Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Havre colonial de 1880 à 1960

 | 
Claude Malon

IIe partie. Les entreprises coloniales

Chapitre 6. Vers une typologie des entreprises coloniales au Havre de 1880 à 1960

Texte intégral

  • 1 Ces choix méthodologiques : champs et critères du recensement, sources, choix de facteurs discrimin (...)
  • 2 Ce répertoire, sorte de banque de données, est présenté séparément dans C. Malon, Le Havre colonial (...)

1L’étude descriptive des mouvements stratégiques a révélé une grande diversité des entreprises. Diversité de taille, de durée, de modalités d’implantation, mais aussi récurrence de certains acteurs et de réseaux des solidarités chez les entrepreneurs. Des choix méthodologiques1 ont guidé l’étude du système entrepreneurial de la cité et la constitution d’un répertoire des entreprises coloniales au Havre2. La prosopographie a permis d’étudier la démographie des entreprises coloniales, d’établir une typologie et de mettre au jour des réseaux. Trois monographies d’entreprises, concernant les maisons Ancel, Raoul-Duval et Habert, invitent enfin à un voyage plus concret dans l’univers du négoce colonial havrais au XXe siècle.

La démographie des entreprises coloniales

2L’ambition est ici de repérer le maximum d’organisations et d’individus qui entreprennent et interviennent dans l’échange colonial, qui innovent, participent, pratiquent et investissent, depuis l’activité à la colonie jusqu’à la porte du consommateur métropolitain : industriel, grossiste, dernier commissionnaire. Cet inventaire inclut les activités de transport et de banque. Dans ce stock, figurent des entreprises qui ont précédé la période, d’autres qui lui ont survécu. Le traitement homogène des informations s’est fait autant que possible dans la fourchette chronologique adoptée pour l’étude commerciale, 1880-1960.

Un stock abondant d’entreprises coloniales

  • 3 Cf. C. Malon, « Les entreprises coloniales au Havre de 1880 à 1960, créations et conversions », in (...)
  • 4 RDCC, no 142, 17-07-1952. Sur 164 chambres de commerce dans la métropole, 12 comptent 48 membres, 2 (...)

3L’inventaire des entreprises coloniales au Havre de 1880 à 1960 rassemble 310 unités. Il s’agit bien d’entreprises, le plus souvent de maisons dont l’activité se continue malgré les changements d’enseignes et de dirigeants. Les modifications de société devant le notaire ont été signalées, mais une classification purement juridique aurait multiplié le nombre des établissements et gommé l’un des aspects les plus caractéristiques de nombreuses maisons : le souci de la continuité. Aussi le terme de conversion utilisé en démographie d’entreprises pour un changement de statut sera-t-il réservé dans cette analyse à la « conversion » d’une maison à l’activité coloniale3. Pour apprécier à sa juste valeur l’abondance du stock des entreprises coloniales, remarquons que Le Havre n’est pas une très grande ville « commerçante », tous types de commerces confondus. Le négoce n’en a que plus de force. Une liste des patentés par circonscription figurant en 1952 dans les registres de la chambre de commerce4 donne les chiffres qui suivent :

Tab. 1 – Le nombre de patentés dans quelques grandes villes françaises en 1952

Lyon

59 601

Versailles

52 237

Marseille

49 176

Strasbourg

27 179

Bordeaux

41 530

Lille

24 124

Nice

31 713

Metz

23 321

Rouen

21 139

Mulhouse

11 340

Le Havre

9334

Sources : RDCC, no 142.

La composition du stock d’entreprises

4Rappelons ici, de manière plus précise, le codage inventé pour l’analyse de ces entreprises coloniales. La variable qualitative de la catégorie prend en compte le pôle de décision et le pôle d’exploitation de l’entreprise.

5Catégorie A : les entreprises havraises, dont le pôle de décision ou la direction d’exploitation sont au Havre, qui consacrent la totalité ou une partie importante de leur activité commerciale et/ou maritime à la relation avec les colonies.

6Catégorie B : les entreprises dont le pôle de décision demeure au Havre, mais dont le lieu d’exploitation se situe à la colonie. Les filiales, considérées comme créations d’entreprises, sont comprises dans cette catégorie, mais non les succursales.

7Catégorie C : les entreprises extérieures au Havre, à capital parisien, marseillais ou cosmopolite, ayant leur siège en métropole ou aux colonies, partiellement dirigées ou administrées par des hommes d’affaires havrais. Elles peuvent être représentées sur la Place du Havre de manière officielle, discrète ou occulte, mais dans la grande majorité les sources permettent d’affirmer qu’elles induisent une activité havraise.

8Catégorie D : les entreprises extérieures au Havre, où ne figure aucun administrateur havrais, mais possédant au Havre une représentation officielle.

9Les catégories A et B sont « havraises indigènes », les catégories C et D « allogènes ». Des entreprises ont pu changer de catégorie dans leur histoire.

10Après la nature, la fonction. La deuxième variable qualitative est celle du champ d’activité dominant de l’entreprise : transport et navigation (1), mine, concession et exploitation agricole, collecte et chargement du produit, industrie à la colonie (2), commerce de Place, import-export, négoce et commission, courtage (3), finances, bureaux d’études, banque et assurance (4). Le croisement des variables catégorie et activité permet une première classification qui met en évidence par exemple un type A3 (commerce de Place à direction havraise), un type C2 (implantation à la colonie à participation havraise) et un type B2 (implantation à la colonie à direction havraise).

Tab. 2 – La distribution des établissements selon la catégorie et l’activité

Tab. 2 – La distribution des établissements selon la catégorie et l’activité

11Toutes catégories confondues, l’échange colonial aura donc conduit à la présence de quatre entreprises à la colonie représentées au Havre pour dix entreprises de Place, vivant de l’import-export. Les deux tiers des établissements sont indigènes (catégories A et B), mais les entreprises à direction havraise dont le pôle d’exploitation se situe à la colonie (B2) sont cinq fois moins nombreuses que les entreprises indigènes de Place à direction havraise (A3).

Fig. 1 – Les trois types dominants de l’entreprise coloniale au Havre (calculs d’après l’inventaire des 310 entreprises)

12Ce croisement des facteurs offre l’image d’un pouvoir économique partagé entre le négoce colonial strictement havrais et les éléments extérieurs métropolitains ou coloniaux intéressés à l’échange.

Les spécialités dominantes

Fig. 2 – Les effectifs comparés des entreprises coloniales par spécialités

13Bien entendu, la performance coloniale n’est pas proportionnelle au nombre d’entreprises concernées dans un secteur donné : ainsi les bois ont créé moins d’unités que les flux commerciaux auraient pu laisser imaginer, et les fibres textiles davantage qu’on aurait pu le supposer. L’équilibre est donc différent entre les initiatives à la colonie et les activités de Place, selon les domaines. Une représentation de la distribution du stock en croisant le type et la spécialité sera donc plus significative que la seule ventilation par niche de compétence. Apparaît ainsi la tendance des entrepreneurs havrais à rechercher des alliances en dehors de la Place quand il s’agit d’investir à la colonie (les sociétés de type C2 à simple participation havraise dans le capital sont plus nombreuses que les entreprises à la colonie à direction havraise B2). Des secteurs ont été plus incitatifs que d’autres, pour s’engager à la colonie, textile en C2, cafés et cacaos en B2. Ce constat pose une question : qui travaille avec qui et pourquoi ? Une recherche des réseaux devra donc compléter l’étude des connexions et des circuits de décision aperçus dans le chapitre précédent consacré aux mouvements stratégiques.

Fig. 3 – La distribution par spécialités des principaux types d’entreprises (en abscisse le type, en ordonnée le nombre d’établissements)

Flux, densités et comportement des cohortes

14Le stock des entreprises coloniales au Havre s’est constitué à part pratiquement égale dans les périodes 1880-1914 et 1915-1940. Les créations au temps de l’Union française sont peu nombreuses.

