Version classiqueVersion mobile

Le Havre colonial de 1880 à 1960

 | 
Claude Malon

IIIe partie. Les chemins de l’idée coloniale

Chapitre 8. La construction d’une identité coloniale

Texte intégral

  • 1 « Le budget des colonies pour 1897 », Bulletin du Comité de l’Afrique française, rapport de J. Sieg (...)

1Ainsi parlait Jules Siegfried en 18971. Mais cet aveu de foi coloniale, et le volontarisme qui l’accompagne, étaient-ils partagés par ses administrés ou ses électeurs ? Le colonisme des élites havraises fut à ses débuts, assez prudent. Entre l’acceptation consensuelle du fait colonial, de la conquête, de cette plus grande France et la revendication identitaire d’un Havre impérial, la nuance était grande. Entre la force du réseau, précédemment décrite, et l’hégémonie totale de l’idée coloniale sur les esprits les plus enclins à l’admettre, il n’y a pas d’automatisme. Il fallut plusieurs décennies avant qu’une partie significative de la communauté, du moins celle qui avait la parole, se représentât elle-même comme un port colonial. Les expériences de l’échange avec les colonies ont successivement freiné, puis stimulé cette identité coloniale, jusqu’au comportement autarciste des milieux d’affaires au moment de l’apogée de l’Empire.

Un colonisme consensuel mais prudent

2Durant quarante années, la constitution du nouvel empire colonial et sa consolidation attirent la sympathie des négociants, marins et publicistes. Mais ce soutien est prudent et mesuré si l’on en juge par quelques réticences à l’égard des comités coloniaux.

Le succès apparent de l’idée de conquête

3Bien moins enclins à s’exporter individuellement que les Bordelais ou les Marseillais, les Havrais de l’élite sont malgré tout attentifs à la présence française outre-mer, et la presse locale d’information et d’opinion les accompagne dans le soutien à la conquête.

L’avancée du drapeau tricolore au Tonkin, au Soudan, à Madagascar

  • 2 Cité par J. Legoy, Le Peuple du Havre et son Histoire, 1800-1914. La vie politique et sociale, Féca (...)

4Dans le journal le plus conservateur de l’éventail local, le Courrier du Havre, on ne trouve pas de critique anticoloniste d’expéditions onéreuses. Bien au contraire, le 13 juin 1882, à propos de l’expédition du Tonkin, il écrit : « On applaudira vivement chez nous au succès d’une expédition propre à relever le prestige de la France dans un pays regardé à bon droit comme non seulement le grenier d’abondance de l’empire d’Annam, mais encore considéré comme très sain et contenant des mines de charbon inépuisables, de bois de construction et de minerais de toute nature. »2 Des prières sont organisées dans toutes les églises « pour le succès de nos armes au Tonkin et pour les soldats morts pour la défense du drapeau national en Extrême-Orient ». La presse républicaine elle aussi, publiant des lettres de soldats, légitime les opérations. Un jeune Havrais écrit à ses parents, de Phu Long Thuang, le 8 janvier 1885, cette lettre publiée le 6 mars par le Journal du Havre :

Chers parents, probablement, d’ici cinq à six jours, nous irons rejoindre le général Négrier pour aller prendre la ville de Lang-Son, une des plus importantes du Tonkin [...] Le pays est magnifique de végétation. On ne voit que de la verdure. On y mange à très bon marché, car on paye un coq ou une poule de 15 à 20 sous et un canard de 6 à 10. Vous voyez que nous pouvons nous faire une cuisine assez bonne. Il ne manque que le vin qui coûte 1 F 50 le litre.
Votre neveu, G. Tasserie, 1er régiment de tirailleurs algériens, 3e bataillon, 1er compagnie de marche du Tonkin

  • 3 Les steamers Caroline, California, Entre Rios, Rio Negro, Uruguay, Paraguay, pour Tananarive, les 2 (...)
  • 4 JO des 22 et 26-11-1894. Le projet fut voté par 372 voix contre 135. Les deux députés du Havre ont (...)
  • 5 JO, Débats parlementaires, 26-11-1894, p. 2160.

5Plus tard, au moment où les « opérations d’occupation du Tonkin paraissent bien lentes à l’opinion et aux parlementaires », et même après le règlement de compte à l’Assemblée qui conduit Ferry à démissionner après l’affaire de Lang-Son, rien ne semble, dans la presse havraise, contredire le consensus qui veut que la France reste au Tonkin. Le Courrier du Havre reçoit des souscriptions pour les blessés, les négociants cotisent, ainsi que les employés de commerce. Le Havre embarque du matériel de guerre pour le Tonkin. Le vapeur Canada rejoint ainsi la colonie après avoir embarqué 382 tirailleurs à Alger. La mobilisation de navires attachés au Havre pour les expéditions coloniales ne semble soulever aucune objection, dans la presse du moins. Assez discrètement il est vrai, elle est reléguée dans les nouvelles maritimes. On y apprend par exemple qu’en mars et avril 1895, six navires des Chargeurs réunis ont été réquisitionnés par le ministre de la Marine, pour le transport de troupes et de matériel vers Madagascar3. Le très emblématique Ville de Maranhao, qui avait ouvert la ligne régulière africaine du Havre, se dirigera à cet effet vers Majunga après escale et chargement à Dakar. Le 26 novembre 1894, Félix Faure et Jules Siegfried votent tous deux le crédit de 65 millions ouvert au ministère de la Guerre et au ministère de la Marine : il est vrai que depuis mai 1894, le ministre de la Marine est Félix Faure lui-même4. Malgré les plaidoyers de Vigné d’Octon, Gaston Doumergue ou Pelletan, l’expédition sera décidée et le ministre de la Marine devra préparer le terrain. Faure est bien placé : il est en contact avec Augustin-Normand qui fabrique les 200 torpilleurs nécessaires. La qualité du travail du constructeur est soulignée à l’Assemblée5.

  • 6 Courrier du Havre, 5-01-1895. La rencontre avec Mgr Fara a eu lieu à Grenoble. Article signé : d’En (...)
  • 7 Ibid.
  • 8 J. Brenier, Courrier du Havre, 5-03-1895, qui dénonce « le rachat pour 1,8 MF des Docks d’Haiphong (...)

6Bien qu’aucune occasion ne soit négligée dans le Courrier de critiquer un gouvernement républicain, il n’y a pas d’opposition à la mise en œuvre de la conquête. Bien au contraire, surtout quand il s’agit de damer le pion aux voisins d’outre-Manche. Un journaliste rencontre l’évêque de Tananarive. C’est l’occasion d’affirmer que Madagascar est « une sphère d’influence magnifique » contre les Anglais6. Si une « fâcheuse affaire des transports pour Madagascar » est dénoncée le 7 février 1895, c’est parce que l’on juge scandaleux le recours à l’étranger pour le transport du matériel de guerre. Le journal dit connaître les propositions chiffrées des maisons havraises qui ont été écartées par le gouvernement, comme la maison Grosos, au profit des Anglais. Le journal fait état de dépêches, la plupart du temps de seconde main, encourageantes pour le bon déroulement de la conquête : « Chez les Noirs de la côte et de l’intérieur, qui détestent les Hovas comme la peste, la nouvelle de la guerre a causé une joie, un enthousiasme qui tiennent du délire. »7 La politique coloniale n’est pas contestée sur le fond, elle est seulement jugée incohérente par le patron du journal, à cause d’adjudications et de marchés jugés scandaleux, qui l’amènent à conclure, rejoignant le consensus des milieux d’affaires locaux : « Il y a lieu de s’occuper de l’organisation de nos colonies, du règlement des monopoles et de la constitution des Compagnies coloniales. »8 Cela signifie que ces dernières bénéficient de solides partisans chez les catholiques conservateurs autant que chez les protestants républicains.

  • 9 JDH, 10-08-1891, à la une : « Le banquet Archinard ».

7La visite du lieutenant-colonel Archinard au Havre, entre deux campagnes au Soudan, est l’occasion pour Joannès Couvert, membre de la chambre de commerce et de la Société de géographie commerciale, de souligner que « peu de questions ont autant préoccupé l’esprit public que celles de l’expansion extérieure de la France et ses entreprises coloniales » ajoutant que « les critiques, dont notre esprit national est si fertile, n’ont pas porté sur la colonisation du Sénégal et du Soudan »9. Pourtant la presse locale de l’année 1891 n’abonde pas en nouvelles du front, et si les propos sont à l’occasion très emphatiques, la formulation, au cours de la même cérémonie, de Paul Nicole, Havrais présidant le Syndicat du Soudan français à Paris, est peut-être plus conforme à l’attitude véritable de l’opinion face à ces campagnes militaires : « Aussi n’a-t-on jamais cessé, dans la métropole de suivre avec intérêt et avec sympathie, la marche en avant du drapeau tricolore. »

Sentiment national, célébration du sacrifice et mythe du Nil français

8La défaite de 1871, l’un des ferments idéologiques de l’expansion française comme compensation aux pertes subies par le territoire national, a-t-elle joué un rôle important dans une ville portuaire dont les relations avec l’Alsace étaient solides et anciennes ? Le terreau était d’autant plus favorable que Le Havre avait résisté à l’invasion, ce qui alimentait un patriotisme local. Le boulevard Impérial, de la gare à la mer, n’était-il pas devenu le boulevard de Strasbourg ? Le directeur de l’École nationale de la France d’outre-mer expliquait ainsi la foi coloniale d’un acteur central du mouvement colonial havrais, Charles-Auguste Marande, contraint avec les siens à l’âge de douze ans de quitter l’Alsace pour se réfugier au Havre :

  • 10 Allocution de Gourdon, représentant le ministre des Colonies, hommage à Charles-Auguste Marande, Li (...)

Son âme ardente dut comprendre quelle atteinte la défaite portait à la Nation et son esprit énergique lui fit concevoir que la France ne pouvait retrouver sa puissance que dans une action qui, menée avec persévérance, doublerait ses forces vives. Dès lors, il suivit avec passion les étapes de la formation du nouvel empire colonial que la République devait donner à la France10.

9Le destin d’Archinard porterait la même leçon. Pour Désiré Lacoudre, éditorialiste du Havre-Éclair, il fut :

  • 11 Le Havre-Éclair, 8-07-1934.

un des quatre ou cinq noms qui faisaient battre nos cœurs d’enfants. Et dans quel temps ! Toute une génération élevée à l’ombre de la défaite. Avec les complaintes qui chantaient l’Alsace perdue et la Lorraine captive [...] Et voici que dans les domaines mystérieux de l’Orient et de l’Afrique, le drapeau aux trois couleurs recommençait à flotter dans une brise de victoire11.

10Or ces deux propos datent de 1936, mort de Marande, et de 1934, inauguration de la statue du général. Dans les sources relatives aux années de la conquête on ne peut dire que la justification par la compensation fasse partie du discours public au Havre. On ne dit jamais que la conquête du Soudan console de la perte des provinces. Il reste donc deux hypothèses : ou cette idée était bien dans les têtes, ce qui est fort possible, ou bien c’est un agencement a posteriori des représentations, facilitant l’assimilation de la victoire de 1918 avec la conquête du Soudan, légitimant cette dernière comme s’il s’agissait de combats de même nature. En effet, faisant allusion à la présence du maréchal Pétain lors de l’inauguration de 1934, le journaliste affirme : « Il est bon et juste que ce soit tout à l’heure le vainqueur de Verdun qui rende hommage au héros du Niger. »

  • 12 Ce discours s’adresse au ministre des Colonies Milliès-Lacroix qui assiste à la fête de la Fédérati (...)

11Si la consolation est légitimante, le sacrifice l’est encore plus. Pour Henri Génestal, négociant possédant des intérêts au Congo et maire du Havre, le sang des conquérants fertilise les champs de coton12 :

Vous avez su dire, Monsieur le Ministre, l’avenir magnifique qui est réservé à cet immense pays, l’essor prodigieux qu’est appelée à prendre cette haute vallée du Niger, que nous verrons peut-être nous-mêmes, mais que nos fils verront assurément, aussi fertile sinon encore aussi peuplée que la vallée du Nil. L’initiative d’une association bien connue dans notre ville, l’Association Cotonnière Coloniale, dirigée avec tant de dévouement par M. Esnault-Pelterie, et dont un Havrais M. Ch.-A. Marande est le zélé collaborateur, est appelée à contribuer puissamment au développement économique de ces pays que tant de vaillants explorateurs et de braves soldats arrosèrent de leur sang.

  • 13 J. Avril, JDH, 28-03-1919.

12Dans une ville qui a donné naissance au conquérant Archinard, le mythe du Nil français prolonge naturellement la glorification de la conquête du Soudan. Plus que le transsaharien qui ne faisait pas l’unanimité des milieux d’affaires havrais (du moins ceux de la chambre de commerce, parce qu’on craignait qu’il ne profite d’abord aux ports de la Méditerranée), la mise en valeur de la boucle du Niger fut l’un des premiers mythes euphorisants présents sur la Place. Le poids économique et symbolique du coton était grand, comme l’a suggéré l’étude des entreprises. Bien avant les dures réalités rencontrées par les entreprises liées à l’Office du Niger, au Havre on y croyait fermement. « Notre Nil à nous, c’est le Niger », lisait-on dans le Journal du Havre13. Le mythe du Nil français prépare donc l’apparition d’une conviction coloniale consensuelle. Cependant, un examen plus attentif des sources oblige à nuancer cette affirmation d’un consensus « coloniste ». L’engagement colonial ne fut ni franc ni massif dans un premier temps.

Un colonisme par procuration ?

13Malgré la participation de notables havrais aux hautes fonctions coloniales à Paris, et les initiatives prises par le monde local des affaires, c’est plutôt un engagement d’observateur bienveillant, mais prudent, que la Place pratique avant 1914. Bien souvent, on endosse simplement le discours de la presse parisienne.

Un soutien mesuré aux Comités coloniaux

14Le Comité de l’Afrique française n’emporte pas une adhésion massive des Havrais. Les souscripteurs de la Porte Océane inscrits dans le bulletin du Comité sont rares, 8 en 1892, 7 en 1904, ce qui est sans rapport avec l’autorité réelle des Havrais à la direction de cet organe du Parti colonial, présidé par le Prince d’Arenberg et composé d’une quarantaine de dirigeants. Ces Havrais sont ceux qui ont été liés à la direction ou à la mise en œuvre de la politique coloniale de la France : à la fondation en 1890 : Félix Faure, Jacques Haussmann, son ancien collaborateur au sous-secrétariat d’État aux colonies et futur animateur de la Ligue coloniale du Havre, Jules Siegfried, vice-président du Comité, le général Archinard. Si l’on n’adhère pas en masse, au moins, on écoute le Comité. Son secrétaire Harry Alix, accompagné de Maistre, et en présence de Jules Siegfried, fait salle comble à la Société de géographie commerciale dont le président Joannès Couvert fait l’éloge du Comité de l’Afrique française. « La France doit se hâter dans le partage du continent noir », affirme H. Percher dit « Harry Alix », et sachant qu’il parle au Havre, rend hommage au colonel Archinard « pour la grandeur de l’œuvre qu’il a remplie au Soudan ».

15En 1899, la chambre de commerce, entraînée par Lamotte et Génestal, soutient toujours le Comité de l’Afrique française et ses projets de mission en Afrique centrale. Le CAF, en 1899, sollicite une aide par une lettre confidentielle et alarmiste :

Le parti colonial français a le devoir de redoubler de vigilance et de ne point voir ralentir son action surtout vis-à-vis de l’Angleterre, dont les efforts ont été considérables pour fermer à la France l’accès du Haut-Nil et fait apparaître ses visées en vue de l’accaparement du Bassin du Lac Tchad... Dans cet ordre d’idées le CAF a décidé de prêter son concours à trois importantes missions devant procéder à l’occupation de ces régions centrales. Deux d’entre elles sont déjà mises en route, l’une par le Soudan français et le Niger, l’autre par le Sud Algérien. La troisième suivra la route de l’Oubangui. Ne voulant pas attirer l’attention, le CAF ne fera pas appel au Parlement. Il considère que c’est à l’initiative privée à laquelle il doit s’adresser.

  • 14 RDCC, no 80,6-01-1899.

16Mais Joannès Couvert, devenu en 1897 président de la chambre de commerce, a perdu son enthousiasme de 1891 : « Non pas que les membres du Comité ne soient pas dévoués au pays, mais on peut craindre qu’ils ne l’engagent dans des aventures comme celle de Fachoda. »14

17Ainsi les partisans de l’Entente cordiale ont-ils probablement limité l’influence du Comité de l’Afrique française. Le négoce havrais est tout aussi réservé et divisé à l’égard des autres comités. Gabriel Bonvalot, du Comité Dupleix, fait une conférence à l’hôtel de ville en janvier 1896. Le but de cette organisation est de renseigner les jeunes disposés à se rendre aux colonies. Il est soutenu par les chambres de commerce de Lyon, Saint-Étienne, Reims. Il n’obtient 500 F de la chambre de commerce du Havre qu’après deux débats par 8 voix contre 7. Pour M. Pesle, « cette œuvre, conçue dans un ordre d’idée d’une portée générale, n’a pas pour Le Havre d’intérêt direct ». Joannès Couvert « s’élève contre cette dernière appréciation, attendu que le port du Havre est l’un des premiers intéressés à la mise en valeur des colonies françaises », ce qui éclaire son désaccord à venir sur les tentations anti-anglaises du Comité de l’Afrique française en montrant bien qu’il ne s’agit pas, pour lui, d’une opposition au principe colonial.

  • 15 RDCC, no 82,11-10-1901.
  • 16 RDCC, no 87.
  • 17 RDCC, no 128, 10-04 et 9-05-1940.

18L’adhésion aux comités semble avoir été moins problématique ou polémique une fois passée la vague des conquêtes. En 1901, l’adhésion au Comité de l’Afrique française est plus franche. Joannès Couvert a rencontré le secrétaire général ; les objectifs semblent mieux lui convenir. Pour le président de la chambre de commerce, « il ne s’agit plus de conquête, mais d’entraîner une action morale et économique avec un programme d’intérêt général à longue vue »15. Le voilà donc rassuré. La chambre adhère aussi au Comité du Maroc (1904), au Comité de Madagascar (1907). Mais on peut être surpris de l’argument qui justifie le refus d’adhérer par exemple, le 10 mars 1905, au Comité des colonies françaises16 : « Le dit-Comité n’a en vue que de faciliter l’émigration française aux colonies ainsi que le développement commercial et industriel entre la France et ses possessions d’outre-mer ! » Au printemps 1940, la chambre de commerce subventionne toujours le Comité de l’Asie française et le Comité de l’Océanie française17. Ce consensus sans véritable engagement collectif, ce mélange de prosélytisme et de réticences chez les élites économiques, surtout dans la période de constitution du nouvel Empire colonial, pose question : à partir de quand Le Havre colonial est-il persuadé de l’être et s’affirme-t-il comme tel ?

