Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La draperie en Normandie du XIIIe siècle au XXe siècle

 | 
Alain Becchia

Regards croisés. Échanges et communications

Les yeux dans la laine : la Normandie sous le regard italien Le voyage de Gian Batta Xaverio Moccafy

Corine Maitte

Texte intégral

  • 1 Fernand Braudel, Le modèle italien, Paris, Arthaud, 1985.
  • 2 Voir par exemple, Yves Hersant, Italies. Anthologie des voyageurs français aux XVIIe et XIXe siècle (...)
  • 3 Les exemples sont très nombreux. Pour des études récentes, voir notamment Giovanni Luigi Fontana, D (...)
  • 4 Les services secrets de Venise ont été les plus étudiés cf. Daniele Preto, I servizi segreti di Ven (...)
  • 5 Cette politique fut suivie au Piémont dès le XVIe siècle, renforcée par un édit de 1701. L’Anglais (...)

1Dans le réseau dense des relations entre la péninsule et le reste de l’Europe, les échanges industriels et commerciaux n’ont jamais manqué à l’appel. Mais à partir de 1650, le sens de ces rapports s’inverse : si au XVIe siècle encore, un certain nombre de nouvelles étoffes anglaises ou hollandaises prirent modèle sur les confections italiennes, ce n’est désormais plus le cas, les industries lainières de toutes les grandes villes italiennes sont en crise1, les nouveaux modèles, les nouveaux tissus, les nouveaux procédés viennent maintenant d’Europe du Nord. Aussi les notations sur les industries sont-elles rares dans les récits des voyageurs qui parcourent la péninsule à cette époque et portent-elles généralement à des considérations désabusées sur la décadence2. Les Italiens - ce terme générique n’ayant d’ailleurs guère de sens - sont parfaitement conscients de cette nouvelle faiblesse industrielle, comme en témoignent les rapports composés pour ou par les organes gouvernementaux vénitiens, florentins, piémontais, par exemple. C’est ce qui explique la volonté nouvelle de la part de ces Etats, dont la renommée et la force furent un temps fondées sur l’industrie textile, de retrouver les voies de la réussite et de la compétitivité en ce domaine. Pour cela, il fallait s’informer sur les raisons du succès des autres nations, espionner les modèles et les procédés pour les importer et les adapter dans le pays, copier les règlements ou l’organisation des fabriques, en favorisant au maximum le mouvement des hommes3 Cette opération multiple de renseignements et d’information fut classiquement tenu, en Italie comme ailleurs, par le personnel des ambassades. Attentif à dépister tout ouvrier du pays d’origine dévoyé dans des états étrangers-les ambassadeurs vénitiens sont aux premières loges de cette surveillance scrupuleuse de leurs ressortissants4 -, ce personnel a aussi pour mission de fournir des explications raisonnées des succès industriels et commerciaux, de donner des informations sur les nouveautés de produits ou de techniques, de faciliter et de solliciter l’émigration des ouvriers qualifiés5

  • 6 J’ai développé ces considérations dans l’article cité précédemment.

2Mais si les ambassadeurs et leur personnel sont capables de donner des informations génériques ou de transmettre leurs analyses, il leur est par contre difficile de disposer des connaissances pratiques suffisantes pour fournir des informations techniquement pertinentes et suffisamment précises pour permettre la reproduction et la copie. La chaîne de l’information, ou de la débauche, nécessite toujours des spécialistes, tout comme l’importation de la main-d’œuvre qualifiée reste la voie principale de réalisation de la copie6. C’est pourquoi les services étatiques sont particulièrement à la recherche de « praticiens » décidés à effectuer des missions de renseignement ou de débauche. La collaboration en vaut d’ailleurs souvent la peine, car le privilège peut en être la récompense : c’est ce qui semble s’être passé à la fin des années 1750 pour le Sedanais Abraham Poupart, informateur pour le roi de France sur les manufactures d’Aix-la-Chapelle, Borcette, Verviers, Eupen etc., qui concurrencent alors dangereusement les industries lainières françaises.

3Aucun honneur de cette sorte n’est semble-t-il réservé à Gian Battista Xaverio Moccafy, auteur d’un « récit de voyage » donné au roi du Piémont sans doute à la fin de l’année 1767, qui relate avec force détails et échantillons à l’appui les productions, les méthodes de fabrication et de vente, les techniques des principaux centres lainiers européens. En 1773, alors que le changement de règne le place dans une situation difficile, Moccafy rappelle son entreprise au nouveau souverain :

  • 7 Biblioteca Reale di Torino (BRT), Storia Patria, 907. Le texte conservé est un brouillon, ne portan (...)

4« En 1766, il prit la résolution de faire, comme il le fit, à ses propres frais, le tour des fabriques de draps de la Normandie, Picardie, Angleterre, Flandre, Hollande et Champagne pour y prendre les connaissances nécessaires à qui désire être au fait de la qualité et de la substance de la marchandise. A son retour, après un tour de dix ou onze mois, il fit une relation de son voyage, des observations sur les marchandises qui s y fabriquent, les modes que l’on y observe, les usages du commerce et les changes des monnaies. »7

  • 8 Comme l’indique Moccafy lui-même dans l’une de ses relations où il utilise les « étiquettes » - ent (...)
  • 9 Sur ce point, voir notamment Jean-Pierre HIRSCH, Les deux rêves du commerce, Paris, EHESS, 1991.

5Moccafy assure donc qu’il entreprit ce périple de son propre chef. La chose est plausible : il est marchand de draps et peut vouloir acquérir de visu une connaissance exacte des principaux produits qu’il est amené à vendre. Si les « étiquettes » des marchands vont à la recherche des clients8, ceux-ci peuvent aussi décider de voyager eux-mêmes pour parfaire leurs connaissances et éviter ainsi de se laisser prendre aux jeux multiples des contrefaçons. De plus, Moccafy peut espérer en savoir davantage sur les conditions locales de vente et éventuellement se passer des intermédiaires auxquels il a sans aucun doute eu affaire jusque-là. Enfin, le voyage peut servir à la constitution ou au renforcement du réseau de relations indispensable au commerce9.

6Reste que la relation fut écrite pour l’information de gens qui ne l'étaient pas, avec un souci didactique constant, notamment quand Moccafy explique d’une façon générale les principales étapes de la fabrication des draps : le récit fut donc dès le départ conçu pour informer des gens peu au courant de la draperie. De même, le catalogue d’échantillons est présenté avec un soin tout particulier, l’ornementation sied à de hauts personnages et ne ressemble pas au catalogue usuel du marchand. D’ailleurs, ce catalogue manifeste lui-même une volonté clairement didactique : il est le complément indispensable du texte car Moccafy, après avoir parlé de l’organisation générale des fabriques d’une ville, en commente ensuite les productions à l’aide des échantillons dont il explique précisément la fabrication et la composition. On est bien ici en présence d’échantillons-démonstration, d’échantillons-apprentissage également, car Moccafy enseigne en quelque sorte à ses lecteurs à reconnaître les draps en les leur mettant sous les yeux et sous les doigts. On imagine le travail de collecte et d’étiquetage permanent qu’il a effectué tout au long de son voyage.

  • 10 La première page du recueil d’échantillons porte la mention « mostre raccolte viaggiando dal signor (...)
  • 11 Lors de la transmission des biens de Bogin, par exemple, car l’écriture semble dater du XVIIIe sièc (...)

7Pour corroborer cette impression d’un texte et d’un recueil conçus dès leur réalisation comme outil pédagogique destinés à de hauts personnages, la mention conservée sur la page de titre du recueil d’échantillons indique que Moccafy a présenté son ouvrage au comte Bogin, principal ministre de Charles Emmanuel III après le décès du Comte d’Ormea en 174510. Cette mention est toutefois postérieure à l’ouvrage et elle comporte au moins deux erreurs, sur la date du voyage et sur le nom même de Moccafy (orthographié Moccasi) ; elle semble donc avoir été rajoutée par la suite11. Toujours est-il que Moccafy lui-même rappelle en 1773 que « cette relation eut la chance d’être vue par S.M. le roi Charles Emmanuel, par Votre majesté et par qui dirigeait le conseil du commerce », disgracié depuis lors.

  • 12 Fondée par le marquis d’Ormea en 1723.
  • 13 La date n’est cependant pas très sûre. Il y a dans BRT, Storia Patria, 907 tout un interrogatoire s (...)

