Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Havre colonial de 1880 à 1960

 | 
Claude Malon

IIIe partie. Les chemins de l’idée coloniale

Chapitre 10. Du colonial à l’outre-mer, continuités et ruptures des représentations

Texte intégral

1L’imaginaire est lieu de conflits : l’idée coloniale, sur les chemins de l’Union française, conduit à des ruptures entre l’inerte et le changeant. Le passage du « colonial » à l’« outre-mer » ne serait-il qu’un changement d’étiquette ? N’est-il pas aussi mutation culturelle ? Entre conservation et ouverture, l’imaginaire colonial, chez les élites locales du moins, est marqué par la dualité.

Vers la décolonisation, crispations et ouvertures

2Le négoce havrais, en apparence, souscrit aux engagements de la Conférence de Brazzaville, réunie par le général de Gaulle à la fin janvier 1944. La colonisation devait s’orienter vers des voies nouvelles, évolution libérale, début de réponse fort prudent à l’aspiration des peuples à s’administrer eux-mêmes, plus tard.

Inquiétudes et repli sur l’idée impériale

  • 1 Le Comité de l’Empire français était né en 1942 du rassemblement de l’Union coloniale avec l’Instit (...)
  • 2 RDCC, no 134,29-05-1946, p. 384.

3La conférence de Brazzaville a été diversement analysée. En son temps, le soutien à ses principes pouvait bien n’être qu’une attitude de façade. C’est l’impression que laisse en tout cas la présentation des travaux du Comité de l’Empire français1 par Albert Charles, en mai 1946, devant ses pairs de la chambre de commerce2. Au rappel de la « politique constructive établie à la Conférence de Brazzaville » s’ajoutent des considérations inquiètes et défensives. On reproche aux Nations unies d’avoir, en évoquant l’autonomie, « subitement exalté » la conscience des indigènes de l’Union française. On regrette que des Français « égarés par un faux humanitarisme, œuvre de l’Assemblée Constituante », participent aux « manœuvres d’un internationalisme révolutionnaire ». Il faut limiter l’accès à la nationalité française, maintenir le double collège électoral pour tenir compte « du degré d’évolution des indigènes ». Il est proposé de « limiter aux seules questions intéressant la défense, les relations internationales, les droits politiques, le régime douanier ou le crédit, l’intervention du Parlement français dans la gestion des TOM ». S’agit-il de « limiter » ou de « réserver » ? À tous ces vœux du Comité, l’assemblée consulaire havraise manifeste son approbation et se charge d’en informer ses parlementaires : René Coty, Pierre Courant, Louis Siefridt.

4Les premiers signes de crispation apparaissent dès 1945, quand les échos de la côte d’Afrique qui parviennent au Havre, notamment par les officiers de la marine marchande, font craindre une mainmise américaine. Parallèlement, les mouvements sociaux à Dakar ou à Douala font craindre aux milieux coloniaux une émancipation des indigènes au profit des communistes. La politique gouvernementale de réforme est mise en cause, dès 1945.

  • 3 Transmis au préfet par le sous-préfet du Havre, 28-08-1945, ADSM, 2Z109.

Les coloniaux rapatriés se plaignent amèrement de l’orientation donnée à la colonisation française... On concède aux Noirs des droits qui parfois sont scandaleux... C’est ainsi que le vote des femmes noires a été réprouvé par tous les milieux coloniaux. Une telle politique a amené à Dakar par exemple l’élection de 28 conseillers municipaux indigènes sur 33 sièges à pourvoir. Le maire est lui-même un Noir. La France ne doit pas, sous prétexte de faire preuve de démocratie, tomber dans l’excès en matière coloniale car elle risque de perdre son empire3.

  • 4 Ch.-R. Ageron, Histoire de la France coloniale, Paris, Armand Colin, 1990, t. 2, p. 358.
  • 5 ADSM, 2Z109, rapport du 27-03-1947.
  • 6 Sous-préfet au préfet, ADSM, 2Z109, 11-01-1946.

5La situation au Cameroun, avec lequel Le Havre entretient des relations étroites, préoccupe les milieux coloniaux. Ces préoccupations demeurent confidentielles, au Havre comme dans la France entière où « la dure répression de la grève de Douala » en septembre 1945, les « incidents électoraux », (en fait de véritables émeutes) de Conakry en octobre, attirèrent peu l’attention. « Quant aux débats qui opposaient les Africains évolués : revendication d’égalité avec les Blancs, ou revendication d’indépendance, la presse ne s’en soucia point. »4. L’inquiétude s’exprime en privé. En mars 1947, les Renseignements généraux signalent une réunion privée entre « des personnalités havraises » et les deux députés du Cameroun, où fut critiquée « l’incompétence des gouverneurs en matière coloniale », alors que la CGT développait la mobilisation syndicale5. Les officiers de la marine marchande font état d’une désaffection de l’opinion à l’égard de la France dans les ports africains. « Les navires français sont les moins bien accueillis en Afrique noire où on les accuse d’arriver à vide tandis que les navires américains y débarquent quantité de produits manufacturés... La gravité de la situation est telle que les officiers de la marine marchande sont persuadés que nos colonies d’Afrique doivent être considérées comme échappant à l’influence française. »6. Le point d’ancrage que représente la Côte-d’Ivoire pour les réseaux d’affaires havrais est menacé par les réformes politiques. Ceux qui font la navette entre Le Havre et la colonie dressent un sombre tableau : « des passagers venant de la Côte-d’Ivoire communiquent à leur débarquement au Havre sur la situation économique et sociale de la colonie. Selon eux, l’émancipation politique des populations indigènes ne peut avoir que des conséquences désastreuses au point de vue économique. Ces coloniaux affirment que les planteurs rencontrent actuellement de grandes difficultés à trouver du personnel ».

  • 7 M. Meuleau, Des pionniers en Extrême-Orient : histoire de la Banque de l’Indochine, 1875-1975, Pari (...)
  • 8 ADSM, 2Z109, Association nationale pour l’Indochine française.
  • 9 A. Charles, RPO, no 9, 1955, p. 10.

6En Indochine, « le coup de force nippon du 9 mars 1945 – écrit Marc Meuleau – a très sérieusement ébranlé le prestige de la France ». Le colonisateur n’apparaît plus comme invulnérable. Par ailleurs, les proclamations d’indépendance de l’Annam et du Cambodge le 11 mars 1945, du Laos le 8 avril, habiles concessions des Japonais, ont avivé ou réveillé dans la population indochinoise le sentiment nationaliste7. Le 20 août 1945, le Viet-minh s’empare du pouvoir au Tonkin. Un Comité d’arrondissement de l’Association nationale pour l’Indochine française est créé le 17 août 1945 par décision préfectorale. Selon son président national, A. Varenne, ancien gouverneur d’Indochine, il s’agissait « grâce à la constitution d’un réseau de délégations départementales et de Comités d’arrondissement de créer un vaste mouvement d’opinion en faveur de l’Indochine et de provoquer, par la masse des adhérents de cette association, un véritable plébiscite des volontés françaises »8. Dix ans plus tard, quand l’Indochine sera perdue, Albert Charles écrira « nous pensons à tous ceux qui, en moins d’un siècle, avaient fait de l’Indochine la première colonie française, et plus particulièrement aux Havrais qui, comme partout, avaient apporté une large contribution au développement économique de cette colonie. Que d’efforts et de sacrifices annihilés, que de capitaux investis perdus ! » Amer constat, suivi, pour certains, les négociants en bois par exemple, d’un repli : les plantations de teck, par exemple, sont alors tentées en Côte-d’Ivoire, dans la région de Bouaké9.

  • 10 RPO, no 57, jan. 1950. La revue « épouse les réserves du Comité Central de la France d’outremer sur (...)
  • 11 Ibid.

7L’imbrication des problèmes indochinois dans la tension internationale, le rôle de l’ONU10, du Japon, et le contexte de la guerre froide ont peut-être empêché de percevoir que la revendication nationale était un facteur dont il fallait tenir compte. Ce contexte a favorisé un certain aveuglement, au Havre comme dans toute la métropole. La Revue de La Porte Océane, par exemple, considérait en 1950 que Hô Chi Minh « n’est qu’occasionnellement indochinois ». « Hô Chi Minh n’est pas autre chose qu’un agent des soviets. » La revue expliquait la lenteur du ralliement à Bao Daï par le fait que « le gouvernement Viet-minh est implacable à l’égard des traîtres, des hésitants. Là encore la technique est communiste »11. Cette explication, déterminée par le contexte de la guerre froide, s’accompagnait d’un vœu pieux : « Il appartient aux Vietnamiens de comprendre ce qu’ils doivent à la France. » C’était précisément sous-estimer la capacité des Indochinois à se mobiliser autour du sentiment national.

8La résistance d’une partie des milieux d’affaires havrais aux prémisses de la décolonisation se cristallise autour du premier projet de constitution, refusé par les électeurs au printemps 1946. Ce projet avait suscité des espoirs chez les Africains, notamment par la proposition d’octroyer à toutes les colonies le suffrage universel dans le cadre d’un collège unique. Le MRP s’était désolidarisé du projet socialiste et communiste du 19 avril. Ce projet, lors du référendum du 5 mai 1946, ne fut pas, nous dit Charles-Robert Ageron, rejeté par les citoyens français, « pour des raisons coloniales ». Mais on peut penser qu’elles n’étaient pas absentes chez quelques lecteurs du journal le plus étroitement lié au monde négociant de la Place. En effet, Le Havre-Éclair, le 7 mai souligne nettement l’enjeu colonial et affiche son opinion : « Nous conseillons à nos lecteurs qui connaissent notre point de vue sur la représentation coloniale, de jeter un coup d’œil sur les résultats du référendum à Dakar et à Saint-Louis du Sénégal. L’écrasante majorité de OUI est évidemment due à la façon particulière dont votent les indigènes. Cela nous fait mesurer le danger auquel la France vient d’échapper puisque la représentation des TOM est remise en question. »

  • 12 Cité par Ch.-R. Ageron, La Décolonisation française, Paris, Armand Colin, 1994, p. 108.
  • 13 Discours au Rex, Le Havre-Éclair du 2-06-1946.
  • 14 Voir les nombreux chiffres de sondages cités par Ch.-R. Ageron dans ses différents ouvrages. Fin 19 (...)
  • 15 AMH, D217-5. Correspondance Pierre Courant.

9Quelle influence pouvaient avoir sur les élites havraises les positions d’un André Siegfried qui estimait que « le début de la décolonisation signifierait la fin de la race blanche »12 ? Était-ce omission concertée ou indifférence pure, le fait que la presse locale ne fasse aucun écho à la Loi Lamine Gueye du 7 mai ? Celle-ci, en accordant à tous les ressortissants d’outre-mer la citoyenneté française, venait rassurer les députés d’outre-mer qui croyaient que le vote du 5 mai avait été dirigé contre eux. Certes, le journal Le Havre-Éclair faisait écho aux propos du MRP Francisque Gay, déclarant au Havre que « la suppression du régime de l’indigénat et la suppression du travail obligatoire permettront à la France d’aider les indigènes à s’élever peu à peu à notre niveau de civilisation s’inspirant de nos traditions occidentales »13. La marche au progrès ainsi dessinée en demeurait aux principes de Brazzaville. Dans un port qui fondait une partie de sa renaissance sur l’échange colonial et dans une France « qui n’était point défavorable au maintien de l’Empire sous son nouveau nom d’Union française », tout cela n’est guère étonnant14. Dans l’orbite du Havre-Éclair, les personnalités de René Coty ou Pierre Courant, très liées aux milieux coloniaux du Havre avaient sans doute pesé dans le même sens. À ce dernier, le négociant Jobin écrivait le 24 décembre 1948 : « Il serait vain d’épiloguer, une fois de plus, sur l’idéologie politique qui a abouti, du fait de l’émancipation des indigènes, à un fléchissement de la production caféière coloniale, alors qu’il fallait, bien au contraire, mettre tout en œuvre pour l’intensifier »15 expression plus confidentielle mais certainement plus vraie du sentiment d’une partie du négoce havrais à l’égard des réformes.

10La représentation d’un Empire français comme chasse légitimement gardée demeure dans l’esprit des élites négociantes au temps de l’Union française. Nostalgique de l’Empire, Albert Charles l’est sans doute. C’est le cas lorsque se dessine l’indépendance du Maroc.

L’initiative prise par la Ligue Arabe de soumettre à l’ONU, non seulement l’action, mais la présence française au Maroc, n’est qu’une manifestation de l’esprit hostile qui anime le monde arabe contre l’Occident... Les 350 000 Français qui habitent le Maroc ont grandement contribué au développement du pays. La France ne permettra pas que ces pays retournent à l’anarchie, au désordre et au chaos et est décidée à défendre par tous les moyens la situation prépondérante qu’elle occupe en Afrique du Nord.

  • 16 Suit une résolution votée à la demande du Comité central de la France d’outre-mer « dans le même es (...)
  • 17 Le courtier Colchen, le négociant Reinhart.

11Ce rapport d’Albert Charles est adopté le 28 février 1952 par la chambre de commerce16. Alors même que les premières fissures craquellent l’édifice impérial et que certaines voix appellent à retrouver les voies du commerce libre17, Albert Charles, en 1954, exprime sa nostalgie d’une période conquérante de l’esprit du Havre colonial.

  • 18 Baptême de la 44e promotion de l’École technique coloniale, Havre colonial, 23-01-1954, no de jan. (...)

Je ne peux citer le nom de Paul Jobin sans penser à l’équipe que nous formions il y a trente ou trente-cinq ans, tout animée de la foi en notre Empire d’outremer dans une ville dont l’esprit d’entreprise était surtout dirigé ou axé vers les Amériques... Nous pourrions de plus en plus en plus revendiquer le titre de Porte Impériale18.

  • 19 Havre colonial, oct.-mars 1951, Simonnet, major de 2e année, cérémonie de la promotion Charles de F (...)
  • 20 RDCC, no 145, lettre du 17-07-1955.

12Le vocabulaire colonial des années 1930 résiste bien, mais l’esprit colonial est désormais sur la défensive. Le major de2e année de l’École coloniale du Havre, accueillant la41e promotion en 1951, s’écriait : « Idéal colonial : il faut pourtant y croire encore à ce rôle civilisateur de la France ! »19. La foi coloniale, chez les élites du négoce, est en réalité bien érodée. À lire les délibérations de la chambre de commerce, il semble que l’on ne s’intéresse plus beaucoup à la France d’outre-mer, alors que certains négoces sont parfaitement dépendants comme celui du café des territoires de l’Union française. Ou plutôt que l’on ne s’y intéresse qu’en tant que technicien : aucun écho de l’abolition du travail forcé, de la loi-cadre de 1956. Une lettre significative à cet égard est adressée par la chambre au haut-commissaire de Madagascar, à la suite de la visite au Havre d’une délégation de notables de l’île. Les Havrais se plaignent d’avoir entendu de leur part « des desiderata de caractère politique », sans rencontrer devant eux « des techniciens »20. Il est loin le temps où l’accueil des représentants d’outre-mer était l’occasion d’envolées lyriques sur l’échange colonial. Ce que les colonisés ont à dire sur leur futur est jugé beaucoup moins intéressant.