L’apparition tardive d’une identité coloniale

Les premiers signes de la foi coloniale

19Les professions de foi coloniale sont rares au Havre avant la première guerre mondiale. C’est pourquoi l’une des plus incisives, évoquée plus haut, à propos du mythe du Nil français, mérite d’être citée plus largement. De ce discours d’Henri Génestal, en 1908, émerge la représentation d’un Havre colonial en formation, conscient de lui-même et de son rôle spécifique dans le mouvement général de la colonisation en Afrique. Le recoupement d’un tel discours avec les stratégies d’entreprise conduit à constater, à travers les exemples concrets contenus dans le propos, que c’est autant, sinon plus, l’homme d’affaires intéressé aux lignes de navigation et aux importations de caoutchouc africain, que le maire du Havre qui s’exprime. La conscience coloniale est stimulée par la pédagogie de l’entrepreneur devenu notable.

  • 18 JDH, 20-10-1908. Le discours s’adresse au ministre des Colonies.

[...] Vous avez vu la grande œuvre que la France poursuit dans ses possessions africaines sous la haute direction de M. Merlaud-Ponty, que nous avons la bonne fortune de posséder aujourd’hui, et qui est le digne successeur de M. Roume, dont il a été longtemps le collaborateur. Vous avez loué comme il convenait leur œuvre colonisatrice qui s’est toujours inspirée des principes les plus élevés d’humanité, de justice et de bienveillance à l’égard des indigènes. Grâce à leur esprit d’organisation, de grands projets ont été menés à bien : par l’amélioration des voies navigables et des ports, le développement des voies ferrées, la diffusion de l’enseignement, la création d’œuvres d’assistance, ils ont augmenté le bien-être des populations, élevé leur niveau intellectuel et moral. Notre illustre compatriote, M. le Général Archinard, que je suis heureux de saluer ici, les avait délivrées des tyrans sanguinaires qui les opprimaient. Nos gouverneurs généraux, par leur administration éclairée, les amènent peu à peu à la civilisation et en même temps, permettent la mise en valeur de richesses jusqu’alors inexploitées. Le Havre a des relations étendues sur tous les points du globe, tant avec nos vieilles colonies qu’avec nos possessions nouvelles. Son commerce avec ces contrées se développe de jour en jour, ainsi que le démontrent les lignes nombreuses de navigation qui font l’intercourse entre notre port et la côte occidentale d’Afrique, Madagascar et l’Indochine.
Un marché de caoutchouc a été créé au Havre pour les sortes congolaises ; il est des plus prospères.
Mais ce n’est là que le commencement de nos efforts. Le vieil esprit colonisateur normand tend à se réveiller, grâce à la propagande incessante entreprise par la Ligue coloniale française, dont une section importante fonctionne ici depuis peu de temps.[...]
Le domaine colonial de la France est constitué : la civilisation pénètre peu à peu jusque dans nos possessions les plus éloignées. Particulièrement en Afrique, la population augmente, les mœurs se modifient, le goût du travail se développe chez les indigènes à mesure que leurs besoins se font plus nombreux et, de jour en jour, l’industrie française trouvera dans ce pays des débouchés de plus en plus importants.
Il est toutefois, une colonie, le Congo, où il reste encore beaucoup à faire : la protection des sociétés coloniales y est, notamment, assurée de façon imparfaite, et les voies de communication font défaut. Nous savons, Monsieur le Ministre, que cette situation vous préoccupe et que vous cherchez à l’améliorer. Ce ne sera assurément pas l’œuvre d’un jour, mais nous espérons que grâce à de persévérants efforts, cette partie de l’Afrique pourra à son tour apporter à notre pays un plus large contingent de richesses.
Nous ne saurions nous dissimuler que les entreprises coloniales sont souvent difficiles, mais les résultats sont presque toujours en raison même des efforts accomplis ; il y a là de quoi tenter l’énergie et l’initiative du commerce havrais18. [...]

  • 19 Rapport Levarey, Recueil de la Société havraise d’études diverses, 1884, p. 83.

20De tels discours furent rares avant 1920. À tel point qu’une conscience coupable, celle de n’être pas assez colonial, se manifestait parfois. En 1884, un « Comité d’utilité publique » songeait à donner aux quais du Havre le nom des principales colonies : « les premiers noms de géographie à apprendre aux peuples et aux enfants, les plus utiles à connaître, ne sont-ils point ceux de nos colonies ? À lire leur nom... on ne pourrait qu’éprouver un sentiment d’orgueil national. » Suivait un aveu : « Ils contribueraient peut-être à développer dans notre population un sentiment qu’on nous a souvent reproché de ne point posséder et qui trouverait aujourd’hui plus facilement que jamais satisfaction : le goût de la colonisation. »19 Au lendemain du premier conflit mondial, affirmer sa foi coloniale dans les colonnes de la presse havraise négociante demeure toujours un exercice qui se heurte à d’invisibles adversaires. C’est du moins le sentiment qu’on éprouve à lire l’éditorialiste Jules Avril dans le Journal du Havre du 28 mars 1919 : « Si je ne cesse de répéter, et certains me le reprocheront peut-être, que notre seul avenir est dans nos colonies, que le seul avenir du port du Havre notamment est dans les transactions coloniales, c’est que c’est là ma conviction la plus profonde. » Quarante ans après les débuts de la conquête, la partie n’était donc pas gagnée pour les coloniaux.

  • 20 RDCC, no 89,17-10-1918.
  • 21 RDCC, no 100,23-12-1919.

21Dans le cercle privé de la chambre de commerce, chaque venue d’un officiel colonial semble être l’occasion d’un examen de conscience. Recevant le gouverneur de l’AOF Merlaud-Ponty en 1918, en présence de l’état-major de la Ligue coloniale, le président de la chambre de commerce parle des « progrès encore lents » que l’Association cotonnière coloniale a fait faire « aux idées coloniales », en avouant : « Nous sommes ignorants des choses du Soudan. »20 Le gouverneur se livre alors à une véritable leçon de choses coloniales, d’histoire et de géographie. L’année suivante, on déplore que Le Havre fasse moins d’affaires avec les colonies que Marseille ou Lyon. Le président André Mandeix, négociant en rhums antillais, déclare : « au Havre, depuis deux siècles, le grand commerce est hypnotisé par les deux Amériques. » Et Louis Vaquin, négociant-industriel en textiles coloniaux de renchérir : « Le Havre n’est pas assez colonial. »21

Vers une identité coloniale assumée

  • 22 À propos du soutien au Plan Sarraut ou de la Journée coloniale à Paris en 1923, voir Vaquin, RDCC, (...)
  • 23 Rapport Vaquin, RDCC, no 110, p. 379. Enquête faite auprès des chambres de commerce des colonies fr (...)

22Il n’est pas d’identité collective sans réunion autour d’un projet commun. Ce projet peut obéir à une stratégie librement choisie. L’identité ne se résume pas à des caractères acquis. Le projet peut résulter autant d’une visée que d’un héritage. L’origine de cette visée coloniale est définie par Louis Vaquin en 1919 : « Nous devons considérer que c’est le moment de développer les relations du Havre avec les colonies. Nous sommes frappés par la baisse constante du franc, mais nous savons que nous pourrions trouver dans nos colonies de nombreuses marchandises que nous sommes obligés d’acheter à l’étranger. » Vaquin parle comme si ces relations étaient quasi inexistantes avant 1914, ce qui est faux, bien évidemment comme l’a montré l’étude commerciale. L’intérêt de son propos est de souligner, dans la représentation du rapport entre Le Havre et les colonies, que l’étape décisive n’a pas été franchie, quarante ans après le début de la conquête. L’identité coloniale du Havre est fille de la crise consécutive à la première guerre mondiale, plus que de la constitution de l’Empire colonial lui-même. En effet, à plusieurs reprises, en 1923, est à nouveau affirmée la nécessité de recourir davantage aux produits des colonies, compte tenu, toujours, de la situation du change qui oblige le négoce à comprimer les achats à l’étranger22. « Notre Compagnie voudrait que l’effort colonial français devînt aussi rapidement que possible l’un des principaux facteurs de redressement de notre situation financière. »23 Georges Raverat appelle le Comité de l’industrie, du commerce et de l’armement de l’Estuaire de la Seine qu’il a fondé, à se mobiliser, ainsi que la chambre de commerce car, dit-il, « la situation est lamentable : Le Havre n’occupe que le 7e rang dans la liste des ports travaillant avec les colonies ». Il faut donc inviter le gouverneur de Madagascar à visiter le port. À la lecture des débats de la chambre au cours des années 1922-1923, il est clair que l’on franchit un degré dans la conviction coloniale et que l’on souhaite une relation plus étroite de la Place avec les colonies, condition d’une identité coloniale revendiquée sans réserve.

  • 24 LH, 19-02-1922.

23En février 1922, Hermann Du Pasquier recevant à la chambre de commerce Albert Sarraut qui revient de la Conférence de Washington, déclare : « Le Havre n’est pas à proprement parler une Place coloniale, mais chaque jour cependant, il étend ses relations avec nos possessions d’outre-mer. Il sait la nécessité de favoriser l’écoulement de nos produits coloniaux et nos négociants portent toute leur attention à cet important problème. »24 Le ministre lui répond : « Permettez-moi de vous dire que vous vous sous-estimez... J’ai la conviction que Le Havre doit être traité sur un pied d’égalité avec d’autres ports comme Marseille ou Bordeaux... Pour profiter des immenses richesses décelées dans nos colonies, il nous faut marier l’idéalisme et le réalisme, c’est-à-dire le côté politique et le côté rêve. » Belle invitation faite aux Havrais à faire entrer le projet colonial dans leur imaginaire, à intégrer dans leurs mentalités les réalités de leur pratique coloniale effective. Ceci montre au passage, dans la formation identitaire, qu’entre les causes économiques et l’idéologie, il y a davantage interaction que simple causalité.

24Ainsi, quarante ans après le début de la deuxième expansion coloniale, l’imaginaire négociant n’avait pas totalement assimilé les progrès accomplis dans les échanges maritimes et les stratégies d’entreprises, pas suffisamment en tout cas pour constituer une identité coloniale reconnue par les acteurs eux-mêmes. La thèse d’une conversion tardive au mouvement colonial semble partagée par les contemporains locaux, par ce professeur du lycée du Havre, animateur de la Société de géographie commerciale, L. Favier. Il écrit en 1926 :

  • 25 L. Favier, « Le régionalisme et Le Havre », Bulletin de la SGC, 1926, p. 3 à 12. Nous soulignons.

Qu’il s’agisse d’affaires financières et commerciales d’importation ou d’affaires industrielles, je puis même ajouter aujourd’hui qu’il s’agisse d’affaires coloniales, la fonction du port du Havre est de l’ordre national, non de l’ordre régional [...] Le Havre qui pendant longtemps avait abandonné à Marseille les affaires coloniales transméditerranéennes, à Bordeaux les affaires coloniales transocéaniques commence à s’y intéresser. La création au Havre d’une agence de la Banque française de l’Afrique, les participations prises par des Havrais dans différentes exploitations à Madagascar sont les premiers témoins de cette orientation nouvelle25.

  • 26 RDCC, no 108, 22-08-1923, réception du gouverneur Garbit.

25Donc, vers 1922-1925, un ajustement des pratiques négociantes et de la conscience coloniale se produit. Là où les efforts des hommes les plus convaincus dans l’appareil colonial n’avaient pas encore réussi, la conjoncture économique et monétaire vient apporter la motivation qui manquait. Devant le gouverneur de Madagascar en 1924, c’est un acte de contrition que prononce Hermann Du Pasquier26.

Mr Le Président reconnaît que pendant assez longtemps, Le Havre a montré pour les colonies et plus particulièrement pour quelques-unes comme Madagascar une certaine indifférence. Notre attention semble maintenant s’éveiller en faveur des colonies en présence des difficultés que nous trouvons dans certaines relations avec l’étranger. La guerre a changé la situation, nous avons le sentiment qu’il faut maintenant rester chez soi...

26Éveil colonial et repli impérial s’associent désormais dans l’imaginaire, tandis que l’on glisse du vocabulaire de la conscience à celui de la foi. Cette bascule constitue un élément de réponse à la question initiale de cette enquête : peut-on parler de Havre colonial ? Assurément, quand, à la pratique des échanges, à l’existence d’un fort réseau prosélyte, vient s’ajouter l’affirmation d’une appartenance au projet de la France coloniale. La seule inconnue étant de savoir jusqu’où débordent les croyances du milieu négociant et de l’appareil colonial.

  • 27 Allusion au projet Havre-Préfecture. Ce projet de la chambre de commerce, dont Lockhart et Siegfrie (...)

27La question de l’identité coloniale dans une grande ville à fort particularisme27 mérite encore un détour. Adopter l’identité coloniale, n’est-ce pas un renoncement ? Avec l’apparition dans le discours sur soi, de l’être colonial, surgit une nouvelle interrogation sur la contradiction interne à la notion même d’identité coloniale appliquée à une communauté locale, et sur les agencements nécessaires et spontanés de l’imaginaire pour résoudre cette contradiction. On s’accorde généralement à fonder l’identité sur les critères de l’appartenance, de la filiation, de l’altérité, des valeurs et du projet. En devenant une communauté impériale par son commerce et par sa foi coloniale, le collectif s’appuie sur l’altérité. On se pense « autre » parce que l’on a un rôle spécifique à jouer dans l’aventure coloniale. Différent de qui ? D’abord de soi-même dans le passé immédiat où l’on « n’a pas été assez colonial ». Du colonisé, bien sûr, dont il faut civiliser et mettre en valeur les territoires. Des Rouennais, des Cauchois, peut-être. Des Marseillais, des Bordelais. C’est moins sûr. Du reste de la France coloniale ? Pas du tout. Car c’est là le cœur de la contradiction toute théorique. D’un côté, l’identité de port colonial de luxe et de marché est propre au territoire. Elle permet d’assumer la filiation, l’inscription dans un imaginaire maritime et portuaire hérité, une sorte de « havritude ». De l’autre, il s’agit, tout en ayant l’intention de défendre son originalité, de se fondre dans le mouvement général de la France coloniale, de ne pas demeurer en retrait, de faire adhérer toutes les forces vives de la ville à la Plus Grande France et à ses valeurs civilisatrices, de lui appartenir pour y jouer un rôle irremplaçable, et sans que cela soit dit, de renoncer à l’âge d’or d’une Place puissante au développement autocentré. Le critère de l’appartenance joue dans deux directions politiquement complémentaires mais opposées au point de vue du sujet : se reconnaître entre soi comme coloniaux dans des réseaux et donc être mieux inclus dans la société locale, et à l’inverse appartenir à une culture nationale et non plus à soi-même, ce qui représentait un changement notable de mentalités, accepter en quelque sorte une aliénation. L’hypothèse se présente alors que la difficulté à ressusciter la culture coloniale pourrait, entre autres facteurs, résulter de cette schizophrénie. La méfiance un peu chronique à l’égard des lobbies et comités parisiens résulte peut-être de cette tension.

  • 28 H. Hollaender, LH, 7-12-1928.

28Comment vivre avec cette tension ? Le projet se concevant aussi dans la filiation, l’agencement de l’imaginaire fait de l’identité coloniale un avatar de l’identité maritime de la Place. Ceci permet de compenser les effets de la dépossession, et au contraire de vivre la collectivité comme désormais doublement coloniale : entre soi, avec les autres. L’identité coloniale est sommée d’épouser ce qui est perçu comme une originalité havraise, la primauté de la fonction de négoce. Si Le Havre réclame « sa place », c’est dans les « marchés coloniaux » affirme le rédacteur du journal Le Havre. « Il ne suffit pas, écrit-il, d’étendre l’outillage indigène, d’investir des capitaux dans des entreprises d’outre-mer [...] Il importe de procurer et de conserver à notre pays sa situation commerciale dans les échanges [...] Le Havre est qualifié pour assurer la direction d’un commerce essentiellement dans nos attributions. »28 L’identité coloniale se fait implicitement revendication d’un rôle irremplaçable dans la division nationale du travail impérial. Belle compensation au renoncement.

  • 29 A. Memmi, « Les fluctuations de l’identité culturelle », Esprit, jan. 1997, p. 94-106.
  • 30 RDCC, no 117, réception de M. Desmars, préfet de Seine-Inférieure, 8-11-1930.

29On ne peut arguer du caractère imaginaire de l’identité coloniale pour nier son influence. La rencontre des structures (l’appareil prosélyte et son contrôle social) et de la conjoncture (celle des années 1920) favorise l’éclosion d’une identité culturelle. Que celle-ci soit retard sur la réalité ou exagération de cette réalité ne change rien à l’existence de la croyance. Albert Memmi le souligne : « le plus remarquable dans l’identité culturelle n’est pas sa réalité, mais son efficacité. »29 Le perfectionnement de l’appareil prosélyte en Institut colonial, la multiplication des pratiques entrepreneuriales en direction de l’outre-mer français, la croissance de la courbe havraise des échanges coloniaux s’inscrivent dans cette séquence culturelle, et en interaction avec elle. Au cœur de l’entre-deux-guerres c’en est donc terminé du discours colonial par procuration, et bien avant la crise de 1929. Généralement, les emprunts à la presse coloniale nationale ne sont plus seulement endossés, ils sont traduits en termes d’intérêts havrais. La « Chronique coloniale » du Journal du Havre du 15 décembre 1927 traite de la mise en valeur de l’AOF, relaie les enquêtes du gouverneur Carde parues dans le Courrier colonial, mais affirme clairement : « Tout ce qui touche à la mise en valeur de l’Afrique occidentale française ne saurait nous laisser indifférents puisque le trafic havrais déjà si important avec ce groupe de possessions sera l’un des premiers à bénéficier du développement de ses productions et de l’accroissement de ses besoins. » C’est une identité coloniale de port « africain » qui se développe sur la Place. L’idée coloniale suit les routes de l’échange. Le préfet, en 1930, déclare savoir « avec quels soins la chambre de commerce a tenu à revendiquer pour le grand port du Havre le nom de Port Colonial »30.

De l’esprit colonial au sens impérial, de la passion à la doctrine

  • 31 Lettre de la chambre au président de la 3e région économique, RDCC, no 114, 26-04-1928.

30Entre 1922 et 1931, les représentations ont changé, de manière décisive, dans les milieux du négoce. La préparation de l’Exposition coloniale de Vincennes est l’occasion de rassembler symboliquement les noms de l’entreprise coloniale havraise. Un Comité havrais pour l’Exposition coloniale de 1931 est constitué. Comme chaque fois que Le Havre affirme son identité, il s’agit aussi de « s’affranchir de la tutelle » du voisin rouennais, en l’occurrence celle de la troisième région économique. Le maréchal Lyautey écrit à la chambre de commerce qu’il voit d’un très bon œil cette « décentralisation ». Épisode anecdotique, mais qui exprime bien le désir des élites locales de s’affirmer majeures en matière coloniale. Pour expliquer la création de ce Comité havrais pour l’Exposition coloniale de 1931, la chambre de commerce affirme : « Nous voulons simplement que le port du Havre ne soit pas considéré comme un port secondaire au point de vue colonial. »31

  • 32 PdH, no 137,24-11-1932.
  • 33 RDCC, no 116, 3-04-1930, voyage de Georges Caillard en Algérie.

