Version classiqueVersion mobile

La draperie en Normandie du XIIIe siècle au XXe siècle

 | 
Alain Becchia

Regards croisés. Échanges et communications

Un voyage d’espionnage industriel en juin 1813

Serge Chassagne

Texte intégral

  • 1 Format 13,5 x 9 cm, couverture cartonnée avec étui à crayon formant fermoir, sur la page de garde é (...)
  • 2 Alain Becchia, qui a mis en base de données la population elbeuvienne, propose de l’identifier avec (...)

1Grâce à l’amitié d’un collectionneur rouennais, j’ai pu consulter, il y a une quinzaine d’années, un petit carnet personnel1 où un jeune fabricant elbeuvien, neveu (et gendre) du fabricant Duruflé2, a soigneusement noté l'itinéraire et les étapes d’un voyage « d’information » qui le conduit, en juin 1813, alors que s’effondre la domination française sur l’Allemagne centrale, au cœur du système productif du drap cardé européen, de Sedan à Aix-la-Chapelle.

  • 3 Louis-Joseph Dérodé-Cornette, un fils de notaire, qui crée la première manufacture intégrée sous le (...)
  • 4 Pour obtenir une exemption ?
  • 5 G. GAYOT, Les draps de Sedan, 1646-1870, éd. E.H.E.S.S., Paris, 1998, note incidemment, p. 381, l’e (...)
  • 6 Les Godinot sont une famille de négoce, dont un membre se fixe à Lyon sous le Directoire et épouse (...)
  • 7 Auteur en 1817 d’une Description historique et statistique de la ville de Reims.
  • 8 Sur cet établissement, J.-M. CHAPLAIN, La Chambre des tisseurs, Louviers, cité drapière, 1680-1840,(...)
  • 9 Neveu de Temaux, dont la mère, Marie Malot, était originaire de Reims ; une sœur de Ternaux, Rosali (...)

2Notre voyageur a préalablement inscrit à l’encre les étapes qu’il doit faire et les personnes qu’il doit rencontrer, puis au crayon ou à l’encre il note ensuite ses observations de voyage. Il s’arrête d’abord à Paris pour y examiner « des laines métis de 3,50 f à 4 f » (la livre), et achète « à M. Calon de St Denis 4.000 1.p. de sa qualité no 2 à 4 f (la livre), payables un quart en effets déplacés (sic), le reste en papier à 2-3 mois ». Il voit « les pompes à feu de M. Périer (à Chaillot) et de M. Albert » (rue du faubourg St Denis) et y apprend que « MM. Dérodé3 en auront une ». Il voit encore, en notant « le revoir au retour », sans qu’on sache s’il l’a fait, « M. Pelvey4, employé au Ministère de la Guerre, hôtel Castellane, rue de Grenelle-Saint-Germain ». Il fait ensuite étape à Senlis (chez M. Leblanc), puis à Fismes (à l’entrée de la Marne, en venant de l’Aisne), où il rencontre « M. Barbey-Herbelin, pour connaître le prix des laines à lisière5. J’ai payé l’an d(erni)er 45 sols, il y aura baisse ». Quatre jours après son départ d’Elbeuf, il est à Reims (qu’il orthographie comme ses contemporains Rheims), logé à l’hôtel du Moulinet. Il sait d’avance que « Cockerill fils (William, né à Manchester en 1783) est associé (depuis 1809) de Ponsardin », que « le fds Henriot a épousé une demoiselle Gaudinot6 », et que « l’associé Gérusez7 de Dérodé et Cie est venu visiter l’établissement de Louviers », appartenant à Ternaux8, d’où sa rencontre ici avec « Benoît Malot9, directeur de l’établissement de MM. Ternaux » (tissage des châles dans l’ancien monastère du Mont-Dieu).

  • 10 De la fabrication de Douglas, dont un assortiment comprenait deux machines à carder, deux à filer e (...)

3Il visite « l’établissement de MM. Dérodé et Seillière (à St.-Brice) ; le bâtiment a 60 pieds sur 30 (20 m x 7m), six assortiments10 (de filature), trois à chaque étage (entraînés par une) chaîne de Vaucanson ; le rez-de-chaussée a 10 pieds (de haut, pour l’éclairage des salles), le premier 11, le second 9, et le troisième est éclairé par des croisées en mansardes. Il y a un quatrième étage dans le comble. La charpente est très belle (il la dessine plus loin). Tous les poteaux de la face (façade) sont coupés par une entretoise et tous les liens entretenus par des équerres doubles boulonnées. Il leur faut une pompe à feu pour suppléer à l’eau (du Muiron, un affluent de l’Aisne) dans les sécheresses ». Il visite encore « l’établissement de M.

