Version classiqueVersion mobile

Le Havre colonial de 1880 à 1960

 | 
Claude Malon

IIIe partie. Les chemins de l’idée coloniale

Chapitre 7. Les réseaux du prosélytisme et l’appareil colonial

Texte intégral

1Il existe, au Havre, un appareil colonial qui se construit et se perfectionne dès la reprise des conquêtes. Il connaît son apogée à la veille de la seconde guerre mondiale. Sociabilité savante, sociabilité professionnelle, enseignement, sont les trois lieux du prosélytisme colonial. L’idée coloniale imprègne les instruments du contrôle social. Le prosélytisme, reconnu socialement, ne rencontre qu’une faible résistance dans la cité, ce qui ne signifie pas pour autant que la foi coloniale soit entièrement partagée par la communauté.

La construction d’un appareil colonial

2La sociabilité des élites est le berceau de l’appareil prosélyte colonial. Au champ des sociétés savantes, se superpose bientôt le réseau d’une sociabilité coloniale professionnelle.

Les origines de la sociabilité coloniale, savante et professionnelle

3En 1884, la Porte Océane crée sa Société de géographie commerciale, c’est le temps des curiosités et des projets. Vient le temps de l’action : 1898, la Société d’aide et de protection aux colons ; 1904, la Ligue coloniale. En 1929, sous les auspices de la chambre de commerce, l’Institut colonial du Havre devient un carrefour de la « plus grande France ». Le dispositif, en 1937, atteint son plus haut degré de perfectionnement avec la création du Comité de propagande coloniale de la région du Havre. La sociabilité coloniale a tissé sa toile.

L’extension de la sociabilité coloniale : les finalités de la Société de géographie commerciale du Havre (1884-1939)

4C’est à l’hôtel de ville du Havre, sous la présidence de Frédéric Mallet, président de la chambre de commerce, et à l’initiative de Paul Loiseau et Jules Siegfried, que se constitue la Société de géographie commerciale du Havre le 16 mai 1884. L’article 2 des statuts annonce un « but essentiellement pratique » qui modifie, dès le départ, son caractère de société scientifique ou savante : « Sans exclure les questions de géographie générale, elle a particulièrement pour but de concourir aux progrès de la géographie au double point de vue commercial et industriel. » Dix ans plus tard, la vocation coloniale est plus nettement affirmée :

  • 1 Bull. SGC, jan. 1894, rapport du secrétaire général à l’AG du 9-03-1894.

La pensée maîtresse qui préside à notre œuvre est de vulgariser dans le public le goût des études géographiques, de diriger l’attention de nos concitoyens sur ce qui se passe à l’extérieur, principalement dans les régions où flotte notre pavillon, de l’intéresser aux choses coloniales, aux efforts déployés par la civilisation et le commerce pour pénétrer dans les contrées réputées les plus barbares1.

5Après un demi-siècle d’existence, la Société dira d’elle-même :

Le but de notre société n’a pas été tant de prêcher l’extension coloniale que de répandre surtout dans le public le goût des études géographiques, de l’initier aux découvertes et aux progrès faits dans les parties du monde si peu connues il y soixante ans, et de diriger son attention sur les questions et les contrées qui intéressent tout le monde civilisé, en particulier sur les colonies françaises.

  • 2 D. Lejeune, Les sociétés de géographie en France et l’expansion coloniale au XIXe siècle, Paris, Al (...)

6La vingtaine de personnes invitées à figurer comme présidentes ou membres d’honneur de la Société ajoute au capital symbolique du parrainage, la triple caution de la conquête militaire (Archinard, Borgnis-Desbordes), de l’exploration (Bayol, Savorgnan de Brazza), du pouvoir politique et économique (Félix Faure, De Lesseps). En sollicitant le parrainage de Ferdinand de Lesseps, qui préside la Société de géographie de Paris et honore celles de Marseille et Lyon, les fondateurs havrais ont situé leur entreprise dans le vaste mouvement étudié par Dominique Lejeune qui voit s’opérer dans la géographie commerciale la réconciliation de l’otium et du negotium2.

  • 3 Bull. SGC, 1895, p. 61.
  • 4 On y trouve aussi les principaux agents de change de la Place, détail important dans une ville qui (...)
  • 5 J.-L. Miège, Expansion européenne et décolonisation de 1870 à nos jours, Paris, PUF (Nouvelle Clio) (...)
  • 6 Rapport Vaquin au nom de la Commission de la Marine, RDCC, no 103,25-01-1921.
  • 7 Recoupement de l’acte notarié 1898, archives de Me Lacire au Havre et de la liste des adhérents de (...)

7« Tous, ou à peu près, ici, nous sommes mêlés aux affaires. » Sur ce propos débute l’assemblée du 11 mars 18953. Négociants, courtiers et employés de commerce forment les principaux contingents de la Société4 ; il s’agit là de catégories déjà constituées en réseau de sociabilité : le négoce dans la continuité de la Société pour le développement et la défense des intérêts commerciaux du Havre formée en 1870, les employés par une société corporative. Si le premier président, Gées, n’est autre que le directeur de l’École supérieure de commerce, progressivement le négoce prendra directement les rênes de la Société, il ne représentera jamais moins de 36 à 38 % des adhérents. Le fait que la quasi-totalité des membres de la Société d’aide et de protection aux colons appartienne à la Société de géographie en 1898 confirme l’affirmation de J.-L. Miège : « Ce mouvement géographique contribue à donner aux expéditions outre-mer une justification morale. »5 La représentation géographique n’est-elle pas le fondement des convictions impériales ? N’est-ce point par « l’examen de la carte » que la chambre de commerce est convaincue de la nécessité de l’incorporation de Tanger sous l’influence française en 19216 ? Que les plus coloniaux des négociants se retrouvent dans la géographie commerciale ne fait aucun doute. La majorité des actionnaires des compagnies concessionnaires appartiennent à la Société ; 13 sur 17 des Havrais de l’Ibenga, 10 sur 14 à La Kotto. De même il apparaît que 26 des 40 souscripteurs havrais de la Compagnie havraise de plantations à la Guadeloupe sont membres de l’association7.

8Dominique Lejeune a étudié la vocation de ces sociétés :

  • 8 D. Lejeune, Les sociétés de géographie..., p. 11.

C’est par la double médiation de l’exploration et de la recherche de denrées tropicales que les sociétés de géographie élaborèrent en de nombreuses langues, le concept de géographie commerciale, c’est-à-dire d’une géographie tournée vers la satisfaction des désirs du négoce européen. De la géographie commerciale à la géographie coloniale, il n’y avait qu’un pas8...

  • 9 La Société de géographie commerciale de Paris, distincte de la Société de géographie, a été créée e (...)
  • 10 10e anniversaire, Bull. SGC, mai-juin 1894, p. 191.
  • 11 PV de l’assemblée générale du 26-02-1897, Bull. SGC, 2e trimestre 1897.
  • 12 Outre de nombreuses personnalités déjà rencontrées, on notera que c’est le secrétaire de la SGC, Gu (...)

9La Société havraise est l’une des dernières sociétés de province à se constituer9, elle n’est pas la moins enthousiaste. Les sociétaires eux-mêmes se représentent parfaitement le lien étroit de leur curiosité géographique avec la séquence coloniale en train de s’ouvrir : « la Société venait à point, à l’origine du mouvement d’expansion coloniale qui se manifestait en même temps dans tout le pays et dans la politique. »10 L’association affirme son pragmatisme : être utile aux hommes d’affaires, au commerce. « Ce n’est pas tout que de conquérir, affirmait le président Loiseau dans son rapport annuel pour 1896, il faut savoir tirer parti de ces vastes possessions. Les sociétés de géographie ont leur rôle dans cette œuvre de mise en valeur. »11 La géographie est ainsi quelque peu instrumentalisée. Ce n’est donc pas le fruit du hasard si l’on retrouve en son sein de nombreux acteurs de l’entreprise coloniale havraise12.

L’âge d’or de la Société de géographie commerciale 1884-1914

Tab. 1 – L’évolution des effectifs de la Société de géographie commerciale du Havre

Tab. 1 – L’évolution des effectifs de la Société de géographie commerciale du Havre

Sources : Bulletins de la SGC.

  • 13 Le Havre compte 136 000 habitants en 1911.

10L’adhésion est massive13, si l’on songe que les sociétaires parisiens sont 1350 au sortir de la grande guerre et 1700 en 1925, que l’ensemble des provinciaux représente 11 700 adhérents en 1901. Cinq à six cents personnes, c’est le nombre de négociants et industriels notables, inscrits sur les pages rouges de l’Almanach du Commerce du Havre. Les 71 courtiers de la liste de 1899 ne représentent que 11 % des adhérents, mais ramenés à leur importance relative dans l’éventail socioprofessionnel, ils témoignent d’une mobilisation exemplaire, les deux tiers de la corporation. Le bulletin est à l’origine fabriqué dans l’imprimerie des anciens courtiers.

  • 14 AMH, R2, c.31 116.
  • 15 AMH.R2-c.31.
  • 16 Une étude de 1990 sur les associations havraises consécutives à la loi de 1901 permet de constater (...)

11Le bulletin de la Société et les conférences quelle organise proposent une chronique de l’exploration, de la conquête, de la mise en valeur. La première séance publique de la Société, le 14 novembre 1884, sous la présidence de Félix Faure, donne la parole au Docteur Bayol, lieutenant-gouverneur du Sénégal14. Viendront pendant un demi-siècle 120 grandes conférences, explorateurs, militaires, économistes, hommes d’affaires pour ne citer que quelques noms : Brazza, Bonvalot, Foureau, Archinard, Chailley-Bert, Leroy-Beaulieu, Hanotaux. La bibliothèque possède 6000 volumes et 200 périodiques en 1934 ! En novembre 1903, Eugène Étienne en personne vient parler de la « politique coloniale de la France ». En mars 1906, Paul Bourdarie, dont les préoccupations d’homme d’affaires rejoignent celles des Havrais de l’Association cotonnière coloniale, parle de « la lutte pour le coton colonial ». Le président de la Société de géographie commerciale, Blot-Lefèvre, président de la Cie commerciale de Madagascar et membre de la Société d’aide et de protection aux colons, invite le maire Henri Génestal, de la même SAPC, lui-même adhérent de la Société de géographie et fondateur de La Kotto, en ces termes : « Le succès de cette lutte aurait une portée considérable tant pour nos colonies que pour l’industrie française. »15 Les « réceptions intimes » qui suivent la venue des conférenciers permettent de tisser des liens, de rentabiliser l’effort de sociabilité. Les rites propres aux sociétés savantes sont respectés : chaque nouvelle « admission » nécessite une « présentation » par deux membres. Cette cooptation garantit le caractère élitaire et la solidité des liens individuels, elle valorise l’importance numérique relative des adhérents16.

Les raisons du déclin (1929-1940) et le déplacement du centre de gravité de la sociabilité « coloniale »

  • 17 Présentation de la colonisation en Algérie faite par l’avocat havrais Buot de l’Épine en 1892 à la (...)
  • 18 Bull. SGC, 1934, p. 24. « Cinquante ans de Société de géographie ».

12Le déclin de la Société de géographie commerciale du Havre semble inexorable à partir de 1925-1926. La sociabilité coloniale se transforme. La Société havraise, relativement à d’autres sociétés de province, a plutôt bien résisté. Son bilan est mitigé : sans doute a-t-elle accompagné, en le légitimant, le mouvement concessionnaire. Sans conteste, elle a diffusé l’idée coloniale, et parfois avec enthousiasme et emphase, plaidé les vertus de la « paix française », exalté la fierté nationaliste d’avoir par exemple, en Algérie, « découragé l’arabe »17. Mais l’étude des entreprises donne à penser qu’elle n’a pas réussi à susciter des vocations coloniales massives et à briser le caractère casanier des colonistes havrais. Son déclin en 1934 n’est pas dû à la désaffection des ténors coloniaux : Marande, Jobin, Raoul-Duval y jouent toujours les premiers rôles. Que disent les responsables de cette situation ? « À partir de 1929 le nombre des membres diminue et nos recettes aussi. C’est la grave crise où nous sommes encore qui touche de plus en plus le port et les maisons de commerce. C’est aussi le développement du cinéma qui gêne les conférences. »18 Ces justifications ne sont guère convaincantes car les conférences de la Ligue coloniale étaient très suivies. C’est plutôt, en 1929, la naissance de l’Institut colonial, qui est le signe d’une nouvelle organisation, d’une redistribution de la sociabilité coloniale.

  • 19 Bull. SGC, 1938, p. 12.

13« L’avenir de notre Société nous paraît bien compromis malheureusement. La géographie ne paraît plus intéresser personne au Havre. »19 Conquête, exploration, maîtrise concrète ou mentale de l’espace colonial, peut-être la géographie commerciale meurt-elle d’avoir trop œuvré : les représentations de la plus grande France sont désormais suffisantes pour court-circuiter, éliminer du réseau ce qui n’est pas essentiel aux stratégies de la mise en valeur, on tisse donc d’autres liens entre praticiens, la vulgarisation cède la place à l’information, c’est peut-être le retour en force du négotium. Les articles du bulletin, devenu maigre et seulement annuel, sont de plus en plus étroitement géographiques, les régions françaises et la statistique du port du Havre y occupent une place croissante, faisant d’ailleurs double emploi avec le développement des revues portuaires florissantes. C’est aussi la victoire du pragmatisme, l’Institut colonial occupe donc le terrain dès 1929. L’étude des échanges a mis en évidence l’apogée de l’activité commerciale. Il s’agit maintenant davantage de pratiquer que de découvrir. Désormais, on préfère demeurer entre décideurs. Employés de commerce et courtiers sont mis sur la touche. La sociabilité coloniale exige une spécialisation : au professionnel le laboratoire, au public la propagande. La géographie a fait son temps. Quant aux nostalgiques de la société savante ou aux esprits curieux et novateurs, ils pourront, se retrouver, dès 1937, dans la sociologie économique et la psychologie des peuples, autour d’Abel Miroglio, sous le parrainage d’André Siegfried. Les origines de cette mutation sont assez lointaines. À peine la grande conquête achevée, un noyau dur du parti colonial se formait au Havre.

La Société d’aide et de protection aux colons, et la Ligue coloniale du Havre : le « noyau dur » du parti colonial (1898-1934)

  • 20 AMH, FC-F2-c.22-L.11.
  • 21 Constituée en vertu d’une autorisation ministérielle du 23 décembre 1898 et d’un arrêté préfectoral (...)

141897 : la Société pour le développement de l’industrie et du commerce de 1870 ressuscite sous les traits d’une « Union havraise » qui intègre à ses objectifs l’entreprise d’outre-mer : « l’association sollicite et reçoit tous projets d’affaires commerciales, maritimes, industrielles, coloniales de quelque nature que ce soit. »20 Elle rassemble l’état-major du haut-négoce havrais. Au comité de direction figurent notamment Henri Blot-Lefèvre, Hermann Du Pasquier, Jules Roederer, Georges Raverat, Ernest Siegfried. La vocation profonde n’est certainement pas suffisamment affirmée, puisque l’année suivante, le même groupe se présente sous l’appellation de Société d’aide et de protection aux colons, sous la présidence de Jules Roederer21.

La Société d’aide et de protection aux colons (1898-1929)

  • 22 AMH, F2.C22-I.8. Prêts sans intérêts et passage gratuit ou à prix réduit vers la colonie.

15Jules Siegfried, membre de la SAPC, avait déclaré à l’assemblée, lors de la présentation du budget des colonies en 1897 : « S’il convient de travailler au bien-être matériel et moral des pays auxquels nous apportons notre civilisation, il ne faut pas oublier les avantages que nos nationaux ont le droit d’en retirer. » Subventionnée par la mairie du Havre, la Société d’aide et de protection aux colons, constituée le 23 décembre 1898, propose des avances remboursables en trois ans aux soldats de Madagascar désirant exploiter un commerce. Elle publie des offres de ce type dans le Télégramme algérien du 19 juillet 189922. La SAPC, dans sa profession de foi, affirme : « Il faut agir vite, si nous ne voulons pas voir se continuer ce qui a toujours existé jusqu’ici : l’exploitation de nos colonies par l’étranger. » Or, « après avoir conquis, il faut coloniser ». Pourquoi ne pas aider ceux qui sont déjà « acclimatés », particulièrement les militaires en mal d’activité après la conquête ? Les enfants des colons installés ne pourraient-ils fournir des cadres à la défense coloniale ? Les quelque soixante membres de la SAPC rassemblent un capital social considérable, occupent des positions centrales. Les courtiers havrais trouvent là, avec 34 % de l’effectif, la force maximale de leur histoire coloniale.

16Le premier projet consiste à envoyer une trentaine de personnes, sur les indications du général Gallieni, à Madagascar, près de Vohémar, en proposant à chacun d’employer au moins cinq indigènes. En mai 1899, la Société demande une aide de 5000 F à la municipalité pour diriger sur la résidence choisie « un groupe d’ouvriers de professions diverses, maçons, briquetiers, charpentiers, menuisiers ». En juin 1899, MM. Brindeau et Rispal, députés du Havre, font adopter par la Chambre des députés l’autorisation pour la Société d’organiser une loterie qui doit, en principe, rapporter l’année suivante plus de 200 000 F nets.

  • 23 JDH, 31-12-1899.

En effet, à quoi nous sert notre domaine colonial, s’il ne produit rien, n’étant pas habité. Les gens fortunés ne se souciant pas de devenir colons, nos concitoyens ont pris l’initiative de constituer une société sous une forme philanthropique... Comme cadeau de Jour de l’An, un bon patriote ne peut s’offrir un plus beau cadeau qu’un billet de la loterie qui rapporte 75 000 francs de lots en espèces. Aidons la Société, c’est pour la grandeur de la France quelle travaille23.

17Les avances consenties par la société s’élevaient en 1902 à 30 000 F. En 1907 une somme de 50 000 F fut accordée à plusieurs familles pour s’installer en Algérie. En 1912 un prêt est accordé à un certain Levesque pour s’installer dans cette colonie. La guerre interrompt les activités de la Société qui décide de se fondre dans l’Institut colonial, le 17 septembre 1934.

La Ligue coloniale du Havre, au cœur de l’appareil

  • 24 JDH, 7-03-1908. Sont également présents Génestal, Stempowski.
  • 25 Revue d’Histoire des colonies, 43e année, 1955, p. 156.

18La Ligue coloniale est fondée en mars 1908. Il s’agit à ce moment d’une section de la Ligue coloniale française créée par Eugène Étienne en avril 1907. L’initiative en revient à Charles-Auguste Marande qui constitue avec Loiseau, de la Société de géographie commerciale, le bureau provisoire. C’est à la Bourse que se réunissent les fondateurs, pour répondre à l’appel d’Eugène Étienne. Notre but, dit Marande, est « de resserrer les liens de solidarité qui doivent exister entre tous les coloniaux et tous les citoyens, sujets et protégés français partisans de l’expansion coloniale de la France », de « provoquer ou seconder les initiatives qui s’y rapportent, d’organiser directement ou de subventionner les œuvres coloniales, les Sociétés de géographie et autres sociétés savantes ». La Ligue aurait alors reçu 80 adhésions. Les fondateurs présents n’ont pas tous, ou pas encore, des relations intenses avec les colonies, loin s’en faut, comme certains hommes du coton, Thieullent ou Gardye, ou des courtiers comme Léon Meyer et Colchen. D’autres sont nettement coloniaux : Raoul-Duval, ou Quesnel de la maison Masurier, qui a déjà plusieurs décennies d’expérience sur la côte africaine. Les représentants de la Banque sont présents : Varlet, du Comptoir d’escompte de Mulhouse, Baillod, du Crédit Lyonnais qui fera partie du bureau24. Aux côtés du président Marande, se trouve Jacques Elaussmann, neveu du préfet de l’Empire, et baron lui aussi. Il avait été chef de cabinet de Félix Faure lorsque celui-ci était sous-secrétaire d’État aux Colonies25. Il avait gardé une grande influence dans les ministères.

  • 26 « L’œuvre coloniale au Havre », introduction aux Colonies dans notre vie nationale de demain, confé (...)
  • 27 Chiffre donné par le ministre Piétri lors de l’inauguration de l’Institut colonial du Havre, Bull. (...)

19La Ligue du Havre était-elle, comme elle l’affirme en 1917, « la première des Sections de province à l’origine, restée la plus importante par le nombre et l’activité de ses membres »26 ? Toujours est-il qu’en 1933 elle affiche un total de 400 adhérents. En 1930, il aurait même été de 500 adhérents27. Ses archives détruites, le chiffre est difficile à vérifier. Elle se révèle en tout cas assez puissante pour refuser la fusion opérée au plan national entre la Ligue maritime et la Ligue coloniale. Elle se constitue en « association absolument autonome » en 1921, ainsi que le déclare Charles-Auguste Marande au maire du Havre dans une lettre du 9 juillet. Ce divorce du « maritime » et du « colonial » reflète une séparation à la fois technique et culturelle du négoce et de l’armement, à l’exception des Chargeurs réunis qui s’intéressent de près aux organisations coloniales havraises. Voici donc deux organisations, certes connectées, mais relativement indépendantes et emblématiquement situées : la Ligue coloniale à la Bourse, la Ligue maritime et coloniale au siège de la Compagnie générale transatlantique.

Tab. 2 – Les initiateurs de l’autonomie de la Ligue coloniale du Havre en 1921

Charles-Auguste Marande

Compagnie cotonnière

Louis Vaquin

Importateur des fibres textiles

Henri Leroy

Industriel, ancien colon

René Sühner

Chef du service colonial du port

Gaston Beaussart

Négociant : riz, cafés, cacaos

Alfred Aubourg

Négociant en cafés et poivres

Paul Jobin

Négociant en cafés

André Chalot

Banque Chalot et Cie

Alfred Diomède

Sous-directeur de la Banque de Crédit

Étienne Fossat

Courtier en cotons

André Hémet

Courtier en cotons

Charles Noël

Bibliothécaire

Jean Risson

Inspecteur primaire

Édouard Sauvage

Négociant

Georges Savigny

Agent des Chargeurs réunis

Laurent Toutain

Courtier d’assurances maritimes

Sources : ADSM, AMH, Annuaires Micaux et presse locale.

  • 28 Risson, adjoint au maire, dans Hommage à Ch.-A. Marande, Palais de la Bourse, 1936, p. 7-9.

20La Ligue coloniale est l’initiatrice du projet d’un Institut colonial. Elle agit sur l’opinion, durant trois ou quatre décennies, par l’organisation de conférences au rythme soutenu. Entre le 19 octobre 1923 et le 28 janvier 1924 par exemple, huit conférences, souvent agrémentées de « vues fixes ou animées », ont été présentées au public havrais, sur des sujets aussi divers que la femme en Indochine, le Maroc, le Cambodge, la Côte-d’Ivoire, les Antilles, les produits de Madagascar, l’utilité des connaissances agricoles pour réussir aux colonies. « Toutes les fois qu’un de nos grands coloniaux venait se reposer ou travailler dans la métropole, M. Marande se mettait en rapport avec lui. C’est ainsi que nous avons pu voir et entendre au Havre, parmi les anciens chefs, MM. Merlin, Angoulvant, Camille Guy, et parmi ceux d’aujourd’hui, MM. Gourdon, Repiquet, Brévié et combien d’autres. »28

  • 29 Vaquin est désormais président, A. Aubourg et Paul Jobin (café) vice-présidents, Maurice Jobin (caf (...)

21L’état-major de la Ligue reflète un paradoxe déjà évoqué : les efforts coloniaux des hommes du coton ont été bien supérieurs à la part conquise par les cotons coloniaux dans les importations havraises. En 1939, les hommes du café ont pris de l’importance, conformément à la conversion aux origines coloniales opérée dans l’activité des entreprises29.

Deux grands artisans de la Ligue coloniale : Charles-Auguste Maraude et Louis-Victor Vaquin

  • 30 Bulletin de l'EPC, nov. 1923-fév. 1924, p. 2.

22Parmi les dirigeants de la Ligue, la maison Jobin, riche de son expérience dans le café néo-calédonien, Gaston Beaussart, secrétaire général de la Société anonyme des Rizeries françaises et bientôt administrateur de Saussus SA (cafés, poivres de Saigon), de la Compagnie commerciale rizicole puis de F. Lehoux et Cie (cacaos), Alfred Aubourg, d’Aubourg-Stéhelin et Cie, importateur-commissionnaire en cafés et poivres, en relation avec Madagascar. Henri Leroy, l’un des vice-présidents, est un ancien colon de Madagascar, « directeur d’entreprises industrielles et agricoles de la Grande île »30. Le groupe Siegfried-Raverat est influent à la direction, avec un représentant des Rizeries et un associé de la Compagnie cotonnière, Charles-Auguste Marande lui-même.

  • 31 La chambre de commerce rappelle son action en ces termes : « Il s’était spécialisé dans les questio (...)
  • 32 RDCC, no 135,12-06-1947.

23Des deux grands militants coloniaux de l’élite havraise de l’industrie et du négoce, Louis-Vincent Vaquin est assurément le moins connu. Il entre à la chambre de commerce en 1908. Les registres manuscrits des délibérations de la Compagnie révèlent qu’il y fut vraiment l’homme des colonies jusqu’à 193531. Il représente la chambre lors de nombreux congrès ou rencontres organisés par l’Union coloniale. Il est membre en 1921, de la Commission des concessions coloniales. Il est surtout l’auteur de nombreux rapports internes à la chambre, au nom de la commission des colonies et des douanes, où s’expriment les positions et les idées coloniales des négociants et industriels de la Place. Il est lui-même industriel et négociant, président du Syndicat général du commerce et de l’industrie du Havre et administrateur du Port autonome. Son entreprise de type familial, née en 1892, existe encore en 1960. Avec un capital moyen sur la Place (1,15 million de francs en 1927), la maison importe des colonies des matières pour brosseries et corderies, notamment des écorces et lianes de la côte occidentale d’Afrique. Trois usines fonctionnent à Caudebec, à Rennes et surtout au Havre, rue des Briquetiers, près des docks Vauban. Vaquin exporte en France et dans les colonies, notamment en Algérie32. Très représentatif des affaires coloniales de Place, il ajoute à son entreprise spécialisée des activités complémentaires : commissionnaire en caoutchouc, en bois exotiques, et représentant de diverses exploitations forestières.

  • 33 Lettre de Charles-Auguste Marande au rédacteur en chef du journal Le Havre, publiée le 19-07-1903, (...)
  • 34 LH, 25-12-1903.

24Le nom de Charles-Auguste Marande (1858-1936) est plus connu des Havrais, peut-être parce qu’une rue porte son nom et qu’il a légué une importante collection de peinture au musée du Havre. Cet Alsacien catholique, venu au Havre après les événements de 1870, fut élève du lycée de la ville. Sa vie professionnelle de négociant en coton dura une trentaine d’années, comme associé de la maison Siegfried, Compagnie cotonnière. En tant que vice-président de l’Association cotonnière coloniale, il correspond directement avec le délégué de l’association au Soudan, M. Quesnel, lequel lui rend compte de ses expériences de plantation dans les secteurs de Bamako, Koulikoro, Ségou, Sansanding, San, Djenné33. Divers colons au Dahomey lui font parvenir, en 1903, 2100 kg de coton qui seront égrenés au Havre. Marande se rend à Paris aux réunions de l’ACC pour rendre compte des résultats34, encourageants puisqu’il a obtenu un rendement de 30 % à l’égrenage, comparable à celui des cotons d’Amérique. En juillet 1903, il y rencontre le gouverneur Roume qui peut ainsi se persuader d’un débouché possible en métropole. Charles-Auguste Marande a donc été l’une des chevilles ouvrières de la stratégie impériale du coton évoquée dans l’étude des entreprises. De 1903 à sa mort en 1936, il fera constamment partie du comité de l’Association cotonnière coloniale.

  • 35 Ligue coloniale du Havre, hommage à Charles-Auguste Marande, Palais de la Bourse, 1936. Bibliothèqu (...)

25À l’âge de cinquante ans, il se retire des affaires pour se consacrer exclusivement au sacerdoce colonial, pendant près de trente ans. Il est le président-fondateur de la section havraise de la Ligue coloniale, de l’École pratique coloniale en 1908, et l’un des fondateurs de l’Institut colonial en 192935. C’est sur une suggestion de Marande, au nom de la Ligue coloniale, que le 18 novembre 1926, et sur la base de plusieurs rapports de Louis Vaquin, que la chambre de commerce met à l’étude la création d’un Institut colonial. Il collabore à l’élaboration de ses statuts, bien que n’étant pas membre de la chambre de commerce, et devient naturellement l’un de ses vice-présidents. Sans être, au sens strict, le plus important « entrepreneur d’Empire » de la Place, il en aura été le plus grand prosélyte et bâtisseur d’appareil colonial. Amateur d’art, bibliophile et mécène, il léguera une somme de 300 000 F à l’École coloniale et une collection de 87 œuvres d’art au musée des Beaux-Arts du Havre.