31Les élites ne doutent plus, en effet, de l’identité coloniale du port du Havre. Combien de fois le mot « colonial » sera-t-il prononcé et imprimé ! En 1932, l’Institut colonial offre un banquet à Gratien Candace, sous-secrétaire d’État aux colonies32. À cette occasion, la revue Le Port du Havre évoque un « magnifique discours, splendide et lumineuse fresque du Havre, grand port colonial ». Le ministre renvoie l’image d’une communauté soudée par la même croyance : « Vous avez créé parmi vous, par la force et par le jeu d’initiatives privées, une Ligue coloniale, un Institut colonial, une École pratique coloniale, vous avez une Semaine coloniale. Vous ajoutez cette année même à votre lycée une classe préparatoire à l’École coloniale de Paris. En vérité, votre foi coloniale est sans limites. Qui dira la fin de votre effort ? » Ce discours de Candace renvoie aux élites locales rassemblées l’image que leur effort tend à créer. Cet effort colonial se veut porteur de la foi, et de la rigueur morale. « Merveilleuse vertu – dit le ministre – de cette Pointe de la Hève... mais aussi vertus des hommes, vertus d’organisateurs sévères, qui, pour être des coloniaux, ont d’abord été des maritimes » et parlant des jeunes, il évoque ces « auditoires attentifs, déjà mûris par la méditation de la chose coloniale ». Quand la croyance touche au religieux, elle multiplie le réflexe allégorique. En parcourant les revues portuaires des années 1930, on remarquera combien la majuscule orne le discours colonial. N’y est-il pas notamment question de la Place du Havre dans le « Mécanisme Colonial », ou de la « Conscience Impériale » ? Même dans un texte à usage privé, tel ce compte rendu de voyage en Algérie à la chambre de commerce33, il est question de confiance « dans l’Étoile et dans le Génie de la France ».

  • 34 Bull. ICH, avr. 1930.
  • 35 Ibid., nov. 1930, p. 2.

32En inaugurant l’Institut colonial du Havre, François Piétri, ministre des Colonies, invitait les Havrais à développer « le sens impérial ». « L’esprit colonial qui animait les Dupleix, les Lapérouse ou les Faidherbe, ce n’était pas encore le sens impérial... L’esprit colonial, c’est le goût du voyage et de la conquête. Il est fait d’ardent patriotisme, certes, mais à base de curiosité, et j’ose dire, de force. Il est déjà une passion, il n’est pas encore une doctrine. »34 Ainsi le credo prend-il forme, car l’on passe ainsi d’une problématique de la passion (passion au sens humien comme détermination immédiate du plaisir et de la douleur, plaisir et douleur de conquérir, plaisir de l’évasion) au registre de la doxa comme thèse, sinon imposée, du moins devant être admise par tout le monde. On retrouve cette démarche dogmatique fondant a priori comme juste la théorie économique du privilège douanier, laquelle, au cours des années 1930, domine le discours économique des milieux d’affaires havrais. Ainsi Marc Simon, le secrétaire de l’Institut colonial, justifiait-il la protection coloniale par l’intervention gouvernementale de la manière suivante : « La France sera coloniale ou ne sera pas. Cet article fondamental de foi coloniale doit être posé et admis avant tout examen de la protection de la production coloniale. »35

Credo colonial, mythe républicain de l’Empire et légitimation

  • 36 Ch.-R. Ageron, « L’Empire et ses mythes », in Images et colonies, N. Bancel, P. Blanchard, L. Gerve (...)

33Charles-Robert Ageron a fait remarquer que de l’énonciation du « domaine colonial de la France » en 1914, au slogan cocardier de 1939 : « La France est un Empire », on était passé de la réalité au mythe, soulignant d’ailleurs que les républicains qui n’avaient que le mot d’Empire à la bouche « ne mesurèrent pas, semble-t-il l’ironie de la situation »36. Pourquoi le sens impérial « c’est mieux » que l’esprit colonial, selon les termes de François Piétri ? Parce que « l’impérialisme français est une formule de liberté politique et de fraternité sociale » assortie de nobles objectifs : « Bannir le préjugé de la couleur, soigner les enfants, améliorer l’habitat. » Dans quelle tradition se situe cet « apostolat » humain ?

Penser impérialement, c’est à la vérité, rester fidèles à cette conception particulière que les hommes de 89 et de 93 se faisaient de la Patrie et qui a élevé la France si haut parmi les peuples, c’est reporter les frontières de la République jusqu’où peuvent atteindre sa générosité, sa vaillance, son amour de la justice et des hommes.

  • 37 Allocution à l’Union coloniale le 17-03-1930, Bull. ICH, avr. 1930, p. 4.

34Convoquer ainsi dans un discours jacobin la mémoire du temps où la France tentait d’apporter à l’Europe un Évangile, c’était charger l’entreprise coloniale d’une autre mission que celle de civiliser les races inférieures. Allait-on prolonger le raisonnement jusqu’à l’octroi d’une citoyenneté quelconque ? Ici, la pensée avortait quelque peu, et le ministre ajoutait immédiatement : « penser impérialement, c’est aussi grossir l’actif de la productivité universelle » avant de vanter les performances coloniales du port du Havre. L’apostolat républicain, constitutif sous une forme plus accentuée encore qu’en 1885 de l’idée coloniale d’Empire, consistait donc à « moraliser » la vocation de la France, thème fortement réaffirmé dans les années 1930, au point qu’un homme comme François-Marsal, si représentatif du monde des affaires, rappelant que la France et d’autres portaient « le fardeau de l’homme blanc », affirmait sans ambages : « La colonisation n’est point une œuvre matérielle : c’est avant tout une œuvre morale. »37

  • 38 L. Adam, cité dans « Rapports et documents reçus », Bulletin de l’École pratique coloniale du Havre(...)

35Dans cette volonté farouche d’assimilation de l’Empire à la Patrie, il arrive un moment où le fait, bien naturel, que la colonie soit peuplée de non-Français est présenté comme un obstacle à la colonisation idéale ! On rêve de modèles capables de concilier le nationalisme et l’expansion, et le moindre mal est la colonie de peuplement. Un élève de l’École pratique coloniale, promotion 1914-1915, communique à ses anciens collègues un rapport sur « ce qu’un ancien élève de l’École peut faire en Tunisie »38. On peut y lire ceci :

Quoi qu’il en soit, l’on peut avoir confiance dans le sort de la France en Afrique du Nord. [...] S’il ne se forme pas, ce qu’on était en droit d’espérer, une population de sang uniquement français, l’on voit quand même, monter sur l’autre rive du Grand Lac, l’aurore d’une race nouvelle, race néofrançaise, grand creuset où viennent se fondre des Latins de même religion, prenant désormais notre langue comme langue maternelle, nos mœurs, nos façons de penser et de sentir, accourant même, comme dans la dernière guerre, pour défendre la Patrie menacée, et comme le rejet d’un grand chêne, prolongeant à travers les siècles les destinées de la France, toujours et malgré tout la première d’entre les Nations.

  • 39 Bulletin de l’Association des anciens élèves de l’École supérieure de commerce du Havre, oct. 1932

36L’adéquation du patriotisme à la mission coloniale est clairement exprimée dans le manuel de géographie rédigé, sous l’égide de la Ligue coloniale du Havre, par A. Lechevallier, instituteur à Cuverville, et Frédéric Risson, inspecteur primaire au Havre, ancien chef du Service de l’Enseignement au Sénégal. Nos colonies est un ouvrage bien fait, documenté. Il est inspiré de la ligne d’Albert Sarraut, souvent cité par les auteurs. La conclusion appelle à la mission coloniale, acte patriotique. Aux colonies, « le fonctionnaire peut appliquer à l’aise ses facultés de méthode et d’organisation, le commerçant toute son initiative. Quant au colon courageux, avide d’air et d’espace, il y trouve toute sorte de satisfaction. Nulle part enfin autant qu’aux colonies on n’a l’impression de servir les intérêts de la mère-patrie en même temps que les siens propres ». Frédéric Risson expliquait à des étudiants, en 1932, la mission civilisatrice d’un agent de factorerie. Il y voyait un contenu patriotique39 :

Il est vrai que ce Noir finit par considérer ce Blanc, qu’il voit tous les jours, comme un ami. Il est en affaires avec lui. Il s’attache à lui. Il lui rend des services et il en reçoit. Ainsi se nouent des liens tout à fait favorables à notre cause française. Et si, aujourd’hui, tous ces pays qui sont sous notre autorité sont parfaitement pacifiés, si aucune idée de révolte ne naît dans les esprits, si pendant la guerre où il n’y avait presque pas de Blancs dans ces pays, pas un indigène n’a bougé, si pas un coup de feu n’a été tiré, si au contraire notre pays y a trouvé de magnifiques soldats qui sont venus se faire tuer à côté de nos enfants, à qui en revient le mérite ? Eh bien, à ces modestes commerçants, à ces humbles marchands de pacotille qui ainsi, se sont portés, aux yeux de l’indigène, garants de la France.

  • 40 RDCC, no 117,3-07-1930, p. 489.

37Le credo colonial, dans sa version havraise, intègre sans difficulté les convictions religieuses au mythe républicain, dans un esprit aussi œcuménique qu’utilitaire. À la chambre de commerce, Augustin Augustin-Normand, dans un rapport sur son voyage aux colonies, rend hommage aux missionnaires. Ses pairs l’approuvent par un vœu, « considérant que si l’on déplore le peu d’empressement des Français à s’établir dans les contrées lointaines, nos missionnaires, par contre, n’hésitent pas à s’expatrier même dans les pays les moins civilisés où ils font apprécier leurs doctrines morales, à quelque religion qu’ils appartiennent... ». Au cours d’une Exposition missionnaire au Havre, l’Institut colonial à peine créé avait immédiatement noué des liens avec les religieux, estimant qu’ils seraient « certainement profitables à la propagande du port du Havre au point de vue colonial ». La chambre demande donc au gouvernement d’encourager le recrutement des novices « destinés par la colonisation française et étrangère à devenir dans le monde des propagateurs de l’idée et de l’influence morale et commerciale françaises »40.

Croyance coloniale et légitimation de l’Empire

  • 41 À l’occasion de la Semaine coloniale 1934 (28 mai-3 juin), l’Institut colonial du Havre vous demand (...)

38La propagande est répétition. En cela, elle interpelle. Pourquoi répéter, sinon parce que l’opinion n’est pas encore convaincue, ou parce qu’on n’est pas, plus ou moins consciemment, tout à fait convaincu soi-même ? Ce qui est d’une évidence cruelle n’a pas besoin d’être légitimé. Aborder la question de la légitimation, ce n’est pas seulement souligner l’existence d’une pédagogie de la justification. C’est aussi accepter l’idée que cette légitimation révèle dans son énonciation la faille du doute dans l’imaginaire du sujet. Dans une brochure diffusée par l’Institut colonial du Havre à l’occasion de la Semaine coloniale de 1934, M. Magnant disserte sur « la colonisation et sa légitimité »41. L’argumentation est plutôt dogmatique : « la colonisation est un fait », « le Français est colonial par vocation » et « Qu’il le veuille ou non, le peuple qui colonise a toujours travaillé et travaille pour la communauté humaine ». L’auteur s’emploie à démontrer que la colonisation n’est pas ce que d’aucuns disent d’elle : « oppression », ou « exploitation ». Les trois maîtres mots de la légitimité coloniale sont la « pacification » (toutes les régions coloniales, avant notre intervention, étaient continuellement troublées), la « libération » (nous avons entrepris de faire disparaître progressivement l’arbitraire et l’inégalité), la « préservation » (par l’assistance médicale de ces races anémiées). Quel est le mobile profond de cette légitimation ?

Nous avons le devoir impérieux de conclure, que, réduite à ses frontières métropolitaines, la France, malgré les qualités de sa race, pourrait bien craindre quelque jour d’apparaître bien faible.

39La colonisation comme théorie de la libération n’est pas une découverte. Mais la rhétorique pousse très loin la légitimation. L’auteur ne craint pas d’affirmer :

Jamais, avant nous, les populations coloniales n’avaient connu l’indépendance.

  • 42 « À la jeunesse française », L’Appel de la France extérieure, Paris, Larose, 1935 (sans auteur).

40Faut-il voir dans un tel propos l’apogée de la foi coloniale ou, sous-jacente, une volonté polémique, significative de la difficulté à modeler les mentalités, ou les deux à la fois ? Il est impossible de mesurer, rétrospectivement, si le message colonial ainsi agencé autour de la doctrine a réellement pénétré ces mentalités. Les Havrais ont-ils, dans leur majorité, pensé impérialement comme on le leur demandait ? Rien ne permet de valider l’hypothèse. Tout au plus peut-on insister sur la convergence des messages et l’existence de structures rhétoriques récurrentes, à travers la variété des supports. Voici, par exemple, un habitant du quartier Saint-Vincent, M. R. G. En 1935, à la distribution des prix, il reçoit un luxueux ouvrage offert par l’Institut colonial du Havre. Ce livre, L’appel de la France extérieure, est agrémenté de magnifiques photographies sépia, de tableaux et graphiques illustrant la puissance de l’Empire et la grandeur de l’œuvre française aux colonies42. L’élève y trouvera une liste comparée des salaires offerts en métropole et dans chaque colonie. Il saura quels sont les diplômes exigés pour chaque type d’emploi colonial. Il apprendra par exemple qu’en sortant de l’École pratique coloniale du Havre, il pourra devenir commis des services civils africains ou conducteur des travaux agricoles aux colonies. S’il vient de l’École supérieure de commerce, il pourra débuter comme commis des services financiers en Afrique occidentale, pour ne parler que d’emplois modestes.

41La rhétorique de cet ouvrage répond totalement à l’argumentaire de la conscience impériale, dans sa forme la plus achevée, et tel qu’on vient de l’évoquer. Pour commencer, on assène le dogme : « On a pu discuter, jadis, sur l’opportunité de la colonisation. Aujourd’hui, ce débat serait tout à fait vain : il faut bien se convaincre que la colonisation est un fait. » La formule « Qu’on le veuille ou non », ici aussi ! prévient tout esprit critique. La vocation coloniale est justifiée par un développement historique où tous les régimes ont leur mérite, car « pas un siècle d’histoire de France n’est vide d’action coloniale ». Les qualités d’organisation prouvent la vocation. (Cela relève aussi du dogme, car ainsi que le dirait Pangloss, la France était faite pour avoir des colonies.) Vient ensuite un développement sur la légitimité de la cause coloniale. Pour démontrer la méprise de ceux qui parlent d’« oppression et d’exploitation », il suffit, selon les auteurs, de voir que la colonisation « se légitime » par ses « lourdes tâches » : la pacification, la libération, la préservation, l’humanisation, l’éducation. Après un développement consacré à la géographie des territoires, à l’œuvre de la France, aux emplois qui s’offrent aux jeunes, vient, en guise de conclusion, le cœur de la thèse : « Coloniser n’est plus un droit, c’est un devoir. » Ainsi est justifiée l’injonction adressée aux « Jeunes Français » en tête du livre : « Prenez conscience de votre Devoir colonial. » Cette conscience impériale, si on ne peut nier qu’elle est en partie connaissance, ne laisse guère de place au jugement moral du sujet puisqu’elle s’appuie essentiellement sur le dogme et sur la justification. La mise hors sujet du « droit » la rapproche de la croyance.

Les interactions de l’expérience et de la doctrine

42Le fait que l’identité coloniale locale se construise tardivement, ou se reconstruise seulement dans les années 1920 ne signifie nullement que les élites ne sont pas persuadées, au départ, du bien-fondé de la colonisation, malgré les fissures plus ou moins avouées dans la croyance. Encore faut-il que dans le jeu subtil de l’expérience et de la représentation, ces deux éléments s’enrichissent mutuellement au point de créer la certitude que l’on est, collectivement, devenu un groupe, une force coloniale efficace et légitime. C’est bien de conscience collective qu’il s’agit. Et le fait troublant est que la somme des expériences individuelles décrites plus haut ne constitue pas mécaniquement une conscience de groupe. Comment expliquer que la représentation soit en retard sur la pratique ? Quel est ensuite l’effet, à l’apogée du Havre impérial, de la croyance coloniale revendiquée sur la tradition réputée libérale des élites havraises en matière économique ?

43Les négociants, industriels, colons, ne recherchent pas obligatoirement un argumentaire leur permettant d’habiller leurs initiatives privées du discours justifiant de l’intérêt général. Une concession au Congo est une affaire privée comme une autre. Pourtant, légitimer la deuxième expansion coloniale, tel était bien le but de l’archiviste Barrey. La conquête militaire se terminant, les marchands trouvent un héraut dans la sociabilité savante locale, dans une œuvre-manifeste d’ambition nationale : La Question coloniale, publiée en 1896. Pourquoi ces stimulations semblent-elles, à leur époque, sans grand effet sur cette conscience coloniale ? Le modèle proposé par Barrey des compagnies à monopole n’est-il pas précisément celui dans lequel se sont engagés les plus coloniaux des Havrais ? Or le silence des sources semble bien indiquer un refoulement de l’expérience concessionnaire. En revanche elles indiquent que tout le monde ne pensait pas comme Barrey. Cette expérience concessionnaire au Congo au début du siècle a peut-être retardé le temps d’une mission coloniale assumée et revendiquée publiquement par la communauté portuaire. Cette conscience enfin manifestée au début des années 1920 suffira-t-elle à former une doctrine coloniale homogène dans la communauté des acteurs, en premier lieu des négociants ? Pour tenter de suivre les avatars de la doctrine sous la contrainte de l’expérience, trois sujets seront maintenant développés, significatifs de la difficulté à construire une identité coloniale locale : les contradictions doctrinales dans les sociétés savantes à la fin du XIXe siècle, le refoulement de l’expérience concessionnaire, les tensions de la pensée coloniale havraise, entre libre-échange et pacte colonial, dans les milieux d’affaires.

Des élites divisées : deux manifestes coloniaux

44À l’heure où s’achève la constitution du deuxième empire d’outre-mer, les élites havraises ne font pas une lecture unique de l’expérience coloniale locale, nationale, mondiale. Le consensus abrite des divergences doctrinales sur la manière de coloniser.

Un héraut colonial : l’archiviste Philippe Barrey, 1896

  • 43 Ph. Barrey, Les origines de la colonisation française aux Antilles, Le Havre, Micaux, 1918.