  • 11 Selon BALLOT, p. 190, l’assortiment de J. Cockerill comprenait une droussette (carde en gros), une (...)
  • 12 Machines à ouvrir et battre les laines séchées avant cardage.
  • 13 Pierre Jobert-Lucas, négociant rémois, associé de Ternaux depuis 1799, dont Bonaparte visite la man (...)
  • 14 Le décret du 16/9/1808 a interdit l’importation d’indigo, d’où le recours à des colorants végétaux (...)

4Ponsardin (aussi à St.-Brice), dirigé par William Cockerill (junior), 75 pieds de long sur 45 de large (25 m x 15m), six assortiments11 à chaque étage, dont 16 cardes et 6 bélys, plus un grand intervalle entre les cardes au milieu du bâtiment qui pourrait n’avoir que 60 pieds (de long), même hauteur et même disposition. Les diables12 sont au 3ème étage, ainsi que le magasin à laine et l’ensimerie (lieu du passage à l’huile d’olive), ce que je n'approuve pas (à cause du danger d’incendie), les planchers en bois, mais des pompes (à bras) partout ». Il visite enfin deux teintureries : d’une part, « l’attelier de teinture de M. Houdainguet, 25 pieds de large, 50 de long, 8 à 9 cuves sur un nouveau modèle de fourneau. L'atelier des chaudières a 45 pieds de large sur 50 de long ; la charpente en comble est fort belle ; il y a quatre filières au-dessus desquelles sont des lucarnes » (dont il dessine « le modèle ») ; d’autre part, « l’attelier de M. Peaumoulin, teinturier de M. Jobert13 pour le compte de MM. Ternaux frères ; la guède14 n'est composé que 3 cuves, mais il y a cinq chaudières, dont une carrée, pour teindre les écheveaux de laine filée ».

  • 15 G. GAYOT, p. 426.
  • 16 Notons cette innovation précoce à cette date, dont aucun auteur ne parle, puisqu’il est convenu que (...)
  • 17 Sans doute du bassin de Liège, amenée à Sedan par la voie d’eau. La dernière observation du carnet, (...)
  • 18 Sur les Poupart, G. GAYOT, passim, avec généalogie, p. 355, et sur les Sévène, S. CHASSAGNE, Le cot (...)
  • 19 Drapiers protestants, maçons, repreneurs du Dijonval en 1820, GAYOT, passim.
  • 20 Etienne-Jean Paignon, dernier du nom, est décédé en 1773 et sa fille, devenue comtesse d’Anneville, (...)
  • 21 Dommage qu’il n’en indique pas le constructeur : Douglas (brevet 1802), Wathier (brevet 1802), Lebl (...)

5Etape suivante, Mouzon, sur la Meuse, où André Poupart de Neuflize a élevé, en 1807, une superbe filature hydraulique de laine équipée de machines Cockerill15, « 168 pieds de long sur 42 de large, le tout hors œuvre (42m x 14 m) ; (au) rez-de-chaussée et premier des cardes, au second des fileuses (des femmes), au 3ème des tisseurs (des hommes), au 4ème une sécherie et rames couvertes, et l’éclairage par le gaz hydrogène16 ; l'auteur de cette découverte est M. Risse-Poncelet de Sedan, gendre de M. Poncelet de Liège ». Il remarque encore « les sécheries à laine et les rames couvertes, les moulins à foulon, les teintureries ; et le prix du millier (de livres-poids) de houille17 qui vaut 30 f à Reims et 18 f à Sedan ». A Sedan, le lendemain, où il loge à la Croix d’Or, il rencontre successivement « M. Poupart de Neuflize (André, décédé en 1814) et son fils (André II, né en 1784 et marié en 1809 à Zélie Sévène, fille de Pierre, banquier parisien, l’un des associés de la manufacture du faubourg St.-Sever à Rouen18), MM. Bacot père (Pierre Frédéric) et fils (Paul-Alexandre19), MM. Le Roy et Rouy, M. Paignon20, M. Nicolas Raulin ». Il ajoute : « J’ai vu chez M. de Neuflize (à Mouzon) les mécaniques de Rouma (de Liège) allant à l’eau, chez M Nicolas Raulin père et fils des machines à tondre qui m’ont paru bonnes21 ; on les obtiendrait pour 150 à 180 f par table, (à condition de) supprimer les courroies et les remplacer par une chaîne de Vaucanson. Rouma parle d’un autre moyen, mais qui est simplement celui utilisé à Sedan ». Il voit aussi « Louis Dahan, teinturier, son frère est dans la maison Paignon au Dijonval », et promet « à M. André de Neuflize le modèle d’une machine à hacher le bois de teinture ».

