Version classiqueVersion mobile

La draperie en Normandie du XIIIe siècle au XXe siècle

 | 
Alain Becchia

Regards croisés. Échanges et communications

Les exportations de draps normands dans la seconde moitié du XVIIIe siècle

Alain Becchia

Texte intégral

  • 1 Becchia (Alain), « La draperie en haute Normandie aux XVIIe et XVIIIe siècles », in L’industrie de (...)

1Durant tout le XVIIIe siècle, la Haute Normandie constitue l’une des principales zones de production de draperie de laine cardée. Au cœur de la généralité de Rouen, de part et d’autre de la vallée de la Seine, les bourgs drapiers d’Elbeuf, Louviers, Les Andelys et Darnétal délimitent un petit quadrilatère lainier aux activités très denses. Les fabricants y disputent âprement l’espace, et surtout la main-d’œuvre, au coton de plus en plus envahissant et concurrent. Les autres régions drapières plus périphériques (Pays de Caux, campagnes d’Aumale, environs d’Evreux et de Nonancourt) connaissent par contre un réel déclin dans la seconde moitié du siècle1

  • 2 Les bateaux « qui viennent de Bilbao et de Saint-Ander [Santander] n'aportent que des laines et ils (...)

2La réussite de la région centrale tient en partie à l’importance de ses exportations. Il faut souligner d’emblée que les négociants rouennais, havrais, voire parisiens, cherchent traditionnellement à équilibrer les échanges avec les pays fournisseurs de laine. Ils consentent souvent de grosses avances de fonds (achats anticipés, avant même la tonte parfois, paiements à la commande, règlements à terme consentis aux fabricants). Ils essaient donc de susciter un trafic inverse de ventes de produits manufacturés, qui leur procure des bénéfices dans les deux sens, mais évite surtout, à terme, l’appauvrissement de cette région. Ce commerce d'import-export leur épargne aussi des transports de fonds, des représentants sur place pouvant par exemple prospecter les marchés locaux, échanger ou négocier des billets à ordre, les ventes d’étoffes compensant les achats de laine. Au total, les intérêts respectifs des fabricants, des négociants et des commissionnaires se conjuguent donc pour contribuer à développer les exportations de draps en direction de l’étranger. En revanche, la recherche, par les armateurs, d’un fret de retour semble jouer ici un rôle beaucoup plus accessoire : il est très rare, dans la réalité des faits, qu’un même navire espagnol vienne par exemple décharger des laines puis reparte avec des draps2

Présentation d’une source

3Mais comment appréhender l’ampleur exacte de ces exportations ? Le problème des sources, de leur existence et de leur fiabilité se pose bien sûr, comme toujours, avec acuité. Pour ce qui est de la première moitié du XVIIIe siècle, nous disposons de fort peu d’informations :

  • quelques indications quantitatives, mais la plupart du temps non sérielles ni homogènes (en outre, une partie des sources rouennaises a été détruite en 1940) ;

  • des renseignements multiples, mais très éparpillés et fragmentaires, dans les actes notariés (contrats, inventaires après décès) ;

    • 3 Becchia (Alain), « Correspondants européens. Analyse du réseau épistolaire d’une entreprise textile (...)

    des éléments divers dans la correspondance préservée d’une fabrique elbeuvienne, Pierre Grandin l’aîné3. Les copies de lettres permettent de connaître exactement la géographie et la teneur des contacts établis avec l’étranger, mais on ne saisit là que le cas particulier d’une seule entreprise.

  • 4 Dardel (Pierre), Navires et marchandises dans les ports de Rouen et du Havre au XVIIIe siècle, Pari (...)

4Pierre Dardel, qui eut la chance de pouvoir consulter avant leur destruction les archives détenues par la Chambre de Commerce de Rouen, a recueilli quelques données régionales4, que nous avons regroupées ici (fig. no 1). Ces chiffres laissent apercevoir des exportations encore assez modestes, qui sont essentiellement le fait d’Elbeuf et de Louviers.

Fig. no 1 : Exportations de draps (en livres pesant)

Années

Draps d’Elbeuf

Draps de Louviers

1730

8 872

7 305

1731

6 287

9 277

1732

21 325

?

1733

16 398

?

1738

2 025

?

(Source : Dardel P., Navires et marchandises dans les ports de Rouen et du Havre au XVIIIème siècle, op.cit., p. 198-199 ; en ce qui concerne Darnétal, P. Dardel indique un total égal à 0 pour la décennie 1730).

  • 5 Il en existait alors dix-neuf : d’Amiens, de Bayonne, de Bordeaux, de Bourgogne, de Caen, de Châlon (...)
  • 6 « Objet général du commerce de la France », années 1754-1761, Bibliothèque Municipale de Rouen, fon (...)
  • 7 Archives Nationales, F12 241 à 251, F12 1665 et F12 1834-1835 notamment.
  • 8 Nous avons déjà eu l’occasion de l’utiliser pour une communication sur « Les importations et export (...)
  • 9 P. Dardel avait systématiquement arrondi à la centaine inférieure les chiffres présentés, sans teni (...)

5En revanche, pour ce qui concerne la seconde moitié du XVIIIe siècle, nous disposons au contraire d’une remarquable série de documents émanant des services de la Balance du Commerce, notamment des listes alphabétiques de produits exportés par toutes les directions de douanes5 du royaume. Une partie de ces documents, conservée assez bizarrement à Rouen6, avait déjà été utilisée par Pierre Dardel. D’autres éléments subsistent également à Paris7. L’ensemble forme une source assez remarquable8. Nous avons confronté ces deux séries, qui se recoupent et se complètent, ce qui a permis de renseigner davantage d’années et de corriger certaines données9.

6Certes, les chiffres présentés ici doivent être considérés avant tout comme des minima. Il s’agit des quantités (ou plus exactement des valeurs) dont nous sommes assurés qu’elles ont bien été exportées. Mais combien nous échappent pour cause d’enregistrement insuffisant, d’erreurs et d’omissions involontaires, ou au contraire de fraude délibérée et de contrebande ? Cependant les draps, marchandises à la fois pondéreuses et de valeur, avaient besoin, pour franchir les postes de contrôle au cours de leur acheminement, de lettres de voitures, de certificats et autres pièces, que chacun des maillons de la longue chaîne de transport exigeait de l’intermédiaire précédent. En conséquence, le sous-enregistrement, volontaire ou non, doit être à notre avis assez faible.

  • 10 Les bureaux de la Balance indiquent également les quantités, mais nous n’avons pas retenu ce paramè (...)

7Plus inquiétantes sont les modalités même de cet enregistrement. L’administration demande en effet à ses employés d’appliquer des prix moyens, afin sans doute qu’ils ne soient pas à la merci des déclarations fantaisistes des négociants ou qu’ils ne se heurtent pas à l’ignorance des transporteurs quant à la valeur réelle de leur cargaison. Or ces tarifs, qui ont forcément les inconvénients de toute moyenne, ne sont pas assez souvent réactualisés par l’administration. Ils ne suivent donc pas précisément les évolutions des cours ni les aléas de la conjoncture. En outre, ils ne peuvent refléter les différentes qualités à l’intérieur d’une même catégorie (le drap d’Elbeuf, par exemple, désigne en réalité un assez large éventail de tissus aux prix différents). En dépit de leur apparente précision, les montants indiqués doivent donc être considérés avant tout comme des ordres de grandeur10.