45D’emblée les cent trente pages que l’archiviste de la ville du Havre consacre à la question coloniale43 dans une publication de la Société havraise d’études diverses situent le débat au niveau de l’intérêt national, et aucun particularisme havrais ne vient les affaiblir. Le fil conducteur est la légitimité de l’expansion, et, pour l’auteur, celle qui s’achève est encore loin de compenser les abandons coupables :

Si nous avions pu deviner l’importance future des colonies et leur rôle dans l’évolution économique du globe, il est probable que nous aurions opposé une résistance plus efficace à la spoliation de notre ancien empire colonial, commencée par le traité d’Utrecht en 1713, continuée par le traité de Paris en 1763 et consommée définitivement au Congrès de Vienne en 1815.

46L’Histoire universelle est convoquée par l’érudit, Phéniciens, Grecs, Ibériques, Français et Anglais : l’auteur fait l’apologie de « l’esprit d’entreprise » colonial. Tout esprit de faiblesse est visé : la politique arabe de Napoléon III, comme plus tard « l’ostracisme » dont fut victime Ferry à propos du Tonkin. Le propos est assimilationniste sans ambiguïté. Il est aussi nationaliste et anglophobe. Refrain aujourd’hui connu, notamment à propos de la question d’Égypte. S’ensuit logiquement un éloge du Comité de l’Afrique française et le procès des agissements de la Royal Niger Cie. « Ces actes, indignes d’une nation civilisée, mais communs de tout temps à l’Angleterre. » Après un développement très précis des rapports de forces en Afrique noire, entre la France, l’Angleterre et l’Allemagne, l’auteur insiste sur les devoirs de la France, sans habillage aucun de propos civilisateurs ou de lutte contre l’esclavage, car tout simplement :

La Force prime le Droit... Cette lutte perpétuelle, incessante, n’est-elle pas elle-même le facteur le plus actif des progrès de la civilisation, n’est-elle pas un des mobiles de la prédominance des peuples jeunes, actifs, sur les races endormies, abâtardies par le bien-être et l’oisiveté, (p. 129)

47Dès lors le devoir de la France est clairement tracé car

temporiser n’a jamais servi à rien avec les peuples africains, de même qu’avec les populations asiatiques. Notre domination ne sera réellement implantée que lorsque les indigènes de nos colonies seront bien assurés qu’une répression sans pitié suivrait leurs moindres tentatives de soulèvement, (p. 128)

48Le rappel en France d’Archinard est présenté comme désastreux, la conquête de Madagascar comme la légitime reconnaissance de nos droits séculaires.

49Il restait à l’auteur à examiner quelles étaient les meilleures méthodes « pour que le sang de nos soldats n’ait pas été versé en pure perte ». « Ce ne sera plus désormais sur le champ de bataille que se décidera le sort des peuples et des races, mais sur le champ autrement vaste de la concurrence industrielle et commerciale. Les nations les mieux outillées, produisant à meilleur marché, ayant su se créer de vastes exploitations et d’inépuisables débouchés, resteront seules maîtresses de la lutte. » (p. 54). Barrey prône l’initiative individuelle, l’esprit d’entreprise, la possibilité d’agir « sans crainte d’être arrêté subitement par des formalités supportables dans un pays policé, mais superflues, nuisibles même, dans des régions où tout est à créer, la terre au premier occupant et où il n’y a pas lieu de se préoccuper des prérogatives de voisins qui n’existent pas ». Il oppose alors la prospérité d’une colonie à « la manie de légiférer à tout propos ». « L’intervention parlementaire qui est déjà une faute à l’intérieur devient un danger dans nos colonies. » (p. 59). La critique des fonctionnaires coloniaux souligne le manque de préparation, par l’École coloniale, aux langues des territoires. L’auteur préfère le système anglais qui réserve aux officiers une grande partie des emplois, car le repoussoir dans cet ouvrage est souvent aussi le modèle.

50Le dernier chapitre annonce « le point capital, le pivot fondamental de la prospérité future des colonies ». L’action directe de l’État doit être proscrite, et « nous avons à portée de la main l’outil indispensable pour défricher les territoires neufs qui forment la majeure partie du patrimoine colonial de la France, afin de les amener à un état de développement suffisant pour que l’initiative individuelle puisse y prendre sa part active » (p. 102). Cet outil a donné en Angleterre (sic) d’excellents résultats : « Nous voulons parler de la création des Compagnies de colonisation. » C’est donc cette proposition qui couronne l’ouvrage, assortie d’un rappel historique, d’un examen du projet Roche de juillet 1891 et de maintes assertions sur les avantages pour l’actionnaire que représenterait la mise en place de sociétés privilégiées titulaires de concessions bien adaptées à l’Afrique noire.

Dans les compagnies à charte formées pour la colonisation des terres occupées par des peuplades inconnues ou primitives, le monopole général et exclusif du commerce est formellement aboli. Mais les pleins pouvoirs qui leur sont accordés sur les territoires concédés leur permettent d’établir en fait le monopole qu’on leur refuse en droit, (p. 116).

51On ne saurait être plus clair.

  • 44 Ph. Barrey a été nommé archiviste de la ville du Havre en 1901. À son décès, en décembre 1919, le c (...)
  • 45 Ce qui n’est pas sans rappeler : O. Reclus, Lâchons l’Asie, prenons l’Afrique. Où renaître ? Et com (...)

52Ce manifeste de Ph. Barrey44 est-il l’exhortation d’un intellectuel, sorte de Leroy-Beaulieu normand (moins tiède cependant à l’égard du monopole des compagnies) ou la voix d’un réseau d’intérêt ? Probablement les deux, car la Société havraise d’études diverses est sociologiquement dominée par le négoce et les hommes du réseau Siegfried y sont influents. Mais l’on sent aussi l’appel implicite de l’historien-archiviste à un peu plus de vigueur dans l’entreprise coloniale, légitimée à la fois par le passé et par les nécessités de l’avenir : « Le temps des atermoiements est passé et la question [coloniale] se pose maintenant, brûlante, impérieuse. Il nous faut vivre, en entrant résolument dans le sillon de nos devanciers, ou nous résigner à mourir dans notre impénitence finale, dans l’aveulissement d’une nation épuisée... » (p. 130). Enfin, « ouvrons pour l’avenir les vastes champs d’exploitation du continent noir, les seuls où nous ayons des chances de maintenir notre suprématie en face des visées entreprenantes de la race jaune »45 (p. 131). Une partie des élites allait donc pouvoir faire l’expérience de l’application de ces principes coloniaux et paradoxalement cela retarderait encore l’affirmation d’une identité coloniale publique et sereine.

La profession de foi du courtier Émile Laneuville

53Émile Laneuville, courtier en cafés et cotons, n’est pas un anticolonial. Membre de la Société de géographie commerciale, dirigeant de la Société d’aide et de protection aux colons, il publie pourtant une analyse dans le bulletin de la SGC en 1902, intitulée « Des colonies » et assortie d’un long préambule de la rédaction affirmant que ses idées vont choquer. Il estime que la représentation parlementaire des colonies n’est pas nécessaire. « Soyons guidés plutôt par l’exemple de la Tunisie, qui n’a pas de représentant au parlement, parce que c’est un pays de protectorat, et qui n’en est que plus prospère. » Les fonctionnaires coloniaux sont, hélas, plus nombreux que les colons. Laneuville préfère donc le modèle anglais au modèle romain ou jacobin. « La question des compagnies de colonisation est une des plus controversées en matière coloniale. Le système a été désastreux pour les actionnaires des compagnies sous l’Ancien Régime. Aujourd’hui, les résultats ne paraissent pas être beaucoup plus en faveur des Compagnies de colonisation. Elles sont une entrave à la colonisation libre. » L’auteur est ici en contradiction avec Philippe Barrey.

54Le régime douanier des colonies est examiné dans sa diversité. « La détaxe dont jouissent, à leur entrée en France, les produits coloniaux n’ayant pas leurs similaires dans la métropole, équivaut à une véritable prime à la production au détriment du Trésor. » L’auteur examine le coût des colonies et ce qu’elles rapportent. Dans la ville du général Archinard, qui est pourtant membre d’honneur de la SGC, il ne craint pas d’écrire : « Au Soudan, qui nous a coûté jusqu’ici plus de 200 millions et la vie de plusieurs milliers de nos compatriotes, il y a tout juste une cinquantaine de colons français. » Le débouché colonial n’est guère favorable : « pour vendre 1 000 F de marchandises, nous dépensons presque la valeur de la marchandise ». La conquête et l’équipement coûtent cher au contribuable. « les contribuables de ce pays sont appelés à fournir 120 millions chaque année, pour procurer à tous ceux qui sont intéressés au commerce des colonies, 60 millions de bénéfices et de salaires ». Laneuville serait-il le Raymond Cartier havrais de la Belle Époque ?

55Laneuville s’attache à montrer « le côté factice du système colonial français, lequel n’est qu’une aggravation de notre régime protectionniste et comme lui, qu’un moyen de procurer à certains industriels des bénéfices, et à des parasites des places, aux dépens de la masse des contribuables ». Il vante le modèle anglais qui « permet à ses colonies d’acheter les produits dont elles ont besoin sur les marchés où elles peuvent se les procurer au prix le plus bas ». « Les colonies françaises sont lourdement taxées au profit des industries de la métropole. » Le fond du problème est ici abordé, celui des « folies protectionnistes ». Les arguments du libre-échange sont méticuleusement développés. Les produits de l’Algérie par exemple ne peuvent affronter le marché libre du monde. Mais gare à la crise en cas de surproduction métropolitaine. La détaxe de 50 % ne permet nullement au consommateur de payer le café, le thé, le poivre coloniaux moins cher que les mêmes produits étrangers. Que penser d’un système qui consiste à changer de culture chaque fois qu’il plaît à des législateurs d’établir ou de supprimer des primes sur tel et tel produit ? « On sait que tous les poivres du Siam, au lieu d’aller en Angleterre, comme autrefois, viennent en France par Saigon », pour profiter de la prime. Il évalue les droits de douane fiscaux perçus en France sur les denrées exotiques à 150 millions de francs, dont 120 millions pour le café. C’est bien sûr le système Méline qui est rendu responsable de cette situation. « Toute la politique coloniale des protectionnistes consiste à conquérir des marchés nouveaux (au prix de quels sacrifices d’hommes et d’argent !) et à perdre les anciens. » L’auteur trouve même dans de longues citations de Méline l’occasion d’aborder, avant l’heure du grand débat, la question de l’industrialisation des colonies. « Où M. Méline a-t-il vu que les produits manufacturés de l’Inde sont venus concurrencer l’Angleterre sur ses propres marchés ? » « Nous avons à peine conquis des colonies que nos protectionnistes inventent le péril colonial. »

56L’auteur se livre ensuite à un long examen de la politique coloniale de chaque pays. L’Angleterre et les pays libre-échangistes sont de bien meilleurs modèles. Les primes en faveur de la marine marchande sont illusoires et les propos de Millerand au Sénat affirmant que « la marchandise suit le pavillon » sont contestés : « Le commerce ne suit-il pas plutôt le prix des marchandises, c’est-à-dire le bon marché ? » La colonisation à la française n’est donc que le prolongement du protectionnisme, une politique coûteuse. « L’un et l’autre sont causes de conflits entre nations et nécessitent des armements de plus en plus considérables, lesquels procurent, il est vrai des bénéfices aux classes dirigeantes », lesquelles ont, en général, « des attaches plutôt antidémocratiques ».

57« Il en est de la colonisation comme de l’association. L’association libre et volontaire est salutaire... La colonisation libre est source de profits. C’est la colonisation à la manière suisse, allemande, anglaise, belge et hollandaise. » La colonisation d’État par le canon et la conquête n’est productive que de risques de guerre et de ruines. « Elle aboutit aux colonies de domination qui ne sont que l’exploitation de l’homme par l’homme. » Même en resituant ces propos dans leur contexte, on peut quand même s’étonner d’un manque de discernement, notamment à l’égard de la politique belge qui a servi de modèle aux compagnies concessionnaires du Congo, lesquelles laissent le courtier dubitatif. Mais il n’est pas moins vrai que ce manifeste est en contradiction avec l’école Barrey, pour la théorie, ainsi qu’avec les actions sur le terrain de l’élite négociante havraise, fût-elle protestante et républicaine. Sa critique des effets du protectionnisme colonial ne manque pas, rétrospectivement, de pertinence. Défendre la colonisation libre, c’est également se situer dans une position proche des Marseillais, celle par exemple de Frédéric Bohn, de la CFAO, s’exprimant contre le modèle concessionnaire. C’est donc avant tout une critique de la méthode consistant à « envoyer des soldats et des fonctionnaires puis inviter les négociants à aller les rejoindre ».

Présence d’un courant libéral, humaniste, républicain et anglophile

  • 46 Il échoua aux élections à la chambre de commerce en 1876 alors qu’il triomphait aux élections légis (...)
  • 47 Dans le programme sur lequel il fut élu en 1869 il avait indus : « les colonies toujours protégées, (...)
  • 48 Au cours du débat sur la proposition de loi de Jules Ferry, adoptée par 309 voix contre 140, rétabl (...)

58Laneuville est-il une exception ? Minoritaire peut-être, mais suffisamment écouté pour que la Société de géographie commerciale publie son manifeste durant l’année 1902, en indiquant que les assertions n’engagent que leur auteur tout en affirmant qu’on « ne peut que partager ses conclusions ». Parmi celles-ci : « Notre politique coloniale n’est que la répétition de l’ancien pacte colonial de Colbert... Si la France supprimait la douane, elle absorberait le monde. » De telles convictions ne naissent pas par hasard. Le débat entre libre-échangistes et protectionnistes a toujours été vif, au Havre, notamment sous le Second Empire, et la question coloniale était parfois impliquée. La référence au modèle anglais fut cultivée par le premier député républicain du Havre élu en 1869, et ardent défenseur des traités de libre-échange, Jules Le Cesne. Elle fut constante dans ses discours sur la Marine marchande en 1870 ou 1877. Jules Le Cesne, bien élu par Le Havre populaire46, n’était soutenu que par une minorité de négociants et son héritage politique fut combattu bien après sa disparition en 1878. (Rares étaient ceux qui dans le négoce local prônaient comme lui l’income tax et rachat des chemins de fer par l’État.) Le Cesne était instruit par son expérience de négociant, « implanté à la colonie » en quelque sorte même s’il s’agissait de la Louisiane ou de l’Alabama, pour l’importation du coton entre les États-Unis et Le Havre entre 1840 et 1861, avant de devenir irréconciliable et gambettiste, très écouté en matière économique à L’Union républicaine. Au Havre, son anglophilie et son radicalisme avaient quelque peu gêné. Certes son discours différait de celui de Laneuville sur un point : la représentation parlementaire des colonies47. Il était pour, assurément. Mais précisément à ce propos, il affirmait en 187748 un certain nombre de principes commerciaux qui semblent indiquer la continuité d’un courant minoritaire libre-échangiste en matière coloniale.

C’est ainsi que le pacte colonial fut inventé. Il a longtemps prospéré ; les colonies ont grandi. Mais un jour est arrivé où les nécessités nouvelles de l’échange, où les courants commerciaux, le télégraphe, la vapeur, l’enrichissement même de notre sol national par la culture indigène, rendirent ce pacte colonial insuffisant, inutile, impossible [...] Les Anglais ont ouvert la voie la plus large : ils ont dit à leurs colonies : plus de pacte colonial, vous êtes libres ; nous ne vous imposerons plus nos produits fabriqués et vous pourrez exporter les vôtres partout où ils trouveront des débouchés les plus rémunérateurs.

59Selon le député, ce système anglais rendait la sécession impossible. Le trait était quelque peu forcé malgré tout : « Nous n’avons pas le courage des Anglo-saxons qui affranchit les colonies. » De Le Cesne à Laneuville, aurait donc existé un courant minoritaire, plus proche de l’École marseillaise que de l’École havraise dominante.

  • 49 Imprimé dans les ateliers du Journal du Havre et administré par Henry-L. Brindeau.
  • 50 Cf. J. Thobie, Histoire de la France coloniale, Paris, Armand Colin, 1990, t. 1, p. 689-690.

60Les éditoriaux de L’Union républicaine du Havre49, quotidien publié en 1898 et 1899, offrent un exemple de belle contradiction entre des convictions fondées sur des valeurs morales humanistes et des positions conjoncturelles influencées par des discours venus de l’outre-mer, celui des colons antillais en l’occurrence. Cette contradiction apparaît telle bien sûr aujourd’hui, a posteriori, quand l’histoire a établi les causes compréhensibles de l’agitation de l’été 1899 en Martinique et Guadeloupe, crises de surproduction sucrière et contestation sociale50. Le discours colon est relayé sans discernement : les récoltes sont pillées, l’administration n’a aucune bienveillance pour les colons. Cela fait hésiter les capitaux.

L’île entière (la Guadeloupe) est livrée au gaspillage le plus éhonté. Tous les nègres se ruent aux emplois, et comme ils sont les maîtres étant le nombre, on crée des fonctions pour en pourvoir les créatures de ceux qui en détiennent l’autorité... Possédés par leur sorcier, le « quimboiseur » Légitimus dont ils ont fait un député, les Noirs considèrent les Blancs comme des réactionnaires et ne rêvent que de les chasser de l’île... Ce sont pourtant les Blancs qui les ont faits libres. Ils en sont bien récompensés aujourd’hui...

  • 51 L’Union républicaine du Havre, 13-12-1899.

61Et le journaliste Robert de Cantelou de conclure : « l’organisation du suffrage universel dans nos colonies est absurde ; toutes nos vieilles colonies en meurent. »51

62Les éditorialistes se lancent alors à la recherche d’une impossible doctrine : « Ce qu’il nous faudrait, c’est le protectorat... » « Vendons nos colonies puisqu’elles ne nous servent à rien », limitons « les pouvoirs exorbitants accordés aux Conseils Généraux » des colonies, accordons « plus d’autonomie financière aux colonies qui coûtent beaucoup à l’État et au contribuable français ». Et comme si les Antilles étaient soudain hors sujet, voilà, le mois suivant, en pleine aventure concessionnaire des Havrais et au moment du drame de la mission Voulet-Chanoine, que l’éditorialiste Robert de Cantelou semble remettre en cause le droit même de coloniser :

Le Droit contre la Force, très bien, mais si tous nos efforts tendent à réunir à nouveau l’Alsace Lorraine à la France... Mais l’Algérie appartient aux Arabes, le Congo aux Congolais, le Dahomey aux Dahoméens, Madagascar aux Malgaches, l’Indochine aux Indochinois. Que dirions-nous si les populations de ces pays se réclamaient du même droit contre la Force et cherchaient à nous chasser ? J’imagine qu’on ne saurait faire payer trop cher ces velléités d’indépendance aux pauvres bougres qui lèveraient l’étendard de la révolte ! [...] Ce sont des sauvages, après tout, n’est-ce pas ? Et le patriotisme ne leur convient pas... Il faut laisser cela aux peuples civilisés... Certains Français se taillent de belles fortunes dans des spéculations de terrains qu’on leur accorde trop facilement... Les peuples civilisés sont ainsi faits : ils ont deux doctrines, l’une pour eux, la seconde pour les autres... Il faudrait avoir la pudeur de ne pas invoquer le droit sans cesse... [12-08-1899]

63Les préoccupations relatives au droit des peuples à disposer d’eux-mêmes sont tellement rares à ce moment qu’elles méritent d’être mises en évidence, quel que soit le caractère minoritaire de ces républicains libéraux. Cela va plus loin. On sait qu’au temps de la conquête les Droits de l’homme et la lutte contre l’esclavage africain ont servi de prétexte au non-respect du droit des peuples. Et l’on a rarement, dans les dénonciations de certaines méthodes utilisées en Afrique comme celles qui ont justifié la dernière mission de Brazza, mis en cause le principe même de la supériorité du Blanc. Les propos de Robert de Cantelou n’en ont que plus de force :

  • 52 L’Union républicaine du Havre, 3-09-1899.