6A Liège, logé à l’hôtel de Hollande, où il laisse (à laver ?) 6 chemises, 6 cravattes, 6 paires de bas d’estame de couleur, 3 mouchoirs, un bonnet de coton et un gilet, il rencontre les mécaniciens Cockerill père et fils, Rouma et Hénin, le banquier Charles Dubois, (demeurant) rue Feroustrée, no 601. « Nous (avec qui ?) avons visité la houillière de M. Orban (à la Plomberie), il y a une pompe à feu » (de type Newcomen, qui vient d’être mise en service) « dont le cylindre a 25 pouces de diamètre ».

  • 22 M. LEVY-LEBOYER, Les banques européennes et l’industrialisation internationale dans la première moi (...)
  • 23 Le père, Pierre-Henri Dethier (1736-1817), deux fois marié d’abord à une Biolley, ensuite à une God (...)
  • 24 Un Georges de Venders obtient en nivôse XI un brevet d’invention pour une machine propre à ouvrir e (...)

7A Verviers, centre drapier alors le plus mécanisé d’Europe22, il rencontre naturellement les principaux fabricants : « MM. François Biol(I)ey et fils ; J.J. Simonis ; PM. Constant (il loge chez sa sœur) ; H.J. Kaison ; Hauzeur frères ; les frères Bozard ; Guillaume Godard ; (Pierre) Dethier23 ; Soumagne ; et Jean Pierre-Joseph Georges24, serrurier, no 1029 rue Henry » (auteur de la première machine à tondre). De l'établissement des Hauzeur, il note en observateur attentif aux détails pratiques : « La sécherie est placée à l’étage supérieur du bâtiment où sont leurs tisseurs et tondeurs, les tuyaux de chaleur » (procurée par des fourneaux à charbon souterrains) « sont indépendants des cheminées, et ils se réunissent en deux parties, l’une se rend sous une table de toute la longueur de l’attelier, cette table est composée d'un chassis couvert en toile, c’est là que s’étend la laine qui sèche doucement et sans se durcir ; l’autre portion de chaleur passe entre deux rames qui sont clos par les deux bouts et par un plancher (au) dessus, les draps (foulés) ramés forment ainsi une boîte, et la chaleur fait sortir la buée comme le soleil en hiver. Les autres sécheries que j’ai visitées sont celles de M. Godin (à Ensival, où il se rend ensuite) et de MM. Biol(l)ey, elles sont l’une et l’autre séparées du reste des bâtiments et forment un seul bâtiment isolé » (pour prévenir le danger d’incendie), « voûté au rez-de-chaussée ; sous les voûtes se trouvent les fourneaux qui ont au premier leurs bouches de chaleur, il y a six rames et dans le centre la place de crocher des traversages » (d’accrocher des rames en travers). « Des évents pratiqués dans les murs servent à prendre l’air extérieur pour le conduire après s’être échauffé au 2ème étage où sont les laines ; il y a au plancher des soupiraux de distance à autre pour recevoir la chaleur. Chez M. Biol(I)ey, la couverture de ce bâtiment est en chaume afin de conserver la chaleur ».

  • 25 Les bélys (initialement rowing-billys) sont des machines à filer en gros de 40 à 60 broches (apparu (...)

8« Je n'ai rien vu de remarquable dans l’attelier de filature de ces deux maisons, si ce n’est que les moulins fins (les mule en fin) sont dans chaque étage avec les cardes et bélys25 qu’ils entretiennent. Il y a dans l'attelier de bouderie (boudinerie) de M. Biol(l)ey quatre sortes de machines : celles de Douglas y sont regardées comme bonnes ; on y voit deux forces sur la même table (à tondre), et des tables doubles » (de celles qu’il connaît à Elbeuf ?) « pour la largeur, avec des forces proportionnées. La presserie (lieu de l’emballage) de M. Biol(I)ey est la plus belle que j’aie visitée, il y a quatre presses sur lesquelles on met huit demi-pièces ; un seul homme encarte et trois autres placent les plaques qui sont en fer et mises entre deux cartons épais au lieu de plateaux de bois ; pour serrer les presses, ce sont quatre hommes seulement au moyen de la manivelle décrite ailleurs. Il n’y a de remarquable que la manière dont ils changent le rotor ou levier. La teinturerie de M. Biol(I)ey m’a beaucoup intéressé, elle est simple et très bien construite ; les voûtes sont très bien faites et règnent derrière les chaudières ; on descend la houille (dans les fourneaux) par une porte pratiquée à l’extrémité de la galerie souterraine. Les chaudières sont très grandes ; deux entre autres peuvent contenir chacune 600 1 (ivres) de laine, le pavage est fait en dalles de marbre, la couverture élevée et les tuiles espacées pour laisser la chaleur s’évaporer ; il n’y a pas d’autres ouvertures ; ce n’est qu’un grand hangard clos en planches. Le guède (l’atelier du bleu) est voûté entre des poutres ; il n’y a que deux cuves très grandes et montées au pastel, les ouvertures sont dans les murs et derrière les cuves.

