Version classiqueVersion mobile

La draperie en Normandie du XIIIe siècle au XXe siècle

 | 
Alain Becchia

Époque médiévale

Les débuts de la draperie à Elbeuf (1471-1503)

Claude Bouhier

Texte intégral

  • 1 Si l’essentiel de cette étude est tiré de cinq registres de la Haute justice d’Elbeuf aux Archives (...)

1Il peut paraître présomptueux de tenter une étude là où de nombreux auteurs ont été, soit d’une grande prudence, soit d’une grande témérité. Certes, aux Archives départementales de la Seine-Maritime, la présence du fonds dit de la « Haute justice d’Elbeuf »1 – un ensemble assez imposant et quasiment inédit occupant vingt-cinq mètres linéaires de rayonnages – où les XVe et XVIe siècles ne sont représentés que par un nombre restreint de documents, a été un grand encouragement. Alain Becchia, dans son récent ouvrage, a repris les quelques jalons d’une activité textile à Elbeuf antérieure au XVe siècle. Il en conclut fort logiquement qu’il fallait attendre d’autres travaux

  • 2 Les contrats d’apprentissage mentionnés sont fort nombreux, mais on se rend compte que les régulari (...)

2Février 1471 est une date remarquable à cet égard car c’est la première fois qu’on trouve des éléments non isolés d’une activité drapière. Ce mois-là, on apprend la première vente de drap par un marchand d’Elbeuf, le premier nom de drapier, le premier contrat d’apprentissage de drapier. Au grand théâtre de la draperie d’Elbeuf, les trois coups sont frappés, même s’il faut tenir compte de la source d’archives, incomplète par nature à l’exception notable des contrats d’apprentissage obligatoirement enregistrés en justice sous peine de nullité2.

  • 3 Guillaume Durée se rencontre dans une vingtaine de documents. C’est un personnage d’une certaine en (...)

3La première vente est le fait de Guillaume Durée. Il vend à crédit un drap à Simonnet Nicolle, un porteur du port, pour le prix de dix sols. Ce Guillaume Durée est un personnage bien connu qu’on suit de 1470 à 1502. Originaire de Caudebec, il est âgé en 1471 de trente-cinq ans environ. Il a un frère prêtre et c’est le gage d’un certain niveau social. Dix ans plus tard, il s’affiche comme bourgeois et marchand de draps et habite alors près de la halle. Les neuf transactions commerciales où il apparaît nous renseignent un peu sur ses activités. Un de ses deux fils au moins, Gieffin, sera lui-même drapier ; son père l’émancipera en 14793.

  • 4 Berthault Dupuis est un personnage discret, rencontré seulement deux fois en 1471 (52 BP 5). A l’év (...)

4Berthault Dupuis est le premier en date à prendre le titre de drapier, le 19 février 1471, mais, effrayé sans doute de son audace, il ajoute qu’il est tisserand en draps. Cette double appellation reflète bien l’ambition de plusieurs Elbeuviens à ce moment-là, qui se sentent capables de faire comme à Louviers, Darnétal et Rouen. Berthault Dupuis est le maître d’apprentissage de Robin Vivien. Le contrat est la régularisation d’une louerie conclue six mois auparavant. L’apprentissage est prévu pour une durée de cinq ans à la fin de laquelle Robin touchera quarante sols4.

  • 5 A.D.S.-M. 52 BP 5 de janvier 1469 à octobre 1472 ; 52 BP 7 d’octobre 1480 à avril 1484 ; 52 BP 8 de (...)

5Ce mouvement enclenché en 1470-1471 va subir une accélération puissante jusqu’à la fin du siècle. Après la lente reconstruction des dégâts de la Guerre de Cent ans, le dynamisme d’Elbeuf – comme celui de la province – se manifeste dans tous les domaines, les ventes à crédit facilitant éventuellement le commerce. Le volume des transactions connues peut paraître faible, il constitue cependant un échantillonnage appréciable de l’activité des différents secteurs traditionnels que sont toujours le bâtiment, l’artisanat, les commerces d’alimentation et l’agriculture. Il a donc paru intéressant de mettre en place quatre instruments d’analyse portant sur la période 1469-1506, pendant laquelle on dispose du même outil, les tenues de la Vicomté d’Elbeuf, homogènes du point de vue du traitement des affaires évoquées devant cette juridiction. Les tenues étaient hebdomadaires, ou chaque quinzaine, mais, si l’actualité l’exigeait, les affaires étaient traitées sans attendre la tenue régulière suivante. C’est donc dans un paysage seigneurial stable qu’évolue la société elbeuvienne5. Trois tableaux s'imposent tout naturellement : celui des artisans du textile, celui de leurs apprentis, celui de leurs ventes ou de leurs achats. Les achats de laine, les relations avec Rouen, les fermes seigneuriales sont également à étudier de près.

Tableau I : Les métiers du textile

1470-1472
(33 mois)

1480-1484
(42 mois)

1489-1492
(41 mois)

1502-1506

(53 mois)

Tisserands en
toiles (telliers)
apprentis


4
1


1
-


-
-


4
-

Tisserands en
draps
apprentis

1
-

5
2

12
3

8 à 10
2

Foulons

1

1

4

5

Cardiers
apprentis

-
-

-
-

4
2

9
1

Teinturiers

-

-

3

6

Bonnetiers

-

1

3

2

Couturiers
apprentis

2
1

1
2

1
-

7
1

Drapiers
apprentis

1 ou 2
1

10
2

22 ou 23
10

30 env.
2

6Commentaire

  • 6 On a complété le tableau par le dépouillement de 52 BP 9 d’avril 1502 à mai 1503 et 52 BP 10 de mai (...)

7L’évolution des effectifs des différents métiers ne souffre pas de contestation. Deux remarques doivent cependant être faites. D’abord, la liste complète des cardiers en 1505 ne nous est connue qu’à l’occasion de la première maîtrise de leur métier. Ensuite, à partir du début du XVIe siècle, la dénomination de drapier se banalise puisqu’un couturier, un courtier en laines, un tisserand, un « bastier » et un chapelier revendiquent ailleurs le titre de drapier6. Le caractère fluctuant de la dénomination est une preuve de son succès.

Tableau II. Les contrats d’apprentissage et les maîtrises

Apprentissage

Maîtrise

1470-1472

1 drapier

2 tanneurs

1 couturière

2 bouchers

1 tisserand en toile

1 cordonnier

3 tanneurs

1480-1484

2 drapiers

2 boulangers

1 tisserand en drap

2 couturières

6 cordonniers-corroyeurs

4 bouchers

1 tanneur

1489-1492

9 drapiers

3 cordonniers

3 tisserands en drap

1 boucher

4 cordonniers-corroyeurs

1 tanneur

2 bouchers

1 pelletier

8Commentaire

  • 7 Seuls les métiers organisés avec statuts présentent des maîtrises. Ce sont les métiers solides d’El (...)

9On touche ici à l’essence même des métiers, c’est-à-dire à leur renouvellement, à la qualité de leur travail, à leur rayonnement. L’attrait pour le métier de drapier grandit, celui du métier de tisserand en drap aussi par voie de conséquence, les deux métiers faisant partie de la même chaîne de production. Un phénomène nouveau apparaît autour de 1490 : le bourg d’Elbeuf n’ayant plus assez de jeunes candidats à l’apprentissage, on voit venir de nombreux jeunes de l’extérieur – dix sur vingt – l’un d’eux venant même de Rouen. Les métiers de cordonnier et de boucher sont florissants à la fin du XVe siècle, celui de boulanger est peut-être en crise7.

