Version classiqueVersion mobile

La draperie en Normandie du XIIIe siècle au XXe siècle

 | 
Alain Becchia

Préface

Jean-Pierre Chaline

Texte intégral

1L’industrie drapière normande appartient aujourd’hui au passé. Avec la fermeture de l’emblématique entreprise elbeuvienne Blin & Blin, en 1975, s’est achevée une aventure commencée au Moyen Age et qui, pendant sept ou huit siècles, avait profondément marqué cette province en étant pour elle source d’emploi et – longtemps – de prospérité. On n’entend plus battre les métiers dans nos vieilles cités lainières, on n’y sent plus l’odeur de suint qu’évoquait Maurois. Les manufactures se sont muées en friches industrielles ou, dans le meilleur des cas, ont été reconverties en logements ou en monuments historiques éveillant bien des nostalgies. La production textile s’en est allée, trouvant ailleurs des conditions de rentabilité plus favorables. Faut-il déplorer les effets destructeurs d’une « mondialisation » amorcée, à la vérité, de longue date ici ? N’oublions pas, tout de même, que dès le XVIIIe siècle, Rouen avait sans remords abandonné le drap pour un coton aux profits plus rapides et que, vers 1970, la main-d’œuvre elbeuvienne délaissait les derniers drapiers pour les salaires meilleurs de Renault à Cléon... Le souci du gain est de tous les temps, et l’entreprise ne saurait être affaire de sentiment, fût-ce de fidélité à l’activité pluriséculaire du lieu.

2Si l’industrie n’est plus, reste sa mémoire. Mémoire des lieux, des bâtiments, des cheminées parfois conservés au nom d’une archéologie industrielle ; mémoire des hommes, que recueillera l’enquête orale auprès des anciens ouvriers, cadres ou patrons ; mémoire écrite, faite d’archives de toute sorte. Au temps des fabricants succède celui des historiens. Or ils sont nombreux ici, près d’une quinzaine, à avoir répondu à l’appel d’Alain Becchia pour évoquer, chacun dans sa spécialité de chercheur, la laine et la draperie normande du XIIIe au XXe siècle. Hommes, produits, entreprises, réseaux commerciaux, le champ est ample et propice aux comparaisons régionales voire internationales.

3La voie d’une telle enquête avait été ouverte il y a quelque trente ans lors d’un colloque publié en 1975 par la Société libre d’émulation de la Seine-Maritime sous le titre Le Textile en Normandie. Études diverses. Rappelons également, outre une exposition en 1982 aux Archives départementales sur le thème Textile et (r)évolution industrielle en Seine-Maritime (1780-1900), l’étude urbaine comparative dirigée par Louis Bergeron qui avait conduit J.-F. Belhoste et moi-même à examiner le cas d’Elbeuf et Louviers, mises en parallèle avec d’autres cités industrielles du même genre. L’intérêt du sujet avait été perçu. Vint alors le moment des thèses universitaires : celle de Jean-Claude Daumas sur l’entreprise Blin & Blin, que j’eus le plaisir de diriger et que couronna un prix national ; puis celle d’Alain Becchia, guidée par Serge Chassagne, qu’honora le Grand Prix de l’Académie de Rouen.

  • 1 Euroconférence de Verviers (Belgique), tenue les 5-7 avril 2001 sous le titre L’industrie de la lai (...)

4Le « chantier elbeuvien » que ce dernier a su animer avec tant d’efficacité, entouré de multiples chercheurs, étudiants, érudits, fait songer à la phrase fameuse prêtée au Premier Consul lors de sa visite à Elbeuf en 1802 : « Cette ville est une ruche... Tout le monde y travaille »... A peine publiée l’énorme thèse de notre inlassable collègue, à peine épuisé le numéro spécial d’Etudes Normandes (no 4-2001) « Elbeuf, cité drapière » dont il avait coordonné la rédaction (et sans parler d’une multitude d’articles ou mémoires de maîtrise qu’il a dirigés et dont la « Bibliographie lainière normande », à la fin de ce volume, offre un éloquent aperçu), l’occasion de deux euroconférences, à Venders en Belgique puis en Italie1, a rappelé l’intérêt, une fois acquises ces solides monographies, d’une comparaison entre foyers drapiers. Des chercheurs normands, parisiens, étrangers ont accepté d’y collaborer, et voici ce nouvel et imposant ouvrage.

