Version classiqueVersion mobile

Le Havre colonial de 1880 à 1960

 | 
Claude Malon

Conclusion

Texte intégral

1Le Havre a-t-il été un port colonial ? Cette question appelle un double bilan : celui de l’utilité, pour Le Havre, de l’échange avec les colonies ; celui de la contribution, si modeste soit-elle, de la Place normande à la destinée des territoires. Apparaît aussi, effet émergent de la recherche, une invitation à reconsidérer certains clichés de l’histoire du Havre. L’expérience coloniale est un révélateur.

De l’utilité des colonies pour le développement du Havre

2Les échanges coloniaux ont élargi le champ des compétences portuaires. La multiplication des avant-pays, l’accès à de nouveaux rivages ont diversifié les trafics (riz, bois), fourni de nouveaux réservoirs de denrées coloniales. Expliquer l’intégration du port normand à l’économie impériale, c’est, au-delà des raisons spécifiques à chaque secteur, rechercher le facteur commun : la commodité croissante d’un échange préférentiel avec l’espace conquis. Cette commodité est masquée par la religion du « tonnage ». La modestie des pourcentages ne doit pas faire illusion. Que Le Havre n’ait consacré que 12 % de ses tonnages à l’échange colonial français ne signifie pas que les colonies n’aient pas servi à grand-chose. Les sources ne proposant pas de mesure en valeur du commerce spécifiquement colonial, il a donc été procédé à une estimation ponctuelle sur la base d’échantillons représentatifs. L’échange colonial représente environ 28 % de la valeur des importations totales du Havre et 15 % de la valeur des exportations en 1937. Cela signifierait un total de 1 757 millions de francs, et des importations impériales qui valent cinq fois le montant des exportations.

  • 1 Cf. O. Lambert, « Marseille, Madagascar et la crise », in Marseille colonial face à la crise de 192 (...)

3Les stratégies d’entreprise s’accordent sur ce point aux discours des acteurs et à l’évolution des courbes d’importation : à partir des années 1920, il s’agit de « rester chez soi ». Importer des colonies, c’est économiser des devises, ce qui prend tout son sens dans un port fondamentalement importateur. C’est donc plutôt la « crise avant la crise de 1929 » qui a structuré, pour la moyenne durée, les échanges maritimes du Havre. L’exemple du cacao est significatif à ce sujet. Le négoce a résisté, tout en se convertissant à l’Empire. Dans la tentative de résoudre la crise par le redéploiement colonial, Le Havre a accentué le rôle qui lui convenait le mieux, celui de capteur de « produits ». La fonction coloniale s’est renforcée en même temps que la fonction importatrice. Après 1932, les entrées de produits coloniaux domineront définitivement les sorties vers les territoires, de manière nette. Le Havre colonial n’a donc guère contribué à remédier à cet aspect de la crise que fut la faiblesse de la demande intérieure, en tout cas il n’a guère travaillé à la recherche de débouchés dans l’Empire. Le « règne du produit » s’explique aussi par une structure négociante appuyée sur des traditions, des organismes de marché et une culture d’entreprise plus orientée vers l’art de la captation que celui de la redistribution. La fonction industrielle moins imposante qu’à Marseille, plus marginale peut-être dans l’imaginaire des acteurs économiques qu’elle ne l’était en réalité, n’a pas contrarié la vocation importatrice. Le Havre n’a pas créé de grande compagnie de traite classique. Cette infériorité semble, au plus fort de la crise, se transformer en relatif avantage au regard des difficultés subies par les compagnies marseillaises ou lyonnaises à Madagascar par exemple1. L’échange colonial a favorisé le processus de spécialisation des négociants. Beaucoup de maisons très polyvalentes à l’origine, au temps du négociant-armateur, ont abandonné les départements moins rentables pour se consacrer aux niches privilégiées du café et du cacao.

4Tous les territoires n’ont pas eu la même utilité pour Le Havre. Celle-ci est dépendante à la fois des contraintes douanières et du cycle d’existence propre au produit. L’Indochine a beaucoup donné à la Porte Océane, notamment des céréales, mais dans une durée relativement brève. Les Antilles, autrefois si généreuses, ont fourni un fret limité par les contingentements. La Nouvelle-Calédonie est apparue comme une chasse gardée du Havre à cause du nickel et du café. Ce sont l’Afrique noire et Madagascar qui ont fourni à la Porte Océane, le meilleur de ces fameuses « commodities », lui permettant de conserver un rôle premier, même en période d’économie dirigée, là où commercialement elle excellait. Cette commodité s’est prolongée au-delà des Indépendances pour une partie du négoce. Les meilleurs exemples en sont les bois exotiques, le café, le cacao, les fruits frais, et à plus long terme, le coton. Le Havre doit beaucoup au travail des hommes de la Côte-d’Ivoire, du Cameroun, du Centrafrique, beaucoup plus que du Sénégal. En forçant le trait, ne pourrait-on dire que les colonies ont permis au Havre de demeurer longtemps un port « de luxe » ?