8Pourquoi Moccafy a-t-il pris l’initiative de présenter son travail à la Cour ? Quelles relations et quels contacts y entretenait-il ? Nous n’en savons à la vérité encore rien. Son récit nous révèle un homme très au fait des manufactures de son pays, notamment celles de la région de Biella et celle d’Ormea12 qu’il cite régulièrement. Il semble de plus avoir déjà tenu le rôle d’expert dans une affaire de fabrication de savon pour purger les draps en 175713. Deux raisons au moins pouvait pousser Moccafy à présenter son mémoire au Comte Bogin : son rôle politique prépondérant et ses attributions en matière militaire qui le rendaient sûrement sensible à la question du vêtement des troupes, objet des attentions de la très belliqueuse monarchie piémontaise depuis le début du siècle au moins.

  • 14 Il y élit un procurateur général et transmet au notaire son testament en juillet 1766 (cf. Archivio (...)
  • 15 En 1749 en effet, il envoya le Comte de Robilant et quatre jeunes ingénieurs étudier les écoles de (...)

9Mais le Comte Bogin pourrait aussi avoir joué un rôle beaucoup plus direct dans le projet même de Moccafy. Quelques indices peuvent le faire suspecter : Bogin avait ses résidences personnelles à Moncalieri, ville de résidence royale où Moccafy accomplit les gestes légaux nécessaires à son voyage14. Simple hasard ? Il n’est pas inutile de rappeler que Bogin a été dans d’autres domaines, les mines et la sidérurgie notamment, à l’initiative de différents voyages d’étude ayant permis au Piémont d’imiter des modèles étrangers15. Le doute persiste donc : l’initiative de ce voyage ne revient peut-être pas entièrement, ou uniquement, à Moccafy mais aussi à de hauts représentants de l’Etat. Cette ambiguïté n’a en soi rien d’extraordinaire car l’Etat n’a généralement pas envie d’assumer officiellement une mission qui pourrait susciter des problèmes diplomatiques, et rendre d’ailleurs le voyageur plus suspect.

  • 16 Sur la politique lainière de la monarchie piémontaise, les travaux sont pour la plupart déjà ancien (...)
  • 17 Voir notamment L Dolza, L. Hilaire-Pérez, art.cit.
  • 18 C’est le cas notamment à Rouen où Moccafy s’entretient avec le teinturier Lambert pour le persuader (...)

10Que l’initiative du voyage de Moccafy soit personnelle ou publique, elle s’insère de toutes façons bien dans la politique mercantile de l’Etat piémontais et dans son intérêt général pour les réalisations étrangères, spécialement françaises16. Le Piémont a en effet été, dès le début du XVIIIe siècle, très attentif à la législation française. L’Etat savoyard s’est, par exemple, procuré rapidement les règlements de fabrique instaurés sous Louis XIV pour les copier ou les adapter aux possibilités locales. Le grand règlement pour la draperie piémontaise de 1733 en est du reste directement inspiré. La fabrique d’Ormea est initialement instaurée par le ministre du même nom pour imiter les draps anglais. Depuis 1701, tous les artistes étrangers sont invités à s’installer au Piémont et différents recensements indiquent qu’ils sont effectivement très nombreux dans l’industrie textile piémontaise, spécialement dans la soie17. Aucune surprise donc à ce que la Cour de Turin ait été particulièrement intéressée à un récit détaillé, non seulement des caractéristiques qualitatives des produits lainiers, mais aussi des méthodes de production et de vente. Le voyage de Moccafy correspond tout à fait à cette volonté d’information et à la politique mercantile de création au Piémont des manufactures ou des institutions capables d’imiter l’étranger. L’enjeu fondamental était, on l’a dit, l’habillement des troupes royales : pouvait-on améliorer les fabriques piémontaises au regard de ce qui se faisait de plus performant à l’étranger et, si l’on devait continuer à passer commande hors du Piémont pour un certain nombre d’étoffes, à qui faire le plus avantageusement appel ? Double enjeu que Moccafy remplit parfaitement, attentif aux qualités, aux prix, mais aussi aux méthodes de fabrication, faisant tout pour découvrir d’éventuels secrets à mettre en œuvre au Piémont et toujours prêt à susciter l’établissement dans son pays des meilleurs techniciens rencontrés18

  • 19 Lyon, Paris, Les Andelys, Louviers, Elbeuf, Darnétal, Rouen, Aumale, Amiens, Abbeville, Londres, Le (...)

11L’itinéraire de Moccafy n’a rien de surprenant au regard des buts de son voyage : il visite pratiquement toutes les places lainières de l’Europe du nord-ouest, à partir de Paris et en commençant par la Normandie19. Les principales étapes en ont vraisemblablement été fixées avant son départ. Mais Moccafy sait-il qui il va rencontrer dans les différentes places lainières où il se rend ? Utilise-t-il son réseau de relations commerciales préalables pour se diriger, se présenter, se faire ouvrir les fabriques ? C’est possible, et même probable, mais sa rédaction n’en fournit aucun indice. On a souvent l’impression qu’il se rend d’abord et avant tout dans des villes dont il connaît évidemment l’activité lainière, beaucoup plus que chez des fabricants avec qui il serait déjà en relation. A aucun moment, en tous cas, il ne fait mention de sa connaissance préalable de l’un d’entre eux. Il faut dire que même ceux avec qui il s’entretient durant son périple restent pour l’essentiel dans l’anonymat. En effet, les noms des fabricants cités sont extrêmement rares. Au total, pas plus d’une dizaine, essentiellement en France : Julienne, titulaire des Gobelins à Paris, Lefebvre, d’Elbeuf, dont il détaille les nouvelles productions, Lambert, teinturier de Rouen avec qui il discute de la possibilité d’établissement au Piémont de l’un de ses neveux, Van Robais à Abbeville dont il décrit longuement la manufacture, « la plus grandiose de toutes celles qu'il a vues », Paignon et Rousseau, les deux privilégiés catholiques de Sedan qu’il accuse de « vendre plus le nom que la qualité », Louis Labauche, leur adversaire protestant, qu’il loue au contraire. Hors de France, un seul nom cité : celui de Elba Hanssen à Maastricht pour rendre compte d’une proposition avancée par ce fabricant.

  • 20 Sur ce point, voir Alain Becchia, La draperie d’Elbeuf (des origines à 1870), Rouen, Publications d (...)

12L’hypothèse la plus vraisemblable pour expliquer ce silence est que Moccafy doit penser, pas forcément à juste titre d’ailleurs, que les destinataires de son texte ne désirent pas connaître les noms des fabricants qu’il a rencontrés. Ces précisions doivent lui sembler trop terre à terre et ne pas relever de la sphère d’intérêt des politiques à qui il s’adresse. Il interprète sa mission d’écrivant comme celle d’un vecteur d’informations qualitatives sur les produits, les techniques, les organisations, pas sur les personnes. Parallèlement, il énonce implicitement que sa qualité de praticien et la réalité de ses observations suffisent pour qu’il soit cru, sans qu’il ait besoin de prouver ses affirmations par la désignation nominative des fabricants lui ayant permis d’élaborer sa connaissance. Nous ne saurons donc vraisemblablement jamais avec qui Moccafy s’entretint à Elbeuf ou à Louviers, mais son récit est suffisamment précis pour qu’il ne fasse aucun doute qu’il est bien entré dans les maisons de fabrique, dont il décrit précisément la disposition et l’organisation, et qu’il a discuté avec leurs patrons, au point d’informer sur les accords présidant à l’établissement des tarifs de filature à Louviers, et sur les différents arrêts pris par le Conseil royal pour pourvoir à la situation de la fabrique d’Elbeuf20.

  • 21 Duhamel Du Monceau, Art de la draperie, Paris, 1766 ; François de la Rochefoucauld, Voyage en Franc (...)
  • 22 Ce n’est donc pas sous sa plume que l’on trouverait cette remarque faite par les receveurs généraux (...)

13En ce qui concerne Louviers et Elbeuf, le cœur de Moccafy ne balance pas. Ce marchand attaché à la perfection manufacturière pense, contrairement au Dictionnaire de commerce de Savary des Bruslons, mais en accord avec Duhamel du Monceau, le jeune François Armand de la Rochefoucauld, et la plupart des spécialistes de l’époque, que les draps de Louviers sont nettement supérieurs à ceux d’Elbeuf21. Comme beaucoup d’autres en son temps, Moccafy s’intéresse en effet plus à la beauté du travail qu’au débit des ventes22. De fait, il ne cite dans son récit pratiquement aucun chiffre de production, peu de nombre de fabricants : le volume n’est que rarement son affaire. De ce point de vue, les informations fournies par le jeune La Rochefoucauld à propos d’Elbeuf sont beaucoup plus précises que celles de Moccafy, peut-être parce que l’ordre de leur voyage est inverse - la Rochefoucauld visite d’abord Elbeuf, Moccafy Louviers-, mais pas seulement : si La Rochefoucauld comptabilise les profits des fabricants et évalue les bénéfices de l’Etat, Moccafy s’attarde lui sur les types de draps, les procédés de fabrication, l’organisation des manufactures, les méthodes de vente et les prix. Son point de vue est celui du bel ouvrage, et non celui des coûts de production, c’est aussi celui du marchand qui achète, jamais celui du fabricant qui fait ses comptes, ni de l’Etat - ou de « l’économiste » - qui calcule sa richesse. S’il est attentif à la condition des ouvriers et aux arrangements manufacturiers à Louviers, ce souci s’estompe au fil de son voyage, soit qu’il y prête moins intérêt, soit qu’il ait conscience que cette question n’est guère susceptible d’intéresser ceux qui le liront.

