Version classiqueVersion mobile

Le Havre colonial de 1880 à 1960

 | 
Claude Malon

IIIe partie. Les chemins de l’idée coloniale

Chapitre 9. Le travail de l’imaginaire colonial

Texte intégral

1En interaction avec la construction de la croyance et la formation de l’identité, les universaux de l’imaginaire, unité, altérité, alimentent l’idée coloniale. Le Havre cultive ses signes d’Empire, célèbre le culte des fondateurs, d’Esnambuc, Archinard, archétypes coloniaux de l’unité impériale. La cité célèbre, à sa manière, sa place dans cette unité. Elle pratique le culte du produit, symbole colonial représentatif de toute son histoire, et rêve longtemps de sa grande Exposition coloniale. Mais cet Empire est lointain, et les images de l’Autre, vraies ou fausses, n’évoluent que bien lentement, au gré d’expériences parfois mouvementées, de contacts vécus dans des aventures singulières, nées comme d’une altérité éclatée. L’imaginaire, en chemin, se transforme, il est conflictuel. Et sa dualité, humanisme colonial et humanisme anticolonial d’une part, ou conservation de l’ordre ancien de l’autre, se manifeste avec vigueur chez les élites au temps de l’Union française, mais sans impliquer véritablement l’opinion publique havraise.

Mythes fondateurs et signes d’Empire

2L’imaginaire colonial n’est pas uniquement représentation de l’Autre. Il est aussi représentation d’un tout : l’Empire. L’effort des prosélytes a forgé la représentation d’une unité de la nation et de son Empire. Il a confondu adroitement, dans un équilibre des différences jugées nécessaires ou insurmontables, ce besoin fondamentalement humain de l’unité avec celui de l’altérité, deux archétypes de l’imaginaire. Le culte des fondateurs d’Empire, la célébration des signes impériaux nourrissent l’imaginaire. En retour celui-ci cimente d’autant plus fortement l’identité coloniale. Ce besoin de communion, auquel répondent les célébrations, les rituels et les symboles, s’exprime au Havre dans l’entre-deux-guerres, au moins dans une partie de la population : élites négociantes, édiles, anciens combattants, milieux portuaires. Histoire embellie, celle du général Archinard, mythologie rajeunie, celle de Belain d’Esnambuc : à lire la presse des année 1930, on aurait presque la certitude que l’empire colonial de la France d’Afrique et des Antilles a été construit par des Havrais.

  • 1 Cf. J. Meyer, « Des origines à 1763 », Histoire de la France coloniale, Paris, Armand Colin, 1990, (...)

3L’histoire de Pierre Belain d’Esnambuc est assez bien connue1 Né en 1585 dans une famille de petits nobles du Pays de Caux, son aventure maritime le conduit dans la mer des Antilles. Il débarque à Saint-Christophe avec une poignée d’hommes, en 1625. Il revient en France, sur son navire L’Espérance, avec une riche cargaison de tabac pour recevoir de Richelieu des lettres patentes qui lui permettront de s’installer sur les îles voisines tout en continuant de chasser les galions d’Espagne dans les eaux des Antilles. Le Cardinal a donc autorisé d’Esnambuc, de Roissey et un groupe de négociants havrais à fonder une société : la Compagnie de Saint-Christophe, avec une concession de vingt années à partir du 2 octobre 1626. La traite des nègres est prévue dans le contrat. 246 Normands dont 52 Havrais sont de l’aventure, en réalité un vrai calvaire : seuls 70 colons arriveront dans l’île. Action contre les Espagnols, lutte contre les appétits du colonisateur anglais, lutte contre les Caraïbes, animosité entre d’Esnambuc et son collaborateur de Roissey, des difficultés et des violences émaillent ce parcours. Les assises financières de la compagnie étant insuffisantes, elle est réorganisée en 1635 sous le nom de Compagnie des îles d’Amérique, avec le concours de financiers parisiens. Au nom du Roi de France elle prendra possession de la Martinique et de la Guadeloupe, sans que l’on puisse dire aujourd’hui la part de mérite qui en revient à d’Esnambuc ou à son lieutenant Liénart de l’Olive. D’Esnambuc meurt à cinquante et un ans, en juin 1637. Jusqu’en 1648, la compagnie affrète 48 navires, transporte 3200 engagés, quelques vrais colons et beaucoup d’ouvriers agricoles qui peuvent à peine payer leur voyage de retour.

  • 2 Titre d’un compte rendu signé Laurent Cernières, d’un article sur Belain paru dans le Recueil de la (...)
  • 3 Recueil de la SHED, 1932, p. 207-220.
  • 4 Bull. ICH, juin 1938.
  • 5 AMH, FC, K3-20, l.2.

4Les responsables de sociétés historiques savantes du Havre ont entretenu la mémoire de Belain d’Esnambuc. Au début des années 1930, plusieurs articles rendent hommage au « conquistador normand »2 L’Histoire coloniale permet tout à la fois de valoriser l’aventure impériale, le particularisme provincial, et la mission civilisatrice : « Ce Normand, intrépide, véritable incarnation de notre race, ce Français des anciens temps qui tour à tour corsaire, explorateur, gouverneur et toujours homme de bien, nous a donné aux Tropiques des terres merveilleuses, après en avoir fait le prolongement de la patrie. Il fut vivement regretté dans les Antilles », écrit Joseph Caulle, de la Société havraise d’études diverses3 En 1935, on envoie de la terre d’Allouville aux Antilles, à l’occasion du tricentenaire de leur rattachement à la France. Le 22 mai 1938, de la terre prélevée par le gouverneur de la Martinique « à l’endroit même où le gentilhomme cauchois a débarqué en 1635 et a pris possession au nom de la France » est remise à la municipalité d’Allouville. Le sénateur de la Martinique, Lemery, fait un discours devant la plaque consacrée au « Fondateur de la puissance française aux Antilles », en présence « des délégués des principales sociétés et établissements d’Enseignement de la région »4 Ensuite, la grand-messe se poursuit à l’hôtel Frascati, sur la plage du Havre, où tout l’appareil du Comité de propagande coloniale de la région du Havre peut converser avec Candace, député de la Guadeloupe, vice-président de la chambre, Gaston Monnerville, député de la Guyane, et le représentant du ministre des Colonies Georges Mandel5 À cette occasion, une dizaine de personnalités du monde maritime et portuaire sont décorées des ordres coloniaux : Étoile Noire du Bénin, Étoile d’Anjouan, Dragon de l’Annam.

  • 6 ADSM, 1M557, propagande anticoloniale, document adressé à la préfecture de la Seine-Maritime par le (...)
  • 7 R. Maran, Les Pionniers de l’Empire, Paris, Albin Michel, 1946.

5Les mythes de fondateurs, proches en cela des mythes de sauveurs, cimentent des communautés et flattent les particularismes. En devenant « régionale » en 1936, la propagande coloniale du Havre a réussi à intégrer la légende de d’Esnambuc, paré bien sûr de tous les courages et des meilleures intentions. La cérémonie qui eut lieu le 9 mars 1985 à Allouville pour le 400e anniversaire de la naissance de d’Esnambuc, « père des Antilles Françaises », révèle bien cette permanence de l’archétype, même si l’on y diffusa ce jour-là ce beau film qu’est Rue Cases Nègres. Les archétypes de fondateurs sont solidement légitimants et fédérateurs d’une communauté, réelle ou rêvée. Ils débordent largement les clivages politiques voire les oppositions idéologiques. René Maran, considéré comme une grande voix de l’anticolonialisme avec la préface de son roman Batouala, Prix Concourt 1921, militant actif en 1936 de la Ligue contre l’impérialisme et l’oppression coloniale6 a consacré quatre-vingts pages à Belain d’Esnambuc dans un ouvrage paru en 19467 Précise et appuyée sur une solide bibliographie, son évocation n’égratigne à aucun moment la personnalité du conquistador : homme de devoir, patriote, doté de hardiesse, d’élan et d’esprit combatif, regretté et pleuré de tous quand il meurt, le héros positif, dans cette histoire, tire bien son épingle du jeu. Et que dire de telles tournures : « De vrai, sous la mâle et patiente impulsion de Belain d’Esnambuc, femmes, artisans et colons s’essaiment dans les îles et y font souche. » Une telle représentation illustre sans doute la difficulté à contester l’ordre colonial face aux grandes mythologies de la conquête. Plus importante que celle de Belain, l’aventure du général Archinard allait stimuler la célébration de l’unité impériale dans les années 1930.

Le général Archinard, histoire d’un culte

  • 8 C. Malon, « Deux Havrais en Afrique : Louis Archinard et Gilbert Vieillard », Cahiers havrais de Re (...)
  • 9 Y. Person, Samory, une révolution dyula, Dakar, 1968, t. 2, p. 1068.

6Louis Archinard est né au Havre le 11 février T850. Son père Louis Archinard, est directeur des écoles protestantes du Havre. Bachelier en 1866, le jeune Louis entre à l’École polytechnique en 1868. Sa carrière coloniale débute lorsqu’il embarque le 20 mai 1876, pour la Cochinchine, chargé d’une mission au Cambodge et dans le Royaume de Siam. Promu capitaine en 1878, il devient inspecteur des Études à l’École polytechnique de décembre 1879 à octobre 1880. De 1880 à 1893, phase décisive de la carrière d’Archinard, se réalisa l’essentiel de la conquête du Soudan français, au cours de quatre campagnes militaires dont l’ampleur et les méthodes ont été décrites ailleurs8 En 1890, le colonel Archinard devient le premier « Commandant supérieur du Soudan français ». Au terme de cette conquête l’étendue du Soudan français est passée de 200 000 à 500 000 km2, « traçant ainsi le cadre de la moderne république du Mali »9 On se limitera ici à mesurer l’impact de la figure d’Archinard sur l’imaginaire colonial de sa ville natale, à l’étude critique de Louis Archinard comme « lieu de mémoire ».

  • 10 Il lui rend hommage le 15 mars 1930 dans une séance solennelle de la Société de l’Histoire des colo (...)

7Le général fut honoré par ses pairs et par ses disciples. Du maréchal Lyautey10 au général Marchand, à l’intendant militaire Jacques Meniaud, les propos hagiographiques ne manquent pas. Louis Archinard participa largement à son propre culte. Il sut manier les symboles, se constituer une image de père. Ses obsèques en 1932, puis l’inauguration de sa statue, en 1934, solidifièrent pour longtemps le mythe du fondateur d’Empire, symbole du Havre colonial et de la Lrance impériale.

L’image du père

  • 11 CAOM, 60 APC 1-Archinard. Abdoulaye Tall, étant fils d’Ahmadou le roi de Ségou, était donc le petit (...)

8Après la chute de Ségou en 1890, la famille d’Ahmadou tombe entre les mains d’Archinard qui ramène en France l’un des fils du Sultan, Abdou Laki. Le jeune homme fut mis au lycée Jeanson-de-Sailly, entra à Saint-Cyr, mais mourut peu de temps après. Il fut surnommé au Havre « l’Aiglon ». Le colonel s’attacha en tout cas le fils du Sultan, qui lui écrivait de Paris le 11 février 189411 :

Mon cher Colonel, [...] J’ai donc attendu cette date pour te dire que tu peux venir n’importe quel jour en prévenant la veille par un petit mot. J’espère bien cette fois que rien ne viendra me priver de ce plaisir. J’ai beaucoup de peine à voir le désastre qui vient d’arriver à la colonne Bonnier. Rappelle-toi que je t’ai dit dernièrement que le Soudan souffrirait de ton absence, les événements actuels le confirment. Monsieur et Madame de Sales te font leurs meilleurs compliments et moi je t’embrasse de tout mon cœur, ton Abdou Laki ben Ahmadou.

  • 12 « Le banquet Archinard », JDH, 9 et 10-08-1891.
  • 13 Y. Saint-Martin, L’empire Toucouleur et la France, un demi-siècle de relations diplomatiques (1846- (...)

9Sans nier l’existence de liens affectueux entre le général et son protégé, il n’est pas moins vrai que cet épisode fut quelque peu revisité par les laudateurs du général. Julien Guillemard, dans Le Havre du 5 janvier 1951, évoquait ainsi l’adoption du jeune Abdoulaye Tall : « Seul de la famille, un jeune fils d’Ahmadou, Abdoulaye, était resté. Il vint se livrer au grand chef blanc avec un maintien si noble qu’Archinard, craignant des représailles pour ce fils du “Commandeur des Croyants”, l’emmena en France... » Or, lors de son passage au Havre en août 1891, le général disait à ce propos : « Il n’est pas à moi, comme bien vous pensez ; s’il m’est attaché, c’est parce que je l’ai bien traité, comme j’ai bien traité tous les prisonniers, je l’ai remis au sous-secrétaire d’État et c’est le gouvernement qui en a disposé et qui en dispose. » Louis Archinard indiquait alors la raison qui l’avait fait ramener cet enfant en France : « parce que, d’accord avec le gouverneur, nous avons pensé que sa présence, au point de vue religieux, était gênante au Soudan aussi bien qu’au Sénégal. »12 On se garda bien au cours des années 1930 et des années 1950 de citer ces phrases. Tout comme sans doute, on ignorait en quels termes Archinard avait demandé à Ahmadou de capituler13 :

Je disséminerai les tiens pour que tu n’aies plus aucun espoir de les revoir ; les unes je les enverrai au Gabon, les autres je les donnerai à des Bambaras qui habitent le milieu du Bélédougou pour que tu ne puisses arriver jusqu’à elles ; j’enverrai tes deux fils en France comme j’ai envoyé il y a quatre mois les deux fils de Mamadou Lamine... J’attendrai ta réponse, mais je ne l’attendrai pas longtemps.

  • 14 « Le Comité des monuments Borgnis-Desbordes et Archinard au Soudan », Bull. ICH, juin 1932, p. 5.
  • 15 J. Guillemard, Le Petit-Havre, 20-11-1942.
  • 16 Fille de Kono Kamara, recueillie par Archinard, éduquée par la sœur du général au Havre, elle est m (...)

10L’image paternelle enrichit la légende du général. Il avait reçu, dans sa propriété de Villiers-le-Bel, à l’occasion de l’Exposition coloniale, les grands chefs indigènes de l’AOF. Le récit qu’en fit le Bulletin de l’Institut colonial du Havre n’est pas sans évoquer une certaine image pieuse : « Nous venons te saluer, toi, le grand chef savant, fort et bon, dont le nom ne mourra jamais parmi nous... Il y avait, parmi eux, un fils du sultan Ahmadou, un fils de Samory, un fils du roi Tiéba, un fils de Chebboun... conduits par le Capitaine Abd El Kader Mademba, fils de l’ancien fama Mademba, fait roi de Sansanding par le colonel Archinard en 1891. »14 Autres signes de paternité : on croisait dans les rues du Havre « une élégante soudanaise que le général avait fait élever comme sa propre fille »15 Elle s’appelait Naba Kamara, fille d’un chef bambara mort au cours de la prise de Djenné16 Le thème de la bonté, largement exploité par Jacques Meniaud en 1931, celui de la tolérance (Archinard respecte l’heure de la prière musulmane) colorent fortement la légende du général.

Célébrer l’Empire : trophées et monuments

11En 1929, Louis Archinard inaugure au muséum du Havre les collections qu’il lui a confiées, recueillies lors des campagnes du Soudan, ses « trophées de guerre » qui constituent en fait une très riche collection ethnographique. Il raconte au conservateur du muséum l’histoire du « tam-tam de guerre dit d’Ahmadou », témoignage de la prise de Ouossébougou :

  • 17 A. Loir, Bulletin du muséum 1934, reproduit dans « Les grandes enquêtes du journal Le Havre », mai (...)

Depuis que les Bambaras nos alliés avaient secoué le joug musulman, c’était là que les colonnes d’Ahmadou se formaient pour fondre à l’improviste sur quelque village, enlever les femmes et les enfants et razzier les troupeaux. Les Bambaras avaient souvent attaqué cette place, mais toujours sans succès. Là, me disait le général, nous avons combattu sans arrêt pendant deux jours. Le bruit persistant, cadencé, monotone du tam-tam de guerre accompagnait tous nos mouvements mais enfin, les nôtres arrivent jusqu’au réduit. Du haut des murs ils sautent dans les cours intérieures en même temps que la porte cède sous leurs coups. Alors une grande flamme s’élève. Le chef Bandiou Diara vient de se faire sauter avec les siens. Le tam-tam cesse de battre. Il est retrouvé quelques instants après par les guerriers de Dampas. Ils le portent à Diocé, le chef de guerre élu par tous les pays bambaras, qui vient me l’offrir. Le voici17.

  • 18 Archives du muséum d’Histoire naturelle du Havre.

12En 1922, le général demande à la mairie du Havre, au nom d’un Comité qu’il préside avec Marchand, une subvention pour élever au Soudan un monument à la gloire des tirailleurs sénégalais et de leurs chefs de l’armée coloniale morts au champ d’honneur. Le 25 octobre le conseiller Chauvelot reprend les termes mêmes de la lettre d’Archinard : « Plus de 150 000 d’entre eux dorment en France leur éternel sommeil. [... ] Nos tirailleurs ont donc contribué à donner à la France le plus beau patrimoine de Gloire de la IIIe République et ils ont collaboré avec les poilus à nous assurer la victoire en 1918. » Louis Archinard lui-même, dans sa lettre au maire, ne s’embarrassait pas de détours hypocrites : « Les Noirs sont particulièrement sensibles aux marques d’intérêt et d’estime et à tout ce qui peut flatter leur amour-propre. » Il expliquait que grâce au monument « le recrutement sera plus facile » pour l’armée indigène nouvellement organisée. Albert Sarraut venait d’annoncer que ce recrutement aurait pour résultat la réduction du service militaire dans la métropole. Le général fut attentif à son propre culte, largement pratiqué de son vivant. Il écrit le 12 avril 1929 au Docteur Loir, conservateur du muséum du Havre18 :

J’ai pensé qu’au lieu de déplacer le buste en marbre d’Ernest Dubois, il serait peut-être mieux que je donne à votre musée un bas-relief en bronze que j’ai ici et qui est une réplique de mon buste placé sur le piédestal du monument « Aux héros de l’armée Noire » qui a été inauguré il y a quelques années à Bamako sur les bords du Niger. Il m’a été offert par le Comité dont j’étais Président.
À Villiers-le-Bel, 12 avril 1929 [extrait]

  • 19 Œuvre de Moreau-Vauthier. Les souscripteurs : l’Armée coloniale, les Gouvernements coloniaux, le Co (...)
  • 20 Signé : Laurent Cernières (archiviste et secrétaire de l’Association des Amis du VieuxHavre).

13Ses obsèques en 1932 furent grandioses, et Le Havre-Éclair du 14 mai n’hésitait pas à intituler un article : « L’histoire merveilleuse de la conquête du Soudan ». Mais l’apogée du culte voué au général Archinard fut l’inauguration du monument élevé au Havre le 8 juillet 1934, sous la présidence du maréchal Pétain, ministre de la Guerre. La statue, dressée à l’entrée de la Porte Océane, était une réplique du monument élevé à Ségou19 Cet extrait d’un poème20 de quinze strophes, publié le 8 juillet 1934 dans Le Havre-Éclair, intitulé « L’épopée », est exemplaire de l’esprit de propagande dont la statue était le support.

Nous te saluons, ô statue
D’un Havrais qui fut simple et grand
Marbre et bronze qui perpétuent
Le souvenir d’un conquérant [...]

L’Afrique ! Vaste et tristeterre
De l’esclavage et du mystère
Que d’affreux tyrans, sans remords
Couvraient d’une terreur sanglante
Depuis des siècles pantelante
Enfer de misère et de morts [...]

Ce fut là ton œuvre et ta joie
Le Soudan, si longtemps en proie
Aux ravages de la terreur
Nous fut ouvert par ton épée
D’audace et de bonté trempée
Ultime et sublime épopée
D’un âge civilisateur !

  • 21 Les morts à l’extérieur de la ville n’ont pas été comptés. Cf. « Le Soudan en 1893, par M. le colon (...)
  • 22 En particulier dans la brochure publiée à l’occasion de l’inauguration de la statue en 1934, Au gén (...)
  • 23 Bull. ICH, juin 1932, p. 5.
  • 24 Voir la délibération du conseil municipal, 15-02-1960, AMH.
  • 25 « Nul progrès dans notre établissement sans que soient mis hors de notre route ces potentats esclav (...)

14Le récit de la prise de Djenné, paru dans Le Temps colonial du 6 janvier 1931, témoigne de la fonction euphorisante de semblables épopées. « C’est dès lors, un combat homérique. » « Une griserie héroïque s’empare de tous... l’ivresse gagne. » Voltaire eût sans doute ironisé, comme dans Candide où il parle de la « boucherie héroïque » sur ce « théâtre de la guerre ». Rien ne manque du registre épique, même pas l’épisode du jeune héros félicité par le sage vainqueur : « Tous se montrent héroïques et semblent l’ignorer : embrassé et félicité par le colonel qui longtemps le vit combattre seul, courageusement un novice répondra : « Mon colonel, j’ai fait ce que j’ai pu, c’était la première fois que cela m’arrivait. » Rien, dans ce texte, ne parle de bilan humain. Il suffit pourtant de relire le général en personne dans son rapport de 1893 : « la prise de Diénné nous a coûté : 2 officiers, 11 tirailleurs, 1 conducteur d’artillerie, tués ou morts de leurs blessures après le combat, 6 Européens et 51 indigènes blessés... De leur côté, le chef de Diénné a déclaré que les Diénnankés avaient eu 510 tués dans la ville où ils furent immédiatement enterrés. »21 Ainsi, au fur et à mesure que l’on s’éloignait de l’événement, la conquête du Soudan, grandissait l’image du général et s’accumulaient les qualificatifs et les périphrases22 Pour n’en citer que quelques-uns : « Desbordes et Archinard ont été, après l’illustre Faidherbe, les deux premiers fondateurs des troupes de l’Afrique occidentale française » (Jacques Meniaud, de l’Académie des Sciences coloniales, secrétaire général du Comité national des monuments aux généraux Borgnis-Desbordes et Archinard), « L’un de ces fondateurs d’empire », « le véritable fondateur de notre doctrine coloniale » (maréchal Pétain 1934). Une expression revient sans cesse à propos d’Archinard, empreinte du double mythe du fondateur et du sauveur. Archinard est celui qui a « donné à la France la vallée moyenne du Niger »23 ou qui « nous a donné le Soudan ». Pour Le Petit-Havre du 14 mai 1932 il est « celui qui a donné à la France l’Afrique occidentale ». Le Havre, le 26 juin 1932, puis Bléville et Sanvic baptisèrent une rue Archinard (une seule fut conservée après le rattachement des communes). L’année même de l’indépendance du Soudan, un groupe d’habitants de la « rue » du général Archinard obtient de la municipalité quelle devienne « avenue »24 En 1956, le journal Le Havre reprenait intégralement le discours de 1934 sur le général. En 1951, le professeur Auguste Chevalier vantait les qualités normandes du général : « maître de ses nerfs et de sa pensée, énergie, courage » et dévalorisait Gallieni : « Sa politique n’a pas été heureuse. » Archinard avait gagné et pour longtemps la bataille de la mémoire. Le culte du général a cimenté Le Havre colonial25 Il coïncide avec l’apogée de la propagande coloniale qui s’intensifie autour de la grande Exposition de Vincennes.

Archinard, cible des anticolonialistes havrais

  • 26 Cf. J. Legoy, Le peuple du Havre et son histoire, p. 194. Source : AMH, FC, I2, c7, liasse 2. Rappo (...)
  • 27 « Mis en cause par quelques-uns des orateurs », est-il écrit dans le Bulletin de la SGC du 2e trime (...)
  • 28 Rapports des commissaires sur les manifestations hostiles à la célébration du monument Archinard. A (...)
  • 29 Fédération autonome des fonctionnaires, Union locale unitaire, parti socialiste, parti communiste, (...)

15Archinard fut mis en cause, à l’époque de la conquête, non seulement dans des réunions ouvrières26 mais aussi très explicitement, en 1897, au sein même de la Société de géographie commerciale où il était venu soutenir le commandant Hourst27 Cela restait, il faut le dire, plus confidentiel que les images de massacre reproduites dans L’Illustration en 1893 et les commentaires ironiques sur « l’œuvre » de la France au Soudan. C’est bien plus tard que la force du culte voué à Archinard provoqua une réaction très politique d’une partie de la gauche havraise. Lors de la retraite militaire donnée au soir du 8 juillet 1934, à l’occasion de l’inauguration de la statue, un groupe de 250 personnes, selon la police, lança des cris hostiles à l’armée28 L’Union locale unitaire avait appelé les ouvriers à manifester leur opposition à cette « démonstration de chauvinisme » par les cris « À bas l’armée » et « du travail et du pain », rejoignant dans cette action le Comité local de lutte contre la guerre et le fascisme et la Ligue internationale des combattants de la Paix, dirigée par l’instituteur Picon. Au total, une table ronde de onze organisations de gauche29 appela à ne pas manifester en masse mais à s’opposer par voie d’affiches ou par des cris de groupes disséminés, sauf au cas où les Croix de Feu décidaient de participer à la fête. La police connaissait la raison de cette réticence : « Il semble de source bien informée, que le principal motif de cette abstention serait la présence au Havre de troupes noires. Certains dirigeants auraient déclaré qu’ils voulaient bien se battre avec la police et les fascistes, mais pas avec les noirs. »

  • 30 Dans sa séance du 18-02-1955, l’Académie des sciences coloniales, par la voix de J.L. Gheerbrandt p (...)

16Il reste que l’anticolonialisme, l’antimilitarisme, l’antifascisme, l’anticapitalisme se rejoignaient pour tenter d’altérer l’image d’un général qui par son action, sa fonction, ses opinions, ses intérêts focalisait une opposition accrue par le contexte des événements de 1934. Sur un tract de la Ligue des combattants de la Paix, il était représenté campé sur une foule, avec en dessous cette légende : « J’ai fait tuer 100 000 hommes », tandis qu’à droite, allongée sur un banc, la silhouette d’une femme épuisée était accompagnée de ces mots : « J’ai nourri huit enfants. » Les organisations ouvrières et pacifistes estimaient que « l’inauguration du Monument Archinard, escroc et général, était une insulte au prolétariat ». Elles affirmaient que le banquet représentait la valeur de 4700 repas de chômeurs et dénonçaient « un homme qui, à la tête de la Compagnie Parisienne, a volé des milliers d’épargnants ». « Vivant, Archinard serait en prison, comme son neveu Paulet, administrateur, lui aussi de la Compagnie Parisienne. » Elles voyaient dans la cérémonie une manifestation fasciste officielle. Les pacifistes proclamaient : « À bas toutes les guerres, mêmes celles contre Hitler, il nous appartient d’abord de lutter contre les fascistes de chez nous », désignés nommément dans un autre tract : les « Ducroc, Masquelier, Pesle, Cadot », les dirigeants des Jeunesses Patriotes, Solidarité française, Action française, Croix de Feu, Francistes. Les incidents du 9 juillet furent suivis de cinq arrestations conduites par les agents de la Police municipale. Le commissaire écrivait au sous-préfet : « Tous ces incidents paraissent avoir nettement tourné l’opinion publique contre les auteurs de ces désordres. Le public qui a applaudi les spahis a même applaudi l’intervention des agents. » Et il faut bien reconnaître que cette protestation passa entièrement sous silence dans toute la presse locale. Seules les sources policières ont permis d’en retrouver la trace. La glorification ne fut guère altérée30

Histoire et légende, du culte à la rectification

  • 31 Macalou Fouty (commis radio), « L’expansion française au Soudan », Le Soudan français, 15-08-1950, (...)
  • 32 Le Soudan français, 10-10-1952.
  • 33 Cf. H. d’Almeida-Topor, L’Afrique au XXe siècle, Paris, Armand Colin, 1993, p. 228.

17En Afrique, la mémoire du général Archinard connut un destin parallèle à celui de son culte dans sa ville natale. La même statue se dressait au bord du Niger à Ségou et à la Porte Océane. L’hebdomadaire Le Soudan français entretenait, dans les années 1950, le culte du fondateur : « Quand le 6 avril 1890, Archinard, sans coup férir, annoncé par le tonnerre de ses canons, occupe Ségou, on peut dire que pour ce pays, commence une histoire nouvelle... une autre conquête commence, celle du fleuve, celle du sol, celle de la vie. »31 Le 10 octobre 1952, le sénateur Durand-Réville, président des Messageries africaines, inaugurait le navire Archinard, qui devait assurer la liaison Gao-Koulikoro. Il cultivait lui aussi le thème du don, dans une interprétation messianique de la conquête : « En donnant le nom d’Archinard à ce navire, nous avons voulu montrer que nous ne sommes pas de ceux qui oublient les grands anciens : Archinard fut l’homme qui se donna tout d’abord au Soudan, pour mieux encore donner le Soudan à la France. »32 Mais à l’heure de la décolonisation, l’image du conquérant est trop significative pour ne pas être repoussée33 À Ségou, le 21 septembre 1961, le boulevard Archinard devient celui de l’Indépendance. La statue du général est remisée dans un terrain vague.

  • 34 A.S. Kanya-Forstner, The conquest of the Western Sudan, a study in french military imperialism, Cam (...)
  • 35 Y. Person, Samori, une révolution dyula, Dakar, IFAN, 1968. Après un examen minutieux des correspon (...)
  • 36 Cf. également C. Coquery-Vidrovitch, « Anthropologie politique et histoire de l’Afrique noire », An (...)

18Interroger l’historiographie du général Archinard, c’est rejoindre les réflexions générales sur l’objectivité en Histoire. Le recours aux sources de première main par Yves Saint-Martin, les travaux de Kanya-Forstner34 d’Yves Person35 l’appel aux sources orales à la manière de Gilbert Vieillard dans ses « Notes sur l’exode Toucouleur » ont transformé la représentation de l’action de la France au Soudan36 et contrastent singulièrement avec l’idée que l’on se faisait du rôle joué par un « enfant du Havre » aux colonies. Ne serait-ce qu’en replaçant l’action d’Archinard face à Ahmadou et Samory dans la problématique des traités inégaux, ou en imaginant que ces chefs africains pouvaient être autre chose que des tyrans sanguinaires et hypocrites. On sait le succès de l’idée de « pacification » dans le discours de l’histoire coloniale enseignée aux enfants. Or il s’agissait bien d’une guerre, au Soudan.

  • 37 H. d’Almeida-Topor, L’Afrique au XXe siècle, p. 49.

La distinction entre les guerres coloniales et les opérations de « pacification » relève donc plus, à notre sens, [écrit Hélène d’Almeida-Topor]d’une volonté de légitimation de la part des colonisateurs que d’une appréciation vécue par les colonisés37.

  • 38 J. Ki-Zerbo, Histoire de l’Afrique noire, préface de Fernand Braudel, Paris, Hatier, 1972, p. 382 à (...)
  • 39 A. Kourouma, Monné, outrages et défis, Paris, Seuil, 1998, p. 22-23.
  • 40 A. Hampâté Bâ, Amkoullel, l’enfant Peul Mémoires, Arles, Actes Sud, 1991, p. 66.

19L’appropriation de leur histoire par les Africains joue aussi son rôle de « rectification ». C’est dans une problématique de la Résistance africaine que l’historien de Haute-Volta, Joseph Ki-Zerbo, place l’opposition aux campagnes militaires d’Archinard38 La guerre conduite au Soudan a bien sûr laissé des traces dans la mémoire africaine, qui ressurgissent ça et là, tel l’épisode de la prise d’Ouossébougou par les Français, évoqué dans le roman d’Ahmadou Kourouma, Monné, outrages et défis39 Amadou Hampâté Bâ lui-même, dans ses mémoires, considérait qu’Archinard « était un fin politique » et qu’il sut conserver certaines structures administratives et hiérarchiques qui pouvaient lui être utiles, notamment en nommant Aguibou roi de Bandiagara. Mais il rappelle aussi que ce dernier fut aussi vite déposé en 1902 lorsqu’il fut jugé inutile et souligne que les Africains n’ont jamais été dupes des protectorats qui ne duraient qu’un temps avant l’administration directe40 L’épisode Archinard ne fut pas seulement militaire. Il eut à sa manière un impact culturel. Il a participé à la construction du regard mutuel des Africains et des métropolitains.

20L’effort de mémoire, le souci de l’historien de se rapprocher le plus possible de la vérité, de tenter d’échapper aux interprétations manichéistes, conduit donc à une analyse nuancée du cas Archinard. Il ne s’agit ni d’en faire un « boucher », ni d’effacer les enjeux de sa carrière pour ressusciter une gloire locale, un généreux colonial. D’ailleurs, l’histoire d’Archinard fait-elle vraiment partie de l’histoire du Havre colonial ? Oui et non. Fut-il Archinard parce qu’il était havrais ? Ou parce que Le Havre aurait offert un terreau favorable aux rêves de conquête coloniale ? Absolument rien ne permet d’affirmer une détermination par le milieu, qui relèverait de l’illusion biographique, de la justification a posteriori par le passé colonial de la cité. Lyautey était lorrain et Gallieni venait des Pyrénées. Le Havre de la jeunesse d’Archinard n’a qu’une faible activité coloniale, et la curiosité collective géographique est relativement tardive. L’identité coloniale de la cité n’a pas encore refleuri. On se contentera donc d’être prudent et de ne pas affirmer que le conquérant du Soudan est le produit du Havre.

