines à feu, 1841.

52 Arch. dép. Eure, 8 M 98.

53 Arch. dép. Eure, 5 M 294 (Epreuves de chaudières).

54 Mary Dubois, maître serrurier, fit en effet l’acquisition le 26 septembre 1812 d’une maison Place Impériale qui constitua le noyau initial de son établissement. Arch. dép. Eure, 4 E 4/297.

55 J. TURGAN, “Etablissements Mercier”, op. cit., p. 41.

56 Archives de l’INPI. Brevet du 28 juillet 1826.

57 Arch. dép. Eure, 4 E 44/34, 13 novembre 1824.

58 Procès verbal pour expropriation, 1834 (cité note 43).

59 Arch. dép. Eure, 4 E 4/346, 21 juillet 1835. L’acte est une location de Dubois père à son fils Marie Charles Dubois d’un bâtiment à usage de filature dépendant de son établissement avec la force nécessaire pour faire mouvoir 6 cardes et 5 filatures.

60 Arch. dép. Eure, 8 M 100.

61 Musée Industriel, op. cit., p. 76.

62 Arch. dép. Eure, 8 M 100 (Exposition de 1834). Henri Lhuillier était propriétaire de la tréfilerie de Bellegarde près de Tourouvre dans la Perche. Cf. son acte de mariage avec Marie-Eugénie Bourgeois du 14 juin 1818, Arch. dép. Eure, 4 E 4/307.

63 J. TURGAN, « Etablissement Mercier », op. cit., p. 45.

64 J. TURGAN, « Etablissements Raphaël Renault », Les Grandes Usines, tome 5, 1870, p. 130.

65 Arch. nat., F12 1016.

66 Arch. dép. Eure, 8 M 98.

67 Rapport sur les produits de l’industrie française, présenté au nom du jury central (chapitre XXVI, « Machines propres à la fabrication des tissus »), Paris, 1828, p. 351 – 353.

68 Musée Industriel..., op. cit., p. 84. J. TURGAN, « Etablissements Mercier », op. cit., p. 44.

69 Arch. dép. Eure, 8 M 98 (Exposition de 1823).

70 Archives de l’INPL. Brevet du 28 octobre 1824. La lettre de demande expliquait : « L’invention de M. Viard me fit faire cette réflexion : pourquoi mettre le fil en bobine, tandis qu’il serait peut-être possible de supprimer cette opération... ».

71 M. MALLET, « Rapport sur les ateliers de construction de machines, fondés à Paris par M. John Collier », Bulletin de la Société d’Encouragement pour l’Industrie nationale, tome 27, 1828, p. 167. Gérard GAYOT, « Les ouvriers les plus nécessaires sur le marché du travail des manufactures de draps aux XVIIe – XVIIIe siècles », Les ouvriers qualifiés de l’industrie (XVIe-XXe siècles). Formation, emploi, migrations, Revue du Nord, Collection Histoire, no 15, 2001, p. 209.

72 C. HÉRICART DE THURY, Rapport du Jury d’admission des produits de l’industrie du département de la Seine à l'Exposition du Louvre, Paris, 1819, p. 105-107.

73 Arch. dép. Eure, 4 E 44/36, 13 novembre 1824 (Inventaire après décès de Henry Mathieu Paysan Lafosse).

74 Arch. dép. Eure, 193 U 5.

75 M. MALLET, op. cit., p. 168. Arch. dép. Eure, 8 M 100.

76 Arch. dép. Eure, 8 M 100.

77 P. M. N. BENOÎT, « Note sur le foulage de la laine et sur les machines à fouler les draps et autres lainages », Bulletin de la Société d’Encouragement pour l’Industrie nationale, Tome 46, 1850, p. 438.

78 Archives de l’INPl, Brevet du 30 juin 1831.

79 J. TURGAN, « Etablissements Mercier », op. cit., p. 44.

80 Ibid.

81 Arch. dép. Eure, 8 M 101 (enquête 1840).

82 Arch. dép. Eure, 6 M 1243.

83 « Note sur l’épincetage par mécanique des tissus », Bulletin de la Société d'Encouragementpour l'Industrie nationale, Tome 25, 1826, p. 56.

84 Arch. dép. Eure, 8 M 102.

85 Arch. dép. Eure, 8 M 101.

86 J. TURGAN, « Etablissements Mercier... », op. cit., p. 46.

87 Arch. dép. Eure, 8 M 103.

88 J. TURGAN, op. cit., p. 46-47.

89 Arch. dép. Eure, 4 E 4/431. L’inventaire est complété par la déclaration à l’enregistrement du 2 mai 1868. Arch. dép. Eure, 357 Q 37.

90 Arch. dép. Eure, 4 E 4/408, 4 janvier 1858 (achat d’Auguste-Jules Thouet, entrepreneur de maçonnerie).

91 Arch. dép. Eure, 5 M 210.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search