« Pour faire marcher les Noirs, me disait l’an dernier un jeune homme qui est allé au Soudan, je leur donnais la schlague. Avec ces gens-là, le bâton est indispensable » [...] Ces paroles me sont restées et me troublent profondément...lia suffi à un jeune homme d’être transporté pendant quelques mois sous d’autres latitudes pour que ses qualités de cœur fussent abolies à ce point. Il suffit donc de les lâcher en pleine Afrique, loin de toute autorité, avec la liberté absolue, pour que la bête prenne le dessus [...] Nous sommes loin de posséder cette supériorité dont nous nous prévalons sur les barbares. En Afrique, nous frappons à coups de bâton, nous massacrons au besoin des hommes dont le seul crime est d’avoir l’épiderme d’une autre couleur que la nôtre, de parler une autre langue, d’avoir d’autres mœurs, d’autres dieux, et surtout, de posséder des territoires et des richesses que nous convoitons52.

64Il a été souligné plus haut que la majorité du courant socialiste internationaliste havrais faisait, en cette fin de siècle, preuve de beaucoup moins de vertu humaniste et de réserve dans l’esprit de conquête. Faut-il pour autant classer L’Union républicaine havraise dans le concert anticolonialiste ? Contestation des principes, contestation des méthodes, mise à nu des contradictions philosophiques et politiques du colonisateur ne semblent pourtant pas impliquer le renoncement total à l’influence impériale. À maintes reprises, le journal prend parti contre le modèle soudanais ou « le mirage du Tchad ». C’est pour lui préférer le modèle guinéen, politique « sage » et « sans déficit », ou suggérer le protectorat, et en tout état de cause préférer le modèle anglais, sans doute bien embelli avec ses méthodes rentables, son opinion métropolitaine qui connaît bien ses colonies, à en croire Robert de la Villehervé. Même dans le contexte de Fachoda le courant anglophile n’est pas mort au Havre. Entre la conquête et la construction d’une identité coloniale, l’assimilation de l’expérience historique ne permet pas de parler d’une doctrine coloniale unique chez les élites républicaines. La liberté de ton écorne le caractère parfait du consensus. Mais bientôt, le refoulement, le repli et le dogmatisme vont unifier la doctrine coloniale de la Place.

Le refoulement de l’expérience concessionnaire et du travail forcé

65L’épisode congolais a suscité au Havre des conduites privées souvent contradictoires avec les discours publics. Dans le monde des affaires, cette expérience sur un théâtre fort lointain intègre les normes culturelles européennes de la propriété : ainsi, pour marquer son territoire sur la concession de l’Ibenga, le groupe Raverat-Siegfried veut-il borner la concession, se disant prêt à financer, à titre privé, une intervention militaire, ce qui provoque une réaction assez faussement vertueuse des administrateurs belges. Contrastant avec ces pratiques, vient le discours public ; celui d’un Henri Génestal par exemple, pourtant acteur de ces aventures « à distance », qui parle en 1908 des « principes élevés d’humanité de justice et de bienveillance à l’égard des indigènes ». Contradictoire aussi est la demande faite par ces républicains à l’État, sommé de déléguer à une société privée certaines de ses prérogatives, en même temps que le maire colonial affirme : « au Congo, il reste beaucoup à faire », notamment « parce que la protection des sociétés coloniales y est assurée de manière imparfaite ».

  • 53 « Le budget des colonies pour 1897 », Bulletin du Comité de l’Afrique française, rapport de J. Sieg (...)

66La manipulation, dans le discours, des modèles de colonisation laisse apparaître quelques incohérences. Jules Siegfried, dans son rapport sur le budget des colonies pour 1897, s’attarde à faire la démonstration, chiffres à l’appui, que « l’administration coloniale anglaise est arrivée à des résultats surprenants, avec une dépense comparative beaucoup moins grande que la nôtre. Nous avons là un exemple à suivre » ; il prône un modèle décentralisé de gestion financière. Son point de vue rejoindrait-il celui du courtier Laneuville ? Pas du tout. Dans le même discours, pour le Tonkin, l’Afrique et Madagascar, il soutient le projet de « donner de grandes concessions à des compagnies de colonisation qui sont l’instrument naturel de pénétration et de mise en valeur des pays inorganisés »53. Et l’on a vu à quel point la maison Siegfried s’était engagée dans cette entreprise. Ainsi s’établit l’idée que lorsque la colonisation concerne des territoires inconnus,

  • 54 Ibid.

lorsqu’un État ne veut pas se lancer dans des aventures qui pourraient le compromettre, et que cependant il peut y avoir intérêt pour lui à ne pas laisser prendre par d’autres ces territoires, l’organisation d’une Compagnie à Charte, avec délégation de souveraineté, est un système qui peut rendre les plus grands services54.

67Or Jules Siegfried n’avait-il pas été l’un des meilleurs défenseurs des théories libre échangistes au Havre ?

68Plusieurs hypothèses, non contradictoires, se présentent à propos des origines de la pensée concessionnaire au Havre, véritable doctrine coloniale de cette fin de siècle. Était-ce uniquement une pensée parisienne qui aurait contaminé Jules Siegfried au cours de ses activités parlementaires et ministérielles ? Était-ce un effet de réseau lié précisément au groupe Siegfried que l’on a vu se constituer en clique dans ce type d’aventure ? Les assertions de la presse havraise n’étaient-elles précisément pas influencées par les idées de ce groupe, surtout si l’on songe à son emprise sur trois des quotidiens populaires ou d’affaires de la Place ? Les sources permettent d’affirmer que la revendication de grandes compagnies de colonisation était probablement partagée par la majorité du réseau négociant et industriel, et cela dès le début des années 1890.

69Au nom de la Société de géographie commerciale du Havre, forte de 800 adhérents, le secrétaire général Loiseau présente un rapport sur les compagnies privilégiées, au Congrès des sociétés de géographie, à Lille en 1892. Il affirme l’utilité de la création de telles compagnies. Certes, il demande que le gouvernement n’accorde pas à ces compagnies le monopole commercial « qui a été la cause de la chute de leurs devancières ». Mais il se résigne quand le Congrès repousse cette clause. Et, en revanche, sur le fond, il plaide pour la délégation de souveraineté de l’État aux Compagnies, en se débarrassant des objections éventuelles, assez légèrement :

On s’est demandé si le gouvernement avait le droit de déléguer une part de sa souveraineté à une compagnie qui aurait sur le territoire concédé le droit de police et de justice, à quoi il a été répondu qu’en pays vierge, la compagnie se trouvera comme le capitaine d’un navire, qui en mer, a lui aussi plein droit de justice.

  • 55 Bulletin SGC, jan. 1894, AG du 26-07-1893. En vue du Congrès de Tours, à la demande de Victor Schmi (...)

70Ces « géographes » imaginaient-ils l’Afrique vierge sans habitants et par conséquent sans main-d’œuvre ? On a peine à le croire. Le Congrès de Lille émit un vœu dans le sens souhaité. « Les compagnies de colonisation administreront en bon père de famille les territoires à elles concédés, y maintiendront l’ordre public au moyen d’une force de police entretenue par elles et pourront percevoir des taxes représentatives des services qu’elles rendront aussi bien que des taxes sur les marchandises à l’entrée et à la sortie, le tout sous le contrôle du gouvernement français et à titre révocable en cas d’abus manifestes et persistants... » Un an plus tard les délégués havrais décident de renouveler leur intervention pour accélérer le processus55. Sur la Place, la presse fit l’apologie de ce système, à la veille de sa mise en œuvre, alors qu’elle fut très discrète dans l’exposé de ses résultats. Le Petit-Havre du 12 février 1898 affirmait que si le domaine de l’ancienne France coloniale avait été si riche, c’est qu’il avait été mis en valeur par ce système. Il redoutait même que les lenteurs parlementaires ne retardent l’octroi des grandes concessions :

Il ne faut pas oublier qu’il reste à l’heure actuelle à concéder l’exploitation de plus de 800 millions d’hectares. Que de richesses inexploitées, alors que sur le sol de la mère patrie tant de gens cherchent inutilement l’emploi de leurs bras ou de leur intelligence !

71Pourquoi l’épisode concessionnaire n’a-t-il occupé qu’une place discrète dans la mémoire collective et l’historiographie du Havre colonial ? S’agirait-il d’une expérience vécue comme peu glorieuse par les acteurs et d’un échec qu’il valait mieux cacher ? Ce serait prêter aux contemporains de l’aventure congolaise une conscience coupable qui n’apparaît pas dans les sources. En revanche, dans l’interprétation des difficultés de la colonisation congolaise, le responsable fut vite trouvé : l’État. En 1918, le gouverneur Angoulvant et son collaborateur Rouget, des hommes « qui ont la confiance des hommes d’affaires havrais », sont invités par la Ligue coloniale du Havre et la chambre de commerce. Au grand Théâtre du Havre, ils déclarent :

  • 56 RDCC, no 99,30-01-1918.

En vérité, le Congo français est né à une mauvaise heure, et la métropole avait consenti à le sacrifier pour Madagascar. Le gouvernement eut recours à un système qui avait donné d’excellents résultats, mais à une autre époque, le système des compagnies concessionnaires. Ces compagnies étaient chargées d’administrer le pays et de se substituer à l’État. Or, il leur manquait le principal atout de la souveraineté, c’est-à-dire la force. On s’aperçut par la suite de l’erreur qui avait été commise56.

  • 57 Dr Gillier, « Le caoutchouc en AEF », Revue de la marine de commerce, organe corporatif mensuel (Im (...)
  • 58 É. Rabut, « Le mythe parisien de la mise en valeur des colonies africaines à l’aube du XXe siècle : (...)
  • 59 A. Chevalier, « Émile Baillaud (1874-1945) », Revue de botanique appliquée et d’agriculture tropica (...)

72Il est en effet de bon ton, sur la Place du Havre, de critiquer l’État en éludant l’échec économique des sociétés concessionnaires. Pour la Revue de la marine de commerce, imprimée au Havre-Éclair en 1924, il y avait « nécessité de puissantes sociétés concessionnaires sans lesquelles sans doute le Congo français n’existerait pas, car elles y ont apporté le travail et l’argent. Au Gabon, elles ont fait mieux : elles ont précédé l’administration et ma foi, se sont fort bien débrouillées sans elles »57. De bonne ou de mauvaise foi, l’auteur de ces lignes confirme que le « mythe parisien de la mise en valeur des colonies africaines »58 fut bien vivant au Havre. École havraise, belge et parisienne contre école marseillaise : opposition de stratégies et de représentations du meilleur moyen de coloniser. Les « Marseillais » manifestèrent leur opposition au régime concessionnaire, Frédéric Bohn c’est bien connu, mais aussi Émile Baillaud secrétaire général de l’Institut colonial de Marseille et Auguste Chevalier l’agronome colonial qui vint plusieurs fois en conférence au Havre. Il écrivait en 1945 : « C’était la mise en esclavage - un néo esclavage - des indigènes au profit des sociétés capitalistes ; c’était le début du colonialisme en Afrique noire et l’emploi du travail forcé au profit de quelques-uns. Tous les produits du sol étaient retirés aux indigènes et attribués aux concessionnaires qui avaient le monopole de l’exploitation. »59 Dans les discours identitaires coloniaux des années 1930, la référence à l’existence d’intérêts havrais au Congo, au début du siècle est totalement absente. Les titres de gloire et d’expérience sont ailleurs, à juste titre ou non : les cafés coloniaux, l’Office du Niger, les bois tropicaux.

  • 60 B. Fall, Le travail forcé en Afrique occidentale française (1900-1945), Paris, Karthala, 1993, p. 5 (...)

73L’idée coloniale est ainsi faite d’oublis et de tabous : celui du travail forcé par exemple. Un point de vue sur le travail forcé n’est pas sans rapport avec l’idée que l’on se fait de l’Autre. Avant d’examiner les clichés, préjugés ou représentations du colonisé circulant sur la Place au cours de cette période, on peut rappeler l’évolution de la doctrine en matière de travail indigène. Le travail forcé n’est qu’une des pratiques dans une variété de formes de réquisition plus ou moins autoritaires où l’administration coloniale intervient bien souvent, comme auxiliaire du colon, notamment dans le domaine du portage. D’autant que, selon Babacar Fall, en matière de main-d’œuvre, il n’y a pas de véritable législation avant 193060. Une pensée en la matière au début du siècle est exposée dans le Bulletin de la Société de géographie commerciale du Havre. Au début du siècle, l’Union coloniale et l’Institut colonial international avaient traité de ce problème. Le Congrès colonial de 1903 avait écouté des rapports émanant « des plus hautes personnalités coloniales ». L’année suivante F. Mury, ancien commissaire des colonies, présentait une étude publiée par la Société de géographie commerciale du Havre.

74L’auteur légitime le travail forcé, sans jamais le nommer comme tel, car il est plus commode de parler du travail indigène en général, sans aborder la question de la réquisition ou de la coercition. Mais le fondement idéologique est le même : le peu d’ardeur du nègre au travail en général ne justifie-t-il point, implicitement le travail forcé ? Le refrain est connu : c’est tout de même mieux que l’esclavage. « Mais aujourd’hui, nous pratiquons une colonisation plus humaine et nous avons proscrit ce terrible moyen de domination. » De là découlent des préceptes : le nègre étant « indolent », « il est de toute nécessité de lui créer des besoins ». « Pour obtenir un effort un peu sérieux, il est nécessaire de le déplacer. » Le Noir répugne au travail de la terre qui est avant tout une affaire de femmes, constat correspondant bien sûr à une réalité. (Mais ce sont bien des familles entières que l’on déplacera, plus tard, pour la mise en valeur du domaine de Diré par la Ciconnic, dans la boucle du Niger.) Il faut « compter avec les défauts de leur race ». Le colon doit savoir qu’il faut employer 75 ouvriers noirs là où 25 Blancs suffiraient. Cette infériorité de la main-d’œuvre noire doit être compensée par son bas prix. Enfin, il faut « se méfier de tous les intrigants de couleur, qui font le malheur des Antilles, et des Schœlcher et autres doctrinaires ».

  • 61 RDCC, no 115,16-05-1929.

75Un quart de siècle plus tard, en 1929, pour Georges Raverat, il n’est pas question de recevoir des leçons de morale en ce domaine. L’identité coloniale, c’est aussi l’affirmation d’une chasse gardée. Accepter même de répondre à un questionnaire de l’Union coloniale à ce sujet « ce serait adopter une discussion du travail forcé ». La Conférence internationale du Travail sur le travail forcé aux colonies est, aux yeux de celui qui fut président de l’Union congolaise, une ingérence inacceptable : « nous ne voyons pas bien les États qui ont un intérêt direct dans l’organisation de la main-d’œuvre coloniale laisser à l’ensemble des gouvernements réunis à Genève, le soin de légiférer sur l’organisation du travail dans les colonies. » La chambre de commerce, en conséquence, émet le vœu que « l’étude du travail forcé soit réservée aux nations qui possèdent des colonies »61. Jean-Paul Sartre débutera ainsi, en 1966, sa préface au Portrait du colonisé d’Albert Memmi : « Le Sudiste seul a compétence pour parler de l’esclavage : c’est qu’il connaît le Nègre... Ce beau raisonnement sert encore... on est toujours le Nordiste de quelqu’un... » La Conférence de l’Organisation internationale du travail, réunie à Genève le 10 juin 1930, adopta une convention stipulant que tout membre de l’organisation devait s’engager à supprimer « l’emploi du travail forcé ou obligatoire sous toutes ses formes ».

  • 62 Voir notamment Ch.-A. Julien, « Léon Blum et les pays d’outre-mer », Colloque Léon Blum chef de gou (...)
  • 63 L’Économiste français, 2-12-1899, P-785-788.
  • 64 AFL 1997-002-4414, agence de Haiphong, exercice 1912, secrétariat.
  • 65 Compte rendu de son ouvrage Psychologie de la colonisation française, par P. Leroy-Beaulieu, dans L (...)

76Cet épisode pose la question du rapport entre colons et négociants d’une part et milieux gouvernementaux métropolitains ou territoriaux de l’autre. On sait combien des gouverneurs comme Viollette62 ou Varenne ont été critiqués. Si les sources négociantes havraises sont très discrètes sur ce thème, l’épisode du travail forcé conduit à s’interroger de manière plus générale sur les discrets désaccords des pouvoirs publics et du monde des affaires. En 1899, L’Économiste français critiquait l’acte de Paul Bert « faisant afficher les Droits de l’homme à Hanoï pour attirer les Annamites à nos conceptions politiques et nous les concilier »63. L’agent des Messageries maritimes à Haiphong ne pensait pas autrement quand il écrivait dans son rapport de 1912 : « Le pays serait parfaitement tranquille si par des mesures humanitaires enfantines et illusoires, les hommes politiques placés à la tête du pays ne se donnaient à tâche sous les noms les plus variés de “politique d’assimilation”, de “politique d’association” etc. de creuser entre le protecteur et le protégé un fossé de plus en plus profond. »64 Au principe « les Nègres ne seront jamais comme nous » de Léopold de Saussure65 en 1899, correspondait clairement cette appréciation de l’agent des Messageries sur la « prétention exagérée des indigènes incapables de comprendre la loi de l’offre et de la demande et la situation du cours des céréales ».

Entre le libre-échange et le pacte colonial : la tentation autarciste

77Entre expérience et doctrine, cheminent également les conceptions douanières, comme autant de représentations d’une pratique idéale de l’échange colonial. Au début du siècle, le négoce havrais imagine mal de vivre dans un système fondé sur la protection coloniale. Or celle-ci fera ses beaux jours par la suite. Peut-on parler sans discernement de culture havraise du libre-échange, lorsque surgissent des sources un protectionnisme, fût-il ciblé, et une nette tentation autarciste ?

De l’opportunisme en matière douanière, ou le protectionnisme ciblé

  • 66 RJDCC, no 681 887 et no 69, 6-07-1888.

