Version classiqueVersion mobile

La draperie en Normandie du XIIIe siècle au XXe siècle

 | 
Alain Becchia

Regards croisés. Échanges et communications

Transferts technologiques de la France (Normandie, Languedoc et Ardennes) vers l’industrie lainière espagnole (1814-1870)1

Josep M. Benaul Berenguer

Texte intégral

  • 1 Ce travail a bénéficié de l’aide du projet de recherche du Ministère des Sciences et de la Technolo (...)
  • 2 Josep M. BENAUL et Esteve DEU, « The Spanish Wool Industry, 1750-1935. Import Substitution and Regi (...)

1En Espagne, l’industrialisation amena la concentration de l’industrie lainière en Catalogne, dans la zone bipolaire du Vallès occidental (Sabadell et Terrassa), situé à une vingtaine de kilomètres de Barcelone. Le processus de transition vit l’effondrement des manufactures royales centralisées ainsi que celui de l’industrie traditionnelle qui existait dans toutes les régions. Hors de Catalogne, l’industrialisation de l’industrie lainière se trouva limitée à quelques enclaves locales, parmi lesquelles doivent être mentionnées Béjar, les montagnes de la Rioja, Antequera (Malaga) et Alcoi (Alicante). Ces lieux d’activité cessèrent cependant, à l’exception d’Alcoi et dans une certaine mesure de Béjar, pendant la seconde moitié du XIXe siècle2.

  • 3 A Antequera, spécialisée dans la fabrication de bayettes (tissu dont la chaîne est en laine peignée (...)
  • 4 Ibid. Josep M. BENAUL, « Especialización y adaptation al mercado en la industria textil lanera, 175 (...)

2L’extrême concentration de l’industrie lainière espagnole est en étroit rapport avec son importance, modeste, car les centres catalans s’étaient spécialisés dans la production de tissus en laine cardée de qualité moyenne et supérieure destinés clairement à remplacer les importations, alors que les autres centres ne produisirent plus que du drap de qualité inférieure, dont le marché fut en grande partie absorbé par l’offre beaucoup moins onéreuse de tissus en coton. Sur le marché de la laine peignée, après l’effondrement de la majeure partie de la production traditionnelle de qualité inférieure3, l’industrie moderne se limita au milieu du XIXe siècle, à quelques filatures situées à Barcelone, lesquelles approvisionnaient les fabricants de tissus mélangés (laine-coton), d’étoffes d’ameublement, de tapisserie et de bonneterie, en même temps que le gros des importations des manufactures de laine était constitué par des tissus de laine peignée. Ce ne fut que dans les dernières décennies du XIXe que se développa en Espagne la production de tissus de pure laine peignée à grande échelle, à nouveau essentiellement en Catalogne et principalement dans le district du Vallès4.

3Au début de la période d’industrialisation, la technologie en provenance de pays plus avancés eut un rôle décisif. Dans le domaine de la laine cardée, le processus d’industrialisation démarra à partir de 1814. Jusque dans les années 1840, la technologie – tant sur le plan des machines que sur celui des procédés – vint essentiellement de France et de Belgique. Dans ce travail, nous nous proposons d’analyser la portée et la manière dont se fit ce transfert, c’est-à-dire à travers quels mécanismes s’opéra la transmission des nouvelles connaissances, et quels furent les processus de fabrication qui en bénéficièrent. Il convient de préciser, en même temps que l’on perçoit les capacités mises en œuvre par la société qui les adopte, si le processus de transfert s’est vu modifié par la croissance de ces mêmes capacités et par le progrès de l'industrialisation tout au long de la période étudiée. Quoique l'identification des agents du processus suppose un lourd exercice descriptif – que l’on ne peut faire qu’en utilisant des sources particulièrement variées et dispersées – il convient néanmoins de l’effectuer.

1. L’influence de la technologie française avant l'industrialisation

  • 5 En 1720, Antonio Casanovas exigea que la corporation des fabricants drapiers (paraires) de Sabadell (...)

4La France fut la référence principale pour ce qui est de l’amélioration de la qualité du drap fabriqué en Catalogne au cours du XVIIIe siècle. De 1720 à 1740, sous l’impulsion d’Antonio Casanovas et d’autres commerçants de Barcelone, de fabricants de drap de Sabadell, Terrassa, Esparreguerra, Olot et d’autres communes de Catalogne, le tissage se faisait à partir de laines aragonaises et l’on produisait des draps semblables à ceux fabriqués en Hollande, à Lodève, Carcassonne et en d’autres places étrangères. Dans certains endroits, les nouveaux types de drap remettaient en question les règles de la fabrication traditionnelle fixées par les corporations5.

  • 6 Jaime CARRERA PUJAL, Historia politico y económica de Cataluna del siglo XVI al XVIII, Barcelona, B (...)
  • 7 Arxiu Historic de la Ciutat de Barcelona (ACBH), Fons de la Junta de Comerç (FJC), libre 79, 28-IX- (...)
  • 8 Agustin Miret, commerçant catalan travaillant sur Madrid et Cadix, déplorait en 1790 que de nombreu (...)
  • 9 Gérard GAYOT, Les draps de Sedan 1646-1870, Paris, EHESS, 1998 ; Alain BECCHIA, La draperie... ; Jo (...)

5En 1770, Ignasi Galí, de Terrassa, fabriquait le drap comme à Amiens et avait aussi embauché un technicien français capable de produire barracans et serges lisses à fleurs6. A la fin des années 1780, Pau Roca fabriquait à Sabadell7 du drap étroit rayé, comme on le faisait en France, en Hollande et en Angleterre. Tout au long du XVIIIe siècle, dans les aires les plus dynamiques de l’industrie du drap, la conviction profonde était que le développement devait passer par l’innovation dans le domaine du produit. A la fin du XVIIIe siècle, le drap anglais de qualité supérieure et le drap de Sedan constituaient le modèle à imiter dans l’esprit de certains observateurs particulièrement exigeants sur la qualité du drap catalan8. Et effectivement, dans un cadre institutionnel et un contexte économique différents, Terrassa et Sabadell s’engagèrent dans une amélioration de la qualité du drap, semblable à celle qu’avaient connue Sedan, Elbeuf et Louviers au XVIIe siècle9.

  • 10 Francisco de ZAMORA, Diario de los viajes hechos en Cataluna, Barcelona, Curial, 1973, p. 374. En N (...)
  • 11 Lluis TORRÔ GIL, Proto-indústria i acumulació originària de capital a la vila valenciana d'Alcoi (1 (...)

6L’imitation du produit comportait aussi l’adoption des savoir-faire et des outillages nécessaires, de sorte que ces derniers furent aussi importés principalement d’Angleterre, pour laquelle le nombre de références est le plus important, et de France. La navette volante arriva en Catalogne de Carcassonne (Aude), une région qui, nous aurons l’occasion de le voir, devait prendre une importance de tout premier plan dans la diffusion de la technologie française en direction de l’Espagne. Cependant, quelques dizaines d’années s’écoulèrent entre 1790, année à laquelle a fonctionné le premier métier à tisser de ce type dans une localité de moindre importance industrielle, et sa diffusion dans les centres les plus importants, et avec un retard remarquable en comparaison avec certaines zones drapières françaises10. De même, comme l’illustre un exemple à Alcoi, l’effort pour améliorer l’opération du pressage amena à l’importation de presses depuis Sedan dans la première décennie du XIXe siècle11.

  • 12 Agustín GONZÁLEZ ENCISO, Estado e industria en el siglo XVIII : La fàbrica de Guadalajara, Madrid, (...)
  • 13 Il pourrait être originaire de Carcassonne ; nous trouvons en effet dans cette ville en 1816 et 181 (...)
  • 14 Arxiu Historic Comarcal de Terrassa (AHCT), Felix Gusi, Vigesimum Manuale 1748, certificats signés (...)
  • 15 Alexandre de LABORDE, Itinerario descriptivo de las provincias de Espafia y de sus islas y posesion (...)

7A une époque où l’outillage était relativement simple, les connaissances sur les produits et les procédés de fabrication étaient particulièrement importantes. La teinture de la laine ou du drap était un élément fondamental dans la qualité du produit, et tout indique que le retard espagnol était notoire. L’importance de la teinture et la qualité des techniciens français, les plus experts dans le domaine, furent prises en compte à la Manufacture Royale de Guadalajara où les maîtres teinturiers, dont les charges étaient les mieux rémunérées, étaient français ; la Manufacture Royale d’Ezcaray engagea aussi un directeur français12. Ce n’est donc pas un hasard si Vicente Barrelier (nom figurant aussi sous les graphies Baralle ou Barraller dans les documents) soit le seul et même teinturier des principaux centres espagnols : Alcoi (à partir de 1732), Terrassa et Sabadell (1748) et Béjar (1753)13. Il travailla à Terrassa pour trois importants fabricants dont l’un s’avouait « admiratif et sidéré » devant le vif des couleurs produites, et, dans une appréciation un peu moins enthousiaste, les autres assuraient qu’il s’agissait « d'une personne tout à fait habile pour teindre n’importe quelle sorte de drap et de laine dans n'importe quelle couleur, et particulièrement le noir, le brun clair, le gris plomb, le vert moyen, le jaune, le violet, le bleu, le rouge incarnat, le rouge vermillon, le carmin, le gris souris, le grenat, le gris-cendré, et toutes les autres couleurs dans lesquelles on a coutume de teindre laines et draps... »14. Cependant le retard dans les processus de teinture était toujours d’actualité au début du XIXe siècle. Un observateur français comme Alexandre de Laborde était d’avis que les draps de Terrassa ressemblaient de très près aux draps d’Elbeuf, mais qu’ils étaient moins foulés et que les couleurs sombres étaient moins réussies que celles des draps normands15.

  • 16 Josep M. BENAUL « Cambio tecnológico y estructura industrial. Los origenes del sistema de fâbrica e (...)

8Au début du XIXe siècle commencèrent à Terrassa et Sabadell les premières productions dues aux machines de fabrication locale pour ce qui est du cardage et du lainage. Pour ce qui est du filage, il semble qu’avant l’invasion française en 1808 on n’ait pas été au-delà de simples tentatives16.

  • 17 Alejandro SANCHEZ, « Les bergadanes i les primeres màquines de filar » et « Joan Rull i el cilindre (...)

9Le fait que ces innovations se soient produites dans la région où avait démarré la fabrication d’une draperie de qualité moyenne et bonne depuis le XVIIIe siècle, montre à quel point la spécialisation en question stimulait le développement de capacités et de qualifications techniques. Il ne faut pas oublier par ailleurs que les innovations de l’industrie cotonnière catalane ont aussi contribué à stimuler l’émulation chez les entrepreneurs drapiers les plus novateurs17.

2. La première mécanisation et les migrations de techniciens, 1814-1835

  • 18 Josep M. BENAUL, Guerra i canvi economic. L'impacte de la guerra del francès en la indústria llaner (...)
  • 19 Josep M. BENAUL, « Cambio tecnológico... », p. 203.

10Si la guerre contre la France (1808-1814) interrompit les premiers efforts de mécanisation18, après cette parenthèse le processus reprit de la vigueur sous l’impulsion de nouvelles circonstances. Les fabricants espagnols de tissus de laine durent faire face à l’intensification de la concurrence étrangère – plus avancée dans la mécanisation – et au bouleversement du marché provoqué par l’offre croissante – extérieure et nationale – d’étoffes de coton. Dans ce contexte le choix pour le drap de qualité des centres lainiers du Vallés était le plus appropriée. D’autre part, les conditions du transfert de technologie avaient changé dans la mesure où cette technologie n’avait cessé de s’améliorer dans les pays plus développés, de telle sorte que la technologie passée au crible de l’expérience était bien supérieure à ce qu’elle avait été à la fin du XVIIIe siècle. Enfin, la dynamique de l’innovation s’était accélérée au cours de ces décennies, de sorte que les machines étaient devenues meilleur marché que ne l’étaient les premiers modèles de construction locale antérieures à la guerre19. Une fois terminés les grands conflits entre les principales puissances européennes, tous ces éléments contribuèrent à accélérer et à généraliser les transferts de technologie dans les pays et les régions les plus douées.

11Pour ce qui est de l’industrie lainière catalane, ce processus peut se diviser en deux étapes. De 1815 à 1825 se trouva compensée une partie du retard accumulé à cause de la guerre grâce à la diffusion de machines de la première génération, dont les résultats étaient totalement éprouvés. De 1825 à 1835, certaines machines de la deuxième génération, utilisées auparavant dans les régions les plus développées, remplacèrent les précédentes alors que des exemplaires des autres commencèrent seulement à être introduites. Parallèlement, on fit des efforts non moins nets pour améliorer les technologies de certaines phases de la fabrication, comme la teinture, où les connaissances sur les procédés étaient plus essentielles que l’introduction de nouvelles machines.

2.1. Les « fabriques de filage à la française » ou « de drap dans le style de Sedan »

  • 20 Voir, par exemple, les descriptions de Vicente de FRIGOLA, Relaciôn de los pueblos de que consta el (...)
  • 21 David J. JEREMY, « Damming the flood: British governement efforts to check the outflow of technicia (...)

12La première mécanisation de l’industrie drapière concerne deux phases du processus de production : la préparation et la filature d’une part, l’apprêt et la finition des tissus d’autre part. Les nouvelles fabriques étaient appelées, dans la documentation de l’époque, « fabriques de filage à la française » ou « de drap dans le style de Sedan »20. Cela indiquait clairement aussi bien l’origine du transfert de la nouvelle technologie que le désir de rendre la qualité du produit fini comparable à celle des meilleurs draps du pays voisin. Bien que tout semble indiquer que l’on importa plus de machines de la firme belge Cockerill que des firmes françaises (Collier, par exemple), cela restait dans l’aire francophone et les contacts se faisaient souvent via la France. Eu égard aux obstacles que l’Angleterre mettait aux transferts de technologies21, l’importance du drap français de qualité supérieure, les constantes relations entre la France et la Catalogne, l’existence d’une considérable colonie française à Barcelone, la proximité des centres drapiers languedociens et la perméabilité de la frontière, il n’y avait rien de surprenant à ce que la nouvelle technologie fût en grande partie apportée de France.

  • 22 Les caractéristiques des machines de Cockerill, les plus répandues en Catalogne, et introduites à L (...)
  • 23 Ces incidents se produisirent là où il y avait de nombreux ouvriers dont les chances d’être réembau (...)
  • 24 Nous ne possèdons la trace de l’achat d’un assortiment à carder et à filer anglais qu’en 1828, avec (...)