  • 41 J. Frémeaux, L’Afrique à l’ombre des épées. L’administration militaire française en Afrique blanche (...)

21Il demeure que l’influence d’Archinard est considérable sur la constitution d’un modèle africain de commandement, celui des officiers « soudanais » « habitués à concentrer entre leurs mains les pouvoirs politiques et militaires »41 et issus de Troupes de Marine. Plus qu’un enfant du Havre colonial, Louis Archinard est le produit de sa formation polytechnique et militaire et au-delà de sa personnalité, représentatif d’un type d’officiers de la France coloniale dont la complexité du rôle a été mise en valeur par Jacques Frémeaux. Rôle non seulement militaire dans l’application d’une politique d’expansion territoriale globalement plus maîtrisée qu’il n’y paraît, mais aussi rôle administratif, politique et judiciaire dans la gestion et l’organisation des territoires. Cela aussi est partie intégrante de la rectification nécessaire. Enfin, si le fils d’instituteur protestant n’est pas forcément devenu grand colonial parce qu’il était havrais, il est cependant certain que sa légende a rencontré un phénomène identitaire local à son apogée. Au cœur des années 1930, Le Havre, enfin bon élève de la France impériale, avait trouvé son héros, et malgré quelques protestations, était plus archinien que jamais.

Les signes d’Empire et la Grande Exposition coloniale virtuelle du Havre

22À la différence de Marseille où la statuaire de l’escalier des colonies de la gare Saint-Charles expose les corps monumentaux de l’Asiatique ou de l’Africaine, où les affiches des Expositions de 1906 et 1922 montrent volontiers l’indigène à l’œuvre sur les quais, les quelques traces de décor colonial dans la ville du Havre se concentrent surtout dans une symbolique du produit et du navire.

Célébration du produit, célébration impériale

  • 42 « La Décoration d’inspiration Coloniale de la Nouvelle Gare du Havre », PdH, déc. 1931 (majuscules (...)

23L’aménagement de la nouvelle gare du Havre suit de près la fin de l’Exposition coloniale à Vincennes. Ainsi les peintures de Jacques Simon réalisées pour la Cité des Informations sont-elles réutilisées. Sur d’immenses frises, « les plantes utiles des Colonies se mêlent à l’histoire de la navigation hauturière havraise... Les rameaux fleuris ou chargés de fruits du poivrier, du caféier, du théier, du cacaoyer, du cotonnier, les épis du riz et les tiges de la canne à sucre et du manioc encadrent de leurs souples volutes les portraits des bateaux qui ont fait la gloire et la fortune du Havre depuis le pilote hauturier du XVIe siècle jusqu’à l’île de France, le plus récent paquebot de la French Line ». « Du point de vue colonial – écrit Marc Simon dans Le Port du Havre – cette œuvre d’art est la plus instructive leçon de choses. En effet, à côté de l’échantillon botanique des plantes utiles de nos colonies, l’artiste a placé le produit d’importation ou manufacturé qui lui correspond : poivre, café sucre, rhum, tapioca, thé, cacao, riz et cotonnades, sans parler des régimes de bananes et des ananas. »42 Le buffet de la gare met en valeur les bois coloniaux ; le sapelli du Cameroun et l’avodiré de la Côte-d’Ivoire « habillent littéralement les murs comme une draperie de velours ».

24Quand le colonial se fait lyrique, il célèbre dans un même bouquet exotique la flore de l’océan Indien et le végétal domestiqué par l’homme. Un ancien de l’École coloniale écrit une « Ode à Nossi-Bé » :

Nossi-Bé, j’ai revu les manguiers centenaires
Bordant les champs fleuris de ta terre féconde
Tes bois de filaos secouant leur crinière
Tes lacs miroitants aux eaux bleues et profondes

Mes yeux ont retrouvé la palette infinie
Dont le destin combla ta riante vision
Le mouvant tapis vert de cannes si joli
S’étale jusqu’au pied des sombres frondaisons

De géants bananiers à la tête altière
Frôlent les flamboyants aux fleurs ensanglantées
L’ombre des albizzias s’allonge jusqu’à terre,
Voilant la tache mauve des doux bougainvilliers

  • 43 Extrait d’un poème en 9 strophes de Jean Leduc, élève de l’École pratique coloniale en 1934-1935, b (...)

Le poivrier grimpant au tronc du kapokier
Égraine un chapelet de ses fruits minuscules
Le teck aux larges feuilles borde un petit sentier,
Où le parfum d’ylang embaume au crépuscule43...

  • 44 Coupures de presse locale, Archives du muséum d’Histoire naturelle du Havre.

25À leur manière, la Société géologique de Normandie et les Amis du muséum du Havre participent à la mise en scène du produit colonial, dont les vertus prosélytes ne sont pas séparables de celles des collections ethnographiques. On légitime la mise en valeur comme on légitime la conquête. En juillet 1939, par exemple, une exposition scientifique présente tous les produits et les fabrications de l’industrie locale : amiante, isolants, ardoises, et des collections de botanistes, géologues et préhistoriens. On met en évidence les « rapports entre les sciences naturelles et l’économie de la cité ». Les huiles et savons de la maison Desmarais y côtoient les contreplaqués de Multiplex et les fruits de la maison Feller. « Les cotons, les cafés et les produits coloniaux ne sont pas oubliés », non plus que « la présentation admirable des bois coloniaux de la maison Charles ». « Les billes, les panneaux mosaïqués et les sculptures en bois exotiques, exposés par la maison Charles, montrent tout le parti que l’on peut tirer de notre Empire d’outre-mer. »44

Fig. 1 – Le stand de l’Institut colonial du Havre à la Xe foire du Havre

  • 45 Il obtient le grade d’officier en déc. 1949 (ADSM, Z2846).
  • 46 LH, 25-05-1952.

26Les chemins de l’idée coloniale passent aussi par la Foire du Havre. De 1928 à 1939, un employé des Chemins de fer, René Locar, organise les stands consacrés à la propagande ferroviaire, économique, touristique, historique, et aux différentes compagnies de navigation et compagnies aériennes desservant l’Afrique du Nord. En 1932, il crée le Bureau des informations de la chambre de commerce à la Foire et ne cesse de « faire connaître les beautés touristiques, les richesses économiques » de la Tunisie, du Maroc, de l’Algérie et de Madagascar. En relation avec l’Institut colonial, il renseigne les voyageurs, les étudiants, et « oriente les futurs aspirants coloniaux sur diverses branches du Protectorat » tunisien. Il est en liaison constante avec l’Office tunisien de standardisation, l’OTUS de Tunis. Cette action lui vaut d’être décoré du Nichan Iftikhar en 193945 La foire-exposition du Havre contribue également à populariser le produit colonial de consommation aussi bien que les objets exotiques. En 1952, par exemple, on peut y visiter à la fois un stand des produits coloniaux et un stand des « Trophées et souvenirs d’anciens coloniaux ». Le délégué des anciens coloniaux du Havre, M. Fourmestraux, a rassemblé, « dans un but de propagande et d’expansion », des ivoires, des sujets d’ébène et d’acajou, des cuivres ciselés, sabres indigènes donnés par des grands chefs noirs, sagaies, fétiches et masques. Des peintures, représentant le Sud algérien et l’Afrique noire, sont, d’après la presse locale, « admirées par un public fervent d’exotisme et de curiosités africaines »46 Le produit colonial fait bon ménage avec l’objet ethnographique et l’esprit de 1931 n’a pas totalement disparu.

Le Temple du Bois : la revanche d’Albert Charles ?

  • 47 Nemausus, nom latin de Nîmes, aurait été le nom d’un bois sacré au temps de l’occupation romaine.

27Albert Charles avait un sens de la mise en scène impériale qu’il mettait au service des bois coloniaux. Colbert et Napoléon avaient rêvé de reconstruire la Maison Carrée de Nîmes, à Versailles et à Paris. Albert Charles le fit au Havre, en 1951, dans une réalisation en bois exotiques. « La gloire de la pierre est devenue l’apothéose du bois » annonce Le Havre libre à la une du 20 août 195147 À peine réduite dans ses dimensions, la Maison Carrée, destinée à figurer à l’Exposition de Lyon le mois suivant, était présentée aux Havrais. L’entrepreneur avait fait inscrire sa devise au fronton du temple : Labor omnia vincit, le travail vient à bout de tout. 120 tonnes des espèces les plus rares d’arbres exotiques étaient arrivées en grumes quai de la Gironde, rappel symbolique de la fonction coloniale du Havre. 3200 heures de travail avaient été nécessaires. L’importance symbolique de l’œuvre n’avait pas échappé pas à la revue Marchés coloniaux qui décrivait avec délectation les différentes espèces utilisées :

  • 48 Extrait de Marchés coloniaux, no 300, 11-08-1951, p. 2204.

Inspiré de la Maison Carrée, le Temple du Bois sera exposé le 18 août rue du général Chanzy au Havre.
La plupart des bois précieux coloniaux et exotiques se trouveront représentés dans ce chef-d’œuvre qui sera inauguré par Monsieur René Coty, Sénateur, assisté de Monsieur Albert Charles, créateur du Temple du Bois. [... ] Le Temple est annoncé par une statue de Zadkine. La charpente est réalisée en pin d’Orégon, les façades en doussié du Cameroun, les colonnes en acajou d’Amérique centrale, les bases et chapiteaux en movingui de la Côte-d’Ivoire, les modillons en wenghe d’AEF, les portes et encadrements de baies en adoum, les parquets en teck du Siam, les plafonds en amaranthe et bouleau d’Amérique, les panneaux intérieurs en teck de Bangkok, ébène de Macassar, courbaril, tamo, palissandre, faux rose, loupes d’orme, de beng, de frêne, de thuya, en izombé, bois de violette, noyer d’Amérique, bois de serpent, acajou d’Afrique, ondé, citronnier de Saint-Domingue, moiré et pitchpin. À l’intérieur du Temple, les armoires du XVIIe siècle sont en citronnier de Saint-Domingue, noyer de Provence, acajou de Cuba. Le bureau et les autres meubles sont en acajou des Antilles.48

28Le souhait d’Albert Charles ne se limitait pas à l’édification d’un temple. Mais celui-ci fut peut-être une revanche, la compensation d’un rêve déçu. Il imaginait, depuis longtemps, une cité impériale.

La Grande Exposition coloniale du Havre, une utopie prosélyte

  • 49 RDCC, no 88, 3-03-1906 et 12-07-1907.
  • 50 ADSM, 8M74.
  • 51 Bulletin de l’EPC, mai-août 1922, p. 32-33.

29Les expositions coloniales ont longtemps été l’affaire des autres villes. La dernière exposition de dimension nationale et internationale présentée au Havre au cours de la période étudiée remontait à mai 1887. La participation coloniale y avait été plus que modeste, limitée aux relations du Havre avec les Antilles et la Nouvelle-Calédonie. C’est ensuite avec beaucoup de circonspection que la chambre de commerce et les milieux coloniaux participent aux entreprises des autres ports coloniaux de la métropole. En mars 1906, par exemple, la chambre de commerce décide de ne pas adhérer au Congrès colonial de Marseille. Un an plus tard, elle accueille malgré tout au Havre des objets provenant de l’Exposition coloniale, parce qu’ils sont « offerts gracieusement » par le commissaire général de l’Indochine, fardeaux de bois exotiques et échantillons divers49. En 1911, le conseil municipal s’élève contre la perspective d’une nouvelle exposition internationale à Paris : « Ruine du petit commerce, désillusion de l’ouvrier, augmentation des denrées, tel est le résultat le plus sûr des expositions de Paris », affirmant qu’à la suite de l’Exposition de 1900, les faillites avaient augmenté au Havre50 Plus tard, lors de l’Exposition coloniale réalisée à nouveau dans la cité phocéenne en 1922, c’est une participation bien modeste que celle du Havre. Quatre élèves de l’École pratique coloniale ont obtenu une bourse pour s’y rendre. Ils ont la satisfaction de voir, dans le Palais du ministère des Colonies, « un cadre renfermant l’affiche de propagande de notre chère école, fort entouré de visiteurs ». Si Le Havre ne se pense pas encore comme port colonial, pourquoi les autres le feraient-ils à sa place ? Mais les expositions coloniales ont bien des vertus, et les coloniaux havrais le savent. Les jeunes gens, dans leur récit de voyage, déclarent : « En sortant de l’Exposition, on reste sur une impression de réconfort moral. On sent que nos possessions sont en pleine prospérité et l’on se demande alors, pourquoi nous achetons à l’étranger ce que nous pourrions trouver si facilement dans notre France d’outre-mer. »51

Fig. 2 – Le Temple du Bois présenté au Havre et à Lyon en 1951

  • 52 JDH, 7-06-1931.
  • 53 Compte rendu des Travaux de la chambre de commerce, 1937, p. 494-503, séance du 4-03-1937. Rapport (...)
  • 54 RDCC, 17-02-1949. Rapport d’Albert Charles au nom de la commission des Colonies et des Douanes.
  • 55 AMH, FC, c.45, liasse 6. Cf. également E. Dionis du Séjour, « Le Havre, port colonial », PdH, no 11 (...)

30Albert Charles avait exposé dès 1930 le projet d’une exposition coloniale internationale à la Porte Océane. La place accordée au Havre à la Cité des informations à Vincennes lors de la Grande Exposition coloniale de 1931 ne suffisait pas. Que pouvait y voir le visiteur ? Un plan gigantesque du Havre, une maquette de la Grande Françoise, le premier navire construit sur ordre de François Ier, une autre de l’Île de France avec ses cinq rangées de hublots52 On y présentait des photographies des docks et des intérieurs de magasins, des panneaux situant la part du Havre dans les importations coloniales, des peintures de Jacques Simon, frère de Marc Simon, directeur de l’Institut colonial. En 193753 en 194954 puis en 1952, Albert Charles réitère son appel, dans un argumentaire qui sera repris presque mot pour mot à chaque occasion : « Le rôle de notre port dans le commerce colonial, que beaucoup même parmi ceux qui ne sont pas profanes pensent appartenir à Bordeaux ou à Marseille, est trop souvent inconnu. »55 Le projet matérialise l’existence d’une identité coloniale du Havre fièrement assumée : « Le Havre, moins attiré jusqu’alors que des ports comme Marseille ou Bordeaux par le trafic colonial [...] étendit ses relations avec la côte occidentale d’Afrique, le Cameroun, le Gabon, Madagascar, la Guyane et même l’Indochine et la Côte des Somalis... »

Les enjeux de l’Exposition du Havre

  • 56 Le Havre-Éclair, 26-01-1937.

31« Pourquoi une exposition coloniale ? Parce que Le Havre est une cité coloniale. »56 Une telle affirmation n’allait pas de soi vingt ans plus tôt. L’enjeu était double : valoriser Le Havre colonial en valorisant l’Empire. Le prosélytisme, l’intention didactique étaient là, ainsi que l’écrivait le journaliste Jacques Chopart :

  • 57 « Une exposition coloniale et maritime internationale au Havre en 1940 », Le Havre-Éclair, 5-02-193 (...)

C’est ce qui distingue une exposition d’une Foire ; le résultat en est plus lointain, mais plus durable et plus grand. On n’y vend pas une marchandise, on y enseigne quelque chose : beauté des arts décoratifs, grandeur de l’Empire Colonial, valeur des techniques modernes, ou, pourquoi pas ? puissance maritime, commerciale et industrielle d’un port tel que Le Havre57.

32Douze ans plus tard, on précisait : « Si Marseille est la Porte de l’Orient, Le Havre, déjà connu comme Porte Océane, est bien la Porte de l’Occident. » Certes, on rappelait la fonction de port transatlantique et américain de l’Europe continentale, mais c’était bien d’une reconnaissance de pouvoir colonial dont il était question. Il s’agissait aussi de réparer une injustice :

  • 58 Le rapport 1937 mentionne 1926 et 1922, le rapport 1949 dit 1923 et 1924 : ces dates sont erronées  (...)

Nos titres ne valent-ils pas ceux des autres villes qui organisèrent depuis longtemps des manifestations comme celle que nous vous proposons : Strasbourg et Nantes en 1924, La Rochelle en 1927, Bordeaux qui chaque année donne à la participation coloniale de la Foire-Exposition une importance toute particulière, et même Marseille qui organisa en 1923 et 192458 de grandioses expositions coloniales ? Exposer Le Havre-colonial, c’était mettre en évidence la fonction d’entrepôt et d’importation de marchandises de valeur, là ou s’affirmait la « prépondérance » du Havre : « cotons, cafés, rhums, poivre, cacao, sisal, graphite, bois...

33« Les importateurs et les exportateurs du monde entier se rendront compte de visu de la place qu’occupe Le Havre dans l’Économie Coloniale », écrivait le journaliste du Havre-Éclair, utilisant à son tour les majuscules sacralisantes qui fleurissaient alors dans la presse havraise pour parler des colonies. Le projet d’exposition coïncide avec la meilleure année du commerce d’importation coloniale, 1937, évoquée dans l’étude des échanges maritimes. Mais cette exposition était prévue pour 1940. Elle n’eut donc pas lieu.

L’utopie : une ville dans la ville

  • 59 Le Havre-Éclair, 30-05-1937.

34L’emplacement projeté en 1937 s’organisait autour de la Bourse : comblement de la partie est du Bassin du Commerce, espaces au nord, Place Jules Ferry, et à l’est sur des terrains principalement occupés par des voies de garage. Le bassin Vauban serait lui aussi comblé. L’usine électrique et les dépôts de charbon situés au nord du bassin Vauban seraient déplacés, une partie des hangars de la SNCF sous le pont Jean-Jacques Rousseau expropriés. Un monument serait édifié pour abriter une piscine, un musée océanographique, un musée colonial. On y verrait de vastes jardins et un théâtre-cirque de 3000 places, la plupart de ces travaux étant destinés à rester59 Le coût du projet de 1949 était estimé à 200 millions de francs, composé pour une moitié de subventions et pour l’autre moitié d’emprunts. Le programme comportait cinq mois de manifestations, de mai à septembre, avec les temps forts d’une quinzaine de « semaines ». La thématique se divisait de fait en manifestations plutôt orientées vers des centres d’intérêts divers : semaines de l’agriculture, de l’industrie, du commerce de détail, des sports, des régates, des arts des sciences et des lettres, semaine de la reconstruction et de l’urbanisme, et en manifestations plus précisément consacrées à la fonction commerciale et coloniale du Havre : semaines de l’importation avec une journée par produit, semaine des colonies avec un jour consacré à chaque colonie liée au marché havrais, semaine de l’enseignement avec l’école de commerce et l’école coloniale, semaine du transit et des transports.

  • 60 Trop tardive également, l’idée de construire un musée commercial du Havre, défendue en 1947 par Geo (...)

35En 1949, un champ immense se présente à l’imagination des architectes grâce aux espaces créés par les bombardements. Le projet englobe à nouveau la partie est, à combler, du Bassin du Commerce, mais s’étend au sud-est, jusqu’au boulevard François Ier, « profitant des terrains nus qui resteront encore ». À ceux qui auraient pu objecter que l’exposition pouvait contrarier la reconstruction, Albert Charles affirmait qu’elle devait au contraire la stimuler, mais sans avancer d’argument à l’appui de sa thèse. Il y a là sans doute le maillon faible du projet car le traumatisme de 1944 était tel que l’édification de « palais » sur un champ de ruines n’était peut-être pas le souci principal des Havrais. Symboliquement, placer la reconstruction du Havre sous le signe du colonial aurait pu représenter un tour de force. Mais n’était-ce pas déjà trop tard face aux premières fissures de la plus Grande France ? L’Exposition coloniale du Havre fut doublement une utopie, ou-topos ; elle n’eut jamais lieu et fut un non-lieu. Elle fut aussi une cité imaginaire, avec son projet architectural et son jeu de signes, – les expositions universelles présentent bien des analogies avec les cités utopiques à la fois réalisées et non réalisées comme celles de Claude-Nicolas Ledoux – et en ce sens peut-être, l’utopie des coloniaux havrais est significative d’une identité coloniale enfin constituée, mais trop tardive, de la Place du Havre60 Elle était donc forcément vouée à un oubli rapide à la veille de la décolonisation. Mais à défaut de cette réalisation d’une cité comme théâtre du colonial, la ville réelle fut-elle un chemin pour l’idée coloniale ?

La ville, chemin de l’idée coloniale ?

  • 61 Préface à l’étude de T. Nègre, directeur de l’École technique d’outre-mer, Le Havre, étude de géogr (...)

36Que dire de « l’imaginaire du Havre », dans ses rapports avec les structures de l’espace urbain et portuaire, avec « la grammaire d’une ville », pour emprunter doublement à Marcel Roncayolo. Ces espaces sont-ils déterminants et déterminés, au moins en partie par le fait colonial ? Comment chemine, en ce site, l’idée coloniale ? Comment savoir si la ville, par la syntaxe de ses quartiers, si le port, par le pouvoir de connotation de ses matières, alimentent l’imaginaire de ses habitants ? En d’autres termes, un voyage dans Le Havre, ville « coloniale », est-il possible et le fait colonial est-il visible, plus lisible que les réseaux du pouvoir, de la décision et de l’engagement ? Les périphrases n’ont pas manqué pour désigner cette ville ouverte sur le monde, la « porte cochère de la France » selon Thiers, la « porte océane » d’Édouard Herriot, la principale des « fenêtres de la France » pour André Siegfried61 Ce dernier écrivait : « Pour les Havrais, le monde lointain est une réalité. » Peut-on le suivre jusque dans cette affirmation brutale d’un imaginaire collectif, ou du moins repérer dans la cité des signes plus forts qu’aujourd’hui de la présence de l’outre-mer ?

  • 62 Cf. J.-P. et N.-J. Chaline, Ph. Manneville, Histoire du Havre et de l’estuaire de la Seine, Toulous (...)
  • 63 F.-J. Gay et Ph. Damais, Le Havre, aspects géographiques et sociologiques de la croissance urbaine,(...)

37La seconde expansion coloniale vécue par Le Havre s’inscrit dans un espace urbain dynamique et restructuré. À partir de 1852, Le Havre échappe à ses remparts. C’est la « marée urbaine »62 que vient renforcer l’annexion de plusieurs communes. Une caractéristique de l’espace havrais est l’opposition entre ville haute et ville basse. De la plaine alluviale au talus, que les Havrais appellent « la Côte », et au plateau de Caux, la fonction résidentielle s’est développée du sud au nord. La Côte demeure, même après la seconde guerre, la résidence préférée des patrons de l’industrie et du négoce. « Il s’agit donc d’une sorte de XVIe arrondissement havrais, prolongé vers l’ouest-nord-ouest par l’aristocratique Sainte-Adresse. »63 Le trait matériel et symbolique de cette lisière sociale est la rue Félix Faure. Entre les deux guerres, rares sont les résidences où l’on ne trouve pas une personnalité négociante et coloniale à la fois. De la Côte, l’imagination vogue vers l’Amérique mais aussi vers l’Afrique. Dans les années 1950, le développement de la ville haute enserre la corniche négociante dans un espace urbain beaucoup plus étendu.

Fig. 3 – Maison Loisel, 16-17 rue Franklin, démolie en 1999

Fig. 4 – Comptoirs Dufay et Gigandet, 50 rue Jules Le Cesne, démolis en 1999

  • 64 Cf. État des immeubles où logent les Marocains, ADSM, 4M366, 20-06-1917. Presque toutes les rues du (...)
  • 65 Cf. J. Legoy, Le Peuple du Havre..., p. 289-290.

38La hiérarchie sociale épouse la topographie, en ce qui concerne la résidence. Pour les lieux de pouvoir, l’organisation est plus complexe. La fonction portuaire et industrielle s’étend au sud, puis à l’est, gagnant sur les vastes espaces de la plaine alluviale de la Seine. Le vieux Havre est abandonné par le négoce qui s’installe dans une sorte de « City » autour du Bassin du Commerce et de la Bourse. Les lieux du pouvoir économique, négociant et colonial, s’étendent entre gare et hôtel de ville. Ruse de l’histoire, le quartier Saint-François, où siégeaient nombre d’armateurs au temps du commerce des Isles, abrite dans les années 1920, des travailleurs coloniaux, marocains, indochinois ou noirs africains, dans la rue Dauphine ou la rue du Grand Croissant64 À l’est, dans les quartiers de Graville et de l’Eure, les fabrications liées aux produits coloniaux participent au développement industriel : rizeries, corderies, brosseries, sparteries, huileries. Les raffineries de sucre, liées à l’activité négrière du Havre, s’étaient développées à partir de 1777 à Ingouville, mais aussi à Harfleur et dans le quartier de Leure65 Installée pour l’essentiel entre Rond-Point et Place Thiers, ce qui était encore la principale industrie du Havre au milieu du XIXe siècle disparaît à la fin du siècle au profit des raffineries parisiennes, laissant la place à l’urbanisation. Les industriels de l’outre-mer ont gagné le sud-est. Dans le quartier de l’Eure, la surface des docks du Pont Rouge, prolongée le long de l’accès au Canal de Tancarville par le quai de la Gironde, se peuple bientôt de bois exotiques, comme un témoin visible et imposant de l’échange avec les colonies.

39On peut tenter de rassembler graphiquement les axes de circulation où les maisons coloniales ont eu la plus forte présence. En retenant 295 localisations de sociétés, il apparaît nettement que la City coloniale, comme probablement le cœur du négoce en général, s’inscrit dans un quadrilatère limité à l’ouest par l’hôtel de ville, à l’est par le cours de la République, au sud par le Bassin du Commerce et le quai George V, au nord par la rue Lord Kitchener. Les trois parallèles de la rue Siegfried, du boulevard de Strasbourg et de la rue Jules Le Cesne sont les artères majeures du Havre colonial, enserrant avec les petites transversales nord-sud, le bâtiment de la Bourse. Fait remarquable, la présence d’un « carré du rhum » qui flanque au nord cette City, entre la rue Le Cesne et la rue Renan, avec une très forte densité de négociants entrepositaires qui ont « tonneau sur rue ».

  • 66 Témoignage de M. Duval, entreprise de couverture-plomberie qui occupe ces locaux depuis 1950.

40Il est un langage que n’entend plus aujourd’hui le promeneur attentif, celui d’une ville qui disait l’activité coloniale par la présence vivante du produit. Celui-ci avait alors droit de cité, si l’on en croit les témoignages, l’écrit et la photographie. Des milliers de fûts de rhum circulent chez Bachellier, chez Dubuffet, aux Rhums Chauvet, chez Habert, chez Aubourg. Chaque négociant, qui occupe un rez-de-chaussée aux grandes baies barreaudées de la rue Jules Le Cesne ou du boulevard de Strasbourg, possède un magasin à plusieurs alvéoles où s’entassent les produits coloniaux que l’on aperçoit à l’arrière, quand la grande porte cochère est ouverte sur une entrée pavée, laquelle donne à droite et à gauche, sur des bureaux, aux Comptoirs Dufay et Gigandet, chez Traumann ou Guy Du Pasquier. Chez Emo, commissionnaire du Niger français, on trouve encore aujourd’hui, à l’étage, des grains de café entre les lames du parquet66.

Fig. 5 – Localisation par rues des sièges et agences d’entreprises coloniales au cours de la période (à l’exclusion des localisations isolées. NB : certaines sociétés figurent successivement à plusieurs adresses) (d’après le répertoire des entreprises coloniales, in C. Malon, Le Flavre colonial de 1880 à 1960, thèse, Paris IV, D. Barjot (dir.), 2001, dactyl., vol. 5)

  • 67 « Une visite du Port autonome le 19 juin 1934 », Bulletin de l’Association des anciens élèves de l’ (...)
  • 68 Préface à T. Nègre, Le Havre, étude de géographie urbaine, 1947, p. 9.

41Plus loin, vers le port, malgré le déclin de la fonction d’entrepôt, le vrac des produits divers est visible, identifiable. Les sacs de café marqués SHAC (Raoul-Duval), les balles de coton que déposent les grues où l’on peut lire CFDT, Compagnie française des textiles, du coton africain. Plus loin, les bâtiments de la maison Charles occupent tout un quartier des docks du Pont Rouge, et les montagnes de bois africains en billes s’entassent sur le quai de la Gironde. De nombreux témoignages de ce spectacle existent. Ils évoquent « des billes hautes comme des maisons, en acajou d’Afrique, en teck et en okoumé et des monceaux de ronces précieuses que l’on déroule aujourd’hui plus facilement que des rouleaux de papier67 Parlant du Havre, André Siegfried écrivait : « Les produits qui servent de base à son activité commerciale, maritime et boursière constituent à eux seuls la plus prestigieuse leçon de géographie. »68

  • 69 B. Ramé, « Pour une sociopoétique du portuaire », Cahiers de sociologie économique et culturelle, e (...)
  • 70 Cf. A. Leménorel, « La maritimité havraise entre imaginaire et réalité », Colloque Patrimoine marit (...)

42S’il est vrai que le présent éclaire parfois le passé, en revanche l’imaginaire portuaire du Havre d’aujourd’hui ne nous renseigne guère sur les représentations que pouvait se faire le Havrais de la nature coloniale de son port. Le sociologue Bernard Ramé69 au terme d’une enquête conduite avec ses étudiants sur l’imaginaire maritime de 1984 à 1993, parvient à des conclusions qui n’encouragent pas une tentative d’analyse rétrospective de l’imaginaire portuaire. Il affirme que si la nostalgie est un cliché du discours, très peu de gens la ressentent réellement. Il apparaît que le port perçu aujourd’hui, c’est le port moderne, un espace dont l’homme est absent. Dans ces enquêtes, les photographies montrant des travailleurs du port ont été jugées moins représentatives du Havre par les personnes interrogées que les images aériennes valorisant l’outil économique. La mémoire collective et encore moins la « maritimité » ressuscitée ne sont pas d’un grand secours pour la recherche d’un imaginaire colonial70 C’est plutôt dans les raisons du déficit de l’imaginaire portuaire actuel, à quoi conclut le sociologue, que l’on pourrait chercher, prudemment, la probabilité d’un imaginaire portuaire au temps des colonies. Si la réalité maritime est devenue abstraite du fait de sa séparation de la vie urbaine, sans doute était-elle plus concrète lorsque le produit peuplait le théâtre de la ville. Si les opérations de manutention et le conditionnement actuels entraînent une perte de visibilité, la ruche humaine que l’on voyait au déchargement des sacs de café ou de bananes était probablement l’occasion d’un contact plus sensoriel, sensuel, avec le maritime, moins esthétisant que les belles architectures actuelles du gigantisme portuaire. Mais qui nous dit que telle image ou tel contact évoquaient bien l’Afrique, l’Asie, les Antilles, et que les odeurs et la sueur du port ne connotaient pas, au fond, le port lui-même ?

Fig. 6-Le modèle havrais de la ville négociante et coloniale

Fig.7-Plan type d’une maison de négoce dans le centre-ville

  • 71 Annuaire Micaux, 1939.

43L’apparition tardive d’une identité coloniale revendiquée explique sans doute la modestie du nombre de toponymes coloniaux dans la ville. Une quinzaine de noms évoquent les colonies et encore s’agit-il de noms que l’on prononce quand on travaille sur le port : quais des Antilles, de Madagascar, de Nouméa, de la Réunion, du Tonkin, de Pondichéry, de Saigon. Ces deux derniers sont débaptisés en fin de période au profit de personnalités dont l’image de notable l’emporte certainement sur celle de négociants coloniaux : Jean Reinhart et Hermann Du Pasquier. Seul le commerce des bananes a réussi à détrôner le quai des Transatlantiques, après guerre au profit de l’Afrique : quai du Cameroun et quai de la Guinée. Dans la ville elle-même, peu de chose : un « passage » de la Martinique, avec ses entrepositaires de rhums, une chaussée de Madagascar dans le quartier de l’Eure, une rue de Constantine, d’Oran, d’Alger, de Mogador71. Savorgnan de Brazza a droit à une impasse, à Graville. Sanvic a ses rues de Constantine, de Tunis, du général Archinard, d’Oran. Au regard des aventures coloniales havraises, il y a des absents de marque : la Côte-d’Ivoire, le Congo et l’Oubangui. C’est un Soudan « pacifié et conquis » qui est nommé sur la statue d’Archinard, à la Porte Océane jusqu’à l’occupation du Havre par l’armée allemande.

  • 72 A. Siegfried, Jules Siegfried (1837-1922), Paris, Firmin-Didot, 1942 ; A. Frémont, La Mémoire d’un (...)
  • 73 AMH, 405 W, fonds Roger Le Marée. Notes manuscrites et dactylographiées concernant sa vie syndicale (...)