8La deuxième difficulté provient de la coexistence de dénominations précises (draps van Robais, draps d’Andely) avec des appellations très vagues ou des catégories fourre-tout (draperies « petite », « de France », « ordinaire », « diverse » ou simplement « de laine »). Le risque est important que des employés du Havre ou de Rouen distinguent bien les draps normands de Darnétal, par exemple, comme un produit spécifique, mais que ces mêmes draps soient englobés à Marseille dans une rubrique indifférenciée. Il est possible également que certains centres réputés, comme Elbeuf, - ayant une production réglementée mais produisant en réalité une gamme de produits très divers, du superfin au très moyen - écoulent en fait discrètement une partie de leur production sous des appellations plus anonymes. Fabricants, négociants et transporteurs ont peut-être intérêt enfin, pour des raisons de coûts de transport et de taxes moindres, ou pour éviter des contrôles sur la qualité, ou bien encore pour ne pas ternir leur réputation, à faire transiter parfois certains produits sous des appellations plus vagues, telle « draperie ordinaire ».

9Au total, nous ne saisissons à l’évidence qu’une fraction des exportations réelles de draps normands, une autre part étant certainement englobée avec les tissus d’autres régions. Il serait néanmoins anormal de se défier à outrance de cette source, homogène et sérielle, capable de recenser pour plus de 2 millions de Livres de marchandises sorties de certains centres producteurs, et de trop suspecter la véracité des informations générales qu’elle nous livre. L’histoire économique de cette période ne doit-elle pas se contenter bien souvent d’élaborer des hypothèses sur les flux de marchandises, à partir des seules bribes de renseignements glanées dans les inventaires après décès et autres actes notariés ?

Des informations assez décevantes pour les centres drapiers d’importance secondaire

10Les registres de la Balance du Commerce recèlent quelques indications ponctuelles concernant des centres très secondaires, qui ne paraissent cependant guère exploitables. Il suffit en effet qu’un employé zélé ait enregistré localement la sortie de quelques aunes de drap de Cherbourg pour que cette rubrique se retrouve dans les totalisations nationales. Mais, comme nous l’avons expliqué, seuls les grands centres bénéficient d’une « reconnaissance » sur l’ensemble du territoire.

  • 11 Village situé le long de la Seine, non loin d’Elbeuf. Deux fabricants y subsistaient difficilement (...)

11La Balance de 1755 enregistre par exemple pour 336 L. d’expédition de draps de La Bouille11 à destination de la Flandre et 360 L. pour le Portugal (soit un maigre total de 696 L.). Saint-Lô exporte pour 144 L. en 1759, Vire également quelques petites quantités (1 600 L. vers les Iles en 1754, 315 L. en 1759, 390 L. vers le Portugal en 1760, 270 L. vers l’Allemagne ou la Pologne en 1782), Cherbourg (80 L. en 1761) ; 447 L. de frocs de Bolbec gagnent la Flandre en 1761. Maigres résultats, mais qui prouvent néanmoins que de petits centres normands doivent concourir aussi, à leur échelle et très modestement, aux exportations habituellement qualifiées de draperie « de France », « ordinaire » etc.

12Il n’est guère étonnant non plus de ne pas trouver beaucoup de traces des draps de Rouen. La draperie rouennaise n’en finit pas de décliner depuis le XVIIe siècle, en nombre de pièces comme en qualité. Les derniers fabricants survivent difficilement, les plus dynamiques étant passés depuis longtemps au coton. Les indications que l’on peut glaner dans les registres de la Balance apparaissent très fragmentaires. La mention de 75 L. de « drap de Sceau » pour la Savoie, en 1761, apparaît comme l’ultime trace d’une activité révolue. On ne relève apparemment aucune exportation vers l’Espagne, de petites expéditions seulement à destination de l’Allemagne, dans les années 1752-1756, puis vers Genève et la Suisse à partir de 1757 (fig. no 2).

Fig. no 2 : Exportations de draps de Rouen (en milliers de Livres)

Fig. no 2 : Exportations de draps de Rouen (en milliers de Livres)

En 1782, les registres signalent 3,7 milliers de Livres à destination de l’Allemagne et de la Pologne, 1,7 vers l’Empire
d’Autriche et 21,1 à destination des Etats-Unis, soit un total de 26,5 milliers de Livres.

13Les commandes, croissantes, de cette région constituent alors l’essentiel de la demande extérieure. Mais l’absence de documents ultérieurs empêche de savoir combien de temps a duré cette embellie. Par la suite, le nom de Rouen n’apparaît plus que ponctuellement. A noter une cargaison de 21 100 L. à destination des Etats-Unis, en 1782. La même année, Vire y expédie également une cargaison exceptionnelle de 166 640 L.

  • 12 Orthographié souvent d’Arnétal dans les documents de la balance du Commerce.

14Les mentions de draps de Darnétal12 sont présentes régulièrement dans les registres de 1752 à 1761 (fig. no 3).

Fig. no 3 : Exportations de draps de Darnétal

Fig. no 3 : Exportations de draps de Darnétal

15Le Portugal et la Flandre autrichienne semblent être les principaux destinataires, suivis de l’Espagne. Les expéditions oscillent très modestement entre 4 000 et 16 000 L., à l’exception de l’année 1761, où l’on enregistre soudain pour 235 000 L. de commandes italiennes. Il ne nous a pas été possible de retrouver la cause exacte de cette brusque, mais éphémère, progression. Peut-être s’agit-il seulement d’un « coup de négociant », une grosse opération, heureuse mais apparemment isolée. D’autres documents évoquent par la suite les difficultés des fabricants, qui exportaient notamment beaucoup de couvertures de laine à destination du Canada, et qui se trouvent privés de ce débouché par la guerre de Sept Ans et le traité de Paris en 1763. En revanche, les indications disparaissent totalement dans les documents des années 1775-1789. Interruption totale des ventes à l’étranger ? Sans doute pas ; mais les draps de Darnétal, ne bénéficient pas d’une image forte et ne sont guère connus en dehors de la Normandie. Une partie a pu quitter le territoire sous des appellations plus vagues et sous les rubriques « espagnolettes », « moltons » (sic) ou encore flanelles, ce petit centre dynamique produisant diverses catégories d’étoffes de laine.

  • 13 A.D.S.-M. C 158.

16Les archives de la Balance du commerce ne conservent la trace d’exportations de draps produits aux Andelys que pour les années 1752 à 1760 (fig. no 4), à destination principalement de l’Espagne, puis du Portugal. D’après les états semestriels rédigés par l’inspecteur des manufactures13, on sait que la valeur totale produite aux Andelys a été de 55 482 L. au second semestre 1761, 55 681 L. au second trimestre 1762 (soit un total annuel pouvant être estimé à 111 160 L.). Les exportations dûment enregistrées dans les années 1752-1758 ne représenteraient en ce cas que 8 % environ de la valeur produite, ce qui semble bien peu...

Fig. no 4 : Exportations de draps des Andelys

Fig. no 4 : Exportations de draps des Andelys
  • 14 Robillard de Beaurepaire (G.), « Note sur la manufacture royale d’Andely(s) », Annuaire des Cinq Dé (...)

17La fabrique ne confectionnant que des draps fins double broche et des ratines « d’une très grande beauté », une partie de ses ventes pourraient peut-être avoir été englobée sous l’appellation « draperie fine ». On observera néanmoins que les quantités de ratines ou de draps fins exportées par la France demeurent très modestes durant toute la seconde moitié du XVIIIe siècle. Les données disponibles pour les années 1775-1782 et 1787 ne mentionnent plus ces draps, pour une raison très simple. En fait, l’unique entreprise des Andelys est pratiquement en faillite depuis 1772 et doit interrompre son activité quasiment jusqu’en 178814.

18Les produits d’Aumale identifiés ici sont essentiellement des serges bon marché (fig. no 5), exportées principalement vers la Flandre et l’Italie, avec un petit apogée en 1756-1757. La région d’Aumale connaît également de grosses difficultés à partir de 1762, à la suite d’un arrêt permettant aux habitants des campagnes alentours de fabriquer toutes sortes d’étoffes, sans être désormais astreints aux contrôles exercés par les gardes des communautés urbaines.