Les flux de création et l’évolution de la densité

Les créations, mouvement général et périodisation globale

Fig. 4 – Les flux de création des entreprises coloniales au Havre de 1880 à 1960 (lire 1880 : nombre d’entreprises créées de 1880 à 1884) (Répertoire des entreprises coloniales au Havre, vol. 5)

Tab. 3-Les flux de création des entreprises coloniales au Havre

Avant 1880

1880-1914

1915-1940

1941-1960

8 %

38 %

45 %

9 %

15Il existe une analogie de mouvement et de périodisation avec les créations de 469 entreprises coloniales étudiées par Jacques Marseille, même si la comparaison peut être discutée compte tenu des différences dans les critères de sélection. Ceux-ci, dans le cas du Havre, donnent plus d’importance au négoce portuaire et par là même font apparaître comme coloniales des entreprises créées avant 1915, mais converties entre les deux guerres.

Tab. 4 – La création des 469 entreprises coloniales étudiées par Jacques Marseillea

Avant 1880

1880-1914

1915-1940

1940-1960

3,2 %

39,4 %

51,2 %

6,2 %

a. Empire colonial et capitalisme français. Histoire d’un divorce, thèse de lettres, Paris 11 984, dactyl. Calcul d’après les Annexes, tableau 1 : « Dates de création des sociétés », p. 1170.

  • 5 Non compris les secteurs transports et crédit.
  • 6 Qui possédaient parfois antérieurement des succursales ou des comptoirs à la colonie (Raoul-Duval, (...)

16Au cours de la période 1880-1914, le flux de création accompagne le développement marqué des échanges maritimes avec les nouvelles colonies constaté après 1893. C’est net pour les entreprises de type C2 et B2, l’implantation ou l’investissement à la colonie se développant en direction de l’Indochine et du Congo. Le flux semble plus précoce pour les entreprises de Place puisque 26 entreprises existent déjà en 1880 et 50 en 1893. Il y a deux raisons à cela : le grand nombre d’entreprises de négoce « antillais » et la prise en compte dans l’inventaire de la date de naissance d’entreprises se convertissant au commerce colonial bien plus tard. L’effort entrepreneurial de l’entre-deux-guerres n’en est que plus remarquable avec 45 % au moins des créations sur un quart de la période. Pour les entreprises à la colonie, le temps fort se situe entre 1919 et 1930, avec une majorité de type C2 à participation havraise, en majorité africaines. Le commerce colonial de Place, en majorité à direction havraise, est nettement stimulé. De 1926 à 1929 inclus, 16 % des 310 entreprises recensées5 ont été créées. Les secteurs les plus attractifs pour des créations véritablement nouvelles sont les textiles coloniaux, les bois, les denrées coloniales. Si les flux de création au temps de l’Union française sont faibles, ils sont en revanche beaucoup plus indigènes. Les créations sont en majorité des créations à la colonie de filiales d’entreprises de Place très anciennes6. Ce mouvement important se développe entre le relâchement de l’économie dirigée et le tournant de la décolonisation.

L’évolution de la densité

17Le graphique des densités représente la présence simultanée des entreprises inventoriées, à partir d’un comptage quinquennal.

  • 7 F. Crouzet, Naissance et mort des entreprises en Europe, XIXe-XXe siècles, M. Moss et Ph. Jobert (d (...)

18La densité maximale atteinte en 1930 coïncide avec le flux important de création des années 1926-1930. Il y aurait alors au Havre au moins 200 entreprises engagées dans l’échange avec l’outre-mer colonial et sa mise en valeur, maisons anciennes, nouvelles ou converties. La période 1930-1938, où les créations continuent, connaît cependant une baisse de la densité, plus par mortalité infantile des entreprises nées à la veille de la crise, que par disparition des plus anciennes, comme on peut l’apercevoir sur la matrice visuelle. L’accroissement naturel n’a pas été suffisant après 1930 pour maintenir le stock et l’on est entré dans un régime « à haute pression »7

Fig. 5 – L’évolution de la densité des entreprises coloniales, toutes catégories confondues au Havre de 1880 à 1960 (Répertoire dans C. Malon, Le Havre colonial..., vol. 5, calcul d’après la matrice visuelle en annexe 221, vol. 4)

  • 8 « Vie et mort des entreprises à Stockholm », in Naissance et mort des entreprises..., p. 160.
  • 9 C’est le cas par exemple en 1932 de la SA Du Pasquier (Hermann) ou de la maison Hauser, selon la Ba (...)
  • 10 L’examen démographique n’apporte pas de réponse véritable aux raisons des 22 disparitions intervenu (...)

19Les entreprises à la colonie, indigènes havraises ou allogènes, ont été plus fragiles que celles du commerce de Place. Le stock ne s’est pas renouvelé pour deux raisons essentielles : la participation de Havrais aux implantations coloniales à direction allogène semble s’être tarie (l’effort d’investissement, par exemple en Afrique occidentale, ayant été fourni avant la crise comme on l’a vu pour les textiles coloniaux) et les tentatives havraises de créer des entreprises dans les domaines prometteurs comme les fruits coloniaux n’ont pas abouti. Si bien que le maintien de la densité à un niveau assez élevé jusqu’à la décolonisation doit beaucoup à la longévité des plus anciennes maisons, amenant à répéter l’apparente tautologie, fréquente en démographie des entreprises, que ce sont les entreprises les plus vieilles qui durent le plus longtemps8. Ce sont d’ailleurs des entreprises très anciennes qui, après guerre, créent de nouvelles unités avec leurs filiales à la colonie. Il existerait donc un lien entre la capacité de maintien des entreprises et la période où elles sont nées. Quarante entreprises ont cessé leurs activités de 1935 à 1939, dans un moment d’apogée des flux d’importation et de forte densité des sociétés de négoce colonial. Cela semble plaider pour une sélection par la concurrence, phénomène de dépendance à la densité. En effet, la période de crise 1930-1934, si elle a entraîné des difficultés sur la Place (baisse de rentabilité, pertes enregistrées par les maisons liées aux importations de coton d’Amérique9), n’a pas véritablement entamé le stock des entreprises liées aux produits de la France d’outre-mer. Au temps de l’Union française, il est probable que la sélection par l’adaptation a joué davantage, les sociétés incapables ou non désireuses de filialiser « à la colonie » ou de se placer dans l’échange international ayant laissé leur place à des unités plus performantes10.

Approche longitudinale : le comportement des cohortes

20Aux trois grandes périodes, découpées selon des critères qualitatifs, correspondent trois contingents d’entreprises dont il s’agit d’examiner le comportement au cours des périodes suivantes. Le terme de « cohortes » sera utilisé pour désigner les trois contingents, mais dans une acception très large proche de la « génération ». La reproduction de la structure est globalement assurée par les créations de la deuxième génération. Seule la troisième cohorte, bien maigre, modifie légèrement cet équilibre.

21Le comportement des cohortes évolue différemment selon qu’il s’agit de l’activité de Place ou de l’entreprise à la colonie. Les représentations graphiques ont donc été séparées. La moitié des entreprises à la colonie existant en 1960 sont nées entre 1940 et 1960. La rotation des trois stocks est ici plus prononcée que dans le secteur des entreprises de Place. Mais une vision trop juridique de l’entreprise ne conduit-elle pas à surestimer ce mouvement, si l’on songe que les filiales ont parfois été précédées d’une longue présence de l’entreprise mère par des succursales ou des agents officieux à la colonie ?

22La résistance de la première cohorte est forte parmi les entreprises de Place, puisqu’elle représente encore en 1960 près de la moitié de l’effectif total de cette catégorie. Les maisons de la Place ont en effet vocation à se régénérer, à durer, quelle que soit la forme juridique de la société, dans une forme dynastique. La polyvalence d’un grand nombre d’unités autochtones est aussi une garantie de longévité. Un changement de cycle (cycle des oléagineux, cycle du riz, cycle du caoutchouc naturel, cycle du sisal, cycle du cacao africain) affecte davantage les organisations qui se sont développées outre-mer.