  • 21 R. Roure, « Le fantoche du Caire », Le Havre, 2-08-1956.

13Le centre de gravité du discours colonial s’est en réalité éloigné des milieux économiques pour se rapprocher du débat politique pur. La lecture du fait colonial proposée par les faiseurs d’opinion de la localité au plus grand nombre est davantage marquée par un certain froissement du sentiment national et surdéterminé par la guerre froide que par une réflexion sur les perspectives de réforme. La Loicadre de 1956 passe inaperçue dans une presse havraise effrayée par Nasser21. La préoccupation est surtout de savoir « dire non » comme le fait Thierry Maulnier. « Savoir dire non », c’est le titre de l’un de ses nombreux éditoriaux, à la une du Havre le 25 juillet 1956.

Nous-mêmes, après avoir tout abandonné en Indochine dans une guerre mal conduite puis dans une paix bâclée, après avoir presque tout abandonné en Tunisie et au Maroc, nous avons vu nos affaires aller de mal en pis et nous avons commencé à nous fâcher. Nous avons répondu aux armes par les armes en Algérie et les insurgés savent déjà qu’ils ne viendront pas à bout de nous par la force.

Attitudes réformatrices au temps de l’Union française

14Plus longtemps qu’ils ne l’ont reconnu par la suite, les communistes ont été des bons élèves de l’Union française, plus réformateurs que révolutionnaires. Cela se vérifie au Havre. La volonté réformatrice s’est également manifestée chez les intellectuels de l’École de la Porte Océane, preuve que le négoce n’était pas univoque dans son discours sur l’outre-mer.

Les communistes havrais pour une Union française anticoloniale (1946-1947)

15La doctrine d’un parti n’est jamais la traduction exacte de l’idéologie de ses électeurs. On ne prétendra pas que l’ouvrier havrais pense comme la section locale du parti communiste et encore moins à l’identique de la direction nationale. Certes, mais on ne saurait passer sous silence les opinions exprimées localement par le parti communiste sur la question coloniale. En effet, celui-ci obtient 40 % des suffrages aux élections municipales de 1947, et occupe la direction de la cité de 1956 à 1959 puis de 1965 à 1995. La polarisation de la vie politique havraise entre les Indépendants comme Coty ou Courant et les communistes laisse peu de place aux socialistes et au MRP. Tout en appliquant de manière disciplinée des positions officielles de leur parti, caractérisées par une ligne plus directement anti-impérialiste et durcies par le développement de la guerre froide, les communistes havrais font entendre leur propre voix.

  • 22 « Les élus malgaches sont emprisonnés, leur parti dissous, après que le Parlement, sur rapport de R (...)
  • 23 « Personne n’oublie les pénibles événements de Sétif en mai 1945 et l’atroce répression dont ils on (...)
  • 24 L’Avenir du Havre, 6-04-1946.

16Dans « le port malgache de la métropole », peu d’écho est fait à l’insurrection de Madagascar dans le quotidien communiste L’Avenir du Havre, alors que la levée de l’immunité des députés malgaches avait donné lieu à un vif échange à l’Assemblée entre René Coty et Jacques Duclos22. À l’inverse, un grand intérêt est porté à l’Algérie (qui n’est pas, on l’a constaté, le territoire favori de l’économie havraise) et plus encore, au développement de la guerre en Indochine. Le journal local du PC s’intéresse aussi à la citoyenneté pour les habitants des territoires d’outre-mer. En un temps où les problèmes de « rations » sont évoqués pour la population havraise, on parle aussi dans la presse communiste locale, de la « misère de six millions d’Algériens », du marché noir, des sans-abri, des privilèges des gros propriétaires. L’influence du PC algérien se lit dans ces pages havraises. Si l’on évoque les interventions du député Armand Ouzegane pour l’amnistie relative aux événements de Sétif en 194523, on relaie tout autant son opposition au collège unique en avril 1946 : « Ouzegane a fait observer que la décision du 3e Congrès du PC algérien de se déclarer partisan du collège double avait eu pour raison la certitude que l’institution d’un collège unique inquiéterait la minorité européenne et ferait le jeu du fascisme et de la réaction. »24 Contrastant avec cette justification un peu jésuite, une intention pédagogique se manifeste, celle de rectifier les représentations exotiques de l’espace colonial :

Pour de nombreux Français, l’Algérie est un pays jaune de ses champs de blé mûr, un pays pittoresque avec ses burnous blancs sous le soleil, où la vie est facile, reposante, mystérieuse. C’est malheureusement aussi un pays de misère où souffrent et meurent des milliers d’indigènes, c’est cet aspect particulier qu’étudie notre correspondant.

17Bientôt, à l’occasion des débats constitutionnels, le journal communiste havrais prend plus nettement parti pour une égalité de droits entre Français et indigènes dans le cadre de l’Union française, le 8 août 1946. Soutien aux « Amis du Manifeste », demande du remplacement du gouvernement de l’Algérie « dont l’administration colonialiste et désuète nous dessert considérablement auprès des populations indigènes », par un parlement élisant un gouvernement responsable devant lui, et, formule ambiguë, « agissant en liaison avec un représentant de la France métropolitaine ». Une radicalisation, légèrement antérieure au raidissement politique de 1947, se dessine. Critique du Parti républicain de la Liberté qui refuse le collège unique, soutien de plus en plus affirmé aux députés d’outre-mer. Mise en valeur des propos d’Aimé Césaire, député de la Martinique :

  • 25 Cependant Aimé Césaire ne ménagera pas ses amis, en 1956 lorsqu’il dira à propos des membres du PCF (...)

Le colonialisme ne peut plus régir les rapports entre la métropole et les territoires d’outre-mer [... ] À l’heure où les empires coloniaux craquent de par le monde, il s’agit, pendant qu’il est encore temps de définir entre la France et ses TOM des rapports plus conformes à la situation actuelle et aux principes démocratiques25.

  • 26 Ch.-R. Ageron, Histoire de la France coloniale, t. 2, p. 429

18L’Union française est le maître mot du discours communiste. Quand Hô Chi Minh vient à Paris négocier en juin 1946, L’Avenir du Havre, dénonçant les manœuvres militaires et la Banque de l’Indochine, estime que « L’accord loyal et durable entre le Vietnam démocratique et la France républicaine consolidera l’Union française ». En mars 1947 le journal cite Pierre Cot : « Ne faites pas la guerre, faites l’Union française », ce qui justifie l’abstention du PCF sur le vote des crédits de guerre. Dans la rhétorique communiste, la fin du colonialisme devient même la condition indispensable du maintien de l’Union française. Le 28 avril 1947, l’éditorial est de Jacques Duclos : « Si la France ne veut pas laisser démembrer l’Union française, elle doit faire confiance aux peuples d’outre-mer f... ] L’Union française ne sera une réalité vivante que par la répudiation du colonialisme. » Durant dix ans, les communistes ont cru à une Union française non coloniale. De la stratégie définie par le Kominform prônant les Indépendances jusqu’à la condamnation officielle du concept d’Union française par le XIVe Congrès de 1956, on s’achemine ensuite vers une révision de la conception communiste des rapports avec l’outre-mer français. Charles-Robert Ageron fait remarquer que les électeurs communistes, en 1957, étaient 88 % à penser que « la revendication d’indépendance de l’Algérie était justifiée », alors que le pourcentage n’était que de 34 % pour l’ensemble des Français26.

19Les logiques d’appareil n’expliquent pas tout, et il serait injuste de considérer que cette radicalisation n’est pas due, chez les acteurs communistes comme chez les autres, à la lassitude engendrée par l’enchaînement de deux guerres coloniales. Il demeure une question pour la période de la fin des années 1940 : les communistes havrais avaient-ils des raisons spécifiques d’être de bons élèves de l’Union française ? Trois signes au moins témoignent d’une certaine inscription de l’opinion communiste dans l’idée coloniale de la cité, hormis le contenu anticolonialiste que ce parti souhaite donner aux institutions et aux rapports sociaux dans les territoires d’outre-mer. Tout d’abord la sympathie affichée pour l’École pratique coloniale, dont on partage les objectifs « civilisateurs ». Saluant la 36e promotion, en 1946, L’Avenir du Havre souhaite que le serment des nouveaux élèves « se traduise par un attachement réel à leur futur métier, ainsi que par une compréhension très large et fraternelle à l’égard des peuples attardés qu’ils auront à tâche de guider et d’élever à un niveau toujours plus haut de civilisation ». Remarquable enfin, la même année, l’argumentaire pour la négociation avec le Vietnam, afin « d’éviter l’irréparable » :

  • 27 20 février 1946. « Une fois de plus, nos jeunes gens, genoux en terre, prononcèrent leur serment de (...)

l’intérêt national l’exige - dit le journal communiste-, non seulement pour le bon renom de la France, mais aussi pour la défense de nos intérêts immédiats. Ignore-t-on, par exemple que le Vietnam exportait près de 600 000 tonnes de caoutchouc qui alimentaient presque uniquement les usines françaises27 ?

20L’argument du réservoir indispensable, à la France, sinon au port du Havre, l’emporte encore largement sur l’idée de l’indépendance économique des territoires.

  • 28 On se souvient que la maison Raoul-Duval, qui court-circuite la CFAO et la SCOA et traite dès 1953 (...)

21Autre signe, enfin, d’un avenir des colonies qui ne se conçoit que dans l’interdépendance des territoires et de la métropole, dans la capitale du café colonial : l’intérêt du pays, c’est de favoriser les cafés d’outre-mer. L’Avenir du Havre va se faire défenseur aussi bien du planteur africain que du consommateur havrais. Il donne longuement la parole à Félix Houphouët-Boigny, en mars 1947, qui s’exprime là tout autant comme député de la Côte-d’Ivoire et cofondateur du Rassemblement démocratique africain, qu’en tant que représentant des planteurs de café ou de cacao. La ration autorisée au consommateur métropolitain est alors de 125 grammes par personne et par mois, payés 162 F le kilo. Or, dit le député ivoirien, nous en avons 30 000 tonnes à 29 F le kilo. Il faut travailler à l’aménagement du port d’Abidjan, les crédits sont insuffisants. « De gros capitaux français sont investis dans les affaires de café du Brésil, et ces messieurs préfèrent importer du café étranger, même si la France doit se procurer les devises nécessaires à prix d’or, c’est le cas de le dire. » Flouphouët-Boigny dénonce les bénéfices réalisés par la CFAO et la SCOA, alors que les plantations, grandes ou petites, connaissent des difficultés. Le journal insiste : « Les transporteurs et intermédiaires gagnent quatre fois plus que les planteurs de café et les nègres sont payés 400 F par mois ». Houphouët-Boigny expose une série de chiffres destinés à montrer comment le planteur et le consommateur sont également floués par le système commercial, et par le manque de machines en Afrique. Houphouët-Boigny ne supporte pas l’accusation qui lui est faite d’être anti-Français28 et il exprime clairement une conception de l’Union française qui résume assez bien les raisons de l’unité, momentanée certes, entre les communistes et les députés d’outre-mer :

La France, pour nous, ce ne sont pas les exploiteurs cyniques de nos misères, c’est la France de la Résistance et de la Libération, la France démocratique, qui a pris l’engagement solennel, dans la Constitution, de nous élever jusqu’au plein épanouissement de notre personnalité [...] Tant que la France nous considérera comme ses propres enfants, les chances d’un autonomisme aventureux resteront nulles [... ] Or, ce qui se meurt et se débat avec l’énergie du désespoir, c’est l’impérialisme et le colonialisme. Ce qui naît et se développe, c’est le mouvement pour la liberté et l’union librement consentie de tous les peuples asservis hier par le fascisme et aujourd’hui encore, insuffisamment émancipés.

  • 29 L’Avenir du Havre, 21-03-1947.

22Et Félix Houphouët-Boigny de conclure29 qu’il faut « faire de l’Union française un grand État multinational », conception fédérative que ne critiquent pas les communistes, du moins jusqu’en 1956.

L’école de la Porte Océane, la main-d’œuvre indigène et la loi-cadre de Gaston Defferre en 1956

  • 30 M. Riedinger, « Économie et travail outre-mer », RPO, no 37, mai 1948, p. 10-12.

23L’esprit de réforme qui souffle sur l’Union française est partagé par les économistes maritimes qui animent la Revue de La Porte Océane, soutenue par la chambre de commerce. Deux sujets sensibles au moins le prouvent. Celui des réformes politiques à entreprendre dans les territoires et celui du statut de la main-d’œuvre indigène. Sous le ministère de Marius Moutet, la loi du 11 avril 1946 abolissant le travail forcé ou obligatoire, est plus encore qu’une mesure de justice sociale, le signe d’un changement de représentation de l’Autre. S’il n’y a pas de trace du vote de cette loi dans la presse havraise à grand tirage, car les Havrais semblent avoir d’autres préoccupations, on trouve néanmoins dans une revue des élites portuaires un témoin de ce changement de mentalités. La Revue de La Porte Océane de mai 1948 présente une étude intitulée « Économie et travail outre-mer », agrémentée de photographies d’Africains au travail, empruntées à l’Agence des colonies30. L’auteur plaide pour une politique nataliste destinée à augmenter la main-d’œuvre. Il se démarque des vieux discours :

Si l’on en croit la majorité des employeurs, la main-d’œuvre indigène, surtout la main-d’œuvre noire, est paresseuse et instable, peu ou mal qualifiée ou d’un rendement médiocre. En fait toutes les mains-d’œuvre ont leurs qualités et leurs défauts, dont certains sont d’ailleurs moins fonction de la race que des conditions physiques et morales d’emploi et du cadre dans lequel vivent ces populations.

24La psychologie des peuples sommaire a donc ici laissé la place à une démarche plus proche de la sociologie économique et de l’anthropologie matérielle et culturelle. Ainsi l’auteur fait-il remarquer que « tous les coloniaux savent bien que dans les villages indigènes, les paresseux et les fainéants sont généralement l’objet du mépris de leurs concitoyens. On peut en conclure que le Noir ne déteste pas le travail en soi ». Seul son rendement est faible, mais il existe à cela plusieurs raisons, « notamment la déficience alimentaire et l’insignifiance des besoins de l’autochtone », « le Noir qui a faim travaille peu et bien mal ». L’auteur s’efforce de ramener aux valeurs culturelles l’attitude des populations : « Nous connaissons bien la répugnance de l’ouvrier français pour les méthodes de taylorisation trop poussées. » L’auteur de cet article engage alors une réflexion sur les conditions d’une organisation scientifique du travail et sur la nécessité de la formation des travailleurs.

  • 31 RPO, no 127 et 131 de 1956.

