Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La draperie en Normandie du XIIIe siècle au XXe siècle

 | 
Alain Becchia

Apogée et déclin

Lovériens, Elbeuviens, horsains ? Les fabricants de Louviers aux XVIIIe et XIXe siècles

Bernard Bodinier

Texte intégral

  • 1 Sur l’histoire du textile lovérien, BARBE Lucien, « Histoire de l’industrie du drap à Louviers », B (...)
  • 2 CHAPLAIN Jean-Michel, op. cit., p. 213.

1Dans les années 1960-1970, les dernières usines textiles de Louviers ferment les unes après les autres, Miquel-Breton (Balsan) d’abord, puis Jeuffrain-Vandevoorde (en 1972), malgré des unions récentes mais sans doute précipitées et qui ne pouvaient rien empêcher. Du glorieux passé textile lovérien, il ne reste qu’Audresset, avec une cinquantaine de salariés, et qui connaît aujourd’hui des difficultés. Pourtant, en 1944, l’urbaniste chargé de reconstruire la cité déclarait qu’il n’était pas nécessaire de prévoir des industries de remplacement et qu’il serait même dangereux de susciter au textile une concurrence indirecte en favorisant d’autres activités. A cette époque on ne s’imaginait pas que le textile pouvait mourir à Louviers. Il ne nous appartient pas de retracer cette histoire récente (et douloureuse), pas plus que de rechercher des responsabilités ou de raconter l’évolution d’une industrie1 qui fit, pendant des siècles, la renommée de la « Venise normande de l’industrie »2

2Il s’agira en fait, à partir des lignages de fabricants et de leurs relations familiales, de voir si l’industrie drapière fut exclusivement lovérienne ou si Elbeuf et des horsains s’en sont mêlés. Des Elbeuviens (Maille, Lemonnier) furent certes à l’origine du redémarrage de la draperie lovérienne mais ce sont les fabricants de Louviers qui se distinguent à la fin du XVIIIe siècle (Decrétot, Piéton, Le Camus...). A la fin du XIXe siècle, les plus fortes patentes sont payées par Audresset, Jeuffrain, Breton, Miquel, Poussin, Bertrand, Noufflard... Qui sont-ils ? Des héritiers ou des nouveaux venus ? Que sont les vieilles familles lovériennes devenues ?

  • 3 Mémoires dirigés par Alain Becchia et soutenus devant l'Université de Rouen : DELASALLE (Bérengère) (...)

3Pour ce faire, nous utiliserons essentiellement les registres paroissiaux et d’état-civil des XVIIIe et XIXe siècles déposés aux archives municipales de la ville. On y ajoutera les recensements du XIXe siècle et les états de patentes déposés au même endroit. Pour les Elbeuviens, nous avons puisé dans les mémoires de maîtrise sur quelques grandes familles3 et Alain Becchia a bien voulu compléter nos informations à partir de ses recherches personnelles. Il n’était pas possible de suivre la totalité des familles de fabricants, dont le nombre dépasse 50 en 1836 et dont certains n’ont qu’une existence éphémère. Néanmoins, nous croyons pouvoir affirmer que les résultats présentés ici dressent un tableau fidèle des fabricants lovériens aux XVIIIe et XIXe siècles.

Une rapide histoire de l’industrie textile lovérienne

  • 4 La première mention de l’industrie drapière lovérienne apparaît en 1190 dans le vieux roman françai (...)
  • 5 BECCHIA Alain, La draperie d'Elbeuf, des origines à 1870, Rouen, PUR, 2000.
  • 6 Arch. dép. de la Seine-Maritime, C 314.
  • 7 Plusieurs officiers et un notaire dépassent également les 10 £.

4Connue depuis le milieu du Moyen Age4 la draperie lovérienne traverse bien des vicissitudes dans les siècles suivants, notamment du fait de la guerre de Cent Ans. Mais ce n’est pas la seule raison. Toujours est-il qu’en 1681, il n’y a guère que 67 métiers à drap à Louviers, alors qu’Elbeuf5 en comptait 300 en 1667. Et cette dernière, où les Lemonnier, protestants, fabriquent des draps « façon Hollande » depuis 1607, continue de se développer grâce au règlement royal de 1669 qui permet à tout étranger de s’établir à Elbeuf et dont les Elbeuviens auraient souhaité qu’il soit étendu à toutes les villes, ce qui leur aurait permis d’établir des maisons à Louviers. On comprend que les Lovériens, sur la défensive pour le drap, se soient largement reconvertis dans la tannerie et la fabrication de toiles. Ainsi, la capitation de 17056 mentionne certes 4 drapiers imposés à 10 £ mais aussi 5 toiliers et 5 tanneurs et, au-delà de cette somme, on trouve encore 2 tanneurs (12 £ chacun) et 2 drapiers (13 et 18 £) mais le plus imposé (25 £) est le toilier Jacques Piéton7.

  • 8 Extrait du privilège, in Lucien BARBE, op. cit., t. II, p. 27.
  • 9 Ces deux derniers devenus bons catholiques.
  • 10 Arch. dép. Eure, E 1805.
  • 11 Les officiers, exemptés de la capitation, paient un fourrage (double de la capitation) souvent plus (...)

5Cependant, la présence de drapiers montre que la situation est en train de changer. De fait, le 20 octobre 1681, Louis XIV avait accordé un privilège royal pour 20 ans à Picart, Langlois et Compagnie « pour l’établissement d’une manufacture de draps, façon d’Hollande et d'Angleterre, en ladite ville de Louviers »8. Les associés font venir de Hollande un protestant, Escalogne, qui se retire en 1685. L’entreprise périclite jusqu’à disparaître. Langlois retourne à Elbeuf. Ses collègues Jean Maille, André et Thomas Lemonnier9 forment une nouvelle association qui rachète le privilège précédent et viennent s’installer à Louviers. Ils confient dès 1693 la direction de la manufacture de la rue de l'Ile au jeune François Le Camus, âgé de 23 ans, et qui restera un demi-siècle. Avec lui, et d’autres, la draperie lovérienne connaît un essor incontestable tout au long du XVIIIe siècle, ce qui n’exclut pas des difficultés passagères plus ou moins graves. En 1760, le registre de capitation10 confirme cet essor, les drapiers monopolisant les plus fortes cotes. Sur les 34 impositions à plus de 20 £, ils figurent 12 fois et sur les 76 comprises entre 10 et 20 £, on les rencontre11 fois, quelques-uns ne payant qu’entre 5 et 10 £. Les plus imposés" sont la veuve d’Antoine Brice Le Camus et ses enfants mineurs (42 et 40 £), devant Mathieu Le Camus (36 £) et Thomas Paysant Delafosse, qu’égale un laboureur (30 £). Viennent ensuite ou un peu plus loin Jean-Baptiste Joseph Decrétot (27 £), Mathieu Maille (25), Louis Antoine Piéton (22), qu’égalent encore quelques tanneurs (Papavoine, Frigard, Lambard) ou toiliers (les frères Langlois), avec des meuniers, curandiers...

  • 12 YOUNG (Arthur), Voyages en France, réédition A. Colin, 1930, cité par CHAPLAIN (Jean-Michel), op. c (...)
  • 13 Mais la rivale, Elbeuf, produit 13 000 pièces de draps et autres étoffes de qualité inférieure.

6En 1788, lors de son passage à Louviers, Young dit de la fabrique Decrétot, récemment construite (1779), qu’elle est « indubitablement la première fabrique de drap du monde ». Et il renchérit, lors de son second passage, en 1790 : « Les draps ordinaires de cette ville sont bien connus mais M. Decrétot a fait aussi le drap le plus beau, le plus superbe qu’on ait jamais vu, avec la pure laine du Pérou ou vigogne, si on peut l’appeler ainsi car elle n'est pas produite par des moutons... Il a fabriqué encore d'autres produits avec la laine de chamois venant de Perse ».12 On peut considérer que Decrétot est sans doute, avant Ternaux, l’introducteur du cachemire en France. Young est tout aussi élogieux pour la « Mécanique », fondée en 1784 par les fabricants lovériens Michel Georges et Michel Nicolas Petou, Jean-Baptiste Decrétot et François Le Camus, qui ont formé une société avec les Anglais Hill et Wood. Ils ont obtenu un privilège royal exclusif pour établir à Louviers une machine hydraulique propre à carder et à filer, non seulement le coton, comme celle d’Arkwright, mais aussi la laine. Ainsi commence une nouvelle ère pour le textile lovérien, le coton s’ajoutant à la laine, qui reprendra vite le dessus. Témoigne encore de cette bonne santé le fait qu’en 1789 Louviers fabrique 4 300 pièces de drap fin par an13, la toile et la tannerie ayant nettement reculé à son profit.

7L’industrie textile connaît un nouvel essor au XIXe siècle en s’appuyant davantage sur la force hydraulique que sur celle de la vapeur, qui pénètre difficilement avant de finir par s’imposer. La mécanisation se répand. Malgré le traité de libre-échange de 1860, le textile se maintient, en s’appuyant sur la qualité, ce qui n’exclut pas les nouveautés et des produits à bas prix. Le nombre des fabricants, qui avait d’abord fortement augmenté, finit par se restreindre : alors qu’ils n’étaient que 14 au maximum au XVIIIe siècle en vertu des règlements de la manufacture, ils sont 23 en 1805, 54 en 1836, puis 27 en 1888 mais seulement 19 en 1898 et 9 en 1908. Ce net fléchissement s’accompagne d’une concentration entre les mains de quelques patrons, Breton notamment.

