Version classiqueVersion mobile

La draperie en Normandie du XIIIe siècle au XXe siècle

 | 
Alain Becchia

Perspectives de recherches

Alain Becchia

Texte intégral

1Incontestablement, la Normandie fut durant des siècles l’une des principales régions textiles de France, le coton venant y concurrencer très tôt la laine, voire le lin ou le chanvre. La production d’étoffes diverses joua un rôle majeur dans l’économie régionale, faisant naître et croître de grandes dynasties d’entrepreneurs, alimentant un commerce florissant et suscitant de nombreux transferts de technologies.

2Quelques publications ont déjà évoqué ce riche passé, notamment le volume publié en 1975 par la Société Libre d’Emulation de la Seine-Maritime : Le textile en Normandie. Etudes diverses ou encore le catalogue, rédigé par Alain Roquelet, de l’exposition organisée en 1982 aux Archives Départementales sous le titre Textile et (r)évolution industrielle en Seine-Inférieure (1780-1900). Au fil des années de nombreux travaux universitaires ou articles de sociétés d’histoire locales se sont accumulés, souvent au hasard des recherches individuelles, sans plan concerté, Paris, Rouen, Caen ou Le Havre opérant plus ou moins indépendamment. La « bibliographie lainière normande » assez imposante jointe en fin de volume, même si elle n’est certes pas exhaustive, en donne un bon aperçu.

3Deux événements récents ont cependant amené les chercheurs concernés à multiplier les contributions à l’étude de la production plus spécifiquement drapière : l’euroconférence de Verviers (Belgique), tenue les 5-7 avril 2001 sous le titre L’industrie de la laine. Les territoires de production XIIIe-XXe siècles et celle de Schio-Valdagno-Follina-Biella (Italie), les 24-27 octobre 2001, intitulée La laine. Produits et marchés (XIIIe-XXe siècles). A la suite des rencontres tissées au cours de ces séances, il a paru possible et très souhaitable de regrouper les études menées actuellement sur la draperie en Normandie par un certain nombre de chercheurs « normands », « parisiens » ou « étrangers ». La plupart d’entre eux ont répondu à l’appel, offrant des textes souvent très denses. Le lecteur sera sensible, nous l'espérons, à la précision des références et à l’énorme quantité d’informations rassemblées ici.

4Précisons bien que le présent ouvrage, même s’il évoque chronologiquement plus de sept siècles, n’a pas été conçu pour autant comme une histoire de la draperie normande. Il s’agit plus modestement de la réunion de contributions autonomes ; certaines approfondissent des points très précis, d’autres développent de véritables synthèses. Mais tous ces textes se répondent et se complètent. Les noms des mêmes lieux, parfois des mêmes acteurs, y résonnent en écho. Nous avons souhaité conserver cette impression de foisonnement, ces redites inévitables, témoignages vivants d’une active recherche multipolaire, plutôt que de tenter une harmonisation de façade qui aurait cherché à gommer les visions différentes et surtout à combler artificiellement les zones d’ombre. Car celles-ci subsistent, bien entendu. L’histoire de certains centres n’a pas été encore suffisamment renouvelée. Nous vivons encore trop sur les dires des érudits du XIXe siècle ; or nous ne pouvons plus nous contenter de leurs travaux, si respectables qu’ils soient. En bien des domaines les problématiques doivent être reprises, réactualisées. Les analyses économiques et sociales de l’histoire classique demandent à être complétées. Il faut approfondir les approches prosopographiques, généalogiques, sociologiques, ethnologiques, aborder de front les aspects techniques, architecturaux, voire patrimoniaux.

5Pour les périodes les plus anciennes – Moyen Age tardif, XVIe siècle – la quête entreprise par Jean-Louis Roch, Jacques Bottin, Mathieu Arnoult et leurs étudiants est en bonne voie. Indications de patronymes, renseignements sur les réseaux de fabrication et de vente, mentions de prix, normes techniques : les informations à glaner dans les archives notariales (contrats, successions, inventaires...), dans les archives judiciaires comme le montre ici Claude Bouhier, ou dans les fonds des bailliages et du Parlement, sont encore nombreuses. Cette recherche des indices les plus ténus permettra sans doute de mieux saisir dans leur détail, et dans leur quotidien, les activités de ces artisans ou marchands drapiers ainsi que les connexions qui les unissent. Les monographies progressent et se renouvellent, à l’image de celle d’Isabelle Theiller sur Montivilliers. Bien d’autres données intéressantes peuvent provenir également de « l’extérieur », ainsi que le montrent les travaux de Simonne Abraham-Thisse. Il faut tenter de pister partout les exportations de draps normands, en dépit de leurs appellations dérivées, retrouver les routes, les intermédiaires, et cela jusque dans des contrées pourtant fort éloignées.