La rationalisation de la sociabilité coloniale de 1898 à 1940 : création de l’Institut colonial du Havre et du Comité de propagande

26Cette rationalisation se caractérise par la constitution de lieux de sociabilité coloniale plus efficaces, par une division du travail entre les actions de propagande et de défense corporative coloniale.

L’Institut colonial du Havre, carrefour de la plus grande France

  • 36 RDCC, no 113,1-09-1927. Rapports du 1-09-1927 et du 6-12-1928.
  • 37 Pour une histoire comparée, voir L. Morando, Les Instituts coloniaux en France, 1893-1940 : ambitio (...)

27C’est Louis-Victor Vaquin qui présente, en 1927, au nom de la commission des colonies de la chambre de commerce, les rapports qui donnent naissance à l’Institut colonial. Deux années de réflexion ont été consacrées à une enquête sur les différents centres d’études et d’éducation coloniales36. Dans cette enquête, il est dit que l’Institut colonial de Bordeaux est le plus ancien. Créé le 30 avril 1901, il fonctionne avec le concours financier du ministère des Colonies, des Gouvernements généraux des colonies, de la municipalité et de la chambre de commerce. Il a organisé un musée et une bibliothèque. L’Institut colonial de Marseille, créé en 1906, « groupe la plupart des grandes entreprises coloniales et un grand nombre de négociants, courtiers, commissionnaires et industriels, traitant les produits coloniaux. Ses membres, outre les subventions accordées par la municipalité et la chambre de commerce, assurent le budget ». Il servira donc de modèle. L’idée d’un laboratoire des produits coloniaux et celle d’un bulletin régulier, à l’image des Cahiers coloniaux, peut aussi venir de là37.

28À Lyon, un musée colonial existe depuis le 24 novembre 1924. Il y paraît un bulletin mensuel : Lyon Colonial. Mulhouse, en 1926, a fondé un Office colonial sous les auspices de la chambre de commerce et de la Société industrielle. Son orientation a peut-être inspiré les Havrais : « Son objectif est de faciliter les échanges entre les colonies et la métropole et de servir d’agent de liaison, principalement entre les maisons alsaciennes et les territoires d’outre-mer sous le contrôle français [...] Il centralisera toutes les statistiques, toutes les informations. » Si un projet havrais de musée colonial était réalisé, « il ne consisterait pas à montrer à un public “problématique” les produits d’origine coloniale, mais à rechercher l’importance des matières premières nécessaires à l’industrie nationale, principalement celles de l’hinterland havrais, d’en collectionner les types, de rechercher la production coloniale en ces mêmes matières ; d’autre part faire savoir aux colonies appropriées que tel et tel produit sont achetés par la métropole. »

  • 38 Risson, Hommage à Ch.-A. Maraude.
  • 39 Projet de statuts, TX-CC-1928. Annexe A 20.
  • 40 Assemblée générale du 8-11-1930, rapport moral, PdH, nov. 1930.
  • 41 Le Petit-Havre, 10-03-1931

29L’Institut sera donc chargé avant tout, de « renseigner le commerce sur les produits coloniaux et le parti qu’il est possible d’en tirer »38. L’Institut colonial du Havre est constitué le 7 novembre 1929, et inauguré officiellement le 26 avril 1930 par François Piétri, ministre des Colonies. L’organisme devra s’efforcer d’assurer une liaison complète entre les colonies françaises et la partie du pays en relations commerciales avec la Place du Havre pour aider d’une part au développement de l’exportation des produits coloniaux vers la métropole, et d’autre part « favoriser l’approvisionnement de ces produits par les soins des ressortissants de la communauté commerciale et industrielle de la Place du Havre et de leurs correspondants »39. La sociabilité savante est loin, il s’agit de constituer un réseau d’affaires à l’échelle de « la plus grande France ». L’Institut se charge également d’une fonction qui appartenait jusque-là à la Ligue coloniale ; « laissant à la Ligue le soin de continuer à exercer son action par les conférences qu’elle organise, nous avons porté tous nos efforts sur la propagande coloniale scolaire ». Cette volonté de modeler les jeunes esprits à la représentation d’une « nation française » « répandue sur l’étendue du monde » est un objectif hautement affirmé : « Nous croyons que la propagande coloniale doit s’adresser principalement aux enfants et aux adolescents. »40 Il s’agit, par exemple, de concours scolaires pour lesquels l’Institut demande la participation des inspecteurs primaires du Havre, Bolbec, Dieppe, Rouen et des directeurs d’écoles primaires et cours complémentaires de Seine-Inférieure. Chaque élève reçoit une brochure de géographie des colonies françaises et une carte de la France mondiale à colorier. En 1931, 200 élèves du Havre, Sanvic, Bléville participent au concours. Les cartes primées seront exposées à la Foire du Havre et les gagnants recevront des billets et des réductions de chemins de fer pour se rendre à l’Exposition coloniale de Vincennes41.

  • 42 J. Rontein, Bull. ICH, 1932, devoir publié à la suite d’un article intitulé : « Pourquoi la jeuness (...)

30La distinction que l’on trouve souvent sous la plume des contemporains d’après laquelle l’Institut se charge de la pratique et la Ligue de la théorie n’est pas toujours respectée. Les deux organismes utilisent la propagande par le cinéma et récompensent les bons élèves. Ils ne sont pas non plus les seuls supports du prosélytisme. Un lycéen du Havre42 fait un bilan assez complet, dans le bulletin de l’Institut, des lieux où chemine l’idée coloniale :

Puis ce fut la révélation ; les ouvrages de Kipling, de J. et J. Tharaud, de Claude Farrère, de Mme Myriam Harry, d’André Demaison, nous apportèrent des documents précis, timidement un film passa à l’écran, nos yeux s’émerveillèrent devant de nouveaux horizons, horizons vastes et grandioses et des croisières, des expéditions, nous rapportèrent des films, des documentations, de grands journaux envoyèrent des reporters, tous nous pûmes lire et admirer l’œuvre des conquérants de la brousse, nos pères ; des ligues se fondèrent, elles nous intéressèrent aux choses de la mer, et par là, à celle des colonies ; des conférences eurent lieu. Des administrateurs, des explorateurs, nous expliquèrent avec talent et précision ce qu’on faisait là-bas, loin de la Métropole, ce qu’on y cultivait, ce qu’on y élevait. Derrière eux, presque toujours, un film déroulait les beautés de l’œuvre française alliées à celle de la nature coloniale ; « La Symphonie exotique » en est une des plus remarquables expressions.

L’Institut colonial, une superstructure

  • 43 Il s’agit de Bergerault, de la maison Bergerault et Cremer, ancienne maison Félix Faure et Cie, spé (...)

31L’Institut est administré par des membres élus représentant le négoce colonial et l’industrie, et par des membres de droit issus de tous les organes de contrôle économique de la cité : chambre de commerce, Port autonome (Hermann Du Pasquier et Georges Raverat), Comité du commerce, de l’industrie et de l’armement de l’Estuaire, Syndicat général du commerce et de l’industrie. Sont aussi membres de droit le délégué de la Ligue coloniale, le directeur de l’École pratique coloniale et un membre de la municipalité du Havre. Les membres élus sont représentatifs de la palette des compétences coloniales de la Place. Les 35 élus du premier conseil appartiennent au commerce des rhums, des cuirs et peaux (dont l’un n’est pas particulièrement orienté vers les colonies françaises43), des bois, des grains, du coton et du sisal, des fruits et miels, des cafés et cacaos, du poivre, du négoce polyvalent des produits coloniaux. Sont intégrés aussi des représentants des docks, du transport maritime, de l’industrie des extraits, du crédit à l’échelle locale. Bientôt la direction connaîtra une influence des gens du café et du cacao, plus conforme au commerce de la Place, avec l’introduction de R. Latham et F. Lehoux en 1938. Le premier comité de direction se distribue de la manière suivante :

Tab. 3 – Les dirigeants de l’Institut colonial du Havre en 1930 et leur domaine d’activité

Léon Bachellier

Président

Rhums

Albert Charles

Vice-président

Bois exotiques

Sosthène Pâlie

Secrétaire

Cotons

Rodolphe Rufenacht

Trésorier

Cotons, cafés

Robert Ancel

Produits coloniaux

P. Bergerault

Cuirs et peaux

Bouly de Lesdain

Chargeurs réunis

Louis Vaquin

Fibres brosserie

Sources : ADSM, 4M574.

L’Institut colonial : un réseau de relations à l’échelle de l’Empire

32L’Institut colonial du Havre fait figure d’organisation de masse avec 167 adhérents au départ, 202 en 1938, et, entre-temps des adhérents renouvelés, soit un total de 290 personnes physiques ou morales repérées dans les dix années du bulletin de l’organisation. La liste du 31 décembre 1930 distingue les membres fondateurs. Ce sont 13 grands négociants dont Hermann Du Pasquier, Charles et Masquelier, une société marseillaise (Hugues), quatre sociétés « parisiennes » dont la Banque d’Indochine et la Banque de l’Afrique occidentale. Onze « fondateurs » sur 17 sont directement intéressés aux relations entre Le Havre et l’Afrique noire. Le leadership de l’Institut appartient au négoce du coton et du bois, et dans une moindre mesure, à celui du café et des céréales. Autre caractéristique, les sièges sociaux des entreprises adhérentes externes au Havre, inexistants lors de la création de la Société d’aide et de protection aux colons, représentent 20 % de l’effectif en 1930, 25 % en 1938. Réseaux nationaux et internationaux, stratégies intercontinentales, concentration, rôle grandissant de l’armature bancaire, et monétarisation croissante des colonies, les raisons de l’élargissement du recrutement de l’Institut sont multiples.

33Rares sont les entreprises ou syndicats professionnels comptant sur la Place qui n’adhèrent pas à l’Institut colonial, même lorsqu’elles ne sont que partiellement intéressées. L’assemblée générale du 22 novembre 1938, par exemple, rassemble 68 individus représentant les principales affaires de la Place, du négociant à l’industriel, de la Compagnie industrielle maritime (stockage des pétroles) aux docks frigorifiques. L’Institut a célébré cette année-là, son centième bulletin mensuel. Mais l’aspect le plus frappant est la liaison que suppose sa liste d’adhérents à la « plus grande France » : grandes sociétés coloniales d’import-export qui ont besoin du réseau des commissionnaires et négociants havrais, comme la CFAO, banques coloniales telles la Banque de l’Indochine ou le Comptoir d’escompte, chambres de commerce des colonies d’Afrique, d’Indochine, des Antilles ou d’Océanie, négociants ou planteurs installés à la colonie, particulièrement en Côte d’Ivoire, à Abidjan, Agboville ou à Madagascar. L’Institut se présente donc comme un véritable syndicat colonial, au-delà des conflits et des concurrences. Parmi les 202 membres de 1938, environ 70 ont des relations d’affaire avec l’Afrique noire. 143 ont leur adresse au Havre, 20 à Paris, 21 à la colonie, mais ils n’ont pas tous le même poids. Si l’on ne retrouve ici que 65 entreprises figurant au répertoire des entreprises constitué pour cette étude soit 35 % de celles qui ont été recensées en 1935, les grandes entreprises de la Place, Chargeurs réunis, Compagnie cotonnière, Charles, Ancel et Raoul-Duval, occupent des positions dirigeantes.

Tab. 4 – Les activités des membres de l’Institut colonial du Havre de 1938

Négociants, commissionnaires, courtiers

88

Compagnies de navigation

8

Syndicats et organisations professionnelles

25

Industriels, docks et entrepôts

18

Banques coloniales et d’affaires

10

Chambres de commerce de France et des colonies

20

Autres

33

Nombre total d’adhérents

202

Sources : liste des adhérents au 31-12-1938, Bull. ICH, jan. 1939.

34Le budget de l’Institut colonial est alimenté par les subventions de la chambre de commerce, du Port autonome, de la municipalité et éventuellement du ministère des Colonies et des Gouvernements généraux des colonies. Le Bulletin mensuel, riche de renseignements sur les produits coloniaux, ne représente qu’un dixième du budget. En neuf années d’existence, celui-ci atteint largement le niveau de l’Institut marseillais, avec une particularité : une somme relativement importante de valeurs en portefeuille et le prêt aux colons pratiqué conformément aux statuts modifiés lors de l’intégration de l’ancienne Société d’aide et de protection aux colons.

Tab. 5 – Les éléments comparés du budget de la Société de géographie commerciale du Havre, de l’Institut colonial du Havre et de l’Institut colonial de Marseille

Société de géographie du Havre en 1930
(1 F 1930 = 1,16 F 1938)

Institut colonial du Havre 1938

Institut colonial de Marseille 1926
(1 F 1926 = 1,04 F 1938)

Cotisations

9 760

29 512

51 000

Subventions

3 000

63 625

65 000

Portefeuille

648

144 476

Total recettes

16 378

332 240

230 400

Conférences

4 051

Bulletins

1 354

33 500

47 000

Bibliothèques

1 535

1 200

Personnel

3 194

15 612

78 000

Prêt colon

50 000

Total dépenses

16 658

332 240

229 201

Sources : Bull. ICH, ADSM, 4T26 pour la SGC, RDCC, no 113 pour ICH et ICM.

  • 44 Centre d’études techniques des cafés coloniaux, prévisions pour 1938 et 1940, Le Havre, imp. Le Pet (...)
  • 45 ADSM, 4M574, propagande pour la colonisation. Le président du comité est Léon Regray, directeur de (...)
  • 46 Bull. ICH, no 50, jan. 1934, p. 8-11.

35L’Institut a mis en place des comités techniques par produits qui assurent la transmission de l’information statistique. La chambre de commerce (dont le président est membre de droit de l’Institut) n’informe plus, elle est informée par les coloniaux, comme en témoigne cette brochure sur les « exportations de cafés des colonies françaises, production et prévisions » : « À la suite d’une très récente enquête effectuée auprès des milieux agricoles les plus qualifiés de nos colonies productrices, le Centre d’études techniques des cafés coloniaux, fidèle à son programme de documentation générale, a estimé utile de publier ci-après les données statistiques qu’il a recueillies auprès des services officiels. »44 N’y a-t-il pas dans l’expression « les plus qualifiés » la certitude d’appartenir à l’élite d’un réseau technocratique colonial ? Ce Centre d’études techniques des cafés coloniaux est une association-loi de 1901, dont les statuts ont été déposés le 26 novembre 1937 par Marc Simon, le directeur de l’Institut colonial. Il a aussi pour objet de procurer aux colonies les renseignements destinés à faciliter le développement des plantations, de guider les planteurs « dans les modes souhaitables d’une standardisation généralisée »45. Un tel objectif est significatif d’une nouvelle culture négociante au Havre, qui entérine enfin la substitution de réservoir au profit des colonies. Au nom du Comité technique du Cacao de l’Institut colonial du Havre le négociant Frédéric Pan propose en janvier 1934 un plan de secours aux planteurs de cacao dans le but de provoquer une sensible amélioration des prix46.

Fig. 1 – Carte de la France des cinq parties du monde

Les directeurs de l’Institut colonial

  • 47 ADSM, 2Z107. Compte rendu des souvenirs de brousse de Marc Simon dans Comptes rendus mensuels des s (...)

36Ce sont des « horsains » ayant exercé en Afrique que les dirigeants de l’Institut colonial se choisissent comme directeurs. Marc Simon, en 1929, quinquagénaire qui a servi comme administrateur durant un quart de siècle en AOF. Né à Paris, sorti de l’École coloniale en 1901, diplômé de langues orientales, sa carrière avait débuté en 1904 au Dahomey, à Ouidah, puis à Sakété où il fut témoin d’une révolte. Il exerça ensuite à l’intérieur de la Côte-d’Ivoire, à Tiassalé, puis Toumodi. En 1912, il prend le commandement du cercle des Lagunes avec Bingerville comme chef-lieu. Il est secrétaire général de la Côte-d’Ivoire pendant la guerre de 1914-1918. Il prend sa retraite d’administrateur et reçoit le grade de gouverneur honoraire au moment où il s’installe au Havre47. Il acquiert vite une autorité dont témoignent aussi bien ses articles dans le bulletin que les correspondances assez sèches que l’on retrouve dans les courriers adressés à la mairie par exemple.

  • 48 CAOM, EE II, dossier d’administrateur, sur dérogation.

37En 1938 il laisse sa responsabilité à Paul-Marie-Louis-Félix de Kersaint-Gilly, originaire de Niort, qui a suivi une carrière africaine d’administrateur durant une trentaine d’années48. De 1906 à 1908, il avait débuté comme secrétaire de l’inspecteur principal auprès des sociétés concessionnaires au Gabon, avant d’entamer à partir de 1909 une carrière soudanaise, à Kita et à Bandiagara. Il a exercé en Guinée, dans le cercle de Labbé, avant de revenir au Soudan. Entre 1927 et 1938, il se rapproche de la haute-administration coloniale. Successivement détaché au ministère des Colonies pour l’Instruction publique, mis en 1930 à la disposition du Commissariat général de la grande Exposition, il participe ensuite à la direction des Affaires politiques, à la Sûreté générale et devient adjoint au gouverneur général de l’AOF. Ce sont donc deux « Africains » expérimentés que l’Institut colonial du Havre a choisis pour diriger ses activités, en cohérence avec les orientations de ses échanges et de ses entreprises au cours de l’entre-deux-guerres.

38Les centres d’intérêt du Bulletin de l’Institut, qui paraît de 1930 à 1940, correspondent bien aux activités du Havre port colonial, qui intensifie ses relations avec l’Afrique subsaharienne et Madagascar au cours de l’entre-deux-guerres. Parmi les 307 articles consacrés uniquement aux colonies, l’Afrique noire et Madagascar représentent les deux tiers, et la seule AOF un tiers.

Le Comité de propagande coloniale de la région du Havre ou le triomphe de la « conscience impériale » (1936-1940)

  • 49 AMH, FC-K3-20-C.18-L.7, FC-K3-30-L2.
  • 50 AMH, FC-K3-20-L2.

39Les archives municipales relatives aux fêtes, visites, commémorations et réceptions révèlent l’existence de ce Comité, nouvelle superstructure de l’appareil colonial havrais49. Sur 42 membres, 14 appartiennent au grand négoce, 13 à l’enseignement, 4 à la presse. Le Comité est effectivement régional, avec la présence du Comité d’action coloniale de Rouen, malgré l’éternelle rivalité des deux ports normands. Des notables de Bolbec, de Fécamp, et le maire d’Allouville sont présents. Ce dernier y représente la patrie de Pierre Belain d’Esnambuc, « fondateur des Antilles Françaises » dont le comité honore le souvenir en présence d’un représentant de Georges Mandel, le ministre des Colonies, le 22 mai 193850. Même si les hommes de la Ligue coloniale autonome gardent le contrôle de l’organisme (Hermann Du Pasquier préside, Marc Simon est secrétaire, Louis Vaquin est vice-président, Jobin, trésorier), les membres de la Ligue maritime et coloniale ont été associés. Le Comité rassemble non seulement les positions centrales du pouvoir économique, mais aussi les fabricants d’opinion : les rédacteurs des quotidiens sont présents ès qualités, ainsi que les cadres de l’éducation qui ont pour charge de former les jeunes esprits sinon de les orienter. Le temps est venu de diffuser l’idée coloniale bien au-delà de la société portuaire et de « favoriser la création de groupements de propagande coloniale dans les centres importants de l’arrondissement du Havre et des arrondissements voisins ».

  • 51 Bull. ICH, 1932.
  • 52 ADSM, 1-T-1466-1472.

40La propagande coloniale en direction des scolaires a cependant débuté bien avant la création du Comité. Elle a déjà conquis de jeunes esprits et permet à l’Institut de publier des textes d’élèves tel Jean Rontein, que l’exotisme pousse à l’alexandrin : « J’ai vu l’okoumé brun de la côte d’Afrique. »51 Films, conférences, valises pédagogiques, expositions scolaires, concours de rédaction, coloriages de cartes façonnent les esprits, tout en leur apprenant à coup sûr la géographie52.

  • 53 Cofondateur de l’École pratique coloniale, directeur du lardin colonial de Nogent-sur-Marne.

En plus des tracts de l’Institut colonial français, des cartes postales de l’Algérie, des timbres de la Semaine coloniale, nous avons distribué dans cent trente écoles du département : écoles communales, cours complémentaires, écoles primaires supérieures et écoles libres, école supérieure de commerce du Havre et lycée du Havre, des boîtes d’échantillons et des cartes de la France mondiale ainsi que cent exemplaires du livre de M. Prudhomme53 sur les plantes utiles des pays chauds. Ces boîtes-musées, confectionnées par les soins de l’Institut National d’Agronomie Coloniale, renferment plus de cinquante échantillons présentés dans des sachets de cellophane et méthodiquement classés et étiquetés. Elles ont remporté un grand succès auprès des maîtres et des élèves... Nous avons rédigé une brochure résumant les connaissances générales sur tous nos territoires d’outre-mer, destinée à être donnés aux élèves de toutes les classes du département.

  • 54 Assemblée générale du 8-11-1930.

41Tel était le bilan de la première année de l’Institut colonial du Havre54. Quelques années plus tard, à l’apogée des échanges commerciaux du Havre impérial, le Comité régional est venu fédérer l’effort du réseau colonial et intégrer symboliquement l’appareil éducatif de la région.

Les anciens combattants coloniaux

  • 55 Siège social : 9, rue Lord Kitchener, détail amusant si l’on se souvient de Fachoda. Mais en réalit (...)
  • 56 Le Havre-Éclair, 3-12-1927. L’Annuaire Micaux de 1939 recense au Havre 35 associations d’anciens co (...)
  • 57 Le Havre-Éclair, 25-09-1905,12'fête annuelle des anciens militaires et marins coloniaux.

42Les anciens combattants sont un élément important de la sociabilité coloniale. Le 1er août 1893 est fondée l’Association des médaillés des expéditions coloniales, société de secours mutuel des militaires et marins ayant servi aux colonies et décorés de la Légion d’honneur, de la Médaille militaire et de la Croix de guerre55. Il existe aussi une société des Médaillés militaires, à partir de 1903, qui n’entraîne nullement la disparition de l’association spécifiquement coloniale. Tous les dirigeants de ces associations sont titulaires de la Légion d’honneur. À la même adresse, on trouve également une association moins élitaire. La Société de Secours mutuels des anciens militaires coloniaux du Havre et des communes suburbaines regroupe les anciens militaires et marins, médaillés ou non, « ayant servi ou non aux colonies ». Elle a été fondée le 10 novembre 1899. Ces anciens militaires coloniaux du Havre constituent une clientèle choyée par les élus, et leurs manifestations sont l’occasion de célébrer l’Empire. Léon Meyer le maire, René Coty, député, Ancel, offrent des médailles et participent à leurs fêtes, ainsi que le sénateur Brindeau et le sous-préfet. On se compte : 231 sociétaires en 1927, et le représentant de la municipalité, Patrimonio, « célèbre l’esprit créateur du splendide domaine colonial de la France »56. Le mutualisme se double en effet d’un esprit prosélyte. Le président de 1905, Lefaix, clame sa foi coloniale : « Que d’existences et de gloires sacrifiées pour la gloire et l’agrandissement de la patrie française ! Tout cela serait-il stérile ? Non, mes chers camarades. Ce n’est pas le lendemain du jour où la charrue a tracé le sillon que la moisson peut tout d’un coup surgir et donner ses riches épis. » Cette année-là, remise de médailles, cortège fanfare et messe à Notre-Dame sont conclus par un discours de l’abbé qui « vante les conquêtes par les moyens pacifiques »57 !

L’enseignement colonial au Havre, outil de colonisation et de coopération

43L’idée coloniale se transmet aussi par la formation professionnelle coloniale. Le 17 juin 1931, lors de l’inauguration de l’Office du Havre à la Cité des informations de l’Exposition coloniale de Vincennes, un échange de politesses a lieu entre Hermann Du Pasquier et Biaise Diagne. Celui-là cite tous les organismes ayant apporté leur concours à l’Institut colonial du Havre qui travaille à « l’éveil de la pensée coloniale ». Celui-ci réplique :

  • 58 PdH, no 89,18-06-1931.

Je suis votre obligé au milieu d’hommes qui furent en France parmi les premiers à se porter tenants de la grande idée coloniale. Parmi les nombreuses tâches auxquelles vous consacrez une activité féconde en résultats et lourde de promesses, il en est une à laquelle vous me permettrez d’attacher un intérêt particulier, je veux parler de la propagande que vous effectuez dans les milieux scolaires et de l’office de placement colonial que vous avez monté en marge de votre école pratique en pleine prospérité58.

44Le prosélytisme trouve son prolongement naturel dans la formation professionnelle à visée coloniale.

Un projet d’enseignement colonial supérieur

  • 59 Bulletin de l’Association des anciens élèves, listes de membres actifs, 1882 à 1936, archives de l’ (...)

45Pourtant dotée d’une École supérieure de commerce depuis 1871, fondée par des négociants qui, par la suite, n’ont pas été indifférents au monde colonial (le concepteur en était Jacques Siegfried, frère de Jules), la ville du Havre ne possède pas, aux yeux de ses grands coloniaux, d’un outil de formation suffisant à la conduite des affaires commerciales et industrielles dans l’Empire. L’enseignement de « sup de Co » est en effet trop généraliste, même si le « cours de marchandises » est assuré par des spécialistes des denrées coloniales comme c’est le cas dans les années 1930 avec E. Seigneuré et G. Mundler, négociants de la Place. Dans ces années-là, une dizaine seulement de membres de l’association des anciens élèves, qui en compte 250, travaille dans les colonies, et très peu d’ailleurs en Afrique noire59. Il faut toutefois concéder que l’École supérieure de commerce a formé nombre de négociants dirigeants d’entreprises coloniales de Place.

  • 60 RDCC, no 113, p. 476, 1-09-1927.

46Georges Raverat impliqua donc le Comité de l’armement, du commerce et de l’industrie du Havre, qu’il présidait, dans la revendication d’un enseignement spécifique de niveau supérieur. Il le crut réalisé en un premier temps par la création de l’Institut colonial. Il semble avoir imaginé l’Institut davantage comme un établissement d’enseignement supérieur que sous la forme d’une corporation négociante. Il affirmait que l’Institut devait s’adresser à une élite étant déjà passé par les écoles commerciales industrielles et coloniales du Havre60. L’Institut devait prendre modèle sur l’enseignement adopté par la Section d’administration des affaires de l’université de Harvard connu sous le nom de « système des problèmes » : le bureau de recherche de l’École s’adressait à des grandes sociétés ou à des banques et obtenait d’elles la communication de problèmes qu’elles avaient à résoudre. C’est cette pratique de la liaison entre université et entreprise, initiée par les États-Unis, que Raverat aurait voulu instaurer au Havre. La Commission des colonies de la chambre de commerce chargée d’élaborer les statuts de l’Institut ne parut guère s’inspirer de ces propositions. Certes, une classe préparatoire à l’École coloniale de Paris fut installée au Lycée du Havre, inaugurée par Gratien Candace en novembre 1932. Mais sa vocation était différente, car il s’agissait de former des administrateurs. La réussite havraise fut en réalité celle de l’enseignement technique colonial.

Depuis 1908, une École pratique coloniale au Havre

  • 61 RDCC, no 73, 25-11-1892.
  • 62 AMH, FC, R11-1.6.
  • 63 Rue Dumé d’Aplemont, actuel lycée Jules Siegfried, installée en 1879 elle abritait aussi une école (...)
  • 64 Lettre au ministre du Commerce, 15-05-1905.