  • 14 Sur ces incidents, BECCHIA Alain, op. cit.
  • 15 Ces relations familiales ont été brièvement abordées par MALLET Jean, « Louviers et Elbeuf : allian (...)

8La rivalité avec Elbeuf n’en demeure pas moins, comme le prouvent plusieurs incidents14. Elle ne repose pas seulement sur le volume et la qualité de la production, les Lovériens montrant dans ce dernier domaine un grand dédain pour leurs voisins. Dès la fin du XVIIIe siècle, elle s’est étendue au contrôle des foulons de l’Andelle, ainsi qu’à ceux de l’Eure et de l’Iton. En 1790, les Elbeuviens Jacques et Thomas Bourdon réussissent à établir une manufacture de draps fins à Pont-de-l’Arche malgré l’opposition des fabricants lovériens. Et c’est un Flavigny, d’Elbeuf encore, qui dirige bientôt cet établissement après son transfert aux Andelys. Au XIXe siècle, les querelles persistent. En 1803, 18 fabricants lovériens écrivent au maire d’Elbeuf pour menacer de poursuivre ceux qui inscriraient sur leurs draps « Louviers » ou « façon Louviers ». La même année, Elbeuf obtient, contrairement à sa voisine, la création d’une Chambre consultative des Manufactures, Arts et Métiers. La querelle s’envenime à propos du chemin de fer, le député elbeuvien V. Grandin faisant annuler à quatre reprises l’élection du banquier Laffitte qui avait promis le passage du train à Louviers. Finalement les deux villes, qui finiront par réclamer ensemble, n’auront que des embranchements et seront reliées dans les années 1880. A l’exposition de 1867, la Chambre de Commerce d’Elbeuf reçoit une médaille d’or « pour Louviers et Elbeuf » qui proteste, estimant qu’elle méritait seule cette distinction. Cependant les relations n’ont pas toujours été aussi conflictuelles. Les deux cités pétitionnent contre le traité de commerce franco-anglais. En 1903, elles approuvent l’idée d’ouvrir dans la capitale un bureau de présentation des collections et, après la Seconde guerre mondiale, se met en place un Syndicat patronal de l’industrie textile d'Elbeuf-Louviers. Enfin, en 1958, les industriels des deux villes assistent à l’inauguration de l’exposition que le musée de Louviers consacre au textile. Il sera intéressant de voir si cette animosité se retrouve dans les relations personnelles entre les fabricants15.

Les Elbeuviens à la conquête de la draperie lovérienne

9De fait, ce sont bien des fabricants d’Elbeuf qui reçoivent le privilège royal de 1681. Ce sont encore eux qui le rachètent et viennent s’établir à Louviers, tout en gardant un pied à Elbeuf, où des membres de la famille continuent leurs activités. Ce sont eux qui installent à la tête de leur manufacture François Le Camus (1670-1743), né à La Harengère sur le plateau du Neubourg, mais qui a fait un apprentissage de 3 ans, à partir de 1684, chez Jean Lemonnier, d’Elbeuf. Ce même Le Camus épouse Catherine Lemaître, fille du drapier Jean Lemaître et de Geneviève Leforestier, dont la sœur était mariée à Thomas Lemonnier. François Le Camus était donc le neveu par alliance des frères Lemonnier, rénovateurs de la manufacture de Louviers.

10Jean Maille (1656-1726) n’ayant pas de descendance de ses deux mariages, c’est son neveu, Pierre Mathieu (1684-1747) qui reprend l’affaire et, après lui son fils, Jacques Mathieu (1723-1783) puis ses petits-fils Mathieu Guillaume (1749-1800), Mathieu Louis (1751-1781) et Mathieu Noël Pascal (1752-1808). Après eux, l’entreprise disparaît.

11André Lemonnier (1618-1703) fait souche à Louviers où ses enfants Thomas (1649-1718), Nicolas (né en 1674) et Madeleine se sont établis. La relève est assurée par leur homonyme et parent Nicolas Georges (1666-1756), qui épouse vraisemblablement leur nièce, et auquel succéderont ses trois fils qui meurent avant 30 ans, ce qui fait passer l’entreprise en d’autres mains, celles de leur gendre Nicolas Augustin Decrétot en l’occurrence.

12Mais ces deux familles s’intègrent très vite aux lignages proprement lovériens. Jean Maille a épousé en secondes noces la veuve d’un fabricant lovérien, Georges Lemercier, dont elle avait eu huit enfants. Jacques Mathieu épouse une fille Cochet du Saussoir et sa sœur le fabricant Louis Antoine Piéton. Mathieu Guillaume se remarie avec Marie-Thérèse Decrétot, veuve de l’écuyer Le Massif ; et ses sœurs épousent l’une le fabricant Henri Paysant Delafosse, l’autre le tanneur Pierre Paul Etienne Frigard dont le père avait été marié, en premières noces, avec la fille de Louis Maille, frère de Pierre Mathieu, et resté à Elbeuf comme maître tapissier. Les autres Maille cherchent femme ailleurs, à Rouen notamment.

13Thomas Lemonnier se marie de son côté avec la fille d’un greffier de l’hôtel de ville et verdier du comté de Louviers. La fille d’André épouse le fabricant lovérien Jacques Deschamps et le fils de ces derniers une fille Lemonnier. Nicolas s’allie, par son union avec une fille Frigard, à une dynastie de tanneurs, mais n’en a pas d’enfant, semble-t-il. La fille de Nicolas Georges épouse un Decrétot, on l’a dit.

  • 16 Leur fille Adélaïde épousera son cousin, Michel Pierre Alexandre Grandin, en 1815.

14Les premiers Elbeuviens ont donc été absorbés, au moins partiellement, par leur ville d’accueil et les contacts ultérieurs semblent bien ténus. Cependant, le fabricant lovérien Jean Charles Durand (né en 1732) épouse en 1766 la fille du manufacturier elbeuvien Delacroix et Mathieu Louis Piéton se marie, en 1777, avec Marie Anne Geneviève Grandin16. Ainsi les Grandin ne sont pas complètement absents du paysage lovérien où ils disposent d’une fabrique en 1791. Et, dans les années 1780, les Elbeuviens reviennent, sinon en force, du moins à plusieurs. Pierre Mathieu Frontin (né en 1765), qui reste fidèle à sa ville de naissance en épousant une Elbeuvienne, se distingue surtout par une importante carrière politique qui le fait officier municipal de Louviers dès 1790, maire nommé en 1795, assesseur du juge de paix, sous-préfet de 1800 à 1807, député de 1807 à 1811, avant de redevenir officier municipal. Sa fille épouse un ingénieur des Ponts et Chaussées.

15On ne sait pas grand chose de Louis Michel Mathieu Racine (1744-1812), si ce n’est que son entreprise existait encore en 1813 et que l’une de ses filles (a-t-il des garçons ?) épouse un Inspecteur des droits réunis de Neufchâtel-en-Bray, l’autre Anatole Henri Gerdret, dont nous reparlerons. Bernard Delarue, fils d’un maire d’Elbeuf, vient également s’installer à Louviers où, resté célibataire, il demeure encore en 1804, chez le fabricant Durand avec lequel il doit être en affaires. Ses homonymes et sans doute parents, Louis Henri et Henri Alexandre, viennent d’Elbeuf pour épouser deux sœurs Petou, respectivement en 1783 et 1786. Si le premier repart dans sa ville, le second reste à Louviers où ses trois filles se marient, l’aînée avec le fabricant Pellerin (d’Elbeuf), la deuxième avec Bisson d’Angreville (propriétaire, qui se fait un temps fabricant après la mort de son beau-père), la troisième avec le manufacturier Pierre Benjamin Frigard (de Louviers). Les Delarue disparaissent du registre des patentes en 1820.

16Un peu plus tard, au début du XIXe siècle, arrivent encore d’autres Elbeuviens. La veuve et le fils du fabricant Morainville s’installent à Louviers où leur fille et sœur épouse, en 1806, Henri Mathieu Paysant Delafosse, jeune drapier lovérien de 27 ans. La maison Delafosse-Morainville était née. Elle est rachetée, en 1839, par Parfait Mathieu Maille qui vient d’Elbeuf pour renouer avec la tradition familiale, mais l’expérience en dure pas.

17Toujours en 1806, Marie Thérèse Alexandrine Quesné se marie, à Louviers, avec Louis Adrien Bonaventure Noufflard (1776-1829), que sa future belle-famille venait d’envoyer là. Cinq ans plus tard, une autre fille Quesné épouse Alexandre Nicolas Defontenay, l’un des propriétaires de la « Mécanique ». Ces deux mariages, surtout le premier, témoignent incontestablement de la volonté des Quesné de s’introduire à Louviers. Les frères Noufflard, Henri (1813-1871) et Charles Constant (né en 1818), succèdent à leur père. Le second devient vraiment lovérien par son mariage avec une fille Jourdain. Leurs enfants conserveront l’entreprise Noufflard jusqu’au milieu du XXe siècle.

18Quelques petits fabricants elbeuviens arrivent aussi dans les années 1820-1830, au moment de la folie créatrice d’ateliers, mais ne tiennent pas longtemps. Ce qui n’est pas le cas du clan Poussin-Bertrand. En 1826, Alexandre Poussin (1798-1869, né à Saint-Aquilin-de-Pacy mais marié à Geneviève Désirée Bertrand, fille d’un teinturier d’Elbeuf) commence à s’installer à Louviers (dans une partie de la filature Defontenay), tout en gardant ses activités d’Elbeuf où le siège de la société demeurera longtemps. En 1829, il fait construire une nouvelle usine à la place de la « Seconde Mécanique », qui avait brûlé trois ans plus tôt et, en 1842, il achète une manufacture aux Viollet-Jeuffrain. Son fils Joseph Alexandre (né en 1829) prend la tête de l'entreprise lovérienne. Marié à Céline Alphonsine Bertrand, fille d’un autre fabricant elbeuvien, François Alphonse Bertrand (1803-1876), il transmet l’entreprise à son fils Etienne Alexandre (né en 1857) qui la garde jusqu’au début du XXe siècle, avec ses fils Léon Marie Gratien (1863) et Paul Marie Nicolas (1868).