25La loi du 23 juin 1956 favorisait l’africanisation des cadres et surtout généralisait le collège unique. Or, beaucoup, à la chambre de commerce, comme dans la presse havraise, on l’a constaté, étaient hostiles à cette idée. Pourtant, c’est dans le réseau des économistes maritimes, ceux de la Revue de La Porte Océane, autour de Max Lemierre et Anselme Laurence que se développe un soutien à ce pas en avant vers le self-government. Le soutien est certes prudent. « Elle [la loi] nous permettra, espérons-le de conserver dans notre Afrique et à Madagascar la place à laquelle nous avons droit dans ces territoires, où, si des fautes ont été commises, beaucoup de bien a été fait. » Mais l’adhésion est, sur le fond, plus franche qu’en apparence31. La revue rappelle les principes de la Constitution de 1946 : « La France entend conduire les peuples dont elle a la charge à la liberté de s’administrer eux-mêmes et de gérer démocratiquement leurs propres affaires. » Plus tard, Anselme Laurence détaille ce qu’il considère comme « un compromis entre la tendance fédérale et la tendance centralisatrice ». Le gouvernement détient par la loi-cadre le droit d’effectuer par décret certaines réformes. La procédure exceptionnelle est justifiée par l’urgence. La Revue de La Porte Océane estime que :

Si la loi est bien appliquée, si on n’oublie pas que la nature ne fait pas de sauts, si on s’efforce de comprendre de mieux en mieux les autochtones, de les associer intelligemment à nos travaux et à nos jours [... ] on peut espérer que l’évolution se fera dans la paix des esprits et des cœurs comme l’avaient prévu, pour l’Afrique noire et Madagascar, Brazza et Gallieni, dont les écrits, les actes et la vie ont plus que jamais valeur d’exemple.

26On remarquera que, dans sa ville, le général Archinard n’est plus un exemple.

Un nouveau regard : l’Institut havrais de sociologie économique et de psychologie des peuples

  • 32 « La vie de l’Institut », Revue de psychologie des peuples, 1948, p. 227.
  • 33 Pour une approche plus complète du sujet : C. Malon, « Le Havre et l’outre-mer, sociabilité et rech (...)

27Une mutation s’opère dans la sphère de la sociabilité savante et de la sociabilité coloniale. La Société de géographie commerciale, en s’effaçant en 1948, « confie ses intérêts à l’Institut havrais de sociologie économique et de psychologie des peuples ». Les anciens membres ont jugé l’intégration raisonnable à condition que la géographie commerciale, « plus communément appelée aujourd’hui la géographie économique », soit présente dans les programmes de l’Institut. Le projet est accepté par le conseil d’administration de l’Institut, le 15 mars 1948. L’Institut élargira, de ce fait, son réseau aux correspondants de la Société de géographie32 . Jamais cependant le nombre de sociétaires de la « sociologie » n’atteindra celui de la « géographie ». Qui sont les fondateurs de ce nouvel Institut et leurs raisons d’agir ? En quoi peut-il être un observatoire de l’idée coloniale33 ?

Le rôle des coloniaux havrais dans la naissance de l’Institut

  • 34 A. Nicollet, « Un homme, une ville, une œuvre, Abel Miroglio », no hors-série des Cahiers de sociol (...)
  • 35 ADSM, 4M574, Associations, enseignement et propagande coloniales.

28En 1937, les premières personnes auxquelles Abel Miroglio, le fondateur34 professeur de philosophie, s’est ouvert de ses projets sont de hautes personnalités du négoce importateur de coton : André Lerch, Rodolphe Rufenacht (de la Compagnie cotonnière) et Étienne Amphoux (de la maison Hauser). En juillet 1937, Abel Miroglio et Rodolphe Rufenacht exposent leur projet au sous-préfet après s’être assurés du soutien des parlementaires de la région35. Le 18 novembre, le président de la chambre de commerce, Georges Raverat, convoque l’ensemble des personnalités qui vont constituer le premier Comité d’organisation. C’est dans son bureau que naît l’Institut havrais de sociologie économique et de psychologie des peuples, le 18 novembre 1937 en fin d’après-midi. Georges Raverat choisit le colonel Vachoux, son ami, comme président. Analogie parfaite avec la réunion qui avait élaboré les statuts de la Société de géographie commerciale et désigné comme président d’un jour M. Mallet, président de la chambre de commerce le 15 mai 1884.

Les colonies à l’Institut : une préoccupation marginale ?

29Abel Miroglio, lors de la séance inaugurale du 7 janvier 1938, précise :

  • 36 « Programmes et Statuts », Institut havrais de sociologie économique et culturelle, 1938, p. 9.

On ne peut traiter de sociologie économique en ignorant les colonies ; or, nous avons au Havre des sociétés vouées à l’étude des problèmes coloniaux. Nous avons un Institut colonial. Nous avons aussi une société de géographie commerciale36.

  • 37 Voir les Almanachs des adresses du Havre, Imprimerie Micaux frères, à partir de 1939.

30Cette remarque était énoncée dans un double souci de collaboration et d’indépendance. Cela fut-il compris ? Ce n’est pas certain car les Almanachs du Havre classaient l’Institut de sociologie avec les Ligues coloniales et l’Institut colonial, dans les « Sociétés de propagande », tandis que la Société d’initiative d’enseignement scientifique par l’aspect ou la Société havraise de photographie et de cinématographie avaient droit à la rubrique « Enseignement et vulgarisation »37. Dire que l’Institut fut un instrument de propagande, ce serait abusif. Un lieu de réflexion coloniale, c’est certain, en partie. Un rapide calcul effectué à partir des titres de conférences données par l’Institut au cours de la période 1945-1962 donne les résultats suivants : total des conférences : 235, conférences consacrées spécifiquement au monde colonial : 42, dont 20 pour l’Afrique noire et Madagascar, 6 pour l’Afrique du nord et 2 pour l’Indochine. Moins d’une conférence sur 5, c’est peu. D’autant plus que 19 d’entre elles ont été prononcées lors de la décade consacrée à l’Afrique en juillet 1954. L’Europe occupe une place plus importante que les colonies. Mais il est vrai que la réflexion sur l’outre-mer passe aussi par la réflexion théorique.

Divergences épistémologiques et enjeux coloniaux

  • 38 Eugène L. Guernier, L’Afrique, champ d’expansion de l'Europe, Paris, Armand Colin, 1933.
  • 39 G. Ganier, « La décade havraise de juillet 1954 sur l’Afrique et les problèmes eurafricains », Revu (...)

31Des tensions d’ordre théorique apparaissent à la lecture des premières années de la revue de l’Institut. Lors de la « décade » 1954, une conférence sur « Le destin de l’Afrique » est donnée par Eugène Guernier, théoricien de « l’Eurafrique »38. Il expose la théorie des fuseaux, reposant sur l’idée, présentée comme une loi sociologique, que les plus grands échanges se font dans le sens du méridien central et sur l’individualité psychologique des continents : une Europe rationnelle, une Asie méditative, une Amérique technicienne. Mais comment rendre l’Afrique, considérée comme le « continent de l’émotivité », complémentaire de l’Europe ? Appuyée sur une interprétation quelque peu sommaire de la psychologie des peuples, ou plutôt des races, cette théorie voit dans l’Afrique un « immense laboratoire » au service de l’Europe tout en affirmant l’impossibilité des Indépendances. En réalité, Eugène Guernier ne faisait que reprendre la théorie eurafricaine élaborée à la suite de l’Exposition coloniale de 1931 qui faisait de l’Eurafrique un domaine protégé, dans le sens des théories autarcistes auxquelles les négociants havrais n’avaient pas été insensibles. Au cours de la même « décade » 1954, Léopold Sédar Senghor affirme dans son rapport sur « Ce que l’Afrique attend de l’Europe », l’idée que si l’Afrique a besoin de l’Europe, « elle n’aurait sans doute rien à lui demander si celle-ci n’avait d’abord commencé à l’envahir ». Il affirme que les Européens ont fait tarir les cultures vivrières au profit des cultures d’exportation, qu’il faut mettre un terme à l’économie de traite, que l’Afrique demande des industries de transformation39.

  • 40 G. Ganier, « La décade havraise... », p. 398 à 404, Holas dit son accord avec Frantz Fanon (Peaux n (...)

32Les divergences idéologiques qui apparaissent a posteriori étaient-elles vécues de manière conflictuelle à cette époque, ou simplement comme l’expression d’une diversité ? En tout cas, pour ne citer que le numéro 4 de la revue en 1954, on trouve une note de lecture sur « Le sang des peuples » de M. Lahovary par deux spécialistes de l’« anthropologie sérologique » qui stigmatisent les idéologues du « pudding universel » et agitent le spectre de la « Babel raciale ». Singulières préoccupations comparées à celles de Bohumil Holas, du Centre d’Abidjan de l’Institut français d’Afrique noire. Celui-ci pose le problème du « vide spirituel en Côte-d’Ivoire » consécutif chez certaines ethnies au traumatisme colonial et à la désagrégation des structures traditionnelles. « Les observateurs européens ont quelquefois tendance à exagérer la religiosité du Noir ou à voir la ferveur religieuse là où n’existe le besoin, en quelque sorte mécanique, du rite. »40. L’imaginaire colonial est un lieu de conflits.

Vers une nouvelle génération41

  • 41 Sur le mouvement culturel havrais des années 1960, voir S. Reneau, « Politiques et pratiques cultur (...)
  • 42 G. Hardy, « La psychologie des populations coloniales, état présent de la question », Revue de psyc (...)

33La prise en compte du fait colonial dans l’effort de construction d’une ethnopsychologie scientifique est très nette chez Georges Hardy. Dans la revue de l’Institut havrais, en 1947, il s’élève contre « la sympathique indulgence » qui prête aux populations coloniales, sinon une infériorité de nature, du moins une infériorité d’âge, un état infantile probablement durable. Une telle conception « laisse de côté tout un fourmillement d’institutions, de croyances d’acquisitions intellectuelles, de prescriptions morales »42. En 1948, Octave Mannoni écrit à son tour dans la Revue de psychologie des peuples :

  • 43 O. Mannoni, « La personnalité malgache, ébauche d’une analyse des structures », Revue de psychologi (...)

Il faut veiller à ne pas prendre pour une vue exacte de la psychologie de l’indigène un ensemble de conceptions qui ne sont pas autre chose que la manière dont nous réagissons à son comportement43.

34On ne peut faire de psychologie des peuples sans tenir compte de la situation coloniale dans laquelle les types de mentalité ont forcément perdu leur pureté présupposée. Les contributions de Robert Delavignette et de Georges Balandier (« Les problèmes sociaux et culturels posés par l’évolution des sociétés africaines »,Ier mars 1957) vont dans ce sens.

  • 44 L’expression « branche morte, à tout le moins branche rabougrie » est d’Abel Miroglio luimême, « Vo (...)

35La naissance des Cahiers de Sociologie, projetée dès 1958, dont la « responsabilité de la rédaction » appartient à François Gay, Jacques Natanson, Albert Nicollet et André Vigarié, ressuscite la sociologie économique qui était « devenue branche morte »44. Le groupe havrais d’Économie et humanisme propose, grâce au bienveillant œcuménisme d’Abel Miroglio, une démarche qui cherche à faire comprendre les problèmes économiques en les rattachant aux structures sociales complexes. Albert Nicollet parle sans fard du contact colonial :

  • 45 A. Nicollet, premier article du no 1 des Cahiers de sociologie économique, 1959, « La femme, la fam (...)
  • 46 F.-J. Gay et A. Frémont, « Les géographes et les problèmes du sous-développement », Cahiers de soci (...)

Dans les sociétés africaines, l’économie moderne est un fait social importé qui se manifeste avec d’autant plus de violence qu’il s’insère dans un contexte culturel nullement préparé à le recevoir. Cette intrusion produit un choc générateur de déséquilibres sociaux et psychiques et crée dans certains cas une situation pathologique45. Les questions nouvelles traitées concernent les obstacles à la démocratie dans les nouveaux états africains, la psychologie du travail, la typologie des migrations, le sous-développement46. La sociologie économique a remis l’Institut havrais en phase avec son temps.

Décolonisation et révision du vocabulaire

36Devant l’accélération de l’Histoire qui conduit à la décolonisation, pacifique ou violente, la dualité de l’imaginaire de la communauté havraise est donc faite de conservatisme et d’anticipation. Dans cette époque charnière, le rapport à l’outremer est marqué par deux mouvements dans l’imaginaire : un effort pour accepter l’avenir, une tendance à réinterpréter le passé.

Accepter l’avenir : le divorce avec l’Empire, l’union avec l’Europe

37À l’heure de la décolonisation, il est devenu de bon ton de dénoncer le pacte colonial, même chez ceux qui ont longtemps profité du privilège douanier.

Entériner le divorce, ou la variante havraise du cartiérisme

  • 47 Jean Colchen, 2 p. dactyl., non datées. Archives de la chambre des courtiers, coll. privée.
  • 48 Cf. Lettre à Michel Debré, archives de la chambre des courtiers, coll. privée.
  • 49 Le Havre libre et LH 27-07-1960.

38Un bon exemple en est donné par un représentant du négoce havrais, le courtier Colchen, surnommé « le bouillant Colchen ». Dans une note dactylographiée, au temps de la Communauté47 il s’indigne, à l’image du négociant Reinhart cité plus haut48, que la France paye trop cher un café produit dans la zone franc, café vendu 1,35 F de moins à l’étranger. Il conteste la légitimité de droits de douane quasi prohibitifs sur les cafés étrangers. « Si l’on voulait aider le planteur, dit-il, il fallait appliquer le même droit de douane sur toutes les provenances et ristourner ensuite aux planteurs de la zone franc. » Il fait remarquer au passage que certains négociants s’accommodent du marché protégé par la toute-puissance des caisses de stabilisation et creusent leur propre tombe, attestant par là de l’existence de stratégies opposées sur la Place. Logiquement, il affirme « qu’il est inutile que la France pense à entrer définitivement dans le marché commun si elle maintient un marché intérieur pour le café, d’autant que les états nouveaux ne sont pas tenus à la réciprocité : il est ridicule de supposer qu’ils vont continuer à acheter obligatoirement les objets manufacturés français ». Argumentation proche du cartiérisme : l’outre-mer coûte cher au commerce du café, donc à la France. Elle fut reprise dans les deux grands quotidiens havrais, quelque peu dépouillée de sa sémantique « anticolonialiste »49.

39Car dans cette argumentation, c’est en effet l’aspect sémantique qui est le plus intéressant : le courtier a intitulé sa note : « Maintenir le prix de 3,45 à l’importation des cafés des anciens TOM équivaut à conserver une séquelle d’un colonialisme périmé. » Ceux qui sont partisans du maintien « font partie de ceux qui regrettent le colonialisme ancien et tiennent à en garder les derniers vestiges ». Contrairement aux apparences, ce qui est dénoncé, ce n’est pas le pacte colonial, mais plutôt son inversion au détriment de la métropole. Mais le tour de force consiste à utiliser une étiquette péjorative et culpabilisante que ces mêmes milieux auraient été indignés de se voir accoler au temps où fonctionnait précisément le privilège colonial. Le vocabulaire anticolonial se loge là où on ne l’attendait pas, avec la bonne conscience d’épouser son temps : « Il est inadmissible, qu’ayant devant nous des Pays Indépendants, nous conservions un système imbu du colonialisme ancien. » Les discours du courtier Colchen et du négociant Reinhart soulèvent une autre question : l’abandon de la tentation autarciste n’est-il pas tout autant le résultat de l’attrait européen et du Traité de Rome que du processus de décolonisation lui-même ? L’imaginaire de l’Europe Unie n’a-t-il pas achevé la désagrégation du mythe de « La Plus Grande France » ?

