Version classiqueVersion mobile

La draperie en Normandie du XIIIe siècle au XXe siècle

 | 
Alain Becchia

Époque médiévale

L’exportation des draps normands au Moyen Age

Simonne Abraham-Thisse

Texte intégral

1Souvent dans l’ombre imposante de leurs aînés flamands et de leurs contemporains brabançons et anglais, les draps normands n’en ont pas moins poursuivi une remarquable carrière internationale durant les trois derniers siècles du Moyen Age.

  • 1 M. MOLLAT, « La draperie normande », in M. SPALLANZANI, éd, Produzione, commercio e consumo dei pan (...)
  • 2 R.H. BAUTIER, « La place de la draperie brabançonne et plus particulièrement bruxelloise dans l’ind (...)

2M. Mollat, dont l’étude sur la draperie normande fait encore autorité, ne s’y était pas trompé, exposant d’entrée l’expansion des draps normands avant de s’intéresser à leurs procédés de fabrication1. L’auteur soulignait alors la forte orientation méridionale de leur exportation, démontrait que les draps de Normandie, généralement de bonne qualité, voire luxueux, s’étaient imposés auprès des clientèles princières, concurrençant les draps brabançons et anglais. Ce qu’affirmaient déjà R.H. Bautier et Ch. Verlinden, qui concluaient à un véritable effacement des draps du Brabant au profit de ceux de Normandie à la fin du XIVe siècle, avant qu’à leur tour leur présence ne décline à la fin du siècle suivant2. Or, aujourd’hui, la question est de savoir si l’élargissement de nos connaissances des marchés européens, tant dans le milieu proprement français, que méditerranéen et surtout nordique et germanique nous permet d'affiner ces analyses, de les conforter ou encore de les modifier.

Une draperie jeune ?

  • 3 Néanmoins, la draperie eudoise étant davantage orientée vers les circuits picards, nous ne l’intégr (...)

3Les ateliers normands s’égrenaient de fait sur un vaste territoire, des rives de la Bresle au Nord3, à celle du Couesnon au sud, et ouvert à l’est sur l’Ile-de-France. La draperie normande comptait une bonne vingtaine de centres à la fin du Moyen Age. Ses débuts remontent au plus tard au dernier tiers du XIIe siècle, dès 1143 à Bernay semble-t-il. Les premières traces d’une industrie textile à Louviers dateraient de 1201 et ses draps seraient sur le marché européen dès 1216-1220. La draperie rouennaise est authentifiée dans les années 1224.

  • 4 Le dernier scel porteur du léopard daterait de 1309, le premier avec l’agnel de 1362. C’est égaleme (...)
  • 5 M. MOLLAT, La draperie..., p. 414-415. Ces règlements furent encore renouvelés : Rouen, en 1398, Be (...)

4Leur rapide succès commercial fut sans doute une des causes majeures de leur redéfinition au cours du XIVe siècle, tandis que fleurissaient de nouveaux centres. Ainsi la règlementation de la draperie (urbaine ?) de Louviers est elle fixée en 1325, celle de Rouen en 1360. Le changement de scel de cette dernière lui serait peut-être contemporain4. Plus tardive, celle de Saint-Lô daterait de 13885.

  • 6 Th. BONNIN éd, Coutumes et ordonnances des lanneurs et drapiers de Dieppe du 9 décembre 1358, 1871, (...)
  • 7 BRISSON-VAUQUELIN, Etudes Normandes, Origine et développement de l’industrie drapière à Elbeuf et L (...)

5En se redéfinissant, les draperies normandes se seraient rapprochées par leur technique et leur scellage. Leurs draps classiques comptent en général 1 400 à 1 800 fils, y compris dans le centre plutôt secondaire de Dieppe6. L’agnel figure désormais tant sur les sceaux de Rouen que sur ceux de Louviers, et l’on peut s’interroger sur l’éventuelle filiation des draperies de Rouen et de Montivilliers, cette dernière étant instaurée par l’évêque de Rouen en 13257. Effectivement absente des marchés avant cette date, la draperie de Montivilliers est donc tardive, tant par rapport à l’histoire textile des centres normands, que de celle des centres des Pays-Bas.

  • 8 L. DELISLE, Actes normands de la chambre des comptes du Roi 1328-1350, Rouen, 1871, no 102 du 1er f (...)

6Les draperies de Bayeux et de Thorigny-sur-Vire lui seraient à peu près contemporaines ou légèrement postérieures, étant donné que nous avons connaissance de l’affermage de leur imposition en 13448. Il en est de même de celle d’Elbeuf accordée par Jean II le Bon en 1351 : une draperie de haute qualité si l’on en croit le prix de son escarlate à 20 livres en 1500.

7Ces draperies nouvelles devraient-elles alors leur existence à la réussite européenne de leurs aînées, en particulier de celle de Louviers ?

8Toutes cependant ne connurent pas la même fortune. Seuls les draps de Caen, Rouen, Montivilliers et Louviers, puis secondairement, de Bernay, Evreux, Saint-Lô, Blangy, Aumale et Bayeux, bénéficièrent d’une véritable exportation, notamment sur les marchés espagnols et italiens, à tel point que l’on a pu assimiler leur progressif effacement dans ces régions à un véritable déclin de leur production au cours du XVe siècle.

  • 9 M. MOLLAT, La draperie..., p. 407-408.
  • 10 A. et S. PLAISSE, La vie municipale..., p. 193, 199, 203.

9Ainsi, la période qui s’étend jusqu’au milieu du XIVe siècle serait la phase dite des « Louviers », à laquelle succéderait celle des « Montivilliers »9 A Evreux, les périodes d’occupation anglaise (particulièrement la décennie 1374-1384) auraient été plus favorables à l’expansion de l’industrie textile de la ville que celles de son rattachement à la couronne de France, entraînant un déclin de la draperie à partir des années 141010.

  • 11 Les tisserands utilisaient peu de laine anglaise, mais de la laine d’Ecosse et d’Irlande, ainsi que (...)
  • 12 Inventaire... de Rouen, p. 75 ; M. MOLLAT, Le commerce maritime normand à la fin du Moyen Age, Pari (...)

10Eux-mêmes, les drapiers de Rouen brossaient en 1493, un tableau lamentable de leur métier. La draperie serait près de sa fin. Elle ne cesse « d’apeticher ». Les draps gris ne valent plus rien. La laine en est rendue responsable, depuis qu’elle vient d’Espagne11, qu’elle est souillée et qu’on la file, non plus à la quenouille, mais au rouet et que l’on foule au moulin et non plus au pied. Sans parler de la garance qui remplace désormais la cochenille, le bresil et le safran et des seigneurs parisiens qui maintenant préfèrent les tissus de soie aux draps de laine12

  • 13 Damétal fabriquait alors un bon drap « affranchi de taille à Paris », et qui donc se vendait bien a (...)
  • 14 Inventaire... de Rouen, p. 78.

11Pourtant certains paramètres viennent contredire de telles contestations plutôt corporatistes. Le nombre de draps aunés aurait quadruplé à la fin du XVe siècle, et le nombre de personnes travaillant à la draperie aurait doublé entre 1495 et 1497. De plus, on commence à draper dans les villages, notamment à Darnétal, Longpaon, Carville, Vire13 : « Jamais les gens ne furent plus inventis à trouver manière à vivre en la drapperie. En ceste vicomté y a grat nombre de moulins à fouler les draps. Les grans seigneurs souloient vestir de layne »14.

  • 15 Elle était, au XIVe siècle, surveillée de très près et tout manquement aux règlements, strictement (...)

12Le texte n’en reste pas moins ambigu. Certes la production augmente, mais peut-être la qualité se diversifie-t-elle15. La draperie de Rouen, qui était par le passé une draperie de luxe, était en passe de devenir aussi une draperie plus commune : une évolution déjà vécue au XIVe siècle par les centres flamands et qui visait à satisfaire une clientèle peut-être plus modeste, mais en tous cas plus large.

13Il semble bien en 1495, que le recours au moulin à fouler ait précipité 500 foulons (c’est dire l’importance qu’avait encore l’industrie textile à Rouen dans ces années !) dans le chômage. Paradoxalement, cela confirme la forte demande qui existait encore en faveur des draps normands, car il fallait trois semaines pour faire un drap à Darnétal et cinq semaines à Rouen. Trop long ! Et donc pas assez de draps pour satisfaire la demande ! Si Rouen voulait garder ses marchés il lui fallait s’adapter. La complainte des tisserands est donc celle de nostalgiques d’une qualité passée. Elle reflète les difficultés humaines d’un métier à s’adapter aux nouvelles conditions techniques. Le déclin ne serait pas celui de la draperie rouennaise… mais d’une de ses draperies. Et dans l’ensemble, il y aurait eu reprise à la fin du XVe siècle.

14L’analyse des marchés d’exportation permet-elle de généraliser cette reprise au reste de la Normandie ?

Un drap peut en cacher un autre : pouvons-nous identifier chaque drap normand avec certitude ?

15Le premier problème auquel se heurte le chercheur est celui de la reconnaissance et de l’identification des draps normands sur les marchés, notamment étrangers au royaume de France.

  • 16 Draps de « Quan » dans les comptes de Mahaut d’Artois. Pour les « Caïans » dans les régions rhénane (...)
  • 17 En fait, la compréhension de ce terme n’est pas claire. C’est en tous cas une appellation étrangère (...)
  • 18 LIAGRE, Les relations..., no 206, p. 261.

16Si l’on devine assez vite que les draps de « Quan » sont bien de Caen, il n’est pas tout à fait évident que les « Caïans » en soient également originaires16. Les Italiens auraient englobé les draps normands dans l’appellation « panni francigeni », encore dits « panni de Francia »17. On en trouverait une preuve dans un contrat génois de 1347, dans lequel il est question de draps de Louviers et surtout de Blangy « dicti franceschi »18.

  • 19 C. SATTLER, Handelsrechnungen des deutschen Ordens, Leipzig, 1887, p. 104 et 116. Il s’agit de demi (...)

17Que recouvre exactement l'appellation « Normediessche » que l’on rencontre en Prusse dans les comptes de l’Ordre Teutonique19 ? Ce terme collectif fait-il allusion à tous les draps normands ou seulement quelques-uns et lesquels ? Faut-il l’attribuer à des draps (normands ?) achetés par l’Ordre en Ile-de-France, notamment aux foires de Saint-Denis et du Lendit que fréquentaient les serviteurs de ses Membres ? Sachant par ailleurs que l’Ordre importait effectivement des draps de Montivilliers, doit-on penser qu’il ne s’agit spécifiquement que de ces draps ? Doit-on considérer que les Prussiens utilisaient l’expression « Normiedissche » comme les Génois, celle de draps de France ?

  • 20 W. STIEDA, Briefwechsel eines deutschen Kaufmanns im XV Jahrhundert : Hildebrand Veckinchusen, Leip (...)
  • 21 M. P. LESNIKOV, Die Handelsbücher des hansischen Kaufmannes Veckinchusen, Berlin, 1973, p. 541.

18La désignation des draps de Montivilliers justement n’est pas sans poser des problèmes, notamment dans les sources germaniques, car elle se rapproche de celle des draps de Montreuil : « Munstrolisch, Munstroeles, Monstroillese, Mestrollen, Mestrollesche ». W. Stieda, dans sa publication de la correspondance d’H. Veckinchusen20, par exemple fait la confusion de ces draps avec ceux de Montivilliers : « Montarveleursen, Mestiwelyrsche, Mestuvelyrsche, Mestvelyrsche, Mestonvelyrsche », alors que Lesnikov, dans sa publication de livres de comptes du même marchand, fait bien la distinction21.

  • 22 Hansisches Urkundenbuch (HU) 9, no 1160 et 1161.
  • 23 F. EBNER, « Ein Regensburger Kaufmannisches Hauptbuch, 1383-1407 », in Abhandlungen des historische (...)
  • 24 H. DUBOIS, Les foires de Chalon et le commerce dans la vallée de la Saône à la fin du Moyen Age (12 (...)
  • 25 A. PAGE, Vêtir le Prince, Tissus et couleurs à la Cour de Savoie (1427-1447), Lausanne, 1993, p. 56

19On rencontre encore les « Monsterdefelis » à Danzig22, le drap « Mondafollir » à Régensbourg dans le livre des Runtinger23, mais aussi des « Monstraiffelier », « Monstifilier », « Monstavalyr » et « Monstavelier » à Cologne, ou plus concisément, des « Montil » à Chalon-sur-Saône24 et encore des « Muscinillier » en Savoie au XVe siècle25.

  • 26 B. KUSKE, Quellen zur Geschichte des Kölner Handels und Verkehrs im Mittelalter, Publikationen der (...)
  • 27 HU 9, no 1160 et 1161.
  • 28 HU 9, no 958.

20Mais la lecture même de Montivilliers ne permet pas d’assurer que nous sommes en présence de l’un des draps totalement confectionné et apprêté de cette ville. Car le drap de Montivilliers a été copié par la draperie anglaise si l’on en croit les « englische Monstafeliers » achetés par des Colonais en 1487 ou tout au moins apprêtés en Angleterre comme le laissent à penser les « Stockbrede de Montivilliers »26. Déjà en 1462, il était question en Prusse de « garde Monsterdefelge » ainsi que de « garden grauw mustervilgesch »27 et en 1469, de « swarte Mustevilliirsche kostele engelsche lakene »28.

  • 29 L. GILLIODTS van SEVEREN, Cartulaire de l’ancienne estaple de Bruges, Bruges, 1904-1909, no 239 et (...)
  • 30 L. GILLIODTS van SEVEREN, Cartulaire..., p. 171-172.

21En fait, depuis 1331, il existe dans le Suffolk des fabrications de ces « Medleys » et « fine Medleys » ou « Mostovaleri », embarqués dès 1331 sur les galères flamandes en direction de Florence, voire de la Sicile29. Les « medleys » avaient la réputation d’être de bonne apparence, mais dissimulaient une mauvaise laine, malgré leurs 36-40 yards de long. Les « Fyne » étaient plus petits, de 30 à 31 yards, et les « medleys » de village (« panni vilazi mostovaleri accoloradi ») étaient des petits draps teints de 24 yards sur 230.

  • 31 Selon M.L. PELUS, « Le commerce des draps à Lübeck dans la seconde moitié du XVe siècle », mémoire (...)

22Apparemment, ces finitions ou imitations restaient identifiables, par ces appellations particulières. Les « Musterdevilie » eux-mêmes avaient fini par désigner un drap bleu clair anglais imité de la draperie de Montivilliers31.

  • 32 Selon B. KUSKE, Quellen zur Geschichte, III, p. 492.

23Mais comment être toujours certain que selon les marchés et les circonstances économico-politiques, les appellations « draps anglais » et « draps de Montivilliers » n’aient pas été employées l’une pour l’autre, en vue d’une bonne revente, mais dissimulant l’identité réelle des draps ? Quoiqu’il en fût, cette forme anglaise du drap normand semblait fort prisée des Anglais eux-mêmes, qui s’en faisaient des tabbards (rien moins que le vêtement de parade !) et autres vêtements32. Il jouissait donc d’une notable revente au détail sur les marchés intérieurs, qu’il faudrait pouvoir vérifier dans les comptabilités anglaises.

  • 33 1. PANNIER et P. MEYER (éds), Le Débat des Hérauts d’armes de France et d’Angleterre par John COK, (...)
  • 34 Van UYTVEN, Cloth..., p. 174.

24La littérature médiévale se fait l’écho de ce qui pourrait être une rivalité entre les productions normandes et anglaises. Ainsi dans son débat des Hérauts d’armes de France et d’Angleterre, John Cok essaie de démontrer la supériorité des draps anglais sur les français, citant parmi ceux-ci les draps de Montivilliers et de Rouen, auprès de ceux de Paris et de Bourges, car, dit-il, la laine anglaise est bien supérieure à celle des draps de France : « Si fault dire que nous avons meilleures laines ou que vous estez si peu savons que vous ne savez faire draps »33. Affirmation partiale et discutable, tout comme celle vantant le prix inférieur de l'aune de drap anglais par rapport à celui de l’aune de drap français. D’ailleurs en 1436, Fauteur de « Libelle of englyshe polycie » admet que les draps d’Ypres sont généralement meilleurs que les draps anglais34, mais sans rien dire de ceux de Normandie.

  • 35 Et d’autres en Anjou, en Touraine et en Poitou, à Fontenay-le-Comte, par exemple : R. FAVREAU, La v (...)
  • 36 Archives Municipales d’Abbeville, Papiers d’Aloys Ledieu. Marquis de BELLEVAL, Chronologie d’Abbevi (...)

25Le phénomène ne concernait pas que l’Angleterre, même si celle-ci fut sans doute la première à travailler les draps de Montivilliers ou à s’en inspirer. Lorsque la ville fut prise par les Anglais en 1440, nombre de ses drapiers, pour échapper à la sujétion anglaise se réfugièrent notamment à Abbeville35. Cette concession était accordée pour un an, durant lequel lesdits drapiers (Perrin et Fauquerel, Sandrin Grosvatel, Raoulin Maleville, Raoulin Gaillard, Robinet de Chelier, Perrinet Mangart, Barret fils) étaient autorisés à fabriquer une centaine de draps par an. Ces draps devaient porter le sceau d’Abbeville ET celui de Montivilliers36.

26On imagine volontiers les confusions qu’entraînaient de telles dispositions. Il n’est donc pas exclu que des draps identifiés comme étant d’Abbeville soient en fait l’œuvre de drapiers de Montivilliers. Au bout du compte, quelle était vraiment l’identité de ces draps ? Dans quelle mesure l’étiquette, réputée, de Montivilliers n’a-t-elle pas stimulé l’exportation des draps d’Abbeville que l’on retrouve souvent aux côtés des draps de Montivilliers sur les marchés étrangers, comme à Gênes ? A partir de quel moment les deux draperies réalisées à Abbeville se confondirent-elles en une seule draperie abbevillaise ?

27Quoi qu'il en soit, on doit donc bien admettre que l’appellation de Montivilliers n’indique plus avec certitude une provenance normande. Là encore, il convient d’être particulièrement soupçonneux lorsqu’il est question du drap bleu, le plus imité et le plus recherché. Sa fabrication reposait sur la guède venue de Picardie, ce qui a sans doute facilité sa confection à Abbeville.

  • 37 Archives de la ville de Bruxelles, Cartulaire Thymo, f° 262 v° à 263 v°. Textes publiés dans Les Or (...)

28Les données se compliquent du fait qu’à l’inverse, les drapiers de Montivilliers montrèrent une certaine habileté à imiter les draps de Bruxelles. L’histoire en est bien connue. En 1379, les drapiers de Bruxelles dénoncent ces imitations de leurs draps par ceux de Montivilliers qui recourent à « de filzs divers et desparaux » abaissant ainsi la qualité du produit fini. Ces copies seraient même des faux, puisque les drapiers de Montivilliers se laissent aller à copier les sceaux de Bruxelles depuis 1375. On sait la suite. C’est le Roi de France lui-même qui intervint en faveur des drapiers de Bruxelles, intimant à ceux de Montivillliers de ne plus imiter les lisières rayées de Bruxelles et à tous les marchands français et étrangers de vendre des draps porteurs de ces lisières rayées qui ne soient de Bruxelles37.

  • 38 N. COULET, Chaussetiers et marchands du drap à Aix, p. 196. Rappelons avec P. CHORLEY, que les drap (...)
  • 39 BRISSON-VAUQUELIN, Etudes Normandes, op. cit.
  • 40 Ordonnances des Rois de France, t. XIV, p. 472.

29L’affaire est importante sur le plan commercial, car les draps fabriqués à Montivilliers portant le (faux) scel de Bruxelles étaient vendus pour des draps de Bruxelles, donc une fois encore, pour ce qu’ils n’étaient pas. La confusion est d’autant plus aisée que draps normands et draps du Brabant se sont très souvent retrouvés côte à côte sur les marchés européens et que leurs prix en étaient proches, voire identiques. A Montpellier, par exemple, la canne de sanguine de Montivilliers valait le même prix que celle du rouge de Bruxelles et du garance de Malines, à savoir 5 florins !38 On retrouve un peu le même problème dans les années 1450, du fait que nombre de draps forains portaient la simple appellation de draps de Rouen39. Le cas est exemplaire entre les draps de Rouen et ceux de Vire. Cette dernière ville drapait en effet à la lisière de Rouen. On en était venu à confondre les deux draps. Aussi en 1458, il fut interdit de mettre aux draps fabriqués hors la ville de Rouen, une lisière identique à celle des draps réalisés dans la ville40.

30Louviers, pour sa part avait refusé de porter la lisière rouennaise. Elle rejeta également les lettres « FR », qui lui auraient conféré l’étiquette de drap forain.

  • 41 Ch. VERLINDEN, « Panos belgas en fuentes espanoles medievales », in Cuadernos de Historia de Espana (...)

31De la même manière, il semble qu’il ait fallu, en 1495, distinguer les draps de Rouen de ceux de Montivilliers, meilleurs car foulés au pied, comme ceux de Louviers41.

32En somme, comme bien d’autres draperies avant elle, notamment en Flandre, Rouen se retrouvait victime de sa volonté d’hégémonie sur la production textile de sa vicomté et même au-delà : Bourges ne tissait-elle pas à son tour à la manière de Rouen ? Le dilemme restait le même. Comment conserver la mainmise des métiers de Rouen sur les centres des alentours tout en protégeant sa propre réputation ?

  • 42 Voir mon étude « Draps "imités" ou "inspirés" au Moyen Age : accords entre villes ou espionnage ind (...)
  • 43 E. de FREVILLE, Mémoire sur le commerce maritime de Rouen depuis les temps les plus reculés jusqu’à (...)

33Nous ne sommes donc apparemment jamais certains de l’identité réelle des draps normands. Ce qui ne leur est d’ailleurs pas particulier. Le cas est très répandu pour bien des draperies, dont circulent sur tous les marchés d’Europe nombre d’imitations et de draps plus ou moins inspirés42. En outre, bien que ce ne fut pas le cas le plus répandu pour les draperies normandes, certaines au XVe siècle furent exportées brutes et apprêtées à l’extérieur, à Lille, à Paris ou à Meaux43.

34Les draperies possèdent donc toutes d’emblée plusieurs identités ; l’une, naturelle, et qui est déterminante : celle du tissage, l’autre, que je dirai adoptive, et qui est celle du lieu d’apprêt. Mais la filiation avec le lieu d’origine demeure. Aussi nous considérerons dans la suite de notre étude que tous les draps dits de Montivilliers appartiennent bien, d’une manière ou d’une autre à la draperie de cette ville.

Des draps destinés aux Princes et aux élites

  • 44 Voir les tableaux des prix.

35Il est vrai que la majeure partie de la production des grands centres normands est constituée de draps de haute qualité44 et l’on peut se demander ce qui a incité les villes de Normandie à se lancer dans une telle draperie, en décalage avec l’évolution que l’on voyait poindre dans les Pays-Bas. La raison est-elle politique ?

  • 45 Inventaire... Rouen, p. 13, probablement du drap de Lynn (12 pièces), d’où était originaire Emond S (...)
  • 46 Inventaire... Rouen, p. 15 : achat destiné au duc d’Orléans.
  • 47 Paris, A.N., KK 328, f°394, 403, 410, 412, 429, 479 ; M. MOLLAT, Le commerce..., p. 85.

36Ce qui est certain, c’est qu’il s’agissait d’emblée d’une draperie d’exportation, car la consommation locale n’était pas en mesure d’absorber une telle draperie. Cette nécessité d’exporter a conduit les villes normandes à ne pas s’enfermer dans un protectionnisme local qui aurait amené à un refus de leurs marchands et de leurs produits sur les foires et grands marchés. Il leur a donc fallu accepter de s’ouvrir elles-mêmes à des importations de draps venus d’ailleurs. A Rouen, par exemple, se vend du drap d’Angleterre, en 139145, des toiles de Reims en 139446 et des draps d’Écosse sont importés en 1450 sur ordre de Guillaume de Varye47.

  • 48 Inventaire des archives de Rouen, série A, p. 4, A 1, 1369-1390. Le vendeur est Maugier Loueson.
  • 49 Inventaire des archives de Rouen, p. 53. Les 3 aunes d’écarlate valant 15 lt, remises à deux consei (...)
  • 50 Cette hésitation est liée à la signification de ces couleurs, le pers évoquant la loyauté et le ver (...)

37Autre preuve de leur valeur, les draps de Rouen et de Montivilliers sont offerts par la ville aux grands dignitaires du royaume. En 1390, la ville offre à Monsieur de Touraine, venu dans la ville en compagnie du roi, une escarlate de 80 lt48 ! Et pour remercier Maître Girart de Montagu, secrétaire du roi, de ses besognes sur la ville, les receveurs lui achètent quatre aunes de drap gris de Montivilliers. De même, en 1457, un avocat parisien se voit attribuer par la même ville de Rouen quatre aunes de fin gris de Montivilliers49. Et en 1497, le roi devant faire son entrée dans la ville, les bourgeois s’interrogent gravement sur la couleur qu’ils devront porter, hésitant entre le vermeil et le pers !50

  • 51 L. C. DOUET d’ARCQ, Des frais d'enterrement à Paris au XIVe siècle, Paris, 1878, Deuxième fragment, (...)
  • 52 Van UYTVEN, Cloth in medieval..., p. 173. Un autre sera fourré de fin blanchet. En 1392, à la Cour (...)
  • 53 A.D. Dijon, B. 1476, f°28.

38Les ecclésiastiques font preuve du même goût pour ces beaux draps normands, comme le prouvent ces huit brunettes de Bernay, consignées dans le testament du chanoine de la Sainte-Chapelle, Jean de Hétomesnil, en 138051. La valeur de ces draps est également signifiée par les doublures dont on les fourre. Ainsi en 1455, est-il question dans le Dit des Pays, d’une brunette de Saint-Lô qui sera fourrée de martres52. Ce que l’on voyait déjà à la Cour de Bourgogne en 1387, où il avait été fait une houppelande à chevaucher pour le duc en un gris de Montivilliers, doublé également de martres53.

  • 54 J. M. RICHART, Une petite-nièce de Saint-Louis, Mahaut, comtesse d’Artois et de Bourgogne, Paris, 1 (...)

39A la Cour d’Artois, Mahaut, qui pourtant privilégie les draps issus de ses bonnes villes, complétait en effet ses achats avec des draps d’Aumale, de Rouen, des saies et des camelins de Caen, entre 1314 et 132854.

40Il est vrai, qu’en cette année 1315, le roi de France Louis X venait de concéder sa Charte aux Normands, et que les relations avec le duché s'amélioraient. Voilà qui pacifiait la production et incitait la cour à acheter les textiles de la province fidélisée.

  • 55 Médiathèque d’Arras, Fonds local, CC 69, 1491, Dépenses, Frais communs, 42 v°. Louchart effectuera (...)

41A la fin du XVe siècle, les échevins d’Arras continuent d’acheter des draps de Rouen pour leurs livrées. Un compte de la ville de 1491 mentionne un montant de 536 1. 13s 5d tournois pour 160 aunes de draps blancs, achetées par le tondeur arrageois Jehan Louchait, et qu’il fera teindre en gaude et en garance avant de les tondre55.

  • 56 Etude menée à partir des comptes suivants :B. 1435, B. 1438, B. 1441, B. 1444, B. 1445, B. 1451, B. (...)
  • 57 Pour une étude plus détaillée de ces achats sous le règne de Philippe le Hardi, voir mon article, « (...)
  • 58 Drapiers de Dijon fournissant des draps de Normandie : Jehan Douar (draps de Montivilliers, ci-aprè (...)
  • 59 Fournisseurs parisiens en draps de Normandie : Jehan le Noir (M), Phillippot de Hanaps (M), Phelizo (...)
  • 60 B. 1466, f° 29 en 1387.