47L’idée n’était pas neuve : une brochure intitulée Projet de création d’une École coloniale pratique, destinée aux jeunes gens désireux de recevoir une formation spéciale en vue de s’établir aux colonies, est mise en circulation dès novembre 189261. L’École coloniale du Havre n’est pas fille de l’École coloniale de Paris, créée en 1889 et chargée de former des administrateurs pour la France d’outre-mer. Elle est fille de l’Association cotonnière coloniale et de son fondateur au Havre Charles-Auguste Marande. Il avait, le 19 juillet 1903, publié dans Le Havre, une lettre-manifeste en faveur de l’ACC et insisté auprès du maire en ces termes le 14 mars 1905 : « Nous venons de recevoir, de la part de l’administration, une demande de 4900 kg de graines de coton à expédier incessamment au Sénégal : vous voyez par là combien la question de l’égrenage du coton devient capitale. »62 Marande venait de demander, le 15 février 1905, à l’administration municipale, l’adjonction à l’École pratique d’industrie, d’une section spécialisée dans l’égrenage du coton63. L’École pratique d’industrie abritera bientôt une section d’apprentis mécaniciens qui sera la pépinière de l’enseignement colonial. « Ce sont là, je crois, de précieux et intelligents éléments de colonisation », écrivait le directeur de l’École pratique64. Et « les exercices pratiques d’atelier ne sauraient justifier la création d’une section coloniale si des cours théoriques ne viennent compléter l’ensemble de ce projet ».

  • 65 PdH, no 138, 8-12-1932.
  • 66 Bulletin Havre colonial, mars 1927, p. 1.

48La vocation de l’École coloniale du Havre sera de former « des auxiliaires coloniaux, des chefs d’exploitation, des dirigeants commerciaux, des fonctionnaires appartenant aux services administratifs et agricoles »65. Création originale, dont les membres auront toujours conscience qu’elle est spécifique, à la fois par sa mission et par son recrutement : « Presque rien n’a été fait jusqu’à la création de l’École pratique coloniale du Havre, pour provoquer et encourager les vocations coloniales dans les milieux d’instruction moyenne. »66 L’École pratique coloniale, enfin ouverte en 1908, est le résultat d’une collaboration étroite entre le négoce du coton et la municipalité du Havre. Le maire crée en 1911 un Comité de patronage représentatif des hommes forts du négoce colonial. En 1954, il n’est pas illogique d’y retrouver, outre Albert Charles et Raoul-Duval, trois employés de la maison Ancel : le directeur, Edou, et deux cadres, Georges Priem et Alfred Stempowski. Outre le soutien municipal et celui du réseau cotonnier, l’École bénéficie de subventions des ministères de l’Instruction publique et des colonies, des différents Gouvernements généraux, d’AOF, d’AEF, de Madagascar, d’Indochine, de la chambre de commerce et de sociétés coloniales.

Fig. 2 – Portrait de Charles-Auguste Marande (1858-1936)

L’organisation et le contenu de l’enseignement

  • 67 « École pratique coloniale du Havre », rapport de Ch.-A. Marande, ministère du Commerce et de l’Ind (...)

49Charles-Auguste Marande a pour but la mise en valeur rationnelle des colonies. 11 faut fournir des cadres à la main-d’œuvre indigène inexpérimentée, surtout pour la culture et la préparation du coton. Même si la vocation première est de servir l’Association cotonnière coloniale, on comprend vite qu’un enseignement limité à un seul produit compromettrait l’avenir des élèves67. Les études sont élargies à d’autres produits que le coton. On décide de renforcer la culture générale, d’introduire l’histoire et la géographie coloniales.

  • 68 Havre colonial, mars 1927, p. 2-3.

De même que l’expérience a fait constater les inconvénients d’une monoculture, si productive soit-elle, de même elle a fait ressortir la nécessité de ne pas se limiter à une spécialité des connaissances, et, par suite, le champ d’action du futur colonial. Celui-ci doit apprendre à regarder et à voir tout ce qui se trouve dans chaque colonie et à réfléchir sur le parti à en tirer ; il doit être préparé à devenir négociant, agriculteur, industriel, administrateur, voire même un peu médecin et vétérinaire68.

50Les enseignements proposés à la vingtaine d’élèves pour une période de dix mois se répartissaient, avant 1945, de la manière suivante :

  1. un enseignement spécial (les grands produits tropicaux) ;

  2. un enseignement général (administration, géographie, topographie, arpentage, hygiène, élevage) ;

  3. un enseignement agricole (étude du milieu, génie rural, irrigation et drainage) ;

  4. un enseignement commercial avec visites chez les négociants, aux docks ;

    • 69 T. Nègre, « De l’École pratique coloniale à l’École technique d’outre-mer », no spécial du Havre ou (...)

    un enseignement industriel (technologie, dessin, électricité)69.

  • 70 AMH, Ri, cil, EPC 1911-1918. Les principaux bailleurs de fonds sont en 1918 : la mairie du Havre, l (...)

51L’école possède un atelier d’égrenage et de compression du coton. La matière d’œuvre lui est fournie par l’Association cotonnière coloniale et plus tard par la CFDT. Il lui arrive même de revendre les graines de coton aux usines Desmarais pour compléter la subvention municipale et les dons des hommes du coton, Marande et Fossat70. Aussi l’appelle-t-on parfois dans les premiers temps « l’école cotonnière coloniale du Havre ». Des bourses d’étude de 500 F sont accordées par les Gouvernements généraux de l’AOF et de l’Indochine. Charles-Auguste Marande est fier de la notoriété de son école et du soutien des consuls en résidence au Havre, « dont quelques-uns assistaient assez fréquemment aux cours de productions coloniales ». L’école obtient un diplôme d’honneur à l’Exposition universelle de Bruxelles, et s’honore des patronages de Milliès-Lacroix, ministre des colonies, de William Ponty, gouverneur général de l’Afrique occidentale, et d’Eugène Étienne lui-même chef du parti colonial. La liaison école-entreprise est assurée par des visites fréquentes d’établissements, et la corporation des courtiers assure de nombreuses séances de formation.

  • 71 Le Jardin colonial a été créé par décret du 28 juin 1899, sous le mandat de Félix Faure par le mini (...)
  • 72 Cf. LH des 5, 8 et 14 juin 1909, reportage de Th. Vallée.

52Dès les origines, des visites à Paris renforcent la culture coloniale des élèves. Charles-Auguste Marande, en juin 1909, guide la visite au muséum. « On s’arrêtait plus spécialement comme il convenait devant les collections ayant un attrait colonial. » Le surlendemain les « gars de la colo » parcourent le Jardin colonial de Nogent-sur-Marne, dont le sous-directeur n’est autre que leur propre professeur de productions coloniales, Émile Prudhomme71. Le journaliste du Havre partage leur étonnement devant les reconstitutions de villages canaques ou malgaches : « On s’attendrait presque à voir surgir quelque Hova ou Sakalave. » Ils s’attardent devant un diorama reproduisant la reconstruction du chemin de fer de Djibouti à Harfar. Les serres du Jardin colonial sont un « lieu de délices ». Ils se rendent à l’Exposition des Textiles, « exposition coloniale établie dans la Galerie d’Orléans au Palais Royal ». Les bustes des grands explorateurs sont là, de Dupleix à Brazza. Contigu à cette exposition, se trouve le Musée commercial de l’Office colonial, créé par le ministre Guillain en 1899. Les élèves y trouvent un fichier de 200 000 plantes. La dernière journée s’achève par un spectacle à la Comédie-Française72.

  • 73 Cf. A. Nicollet, « Théodore Nègre, un esprit novateur dans l’enseignement technique au Havre », Cah (...)

53L’histoire de l’École coloniale du Havre a été marquée par la personnalité de Théodore Nègre. Né en 1899, il est formé à l’ENSET73. Il arrive au Havre en 1925 comme professeur à l’École pratique de commerce et d’industrie (l’actuel lycée Jules Siegfried). Il est donc conduit, comme géographe, à enseigner l’histoire et la géographie coloniales à l’École pratique coloniale annexée à l’établissement. En 1941, il prend la direction de l’ensemble, collège technique et école coloniale. Il mène un combat, dans les années 1950, contre la misère de l’enseignement technique havrais et accompagne les mutations de l’École coloniale en École technique coloniale (1953), puis École technique d’outre-mer (ETOM, 1955), jusqu’à sa retraite en 1964. Pendant l’occupation allemande, Théodore Nègre réussit à maintenir tant bien que mal l’activité de l’école, évitant notamment le départ au STO de ses élèves par une astuce administrative, se débattant pour faire relâcher élèves et professeurs emprisonnés pour absences de laisser-passer, assurant malgré tout certains cours dans des tranchées ouvertes cour de la Douane.

54En projet dès 1943, la scolarité en deux ans est mise en œuvre dès 1945. L’enseignement des cultures tropicales est assuré depuis l’origine par Émile Prud’homme, directeur du Jardin colonial de Nogent-sur-Marne, cofondateur de l’École, qui tenait aussi permanence à la Bourse tous les samedis dans les locaux de la Ligue coloniale pour renseigner les négociants. En 1948, il est remplacé par son disciple M. Fritz. La réussite des bois coloniaux au Havre entraîne la mise en place d’un cours spécial sur les bois tropicaux. Et, signe de préoccupations nouvelles au temps de l’Union française, Théodore Nègre confie à Albert Nicollet, dès 1949, un cours de psychologie générale en première année et de psychologie et sociologie coloniales en deuxième année. En 1956, une « discrimination prudente » est introduite entre une option « Agro » et une option « Commerce » permettant de mieux orienter les élèves. Un stage annuel consacré à la motoculture modernise l’enseignement. En 1959, Théodore Nègre porte à trois ans la durée de la scolarité. Il considère alors qu’il ne s’agit plus « de former des praticiens, mais des techniciens ».

  • 74 Cérémonie d’accueil de la 48e promotion de l’ETOM, Havre-Presse, 17-12-1957.

55Ces évolutions ont préparé l’école à devenir un instrument de coopération et à s’adapter aux évolutions de la décolonisation. Théodore Nègre insiste sur l’enseignement social et la connaissance de l’économie du Tiers-Monde. Des sociologues africanistes viennent parler aux élèves, Denise Paulme ou Georges Balandier par exemple. Dès 1957, le directeur affirme que « la perte des colonies ne supprime pas le besoin de techniciens dans les TOM »74. En acceptant d’être le parrain de la 57e promotion, le Président Senghor écrivait à Théodore Nègre :

  • 75 Havre-outre-mer, déc. 1979, p. 24.

Je crois à l’avenir de l’École Technique d’outre-mer, à la qualité de l’assistance technique quelle nous apporte... Dans l’œuvre de développement économique et social que les pays francophones d’Afrique ont entreprise depuis leur indépendance, l’éducation sociale et humaine est encore plus importante que la formation technique75.

  • 76 AMH, FC, Ri, c-45.
  • 77 A. Nicollet, « Théodore Nègre... ».

56En 1968, l’ETOM, qui accueille à ce moment 30 élèves par an, pour 500 demandes d’admission, change de statut : elle n’est plus un établissement relevant de l’Éducation nationale. Elle est confiée par décision ministérielle à la chambre de commerce, avec autonomie administrative et financière76. Elle devient ITSTOM, Institut supérieur technique d’outre-mer. Mais l’ISTOM est bientôt transféré à Cergy-Pontoise en 1991 car il « n’était plus soutenu financièrement par l’institution qui avait favorisé son essor »77. À l’heure où le rapport colonial s’est fait coopération et aide au développement, dans l’esprit de ses animateurs de l’après-guerre, Le Havre n’a pas su ou voulu conserver un instrument du dialogue avec le Tiers-Monde.

Initiation et rituels

57Un esprit de corps, cimenté par la conscience impériale, est communiqué aux promus par une série de rituels. Une messe est célébrée chaque année, en l’Église Sainte-Anne, en hommage à Charles-Auguste Marande. La promotion est baptisée à l’initiative de Théodore Nègre, à partir des années 1940. Le major de la nouvelle promotion remercie le parrain ou la marraine. En 1957, par exemple, Mme Bouffet, qui dirige la maison Ancel, rappelle la carrière de celui qui a donné son nom à la promotion, en l’occurrence, Jean Bouillet, ancien major de l’ETOM tué en Algérie. Elle remet aux élèves de première année leur chéchia, qui a remplacé le casque colonial des débuts. Ils la reçoivent à genoux en prononçant le serment « de maintenir haut le prestige de la France dans l’Union française ».

Tab. 6 – Le baptême des promotions de l’École pratique coloniale et de l’École technique d’outre-mer

1942-1943

Gallieni

1943-1944

Lyautey

1944-1946

Charles-Auguste Marande

1945-1947

Guy de La Morlais

1948-1950

Savorgnan de Brazza

1949-1951

Charles de Foucault

1950-1952

Albert Schweitzer

1951-1953

Van Vollenhoven

1952-1954

Centenaire de la Nouvelle-Calédonie

1953-1955

Jean Laborde

1954-1956

Jacques Richard-Molard

1955-1957

Émile Prudhomme

1956-1957

Jean Bouillet (mort en Algérie)

1957-1958

Marcel Griaule

1958-1960

Promotion de la Communauté

Sources : Bulletins Havre colonial, Havre outre-mer, et archives de M. Jacques Nègre.

Le placement des élèves de la Coloniale

  • 78 PdH, no 138,8-12-1932.
  • 79 Havre colonial, nouvelle série no 1, oct. 1932, p. 1-2. Le président du conseil d’administration à (...)

58De 1908 à 1932, 450 élèves sont passés par l’École coloniale du Havre et 250 d’entre eux sont devenus des coloniaux78. Proportion honorable quand on constate, dans le bulletin de l’École de 1921 à 1939, l’importance de la mortalité et des maladies chez les anciens élèves ou leurs proches encore jeunes. Paludisme au Tonkin, fièvres bilieuses en Afrique sont chose courante dans les nouvelles des anciens. Les élèves n’entament pas toujours immédiatement une carrière coloniale. Certains entrent à l’École nationale d’agriculture coloniale à Nogent-sur-Marne où ils sont admis d’office. D’autres restent un temps en métropole, surtout quand les sociétés coloniales, qui multiplient les offres d’emplois dans les années 1920, deviennent plus difficiles d’accès comme en témoigne le bulletin de l’École au moment de la crise de 1930. Les élèves de la Coloniale forment un réseau, consciemment constitué et soucieux par son amicale d’anciens élèves de localiser en permanence ses membres à travers la France d’outre-mer. Signe des progrès de l’identité coloniale sur la Place, le Bulletin de l’École pratique coloniale devient, en 1927, Havre colonial, publié par les anciens élèves. En octobre 1932, les anciens forment officiellement une association. La conscience impériale anime ses administrateurs. Ils estiment que leur mission va bien au-delà de l’entraide. Ils veulent donner un sens au métier de colonial79.

Le temps des enfants perdus, lancés dans la brousse en éclaireurs, est révolu. Ce qu’il nous faut maintenant, c’est la coordination de nos efforts, une suite dans nos idées, un programme enfin. Ce programme, seule une association d’anciens élèves, frottés aux réalités concrètes du bled, peut l’établir parce que suffisamment indépendante. La France, possesseur d’un empire colonial homogène et varié à la fois, doit enfin comprendre que de ses colonies lui viendra l’indépendance politique, la sécurité nationale et la prospérité économique, trois facteurs indissolublement liés et sans lesquels les plus grands empires et les plus fortes puissances ne deviennent que poussière. C’est à nous, coloniaux, qu’appartient le devoir de faire connaître ces vérités premières, de lier à la fois les intérêts généraux de la Patrie à nos intérêts humainement compris dont la somme fait la grandeur du pays.

59Le bulletin de l’EPC et de l’association publie des annuaires qui permettent de se faire une idée de la répartition géographique des élèves placés et du type de mission vers laquelle leur formation au Havre les a conduits. L’une des premières listes, en 1924, révèle que 87 anciens élèves résident en métropole, 68 seulement se sont installés à la colonie, 38 en Afrique noire et Madagascar, 10 au Maroc. À l’image des échanges et des entreprises havraises, le réseau des anciens élèves est faiblement indochinois. Les compétences acquises à l’École préparent davantage aux expériences en Afrique anglaise, notamment par l’intermédiaire de la CFAO ou de la SCOA en Gold Coast, qu’à un quelconque emploi aux Antilles, mêmes françaises.

60En 1954, le placement des anciens élèves confirme l’orientation africaine et malgache des stratégies havraises. Les liens sont plus étroits avec le Cameroun ou les sociétés cotonnières en AEF. Ces dernières supplantent désormais la SCOA et la CFAO comme pôles d’attraction pour les techniciens formés au Havre.

Tab. 7 – La situation des anciens élèves de l’École technique coloniale en 1954 dans les colonies françaises et pays d’outre-mer, comparée à la situation en 1924

Territoires

Privé

Public ou coopératif

Totaux 1954

Rappel 1924

Algérie

1

2

3

1

Maroc

11

2

13

10

Tunisie

1

2

3

2

Cameroun

16

12

28

1

Moyen-Congo

18

5

23

4

Gabon

2

1

3

0

Oubangui

11

0

11

0

Tchad

10

3

13

0

Côte-d’Ivoire

23

2

25

5

Dahomey

10

2

12

1

Guinée

8

2

10

4

Sénégal

5

5

10

3

Soudan

2

4

6

7

Haute-Volta

2

3

5

0

Togo

1

6

7

0

Madagascar

26

14

40

13

Comores

1

2

3

0

Martinique

2

0

2

0

Indochine

13

3

16

5

Guadeloupe

2

0

2

0

Guyane

0

1

1

0

Éthiopie

1

0

1

0

États-Unis

0

1

1

3

Gold-Coast

3

0

3

8

Nigeria

1

0

1

1

Sierra Leone

3

0

3

2

173

72

245

70

Secteur privé : sociétés coloniales ou colons.
Secteur public ou semi-public : fonction publique, administration ou secteur coopératif, coopératives agricoles ou sociétés indigènes de prévoyance.
Sources : calculs à partir de l’Annuaire de l’École technique coloniale du Havre, 1-01-1954 et du Bulletin de l’EPC, no 12, juin 1924.

  • 80 Compagnie de traite qui exploite notamment des plantations de palmiers, huileries à vapeur et chant (...)
  • 81 R. Dememes, de la promotion 1916-1917, est en 1946 agent général de la Compagnie à Tananarive. H. T (...)
  • 82 Bulletin de l’EPC, mars-juin 1924, p. 4. Il s’agit de C. Lesaint, promotion 1916-1917.
  • 83 Bulletin de l’EPC, 1924, et bulletins de 1933 à 1938 avec quelques encarts publicitaires.
  • 84 A. Lebœuf est mort en décembre 1938 « au moment où il commençait à récolter les fruits de longues a (...)

61On peut estimer, en fin de parcours, à environ 70 % la part des élèves formés par l’école du Havre qui ont exercé dans les sociétés coloniales. Pour n’en citer que quelques-unes : la SCOA en Guinée et au Dahomey, la SCOA et la CFAO en Côte d’Ivoire, la Compagnie française du Haut et Bas-Congo80, les Plantations des Terres Rouges en Indochine. La Compagnie lyonnaise de Madagascar et la Compagnie marseillaise sont des employeurs importants81. Malgré ses faibles effectifs, il est remarquable que l’École n’alimente pas uniquement des sociétés françaises. Un ancien élève, par exemple, travaille en 1924 à la Companhia do Boror, dans l’Est africain portugais, société qui possède la plus grande plantation de cocotiers du monde, 1 500 000 arbres, et 50 000 ha d’autres cultures82. L’École du Havre n’a pas vraiment enrichi le stock des entreprises coloniales de la Place. Deux créations de société ont été repérées, et encore on ne peut affirmer qu’elles avaient une relation directe avec la Place. Le fondateur des Établissements A. Brunei, entré à l’EPC en 1920, avait travaillé pour la SCOA à Abidjan, puis installé son entreprise à Ouagadougou, un commerce des articles européens et indigènes, de cotons et produits du pays83. A. Lebœuf, de la promotion 1917, a commencé sa carrière à Abidjan pour la maison De Tessières, puis s’est trouvé un associé pour établir une plantation à Agboville, en Côte-d’Ivoire84 : A. Lebœuf et M. Dandé.

  • 85 L. Joly, promotion 1918-1919, ingénieur agricole de l’ACC à Ségou, Rolland de Ravel, agent général (...)
  • 86 Station de Parakou, P. Goudal, promotion 1924-1925.

62Il est logique de retrouver les élèves de la Coloniale dans les établissements de l’Association cotonnière coloniale, au Soudan85 et au Dahomey86 ; au Tchad dans la Cotonfran et en Oubangui dans la havraise Cotoubangui, et plus généralement à la Compagnie française des textiles, ou à l’IRCT, compte tenu de la vocation originelle de l’École qui était de former des techniciens d’encadrement pour l’égrenage du coton. La vocation seconde de l’École, d’esprit plus coopérant que colonisateur, exprimée par l’orientation des programmes, trouve sur le terrain son prolongement avec l’aide au secteur agricole, particulièrement au Cameroun et à Madagascar, eaux et forêts, laboratoires de biologie, coopératives de production, sociétés indigènes de prévoyance. Quelques emplois publics ont attiré les élèves et inversement quelques autres, assez rares, se sont installés comme colons.

  • 87 Certains sont entrés à l’École parisienne après être sortis de l’École havraise, comme R. Coppens ( (...)
  • 88 Son épouse est marraine de la promotion 1954 de la Coloniale (Bulletin Havre colonial de l’ETOM, ju (...)
  • 89 Annuaires de l’Amicale des anciens élèves, 1954 et 1956, Le Havre, imp. Etaix.
  • 90 Jacques Blot, promotion 1945-1947. Auteur d’un article dans Havre colonial de juin 1957 sur « La pr (...)
  • 91 Cf. H. Bonin, CFAO, cent ans de compétition, Paris, Economica, 1987. La CFAO a été fondée en 1887 p (...)

63L’objectif limité de la formation et le souci de ne pas empiéter sur le champ de l’École coloniale de Paris87 qui forme des administrateurs et des futurs gouverneurs n’a pas empêché quelques individus de faire une carrière plus avancée. Parmi les anciens élèves de l’École du Havre, Roger Duveau, député de Madagascar, promotion 1923-1924, bâtonnier de l’Ordre des avocats de Madagascar puis secrétaire d’État à la France d’outre-mer88 et ministre de la Marine marchande. André Fabre, inspecteur principal aux Finances, à Rabat, promotion 1916-1917, ou Abohay Thao-Kou, président du Conseil du gouvernement du Laos (en 1956, promotion 1914-1915). Plusieurs anciens ont atteint le grade de directeur de sociétés importantes à la colonie89. C’est le cas par exemple du directeur de la Banque de l’Afrique occidentale à Grand-Bassam (Roger Plotin, promotion 1919-1920), du directeur de la même BAO à Conakry (Jules Boiron, même promotion), de l’agent général de la Compagnie lyonnaise de Madagascar à Tananarive (Roger Dememes, promotion 1916-1917), du directeur de la Société des textiles et tabacs de Madagascar (Pierre Durros, promotion 1925-1926), du directeur à Douala de la SAPROC90. Le lecteur des annuaires d’anciens élèves y rencontrera Léon Morelon, devenu directeur général de la Compagnie française de l’Afrique occidentale à Marseille. Entré à la CFAO dès sa sortie du Havre en septembre 1923, il travaille aux comptoirs de Kano, puis de Cotonou, de Douala, de Lagos. Il est nommé en 1939 agent général de tous les comptoirs africains. Rappelé à Marseille en 1948 comme directeur, il poursuit son ascension jusqu’à la présidence de la première compagnie coloniale française en mai 195491.

  • 92 Selon le témoignage d’un ancien directeur de l’Istom, confirmé par d’anciens élèves, cette dualité (...)

64Globalement, l’orientation des élèves de l’École d’outre-mer est en harmonie avec les orientations des stratégies havraises puisque 80 % des élèves ont fait leur carrière en Afrique noire et à Madagascar. Leurs positions confirment que la formation professionnelle relie la Place aux grandes sociétés coloniales. Elles disent aussi que l’exploitation du domaine colonial n’est sans doute pas perçue comme contradictoire de l’aide au développement, même si à l’échelle individuelle, les mobiles et l’état d’esprit opposaient parfois, chez les élèves, ceux qui souhaitaient aider et coopérer, à ceux qui espéraient uniquement faire de bonnes affaires92.

Le parti colonial et les coloniaux dans la cité

Fig. 3 – Schéma de filiation du réseau colonial havrais

  • 93 Rapport moral de l’Institut colonial, 7-11-1930.

65Nous venons d’évoquer l’appareil colonial visible. Les liens qui unissent les acteurs méritent un examen plus profond. Dans quelle mesure cet appareil se confond-il avec les instruments de contrôle social ? Quel est le pouvoir des coloniaux dans la cité ? La notion de « parti colonial » n’est pas une invention des historiens. C’est aussi un « concept d’époque ». Il résume l’effort de rassemblement des corporations, de mise en réseau des acteurs coloniaux, hommes et entreprises, de propagande et de formation des esprits. Bref, le « parti colonial » au Havre, c’est tout ce qui vient d’être décrit, une mise en réseau d’éléments disparates, mais unis par leur visée. À l’Institut colonial, on l’affirme en 1930 : « C’est de cette participation collective que doit naître la constitution d’un parti colonial havrais, particulièrement intéressé à la mise en valeur de nos colonies, pénétré d’un sentiment élevé d’union et d’affection pour nos compatriotes d’outre-mer et animé du fervent désir de concourir à l’œuvre de l’expansion française. »93 Lorsque Charles-Auguste Marande disparaît, la Ligue rend hommage dans une brochure à ce que fut « sa part dans la réorganisation, le groupement et la direction du parti colonial havrais depuis le début de ce siècle ».

Le réseau colonial dans la cité

  • 94 Cf. C. Malon, Le Havre colonial de 1880 à 1960, thèse, Paris IV, D. Barjot (dir,), 2001, dactyl., v (...)

66La force du réseau colonial havrais, perçue lors de l’étude des entreprises et des entrepreneurs, vient de ce qu’il se fond dans un tissu solidifié par les pratiques du négoce : celles-ci sont caractérisées par une forte densité d’intermédiaires. À un moindre degré, dans le champ politique et le champ culturel, les réseaux sociaux offrent aussi des chemins à l’expression de la visée coloniale. L’idée coloniale dispose de nombreux relais, structures ou individus. Quelques personnalités, que l’on peut qualifier de notables coloniaux, par leurs positions simultanées dans les différents champs sociaux, sont l’expression vivante et diverse d’un pouvoir exercé par le parti colonial, au moins chez les élites de la cité94.

Un fonctionnement réticulaire inscrit dans les pratiques du négoce

67La sociologie des organisations du parti colonial havrais est dominée par les négociants, les commissionnaires, et plus encore au début du siècle, par les courtiers. Or le courtier n’est pas en contact avec la colonie. Son rôle d’intermédiaire est capital dans la sociabilité coloniale tout simplement parce qu’il est central dans la pratique professionnelle. Tant que le nombre des courtiers et leur prestige demeureront importants, ils seront des points d’appui pour l’intégration du fait colonial à la vie de la cité. On l’a constaté avec le rôle très important qu’ils ont joué dans la Société d’aide et de protection aux colons ou bien à la Société de géographie commerciale. Le courtier est central en tant qu’intermédiaire, déterminant d’une culture commerciale traditionnelle, élément clé du capital social du négociant importateur ou commissionnaire. Le président de la Société d’aide et de protection aux colons en 1898 est un courtier réputé, Jules Roederer. La position de centralité du courtier est exemplaire du fonctionnement en réseau, un réseau très dense, dans les pratiques du négoce. Ce qui ne signifie pas pour autant que tous les courtiers sont « coloniaux ». Certains d’entre eux font à l’occasion de la résistance au produit colonial.

Le fonctionnement du réseau, un exemple

  • 95 À partir de 1930, c’est l’Institut qui fournit à la chambre les statistiques portuaires coloniales.

68Un système relationnel spécifiquement colonial intervient dans certaines décisions économiques. Il s’adapte au rôle croissant des réservoirs de produits coloniaux de l’Empire français dans l’entre-deux-guerres. Voici un exemple de liaison fonctionnelle entre acteurs coloniaux (producteurs et Institut colonial), et pôles de décision économique (chambre de commerce et courtiers). Il s’agit de trois demandes du secrétaire de l’Institut colonial à la chambre de commerce, sollicitant son intervention auprès de la Chambre des courtiers assermentés près le Tribunal de commerce. Le souhait de l’Institut est d’obtenir la cotation hebdomadaire du sisal soudanais, du coton d’AEF, de la banane de Guinée et de Côte-d’Ivoire. La demande initiale résulte de revendications internes à l’Institut, comité technique du sisal, industriels, courtiers spécialisés et « producteurs intéressés »95. Le compte rendu indique que la réponse à cette requête est fournie directement à l’Institut. Ce fonctionnement en triade montre l’Institut colonial faisant jouer à la chambre de commerce un rôle de « passeur ». Le taux d’appartenance coloniale est plus faible chez les courtiers (20 %) qu’à la chambre de commerce (56 %), ce qui peut expliquer un tel circuit. Cet épisode met en évidence la résistance des courtiers ainsi que leur obligation de s’adapter, dans la mesure où les coloniaux « se commandent à eux-mêmes », en quelque sorte. Dans le meilleur des cas, concernant la banane, les courtiers acceptent d’intégrer la provenance du produit dans la nomenclature, mais semblent s’opposer à une cotation régulière en dehors des arrivées.

