Version classiqueVersion mobile

La draperie en Normandie du XIIIe siècle au XXe siècle

 | 
Alain Becchia

Époque médiévale

L’organisation des territoires du drap entre Rouen et Paris : dynamiques productives et commerciales (XIIIe-XVIe siècles)1

Mathieu Arnoux et Jacques Bottin

Texte intégral

  • 1 Cette contribution reprend pour l’essentiel un article publié dans la Revue d'Histoire Moderne et C (...)
  • 2 Sidney POLLARD (éd.), Region und Industrialisierung. Studien zur Rolle der Region in der Wirtschaft (...)
  • 3 Cf., notamment pour le Mittelost, Gustav AUBIN, Arno Kunze, Leinenerzeugung und Leinenabsatz im öst (...)

1Si les inégalités constatées dans la dynamique du développement à l’époque contemporaine ont engendré une réflexion forte sur la régionalisation des phénomènes d’industrialisation2, les recherches sur l'organisation spatiale de la production sont loin d’avoir acquis une position équivalente dans l’historiographie française, pour les périodes antérieures à la construction d’un espace économique national (fin XVIIe-XVIIIe siècles). Avant le renouvellement des approches qu’ont suscité les hypothèses de Franklin Mendels, ce sont les études consacrées aux industries dites « pauvres » (toiles, tissus mélangés) qui ont fait de l’analyse spatiale un élément déterminant pour la compréhension des dynamiques industrielles dans le secteur textile3. Mais en considérant les conditions locales et l’économie domestique, les travaux plus récents ont en général assigné à la dimension spatiale le rôle banal de cadre d’analyse, sans y voir un facteur de la dynamique industrielle, susceptible de se remodeler et de se hiérarchiser différemment dans le temps.

  • 4 Bon exemple avec Gérard Gayot, Les draps de Sedan : 1646-1870, Paris, Éd de l’EHESS-Terres ardennai (...)

2Moins associée à la notion de protoindustrie, l’histoire du drap, sauf lorsqu’elle passe par l’approche entrepreneuriale4, emprunte plus ou moins les voies traditionnelles de l’histoire du métier, de la monographie urbaine ou de la diffusion commerciale. Approches d’ailleurs rarement confrontées. Mais il est frappant d’observer que la réflexion a peu porté sur l’existence possible d’un système productif articulé sur un territoire organisé par une armature urbaine complexe et hiérarchisée. L’histoire de la draperie est donc très largement restée, du moins en France, une histoire de concurrence et de comparaison entre villes drapantes ou entre aires « nationales » en termes de diffusion des produits ou de structures de production.

3Les questions et les hypothèses que nous présentons ici concernent les processus de restructuration des implantations textiles dans un cadre chronologique et spatial large. Elles reposent sur l’exploration dans le long terme d’un espace productif : la Normandie et les marges nord-ouest du Bassin parisien, du XIIe au XVIIe siècle. Constatée empiriquement, la permanence des activités de production de drap de laine, en particulier dans la basse vallée de la Seine, ne signifie pas fixité de leur organisation économique. Elle conduit à s’interroger sur les dynamiques spatiales qui permettent leur intégration dans un contexte global en permanente recomposition. L’espace ainsi délimité frappe en particulier par sa non-coïncidence avec les découpages politiques, en raison de la persistance d’un espace normand bien caractérisé, ainsi que de son articulation sur une voie de communication majeure. La vallée de la Seine, ouverte à l’aval sur l’espace de la Manche, cœur de F économie-monde occidentale, et à l’amont sur Paris, alors la plus vaste ville d’Europe, et sans doute l’un de ses plus grands marchés de consommation et d’échange.

4Dans cette perspective, l’adoption sans critique d’une chronologie éprouvée dans le cadre de l’économie méditerranéenne conduirait à négliger l’importance et l’originalité du XIVe siècle et des décennies 1470-1540. Celle que nous avons retenue ne s’impose pas d’emblée. Elle recouvre en effet au moins trois phases assez fortement caractérisées dans la tradition historique, la longue croissance des XIIe-XIIIe siècles, l’épisode de crise et de transformation de la fin du Moyen Âge et l’ouverture des espaces propre aux débuts de l’époque moderne. Tacitement acceptée dans la plupart des recherches, cette périodisation interdit la prise en compte de dynamiques de très long terme, qui sont précisément spécifiques des phénomènes spatiaux. De plus, elle néglige l’ampleur et le caractère ambigu des moments de transition : en matière d’histoire économique, les ruptures ne sont pas instantanées et les périodes d’inflexion peuvent se prolonger.

Draperie des villes, draperie des bourgs

  • 5 Michel Mollat, « La draperie normande », dans Marco Spallanzani (éd.), Produzione, commercio e cons (...)
  • 6 Ferdinand Lot, Etudes critiques sur l'abbaye de Saint-Wandrille, Paris, (Bibliothèque de l'Ecole de (...)

5Le tableau d’ensemble qu’avait présenté Michel Mollat au colloque de Prato de 1970 n’a guère vieilli et garde l’essentiel de sa pertinence. Prudent dans sa lecture de sources disparates, l’historien du commerce normand n’avait pas adopté le schéma interprétatif, alors dominant, élaboré à propos des draperies flamandes et italiennes5. Trois décennies plus tard, malgré une plus grande abondance de sources, il n’est pas très facile de renouveler la perspective, faute d’une information quantitative sur l’ensemble de cette production. Il n’est pas inutile, pourtant, de suggérer quelques pistes de recherches qui peuvent aider à poser les problèmes. L’ancienneté et la large diffusion des activités drapières dans le duché de Normandie sont la première caractéristique notable du secteur. Présente dès la seconde moitié du XIe siècle, la draperie s’est développée dans la région au moment même où elle prenait son essor en Flandre. Chercher une influence de l’une des régions sur l’autre est d’autant moins utile que la draperie normande possède, dès le XIIe siècle, des caractères spécifiques qui l’opposent fortement à sa concurrente flamande. La coexistence d’une production rurale et d’une production urbaine est l’une des plus importantes : si les draperies urbaines de Caen, Saint-Lô, Rouen ou Bayeux sont très tôt attestées, il en va de même de nombreuses concentrations rurales connues par des mentions de moulins à foulons. Celui d’Annebecq, non loin d’Argentan, est cité dans un acte de 1087 : il s’agit de la première attestation de ce type d’installation au nord des Alpes6. Pour la plupart, les moulins restent actifs jusqu’à l’époque moderne, même quand ils sont à l’écart de toute agglomération urbaine. Ils ne sont pas pour autant un élément de distinction entre draperie de luxe et production commune : présents à Saint-Lô ou dans la banlieue de Rouen, ils appartiennent, dès le XIIe siècle, à l’équipement normal de tout centre drapier.

  • 7 François Neveux, Bayeux et Lisieux, villes épiscopales de Normandie à la fin du Moyen Âge, Caen, Ed (...)

6Pas plus que la distinction ville/campagne, la présence d’institutions municipales n’offre une clé de lecture pertinente : l’histoire urbaine normande ne connaît pas beaucoup de véritables communes et certaines villes épiscopales, où la vie politique est peu développée, figurent parmi les protagonistes de l’histoire de la draperie normande : Rouen, Bayeux, Lisieux, Évreux et Coutances, et même Louviers ou Saint-Lô, dépendances des évêques de Rouen et Coutances7. En outre, la draperie destinée à l’exportation n’est pas toujours élaborée en milieu urbain : Saint-James de Beuvron, Montivilliers, Bernay, Elbeuf ou Aumale, dont les draps se vendent bien au-delà des limites de la province, ne sont pas des villes, mais des bourgs, dont les fonctions économiques et le dynamisme s’intègrent dans un espace structuré par les institutions seigneuriales plutôt que dans un réseau urbain hiérarchisé. Cette relation incertaine au fait urbain a sur la documentation des conséquences importantes : les archives municipales sont tardives et peu importantes, et les métiers réglés, quand ils existent, n’ont pas laissé de séries comparables à celles qui ont été conservées en Flandre ou en Italie centrale. Il est inutile, en particulier, d’attendre des données statistiques sur la production : la municipalité de Rouen, seule, fournit quelques chiffres pour la fin du XVe siècle. La dynamique de la production et des échanges étant donc inaccessible, on ne perdra pas de vue que le tableau général qui suit procède d’une masse peu cohérente de données de détail.

7Une certaine abondance de textes réglementaires, en particulier pour la Haute-Normandie, pourrait laisser espérer une connaissance plus précise des procédés techniques. Les statuts de métiers ne donnent pourtant pas la même quantité d’informations que les règlements languedociens utilisés par Dominique Cardon : inutile, sauf exception, d’attendre de ces textes, souvent très généraux, la définition des procédés, des outils et des produits. On doit néanmoins tirer parti de leurs affirmations comme de leurs silences. Sur la question des laines tout d’abord. Nulle part leur origine n’est réglementée : la plupart des statuts se contentent d’affirmer la nécessité de tisser des pièces d’une même laine et de n’utiliser que des matières acquises sur le marché, donc susceptibles d’un contrôle par les gardes du métier. Il s’agit, on le sait, d’une question cruciale pour les draperies du nord de la France ou de l’Italie centrale, dépendantes des îles britanniques pour leur approvisionnement, ce que ne fut pas la Normandie, malgré les liens anciens et constants qu’elle entretint avec le royaume d’Angleterre. Aucune de ses draperies ne figurait, au XIIIe siècle, dans la ligue des villes clientes de l’Angleterre. N’en tirons pas pour autant la conclusion que la laine anglaise y était inconnue. Elle figurait, au début du XIVe siècle, parmi les produits taxés lors de leur passage en Seine, à destination de Paris et peut-être aussi des villes de Picardie. Il est évident que les campagnes normandes assuraient une part importante de l’approvisionnement des drapiers, tant en laines communes qu’en produits de bonne qualité. Quelques témoignages des XIVe et XVe siècles montrent cependant la capacité des drapiers normands à trouver largement au-delà des limites de leur province les matières nécessaires : à Saint-James de Beuvron, particulièrement bien connu pour la seconde moitié du XIVe siècle, les marchands faisaient venir des laines de Bretagne, du Berry, de Bourgogne, d’Aquitaine, voire d’Espagne.

  • 8 Ordonnances des rois de France de la troisième race (dorénavant ORF), t. 7, p. 216 (octobre 1388).
  • 9 ORF, t. 9, p. 170 (décembre 1406).

8La liberté laissée aux drapiers de choisir leurs laines explique une spécification assez floue de leurs produits. Alors que la documentation commerciale signale l’existence, et le succès à l’exportation, de certains produits prestigieux de Louviers, Montivilliers, Bernay, Saint-Lô ou Rouen, les textes réglementaires insistent au contraire sur la pluralité des productions de chaque draperie qui reposait sur la diversité des matières et des procédés employés. C’est ainsi que l’évêque de Coutances, après avoir rappelé l’interdiction de fouler au moulin les grands draps revêtus du sceau de Saint-Lô et constaté la difficulté d’interdire aux drapiers de la ville l’accès aux moulins à foulon des environs, décide d’en construire un dans la ville et d’en réglementer l’usage, laissant aux fabricants la liberté d’y travailler les draps « qui par raison doivent y être foulés »8. La distinction nécessaire entre la production scellée, définie par une stricte réglementation, et la production commune, que chacun peut fabriquer selon ses moyens et ses choix, est rappelée de manière significative dans un statut de la draperie d’Évreux, qui stipule que « l’en pourra bien faire draps sans visage, pour vendre ou pour son user, en mettant en euvre toutes laines ou filez »9.

  • 10 Acte édité en annexe de « Les Moines normands et la technique. Les raisons d’une indifférence (XIe-(...)
  • 11 Cartulaires de Saint-Ymer en Auge et de Bricquebec, éd. par Charles Bréard, Rouen (Société d'histoi (...)
  • 12 François de Beaurepaire, « Un bourg drapier au Moyen Age : Saint-James », Revue du département de l (...)
  • 13 Arch. Nat. JJ 61, fol. 112.