23Les entreprises à la colonie épousent la conjoncture plus changeante de la mise en valeur et des déplacements géographiques de réservoirs de matières premières. Les vieilles maisons résistent bien. Près de la moitié des entreprises, en fin de période, répond donc à la loi des trois générations, et ce sont pour beaucoup des entreprises familiales, ou du moins où la relation familiale, l’appel au fils, au gendre, à l’épouse, à l’employé, ont permis d’assurer la continuité : mais ceci est un trait du négoce havrais et ne doit pas être imputé au caractère colonial de l’échange.

Fig. 6 – La répartition des grandes catégories d’activité dans les trois cohortes d’entreprises (les entreprises nées avant 1880 ont été intégrées à la première cohorte)

Fig. 7 – Le comportement des trois cohortes au cours de la période 1880-1960 dans le secteur des entreprises de Place

Fig. 8 – Le comportement des trois cohortes au cours de la période 1880-1960 dans le secteur des entreprises à la colonie

  • 11 N. Aubourg, Adaptation ou sélection par l’environnement ? Apports et limites de l’écologie des popu (...)
  • 12 Ibid., p. 143.

24Il serait intéressant ici de savoir, au moins pour un secteur donné, si les entreprises créées ou converties à l’échange colonial ont mieux ou moins résisté que les entreprises spécialisées dans le commerce avec l’étranger. Une thèse en sciences de gestion, appliquée à la population des négociants importateurs de café au Havre de 1920 à 1954, a montré la différence de comportement entre les entreprises coloniales et les entreprises non coloniales de ce secteur11. L’auteur calcule que le pourcentage d’entreprises coloniales est passé de 12 % en 1920 à 26 % en 193012, 64 % en 1954. Mais tandis que la densité des importateurs « spécialistes » (non coloniaux) diminue jusqu’à 1940, celle des « généralistes » (coloniaux) progresse et se maintient au-dessus de la précédente au temps de l’Union française. La période de forte densité et de forte création est aussi celle de nombreuses disparitions : 77 % des disparitions enregistrées par l’auteur ont lieu entre 1920 et 1936. Or, fait-elle remarquer, « les disparitions observées sont pour l’essentiel des disparitions d’entreprises non coloniales ». Ces analyses pourraient être appliquées à d’autres secteurs que celui du café. La longévité, la bonne résistance des maisons de commerce coloniales de Place, anciennes, nouvelles ou converties s’expliquent à la fois par la sélection par l’environnement et par l’adaptation à cet environnement. Sélection par l’environnement : concurrence en période de forte densité (1926-1935) qui entraîne des disparitions d’entreprises jeunes (dans le domaine du bois ou des denrées coloniales, des fruits exotiques). Adaptation : stratégies volontaristes pour élargir les niches de compétence et profiter du privilège colonial (pour les denrées coloniales, café, cacao, poivre, thé, vanille), ou sous l’effet des crises de rentabilité, pour resserrer les liens avec la colonie et créer par exemple des filiales, particulièrement entre 1950 et 1960.

Existe-t-il au Havre de grandes entreprises coloniales ?

25Un indicateur de taille a été établi pour 299 entreprises, à partir des informations sur le capital. Il ne donne aucune indication sur les performances réelles de l’entreprise, mais, à défaut d’une série complète d’indices sur le volume des affaires, il permet d’établir une hiérarchie. Il indique, en francs constants, le capital « médian », entre le capital connu au plus près de la création et le capital connu au plus près de la fin.

Tab. 5 – La ventilation des entreprises de l’inventaire selon l’indicateur de taille (en millions de francs constants 1938) calcul portant sur 299 entreprises

Tab. 5 – La ventilation des entreprises de l’inventaire selon l’indicateur de taille (en millions de francs constants 1938) calcul portant sur 299 entreprises

2653 % des sociétés ont un capital de 0,01 million à 1,99 million de francs et 47 % plus de 2 millions de francs. La taille médiane des entreprises havraises, toutes catégories confondues, se situerait donc au-dessous de 2 millions de francs, valeur 1938. La modestie du chiffre s’explique par l’intégration dans l’inventaire, de la « nébuleuse », le contingent des petites entreprises de commerce de Place des denrées coloniales. Le poids des petites entreprises apparaît également dans la courbe cumulée ci-dessous.

Fig. 9 – Le capital des entreprises coloniales au Havre

27En utilisant ce facteur discriminant de la taille, significatif au moins d’une certaine hiérarchie dans la mobilisation des capitaux, il se dégage de cette population d’entreprises des caractères structurels et des données comportementales. Trois listes sont ici proposées :

Tab. 6 – Les plus grandes entreprises coloniales de Place, à direction havraise, les 20 premières entreprises de type A3

Création

Taille

Durée

Compagnie franco-coloniale des Riz

1927

33,3

4

Compagnie cotonnière

1862

14,7

80

Joseph Danon et Cie

1892

10,8

68

Société anonyme des Rizeries françaises

1891

9,8

36

Mignot et Cie

1848

8,7

55

SIC, ancienne maison Louis Reinhart

1856

8,7

80

Albert Charles

1899

8,1

61

Masurier Le Jeune et fils

1880

7,7

30

Entrepôts Dubuffet

1893

7

65

Société commerciale transcontinentale

1939

6,7

21

Société commerciale Interocéanique

1840

5,9

80

Joannès Couvert

1880

5,3

57

CFIEX, Compagnie française d’importation

1916

4,8

44

Cotelle J.

1901

4,4

46

Hanhart SA

1908

4,4

52

SADES SA des Éts Shaki

1900

4,3

34

Maison Wagner

1925

4,1

35

Blot-Lefèvre et Cie SA

1895

3,4

65

De Querhoënt et Cie, Rhums Chauvet

1884

3,2

76

Aubourg frères, Stéhelin et Cie

1895

3

65

Tab. 7 – Les plus grandes entreprises coloniales de Place, à direction havraise les to premières entreprises de type B2

De Chanaud, Conserverie de Lyndiane

1910

19,2

8

Ibenga-Moyenne Sangha

1899

17,3

11

Kotto, Cie coloniale du Haut-Oubangui

1899

12,5

33

Société des factoreries de N’Djolé

1899

8,4

12

Gonfreville (Bouaké)

1919

8,3

41

La Guadeloupe

1900

7,7

Cotoubangui

1932

6,5

28

Société havraise calédonienne

1912

6,3

48

Les pêches australes

1925

4,4

43

Cie havraise de plantations à la Guadeloupe

1899

3,9

2

Tab. 8 – Les plus grandes entreprises coloniales de Place, à direction havraise, les dix premières entreprises de type C2

Création

Taille

Durée

Société du Haut-Ogooué (SHO)

1894

188

66

Sultanats du Haut-Oubangui

1899

39

23

Compagnie agricole et minière des Nouvelles-Hébrides

1929

32

2

Compagnie des caoutchoucs de Padang

1911

31

49

Société du domaine de Kébao

1901

25

3

Établissements Darboussier

1907

22

53

Société cotonnière de Saigon

1924

22

Société des thés de l’Indochine

1924

22

Cotonfran

1926

22

34

Société des caoutchoucs de l’Indochine

1910

18

22

28les vingt premières entreprises de type A3, les dix premières de type B2 pour les sociétés indigènes, et les vingt premières sociétés de type C2 (allogènes mais à participation havraise). L’indicateur de durée de l’entreprise sera de 80 années au maximum pour les sociétés ayant entièrement occupé la tranche chronologique de l’étude (1880-1960). Il va de soi que ce n’est pas la longévité réelle dans plusieurs cas. Les tableaux précédents présentent les entreprises coloniales au Havre par ordre de taille décroissante et par catégorie.

Des entreprises de taille respectable

  • 13 Même si l’on est loin de la taille atteinte par les grandes compagnies maritimes présentes sur la P (...)
  • 14 ADSM, 11RP1181, dossier dommages de guerres, bilan au 30-06-1939, bénéfice de 2,1 millions de franc (...)