Le Havre : un impact modeste mais original sur le destin des colonies

5Le Havre a peu donné aux colonies de peuplement. Il a fourni, comparé à d’autres régions françaises, peu d’administrateurs et de fonctionnaires coloniaux. Il a drainé peu de voyageurs. Il a fait travailler des coloniaux venus de territoires avec lesquels il n’avait pas de relation intense ou privilégiée, en premier lieu des Marocains mal acceptés par la population locale. Hormis quelques individus au destin singulier, le conquérant Archinard, l’administrateur Gilbert Vieillard, l’industriel Gonfreville, l’apport le plus structurant fut celui de quelques dizaines de techniciens venus de l’École pratique coloniale. Le travail de certains d’entre eux dans les coopératives ou les services d’agriculture contenait en germe une démarche de coopération avec le Tiers Monde. Mais dans l’ensemble, sur le plan du développement économique et de l’équipement des territoires, le bilan est aussi ambigu et sujet à débat que peut l’être encore celui de la France coloniale.

  • 2 D. Lefeuvre, Créateurs et créations d’entreprises, J. Marseille (dir.), Sorbonne, ADHE, avr. 2000, (...)
  • 3 A. Londres, Terre d’ébène, (1927) Paris, Le Serpent à Plumes, 1994.

6Les élites économiques havraises n’ont guère été dynamiques en matière de mise en valeur, et encore moins de stratégie industrialisante. Il existe, sur ce plan, une certaine cohérence des pratiques entrepreneuriales et des représentations. Certes, l’industrialisation des colonies subissait des contraintes souvent rédhibitoires2 mais les arguments des élites havraises étaient ailleurs. Négociants en tête, elles ont presque jusqu’au bout de la présence française, refusé que les industries de la Place et de la métropole soient concurrencées par les usines « à la colonie ». Les Havrais se sont clairement engagés, d’autre part, dans l’expérience la plus archaïque de la concession coloniale, proche de l’économie de pillage au Congo et en Oubangui, au début du siècle. Avant l’heure des changements de méthodes d’exploitation consécutifs à la seconde guerre mondiale, le succès d’une partie de l’économie havraise passait par le « coton du commandant », par le travail forcé du Congo-Océan qui allait faire de Pointe-Noire un meilleur partenaire du Havre, par la souffrance des coupeurs de bois, ceux par exemple de chez Oddos qui approvisionnaient la Place3, par l’effort des planteurs indigènes de café ou de cacao contraints de produire davantage pour faire face à la chute des cours dans l’Afrique occidentale des années 1930.

7La part de l’effort entrepreneurial strictement havrais consacré au développement des activités à la colonie, est faible, à l’échelle de la période. Elle représente seulement 12 % des entreprises dans le stock des 310 entreprises recensées. Parmi ces 38 entreprises « à la colonie », 16 sont des sociétés de commerce, et seulement 8 des plantations, souvent éphémères. La participation de capitaux havrais, en général, à la croissance des plantations indochinoises, aux transports et aux mines malgaches et même à l’industrie en Afrique est très marginale. Les deux grands moments de l’investissement, en Oubangui, puis dans la boucle du Niger, n’ont guère été générateurs de croissance pour les territoires. Pourtant, l’un des rares efforts de mise en valeur fut celui du coton, secteur où Le Havre joua un rôle directeur grâce à sa fonction de marché et à son école de techniciens. Pensé à court terme, il ne se révéla efficace qu’à long terme, et sous la direction d’acteurs de plus en plus extérieurs au Havre. L’épisode concessionnaire aura au moins servi à prendre position, territorialement, en Oubangui, notamment pour le groupe Siegfried. En général, Le Havre a surtout investi dans le drainage des produits, plus encore en aval qu’en amont, entre les deux guerres. Ce drainage, accentué et réussi en Afrique de l’Ouest au temps de l’Union française, n’a-t-il pas été facilité par l’équipement des territoires, grâce aux investissements publics dans le domaine des ports et des transports, payé en grande partie par l’épargnant français et le contribuable indigène ?