Fig. no 5 : Exportations de draps et serges d’Aumale

Fig. no 5 : Exportations de draps et serges d’Aumale

(Source : Objet général du commerce de la France, années 1754-1761, Bibl. Min. de Rouen, fonds Montbret ms 155 et Archives Nationales, F12 pour 1752).

Des informations plus fiables pour les grands centres ?

19Le recoupement des divers documents disponibles montre bien l’intérêt de ce genre de source pour une meilleure connaissance des pôles drapiers. Si les centres secondaires disparaissent quasiment des statistiques d’exportation après 1760, on dispose par contre pour Elbeuf et Louviers de plus d’une vingtaine d’années d’informations nationales (fig. no 6). La série paraît homogène et crédible, mis à part 1782, dont les chiffres semblent visiblement lacunaires.

Fig. no 6 : Importance comparée des exportations de différents centres drapiers
(par toutes les directions de traite de France, en milliers de livres tournois)

Fig. no 6 : Importance comparée des exportations de différents centres drapiers(par toutes les directions de traite de France, en milliers de livres tournois)

(Sources : Archives Nationales F12 241 à 251, F12 1665 et F12 1834-1835 ; Bibliothèque Municipale de Rouen, fonds Montbret, ms 155, liasse années 1753-1781 ; Dardel P., Navires et marchandises dans les ports de Rouen et du Havre au XVIIIème siècle, op.cit., p. 115 ; compléments apportés par A. Becchia : chiffres en italiques).

20Elbeuf, qui lutte alors pour conserver le rang de première manufacture face à Sedan, double brusquement la valeur de ses exportations, à la fin des années 1750, et franchit durablement le cap du million de Livres, voire du million et demi. Cette expansion culmine en 1777-1778, avec plus de deux millions de Livres. Mais la Guerre d’indépendance américaine vient visiblement casser cette belle réussite.

21La traduction graphique de ces chiffres (fig. no 7) montre bien l’évolution différente de Louviers, beaucoup plus en retrait et qui parvient difficilement à dépasser les 300 000 Livres. Les deux points culminants se situent pour elle en 1780 et surtout durant la crise de 1787. Elbeuf, dont la production est plus massive, la gamme de prix et de produits plus variée, bénéficie davantage des périodes de bonne conjoncture, mais s’avère très sensible aux retournements de tendance. Louviers, dont les draps sont plus chers car de meilleure qualité, peut compter au contraire sur une riche clientèle fidélisée, que n’affectent guère les variations de conjoncture.

Fig. no 7 : Valeurs des exportations recensées de draps d’Elbeuf et de Louviers
(en milliers de Livres)

Fig. no 7 : Valeurs des exportations recensées de draps d’Elbeuf et de Louviers(en milliers de Livres)
  • 15 Le célèbre manufacturier Van Robais y avait établi en 1666, sitôt l’expiration du monopole de vingt (...)

22Il convient aussi d’établir une comparaison avec d’autres centres de draperie de laine cardée, Sedan, première en date des manufactures royales, et Abbeville15, en Picardie. Abbeville représente un poids grosso modo identique à celui de Louviers sur le marché des exportations. Les chiffres paraissent parfois curieux, notamment pour 1754-1755, 1771-1772 ou 1774. L’évolution semble différente : 300 à 400 000 Livres dans les années 1756-1759, soit davantage qu’à Louviers, puis un tassement sensible, et enfin une remontée dans les années 1780, à un niveau sensiblement équivalent à celui du début de période (fig. no 8). La progression paraît moins régulière qu’à Louviers et les dernières années de l’Ancien Régime moins opulentes.

Fig. no 8 : Evolution comparée des exportations des draps d’Abbeville et de Sedan
(en milliers de Livres)

Fig. no 8 : Evolution comparée des exportations des draps d’Abbeville et de Sedan(en milliers de Livres)
  • 16 Les cartes de localisation des expéditions de quelques grands fabricants (André Poupart en 1743-174 (...)
  • 17 Rappelons que les exemptions de droits accordées par Louis XIV, puis renouvelées tous les trois ans (...)
  • 18 Gayot (G.), op. cit., p. 317.

23Les données concernant Sedan laissent par contre franchement plus perplexe. Les expéditions sont d’abord un peu moins importantes que celles d’Elbeuf au milieu du siècle (mais le centre normand fait alors encore jeu égal avec la cité des Ardennes, après avoir occupé le premier rang du royaume dès la fin du XVIIe siècle et pendant toute la première moitié du siècle suivant). Cependant, alors que Sedan connaît par ailleurs une nouvelle phase de croissance à partir de 1760 reprend largement la première place et se développe brillamment jusqu’à la Révolution, ses exportations paraissent au contraire diminuer et font piètre figure par rapport à celles d’Elbeuf et même de Louviers (fig. no 6 et no 8). Sedan serait-elle tournée essentiellement vers les marchés intérieurs16 ? Cela semble peu probable, lorsque l'on considère la combativité commerciale des grands entrepreneurs de la ville, qui cherchent à pénétrer les marchés étrangers jusqu’en Pologne et en Russie, voire en Chine. En fait une partie des expéditions doit passer directement aux foires de Verviers, ou de Leipzig, en bénéficiant du privilège de franchise. Dans quelle mesure ces sorties sont-elles, ou non, correctement enregistrées17 ? Les marchés de Flandre et d’Allemagne sont-ils sous-estimés ? La balance du commerce ne saisirait peut-être totalement que les draps de Sedan transitant par le royaume de France (comme ces ballots exportés par Rouen et donc enregistrés par la direction de Normandie). Les années 1782 (2,2 millions de L. d’exportations) ou 1787 (1,4 million) reflètent-elles une soudaine explosion des ventes ou seulement une modification des modalités d’enregistrement ? Sachant que Sedan produisit une valeur totale de 9,3 millions de L. en 1782 et 13 millions en 178718, les exportations représenteraient donc pour ces deux années respectivement 23,6 % et 10,7 % de la production.

  • 19 A cette époque, l’administration modifie notamment ses rubriques : Allemagne et Pologne sont regrou (...)

24Ces diverses incertitudes rendent bien sûr très aléatoire la comparaison avec Elbeuf, tant au niveau des quantités que des destinations (fig. no 9). A première vue, le commerce sedanais apparaîtrait tourné presque exclusivement vers la péninsule ibérique, le Portugal totalisant 51,8 % des sorties et devançant même l’Espagne (45,4 %). L’insignifiance des expéditions vers l’Italie, mais surtout vers les Flandres ou l’espace germanique suggère que la Balance n’enregistre en fait, à cette époque, que les exportations de draps sedanais transitant par la France et non ceux quittant directement la cité pour l’étranger. Les chiffres des années 1782 et 1787 (fig. no 9) révèlent brusquement la réalité, sans doute à l’occasion d’une modification de l’élaboration des statistiques19. Ces deux années, apparemment plus complètes, suffisent à faire remonter la part de l’Italie à 37,6 % et l’Allemagne à 17,5 %. L’Espagne ne représente plus, dès lors, que le quart des sorties tandis que le Portugal, qui a essayé de se fermer aux draps français à partir de 1770, s’efface de l’horizon sedanais.

Fig. no 9 : Destinations des expéditions effectuées par des centres non-normands (valeurs en milliers de Livres) Draps de Sedan

Fig. no 9 : Destinations des expéditions effectuées par des centres non-normands (valeurs en milliers de Livres) Draps de Sedan

(Source : Bibliothèque de Rouen, fonds Montbret, ms 155 ; Dardel P., Commerce et navigation..., op.cit., p. l 14 pour les années 1754-1755 et 1759-1761 ; A. Becchia pour les années 1756-1758 ; *à destination des Indes ; **Allemagne et Pologne ; ***Barbarie et Levant).