14La longue description des fabrications communes de Darnétal, et particulièrement de celle des couvertures, n’est pas en contradiction avec ce qui vient d’être dit car elle doit être, elle aussi, comprise au regard de ce que nous pouvons savoir des préoccupations des lecteurs de Moccafy : d’une part, la perfection des fabriques piémontaises, d’autre part, l'approvisionnement textile de l’année. C’est ici le futur responsable des magasins des troupes royales piémontaises qui fait son enquête de marché...

15Dans cette perspective, on comprend également le regret qu’il exprime à la fin de son voyage ne n’avoir visité en France que les centres septentrionaux. Si l’on en croit Duhamel Du Monceau, il aurait en effet fallu qu’il se rende également dans les fabriques de Romorantin, Issoudun, Lodève, plus spécialisées dans le vêtement des troupes. Mais les intérêts du marchand comme ceux de la monarchie piémontaise le portent vers cette Europe du nord désormais promue au rang de modèle, dont on a déjà copié au Piémont les règlements, les méthodes de fabrication, les tissus et dont on va bientôt espionner les mécaniques.

  • 23 En ce qui concerne Elbeuf, voir A. Becchia, op. cit., p. 193 et suivantes ; Louviers, J.-M. Champla (...)
  • 24 Pour l’entreprise de diffusion de la navette volante en Vénétie par Niccoló Tron, voir notamment F.(...)
  • 25 A. Becchia, op. cit., p. 193 et suivantes.

16Sur ce sujet, le silence de Moccafy est total : il ne fait strictement aucune allusion aux innovations mécaniques anglaises qui commencent alors à se répandre Outre-Manche et dont la Normandie est un grand port de débarquement. Aucune allusion, par exemple, à la navette volante de Kay ni à ses cardes, pourtant acclimatées en Normandie. Certes, la navette n’avait, semble-t-il, pas reçu un accueil très enthousiaste des fabricants français qui l’accusaient de n’épargner ni le temps ni le travail : peut-être est-ce la raison du silence de Moccafy23 ? En tous cas, on commençait alors à en parler et à l’utiliser en Vénétie et il est quand même significatif que Moccafy n’en dise mot à son souverain24. Dans le même ordre d’idées, pas un mot non plus sur les expérimentations en cours dans la filature ou les apprêts. Certes, le brevet de la jenny est trop récent pour qu’il en prenne connaissance lors de son passage en Angleterre et de surcroît l’innovation n’intéresse pas encore l’industrie lainière, deux raisons qui suffisent largement à expliquer que Moccafy semble tout en ignorer. Mais on aurait pu l’imaginer plus attentif aux essais réalisés un peu partout dans la filature ou dans la tonte, même si beaucoup n’étaient alors guère concluants, comme c’est le cas par exemple pour ceux réalisés à Elbeuf dans ces deux domaines à la fin des années 175025. Au total, les procédés qu’il décrit, pour intéressants sur les techniques qu’ils soient, ne mentionnent pratiquement aucune tentative d’innovation mécanique ; Moccafy ne se rend visiblement pas compte que les méthodes de fabrication sont en train d’évoluer. De ce point de vue, son récit reste confiné dans un univers technique traditionnel et passe à côté de l’esprit d’innovation mécanique qui est en train d’éclore.

  • 26 Le voyage de Morosi dure de juillet 1806 à février 1807 et le porte de Milan à Turin, Chambéry, Gen (...)

17C’est ce qui constitue le principal contraste avec les voyages postérieurs que nous connaissons : accomplis plusieurs décennies plus tard, ils ne peuvent évidemment plus ignorer le fait mécanique. Si la Normandie est toujours choisie comme lieu de séjour manufacturier par un certain nombre d’« Italiens », c’est cette fois dans le but d’y observer d’abord et avant tout les innovations techniques. Tel est le cas, par exemple de Giuseppe Morosi, qui se définit d’ailleurs lui-même comme un « mécanicien » : en effet, membre, avant 1789, du Musée Royal de Physique et d’Histoire Naturelle de Florence, l’empire napoléonien lui donne l’occasion de se rendre dans la capitale française. Il s’y intéresse évidemment aux mécaniques, y perfectionne lui-même un métier pour tisser les bas de soie et est pressenti pour être employé au Musée des machines, aux Arts et Métiers de Paris. Mais il accepte finalement la charge de « mécanicien national » que lui offre en 1800 - sur sa sollicitation, il est vrai - le gouvernement du royaume d’Italie installé à Milan. C’est pourtant théoriquement en tant que simple particulier qu’il entreprend, en 1806-1807, un voyage « privé », dont le but principal est d’observer les machines et d’en reproduire les modèles26. Lors de ce voyage pendant lequel il passe, comme Moccafy, à Elbeuf, Louviers et Rouen, Morosi copie plus de 130 machines dont il fait exécuter à son retour plus de 400 dessins.

  • 27 Archivio di Stato di Milano, Studi, 272.

18Dans un compte-rendu détaillé de son voyage, il indique les machines qui lui ont semblé les plus notables dans chaque lieu visité : à Louviers, un « loup » (« spinatoio ») « avec lequel on démêle la laine avec une telle vitesse et perfection que six personnes ne pourraient en faire autant en travaillant à la main ; une laineuse qui en 15 minutes laine une pièce de drap pour ensuite la passer à la tonte ». A Elbeuf, « un mélangeur avec lequel on mélange si bien les laines teintes que la main de l’ouvrier le plus expert n’y réussit pas ». A Rouen enfin, « un métier à manivelle pour tisser les toiles très larges, tant de fil que de coton, avec lequel un homme fait le travail de deux ; le dessin d’un four pour teinturerie, grâce auquel on épargne beaucoup de bois et beaucoup de teintures, spécialement pour les laines ; un métier à deux navettes volantes pour les « piqués » avec lequel un ouvrier travaille avec la même précision que s’il travaillait une toile unie ; une calandre pour lustrer les toiles qui est différente de toutes les autres et plus apte à les rendre luisantes ; une machine pour brûler le poil des velours de coton sans laquelle il serait impossible de fabriquer de telles étoffes avec la perfection que l’on désire aujourd’hui »27. De fait, Morosi servit de vecteur de diffusion des nouvelles machines entre la « vieille France », l’Europe du Nord et l’Italie : l’Italie, c’est-à-dire non seulement le royaume qui l’emploie, mais aussi la principauté de Lucques où la Grand Duchesse l’appelle en 1808 et où il revient ponctuellement après la Restauration, toujours au cœur de projets d’installations mécaniciennes, qu’il mène d’ailleurs également dans le Grand Duché de Toscane dont il est originaire, à Florence notamment.

  • 28 Corine Maitte, La Trame incertaine. Le monde textile de Prato, XVIIIe-XIXe siècles, Villeneuve d’As (...)

19Après la Restauration, la Normandie continue d’exercer un attrait puissant sur les voyageurs italiens, souvent maintenant des entrepreneurs soucieux de nouveautés mécaniciennes, mais pour cette raison même désormais plus intéressés au coton qu’à la laine. Ainsi, les premières mécaniques à filer le coton sont-elles établies à Prato, en Toscane, après le voyage à Rouen d’un fils d’entrepreneur de la ville. Le projet s’enracine dans l’expérience et les possibilités de l’époque française. En 1812, Giovan Battista Mazzoni est l’un des vingt-cinq premiers étudiants de la toute nouvelle École Normale, installée à Pise sur le modèle parisien : un sans-faute qui se poursuit, après la suppression de l’Ecole en 1814, par un voyage à Paris « afin de se consacrer à un cours de sciences physiques appliquées aux arts ». En fait, ce voyage a sans doute été dès le départ conçu dans le but explicite de connaître de plus près le fonctionnement des nouvelles machines à filer le coton, raison pour laquelle ce jeune homme vient à Rouen. S’il refait le voyage de France avant 1823, pour copier cette fois les machines à carder et filer la laine, nous ignorons si les usines normandes furent une nouvelle fois l’objet de ses « observations »28

20Cet exemple est en tous cas très significatif du mouvement « d’espionnage industriel » qui permet non seulement le transfert à bas coûts des machines nécessaires à l’industrie textile italienne, mais aussi dans certains cas la diffusion des modèles industriels.