13L’adoption de nouvelles machines suivit le même parcours qu’en France. Pour ce qui est de la préparation de la matière première et du filage furent introduits des assortiments composés de loups, de deux cardes, d’une machine à filer en gros ou bely et de quatre ou cinq jennies dont Cockerill fut le principal fournisseur22. Les réactions de type luddite se sont limitées à des populations très spécifiques23. Par contre, les mules-jennies ne furent utilisées que de façon tout à fait exceptionnelle et tardive, à la fin de la décennie 182024.

  • 25 AHCB, FC, ibid. 1-1-1834 et Oiler Hermanos y Compania, Inventarios, B-749, 1-1-1834.

14La généralisation de la navette volante n’eut lieu que pendant les années 1820. Nous trouvons ces métiers à tisser pendant les années 1830, qui avaient des rôts à lames d’acier au lieu de lames de roseau, dans les grandes entreprises de Terrassa25.

  • 26 Josep M. BENAUL, « Cambio tecnológico... », p. 207-209.
  • 27 Antérieures au brevet de la foluleuse cylindique de Dyer en 1833, elles devaient probablement être (...)
  • 28 Notre source (AHCB, FC, Libro de inventarios, 25-1X-1833), permet d’établir clairement la chronolog (...)

15Pour ce qui est de la finition, se généralisèrent les machines à carder, à brosser et à tondre (d’abord avec deux paires de ciseaux, puis avec des tondeuses horizontales aux lames hélicoïdales)26. A la fin des années 1820 et dans les années qui suivirent furent introduites d’autres machines permettant d’effectuer la finition, mais nous pensons qu’il y a là un fait exceptionnel et limité ; il s’agissait de machines modernes et de provenance anglaise : premières fouleuses27, presses hydrauliques, laineuses mobiles dans deux directions, machines à brosser avec jet de vapeur pour lustrer les draps et machines permettant de nettoyer les chardons des laineuses28.

  • 29 BC, FJC, Copiador de cartas, 92, Madrid, 1814-1816, 10-VIII-1814 ; Copiador de cartas, 130, 1814-18 (...)
  • 30 AHCT, Documents històrics 1815-1820, réponse aux questions, 18-VIII-1820.
  • 31 AHS, Fondo Turull, (FT), Correspondencia rebuda, Pau Sardà a Pau Turull, 25-11-1823.
  • 32 Memoria de la junta de calificación de los productos de la industria espanola remitidos a la exposi (...)
  • 33 En 1830, quatre fabricants de Sabadell achetèrent conjointement une méthode pour teindre en bleu et (...)

16La question des teintures restait toujours délicate. En 1814 et 1815, la Junta de Comercio de Barcelone soulignait le fait que le drap fin, particulièrement celui de couleur noire et bleue, qui sortait des fabriques catalanes pouvait déjà concurrencer les draps de Sedan et de Louviers de la meilleure qualité, et qu’il en irait de même pour les autres couleurs grâce à l’enseignement gratuit en chimie mis en place par cette entité. Néanmoins, cette emphase est excessive, puisque cette entité poursuivait l’obtention de mesures protectionnistes29. Cette situation nous est par ailleurs confirmée par le fait que les fabricants de Terrassa aient, en 1820, émis une protestation envers la Junta relativement au fait qu’elle dépensait des fonds pour envoyer des peintres et des sculpteurs à Rome au lieu de financer la venue de teinturiers français en Catalogne30. En 1823, un commerçant de Sabadell, installé à Cadix, écrit qu’il a vu : « des manteaux du meilleur drap bleu de Terrassa qui sont devenus complètement plombés au cours de l'hiver » et il recommande à un fabricant d’installer une cuve de bleu de manière à ce que cette couleur « ne vire pas »31. En 1827, on disait encore que le drap espagnol le plus fin « n'égale pas celui de Sedan, Louviers, Elbeuf et autres fabriques du Nord de la France »32. En ces années-là, la qualité de la teinture marquait la supériorité du drap fabriqué par certaines entreprises33.

  • 34 Sur les premières armées de l’Ecole et le rôle de son directeur, disciple de Chaptal, voir Agustí N (...)

17Un remarquable effort d’assimilation et de diffusion des innovations de la chimie, et tout particulièrement dans le domaine des teintures et de l’impression fut donc fait au début du XIXe siècle de la part de l’Ecole de Chimie de la Junta de Comercio de Barcelone, mais il semble que ces effets furent plus nets dans l’industrie cotonnière que dans l'industrie lainière34 C’est la raison pour laquelle les plus grandes entreprises de Terrassa, Manresa et Sabadell eurent recours, comme nous le verrons, à l’embauche de techniciens français.

2.2. Connaissances et diffusion des innovations techniques : fabricants, constructeurs et commerçants

  • 35 Centre de Documentació i Museu Tèxtil de Terrassa (CDMT), Copiador de cartes d’Anton i Joaquim Sagr (...)
  • 36 AHCB, FC, Bosch, Escudé y Compañia, Mayor 1828-1834, B-727. L’un des agents par l’intermédiaire duq (...)
  • 37 AHCT, Documents històrics, 1830-1835, « Copia del registre de pasaportes del ano 1833. Remitido el (...)

18Le déplacement des chefs d’entreprise dans les centres les plus avancés était sans doute le moyen le plus direct, quoique pas le plus fréquent à cette époque, pour obtenir des informations sur les machines étrangères et négocier leur importation. Nous savons que, une fois les troupes de Napoléon expulsées d'Espagne, Joan B. Galí et Salvador Vinyals, deux importants fabricants de Terrassa se trouvaient en France pour voir fonctionner les nouvelles machines35. Un certain nombre d’années plus tard, en 1828 et 1830, Pau Bosch, un associé de Bosch, Escudé et Cie, entreprise installée à Terrassa et à Martorell, fit un voyage en Angleterre pour acquérir des machines de la dernière génération, en contournant les obstacles que présentait la législation britannique36. En 1833, un autre fabricant de Terrassa, José Oriol Mauri se rendit à Paris, mais nous n’avons aucun détail sur son voyage37.

  • 38 Ramon OJEDA, « La fallida industrialización de una comarca textil riojana : el alto valle del Oja » (...)
  • 39 Agustin GONZALEZ ENCISO, Estado e..., p. 578 et 610. Il était, en 1827, directeur des teintures dan (...)

19Dans d'autres centres lainiers espagnols il a été établi que des fabricants se rendirent aussi à l’étranger38. Par contre, les longs séjours à l’étranger pour formation technique furent exceptionnels. Le cas le plus notable fut celui de Felipe Herrán, fils d’un fabricant d’Ezcaray (Rioja) qui apprit le métier de teinturier à la manufacture des Gobelins et dans des fabriques de Louviers et d’Elbeuf dans les années 182039.

  • 40 Louis BERGERON, « Douglas, Ternaux, Cockerill... », p. 78.
  • 41 Arxiu Alegre de Sagrera (AAS), Copiador de cartes de Joaquim Sagrera, 1818-1822, Joaquim Sagrera à (...)

20En outre, les constructeurs de machines ne se limitèrent pas à attendre l’arrivée des fabricants espagnols à leurs sièges ou délégations ; ils constituèrent des réseaux d’agents et de représentants qui allèrent visiter les principaux centres lainiers d’Espagne. La maison Cockerill était particulièrement bien placée pour accéder au marché espagnol ; elle avait en effet ouvert un établissement à Lodève pour approvisionner en machines les fabricants du Midi40. Elle disposait de deux agents en Espagne : J.B. Kaufman (que nous retrouvons à Terrassa en 1821 et en 1826) et Charles Bicheroux, établi à Alcoi et qui se rend à Sabadell et à Terrassa en 1826. Il semble que cette année-là la maison Cockerill avait deux dépôts, l’un à Alicante et l’autre à Bilbao. Nous retrouvons aussi Bicheroux à Ezcaray – en qualité de représentant de Kaufman – en 1829 et à Béjar à diverses reprises41.

  • 42 Joaquim Sagrera fait savoir à Kaufman que s’il décide d'acheter la tondeuse tranversale il s’adress (...)

21De gros commerçants de Barcelone ayant des intérêts dans l’industrie lainière, comme les frères Torrents Miralda, associés à la grande entreprise lainière Pablo Miralda et Cie, de Manresa, sont aussi parties prenantes dans la distribution des machines fabriquées par Cockerill, alors qu’une autre maison de commerce, Arabet, Gautier, Manning et Cie, assurait la distribution des machines fabriquées par Collier42.

  • 43 En 1818, le fabricant de Terrassa Joaquin Sagrera, ayant appris que Lacot devait se rendre en Franc (...)
  • 44 AAS, Copiador..., Joaquim Sagrera à Benet Lacot, 10-XII-1818. En 1826 Ramon Papell était le seul fa (...)

22Certaines personnes, qui vivaient dans des localités proches de la frontière avec la France, avaient une activité à mi-chemin entre le commerce et la contrebande. L’exemple le plus net est celui de Benet Lacot, de Camprodon, dont la veuve Miquela Feliu poursuivit l’activité après 1820. Ce négociant vendait des machines et des pièces de rechange aux fabricants de Sabadell et de Terrassa et il installa aussi, pour son compte personnel, les machines qui donnèrent lieu à l’épisode de luddisme de Camprodon en 182443. L’importation des pièces de rechange, qui, dans les premières années ne se fabriquaient pas encore en Espagne, n’était pas moins importante. Nous savons, grâce à la correspondance entre des fabricants et les Lacot, que ces derniers appréciaient peu les garnitures de cardes de Limoux, alors qu’ils considéraient comme très satisfaisantes celles que la Veuve Scribe fabriquait à Lille44.

  • 45 José VENTALLÓ VINTRÓ, Terrassa antigua y moderna, Terrassa, 1879, p. 289. Il n’existe malheureuseme (...)
  • 46 Jordi MALUQUER, « El desenvolupament regional i la teoria dels milieux innovateurs : innovació tecn (...)

23D’autres mécanismes de diffusion de la technologie étrangère furent beaucoup plus rares quoiqu’ils offrent des perspectives intéressantes. Bien que ce transfert ait été bloqué par l’invasion napoléonienne, la guerre offrit cependant quelques rares opportunités. Deux ouvriers de Terrassa, Antoni Petit et Joan B. Vendrell, qui avaient été emmenés à Sedan comme prisonniers de guerre, y apprirent à construire des machines à lainer et à tondre. Petit se mit ensuite à fabriquer ces machines à Terrassa et à Ezcaray45. Une fois la guerre terminée, les initiatives qui pourraient être qualifiées d’espionnage industriel sont devenues marginales et peu efficaces face aux voyages des fabricants de drap et au dynamisme commercial des fabricants de machines. Entre 1814 et 1816, le facteur d’orgues Domingo Cavaillé Coll assura ainsi quelques missions d’espionnage pour le compte de la Junta de Comercio de Barcelone. En 1816 il alla visiter les fabriques Faulquier Frères à Lodève et Grand à Bédarieux (Hérault). La même année, il donna des informations sur les machines et sur le coût de huit assortiments de filature de laine. Il est cependant improbable qu’il ait obtenu plus et de meilleures informations que celles rapportées par Galí et Vinyals en 181446.

2.3. Le rôle décisif des migrations de techniciens français et belges

  • 47 Il s’agit des principaux centres espagnols : Alcoi (Alicante), Béjar (Salamanque), Ezcaray (Rioja) (...)

24La présence de mécaniciens pour le montage des premières machines et d’experts, dont le rôle était de développer des procédés basés sur le savoir-faire plutôt que sur l’introduction de nouvelles machines, se révéla décisive dans les premiers stades de l’industrialisation. Une première liste, qui rassemble des données relatives à six centres lainiers espagnols de 1816 à 1850, nous donne un total de 64 techniciens étrangers, dont 44 étaient arrivés entre 1816 et 183447. Sur ces 44, il y avait 31 Français et 6 Belges ; pour ce qui est des métiers, les teinturiers étaient les plus nombreux (15 dont 14 Français) et 11 mécaniciens (5 Français et 4 Belges).

  • 48 Pouvoir de Pélagie Kromeraire, « consorte de Don José Lluch, Mayordomo de la Fàbrica de Panyos de l (...)
  • 49 « trois cents bras », d’après un document relatif à un conflit sur l’utilisation des eaux du Llobre (...)

25La grande entreprise Pablo Miralda et Cie, fondée en 1817, qui était à la pointe de l’innovation, fut la toute première à embaucher des techniciens français, tout d’abord sur son site de Sallent puis, au début des années 1820, à Manresa. En 1818, elle était dirigée par Josep Lluch Daniel, époux de Pélagie Kromeraire, fille d'un commerçant d’Avesne (Nord). Nous ne savons pas si Lluch avait vécu en France ni quelles étaient ses qualifications techniques, bien que quelques années plus tard, alors qu’il résidait à Manresa et qu’il avait toujours des activités à Sallent, il se qualifie de commerçant48. Dans la fabrique de Sallent, qui employait environ 150 ouvriers travaillait aussi un certain « monsieur Junglar », un ouvrier français vraisemblablement49.

  • 50 AHCM, Ciutat de Manresa (CM), 1159, Padro de 1824. Sur les 38 personnes recensées dans l’usine, la (...)
  • 51 AHCM, CM, 1159, Padro de 1824.

26En 1824, alors que la fabrique de Manresa fonctionnait depuis deux ans, on compte plusieurs Français parmi les 38 personnes qui vivaient dans le même établissement. Tout d’abord Jean Vergès, 36 ans et vraisemblablement ses deux frères, Edouard et Isidore, de 19 et 13 ans, tous les trois nés à Chalabre (Aude). Jean, dont l’épouse était de Manresa, était probablement directeur de la filature, puisqu’il se consacra ultérieurement à la filature du coton50. D’autres techniciens étaient de Sedan, Mathias Briancourt, teinturier, et Ramón Pranard, dont la fonction n’est pas précisée, et dont l’épouse et les enfants étaient nés à Sallent, ce qui indique qu’il avait travaillé dans la fabrique de cette ville51.

  • 52 Le fabricant s’appellait Buenaventura Caparà, et il était déjà employé dans la fabrique de Salient (...)

27Le cas de cette entreprise est aussi un bon exemple de la mobilité des techniciens et des connexions qu’elle engendrait. En 1827, nous trouvons à Terrassa Adolphe et Augustin Briancourt, teinturiers et originaires de Sedan probablement les frères de Mathias, domiciliés chez un fabricant de drap, lequel avait été employé par la fabrique Miralda de Manresa en 182452.