19Parallèlement aux Poussin, les Bertrand - qui sont leurs parents et associés - s’implantent également à Louviers. Amédée Bertrand (1823-1866) se voit confier par son père, François Alphonse, la tâche de diriger leur établissement lovérien en 1844, mais il retourne à Elbeuf en 1853 pour reprendre les affaires de son père. L’usine est encore dans la famille en 1888.

20Le clan Poussin-Bertrand s’étend à d’autres familles. François Alphonse Bertrand a épousé Octavie Jeuffrain en 1829 (nous en reparlerons) et, en 1850, une de ses filles Jérôme Raphaël Renault, originaire de Falaise et appartenant à une famille d’hommes de loi (un frère juge à Coutances, un autre avocat à Louviers), dont on fait un fabricant. Le réseau familial s’étend encore au début des années 1850. Originaires du plateau du Neubourg (Daubeuf-la-Campagne), les frères Pelletier s’installent d’abord à Caudebec-lès-Elbeuf puis à Elbeuf et ils épousent deux sœurs de Joseph Alexandre Poussin. Marie Alexandre Emmanuel Pelletier, fils et neveu des précédents, vient à Louviers où il dirige une entreprise autonome avant d’être associé à la direction de l’entreprise fondée aux Rhédiers par François Girard Audresset, dont il épouse la petite-fille. Enfin, Etienne Alexandre Poussin se marie, en 1883, avec Hélène Eugénie Marie Chennevière. Cette dernière est la petite-fille d’un important manufacturier lovérien, Delphis Joseph Chennevière (1796-1876). Originaire de Saint-Cyr-du-Vaudreuil, il devient associé gérant de son frère cadet Théodore, fabricant à Elbeuf où il introduit les nouveautés. Il prend la direction de leur succursale lovérienne avant de fonder sa propre société en 1829. Elle ne lui a guère survécu (mais existe encore au début des années 1880). Les Poussin-Bertrand-Chennevière-Pelletier sont donc solidement installés dans les deux villes, comme les Maille l’étaient au siècle précédent. Ainsi, les Elbeuviens ont joué un rôle important, parfois décisif, dans l’industrie textile lovérienne, même si le mouvement n’a pas été un flot continu. Mais en 1908, les registres de patentes signalent aussi la présence des frères Alloend-Bessand, qui ont repris les usines de Folleville à Corneville, pour s’y livrer au déchirage de la laine par des procédés mécaniques ; or ils viennent... d’Elbeuf ! Certaines familles se sont parfois contentées de donner leurs filles (Grandin, Quesné, Flavigny), ce qui ne veut pas dire qu’elles n’avaient pas des intérêts financiers dans les affaires lovériennes, alors que d’autres s’implantaient plus visiblement et plus durablement (Maille, Poussin).

21Si les Elbeuviens viennent à Louviers, le mouvement inverse existe aussi mais il est nettement moins fourni. Pierre Paul Petou (né en 1724), fils de Pierre Paul et d’une Frigard, s’installe à Elbeuf, où son fils, Georges Paul (1772-1849), lui succédera, entrant par mariage dans la famille Bourdon. Le deuxième cas est celui de Jean-Baptiste Louis Piéton (né en 1788), fils de Mathieu Louis, mais qui revient dans sa bonne ville de Louviers, comme receveur de l’hospice, en 1840. Le troisième et dernier exemple est plus complexe. Hippolyte Marie Gerdret (né en 1777) commence sa carrière à Louviers avant d’aller à Elbeuf après son mariage, en 1809, avec Marie Julie Joséphine Louvet, fille d’un manufacturier elbeuvien et d’une Quesné. Son jeune frère, Sauveur, l’accompagne.

Mais les Lovériens se sont aussi faits fabricants

22Le XVIIIe siècle est d’abord dominé par des fabricants lovériens ou qui le sont devenus, à l’image des Maille ou Lemonnier évoqués plus haut.

  • 17 Catherine, fille du drapier Jean Lemaître, veuve de Guillaume de Gruchy qu’elle a épousée en 1676, (...)

23François Le Camus (1670-1743), qui s’est marié une première fois avec la fille d’un drapier lovérien17 reste jusqu’à sa mort à Louviers, comme ses frères Mathieu, Charles et Claude, et ses neveux. N’ayant pas d’enfant, c’est un de ceux-ci, Brice Antoine (1720-1756), fils de Claude, qui lui succède dans sa manufacture et ses seigneuries, et obtient par lettres patentes de s’appeler François Le Camus. A sa mort, Guillaume Charles (1729-1792), petit-fils de Charles, rachète la fabrique au fils d’Antoine Brice qui a opté pour la carrière administrative (maître des requêtes, il sera intendant de Guyenne), et obtient également de se prénommer François. Son propre fils prendra un temps la suite. Les Le Camus se sont plutôt mariés en dehors de la ville. Mais Marie Anne, sœur du premier François, a épousé le drapier Barthélémy Langlois ; l’une des sœurs du deuxième un notaire, lieutenant civil et criminel ; et le père du troisième la fille du fabricant Guillaume Lemaître, lui-même beau-frère du premier dont l’un des neveux a épousé une autre fille Lemaître. On reste donc en famille.

24Quelques autres familles s’imposent dans les premières décennies du XVIIIe siècle. Jean-Baptiste Joseph Decrétot (1699-1771), fils d’un chirurgien, fonde l’entreprise que fait prospérer son propre fils, Jean-Baptiste (1743-1817), constructeur de la plus belle manufacture du monde selon Young. Le demi-frère de ce dernier (le père s’est marié trois fois et a eu 19 enfants), Augustin Nicolas (1730-1797), a repris les affaires des Lemonnier. L’une de leurs sœurs épouse, en 1777, Pierre Michel Piéton qui appartient à une famille de toiliers convertis à la draperie par Louis Antoine Piéton (1709-1784), marié à une fille Maille. Les enfants du couple Piéton-Maille sont engagés dans la fabrique et s’allient à d’autres familles de manufacturiers : Pierre Michel dit de Prémalé (1748-1834) avec Julie Decrétot ; Mathieu Louis (1744-1795) avec une fille Grandin d’Elbeuf ; et deux de leurs sœurs avec les fabricants lovériens Deschamps et Langlois.

25Les Petou, d’abord intéressés par les offices, se lancent également et à plusieurs, dans la draperie : les trois frères Pierre Paul (1696-1767), Jean-Baptiste (1704-1764) et Nicolas (1707-1773), alors qu’une de leurs sœurs épouse Jean-Baptiste Joseph Decrétot. Mais c’est l’un des fils de Nicolas, Michel Georges (1736-1814), qui apparaît comme décisif dans la nouvelle orientation de la famille, en association avec son frère Michel Nicolas (1739-1803), qui continue la tradition des offices à la fin de l’Ancien Régime. Epoux d’une fille Flavigny (important manufacturier d’Elbeuf), Michel Georges marie deux de ses filles à deux frères Delarue et la troisième à Pierre Benjamin Frigard, lui-même fabricant, alors que la famille est surtout dans la tannerie. Mais son frère, Etienne-Benjamin Frigard (1741-1814), l’avait déjà précédé dans cette voie. C’est du mariage Frigard-Petou que naît la société du même nom, l’une des plus importantes de la ville au début du XIXe siècle. Le médecin Nicolas Dubusc (1661-1742) se fait drapier mais son fds Ovide préfère la médecine. La fabrique sera reprise par l’un des petits-fds, Charles François (1731-1812), l’autre choisissant la médecine : la famille hésite visiblement entre ces deux destins.

26Les Langlois se font aussi manufacturiers. C’est le cas de Barthélemy (1687-1758), fils d’un boucher (et dont une partie de la famille reste dans cette profession), mais qui a épousé successivement deux filles du milieu drapier, Le Camus et Lemercier. Ses fils lui succèdent. Ses homonymes et cousins entre eux, Jean-Baptiste (1751-1811) et Jean-Baptiste Guillaume (1758-1834), fils respectivement d’un marchand hôtelier et d’un toilier, entrent à leur tour dans la fabrique, alors que deux frères du second restent toiliers. Tous deux épousent des filles Piéton.

27Charles Thomas Paysant Delafosse (1709-1794), né à Epégard, sur le plateau du Neubourg, réussit à s’imposer et à pénétrer le milieu fermé de la manufacture, sans avoir fait de mariage ad hoc. Mais son fils, Henri (né en 1745) épouse une fille de Jacques Mathieu Maille, et sa fille un tanneur de la famille Frigard. Ce qui ne les empêche pas de rester en butte à l’hostilité des autres drapiers qui obtiennent du roi la révocation de Charles Thomas de son office de maire acheté en 1772. Elu maire en novembre 1790, après les manifestations hostiles qui ont contraint l’assemblée dirigée par Louis Mathieu Piéton à la démission, son fils Henri se heurte également à l’opposition des autres fabricants.