  • 26 Il note : « faire expédier de Paris un baril de savon de Pugh à MM. Bozard frères et à tirer sur M. (...)

9J’ai visité l’atelier de M. Kaison et celui des frères Bozard26, je n’y ai rien vu de remarquable, si ce n'est chez ces derniers des couleurs bleu, vert, bleu Barbeau à la cuve d’Inde (en indigo), ou persillage, qui m’ont paru fort belles ». Quelques pages plus loin, il revient sur l’étape de Verviers avec ce supplément : « M. Godin emploie pour ses constructions un mortier fait avec deux portions de sable de rivière, deux de chaux et une de cendre de houille ; ce mortier enduit sur un plancher devient dur au point de remplacer le pavé. Il faut observer que la chaux doit être nouvelle et qu’il faut l'éteindre en concentrant la chaleur. J’ai vu bobiner des fusées prises sur les moulins fins pour ourdir des chaînes de suite.

10A Verviers (inédit pour lui), ce sont des hommes qui ourdissent, qui trient la laine en toisons, qui filent, etc., et j’en ai même vu un à rentrayer chez MM. Biol(l)ey. En général, je remarque que la laine est mieux dégraissée que chez nous, et les préparations au cardage mieux faittes, le tissage bien mieux soigné et la proportion de la trame à la chaîne différente, car on met deux cinquièmes en chaîne et trois cinquièmes en trame ; ainsi les comptes ne sont pas très élevés, ils passent rarement 2800 à 2900 (fds de chaîne) dans les plus beaux draps, ceux de 48 f en bleu, mais il y a beaucoup plus de trame ; 44 au(nes) en toile rendent au foulage 38. On paye les tisserands à l’aune : ils ont 14 sols du pays de l’aune de France (1,20m), et font aisément 4 au(nes) par jour, aussi gagnent-ils de 3,5 à 4 f (par jour). Un homme seul fait ainsi sa pièce en moins de quinze jours ; beaucoup de maisons ont 60 métiers chez elles ; on fait nop(p)er les draps en gros sur des tables étroites et inclinées, ensuite on les envoie au moulin pour être dégraissés, et ensuite nop(p)és et épuisés de nouveau ». Dernière remarque, à l’encre : « Pour bien bâtir (une fabrique), il faut que le rez-de-chaussée soit en arcades, le bâtiment séparé encore par un rang d’arcades au milieu, lesquelles (arcades) porteront les grosses poutres au premier. » Il visite ensuite en touriste, et sans commentaire, Chaufontaine, dans la vallée de la Vesdre, sur la route de Liège à Verviers, Spa, dans l’Ardenne, au sud de Verviers, et Dison, dans l’ancien duché de Limbourg.

11A Francomont, sur la rive droite de la Vesdre, en aval de Verviers (avant 1792, dans le duché de Limbourg), il visite « l’établissement de MM. Henry Sauvage (autre verviétois délocalisé) : petit, mais bien disposé, il a 55 pieds de long sur 42 de large, il est voûté entre les poutres du haut en bas, mais au-dessus du premier, ce genre de planches est mauvais, il écrase les poutres et les murailles. Il y a au premier 4 assortiments, 10 cardes et droussettes, dont une double, bonne pour économiser la place, plus le diable ; au second : 39 tables à tondre ; au troisième : 14 moulins fins, il en pourrait (contenir) 16 ; le tout est en mansarde, les machines à lainer au rez-de-chaussée ; la foulerie est dans une autre place, c’est une des plus belles du pays ; elle est jointe à un dégorgeoir comme ceux de Sedan. On y dégraisse sans tremper les draps communs et on les foule à l'urine ». A la suite est inscrit (au crayon) le nom du charpentier P.J. Cambrésis, « constructeur à Ensival » : remords tardif, ou indication qu’il est le constructeur de la foulerie ? A Dolhain, en amont de Verviers (dans l’ancien Limbourg), il voit encore des charpentiers : « MM. Zoffray, Ingler et Bruchmann (le plus parfait pour la construction) ».