29Bien que le système havrais soit numériquement dominé par les PME du négoce portuaire, il existe des entreprises de taille respectable, même parmi les sociétés autochtones13. Les plus significatives de ces grandes entreprises étant celles du riz colonial, du bois, du coton, mais aussi du café et du rhum, même si ces deux produits ont surtout suscité la création de très nombreuses petites unités. Pour les entreprises d’armement autochtones, seules les maisons Corblet, Odinet, Grosos, peuvent selon ces critères figurer parmi les grandes entreprises havraises. La société anonyme des Rizeries françaises, en 1925, fait état d’un capital de 6 millions de francs courants contre 4 millions aux Rizeries indochinoises de Marseille, qui s’intéresseront bientôt au Havre. La Compagnie cotonnière (68 millions de francs de chiffre d’affaires en 1937, 273 millions de francs de capital en 1959) et la maison Charles (40 millions de francs de chiffre d’affaires en 1932, 400 millions d’anciens francs de capital en i960) sont devenues des entreprises de dimension européenne voire internationale. La Société d’importation et de commission, maison Reinhart, spécialiste en cotons (dont la plus grande partie vient des États-Unis), cafés et produits des colonies, affiche un bilan de 61 millions de francs en 193914.

  • 15 Annuaire Desfossés.
  • 16 Rapports d’inspection de la Banque de France, 1955 et Annuaire Desfossés, 1959. De 1954 à 1958, la (...)

30Ces entreprises ont un volume d’activité comparable à celui de grandes maisons bordelaises : Maurel et Prom vend en 1937-1938 pour 101 millions de francs de marchandises, Vézia vend pour 42 millions. Le capital de la maison Charles est nettement supérieur à celui de nombreuses sociétés forestières (la Compagnie forestière de l’Indénié, 30 millions de francs 1951 par exemple) et quatre fois supérieur à celui de Gutzwiller, l’un de ses principaux concurrents. Il est en 1959 identique à celui de Maurel et Prom15. Pour sa part, M. Hubert Raoul-Duval estime que le chiffre d’affaires de sa maison atteignait vers 1939,20 à 30 millions de francs courants. Ces comparaisons ne donnent qu’un ordre de grandeur, mais il est quelque peu hasardeux de comparer la taille de sociétés spécialisées dans l’import colonial et la revente à l’hinterland métropolitain de marchandises chères, et les sociétés de traite pour qui le binôme produits-marchandises est fondamental. Au total, le volume des bénéfices dégagés n’est pas négligeable, surtout pour les importateurs de cafés et cacaos coloniaux des années 1950. De 1949 à 1953, les rapports de la Banque de France indiquent des bénéfices de 40 à 60 millions en moyenne pour des maisons comme Ancel, Raoul-Duval, Reinhart, CFIEX, Wagner, Interocéanique. Ce qui signifierait, en osant d’autres comparaisons16, qu’elles pèsent environ la moitié du bénéfice net de la Société du Haut-Ogooué en 1954 (107 millions de francs courants), l’équivalent de la Cie agricole et sucrière de Nossi-Bé (46 millions de francs en 1953) ou des Rizeries Indochinoises. Les exceptionnels bénéfices de la maison Ancel en 1950 (100 millions de francs) ou Wagner (131) indiquent une assez forte rentabilité du négoce colonial havrais de l’après-guerre.

31Les négociants, propriétaires de marchandises de grande valeur, brassent des capitaux importants.

  • 17 Entretien avec Hubert Raoul-Duval, 16-03-1999.

Le chiffre d’affaires d’une société comme la nôtre, affirme Hubert Raoul-Duval, n’a aucune signification par rapport à des sociétés qui ne sont pas de négoce. Il est important par rapport à nos concurrents directs que notre chiffre d’affaires ne baisse pas. Mais les fluctuations sont telles que le chiffre d’affaires n’a pas du tout la même signification en négoce qu’il a dans une activité industrielle. Le capital a une importance considérable. C’est une activité qui est très mangeuse de capitaux. Mais la plupart du temps la part des fonds propres est faible par rapport aux capitaux empruntés en banque. Cela reste une activité très consommatrice de capitaux extérieurs. Les banques admettent tout à fait un ratio entre vos fonds propres et vos emprunts sur stocks, beaucoup plus fort pour le négoce que pour une autre activité17.

32Inversement, les commissionnaires animent des flux importants de marchandises à l’aide d’un petit capital ce qui rend la notion de grande entreprise toute relative.

De rares compagnies coloniales classiques

33La Place havraise n’a pas, à l’évidence, engendré de grande société de traite à forte intégration verticale, comparable à la Compagnie française de l’Afrique occidentale ou à la Société commerciale de l’Ouest africain. L’activité polyvalente des entreprises à factoreries (hors compagnies concessionnaires du type Ibenga) a existé au Havre, mais à une moindre échelle.

  • 18 Concession Butet, arrêté du 1-12-1921, CAOM, Agefom, 61-2.

34Voici d’abord la société fondée par Édouard Ezra Shaki en 1900, la société anonyme des Établissements Shaki, sise en bordure du Bassin du Commerce, qui s’implante au Gabon et au Congo et combine le commerce de Place et la traite, échange les produits contre les marchandises. Elle importe café, cacao, bois, fibres textiles du Soudan, et expédie sur la côte africaine des produits alimentaires, des vins, des savons, de la parfumerie, des tissus. Elle possède trois factoreries, à Pointe-Noire, Lambaréné et Aben-Elang. En 1921, elle absorbe la concession Butet à Aben-Elang, avec ses 320 ha de caféiers et de cacaoyers, des bananiers, un troupeau de moutons, des installations pour le séchage et le transport du café avec voie Decauville18. Elle acquiert en 1930 une entreprise havraise de transports, la maison Sire. Les conseils d’administration se tiennent à Paris vers 1930 et les actionnaires peuvent être satisfaits puisque les dividendes évoluent régulièrement entre 100 et 120 F de 1920 à 1929. Le capital proche du million de francs à l’origine n’est cependant jamais augmenté. Après 1934, ses activités sont continuées par l’administrateur-directeur Eugène Collard, transitaire au Havre.

  • 19 ADSM, 6116-445,15-06-1928 dépôt de marque TCH pour tissus de coton. La compagnie compte parmi ses a (...)
  • 20 La CLM sera absorbée par la SCOA en 1969.
  • 21 Manifestes de navires, Bulletin maritime et commercial, par exemple sur le Rochefort de DelmasVielj (...)
  • 22 LH, 30-08-1929.
  • 23 O. Lambert, Marseille entre tradition et modernité, les espérances déçues, 1919-1939, Éd. Chambre d (...)
  • 24 Informations financières, JDH, 28-05-1929.
  • 25 Inspection de la Banque de France, 1938. « La trésorerie est bien assurée et le tiers de l’actif es (...)
  • 26 Marcel Coty est le frère du futur président de la République.