Tableau III. Les transactions commerciales

Produits vendus

1470-1472

1480-1482

1489-1492

(33 mois)

(42 mois)

(41 mois)

céréales

11

6

19

bois

6

3

7

animaux

6

3

5

textile et laine

9

12

17

(3 laine)

(3 laine)

(3 laine)

teinture

-

1

7

tannerie, cuir, souliers

7

12

19

Produits vendus

1470-1472

1480-1482

1489-1492

(33 mois)

(42 mois)

(41 mois)

nourriture, boissons

19

13

23

produits fabriqués,
divers

8

3

5

totaux

66

53

102

10Commentaire

  • 8 Les achats « gaigés » se multiplient à partir de 1470 ; ils seront plus rares au début du XVIe sièc (...)

11Les achats à paiement différé qui constituent la principale source de cette statistique sont en réalité des ventes où le vendeur consent à ne pas exiger immédiatement l’argent de la vente, il prête donc de l’argent à son acheteur pour une durée limitée et avec la garantie de la justice qui enregistre l’acte. Cette formule de prêt était aussi utilisée à la fin d’un procès, où le gagnant consentait au perdant un délai pour payer les dépens en les payant lui-même. Elle sert parfois pour un prêt simple d’argent sans précision d’utilisation8.

  • 9 Henri SAINT-DENIS, Histoire d’Elbeuf, 1895, t. II, p. 63, signale « l’année du grand hiver », avec (...)

12Il est normal que les achats à paiement différé soient plus nombreux au moment où l’acheteur est un peu "gêné" financièrement, à cause d’une petite crise économique occasionnant des hausses de prix, comme en 1482 par exemple, où le greffier mentionne que « les revenus des mineurs de feu Perrin Grisel ne sont plus suffisants pour les stérilles années et cherté des vivres avenues depuis son trépas.9 »

  • 10 Ces quatre ventes de Guillaume Durée représentent une infime partie de son activité, mais elles son (...)

13La chance veut qu’on puisse faire le point trois fois entre 1470 et 1492. Les métiers de bouche, les métiers du cuir, ceux du textile et le commerce des céréales restent à peu près stables, mais la progression des métiers du textile, sur deux décennies, est sensible. Un examen des ventes de textile en 1470-1472 montre que Guillaume Durée à lui seul effectua quatre ventes et est le seul marchand à se servir de cette formule. Tout laisse penser, par ailleurs, que les besoins en teinture ont fortement progressé en relation étroite avec la progression du nombre des drapiers et de tisserands10.

Tableau IV. Les Rouennais dans les registres de la Vicomté

1470-1472 : aucun Rouennais cité

1480-1484 : 2 Rouennais (un marchand de laine et Jacques Le Lyeur en tant qu’exécuteur testamentaire)

1489-1492 : 15 Rouennais (le marchand de laine Denis Piénoël cité trois fois, le marchand de blé Colin Cauvin cité deux fois, un pelletier Jehan Duvannendin qui vient vendre à la halle d’Elbeuf, deux cardiers)

  • 11 A.D.S.-M. 6 BP 10, 1477-1478. La lecture Duvaunendin est incertaine.

14Le démarrage des relations Elbeuf-Rouen est foudroyant entre 1484 et 1489. L’isolement des communautés qui fut la règle pendant la Guerre de Cent ans, cesse en peu d’années. Les Rouennais élargissent leur arrière-pays. Il est probable que la voiture par eau reliant Rouen à Elbeuf n’avait jamais cessé ses allers et retours quotidiens. Ainsi le seul compte disponible de la Vicomté de l’eau de Rouen, en 1477-1478, montre un trafic fluvial intense avec vingt-trois trajets du « bastel d’Elbeuf », mais il ne transporte que des céréales et des marchandises de marchands de Verneuil-sur-Avre à destination de Rouen. Le textile – et surtout le drap – est une cargaison fréquente au départ de Rouen ou y allant, aucun drap ne semblant venir d’Elbeuf11.

La pratique quotidienne dans les métiers du textile

  • 12 Le poix et le cent sont les unités de mesure de la laine mentionnés à Elbeuf, la balle étant son mo (...)

15En amont de la chaîne de fabrication proprement dite, les achats de laine devaient être suffisants en quantité et en qualité. Il paraît certain que les troupeaux locaux de moutons n’étaient pas assez nombreux puisque, dans notre échantillonnage, neuf achats de laine sont mentionnés. Les trois achats de 1471 sont le fait du même Gieffray Laguette (un tisserand) et un des vendeurs est le tanneur Guillaume Hamon, un des bourgeois de la ville. Dix ans plus tard, en 1481, la situation est presque identique car, si les acheteurs sont des tisserands ou des foulons, déjà un bourgeois de Rouen figure aussi parmi les vendeurs. Encore une décennie plus tard, les seules ventes sont le fait d’un marchand de Rouen Denis Piénoël. Ses ventes connues représentent 61 livres tournois pour six poix et demi soit 180 livres pesant peut-être ; des trois acheteurs seul est identifié le drapier Christofle Honfray, qui vient de s’installer à Saint-Etienne d’Elbeuf, les deux autres demeurent des inconnus12.

  • 13 Affaire Busc/Guillaume Hue : 29-7-1505 (52 BP 10) ; Loys Jourdain réclame de la laine « toute blanc (...)

16Entre 1502 et 1506, les sources d’approvisionnement semblent se diversifier puisque, sur six achats, un se fait à Rouen, un à Louviers et un à Routot. Un des drapiers d’Elbeuf, Jehan Frèmyn, est courtier en laines. Le prix de la laine à la livre « nette et lavée » est de 2 sols six deniers, et de onze livres tournois le cent. La qualité est parfois discutable et discutée, comme celle venant de Routot que le drapier Henry Busc refuse, car elle n’est « ni bonne ni suffisante », ou quand on exige de la laine « toute blanche ». Même si on a de fortes présomptions, aucun document précis n’indique une provenance espagnole, cette laine dont les travaux de Dominique Cardon ont montré l’intérêt pour le cardage13.

  • 14 Alonce de Civille est le plus renommé marchand espagnol installé à Rouen. Sel, alun et laine étaien (...)

17Une ressource locale était la bienvenue, la terre à foulon de Montamey et de la Mare Gosselin. Ces gisements étaient exploités par la famille Gourdel. Le père était, paraît-il, drapier et avait conclu un accord avec les autres drapiers qui, « pour l’équivalent d’une journée de leur mestier » prenaient de la terre gratuitement. Un témoin dira en outre que la terre de la Mare Gosselin « au plat pays » était médiocre14.

  • 15 Ce personnage semble avoir été à l’origine d’une longue lignée de foulons (52 BP 10, 27-1-1505 les (...)
  • 16 Le moulin à foulon en action est mentionné le 10-9-1506 (52 BP 10). La première apparition de Jehan (...)

18La profession de foulon est mal cernée à Elbeuf, avec sept seulement répertoriés en vingt ans. On ne suit que Jehan Lancelevée15 qui est foulon en 1471, puis drapier en 1489. Le foulage se fera longtemps dans des « vaisseaux » c’est-à-dire dans des cuves, mais Jehan Delabarette – dit Dieu – a déjà un moulin à foulon avant 150616. Signalons que la profession de laneur (ou laineur) n’est pas signalée à Elbeuf à ce moment-là.