Draps d’Abbeville (Van Robais)

Draps d’Abbeville (Van Robais)

*à destination des Etats-Unis. **à destination de la Pologne et de l’Allemagne.

25En ce qui concerne Abbeville, qui ne bénéficie d’aucune franchise à l’exportation, les expéditions se répartissent durant la première période entre l’Espagne (44 %), l’Allemagne (27,6 %) et l’Italie (10,6 %). Durant les années 1775-1787, la péninsule italienne devient là encore le principal débouché (avec environ un tiers des exportations de la ville), suivie de l’Allemagne et de l’Espagne, la Flandre autrichienne venant plus loin, avec 12,2 % des achats. Les deux faits principaux semblent donc être le redéploiement du commerce vers les Etats italiens aux dépens de l’Espagne et le souci de s’assurer des débouchés dans plusieurs zones géographiques, afin de ne pas dépendre d’une seule destination trop exclusive. On retrouve, à l’évidence, ce souci de diversification dans les marchés d’exportation elbeuvien ou lovérien.

Destinations des draps d’Elbeuf et de Louviers

26Certains documents de la Balance, notamment les relevés des marchandises dont « la sortie excède l’entrée de 100 000 L. », ne mentionnent pas la destination des exportations. Nous avons pu rassembler néanmoins ce type de données pour la décennie 1752-1761 (année 1753 exceptée) et la période 1775-1780, grâce aux listes alphabétiques subsistantes. Même si l’on peut toujours soupçonner leur fiabilité réelle, les informations paraissent bien entendu plus assurées : même si une partie des expéditions sort du royaume sous d’autres appellations, il n’y a pas lieu de penser que cela concerne tel pays plus spécialement qu’un autre. Au total, les proportions que l’on peut tirer de cette source paraissent fiables.

27En ce qui concerne Louviers, deuxième centre drapier de haute

28Normandie par l’importance, les exportations voisinent constamment les 100 000 Livres annuelles dans la décennie 1750, puis croissent sensiblement, passant de 250 000 L. en 1775 à 537 000 L. en 1787, ainsi que nous l’avons vu. Les principaux clients pour la période 1752-1761 (fig. no 10) sont l’Italie (près de 30 % des ventes, auxquels il conviendrait d’ajouter 11 % pour la Savoie), en deuxième lieu l’Allemagne (plus de 22 %), puis l’Espagne avec 13,6 %. Les autres destinations ne représentent que des sommes mineures. On observera cependant de grosses commandes isolées, comme celle(s) du Portugal en 1760, qui hisse ce débouché à une part de 14 % pour la décennie, total sans commune mesure avec ses achats habituels, plutôt épisodiques et marginaux. Louviers n’exporte quasiment pas de draps vers l’Angleterre, la Baltique, les pays Scandinaves ou la Russie. Rien non plus vers les Iles ni la Guinée : ses draps, lourds et chers, ne conviennent bien entendu nullement à ce type de commerce, excepté quelques étoffes de rebut.

Fig. no 10 : Destinations des exportations de draps de Louviers
(en milliers de Livres)

Fig. no 10 : Destinations des exportations de draps de Louviers(en milliers de Livres)

* Dont 66,6 pour la Pologne et 5,4 pour la Prusse.

29Dans les années 1775-1780, les exportations de Louviers progressent sur tous les marchés : près de 57 % de mieux avec l’Allemagne, dont la part totale reste cependant stable à plus de 20 %, de même pour la Flandre autrichienne. On constate également de nets progrès en direction de la Suisse (ventes multipliées par 10), de la Hollande ou des « Pays du Nord ». A l’inverse, bien que l’Espagne et l’Italie péninsulaire aient accru leurs commandes, leurs parts globales diminuent face à la croissance impressionnante des commandes émanant de la Savoie (+703 % si l’on considère les moyennes annuelles de chacune des deux périodes). Celle-ci achète désormais chaque année pour 100 000 L. d’étoffes aux fabriques lovériennes. Cette réorientation vers le commerce transalpin constitue un fait très notable.

  • 20 L’entreprise Pierre Grondin l’aîné d’Elbeuf essaye notamment de prendre pied sur le marché anglais (...)

30L’année 1787 marque un record historique pour la cité, avec plus d’un demi-million de Livres à l’exportation, les ventes progressant encore sur presque tous les marchés (fig. no 10), tandis que l’on enregistre, fait assez exceptionnel, les premières expéditions vers l’Angleterre20 (pour 79 000 L.) et même la Russie. En revanche le marché américain (achats de 127 000 L. de draps de Louviers en 1782 selon une des rares indications conservées par les archives de la Balance pour cette année) ne semble pas avoir tenu ses promesses. Il en va d’ailleurs de même pour l’ensemble des centres drapiers (nous avons déjà évoqué les cas de Rouen et Vire) : après des achats un peu partout en France, dans l’euphorie de la victoire commune et de l’indépendance, les négociants américains semblent être retournés bien vite à leurs anciennes filières d’approvisionnement.

31Elbeuf, nous l’avons vu, exporte des quantités beaucoup plus importantes encore et les conclusions que l’on peut tirer de l’examen des données collationnées paraissent d’autant plus assurées. Ici, les principaux clients sont domiciliés en Allemagne, qui arrive cinq fois en tête des plus fortes destinations d’exportations et totalise près du tiers des exportations elbeuviennes (fig. no 11). L’Espagne se place en deuxième position, avec 29 %, notamment en raison des faibles achats de 1754-1756. La guerre de Sept Ans, en revanche, ne semble pas avoir trop perturbé le commerce avec la péninsule ibérique : il s’est sans doute redéployé sur les routes terrestres. L’Espagne redevient ainsi le principal importateur de draps elbeuviens en 1759-1760. Ce sont d’ailleurs les gros achats espagnols qui permettent à la ville de passer pour la première fois le seuil du million de Livres à l’exportation, chiffre qui ne constitue sans doute, répétons-le, qu’un minimum par rapport au trafic réel.

Fig. no 11 : Destinations des exportations de draps d’Elbeuf
(en milliers de Livres)

Fig. no 11 : Destinations des exportations de draps d’Elbeuf(en milliers de Livres)

32La péninsule italienne, toutes destinations confondues, occupe le troisième rang en général, mais certaines années, lorsque les achats allemands ou espagnols s’avèrent moins élevés, elle peut se hisser à la première place. Les exportations à destination de la Savoie progressent également à partir de 1759 et cette percée sur le marché savoyard se confirme durablement par la suite. Les acheminements vers Genève ou la Suisse suivent une tendance assez semblable. Par contre la « Flandre autrichienne » (c’est-à-dire grosso modo la Belgique actuelle), elle-même riche en fabriques, se révèle un piètre débouché, et la Hollande un pire encore. On notera la quasi-imperméabilité du marché anglais, ainsi que la très faible pénétration dans les « Pays du Nord » (villes hanséatiques) ou Scandinaves (Danemark, Suède). Des expéditions à destination de la lointaine Russie sont mentionnées, mais ne représentent au total que quelques milliers de Livres. Enfin, à cette époque, Elbeuf exporte fort peu vers les Echelles du Levant (21 500 L. en 1758), encore moins vers les Antilles et pas du tout sur les côtes de Guinée.

Fig. no 11 (suite) : Destinations des exportations de draps d’Elbeuf
(en milliers de Livres)

Fig. no 11 (suite) : Destinations des exportations de draps d’Elbeuf(en milliers de Livres)

(Sources : Objet général du commerce de la France, années 1754-1761, Bibliothèque Municipale de Rouen, fonds Montbret ms 155, carton no l ; Dardel P., Navires et marchandises dans les ports de Rouen et du Havre au XVIIIème siècle, op.cit, p. 112-114 pour les années 1754-1755 et 1759-1761 ; dépouillements A. Becchia pour les années 1752, 1756-1758, 1775-1780 et 1787).