44Deux géographes émérites, enfants du Havre, ont décrit leur ville72 Pas plus dans la mémoire du port d’Armand Frémont que dans les souvenirs d’André Siegfried on n’a le sentiment d’une ville colorée par ses rapports avec les colonies. La sensibilité ultramarine, dans leurs ouvrages, demeure très anglo-saxonne et transatlantique. Sous-estime-t-elle le fait colonial ? Il est toujours délicat de contredire un témoin. On peut certes comprendre cette vision : le mobilier urbain, la nomenclature des rues, l’organisation des espaces fonctionnels entre la City, les industries et le port ne peuvent permettre d’affirmer que le rapport à l’outre-mer a fait du Havre une ville coloniale. Point d’escalier des colonies comme à Marseille, point de cours Belsunce. Tout au plus une ville dont le fait colonial, dans sa matérialité ou sa pensée, est un temps le locataire et déplace ici et là quelques meubles, dispose ses objets, sans déranger le propriétaire, celui de la longue durée. Mais le locataire futil aussi discret qu’on veut bien le dire ? On ne peut plaider ici, dans cette problématique de l’oubli, une quelconque autocensure ou un refoulement qui serait propre à la bourgeoisie négociante. En effet, la lecture du projet d’autobiographie du syndicaliste charbonnier Roger Le Marée73 ne donne pas davantage le sentiment d’être dans un grand pôle de l’échange colonial. Aucune allusion aux Africains ou aux Indochinois ne se trouve dans les pages consacrées aux années 1930 marquées par le souvenir de la peine des hommes et du combat antifasciste. Ces limites d’une représentation issue de la mémoire ou du témoignage constituent autant d’obstacles à l’effort de reconstruction historienne. Elles ne permettent pas de conclure clairement à l’existence de la ville comme chemin de l’idée coloniale. Heureusement, il existe quelques traces du contact avec l’Autre.

Contact colonial et altérité : ici et là-bas, nous et les autres

45La relation d’altérité est faite à la fois d’imaginaire et d’expérience. Les représentations du colonisé se nourrissent du contact humain, qui fut peu fréquent au Havre comme l’on constatera, et souvent conflictuel. À la colonie, le contact entre Havrais et colonisés fut assez limité. Pour l’immense majorité des Havrais, les informations et les clichés sur le Noir, l’Arabe ou l’Indochinois ne pouvaient être bien différents de ceux que recevaient tous les métropolitains. Mais peut-être ces représentations avaient-elles une coloration particulière à cause de la muséographie locale ou de l’iconographie commerciale propre aux entreprises de la Place. Enfin, il est des expériences exceptionnelles significatives d’une relation nouvelle à l’outre-mer. C’est pourquoi le destin de Gilbert Vieillard, bien qu’ignoré au Havre, sera évoqué.

La représentation du colonisé, images du discours, discours de l’image

  • 74 Cf. G. Meynier, Histoire de la France coloniale, Paris, Armand Colin, 1990, vol. II, p. 189.
  • 75 Réunion de la Commission permanente des Groupements d’action et de propagande coloniales. Compte re (...)

46Durant la période coloniale, la vision de l’Autre ne pouvait être très originale à l’échelle locale car la propagande nationale fixait des règles et des objectifs unificateurs. En plaidant pour l’assimilation, on unifiait le discours. Gratien Candace, député de la Martinique, devenu sous-secrétaire d’État aux colonies, fondateur d’une Association panafricaine en 192174, définissait ainsi les fondements de la propagande coloniale : « L’avenir appartient à la France, parce qu’elle est l’étoile d’une race, la race noire, qu’elle a élevée, attirée dans ses bras à la civilisation et même pour les plus attardés de ses fils, à l’humanité... »75

Visions de l’Autre

  • 76 Ph. Manneville, « Le tour du monde d’un Havrais en 1883-1884 », Recueil de l’Association des amis d (...)

47Dans la frénésie de classement des populations en catégories hiérarchisées, à la fin du XIXe siècle, rien de surprenant à trouver au Havre des clichés qui sont bien « de leur temps ». Philippe Manneville en a retrouvé un exemple dans le récit du « Tour du monde d’un jeune Havrais en 1883-1884 », issu d’une correspondance privée. Ce jeune homme fait escale à Saigon qui, « à part sa chaleur insupportable, est propre, gai, bien bâti et fait honneur à notre civilisation ». Ses réflexions sont à l’évidence passées au moule de ses préjugés : « L’Annamite est beaucoup plus maniable et gouvernable que le Chinois... Il se plie sans mot dire à la domination étrangère qui est en somme venue s’établir dans le pays pour son plus grand bien. Les Annamites sont un peuple de second ordre ou de troisième même, fait uniquement pour subir un joug, et qui n’ont qu’à gagner au nôtre. »76 Plus qu’avec l’Asie cependant, c’est avec le « monde noir » que se joue l’altérité. La représentation de l’espace impérial fut-elle influencée par la fréquence des liens économiques et humains avec l’Afrique subsaharienne ? La fréquence des navires, la multiplication des postes occupés par les élèves de l’École coloniale sont des vecteurs d’altérité et d’évasion dans l’imaginaire havrais. Les deux tiers des articles du Bulletin de l’Institut colonial sont consacrés à l’Afrique noire et Madagascar. Cet intérêt pour le monde noir ne date pas de la période d’apogée des relations commerciales. Car si Le Havre avait alors son rôle dans le « Mécanisme Colonial », il avait eu toute sa place, en d’autres temps, dans le mécanisme triangulaire.

L’héritage des négriers

  • 77 Dessolins, 1867, « Grandeur et décadence du Havre », BMH 2150.
  • 78 M. Ferro, Histoire des colonisations, des conquêtes aux Indépendances, XIIe-XXe siècles, Paris, Seu (...)
  • 79 J. Meyer, Histoire du Havre..., p. 83-85.
  • 80 AMH, discours de Bégouen, F2-10, cité par Sidy Abdoul Ba, La traite des Noirs et l’esclavage aux co (...)
  • 81 Le Havre au jour le jour de 1778 à 1790, édition d’un manuscrit de Marie Le Masson Le Golft, présen (...)
  • 82 L.-Ch. Jennings, « La presse havraise et l’esclavage », Revue historique, no 551, juil.-sept. 1984.

48Il y a, bien sûr, les extrêmes. La continuité du préjugé racial qui offre, là comme ailleurs, un florilège abondant, que l’on ne peut passer sous silence dans une histoire des mentalités coloniales havraises. « N’en déplaise aux négrophiles enragés qui, sous prétexte d’égalité entre le noir et le blanc, proclameraient volontiers celui-là le supérieur de celui-ci, le nègre à l’état libre ne sera jamais qu’un parasite grotesque rebelle à tout travail intelligent »77, écrivait un certain Dessolins en 1867. « Sans doute les théories de la race ont-elles pu exister avant la colonisation, avant l’impérialisme, mais elles avaient peu d’écho, l’impérialisme leur a donné chair et vie, il les a répandues » estime Marc Ferro78. La parenthèse historique située entre les deux colonisations n’a pas annihilé totalement la mentalité négrière, malgré le sentiment de culpabilité. On tenta alors de redorer l’image du Havre, comme l’a souligné Jean Meyer : « Dans la légende dorée locale, le trafic infamant (au XIXe siècle) a passé comme tardif et secondaire, les Havrais ne s’y seraient livrés qu’à contrecœur. »79 Les historiens ont pourtant fait leur travail et souligné maintes fois combien les négociants havrais qui avaient construit leur fortune sur l’esclavage, notamment à Saint-Domingue, ou avaient participé à la traite, généralement en deuxième place des ports français, firent pression pour éviter toute réforme. Le discours de Bégouen en mars 1790 demandait que l’Assemblée nationale n’innove rien « dans le commerce de France aux côtes d’Afrique, lequel continuera de se faire comme par le passé sous la protection des lois qui l’ont maintenu et encouragé jusqu’à ce jour »80 Une « adresse de la commune du Havre à l’Assemblée nationale », en février 1790, affirmait que « des écrits où l’on met l’humanité à la place du besoin menacent de l’abolition de la traite des noirs et de leur esclavage ; de là les colonies dans la plus grande fermentation... ». « La traite des noirs et leur esclavage sont fondés sur la loi de la nécessité... » « Les colonies sont faites pour la métropole. Un seul bâtiment étranger ne peut y être admis qu’on en chasse un navire françois. »81 Même si les Montagnards havrais organisèrent une fête le 10 mars 1794 pour se réjouir de l’abolition de la traite, les négociants continuèrent, notamment par le chantage à la contribution patriotique, de peser sur une conception bien limitée des Droits de l’homme. Cette pensée se prolongea au XIXe siècle. « La presse havraise constitua le modèle même des forces de la France de Juillet favorables à l’esclavage » écrivait L. Jennings dans la Revue historique82.

  • 83 Le Havre au jour le jour..., p. 193.

49L’argumentation de Jacques-François Begouën, en 1790, reposait commodément sur cette affirmation : « Nous ne faisons que transporter en Amérique des hommes déjà esclaves en Afrique. »83 Alors que la suppression de l’esclavage a largement légitimé la conquête coloniale du XIXe siècle en Afrique, on peut dire que l’argumentation du négrier résiste au temps, à moins que ce ne soit que pur relativisme chez l’écrivain local Julien Guillemard qui publiait, le 10 mars 1943, dans Le Petit-Havre, dans la rubrique « Album nautique havrais », un article intitulé « Capitaines négriers » :

À cette époque, le Noir africain n’était jamais sûr de ne pas être, le soir même, supplicié ou mangé, suivant le bon désir de son roi, de son sorcier ou de ses ennemis. Le transporter dans les beaux pays de l’Amérique centrale devait donc constituer une amélioration de sa condition de vie. Principe auquel obéissait la France.

50Style indirect libre reproduisant le discours du passé ? Pas si sûr, car il est bien affirmé par l’auteur qu’il y avait deux traites : une traite légale par des « navires dûment patentés » et une « traître ignoble faite par des forbans ». Pourquoi la traite fut-elle interdite ?

Parce que trop de forbans s’y employèrent, pour le malheur de leurs passagers. Mais la dame du Capitaine se promenant lentement au bras de son mari en tenue d’apparat, cependant qu’un négrillon à gentille frimousse et coquettement attifé, tient la traîne de la robe la plus chère de la ville, que voilà une belle image du Havre d’autrefois.

51C’est là un exemple de la nostalgie cultivée par l’auteur de L’Esprit du Havre.

  • 84 « Le commerce maritime du Havre à la fin du XVIIIe siècle », Neptunia, no 36, 4e trimestre 1954, P- (...)
  • 85 Montesquieu, L’Esprit des Lois, Livre XV, Chap. V.

52Maurice Begouën-Demeaux, dans un numéro prestigieux de la revue Neptunia consacré au Havre en 1954, parle « des marchandises de traite que l’on échangera contre l’outillage humain nécessaire à nos colonies »84 Et l’on retrouve, une fois de plus, l’argument de la nécessité dont l’immoralité était révélée et combattue par l’ironie de Montesquieu85 Il est difficile de dire quel était l’impact réel de ce type d’assertion. Mais l’argument était encore répandu, par exemple dans la Revue maritime en 1949 :

  • 86 La Revue maritime, no 43, nov. 1949, p. 1470. Critique de L’Histoire de l’esclavage dans les coloni (...)

Nul ne peut raisonnablement contester que l’esclavage soit une tare de l’organisation humaine, mais pouvait-on, en Amérique, se passer de cette main-d’œuvre servile dans des régions qui anémient le blanc ? Une chose est certaine. Là où la civilisation latine et catholique a passé, l’indigène a proliféré et s’est assimilé dans la mesure où son évolution le lui permet, y compris le noir importé. Ailleurs, il a disparu86

  • 87 Bulletin de l’Association des anciens élèves de l’École supérieure de commerce du Havre, janv. 1886 (...)

53Un siècle après la première abolition, les traces de la pensée « ordinaire » sont suffisamment rares pour que l’on s’arrête un instant sur le texte d’un inconnu dont le but n’est pas de faire de la littérature ou de la rhétorique politique. Il s’agit d’un ancien élève de l’École supérieure de commerce, dont l’opinion sur la main-d’œuvre aux colonies, en 1886, dessine bien les représentations de ce temps87 « L’abolition si nécessaire de l’esclavage », n’a pour lui, que des « résultats décevants ». Pourquoi donc ? Le jeune homme affirme que « l’invincible paresse des anciens esclaves a résisté à tous les efforts ». L’idée originale est ici que l’esclavage eut pour effet pervers de cacher l’infériorité de la race noire : laissez-la libre, vous constaterez son incurie.

Maintenant encore on se trouve en face d’un grand nombre de vagabonds, de haines et de races que le temps n’a guère améliorés. On serait tenté de croire que cet état vient des souffrances endurées pendant la longue servitude des nègres importés aux Antilles, mais pour se convaincre que cela tient aux vices de la race noire, on n’a qu’à jeter un coup d’œil aux autres colonies [...] Au Sénégal, le commerce est tenu par les Arabes et les Européens, les nègres sont restés apathiques et barbares. Au Gabon les nègres [...] sont encore moins susceptibles de civilisation. [...] le caoutchouc mal classé à cause de l’incroyable incurie des noirs de la région. [...] À Tahiti, la race n’est pas la même mais les vices sont identiques et la paresse plus forte. Quant aux Néo-calédoniens, ils sont jusqu’à ce jour restés rebelles à tout travail suivi.

54La longue histoire des intermédiaires africains, notamment des dioulas dans le commerce de traite, n’entre pas dans l’imaginaire de l’auteur. Non plus que les conditions dans lesquelles se fait la collecte du caoutchouc dans le cadre de l’économie de cueillette. Ignorance et préjugé se combinent et nourrissent une idéologie, un rapport au monde, vécu à travers le modèle de la stricte hiérarchie des races. Et le remède à l’incurie des noirs ? c’est de peupler l’Afrique de jaunes, fantasme hérité directement du modèle de la traite négrière :

De même qu’après la conquête du Nouveau Monde, les Espagnols cherchèrent une race plus propre aux travaux que la race rouge, nous aurons recours à une race laborieuse, industrieuse, intelligente et dure aux fatigues, en un mot, la race jaune [...] On verrait le Sénégal, le Gabon, le Congo se développer rapidement.

55L’argument de l’obsolescence – le rouge est remplacé par le noir, le noir doit être remplacé par le jaune–, outre la réification de l’Autre qu’il suppose, montre que la philosophie des Lumières, dans sa dimension humaniste, ne peuple guère l’imaginaire du Havre républicain à la fin du XIXe siècle. Oubliée la leçon de l’ironie de Montesquieu : « Si j’avais à soutenir le droit que nous avons eu de rendre les nègres esclaves, voici ce que je dirais : les peuples d’Europe ayant exterminé ceux de l’Amérique, ils ont dû mettre en esclavage ceux de l’Afrique... » Le critère de la nécessité accompagne, au premier degré, l’oubli de l’Autre.

  • 88 J. Legoy, Le Peuple du Havre..., p. 250-254.
  • 89 Le rédacteur du Courrier du Havre, Gustave Cazavan, le 30-01-1858, cité par J. Legoy : « On obtiend (...)

56L’appel aux coolies d’Inde et de Chine n’est pas une nouveauté dans les milieux maritimes havrais. Jean Legoy rappelle que leur introduction dans les colonies fut autorisée par Napoléon III en 1854. La presse havraise approuvait leur emploi aux Antilles. La vie d’un coolie n’a guère de valeur. « En juillet 1859, les 200 coolies embarqués à bord de la Gertrude, armateur de Coninck, se révoltent entre Shanghai et La Havane, 45 Chinois sont jetés à la mer et noyés. Le capitaine du navire, traîné devant les tribunaux, est relaxé. »88 Aux yeux du Courrier du Havre, le nègre du Mozambique, plus docile, facile à christianiser, est un meilleur atout que le coolie indien ou chinois, pour les planteurs de la Réunion89 Les colonies, vieilles ou récentes, sont lointaines, certes, mais leur main-d’œuvre intéresse les gens de la Place. Ils savent, par exemple, en 1905, que l’effectif des travailleurs immigrés d’origine indienne à la Réunion est tombé de 70 000 en 1870 à 14 000 en 1904. « Il ne saurait nous être indifférent de voir augmenter ou diminuer les aliments de fret tels que sucre, tapioca, vanille », et Joseph de Querhoënt, maire de Sainte-Adresse, propriétaire des Habitations Chauvet à la Martinique de s’interroger en connaisseur sur le remplacement des Indiens par les Africains à la Réunion :

On a bien fait appel à la main-d’œuvre des nègres de la côte d’Afrique. Mais non seulement cette tentative a coûté très cher à la colonie, mais elle a donné des résultats pour ainsi dire négatifs, les nègres étant, par essence, très paresseux.

  • 90 Bulletin de l’Association des anciens élèves de l’École supérieure de commerce, oct. 1932, discours (...)

57S’il existe un « éternel nègre », c’est bien celui de la paresse. Ce thème émerge constamment, d’hier à aujourd’hui. Peut-on cacher certaines affirmations entendues au cours de cette enquête, telles que « Ces Africains sont lamentables ! ». La « psychologie des peuples » sommaire a beaucoup été pratiquée. Frédéric Risson, inspecteur primaire, ténor de la Ligue coloniale, adjoint au maire du Havre, ancien chef du service de l’Enseignement au Sénégal, tentait, sans grand succès de convertir les élèves de l’École supérieure de commerce de faire carrière aux colonies. Il ne parlait pas autrement90 :

Il est surtout, cet agent de commerce, en relation avec les noirs. [...] Mais sa façon de faire des affaires est pour les noirs une révélation. Il leur achète leurs marchandises, les produits de leur sol, le produit de leur travail. Il les leur achète à un prix dont ils n’ont pas bien l’idée : ils ne savent pas si c’est cher ou pas cher, mais que c’est la façon d’avoir des bijoux pour leurs femmes, des étoffes brillantes pour eux. Et pour acquérir tout cela qui les charme, qui les enchante, ils surmontent quelque chose qui chez eux est inné : le goût de la paresse.

  • 91 « La question coloniale », Recueil de la SHED, année 1896, t. 2, p. 181 à 308.
  • 92 On pourrait objecter que le mot race doit être contextualisé, car il était à cette époque souvent s (...)

58Philippe Barrey affirmait, en 1896, dans « La question coloniale » : « Il n’y a pas à se préoccuper du droit des indigènes, lesquels, bien que numériquement supérieurs aux Européens, ne le seront jamais assez pour leur opposer une résistance efficace. »91 Le devoir « impérieux d’acquérir le plus de territoires possible dans cette Afrique mystérieuse » est justifié par le désir de « préparer pour les générations futures un champ de travail où notre race, à l’étroit sur son sol, pourra donner carrière à ses désirs, à son besoin d’activité, à son énergie ». Il y a de « l’espace vital » dans cette théorie92 Et l’auteur de ce texte, endossé comme on l’a vu par les soutiens officiels de la souscription municipale et de la chambre de commerce, juge inutile de civiliser ce qui ne peut l’être : « Nous nous sommes embarrassés d’un fatras de formules humanitaires qui ne nous ont rapporté que plaies et bosses... pour être logiques il faut ainsi se poser le problème de la prédominance d’une race sur une autre : Être ou ne pas être. » (p. 127). Colonialiste, la pensée de la partie la plus en vue des négociants et des sociétés savantes l’est assurément, appuyée qu’elle est sur l’impossible reconnaissance de l’Autre. Même si à cet instant on se déchire à propos du Capitaine Dreyfus, donner le statut d’homme à un nègre est une autre affaire. Ainsi conclut Philippe Barrey :

C’est vraiment une étrange inconséquence que de déployer des sentiments exagérés lorsque nous entreprenons une expédition coloniale, et d’essayer par la douceur et la bienveillance des peuplades qui n’ont ni nos qualités physiques, ni nos aptitudes intellectuelles et dont le cerveau, façonné depuis de longs siècles par la dure oppression de leurs maîtres, ne reconnaît qu’une autorité, qu’un seul pouvoir souverain et sans conteste : la force.
Observer les lois de la guerre, cela se conçoit entre peuples civilisés. On se tue tout de même, mais on y met des formes. Mais tenir la même conduite avec des gens dont la parole n’a aucune valeur, qu’un long atavisme a façonné à la duplicité et qui renouvellent à l’égard des nôtres qu’ils font prisonniers les traitements des plus mauvais jours de l’Inquisition, c’est être vraiment bien naïf.
Les primitifs ne s’inclinent que devant la force et la crainte des répressions. Nous ne devrions jamais l’oublier, et la meilleure méthode de persuasion est bien encore le canon, (p. 127)

  • 93 Cf. JO, Chambre des députés, débats parlementaires des 19 et 20-02-1906, p. 862 à 915.
  • 94 Le Havre-Éclair, 1-10-1905.
  • 95 Le Progrès, 7-10-1905. Hanriot reprend l’article de Rouanet dans L’Humanité sur la « barbarie colon (...)

59Un jour de 1905, un journaliste du Havre-Éclair se rend à l’entreprise Desmarais frères pour y rencontrer un cadre, Martel, qui a passé quinze ans aux colonies. Ce Martel a fait partie de la mission De Mézières et représenté plusieurs maisons françaises au Congo et au Dahomey. Le journaliste souhaite l’interroger au sujet d’un incident auquel Martel a assisté en Oubangui : un nègre a été fusillé sur ordre du gouverneur Gentil, acte dénoncé à Paris par le député socialiste Rouanet93. « Les faits sont exacts, nous n’avons pas connu les raisons de cette exécution. M. Gentil avait de bonnes raisons, le pays était infesté d’espions anglais et de nègres pillards... Il ne faut pas croire que dans nos colonies on massacre les nègres pour rien et pour le plaisir. » Au sujet de Brazza, Martel fait une réflexion qui laisse imaginer ce qui devait se dire dans certaines entreprises au moment de la dernière mission de l’explorateur : « C’est bien joli d’être bon avec les noirs, mais il ne faut pas être leur dupe. » Quant au journaliste, il prend à l’évidence fait et cause pour son interlocuteur : M. Martel ajoute « cette réflexion que M. Rouanet fera bien de méditer » : « On ne mène pas les noirs comme on dirige les ouvriers français. Les noirs sont traîtres et méchants, vicieux même. Sans la chicotte, on ne pourrait pas les gouverner. »94 Seul, Le Progrès, journal socialiste havrais, réagit aux propos de Martel95.

Méfiance avant tout

60Le Parti colonial, « parti où l’on dîne », résiste à l’idée du citoyen noir. De retour d’un dîner offert à Paris par l’Union coloniale au gouverneur de l’Indochine, Merlin, le 30 mai 1923, Louis Vaquin avertit ses collègues de la chambre de commerce :

  • 96 RDCC, no 108,7-06-1923, p. 42.

Il y a lieu de retenir une orientation nouvelle qui s’affirme dans les idées du ministère des Colonies. On tendrait en effet à considérer de plus en plus l’indigène des colonies comme un Français de couleur. Or cette expérience a déjà été tentée à la Martinique et elle n’a pas donné satisfaction, parce que en même temps que l’on donne aux noirs les libertés civiles, il faut leur donner le droit électoral et chacun sait ce qu’il peut en résulter [...] Si l’on pouvait, dans une certaine mesure, enrayer cette tendance, on rendrait certainement service aux coloniaux blancs96.

61Bête dangereuse, le nègre demeure dans les années 1930 assimilé dans une métonymie sans ambiguïté au fauve menaçant, dans l’Afrique du mystère et de l’aventure, au temps de la conquête. C’est la vision qu’en donne le poème paru dans Le Havre-Éclair en 1934, au sujet de l’épopée d’Archinard :

  • 97 Laurent Cernières, « L’épopée », Le Havre-Éclair, 8-07-1934.

L’Afrique avec ses nuits où rode
Le cri des fauves en maraude
Près du feu de bivouac grondants
Et partout, éparse dans l’ombre
La menace, mortelle et sombre
L’embuscade : démons ardents
Aux yeux de meurtre, aux blanches dents97.

62Ce florilège fait paraître d’autant plus courageuses les voix qui s’élèvent pour combattre et tenter d’expliquer le racisme, fût-ce en empruntant le discours de Vigné d’Octon dans la Gloire du sabre. Illustré d’un dessin intitulé « comment on ne doit pas coloniser », le journal Le Progrès dénonce :

  • 98 Le Progrès, 10-10-1908.

Leur but unique, leur seule pensée est encore une fois de se venger « de ces nègres infects », selon l’expression de leurs officiers, de « ces sacrés mal lavés » à cause desquels, persistent-ils à s’imaginer, on les a pris à leur village, à leur atelier ou à la glèbe maternelle pour les envoyer mourir de la fièvre dans ces pays de malédiction. Aussi avec quel entrain tout à l’heure ils se proposent de les mitrailler98.

Un bien curieux mélange

63Les services rendus par les combattants coloniaux en 1914-1918 ont quelque peu modifié le regard du Blanc. Le Journal du Havre rappelle, en 1919, que les Africains se sont battus avec nous, ils ont montré leur attachement à la France. Il ajoute que les territoires d’outre-mer peuvent encore nous rendre un grand service : nous procurer de la nourriture qui nous manque après la détérioration de notre cheptel. Quel rapport, dira-t-on ? Le journaliste, qui en voit un, se livre à un exercice de logique acrobatique, assorti d’un curieux mélange lexical et d’un humour noir involontaire. À la une du 24 février, sous le titre : « Les viandes frigorifiées et notre cheptel colonial », il écrit ceci :

La guerre a considérablement réduit notre cheptel colonial, or, bien que nous paraissions l’ignorer avant la guerre, nos colonies sont des terres françaises au même titre que la France métropolitaine... Leur sang répandu avec le nôtre sur le champ de bataille nous ont fait comprendre que les noirs d’Afrique et les jaunes d’Asie n’en vivent pas moins que les Normands, les Bretons ou les Basques grâce au même organe, le cœur de la France. Disons donc afin de respecter la vérité que les provinces européennes de la France ont un cheptel diminué et presque annihilé et recherchons si les provinces françaises d’outre-mer ne peuvent point nous fournir les troupeaux dont nous avons besoin pour notre alimentation d’après-guerre. [Nous soulignons.]

64Après avoir comptabilisé les ressources du cheptel africain l’auteur conclut : « Que nous manque-t-il ? l’industrie frigorifique. »

  • 99 Sans préciser qu’il s’agit de l’entreprise havraise De Chanaud dont le bilan a été évoqué plus haut

65Il montre alors l’intérêt des usines frigorifiques dont celle de Lyndiane99 Il parle aussi des bœufs marocains, à juste titre puisque la même année le maire Léon Meyer en fera importer pour l’alimentation des Havrais. Et de conclure sur une note optimiste : « Désormais, tous nos poilus aiment la viande frigorifiée. Ils vont faire adopter par leurs parents, leurs femmes et leurs enfants l’usage de cette viande frigorifiée qu’il suffit de connaître pour l’aimer. » Tout cela relève quand même d’un syllogisme qui n’est pas de très bon goût : puisque les Africains nous ont donné leur sang, c’est qu’ils sont Français ; puisqu’ils sont Français ils doivent nous donner leur viande.

Le Noir peut être intelligent, mais....

  • 100 Préface à J. Teillac, Les bois de la Côte-d’Ivoire, leurs conditions d’exploitation et de vente, Pa (...)

66La première guerre mondiale a cependant fait évoluer les représentations. Jules Avril signe le 1er mai 1919 un article sur « L’égalité des races » à la une du Journal du Havre. « Les Noirs sont intelligents. J’avais la conviction contraire avant de les connaître. La guerre aura fait perdre au Noir quelque peu de sa crainte et au Blanc quelque peu de sa “dignité écrasante” [...] Les longs mois que j’ai passés avec les Sénégalais et les Annamites m’autorisent à dire que ceux qui croient à l’inégalité des races se trouvent dans la situation où je me trouvais avant la guerre. » Pourtant, pour ne parler que du sentiment des élites, celui d’un intellectuel emblématique du Havre, André Siegfried, témoigne de mentalités bien ancrées. Voici un extrait de la préface d’un ouvrage consacré aux Bois en Côte-d’Ivoire qu’il signe en 1954100.

Le sens de l’organisation est le fait du blanc, on pourrait même dire du blanc occidental. Bien suggestive est la psychologie que vous dressez, soit de l’Européen, soit du Nègre, dans la mesure où il est utilisable dans les fonctions qu’on est en droit d’attendre de lui. Qu’il s’agisse de souplesse, d’agilité, de précision dans les mouvements, le noir ne sera pas inférieur. C’est quand il faut faire preuve de sens des responsabilités, de capacité d’organisation, de soin dans la gestion des outillages qu’il se révèle inférieur à l’Européen. Il a besoin de direction, et cette direction c’est le Blanc, le Blanc seul qui peut la donner. Chose curieuse, et que j’ai plusieurs fois observée, c’est qu’alors le dernier des Blancs est encore supérieur comme efficacité au meilleur des Noirs. Il n’est pas question de simple intelligence, car le Noir peut être intelligent ; il n’est pas question non plus de simple vivacité, car il est éventuellement rapide dans ses mouvements. Ce dont il s’agit, c’est d’assurer une gestion. Pauvre camion, livré à un indigène non surveillé ! Pauvres instruments abandonnés à une main-d’œuvre insuffisamment contrôlée ! Oui, c’est bien là que se dessine, entre les races une frontière qui jusqu’ici n’a pas été supprimée.

Le pittoresque, la considération et la différence

  • 101 Truitard, administrateur en chef des colonies, au Banquet offert par l’Institut colonial à Gratien (...)
  • 102 PdH, no 93, 16-07-1931.

67Les images véhiculées par la presse empruntent souvent à une psychologie des peuples quelque peu sommaire mais pleine de bonnes intentions : « En général, le Camerounais est digne d’intérêt. Il est fataliste, philosophe... »101 Répulsion et attraction, c’est vers le merveilleux que tend à l’occasion le discours offert aux Havrais. Lang, adjoint au maire, à l’occasion de la visite du gouverneur Brévié, salue « un immense domaine... Un immense réservoir de richesses... les colonies de l’Afrique du Nord dont nous recevions hier les grands chefs, véritables Rois Mages aux somptueux costumes et à l’imposante stature ». Quoi de plus naturel dès lors que « dans ces contrées les indigènes nous témoignent maintenant affection et gratitude »102.

Fig. 8 - Les chefs africains en visite au Havre au terre-plein des bois coloniaux

  • 103 Le Petit-Havre, 14-05-1909.
  • 104 JDH, 28-04-1931.

68Le Nègre est au mieux une bête curieuse. Un jour de mai 1909, le paquebot Afrique des Chargeurs réunis entre dans le port du Havre « avec 110 nègres du Dahomey qui ont été conduits à bord du steamer Alma de la South Western Railways103 Ils vont figurer à l’Exposition impériale de Londres ». Pour se rendre au bateau de Southampton, ils ont traversé la ville enveloppés de grandes pièces d’indienne aux couleurs assez vives et leur passage a suscité dans la population un vif mouvement de curiosité, surtout dans le quartier Saint-François : quai Notre-dame, rue du général Faidherbe. En 1931, le « pittoresque » fait toujours recette ; un journaliste du Journal du Havre a pu monter sur le paquebot Croix des Chargeurs réunis, qui arrivait au Havre transportant deux cents indigènes et toutes sortes d’animaux destinés à l’Exposition coloniale. Au pied du navire, une assistance « assez dense était curieuse de voir un spectacle qui ne manquait pas de pittoresque ». Sur le pont, « les passagers couleur d’ébène allaient et venaient... Nous avons pu contempler à loisir nos coloniaux. Il y avait là des originaires du Soudan, du Sénégal, du Dahomey, de la Mauritanie, du Niger... Et puis nos regards ne se lassèrent point de détailler les figures rieuses et sympathiques, les costumes aux multiples couleurs dont certains cachaient des corps d’athlète ». Mais observer l’Autre, c’est aussi le considérer et mieux le connaître, l’occasion de prises de conscience : « beaucoup d’hommes parlent le français. Nombreux sont ceux qui ont la Légion d’honneur, la médaille militaire ou la croix de guerre [... ] Toutes ces récompenses furent gagnées par ces braves lorsqu’ils combattirent pendant la grande tourmente aux côtés de leurs frères blancs. »104

  • 105 Le Petit-Havre, 11-07-1931.

69Comment imaginer cependant que ces Noirs, et notamment les meilleurs d’entre eux, éprouvent autre chose pour nous que de l’admiration ? En juillet 1931, « les grands chefs noirs » venus à l’Exposition coloniale visitent le port du Havre. Le journaliste du Petit-Havre intitule son article : « Ils vont d’émerveillement en émerveillement. » La qualité de l’humour est relative à l’époque : visitant un entrepôt frigorifique, « ils » reculent avec effroi devant la température, « le Roi de la Nuit s’enfuit précipitamment, suivi de son porteur de parasol ». Sur le quai aux bois tropicaux, « avec des exclamations de joie, chacun reconnut des essences provenant de sa région ». Les curieux, massés sous le porche de l’hôtel de ville, accueillent « avec une sympathie amusée le convoi en noir... et en couleurs ». Enfin « dernier épisode qui attire contre les grilles de l’Hôtel Frascati un grand nombre de curieux : avant le départ pour Paris, quelques chefs firent leur Salam, c’est-à-dire leur prière. Isolément, à genoux sur le gravier de la grande cour d’honneur, ils égrenèrent leur chapelet, baisèrent leurs gris-gris et heurtèrent le front sur le sable mouillé... »105.