Fig. 4 - Un exemple de liaison fonctionnelle entre acteurs coloniaux et pôles de décision économique
Schéma élaboré d’après le compte rendu des travaux de la chambre de commerce, 1934, p. 87.

69Avec le progrès des transmissions, la corporation s’érode. Les courtiers perdent leur poids sociologique. De plus, avec la conversion obligée au café colonial après guerre, ceux qui restent doivent bien accepter de placer les cafés d’outre-mer. Le courtier est un notable du Havre colonial « première époque ». Le négociant, le commissionnaire, voire l’industriel occupent un champ croissant de la sociabilité coloniale.

Hommes et lieux du pouvoir colonial

70Le croisement des listes et le repérage des participations aux différentes associations précédemment évoquées (Ligue, Institut, Comité de propagande) permettent de mesurer le degré « d’appartenance coloniale » des principaux organismes qui contrôlent la vie de la cité.

Appartenance coloniale dans le champ économique local

71Le tableau d’appartenance compare la situation en 1900 avec la situation en 1938, apogée de l’appareil colonial havrais.

Tab. 8 – L’appartenance coloniale dans le champ économique en 1900 et 1938s (N col : nombre de coloniaux de l’échantillon ECH)

Champ économique

ECH 1900

N col

ECH 1938

N col

Chambre de commerce

19

17

25

13

Port autonome

24

12

Chambre des courtiers

20

15

21

4

Anciens courtiers en coton

8

6

5

4

Syndicat de commerce des cafés

5

4

Crédit havrais

6

3

Banque de France

13

10

12

12

Caisse liquidation

9

5

8

8

Docks-Magasins

24

16

24

15

Experts/douane

48

29

Assurances Salamandre

6

4

a. Les critères retenus dans ce tableau sont : l’appartenance à la Société de géographie commerciale et à la Société d’aide et de protection aux colons pour 1900, et l’appartenance à l’Institut colonial et au Comité de propagande pour 1938.

  • 96 Voir le tableau révélateur de l’appartenance au catholicisme et au protestantisme des acteurs colon (...)

72La majorité des décideurs économiques de la cité sont des coloniaux, par leur pratique ou par les convictions qu’ils affichent publiquement. À ce consensus colonial probable, s’ajoute un œcuménisme dans les instances coloniales elles-mêmes. Les protestants (Siegfried, Raoul-Duval, Rufenacht, Westphalen-Lemaître) et les catholiques (Ancel, Masquelier, Augustin-Normand, Marande) s’y côtoient96. La figure suivante, d’inspiration sociologique, tente de formaliser le lien colonial dans les instances économiques dirigeantes. Le lien est d’autant plus significatif que les dirigeants économiques des trois pôles de décision ne sont pas de simples adhérents de l’Institut colonial, mais également des dirigeants d’associations de propagande coloniale.

73Lieu de pouvoir colonial, la chambre de commerce du Havre l’est sans aucun doute, par sa capacité par exemple à créer des instruments tels que l’Institut colonial. Mais est-ce la chambre en tant que telle ? Plutôt, semble-t-il, ses dirigeants notables, impliqués par conviction, et par intérêt, dans le négoce ou la mise en valeur coloniale. Déjà, depuis sa création en 1802, la chambre de commerce du Havre avait souvent été contrôlée par le négoce colonial antillais, malgré la perte de Saint-Domingue. À la chambre, Jacques-François Bégouën, A. Begouën-Demeaux, Jules Ancel, au tribunal de commerce, les Bégouën-Demeaux, Foache, Homberg ont présidé. Au cours de la seconde expansion coloniale et jusqu’à 1938, le négoce colonial est demeuré puissant à l’assemblée consulaire.

Fig. 5 – Le taux d’appartenance coloniale des instances économiques dirigeantes en 1938 (d’après le Comité de l’industrie du commerce et de l’armement du Havre et de l’Estuaire de la Seine, BMH-N3574. Listes d’adhérents du Bull. ICH. Comptes rendus des travaux de la chambre de commerce, Almanachs du commerce du Havre) (Il faut lire par exemple : 56 % des membres de la chambre de commerce sont membres de l’Institut colonial)

  • 97 Bien que sa principale activité fût l’importation du coton, elle importait du Sénégal des cuirs, de (...)
  • 98 RDCC, no 78, 8-01-1897.

74Les cinq patronymes de la période 1891-1938 figurent à l’inventaire des entreprises coloniales havraises. La maison Latham avait des intérêts sur la côte du Sénégal au milieu du XIXe siècle, elle renouera des liens étroits avec l’Afrique dans l’entre-deux-guerres97. Joannès Couvert reçoit des marchandises de la côte occidentale d’Afrique et la Nouvelle-Calédonie ; son vice-président est Joseph de Quérhoënt, maire de Sainte-Adresse, propriétaire des Rhums Chauvet et de la Compagnie des Antilles, délégué de la chambre au Conseil supérieur des colonies98. André Mandeix, formé aux Antilles par la maison Ambaud, devient un personnage central du négoce du rhum. À son décès succède la longue présidence d’Hermann Du Pasquier, intégré dans les nombreuses sociétés soudanaises de la boucle du Niger. Vient ensuite Georges Raverat, homme des docks, du riz malgache et indochinois, âme des aventures commerciales congolaises. Le choix d’un homme des pondéreux après guerre, Roger Meunier, est significatif d’une conversion qui s’affirme dans la vocation portuaire. Mais la longue vice-présidence d’Albert Charles, de 1945 à 1965, montre que les intérêts coloniaux sont toujours bien représentés.

Tab. 9 – Les présidents de la chambre de commerce de 1875 à 1962 et leur domaine d’activité

Frédéric Mallet

1875-1890

Armement

Edmond Latham

1891-1896

Négoce, coton, café

Joannès Couvert

1897-1919

Négoce denrées coloniales

André Mandeix

1919-1920

Négoce du rhum

Hermann Du Pasquier

1920-1935

Négoce du coton

Georges Raverat

1935-1938

Négoce et industrie

Henri Thieullent

1938-1945

Négoce du coton

Roger Meunier

1945-1962

Négoce du charbon

Sources : RDCC.

  • 99 Cf. O. Lambert, Marseille entre tradition et modernité, les espérances déçues, 1919-1939, Éd. Chamb (...)

75Le poids du négoce à la direction de la chambre de commerce est plus important au Havre qu’à Marseille, où les présidents durent moins longtemps, à cause de la règle des trois ans99. En effet, de 1919 à 1939, huit présidents s’y sont succédé, dont cinq appartiennent à l’industrie et deux seulement au négoce, et encore s’agit-il d’un négociant en beurres et fromages, Edgar David, et d’un exportateur en vin, Adrien Artaud, qui se distingue il est vrai par ses positions d’administrateur à la CFAO ou à la Marseillaise de Madagascar. À Marseille, si l’huilerie, avec Émile Rastoin, est au pouvoir de 1924 à 1927, Félix Prax et Antoine Boude sont issus de l’industrie du bâtiment et de l’industrie chimique. Certes un président ne décide pas seul, mais il n’est pas négligeable sur le plan symbolique que la présidence de la chambre de commerce du Havre soit plus coloniale que celle de Marseille et assurément plus négociante.

Appartenance coloniale dans le champ politique et culturel local

76Dans la communauté éducative, politique et culturelle, la présence des personnalités officiellement engagées dans l’appareil prosélyte colonial est forte également.

  • 100 Cf. les Bulletins de la SGN de 1925 à 1935. Gaston Farineaux, secrétaire général, le proviseur Morg (...)

77Dans certains cas, il est probable que ce type de comptage (tableau 10) n’ait pas de signification : on n’est pas protestant parce qu’on est colonial, ni colonial parce qu’on est protestant. À l’inverse, la présence de coloniaux à certains postes peut avoir pour effet, ou pour cause, l’existence d’une culture coloniale dans le groupe. C’est le cas par exemple à la Société géologique de Normandie entre les deux guerres. Parmi ses membres influents, plusieurs sont des médaillés coloniaux100. Le conservateur du muséum, Adrien Loir, fondateur de l’Institut Pasteur de Tunis, est un admirateur et ami d’Archinard. Les grands noms coloniaux du négoce sont là, à titre actif ou honorifique, Hermann Du Pasquier, Raoul-Duval, Génestal, Durand-Viel, Raverat et bien d’autres. La multiplication des conférences sur l’outre-mer compte certainement autant que les séances de détermination géologique. Il n’est pas impossible que la culture coloniale ait traversé les sociétés savantes.

Tab. 10 – Les coloniaux dans les instances politiques et culturelles havraises en 1938

Champ politique et administratif

Échantillon

Coloniaux

Conseil municipal

32

4

Conseil général

6

3

Députés

2

2

Sénateurs

1

1

Champ éducatif

Inspecteur enseignement primaire

1

1

Chefs d’établissements : lycées

2

2

Établissements primaires supérieurs

2

2

École supérieure de commerce

5

3

Comités patronage

45

17

Champ associatif

Alliance évangélique (protestante)

13

6

Comité Liberté de l’enseignement

7

4

Société des régates

45

3

Comité de défense laïque du Havre

3

0

Fédération des œuvres laïques

5

2

Société d’enseignement par l’aspect

4

2

Rotary Club

4

3

Sources : les mêmes critères d’appartenance par croisement des listes que dans les tableaux précédents.

Le poids des maires

78Sur vingt-trois maires qui ont administré Le Havre en un siècle, de 1848 à 1947, neuf peuvent être qualifiés de « coloniaux ». Soit parce qu’ils pratiquent le commerce avec les colonies, soit qu’ils appartiennent à une instance du parti colonial, ou les deux à la fois.

Tab. 11 – Les maires coloniaux du Havre

Jules Ancel

1848 et 1853

négociant

Jules Masurier

1874-1878

négociant

Jules Siegfried

1878-1886

négociant

Louis Brindeau

1890-1896

magistrat

Henri Génestal

1908-1914

négociant

Pierre Morgand

1914-1919

négociant

Léon Meyer

1919-1940

négociant

Frédéric Risson

1940-1941

enseignant

Pierre Voisin

1945 et 1947

négociant

  • 101 À partir de Jules Siegfried (Société d’aide et de protection aux colons, Comité de l’Afrique frança (...)
  • 102 ADSM, 6U6-446. Son nom est rayé du registre en 1940 après l’ordonnance du 27-12-1940 contre les jui (...)
  • 103 Comme avocat, il traite surtout des affaires commerciales et maritimes (Dictionnaire des parlementa (...)
  • 104 Cf. Discours de Pierre Courant à la cérémonie commémorative du 40e anniversaire de l’École pratique (...)

79Quels sont les points communs à ces édiles au-delà de l’appartenance coloniale101 ? Certainement pas la religion, ni la sensibilité politique. Certes on ne devient pas maire du Havre parce que l’on est colonial. Mais une certaine solidarité de corporation peut aider à l’occasion. Henri Génestal, fidèle de Jules Siegfried, outre les lignes de navigation coloniales, connaît bien les affaires congolaises. Pierre Morgand a des intérêts dans les bois de Côte-d’Ivoire. Le radical Léon Meyer, en conflits pourtant répétés avec la chambre de commerce, est aussi courtier en cafés. En 1899, il entre à la Société de géographie commerciale ; en 1898, il adhère à la Société d’aide et de protection aux colons, en 1929 à l’Institut colonial. Il administre en 1924 avec Henry Bloch une Société caféière française dite « Compagnie générale caféière et coloniale »102. Frédéric Risson dirige l’Enseignement au Sénégal de 1903 à 1910, et rédige un manuel de qualité, intitulé Nos colonies, édité par la Ligue coloniale du Havre. Pierre Voisin, négociant en bois exotiques, fait partie du Comité pour l’Indochine française. Peut-être Pierre Courant, lié par ses activités d’avocat d’affaires au négoce havrais103 et par sa famille au monde du coton, aurait-il pu figurer sur cette liste ? Sur la question algérienne, il s’abstient lors du vote du statut de 1947. Sans doute n’était-il pas insensible, comme Indépendant, aux thèmes coloniaux, les Indépendants havrais ayant marqué leurs distances par rapport à la politique algérienne du général de Gaulle104. En 1952, Albert Charles le décrivait ainsi :

  • 105 Bulletin Havre colonial, avr. 1952, réception du ministre de la France d’outre-mer à l’École pratiq (...)

M. Courant, Député-Maire, a participé si longtemps à la vie économique havraise et a eu des contacts si étroits dans les différentes branches commerciales et maritimes, qu’il connaît tout l’intérêt des relations coloniales. Dans les hautes fonctions qu’il exerce maintenant, il s’en est toujours montré le très ardent et très écouté défenseur105.

  • 106 Registre de délibérations du conseil municipal de Sainte-Adresse, séance du 30-08-1923. Éloge funèb (...)
  • 107 Son père Ernest avait été décoré de l’Ordre d’Isabelle la Catholique.

80La commune de Sainte-Adresse fut, elle aussi, dirigée par deux maires au fort capital symbolique colonial, même si les délibérations du conseil municipal sont plus soucieuses d’embellissements du Neuilly havrais que de questions commerciales. Le comte Joseph de Quérhoënt, catholique breton, « d’aspect distant, même un peu sévère », qui « appartenait à cette race forte qu’on croyait taillée dans le dur granit du Pays d’Armor », était un ami de Félix Faure106. Propriétaire des Rhums Chauvet et de la Compagnie des Antilles, il occupa le fauteuil de maire durant trente-sept ans, de 1886 à 1923. Lui succéda jusqu’en 1929, Albert Dubosc, très catholique lui aussi107, propriétaire de la Compagnie des extraits tinctoriaux et tannants, bientôt vice-président du Groupe colonial à la Chambre des députés.

  • 108 Voir à ce sujet, J. Barzman, « Maritimité, identité havraise et acteurs de la ville au XXe siècle » (...)

81Le réseau colonial de la cité a-t-il été renforcé par l’assentiment municipal ? C’est probable. Si le divorce entre l’acteur négoce et l’acteur municipalité est bien réel et se manifeste par l’opposition entre la droite traditionnelle et le radicalisme entre 1919 et 1940 sous le mandat de Léon Meyer108, il est beaucoup moins manifeste en ce qui concerne la défense de la fonction de la Place et des intérêts coloniaux. Les effets de réseau dépassent les clivages politiques ou religieux. Un ancien négociant en café, s’affirmant homme de droite et catholique, déclarait, dans son témoignage, que les gens du café étaient solidaires, qu’ils soient catholiques, protestants et juifs, et qu’après guerre, Léon Meyer « leur avait manqué ». Après 1945, les Havrais attachés aux colonies sont présents au sein du conseil municipal, notamment pendant le mandat du commandant Abadie, de 1954 à 1956, avec Jean Raoul-Duval comme adjoint et Marcel Léger, RPF, vice-président de l’assemblée de l’Union française.

Du capital social des notables coloniaux

82Secrétaire d’État aux Colonies, ministre du Commerce, président de la République, député, sénateur, conseiller du Commerce extérieur, délégué au Conseil supérieur des colonies, à la commission des concessions coloniales, nombre de fonctions occupées par des Havrais ont relié la Place aux instances de la décision coloniale.

Les relais nationaux des coloniaux havrais

  • 109 On remarquera ici que les deux Havrais qui ont occupé les plus hautes fonctions l’ont fait à deux m (...)
  • 110 P. Ardaillou, Les républicains du Havre au XIXe siècle (1815-1889), Rouen, Publications des univers (...)
  • 111 F. Faure, Le Havre en 1878, Éd. Chambre de commerce du Havre, 1878.

83Le premier sous-secrétaire d’État aux Colonies fut le Havrais Félix Faure109. Mais son parcours ministériel et présidentiel signifie-t-il pour autant que Le Havre ait connu en lui le représentant le plus acharné des intérêts coloniaux de la Place ? Ce n’est pas certain. Ceci pour deux raisons. La première est que Félix Faure, choisi par Gambetta quand il forma son « grand ministère » le 14 novembre 1881, était un républicain modéré, voire conservateur en 1876, lorsqu’il fit campagne contre Le Cesne, gambettiste de la première heure. La mort de ce dernier en 1878 lui laissait le champ libre. Il devint alors gambettiste. Et Pierre Ardaillou estime que « c’était moins Faure qui était choisi pour ses qualités, que Le Havre qui obtenait enfin une reconnaissance nationale pour son républicanisme indéfectible et son dynamisme économique »110. « Faure représenta Le Havre comme Rouvier représenta Marseille. » La deuxième raison est que Félix Faure, dans sa pratique de négociant, n’avait pas de lien privilégié avec les colonies françaises comme pouvaient en avoir les « Antillais » de la chambre de commerce. Félix Faure et Cie, depuis 1867, était une maison spécialisée dans l’importation des cuirs argentins et urugayens. Ses associés et successeurs, Bergerault et Cremer, bien qu’ils fussent inclus dans la sociabilité coloniale, importaient surtout des produits d’Amérique latine et des Canaries. Faure fut consul de Grèce. Il écrivit un rapport sur le commerce dans le Levant en 1870 et un gros livre sur Le Havre en 1878111, véritable catalogue de tous les produits échangés par le port. Il n’était pas intéressé personnellement à la création d’un Nil français pour le coton, ou à la création des sociétés concessionnaires pour le caoutchouc comme ce fut le cas dans le clan Siegfried.

84Peut-on dire pour autant qu’il n’avait pas de convictions coloniales ? Certainement pas.

  • 112 F. Faure (membre honoraire de la Société d’économie politique, séance du 5-03-1886), Annales de la (...)

M. Félix Faure pense que c’est justement parce que la France n’a pas d’émigrants qu’elle doit avoir des colonies d’exploitation où ses négociants, ses armateurs, ses industriels trouvent quoi qu’on en dise, des relations qui ne sont pas à dédaigner. On ne saurait concevoir en ce qui touche le commerce général de la métropole avec ses possessions qu’on tienne seulement compte des exportations. Les importations sont tout aussi profitables, puisqu’elles ont pour objet de fournir à l’industrie les matières qui lui sont nécessaires. Mais cette action de la France ne doit-elle pas être engagée hardiment pour soutenir les intérêts de nos nationaux partout où ils se trouvent112 ?

85Cette idée coloniale ne diffère pas des professions de foi ferrystes bien connues et inspirées par Leroy-Beaulieu, mais de plus, elle correspond bien à la défense des vocations spécifiques au port du Havre. Rien d’original non plus dans l’entorse faite aux belles apparences libre-échangistes quand il s’agit de colonies. Le 11 février, Edmond Latham assiste au discours d’ouverture du Conseil supérieur des colonies par Félix Faure :

  • 113 Chambre de commerce du Havre, le 20-02-1885, JDH.

M. Faure a conclu, au point de vue de la politique extérieure dans le sens de la consécration et de l’exercice effectif des droits de la France, au point de vue de la politique économique pour la protection des intérêts de la production métropolitaine dans les colonies et pour la protection de la production coloniale sur le marché métropolitain113.

  • 114 « Après 1886, l’Aménité parraina la loge La Fraternité Tonkinoise et organisa plusieurs conférences (...)
  • 115 Banquet du 14-10-1897, Bulletin du Comité de l’Afrique française, no 111 897, p. 377.

86Certes Félix Faure se montrait prosélyte. Il prononça plusieurs conférences sur l’œuvre de la France au Tonkin devant la franc-maçonnerie114. Sa pensée coloniale était somme toute très classique, telle qu’il l’exprimait lors d’un banquet à la Bourse de commerce de Paris115 :

Sans perdre un instant, élancez-vous donc à la conquête de marchés nouveaux. Fondez à l’étranger de nombreux comptoirs qui seront pour notre influence autant de foyers de rayonnement. Favorisez l’émigration des capitaux qui, vivifiés et accrus par leur activité, feront retour à la métropole, augmenteront sa richesse et développeront sa puissance de consommation au profit de tous. Hâtez-vous enfin de diriger vers ces régions à peine connues, encore inexploitées, les efforts individuels et les initiatives privées sous peine de nous laisser devancer par nos concurrents étrangers et de voir notre pays exclu du rang auquel ses facultés et sa loyauté commerciale incontestée lui donnent le droit de prétendre.

  • 116 T. Billard, Félix Faure, Paris, Julliard, 1995, chapitre « Faure le colonial », p. 253.
  • 117 Fonds Félix Faure 460 AP 22, lettre du 15-02-1885, citée par T. Billard.
  • 118 Cf. JO, Débats parlementaires des 22 et 26-11-1894.
  • 119 CAOM, fm, sg. SOUD/II/i, 7-04-1894, rapport du colonel Archinard.

87Mais rien ne laisse penser, dans les sources havraises, que Félix Faure ait été un maître à penser en matière coloniale dans sa ville : rien de comparable avec les références constantes à un Charles-Auguste Marande. Bien sûr, il fut sous-secrétaire d’État aux colonies de Léon Gambetta et aussi de Jules Ferry de septembre 1883 à mars 1885 puis de Tirard en janvier-février 1888. En octobre 1883, il obtint la création du Conseil supérieur des colonies116, chargé d’étudier diverses questions économiques et administratives et d’appuyer le gouvernement. Les présidents de cinq chambres de commerce, dont celle du Havre, y furent intégrés. Il favorisa la position de la France à Obock117. Félix Faure fut ministre de la Marine du gouvernement Dupuis au moment de la décision de l’expédition de Madagascar118, avant d’être élu président de la République. Il eut à gérer l’affaire de Fachoda. Mais dans cette affaire il se montra modéré, comme l’avait été son collaborateur Jacques Haussmann, partisan d’abandonner le Soudan budgétivore en 1893 et d’investir plutôt dans les rivières du Sud, au grand regret d’Archinard119. Et si l’on peut douter de son libre-échangisme en matière coloniale, à l’inverse il apparaît que Félix Faure ne fut pas, à ce moment, un « va-t-en guerre ». Il n’était nullement partisan d’en découdre avec l’Angleterre. Il pressa Delcassé de donner l’ordre d’évacuer Fachoda, à la Toussaint 1898. « Cette décision, écrivit-il, lui coûta beaucoup, tous ses amis étant du parti chauvin et lui-même ayant toujours eu une attitude très ardente. » Mais c’est surtout Hanotaux qu’il accuse d’avoir failli provoquer un conflit où la France n’aurait pas été gagnante, en poussant Marchand, le protégé d’Archinard, à tenir tête à Kitchener.

  • 120 F. Faure, Fachoda (1898), Paris, Éditions A. Pedone, 1955 (extrait de la Revue d’histoire diplomati (...)

88Dans une note rédigée à la fin de l’année 1898, il confirme ses intentions pacificatrices120 :

Il est bon de juger sainement les choses et de reconnaître que nous n’avons cessé de faire à l’Angleterre une guerre de taquineries mesquines [...] Les naïves espérances de Hanotaux, en 1894-1895, de reprendre l’Égypte aux Anglais avec nos troupes victorieuses de Madagascar me paraissent moins folles que d’ouvrir la question d’Égypte par des missions traversant l’Afrique pour atteindre le Haut-Nil.

89Félix Faure considère que la conquête coloniale doit s’arrêter là :

L’Algérie, la Tunisie, le Sénégal, le Congo, nous créent un domaine suffisant en Afrique. Madagascar, l’Indochine, – en voilà assez pour permettre à la France de prendre sa part dans l’ouverture pacifique de la Chine au siècle prochain. Les Allemands ne nous gênent pas, les Anglais non plus. [Il estime même que] l’Afrique ne sera pas un domaine économique avant deux siècles. Dans deux siècles, quelle sera la carte politique du monde ?

  • 121 Le protestant Archinard au Soudan soutiendra les missions catholiques et tentera même de convertir (...)

90Et il confirme l’existence de deux attitudes dans les milieux politiques, économiques et militaires, celle du réseau des « Soudanais », dont le Havrais Archinard est l’une des pièces maîtresses avec Marchand, ce qui sera évoqué plus loin, et celle des partisans de la modération. Félix Faure signifie clairement cet affrontement : « Nous avons été comme des fous en Afrique – entraînés par des gens irresponsables qu’on appelle les coloniaux. À quoi bon nous partager l’Afrique dès à présent et pourquoi cette ambition exagérée ? » Ces états d’âme sont demeurés probablement inconnus du grand public dans le demi-siècle de propagande coloniale qui s’annonçait et dans Le Havre des années 1930 qui glorifiait la conquête du Soudan. La postérité coloniale paradoxalement faible de Félix Faure s’explique peut-être par le fait que les explorateurs ou les militaires, notamment le général Archinard121, ont occupé davantage le terrain des représentations que les politiques, surtout quand la conquête devint un fait accompli : le débat était clos, on pouvait célébrer les héros.

  • 122 Membres du Comité de l’Entente cordiale : cf. La Grande Semaine maritime. Journal-Programme-Souveni (...)

91Félix Faure était un colonial convaincu, mais peu décidé à s’aliéner l’Angleterre. Son attitude était conforme à celle des élites havraises. En effet l’Entente cordiale fut bien accueillie au Havre et célébrée lors de la Grande Semaine Maritime de 1906. Un Comité havrais de l’Entente cordiale fut même constitué par une quarantaine de négociants et d’armateurs qui recevaient « leurs amis d’Angleterre »122. Parmi eux, quelques coloniaux ou futurs coloniaux, et tous les représentants des principales compagnies de navigation. Mais on n’y trouve guère de négociants engagés dans les affaires congolaises comme ceux du réseau Siegfried : est-ce un pur hasard ? On peut donc supposer qu’une partie des élites havraises considère que l’on doit croire à l’Empire, que l’on peut le faire progresser économiquement tout en étant l’ami de l’Angleterre. Dans le même Journal de la Semaine maritime en 1906, très anglophile, on trouve cette profession de foi impériale suscitée par l’Exposition coloniale de Marseille :

  • 123 La Grande Semaine maritime, no 9, BMH.

Aujourd’hui, c’est un Empire presqu’égal à l’Europe dont nous disposons, et une population de soixante millions d’hommes que nous pouvons associer à notre œuvre de production civilisatrice. Que d’entreprises à tenter et réaliser ! Et aussi quels débouchés pour l’industrie nationale... Il ne faut pas que dans cette poussée économique la France se laisse distancer. Un peuple tel que le nôtre, dont les aptitudes colonisatrices sont indiscutables, se doit à lui-même de rester fidèle à sa mission123.

  • 124 CARAN, F12, 9178.
  • 125 C.M. Andrew et A.S. Kanya-Forstner, « The groupe colonial in the French chamber of deputies, 1892-1 (...)

92En juin 1899, 45 conseillers du commerce extérieur fondent un Groupe colonial. Parmi eux, Dubuffet et Coulon, hommes du rhum, et Georges Raverat. Le frère de Jules et Ernest Siegfried, Jacques, qui est alors président de la Banque française de l’Afrique du Sud, figure aussi dans ce groupe où siègent Eugène Étienne et Jules Charles-Roux. Cet organe consultatif se prononce sur des questions allant du dégrèvement des cafés au service militaires dans les colonies124. Sept ans plus tôt, le Groupe colonial de la chambre avait été créé, le 9 juin 1892125. Jules Siegfried en fut l’un des vice-présidents de 1902 à 1910.

  • 126 Commission présidée par Théodore Drouet. Rapporteur Jules Godin. JO Sénat, documents parlementaires (...)
  • 127 Lettre du 1-12-1905 au ministre des Colonies cosignée par Le Hérissé, Lucien Hubert et Messimy, et (...)
  • 128 Cf. A. Siegfried, Jules Siegfried, 1837-1922, Paris, Firmin-Didot, 1942.
  • 129 Contrairement à ce qu’affirment Andrew et Kanya-Forstner (« The groupe colonial... », p. 845), le g (...)
  • 130 Albert Dubosc et Georges Bureau, du groupe colonial de la chambre, sont respectivement membres du « (...)