42A son tour, toute la Cour de Bourgogne derrière ses ducs, se vêt de draps de Montivilliers. Pendant le gros demi-siècle qui s’étire de 1372 à 143856, ducs et duchesses marquent un réel penchant pour les draps luxueux de Normandie57. Ils les acquièrent prioritairement auprès des drapiers de Dijon58 et de Paris59 et plus épisodiquement auprès de ceux de Montivilliers (surtout en début de période : Jehan de la Chaussée et Emile de Montivilliers), d’Arras (Jacquemart Postel), de Chalon (Jehan d’Aragon), voire de Tournai60 et des Lucquois de Bruges (Barthélémy Bethin).

  • 61 Il est vrai que nous avons affaire à divers aunages, de Paris, Dijon, Provins.

43Les draps de Montivilliers sont les plus prisés, achetés à Dijon, Paris, Troyes, Tournai et Bruges, dans des nuances sélectionnées de pers, brunette et escarlate en début de période, de vert, et vert-brun, gris et gris-brun, à partir de 1388. On dénombre ainsi un total de plus de 743 aunes61, généralement toutes prêtes, donc teintes et retondues, sauf rares exceptions mentionnées. Ce qui est logique, la couleur de ces draps étant généralement à l’origine de leur réputation. Sur toute la période, leur prix reste stable nominalement de 2 Florins à 3-3 1/2 Francs l’aune, quel que soit le lieu d’achat.

44Le prix des 204 1/2 aunes de Rouen est irrégulier entre 1374 et 1396, sans évolution chronologique ou qualitative notable : de 15g à 20st pour des draps principalement verts avant d’être violets, rosets et vermeils.

45Viennent ensuite, presque à égalité, 203 1/2 aunes de draps de Louviers, acquises entre 1374 et 1391 des drapiers de Dijon et de Chalon. Le pers et le vert dominent, loin devant les rouges et les vermeils. Plus modeste que celui des montivilliers leur prix semble augmenter de 16s à 25st.

46Avec un prix à 30st l’aune, le vermeil de Neufchâtel s’approche du montivilliers et devance largement la sarge de Caen (marbrée ou vermeille de passe-moison) à 16st, ce qui équivaut tout de même à celui d’un louviers et d’un rouen. Sarge, peut-être, mais de haute valeur. Finalement, le gris d’Evreux à 13 ou 14g l'aune paraît bien modique.

  • 62 H. WESCHER, « Mode et élégance à la cour de Bourgogne », Cahier Ciba, 9. Le tailleur du duc, Guilla (...)
  • 63 M. BEAULIEU et J. BAYLE, Le costume en Bourgogne de Philippe le Hardi à Charles le Téméraire, Paris (...)

47Jean sans Peur appréciait également le vert-brun de Montivilliers, tandis que ses écuyers étaient vêtus de draps plus légers de Neufchatel62. Beaulieu-Bayle soulignent le fait qu’à l’époque de Philippe le Bon, (1419-1467) les ducs se fournissaient pour l’essentiel en Normandie, en particulier de marbrés de Louviers, des yraignes de Neufchâtel, et des draps fins de Montivilliers et de Rouen. L’écarlate et le noir de Montivilliers furent employés pour les fêtes de la Toison d’or à Bruges en143063.

  • 64 LE ROUX de LINCY, « Comptes de dépenses faites par Charles V au Louvre, des années 1364-1368 », in (...)

48Il en allait de même de la famille royale de France. Marie Lallemande livre du drap noir de Caen au Louvre de Charles V et Perrenelle de Crespon deux autres sarges de la même ville entre 1364 et 136864.

  • 65 L. C. DOUET d’ARCQ, Comptes de l’Argenterie des rois de France au XIVe siècle, Paris 1851, p. 125, (...)
  • 66 Paris, A.N., KK 41,8v°-10v°.
  • 67 Paris, A.N., KK 42, 247v°-248r°.

49A partir du règne d’Isabeau de Bavière et de Charles VI, les achats de draps normands se multiplient. Dès 1387, les drapiers parisiens, comme Nicollas Allexandre et Aubelet Bignet approvisionnent la Cour en draps de Rouen des plus variés : drap vert tout prêt, vert-claret, vert-brun, et quelques escarlates morées ou morées tirant sur le brun, ou encore des ribaudeaux, une spécialité rayée de Rouen65. En 1393, on compte six draps de Montivilliers, quatre de Louviers et un de Saint-Lô, pour un seul de Bruxelles66. Et pour l’année 1399-1400, la reine commande à Phelizet de Compans quatre draps de Rouen et trois de Montivilliers67.

  • 68 J. ROMAN, Inventaires et documents relatifs aux joyaux et tapisseries des princes d’Orléans-Valois, (...)

50Durant la même période, entre 1394 et 1396, les comptes de l’hôtel du duc d’Orléans enregistrent l’achat de six draps gris de Montivilliers68.

  • 69 Inventaires du duc de Berry. Etoffes et joyaux, no 671, 99vo : la tenue vaut en effet 57 1. 10 sous (...)

51Au début du XVe siècle, les inventaires du duc de Berry mentionnent également des robes d’escarlates vermeilles de Montivilliers et fourrées d’hermines : voilà qui n’était pas à la portée de toutes les bourses !69 Que l’on double le drap de ces hermines attestait bien de la splendeur de la draperie.

  • 70 F. PIPONNIER, Costume et vie sociale à la cour d’Anjou aux XIVe et XVe siècles, Paris, 1970, p. 109 (...)
  • 71 A. TUETEY, Testaments enregistrés au Parlement de Paris sous le règne de Charles VI, Paris, 1880.

52Selon F. Piponnier, les draps normands, auraient représenté près de 67 % de l’approvisionnement de la cour d’Anjou durant le XIVe siècle et au moins jusqu’en 1470, pour ne tomber ensuite qu’à 61 %. Ici, c’est la vicomté de Rouen qui aurait fourni les précieux escarlates70. Il en est de même pour les ecclésiastiques angevins, si l’on en croit le testament de Jean Salais, curé de Villévêque en Anjou, qui fait legs à ses clercs de sa houppelande faite de « panno marbreya rothomagensi » en 140271.

53Cette primauté des draps de Rouen peut tout simplement correspondre à une certaine logique géographique de proximité. En outre, l’auteur fait deux constatations originales. D’une part, la draperie normande aurait ici supplanté la draperie fl amande dont elle serait proche (et non la draperie brabançonne) ; d’autre part elle donne Montivilliers pour un centre en perte de vitesse au XVe siècle, face à Saint-Lô et Louviers qui seraient de nouveaux centres. Ces observations, en contradiction avec ce que l’on pourra constater en Italie ou en Espagne, souligneraient le fait que chaque zone d’approvisionnement a sa propre histoire, dont on ne doit pas unilatéralement déduire celle du centre producteur. En outre, elles témoignent de la bonne santé de l’industrie textile de Louviers en plein XVe siècle.

  • 72 Pour l’année 1369 : E. IZARN, Le compte des recettes et dépenses du Roi de Navarre en France et en (...)

54Les souverains navarrais du XIVe siècle se vêtent également volontiers de draps normands, en particulier de Montivilliers. Il est vrai que Charles II et Charles III appartiennent à la dynastie d’Évreux, ville où ils tiennent encore résidence. Ceci pourrait expliquer cela, même si finalement ils font comme les autres membres des cours de France et de Bourgogne, en s'habillant de montivilliers. Lorsqu’ils sont en Normandie, ils font acheter sur place, ou à Cherbourg et Paris, leurs draps de Montivilliers, de Caen, d’Évreux ou de Montebourg72.

  • 73 B. LEROY, « Quelques pièces de vêtement à la Cour de Navarre à la fin du XIVe siècle », in Milieux (...)

55En Navarre même, en 1386, le service de la garde-robe du roi comptait des robes, chausses et chaperons de Montivilliers. En 1392, on y fait encore des achats du même drap et en 1393, on dénombre à l’hôtel du roi quatre draps gris, un brun et deux bleus de Montivilliers, le tout acheté à Martin Bertran de Pampelune. C’est d’ailleurs presque toujours par les marchands de cette ville que la cour acquiert les draps normands, mais aussi anglais et malinois, tous très en Cour73.

  • 74 MOLLAT, Le commerce..., p. 42.

56Au temps de Henri V, en 1418, la garde-robe du souverain continue les achats de draps de Montivilliers74.

  • 75 M. MOLLAT, Les affaires de Jacques Cœur. Le journal du procureur Dauvet, 2 vol. Paris 1952, t. I, f (...)

57Les grands serviteurs de la Couronne ne sont pas en reste. Les inventaires de Jacques Cœur réalisés par le procureur Dauvet dans les années 1450 ne démentiront pas cette vogue des draps normands. Là encore, semble-t-il, les dits draps devancent ceux du Brabant. Tours et Rouen étaient les centres d’approvisionnement directs du Grand Argentier. Guillaume de Varye disposait en effet d’un correspondant permanent à Rouen, d’où il importa une grande variété de draps. Dans l’inventaire effectué à l’hôtel briançonnais de Tours en 1453, le procureur Dauvet mentionne des draps noirs, noir-gris, gris-blandelet, gris-blanc et blanc de gris, gris-brun, verts, violets, écarlates, mi-graine rouge, mi-graine violée, mi-graine vermeille et violée, escarlate vermeille et violée et pers, originaires de Rouen même ou de sa Vicomté75.

  • 76 Ibidem, t. I, 49v° et t. II, 436v°.
  • 77 Ibidem, t. I, 91v°, 93v°, 95v°, 141ro; t. II, 497v°.
  • 78 Ibidem, t. I, 49v°, 91 v°.

58Il s’y adjoint quelques pièces de Montivilliers (où le marchand n’avait pas d’établissement, mais qui devaient venir par Rouen), elles aussi écarlates vermeille et violée, gris-brun, ou verts76. Plus rares sont les serges, couvertures et coutils de Caen77, exceptionnels les saint-lô78 L’approvisionnement de J. Cœur en draps normands était donc directement lié à ses affaires internationales qui l’avaient amené à s’établir dans le port de Rouen. Mais on peut également lui prêter le désir d’avoir porté le drap qui l’affiliait au Monarque.

Des draps à vocation européenne

  • 79 Paris, B.N., Ms. lat. 17098 : Cartulaire de Saint-Etienne de Troyes, f°35. Voir aussi, R.H. BAUTIER (...)
  • 80 De FREVILLE, Mémoire sur le commerce, t. I, p. 202, t. II, p. 83, no XXIII et p. 85-86.

59Ils sont sur les foires de Champagne, à Provins tout particulièrement dès 1 17579. C’est là probablement la date la plus ancienne que nous ayons de leur commercialisation internationale. Les marchands de Rouen louent pour 16 ans au prieur de Saint-Ayoul en 1258 une halle dite de Lille, sise dans la vieille ville, au motif de pouvoir y vendre leurs draps, et sous condition d’être dispensés de venir et de payer le loyer au cas où une guerre éclaterait entre les rois de France et de Navarre80. Ils venaient là rechercher les clientèles italiennes.

  • 81 Paris, A.N., Trésor des Chartes, JJ 154, f° 68 et 466 ; Ordonnances des Rois de France, t. VIII, p. (...)

60Les drapiers de Montivilliers n’y sont pas en reste, eux qui en 1399 bénéficient d’un privilège d’exception : lorsque Charles VI, pour protéger la draperie de Provins, avait exclu de la ville les drapiers étrangers, ceux de Montivilliers (avec quelques brabançons) restèrent autorisés à y vendre leurs draps81

61Toutes preuves qui témoignent de l’importance prise par les marchands normands et leurs draps sur les foires champenoises et de l’intérêt majeur que l’on portait à leur présence. Cela signifie que les draps normands étaient une marchandise de premier plan dès la fin du XIIe siècle dans le grand commerce.

  • 82 L.C. DOUET D’ARCQ, « Tarif des marchandises qui se vendaient à Paris à la fin du XIIe siècle », in (...)

62A Paris, où on les repère depuis au moins la dernière décennie du XIIIe siècle, leur présence n’aurait cessé d’y croître. Ainsi, le tarif de la perception des Aides de Paris en 129682 nous donne-t-il déjà une liste assez complète des draps normands entrant alors dans la ville :

- grans draps et roussez de Montivilliers sont taxés à 12 deniers parisis
- draps de Rouen : grans draps : 2s
escroes : 9d.
rayés de 3 robes : 12d.
rayés de 2 robes : 6d.
rayés d'une robe : 3d.
Bureaux de 3 robes : 6d
de 2 robes : 4d.
d’une robe : 2d.
- draps de Saint-Lô : 6d
- draps de Fécamp et tous autres draps de Caux : 12d
- draps de Neufchâtel : 12d
- draps d’Aumale : 12d
- drap de Pavilly : 12d.
- draps de Caen : lesgrandes tiretaines
les escroes : 9d.
les sarges : 7d.
les sarges à mettre au lit : 6d.
- draps de Blangy : 12d.

63Cette liste, mis à part le fait qu’elle démontre une activité textile déjà très étendue dans toute la Normandie, souligne une certaine égalité qualitative des draps normands, à l’exception des grands draps de Rouen qui tiendraient la plus haute qualité, au moins pour les draps vendus à Paris. Ce qui correspondrait peut-être à cette filiation rouennaise des draps normands que nous avons déjà notée. On reste surpris de la faible taxation des draps de Louviers, appelés pourtant à une destinée internationale plus prestigieuse au siècle suivant. Cela laisserait supposer que les démarcations qualitatives se sont surtout réalisées au XIVe siècle.

64Comparés aux autres draps entrant à Paris en 1296, les grands draps de Rouen sont soumis à la même taxe (2s) que celle pesant sur les draps de Malines et de Louvain, mais aussi ceux de Poperingue, ce qui voudrait dire qu’ils étaient de qualité ou tout au moins de prix égal. Toutefois, ils restent en deçà des draps de Douai (3s), mais au-delà des draps plains de Provins et autres draps d’Arras, ou de Chalon (18d). Voilà qui, à nos yeux, confirme que la diversification qualitative des draps normands n’est pas achevée. Mais aussi qu’ils se posent alors autant en concurrence des draps brabançons que des draps de Flandre ou du Hainaut.

  • 83 Le « dit des pays » in A. de la Sale, Jehan de Saintré, édité par J. MISRAHI - C.A. KNUDSON, 1967, (...)

65Les draps normands ont continué leur carrière parisienne au XVe siècle et le Dit des pays, de 1455, signale encore des fins gris et des bons gris de Montivilliers dans la capitale83

  • 84 « Le dit du Lendit » in G. FAGNIEZ éd., Documents relatifs à l'histoire de l’industrie et du commer (...)
  • 85 Paris, A.N., K 931 no 28 et M. MOLLAT, Le commerce..., p. 330 : les Normands fréquentaient égalemen (...)
  • 86 M. MOLLAT, Le commerce..., p. 330.

66.Parmi les 53 localités énumérées par le Dit du Lendit durant la première moitié du XIVe siècle, et qui ont une loge « a la plus roial foire du monde » une douzaine sont normandes, et concerne particulièrement la haute Normandie avec Évreux, associée à Louviers, Rouen et Caen84 Après le rétablissement des foires du Lendit en 1472 par Louis XI, qui exempte les marchandises de tout droit et taxe, les Normands de Bayeux, Saint-Lô, Caen, Montivilliers, Rouen, Louviers, Évreux, Breteuil, les Andelys, y apportent leurs draps, couvertures, coutils et serges85. Bien que la date de ces foires ait malencontreusement coïncidé avec celles des foires de Pentecôte de Rouen, il semble que cela n’ait pas empêché la relance du commerce des draps normands au travers de ces foires86. C’était d’autant plus plausible que la période coïncidait avec la fin de la guerre de Cent Ans, et le retour de la Normandie dans le domaine royal (depuis 1468). Les conditions paraissaient donc favorables. Le pari fut sans doute en grande partie gagné, au moins jusqu’en 1494, date à laquelle, nous l’avons vu, les Rouennais se plaignent que le commerce ne marche plus aussi bien, non pas du fait du déclin des foires, mais surtout de la concurrence que font les soieries aux draperies de laine.

  • 87 R. L. REYNOLDS, « The market for northern textiles in Genoa, 1179-1200 », in Revue Belge de Philolo (...)

67C’est sans doute au départ de ces foires champenoises et parisiennes que les Italiens ont commencé à acheter et importer les draps normands par les routes terrestres, avant que les relations maritimes directes ne les relayent ou les complètent. Toujours est-il, que les draps normands ne semblent pas avoir gagné Gênes avant le XIIIe siècle, Reynolds n’y faisant pas la moindre allusion dans son étude sur les textiles à Gênes au XIIe siècle87.

  • 88 R. DOEHAERD, Les relations commerciales entre Gênes, la Belgique et l’Outremont d’après les archive (...)

68Néanmoins, les « parmi francigeni » et autres « panne de francia » figurent dans les contrats génois dès le début du XIIIe siècle, et ce sont les draps de Rouen (bleu, gris, blanchet, estanforts et rayés) que l’on repère en premier dès 1216, tandis que ceux de Louviers (rouges et autres biffes) apparaissent en 122488.

  • 89 M. MOLLAT, La draperie..., p. 105, cite les familles Lomellini, Piccamiglio, Malocello comme achete (...)

69Mais c’est au XIVe siècle qu’ils figurent en plus grand nombre dans les contrats génois. Ils sont désormais importés par les Génois eux-mêmes, qui succèdent ainsi aux marchands troyens et tourangeaux du siècle précédent89.

  • 90 En particulier dans les contrats rapportés par L. LIAGRE de STURLER, Les relations... ; voir aussi (...)
  • 91 LIAGRE de STURLER, Les relations..., no 138, 151, 153, 154.
  • 92 LIAGRE de STURLER, Les relations..., no 208 et 211.
  • 93 LIAGRE de STURLER, op.cit., no 286 et R. DOEHAERD, Les relations..., p. 611, doc. 786.
  • 94 LIAGRE de STURLER, Les relations..., no 293 : drap de « Cames » ou « Cumanorum ».
  • 95 J. DAY, Les douanes..., p. 761 : draps « Evuros ».
  • 96 LIAGRE de STURLER, Les relations..., no 274.
  • 97 LIAGRE de STURLER, Les relations..., no 16.

70Les draps de Louviers, souvent associés aux draps de Beauvais et parfois de Chalon, sont cités dans presque tous les contrats concernant les relations avec l’Outremont entre 1343 et 135390. A leur côté figurent aussi, plus ou moins épisodiquement, les draps de Neufchâtel en 134391, ceux de Blangy en 134792, ceux de Rouen en 1353 et 143693, ceux de Caen en 135794 et ceux d’Évreux en 137795. Sans doute se cachent-ils encore sous le vocable de draps français, permanent de 1344 à 1350, date à laquelle certains sont destinés à une revente en Syrie96. Ces achats font parfois l’objet d’une véritable spéculation : ainsi en 1325, sur les 6 000 livres qui constituent la mise de la société Goano-Lazaro, 3 000 sont consacrées à l’importation de draps normands97.

  • 98 LIAGRE de STURLER, Les relations..., no 26.

71Malgré ce contrat ponctuel, les draps normands semblent occuper à Gênes une place secondaire par rapport aux draps des Pays-Bas et de la Champagne, au moins au XIVe siècle. Mais la réputation de leur fabrication a été assez grande pour que des apprentis génois apprennent à préparer les draps selon la technique française « arte acimendi accoronandi et preparandi ad francischam », comme c’est le cas d’un certain Mattéo en 132598.

  • 99 H. AMMAN, « Die Anfange des Aktivhandels und der Tucheinfuhr aus Nordwesteuropa nach dem Mittelmeer (...)
  • 100 TRASSELLI, « Il mercato dei panni a Palermo nel la prima meta del XV sec. », in Economia e Storia, (...)
  • 101 J. DAY, Les douanes..., p. 602 ; LIAGRE de STURLER, Les relations..., no 54.
  • 102 Hypothèse émise à partir du portrait de Zaccaria, dressé par G. I. BRATIANU, Recherches sur le comm (...)

72Depuis Gênes, les draps de Rouen et de Louviers étaient réexportés dans toute la Ligurie99 mais aussi vers la Corse où ils sont vendus à Bonifacio en 1244, vers Tunis en 1234100, Alexandrie, sans parler de Rome et de la Sicile101. Il n’est pas impossible que, de Gênes, les draps de Rouen aient pu atteindre la Crimée, si l’on se réfère au génois Benedetto Zaccaria, qui à la fin du XIIIe siècle, alla à Rouen organiser les galées du Roi de France et qui négocia, pour Gênes, un traité commercial avec les rois de Chypre et d’Arménie102.

  • 103 J. HEERS, Le livre de comptes de Giovanni Piccamiglio, homme d’affaires génois, Paris, 1959.

73Toutefois, les draps normands ne semblent pas avoir continué leur carrière génoise au cours du XVe siècle et se sont apparemment effacés devant les draps anglais (mais se cachaient-ils des montivilliers derrière cette appellation ?), ainsi que le montre le livre de compte de G. Piccamiglio en 1456-1459103.

  • 104 C. TRASSELLI, « Il mercato dei panni a Palermo... », op. cit.

74Ce que confirme également leur commerce en Sicile, notamment à Palerme, qu’ils gagnaient depuis Gênes, et où ne figurent plus, comme draps français, que des draps de Tours dès la première moitié du XVe siècle104.

  • 105 H. BRESC, Un monde méditerranéen. Economie et Société en Sicile, 1300-1450, 2 vol., Rome, 1986, t. (...)
  • 106 M. MOLLAT évoque des importations en 1408, 1448, 1454, 1456, 1461 (M. MOLLAT, La draperie..., p. 41 (...)
  • 107 H. BRESC relève un « Mustuvileri de Londra », Un Monde..., t. 1, p. 483.
  • 108 Dans la boutique du tailleur juif Moyses Benseson selon H. BRESC, Un monde..., t. 1, p. 486. L’aute (...)

75Largement entre les mains des Génois jusqu’en 1400, ce commerce serait tombé entre les mains des Toscans et même des Catalans. H. Bresc considère leur importation comme relativement tardive et elle aurait atteint son apogée dans les années 1350-1399, où ils représentent 4,6 % des ventes de draps à Palerme (pour 4,8 % en valeur)105. Leur importation se serait poursuivie au XVe siècle106. Il s’agit pour l’essentiel de draps de Montivilliers, ou/et de leur imitation anglaise107 (et qui se seraient substitués aux draps de Louviers), mais aussi de draps de Rouen en 1486108

  • 109 H. CALDERAN-GHIACCHETTI, « L’exportation de la draperie languedocienne dans les pays méditerranéens (...)

76En 1384, les draps de Louviers arrivaient là en nombre. Leur prix, entre 27 et 28 florins, équivalait à celui de certains draps de Lucques, mais n’atteignait pas le prix des malines (45 à 50 florins) ni même le prix le plus élevé des draps flamands, dits de Wervicq (39 florins en 1384, mais qui chute à seulement 27 florins en 1403). Les draps de Florence, de Côme et de Milan sont également plus chers109. Les louviers constituaient donc la catégorie intermédiaire entre les draps chers du Brabant, de Flandre et du reste de l’Italie, et les petits draps languedociens et espagnols (autour de 10-11 florins en 1402-1403). Ce qui laisse à penser que soit leur qualité s’est globalement amoindrie durant les vingt dernières années du XIVe siècle, soit qu’elle s’est diversifiée, offrant, auprès de ses anciens draps de luxe, des draps plus modestes. Quoi qu’il en soit cette évolution n’a pas stoppé leur importation sur les marchés siciliens du XVe siècle. Tout au plus les intermédiaires marchands (et les routes d’approvisionnement) ont-ils changé aux dépens des Génois.

  • 110 D. BIZZARI, « Imbreviature notarii », in Documenti e studi per la storia del commercio, t. 4 et 9, (...)
  • 111 A. L1S1N1, « Indice di due antichi libri di imbreviature notarii », in Bollettinosenese di storia p (...)
  • 112 P. CHORLEY, « The cloth exports of Flanders and northern France during the thirteenth century:a lux (...)

77C’est également dans les années 1221-22, que l’on retrouve les draps normands, de Rouen et de Louviers, dans les registres notariaux de Sienne110 Ils représentent 17 % des commandes enregistrées dans 32 contrats, portant sur un total de près de 300 pièces de draps achetés en foire et revendus en demi-gros à Sienne, entre le 9 août 1221 et le 10 mai 1223111, ce qui fait d’eux la deuxième catégorie géographique importée après le bloc des tissus de Flandre, Artois et Picardie. Ils auraient donc bénéficié à Sienne d’une remarquable demande au XIIIe siècle. Pourtant, il n’en est plus guère question par la suite. Tout au plus détecte-t-on encore des draps de Caen en 1277112, première date probable de leur apparition sur le marché international. A Sienne, les draps normands sont donc des draps du XIIIe siècle.

  • 113 H. LAURENT, Un grand commerce..., p. 75-77.
  • 114 B. KUSKE, Quellen zur Geschichte des Kölner Handels-und Verkhers im Mittelalter, Publikationen des (...)

78C’est aussi le cas (quoique plus tardif) à Venise, où ils figurent dans un tarif de tonlieu de 1265113. Mais là l’importation se serait poursuivie au XVe siècle, notamment par les Allemands et l’intermédiaire de Cologne. C’est au moins ce que prouve une lettre de la ville rhénane à Sigismond de Tyrol, sur les terres duquel des draps de Montivilliers en route pour Venise, ont été dérobés en 1487 : quatre « englischer tücher monstafeliers » et un « halb monstafelier »114.

  • 115 R. DAVIDSOHN, Forschungen zur Geschichte von Florenz, t. 3, Berlin, no 4 et du même auteur, Geschic (...)
  • 116 C.M. de la RONCIERE, Prix et salaires à Florence au XIVe siècle, 1280-1380, Rome, 1982, p. 401.
  • 117 A. SAPORI, Una Compagnia di Calimala ai primi del trecento, Florence, 1932, p. 80, 86, 88, 90, 94.

79Selon le chroniqueur Villani, au début du XIVe siècle en 1301, les femmes en vue de Florence se devaient de porter des vêtements en draps d’Ypres et de Caen115. Est-ce pour cette raison et par désir d’être assimilées à ces femmes en vue, que déjà en 1272-1273, même les femmes de milieu modeste recherchent les sarges de Caen, malgré leur prix de 11 à 33 sous la brasse ?116 C’est sans doute aussi pourquoi la firme del Bene (1318-1323) de la Compagnie di Calimala et les Alberti importèrent ces fameux draps de Caen117. La Prattica della Mercatura (1340) de Pegolotti, facteur des Bardi, atteste qu’au début du XIVe siècle les draps normands étaient bien vendus à Florence. L’auteur donne en effet le tableau des longueurs que devaient présenter les dits draps. Ces longueurs sont données en aunes de Paris. Faut-il en déduire que ces draps avaient été achetés à Paris, ou / et déjà finis dans la ville ?

  • 118 F.B. PEGOLOTTI, La prattica della mercatura, éd. A. Evans, Cambridge (Mass.), 1936, p. 279.

- Drap de Montivilliers = 25 aunes
draps « berettini » (d’une couleur) et « piccioli » (petit) = 15 aunes
draps « melati » (mélangés), plus ou moins comme à Paris draps « schietti » (unis) = 42 aunes
- Drap de Caen
drap classique = 48 aunes
saie de 1 in blanc = 48 aunes
saie unie = 42 aunes
saie « linge bianche di baiuolo » = 24 aunes118

  • 119 P. CHORLEY, The cloth exports..., p. 363.

80On peut encore repérer des draps rayés de Louviers (avec ceux de Gand) à Bologne et à Vérone à la fin du XIVe siècle, où la mesure de leurs demi-draps est donnée pour 18 aunes119.

  • 120 F. BONAINI, « Breve consulum curoae mercatorum civitatis Pisanae", in Statuti inediti della citta d (...)