  • 27 Sur cette dynastie de très grands manufacturiers de Montjoie, E. BARKHAUSEN, Die Tucherindustrie in (...)
  • 28 Ancien Sedanais parti lors de la Révocation, comme plus loin Clermont à Vaals, d’après G. GAYOT, p. (...)
  • 29 Une vieille famille de marchands luthériens de Burtscheid. On retrouve leur neveu Gustave Pastor d’ (...)

12Le voici à Eupen ou Neaux, naguère capitale de la province du Limbourg, et désormais rattaché à la Belgique, c’est-à-dire à la prospérité de Verviers. Logé chez Jeghers, il y visite « l’établissement de MM. Bernard Scheibler27 : très beau et disposé à peu près comme cy-bas » (il en dessine au crayon le plan : la filature sur le « canal » et de l’autre côté du « torrent », qu’on franchit sur un pont, disposés en U autour d’un jardin, le « logement » du patron, flanqué à gauche et à droite d’« ateliers » ; derrière les ateliers de gauche, au-delà d’une cour, « le comptoir ») ; celui de Hüffer et Morkrammer (aucune observation) et celui de M. H. J. Grandry (filateur de laine peignée) : « une foulerie sans terre (de foulon), dont le mécanisme est semblable à ceux de Montjoie ; au rez-de-chaussée deux machines à lainer, les diables ; au premier quatre assortiments ; au deuxième les filatures et les dévidoirs au milieu ; au troisième des mécaniques à tondre sur un principe à peu près semblable à celui de Rouma (de Liège) ; elles m’ont paru très bien aller. J’ai vu de la bonne laine filée d’un trait sur les bélys, c’est ainsi qu’on file les doubles broches. Il se fait à Eupen un nouveau genre de machines à lainer : il n’y a qu'un seul mécanicien. On tire les forces du duché de Berg (précisément de Solingen et de Remscheid). On sèche à Eupen dans une sécherie publique (pour économiser le combustible), chacun a un petit local pour sécher les chardons ». A Montjoie (Monschau, sur les bords de la Rur, dans l’ancien duché prussien de Juliers), logé chez Duncker, il note, à propos de la fabrique de Scheibler et Lenzamnn : « il faut voir cette fabrique qui est la mieux tenue de Montjoie », mais il n’en explicite pas davantage les raisons. De celle de W. Troisthorff, il retient : « 100 pieds de long sur 48 de large (30m x 15m), les cardes sont en ligne, les bèlys en face, il y a 11 cardes et drousses, et quatre bélvs qui entretiennent chacun six moulins fins ; 32 machines à tondre au deuxième », et de celle de H. Elbers : « il fait de belles et bonnes qualités. J’ai remarqué, les gris sont sur fond bleu, la teinture est bien construite en bois de champ (colombages) garni en blocage de pierre dure ; les croisées élevées de 6 pieds au-delà du rez-de-chaussée et des évents au toit. Le lavage est remarquable ; j'en ai fait le dessin ». Il y voit aussi les fabriques de J.H. Scheibler, Ronstoff, Rahlenbeck et Cie, de J.P. Schlossser (dont « la pompe à feu n’existe plus »), de P. Iekchmitz et fils28, sur lesquelles il ne fait aucune observation. A Stolberg, dans la proche banlieue d’Aix-la-Chapelle, chef-lieu depuis 1798 du département de la Roer, il voit les fabricants (descendants d'anciennes maisons) Stoltennoff et Offermann, puis à Aix, où il loge au Grand Hôtel, « MM. Zurhelle et Cie ; Ignace van Houtem ; Kelleter ; Claus ; Ludwig ; C.J. Deasner ; H. et C. Pastor ; Guillaume Pastor29 ; Pranghe et Cie ». « Chez M. Pastor à Bor cette, un volume d’eau de 20pouces d’eau sur la largeur et de 5 pouces sur la hauteur avec 17 pieds de chute fait mouvoir 24 cardes et un diable. Le bâtiment a 46 pieds de long sur 38 de large ; il y a 7 étages ». A Borcette justement (l’ancien Burtscheid de l’électorat ecclésiastique de Cologne), chez Henry Schmalhausen, « il y a un manège qui au moyen d’un cheval fait mouvoir deux assortiments ; on dit qu’il en pourrait faire mouvoir quatre, l’auteur est le nommé Olivier de Verviers ». Il fait un crochet à Vaals, « à une lieue d’Aix » (naguère en Limbourg hollandais) et consigne : « J’ai visité l'établissement de MM. Clermont frères, qui sont les seigneurs du pays. Ils ont un bâtiment de 30 pieds de large sur 60 (de long), dans lequel se trouve une roue de 22 pieds de diamètre à godet en dessus, laquelle au moyen d’un filet d’eau fait mouvoir deux assortiments et une machine à lainer double, c’est à dire à deux cylindres ; l’auteur est d’Eupen ». Sur la page suivante, au crayon, remords : « à Aix, chez M. Kelleter, j’ai vu des métiers de tisseurs très bien disposés, et qui tenaient fort peu de place, ces métiers ont comme tous ceux des autres fabricants des barres qui soutiennent la chaîne toujours à la même hauteur, l'ensouple est basse et n’excède pas les pots (les montants du bâti ?). La machine à lainer a une barre semblable pour soutenir le drap en haut. La sécherie de Kelleter n’a rien de remarquable : ce sont de grosses étuves où l'on brûle de la houille. Cy-contre l’établissement de M. Bruff », (il dessine la roue verticale et les pignons de renvoi).