28Cette intrusion dans le milieu des fabricants ne se passe pas non plus très bien pour François Philippe Simon Dagommer (1730-1802), qui appartient à une famille de notaires et officiers. Bien qu’allié aux Le Camus, Lebreton, Lemercier et Deschamps, il fait faillite en 1779 et personne de la famille ne tente de nouveau l’aventure.

29Les autres familles de drapiers jouent un rôle moins important mais non négligeable. Les Deschamps, déjà cités, sont présents sur tout le siècle, comme les Durand, Lebreton, Lemaître (liés aux Le Camus), Lemercier...

30Les premières décennies du XIXe siècle sont marquées par l’apparition de nombreux petits fabricants - qui n’arriveront jamais à percer - et la disparition de plusieurs lignages qui avaient fait la gloire du drap lovérien.

31Mathieu Guillaume et Mathieu Noël Pascal Maille meurent en 1800 et 1808 (leur frère Mathieu Louis était décédé, célibataire, en 1781), le premier sans enfant, le second avec un fds, né en 1789, dont on ne sait ce qu’il devient et deux filles. Leur usine est occupée par Gerdret. Une de leurs sœurs était mariée à un tanneur, Pierre Paul Etienne Frigard, l’autre au fabricant Henri Paysant Delafosse (1745-1820) dont le fils n’allait pas tarder à abandonner ses activités au profit des Morainville.

32Jean-Baptiste Decrétot, élu député aux Etats Généraux, s’installe à Paris où il meurt en 1817 après avoir vendu ses entreprises à Ternaux. Son demi-frère Nicolas Augustin voit son fils Augustin Jean-Baptiste (1775-1845) lui succéder quelque temps seulement.

33Les Le Camus disparaissent à leur tour après avoir vendu en 1820 à Frigard-Petou. La veuve de Guillaume Lemaître choisit également de vendre, son fils, drapier un moment, préférant semble-t-il vivre de ses rentes. L’usine des Lavandières passe à Germain Petit, en 1824. Et le même sort atteint les Deschamps, Lemercier, Durand, Lebreton, Paysant Delafosse, Langlois, Dubusc...

34Avant de mourir en 1821, Pierre Benjamin Frigard-Petou lance son entreprise dans une expansion sans précédent, rachetant la deuxième usine de Bigards puis les ateliers de Le Camus, avant de créer l’usine de la Motte. Son fils André Benjamin (né en 1783) continue, avec la fondation des Rhédiers. Mais au début des années 1830, avec son beau-frère Ozenne (Contrôleur des contributions), il liquide tout le patrimoine familial.

  • 18 Autorisé à s’appeler Mettol Dibon, reprenant ainsi en partie le nom de son grand-père, par décision (...)

35Les Piéton abandonnent également la fabrique. Jacques Louis (né en 1787) succède à son père, Mathieu Louis, alors que le deuxième fils est parti à Elbeuf. Mais il devient vite rentier. Leur sœur a pourtant épousé Michel Pierre Grandin d’Elbeuf. Le fils de Pierre Michel Piéton, dit de Prémalé, est tué en Espagne en 1808. La fille épouse, en 1792 (elle a 14 ans), Jean-Baptiste Roger Dibon (1761-1804), receveur des finances, dont le père est originaire du Sud-Ouest mais est venu s’installer à Verneuil. Elle en a trois enfants avant d’être veuve d’un mari devenu régent de la Banque de France. Seuls les deux garçons survivent. Le premier, Jean-Baptiste William (1793-1859) devient officier de la cavalerie impériale puis propriétaire. Le second, Paul Adolphe18 (1800-1889) prend la tête de l’entreprise qu’il conserve plusieurs décennies, non sans s’être allié aux Defontenay dont il sera question plus loin. Mais dirige-t-il vraiment l’entreprise dont il est propriétaire ? Son mariage, à Paris, en 1836, avec Alexandrine Clémentine Passy, veuve d’un grand manufacturier de Gisors, Davillier, le fait pénétrer dans les milieux politiques liés à la Monarchie de Juillet, ses deux beaux-frères étant l’un préfet de l’Eure puis député, l’autre député puis ministre. Il n’a qu’une fille qui épouse un auditeur à la Cour des Comptes.

36A partir des années 1830, et pour toutes sortes de raisons, les Lovériens n’assument donc plus leur rôle dans l’industrie textile. En 1836, seul Dibon paie encore patente et il disparaît quelques années plus tard, les recensements le qualifiant de propriétaire. Dans ces conditions, l’initiative ne pouvait venir à nouveau que de l’extérieur, d’Elbeuf bien sûr comme nous l’avons vu, et d’ailleurs.

37A cinq exceptions près toutefois : Houel, Chennevière, Audresset, Corneville et Breton. Brice Marcel Houel, d’Acquigny, rachète en 1834, les immeubles Ternaux et sa société lui survit au moins jusqu’en 1888. On a évoqué Chennevière lors du mariage de sa petite-fille avec Etienne Alexandre Poussin. Rappelons que Delphis Joseph Chennevière, marié à une femme originaire des Andelys, était né à Saint-Cyr-du-Vaudreuil, que l’un de ses frères, commerçant, devient maire de ce village, alors que l’autre, Théodore, s’impose à Elbeuf.

  • 19 La fausse particule "Le" a été ajoutée au début du XXe siècle.
  • 20 Sur cette entreprise, BODINIER Bernard, Audresset, deux siècles d'histoire, exempl. dact. Des extra (...)

38D’origine très modeste, François Girard Audresset (1794-1871) est né à Surville, à cinq kilomètres de Louviers. Il est le fils naturel d’une orpheline dont la mère avait été engrossée par un garde suisse. Il épouse la fille d’un cordonnier devenu aubergiste. Ouvrier puis contremaître aux Rhédiers, il fonde successivement plusieurs sociétés pour exploiter l’usine, dépose des brevets d’invention et finit, en 1868, par acheter l’entreprise. Elle est développée par ses fils, surtout Jules Rodolphe (1827-1904) qui construit un véritable empire industriel et financier dont les Rhédiers ne sont qu’un élément. Ce dernier associe ses fils et son gendre (mari de sa fille Valérie), qui prendront sa suite. La mort prématurée de l’un des fils (en 1892), puis celle du gendre, Marie Alexandre Emmanuel Pelletier (1857-1903), qui vient d’Elbeuf où sa famille est alliée aux Poussin, et le désintérêt du cadet, font passer Audresset aux mains de Paul Le Pelletier19 (1886-1965) puis de ses enfants. Depuis l’entreprise20 est toujours dans la famille. Sa spécialisation dans la filature de fils de luxe (soie, cachemire, angora), qui perpétue une tradition créée par Decrétot et reprise par Temaux, lui a permis de survivre à la débâcle de l’industrie textile des années 1960.

39Edouard Corneville (né en 1841), fils d’un épicier, achète le site de Folleville où il file de la laine cardée. Son entreprise est à la fin du siècle l'une des plus importantes de la ville mais elle passe à d’autres dans les années suivantes.

  • 21 Elle était « domestique » chez Augustin Jeuffrain lors du recensement de 1856.

40Enfin, il faut évoquer Léopold Cléophas Breton (né en 1831). Fils d’un agriculteur et maçon des Monts, un hameau de Louviers, marié en 1857 à une « femme de confiance »21 d’origine alsacienne, il entre comme contremaître dans une fabrique et en fait la plus importante de Louviers à la fin du XIXe siècle : en 1888, avec plus de 50 000 f de patente, il n’est égalé que par Jeuffrain ; en 1898, son fils paie 56 000 f, Jeuffrain 32 000, Poussin 22 000... Parti rentier à Nangis (Seine-et-Mame), il laisse l’affaire à son fils Paul et à ses descendants (les Balsan), le capitaine Adrien Breton, fils de Paul, ayant été tué à la guerre 14-18.

41Audresset et Breton, Chennevière, Corneville et Houel dans une moindre mesure, témoignent par ailleurs d’une ascension sociale particulièrement rapide pour des hommes issus de milieux modestes. Mais c’était encore possible dans la seconde moitié du XIXe siècle. Toutefois, leurs enfants font des mariages qui leur permettent d’atteindre la meilleure société : Jules Rodolphe Audresset épouse Marthe Faneau des Rotours de la Touche (de Saint-Valéry-sur-Somme), Paul Le Pelletier Jeanne Houzard de la Poterie (d’Alizay) et Paul Breton seulement, si l’on peut dire, une fille de notaire d’Amfreville-la-Campagne. Mais, alors qu’à son mariage Léopold Cléophas Breton a pour témoins un directeur de fabrique et un comptable, son fils est assisté d’un fabricant et d’un négociant... d’Elbeuf.

Les horsains prennent les affaires en mains

42Ils n’avaient jamais été complètement absents. Dès la fin du XVIIe on a vu les Le Camus, puis au XVIIIe les Paysant Delafosse et au XIXe les Pelletier, Audresset, venant tous les quatre du plateau du Neubourg finalement très proche, ou encore Chennevière et Houel. Et on n’aurait garde d’oublier les Elbeuviens. Mais tous venaient de la région voisine de Louviers, dans un rayon de 15 km au maximum.