81Les malheurs politiques de Pise jusqu’à sa mise en tutelle par Florence n’empêchèrent pas l’importation des draps normands à partir de1318120 à un moment où ils s’effaçaient du marché siennois. L’étude menée par F. Melis sur le commerce des draps à Pise montre au XIVe siècle une importation variée, privilégiant ceux du plateau du Neubourg : surtout des louviers : 47 en 1356, 27 en 1357, 17 en 1361, 11 en 1385 et 4 en 1392 et des bernay, 51 en 1357, 41 en 1360 et 2 en 1400, aux dépens des draps d’Évreux : 8 en 1385, 2 en 1388 et 2 en 1394, de Rouen (3 en 1385, 1 en 1393) et de Montivilliers dont un seul exemplaire apparaît en 1400. Le maximum d’importation normande se situe ici en 1357 (78 pièces) et en général avant 1360, c’est-à-dire avant Brétigny qui rattachait la Normandie à la Couronne de France. Faut-il voir un lien entre cette période anglaise et le relatif effacement de la draperie de basse Normandie, ou le phénomène relève-t-il d’autres facteurs ?

  • 121 H. CALDERAN-GHIACCHETTI, « L’exportation de la draperie langue-docienne », déjà cité en note 109, p (...)

82Enfin, dans la péninsule italienne, la firme Datini aurait encore commercé des draps d"Evreux et de Louviers à Rome en 1399, où ils auraient concurrencé les draps languedociens, anglais et flamands dits de Wervicq121.

  • 122 L. MERY - F. GUINDON, Histoire analytique et chronologique des actes et des délibérations du corps (...)
  • 123 R. BUSQUET - R. PERNOUD, Histoire du commerce de Marseille, 2 vol., Paris, 1949, t. 1, p. 151 et 20 (...)
  • 124 É. BARATIER-F. RAYNAUD, Histoire du commerce..., t. 1, p. 44.
  • 125 Épisode rapporté par LAURENT, Un grand commerce..., p. 203, note 1 et M. MOLLAT, La draperie..., p. (...)

83On retrouve des traces relativement précoces des draps normands sur les rivages franco-méditerranéens. Ainsi à Marseille, les draps de Louviers et les barracans de Rouen figurent dans un tarif douanier de 1229122. Durant le XIVe siècle, les notaires marseillais continuent d’enregistrer des achats de brunettes de Rouen, en 1331, 1338, 1354123. En 1369, le tarif du foulage des draps du Brabant à Marseille équivaut à celui des draps normands124. Draps de consommation, peut-être, draps de passage sûrement car ils repartaient ensuite vers Messine, relais vers les ports de la Méditerranée orientale, Acre notamment, en 1248. Les draps de Louviers (et de Rouen) semblent avoir encore été à bord du panfle de Ricardo Campola de Messine alors qu’il faisait voile vers Constantinople, en 1355, et qui fut pillé dans les Dardanelles par des Vénitiens. Ces draps avaient été chargés à Rhodes par un marchand de Montpellier, Raymond Serralier125. Montpellier, où Jean Barrai commerce aussi du drap de Rouen. Il faut donc en retenir une certaine complémentarité commerciale entre Montpellier, Marseille et Messine, pour l’acheminement des draps vers l’est de la Méditerranée.

  • 126 O. MASSON-BESSIERE, « Le commerce à Brignoles au XIVe siècle », in Provence historique, 14, 1964, p (...)

84Il en est de même dans l’arrière-pays provençal au XIVe siècle, où, à Brignoles, le mesclat de Montivilliers se vend à 30-32 sous la canne dans les années 1340. La noblesse de la ville et de ses environs s’équipait aussi en draps de Louviers et de Rouen. Ainsi en 1343, les seigneurs Foulques et Geoffroi Olivarier achètent un pan de mesclat de Montivilliers à 32 sous la canne auprès de marchands de Brignoles, Bertrand du Luc et Raymond Miche, qui vendaient aussi des draps de Bruxelles et de Gand126. On notera cette spécialisation du commerce de marchands qui délivrent des draps luxueux, venus tout à la fois de grands centres flamands, brabançons et normands.

  • 127 P. MEYER, « Le livre journal d’Ugo Terahl notaire et drapier à Forcalquier, 1330-1332 », in Notices (...)

85Plus à l’est à Forcalquier, dans le livre du notaire et drapier Ugo Terahl, on relève l’achat en 1331 de deux palmes de « vayr de Roams »127. L’achat, cependant reste unique. Doit-on y voir la confirmation du fait que ces draps étaient plus destinés à une consommation d’élite et à l’exportation, qu’à la consommation par des petites villes ?

  • 128 E. BARATIER, « Le notaire Jean Barrai, marchand de Riez au début du XVe siècle », in Provence Histo (...)
  • 129 R. H. BAUTIER, La place de la draperie..., p. 53.

86Il faut admettre que l'importation des draps normands s’est poursuivie au XVe siècle, à l’intérieur même de la Haute-Provence. A Riez, entre 1417 et 1424, le notaire Jean Barrai128 en offre un bon exemple, avec ses 44 draps normands (19 de Bernay et 11 de Saint-Lô, 4 de Louviers et 3 de Montivilliers) qui constituent la deuxième qualité importée, loin, il est vrai, derrière les draps du Languedoc-Roussillon (220 pièces), mais certainement devant les draps des Pays-Bas129

  • 130 BARATIER-RAYNAUD, Histoire du commerce..., p. 294.

87C’est encore en 1358 qu'un compte de la douane d'Aigues-Mortes note le passage de 500 pièces de Louviers (mais pour 3 300 de Beauvais et 950 de Brabant)130. Les draps de Louviers sont cependant taxés deux fois moins que ceux de Bruxelles, ce qui vient confirmer l’hypothèse d’une baisse qualitative de certains louviers dans la seconde moitié du XIVe siècle.

  • 131 M. GOURON, « Achats en foire d’un marchand drapier d’Anduze » in Congrès Régional des fédérations h (...)

88Au siècle suivant, entre 1408 et 1418, sur la route de Paris à Aigues-Mortes, le drapier d’Anduze, Guillaume de Sauzi, importe, via les foires du Lendit, des draps sortis des ateliers des Andelys, de Bayeux, Bemay, Évreux, Louviers, Marigny, Montpinchon, Pont-de-l’Arche, Rouen, Saint-Lô, Saint-Marcel131. On peut s’étonner d’un tel éventail qualitatif et s'interroger sur la destination finale de ces draps. Il confirme en tous cas qu’au début du XVe siècle les draps normands conservent leur prestige sur les marchés du sud de la France.

  • 132 N. COULET, Aix-en-Provence. Espace et relations d’une capitale, 2 vol., Aix, 1988, p. 460-465.

89Aix-en-Provence en serait un autre exemple. Toutefois, sur ce marché leur importance reste relative. Dans la première moitié du XVe siècle, ils sont un peu perdus au milieu des draps flamands et brabançons et N. Coulet ne relève que quelques vert-herbeux de Bernay et un gris obscur de Rouen (en 1425). Ils auraient été plus nombreux dans les années 1440-1450, tout en ne représentant que 6 % des ventes réalisées par le marchand B. Salvanhi. Le montivilliers dans ses teintes sombres, jouit alors du plus grand succès, et son prix de 8 Florins équivaut à celui du violet de Florence132. C’est dire qu’il est plus cher qu’un lierre, un malines, un bruxelles ou un ypres !

  • 133 P. CHORLEY, The cloth exports..., p. 364.
  • 134 Ph. WOLFF, « Esquisse d'une histoire de la draperie en Languedoc du XIIe au début du XVIIe siècle » (...)

90C’est encore dès le XIIIe siècle qu’ils atteignent les côtes languedociennes. A Narbonne au milieu du siècle, et à Perpignan en 1284, où draps de Rouen et de Louviers se côtoient sur les marchés133. Il serait donc vraisemblable de penser qu’ils ont pu dès cette date traverser Montpellier et les villes de l’Aquitaine. Mais les preuves manquent pour le XIIIe siècle, et le drapier carcassonnais Jean Saval, qui importe des camelins et des mesclats originaires pour partie de la Normandie, date de la période suivante, en 1340-1341134.

  • 135 Ph. WOLFF, Commerce et marchands de Toulouse (1350-1450), Paris, 1954, p. 261.
  • 136 Ph. WOLFF, Toulouse..., p. 577 : en particulier les drapiers toulousains Najac. Voir à cet égard l’ (...)
  • 137 Ph. WOLFF, Toulouse..., p. 137, note 126. C’est le cas pour un drap violet de Montivilliers acheté (...)
  • 138 Ph. WOLFF, Toulouse..., p. 237 ; l’auteur affirme cependant que, de 1438 à 1450, la Normandie réali (...)

91Toulouse alimente vraisemblablement ces marchés languedociens au XVe siècle. D’ailleurs ses marchands se rendaient directement en Normandie pour y faire leur choix135 ou bien au Lendit, à Paris136 et aussi, probablement sur les foires de Genève137. On releva ainsi, de 1357 à 1430138 les achats de draps suivants :

  • 139 D’après les données de Ph. WOLFF, Toulouse..., p. 237, 240-241.

Draps de Montivilliers, en 1431 écarlates rouges en 1430 pureyes, pers, verts, noirs et gris
Draps de Rouen verts, gris, pers, rouges, demi-graine, pour les meilleurs
blanc, turcs et vert-gay, pour les plus moyens
Draps d’Auffay, en 1400 : gris, paonnat
en 1403 : vert
en 1404 : céleste, bleu
en 1411 : vert, sanguin, grisart, morat
en 1412 : vert-noir, pers, grisait
Draps de Bernay, avec des brunettes en 1391, 1404, 141 1 ; des mesclat en 1408, des noirs en 1412 et des vert-noir en 1426-1434.
Draps d’Évreux, en 1400 : vert-noir, vert.
en 1403 : noir, ferret
en 1404 : pureye
en 1411 : violet,
en 1412 : ferret, vert, vert-noir, brunette, pers, grisait
en 1413 : violet, vert., vert-noir
Draps de Neufchatel-en-Bray : en 1405 des brunettes et en 1412 des vert-noir
Draps de Pont-de-l’Arche : rouges et garancés en 1411
Draps de Saint-Lô : gris en 1401 et garancés en 1421139

  • 140 Ph. WOLFF, Toulouse..., p. 135, selon le registre notarial 7411,26v° et fol. 66.

92Et sans doute des draps de Saint-James de Beuvron, puisqu’un marchand de cette ville, Jean de Lacharte, vient vendre ses draps à Jean de Villesèque de Toulouse en 1357-1358140.

  • 141 Ph. WOLFF, Toulouse..., p. 142-143, d’après le registre notarial 112, f° 31 v°. Ces draps seront en (...)

93Donc beaucoup de draps à base de vert et de rouge, dans des teintes plutôt foncées. On remarquera une fois de plus qu’il s’agit d’une draperie de haute qualité, voire de luxe, notamment avec les écarlates de Rouen et de Montivilliers, ce que nous confirme la qualité des acheteurs et des consommateurs. Par exemple, les Frères de l’ordre de Saint-Jean de Jérusalem qui s’approvisionnent en 1406 auprès des frères Najac en draps de Montivilliers (un), de Rouen (un), d’Évreux (cinq) et d’Auffay (deux) : il y en a pour toute la hiérarchie141. Le fait est intéressant, car nous verrons que les chevaliers de l’Ordre Teutonique s’équipaient également avec des draps de Montivilliers. Tout comme nous les verrons à la cour pontificale. Simple coïncidence ? Modèle suivi ? Préceptes donnés ?

  • 142 Ph. WOLFF, Toulouse..., p. 259.
  • 143 E. FORESTIE, Comptes et mandements des receveurs et maîtres d’hôtel du vicomte de Fézengaguet (1365 (...)

94Elite religieuse, mais aussi élite seigneuriale. Le Comte de Foix fait acheter en 1442 de l’écarlate fine et du vert-noir de Montivilliers auprès de Jean du Bourg, ainsi que d’autres étoffes de Rouen et de Montivilliers auprès du drapier Guilhem de Lavit142. Mais déjà, en 1367, les draps de Montivilliers figuraient dans les comptes de l’hôtel du vicomte de Fézengaguet143.

95Les Capitouls et grands bourgeois enfin, de Toulouse et de ses environs, se vêtent de ces draps « français » :

  • 144 D’après Ph. WOLFF, Toulouse..., p. 269-270 et Appendice IV.

1379 : mesclats et autres draps de Montivilliers

à Fabas et Grisoles

1380 : morat in grana de Montivilliers

Limoux

1385 : demi gris de Montivilliers

Toulouse

1398 : une canne de Montivilliers

Castelnaudary

1399 : 9 cannes de morat de Rouen
11,5 cannes de pureye de Montivilliers

Lautrec
Limoux

1404 : 3 pièces d’églantine de Rouen et 27 cannes de pers et pureye d’Auffay

Toulouse

1430 : un vert-noir de Montivilliers
un quart de noir de Montivillier

Castres
Limoux

1431 : un et demi de noir de Montivilliers

Limoux

1438 : un morat de Rouen
22 cannes vert-noir de Rouen

Castres
Toulouse

1441 : 22 cannes noir de Rouen

Toulouse

1447 : dix cannes vert-noir
dix cannes d’écarlate de Montivilliers

Toulouse et Castelsarrazi144

  • 145 Selon l’appréciation de BAUTIER, La place de la draperie..., p. 47 ; notamment les draps de Bruxell (...)
  • 146 Ph. WOLFF, Toulouse..., p. 259.

96Les draps normands sont donc fréquents à Toulouse et dans ses environs depuis le milieu du XIVe siècle et tout au long de la première partie du XVe siècle. On serait même tenté de voir une plus grande diversification des importations (donc des fabrications) au XVe qu’au XIVe siècle. Même si les draps normands restent nettement à l’arrière-plan des draperies brabançonnes qu’ils auraient complétées145. Ils y demeurent des draps nobles, même quand de petits acheteurs achètent à crédit, entre 1398 et 1409, des draps de Rouen, Montivilliers, Saint-Lô, Neufchatel et Auffay, ce sont encore de petits héritiers nobles, comme ceux de noble Bernard de Roaix146. Donc, plus que des draps de riches, ce sont des draps symboles de pouvoir et d’une certaine noblesse.

  • 147 E. FORESTIÉ, « Les livres de compte des frères Bonis, marchands montalbanais du XIVe siècle (1336-1 (...)

97Ils arrivaient à Toulouse par Bordeaux, qui desservaient aussi les marchands de Montauban, tels les frères Bonis, qui se procurent des mesclats de Montivilliers entre 1347 et 1368147, tant sur les foires du Lendit que sur place ou à Rouen même, selon toute vraisemblance, ces draps arrivant ensuite à Bordeaux par la voie atlantique.

98Mais ils pouvaient aussi gagner l’Aquitaine, en traversant le Poitou et l’Anjou, toutes provinces dans lesquelles nous retrouvons leur trace aux XIVe et XVe siècles.

  • 148 R. FAVREAU, La ville de Poitiers, déjà cité note 35, t. 1, p. 247, d’après A.M. Poitiers, K 1, f°33 (...)

99La commune de Poitiers achète en effet des draps à des marchands normands en 1387 (Jehan de Mons) et 1390 (Gervais Lenfrizé). En 1422, on y voit encore arriver du drap dit de « saint Lou ». Il est vrai que ces draps pouvaient aussi entrer en terre poitevine, via La Rochelle, où sont cités en 1388 et des marchands normands et des draps de Saint-Lô148.

  • 149 R. FAVREAU, La ville de Poitiers..., t. 1, p. 142. P. MARCHEGAY, « Chartes et tarif de la cloison d (...)
  • 150 R. FAVREAU, La ville de Poitiers..., t. 1, p. 246, d’après Paris, A.N., H 4 3026. L’auteur renvoie (...)

100Nous avons déjà relevé leur importance à la cour d’Anjou au XVe siècle. Mais les draps normands ont commencé leur carrière dans la province au siècle précédent. En 1373, la cloison d’Angers prélevait 12s 6d sur chaque fardeau de draps de Rouen et dix sous sur ceux de Saint-Lô149. En 1384, la cloison l’Angers fixe à 20s le tarif des draps de Montivilliers, au même titre que pour les draps de Flandre, de Brabant et d'Angleterre, avec lesquels ils sont donc mis sur un plan d’égalité. Il sera demandé 15 s. pour les draps de Rouen et d’Évreux, considérés donc de valeur inférieure, 10 s. pour ceux de Saint-Lô, Bayeux et Caen, enfin 5 s. pour les draps de Saint-James de Beuvron, taxés comme les draps de Fougères, Vitré et Laval150.

  • 151 A.M. Nantes, CC 383. A l’inverse, les Bretons se rendaient en Normandie pour y prendre draps et har (...)

101Ils suivaient en somme le trajet des draps de Bretagne, province où se rencontrent également les draps normands. Les drapiers nantais les vendent au détail dans leurs boutiques et à Rennes, dont ils approvisionnent les foires, à Nantes et à Vitré. C’est sans doute à Nantes que les marchands normands arrivaient en plus grand nombre, car le marché y était international. Les Espagnols venaient y troquer leur laine contre les draps apportés par les marchands de Rouen, Saint-Lô, Honfleur et Montivilliers151.

  • 152 M. MOLLAT, Le commerce..., p. 201, note 8.
  • 153 BLANCHARD, Lettres et mandements..., VI, no 1764.
  • 154 M. MOLLAT, Le commerce..., p. 111 et note 101, mais aussi H. TOUCHARD, Le commerce maritime breton (...)
  • 155 M. MOLLAT, Comptabilité du port de Dieppe au XVe siècle, Paris, 1951, p. 60.

102Les marchands de Vitré achètent encore du drap de Rouen en 1497152. La cour des ducs de Bretagne fait de même, qui s'approvisionnait en draps de Rouen noir et vert-brun auprès des revendeurs de Rennes et de Nantes153. Ils y arrivaient par voie de mer, et constituaient encore la majeure partie du fret rouennais vers la Bretagne en 1456 et 1467, ainsi que le démontre M. Mollat154. Ils étaient moins nombreux, semble-t-il au départ de Dieppe, où on ne les relève qu’en 1476155.

  • 156 C. MATHIEU, « Le commerce de la draperie à Avignon », in Bulletin Philologique et Historique, 1961, (...)

103Il n’est pas impossible qu’ils aient gagné les côtes méridionales, via Avignon, mais toutefois pas avant le XIVe siècle. L’hypothèse est d’autant plus plausible que les draps de Montivilliers, Louviers, Bemay et Saint-Lô en repartaient vers le Levant, sans aucun doute par les villes du delta du Rhône (Aigues-Mortes, Marseille ?)156.

  • 157 K.H. SCHAFER, « Die Ausgaben der apostolischen Kammer », déjà cité note 24 ; R. DELORT, « Notes sur (...)

104Pourtant, les papes séjournant dans la ville (1309-1376) n’envoyèrent pas de pourvoyeur particulier sur les lieux de production pour s’en procurer, les faisant plutôt venir du Lendit, voire de Chalon-sur-Saône. Doit-on y voir une preuve du fait qu’ils n’accordaient à ces draps qu'un intérêt modéré ? Seul le drap de Montivilliers semble avoir bénéficié de quelques faveurs, en particulier le gris, entre 1330 et 1390, et notamment à la cour de Benoît XII, qui envoie ses clercs en acheter à la foire espagnole de Médina del Campo. Mais, tous les autres draps normands n’apparaissent qu’épisodiquement et chaque fois pour des achats minimes : draps de Rouen, Evreux, Louviers et Bayeux. Plus nombreux, mais tout aussi ponctuels, sont les draps de Bemay et de Saint-Lô. Les acquisitions de draps de Gamaches et des Andelys furent exceptionnelles157.

105Les draps normands, et en particulier ceux de Louviers, de Rouen et plus tard de Montivilliers auraient donc été très présents sur les marchés méditerranéens, entre les milieux des XIIIe et XIVe siècles. La relative abondance de notre documentation sur cette période par rapport à celle du siècle suivant, ne doit pas occulter le fait qu’ils sont toujours commercés au XVe siècle, mais, il est vrai, dans une mesure que nous avons plus de mal à appréhender. Draps de qualité, voire de luxe, ils semblent avoir été prisés par les élites locales, laïques comme ecclésiastiques, et souvent destinés à une exportation vers les terres de Méditerranée orientale. Mais ils ne sont bien souvent restés que des compléments à des chargements de draps de Flandre et du Brabant.

  • 158 Selon P. CHORLEY, The cloth exports..., p. 352.
  • 159 750 sur 897 572 marévadis. Ils y cotoyaient quelques draps d’Alençon ; M. GUAL CAMARENA, « El comer (...)

106Plus à l’ouest, on les retrouve dans la péninsule ibérique, mais pas avant le milieu du XIIIe siècle, semble-t-il. Il faut en effet attendre le tarif du maximum de la Couronne en 1268 pour voir figurer des draps de Rouen en Castille158 et un autre décompte d’importation en 1293. Il n’est alors question que de trois draps de Rouen, et de quelques bernay qui ne représentent qu’à peine un millième de la valeur totale de la cargaison !159

  • 160 Ch. VERLINDEN, « Draps des Pays bas », déjà cité note 2, p. 21-36 ; « Contribution à l’étude de l’e (...)
  • 161 Paris, A.N., Z 1 A 1, f 222, 234v°, 243v°, 249v°, 265. M. MOLLAT, Le commerce..., p. 17.

107En échange de la laine qu’ils importaient pour leur propre draperie, les Rouennais exportaient donc leurs draps en Castille, comme le révèle le tonlieu de la Hermandad, regroupant à la fin du XIIIe siècle, les quatre ports de Santander, Castro Urdiales, Laredo et San Vicente. Ce tonlieu mentionne des baracans(« baraganes ») et des estanforts de Rouen, ainsi que des draps de Caen160. Ces draps arrivaient donc en grande partie par la voie maritime. Ainsi en 1338, partent de Harfleur 13 navires espagnols avec à leur bord des draps tissés à Montivilliers. En 1399, Jean Durant, marchand de draps de Saint-Lô apporte à Harfleur 44 draps pour le compte de plusieurs espagnols161.

  • 162 Nantes, A.M., CC 383, f° 3 et 4. En 1402, les draps de Rouen sont toujours importés en Castille : v (...)

108Ces exemples confirment donc les relations entre marchands normands et espagnols, et le fait que les espagnols procédaient eux-mêmes à l’importation de ces draps chez eux. Harfleur et Honfleur paraissent avoir joué un rôle notable dans ce commerce au XIVe siècle. Il semble qu’au siècle suivant, Nantes ait pris le relais : un texte de 1474 mentionne des marchands de Rouen, Saint-Lô, Hambye et Montivilliers, venus y vendre leurs draps à des Espagnols162.

  • 163 Ch. VERLINDEN, Draps des Pays Bas..., p. 30.
  • 164 M. MOLLAT, La draperie..., p. 406.
  • 165 G. ROMESTAN, « Les marchands languedociens à Valence », in Bulletin Philologique et Historique, 196 (...)
  • 166 F. MELIS, « La diffusione nel Mediterraneo occidentale dei panni di Wervicq delle alte citta delle (...)

109En Aragon même, et en dehors de la Cour royale, ils furent importés épisodiquement par les marchands languedociens. Cités dans un document de 1350163, ils semblent peu nombreux sur l’ensemble du XIVe siècle. La seule liste d’importation subsistante, en 1304-1305, ne fait mention d’aucun d'entre eux164. Ils ne sont guère plus répandus à Valence165 où il n’est question que d’un drap en 1399 et de deux draps et demi en 1400166.

  • 167 Ch. VERLINDEN, Draps des pays bas..., p. 30 et note 46.
  • 168 MISRAHI-KNUDSON, Jehan de Saintré, p. 50.
  • 169 F. MELIS, La diffusione..., tableaux p. 223-225.
  • 170 F. MELIS, La diffusione..., tableaux p. 223-225.

110Leur première trace en Catalogne remonterait à 1365, si l’on admet que les « Morçàviler » sont bien des draps de Montivilliers, ainsi qu’ils apparaissent dans les délibérations des Cortès de Barcelone cette année-là167. On retrouve des « Mostiveler » en 1390168. Les relevés de F. Melis ne font guère allusion qu’à un demi-drap en 1399169. Les quatre pièces signalées à Majorque en 1396 seraient bien, selon Ch. Verlinden, des draps de Montivilliers et en 1402, on y retrouve 40 aunes de draps normands170.

  • 171 M. MOLLAT, Le commerce..., p. 17.

111Enfin, au Portugal, ils sont notifiés dès 1253 dans la charte d’Alphonse III qui fixe les prix des draps de Caen et de Rouen « prumas de Normandia et de Rouan ». L’année suivante, ils sont déchargés à Porto. Leur importation est confirmée jusqu’en 1370 au moins171.

  • 172 H. DUBOIS, Les foires de Chalon, déjà cité note 24, p. 160, note 110.
  • 173 P. TOUSSAINT, Les foires de Chalon-sur-Saône des origines au XVIe siècle, Collection d’études sur l (...)
  • 174 En fait, on ne relève que deux mentions d’achat de Rouen en 1352 et 1379 : H. DUBOIS, Chalon.... p. (...)
  • 175 En 1357 et 1367. Les draps verts et marbrés sont les plus fréquents : DUBOIS, Chalon..., p. 160, no (...)
  • 176 Destinés à l’Aumônerie pontificale entre 1352 et 1357, ils sont également acquis par l’hôtel ducal (...)
  • 177 Ibidem, note 111.
  • 178 En 1352 et 1383, ibidem, note 111.
  • 179 Des marchands de Torigni assistent aux foires de Chalon en 1360 et 1364 : H. DUBOIS, Chalon..., p.  (...)
  • 180 Brunettes et grands draps blancs, entre 1352 et 1358 : H. DUBOIS, ibidem, note 118.
  • 181 Les marchands de cette ville tiennent buffets et loges à la foire. Leur présence est particulièreme (...)
  • 182 Ibidem, note 124.
  • 183 Ibidem, p. 160, note 110. Seuls draps, vu leur prix, à être vendus sur buffet, les autres sont vend (...)

112L’étude d’H. Dubois à démontré que, vers l’est, les foires de Chalon-sur-Saône offrirent aussi un vaste débouché aux draps de Normandie. Ils étaient apportés là par des marchands d’Ile-de-France, en particulier de Beauvais et de Rouen172. Ils partageaient une halle avec les marchands de Lille, Dijon et Beaune, et y vendaient leurs draps au détail173. L’auteur s’accorde sur le fait que les draps normands sont restés nombreux dans la seconde moitié du XIVe siècle et la première du XVe siècle. Les pourvoyeurs apostoliques et les hôtels ducaux sont les plus remarquables acheteurs de ces draps venus de Haute Normandie, en particulier de Rouen174, Louviers175, Bernay176, Montivilliers, Harfleur177 et Evreux178 mais aussi ceux, plus modiques de basse Normandie, Torigni179, Saint-Lô180 Saint-James de Beuvron181, Montpinchon et Bayeux182, tous draps principalement achetés par l’hôtel ducal après 1361183.

  • 184 H. DUBOIS, Chalon..., p. 160, note 114.
  • 185 Ibidem, p. 162 et note 125.
  • 186 Ibidem, p. 161 et note p. 115.

113Au XVe siècle, les drapiers de Rouen continuent de fréquenter les foires de Chalon, notamment en 1413, 1414 et 1428184. On retrouve à peu près tous les centres de basse Normandie dans les listes de 1437-1440 et il s’y ajoute des draps de Falaise et de Hambye185, de Pont-de-l’Arche, des Andelys, Auffay et Neuchatel186.

114La ville est au cœur d’un vaste réseau de redistribution. Au-delà de 1 a cour bourguignonne proprement dite, qui répand ces draps sur tous les domaines de la Comté et du Duché, et au-delà de la cour pontificale, les foires alimentent aussi de grandes villes, comme Dijon, Toulouse ouvrant aussi à l’Est, vers la Savoie, la Suisse et l’Empire.

  • 187 F. PIPONNIER, « Cloth merchants inventories in Dijon in the fourteenth and fifteenth centuries », i (...)