  • 17 7-1-1470 et 13-5-1471 (52 BP 4).

19On dispose de beaucoup plus de détails sur les métiers de tisserand en toile et de tisserand en drap. Les premiers, appelés ici telliers, semblent avoir une position difficile au moins dès 1470 ; ils sont sur la défensive dans une affaire évoquée en justice. Deux d’entre eux vont saisir de la laine que voulait travailler un troisième. Ils se disent gardes de leur métier, le juge paraît dubitatif sur la validité de leur mandat et il les condamne à trente sols d’amende. Leur but, non avoué, était de faire reconnaître leur métier en luttant contre la « fausse laine » travaillée par leur confrère. Ce fut une tentative vaine. Peu après, la justice condamne un quatrième tellier qui formait un apprenti sans l’avoir déclaré17.

  • 18 30-4-1492 (52 BP 8).
  • 19 Inventaire du tisserand Raoullin Ravenel, le 26-5-1492 (52 BP 8).

20Avec les tisserands en drap, arrive un nouveau métier à Elbeuf. Sa progression numérique va se calquer sur celle des drapiers, un tisserand pour deux drapiers. Faut-il croire que c’est dans la logique de leurs métiers respectifs d’alors ? Mais où pouvait être la frontière entre les deux métiers ? Deux tisserands en drap au moins se nomment eux-mêmes, alternativement ou simultanément, drapier et tisserand. On reconnaît là l’attitude fréquente dans l’Ancien Régime de vouloir se poser un peu plus haut que dans la réalité ! Il est évident que les drapiers se devaient d’être vigilants sur la qualité des draps dont ils commandaient la réalisation aux tisserands. La satisfaction devait être la règle car les conflits sont rares : deux malfaçons de drap et une utilisation supposée frauduleuse de la laine fournie par un drapier. Dans ce cas-là, on demande l’avis de drapiers et de tisserands de réputation. Un fait supplémentaire est l’indice de l’essor du métier de tisserand dans la dernière décennie du siècle. Pour s’installer, Denis Leroux loue un métier à tisser ! Comme il y a une soulte, on peut supposer qu’une partie de la location était payée en drap18. Un seul inventaire après décès nous est parvenu, celui de Raoullin Ravenel en 1492. S’il ne possédait qu’un « mestier à dras tout fresne avise », il avait trois rouets et « unes vieilles cardes », trente livres de laine valant six livres tournois et dix livres de sel. On ne peut distinguer l’origine des vêtements de la famille, mais il est tentant d’imaginer que ce qui est en drap est de fabrication locale19.

  • 20 52 BP 8, 28-6-1490.
  • 21 52 BP 8, 13-12-1491 et 17-1-1491. Le cardier Guillaume Bénard était poursuivi pour ne pas avoir pay (...)

21Du métier de cardier, les renseignements sur l’outillage abondent grâce à l’inventaire après décès de Guillaume Hesbert, d’une famille notable du bourg. Cet inventaire aussi mériterait une étude détaillée, les estimations de prix de chaque article paraissant dignes de foi. Hesbert avait un apprenti depuis trois ans et demi ; son fds de quatorze ans apprendra le métier, sa veuve vendra plus tard des cardes inutilisées20. Dans un litige, où il est impliqué en janvier 1492, deux experts viennent de Rouen et de Saint-Amand-des-Hautes-Terres, un village proche, pour donner leur avis21.

  • 22 52 BP 11, 9-10-1511. Inventaire du teinturier Jehan Hesbert : « une caudière à cercles dans une log (...)
  • 23 52 BP 9. L’affaire dure six mois de l’année 1502. Le teinturier Jehan Harenc est même jeté en priso (...)
  • 24 52 BP 9,15-11-1502.travaux par le teinturier Jehan Bonamy. Dans 52 BP 10, on trouve un achat de gar (...)
  • 25 La guède était cultivée dans la campagne d’Elbeuf. Cf. H. SAINT-DENIS, Histoire d’Elbeuf, t. II, p. (...)

22Les teinturiers sont les sorciers du textile. On sait seulement que certaines de leurs chaudières étaient cerclées de fer et que le four était situé un peu à l’écart22. De même que les tanneurs, ils avaient un problème d’évacuation de leurs déchets et immondices, ce qui leur valait des poursuites judiciaires23. Les produits de teinture importées à Elbeuf au début du XVIe siècle sont l’alun et la garance24. Les teintures produites localement sont à base de guède, d’écorce et de racines de noyer, si recherchées que les noyers sont protégés. Les teinturiers elbeuviens n’apparaissent qu’à partir de 1490, soit une vingtaine d’années après le démarrage de la draperie. Il faudra attendre 1502 pour en rencontrer teignant draps et chapeaux, auparavant il semble bien qu’ils ne teignaient que la laine pour les tisserands et les drapiers25.

Les techniques

  • 26 H. SAINT-DENIS, op.cit., p. 430, reproduit un texte littéraire en forme de dialogue racontant la fa (...)
  • 27 D. CARDON, op.cit., p. 475, décrit ainsi le vitrail « tissage en armure toile à la manière de Wervi (...)
  • 28 Guillaume Desperrois était si peu en réussite qu'il alla s’installer à Caudebec (près d’Elbeuf) pou (...)
  • 29 Habillage de drap, 52 BP 9, 14-4-1502. Jehan Legrant poursuit le tisserand Jehannot Debersy parce q (...)

23Les tisserands et les drapiers qui s’installèrent à partir de 1470 le firent à un moment où coexistaient deux techniques différenciées par les qualités de laines et par leur mode de traitement. Ils pouvaient se spécialiser dans les draps de luxe où la laine était peignée ou dans des draps moins coûteux fabriqués avec de la laine cardée26. Dans ce dernier tiers du XVe siècle, pour un centre sans tradition drapière comme l’était Elbeuf, il était logique que ces hommes aient choisi la fabrication de drap cardé « à la vervinesque » parce que les débouchés étaient plus grands. Si nous ne connaissons qu’une représentation de métier à tisser en usage à Elbeuf, tardive car elle se trouve dans un vitrail de l’église Saint-Etienne daté de 1514, il correspond au choix ci-dessus27, bien explicité par Dominique Cardon. Ce vitrail est une réclame pour les tisserands, mais le métier représenté n’était peut-être pas le seul modèle utilisé localement. Le métier de Guillaume Desperrois, décrit en 1504, semble bien être un « métier étroit » manœuvré par un seul homme, pourvu cependant de ses lames, d’un rouet associé et d’un ourdisseur, la présence de trois rouets à laine témoigne d’un travail familial28. Trente-deux à trente-cinq livres de laine étaient nécessaires pour réaliser un « drap de 15 ». Le tisserand devait livrer le drap au drapier « habillé », ce qui signifie certainement plié, marqué et, peut-être, enveloppé d’une toile29.

  • 30 A.D. S.-M. 52 BP 8, 28-6-1490. Un bon nombre de termes techniques sont encore inexplicables faute d (...)
  • 31 A.D.S.-M. 52 BP 10, 14-10-1505. Le texte est à double interprétation : la « maison ouvrière » peut (...)
  • 32 Un métier reste inexpliqué, celui de « bastier ». Sans arguments décisifs, je pencherai pour un fab (...)
  • 33 Pour les feuillets de bois de noyer, voir 52 BP 10, 5-3-1504 a.st. Inventaire de Jehan Féré (52 BP (...)