  • 106 Présentation de G. Hanotaux, « L’Histoire des colonies françaises », PdH, no 151,8-06-1933.

70L’amitié est possible, mais dans le cadre étroit d’un modèle romain de colonisation. « C’est un fait historique, lit-on dans Le Port du Havre, que la France a toujours assuré sa propre sécurité à l’égard des peuples de civilisation inférieure en les contre-civilisant : elle les pacifie en les élevant, c’est le procédé romain par excellence... L’idée colonisatrice française apparaît comme la réalisation continue d’un immense élan de bien-être dans l’amitié et dans la confiance réciproque comme la réalisation continue de l’amitié humaine. »106 La guerre et l’égalité devant la mort ont favorisé la reconnaissance de l’Autre. Mais quand il s’agit de faire du commerce, les attitudes paternalistes sont difficilement évitées. Frédéric Risson, qui ne doute pas de la possibilité de liens entre le « civilisé » et le « primitif » dans l’Afrique des années 1930, définit ainsi la mission d’un jeune colonial : elle sera « d’exciter chez ces primitifs le sentiment de l’intérêt et du beau [...] L’agent commercial devient en quelque sorte leur bienfaiteur parce qu’il les améliore et les perfectionne. On pourrait dire qu’il les apprivoise ». Ces quelques traces du cheminement de l’altérité coloniale montrent combien sont résistants les archétypes de l’imaginaire. Il y a bien continuité entre Le Havre négrier et Le Havre colonial, même si les représentations du colonisé sont travaillées par les regards nouveaux qu’engendrent les deux guerres mondiales et les progrès de l’humanisme colonial. Les images du discours portent l’idée coloniale. Qu’en est-il du discours de l’image ?

Discours de l’iconographie commerciale havraise

  • 107 Cf. Images et colonies 1880-1962, BDIC-ACHAC, Paris, La Découverte, 1993 qui contient une important (...)

71Aux représentations véhiculées par une propagande politique ou économique, qui désormais a fait l’objet de multiples recherches107, sont venues s’ajouter, au Havre, des images particulières produites par les entreprises coloniales de la Place. Les messages qu’elles portent, au-delà de l’intention publicitaire, sont autant de traces d’un imaginaire colonial agi et agissant. Ceux qui ont vécu une enfance sans télévision se souviennent à quel point l’étiquette d’une bouteille posée sur la table d’une cuisine, le dessin figurant sur un sac de café, le couvercle d’une boîte de cirage, les images espérées du chocolat Poulain ou du chocolat Cémoi, étaient de véritables invitations au voyage. Ces « marques de fabrique » laissaient assurément à l’imagination un espace de création personnelle bien supérieur à celui des reportages exotiques à heures fixes de la petite lucarne. Parmi les images déposées par les entrepreneurs havrais au Tribunal de commerce de 1880 à 1940, les étiquettes de rhum sont largement majoritaires. La belle Antillaise, noire métisse ou quarteronne, est le sujet préféré des décorateurs et des commanditaires, et vu la longévité de la représentation plus que séculaire, il faut croire qu’il s’agit d’un bon support publicitaire. Les hommes se voient disputer leur position par les garçons, négrillons généralement espiègles. Un dixième des images représente des hommes, des femmes ou des enfants au travail sur « l’habitation » antillaise et dans le champ de canne à sucre. L’habitation ou la rhumerie sont rarement isolées de la présence humaine, sinon sous la forme de médaillon. Les « autres » représentations sont généralement des paysages, ville blanche du Maghreb ou rade de Fort-de-France, ou bien des cartes, support de la pédagogie du produit. L’iconographie commerciale ne peut être le reflet exact d’une relation avec l’outre-mer. Ces images ne redisent que l’importance du Havre comme port du rhum et son lien avec l’économie Caraïbe. Elles ne reflètent absolument pas l’intensité des relations avec l’Afrique noire et Madagascar. En revanche, elles proposent un certain traitement de l’exotisme et de l’altérité, plus rarement une intention prosélyte. Elles sont aussi un chemin de l’idée coloniale.

72Les compagnies maritimes utilisent presque toujours un procédé de composition qui peut être considéré comme le signe principal de l’image. En Indochine, avec les Messageries maritimes, comme à Madagascar avec la Havraise péninsulaire, le navire de la Compagnie, imposant et à l’arrière-plan, est symboliquement situé dans la partie supérieure de l’image. Au premier plan, une embarcation indigène donne l’échelle du bâtiment puissant et protecteur. Le signifié d’ordre esthétique – la couleur de celle-là contrastant avec la blancheur de celui-ci – ne renvoie pas seulement au désir de rivage et à l’exotisme. Il est tentant d’y voir aussi un signifié plus idéologique, celui de la supériorité technologique du colonisateur, indéniable bien sûr, mais rendue plus lisible par la mise en espace de la scène représentée. Sur l’affiche de la Havraise, la hiérarchie est encore plus subtile puisqu’une barque plus petite encore, conduite par un Malgache seul et debout, vient s’ajouter, au premier plan, à l’embarcation collective qui accompagne le navire de la métropole. Ainsi se déroule, dans une lecture verticale, la chaîne qui relie la puissance abstraite du navire impérial au destin individuel de l’indigène.

  • 108 Cf. Négripub..., p. 80.

73L’archétype féminin des étiquettes et marques de fabrique imprimées au Havre, c’est la belle Antillaise qui porte un foulard de madras et des anneaux créoles aux oreilles. Les Zina, Sonita, Suzy, Gina, Janica, Anita, ou mieux encore la Doudou des rhums Ambaud, c’est-à-dire l’être aimé. Ces femmes sont graves, lointaines, mystérieuses ou bien séductrices, voire aguichantes. Les pointes du madras (une pointe « cœur à prendre », deux pointes « cœur pris ») parlent un langage108 que l’Européen ignore probablement. La femme est parfois fort dévêtue. La serveuse aux seins nus du Rhum Sainte-Luce dans une attitude qui défie les lois de l’équilibre porte un plateau avec bouteille et verres de la main droite, tandis que sa main gauche est négligemment retournée sur sa hanche généreuse. La danseuse du Rhum Janica, en 1933, est aussi dévêtue que les danseuses de revue nègre, mais son cœur n’est pas à prendre, nous dit le madras. Le signifié de l’érotisme et de la séduction implique les valeurs euphoriques d’une promesse de voyage et d’un désir d’ivresse.

74Un autre signe est constitué par la réunion, sur la même image, du portrait de la femme, ou de l’homme, avec l’élément végétal : la canne à sucre, image en rapport de redondance avec le mot rhum lui-même, ou bien les palmiers ou les cocotiers. Son signifié est le monde tropical, les Antilles, ou plutôt l’identité même du produit, sa « caraïbité ». La réunion de la couleur et de la végétation connote un paradis perdu, que l’on retrouvera dans la flamme du verre de rhum. Ces éléments rassemblés sont en rapport avec un message linguistique réduit à sa plus simple expression, qui vaut argument d’autorité : rhum Martinique, ou bien le nom de la plantation, du Houmet, du Cacoula, du Croissant, qui valent garantie de qualité. La composition de l’image fait signe, en effet. Un autre signe de même nature est constitué par la réunion fréquente du personnage et du rivage où attend le voilier, dont la connotation est paradoxale puisqu’il évoque à la fois le lointain et l’accessible : c’est le navire qui nous apporte cette part de rêve, dans un voyage toujours recommencé. Les tonneaux, posés sur la rive, servent de relais entre les deux éléments du signe, car on sait que c’est le même objet que l’on apercevra dans l’entrepôt ou sur les trottoirs et les quais du Havre. Nul besoin d’être savant pour décoder cela : nous vivons encore en ce temps-là dans la civilisation du tonneau.

  • 109 Cf. R. Barthes, « Rhétorique de l’image », Communications, no 4, 1964, p. 40-51.
  • 110 R. Queneau, Un rude hiver, Paris, Gallimard (L’imaginaire), 1939, p. 9.
  • 111 R. Barthes, Mythologies, Paris, Seuil, 1957, p. 66.

75Message iconique et message linguistique forment un ensemble cohérent, une rhétorique de l’image109. Un troisième niveau de signification existe aussi, qui n’est pas obligatoirement formulé par le concepteur ou le consommateur, mais qui est bel et bien inclus dans le signe. Il s’agit du message symbolique qui opère une distinction à l’intérieur de l’altérité. Il est frappant que l’homme et la femme ne subissent pas le même traitement. L’Autre masculin est plus lourdement dévalorisé. En effet l’image de la femme est toujours proche de la photographie, au besoin ses traits sont quelque peu modelés par le métissage. Chez les hommes, on caricature plus volontiers les caractères de la négritude comme cela fut fait dans tant de publicités. Comme disait Queneau, au second degré bien sûr, dénonçant finement le racisme : « Et pourtant ils sont marrants les nègres. »110 Ce nègre marrant, on le retrouve sur les produits de la maison Latham en 1925 : « Les deux amis, JMD, Afrique occidentale », ou sur les denrées coloniales de marque « Ouida » de la maison Aupinel. C’est donc par le masculin, avant tout, que passe l’idée de la différence et de l’infériorité de la race noire. L’enfant noir revêt plusieurs costumes. Parfois, il est le négrillon, vêtu d’une culotte blanche qui travaille la canne à sucre. Le plus souvent il est clown et espiègle perché sur le goulot d’une bouteille pour les huiles d’arachide Desmarais, ou sur le nez d’un caïman, en train de siroter une bouteille de rhum, pour la maison Aubourg. Comme l’homme, il est caricaturé. Pour les cafés Siki, on l’affuble d’une coiffe de roitelet ivre et d’une face quasiment porcine. Cette image n’est pas sans évoquer l’analyse de Roland Barthes dans « Bichon chez les Nègres »111, où, constatant « le divorce de la connaissance et de la mythologie », le sémiologue affirmait que l’astuce de l’imagerie dominante était de « donner à voir le monde nègre par les yeux de l’enfant blanc : tout y a évidemment l’apparence d’un guignol ». Enfin on n’échappe pas, dans ces images havraises, à l’inévitable plaisanterie : « l’p’tit noir », tout nu, chevauche le tube de cirage fabriqué par Lechevallier à Graville.

  • 112 Les cafés coloniaux n’étaient pas généralement assez bons pour être consommés tels quels.

76L’image choisie en 1936 par Paul Beaucamp pour ses cafés « La plus grande France » mérite une attention particulière. Elle utilise l’archétype de l’unité davantage que celui de l’altérité. Une carte des possessions françaises, comportant une nomenclature très lisible, est « servie » dans une sorte d’écrin végétal de feuilles et grains de café. La marque : la plus grande france, est inscrite tel un titre de leçon de géographie. Sur le côté, un petit texte explicatif : « Mélange de cafés fins des colonies françaises sélectionnés par les meilleurs experts du Havre, qualité supérieure et provenance coloniale garanties. » Cette représentation est à la fois une promotion du produit (la qualité, c’est le colonial) et une justification du privilège colonial. Instrument de pédagogie impériale en même temps qu’utilisation à des fins commerciales d’une idée qui est dans l’air du temps, celle de l’unité impériale (le mélange c’est l’union qui fait la force112 cette image est porteuse plus encore d’idéologie que d’imaginaire pur. On dirait un tract. La publicité est pilleuse de mythes, plus rarement de mythologie politique. L’iconographie commerciale se nourrit de l’idée coloniale en même temps qu’elle la répand.

Une muséographie coloniale ?

  • 113 A. Maury, « Les collections ethnographiques du muséum du Havre », conférence faite à l’Institut hav (...)
  • 114 C. Bonneuil, « Le muséum national d’histoire naturelle et l’expansion coloniale de la IIIe Républiq (...)

77Le muséum du Havre s’enrichit au cours de la constitution de l’empire colonial et grâce aux relations entretenues par les négociants avec les terres lointaines. La mission assignée à ces collections est contenue dans la définition que donnait de l’ethnographie, en 1947, le conservateur André Maury : « elle permet de prendre la mesure du développement intellectuel et moral des peuples et de préjuger de leur degré de civilisation. »113 A. Maury utilisait, malgré un appel à une meilleure connaissance de la psychologie des individus et des groupes techniques qui avaient conçu les objets présentés, les notions de « non civilisés » et de « peuples évolués ». Christophe Bonneuil a parlé, à propos du muséum d’histoire naturelle de Paris, de la « production d’une culture coloniale », résultant davantage d’une vision du monde partagée par les chercheurs que du réseau de relations entre colonisateurs et scientifiques créé par la demande et l’offre d’expertise114 Au Havre, les liens entre scientifiques et acteurs coloniaux demeurent forts, bien après l’achèvement de la conquête et cela laisse penser que les deux facteurs en question, idéologie des chercheurs et réseau de relations, se nourrissent mutuellement.

Fig. 9 – Marque déposée par Paul Beaucamp

  • 115 Cf. les biographies de Lesueur par Philippe Manneville dans les Annales du muséum de fév. 1979 et d (...)
  • 116 Cf. Mon voyage aux Terres Australes, journal personnel du commandant Baudin, illustré par Lesueur e (...)
  • 117 AMH, FC, K3, carton 23, dossiers de Légion d’honneur.
  • 118 É. Peau, Annuaire mondain de la Société havraise, 1930.

78Hasard ou nécessité, il se trouve que le muséum du Havre a toujours été bien plus qu’un lieu d’exposition et de recherche sur la géologie, la paléontologie ou les sciences naturelles. La personnalité de ses conservateurs lui a donné une tradition sensible au monde ultramarin. C’est pour Charles-Alexandre Lesueur qu’est créé en 1845 le poste de conservateur115 Parti de 1800 à 1804 avec l’expédition Baudin pour les Terres Australes, ce naturaliste de grand talent rapporte des dessins convoités aujourd’hui par l’Australie116 Il voyage aussi en Amérique, et notamment aux Antilles. Gustave Lennier, conservateur en 1859, forte personnalité de la vie culturelle et scientifique, revenait, à l’âge de vingt-trois ans, d’un voyage au Sénégal. Au cours des années 1855 à 1857, il avait exploré « scientifiquement le fleuve Sénégal, le Cayor, la rivière Mellacora et le Rio Nunez »117 Adrien Loir, conservateur à partir de 1910, avait créé quatre Instituts Pasteur dans le monde, notamment en Rhodésie et en Tunisie, où il écrivit sur les us et coutumes. Il fut commissaire général du gouvernement tunisien à l’Exposition de 1900. Il enseigna à l’Institut d’agronomie coloniale. Grand Officier du Nicham, on se souvient qu’il était l’ami du général Archinard. Gustave Lennier et Adrien Loir furent tous deux des membres dirigeants de la Société de géographie commerciale. Quant à la Société géologique de Normandie, liée au muséum, elle est, en 1930, présidée par un intendant militaire en retraite, décoré du Nicham Iftikhar, Gaston Delpéré de Cardaillac de Saint-Paul118.

Fig. 10-Tract du Comité de la Grande France diffusé par l’Institut colonial du Havre en 1930

  • 119 JDH, 1er et 8-07-1895. Louis Le Mescam était arrivé en Nouvelle-Calédonie en 1873, appuyé par Félix (...)
  • 120 AMH, FC, R2, C4, L. 9, Remerciements au président de la République, 27-09-1897.
  • 121 Neveu de Benjamin Delessert, le banquier qui l’incita à faire en 1844 et 1845 un voyage dans le Pac (...)

79Au muséum du Havre, de nouvelles salles d’ethnographie sont aménagées vers 1895. La section d’ethnographie est définitivement constituée par Gustave Lennier en 1901, inaugurée le 7 juillet. Elle est nourrie par les donateurs de la Place, négociants et militaires. Les objets sont plus souvent africains et océaniens qu’indochinois. Certes, le lieutenant Lucas, du 2e Tonkinois, légua quelques objets venus de Langson en 1902. Mais rien de comparable avec la collection d’armes, de costumes, de poteries et d’instruments divers provenant des Nouvelles-Hébrides, les plus nombreux, et de la Nouvelle-Calédonie, de Vanikoro, de Pile Gambier, des Marquises, des îles-sous-le-Vent, envoyées de Nouméa par un négociant, Louis Le Mescam119 Cette collection Le Mescam, exceptionnel patrimoine, était présentée sous forme de panoplies. 255 objets furent ainsi exposés. Félix Faure lui-même légua 72 objets de mêmes provenances120 Le muséum possédait en outre depuis 1848 une collection offerte par Eugène Delessert121 de 204 objets venus d’Océanie et d’Indonésie.

80Les visiteurs pouvaient admirer un « magnifique squelette de gorille mâle », donné par Jules Masurier dont les relations avec les côtes du Gabon ont été évoquées. Vinrent ensuite les objets du Gabon du négociant Sajoux en 1893, ceux de Georges Thierry en 1903 à son retour d’Allada où il travaillait probablement pour la Compagnie alsacienne-lorraine du Dahomey, les dons de Hugues Le Roux, publiciste et explorateur havrais qui avait rempli plusieurs missions en AOF et AEF et qui était devenu conseiller de l’Empereur d’Abyssinie. Enfin, la plus importante collection africaine, cédée par le général Archinard lui-même de son vivant, évoquée plus haut dans le parcours biographique du conquérant, à la fois patrimoine ethnographique et vecteur de légitimation coloniale en son temps. Une partie des collections fut anéantie par les bombardements du 5 septembre 1944 et même après la restauration du muséum, ce qui en restait demeura dans les caisses. La muséologie ethnographique havraise, reflet des tropismes coloniaux de la Place, était plus pauvre dans le domaine asiatique, quasi inexistante en ce qui concerne l’Indochine.

81Quelle connaissance de l’Autre ces collections ont-elles répandue ? Des Havrais ont pu approcher avant 1940 l’art d’Afrique noire, contempler tel masque pahouin de féticheur rapporté du Gabon en 1894, ou apprendre le rôle joué par le cochon, unité monétaire dans la civilisation traditionnelle des Canaques des Nouvelles-Hébrides. Ils ont pu imaginer, grâce aux Notes d’ethnographie océanienne (description de la collection Le Mescam), publiées par Gustave Lennier en 1896, la construction de l’habitation canaque et les rituels de la fête annuelle du Pilou-Pilou aux accents cannibales :

  • 122 G. Lennier, Notes d’ethnographie océanienne. Description de la collection ethnographique océanienne (...)

Que disent-ils dans ces chants et quelles pensées agitent leurs esprits pour y produire une pareille surexcitation ? Nul ne l’a jamais su positivement. Mais à l’éclat de leurs yeux, au frémissement qui agite tout leur être, on devine qu’ils chantent les combats de leurs ancêtres et que leurs yeux s’animent aux souvenirs des grands festins qu’ils faisaient autrefois avec les cadavres de leurs ennemis vaincus122.

  • 123 Michel Delaroche (1775-1852) est l’ancêtre de nombreux négociants havrais.

82Mais il est aussi des objets qui flattent l’esprit colonial, voire l’orgueil impérial havrais. Un harnachement de cavalier arabe et des armes, dons de Delaroche123, témoignaient de la prise de Constantine par l’armée française. Les crânes de chefs magos qui ornaient le Palais de Béhanzin, récupérés lors de la prise d’Abomey en 1892 par le lieutenant d’infanterie coloniale Fautrat, ou les nombreux témoignages de la soumission des Toucouleurs légués par Archinard, armes, tambours et boubous, entretenaient la mémoire de la conquête.

  • 124 Hommage d’Adrien Loir au général Archinard, Bulletin de la Société géologique de Normandie, no 6, j (...)

83Consacrant une page en mai 1956 aux collections du muséum, désormais invisibles au public, le journal Le Havre reproduit, sans texte critique, un long article hagiographique d’Adrien Loir sur le général Archinard, paru en 1934 dans le Bulletin du muséum, manière de célébrer encore « une œuvre de conquête si considérable ». Ainsi l’interprétation du patrimoine demeure-t-elle ambiguë, vecteur de représentations porteuses à la fois de la « différence » du colonisé, mais aussi de sa « barbarie ». Si les collections ont permis à plusieurs milliers de visiteurs une meilleure connaissance de l’Autre, il est pourtant vrai que dans l’esprit d’un Adrien Loir, il s’agit bien de la présentation « des trophées de guerre », et l’exaltation du « rôle glorieux joué par ce grand chef dans les armées de la République... qui a grossi du Soudan, c’est-à-dire de millions d’hectares, notre empire colonial »124 Le discours qui habille la culture ethnographique se veut légitimant et prosélyte.

  • 125 A. Weiler reçoit en décembre 1932 la distinction coloniale de Chevalier du Nichan El Anouar. M. Mor (...)
  • 126 Gaston Farineaux est inspecteur des douanes. Il a fait de nombreuses tournées dans l’extrême-sud tu (...)

84Que l’idée coloniale chemine aussi par une société savante ouverte à l’anthropologie de l’outre-mer, comme la Société géologique de Normandie, il n’y a là rien d’étonnant, surtout quand la découverte de l’Autre vient légitimer la mission civilisatrice. Une pensée de groupe émerge des travaux de la SGN autour des années 1930. Voici une note sur le paléolithique africain : « l’art pariétal africain présente des parentés certaines avec celui du monde occidental aux mêmes époques préhistoriques et d’autre part avec l’art nègre moderne. » Quelle interprétation donner à ces similitudes ? A. Weiler125, professeur au lycée, donne, à sa manière, une réponse de son temps dans sa conférence sur « La danse chez les peuples primitifs ». La mentalité primitive, « plus mystique que logique, indifférente aux causes secondes, est magique, immuable, conformiste et misonéïste ». Plus originale que cette représentation d’un monde africain immobile est la contradiction saisie par ces responsables de société savante. D’une part on prend conscience que le contact colonial « entraîne la perte du sens rituel, avec tous les voyageurs et tous les ethnographes », selon Weiler, et parce que « la pacification du Sahara a produit dans les conditions d’existence des Touareg des modifications profondes » selon Gaston Farineaux, secrétaire de la SGN126. D’autre part, l’idée de la mission civilisatrice est bien ancrée, avec la certitude que le salut des Touareg passe par le Transsaharien (ils pourront vendre leur bétail) « et là encore, la France aura exercé son influence bienfaisante et ajouté ainsi un nouveau fleuron à sa couronne civilisatrice ». Weiler relève une contradiction de la pénétration coloniale : « nous perdons ainsi un des moyens de connaissance de la psychologie des individus. » Or, dit-il plus loin, « la compréhension impartiale de la mentalité des populations n’est-elle pas le fondement essentiel d’une véritable politique coloniale ». Contradiction en effet insoluble : pour pouvoir étudier la mentalité primitive, il faudrait éviter le contact et tout faire pour la conserver. Que deviendrait alors la « mission civilisatrice » ?

Enseignement, art et exotisme

  • 127 Le Bull. ICH a publié en 1932 deux devoirs d’élèves, celui d’Odette Jamet, et celui de Jean Rontein (...)

85Une réelle volonté de répandre la connaissance de l’outre-mer ne saurait être déniée aux enseignants de la période coloniale. Autant qu’ailleurs, il faudrait ici écarter la théorie du complot, tant les hussards de la République ont eu à cœur de remplir leur mission. L’imaginaire qui nourrissait les jeunes esprits avait aussi ses vertus structurantes, même dans sa dimension coloniale, entretenant un certain goût de la géographie. L’enseignement n’est-il pas un combat continu contre l’inertie des représentations du monde héritées de la veille ? Odette Jamet, âgée de douze ans en 1932, élève à l’école de la Mailleraye, écrit ses impressions à la vue d’un film intitulé Le Tour du monde en 80 minutes. Qu’importe si l’instituteur lui a soufflé sa conclusion : « je termine en remerciant l’Institut colonial d’avoir offert à mes compagnes et à moi une si bonne séance. »127 Son texte a le mérite de reconstituer la mosaïque des tableaux qui peuplent désormais sa mémoire :

Je quittai l’Inde pour entrevoir l’Indochine, avec ses rizières, ses pousse-pousse, ses fumeurs d’opium. La Baie d’Along sur laquelle glissent des jonques chargées de riz, et bordant la mer, des habitations indigènes vraiment curieuses. [...] Je visitai [...] la Nouvelle-Calédonie, île si riche en nickel et bordée de récifs de corail, les Nouvelles-Hébrides, l’île de Tahiti, île d’amour, aux danseurs et joueurs de guitare hawaïenne. Je traversai le canal de Panama, au bord duquel tout se fait électriquement. J’excursionnai dans l’île de la Guadeloupe, dans l’île de la Martinique devenue si tristement célèbre par l’éruption du Mont-Pelé qui détruisit la ville de Saint-Pierre. Je pus voir ses danseurs de biguine et ses créoles d’une rare beauté. Visitant le Maroc, je vis ses chameliers, ses mosquées, ses minarets et ses fantasias...

  • 128 L’exotisme n’existait-il pas sur les deux rives ? Sow Ndeye est âgée de douze ans lors de l’indépen (...)

86La force de tels films qui valorisent le domaine colonial, et, en conséquence en justifient la possession, c’est que la légitimation ne s’opère nullement sur le mode de l’argumentation, mais par la force du registre poétique128 : rien n’y est vraiment faux, tout au plus les choix du réalisateur éludent-ils les dures réalités, sauf les fatalités de la nature qui peuvent émouvoir. La Polynésie et les Antilles sont des lieux paradisiaques. Sommes-nous si loin des clichés touristiques d’aujourd’hui ?

87L’idéologie coloniale se forge définitivement quand, à ce stock d’images, vient s’intégrer un contenu politique et moral, et que le jeune esprit devient capable de prendre à son compte un discours et une doctrine. C’est le cas de Jean Rontein, élève de seconde au lycée du Havre en 1932 :

Dans les classes, nos maîtres insistèrent sur nos colonies, comme ils l’avaient fait sur les provinces métropolitaines, mais le triomphe de cette propagande admirable fut l’Exposition coloniale ; là, nous avons tous compris ce qu’était la plus grande France, ce qu’elle apportait au pays, ce qu’elle nous demandait ; nous avons compris que c’était à nous qu’incombait le devoir de conserver et de faire fructifier cette France extérieure, 22 fois plus grande que la Métropole ; le rideau qui nous cachait les colonies était complètement déchiré, beaucoup de nos aînés sont partis, parmi nous, beaucoup s’y préparent.

88La prise de conscience coloniale est ici exprimée sur le mode de l’initiation ou de la révélation. L’école l’a rendue possible et plus encore la propagande. L’imaginaire n’est plus représentation passive. Il devient projet, celui de la mission. Le jeune homme devient lyrique en évoquant les produits qui peuplent les quais, promesses d’un ailleurs qui, miraculeusement, demeure la France : « Je suis Bordelais, j’habite Le Havre, sur les quais de ces deux villes, j’ai vu l’okoumé brun de la Côte d’Afrique, les régimes encore verts des Antilles, les vins d’Algérie, les anthracites du Tonkin ; les cargos m’ont apporté les senteurs tropicales, toute cette “Symphonie Exotique” qui chante dans la France lointaine. J’attends avec impatience le moment de partir à mon tour. »

  • 129 R. Lefèvre, « Le cinéma colonial », in Images et colonies..., p. 170-173.

89Le cinéma de fiction a lui aussi nourri l’idée coloniale. Le Havre ne peut ici être original. Sa quinzaine de salles dans les années 1930, et la vingtaine de films qu’elles proposent simultanément répandent une culture nationale. Cela n’interdit pas d’évoquer brièvement ce que voyaient les Havrais. La mode du film colonial se répand au milieu des années 1920129 La croisière, le désert, la Légion, tous les ingrédients sont là. Amour, aventure, héroïsme, espionnage, lutte contre les pillards, un cinéma qui sent bon le sable chaud est régulièrement annoncé dans la presse. L’emphase du commentaire journalistique anticipe le plaisir du spectateur. Voici, en mars 1936, une « soirée populaire » qui s’annonce :

Après La Bandera, La Route Impériale, un grand film qui honore le cinéma français : Le Roman d’un Spahi, d’après l’œuvre célèbre de Pierre Loti [... ] Film d’amour et d’aventure qui se déroule sur cette terre d’Afrique encore si mystérieuse où les passions fiévreuses des hommes, surgissent de leur cerveau comme une éclosion de fleurs les plus vivaces et aussi les plus vénéneuses. Terre de mort et terre d’amour ! Épopée héroïque à la gloire de nos soldats coloniaux...

  • 130 Appréciation portée par Roger Boussinot dans son Encyclopédie du Cinéma sur L’Appel du Silence de L (...)
  • 131 Les Havrais purent voir également les classiques britanniques : Les quatre plumes blanches (1939), (...)

90Car au-delà de l’armée, ce qui est glorifié, c’est l’Empire. Quand Les Hommes sans nom de Jean Vallée sont à l’affiche en janvier 1938, Le Havre-Éclair annonce « Un film à la gloire des soldats héroïques des légions coloniales, qui, au péril de leurs vies dans des continuels et sanglants combats dans un désert brûlant et perfide, sauvegardent l’Empire Français. » Gabin dans La Bandera ou Pepe le Moko de Duvivier, Joseph Kessel signant les dialogues de L’Homme du Niger dont l’intrigue se déroule au Soudan, Marcel L’Herbier réalisant La Route Impériale, tout cela montre qu’il ne serait pas juste de porter un jugement sans appel sur la qualité de ce cinéma. Il était certes mythifiant voire mystificateur, mais avec un certain recul, il est plus ambigu et subtil qu’il n’y paraît. Ne voir là que des « monuments de sottise »130 reviendrait à sous-estimer son efficacité sur un public qui n’était sans doute pas plus stupide que celui d’aujourd’hui131.

  • 132 Le 4 juin 1952, Pierre Deloncle présenta au Petit-Théâtre deux films 16 mm, au cours d’une soirée i (...)

91À regarder de plus près le film de Léon Poirier, Brazza ou l’épopée du Congo, qui parvint au Havre en février 1940, il apparaît que le cinéma colonial est loin d’être sans intérêt, aussi bien par ce qu’il montre que par ce qu’il ne dit pas. Ce film, assez fidèle au récit de Brazza lui-même, n’est pas sans intérêt ethnographique. Les figurants sont de vrais Africains en situation. Une femme griot rythme le récit, chantant par épisode l’aventure de Brazza en s’accompagnant d’une sanza, sans que l’on puisse dire s’il s’agit d’une épopée composée pour l’occasion. Un vieil homme apparaît à la fin du film, devisant avec le cinéaste, Chavannes lui-même, compagnon de Brazza, comme pour transformer la fiction en documentaire. Pourtant, le malaise subsiste, et il ne naît pas, paradoxalement, de la représentation de l’Africain, puisqu’on ne s’étonnera pas aujourd’hui qu’il soit souvent infantilisé, dans le contexte de la fiction comme dans celui de la narration de ce Brazza. Le problème est que l’on ignore tout de la dernière mission de Savorgnan de Brazza, de ses motifs et de sa mort suspecte. Le fait que la Société du Haut-Ogooué apparaisse au générique n’explique-t-il pas ce silence ? Dans une ville qui a participé à l’expérience concessionnaire et s’est empressée de l’oublier, les spectateurs avaient-ils les moyens de percevoir les limites du film comme document ? L’efficacité de la légitimation passe à la fois par l’histoire, par le mythe, et par le silence132.

  • 133 Cf. S. Fauchereau, Braque, Paris, Albin Michel, 1987.

92L’exotisme s’exprime à l’école, au cinéma, plus rarement au musée. Les peintres emblématiques du Havre, Raoul Dufy, Georges Braque, Othon Friez par exemple, n’ont pas exprimé l’imaginaire colonial de la Place, tout au plus, épisodiquement, un imaginaire maritime. L’héritage de Boudin et de Monet, la lumière de l’Estuaire, sont devenus des lieux communs de l’identité locale. Les œuvres de Braque dans les années 1902-1906 sont des marines représentant Le Havre, l’Estaque ou Anvers où il s’est rendu avec Othon Friez133 Mais Le Havre serait bien en peine de présenter aujourd’hui, comme le fait la chambre de commerce de Marseille, une véritable exposition de peinture coloniale. Plus près de nous, Jean Dubuffet, né en 1901 au Havre, n’est autre que le fils de l’un des plus importants importateurs de rhums et de vins, Charles Dubuffet. Il eut même à s’occuper jusqu’à un âge avancé de la succursale à Bercy de la maison paternelle dont il était administrateur dès 1925. Or il est difficile de voir dans ses tableaux, et particulièrement dans le concept de l’Art brut, une quelconque inspiration maritime ou coloniale. Tout au plus pourra-t-on méditer sur la très libre représentation de l’« Arabe à l’œillet » de 1948 en sachant que le peintre a fait trois séjours successifs au Sahara en 1947-1949. La collection léguée par le très colonial Charles-Auguste Marande, visible aujourd’hui au musée André Malraux, est riche en tableaux impressionnistes. On y remarquera uniquement un portrait de négresse par Charles Camoin, peint en 1904. Résultat sans doute de la différence entre l’art et la propagande, on ne peut dire que la production esthétique ait été ici un vecteur d’idée coloniale, n’en ayant été elle-même que très rarement le résultat.