115Si l’on en croit les inventaires après décès entre 1389 et 1438 compilés par F. Piponnier, les draps normands et non des moindres, étaient également consommés par les marchands de Dijon : draps de Rouen, de Bemay et de Louviers en particulier187 et nous avons vu nombre de drapiers dijonnais alimenter directement la cour bourguignonne en draps normands.

  • 188 F. BOREL, Les foires de Genève au XVe siècle, Genève, 1892, p. 147.
  • 189 Ils auraient bénéficié dans la ville de certains privilèges, comme des franchises sur leurs boutiqu (...)

116Les draps normands semblent avoir été particulièrement appréciés à Genève au XVe siècle. Draps verts, vert-brun, vert-obscur : gris, gris-brun, violets, écarlates de Bernay, draps violets, gris, fin-gris, gris-obscur, fin-violet, pers, vert, vert-herbu de Montivilliers, surtout achetés là aussi par la Cour de Savoie, violets et gris fin de Louviers et de Rouen188. Certains étaient apportés là par des marchands normands189, en particulier de Bernay et de Rouen, que l’on repère sur la foire de Genève en 1427 et 1431.

  • 190 J.-F. BERGIER, Genève..., p. 335. Il cite en particulier les familles rouennaises des Le Seigneur, (...)
  • 191 F. BOREL, Les foires..., p. 77. L’évêque de Savoie leur accorda un emplacement devant l’hôtel de vi (...)
  • 192 F. BOREL, Les foires..., p. 150, Doc. XVIII (voir ci-dessous tableau des prix).

117Mais c’est surtout dans la seconde moitié du XVe que les draps nonnands seront les plus nombreux190, à tel point que les marchands venus de Normandie demandent en 1460, un endroit spécial pour qu’ils puissent y exposer et vendre leurs draps191. Cette même année, en août, le drapier Guillaume du Four, de Rouen, vend au protonotaire de Savoie 100 demi-draps violets et gris de Rouen et de Montivilliers pour 191 écus192.

  • 193 M. MOLLAT, Le commerce..., p. 44.
  • 194 A. GRUNZWEIG, Correspondance de la filiale de Bruges des Medicis, Bruxelles, 1931, p. 78-83. Égalem (...)
  • 195 E. VERGA, La camera di mercanti di Milano, Camera di commercio e industria di Milano, Milan, 1914 ; (...)

118Des marchands parisiens apportent encore des draps de Montivilliers à Genève, tel François Charat, accusé en 1428 de ne pas s’être acquitté des droits de foire193. Ce sont aussi les marchands de Flandre qui font à Genève (via la Bourgogne) le commerce des draps nonnands : les Portinari, qui dirigent à Bruges la firme des Médicis, expédient à plusieurs reprises, en 1443 et 1459, du drap rouennais à Genève, d’où il devait être réexpédié pour Milan194. Les draps nonnands arrivaient déjà au XIVe siècle dans la ville lombarde, notamment ceux de Rouen et de Caen, que l’on cite en 1396195.

  • 196 H. AMMAN, « Die Diesbach-Watt Gesellschaft », in Historischen Verein des Kantons St.Gallen, XXXVI, (...)

119Mais la consommation des draps normands ne semble guère s’être beaucoup répandue à l’intérieur de la Suisse. Pourtant il existait des relations directes entre Suisses et Normands à la fin du XVe siècle : Niklaus von Diesbach, membre de la société des Diesbach-Watt de Saint-Gall est resté près de trente ans en France comme correspondant commercial et il aurait entre autre séjourné à Rouen196.

  • 197 Archives de l’Etat de la ville de Bâle, Privat Archiv P. A. 62, Handlungsbuch des Ülrich Meltinger (...)
  • 198 H. AMMAN, Deutschland..., p. 42.
  • 199 H. AMMAN, « Mittelalteriche Zolltarife aus der Schweiz, III, Zollstellen von Basel und Umgebung » i (...)

120Malgré nos recherches, nous n’avons pas trouvé trace de draps normands à Bâle (ils n’ont jamais figuré dans le Schlusselzunft, le métier des drapiers de la ville), autre grand carrefour du commerce suisse. Ils sont totalement absents par exemple du livre des Meltinger à la fin du XVe siècle197. A ce titre, les draps de Louviers relevés dans le registre douanier de Schaffousen en 1363 font un peu figure d’exception198. H. Amman n’en trouve guère d’autres dans les registres douaniers qu'il a consultés199

  • 200 Aucune mention dans les études de S. SCHMOLLER, Die Strassburger Tucher und Weberzunft, Strasbourg, (...)

121De même, Strasbourg, la correspondante directe de Bâle sur le Rhin affiche une absence identique des draps normands, au profit des draps du Brabant200

  • 201 H. AMMAN, « Die deutschen und die schweizerischen Messen des Mittelalters », Recueil de la Société (...)
  • 202 On rencontre des draps de Malines et de Gand à Baden et des draps anglais à Zürich en 1496 Archives (...)

122La quasi-absence de draps normands en Suisse comme à Strasbourg est donc un phénomène régional qu’il conviendrait d’expliciter. On ne peut incriminer le déclin des foires de Champagne, car nous n’avons aucune certitude qu’elles aient jamais joué un rôle quelconque pour le commerce des draps en Suisse, au contraire des foires de Chalon201. Comment expliquer que les draps normands soient arrivés nombreux sur ces dernières, sans jamais passer en Suisse, alors que les routes en étaient connues ? Faut-il admettre que leur luxe ou leur coût décourageaient une clientèle suisse austère ? Une clientèle qui préférait les draps de Fribourg plus modestes, tout en étant de qualité et dont la concurrence aurait joué en défaveur des draps de Normandie. On objectera, à juste titre, que les Suisses importaient des draps d’Angleterre, de Gand ou de Maline202. Mais il ne s’agissait pas des plus beaux draps de ces centres. Bâle, comme Strasbourg, seraient donc restés plus fidèles, au moins dans ce commerce de draps à un axe mosan-rhénan plus traditionnel.

  • 203 L. COSTA de BEAUREGARD, Souvenirs du règne d’Amédée VIII. Guerre de Lombardie et mariage de Marie d (...)
  • 204 A. PAGE, Vêtir le Prince. Tissus et couleurs à la Cour de Savoie (1427-1447), Lausanne, 1993, p. 28
  • 205 A. PAGE, Vêtir le Prince..., p. 21, 26, 29, 34, et L. COSTA de BEAUREGARD, Souvenirs..., p. 196-202
  • 206 A. PAGE, Vêtir..., p. 56 et 47.

123La cour d’Amédée VIII de Savoie s’aligne sur les autres cours européennes et consomme aussi des draps de Normandie, en particulier des pers, violet, et demi-draps vert de Montivilliers en 1427203, probablement achetés à Genève. Ils semblent réservés à la cour ducale et aux personnes importantes. Ces draps sont généralement acquis en gros. Ainsi, cette année-là, on constate que le prix de la pièce de drap violet diminue lorsqu’il est acheté en nombre : seul, il vaut 580g, à quatre, il ne vaut plus que 400g et à six ou dix draps, à 380 gros, ce qui conduit A. Page à s’interroger sur la valeur dégressive des draps normands achetés en nombre à Genève204. En 1444, la duchesse de Savoie s’habille encore en drap noir de Montivilliers. L’année suivante, il est fait cadeau à un marchand de Florence d’une robe de rouen et de montivilliers205. En 1415, la cour achète une aune de noir de Montivilliers et en novembre 1449, trois aunes de gris de « Ruant » à Guillaume du Four, à Genève206.

124Faut-il donc en conclure qu’en ce qui concerne les draps normands, les foires de Genève, n’auraient guère eu qu’un rôle d’approvisionnement des cours avoisinantes, sans lien avec les autres marchés suisses et qu’elles n’auraient pas alimenté de véritable consommation urbaine à l’intérieur des cantons ?

125Il est vrai que Louis XI interdit la fréquentation des foires de Genève aux marchands français en 1460, ce qui avait pour but de dynamiser les foires françaises de Lyon. En fait, Lyon se trouvait sur la route de Genève et bien des drapiers y faisaient déjà des affaires depuis longtemps. Et il n’est pas certain que la fermeture du marché genevois aux Français ait favorisé le commerce de Lyon en privant la ville de ces marchands de passage vers la ville suisse.

  • 207 GANDILHON, Politique économique de Louis XI, Paris, 1941, p. 224.
  • 208 P. MEYER, G. GUIGUE, « Fragments du grand livre d’un drapier de Lyon (1320-1323) », Romania, t. 35, (...)

126Il est vrai que des marchands français viennent commercer des draps normands à Lyon après 1460, comme le berrichon Jean Dauron qui y achète des draps de Rouen en 1463, pour une valeur de 1 155 livres tournois207. Mais les Lyonnais consommaient déjà les draps normands au XIVe siècle, ainsi que le prouve le livre d’un drapier de Lyon, qui en 1322 mentionne une demi-aune de « chaqua de Loverz » à 8 sous viennois bons et dont il fit des chausses208.

  • 209 M. BRESARD, Les foires de Lyon aux XIVe et XVe siècles, Paris, 1914, p. 47, 163, 231.
  • 210 Inventaires des Archives de Rouen..., p. 78.

127Et lorsque les Lyonnais doivent à leur tour défendre leurs foires contre l’offensive des marchands languedociens, ils invoquent l’importance des draps normands sur leurs foires. Un rapport présenté à cette occasion montre que la valeur de la vente des draps réalisée à Lyon se monte à 6 000 livres tournois, alors qu’elle ne dépassait guère 1 000 lt à Genève « autrefois »209. La demande en draps normands semble avoir été assez forte sur le marché lyonnais pour que des marchands rouennais, comme Jacques le Pelletier et Guillaume Auber en 1496, pressent les tisserands d’adopter les nouvelles techniques de foulage au moulin, pour produire plus et plus vite. Car pour eux un drap de 50s se montre mieux qu’un rouen de 60s210. Il s’agit donc alors de répondre à une demande de draps plus courants et moins chers.

  • 211 DUBOIS, Chalon..., p. 161.
  • 212 Ibidem, p. 162.
  • 213 H. AMMAN, « Die Deutschen im mittelalterlichen Frankreich », in Deutsches Archiv für Landes und Vol (...)

128Chalon est également une porte vers les terres d’Empire, et l’on sait que certains marchands de Normandie la franchissent avec leurs étoffes : drapiers de Saint-Lô, entre 1387 et 1409211, de Montpinchon en 1391212. A l’inverse, les marchands allemands viennent sur les foires de Chalon depuis le dernier tiers du XIIIe siècle, et y acquièrent des draps normands que cite un petit livre de douane des années 1277-1281213.

  • 214 H. AMMAN, Deutschland..., carte p. 44.
  • 215 M. ROTHMAN, Die Frankfurter Messen im Mittelalter, Stuttgart, 1996, p. 502.

129Néanmoins, c’est beaucoup plus au nord que les draps pénètrent en Allemagne et ceci dès le XIIIe siècle, puisqu’on rencontre des draps de Rouen dans un tarif douanier de Trèves en 1240 et sur les foires de Francfort en 1330214. Les draps de Montivilliers s’y vendent toujours au XVe siècle, notamment en 1485, où des contrats sont passés entre marchands de Cologne et d’Ochsenfurt, Arnold von Westerburg et Hans Pha, pour l’achat d’un « Montravaler » valant 14 florins rhénans. Dans les années 1470, le Landgraf de Hesse se procure des draps de Rouen. avec tout un assortiment de draps du Brabant, de Maastricht et de Cologne215.

  • 216 Archives de la ville de Francfort, Rechnungen für die Frankfurter Firma Wolf Blum von ihrer Faktore (...)

130Ils ont également été commercés par la firme des Blum de Francfort, notamment à l'automne 1493, où leur factorerie de Venise acquiert des verts, bleus, gris, rouges, dont les prix s’échelonnent entre 24 et 42 couronnes françaises216. Nous tenons donc là une preuve supplémentaire du réseau commercial Francfort-Venise, tout comme il en existait un Cologne-Venise, bien connu par la firme des Veckinchusen.

131La relative précocité de la présence des draps normands à Francfort laisse supposer qu’ils ont dû passer par Cologne, voie obligée vers Francfort, dès le début du XIVe siècle. Toutefois, les preuves nous manquent et c’est surtout au XVe siècle que nous rencontrons lesdits draps sur le marché colonais.

  • 217 A.F. 1, 18v°.
  • 218 STIEDA, BW 135.
  • 219 STIEDA, BW 137.
  • 220 STIEDA, BW 508.

132Dès 1401, le marchand hanséate H. Veckinchusen envoie depuis Bruges à son frère Sievert à Cologne 17 aunes d’un gris « Mesvelyrschen » à 26g chacune217. En 1416-1417, Reinhart Noiltgin, son correspondant dans la ville, lui écrit que les 6 pièces de « graes monstarveleirsen » doivent valoir sur place, 6 deniers blancs et l’acheteur lui en donnerait volontiers plus, s’ils étaient teints218, preuve que leur couleur était bien l’un des éléments majeurs de leur succès. Ce qui conduit le client à recommander 6 autres pièces l’année suivante219. Sommes-nous en présence d’un commerce régulier des draps de Montivilliers à Cologne ? En fait, une autre lettre, malheureusement non datée, fait état d’une semblable commande (peut-être la même) passée à Reinhart de 5 ou 6 pièces de Montivilliers « verts ou de meilleure couleur »220. Est-ce à dire qu’arrivaient décidément à Cologne en ce début de XVe siècle des draps de Montivilliers à la qualité contestable ? A moins qu’il ne s’agisse d’une (mauvaise) copie anglaise.

133Il n’est en outre jamais question de terlinge entiers de draps de Montivilliers, mais toujours de pièces au détail qui complètent des tonneaux ou des « Stiicke » de draps, ce qui n’est pas le sort que l’on réserve en général aux meilleurs draps. Plus qu’un commerce d’envergure, ils feraient donc plutôt l’objet d’un commerce ponctuel de complément.

  • 221 La ville de Cologne souhaite l’intervention du Maréchal de Normandie et de l’évêque de Coutances po (...)

134Il faut attendre la fin du siècle (hasard des sources ?) pour revoir des Colonais commercer les draps de Montivilliers. Mais pas seulement à Cologne. Il semble bien que les Colonais aient effectué un commerce local en Normandie des draps de la province. Du moins est-ce ce que l’on comprend, lorsqu’en 1460, des pirates français s’emparent de draps de Montivilliers appartenant à des bourgeois de Cologne qui s’apprêtaient à aller les vendre à Honfleur. A moins qu’il ne s’agisse de leur imitation anglaise, étant donné les « stockbrede » de Montivilliers et des draps « dits de Montivilliers » qui font partie de la cargaison221. Ce qui est tout à fait dans la ligne commerciale des Colonais, toujours très fidèles au commerce avec l’Angleterre d’où serait parti ledit bateau capturé.

  • 222 Archives historiques de la ville de Cologne, Briefbücher 26, p° 36 ; KUSKE, Quellen..., II, no 265 (...)
  • 223 B. KUSKE, Quellen..., II, no 568 ; HU 10, p. 57.

135En mars 1461, lors d’un nouvel acte de piraterie française sur un bateau anversois, d’autres Colonais perdent encore 6 « dicti monstravalyr » et 2 « pannos monstravelier »222. On retrouve la pseudo-identité anglaise de ces draps. L’affaire de ces vols n’est pas encore résolue en 1472, en tous cas pas pour tout le monde, puisque certains marchands réclament toujours leurs draps, donnés tous cette fois comme de simples « monstifiliers »223.

136Toutefois, on soulignera le fait que les Colonais effectuant ce commerce sont toujours les mêmes, au premier rang desquels on retrouve les Rynck, les Kannengiesser et les Blyterswych, toutes grandes familles marchandes de la ville rhénane, trafiquant également à Anvers, Dordrecht, Berg op Zoom, et l’Angleterre, ce qui plaide en faveur d’une origine anglaise de ces draps et montre que les draps normands, authentiques ou copiés, intéressèrent le grand commerce colonais à la fin du XVe siècle. Est-ce à dire que tous les draps de Montivilliers commercés par les Colonais étaient de finition ou de fabrication anglaise ?

  • 224 B. KUSKE, « Die Kôlner Handelsbeziehungen im 15ten. Jahrhundert » in Viertel Jahrschrift Sozial-und (...)
  • 225 B. KUSKE, Quellen..., II, no 1206, §27, p. 606. En fait, les van Stralen, également grande famille (...)

137En fait, les Colonais auraient très bien pu se procurer certains de ces draps en terre normande, car ils participaient activement au commerce des céréales françaises vers l’Angleterre au départ des ports de Rouen et de Dieppe224, toutes villes dont cependant ils ne semblent pas avoir commercé les draps. On ne peut bien sûr, totalement exclure le fait qu’ils aient sorti des draps de Normandie, mais les preuves manquent. Il appartient davantage à leur logique commerciale de s’être procuré ces draps, fabriqués en Normandie même ou en Angleterre, en terre anglaise, d’où certains les exportent bruts pour les faire apprêter à Anvers, comme c’est le cas de Johann van Stralen en 1488225. Il est également troublant que les Colonais n’aient commercé aucun autre drap normand que celui de Montivilliers, alors qu’ils commercent des masses de draps anglais. Nous y voyons là une possible preuve supplémentaire de l’origine anglaise des draps de Montivilliers qu’ils importent.

  • 226 H. AMMAN, Deutschland..., p. 28, 33, 40, 54. Mais l’auteur n’indique pas ses sources et nous n’avon (...)

138Au-delà de Cologne et de Francfort, vers l’Allemagne méridionale, on a quelques difficultés à retrouver trace de draps normands. Pourtant, ils seraient arrivés, depuis les foires de Champagne, en Haute Allemagne, à Constance, Augsbourg et Nuremberg au cours du XIIIe siècle et cette importation aurait continué au XVe siècle226.

  • 227 Erhart Lettel les acquiert pour le compte de la firme des Runtinger : F. BASTIAN, Das Runtigerbuch (...)
  • 228 J. WYROZUMSKY, « The textile trade of Poland in the Middle Ages » in Cloth and clothing..., p. 248- (...)

139En fait, nous ne les repérons qu’à Regensbourg, où, dès 1405, les Runtinger les importaient. Une fois encore, ce sont les draps gris de Montivilliers qui sont au premier plan : « zwei grabew tuch von Mondafollir umb 37,5 gulden » et un « tritail grabz tuch von Muntavalir » à 1 florin de Hongrie l’aune227. Il est vrai que nous sommes là sur le circuit commercial classique des marchands colonais. Nous sommes donc autorisés à remettre en doute l’origine proprement normande de ces draps. Néanmoins, au-delà de Regensbourg, vers l’Autriche et la Hongrie, nous perdons totalement la trace de ces draps. Or, dans ces régions, on relève également peu de draps anglais228. Cela voudrait donc bien dire que les draps normands « stricto sensu » n’ont guère franchi les portes de l’Allemagne méridionale et que les seuls montivilliers que l’on y trouve ne sont probablement que leurs copies anglaises.

  • 229 A. SCHAUBE, « Die Wollausfuhr Englands vom Jahre 1273 », in V SWG 6, 1908, p. 32-72, p. 60.

140Nous ne nous sommes guère attachés dans cette étude à les rechercher sur tous les marchés anglais. A notre connaissance, cette étude reste à faire, avec toutes les précautions que requiert leur exacte identification. Pour des raisons politiques et économiques, les relations entre Angleterre et Normandie étaient étroites. Dès 1273, des marchands de Dieppe achètent des licences d’exportation de 100 sacs de laine anglaise. Ils furent suivis par des marchands de Rouen229. Les Anglais importèrent certainement (et logiquement) nombre de draps de Normandie, et surtout de Montivilliers, avant d’en faire des contrefaçons et des imitations. Mais de ce commerce-là, nous ne savons rien ou très peu de chose.

  • 230 M. MOLLAT, Le commerce..., p. 36.
  • 231 HU 6 no 905, 11 février 1431 et LAPPENBERG, Urkundliche Geschichte des hansischen Stalhofes, no 40 (...)

141Signalons simplement qu’ils entrent toujours par Southampton en 1428-29230et qu’ils sont critiqués en 1431, le comptoir hanséatique de Londres interdit leur achat, ainsi que celui des draps de Colchester aux Hanséates installés en Angleterre, pour cause de dimensions peu réglementaires : « Nyemant van der dueijsschen Hense en sall Monstervaliersche offte Colchertersche laken kopen, sy dat eer wulle lengede unde brede hoden, dat es to weten 24 garden lanck gekrumpen und twee garden breef »231. Ce rapprochement des draps de Montivilliers et de Colchester est-il le signe de leur parenté ? Colchester aurait-elle produit des draps dits de Montivilliers ?

  • 232 Archives de la ville de Bruges, Stadsrekeningen, 1394/1395, 24v°.
  • 233 Ibidem, 1396/1397, 36v°.
  • 234 Ibidem, 1398/99, 32v°.

142En revanche, le vrai Montivilliers semble bien avoir été consommé à Bruges, notamment pour vêtir des magistrats urbains. On relève en effet dans les comptes de la ville en 1394-1395, l’achat de « 2 graenwe mostervilensche » pour habiller les clercs, chaque drap valant 5 L. 8s de gros de Flandre232 : il ne s’agit donc pas de la plus haute qualité de Montivilliers. L’année suivante, Nicolas de Manlyn vend à la ville « neghene doucken mostiervilerche lakene » pour les livrées de Mai, à 8 L. 5s le drap233. On note encore, en 1398, l’acquisition de draps vert-foncé234.

143On peut d’ailleurs s’étonner de ces achats, dans une ville qui produisait elle-même des draps (qu’elle consommait aussi en abondance !) et qui avait le choix entre tous les draps, flamands notamment, qui passaient sur son marché. Mais dans les années 1390, nous l’avons vu, toutes les Cours, et celle de Bourgogne en premier lieu, consomment ces draps. Cet achat est-il une réference à la mode princière ? Une manière supplémentaire d’adhérer au prince ? Il est vrai, toutefois, que ces achats se renouvelèrent peu.

  • 235 FREVILLE, Le commerce de Rouen, I, p. 305.
  • 236 Z. W. SNELLER, W. S. UNGER, Bronnen tot de Geschiedenis van den Handel met Frankrijk, La Haye, 1930 (...)
  • 237 Ibidem, no 213.

144Les marchands de Rouen commercèrent en Flandre, à Ypres, Gand, et l’Ecluse235. Une fréquentation encouragée par les souverains de France et d’Angleterre au XVe siècle. Par exemple, en 1442, le roi d’Angleterre avait autorisé l’exportation des draps normands vers la Flandre, la Hollande et la Zélande, via l’Angleterre (qui pouvait être Calais !). C’est en vertu de cette autorisation qu’en mars 1442 Michel Basin, Ernold Goupil, Robert du Bost et Romain Faber protestent auprès d’Henri VI de ce que la guerre franco-anglaise les empêche de jouir de la pratique de cette licence. Vingt ans plus tard, ce sont les marchands de Caen et d’Évreux qui s’associent à cette protestation236. La réponse vient de Louis XI, qui, en cette année 1462 confirme un libre commerce entre Flamands et Normands de Caen, Rouen et Evreux237.

  • 238 Bruxelles, AGR, Comptes de la ville d'Ypres, Registre 38649, f° 39v° et Registre 38653, f° 36v°.
  • 239 Bruxelles, AGR, Compte du bailli de L’Ecluse, Registre 130ID26-27, du 5 Mai au 14 Septembre. 1432.

145Ces deux interventions politiques montrent en quel intérêt était tenu le commerce normand vers la Flandre par les souverains de France. Et c’est vrai qu’à y regarder de près, les Normands fréquentent la foire d’Ypres, apportant les draps de Blangy dans les années 1420, recevant à cette occasion, et comme le voulait la coutume, des présents en vin. En 1427-28, viennent également les marchands de Montivilliers238. Il est tout aussi exact qu’en 1432 une sarge de Caen figure dans l’inventaire des biens de Joris Everden, bâtard de L’Ecluse239. Mais tout cela reste peu de chose et nous n’avons guère rencontré d’autres draps normands dans tous les autres comptes des villes flamandes que nous avons consultés.

146Au total, Bruges aurait donc davantage joué un rôle de transit dans le commerce de ces draps :

    • 240 N’oublions pas que Cologne est elle-même une ville hanséatique, au moins jusqu’en 1470, date de son (...)

    Transit terrestre vers Cologne240, comme nous l’avons vu pour H. Veckinchusen.

    • 241 En 1443, le Rouennais Naudin Larchevesque expédie aux Portinari de Bruges 15 paquets de draps noirs (...)
    • 242 M. MOLLAT, Le commerce..., p. 104.

    Transit vers l’Italie grâce aux flottes régulières vers Gênes ou Venise, mais aussi transit vers Genève : nous l’avons démontré avec l’exemple des Portinari241. Le rôle des draps de Rouen est encore mis en évidence dans le trust de l’alun de Tolfa organisé par les Médicis. Le picard Coart d’Ault, l’un des principaux marchands d'alun de Bruges, a pour associé un Rouennais, Thomas Perrot, devenu bourgeois de Bruges en 1455 et qui continuait à vendre des draps de Rouen en échange de l’alun qui alimentait l’industrie textile de Rouen242

    • 243 Notamment dans les tarifs douaniers : E. PITZ, Die Zolltarife der Stadt Hamburg, Deutsche Handelsak (...)
    • 244 O. WENDT, Lübecks Schiff-undWarenverkehr in 1368-1369, Marburg, 1902 ; F. BRUNS, « Die Pfundzollbüc (...)

    Transit enfin vers le nord hanséatique et teutonique, que lui assure son statut de ville étape des draps. Pourtant nous n’en trouvons nulle trace à Hambourg243 et ils ne semblent pas être arrivés en grand nombre à Lübeck. Ils n’apparaissent dans aucun des registres douaniers des années 1368-1369 et 1492-1496 de cette ville244.

  • 245 M.L. PELUS, Le commerce des draps de Lübeck, p. 216.

147Néanmoins, M.L. Pelus nous indique dans son mémoire qu’ils auraient été consommés à Lübeck dans la seconde moitié du XVe siècle, où ils figuraient parmi les draps les plus chers. A 33 marcs lübeckois, ils valent en effet presque autant qu’un amsterdam (35 ML) ou un anglais (36 ML) ; ils restent cependant encore loin derrière les beaux ypres (entre 38 et 64 ML) et les bruges (53 ML)245.

  • 246 Archives de la ville de Lübeck, NDSTB, 18 et 20 mars 1500. Le conseil des courtiers de Lübeck décla (...)

148Toutefois en 1500, on voit figurer des draps de Montivilliers dans le Niderstadtbuch de la ville, qui enregistre une dette sur deux de ces draps246.

  • 247 A titre d’exemple, le voyage du Grand Econome de Marienbourg, Heinrich van Allen à Paris, à la Cour (...)
  • 248 Voir mon étude sur « Les Intérêts hanséates en France », in N. JORN, W. PARAVICINI, H. WERNICKE (hr (...)
  • 249 SATTLER, Handelsrechnungen..., p. 404, ligne 26 et p. 116, ligne 6. Ces draps ont été achetés à bor (...)

149Ce serait donc l’Ordre teutonique qui les importerait directement en Prusse. Il est vrai que l’on connaît par ailleurs les relations qu’entretenait l’Ordre avec la France. Nombre de ses chevaliers sont liés aux princes français247. Ils commercent les marchandises et effectuent des changes sur les places de Paris et de Saint-Denis248. Qu’ils importent des draps français n’étonne donc pas tout-à-fait. En 1400, l’Economat teutonique de Kônigsberg importe depuis Bruges un paquet de « Muntenvollirschen » et il reste 30 demi-draps normands dans les entrepôts de Torun et de Gdansk appartenant à l’Economat de Kônigsberg : « Item, so habe wyr czu Thoron in unserm gwantkeller 15 halbe Normediessche laken »249.