24Le premier cardier apparaît avant 1480 à peu près, en même temps que les drapiers. L’inventaire disponible de Guillaume Hesbert, en 1490, est fourni, détaillé, mais difficile à comprendre. A côté des outils peu coûteux servant à fabriquer les cardes en métal, on trouve de nombreuses cardes, du fil de fer en quantité (fil à carde droit, fil à ploit) et aussi un rouet à filer le chanvre et vingt-quatre peaux de veau nécessaires pour certaines opérations30. Le drapier intervient après tous les autres. Définir son rôle à ce moment-là est délicat. Il doit livrer au marchand des produits finis obtenus à partir de longs draps qu’on lui a fournis, facilement vendables, lui-même étant parfois marchand, de là son exigence sur la qualité. Ainsi est la scène des deux draps « rappareillés » par le tisserand Colin Garder dans sa « maison ouvrière », en octobre 1505. Il demande dix sols pour son travail, car il n’est pas responsable de la malfaçon31. Mais quelles sont les relations du drapier avec le foulon, le cardier, le teinturier, le bonnetier, le couturier, le chapelier ? Les documents disponibles en rendent mal compte. Quoi qu’il en soit, son outillage était restreint, essentiellement des forces de plusieurs sortes pour tondre et couper le drap et de grandes tables en plan incliné appelées « trestes ». Mais quelle était, par exemple, la spécificité des forces à la « vieille couette » et des forces à la « nasselle » louées à Rouen en 1489 par le drapier Jehan Legrant ?32 Les autres matériels énumérés ne devaient servir que pour des fabrications occasionnelles, c’est-à-dire un peu de foulage, un peu de teinture, un peu ou beaucoup de tissage. C’est ce qu’on peut déduire à la lecture de trois inventaires de drapiers. On remarquera que des feuillets de bois de noyer (des planchettes) étaient utilisés dans le pressage des draps33.

Les produits fabriqués ou vendus par les drapiers

  • 34 A.D. S.-M. 52 BP 10, 24-12-1504. Gieffin Durée achète du drap depuis deux ans à Rouen où Simonnet, (...)
  • 35 Les contrats d’apprentissage de drapier comportent une clause de fin de contrat : le drapier donne (...)

25Seuls sont décelables un faible nombre de tissus et quelques rares objets fabriqués. Guillaume Durée est le plus actif, on l’a déjà constaté. Outre six ventes de drap, il vend des paires de chausses, une ceinture, une robe au marché du Neubourg. Son fils Gieffin vend de la doublure d’une demi-aune de large ; lui et son fils Simonnet achètent des draps à Rouen pour garnir leur boutique34. Jehan Deligny fabrique de longues chausses, des chapeaux, des bonnets et achète des bas à Guillaume Vitepas, pour les revendre vraisemblablement. Guillaume Auzoult et Jehan Varouldes fabriquent des robes d’homme. Jehan Goullé n’est connu que pour de la vente de bellinge, tiretaine de laine de petite qualité35. Remarquons que dans le langage elbeuvien de l’époque, les « draps » sont synonymes de vêtements.

  • 36 D. CARDON, op. cit., p. 349. Jean-Louis ROCH, « La draperie foraine de Rouen à la fin du Moyen Age  (...)
  • 37 H. SAINT-DENIS, op. cit., p. 135, insiste beaucoup sur la petitesse et la médiocrité des drapiers e (...)
  • 38 La présence d’Elbeuviens à la foire du Lendit en 1487 et 1489, signalée par Jean-Louis ROCH, « Vill (...)
  • 39 Il faut attendre le 4-3-1504 (52 BP 10) pour avoir un témoignage de vente à Paris même, l’année pré (...)

26Les draps ne sont qualifiés que dans deux cas. On parle d’un drap « à titre » dans une affaire entre un tisserand et un marchand de Rouen (c’est un simple drap tissé !). On cite un « drap de cinq » donné pour payer une partie d’un apprentissage de corroyeur. C’est un des formats habituels de Rouen et de Louviers36. Faut-il voir là des faits corroborant les affirmations des historiens qui considèrent que le drap d’Elbeuf n’est que du médiocre drap de Rouen et que les drapiers de Rouen ont voulu avoir la haute main sur les fabrications elbeuviennes et sur leur commercialisation37 ? Les rares indices repérés de la valeur de l’aune ne permettent pas de dire que le drap fabriqué à Elbeuf revenait moins cher que celui fabriqué à Rouen intra muros. Jean-Louis Roch a montré qu’au début du XVIe siècle, le drap d’Elbeuf était en concurrence à la halle aux draps forains de Rouen avec celui de tous les autres centres drapiers de Haute-Normandie et que, à la foire du Lendit à Saint-Denis en 1487 et 1489, pour 50 marchands de Rouen et 10 de Louviers, on ne rencontrait que deux marchands d’Elbeuf38. On a les faits correspondants au départ d’Elbeuf39.

  • 40 52 BP 9, 18-4-1502. Guillaume Pennier est « estaymier » le 14-1-1504 a.st. (52 BP 10). Est-ce un fa (...)

27Deux mentions isolées restent pour le moment inexpliquées :12 sols demandés pour un louage d’estammerie en 1502 et la présence d’un estaymier en 150540.

La carrière de drapier

  • 41 Il est difficile de retrouver les dynasties de drapiers ou de tisserands, parce que les filiations (...)
  • 42 Plusieurs drapiers ne sont que des étoiles filantes, tentant leur chance et ne persévérant pas ; c’ (...)

28Trois promotions ont été examinées, celles de 1470-1472, de 1480-1482 et de 1489-1492 constituant un fichier de trente noms. Le terminus ad quem imposé par les sources a amené à raccourcir sûrement de quelques années la carrière de ceux qui exerçaient encore en 150541. Quatre âges de début de carrière sont connus, la trentaine semblant être alors l’âge de chacun de ces drapiers. La fin de carrière a pu précéder de plusieurs années la fin de vie de certains, comme Guillaume Auzoult et Jehan Varouldes qui cessent de travailler entre 1491 et 1502, mais Varouldes vit toujours en 1511. Quatre meurent en pleine activité et, dans un cas, celui de Jehan Lesage, sa veuve semble bien continuer le métier42.