8Demeure la question de l’échange inégal. La vocation du Havre fut de pomper le miel de la ruche coloniale. Le Havre colonial, dans la durée, c’est une belle entreprise de captation. Ce sont ici les écarts à la moyenne de l’approvisionnement colonial, spectaculaires pour certains produits, qui sont significatifs. La participation du Havre à l’échange inégal s’est faite dans le cadre d’une division du travail métropolitaine où les flux commerciaux, comme les pratiques d’entreprise, ne sont pas représentatifs du système de la traite. L’import et l’export y sont trop déséquilibrés et lorsque les entreprises ont affiné leur stratégie au temps de l’Union française, elles n’ont nullement tenté l’aventure de la grande distribution ou de la vente d’automobiles en Afrique, comme les grands de la traite. Au contraire, elles ont joué de leur compétence pour mieux se situer, dans le commerce captif, comme opérateur du commerce international. Elles ont contribué à « tuer » la branche « produits » des grandes compagnies comme la CFAO ou la SCOA. De la Compagnie cotonnière à Raoul-Duval on voit des sociétés qui participent non seulement au maintien des territoires dans les circuits de la zone franc, mais qui participent également à leur inscription dans un marché déterminé par les écarts de développement. Contribution modeste sans doute, difficile à chiffrer. Mais qui n’est pas négligeable lorsque des entreprises sont capables de capter 5,10 voire 15 % de l’exportation d’un produit cher par un territoire, durant plusieurs années.

Le fait colonial, un révélateur dans l’histoire du Havre

9Un voyage dans l’histoire du Havre colonial conduit naturellement à retrouver des réalités énoncées par l’historiographie ou par les discours de mémoire. Il invite également à contester certains clichés de la représentation, à proposer des rectifications sujettes elles-mêmes un jour à des réajustements. Dans le même temps, le bilan du Havre colonial conduit à suggérer de nouveaux chantiers pour l’histoire de la cité.

  • 4 Cf. les propos d’Abel Miroglio cités par Albert Nicollet : « Un homme, une ville, une oeuvre, Abel (...)

10Chroniques, mémoires, romans historiques, discours de sociabilité, tout semble s’accorder à créer dans l’imaginaire local une périodisation ternaire de la décadence : Le Havre aurait été une ville très riche, puis une ville moyennement riche, entre les deux guerres, puis une ville pauvre4. Circule aussi une représentation de « l’avant » et de « l’après ». Il y aurait un âge d’or où les élites économiques sont havraises avec un développement autocentré, un âge de la décadence où elles désertent la Place, une Place qui d’ailleurs ne tarderait pas, avec l’installation des communistes au pouvoir municipal, à effrayer la poule aux œufs d’or. Les arguments qui modèlent l’imaginaire, qui font entrer en conflit l’histoire et la mémoire sont bien connus. Le Havre n’est plus un grand marché international, voire national. La fonction d’entrepôt, fierté suprême, s’est effondrée, laissant des hangars vides à la réflexion des architectes et des urbanistes. Les hommes ont quasiment disparu du paysage des quais. L’étude du Havre colonial conduit à s’interroger sur la validité de ces représentations. La Place, comme pôle et port, comme marché, a-t-elle réellement gagné puis perdu autant de pouvoir qu’on le dit ?

  • 5 Les Corderies de la Seine, dont le directeur a longtemps été le colonial René Godet, sont administr (...)
  • 6 L. Bergeron, « Les voies du grand commerce », in Y. Lequin, L’Histoire des Français, XIXe-XXe siècl (...)

11La mise au jour de réseaux dans l’entreprise coloniale et son financement tend à corriger l’image d’un capitalisme havrais quasiment insulaire qui aurait subitement perdu son indépendance. Il n’a jamais été totalement autocentré, ne serait-ce que parce que Le Havre est l’avant-port de Paris, colonial et non colonial, et d’une partie de l’Europe. Il n’a jamais été, à l’heure où s’effectue la seconde expansion coloniale, totalement indépendant des capitaux belges, alsaciens et surtout parisiens5. Les Siegfried, emblématiques d’un âge d’or local, celui d’avant 1914, ont été parmi les plus enclins à ces collaborations. Il y a là une belle continuité avec le XIXe siècle, où Paris et ses banquiers déploient une grande activité sur la Place du Havre, souvent par personnes interposées, comme l’a souligné Louis Bergeron6. La prospérité de ce siècle doit beaucoup à l’accumulation capitaliste au cours du précédent, malgré la perte d’une partie considérable des possessions coloniales.

  • 7 ADSM, TCH, 6U6-455, 26-01-1923.