Choisir ou ne pas choisir entre l’Europe et l’Empire

  • 50 C.-J. Gignoux, « Renouveau du fédéralisme » et M. Martelli-Chautard, « Le port du Havre et l’Union (...)
  • 51 Assemblée de l’Union française, 24-01-1957.
  • 52 O. Reclus, Lâchons l’Asie, prenons l’Afrique. Où renaître ? Et comment durer ?, Paris, Librairie un (...)

40Cette manifestation proche du « complexe hollandais » ou du « cartiérisme » n’est pas l’unique attitude des élites politiques et économiques havraises. Le débat est feutré et laisse peu de traces officielles. L’unité européenne suscite espoir et inquiétudes. L’École de la Porte Océane est résolument fédéraliste. Et même si ce fédéralisme n’était pas, à l’origine, dégagé de toute idée eurafricaine, dès 1947 on plaidait pour une Union française qui ne devait « pas être faite dans un cadre autarcique », pas plus que l’Europe d’ailleurs50. Il y en eut même qui n’hésitaient pas à concilier espace européen, libre-échange mondial et Eurafrique ! Cet assemblage un peu contradictoire se dégage de diverses interventions de Marcel Léger, adjoint au maire du Havre, devenu, en 1953, l’un des vice-présidents de l’Assemblée de l’Union française, où il fut assez longtemps rapporteur de la commission des affaires financières, sous l’étiquette RPF. On l’entend critiquer, en juillet 1955, le rétablissement des droits de douane qui compromet la récente réouverture du marché à terme du café et le projet de la SFIO de créer une caisse de soutien du café et du cacao en AOF : « il faut laisser les prix suivre le cours mondial. » Le complexe hollandais n’est pas loin quand il s’écrie à ce sujet qu’une « revalorisation coûterait plusieurs milliards au Trésor ». Pourtant, en janvier 1957, on l’entend plaider à la fois pour l’Europe et pour l’Eurafrique, lorsque se pose la question de l’association des territoires d’outre-mer au projet de marché commun51. Il se réclame explicitement de la théorie des fuseaux, récemment réactivée au sein de l’Institut havrais de sociologie économique auquel il participe. La vision géopolitique qui inspire une telle position n’est pas sans rappeler le « lâchons l’Asie, prenons l’Afrique » d’Onésime Reclus au début du siècle52. Et la place du monde noir dans l’imaginaire du Havrais se teinte un peu de péril jaune. En effet, dit-il, que deviendrait l’Afrique privée de l’Europe ? La nature ayant horreur du vide, l’Asie du Sud-Est, « avec ses masses faméliques », « ne tarderait guère à submerger l’Afrique et à détruire jusqu’à son âme. Nous serions, nous, dans la citadelle assiégée ». Ainsi, affirmant que « nous sommes parvenus à l’ère des continents », Marcel Léger ne choisit pas entre l’Europe et l’Eurafrique, pas plus qu’il ne choisit entre l’Eurafrique (dont on imagine mal l’espace commercial sans un certain degré de protection) et le retour à la liberté du commerce qu’il réclame par ailleurs.

  • 53 RDCC, no 145, rapport Charles, commission du Commerce extérieur et de l’Union française, 11-10-1956

41À l’inverse, parmi les représentants de la défiance absolue à l’égard de la construction du marché européen se trouve Albert Charles53, dont on peut dire qu’il ne voit pas d’un bon œil les « Italiens et les Allemands » devenir « totalement bénéficiaires de l’intégration des TOM » à l’Europe du libre-échange (contrairement à certains négociants en café qui se verraient bien vendre des quantités de café étranger libres de taxes ou des cafés coloniaux au prix du marché en Europe). Aussi bien, la longue liste de lamentations sur les augmentations de salaires, de charges sociales, l’extension de la durée des congés payés « qui augmentent le fossé qui nous sépare des autres pays intégrés » serviraient plutôt de prétexte à la demande de surseoir à l’Union douanière qui se prépare. « Dans leur état actuel, notre commerce et notre industrie ne peuvent les concurrencer et dans la plupart des cas doivent être protégés par des mesures douanières. » Et la raison principale de la réticence est bien la crainte de déstabiliser un système où Le Havre occupe une place prépondérante dans certains domaines comme les bois africains, sinon pourquoi demander comme préalable à tout marché commun « des dispositions et garanties particulières en cas d’intégration des territoires d’outre-mer, et notamment une compensation financière donnée par les pays membres » ?

  • 54 RDCC, no 136, lettre de Roger Meunier, président de la chambre de commerce, au directeur du Commerc (...)

42Cette attitude passe, du fait de la haute personnalité d’Albert Charles, pour une position officielle de la chambre de commerce alors qu’elle ne fait pas l’unanimité des négociants, on vient de le constater et probablement moins encore celle des industriels. Le commerce des pondéreux et l’industrie, désormais bien représentés à la tête du pouvoir économique local par l’homme du charbon, Roger Meunier, affichent dès 1948 leur adhésion au projet d’union douanière et affirment que Le Havre doit « accepter le principe de la libre concurrence des ports à l’intérieur d’une union économique »54. La position d’Albert Charles représenterait plutôt l’opinion de ceux qui vivent essentiellement de l’échange avec la zone franc, qui veulent continuer à le faire, et ne sont pas partisans du « divorce » avec l’empire colonial. Selon ce rapport Charles de novembre 1956 :

La situation s’est aggravée par l’obligation dans laquelle la France s’est trouvée de subir la guerre d’Indochine et maintenant d’entreprendre une campagne de pacification en Afrique du Nord. Il est indispensable que le Marché commun ne soit libéré que lorsque les conflits d’Afrique du Nord seront résolus et que la paix sera rétablie dans ces territoires. Depuis un siècle notre politique a été orientée avec succès sur l’aménagement et le développement de nos TOM [...] Toute cette œuvre magnifique doit être sauvegardée et ne doit pas être abandonnée sans contrepartie à une idéologie qui peut être séduisante par certains côtés mais qui comporte également d’immenses risques pour notre économie et en définitive pour notre pays [...] La France doit conserver une position privilégiée dans les territoires d’outre-mer.

43Idéologie, le mot est lâché. Le conflit entre identité française et Europe n’est pas nouveau, à ceci près qu’à ce moment-là, c’est encore un conflit entre Empire français et Europe. Au tournant de la décolonisation ce débat souterrain divise les élites. Mais sur la place publique, le débat colonial est surtout déterminé par la question de la guerre et de la paix, ce qui cache les enjeux économiques et culturels.

Une autodétermination voulue par certains et subie par d’autres

  • 55 D’après la liste du monument aux morts : Indochine : 63 soldats, Algérie : 43, Tunisie et Maroc : 3 (...)

44Comment distinguer au temps de l’Union française et de la Communauté ce qui dans l’opinion relève d’un anticolonialisme de principe et ce qui relève du simple refus de la guerre ? Car la lassitude n’est-elle pas le meilleur levier de l’idée d’autodétermination ? 109 Havrais sont morts sur les champs de bataille des guerres coloniales de l’après-guerre, ce qui représente tout de même un quart des victimes militaires, au sens strict, de la seconde guerre mondiale55.

La guerre d’Indochine : les limites de l’action anticoloniale au Havre

  • 56 Le 23-12-1946.
  • 57 Cf. Registres de délibération du conseil municipal du Havre, dans les archives municipales du Havre
  • 58 AMH, 405 W-5. Fonds Roger Le Marée.

45La guerre d’Indochine s’est achevée avant que ne soit remis en cause le concept d’Union française par les communistes. Il n’était pas si loin le temps où L’Avenir du Havre écrivait : « les communistes estiment que la présence française au Vietnam doit être sauvegardée. »56 Au conseil municipal du Havre57 les questions coloniales, notamment la question indochinoise, furent très rarement abordées en délibération. Dans le monde syndical, l’opposition à la guerre d’Indochine se justifie par un argumentaire plus économique que politique, plus « havrais » qu’anti-impérialiste. Dans une lettre à un député, le Syndicat des dockers et charbonniers estime en 1952 qu’il faut arrêter la guerre à cause de la situation financière grave « réduisant les importations » et parce que « le budget de guerre dévore les ressources nationales nécessaires à la reconstruction »58. On ne peut parler, même de la part des communistes, de violente contestation anticoloniale dans le cadre du conseil municipal au temps de la guerre d’Indochine. Quand, le 27 octobre 1952, le Docteur Seguin propose d’adresser un Salut aux Havrais tombés en Indochine, si le communiste André Duroméa intervient, c’est pour demander qu’on y ajoute les « combattants fusillés et martyrs de la dernière guerre », ce qui est adopté sans difficulté. L’idée patriotique et résistante serait-elle plus forte que l’idée anticoloniale ? Le 26 juillet 1954, le conseil félicite Pierre Mendès France de ses efforts pour la paix.

  • 59 Henri Martin, arrêté le 14 mars 1950, libéré le 2 août 1953, avait fait plusieurs mois en Indochine (...)
  • 60 AMH, 405 W-5, Fonds Roger Le Marée.
  • 61 M.-P. Dhaille-Hervieu, Communistes au Havre, communistes du Havre, 1930-1983, thèse, IEP Paris, A. (...)
  • 62 Ibid.

46Bien sûr, l’affaire Henri Martin a marqué la mémoire communiste havraise, parce qu’elle était devenue le symbole même de la lutte contre la guerre coloniale59. Le Syndicat CGT des dockers et charbonniers, dirigé par le communiste Roger Le Marée, écrit le 26 juin 1953 au président de la République pour demander la libération de celui qui, « parmi les premiers, s’est prononcé pour l’arrêt de la guerre d’Indochine »60. Mais « Le Havre eut son affaire Henri Martin en la personne du jeune soldat Michel Bottin »61. Chasseur au2e bataillon parachutiste de Bayonne, il fut arrêté en juin 1950 pour avoir distribué des tracts contre « la sale guerre du Vietnam ». « Il fut condamné à huit mois de prison, le 12 décembre 1950. Soutenu par le PC, la CGT, l’UJRF, le Secours populaire et le Mouvement de la Paix, sous forme de pétitions, de cartes de soutien, de souscriptions publiques, d’affiches, d’articles dans la presse communiste locale et Le Havre libre, il fut libéré en mars 1951. »62 Son retour fut l’occasion d’une manifestation et d’affrontements qui se conclurent par l’arrestation du député communiste René Cance, futur maire du Havre.

  • 63 Cf. J. Barzman, Les Dockers du Havre, de la brouette au portique (XIXe-XXe siècles), thèse d’habili (...)
  • 64 Entretien accordé à l’auteur le 15-05-2000. Lucien Noient évoque les tendances syndicales de manièr (...)
  • 65 J. Barzman, Les Dockers du Havre..., p. 345.
  • 66 Cf. Le Havre libre du 25 au 3-04-1950.

47Le combat contre la guerre d’Indochine fut en outre rendu confus par le contexte de guerre froide. Il apparut aux yeux mêmes des ouvriers havrais, trop « politique » pour remporter un franc succès. Chez les dockers, les actions du premier trimestre 1950 contre le déchargement de matériel militaire, parties de Marseille, révèlent au Havre une ligne de fracture entre les communistes et les « apolitiques » ou les syndicalistes révolutionnaires, dont les préoccupations, affirme John Barzman, sont plutôt dans le maintien de la force syndicale, estimant que les grèves, suivies surtout par les communistes, masquent « l’état d’esprit réel » de la corporation63. Lucien Noient, figure d’un syndicalisme marqué par ce qu’il appelle lui-même l’esprit de « famille », donne sa version des faits64 : « les gens du port étaient antimilitaristes », précisant même « de corps et d’esprit... [...] Chez nous, c’est ancestral, ça fait cinquante ans que je suis docker, on n’a jamais manipulé d’armes ». Ce qui d’une part est démenti partiellement par le courrier d’Augustin Thomas à Pierre Courant le 31 octobre 1948 expliquant que si les dockers ne déchargeaient pas les navires, ce travail serait opéré par la troupe, et qu’il avait invité ses collègues à poursuivre le travail. La grève fut surtout suivie par le Syndicat des charbonniers dirigé par le communiste Le Marée. Et d’autre part s’il s’agit d’une position antimilitariste, compréhensible compte tenu de l’influence libertaire, il ne s’agit pas automatiquement d’anticolonialisme. Il est vrai que la tradition docker au Havre n’était pas de s’opposer physiquement (« il n’y a pas eu de barrages » affirme Lucien Noient), mais plutôt de s’abstenir de toucher aux armes en vertu d’un accord obtenu en 193365. Le dirigeant docker concède que cette contestation de la guerre d’Indochine avait touché avant tout Marseille, où les deux dirigeants de la CGT arrêtés en 1950 avaient obtenu des manifestations de solidarité, journée de grève ou versement de salaire, de la part des Havrais, qui les considéraient un peu « comme Sacco et Vanzetti ». Le 26 mars 1950, la grève de solidarité avec les dockers marseillais, qui avaient cessé le travail depuis dix-huit jours et continuaient l’action, ne laissa qu’une faible trace dans la presse locale à grand tirage, même si « le mot d’ordre de la CGT avait été respecté dans la plupart des ports ». Le monde des quais est en réalité divisé : si à Dieppe les autorités ont convoqué la troupe pour décharger un bananier, de même qu’à La Rochelle les dockers refusent de charger le Sainte-Mère-l’Église des Messageries maritimes (venu de Rotterdam et du Havre et destiné à Saigon), à Cherbourg en revanche, des dockers s’offrent publiquement à « décharger toutes marchandises »66. Il n’y eut donc pas de levée en masse contre la guerre d’Indochine au Havre.

La guerre d’Algérie : une ligne départagé inédite entre partisans et adversaires de l’autodétermination

48La société havraise fut nettement plus attentive à la résolution du conflit algérien qu’à la question indochinoise, ce qui n’est pas original.

Les forces de l’anticolonialisme local

  • 67 « En 1954, seuls 23 % des Français déclarent suivre dans les journaux les nouvelles de la guerre d’ (...)
  • 68 L’Action charbonnière, no 44,1958. Archives Le Marée, AMH, 405 W-63.
  • 69 L'Action charbonnière, no 62. Archives Le Marée, AMH, 405 W-63.