  • 53 Selon des renseignements que nous a fournis Bernard Bodinier, professeur à I’IUFM de Rouen, par l’i (...)
  • 54 Dans une lettre de sûreté du 16 janvier 1829, il signe Henri Hippolyte, mais, dans les documents po (...)

28C’est à Terrassa que nous trouvons les premiers techniciens normands. En 1826, le premier est Doctrovée Vallois, de Louviers, engagé par l’une des plus importantes entreprises de Terrassa, Oller Hermanos et Cie53. En 1829, et nous savons qu’il est arrivé l’année précédente, nous apprenons l’existence d’Hippolyte Delarue, un teinturier d’Elbeuf, qui travaille pour la société Bosch, Escudé et Cie, domicilié avec Josep Escudé, fabricant et associé de la compagnie. Vit avec eux un certain Louis Hoguet, certainement un Belge ou un Français, dont nous ne connaissons ni l’origine ni la profession54. Les entreprises Bosch et Oller fusionnèrent en 1833, bien que la nouvelle société finît en une faillite spectaculaire en 1837.

  • 55 Un passeport de 1838 établit la preuve qu’il est allé à Pont d’Armentera (Tarragone), où il y avait (...)
  • 56 Noté sur le passeport de Barcelone, précédemment mentionné, 3 septembre 1833 ; AME, J 1330 ; Alain (...)

29Valois, qui était, selon ses termes, directeur d’une fabrique de drap, vivait toujours à Terrassa avec sa famille en 1838 et 183955. De son côté, Delarue, après un séjour à Elbeuf entre septembre et octobre 1833, était toujours domicilié à Terrassa, malgré deux voyages certains à Manresa au cours du premier semestre 1834. Tout indique qu’il revint définitivement à Elbeuf à la fin du mois d’août de cette année-là. Dans sa ville natale, où il figure comme teinturier à partir de 1836, il eut une réussite rapide : sur les vingt-huit teintureries existant en 1847, son entreprise était la cinquième56.

  • 57 AHS, Francesc Viladot, Manual de 1829, fol. 402-403, 20-XII-1829.

30A Terrassa, les résultats du travail de ces techniciens furent tout à fait positifs et suscitèrent l’émulation. En 1829, Antonio Casanovas et Cie, de Sabadell, engageait un autre teinturier français, Charles Jean Muaro. Son contrat précisait qu’il devait tirer un meilleur parti des machines et de la matière première et qu’il devait en outre « surveiller et diriger le travail relatif à l’utilisation de la cuve de pastel que ledit sieur Casanovas doit faire construire sous la responsabilité du sieur Muaró, sur le modèle de celles qui sont utilisées dans la fabrique Xabarri (Bosch, Escudé et Cie) sise à Terrassa, et promettre que seraient réalisées par lui (le sieur Muaró) toutes les couleurs que la cuve en question permettait de réaliser avec les produits adéquats »57. La spécialisation dans la production de draps de qualité moyenne et supérieure avait poussé cette entreprise, malgré des possibilités financières plus limitées, à adopter une nouvelle technologie car elle aspirait à se faire une place dans le groupe des grandes compagnies lainières mentionnées ci-dessus.

  • 58 AHCT, Padró de 1824, « forasters » ; Padró de 1825, carrer del Vall, 58 ; Padró de 1827, carrer del (...)
  • 59 Rafael ARACIL et Màrius GARCIA, Industrializació..., p. 134 ; le père et le fils apparaissent domic (...)

31Certains teinturiers étaient aussi originaires du Languedoc oriental. François Monset, de Limoux (Aude), avait travaillé à Alcoi (Alicante) jusqu’en 1821. Il s’installa ensuite à Terrassa, où il est compté comme habitant en 1824, âgé de plus de soixante ans, avec ses deux fils, François et Louis, eux aussi teinturiers58. François Monset fils, marié à une catalane, travailla non seulement à Terrassa mais aussi dans d’autres communes. En 1829 il fait un déplacement à Pont d’Armentera, une commune de la province de Tarragone ayant une certaine activité textile lainière ; en 1831, nous le retrouvons chez Herp, une fabrique mue par l’eau et située à la limite de Sant Fruités de Bages et de Navarcles, près de Manresa59.

  • 60 Il s’agit probablement de la version espagnole de Mugnier. En 1826, la famille déclarait qu’elle ré (...)
  • 61 Claude MARQUIÉ, L’industrie..., p. 167-168. Rafael ARACIL et Màrius GARCIA, Industrialització..., p (...)

32Des foulons vinrent aussi de France, et tout particulièrement du Languedoc. Honoré Muné, de Limoux (Aude), qui avait travaillé à Sedan, arriva à Sabadell aux alentours de 182560. Arnaud Izart Marty (1799-1865), originaire de Caudebronde (Aude), commune de tradition textile et foulonne des montagnes de Carcassonne, mais formé à Laroque d’Olmes (Ariège), avait précédemment travaillé à Alcoi, où il avait appris aux ouvriers la fabrication de savon ainsi que le foulage doux. En 1832, il se trouvait dans les environs de Sabadell où il s’était associé avec le propriétaire d’un moulin de la localité voisine de Barberà61.

  • 62 Sur les Mazeline et leur déplacement de Louviers à Carcassonne, Rodrigue PILLEUL, « Jacques-Françoi (...)
  • 63 En 1826 il s’agissait probablement de courts séjours ; AHCT, Seguretat Pública. Registres de Passap (...)
  • 64 AHCT, Seguretat Pûblica. Registres de Passaports, 1823-1851, « Registre de pasaportes expedidos del (...)

33Le cas d’André Mazeline, mécanicien de Louviers, qui résida à Terrassa en 1826 et 1827, est particulièrement révélateur de la manière dont les innovations des centres les plus avancés de Normandie arrivaient jusqu’au Languedoc et partaient de là jusqu’en Catalogne. Son frère Jean-François Mazeline, qui avait inventé une machine à lainer dans cette ville normande en 1805, installa son atelier à Carcassonne en 1811. Là, les deux frères, continuèrent à breveter de nouvelles machines, à carder, filer, lainer, à tondre et autres qui furent adoptées dans les centres lainiers de l’Aude62. Compte tenu du courant d’émigration de techniciens de ces communes vers la Catalogne, il n’est pas étonnant qu’André Mazeline ait suivi le même chemin, vraisemblablement avec l’intention d’élargir le marché de ses produits. En 1826, il apparaît à Terrassa en compagnie des sus-mentionnés Doctrovée Vallois et Pascal Pelletier, probablement le beau-frère de ce dernier et, en 1827, il habitait chez les teinturiers Monset63. La même année lui fut établi un passeport pour qu’il puisse se rendre à Salamanque, ce qui signifie certainement qu’il allait à Béjar, la grande ville lainière de la province64.

  • 65 AHCT, Seguretat Pûblica. Registres de Passaports, « Registre de pasaportes refrendados, 1824 », 8-V (...)

34Un autre mécanicien, certainement venu en Espagne pour monter des machines fabriquées par Cockerill, s’appelait Juan Wera Cailloux, originaire de Liège. En 1824, il s’était installé à Terrassa et venait de Sallent ; il avait épousé une femme de Manresa, commune où était installé Pablo Miralda et Cie, entreprise qui avait acheté des machines chez ce fabricant belge65.

  • 66 AHCB, FC, Bosch, Escudé et Cia, B-727, Libro mayor, 1828-1834. Une partie des machines provenait de (...)

35Face à la présence massive des techniciens français, nous n’avons rencontré que deux techniciens anglais dans l’industrie lainière de ces années-là : un mécanicien, George Archer et un foulon, Samuel Ellis, appartenant au personnel de Bosch, Escudé et Cie. Outre les restrictions imposées par la législation britannique, la langue posait des problèmes très supérieurs à ceux attachés au français, puisqu’ils arrivèrent tous les deux accompagnés d’un traducteur. Enfin, leur séjour n’ayant duré qu’un an, leur action se limita à une seule entreprise et ne concerna que les machines de la dernière génération. Nous pouvons supposer que la diffusion des connaissances dans le reste de l’industrie que l’on doit à ces Anglais fut très restreinte66.

3. L’époque des voyages : changement du produit final et intensification de la mécanisation, 1835-1870

36L’industrie lainière du second tiers de XIXe siècle fut marquée par les processus qui lui furent contemporains : le développement de la fabrication de nouveautés et de l’intensification de la mécanisation due à l’énergie à vapeur.

  • 67 L’information la plus précise est celle fournie par José O. RONQUILLO, Diccionario de materia merca (...)

37Le début de la fabrication des « novedades » (traduction littérale du français « nouveautés ») se produisit à Sabadell entre 1837 et 1839 à l’initiative de Josep Duran et Cie et de Brujas, Bulbena et Cie, entreprises dans lesquelles certains commerçants de Barcelone avaient des participations67. Dans cette ville, où la spécialisation en question fut le plus développée, les métiers à tisser les nouveautés ou « patenes » (déformation espagnole du mot anglais patterns) constituaient plus du cinquième de ceux qui fonctionnaient en 1843.

  • 68 Sur la question de l’origine des nouveautés, que se disputent Elbeuf et Sedan, et sur les implicati (...)
  • 69 Un exemple de l’achat à Paris de cahiers d’échantillons ; AHS, FT, Correspondència rebuda, lettre d (...)

38De la même manière que dans le West Riding du Yorkshire et en Normandie, la fabrication des nouveautés naquit de la spécialisation dans la fabrication de drap de moyenne et de première qualité68. La production de nouveautés eut d’importantes implications technologiques qui affectaient le tissage (modifications des métiers à tisser, la plus connue étant celle introduite par Jacquard), la combinaison de fils de laine avec d’autres fibres (soie, coton, poils de divers animaux) et l’apprêt. Tout cela augmenta le besoin d’acquérir des connaissances sur les procédés de fabrication utilisés dans les centres qui se trouvaient à la tête de la production de ces nouveaux produits. Enfin, le dessin eut un rôle encore plus important parmi les inputs qui arrivaient de l’étranger, et particulièrement de France69.

3.1. Les voyages d’information et d’acquisition de technologies et les séjours pour formation. La Normandie, principale destination

  • 70 AHS, Passaports, 1800-1876, « Registre de passaports de 1840 », 18-XI-1840.

39A cette époque, les voyages des fabricants de drap furent beaucoup plus fréquents. Au début des années 1840 quelques-uns des principaux fabricants se rendirent en France et en Belgique. Josep Duran Sors, associé de José Duran et Cie de Sabadell, partit pour la France en 1840. Bien que nous n’ayons pas d’autres détails, la date est significative dans l’histoire de l’entreprise car elle se situe entre le début de la fabrication des nouveautés (1837) et la construction de sa nouvelle fabrique qui fonctionnait à la vapeur70.

  • 71 Josep M. BENAUL (1989), « Pere Turull... », p. 81-95.
  • 72 Comme le montre la correspondance de Turull, ces tondeuses de Cockerill et Poncelet étaient déjà co (...)

40Le voyage des fabricants Pere Turull Sallent, de Sabadell, et de Josep Sagret Pou, de Terrassa dans les principaux centres de construction de machines français (Rouen, Louviers, Elbeuf, Paris, Lille) et belges (Liège et Verviers) nous est mieux connu. Il eut lieu entre octobre et décembre 184171. Ce voyage eut pour conséquence une intense importation de nouvelles machines entre 1842 et 1845. En effet, les fabricants les achetèrent non seulement pour leurs entreprises, mais ils servirent aussi de commissionnaires et d’importateurs pendant la même période. C’est ainsi qu’arrivèrent à Sabadell et à Terrassa six machines à carder et quatre métiers à filer de chez Mercier Fils (Louviers), sans compter l’assortiment que la maison Francisco Marca et Cie, de Terrassa, avait commandé par l’intermédiaire de Turull ; quatre métiers à filer de Cockerill (Liège) et deux de Poncelet (Liège) ; une machine à lainer de Poncelet et une autre de Houget et Teston (Verviers) ; quinze tondeuses fabriquées par les mêmes ateliers, une Regnier Poncelet et une Cockerill (Liège)72 ; six fouleuses de chez John Hall, Powell et Scott (Rouen) et une de chez Lacroix (Rouen).

  • 73 Julien TURGAN, Les grandes usines..., p. 45-46.
  • 74 Quelques années après l’utilisation de l’un et l’autre systèmes, l’américain et le saxon, se confir (...)
  • 75 Josep M. BENAUL, « Pere Turull... », p. 93 : lettre de Turull à Mercier Fils, 5-V1-1842.
  • 76 Le contact avec cette maison put être favorisé par l’activité que la maison Hall, de Dartford, dont (...)

41C’est grâce à ce voyage que furent introduits en Espagne de nouveaux types de cardes utilisant le système américain de la mèche continue, système qui fut introduit en France par Louviers et au développement et à l’amélioration duquel avait contribué de manière décisive la maison Mercier73. Parallèlement, en Saxe, avait eu lieu une invention semblable, appelée « machine saxonne », développée par Cockerill (Belgique) et utilisée en Catalogne par la fabrique Miralda et Cie, de Manresa74. Cette innovation put aussi être adaptée sur les vieilles machines75. Bien que l’on utilisât déjà quelques mules-jennies depuis 1828, leur utilisation s’accrut à partir de l’importation qui eut lieu à la suite de ce voyage ; il s’agissait de machines de deux cents broches. Bien qu’elles aient été introduites en 1832, la diffusion des fouleuses date de la décennie suivante, ce à quoi contribua sans doute l’excellent résultat des machines de chez Hall, Powell et Scott76. Outre qu’ils contactèrent les fabricants de machines, les deux fabricants catalans visitèrent aussi des fabriques textiles, parmi lesquelles celle de Favrel à Louviers.

  • 77 Arxiu de l’Ajuntament de Terrassa, Libro de actas, 1840-1847, 26-V-1843.
  • 78 AHS, Passaports, 1800-1876, « Registre de pasaportes distribuidos en el ano 1844 », 29-1X-1844. Jos (...)

42En 1843, Serafi Sanmartí, gendre de l’important fabricant de Terrassa, Joaquim Galí77, fit un voyage en France. En octobre 1844, le jeune fabricant Antoni Casanovas Ferran, de Sabadell, partit pour la France et quelques mois plus tard arrivaient à Barcelone les machines embarquées dans le port de La Ciotat78.