93Jules Siegfried fut durant trente ans le pilier parlementaire de la représentation politique du Havre colonial. Il fut également président du Groupe colonial du Sénat. En 1897, durant cette période sénatoriale, il fait partie de la commission chargée d’examiner la convention passée avec l’Allemagne pour la délimitation des possessions françaises du Dahomey et du Soudan, et les possessions allemandes du Togo126. Une conclusion de cette commission, qui propose de ratifier le traité, résume le discours sur la conquête dans le groupe parlementaire : « Nous ne nous sommes pas bornés à envoyer des missions dans l’intérieur et à passer des traités avec les chefs de différents pays. Nous avons dû faire des efforts considérables pour détruire les tyrannies locales qui étaient l’entrave principale au développement des influences européennes. » Ceci n’est pas sans rapport avec la présence conjointe de Jules Siegfried et du général Archinard au Comité de l’Afrique française qui finançait les missions. Siegfried fut également attentif à la situation de l’Inde française. En 1906, il réclamait des mesures énergiques pour mettre fin à l’« anarchie » qui régnait dans l’administration de la colonie127. Selon André Siegfried, si son père ne fut jamais ministre des Colonies, c’est parce qu’il ne le voulut pas, bien qu’il « eût parfaitement été à sa place »128. Il préféra le commerce où il s’estimait plus efficace, bien qu’il eût plusieurs fois rapporté le budget des colonies, appelant de ses vœux la création de compagnies à charte. Il ne fut d’ailleurs ministre que durant quatre mois. À sa suite, dans la représentation parlementaire coloniale d’origine havraise, viendront René Coty, vice-président du groupe colonial des députés de 1924 à 1928, et Georges Dubosc, propriétaire de la Compagnie des extraits tinctoriaux et tannants et grand propriétaire foncier, vice-président en 1937l129. Les trois députés de la région havraise élus en avril-mai 1936, Léon Meyer, Georges Bureau, Albert Dubosc, sont donc engagés dans le parti colonial130.

Tab. 12 – Les députés de Seine-Inférieure, membres du groupe colonial de la chambre des députés de 1892 à 1920

1892-1898

Félix Faure

républicain

Louis de Montfort

conservateur

Jules Siegfried

républicain

Maurice Lebon

républicain

1898-1902

Louis Ricard

progressiste

1902-1905

Jules Siegfried

union démocratique

1910-1912

Jules Siegfried

gauche démocratique

1920

Georges Bureau

républicain de gauche

Paul Bignon

républicain de gauche

Jean Maillard

républicain de gauche

Jules Siegfried

gauche rép. démocratique

Robert Thoumyre

républicain de gauche

Sources : Andrew et Kanya-Forstner, « The groupe colonial... ».

Lobbying économique, lobbying politique

  • 131 RDCC, no 87, 26-01-1906 et 6-07-1906.
  • 132 RDCC, no 122, p. 279, 22-11-1934.
  • 133 Dans ce cas-là, ce sont davantage les raisons d’agir que l’historien attribue à l’acteur, qui font (...)

94Le lobbying est par définition sous-jacent aux institutions. Cependant réduire son existence à l’action de pression discrète dans les couloirs parlementaires conduirait à négliger l’énorme pression permanente que représentent les correspondances, rencontres, visites, auprès des compagnies privées ou des services publics, qui font le quotidien de la chambre de commerce. Il sera donc plutôt question ici d’actions concertées d’individus ou de groupements s’exerçant de manière plus ou moins officielle, plutôt que dans le secret de la coulisse parlementaire. Pour n’en retenir que quelques exemples, on peut rappeler que Jules Siegfried intervient en 1906 auprès de Clémentel pour l’ouverture d’un marché du caoutchouc au Havre131. La participation de sa famille à l’aventure concessionnaire au Congo y est-elle totalement étrangère ? René Coty, ancien vice-président du groupe colonial de la chambre des députés, est amené, en 1934, à demander pour Le Havre, au Service d’agriculture chérifien, une part du trafic des produits alimentaires du Maroc, où Bordeaux et Dunkerque étaient mieux placés. La chambre de commerce suit de près cette affaire, mais c’est la maison Chegaray qui a sollicité l’aide de René Coty132. Il est difficile de calculer le dosage d’intérêt privé et d’intérêt général qui motive l’action d’un groupe de pression ou d’un individu. Un autre exemple illustre cette difficulté de lecture. Le 1er mai 1912, la chambre de commerce appuie la chambre de commerce de la Martinique auprès du ministre du Commerce pour l’aménagement du port de Fort-de-France, appelé à se développer avec l’ouverture prochaine du canal de Panama. Pour rédiger la lettre, la commission de la marine « doit s’entendre avec M. de Querohënt » « particulièrement au courant de cette question », bel euphémisme pour désigner le président de la Compagnie des Antilles propriétaire des Rhums Chauvet133. L’action de lobbying est très variable dans sa forme. Elle est une mise en activité du réseau par une circulation de la requête différente de la circulation convenue. Mais l’habitude ne crée-t-elle pas la convention ? Elle utilise le capital social et symbolique, par la mise en jeu, en termes désuets, de la « surface » d’un individu ou d’un groupe, sur des circuits de traverse. Tout cela, en créant de la confiance dans les réseaux, renforce l’idée coloniale et les solidarités.

  • 134 RDCC, no 126,1-09-1938 et 10-11-1938.

95Les interventions ponctuelles sur les tarifs de transport ou de douane sont nombreuses. Elles visent à défendre à la fois les intérêts corporatifs de secteurs (café, oléagineux etc.) et ceux de la Place. Elles remplissent des pages de délibérations de la chambre de commerce, au gré des conjonctures et des évolutions doctrinales. Elles s’exercent en direction de l’État ou en direction de grandes entreprises. En 1938, par exemple, les Messageries maritimes annoncent leur projet d’appliquer un surfret aux marchandises échangées entre Le Havre et les colonies du Pacifique Sud avec transbordement à Marseille ou Alger. Immédiatement l’Institut colonial du Havre se mobilise : cette mesure obligerait les chargeurs à ne plus utiliser que Marseille. La maison Eloy fait savoir quelle empêcherait même Le Havre de recevoir cafés et cacaos de Nouvelle-Calédonie, et des Nouvelles-Hébrides. L’Institut colonial saisit la chambre de commerce ; la chambre de commerce de Nouméa appuie Le Havre. Deux mois plus tard, la Cie des Messageries maritimes fait savoir à la maison Jobin quelle décide de supprimer les surfrets et de charger en Océanie aux mêmes conditions pour tous les ports français, en appliquant la même augmentation de 10 % à tout le monde134.

  • 135 Cf. Archives du Comité central de la France d’outre-mer, Union coloniale française, Comité de l’Ind (...)

96Il est naturel qu’une chambre de commerce relaie les groupes de pression coloniaux quelle a créés ou qui la composent. En outre elle agit bien souvent directement. L’Institut colonial du Havre n’a pu jouir que d’une autorité tardive et éphémère si on le compare à celui de Marseille. Et c’est finalement l’institution consulaire qui a constitué, avant et après la période 1929-1940, la véritable autorité en matière de lobbying, proche tantôt de l’Union coloniale française (elle cotise et participe à ses assemblées générales) et tantôt de l’Institut colonial français. L’influence directe des Havrais sur les grands groupes de pression nationaux semble limitée, sans doute parce que le négoce des places portuaires y est moins présent que les compagnies de traite et les grandes sociétés d’exploitation à la colonie. De 1904 à 1942, aucun d’eux ne figure parmi les soixante-neuf personnalités qui ont administré l’Union coloniale française, alors que les Marseillais, Parisiens, Lyonnais et Bordelais sont très actifs. De 1943 à 1961, les soixante-sept administrateurs du Comité central de la France d’outre-mer ne comptent aucun Havrais dans leurs rangs, alors qu’un Albert Charles ou un Raoul-Duval auraient pu fort bien y figurer135. Pour autant que les sources permettent d’en juger, les adhésions de personnalités ou de sociétés autochtones havraises à l’Union coloniale française se résument à quelques unités. De 1900 à 1930, on y retrouve Ernest Siegfried et sa Compagnie cotonnière, De Saumery, lié aux affaires de la Guadeloupe ; le « quincailler » Trouvay, le Syndicat du commerce des cafés du Havre, et Stempowski, spécialiste des fibres textiles et du cacao. Lorsque les principaux lobbies ont fusionné au temps de l’Union française dans le Comité central de la France d’outre-mer, on ne retrouve trace que d’une dizaine de sociétés de la Place, de la chambre de commerce et de l’École technique d’outre-mer, noyées dans les longues listes de sociétés africaines et indochinoises à direction parisienne, marseillaise et bordelaise. La plupart des maisons havraises démissionnent dans la première moitié des années 1950.

  • 136 Dictionnaire biographique de la Seine-Inférieure, 1929.
  • 137 Auguste Deneuve a la double casquette de courtier et d’administrateur des Rhums Chauvet.
  • 138 Intervention de Jacqueminet, CAOM, 100 APOM 844.

97Il est un lieu de lobbying où les Havrais ont été très présents, où ils ont agi directement. Il s’agit, à l’Institut colonial français, du Groupe de défense des rhums coloniaux, qui se compose certes d’un groupe de producteurs, mais aussi d’une organisation d’acheteurs et importateurs. Dans les années 1920, Robert Avril, secrétaire du Syndicat du commerce en gros des vins et spiritueux de l’arrondissement du Havre, négociant-importateur de rhum, est l’un des vice-présidents de l’Institut136. Léon Bachellier est élu en 1924 vice-président du Groupe de Défense, président du sous-comité des acheteurs et importateurs, et M. Deneuve occupe la même fonction pour le sous-comité des courtiers et commissionnaires137. Ils déploient, avec une quinzaine de représentants havrais de la profession participant régulièrement aux réunions à Paris, une activité certaine. Ils entreprennent des démarches auprès de la Havraise péninsulaire pour augmenter les importations depuis Madagascar. Bachellier intervient auprès de Léon Meyer, maire et ministre, pour tenter d’augmenter le contingent d’importation autorisé, question qui intéressait, on l’a vu, les négociants havrais et l’économie antillaise. Les Havrais sont, grâce à l’Institut parisien, en contact fréquent avec les députés de la Guadeloupe et de la Martinique, Gratien Candace et Alcide Delmont. Les autres participants se montrent attentifs aux « intérêts du port du Havre »138.

  • 139 Voir la liste dans RDCC, no 131, déc. 1942, déc. 1943.
  • 140 Les Havrais envoient à Paris certaines délibérations de la chambre de commerce sur les sujets brûla (...)
  • 141 C. Hodeir, Le grand patronat colonial français face à la décolonisation, thèse d’histoire, Paris I (...)

98La corporation du rhum, très organisée, semble une exception. Il serait imprudent, pour autant, de conclure à un faible rayonnement du négoce havrais ou à l’insignifiance de son autorité. Les nombreux postes de direction occupés par des Havrais dans les groupements professionnels de la période de Vichy témoignent du contraire139. Les archives de l’Union coloniale et de l’Institut colonial français montrent que l’on est attentif à l’opinion des Havrais, du moins sous sa forme collective140. Peut-être pourrait-on voir dans cette sous-représentation tout simplement une situation spécifique et relativement marginale, plus portuaire qu’ultra-marine, moins tentaculaire et plus spécialisée, par rapport au grand patronat colonial qui domine ces instances. Catherine Hodeir fait remarquer que « les bureaux du grand patronat colonial sont la plupart du temps parisiens » et le fait que ce patronat colonial n’est « que la branche ultramarine du patronat français »141. Le fait également que les trois grands patronats (Afrique noire, Afrique du Nord, Indochine) ne se fréquentent guère plaide en faveur d’une autonomie relative des réseaux. Les coloniaux havrais, repliés longtemps sur leur chambre de commerce, multipliant leurs propres correspondances et délégations en direction des ministères, des compagnies maritimes, ou des lobbies coloniaux eux-mêmes, attendent leur heure pour jouer les trouble-fête sur les marchés de l’Afrique noire, surtout au temps de l’Union française, alors que, paradoxalement, leur propre Institut colonial est moribond.

  • 142 RDCC, no 84,5 juin 1903. Il y est dit que Lemaire a bien connu Jules Siegfried.

99Les sources étudiées ne donnent guère d’exemples où les négociants havrais auraient pesé sur les politiques menées dans les colonies qui ont contribué à sa prospérité commerciale dans les années 1920-1960 : l’AOF, Madagascar, sinon en matière de tarifs douaniers et de transport lorsque le port y était lui-même intéressé. Mais ne doit-on pas considérer comme appartenant à la pratique des groupes de pression l’autorité du groupe des concessionnaires représentés à la fois par Génestal à la commission des concessions coloniales en 1898-1900 et par Raverat à l’Union congolaise ? Le lobbying consiste également à peser sur le choix d’un gouverneur. Ce fut le cas lors de l’intervention de ce que l’on pourrait appeler le groupe des « négociants-békés ». En 1903 par une démarche conjointe avec le négoce bordelais, Joseph de Quérhoënt, propriétaire des Rhums et Habitations Chauvet, conduit la chambre de commerce à faire agir les députés auprès du ministère des Colonies. Il s’agit tout simplement d’empêcher le changement de gouverneur en Martinique. De Quérhoënt souhaite que le gouverneur Lemaire reste en place : c’est « un homme droit qui s’est occupé activement du relèvement de la colonie, sans se préoccuper des criailleries des gens de couleur, ce qui a pu faire des mécontents »142.

  • 143 Lors de la Conférence économique coloniale réunie en décembre 1934 au musée permanent des Colonies (...)
  • 144 Dès mai 1932, le Bull. ICH avait éveillé l’attention de l’Union coloniale française à ce sujet (not (...)
  • 145 Lettre de Marc Simon, directeur de l’Institut colonial du Havre au ministre des Colonies, le 27-08- (...)
  • 146 CAOM, 100 APOM 594. Réunion du 18 mars 1935, sous la présidence de M. Grosos, président du Comité t (...)
  • 147 CAOM, 100 APOM 594. 4 avril 1936 : Projet de protection des cafés coloniaux, élaboré et approuvé pa (...)

100Il serait étonnant, compte tenu du leadership des négociants havrais dans le domaine du café, qu’ils n’aient pas eu quelque influence sur les décisions coloniales en la matière. C’est une sorte de « lobbying » à étages qui fut ici pratiqué. C’est par le canal de l’Institut colonial du Havre que les négociants pesèrent sur l’Union coloniale française à Paris, dans le but de remettre en cause le projet de protection douanière mis au point par la Conférence Impériale143. Le Havre voulait bien d’un privilège colonial, mais il ne souhaitait pas sacrifier les arabicas aux robustas144, ni compromettre leurs importations de cafés étrangers encore majoritaires à la fin des années 1930. Tout en agissant auprès des ministères depuis 1932 pour une augmentation de la prime à l’exportation destinée à aider les planteurs145, les négociants du syndicat par le relais de l’Institut colonial du Havre engagèrent un bras de fer qui tendit à les faire passer pour les ennemis de ceux-là, au cours de l’année 1935. Ils parvinrent à leurs fins en obtenant le principe d’une protection différenciée, tenant compte de la qualité des arabicas. La négociation se déroula au Havre, où, dès 1935, cinq membres du syndicat des planteurs vinrent rencontrer le Syndicat des négociants sous l’égide de l’Institut colonial146. L’année suivante, un projet commun fut élaboré147.

101À l’échelle de la métropole, le réseau colonial havrais a été relativement marginal par rapport aux grands groupes de pression comme l’Union coloniale. Mais il est tout aussi manifeste qu’il y est demeuré fortement et prudemment connecté, n’hésitant pas à intervenir énergiquement dans ses « chasses gardées ». Il joue tantôt la requête directe auprès de l’État, tantôt l’utilisation de relais corporatifs ou symboliques.

Négoce colonial et grandes fortunes

102Le sujet est délicat. D’abord pour des raisons de sources évidentes s’agissant d’hommes du XXe siècle. Ensuite parce qu’il est impossible d’attribuer une origine coloniale à telle ou telle fortune quand on constate le mélange des affaires diverses avec celles de l’outre-mer, et l’existence de valeurs ajoutées par le commerce avec l’étranger dans des entreprises classées comme coloniales, configuration la plus courante chez les individus. Aussi les rares indications de comptes personnels dans les bilans sont-elles précieuses, de même que les indications qualitatives ou approximativement chiffrées des rapports de la Banque de France sur la fortune d’Untel. Globalement, ces quelques données peuvent être citées (tableau 13), car elles donnent une idée du capital économique des individus sur la Place, fortune coloniale et non coloniale confondues.

103« Charles est riche, c’est un des principaux propriétaires fonciers du Havre », écrit l’inspecteur de la Banque de France en 1930 en parlant du maître des bois coloniaux. La faible capacité d’autofinancement des entreprises mise en relief précédemment n’exclut nullement l’existence de marges suffisantes à placer en dehors du négoce. La fortune immobilière des négociants, coloniaux ou non, est souvent mentionnée dans les rapports sur la succursale havraise, même chez les entrepreneurs plus modestes du bois exotique comme Sense ou Voisin.

Qui sont les « entrepreneurs d’Empire » ?

  • 148 Cet intitulé fait référence à l’ouvrage paru sous la direction de Marcel Courdurié et Guy Durand à (...)

104Les entrepreneurs d’Empire148 marseillais ou lyonnais sont des notables, dirigeants d’entreprises, animateurs de chambre de commerce ou d’institut colonial. Ils ont parfois peu voyagé dans les contrées qui suscitent leur intérêt et leurs innovations. Existe-t-il au Havre un Frédéric Bohn, un Émile Baillaud ou un Hubert Giraud ? Assurément. Certains ont déjà été évoqués : la personnalité d’un Charles-Auguste Marande, pionnier du coton colonial et de l’enseignement technique pour l’outre-mer ; celle d’Édouard Senn, issu de la maison Siegfried, bâtisseur de l’édifice qui aujourd’hui fait vivre le pôle Coton et développement ; la capacité d’innovation et d’endurance d’un Albert Charles, maître européen des bois coloniaux, ardent défenseur de l’idée coloniale durant quarante ans et dont il sera à nouveau question à propos de la célébration de l’Empire. Les figures emblématiques de l’entreprise coloniale havraise spécialisée dans le négoce d’importation, Ancel ou Raoul-Duval, sont autant l’entreprise elle-même, dans sa continuité familiale, que telle figure particulière. Comment choisir en effet, entre Jules, Raoul ou Robert Ancel, ou bien entre Edmond, Jean, Edgar ou Hubert Raoul-Duval dont les compétences et le capital social forment ensemble une puissance indéniable dans cette période ? La liste des entrepreneurs d’Empire n’est pas close. Deux grandes figures méritent en effet une attention particulière. Deux hommes, qui, par leur « surface », pour utiliser un terme désuet, leur « centralité » en termes sociologiques, occupent dans le réseau de la cité un rôle que permettait le contexte de la première moitié du siècle.

Tab. 13 - Indications de fortune de quelques personnalités du Havre colonial

Fortune estimée en millions de francs

En francs 1914

Date de l’estimation dans la source

Georges Raverat

0,8 en 1893

0,8

1893

Joseph De Quérhoënt

2 en 1918

0,7

1919

Joseph Danon

5 en 1919

1,7

1919

Frères Grosos

20 en 1932

4,4

1932

Edmond Raoul-Duval

8 en 1921

2,5

1921

Pierre Morgand

1 avant guerre

1

1921

Albert Quesnel

15 en 1919

4,9

1919

Henri Blot-Lefèvre

2,4 en 1906

2,9

1919

René Godet

30 en 1932

6,6

1932

H. et M. Du Pasquier

10 en 1919

3,3

1919

Edmond Latham

7 en 1919

2,3

1919

Georges Odinet

4 en 1919

1,3

1919

Georges Ancel

30 en 1926

4,8

1926

Gutzwiller

« plusieurs M »

1924

Léon Meyer

« plusieurs M »

1927

Rodolphe Rufenacht

« plusieurs M »

1930

Léon Regray

3 en 1932

0,7

1932

Géo Robinson

2 en 1932

0,4

1932

Sources : rapports d’inspection de la Banque de France et dossiers de Légion d’honneur.

  • 149 Affaires coloniales, entreprises recensées dans l’inventaire des sociétés, et positions dans des or (...)
  • 150 Albert Charles cumule une vingtaine de positions de pouvoir économique, mais il s’agit en réalité d (...)

105Le rôle de Hermann Du Pasquier et de Georges Raverat dans les réseaux d’affaires coloniaux et extracoloniaux a été évoqué plus haut. Il faut y revenir. Leur originalité, par rapport aux autres personnalités, est sans doute d’avoir cumulé un capital économique plus varié et un capital social plus riche, avec des positions de pouvoir plus déterminantes dans la cité. Il est possible de mesurer ici le poids de ces individus en les situant dans le champ social en fonction de deux paramètres. Le premier est le nombre de positions dirigeantes dans le champ colonial149. Le second est le nombre de positions dirigeantes dans le champ social en général : du pouvoir de décision économique (chambre de commerce), politique (mandats), ou social (sociabilité, philanthropie), à l’exclusion des positions d’administrateurs dans les entreprises non coloniales. Ce comptage permet d’identifier les individus qui ont du pouvoir et dont il est fort probable qu’ils soient eux-mêmes des « chemins de l’idée coloniale ». Non seulement porteurs de l’idée coloniale, voire prosélytes dans la cité, mais aussi relais essentiels dans le réseau des décisions de gestion et de doctrine en matière coloniale sur la Place et dans les instances nationales. Hermann Du Pasquier et Georges Raverat sont les deux personnalités qui cumulent le plus grand nombre de positions dans les deux champs, devant René Godet, Albert Charles150, Olivier et Édouard Senn, Jean Raoul-Duval, avec le meilleur équilibre des deux champs.

Tab. 14 – La corrélation des positions dans le champ colonial pur et des positions dans le champ du pouvoir de décision économique et social, des principaux « entrepreneurs d’empire » havrais au XXe siècle

Tab. 14 – La corrélation des positions dans le champ colonial pur et des positions dans le champ du pouvoir de décision économique et social, des principaux « entrepreneurs d’empire » havrais au XXe siècle

106La combinaison entre capital colonial et capital social est donc très poussée chez Hermann Du Pasquier et Georges Raverat.

Georges Raverat, du canal de Tancarville à l’Empire

  • 151 AMH, État civil, déclaration du 2-01-1861.
  • 152 CARAN, F 12 – 5248, Légion d’honneur, candidature présentée par le général de division Baron de Cha (...)

107Georges Pierre Raverat est né au Havre, le 31 décembre 1860151. En 1874 son père, Pierre Jacques Raverat, entrepreneur de travaux publics, reçoit la Légion d’honneur pour avoir construit plusieurs lignes de chemin de fer, notamment celle de Fiers, des baraquements pour l’armée pendant la guerre de 1870-1871, pour avoir effectué des travaux pour les Ponts et Chaussées dans le port du Havre et pour le service du Génie militaire : forts de Saint-Adresse et de Tourneville, caserne du boulevard de Strasbourg. Il a construit le lycée du Havre, des bâtiments de l’Hospice. Pierre Jacques Raverat est depuis 1861 président du conseil des prud’hommes152. Des travaux publics portuaires, la maison Raverat glisse progressivement vers la construction et la gestion de magasins et entrepôts. La raison sociale Veuve Raverat Pierre et Raverat, entreprise de travaux publics, rue de Phalsbourg et boulevard de Strasbourg, en 1885, devient cinq ans plus tard Raverat et Cie, travaux publics et magasins généraux agréés par l’État, avec des entrepôts boulevard de Tancarville et sur le canal de Tancarville. L’entreprise, au capital de 0,4 million de francs en 1885 devient en 1898 Société anonyme des Docks du Canal de Tancarville.

Fig. 6-Nombre de positions dirigeantes occupées par deux entrepreneurs d’Empire havrais dans le champ colonial (affaires incluses) et dans le champ du pouvoir décisionnel économique (affaires exclues), politique et social

  • 153 RDCC, no 102,1-06-1920.

108Cette activité d’entrepôt conduit naturellement les initiatives de l’entrepreneur vers la rizerie. La Société anonyme des Rizeries françaises en 1892 est située quai du Garage, à l’entrée du Canal de Tancarville. Georges Raverat anticipe les fusions successives des entreprises métropolitaines du riz, puisqu’il participe déjà, en 1912, à la Compagnie franco-indochinoise, avec Denis Frères de Bordeaux. Il préside un temps le Syndicat de la Rizerie française. Il est dans les affaires indochinoises l’un des rares Havrais à pouvoir participer, en solitaire, à de grandes sociétés comme les Chargeurs d’Extrême-Orient, ou à diriger une société de recherches forestière, minière et agricole comme la Société commerciale et industrielle de l’Indochine. Il est en 1920 vice-président des Caoutchoucs de Padang. Avec la Compagnie générale d’Extrême-Orient, dont il est administrateur, il soutient la réorganisation de « l’ex-école allemande franco-chinoise de médecine et d’ingénieurs de Shangaï » parce qu’il la juge « intéressante au point de vue des intérêts français en Chine »153.

Fig. 7-Georges Raverat (1860-1939)

109À peine âgé de trente ans, Georges Raverat est devenu le parrain du caoutchouc congolais sur la Place du Havre. Il participe au capital de plusieurs sociétés concessionnaires, Kotto, Ibenga, Sultanats, en réseau avec des Belges, des Parisiens, des Havrais. Il occupe un temps la présidence de l’Union congolaise, le Syndicat des concessionnaires. Avec la présidence de la Société française des caoutchoucs, il contrôle les arrivées de caoutchouc colonial français et probablement belge sur la Place du Havre. On le retrouve aussi dans la Société havraise des plantations à la Guadeloupe, fondée en 1898. Il est en quelque sorte le Octave Homberg de la Porte Océane.

110Dans le champ des affaires extracoloniales, il est le fondateur de trois entreprises de manutention et travaux publics, dont la Compagnie nouvelle de manutentions qui a encore aujourd’hui pignon sur rue. Il est présent dans les grandes compagnies d’assurances de la Place. Ce n’est qu’en 1919 qu’il entre à la chambre de commerce du Havre, et en 1925 au Port autonome, alors qu’il était déjà vingt ans auparavant membre du groupe colonial des conseillers du commerce extérieur. Il multiplie les responsabilités dans les instances économiques consultatives au niveau national : Conseil supérieur des colonies, Conseil national économique, Société française d’expansion économique par exemple. Il est incontournable parce qu’il occupe à la fois des positions « redondantes », communes avec les hommes d’affaires de la Place, mais aussi non redondantes qui en font un intermédiaire avec les réseaux coloniaux de la métropole et au-delà. À propos de ces positions redondantes, on constatera que la configuration en clique d’un réseau de relations d’affaires comporte au moins trois caractéristiques : la solidarité familiale, l’œcuménisme religieux, la polyvalence professionnelle.

  • 154 Cf. faire-part de décès de Georges Raverat, Le Petit-Havre, 24-06-1939.
  • 155 Les docks du Canal de Tancarville ont une superficie de 35 000 m2 et peuvent contenir 40 000 tonnes (...)

111La solidarité familiale s’exprime par la participation des cousins aux activités de la rizerie et des docks. Les Augustin-Normand, Mancheron, Veyrin-Forrer, Robert Morin154 participent à l’administration de la Société anonyme des Rizeries françaises et parallèlement à la Société anonyme des Docks de Tancarville que préside Raverat155. Inversement, celui-ci est administrateur des chantiers navals Augustin-Normand. Œcuménisme en affaires : Raverat et sa famille catholique forment clique avec la famille protestante Siegfried – Senn – Rufenacht, aussi bien dans les affaires portuaires de transport que dans les affaires coloniales, africaines, indochinoises et antillaises. Polyvalence professionnelle enfin. Coton, riz, caoutchouc, manutention, transports, assurances : l’éventail des initiatives est significatif de l’interdépendance du local et de l’outre-mer et d’une époque où le négoce local possède encore la maîtrise des fonctions de la Place.

  • 156 Brochure Institut colonial du Havre, création, fonctions, statuts. BMH.
  • 157 Il démissionne le 1er décembre 1938, pour raisons de santé. Il est remplacé par Henri Thieullent, d (...)