49L’attitude des ouvriers du port face à la guerre d’Algérie est à l’image de celle qui fut adoptée à l’égard de la guerre d’Indochine67. La dénonciation de la guerre, dans le langage syndical, s’appuie là aussi sur l’argument financier : la guerre coûte cher, elle est responsable du poids de la fiscalité. 350 milliards en plus pour 1957, affirme L’Action charbonnière du mois d’août. C’est « un gouffre financier » et « la France ne supporte plus le poids de cette expédition coloniale »68. Lucien Noient affirme que « le peu d’armes qui a été chargé, c’est l’armée qui est venue les charger... Ils faisaient plutôt ça à Cherbourg, ou à Dunkerque comme ils savaient qu’on était anti... ». Il faut dire qu’à Cherbourg, les dockers professionnels étaient faibles. « C’étaient des mouches » dit le dirigeant syndical. Cependant les dockers havrais n’empêchent pas ces quelques chargements, qui se font sur les nombreux navires de la maison Worms, ceux de la série des « Châteaux », « Château-Margaux, Château-Yquem ». À partir de 1958, la revendication de la paix, puis de l’autodétermination par la CGT, se confond avec la dénonciation du fascisme, dans un amalgame abusif qu’il convient de replacer dans son contexte. Le coup de force du 24 mai 1958 en Corse est perçu comme un signal dangereux dans le milieu syndical. Certains sont alors convaincus que « De Gaulle supprimera les libertés démocratiques », ainsi que l’écrit L’Action charbonnière de Roger Le Marée. Le Ier février 1960, la CGT appelle à cesser le travail, symboliquement pendant une heure, contre « le fascisme, pour la fin de la guerre en Algérie, pour l’application loyale de l’autodétermination ». Même à la veille des accords d’Évian, alors que l’on négocie avec le Gouvernement provisoire de la République algérienne, l’argumentation des syndicats locaux de la CGT repose sur l’idée que seules les manifestations populaires ont évité au pays de passer du « pouvoir personnel », symbolisé par l’article 16 de la Constitution, au « fascisme »69.

  • 70 La municipalité à direction communiste, de janvier 1956 à mars 1959, donne de la notoriété à ces ma (...)
  • 71 M.-P. Dhaille-Hervieu, Communistes au Havre..., p. 300.
  • 72 À cette date la FEN et le SGEN-CFDT constituent un Comité de Paix des enseignants du Havre, bientôt (...)

50Le mouvement communiste et syndicaliste havrais fut plus impliqué dans la guerre d’Algérie que dans celle d’Indochine. Marie-Paule Dhaille-Hervieu, tout en remarquant que le ralliement du PC à l’idée d’autodétermination et d’indépendance a été très progressif, a évoqué les manifestations d’ouvriers algériens antérieures à la guerre d’Algérie, soutenues par le PC et la CGT. L’action contre la guerre s’amplifia en mai et juin 1956, avec les tentatives pour empêcher le départ des rappelés en gare du Havre70. L’Union des Femmes françaises, le 29 mai 1956, constitua un « Comité des mères et épouses de rappelés »71. Coïncidence de l’histoire locale et nationale, « Le premier congrès du parti communiste à se préoccuper de la guerre d’Algérie fut le XIVe, qui se déroula au Havre du 18 au 21 juillet 1956 ». Cinq mois plus tôt, les communistes avaient voté les pouvoirs spéciaux pour l’Algérie, réclamés par Guy Mollet. Jean-Jacques Becker fait remarquer que dans le discours communiste la « nation en formation » est devenue une « nation constituée », et que la notion d’indépendance prend corps, intégrant toutefois les Européens d’Algérie. L’engagement du PC est désormais beaucoup plus clair. En i960, les manifestations havraises pour la paix et les négociations firent des blessés dans l’affrontement avec les CRS. La protestation s’amplifia quand les enjeux devinrent encore plus dramatiques : grèves contre le coup d’Alger, contre le putsch des Généraux, pour la paix en Algérie le 24 avril 196172 et le 9 février 196a, le 13 février 1962 pour les obsèques des morts du métro Charonne.

  • 73 Lettre de remerciements de l’Union générale des travailleurs tunisiens au Syndicat des dockers char (...)
  • 74 Entretien avec Jacques Eberhard, 15-05-2000.
  • 75 Claude Despretz est cité par J. Eberhard (entretien, ibid.). Despretz fut avec Alban Liechti, l’un (...)

51Signe de la mobilisation du réseau de la Fédération syndicale mondiale, les manifestations, même verbales, de solidarité internationaliste ne sont pas absentes, comme ce témoignage de soutien apporté à l’Union générale tunisienne du travail par le Syndicat des dockers après le bombardement de Sakhiet, village-frontière devenu une base arrière du FLN73. Ce fut l’occasion de condamner la « politique colonialiste du gouvernement français ». Mais dans l’ensemble, la mémoire des responsables communistes et syndicalistes laisse peu de place à une action havraise originale contre la guerre d’Algérie. Peut-être la mémoire militante est-elle en deçà de l’intensité réelle de l’action. Même si l’on rappelle qu’à tel moment des militants du Mouvement de la Paix et du parti communiste se sont couchés sur les rails pour empêcher le départ d’un train de réservistes74, ou qu’à tel autre un Havrais a refusé d’obéir, ou que l’on a soutenu Claude Despretz75.

  • 76 Entretien avec Albert Nicollet, le 18-11-2000.
  • 77 Cf. M.-P. Dhaille-Hervieu, Communistes au Havre..., p. 200. Le 20-04-1958, l’UGS présente des candi (...)

52Les communistes ne sont pas seuls, c’est bien connu, à s’opposer à la guerre. La nouvelle gauche, chrétienne pour une part, y participe. Elle fournit même des « porteurs de valise » pour le FLN. Ces manifestations, se souvient Albert Nicollet, regroupaient assez peu de monde. Mais elles étaient dangereuses et les militants se protégeaient la tête avant de s’y rendre. Lors d’une cérémonie à l’église SaintJoseph, un Dominicain dénonce la guerre et la torture. Des militants d’Action française font irruption et déchirent le journal Témoignage chrétien76. La critique de la SFIO dans la guerre d’Algérie, et même du PC conduit à l’apparition du parti socialiste autonome, puis du parti socialiste unifié, en avril i960 au Havre. Dès juin 1956, un député socialiste, Jean Binot, avait signé une motion pour la Paix avant d’adhérer au PSA. Certes très minoritaire, ce courant fusionne, à la fin de l’année 1957, dans l’Union de la gauche socialiste77 L’alliance PC-PSU autour de l’indépendance de l’Algérie inaugure une stratégie qui contribuera à la reconquête de la municipalité par les communistes en 1965. Un prêtre ouvrier, Claude Simon, fut très actif dans ce mouvement. Aux côtés des communistes, se retrouvent des personnalités comme l’avocat André Heudron, ancien radical-socialiste devenu PSU, ou le pasteur Bosc qui clôture le Congrès départemental du Mouvement de la Paix à Sotteville le 22 novembre 1959. Au cours des années 1960 et 1970, les non-communistes, chrétiens et prêtres ouvriers notamment, actifs au moment de la guerre d’Algérie feront vivre les associations d’aide aux immigrés.

Les Algériens au Havre pendant la guerre d'indépendance

  • 78 ADSM, série Z, Affaires musulmanes, surveillance des Nord-Africains, MTLD, FLN. Elles ont pu être c (...)
  • 79 ADSM, Z2705, soit 221 individus sur 4321. Ce que le rapport appelle Normandie est plus probablement (...)
  • 80 M. Stibbe (cité par Le Havre libre) et M. Dechezelles, avocats au barreau de Paris, étaient surveil (...)
  • 81 Le Havre libre, 10-06-1952.

53Il est possible de donner un coup de projecteur sur la communauté nord-africaine du Havre pour mieux en saisir les composantes et tenter de comprendre l’articulation entre les militants locaux de l’indépendance et les militants nationalistes eux-mêmes. À lire les archives préfectorales78 on constatera que la tendance politique dominante dans la communauté algérienne du Havre est celle du Mouvement pour le triomphe des libertés démocratiques (MTLD), les partisans de Messali Hadj. La Normandie représente 5,1 % de ses effectifs militants en France79. Dès 1952, les messalistes protestent contre l’arrestation de leur leader à Orléansville et sa mise en résidence à Niort. Le Havre libre affirme qu’en réaction, la quasi-totalité des travailleurs nord-africains du Havre cesse le travail. La manifestation de quatre cents personnes qui suit est interdite. Les heurts avec la police près du Cours de la République font un mort, Hocine Hallache. Le 27 mai le meeting de protestation de la CGT et du PC au Cercle Franklin rassemble environ cinq cents personnes selon la presse. Mais le problème algérien se noie un peu dans la guerre froide puisque le but de cette réunion est aussi de protester contre l’arrivée à Paris du général Ridgway. En juin, le procès des manifestants messalistes se conclut par 22 condamnations, dont certaines à deux mois de prison, un CRS ayant été poignardé. L’avocat des Algériens, M. Stibbe80, insiste sur « ce que représentait leur leader Messali Hadj, qui était pour eux ce qu’était Gandhi pour les Indous »81.

Fig. 1 - Résolution, fonds Roger Le Marée

  • 82 Qui s’intéressent aux « propagandistes antinationaux », manière rétrospectivement paradoxale de dés (...)
  • 83 Né dans le département de Constantine, il appartient au MTLD à Roubaix. Il vient au Havre en 1954. (...)
  • 84 Direction des Renseignements généraux, 8-11-1957.
  • 85 Émile Témime met plutôt l’accent, pour Marseille sur le ralliement de messalistes au FLN, et affirm (...)
  • 86 ADSM, 1881W165 (avec dérogation).

54Quand le MTLD est dissous le 5 novembre 1954, bien que les événements de la Toussaint aient été l’œuvre du FLN, les responsables messalistes au Havre sont interpellés et leurs domiciles perquisitionnés. Mais aucune arrestation n’a lieu. Tout au plus a-t-on trouvé chez eux des exemplaires autorisés de L’Algérie Libre. Trois dirigeants refusent de signer la notification de dissolution. L’interrogatoire du responsable havrais met les Renseignements généraux82 sur la piste du dirigeant du MTLD pour toute la Normandie, qui demeure à Saint-Étienne-du-Rouvray et milite à la CGT. En 1955, des opérations de police se multiplient. Le 5 septembre, 700 Nord-Africains sont contrôlés dans les foyers d’hébergement au Havre, ce qui aboutit à 24 arrestations. Les messalistes demeurent au Havre les plus influents. Le 23 mai 1955, le dirigeant havrais du MTLD, homme de vingt et un ans « très intelligent et ayant une forte autorité sur ses coreligionnaires »83 se rend à Angoulême avec le dirigeant départemental, pour y rencontrer Messali Hadj. Le Mouvement national algérien (MNA), fondé par ce dernier en décembre 1954 après la dissolution du MTLD, connaît toujours en 1957 « une influence prépondérante ». Sa section locale diffuse des tracts : « Est-il possible que toi, Algérien, tu assistes en observateur impassible à la tragédie de ta patrie ? »84. La scission entre messalistes et centralistes n’est sans doute pas réduite puisque les interrogatoires de 1955 font apparaître l’existence d’une « brigade de choc au Havre pour lutter contre les dissidents du mouvement », à moins qu’il ne s’agisse déjà d’une opposition entre MNA et FLN85. Une certitude en tout cas : le FLN n’a pas réussi au Havre, à supplanter le MNA. Contrairement à Rouen où la colonie musulmane ne répond pas aux mots d’ordre messalistes par « crainte des représailles du FLN », les Algériens du Havre sont particulièrement disciplinés. La grève du 28 janvier 1957, à l’appel du MNA pour le triomphe de la cause algérienne aux Nations unies, suivie à Paris à 40 %, n’est respectée que par 4 % des Algériens de Rouen, mais par 95 % des Algériens du Havre ! La grève du 5 juillet 1957 est suivie par 263 Algériens sur 1300 dans la circonscription de Rouen, par 1594 sur 1600 au Havre86.

Tab. 1 - Effectifs et organisation du FLN et du MNA au Havre en 1957

Tab. 1 - Effectifs et organisation du FLN et du MNA au Havre en 1957

Sources : ADSM, 1881W165.

  • 87 É. Témime, « Les Algériens à Marseille pendant la guerre d’indépendance », p. 468.
  • 88 Par exemple le 24 décembre 1957, un Algérien, X. est inculpé d’atteinte à la sûreté extérieure de l (...)
  • 89 ADSM, Z2752, Mission au Havre 19-04-1958. Dans les archives préfectorales, on trouve des exemplaire (...)
  • 90 ADSM, Z2752, mission du 19-04-1958. La préférence du patronat local pour la main-d’oeuvre d’Afrique (...)

55La pluralité des tendances indépendantistes algériennes a sans doute freiné les convergences avec le mouvement anticolonialiste havrais. Le ministre de l’Intérieur le dit ainsi au préfet le 17 février 1956 : « Parmi ses alliés séparatistes, le PC a fait son choix, soutenant l’action du FLN, il critique violemment le MNA auquel il reproche son impuissance, son immobilisme et ses amitiés trotskystes. » Les communistes havrais ne sont donc pas en harmonie avec les partisans les plus nombreux de l’indépendance algérienne au Havre. Le FLN a établi un groupe, une kasma, alors que la seule ville de Marseille en compte six87. Un groupe de militants FLN existe en 1958 aux Tréfileries et Laminoirs du Havre. En décembre 1957, neuf Algériens viennent de la région parisienne pour renforcer ce « groupe de choc », selon l’expression de la police. Des fonds destinés au FLN circulent sur la Place88. Un chef de groupe et un chef de section sont arrêtés en avril 1958. Mais le MNA « compte le plus d’adeptes » et même, en 1956 « certains éléments du FLN semblent vouloir se rapprocher du MNA. Le nombre de cotisants au FLN aurait même diminué en 1958 »89. Si bien que, à l’image de la situation des coloniaux avant guerre, leur connexion avec les Havrais semble limitée et leur action relativement autonome, sans que l’on puisse dire si leur relative marginalité est voulue ou subie. Le 7 juin 1956 une dizaine de Nord-Africains seulement participent à la protestation « contre le rappel des disponibles », et pas plus d’une quinzaine au meeting de la CGT le 14 juin. Les Nord-Africains ne sont fortement mobilisés que lorsqu’ils agissent seuls, comme lors du mouvement de grève du 26 mars 1956, suivi à 90 % selon la police, contre le blocage des travailleurs nord-africains en France. Si bien que la préfecture peut parler de « surveillance constante » et de « calme » sur la Place du Havre. Aucun lien ne semble établi entre les Algériens du Havre et l’association d’aide aux Noirs, apparue en 1958, qui compte dans son comité un ex-pasteur qualifié de « communiste » et certains affiliés de l’Union chrétienne des jeunes gens90.

  • 91 Havre libre, 29-01-1957.
  • 92 Sur les réactions en métropole au massacre de Melouza, voir notamment B. Stora, « La Gauche et les (...)
  • 93 ADSM, 1881W165.