  • 30 Sur lui, S. CHASSAGNE, p. 265.
  • 31 Machine construite par Périer et installée vers 1807. Peltier fait faillite à la fin de 1813, S. CH (...)
  • 32 Sur ce mécanicien pionnier de la mécanisation textile, E. KILBURN SCOTT, Mathew Murray, Pionner Eng (...)
  • 33 Possède-t-il le Manuel du teinturier, publié en 1810 par Vitalis, professeur à l’école de chimie de (...)

13Ici s’achève ce voyage « d’information », dont il rapporte cependant « des échantillons de drap bleu et noisette pour mon oncle Duruflé ». Il rentre par les vallées de la Sambre et de l’Oise, s’arrête à Saint-Quentin (plus exactement à Roupy) voir la machine à vapeur de la filature de Jacques Arpin30 (qu’il orthographie Harpin), et se remémore alors qu’il peut aller « de la part de M. Gerusez, l’associé de MM. Dérodé et Seilllière, chez M. Peltier à Paris, rue St Jacques, en face des Sourds-Muets, l’heure est de 3 à 4 », pour en voir une autre31 « Il y a plusieurs machines à vapeur à Gand ». Il inscrit en dessous, au crayon, le nom de « Mathew Murey (Murray), à Leedes, (Yorkshire), mécanicien distingué en Angleterre pour les pompes à feu »32. A Paris, il achète « pour Joseph ( ?), un manuel de chimie, Principes élémentaires théoriques et pratiques de cette science, par Bouillon de la Grange, 3è édition, chez Bernard libraire, 31 quai des Augustins » et le Traité élémentaire de chimie de Lavoisier33

  • 34 S.CHASSAGNE, Oberkampf. Un entrepreneur capitaliste au siècle des Lumières, Aubier, Paris, 1980, p. (...)

14Ce petit carnet est au demeurant pour l’historien de l’industrie lainière, de ses techniques et de ses réseaux riche d’enseignements. Il montre d’abord (ce que l’exemple d’Oberkampf avait déjà avéré34) la facilité pour un fabricant d’entrer dans les plus célèbres fabriques contemporaines, concurrentes directes de la sienne. Ensuite, sa faculté d’observer (et de relever par de rapides croquis) toutes les innovations et dispositions spatiales intéressantes remarquées au cours d’une visite relativement rapide (regrettons à cet égard qu’il n’ait pas davantage minuté son temps). Enfin, même s’il ne détaille guère les salaires versés par ses concurrents, il relève la division sexuelle du travail à Verviers, où les hommes accomplissent des tâches laissées aux femmes à Elbeuf, à Louviers ou à Sedan. Souhaitons en conclusion la découverte fortuite d'autres témoignages inédits contemporains de la révolution des techniques de production au début du XIXe siècle.

Notes

1 Format 13,5 x 9 cm, couverture cartonnée avec étui à crayon formant fermoir, sur la page de garde étiquette du papetier Chaulin, rue St.-Honoré, au coin de celle d’Orléans (à Paris).