9La présence des tissus destinés à l’usage courant, non réglementés mais produits massivement, est sans doute un caractère commun des draperies normandes. Il permet de donner une signification à la multitude de moulins à foulon repérés le long des cours d’eau. Parmi tant d’autres exemples, voici le molendinum foleret de la Neuve-Lyre, concédé vers 1160 aux moines du lieu par le comte de Leicester, avec interdiction d’exiger des tisserands plus de deux deniers et demi par verge foulée10, et, au début du XIVe siècle, les deux moulins de Pont-l’Évêque, où les habitants vont fouler « draps et tiretaines »11. Dans les deux cas, aucune production spécifique n’est attestée, ce qui ne signifie pas que les tissus produits n’étaient pas commercialisés. Ces faits ne sont pas isolés, et il est tout à fait vraisemblable qu’une partie très importante des étoffes de laine normandes circulaient sans marque : de quoi expliquer la discrétion des productions de Saint-James de Beuvron, où une douzaine de moulins travaillant simultanément et 63 « clouyères », installées dans les fossés du château pour le parage des draps, assuraient au milieu du XIVe siècle une production annuelle d’environ 6 000 pièces12. Encore les sources font-elles apparaître quelques marchands de Saint-James, sur les foires de Bourgogne ou en Avignon. Il n’en va pas de même pour Breteuil, dont on ne connaît ni les produits ni les marchands, mais où, en 1310, ne fonctionnaient pourtant pas moins de cinq molendina fulatoria établis sur le cours de l’Iton13.

  • 14 ORF, t. 2, p. 399-400.
  • 15 ORF, t. 6, p. 462 (mars 1379), p. 660 (juin 1382).

10Aucune analyse de la draperie normande ne peut donc négliger de prendre en compte la variété des produits, ainsi que, dans de nombreux cas, leur complémentarité. Elle doit en outre se défier du caractère trop organisé des énumérations de produits que contiennent certains statuts : ce ne sont que des instantanés de situations instables, où reclassements et déplacements étaient la règle. Un exemple de réorganisation est donné, indirectement, par une ordonnance royale de 1350. Elle décide de l’égal accès à la production pour les tisserands d’œuvre pleine du métier de grande draperie de Rouen et pour leurs concurrents tisserands d’œuvre rayée, qui ont fait la démonstration, soutenue par la comparaison avec le cas de onze autres villes drapantes, de l’excellence de leur production et de leur haute compétence technique14. Quelques décennies plus tard, les tisserands rouennais devront prendre acte de la promotion des tisserands forains, en partie des réfugiés provenant d’autres centres de production, cantonnés d’abord dans un métier inférieur, mais pourvus par la suite de leur propre sceau, garant de la qualité de leurs produits15.

  • 16 Henri Dubois, « Drapiers normands aux foires de Bourgogne à la fin du Moyen Âge », in Mélanges d’ar (...)
  • 17 Données analysées par Marie-Claude BRAN : « Les draperies rurales de Basse-Normandie à la fin du Mo (...)
  • 18 Léopold Delisle, Actes normands de la Chambre des Comptes sous le règne de Philippe de Valois (1328 (...)

11Même à Rouen, pourtant l’une des plus grandes cités européennes, cette modification constante des équilibres s’inscrit dans une dynamique des espaces de production qui déborde des murailles : Longpaon, Carville ou Darnétal, tout près de la ville, Louviers, Elbeuf et Les Andelys plus loin, composent un ensemble fortement articulé, où les marchands de Rouen semblent jouer un rôle majeur dans l’organisation de la production et de la commercialisation. À l’autre extrémité de la province, on pressent que les draperies de Saint-Lô et de Saint-James forment, dans une zone moins densément peuplée, un regroupement analogue : on rencontre aux foires de Bourgogne des marchands qui se réclament de l’une puis de l’autre16. Leurs produits sont complémentaires – grands draps teints, foulés au pied à Saint-Lô, et draps communs, travaillés au moulin à Saint-James – de même que leurs approvisionnements en matière première : laine seule sur les foires de Saint-James, laine, mais aussi fort trafic de teinture sur celle de Saint-Lô17. D’autres bourgs drapiers de moindre importance sont sans doute en relation avec les deux centres, comme Pontorson, Vire, Tessy ou Thorigny-sur-Vire. Fort actif, ce dernier, qui expose ses produits à la foire de Guibray et au Lendit, s’est spécialisé entre autres dans la production de draps de bourre, qui pourraient bien être un sous-produit du parage des grands draps de Saint-Lô18.

Les années 1400-1450 : crise ou réorganisation ?

  • 19 Guy Bois, Crise du féodalisme, Paris, Presses de la Fondation nationale des Sciences politiques, 19 (...)
  • 20 Denise Angers, « Le redressement difficile d'une capitale régionale après la guerre de Cent ans : C (...)

12Cette organisation complexe des espaces et des produits parvient à son apogée dans les années 1380-1420, où l’on trouve sur les marchés français et étrangers de nombreuses variétés de draps normands, fort appréciés dans un contexte de concurrence commerciale particulièrement âpre. La crise qui frappe l’ensemble du duché, de 1415 à 1450 au moins, et la période de reconstruction qui suit, marquent une rupture dans l'histoire des draperies normandes. Il ne fait guère de doute que cette succession d’événements doit être interprétée en termes de mutation structurelle de l’économie et de la société19 Elle n’est pas sans effet sur l’organisation industrielle. L’ampleur et la précocité du travail de reconstruction sont le premier élément à noter : à partir des années 1450, en Haute comme en Basse-Normandie, les moulins à foulon sont remis en activité. La reconstitution des ressources industrielles est d’autant plus spectaculaire que la même période voit s’établir un fort déséquilibre à l’intérieur du réseau urbain, qui consacre la prééminence de la région rouennaise sur les villes de Basse-Normandie : Caen, Saint-Lô et Bayeux ne retrouvent, au XVIe siècle, ni la population, ni le rang qui étaient les leurs aux XIIIe et XIVe siècles20. Dès les années 1480-1500, le marché de la draperie enregistre ce double mouvement, signe du dynamisme de la production normande et de sa restructuration. Alors même que la continuité des activités est enregistrée pour l’ensemble de l’espace normand, les dénominations spécifiques de la Basse-Normandie ont disparu des marchés interrégionaux ou internationaux, où dominent désormais les productions et les marques de Haute-Normandie.

13Le cas de Montivilliers illustre bien cette évolution et la nature des liens que la production drapière entretient avec le grand commerce dès le XIVe siècle. Les origines de sa draperie sont mal connues. Le statut de 1322 qui réglemente son organisation à Montivilliers, Harfleur et dans les villages de la vicomté, ne constitue pas un point d’origine mais un moment de son développement. Associé à une très ancienne communauté de moniales bénédictines, le bourg de Montivilliers constitue sûrement, depuis le XIe siècle, l’un des pôles économiques du pays de Caux : doté d’un marché et d’un tonlieu, il n’est pas seulement l’un de ces bourgs ruraux si nombreux dans les campagnes du duché. Situé à proximité immédiate de la côte et du port d’Harfleur, il ouvre aussi sur l’une des principales routes commerciales européennes où circulent le produit des salines côtières et les blés récoltés sur le plateau. Densément peuplée, la vicomté de Montivilliers a sans doute développé très tôt une importante production textile, qui apparaît dans le premier tiers du XIVe siècle sur les marchés internationaux.

14L’organisation que décrit le règlement de 1322 présente des caractères très originaux, en particulier l’absence d’une infrastructure urbaine : faute d’institutions municipales compétentes, c’est au magistrat royal, le vicomte, qu’a été confiée la promulgation des articles, approuvés par plus de deux cents maîtres et ouvriers. Leur contenu témoigne des mutations d’une activité en plein essor. L’importance des artisans de la campagne se manifeste dans la liste des jurés, qui comprend quinze représentants « des villages de la vicomté » face à dix bourgeois de Montivilliers et neuf d’Harfleur. Bien que le groupe de vingt-quatre experts chargé de rédiger le texte comprenne, à égalité, des représentants des tisserands (les « teliers »), des drapiers et des foulons, le préambule et les articles traduisent la suprématie des drapiers (entendons les marchands-drapiers) qui imposent l’usage de laines homologuées par leur exposition au marché et l’adoption de standards précis pour chaque catégorie de produits. Ourdissage à 1 500 fils pour les « rousses, blous, beguins, cordeliers », 1 600 pour « touz autres mellés et brunes de guede » et 1 800 pour « touz draps de guede sanz melleure, et tous draps qui se font teindre en drap, comme neires, brunete et autres draps ». Ce sont sans doute ces derniers qu’on exporte sous le nom de « montivilliers ». Les drapiers obtiennent par ailleurs le droit de faire tisser dans leurs ateliers et d’y accueillir des apprentis tisserands, ainsi que la possibilité de se faire dédommager en cas de malfaçon de la part d’un foulon. Même, la mention d’un conflit encore non résolu parmi les tisserands sur les horaires de travail des « valets teliers », signale que les exigences des marchands-drapiers, largement entérinées par le règlement, se heurtent, ici comme en tant d’autres villes drapantes, aux résistances du groupe des tisserands.

  • 21 ORF, t. 2, 157, t. 3, 166, t. 5,239.
  • 22 Delisle, Actes normands de la Chambre des Comptes..., Rouen, Société de l’Histoire de Normandie, 18 (...)
  • 23 ORF, t. 6, 196.
  • 24 ORF, t. 6, 455, 472, t. 7, 756.
  • 25 Archives départementales de Seine-Maritime (ADSM), 54H 59 (document communiqué par Isabelle Theille (...)
  • 26 ORF, t. 13, p. 55-58 et 68-73.
  • 27 On en a un témoignage dans l’ordonnance du 23 mai 1460 restaurant une marque spécifique pour les dr (...)

15L’extraordinaire succès des draps de Montivilliers, présents à partir des années 1340 sur tous les marchés d’exportation, de la Baltique à la Méditerranée, s’accompagne localement de phénomènes de reclassement et de réorganisation. Il ne fait guère de doute que le port d’Harfleur soit un point d’articulation de l’ensemble. Une colonie de marchands portugais y est installée dès avant 1309, date de ses premiers privilèges ; la même protection est accordée peu après aux marchands castillans ainsi, qu’en 1369, à un groupe de négociants de Plaisance21. Un fragment de rôle d’impôt de 1338 confirme le rôle prépondérant des marchands portugais et castillans dans l’exportation des draps locaux22. Les textes réglementaires enregistrent, probablement avec un certain retard, l’évolution de la production locale et de son accès au commerce international. Voici par exemple, en 1376, la concession aux bourgeois d’Harfleur d'un métier de draperie et d’une marque protégée pour les trois qualités locales : graine (écarlate), demi-graine et drap commun. La demande est motivée par le changement de vocation du port d’Harfleur, moins dépendant qu’autrefois des marchandises « d’avoir de poids », par l’évolution de sa population, qui comprend désormais de nombreux tisserands venus des villages alentour, et par le désir d’affirmer une production autonome face à celle, plus prestigieuse, de Montivilliers23. Ce dernier centre est, lui aussi, en pleine évolution : en décembre 1379, une ordonnance royale sanctionne ses pratiques commerciales douteuses en lui interdisant de contrefaire les draps de Bruxelles. Quelques mois plus tard, en avril 1380, les drapiers de Montivilliers se dotent d’un sceau, d’une lisière et de règles nouvelles : le compte d’ourdissage est porté à 2 200 fils. En mars 1385, on modifie à nouveau le poids des fils de chaîne et de trame des produits scellés — draps de guède, mêlés et blancs24. Ces textes marquent une évolution dans l’organisation spatiale du travail : ils restreignent désormais aux trois paroisses de la ville de Montivilliers faire de production des draps scellés. Comme dans bien d’autres cas, leur succès provoque l’afflux dans le pays de Caux de marchands, intéressés par l’intense commerce de matières premières textiles, établi en particulier à Harfleur, et par les draps locaux. Avant 1366, l’administration royale est obligée d’intervenir sur le fonctionnement du marché en instituant des charges de courtiers en draps aux marchés et foires de Montivilliers ; une ordonnance de juin 1389, réglementant l’exercice de leur fonction, témoigne de la nécessité de l’institution et, indirectement, de l’importance du commerce local25. Montivilliers, qui avait sans doute été l’un des plus grands centres de production dans les premières décennies du XVe siècle, ne parvint pas à surmonter la crise qui suivit. En 1424, deux ordonnances relatives à la draperie rouennaise indiquent que cette suprématie était menacée : après un jugement leur interdisant de contrefaire la lisière de Montivilliers, les tisserands rouennais adoptèrent une lisière nouvelle et se réunirent en un métier unique26. Mais passé 1450, Montivilliers ne profita pas de la reconstruction, malgré le maintien d’une production massive et prestigieuse27. Comme bien d’autres centres drapiers normands, elle perdit son autonomie au profit de Rouen. Le mécanisme de cette décadence est sans doute complexe ; il est probable que la déchéance d’Harfleur, précipitée au début du siècle suivant par la création du Havre, contribua fortement à couper les drapiers du pays de Caux du commerce international. L’activité lainière qui survécut par la suite autour de Gruchet-Le Valasse ne posséda aucun des caractères de la grande draperie antérieure.