43On a pu être surpris de n’avoir pas vu de Rouennais, avec lesquels les relations matrimoniales existaient pourtant, tout en étant peu fréquentes. Il faudra, en effet, attendre la fin du XVIIIe siècle pour que l'intérêt de Rouen pour Louviers se concrétise. En octobre 1784, soit un mois après l’obtention du privilège royal, Le Camus cède sa place dans la « Mécanique » à la veuve Defontenay et à son fils Alexandre, négociants rouennais, apparentés aux Ribard (de Rouen) et aux Grandin (d’Elbeuf). Alexandre Defontenay (1748-1833) vient s’installer à Louviers avec son frère Eustache (1744-1803), alors que le frère aîné reste à Rouen dont il devient maire puis sénateur. Ne s’étant pas mariés, les deux frères appellent leurs neveux, Alexandre Nicolas (1781-1816), Augustin Félix (1792-1832) et Jacques (1796-1874), qui participent donc à l’aventure de la première « Mécanique » puis de la seconde. Le premier épouse une fille Quesné d’Elbeuf, le deuxième la fille du deuxième mariage de Julie Piéton, veuve Dibon, ce qui l’associe à cette famille proprement lovérienne, le troisième, célibataire lui aussi, se consacre surtout à la vie politique (conseiller municipal, conseiller général et député). Mais des mariages, ne restent finalement que quatre filles et l’entreprise passe en d’autres mains, celles de leurs parents Dibon et des Poussin (qui ont acheté la « seconde Mécanique », victime d’un incendie en 1824). Rondeaux de Montbray, ancien maire de Rouen, s’installe un court moment à Louviers où naît sa fille qui y épouse Pierre Casimir Prétavoine, d’une famille de négociants bernayens mais qui se contente d’être propriétaire, comme son fils, maire de la ville de 1855 à 1874 et député (1871-1876).

44C’est par son mariage avec une Lovérienne, née Elache, que le Rouennais Jacques Benjamin Bourgois (1780-1859) vient s’installer à Louviers comme fabricant de cardes. Sa fille épouse Henri Charlemagne Lhuillier (1796-1884), né aux Andelys. Fils d’un spéculateur notoire en biens nationaux, lié à la « bande noire », dont les chefs sont d’ailleurs témoins à son mariage, ce dernier reprend en 1832 l’usine de la Villette. Elle passe ensuite à Calvet-Rognat, petit-fils de Bourgois.

45La deuxième arrivée d’importance, après celle des Defontenay, est celle des Jeuffrain. Originaire de Tours, marié à une Tourangelle (Marie Crémière) puis à une Parisienne (Félicité Denise Demante), Augustin Jean Jeuffrain (1780-1859) fonde, avec son beau-frère Viollet, né aussi à Tours, l’entreprise qui allait perdurer jusqu’au milieu du XXe siècle. Ses fils, Augustin (1805-1871) et Paul (1809-1896), tous deux mariés à des filles Crémière, assurent la succession qui passe ensuite à Paul Augustin (1840-1905), fils du deuxième mariage du second (qui est allé chercher sa femme à Elbeuf), et à ses descendants. A signaler qu’Octavie, leur sœur, s’est mariée avec un Bertrand d’Elbeuf, ce qui fait entrer les Jeuffrain dans le clan lovéro-elbeuvien des Bertrand-Poussin... Ils sont en outre fortement alliés aux Crémière de Tours, ainsi qu’aux Demante de Paris, où Paul va épouser sa troisième femme et son fils Paul Augustin la sienne, fille d’un avocat.

46Un autre Tourangeau s’implante à Louviers : Louis Urbain Poitevin (né en 1769). Mais est-ce un hasard ? Il est le beau-frère de Pierre Joseph Michel Grandin qui meurt, en 1846, chez le fils de Louis Urbain qui avait été témoin, en 1835, au mariage d’une fille Crémière, belle-sœur d’Augustin Jeuffrain, de Tours lui aussi. Il occupe l’usine dite du Rempart, après avoir revendu celle de l’Ermitage à Viollet-Jeuffrain en 1830. Ses fils Henri (1810-1894) et Charles (1815-1892) le remplacent. Leur fils et neveu, Louis Lrançois Abel (1839-1876) épouse une lovérienne, née Pétel, dont la famille est originaire du village voisin de Surville. Sa mort prématurée amène son frère Louis Robert (né en 1850) et son cousin par alliance Louis Henri Dubois (né en 1840) à diriger l’entreprise, qui existe encore en 1898.

47La région parisienne fournit un fort contingent de nouveaux venus, au premier rang desquels figurent les Gerdret. Enfants d’un marchand mercier d’Arcueil, ils sont cinq frères et une sœur à venir aux environs de 1800. Ils y ont sans doute été amenés par le mariage d’Amélie Joséphine avec Jean Nicolas Benoît Ribouleau (voir un peu plus loin). Ils occupent alors la fabrique Maille de la rue Grande, avant de faire construire en 1813 « Moscou » et en 1820 « Bordeaux », qui rappellent la campagne de Russie et la naissance de « l’enfant du miracle ». Entre temps, ils s’installent vraiment à Louviers. Anatole Henri (né en 1780) y épouse, en 1809, l’une des deux filles Racine, née à Elbeuf, mais dont le père vivait à Louviers depuis une vingtaine d’années. Deux de ses frères se tournent toutefois vers la ville rivale : Jean Marie Antoine (né en 1774) s’était marié dès avant 1797 avec une fille Pellerin et Hippolyte Marie (né en 1777) en 1809 avec une fille Louvet apparentée aux Quesné et Grandin, ce qui amène d’ailleurs ce dernier à s’installer à Elbeuf où le rejoindra un autre frère, Sauveur. Anatole Henri et Jean Marie Antoine ont respectivement cinq et trois filles et on ne connaît pas de descendance à l’autre frère resté à Louviers. Du coup, l’entreprise disparaît de la famille Gerdret, les gendres connus (un juge à Reims, un négociant à Paris et un propriétaire à Louviers) préférant leurs occupations.

  • 22 Leur rivalité était incontestablement industrielle mais aussi politique, le fils de Germain Petit s (...)

48François Germain Petit, un Parisien appartenant au milieu du négoce et de la finance (un frère agent de change), acquiert l’usine des Lavandières en 1824. Ayant été tué en duel le 14 octobre 1831 par Ribouleau22, c’est son fils, Pierre Guillaume François (1804-1875), dit Guillaume, qui lui succède et, après lui, son petit-fils François (né en 1846). En 1838, Guillaume Petit épouse Marie Anne Esther Odiot, originaire de Beaumont-le-Roger, mais dont le père, Achille Prosper, né à Paris, d’une famille de négociants et orfèvres, était venu à Louviers pour diriger la manufacture Ternaux et où il se fixe définitivement après avoir épousé Henriette Jenny Dannet. Après la faillite de Temaux, il devient directeur de la nouvelle usine à gaz et de la caisse d’épargne.

  • 23 Seuls subsistent les bâtiments entourant la cour fermée par des arcades, rue Mendès France.

49Son beau-père, Pierre Louis Jacques Dannet, né à Valognes en 1773, officier de santé, établi médecin à Louviers, y avait épousé, en 1800, Catherine Henriette Papavoine, fille d’un tanneur lovérien et d’Aimée Grandin. Il s’en va ensuite comme manufacturier à Brionne dont il devient maire et conseiller général. Ses deux fils, Pierre Hector (né en 1803) et Jacques Charles, né en 1818 à Beaumont-le-Roger (comme Anne Esther Odiot), deviennent fabricants à Louviers. Le cadet entre par mariage dans les familles Castillon et Marcel, notaires lovériens. Ainsi se forme un clan familial Petit-Odiot-Dannet-Marcel, qui se poursuit avec le fils de Guillaume Petit, celui de Achille Prosper Odiot, les Dannet (Georges ayant pris la place de son père Pierre Hector) et Louis Marcel, devenu aussi fabricant, mais ils abandonnent tous l’industrie dès avant 1888. L’usine des Dannet, installée dans l’ancienne manufacture Decrétot, ferme en effet en 1887. Elle est léguée en 1900 par son nouveau propriétaire, Léon Pétel, un Parisien, à la ville de Louviers qui y construira une école maternelle (le Mûrier), récemment détruite, de même que la partie la plus abîmée des anciens bâtiments23

50Jean Nicolas Benoît Ribouleau (1768-1849) était originaire quant à lui des Andelys et, après un passage par Evreux, il arrive à Louviers sous le Directoire, après avoir épousé, sans doute à Arcueil, Amélie Joséphine Gerdret de laquelle il a quatre enfants, dont une fille (cf. ci-dessous). Remarié à une Parisienne, il en aura onze autres et c’est parmi eux qu’il trouve ses successeurs, l’aîné Joseph Ferdinand (1809-1874) puis le fils de celui-ci, les autres étant associés ou choisissant d’autres carrières.

51Marie Joséphine Eléonore Ribouleau, née à Arcueil du premier mariage, épouse en 1815 Jean Romain Frédéric Jourdain (né en 1789), dit Jourdain-Ribouleau (pour le distinguer de son père), originaire de Valmont en Seine-Inférieure, mais négociant à Paris et qui vient à Louviers. De leurs cinq enfants, une fille épouse Charles Constant Noufflard. Mais c’est le mariage de leur fils, Frédéric Joseph dit Jourdain-Davillier (1818-1894), avec Marie Léonie Davillier, qui est le plus notable. Cette dernière est la fille d’un important manufacturier de Gisors et d’Adélaïde Clémentine Passy, évoquée plus haut, remariée à Paul Alphonse Dibon, ce qui fait entrer les Gerdret, Jourdain et Ribouleau dans le cercle Piéton-Dibon-Defontenay, alors que par les Passy et son frère, le comte Edmond Davillier-Regnaud de Saint-Angély, premier écuyer de Napoléon III, elle appartient à la haute société et aux cercles du pouvoir : Monarchie de Juillet par ses oncles Passy, Second Empire par Davillier. Les deux fils de Jourdain-Ribouleau ne prennent pas la suite. Il faut dire que l’usine Jourdain-Ribouleau brûle à deux reprises, le second incendie en 1870, lui étant fatal. Reconstruit comme moulin à blé (il abritera ensuite une firme de produits vétérinaires), le bâtiment vient d’être réhabilité par la ville qui l’a transformé en salle de spectacle.