35La Compagnie commerciale de Madagascar fut une affaire havraise à la colonie et une société de comptoirs. Son fondateur, André Blot-Lefèvre, possédait sa propre maison de négoce sur la Place, spécialisée dans l’importation des cuirs coloniaux. Il apporte, en 1922, cinq propriétés qu’il possédait personnellement à Madagascar. La Compagnie, établie avec un capital de 700 000 francs courants en 1922, atteint 2,7 millions en 1929. Les comptoirs de Tananarive, Fianarantsoa et Farafangana expédient vers Le Havre (ou vendent à des importateurs havrais comme Ancel) cuirs bruts, riz, vanille, cacao et vendent sur l’île des tissus marqués d’un coq, l’emblème de la compagnie19. Un « traité d’absorption » est passé le 16 avril 1929 avec la Compagnie lyonnaise de Madagascar qui voit ainsi son capital passer de 22 à 24 millions. André Blot devient administrateur de la CLM, présente au Havre depuis 1927, qui possède des entrepôts sur le port20. Jusqu’à la fin de la période coloniale, la Lyonnaise charge à Tamatave et reçoit au Havre d’importantes quantités de produits malgaches, du riz d’Ambositra, du café21. Au moment de la fusion, l’actif de la Cie commerciale est de 7,1 millions et le passif de 3,9 millions22. La fusion met ainsi le groupe havro-lyonnais à hauteur des sociétés marseillaises, la Cie marseillaise de Madagascar et la Cie agricole et industrielle de Madagascar (respectivement 25 et 18 millions de francs de capital en 1925)23. Mais cela paraît encore modeste face à la taille de la CFAO ou de la SCOA. Cette dernière, par exemple, affiche en 1927 un capital de 105 millions de francs et un chiffre d’affaires de 605 millions24. Cet itinéraire est assez significatif. Le négoce colonial havrais est toujours aimanté vers son champ préféré d’action : l’importation d’un ou plusieurs produits, et non le grand commerce de traite. La famille Blot-Lefèvre laisse ce qu’elle a créé à la Lyonnaise, occupe un poste de surveillance, mais continue pour son compte à se consacrer à nouveau au négoce des cuirs malgaches. Cela lui réussit plutôt bien. À la fin des années 1930, la mère et le fils possèdent chacun « une belle situation de fortune personnelle, mobilière et immobilière »25. En 1937 le chiffre d’affaires de Blot-Lefevre et Cie atteint 25 millions et ses bénéfices s’élèvent à 1 million et demi. Elle a même fait de larges réserves : 6 millions, et le retrait de Marcel Coty26, qui s’est traduit par un décaissement de 2,1 millions, n’a même pas affaibli la situation de l’entreprise.

Les réseaux de l’entreprise coloniale

36Le maillage social des acteurs de l’échange commence au cœur de l’entreprise. Ces multiples unités sont reliées par des ententes entre quelques individus, dont le schéma se répète, à l’image de la clique, modèle utilisé par la sociologie des réseaux. Ces modèles associatifs permettent bien souvent de connecter le réseau local aux grandes affaires coloniales. Le Havre, malgré ses spécificités, apparaît alors comme un élément d’un « mécanisme colonial » dont les rouages s’entraînent mutuellement, dans l’interdépendance des ports et places financières. Le réseau entrepreneurial havrais, au cours de cette période, tisse un ensemble de liens de plus en plus étroits avec l’espace africain et malgache, témoignage d’une corrélation entre les flux de la marchandise et les chemins établis entre les acteurs économiques.

Les modes d’association : les sociétés, les cliques, les familles

Les enseignements du comptage des statuts

37Les entreprises de l’inventaire ont été classées selon leur statut juridique. Deux périodes ont été distinguées : avant et après 1925-1930, la période charnière étant assez large pour prendre en compte l’apparition des SARL.

Tab. 9 – La forme juridique des entreprises coloniales au Havre

1880 à 1925-1930

1925-1930 à 1960

Sociétés en nom collectif

33

15

Sociétés en commandite simple

15

2

Sociétés à responsabilité limitée

-

69

Sociétés anonymes

92

137

Sociétés en commandite par actions

5

2

Réponses

145

225

38Le succès remporté par la forme juridique des SARL ne nuit pas pour autant à la prédominance des SA. Cependant, la mobilisation des énergies, des initiatives et des capitaux n’existe pas uniquement sous la forme juridique des sociétés. Elle se fait également par un phénomène réticulaire qui allie les individus ou les groupes d’individus. Cela rend les entreprises plus solidaires qu’il n’y paraît par une occupation transversale des postes de décision.

La répétition de modèles associatifs interentreprises : les cliques

39Des groupes restreints, correspondant à ce que les sociologues des réseaux appellent des cliques, émergent de la confrontation des listes d’administrateurs, faisant apparaître un véritable pouvoir économique colonial havrais, surtout dans la période 1900-1940. Le meilleur exemple de clique est celui de la triade Georges Raverat – Ernest Siegfried – Lucien Mellier. Les positions communes au sein d’entreprises coloniales peuvent être ainsi représentées :

Fig. 10 – Une clique du réseau colonial havrais

40La triade s’est régénérée en partie avec la présence des Senn, de la famille Siegfried. Sur 18 occurrences, dans l’inventaire des entreprises, de Georges Raverat comme président ou administrateur, une douzaine existe en solidarité avec les mêmes partenaires. La triade est au complet dans 6 entreprises coloniales et non des moindres : la Société havraise de plantations à la Guadeloupe, l’Ibenga, La Kotto, le Comptoir industriel et colonial, les caoutchoucs de Padang, la société anonyme des Rizeries françaises. Il s’agit d’un positionnement plutôt intercolonial, combinant une forte implantation havraise et un lien fort avec la banque parisienne. La clique, dans l’ensemble, offre une grille de lecture des liens d’affaires plus fidèle à la réalité du réseau que le traditionnel repérage des grandes familles. Bien sûr, au Havre, une famille protestante large peut occuper un champ important de l’élite négociante. Mais elle ne doit pas sa puissance à sa seule appartenance religieuse, car l’œcuménisme dans l’association est lui aussi facteur de cohésion dans l’élite économique.

41Hors ce cas significatif de clique dont l’importance a déjà été soulignée dans le chapitre consacré au coton colonial, on remarque aussi des dyades : sont plusieurs fois associés Rodolphe Rufenacht et Olivier ou Édouard Senn, Hermann Du Pasquier et René Godet, Léon Regray avec Tony Sauquet (dans Derode et dans Latham-Gilg). Une liaison s’opère souvent, entre les entreprises de négoce des denrées coloniales, par des administrateurs ou gérants qui portent plusieurs casquettes : Wagner de Wagner-Egloff avec les Senn dans la CFIEX, Regray encore avec Rodolphe Rufenacht dans Lehoux et dans Derode, avec Browne dans les Comptoirs Dufay et Gigandet. Un tissu de relations fait que tout le monde se connaît dans une ville de négoce : André Mandeix a eu la signature chez Ambaud avant de travailler avec O’Scanlan, Henri Blot-Lefèvre, négociant en cuirs, est commissaire aux comptes de la Société havraise de Plantations à La Guadeloupe (de Saumery – Siegfried – Raverat).

  • 27 Entretien avec Francis Kéromen, de la maison Charles.
  • 28 Entretien avec François Hubert, 12-09-1998. Les négociants parlent aussi du marché de terme plus qu (...)

42Les témoins parlent d’une « foule d’intermédiaires », agents, courtiers « portant plusieurs casquettes », même dans un secteur comme le bois colonial où la spécialisation est étroitement conservée27. Les employés de commerce font leur apprentissage dans les maisons amies ou concurrentes de la maison paternelle avant de devenir eux-mêmes négociants. Certainement jalouses de leur indépendance (si l’on en croit le succès des SNC et des SARL pour les entreprises de Place) et parfois violemment concurrentes, les entreprises, coloniales ou non, sont d’autant plus solidaires dans la pratique qu’il y a fréquemment des inversions de rôle comme on peut le constater dans les lots de facture : tel importateur vendeur en première main de « robusta Cameroun » se fera négociant acheteur le lendemain d’un autre lot au même partenaire cette fois importateur. C’est le propre du « marché de Place », dans le langage négociant, de tisser des liens entre les maisons et les familles28.

  • 29 ADSM, 2E64, Acte Me Cheuret du 18-01-1899.

43Les quelques sociétés dont les actes notariés ont pu être consultés confirment que les solidarités internes au négoce sont plus fortes au niveau de l’actionnariat, que ne le laisse supposer l’examen des conseils d’administration et de surveillance. Ce phénomène a déjà été évoqué pour les compagnies concessionnaires. C’est encore plus vrai sur la Place, dans les entreprises qui allient le négoce et l’armement. L’union des Chargeurs coloniaux (maison Ambaud) rassemble, comme on l’a dit, huit négociants en rhums et sucres de la Place dans son conseil de surveillance. Mais parmi ses 85 souscripteurs, d’autres hommes du rhum sont présents : Bachellier, Chatel, Ramelot, Aubourg, Habert. On y trouve un homme du coton : Hauser, un négociant en cuir : Blot, deux banquiers : Barrié et Chalot29. Nombre d’entre eux figurent à l’inventaire des entreprises coloniales. On y trouve également le nom de Corblet.