Tableau V : les carrières de 1470 à 1492

Sont mentionnés une seule fois

7

Exercent moins de dix ans

6

Exercent de dix à vingt ans

13

Exercent de vingt à trente ans

3

Exercent plus de trente ans

2

  • 43 La famille Durée n’a que peu de représentants à Caudebec et à Elbeuf mais bien installés. Guillaume (...)
  • 44 Roger Féré se caractérise aussi par trois procès et une surveillance stricte de ses affaires. Il es (...)
  • 45 Laurens Hesbert a dû débuter comme drapier vers 1483-1484, peut-être plus tôt. Homme d’ambition, c’ (...)
  • 46 Jehan Bonamy n’est pas un bourgeois d’Elbeuf. L’émancipation de ses fils est du 24-1-1502 (52 BP 9)

29Six ou sept drapiers sont un peu mieux connus que leurs confrères parce que les témoignages sur leurs activités sont plus fréquents. On a déjà cité Guillaume Durée, qui termine sa vie "bourgeois" respecté. Ses relations avec ses fils Petit Jehan et Gieffin sont imprécises. Gieffin ne paraît qu'une seule fois avec son père au marché du Neubourg ; il semble assuré qu’il tient boutique pour son compte. On connaît ses affaires de 1488 à 1506 ; elles sont marquées par une ambition hors de propos, car il a pris à ferme la prévôté, la coutume et les moulins dont l’apurement des comptes le conduira en justice, où il perdra de l’argent43. Les procès se multiplieront, les incidents après boire aussi. En 1505, il laissera son commerce à son fils Simonnet et s’installera comme tavernier ! Beaucoup plus estimé de ses contemporains fut Roger Féré qui, au long d’une trentaine d’années de carrière, aura deux apprentis, donnera des avis et des conseils écoutés et sera lui aussi un "bourgeois" d’Elbeuf. Son fils Hutin préférera devenir cardier44. Son contemporain Laurens Hesbert, a une carrière identique, expert estimé, "bourgeois" à la fin, il sera un des deux Elbeuviens à fréquenter la foire du Lendit-en 1417-donc à commercer avec Paris45. Jehan Bonamy, en plus de vingt ans de carrière, sera également estimé comme expert, aura deux apprentis... et six fils qu’il émancipera en janvier 1503 !46

  • 47 Jehan Hellouyn, dit Frémyn, et Jehan Gouppil dépassent le cadre étroit des drapiers du XVème siècle (...)

30Il serait intéressant de pouvoir suivre la carrière de Jehan Hellouyn dit Frémyn et de Jehan Gouppil. Elle commence avec le seizième siècle d'une façon ambitieuse. Jehan Frémyn, également courtier en laines, prend à ferme l’aunage des draps et Jehan Gouppil, de son côté, la prévôté, coutume et moulins47.

  • 48 Aucune vente de drap vers Louviers ou Evreux n’est mentionnée. Il n’y a pas de concurrence entre ce (...)

31En conclusion l’ambition commerciale de tous se limite aux marchés du Neubourg, d’Elbeuf, à la halle aux draps forains de Rouen, à la foire du Lendit, à Paris48.

1502-1506, les métiers s’organisent

  • 49 52 BP 9, 21-6-1502 ; 52 BP 10, 25-9-1505.
  • 50 Les gardes du métier de carderie sont en 1505 Guillaume Regnault et Guillaume Hesbert, il y a sept (...)

32Le métier de carderie s’organise en deux étapes. Sur une plainte de deux drapiers contre les maîtres cardiers, déposée le 21 juin 1502, on apprend l’existence d’ordonnances du métier, puis le 25 septembre 1505, c’est la première réunion plénière des maîtres et ouvriers cardiers pour accorder une maîtrise à Hutin Féré, le fils de celui qui les attaquait trois ans plus tôt ; ce fut sûrement l’occasion d’une grande fête !49 Le contenu des ordonnances et des statuts du métier nous reste inconnu. Leur rédaction elbeuvienne est certaine en 1505, elle l’est moins avant cette date. Pour mémoire, les ordonnances du métier de carderie de Rouen datent de 137750.

  • 51 Il n’a été conservé aucun statut des différentes corporations d’Elbeuf, parce que les archives du P (...)

33Pourquoi les drapiers d’Elbeuf ont-ils organisé leur métier selon les formes traditionnelles des statuts et ordonnances approuvables par la justice ? A certainement joué dans ce sens l’exemple des cardiers51.

  • 52 L’absence d’un métier organisé de tisserand en draps est troublante. Les vitraux de Saint-Etienne d (...)
  • 53 On a constaté que la draperie elbeuvienne était assez hétérogène, recouvrant des réalités très dive (...)

34L’abandon de trente années de liberté totale était une décision difficile à prendre. Les drapiers – et surtout Jehan Leclerc et Jehan Bosguillaume, les futurs gardes du métier – ont pesé les avantages et les inconvénients. L’avantage principal était la reconnaissance de l’importance numérique de la draperie à Elbeuf par les pouvoirs publics et par les autres centres drapiers. A coup sûr, les Elbeuviens avaient là un argument pour discuter des prix de vente de leur production. L'inconvénient pouvait être la rigidité du système enfermant la production dans une réglementation trop stricte. Il pouvait être l’introduction d’un népotisme propre à chaque corporation. Jehan Leclerc semble être arrivé depuis peu dans la ville mais Jehan Bosguillaume est le représentant d’une des plus anciennes familles locales donc, en principe, sa présence à la tête du métier était rassurante52. Leur silence dans nos sources est un peu déconcertant. Faut-il en voir une explication dans l’apparition ultérieure, en 1512, signalée par Alexandre Guilmeth d’une confrérie des drapiers et tapissiers ? Y eut-il des dissensions entre les marchands de draps et les autres drapiers ?53

35On touche ici du doigt les limites de la documentation disponible. Elle agit en trompe-l’œil permanent. Les détails techniques signalés entre 1502 et 1506, et pas avant, correspondent-ils à une évolution dans le traitement de la laine par l’utilisation de l’huile par exemple, dans les teintures par l’emploi de l’alun et de la garance cités subitement. Sont-ce des nouveautés ? Est-ce que les statuts elbeuviens acceptaient au XVIe siècle ce que d’autres statuts refusaient au XVe siècle ?

Les questions sans réponse

  • 54 A.D.S.-M. G 4735. Ces deux hommes vendent une rente au collège de Darnétal.

36Aussi longtemps qu’on ne retrouvera pas les lieux où les vingt premiers drapiers ont appris leur métier, on sera réduit aux hypothèses hasardées par plusieurs historiens : Rouen, Louviers, Dieppe, Evreux, Pont-Audemer et même Aumale, propriété du comte d’Harcourt sont sur les rangs. La proximité géographique de Rouen et de Louviers a pu jouer, Rouen tenant la corde car la ville est restée sous l’occupation anglaise un important centre drapier offrant de grandes facilités d’apprentissage. Deux menus indices guident la réflexion : la longueur de l’aune est la même à Elbeuf, Rouen, Dieppe et Louviers ; deux drapiers arrivés avant 1490, Guillaume Lecoulteux et Robinet Centsolz, ont des propriétés à Darnétal, ville au développement très semblable à celui d’Elbeuf54. L’absence d’archives notariales d’Elbeuf se fait ici cruellement sentir. L’examen des patronymes n’est d’aucun secours, tous ont des noms bien normands. Très vite d’ailleurs, les familles elbeuviennes ont un membre tisserand ou drapier, comme les Bosguillaume, Grippois, Pastallier et tant d’autres

37Est-ce qu’Elbeuf a attiré des candidats aux différents métiers parce que sa situation économique était relativement meilleure que celle des villes voisines plus éprouvées par la guerre ? Est-ce que les puissants drapiers rouennais ont volontairement, et pour leur profit, favorisé un autre Darnétal sachant qu’Elbeuf était si proche de Rouen par la rivière ?

38Les deux paroisses d’Elbeuf formaient une bourgeoisie, à l’intérieur de laquelle le commerce était soumis à taxation, les draps ne payant qu’un denier par aulne, somme extrêmement faible, susceptible d'en favoriser la fabrication et la vente.