  • 134 Dépliant de l’Exposition Hommage à Jacques Simon, 1875-1965, jan. 1996, Galerie Éric Baudet, Le Hav (...)

93Cependant l’exotisme colonial n’a pas été totalement absent des œuvres offertes aux yeux des Havrais, dans le domaine de la sculpture et de la peinture. On trouve aujourd’hui au musée André Malraux deux bronzes de Charles Cordier, un Nubien et une Nubienne, achetés par la ville en 1858. Un autre sculpteur de corps noirs est passé par Le Havre : Evariste lonchère, prix d’Indochine en 1932, prix d’AOF en 1937, médaille d’or de la Ligue maritime et coloniale en 1949, prix de l’AEF en 1951, qui enseigna quelque temps à l’École des beaux-arts. C’est Jacques Simon qui a été le meilleur chemin, en matière picturale, de l’idée coloniale. On l’a vu peindre les fresques coloniales de la gare du Havre, celles du stand havrais à l’Exposition coloniale. On lui confia le billet de 100 F pour la Banque d’Algérie, et trois tapisseries « Algérie », « Tunisie », « Maroc », pour la manufacture des Gobelins. Il obtint le prix de la Villa Abd-El-Tif, « l’émule africaine de la Villa Médicis », en 1908. Des musées firent l’acquisition de ses œuvres aux États-Unis, au Luxembourg, en Algérie134.

  • 135 Le Petit-Havre, 22-12-1927.
  • 136 D. Rivet, « L’âge d’or de l’orientalisme », L’Histoire, no 108, fév. 1988, p. 10-16.

94En ces temps où les conférences tiennent lieu de nos modernes « Faut pas rêver », « Thalassa » ou « Ushuaïa », ce sont les propos du voyageur et ses photographies qui alimentent l’imaginaire exotique. Jean Galotti, inspecteur des Beaux-Arts au Maroc, présente aux auditeurs de la Ligue coloniale « les palais inaccessibles où s’abritent les grands seigneurs indigènes »135 Tout l’art du conférencier est de « montrer avec beaucoup d’habileté les choses mystérieuses qui se cachent derrière des murs clos hostiles à l’étranger ». Le Maroc demeure un lieu privilégié de l’orientalisme136 Les Havrais peuvent rêver au palais du Sultan et à son « décor de Conte d’Orient ». Les traces d’architecture coloniale sont rares au Havre. Pourtant, le Pavillon Masquelier, à Sainte-Adresse, sans doute à cause des liens de la maison avec l’Afrique du Nord, s’inspire nettement de l’orientalisme arabe. La peinture de Jacques Simon, le frère du directeur de l’Institut colonial, est, elle aussi, influencée par ce courant.

  • 137 Sidi Mohammed Ben Youssef, Mohammed V, futur père de l’Indépendance, père d’Hassan II et grand-père (...)

95Le thème marocain est un bon exemple de la manière dont l’idéologie coloniale est capable d’agencer les discours et les images, de traiter l’exotisme. Dans l’exemple qui va suivre, il s’agit d’adapter les représentations au cas particulier du protectorat, car en ce cas il fallait bien reconnaître que le colonisé, s’il avait besoin de la France, avait une certaine capacité à se gouverner lui-même. Cette ambiguïté influence la présentation de l’Autre. Le 21 juillet 1937, le Sultan du Maroc137 est au Havre. Il y a, paraît-il, « vécu la plus belle journée de son voyage en France », après la visite à Paris de l’Exposition universelle. Léon Meyer, Hermann Du Pasquier l’accueillent à la gare. À l’hôtel de ville, le maire remercie le Sultan de la sympathie « qu’il professe pour notre marine marchande ». À bord du navire l’Île de France, où l’on dîne, les responsables de la Compagnie générale transatlantique s’autofélicitent des nombreuses liaisons maritimes avec le Maroc.

  • 138 À noter que lors de l’inauguration de la statue d’Archinard, le soleil d’Afrique a aussi brillé au (...)
  • 139 Henri Noguès, Résident général de sept. 1936 à juin 1943.
  • 140 Cf. B. Lugan, Histoire du Maroc, des origines à nos jours, Paris, Perrin – Critérion, 2000, p. 272.

96Le compte rendu de cette visite dans Le Petit-Havre est assuré par un chroniqueur de talent, Jean Lepovremoyne. Il décrit la revue des troupes par le Sultan : « Un soleil d’Afrique baignait de sa lumière ce tableau, haut en couleurs, où celles de la France, mêlées au rouge du drapeau du Maroc, timbré de l’étoile verte, jetaient leurs notes frémissantes. »138 À cette fusion symbolique des drapeaux, se mêlent les accents successifs de l’Hymne Chérifien et de La Marseillaise. Il est important de montrer que l’on connaît la culture de l’associé. À la mairie, dans le Salon Bleu, on a demandé à la chorale de la Lyre havraise de chanter Nuit d’Orient, de Luigini, devant le Sultan installé sur un trône. « Au chant du muezzin qui priait sur la ville évoquée par la Lyre, il tressaillit. » « Même à Paris, dira-t-il plus tard, je n’ai jamais entendu chanter comme cela. » Car en effet, le souverain demeure muet durant toute la visite. Seul parle son chef du protocole pour dire que la France « a toujours été la grande nation qui s’est constamment placée au premier rang du progrès humain ». Et comment le lecteur pourrait-il deviner que dans la suite du Sultan, le général Noguès139 dont on signale la présence sans citer la fonction, est en réalité le vrai patron du Maroc ? Cette image du souverain silencieux est évidemment trompeuse. Déjà, Mohammed V, proclamé sultan en 1927, avait résisté à la tutelle française, en refusant le « dahir berbère » de 1930 qui menaçait l’unité nationale ou le transfert de tutelle du Maroc des Affaires étrangères vers le ministère des Colonies, en 1935140 Bien au contraire, dans une sorte de réification par l’orientalisme et le merveilleux, la personne du Sultan est au bout du compte représentée comme un symbole de la grandeur de la France : « Ce jeune souverain, tout enveloppé de blanc et qui, pour des millions de croyants descendant du Prophète se dressait devant nous comme un Prince de Légende [...] Dans les plis de sa djellaba royale, c’était d’ailleurs non seulement la tradition millénaire de l’Islam qui venait jusqu’à nous, mais encore le souvenir de la grande épopée coloniale française. » L’énoncé de la connotation tend vers le rapt de l’identité. Cet événement anecdotique est significatif de la capacité de l’imaginaire à s’arranger de représentations contradictoires, puisqu’il s’agit à la fois de reconnaître et dominer l’Autre. Cependant, ces « représentations » officielles ne sont pas tout : entre ce Maroc symbolique enseigné, imaginaire bienséant, et le regard porté sur l’ouvrier marocain qui vit au Havre, imaginaire ordinaire, le décalage est grand...

Les travailleurs coloniaux au Havre et les Havrais aux colonies

  • 141 A. Césaire, Discours sur le colonialisme, Paris, Présence Africaine, 1955, p. 9.

Mais alors je pose la question suivante : la colonisation a-t-elle vraiment mis en contact ? Ou, si l’on préfère, de toutes les manières d’établir contact, était-elle la meilleure141 ?

  • 142 ADSM, 4M687. Le sous-préfet du Havre, après enquête, écrit le 11 novembre 1912 : « Il ne m’a été si (...)
  • 143 Chiffres variables selon les sources, écrit J. Barzman (Dockers, métallos, ménagères. Mouvements so (...)

97L’imaginaire se nourrit aussi du contact direct avec l’Autre, ici et là-bas. Avant 1914, les individus originaires des colonies sont très rares dans la région havraise142 C’est la Grande Guerre qui conduit au Havre un fort contingent de travailleurs coloniaux, environ 5000 pour 15 000 ouvriers de l’industrie et du port143 En temps de paix, la ville est beaucoup moins cosmopolite.

Travailleurs coloniaux au Havre : la cohabitation mouvementée

  • 144 Les Tréfileries et Laminoirs affirment employer 400 coloniaux en 1917,700 en 1920 (lettre du 21 jui (...)
  • 145 Usine Dubosc. Elle emploie entre autres 40 Marocains en 1920 (ADSM, 2Z55).
  • 146 Cf. S. Sirot, « Les conditions de travail et les grèves des ouvriers coloniaux à Paris des lendemai (...)
  • 147 J. Postaire, Le Havre et sa région pendant la guerre de 1914-1918, mémoire de maîtrise, université (...)
  • 148 AMH, FC, F2, carton 14, liasse 8. Lettre du 2-08-1920.
  • 149 É. Augustyn-James, Les travailleurs algériens, marocains et tunisiens au Havre de 1914 à 1920, mémo (...)

98Encadrés par le service de l’organisation des travailleurs coloniaux qui dépend du ministère de la Guerre, ils sont employés principalement par l’usine d’armement Schneider, les Tréfileries et Corderies144, la Compagnie générale transatlantique, les Chantiers Augustin-Normand, la métallurgie Bassot, les Travaux du port (qui en occupent à eux seuls 1500) ainsi que les Forges et Chantiers de la Méditerranée et la Compagnie française des extraits tinctoriaux et tannants145. Ces coloniaux sont des coolies de Hong Kong, des Chinois de Shanghai, des Indochinois, improprement englobés dans l’appellation « Chinois », des Algériens, et des Marocains. Chiffres considérables si on les compare au total métropolitain ou aux effectifs parisiens146. Les coloniaux sont également employés dans les services municipaux et notamment les Kabyles au service des autopoubelles147 Les Frigorifiques de l’Alimentation havraise n’emploient que des Algériens, « c’est-à-dire des citoyens français » fait remarquer son directeur dans une lettre au maire148 En 1920, cette entreprise a acquis cinq maisons rue Massillon afin de les loger. Cette main-d’œuvre est composée de travailleurs « militarisés » et de travailleurs « libres ». Les seuls Nord-Africains relevant de l’autorité du Bureau des Affaires indigènes du Havre sont, à la fin de l’année 1917, au nombre de 500 pour la première catégorie, et 866 pour la seconde149.

Fig. 11 - L’arrêté Rouvier

  • 150 RDCC, no 100. Rapport Mandeix, salaires des ouvriers coloniaux du port, 3-06-1919.
  • 151 Lettre des Tréfileries, ADSM, 2Z 25.

99En 1919, les employeurs déclaraient qu’ils étaient « satisfaits du système en vigueur et que leurs ouvriers l’étaient aussi ». Il ressortait d’un rapport de la chambre de commerce150 que les entrepreneurs accordaient « à leurs ouvriers chinois les mêmes salaires qu’à leurs ouvriers français de même catégorie », mais ajoutait-on, « De ces salaires, il y a lieu de déduire les frais d’entretien : baraquement, hospitalisation, redevance à l’État. Ce qui reste après la déduction de ces frais est donné à l’ouvrier comme argent de poche. Il en résulte que l’inégalité des salaires n’est qu’apparente car l’argent de poche varie avec chaque entreprise suivant l’importance des frais d’entretien. L’entreprise des Travaux du Port laisse 4 F comme argent de poche, Augustin-Normand 5 F, Bassot 6,50 F. » Les ouvriers coloniaux se répartissent en deux catégories : ceux qui vivent librement en ville, et ceux qui sont logés en baraquements. En 1920, 360 coloniaux vivent dans les locaux acquis de l’armée anglaise par les Tréfileries dans le camp de Cinder City. Mais l’usine aménage aussi des baraquements pour des ouvriers français pour faire face à la crise du logement151.

  • 152 ADSM, 11R199. Rapports d’officiers à l’État-major de la 3e région.
  • 153 Comme l’indique une recommandation du ministre en mars 1918. Celui-ci prévient le commandement de l (...)
  • 154 ADSM, 11R235. Ils sont 380 chez Schneider, 150 aux Forges et Chantiers de la Méditerranée, 145 chez (...)
  • 155 Correspondance, déc. 1918, ADSM, 11R235.
  • 156 Lettre à l’amiral Didelot, 7-01-1919. ADSM, 11R235.

100Au printemps 1918, des signes de tension apparaissent dans les usines où travaillent les coloniaux chinois. En mai 1918, quarante Chinois travaillant aux Forges et Chantiers de la Méditerranée entreprennent une grève de la faim, « sans interrompre leur travail », pour le motif qu’ils n’ont pas assez de pain. Des incidents violents opposent un certain nombre des 120 Chinois coloniaux employés par les Chantiers aux soldats français. Un climat d’insoumission se développe152 Cette tension existe aussi dans d’autres régions153 Les ouvriers coloniaux, ainsi que les prisonniers de guerre ont permis à la métallurgie et aux chantiers navals du Havre de fonctionner. Au1er décembre 1918, les Chinois fournis par le service des travailleurs coloniaux sont encore 750 dans les grandes entreprises,154 C’est beaucoup trop pour le Syndicat des ouvriers métallurgistes et l’Union des Syndicats. Leurs dirigeants respectifs, MM. Louis Legrain et Louis François sont reçus par le gouverneur qui se fait leur intermédiaire auprès des entrepreneurs afin d’opérer au plus vite le remplacement de la main-d’œuvre étrangère155 Les industriels annoncent la liquidation progressive de cette main-d’œuvre, mais soulignent aussi que les emplois occupés sont boudés par les Français. Trois mois après l’armistice, la direction des Forges et Chantiers de la Méditerranée écrivait au gouverneur de la Place que certains ouvriers étrangers étaient même des spécialistes « dont le départ obligerait à remercier certainement un grand nombre de Français travaillant avec eux »156 Les syndicalistes réclament une réattribution progressive des emplois accompagnée d’une « formation industrielle ».

Des Marocains indésirables

  • 157 Rappel des événements dans Le Petit-Havre, 22-01-1920.
  • 158 Liste des blessés admis à l’hôpital du Havre et des morts, dans le rapport du commissaire, 19-06-19 (...)
  • 159 Le 26 juin 1917, le contre-amiral Didelot, gouverneur de la Place du Havre, demande la mise en bara (...)
  • 160 R. Queneau, « Le café de la France », in Contes et propos, Paris, Gallimard (NRF), 1981, p. 149.

101Les ouvriers coloniaux se heurtent à l’hostilité des ouvriers autochtones. La concurrence sur le marché du travail et le choc des cultures les opposent durant la Grande Guerre. De graves incidents éclatent dès juin 1917, à la suite d’une « agression contre un militaire français ». Le rapport de police parle textuellement d’un « soulèvement de la population havraise contre les Marocains ». « La population havraise, venue d’un peu partout, s’est amassée rue de Normandie, rue Berthelot et dans les rues adjacentes pour “faire le siège des maisons de la rue Berthelot dans lesquelles les Algériens et les Marocains avaient pris asile”,157 De nombreux Marocains ou sujets arabes ont été malmenés », dit le commissaire. Cet incident, qui fait dix-neuf blessés et trois morts marocains158 « a eu sa répercussion dans divers quartiers ». Aussi la police fait-elle prévenir les Marocains de ne pas se montrer en ville « pendant quelques jours ». Cet épisode existe encore dans la mémoire transmise à des Havrais dont les grands-parents vivaient rue Berthelot. À partir du 18 juillet 1917, interdiction est faite aux Havrais de loger chez eux des travailleurs coloniaux159 Raymond Queneau, dans un texte magnifique d’ironie désespérée qui raconte son ultime retour à la ville natale, en 1945, évoque ce quartier du Rond Point : « En 14, on y saccagea des épiceries qui vendaient du bouillon Kub et en 17, on y défenestra des bicots. »160.

  • 161 AMH, délibérations du conseil municipal, 10-10-1919.

102L’hostilité à l’égard des coloniaux trouve son écho, en 1919, au conseil municipal161 Le conseiller Déliot s’écrie : « Ce sont des indésirables », tandis que le conseiller Le Chapelain fait des suggestions significatives de l’air du temps : « Vous savez qu’il existe depuis déjà pas mal de temps, dans le troisième canton, un camp dans lequel se trouvent réunis des individus d’origines diverses : Marocains, Algériens, Sénégalais etc. qui constituent dans le quartier de l’Eure un véritable danger pour la sécurité publique [...] S’il n’est pas encore possible de se séparer d’eux, parce que les négociants en ont toujours besoin, du moins qu’on les installe ailleurs, dans des endroits éloignés pour que la population havraise n’en souffre pas. » Si le maire Pierre Morgand, en place jusqu’à décembre 1919, freine encore ces ardeurs, considérant qu’une décision en ce sens dépend de l’État et non du conseil municipal, son successeur, le radical Léon Meyer, plus dépendant du vote ouvrier, agira différemment.

  • 162 Le Petit-Havre, 22-01-1920.
  • 163 Mme B. 8 mars 1920. ADSM, 2Z25.

103Une « haine latente », selon les mots du commissaire, s’ajoutant aux rivalités sur le lieu d’embauche des dockers, conduit à de nouveaux incidents en janvier et février 1920. La tension s’accroît dans le quartier Saint-Nicolas (quartier de l’Eure). Le Petit-Havre y voit le résultat de « l’animosité réciproque causée par la différence de races et de mœurs, pour une autre part de la concurrence que cause à nos compatriotes la présence des sujets africains dans les usines et sur nos quais »162 Bagarres, coups de feu. En ville, rue Regnard, une soixantaine d’habitants et de commerçants signent une pétition contre une vingtaine de locataires marocains « indésirables ». « Nous sommes menacés de voir l’envahissement s’étendre [...] Nous n’avons pas besoin d’insister sur le danger physique et moral que nous fait courir la promiscuité de ces répugnants indigènes [...] Vous avez récemment promis, Mr le Maire, de faire renvoyer sans délai les Africains qui infectent notre ville. » Interrogée individuellement, une ménagère déclare : « les sujets n’injurient ni ne menacent personne », mais ajoute : « le voisinage de ces gens-là donne une certaine crainte aux habitants de la rue Regnard, étant donné qu’ils n’ont pas les mêmes mœurs que nous autres. »163

  • 164 Le maire au sous-préfet, 23-01-1920, ADSM, 2Z25. L’ironie de l’Histoire veut que, à quelques mois d (...)
  • 165 Le maire au sous-préfet, 15-07-1920, ADSM, 2Z25. De plus la concurrence sur le marché du travail s’ (...)
  • 166 Lettre citée et reproduite par É. Augustyn-James, Les travailleurs algériens, marocains... Source : (...)

104Léon Meyer, fraîchement élu maire du Havre, accroît sa popularité en obtenant des mesures « radicales » : « Des mesures radicales s’imposent d’extrême urgence [...] Aussi longtemps qu’existeront au Havre des travailleurs marocains la population vivra sous une menace constante. » Il demande leur renvoi au Maroc164 Il souligne « l’inconvénient que présente le grand nombre de Marocains et de Chinois employés au Havre... » « cause principale de chômage car ils prennent la place des ouvriers français [...] ils logent dans des locaux qui pourraient être occupés par des ouvriers havrais »165 Il s’agit bien de contenter l’ouvrier. En juin 1919, le Syndicat des ouvriers du port avait dénoncé auprès du gouverneur militaire de la Place des faits « scandaleux » attribués à « un certain nombre d’indigènes » en le priant de « débarrasser notre belle ville du Havre de tous ces parasites qui ne vivent que de vols et attaquent les passants le soir ». Il ajoutait : « Nous vous exprimons le désir des braves ouvriers qui en l’occurrence se feront vos auxiliaires. »166

  • 167 Le commissaire au sous-préfet, 22-01-1920.
  • 168 Le Petit-Havre, 24-01-1920.

105La direction de l’usine Dubosc (Compagnie des Extraits) fait savoir que les Marocains portés sur sa liste lui sont indispensables pour l’exécution du travail de l’usine, alors que le commissaire, au contraire, affirme que la présence des Marocains n’est plus nécessaire167. Plusieurs listes de Marocains à rapatrier accroissent le volumineux dossier de la sous-préfecture. Si quelques individus sont fichés comme auteurs de vols, la très grande majorité des noms portent les mentions qui suivent : Renseignements : bons ; Habitudes de travail : bonnes ; À éloigner du Havre. La presse locale fait état de la distinction opérée par Léon Meyer entre Algériens et Marocains. Dans un appel aux ouvriers du port, le maire leur demande de « ne pas oublier que les travailleurs algériens ont, à leurs côtés, combattu dans les tranchées, nous devons les considérer comme étant des nôtres ». Quant aux Marocains, « leurs idées et leurs coutumes ne sauraient s’assimiler aux nôtres »168 Ignorance, préjugé, mauvaise foi ? Les Marocains ont pourtant payé leur tribut à la première guerre mondiale, au service de la France : 35 000 mobilisés et autant de civils recrutés pour soutenir l’effort de guerre.

  • 169 En 1917, un brassard vert garni d’un écusson portant le cachet du BAI devait être porté par les Mar (...)
  • 170 J. Barzman, Dockers, métallos, ménagères..., p. 222-223. Lettre de remerciement du SGOP à L. Meyer (...)
  • 171 Henri Quesnel (1883-1966) militant syndicaliste libertaire, secrétaire de l’UL-CGTU du Havre de jui (...)
  • 172 AMH, FC, F2, c. 14, liasse 8. Correspondance municipale et enquêtes sur la main-d’œuvre.

106Le maire a obtenu satisfaction. Afin qu’on ne les confonde pas avec les Marocains, les Algériens, jugés plus assimilables, devront porter un insigne169 Le Syndicat des ouvriers du port signifie à Léon Meyer sa reconnaissance170 Les Polonais ne sont pas mieux considérés que les Marocains. Apprenant que Schneider veut embaucher trente Polonais, le secrétaire du Syndicat de la métallurgie, Henri Quesnel171, écrit à Léon Meyer le 27 novembre 1922 : « Aussi allons-nous commencer une campagne contre ces coquins de patriotes qui veulent léser les intérêts des ouvriers français. » Le ton suppose une oreille complaisante. Le maire, en janvier 1924, évoquant des travaux de terrassement sur le chantier de la gare, s’adresse en ces termes au directeur des Chemins de fer de l’État : « Permettez-moi de regretter d’être obligé de protéger un chantier qui ne compte que des ouvriers étrangers, embauchés contrairement aux dispositions du décret Millerand qui ont pour objet de protéger la main-d’œuvre française. »172

  • 173 É. Augustyn-James, Les travailleurs algériens, marocains... d’après un rapport du BAI, ADSM, 11R238 (...)
  • 174 É. Augustyn-James, Les travailleurs algériens, marocains..., p. 67. Le commissaire de Graville au c (...)

107L’exclusion, les rapatriements, le cantonnement, l’hostilité des responsables et de la population sont autant de facteurs qui ne facilitent pas le contact et qui ne peuvent qu’accroître le désir des coloniaux de se retrouver entre eux. Ce besoin convient autant à l’administration qu’aux entrepreneurs. Un Café Maure est établi aux Tréfileries par le Bureau des affaires indigènes. Il est fréquenté par les Kabyles et accessible aux coloniaux externes à l’entreprise. Pour le responsable du BAI, se retrouver autour du thé ou du café, c’est un moyen « d’éviter la nostalgie » et « d’améliorer le rendement »173 On a joint à l’établissement une épicerie, une boucherie et un jardin potager. Les efforts pour établir le contact avec la population locale se limitent à un cours de français, assuré par la Mission laïque française et fréquenté par une quinzaine de Nord-Africains. En retour, quelques causeries sont proposées aux élèves du Havre avec des employés du BAI arabophones. Mais dans le contexte de la guerre, le désir de communiquer est probablement peu de chose à côté du discours dont le commissaire de police se fait l’écho : « Pourquoi combattre pour des Chinois, des Arabes ou des Espagnols qui épouseront nos femmes et nos filles et se partageront la France pour laquelle nous irons tôt ou tard nous faire tuer au front ? »174

Des communautés coloniales marginales et cloisonnées

  • 175 AMH, F2, C14. Rapport de l’inspecteur départemental du travail, Magnier, au maire le 12-08-1920. Au (...)
  • 176 ADSM, 2Z39, 1931.

108Une fois la paix revenue, les étrangers et coloniaux, Algériens non compris, n’excèdent pas 0,7 % de la population totale175. On est loin de la prétendue ville « cosmopolite ». Les cartes dressées par Georges Mauco montrent la faiblesse de la présence africaine et asiatique en Seine-Inférieure en 1926. À la veille de la seconde guerre mondiale, le nombre de Nord-Africains au Havre est lui aussi très modeste, environ deux cents, que l’on pourrait évaluer à 0,4 % des actifs. Quant aux originaires de l’Afrique noire, ils ne seraient pas plus d’une centaine vers 1930176. Les coloniaux s’implantent peu dans la périphérie industrielle et encore moins cauchoise. Les Algériens sont plutôt rouennais et les Marocains plutôt havrais, mais les chiffres sont trop faibles pour donner de la signification aux pourcentages. Au Havre, les deux communautés fournissent 40 dockers et 73 manœuvres aux entreprises. Les Tunisiens sont exclusivement commerçants. On remarquera les chiffres de Bolbec qui supposent l’absence totale de Maghrébins dans l’industrie textile.

  • 177 J. Barzman, Dockers, métallos, ménagères..., p. 174.
  • 178 Ibid., p. 226, source: AN F22-138.
  • 179 Le commissaire au directeur de la Sûreté générale, 7-01-1932, ADSM, 2Z55.
  • 180 J. Barzman, Les Dockers du Havre, de la brouette au portique (XIXe-XXe siècles), thèse d’habilitati (...)

109La même hostilité à l’égard de coloniaux s’exprime dans la corporation des marins en 1919 : le secrétaire du Syndicat du Havre, représentant des Agents du service général à bord recommande que les « noirs de Djibouti » soient écartés du syndicat177 Si bien que les marins africains, dont certains ont vu leur adhésion refusée, forment en 1920 un Syndicat des marins originaires des colonies françaises sous la présidence de Mamadou Dembal178 Dans le même esprit, la Section havraise du Comité de défense de la Race nègre, constituée en octobre 1931, a pour but d’attirer, sur la situation des Noirs, l’attention des compagnies de navigation afin d’obtenir leur embarquement de préférence aux Somalis anglais. En 1932, elle s’oppose au mouvement de grève générale et se déclare prête à accepter les diminutions de salaires que peuvent proposer les compagnies. Selon la police, cette attitude leur est « dictée » par l’attitude des syndicats qui veulent leur remplacement par des Blancs179 Autre moment délicat, décrit par John Barzman : la période de Vichy. La baisse des activités, le retour de soldats, ont accru le chômage à l’automne 1940. Le gouvernement désigne des responsables, notamment les femmes et les immigrés. On recense les Algériens, Marocains, Tunisiens chômeurs ou réfugiés afin de savoir qui doit être autorisé à rester et qui doit être expulsé par Marseille. La mairie du Havre accorde dix autorisations et demande six expulsions le 29 mai 1941180.

Tab. 1 – Nord-Africains résidant en Seine-Inférieure au 1er janvier 1938 (chiffres extraits de la statistique préfectorale. ADSM, 4M720)

Algériens

Tunisiens

Marocains

Seine-inférieure

810

35

402

Le Havre

89

42a

77

en % du département

11

19

Bolbec

0

0

0

Gonfreville

3

0

0

Harfleur

1

0

1

Rouen

148

2

17

Sotteville

107

3

1

Dieppe

12

1

0

a. Dont 17 femmes sans profession donc 25.

  • 181 Ibid., p. 341, d’après AMH, FC-F7.
  • 182 De 1962 à 1986. Entretien avec Lucien Noient, Le Havre, 15-05-2000.

110Dans le monde du travail portuaire où l’anarchosyndicalisme et le corporatisme de la culture docker l’emportent bien souvent sur la conscience internationaliste, le contrôle de l’embauche tend à marginaliser les horsains, coloniaux ou étrangers. En juillet 1 948 900 des 1190 chômeurs du Havre sont « des dockers professionnels complémentaires souvent originaires d’Afrique du Nord et d’Espagne »181 Ces « occasionnels » n’obtiendront pratiquement jamais le statut de « garantis ». Il est des solidarités qui peuvent exclure. Et l’article de Pierre Montigny cité par John Barzman est révélateur de ces mentalités : « Il faut rendre justice à M. Pierre Callet [directeur du port et préfet à la Libération] d’avoir assuré le splendide essor de notre outil portuaire en y attachant, en y intéressant des ouvriers typiquement havrais, solidement encadrés, capables de participer effectivement à la prospérité générale de notre cité. » Lucien Noient, qui fut docker durant cinquante ans et secrétaire du syndicat durant vingt-cinq182 n’intègre probablement pas dans sa mémoire ces occasionnels. Il affirme que sur les 6000 dockers de son époque, il n’y avait « qu’une vingtaine » de coloniaux (bien qu’il n’utilise pas ce terme). Ni Africains, ni Indochinois, « des Musulmans, des Arabes, pas de Noirs ». Étaient-ils bien intégrés ? « Ils n’ont jamais bougé, ils sont un peu comme nous... C’est un peu mélangé, mais à l’origine c’est des peaux blanches... on n’a pas l’esprit raciste, mais enfin on s’est jamais mélangé beaucoup dans ces choses-là. » Lucien Noient s’est rendu à la Guadeloupe pour rendre visite aux collègues dockers. « Ils m’ont dit, Lucien, tu es le premier qu’on voit de la CGT, on n’a jamais vu personne... » Il se rend au Sénégal. « Au niveau docker, ils sont au Moyen Âge. » Le témoignage oral n’est pas d’un grand secours pour tenter d’apprécier la vision du colonial par les ouvriers du port.

  • 183 A. Nicollet, Femmes d’Afrique noire en France. La vie partagée, Paris, L’Harmattan, 1992.

111Les épisodes conflictuels n’empêchent pas l’immigration d’avoir été perçue par les coloniaux eux-mêmes comme une tradition. Albert Nicollet, sociologue havrais, a retracé l’itinéraire des Manjak ou des Soninkés en France, intégrés dès le début du XXe siècle aux équipages des cargos de haute mer183 Après la première guerre mondiale, des hommes s’installèrent dans les ports français, surtout ceux qui « avaient payé l’écot de la guerre sous l’uniforme des tirailleurs sénégalais ». Certains d’entre eux vivent encore au Havre dans le quartier des Neiges. La relève des équipages s’effectuait, chez la plupart des compagnies maritimes, dans les ports d’attache métropolitains. Les ports de Marseille, Le Havre, Bordeaux, Dunkerque, « devinrent des centres d’accueil pour les matelots africains et un point de mire pour les futurs inscrits maritimes ». Une migration plus importante encore se situe entre 1940 et 1950. Les mariages mixtes n’étaient pas rares avant i960. Au début des années i960 se produit un autre flux migratoire qui, fait nouveau, est motivé par la recherche d’un travail sédentaire. La reconstruction du Havre encourage les migrations, libérées de tout contrôle sur le séjour et l’emploi par les accords sur les ressortissants de la Communauté franco-africaine de 1960.

  • 184 Albert Nicollet cite des estimations ponctuelles du nombre d’Africains au début des années 1960 : 7 (...)

112La présence de travailleurs noirs au Havre se renforce dès 1957184 Ils se substituent partiellement aux travailleurs algériens, notamment chez Multiplex (contreplaqués), Le Nickel, Goodyear. Les employeurs les préfèrent aux Nord-Africains avec l’aggravation de la guerre d’Algérie. En 1961, les Africains sont encore trois fois moins nombreux que les Maghrébins dans le département, 722 selon le service de la main-d’œuvre de Rouen. C’est donc un mouvement amorcé dans la période coloniale qui se continue par exemple chez Renault-Sandouville, usine ouverte en 1964, où progressivement les salariés d’Afrique noire occuperont jusqu’à 75 % des emplois en 1989. À l’époque coloniale, c’est essentiellement une présence africaine masculine dans le port du Havre. L’arrivée des femmes, à la fin des années 1970, constitue « le deuxième âge de l’immigration ». Dès lors, constate Albert Nicollet, la présence africaine est devenue en quelque sorte visible. « Tant que l’immigration a concerné uniquement les hommes, regroupés dans des foyers de travailleurs, cette présence dans la ville est restée très discrète. » Était-elle plus discrète que celle des travailleurs maghrébins du Rond-Point ou des Africains de l’Ouest du quartier Saint-François entre les deux guerres ? Cela est bien difficile à vérifier. Au bout du compte, la présence des coloniaux au Havre n’a guère favorisé l’échange entre communautés.

  • 185 T. Nègre, Le Havre. Étude de géographie urbaine..., p. 72.
  • 186 On trouve une manifestation d’internationalisme dans le journal de cellule communiste des Tréfileri (...)