21Ainsi, de Moccafy à Mazzoni, de l’ancien régime manufacturier au nouveau régime industriel, la Normandie fut sous le regard attentif de nombreux Italiens soucieux d’améliorer les productions de leur pays. Certes, les récits que produisent ces voyageurs sont moins poétiques que cette vision d’Elbeuf, d’Antoine Duchesne :

  • 29 F. Concato, « Une visite à Elbeuf en 1762 », Bulletin de la Société de l’Histoire d’Elbeuf, no 2, 1 (...)

« Le plus singulier, c’est la vue de la côte de la Justice où sont tous les jardins des manufacturiers, ce ne sont ni des pêchers, ni des poiriers (...) qui forment les contre-espaliers ; ce sont des rames couvertes de pièces de drap de toutes les couleurs ; cela fait assurément une montagne bien habillée ; un peu arlequin, mais n'importe, je crois qu’on chercherait longtemps pour en trouver une pareille »29

22Mais si le pittoresque du paysage manufacturier ne frappe absolument pas leur regard, ces voyageurs n’en témoignent pas moins du rayonnement international des produits normands et de la renommée européenne de ses centres productifs.

En passant par la Normandie...30

  • 30 Ce document est en cours de publication, en version originale italienne et en traduction française. (...)

23« En sortant de Paris pour prendre la route de la Normandie, la première fabrique que l’on rencontre est celle de Louviers, ville pas très grande mais peuplée. On y fait les draps les plus fins de France après ceux d’Abbeville, privilège du Roi concédé par le Roi au Sieur Vanrobest [Van Robais], fabricant qui tire son origine de Leyde où il a encore sa maison ouverte. (...)

24Louviers est une ville pas très grande dans laquelle la population est considérable et les bons particuliers sont tous fabricants. Les fabricants de quelque renom étaient au nombre de 18 avec chacun sa raison sociale mais ils sont maintenant réduits à 9 à cause d’une société qui en comprend 10 ; une patente du roi concède à cette union le privilège de mettre leur raison sociale, c’est-à-dire celle de la société de Louviers, sur la tête du drap avec un plomb particulier et la lisière différente des autres particuliers de la même ville, avec privilège perpétuel en leur faveur tant que dure la société. Mais tous les fabricants qui travaillaient les draps de basse fabrique se sont mis dans cette union. Il y a ici aussi d'autres petits particuliers qui font une pièce de drap et prennent le nom d’un autre fabricant dont ils tirent le prix de la toile, en laissant à celui dont ils ont pris le nom le soin de la faire finir. N’ayant convenu aucune soumission et comme ils travaillent sous le nom d’un autre, ils contreviennent à l’obligation de l’autorisation pour fabriquer ; cette sorte de fabricant n’a rien à faire avec l’inspecteur parce leurs métiers ne sont pas donnés à l'inspection générale.

25La ville de Louviers consiste en une grande rue avec beaucoup de rues latérales. Sur la droite de cette grande rue il y a une rivière qui est bordée tout le long des maisons des fabricants et il est permis à chacun de faire un pont devant sa maison pour traverser de part et d'autre de la rue et de se faire des caissons ou lavoirs pour les draps à côté de sa maison. Tous doivent contribuer au nettoyage à proportion du site qu'occupe la maison ou l’édifice et tous dans le même temps de sorte que tous les ans ils se réunissent pour fixer et déterminer le jour du nettoyage et constituer un fonds confié à l’inspecteur qui est sur les lieux et qui est payé sur le fonds du registre des draps. Dans cette réunion ils fixent aussi le prix pour les ouvriers et surtout pour les fileuses c’est à dire celles qui filent la laine pour tous les particuliers. L’intendant de la province préside ce conseil et l’inspecteur y rend compte des informations obtenues par les autres inspecteurs des autres fabriques de la même province ; l’intendant a le prix courant des autres fabriques et il préside seulement pour éviter que les fabricants et l’inspecteur ne portent préjudice aux pauvres gens ; une fois cette taxe faite, elle ne se publie pas mais elle passe comme un accord entre les fabricants de manière que ceux qui ne veulent pas filer au prix convenu ne filent pas, mais comme ils ne peuvent vivre sans travailler, tout le monde travaille et ne se lamente pas du prix convenu. Sur le devant des maisons les fabricants ont leur habitation et la fabrique derrière ; ils ont une pièce près de l’eau pour le travail de la laine, une autre avec un tonneau pour le dégraissage de la laine ; en haut de la maison il y a les séchoirs pour les laines et comme presque toutes ces maisons ont un jardin, dans ce jardin il y a un petit pré à usage de la fabrique. Près du tonneau de la purge de la laine il y a un autre récipient pour teindre la laine qui, une fois teinte, passe dans une autre pièce où se trouve le baril de l’huile, dans la même pièce il y a les cardeurs et un contremaître qui doit répondre de la laine qui y entre et la distribuer aux fileuses auxquelles ils expédient un billet dont le contremaître tient un double pour le donner au patron. Celui-ci reçoit le fil de laine et le pèse afin de payer la fileuse ; à l’aide du billet reçu, il examine son compte et au début de la semaine quand il n’a pas reçu la laine confiée aux fileuses par le contremaître de filature, il envoie chercher le compte ; en cas de vol de celle-ci, l’inspecteur en décide sommairement et verbalement sans aucun coût. De la chambre du fil, la laine passe aux ourdissoirs, dont une bonne part sont dans la maison ; mais comme beaucoup de métiers sont aussi en dehors de la maison, les travailleurs propriétaires des métiers ont aussi leurs ourdissoirs et pour cela la distribution de la laine se fait au poids et une fois la toile faite, elle est restituée avec bonification de la colle employée par le travailleur pour coller la chaîne de la pièce.

26Une fois la pièce restituée en toile, le patron l’examine et la donne à la chambre du lavage afin qu’en la jetant dans la rivière ils la dégraissent pour pouvoir l’envoyer au foulon. Ici, à Louviers, les fabricants s’écartent de la règle générale pour le dégraissage des pièces : ils laissent dégraisser les pièces dans l’eau courante et puis les roulent et les mettent dans la pile du foulon en laissant sortir l’eau afin que le drap se purge puis ils ferment la pile et ils commencent l’opération du foulon avec la crème de savon comme dans la règle générale. Les foulons sont en dehors de la ville, il y en a deux publics, les autres sont particuliers aux fabricants. Toutes les autres opérations, exceptée celle de la carde qui se fait dans une pièce à côté de celle du lavage pour la commodité de l’eau, se font au deuxième étage de la maison. Au-dessus du deuxième étage, il y a des greniers dans lesquels logent les contremaîtres et leurs familles. Ils logent aussi quelques bons travailleurs qui attendent de devenir contremaîtres et ceux-ci mangent un peu de viande de mouton, de porc mais la nourriture quotidienne des autres petits travailleurs et fileuses, c'est du pain, des pommes de terre et de la bière [du cidre ?] comme boisson. En ce qui concerne la filature, on travaille le plus en hiver parce que dans les autres saisons ils doivent travailler la terre bien que dans ces temps-là aussi ils travaillent. Il y a bien peu de mendiants parce qu’on les renvoie et on les envoie travailler. Ceci étant de l’intérêt de tous les particuliers est devenu pour cela général.

27Presque toutes les ventes sont pour le terme de l’année, comme il se pratique dans tout le Royaume de France ; ils donnent à chaque 20 aunes de draps une aune de bonification, un pouce en plus de l’aune officielle et aussi l’escompte de 6 % à la ponctualité du payement ; ils expédient aussi bien la pièce entière que des demi-pièces.

28Les rouets des fileuses sont comme dans la description générale, à la différence que le fuseau est soutenu par une corde de jonc et que la corde de la grande roue est une grosse corde de violon et la roue a un manche qui reçoit le coup pour filer, les autres en étant dépourvu, la fileuse donnant un coup de main aux fuseaux de la roue. Ils disent que les roues avec le manche tournent plus fermement car, recevant le coup dans le manche placé au centre de la roue, la roue tourne plus en équilibre et par conséquent le fil est plus égal et filé avec la même proportion. Les ailettes (listelli) sont soutenues par deux autres petites ailettes afin qu’elles ne bougent pas, et cela aussi est fait pour donner plus d’égalité au fil de laine.