33En fait, le commerce elbeuvien d’exportation semble reposer de façon équilibrée sur trois axes principaux (fig. no 12) : l’Allemagne, l’Espagne (et ses colonies d’Amérique), les régions alpines. On remarquera que ces trois zones sont également exportatrices de laines, même si les règlements imposent alors de n’utiliser à Elbeuf que des laines espagnoles de bonnes qualités. Les négociants maîtrisent donc parfaitement les flux, à leur profit et au profit du royaume, réalisant l’échange matières premières contre produits manufacturés, typique des économies dominantes.

  • 21 A.D.S.-M. C 158, observations en marge du 2e semestre 1766.

34Cependant, les marchés extérieurs se révèlent extrêmement volatiles et mouvants. On imagine aisément les difficultés des entreprises affrontées à un tel contexte. Le marché espagnol subit notamment de brutales oscillations, les commandes pouvant varier du simple au double d’une année sur l’autre. Or, la prospérité de la ville dépend traditionnellement, en grande partie, de ces ventes. En marge des états semestriels, l’inspecteur des manufactures évoque aussi ces débouchés et « le besoin que les Indes espagnoles font] de nos draps »21. Ainsi, vers 1765-1766, « l’Espagne s’étant trouvée surchargée de draperie », tant pour sa « consommation ordinaire » que pour « l’expédition de sa flotte », « les commettants (...) ont comme forcé le fabriquant par la modicité du prix qu'ils présentaient ».

Fig. no 12 : Destination des exportations de draps d’Elbeuf par l’ensemble des directions de douanes (1758-1761)

Fig. no 12 : Destination des exportations de draps d’Elbeuf par l’ensemble des directions de douanes (1758-1761)
  • 22 A.D.S.-M. C 158, observations en marge de l’état du 1er semestre 1766. L’inspecteur espère, à la fi (...)

35Cédant tous à l’appât du gain, y compris ceux qui expédiaient « pour leur propre compte », ils n’hésitèrent pas à accepter ces bas prix, mais rognèrent en conséquence très fortement sur la qualité. Sans doute pensaient-ils qu’on ne s’en apercevrait que de l’autre côté de l’océan... Mais les négociants espagnols ne furent pas dupes. Ils refusèrent les draps, qu’il fallut vendre à perte pour s’en débarrasser. Il resta néanmoins de nombreux invendus après le départ de la flotte. « Il est certain, ajoute l’inspecteur, que cet événement a beaucoup discrédité l’espèce de nos draps tant en Espagne que dans les autres royaumes qui en font la consommation »22. Cet épisode fut surnommé à Elbeuf « la déception de Cadix ».

  • 23 Les éléments de ce dossier sont conservés aux Arch. Nales F12 657. Cf. Becchia A., La draperie d’El (...)
  • 24 Il confirme ainsi que l’usage de teindre et reteindre après le dégraissage, notamment pour les drap (...)
  • 25 Certains désormais « teignent les pièces au retour du dégraissage, après avoir détaché les lizières (...)
  • 26 On observera au passage qu’il n’émet aucun doute sur la fiabilité de ce contrôle et n’évoque pas no (...)

36Mais un représentant d’une grande maison de négoce installée dans ce port, Behic fils, adressa à Versailles une longue lettre, dans laquelle il dénonçait pêle-mêle la mauvaise qualité des draps d’Elbeuf (notamment au niveau de la teinture), la « cupidité » des fabricants et la connivence des gardes chargés d’inspecter les draps. L’affaire fut évoquée au Conseil de commerce en février 176923. Trudaine chargea John Holker, inspecteur général des manufactures depuis 1755, d’aller enquêter sur place. Celui-ci rendit un rapport très circonstancié, daté du 10 avril 1769. Il élucida d’abord la cause précise des malfaçons24, révélant que les fabricants avaient adopté depuis une solution intermédiaire25. Il s’adressa également « au sieur Dauplet, commis à la douanne de la ville de Roüen, chargé par le Conseil de tenir les états de tous les draps d’Elbeuf et autres qui sont expédiés pour l’étranger par le port de cette ville »26. Il s’agit donc de ces registres détruits par la suite en 1940, que P. Dardel étudia mais ne put retranscrire entièrement. Les données chiffrées transmises par Holker évaluent les exportations en nombre d’aunes (et non en Livres tournois).

  • 27 Laquelle englobe donc également Le Havre et les autres ports de la Haute-Normandie.
  • 28 A.D.S.-M. C 158, observations concernant le dernier semestre 1768.

37Tandis que les fabriques de Louviers et Rouen « languissent par le défaut actuel de consommation », la production elbeuvienne est restée selon lui très soutenue, en dépit de l’augmentation du prix des laines et de la concurrence du coton au niveau de la main-d’œuvre. La moyenne des exportations à destination de l’Espagne, par les ports de la direction de Rouen27, est passée de 12 342 aunes pour les années 1758-1762 à 40 621 aunes pour la période 1763-1768 (fig. no 12). Holker en conclut que, contrairement aux allégations du négociant de Cadix, les expéditions de draps d’Elbeuf ont presque triplé vers ce marché, l’année 1768 ayant même été spécialement faste. L’inspecteur de la Généralité de Rouen confirme d’ailleurs que ces expéditions, auxquelles l’activité de la ville semble en partie suspendue, reprirent effectivement de plus bel en 176828.

38La confrontation entre les récapitulations effectuées au niveau national et ces archives régionales est très instructive. Les chiffres nationaux montrent par exemple que la croissance de l’ensemble des exportations elbeuviennes n’est pas aussi forte que celle enregistrée par la seule direction de Rouen. Vu de la Normandie (fig. no 14), le commerce elbeuvien tourne également le dos à la Mer du Nord et à la Baltique : rien à destination de l’Angleterre, des quantités insignifiantes vers la Hollande (sauf en 1761), le Danemark, les villes hanséatiques, la Suède ou la Russie. Un deuxième groupe, dans lequel on peut inclure les marchés de l’Allemagne et de la lorraine, du « Pays de Liège » ou de la Flandre autrichienne, effectue des commandes assez stables depuis 1760, mais totalise à peine plus de 10 % des exportations. Genève et la Suisse sont peu représentées (4,3 % du total). On observe par contre une croissance soutenue et régulières des commandes de la Savoie, qui se hisse à 19 % du total, égalant presque le reste de la péninsule italienne, aux achats plus fluctuants. Au total donc, deux grands ensembles paraissent dominer : d’une part la zone alpine et transalpine, de Genève à Naples, et d’autre part la péninsule ibérique avec 40,5 % pour l’Espagne et 5 % pour le Portugal. Ajoutons une très forte corrélation (de 0,975 sur 1) entre les expéditions vers l’Espagne et l’évolution annuelle de l’ensemble des embarquements.

Fig. no 13 : Exportations de draps d’Elbeuf enregistrées à Rouen de 1758 à 1768
(destinations et nombre d’aunes ; chiffres établis par J. Holker à la demande de Trudaine en 1769. A.N. F12 657 Becchia A., La draperie d’Elbeuf, op. cit., p. 260-264)

Fig. no 13 : Exportations de draps d’Elbeuf enregistrées à Rouen de 1758 à 1768(destinations et nombre d’aunes ; chiffres établis par J. Holker à la demande de Trudaine en 1769. A.N. F12 657 Becchia A., La draperie d’Elbeuf, op. cit., p. 260-264)

39Selon les archives rouennaises, c’est la péninsule ibérique qui commanderait donc la tendance générale du commerce elbeuvien.