78La recherche d’une éventuelle doctrine coloniale havraise pose obligatoirement la question suivante : le négoce havrais a-t-il été aussi libre-échangiste qu’il l’a souvent prétendu ? N’a-t-il pas hérité du réflexe de l’exclusif, compréhensible chez les armateurs, mais que certains négociants partageaient à l’occasion ? La chambre de commerce vote à l’unanimité, en 1887, un rapport de Grosos demandant l’abrogation de l’article 9 de la loi du 5 mai 1866. Il souhaite que la navigation entre la France et l’Algérie soit comme antérieurement réservée au pavillon national conformément à l’ordonnance de 1835. En juillet 1887, c’est Félix Faure qui présente à l’Assemblée le projet de loi d’assimilation conforme à ce vœu66. Le protectionnisme d’armateur semble faire au bout du compte assez bon ménage avec le libéralisme négociant, une fois passés les grands affrontements théoriques sur les traités de libre-échange à la fin du Second Empire.

  • 67 RDCC, no 88, 24-02-1908.

79Au début du siècle, certains considèrent que la protection existante est largement suffisante. Un rapport présenté par Georges Doublet, négociant en poivres, au nom de la commission des douanes de la chambre de commerce en 1908, s’oppose à une proposition de députés des colonies qui souhaitaient dégrever davantage encore les cafés, thés, cacaos et vanilles des colonies françaises67. Le négociant écrit ceci :

En ce qui concerne les colonies nous sommes suffisamment protégés grâce à la loi de 1892. L’Indochine est arrivée à produire une quantité de poivre supérieure à la consommation métropolitaine. La Réunion à elle seule, produit plus de vanille qu’il n’en est consommé en France. La détaxe de 78 F pour 100 kg sur les cafés devrait permettre à nos nationaux de lutter victorieusement contre leurs voisins étrangers. [...] Les avantages d’une exonération ne seraient pas compensés par les inconvénients qui pourraient résulter pour le trésor.

80Ce rapport fut adopté à l’unanimité. Était-il motivé par une conviction libre échangiste, par le désir d’un statu quo sur la base du Tarif Méline ou plus simplement par l’habitude de commercer prioritairement avec le Brésil, le Venezuela ou Haïti pour les cafés, avec les colonies anglaises pour le cacao ? Doublet faisait remarquer à ce propos que « les pays voisins de nos colonies telles que Granada ou Sainte-Lucie aux Antilles, Accra sur la côte d’Afrique augmentent chaque année la culture des produits qu’ils nous vendent à quantité égale, environ 25 F de moins par 50 kg que nos colonies ».

  • 68 RDCC, no 121, 25-01-1934. L’association des Grands Ports français rallie cette protestation : « Le (...)

81Lorsque l’activité havraise dans les échanges coloniaux devient plus décisive, entre les deux guerres, les négociants se dressent contre les contingentements de produits venus des colonies, quitte à reconnaître plus tard qu’ils n’étaient pas économiquement absurdes, quand ils ont permis le maintien des prix. Et il ne manque pas d’occasions pour le négoce portuaire de se sentir assiégé par des mesures dirigistes prises pour la sauvegarde des métropolitains de l’intérieur, agriculteurs ou industriels. La fièvre obsidionale des coloniaux est nourrie par ces contingentements imposés. Celui des riz et maïs d’Indochine ferait subir, selon Georges Raverat, « des dommages considérables aux intérêts de la chambre de commerce ». Il faut donc protester, avec les Exportateurs français du riz de Saigon, contre la proposition du ministre de l’Agriculture de protéger les céréales secondaires68. Cette mesure enfin écartée, la chambre de commerce reçoit les remerciements, le 16 juin 1934, du gouvernement général de l’Indochine. Le contingentement des importations de bois, en 1931, provoque aussi des protestations.

  • 69 J. Marseille, Empire colonial et capitalisme français. Histoire d'un divorce, Paris, Albin Michel, (...)
  • 70 La moitié de Bordeaux, le tiers de Dunkerque. RDCC, no 120,30-03-1933.
  • 71 Rapport Vaquin au nom de la commission des douanes de la chambre de commerce, RDCC, no 120, 30-03-1 (...)
  • 72 Le 6 novembre 1935, le Syndicat du commerce des grains, appuyé par la chambre de commerce, s’élève (...)
  • 73 JO, Débats parlementaires. Chambre des députés, 6-07-1933, p. 3525 à 3607.

82La loi du 6 août 1933, imposant un droit de douane sur les oléagineux étrangers dans l’espoir d’améliorer la situation économique et sociale de l’AOF, conduisit la chambre de commerce à formuler son opinion dans l’affrontement des groupes de pression. Cet épisode a été qualifié par Jacques Marseille de « fait divers significatif »69 des conflits d’intérêt suscités par la protection. Certes, le port normand n’importait que le huitième du trafic marseillais70. Mais le négoce havrais trancha dans le débat en faveur de l’Union coloniale, contre les propositions de Biaise Diagne et de l’Institut colonial français, pourtant atténuées par le projet d’Albert Sarraut proposé à la chambre des députés et au Sénat. Les industriels et l’Institut colonial de Marseille recevaient donc le soutien du négoce havrais, qui préférait à l’établissement d’un droit de douane sur les oléagineux étrangers, un « crédit remboursable aux colonies productrices » de manière à préserver le principe de l’entrée en franchise des matières premières71. Ce bel effort de libre-échange aurait pu être le signe d’une doctrine si les mêmes principes avaient été réclamés pour tous les produits, ce qui fut loin d’être le cas72. Qui plus est, le député-maire du Havre, Léon Meyer, membre de l’Institut colonial de sa ville, vota avec les 480 députés qui approuvèrent le privilège colonial73. Bien des attitudes se figèrent dans un protectionnisme dur, révélant par là que la question des oléagineux n’était pas la plus vitale sur la Place et avait permis d’entretenir une image libérale.

  • 74 RDCC, no 122, 16-02-1935, visite de Marchandeau, ministre du Commerce et de l’Industrie, et de Will (...)

83En 1935, devant le ministre de la Marine marchande en visite à la chambre de commerce, les négociants présentent un front uni pour plus de protection et pour moins de limitation des produits coloniaux. Au-delà des aspects techniques et commerciaux relatifs à chaque produit, c’est la demande d’une solidarité plus étroite entre métropole et colonie qui s’exprime. Léon Bachellier, dirigeant de l’Institut colonial, réclame pour les importateurs de rhum la suppression du contingentement et de la loi du 30 décembre 1922. Pour lui, le remède est simple, ce sont les eaux-de-vie métropolitaines qu’il faut contingenter. Edgar Raoul-Duval, au nom du Syndicat du commerce des cafés, évoquant l’hypothèse d’une modification de la fiscalité coloniale déclare : « Les producteurs coloniaux bénéficient de l’exonération de la taxe sur les licences. Il résulte pour eux un supplément de protection de 1 F par kg dont ils n’accepteraient pas de se voir privés. Pour remédier, il suffirait d’instituer une taxe deprotection coloniale” qui frapperait lors de leur acquittement tous les cafés étrangers. »74 Même tonalité chez les importateurs de cacao. Le décret de novembre 1933 oblige les colonies, si elles veulent bénéficier de la franchise coloniale sur leurs expéditions, à exporter une quantité égale sur l’étranger. Alfred Stempowski constate que nos trois fournisseurs (Côte-d’Ivoire, Cameroun, Togo) ont exporté, en 19 343 646 tonnes sur l’étranger et seulement 27 619 tonnes sur la France. « Plus la production coloniale s’accroît, plus la métropole a de difficultés pour importer les cacaos. » En conséquence, le négociant regrette que le décret « n’ait pas créé l’obligation d’exporter une quantité quelconque sur la France ». Si la demande d’abrogation de ce décret paraît libérale, l’argumentaire n’est-il pas autarciste ?

  • 75 RDCC, no 96, rapport Vaquin, 26-01-1915.

84Derrière le consensus de la sociabilité coloniale, s’élaborent, de manière très pragmatique, des convictions diverses qui résultent de la rationalité des acteurs. La doctrine coloniale des négociants, lorsqu’elle s’exprime à un niveau plus théorique, n’est que la résultante de forces contradictoires liées aux situations spécifiques des produits et à la force des réseaux corporatifs. La représentation idéale d’un échange entre le centre et la périphérie suit le chemin de l’expérience et diffère selon que le secteur dans lequel on travaille est plus ou moins dépendant de la relation avec l’étranger. Mais dans l’ensemble, c’est davantage la protestation contre le dirigisme que la défense des principes du libre-échange qui émaillé les travaux internes à la chambre de commerce. On professe ici la doctrine de sa pratique, faite d’un recours simultané au marché colonial et au marché étranger. Le protectionnisme est ciblé, il épouse la conjoncture. En 1915 comme en 1938 : « Peut-être certains trouveront-ils plus simple de proposer d’élever une barrière encore plus haute à nos frontières comme à l’entrée de nos colonies, par l’application de droits de douane protégeant plus efficacement encore la production nationale, ce serait un expédient qu’il ne faut même pas envisager car il serait l’indice d’une réelle faiblesse... »75, déclaration, en 1915, de libre-échangisme tempéré (puisque l’on se satisfait d’un niveau de protection existant).

  • 76 RDCC, no 125, p. 434, à propos du décret du 27-11-1937 d’une taxe supplémentaire de 100 F par 100 k (...)
  • 77 Cf. O. Lambert, « La bataille du café », in Marseille colonial face à la crise de 1929, M. Courduri (...)
  • 78 Ces réticences furent sans doute exagérées par les Marseillais dans le but d’opposer planteurs et n (...)
  • 79 Lettre du président du Syndicat du commerce des cafés à l’Union coloniale, 13-03-1935, CAOM, 100 AP (...)

85Cette exigence de savant dosage, on la retrouve en 1938, dans le domaine du café par exemple, où la conversion n’est pas totale au réservoir colonial. La chambre de commerce fait corps avec le syndicat des cafés pour protester contre la nouvelle taxe sur les licences de café, quitte à se mettre à dos les producteurs coloniaux : « Notre compagnie est toujours favorable au développement de l’économie coloniale, mais c’est une augmentation indue du privilège colonial. »76 Les réserves émises par les représentants du négoce havrais du café furent utilisées par les Marseillais pour se concilier les planteurs malgaches touchés par la crise. Ils furent servis en cela par l’intervention de Léon Regray au Congrès des thés et cafés des colonies françaises qui se tint à Marseille en septembre 193677. Le négociant havrais y avait notamment critiqué la qualité des cafés coloniaux. Il accusait les planteurs de mal préparer. Ces propos firent passer, bien à tort, les Havrais pour adversaires du café colonial78. De la même manière, la contestation des décisions de la Conférence impériale de 1934 en matière de protection douanière coloniale ne signifiait pas que les négociants étaient pour le marché libre. Cet épisode a été évoqué à propos du lobbying. Il ne s’agissait que de rendre cette protection plus pertinente, plus « ciblée », et comme l’indiquait Edgar Raoul-Duval, de trouver un « terrain d’entente » avec les planteurs79, ce qui fut fait en 1936.

86En réalité Le Havre voulait tout à la fois conquérir les marchés coloniaux et se réserver une part rentable du marché brésilien. D’autre part, comme on l’a constaté précédemment, certains négociants étaient plus prosélytes que d’autres en matière coloniale, et la dose de protectionnisme à instiller dans le libéralisme était différente chez les individus, et selon que le sujet pensait le tout (la France coloniale) ou les parties (sa propre entreprise par exemple). Et c’est Léon Bachellier lui-même, dirigeant de l’Institut colonial du Havre, protecteur jaloux des rhums coloniaux à l’Institut colonial français, qui, en janvier 1938, dans une réponse à l’Union coloniale propose d’écrire :

  • 80 RDCC, no 126, 10-02-1938.

La chambre de commerce a toujours été favorable au développement des échanges entre la France et ses territoires d’outre-mer, mais elle estime qu’il serait dangereux d’établir une solidarité trop étroite entre la production coloniale et le marché métropolitain ; qu’il faut non seulement ménager aux colonies françaises des débouchés à l’étranger, mais aussi prendre garde qu’en fermant le marché métropolitain aux produits étrangers pour le réserver aux colonies, on ne provoque des mesures de rétorsion qui iraient finalement à l’encontre des intérêts coloniaux80.

Le refus de l’industrialisation des colonies et la tentation du pacte colonial

87L’exemple havrais prouve que l’on peut être adversaire de la « protection à outrance » en matière de négoce et demeurer parfaitement protectionniste en matière d’industrialisation. Cela signifie que le protectionnisme douanier et l’autarcie ne sont pas exactement synonymes. En janvier 1914, le ministre du Commerce souhaite connaître l’opinion des négociants et industriels havrais sur un projet d’admission en franchise, à l’entrée dans la métropole, de riz étrangers (de Birmanie, du Japon, de Java), usinés en Indochine. Le libéralisme havrais s’arrête là où commencent les intérêts de ses rizeries :

  • 81 RDCC, no 95, Rapport Vaquin, 27-01-1914.

Si, sous le couvert de favoriser le développement économique de nos colonies, en incitant les colons à augmenter leurs cultures, il pouvait, dans une certaine mesure, être admis que les denrées coloniales qu’elles produisent soient totalement exemptes de droits, il ne saurait en être de même en ce qui concerne la concurrence à la main-d’œuvre nationale81.

  • 82 Rapport présenté par E. Collard au nom de la commission des douanes et des colonies ; RDCC, no 121, (...)

88Vingt ans après, le problème est à nouveau posé : « Devons-nous permettre aux colonies de transformer les matières premières dont nos industries ont besoin ? » s’interroge la chambre de commerce dans un rapport transmis aux pouvoirs publics et aux parlementaires, à la veille de la Conférence économique coloniale de 193482. Si la réponse n’est pas originale, elle a au moins le mérite de la clarté :

Le problème se pose de savoir si nous devons permettre aux colonies françaises et protectorats de s’équiper industriellement et de venir concurrencer les industries de la métropole. Il y a quelques mois, nous avons eu à nous inquiéter de l’introduction de tapis en fibre de coco de l’Indochine dont les industries similaires françaises demandaient le contingentement. [...] Bénéficiaires d’une main-d’œuvre indigène très bon marché, exonérées des charges fiscales que subissent nos industriels, non soumises aux exigences sociales de la loi des 8 heures, des allocations familiales et des assurances de toute nature, les industries coloniales prospéreraient sans doute, mais ce serait au détriment des nôtres, trop lourdement handicapées, le chômage ne pourrait qu’augmenter, compromettant à nouveau l’équilibre péniblement établi de notre budget. Nous sommes donc amenés à souhaiter que les colonies soient cantonnées dans leur rôle de fournisseur de matières premières où l’industrie française devra, selon ses possibilités, être invitée à puiser aussi largement que possible. Réciproquement, l’industrie française devra trouver en nos colonies des débouchés dont on favorisera l’extension par une politique économique appropriée.

  • 83 E. Carré, Études sur les relations commerciales entre les colonies françaises et la métropole, thès (...)

89Depuis que Jules Siegfried avait en 1896 présenté son rapport sur le budget du Commerce à la chambre, la doctrine s’était bel et bien figée. Il déclarait alors : « Il faut, dans nos possessions, encourager l’exploitation du sol, mais non l’industrie. » En 1903, E. Carré, dans une thèse de droit à Caen, validait cette opinion sous prétexte qu’elle était défendue par « les esprits les plus libéraux », ajoutant même que M. Siegfried « n’entendait évidemment par l’exploitation du sol que les cultures exclusivement propres au sol des colonies et n’ayant pas de similaires en France »83. La doctrine havraise s’inscrit donc dans une tradition qui veut que l’on s’autorise au protectionnisme industriel précisément parce que l’on s’estime libéral.

Les Havrais pris en flagrant délit d’autarcisme par les colons indochinois

90Cette attitude, en 1934, entraîne un violent conflit, épistolaire certes, mais significatif, avec la chambre de commerce de Haiphong. Celle-ci, relevant que selon la chambre du Havre, les colonies n’auraient pas le droit de se livrer à l’industrie, s’indigne :

  • 84 Lettre du président de la chambre de commerce de Haiphong, RDCC, no 122,23-08-1934.

C’est le Pacte Colonial, dont personne, depuis longtemps n’avait osé prendre la défense. Il est surprenant qu’un pareil vœu ait pu être émis par la chambre de commerce d’une ville dont la prospérité dépend des échanges internationaux et du trafic maritime84.

91Le point de vue havrais est déterminé par la primauté de la fonction importatrice dans le commerce colonial du Havre et par la présence d’industries consommatrices de matières premières coloniales à la Porte Océane. Aussi a-t-on le sentiment que la chambre répond à côté de la question quand elle rétorque : « Nous vous rappelons nos délibérations contre le contingentement des riz et maïs d’Indochine, des vins d’Algérie, de Tunisie, des sucres coloniaux, des oléagineux africains », avant de récidiver : « Mais le trafic d’un grand port est aussi tributaire de la prospérité de l’industrie française. »

92En janvier 1935, la chambre de Haiphong avive la polémique :

  • 85 Lettre du 10-01-1935, RDCC, no 122, p. 350. Nous soulignons.

Nous avouons notre pénible surprise d’entendre une voix aussi autorisée que la vôtre se lever pour soutenir et défendre le vieux pacte colonial qui depuis longtemps était tenu pour hérésie pure en matière d’économie coloniale. Nous nous bornerons à ce sujet, à vous rappeler le sort des anciennes colonies portugaises ou espagnoles et la naissance de la très grande République des États-Unis dont une des causes profondes a été le fait que certains industriels anglais prétendaient appliquer à leur colonie d’outre-Atlantique les mêmes théories que votre honorable Compagnie prétend à son tour nous appliquer. On a toujours tort d’être en contradiction avec l’Histoire [...] Nous avons une plus haute conception de notre mission. Cela tient sans doute au fait qu’avant d’être des industriels ou des marchands, nous sommes des colons85.

  • 86 « Ventes de tapis-brosse indochinois par la Société commerciale asiatique. Résumé de la situation d (...)

93C’est un fait divers économique qui a fait émerger ces positions autarcistes. La Société commerciale asiatique avait décidé, en 1932, de faire fabriquer au Tonkin une partie de ses produits de brosserie et sparterie86. Le Syndicat français de la sparterie réclama l’interdiction de cette industrie en Indochine. Il reçut un appui remarqué de la chambre de commerce du Havre. Le fait que Louis Vaquin, industriel de la brosserie au Havre, consommateur de matières africaines et revendeur en Algérie, ait été l’un des ténors coloniaux de l’assemblée consulaire n’est sans doute pas étranger à cette position. La chambre tenta donc de faire pression sur le ministre du Commerce dont la réponse fut assez cinglante :

  • 87 Lettre du ministre du Commerce et de l’Industrie, L. Lamoureux, au président de la chambre de comme (...)