29La façon de purger les draps dans l’eau courante fait que les draps conservent toujours un toucher doux mais les fabricants sont soumis à beaucoup plus de risques en dégraissant dans le foulon car si le drap pour une part flotte, comme il est teint en laine, le savon mange radicalement la couleur ou bien si pour un temps l’eau devient trouble, et qu’ils ne sont pas attentifs à la retirer du bain, (la pièce) se tache.

30Pour les presses, ils se servent ici de cartons très fins et pour réchauffer la presse ils se servent de tôles de fer chaudes : ils en mettent une sur le fond et puis une tous les cinq plis, en laissant le drap dans la première presse deux fois 24 heures et puis dans la seconde jusqu’à quatre fois 24 heures, en le laissant encore un jour, une fois la presse froide. Ici, ils pressent le drap à froid sans eau et sans gomme et c’est pour cela que les draps de cette qualité conservent ce doux toucher de laine. Dans les opérations suivantes, ils suivent la règle générale de toutes les autres fabriques.

31Peu distante de Louviers se trouve la fabrique des Andelis. On y travaille les draps de la même manière, à la différence, dont ils ne savent même pas eux-mêmes à quoi elle peut tenir, que les draps double broche réussissent mieux que ceux de Louviers. L’une comme l’autre sont dans l’obligation de travailler des laines de première sorte d’Espagne en faisant la chaîne des lisières de leurs draps avec des laines du pays et on voit cette qualité de drap sur la feuille à part, au no 1, sur laquelle il y a un échantillon indiqué A et l’autre B, la première est de Bouviers, la seconde des Andelis.

32A cinq lieues de Louviers, il y a Elbeuf qui n’est pas plus long que Bouviers mais beaucoup plus grand et par conséquent il contient le double d’habitants avec beaucoup de petites maisons dispersées dans les campagnes qui, tant dans la ville qu’en dehors, sont toutes faites de bois et de boue sèche qu’ils appellent « plâtre » avec bien peu de briques (mattoni) sur les façades et pour la formation des escaliers. Ba direction des fabriques est la même qu’à Bouviers, à la différence qu’ici ils travaillent des laines de seconde et troisième sortes et ils purgent leurs draps au foulon, ayant par ailleurs de l’eau qui passe à côté et dans la ville mais pas aussi courante que celle de Bouviers, le fleuve ayant un lit plus profond et pour cela l’eau est moins limpide, d'autant qu’ils la tirent en de petits étangs près de leurs maisons chacun pour l’usage de son édifice.

33Ba distribution de chacun des édifices en particulier est la même qu'à Bouviers, à la différence qu’ils n'ont pas tant d'exactitude dans la fabrication, si bien qu’à force de faire des mauvais draps la fabrique allait tous les jours en décadence. Mais à la fin du mois de septembre dernier, ceci étant venu à connaissance du Grand Conseil, les inspecteurs ont été changés de façon à leur faire suivre les ordres donnés pour la constitution de la fabrique ; on a fait une nouvelle revue de tous les métiers battants et les inspecteurs ont reçu l’ordre d’essayer de mettre insensiblement en œuvre ceux qui étaient sans travail au motif qu’il n’y avait plus de vente, en obligeant les maisons les plus fortes à s’en charger, afin de remettre la fabrique dans l'état initial. Les inspecteurs ont reçu l'ordre de ne plus plomber les pièces qui ne soient pas bien travaillées et, pour la bonne foi publique, de marquer lors de leur visite les défauts sur la lisière au cas où les propriétaires ne l’aient pas fait comme c’est leur devoir.

34Dans ce temps, la maison du Sr Befèvre a exposé que vu le peu de vente, les métiers susdits ne pouvaient s’employer pour un tel article sans un grave dommage pour les fabricants car la marchandise serait restée invendue. Elle promettait pour cela de s’en charger à condition qu'on lui donne un privilège, pour lui et ses successeurs, pour les articles de nouvelle invention qu’il présenterait au Conseil. Au vu de cette représentation, le Conseil a regardé les échantillons des articles de nouvelle invention fournis avec les certificats des inspecteurs et a dit qu’il ferait connaître ses intentions.

35Le Sr Lefèvre a présenté un échantillon de droguets de Silésie (indiqué sur la papier par la lettre A) à la mode de ceux de Reims, mais beaucoup plus forts et travaillés avec des laines d'Espagne ordinaires rayés de deux couleurs différentes ; deuxièmement d'autres échantillons de droguets ordinaires indiqués par la lettre B, et ceux-ci sont travaillés à la chaîne de fleuret (fioretto) et tissés avec des trame de laines du pays mélangées aux restes des laines de rebut d’Espagne ordinaires ; troisièmement, deux autres échantillons de demi-draps appelés draps d'été, travaillés avec une chaîne de soie et de laine surfine (la trame d'Espagne) indiqués par la lettre C. Ces trois échantillons ont été pris en considération ainsi que la demande de privilège du Sr Lefèvre, mais étant donné la maxime générale de ne plus concéder de privilège exclusif d’aucune sorte pour ne pas enlever cet avantage aux peuples, on a répondu au Sr Lefèvre que le roi ne voulait absolument plus concéder de privilège exclusif, mais que poulie stimuler on lui concéderait 3 francs de bonification pour chaque pièce sur soie vendue à l’étranger et 1,10 franc pour tout droguet à la mode de ceux d’Angleterre qu’il aurait vendu à l’étranger, avec un plomb et une marque pour distinguer ceux qu’il ferait en tant qu’inventeur des autres, au cas où il s’en ferait ; et, pour gratification supplémentaire, on faisait de son frère un inspecteur de la manufacture de Carcassonne avec 5 000 livres de salaire. Ledit Lefèvre s’est mis à travailler ses pièces pour obtenir les patentes de privilège pour la bonification de sortie des Etats, dont on attendait qu’elle soit publiée d’un jour à l’autre.

36La qualité de ces draps se retrouve à la page no 2 : ils sont, comme je l'ai dit, travaillés de la même façon que ceux de Louviers, à la seule différence qu’avant de les mettre en presse ils les humidifient et ensuite ils les laissent trois jours afin que l’humidité se répande également, pour ensuite les mettre en presse. Pour les humidifier, ils les allongent sur une planche et dès qu'ils sont humides ils les plient en deux pour ensuite les mettre en pile pour les plier avec les cartons ; ils se savent aussi de cartons fins et de tôles de fer tous les cinq plis. D’ordinaire, dans ces fabriques ils n’en pressent pas moins de six à la fois et en cas de besoin ils envoient chercher chez les autres fabricants de quoi remplir la presse se restituant cette main-d’œuvre réciproquement, sans pouvoir prétendre aucune rémunération.

37Il y a quatre lieux pour aller d’Elbeuf à Rouen : on y vient sur la Seine en barque en payant cinq sous par personne et cette barque part tous les jours et retourne de même tous les jours. On y va également par terre, par de mauvaises routes traversant des terres médiocres. Ils se servent des plus mauvaises terres pour semer les chardons avec lesquels ils cardent ou lainent les draps. Cette semence de chardons doit être semée au printemps, elle est ensuite transplantée en automne et protégée des rigueurs de l’hiver en la couvrant de paille. Au printemps suivant, ils en prennent le fruit en laissant quelques plantes venir à maturation complète pour pouvoir en retirer la semence. Le plus haut de ces chardons étant trop fort pour carder les draps, ils le vendent et l’expédient pour lainer les chaussettes (calzetti) et les autres servent pour l’usage des fabriques de draps. Dans ces terrains (giarini), ils sèment le grain alternativement une année et l'autre non. L’année où ils sèment le grain, ils sèment en même temps un petit grain qui ne produit rien d’autre qu’une plante d’herbe dont ils se servent pour la teinture en jaune, mais comme pour que cette herbe arrive à maturité il faut deux ans, la première année ils prennent la récolte de grain et la deuxième celle de l’herbe pour faire le jaune.

  • 31 Il s’agit du faubourg Saint-Sever.
  • 32 J’ai ici enlevé ce qui concerne les velours de coton, la porcelaine, la description du faubourg, de (...)

38Une fois traversée une grande colline presque toute garnie de bois, on arrive dans les faubourgs de Rouen, pas très grands et presque entièrement peuplés d’ouvriers : un très grand nombre de ces habitants filent le coton et ce faubourg est fourni de tout le nécessaire sans avoir besoin de la ville. Dans ce faubourg31 se trouve la fabrique de velours tant uni que rayé (velours uni A). Les noirs se fabriquent comme ceux de soie, en les taillant sur le métier ; les cannelés (incanaliti) se taillent une fois le velours fait, en faisant passer dans les raies (incanaliture) un petit fil de fer qui a sur le fond un petit canif (tempering) qui est très fin et qui en rentrant élargit, comme la pointe d'un canif avec lequel d’ordinaire on taille les plumes à écrire (velours rayé B). Le directeur de cette fabrique est le seul à Rouen, il conserve encore le privilège exclusif de travailler et a le droit de donner la permission à qui veut travailler et il la donne à condition que ceux qui travaillent prennent chez lui la matière première et mettent sa marque sur toutes les pièces fabriquées32 [...]