Fig. no 14 : Destinations des exportations de draps d’Elbeuf par la direction des douanes de Rouen (1758-1761)

Fig. no 14 : Destinations des exportations de draps d’Elbeuf par la direction des douanes de Rouen (1758-1761)

40Mais il convient de tenir compte des réseaux de négoce propres à la région et à ses ports. Rouen, on le sait, est largement tournée vers l’Espagne. Reprenant les affirmations locales, J. Holker affirme « qu’il sort plus de draps d’Elbeuf pour l'étranger par le port de Rouen que par tous les autres du Royaume ensemble », ce qui est visiblement exagéré si l’on considère les chiffres globaux. Ceux-ci montrent en effet qu’il existe également des exportations par d’autres voies, essentiellement terrestres celles-là, qui placent l’Allemagne au second rang des clients, après l’Italie, mais avant l’Espagne et le Portugal (fig. no 13). En 1759 par exemple, l’Espagne semble importer neuf fois plus de draps d’Elbeuf que l’Allemagne, vu de Rouen, alors qu’en réalité elle n’en importe au total, par l’ensemble des directions de douane, qu’une fois et demi plus.

41Par contre les deux tableaux (fig. no 11 et no 12) reflètent bien la progression des commandes allemandes de 1758 à 1761. A noter un élément surprenant en 1761 : l’Italie présente alors des importations de draps elbeuviens anormalement basses au niveau national, ce qui semble creuser le total annuel, alors que dans le même temps s’effectuent de très grosses expéditions vers cette zone, au départ de Rouen.

  • 29 Cf. notre communication au Colloque Van Loo, mars 2002, Université de Rouen : « Correspondants euro (...)

42Au final, il est évident que les exportations par la Normandie ne reflètent pas exactement la globalité des exportations elbeuviennes. Ceci confirme en fait l’importance des fabriques elbeuviennes. Le drap d’Elbeuf, est-il besoin de le souligner, n’est pas un simple produit régional que le port de Rouen exporterait spécifiquement, à la manière des autres ressources de son hinterland. Il s’agit bien d’une marchandise « nationale », distribuée par de nombreux réseaux nationaux et internationaux29.

43Holker ajoute par ailleurs cette information précieuse : « je consultai plusieurs négocions de cette ville ; j'appris d’eux, par la voix publique, que le commerce d’espagne consommait cy devant un sixième des draps fabriqués à Elbeuf. » Sachant que l’Espagne représente alors environ 30 % des exportations réalisées par le bourg (fïg. no 13), ce serait donc au total plus de la moitié de la production des fabriques elbeuviennes (trois sixièmes), qui serait destinée au marché international. Cette proportion semble cependant un peu exagérée.

  • 30 Commerce, industrie et navigation à Rouen et au Havre, op. cit., p. 111.
  • 31 A.D.S.-M.C 158.

44Selon P. Dardel30, Elbeuf aurait produit en 1755 pour 5 076 265 L. et exporté pour 439 300 L., soit 8,6 % de sa production (mais par Rouen seulement ?), Louviers 1 083 679 L. dont 75 400 L. d’exportations (soit 6,9 %) et Darnétal 4 500 L. sur 1 310 125 L. (soit 0,3 %). Grâce aux déclarations de l’inspecteur des manufactures de Rouen31, on connaît avec une assez bonne précision la valeur totale produites certaines années. Le rapprochement avec les récapitulations de la Balance, pour les quelques dates où nous disposons des deux types d’informations, permet d’évaluer la part de la production exportée :

45Les ventes à l’étranger représentent d’abord presque le quart de la production elbeuvienne et le dixième de celle de Louviers. Puis les exportations se maintiennent tandis que la production globale recule : leur part progresse donc, et atteint presque le tiers à Elbeuf (mais non la moitié).

46Cependant, nous l’avons vu (fig. no 6), les années 1758-1768, avec des maxima d’expéditions de 1,4 à 1,5 millions de Livres ne se situent qu’au début de la phase de croissance des exportations elbeuviennes. Il est très probable que la part des exportations, toutes destinations confondues, dut encore progresser par la suite, lorsque ce total atteignit 2,3 à 2,4 millions dans les années 1777-1778.

47Quinze à vingt ans plus tard (fig. no11), la situation a en effet beaucoup évolué. Dans un contexte de conjoncture haute, à la veille du conflit américain, Elbeuf atteint un record en 1777, avec près de 2,4 millions de Livres d’exportations certifiées. Les données de 1775-1776 se rattachent encore au modèle précédent : gros achats espagnols, allemands et italiens, progression en direction du massif alpin (Savoie, Suisse). Puis on saisit soudain une très forte ouverture sur le marché atlantique, avec notamment 140 000 L. à destination des Etats-Unis dès 1779 mais surtout 1,13 millions de Livres en direction des Isles. Ces très fortes ventes en 1778-1779 compensent largement le recul des achats espagnols. Théoriquement, Elbeuf n’a pu déjà modifier ses productions pour les adapter aux goûts et aux qualités légères des Iles. La déréglementation n’intervient en effet qu’en 1779 et 1781. Y-a-t-il eu quand même adaptation au marché, la législation ne faisant, comme souvent, qu’entériner un fait ? Plus vraisemblablement, des négociants français ont sans doute profité du conflit pour envoyer des draps directement vers les Antilles, dans le but de les réexporter directement vers les colonies hispaniques, en contournant l’exclusif de la métropole En tout cas, cette réorientation massive des marchés d’exportations des draps elbeuviens mérite d’être soulignée, car une telle percée explique très largement l’apogée atteint alors. Quant aux chiffres de 1787, qui se situent dans la période de crise suscitée par le traité de commerce franco-anglais de 1786, ils mettent en évidence la contraction générale, mais aussi de très fortes ventes vers l’Italie, qui représente désormais, à elle seule, plus de la moitié des sorties dûment répertoriées de draps d’Elbeuf.

48On retrouve ici la même tendance que pour Abbeville et Sedan. Le marché italien devient, à la fin de l’ancien Régime, le principal débouché de la draperie française.

49Il semble que nous devions renoncer à estimer valablement quelle part de la production normande, et plus encore française, pouvait être exportée par les villes et ports de la direction de Rouen, les chiffres subsistants étant exprimés dans des unités différentes, difficiles à convertir et à homogénéiser (fig. no 15).

Fig. no 15 : Exportations de draps par les ports de la Direction de Rouen vers les autres pays d’Europe

années

Milliers
d’aunes

Milliers de
livres pesant

Nombre
de pièces

1728

-

9

-

1730

-

25

149

1731

-

19

211

1732

-

46

82

1733

-

43

341

1738

-

60

17

1750

63

8

741

1755

26

14

720

1763

87

2

-

1764

88

6

687

1766

91

5

481

1767

74

25

619

1768

160

1

215

1769

72

10

400

1770

99

1

392

1771

58

80

387

1772

71

28

64

1773

77

12

206

1774

59

54

281

1775

91

120

144

1776

77

39

141

1789

9

13

-

50(Dardel P., Navires et marchandises dans les ports de Rouen et du Havre au XVIIIème siècle, op.cit., p. 564, tableau no XVII. Les indications étant fournies soit en valeur, soit en longueur, soit en nombre de pièces, il faudrait donc additionner ces trois séries de données pour avoir une idée précise des exportations réalisées telle ou telle année. Nous n’avons pas tenté d’effectuer des conversions, trop hasardeuses en raison de la diversité des prix ou des longueurs. P. Dardel précise qu’à partir de 1750 les chiffres de la 3e colonne correspondent « uniquement » aux « pièces de draps de Sedan qui mesuraient 22 aunes »).

Fig. no 16 : Valeur des produits textiles exportés par les ports de la Direction de Rouen (en livres tournois)
(Dardel P., Navires et marchandises dans les ports de Rouen et du Havre au XVIIIe siècle, op.cit., p. 226-227).