  • 79 AHS, FT, Correspondència emesa, Turull à Mercier fils de Louviers, 3-I-1844. Arxiu Historic de Prot (...)

43Outre ces voyages destinés à acquérir de nouvelles machines, il y en eut d’autres, davantage centrés sur la formation des jeunes fabricants et des techniciens. En 1844, à l’âge de 18 ans, Andreu Duran Mimó, fils du précité Josep Duran, après avoir été employé à Carcassonne en 1843, arriva à Louviers dans la maison Mercier, recommandé par Pere Turull puis il continua à se former à Elbeuf dans les établissements Delarue79.

  • 80 « Ignacio Amat y Gall », Gaceta de la Producción Lanera, VIII, 175 (10-IV-1891).
  • 81 AHPB, Ramon Torres, Manual de 1856, fol. 390-391.
  • 82 A l’occasion d’un voyage en France et en Belgique, les 25 et 26 mai 1842, José Moreno Burgos, fabri (...)

44Ignasi Amat Galί, de Terrassa, arrivé à Elbeuf à 18 ans, y resta de 1839 à 184280. En 1856, le Barcelonais Pere Dòria Bulbena, qui possédait des parts dans une entreprise de Sabadell, résidait aussi à Elbeuf81. Pour d’autres fabricants espagnols originaires de localités où l’industrie lainière était moins avancée, les visites aux centres de production normands étaient, de la même manière, incontournables82.

  • 83 Josep M. BENAUL (1989), « Pere Turull... », p. 90 ; AHS, FT, Correspondència rebuda, lettre de Merc (...)
  • 84 Pour Josep Badia, filateur de Sabadell, il construisit en 1839, en collaboration avec le menuisier (...)

45Certains constructeurs de machines catalans firent aussi le voyage en Normandie. En 1844, Pere Casanovas Comerma et son fils, Pere Casanovas Pou, allèrent en France et en Belgique. Ce dernier, qui avait été élève de l’école technique de la Junta de Comercio de Barcelone, fut employé pendant un certain temps chez Mercier à Louviers83. Cela contribua sans aucun doute à améliorer les performances de son entreprise, la meilleure de Sabadell dans sa spécialité. Si, en 1839, il fabriquait encore des machines à carder de la première génération ainsi que des jennies, vers les années 1855, il fabriquait des mules de 200 broches et réparait ou construisait aussi des tondeuses84.

  • 85 Son passeport établi pour Paris ne nous informe pas du détail de son voyage, bien que le fait qu’il (...)

46Les techniciens étrangers, établis pendant de nombreuses années dans les centres lainiers espagnols, effectuèrent aussi des voyages pour se mettre au courant des innovations. C’est certainement la raison du séjour en France de plus de deux mois du teinturier François Monset en 1840 et d’Enrique Monset, domicilié à Salamanque (à Béjar certainement), dix-huit ans et probablement fils du précédent, que nous retrouvons à Elbeuf en 184685.

  • 86 En 1857, Josep Volta Vivé, l’un des fabricants les plus innovants de Sabadell, fut délégué pour vis (...)
  • 87 AHS, FT, Correspondència rebuda, Pau Turull à Pere Turull, 15-IX-1859.

47Dans les décennies qui suivirent, ces voyages pour recherche, achat de machines et apprentissage devinrent aussi des voyages au cours desquels on visitait et on participait aux expositions internationales ; c’est même ainsi que commença le tourisme bourgeois86. L’un de ces voyages fut effectué par le jeune Pau Turull Comadran en 1859, lequel, suivant les pas de son père, se rendit à Elbeuf, Louviers et Londres. Il visita les ateliers Mercier à Louviers où on lui montra les métiers à tisser mécaniques Jacquard, sur lesquels étaient fabriquées les nouveautés, ainsi que d’autres métiers à tisser mécaniques sur lesquels étaient fabriqués les différentes sortes de satins et de drap. Dans un village proche de Louviers, il visita la fabrique de Bellest, où il vit une machine à encoller, une machine à faire les canettes et des métiers à tisser mécaniques87.

3.2. L’importation de machines par l’intermédiaire de commerçants et de commissionnaires : vers le déclin de l’importation des machines normandes

  • 88 En 1843, il avait la fonction de consignataire dans l’importation de machines pour Turull ; AHS, FT (...)
  • 89 AHS, FT, Correspondència emesa, lettres à Goutelle, 31-XII-1841, 24-I-1842, 15-IX-1842, 28-II-1843, (...)

48Bien que l’expérience antérieurement relatée des fabricants Turull et Sagret, qui jouèrent dans certains cas le rôle d’importateurs, puisse laisser penser que ce commerce n’était pas tout à fait au point, il est de fait que, tout au long de ces années, l’importation des machines de la part des commerçants catalans augmenta, favorisée par le double effet du développement de l’industrialisation et de la libéralisation de l’exportation depuis le Royaume-Uni à partir de 1843. Dans les années 1840, Caries Torrents Miralda, que nous avons précédemment rencontré lié aux activités de Cockerill, eut un rôle très remarquable. Dans les années quarante et cinquante, le Français Jean P. Joseph Canal, dont la société Canal et Briguiboul poursuivit son activité jusqu’en 1868, se montra particulièrement actif88. Par ailleurs, dans les années 1840, se poursuivait l’importation de pièces de rechange et de garnitures de cardes en provenance de Lille (Scribe Frères), par l’intermédiaire de commerçants de Carcassonne tels que la maison Goutelle. Les envois en Catalogne s’effectuaient par la mer depuis Marseille ou Port Vendres et par la terre via La Junquera et, surtout, les routes de montagne d’Osseja89.

  • 90 Le même Fumière se trouvait à Barcelone en août 1858 ; AHS, FT, Correspondència rebuda, lettres et (...)

49Quelques années plus tard, les fabriques de Turull et de José Duran et Cie, à Sabadell, faisaient l’acquisition de différents types de garnitures de cardes achetées chez Victor Fumière90 à Rouen.

  • 91 AHS, Francesc Viladot, Manual de 1861, II, fol. 678-680, Arxiu Historic de Protocols de Barcelona ( (...)

50Divers renseignements, généralement liés à des questions relatives à la vente, confirment que l'importation des machines de la maison Mercier continua dans les années 1860. En 1861, par exemple, Joan Giralt, filateur de Sabadell, devait 3 000 pesetas à Antoine Mercier ; cette somme constituait une partie du prix d’un assortiment à carder et à filer. Devant l’impossibilité de rembourser sa dette, Giralt vendit l'équipement à d’autres fabricants pour une somme de 14 500 pesetas, ceux-ci s’engageant à payer la dette à Mercier. La même année, fut créée sous seing privé une commandite pour une entreprise de filature à Sabadell entre Prosper Levasseur, résidant à Louviers, et José Gallardo, né à Antequera et résidant à Barcelone. Levasseur, dont le fondé de pouvoir était un autre Français, Silvère Roger, avait acheté un assortiment à carder et à filer à Mercier ainsi que les plaques et les garnitures de cardes à Merou, de Rouen. Exactement un an après, Gallardo remettait le montant de l’achat de la totalité de l’équipement à Levasseur et il en devenait propriétaire. Comme Levasseur ne résidait même pas en Catalogne, il ne semble pas incongru de considérer cette commandite comme une stratégie de vente91.

  • 92 Il vend une machine anglaise de 300 broches en état de marche à Pedro Mr. Armengol Torras ; AHCT, J (...)
  • 93 AHS, Camil Mimó, Manual de 1865, II, fol. 691-694 ; AHCT, Jacint Soler, Protocol vintè, I, fol. 747 (...)
  • 94 El Eco del Vallés 136 (2-II-1867).

51A cette époque, la maison Mercier disposait d’un représentant pour Sabadell et Terrassa, Josep Ubach Roca, propriétaire d’une filature de laine dans cette même ville et revendeur de machines d’occasion de provenances diverses92. En 1865, Ubach, en qualité de mandataire de Achille Tranquille Mercier dut baisser de 20 % le prix d’un assortiment à carder vendu à une importante maison de Sabadell, Buxeda Frères, parce qu’il « ne présentait pas toutes les conditions utiles et nécessaires stipulées ». La même année, il vendit à la Veuve Galí et Fils de Terrassa, un autre assortiment à carder arrivé pour Juan Sallarès, de Sabadell, qui avait finalement renoncé à son achat. Dans le premier et le dernier cas, le paiement des machines à Mercier s’effectua en plusieurs fois. Dans le dernier, il s’effectua en trois paiements équivalents, un par semestre et sur un an et demi93. Finalement, en 1867, étaient offerts dans la presse de Sabadell deux lots de machines à filer la laine presque neuves, de marque Mercier, et deux machines de 250 broches chacune94.

  • 95 Les commerçants étrangers établis à Barcelone jouaient un rôle important : James Sykes était le rep (...)
  • 96 Exposition que los fabricantes de lana de Sabadell, Tarrasa y Olesa elevan al Exmo. Ministro de Hac (...)
  • 97 D’après la correspondance d’une filature de Sabadell, nous savons que trois fabricants avaient ache (...)

52Tout semble indiquer que l’intérêt de l’industrie lainière catalane pour les machines françaises et particulièrement normandes diminua très sensiblement à partir de 1845. Y contribuèrent la libéralisation de l’exportation au Royaume-Uni (nous y avons déjà fait allusion), la capacité croissante de la fabrication de ce type d’outillage en Catalogne et le développement d’une nouvelle génération de machines dans l’industrie de la laine cardée (Léviathans, cardes perfectionnées, self-actings, métiers continus pour le doublage des fils, premiers métiers à tisser mécaniques) qui venaient essentiellement de Belgique et du Royaume-Uni, et, dans une moindre mesure, de France (d'Alsace particulièrement) et d’Allemagne, les fabricants ayant d’efficaces représentants à Barcelone95. Quoique nous ne puissions pas réaliser d’estimations quantitatives, il est significatif que ni Mercier, ni Hall Powell & Scott ne soient mentionnées dans le bilan des technologies prédominantes en 1869, alors que l’est la société belge Houget et Teston. C’est sur cette même source que se fondent nos affirmations sur la prédominance de la technologie des pays en question à partir de 186096. Finalement, les documents notariaux et des entreprises confirment, malgré leur caractère nécessairement impressionniste, la prédominance des machines belges pour ce qui est des cardes et des machines britanniques pour ce qui est du filage, au cours des années 186097.

3.3. La baisse de l’immigration des techniciens français

53Bien qu’à cette époque les techniciens français continuèrent à arriver en Espagne, essentiellement avant 1850, ils n’étaient plus aussi nombreux que précédemment et nous ne trouvons parmi eux aucun normand. Dans la liste citée dans notre deuxième partie ne figurent que 20 techniciens nouveaux entre 1835 et 1850, dont 17 Français : quatre teinturiers, trois mécaniciens, trois foulons, deux fabricants de garnitures de cardes, deux directeurs de fabrication, un directeur d’apprêts, et deux autres, dont le métier n’est pas indiqué.

  • 98 AHCT, Padrón de vecinos de 1843 ; Documents històrics, 1848-1858, « extranjeros residentes en Terra (...)

54Aux alentours de 1838, nous trouvons installé à Terrassa Joseph Raoux, fabricant de cardes, né à Le Garn (Gard). Dans les années 1840, il poursuivit cette activité en compagnie de son fils Ignace, né à Montpellier98

  • 99 Arxiu de la Corona d’Aragó (ACA), Hacienda, Contribución industrial y de comercio, Barcelona, « rep (...)
  • 100 ACHT, Joan Daura, Manual de 1845, fol. 20-21 ; Documents històrics, 1848-1858, « extranjeros reside (...)
  • 101 Bien qu’il eût le même nom, François Frédéric était le beau-père de Barthélémy ; AHCT, Juan Carranc (...)

55Les teinturiers continuaient à avoir une place très importante. En 1838, Paul Puech était teinturier pour le rouge à Barcelone, mais il devint rapidement fabricant de drap (filature et tissage) de laine99. A Terrassa, nous trouvons Louis Monset, fils de François (qui s’y installa définitivement comme entrepreneur), le lyonnais François Pascal Ferroul, arrivé vers 1842, où il fut le responsable en chef de Pere Codina vers 1845, puis teinturier à son compte avant de s’installer quelques années plus tard à Sabadell100 ; les Charrier, qui sont arrivés depuis 1850 : François Frédéric, de Saint-Agrève (Ardèche), Barthélémy, de Valence (Drôme), et Balthazar, de Lyon ; le premier passa de Terrassa à Barcelone et les autres travaillèrent à Terrassa101. Frédéric Chaloux Leveille, de Magny-en-Vexin (Val d’Oise) se trouvait à Barcelone en 1850.

  • 102 AHS, Registres de baixes, 1836-1847, 28-V-1839 et 27-IX-1839 ; Passaports, 1800-1876, Alcoi, 24-VI- (...)
  • 103 Il est mentionné pour la première fois dans la Contribuciôn Industrial de 1856. L’outillage de son (...)

56A Sabadell. nous trouvons les Soria, une famille au nom espagnol, provenant de Sedan et très habituée à se déplacer. Le père, Mariano, probablement né en Espagne, teinturier, marié à Margarita Muñé Gordon, fille du foulon précédemment mentionné, avait abandonné Sabadell en 1839 pour résider à Alcoi, malgré un retour temporaire à Sabadell en 1844 ; son fils, Nicolas, signalé comme directeur, arrive à Sabadell en 1833, part à Terrassa en 1835, revient à Sabadell et repart pour Alcoi, lui aussi, en 1839 ; il semble qu’il revint à nouveau à Sabadell aux alentours de 1841102. Et finalement Jean B. Amade Laffite, teinturier et chapelier, qui arriva à Sabadell d’Avignon vers 1855 pour s’établir comme entrepreneur dans ces deux activités103.

  • 104 Références sur les Roumens au XVIIIe siècle dans Claude MARQUIÉ, L'industrie..., p. 136. AHCT, Docu (...)
  • 105 AHS, Passaports 1800-1876, passeport délivré par le consul de France à Barcelone pour se rendre à M (...)

57Chez les foulons, il faut mentionner les Roumens, de Montolieu (Aude), noms de famille et de lieu de longue tradition foulonne. En 1849, Thomas se trouve à Olesa de Montserrat et en 1851, il loue une fabrique à Terrassa ; Paul est à Terrassa en 1843 ; Pierre prend en location deux machines à fouler au moulin de Sant Oleguer à Sabadell en 1859104. Enfin, le sus-mentionné Arnaud Izard Marty, continua son périple par Martorell (1840), Sabadell (1841) et, quelques années après, Castellar del Vallès, près de Sabadell105.