  • 30 Même si le nombre d’actions détenues par certains est parfois symbolique. ADSM, 2E70 1044, Étude Au (...)

44Or, précisément, que nous apprend, au-delà des administrateurs, l’inventaire des souscripteurs de la Compagnie havraise de navigation, Corblet et Cie, qui arme pour la côte d’Afrique et transporte du nickel néo-calédonien ? Les administrateurs très coloniaux comme Ernest Siegfried ou Olivier Senn apparaissent sur la « carte de visite de l’entreprise ». Mais parmi les 144 souscripteurs de la société reconstituée en SCA en novembre 1899, le nombre de coloniaux ou futurs coloniaux est important30. Il serait absurde de prétendre qu’ils sont là en tant que coloniaux. Il s’agit simplement de constater que les maisons de la Place, plus ou moins coloniales, sont fortement interconnectées dans le secret des portefeuilles d’actions. Une participation symbolique de quelques milliers de francs signifie que l’on n’est jamais indifférent aux initiatives de partenaires sur la Place du Havre. Parmi les souscripteurs nous retrouverons Ambaud, Hauser, Blot-Lefèvre. Des industriels de l’oléagineux : Lequette, Desmarais ou de la corderie : René Godet. Le réseau Siegfried est là : Ernest et Jules et leurs parents Édouard Senn et Olivier Senn auxquels on peut ajouter le grand colonial Charles-Auguste Marande, des gens du bois (Gutzwiller), du café (Jung, Derode, Loevenbruck), des courtiers (Léon Meyer). Sont aussi présentes, même symboliquement, deux entreprises très coloniales de la Place : la très protestante maison Raoul-Duval (Edmond et son beau-père Frédéric Foerster), et la très catholique maison Ancel.

  • 31 Archives de Me Lacire, Le Havre, Place de l’Hôtel de Ville.

45Ces connexions révélées par l’actionnariat invitent à formuler une remarque d’ordre méthodologique. Il semble en effet que plus l’approche de l’entreprise est microéconomique, plus forts apparaissent les liens de solidarité et de confiance, non seulement entre Havrais, en transgressant les limites des secteurs de produits (on invite des gens du coton dans des affaires de rhum par exemple), mais également entre négociants d’une même région. L’exemple de la Compagnie havraise de Plantations à la Guadeloupe en 1899 tendrait à le prouver. Les actionnaires havrais, 40 individus sur 59 y représentent 65 % des actions, les Rouennais, 12 souscripteurs sur 59, regroupent 19 % des valeurs engagées et les Parisiens, 6 sur 59, totalisent 15 % du montant souscrit31. Les délais légaux de consultation des actes notariés ne permettent pas de vérifier si ces réseaux se maintiennent lors de la deuxième phase importante de créations d’entreprises, entre les deux guerres. La représentation de deux bourgeoisies d’affaires isolées dans leur tour d’ivoire et de l’éternelle opposition entre Le Havre et Rouen doit donc être nuancée.

Un exemple de solidarités familiales et de fonction originale dans la petite entreprise

  • 32 Entretien avec Jacques Lenoble, le 9-06-1999.

46Le comptage des liens ne peut rendre compte de la complexité et de l’imbrication des relations de travail et de famille dans le monde de la petite entreprise de négoce colonial, et probablement de négoce tout court. Le cas de la famille Lenoble est intéressant à cet égard, révélateur, parmi bien d’autres, d’un réseau fin de solidarités32. Il faut ici dérouler l’écheveau familial. Jacques Lenoble, qui exerce entre 1945 et 1991, est par la branche maternelle, un descendant d’Albert Lemétais, son arrière-grand-père négociant en cafés verts à la fin du XIXe siècle. Le grand-père, Marcel Lemétais, associé à Arthur Schlienger, transmet à ses fils Pierre, Jean et Bernard, la maison Lemétais et Cie qui arbore entre autres enseignes « Les comptoirs havrais calédoniens ». Dès les années 1930, Marcel Lemétais aide son gendre, Bernard Lenoble, à créer sa propre maison de cafés verts. Mais celui-ci doit repartir entièrement à zéro après les bombardements de la ville, avec son fils Jacques. (Cette petite entreprise n’a jamais employé plus de dix personnes.) Jacques Lenoble continue le café vert et développe la branche torréfaction avec la collaboration de Vincent Lemétais. À cela s’ajoute, en 1943, la création d’un Comptoir havrais des produits coloniaux, au très petit capital, qui rassemble un oncle paternel de Jacques Lenoble, André, un oncle maternel, Pierre Lemétais, et André Valois, président du Syndicat des importateurs de rhum des colonies françaises.

  • 33 La maison Abile-Gal était représentée par le courtier Legros, rue Copernic.
  • 34 Au Cameroun, M. Lenoble s’approvisionne auprès des Établissements Gortzunian.

47L’histoire de la maison Lenoble prouve bien que l’on ne peut se limiter à une typologie sommaire des entreprises. Bien qu’étant une petite entreprise qui alimente une clientèle d’épiciers et de grossistes, et la clientèle des cafés, hôtels, restaurants grâce à sa branche torréfaction, cette maison a ses fournisseurs à la colonie comme les grands du négoce. Elle s’adresse certes au siège parisien de la SCOA ou d’Abile-Gal33, mais sans passer par leurs agents au Havre, et en achetant CAF à la Côte-d’Ivoire et au Cameroun34, voire en Angola ou au Congo Belge. Ce n’est que pour les cafés étrangers que Lenoble se fournit auprès des négociants de la Place, Jobin, Ancel, l’interocéanique. Voilà donc une maison qui n’est absolument pas négociante, mais qui est importatrice bien que de petite taille, et qui fait également de la torréfaction. Après 1945, les cafés coloniaux représentent 90 % de ses achats, et cette part coloniale n’est jamais descendue au-dessous de 50 %. À cela une raison qui s’ajoute à la question du privilège et des licences : les bars ont besoin de cafés charpentés, avec toujours un peu de robusta, et celui du Cameroun convient très bien.

Les Havrais ont-ils créé des entreprises constituant elles-mêmes un réseau ?

48En d’autres termes, le développement autocentré de la Place a-t-il été suffisant pour créer de véritables groupes, caractérisés par une intégration verticale et une relative concentration horizontale ? Le seul exemple qui s’impose d’évidence est celui de la Compagnie cotonnière, édifice qui n’est pas purement colonial comme le groupe Homberg ni sans doute aussi puissant que Denis frères, mais dont l’organigramme intègre des positions coloniales importantes.

Fig. 11 – L’organigramme de la Compagnie cotonnière

Des entrepreneurs coloniaux inégalement influents

49Bien qu’aucune configuration relationnelle ne soit identique à une autre chez les hommes d’affaires observés, quatre situations originales peuvent être présentées ici.

501- Ernest Siegfried et Georges Raverat sont des entrepreneurs polyvalents dans le champ colonial. Ils multiplient les participations à des entreprises spécialisées dans le champ colonial havrais. Leurs contacts sont fortement redondants dans le champ havrais des affaires coloniales et extracoloniales à la fois. Ils possèdent, par leurs participations « isolées » dans des entreprises à la colonie, des connexions avec les grands réseaux coloniaux et par là même une forte centralité.

512- Hermann Du Pasquier et Masquelier sont différents du modèle précédent car il s’agit d’entrepreneurs spécialisés dans le textile colonial, et parce qu’ils ont peu de liens redondants à l’intérieur du champ havrais des affaires coloniales. Mais ils bénéficient comme Raverat de fortes positions dans le réseau colonial externe et de bonnes positions dans les affaires extracoloniales locales en partenariat avec d’autres coloniaux.