Villes drapantes et commerce en foires

16L’effacement des marchés lointains de marques de fabrique comme les « montivilliers » coïncide avec un appauvrissement apparent de la gamme commercialisée. Il est l’un des symptômes des mutations de la production drapière entre Manche et Champagne, du milieu du XVe au milieu du XVIe siècle. D’autres indices le démontrent : la montée en puissance de la teinturerie parisienne, illustrée par des réussites individuelles ou familiales exceptionnelles, sanctionne la mise en place d’une nouvelle hiérarchie de la production et de la commercialisation dans la Capitale. Des facteurs exogènes, l’arrivée massive des draperies anglaises, ne pouvaient qu’accroître l’ampleur de ce réaménagement.

17Témoignages forts, mais indirects, des mutations en cours, ces éléments n’éclairent qu’en partie l’activité de production du drap et la conjoncture commerciale à laquelle elle devait faire face. On suppose, peut-être à tort, des rythmes d’évolution différenciés, suivant les lieux et la destination commerciale des produits. Mais comment élargir le propos à l’ensemble régional ? On s’attendrait avec les débuts de l’époque moderne à disposer d’un bagage documentaire plus fourni, qui permette de dresser un tableau d’ensemble de la production drapière dans l’espace normand et parisien. Il n’en est rien. Beaucoup moins dense qu’aux Pays-Bas, le corpus des textes réglementaires ou normatifs, qui plus est avare de prescriptions relatives à la production, est assez imprécis sur la localisation de l’activité. Les rares textes produits au début des années 1570 ont néanmoins l’avantage de restituer le contexte de réorganisation de la draperie et de fournir un contrepoint à des données commerciales plus partielles, mais plus éclairantes sur la dynamique des processus en cours.

  • 28 ADSM, Cour des Aides, Mémoriaux, 3BP 8, f° 200 et suivants.

18L’édit qui impose la « taxation sur les draps, serges et estamets », en mars 157128, ne semble pas souffrir de l’inertie souvent reprochée à juste titre à ce type de documentation. Il prend bien en compte la pénétration récente des « redins et carisés » anglais, taxés au même niveau que les serges d’Amiens. Très imprécis dans le détail, ce texte dresse pourtant un panorama utile de la production du royaume : il identifie les principaux centres drapiers de l’espace normand et propose tout à la fois une gamme des produits et une échelle d’appréciation des qualités. L’évocation, en dehors de la vicomté de Rouen, de Vire, Tessy, Falaise, Argentan et Alençon, à propos des draps de qualité moyenne-supérieure, de Caen et de Lisieux, pour la production de serges et de ferlins, d’Aumale, pour de la doublure de médiocre qualité, ne suffit certainement pas à dessiner l’ensemble de la géographie drapière normande. Elle témoigne pourtant de deux caractères, déjà observés, des implantations drapières en Normandie. D'abord la stabilité, impressionnante, de plusieurs sites de production dans la très longue durée : la vallée de la Vire, le pays de Bray, un certain nombre de bourgs ou de petites villes de Basse-Normandie (Lisieux, Falaise). Ensuite, la capacité de certaines de ces zones drapières à se tourner vers des produits nouveaux, souvent moins prestigieux qui, de ce fait, disparaissent de la documentation commerciale.

  • 29 Ibid., f° 196-199.
  • 30 On passe pour les draps fins de 2 200/2 400 fils de chaîne à 1 800-2 000 pour une largeur équivalen (...)
  • 31 ADSM, Cour des Aides, 3BP 32, 7 juin 1639. Dieppe, sans doute oubliée dans les textes plus anciens, (...)

19Géographie et typologie des productions se précisent dans l’édit sur les draps de juin 157229. Destiné à définir un nouveau corpus normatif, le texte n’évite pas le topos de la baisse de qualité par rapport au passé. Il a pourtant valeur documentaire quand il décrit la situation contemporaine : baisse du nombre de fils de chaînes de 40 % et rétrécissement en largeur, allongement des pièces de 25 à 30 aunes à Rouen, Beauvais ou Lormaye, développement de la draperie teinte en laine dans la vicomté de Rouen, à Ry, aux environs d’Elbeuf et en bordure du pays de Bray. Quelle que soit leur application réelle, les normes nouvellement définies – qui institutionnalisent l’allègement des fabrications30 -, font système en définissant trois grandes catégories de draperie, « fine, moyenne, teinte en laine », en distinguant les produits plus légers, « serges et estamets », et en soumettant l’ensemble au contrôle du sceau. Il ne faut sans doute pas trop solliciter une réglementation de 1639 relative aux teintures : assez succincte, elle suggère une stabilité spatiale des implantations productives et confirme les évolutions techniques antérieures, qui font la part belle aux draperies légères31. S’ils dessinent un espace régional marqué par la production de draperies différenciées, ces textes ne disent rien ou presque de la circulation des produits. Ce n’était pas leur objet. Mais les images statiques qu’ils nous livrent, ne peuvent produire une vision compréhensive de l’activité productive qu’une fois confrontées à la dynamique des échanges.

  • 32 Les métiers et corporations de la ville de Paris. T. III : XIVe-XVIIIe siècle ; tissus, étoffes, vê (...)

20L’analyse que propose Roger Gourmelon de la géographie du négoce drapier de Paris reste l’une des parties les plus solides et les plus fécondes de son travail. En reconstruisant l’économie de la circulation des produits à partir des sources disponibles, il met en lumière l’importance croissante des draperies normandes présentes sur le marché parisien et dans le secteur du parage et de la teinturerie. Minoritaires au XIIIe et au début du XIVe siècle face aux productions flamandes ou brabançonnes, elles se diffusent vers Paris tout au long du XVe : en 1475, des marchands-drapiers de la Capitale obtiennent des lettres de rémission pour avoir vendu des draps de Normandie et du Berry, sans leur avoir fait subir aucune transformation32. Autour de 1500, les listes des exposants à la foire du Lendit attestent leur domination.

  • 33 Roger Gourmelon, « L’industrie et le commerce des draps à Paris du XIIIe au XVIe siècle », thèse de (...)

21Leurs inventaires après décès confirment cette situation et mettent en évidence l’articulation entre les foires du Lendit (juin) et celles de Guibray (seconde quinzaine d’août). L’usage pris par certains marchands-drapiers de clore leur exercice comptable avec la fin de la Guibray, et l’importance des ventes qui y sont passées, fournissent autant de preuves indiscutables du caractère systématique de l’ensemble et de l’orientation vers l’ouest du royaume des réseaux drapiers parisiens. Marchands et drapiers de Haute et de Basse-Normandie peuvent écouler leurs produits à la foire du Lendit comme à Falaise, et les Parisiens s’y approvisionner en tissus écrus, confiés aux pareurs et aux teinturiers. Au sommet de la hiérarchie des produits, le drap de sceau de Rouen, est destiné, après teinture, à être revendu comme « teint de Paris », avec une forte plus-value33. Ce système complexe mais cohérent associe donc, dès la première moitié du XVIe siècle, un réseau de collecte et de vente en foire à un ensemble de productions variées, vendues au détail immédiatement ou vouées à être transformées avant commercialisation.

  • 34 On en trouvera une illustration spectaculaire dans la carte dressée par Federigo Melis sur « La lan (...)
  • 35 Arch. nat. KK 350 (registre de comptes d’Yvon Huart, receveur des aides à Bayeux), passim ; l’absen (...)

22Du XIVe au milieu du XVIe siècle, foires et marchés jouèrent dans l’organisation de la draperie normande un rôle d’autant plus important que l’intégration urbaine de l’activité était faible. C’est alors la vente en foire qui permettait aux draps normands de gagner les réseaux interrégionaux et internationaux. L’absence d’une documentation sérielle sur le sujet contraint à disposer les quelques informations utilisables en forme d’hypothèse. Exercice d’autant plus périlleux que l’essentiel de notre information sur le commerce international à la fin du Moyen Âge est lié aux courants de la laine anglaise, et ignore largement l’espace de la France atlantique34. La présence du drap normand en Méditerranée, attestée par des sources nombreuses et variées, s’explique largement par sa vente en foire. Les comptabilités bourguignonnes de la fin du XIVe siècle signalent qu’à Châlon ou à Sombernon, de nombreux marchands normands échangeaient des draps contre de la laine. Durant toute la période, la foire du Lendit remplit la même fonction. Des données disponibles pour la Basse-Normandie montrent l’importance du commerce de la laine, des teintures et des draps sur les foires de Saint-James, Saint-Lô et Caen35, dans les années 1370-1375. Faute de sources d’entreprises, il est impossible de reconstituer le réseau des échanges et des places avant son achèvement dans les années 1480-1500. Les étapes de sa construction nous échappent : innovation postérieure à la Guerre de cent ans ou héritage du siècle précédent ? Aucune source, pour le moment, ne nous permet d’affirmer, ni d’exclure l’existence, avant 1450, d’un système de compensation des obligations d’une foire sur l’autre. L’importance de ces dernières durant toute la période ne fait pourtant aucun doute, de même que celle de la place parisienne pour la commercialisation des productions normandes.

  • 36 Jean-Marie Vallez, « Recherches sur l’histoire sociale et économique de Falaise du XIe siècle à la (...)

23La foire de Guibray reste la plus mal connue des grandes foires, avant le XVIIIe siècle : aucun registre n’en subsiste, et nous n’avons sur elle que des informations indirectes. Dès l’époque ducale, elle est l’une des plus importantes de l’espace normand ; la pelleterie, les toiles et les draps de laine composent l’essentiel de son activité. Peut-être son aire d’influence s’est-elle accrue au cours du XIVe siècle. Vers 1300, ce sont les productions bas-normandes, Saint-Lô et Thorigny, qui y tiennent la première place : la draperie de Falaise semble en plein développement dans les années 1360 ; en 1414, un terrier du domaine royal fait état de l’existence de « vieilles halles » réservées aux drapiers de Rouen, Bernay et Montivilliers36

24On est mieux informé sur le Lendit et sur la place qu’y occupaient les drapiers normands : très bien représentés, d’après le « Dit du Lendit », dans la liste des places drapières qui exposaient leurs produits au début du XIVe siècle, ils y avaient acquis à la fin du XVe, une véritable prépondérance, au détriment des drapiers de Flandre, du Hainaut et aussi de Picardie. Cette évolution peut traduire une perte d’influence régionale de la foire, ou exprimer un nouveau rapport de force dans le commerce des tissus de laine. Notre incapacité à mesurer les échanges nous interdit de trancher ce point. Il est possible, par contre, de montrer les signes d’une intégration croissante de la foire aux réseaux de production normands. Il ne fait guère de doute que le Lendit, l’un des points de rencontre privilégiés du commerce de l'Europe occidentale, était aussi l’un des lieux essentiels pour la commercialisation des draps normands. En 1395, faute de les trouver en nombre suffisant au Lendit, les acheteurs italiens furent contraints d’aller se fournir en drap à Montivilliers, auprès des fabricants. Le rôle prépondérant de la foire de Saint-Denis pour les drapiers normands tient aussi à sa place dans le commerce de la laine. Les réseaux commerciaux actifs à Saint-Denis nous restent cependant mal connus, faute surtout de sources notariales même s’il existe des indices indirects d’une extension progressive de la zone d’influence du Lendit.