  • 106 AHCT, Documents històrics, 1848-1858, 17-IX-1849.
  • 107 En 1840, il est inscrit comme réfugié et dispose d’un passeport intérieur établi à Figueras. Antoni (...)

58Etaient encore techniciens le fabricant (directeur) de drap Simon Jean (Terrassa, 1849106) et Jean P. Joseph Canal, fabricant, de Sainte-Colombe-sur-l’Hers (Aude), qui avait travaillé en 1840-41 (avec des résultats médiocres) pour Antoni Casanovas et qui devint rapidement, ainsi que nous l’avons vu, importateur de machines à Barcelone107.

59A la différence de ce qui s’était produit à l’étape précédente, la majorité des techniciens mentionnés s’établirent comme entrepreneurs ou remplirent cette fonction au bout de peu de temps.

4. Conclusion

60Compte tenu de sa spécialisation dans la fabrication du drap de laine de qualité moyenne et supérieure, l’industrie lainière catalane se vit obligée à intégrer l’ensemble de ces innovations technologiques. Les entreprises les plus importantes, qui se trouvaient à la tête de cette stratégie et qui disposaient de plus de moyens financiers donnèrent l’impulsion au processus.

61Pendant la période 1814-1845, le transfert de technologies concerna essentiellement l’introduction des machines – laquelle permit la mécanisation des processus de préparation, de filature et de finition – et l’acquisition de connaissances sur les procédés non mécanisés mais déterminants pour la qualité du produit fini, ceux concernant la teinture, par exemple. Si l’information et la commande de l’outillage purent être réalisées grâce aux voyages des fabricants et grâce à l’action de ces mêmes constructeurs ou de leurs intermédiaires commerciaux, le montage et le premier apprentissage de leur fonctionnement requit la présence de mécaniciens monteurs. Pour ce qui est des procédés basés sur le savoir-faire, l’incorporation de techniciens étrangers fut décisive durant cette période, comme le montrent les exemples de la teinture et, dans une moindre mesure, du foulage. Bien que certains techniciens fussent arrivés « motu proprio », certains de ce que leurs compétences allaient leur ouvrir les portes des entreprises, d’autres – dont il nous reste une trace plus certaine – étaient engagés par les entreprises, surtout par les plus importantes : Miralda à Sallent et Manresa, Bosch, Escudé et Cie et Oller et Frères à Terrassa, et Antonio Casanovas à Sabadell.

62Les techniciens venaient principalement de France et particulièrement des centres lainiers les plus actifs de l’Aude (Limoux, Chalabre), qui, de plus se trouvaient les plus proches de la Catalogne, et des localités de pointe de la Normandie (Elbeuf et Louviers) ainsi que des Ardennes (Sedan), bien plus éloignées géographiquement mais leaders dans le développement de produits et de procédés. Tout indique que les centres de l’Aude fonctionnèrent comme des lieux charnières entre les centres avancés de la France septentrionale et la Catalogne pendant cette période. De leur côté, les techniciens belges, dont la présence en Catalogne semble de moindre importance et plus épisodique, apparaissent liés à la Maison Cockerill et venaient, par conséquent de la région de Liège.

63L’industrie lainière catalane manifesta une remarquable capacité d’absorption de la technologie transférée dans la première période. Parmi les facteurs qui y contribuèrent, il convient de retenir : la tradition de réception des technologies étrangères que nous avons constatée au XVIIIe siècle ; l'émulation mise en branle par la mécanisation antérieure de l’industrie cotonnière ; un vivier de menuisiers et de serruriers existant dans les centres industriels et familiarisés précocement avec la réparation et la construction de machines textiles et qui s’étaient déjà trouvés à la tête d’un mouvement d’innovation avant la guerre d’indépendance ; l’apparition de techniciens locaux, dont la connaissance des procédés était basée sur leur propre expérience grâce à leur mise en contact avec le savoir-faire des techniciens étrangers et, beaucoup plus rarement, grâce à un apprentissage théorique. Finalement, cette capacité d’apprentissage permit à la Catalogne de fonctionner comme centre secondaire de diffusion technologique pour les autres centres espagnols.

64A partir de 1840, la question essentielle fut de se tenir au courant des innovations en matière de produits et de procédés. C’était l’objectif des voyages des fabricants et des techniciens locaux ; ils ouvraient aussi des voies plus directes et complémentaires pour l’importation directe de machines chez les constructeurs. De manière significative, quoi que l’importation des nouvelles machines ait considérablement augmenté à partir du voyage de Turull et Sagret du début des années 1840 jusqu’à l’acquisition des premières self-acting et métiers à tisser mécaniques, au milieu des années 1860, les sources, assez abondantes, non seulement ne mentionnent plus la présence de monteurs étrangers, mais montrent explicitement qu’il y avait déjà une compétence locale plus que suffisante, à laquelle avait aussi contribué le développement de l’industrie cotonnière de la région. Cela explique aussi que l’importance du rôle des techniciens étrangers dans les procédés basés sur des connaissances ait aussi diminué dans ces années-là. L’exemple de la teinture, très important comme nous l’avons vu, l’illustre une fois de plus. En 1856, il y avait à Sabadell et à Terrassa environ dix-huit entreprises de teinture de la laine, dont trois seulement avaient été fondées par des teinturiers français. En plus de cela, la majeure partie des teinturiers et des autres techniciens français (foulons, fabricants de cardes) eurent, pendant cette période, plutôt un rôle d’entrepreneurs que de salariés.

65L’offre locale de techniciens (teinturiers, directeurs de filature et de tissage), formés par un apprentissage sur le tas, parfois complété par quelques leçons particulières, notamment dans la théorie des tissus – et plus rarement quelque forme d’enseignement organisé – ne sembla pas se restreindre pendant ces années-là et donna la preuve qu’elle était suffisante.

66De fait, l’industrie lainière catalane ne connut à nouveau l’expérience de l’intégration de techniciens étrangers que dans les dernières décennies du XIXe siècle. Ce fut toutefois une autre histoire. Non seulement l’arrivée de ces techniciens fut, dans une large mesure, associée à l’investissement de capitaux étrangers, surtout français, mais les techniciens vinrent, comme l’on pouvait s’y attendre des districts de France où l’industrie de la laine peignée était la plus développée.

Annexes

Annexe

I. Lettres envoyées par Pablo Turull e Hijo (l’orthographe des documents originaux a été conservée).

Sabadell Janvier 6/1842

Monsieur Mercier Fils à Louviers

Monsieur : Notre Pierre il est arrivé dans cette ville avec perfectement santé. A plus de la carde y un métier de 200 broches que nous vous avons acheté, vous nous envoyairez una carde repasseuse à quatre travailleurs avec peigneur de tambour en bois de chêne de 38 1/2 de large et les travailleurs et volant en fer, ausi one filateur de 200 broches dispossé pour le boudin continu égal à les otres machin nous vous avons acheté y vous la anvoyairez toute promptement à fin que otres fabricants vous fairan demande. A trente jours de date va une première de change de 975 francs y charge de Messieur J. A. Blanch Colin & Compa, de Paris que vous nous abonera en compte. Dans la attente de vos ordres nous restant vos tout dévoué.

Sabadell Février 23/1842

Monsieur Mercier Fils (Louviers)

A fin d’avoir un assortiment compte vous nous envoyairez un brisoir de 38 1/2 de large à quatre travailleurs et volant en fer, tout le mêm que la carde repasseuse, me il e convenient que vous envoyez notre comande immediatement.

En castellano le pedimos una guia de hierro para tornear y que venga todo bien y pronto, si puede ser por todo el proximo marzo en Barcelona.

Sabadell Marzo 24/1842

A los SS, John Hall Puvell at Scot (Rouen)

Muy SS. Nuestros: Estrañamos infinito que habiéndole recomendado tanto nuestro Pedro y Dn. Juan Sagret que remitiesen luego a lo menos un fulon por cada uno y le machin pour degrater,1 que habiendo pasado tanto tiempo no lo hayan hecho, pues nos hacen tanta falta, que es preciso que luego de recibida la presente las remita inmediatamente porque tienen que trabajar de cualquier manera, pues hacennos falta dichas máquinas y una falta extraordinaria.

Sabadell Junio 5/1842

A los SS. Mercier e Hijo

Louviers

Muy Sr. Nuestro: Con su favorecida del 22 d/p vemos que el retardo del envío no es culpa de V. sino no ser las planchas de hierro para cubrir los trabajadores, pues eso debía V. prevenirlo, porque el retardo de las màquinas a nosotros nos ha sido un perjuicio de consideración y también Io ha sido para V. porque si otros fabricantes de esta hubiesen visto andar bien nuestras máquinas, habrían hecho inmediatamente pedidos, de manera que hay fabricantes que han ya comprado el aparato del Buden para aplicar a los surtidos viejos. En fin, espero nos procurará hacernos inmediatamente la remesa.

Estamos bien persuadidos que el aparato del Buden sale mejor con bobina que con la correa, se servirá arreglarlo con bobina y cordones para hacerlo andar rebajándonos del precio los 161 francos que pagábamos de mas por tener los dos sistemas.

La guia de tourner le cilindre y émery es indispensable que Vd. lo remite pero que sea mâs sencillo, que no cueste la 3a parte de lo que Vd nos dice, porque en ésta lo ceden a precios mâs arreglados. Los silindros de hierro y volant es menester que vengar bien arreglados a fin de no tener que tornearlos.

Sobre todo que venga todo bueno y pronto a fin de que otros fabricantes le hagan pedidos.

Sabadell Marzo 16/1844

Al Sr. Mercier hijo

Louviers

Muy Sr. Ntro : Sirve la presente para manifestarle que tenemos un surtido de màquinas de Choqueril2 y desariamos poner a la cardadora un aparato semejante al que V. nos vendió, solo que lo deseariamos sencillo, es decir, que las bobinas donde pasen los hilos se moviesen por medio de cordones, del mismo modo que, cuando estuvo en ésa nuestro socio con Sagret, tenia un surtido el Sr. Fabrel, principal de la casa Fontanet. Dicho surtido tiene 86 centimetros de ancho, por consiguiente, deberia tener 40 hilos en el afinador de arriba i 20 en el de abajo. Si puede V. proporcionarlo nos dirà el ultimo precio que quiere por dicho surtido.

II. Lettres reçues par Pablo Turull e Hijo

Louviers le 10 Avril 1844

Mesieurs Pablo Turull & Fils
Sabadell

J'ai sous les yeux votre honorée du 16 mars a la quelle je viens répondre.

Si j'ai bien compris le sens de votre lettre, vous désireriez avoir un appareil à boudins continus à deux peigneurs produisant 40 boudins recevant leur torsion au moyen de bobineaux ou tubes creux mis en mouvement par des cordes à broche, en fin, un appareil entièrement conforme à celui que possédait Monsieur Favrel lorsque j'ai eu l'honneur de recevoir votre visite. Le prix d’une machine semblable est de frs. 1. 150, les frais d’emballage et de transport à votre charge. Je dois cependant, dans votre intérêt, vous avertir que Monsieur Favrel au quel j’ai fourni 4 machines continus, depuis votre voyage à Louviers, dont le boudin reçoit la torsion par des bobineaux mis en mouvement par une courroie, c'est à dire, d’après le même système que votre machine continue a depuis cette époque changé le système de torsion de sa 1 ère machine pour lui appliquer celui des bobineaux mis en mouvement par une courroie comme étant de beaucoup préférable à cause de sa régularité et de sa semplicité. Je vous consellerai donc d’imiter son example et d’abandoner votre idée de prendre une machine dont les bobineaux seraient mis en mouvement par des cordes. Depuis que je vous ai fourni votres dernières machines, j’ai apporté de grandes améliorations dans ma construction. J’ai changé tous mes modèles et aujourd’hui je puis vous certifier que mes machines ne craignent la concurrence d’aucune autre. J’ai également apporté dans les machines à boudins de grands perfectionements qui consistent principalement dans l'application de deux peignes cylindriques en fer entre les peigneurs et les bobineaux. De cette manière, les peigneurs sont bien plus régulièrement déchargés de leur laine et les boudins ne souffrent presque jamais. Une autre amélioration que j’ai encore apporté à cette machine c’est de comander séparément les deux peigneurs à fin de pouvoir rallenter ou activer la vitesse de l’un d’eux sans changer l'autre. De cette manière on peut avoir du boudin égal sur les deux peigneurs avec des laines longues ou courtes. En vous adressant la machine, dont vous avez besoin, je pourrai vous fournir toutes les pièces nécessaires pour operer ces modifications sur votre 1ère machine. Le prix d’une machine à boudins construite d’après les nouveaux perfectionements, dont je vien vous entretenir, la torsion du boudin se donnant au moyen de bobineaux mis en mouvement par une bande, est de fis. 1.300, les frais d’emballage et de transport restant à votre charge. Ce prix est le plus bas que puisse vous faire.

Ci inclus je vous remets un croquis dont vous voudrez bien remplir les côtes. Il m’est indispensable pour la construction de l’appareil que vous me demandez. Ayez bien soin de votre réponse de m’indiquer si les poulies de commande sont à droite ou à gauche en se plaçant devant le peigneur de la

carde. Vous me direz aussi si les bobines de cettes machines seront entièrement conformes à celles dont vous vous servez pour la carde boudineuse que je vous ai fournie. Dans ce dernier cas. dites moi...

[incomplet]

Louviers 16 Avril 1845

Messieurs Pablo Turull et Fils

J’étais absent de chez moi lors que vos lettres des 13 et 18 décembre dernier sont parvenues à ma maison, ayant été près de deux mois absent on a oublié de les mettre sous mes yeux à mon retour. Le hazard venant de me les faire decouvrir, je m’empresse d’y repondre.

Le prix des bagues étant de frs. 2,50 sans escompte je n'ai pu vous bonifier de 12 % sur cet objet, quant aux trois rubans de volant s’élevant à frs. 272,50, j’ai réellement joui de l’escompte de 12 % en payant Mr. Bourgois comptant le jour qu’il m’a livré ces objets, mais d'un autre coté j’ai perdu beaucoup plus que le montant de cet escompte sur la negociation de ma traite de frs. 1.380 sur vous pour me rembourser de ma facture de 30 de novembre s’élevant a frs. 1.280 et pour argent preté a Mr. Casanovas fils occupé dans mes ateliers frs. 100. Total montant de ma traite frs. 1.380 que j’ai tout lieu de croire acquittés pour vous en ce moment.