113Hormis le projet politique unissant une élite ouvrière havraise et indochinoise dans une visée anticoloniale portée par le réseau communiste, il semble donc que le contact colonial dans les milieux populaires ait été, entre les deux guerres, très difficile. L’exception indochinoise s’explique aussi, il est vrai, par leur petit nombre. En 1930 la « colonie indochinoise » ne comptait que 200 membres, dont une trentaine de résidents permanents, restaurateurs ou pointeurs sur les quais. En 1936, selon le Service des étrangers de la mairie du Havre185 il n’y aurait, sur 3055 étrangers que 135 Nord-Africains. Quant aux Africains de l’Ouest ou aux Indochinois, ils font peut-être partie des 256 « divers ». C’est bien peu pour une ville de 164 000 habitants qui s’affirme comme l’une des Portes de l’Empire. Les étrangers du Havre sont surtout belges, espagnols et polonais. Le contact colonial sur la Place, entre les deux guerres, fut en général conflictuel, à la ville, à l’usine, sur les quais, et sur le navire. La faiblesse démographique de l’immigration coloniale avant 1945 est l’une des causes de la marginalité des réseaux anticoloniaux évoquée plus haut. Les signes de solidarité internationaliste sont rares186 Le Marocain est indésirable. Le Français veut chasser le Sénégalais qui veut évincer le Somali. La « plus grande France » semble plus aisée à dire qu’à faire.

Les travailleurs nord-africains au Havre dans les années 1950

  • 187 ADSM, 60W19, service départemental de la main-d’œuvre. Ces chiffres sont très faibles : Tréfileries (...)
  • 188 Étude de novembre 1950, rapport du commissaire central au préfet, 26-03-1952, ADSM, Z2853.
  • 189 Comparaison schématique entre les chiffres donnés par les Renseignements généraux (ADSM, série Z) p (...)
  • 190 ADSM, Z2705. Renseignements généraux. Note du 29-06-1956.

114Les quelque 190 Nord-Africains employés au Havre en 1938 ne sont plus que 90 au 1er juin 1945, travaillant dans 17 entreprises187 Singulier contraste avec la première guerre mondiale qui avait attiré beaucoup de coloniaux. Le chômage masculin est pourtant nul dans le département et malgré la main-d’œuvre encore présente de 6700 prisonniers de guerre en Seine-Inférieure, les entreprises du Havre manquent de bras. Bientôt un commissaire de police pourra noter dans son rapport : « Le Havre est une ville particulièrement attirante pour les Arabes. Ils y trouveront en effet du travail dans la reconstruction, les usines et le port, toujours en qualité de manœuvres. »188 Dans l’immédiat après guerre, la communauté nord-africaine du Havre décuple, alors qu’à Marseille elle ne fait que retrouver son niveau de 1938 au milieu des années 1950. Elle compte 1600 individus en 1956, soit environ un dixième du contingent dans la cité phocéenne pour les seuls Algériens189. Cela reviendrait à dire que toutes proportions gardées et vu la taille des deux villes, les Nord-Africains « ne sont que » deux fois moins nombreux au Havre qu’à Marseille dont les relations de port colonial avec l’Afrique du Nord sont traditionnellement sans commune mesure avec le port normand. Marocains et Tunisiens ne sont qu’une centaine. La grande majorité est originaire de Grande Kabylie et du Constantinois. Ces deux groupes algériens « vivent en bonne intelligence mais ne se fréquentent que très peu »190.

  • 191 ADSM, Z2751. Note du préfet au ministre de l’Intérieur, le 20-10-1953. 3800 Algériens sont alors do (...)
  • 192 En 1956 (Z 2705). En 1957,840 dans le bâtiment ce qui représente 10,3 % du total des ouvriers de ce (...)
  • 193 ADSM, 2Z2751. Note du contrôleur social de la main-d’œuvre nord-africaine au directeur départementa (...)
  • 194 Calcul d’après un rapport du 30-11-1957, ADSM, 1881W165.
  • 195 Au recensement de 1962, les « musulmans Algériens » ne sont plus que 1029 dans la commune (pour 184 (...)

115Le Havre et Rouen, ou plus particulièrement Grand-Quevilly, rassemblent la quasi-totalité des Algériens de Seine-Inférieure, presque inexistants dans la région de Dieppe dans les années 1950191 Jamais donc, Le Havre n’avait connu un tel contingent de « coloniaux » en temps de paix métropolitaine. Les causes en sont à la fois nationales et locales. La reconstruction de la ville sinistrée a stimulé l’immigration : 800 travailleurs sont employés dans le bâtiment, seulement 400 dans la métallurgie192 Le reste est constitué d’artisans et de commerçants. Ces travailleurs sont pour l’heure des hommes seuls, comme dans tout le département où il n’existe en 1952 que huit à dix familles musulmanes et seulement deux cents familles mixtes, tandis qu’aucune femme musulmane n’exerce un emploi193 Pour lui donner sa juste place, cette immigration, véritable « première génération », représente 8 % des effectifs de la main-d’œuvre employée au Havre en 1957 dans la métallurgie, le bâtiment et les entreprises diverses194 mais seulement 0,8 % de la population totale à la fin des années 1950. À Marseille en 1962, les Algériens dont le nombre s’accroît à la fin de la guerre, représentent 3,8 % des résidents. Au Havre, au contraire, leur communauté s’amenuise, malgré une ébauche de regroupement familial195 0,5 % du total.

  • 196 ADSM, Z48-255. MONA, 5-01-1961.
  • 197 ADSM, Z2752. Mission au Havre, 19 avril 1958 de deux commissaires de police.

116Les Nord-Africains embauchés dans les établissements de plus de 500 salariés représentent 40 à 50 % des effectifs de la communauté maghrébine. Les plus nombreux se retrouvent aux Tréfileries et Laminoirs du Havre (156 sur 1524 ouvriers en 1958), au Nickel (79 sur 3m). Mais cette main-d’œuvre est, à l’usine comme au chantier, plus isolée que ne laissent imaginer les représentations communes de l’ouvrier spécialisé dans l’industrie française des années 1960 : en 1961, ils sont 14 sur 1250 aux Forges et Chantiers de la Méditerranée, 19 sur 674 chez Caillard (engins de levage), 9 sur 931 à la Compagnie électro-mécanique qui possède pourtant une filiale en Algérie (Algelec), 40 sur 870 chez Thireau-Morel (travaux publics). À la fin des années 1950, plusieurs facteurs pèsent sur la situation des Nord-Africains au Havre, analysés par une mission préfectorale au Havre le 19 avril 1958. La reconstruction du Havre s’achève et le nombre des ouvriers du bâtiment diminue. Un volant de trois cents chômeurs existe chez les Nord-Africains. L’agitation politique liée à la guerre d’Algérie crée une « instabilité » de la main-d’œuvre qui conduit les patrons à se montrer « de plus en plus réticents à embaucher de la main-d’œuvre nord-africaine et à préférer les Noirs ». Les Renseignements généraux constatent que « le désaccord Noirs-Arabes s’accentue ». Enfin si les chiffres de la Direction départementale du Travail confirment le témoignage du dirigeant syndical évoqué plus haut (les ouvriers nord-africains du port ne sont que 42 sur 4888 en 1961)196 les agents préfectoraux197 mettent en avant une explication qui replace le corporatisme docker dans une tradition déjà aperçue. Le responsable du Bureau central de la main-d’œuvre, Bohu, a réussi « à faire accepter, non sans difficultés, 35 Nord-Africains comme dockers occasionnels ». Le commissaire évoque la réaction des « dockers professionnels contre une main-d’œuvre aussi instable que celle des Nord-Africains ». L’existence à Marseille d’environ 900 dockers algériens en 1956 permet d’apprécier comparativement un aspect de la mentalité des dockers au Havre.

  • 198 En 1962 l’Amitié, dirigée par Mlle Nadine Huet, affiche 70 membres actifs. Elle aide 132 familles e (...)

117Deux associations ont vu le jour dans les années 1950. L’Amitié nord-africaine de la Région havraise, fondée en juin 1952, est dirigée « uniquement par des personnes de la Métropole ». Ses objectifs sont d’« aider les Nord-Africains dans leurs démarches, leur évolution et de développer chez eux le goût de l’Instruction ». Elle organise des permanences sociales, au Perrey, à la Cité Chauvin, et des cours du soir deux fois par semaine dans les Centres du Perrey, de l’École Valmy et de l’École des Neiges. Son président, Étienne Mouchot, est un ingénieur de l’EDF qui a passé un quart de siècle en Afrique du Nord. Son action éducative, en 1953, profite à 105 bénéficiaires et fonctionne sur les fonds du Service de coordination de la France d’outre-mer198. L’autre association est l’Œuvre d’entr’aide sociale des Travailleurs nord-africains du Havre et de sa région. Elle est composée uniquement de Nord-Africains et « n’a pour but que d’aider ses coreligionnaires », selon le préfet. Elle se consacre principalement au secours des chômeurs et à l’hébergement. Son président est un restaurateur, Saïd Iraten, originaire d’Akbou près de Constantine, son secrétaire un navigateur de la Transat né à Alger, Kerdel Achour. D’autres restaurateurs sont membres du Bureau de l’Œuvre.

  • 199 L’Amitié « est une association privée entretenant des relations confiantes avec les pouvoirs public (...)
  • 200 Organisation nationale pour le Cantonnement ouvrier de la Reconstruction.
  • 201 ADSM, Z2751.
  • 202 Hors des foyers Oncor en chambres de 9 à 12 lits, qui abritent 400 ouvriers, des Nord-Africains son (...)
  • 203 130 places sont disponibles en 1958 et le déficit s’élève dès 1955 à 130 000 F par mois.
  • 204 Société nationale de Construction de logements pour les Travailleurs originaires d’Algérie. SA d’éc (...)

118Les deux organismes ont la confiance des Pouvoirs publics199 du préfet et du conseil régional qui leur accordent des subventions de 200 000 à 500 000 F. Entre les responsables de l’Œuvre, eux-mêmes logeurs, et les dirigeants de l’Amitié qui agissent dans les immeubles de l’Oncor200 du Perrey et de Tourneville, réunis en 1955 rue de la Vallée, la volonté de travailler ensemble est très limitée, les Nord-Africains, selon la préfecture, souhaitant rester autonomes201 Si bien que les autorités sont conduites à proposer la création d’un Comité de coordination de l’aide aux travailleurs nord-africains du Havre et de sa région qui illustre bien la volonté d’encadrer l’accueil par les associations qui ont la confiance des autorités. Les entreprises de travaux publics y sont directement intéressées. Le Syndicat patronal du Bâtiment y figure aux côtés de la Chambre syndicale des constructeurs mécaniciens, de deux représentants du ministère du Travail, de deux représentants respectivement pour l’œuvre et l’Amitié, du président de la chambre de commerce et de l’adjoint au maire Robert Lenoble président de ce Comité de coordination. Mais les Nord-Africains, selon les Renseignements généraux, sont « peu enthousiastes pour le logement collectif »202 Au conseil général, les communistes s’abstiennent sur les subventions aux associations. Ils estiment que les Nord-Africains devraient participer à la gestion des centres d’hébergement et qu’ils y subissent « une certaine surveillance et ne peuvent lire ce qui leur plaît ». Le nouveau foyer de la rue de la Vallée n’abrite plus que 375 pensionnaires en 1958203 C’est un groupement d’entreprises qui a obtenu la direction de l’établissement dont le MRL est propriétaire. Dans le climat de tension de la guerre d’Algérie, le Comité périclite, et au cours de l’année 1957, naît le projet de construction de la Sonacotral204.

119Les structures créées au Havre pour aider les Nord-Africains ont-elles aidé à leur intégration dans la vie sociale et urbaine ? Ce n’est pas certain. Le type d’habitat, le cantonnement dans les quartiers est et sud-est, Graville, Eure, Neiges, le contrôle social qui semble l’emporter sur les intentions humanitaires dans l’invention du Comité, l’hostilité d’une partie du monde syndical et la méfiance du patronat au moment où conjointement le conflit algérien s’intensifie et où s’achève la reconstruction, sont autant de facteurs qui n’ont pas amélioré les conditions du contact des Havrais avec les travailleurs coloniaux. À défaut de pouvoir mesurer l’émergence de solidarités culturelles à travers les expériences d’alphabétisation par exemple, il sera tenté dans le chapitre suivant de vérifier si des liens politiques sont apparus entre les deux communautés au temps de la guerre d’Algérie. Mais auparavant une question demeure. Ce modeste apport colonial a-t-il donné à la société havraise un caractère cosmopolite ? L’a-t-il simplement renforcé ? Ou bien le cosmopolitisme havrais est-il un mythe ?

Une ville cosmopolite ?

  • 205 Tristan Lecoq, adjoint à la Culture dans la municipalité élue en 1995, recommande de relire André S (...)
  • 206 J. Meyer, Histoire du Havre..., p. 199.
  • 207 3055 étrangers pour 164 000 selon l’enquête municipale de 1936, soit 1,9 %.
  • 208 6,1 % pour la ville, 4 % pour la région havraise contre 6,8 % pour la France en 1982. Voir Atlas du (...)

120Sous des plumes fort diverses, le cosmopolitisme est devenu un caractère identitaire de la communauté havraise205 L’intérêt porté dans cette recherche à l’échange humain entre la ville portuaire et l’outre-mer conduit à s’interroger sur l’exactitude de cette image. Il y eut, assurément, au XIXe siècle l’apport considérable des Anglais, des Suisses, des Allemands, des Scandinaves qui donnèrent naissance à bien des dynasties négociantes, et une hétérogénéité du peuplement mise en évidence par Ph. Manneville et J.-P. Chaline. « Dès 1853, on compte dans ce grand port quelque 2000 étrangers, soit alors près de 4 % de la population. »206 Le solde migratoire s’enrichit avant tout des apports normands et bretons. En 1891, le pourcentage d’étrangers est de 3,2 %. Qu’en est-il au XXe siècle ? En rassemblant les sources éparses déjà citées il ressort globalement qu’au cours des années 1930, la population étrangère, coloniaux inclus, n’atteint pas les 2 %207 Concernant les individus originaires des colonies françaises, que trouve-t-on au maximum ? Quelque 150 Nord-Africains, environ 100 Africains de l’Ouest, environ 200 Indochinois : à peine 0,3 % de la population totale dans l’entre-deux-guerres. Dans les années de la reconstruction, la communauté nord-africaine est passée de quelques dizaines à quelques centaines d’individus et n’atteint pas 1 % à la fin des années 1950, même si elle représente 8 % des actifs de la métallurgie du bâtiment et des secteurs divers en 1957. En 1962, en cumulant les 2179 « étrangers » (Européens compris), les 1541 « devenus français », les 1029 « Algériens musulmans », on atteint seulement 2,5 % de la population totale de la commune ainsi que de l’agglomération. On remarquera aussi qu’en 1982 comme en 1999, le pourcentage d’étrangers au Havre est inférieur à la moyenne nationale208.

  • 209 Cf. Histoire de la France urbaine, G. Duby (dir.), Paris, Seuil, 1983, vol. 4, p. 296-299.
  • 210 M. Roncayolo, L’imaginaire de Marseille, port, ville, pôle, Marseille, Éd. Chambre de commerce et d (...)

121Aussi demeure-t-on rêveur devant les chiffres relatifs à d’autres villes françaises209 : le recensement de 1886 à Marseille avec ses 60 000 Italiens, 18 % de la population totale210 ; les 40 000 Belges de Lille en 1896, le bassin de Longwy où, en 1913, les trois quarts des travailleurs sont nés hors des frontières ; les 100 000 Espagnols arrivés à Toulouse entre 1936 et 1939 ; les 10 000 Kabyles de 1939 à Marseille. Et l’on ajoutera la différence de taille entre le cosmopolitisme perçu, flatteur pour l’identité locale havraise, utilisé pour décrire une ville accueillante, et le cosmopolitisme réel, conflictuel sur le marché du travail et dans l’espace urbain, notamment à l’égard des travailleurs coloniaux. L’échange humain avec l’outre-mer français ou francophone n’est pas à la mesure des performances économiques. L’immigration d’hier reflète mal les tropismes du Havre colonial, un peu mieux ceux de la France coloniale. On dira que l’on rencontre aisément des Africains dans Le Havre d’aujourd’hui. C’est que l’immigration post-coloniale au Havre exprime davantage les rapports nord-sud dans l’Europe contemporaine que l’héritage colonial propre à la cité. De 1880 à 1960, l’apport colonial n’a pas fabriqué un Havre cosmopolite, parce que ce cosmopolitisme est, en grande partie, un mythe.

Les Havrais aux colonies : la difficulté de s’exporter

Le voyage à la colonie, un effort assez rare

  • 211 RDCC, no 72,20-03-1891 et 3-04-1891.
  • 212 Joannès Couvert écrit aux autres chambres de commerce pour demander les rapports ! (cf. Bull. SGC, (...)
  • 213 RDCC, no 77,24-04-1896.
  • 214 Bull. SGC, mai-juin 1894,10e anniversaire de la Société de géographie commerciale du Havre, p. 191.
  • 215 RDCC, no 89,17-10-1918.

122Une lettre de Savorgnan de Brazza annonce, en mars 1891, que dans le but de favoriser les débouchés et les marchandises, la colonie du Congo a décidé de prendre à sa charge l’envoi d’un agent de la chambre de commerce du Havre211 Toutes les démarches pour trouver un volontaire sont infructueuses ! Paris, Rouen, Bordeaux, Marseille, Lyon ont envoyé des représentants, pour une visite de six mois : au Havre on attend que les autres aient fait le travail212 La crainte de débourser conduit aussi la chambre à refuser sa participation à une mission d’études pour rechercher des débouchés à Madagascar proposée par Henri Mager, délégué de Diégo-Suarez au Conseil supérieur des colonies213 Quant au colonel Archinard, c’est l’exemple que l’on invoque quand on veut, à la manière de Félix Faure, lors d’un dîner à la Société de géographie en 1894, protester « contre cette opinion exagérée que les Havrais ne vont pas à l’étranger... Ne voit-on pas à ce banquet un Havrais, M. le Colonel Archinard, qui, après avoir parcouru le monde entier, a su conquérir à la France beaucoup de pays et prendre une part si considérable dans les affaires extérieures »214 Mais l’exemple du conquérant est plutôt l’exception qui confirme la règle. Plus tard, au moment des premières expériences cotonnières, lorsque le colonel de Trentinian demanda à la chambre de commerce « s’il n’y avait pas au Havre des jeunes gens disposés à s’intéresser aux choses coloniales, il ne fut pas possible de trouver plus de deux candidats, dont l’un fut accepté » (Étienne Fossat dont la mission parmi les « compétents techniques » a été précédemment mentionnée)215 L’esprit colonisateur havrais est plutôt timoré.

  • 216 L’un des rares notables qui ait « fait ses classes » aux colonies est André Mandeix, président de l (...)
  • 217 Il faut cependant signaler que le directeur et le sous-directeur de la Compagnie française des Tram (...)
  • 218 Négociant en produits alimentaires.
  • 219 C’est le cas de M. J. Traumann, en Côte-d’Ivoire en 1970 (témoignage de l’intéressé).
  • 220 C’est le cas d’Albert Charles. Témoignage de M. G. Héron, son secrétaire général de 1962 à 1972.
  • 221 Témoignage de M. Jean-Pierre Binet, 7-06-2000.

123Les demandes de concessions faites par les notables portaient sur des domaines immenses. Mais les grands négociants qui avaient des intérêts en Afrique quittaient rarement Le Havre. Leur présence aux réunions de la chambre de commerce en est une preuve. On se déplace rarement aux colonies avant les années 1930216 À l’extrême fin du XIXe siècle, on trouve Georges Thierry au Dahomey, comme directeur d’une société d’exportation de l’huile de palme, sans doute la Compagnie alsacienne-lorraine de Saudemont. Avec l’apogée des échanges maritimes coloniaux, les contacts directs semblent être plus fréquents, mais peu nombreux. René Godet chez Gonfreville à Bouaké, Edgar Latham à Abidjan (il s’y installe), Robert Ancel et son voyage fatal en Afrique occidentale en 1938, Raoul-Duval en Indochine217 Édouard Périer218 au Maroc. Après 1945, avec la multiplication des filiales, les cadres voyageurs se font plus nombreux, mais certains entrepreneurs ne se rendront sous les tropiques qu’après les Indépendances219 D’autres ne verront jamais l’Afrique220 Le témoignage d’un négociant parti à Abidjan créer une succursale en 1951 confirme que le simple fait de tenter cette aventure représentait, aux yeux de beaucoup, une excentricité221.

  • 222 « Les trafics coloniaux du port de Marseille », Journal de la Marine marchande, 6-01-1949.

124Les trafics de passagers donnent aussi une indication, d’autant qu’ils ne sont pas forcément havrais. En effet, les échanges humains par le port du Havre sont loin d’égaler les flux de marchandises. En 1937, année d’intense activité coloniale africaine, le nombre de passagers pour la COA communiqué par les principales compagnies de navigation : Chargeurs réunis, Wœrmann, SNO, Dempster, est de 550 individus, soit 0,5 % des 96 000 passagers circulant par Le Havre. En 1961, les Chargeurs acheminent 81 voyageurs sur la côte africaine et au total, les compagnies font état d’un trafic de 160 passagers soit 0,07 % des 208 000 passagers entrés ou sortis par le port, part dérisoire même s’il faut songer aux progrès des lignes aériennes, dont ne profite pas Le Havre, à la différence de Marseille. La cité phocéenne, dans une année certes exceptionnelle, en 1947, d’affluence de nombreux colons et fonctionnaires longtemps privés de métropole, a enregistré 670 000 passagers dans son trafic maritime avec les territoires dont 23 500 pour l’Afrique de l’Ouest222.

Une participation modeste à la colonisation de l’Algérie

  • 223 AMH, FC. F2-C. 24,1.10, Colonisation, Renseignements, 1905-1924, 46 pièces ; demandes Berson, Feuil (...)
  • 224 Circulaire du 25-04-1884 rappelée dans la lettre du ministre au préfet, confidentielle, du 21-12-18 (...)
  • 225 Décompte fait à partir des dossiers complets uniquement, ADSM, 4M865.

125Quant aux Havrais de condition modeste qui demandent à s’installer sur de petites concessions, ils obtiennent rarement satisfaction, même pour l’Algérie, si l’on en juge par les dossiers conservés aux archives municipales ou départementales223 Les avis défavorables du sous-préfet ou des Gouverneurs généraux sont justifiés par le manque de ressources du demandeur, ce qui ne plaide pas en faveur d’une thèse répandue, celle de l’expansion coloniale comme trop-plein de pauvres, même s’il est vrai que la colonisation agricole n’est pas toute l’émigration. Malgré l’existence d’un Service colonial au Havre, il n’y a pas d’agence de placement et la municipalité oriente les candidats vers l’Office colonial, au Palais Royal, à Paris. Préfets et maires sont rappelés à l’ordre par le gouvernement de l’Algérie et par le ministère de l’Intérieur parce qu’ils laissent leurs fonctionnaires exagérer la fortune des demandeurs afin de faciliter leur départ224 On rappelle que le gouvernement ne donne « que la terre » aux émigrants. Ceux qui se sont endettés là-bas reviennent en France et leur échec fait de la contre-publicité à l’Algérie. Si l’on extrait les dossiers individuels des demandeurs d’origine havraise du début de la IIIe République aux lendemains de la première guerre mondiale, il apparaît que Le Havre populaire n’est pas un grand fournisseur de colons. Les Havrais ne représentent là qu’un quart des demandeurs de la Seine-Inférieure : 18 sur 71225 L’appel du large et l’imaginaire maritime n’ont donc qu’un faible rôle en cette affaire où il s’agit avant tout d’aller se courber pour travailler la terre. Les autres demandeurs viennent surtout de la banlieue industrielle de Rouen, d’Elbeuf particulièrement. Un cordonnier rouennais se voit refuser sa demande parce qu’il n’a pas le capital nécessaire de 5 000 ou 6 000 F en 1899.

Diversité et limites de l’expérience coloniale

  • 226 E. Preschez (docteur en droit, avoué), Rapport sur le Congrès national des Sociétés françaises de g (...)

126Il n’est rien de plus banal que de visiter un site touristique en plaquant sur les images perçues les souvenirs et les représentations de la mémoire individuelle, de découvrir la Rome antique et de laisser l’imagination la décorer de peplums. L’imaginaire colonial restitue les impressions de voyage en cristallisant dans un même tableau la réalité perçue, le cliché retrouvé, l’étonnement paradoxal, et la mémoire collective héritée, dans un agencement confortable à l’idée coloniale. En 1899, Édouard Preschez visitait l’Algérie à l’occasion du Congrès des sociétés de géographie où il représentait Le Havre226 Étonnement paradoxal en effet que le sien :

Rien ne saurait rendre le pittoresque des rues d’Alger, où les Européens côtoient successivement le Levantin, le Maltais, le Nègre, l’Arabe et les Mauresques avec leurs figures voilées. Chaque jour le quartier européen envahit l’ancienne ville ; cependant la population musulmane a encore une certaine importance...

127Le Havrais visite ensuite la Kabylie « contrée montagneuse dont l’étrangeté vous surprend ».

Les Kabyles refoulés dans leurs montagnes à la suite de l’insurrection de 1871, qui a abouti à la mise sous séquestre de leurs plus beaux territoires dans la plaine, cultivent avec résignation les pentes qui leur restent et y trouvent difficilement une maigre subsistance ; aussi tous les ans, un grand nombre se louent comme domestiques dans les exploitations agricoles [...] Ils sont généralement plus estimés de la population européenne que les Arabes.

128Ce lieu commun est en effet bien antérieur à la guerre d’Algérie. Pourtant ce n’est pas vers les Kabyles que va la compassion du Normand en voyage :

Après avoir parcouru ce pays, on ne peut s’empêcher de réfléchir aux efforts considérables qui ont été nécessaires pour conquérir et dompter ses habitants, et la pensée se reporte avec complaisance sur ces admirables soldats de notre armée d’Afrique, qui, aux prises avec les difficultés presque insurmontables du territoire et du climat, avec un armement à peine supérieur, sont allés soumettre dans leurs retraites presque inaccessibles les rudes montagnards du Djurdjura.

  • 227 RDCC, no 116,3-04-1930. Compte rendu du congrès. L’entreprise Caillard fabrique et exporte des engi (...)

129C’est sur l’évocation de « l’épopée » que s’achève cette relation de voyage d’un prosélyte colonial. Trente ans plus tard, l’industriel Georges Caillard est à Alger, représentant Le Havre au Congrès des délégués des chambres de commerce227 Sa relation est quasiment identique. Il a visité les mêmes exploitations-modèles. L’exotisme et le souvenir de la conquête, le monde des colons, voilà surtout ce qu’entendent ses pairs à son retour :

De la Casbah où l’on aperçoit la fenêtre de la salle du coup d’éventail d’Hussein-Dey, de la ville arabe, des fabriques de tapis et des chais, on parcourt les plaines de la Mitija jusqu’aux Gorges de la Chiffa. On visite Boufarik et la coopérative des agrumes, la vaste exploitation de l’ancienne Trappe de Staouelli, les ruines romaines de Tipasa et enfin la célèbre plage de Sidi-Ferruch où s’effectua le débarquement des troupes en 1830. Nous avons entendu les plaintes des colons qui souffrent de l’élévation des prix des transports, du contingentement à l’importation des vins d’Algérie en France.

130Les marins ont probablement un contact plus étroit avec le monde colonial. Ils connaissent, par exemple, les Kroumen que l’on embarque au Cavally et débarque sur toute la côte occidentale d’Afrique pour aider au transit des bois coloniaux. Le contact entre marins havrais et navigants coloniaux semble limité, pour autant qu’un sondage dans les rôles d’équipage soit une source fiable. En 1893, les navires de la Havraise péninsulaire embarquent en général deux ou trois chauffeurs ou domestiques en complément de leur équipage. Ce sont d’ailleurs des sujets arabes embarqués en général à Port-Saïd, plus rarement des Réunionnais ou des Malgaches. Pour les navires de la Transat desservant les Antilles, le rôle d’équipage du Honduras en 1930 donne une indication de l’origine des membres d’équipage.

Tab. 2 – Lieux d’inscription maritime de l’équipage du Honduras (CGT) en 1930

Le Havre

Bretagne

Autres

Antilles françaises

Total

26

77

24

15

142

Sources : ADSM, 6P6-679. Armement du 13 mai 1930.

  • 228 Négociant en rhums, président de l’association des anciens élèves de l’ESC. Bulletin de l’Associati (...)

131Avant la création de l’École pratique coloniale au Havre, l’exil aux colonies manquait d’attrait, surtout pour les héritiers du négoce local qui trouvaient facilement à œuvrer sur la Place. À tel point que lors du Congrès de Marseille des Écoles supérieures de commerce, en 1906, le Havrais Maurice Chatel228 réclamait l’établissement d’un contrat-type pour un recrutement plus attrayant des employés français aux colonies. « Il est temps – disait-il –, que cette carrière cesse d’être, pour la masse mal renseignée, le refuge des incompris et des fortes têtes de la métropole. »

  • 229 Examen des listes publiées dans le Bulletin de l’Association des anciens élèves de l’ESC, archives (...)

132Le contingent le plus nombreux de Havrais en Afrique est celui des anciens élèves de l’École pratique coloniale qui travaillent pour les sociétés coloniales ou dans le secteur coopératif et agrémentent de leurs récits le bulletin Havre-Colonial. Beaucoup ne sont pas havrais d’origine, ce qui a probablement limité l’impact, sur l’idée coloniale dans la cité, des 600 individus formés au Havre et qui ont travaillé aux colonies durant un demi-siècle. Certes, les anciens élèves publient ce bulletin où l’on trouve le témoignage d’expériences concrètes et de longue durée avec le colonisé. Mais la diffusion en est limitée, et le regard proposé est celui de cadres de grandes entreprises coloniales en général, avec une approche technicienne, et parfois une préoccupation ethnographique un peu sommaire. De 1908 à 1932, les deux tiers des élèves de l’École pratique coloniale étaient devenus des coloniaux, 250 environ. Soit dix fois le nombre des anciens de l’ESC de 1882 à 1935229 En 1954, il y a dans les territoires de l’Union française, 245 anciens de la « Colo », dont 153 en Afrique noire, 40 à Madagascar et 16 en Indochine.

133Les représentations véhiculées par ces coloniaux havrais en activité n’expriment guère l’esprit de réforme caractéristique des années 1950 dans l’administration de la France d’outre-mer, et moins encore l’idée d’un quelconque abandon inéluctable du territoire à ses indigènes. Dans la relation d’activité de R. Tuai, en 1954, l’idée civilisatrice, la grandeur de la France colonisatrice, la défensive à l’égard du discours anticolonial, l’affirmation de l’incapacité des Africains à s’élever tout seuls, bref le « fardeau de l’homme blanc », sont là, encore intacts. L’ancien de « la Colo » du Havre travaille au Moyen-Congo pour la Société forestière de la Sangha :

  • 230 Havre-Colonial, no 42-43, juil.-déc. 1954, p. 9-11.

Si l’Européen doit lutter contre un climat qui n’est pas le sien, contre une végétation énorme et si touffue qu’on ne peut l’imaginer sans être sur place, il lui faut aussi, et c’est le principal, lutter contre l’état d’esprit de ces travailleurs qui sont là parce que le blanc y est ; en effet, ils viennent pour la plupart de régions moins hostiles, donc plus peuplées aussi (...) Bien sûr cela semble cruel de s’attaquer aux beautés de la nature, mais l’utilité de ces travaux, profitant aux blancs aussi bien qu’aux noirs (habitations, écoles, hôpitaux, etc.), servira l’homme, le pays dans lequel nous passons mais où nos travaux resteront, et aussi à notre propre pays, la France, aux yeux du monde, et surtout un monde qui veut dénigrer nos entreprises coloniales, le blanc « profiteur » qui cependant lutte souvent seul contre des populations obstinées à ne pas vouloir s’élever ; il doit souffrir en silence, combattre ses propres défaillances, ne pas faiblir et toujours aller de l’avant.
Fait sur le chantier de Djembo, le 15 septembre 1954230

  • 231 Annuaire du ministère des Colonies 1938-1939.
  • 232 CAOM, EE II/6512. Né le 6-09-1909. Élève administrateur le 22-10-1934, administrateur-adjoint le 1- (...)

134Le Havre a fourni peu de fonctionnaires et de cadres de l’administration aux colonies. Rien de comparable aux autres villes coloniales, à Paris et surtout à la Corse. Quelques juristes havrais ont exercé aux colonies. Victor Casse, breveté de l’École coloniale et licencié en droit, fut juge de paix à Fort-Lamy en 1932 et président du tribunal de Djibouti en 1937. Jean-Daniel Laloum exerça au Parquet de Saigon en 1933, puis à la Cour d’appel des Établissements français de l’Inde. Alexandre Masson fut juge de paix à Yanaon en 1928, puis à Cotonou, à Yaoundé en 1931. Il devint procureur de la République à Saint-Louis en 1934, avant de se transporter à Saint-Pierre-et-Miquelon, en 1936231 Parmi les rares administrateurs aux colonies nés au Havre et y conservant des liens familiaux, Jacques Durand-Viel débute sa carrière en 1934 en AOF232 En mai 1950, appuyé par M. Laniel, ancien ministre, député du Calvados, il est nommé secrétaire général du Niger par interim. Administrateur en chef en 1951, il obtient la Légion d’honneur en 1953, au moment de sa retraite. Il est nommé en 1954, gouverneur honoraire de la France d’outre-mer. Parcours classique : breveté de l’Enfom, diplômé de langues orientales, il est décoré des Palmes académiques et de l’Étoile Noire du Bénin. Il a exercé principalement au Soudan, à Gao, à Nioro, avant guerre. En 1946, il est au Niger, à Tahoua, puis à Niamey où il est chargé du Bureau des affaires musulmanes. Ses supérieurs soulignent tantôt sa « classe exceptionnelle », tantôt ses « conceptions toutes spéciales de l’évolution sociale ». En 1937 le commandant de cercle signale que Jacques Durand-Viel a « particulièrement réussi auprès des Touareg dont il a appris la langue et les coutumes ». C’est auprès des Peuls que l’on retrouve un autre Havrais, Gilbert Vieillard.