  • 37 Dominique Cardon, La draperie au Moyen Âge, op. cit.,passim.

25Parmi les diverses institutions du marché, la mesure des draps était l’une des plus importantes. Opération complexe, elle portait à la fois sur la largeur, la longueur et le poids de l’étoffe, mais aussi sur la texture, par le compte des fils de chaîne et le poids des fils de trame. L’aunage des draps est sans doute l’un des points essentiels du contrôle et de la garantie de la marque37. Les gardes et visiteurs institués par chaque métier avaient pour fonction principale de vérifier la conformité aux critères adoptés pour un produit scellé. Dans le cas normand, la rigueur de l’aunage était essentielle : puisqu’il n’existait aucune prescription sur l’origine des matières premières, l'uniformité de la production s’appuyait seulement sur le respect des quantités et des proportions prescrites. Les quelques textes qui évoquent, dans la seconde moitié du XIVe siècle, une modification des systèmes de mesure des centres drapiers importants, en ont d’autant plus de valeur.

  • 38 Cf. dans ce même volume, l’article et le document publié à ce sujet par Isabelle Theiller.

26Le premier témoignage concerne Montivilliers, où les religieuses accusèrent en 1368 le vicomte d’avoir changé l’aune des draps, au mépris de leur juridiction. Tout en reconnaissant la légitimité de leur requête, la sentence de l’Échiquier signale qu’une ordonnance royale avait été prise en ce sens à la demande des marchands du lieu38. Nous ignorons quel système de mesure fut alors proposé aux drapiers du pays de Caux. Il n’est pas interdit de rapprocher de ce procès l’adoption du poids de Rouen et Paris par les marchands d’Harfleur en 1386, même si elle ne concerne sans doute pas seulement le drap. Elle témoigne en tout état de cause de l’entrée du port et de son aire de rayonnement dans l’espace dominé par les marchands de la Seine. Une lettre royale de 1368, qui autorise les marchands de Lisieux à abandonner leurs mesures et à utiliser l’aune de Paris ou de Rouen pour leurs toiles et draps, a sûrement la même signification. Elle suggère que le système de référence local était devenu un obstacle à la circulation des produits et que l’adoption de l’usage parisien était indispensable aux producteurs locaux. La même histoire nous est racontée de manière beaucoup plus explicite par une ordonnance de juin 1409 confirmant l’adoption par les drapiers de Louviers de l’aune de Paris. L’acte répondait aux contestations incessantes soulevées à la foire du Lendit par le système de mesure traditionnel de Louviers. En décidant d’arrêter leurs draps à une longueur de dix-neuf aunes et demie, mesure de Paris, ils mettaient fin à une situation ambiguë. La procédure suivie pour la promulgation de la mesure apporte aussi des informations précieuses : l’ordonnance édictée par le bailli de Louviers, enregistrée au Châtelet en juin 1409, fut aussitôt affichée à la loge des marchands de Louviers au Lendit, puis à la halle de Louviers à Paris, où sa publication suscita aussitôt l’opposition des drapiers parisiens. Ces précisions juridiques donnent tout son sens à la décision qui faisait entrer un centre drapier de première importance dans l’espace réglementé par les négociants parisiens. Elle peut témoigner aussi bien d’une concurrence renforcée sur le marché du Lendit que d’une extension de la zone d’influence de la Capitale : la réaction des drapiers parisiens s’explique alors aisément. Paris et la foire du Lendit étaient le cœur d’un espace institutionnel où l’unification des systèmes de mesure devait permettre la convergence des filières de production.

  • 39 ORF. t. 14. p. 472.
  • 40 Les draps de Rouen sont les seuls à être mentionnés dans l’ordonnance de taxation générale des prix (...)

27L’évolution des textes réglementaires enregistrés par la chancellerie royale dans la seconde moitié du XVe siècle éclaire les changements intervenus dans la structure de l’espace économique parisien et normand. Très abondants jusqu’aux années 1420, les règlements de métiers se raréfient par la suite. Pour la plupart, ils concernent désormais Paris infra muros ou Tours, et résultent d’interventions royales ponctuelles. Ils dessinent plus, au total, une politique économique qu’un tableau régional des forces productives. Le désintérêt du pouvoir central pour la réglementation de la production, en particulier dans le Bassin Parisien, traduit une réalité présente dans certains documents ; l’espace parisien et normand n’était plus structuré et délimité par la réglementation. Sa cohésion était assurée par les flux commerciaux. Un témoignage précoce en est donné par une lettre royale qui interdit la contrefaçon des draps de Rouen39, les seuls désormais à recevoir la protection royale40. Sollicitée par les drapiers rouennais, l’ordonnance fut confiée pour application au bailli de Rouen et aux baillis, sénéchaux ou magistrats de Berry, Touraine, Anjou, Maine, Poitou et Saintonge. Les officiers de Basse-Normandie, de Haute-Normandie, de Picardie et de la région parisienne n’étaient pas concernés, comme si cet espace proche était, dès lors, parfaitement contrôlé, sans qu’il soit nécessaire de recourir à la justice du roi. Un changement que le nouveau bagage documentaire disponible à la fin du XVe siècle, confirme pleinement.

Le contrôle négociant du drap : Rouen ou Paris ?

28Le gonflement des sources commerciales, dans la première moitié du XVIe siècle, ouvre la voie à une réflexion plus approfondie sur la circulation des produits et sur l’organisation d’un espace drapier qui ne fut jamais figé. Utilisant exclusivement des sources parisiennes, Roger Gourmelon adopte un angle de vue serré sur la draperie de la capitale, mais ne propose que des éclairages diffus ou ponctuels sur l’espace drapier situé à l’ouest de Paris. Il ne s’agit pas ici de remettre en question la validité d’un schéma interprétatif dont de nombreux éléments sont encore parfaitement vérifiables, vus de l’extérieur, vers 1550-1560. Ces apports soulignent pourtant eux-mêmes les difficultés d’une approche trop localisée ou trop « spécialisée » de la question : en premier lieu l’impossibilité de séparer commercialisation et production. La fabrication du « teint de Paris » en est la meilleure illustration : il aide à comprendre que l’histoire de la draperie ne se superposait que très imparfaitement à celle du drap. Qu’il soit commercial ou industriel, l’espace du drap débordait de beaucoup l’atelier du drapier et même faire commerciale du marchand. Adopter le point de vue de l’échange, amène donc à dessiner des géographies et à souligner des lignes de force différentes de celles que l’on observe chez les acteurs spécialisés qui assuraient pourtant le plus gros, sinon la partie la plus coûteuse, de la production. Le caractère privilégié de l’observatoire rouennais est évident. La place jouant les premiers rôles sur la scène commerciale européenne, au XVIe siècle, offre un regard plus large sur ses relations avec la capitale qui permet de comprendre le resserrement des liens constaté par l’historien du drap parisien.

  • 41 Cf. Émile Coornaert, Les Français et le commerce international à Anvers. Fin du XVe-XVIe siècle, Pa (...)
  • 42 Par exemple près de 1 300 balles pour Jean Le Tonnellier entre juillet 1510 et novembre 1511, Jacqu (...)
  • 43 Jonathan I. Israel, Dutch Primacy in World Trade, 1585-1740, Oxford, Clarendon Press, 1990, p. 41-4 (...)

29L’intérêt de ces observations extérieures menées de différents points se concrétise dès lors qu’on s’intéresse à l’approvisionnement parisien en matières premières. Malgré l’importance des importations de pastel médiatisées par Anvers41, les données recueillies de manière plus systématique par Jacques Bernard sur le trafic bordelais donnent toute sa place à l’étape rouennaise. Les entrées de pastel en quantités industrielles, pour le compte des teinturiers parisiens s’y affirment après 151042. Relais possible pour les échanges engendrés par les besoins de la draperie parisienne ou pour ses débouchés, Rouen en devient l’étape obligée, après 1570, situation engendrée par l’état de guerre presque permanent qui affectait les Pays-Bas méridionaux. Le transfert partiel des fonctions anversoises d’entrepôt européen au port normand ne pouvait que renforcer le poids de l’articulation Rouen-Paris, dans la circulation des matières premières – produits tinctoriaux et laines en premier lieu43.

  • 44 Robert Descimon, « Gobelin et Canaye, entrepreneurs de teinturerie en draps à Saint-Marcel (mi XVe (...)
  • 45 1 500 balles en magasin chez les frères Arnolfini le 27 octobre 1572, ADSM, Juridiction consulaire, (...)
  • 46 Expédition de Rouen à Paris entre le 2 avril et le 20 juin 1560, de 1 050 balles par le Blésois Alo (...)
  • 47 Sur ce point, Pierre Jeannin et Jacques Bottin, « La place de Rouen et les réseaux d'affaires lucqu (...)
  • 48 Par l’intermédiaire de Michele Amolfmi, Jean Gobelin se procura sur la place rouennaise entre févri (...)
  • 49 Gilles Caster, Le commerce du pastel..., p. 170 indique que, dès les années 1530-1540, l’arrière-pa (...)
  • 50 Par exemple l’achat réalisé par Paul Lamberti et le Parisien Pierre Croquet de près de 3 000 quinta (...)
  • 51 Sur la redistribution, entre autres vers Paris, de ces produits, Jacques Bottin, « La redistributio (...)

30Opérations de poids qui mettaient en jeu des capitaux considérables, les importations de produits de teinture sont les plus faciles à cerner. Que les transactions repérables dans le tabellionage et les congés accordés par l’échevinat rouennais, bien plus nombreux à partir de 1560, fassent ressortir la stature exceptionnelle des grands entrepreneurs parisiens n’a pas de quoi surprendre. Les figures des Gobelin, Canaye ou Lepeultre sont déjà connues44. C’est la compréhension des fonctionnements commerciaux entre Rouen et Paris qui nous intéresse ici. L’impossibilité d’une évaluation globale n’est de ce point de vue qu’un demi-mal. L’importance des stocks de pastel entreposés à Rouen45, et destinés à la Capitale46, confirme les tendances observées au début du siècle : les Boursier ou les Gobelin utilisaient déjà le relais rouennais pour leurs approvisionnements avant 1520, ils y avaient toujours des agents dans les années 1580-1600. Que des Lucquois47 installés sur la place rouennaise se soient posés durablement en intermédiaires obligés entre les pasteliers du Lauragais et de l’Albigeois, et les firmes parisiennes48, fournit un autre indice du rôle stratégique de l’étape rouennaise y compris pour la redistribution du pastel plus loin dans l’intérieur49. À un niveau supérieur, des processus identiques étaient à l’œuvre dans l’importation des aluns50. Et en dépit du quasi-monopole de redistribution dont Rouen disposait, ils témoignent de la position-clé de la place normande dans l’approvisionnement parisien en produits tinctoriaux. Elle se renforça, dès la deuxième moitié du XVIe siècle, avec l’utilisation des teintures d’origine coloniale, comme la cochenille ou le bois de brésil51 et dans les premières années du XVIIe siècle, alors que l’influence de la colonie néerlandaise (importatrice des garances de l’Europe du nord-ouest) était à son apogée.

  • 52 Des données parisiennes bien antérieures (1458) font cependant état d’opérations d’ampleur comparab (...)