  • 1 Mais P.Dardel cite le chiffre de 1 691 103 L., p. 200, soit une différence (au demeurant très mineu (...)
  • 2 Bouracan : « étoffe non croisée qui est une espèce de camelot d’un grain beaucoup plus gros que l’o (...)

1730

1776

1789

draperies

412 340

1 693 6831

230 615

Serges (imprimées ou non)

33 830

186 320

43 823

Couvertures de laine

1 215

18 330

360

flanelles

0

37 010

95 307

baracans (ou bouracans)2

198 696

13 360

19 247

molletons

0

13 040

450

ratines

190

6 692

0

espagnolettes

4 375

122 801

0

Callemandes3

0

1 260

871

Total étoffes de laine

652 376

2 094 272

392 462

Total ensemble des produits textiles

3 449 254

14 837 937

4013
561

Part des étoffes de laine par rapport à l’ensemble des textiles

18,9 %

14,1 %

9,8 %

51Et que pouvaient peser réellement, au niveau régional, ces exportations de draps ? Pierre Dardel, toujours, avait esquissé quelques sondages dans les documents de la Balance du Commerce de Rouen. Il apparaît que les exportations d’étoffes en général, toutes fibres et toutes origines confondues (y compris les sorties, par Rouen, de tissus produits dans d’autres régions de France), constituent la moitié des valeurs exportées, avec une remarquable stabilité, tout au long de la période étudiée : 50,1 % en 1730, puis 51,1 % en 1776 et 51 % encore en 1789.

52A l’intérieur de cet ensemble, la part des tissus de laine semble par contre aller en décroissant (fig. no 16), passant de 18,9 % en 1730 à 9,8 % en 1789. La tendance est indéniable. Par conséquent, si pour les entrepreneurs des grands centres drapiers, comme Elbeuf ou Louviers, les ventes à l’étranger revêtent bien une importance primordiale, au niveau de la généralité il n’en va pas de même. Région riche et active, la haute Normandie possède déjà une économie très diversifiée. En cette fin du XVIIIe siècle, les exportations de draps n’y représentent plus, il faut bien le reconnaître, qu’un élément parmi d’autres.

Notes

1 Becchia (Alain), « La draperie en haute Normandie aux XVIIe et XVIIIe siècles », in L’industrie de la laine. Les territoires de production (XIIIe-XXe siècles), actes de la première euroconférence sur la laine, Verviers, 5-7 avril 2001 (à paraître).

2 Les bateaux « qui viennent de Bilbao et de Saint-Ander [Santander] n'aportent que des laines et ils s'en retournent ordinairement vuides sur leur lest. Quelques-uns en petit nombre s’affrètent pour Cadix ou Barcelone et se chargent d'objets de nos manufactures, et principalement des manufactures de Nogent et Rouen, Elbeuf Louviers, du Mans, d’Amiens, d’Abbeville et de celles de Rheims, Saint-Quentin, Sedan » in « Nottes et remarques sur la haute Normandie », [vers 1779], Bibliothèque Municipale de Rouen, fonds Montbret ms Y 19, fol. 111.

3 Becchia (Alain), « Correspondants européens. Analyse du réseau épistolaire d’une entreprise textile normande au XVIIIème siècle », actes du Colloque Van Loo, Université de Rouen 15-16 mars 2002 (à paraître). Nous poursuivons l’exploitation de cette source remarquable à tout point de vue.

4 Dardel (Pierre), Navires et marchandises dans les ports de Rouen et du Havre au XVIIIe siècle, Paris, 1963.

5 Il en existait alors dix-neuf : d’Amiens, de Bayonne, de Bordeaux, de Bourgogne, de Caen, de Châlons, de Charleville, de Flandre, de Langres, de La Rochelle, de Lyon, de Marseille, de Montpellier, de Nantes, de Narbonne, de Paris, de Rennes, de Rouen, de Saint-Quentin.

6 « Objet général du commerce de la France », années 1754-1761, Bibliothèque Municipale de Rouen, fonds Montbret, ms 155 (quatre cartons).

7 Archives Nationales, F12 241 à 251, F12 1665 et F12 1834-1835 notamment.

8 Nous avons déjà eu l’occasion de l’utiliser pour une communication sur « Les importations et exportations françaises de laine dans la seconde moitié du XVIIIe siècle », in La lana : prodotti e marcati (XIII-XX secolo), 2ème Euro-conférence sur la laine, Schio, Valdagno, Follina et Biella (24-27 octobre 2001), à paraître en 2002.

9 P. Dardel avait systématiquement arrondi à la centaine inférieure les chiffres présentés, sans tenir compte de la cohérence finale entre les données intermédiaires et certaines récapitulations ou totaux. Nous avons corrigé ces distorsions, au reste mineures.

10 Les bureaux de la Balance indiquent également les quantités, mais nous n’avons pas retenu ce paramètre car il ne tient pas compte de la largeur des étoffes, laquelle peut varier du simple au double. En outre, les quantités sont exprimées soit en nombre d’aunes, soit en nombre de pièces, parfois même en nombre de balles ou en livres pesant, ce qui empêche toute totalisation (cf. fig. no 15).

11 Village situé le long de la Seine, non loin d’Elbeuf. Deux fabricants y subsistaient difficilement et la production annuelle n’y dépassait guère les 40 000 L. L’activité drapière cesse ici définitivement en 1769 (A.D.S.-M. C 158).

12 Orthographié souvent d’Arnétal dans les documents de la balance du Commerce.

13 A.D.S.-M. C 158.

14 Robillard de Beaurepaire (G.), « Note sur la manufacture royale d’Andely(s) », Annuaire des Cinq Départements de la Normandie, Caen, 1894, p. 132-172.

15 Le célèbre manufacturier Van Robais y avait établi en 1666, sitôt l’expiration du monopole de vingt années accordé aux Sedanais, une manufacture de draps façon de Hollande et d’Angleterre. Cf. Courtecuisse (M.), « La manufacture de draps fins Van Robais aux XVIIème et XVIIIème siècles », Mémoires de la Société d’Emulation d'Abbeville, t. XXV, 1920, p. 1-148. C’est le seul fabricant dont le patronyme apparaisse dans les relevés de la Balance.

16 Les cartes de localisation des expéditions de quelques grands fabricants (André Poupart en 1743-1744), Jean-Abraham Poupart de Neuflize en 1781 ou de la maison Paignon en 1773) montrent cependant un réseau très majoritairement centré sur la France. Cf. Gayot (Gérard), Les draps de Sedan, 1646-1870, Paris, EHESS, 1998, p. 396-397 et Atlas de la Révolution Française, t. 10 Economie, 1997, p. 79.

17 Rappelons que les exemptions de droits accordées par Louis XIV, puis renouvelées tous les trois ans à partir de 1718, ne signifient pas absence totale de contrôle. Les marchands drapiers sedanais peuvent certes envoyer leurs étoffes « directement de Sedan ou de Paris, en Espagne, Portugal, Italie, Genève et Flandre espagnolle », mais à la condition de les faire passer exclusivement par des bureaux nommément désignés (Gayot G., op. cit., p. 54).

18 Gayot (G.), op. cit., p. 317.

19 A cette époque, l’administration modifie notamment ses rubriques : Allemagne et Pologne sont regroupées, « Villes hanséatiques » succèdent à « Pays du Nord ». De nouvelles appellations apparaissent aussi : « Sardaigne », « Venise », « Etat Ecclésiastique », « Empire ».

20 L’entreprise Pierre Grondin l’aîné d’Elbeuf essaye notamment de prendre pied sur le marché anglais à la faveur du traité de 1786. Elle fait expédier dès le 10 mai 1787, le jour même de l’entrée en application du traité, 20 pièces de draps spécialement préparées pour le marché londonien ; mais elle ne sera payée qu’en juin 1788 et quatre pièces invendues devront être rapatriées à ses frais (A.D.S.-M. 15 J 53, lettres des 10 mai 1787 et 8 juin 1788).