2 Alain Becchia, qui a mis en base de données la population elbeuvienne, propose de l’identifier avec le fabricant Louis-Henri-Mathieu Quesné (1789-1869), fils de Mathieu-Nicolas Quesné et d’Agathe-Adélaïde Mauger, neveu par alliance du manufacturier Constant Duruflé (1771-1844), époux de sa tante paternelle Julie-Pélagie Quesné. Or, le 13 juillet 1812, Louis-Mathieu épouse sa cousine germaine Constance-Pélagie Duruflé (née à Elbeuf le 3 prairial II), exemple intéressant de concentration lignagère des moyens de production.

3 Louis-Joseph Dérodé-Cornette, un fils de notaire, qui crée la première manufacture intégrée sous le Directoire, et est le plus important fabricant de draps de Reims à la fin de l’Empire, associé à F.A. Seillere dans la filature de St.-Brice Courcelles, incendiée en 1814 (G. BOUSSINESQ et G. LAURENT, Histoire de Reims, 1933, 11, p. 378 et 404). D’après Ch. BALLOT, L'introduction du machinisme, 1913, p. 218, la première machine à vapeur, chez Seillière, date de 1816 ; d’après G. CLAUSE, « L’industrie lainière rémoise à l’époque napoléonienne », R.H.M.C., juillet-sept. 1970, p. 585, chez Dérodé-Seillière, de 1814, aux Longaux.

4 Pour obtenir une exemption ?

5 G. GAYOT, Les draps de Sedan, 1646-1870, éd. E.H.E.S.S., Paris, 1998, note incidemment, p. 381, l’existence dans un inventaire de marchand, en 1691, de « lisières noires et grises ». Sur les fils retors de lisières dans la draperie médiévale, D. CARDON, La draperie au Moyen Age, CNRS éd., 1999, p. 271-75.

6 Les Godinot sont une famille de négoce, dont un membre se fixe à Lyon sous le Directoire et épouse en 1798 une fille du marchand de soie Joseph Guérin (1738-1795).

7 Auteur en 1817 d’une Description historique et statistique de la ville de Reims.

8 Sur cet établissement, J.-M. CHAPLAIN, La Chambre des tisseurs, Louviers, cité drapière, 1680-1840, Champ Vallon, Seyssel, 1984, p. 141-145.

9 Neveu de Temaux, dont la mère, Marie Malot, était originaire de Reims ; une sœur de Ternaux, Rosalie, née en 1770, a épousé Jean-Olivier Jobert, ensuite directeur du tissage de Sedan.

10 De la fabrication de Douglas, dont un assortiment comprenait deux machines à carder, deux à filer en gros, huit à filer en fin, soit 20 000 f l’assortiment, avec les frais d’emballage, L. BERGERON, « Douglas, Ternaux et Cockerill : aux origines de la mécanisation de l’industrie lainière en France », Revue historique, 1972/1, p. 70-76.

11 Selon BALLOT, p. 190, l’assortiment de J. Cockerill comprenait une droussette (carde en gros), une machine à carder en fin, une machine à filer en gros de 40 broches, une à filer en fin de 60 broches, une machine à tondre et une machine à lainer. Sur l’établissement de Cockerill, d’abord à Verviers (1799), puis à Liège (1807), et à Seraing (1817), S. PASLEAU, John Cockerill, Itinéraire d’un géant industriel, Liège, 1992, 206 p. Sur « L’introduction des mécaniques anglaises à Verviers », H. DELBEE et E. HELIN, Bulletin de la société royale Le Vieux Liège, 1986/235, p. 205.

12 Machines à ouvrir et battre les laines séchées avant cardage.

13 Pierre Jobert-Lucas, négociant rémois, associé de Ternaux depuis 1799, dont Bonaparte visite la manufacture en 1803, L. LOMULLER, Guillaume Ternaux, 1763-1833, créateur de la première intégration industrielle française, Paris, éd. de la Cabro d’Or, 1978, 531 p.

14 Le décret du 16/9/1808 a interdit l’importation d’indigo, d’où le recours à des colorants végétaux indigènes utilisés dès le Moyen Age.

15 G. GAYOT, p. 426.

16 Notons cette innovation précoce à cette date, dont aucun auteur ne parle, puisqu’il est convenu que l’éclairage au gaz apparaît à Paris en 1817. La filature de lin des Marshall dans un faubourg de Shrewsbury est dotée d’un éclairage au gaz dès 1811, J. TANN, The Development of Factory, Londres, 1970, p. 44.