31L’articulation Rouen-Paris ne pouvait pas occuper une position comparable dans la circulation des laines. Largement disponible, la matière entrait dans des processus productifs, fidage et tissage, beaucoup moins concentrés que les opérations de teinture, même s’ils étaient à dominante urbaine pour les produits de haute qualité. En cours de transformation et de réorganisation aux XVe-XVIe siècles, l’activité est complexe à saisir. Pour R. Gourmelon, le tissage parisien est alors en nette régression, affirmation à réexaminer dans un cadre géographique élargi. Si l’hypothèse d’une exurbanisation et d’une déconcentration du tissage se vérifiait, elle ne faciliterait pas notre saisie de la circulation des laines, de toute façon moins dépendante de l’articulation rouennaise que celle des produits tinctoriaux. Du moins tant que le recours aux laines étrangères, notamment espagnoles, resta limité. Question qui n’est vraiment tranchée pour la fin du Moyen Âge, ni pour Paris52 ni dans la totalité de l’espace productif que nous envisageons ici.

  • 53 Michel Mollat, Le commerce maritime normand à la fin du Moyen Age. Paris, Plon, 1949, p. 161-162 et (...)
  • 54 Henri Lapeyre, « Les exportations de laine de Castille sous le règne de Philippe II », in La lana c (...)
  • 55 Entre janvier et août 1580, un « pool » de 11 marchands rouennais, en majorité d’origine espagnole, (...)
  • 56 Par exemple, vente par un marchand de Londres de 3 000 lb de laine anglaise à un drapier de Dieppe, (...)
  • 57 Jacques Muysson, facteur de François Passait et Michel Sarrus, pour des importations de laines de C (...)

32Bien que Michel Mollat ait repéré la présence précoce des laines espagnoles53, Henri Lapeyre54 avait plutôt insisté sur le caractère tardif de leur pénétration massive à Rouen, consécutive aux troubles des Pays-Bas, suggérant que, jusque-là, leur acheminement vers Rouen et Paris était couramment médiatisé par les Pays-Bas. Cette situation s’inversa par la suite, dans un contexte global de réorientation des courants commerciaux. L’impression d’un changement d’échelle – on voit alors couramment des arrivées de plusieurs milliers de balles en quelques mois55 – tiendrait en ce cas plus d’un « effet de source » que d’un vrai saut quantitatif. Le déchargement dans les ports normands de laines anglaises56 et de balles de laines prussiennes venues des ports de la Baltique témoigne d’ailleurs que les importations d’Espagne n’étaient pas en position de monopole. Que devenaient-elles ensuite ? Avant le début du XVIIe siècle, il n’existe pas de source directe sur la destination de ces laines après leur arrivée à Rouen. On sait que, vers 1600, elles étaient largement redistribuées vers les centres drapiers de Flandre et du Brabant, mais aussi vers Paris. Et la présence dans le port normand de facteurs en charge des importations de laine de certaines firmes parisiennes57 témoigne probablement de la continuité, depuis le XVe siècle, d'un courant dont les ramifications au point d’arrivée nous échappent.

33La forte coïncidence des évolutions que l’on vient de retracer ne doit rien au hasard. Les conditions politico-militaires, guerres aux Pays-Bas et relations anglo-espagnoles, ont fortement joué dans raffermissement de la position commerciale de Rouen, alors en situation de place neutre. On en verrait aussi les effets sur la circulation d’autres produits, comme les huiles grasses d’Andalousie utilisées pour la finition des draps. Pour la question qui nous intéresse – l’articulation d’un espace drapier autour d’un axe Rouen-Paris – l’interprétation des faits constatés ne peut se faire à sens unique. Centrale dans la circulation des matières premières textiles, la position de Rouen résultait bien évidemment d’une dynamique commerciale liée aux fonctions de redistribution du port normand. Elle manifeste aussi, R. Gourmelon l’a montré, l’intégration en cours de la production drapière dans un espace élargi où Rouen et Paris jouaient des rôles complémentaires, processus dont le « teint de Paris » fournit le meilleur exemple.

  • 58 « Au carrefour des concurrences : draps de France et draps étrangers à Lyon au XVIe siècle », in Pr (...)

34Ce produit-phare, dont on a souligné qu’il se redistribuait dans l’espace normand, n’était pas seulement destiné à répondre à une demande normande ou parisienne. Le drap de Paris que Richard Gascon voit entrer à Lyon – il ne faisait le plus souvent qu’y passer – au début du XVIe siècle58 était un produit de haute valeur qui correspond bien à ce qu’on sait du « teint de Paris ». Probablement sous-évaluée dans les inventaires de stocks, sa présence témoigne de la banalité de l’approvisionnement parisien en drap écru fabriqué ailleurs qu’à Paris. Elle illustre surtout le fait que Rouen et Paris jouaient sur un espace commercial qui se prolongeait en Méditerranée jusqu’au Levant.

  • 59 M. Mollat, Le commerce maritime..., op. cit., p. 162.
  • 60 R. Gascon, ibid., p. 400-401.
  • 61 Cet ordre de grandeur est fourni par l’enregistrement, pour le paiement du droit de hanse, des ball (...)

35Les drapiers se trouvant moins concerné par ce processus que des acteurs de plus haute stature, les travaux consacrés à la draperie parisienne ou rouennaise ont sous-évalué cette ouverture et n’ont pas accordé une place suffisante aux produits étrangers, en particulier à l’entrée des draperies anglaises. Leur présence était pourtant ancienne59. Mais c’est à nouveau dans la situation des Pays-Bas qu’il faut chercher l’origine d’une réorientation sur Rouen de courants d’exportation beaucoup plus importants, à la fin des années 1560. L’arrivée de ces draperies qui pénétraient au même moment sur le marché lyonnais60, est analysée en termes purement concurrentiels et anachroniques (en termes d’économies nationales) par R. Gascon. Enfermé dans le cadre parisien, R. Gourmelon n’en voit ni l’ampleur ni la signification pour l’organisation de la production et du négoce parisien du drap. Or, il se déchargeait à Rouen au moins 1 000 ballots, c’est-à-dire plusieurs dizaines de milliers de pièces, par an61.

  • 62 La compagnie milanaise de Lyon Cesargros-Bruno, achète le 12 mars 1573, 1 000 pièces de kerseys, po (...)
  • 63 Exemple avec la vente par John Chapman et Walter Farnell de 3 716 l.t. de « creseaux » bleus au fac (...)

36Les caractères structurels du commerce anglais sur le continent étant ceux d’un troc, les ballots de broadclothes et surtout de kerseys, de frises et de « bayettes » s’échangeaient contre des produits manufacturés et des marchandises venues de la Méditerranée. Ce qui donnait lieu à un vaste mouvement de papier commercial enregistré, jusqu’au début des années 1580, devant notaire. Une pratique assez généralisée pour qu’on puisse identifier quels étaient les cheminements propres aux « cres eaux » (kerseys), « redins » (readings) ou draps de « Nort » (Norwich) après leur entrée par Rouen ou Dieppe. Trois traits caractérisent cette commercialisation : des transactions nettement plus importantes en valeur et en volume62 que celles qui concernaient le drap local, la présence de gros acheteurs repérables dans la durée, enfin une concentration de la circulation sur un axe Rouen-Paris-Lyon-Marseille. On pourrait en déduire que les draperies anglaises traversaient le royaume sans affecter le système productif normand et parisien du drap et sans pénétrer les marchés qui lui servaient de débouché. Interprétation illustrée par les achats de produit fini63 des Roncaglia, Couvet ou Riquetti dont l’intérêt, comme celui de quelques Parisiens (les Du Resnel), pour les marchés méditerranéens nous est connu.

  • 64 Roger Gourmelon n’a vu dans les inventaires parisiens que de la draperie légère, or la gamme est tr (...)
  • 65 ADSM, 3BP 8, f° 200 et suivants, édit enregistré le 19-3-1571.
  • 66 Entre janvier et mars 1573, Martin Pépin achète pour près de 17 500 l.t. de carisés, ADSM. 2E1/490, (...)
  • 67 Si, comme le laisse entendre l’examen des actes notariés, mention était en général assez précisémen (...)
  • 68 Peut-être un indice de ce type de pratique, si l’on met en parallèle le contrat passé par Claude Ch (...)
  • 69 Vente par Pierre Jehan, à son beau-frère Richard Grisel, de 500 pièces de drap anglais destinées à (...)

37Ce commerce prenait en fait des formes plus complexes. D’abord, parce qu’il venait aussi des ports anglais de la draperie lourde, dont la qualité et les prix se situaient dans la même gamme que ceux du drap local64. Ensuite, parce qu’une partie des draperies légères d’Angleterre était vendue en blanc. Et si nous n’avons aucun moyen d’en évaluer l’importance, la pratique était suffisamment courante pour que les édits fiscaux taxent les « redins et carisés anglais teints en ce royaume » à deux sous la pièce, dès 157165. Les achats réalisés par de grands marchands parisiens, qui n’étaient pas d’un volume inférieur à ceux des Lyonnais66, conduisent à s’interroger sur le sort qui était réservé à ces draperies anglaises, toutes catégories confondues. Les faisait-on teindre ? Sans connaissance précise des affaires des teinturiers parisiens, il est difficile de l’affirmer même si des indices convergents semblent l’indiquer67. Ces draperies anglaises, ou certaines d’entre elles, pouvaient-elles alors devenir du « teint de Paris » et sortir du royaume ou s’y diffuser sous cette appellation68 ? Ce serait peut-être forcer le trait, que de voir dans ces pratiques une extension de faire d’influence industrielle de la Capitale. Il y eut, en tout cas, élargissement des stratégies de production en relation avec la dilatation et la réorientation des circuits commerciaux à l’échelle européenne. Si l’on note, enfin, que les Rouennais assuraient un rôle essentiel de rediffusion de ces produits non seulement vers Paris, mais à l’échelle internationale, notamment sur le versant atlantique69, on souligne à la fois la complémentarité et le parallélisme de position des deux centres en matière d’échange et de finition du drap anglais.

  • 70 Même s’il s’agit d’un indice fortement biaisé le fermage de l’imposition d’un denier pour aune de d (...)

38Partant de la demande des marchés internationaux, on ne saisit pourtant qu’un pan de la production et de l’échange, sans doute le plus facile à dévoiler. Mais que dire de la circulation locale et régionale, et de son adaptation à la demande – aux différents segments de la demande – « intérieure » ? Si l’on voit mal comment l’évaluer en regard des flux à plus longue distance, on saisit bien les conséquences de sa sous-évaluation sur notre perception de la dynamique productive. C’est en attribuant une attention et un poids excessifs aux échanges lointains qu’on a forgé une histoire du drap marquée par des effacements brutaux et des renaissances brillantes. Le drap rouennais peut illustrer ce fait. On s’accorde à bon droit pour affirmer qu’à Rouen, à la différence de Paris, ce n’est pas, au XVIe siècle, le négoce des draps, mais celui des toiles qui fut le nerf du commerce de la place et de l’activité industrielle de la région. Mais il n’y a pas de raison d’établir un parallèle entre la production de drap de sceau ou de tissus approchants et leur présence dans les flux du grand commerce70. Cette production a tout simplement irrigué d’autres courants, plus étroits, plus nombreux, plus ramifiés, moins faciles à saisir.

  • 71 En témoignent les transferts de cédules. Richard Lheureux payait ainsi ses achats au marchand Barth (...)
  • 72 Illustration de ce fait avec la vente d’un drap de sceau par Michel Dubusc au grand marchand parisi (...)
  • 73 Entre autres, vente par Guillaume Mahieu de drap rouennais à deffunt Jehan Bezine de Lyon. La créan (...)
  • 74 Importantes opérations d’achat par les Disnematin en 1574-1575, notamment environ 9 000 l.t. de dra (...)