  • 55 5 2 BP 3, 5-11-1449, ferme de la voiture par eau, 355 livres par an ; 52 BP 5, 15-9-1472, 720 livre (...)
  • 56 5 2 BP 3, 5-11-1449, ferme de la voiture par eau, 355 livres par an ; 52 BP 5, 15-9-1472, 720 livre (...)
  • 57 A.D.S.-M. 1 ER 448/30, compte de Hutin Le Flamen, receveur général du comté d’Harcourt pour le duc (...)

39L’analyse du montant de la ferme de la voiture par eau apporte un début de réponse à la dernière question. 11 passe de 355 livres par an en 1449 à 720 livres en 1472, il double en vingt ans parce que le commerce double en volume55. Au même moment, on reconstruit les halles des boulangers et des bouchers, on fonde un nouvel hôpital, on commence à édifier une grande église Saint-Jean, l’église de la paroisse du port56. La draperie, au sens large du terme, vient se greffer facilement sur une économie en plein essor et va en accroître les profits. Ainsi le chiffre des recettes de la Vicomté en 1491-1492 est supérieur à celui de toutes les autres seigneuries du comté d’Harcourt. Pour douze mois, le vicomte d’Elbeuf apporte 1 768 livres, à quoi il faut ajouter une partie des 257 livres des recettes du grenier à blé57.

  • 58 Le seul incident notable, l’utilisation anarchique de la forêt d’Elbeuf par les boulangers, taverni (...)

40La draperie elbeuvienne était une des dernières nées de la draperie normande, mais trouvait aisément sur place un bon nombre de matières premières que Rouen, par exemple, devait faire venir parfois de loin. La Vicomté était un organe de gestion efficace sous la direction des Le Roux, de Bourgtheroulde. En trente ans de leur gestion, aucun incident grave avec les habitants n’est connu58. Tous connaissaient leurs droits et leurs devoirs parce que le pouvoir s’exerçait sans à-coups, situation éminemment favorable au commerce. Le XVIe siècle, de ce point de vue, s’annonçait bien à Elbeuf.

Quelques prix

source

7.1.1471

52 BP 5

Paire de chausses : 20 s.

24.1.1481 a. st.

52 BP 7

Pour la façon d’un drap : 33 s.

20.6.1489

52 BP 8

1 aune de drap ténu : 20 s.
3 aunes de blanchet : 20 s. l’aune

28.6.1491

52 BP 8

5 draps de lit de toile bastarde neuve de 2 toiles : 10 s.
3 draps de lit de 2 toiles : 30 s.
3 draps de toile et de demi-toile bastarde :
16 s.
1 nappe de deux aunes : 35 s.

26.5.1492

52 BP 8

3 quarts de drap ténu : 15 s.

7.11.1503

52 BP 10

22 aunes à 20 s. l’aune

12.9.1503 a.st.

52 BP 10

48 aunes de toile à 15 d. pièce

N.b. : la toile est aussi une unité de mesure pour le tisserand en toile. L’adjectif ténu dans « drap ténu », doit signifier mince et souple.

Estimation des coûts de production

Laine

2 s. 6 d. (la livre ?) le 21.6.1502 et le 12.4.1503 a. st.

30 à 35 livres pesant pour un drap
30 livres pour 6 L.t. le 26.5.1492

85 poix à 15 L. par cent le 29.7.1505

foulage

6 s. pour un drap le 2.6.1489

1

5 s. au moulin le 19.9.1506

cardage

14 sols pour deux peaux de veau le 7.11.1503

tissage

33 s. pour un drap le 24.1.1481 a.st. et le 16.4.1482

7 s. le 4.2. 1504 pour achat de deux épées (montants du métier)

12 s.t. pour louage d’estammerie le 12.4.1502

teinture

25 s. pour un drap le 22.4.1485

32 s. la charrette de noyer le 9.6.1506

outillage

3 forces plus table à tondre, tréteau, l’esmonture 7 L. 10 s. le 28.7.1502

Forces à tondre 15 s. 2 d. le 21.10.1505

Feuillets de noyer pour presse le 4.3.1504 : 35 s.

façon de drap

23 s. le 14.5.1506

main-d’œuvre

Ouvrier : 100 sols pour un an le 4.8.1506

7 s. 6 d. par année d’apprentissage le 19.2. 1470 a.st.

droits

1 d. par aune pour droit d’aunage le 19.5.1506

Notes

1 Si l’essentiel de cette étude est tiré de cinq registres de la Haute justice d’Elbeuf aux Archives départementales de la Seine-Maritime (fonds 52 BP), tous les registres de 52 BP 1 à 52 BP 11 ont été dépouillés, ainsi que les deux plus anciens registres du tabellionage. Parmi les travaux récents sur la draperie d’Elbeuf, ceux de Francis CONCATO, « Recherches sur l’industrie drapière en Normandie à la fin du Moyen-Age », Mémoire de maîtrise sous la direction de Henri Dubois, Université de Rouen, 1974 et « La technique drapière en Normandie à la fin du Moyen Age (XIVe-XVe siècles) », Annales de Normandie, 25e année, no 2, juin 1975, p. 75-97, ou d’Alain BECCHIA, La draperie d’Elbeuf (des origines à 1870), Publications de l’Université de Rouen, 2000, ont été souvent sollicités.

2 Les contrats d’apprentissage mentionnés sont fort nombreux, mais on se rend compte que les régularisations assorties d’amende ne sont pas rares, signes d’une vigilance relâchée des officiers du seigneur et de la tentation des artisans à la dissimulation.

3 Guillaume Durée se rencontre dans une vingtaine de documents. C’est un personnage d’une certaine envergure commerciale, absolument sans conflits avec quiconque. Il se marie deux fois et on lui connaît deux fils de sa première femme. Robinet, un de ses frères aura une vie plus agitée.

4 Berthault Dupuis est un personnage discret, rencontré seulement deux fois en 1471 (52 BP 5). A l’évidence, mais sans mention directe, il est tisserand depuis plusieurs années, pas forcément drapier !

5 A.D.S.-M. 52 BP 5 de janvier 1469 à octobre 1472 ; 52 BP 7 d’octobre 1480 à avril 1484 ; 52 BP 8 de janvier 1489 à mai 1492. De façon inattendue, ces registres portent des titres différents bien que leur assise juridique soit absolument identique : ce sont les plaids de la Basse justice de la Vicomté d’Elbeuf. On a aussi utilisé les registres des Grandes assises (52 BP 4 de 1464 à 1474 et 52 BP 6 de 1474 à 1484).

6 On a complété le tableau par le dépouillement de 52 BP 9 d’avril 1502 à mai 1503 et 52 BP 10 de mai 1503 à septembre 1506, qui renforce la progression des décennies précédentes avec une durée supérieure d’un an à celle des registres 1489-1492, ce qui entre un peu en ligne de compte. On notera entre 1502 et 1506 un retour des tisserands en toiles. Ces registres sont exclusivement consacrés aux litiges commerciaux.

7 Seuls les métiers organisés avec statuts présentent des maîtrises. Ce sont les métiers solides d’Elbeuf. La halle aux boulangers et aux bouchers ainsi que le moulin à tan en sont les manifestations monumentales.

8 Les achats « gaigés » se multiplient à partir de 1470 ; ils seront plus rares au début du XVIe siècle.

9 Henri SAINT-DENIS, Histoire d’Elbeuf, 1895, t. II, p. 63, signale « l’année du grand hiver », avec gelée commençant le 26 décembre 1480 et durant jusqu’au 5 février 1481. Le 26 août 1482 (52 BP 7) on mentionne les ennuis des mineurs Grisel.