Je profite de cette ocasion pour vous renouveler mes offres de service. Depuis que j’ai eu l’avantage de vous fournir vos dernières machines j’ai apporté de très grandes améliorations dans le système de toutes les machines que je construits. Je serais hereux que vous puissiez très prochainement me remettre une nouvelle commande. En ce moment je suis occupé a la construction de trois assortiments complets qui m’ont été commandés por une maison d’Alcoy. Ces machines vont etre construites d’après mes dernières améliorations.

Constamment devoué a vos ordres recevez messieurs mes salutations les plus devouées.

Notes

1 Ce travail a bénéficié de l’aide du projet de recherche du Ministère des Sciences et de la Technologie, BEC2002-01113, Industrialization y estrategias empresariales en España, 1780-1936. L’auteur fait partie du groupe de recherche de qualité, reconnu par la Généralité de Catalogne, 01GR-28. La traduction française de cette contribution a été assurée par Mme VANDERLYNDEN, Professeur à l’Université de Rouen.

2 Josep M. BENAUL et Esteve DEU, « The Spanish Wool Industry, 1750-1935. Import Substitution and Regional Relocation », texte présenté lors de l’euroconférence, L'industrie de la laine. Les territoires de production, XIIIe-XXe siècles (Verviers 2001), dans le cadre de la préparation du XIII Congreso Internacional de Historia Económica, session no 16, La laine : produits et marchés (XIIIe-XXe siècles), Buenos Aires, juillet 2002.

3 A Antequera, spécialisée dans la fabrication de bayettes (tissu dont la chaîne est en laine peignée et la trame en laine cardée), la mécanisation ne déboucha pas sur un processus d’industrialisation convaincant ; Antonio PAREJO, Industria dispersa e industrialization en Andalucia. El textil antequerano, 1750-1900, Universidad de Malaga, Malaga, 1987.

4 Ibid. Josep M. BENAUL, « Especialización y adaptation al mercado en la industria textil lanera, 1750-1913 » in Jordi NADAL y Jordi CATALAN (eds), La cara oculta de la industrialization espanola. La modernization de los sectores no lideres (siglos XIX y XX), Madrid, Alianza, 1994, p. 199-223.

5 En 1720, Antonio Casanovas exigea que la corporation des fabricants drapiers (paraires) de Sabadell reverse à Jacinto Salt le montant de l’amende qui lui avait été infligée, que le tisserand soit indemnisé des salaires perdus et qu’il lui soit permis de fabriquer du drap de 2.200 fils de chaîne comme on le faisait à Lodève, quoique sa largeur fût supérieure à 6 empans ; Archives Historiques de Sabadell (AHS), 4. 1. Gremis, 1586-1776, 22-X1-1720 ; Corts del Batlle de Sabadell, Comarca i Foranes (1347-1795), 9-V1-1740.

6 Jaime CARRERA PUJAL, Historia politico y económica de Cataluna del siglo XVI al XVIII, Barcelona, Bosch, 1946, IV, p. 273. La fabrication de « drap à fleurs » est aussi attestée à Elbeuf aux environs de 1760 ; Alain BECCHIA, la draperie d’Elbeuf (des origines à 1870), Rouen, Publications de l’Université de Rouen, 2000, p. 187.

7 Arxiu Historic de la Ciutat de Barcelona (ACBH), Fons de la Junta de Comerç (FJC), libre 79, 28-IX-1789, fs. 156-159. On avait fabriqué du drap rayé à Elbeuf pendant les années 1780, et ceci peut être considéré comme un précédent des draps « nouveuatés » au XIXe siècle ; Alain BECCHIA, La draperie..., p. 505.

8 Agustin Miret, commerçant catalan travaillant sur Madrid et Cadix, déplorait en 1790 que de nombreux fabricants catalans n’eussent jamais vu un échantillon de toute première qualité de drap anglais ou de drap de Sedan ; Biblioteca de Catalunya (BC), Fons de la Junta de Comerç, (FJC) liasse XXXIII, 30, 3, 8-X-1790.

9 Gérard GAYOT, Les draps de Sedan 1646-1870, Paris, EHESS, 1998 ; Alain BECCHIA, La draperie... ; Josep M. BENAUL, « Los origenes de la empresa textil lanera en Sabadell y Terrassa en el siglo XVIII », Revista de Historia Industrial, 1 (1992), p. 39-62.

10 Francisco de ZAMORA, Diario de los viajes hechos en Cataluna, Barcelona, Curial, 1973, p. 374. En Normandie, malgré la présence déjà ancienne de Kay, ce métier ne se répandit pas avant 1780 ; Alain BECCHIA, La draperie... p. 245. A Carcassonne et à Clermont de Lodève, il fut introduit vers 1748-1749, mais sa diffusion fut certainement très postérieure ; J.K.F. THOMPSON, Clermont-de-Lodève. 1633-1789. Fluctuations in the prosperity of a Languedocian cloth making town, Cambridge, Cambridge University Press, 1982, p. 332 ; d’autres travaux ne mentionnent pas cette innovation ou bien se réfèrent à des métiers traditionnels ; Etienne BAUX, « Les draperies audoises sous le Premier Empire », Revue d’Histoire Economique et Sociale, 4 (1960), p. 418-432 ; Claude MARQUIÉ, L’industrie textile carcassonnaise au XVIIIème siècle, Carcassonne, Société d’Études Scientifiques de l’Aude, 1993. Il se répandit à Lodève à partir de 1802 ; Christopher H. JOHNSON, The life and death of industrial Languedoc, 1700-1920, Oxford, Oxford University Press, 1995, p. 19.

11 Lluis TORRÔ GIL, Proto-indústria i acumulació originària de capital a la vila valenciana d'Alcoi (1430-1825), thèse de Doctorat, Faculté des Sciences Economiques de l’Université d’Alicante, 2000, p. 497.

12 Agustín GONZÁLEZ ENCISO, Estado e industria en el siglo XVIII : La fàbrica de Guadalajara, Madrid, Fundación Universitaria Espanola, 1980, p. 543 et 411-415. Il s’agissait de Santiago de Ayguebelle, qui, plus tard, s’installa comme drapier à Burgos vers 1791 ; Eugenio LARRUGA, Memorias politicos y económicas sobre los frutos, comercio y minas de España, Madrid, 1794, tomo XXXI, p. 1-24 ; nous ignorons s’il était en relation avec Jacques Aiguebelle, drapier à Carcassonne en 1780 ; C. MARQUIÉ, L'industrie... p. 339.

13 Il pourrait être originaire de Carcassonne ; nous trouvons en effet dans cette ville en 1816 et 1819 un fabricant du nom de Barrallier ou Barralier ; Louis BERGERON, « Douglas, Ternaux, Cockerill : aux origines de la mécanisation de l’industrie lainière en France », Revue Historique, 501 (1972), p. 78 ; Rodrigue PILLEUL, « Jacques-François Mazeline, mécanicien-serrurier et inventeur. Itinéraire d’une ascension sociale (1775-1827) », Bulletin de la Société de l’Histoire d’Elbeuf, 23 (juin 1995), p. 36, note 21. Lluis TORRÔ GIL, Proto-industria i..., p. 431 ; Rosa ROS MASSANA, La industria textil lanera de Béjar (1680-1850). La formación de un enclave industria\. Valladolid, Junta de Castilla y León, 1999, p. 54.

14 Arxiu Historic Comarcal de Terrassa (AHCT), Felix Gusi, Vigesimum Manuale 1748, certificats signés par Francesc Busquets, Josep Cardellach et Josep Mas. Un certificat identique fut signé à Sabadell par les fabricants Joan Amat, Joan Casali et Onofre Vila ; AHS, Bonaventura Campmay, Manualis partim anni 1747 et 1748.

15 Alexandre de LABORDE, Itinerario descriptivo de las provincias de Espafia y de sus islas y posesiones en el mediterráneo, Valencia, Imprenta de Ildefonso Mompié, 1816, p. 41 (édition française, Paris, 1808).

16 Josep M. BENAUL « Cambio tecnológico y estructura industrial. Los origenes del sistema de fâbrica en la industria panera catalana, 1815-1835 », Revista de Historia Económica, XIII, 2 (1995), p. 202-208. Bien que soit attestée l’introduction de machines à filer et à carder à Alcoi à partir de 1792, il existe un certain nombre de doutes sur sa portée et sa continuité avant 1808 ; Lluís TORRÓ GIL, « Los inicios de la mecanización de la industria lanera en Alcoi », Revista de Historia Industrial, 6 (1994), p. 133-141.

17 Alejandro SANCHEZ, « Les bergadanes i les primeres màquines de filar » et « Joan Rull i el cilindre d’estampar » in Jordi MALUQUER (dir.), Tècnics i tecnologia en el desenvolupament de la Catalunya contemporània, Barcelona, Enciclopèdia Catalana, 2000, p. 161-175 et 184-191. J.K.J. THOMPSON, A distinctive industrialisation. Cotton in Barcelona. 1728-1832, Cambridge, Cambridge University Press, 1992 ; « La introducció de les màquines jenny a Barcelona (1784-1789) : les primeres étapes en la creaciô d’una traadició de contrucciô de maquinària », Recerques, 42 (2003), p. 125-145.

18 Josep M. BENAUL, Guerra i canvi economic. L'impacte de la guerra del francès en la indústria llanera de Sabadell i Terrassa. 1808-1814, Sabadell, Fundació Bosch i Cardellach, 1993.

19 Josep M. BENAUL, « Cambio tecnológico... », p. 203.

20 Voir, par exemple, les descriptions de Vicente de FRIGOLA, Relaciôn de los pueblos de que consta el Principado de Cataluña, Barcelona, Imprenta de la Viuda de Brusi, 1824.

21 David J. JEREMY, « Damming the flood: British governement efforts to check the outflow of technicians and machinery, 1780-1843 », Business History Review, LI, 1 (1977), p. 1-34.

22 Les caractéristiques des machines de Cockerill, les plus répandues en Catalogne, et introduites à Louviers en 1810, sont décrites avec précision dans Julien TURGAN, Les grandes usines. Etudes industrielles en France et à l’étranger, Paris, M. Lévy Frères, 1865, vol. 5, p. 38-40. C’est Alain Becchia qui m’a aimablement communiqué cette référence. Ces machines ont aussi été utilisées à Chalabre et à Limoux ; Etienne BAUX, « Les draperies audoises... », p. 424.

23 Ces incidents se produisirent là où il y avait de nombreux ouvriers dont les chances d’être réembauchés étaient très minces après qu’ils aient été remplacés par de machines, comme à Alcoi en 1821, ou dans des villes où la crise de la fabrication traditionnelle était le facteur déterminant, comme à Camprodon en 1824. Rafael ARACIL et Màrius Garcia BONAFÉ, Industrialització al Pais Valencià : Alcoi, València, Tres i Quatre, p. 137-147. Josep M. BENAUL, Ascens i davallada d’una empresa tèxtil Ilanera. La casa Buxeda, 1846-1896, Sabadell, Fundaciô Bosch i Cardellach, 1998, p. 21-22.

24 Nous ne possèdons la trace de l’achat d’un assortiment à carder et à filer anglais qu’en 1828, avec deux mule-jennies, qui durent être les premières de l’industrie lainière catalane ; AHCB, Fondo Comercial (FC), Bosch, Escudé y Cia, Libro de inventarios, B-733, 25-IX-l833.

25 AHCB, FC, ibid. 1-1-1834 et Oiler Hermanos y Compania, Inventarios, B-749, 1-1-1834.

26 Josep M. BENAUL, « Cambio tecnológico... », p. 207-209.

27 Antérieures au brevet de la foluleuse cylindique de Dyer en 1833, elles devaient probablement être inspirées des machines à dégraisser à cylindres ; Julia de LACY MANN, The cloth industry in the West of England from 1640 to 1880, Oxford, Clarendon Press, 1971, p. 297-298.

28 Notre source (AHCB, FC, Libro de inventarios, 25-1X-1833), permet d’établir clairement la chronologie des acquisitions de Bosch, Escudé et Cia.

29 BC, FJC, Copiador de cartas, 92, Madrid, 1814-1816, 10-VIII-1814 ; Copiador de cartas, 130, 1814-1816, lettre à André lbáñez, 2-VI-l815.

30 AHCT, Documents històrics 1815-1820, réponse aux questions, 18-VIII-1820.

31 AHS, Fondo Turull, (FT), Correspondencia rebuda, Pau Sardà a Pau Turull, 25-11-1823.

32 Memoria de la junta de calificación de los productos de la industria espanola remitidos a la exposición pública de 1827, Madrid, Imprenta L. Amarita, 1828, p. 30.

33 En 1830, quatre fabricants de Sabadell achetèrent conjointement une méthode pour teindre en bleu et décidèrent de menacer d’une amende de 1 000 pesetas quiconque divulguerait le secret ; AHS, Francesc Viladot, Manual de 1830, fol. 169-170.

34 Sur les premières armées de l’Ecole et le rôle de son directeur, disciple de Chaptal, voir Agustí NIETO GALÁN, Ciència a Catalunya a l’inici del segle XIX : teoria i aplicacions tècniques a l'Escola de Química de Barcelona sota la direcció de Francesc Carbonell i Bravo (1805-1822), thèse de Doctorat, Faculté de Géographie et d’Histoire, Université de Barcelone, 1994. Pendant les mêmes années, rien n’égala le traité de Carlos Ardit sur la fabrication et l’impression d’indiennes, paru en 1819 ; ibid., p. 177-201, et Alejandro SÂNCHEZ, « Joan Rull... », p. 190-191.

35 Centre de Documentació i Museu Tèxtil de Terrassa (CDMT), Copiador de cartes d’Anton i Joaquim Sagrera, lettre à Pau Matarí de Cadix, 5-XII-1814 : « en réponse à votre aimable lettre du 15 dernier dans laquelle vous ne faisiez part du voyage en France de votre ami Vinyals et de son beau-père J. Bauta Suris pour voir les machines à filer qu'on y utilise et pensant que ce voyage ne durera que quatre ou cinq jours... ». Il semble donc que ce voyage ait été bref et donc effectué dans les centres du Languedoc oriental.