52Enfin, il faut évoquer la venue de plusieurs fabricants originaires de régions plus éloignées. Ternaux, déjà installé à Sedan, vient à Louviers en 1804. Il transforme alors le moulin à blé de Fécamp en usine et rachète la manufacture Decrétot en 1810, puis le moulin des Quatre Moulins en 1813... Mais il fait faillite en 1830 et les bâtiments sont repris par Houel, transformés ensuite en fabrique de courroies puis de chaussures, et partiellement détruits dans les années 1980. Un autre sedanais célèbre est présent à Louviers au même moment. Poupart de Neuflize s’est rendu acquéreur de l’ancienne tannerie Frigard de la rue du Quai. Il y restera jusqu’à la fin des années 1820.

53Louis François Joseph Miquel (1857-1924), fils d’un receveur de l'enregistrement et des domaines de la Côte-d’Or puis de l’Eure, et d’une lovériennne (qui se remarie à un fabricant de flanelle de la ville), se lance dans la fabrique dès avant son mariage avec la fille du musicien lovérien Salomé. Son fils Charles lui succédera. L’usine Miquel a tenu jusqu’au début des années 1970.

54Enfin les Vandevoorde, venus de Flandre, prennent le contrôle de l’usine de l’Ermitage après la première guerre mondiale mais ne parviennent pas davantage à empêcher sa disparition à la même époque que Miquel, Breton, Jeuffrain.

Pourquoi tous ces changements ?

55Si ce sont des causes d’abord économiques qui entraînent la faillite de l'industrie textile lovérienne dans les années 1960-1970, cela ne semble pas être le cas aux siècles passés (ce qui n’exclut pas des faillites personnelles) et il convient de s’interroger sur l’origine des nombreuses fluctuations qui ont marqué l’histoire des patrons aux XVIIIe et XIXe siècles. Alors que les Lovériens restent maîtres de la situation dans le siècle qui suit la renaissance de la draperie, ils sont largement submergés par l’extérieur au siècle suivant. Ils tenaient incontestablement leur force de leur esprit d’entreprise, de leurs innovations techniques et de la solidité de lignages souvent alliés entre eux. Ils disparaissent ensuite, laissant d’autres entrepreneurs, elbeuviens, tourangeaux, parisiens... envahir leurs manufactures. Et les tentatives de Lovériens pour reprendre le flambeau échouent, si l’on excepte les « créatifs » que sont Audresset, Chennevière et Breton, qui n’appartenaient pas aux milieux patronaux traditionnels. Les frères Géroult, indiqués comme fabricants en 1813, ne durent pas. Parfait Mathieu Maille n’a pas davantage de succès. Les causes économiques, techniques et financières jouent incontestablement un rôle important, à une époque où il faut des capitaux pour mécaniser, accroître la taille de l’usine, la rendre compétitive et faire des choix techniques déterminants. A ce titre, il serait intéressant de savoir si la vapeur, introduite tardivement à Louviers, a joué un rôle dans l’évolution qu’on vient de décrire. Ou bien est-ce le manque de moyens financiers des Lovériens qui a permis aux Elbeuviens, Rouennais, Tourangeaux ou Parisiens de les submerger ? A moins que ce ne soit le manque d’imagination ?

  • 24 BECCHIA Alain, op. cit.

56Mais si cet aspect est difficile à mesurer, on peut essayer de cerner les autres causes qui font que les fabricants du XVIIIe siècle disparaissent au siècle suivant. Sont-ce les mêmes raisons que souligne Alain Becchia24 pour Elbeuf où disparaissent les Grandin, Quesné, Maille, Bourdon, Delarue et autres Godet ?

57La première peut être tout simplement d’ordre généalogique. La mort prématurée (les trois frères Maille, par exemple) peut avoir une influence. Plusieurs fabricants restent célibataires (Jacques Defontenay, Mathieu Louis Maille), d’autres n’ont pas de descendance (Jean-Baptiste Decrétot, Jean-Baptiste Guillaume Langlois) ou réduite à quelques enfants, contrairement aux grandes familles du XVIIIe siècle. Certains n’ont que des filles (Anatole Henri et Jean Marie Antoine Gerdret, Alexandre Nicolas et Augustin Félix Defontenay), qui ne parviennent pas toujours à faire de leur mari un manufacturier. Les deux fdles de Mathieu Noël Pascal Maille épousent un employé du bureau des recettes de Pont-de-1’Arche et un juge d’instruction d’Yvetot. Celles de Nicolas Augustin Decrétot se marient avec un commis de district sarthois et un receveur de la loterie impériale. Les deux filles de Charles François Dubusc épousent un médecin et un chirurgien, renouant avec la tradition médicale de la famille et abandonnant la draperie. Et on a pu vouloir les marier dans des milieux plus valorisants en terme de place dans la société. Ainsi, trois filles Le Camus épousent un écuyer, un conseiller au parlement de Rouen, un notaire-officier. Deux filles Decrétot se marient avec un écuyer. André Benjamin Frigard-Petou épouse, en 1810, Jeanne Marie Lefaucheux de Saunoy, née en 1789 d’un futur député au Corps Législatif qui deviendra préfet de Vendée et des Vosges, et de Marie Clotilde Adélaïde Le Massif Doinel. Originaire de Louviers, celle-ci est la fille de l’écuyer Le Massif, seigneur Doinel ; après son divorce, elle épouse en 1793, l’ingénieur des Ponts et Chaussées du département, Dutens, membre de l’Académie des Sciences morales et politiques, puis revient dans la cité. On peut ajouter le fait que, visiblement, la cohésion du groupe social des fabricants n’est plus la même. On se mariait entre familles lovériennes au XVIIIe siècle. Au siècle suivant, on va chercher sa femme ou son mari ailleurs, pas très loin d’ailleurs, à Beaumont-le-Roger, aux Andelys, en Seine-Inférieure (à Elbeuf d’abord), parfois, mais rarement, à Paris.

58Une autre raison tient au niveau de fortune. Enrichis par le négoce et la fabrication, plusieurs décident de ne plus travailler et de vivre des revenus de leurs capitaux, ce qui explique le grand nombre de « propriétaires » des recensements. Si certains restent à Louviers, comme Dibon qui finira par aller mourir à Paris, d’autres gagnent la région parisienne (André Benjamin Frigard-Petou) ou d’autres cieux (Thomas Guillaume Lemaître meurt à Nice en 1844). Mais on a beaucoup d’incertitudes sur le sort de la plupart, beaucoup n’étant pas décédés à Louviers.

59Il serait aussi intéressant de savoir si le cas inverse, l’appauvrissement, a joué dans le choix d’autres destins. Des fabricants ont-ils fini à l’hospice de Louviers, comme le tanneur Guillaume Paul Lemaître en 1858 ? Le fils naturel de Guillaume Barthélemy Langlois (1743-1818), qui le reconnaît et épouse sa mère, est tondeur et épouse une épinceuse en 1822. L’entrée dans l’administration est-elle le signe d’une déchéance sociale ou la volonté d’exercer une fonction, plus calme mais non dénuée de pouvoir ? Si l’ascension sociale était évidente avec Le Camus de Néville, intendant de Guyenne, que penser d’André Benjamin Frigard-Petou qui revient comme percepteur à Louviers, où Paul Casimir Ribouleau exerce la même fonction ? Le frère de Guillaume Petit est avocat, ce qui n’est pas déchoir, et Louis Robert Poitevin expert au ministère de la Guerre, avant de reprendre l’usine familiale. Plusieurs ont choisi une carrière militaire, synonyme de gloire. Ainsi de Jean Baptiste Louis Piéton de Prémalé tué en Espagne, en 1808 : colonel, il n’avait que 27 ans. Son neveu, Jean-Baptiste William Dibon (1793-1859), est officier de la cavalerie impériale. Charles Romain Ribouleau combat en Algérie. Il convient toutefois de noter que ce sont plutôt les filles qui épousent des fonctionnaires. Certains ont pu vouloir se lancer dans d’autres directions et ces nouvelles activités s’accompagnent le plus souvent d’un déplacement du domicile. Ainsi, Michel Louis Le Camus, dit de Limare, crée avec les Lecoulteux la fonderie de cuivre de Romilly-sur-Andelle. Louis Jean-Baptiste Langlois (né en 1785) est parti s’installer comme marchand de frocs à Bernay où son frère, Marie Amédée (né en 1787), est commerçant.

  • 25 Il est aussi maire de Rueil-Malmaison de 1900 à 1906 et conseiller général de la Seine.

60Certains décident de profiter de leur aisance pour s’adonner à leur passion. Paul Adolphe Dibon écrit, en 1836, alors qu’il est encore en activité, un Essai historique sur Louviers, illustré par des lithographies de sa demi-sœur Caroline Defontenay, elle-même fille d’un ancien officier devenu écrivain, de Laulne de Longchamp. L'Histoire de Louviers de Guillaume Petit paraît en 1877, après sa mort. Paul Jeuffrain, qui reste patron, s’adonne à la photographie et rapporte de son voyage en Algérie une remarquable collection de clichés. Roger Jourdain25 devient un peintre suffisamment reconnu pour participer à l’Exposition décennale de l’art français dans le cadre de l’Exposition universelle de 1900. Plusieurs de ses œuvres ont été léguées au Musée de Louviers qui envisage de les exposer prochainement. Et le virus de l’art s’est transmis plus récemment à Claude Miquel, artiste peintre (comme sa tante Jeanne Salomé) et grand amateur de musique (comme son arrière-grand-père).