12Inversement, le déclin de la période suivante doit être nuancé. Certes, la taille des investissements a diminué après 1914, mais le nombre de créations d’entreprises et de participations suppose que le négoce local dégageait encore suffisamment de plus-value pour maintenir et renouveler un stock de deux cents maisons « coloniales » au moins vers 1930. La moitié était entièrement maîtrisée par le capital local, même si l’on peut objecter que l’autofinacement des entreprises de négoce était faible. Quelques indices de fortune ont été donnés. Ils montrent que des surplus étaient disponibles, même au coeur de la crise, pour des investissements dans les assurances, les docks et l’immobilier. Une entreprise présentée souvent comme symptomatique d’une perte d’influence de la Place, comme la Compagnie industrielle et maritime, qui stocke le pétrole, compte parmi ses administrateurs Albert Charles, grand maître des bois coloniaux et Charles Latham, négociant en cotons et denrées coloniales7. Un Durand-Viel compte parmi les dirigeants de la Compagnie du Canal de Suez. La fortune des Havrais au XXe siècle demeure un chantier à explorer.

13Les stratégies conquérantes au temps de l’Union française, en Afrique et à Madagascar, indiquent que le pouvoir de la Place, capable d’initiatives dans le commerce international, ne peut s’évaluer à la seule vue des stocks en entrepôt. Les bilans fournis par la Banque de France ont permis de mesurer l’importance des résultats nets dans le domaine des cafés d’outre-mer : alors que les quantités importées dans les années 1950 sont inférieures à celles des années 1930, pour nombre d’importateurs et négociants, les résultats nets sont bien meilleurs, et cela essentiellement grâce au marché colonial. Le maintien de niches performantes jusqu’après les Indépendances s’est opéré malgré une forte dépendance à l’égard du réseau de financement externe, parisien, voire étranger. En 1951, cafés, cotons et bois mobilisaient sur la Place un crédit total d’environ 17 milliards de francs.

  • 8 RDCC, no 145. Il ajoute : « Ainsi Le Havre tend-il à devenir un port de marchandises pondéreuses au (...)

14L’évolution vers le grand port des pondéreux et des conteneurs n’a-t-elle pas conduit, à une vision erronée de la périodisation économique du Havre ? N’avons-nous pas tendance à imaginer un déclin du négoce plus précoce qu’il ne fut en réalité, à penser en termes de décadence plus que de reconversion ? N’a-t-on pas sous-estimé le poids de l’industrie avant guerre comme si elle avait été incompatible avec le négoce ? C’est une hypothèse de travail : celle d’un retard sur la réalité dans l’imaginaire de l’industrie et d’une anticipation rétrospective du déclin dans l’imaginaire du négoce. Pour les contemporains, la réévaluation mentale de la fonction industrielle coïncide à peu près avec l’érosion des positions du négoce dans les lieux de pouvoir économique et social, vers le milieu des années 1950. Roger Meunier déclarait le 16 janvier 1955 : « Il faut entreprendre l’industrialisation de la région, car en matière de négoce pur, on ne discerne pas très bien les bases sur lesquelles on peut envisager un développement durable.8 Que Le Havre ait manqué pour une part cette reconversion, en ne profitant pas par exemple des effets de la décentralisation industrielle autant qu’il aurait dû est un autre problème.

  • 9 F. Braudel, La Dynamique du capitalisme, Paris, Flammarion (Champs), 1985, p. 57.

15Au cours de cette enquête, l’entreprise coloniale s’est ainsi transformée en observatoire du capitalisme havrais, imparfait mais instructif. L’approche réticulaire et l’attention portée à la fonction des acteurs, au système négociant colonial, posent finalement une question simple : peut-on parler de capitalisme havrais ? La grille de lecture braudélienne des « jeux de l’échange » reposant sur la dualité du marché et du contre-marché9 n’est pas sans intérêt pour ce sujet, si on ne l’applique pas mécaniquement. Il y aurait donc le vrai capitalisme d’une part, celui des « hauts voltages du profit », de la tendance au monopole avec ses moments d’exceptionnelle spéculation méritant par là la qualification de « contre-marché », et d’autre part l’économie de marché au sens le plus strict (autre chose que « les marchés » de capitaux), zone de microcapitalisme, de la concurrence, de la spécialisation, où « un certain automatisme lie d’ordinaire offre, demande et prix ». En quoi cela pourrait-il aider à mieux observer le capitalisme havrais et sa composante coloniale ?

  • 10 La vertu antispéculative du marché à terme est affirmée par des témoins interrogés, niée par d’autr (...)