36 AHCB, FC, Bosch, Escudé y Compañia, Mayor 1828-1834, B-727. L’un des agents par l’intermédiaire duquel furent négociées les machines, « Mr. Barh », pourrait être le Bahre qui, quelques années plus tard, fournit des machines à une fabrique cotonnière de Vilanova i la Geltru, machines dont l’expédition fut interdite par les autorités britanniques ; Raimon SOLER, « Dios quiera de una vez que salgamos de tan desgraciado negocio. L’adquisicio de maquinària de la fàbrica de la Rambla : un episodi de la difusió de tecnologia tèxtil (1833-1840) », in Albert CARRERAS et alii (éds)., Doctor Jordi Nadal, La industrialització i el desenvolupament economic d'Espanya, Barcelona, Publicacions de la Universitat de Barcelona, 1999, vol. II p. 1101-1124.

37 AHCT, Documents històrics, 1830-1835, « Copia del registre de pasaportes del ano 1833. Remitido el original a la Subdelegación de Granollers », 12-V1-1833.

38 Ramon OJEDA, « La fallida industrialización de una comarca textil riojana : el alto valle del Oja », Berceo, 124 (1993), p. 103.

39 Agustin GONZALEZ ENCISO, Estado e..., p. 578 et 610. Il était, en 1827, directeur des teintures dans l’entreprise de son père et il présenta en 1828 un nouveau modèle de chaudière à teinture lors d’une exposition à Madrid ; Ramón OJEDA, « Notas sobre la mecanización de la pañería de Ezcaray en la primera mitad del siglo XIX », Cuadernos de Investigation Histórica Brocar, 15 (1989), p. 39 ; Memoria de la junta de calificación de los productos de la industria española remitidos a la exposition püblica de 1828, Madrid, Imprenta de D. José Collado, 1830, p. 20.

40 Louis BERGERON, « Douglas, Ternaux, Cockerill... », p. 78.

41 Arxiu Alegre de Sagrera (AAS), Copiador de cartes de Joaquim Sagrera, 1818-1822, Joaquim Sagrera à Pablo Miralda y Cia, 14-VI-1821, AHCT, Seguretat Püblica. Registres de passaports, 1823-1851, « Registre de las refrendaciones de passaportes para el año 1826 ». AAS, Llibres de comptes, 1791-1800 ; Lettre de Charles Bicheroux à Joaquim Sagrera, Alcoi, 23-IV-1828. Bicheroux et Kauffman residaient à Liège en 1829 ; Ramôn OJEDA, « Notas sobre la mecanizaciôn... », p. 41 ; Rosa ROS, La industria..., p. 242.

42 Joaquim Sagrera fait savoir à Kaufman que s’il décide d'acheter la tondeuse tranversale il s’adressera à Torrents Miralda hermanos ; CDMT, Copiador de cartes de Joaquim Sagrera, 1822-1828, 12-VI-1826. Publicité pour les machines Collier dans Diario de Barcelona, 25-1-1822.

43 En 1818, le fabricant de Terrassa Joaquin Sagrera, ayant appris que Lacot devait se rendre en France pour aller chercher trois assortiments, lui commanda une garniture de carde du no 28 ; AAS, Copiador de cartas per lo any 1815... 1818, 13-IV-l 818. Sur les Lacot, voir Josep M. BENAUL, Ascens i davallada..., p. 21-22. En 1824, Miquela Lacot se rendit à deux reprises à Terrassa ; AHCT, Seguretat Publica, Passaports, 1823-1854, « Registro de pasaportes refrendados, 1824 ». Pau Turull, de Sabadell, lui achetait aussi des garnitures de cardes ; AHS, FT, Correspondència emesa, 23-X11-1824.

44 AAS, Copiador..., Joaquim Sagrera à Benet Lacot, 10-XII-1818. En 1826 Ramon Papell était le seul fabricant de garnitures destinées aux machines à carder la laine à Barcelone. En 1832 vint s’adjoindre Ignasi Vinyals, né à Terrassa, qui utilisait des machines jusque-là inconnues ; BC, FJC, liasse LV, 3 et 5, enquête sur les fabriques de garnitures de cardes, 16-IX-l 826 ; liasse LVII, 26, 12-III-1832.

45 José VENTALLÓ VINTRÓ, Terrassa antigua y moderna, Terrassa, 1879, p. 289. Il n’existe malheureusement pas de références sur ces questions, bien que la présence de prisonniers espagnols dans certains centres textiles lainiers (Abbeville, Louviers, Sedan...) soit attestée dans l’excellente étude de Jean-René AYMES, La déportation sous le Premier Empire. Les Espagnols en France (1808-1814), Paris, Publications de la Sorbonne, 1983. En 1816, Petit, qualifié de « professeur ès machines », vendait des machines à lainer et à tondre à Ezcaray ; Ramón OJEDA SAN MIGUEL, « Notas sobre la mecanizacion... », p. 34. Il dut vivre dans cette localité plusieurs années puisqu’elle vit naître ses enfants en 1819 et 1821 ; AHCT, Padró de 1843, Bajo la Plaza, 3.

46 Jordi MALUQUER, « El desenvolupament regional i la teoria dels milieux innovateurs : innovació tecnològica i espionatge industrial a Catalunya als inicis del segle XIX » in Albert CARRERAS et alii (eds.), Doctor Jordi Nadal. La industrialització..., vol. II, p. 1086.

47 Il s’agit des principaux centres espagnols : Alcoi (Alicante), Béjar (Salamanque), Ezcaray (Rioja) ainsi que trois centres de la province de Barcelone : Manresa-Sallent, Terrassa et Sabadell. Les données relatives aux trois derniers sont le fruit de notre propre recherche ainsi que d’Albert BENET, « Salient », in Llorenç FERRER (coord.), Histària de les comarques catalanes. Bages, Manresa, Parcir, vol. II, p. 256 ; pour ce qui est des trois premiers : Rafael ARACIL et Marius GARCIA, Industrialitzaciô..., p. 134-135 et 211-212 ; Joaquim CUEVAS, « Innovación técnica y estructura empresarial en la industria textil de Alcoi, 1820-1913 », Revista de Historia Industrial, 16 (1999), p. 16. Rosa ROS, La industria textil..., p. 241-244 ; Ramon OJEDA SAN MIGUEL, « Notas sobre la mecanización... », p. 31-43.

48 Pouvoir de Pélagie Kromeraire, « consorte de Don José Lluch, Mayordomo de la Fàbrica de Panyos de la villa de Salient » à sa mère Thérèse Mareaudière, veuve de Léonard Kromeraire, commerçant d’Avesnes ; Arxiu Historic Comarcal de Manresa (AHCM), Josep Vilacendra, notaire à Salient, Manual de 1818, fol. 320-321. Testament de Josep Lluch Daniel, commerçant ; ibid, Testaments, 1815-1826, 21-1-1822. fol. 123-124. reconnaissance de dette pour un montant de 1 100 livres catalanes (crédit hypothécaire) en faveur de Josep Colomer, menuisier à Salient, né en Cerdagne française, que celui-ci lui avait prêtées « afin de pallier certaines urgences relatives à son commerce et l’entretien de sa maison », ibid. Manual de 1821-1824, 4-II-1822, fs. 145-146. la famille Lluch Kromeraire s’installa ensuite à Terrassa et finalement à Sabadell fondant ainsi une dynastie locale de fabricants.

49 « trois cents bras », d’après un document relatif à un conflit sur l’utilisation des eaux du Llobregat ; ibid., Manual de 1818, fol. 94-95. Albert BENET, « Salient », p. 256.

50 AHCM, Ciutat de Manresa (CM), 1159, Padro de 1824. Sur les 38 personnes recensées dans l’usine, la profession de 18 d’entre elles est indiquée : 16 sont des ouvriers et des techniciens lainiers. Cinq autres personnes de sexe masculin, d’un âge supérieur à 13 ans, étaient certainement des travailleurs et des techniciens de l’entreprise. Quatre personnes seulement étaient nées à Manresa, 21 à Salient, 5 à Terrassa, 3 en d’autres endroits de Catalogne et 5 en France. Le gros des travailleurs n’habitait pas dans la fabrique. Albert BENET, « Sallent », p. 256.

51 AHCM, CM, 1159, Padro de 1824.

52 Le fabricant s’appellait Buenaventura Caparà, et il était déjà employé dans la fabrique de Salient en 1819. AHCM, Josep Vilacendra, Manual de 1819, fol. 174. En 1824, il travaillait déjà dans la fabrique de Manresa ; AHCM (CM), 1159, Padró de 1824. AHCT, Fulls del padró de 1827, Raval, 7. Une annotation à l’intérieur de ce dernier document indique que les Briancourt partirent en France le 15 juin 1827. Quelques jours auparavant, les autorités locales avaient émis un passeport pour Barcelone au nom d’Adolphe ; Registre de pasaportes expedidos del ano 1827, 8-VI-1827.

53 Selon des renseignements que nous a fournis Bernard Bodinier, professeur à I’IUFM de Rouen, par l’intermédiaire d’Alain Becchia, Valois était né à Louviers le 15 mars 1796 ; il y exerça comme fabricant de drap et se maria en 1817 avec Honorine Pelletier. En 1826, on lui vise son passeport établi à Perpignan avant qu’il ne parte pour Barcelone ; AHCT, Seguretat Pûblica. Registres de Passaports, 1823-1851, « Registro de refrendaciones de pasaportes para el año 1826 ». Dans deux lettres de sûreté délivrées en 1828 et 1829, il apparaît domicilié au 49 de la rue Fontvella et est dit âgé de 30 et 31 ans ; Seguretat Pública. Passaports, 1829-1835. Il est établi qu’il travaille au moulin de l’entreprise dans la commune de Rubí, et la fabrique « se trouve à une lieue de cette ville » [Terrassa] et « dans un endroit isolé » ; Documents històrics, 1830-1835, 27-11-1830.

54 Dans une lettre de sûreté du 16 janvier 1829, il signe Henri Hippolyte, mais, dans les documents postérieurs, il apparaît toujours sous le nom d’Hippolyte ; AHCT, Seguretat Pública. Passaports, 1829-1835. En 1830, il est confirmé qu’il est employé dans l’entreprise mentionnée et qu’il est arrivé après la fin de l’insurrection des Malcontents (1827) ; Documents històrics, 1830-1835, 27-11-1830. Son passeport, délivré par le consul de France de Barcelone en 1833, en renouvellement du précédent arrivé à expiration et délivré à Rouen en novembre 1828 pour l’Espagne, est plus précis. Archives Municipales d’Elbeuf (AME), J 1330. Alain Becchia avait trouvé ce document, dont la copie m’a été procurée par l’archiviste municipale Marie Sanchez. Le domicile d’Escudé se trouvait rue Fontvella, sans numéro ; AHCT, Seguretat Pública. Registres de Passaports, 1823-1851, « Registro de notaciones de cartas de seguridad del año 1829 ».

55 Un passeport de 1838 établit la preuve qu’il est allé à Pont d’Armentera (Tarragone), où il y avait aussi une certaine activité lainière, et qu’il y était domicilié 47, rue Sant Pere ; AHCT, Seguretat Pública, Passaports francesos, 1838-1856, passeport délivré par le Consul de France à Barcelone, 12-11-1838. En 1839, Vallois et son épouse, Honorine Pelletier, qui meurt la même année, donnent un pouvoir à Hippolyte Delarue, AHCT, Francesc X. Huguet, Manual de 1839, fol. 72-73 et 180-181.

56 Noté sur le passeport de Barcelone, précédemment mentionné, 3 septembre 1833 ; AME, J 1330 ; Alain BECCHIA, La draperie..., p. 709-715.

57 AHS, Francesc Viladot, Manual de 1829, fol. 402-403, 20-XII-1829.

58 AHCT, Padró de 1824, « forasters » ; Padró de 1825, carrer del Vall, 58 ; Padró de 1827, carrer del Vall, 57. A. BECCHIA, La draperie..., p. 447-448.

59 Rafael ARACIL et Màrius GARCIA, Industrializació..., p. 134 ; le père et le fils apparaissent domiciliés à Fontvella, 11 ; AHCT, Seguretat Püblica. Passaports, 1829-1835 ; Seguretat Püblica. Registres de Passaports, 1823-1851, « Registre de notaciones de cartas de seguridad del ano 1829 » ; Francesc Huguet, Manual de 1828, fol. 298-299 et Manual de 1831, fol. 250-251. Sur la fabrique Herp, Llorenç FERRER ALÒS, Les fabriques de riu de Navarcles, Manresa, Centre d’Estudis del Bages, 1994, p. 25-29.

60 Il s’agit probablement de la version espagnole de Mugnier. En 1826, la famille déclarait qu’elle résidait à Sabadell depuis vingt-deux mois ; AHS, Fulls del padrô de 1826. La famille partit ensuite pour Alcoi puisque nous apprenons la naissance d’un petit-fils, Ramon Claramunt Muné, vers 1831.

61 Claude MARQUIÉ, L’industrie..., p. 167-168. Rafael ARACIL et Màrius GARCIA, Industrialització..., p. 211. AHS, Francesc Viladot, Manual 1832, 6-V-1832.

62 Sur les Mazeline et leur déplacement de Louviers à Carcassonne, Rodrigue PILLEUL, « Jacques-François Mazeline... », p. 31-36. Je dois la connaissance de ce travail, cité à la note 13, à l’amabilité d’Alain Becchia.

63 En 1826 il s’agissait probablement de courts séjours ; AHCT, Seguretat Pública. Registres de Passaports, 1823-1851, « Registre de las refrendaciones... », 5-VIII-1826 et 2-XII-1826 ; d’après ce dernier document, André Mazeline partait à Barcelone en compagnie de Doctrovée Vallois et Pascal Pelletier. Comme nous l’avons vu, l’épouse de Vallois s’appelait Honorine Pelletier et était originaire de Louviers, ce qui nous amène à lui supposer une parenté avec Pascal. Lorsqu’eut lieu le recensement de 1827, André vivait à Terrassa depuis trois mois.

64 AHCT, Seguretat Pûblica. Registres de Passaports, 1823-1851, « Registre de pasaportes expedidos del año 1827 », 16-VI-1827.

65 AHCT, Seguretat Pûblica. Registres de Passaports, « Registre de pasaportes refrendados, 1824 », 8-VIII-1824 ; Padró de 1825, Plaça, 9. Wera était marié à Teresa Quer. Salient et Manresa furent les deux localités dans lesquelles s’implanta successivement l’entreprise Miralda et Cie, qui se fournit en machines essentiellement chez Cockerill. Testament de Wera, dans AHCT, Jacint Soler, Manual de 1850, fol. 151-155.