10 Ces quatre ventes de Guillaume Durée représentent une infime partie de son activité, mais elles sont significatives.

11 A.D.S.-M. 6 BP 10, 1477-1478. La lecture Duvaunendin est incertaine.

12 Le poix et le cent sont les unités de mesure de la laine mentionnés à Elbeuf, la balle étant son mode de présentation.

13 Affaire Busc/Guillaume Hue : 29-7-1505 (52 BP 10) ; Loys Jourdain réclame de la laine « toute blanche » à Thomas Mullot le 10-2-1504 (52 BP 10). Le marchand de laine Guillaume Duboys avait été tisserand à Elbeuf auparavant.

14 Alonce de Civille est le plus renommé marchand espagnol installé à Rouen. Sel, alun et laine étaient les objets principaux de son commerce depuis son arrivée en 1484. Pour autant, on ignore la nature de ses affaires avec les drapiers elbeuviens Jehan Bosguillaume et Jehan Gouppil, les documents n’étant pas explicites : dans 52 BP 10 1 deux litiges commerciaux les 1-7-1505, 10-2-1505, 3-3-1505, 4-8-1506. Voir : Dominique CARDON, La draperie au Moyen Age, C.N.R.S. éditions, 1999, et Michel MOLLAT, Le commerce maritime normand à la fin du Moyen Age, Plon, 1952, p. 508 à 511.

15 Ce personnage semble avoir été à l’origine d’une longue lignée de foulons (52 BP 10, 27-1-1505 les dates sont indiquées d’après l’ancien style).

16 Le moulin à foulon en action est mentionné le 10-9-1506 (52 BP 10). La première apparition de Jehan Delabarette date du 7-2-1502. Est-ce le même homme qui est boulanger le 10-9-1504 ?

17 7-1-1470 et 13-5-1471 (52 BP 4).

18 30-4-1492 (52 BP 8).

19 Inventaire du tisserand Raoullin Ravenel, le 26-5-1492 (52 BP 8).

20 52 BP 8, 28-6-1490.

21 52 BP 8, 13-12-1491 et 17-1-1491. Le cardier Guillaume Bénard était poursuivi pour ne pas avoir payé la coutume pour des cardes et des peaux de veau. Les experts convoqués affirment que la « blanche œuvre » utilisée pour les cardes est exempte de coutume.

22 52 BP 11, 9-10-1511. Inventaire du teinturier Jehan Hesbert : « une caudière à cercles dans une loge couverte de genets ».

23 52 BP 9. L’affaire dure six mois de l’année 1502. Le teinturier Jehan Harenc est même jeté en prison en janvier 1503.

24 52 BP 9,15-11-1502.travaux par le teinturier Jehan Bonamy. Dans 52 BP 10, on trouve un achat de garance le 10-9-1504, un achat de grappes de garance par Gieffin Durée le 3 décembre suivant et une vente de grappes par le courtier Jehan Frémyn, le 9-6-1505.

25 La guède était cultivée dans la campagne d’Elbeuf. Cf. H. SAINT-DENIS, Histoire d’Elbeuf, t. II, p. 456, qui cite un texte de 1413 sur le mesurage de la guède locale. L’écorce et la racine de noyer étaient livrées par charretées entières ! 52 BP 10, 28-4-1506. Un prêtre avait demandé un « escantillon de drap » teint par le teinturier Jehan Bonamy et, non satisfait, l’avait rendu.

26 H. SAINT-DENIS, op.cit., p. 430, reproduit un texte littéraire en forme de dialogue racontant la fabrication de draps en Normandie au XIVe siècle (?) ; il insiste sur la nouvelle mode de la laine cardée. Le déroulement des opérations est celui constaté à Elbeuf au XVe siècle tout au long de ces pages.

27 D. CARDON, op.cit., p. 475, décrit ainsi le vitrail « tissage en armure toile à la manière de Wervicq (Verviers) dans la draperie normande : deux marches de chaque côté du métier, chacune reliée à une seule lisse ». La date de 1514 n’est pas confirmée.

28 Guillaume Desperrois était si peu en réussite qu'il alla s’installer à Caudebec (près d’Elbeuf) pour payer moins cher de loyer. Son inventaire après décès date du 12-4-1504 (52 BP 10). Son ourdissoir (y avait-il un terme normand ?) ressemblait certainement à celui du vitrail de Saint-Etienne d’Elbeuf (verrière dite de Saint-Roch, 1514), décrit par D. CARDON, op. cit., p. 324 : « ourdissoir à 9 1/2 estendées par portée de 20 fils disposés sur deux rangs de bobines à joues ».

29 Habillage de drap, 52 BP 9, 14-4-1502. Jehan Legrant poursuit le tisserand Jehannot Debersy parce qu’il n'a usé que de 30 ou 31 livres de laine pour faire un drap et qu’il lui en avait donné 34 pour le faire (52 BP 8, 4-5-1490).

30 A.D. S.-M. 52 BP 8, 28-6-1490. Un bon nombre de termes techniques sont encore inexplicables faute d’un glossaire « normand » et malgré les identifications de Francis CONCATO, « Recherches sur l’industrie drapière en Normandie à la fin du Moyen-Age », Mémoire de maîtrise sous la direction de Henri Dubois, Université de Rouen, 1974 et les livres de D. CARDON, op. cit., ou de G. de POERCK, La draperie médiévale en Flandre et en Artois,Bruges, 1951.
Les corroyeurs travaillent de temps à autre pour les cardiers sur des peaux de veau. Un texte du 17-11-1490 (52 BP 8) montre un cardier, Guillaume Regnault s’engager à fabriquer 14 paires de cardes pour Jehan Coquerel, de Saint-Maclou de Rouen, si celui-ci lui fournit six livres de fil et un quartier de bordure.

31 A.D.S.-M. 52 BP 10, 14-10-1505. Le texte est à double interprétation : la « maison ouvrière » peut aussi bien être celle du drapier, Guillaume Baudouin. La bonne foi du tisserand ne paraît pas entière.

32 Un métier reste inexpliqué, celui de « bastier ». Sans arguments décisifs, je pencherai pour un fabriquant de bas, un badestamier. Jehan Legrant loue au marchand rouennais Guillaume Filleul des forces pour 40sols par an et, en plus, les tables et les trestes pour 10 sols, c’est-à-dire presque tout l'outillage nécessaire à l’exercice de son métier (52 BP 8, 24-11-1489). Ces locations de matériel ne sont pas rares. Ainsi Guillaume Le Pipeur loue « trois paires de forches à tondre drap, une table à tondeur et les trestes, l’esmonture » à l’essai pour six semaines (26-7-1502, 52 BP 9).

33 Pour les feuillets de bois de noyer, voir 52 BP 10, 5-3-1504 a.st. Inventaire de Jehan Féré (52 BP 7, 7-1-1480 a.st.) Féré disposait à sa mort de suffisamment de laine pour faire faire dix draps. Inventaire de Jehan Hesbert (52 BP 11, 9-10-151) ; inventaire de Guillaume Desperrois (52 BP 9 12-4-1502).

34 A.D. S.-M. 52 BP 10, 24-12-1504. Gieffin Durée achète du drap depuis deux ans à Rouen où Simonnet, son fils, vient d’en acheter deux aunes, ce qui ne signifie pas que le fils succède au père même s’il a travaillé un certain temps avec lui.