39Si des marchands-drapiers de moindre envergure vendaient en effet à leurs homologues parisiens des lots modestes de draperies anglaises71, tous, des plus gros opérateurs rouennais aux drapiers-drapants de Rouen ou de Darnétal, écoulaient aussi du drap de sceau et des draperies normandes directement à Paris72, à Lyon73 ou à Limoges74 et dans de nombreux bourgs ou petites villes de Normandie. Une cartographie établie sur la base de ces données, sans doute nombreuses mais disparates, n’éclairerait pas forcément la compréhension globale de la production et de l’échange des draps dans l’espace qui nous intéresse. Il nous faut donc essayer de mettre en évidence quelques-uns des mécanismes essentiels qui sous-tendaient cette activité.

40En ce qui concerne la place des draperies étrangères dans le système drapier normand et parisien, et particulièrement des produits anglais, à partir des années 1560, il faut réaffirmer qu’il n’y a pas de raison de l’analyser seulement en termes de concurrence à l’échelle régionale. Parce qu’une partie de ces produits – l’observation vaut encore plus pour les draperies des Pays-Bas en transit vers la sphère ibérique – ne fit que traverser l’espace régional, et parce que la draperie de qualité produite sur place n’était pas destinée au même marché que les draperies légères. Resterait en revanche à étayer plus solidement notre compréhension de l’articulation entre pénétration des draperies anglaises et développement de la teinturerie parisienne.

  • 75 Voir la vente de 24 pièces de drap de Coutances et Périers (vallée de l’Andelle) teints à Rouen par (...)
  • 76 Vente du mercier mercier rouennais Louis Lespert au marchand portugais Bastiào Vaaiz, ADSM, 2E1/577 (...)

41Cette dernière observation doit être prise en compte lorsqu’on analyse la production de l’espace régional, au cours du XVIe siècle, et le fonctionnement du couple Rouen-Paris, qui en était véritablement l’épine dorsale. Les deux centres occupaient en effet jusqu’à un certain point, par leurs fonctions de négoce et de finition, des positions parallèles dont l’attraction dépassait le cadre local. De même que des draps de Rouen ou de Meaux et des serges de Beauvais étaient teints et finis à Paris, à l’initiative de grands marchands, des merciers le plus souvent, Rouen apportait une touche finale à des draperies venues d’Amiens, de Beauvais ou de centres de production moins prestigieux75. Même s’il est probable que la position de la Capitale fut dans ce domaine plus forte que celle du port normand, à la fois en termes de concentration industrielle et de rayonnement commercial, la pratique des acteurs rouennais ou parisiens était à peu près la même. Elle éclaire l’étendue et la complexité du paysage productif mis en jeu par les courants d’exportation. Elle en révèle à l'occasion les évolutions techniques. Conclu en août 1588, un marché de draperies n’énumère pas moins de sept produits différents de Normandie – drap de Tessy (120 pièces), serge de Florence « façon de Fécamp » (5 ballots), drap de Darnétal (18 p.) – et du Bassin Parisien – serges d’Amiens (50 pièces), « creseaux » noirs de Troyes (132 p.), serges de Tours (140 p.), drap de Paris « façon nouvelle » (126 p.), le tout « fini à Rouen » par trois maîtres tondeurs76. Un tel témoignage confirme la capacité du tissu productif normand et plus largement de celui du Bassin parisien à répondre aux évolutions de la demande lointaine, davantage tournée vers les draperies légères. Il y aurait, de ce point de vue, à mener l’enquête localement sur des continuités peut-être plus apparentes que réelles. Durée des implantations, observée par exemple dans la vallée de la Vire (Tessy) comme en pays de Bray (Aumale), ne signifie, on le sait bien, ni identité de produit, ni continuité de structures. Quant à la capacité à imiter des standards étrangers reconnus que révèle ce marché, elle relativise l’impact négatif des importations étrangères et incite à s’interroger sur les modalités de ces évolutions – à qui en revint l’initiative ? – et sur les caractères techniques des produits eux-mêmes, questions sur lesquelles les sources urbaines restent beaucoup plus silencieuses.

42Ce processus de polarisation de la finition n’était pas propre à la draperie. On retrouve là une organisation négociante de la production que des travaux plus nombreux sur les toiles ont souvent rencontrée. Était-elle compatible avec l’articulation sur les foires du système productif et commercial de la draperie parisienne que révèlent les inventaires au milieu du XVIe siècle ? Rien n’est moins sûr. Si la foire de Guibray était encore promise à un avenir certain, c’est qu’elle assurait, pour la frange atlantique du royaume, une fonction de marché interrégional que même les marchands anglais acheteurs de toiles ne négligeaient pas. Même si des opérations se soldaient encore dans les années 1570 avec des obligations payables au retour de Guibray et du Lendit, il semble bien qu’on puisse lier la perte d’influence de la foire de Saint-Denis à l’emprise croissante d’une organisation négociante de la production fondée sur un plus large espace et une plus grande continuité des échanges. Il est pour le moment difficile d’en analyser les causes : plus large diffusion des laines espagnoles rendant inutile le passage par le Lendit ? Prise en main du négoce par de nouveaux acteurs (les merciers) aux vues plus larges ?

  • 77 Transmission, par Matteo Ortis de Velasco, le 8 mars 1572, de créances sur 31 drapiers ou marchands (...)
  • 78 Ce sont alors en majorité des marchands néerlandais installés à Rouen qui assurent la rediffusion d (...)
  • 79 Nombreux exemples de ce type. Les montants modestes mis en jeu dans ces opérations indiquent bien q (...)
  • 80 La position de Beauvais dans l’approvisionnement de Paris était ancienne. Mais R. Gourmelon confirm (...)

43Quoi qu’il en soit, circulation des produits et circuit des paiements s’éclairent mutuellement pour accréditer l’hypothèse d’une intégration régionale assez large de l’espace drapier du Bassin parisien, même si tous les indices n’ont pas la même force de preuve. Isolée, l'information qui fait état de la vente, en 1601, par un marchand de Darnétal à un Orléanais de 500 lb de fil de chaîne, pose la question de l'interdépendance des centres drapiers situés à la grande périphérie de la Capitale. Acte unique ou témoignage d’une organisation nouvelle ? De tels fonctionnements sont repérables entre Lille et Anvers, à la fin du XVIe siècle. Bien mieux étayée, la force de la connexion Rouen-Beauvais-Paris, ressort de la mise en perspective de centaines de créances transmises devant les tabellions rouennais. Autour des années 1570, les drapiers de Beauvais s’approvisionnaient en laines espagnoles et en teintures que seuls les acteurs commerciaux de la place normande étaient à même de leur fournir. Ce qui permettait à de grands marchands espagnols, de solder d’autres opérations, en utilisant des dizaines de cédules émises par des drapiers ou des marchands de laine de Beauvais, dont le total pouvait s’élever à des dizaines de milliers de livres77. S’il est moins repérable par la suite, l’endossement de ces papiers étant devenu courant, on sait qu’après 1600 le système fonctionnait toujours avec d’autres acteurs78. L’autre versant des opérations se révèle à travers les paiements effectués par les acteurs beauvaisins auprès de leurs créanciers rouennais, en obligations de marchands-drapiers parisiens ou rouennais79, pratique qui vaut aussi pour les drapiers-drapants rouennais qui achetaient leurs laines avec le même type d’effets. En fonctionnant comme un système de compensation, le circuit des paiements restitue donc la cohérence de l’organisation qui sous-tendait en partie la draperie de l’espace normand et parisien et que confirment les inventaires après décès étudiés par Roger Gourmelon : acheteurs de matières premières sur la place rouennaise, les drapiers beauvaisins ou rouennais soldaient leurs achats par le produit de leurs ventes de draperies écrues, quelquefois teintes, aux Parisiens80. Il est probable qu’on pourrait étendre un tel schéma fonctionnel à d’autres centres drapiers situés dans l’aire d’attraction de Paris. On sait que les draps du Berry ou d’Orléans, la sayetterie amiennoise entre autres gagnaient aussi la capitale dans la même période.

  • 81 L’idée ressort clairement de l’exposé que Fernand Braudel consacre à la production et à la consomma (...)

44Même si elle n’aboutit pas à l’élaboration d’un modèle qui intègre production, circulation et consommation des étoffes de laines, l’adoption d’une perspective de très longue durée donne aux dynamiques spatiales un cadre d’analyse pertinent. De la fin du XIIIe siècle aux premières années du XVIIe, on peut suivre l’édification par étapes d’un espace économique cohérent. Une telle reconstruction expose à de multiples obstacles méthodologiques. Ouvrir le plus largement possible l’analyse est le premier impératif à respecter : prendre en compte la variété des produits, c’est-à-dire aussi la pluralité des consommations, en même temps que la cohérence technique des processus de production. Au risque de contredire l’idée, toujours dominante, qu’il n’existait, avant le XVIIIe siècle ni réelle diversification des produits, ni tissu productif organisé, à l’exception des fabrications de luxe articulées sur les grandes métropoles81 et les réseaux du grand commerce. Examiné dans cette perspective, l’espace normand et parisien du drap ne détone pas sur ce qu’on sait de la draperie anglaise ou néerlandaise. En dépit de préjugés toujours fortement enracinés dans l’historiographie nationale, il témoigne des capacités d'adaptation du système productif, de sa plasticité spatiale et surtout de sa diversité. Plutôt que d’affirmer que les XVe et XVIe siècles ont vu la mauvaise draperie chasser la bonne, il convient de s'interroger, comme J. H. Munro, sur la précocité de ces processus de diversification des produits, et sur leur complémentarité en termes de réponse à des demandes différenciées. C’est ici que l’analyse spatiale prend tout son sens, à condition de faire varier, autant que faire se peut, les échelles d’analyse, de la ville ou du quartier à la région et aux réseaux combien plus étendus du commerce international.

  • 82 L’étude de Dominique Cardon, La draperie au Moyen Âge, op. cit. est exemplaire à ce titre.

45L’espace, dont on suit ainsi la genèse et l’évolution, est une unité historique spécifique dont l'articulation géographique diffère de celles des villes et des régions sur lesquels elle s’étend. Sa temporalité n’est pas celle des entreprises qui s’y développent. Sans doute, la difficulté de rassembler les informations nécessaires à ce type de recherche explique-t-elle son peu de succès chez les historiens du Moyen Âge et de la première modernité. Il ne procède, en effet, ni d’une simple étude de géographique historique, inapte à rendre compte des localisations dans un ensemble régional, ni d’une approche conjoncturelle, qui en fragmente l’évolution en une série de cycles. La saisie des pratiques, seule, permet de comprendre l’organisation fonctionnelle de l’espace, et de replacer production et commercialisation dans une temporalité concrète. Les sources d’entreprises, comptabilité et correspondances, offrent la meilleure entrée dans les réseaux de relations et les flux d’information qui donnent leur sens aux comportements des acteurs économiques. Leur absence ne dispense pas de leur trouver des substituts. Les instruments conventionnels en usage dans la production ou les échanges – normes techniques de fabrication82, systèmes de poids et mesures et procédures de paiement – permettent de restituer le cadre de la pratique, le plus souvent au prix d’enquêtes arides et frustrantes.

  • 83 Cette enquête au long cours est actuellement menée autour de l’Institut d’Histoire Moderne et Conte (...)

46L’établissement d’un questionnaire cohérent reste le seul moyen de mener cette enquête dans un cadre spatial ou temporel large. Envisageable à la seule condition de prendre pour objet des pratiques complexes et de grande amplitude, comme les échanges marchands, les processus techniques ou l’occupation des espaces, il requiert, par définition, un travail collectif83.

Notes

1 Cette contribution reprend pour l’essentiel un article publié dans la Revue d'Histoire Moderne et Contemporaine, t. 48-2/3, 2001, p. 162-191 sous le titre « Autour de Rouen et Paris : modalités d'intégration d’un espace drapier (XIIIe-XVIe siècles) ». Nous remercions vivement la direction de la revue de nous avoir permis de le reprendre ici.

2 Sidney POLLARD (éd.), Region und Industrialisierung. Studien zur Rolle der Region in der Wirtschaftsgeschichte der letzten zwei Jahrhunderte, Gottingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 1980 (Kritische Studien zur Geschichtswissenschaft ; 42).