56Il n’est pas du tout certain que la lutte d’influence sur le territoire havrais et rouennais entre le FLN et le MNA ait été mesurée par l’opinion, du moins celle des lecteurs de journaux locaux à grand tirage. Quand le MNA mobilise ses grévistes le 28 janvier 1957, Le Havre libre parle de 90 % de réussite au Havre et 95 % à Rouen, alors que les Renseignements généraux, comme il vient d’être dit, font état de 95 % au Havre et 4 % seulement à Rouen ! Les incidents de Lille et Douai sont l’occasion d’évoquer le « drapeau fellagha » brandi par les manifestants, mais pas une seule ligne n’est consacrée aux raisons qui ont motivé le mouvement91. Certes, le massacre de Melouza, le 28 mai 1957, ne passe pas inaperçu et fait la une du Havre libre qui parle de « sauvage règlement de comptes entre FLN et MNA ». La presse locale, toujours attentive aux propos du président de la République René Coty, reproduit le message qu’il adresse aux familles du village et aux musulmans d’Algérie pour donner « l’assurance solennelle que la France ne les abandonnera jamais »92. De source policière, si la grève de protestation souhaitée par le MNA n’est pas du tout suivie à Rouen93 « par crainte du FLN », au Havre, selon la presse, elle mobilise quand même 200 Nord-Africains et la plupart des cafetiers. Mais dans l’ensemble, le terrorisme doit certainement brouiller la lecture des fractures internes au mouvement nationaliste. Les journaux font comme partout en France leurs gros titres avec les attentats, par exemple l’assassinat de l’ancien vice-président de l’Assemblée algérienne Ali Chekal par Ben Sadok, et chose bien compréhensible, se préoccupent des menaces qui pèsent sur les raffineries de pétrole ou du retour des cercueils de Havrais tombés en Algérie.

L’évolution de la politique algérienne du général de Gaulle favorise des convergences

  • 94 Ch.-R. Ageron, Histoire de la France coloniale, t. 2, p. 523.

57La stratégie du parti communiste est de s’appuyer sur les ouvertures du général de Gaulle, pour faire avancer la cause de l’indépendance algérienne. Même s’il faut bien reconnaître que le PC continue de pratiquer l’amalgame entre de Gaulle et le fascisme. Au Havre, une majorité, incluant des socialistes et des libéraux, considère qu’exceptionnellement, l’appui à l’idée d’une rencontre avec le GPRA, d’un cessez-le-feu et d’un référendum relève bien de la compétence du conseil municipal. Elle est en harmonie avec l’opinion de Français qui sont 57 % à considérer, dès 1957, « que le gouvernement doit rechercher des conversations avec les chefs de la rébellion »94. Le vœu déposé au nom du groupe communiste est adopté par 22 voix contre 15 abstentions. Il dit ceci : « Considérant que cette guerre continue à coûter des vies humaines parmi lesquelles déjà celles de plusieurs dizaines de Havrais [...] que d’autre part les déclarations du général de Gaulle reconnaissant solennellement le principe de l’autodétermination au peuple algérien et d’autre part, celles de Ferhat Abbas, montrent que le dialogue peut s’établir immédiatement en vue du cessez-le-feu, [le conseil] demande au gouvernement français de proposer dès maintenant, une rencontre avec les représentants des combattants algériens. »

58Le long débat du 27 juin 1960 porte sur le vœu déposé par les communistes de cessez-le-feu et d’autodétermination en Algérie. L’affrontement se cristallise sur le terme même d’autodétermination. Pierre Courant considère qu’il faut laisser faire le général : « On ne doit pas parler au pilote au moment de l’atterrissage ! » Le maire socialiste Monguillon, après avoir rétorqué aux communistes « Commencez donc par faire l’autodétermination en Hongrie ! », propose une formule de compromis : « que l’autodétermination puisse être réalisée dans la paix retrouvée », ce qui est adopté à une faible majorité. Le communiste Cance rétorque : « 30 000 tracts expliqueront demain aux Havrais que vous êtes contre l’autodétermination ! » Passé cet épisode il semble que le débat n’ait plus animé la sphère municipale, du moins officiellement. Ces débats sont la résultante du jeu des partis, autant que de la volonté bien réelle, de voir solutionner la question algérienne. La politique du général n’ôtait-elle pas aux anticolonialistes une partie de leurs arguments en réalisant la politique que l’on sait (57 % des Français l’approuvèrent quand il proclama le droit à l’autodétermination) et notamment en proposant, lors de son voyage au Havre en juillet i960, la formule de « l’Algérie algérienne » ?

Réticences minoritaires et attente de la paix

  • 95 A. Stibio, LH, 6-07-1960.
  • 96 Quand, le 22 octobre 1956, eut lieu le détournement de l’avion marocain transportant Ben Bella, Ren (...)
  • 97 F. de Baecque, René Coty tel qu’en lui-même, Paris, Éd. STH, 1991.

59Si personne n’ose, en réalité, contredire le général, on devine cependant plus d’une nuance entre les deux journaux quotidiens les plus lus au Havre, Le Havre et Le Havre libre. Dans les colonnes du premier, proche des Indépendants, règne l’idée que l’Algérie est à part dans le grand débat : « L’Algérie si proche n’a jamais été une colonie, elle a toujours été, depuis plus d’un siècle, la France. »95 Quand Le Havre affirme que « notre pays a toujours considéré les pays colonisés, et quelles que soient les fautes commises au cours de la colonisation, comme destinés un jour à disposer d’eux-mêmes », il cite l’AEF, l’AOF, Madagascar et nullement l’Algérie. Ceci est écrit en juillet i960. On sait pourtant que dès le 16 septembre 1959, le général de Gaulle avait proclamé le principe de l’autodétermination. Cette contradiction entre la nécessité d’accepter l’émancipation des territoires et le refus de lâcher l’Algérie on la retrouve chez l’indépendant René Coty lui-même. Il était certes prudent, et pas hostile aux réformes. Lors de l’affaire de Suez, il mit les ministres en garde « contre les risques auxquels ils exposaient le pays »96. Il était convaincu du bien-fondé de la loi-cadre de 1956. Mais il se refusait, selon ce qu’a écrit son conseiller à l’Élysée et au ministère de la Reconstruction97 à l’étendre à l’Algérie. Il plaidait pour une solution institutionnelle qui respecte la spécificité du problème algérien. Politiquement, le divorce avec l’Empire ne lui paraissait pas souhaitable. Peu après la Convention signée à Paris entre la France et la Tunisie le 3 juin 1955, René Coty déclarait à Marseille :

  • 98 Notes et études documentaires, no 2039,20-06-1955.

La France n’abandonnera pas à un fanatisme impérialiste qui les mènerait à la pire des régressions les pays qu’elle a civilisés et fécondés98.

60Il écrivait dans ses notes du 19 janvier 1957 :

Il ne me reste que le souci constant de ne pas rester dans l’histoire des présidents comme celui qui aura sans broncher procédé à la liquidation de ce qui fut notre Empire, comme les reines d’Angleterre et des Pays-Bas.

  • 99 Donc quelques mois avant de parler de « République algérienne » le 4 novembre (voir Ch.-R. Ageron, (...)
  • 100 ADSM, Z2846. Correspondance avec le ministre de l’Intérieur. Rapport du préfet sur la situation éco (...)

61Ceux qui ont cru au retour de Charles de Gaulle, et René Coty lui-même, durent cependant entendre ce que le général déclara au Havre le 11 juillet 1960 : « C’est une Algérie nouvelle qui est en train de se fondre et je tranche le mot, c’est une Algérie algérienne. »99 Et il rapprochait indiscutablement la question algérienne du sort des autres territoires : « Œuvre humaine dans le monde, œuvre humaine en Afrique noire et je le crois œuvre humaine en Algérie, voilà ce que la France a à faire. » Si le 13 juillet Le Havre renouvelle sa confiance à de Gaulle, il s’interroge sur le « gouvernement » de l’Algérie et l’éditorial s’intitule ce jour-là « Discours et réalités ». Les craintes des Indépendants percent ici : pourvu que l’on ne reconnaisse pas de fait l’indépendance avant le vote. Ces réticences étaient minoritaires. En réalité, le chef de l’État avait réussi à créer un quasi-consensus en proposant un changement de cap qui, au fond, soulageait véritablement les habitants de la Seine-Maritime, si l’on en croit les rapports du préfet à son ministre sur la situation politique. Celui-ci souligne le « choc psychologique produit sur la population par la déclaration du 16 septembre 1959 » (sur l’autodétermination) : « la population croit entrevoir pour le lendemain la fin des hostilités en Algérie ». Il parle de « l’adhésion quasi unanime à la politique algérienne du général, sauf à l’extrême droite ». Il se réjouit que tous les parlementaires de l’arrondissement, « depuis le ralliement récent de M. Cance (PC) au principe de l’autodétermination » approuvent le chef de l’État, soulignant même, comme si ça n’allait pas de soi, que « le leader des Indépendants, M. Courant a d’ailleurs fait campagne au lendemain du 16 septembre pour défendre cette politique »100.

62L’opinion publique, selon le préfet, considère que seul le général peut aboutir à une solution raisonnable, d’autant que les partis « sont en léthargie », leur audience « effacée ». Et surtout la paix en Algérie est la condition du succès du nouveau régime : « la fin des hostilités en Algérie aurait d’incommensurables répercussions psychologiques et l’euphorie qui s’ensuivrait pourrait pour un temps contrebalancer les sérieux obstacles économiques et financiers que rencontre actuellement le gouvernement. Les syndicats ne l’ont pas caché et sont sur ce point unanimes. » En septembre i960, il est temps de parvenir à la paix escomptée, sous peine, dit le préfet de voir baisser le crédit du gouvernement auprès de la population du département. À lire ses propos, on imagine combien ont pu peser de tels rapports sur la détermination du général à poursuivre sa politique algérienne et coloniale malgré l’action des ultras.

Bon nombre de Français dont les sentiments nationaux ne sont pas contestables, répugnent à la pensée d’avoir à poursuivre les efforts financiers et militaires entrepris en Algérie. L’opinion est de moins en moins préparée à la continuation de ces efforts. Une même observation pourrait être effectuée à propos de l’évolution de la Communauté. Les Français sont acquis pour le plus grand nombre à l’idée de l’Indépendance des anciens territoires d’AEF et d’AOF. Les événements du Congo ont confirmé chez eux le sentiment que l’on avait vu juste en créant la Communauté. Ce qui inquiète certains d’entre eux, c’est la rapidité de l’évolution et la marge qui sépare la Communauté d’aujourd’hui de celle qui avait été conçue et édifiée en 1958.

  • 101 Cf. J. Marseille, « La guerre d’Algérie a-t-elle eu lieu ? Mythes et réalités du fardeau algérien » (...)

63Le thème des sacrifices financiers qui alimente la lassitude à l’égard de la guerre se retrouve donc aussi bien dans les sources syndicales que préfectorales. Et Le Havre n’échappe donc pas à cette contradiction entre le « fardeau perçu » du coût de la guerre et le fardeau réel, largement allégé par le contexte de croissance de la Quatrième République101. L’argument d’une France saisie par le général « au bord du désastre » n’était pas fondé économiquement, mais à partir du moment où il servait de levier psychologique à la popularité du nouveau régime, il fallait vite en terminer pour chasser le spectre de l’effondrement économique.

  • 102 Articles des 10,11 et 18-07-1960.

64C’est une réflexion à plus long terme qu’exprime André Fatras dans les colonnes du Havre libre102.

On s’aperçoit que si les buts sont bien indiqués, les moyens ne sont même pas esquissés. La paix viendra en Algérie parce que personne ne croit plus à la guerre, mais un peu plus tard ou un peu plus tôt, on ne sait guère.

65Le soutien au « grand dessein du général » s’inscrit dans une réflexion tournée vers l’avenir des pays sous-développés, soulignant les difficultés qui s’annoncent pour eux : le fardeau des armements, une économie dépendant d’un ou deux produits dont le prix est fixé par la spéculation, une aide déterminée par l’appartenance à tel ou tel bloc, des nations africaines découpées au hasard de la colonisation sans souci des données géographiques ni ethniques, le danger d’une balkanisation de l’Afrique. La pensée est ici beaucoup plus ouverte sur les problèmes du Tiers Monde. « Si l’Europe était sage, elle s’emploierait à effacer les divisions du passé colonial et elle aiderait les hommes d’État africains à rassembler leurs nations en vastes ensembles. » Mais quel était réellement l’impact de ces réflexions sur le lectorat du Havre libre ?

Revisiter le passé : de l’oubli au refus du « colonial »

66On a constaté plus haut que l’imaginaire des élites, au moment où l’on aborde la phase cruciale de la décolonisation, est marqué par la dualité, entre l’ancien tropisme colonial et le nouveau tropisme européen. L’imaginaire bousculé doit se réajuster. La formation d’une nouvelle identité suppose une révision du vocabulaire, un jeu subtil de mémoire et d’oubli, une acceptation de l’Histoire.

Les derniers feux d’une culture coloniale

  • 103 RDCC, no 136,11-12-1947.
  • 104 Bulletin Havre colonial, avr.-juin 1952.
  • 105 RDCC, no 139,13-07-1950.

67Les lieux où l’on parle encore « le colonial » se raréfient et disparaissent. À la chambre de commerce, la commission des colonies ne s’est plus réunie depuis 1945 : elle est fondue dans celle des douanes103. L’institut colonial n’a pas été ressuscité, bien qu’il existe officiellement jusqu’en 1963. Les dommages de guerre de l’Institut furent réunis à ceux de la chambre de commerce et le projet de reconstruction prévoyait initialement des aménagements pour cet organisme présidé par Albert Charles104. Il n’en fut rien. L’Institut colonial, obsolète, n’était plus dans l’air du temps, alors même que la part de matières coloniales n’avait jamais été aussi forte dans les importations havraises. Sans doute le grand négociant se trompait-il un peu quand il parlait aux élèves de la Coloniale en 1952 de « l’esprit colonial qui anime partout notre ville ». Les témoins de cette époque, et même les négociants ou employés de commerce interrogés, se souviennent de la Ligue maritime et coloniale, et paradoxalement, pas vraiment de la Ligue coloniale et, à une exception près, pas du tout de l’Institut colonial. Pour autant que ces témoignages puissent avoir valeur documentaire, cet oubli n’est pas seulement ignorance par la mémoire qu’un Institut colonial existait statutairement encore dans les années 1950, mais aussi pour plusieurs témoins, ignorance de son existence avant guerre ! L’oubli engendre l’oubli. Il est ici la trace blanche d’un changement d’imaginaire. Le projet d’exposition coloniale, estime amèrement Albert Charles, aurait abouti s’il « avait été mieux soutenu »105. Le ver est dans le fruit.

  • 106 ADSM, 4M574. Assemblée générale extraordinaire de la Ligue le 18-06-1962. Actif de 1032 F, dissolut (...)
  • 107 Bulletins Havre colonial et Havre outre-mer, de l’amicale des anciens élèves de l’ETOM, BMH.