5On y remarquera d’emblée les participations très significatives d’universitaires, de membres du CNRS ou de services culturels régionaux, et enfin d’historiens de pays voisins : cela souligne bien l’intérêt suscité par cette entreprise, qui nous vaut une série de contributions remarquables par leur ampleur et par leur qualité. On ne saurait évidemment ici en résumer le très riche apport. Soulignons cependant la place importante accordée dans ce recueil au Moyen Age, période jusqu’alors un peu sacrifiée dans l’historiographie traditionnelle de la draperie normande. Les solides exposés de J.-L. Roch sur la production médiévale à Rouen, Louviers, Evreux, Bemay, Pont-Audemer, Lisieux, Caen, Falaise, Bayeux, Saint-Lô etc., ou de S. Abraham-Thisse sur son exportation à travers l’Europe s’accompagnent d’une mise au point de Cl. Bouhier sur les débuts connus de la production elbeuvienne, et de documents commentés d’I. Theiller sur l’important foyer qu’était alors Montivilliers. L’ensemble constitue un apport majeur à notre connaissance du sujet.

6Non moins neuve est la seconde partie intitulée « Echanges et communications ». La collaboration du médiéviste M. Amoux et du moderniste J. Bottin permet d’y suivre du XIIIe au XVIe siècle l’« organisation des territoires du drap entre Rouen et Paris », savante analyse des « dynamiques productives et commerciales ». Et tandis qu’A. Becchia détaille, statistiques et graphiques à l’appui, les exportations de draps normands à la fin du XVIIIe siècle, le récit de voyage d’un Italien, présenté par C. Maitte, les notes d’un « espion » elbeuvien en Belgique (par S. Chassagne) ou l’examen des transferts de technologie vers l’Espagne (par J. Benaul-Berenguer) nous offrent de très suggestifs « regards croisés ».

7Plus classique sans doute, la dernière partie – « Apogée et déclin » – n’en réunit pas moins aussi d’intéressantes contributions sur Louviers, ses fabricants (par B. Bodinier), sa technologie (par J.-F. Belhoste), tandis que, sur Elbeuf, F. Concato souligne fort justement l’importance de la mode dans le succès de l’article « nouveauté », J.-Cl. Daumas éclaire au contraire les prémices d’un déclin dès avant 1914 et E. Real s’attache à décrire l’incidence de l’activité lainière sur le paysage urbain.

8Le foyer elbeuvien qui, progressivement, allait concentrer l’essentiel de la production drapière normande est évidemment ici à l’honneur. Dira-t-on assez la chance, pour une ville, de bénéficier de la présence d’une équipe d’historiens dynamiques et passionnés ? Pour avoir été, après des années de recherches ou de directions de travaux, l’instigateur et le coordonnateur de ce très riche recueil qui situe le centre drapier normand dans un cadre élargi, Alain Becchia, qu’une promotion va reporter vers d’autres cieux, aura décidément bien mérité de la ville d’Elbeuf !

Notes

1 Euroconférence de Verviers (Belgique), tenue les 5-7 avril 2001 sous le titre L’industrie de la laine. Les territoires de production XIIIe-XXe siècles et Euroconférence de Schio-Valdagno-Follina-Biella (Italie), les 24-27 octobre 2001, intitulée La laine. Produits et marchés (XIIIe-XXe siècles), sous la direction de Giovanni Luigi Fontana (Professeur à l’Université de Padoue) et de Gérard Gayot (Professeur à l’Université Charles-de-Gaulle Lille-III).

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search