39La fabrication de cette ville et de ses alentours consiste en articles de laine, toiles de lin et toiles de coton, et pour cela on peut dire qu’il y a des fabriques. Pour le reste, il y a des ouvriers de tous les autres genres mais de peu d’importance, ce qui ne manque cependant pas de faire un nombre de marchandises infini.

  • 33 Unité de mesure piémontaise.

40En ce qui concerne la draperie, on fait à Rouen des draps mais bien peu à cause des autres fabriques voisines, de sorte qu’il ne se fait dans tout le territoire qu’une centaine de pièces par an. Leurs principaux articles en matière de draperie sont les ratines, les molletons ou espagnolettes et les couvertures appelées « Catalogne ». Les ratines, qui sont indiquées par la lettre D, sont aussi un objet de la fabrication de Rouen bien qu’elles ne se fassent pas à Rouen mais dans un village ayant pour nom Darnétal, distant d’une demi-lieue de la ville et où se trouve le gros de la fabrication de toute la draperie. Elle se fait avec les mêmes règles qu’au Piémont, selon les édits de Louis XIV sur lesquels ont été copiés ceux du Piémont, avec cette seule différence que les draps de Rouen se fabriquent avec des laines de seconde et de troisième sortes d’Espagne et ceux du Piémont avec des laines de seconde et troisième sortes de Rome, selon les édits, et maintenant avec des laines de toutes sortes. Les filés de ces ratines doivent être filés et foulés modérément de sorte que plus le filé est fin plus la frise doit être belle, chaque fil, tant de la trame que de la chaîne, devant former son nœud (fiocco) dans la frise. Il se fait des ratines « ducret » et « Robon ». Les ducret sont larges 1 1/4 et les Robon deux rosi33, tant les couleurs fortes que les colorées. La laine des ratines doit être filée dans la même proportion que celle des draps, à cette seule différence qu'alors que la trame des draps doit être filée large, celle des ratines doit être un peu plus resserrée n'ayant pas à être foulée autant que doit l'être un drap. En ce qui concerne la tonte, elles ne doivent pas être autant lainées et tondues : alors qu'un drap doit être tondu deux ou trois fois après le dernier lainage afin d’être bien ras, les ratines sont envoyées après la première tonte à la teinture et après les avoir lainées encore une fois légèrement, elles doivent être envoyées bien sèches à la frise, dans laquelle elles reçoivent leur dernier apprêt.

41Ici les ratines sont toutes dégraissées avec de la terre dans le foulon et foulées avec de la crème de savon. S'il y a des difficultés dans le foulage, ils ajoutent de la terre mêlée à de l'eau chaude pour qu'elles se réchauffent plus vite, afin qu’elles puissent se fouler plus rapidement et avec une plus grande économie de dépense, parce qu’étant une marchandise ordinaire, elles ne peuvent soutenir de fortes dépenses.

42Les ratines, tant d’une qualité que de l’autre, doivent être croisées afin qu’elles puissent soutenir davantage la fatigue, car elles doivent servir à des usages plus forts que les draps, et le fabricant doit faire en sorte qu’elles aient plus de force que de vue pour s’adapter à l’usage, parce qu’elles doivent servir à des gens ordinaires qui doivent se procurer davantage l’utile que l’apparence, n’étant pas en état de renouveler leur dépense aussi fréquemment pour se vêtir.

43Un autre article, et le plus important qui se fasse dans la draperie de Rouen, sont les espagnolettes ou moletons portant le nom de la ville ; on les retrouve sur le papier indiqués par la lettre E. Il s’en fait de deux sortes, l’une croisée et l’autre lisse c’est-à-dire en toile. Les croisées sont faites comme les ratines mais de moindre portées, travaillées avec un fil filé très large, même pas très battu sur le métier, légèrement foulé, très bien lainé mais toujours lainé dans l’eau afin qu’il se soutienne. Les lisses doivent être faites comme l’on fait la toile, de la même façon que les croisées. Cet article doit être fait de laine d’Espagne fine, bien choisie et bien purgée. L’essentiel est de les faire d’un fil égal afin qu’il puisse se lainer régulièrement. Il y a des fabricants qui leur donne une tonte et ceux-ci sont plus beaux à la vue, mais la plus grande partie n’est absolument pas tondue et ce genre de marchandise doit être dégraissé et foulé entièrement au savon parce que le plus grand usage que l’on en fait est en blanc et pour cela il faut qu'il ne perde rien de sa blancheur, autrement la vente de cet article serait très pénalisée.

44On fait également des moletons de coton, ayant éprouvé que le coton se foule au foulon mais comme on les laisse avec une chaîne forte et plutôt serrée, à l’usage, ils deviennent durs. La douceur superficielle qu’ils ont leur est donnée à la carde, à force de les regarnir en coton. Les uns comme les autres sont blanchis au soufre. Chaque fabricant a un cabinet spécial pour ce blanchissage : il a une porte seulement par laquelle ils entrent pour étendre les pièces, une fois le soufre allumé, ils ferment cette porte en obturant les fissures avec de la terre grasse, c’est-à-dire du plâtre, et ils laissent la marchandise deux fois vingt-quatre heures avant de lui laisser prendre l'air.

  • 34 J’ai ici omis ce qui concerne la fabrication de molletons de coton et des étoffes de soie et coton.

45Ils font une infinité d’autres étoffes et comme le coton, avec la soie, peut soutenir plus que la laine, ils ont imaginé pour multiplier l’ouvrage de se servir de celui-ci pour lier toutes les étoffes de soie qu'ils font ; c’est ainsi que les peluches pour doublures d'habits indiquées par la lettre C sur le papier ont le poil de soie et sont liées de coton (...)34

46A Darnétal, il y a aussi une infinité de fabriques de couvertures dénommées « Catalogne ». Ces couvertures sont tissées avec des fils très gros et filés avec la laine aussi ouverte qu’il est possible, puis foulées de la même façon que les draps. On en fait de trois qualités dénommées fines, mi-fines et ordinaires. Les largeurs sont de cinq et sont marquée par des barres de couleur bleu. Chacun établit sa règle qu’il confie à l’inspecteur. Chacun a la liberté de commencer par le numéro qu’il souhaite : par exemple, celui qui veut marquer la plus petite avec le no 1 en proportion est obligé d’aller jusqu’au 5 sans pouvoir diminuer la largeur fixée de la première qualité jusqu’à la cinquième ; supposons que la couverture la plus petite soit donnée comme numéro 1, les couvertures devront être les suivantes :

Largeur

longueur

no l

1 aune 3/4

1 aune 1/4

no 2

2 aunes

1 aune 1/2

no 3

2 aunes 1/4

1 aune 2/4

no 4

2 aunes 1/2

2 aunes

no 5

2 aunes 3/4

2 aunes 1/4

47A Darnétal, il y a aussi une importante teinturerie à la direction de laquelle se trouve un certain Lambert, qui a très grande réputation dans toute la France. Il a le privilège de teindre de toutes les couleurs sur l’étoffe qu’il lui plait, et il peut également teindre en écarlate sans pourtant pouvoir apposer le plomb doré que met le Sr Julienne de Paris. Il a deux neveux qui font le même métier, et interrogé par moi sur le ton de la conversation s'il aurait envoyé travailler en dehors de l’Etat l’un de ses élèves, il me répondit oui pourvu qu’il y trouve son compte. Il m’a assuré qu’ils sont en état de teindre comme lui toutes sortes d’étoffes et, de fait, ce sont les neveux qui travaillent à la direction de cette teinturerie, le Sr Lambert étant un homme déjà âgé qui ne peut plus beaucoup travailler. Mais comme lui seul au début a fait marcher cette teinturerie, il conserverait avec lui, pour promouvoir les intérêts de sa famille, le plus jeune qui, avec son assistance, serait en état de succéder à ses privilèges ; le premier, plus fort et plus vieux, il l’établirait dans un autre Etat afin que tous deux puissent travailler plus librement.