  • 250 Archives de Gdansk, Missiven, M. III, 59 et 60.

150On peut également supposer que les Prussiens ont importé des draps de Rouen, lorsque dans les années 1430, le prussien Heinrich von Werden s’est installé plusieurs années dans la ville de Rouen pour y exercer son négoce. On sait qu’il en revint en 1437, ayant obtenu peu avant son départ, l’autorisation du bailli de Rouen, d’emporter avec lui du « Gewand » et autres marchandises250. On est en droit de penser que ce « Gewand » était sans doute du drap normand.

  • 251 Comptes d’H. Veckinchusen, AF2, 45r° et 51r°.

151Au début du XVe siècle, en 1405, Veckinchusen expédie aussi à Dantzig, via Bruges, 8 aunes de « Mestrelyrrss grau », mais qui se trouve dans un paquet appartenant personnellement au marchand lübeckois. Envoi presque confidentiel. Tout comme ces 18 aunes de « fyn mestuvelyrs » à 26g l’aune qu’Hildebrand destine à son associé251. Il semble donc que ces importations aient là encore davantage relevé de circonstances individuelles et personnelles que d’un commerce de grande envergure.

  • 252 HU 9, no l 160.

152Les montivilliers sont cependant encore mentionnés dans les inventaires des biens piratés par les Danois sur les bateaux prussiens, durant les années 1453-1462. Ainsi en 1453, Hans Cleynsmit de Dantzig perd-il « 8 garden grauw mustervilgesch ». En 1455, c’est Hans van Asschen qui se fait voler 15 « monsterdefelis engelsche laken » et en 1461, les Dantzigois déplorent le vol de « 6 garde monsterdefelic »252.

153On l’aura compris : ces draps de Montivilliers sont en fait leur mouture anglaise, et l’on peut penser que d’autres entrèrent ainsi en Prusse, sous le libellé de draps anglais (draps par ailleurs amplement commercés par Dantzig qui compte une importante colonie de marchands anglais), ce qui peut-être nous empêche d’en retrouver la trace.

  • 253 Tant dans les archives de Gdansk, que dans celles de Cracovie et de Torun. Les écrits des historien (...)

154Est-ce pour cette raison que nous n’en trouvons aucun ni en Silésie, ni en Pologne où nous les avons vainement traqués253 ? Ou bien n’y vinrent-ils jamais ? Trop riches pour concurrencer les beaux draps brabançons, flamands, voire florentins, trop coûteux encore pour le petit peuple qui préfère les draps artésiens, allemands et polonais, les draps normands n’auraient pas plus eu leur place sur les marchés d’Europe centrale, que nous ne leur en avons vu sur ceux de l’Allemagne Méridionale.

155Pourtant, au-delà des côtes lübeckoises et prussiennes, certains draps normands, et tout particulièrement (exclusivement ?) les draps de Montivilliers, certainement embarqués à Bruges, se retrouvèrent sur les marchés livoniens.

  • 254 Compte AF 1, 11 v°.
  • 255 « Kopet my en gued grave van en monstaveliers, dat nicht also licht ys », STIEDA, BW, 493.
  • 256 AF 1,93r° et AF 6, 57r°.

156Dès 1401, Veckinchusen comptabilise avec son frère, 19 aunes d’un gris « Mestevelyrschen » de 2 L. 2s 3g de Flandre, qu’ils avaient tous deux en Livonie254. La réputation des gris foncé de Montivilliers a atteint Riga d’où son correspondant écrit (à une date malheureusement inconnue) à Hildebrandt « achète-moi un bon gris de montivilliers qui ne soit pas aussi clair »255. Ce qui prouve qu’il lui en avait déjà envoyé auparavant, d’une nuance trop claire. Ce serait donc, peut-être, un commerce régulier, qui correspondrait à une vraie demande. En 1405, Hildebrand expédie encore à Riga 27 aunes de « Mestenvelyrsche grau » à 28g l’aune et en 1410, Serge, son neveu, réceptionne 15 aunes d’un bon gris à 34g l’aune256.

  • 257 HU 9 no 558, p. 440, HR II, 6, no 146, note 2. Ce document a également été publié par W. STIEDA, Üb (...)
  • 258 HILDEBRANDT, Mélanges russes, IV, p. 754.
  • 259 Très nombreuses interdictions prononcées par la Hanse au XVe siècle ; notons simplement celles qui (...)

157Dans les années 1469, les marchands de Reval continuent d’importer la version anglaise des Montivilliers, comme en témoigne le terling de « rode, brune, swarte mustervilliirsche engelsche lakene », perdus dans le naufrage du bateau du capitaine Vrome, sur la route Lübeck-Reval257. Il est vraisemblable que ces draps aient pu être destinés au marché russe258 où ils auraient tenté de rivaliser avec l’incontournable drap d’Ypres. Toutefois, les multiples interdictions des draps anglais en Russie, bien que largement transgressées259 compromirent certainement de telles importations. Les sources manquent pour identifier réellement le parcours de draps normands sur le territoire russe.

  • 260 Z.W. SNELLER et W.S. UNGER, Bronnen..., t. I, no 159, 14 février 1441. On relève cependant dès 1425 (...)
  • 261 Ibidem, no 174 et 213. GILLIODTS van SEVEREN, Inventaire des archives de Bruges, I, 5, no 1087.

158Mais Bruges ne fut pas le seul pôle de consommation et de transit des draps normands vers le nord de l’Europe. Ainsi les liens avec les Pays bas septentrionaux ont-ils été des plus actifs, notamment pendant la période de l’occupation anglaise de la Normandie au XVe siècle. En 1441, le duc de Bourgogne avait conféré un conduit commercial à 9 marchands de Rouen en Frise, Hollande et Zélande260. L’année suivante, il fait de même en faveur des Dieppois, garantissant aussi les droits de ses sujets qui viendraient dans la ville normande. Une même bonne volonté que l’on retrouve avec Louis XI en 1462, qui octroie un privilège aux marchands de Flandre, Hollande, Zélande261. Au-delà des effets perturbateurs des guerres et des pirateries récurrentes, les conditions semblaient plutôt encourageantes. Ce n’est pourtant qu’à la fin du XVe siècle que l’on peut parler d’un véritable transit des draps normands par les ports hollandais et zélandandais.

  • 262 W. S. UNGER, De Tol van lersekerbord, Dokumenten et Rekeningen, 1321-1572, La Haye, 1939, p. 363
  • 263 Ibidem, p. 483.
  • 264 Ibidem, p. 492.

159A Iersekerord, près de Middelbourg, 2 « ferdeelen Rouwaens laken » sont débarqués à la douane en 1487262 d’un bateau brugeois ; un autre marchand, Jan Mulen de Tournai, dédouane 22 paquets de draps dont 2 « met rouaansche laken »263. Et en 1493. parmi les 56 draps franchissant la dite douane, 8 sont de Rouen, tandis qu’en 1496, lors de la foire de Pâques, cette fois c’est une craye anglaise qui délivre 29 fardel de draps rouennais264.

  • 265 Cela semble le cas déjà en 1440, où des pirates de Hoorn et d’Amsterdam dérobent des draps ( ?) emb (...)
  • 266 SNELLER-UNGER, Bronnen..., no 358, 3 février 1399.

160Les draps de Rouen constituent donc la part quasi exclusive des draps normands passant par Iersekeroord à la fin du XVe siècle. Une contrepartie sans doute du commerce du hareng et de l’exportation des céréales normandes vers les Pays bas. Cependant, on notera que l’exportation des draps de Rouen n’est plus la seule affaire des Rouennais. Elle passe désormais par les mains de capitaines265 et de marchands étrangers, ici de Bruges, d’Angleterre, tous lieux où les draps avaient peut-être transité. La participation des marchands de Tournai, que nous avons déjà relevée, est plus remarquable. Ces faits confirment-ils la nouvelle embellie de la draperie rouennaise à la fin du XVe siècle ? On trouve également trace en 1499, de draps chargés à Rouen en direction de Rotterdam et parmi lesquels on distingue un tabbard, fourré de « Rowaens laken »266.

  • 267 HU 11, no 904.

161Plus au Nord encore, à Kampen, cette fois ce sont encore les Colonais qui maîtrisent le transit des draps de Montivilliers. Ces draps, qui peut-être par Anvers gagneront Cologne où nous les avons vu arriver. Mais là encore, les traces sont tardives. En 1495, la ville de Cologne déclare que durant l’été l’un de ses bourgeois, Johann Ruyschendorp, avait embarqué à Calais, deux draps blancs anglais et un drap long de Montivilliers, sur un bateau en partance pour Kampen le « die franszeheym »267. Que Calais, ville anglaise, ait joué ce rôle de port de transit pour des produits anglais ne nous étonnera guère. Pas plus qu’elle ne l’ait joué pour la réexportation de draps normands par des Colonais, compte tenu de ce que nous savons maintenant du penchant des Colonais pour l’Angleterre et de la pseudo-identité anglaise de nombre de draps de Montivilliers ! Néanmoins le cas mérite ici d’être souligné.

  • 268 Par exemple, entre marchands de Caudebec et d’Utrecht en 1476 : l’affaire concerne la vente d’un ba (...)

162Il reste difficile à partir de ces quelques données de déterminer l’intensité du commerce des draps normands dans les Pays bas septentrionaux. Quelles que soient les preuves que nous ayons de relations commerciales entre Normands et Hollandais, nous ne pouvons en déduire avec certitude que les draps aient joué un rôle dans ces échanges268.

  • 269 En 1466, pour vente d’hydromel : SNELLER-UNGER, Bronnen..., l, no 351.
  • 270 R. DOEHAERD, Etudes Anversoises, Certificats (1488-1510), Paris, 1963, no 155 : « 2 paquets de drap (...)

163Nous ne serons pas plus aidés en cela par l’observation de leur passage sur les foires de Berg op Zoom269 et d’Anvers que les Normands fréquentèrent assurément. Nous n’en trouvons en effet que des traces tardives et fort 1 imitées du transit des draps normands par ces villes. Et s’il est bien question à Anvers de 17 « Monttefliers » en 1490, achetés à Calais, il ne s’agit là encore que de leur version anglaise. Ils ont d’ailleurs été capturés par les Danois comme bien anglais270.

  • 271 On relève les mêmes constatations dans le commerce des draps dans le milieu hanséatique et germaniq (...)

164Une étude des draps normands ne reposant que sur leur exportation vers les villes d’Italie ou d’Espagne nous donne finalement une vue trop restrictive du commerce et de la production de ces draperies. En effet, la première constatation qui s’impose est leur permanence sur les marchés européens du bas Moyen Age, avec un apogée plus marqué dans la seconde moitié du XIVe siècle et la première décennie du XVe, ce qui est d’ailleurs le cas pour toutes les draperies européennes271. On relève cependant des nuances selon les centres.

165Le plus précoce semble avoir été le drap de Rouen, exporté dès la fin du XIIe siècle en Castille et dont la présence ne se dément pas jusqu’en 1499, sans interruption notable. D’un axe de commerce d’abord nord-sud, vers l’Espagne, l’Italie et le Portugal, il s’infléchit au XVe siècle, (à partir de 1420) vers l’Est, via Genève et vers le Nord via la Flandre dans les années 1440, pour gagner les terres proprement germaniques dans les années 1470. Il a alors déserté les marchés méditerranéens, pour s’orienter également vers les Pays bas septentrionaux.

166Certes, nous ignorons la densité de ce commerce, mais il est certain que malgré les inquiétudes des drapiers dans les années 1490, la draperie de Rouen semble avoir surmonté ses difficultés et avoir su conquérir de nouveaux marchés, au prix d’une adaptation de sa production. Situation banale de toutes les draperies médiévales, qui est plus un signe de bonne santé que de déclin.

167La draperie de Montivilliers a bénéficié du plus large spectre d’exportation de toutes les draperies normandes. Présente, elle aussi, sur les marchés de 1296 à 1500, sans aucune interruption, elle est apparemment plus tardive que celle de Rouen car sa commercialisation s’intensifie surtout à partir de 1330. Son axe d’exportation est moins « espagnol » et « italien » que celui de sa concurrente rouennaise. Très « français » au XIVe siècle, son commerce prend vite un axe « flamand », marqué par une présence presque continue à Bruges, avant de n’être plus cité que sur les marchés hanséatiques à partir des années 1460. Le rôle de Cologne semble avoir été sur ce point déterminant et même l’exportation vers Venise est liée à la ville rhénane. Toutefois l’incertitude demeure quant à l’identification exacte de ce drap d’axe commercial germanique qui peut très bien n’être que celui de sa copie anglaise. Mais comment trancher ?

168Le drap de Louviers est essentiellement un drap du XIVe siècle, et d’axe commercial très italien. Très peu cité au XVe siècle (sauf à Toulouse et en Savoie), il n’en est pas moins toujours vendu sur les foires du Lendit en 1472. Il reste proche du drap de Caen (relevé de 1277 à 1472), de même axe commercial, bien qu’il semble se réorienter vers la Flandre et Aix-la-Chapelle à partir de 1460.

169Le drap de Bernay a une carrière plus tardive et plus brève (1352-1438) et le nombre de ses marchés, surtout méridionaux, est limité (Pise pour l’Italie, la Castille pour l’Espagne). Comme nombre d’autres draps normands, il se déplace vers Genève au XVe siècle.

170Le drap de Saint-Lô (1296-1474) reste un drap de commerce très français, apparemment absent des marchés italiens et s’ouvrant tardivement au marché castillan (1399).

171Finalement, chacun de ces draps a sa propre spécificité commerciale, s’assurant de marchés sur lesquels ils se complètent sans forcément se concurrencer.

172S’il demeure vrai que leur commerce fut d’abord dans l’ensemble plutôt méditerranéen, il s’est ensuite bien axé sur les foires plus orientales de Chalon, Genève et Lyon, mais aussi Cologne et Francfort qui leur ouvraient les marchés de l’Europe germanique et nordique par les marchands de l’Empire et de la Hanse. En revanche, leur carrière vers l’Europe continentale et méridionale semble avoir été insignifiante.

173Doit-on attribuer à la seule draperie normande la responsabilité de leur relatif effacement des marchés italiens au XVe siècle ? Quel fut par exemple le poids des faillites de grandes compagnies marchandes sur ces importations lointaines ? Et celui de la vogue des soieries ? Qu’en est-il finalement de leur rivalité avec les draps brabançons ?

174Il est vrai que la production normande s’inspira techniquement, au moins en partie, de draperies brabançonnes (Bruxelles, Malines) au XIVe siècle. Bien qu’apparemment leur teinture et leur finition différassent, ils présentaient manifestement des similitudes qui ont pu les mettre en concurrence directe.

175En vérité, leur confrontation sur les différents marchés n’est pas identique. Il n’est pas vrai qu’ils fussent systématiquement moins chers que leurs rivaux, notamment à Gênes, à Marseille, ni dans les achats réalisés pour la cour de Bourgogne. S’ils ont pu se substituer à eux, ils les ont surtout complétés, accompagnant également, comme à Gênes les autres draps d’Ile-de-France et les draps d’Ypres et de Gand. Tout autant concurrents d’une région, ils le sont aussi d’une qualité, la plus haute, que l’on trouve tant en Flandre qu’en Brabant ou en Angleterre. Et la réputation des uns a fait le succès des autres.

176Ils semblent avoir tout particulièrement assis leur succès sur leurs couleurs et leurs procédés de teinture, ce qui explique que dans l’ensemble les draps normands soient vendus finis plutôt que bruts. D’un centre à l’autre, on retrouve ces nuances brunes si prisées à partir de couleurs aussi variées que le gris, le bleu, le vert ou le rouge. Avec des spécialités par centre, le bleu pour Rouen, le gris pour Montivilliers par exemple, qui assuraient à chacun sa place sur les marchés. De fait, ces teintes foncées sont partout en vogue, de la Sicile à Riga, soulignant une mode quasi européenne.

177Une mode propagée par les Cours et les notables. Car les draps normands furent avant tout des draps de Cour. Leur réputation et leur propagation sont liées à la filiation de cours européennes, de l’Angleterre à la Hongrie en passant par la Navarre et la Sicile. N’est-ce pas par référence à leur symbolique de pouvoir que capitouls de Toulouse et échevins d’Arras et de Bruges s’en vêtent ?

  • 272 Voir mon étude, « Faut-il encore parler du déclin de la draperie flamande au bas Moyen-Age », in La (...)

178Toutefois, ils ne parvinrent pas dans ce rôle, à supplanter les draps d’Ypres et de Gand chez les nobles russes et polonais, restés fidèles aux traditionnels draps d’Ypres et de Gand. Il est certain que leur pénétration dans l’arrière-pays hanséatique fut limitée par le monopole du commerce des draps flamands qu’y détenaient les Osterlins. Un monopole qui s’appuyait sur de véritables contrats de fabrication et d’exportation, entre centres flamands et marchands de la Hanse272.

179Trop proches des draps de luxe que continuent de produire au XVe siècle les centres d’Ypres, Gand et Bruges, ou trop concurrencés par les saies de Poperingue ou de Saint-Omer (pour ne citer que ces villes), les draps normands n’ont finalement pas de place sur l’est hanséatique, à l’exception de Dantzig et dans le milieu très particulier des Teutoniques.

180Le commerce des draps normands fut autant un commerce terrestre que maritime. Terrestre d’abord par les foires de Champagne, mais aussi par les routes languedociennes et plus tard par Dijon, Chalon, Lyon, Genève ; commerce maritime par les flottes génoises, vénitiennes (quel fut l’impact réel des flottes régulières sur l’exportation des draps normands vers l’Italie ?), mais aussi catalanes et hanséatiques. Ces dernières remontaient de Normandie vers Bruges (ou plus tard Anvers), d’où les draps, par la voie rhénane gagnaient Cologne et Francfort, ou bien par la Baltique faisaient voile vers Dantzig et Reval.

181Au-delà de ces constatations, se pose la question plus délicate des effets des évènements politiques sur leur production et leur commerce. Elle demanderait une étude particulière pour laquelle nous ne proposerons ici que quelques pistes.

182Dans quelle mesure les relations conflictuelles entre la Flandre et la France à la fin du XIIIe siècle et au début du XIVe siècle, ne sont-elles pas à l’origine de l’expansion des draperies fines de Normandie ? Les soulèvements populaires en Flandre dans la première moitié du XIVe siècle n’ont-ils pas détourné l’approvisionnement en draps des Cours de France vers la même Normandie ?

183Quel a été le poids du conflit franco-anglais sur l’histoire de ces draperies ? Si l’on considère le seul exemple de Rouen, l’occupation anglaise entre 1346 et 1360 ne semble guère avoir affecté la production de la draperie et son commerce puisqu’on retrouve celle-ci dans tout le sud de la France et au-delà à Gênes, Rhodes et Constantinople. Lors de la seconde occupation, entre 1418 et 1465, on constate la même dynamique d’exportation vers l’Italie, Genève, la Savoie, et la Flandre, avec il est vrai un relatif silence sur les années 1410-1420. La draperie de Rouen se serait donc vite remise des incidences de la guerre. En revanche, doit-on, établir un lien de cause à effet entre l’occupation de Montivilliers et les premières fabrications anglaises des copies de ses draps par les centres anglais du Suffolk ?

184Draps de consommation très française, les draps de Normandie furent aussi d’emblée conçus comme de draps marchands d’exportation. Mais la question demeure finalement de savoir quels furent les éléments qui déterminèrent la mise en place de ces draperies de luxe en un temps où régnaient les draperies flamandes et surtout brabançonnes sur l’Europe. Le pari était lourd. Quels furent les éléments déterminants du succès ? Furent-ils techniques ? Les modèles vinrent-ils d’emblée du seul Brabant ? Sont-ils liés à des secrets de teinturiers ? La laine anglaise joua-t-elle un rôle particulier ?

185Les vicissitudes politiques de la Normandie se seraient-elles transformées en atout du développement d’une exceptionnelle industrie textile ?

PRIX DES DRAPS NORMANDS SUR LES MARCHES EUROPEENS AU MOYEN AGE

  • 273 DOUET D’ARCQ, Comptes de l’Argenterie, p. 156.
  • 274 B. 1460, 88r°, ce qui équivaut au prix du persbrun de Louviers.
  • 275 F. PIPONNIER, Cloth merchants inventories..., p. 245-246, tableau 13.1.
  • 276 DOUET D’ARCQ, Comptes de l’exécution testamentaire du chanoine Jean de Hétomesnil, op. cit.
  • 277 B. 1466, f°32 ; sarge de passe moison fournie par le tapissier parisien Colin Bataille.
  • 278 M. MOLLAT, Dauvet..., I, 95 v°.
  • 279 Ibidem, 497v°.
  • 280 LIAGRE DE STURLER, Relations..., II, no 293.
  • 281 De la RONCIERE, Prix à Florence, p. 401.
  • 282 P. CHORLEY, The cloth exports..., p. 356.
  • 283 RICHART, Mahaut d’Artois, p. 181.
  • 284 Ibidem, p. 193.
  • 285 M. MOLLAT, Dauvet..., I, 92r°.
  • 286 Ibidem, 95v°.
  • 287 BRISSON-VAUQUELIN, Etudes normandes.
  • 288 B. 1451, 57v°.
  • 289 B. 1452, 54r°.
  • 290 F. PIPONNIER, Costume..., p. 109. Donné comme équivalent d’une canne de Saint-Lô.
  • 291 MASSON-BESSIERE, Brignoles..., p. 158.
  • 292 DUBOIS, Foires de Chalon..., p. 160.
  • 293 B. 1486, 25r°.
  • 294 B. 1444, 48v°.
  • 295 B. 1445, 60v°.
  • 296 B. 1460, 88r°, 91r°.
  • 297 B. 1476, 21 ro ; à l’aune de Paris.
  • 298 B. 481,19 v°, 2 1 r°.
  • 299 F. PIPONNIER, Cloth merchants inventories..., p. 245-246, tableau 13.1
  • 300 COSTA de BEAUREGARD, Amédée VIII..., p. 196 à 198 ; A. PAGE, Vêtir le Prince..., p. 28.
  • 301 LIAGRE de STURLER. Relations..., Il, no 89, 119, 120.
  • 302 LIAGRE de STURLER, Relations..., II, no 135,137,140.
  • 303 Ibidem, no 180, 181.
  • 304 Ibidem, no 184,185,186,189,190,191,192,193.
  • 305 Ibidem, no 214.
  • 306 Ibidem, no 211. Voir aussi le no 206 : 2 torsels de Louviers et un demi torsel de
  • 307 Ibidem, no 207.
  • 308 Ibidem, no 206.
  • 309 Ibidem, no 228.
  • 310 Ibidem, no 293.
  • 311 MEYER-GUIGUE, Drapier de Lyon..., p. 436.
  • 312 COULET, Chanssetiers et marché du drap à Aix, p. 196 ; ce qui équivaut à un rouge de Bruxelles et u (...)
  • 313 Ce qui équivaut au prix d'une canne de violet de Florence et coûte plus qu'une de Lierre, Malines, (...)
  • 314 PIPONNIER, Costume..., p. 109.
  • 315 MOLLAT, Dauvet..., I, 436v°.
  • 316 MASSON-BESSIERE, Brignoles..., p. 158.
  • 317 AV, Bruges, Stadtrekeningen, 1394/95, 24vo ; monnaie de Flandre.
  • 318 Ibidem, 1396/7, 36v°.
  • 319 Comptes d’H. Veckinchusen, AF 1, 18vo ; envoi à Cologne ; AF2, 6v° et 14vo : achat à Bruges.
  • 320 Ibidem, A F 1, 1 lv°.
  • 321 B. 1603,f3 120. Barthélemy Bethin est ici donné comme marchand de Lucques installé à Bruges. En 141 (...)
  • 322 Ibidem, AF 1, 93 r°.
  • 323 Ibidem, AF 2,51 r°.
  • 324 Ibidem, AF6, 57r°.
  • 325 STIEDA, BW 135. Il s’agit sans doute du prix de l’aune.
  • 326 KUSKE, Quellen..., II, no 975.
  • 327 STIEDA, BW 500. Par recoupement avec d’autres lettres, il est possible de situer cette lettre (non (...)
  • 328 PIPONNIER, Cloth merchants inventories..., p. 246, tableau 13, 1.
  • 329 B. 1452, 46v°.
  • 330 B. 451, 56v°.
  • 331 Ibidem, 58r°-v°.
  • 332 B. 1452, 44r°.
  • 333 B. 1454, 64r°.
  • 334 B. 1457,41 r°.
  • 335 B. 1463, 85r°.
  • 336 B. 1462, 68v°.
  • 337 B. 1465, 66v°.
  • 338 B. 1465, 68r°.
  • 339 B. 1465, 66r°. On notera le prix nettement plus modeste du drap clair à 9 gt.
  • 340 B. 1469, 60r°.
  • 341 B. 1471, 37r°-v°. Le drap gris-brun compte 10 aunes, à l’aune de Paris.
  • 342 B. 1471, 38r°.
  • 343 B. 1481, 19v°. A l’aune de Dijon.
  • 344 B. 1476, 26r°-v°, 27r°.
  • 345 B. 1481, 20v°. Pour faire la cotte à accoucher de la Duchesse.
  • 346 B. 1486, 22v°, 23r°, 24r°-v°, 25v°. Ces draps sont mesurés en aunes de Paris, de Dijon pour un gris (...)
  • 347 B. 1522, 48v°.
  • 348 BASTIAN, Les Runtinger..., p. 234 et 239.
  • 349 Ibidem p. 248.
  • 350 KUSKE, Quellen..., II, no 975.
  • 351 FORESTIE, Vicomte deFézégaguet..., fol. 5 1. Où ont été achetés ces draps ?
  • 352 COSTA de BEAUREGARD, Amédée VIII..., p. 196 et 197. Achats réalisés pour la Cour de Savoie. On relè (...)
  • 353 Draps achetés par Guillaume du Bois pour la Cour de Savoie en août 1460. BOREL, Genève, document XV (...)
  • 354 Monnaie de Flandre. AF1, 1 lv°.
  • 355 B. 1438, 37r°. Achat affectué auprès de Emile de Montivilliers.
  • 356 B. 1454, 60r°. Achat effectué auprès de Jehan de la Chaussée.
  • 357 COULET, Chaussetiers..., p. 196. C’est le même prix qu’un rouge de Bruxelles ou
  • 358 BRESC, Un monde..., p. 482-484. Ce prix équivaut à Païenne à celui d’un drap grana de Florence.
  • 359 B. LEROY, Quelques pièces de vêtement à la Cour de Navarre, p. 398. Le prix est le même pour un dra (...)
  • 360 B. 1454, 60r°.
  • 361 B. 1460, 80v°.
  • 362 DOUET d’ARCQ, Argenterie..., p. 126 et 135.
  • 363 B. 1481, 15v°.
  • 364 B. 1471, 40v°.
  • 365 B. 1481, 15r°. Ces draps sont tout prêts et à l’aune de Paris.
  • 366 B. 1476, 18v°, 19r°-v°.
  • 367 B. 1486, 20v°, 2 1 r°-v°. Tous ces draps sont à l’aunage de Paris.
  • 368 Pour un drap de 18 aunes 1/4, à l’aune de Paris : B. 1495, f°63.
  • 369 B. 1495, 65v°et66v°.
  • 370 B. 1501, 58r°.
  • 371 B. 1511, 99v°.
  • 372 B. 1538, 212r°-v°. Le prix de l’aune de gris ou de noir est identique quoique non dite fine : 213v° (...)
  • 373 AF 1, 93r°. Prix en livre de gros de Flandre.
  • 374 AF 1, 57r°, ibidem.
  • 375 WOLFF, Toulouse..., p. 238 et 240.
  • 376 B. 1466, f° 29. On a ici tenu compte de l'achat fait à « un homme de Tournai », alors qu’aucun autr (...)
  • 377 MOLLAT, Dauvet, I, 49v°. Les prix des verts de Montivilliers et de Rouen sont confondus et indistin (...)
  • 378 B. 1451, 53r°.
  • 379 B. 1601, f°86. A l'aune de Troyes.
  • 380 LIAGRE de STURLER. Relations..., no 154, 153, 151, 138. En livres génoises.
  • 381 B. 1476, 18v°. Ce qui équivaut au prix d’une aune de rayé de Gand.
  • 382 PIPONNIER, Costume..., p. 109.
  • 383 Compte de la ville d’Arras, CC 69, 42v°.
  • 384 MOLLAT, Dauvet..., p. 11,436v° et 448v°.
  • 385 MASSON-BESSIERE, Brignoles..., p. 158.
  • 386 Au détail, selon CHORLEY, Cloth exports..., p. 325.
  • 387 B. 1444, 48v°, 49r°.
  • 388 B. 1452, 48r°.
  • 389 B. 1460, 85v°.
  • 390 B. 1460, 91 r°.
  • 391 B. 1476, 21r°. A l’aune de Paris.
  • 392 B. 1481, 19v°. A l’aune de Dijon.
  • 393 PIPONNIER, Cloth merchants inventories, p. 246, tableau 13.1.
  • 394 B. 1494, 80r°.
  • 395 B. 1507, 68v°.
  • 396 Estimations de CHORLEY, Cloth exports..., p. 352, en sous local.
  • 397 LIAGRE de STURLER, Relations..., II, no 286. Monnaie génoise.
  • 398 COSTA de BEAUREGARD, Amédée VIII..., p. 196-198. Ces achats sont faits pour la Cour de Savoie.
  • 399 PAGE, Vêtir.., p. 47.
  • 400 Draps achetés par Guillaume du Bois pour le compte de la Cour de Savoie en août 1460 : BOREL, Genèv (...)
  • 401 PELUS, Le commerce..., p. 216.
  • 402 DOUET d’ARCQ, Argenterie..., successivement p. 321, 125, 238, 136, 131, 130, 138, 135, 239.
  • 403 CHORLEY, Cloth exports..., p. 352. Prix au détail, en sous local.
  • 404 Inventaire des Archives de Rouen, série A, p. 4, Al.
  • 405 WOLFF, Toulouse..., p. 238, en écus de 18 gros.
  • 406 MOLLAT, Dauvet..., I, f ° 48 v°, 49, 50 r°, 71v°, 73v°, 74v °, 75.
  • 407 CHORLEY, Cloth exports..., p. 352, en sous local.
  • 408 Inventaire des Archives de Rouen, p. 4.
  • 409 DUBOIS, Chalon..., p. 161.
  • 410 PIPONNIER, Costume..., p. 109.
  • 411 DUBOIS, Chalon..., d’après SCHAFER, Ausgaben..., II, p. 668-669, 716.
  • 412 B. 1451, 57v°.
  • 413 PIPONNIER, Cloth merchantsp. 245-246, Tableau 13. 1.
  • 414 MOLLAT, Dauvet..., I, f°49 et 74.