3 Cf., notamment pour le Mittelost, Gustav AUBIN, Arno Kunze, Leinenerzeugung und Leinenabsatz im östlichen Mitteldeutschland zur Zeit der Zunftkäufe, Stuttgart, 1940 et pour la région de Saint-Gall, Hans-Conrad Peyer, Leinwandgewerbe und Fernhandel der Stadt St. Galien von den Anfangen bis 1520, Saint-Gall, Kommissionsverlag Zollikofer, 1959-1960, 2 vol. (St. Galler wirtschafts-wissenschaftliche Forschungen ; 16).

4 Bon exemple avec Gérard Gayot, Les draps de Sedan : 1646-1870, Paris, Éd de l’EHESS-Terres ardennaises, 1998.

5 Michel Mollat, « La draperie normande », dans Marco Spallanzani (éd.), Produzione, commercio e consumo dei parmi di lana (secoli XII-XVIII), actes de la semaine d’étude de l’Istituto intemazionale di storia economica « Francesco Datini » de Prato (10-16 avril 1970), Florence, L.S. Olschki, 1976, p. 403-421 ; cf. par exemple les remarques générales de la p. 416 : « Draperies rurales, draperies urbaines. Grande draperie et draperie foraine. Drap de luxe et tissus rustiques. Techniques traditionnelles et innovations dans le foulage et la teinturerie. Tels sont, à défaut de précisions sur les origines de beaucoup de centres drapiers, les principales données de l’évolution de la draperie normande. »

6 Ferdinand Lot, Etudes critiques sur l'abbaye de Saint-Wandrille, Paris, (Bibliothèque de l'Ecole des Hautes-Etudes, fasc. 204), 1913, p. 96-97, no 42.

7 François Neveux, Bayeux et Lisieux, villes épiscopales de Normandie à la fin du Moyen Âge, Caen, Ed. du Lys, 1996.

8 Ordonnances des rois de France de la troisième race (dorénavant ORF), t. 7, p. 216 (octobre 1388).

9 ORF, t. 9, p. 170 (décembre 1406).

10 Acte édité en annexe de « Les Moines normands et la technique. Les raisons d’une indifférence (XIe-XIVe siècles) », in Monachisme et technologie dans la société médiévale du Xe au XIIIe siècle (actes du colloque de Cluny, septembre 1991), Cluny, 1994, p. 23-49, à la p. 35.

11 Cartulaires de Saint-Ymer en Auge et de Bricquebec, éd. par Charles Bréard, Rouen (Société d'histoire de Normandie), 1908, p. 55, no 103 (1309) et p. 64, no 126 (1321) ; un moulin à tan est mentionné au même endroit en 1263 (p. 45, no 77) ; Pont-l'Évêque est indiqué comme burgus en 1265 (p. 45, no 78).

12 François de Beaurepaire, « Un bourg drapier au Moyen Age : Saint-James », Revue du département de la Manche, t. 7, 1965, p. 3-36.

13 Arch. Nat. JJ 61, fol. 112.

14 ORF, t. 2, p. 399-400.

15 ORF, t. 6, p. 462 (mars 1379), p. 660 (juin 1382).

16 Henri Dubois, « Drapiers normands aux foires de Bourgogne à la fin du Moyen Âge », in Mélanges d’archéologie et d’histoire médiévale en l’honneur du doyen Michel de Boüard, Caen, Annales de Normandie, 1982, vol. 1, p. 229-242.

17 Données analysées par Marie-Claude BRAN : « Les draperies rurales de Basse-Normandie à la fin du Moyen Âge », mémoire de maîtrise d’Histoire de l’université de Paris VII, 1998, dactyl.

18 Léopold Delisle, Actes normands de la Chambre des Comptes sous le règne de Philippe de Valois (1328-1350), Rouen, Société de l’Histoire de Normandie, 1871, p. 322-323.

19 Guy Bois, Crise du féodalisme, Paris, Presses de la Fondation nationale des Sciences politiques, 1976.

20 Denise Angers, « Le redressement difficile d'une capitale régionale après la guerre de Cent ans : Caen (1450-1550) », in Commerce, finances et société (XIe-XVIe siècles). Recueil de travaux d'histoire médiévale offerts à M. le professeur Henri Dubois, éd. par Philippe Contamine, Thierry Dutour et Bertrand Schnerb, Paris, Presses de l’Université Paris-Sorbonne, 1993, p. 185-197.

21 ORF, t. 2, 157, t. 3, 166, t. 5,239.

22 Delisle, Actes normands de la Chambre des Comptes..., Rouen, Société de l’Histoire de Normandie, 1868, p. 184-186.

23 ORF, t. 6, 196.

24 ORF, t. 6, 455, 472, t. 7, 756.

25 Archives départementales de Seine-Maritime (ADSM), 54H 59 (document communiqué par Isabelle Theiller) ; ORF, t. 7, p. 323.

26 ORF, t. 13, p. 55-58 et 68-73.

27 On en a un témoignage dans l’ordonnance du 23 mai 1460 restaurant une marque spécifique pour les draps de Saint-Lô dont les tisserands avaient pris l’habitude d’utiliser des marques proches de celles de Rouen et Montivilliers (ORF, t. 15, p. 493). Une enquête en cours sur les sources commerciales florentines et vénitiennes permet d’espérer d’en savoir plus sur les productions de Rouen et Montivilliers, que les marchands italiens achètent en grande quantité auprès des marchands flamands ou anglais à Londres et Southampton dans les années 1440-1460.

28 ADSM, Cour des Aides, Mémoriaux, 3BP 8, f° 200 et suivants.

29 Ibid., f° 196-199.

30 On passe pour les draps fins de 2 200/2 400 fils de chaîne à 1 800-2 000 pour une largeur équivalente.

31 ADSM, Cour des Aides, 3BP 32, 7 juin 1639. Dieppe, sans doute oubliée dans les textes plus anciens, et Cherbourg y font leur apparition, mais on y retrouve les principales implantations mentionnées dans les textes précédents.

32 Les métiers et corporations de la ville de Paris. T. III : XIVe-XVIIIe siècle ; tissus, étoffes, vêtement, cuirs et peaux, métiers divers, éd. par René de Lespinasse, Paris, 1897 (Histoire générale de Paris), chap. XI : drapiers-tisserands de laine, p. 136.

33 Roger Gourmelon, « L’industrie et le commerce des draps à Paris du XIIIe au XVIe siècle », thèse de l’École des Chartes, 1950, dactyl. et manuscr. Cf. aussi Sophie Imbert, « Le vêtement dans les inventaires après décès de marchands (1483-1547). Fabrication – Commerce – Consommation », mémoire de maîtrise d'Histoire de l’université de Paris I, 1992, dactyl.

34 On en trouvera une illustration spectaculaire dans la carte dressée par Federigo Melis sur « La lana. Regioni di produzione e correnti di distribuzione », pour le colloque de Prato de 1969 : La lana come materia prima. I fenomeni della sua produzione e circolazione nei secoli XIII-XVII, éd. par Marco Spallanzani, Florence, L.S. Olschki, 1974, p. 248.

35 Arch. nat. KK 350 (registre de comptes d’Yvon Huart, receveur des aides à Bayeux), passim ; l’absence de données analogues pour les foires de Guibray et Montmartin interdit de tirer une conclusion générale de cette source remarquable.

36 Jean-Marie Vallez, « Recherches sur l’histoire sociale et économique de Falaise du XIe siècle à la guerre de Cent ans », Bulletin de la Société des antiquaires de Normandie, t. 55, 1961, p. 39-85.

37 Dominique Cardon, La draperie au Moyen Âge, op. cit.,passim.

38 Cf. dans ce même volume, l’article et le document publié à ce sujet par Isabelle Theiller.

39 ORF. t. 14. p. 472.

40 Les draps de Rouen sont les seuls à être mentionnés dans l’ordonnance de taxation générale des prix de 1498 : ORF, t. 21, p. 166-172.

41 Cf. Émile Coornaert, Les Français et le commerce international à Anvers. Fin du XVe-XVIe siècle, Paris, Marcel Rivière et Cie, 1961, 2 vol., notamment, 1, p. 33, importation de pastel par les Gobelin par Anvers en 1563 et 1570-71. Wilfrid Brulez, De firma della Faille en de internationale handel van vlaamse firma's in de 16e eeuw, Bruxelles, Palais de l’Académie, 1959 (Verhandelingen van de koninklijke vlaamse academie voor wetenschappen, letteren en schone kunsten van België, Letteren ; 35), p. 453, note 2, indique que déjà, en 1562, Rouen et Dieppe sont une alternative à Anvers pour le déchargement des pastels consommés aux Pays-Bas.

42 Par exemple près de 1 300 balles pour Jean Le Tonnellier entre juillet 1510 et novembre 1511, Jacques Bernard, Navires et gens de mer à Bordeaux : vers 1400 – vers 1550, Paris, SEVPEN, 1968, 3 vol. (Ports, routes, trafics ; 23), vol. 3 : appendices, p. 278-312. Les Gobelin entrent en jeu dès 1517 : ibid., p. 394, importation de 267 grandes balles, le 15 mai, par Jean Gobelin.

43 Jonathan I. Israel, Dutch Primacy in World Trade, 1585-1740, Oxford, Clarendon Press, 1990, p. 41-42, n’a pas clairement perçu, de ce point de vue, le parallélisme entre la position de Rouen et celle de Hambourg, toutes deux bénéficiaires des difficultés anversoises.

44 Robert Descimon, « Gobelin et Canaye, entrepreneurs de teinturerie en draps à Saint-Marcel (mi XVe siècle – vers 1580 », Mémoire de maîtrise de l’université de Paris I, dactyl., 1969.

45 1 500 balles en magasin chez les frères Arnolfini le 27 octobre 1572, ADSM, Juridiction consulaire, sentences, 201 BP 256.

46 Expédition de Rouen à Paris entre le 2 avril et le 20 juin 1560, de 1 050 balles par le Blésois Aloys Courtin, Archives municipales de Rouen (AMR), B 2, journaux des échevins ; Courtin avait fait stocker à Rouen 1 200 balles de pastel, ibid., 2 avril 1560.

47 Sur ce point, Pierre Jeannin et Jacques Bottin, « La place de Rouen et les réseaux d'affaires lucquois en Europe du Nord-Ouest (fin du XVIe – début du XVIIe siècle) », in Lucca e TEuropa degli ajfari, secoli XV-XVII, a cura di Rita Mazzei et Tomaso Fanfani, Lucques, Banca del Monte di Lucca-Maria Pacini Fazzi, 1990, p. 159-177, notamment p. 166-169. Gilles Caster, Le commerce du pastel et de l’épicerie à Toulouse de 1450 environ à 1561, Toulouse, Privat, 1962, note p. 183 et 186 que, dès 1561, le Lucquois Santini est impliqué dans les affaires d’Assezat à Rouen.

48 Par l’intermédiaire de Michele Amolfmi, Jean Gobelin se procura sur la place rouennaise entre février et septembre 1573, un minimum de 3 000 balles de pastel de l’Albigeois et du Lauragais reçues des Gallaup d’Albi en février, les 21 et 22 août, et le 1er septembrel573, ADSM, 2E1/496, 901 et 494.

49 Gilles Caster, Le commerce du pastel..., p. 170 indique que, dès les années 1530-1540, l’arrière-pays de Rouen « s’étendait jusqu’à la Bourgogne ». On remarquera au passage que le commerce du pastel reste très actif après 1561. Crise conjoncturelle dans laquelle G. Caster avait, à tort, cru voir l’arrêt de mort de l’activité.

50 Par exemple l’achat réalisé par Paul Lamberti et le Parisien Pierre Croquet de près de 3 000 quintaux d’alun de Cartagène en 1572 (ADSM, 2E1488, 15 août 1572). Le Gênois Salvago en avait importé plus de 9 000 quintaux en juillet, 2E1/896, attestation du 10 septembre. L’alun n’intervenant pas dans la teinture au pastel, l’observation souligne les compétences techniques globales et renforce le poids économique de la teinturerie parisienne.