48Dans les alentours des campagnes de Rouen, on fait toutes sortes de toiles, tant en pur lin uni et rayé, qu’en sempiternel à fleur, à bochetti en toile unie de coton, rayé, tant en fin qu’en ordinaire, de toutes sortes qu’on sache imaginer. Comme les fabricants ne sont pas très éloignés de la ville et qu'une fois leur pièce faite, ils ont besoin de l’argent et que s’ils devaient dépendre des expéditeurs, ils ne leur donneraient pas toute la bonne justice que l'équité demande, la ville a fait construire pour cela une grande maison qui sert à de multiples usages publics. Dans cette maison, il y a une grande galerie à trois nefs, chacune large de deux « trabuchi » à peu près, et longue au moins comme notre place du château, qui s'appelle l’aile ou le marché. Ce sont les inspecteurs de la ville qui ont les clefs de cette galerie et elle n’ouvre au son de la cloche que le jour de marché, qui est le vendredi de toutes les semaines, le matin de six heures à dix heures : qui a acheté tant mieux, sinon, pour les opérations qui restent à faire, il faut que chacun sorte et attende le vendredi suivant. Dans la même aile, se trouvent six « taulassi » de 5 aunes de long qui servent pour les mesures publiques. Ceux qui achètent la marchandise sont obligés de les faire mesurer, ils paient un Hard par aune et c’est au vendeur de le payer. On ouvre cette aile seulement durant quatre heures, afin que les acheteurs se dépêchent de faire leurs affaires et que les fabricants ruraux aient le temps de retourner chez eux. On commence à acheter à l’intérieur à la lumière de la chandelle parce qu'il ne fait pas encore jour. Quand je l’ai vu, il y avait dans toute dans cette aile plus de six millions de marchandises et, selon ce qu’ont dit les mesureurs, ce matin-là il s’est vendu pour un million et demi environ pendant les quatre heures qu’a duré le marché.

49Une fois la marchandise mesurée, elle est envoyée au domicile des acheteurs et le vendeur en sortant de la galerie va directement recevoir son argent avec la déduction des escomptes prévus dans les règlements publics, étant impossible à cause du monde qui passe et repasse de faire aucun paiement (dans la halle). Ceci oblige tous les étrangers qui veulent acheter à se munir d’un expéditeur connu qui leur fournisse sa maison pour le dépôt des marchandises, afin que le fabricant sache où aller prendre son argent et pour cela ils prennent 2 % de provision. Mais il est bien vrai qu’en leur payant l’emballage, ils expédient la marchandise à destination. Le jour de marché, une fois sortis de la halle, ils s'en vont tous à la Bourse où se font les assignations pour les paiements et où se donnent les commissions pour le marché suivant, chacun selon son besoin, ou, surtout, les commissions reçues de l’étranger. Si quelqu'un veut sortir la marchandise qui reste invendue, il faut qu’il profite des quatre heures d’ouverture de la halle, sinon il ne peut plus la prendre ni la voir jusqu'au marché suivant.

  • 35 J’ai ici enlevé ce qui concerne le fonctionnement de la Bourse de Rouen.

50Comme le port de Rouen est l’entrepôt pour toutes les marchandises des provinces de cette capitale, les marchands et les fabricants viennent à la Bourse de toutes les provinces, surtout ceux d’Elbeuf et de Louviers qui viennent régulièrement trois fois par semaine pour l’achat de leurs laines, et pour négocier leurs fonds (...)35

51Il y a aussi une sorte de banquiers qui d’habitude ne fait pas autre chose que de recevoir les lettres de change des négociants, mais ce sont des lettres qui doivent encore courir un certain temps. Ils leur comptent leur argent moyennant un demi pour cent par an, mais il faut que ces lettres soient acceptées sur les places de France. De cette façon, les fabricants dans le besoin peuvent bénéficier de leur comptant sans avoir besoin d’emprunter d'argent.

52De Rouen, je suis parti pour Amiens par une route pas très bonne et à mi-chemin, j’ai trouvé la terre d’Aumale où, tant dans la Terre que dans ses alentours, on fait trois sortes de saies, indiquées sur le papier par la lettre AA. La plus légère est appelée avec le nom du lieu et les autres « façon de Londres » et « demi Londres ». Toutes les trois sont fabriquées de la même façon avec les laines du pays, elles sont croisées, c’est-à-dire travaillées avec des chaînes à trois portées doubles, le nombre des portées dépendant des largeurs désirées. Au fur et à mesure qu'ils les veulent plus fortes, ils se servent de filés plus gros et plus larges pour la trame et ils les font rentrer au foulon. Selon qu'ils les veulent plus consistantes, ils les lainent avec la carde et leur donnent une seule tonte tant d'un côté que de l’autre. S’ils veulent les blanchir, ils les blanchissent au soufre comme on Ta déjà dit des articles de laine de Rouen, et s’ils veulent les teindre, ils les teignent et ensuite les pressent comme toutes les autres saies, un peu humides au milieu de cartons chauds pour ensuite les mesurer et les plier. »

Notes

1 Fernand Braudel, Le modèle italien, Paris, Arthaud, 1985.

2 Voir par exemple, Yves Hersant, Italies. Anthologie des voyageurs français aux XVIIe et XIXe siècles, Paris, Robert Laffont « Bouquins », 1988. Dans la rubrique « économie », une des plus brèves, Y. Hersant choisit ce passage de Lullin de Châteauvieux, daté de 1813 : « Ce qu’on a peine à comprendre, c’est le motif pour lequel tous ces ouvriers, nés avec tant d’intelligence et d’adresse, sont devenus malhabiles, ineptes et sans invention. On ne peut l’attribuer qu’au déclin général des arts industriels en Italie. Lorsque la décadence est parvenue à un certain point, l’émulation se perd avec l'espérance et le courage. », op. cit., p. 795.

3 Les exemples sont très nombreux. Pour des études récentes, voir notamment Giovanni Luigi Fontana, Denis Woronoff (ed.), Mobilité du capital humain et industrialisation régionale en Europe : entrepreneurs, techniciens, main-d’œuvre spécialisée (XVIe-XXe siècles), Paris-Padoue, à paraître. Pour Venise par exemple, voir R. Bervegueri, Inventori stranieri a Venezia (1474-1788). Importazione di tecnologia e circolazione di tecnici artigiani inventori, Venezia, Istituto Veneto di Scienze, Lettere ed Arti, 1994. Je me permets également de renvoyer à Corine Maitte, « Manufactures royales et débauchage des compétences : les ouvriers qualifiés d’origine italienne en France, XVIIe-XVIIIe siècles », in Gérard Gayot, Philippe Minard (eds), Les ouvriers qualifiés de l'industrie (XVIe-XXe siècles). Formation, emploi, migrations, Revue Du Nord, Hors séries. Collection Histoire no 15, 2001, p. 43-64.

4 Les services secrets de Venise ont été les plus étudiés cf. Daniele Preto, I servizi segreti di Venezia, Milano, Il Saggiatore, 1994 : voir les pages 381-422 pour cette mission spécifique.

5 Cette politique fut suivie au Piémont dès le XVIe siècle, renforcée par un édit de 1701. L’Anglais Coward vint ainsi travailler au Piémont pour le marquis d’Orméa par l’intermédiaire de l’ambassadeur piémontais à Londres : les exemples de ce genre pourraient être multipliés.

6 J’ai développé ces considérations dans l’article cité précédemment.

7 Biblioteca Reale di Torino (BRT), Storia Patria, 907. Le texte conservé est un brouillon, ne portant ni date, ni signature, ni destinataire et non numéroté ; il est d’ailleurs lacunaire car le récit s’arrête alors que Moccafy est en train de parler des productions d’Abbeville et reprend alors qu’il détaille les tissus londoniens. Par ailleurs, le recueil d’échantillons n’est plus à Turin mais à Paris, où il est entré en 1924 à la bibliothèque Forney, suite à la donation faite par Monsieur David-Weill alors président d’honneur de la Société des Amis de la Bibliothèque Fomey ; lui-même l’avait acheté, on ne sait où, pour 3 000 francs. Je remercie vivement Mme De Angeli Cayol, conservatrice à la Bibliothèque Forney, de ces informations.

8 Comme l’indique Moccafy lui-même dans l’une de ses relations où il utilise les « étiquettes » - entendez « échantillons » - de Louis Labauche pour vérifier l’authenticité d’un drap de Sedan cf. BRT, Storia patria, 907. En ce qui concerne les usages des échantillons, voir Gérard GAYOT, « Différent uses of cloth samples in the Manufactures of Elbeuf, Sedan and Verviers in the le century », communication au Colloque Textile Sample Books Reassessed : Commerce, Communication and Culture, organisé par l’Université de Southampton et la School of Arts and Design, Winchester, 29-30 juin 2000, actes à paraître, Lesley MILLER, éd. ; je remercie vivement Gérard Gayot de m’avoir fourni une version française et dactylographié de cet article. Voir également G. Gayot, « Les innovations de marketing sur le marché européen des draps (XVIIe-XVIIIe siècles) », in Jacques Bottin, Nicole Pellegrin (eds.), Echanges et cultures textiles dans l’Europe pré-industrielle, Actes du colloque de Rouen, 17-19 mai 1993, Revue du Nord, collection Histoire, hors-série no 12, p. 111-128.