DRAP
D’AUMALE

A Paris

1352

4 1/4 aunes marbré

42 sp273

A Chalon

1352/53

1 drap

9 à 10 florins

1356/57

11 à 13 fl

1357

15 fl

A Dijon

1383

1 aune de marbré

16s 8d274

1389/1438

1 aune

0,60 à 0,79 fr

1 à 1,19 franc275

A Paris

1380

8 brunettes

l00fr 13s 4d

=80 L 13s 4dp276

1387

1 sarge vermeille

7 fc277

DRAP DE CAEN

A Bourges

1457

1 drap

9 lv278

1 sarge vermeille

50 st279

A Gênes

1357

1 canne

77sg280

A Florence

1272/3

1 brasse

11 à 13s281

Début XIVe

7 à 10 s282

A Paris

1314

1 sarge verte

40sp

1 aune de saie blanche

9sp283

1328

1 aune de camelin

12 sp284

A Rouen

1453

1 sarge d 5 rayées

100s285

1 chambre de sarge vermeille

9L286

A Sienne

1277

1 aune de sarge

20s

DRAP D’ELBEUF

1473

1 aune

32 sp

1500

1 fin écarlate

201p287

DRAP D’EVREUX

A Dijon

1376

18 aunes

18fc

1 aune de gris

13g288

1377

1 aune de gris

14g289

DRAP DE LOUVIERS

En Anjou

XVe

1 canne

5 à 7 florins290

A Brignoles

XVe

1 canne de mesclat

20s, 26s, 28s, 44s, 48s

1 canne de bleu

26s

1 canne de livide

40s291

A Chalon

1357

1 drap

18-21 fl

1370/80

1 drap

18-22fr292

1391

1 aune de vert

25 st293

A Dijon

1374

1 aune de vert-brun

lfc294

1375

9 aunes de rouge

6fc 7g295

1380

1 aune de pers-brun

16s 8d

1383

1 aune

15g296

1387

191/2 aunes de vermeil

14fc297

1388

1 aune

16st

1389

1 aune de vert à tondre

20st298

1389/1438

1 aune

0,40 à 0,59fr

0,60 à 0,79fr

0,89 à 0,99fr299

A Genève

1427

1 pièce

24L

1 pièce de violet

19/20L

580g

1 pièce de vert

20 L300

A Gênes

1343

12 draps

197 L 2s 2d

1 torsel

212 L 12s 6d

212 L 10s301

1 torsel de 14 draps

224 L 17s 3dg

1 torsel de 13 draps

198 L 5s

1 torsel

216 L 10s 2d302

1345

1 torsel

256 L

255 L 13s 4d303

1346

1 torsel

259 L 5s 5d

300 L

248 L 19s 3d

2 torsels

525 L 9s 9d

1 torsel

224 L 16s 6d

2 torsels

510 L 9s 5d

1 torsel

248 L 13s 9d

244 L 4s 6d304

1347

14 pièces

238 L 19s 6d305

2 torsels : 1 de Louviers et 1 de Blangy

417 L 2s 9d306

2 torsels

498 L 3s 6d307

1 torsel

242 L 19s 2d308

1348

3 cannes de mêlé

2L

2 cannes de bleu

3L 10s309

1357

1 canne

62s310

A Lyon

1322

chaqua

8 sous viennois bons311

DRAPS DE MONTIVILLIERS

A Aix-en-Provence

1 canne de sanguine

5fl.312

1440/50

1 vert-obscur

30 fl

1 canne vert-obscur

8fl313

En Anjou

XVe

1 canne

8 à 16 fl.314

A Bourges

1448

1 aune d’escarlate

5 écus315

A Brignoles

XVe

1 canne de mesclat

30s/32s

1 canne de "panus"

50s316

A Bruges

1394/5

1 gris

5L_s317

1396/7

1 doucken

8 L 5s318

1401

1 aune de gris

26g319

19 aunes de gris

2 L 2s 3g320

1403

9 aunes de noir

31 L 10s321

1405

1 aune

28g322

1407

1 aune de fin

26g323

1419

1 aune de bon gris

34g324

A Cologne

1416

6 "stück" de gris

6 deniers blancs325

1485

35 aunes

24 fl. rhénans326

 ?

1 aune de gris

3 marcs Col.327

A Dijon

1369-1438

1 aune

0,80-0,99 fr

1-1,19 fr

1,20-1,39328

1376

1 aune d’escarlate

3 fr329

1377

1 aune d’azuré

22g330

1 aune de gris

2 fl.331

1 aune de gris-brun

2 fl.332

1378

1 aune de vert

2fl.333

1391

1 aune de vert-gay

30s.

1 aune de brunette

30s.

1 aune de

blanc 30s.334

1384

1 aune de pers

22g.

1 aune de vert

18g.335

1385

3 aunes de brunette

8 fc

2 aunes de pers

3fr336

1386

1 aune de pers

20gt et 2fl.337

1 aune de vert

18g.338

1387

1 aune de gris-brun

20gt

1 aune de pers

azuré 20gt

1 aune de perscler

9gt

1 aune de

vert 20gt339

1 aune de pers

2 fl.

1 aune de gris

2fl.340

1388

1 drap gris-brun

22fr.

1 drap pers

22fr.341

1 aune de gris

50st.342

1 aune de pers

20gt.343

1389

1 aune de gris tout prêt

2 fr.

1 aune de

gris 18g.

1 aune de pers

2 fl.

1 aune de bleu

18g.344

1390

1 aune de gris

18g.345

1391

1 aune de gris à tondre

30st

1 aune de gris

34st

1 aune de vert à tondre

30st.346

1399

1 aune de pers

2fl.347

A Francfort

1405

2 draps gris

37fl. rh.

1 tritail gris

1 fl. de Hongrie348

1 drap

18fl.rh.349

1485

1 drap

14 fl.rh.350

A Fezegaguet ?

1367

4 cannes

22 fl.351

A Genève

1427

12 aunes de demi-vert-brun

35 1.

1 demi-vert-obscur

23 1.

1 demi de gris

23 1

1 aune d’escarlate

5 l.352

1460

1 drap violet

14 écus 10g

1 drap violet

15 écus353

En Livonie

1401

19 aunes d’un gris

2 1. 2s 3g.354

A Montivilliers

1372

7 aunes de persbrun

25fc355

1376

1 drap vert

22fr356

A Montpellier

1 canne de sanguine

5 fl.357

A Palerme

1360/75

1 canne

30 tari

1440/49

1 canne

29 tari

1450/60

1 canne

20/31 tari358

A Pampelune

1393

1 drap

45 fl.359

A Paris

1378

3 aunes de pers

7fr.360

1380

1 aune de gris

26s 8dt.

1 aune de sanguine demi-graine

2fr.361

1387

1 drap vert fin

48 sp.

1 escarlate violete prête

56 sp.362

1 aune de

gris 50st.363

1388

1 aune de gris tout prêt

42sp.364

1 demi drap vert de 10 aunes

27fc365

1389

1 aune de gris tout prêt

3fc

2fc 2s 6d

1 demi-drap gris à tondre

24 fc366

1391

1 aune de gris-brun prête

3fc

1 draps gris-brun

27fc

1 aune de gris prêt

3 fc

1 aune de vert-brun

2fc367

1392/3

1 demi-drap gris

27 fr., soit 54 fc368

1 aune de gris

3 à 4 fr.369

1394

1 escarlate morée

5 fr.370

1396

1 aune de brun-gris

7 fr.371

1402

1 aune de fin vert

3 fc

1 aune de fin-gris

Id.

1 aune de fin-noir

Id.

1 aune de vert-brun

Id.372

A Riga

1405

1 aune de gris

28g.373

1410

1 aune de gris

34g.374

A Toulouse

1430

1 pureye

4 écus ou 4 gros

1 vert ou vert-noir

4 écus

1431

1 canne d’écarlate rouge

+ 9 écus375

A Tournai

1387

1 aune de brunette

2fc.376

A Tours

1453

1 aune de vert

4 1.

40s, 50s, 60s377

1 aune d’escarlate

55s

5 écus

A Troyes

1376

1 aune de gris fin

2fr.378

1 aune de vert-brun

2fc 15st.

3fr379

DRAP DE NEUFCHATEL

A Gênes

1343

1 torsel

2121. 15s 6dg

214 1.2s 9dg

2141. 1s 9d

199 1.4s 6d380

A Paris

1388

1 aune de vermeil

30st381

DRAP DE ROUEN

En Anjou

XVe s.

1 canne

8-16 fl.

1 écarlate

22 à 25 fl.382

A Arras

1491

160 aunes de blanc

5361. 13s 5dt.383

A Bourges

1448

1 aune de gris blandelet

2 à 3 réaux

1450

1 aune de fin gris

4 écus

1 aune de fin noir

4-4 écus384

A Brignoles

XVe s.

1 canne de drap ragé

34s, 35s, 44s, 46s

1 canne de canet

60s.

1 canne de « pes »

40s

1 canne de vert

20s

1 canne de vert « festeguinus »

44s385

En Castille

1268

1 aune de drap teint

12 à 45s386

A Dijon

1374

1 aune de vermeil

10g.

6 aunes de vert

6fc 6g.387

1378

1 aune de vert

26g.388

1383

1 aune de roset

14g.389

1 aune de vert

15g.390

1387

1 drap gris de 16 aunes

17fc 10s 8 dp.391

1388

1 aune de violet

20gt.392

1389/1438

1 aune

0,60 à 0,79fc

1 à l, 19fc

1,20 à 1,39 fc393

1392

1 aune de vert

30st.394

1396

1 aune de vert de grande moison

15g.395

A Gênes

1220/60

1 drap

205 à 213s.

1 aune

4 s

1 aune de drap rayé

50-85s.396

1353

1 torsel

438 1 4s 3dg397

A Genève

1427

3 demi pièces de vert

45 1.

2 demi pièces de vert

31 1.

1/2 pièce de vert herbu

27 1. 6s

14 aunes de pers

14 1.

1 pièce de violet1.

40 1., 44 1., 451..49 1.

1 pièce de vert

40 1, 42 1., 45 1,

1 demi pièce de vert

22 1,398

1449

1 aune de gris

2 écus399

1460

6 aunes de gris fin

18 écus

1 aune de gris-obscur

2 écus

1 aune de violet

2 écus

1 aune de violet fin

2 écus

1 aune de violet

1 écu400

A Lübeck

fin XVe s.

1 drap

33 marcs lüb.401

A Paris

1387

1 aune de pers

36sp.

1 aune de vert

16sp.

20, 24, 40sp.

1 aune de vert prêt

40sp.

1 aune de vert-brun

36sp.

1 aune de vert claret prêt

32sp.

1 escarlate morée sur brun prêt

4 lp.

1 escarlate morée prête

4 1. 16sp.

1 ribaudeau

18 sp.402

Au Portugal

1253

1 aune de drap teint

40s403

A Rouen

1390

1 escarlate

80 lt404

A Toulouse

1431

1 canne de gris

2 écus 11 g.405

A Tours

1453

1 pièce

70st

1 aune de pers

27s 6d, 30s, 45s,

50s, 55s, 4 1. 3s 6d/

1 aune de gros pers sepillière

10s.

1 aune de vert

40s, 50s, 60s, 4 1.

1 aune d’escarlate vermeille ou violée

55s. ; 5 écus

1 aune de blanchet

70s

1 aune de gros gris

20s

1 aune de gris blanc

25s., 50s.

1 aune de gris-brun

17s 6d., 35s, 40s, 45s

1 aune de mauvaise écarlate à la marque de Rouen

3 écus406

A Venise

1265

1 aune

13s.407

A Vire

1389

1 escarlate

80 lt.

1404

3 aunes d'escarlate

15 lt408

SAINT-JAMES DE BEUVRON

A Chalon

1352/1354

1 drap

5 à 7 fl.409

DRAP DE SAINT-LO

En Anjou

XV9 s.

1 canne

5 à 7 fl.410

A Chalon

1352/58

1 drap

13-16 fl.

1352

1 petite brunette

14 fl.

1 burel

9 fl.

1356

1 drap blanc

13 fl.

1 Eschaquat

9 fl.

1357

1 grand drap blanc

13 fl.

1 grand burel

13 fl.

1 brunette noire

16 fl.

1 drap bleu

16 fl.

1 grand mêlé

16 fl.

1358

1 drap blanc

13 fl.

1 burel

14 fl.411

A Dijon

1376

1 aune de blanchet

fc.412

1389/1438

1 aune

0, 20-0,39 fc

0,40-0,59fc

0,60-0,79fc413

A Tours

1453

1 aune de pers

27s 6d

1 aune de gris-brun

25s414

Notes

1 M. MOLLAT, « La draperie normande », in M. SPALLANZANI, éd, Produzione, commercio e consumo dei panni di lana (nec secoli XII-XVIII), Florence, 1976 (ci-dessous désigné par : Prato), p. 403-421.

2 R.H. BAUTIER, « La place de la draperie brabançonne et plus particulièrement bruxelloise dans l’industrie textile du Moyen Age », in Annales de la Société Royale d'Archéologie de Bruxelles, 51, 1962-1966, p. 31-63 ; Ch. VERLINDEN, « Draps des Pays-Bas et du Nord de la France en Espagne au XIVe siècle », in Le Moyen Age 8, 1937, p. 31-36.

3 Néanmoins, la draperie eudoise étant davantage orientée vers les circuits picards, nous ne l’intégrons pas ici dans notre étude.

4 Le dernier scel porteur du léopard daterait de 1309, le premier avec l’agnel de 1362. C’est également durant cette période que la draperie se développe dans toute la vicomté et que s’organise la vie municipale à Rouen. Ces changements ne semblent nullement avoir interrompu l’exportation (draps de Rouen à Avignon en 1331). M. Mollat s’interroge sur la signification de ce changement de représentation, dans lequel on peut voir à la fois, le renouvellement de la draperie rouennaise (utilisait-elle l'agnelin ?) et surtout le rejet de l’héritage Plantagenêt : M. MOLLAT, « La draperie normande » p. 403. Rappelons également que Rouen était revenue à la France par le traité de Brétigny, deux ans plus tôt en 1360. Evreux opta pour la fleur de lys et Caen prudemment, conserva et le léopard et la fleur de lys (A. et S. PLAISSE, La vie municipale à Evreux pendant la guerre de Cent ans, Evreux, 1978, p. 198 ; A. BLANCHET, « Plombs de Caen, de Louviers et d’Evreux », LXXVe Congrès archéologique de France, 1908, Caen, 1910. Ces types de plombage firent référence dans le royaume de France puisqu’en juin 1419, les lettres de Charles VI, portant confirmation de la draperie de Chartres se réfèrent aux usages en vigueur « es bonnes villes de ce royaume, comme à Rouen, Evreux, Saint-Lô, Bernay et Montivilliers », Ordonnances des Rois de France, t. XI, p. 12.

5 M. MOLLAT, La draperie..., p. 414-415. Ces règlements furent encore renouvelés : Rouen, en 1398, Bemay en 1451, Saint-Lô en 1460. La première Ordonnance concernant la draperie d’Evreux date de 1406.

6 Th. BONNIN éd, Coutumes et ordonnances des lanneurs et drapiers de Dieppe du 9 décembre 1358, 1871, p. 32, § 1-3 ; D. CARDON, La draperie au Moyen Age, Paris, 1999, p. 384 ; F. CONCATO, « La technique drapière en Normandie à la fin du Moyen Age », Annales de Normandie, 1975, p. 76-98.

7 BRISSON-VAUQUELIN, Etudes Normandes, Origine et développement de l’industrie drapière à Elbeuf et Louviers, 1952.

8 L. DELISLE, Actes normands de la chambre des comptes du Roi 1328-1350, Rouen, 1871, no 102 du 1er février 1344 et no 174 du 22 Mai 1344. La ferme de Thorigny est accordée pour 2000 lt l’an. Mais le fermier, Jean de Surrain, déclara ses draps « ars » (brûlés ?) donc difficiles à vendre ; ne pouvant payer le montant du fermage, il obtint du roi une réduction de son montant.

9 M. MOLLAT, La draperie..., p. 407-408.

10 A. et S. PLAISSE, La vie municipale..., p. 193, 199, 203.

11 Les tisserands utilisaient peu de laine anglaise, mais de la laine d’Ecosse et d’Irlande, ainsi que des laines régionales, du pays de Caux, de la Picardie et de la Beauce. Ils recherchaient surtout, disent-ils en 1411, une laine « étroite », qui donne des draps « fermes » (Inventaire des Archives de Rouen, Série A, p. 37).

12 Inventaire... de Rouen, p. 75 ; M. MOLLAT, Le commerce maritime normand à la fin du Moyen Age, Paris, 1952, p. 469.

13 Damétal fabriquait alors un bon drap « affranchi de taille à Paris », et qui donc se vendait bien aux foires de Paris et de Saint-Denis (M. MOLLAT, Le commerce..., p. 274-275).

14 Inventaire... de Rouen, p. 78.

15 Elle était, au XIVe siècle, surveillée de très près et tout manquement aux règlements, strictement sanctionné : en 1369, par exemple, le drapier Pierre Dufresne de Coquemenot est amendé parce que ses draps avaient été foulés dans une autre terre que celle de Rouen et n’avaient pas été appareillés dans la ville (Inventaire... Rouen, p. 7). La draperie foraine, vendue à Rouen était tout autant surveillée par ses propres gardes (ibidem, p. 9).

16 Draps de « Quan » dans les comptes de Mahaut d’Artois. Pour les « Caïans » dans les régions rhénanes, voir H. KLEY, Geschichte und Verfassung des Aachener Wollenambachts, Siegburg 1916, p. 189. Citons encore les draps de « Camo » facilement confondables à la lecture avec les draps de Côme, tous deux côte à côte dans les contrats génois.

17 En fait, la compréhension de ce terme n’est pas claire. C’est en tous cas une appellation étrangère, à la France même. Pour LIAGRE de STURLER, les draps français se réfèreraient aux draps achetés sur les foires de Champagne depuis 1243 jusqu’en 1330. Néanmoins, ce ne sont pas des draps champenois :de fait, on relève en 1328 un contrat génois dans lequel est inscrit « pannos francischos ET de Prohino » (L. LIAGRE de STURLER, Les relations commerciales entre Gênes, la Belgique et l’Outremont, 1320-1400, 2 vol., Bruxelles-Rome, 1961, no 51). Alors faut-il suivre BOREL, pour qui il s’agirait de draps en provenance du royaume de France :1a définition serait alors économico-politique : F. BOREL, Les foires de Genève au XVème siècle, Genève, 1892. Ou plus simplement admettre que ce sont des draps ayant traversé le royaume de France, fussent-ils originaires des Pays-Bas ? Mais on peut être également tenté de suivre Mélis, pour qui les « panni di Francia » arrivant en Espagne en 1396 seraient des draps de Normandie. D’autant plus tenté qu’un contrat génois de 1347 mentionne des draps de Blangy « dicti franceschi » (LIAGRE, Les relations..., no 208). Il n’y a pas nécessairement contradiction entre toutes ces interprétations, certaines étant plus ponctuelles, se référant à une province française, d’autres sont plus générales considérant la France comme zone de production, voire de transit.

18 LIAGRE, Les relations..., no 206, p. 261.

19 C. SATTLER, Handelsrechnungen des deutschen Ordens, Leipzig, 1887, p. 104 et 116. Il s’agit de demi-draps.

20 W. STIEDA, Briefwechsel eines deutschen Kaufmanns im XV Jahrhundert : Hildebrand Veckinchusen, Leipzig 1921, Index « Monstrolsche ». De même faut-il vraiment distinguer les draps « Vilermostier » des draps de Montivilliers, bien que dans son dictionnaire, S. Bormans traduise par draps « Mostiervilleir » apparemment proche linguistiquement de Montivilliers ? Il s’agirait alors d’une catégorie de draps liégeois, fabriqués dans le « moutier » de Villers, c’est-à-dire le monastère des Templiers (S. BORMANS, Dictionnaire technologique du métier des drapiers, Liège, 1867, p. 42). Nous restons néanmoins sceptique devant cette interprétation, d’autant que ledit drap qui est gris ou bleu, couleurs phares de Montivilliers, vaut 7 livres, prix très élevé pour un drap de monastère trop peu connu par ailleurs. Il est donc bien possible que ce soit un drap de Montivilliers. Enfin, signalons la distinction émise par Ch. Verlinden, entre Montivilliers et Merville ou Mervilliers, près de Dunkerque.

21 M. P. LESNIKOV, Die Handelsbücher des hansischen Kaufmannes Veckinchusen, Berlin, 1973, p. 541.

22 Hansisches Urkundenbuch (HU) 9, no 1160 et 1161.

23 F. EBNER, « Ein Regensburger Kaufmannisches Hauptbuch, 1383-1407 », in Abhandlungen des historischen vereins von Oberpfalz und Regensburg, 1894, p. 139.

24 H. DUBOIS, Les foires de Chalon et le commerce dans la vallée de la Saône à la fin du Moyen Age (1280-1430), Paris, 1976, p. 160, note 110 et K. H. SCHÂFER, Die Ausgaben der apolotischen Kammer unter Benedikt XII, Klemens VI und Innocenz VI, Paderborn-Rome 1911, II, p. 497.

25 A. PAGE, Vêtir le Prince, Tissus et couleurs à la Cour de Savoie (1427-1447), Lausanne, 1993, p. 56.

26 B. KUSKE, Quellen zur Geschichte des Kölner Handels und Verkehrs im Mittelalter, Publikationen der Gesellschaft für Rheinische Geschichtskunde, vol. 33, Bonn, 1934, t. II, no 1055,

27 HU 9, no 1160 et 1161.

28 HU 9, no 958.

29 L. GILLIODTS van SEVEREN, Cartulaire de l’ancienne estaple de Bruges, Bruges, 1904-1909, no 239 et p. 173.

30 L. GILLIODTS van SEVEREN, Cartulaire..., p. 171-172.

31 Selon M.L. PELUS, « Le commerce des draps à Lübeck dans la seconde moitié du XVe siècle », mémoire de Maîtrise dactylographié, Sorbonne 1968, p. 176. Soulignons en outre que « Mons » est devenu « Muster » qui signifie « modèle ». Cette transformation du préfixe est-elle due uniquement à une classique mutation linguistique, ou bien est-elle volontaire pour signifier qu’il s’agit d’un drap fait sur le modèle de Montivilliers ? Rappelons que le « Muster » (employé seul) désignait aussi l’échantillon.

32 Selon B. KUSKE, Quellen zur Geschichte, III, p. 492.

33 1. PANNIER et P. MEYER (éds), Le Débat des Hérauts d’armes de France et d’Angleterre par John COK, Société des anciens textes français, Paris, 1877, p. 35, 36 et 45. Egalement rapporté par R. van UYTVEN, « Cloth in Medieval Litterature of western Europe », in N.B. HARTE et K.G PONTING (éds), Cloth and clothing in Medieval Europe, Londres, 1983, p. 173-174.

34 Van UYTVEN, Cloth..., p. 174.

35 Et d’autres en Anjou, en Touraine et en Poitou, à Fontenay-le-Comte, par exemple : R. FAVREAU, La ville de Poitiers à la fin du Moyen Age, Poitiers, 1978, t. l, p. 300. L’auteur se réfère au document in A.N. Z 1 A 15 124-127 v°. Mais déjà dans les années 1410, des artisans de Caen et de Rouen avaient émigré à Vitré et à Rennes, comme en témoigne La chronique du religieux de Saint-Denis, VI, p. 108. Ils y apportèrent leur savoir faire lançant ainsi l’industrie bretonne : voir H. TOUCHARD, Le commerce maritime breton à la fin du Moyen Age, Paris, 1967, p. 64 ; M. MOLLAT, Le commerce..., p. 21. Voir également le refuge des drapiers de Saint-Lô à Angers, et d’autres rouennais à Marseille, ibidem, p. 413 ; R. BLANCHARD, Lettres et mandements de Jean V, duc de Bretagne, Société des Bibliophiles Bretons, IV à VIII, Nantes 1889-1895, no 1518.

36 Archives Municipales d’Abbeville, Papiers d’Aloys Ledieu. Marquis de BELLEVAL, Chronologie d’Abbeville et du Comté de Ponthieu, Paris, 1899, p. 61.

37 Archives de la ville de Bruxelles, Cartulaire Thymo, f° 262 v° à 263 v°. Textes publiés dans Les Ordonnances des Rois de France, VI, p. 454-456. L’affaire a été étudiée par H. LAURENT, La draperie des Pays-Bas en France et dans les Pays méditerranéens, Brionne 1978, p. 165 et 224.

38 N. COULET, Chaussetiers et marchands du drap à Aix, p. 196. Rappelons avec P. CHORLEY, que les draps normands et brabançons présentaient des aspects techniques communs, en particulier l’interdiction à Louviers comme à Malines (et plus tard à Tournai) d’employer la laine de mouton pour la draperie ointe : Th. BONNIN, Cartulaire..., II, p. 25-31 et P. CHORLEY, p. 374. En Castille, draps de Rouen et draps de Malines sont présentés l’un pour l’autre au début du XVe siècle.