L’exception Gilbert Vieillard, administrateur et ethnologue

  • 233 Pour une version plus complète de sa biographie, voir C. Malon, « Gilbert Vieillard administrateur (...)
  • 234 Cf. P. O’Reilly, Mon ami Gilbert l’Africain, Dijon, Darantière, 1942, hors-commerce.

135Gilbert Pierre Vieillard est né le 31 décembre 1899 au Havre233. Bachelier ès Lettres, Vieillard obtient un diplôme de l’École des langues orientales et s’intéresse très tôt aux dialectes soudanais, peul, haoussa, zerma. Étudiant à Paris, Gilbert est reçu à l’École coloniale. Après une première année assez brillante, son indocilité et son goût de la fantaisie le poussent à la démission. Mais l’école des langues orientales vivantes le passionne. L’intéressent surtout, le peul, le haoussa et l’arabe. Il suit les cours de Maurice Delafosse, mais aussi les enseignements moins académiques de travailleurs arabes dans les bistrots de Gennevilliers ou de la Villette234.

Un administrateur colonial anticonformiste

136Sa carrière africaine commence comme commis des services civils de l’AOF. Il débarque à Dakar en mai 1926. Jusqu’à 1939, de multiples séjours lui permettront de parcourir l’AOF de la côte Atlantique aux abords du lac Tchad. En 1926, il est nommé à Ouagadougou. En 1927, il est affecté à Say, au Niger. « Enfin, un vrai poste colonial. » Après un congé d’un an il revient au Niger. En 1931, il est commis principal. C’est à Zinder en septembre 1932 qu’il demande son inscription à l’École coloniale. En décembre, il est à Tessaoua à 120 km à l’ouest de Zinder. En janvier 1933, le voici à Dosso, dans le pays Zerma. Son séjour de dix-huit mois à Paris comme stagiaire à l’École coloniale lui permet d’approcher Delavignette, Labouret, Griaule. Il revient en Afrique avec le grade d’administrateur-adjoint de troisième classe, à Dalaba, cercle de Mamou, en Guinée.

  • 235 R. Delavignette, préface à P. O’Reilly, Mon ami Gilbert l’Africain, p. 12.

137En 1935, Vieillard exerce en Guinée. Il est sensible aux inflexions de la politique indigène, « par exemple ne faire payer l’impôt qu’à 14 ans au lieu de 8 auparavant, ce sont de petites choses, mais cela soulagera pas mal de gens » (décembre 1936). Quitte à s’aliéner certains de ses supérieurs, ce qui fut le cas, il prend souvent le parti de ceux dont il parle la langue. « J’ai des démêlés avec mes chefs à propos d’un salopard de contremaître qui martyrisait ses manœuvres. Mon don-quichottisme n’a pas plu. Mais je suis content de n’avoir pas capitulé. Je serai toujours un mauvais fonctionnaire » (Mamou, 10 février 1936). Selon Robert Delavignette : « Il avait une méthode de travail. La voici : administrateur colonial et par là même chargé de tâches diverses et imprévues, il les faisait toutes servir à l’étude des Peuls sur le terrain. »235 Vieillard a surtout la conscience d’être un privilégié. « Quand ce cauchemar de la disette sera-t-il fini ? Je ne suis pas fier de manger à ma faim au milieu de tous ces ventres creux. » Apprenant que les récoltes ont été mauvaises en Normandie il écrit à son père en mai 1927 : « Je suis navré que vos récoltes soient abîmées, au moins ne mourrez-vous pas de faim [...] Pensez aux multitudes hindoues, chinoises, nègres, qui meurent, - à la lettre-, en Europe, on ne fait que serrer la ceinture, et plus près de nous, dans l’espace, en Algérie... »

  • 236 Lettre à sa mère de Say, 4-12-1926 ; P. O’Reilly, Mon ami Gilbert l’Africain, p. 77.

138Le travail d’administrateur est d’être « tour à tour magistrat, chef politique, bâtisseur de routes et de ponts, collecteur d’impôts, organisateur de cultures nouvelles et de marchés », et Vieillard transforme ses fonctions multiples en enquêtes permanentes... Dès 1926 il doit rendre la justice, sans illusion sur ses capacités : « Tous les vendredis, tribunal. J’ai présidé l’audience hier, avec deux assesseurs indigènes, le cadi et un vieux notable. Dieu sait que j’ai été consciencieux : sans doute me suis-je trompé. »236 II préfère les conversations avec les griots inépuisables aux paperasses et aux additions. Cela satisfait plus ou moins ses supérieurs. En 1932 il avait été noté comme un très bon agent s’intéressant à l’étude des idiomes. Pourtant Vieillard écrivait à son père, le 14 juillet 1927, au sujet de ses prédécesseurs au poste de Say : « Le dossier du cercle est peu édifiant » : brutalités, malhonnêtetés. « Je suis indigné devant tout le mal que font à ce pays, les blancs, les uns par méchanceté, lui, le commandant, par sa bêtise, alors que le bien serait, semble-t-il, plus facile... depuis trente ans que nous sommes ici, nous n’avons rien fait de sérieux pour leur bien matériel et moral. » Il confie à ses proches que les rôles de la capitation sont faux, et il affirme : « ce qui domine, dans le personnel colonial, ce n’est pas la méchanceté, je le sais bien, c’est la lâcheté. » L’administrateur doit constater que les contribuables indigènes en fuite, dans le contexte de la famine de 1936, alourdissent la tâche des présents, contraints de vendre leurs biens. « Quand il n’y avait rien, on mettait en gage les récoltes sur pied et les enfants. »

La méthode Vieillard ou l’immersion ethnologique

  • 237 G. Vieillard, « Coutumier du Cercle de Zinder », in Coutumiers juridiques de l’AOF, t. III, Maurita (...)

139Comprendre les Africains de l’intérieur, tel semble avoir été le travail de Gilbert Vieillard. Expliquer et pas seulement décrire. Les Peuls ont opposé à l’expansion coloniale du XIXe siècle, dit-il, « la réaction du pâtre et du théologien devant des martiens, issus d’une autre planète ». En 1933 à Dosso il est chargé de la rédaction des coutumiers du Niger. Son devoir d’État « commence à coïncider avec sa vocation personnelle ». La rédaction des coutumiers du cercle de Zinder l’avait focalisé sur les Haoussa237 « Mon dada, c’est le peul, en quoi je baragouine un peu » (à sa mère). Dans le Fouta-Djallon, il est à nouveau chargé de rédiger les coutumes du pays. De grandes tournées dans la brousse lui font partager la vie des Peuls. « Ce qui est nouveau pour moi, c’est toute une littérature écrite en caractères arabes adaptés au peul : inspirée de l’Islam, mais assez originale. Ces gens ont gardé l’esprit de la Bible et le sentiment de l’Éternel. C’est peut-être ce qui les perd » (à sa mère, Dalaba, 14 août 1935). Il accumule de précieux manuscrits : rapports économiques, coutumiers, études sur l’évolution des Peuls. « J’ai vu des choses passionnantes pour moi, retrouvé de vrais Peuls fétichistes et trouvé des traces à peu près sûres d’un culte solaire - La Trinité feu, soleil, vache, qu’on soupçonnait... » (20 juin 1937). Il rencontre le gouverneur Gaden, grand foulanisant qui achevait alors un dictionnaire Peul. Il entreprend, durant neuf mois, l’étude approfondie des Peuls de la boucle du Niger. « Pour la première fois je mène la vie peule sans être gêné par mon grade. Je commence à savoir manger proprement du bout des doigts. Encore quelques jours et je pourrai passer pour un vrai Macinanké, surtout avec le crâne tondu, le collier de barbe et les pieds au henné » (à sa femme 6 mars 1938).

  • 238 G. Vieillard, Notes sur l’exode Toucouleur, 1934, publié dans Cahiers d’études africaines, mai 1960 (...)
  • 239 On trouve par exemple un poème intitulé « Sur notre triste époque : contre la domination française  (...)
  • 240 « Notes sur les Peuls du Fouta Djallon », Bull, de l’Institut français d’Afrique noire, no 1, 1940, (...)

140Gilbert Vieillard, dans ses « Notes sur l’exode Toucouleur », retrouve, grâce à des témoignages, des traces du fergo (nom toucouleur désignant à la fois l’émigration et l’hégire qui conduisit Ahmadou, après les victoires d’Archinard, à fuir devant l’avance française, pendant 2000 km jusqu’à Sokkoto et à sa mort en pays Haoussa)238 Vieillard recueille nombre de récits sur les almamys du Macina, sur l’empire Toucouleur, sur Ahmadou et son père El Hadj Omar. Des témoignages, des poèmes en peul écrits en arabe et traduits en français239 Observer, mais aussi expliquer, sans doute pourquoi l’on parle aussi de lui comme ethnologue. Il parle en effet du contact colonial, du progrès des communications en Afrique, de la désagrégation de la famille globale qui tend à faire du ménage la cellule sociale réelle. Il enregistre les remarques des autochtones quant à l’effet de l’école sur le respect des anciens. Il parle des effets ravageurs de l’impôt personnel240 Cet effort est d’autant plus remarquable qu’il se situe évidemment dans un contexte idéologique où la représentation la plus répandue du Nègre en métropole n’est pas celle d’un individu vivant dans des sociétés aux règles complexes, mais celle du grand enfant ; dans un contexte épistémologique où la sociologie n’a pas encore vraiment émergé de l’exotisme scientifique.

À l’Institut français d’Afrique noire, recherches et rencontres

141En novembre, Vieillard est affecté à l’IFAN, et plus précisément aux archives de la colonie. Désormais, écrit Patrick O’Reilly, chaque courrier emportera en France un couplet à la gloire de « Frère Théodore ». Théodore Monod, bien sûr, directeur de IFAN. « Un homme très remarquable et d’une vie spirituelle intense ; – évangélique, quelque peu manichéen – ce naturaliste saharien m’a emballé et ma vie en a été un peu changée. »

Monod me montre une amitié bourrue et délicate... C’est la première fois que
je rencontre un homme qui approche du saint, en tout cas de l’homme de bien.
Munis d’une vieille auto, nous herborisons et pêchons des bestioles autour de Dakar... Monod, je n’ose plus t’en parler, je le vénère... Il me rend capable de tout, de travailler le 14 juillet et de compter sous un verre grossissant les 290 anneaux ventraux d’un petit serpent (Dakar, 14 août 1939).

  • 241 CAOM, EE II/3704, 27-09-1938, dossier Gilbert Vieillard, sur dérogation.
  • 242 CAOM, EE II/3704, 29-08-1939.

142Gilbert l’Africain a trouvé sa voie. Personne désormais ne conteste ses talents. Le gouverneur général dans une note d’octobre 1938 parle d’un « véritable génie en matière de travaux ethnographiques ». Théodore Monod souligne dans ses appréciations « ses dons de psychologue et d’enquêteur en matière de mentalité indigène, le goût du détail précis permettant de rendre dans le domaine de la recherche ethnologique des services éminents »241 Un an plus tard le patron de l’IFAN estimera que Gilbert a été « un collaborateur précieux »242.

L’héritage de Gilbert Vieillard

  • 243 Notes sur les coutumes des Peuls au Fouta-Djallon, Paris, Larose, 1939.
  • 244 Par exemple, en 1937, Louis Tauxier (ancien administrateur des colonies), Mœurs et Histoire des Peu (...)

143Cet héritage est double. Le plus important est sans aucun doute le fonds d’archives rassemblé à Dakar après sa mort. Le fonds Vieillard est le plus riche de tous les fonds de manuscrits de l’Institut français d’Afrique noire. Il rassemble tous les travaux et documents accumulés par l’ethnologue de 1927 à 1939. Quatre domaines constituent le fonds : Fouta Dyalon (109 cahiers), Masina (36 cahiers), Niger et pays voisins (62 cahiers), Mauritanie (7 cahiers). Pour chaque domaine, on trouve cinq parties : historique, ethnosociologique, religieuse et magique, littéraire, scientifique. Ce qui en fait l’unité, c’est le peuple peul. De sa bibliographie, ce sont les Notes sur les coutumes des Peuls au Fouta-Djallon243 qui ont été le plus utilisées. Cet ouvrage traite des structures de la parenté (famille, mariage, filiation, tutelle), de la propriété (biens et successions), et des contrats et obligations (modalités très élaborées de l’échange des marchandises et des services). Gilbert Vieillard ne fut bien sûr ni le premier, ni le dernier à s’intéresser aux Peuls244 Mais c’est à un intellectuel peul, Amadou Hampâté Bâ, qu’il transmit son héritage en 1939.

  • 245 Aly Gilbert Iffono, Lexique historique de la Guinée-Konakry, Paris, L’Harmattan, 1992.

144De l’autre héritage, un legs « malgré lui », on ne saurait dire s’il l’aurait reconnu mais sa signification n’est pas négligeable. Il s’agit de l’Amicale Gilbert Vieillard, née le 7 décembre 1944 quatre ans après la mort de l’administrateur. Elle avait pour but de « maintenir et renforcer les rapports de solidarité entre les intellectuels peuls et de contribuer à la promotion culturelle du Fouta-Djallon »245 Hostile aux chefs coutumiers, elle était combattue par l’Union franco-africaine, c’est-à-dire le parti des chefs et notables conservateurs du Fouta. Parmi les principaux animateurs de l’Amicale Gilbert Vieillard, Yacine Diallo, député de la Guinée à l’Assemblée nationale de 1945 à sa mort en 1954 qui participa aussi à la Démocratie socialiste de Guinée. À l’origine, le Parti démocratique de Guinée (PDG) était la section guinéenne du Rassemblement démocratique africain et regroupait certaines associations « ethniques », dont l’Amicale Gilbert Vieillard. Ibrahima Sory Diallo, un dirigeant de l’Amicale, fut l’un des premiers secrétaires du PDG. Mais les associations se retirèrent bientôt de ce parti, et aux élections de 1957, le régionalisme peul était minoritaire dans sa propre région. Malgré tout, qu’un parti peul ait choisi d’emprunter son nom à l’ancien administrateur havrais, c’est le signe de son prestige dans cette population.

La rencontre de Gilbert Vieillard et d’Amadou Hampâté Bâ

  • 246 Amadou Hampâté Bâ est né vers 1900 à Bandiagara et mort le 15 mai 1991 à Abidjan. Voir Amkoullel l’ (...)

145Grâce à madame Hélène Heckmann, légataire littéraire d’Amadou Hampâté Bâ, qui a bien voulu communiquer les récits de cette rencontre, elle peut être évoquée ici246 Le colonel Figaret, en Afrique depuis 1903, épris de langue et de culture peul, prit sa retraite à Ségou. Il s’échinait durant plusieurs années à la constitution d’un alphabet peul. En 1935, Figaret rencontre Hampâté Bâ, secrétaire de la mairie de Bamako.

  • 247 Extrait d’un livre-questionnaire non publié, réalisé par un vieil ami d’Hampâté Bâ. Aimablement com (...)

Le colonel prit l’habitude de venir souvent chez moi - dit Amadou Hampâté Bâ – c’est avec lui que je commençai à travailler sérieusement l’écriture du peul et c’est à lui que je dois d’avoir rencontré Gilbert Vieillard, lequel devait également me conforter dans mes recherches linguistiques247

146En 1939, Figaret est en relation avec Vieillard, l’occasion pour les deux hommes d’échanger leurs conceptions de la transcription du peul et des informations sur la faune et la flore pour servir aux travaux de l’IFAN. Vieillard lui écrit : « Ne sommes-nous pas quelque peu confrères ès vaches peules et ès amour de la nature ? » Le colonel Figaret parle d’Amadou Hampâté Bâ à Vieillard.

147C’est en recherchant la signification métaphorique d’un poème peul qu’il avait recueilli, que Gilbert Vieillard fut mis en contact avec Amadou par un cousin de ce dernier qui vivait à Bandiagara, Moby Bodiel. Le Français rendit visite au Peul, un soir du mois de ramadan 1939. Celui-ci dit avoir été désorienté par la manière dont son visiteur s’était présenté.

Je n’avais jamais rencontré d’Européen qui parvînt à parler peul sans aucune déformation... Gilbert s’assit avec nous sur la natte et me dit : Amkoullel, je viens de la part de Mody Bodiel de Bandiagara. J’étais allé le trouver pour lui soumettre un vers peul qui appartient au Chant des bovins et que je ne parviens pas à comprendre.

148Le repas partagé fut l’occasion d’un premier échange linguistique, à propos du saame composé de viande, beurre et riz appelé « nyaareeri », mot fabriqué par Amkoullel dont Gilbert réussit à retrouver l’étymologie. Amadou Hampâté Bâ expliqua ensuite la signification des deux vers qui avaient motivé la visite de Vieillard et dont la traduction littérale était « Naseaux humides, cornes dures, femelles, qui nourrissent de vains espoirs d’autres femelles ». Du décodage savant d’Amadou, on ne retiendra ici que l’explication finale :

le premier terme : rewbé (femelles) désigne les vaches du troupeau. Le deuxième terme : rewbé (femelles) désigne les femmes peul. Le poème signifie que tant qu’il y a des vaches dans le troupeau de l’homme peul, même si elles ne lui sont que confiées, la femme peul supportera tout. Elle ne quittera pas son domicile. Ainsi, la vache sert à l’homme peul à tromper les espérances de la femme ou à « nourrir les femmes peul de vaines espérances ». Mais malheur à l’homme qui ne dispose d’aucune vache !

149Vieillard aborda ensuite un motif plus profond de sa visite :

Il me dit, poursuit Hampâté Bâ, que l’Allemagne avait déclaré la guerre à la France, que la mobilisation générale venait d’être décrétée et qu’il devait partir.

Pourtant, continua-t-il, je pourrais me faire exempter, ou encore demander que l’on m’affectât à un poste spécial ; j’ai suffisamment de raisons pour que ma demande soit acceptée : je suis administrateur des colonies et père de trois enfants. Mais j’ai trop la mentalité peul pour agir ainsi. Je ne veux pas qu’un jour mes amis me demandent comment la guerre s’est déroulée, comment mon pays s’est comporté face à l’ennemi et qu’alors je ne puisse que répondre : « on m’a dit que... ». Je veux pouvoir dire que les Français se sont battus de telle ou telle manière, je veux qu’on sache que j’y étais. Pour toutes ces raisons, je dois partir. Ainsi, je raconterai ce que j’ai vu de mes propres yeux...

Je reconnus là, dit Amadou, la conception même de l’honneur peul. Vieillard continua, m’expliquant que, grâce à M. Théodore Monod, qui l’avait tiré des griffes de l’administration coloniale, il était parvenu à créer une section peul à l’IFAN.

Or, dit-il, étant obligé de partir, je ne suis plus guère qu’un cadavre en sursis. Et si j’étais tué au front, cette œuvre que j’ai commencée pourrait être perdue.
C’est là mon seul regret. En raison de ce que tu sais, en raison de l’initiation que tu as reçue, j’aimerais que tu me remplaces à IFAN.

Il ajouta - précise Amadou Hampâté Bâ - qu’il n’était pas sûr d’obtenir ma nomination, car il lui semblait difficile qu’un Africain succédât à un administrateur européen : « Et c’est ce qui me révolte, poursuivit-il ! Il s’agit tout de même de vos affaires et non des nôtres. » En tout cas il m’assura que si j’acceptais, il se rendrait auprès de M. Monod, qui, il en était convaincu, appuierait sa demande.

150Vieillard plaidait auprès du sage malien pour « le sauvetage du patrimoine culturel peul » mais aussi pour celui de tous les Africains, « Bambara, Wolof, Sérère, Manding et Haoussa ».

  • 248 Lettre de Mme Hélène Heckmann à l’auteur, 19-11-2000.
  • 249 Cf. H. Heckmann, Oui mon Commandant !..., annexe p. 396.

151Amadou Hampâté Bâ fut donc affecté à l’IFAN en 1942. Son premier travail fut d’y inventorier et répertorier les fonds Vieillard, Gaden et Figaret. Il y demeura jusqu’en 1958 pour effectuer des enquêtes ethnologiques historiques et religieuses à travers l’AOF. Il fut en contact avec l’Amicale Gilbert Vieillard et favorisa, lors d’un séjour en Guinée, l’élection de Yacine Diallo248 Avec les Indépendances, il devint ambassadeur, ministre, membre du Conseil exécutif de l’Unesco de 1962 à249 1970 •

Mourir en Lorraine

  • 250 Lettre de Théodore Monod à Claude Malon, Paris, le 23-07-1996.
  • 251 T. Monod, L’Émeraude des Garamantes. Souvenirs d’un Saharien, Paris, L’Harmattan, 1984, p. 32.

152Le professeur Théodore Monod a bien voulu nous indiquer qu’il avait rendu hommage à Gilbert Vieillard, sous le nom de « Frère G. », dans L’Émeraude des Garamantes250 Son beau texte dispense de toute interprétation hasardeuse du geste de l’administrateur partant pour la guerre251

Un boutiquier stupéfait, en tous les cas, fut celui qui vit frère G., tout mobilisé qu’il fut, quitter les rangs d’une colonne en route pour le port pour lui régler une dernière facture. Mais c’était frère G. partant pour la guerre, d’où il ne reviendra pas. Tu avais voulu quitter l’Afrique avec le premier détachement de renfort, faveur obtenue non sans peine. Et, bien sûr, ils n’y ont rien compris, applaudissant ta fièvre patriotique et le réserviste de 2e classe brûlant d’aller en découdre... Pouvaient-ils seulement deviner, ô frère G., ton cœur douloureux et la quête de l’évasion que tu poursuivais à travers cette nouvelle aventure ? Et ta blessure secrète, la nuit descendue sur ton âme, la faim qui tourmentait ton cœur, ta soif d’une eau vive « jaillissant jusque dans la vie éternelle » ? Comment eussent-ils pu savoir que notre baiser d’adieu, dans la cour bruyante d’une quelconque caserne, s’était voilé de larmes ? L’ai-je seulement assez regardé, alors, ce visage aimé qui va s’effacer pour toujours ? Car on me le tuera, c’est certain.

  • 252 19-10-1939. Mon ami Gilbert l’Africain..., p. 118.

153« J’ai fait le geste un peu ridicule de rester soldat au lieu d’aller recruter des nègres, comme mon sort m’y désignait », écrivait Vieillard au Père O’Reilly252 La drôle de guerre se déroule dans les cantonnements ardennais. Vieillard l’Africain est caporal d’un groupe marocain. Le 11 novembre, il écrit : « Nous devions faire des fouilles, en novembre, avec Théodore Monod, afin de retrouver les vestiges des civilisations nègres disparues. Ici, nous retrouvons les vestiges d’une “civilisation” plus récente, celle de 14-18, c’est-à-dire des fusées et des éclats d’obus rouillés, lamentables ferrailles. » En février le sergent Vieillard est aux avant-postes, en avant de la Ligne Maginot. En mai, en permission, il apprend l’invasion de la Hollande. Revenu au front, les combats le mènent de la frontière sarroise dans le département de la Meuse. Sur une colline qui domine Chalaines il est atteint par une rafale au visage. Il meurt au même instant que huit de ses frères marocains. Au moment où Le Havre célébrait Archinard, Vieillard épousait les Peuls, ne prenant aucune place dans l’imaginaire de sa ville natale.

Fig. 12 – Gilbert Vieillard à Djenné en mars 1938

Fig. 13 – Carte de circulation d’un travailleur de l’usine Schneider

Notes

1 Cf. J. Meyer, « Des origines à 1763 », Histoire de la France coloniale, Paris, Armand Colin, 1990, vol. 1, p. 70-75 ; J. Legoy, Le peuple du Havre et son histoire, Fécamp, Éd. de L’Estuaire, 2002, vol. 1, p. 175-176 ; P. Barrey, Les Origines de la colonisation française aux Antilles, la Compagnie des Indes Occidentales, Le Havre, 1918 ; C. Vincent, « Origine du trafic sur les Antilles, évocation de Pierre Belain d’Esnambuc », Recueil de la SHED, 1984-1985, p. 23-37 ! J-Caulle, « Pierre Belain d’Esnam-buc, fondateur de la puissance française aux Antilles », Recueil de la SHED, 1932, p. 207-229.

2 Titre d’un compte rendu signé Laurent Cernières, d’un article sur Belain paru dans le Recueil de la SHED, de J. Caulle, Le Havre-Éclair, 3-11-1932.

3 Recueil de la SHED, 1932, p. 207-220.

4 Bull. ICH, juin 1938.

5 AMH, FC, K3-20, l.2.

6 ADSM, 1M557, propagande anticoloniale, document adressé à la préfecture de la Seine-Maritime par le ministère, le 13 mai 1936.

7 R. Maran, Les Pionniers de l’Empire, Paris, Albin Michel, 1946.

8 C. Malon, « Deux Havrais en Afrique : Louis Archinard et Gilbert Vieillard », Cahiers havrais de Recherche historique, no 58,2000, p. 135-147. Voir aussi : M. Cuttier, Armée coloniale, pouvoir politique et société civile en France, en Afrique occidentale à la fin du XIX siècle. Le cas de Louis Archinard, thèse d’histoire, université Paris I, J. Boulègue (dir.), 2005, dactyl.

9 Y. Person, Samory, une révolution dyula, Dakar, 1968, t. 2, p. 1068.

10 Il lui rend hommage le 15 mars 1930 dans une séance solennelle de la Société de l’Histoire des colonies françaises.

11 CAOM, 60 APC 1-Archinard. Abdoulaye Tall, étant fils d’Ahmadou le roi de Ségou, était donc le petit-fils d’El-Hadj-Omar Tall. Ses cendres furent transférées à Ségou le 7 avril 1995 à la demande de Mme Madina Ly-Tall.

12 « Le banquet Archinard », JDH, 9 et 10-08-1891.

13 Y. Saint-Martin, L’empire Toucouleur et la France, un demi-siècle de relations diplomatiques (1846-1893), Dakar, université de Dakar, 1967, p. 421. Archives du Sénégal, 15 G 76, chemise 2, Kayes, 30-05-1890.

14 « Le Comité des monuments Borgnis-Desbordes et Archinard au Soudan », Bull. ICH, juin 1932, p. 5.

15 J. Guillemard, Le Petit-Havre, 20-11-1942.

16 Fille de Kono Kamara, recueillie par Archinard, éduquée par la sœur du général au Havre, elle est morte en 1921.

17 A. Loir, Bulletin du muséum 1934, reproduit dans « Les grandes enquêtes du journal Le Havre », mai 1956.

18 Archives du muséum d’Histoire naturelle du Havre.

19 Œuvre de Moreau-Vauthier. Les souscripteurs : l’Armée coloniale, les Gouvernements coloniaux, le Comité régional havrais dirigé par Marc Simon, directeur de l’Institut colonial, la municipalité du Havre.

20 Signé : Laurent Cernières (archiviste et secrétaire de l’Association des Amis du VieuxHavre).

21 Les morts à l’extérieur de la ville n’ont pas été comptés. Cf. « Le Soudan en 1893, par M. le colonel Archinard », Bulletin de la Société de géographie commerciale du Havre, nov.-déc. 1894, P-357-

22 En particulier dans la brochure publiée à l’occasion de l’inauguration de la statue en 1934, Au général Louis Archinard, 1850-1932, pacificateur et colonisateur du Soudan français, Imprimerie du Journal du Havre.

23 Bull. ICH, juin 1932, p. 5.

24 Voir la délibération du conseil municipal, 15-02-1960, AMH.

25 « Nul progrès dans notre établissement sans que soient mis hors de notre route ces potentats esclavagistes et anéantis les deux empires d’usurpation d’Ahmadou et de Samory... campagnes mémorables » (A. Loir, Bulletin du muséum, 1934).

26 Cf. J. Legoy, Le peuple du Havre et son histoire, p. 194. Source : AMH, FC, I2, c7, liasse 2. Rapport sur la conférence donnée par Martinez à la salle de la Gaîté.

27 « Mis en cause par quelques-uns des orateurs », est-il écrit dans le Bulletin de la SGC du 2e trimestre 1897.

28 Rapports des commissaires sur les manifestations hostiles à la célébration du monument Archinard. ADSM, 2Z102. Rapports du 2 au 9 juillet 1934.

29 Fédération autonome des fonctionnaires, Union locale unitaire, parti socialiste, parti communiste, Jeunesses socialistes, Jeunesses communistes, Association républicaine des anciens combattants, Combattants de la Paix, Libre Pensée, Secours rouge international, Fédération sportive du travail, Comité des chômeurs du Havre et des environs, Comité de lutte contre la guerre et le fascisme, Groupe d’études sociales, Agents des PTT, Fédération générale des PTT, Comité de défense de l’Humanité, Groupe d’études-plans.

30 Dans sa séance du 18-02-1955, l’Académie des sciences coloniales, par la voix de J.L. Gheerbrandt parlait des « mémorables expéditions » et des « bienfaits légendaires » du général.

31 Macalou Fouty (commis radio), « L’expansion française au Soudan », Le Soudan français, 15-08-1950, p. 4.

32 Le Soudan français, 10-10-1952.

33 Cf. H. d’Almeida-Topor, L’Afrique au XXe siècle, Paris, Armand Colin, 1993, p. 228.

34 A.S. Kanya-Forstner, The conquest of the Western Sudan, a study in french military imperialism, Cambridge, Cambridge University press, 1969.

35 Y. Person, Samori, une révolution dyula, Dakar, IFAN, 1968. Après un examen minutieux des correspondances entre Archinard et les chefs africains, Yves Person écrit p. 1081 du tome 2 : « Comment Archinard n’a-t-il pas compris qu’il ruinait le peu de confiance que Samori gardait en la bonne foi de la France après la politique de Gallieni ? »

36 Cf. également C. Coquery-Vidrovitch, « Anthropologie politique et histoire de l’Afrique noire », Annales ESC, jan. 1969, p. 155.

37 H. d’Almeida-Topor, L’Afrique au XXe siècle, p. 49.

38 J. Ki-Zerbo, Histoire de l’Afrique noire, préface de Fernand Braudel, Paris, Hatier, 1972, p. 382 à 420.

39 A. Kourouma, Monné, outrages et défis, Paris, Seuil, 1998, p. 22-23.

40 A. Hampâté Bâ, Amkoullel, l’enfant Peul Mémoires, Arles, Actes Sud, 1991, p. 66.

41 J. Frémeaux, L’Afrique à l’ombre des épées. L’administration militaire française en Afrique blanche et noire (1830-1930), Paris, SHAT, 1995, p. 346-351.

42 « La Décoration d’inspiration Coloniale de la Nouvelle Gare du Havre », PdH, déc. 1931 (majuscules dans le texte).

43 Extrait d’un poème en 9 strophes de Jean Leduc, élève de l’École pratique coloniale en 1934-1935, bulletin Havre-Colonial, juif-sept. 1953, p. 23.

44 Coupures de presse locale, Archives du muséum d’Histoire naturelle du Havre.

45 Il obtient le grade d’officier en déc. 1949 (ADSM, Z2846).

46 LH, 25-05-1952.

47 Nemausus, nom latin de Nîmes, aurait été le nom d’un bois sacré au temps de l’occupation romaine.

48 Extrait de Marchés coloniaux, no 300, 11-08-1951, p. 2204.

49 RDCC, no 88, 3-03-1906 et 12-07-1907.

50 ADSM, 8M74.

51 Bulletin de l’EPC, mai-août 1922, p. 32-33.

52 JDH, 7-06-1931.

53 Compte rendu des Travaux de la chambre de commerce, 1937, p. 494-503, séance du 4-03-1937. Rapport d’Albert Charles au nom de la commission de l’Exposition.

54 RDCC, 17-02-1949. Rapport d’Albert Charles au nom de la commission des Colonies et des Douanes.

55 AMH, FC, c.45, liasse 6. Cf. également E. Dionis du Séjour, « Le Havre, port colonial », PdH, no 113, 24-12-1931, p. 5 à 11.

56 Le Havre-Éclair, 26-01-1937.

57 « Une exposition coloniale et maritime internationale au Havre en 1940 », Le Havre-Éclair, 5-02-1937.

58 Le rapport 1937 mentionne 1926 et 1922, le rapport 1949 dit 1923 et 1924 : ces dates sont erronées : les deux grandes expositions marseillaises datent de 1906 et 1922.

59 Le Havre-Éclair, 30-05-1937.

60 Trop tardive également, l’idée de construire un musée commercial du Havre, défendue en 1947 par Georges Priem. ADSM, 17, 40F.