16La lecture dépend de l’échelle retenue pour l’observation. En effet, vus de la Place, les grands noms du négoce, un Kronheimer, un Berritzbeitia, un Ernest Siegfried, un Raoul-Duval peuvent être perçus comme des grands capitalistes capables d’accumuler du capital et de « jouer » à un étage bien supérieur à celui de la valeur d’usage des produits qu’ils traitent, capables d’influencer les cours, de s’échanger des warrants, ou dans les années 1950 des contrats de jumelage. Mais à l’échelle des très grandes sociétés coloniales et métropolitaines, l’outil commercial havrais n’est plus qu’un gros marché contraignant, avec ses usages, ses traditions, ses régularités, un recours à des intermédiaires obligés qui peut paraître paralysant. Le système commercial perfectionné à la fin du XIXe siècle, la compensation, les marchés à terme, l’intervention des courtiers dans la cotation, tendent à la régulation10 et limitent la spéculation d’envergure et en tout cas le bluff. La Caisse de Liquidation compte autant que la Bourse. Sur ce « marché » havrais, les sociétés familiales et spécialisées se sont multipliées. Les deux formes du « capitalisme » et de « l’économie de marché », lues à l’échelle locale, sont ici plus complices qu’adversaires, avec, dans les hauts étages un Joseph Danon négociant en cafés, qui a sa propre banque à Paris, et à la base, un Gaston Habert, modeste importateur de rhum, artisan de cette nébuleuse qui plonge ses racines dans la « vie matérielle » des petits métiers portuaires et du soin attentif porté aux produits entreposés.

  • 11 En effet, bien des défenseurs du marché havrais ont été dirigeants de sociétés allogènes. La centra (...)
  • 12 On retrouve une caractéristique soulignée par Olivier Pétré-Grenouilleau dans Les Négoces maritimes (...)

17Cette distinction toute théorique aide malgré tout à reformuler un ensemble de phénomènes perçus dans cette enquête. Le modèle colonial havrais est constamment agi par une tension verticale (sur la Place) et horizontale (entre Place et hors-Place) entre le « marché » et le « contre-marché ». Il ne s’agit pas d’une sommaire opposition entre un capitalisme « local » et un capitalisme national ou international11. La difficulté à créer de grandes entreprises de traitants, l’absorption, parmi d’autres, de la Commerciale de Madagascar par la Lyonnaise, la perte de pouvoir des autochtones dans les compagnies maritimes au capital social considérable, la dépendance à l’égard des banques, l’absence de position forte dans la mine ou la plantation, l’hostilité réciproque des courtiers et des grandes compagnies, sont autant de symptômes de cette tension. Même l’épisode de la filialisation conquérante des années 1950 en Afrique peut être interprété comme un moment de la lutte du spécialiste concurrent tout droit issu du « marché havrais » contre le traitant monopoliste à tout faire, responsable devant ses actionnaires parisiens. L’expression « tuer les sociétés coloniales » exprimait alors cette tension, signe d’une longue résistance de la culture négociante. Trouverait-on parallèlement, des forces locales face au « capitalisme » industriel des Tréfileries et Laminoirs, de Schneider et même du Nickel par exemple12 ? Toujours est-il que le pouvoir local (chambre de commerce, Port autonome, municipalité) ne se mesure pas à l’aune du capital des entreprises industrielles, mais bien à celle du capital social des grands et moins grands négociants, devenus coloniaux pour la plupart, expression de ce « marché ». Étrange sociologie économique où les deux figures archétypales de l’histoire havraise sont le négociant et l’ouvrier, dessinant un chiasme impossible.

  • 13 « Le Havre est libéral, d’un libéralisme foncier qui lui interdit l’étroit fanatisme des doctrinair (...)
  • 14 Qu’il faut toutefois tempérer en rappelant l’action des milieux d’affaires phocéens en faveur de l’ (...)

18La force symbolique du négoce est donc considérable. C’est pourquoi l’image d’un îlot libre-échangiste havrais dans un océan de protectionnisme normand est un cliché qui dure. La doctrine des élites havraises serait de ne pas en avoir13. Pourtant, des années 1880 aux années 1950, bien des entorses à la religion officielle ont été autorisées. Depuis la défense du monopole du pavillon national en Algérie par Félix Faure en 1887, l’éloge des grandes concessions par Jules Siegfried en 1896, à quoi s’opposait le libéralisme marseillais14, jusqu’à la mise en place du discours autarciste. Au-delà du fait colonial, c’est toujours au nom du libéralisme que l’on réclame tantôt plus de protection et d’exclusif, tantôt l’abolition d’un dirigisme ou d’un planisme diabolisés. L’enquête orale a permis de constater que dans une même maison, pendant que le grand patron peste contre le dirigisme, son second se réjouit que bien au contraire celui-ci maintienne les marges hautes. L’épisode de l’échange épistolaire entre la chambre de commerce de Haiphong et du Havre où l’on voit la première reprocher à la seconde d’incarner le vieux pacte colonial en 1934-1935 est instructif. Il s’agissait bien de défendre l’industrie métropolitaine. Celle du Havre n’était pas véritablement menacée. Le rôle des réseaux et la croyance à l’idée autarciste étaient tout aussi déterminants que les intérêts immédiats du négoce et de l’industrie. C’est le cas dans le domaine du coton, où la modernisation des entreprises de commercialisation en Afrique après 1945 n’a pas empêché les solidarités hostiles à l’industrialisation des colonies de favoriser une industrie textile retardataire dans l’Est et le Nord de la France.