35 Les contrats d’apprentissage de drapier comportent une clause de fin de contrat : le drapier donne en général 40 sols à son apprenti et des vêtements qu’on peut imaginer produits sur place, ce qui permet de connaître quelques fabrications. Rien ne permet de juger la mode suivie par les drapiers faute de connaître les goûts de leur clientèle.

36 D. CARDON, op. cit., p. 349. Jean-Louis ROCH, « La draperie foraine de Rouen à la fin du Moyen Age », Annales de Normandie, 47e année, no 3, juin 1998, p. 226. L’auteur fait ressortir la grande concurrence faite aux Rouennais par Darnétal, qui se lance dans la petite draperie moins coûteuse à cause d’un format plus réduit des draps. La seule mention à Elbeuf d’un drap de 15 est naturellement insuffisante pour se faire un jugement sur la politique elbeuvienne en la matière.

37 H. SAINT-DENIS, op. cit., p. 135, insiste beaucoup sur la petitesse et la médiocrité des drapiers elbeuviens au XVIe siècle. A. GUILMETH, Histoire de la ville et des environs d'Elbeuf Rouen, 1842, p. 508, affirme que les draps d’Elbeuf étaient connus aux XVe et XVIe siècles comme des draps de Rouen, mais n’apporte aucune preuve. Un seul document signale qu’un tisserand elbeuvien travaille pour un Rouennais (52 BP 7, 26-2-1481).

38 La présence d’Elbeuviens à la foire du Lendit en 1487 et 1489, signalée par Jean-Louis ROCH, « Villes et bourgs drapiers de Haute-Normandie à la fin du Moyen Age » in Mélanges Jean-Pierre Leguay, Publications de l’Université de Rouen, 2000, p. 100, est un petit indice d’une volonté d’autonomie commerciale elbeuvienne.

39 Il faut attendre le 4-3-1504 (52 BP 10) pour avoir un témoignage de vente à Paris même, l’année précédente, par le drapier Gillet Bosquet.

40 52 BP 9, 18-4-1502. Guillaume Pennier est « estaymier » le 14-1-1504 a.st. (52 BP 10). Est-ce un fabricant d’estame ou un étameur ? On notera le retour des tisserands en toiles après les déboires des années 1470.

41 Il est difficile de retrouver les dynasties de drapiers ou de tisserands, parce que les filiations sont rarement indiquées et parce que les épouses, à Elbeuf, ne portent jamais le nom de leur père. En outre, il n’est pas rare de rencontrer deux frères, un père et un oncle portant le même prénom !

42 Plusieurs drapiers ne sont que des étoiles filantes, tentant leur chance et ne persévérant pas ; c’est vérifiable dans tous les métiers (exemple de Christofle Onfray, 52 BP 8, 3-12-1489). Jehan Lesage est cité dès 1489, il meurt en mars 1505 (52 BP 10, 4-3-1504 et sa veuve fait teindre de la laine malgré son veuvage récent.

43 La famille Durée n’a que peu de représentants à Caudebec et à Elbeuf mais bien installés. Guillaume en est bien le chef de file. L’émancipation de ses deux fils en 1479 fut-elle une manifestation d’hostilité à leur égard ? L’émancipation est un acte assez fréquent dans tous les milieux. Pour les enfants de commerçants, elle avait l’avantage de permettre aux émancipés d’acheter et de vendre pour leur compte. Gieffin a diversifié le commerce de son père, mais l’échec de sa ferme en 1502 va être un tournant dans sa vie, car il est cité comme tavemier le 4-8-1506 (52 BP 10).

44 Roger Féré se caractérise aussi par trois procès et une surveillance stricte de ses affaires. Il est expert de son métier le 24-2-1491 (52 BP 8). Hutin, son fils, est reçu maître cardier le 25-9-1505 (52 BP 10).

45 Laurens Hesbert a dû débuter comme drapier vers 1483-1484, peut-être plus tôt. Homme d’ambition, c’est aussi un homme de caractère qui chasse de chez lui son fils le 30-9-1505 (52 BP 10).

46 Jehan Bonamy n’est pas un bourgeois d’Elbeuf. L’émancipation de ses fils est du 24-1-1502 (52 BP 9).

47 Jehan Hellouyn, dit Frémyn, et Jehan Gouppil dépassent le cadre étroit des drapiers du XVème siècle en cherchant à enchérir aux fermes seigneuriales. Jehan Gouppil a le sang chaud, car on le voit se battre avec un teinturier et être battu par un tisserand ! Est-ce lui qui est cité deux fois comme chapelier ou est-ce un homonyme ?

48 Aucune vente de drap vers Louviers ou Evreux n’est mentionnée. Il n’y a pas de concurrence entre ces centres drapiers et Elbeuf.

49 52 BP 9, 21-6-1502 ; 52 BP 10, 25-9-1505.

50 Les gardes du métier de carderie sont en 1505 Guillaume Regnault et Guillaume Hesbert, il y a sept cardiers en tout, Hutin Féré sera le huitième. Ils sont tous de bonnes familles elbeuviennes. Les nouveaux gardes élus sont Guillaume Bénard et Guillaume Lemonnier, très souvent cités.

51 Il n’a été conservé aucun statut des différentes corporations d’Elbeuf, parce que les archives du Prince d’Elbeuf ont disparu. Toutefois les statuts se copiaient souvent les uns les autres ; les drapiers d’Elbeuf auraient-ils eu connaissance des statuts de Lisieux, de 1482, et de Gruchet-le-Valasse, de 1488 ?

52 L’absence d’un métier organisé de tisserand en draps est troublante. Les vitraux de Saint-Etienne d’Elbeuf payés par les tisserands ne le sont pas par leur corporation mais par une cotisation volontaire de chacun d’eux.

53 On a constaté que la draperie elbeuvienne était assez hétérogène, recouvrant des réalités très diverses, génératrices de conflits internes. Remarquons qu’en 1506 aucun tapissier n’est encore mentionné. Seul A. GUILMETH (op. cit., p. 561) signale l’existence d’une confrérie des métiers de draperie et de tapisserie en 1512, d’après un acte pour la collégiale de La Saussaye (située juste au sud d’Elbeuf).

54 A.D.S.-M. G 4735. Ces deux hommes vendent une rente au collège de Darnétal.

55 5 2 BP 3, 5-11-1449, ferme de la voiture par eau, 355 livres par an ; 52 BP 5, 15-9-1472, 720 livres par an. Travaux aux halles (52 BP 4, 24-9-1470) ; construction de la nef de l’église Saint-

56 5 2 BP 3, 5-11-1449, ferme de la voiture par eau, 355 livres par an ; 52 BP 5, 15-9-1472, 720 livres par an. Travaux aux halles (52 BP 4, 24-9-1470) ; construction de la nef de l’église Saint-

57 A.D.S.-M. 1 ER 448/30, compte de Hutin Le Flamen, receveur général du comté d’Harcourt pour le duc de Lorraine, 1492-1493.

58 Le seul incident notable, l’utilisation anarchique de la forêt d’Elbeuf par les boulangers, taverniers, hôteliers, teinturiers et brasseurs, se termine par une transaction avec le comte le 30 avril 1490 (A. GUILMETH, op. cit., p. 149).

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search