Je crois devoir faire observer que l’industrie indochinoise doit être considérée comme une industrie française coloniale. De ce fait, on ne saurait admettre qu’une différenciation soit établie entre les produits de l’industrie française métropolitaine et de l’industrie française coloniale. Votre Compagnie semble se faire le défenseur de la thèse selon laquelle les colonies doivent se consacrer uniquement à la production de matières premières destinées à approvisionner l’industrie métropolitaine87.

94Le discours autarciste ne cesse pas pour autant. Il n’est pas seulement le fait des industriels. Ce sont en effet les négociants qui parlent haut, comme Edgar Raoul-Duval, le plus indochinois des hommes d’affaires havrais, et la commission des colonies de la chambre de commerce. Ils reprennent à leur compte la thèse du Syndicat général de l’industrie cotonnière et des Syndicats normands de la filature et du tissage. En mai 1938, ils écrivent au ministre des Colonies :

Si la métropole se doit d’aider les Territoires d’outre-mer, en dotant de nombreux produits de leur sol d’un régime douanier de faveur, il semble logique et équitable d’exiger des colonies le respect de certaines disciplines qui éviteront à des entreprises coloniales nouvelles de ruiner les activités métropolitaines anciennes...

  • 88 RDCC, no 126,19-05-1938.

95et d’insister sur les dangers de l’industrialisation des colonies : « pertes d’argent considérables, mise en chômage de milliers d’ouvriers... »88 Edgar Raoul-Duval, en mai 1939,

  • 89 Rapport adopté par la chambre de commerce du Havre, transmis au ministre des Colonies et à la Régio (...)

[souhaitait] que les industries nouvelles créées pour les besoins de la Défense Nationale (en Algérie), c’est-à-dire en marge des courants commerciaux nouveaux ne puissent à aucun moment entrer dans leur circuit. Les activités métropolitaines, tant industrielles que portuaires et commerciales, ont un caractère d’une importance fondamentale telle que, dans l’intérêt même du pays comme dans celui de l’Empire, elles ne sauraient être bousculées89.

  • 90 Rapport Vaquin sur le projet Sarraut adopté à l’unanimité par la chambre de commerce du Havre le 16 (...)

96Avant d’applaudir au programme de mise en valeur d’Albert Sarraut en 1923, les Havrais l’avaient-ils bien lu90 ? Le ministre y dénonçait la conception du pacte colonial

[et la] défense à la colonie de créer aucune industrie, défense de s’instruire des progrès économiques, défense d’évoluer au-delà du produit brut, défense aussi de faire avec les pays voisins, par-dessus la barrière douanière forgée par l’autorité métropolitaine, des échanges ou des négoces profitables à l’enrichissement du territoire soumis.

97Un peu plus loin :

  • 91 A. Sarraut, La mise en valeur des colonies françaises, Paris, Payot, 1923, p. 85 et 88.

l’effort français, exploitant scientifiquement le domaine, élargira ses moyens de fécondité [...] et favorisera le passage du stade de l’exportation du produit brut au stade de l’industrialisation et de la transformation de la matière première dans la colonie même91.

  • 92 J. Marseille, « Une stratégie anticipatrice, l’industrialisation des colonies », in Empire colonial (...)
  • 93 De même Jean Raoul-Duval, le 2 mai 1946, réagit vivement dans un rapport à la chambre de commerce c (...)

98Pourquoi cette crispation au cours des années 1930 et ce débat très tendu entre partisans et adversaires de l’industrialisation, dans lequel il ne semble pas exister de voix havraise s’élevant contre la doctrine autarciste ? Jacques Marseille a situé les enjeux du débat et analysé les forces en présence92. La stratégie autarchique s’est révélée inapte à résoudre les problèmes créés par la crise. Les analyses de Paul Bernard ont souligné à juste titre que les entreprises créées en Indochine n’ont joué qu’un rôle trop modeste dans l’économie locale, que les capitaux investis se sont trop limités aux activités exportatrices et « n’ont pas développé un marché interne aux potentialités énormes ». Paul Bernard a critiqué la stratégie libérale proposée par Edmond Giscard d’Estaing pour l’Afrique noire, qui était fondée sur la certitude que la baisse des prix des matières exportées, facilitée par le développement d’un outillage public financé par l’emprunt, suffirait à élargir les marchés, ce que contredisait le resserrement du marché international et asiatique du riz indochinois. En effet, l’exportation vers la métropole ne résolvait pas la malnutrition au Tonkin et les producteurs de céréales métropolitains durcissaient leur position. Loin de la « stratégie anticipatrice » de Paul Bernard, que révélait la position du négoce et de l’industrie havraise, sinon une crispation sur des positions autarchistes ? Un Raoul-Duval, président des Exportateurs de Saigon, se faisant le héraut des positions du Syndicat de l’industrie cotonnière peut surprendre93. Quelles raisons d’agir ainsi réunissent alors les patrons havrais ? Quelques hypothèses seront avancées.

Les raisons de l’antarcisme havrais

  • 94 Le rapport Vaquin fut adopté par 10 voix contre 1 et 7 abstentions. RDCC, no 93, 21-11-1911. À prop (...)

99Les élites économiques étaient divisées sur le statut douanier à accorder aux colonies. Certains, à la chambre de commerce, tout en étant partisans de l’assimilation douanière et du tarif de 1892 qui protégeait les vieilles colonies, se prononçaient dès 1911 pour la personnalité douanière des nouvelles colonies. Ils souhaitaient donner à chaque territoire « le régime qui conviendrait le mieux à son âge, à son niveau d’organisation politique et économique et à tous ses caractères distinctifs ». Il faut en conclure qu’une partie des notables havrais ne désirait pas que les colonies payent cher des produits de la métropole ou de l’étranger. Vaquin était de ceux-là et il reprochait à René Godet, patron des Corderies, de commettre une « erreur économique ». Ce dernier affirmait en effet que l’assimilation totale trouvait sa justification « dans les énormes sacrifices de sang et d’argent que la France a faits pour la conquête de son empire colonial, leur administration et leur mise en valeur... Il faut éviter d’ouvrir trop facilement la porte aux produits étrangers »94. On ne peut donc dire que l’autarcisme colonial havrais soit le résultat d’une indifférence à l’outre-mer français.

  • 95 RDCC, no 97,30-05-1916, réception de M. Luret, directeur du service de contrôle de la Dette de Tang (...)

100L’étude des échanges nous a révélé un port colonial d’importation, tout autant dans son imaginaire que dans sa pratique. La conservation du réservoir lui est d’autant plus sensible que la fonction de transit n’est pas encore dominante. Ainsi l’idée de ne plus être l’entrepôt et le marché de matières premières coloniales de la France n’est guère concevable. La crainte de perdre un débouché pour des produits transformés au Havre est minime comparée à la peur de ne plus trouver assez de « commodités » à recevoir des colonies sur le port normand. Le discours tenu par le président de la chambre de commerce devant l’envoyé de Lyautey au Havre en mai 1916 est significatif : « Malgré l’intensité du commerce de notre port, nous devons avouer que Le Havre ignore presque le commerce d’exportation... Il n’y a pour ainsi dire pas de produits manufacturés à exporter, les seules industries étant une filature, une usine de produits tinctoriaux et la fabrication métallurgique. » L’envoyé de Lyautey venu chercher des exportateurs le concède : « au Havre, je ne puis procéder de la même manière que dans un centre manufacturier » ; c’est à Orléans qu’il fait en effet fabriquer pour le Protectorat, des couvertures et de la toile blanche pour les burnous, et à Elbeuf, de la draperie95. Ce n’est donc pas la concurrence industrielle coloniale qui menace directement, mais plutôt la pénurie de produits qu’elle entraînerait pour les importateurs havrais.

  • 96 RDCC, no 140, rapport Raoul-Duval, 30-11-1950. Voir également AMH, D2, 17. Correspondance de Pierre (...)

101L’imaginaire de la fonction négociante a donc joué son rôle, et la détermination par les intérêts immédiats n’explique pas la totalité du comportement doctrinal. La nature des échanges maritimes entre Le Havre et les colonies repose en partie sur des produits moins sensibles à l’éventuelle industrialisation de la périphérie que ne le sont les oléagineux importés (plus importants à Marseille qu’au Havre), ou les produits textiles exportés. En effet, le café est encore aujourd’hui torréfié de préférence près du consommateur, et les chocolateries n’avaient guère d’avenir en Afrique dans les conditions techniques de l’époque. Hormis une épisodique protestation de l’entreprise Desmarais, relayée par la chambre de commerce, contre des avantages dont auraient bénéficié des huileries d’AOF et dont auraient été privées les huileries métropolitaines en 1950, et contre la politique industrialisante du ministère de la France d’outre-mer en général96, la préoccupation d’une concurrence industrielle à la colonie reste marginale.

102La configuration du système havrais d’entreprises coloniales a sans doute son effet sur l’imaginaire économique. Les entreprises industrielles à la colonie à direction havraise ont été rares et c’est l’activité de Place qui a dominé dans le mécanisme colonial havrais. La préoccupation de mise en valeur des colonies pour elles-mêmes est sans doute, à la Porte Océane, davantage une cheville du discours qu’une réelle préoccupation. D’autant que les expériences concessionnaires et les difficultés de développement au Soudan ne sont pas des expériences stimulantes pour un rêve d’industrialisation. Dans ces conditions, le seul élément consensuel est le repli sur la spécificité de deuxième port colonial, port de marchés, et la gestion des relations avec le réservoir. Jacques Marseille a insisté, dans l’analyse de la stratégie autarchique, sur la « résignation au statu quo » qui alimente cette doctrine en même temps qu’elle est nourrie par elle. Rien d’étonnant à ce que Le Havre colonial se retrouve, à une nuance près, dans les conclusions de la Conférence économique de la France métropolitaine de 1934-1935.

  • 97 J. Marseille, Empire colonial et capitalisme français..., p. 255.

103La tentation autarciste est aussi un produit du réseau. « Dis-moi qui tu fréquentes... » dit le proverbe. On a constaté, plus haut, les liens très forts du Havre avec l’ensemble du réseau industriel et négociant du coton et à l’opposé son faible poids dans la haute-banque coloniale et ses stratégies à long terme. Certes, l’influence des industriels soucieux de conserver leur capacité de réexportation vers les colonies n’est pas négligeable ; celle, par exemple, de la rizerie havraise ou celle de la petite industrie : Louis Vaquin, ténor de la Ligue coloniale à la chambre de commerce, exporte vers l’Algérie des articles de brosserie fabriqués à partir de matières coloniales. Mais c’est l’inscription du Havre dans le réseau du coton qui semble avoir particulièrement pesé dans le choix d’une doctrine hostile à l’industrialisation des colonies. Si la ville n’abrite qu’une modeste filature, plus encore que les industriels normands, ceux des Vosges, clients du Havre affirment leur présence dans les instances coloniales, comme la maison Saliou, de Saint-Dié, membre de l’Institut colonial, qui avait dès 1927 transféré son siège social au Havre. Hermann Du Pasquier, la Compagnie cotonnière occupent des rôles directeurs à l’Institut colonial. Depuis Charles-Auguste Marande, l’Association cotonnière coloniale trouve chez les négociants havrais du coton, souvent plus coloniaux dans leurs intentions que dans leurs actes, le socle de son action. Hermann Du Pasquier, lié aux Schlumberger et au Syndicat de l’industrie cotonnière, siège avec Waddington à l’ACC. Or ce dernier s’oppose, au sein de l’Union coloniale, à la stratégie d’industrialisation97. Les différences stratégiques et de doctrine, d’imaginaire colonial entre Le Havre et Marseille au moins jusqu’au milieu des années 1930, ne sont-elles pas imputables en partie à l’influence des hommes du coton, plus qu’au poids de l’échange cotonnier lui-même. Le succès d’une doctrine de l’autarcie au Havre est aussi l’effet émergent d’une pratique de réseau, les industriels vosgiens ou alsaciens étant les clients de négociants havrais pour du coton importé aux trois quarts des États-Unis.

  • 98 « L’industrie cotonnière française et l’impérialisme colonial », Revue d’Histoire économique et soc (...)
  • 99 Rapport de l’Inspection de la succursale du Havre de la Banque de France, 1921. En 1919, Charles La (...)

104Est-il interdit d’imaginer ce raisonnement de bon sens chez les importateurs du premier port cotonnier : si nos clients industriels ne vendent pas leurs produits en Afrique, notre activité est compromise ? Or progressivement, pour l’industrie cotonnière française, les « ventes dans l’Empire constituent le débouché non pas essentiel, mais quasiment exclusif jusqu’à la décolonisation », écrit Jacques Marseille98, voyant cela se confirmer dans le fait que la perte du débouché colonial a précipité l’effondrement de l’industrie cotonnière. Les raisons qui auraient pu pousser les importateurs de coton à épouser les positions du Syndicat général de l’industrie cotonnière apparaissent dans la seule énumération des « tirages » des négociants clients de la Banque de France ou du Crédit havrais sur les industriels vosgiens, alsaciens ou lillois. La crainte de la faillite du client a sans doute été entretenue par le souvenir cuisant qu’a laissé la faillite de la maison Latham99. La crise s’ajoutant en 1930, les gens du coton sont sous la pression de la situation de leurs clients. « Comme beaucoup d’autres, la maison Masquelier est ébranlée par la défaillance des filatures », écrit l’inspecteur de la Banque de France en 1932. Ainsi émerge une hypothèse : les négociants sont devenus autarcistes moins par souci de se voir ôter une matière première, guère massive, à la colonie, que par préoccupation à court terme du débouché de leur client. Leur stratégie est celle d’un réseau national alliant les intérêts du négoce et de l’industrie textile.

  • 100 ANSOM, affaires économiques, cité par J. Marseille, Empire colonial et capitalisme français..., p.  (...)

105Un autre facteur favorisait les choix autarcistes. L’érosion des quelques positions havraises dans la grande banque coloniale déplaçait le centre de gravité de la décision vers ce qui avait toujours fait la force de la Place : la chaîne des négociants et commissionnaires dont la forte densité a été soulignée dans l’étude démographique. N’était-ce pas là un facteur potentiel d’inertie dans la pensée économique ? Industrialiser les colonies eût bouleversé les circuits patiemment établis, en grande partie grâce à la protection, entre chargeurs à la colonie et entreprises de Place. Les stratégies des grandes banques comme la Banque de l’Indochine, la Banque de Paris et des Pays-Bas ne semblent guère avoir eu d’écho à la chambre de commerce du Havre. D’ailleurs « les banquiers sont la terreur des producteurs, ramasseurs, transitaires, négociants et de tous ceux qui traitent à la colonie »100. Entre l’hostilité et l’indifférence au développement autonome des colonies, les ténors de l’entreprise coloniale havraise tiennent un discours qui est cohérent avec leur recherche du statu quo et leur situation périphérique par rapport au capital financier partisan de l’industrialisation des colonies. Au moment où les élites portuaires ont réussi à se convaincre qu’elles tiennent un rôle de premier plan dans le « mécanisme colonial », on les voit mal accepter des théories qui entraveraient ledit mécanisme.

Hétérogénéité des raisons et cohésion dans la doctrine impériale

106Quel bilan tirer de cette recherche d’une doctrine coloniale dans sa version locale ? Existe-t-il, par-delà les différences, un ensemble minimal de certitudes et de croyances qui unifie idéologiquement les acteurs, dans une appartenance volontaire à un projet colonial ? Dans la France coloniale, il n’existe pas, au niveau économique - Jacques Marseille l’a souligné - l’équivalent du parti colonial au niveau politique. L’hétérogénéité est de règle. Individualisme méthodologique aidant, l’on perçoit les nuances et les conflits découlant des différences d’expérience et des situations dans les réseaux. L’examen des raisons de chacun à formuler sa version idéale de l’échange colonial montre également que si la préférence impériale ressemble fort au pacte colonial, à y regarder de plus près, autarcisme et protectionnisme ne sont pas toujours liés. (On peut refuser l’industrialisation de la colonie tout en refusant de protéger les produits quelle nous envoie.) Le slogan du « mécanisme impérial » cher aux Havrais recouvre toute une gamme allant de la protection absolue à la protection ciblée, ou l’absence de protection. Cela dit, tout cela ne serait-il qu’opportunisme et cet examen signifierait-il qu’il n’existe pas, dans le parti colonial, de croyance profonde dans le bien-fondé du système impérial ? Les acteurs ne se détermineraient-ils qu’en fonction des intérêts de leur corporation et de leur localité ? Il est probable que cette diversité de raisons a davantage uni que divisé. Elle a conduit les individus les plus dépendants de l’échange colonial à adhérer à la conviction profonde d’une nécessaire solidarité impériale, voire à s’en faire les prosélytes, bref à se rejoindre sur le terrain politique.

  • 101 Lettre au président du Conseil, CAOM, 100 APOM 536, Union coloniale française, enquête sur les poss (...)

107À ce sujet, dans les archives de l’Union coloniale, on trouvera une lettre adressée au président du Conseil au début de 1936, par Georges Raverat. Elle exprime clairement que la protection est le garant d’une communauté d’intérêts entre métropole et colonies. C’est elle qui donne sa raison d’être à ce qu’il appelle la « mystique coloniale », catalyseur de l’opinion en faveur du projet colonial. L’idée coloniale havraise, fédératrice de raisons, appartient bien à la France coloniale, dans son apogée. Devant la menace qu’aurait fait peser sur l’économie coloniale une mise en commun des débouchés coloniaux de la France en faveur de l’Europe, suggérée par le gouvernement à la SDN, le président de la chambre de commerce refusait toute idée d’internationalisation économique, de « mondialisation » dirions-nous aujourd’hui. Il s’appuyait sur les chiffres des importations de café et des exportations de coton jugées indispensables au couple France-colonies. L’idée coloniale tenait donc de la « chasse gardée », invalidant même l’idée d’Eurafrique qui du coup apparaissait comme un simple slogan à la mode. Laissant de côté les chiffres101, on retiendra de l’argumentaire de Raverat ce qui apparaît bel et bien comme la formulation d’une doctrine coloniale, adaptée aux spécificités havraises.