  • 26 Sur l’implication des fabricants en politique, cf. BODINIER Bernard : « Louviers au XVIIIe siècle o (...)
  • 27 Certaines familles, comme les Maille, se sont fait une spécialité de courir après les offices tout (...)

61En revanche, il ne semble pas que la politique26 ait distrait les industriels de leur activité, sans doute parce que les mandats électoraux n’étaient pas aussi prenants que maintenant. Au XVIIIe siècle, les drapiers sont largement présents dans le corps de ville : avec 18 échevins sur 67, pour la période 1690-1767, ils ne font toutefois que jeu égal avec les hommes de loi. Toutes les familles de manufacturiers accèdent à l’échevinat, certaines plusieurs fois, comme les Maille, Lemonnier, Le Camus, Lemercier, Lebreton. Deux des trois maires (entre 1768 et 1773) sont manufacturiers, Jean-Baptiste Joseph Ovide Decrétot et Charles Thomas Paysant Delafosse, le troisième étant tanneur. La création des offices27 municipaux (1772) leur permet de monopoliser le pouvoir local : François Le Camus est « lieutenant de maire », Charles François Dubusc et Augustin Nicolas Decrétot échevins, Jacques Mathieu Maille, Jean-Baptiste Decrétot, Michel Georges Petou assesseurs, le frère de ce dernier, Michel Nicolas étant procureur du roi. Seul, le marchand de Sales Polet échappe à la manufacture. La Révolution n’apporte guère de changements. Les fabricants restent très nombreux dans le corps municipal (22 sur 30 en 1800, 10 sur 27 en 1879), que ce soit sous la Révolution ou les régimes suivants et quel que soit le mode de désignation. Et ils y restent parfois fort longtemps : 43 ans pour Guillaume Petit, 40 pour Delphis Joseph Chennevière et Henri Charlemagne Lhuillier, 37 pour Jacques Defontenay, 35 pour Paul Adolphe Dibon... et on se succède parfois de père en fils (chez Audresset, Breton...), à moins que ce ne soit d’oncle à neveu (Jacques Charles Dannet et son neveu Georges)... Ils sont éliminés en 1888 par la petite bourgeoisie des artisans, commerçants... On peut noter cependant qu’en dehors de courts épisodes de la Révolution, ils n’ont exercé la fonction de maire - nommé - que deux fois au XIXe siècle : Augustin Félix Defontenay (1830-1832), qui meurt en poste, et Guillaume Petit (1839-1849), contraint de démissionner. En revanche, ils occupent systématiquement le siège de conseiller général entre 1800 et 1871 (Piéton de Prémalé, Anatole Gerdret, Frédéric Jourdain, Jacques Defontenay, Guillaume Petit) et sont conseillers d'arrondissement (Bernard et Henri Alexandre Delarue, Lhuillier). Enfin plusieurs accèdent à la députation, surtout sous la Révolution et l’Empire : Jean-Baptiste Decrétot (1789-1791), Charles François Dubusc (1792-1795 et 1795-1798), Jean-Baptiste Guillaume Langlois (1791-1792, 1799, 1800-1807 et 1815), Pierre Mathieu Frontin (1807-1811), Jacques Defontenay (1848-1852), Guillaume Petit (1863-1870). Sauf ce dernier, qui cumule les fonctions politiques, il ne semble pas que le mandat, même si celui de député oblige à gagner Paris, soit un obstacle à la direction d’une usine.

62Les difficultés financières ou techniques, les mutations économiques, l’attirance pour d’autres horizons sociaux ou culturels, l’attrait d’un pouvoir ou celui de Paris expliquent très largement les mutations du patronat textile lovérien, surtout au XIXe siècle. Alors disparaissent pratiquement de Louviers les familles des anciens fabricants, certes remplacées par d’autres, qui durent à l’occasion aussi longtemps : les Jeuffrain et Audresset sont présents pendant un siècle et demi, davantage donc que les Le Camus, Piéton ou Decrétot. Quoi qu’il en soit, cette analyse des lignées de fabricants lovériens et de leurs réseaux familiaux, de leurs origines géographiques et sociales, doit contribuer à éclairer un pan de l’histoire de l’industrie textile qui fit la renommée de Louviers aux siècles passés.

Annexes

Annexes

Il aurait été trop compliqué de représenter des arbres généalogiques complets. Aussi nous contenterons-nous de citer quelques lignages, en nous limitant aux unions comportant un fabricant. Les tableaux se présentent de la façon suivante : nom, prénom, dates de naissance et de décès des manufacturiers ou de leurs enfants, date de mariage (colonne centrale), nom, prénom, dates de naissance et de décès des conjoints. Les noms des fabricants (ou de leurs familles) sont en capitales : les Lovériens en caractères droits et gras, les Elbeuviens en italiques et caractères gras, les « horsains » en caractères droits. Les autres noms sont écrits normalement, les Lovériens en caractères droits, les autres en italiques. Le changement de génération est matérialisé par un saut de ligne. Le point d’interrogation signifie qu’on ignore le nom de l’éventuelle épouse ou qu’on ignore s’il y a eu mariage.

Les lignages présentés se veulent divers, aussi bien dans le temps (XVIIIe et XIXe siècles) que dans leur simplicité (Durand) ou complexité (Piéton).

Jeuffrain

JEUFFRAIN Aug. Jean 1780-1859

?

Crémière Marie 1761-1843

remariage

Demante Félicitée Denise

JEUFFRAIN Augustin 1805-1871

?

Crémière Marie Athanase 1809-1847

remariage

?

Demante Aglaé 1824-1900

JEUFFRAIN Paul 1809-1896

1834

Crémière Amélie 1810-1834

remariage

?

Lefort Anne Elis. 1822- ?

remariage

1856

Thenon Victorine Anne 1829- ?

JEUFFRAIN Octavie 1802-1892

1829

BERTRAND Franç. Alph. 1803-1876

JEUFFRAIN Paul Aug. 1840-1905

1865

Duchollet Alix Julie 1847- ?

Piéton

mariage

PIETON Louis Antoine 1709-1784

1742

MAILLE Marie Marg. Gen.
1722

PIETON Mathieu Louis 1744-1795

?

GRANDIN Marie Anne Gen.

PIETON Marie Anne Marg. 1746- ?

1771

DESCHAMPS Jacq. André
1741- ?

PIETON P. Mich. (Prémalé) 1748-1834

1777

DECRETOT Julie Ang. Franç.
1758-1849

PIETON Hélène Gen. 17491749- ?

1780

LANGLOIS Jean-Bapt.
1751-1811

PIETON Adélaïde Gen. 1785- ?

1815

GRANDIN Michel Pierre 1780-?

PIETON Jacques Louis 1787- ?

 ?

Sauvan Marie Mad. 1794- ?

PIETON Jean-Bapt. Louis 1788- ?

 ?

?

PIETON Thér. Julie Alex. 1778- ?

1792

Dibon Jean-Bapt. Roger 1761-1804

Remariage

 ?

de Laulne de Longchamp 1767-1832

DIBON Paul Adolphe 1799- ?

1836

Passy Alex. Clément. 1801-1849

De Laulne Caroline 1807- ?

1825

DEFONTENAY Aug. Félix
1792-1832

Decrétot

DECRETOT Jean-Bapt. Jos. 1699-1771

1725

Pctou Marie Franç. 1701-1733

Remariage

1739

Papavoine Marie Cath. 1721-1740

Remariage

?

Lemasson Marie Thér. 1718-1795

DECRETOT Augustin Nicolas 1730-1796

1759

LEMONNIER Jeanne Cath.
1734

DECRETOT Jean-Bapt.
1743-1817

?

?

DECRETOT Julie Fr. Ang.
1758-1849

1777

PIETON P. Mich. (Prémalé)
1748-1834

DECRETOT Aug. Jean-Bapt.
1775-1845

?

Hébert Marie Honor. 1787-1833

Le Camus

LE CAMUS François
1670-1743

1694

LEMAITRE Cath. 1655-1730

Remariage

1731

David Marie Marg. 1689-1781

LE CAMUS Marie Anne
1688-1733

?

LANGLOIS Barth. 1687-1758

LE CAMUS Antoine Brice 1720-1756

?

Charles Marie Mad.Cath.

LE CAMUS Jean-Bapt. Fr.
1700-1740

?

LEMAITRE Marie Anne Cath.
1707-1734

LE CAMUS Guill. Charles 1729-1792

1765

Bournisien Monique Ros. 1747- ?

LE CAMUS Fr. Pierre Ch.
1767- ?

?

Dumont Ang. Aimée

LE CAMUS François 1769- ?

?

Fontaine Marie Gen. Cél.

Petou

PETOU Pierre Paul 1696-1764

?

Frigard Marie Barbe 1703-1783

PETOU Marie Franç. 1701-1733

1725

DECRETOT Jean-Bapt. Jos. 1699-1771

PETOU Jean-Bapt. 1704-1764

?

?

PETOU Nicolas 1707-1773

?

Dagommer Marie Cath.

PETOU Michel Georges 1736-1814

1760

FLAVIGNY Marie Elis.
1727-1774

PETOU Michel Nicolas 1739-1800

 ?

?

PETOU Pierre Paul 1724- ?

 ?

Guillot Deslamberts Marie Mad.

PETOU Marie Anne Dor. 1761- ?