17 Sans doute du bassin de Liège, amenée à Sedan par la voie d’eau. La dernière observation du carnet, à la fin du voyage, mentionne : « à Verviers la houille vaut 1,50 le cent » (pesant), soit douze fois moins qu’à Sedan.

18 Sur les Poupart, G. GAYOT, passim, avec généalogie, p. 355, et sur les Sévène, S. CHASSAGNE, Le coton et ses patrons, 1991, p. 305.

19 Drapiers protestants, maçons, repreneurs du Dijonval en 1820, GAYOT, passim.

20 Etienne-Jean Paignon, dernier du nom, est décédé en 1773 et sa fille, devenue comtesse d’Anneville, en 1802. La manufacture est alors vendue à des Parisiens, qui gardent cependant le nom de fabrique de l’illustre fabricant sedanais. Nicolas Raulin doit être un fils d’Antoine, seigneur de Flize, adversaire des Paignon à la fin de l’Ancien Régime, G. GAYOT, p. 358.

21 Dommage qu’il n’en indique pas le constructeur : Douglas (brevet 1802), Wathier (brevet 1802), Leblanc-Paroissien de Reims (médaille d’or, 1806), Place de Louviers (brevet 1810) ? Les premières machines à tondre sont introduites à Elbeuf par le sedanais Poupart de Neuflize en 1818, A. BECCHIA, La draperie d’Elbeuf, Publications de l’Université de Rouen, Rouen, 2000, p. 455.

22 M. LEVY-LEBOYER, Les banques européennes et l’industrialisation internationale dans la première moitié du XIXe siècle, P.U.F., 1964, p. 96-97 ; sur Verviers, thèse irremplaçable de P. LEBRUN, L’industrie de la laine à Verviers pendant le XVIIIème et le début du XIXème siècle, Liège, 1948, 536 p.

23 Le père, Pierre-Henri Dethier (1736-1817), deux fois marié d’abord à une Biolley, ensuite à une Godart, ou le fds Pierre-Guillaume, failli à la fin de l’Empire ? Cf. G. GAYOT, « La main invisible qui guidait les marchands (..) aux foires de Leipzig », R.H.M.C., 2001.

24 Un Georges de Venders obtient en nivôse XI un brevet d’invention pour une machine propre à ouvrir et mélanger les laines. Est-ce le même ?

25 Les bélys (initialement rowing-billys) sont des machines à filer en gros de 40 à 60 broches (apparues d’abord à Brive, chez Leclerc, en 1788, A.N. F12/652).

26 Il note : « faire expédier de Paris un baril de savon de Pugh à MM. Bozard frères et à tirer sur M. Durécu ». Samuel Pugh (1760-1836) est un savonnier anglais installé en France sous l’Empire et décédé à Rouen ; sur les Durécu, fabricants de draps de Darnétal, V. FRUIT, « Deux vallées rouennaises de la proto-industrie à la désindustrialisation, 1780-1880 », thèse, E.H.E.S.S., 2 vol. dact., 1985.

27 Sur cette dynastie de très grands manufacturiers de Montjoie, E. BARKHAUSEN, Die Tucherindustrie in Montjoie. Ihr Aufstieg und Niedergang, Aix-la-Chapelle, 1925. Le fils aîné de W. Cockerill, également prénommé William, a épousé une Scheibler ; ses frères puînés Charles-James (1887-1837) et John (1790-1840) ont épousé deux sœurs Pastor, évoquées infra, n. 29.

28 Ancien Sedanais parti lors de la Révocation, comme plus loin Clermont à Vaals, d’après G. GAYOT, p. 40.

29 Une vieille famille de marchands luthériens de Burtscheid. On retrouve leur neveu Gustave Pastor d’Aix parmi les repreneurs de l’usine Cockerill en 1841, M. LEVY-LEBOYER, p. 658 et S. PASLEAU, p. 87.

30 Sur lui, S. CHASSAGNE, p. 265.

31 Machine construite par Périer et installée vers 1807. Peltier fait faillite à la fin de 1813, S. CHASSAGNE, p. 265 et 340.

32 Sur ce mécanicien pionnier de la mécanisation textile, E. KILBURN SCOTT, Mathew Murray, Pionner Engineer, Leeds, 1938 et J. TANN, The Development of Factory, 1970.

33 Possède-t-il le Manuel du teinturier, publié en 1810 par Vitalis, professeur à l’école de chimie de Rouen ?

34 S.CHASSAGNE, Oberkampf. Un entrepreneur capitaliste au siècle des Lumières, Aubier, Paris, 1980, p. 117-122 et 216-222.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search