112Fondateur du Comité de l’industrie, du commerce et de l’armement du Havre et de l’estuaire de la Seine, Georges Raverat lançait dès 1921 un « appel à tous les Havrais en faveur du commerce colonial et demandait à la collectivité havraise de s’inspirer de cette conviction que l’avenir du port du Havre est lié au développement de ses relations économiques avec nos colonies »156. Il est donc l’un des artisans de l’identité coloniale du Havre. Il engage le Port autonome et la chambre de commerce, qu’il préside de 1935 à 1938157, dans une réflexion pour faire de l’Institut colonial du Havre un lieu d’enseignement supérieur, en s’inspirant des modèles d’enseignement professionnel de Harvard. Ce ne fut pas finalement la ligne suivie, mais rétrospectivement, on retrouve dans le devenir post-colonial de l’École coloniale, futur « Institut des sciences et techniques d’outre-mer », une certaine continuité avec ces intentions. Sous son autorité, et dans son bureau, est né en 1938 l’Institut havrais de sociologie économique et de psychologie des Peuples, même si ce dernier devait plus tard s’émanciper de ses parrainages négociants. Le directeur de l’Institut, Abel Miroglio, rendait hommage, en 1939, à « ce grand et beau vieillard qui avait de l’avenir dans l’esprit, et une pensée profondément havraise ». Il faut cependant remarquer qu’il fut un acteur important de l’une des expériences coloniales les plus rétrogrades, celle des compagnies concessionnaires, et que lorsqu’il s’est agi de discuter du travail forcé à Genève, il estimait que la politique coloniale de la France ne regardait pas les autres pays.

Hermann Du Pasquier, le colonial et la distinction

  • 158 Lettre de son fils, Pierre Du Pasquier, CAOM, APC/71, CCV, liasse 16.
  • 159 AEC, 1928 et Normandie protestante, no 9, nov. 1932, BMH.

113Hermann Louis Du Pasquier est né au Havre le 8 septembre 1864. Il appartient lui aussi à cette génération de coloniaux havrais actifs pendant la première moitié du XXe siècle. Grand bourgeois protestant, il habite « La Côte », mais aussi Sainte-Adresse, Villa Louis XVI. Comme négociant, il est plus spécialisé que Raverat. Il débute comme employé de commerce. Négociant-commissionnaire en cotons, comme son père, Du Pasquier est en relation avec l’Amérique. En 1903, le négociant est membre de l’Association cotonnière coloniale. Durant la première guerre mondiale, il est délégué du Consortium cotonnier français et conseiller technique auprès du haut-commissaire de la République française aux États-Unis. Sa mission est de procurer de la matière première à la France. Cette expérience contribue sans doute à l’accélération des initiatives en direction du Soudan, signe d’une adhésion au mythe du « Nil français ». Dès 1921, au Comité du Niger, il retrouve l’ingénieur Bélime et le général Archinard. Du Pasquier participe ensuite à la direction de neuf entreprises coloniales dont la mission est de mettre en valeur la boucle du Niger. C’est lui qui présente, en 1927, l’animateur de la Ciconnic, Hirsch, aux industriels de l’Est158. Ses intérêts touchent au coton, au sisal, au riz et à l’élevage. Son poste de vice-président de l’Office du Niger suffit à rappeler les déceptions engendrées par ces entreprises qui ont été étudiées dans la partie précédente. C’est sans doute son appartenance au réseau protestant qui lui vaut sa place d’administrateur de la Société agricole et industrielle de l’Ogooué, fondée en 1910, au modeste capital de 0,16 million de francs valeur 1932. Celle-ci est tenue par la Mission protestante qui gère là une plantation modèle avec école agricole, une scierie mécanique dotée d’une école professionnelle et quatre dispensaires de station159.

  • 160 La Compagnie cotonnière, par exemple, est membre du Rubber Stock Exchange et la maison Reinhart est (...)

114Comme entrepreneur d’Empire, Hermann Du Pasquier est stratégiquement plus isolé d’autres Havrais que ne l’est Georges Raverat. Mais cela ne nuit pas à son rôle sur la Place, bien au contraire. Le négociant est influent dans le monde maritime des transporteurs, Compagnie générale transatlantique, Société navale de l’Ouest, et du loisir nautique : il préside la Société des régates, les Sociétés nautiques de la Manche, le Cercle maritime. Combien de déjeuners à Frascati le double président de la chambre de commerce et du Port autonome a-t-il présidés ? Forte centralité que la sienne, en effet. Par son intermédiaire, Le Havre est représenté à l’Union des chambres de commerce, à l’Association des grands ports francs, à la Chambre de commerce internationale, à la Chambre de commerce française de New York. Il est en cela représentatif du haut-négoce havrais, qui parallèlement à ses initiatives dans l’Empire français, garde des liens étroits avec les États-Unis160. Les liens de Hermann Du Pasquier avec le monde havrais des affaires non coloniales ne sont pas aussi nombreux que ceux de Raverat, hors les positions importantes dans le monde de la pêche et des assurances maritimes.

  • 161 Du Pasquier et Cie est propriétaire d’un ensemble immobilier détruit par les bombardements de 1944, (...)
  • 162 Il en informe ses collaborateurs lors des réunions de l’Office du Niger. CAOM. fm. 11-Afféco/362. O (...)

115Il y a chez cet entrepreneur un paradoxe lié à la spécificité de l’histoire du coton colonial : Du Pasquier et Cie n’est pas devenue une entreprise coloniale161, bien que son patron s’intéresse particulièrement à la mise en valeur de l’Afrique française et à la cotation de cotons soudanais sur la Place du Havre162. Pourtant Hermann Du Pasquier apparaît bien comme le grand prêtre des rites coloniaux de l’entre-deux-guerres. Sans vouloir refaire l’Histoire, il en eût été autrement de l’entreprise familiale si les rêves du Nil français avaient été réalisés, et si les changements de réservoir avaient été possibles, comme on le souhaitait, et comme ce fut le cas pour le café ou le cacao. Il est vrai que dans la mémoire locale, on retiendra davantage la participation des Du Pasquier, en solidarité protestante, à la Filature de Graville, avec les Courant, Jung et Kablé. Ou la prestigieuse administration de la Transat dont le négociant d’ailleurs ne parvient pas à obtenir pour Le Havre une position privilégiée dans les transports de produits marocains. Ses participations aux affaires soudanaises, hormis la très honorifique présidence de l’Office du Niger, demeurent assez secrètes aux yeux du lecteur havrais de l’époque, s’il n’est pas familier des annuaires d’entreprises coloniales. Du Pasquier et Cie, on l’a souligné, n’a pas eu les mêmes choix stratégiques que la Compagnie cotonnière. La participation à la Ciconnic ne fut pas une très bonne affaire. Le décalage des résultats et des intentions fait du notable havrais un symbole du volontarisme colonial havrais. Il est aussi la figure la plus représentative d’un capital symbolique colonial.

116Ce qui est frappant dans la trajectoire de Hermann Du Pasquier, c’est l’importance des fonctions de direction partout où il se trouve, le plus souvent président ou vice-président. Dès 1898, il s’affirme comme un apôtre colonial havrais, avec la vice-présidence de la Société d’aide et de protection aux colons. Durant son mandat à la tête de la chambre et du port, il est le véritable dirigeant d’une revue, luxueuse pour l’époque, intitulée Le port du Havre, qui offre une place importante à l’information coloniale. Le directeur de l’Institut colonial, Marc Simon, y écrit souvent sur les ports africains, sur les produits. On y traite de la conscience impériale et de l’avenir des cafés coloniaux, de l’Office du Niger. En 1935, Hermann Du Pasquier accède à la présidence de l’Institut colonial du Havre, au moment où il laisse à Georges Raverat la présidence de la chambre de commerce, après quinze années de mandat. En 1936, c’est lui qui dirige la superstructure de l’appareil colonial, avec la présidence du Comité de propagande coloniale du Havre et de sa région.

  • 163 L’Individualiste, 1900-1901, Bibliothèque nationale, Jo. 85 615, direction politique : Hermann Du P (...)
  • 164 Cf. Histoire de la France coloniale, Paris, Armand Colin, 1990, t. 1, p. 560.
  • 165 L’Individualiste, 21-03-1901.

117Le voilà donc à la tête des élites économiques locales globalement converties à la doctrine autarciste et au protectionnisme impérial, ce qui sera analysé dans le chapitre suivant. Hermann Du Pasquier avait pourtant créé en 1900 un journal intitulé L’Individualiste, dont la cible principale était le protectionnisme163. Il se disait disciple d’Yves Guyot et de Frédéric Passy qui avaient été des adversaires de la colonisation164. Son journal n’était pas hostile aux expéditions coloniales165. Mais on y défendait les colons qui revendiquaient contre l’application stricte du pacte colonial, obligés par patriotisme de payer plus cher les marchandises métropolitaines. Pour L’Individualiste, « la seule solution était de rendre aux colonies la liberté de leurs échanges, quitte à les mettre sur le même pied que l’étranger pour les produits coloniaux [...] Il faut laisser les colonies s’approvisionner où bon leur semble ». Hermann Du Pasquier a donc commencé sa carrière coloniale avec des convictions résolument libre-échangistes, avant de devenir l’animateur d’un foyer économique fondé sur le privilège colonial.

  • 166 Hermann Du Pasquier est commissaire de la Société Évangélique du Havre, société anonyme au capital (...)
  • 167 En novembre 1890, Hermann Du Pasquier épouse Hélène Gibert, fille du docteur Joseph Gibert, né en S (...)
  • 168 Le Petit-Havre, 13-12-1940.

118En matière de prosélytisme, l’action des individus et leur rayonnement comptent autant que le poids des structures sociales. Le Havre colonial subit un préjudice quand ces deux entrepreneurs d’empire s’effacent, pour des raisons différentes il est vrai. Georges Raverat meurt en 1939. Le parcours final d’Hermann Du Pasquier est moins simple. Durant la seconde guerre mondiale son rôle est tel qu’il lui sera impossible d’occuper plus tard les positions qui étaient les siennes, aussi bien dans le pouvoir de décision portuaire que dans les instances de la propagande coloniale. En 1945, il démissionne de la chambre de commerce, « en raison de la défiance », dit-il, dont il a été l’objet lorsqu’il s’est proposé à la réélection au Port autonome. Singulier itinéraire en effet, que celui grand bourgeois protestant166, dreyfusard, qui fut président de la section havraise de la Ligue des Droits de l’homme de 1901 à 1906167. Lorsque Henri Thieullent, qui a mis à l’abri les archives de la chambre de commerce à Angoulême, revient au Havre, il trouve un nouveau sous-préfet : Hermann Du Pasquier, nommé quelques jours plus tôt par le gouvernement du Maréchal Pétain. Sosthène Pâlie qui fut secrétaire de l’Institut colonial, un des proches du négociant, devenait secrétaire général168.

Fig. 8 - Hermann Du Pasquier (1864-1951)

  • 169 ADSM, 6U6, TCH.

119Le 28 juin 1940, sous le titre « Collaboration », Le Petit-Havre annonce que le Docteur Ackermann, commandant de la Place du Havre, a décidé que les relations entre les maires des communes de l’arrondissement, réunis par Hermann Du Pasquier, se feront exclusivement par l’intermédiaire du sous-préfet. Du Pasquier est cité à l’ordre de l’armée par l’Amiral Darlan en janvier 1942 pour « belle attitude en juin 1940 ». 1942, c’est aussi l’année de l’aryanisation du conseil d’administration de Du Pasquier et Cie : les frères Weil, de Montgomery en Alabama, associés depuis 1932, sont rayés de la liste des dirigeants de la maison havraise sur le registre du commerce169, et leurs actions sont proposées à la vente publique dans les colonnes du Petit-Havre. C’est dire que le ton n’est plus le même que celui qu’adoptait l’Institut colonial, quelques semaines avant l’arrivée des Allemands au Havre :

Mais voici que depuis six mois, la France et son magnifique Empire se dressent avec nos alliés, en face de l’agresseur,

120et Sosthène Pâlie ajoutait alors :

  • 170 Le Petit-Havre, 21-03-1940.

Ce n’est pas aux membres de cette assemblée, ni même à l’ensemble de la population de notre grand port colonial qu’il est à cette heure nécessaire de rappeler ce que représente pour tous les Français, dans la paix comme dans la guerre, notre Empire colonial170.

121Si l’Institut colonial ne réussit pas à renaître des cendres de ses archives, mises sous scellés par l’occupant, et brûlées dans les bombardements du 5 septembre 1944, ce n’est pas uniquement sous l’effet d’un discours nouveau sur l’outre-mer. On peut aussi y voir une rupture causée par le renouvellement des élites portuaires et notamment, la marginalisation d’Hermann Du Pasquier, retiré à Paris où il meurt en 1951. Le capital symbolique colonial a été quelque peu dilapidé par les gardiens du Temple. Des grands prosélytes coloniaux, seul demeure Albert Charles, plus jeune il est vrai, avec son projet d’Exposition coloniale au Havre.

Les réseaux de l’anticolonialisme : une influence marginale

  • 171 Chiffres donnés par J. Legoy, Cultures havraises, 1895-1961, Saint-Étienne-du-Rouvray, EDIP, 1986, (...)

122Marginalité de l’anticolonialisme, solitude de la presse anticoloniale : les réseaux du militantisme anticolonial sont sans commune mesure avec l’appareil du prosélytisme procolonial. Dans ce contexte d’œcuménisme, il restait peu de place pour l’anticolonialisme de fond. Il y eut bien sûr, en France, « Fanticolonisme » des débuts de la IIIe République, souvent de droite et nationaliste. Au Havre, ville négociante, la droite monarchiste ou bonapartiste s’était longtemps exprimée, dans le Courrier du Havre, par le soutien aux adversaires de la République, tels Masquelier ou Ancel. Or ceux-ci étaient très engagés dans les affaires coloniales. Ce journal, qui disparut en 1911, ne fut jamais hostile à la conquête. C’est dans le mouvement ouvrier que s’expriment, avant la guerre de 1914, des convictions anticolonialistes, avec bien des contradictions cependant. Toujours est-il que le journal Le Progrès fut bien une exception dans le paysage d’une presse havraise acquise aux projets coloniaux malgré sa diversité politique. Les commanditaires de ces quotidiens, tel le Journal du Havre, étaient en général engagés dans les entreprises coloniales. En 1903, pour une population de 130 000 habitants, les quatre quotidiens qui adhèrent consensuellement à la colonisation tirent à 30 000 exemplaires, dont 15 000 pour le seul Petit-Havre, le plus populaire. Les Havrais lisent chaque jour 18 000 journaux de Paris171. Le Progrès socialiste n’est qu’hebdomadaire, et tire à 4 000 exemplaires.

Divergences doctrinales du monde ouvrier

123Un anticolonialisme pur s’exprime dans le journal socialiste du Havre, Le Progrès. À l’occasion du Congrès d’Amsterdam, le 3 septembre 1904, le délégué de la Seine-Inférieure expose dans le journal l’intégralité de la motion sur la politique coloniale, à qui, dit-il,

les tentatives militaristes actuelles sur le Maroc donnent pour nous toute sa valeur. Les termes en sont clairs : lutter « contre la passion chauvine et la fureur d’expansion capitaliste... l’exploitation sans règle et sans frein qui gaspille capitaux et richesses naturelles, expose les populations coloniales à l’oppression la plus rude, souvent la plus sanguinaire... combattre tout monopole, toute concession de vastes territoires... soustraire les indigènes à l’influence néfaste des missionnaires... »

  • 172 R. Girardet, L’idée coloniale en France de 1871 à 1962, Paris, La Table Ronde, 1972, p. 106.

124Il n’est cependant pas question de prôner l’abandon immédiat des colonies existantes, mais plutôt de « réclamer pour les indigènes, la plus large somme de libertés et d’autonomie compatibles avec l’état de développement en se rappelant que l’émancipation des colonies est le but à poursuivre », une dualité relative du discours qui n’est pas nouvelle. Le journal se garde bien de signaler que les positions de Paul Louis ne sont pas représentatives de tout le mouvement socialiste. Raoul Girardet a souligné le clivage très net apparu entre deux tendances lors des congrès d’Amsterdam en 1904 et de Stuttgart en 1907172, avec la présence de partisans d’une « politique coloniale positive ou socialiste ». Au Havre, le poids du syndicalisme révolutionnaire ou de l’anarcho-syndicalisme accentue le conflit doctrinal à l’intérieur du monde ouvrier, même si l’on n’en fait pas un objet de litige, mais l’antimilitarisme fédérateur peut masquer les divergences.

  • 173 Le Marin du commerce, « organe défenseur des intérêts de la marine et des colonies », rédacteur J. (...)
  • 174 15-07-1897 : « Le parti socialiste s’est affirmé encore une fois au Havre, les ouvriers havrais ont (...)

125Ainsi peut-on lire avec surprise le journal de l’Union syndicale des pêcheurs et marins du commerce, section du Havre173, qui pour rappeler parfois ses préférences socialistes174, n’en prône pas moins une politique coloniale conquérante. Peut-être reflète-t-il plus fidèlement l’opinion et l’attitude des ouvriers du port que ne le fait la presse allemaniste ? Sa profession de foi, en 1896, est la suivante : « Ce journal ne sera pas politique et fera connaître à nos compatriotes qui souffrent par cet état de crise commerciale, les belles colonies que nous avons conquises au prix de tant de sacrifices et dont les étrangers tirent actuellement profit. » Il donne régulièrement des nouvelles des opérations en Afrique, et relaie les revendications des colons de l’Annam qui se plaignent que tout l’argent de l’Empire va au Tonkin. Il proteste contre l’isolement de Tahiti, contre le « désordre » au Congo, alors « que nos voisins progressent à pas de géant ». Ses cibles préférées sont les « fonctionnaires », ces « fils à papa », « de petits prétentieux ». Les dirigeants français au Tonkin, « par suite de leur ignorance de la langue du pays, sont incapables de diriger une province ». Car ce sont les travailleurs pauvres, avec leurs familles, qui devraient peupler les colonies. Les colonies « n’ont rien rapporté à la métropole par la faute de nos gouvernants ». Des travailleurs reviendraient meilleur marché et « nous désirerions que M. Siegfried, rapporteur du budget colonial, s’occupe de faciliter l’émigration en faveur des travailleurs pauvres ». La critique du fonctionnarisme colonial est associée à celle des notables de la chambre de commerce accusés de ne pas donner leur fret à des navires français. Le Syndicat des marins prêche donc pour la colonie de peuplement au nom de l’intérêt des travailleurs et de la patrie. On chercherait vainement dans ces colonnes quelques mots de compassion à l’égard des indigènes.

  • 175 L’Écho du Havre, journal républicain, quotidien, directeur-fondateur Léon Godreuil, année 1894, BMH

126L’antagonisme idéologique en matière coloniale traverse bel et bien le monde socialiste lui-même. Fondé par Léon Godreuil en 1894, le quotidien L’Écho du Havre175 ne vécut que quelques mois. Les discours de Jaurès, Guesde, Lafargue s’y affichent longuement, parmi les professions de foi internationalistes et les extraits du programme du parti ouvrier du Congrès de Lille. Cet internationalisme intègre les ouvriers de Chicago, mais il s’arrête là. Au Soudan, il faut « presser les bandes de Samory ». Au Dahomey, il faut saluer « la brillante campagne du général Dodds ». La présentation de Béhanzin s’accompagne d’un humour douteux. À Madagascar, « une expédition est devenue indispensable » car « le brigandage sévit » et « les colons risquent de voir les travailleurs les abandonner ». Enfin, que dire du portrait de Joseph Reinach, « un youtre », « valet de Casimir Périer » ? Même si l’allemaniste Hanriot va désormais diriger un nouveau journal socialiste correspondant mieux à l’image vertueuse de la classe ouvrière havraise, comment imaginer que de telles représentations ne continuent pas à alimenter l’ordinaire d’une idéologie spontanée ?

Une voix anticolonialiste : Le Progrès du Havre

  • 176 Le Progrès, 27-01-1906. Dans leur profession de foi pour les élections législatives de 1906, les ci (...)
  • 177 Le Progrès, 23-06-1906.

127Le Progrès, bien au contraire, fait la critique de l’anticolonisme de façade ou d’occasion : « Ce n’est qu’après coup, quand les cadavres des petits soldats jonchaient les marais de Madagascar ou le sol du Dahomey que messieurs les députés, pour faire bonne figure devant leurs électeurs, ont joué la comédie ignoble de l’interpellation et de la recherche des responsabilités. » Le Progrès regrette l’absence d’un véritable contrôle parlementaire sur la politique coloniale de la France : « Quand nos amis socialistes demandèrent il y a quelques semaines des éclaircissements sur cette obscure affaire du Maroc, le ministre garda un silence que les journaux bourgeois qualifièrent de patriotique... » Le contrôle parlementaire comme garantie de paix ? « C’est là une erreur grossière... les expéditions coloniales du Tonkin, du Dahomey, l’incident de Fachoda et enfin celui du Maroc ont ouvert les yeux des plus aveugles, le fameux contrôle parlementaire n’a jamais fonctionné. »176 L’anticolonialisme du Progrès s’exprime aussi par la dénonciation des intérêts capitalistes locaux (Siegfried, Raverat et L’Ibenga) ou de Paul Doumer, présenté comme « l’homme d’affaires des fournisseurs » en Indochine177. L’acte d’Algésiras, de janvier 1906, qui reconnaît l’influence de la France au Maroc suscite une opposition violente du journal socialiste havrais d’autant que l’acte n’a pas fait cesser les opérations militaires.

En voilà un joli traité et combien notre diplomatie a de gloire de l’avoir connu ! Ainsi, nous risquons la vie de nos enfants et notre argent, nous sommes les gendarmes européens au Maroc et cela nous suffit ! Et nous ouvrons contre nous, chez les sectateurs du Prophète, une ère de haine dont nous ne pouvons prévoir ni l’intensité, ni la durée !

  • 178 Le Progrès du 14-09-1907, sous la plume de Jean des Vignes. Lors de la Conférence, du 7 janvier au (...)
  • 179 Le Progrès du 15 au 21-03-1913 et du 29 nov. au 5-12-1913.

128Et le journal de s’interroger : « Est-ce la nouvelle et déjà fameuse Banque marocaine qui est en jeu ? »178 Six ans plus tard, la politique de la France au Maroc est plus que jamais la cible du journal179 : « C’est de cette malheureuse affaire du Maroc que sont venues tourtes les difficultés actuelles. C’est pour le Maroc qu’à trois reprises, en 1905, en 1908, en 1911, nous nous sommes heurtés à l’Allemagne. C’est pour avoir le Maroc que nous avons permis à l’Italie d’annexer la Tripolitaine. » La loi des trois ans, votée en 1913, n’est que la conséquence des appétits capitalistes au Maroc, car Eugène Étienne en personne, ministre de la Guerre, y a envoyé 85 000 hommes qui font défaut à la défense nationale. Le Progrès fait connaître à ses lecteurs les propos du Comité du Maroc, qui, pour stimuler l’action du gouvernement, expliquait que : « Le Maroc est le pays de la Berbérie qui offre la plus grande étendue de terres fertiles et reçoit le plus de pluies. Il paraît en outre plus riche en mines que les deux pays de l’Est. » Et le journal socialiste de conclure : « Nous libérons notre conscience en protestant contre la folie des conquêtes coloniales. »

  • 180 Sur ce sujet, voir Zakya Daoud, Abdelkrim. Une épopée d’or et de sang, Paris, Séguier, 1999.

129Mais Le Progrès a fort à faire, notamment face au populaire Petit-Havre. Plus tard, quand survient la Guerre du Rif, Le Petit-Havre donne une large place aux associations « désireuses d’apporter un réconfort aux blessés du Maroc », comme la Ligue coloniale, ou l’association des anciens combattants. Le rédacteur Maurice Conge concède même à l’un de ses lecteurs, à la une du 12 juin 1925, que « les actes des communistes sont infiniment plus dangereux que ceux de l’Action Française ». Il affirme que M. Painlevé, en visite au Maroc, « dira à nos colons et à nos commerçants installés là-bas que notre pays ne reculera devant aucun effort pour que l’ordre règne à nouveau... » Il dénonce « la propagande infâme qui est faite par quelques misérables encouragés par le groupe communiste de la Chambre ». Quand les convives de la fête des anciens militaires coloniaux lèvent leur verre, le 6 juillet 1925, c’est à la santé des poilus du Maroc et pour distinguer l’adjoint au maire Patrimonio, lui-même mutualiste et ancien militaire colonial. La voix la plus écoutée de la presse havraise dénonce « l’aventurier » Abd-El-Krim, « entouré de conseillers perfides », qui menace « les intérêts de la France et de la civilisation »180. Elle justifie le refus de négocier.

Les réseaux politiques et syndicaux de l’anticolonialisme africain et indochinois

130L’action anticoloniale des Indochinois est assurément la plus politique parmi celles des travailleurs coloniaux vivant au Havre, et la seule qui semble autoriser une action commune avec les militants communistes de la ville.

L’anticolonialisme radical des communistes indochinois

  • 181 ADSM, 2Z55. Rapports du commissaire spécial au sous-préfet et au directeur de la sûreté.
  • 182 Dang Van Thu, né le 21-12-1898 à Bac Ninh (Tonkin).
  • 183 ADSM, 2Z55, outrage à magistrat et distribution sur la voie publique en compagnie de Le Trong Cau, (...)
  • 184 L’ouvrier métallurgiste Henri Gautier est la figure dominante du parti communiste havrais des année (...)
  • 185 ADSM, 2Z39, réunion du 26-07-1926 entre autres.
  • 186 L’actuelle Bourse du Travail, à l’origine cercle culturel ouvrier créé par Jules Siegfried.

131Cette action ne concerne que quelques dizaines d’individus, mais le volumineux dossier de police qui leur est consacré dans les archives de la sous-préfecture181 atteste de la surveillance étroite dont ils sont l’objet, tout particulièrement Dang Van Thu dit « le Gros Louis »182. Il faut dire que leur projet est résolument anti-impérialiste. Dang Van Thu fut souvent interpellé, notamment pour avoir distribué en 1927, le journal interdit Viêt-Nam183. Son arrestation fut dénoncée par Le Prolétaire normand. Au cercle Franklin, en présence d’un orateur de la section coloniale du parti communiste, Van Thu et ses camarades annamites témoignèrent des « brutalités policières ». Le journal Viêt-Nam était imprimé à l’Union des syndicats, rue Hélène, géré par Henri Gautier, responsable du parti communiste au Havre et créateur de l’Union locale unitaire du Havre (ULUH)184. Dang Van Thu était lui-même secrétaire de cellule. Il fait partie de la direction locale du PCF et on le trouve souvent à la tribune des réunions salle Franklin185. Le quartier général des indépendantistes indochinois se situait au « Restaurant Intercolonial », dont Van Thu était propriétaire, rue Saint-Nicolas, dans le quartier de l’Eure, au cœur des docks du Pont Rouge. Van Thu étant lui-même responsable du groupe intercolonial du Havre, son enseigne n’était pas sans signification politique. Le lieu était fréquenté par « une trentaine d’Annamites, quelques navigateurs et quelques étudiants venus de Paris ». En 1927, selon le rapport confidentiel du commissaire, ils étaient capables de réunir à Franklin186 environ 300 personnes dont une cinquantaine d’Indochinois et quelques Africains.

Fig. 9 - Dang Van Thu, leader anticolonialiste indochinois au Havre

  • 187 Autres adhérents du groupe intercolonial du Havre : ADSM, 2Z39.
  • 188 Rapport de police du 25-09-1926, ADSM, 2Z39.
  • 189 J. Barzman, Les Dockers du Havre, de la brouette au portique (XIXe-XXe siècles), thèse d’habilitati (...)
  • 190 M.-P. Dhaille-Hervieu, Communistes au Havre..., p. 31.

132Il convient cependant de ne pas exagérer l’ampleur de la contestation anticoloniale communiste chez les Indochinois eux-mêmes, et plus généralement dans le monde syndical. Selon les rapports de police, il ne s’agit que d’une quarantaine de marins des Chargeurs réunis ou de la Péninsulaire qui ne résident jamais tous simultanément dans le port187. L’autorité de Van Thu, homme cultivé, probablement fils d’avocat et parlant aussi bien l’anglais, le chinois, que le japonais, compte beaucoup. Le commissaire de police estime qu’en fait, « ces coloniaux sont plutôt nationalistes, xénophobes, que communistes ». D’autre part la logistique offerte par le parti communiste au Havre dans les années 1920 est faible. Le PC ne vend son propre journal Le Prolétaire normand qu’à 85 exemplaires et les Cahiers du bolchevisme ne sont diffusés qu’à 15 acheteurs188. John Barzman souligne que l’Union locale unitaire de Gautier avait peu d’influence parmi les ouvriers du port189. La ligne communiste a du mal à s’imposer dans le monde syndical portuaire. La défense des minorités (Polonais, Italiens, Annamites) est selon Marie-Paule Dhaille-Hervieu, l’une des stratégies adoptées par les syndicalistes unitaires et communistes pour tenter de contrer les dirigeants dits autonomes et réformistes, notamment ceux qui sont liés à la municipalité de Léon Meyer190.