1781

FRIGARD Pierre Benj.
1750-1821

PETOU Elisabeth 1764-1794

1783

DELARUE Louis Henri
1756-1838

PETOU Scolastique Aimée 1766- ?

1786

DELARUE Henri Alex. 1760- ?

FRIGARD PETOU André

Benj. 1783- ?

1810

Lefaucheux de Saunoy 1789- ?

DELARUE Aimée Henriette 1787- ?

1809

PELLERIN Pierre Stan. 1783- ?

DELARUE Julie Aimée 1789-1861

1813

Bisson d'Angreville 1774- ?

DELARUE Lise Alex. 1790- ?

1812

FRIGARD Pierre Marie Benj. 1789- ?

Durand

DURAND Charles 1702-1750

 ?

Lefebvre Marie Cath. 1706-1738

DURAND Jean Charles

1732- ?

1766

DELACROIX Marie Cath. 1743- ?

DURAND Franç. 1735-1787

1764

LEMERCIER Mich. Franç.
1735-1776

DURAND Louis Charles 1778- ?

?

?

Maille

MAILLE Jean 1656-1726

?

Duboc Marie 1646-1724

Remariage

1725

Veuve LEMERCIER Elis.
1681-1728

MAILLE Pierre Mathieu
1684-1747

?

Davout Marie Marg. 1722-1747

Remariage

1721

David Geneviève 1693-1771

MAILLE Marie Anne Gen.
1722-1806

1742

PIETON Louis Antoine
1709-1784

MAILLE Jacques Mathieu
1723-1783

1748

Cochet du Saussoir Marie Anne 1730- ?

MAILLE Mathieu Guill.
1749-1800

1783

Martin Viet. Fr. Cath. 1759-1788

Remariage

1794

DECRETOT M. Th. Veuve Le Massif 1744- ?

MAILLE Mathieu Louis
1751-1781

 ?

 ?

MAILLE Mathieu Noël Pas.
1752-1808

1783

Martin Cath.

MAILLE Cath. Franç. 1753- ?

1776

PAYSANT DELAFOSSE Henri 1745-1820

Ribouleau

RIBOULEAU Jean Nic. Ben.
1768-1849

 ?

GERDRET Amélie Jos.

1776-1804

Remariage

1808

Bonnet Anne Jos. 1783- ?

RIBOULEAU Marie Jos. El.
1796- ?

1815

JOURDAIN Jean Rom. Fréd.

1789- ?

RIBOULEAU Jos. Ferd.
1809-1874

?

Chambellan Agathe 1827- ?

RIBOULEAU Fréd. Benoît
1812- ?

?

 ?

RIBOULEAU Adolphe
1813-1836

?

 ?

JOURDAIN Fréd. Jos.

1841

DAVILLIER Marie Léonie

1818-1894

1822-1846

Remariage

?

Caillou Georgette 1826-1892

Poussin

POUSSIN Alexandre
1798-1869

1820

BERTRAND Gen. Désirée 1796-1837

POUSSIN Joseph Alex.
1829- ?

1853

BERTRAND Céline 1830- ?

POUSSIN Etienne Alex.
1857- ?

1883

CHENNEVIERE Hél.Eug. Marie
1864- ?

POUSSIN Léon Marie Grat.
1863- ?

1892

Cornet Marie Virg. 1872- ?

R emariage

1900

Marteaux Marie Marg. Céc.
1863- ?

POUSSIN Paul Marie Nic.
1868- ?

 ?

 ?

Chennevière

CHENNEVIERE Delphis Jos.
1796-1876

1821

Lainé Eugénie 1801- ?

CHENNEVIERE Eugénie
Delph. 1822- ?

 ?

CHENNEVIERE Louis Jos.
Dés.
1817- ?

CHENNEVIERE Eugène
Delphis 1831- ?

1839

Bauche Marie Anne

CHENNEVIERE Hél. Eug.
Marie 1864- ?

1883

POUSSIN Et. Alex. 1857- ?

Gerdret

GERDRET Antoine Christ.

 ?

Lefebvre Anne

GERDRET Jean Marie Ant. 1774- ?

 ?

PELLERIN Félicitée Bl.

GERDRET Amélie Jos. 1776-1804

 ?

RIBOULEAU Jean Nic. Ben.
1768-1849

GERDRET Hippolythe Marie 1777- ?

1809

LOUVET Marie Julie Jos. 1786-?

GERDRET Anatole Henri
1780- ?

1809

RACINE Marie Ant. 1792- ?

GERDRET Louis Auguste

 ?

 ?

GERDRET Sauveur

7

 ?

Notes

1 Sur l’histoire du textile lovérien, BARBE Lucien, « Histoire de l’industrie du drap à Louviers », Bulletin de la S.E.D., 1893 (t. I) et 1894 (t. II). CHAPLAIN Jean-Michel, La chambre des tisseurs, Louviers cité drapière 1680-1840, Seyssel, Champ Vallon, coll. Milieux, 1984.

2 CHAPLAIN Jean-Michel, op. cit., p. 213.

3 Mémoires dirigés par Alain Becchia et soutenus devant l'Université de Rouen : DELASALLE (Bérengère), « La fortune des Quesné : étude du destin d'une grande famille de la bourgeoisie d'Elbeuf (1730-1880) », 1997 ; MAUNOURY (Manuéla), « Etude de généalogie sociale : les familles Bourdon, Petou et Sevaistre à Elbeuf-sur-Seine de la fin du XVIIIème au milieu du XIXème siècle », 1996 ; POUPART (Isabelle), « Etude d’une lignée elbeuvienne : Les Maille », 1998 ; VALIN (Sophie), « Etude démographique et sociale d’une grande famille d’entrepreneurs elbeuviens : les Grandin (1750-1850) », 1995.

4 La première mention de l’industrie drapière lovérienne apparaît en 1190 dans le vieux roman français Le chevalier au cygne. Au milieu du XIVème siècle, le chroniqueur Froissart dit de Louviers que c’« estoit une ville en Normandie où on faisoit la plus grosse planté (quantité) de draperie, et estoit grosse et riche, et moult marchandise ».

5 BECCHIA Alain, La draperie d'Elbeuf, des origines à 1870, Rouen, PUR, 2000.

6 Arch. dép. de la Seine-Maritime, C 314.

7 Plusieurs officiers et un notaire dépassent également les 10 £.

8 Extrait du privilège, in Lucien BARBE, op. cit., t. II, p. 27.

9 Ces deux derniers devenus bons catholiques.

10 Arch. dép. Eure, E 1805.

11 Les officiers, exemptés de la capitation, paient un fourrage (double de la capitation) souvent plus élevé : 72 £ pour le procureur fiscal Dagommer, 56 £ pour le conseiller au grenier à sel Etienne Papavoine...

12 YOUNG (Arthur), Voyages en France, réédition A. Colin, 1930, cité par CHAPLAIN (Jean-Michel), op. cit., p. 134.

13 Mais la rivale, Elbeuf, produit 13 000 pièces de draps et autres étoffes de qualité inférieure.

14 Sur ces incidents, BECCHIA Alain, op. cit.

15 Ces relations familiales ont été brièvement abordées par MALLET Jean, « Louviers et Elbeuf : alliances. Essai sur les rapports familiaux entre les deux villes », Revue Généalogique Normande, no 39, juillet-septembre 1991, p. 212-213.

16 Leur fille Adélaïde épousera son cousin, Michel Pierre Alexandre Grandin, en 1815.

17 Catherine, fille du drapier Jean Lemaître, veuve de Guillaume de Gruchy qu’elle a épousée en 1676, est âgée de 39 ans lorsqu’il l’épouse en 1694. François Le Camus se remarie en 1731 avec Marie Marguerite David, qui a alors 40 ans et lui 61. Un de ses frères, Charles, avait épousé une demoiselle de Gruchy.

18 Autorisé à s’appeler Mettol Dibon, reprenant ainsi en partie le nom de son grand-père, par décision judiciaire de 1836.

19 La fausse particule "Le" a été ajoutée au début du XXe siècle.

20 Sur cette entreprise, BODINIER Bernard, Audresset, deux siècles d'histoire, exempl. dact. Des extraits en ont été présentés dans le catalogue de l’exposition Portrait de la dernière filature de Louviers, l’usine Audresset, Musée de Louviers, 2001, p. 40-47.

21 Elle était « domestique » chez Augustin Jeuffrain lors du recensement de 1856.

22 Leur rivalité était incontestablement industrielle mais aussi politique, le fils de Germain Petit se présentant ce jour-là aux élections en même temps que Ribouleau, adjoint au maire depuis l'an VIII.

23 Seuls subsistent les bâtiments entourant la cour fermée par des arcades, rue Mendès France.

24 BECCHIA Alain, op. cit.

25 Il est aussi maire de Rueil-Malmaison de 1900 à 1906 et conseiller général de la Seine.

26 Sur l’implication des fabricants en politique, cf. BODINIER Bernard : « Louviers au XVIIIe siècle ou comment les fabricants investissent le corps de ville », Journées d’Etudes d’Elbeuf, avril 1999 (à paraître) ; « Dix ans de Révolution pour que tout reste pareil : le corps municipal de Louviers (1789-1799), En hommage à Claude Mazauric, pour la Révolution Française, P.U.R, 1998, p. 171-176 ; « Les élus municipaux de Louviers au XIXe siècle », Trames, 1998, no 364, p. 31-44.

27 Certaines familles, comme les Maille, se sont fait une spécialité de courir après les offices tout au long du XVIIIe siècle.

Auteur

Professeur d’Histoire Moderne, I.U.F.M. de Rouen

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540