Le bien-être de nos colonies dépend beaucoup moins étroitement du prix auquel elles peuvent se procurer les produits dont elles ont besoin, que de l’importance et de la qualité des débouchés ménagés à leur propre production. À cet égard, il est incontestable que la France métropolitaine a constitué au cours des dernières années, et tend de plus en plus à constituer le principal débouché de la production coloniale, et ceci grâce à la protection qui lui est offerte par la métropole [...]
C’est précisément en raison de cette double constatation : importance vitale des débouchés coloniaux pour l’économie métropolitaine, importance vitale du marché métropolitain pour l’économie coloniale, que la récente Conférence Économique de la France d’outre-mer avait solennellement proclamé la nécessité d’une politique de solidarité économique impériale comportant à la fois la protection des produits métropolitains aux colonies, et sous des formes diverses, une politique de soutien des produits coloniaux français. Il est bien évident que le jour où l’un des termes de cette solidarité : la protection de la métropole aux colonies, viendrait à disparaître, le second terme : la politique de soutien en faveur des colonies, n’aurait plus aucune base et s’évanouirait pour toujours.
L’événement ne signifierait d’ailleurs pas seulement la ruine d’une politique de réciprocité impériale qui permettait de grands espoirs. 11 atteindrait, en son principe même, l’idée coloniale française. L’on a souvent souhaité le développement en France d’une mystique coloniale ou, plus exactement, une participation plus effective et plus agissante de l’opinion métropolitaine aux préoccupations et aux projets des colonies. Mais cette mystique ne saurait pratiquement exister ni être efficiente si des milieux étendus de l’économie métropolitaine n’ont pas le sentiment profond que leur intérêt propre coïncide avec celui des colonies. Le jour où cette communauté d’intérêts aura cessé d’être une réalité, la cause coloniale aura perdu un de ses meilleurs supports, sinon un élément essentiel de sa vitalité.

108Mais que le contexte change, et l’idée coloniale se charge d’un autre contenu. Vingt ans après, c’est l’intégration européenne qui inquiète le négoce havrais, faisant passer au second plan le débat sur l’industrialisation. Si bien que la question, un peu tard peut-être, a cessé d’être tabou. Défendre l’industrialisation, c’est même défendre, au Havre, la colonisation française au moment où les Nations unies semblent en contester la légitimité : c’est bien le sentiment, en 1951, d’Albert Charles qui affirme devant les élèves de l’École coloniale du Havre :

  • 102 Havre colonial, avr.-déc. 1951. Cérémonie du 22-12-1951, promotion Albert Schweitzer.

Vous aurez à participer et même à promouvoir cet effort industriel qui est une des formes actuelles de notre colonisation. Cette industrialisation n’est d’ailleurs que l’évolution logique et naturelle de l’œuvre de civilisation que la France a menée depuis tant d’années102.

109Au cours des années 1930, tout cela paraissait beaucoup moins « logique » et l’identité coloniale havraise s’était bel et bien figée dans l’autarcisme, au prix de nombreuses entorses à la tradition libre-échangiste. Comme le suggérait Georges Raverat, la mystique coloniale débordait largement le champ de l’économie.

Notes

1 « Le budget des colonies pour 1897 », Bulletin du Comité de l’Afrique française, rapport de J. Siegfried, p. 340.

2 Cité par J. Legoy, Le Peuple du Havre et son Histoire, 1800-1914. La vie politique et sociale, Fécamp, Éd. de L’Estuaire, 2002, p. 193.

3 Les steamers Caroline, California, Entre Rios, Rio Negro, Uruguay, Paraguay, pour Tananarive, les 25 mars, et 1,3, 8, 10, 12 avril 1895. On y trouve aussi des steamers anglais comme le Brinckburn qui fera escale à Toulon. JDH, 5-03-1895.

4 JO des 22 et 26-11-1894. Le projet fut voté par 372 voix contre 135. Les deux députés du Havre ont donc voté pour, tandis que trois députés de Seine-Inférieure s’abstenaient (Julien Goujon, Maurice Lebon, Louis Ricard).

5 JO, Débats parlementaires, 26-11-1894, p. 2160.

6 Courrier du Havre, 5-01-1895. La rencontre avec Mgr Fara a eu lieu à Grenoble. Article signé : d’Entremonts.

7 Ibid.

8 J. Brenier, Courrier du Havre, 5-03-1895, qui dénonce « le rachat pour 1,8 MF des Docks d’Haiphong à une société dont le matériel ne valait pas 0,6 MF, le fait que le gouvernement s’est laissé tromper par la Société de Batignolles pour la construction du Dakar-Saint-Louis qui coûte 40 millions au lieu de 15 », etc.

9 JDH, 10-08-1891, à la une : « Le banquet Archinard ».

10 Allocution de Gourdon, représentant le ministre des Colonies, hommage à Charles-Auguste Marande, Ligue coloniale du Havre, sept. 1936, BAM.

11 Le Havre-Éclair, 8-07-1934.

12 Ce discours s’adresse au ministre des Colonies Milliès-Lacroix qui assiste à la fête de la Fédération des Sociétés d’anciens militaires et marins du Havre et de l’arrondissement. JDH, 20-10-1908.

13 J. Avril, JDH, 28-03-1919.

14 RDCC, no 80,6-01-1899.

15 RDCC, no 82,11-10-1901.

16 RDCC, no 87.

17 RDCC, no 128, 10-04 et 9-05-1940.

18 JDH, 20-10-1908. Le discours s’adresse au ministre des Colonies.

19 Rapport Levarey, Recueil de la Société havraise d’études diverses, 1884, p. 83.

20 RDCC, no 89,17-10-1918.

21 RDCC, no 100,23-12-1919.

22 À propos du soutien au Plan Sarraut ou de la Journée coloniale à Paris en 1923, voir Vaquin, RDCC, no 107, P-273.

23 Rapport Vaquin, RDCC, no 110, p. 379. Enquête faite auprès des chambres de commerce des colonies françaises en vue de développer les relations du port du Havre avec les colonies, 20-11-1924. On lit dans le préambule : « En augmentant considérablement l’envoi de matières premières vers la métropole, le producteur colonial permet à celle-ci de s’affranchir des achats à l’étranger, où, généralement, ces mêmes produits doivent être soldés en monnaie à change élevé... »

24 LH, 19-02-1922.

25 L. Favier, « Le régionalisme et Le Havre », Bulletin de la SGC, 1926, p. 3 à 12. Nous soulignons.

26 RDCC, no 108, 22-08-1923, réception du gouverneur Garbit.

27 Allusion au projet Havre-Préfecture. Ce projet de la chambre de commerce, dont Lockhart et Siegfried étaient parmi les premiers concepteurs, avait failli aboutir en 1870 par l’action de Jules Le Cesne auprès de Gambetta. Il sera repris sans succès par Gustave Brindeau et Félix Faure en 1879. Cf. C. Malon, Jules Le Cesne, député du Havre, Luneray, Éd. Bertout, 1995, p. 163-170.

28 H. Hollaender, LH, 7-12-1928.

29 A. Memmi, « Les fluctuations de l’identité culturelle », Esprit, jan. 1997, p. 94-106.

30 RDCC, no 117, réception de M. Desmars, préfet de Seine-Inférieure, 8-11-1930.

31 Lettre de la chambre au président de la 3e région économique, RDCC, no 114, 26-04-1928.

32 PdH, no 137,24-11-1932.

33 RDCC, no 116, 3-04-1930, voyage de Georges Caillard en Algérie.

34 Bull. ICH, avr. 1930.

35 Ibid., nov. 1930, p. 2.

36 Ch.-R. Ageron, « L’Empire et ses mythes », in Images et colonies, N. Bancel, P. Blanchard, L. Gervereau (dir.), BDIC-ACHAC, Paris, La Découverte, 1993, p. 98.

37 Allocution à l’Union coloniale le 17-03-1930, Bull. ICH, avr. 1930, p. 4.

38 L. Adam, cité dans « Rapports et documents reçus », Bulletin de l’École pratique coloniale du Havre, no 5, oct.-déc. 1921, p. 12. Archives familiales de M. Jacques Nègre.

39 Bulletin de l’Association des anciens élèves de l’École supérieure de commerce du Havre, oct. 1932

40 RDCC, no 117,3-07-1930, p. 489.

41 À l’occasion de la Semaine coloniale 1934 (28 mai-3 juin), l’Institut colonial du Havre vous demande de penser à nos colonies, ICH, Palais de la Bourse, imp. Le Petit-Havre, 1934.

42 « À la jeunesse française », L’Appel de la France extérieure, Paris, Larose, 1935 (sans auteur).

43 Ph. Barrey, Les origines de la colonisation française aux Antilles, Le Havre, Micaux, 1918.

44 Ph. Barrey a été nommé archiviste de la ville du Havre en 1901. À son décès, en décembre 1919, le conseil municipal, en référence à son ouvrage paru en 1918, Les origines de la colonisation française aux Antilles, estime que « dans cette importante étude M. Barrey a fait ressortir de la manière la plus heureuse la part prépondérante prise par les armateurs havrais dans la colonisation des Antilles » (AMH, délibérations 17-12-1919).

45 Ce qui n’est pas sans rappeler : O. Reclus, Lâchons l’Asie, prenons l’Afrique. Où renaître ? Et comment durer ?, Paris, Librairie universelle, 1904.

46 Il échoua aux élections à la chambre de commerce en 1876 alors qu’il triomphait aux élections législatives.

47 Dans le programme sur lequel il fut élu en 1869 il avait indus : « les colonies toujours protégées, mais complètement affranchies, s’administrant elles-mêmes, ou tout au moins, en vertu du droit commun, représentées au Corps législatif » (AMH, K5, FC 1969).

48 Au cours du débat sur la proposition de loi de Jules Ferry, adoptée par 309 voix contre 140, rétablissant la représentation de la Guyane et du Sénégal à la chambre des députés (JO du 27-02-1877).

49 Imprimé dans les ateliers du Journal du Havre et administré par Henry-L. Brindeau.

50 Cf. J. Thobie, Histoire de la France coloniale, Paris, Armand Colin, 1990, t. 1, p. 689-690.

51 L’Union républicaine du Havre, 13-12-1899.

52 L’Union républicaine du Havre, 3-09-1899.

53 « Le budget des colonies pour 1897 », Bulletin du Comité de l’Afrique française, rapport de J. Siegfried, p. 338-342.

54 Ibid.

55 Bulletin SGC, jan. 1894, AG du 26-07-1893. En vue du Congrès de Tours, à la demande de Victor Schmitt, assureur, 1, rue de Chillou.

56 RDCC, no 99,30-01-1918.

57 Dr Gillier, « Le caoutchouc en AEF », Revue de la marine de commerce, organe corporatif mensuel (Imprimerie Le Havre-Éclair), no 12, oct. 1924, p. 696-702.

58 É. Rabut, « Le mythe parisien de la mise en valeur des colonies africaines à l’aube du XXe siècle : la commission des concessions coloniales, 1898-1912 », Journal of African History, 20,1979, p. 271-287.

59 A. Chevalier, « Émile Baillaud (1874-1945) », Revue de botanique appliquée et d’agriculture tropicale, nov.-déc. 1945, p. 248, cité par M. Courdurié dans Entrepreneurs d’Empires, Éd. Chambre de commerce et d’industrie de Marseille-Provence, 1998, annexe no 14, « Lutte contre les concessions », p. 483.

60 B. Fall, Le travail forcé en Afrique occidentale française (1900-1945), Paris, Karthala, 1993, p. 51.

61 RDCC, no 115,16-05-1929.

62 Voir notamment Ch.-A. Julien, « Léon Blum et les pays d’outre-mer », Colloque Léon Blum chef de gouvernement, Paris, Presses de la FNSP, 1981, p. 377-383.

63 L’Économiste français, 2-12-1899, P-785-788.

64 AFL 1997-002-4414, agence de Haiphong, exercice 1912, secrétariat.

65 Compte rendu de son ouvrage Psychologie de la colonisation française, par P. Leroy-Beaulieu, dans L’Économiste français, ibid.

66 RJDCC, no 681 887 et no 69, 6-07-1888.

67 RDCC, no 88, 24-02-1908.

68 RDCC, no 121, 25-01-1934. L’association des Grands Ports français rallie cette protestation : « Le blé et les céréales secondaires sont principalement concurrencés par le blé dénaturé », RDCC, no 121, 6-06-1934.

69 J. Marseille, Empire colonial et capitalisme français. Histoire d'un divorce, Paris, Albin Michel, 1984, chap. 12.

70 La moitié de Bordeaux, le tiers de Dunkerque. RDCC, no 120,30-03-1933.

71 Rapport Vaquin au nom de la commission des douanes de la chambre de commerce, RDCC, no 120, 30-03-1933, transmis à l’Institut colonial français, CAOM, 100 APOM 835.

72 Le 6 novembre 1935, le Syndicat du commerce des grains, appuyé par la chambre de commerce, s’élève contre les « graves répercussions » qui résulteraient de l’application d’un tarif minimum accordé aux riz des USA à l’entrée en France. Ce privilège donné à la concurrence des riz étrangers serait en contradiction avec la loi du 24 mars 1934 relative à la protection des riz coloniaux. Le syndicat souhaite protéger l’industrie française de la rizerie et les colonies françaises productrices de riz. RDCC, no 123.

73 JO, Débats parlementaires. Chambre des députés, 6-07-1933, p. 3525 à 3607.

74 RDCC, no 122, 16-02-1935, visite de Marchandeau, ministre du Commerce et de l’Industrie, et de William Bertrand, ministre de la Marine marchande.

75 RDCC, no 96, rapport Vaquin, 26-01-1915.

76 RDCC, no 125, p. 434, à propos du décret du 27-11-1937 d’une taxe supplémentaire de 100 F par 100 kg, lettre du président de la chambre de commerce du Havre au président du Conseil. Il fait valoir un autre argument en faveur des cafés non coloniaux : « les cafés étrangers rapportent au Trésor par les droits de douane près d’un milliard, alors que les cafés coloniaux n’apportent que 85 millions et contre 85 millions de droits qu’ils rapportent au Trésor, ils coûtent 146 millions à la consommation française. »

77 Cf. O. Lambert, « La bataille du café », in Marseille colonial face à la crise de 1929, M. Courdurié, J.-L. Miège (dir.), Éd. Chambre de commerce et d’industrie Marseille-Provence (Histoire du commerce et de l’industrie de Marseille XIXe-XXe siècles), 1991, p. 288-293.

78 Ces réticences furent sans doute exagérées par les Marseillais dans le but d’opposer planteurs et négociants havrais. Léon Regray ne fut pas aussi catégorique, si l’on en croit une correspondance entre l’Institut colonial français et l’Institut colonial de Marseille. « Au congrès du café de Marseille... Faisant la critique d’une dégustation de café à la tasse, M. Regray classe un robusta Côte-d’Ivoire, comme excellent café de fond et parfaitement utilisable et normal pour le mélange courant. Il estime que nous avons là un élément qui prouve que notre domaine colonial est parfaitement en mesure de fournir la consommation, d’une façon satisfaisante. » (CAOM, 100 APOM 835, Institut colonial français).

79 Lettre du président du Syndicat du commerce des cafés à l’Union coloniale, 13-03-1935, CAOM, 100 APOM 835, Institut colonial français.

80 RDCC, no 126, 10-02-1938.

81 RDCC, no 95, Rapport Vaquin, 27-01-1914.

82 Rapport présenté par E. Collard au nom de la commission des douanes et des colonies ; RDCC, no 121,2-08-1934, p. 512.

83 E. Carré, Études sur les relations commerciales entre les colonies françaises et la métropole, thèse pour le doctorat, Caen, imp. Ch. Valin, 1903, Archives départementales du Calvados.

84 Lettre du président de la chambre de commerce de Haiphong, RDCC, no 122,23-08-1934.

85 Lettre du 10-01-1935, RDCC, no 122, p. 350. Nous soulignons.

86 « Ventes de tapis-brosse indochinois par la Société commerciale asiatique. Résumé de la situation de cette industrie en France et de ses rapports avec le Syndicat français de la sparterie. » (CAOM, 100 APOM 605, Union coloniale française).

87 Lettre du ministre du Commerce et de l’Industrie, L. Lamoureux, au président de la chambre de commerce du Havre, le 6-03-1935 (CAOM, 100 APOM 605, Union coloniale française).

88 RDCC, no 126,19-05-1938.

89 Rapport adopté par la chambre de commerce du Havre, transmis au ministre des Colonies et à la Région économique d’Algérie, RDCC, no 127, p. 237. Le ministre des Colonies a pris « note de ce voeu dont l’objet se rapproche des préoccupations actuelles de son département en ce qui concerne les territoires de la France d’outre-mer » (p. 294).

90 Rapport Vaquin sur le projet Sarraut adopté à l’unanimité par la chambre de commerce du Havre le 16-11-1922 (RDCC, no 106).

91 A. Sarraut, La mise en valeur des colonies françaises, Paris, Payot, 1923, p. 85 et 88.

92 J. Marseille, « Une stratégie anticipatrice, l’industrialisation des colonies », in Empire colonial et capitalisme français..., chap. 10, p. 240 sq.

93 De même Jean Raoul-Duval, le 2 mai 1946, réagit vivement dans un rapport à la chambre de commerce contre le projet de loi Valentino, député de la Guadeloupe, d’instituer des offices publics pour le raffinage des sucres. Raoul-Duval, dont la maison est depuis 1907 administratrice des anciens établissements Darboussier, estime que « la totalité des sucres a toujours été raffinée en France... que l’installation d’usines coûterait trop cher car le rendement en sucre aux colonies est trop faible », que « la production coloniale est toujours venue sur la métropole » et qu’un organisme de vente en France porterait « un coup fatal au commerce du Havre installé depuis plusieurs siècles ». Cette décision serait pour lui « politique ». RDCC, no 134.

94 Le rapport Vaquin fut adopté par 10 voix contre 1 et 7 abstentions. RDCC, no 93, 21-11-1911. À propos de la Loi douanière du 29 mars 1910.

95 RDCC, no 97,30-05-1916, réception de M. Luret, directeur du service de contrôle de la Dette de Tanger.

96 RDCC, no 140, rapport Raoul-Duval, 30-11-1950. Voir également AMH, D2, 17. Correspondance de Pierre Courant. Note sur la situation actuelle de l’industrie de l’huilerie, 3-11-1950.

97 J. Marseille, Empire colonial et capitalisme français..., p. 255.

98 « L’industrie cotonnière française et l’impérialisme colonial », Revue d’Histoire économique et sociale, no 2-31 975, p. 386-412.

99 Rapport de l’Inspection de la succursale du Havre de la Banque de France, 1921. En 1919, Charles Latham se retire avec un compte particulier de 7 millions et laisse l’entreprise à trois de ses dix enfants : Charles, Jean et Robert. Il laisse aussi sa part sur le fonds de commerce qui s’élève à 1,5 million de francs. Latham contrôle plusieurs grosses entreprises : les établissements Ginet, une usine à Caudebec-en-Caux et la filature Marchal. Ses engagements en 1918 sont de 30 millions. Les difficultés de la filature Marchai de Saint-Dié, dues à la défaillance de Busch, son principal débouché, la baisse des cours et un stock de café, coton et tabac déprécié, entraînent pour la maison havraise un découvert de 30 millions en 1921.

100 ANSOM, affaires économiques, cité par J. Marseille, Empire colonial et capitalisme français..., p. 269.

101 Lettre au président du Conseil, CAOM, 100 APOM 536, Union coloniale française, enquête sur les possibilités de développement du commerce franco-colonial auprès des chambres de commerce, 1936.

102 Havre colonial, avr.-déc. 1951. Cérémonie du 22-12-1951, promotion Albert Schweitzer.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search