Fig. 12 – La distribution des positions d’affaires de Georges Raverat (ADSM, TCH 6U6 et Annonces légales de la presse havraise 1890-1940)

Fig. 13La distribution des positions d’affaires de Hermann Du Pasquier (1864-1955) (ADSM, TCH 6U6 et Annonces légales de la presse havraise)

523- Encore plus spécialisé est l’entrepreneur Albert Charles qui fait pratiquement cavalier seul dans le domaine colonial grâce à une position quasi hégémonique dans l’importation des bois coloniaux. Ses trois positions coloniales ne sont que la déclinaison de son empire : une société de transit et de financement en partenariat avec ses concurrents et partenaires Voisin et Gutzwiller, des filiales à Abidjan. En revanche l’intégration au réseau d’affaires local est manifeste : assurances, immobilier, et surtout un poste d’administrateur dès 1923 dans la Compagnie industrielle maritime, stratégie lucide intéressée à ce qui allait devenir un point fort du port du Havre après 1930 : l’importation du pétrole. Mais dans le champ colonial, Albert Charles est devenu une autorité nationale dans son domaine sans avoir besoin de s’intégrer par exemple dans la direction d’affaires forestières à la colonie. Si au temps d’Édouard Senn, petit-fils d’Ernest Siegfried, la Compagnie cotonnière continue une polyvalence relative (coton, café, cuivre), l’expression « on ne fait que du bois » recouvre bien une réalité, pour les affaires coloniales du moins.

  • 35 Une exception cependant : la SA Raoul-Duval est l’un des dix-huit actionnaires de la CFIEX, contrôl (...)

534- Quatrième cas émergeant des multiples configurations évoquées, celle des entrepreneurs polyvalents dans leur propre entreprise coloniale, qu’elle soit de Place ou à la colonie. Si beaucoup n’agissent que rarement isolés et au contraire possèdent des liens avec d’autres Havrais dans des affaires non coloniales (Latham, Blot-Lefèvre, Génestal, Odinet, Sauquet...), il en va différemment pour les deux maisons les plus anciennes de la Place, Raoul-Duval et Ancel, qui, sur l’ensemble de la période qu’elles ont toutes deux vécue entièrement, ne cumulent qu’un faible nombre de liens redondants à l’intérieur du monde colonial havrais35. Ces deux entreprises feront l’objet d’une étude de cas à la fin de la seconde partie.

54Le réseau colonial havrais comprend deux industriels importants : les Augustin-Normand, intéressés bien sûr à la construction navale en Afrique et associés au Groupe Siegfried-Raverat dans l’industrie du riz ; René Godet, des Tréfileries, Laminoirs et Corderies utilisatrices de sisal soudanais. Ce dernier est associé à Hermann Du Pasquier dans les affaires soudanaises et à la Société navale de l’Ouest.

Grands réseaux et connexions

55L’intégration à l’ensemble du système d’affaires coloniales est vitale. Elle se manifeste par quatre phénomènes au moins. Les deux premiers concernent l’intégration au réseau des places coloniales, ports, villes et pôles.

  1. Des entrepreneurs havrais ont été contraints de s’unir aux capitalistes parisiens, marseillais, bordelais, lyonnais. La manière dont se monte une affaire coloniale est significative à cet égard.

  2. Les maisons havraises ont développé un réseau de succursales dans les autres places coloniales de la métropole tandis que la Place accueille elle-même des succursales de ses partenaires et concurrents deux phénomènes suivants concernent la connexion d’entreprises havraises avec les grandes affaires coloniales réputées.

  3. Les entreprises havraises ont un rôle d’interface et travaillent avec de grandes sociétés coloniales situées en amont quand elles n’ont pas jugé utile d’investir massivement à la colonie et même quand elles y ont créé une succursale, comme on l’a vu par exemple pour les importateurs de bois africains.

  4. Les grandes sociétés de traite allogènes sont bien présentes sur la Place du Havre.

La connexion au réseau portuaire colonial et à l’hinterland

56Sur 310 entreprises recensées, 135 ont soit un siège social à Paris, soit une succursale parisienne. C’est dire l’importance des liens organiques, commerciaux et financiers entre la capitale et son avant-port colonial. Les entreprises havraises autochtones possèdent un réseau de succursales en métropole, de même que le port normand abrite des succursales de maisons marseillaises ou bordelaises. L’organisation des échanges coloniaux nécessite une harmonisation liée aux contraintes des marchés de produits et aux lignes de navigation. Ainsi le café et le rhum attirent-ils des maisons marseillaises (Deville, Dufay et Gigandet), tandis que la nécessité de transborder à Marseille des produits d’Indochine transportés par les Messageries maritimes attire des agences de maisons havraises (Ancel, Raoul-Duval).

Tab. 10 – Le nombre d’agences de maisons coloniales havraises ayant existé à Paris, Marseille et Bordeaux entre 1880 et 1960 (base : 161 entreprises de catégorie A)

Paris

Marseille

Bordeaux

35

21

14

  • 36 Bulletin de la Fédération nationale des cafés verts, 23-03-1952.
  • 37 RDCC, no 126,1-09-1938.

57En 1952, sont membres du Syndicat des négociants en cafés verts, poivres, cacaos et thés de Marseille, les maisons havraises suivantes possédant une succursale dans la cité phocéenne : Ancel, Lemétais, Raoul-Duval, Interocéanique (Rufenacht), Société d’importation et de commission (Reinhart), Traumann, Wagner36. Si l’emprise des Marseillais, des Bordelais, des Parisiens est forte dans l’appareil syndical colonial, à l’Union coloniale, à l’Institut colonial français par exemple, on ne saurait sous-estimer le rôle qu’ont pu jouer les Havrais au sein du réseau corporatif du négoce des produits, à l’image de leur rôle dans le commerce spécialisé, le rôle d’Albert Charles dans la Fédération des bois exotiques, ou celui de Blot-Lefèvre, élu président de l’Union des syndicats français des cuirs et peaux bruts exotiques, dès sa fondation en 193837.

Une pratique de réseau ou comment on monte une affaire : l’exemple de la Compagnie coloniale de Vaté

  • 38 CAOM, fonds privés, APC 71 (CCV16).

58Les démarches qui ont abouti à la formation de cette société sont révélatrices des liens qui unissent le monde colonial havrais à l’ensemble du réseau d’affaires38. La Compagnie coloniale de Vaté est créée le 12 janvier 1927, pour exploiter sur l’île du même nom, aux Nouvelles-Hébrides, des plantations de cotonniers, de cacaoyers, de cocotiers, et assurer la vente des produits. Il s’agit d’un domaine de 10 000 ha. La société occupe 800 coolies et possède 700 têtes de bétail. Sous la pression de la Banque de l’Indochine qui accepte mal certaines initiatives de la société, elle sera intégrée en juillet 1930 à la Société française des Nouvelles-Hébrides.

  • 39 Les Charbonnages du Tonkin absorbent en 1933 le domaine de Kébao dont E. Siegfried et L. Mellier ét (...)

59Le rôle d’intermédiaire entre Paris et Le Havre est assuré par un agent de change havrais, Basin. Il est contacté par un certain Taponier, agent d’un administrateur de sociétés industrielles parisien, le Baron Schweitzer. Taponier « fait ses visites ». Menier, le chocolatier, soutient l’entreprise : « mon rôle, dit-il, est d’encourager les producteurs de cacao ». Sur la Place du Havre, Taponier cherche des capitaux et des informations. Pour les capitaux, il s’adresse d’abord à Hermann et Pierre Du Pasquier, à Georges Raverat et à son ami le colonel Vachoux, à Eugène Boubong (négociant en rhum), Pierre Chegaray (assureur), la maison Westphalen (cotons et textiles). Le 17 décembre 1927, Schweitzer télégraphie à son agent : « Aurions préféré que groupe havrais soit représenté au lieu de groupe Marseille » ; le dossier de montage de l’entreprise contient en effet des informations apportées à la Cie de Vaté par la Compagnie cotonnière sur le coton et le café, des informations sur le cacao et les oléagineux par la maison Raoul-Duval, notamment sur les importations par Marseille. C’est d’ailleurs Raoul-Duval qui négocie avec la Banque de l’Indochine. Finalement, dans cette entreprise parisienne aux Nouvelles-Hébrides, les Havrais ont une place de choix comme actionnaires et comme administrateurs avec Hermann Du Pasquier et Edgar Raoul-Duval. Ils y côtoient Charles Revel, ancien inspecteur général des Colonies, président de la Cie cotonnière des Nouvelles-Hébrides (dont Masquelier est administrateur), et Luc Albert, administrateur des Charbonnages du Tonkin39. Le montage de cette affaire éclaire le mécanisme qui a dû être celui de nombre d’« entreprises » en direction des colonies (celles du type C2 figurant à l’inventaire) : apport de compétences et de capitaux à un partenaire parisien et recours à une grande banque coloniale qui demeure maîtresse du jeu. L’autonomie du réseau d’affaires colonial havrais n’est donc que très relative.