  • 191 La mutinerie du 10 février 1930, inspirée par le VNQDD, d’inspiration Kuo-Min-Tang, fut impropremen (...)

133Le parti communiste réagit, en juin 1930, contre les 39 condamnations à mort consécutives à l’insurrection des troupes annamites à Yen Bay191. La même année, le commissariat du Havre signale que « Verge et Toulouzan, délégués de la Fédération unitaire des marins ont été surpris sur les quais en train de distribuer aux navigateurs des tracts communistes et de propagande anticoloniale ». Sur les tracts saisis chez Dang Van Thu, on peut lire par exemple :

  • 192 ADSM, 1M557, Propagande anticoloniale, rapports de police, arrondissement du Havre 1930.

Réflexion sur la Patrie. Quand les Français ont envahi notre pays, ils ont déclaré venir nous civiliser. En réalité ils nous exploitent et cherchent à nous détruire. Les capitalistes ont conquis notre sol pour utiliser nos matières premières et notre main-d’œuvre. Les fonctionnaires donnent libre cours à leur cupidité, ils torturent nos populations, violent nos femmes et pillent nos biens. Leurs méfaits sont innombrables. L’atrocité du colonialisme est connue et n’est plus à décrire192.

134Nationalisme aux colonies et anticolonialisme en France : la Place du Havre est l’un de ces lieux où s’est opérée l’action des communistes comme catalyseur du mouvement révolutionnaire indochinois. Celui-ci s’appuie à la fois sur une condamnation et sur un projet.

  • 193 Les négociants havrais Hauser et Hanhart étaient administrateurs de la Cotonnière du Tonkin qui ava (...)
  • 194 Extraits d’un tract trouvé par la police chez Dang Van Thu en 1926. ADSM, 2Z39.

135La condamnation est celle du « système de colonisation pratiqué en Indochine depuis le début de la conquête qui a provoqué le soulèvement paysan de 1908-1909 [...], qui se perpétue sous le règne néfaste des dictateurs Lefol, Monguillot, de la Pommeraye, de la Chevrotière, Fontaine, Outrey et d’autres requins de la Banque de l’Indochine, de la Société Française des Distilleries ». Il en découle une justification des actions pour « reconquérir son indépendance millénaire ». « La révolution qu’a faite le communisme soulève le peuple annamite et le pousse vers la voie de l’émancipation. » Toutes les luttes sont la preuve que souffle « un vent de révolution », de l’attentat contre le gouverneur Merlin en 1924, de la grève de 4000 ouvriers à l’usine cotonnière de Namdinh193 et de l’arsenal de Saigon en 1925, aux grèves des 2400 coolies de pousse à Hanoï, des ouvriers de la Compagnie du caoutchouc manufacturé de Saigon, de la distillerie de Haïdilong et même de secrétaires annamites à la Banque de l’Indochine en 1926194. On trouve donc, au Havre, un écho des mouvements qui affectent l’Indochine française, avec les rôles successifs, de 1926 à 1930, du parti annamite de l’Indépendance, puis à partir de 1930, du parti communiste vietnamien. Condamnation et luttes, mais quel était le projet ?

  • 195 Nguyen Van Luan (Nhu Phong) était secrétaire général du parti annamite de l’Indépendance, rédacteur (...)
  • 196 Le rôle des lettrés est important dans la contestation anticoloniale indochinoise. Cyril Leroux, ag (...)

136Un long mémorandum, lu salle Franklin le 6 avril 1927 par Nguyen Van Luan195, expose les ambitions de ces anticolonialistes. En résumé, le document affirme que « c’est la guerre d’Indochine qui vient, avec son cortège de deuils et de ruines. » Comment préparer la suite ? Une liste de dix noms, composée essentiellement de lettrés, « parmi les Annamites les plus représentatifs » pourrait constituer une Commission d’évacuation militaire, administrative et économique de l’Indochine196. L’évacuation économique se traduira par le transfert du monopole de l’émission à une Banque de l’État annamite, la nationalisation du chemin de fer et des mines, et des grandes sociétés étrangères. La terre sera restituée aux paysans. Une place sera accordée aux petites entreprises étrangères sous le contrôle de l’État annamite. Le gouvernement annamite devra s’inspirer de l’ancien système agraire basé sur le respect de l’intérêt collectif. En attendant ces réalisations, l’État français a des tâches urgentes : l’amnistie, les libertés, le droit de coalition et de grève, la fin de l’émigration forcée des Annamites en Océanie, la taxation des firmes coloniales, la création des Instituts techniques en Indochine, la suppression des contributions du budget indochinois à la métropole et de la « scandaleuse » subvention aux Messageries maritimes. France et Indochine devront coopérer, par des accords d’assistance mutuelle, un traité douanier, des échanges de culture et d’enseignement afin de préparer « une ère d’étroite collaboration ».

  • 197 ADSM, 1M557, Propagande anticoloniale, rapports de police.

137En 1931, le ministère de l’Intérieur s’inquiète du développement de la propagande anticoloniale. Il écrit au préfet de Seine-Inférieure : « Je suis informé que l’acheminement du matériel de propagande communiste s’effectue clandestinement par l’intermédiaire de “clubs internationaux de marins”. » Ces clubs sont l’émanation, selon le ministre, du Comité de propagande et d’action des transports (CIPAT), subordonné lui-même à l’Internationale Syndicale Rouge, dont le but est d’unifier le mouvement revendicatif des gens de mer par leur regroupement dans des organismes dépendant de la IIIe Internationale. Deux organismes de ce genre existent, à Marseille et à Bordeaux. Ils ont des correspondants accrédités dans les ports de la métropole et des colonies, notamment au Havre, 46 rue Dauphine. Le sous-préfet du Havre confirme l’existence à cette adresse d’une Union syndicale des marins de France. « Bien qu’autonome, ce groupe était dirigé par des individus acquis aux idées communistes comme Jean Le Guen, les autres aux opinions libertaires comme Jules Tâchât qui s’occupaient aussi de la défense des Annamites pour les amener à leur syndicat. Ce syndicat dissous, Le Guen avait créé en 1928 un Syndicat unitaire des marins, 13 quai de Marne qui comprenait 50 membres dont 15 Annamites, dissous à son tour en juillet 1930. Un certain Jean Ollivier, breton comme Le Guen et trésorier de ce syndicat, navigue, au moment de ces correspondances, sur le long-courrier Ville de Tamatave de la Cie Havraise péninsulaire. « Du matériel a pu être remis à des navigateurs français ou annamites par un nommé Dang Van Thu, sujet indochinois demeurant 36 rue de Prony, bien connu des services de police comme agitateur. »197

  • 198 Le 14-09-1933 le SRI se voit interdire la vente de billets d’une loterie qu’il avait organisée pour (...)

138Les communistes havrais confondent bientôt dans un même combat la dénonciation du fascisme hitlérien et la condamnation de la répression en Indochine. Le Secours Rouge international198 et la CGTU, sections du Havre, appellent, après l’incendie du Reichstag, à un meeting pour « arrêter les crimes du fascisme allemand et de l’impérialisme français ». Ils dénoncent symétriquement les assassinats en Allemagne par les bandits nazis, et les assassinats en Indochine et les « valets de Daladier et Sarraut », les gouverneurs Robin et Pasquier. La stratégie de « classe contre classe » conduit à un amalgame qui ne facilitait pas sans doute la lisibilité du fait colonial. Entre les deux guerres, une solidarité anticoloniale a donc rapproché des syndicalistes de tendance communiste ou anarchosyndicalistes et des militants indochinois plus investis dans l’anti-impérialisme de sensibilité communiste que les Africains de l’Ouest et du Nord.

Un anticolonialisme africain fragile et occasionnel

  • 199 Bien que le parti communiste fasse un effort particulier pour distribuer des tracts et des journaux (...)
  • 200 ADSM, 2Z39, rapport du 13 mars 1930.

139Les Africains du Nord, plus nombreux que ceux de l’Ouest, se sont davantage trouvés en concurrence avec les Havrais sur le marché du travail. Il existe cependant peu de traces d’une organisation des travailleurs nord-africains dans le combat anticolonialiste au Havre199. Travaillant à l’usine ou sur les quais, leurs rapports avec les ouvriers français sont conflictuels. Le triste sort réservé aux Marocains sera évoqué plus loin. Les rapports de police signalent peu d’actions communistes et syndicalistes dirigées contre la colonisation de l’Afrique du Nord. Sauf, à l’occasion du centenaire de la conquête de l’Algérie, un tract de la Confédération générale du Travail – syndicat révolutionnaire, section algérienne – qui dénonce « l’exploitation, la tyrannie, l’odieux régime de l’indigénat »200. Le peuple algérien « ne possède réellement que deux droits : souffrir en silence et payer sans rechigner ». En réalité, que demandent ces Algériens « solidaires de leurs frères restés de l’autre côté de la Méditerranée ? » : « les droits dont jouissent tous les autres citoyens français, l’abolition de l’indigénat, le droit syndical, l’extension à l’Algérie de toute la législation sociale française ». Derrière le slogan d’« affranchissement du peuple algérien », on ne trouve pas la revendication d’autodétermination ou d’indépendance. On ne revendique pas un État algérien alors que l’on soutient l’idée d’un État annamite. L’Algérie est pour longtemps, dans l’imaginaire colonial ou anticolonial, un cas à part.

  • 201 O. Sagna, Des pionniers méconnus de l’indépendance : Africains, Antillais et luttes anticolonialist (...)

140C’est encore dans des organisations soutenues par le parti communiste au cours des années 1920, que se manifeste une défense des colonisés d’Afrique noire. Mais cet anticolonialisme est plus fragile. Le monde des marins au Havre n’a jamais été spontanément anticolonial. La culture politique des Africains n’est pas alimentée comme celle des Indochinois par un contexte révolutionnaire comparable. Les relations très complexes et changeantes entre le parti communiste français et les travailleurs coloniaux africains sont faites d’attraction et de répulsion, de volonté de noyautage aussi bien que de revendications d’intégration, de tension entre assimilationnistes et indépendantistes. Leur histoire a été analysée par Olivier Sagna201. Il signale qu’une affiche du Comité de défense de la race nègre, créé en mars 1926 et présidé par Lamine Senghor, est apposée au Havre quelques mois plus tard. On y demande « que le nègre soit traité, à travers le monde, avec plus d’humanité ». L’abolition du travail forcé, le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes sont revendiqués par les indépendantistes, tandis que les assimilationnistes du CDRN insistent sur la nécessité pour les nègres de « s’élever par l’instruction ». Le 3 juillet Gothon Lunion constitue avec une quinzaine de personnes les bases d’une section havraise du Comité. Une affiche annonce le meeting du 10 juillet. Elle évoque « cette pauvre Afrique qui forma le premier anneau de la chaîne mystérieuse de la civilisation et du progrès humain au milieu de la nuit des temps alors que brillaient à peine les premières lueurs de la pâle aurore des nations, mais qui, depuis des siècles, enchaînée et saignante, est foulée aux pieds ». Ce meeting trahit le caractère assez marginal de l’anticolonialisme africain. Parmi les 250 personnes, dont Gautier et Dang Van Thu évoqués plus haut, n’assistent que « cinquante nègres et une dizaine d’Indochinois » pour écouter, selon la police, Léon Hanna Charley « disserter sur la culture négro-africaine ».

  • 202 Cf. J.-P. Biondi, Les Anticolonialistes, Paris, Hachette (Pluriel), 1993, p. 179-183. Lamine Sengho (...)
  • 203 Il sera exclu du PCF en oct. 1933. O. Sagna, Des pionniers méconnus de l’indépendance...
  • 204 Le Cri du Marin, 1-03-1932, parle d’un « cimetière de 46 navires à Marseille et de 64 au Havre » ; (...)

141Le CDRN disparu, la Ligue de défense de la race nègre, créée par Lamine Senghor et Garan Kouyaté le 22 mai 1927, entretient des rapports complexes avec le PC202. Elle s’échappe de sa tutelle pour s’en rapprocher ensuite. Par l’intermédiaire des navigants, elle fait parvenir La Voix des Nègres dans les ports d’Afrique occidentale. Kouyaté enfreint en 1930 les directives de l’Internationale en organisant des syndicats de marins à base raciale203. Les Africains avaient-ils un autre choix dans le contexte de la crise204 ? La section havraise de la Ligue est constituée, en décembre 1931, « en vue d’attirer l’attention des compagnies de navigation sur la situation des “Noirs” [dans le texte] et d’obtenir, de préférence aux somalis anglais, leur embarquement sur les navires de commerce ». C’est ce qu’explique le préfet qui ajoute : « Les Noirs reprochent aux compagnies de navigation ayant le choix par suite du chômage d’embaucher de préférence des Français, ce qui provoque chez eux un certain mécontentement, car ils prétendent être français au même titre que ceux de la métropole. » Ce groupement « d’ailleurs peu actif, ne réunit qu’une quarantaine de nègres alors que le nombre de ceux-ci atteint près d’une centaine au Havre ». Pour les autorités, il est clair que ce mouvement s’est avant tout constitué contre le chômage. Le président de la Ligue au Havre se nommait N’Diaye Amadou, soutier, inscrit maritime à Dakar comme les trésoriers Dramé Léon. Le vice-président et le secrétaire étaient guinéens : Caba Sidi Aumard et Lamine Yassari, inscrits maritimes à Conakry, et demeurant tous deux au Havre rue Faidherbe. Le préfet persuadé au départ de l’apolitisme de la Ligue, au moins sur le plan local, reçoit une lettre du ministre l’informant des activités de la direction parisienne : « La ligue se prépare à faire apposer des placards qui ont trait à de prétendus incidents graves survenus à Douala. » Le ministre souhaite qu’on ne laisse pas « propager de semblables calomnies à l’égard de notre administration coloniale et s’énerver une opinion publique trop encline déjà à accueillir sans discrimination les bruits tendancieux relatifs à de prétendus scandales dans les pays d’outre-mer ». Le document incriminé se présentait ainsi :

Ligue de Défense de la Race Nègre
On fusille les femmes du Cameroun
Télégramme (3 août 1931)
Masse féminine imposée au même taux que les hommes sans aucun égard pour la crise ou leur situation sollicitèrent suppression ou allégement des impôts, sans réponse. Gémissent, emprisonnées
Les autres, allant apprendre situation de leurs compagnes furent fusillées, plusieurs blessées gravement
Implorez notre protection ministre, avisez Ligues, Nations Femmes Douala.

142Ces années 1926-1931 semblent avoir constitué le temps fort d’un réseau anticolonial africain assez marginal et relativement périphérique dans les préoccupations de son allié communiste. La conclusion d’Olivier Sagna qui parle d’« échec global », notamment sur le plan de la syndicalisation, se vérifie sur la Place du Havre. Après 1945, l’anticolonialisme qui attire l’attention des autorités est surtout celui qui est exprimé par les indigènes eux-mêmes, à la colonie. Le climat nouveau, né des contradictions de la victoire, crée une certaine fièvre qui inquiète les autorités négociantes et politiques de la Place. Les craquements de l’Empire et les tensions créées en Afrique se font sentir. L’attitude des États-Unis pose problème.

  • 205 Rapport de l’inspecteur Cariou, 7-12-1945, ADSM, 2Z109.

Le désir exprimé par les Américains d’avoir des bases militaires en tous points du globe fait craindre une mainmise de leur part sur nos colonies d’Afrique, AOFAEF et surtout en Afrique du Nord. On souhaite [le commissaire des renseignements généraux ne dit pas qui est « on »] voir notamment une politique coloniale qui facilite l’emploi des richesses naturelles de nos colonies, avantage les colons et encourage les Français à s’expatrier par la certitude de gains intéressants et d’une vie plus large, compensant l’éloignement de la mère-patrie. Il faut également dit-on, si l’on ne veut pas voir nos colonies passer en d’autres mains, resserrer les liens d’amitié qui nous unissent aux indigènes, condition indispensable pour rendre inefficace toute propagande étrangère205.

  • 206 Ibid., situation au Cameroun rapportée par un commissaire des RG au Havre. « Les rafles faites entr (...)

143Certains officiers de la marine marchande expliquent que le désir d’indépendance engage la responsabilité, non seulement de l’administration française, mais aussi des colons, qui oublient trop souvent que les indigènes ont parfois apprécié la vie de la métropole durant les hostilités. « Les citadins se souviennent des égards dont ils ont fait l’objet durant leur séjour en France et n’entendent plus être traités comme des êtres inférieurs. »206 En février 1946, par exemple, le préfet est informé de la situation des planteurs de café de la région de Sassandra en Côte-d’Ivoire. Les indigènes refusent de travailler, estimant leur salaire insuffisant. « Ces derniers jusqu’alors étaient nourris, logés, habillés et recevaient 8 F par jour. Ils exigent les mêmes avantages plus 30 F de salaire journalier. » Mais les rapports de police ne font pas état d’actions anticoloniales sur le port du Havre, alors qu’ils témoignent de la crispation des milieux coloniaux. Doit-on en conclure que le centre de gravité des luttes anticoloniales au temps de l’Union française s’est déplacé de la métropole vers les territoires ?

La Ligue des Droits de l’homme : les colonies hors sujet ?

  • 207 J. Legoy, Un siècle citoyen. Histoire de la section havraise de la Ligue des Droits de l’homme, pré (...)
  • 208 P. Ardaillou, « L’affaire Dreyfus au Havre », Cahiers havrais de recherche historique, no 54, 1995, (...)
  • 209 « Après le congrès de 1931, la Ligue prend ses distances avec les perspectives de décolonisation, p (...)

144L’assemblée constitutive de la Ligue française des Droits de l’homme a lieu à Paris, le 4 juin 1898207. Au Havre, c’est le socialiste allemaniste Hippolyte Hanriot, rédacteur du journal Le Progrès et dont l’anticolonialisme vient d’être évoqué, qui préside une réunion organisée par la Ligue le 16 septembre 1898. Bien sûr, c’est l’affaire Dreyfus qui motive ce rassemblement. Aussi ne faut-il pas tirer de conclusions trop hâtives quant au sentiment anticolonialiste de la Ligue des Droits de l’homme au Havre. En effet, parmi les soutiens de Dreyfus, il est des négociants protestants qui ont courageusement pris le relais du Docteur Gibert208 et en paieront le prix politique lors des élections municipales de mai 1900. Parmi eux, Maurice Génestal et Hermann Du Pasquier engagés comme on l’a constaté dans les affaires coloniales voire dans la Société d’aide et de protection aux colons à la même époque très exactement. Hermann Du Pasquier devient président de la section havraise de la Ligue de 1901 à 1906. La question des Droits de l’homme aux colonies ne semble guère occuper une grande place dans l’histoire des combats de la Ligue au Havre. Il faut attendre 1950 pour la voir intervenir directement sur l’affaire des piastres indochinoises et en même temps s’opposer avec d’autres à la guerre en Indochine, « source de souffrances humaines et source de scandales, menace pour la Paix dans le monde et gouffre financier »209. Jean Legoy, dans son enquête sur la Ligue au Havre, constate une position longtemps ambiguë sur la question algérienne. Cependant, en 1956, elle plaide pour la négociation et manifeste son opposition à la politique de Guy Mollet. Mais dans l’ensemble, la défense de la paix et de la République semble avoir été plus importante dans l’action de la Ligue que les questions de la citoyenneté ou du travail forcé aux colonies.

Vers un bilan de l’effort prosélyte

  • 210 ADSM, 2Z109, note au préfet du 25 décembre 1945. Anselme Laurence, longtemps détaché aux services d (...)

145L’appareil prosélyte est à son apogée quand survient la deuxième guerre mondiale. Édifice complexe, relativement autonome, mais fortement connecté aux instruments du contrôle social. Certes, des signes indiquent une assez grande capacité de mobilisation comme le nombre impressionnant de conférences coloniales durant quatre décennies. Dans Le Havre dévasté, le 20 décembre 1945, l’Institut colonial, présidé par Albert Charles, est encore capable de réunir mille personnes, d’après les Renseignements généraux, dans un cinéma pour une conférence d’Anselme Laurence sur l’Afrique équatoriale et un film sur les bois coloniaux210. Mais cet effort d’information, de formation et de propagande a-t-il véritablement pesé sur l’opinion des Havrais ? Le réseau, en termes d’organisations, n’a fonctionné totalement qu’avant 1940. Au temps de l’Union française, l’Institut colonial sombre bientôt dans l’oubli, phénomène constaté dans tous les témoignages recueillis : recul de l’idée coloniale ou bien, au contraire, signe quelle va de soi ?

  • 211 Cf. ADSM, 2Z39, activités du parti communiste au Havre 1920-1939.

146Face au réseau prosélyte, de 1880 à 1945, le contre-feu est trop marginal et sporadique pour entamer le consensus colonial qui imprègne aussi bien la culture municipale que l’action pédagogique. Le réseau ouvrier n’opère donc pas totalement, loin s’en faut, comme réseau anticolonialiste, et l’expression du corporatisme peut aussi bien se muer, en situation de crise, en hostilité à l’égard des travailleurs coloniaux. La conviction anticoloniale et internationaliste n’a sans doute pas été bien puissante. Certes, l’action communiste de l’entre-deux-guerres a pour leitmotiv la condamnation de l’impérialisme, mais à regarder de près texte et discours, il apparaît vite que lutter contre l’impérialisme, c’est d’abord défendre l’URSS211. Les conditions du contact entre ouvriers français et coloniaux nées de la situation pendant la première guerre mondiale n’ont-elles pas rendu impossible une véritable coopération revendicative, et a fortiori un échange culturel ? Les événements de cette période 1914-1925 dans le mouvement ouvrier havrais expliquent la marginalisation des acteurs de l’anticolonialisme, les ouvriers coloniaux se voyant contraints progressivement d’assurer eux-mêmes leur propre défense sur le territoire métropolitain.

  • 212 Ch.-R. Ageron, France coloniale..., p. 298.

147Pour l’opinion acquise à l’idée coloniale, du consensus à l’engagement, il y a une distance souvent occupée par l’indifférence. « C’est le parti colonial qui a voulu et qui a enfanté la France coloniale »212, comme l’a montré Charles-Robert Ageron. Un parti colonial s’est construit dans la cité. Mais son volontarisme jamais totalement récompensé, sa fragilité rétrospectivement révélée par la rupture de la seconde guerre mondiale pose question. Ce long travail de réseau a-t-il réussi à forger, dans la communauté urbaine et portuaire, une véritable identité coloniale ?

Notes

1 Bull. SGC, jan. 1894, rapport du secrétaire général à l’AG du 9-03-1894.

2 D. Lejeune, Les sociétés de géographie en France et l’expansion coloniale au XIXe siècle, Paris, Albin Michel, 1993.

3 Bull. SGC, 1895, p. 61.

4 On y trouve aussi les principaux agents de change de la Place, détail important dans une ville qui n’abrite pas de Bourse des valeurs.

5 J.-L. Miège, Expansion européenne et décolonisation de 1870 à nos jours, Paris, PUF (Nouvelle Clio), 1973.

6 Rapport Vaquin au nom de la Commission de la Marine, RDCC, no 103,25-01-1921.

7 Recoupement de l’acte notarié 1898, archives de Me Lacire au Havre et de la liste des adhérents de la SGC en 1899.

8 D. Lejeune, Les sociétés de géographie..., p. 11.

9 La Société de géographie commerciale de Paris, distincte de la Société de géographie, a été créée en 1876.

10 10e anniversaire, Bull. SGC, mai-juin 1894, p. 191.

11 PV de l’assemblée générale du 26-02-1897, Bull. SGC, 2e trimestre 1897.

12 Outre de nombreuses personnalités déjà rencontrées, on notera que c’est le secrétaire de la SGC, Guitton, qui est sollicité en 1903 comme « personne capable de s’occuper au Havre des intérêts commerciaux de l’Algérie », RDCC, no 82,11-10-1901.

13 Le Havre compte 136 000 habitants en 1911.

14 AMH, R2, c.31 116.

15 AMH.R2-c.31.

16 Une étude de 1990 sur les associations havraises consécutives à la loi de 1901 permet de constater que peu d’associations ont, au Havre, un tel attrait. Voir R Corblin, Analyse du phénomène associatif au Havre de 1901 à 1914, mémoire d’histoire, université de Rouen, M. Leménorel (dir.), 1990, dactyl.

17 Présentation de la colonisation en Algérie faite par l’avocat havrais Buot de l’Épine en 1892 à la Société de géographie commerciale.

18 Bull. SGC, 1934, p. 24. « Cinquante ans de Société de géographie ».

19 Bull. SGC, 1938, p. 12.

20 AMH, FC-F2-c.22-L.11.

21 Constituée en vertu d’une autorisation ministérielle du 23 décembre 1898 et d’un arrêté préfectoral du 31 décembre.

22 AMH, F2.C22-I.8. Prêts sans intérêts et passage gratuit ou à prix réduit vers la colonie.

23 JDH, 31-12-1899.

24 JDH, 7-03-1908. Sont également présents Génestal, Stempowski.

25 Revue d’Histoire des colonies, 43e année, 1955, p. 156.

26 « L’œuvre coloniale au Havre », introduction aux Colonies dans notre vie nationale de demain, conférence de M. Albert Lebrun, ancien ministre des Colonies, et « Une visite à l’École pratique coloniale du Havre », Imprimerie du Journal Le Havre, 1917.

27 Chiffre donné par le ministre Piétri lors de l’inauguration de l’Institut colonial du Havre, Bull. ICH, avr. 1930.

28 Risson, adjoint au maire, dans Hommage à Ch.-A. Marande, Palais de la Bourse, 1936, p. 7-9.

29 Vaquin est désormais président, A. Aubourg et Paul Jobin (café) vice-présidents, Maurice Jobin (café) trésorier. F. de Kersaint-Gilly (directeur de l’Institut colonial) est secrétaire général, Marcel Delmas (directeur de la Banque nationale pour le commerce et l’industrie), secrétaire général adjoint.

30 Bulletin de l'EPC, nov. 1923-fév. 1924, p. 2.

31 La chambre de commerce rappelle son action en ces termes : « Il s’était spécialisé dans les questions coloniales car il avait compris que l’avenir de notre port est lié à l’extension toujours plus grande de ses relations avec la France d’outre-mer. » RDCC, no 136,13-10-1947.

32 RDCC, no 135,12-06-1947.

33 Lettre de Charles-Auguste Marande au rédacteur en chef du journal Le Havre, publiée le 19-07-1903, pour « le mettre au courant de ce que l’ACC a fait » et notamment des 550 000 F dont elle dispose.

34 LH, 25-12-1903.

35 Ligue coloniale du Havre, hommage à Charles-Auguste Marande, Palais de la Bourse, 1936. Bibliothèque des Amis du muséum.

36 RDCC, no 113,1-09-1927. Rapports du 1-09-1927 et du 6-12-1928.

37 Pour une histoire comparée, voir L. Morando, Les Instituts coloniaux en France, 1893-1940 : ambitions nationales, réussites locales, thèse d’histoire, université d’Aix-Marseille, M. Michel (dir.), déc. 2001, dactyl.

38 Risson, Hommage à Ch.-A. Maraude.

39 Projet de statuts, TX-CC-1928. Annexe A 20.

40 Assemblée générale du 8-11-1930, rapport moral, PdH, nov. 1930.

41 Le Petit-Havre, 10-03-1931

42 J. Rontein, Bull. ICH, 1932, devoir publié à la suite d’un article intitulé : « Pourquoi la jeunesse tend à devenir coloniale ».

43 Il s’agit de Bergerault, de la maison Bergerault et Cremer, ancienne maison Félix Faure et Cie, spécialisée dans les cuirs de la Plata et les cuirs de Ténériffe.

44 Centre d’études techniques des cafés coloniaux, prévisions pour 1938 et 1940, Le Havre, imp. Le Petit-Havre, 1938.

45 ADSM, 4M574, propagande pour la colonisation. Le président du comité est Léon Regray, directeur de la revue Le Café, il est assisté d’Edgar Raoul-Duval et de Robert Latham.

46 Bull. ICH, no 50, jan. 1934, p. 8-11.

47 ADSM, 2Z107. Compte rendu des souvenirs de brousse de Marc Simon dans Comptes rendus mensuels des séances de l’Académie des sciences coloniales, 7-07-1961 et 15-01-1962.