19La singularité havraise est peut-être avant tout celle du rythme, de la respiration, de la périodisation dans l’imaginaire comme dans les jeux de l’échange spécifiquement coloniaux. Le commerce des produits est fait de cycles coloniaux assez brefs et décalés les uns des autres, inscrits dans une longue tradition importatrice. L’imaginaire hésite avant de connaître une phase tardive, courte mais intense, d’identité coloniale dans un cycle plus long de prosélytisme maritime. Or, l’identité coloniale est ambiguë : elle indique à la fois que l’on a un projet particulier, qui fédère la communauté du Havre Impérial, et en même temps, que l’on rejoint une culture nationale, un projet centralisateur et civilisateur de la Plus Grande France. On renonce donc à être différent. En revanche, l’idée coloniale suit ici son chemin à un rythme largement déterminé par des facteurs locaux, des raisons locales, bien qu’il soit en interdépendance avec les grandes causes imposées par le contexte national et international. L’analyse du phénomène identitaire n’est pas seulement un enjeu du passé, elle est aussi déterminante pour l’avenir. Au XXIe siècle la contradiction demeure entière puisqu’il faut concilier originalité territoriale et mondialisation.

  • 15 P.-P. Zalio, Grandes familles de Marseille au XXe siècle, Paris, Belin, 1999, p. 18-19.

20L’existence de réseaux rend d’ailleurs en partie obsolète la question de l’atypisme. Si les réseaux internes à la ville contiennent du singulier, encore faudrait-il prouver cette singularité par des études comparatives. L’articulation des entreprises coloniales avec les activités non coloniales (assurances, immobilier, docks) est-elle aussi poussée à Marseille, Bordeaux, Nantes ou Lyon ? Un édifice entrepreneurial reposant en partie sur le soubassement d’une nébuleuse de petites et moyennes sociétés de négoce doit-il être considéré comme véritablement original ? On peut en douter15. La géographie commerciale n’est pas l’apanage du Havre, non plus que les Instituts coloniaux. Seule l’École pratique coloniale n’a pas d’équivalent. Les connexions avec les réseaux externes sont particulièrement significatives dans le domaine entrepreneurial. L’approche réticulaire a au moins un mérite, celui de rappeler une évidence : Le Havre n’est pas une Cité-État.

  • 16 H. d’Almeida-Topor, M. Lakroum, L’Europe et l’Afrique, un siècle d’échanges économiques, Paris, Arm (...)
  • 17 Seuls les entretiens avec les témoins ont permis de savoir qu’il existait une telle hostilité chez (...)

21Le Havre, à l’origine de son second développement colonial, se nourrit de racines à la fois indigènes et allogènes. Sa contribution au phénomène impérialiste ne peut être comprise en dehors de sa place nodale dans un réseau régional et plus encore national et international. La dépendance, dès l’entre-deux-guerres, du négoce à l’égard du crédit bancaire est le résultat d’un autofinancement limité, symptomatique du rôle de la banque parisienne toute proche. Derrière le verbiage impérialiste consensuel ou les manifestations d’un imaginaire unificateur et particulariste, Le Havre colonial aura manifesté des comportements, des stratégies, des résultats trop différenciés selon les secteurs, trop variables selon les périodes, pour que l’on puisse tout expliquer en termes de lobby monolithique. L’explication causale de l’attitude impérialiste n’évoque pas, Monique Lakroum et Hélène d’Almeida-Topor l’ont montré à propos des relations entre Europe et Afrique, « une cause unique et cohérente, mais la rencontre fluctuante d’intérêts divers »l16. Au-delà des frontières idéologiques entre partisans et adversaires de la colonisation ou de tel modèle impérial, une tension travaille le réseau économique colonial lui-même, entre « l’économie de marché » qui est aussi l’économie du Marché havrais, et la force d’attraction et de contrainte des grandes sociétés coloniales, à la fois amies et ennemies de la Place que l’on accusera bientôt de ne pas jouer le jeu normal de l’échange17.

22Paradoxalement les deux moments forts de l’entreprise à la colonie ont moins engagé l’énergie collective de la Place (au début, dans le Congo concessionnaire ou à la fin, dans la filialisation conquérante de marchés), que la mobilisation des efforts sur la Place entre les deux guerres où se cristallise l’identité coloniale locale. Le colonialisme havrais n’est pas vraiment l’héritier de la politique industrielle du XIXe siècle. Il est plutôt celui des difficultés monétaires consécutives aux deux guerres mondiales et de leur influence sur un négoce qui possède jusqu’en 1940 le contrôle social de la Place et joue le premier rôle dans l’imaginaire longtemps encore. C’est l’une des leçons que l’on peut tirer de la mise en interaction historiographique de l’étude des flux commerciaux, des entreprises et de l’idée coloniale.