6Il conviendra également de réaliser un corpus de l’ensemble des règlements et arrêts concernant la draperie normande, depuis le Moyen-Age jusqu’à la fin de l’Ancien Régime. Travail ardu, mais certainement réalisable, collectivement, à brève échéance. Serait ainsi constituée une base de données commode permettant d’identifier plus facilement les noms des étoffes, leurs origines, leurs caractéristiques techniques. On pourrait aussi mieux suivre les évolutions de ces produits, si tant est que la réglementation puisse être le reflet de la réalité... Mettre enfin au point un véritable lexique des termes techniques relatifs aux activités drapières peut sembler un travail de bénédictin, la liste des entrées possibles s’avérant très longue : objets divers, outils, « mécaniques », machines ou éléments de machines, qualités de laine et types d’étoffes, matières premières, termes – d’un emploi géographique souvent restreint – liés au processus de production, aux défauts de tissage ou d’apprêt, vocabulaire du tisserand ou du négociant en laine, qualificatifs ou expressions désignant les coloris (on en trouvera quelques exemples parmi les documents joints en annexe). Une telle tâche, surtout si elle est menée sur plusieurs périodes, ne pourra être – là encore – que collective.

7Sous l’Ancien Régime, les sources administratives et statistiques deviennent plus nombreuses. Evaluer les volumes de fabrication, fixer la géographie des centres de production, y compris les plus secondaires, semble relativement facile. Mais il serait nécessaire de déterminer aussi le plus précisément possible leurs nombres d’entrepreneurs respectifs et les limites exactes de leurs zones de production. La liste des villages produisant les serges d’Aumale au XVIIIe siècle nous est par exemple bien connue grâce aux enquêtes de l’inspection des manufactures. En revanche, il n’existe pas de document semblable pour Elbeuf et Louviers, dont les zones d’influence se chevauchent en partie et interfèrent également avec le travail du coton, qui tend à pénétrer leurs bassins de main-d’œuvre. Il faudrait s’atteler à la réalisation d’une sorte d’atlas historique de la laine. Cartographier également les bureaux de marque, les halles aux draps et aux laines, les moulins à foulon, les zones d’élevage ovin, de production de plantes tinctoriales ou de chardon cardère (du côté de Pont-de-l’Arche et de Martot par exemple), tracer les voies maritimes et terrestres empruntées par les matières premières ou les produits finis. Cartographier aussi l’évolution du nombre de fabricants, d’entreprises ou de broches, l’installation progressive des roues hydrauliques ou des machines à vapeur dans les centres drapiers, la répartition des métiers à bras puis des métiers à tisser mécaniques au fil du XIXe siècle.

8On disposera bientôt d’une vue complète sur l’ensemble des brevets déposés par les fabricants, teinturiers, mécaniciens et inventeurs normands concernant l’industrie drapière : le travail de Francis Concato est en voie d’achèvement. Dans le même ordre d’idée, il sera nécessaire de collationner tous les catalogues d’exposition et rapports de jury, afin d’avoir une idée aussi exacte que possible des produits et des spécialités des drapiers normands, en ne se cantonnant pas au XIXe siècle bien sûr, mais en couvrant aussi la totalité du XXe siècle sans dédaigner le passé le plus récent. Il s’avère donc indispensable de constituer rapidement une bibliographie la plus exhaustive possible des ouvrages techniques publiés par des ingénieurs, techniciens ou fabricants normands.

9Il devient aussi urgent d’inventorier et d’étudier véritablement les collections d’échantillons subsistantes, dont certaines sont très importantes, aux Archives Départementales de la Seine-Maritime ou dans le fonds de la Société Libre d’Emulation, aux Musées d’Elbeuf ou de Louviers, mais aussi de façon beaucoup plus éparse dans les registres des prud’hommes (aux Archives Municipales d’Elbeuf par exemple), dans les rapports de l’inspecteur des manufactures aux Archives Nationales (série F7), voire dans certaines bibliothèques ou musées parisiens. Le programme de numérisation engagé par la Cité des Matières, en train de naître dans l’ancienne abbaye de Gruchet-le-Valasse, ouvre en ce domaine de belles perspectives. Mais en même temps l’informatisation de ces collections nous lance un véritable défi. Comment rédiger les titres et nodules d’accompagnement ? Comment traduire la réalité de la matière en termes techniques, en palette chromatique ? Comment caractériser les armatures, les textures, les motifs ? Plus difficile encore, comment décrire la variété des unis ? (Car là où nous ne voyons qu’une multitude de tissus semblables, les contemporains percevaient, eux, une très grande diversité de matières et de qualités).