39 BRISSON-VAUQUELIN, Etudes Normandes, op. cit.

40 Ordonnances des Rois de France, t. XIV, p. 472.

41 Ch. VERLINDEN, « Panos belgas en fuentes espanoles medievales », in Cuadernos de Historia de Espana », Buenos Aires, XXIX-XXX, 1959, p. 218-230. M. MOLLAT, La draperie..., p. 409.

42 Voir mon étude « Draps "imités" ou "inspirés" au Moyen Age : accords entre villes ou espionnage industriel » in Autour des Van Loo. Commerce textile, peinture et espionnage en Europe, Actes du Colloque de Rouen, mars 2002 (sous presse).

43 E. de FREVILLE, Mémoire sur le commerce maritime de Rouen depuis les temps les plus reculés jusqu’à la fin du XVIe siècle, 2 tomes, Rouen, 1857, II, p. 434-436. S. CALONNE et D. CLAUZEL, « Artisanat rural et marché urbain : la draperie à Lille et dans ses campagnes à la fin du Moyen Age », Revue du Nord, 287, juillet-septembre 1990, p. 531-534 et p. 541.

44 Voir les tableaux des prix.

45 Inventaire... Rouen, p. 13, probablement du drap de Lynn (12 pièces), d’où était originaire Emond Sere, le marchand venu à Rouen faire cette vente, par l’intermédiaire du courtier Jean le Comte.

46 Inventaire... Rouen, p. 15 : achat destiné au duc d’Orléans.

47 Paris, A.N., KK 328, f°394, 403, 410, 412, 429, 479 ; M. MOLLAT, Le commerce..., p. 85.

48 Inventaire des archives de Rouen, série A, p. 4, A 1, 1369-1390. Le vendeur est Maugier Loueson.

49 Inventaire des archives de Rouen, p. 53. Les 3 aunes d’écarlate valant 15 lt, remises à deux conseillers du Roi au parlement en 1404 étaient-elles de Rouen ou de Montivilliers ? Même question pour l’aune de blanc et de vermeil donnée à 15 personnes de la Cinquantaine en 1411 (ibidem, p. 33 et 41). Autres exemples : en 1457, la ville envoie 4 aunes d’écarlate (de Rouen ?) à la femme du procureur du Roi en Parlement de Paris et 4 autres aunes d’écarlate à un dénommé Jehan du Bec (ibidem, p. 53). Et sans doute, ces draps de Rouen que reçoit la princesse de Piémont, sœur du roi, lors de son entrée dans la ville de Rouen en 1452, sont-ils aussi des écarlates (ibidem, p. 63), ainsi qu’il en est des trois demi-draps de Rouen, l’un en écarlate, l’autre en fin pers, le troisième en fin gris, qui sont offerts en 1465, lors de son entrée dans la ville, à Monseigneur de Saint-Pol, connétable de France, lieutenant général du royaume en Normandie, et à sa femme, sœur de la reine (ibidem, p. 65).

50 Cette hésitation est liée à la signification de ces couleurs, le pers évoquant la loyauté et le vermeil, amour et charité (ibidem, p. 86).

51 L. C. DOUET d’ARCQ, Des frais d'enterrement à Paris au XIVe siècle, Paris, 1878, Deuxième fragment, Compte de l’exécution testamentaire de Jean de Hétomesnil, 49. Ces draps ont été achetés à deux marchands de Bernay, Colart l’Oye et Rogier Lorens. Ils valent 100 Frcs 13s 4d, soit 80 L 13s 4d parisis. Il en coûta 64 s de les tondre.

52 Van UYTVEN, Cloth in medieval..., p. 173. Un autre sera fourré de fin blanchet. En 1392, à la Cour de Bourgogne, on allie également le gris de Montivilliers à l’écarlate vermeille, pour les cottes et les corsets des petites princesses : H. DAVID, Philippe le Hardi, Dijon, 1947, p. 76.

53 A.D. Dijon, B. 1476, f°28.

54 J. M. RICHART, Une petite-nièce de Saint-Louis, Mahaut, comtesse d’Artois et de Bourgogne, Paris, 1887. Les saies de Caen auraient envahi l’Artois au XIIIe siècle selon la formulation de DERVILLE, « Draperies flamandes et artésiennes vers 1250-1350 », in Revue du Nord, 54, 1972, p. 353-370. H. AMMAN identifie Caen comme une « sayenstadt », « Deutschland und die Tuchindustrie Nordwest Europas im Mittelalter », in Hansische Geschichtsblatter, LXXII, 1954, p. 1-63, p. 21.

55 Médiathèque d’Arras, Fonds local, CC 69, 1491, Dépenses, Frais communs, 42 v°. Louchart effectuera trois voyages en un mois pour cet achat. A Rouen même, il s’acquitte de différents droits de fardelage et d’issue, le tout pour un total de 76s. Le coût de la teinture en gaude est de 6s 6d l’aune, en garance, de 4s 3d l’aune ; leur tonte se monte à 20d l’aune.

56 Etude menée à partir des comptes suivants :B. 1435, B. 1438, B. 1441, B. 1444, B. 1445, B. 1451, B. 1452, B. 1454, B. 1457, B. 1460, B. 1461, B. 1462, B. 1463, B. 1465, B. 1466, B. 1467, B. 1469, B. 1470, B. 1471, B. 1473, B. 1474, B. 1476, B. 1478, B. 1480, B. 1481, B. 1486, B. 1487, B. 1490, B. 1494, B. 1495,,B. 1499, B. 1500, B. 1501, B. 1502, B. 1503, B. 1507, B. 1511 et 1511 bis, B. 1513, B. 1514, B. 1515, B. 1518, B, 1522, B. 1528, B. 1534, B. 1538, B. 1563, B. 1569, B. 1588. B. 1601, B. 1606, B. 1665.

57 Pour une étude plus détaillée de ces achats sous le règne de Philippe le Hardi, voir mon article, « Achats et consommation des draps de laine par l’hôtel de Bourgogne 1370-1380 », in Commerce, Finances et Société (XIe-XVIe siècles), Recueil de Travaux d’Histoire Médiévale offert à M. le Professeur H. DUBOIS, Paris, 1993, p. 27-70.

58 Drapiers de Dijon fournissant des draps de Normandie : Jehan Douar (draps de Montivilliers, ci-après désignés par M.), Jehan de Beaune (M), Jehan Chambellan (M), Guillemot le Porteret (M, et draps de Rouen : R, draps de Louviers : Lv), Jehan le Joliet (M, R, Lv, draps de Caen : C, draps d’Evreux : Ev), le plus important fournisseur avec Garnier de Beze (M. R, Lv, Eu, Saint-Lô), Henri de Morrey (M, R), Thevenin l’Orfèvre (R, Lv), Jehan de Chaucins (R), Demarigny de Relampont, chazublier (saies de Caen).

59 Fournisseurs parisiens en draps de Normandie : Jehan le Noir (M), Phillippot de Hanaps (M), Phelizot de Compans (M), Jehan de Barron (M et draps de Neufchâtel), Jehan du castel (M), Gilebert le Jay (M), Colin Bataille (M et draps de Caen).

60 B. 1466, f° 29 en 1387.

61 Il est vrai que nous avons affaire à divers aunages, de Paris, Dijon, Provins.

62 H. WESCHER, « Mode et élégance à la cour de Bourgogne », Cahier Ciba, 9. Le tailleur du duc, Guillaume le Martin, lui en fit une houppelande avec casaque, capuchon et hauts de chausse. Le duc fit remettre le même costume à son fou.

63 M. BEAULIEU et J. BAYLE, Le costume en Bourgogne de Philippe le Hardi à Charles le Téméraire, Paris, 1956, p. 25-26. Les auteurs s’appuient sur l’étude de L. de LABORDE, Les ducs de Bourgogne. Etudes sur les lettres, les arts et l’industrie, Paris, 1849-1853, no 1070 et 1071.

64 LE ROUX de LINCY, « Comptes de dépenses faites par Charles V au Louvre, des années 1364-1368 », in 6e compte, no 76, Revue Archéologique, 1852.

65 L. C. DOUET d’ARCQ, Comptes de l’Argenterie des rois de France au XIVe siècle, Paris 1851, p. 125, 130, 131, 135, 137, 138 et 239.

66 Paris, A.N., KK 41,8v°-10v°.

67 Paris, A.N., KK 42, 247v°-248r°.

68 J. ROMAN, Inventaires et documents relatifs aux joyaux et tapisseries des princes d’Orléans-Valois, 1389-1481, Paris, 1894, no XV, p. 55-73.

69 Inventaires du duc de Berry. Etoffes et joyaux, no 671, 99vo : la tenue vaut en effet 57 1. 10 sous tournois.

70 F. PIPONNIER, Costume et vie sociale à la cour d’Anjou aux XIVe et XVe siècles, Paris, 1970, p. 109 ; et du même auteur, « La consommation des draps de laine dans quelques milieux français à la fin du Moyen Age », Prato, p. 425 : « l’importance que (prend) progressivement la Normandie d’abord, dont les écarlates et autres draps fins supplantent totalement les draps flamands ».

71 A. TUETEY, Testaments enregistrés au Parlement de Paris sous le règne de Charles VI, Paris, 1880.

72 Pour l’année 1369 : E. IZARN, Le compte des recettes et dépenses du Roi de Navarre en France et en Normandie de 1367 à 1370, Paris, 1888, p. 176-177, 199, 363, 396.

73 B. LEROY, « Quelques pièces de vêtement à la Cour de Navarre à la fin du XIVe siècle », in Milieux naturels, espaces sociaux..., p. 393-400.

74 MOLLAT, Le commerce..., p. 42.

75 M. MOLLAT, Les affaires de Jacques Cœur. Le journal du procureur Dauvet, 2 vol. Paris 1952, t. I, fol. 43, 48v°, 49v°, 71 v°, 72v°, 73, 74v°, et t.II, 440v°.

76 Ibidem, t. I, 49v° et t. II, 436v°.

77 Ibidem, t. I, 91v°, 93v°, 95v°, 141ro; t. II, 497v°.

78 Ibidem, t. I, 49v°, 91 v°.

79 Paris, B.N., Ms. lat. 17098 : Cartulaire de Saint-Etienne de Troyes, f°35. Voir aussi, R.H. BAUTIER, « Les foires de Champagne, recherche sur une évolution historique » in La foire, recueil de la Société Jean Bodin, V, Bruxelles, 1953, p. 111, no 5 ; M. MOLLAT, La draperie..., p. 404.

80 De FREVILLE, Mémoire sur le commerce, t. I, p. 202, t. II, p. 83, no XXIII et p. 85-86.

81 Paris, A.N., Trésor des Chartes, JJ 154, f° 68 et 466 ; Ordonnances des Rois de France, t. VIII, p. 333 ; F. BOURQUELOT, Etudes sur les foires de Champagne, sur la nature, l’étendue et les règles du commerce qui s’y faisait aux XIIe, XIIIe et XIVe siècles, Mémoires présentés à l’Académie des Inscriptions et Belles Lettres, 2e série, t. V, 2 vol., Paris, 1865-1866, t. 1, p. 251.

82 L.C. DOUET D’ARCQ, « Tarif des marchandises qui se vendaient à Paris à la fin du XIIe siècle », in Revue Archéologique, 9, 1852, p. 214-228.

83 Le « dit des pays » in A. de la Sale, Jehan de Saintré, édité par J. MISRAHI - C.A. KNUDSON, 1967, p. 50 et 57-58.

84 « Le dit du Lendit » in G. FAGNIEZ éd., Documents relatifs à l'histoire de l’industrie et du commerce en France, t. II, XIV-XV, Paris, 1900, LXXIX, p. 173-179. Les centres normands cités sont Caen, Louviers, Breteuil, Vernon, Évreux, Andelys, Aumale, Saint-Lubain, Torigni, Dametal, Parvilly, Montivilliers et Blangy. Selon M. MOLLAT, La draperie..., p. 410, cette liste serait incomplète étant donné que les marchands de Bemay, Bayeux et Saint-Lô fréquentaient également le Lendit depuis 1292 et au moins jusqu’en 1356.

85 Paris, A.N., K 931 no 28 et M. MOLLAT, Le commerce..., p. 330 : les Normands fréquentaient également à la même époque les foires de Saint-Germain et les foires de Compiègne.

86 M. MOLLAT, Le commerce..., p. 330.

87 R. L. REYNOLDS, « The market for northern textiles in Genoa, 1179-1200 », in Revue Belge de Philologie et d'Histoire, 8, 1929, p. 831-851.

88 R. DOEHAERD, Les relations commerciales entre Gênes, la Belgique et l’Outremont d’après les archives notariales génoises aux XIIIe et XIVe siècles, 2 vol., Bruxelles-Rome, 1941, t. 2, p. 174-176 et 195, ainsi que les tableaux annexes II, III.

89 M. MOLLAT, La draperie..., p. 105, cite les familles Lomellini, Piccamiglio, Malocello comme acheteurs de draps normands. Il signale un Antonio Malocello qui, en trois jours de Novembre 1346, vendit 8 torsels de draps de Louviers, d’une valeur de plus de 2 000 livres génoises.

90 En particulier dans les contrats rapportés par L. LIAGRE de STURLER, Les relations... ; voir aussi in John DAY, Les douanes de Gênes, 1376-1377, Paris, 1968, p. 662 et in M. BALARD, La Romanie génoise, Rome, 1978, p. 837. Pour l’auteur, les draps de Louviers sont les draps les plus importés par Gênes durant la période 1340-1370. Ils devancent les draps de Malines, Chalon et Beauvais (ibidem, note 6).

91 LIAGRE de STURLER, Les relations..., no 138, 151, 153, 154.

92 LIAGRE de STURLER, Les relations..., no 208 et 211.

93 LIAGRE de STURLER, op.cit., no 286 et R. DOEHAERD, Les relations..., p. 611, doc. 786.

94 LIAGRE de STURLER, Les relations..., no 293 : drap de « Cames » ou « Cumanorum ».

95 J. DAY, Les douanes..., p. 761 : draps « Evuros ».

96 LIAGRE de STURLER, Les relations..., no 274.

97 LIAGRE de STURLER, Les relations..., no 16.

98 LIAGRE de STURLER, Les relations..., no 26.

99 H. AMMAN, « Die Anfange des Aktivhandels und der Tucheinfuhr aus Nordwesteuropa nach dem Mittelmeergebiet », in Studi in honore di A. Sapori, Milan, 1957, t. I, p. 273-370, notamment p. 203.

100 TRASSELLI, « Il mercato dei panni a Palermo nel la prima meta del XV sec. », in Economia e Storia, IV, 1957, p. 140-166 et p. 286-333.

101 J. DAY, Les douanes..., p. 602 ; LIAGRE de STURLER, Les relations..., no 54.

102 Hypothèse émise à partir du portrait de Zaccaria, dressé par G. I. BRATIANU, Recherches sur le commerce génois dans la Mer Noire au XIIIe siècle, Paris 1929, p. 152-153, qui lui-même reprend en partie Ch. de la RONCIERE, Découverte de l’Afrique au Moyen Age, I, p. 40.

103 J. HEERS, Le livre de comptes de Giovanni Piccamiglio, homme d’affaires génois, Paris, 1959.

104 C. TRASSELLI, « Il mercato dei panni a Palermo... », op. cit.

105 H. BRESC, Un monde méditerranéen. Economie et Société en Sicile, 1300-1450, 2 vol., Rome, 1986, t. I, p. 465 et 478, tableau no l 14.

106 M. MOLLAT évoque des importations en 1408, 1448, 1454, 1456, 1461 (M. MOLLAT, La draperie..., p. 413).

107 H. BRESC relève un « Mustuvileri de Londra », Un Monde..., t. 1, p. 483.

108 Dans la boutique du tailleur juif Moyses Benseson selon H. BRESC, Un monde..., t. 1, p. 486. L’auteur attribue cette présence à l’escale normande des flottes vénitiennes. Mais n’en était-il pas de même pour tous les draps normands, vendus à Palerme ?

109 H. CALDERAN-GHIACCHETTI, « L’exportation de la draperie languedocienne dans les pays méditerranéens d’après les Archives Datini (1380-1410) » in Annales du Midi, 1962, p. 139-176, notamment p. 169.

110 D. BIZZARI, « Imbreviature notarii », in Documenti e studi per la storia del commercio, t. 4 et 9, Turin, 1934-1948, rapporté par H. LAURENT, Un grand commerce..., p. 74, note 1.

111 A. L1S1N1, « Indice di due antichi libri di imbreviature notarii », in Bollettinosenese di storia patria, 1911, t. XVIII, Sienne, 1912, note bibliographique 61 ; R.H. BAUTIER, « Marchands siennois et "draps d’outremonts" aux foires de Champagne (1294) » in Bulletin de la Société de l’Histoire de France, Paris, 1947, p. 87-107 ; H. AMMAN, Deutschland..., p. 8.

112 P. CHORLEY, « The cloth exports of Flanders and northern France during the thirteenth century:a luxury trade? », in Economic History Review, 2nd ser. XL, 3, 1987, p. 349-379, p. 356.

113 H. LAURENT, Un grand commerce..., p. 75-77.

114 B. KUSKE, Quellen zur Geschichte des Kölner Handels-und Verkhers im Mittelalter, Publikationen des Gesellschaft fur rheinische Geschichtskunde, vol. 33, 3 tomes, Bonn, 1934, t. 2, no 1055, 1056 et Archives Historiques de la ville de Cologne, Briefbücher 34/35 du 25 mai 1487. Draps de Montivilliers ou fabrication anglaise, au moins pour les quatre premiers ? Ces draps sont la propriété de trois marchands colonais : Johann van Dynslaken, Laurens Eggelmann et Bertram Gierlach. M. MOLLAT signale également des draps d’Harfleur et de Caen à Venise au XVe siècle : M. MOLLAT, La draperie..., p. 407.

115 R. DAVIDSOHN, Forschungen zur Geschichte von Florenz, t. 3, Berlin, no 4 et du même auteur, Geschichte von Florenz, t. 4, Berlin, 1925, p. 66 et 68.

116 C.M. de la RONCIERE, Prix et salaires à Florence au XIVe siècle, 1280-1380, Rome, 1982, p. 401.

117 A. SAPORI, Una Compagnia di Calimala ai primi del trecento, Florence, 1932, p. 80, 86, 88, 90, 94.

118 F.B. PEGOLOTTI, La prattica della mercatura, éd. A. Evans, Cambridge (Mass.), 1936, p. 279.

119 P. CHORLEY, The cloth exports..., p. 363.

120 F. BONAINI, « Breve consulum curoae mercatorum civitatis Pisanae", in Statuti inediti della citta di Pisa dal XII al XIV secolo, Florence, 1854-1870, t. 2, p. 1114 ; LAURENT, La draperie des Pays-bas..., p. 105.

121 H. CALDERAN-GHIACCHETTI, « L’exportation de la draperie langue-docienne », déjà cité en note 109, p. 169.

122 L. MERY - F. GUINDON, Histoire analytique et chronologique des actes et des délibérations du corps et du conseil de la Municipalité de Marseille, depuis le Xe siècle jusqu’à nos jours, Marseille, 1841, p. 345 ; Cartulaire de Saint-Victor de Marseille, Paris, 1857, p. 47.

123 R. BUSQUET - R. PERNOUD, Histoire du commerce de Marseille, 2 vol., Paris, 1949, t. 1, p. 151 et 207 ; E. BARATIER - F. RAYNAUD, Histoire du commerce de Marseille de 1291 à 1481, 2 vol. , Paris, 1951, t. 2, p. 862, no 2. D’après les registres publiés par L. BLANCARD, Documents inédits sur le commerce de Marseille au Moyen Age, Marseille.

124 É. BARATIER-F. RAYNAUD, Histoire du commerce..., t. 1, p. 44.

125 Épisode rapporté par LAURENT, Un grand commerce..., p. 203, note 1 et M. MOLLAT, La draperie..., p. 405. Le bateau contenait avec certitude 160 pièces de draps, de Louviers et, probablement, de Rouen et de Caen. Les draps normands arrivaient également à Rhodes, en provenance de Toulouse, également via Montpellier.

126 O. MASSON-BESSIERE, « Le commerce à Brignoles au XIVe siècle », in Provence historique, 14, 1964, p. 158 et 163. Malheureusement, l’auteur ne précise ni sa source, ni la date du relevé. Un autre « pannus de Montivilliers » est donné pour 50s. En 1337, les mêmes seigneurs avaient acheté du canet de Rouen et du mesclat de Louviers à Jean et Arnaud Cacel.

127 P. MEYER, « Le livre journal d’Ugo Terahl notaire et drapier à Forcalquier, 1330-1332 », in Notices et extraits des manuscrits de la Bibliothèque Nationale, t. XXXVI, Paris, 1898, p. 17, f° 3v°.

128 E. BARATIER, « Le notaire Jean Barrai, marchand de Riez au début du XVe siècle », in Provence Historique, 1957, p. 254-274.

129 R. H. BAUTIER, La place de la draperie..., p. 53.

130 BARATIER-RAYNAUD, Histoire du commerce..., p. 294.

131 M. GOURON, « Achats en foire d’un marchand drapier d’Anduze » in Congrès Régional des fédérations historiques du Languedoc, Carcassonne, Mai 1952, p. 59-76.

132 N. COULET, Aix-en-Provence. Espace et relations d’une capitale, 2 vol., Aix, 1988, p. 460-465.

133 P. CHORLEY, The cloth exports..., p. 364.

134 Ph. WOLFF, « Esquisse d'une histoire de la draperie en Languedoc du XIIe au début du XVIIe siècle », Prato, p. 435-459 ; Ch. PORTAL, « Le livre journal de Jean Saval marchand drapier à Carcassonne (1340-1341) », in Bulletin Philologique et Historique, 1901, p. 423-449 ; M. BOURIN, « Les affaires d’un marchand de draps carcassonnais (1340-1341), » in Milieux naturels, espaces sociaux. Etudes offertes à Robert Delort, Paris, 1997, p. 379-392.

135 Ph. WOLFF, Commerce et marchands de Toulouse (1350-1450), Paris, 1954, p. 261.

136 Ph. WOLFF, Toulouse..., p. 577 : en particulier les drapiers toulousains Najac. Voir à cet égard l’article de J. Godart et Ph. Wolff, « Un courant commercial à travers la Provence au début du XVe siècle : de Toulouse aux Pays-Bas », in Revue du Nord », 1950, p. 29-47, notamment p. 34.

137 Ph. WOLFF, Toulouse..., p. 137, note 126. C’est le cas pour un drap violet de Montivilliers acheté par Guillaume de Lavit et qui n’avait pas les dimensions réglementaires.

138 Ph. WOLFF, Toulouse..., p. 237 ; l’auteur affirme cependant que, de 1438 à 1450, la Normandie réalise des progrès spectaculaires, sans nous en donner la confirmation descriptive.

139 D’après les données de Ph. WOLFF, Toulouse..., p. 237, 240-241.

140 Ph. WOLFF, Toulouse..., p. 135, selon le registre notarial 7411,26v° et fol. 66.

141 Ph. WOLFF, Toulouse..., p. 142-143, d’après le registre notarial 112, f° 31 v°. Ces draps seront ensuite expédiés à Rhodes où séjournent les Hospitaliers.

142 Ph. WOLFF, Toulouse..., p. 259.

143 E. FORESTIE, Comptes et mandements des receveurs et maîtres d’hôtel du vicomte de Fézengaguet (1365-1372), 1898, f°51.

144 D’après Ph. WOLFF, Toulouse..., p. 269-270 et Appendice IV.

145 Selon l’appréciation de BAUTIER, La place de la draperie..., p. 47 ; notamment les draps de Bruxelles qui constituaient l’essentiel des vêtements d’apparat des grands dignitaires.

146 Ph. WOLFF, Toulouse..., p. 259.

147 E. FORESTIÉ, « Les livres de compte des frères Bonis, marchands montalbanais du XIVe siècle (1336-1348) » in Archives historiques de la Gascogne, 1890-1894, t. XX-XXIV, Paris-Auch, 1894 ; M. BOURIN, déjà cité note 134, p. 379-392.

148 R. FAVREAU, La ville de Poitiers, déjà cité note 35, t. 1, p. 247, d’après A.M. Poitiers, K 1, f°33v°, 77, et K 2, f° 15. Voir aussi P. GUERIN, « Recueil de documents concernant le Poitou contenus dans les registres de la grande Chancellerie de France, t. V (1376-1390) », Archives historiques du Poitou, t. 21, 1891, p. 366.

149 R. FAVREAU, La ville de Poitiers..., t. 1, p. 142. P. MARCHEGAY, « Chartes et tarif de la cloison d’Angers en 1373 », in Notices et documents historiques, Angers, 1857, p. 430.

150 R. FAVREAU, La ville de Poitiers..., t. 1, p. 246, d’après Paris, A.N., H 4 3026. L’auteur renvoie également à J. M. BIENVENU, « Recherches sur les péages angevins aux XIe et XIIe siècles » in Le Moyen Age, LXIII, 1957, p. 209-240 et 434-467.

151 A.M. Nantes, CC 383. A l’inverse, les Bretons se rendaient en Normandie pour y prendre draps et harengs.

152 M. MOLLAT, Le commerce..., p. 201, note 8.

153 BLANCHARD, Lettres et mandements..., VI, no 1764.

154 M. MOLLAT, Le commerce..., p. 111 et note 101, mais aussi H. TOUCHARD, Le commerce maritime breton à la fin du Moyen Age, Paris, 1967, p. 189 ; Y. LABBE, « Les débuts d’une ville bretonne : Vitré au XVe et au XVIe siècle », in Mémoires de la Société d'Histoire et d’Archéologie de la Bretagne, XXIV, 1944, p. 114-115.

155 M. MOLLAT, Comptabilité du port de Dieppe au XVe siècle, Paris, 1951, p. 60.

156 C. MATHIEU, « Le commerce de la draperie à Avignon », in Bulletin Philologique et Historique, 1961, p. 261.

157 K.H. SCHAFER, « Die Ausgaben der apostolischen Kammer », déjà cité note 24 ; R. DELORT, « Notes sur les achats de draps et d’étoffes par la chambre apostolique des papes d’Avignon, 1316-1417 », in Mélanges d’Archéologie et d’Histoire, 74, 1962. p. 231.

158 Selon P. CHORLEY, The cloth exports..., p. 352.

159 750 sur 897 572 marévadis. Ils y cotoyaient quelques draps d’Alençon ; M. GUAL CAMARENA, « El comercio de te las en el siglo XIII hispanico », in Anuario de historia economica y social. I, Madrid, 1968, p. 85-106 ; Ch. VERLINDEN, « Panos belgas en fuentes espanoles mediavales », in Cuadernos de historia de Espana, Buenos Aires, XXIX-XXX, 1959, p. 218-230.

160 Ch. VERLINDEN, « Draps des Pays bas », déjà cité note 2, p. 21-36 ; « Contribution à l’étude de l’expansion commerciale de la draperie flamande dans la péninsule ibérique au XIIIe siècle », in Revue du Nord, 22, 1936, p. 5-20.

161 Paris, A.N., Z 1 A 1, f 222, 234v°, 243v°, 249v°, 265. M. MOLLAT, Le commerce..., p. 17.

162 Nantes, A.M., CC 383, f° 3 et 4. En 1402, les draps de Rouen sont toujours importés en Castille : van UYTVEN, Cloth in medieval litterature..., p. 171.

163 Ch. VERLINDEN, Draps des Pays Bas..., p. 30.

164 M. MOLLAT, La draperie..., p. 406.

165 G. ROMESTAN, « Les marchands languedociens à Valence », in Bulletin Philologique et Historique, 1969.

166 F. MELIS, « La diffusione nel Mediterraneo occidentale dei panni di Wervicq delle alte citta delle lys attorno al 1400 », in Mélanges Fanfani, 3, p. 213-243, tableaux p. 223-225.