61 Préface à l’étude de T. Nègre, directeur de l’École technique d’outre-mer, Le Havre, étude de géographie urbaine, Le Havre, Imprimerie Marcel Etaix, 1947.

62 Cf. J.-P. et N.-J. Chaline, Ph. Manneville, Histoire du Havre et de l’estuaire de la Seine, Toulouse, Privât, 1983, p. 180.

63 F.-J. Gay et Ph. Damais, Le Havre, aspects géographiques et sociologiques de la croissance urbaine, Le Havre, Centre universitaire havrais de sociologie, 1965, p. 16.

64 Cf. État des immeubles où logent les Marocains, ADSM, 4M366, 20-06-1917. Presque toutes les rues du triangle Saint-François sont concernées : Faidherbe, Grand Croissant, Dauphine, Crique, La Fontaine, d’Edreville.

65 Cf. J. Legoy, Le Peuple du Havre..., p. 289-290.

66 Témoignage de M. Duval, entreprise de couverture-plomberie qui occupe ces locaux depuis 1950.

67 « Une visite du Port autonome le 19 juin 1934 », Bulletin de l’Association des anciens élèves de l’École supérieure de commerce, 1935.

68 Préface à T. Nègre, Le Havre, étude de géographie urbaine, 1947, p. 9.

69 B. Ramé, « Pour une sociopoétique du portuaire », Cahiers de sociologie économique et culturelle, ethnopsychologie (Institut havrais de sociologie, revue internationale), no 30, déc. 1998, p. 101-120.

70 Cf. A. Leménorel, « La maritimité havraise entre imaginaire et réalité », Colloque Patrimoine maritime, Brest, 2000. Voir également G. Jacono, « Le Havre et son imaginaire maritime, de la mer fondatrice à la mer-alibi (1945-1998) », Des villes, des ports, la mer et les hommes, Ph. Manneville (dir.), Paris, CTHS, 2001, p. 241-256.

71 Annuaire Micaux, 1939.

72 A. Siegfried, Jules Siegfried (1837-1922), Paris, Firmin-Didot, 1942 ; A. Frémont, La Mémoire d’un port, Paris, Arléa, 1997.

73 AMH, 405 W, fonds Roger Le Marée. Notes manuscrites et dactylographiées concernant sa vie syndicale et politique rédigées en vue d’une autobiographie (période couverte 1914-1945).

74 Cf. G. Meynier, Histoire de la France coloniale, Paris, Armand Colin, 1990, vol. II, p. 189.

75 Réunion de la Commission permanente des Groupements d’action et de propagande coloniales. Compte rendu dans LH, 4-11-1932.

76 Ph. Manneville, « Le tour du monde d’un Havrais en 1883-1884 », Recueil de l’Association des amis du vieux Havre, no 34,1977, p. 19-32.

77 Dessolins, 1867, « Grandeur et décadence du Havre », BMH 2150.

78 M. Ferro, Histoire des colonisations, des conquêtes aux Indépendances, XIIe-XXe siècles, Paris, Seuil, 1994.

79 J. Meyer, Histoire du Havre..., p. 83-85.

80 AMH, discours de Bégouen, F2-10, cité par Sidy Abdoul Ba, La traite des Noirs et l’esclavage aux colonies, l’opinion des Havrais de 1789 à l’abolition révolutionnaire de l’esclavage, mémoire de maîtrise, université de Rouen, C. Mazauric (dir.), 1988, dactyl., p. 90.

81 Le Havre au jour le jour de 1778 à 1790, édition d’un manuscrit de Marie Le Masson Le Golft, présenté par Ph. Manneville, Société de l’Histoire de Normandie, ADSM, 1999, p. 190 sq.

82 L.-Ch. Jennings, « La presse havraise et l’esclavage », Revue historique, no 551, juil.-sept. 1984.

83 Le Havre au jour le jour..., p. 193.

84 « Le commerce maritime du Havre à la fin du XVIIIe siècle », Neptunia, no 36, 4e trimestre 1954, P-8-11.

85 Montesquieu, L’Esprit des Lois, Livre XV, Chap. V.

86 La Revue maritime, no 43, nov. 1949, p. 1470. Critique de L’Histoire de l’esclavage dans les colonies françaises de Gaston Martin.

87 Bulletin de l’Association des anciens élèves de l’École supérieure de commerce du Havre, janv. 1886, par Bertrand Houdet récent promu.

88 J. Legoy, Le Peuple du Havre..., p. 250-254.

89 Le rédacteur du Courrier du Havre, Gustave Cazavan, le 30-01-1858, cité par J. Legoy : « On obtiendra de moins bons résultats avec ces gens qui appartiennent à une civilisation décrépite qu’avec les nègres qui sont tout simplement des sauvages. »

90 Bulletin de l’Association des anciens élèves de l’École supérieure de commerce, oct. 1932, discours à l’occasion d’un punch de rentrée.

91 « La question coloniale », Recueil de la SHED, année 1896, t. 2, p. 181 à 308.

92 On pourrait objecter que le mot race doit être contextualisé, car il était à cette époque souvent synonyme de peuple. Mais la suite des propos de Barrey révèle que ce n’est pas si simple.

93 Cf. JO, Chambre des députés, débats parlementaires des 19 et 20-02-1906, p. 862 à 915.

94 Le Havre-Éclair, 1-10-1905.

95 Le Progrès, 7-10-1905. Hanriot reprend l’article de Rouanet dans L’Humanité sur la « barbarie coloniale ».

96 RDCC, no 108,7-06-1923, p. 42.

97 Laurent Cernières, « L’épopée », Le Havre-Éclair, 8-07-1934.

98 Le Progrès, 10-10-1908.

99 Sans préciser qu’il s’agit de l’entreprise havraise De Chanaud dont le bilan a été évoqué plus haut.

100 Préface à J. Teillac, Les bois de la Côte-d’Ivoire, leurs conditions d’exploitation et de vente, Paris, Éditions maritimes et coloniales, 1954, p. 4.

101 Truitard, administrateur en chef des colonies, au Banquet offert par l’Institut colonial à Gratien Candace, sous-secrétaire d’État aux Colonies, PdH, no 137,24-11-1932.

102 PdH, no 93, 16-07-1931.

103 Le Petit-Havre, 14-05-1909.

104 JDH, 28-04-1931.

105 Le Petit-Havre, 11-07-1931.

106 Présentation de G. Hanotaux, « L’Histoire des colonies françaises », PdH, no 151,8-06-1933.

107 Cf. Images et colonies 1880-1962, BDIC-ACHAC, Paris, La Découverte, 1993 qui contient une importante bibliographie et Négripub, l’image des Noirs dans la publicité, Paris, Somogy, 1992.

108 Cf. Négripub..., p. 80.

109 Cf. R. Barthes, « Rhétorique de l’image », Communications, no 4, 1964, p. 40-51.

110 R. Queneau, Un rude hiver, Paris, Gallimard (L’imaginaire), 1939, p. 9.

111 R. Barthes, Mythologies, Paris, Seuil, 1957, p. 66.

112 Les cafés coloniaux n’étaient pas généralement assez bons pour être consommés tels quels.

113 A. Maury, « Les collections ethnographiques du muséum du Havre », conférence faite à l’Institut havrais de sociologie économique et de psychologie des peuples le 21 mars 1947, bibliothèque du muséum du Havre.

114 C. Bonneuil, « Le muséum national d’histoire naturelle et l’expansion coloniale de la IIIe République (1870-1914) », RFHOM, no 322-323, t. 86 (1999), p. 143-170.

115 Cf. les biographies de Lesueur par Philippe Manneville dans les Annales du muséum de fév. 1979 et dans le Recueil de l’Association des Amis du vieux Havre, no 44,1977, et les nombreux travaux de Jacqueline Bonnemains, conservateur de la collection Lesueur.

116 Cf. Mon voyage aux Terres Australes, journal personnel du commandant Baudin, illustré par Lesueur et Petit, texte établi par J. Bonnemains, Paris, Imprimerie nationale, 2000.

117 AMH, FC, K3, carton 23, dossiers de Légion d’honneur.

118 É. Peau, Annuaire mondain de la Société havraise, 1930.

119 JDH, 1er et 8-07-1895. Louis Le Mescam était arrivé en Nouvelle-Calédonie en 1873, appuyé par Félix Faure, il avait participé à la fondation des hauts-fourneaux de la Pointe-Chaleix. Cf. Journal de la Société des océanistes, t. XXII, déc. 1966, musée de l’Homme, « Collections océaniennes du muséum d’histoire naturelle du Havre », p. 77-93.

120 AMH, FC, R2, C4, L. 9, Remerciements au président de la République, 27-09-1897.

121 Neveu de Benjamin Delessert, le banquier qui l’incita à faire en 1844 et 1845 un voyage dans le Pacifique.

122 G. Lennier, Notes d’ethnographie océanienne. Description de la collection ethnographique océanienne qu’a offerte à la ville du Havre M. Le Mescam, négociant à Nouméa, Imprimerie du journal Le Havre, 1896, p. 15 (Archives du muséum du Havre).

123 Michel Delaroche (1775-1852) est l’ancêtre de nombreux négociants havrais.

124 Hommage d’Adrien Loir au général Archinard, Bulletin de la Société géologique de Normandie, no 6, juin 1932.

125 A. Weiler reçoit en décembre 1932 la distinction coloniale de Chevalier du Nichan El Anouar. M. Morguet, proviseur du même lycée et plus tard membre du Comité de propagande coloniale, membre d’honneur de la Société géologique de Normandie, est nommé officier de l’Étoile Noire du Bénin. (Bulletin de la SGN, no 12, déc. 1932).

126 Gaston Farineaux est inspecteur des douanes. Il a fait de nombreuses tournées dans l’extrême-sud tunisien, été en contact avec les Touareg de l’Adr’ar. Il prononce une conférence en 1931 sur « la mission scientifique transsaharienne des Cargos du désert », une autre en 1932 sur les Touareg de l’Adr’ar. Il est nommé Commandeur du Nicham Iftikhar en octobre 1933.

127 Le Bull. ICH a publié en 1932 deux devoirs d’élèves, celui d’Odette Jamet, et celui de Jean Rontein élève de seconde.

128 L’exotisme n’existait-il pas sur les deux rives ? Sow Ndeye est âgée de douze ans lors de l’indépendance du Sénégal. « Elle se rappelle également les Gaulois, leur pays vert et feuillu, aux quatre saisons bien ponctuées, pas comme au Sénégal. Ce temps passé, rafraîchissant et merveilleux, elle l’imagine sous le soleil de la Provence : Au Pays Bleu a été son premier livre de lecture, dont les images interfèrent avec le passé gréco-romain. » (M. Ferro, Comment on raconte l’histoire aux enfants, Paris, Payot, 1992, p. 39).

129 R. Lefèvre, « Le cinéma colonial », in Images et colonies..., p. 170-173.

130 Appréciation portée par Roger Boussinot dans son Encyclopédie du Cinéma sur L’Appel du Silence de Léon Poirié qui met en scène Charles de Foucault.

131 Les Havrais purent voir également les classiques britanniques : Les quatre plumes blanches (1939), Bozambo (1935, avec le chanteur noir Paul Roberson).

132 Le 4 juin 1952, Pierre Deloncle présenta au Petit-Théâtre deux films 16 mm, au cours d’une soirée intitulée « Savorgnan de Brazza, le marin au grand cœur ».

133 Cf. S. Fauchereau, Braque, Paris, Albin Michel, 1987.

134 Dépliant de l’Exposition Hommage à Jacques Simon, 1875-1965, jan. 1996, Galerie Éric Baudet, Le Havre.

135 Le Petit-Havre, 22-12-1927.

136 D. Rivet, « L’âge d’or de l’orientalisme », L’Histoire, no 108, fév. 1988, p. 10-16.

137 Sidi Mohammed Ben Youssef, Mohammed V, futur père de l’Indépendance, père d’Hassan II et grand-père du roi Mohammed VI.

138 À noter que lors de l’inauguration de la statue d’Archinard, le soleil d’Afrique a aussi brillé au Havre : « Un soleil africain a inondé de lumière cette fête de la reconnaissance... », Le Havre-Éclair, 1-07-1934.

139 Henri Noguès, Résident général de sept. 1936 à juin 1943.

140 Cf. B. Lugan, Histoire du Maroc, des origines à nos jours, Paris, Perrin – Critérion, 2000, p. 272.

141 A. Césaire, Discours sur le colonialisme, Paris, Présence Africaine, 1955, p. 9.

142 ADSM, 4M687. Le sous-préfet du Havre, après enquête, écrit le 11 novembre 1912 : « Il ne m’a été signalé, comme ayant résidé dans mon arrondissement qu’un seul Algérien, originaire d’Oran, qui a travaillé à l’usine Westinghouse au Havre, en qualité de manœuvre. »

143 Chiffres variables selon les sources, écrit J. Barzman (Dockers, métallos, ménagères. Mouvements sociaux et cultures militantes au Havre, 1912-1923, Mont-Saint-Aignan, Publications des universités de Rouen et du Havre, 1997, p. 102) AN F14.11-336.

144 Les Tréfileries et Laminoirs affirment employer 400 coloniaux en 1917,700 en 1920 (lettre du 21 juif, dossiers de police, ADSM, 2Z55).

145 Usine Dubosc. Elle emploie entre autres 40 Marocains en 1920 (ADSM, 2Z55).

146 Cf. S. Sirot, « Les conditions de travail et les grèves des ouvriers coloniaux à Paris des lendemains de la première guerre mondiale à la veille du Front populaire », Revue française d’Histoire d’outre-mer, no 311, t. 83,1996, p. 65-92.

147 J. Postaire, Le Havre et sa région pendant la guerre de 1914-1918, mémoire de maîtrise, université de Rouen, J. Vidalenc (dir.), 1970, dactyl. Les Chinois au sens strict, nombreux dans l’usine d’armement Schneider à Harfleur, étaient cantonnés sur la commune de Gonfreville, sous la responsabilité de l’armée britannique.

148 AMH, FC, F2, carton 14, liasse 8. Lettre du 2-08-1920.

149 É. Augustyn-James, Les travailleurs algériens, marocains et tunisiens au Havre de 1914 à 1920, mémoire de maîtrise, université du Havre, J. Barzman (dir.), 2000, dactyl.

150 RDCC, no 100. Rapport Mandeix, salaires des ouvriers coloniaux du port, 3-06-1919.

151 Lettre des Tréfileries, ADSM, 2Z 25.

152 ADSM, 11R199. Rapports d’officiers à l’État-major de la 3e région.

153 Comme l’indique une recommandation du ministre en mars 1918. Celui-ci prévient le commandement de la Place afin que ne se produisent pas des actes de violence contre les travailleurs coloniaux et chinois qui « prêtent leur concours à l’œuvre de Défense nationale ». Certains ont été molestés par des civils ou des permissionnaires dans d’autres régions. ADSM, 11R199. Courrier du 6 mars 1918.

154 ADSM, 11R235. Ils sont 380 chez Schneider, 150 aux Forges et Chantiers de la Méditerranée, 145 chez Augustin-Normand, 75 aux travaux du port.

155 Correspondance, déc. 1918, ADSM, 11R235.

156 Lettre à l’amiral Didelot, 7-01-1919. ADSM, 11R235.

157 Rappel des événements dans Le Petit-Havre, 22-01-1920.

158 Liste des blessés admis à l’hôpital du Havre et des morts, dans le rapport du commissaire, 19-06-1917. ADSM, 2Z25.

159 Le 26 juin 1917, le contre-amiral Didelot, gouverneur de la Place du Havre, demande la mise en baraquements de tous les Marocains libres travaillant aux Tréfileries, chez Schneider, chez Bassot et sur le port. É. Augustyn-James, Les travailleurs algériens, marocains..., p. 78.

160 R. Queneau, « Le café de la France », in Contes et propos, Paris, Gallimard (NRF), 1981, p. 149.

161 AMH, délibérations du conseil municipal, 10-10-1919.

162 Le Petit-Havre, 22-01-1920.

163 Mme B. 8 mars 1920. ADSM, 2Z25.

164 Le maire au sous-préfet, 23-01-1920, ADSM, 2Z25. L’ironie de l’Histoire veut que, à quelques mois de distance, Léon Meyer organise le ravitaillement de la population havraise par l’importation de bœufs marocains.

165 Le maire au sous-préfet, 15-07-1920, ADSM, 2Z25. De plus la concurrence sur le marché du travail s’est accrue avec la présence de 5000 prisonniers de guerre.

166 Lettre citée et reproduite par É. Augustyn-James, Les travailleurs algériens, marocains... Source : ADSM, 11R214, 4-06-1919.

167 Le commissaire au sous-préfet, 22-01-1920.

168 Le Petit-Havre, 24-01-1920.

169 En 1917, un brassard vert garni d’un écusson portant le cachet du BAI devait être porté par les Marocains « libres » à la suite des incidents, leurs papiers leur ayant été retirés. É. Augustyn-James, Les travailleurs algériens, marocains..., p. 78.

170 J. Barzman, Dockers, métallos, ménagères..., p. 222-223. Lettre de remerciement du SGOP à L. Meyer dans Démocratie havraise, 31-01-1920.

171 Henri Quesnel (1883-1966) militant syndicaliste libertaire, secrétaire de l’UL-CGTU du Havre de juin 1922 à juin 1923 et de l’UL-CGT à la Libération ; cf. Le Libertaire, Histoire méconnue et oubliée du syndicalisme havrais, 1907-1939, no hors-série, 1997.

172 AMH, FC, F2, c. 14, liasse 8. Correspondance municipale et enquêtes sur la main-d’œuvre.

173 É. Augustyn-James, Les travailleurs algériens, marocains... d’après un rapport du BAI, ADSM, 11R238, 1917.

174 É. Augustyn-James, Les travailleurs algériens, marocains..., p. 67. Le commissaire de Graville au contre-amiral Didelot, 21-05-1917.

175 AMH, F2, C14. Rapport de l’inspecteur départemental du travail, Magnier, au maire le 12-08-1920. Au Havre, 1177 ouvriers étrangers travaillent dans 18 établissements industriels. 226 Belges, 317 Chinois, 302 Espagnols, 45 Italiens, 25 Polonais et 268 autres de « nationalités diverses » contre 15 871 ouvriers français. NB : Le Havre compte 163 000 habitants en 1921.

176 ADSM, 2Z39, 1931.

177 J. Barzman, Dockers, métallos, ménagères..., p. 174.

178 Ibid., p. 226, source: AN F22-138.

179 Le commissaire au directeur de la Sûreté générale, 7-01-1932, ADSM, 2Z55.

180 J. Barzman, Les Dockers du Havre, de la brouette au portique (XIXe-XXe siècles), thèse d’habilitation, 2000, dactyl., p. 311.

181 Ibid., p. 341, d’après AMH, FC-F7.

182 De 1962 à 1986. Entretien avec Lucien Noient, Le Havre, 15-05-2000.

183 A. Nicollet, Femmes d’Afrique noire en France. La vie partagée, Paris, L’Harmattan, 1992.

184 Albert Nicollet cite des estimations ponctuelles du nombre d’Africains au début des années 1960 : 7000 à 8000 à Marseille, 1500 à Bordeaux, 900 au Havre et à Rouen, 300 à Lille.

185 T. Nègre, Le Havre. Étude de géographie urbaine..., p. 72.

186 On trouve une manifestation d’internationalisme dans le journal de cellule communiste des Tréfileries et Laminoirs du Havre d’octobre 1927. : « À faire lire aux travailleurs coloniaux et étrangers ! Plus que vos camarades français vous êtes exploités, vous êtes mal payés. Sachant que vous ne pouvez rien dire les Patrons profitent, aux Tréfileries. Les plus sales travaux sont pour vous, les menaces d’expulsion sont toujours suspendues au-dessus de vos têtes, chaque jour des ouvriers étrangers sont reconduits à la frontière sans motif valable ; les journaux étrangers sont poursuivis, les militants emprisonnés pour avoir commis le crime de dire leur pensée. Il faut que cela cesse, le parti communiste peut vous aider à sortir de là... » ADSM, 2Z39.

187 ADSM, 60W19, service départemental de la main-d’œuvre. Ces chiffres sont très faibles : Tréfileries : 18, Roussel (manutention) : 14, Worms : 10, Chardine : 13, Nickel : 3, Docks et Entrepôts : 2, etc.

188 Étude de novembre 1950, rapport du commissaire central au préfet, 26-03-1952, ADSM, Z2853.

189 Comparaison schématique entre les chiffres donnés par les Renseignements généraux (ADSM, série Z) pour Le Havre et, pour Marseille : É. Témime, « Les Algériens à Marseille pendant la guerre d’indépendance », in C.-R. Ageron, La Guerre d’Algérie au miroir des décolonisations françaises, Paris, SFHOM, 2000, p. 459-460.

190 ADSM, Z2705. Renseignements généraux. Note du 29-06-1956.

191 ADSM, Z2751. Note du préfet au ministre de l’Intérieur, le 20-10-1953. 3800 Algériens sont alors domiciliés en Seine-Inférieure.

192 En 1956 (Z 2705). En 1957,840 dans le bâtiment ce qui représente 10,3 % du total des ouvriers de ce secteur (ADSM, 1881W165) ce qui donne sa juste place au rôle des Nord-Africains dans la reconstruction du Havre.

193 ADSM, 2Z2751. Note du contrôleur social de la main-d’œuvre nord-africaine au directeur départemental du Travail, 29-02-1952.

194 Calcul d’après un rapport du 30-11-1957, ADSM, 1881W165.

195 Au recensement de 1962, les « musulmans Algériens » ne sont plus que 1029 dans la commune (pour 184 181 habitants) et 1107 dans l’agglomération (INSEE, Observatoire Population et Habitat). On compte alors 243 femmes pour 786 hommes.

196 ADSM, Z48-255. MONA, 5-01-1961.

197 ADSM, Z2752. Mission au Havre, 19 avril 1958 de deux commissaires de police.

198 En 1962 l’Amitié, dirigée par Mlle Nadine Huet, affiche 70 membres actifs. Elle aide 132 familles et 398 enfants (Z 2853). Son siège se situe 17 rue des Galions.

199 L’Amitié « est une association privée entretenant des relations confiantes avec les pouvoirs publics », note du préfet, mai 1956 (ADSM, Z2752).

200 Organisation nationale pour le Cantonnement ouvrier de la Reconstruction.

201 ADSM, Z2751.

202 Hors des foyers Oncor en chambres de 9 à 12 lits, qui abritent 400 ouvriers, des Nord-Africains sont logés dans des baraquements d’entreprise, aux Tréfileries, au Nickel, chez Desquenne et Giral, ou à l’armée du Salut ou chez des hôteliers nord-africains ainsi que dans les cités : Cité Chauvin 500 personnes, les Neiges 400 personnes en 1956.200 travailleurs sont dispersés en ville (ADSM, 2705, note du 29-06-1956). Le rapport moral de l’Amitié le 24 juin 1961 parle de l’entassement des familles et de l’hygiène catastrophique dans les rues Cuvier (aux Neiges), rues Marmiesse, Élysée Reclus et à la Cité Chauvin (ADSM, Z2853).

203 130 places sont disponibles en 1958 et le déficit s’élève dès 1955 à 130 000 F par mois.

204 Société nationale de Construction de logements pour les Travailleurs originaires d’Algérie. SA d’économie mixte créée par la loi du 4 août 1956. Le premier foyer fut construit boulevard de Graville (ADSM, Z2853). Sur la Sonacotral et « le traitement social de la guerre en métropole », voir V. Viet, La France immigrée, construction d’une politique, 1914-1997, Paris, Fayard, 1998, p. 204 sq.

205 Tristan Lecoq, adjoint à la Culture dans la municipalité élue en 1995, recommande de relire André Siegfried dans son Tableau politique de la France de l’Ouest en 1913 : « C’est ainsi que le rayonnement du Havre, ville maritime, commerciale et cosmopolite, s’arrête à quelques kilomètres de son octroi » (Une ville-au-monde, Le Havre, volonté et modernité, G. de La Porte (dir.), Le Havre, Éd. de La Galerne, 1992, p. 314).

206 J. Meyer, Histoire du Havre..., p. 199.

207 3055 étrangers pour 164 000 selon l’enquête municipale de 1936, soit 1,9 %.

208 6,1 % pour la ville, 4 % pour la région havraise contre 6,8 % pour la France en 1982. Voir Atlas du Havre et de sa région, Observatoire Population et Habitat, p. 41.5, 4 % en 1990 et 4,3 % en 1999 contre 7,4 % au niveau national (Observatoire Population et Habitat, Le Havre, 2001, doc. dactyl).

209 Cf. Histoire de la France urbaine, G. Duby (dir.), Paris, Seuil, 1983, vol. 4, p. 296-299.

210 M. Roncayolo, L’imaginaire de Marseille, port, ville, pôle, Marseille, Éd. Chambre de commerce et d’industrie de Marseille-Provence (Histoire du commerce et de l’industrie de Marseille, XIXe et XXe siècles), 1990, p. 180. Le cosmopolitisme de Marseille est magnifiquement décrit dans le livre d’Albert Londres : Marseille, porte du Sud [1927], Paris, Le Serpent à Plumes, 1995. Gaston Rambert, dans sa thèse en 1934 (Marseille, la formation d’une grande cité moderne), « rappelle qu’en l’année 1931, on comptait 25 % d’étrangers à Marseille en moyenne et 30 % dans le premier canton (la vieille ville) ».

211 RDCC, no 72,20-03-1891 et 3-04-1891.

212 Joannès Couvert écrit aux autres chambres de commerce pour demander les rapports ! (cf. Bull. SGC, 1893, AG du 20-01-1892).

213 RDCC, no 77,24-04-1896.

214 Bull. SGC, mai-juin 1894,10e anniversaire de la Société de géographie commerciale du Havre, p. 191.

215 RDCC, no 89,17-10-1918.

216 L’un des rares notables qui ait « fait ses classes » aux colonies est André Mandeix, président de la chambre de commerce en 1919 et responsable du ravitaillement au Havre en 1914-1918, qui avait représenté la maison Ambaud (rhums), aux Antilles au début du siècle.

217 Il faut cependant signaler que le directeur et le sous-directeur de la Compagnie française des Tramways à Saigon étaient deux Havrais, André et Jacques Lecadre, fils de Louise Cauvin et d’Arthur Lecadre (cf. Acte notarié Théret, 21-03-1899, ADSM, 2E66).

218 Négociant en produits alimentaires.

219 C’est le cas de M. J. Traumann, en Côte-d’Ivoire en 1970 (témoignage de l’intéressé).

220 C’est le cas d’Albert Charles. Témoignage de M. G. Héron, son secrétaire général de 1962 à 1972.

221 Témoignage de M. Jean-Pierre Binet, 7-06-2000.

222 « Les trafics coloniaux du port de Marseille », Journal de la Marine marchande, 6-01-1949.

223 AMH, FC. F2-C. 24,1.10, Colonisation, Renseignements, 1905-1924, 46 pièces ; demandes Berson, Feuillebis, Lefèvre, Coumont, etc.

224 Circulaire du 25-04-1884 rappelée dans la lettre du ministre au préfet, confidentielle, du 21-12-1887, ADSM, 4M865.

225 Décompte fait à partir des dossiers complets uniquement, ADSM, 4M865.

226 E. Preschez (docteur en droit, avoué), Rapport sur le Congrès national des Sociétés françaises de géographie, Alger, 1899 - Le Havre, 1899.

227 RDCC, no 116,3-04-1930. Compte rendu du congrès. L’entreprise Caillard fabrique et exporte des engins de levage vers les colonies.

228 Négociant en rhums, président de l’association des anciens élèves de l’ESC. Bulletin de l’Association des anciens élèves de l’ESC, oct. 1906.

229 Examen des listes publiées dans le Bulletin de l’Association des anciens élèves de l’ESC, archives de l’ESC.

230 Havre-Colonial, no 42-43, juil.-déc. 1954, p. 9-11.

231 Annuaire du ministère des Colonies 1938-1939.

232 CAOM, EE II/6512. Né le 6-09-1909. Élève administrateur le 22-10-1934, administrateur-adjoint le 1-11-1935, administrateur de 1er classe le 10-11-1948. Il est le neveu de l’amiral Georges Durand-Viel, qui fut notamment : vice-président de la Compagnie universelle du Canal maritime de Suez, administrateur des Chantiers et Ateliers Augustin-Normand. Cf. ADSM, 2Z109.

233 Pour une version plus complète de sa biographie, voir C. Malon, « Gilbert Vieillard administrateur et ethnologue en Afrique occidentale ^926-1939) », Cahiers de sociologie économique et culturelle. Ethnopsychologie, no 33, juin 2000, p. 107-132.

234 Cf. P. O’Reilly, Mon ami Gilbert l’Africain, Dijon, Darantière, 1942, hors-commerce.

235 R. Delavignette, préface à P. O’Reilly, Mon ami Gilbert l’Africain, p. 12.

236 Lettre à sa mère de Say, 4-12-1926 ; P. O’Reilly, Mon ami Gilbert l’Africain, p. 77.

237 G. Vieillard, « Coutumier du Cercle de Zinder », in Coutumiers juridiques de l’AOF, t. III, Mauritanie, Niger, Côte-d’Ivoire, Dahomey, Guinée, Paris, Larose, 1939.

238 G. Vieillard, Notes sur l’exode Toucouleur, 1934, publié dans Cahiers d’études africaines, mai 1960, P-193-197-

239 On trouve par exemple un poème intitulé « Sur notre triste époque : contre la domination française » dans le cahier 65 du Fonds Vieillard à Dakar. Dans le cahier 66, un poème intitulé « Louange à la domination française », de 115 vers n’est pas dénué d’ambiguïté.

240 « Notes sur les Peuls du Fouta Djallon », Bull, de l’Institut français d’Afrique noire, no 1, 1940, p. 171.

241 CAOM, EE II/3704, 27-09-1938, dossier Gilbert Vieillard, sur dérogation.

242 CAOM, EE II/3704, 29-08-1939.

243 Notes sur les coutumes des Peuls au Fouta-Djallon, Paris, Larose, 1939.

244 Par exemple, en 1937, Louis Tauxier (ancien administrateur des colonies), Mœurs et Histoire des Peuls, Paris, Payot et plus récemment, M. Dupire, Organisation sociale des Peuls, Paris, Plon, 1970. J. Gallais, « Les Peuls en question », Revue de Psychologie des Peuples, no 3, 1969, p. 231, 251.

245 Aly Gilbert Iffono, Lexique historique de la Guinée-Konakry, Paris, L’Harmattan, 1992.

246 Amadou Hampâté Bâ est né vers 1900 à Bandiagara et mort le 15 mai 1991 à Abidjan. Voir Amkoullel l’Enfant Peul... et Oui mon Commandant !, Mémoires 2, Arles, Actes Sud, 1994.

247 Extrait d’un livre-questionnaire non publié, réalisé par un vieil ami d’Hampâté Bâ. Aimablement communiqué par Mme Hélène Heckmann.

248 Lettre de Mme Hélène Heckmann à l’auteur, 19-11-2000.

249 Cf. H. Heckmann, Oui mon Commandant !..., annexe p. 396.

250 Lettre de Théodore Monod à Claude Malon, Paris, le 23-07-1996.

251 T. Monod, L’Émeraude des Garamantes. Souvenirs d’un Saharien, Paris, L’Harmattan, 1984, p. 32.

252 19-10-1939. Mon ami Gilbert l’Africain..., p. 118.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – Le stand de l’Institut colonial du Havre à la Xe foire du Havre
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7198/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Légende Fig. 2 – Le Temple du Bois présenté au Havre et à Lyon en 1951
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7198/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Légende Fig. 3 – Maison Loisel, 16-17 rue Franklin, démolie en 1999
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7198/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Légende Fig. 4 – Comptoirs Dufay et Gigandet, 50 rue Jules Le Cesne, démolis en 1999
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7198/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Légende Fig. 5 – Localisation par rues des sièges et agences d’entreprises coloniales au cours de la période (à l’exclusion des localisations isolées. NB : certaines sociétés figurent successivement à plusieurs adresses) (d’après le répertoire des entreprises coloniales, in C. Malon, Le Flavre colonial de 1880 à 1960, thèse, Paris IV, D. Barjot (dir.), 2001, dactyl., vol. 5)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7198/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Légende Fig. 6-Le modèle havrais de la ville négociante et coloniale
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7198/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende Fig.7-Plan type d’une maison de négoce dans le centre-ville
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7198/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Fig. 8 - Les chefs africains en visite au Havre au terre-plein des bois coloniaux
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7198/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Légende Fig. 9 – Marque déposée par Paul Beaucamp
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7198/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Légende Fig. 10-Tract du Comité de la Grande France diffusé par l’Institut colonial du Havre en 1930
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7198/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Légende Fig. 11 - L’arrêté Rouvier
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7198/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 368k
Légende Fig. 12 – Gilbert Vieillard à Djenné en mars 1938
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7198/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Légende Fig. 13 – Carte de circulation d’un travailleur de l’usine Schneider
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7198/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 371k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search