66 AHCB, FC, Bosch, Escudé et Cia, B-727, Libro mayor, 1828-1834. Une partie des machines provenait de Leeds ; B-733, Inventarios, 1-11-1834.

67 L’information la plus précise est celle fournie par José O. RONQUILLO, Diccionario de materia mercantil, industrial y agricola, Barcelona, Imprenta de Agustin Gaspar, 1851-1854, IV, p. 628.

68 Sur la question de l’origine des nouveautés, que se disputent Elbeuf et Sedan, et sur les implications de cette nouvelle spécialisation, A. BECCHIA, La draperie..., p. 505-512 et G. GAYOT, Les draps..., p. 465. Dans le Yorkshire, on trouve une origine antérieure avec les « fancy cloths »; W.B. CRUMP et G. GHORBAL, History of the Huddersfield Woollen Industry, Huddersfield, Alfred Jubb & Son, 1935, p. 120-124.

69 Un exemple de l’achat à Paris de cahiers d’échantillons ; AHS, FT, Correspondència rebuda, lettre de Juan Barrau, 13-IV-1852.

70 AHS, Passaports, 1800-1876, « Registre de passaports de 1840 », 18-XI-1840.

71 Josep M. BENAUL (1989), « Pere Turull... », p. 81-95.

72 Comme le montre la correspondance de Turull, ces tondeuses de Cockerill et Poncelet étaient déjà connues en Espagne ; cette correspondance mentionne aussi Pablo Roca de Terrassa et Olleros et Cie de Béjar. Les machines fabriquées par Houget et Teston, bien meilleur marché, furent largement utilisées ; ibid.

73 Julien TURGAN, Les grandes usines..., p. 45-46.

74 Quelques années après l’utilisation de l’un et l’autre systèmes, l’américain et le saxon, se confirma en Espagne. José O. RONQUILLO, Diccionario..., III, p. 180-181. Dans la documentation de l’époque, la dernière carde à mèche continue était appelée « carde à araignée » ; Josep M. BENAUL, « Pere Turull... », p. 86-88.

75 Josep M. BENAUL, « Pere Turull... », p. 93 : lettre de Turull à Mercier Fils, 5-V1-1842.

76 Le contact avec cette maison put être favorisé par l’activité que la maison Hall, de Dartford, dont étaient originaires les fondateurs de cette raison sociale de Rouen, développait dans les mêmes années en Catalogne dans le domaine de l’installation des machines à vapeur ; Josep M. BENAUL, « La transferència de tecnologia en la industrialització llanera » in Jordi MALUQUER, Tècnics i..., p. 192-203.

77 Arxiu de l’Ajuntament de Terrassa, Libro de actas, 1840-1847, 26-V-1843.

78 AHS, Passaports, 1800-1876, « Registre de pasaportes distribuidos en el ano 1844 », 29-1X-1844. Josep M. BENAUL, « Pere Turull... », p. 89.

79 AHS, FT, Correspondència emesa, Turull à Mercier fils de Louviers, 3-I-1844. Arxiu Historic de Protocols de Barcelona (AHPB), Ramon Torras, Manual de 1856, fol. 390-391 : crédit hypothécaire accordé par Antoni Miarons et Josep Dòria à Josep Duran Sors pour payer, entre autres choses, le séjour d’Andreu Durân dans la fabrique de Mr Delarue à Elbeuf.

80 « Ignacio Amat y Gall », Gaceta de la Producción Lanera, VIII, 175 (10-IV-1891).

81 AHPB, Ramon Torres, Manual de 1856, fol. 390-391.

82 A l’occasion d’un voyage en France et en Belgique, les 25 et 26 mai 1842, José Moreno Burgos, fabricant d’étoffes de laine à Antequera (Malaga) visita en compagnie de son neveu Juan Moreno des fabriques à Rouen et à Elbeuf Au cours d’un voyage plus long qui le mena dans d’autres villes industrielles françaises (Reims, Mulhouse), en Belgique, en Angleterre, Moreno et son fils Fernando passèrent, entre le 28 et le 30 avril 1851, à Elbeuf et à Louviers où ils espéraient voir Mercier et à Rouen. Fernando resta à Reims pour apprendre à fabriquer les étoffes de laine peignée ; Antonio PAREJO « Los viajes de un burgués antequerano : José Moreno Burgos en France, en Belgique et en Angleterre, 1842 et 1851 », Revista de Estudios Antequeranos, 1 (1995), p. 209-250.

83 Josep M. BENAUL (1989), « Pere Turull... », p. 90 ; AHS, FT, Correspondència rebuda, lettre de Mercier Fils, 16-IV-1845.

84 Pour Josep Badia, filateur de Sabadell, il construisit en 1839, en collaboration avec le menuisier Josep Fonoll, tous les exemplaires d’une machine à carder et à filer dont il avait besoin, et, en 1855, il lui construisit une machine à filer de 200 broches « construcció ynglesa » ; Roser GALI, « Josep Badia i Juncà : un filador i vaporista de Sabadell », Arraona, 25 (2001), p. 29-30 et 37.

85 Son passeport établi pour Paris ne nous informe pas du détail de son voyage, bien que le fait qu’il soit revenu par Bayonne laisse penser qu’il avait embarqué auparavant de quelque port français de l’Atlantique ; AHCT, Seguretat Publica. Passaports Francesos, 1838-1856, passeport établi par le consulat de Barcelone, 30-IV-1845. Enrique Monset, teinturier, était certainement né en Espagne ; AME, J 1330, passeport intérieur établi par le maire de Bayonne, 25-IX-1846. Je remercie à nouveau Alain Becchia de m’avoir procuré le document en question.

86 En 1857, Josep Volta Vivé, l’un des fabricants les plus innovants de Sabadell, fut délégué pour visiter l’exposition de Paris ; Jaime CARRERA PUJAL, La economia de Cataluna en el siglo XIX, Barcelona, Bosch, 1961, I, p. 334-335. En mai 1858 se rendirent en France deux fabricants de la même ville, Antoni Casanovas Bosch et Antoni Roca Juanico ainsi que Joan B. Corominas Pla ; AHS, Registre general de entrada, 4 et 5-V-1858 et Alcadia, Extrade dels oficis de sortida, 25-V-1858. En 1861, Antoni Casanovas, Pere Bulbena, Josep Volta et Joan Sallarès se rendirent à Paris ; AHS, FT, Correspondència rebuda lettres à Pedro Turull de Macario Codoñet, 18-IV-1861 et de Joan Sallarès, 3-X1-1861. Tout indique qu’un nombre important fabricants et de techniciens de Sabadell se rendirent à l’exposition de Londres de 1862. Nous avons connaissance des passages à Paris et à Londres de Pere Turull Salient et de Joaquin Casanovas Bosch ; ibid, Correspondència emesa 3-VIII-1862, 11-VIII-1862 et 14-VIII-1862. Cinq demandes de passeports pour l’étranger, formulées de la fin du mois de juin au début du mois d’août-dont la destination est seulement indiquée pour Altayó-prouvent le départ de Josep Badia et Francesc Armengol (filateurs), Daniel Munné (fabricant de tissus), Josep Altayô (directeur de tissage) et Joan Masagué (apprêteur) ; AHS, Registre general de entrada.

87 AHS, FT, Correspondència rebuda, Pau Turull à Pere Turull, 15-IX-1859.

88 En 1843, il avait la fonction de consignataire dans l’importation de machines pour Turull ; AHS, FT, Correspondència rebuda, lettre de Houget et Teston à Pau Turull et Fils, 15-VIII-1843. L’industriel de Sabadell Josep Badia lui acheta plusieurs types de machines dont nous ne connaissons pas la provenance : en 1847, une carde à mèche continue et deux mules-jennies de 308 broches, ainsi que d’autres machines ; en 1859, trois autres mules du même modèle que les précédentes ; Roser GALI, « Josep Badia... », p. 33, 36 et 39. Dans les années 1860, il importait des machines de chez Platt Brothers, ainsi que du matériel belge pour différents fabricants de Sabadell ; collection particulière d’Esteve Renom, Fons Candaló-Viñas, Correspondència 1864-1868.

89 AHS, FT, Correspondència emesa, lettres à Goutelle, 31-XII-1841, 24-I-1842, 15-IX-1842, 28-II-1843, 9-III-1843, 13-III-1843, 30-III-1843 ; à Segret de Terrassa, 21-I-1842 ; à Delhom, de La Junquera, 1-II-1842.

90 Le même Fumière se trouvait à Barcelone en août 1858 ; AHS, FT, Correspondència rebuda, lettres et factures de Victor Fumière à Turull, 14-VIII-1858, 15-1X-1858 et 2-XI-l 858.

91 AHS, Francesc Viladot, Manual de 1861, II, fol. 678-680, Arxiu Historic de Protocols de Barcelona (AHPB), Fernando Moragas Ubach, Manual de 1862, fol. 408-409.

92 Il vend une machine anglaise de 300 broches en état de marche à Pedro Mr. Armengol Torras ; AHCT, Juan Carrancà, Manual de 1861, II, fol. 826-827.

93 AHS, Camil Mimó, Manual de 1865, II, fol. 691-694 ; AHCT, Jacint Soler, Protocol vintè, I, fol. 747-748.

94 El Eco del Vallés 136 (2-II-1867).

95 Les commerçants étrangers établis à Barcelone jouaient un rôle important : James Sykes était le représentant de Platt Brothers et Co. ; John M. Summer et Cie importait des machines de Manchester et de Mulhouse ; Boot Leigh et Cie a vendu l’un des premiers métiers à tisser la laine mécaniques ; AHS, Llonch, Mayor, fol. 85, 1868.

96 Exposition que los fabricantes de lana de Sabadell, Tarrasa y Olesa elevan al Exmo. Ministro de Hacienda, Sabadell, M. Tomer, 1877, p. 34-39.

97 D’après la correspondance d’une filature de Sabadell, nous savons que trois fabricants avaient acheté, presque simultanément, des self-acting à Platt Brothers dans les années 1864-1865 ; cette même entreprise avait acheté deux mules de 250 broches et une de 150 à l’Angleterre et un lot de cardes à Houget et Teston ; collection particulière d’Esteve Renom, Fondo Candaló-Viñas, Correspondencia 1864-1868. Dans les deux plus grandes filatures de laine cardée de Terrassa (la sixième et la deuxième par le nombre de broches en 1869) se trouve confirmée la prédominance des machines britanniques à la fin des années 1860. En 1867, Pau Busquets et Cie possédait six machines à filer : quatre de 400 broches (trois anglaises et une belge) et une de 200 broches dont la marque n’est pas spécifiée. En 1869, Gall Frères possédait huit machines de 300 broches (cinq anglaises, deux françaises et une belge), une de 250 broches et une dernière de 200 broches (toutes les deux françaises) ; AHCT, Jacinto Soler, Manual de 1867, I, fol. 277-278 ; Juan Carrancà, Manual de 1869, fol. 743-751 et Manual de 1874, V, fol. 2235-2238.

98 AHCT, Padrón de vecinos de 1843 ; Documents històrics, 1848-1858, « extranjeros residentes en Terrassa », 17-IX-l849.

99 Arxiu de la Corona d’Aragó (ACA), Hacienda, Contribución industrial y de comercio, Barcelona, « reparto de 1838 » et « matrículas » 1846-1849. AHPB, Jaime Rigalt Alberch, Manual de 1845, fol. 94-95, 100-103, 140-141 et 363-364.

100 ACHT, Joan Daura, Manual de 1845, fol. 20-21 ; Documents històrics, 1848-1858, « extranjeros residentes en Terrassa », 17-IX-1849. Padró de 1845, calle de la Iglesia, 5. AHS, Censo de 1857, Calle de la Salut, 13.164.

101 Bien qu’il eût le même nom, François Frédéric était le beau-père de Barthélémy ; AHCT, Juan Carrancà, Manual de 1860, I, fol. 358-359 ; Padr de 1871, Montserrat, s/n y Mina, l.

102 AHS, Registres de baixes, 1836-1847, 28-V-1839 et 27-IX-1839 ; Passaports, 1800-1876, Alcoi, 24-VI-1844 et 28-X-1844 ; Padrôn de cabezas de familia del vecindario de la villa de Sabadell, 1842, Nicolas Soria, Plaza de San Roque, 8. AHCT, Certificats de baixes d’altres municipis, 1829-1836, Sabadell, 6-V-1835.

103 Il est mentionné pour la première fois dans la Contribuciôn Industrial de 1856. L’outillage de son entreprise dans AHS, Camil Mimô, Manual de 1867, II, fol. 1435-1444.

104 Références sur les Roumens au XVIIIe siècle dans Claude MARQUIÉ, L'industrie..., p. 136. AHCT, Documents històrics, 1848-1858, « extranjeros en Olesa », 14-IX-1849 ; Jacint Soler, Manual de 1851, fol. 175-176, Padrô de 1843, Mayor, 20 ; Juan Daura, Manual de 1857, II, fol. 1017-1018.

105 AHS, Passaports 1800-1876, passeport délivré par le consul de France à Barcelone pour se rendre à Martorell, 13-I-1840. En 1841, il était domicilié à Sabadell avec son fils Pablo ; Padrn de cabezas de familia del vecindario de la villa de Sabadell, calles de San Cugat, 47. [Maria Teresa GAVARRÓ], Izard 1797-1866, Madrid, Talleres Gráficos Altamira, 1966. En 1849, ils résidaient à Castellar del Vallès, AHCT, Documents histórics, 1848-1858, 14-IX-1849.

106 AHCT, Documents històrics, 1848-1858, 17-IX-1849.

107 En 1840, il est inscrit comme réfugié et dispose d’un passeport intérieur établi à Figueras. Antoni Casanovas ne fut pas satisfait de son travail puisqu’il ne travailla pour lui que peu de temps et que, lors d’un jugement de conciliation, ils n’arrivèrent pas à s’entendre sur le paiement des honoraires auxquels Canal prétendait ; AHS, Passaports 1800-1876, Juan Canal, 20-XII-1840 ; Jutjat, Libros de conciliación, 1840-1843, 26-I-1841. La signature qui figure sur l’acte de jugement ainsi que celle figurant sur une lettre adressée à Pau Turull et Fils en 1844 nous ont permis de constater que le fabricant et le commerçant étaient une seule et même personne ; AHS, FT. Correspondència rebuda, 5-I-1844.

Notes de fin

1 dégraisser

2 Cockerill

Auteur

Professeur d’Histoire Economique Université de Barcelone

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search