21 A.D.S.-M. C 158, observations en marge du 2e semestre 1766.

22 A.D.S.-M. C 158, observations en marge de l’état du 1er semestre 1766. L’inspecteur espère, à la fin du1 er semestre de l’année suivante que la production reprendra à l’occasion du « départ de la nouvelle flotte pour les grandes Indes », à la condition que les fabricants se montrent désormais plus scrupuleux.

23 Les éléments de ce dossier sont conservés aux Arch. Nales F12 657. Cf. Becchia A., La draperie d’Elbeuf, op, cit., p, 259-264.

24 Il confirme ainsi que l’usage de teindre et reteindre après le dégraissage, notamment pour les draps bruns que l’Espagne consomme en grandes quantités, a bien existé. « Qu’on ait abusé de cet usage, qu’on ait reteint des pièces de rebut, des restes de magazin, cela est vrai », note-t-il, notamment en 1765, « lorsqu’on leur a demandé des draps dont le prix étoit borné, parce qu’on cherchoit à les établir en concurrence avec ceux dont les Anglois font un commerce prodigieux en Espagne et qui reviennent à plus du tiers de moins que les draps d’Elbeuf (...) L’Espagnol n’en a pas été la duppe ; il a reconnu ces draps à la tranche, parce que la coulleur ne peut jamais les pénétrer lorsqu’ils sont teints après le foulage (...) Aussi ces pièces sont-elles restées en Espagne pour le compte de ceux qui les y avoient envoyés. Ils y ont perdu 30, 40 et 50 pour cent. Ils sont assez punis : en-vain leur deffendroit-on de ne plus faire teindre les pièces après le foullage. Ils n'en seront jamais tentés. »

25 Certains désormais « teignent les pièces au retour du dégraissage, après avoir détaché les lizières. L'étoffe est encore tout-à-fait ouverte, le fil est encore veulle, nullement serré ou condensé. La teinture pénètre de part en part ; on rattache les lizières, on les foulle ensuite avec force savon et la pièce se trouve très bien teinte (...) et revient à beaucoup meilleur compte que si la laine eut été teinte en flocons. » (Arch. Nales F12 657). Le rapport de J. Holker se clôt sur un vigoureux plaidoyer en faveur de la déréglementation. Pour permettre aux fabricants de lutter victorieusement sur les marchés extérieurs, il conviendrait selon lui de rechercher tous les moyens possibles, « sans craindre de ne plus se conformer à l'ancien principe des règlements. » Il ajoute également : « Si on eut permis, de tous tems, comme on a toléré depuis quelques années, l’entrée de plusieurs espèces de laines, la fabrication de plusieurs espèces de draps, cette fabrique seroit infiniment plus étendue. »

26 On observera au passage qu’il n’émet aucun doute sur la fiabilité de ce contrôle et n’évoque pas non plus l’éventualité qu’une partie de ces étoffes puisse avoir été englobée sous d’autres dénominations : preuve que les contemporains considèrent bien ces enregistrements comme exacts.

27 Laquelle englobe donc également Le Havre et les autres ports de la Haute-Normandie.

28 A.D.S.-M. C 158, observations concernant le dernier semestre 1768.

29 Cf. notre communication au Colloque Van Loo, mars 2002, Université de Rouen : « Correspondants européens. Analyse du réseau épistolaire d’une entreprise textile normande au XVIIIe siècle » (à paraître).

30 Commerce, industrie et navigation à Rouen et au Havre, op. cit., p. 111.

31 A.D.S.-M.C 158.

Notes de fin

1 Mais P.Dardel cite le chiffre de 1 691 103 L., p. 200, soit une différence (au demeurant très mineure) de 2 580 L.

2 Bouracan : « étoffe non croisée qui est une espèce de camelot d’un grain beaucoup plus gros que l’ordinaire. On s’en sert pour faire des manteaux, des surtouts et autres semblables vêtements pour se garantir de la pluie » (Savary des Bruslons, Dictionnaire de commerce).

Table des illustrations

Titre Fig. no 2 : Exportations de draps de Rouen (en milliers de Livres)
Légende En 1782, les registres signalent 3,7 milliers de Livres à destination de l’Allemagne et de la Pologne, 1,7 vers l’Empired’Autriche et 21,1 à destination des Etats-Unis, soit un total de 26,5 milliers de Livres.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7237/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Fig. no 3 : Exportations de draps de Darnétal
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7237/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Fig. no 4 : Exportations de draps des Andelys
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7237/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Fig. no 5 : Exportations de draps et serges d’Aumale
Légende (Source : Objet général du commerce de la France, années 1754-1761, Bibl. Min. de Rouen, fonds Montbret ms 155 et Archives Nationales, F12 pour 1752).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7237/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Fig. no 6 : Importance comparée des exportations de différents centres drapiers(par toutes les directions de traite de France, en milliers de livres tournois)
Légende (Sources : Archives Nationales F12 241 à 251, F12 1665 et F12 1834-1835 ; Bibliothèque Municipale de Rouen, fonds Montbret, ms 155, liasse années 1753-1781 ; Dardel P., Navires et marchandises dans les ports de Rouen et du Havre au XVIIIème siècle, op.cit., p. 115 ; compléments apportés par A. Becchia : chiffres en italiques).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7237/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Titre Fig. no 7 : Valeurs des exportations recensées de draps d’Elbeuf et de Louviers(en milliers de Livres)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7237/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Fig. no 8 : Evolution comparée des exportations des draps d’Abbeville et de Sedan(en milliers de Livres)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7237/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Fig. no 9 : Destinations des expéditions effectuées par des centres non-normands (valeurs en milliers de Livres) Draps de Sedan
Légende (Source : Bibliothèque de Rouen, fonds Montbret, ms 155 ; Dardel P., Commerce et navigation..., op.cit., p. l 14 pour les années 1754-1755 et 1759-1761 ; A. Becchia pour les années 1756-1758 ; *à destination des Indes ; **Allemagne et Pologne ; ***Barbarie et Levant).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7237/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 332k
Titre Draps d’Abbeville (Van Robais)
Légende *à destination des Etats-Unis. **à destination de la Pologne et de l’Allemagne.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7237/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
Titre Fig. no 10 : Destinations des exportations de draps de Louviers(en milliers de Livres)
Légende * Dont 66,6 pour la Pologne et 5,4 pour la Prusse.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7237/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 340k
Titre Fig. no 11 : Destinations des exportations de draps d’Elbeuf(en milliers de Livres)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7237/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Titre Fig. no 11 (suite) : Destinations des exportations de draps d’Elbeuf(en milliers de Livres)
Légende (Sources : Objet général du commerce de la France, années 1754-1761, Bibliothèque Municipale de Rouen, fonds Montbret ms 155, carton no l ; Dardel P., Navires et marchandises dans les ports de Rouen et du Havre au XVIIIème siècle, op.cit, p. 112-114 pour les années 1754-1755 et 1759-1761 ; dépouillements A. Becchia pour les années 1752, 1756-1758, 1775-1780 et 1787).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7237/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Titre Fig. no 12 : Destination des exportations de draps d’Elbeuf par l’ensemble des directions de douanes (1758-1761)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7237/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Fig. no 13 : Exportations de draps d’Elbeuf enregistrées à Rouen de 1758 à 1768(destinations et nombre d’aunes ; chiffres établis par J. Holker à la demande de Trudaine en 1769. A.N. F12 657 Becchia A., La draperie d’Elbeuf, op. cit., p. 260-264)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7237/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 344k
Titre Fig. no 14 : Destinations des exportations de draps d’Elbeuf par la direction des douanes de Rouen (1758-1761)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7237/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7237/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 96k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search