48 CAOM, EE II, dossier d’administrateur, sur dérogation.

49 AMH, FC-K3-20-C.18-L.7, FC-K3-30-L2.

50 AMH, FC-K3-20-L2.

51 Bull. ICH, 1932.

52 ADSM, 1-T-1466-1472.

53 Cofondateur de l’École pratique coloniale, directeur du lardin colonial de Nogent-sur-Marne.

54 Assemblée générale du 8-11-1930.

55 Siège social : 9, rue Lord Kitchener, détail amusant si l’on se souvient de Fachoda. Mais en réalité, il s’agissait de la rue où résidaient les officiers anglais en 1914.

56 Le Havre-Éclair, 3-12-1927. L’Annuaire Micaux de 1939 recense au Havre 35 associations d’anciens combattants.

57 Le Havre-Éclair, 25-09-1905,12'fête annuelle des anciens militaires et marins coloniaux.

58 PdH, no 89,18-06-1931.

59 Bulletin de l’Association des anciens élèves, listes de membres actifs, 1882 à 1936, archives de l’École supérieure de commerce du Havre.

60 RDCC, no 113, p. 476, 1-09-1927.

61 RDCC, no 73, 25-11-1892.

62 AMH, FC, R11-1.6.

63 Rue Dumé d’Aplemont, actuel lycée Jules Siegfried, installée en 1879 elle abritait aussi une école des apprentis mécaniciens de la marine.

64 Lettre au ministre du Commerce, 15-05-1905.

65 PdH, no 138, 8-12-1932.

66 Bulletin Havre colonial, mars 1927, p. 1.

67 « École pratique coloniale du Havre », rapport de Ch.-A. Marande, ministère du Commerce et de l’Industrie, direction de l’Enseignement technique, jan. 1911, AMH, FC, Rt-cit.

68 Havre colonial, mars 1927, p. 2-3.

69 T. Nègre, « De l’École pratique coloniale à l’École technique d’outre-mer », no spécial du Havre outre-mer, déc. 1979.

70 AMH, Ri, cil, EPC 1911-1918. Les principaux bailleurs de fonds sont en 1918 : la mairie du Havre, la chambre de commerce, et très modestement (1000 à 1500 F par an), le Consortium cotonnier français, la Havraise péninsulaire, les Chargeurs réunis, les Messageries, la Banque d’Indochine, la Banque nationale de Crédit, le Crédit du Nord, la BAO, le Gouvernement de l’Indochine, la CFAO.

71 Le Jardin colonial a été créé par décret du 28 juin 1899, sous le mandat de Félix Faure par le ministre des Colonies Guillain.

72 Cf. LH des 5, 8 et 14 juin 1909, reportage de Th. Vallée.

73 Cf. A. Nicollet, « Théodore Nègre, un esprit novateur dans l’enseignement technique au Havre », Cahiers havrais de recherche historique, no 541 995, p. 71-90.

74 Cérémonie d’accueil de la 48e promotion de l’ETOM, Havre-Presse, 17-12-1957.

75 Havre-outre-mer, déc. 1979, p. 24.

76 AMH, FC, Ri, c-45.

77 A. Nicollet, « Théodore Nègre... ».

78 PdH, no 138,8-12-1932.

79 Havre colonial, nouvelle série no 1, oct. 1932, p. 1-2. Le président du conseil d’administration à la fondation serait Lucien Adam, 1 rue Joseph Clerc, promotion 1914, créateur de la Compagnie commerciale normande de l’AOF, au capital de 150 000 F1927, installée à Dakar pour l’exportation d’arachides et matières textiles et l’importation de produits alimentaires.

80 Compagnie de traite qui exploite notamment des plantations de palmiers, huileries à vapeur et chantier naval.

81 R. Dememes, de la promotion 1916-1917, est en 1946 agent général de la Compagnie à Tananarive. H. Tauziède, promotion 1921-1922, est directeur de la Cie foncière du Sud à Fort-Dauphin.

82 Bulletin de l’EPC, mars-juin 1924, p. 4. Il s’agit de C. Lesaint, promotion 1916-1917.

83 Bulletin de l’EPC, 1924, et bulletins de 1933 à 1938 avec quelques encarts publicitaires.

84 A. Lebœuf est mort en décembre 1938 « au moment où il commençait à récolter les fruits de longues années de travail acharné ». Bulletin Havre colonial, oct.-déc. 1938, p. 7.

85 L. Joly, promotion 1918-1919, ingénieur agricole de l’ACC à Ségou, Rolland de Ravel, agent général de l’ACC à Ségou, promotion 1908-1909, exerçant tous deux dans les années 1920.

86 Station de Parakou, P. Goudal, promotion 1924-1925.

87 Certains sont entrés à l’École parisienne après être sortis de l’École havraise, comme R. Coppens (promotion 1919).

88 Son épouse est marraine de la promotion 1954 de la Coloniale (Bulletin Havre colonial de l’ETOM, juil.-déc. 1954).

89 Annuaires de l’Amicale des anciens élèves, 1954 et 1956, Le Havre, imp. Etaix.

90 Jacques Blot, promotion 1945-1947. Auteur d’un article dans Havre colonial de juin 1957 sur « La production forestière au Cameroun ». La SAPROC, la Société d’achats de produits du Cameroun, dont le siège est à Douala a un bureau au Havre.

91 Cf. H. Bonin, CFAO, cent ans de compétition, Paris, Economica, 1987. La CFAO a été fondée en 1887 par Frédéric Bohn, président à Marseille et Julien Le Cesne (fils de Jules) directeur puis président à Paris. Ce dernier, décédé en 1931, avait fait ses études à l’École supérieure de commerce du Havre. Deux personnages clés de la CFAO ont ainsi fait une partie de leurs classes au Havre.

92 Selon le témoignage d’un ancien directeur de l’Istom, confirmé par d’anciens élèves, cette dualité a toujours existé à l’École d’outre-mer comme à l’Istom.

93 Rapport moral de l’Institut colonial, 7-11-1930.

94 Cf. C. Malon, Le Havre colonial de 1880 à 1960, thèse, Paris IV, D. Barjot (dir,), 2001, dactyl., vol. 4 : un dictionnaire des personnalités du Havre colonial intitulé « 120 coloniaux havrais au XXe siècle ».

95 À partir de 1930, c’est l’Institut qui fournit à la chambre les statistiques portuaires coloniales.

96 Voir le tableau révélateur de l’appartenance au catholicisme et au protestantisme des acteurs coloniaux de la Place du Havre dans C. Malon, Le Havre colonial..., annexe 312, vol. 4.

97 Bien que sa principale activité fût l’importation du coton, elle importait du Sénégal des cuirs, de l’ivoire et de l’or. Cf. R. Pasquier, « Rouen, Le Havre et la côte occidentale d’Afrique au milieu du XIXe siècle », Annales de Normandie, mai 1999, no 2, p. 167-190.

98 RDCC, no 78, 8-01-1897.

99 Cf. O. Lambert, Marseille entre tradition et modernité, les espérances déçues, 1919-1939, Éd. Chambre de commerce et d’industrie Marseille-Provence, 1996, t. X, p. 409 à 413.

100 Cf. les Bulletins de la SGN de 1925 à 1935. Gaston Farineaux, secrétaire général, le proviseur Morguet et l’enseignant Weiler.

101 À partir de Jules Siegfried (Société d’aide et de protection aux colons, Comité de l’Afrique française, etc.), toutes les entreprises des maires-négociants coloniaux cités ont appartenu à l’Institut colonial (sauf pour Jules Masurier). Quant à Louis Brindeau, c’était un ténor de la Ligue maritime et coloniale qui avait, lui aussi, appartenu à la SAPC.

102 ADSM, 6U6-446. Son nom est rayé du registre en 1940 après l’ordonnance du 27-12-1940 contre les juifs.

103 Comme avocat, il traite surtout des affaires commerciales et maritimes (Dictionnaire des parlementaires français, J. Jolly (dir.), Paris, PUF, 1977).

104 Cf. Discours de Pierre Courant à la cérémonie commémorative du 40e anniversaire de l’École pratique coloniale (juif 1948, Le Havre, imp. Etaix, archives de M. Jacques Nègre).

105 Bulletin Havre colonial, avr. 1952, réception du ministre de la France d’outre-mer à l’École pratique coloniale du Havre. Pierre Courant est maire du Havre de 1941 à 1944, de 1947 à 1954, et ministre de la Reconstruction.

106 Registre de délibérations du conseil municipal de Sainte-Adresse, séance du 30-08-1923. Éloge funèbre par Léon Brument, conseiller municipal, administrateur des Rhums Chauvet. Figurent aussi dans le conseil : Laurent Toutain, courtier d’assurances, l’un des fondateurs de la Ligue coloniale autonome du Havre en 1921 ; Félix Lanctuit, importateur de rhum martiniquais et de vin d’Algérie.

107 Son père Ernest avait été décoré de l’Ordre d’Isabelle la Catholique.

108 Voir à ce sujet, J. Barzman, « Maritimité, identité havraise et acteurs de la ville au XXe siècle », Études normandes, 1997, no 2, p. 65-74.

109 On remarquera ici que les deux Havrais qui ont occupé les plus hautes fonctions l’ont fait à deux moments bien contrastés. Le premier, Félix Faure, entre 1881 et 1899, fut acteur de la construction du second Empire colonial, le second, René Coty eut à gérer son démantèlement de 1953 à 1958.

110 P. Ardaillou, Les républicains du Havre au XIXe siècle (1815-1889), Rouen, Publications des universités de Rouen et du Havre, 1999, p. 267.

111 F. Faure, Le Havre en 1878, Éd. Chambre de commerce du Havre, 1878.

112 F. Faure (membre honoraire de la Société d’économie politique, séance du 5-03-1886), Annales de la Société, t. XV, p. 259, cité par A. Neymarck, Vocabulaire manuel d’économie politique, Paris, Armand Colin, 1898, p. 89.

113 Chambre de commerce du Havre, le 20-02-1885, JDH.

114 « Après 1886, l’Aménité parraina la loge La Fraternité Tonkinoise et organisa plusieurs conférences de Félix Faure, ouvertes aux trois loges » (P. Ardaillou, Les républicains du Havre..., p. 328).

115 Banquet du 14-10-1897, Bulletin du Comité de l’Afrique française, no 111 897, p. 377.

116 T. Billard, Félix Faure, Paris, Julliard, 1995, chapitre « Faure le colonial », p. 253.

117 Fonds Félix Faure 460 AP 22, lettre du 15-02-1885, citée par T. Billard.

118 Cf. JO, Débats parlementaires des 22 et 26-11-1894.

119 CAOM, fm, sg. SOUD/II/i, 7-04-1894, rapport du colonel Archinard.

120 F. Faure, Fachoda (1898), Paris, Éditions A. Pedone, 1955 (extrait de la Revue d’histoire diplomatique, janv.-mars 1955, no 1).

121 Le protestant Archinard au Soudan soutiendra les missions catholiques et tentera même de convertir Tiéba au catholicisme, car il pensait que le prosélytisme protestant aurait fait le jeu de l’Angleterre.

122 Membres du Comité de l’Entente cordiale : cf. La Grande Semaine maritime. Journal-Programme-Souvenir, Éd. Hyppolyte Hanriot (directeur du Progrès du Havre), juif 1906, BMH, NG 119-2.

123 La Grande Semaine maritime, no 9, BMH.

124 CARAN, F12, 9178.

125 C.M. Andrew et A.S. Kanya-Forstner, « The groupe colonial in the French chamber of deputies, 1892-1932 », The Historical Journal, XVII, 4, 1974, p. 837-866.

126 Commission présidée par Théodore Drouet. Rapporteur Jules Godin. JO Sénat, documents parlementaires, annexe no 80, séance du 21-12-1897, P-757

127 Lettre du 1-12-1905 au ministre des Colonies cosignée par Le Hérissé, Lucien Hubert et Messimy, et interpellation rédigée avec Étienne Flandin le 22-02-1906. Cf. JO, 1905, p. 953.

128 Cf. A. Siegfried, Jules Siegfried, 1837-1922, Paris, Firmin-Didot, 1942.

129 Contrairement à ce qu’affirment Andrew et Kanya-Forstner (« The groupe colonial... », p. 845), le groupe colonial a continué d’exister après 1932. Ch.-R. Ageron précise qu’il rassemblait alors 250 députés contre 91 à sa fondation (France coloniale ou Parti colonial ?, Paris, PUF, 1978, p. 131).

130 Albert Dubosc et Georges Bureau, du groupe colonial de la chambre, sont respectivement membres du « Groupe de la gauche démocratique et radicale indépendante » (dont fait partie Gratien Candace) et du « Groupe de l’Alliance des républicains de gauche et des radicaux indépendants » (où l’on trouve Piétri et Paul Reynaud). Léon Meyer est dans le « Groupe républicain radical et radical-socialiste ». Cf. JO, 28-05-1937.

131 RDCC, no 87, 26-01-1906 et 6-07-1906.

132 RDCC, no 122, p. 279, 22-11-1934.

133 Dans ce cas-là, ce sont davantage les raisons d’agir que l’historien attribue à l’acteur, qui font parler de lobbying, acte de pression corporatif, bien plus que le circuit de la demande et la forme d’intervention elle-même. Il n’y a rien d’exceptionnel à ce que la chambre de commerce écrive au ministre.

134 RDCC, no 126,1-09-1938 et 10-11-1938.

135 Cf. Archives du Comité central de la France d’outre-mer, Union coloniale française, Comité de l’Indochine, Institut colonial français, Comité de l’Empire français, CAOM 1999, listes des administrateurs, p. 29-30.

136 Dictionnaire biographique de la Seine-Inférieure, 1929.

137 Auguste Deneuve a la double casquette de courtier et d’administrateur des Rhums Chauvet.

138 Intervention de Jacqueminet, CAOM, 100 APOM 844.

139 Voir la liste dans RDCC, no 131, déc. 1942, déc. 1943.

140 Les Havrais envoient à Paris certaines délibérations de la chambre de commerce sur les sujets brûlants.

141 C. Hodeir, Le grand patronat colonial français face à la décolonisation, thèse d’histoire, Paris I Panthéon Sorbonne, J. Marseille (dir.), 1999, dactyl.

142 RDCC, no 84,5 juin 1903. Il y est dit que Lemaire a bien connu Jules Siegfried.

143 Lors de la Conférence économique coloniale réunie en décembre 1934 au musée permanent des Colonies sous la présidence du ministre Louis Rollin, Hermann Du Pasquier, délégué de l’Institut colonial du Havre, avait participé à la commission générale des productions, Marc Simon à la commission générale des colonies, Edgar Raoul-Duval et Paul Jobin à la souscommission du café, et le président du Syndicat du commerce des cotons à celle qui le concernait (RDC, no 122,22-11-1934 et 3-12-1934).

144 Dès mai 1932, le Bull. ICH avait éveillé l’attention de l’Union coloniale française à ce sujet (note du 5-06-1932, CAOM, 100 APOM 594).

145 Lettre de Marc Simon, directeur de l’Institut colonial du Havre au ministre des Colonies, le 27-08-1934 (Union coloniale, 100 APOM 594) ; lettre d’Alfred Stempowski au directeur de l’Union coloniale, le 3-08-1935 (ibid.).

146 CAOM, 100 APOM 594. Réunion du 18 mars 1935, sous la présidence de M. Grosos, président du Comité technique du café de l’Institut colonial du Havre.

147 CAOM, 100 APOM 594. 4 avril 1936 : Projet de protection des cafés coloniaux, élaboré et approuvé par les représentants des planteurs coloniaux et des négociants du Havre.

148 Cet intitulé fait référence à l’ouvrage paru sous la direction de Marcel Courdurié et Guy Durand à Marseille, Entrepreneurs d’Empires, t. XIII, Éd. Chambre de commerce et d’industrie Marseille-Provence (Histoire du commerce et de l’industrie de Marseille XIXe-XXe siècles), 1998.

149 Affaires coloniales, entreprises recensées dans l’inventaire des sociétés, et positions dans des organismes du type Société d’aide aux colons, ou commissions coloniales, à l’exclusion des positions d’affaires non coloniales.

150 Albert Charles cumule une vingtaine de positions de pouvoir économique, mais il s’agit en réalité de positions dans les différentes instances professionnelles du bois colonial pour l’essentiel.

151 AMH, État civil, déclaration du 2-01-1861.

152 CARAN, F 12 – 5248, Légion d’honneur, candidature présentée par le général de division Baron de Chabaud La Tour, vice-président de l’Assemblée nationale.

153 RDCC, no 102,1-06-1920.

154 Cf. faire-part de décès de Georges Raverat, Le Petit-Havre, 24-06-1939.

155 Les docks du Canal de Tancarville ont une superficie de 35 000 m2 et peuvent contenir 40 000 tonnes de marchandises. Ils sont reliés aux voies ferrées de la Compagnie de l’État et directement au canal du Havre à Tancarville (Annuaire Micaux, 1939). Georges Raverat a également présidé, fidèle en cela à ses origines dans les travaux publics, la Société commerciale du Canal de Tancarville, fondée le 24-09-1917, au capital de 3 millions. Annuaire général des sociétés par actions 1914 à 1919,11 rue de Mogador.

156 Brochure Institut colonial du Havre, création, fonctions, statuts. BMH.

157 Il démissionne le 1er décembre 1938, pour raisons de santé. Il est remplacé par Henri Thieullent, dirigeant d’une maison d’importation de coton créée en 1877.

158 Lettre de son fils, Pierre Du Pasquier, CAOM, APC/71, CCV, liasse 16.

159 AEC, 1928 et Normandie protestante, no 9, nov. 1932, BMH.

160 La Compagnie cotonnière, par exemple, est membre du Rubber Stock Exchange et la maison Reinhart est coadministrée par un négociant en coton américain, Mac Fadden.

161 Du Pasquier et Cie est propriétaire d’un ensemble immobilier détruit par les bombardements de 1944, situé rue Jules le Cesne, à l’emplacement actuel de la bibliothèque municipale. La maison Du Pasquier est liée aux industriels de l’Est, à la Suisse (Neuchâtel est le berceau de la famille).

162 Il en informe ses collaborateurs lors des réunions de l’Office du Niger. CAOM. fm. 11-Afféco/362. Office du Niger, 1932-1939.

163 L’Individualiste, 1900-1901, Bibliothèque nationale, Jo. 85 615, direction politique : Hermann Du Pasquier, R. Sorel, H. L. Follin, hebdomadaire républicain. Le manifeste du no 1 (15-11-1900) est intitulé : « Liberté, concurrence, justice, moralité ». On y trouve des éditoriaux anticléricaux, une défense de la décentralisation.

164 Cf. Histoire de la France coloniale, Paris, Armand Colin, 1990, t. 1, p. 560.

165 L’Individualiste, 21-03-1901.

166 Hermann Du Pasquier est commissaire de la Société Évangélique du Havre, société anonyme au capital de 35 000 F, administrée par James Du Pasquier (son père), James de Coninck, Georges Lafaurie, Albert Langer (ADSM, 2E, Acte Me Gosselin 25-07-1903, Acte Ruffin, 4-02-1881).

167 En novembre 1890, Hermann Du Pasquier épouse Hélène Gibert, fille du docteur Joseph Gibert, né en Suisse en 1929 et réintégré en sa qualité de Français en 1872 comme descendant de réfugiés à l’étranger lors de la révocation de l’Édit de Nantes. Joseph Gibert sera la cheville ouvrière du dreyfusisme au Havre, ami de Jules Siegfried.

168 Le Petit-Havre, 13-12-1940.

169 ADSM, 6U6, TCH.

170 Le Petit-Havre, 21-03-1940.

171 Chiffres donnés par J. Legoy, Cultures havraises, 1895-1961, Saint-Étienne-du-Rouvray, EDIP, 1986, p. 75. Le Havre : 6000 exemplaires ; le Journal du Havre : 5000 ; le Courrier du Havre : 7000.

172 R. Girardet, L’idée coloniale en France de 1871 à 1962, Paris, La Table Ronde, 1972, p. 106.

173 Le Marin du commerce, « organe défenseur des intérêts de la marine et des colonies », rédacteur J. Rattier, BNF.

174 15-07-1897 : « Le parti socialiste s’est affirmé encore une fois au Havre, les ouvriers havrais ont compris que leur émancipation ne peut venir que d’eux-mêmes. »

175 L’Écho du Havre, journal républicain, quotidien, directeur-fondateur Léon Godreuil, année 1894, BMH.

176 Le Progrès, 27-01-1906. Dans leur profession de foi pour les élections législatives de 1906, les citoyens Lecomte et Goré reprochent aux progressistes de « vouloir recommencer avec les cléricaux les tripotages financiers, militaires et coloniaux ».

177 Le Progrès, 23-06-1906.

178 Le Progrès du 14-09-1907, sous la plume de Jean des Vignes. Lors de la Conférence, du 7 janvier au 6 avril 1906, où finalement l’Allemagne se retrouva relativement isolée, la France obtint la majorité dans la Banque d’État, ce qui lui assurait la domination du makhzen.

179 Le Progrès du 15 au 21-03-1913 et du 29 nov. au 5-12-1913.

180 Sur ce sujet, voir Zakya Daoud, Abdelkrim. Une épopée d’or et de sang, Paris, Séguier, 1999.

181 ADSM, 2Z55. Rapports du commissaire spécial au sous-préfet et au directeur de la sûreté.

182 Dang Van Thu, né le 21-12-1898 à Bac Ninh (Tonkin).

183 ADSM, 2Z55, outrage à magistrat et distribution sur la voie publique en compagnie de Le Trong Cau, Lai Van Duc, Marie Dufour.

184 L’ouvrier métallurgiste Henri Gautier est la figure dominante du parti communiste havrais des années 1920. Interné à Mathausen, il est une des figures de héros et martyr ouvrier havrais. Cf. M.-P. Dhaille-Hervieu, Communistes au Flavre, communistes du Havre, société, culture et politique, 1930-1983, thèse, A. Prost (dir.), IEP Paris, 1997, p. 25-26.

185 ADSM, 2Z39, réunion du 26-07-1926 entre autres.

186 L’actuelle Bourse du Travail, à l’origine cercle culturel ouvrier créé par Jules Siegfried.

187 Autres adhérents du groupe intercolonial du Havre : ADSM, 2Z39.

188 Rapport de police du 25-09-1926, ADSM, 2Z39.

189 J. Barzman, Les Dockers du Havre, de la brouette au portique (XIXe-XXe siècles), thèse d’habilitation, 2000, dactyl., p. 282-283.

190 M.-P. Dhaille-Hervieu, Communistes au Havre..., p. 31.

191 La mutinerie du 10 février 1930, inspirée par le VNQDD, d’inspiration Kuo-Min-Tang, fut improprement attribuée aux communistes (Histoire de la France coloniale, t. 2, p. 172).

192 ADSM, 1M557, Propagande anticoloniale, rapports de police, arrondissement du Havre 1930.

193 Les négociants havrais Hauser et Hanhart étaient administrateurs de la Cotonnière du Tonkin qui avait une usine à NamDinh (AEC).

194 Extraits d’un tract trouvé par la police chez Dang Van Thu en 1926. ADSM, 2Z39.

195 Nguyen Van Luan (Nhu Phong) était secrétaire général du parti annamite de l’Indépendance, rédacteur en chef de la Nation Annamite.

196 Le rôle des lettrés est important dans la contestation anticoloniale indochinoise. Cyril Leroux, agent des Messageries maritimes à Saigon, le constate en le regrettant : « Les Annamites ne sont pas mûrs pour se gouverner et s’administrer. Les quelques individus qui font exception sont au surplus, les pires ennemis de notre souveraineté. Il aurait fallu que le gouvernement dispensât beaucoup plus l’enseignement technique et professionnel aux Annamites pour en faire de bons ouvriers, de bons marins, et non des lettrés remplis d’orgueil et de suffisance par leurs titres universitaires. » (AFL 1997-002-4460, rapport secrétariat 1930).

197 ADSM, 1M557, Propagande anticoloniale, rapports de police.

198 Le 14-09-1933 le SRI se voit interdire la vente de billets d’une loterie qu’il avait organisée pour pouvoir envoyer « une délégation ouvrière pour enquêter sur le régime de terreur en Indochine » (ADSM, 2Z55).

199 Bien que le parti communiste fasse un effort particulier pour distribuer des tracts et des journaux traduits en arabe, par exemple un texte sur « la Guerre impérialiste et les esclaves des colonies » ADSM, 2Z55, août 1924.

200 ADSM, 2Z39, rapport du 13 mars 1930.

201 O. Sagna, Des pionniers méconnus de l’indépendance : Africains, Antillais et luttes anticolonialistes dans la France de l’entre-deux-guerres (1919-1939), thèse d’histoire, Paris VII, C. CoqueryVidrovitch (dir.), 1986, dactyl. Sa principale source est celle du SCAFIC (Service de contrôle et d’assistance en France des indigènes des colonies françaises), créé en 1924, devenu en 1946 le SLOTFOM (Service de Liaison avec les originaires des TOM), aux Archives d’outre-mer.

202 Cf. J.-P. Biondi, Les Anticolonialistes, Paris, Hachette (Pluriel), 1993, p. 179-183. Lamine Senghor est décédé le 25 nov. 1927.

203 Il sera exclu du PCF en oct. 1933. O. Sagna, Des pionniers méconnus de l’indépendance...

204 Le Cri du Marin, 1-03-1932, parle d’un « cimetière de 46 navires à Marseille et de 64 au Havre » ; O. Sagna, Des pionniers méconnus de l’indépendance..., p. 590.

205 Rapport de l’inspecteur Cariou, 7-12-1945, ADSM, 2Z109.

206 Ibid., situation au Cameroun rapportée par un commissaire des RG au Havre. « Les rafles faites entre les deux tours de scrutin ont permis d’arrêter 300 indigènes environ. »

207 J. Legoy, Un siècle citoyen. Histoire de la section havraise de la Ligue des Droits de l’homme, préface de M. Rebérioux, Le Havre, Éd. LDH, 1998.

208 P. Ardaillou, « L’affaire Dreyfus au Havre », Cahiers havrais de recherche historique, no 54, 1995, p. 123-141.

209 « Après le congrès de 1931, la Ligue prend ses distances avec les perspectives de décolonisation, position qu’elle maintient presque jusqu’au terme de la guerre d’Indochine », D. Hémery, Outre-mers, revue d'Histoire, 1er semestre 2001, p. 223.

210 ADSM, 2Z109, note au préfet du 25 décembre 1945. Anselme Laurence, longtemps détaché aux services de propagande de l’AEF et de Madagascar, sera l’un des animateurs et chroniqueurs réguliers de la Revue de la Porte Océane, lieu d’expression de l’« École havraise » de l’économie maritime au cours des années 1940 et 1950.

211 Cf. ADSM, 2Z39, activités du parti communiste au Havre 1920-1939.

212 Ch.-R. Ageron, France coloniale..., p. 298.

Table des illustrations

Titre Tab. 1 – L’évolution des effectifs de la Société de géographie commerciale du Havre
Légende Sources : Bulletins de la SGC.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7196/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
Légende Fig. 1 – Carte de la France des cinq parties du monde
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7196/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 476k
Légende Fig. 2 – Portrait de Charles-Auguste Marande (1858-1936)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7196/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Légende Fig. 3 – Schéma de filiation du réseau colonial havrais
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7196/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Légende Fig. 4 - Un exemple de liaison fonctionnelle entre acteurs coloniaux et pôles de décision économiqueSchéma élaboré d’après le compte rendu des travaux de la chambre de commerce, 1934, p. 87.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7196/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende Fig. 5 – Le taux d’appartenance coloniale des instances économiques dirigeantes en 1938 (d’après le Comité de l’industrie du commerce et de l’armement du Havre et de l’Estuaire de la Seine, BMH-N3574. Listes d’adhérents du Bull. ICH. Comptes rendus des travaux de la chambre de commerce, Almanachs du commerce du Havre) (Il faut lire par exemple : 56 % des membres de la chambre de commerce sont membres de l’Institut colonial)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7196/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Tab. 14 – La corrélation des positions dans le champ colonial pur et des positions dans le champ du pouvoir de décision économique et social, des principaux « entrepreneurs d’empire » havrais au XXe siècle
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7196/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende Fig. 6-Nombre de positions dirigeantes occupées par deux entrepreneurs d’Empire havrais dans le champ colonial (affaires incluses) et dans le champ du pouvoir décisionnel économique (affaires exclues), politique et social
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7196/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende Fig. 7-Georges Raverat (1860-1939)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7196/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Légende Fig. 8 - Hermann Du Pasquier (1864-1951)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7196/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 340k
Légende Fig. 9 - Dang Van Thu, leader anticolonialiste indochinois au Havre
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7196/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 199k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search