9 Sur ce point, voir notamment Jean-Pierre HIRSCH, Les deux rêves du commerce, Paris, EHESS, 1991.

10 La première page du recueil d’échantillons porte la mention « mostre raccolte viaggiando dal signor Moccasi mercante di panni e nel suo ritorno verso il 1760 presentate al Conte Bogino ».

11 Lors de la transmission des biens de Bogin, par exemple, car l’écriture semble dater du XVIIIe siècle et non du XXe siècle.

12 Fondée par le marquis d’Ormea en 1723.

13 La date n’est cependant pas très sûre. Il y a dans BRT, Storia Patria, 907 tout un interrogatoire sur cette fabrication ; lors de l’interrogatoire de Domenico Bongiani, illettré, celui-ci signe d’une croix et Moccafy signe à côté, mais ces papiers se trouvent au milieu de documents datant de 1770 ; il se peut donc aussi que l’on ait retrouvé ces interrogatoires pour les utiliser dans les années 1770.

14 Il y élit un procurateur général et transmet au notaire son testament en juillet 1766 (cf. Archivio di Stato di Torino (AST), Insinuazione di Moncalieri, 1766, libre 2, c.81 et c.82).

15 En 1749 en effet, il envoya le Comte de Robilant et quatre jeunes ingénieurs étudier les écoles de métallurgie de la Saxe, du Hanovre, du Brunswick, de la Hongrie et du Tyrol, ce qui permit la constitution, deux ans plus tard, de l’école, du musée et du laboratoire de chimie et de métallurgie de l’Arsenal de Turin.

16 Sur la politique lainière de la monarchie piémontaise, les travaux sont pour la plupart déjà anciens : voir notamment Luigi Bulferetti, Agricoltura, industria e commercio in Piemonte nel sec. XVIII, Torino, 1963 ; Valerio Castronovo, L'industria laniera in Piemonte nel XIX secolo, Torino, 1964 ; Ibidem, « Formazione e sviluppo del ceto imprenditoriale laniero e cotoniero in Piemonte », Rivista storica italiana, 1966 ; Guido Quazza, L'industriel laniera e cotoniera in Piemonte dal 1831 al 1861, Torino, Istituto per la storia del Risorgimento italiano, 1961 ; Mario Sodano, Degli antichi lanifici Biellesi e Piemontesi, Biella, 1953. Plus récents : Mauro Ambrosoli, « The market for textile industry in eighteenth century Piedmont : quality control and economic policy », Rivista di storia economica, anno XVI, dic.2000, fasc.3, p. 343-363 ; Luisa Dolza, Liliane Hilaire-Pérez, « Crédit des États et ressources des entreprises. Textiles et privilèges sous l’Ancien Régime : la lutte pour l’indépendance technologique en France et au Piémont au XVIIIe siècle », in Les brevets dans l’histoire, Paris I, 1er-2 octobre 2001, C.R.H.I., à paraître.

17 Voir notamment L Dolza, L. Hilaire-Pérez, art.cit.

18 C’est le cas notamment à Rouen où Moccafy s’entretient avec le teinturier Lambert pour le persuader d’envoyer l’un de ses neveux s’établir au Piémont. J’ignore si cette initiative fut suivie d’effets. Mais il est certain que de nombreux teinturiers français s’établirent au Piémont (cf. les travaux de Luisa Dolza). En 1757, par exemple, Pierre Chevalier, maître teinturier d’Amiens, fut recruté par l’ambassadeur piémontais à Paris, le Comte de Sartirane.

19 Lyon, Paris, Les Andelys, Louviers, Elbeuf, Darnétal, Rouen, Aumale, Amiens, Abbeville, Londres, Leeds, Norwich, Exeter, Londres à nouveau, Dunkerque, Lille, Courtrai, Gand, Bruxelles, Anvers, Rotterdam, La Haye, Leyden, Amsterdam, Utrecht, Bois le Duc, Tilburg, Maastricht, Aix-la-Chapelle, Borcette, Venders, Rosfort, Bouillon, Sedan, Reims.

20 Sur ce point, voir Alain Becchia, La draperie d’Elbeuf (des origines à 1870), Rouen, Publications de l’Université de Rouen, 2000, notamment p. 190 et suivantes.

21 Duhamel Du Monceau, Art de la draperie, Paris, 1766 ; François de la Rochefoucauld, Voyage en France (1781-1783), Paris, éd. Champion, 1833. Sur Louviers, voir Jean-Michel Champlain, La chambre des tisseurs. Louviers : cité drapière, 1680-1840, Seyssel, Champs Vallon, 1984.

22 Ce n’est donc pas sous sa plume que l’on trouverait cette remarque faite par les receveurs généraux de la généralité de Rouen en 1767, au moment même où Moccafy visite la province : « les draps d’Elbeuf sont d’un plus grand usage pour le peuple, parce qu'étant plus communs, ils sont à meilleur marché ; aussi la consommation en est-elle plus grande, et cette fabrique est beaucoup plus considérable que les autres », cité par A.becchia, op.cit., p. 190-191.

23 En ce qui concerne Elbeuf, voir A. Becchia, op. cit., p. 193 et suivantes ; Louviers, J.-M. Champlain, op.cit., p. 72 et suivantes.

24 Pour l’entreprise de diffusion de la navette volante en Vénétie par Niccoló Tron, voir notamment F. Griselini, Della fabbrica de panni lani colla descrizione del vero uso della navetta inglese, Venezia, 1769 et Walter Panciera, I lanifici dell'alto vicentino nel XVIII secolo, Vicenza, 1988, p. 103 et suivantes.

25 A. Becchia, op. cit., p. 193 et suivantes.

26 Le voyage de Morosi dure de juillet 1806 à février 1807 et le porte de Milan à Turin, Chambéry, Genève, Mory, Dijon, Sens, Paris, Liancourt, Compiègne, Marly, Louviers, Elbeuf, Rouen, Amiens, Arras, Douai, Lille, Valenciennes, St.-Amand, Menin, Courtrai, Gand, Bruxelles, Willewoord, Malines, Anvers, Breda, Rotterdam, Delft, La Haye, Leyden, Harlem, Amsterdam, Zaardam, Brooch, Utrecht, Nimègue, Venloo, Maastricht, Verviers, Ensival, Liège, Aix-la-Chapelle, Cologne, Bonn, Coblence, Magonza, Strasbourg, Benfeld, Colmar, Basilea, Soleure, Neuchâtel, Berne, Lausanne, Genève, Turin avant de retourner à Milan.

27 Archivio di Stato di Milano, Studi, 272.

28 Corine Maitte, La Trame incertaine. Le monde textile de Prato, XVIIIe-XIXe siècles, Villeneuve d’Ascq, Presses Universitaires du Septentrion, 2001, chapitre 8. Il serait évidemment également intéressant de s’interroger sur les raisons de ceux qui ne s’arrêtent pas en Normandie : ainsi, voyageant dans toute l’Europe industrielle en 1828-29, Gaetano Mazzoni, entrepreneur de Prato et négociant de Livourne, passe directement de Paris à Londres, par Calais, sans mentionner le moindre arrêt dans la province. De même, Alessandro Rossi de Schio, voyageant à la fin des années 1840 ne semble pas non plus venir dans la province.

29 F. Concato, « Une visite à Elbeuf en 1762 », Bulletin de la Société de l’Histoire d’Elbeuf, no 2, 1983, p. 15, cité par A.becchia, op.cit., p. 189.

30 Ce document est en cours de publication, en version originale italienne et en traduction française. Le texte italien n’étant pratiquement pas ponctué et écrit dans une langue assez difficilement compréhensible, j’ai choisi ici de ponctuer le texte et de le traduire de manière à en conserver le sens plus que la lettre.

31 Il s’agit du faubourg Saint-Sever.

32 J’ai ici enlevé ce qui concerne les velours de coton, la porcelaine, la description du faubourg, de la ville et des trafics de Rouen.

33 Unité de mesure piémontaise.

34 J’ai ici omis ce qui concerne la fabrication de molletons de coton et des étoffes de soie et coton.

35 J’ai ici enlevé ce qui concerne le fonctionnement de la Bourse de Rouen.

Auteur

Maître de Conférences, Université de Paris-X Nanterre, UMR CERSATES 8529

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540