68L’institut de sociologie économique est marqué par l’émergence d’une pensée tiers-mondiste. L’esprit de coopération, sous l’impulsion de Théodore Nègre ou d’Albert Nicollet, l’emporte sur l’esprit de colonisation à l’École d’outre-mer. Certains acteurs de l’Institut militent contre la guerre d’Algérie. La Ligue coloniale est officiellement dissoute le 10 août 1962, sans même avoir, à l’instar de la Ligue maritime et coloniale, opéré son changement lexical vers l’outre-mer. Albert Charles et Paul Jobin décident le transfert d’un actif très symbolique au bénéfice de l’Association des amis de l’École technique d’outre-mer, avec l’assentiment de Théodore Nègre, directeur de l’École et Gabriel de Marande, neveu du fondateur106. L’idée coloniale s’est longtemps réfugiée dans les rituels initiatiques de l’ancienne École pratique coloniale107. On y fait toujours l’éloge des grands coloniaux, comme Jean Laborde, « créateur d’industrie pour la reine Ranavalona Ire, aventurier, commerçant, architecte du Palais Royal à Tananarive, consul de France, précepteur du prince Ramada II », mort en 1878, dont le major de la promotion 1954 nous dit qu’il a « préparé l’entrée de Madagascar dans la Plus Grande France ». Mais les référents évoluent : l’année suivante, c’est Jacques Richard-Molard, le géographe qui est honoré, dont Théodore Nègre évoque les travaux ethnographiques. Cela permet au directeur d’aborder la mutation des sociétés traditionnelles et les nouveaux rapports sociaux nécessaires dans la vie outre-mer. (Il n’est nulle part question de Gilbert Vieillard, pourtant lui aussi « disparu en pleine jeunesse ».) En 1958, Albert Charles, qui préside à toutes les cérémonies annuelles (et dont la fille Mme Pesle est marraine de la promotion Marcel Griaule cette année-là), souligne l’intérêt de ces études ethnologiques sur les populations africaines « au moment où celles-ci accèdent à l’indépendance ». Mais ce n’est pas sans regret de « l’œuvre civilisatrice trop souvent méconnue de la France dans les territoires d’outre-mer » ni sans crainte :

Au moment où leurs rapports avec la métropole sont fondés sur une nouvelle base, et aussi où, sur le plan économique notre pays va entrer dans le marché commun, nous devons les préserver [les TOM], de toute atteinte suscitée par de nouveaux appétits et montrer la plus grande vigilance pour la sauvegarde de tous les territoires qui vivent à l’ombre de notre drapeau.

Interpréter la marche vers les Indépendances

69En août 1960, l’idée d’autodétermination fait son chemin, surtout après la visite du général de Gaulle. Celle de l’Algérie provoque inquiétudes et réticences, puis consensus. Celle des pays d’Afrique noire est moins problématique. On constate même un certain soulagement dans les colonnes du journal Le Havre, provoqué par le contraste entre la situation de la Communauté en Afrique noire et celle du Congo Belge. Comme si l’on se mettait en phase avec la décolonisation, dans sa dimension politique du moins. L’éditorialiste Rémy Roure estime que « La France peut se féliciter de l’évolution de ce qu’elle a eu la sagesse de laisser s’accomplir dans l’ancien Empire. Les régimes et les gouvernements successifs n’avaient certes pas tout prévu et notamment la rapidité de cette évolution ». Suit un discours destiné à montrer qu’au fond, la situation finale coïncidait de manière heureuse avec nos objectifs antérieurs :

Nous devons nous souvenir que le préambule de la Constitution de 1946 qui créait l’Union française n’excluait nullement la transition qui s’est produite.

70Cette explication rétrospective invoque aussi la conférence de Brazzaville et même la loi-cadre de 1956 totalement ignorée en son temps par la presse locale comme l’avaient été la fin du travail forcé ou le passage à la citoyenneté dans les territoires d’outre-mer. Cela donne le sentiment qu’avec l’Histoire on refait l’Histoire. Ainsi la France « restait l’émancipatrice, l’institutrice de l’indépendance ». Il ressort de ce réaménagement des séquences historiques une imputation causale singulière : on n’aurait colonisé que dans le but de décoloniser un jour. Réconcilié avec le sens de l’Histoire, l’éditorialiste pouvait écrire :

On a dit beaucoup de mal de la colonisation française. Il y a eu certes de larges ombres, mais les peuples de couleur qui vivaient sous la protection de notre drapeau savaient que ce drapeau était celui de la liberté et de l’égalité des races.

La négation du passé colonial

71Suivre son temps, ce peut être assumer les changements sémantiques imposés par l’Histoire en train de se faire : parler de départements, de territoires, d’outremer, d’Union française, de Communauté, d’États indépendants, de décolonisation. Il n’y a là rien d’original ou de spécifique au Havre. En revanche les choix sémantiques sont plus intéressants quand leurs auteurs cherchent, à travers un vocabulaire nouveau, à transformer les représentations du passé, à refouler une identité. Ou mieux encore quand on se paye de mots qui étaient hier ceux que l’adversaire utilisait à votre encontre comme on l’a vu sous la plume du courtier Colchen dénonçant un « colonialisme périmé ». Dans le même ordre d’idées, on assiste à la revanche du « tropical » sur le « colonial » dans le discours identitaire.

72Dans un numéro exceptionnel de Marchés tropicaux intitulé « Le Havre et L’Afrique » en 1964, le directeur du port, Henri Deschênes, qui fut aussi président de l’Institut havrais de sociologie, s’attache à démontrer que Le Havre a toujours été différent de Marseille et Bordeaux, dans ses rapports avec l’outre-mer. Le Havre ne s’est jamais « intéressé directement à l’implantation de colons ». Des colonies « Le Havre ne ramassa que les restes, et parmi ceux-ci, l’un des plus beaux : le bois ». Après guerre, « ils partent vers les anciennes colonies à l’heure où d’autres Français les quittent. C’est la relève du traitant à tout faire par le spécialiste ». Autant d’assertions que ne dément pas l’étude qui vient d’être présentée. Il y aurait un manque de modestie à contester la compétence de cette analyse. Mais sur le terrain des représentations, la thèse défendue est problématique : sa définition de la « vocation africaine » du Havre est celle d’une « vocation tropicale et non coloniale ». Qu’est-ce qui faisait alors de Marseille ou Bordeaux de vrais ports coloniaux ? Le fait « qu’à chaque escale où l’on parle français, se trouvaient des hommes partis de Marseille ou de Bordeaux pour y tenir des comptoirs ou exploiter les richesses du pays ». Mais doit-on juger au seul critère de l’implantation à la colonie quatre-vingts ans de relations du Havre à l’outre-mer ? Et doit-on considérer comme non coloniales les implantations de l’après-guerre en Afrique noire sous prétexte qu’il n’y a plus des colonies, mais des territoires ?

73Se débarrasser ainsi de l’épithète colonial en 1964 n’est pas innocent. Il faut certes replacer dans son contexte le propos : « une nouvelle chance se présente au négoce entreprenant », dit l’auteur en expliquant qu’il faut quitter Le Havre et « tendre une main nouvelle à l’exploitant ». Et le support de la communication, Marchés tropicaux, est propre à adresser un message aux producteurs des nouveaux états indépendants. Mais n’est-ce pas ainsi que l’on commence à revisiter l’Histoire : « Les Havrais ne se sont jamais sentis solidaires de l’Afrique ancienne coiffée par leurs concurrents. Aussi suivent-ils avec intérêt les bouleversements apportés par les émancipations des peuples... » Le long effort des prosélytes à affirmer l’identité coloniale havraise semble ainsi disparaître de l’imaginaire des élites portuaires. Traitant de « l’ouverture spirituelle vers l’Afrique », l’auteur présente l’École technique d’outre-mer, en éludant de son historique le terme même d’école coloniale. Il en est de même pour la section locale de la Ligue maritime et d’outre-mer qui regroupe encore 135 adhérents et 1260 membres scolaires dans la ville, dont l’origine n’est pas précisée. Enfin, dernier aspect qui n’est pas le moindre dans cette représentation nouvelle du rapport entre Le Havre et l’outre mer : « Au lieu de penser principalement colonie française et marché français, les Havrais s’orientèrent, dès leur début, vers une conception commerciale plus élargie. » L’auteur veut ainsi valoriser l’effort havrais de réexportation des produits tropicaux vers l’Europe. Ce faisant, il fait l’impasse sur la doctrine autarciste telle quelle s’est manifestée au Havre dans les années 1930, sans parler du refoulement des expériences congolaises. Il est vrai que pour critiquer le « dirigisme qui ressuscite le pacte colonial », il est délicat d’évoquer le temps où l’État, par sa politique douanière ou concessionnaire, était mieux accepté du négoce de la Place.

Les chemins de l’idée coloniale : conclusion

74Ce parcours des chemins de l’idée coloniale au Havre s’est heurté à une limite d’ordre méthodologique. L’idée coloniale a pu être décrite, dans son mouvement général. Mais il s’est agi avant tout de l’imaginaire des élites, qui ont fait beaucoup pour que Le Havre devienne colonial, surtout à partir du moment où elles ont été convaincues elles-mêmes, dans leur majorité, de la vocation coloniale du port. Cela s’est produit tardivement, au début des années 1920. La question « Havre colonial ou parti colonial », pour paraphraser Charles-Robert Ageron, demeure intacte dans la mesure où les sources n’ont pas permis de mesurer l’indifférence de l’opinion locale à la question coloniale. Au mieux, a-t-on pu mesurer des appartenances et des fortes mobilisations de groupes, de réseaux, sans prétendre pouvoir décrire la psychologie collective de l’entité sociale. La capacité de contrôle social des élites coloniales dans le champ économique, politique et culturel a été considérable dans l’entre-deux-guerres au Havre. Quant à l’anticolonialisme, il n’a eu qu’une influence limitée, et par intermittences. Ici autant qu’ailleurs, il s’est vite retrouvé imprégné de préoccupations anticapitalistes, par le rôle du communisme indochinois et par le contexte de la guerre froide. L’adhésion à l’idée d’Union française a été, un moment, consensuelle. La question algérienne a davantage mobilisé une opposition à la guerre qu’un soutien à l’indépendance.

75L’idée coloniale au Havre est en retard non seulement sur d’autres ports, Marseille surtout, mais aussi sur la pratique des échanges, elle-même, du Havre avec l’outre-mer. Très vite ensuite, au cours des années 1930, négociants et industriels de la Place théorisent cette pratique en adhérant aux conceptions autarcistes, contradictoires avec les représentations libre-échangistes de la culture négociante havraise. Brève, mais intense, la phase d’identité coloniale récompense les efforts d’un appareil prosélyte puissant, vite oublié après guerre. La sociabilité coloniale divise son travail, pour être plus efficace. Lieu de propagande, Le Havre est aussi, ou se pense tel un carrefour professionnel de la plus grande France grâce à son Institut colonial, très actif durant une décennie. Il ne donne qu’avec circonspection son accord aux Instituts ou lobbies parisiens de même nature. La muséologie, l’iconographie commerciale, le culte des fondateurs d’Empire, la présence des produits coloniaux dans le paysage urbain, plus que celle des hommes de là-bas, nourrissent un imaginaire colonial bien difficile à dessiner rétrospectivement.

76Au temps de l’Union française, le doute s’installe, et l’on retrouve une dualité, comme au début du siècle, entre les fervents de la France d’outre-mer et les sceptiques. Ce doute et ces ambiguïtés traversent toutes les forces traditionnelles de la société havraise. S’il y eut une « grande peur » de décoloniser, elle habita seulement une partie des élites, et davantage au sortir de la guerre qu’à la veille des Indépendances. La bipolarisation de la vie politique havraise s’accompagne de positions tranchées entre les deux camps au moment de la guerre d’Indochine, parce qu’elle est aussi perçue comme un conflit de guerre froide. Mais jusqu’à 1956, le monde politique havrais, communistes inclus, est consensuellement un bon élève de l’Union française, conscient de ses liens privilégiés avec l’Afrique noire. La guerre d’Algérie divise, mais rassemble également, autour de l’idée d’autodétermination, malgré les réticences des Indépendants. On est passé du « comment coloniser » au « comment en sortir ? ». Le discours colonial révise son vocabulaire et une partie des élites cède à un néo-cartiérisme largement fondé sur un argumentaire local et sur les inquiétudes ou les espoirs suscités par les perspectives européennes. D’autres adoptent des vues tiers-mondistes. D’autres enfin s’accrochent aux positions acquises par le renforcement des stratégies entrepreneuriales de l’après-guerre, notamment en direction de l’Afrique noire. Ceux-là préfèrent l’efficacité discrète qui permet de « rester », au discours nostalgique. L’identité coloniale du Havre est en miettes. Elle n’aura guère duré qu’une génération.

Notes

1 Le Comité de l’Empire français était né en 1942 du rassemblement de l’Union coloniale avec l’Institut colonial français et le Comité de l’Indochine. Il devient en 1948 le Comité central de la France d’outre-mer.

2 RDCC, no 134,29-05-1946, p. 384.

3 Transmis au préfet par le sous-préfet du Havre, 28-08-1945, ADSM, 2Z109.

4 Ch.-R. Ageron, Histoire de la France coloniale, Paris, Armand Colin, 1990, t. 2, p. 358.

5 ADSM, 2Z109, rapport du 27-03-1947.

6 Sous-préfet au préfet, ADSM, 2Z109, 11-01-1946.

7 M. Meuleau, Des pionniers en Extrême-Orient : histoire de la Banque de l’Indochine, 1875-1975, Paris, Fayard, 1990, p. 439.

8 ADSM, 2Z109, Association nationale pour l’Indochine française.

9 A. Charles, RPO, no 9, 1955, p. 10.

10 RPO, no 57, jan. 1950. La revue « épouse les réserves du Comité Central de la France d’outremer sur les prétentions de l’ONU à obtenir des renseignements politiques sur nos territoires d’outre-mer ».

11 Ibid.

12 Cité par Ch.-R. Ageron, La Décolonisation française, Paris, Armand Colin, 1994, p. 108.

13 Discours au Rex, Le Havre-Éclair du 2-06-1946.

14 Voir les nombreux chiffres de sondages cités par Ch.-R. Ageron dans ses différents ouvrages. Fin 1949,81 % des Français pensent que la France a intérêt à posséder des territoires d’outre-mer.

15 AMH, D217-5. Correspondance Pierre Courant.

16 Suit une résolution votée à la demande du Comité central de la France d’outre-mer « dans le même esprit que la chambre de commerce de Marseille », RDCC, no 141,28-02-1952.