23Ainsi tentera-t-on de trancher, en fin de compte, sur la présence même du fait colonial au Havre, au XXe siècle, pour revenir à la question initiale de cette enquête. L’histoire et la mémoire, toutes deux comme représentations, sont souvent entrées en conflit dans cet effort de reconstruction. Même à son apogée, le rapport aux colonies n’est qu’une part de la vie de la cité et du port, il faut le concéder. Mais à vouloir plus tard oublier l’intensité du fait colonial, en survalorisant, par la nostalgie, l’âge d’or d’avant 1914 et le prestige des relations avec l’Amérique, l’imaginaire collectif se prive d’une partie de son héritage. Les colonies ont été sources de richesse, de créations d’entreprises, même si elles apparurent à certains comme trop contraignantes en fin de parcours. Elles ont suscité plus de réflexes protectionnistes que d’initiatives hardies. L’opportunisme légendaire du négoce havrais est souvent évoqué parce qu’il est signe de malice. Il l’est aussi d’une certaine inertie dans la doctrine économique prisonnière des intérêts immédiats. Laissant la maîtrise d’une partie de sa propre industrie à des capitaux extérieurs, Le Havre n’était guère obsédé par une stratégie anticipatrice et industrialisante pour les territoires, sinon pour s’en défendre. Un appareil entrepreneurial animé de ces conceptions autarciques a réussi à durer jusqu’aux années 1950, moment où la partie la plus dynamique du négoce cherche à s’implanter en Afrique, tardivement certes, mais en pensant davantage en termes de commerce international, en se décidant enfin à « faire l’intérieur ». En même temps une partie de l’élite économique soutient la réforme de l’outre-mer dans un esprit fédéraliste. Humanisme colonial, anticolonialisme et recherche de nouvelles méthodes vont finalement peser dans le sens d’un dégagement, voire d’un divorce avec les conceptions impériales des années 1930 qualifiées désormais, par un oubli du discours mercantiliste de la veille, de « pacte colonial ».

24C’est sans doute pourquoi la décolonisation ne fut pas ressentie comme un obstacle à la vie portuaire ou à celle des entreprises. Elle n’a pas interrompu les nouvelles relations commerciales établies dans les années 1950. Ce passage en douceur était d’autant plus facile que Le Havre avait surtout des relations avec les territoires qui ont accédé pacifiquement à l’Indépendance. Mais également parce que le port avait largement entamé sa transformation en port de pondéreux. Cette vocation nouvelle s’affirmera avec le gigantisme pétrolier et le leadership du trafic français des conteneurs. Le relâchement des relations du Havre avec l’Afrique n’est pas dû à la phase de décolonisation elle-même. La première guerre mondiale a été décisive en ce sens qu’elle a créé au Havre comme ailleurs, les conditions d’un repli autarcique clairement avoué. Les plus libéraux parlent désormais un langage néomercantiliste. La seconde guerre mondiale a également été décisive, doublement. D’abord parce que la destruction du port et d’une partie de la ville a brisé l’imaginaire colonial, son « élan », ses projets, anesthésié l’appareil prosélyte. Le Havre s’est reconstruit en se pensant à nouveau comme Porte Océane. Ensuite parce que les conséquences du conflit ont changé le sort des colonies. L’impossible retour aux vieilles méthodes dans les territoires a laissé la place à des idées et des pratiques réformatrices. Le Havre colonial n’a donc plus tout à fait les mêmes partenaires.

  • 18 H. Deschênes, Marchés tropicaux, 30-05-1964.
  • 19 Voir à ce propos, G. Pervillé, « Qu’est-ce que la colonisation ? », Revue d’Histoire moderne et con (...)

25Cette double mutation rend possible le discours de sortie qui nie la nature coloniale des relations ayant jusque-là existé, au nom d’une vocation tropicale annonciatrice d’un renforcement des relations avec une Afrique plus autonome18. La lecture du passé se plie aux exigences du futur, dans une ville où il est vrai, l’intérêt pour les problèmes du développement s’est accentué, aussi bien à l’Institut de Sociologie qu’à l’École technique d’outre-mer. Le remplacement du colonial par le tropical n’est pas qu’une querelle lexicale. Implicitement, il opère un choix dans le champ sémantique, très large, du mot colonisation19. En effet, si l’on devait s’en tenir à une définition étymologique de la colonisation (peupler et cultiver), la seule véritable action coloniale des Havrais serait l’occupation des îles Kerguelen. Si à l’inverse, on valorise le critère de la complémentarité de l’économie dominante et de l’économie dominée, Le Havre est assurément une grande place coloniale. Au bout du compte, que peut-on concéder à cette représentation, dans la revue Marchés tropicaux, d’où est partie cette étude ? Uniquement ceci : Le Havre ne fut pas, effectivement, dans cette période 1880-1960 un très grand port colonisateur. Malgré son héritage antillais, son aventure concessionnaire, malgré son leadership dans les denrées coloniales et le bois, il ne fut pas aussi pionnier dans l’implantation « à la colonie » que l’ont été Bordeaux ou Marseille, ni grand pourvoyeur de colons. Il fut parfois colonisateur « par procuration ». Mais il fut bel et bien, durant au moins une génération, par son identité impériale revendiquée, par la pratique de ses entreprises, par la nature de ses échanges, un port colonial.