167 Ch. VERLINDEN, Draps des pays bas..., p. 30 et note 46.

168 MISRAHI-KNUDSON, Jehan de Saintré, p. 50.

169 F. MELIS, La diffusione..., tableaux p. 223-225.

170 F. MELIS, La diffusione..., tableaux p. 223-225.

171 M. MOLLAT, Le commerce..., p. 17.

172 H. DUBOIS, Les foires de Chalon, déjà cité note 24, p. 160, note 110.

173 P. TOUSSAINT, Les foires de Chalon-sur-Saône des origines au XVIe siècle, Collection d’études sur l’histoire du droit et des institutions de Bourgogne, t. XXII, Dijon, 1910, p. 155-156.

174 En fait, on ne relève que deux mentions d’achat de Rouen en 1352 et 1379 : H. DUBOIS, Chalon.... p. 95.

175 En 1357 et 1367. Les draps verts et marbrés sont les plus fréquents : DUBOIS, Chalon..., p. 160, note 108.

176 Destinés à l’Aumônerie pontificale entre 1352 et 1357, ils sont également acquis par l’hôtel ducal en 1382. Brunettes, draps noirs et mesclat sont de petite moison et de petit prix. H. DUBOIS, Chalon..., p. 160, note 107.

177 Ibidem, note 111.

178 En 1352 et 1383, ibidem, note 111.

179 Des marchands de Torigni assistent aux foires de Chalon en 1360 et 1364 : H. DUBOIS, Chalon..., p. 161, note 16.

180 Brunettes et grands draps blancs, entre 1352 et 1358 : H. DUBOIS, ibidem, note 118.

181 Les marchands de cette ville tiennent buffets et loges à la foire. Leur présence est particulièrement remarquable en 1352-1354. Ils sont liés aux marchands de Saint-Lô et de Fougères, ibidem, notes 119, 120 ; p. 162, notes 122 et 127.

182 Ibidem, note 124.

183 Ibidem, p. 160, note 110. Seuls draps, vu leur prix, à être vendus sur buffet, les autres sont vendus par des détailleurs.

184 H. DUBOIS, Chalon..., p. 160, note 114.

185 Ibidem, p. 162 et note 125.

186 Ibidem, p. 161 et note p. 115.

187 F. PIPONNIER, « Cloth merchants inventories in Dijon in the fourteenth and fifteenth centuries », in Cloth and clothing in medieval Europe. Essays in memory of professor E. M. Cams-Wilson, Londres, 1983, p. 230-247.

188 F. BOREL, Les foires de Genève au XVe siècle, Genève, 1892, p. 147.

189 Ils auraient bénéficié dans la ville de certains privilèges, comme des franchises sur leurs boutiques de draps en 1460, en échange d’un engagement à remporter diverses marchandises italiennes. Ils avaient également demandé un lieu dans la halle pour entreposer et vendre leurs dreps : J.-F. BERGIER, Genève et l’économie européenne de la Renaissance, Paris, 1963, p. 336. F. BOREL, Les foires..., p. 78, note 1, d’après Archives de la ville de Genève, Registre Consulaire du 27 mai 1460.

190 J.-F. BERGIER, Genève..., p. 335. Il cite en particulier les familles rouennaises des Le Seigneur, Le Gras, Dufour, en 1460.

191 F. BOREL, Les foires..., p. 77. L’évêque de Savoie leur accorda un emplacement devant l’hôtel de ville en 1464. Voir Archives de la ville de Genève, Registre du Conseil, en date du mardi 27 mai 1464.

192 F. BOREL, Les foires..., p. 150, Doc. XVIII (voir ci-dessous tableau des prix).

193 M. MOLLAT, Le commerce..., p. 44.

194 A. GRUNZWEIG, Correspondance de la filiale de Bruges des Medicis, Bruxelles, 1931, p. 78-83. Également cité par M. MOLLAT, Le commerce..., p. 293 et J.-F. BERGIER, Genève..., p. 336.

195 E. VERGA, La camera di mercanti di Milano, Camera di commercio e industria di Milano, Milan, 1914 ; LAURENT, Un grand commerce..., p. 195.

196 H. AMMAN, « Die Diesbach-Watt Gesellschaft », in Historischen Verein des Kantons St.Gallen, XXXVI, Vierte folge, VI Saint-Gall, 1928, p. 66.

197 Archives de l’Etat de la ville de Bâle, Privat Archiv P. A. 62, Handlungsbuch des Ülrich Meltinger (1469-1493). Voir mon étude « Les tissus dans le commerce d’Ulrich Meltinger », in Milieux naturels, espaces sociaux..., p. 365-376.

198 H. AMMAN, Deutschland..., p. 42.

199 H. AMMAN, « Mittelalteriche Zolltarife aus der Schweiz, III, Zollstellen von Basel und Umgebung » in Zeitschrift für schweizerische Geschichte, XVII, 1937, 1.

200 Aucune mention dans les études de S. SCHMOLLER, Die Strassburger Tucher und Weberzunft, Strasbourg, 1879, ni dans celle de K. Th. EHEBERG, Verfassung-Verwaltungs und Wirtschaftsgeschichte des Stadt Strasbourg bis 1681, Strasbourg, 1899.

201 H. AMMAN, « Die deutschen und die schweizerischen Messen des Mittelalters », Recueil de la Société Jean Bodin, La Foire, Bruxelles, 1953, p. 155.

202 On rencontre des draps de Malines et de Gand à Baden et des draps anglais à Zürich en 1496 Archives de la ville de Zürich, HI, 649. La comptabilité des Meltinger souligne l’importance des draps de Fribourg.

203 L. COSTA de BEAUREGARD, Souvenirs du règne d’Amédée VIII. Guerre de Lombardie et mariage de Marie de Savoie avec le duc de Milan (1426-1427), Mémoire de l’Académie impériale de Savoie, 2e série, IV, Chambéry, 1861.

204 A. PAGE, Vêtir le Prince. Tissus et couleurs à la Cour de Savoie (1427-1447), Lausanne, 1993, p. 28.

205 A. PAGE, Vêtir le Prince..., p. 21, 26, 29, 34, et L. COSTA de BEAUREGARD, Souvenirs..., p. 196-202.

206 A. PAGE, Vêtir..., p. 56 et 47.

207 GANDILHON, Politique économique de Louis XI, Paris, 1941, p. 224.

208 P. MEYER, G. GUIGUE, « Fragments du grand livre d’un drapier de Lyon (1320-1323) », Romania, t. 35, 1906, p. 181-223, p. 436, §2, f°20v°.

209 M. BRESARD, Les foires de Lyon aux XIVe et XVe siècles, Paris, 1914, p. 47, 163, 231.

210 Inventaires des Archives de Rouen..., p. 78.

211 DUBOIS, Chalon..., p. 161.

212 Ibidem, p. 162.

213 H. AMMAN, « Die Deutschen im mittelalterlichen Frankreich », in Deutsches Archiv für Landes und Volksforschung, 3, 1939 et, 3-4, 1943.

214 H. AMMAN, Deutschland..., carte p. 44.

215 M. ROTHMAN, Die Frankfurter Messen im Mittelalter, Stuttgart, 1996, p. 502.

216 Archives de la ville de Francfort, Rechnungen für die Frankfurter Firma Wolf Blum von ihrer Faktorei in Venedig, 1492-1494, non folioté.

217 A.F. 1, 18v°.

218 STIEDA, BW 135.

219 STIEDA, BW 137.

220 STIEDA, BW 508.

221 La ville de Cologne souhaite l’intervention du Maréchal de Normandie et de l’évêque de Coutances pour obtenir la libération des biens colonais et fournit la liste suivante : Robert Blytterswich et ses draps « dictos monstravelier » ; Paulus Rode : « monstravalyr » ; Heinrich Overbach : un « monstravalyr tenens ultra communem mensuram 16 virgas » ; Herman Rynck : « monstravalyr » et Rutger Rynck : « monstravalyr » et un « montravalyr stocbreyde » : Archives historiques de la ville de Cologne, Briefbücher 25, f° 157-158 ; KUSKE, Quellen..., II, no 243 ; HU 8, no 955, 6 août 1460.

222 Archives historiques de la ville de Cologne, Briefbücher 26, p° 36 ; KUSKE, Quellen..., II, no 265 et HU 8 no 1021, 11 avril 1461.

223 B. KUSKE, Quellen..., II, no 568 ; HU 10, p. 57.

224 B. KUSKE, « Die Kôlner Handelsbeziehungen im 15ten. Jahrhundert » in Viertel Jahrschrift Sozial-und Wirtschaftgeschichte, 7, 1909, p. 301.

225 B. KUSKE, Quellen..., II, no 1206, §27, p. 606. En fait, les van Stralen, également grande famille marchande de Cologne, avait confié ses 14 draps longs de Montivilliers à Johann Byse, apprêteur d’Anvers, le missionnant également pour ensuite les vendre au meilleur profit. Malheureusement pour van Stralen, le produit de la vente fut immédiatement récupéré par des créanciers et il ne put rien tirer de cette vente ; la ville d’Anvers se déclare incompétente devant ses réclamations.

226 H. AMMAN, Deutschland..., p. 28, 33, 40, 54. Mais l’auteur n’indique pas ses sources et nous n’avons guère à ce jour, dans nos consultations, trouvé confirmation de cette assertion. En particulier, ils font défaut dans le commerce des Stromer, des Holzschuher et de la Compagnie de Ravensbourg.

227 Erhart Lettel les acquiert pour le compte de la firme des Runtinger : F. BASTIAN, Das Runtigerbuch (1383-1407) und verwandtes Material zum Regensburgersudostdeutschen Handel, 3 vol. Münich-Regensbourg, 1935-1944, p. 234 et 239.

228 J. WYROZUMSKY, « The textile trade of Poland in the Middle Ages » in Cloth and clothing..., p. 248-258, p. 257 : on ne connaît que des « kersseye », comme draps anglais en Hongrie au XVe siècle. Pourtant l’installation de la dynastie angevine, qui ne fut pas sans conséquence sur le marché des textiles occidentaux, aurait pu favoriser l’importation de draps normands au moins sous les règnes de Louis 1er et de Marie (1342-1387).

229 A. SCHAUBE, « Die Wollausfuhr Englands vom Jahre 1273 », in V SWG 6, 1908, p. 32-72, p. 60.

230 M. MOLLAT, Le commerce..., p. 36.

231 HU 6 no 905, 11 février 1431 et LAPPENBERG, Urkundliche Geschichte des hansischen Stalhofes, no 40 et 106.

232 Archives de la ville de Bruges, Stadsrekeningen, 1394/1395, 24v°.

233 Ibidem, 1396/1397, 36v°.

234 Ibidem, 1398/99, 32v°.

235 FREVILLE, Le commerce de Rouen, I, p. 305.

236 Z. W. SNELLER, W. S. UNGER, Bronnen tot de Geschiedenis van den Handel met Frankrijk, La Haye, 1930, 2 vol. , t. 1, no 167.

237 Ibidem, no 213.

238 Bruxelles, AGR, Comptes de la ville d'Ypres, Registre 38649, f° 39v° et Registre 38653, f° 36v°.

239 Bruxelles, AGR, Compte du bailli de L’Ecluse, Registre 130ID26-27, du 5 Mai au 14 Septembre. 1432.

240 N’oublions pas que Cologne est elle-même une ville hanséatique, au moins jusqu’en 1470, date de son exclusion. Mais il est vrai que son commerce resta plus égoïstement « colonais » que vraiment hanséatique.

241 En 1443, le Rouennais Naudin Larchevesque expédie aux Portinari de Bruges 15 paquets de draps noirs de Montivilliers, dont l’invendu sera renvoyé sur les foires de Genève : M. MOLLAT, Le commerce..., p. 56. En 1459, Tomaso Portinari effectue une opération semblable avec des draps de Rouen qui seront vendus lors de la foire dePâques à Genève : ibidem, p. 104.

242 M. MOLLAT, Le commerce..., p. 104.

243 Notamment dans les tarifs douaniers : E. PITZ, Die Zolltarife der Stadt Hamburg, Deutsche Handelsakten des Mittelalters und der Neuzeit, vol. 11, Wiesbaden, 1961.

244 O. WENDT, Lübecks Schiff-undWarenverkehr in 1368-1369, Marburg, 1902 ; F. BRUNS, « Die Pfundzollbücher von 1492-1496 », Hansiche Geschichtsblätter, t. IX, 1904-1905, p. 109-131 ; t. XIII, 1907, p. 457-499 ; t. XIV, 1908, p. 357-407 ; H. J. VOGTHERR, Die Lübecker Pfunzollbücher 1492-1496, Quellen des hansichen Geschichtsverein, vol. 41,1996.

245 M.L. PELUS, Le commerce des draps de Lübeck, p. 216.

246 Archives de la ville de Lübeck, NDSTB, 18 et 20 mars 1500. Le conseil des courtiers de Lübeck déclare à Tissue du procès que si le plaignant Hans Vere peut prouver, à l’aide d’un courtier, que feu Jurgen Rumestal lui doit le prix de ses draps, il pourra en exiger le paiement par la veuve. Une inscription du 18 mars 1500 fait encore mention de « Musterdeville ».

247 A titre d’exemple, le voyage du Grand Econome de Marienbourg, Heinrich van Allen à Paris, à la Cour de France en 1383 : HR I, 3, no 162-164.

248 Voir mon étude sur « Les Intérêts hanséates en France », in N. JORN, W. PARAVICINI, H. WERNICKE (hrsg) ; Hanskaufleute in Brugge, Kieler Werkstücke, t. 13, Greifswald, 2000. p. 349-380.

249 SATTLER, Handelsrechnungen..., p. 404, ligne 26 et p. 116, ligne 6. Ces draps ont été achetés à bord du navire de la société Trindekop.

250 Archives de Gdansk, Missiven, M. III, 59 et 60.

251 Comptes d’H. Veckinchusen, AF2, 45r° et 51r°.

252 HU 9, no l 160.

253 Tant dans les archives de Gdansk, que dans celles de Cracovie et de Torun. Les écrits des historiens polonais, H. SAMSONOWICZ et J. WYROZUMSKY, spécialistes du commerce médiéval n’y font pas davantage la moindre allusion.

254 Compte AF 1, 11 v°.

255 « Kopet my en gued grave van en monstaveliers, dat nicht also licht ys », STIEDA, BW, 493.

256 AF 1,93r° et AF 6, 57r°.

257 HU 9 no 558, p. 440, HR II, 6, no 146, note 2. Ce document a également été publié par W. STIEDA, Über die Quellen der Handelsstatistik im Mittelalter, Abhandlungen der kôniglich-preussischen Akademie der Wissenschaften, 1902, p. 43.

258 HILDEBRANDT, Mélanges russes, IV, p. 754.

259 Très nombreuses interdictions prononcées par la Hanse au XVe siècle ; notons simplement celles qui sont contemporaines de notre texte, en 1466, HR II, 5, no 744, et en 1469, HR, II, 6, no 148 et 183. Les Hanséates importèrent aussi des faux ypres anglais (HR II, 2, no 325), tout comme des montivilliers anglais. Ces imitations continuèrent à entrer en Russie, par les routes lithuaniennes.

260 Z.W. SNELLER et W.S. UNGER, Bronnen..., t. I, no 159, 14 février 1441. On relève cependant dès 1425-26, l’importation de toiles normandes en Hollande : ibidem, no 116, d’après A.D., Rouen G.501, f°18.

261 Ibidem, no 174 et 213. GILLIODTS van SEVEREN, Inventaire des archives de Bruges, I, 5, no 1087.

262 W. S. UNGER, De Tol van lersekerbord, Dokumenten et Rekeningen, 1321-1572, La Haye, 1939, p. 363

263 Ibidem, p. 483.

264 Ibidem, p. 492.

265 Cela semble le cas déjà en 1440, où des pirates de Hoorn et d’Amsterdam dérobent des draps ( ?) embarqués par des marchands de Rouen sur un navire espagnol : SNELLER-UNGER, Bronnen..., l, no 151, p. 76.

266 SNELLER-UNGER, Bronnen..., no 358, 3 février 1399.

267 HU 11, no 904.

268 Par exemple, entre marchands de Caudebec et d’Utrecht en 1476 : l’affaire concerne la vente d’un bateau par les Normands Jehan la Vote et Guillaume le Preux à Jacob Loup, d’Utrecht : SNELLER-UNGER, Bronnen..., no 292.

269 En 1466, pour vente d’hydromel : SNELLER-UNGER, Bronnen..., l, no 351.

270 R. DOEHAERD, Etudes Anversoises, Certificats (1488-1510), Paris, 1963, no 155 : « 2 paquets de draps anglais contenant 17 monttefliers ».

271 On relève les mêmes constatations dans le commerce des draps dans le milieu hanséatique et germanique. Véritable apogée commercial ou hasard des sources ?

272 Voir mon étude, « Faut-il encore parler du déclin de la draperie flamande au bas Moyen-Age », in La draperie ancienne des Pays-Bas, débouchés et stratégies de survie, XIVe-XVe siècles, M. BOONE et W. PREVENIER éds, Gand, 1993, p. 167-206.

273 DOUET D’ARCQ, Comptes de l’Argenterie, p. 156.

274 B. 1460, 88r°, ce qui équivaut au prix du persbrun de Louviers.

275 F. PIPONNIER, Cloth merchants inventories..., p. 245-246, tableau 13.1.

276 DOUET D’ARCQ, Comptes de l’exécution testamentaire du chanoine Jean de Hétomesnil, op. cit.

277 B. 1466, f°32 ; sarge de passe moison fournie par le tapissier parisien Colin Bataille.

278 M. MOLLAT, Dauvet..., I, 95 v°.

279 Ibidem, 497v°.

280 LIAGRE DE STURLER, Relations..., II, no 293.

281 De la RONCIERE, Prix à Florence, p. 401.

282 P. CHORLEY, The cloth exports..., p. 356.

283 RICHART, Mahaut d’Artois, p. 181.

284 Ibidem, p. 193.

285 M. MOLLAT, Dauvet..., I, 92r°.

286 Ibidem, 95v°.

287 BRISSON-VAUQUELIN, Etudes normandes.

288 B. 1451, 57v°.

289 B. 1452, 54r°.

290 F. PIPONNIER, Costume..., p. 109. Donné comme équivalent d’une canne de Saint-Lô.

291 MASSON-BESSIERE, Brignoles..., p. 158.

292 DUBOIS, Foires de Chalon..., p. 160.

293 B. 1486, 25r°.

294 B. 1444, 48v°.

295 B. 1445, 60v°.

296 B. 1460, 88r°, 91r°.

297 B. 1476, 21 ro ; à l’aune de Paris.

298 B. 481,19 v°, 2 1 r°.

299 F. PIPONNIER, Cloth merchants inventories..., p. 245-246, tableau 13.1

300 COSTA de BEAUREGARD, Amédée VIII..., p. 196 à 198 ; A. PAGE, Vêtir le Prince..., p. 28.

301 LIAGRE de STURLER. Relations..., Il, no 89, 119, 120.

302 LIAGRE de STURLER, Relations..., II, no 135,137,140.

303 Ibidem, no 180, 181.

304 Ibidem, no 184,185,186,189,190,191,192,193.

305 Ibidem, no 214.

306 Ibidem, no 211. Voir aussi le no 206 : 2 torsels de Louviers et un demi torsel de

Blangy pour 580 L 19s 4d.

307 Ibidem, no 207.

308 Ibidem, no 206.

309 Ibidem, no 228.

310 Ibidem, no 293.

311 MEYER-GUIGUE, Drapier de Lyon..., p. 436.

312 COULET, Chanssetiers et marché du drap à Aix, p. 196 ; ce qui équivaut à un rouge de Bruxelles et un garancé de Malines sur le marché d'Aix.

313 Ce qui équivaut au prix d'une canne de violet de Florence et coûte plus qu'une de Lierre, Malines, Bruxelles ou Ypres. COULET, Aix..., I, p. 465.

314 PIPONNIER, Costume..., p. 109.

315 MOLLAT, Dauvet..., I, 436v°.

316 MASSON-BESSIERE, Brignoles..., p. 158.

317 AV, Bruges, Stadtrekeningen, 1394/95, 24vo ; monnaie de Flandre.

318 Ibidem, 1396/7, 36v°.

319 Comptes d’H. Veckinchusen, AF 1, 18vo ; envoi à Cologne ; AF2, 6v° et 14vo : achat à Bruges.

320 Ibidem, A F 1, 1 lv°.

321 B. 1603,f3 120. Barthélemy Bethin est ici donné comme marchand de Lucques installé à Bruges. En 1413, il est à Paris : B. 1601, f° 302. La monnaie est-elle ici de Flandre ou de Paris ?

322 Ibidem, AF 1, 93 r°.

323 Ibidem, AF 2,51 r°.

324 Ibidem, AF6, 57r°.

325 STIEDA, BW 135. Il s’agit sans doute du prix de l’aune.

326 KUSKE, Quellen..., II, no 975.

327 STIEDA, BW 500. Par recoupement avec d’autres lettres, il est possible de situer cette lettre (non datée) en 1417.

328 PIPONNIER, Cloth merchants inventories..., p. 246, tableau 13, 1.

329 B. 1452, 46v°.

330 B. 451, 56v°.

331 Ibidem, 58r°-v°.

332 B. 1452, 44r°.

333 B. 1454, 64r°.

334 B. 1457,41 r°.

335 B. 1463, 85r°.

336 B. 1462, 68v°.

337 B. 1465, 66v°.

338 B. 1465, 68r°.

339 B. 1465, 66r°. On notera le prix nettement plus modeste du drap clair à 9 gt.

340 B. 1469, 60r°.

341 B. 1471, 37r°-v°. Le drap gris-brun compte 10 aunes, à l’aune de Paris.

342 B. 1471, 38r°.

343 B. 1481, 19v°. A l’aune de Dijon.

344 B. 1476, 26r°-v°, 27r°.

345 B. 1481, 20v°. Pour faire la cotte à accoucher de la Duchesse.

346 B. 1486, 22v°, 23r°, 24r°-v°, 25v°. Ces draps sont mesurés en aunes de Paris, de Dijon pour un gris à tondre ou de Provins pour le vert à tondre. Mais que l’aunage soit de Paris ou de Dijon, le prix de l’aune est identique : 2 draps gris à tondre sont tous deux cotés à 30 st. l’aune.

347 B. 1522, 48v°.

348 BASTIAN, Les Runtinger..., p. 234 et 239.

349 Ibidem p. 248.

350 KUSKE, Quellen..., II, no 975.

351 FORESTIE, Vicomte deFézégaguet..., fol. 5 1. Où ont été achetés ces draps ?

352 COSTA de BEAUREGARD, Amédée VIII..., p. 196 et 197. Achats réalisés pour la Cour de Savoie. On relève également en Savoie une aune de drap noir à 71 g 1/2 en 1444, dont on ne sait si elle fut achetée à Genève ou Chambéry : PAGE, Vêtir le Prince..., p. 21 e t 39.

353 Draps achetés par Guillaume du Bois pour la Cour de Savoie en août 1460. BOREL, Genève, document XVIII. Le premier drap violet mesure 8 aunes 3/4 à l’aune de Paris ; le second, 9 aunes.

354 Monnaie de Flandre. AF1, 1 lv°.

355 B. 1438, 37r°. Achat affectué auprès de Emile de Montivilliers.

356 B. 1454, 60r°. Achat effectué auprès de Jehan de la Chaussée.

357 COULET, Chaussetiers..., p. 196. C’est le même prix qu’un rouge de Bruxelles ou

un garancé de Malines.

358 BRESC, Un monde..., p. 482-484. Ce prix équivaut à Païenne à celui d’un drap grana de Florence.

359 B. LEROY, Quelques pièces de vêtement à la Cour de Navarre, p. 398. Le prix est le même pour un drap gris, un bleu ou un brun.

360 B. 1454, 60r°.

361 B. 1460, 80v°.

362 DOUET d’ARCQ, Argenterie..., p. 126 et 135.

363 B. 1481, 15v°.

364 B. 1471, 40v°.

365 B. 1481, 15r°. Ces draps sont tout prêts et à l’aune de Paris.

366 B. 1476, 18v°, 19r°-v°.

367 B. 1486, 20v°, 2 1 r°-v°. Tous ces draps sont à l’aunage de Paris.

368 Pour un drap de 18 aunes 1/4, à l’aune de Paris : B. 1495, f°63.

369 B. 1495, 65v°et66v°.

370 B. 1501, 58r°.

371 B. 1511, 99v°.

372 B. 1538, 212r°-v°. Le prix de l’aune de gris ou de noir est identique quoique non dite fine : 213v° et 260v° en 1403.

373 AF 1, 93r°. Prix en livre de gros de Flandre.

374 AF 1, 57r°, ibidem.

375 WOLFF, Toulouse..., p. 238 et 240.

376 B. 1466, f° 29. On a ici tenu compte de l'achat fait à « un homme de Tournai », alors qu’aucun autre lieu d’achat n’était précisé.

377 MOLLAT, Dauvet, I, 49v°. Les prix des verts de Montivilliers et de Rouen sont confondus et indistincts.

378 B. 1451, 53r°.

379 B. 1601, f°86. A l'aune de Troyes.

380 LIAGRE de STURLER. Relations..., no 154, 153, 151, 138. En livres génoises.

381 B. 1476, 18v°. Ce qui équivaut au prix d’une aune de rayé de Gand.

382 PIPONNIER, Costume..., p. 109.

383 Compte de la ville d’Arras, CC 69, 42v°.

384 MOLLAT, Dauvet..., p. 11,436v° et 448v°.

385 MASSON-BESSIERE, Brignoles..., p. 158.

386 Au détail, selon CHORLEY, Cloth exports..., p. 325.

387 B. 1444, 48v°, 49r°.

388 B. 1452, 48r°.

389 B. 1460, 85v°.

390 B. 1460, 91 r°.

391 B. 1476, 21r°. A l’aune de Paris.

392 B. 1481, 19v°. A l’aune de Dijon.

393 PIPONNIER, Cloth merchants inventories, p. 246, tableau 13.1.

394 B. 1494, 80r°.

395 B. 1507, 68v°.

396 Estimations de CHORLEY, Cloth exports..., p. 352, en sous local.

397 LIAGRE de STURLER, Relations..., II, no 286. Monnaie génoise.

398 COSTA de BEAUREGARD, Amédée VIII..., p. 196-198. Ces achats sont faits pour la Cour de Savoie.

399 PAGE, Vêtir.., p. 47.

400 Draps achetés par Guillaume du Bois pour le compte de la Cour de Savoie en août 1460 : BOREL, Genève..., Document XVIII. Ces prix d’aune correspondent à des draps entiers, dont 5 draps violets de dimensions variées allant de 8 aunes 3/4 à 12 aunes 1/4. Le drap gris mesure 11 aunes 1/4. Tous sont mesurés à l’aune de Paris. Il faut souligner que chaque drap a une dimension qui lui est propre.

401 PELUS, Le commerce..., p. 216.

402 DOUET d’ARCQ, Argenterie..., successivement p. 321, 125, 238, 136, 131, 130, 138, 135, 239.

403 CHORLEY, Cloth exports..., p. 352. Prix au détail, en sous local.

404 Inventaire des Archives de Rouen, série A, p. 4, Al.

405 WOLFF, Toulouse..., p. 238, en écus de 18 gros.

406 MOLLAT, Dauvet..., I, f ° 48 v°, 49, 50 r°, 71v°, 73v°, 74v °, 75.

407 CHORLEY, Cloth exports..., p. 352, en sous local.

408 Inventaire des Archives de Rouen, p. 4.

409 DUBOIS, Chalon..., p. 161.

410 PIPONNIER, Costume..., p. 109.

411 DUBOIS, Chalon..., d’après SCHAFER, Ausgaben..., II, p. 668-669, 716.

412 B. 1451, 57v°.

413 PIPONNIER, Cloth merchantsp. 245-246, Tableau 13. 1.

414 MOLLAT, Dauvet..., I, f°49 et 74.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search