10On remarquera, dans les contributions composant cet ouvrage, qu’un soin très grand a été apporté au repérage des individus. Cette tendance nouvelle, qui s’attache au suivi des destinées individuelles, dénote une volonté de faire varier la focale, d’accroître le grossissement, de passer des groupes indifférenciés (patrons, ouvriers) aux atomes, en identifiant les personnes afin de pouvoir mieux suivre leurs trajectoires, leurs passages d’un centre à l’autre, leur organisation en réseaux, qu’il s’agisse de marchands, de fabricants ou de techniciens. Pour cela, il faut pousser plus avant l’étude des patronymes, déjà bien avancée à Elbeuf et Louviers. Nous devons partout constituer des listes, des fichiers, des bases de données informatisées sans cesse alimentées, et nous les communiquer réciproquement, y compris en dehors de notre région. C’est le seul moyen de repérer les essaimages, les interpénétrations entre cités, entre régions concurrentes (Sedan, le Nord, l’Alsace, la Belgique...) ainsi que les alliances entre milieux différents (origine des gendres), ou encore les dynasties, les filières. Etudier sous cet angle les liaisons entre les différents centres drapiers peut renouveler nos approches. Trop souvent, nous avons tendance à rester rivés sur une cité, une époque. C’est pourquoi les études nominatives et lignagères doivent être systématisées, sans négliger l’aide précieuse des cercles généalogiques. Les patronymes sont d’excellents marqueurs, qui permettent de suivre les migrations, les transitions sociales, de repérer des alliances, des liens de famille entre cités pourtant rivales, ainsi que l’a bien montré Bernard Bodinier. A partir de ces indices nominatifs, il sera possible de découvrir ensuite d’autres liens ou relations d’affaires entre Elbeuf, Louviers et Les Andelys, Darnétal, Elbeuf et Rouen, Evreux et Louviers, Abbeville et Elbeuf etc. L’histoire des entreprises et du patronat se lit bien mieux à la lumière de la démographie. Au XVIIIe siècle les gendres extérieurs, quels que soient leurs milieux d’origine, deviennent systématiquement fabricants ; dans la seconde moitié du XIXe siècle, ils demeurent au contraire dans leur milieu d’origine et emportent donc les dots hors du textile : cette inversion des flux paraît une donnée essentielle, de même que l’extinction des lignées faute d’héritiers mâles constitue un facteur aussi important que le déclin de l’esprit d’entreprise. Il devient possible d’envisager une véritable généalogie d’entreprises, en suivant la succession des raisons sociales au fil des actes de société et des alliances matrimoniales. Les grandes dynasties cachent trop souvent la forêt des établissements à but spéculatif, qui louent leurs locaux, font travailler à façon des sous-traitants et disparaissent (ou réapparaissent) au gré de la conjoncture.

11On ne saurait cependant se cantonner aux seuls fabricants. Il reste beaucoup à apprendre des activités des mécaniciens ou constructeurs mécaniciens, français ou étrangers, en s’aidant des généalogies familiales. Certes, ils apparaissent souvent dans les études ou les articles, mais trop ponctuellement, et trop rarement pour eux-mêmes. D’où une vision tronquée de leurs parcours professionnels et une sous-estimation de leur rôle véritable. Il faudrait analyser aussi comment leurs savoir-faire se sont transmis de générations en générations, quels rôles ont joué là aussi les alliances matrimoniales. En outre, leurs pérégrinations (quand disposerons-nous d’une étude sur leurs passeports ?) les ont conduits fréquemment hors de la Normandie. Là encore il nous faut sortir du cadre strictement normand pour saisir le regard des étrangers, voyageurs ou « espions », ainsi qu’invitent à le faire Corine Maitte et Serge Chassagne. A défaut de pouvoir explorer tous les dépôts d’archives extérieurs, il sera nécessaire d’interroger méthodiquement à ce sujet les chercheurs spécialistes des autres zones textiles et de lire plus attentivement ce qu'ils ont publié. Les Mazeline par exemple, modeste famille de constructeurs-mécaniciens-inventeurs sont connus à Louviers, où Jean-François Belhoste les observe, mais ils équipent ensuite les fabricants de Carcassonne et de l’Aude avant que Josep Benaul ne repère l’un d’eux en Catalogne. Que dire alors des plus grands, tels les établissements Hall de Dartford ou la firme Houget & Teston de Verviers ? La Normandie n’est pour eux qu’un élément des ramifications multiples qu’ils tissent entre tous les pôles drapiers (et plus généralement textiles) de l’Europe occidentale. Analyser et comprendre les transferts de technologie dont a bénéficié la région suppose de connaître l’ensemble de ces réseaux, car fabricants, mécaniciens et marchands vivaient déjà, concrètement, l’« européanisation » des marchés.