Notes

1 Cf. O. Lambert, « Marseille, Madagascar et la crise », in Marseille colonial face à la crise de 1929, Éd. Chambre de commerce et d’industrie Marseille-Provence (Histoire du commerce et de l’industrie de Marseille XIXe-XXe siècles), 1991, p. 277.

2 D. Lefeuvre, Créateurs et créations d’entreprises, J. Marseille (dir.), Sorbonne, ADHE, avr. 2000, p. 401-418.

3 A. Londres, Terre d’ébène, (1927) Paris, Le Serpent à Plumes, 1994.

4 Cf. les propos d’Abel Miroglio cités par Albert Nicollet : « Un homme, une ville, une oeuvre, Abel Miroglio (1895-1978) », no hors-série des Cahiers de sociologie économique et culturelle, 1999, p. 22.

5 Les Corderies de la Seine, dont le directeur a longtemps été le colonial René Godet, sont administrées en 1899 par des banquiers et industriels parisiens mais surtout lyonnais et suisses (Acte Théret 1899, ADSM, 2H66).

6 L. Bergeron, « Les voies du grand commerce », in Y. Lequin, L’Histoire des Français, XIXe-XXe siècles, Paris, Armand Colin, 1983, vol. 2, p. 231-235.

7 ADSM, TCH, 6U6-455, 26-01-1923.

8 RDCC, no 145. Il ajoute : « Ainsi Le Havre tend-il à devenir un port de marchandises pondéreuses au détriment du port de Rouen, qui, en revanche, développe son trafic de marchandises diverses. Ne nous faisons pas d’illusions, il semble que ce soit là le fondement de la reconversion de la région havraise. »

9 F. Braudel, La Dynamique du capitalisme, Paris, Flammarion (Champs), 1985, p. 57.

10 La vertu antispéculative du marché à terme est affirmée par des témoins interrogés, niée par d’autres.

11 En effet, bien des défenseurs du marché havrais ont été dirigeants de sociétés allogènes. La centralité d’acteurs comme les Siegfried, Raverat, Du Pasquier a été largement évoquée. Elle établit un lien entre l’économie du « marché » havrais et le grand capitalisme.

12 On retrouve une caractéristique soulignée par Olivier Pétré-Grenouilleau dans Les Négoces maritimes français, XVIIe-XXe siècles, Paris, Belin, 1997, p. 230 : « des structures industrielles portuaires au service d’intérêts extérieurs ».

13 « Le Havre est libéral, d’un libéralisme foncier qui lui interdit l’étroit fanatisme des doctrinaires. » A. Siegfried, préface à T. Nègre, Le Havre. Étude de géographie urbaine, Le Havre, Imprimerie Marcel Etaix, 1947, p. 9.

14 Qu’il faut toutefois tempérer en rappelant l’action des milieux d’affaires phocéens en faveur de l’annexion totale du Dahomey (cf. X. Daumalin, « Récessions et attitudes coloniales. Les hommes d’affaires marseillais dans l’Ouest africain », Colloque Négoce et Afrique noire, CEAN, sept. 2000).

15 P.-P. Zalio, Grandes familles de Marseille au XXe siècle, Paris, Belin, 1999, p. 18-19.

16 H. d’Almeida-Topor, M. Lakroum, L’Europe et l’Afrique, un siècle d’échanges économiques, Paris, Armand Colin, 1994, p. 43.

17 Seuls les entretiens avec les témoins ont permis de savoir qu’il existait une telle hostilité chez beaucoup de négociants et courtiers court-circuités par les liens directs multipliés entre sociétés à la colonie et acheteurs parisiens par exemple. Cela ne s’écrit pas.

18 H. Deschênes, Marchés tropicaux, 30-05-1964.

19 Voir à ce propos, G. Pervillé, « Qu’est-ce que la colonisation ? », Revue d’Histoire moderne et contemporaine, juil.-sept. 1975, t. XXII, p. 321-368.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search