17 Le courtier Colchen, le négociant Reinhart.

18 Baptême de la 44e promotion de l’École technique coloniale, Havre colonial, 23-01-1954, no de jan. 1954.

19 Havre colonial, oct.-mars 1951, Simonnet, major de 2e année, cérémonie de la promotion Charles de Foucault.

20 RDCC, no 145, lettre du 17-07-1955.

21 R. Roure, « Le fantoche du Caire », Le Havre, 2-08-1956.

22 « Les élus malgaches sont emprisonnés, leur parti dissous, après que le Parlement, sur rapport de René Coty, eût lâchement consenti (à l’exception des communistes et d’une part des élus d’outre-mer), à lever leur immunité parlementaire en juin et août, sans les entendre » (J. Rioux, La France de la Quatrième République, vol. 1, L’ardeur et la nécessité, 1944-1952, Paris, Seuil (Points), 1980, p. 166). Le point de vue d’Yves Benot est encore plus sévère sur le député du Havre : « Aussi Moutet s’oppose-t-il à la proposition d’une commission d’enquête parlementaire de Jacques Duclos et la fait rejeter. On enverra seulement deux parlementaires bien choisis, Maurice Pernot et René Coty, préparer à Madagascar le rapport sur la levée de l’immunité parlementaire des deux députés déjà arrêtés. Ces deux-là sauront n’entendre que ce qu’il faut entendre, et resteront sourds aux preuves des “sévices” comme disait Auriol. » (Massacres coloniaux, Paris, La Découverte, 1994, p. 133).

23 « Personne n’oublie les pénibles événements de Sétif en mai 1945 et l’atroce répression dont ils ont été le prétexte », L’Avenir du Havre, 6-07-1946.

24 L’Avenir du Havre, 6-04-1946.

25 Cependant Aimé Césaire ne ménagera pas ses amis, en 1956 lorsqu’il dira à propos des membres du PCF, constater « leur assimilationnisme invétéré, leur chauvinisme inconscient, leur conviction passablement primaire - qu’ils partagent avec les bourgeois européens - de la supériorité omnilatérale de l’Occident [...] Le Parti communiste français pense ses devoirs envers les peuples coloniaux en termes de magistère à exercer, et l’anticolonialisme même des communistes français porte encore les stigmates de ce colonialisme qu’il combat » (Lettre à Maurice Thorez, Paris, Éd. Présence Africaine, 24-10-1956).

26 Ch.-R. Ageron, Histoire de la France coloniale, t. 2, p. 429

27 20 février 1946. « Une fois de plus, nos jeunes gens, genoux en terre, prononcèrent leur serment de fidélité à la France et reçurent solennellement des mains de leur major quelques présents symboliques : la sagaie, droite comme devra être leur ligne de conduite, le casque blanc et pur comme devra rester leur cœur, le ruban bleu et rouge, couleur des vieux coloniaux et du sang répandu dans l’accomplissement du devoir. Nous avons particulièrement apprécié les paroles de M. Nègre. » On ne peut pas dire quid, le journal communiste prenne beaucoup de distance avec la symbolique colonialiste, pourtant contestée au moment du culte d’Archinard.

28 On se souvient que la maison Raoul-Duval, qui court-circuite la CFAO et la SCOA et traite dès 1953 avec la coopérative de Félix Ftouphouët-Boigny, est aussi accusée d’être « antifrançaise » par d’autres Havrais (témoignage de M. Hubert Raoul-Duval).

29 L’Avenir du Havre, 21-03-1947.

30 M. Riedinger, « Économie et travail outre-mer », RPO, no 37, mai 1948, p. 10-12.

31 RPO, no 127 et 131 de 1956.

32 « La vie de l’Institut », Revue de psychologie des peuples, 1948, p. 227.

33 Pour une approche plus complète du sujet : C. Malon, « Le Havre et l’outre-mer, sociabilité et recherche », Études normandes, no 2,1997, p. 75-96.

34 A. Nicollet, « Un homme, une ville, une œuvre, Abel Miroglio », no hors-série des Cahiers de sociologie économique et culturelle, 1999.

35 ADSM, 4M574, Associations, enseignement et propagande coloniales.

36 « Programmes et Statuts », Institut havrais de sociologie économique et culturelle, 1938, p. 9.

37 Voir les Almanachs des adresses du Havre, Imprimerie Micaux frères, à partir de 1939.

38 Eugène L. Guernier, L’Afrique, champ d’expansion de l'Europe, Paris, Armand Colin, 1933.

39 G. Ganier, « La décade havraise de juillet 1954 sur l’Afrique et les problèmes eurafricains », Revue de psychologie des peuples, no 4,1954.

40 G. Ganier, « La décade havraise... », p. 398 à 404, Holas dit son accord avec Frantz Fanon (Peaux noires, masques blancs, Paris, Seuil, 1952).

41 Sur le mouvement culturel havrais des années 1960, voir S. Reneau, « Politiques et pratiques culturelles au Havre, 1944-1965 », Études normandes, no 1,1990, p. 7-22.

42 G. Hardy, « La psychologie des populations coloniales, état présent de la question », Revue de psychologie des peuples, 1947, p. 233-261.

43 O. Mannoni, « La personnalité malgache, ébauche d’une analyse des structures », Revue de psychologie des peuples, 1948, p. 263-281.

44 L’expression « branche morte, à tout le moins branche rabougrie » est d’Abel Miroglio luimême, « Voici nos Cahiers », Cahiers de sociologie économique, no 1, juin 1959.

45 A. Nicollet, premier article du no 1 des Cahiers de sociologie économique, 1959, « La femme, la famille et les changements économiques en Afrique noire », p. 19 à 38.

46 F.-J. Gay et A. Frémont, « Les géographes et les problèmes du sous-développement », Cahiers de sociologie économique, no 7,1962. J. Gallais, Y. Lacoste, C. Fontaine, Cahiers de sociologie économique.

47 Jean Colchen, 2 p. dactyl., non datées. Archives de la chambre des courtiers, coll. privée.

48 Cf. Lettre à Michel Debré, archives de la chambre des courtiers, coll. privée.

49 Le Havre libre et LH 27-07-1960.

50 C.-J. Gignoux, « Renouveau du fédéralisme » et M. Martelli-Chautard, « Le port du Havre et l’Union française », RPO, no 26, juin 1947.

51 Assemblée de l’Union française, 24-01-1957.

52 O. Reclus, Lâchons l’Asie, prenons l’Afrique. Où renaître ? Et comment durer ?, Paris, Librairie universelle, 1904.

53 RDCC, no 145, rapport Charles, commission du Commerce extérieur et de l’Union française, 11-10-1956.

54 RDCC, no 136, lettre de Roger Meunier, président de la chambre de commerce, au directeur du Commerce extérieur, 24-04-1948.

55 D’après la liste du monument aux morts : Indochine : 63 soldats, Algérie : 43, Tunisie et Maroc : 3. Le tribut payé aux deux guerres mondiales est de 7500 soldats et marins tués en 1914-1918, un vingtième de la population, et de 5126 morts, dont une immense majorité de civils, en 1939-1945.

56 Le 23-12-1946.

57 Cf. Registres de délibération du conseil municipal du Havre, dans les archives municipales du Havre.

58 AMH, 405 W-5. Fonds Roger Le Marée.

59 Henri Martin, arrêté le 14 mars 1950, libéré le 2 août 1953, avait fait plusieurs mois en Indochine. Il distribuait des journaux interdits à l’arsenal de Toulon. Il avait été accusé de sabotage, ce dont il fut disculpé. Cf J.-R Biondi et G. Morin, Les Anticolonialistes (1881-1962), Paris, Hachette (Pluriel), 1993, p. 282-283.

60 AMH, 405 W-5, Fonds Roger Le Marée.

61 M.-P. Dhaille-Hervieu, Communistes au Havre, communistes du Havre, 1930-1983, thèse, IEP Paris, A. Prost (dir.), 1997, dactyl., p. 205-206.

62 Ibid.

63 Cf. J. Barzman, Les Dockers du Havre, de la brouette au portique (XIXe-XXe siècles), thèse d’habilitation, 2000, dactyl., p. 346.

64 Entretien accordé à l’auteur le 15-05-2000. Lucien Noient évoque les tendances syndicales de manière allusive : « il y a plusieurs sortes de chapelles, c’est un peu pareil, c’est profond... »

65 J. Barzman, Les Dockers du Havre..., p. 345.

66 Cf. Le Havre libre du 25 au 3-04-1950.

67 « En 1954, seuls 23 % des Français déclarent suivre dans les journaux les nouvelles de la guerre d’Indochine et 15 % seulement souhaitent la poursuite de la guerre jusqu’au succès final », J. Marseille, Nouvelle histoire de la France, Paris, Perrin, p. 1012.

68 L’Action charbonnière, no 44,1958. Archives Le Marée, AMH, 405 W-63.

69 L'Action charbonnière, no 62. Archives Le Marée, AMH, 405 W-63.

70 La municipalité à direction communiste, de janvier 1956 à mars 1959, donne de la notoriété à ces manifestations par sa présence dans les défilés.

71 M.-P. Dhaille-Hervieu, Communistes au Havre..., p. 300.

72 À cette date la FEN et le SGEN-CFDT constituent un Comité de Paix des enseignants du Havre, bientôt intégré à un Comité permanent de vigilance antifasciste regroupant tous les partis de gauche et syndicats, le MRP, le Mouvement de la Paix, les Comités antifascistes d’usines (Duchesne et Bossière, CEM, EDF, Port).

73 Lettre de remerciements de l’Union générale des travailleurs tunisiens au Syndicat des dockers charbonniers, le 1-03-1953. AMH, Fonds Le Marée, 405 W-5. Le bombardement de Sakhiet-Sidi-Youssef, le 8 février 1958, aurait fait 72 morts et 90 blessés, surtout civils selon H. Alleg (dir.), La Guerre d’Algérie, Paris, Temps Actuels, 1981, t. 2, p. 584.

74 Entretien avec Jacques Eberhard, 15-05-2000.

75 Claude Despretz est cité par J. Eberhard (entretien, ibid.). Despretz fut avec Alban Liechti, l’un des premiers jeunes communistes à refuser de prendre les armes contre les Algériens.

76 Entretien avec Albert Nicollet, le 18-11-2000.

77 Cf. M.-P. Dhaille-Hervieu, Communistes au Havre..., p. 200. Le 20-04-1958, l’UGS présente des candidats aux élections cantonales. D. Jeanne, soutenu par J. Natanson (SGEN), se désiste pour Maurice Schlewitz (PC), afin de « soutenir le seul candidat partisan de l’indépendance de l’Algérie ».

78 ADSM, série Z, Affaires musulmanes, surveillance des Nord-Africains, MTLD, FLN. Elles ont pu être consultées aux conditions de la dérogation. Aucun nom tiré de ces dossiers ne sera reproduit ici.

79 ADSM, Z2705, soit 221 individus sur 4321. Ce que le rapport appelle Normandie est plus probablement le département de Seine-Maritime.

80 M. Stibbe (cité par Le Havre libre) et M. Dechezelles, avocats au barreau de Paris, étaient surveillés par la police pour avoir donné des « conférences anticolonialistes » en province à l’appel du Comité pour la libération de Messali Hadj. ADSM, 1881W165.

81 Le Havre libre, 10-06-1952.

82 Qui s’intéressent aux « propagandistes antinationaux », manière rétrospectivement paradoxale de désigner des nationalistes.

83 Né dans le département de Constantine, il appartient au MTLD à Roubaix. Il vient au Havre en 1954. En septembre, il subit vingt jours de prison pour avoir écrit sur un monument public « Indépendance de l’Algérie » (ADSM, Z2705).

84 Direction des Renseignements généraux, 8-11-1957.

85 Émile Témime met plutôt l’accent, pour Marseille sur le ralliement de messalistes au FLN, et affirme que dès 1956 la grande « liquidation » des messalistes a commencé. Cf. « Les Algériens à Marseille pendant la guerre d’indépendance », in La Guerre d’Algérie au miroir des décolonisations françaises, Paris, Société française de l’histoire d’outre-mer (SFHOM), 2000, p. 467.

86 ADSM, 1881W165 (avec dérogation).

87 É. Témime, « Les Algériens à Marseille pendant la guerre d’indépendance », p. 468.

88 Par exemple le 24 décembre 1957, un Algérien, X. est inculpé d’atteinte à la sûreté extérieure de l’État pour être porteur d’une grille du FLN et d’une somme de 120 000 F (ADSM, Z2705).

89 ADSM, Z2752, Mission au Havre 19-04-1958. Dans les archives préfectorales, on trouve des exemplaires de lettres adressées par le FLN de Rouen à des compatriotes : « Cher Frère, tu dois payer ta cotisation, tout refus est sanctionné par le châtiment des traîtres » (1881W165).

90 ADSM, Z2752, mission du 19-04-1958. La préférence du patronat local pour la main-d’oeuvre d’Afrique noire se confirme au fur et à mesure que monte la tension due à la guerre d’Algérie.

91 Havre libre, 29-01-1957.

92 Sur les réactions en métropole au massacre de Melouza, voir notamment B. Stora, « La Gauche et les minorités anticoloniales », in La Guerre d’Algérie et les Français, J.-P. Rioux (dir.),
Paris, Fayard, 1990, p. 63-78.

93 ADSM, 1881W165.

94 Ch.-R. Ageron, Histoire de la France coloniale, t. 2, p. 523.

95 A. Stibio, LH, 6-07-1960.

96 Quand, le 22 octobre 1956, eut lieu le détournement de l’avion marocain transportant Ben Bella, René Coty aurait déclaré au ministre des Affaires étrangères, Christian Pineau :
« Celui qui a ordonné cette connerie nous fera perdre la guerre d’Algérie », cité par Patrice Gélard, dans René Coty, Le Havre, IHPP, 1982, p. 105.

97 F. de Baecque, René Coty tel qu’en lui-même, Paris, Éd. STH, 1991.

98 Notes et études documentaires, no 2039,20-06-1955.

99 Donc quelques mois avant de parler de « République algérienne » le 4 novembre (voir Ch.-R. Ageron, Histoire de la France coloniale, t. 2, p. 540).

100 ADSM, Z2846. Correspondance avec le ministre de l’Intérieur. Rapport du préfet sur la situation économique sociale, politique. 17 et 21 novembre 1959. En Seine-Maritime, seul André Marie préconise la « francisation de l’Algérie ».

101 Cf. J. Marseille, « La guerre d’Algérie a-t-elle eu lieu ? Mythes et réalités du fardeau algérien », in La Guerre d’Algérie et les Français, p. 281-288.

102 Articles des 10,11 et 18-07-1960.

103 RDCC, no 136,11-12-1947.

104 Bulletin Havre colonial, avr.-juin 1952.

105 RDCC, no 139,13-07-1950.

106 ADSM, 4M574. Assemblée générale extraordinaire de la Ligue le 18-06-1962. Actif de 1032 F, dissolution votée à l’unanimité.

107 Bulletins Havre colonial et Havre outre-mer, de l’amicale des anciens élèves de l’ETOM, BMH.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 - Résolution, fonds Roger Le Marée
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7199/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre Tab. 1 - Effectifs et organisation du FLN et du MNA au Havre en 1957
Légende Sources : ADSM, 1881W165.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7199/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 72k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540