12Il faudrait s’enquérir également des traces que les fabricants, négociants ou techniciens normands ont pu laisser en des points de passage obligés (par exemple à Bayonne, Lyon, Paris ou Genève) et dans les zones d’achats des laines ou d’exportations des draps, en Espagne, Italie, Suisse, Allemagne. Les archives d’entreprises lainières normandes conservées sont très rares. Pour le XVIIIe siècle, il ne subsiste plus guère que celles de la fabrique elbeuvienne Pierre Grandin l’aîné, dont nous avons repris l’étude. Concernant l’époque contemporaine, Jean-Claude Daumas a pu disposer pour sa thèse du grand fonds Blin & Blin. Serait-il possible d’en trouver d’autres ? L’étude des fonds de faillite n’a pas été entreprise systématiquement. Il subsiste également, à Elbeuf, des archives fort complètes des magasins Saint-Rémy, magasins textiles à succursales multiples. La pénétration des milieux drapiers dans la confection, leurs connexions avec le négoce des laines ou les grands magasins (La Belle Jardinière notamment) demeurent bien souvent floues. D’une manière plus générale il conviendrait aussi d’apporter des réponses précises à une interrogation fondamentale : où sont passés les capitaux et les plus-values engendrés par l’industrie drapière ? Thésaurisation, achats de châteaux et de terres, placements immobiliers urbains ? Acquisitions d’actions ou de participations, transferts vers d’autres activités et d’autres lieux ? Mais dans quelles proportions et dans quel rayon géographique ?

13Cependant les approches économiques ou techniques ne constituent pas les seules voies. Une histoire plus totale se doit aujourd’hui d’intégrer les mentalités et les représentations. Qui se chargera de répertorier systématiquement dans les œuvres littéraires ou la correspondance des auteurs des XIXe et XXe siècles (Hector Mallot, André Maurois, Jean-Richard Bloch et quelques autres de renommée plus secondaire) toutes ces notations sur la mentalité patronales et ouvrières, sur les atmosphères et ambiances de ces cités drapières, sur les rites sociaux et les traditions familiales, bref sur tous ces éléments dont on ne peut quasiment jamais retrouver la mention dans les cartons d’archives des dépôts officiels ?

14A une époque où l’image est reine, il faut évidemment réunir aussi l’ensemble des documents photographiques pouvant exister : albums d’entreprises, documentations internes, photographies archivées, tableaux, gravures et plans, collections privées, catalogues d’exposition ou de vente, littérature technique, revues spécialisées, photographies de presse, publicités... Tout cela doit être numérisé et inventorié de façon à pouvoir être consulté commodément. Le répertoire des interviews radiophoniques ou celui des films disponibles- reportages divers et actualités des télévisions régionales ou nationales, éléments divers conservés à l’Institut Régional de l’Image et du Son (I.R.I.S.) – n’a encore jamais été réalisé en ce qui concerne les activités lainières, la création, l’expansion ou la fermeture des entreprises drapières.

15Il faut recueillir enfin les témoignages oraux des anciens du textile, de cette dernière génération de patrons, techniciens ou simples ouvriers ; enquêter sur le vocabulaire, les gestes, les habitudes ou les rites spécifiques aux ateliers, dans une véritable perspective ethnologique. Car ces souvenirs précieux, mais ô combien fragiles et éphémères, disparaissent très vite. A Elbeuf, la dernière grande entreprise, Blin & Blin, a fermé en 1975 : trente ans déjà... C’est beaucoup et souvent déjà trop. Il devient urgent d’enregistrer cette mémoire vivante, non archivée, qui s’effiloche au fil du temps.