51 Sur la redistribution, entre autres vers Paris, de ces produits, Jacques Bottin, « La redistribution des produits américains par les réseaux marchands rouennais (1550-1620), in Jean-Pierre Sanchez (dir.), Dans le sillage de Colomb. L’Europe du Ponant et la découverte du Nouveau Monde (1450-1650), Rennes, Presses de l’Université de Rennes, 1995, p. 27-39, notamment p. 31. Les Gobelin sont les principaux bénéficiaires de ces réorientations.

52 Des données parisiennes bien antérieures (1458) font cependant état d’opérations d’ampleur comparable, avec l’importation dans la Capitale de 2 600 balles de laine expédiées par Pedro d’Ayala de Burgos, sans que l’on puisse savoir s’il s’agit d’opérations exceptionnelles ou non, Favier, Le registre des Compagnies françaises, 1449-1467, Paris, Imprimerie nationale, 1975 (Le commerce fluvial dans la région parisienne au XVe siècle. Histoire générale de Paris), p. 257.

53 Michel Mollat, Le commerce maritime normand à la fin du Moyen Age. Paris, Plon, 1949, p. 161-162 et 190-191.

54 Henri Lapeyre, « Les exportations de laine de Castille sous le règne de Philippe II », in La lana come materia prima..., p. 221-239, notamment p. 225-231 et 235-236 ; Francisco J. Carrion DE Iscar, « El negocio lanero en el comercio burgalés, 1547-1575 », in Hilario Casado Alonso (éd.), Castilla y Europa : comercio y mercaderes en los siglos XIV, XV y XVI, Burgos, Diputación provincial, 1995, p. 155-178, notamment p. 171 et suivantes, a contesté cette analyse au vu des opérations d’importation directe de laines espagnoles par Nantes et par Rouen menées dans les années 1540 par quelques grandes compagnies commerciales de Burgos. Les points de vue sont moins contradictoires qu’il n’y paraît : les prix et les droits à l’importation étant structurellement plus élevés dans les ports français qu’à Bruges, d’autres compagnies utilisaient ce relais.

55 Entre janvier et août 1580, un « pool » de 11 marchands rouennais, en majorité d’origine espagnole, importe à Rouen près de 2 900 balles de laine de Castille, et il ne s’agit pas là d’un acte isolé. AMR, B4, congés des 4 et 12 janvier, 16 et 20 février, 2 et 23 août 1580, pour un total de 2 864 balles.

56 Par exemple, vente par un marchand de Londres de 3 000 lb de laine anglaise à un drapier de Dieppe, ADSM, 2E1/481, 15 octobre 1571.

57 Jacques Muysson, facteur de François Passait et Michel Sarrus, pour des importations de laines de Castille chargées à Saint-Jean-de-Luz en octobre 1601. Le navire s’est échoué. ADSM, 2E1/666, 20 décembre 1601.

58 « Au carrefour des concurrences : draps de France et draps étrangers à Lyon au XVIe siècle », in Produzione, commercio e consumo dei parmi di lana..., p. 393-402. Les carnets des droits d’entrée permettent à R. Gascon de montrer qu’en 1522-1523 le drap de Paris dépasse les 40 % de la taxe totale, alors que les balles de draps « parisiens » n’atteignent pas 18 % du volume global.

59 M. Mollat, Le commerce maritime..., op. cit., p. 162.

60 R. Gascon, ibid., p. 400-401.

61 Cet ordre de grandeur est fourni par l’enregistrement, pour le paiement du droit de hanse, des balles entreposées à Rouen, avant commercialisation, dans les années 1570. Il correspond à une forte sous-évaluation dont font état les officiers municipaux, dès mai 1560, lorsqu’ils dénoncent les naturalisés qui « ont accoustumé faire le trafique pour les Anglois, tenantz logis auxquelz ils ont accoustumé les loger... », AMR, B2, mai 1560. Contrairement à ce qu’on observe pour le conditionnement des toiles, relativement standardisé, celui des draperies anglaises, d’origine et de nature très diverses, ne permet pas de définir un ballot-type.

62 La compagnie milanaise de Lyon Cesargros-Bruno, achète le 12 mars 1573, 1 000 pièces de kerseys, pour la somme de 24 600 l.t., opération suivie le même jour d’une autre transaction d’un montant de plus de 8 000 l.t. ; ADSM, 2E1/898.

63 Exemple avec la vente par John Chapman et Walter Farnell de 3 716 l.t. de « creseaux » bleus au facteur des Riquetti à Rouen, ADSM, 2E1/495, 14 octobre 1573.

64 Roger Gourmelon n’a vu dans les inventaires parisiens que de la draperie légère, or la gamme est très étendue avec de grands draps à 120 l.t. pièce, des draps de Suffolk à 75/80, d’autres plus communs à 60 l.t., tandis que les carisés ne dépassaient guère les 22/23 l.t. pièce pour tourner le plus souvent autour de 14/15 l.t. (données recueillies dans différentes transactions des années 1570-1575).

65 ADSM, 3BP 8, f° 200 et suivants, édit enregistré le 19-3-1571.

66 Entre janvier et mars 1573, Martin Pépin achète pour près de 17 500 l.t. de carisés, ADSM. 2E1/490, 12 janv. et 12 mars, 2E1/491, 11 février, 2E1/898.

67 Si, comme le laisse entendre l’examen des actes notariés, mention était en général assez précisément faite des couleurs, on peut penser que la mention générique, « creseaux », frises, draps, s’appliquait à des tissus blancs. Ils représenteraient, en ce cas, la grande majorité des importations anglaises. Un cas assez représentatif des cargaisons déchargées avec les 130 pièces de carisés venues pour le compte du marchand londonien Humphrey Bass : 32 de couleurs mêlées, 60 blancs de « Voscere » (Worcester ?), 18 blancs de « Northe » (Norwich), 20 de « Hainsere » (?) sans spécification ; ADSM, 2E1/488, 9 septembre 1572.

68 Peut-être un indice de ce type de pratique, si l’on met en parallèle le contrat passé par Claude Choart, le 23 juillet 1573, avec le Portugais Fernand Loppes pour l’expédition de 900 pièces de drap par an à Lisbonne, pendant 4 ans (ADSM. 2E1/901) et l’achat réalisé par le même Choart de 6 000 l.t. de draperies à l’Anglais Richard Wightman quelques mois plus tard (ADSM, 2E1/499). Il s’agit là de drap de bonne qualité.

69 Vente par Pierre Jehan, à son beau-frère Richard Grisel, de 500 pièces de drap anglais destinées à l’Espagne pour 30 000 l.t., le 4 novembre 1572, ADSM, 2E1/897.

70 Même s’il s’agit d’un indice fortement biaisé le fermage de l’imposition d’un denier pour aune de drap auné à Rouen, a crû entre 1572 et 1581. Ce qui autorise une évaluation a minima de la production : près de 600 000 aunes en 1581, ce qui représenterait en valeur de 1,5 à 2 millions de livres et, en volume, plus de 20 000 pièces. On ne retrouve pas trace de l’affermage du sol pour livre instauré sur tous les draps en 1588, qui resta sans application réelle en raison des guerres.

71 En témoignent les transferts de cédules. Richard Lheureux payait ainsi ses achats au marchand Barthélemy Hobson en 12 obligations émises notamment par des drapiers parisiens ; ADSM, 2E1/489, 11 octobre 1572.

72 Illustration de ce fait avec la vente d’un drap de sceau par Michel Dubusc au grand marchand parisien Nicolas Du Resnel, ADSM, 2E1/487, 25 octobre 1570. De nombreux autres exemples de ce type sont repérables.

73 Entre autres, vente par Guillaume Mahieu de drap rouennais à deffunt Jehan Bezine de Lyon. La créance est utilisée pour solder un achat de laine ; ADSM, 2E1/491, 11 avril 1572.

74 Importantes opérations d’achat par les Disnematin en 1574-1575, notamment environ 9 000 l.t. de drap rouennais acheté entre juillet et septembre 1575. Il s’agit dans ce cas d’un courant durable puisque d’autres achats sont repérables en 1578 et 1581.

75 Voir la vente de 24 pièces de drap de Coutances et Périers (vallée de l’Andelle) teints à Rouen par le mercier Louis Lespert l’aîné au marchand de Bayonne Pierre d’Ibusti. Comme on l’a suggéré pour Paris, ce type d’opération échappait souvent aux marchands-drapiers ; ADSM, 2E1/570, 2 juin 1587. Autre exemple identique mais de bien plus grande envergure avec la vente par le même de 200 pièces de drap de Mainneville (Vexin) et Périers au Parisien Claude Du Resnel, pour exporter vers l’Espagne ; ADSM, 2E1/928, 18 juin 1587.

76 Vente du mercier mercier rouennais Louis Lespert au marchand portugais Bastiào Vaaiz, ADSM, 2E1/577, 7 avril 1588.

77 Transmission, par Matteo Ortis de Velasco, le 8 mars 1572, de créances sur 31 drapiers ou marchands-drapiers de Beauvais pour un montant de plus de 7 000 écus. (ADSM, 2E1/894). Ortis était importateur de laines ségovianes ; en 1576 il fit venir par Santander pour plus de 10 000 l.t. de laines (87 balles) achetées aux de La Peña et à Jeronimo de Sotto, ADSM, 2E1/916, attestation du 6 juin 1580.

78 Ce sont alors en majorité des marchands néerlandais installés à Rouen qui assurent la rediffusion des laines espagnoles, comme d'ailleurs celle des teintures, vers Paris, Beauvais, Amiens et les villes flamandes. Entre avril 1600 et février 1601, le marchand d’origine valenciennoise Henri de Beaulieu reçoit de Séville 92 balles et 1/2 de laine, 43 sont vendues à Beauvais, 24 à Lille et les autres sont écoulées à Rouen.

79 Nombreux exemples de ce type. Les montants modestes mis en jeu dans ces opérations indiquent bien que l’on a, en général, affaire à des drapiers-drapants ; le 6 octobre 1595, par exemple, Symon de Marceille acquittait 95 l.t. en créances sur Paris (ADSM, 2E1/616), même chose avec Laurent de Catheur pour 180 l.t. en créances sur quatre drapiers parisiens (ADSM, 2E1/614).

80 La position de Beauvais dans l’approvisionnement de Paris était ancienne. Mais R. Gourmelon confirme, avec la présence des sergés dans les stocks parisiens de draps, l’évolution vers la qualité de la production beauvaisine, dont il serait intéressant de comprendre comment elle s’est opérée (sur ce point thèse en cours de Cyril Cresson à l’université de Paris I). Sur l’arrivée des serges non apprêtées, témoignage indirect dans Registres des délibérations du bureau de la ville de Paris, t. XIV : 1605-1610, éd. par Léon-Frédéric Le Grand, Paris, Impr. Nationale, 1909 (Histoire générale de Paris, collection de documents publiée sous les auspices de l'édilité parisienne), p. 93 : défenses contre l’augmentation à la douane des droits pesant sur les draps de laine, frises, serges drapées, apprêtées et non-apprêtées, blanches et noires...

81 L’idée ressort clairement de l’exposé que Fernand Braudel consacre à la production et à la consommation textiles dans Civilisation matérielle, économie et capitalisme : XVe-XVIIIe siècle ; t. 2, Les jeux de l’échange, Paris, A. Colin, 1979, p. 272-273.

82 L’étude de Dominique Cardon, La draperie au Moyen Âge, op. cit. est exemplaire à ce titre.

83 Cette enquête au long cours est actuellement menée autour de l’Institut d’Histoire Moderne et Contemporaine (CNRS-ENS) par les auteurs de cette contribution, Isabelle Vérité, Isabelle Theiller, Marie-Claude Bran et Jérôme Hayez.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search