16La grande enquête menée par Emmanuelle Real et les services de l'Inventaire sur Elbeuf a amené le classement ou l’inscription d’un certain nombre de bâtiments industriels en 1994. Si le repérage du bâti industriel est achevé en Haute-Normandie, il reste à terminer en Basse-Normandie. Mais partout il n’en continue pas moins à se dégrader à une vitesse accélérée, faute d’un réemploi adéquat. La page achève d’être tournée et la mise en valeur patrimoniale pâtit de l’absence d’une véritable mobilisation locale. Tant de « maisons de tisserands », d’ateliers et d’usines ont disparu ces dernières décennies : machines vendues à la ferraille, archives détruites, bâtiments rasés. Qu’on y prenne garde : nous risquons un jour de moins bien connaître certaines entreprises disparues récemment que les manufactures du XIXe siècle.

17Partout en Normandie le temps des drapiers est hélas aujourd’hui révolu. Les soucis actuels de patrimonialisation constituent un signe de bien mauvais augure pour les entrepreneurs. Le temps de l'histoire et des musées est venu. Ni fossoyeur, ni embaumeur, l’historien, s’il ne peut changer le cours du temps économique, peut au moins contribuer à en restituer la trace. Cette région peut légitimement s’enorgueillir des multiples facettes de son glorieux passé pour bâtir, sur ce socle, un nouvel avenir.

18A cet égard, la création de la Cité des Matières – dont Francis Faucret et Karine Hamel présentent ici le projet et les buts – apparaît comme un événement très important. S’affirmant d’emblée comme l’une des plus importantes structures « muséales » de la région en ce qui concerne notamment la mémoire industrielle, elle fournit l’occasion unique de sauver ce qui peut l’être encore, tout en fédérant et en systématisant les réalisations ou initiatives locales en ce domaine. Aujourd’hui lieu de rencontre et de concertation, demain de collaboration et de recherche, cette institution représente, à travers son « Pôle textile » une opportunité pour le développement de l’étude de la production drapière.

19Enfin, il faudrait réfléchir à la création d’un site internet régional, afin de pouvoir par exemple constituer une bibliographie lainière normande la plus exhaustive possible, complétée et alimentée par les utilisateurs ou visiteurs (celle proposée en fin de volume comporte déjà près de 800 références ; elle est actuellement consultable sur le site de la Société de l’Histoire d’Elbeuf). Il ne s’agit pas de céder à l’engouement d’une mode, mais d’utiliser au mieux de nouveaux moyens de communication, en visant en outre une plus grande efficacité. Moins coûteux qu’un bulletin de liaison, car réduisant au maximum les frais de secrétariat ou d’expédition, un tel site permettrait aux chercheurs de faire connaître leurs publications ou travaux en cours, d’en proposer des extraits ou des résumés « en ligne », de procéder à des demandes de renseignements ou échanges d’informations. Son activité pourrait être relayée par les sites des sociétés d’histoire ou revues locales et régionales, ainsi que par les musées ou écomusées concernés. Ce serait aussi une façon commode d’élargir le champ des investigations en entrant en contact avec des chercheurs d’autres régions ou de pays étrangers. A plusieurs reprises nous avons eu l’occasion de souligner tout l’intérêt de ces « regards croisés » et de l’importance de la documentation extérieure pour une meilleure connaissance des productions normandes.

20Conviendrait-il de limiter le champ d’un tel site à la seule draperie ou vaudrait-il mieux l’étendre à l’ensemble des activités textiles de la Normandie ? La question méritera évidemment d’être débattue.

21On l’aura compris, ce volume se veut une étape, non une fin. Il subsiste encore bien des interrogations, parfois de véritables béances. L’enquête doit être poursuivie. Comme dans toute recherche, chaque pas en avant laisse entrevoir en effet de nouveaux horizons, repoussant d’autant le moment de parvenir au but ultime, si tant est qu’il puisse être atteint... Les contributions rassemblées ici, bien que très novatrices et synthétiques, nous permettent de mieux mesurer tout le travail qu’il reste à accomplir. De nombreux éléments doivent encore être rassemblés. Pour autant, le moment d’une véritable Histoire de la draperie normande approche sans doute. Nous espérons que cet ouvrage collectif suscitera d’autres vocations et permettra d’y parvenir d’ici quelques années.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search