La connexion avec les grandes affaires coloniales

60Cette connexion s’opère selon deux modalités, à la fois par les individus placés dans les conseils d’administration de grandes sociétés et par des sociétés autochtones qui se font agents de grandes entreprises coloniales. Quelques liens d’affaires émergent de la rubrique « administrateurs » du fichier des entreprises. Les « chemins » conduisent des individus aux grandes affaires, mais reviennent également de ces sociétés vers d’autres individus de la Place.

61La liaison avec le groupe Homberg est permanente dans la période 1900-1930. Un homme comme Lucien Mellier, mi-Parisien, mi-Havrais, révèle par ses positions la complexité des liens unissant les hommes d’affaires coloniaux. Il est havrais par ses liens familiaux avec les familles Gautier et O’Reilly, par son activité dans les docks havrais ou dans les sociétés congolaises-havraises et indochinoiseshavraises. Mellier est aussi anglais par ses liens avec la Banque londonienne, parisien par sa résidence (Raverat et Siegfried, ses partenaires, ont aussi la double résidence) ; il préside plusieurs sociétés indochinoises à direction parisienne dont Homberg est administrateur : pour ne retenir que sa situation en 1912, la Société indochinoise d’électricité (usines à Hanoï et Haiphong), la Compagnie des eaux et de l’électricité de l’Indochine (concessionnaire de la distribution à Saigon, Cholon et Phnom Penh). On le retrouve dans la Cie française de tramways d’Indochine.

Tab. 11 – Les quelques liens des entrepreneurs coloniaux havrais avec le grand réseau colonial

Administrateurs

Contact avec

par la Société

Raoul-Duval

Optorg

Société du Haut-Ogooué

Banque Indochine

Sté française Nouvelles-Hébrides

Léon Corblet

Banque Indochine BAO et SCOA

Cie Commerciale AEF CFMOA

Du Pasquier

Banque Indochine Cie générale des colonies (Banque Paris, Pays-Bas)

Cie de Vaté (Nouvelles-Hébrides) Office Niger

BUP

Ciconnic (Soudan)

Senn (O. et E.)

BUP

Comité cotonnier AEF

Bossière

BUP

Cie Kerguelen-Saint-Paul et Amsterdam

Masquelier

BUP Banque française Afrique Homberg

Thés de l’Indochine BFA Cotonnière Saigon

Léon Clerc

Homberg (Sté Fin. Fran. Col.)

Papeteries indochinoises Caoutchoucs de l’Indochine

André Grosos

Banque Paris Pays-Bas

Banque de Madagascar

  • 40 Une certaine réciprocité existe puisque De Wégimont, du réseau belge de l’Ibenga, est administrateu (...)

62Léon Clerc en solitaire, Siegfried – Raverat – Mellier en clique, agissent également en relation avec le réseau belge et le réseau hollandais et leur rayon d’action dépasse l’Empire français. Il s’étend en Malaisie, à Java et Sumatra. On ne peut donc s’en tenir à la seule identité havraise pour juger de l’intégration de la Place au système impérial, et il serait tout aussi illusoire de vouloir faire du Havre le centre d’une périphérie colonisée car le centre en l’occurrence se situe aussi bien à Paris, à Anvers, à Bruxelles ou La Haye tout en induisant, dans des proportions difficiles à mesurer, des activités ou des profits sur la Place du Havre40. Pour la période 1900-1940, la prise en compte de l’activité en réseau conduit donc à réviser à la hausse la participation des acteurs havrais au mouvement colonial et à la baisse l’indépendance de la Place.

Le Havre, place stratégique pour les plus grandes sociétés

  • 41 Archives du Syndicat des courtiers en marchandises (CCATCH), coll. privée.
  • 42 Entretien avec Robert Le Fur (1-04-1998), dont l’entreprise de courtage réalisait environ 40 % de s (...)
  • 43 Exemple : le Fort-de-Douaumont, 24-12-1947,15 000 sacs sur 19 000.
  • 44 Examen des chargements, feuilles d’expertise du Syndicat des courtiers, CCATCH.

63Les trois grandes sociétés emblématiques du commerce de traite sont présentes sur la Place du Havre. La Compagnie du Niger français, filiale de l’Unilever, a pignon sur rue, au sens propre, au 5, rue Gallieni. La Compagnie française de l’Afrique occidentale et la Société commerciale de l’Ouest Africain agissent plus discrètement par l’intermédiaire d’agents, qui figurent comme « surveillants aux livraisons CAF » dans les documents de courtiers41. Elles ne figurent dans aucun annuaire du commerce havrais. Dans la pratique, pour la conclusion des marchés, il n’y a en réalité guère de différence. Le négociant s’adresse à un courtier afin d’examiner le meilleur marché pour une même origine de café par exemple. Au matin, le courtier ou son remisier font antichambre chez Emo, représentant du Niger français, chez Soyer-Devaux, agent de la SCOA et Engelbrecht, agent de la CFAO (lui-même courtier pour d’autres opérations). Les courtiers peuvent alors ajouter les propositions de vente à leurs offres diverses, brésiliennes entre autres42. Cette pratique prouve que si les actes de négoce sont clairement distincts (actes de chargeur, d’importateur, agent-représentant, courtier, négociant, commissionnaire), le bouquet de compétences varie suivant l’entreprise considérée. Pour ne parler que des importations de café africain sur le port du Havre entre 1947 et 1950, les trois « grands » représentent parfois les trois quarts du nombre de sacs d’un chargement43, le reste se répartissant entre d’autres agents (Société havraise de Commerce pour Abile-Gal, SCAC pour l’Africaine française, Lesage pour les Planteurs de Sassandra) ou des négociants havrais, parfois chargeurs pour eux-mêmes comme Ancel, Raoul-Duval, la SIC (Reinhart), la CFIEX (du groupe Senn de la Compagnie cotonnière)44.

La Compagnie française de l’Afrique occidentale est représentée par Raoul-Duval, puis par la maison Engelbrecht

  • 45 Entretien avec H. Raoul-Duval.
  • 46 Registre des marchandises réquisitionnées par les autorités allemandes dans le port du Havre. Archi (...)
  • 47 Entretien avec Pierre Engelbrecht.
  • 48 Bulletin maritime et commercial, tri-hebdomadaire 1956-1962, aux archives de la chambre de commerce
  • 49 Exemple : le Saint-Thomas pour le Comptoir maritime franco-belge, entré le 30-03-1958

64La CFAO a souvent importé par le port du Havre, des produits de traite depuis sa création en T887. Avant 1945, elle fait appel aux services de la maison Raoul-Duval comme intermédiaire négociant, avant que cette dernière ne la concurrence à la colonie45. L’activité d’exportation de la compagnie ne s’est pas faite uniquement par Marseille. Des marchandises destinées au Sénégal, au Mali, au Togo, au Dahomey, à la Guinée ont transité par Le Havre46. La CFAO, après 1945, est représentée par la maison Engelbrecht qui, moyennant commission, offrait des produits CAF-Le Havre de la grande société47. Les manifestes de navires de la fin des années 195048 indiquent la présence de chargements de la CFAO parvenus au Havre : sacs de cacao, de café, chargés à Lomé sur les navires des Chargeurs réunis, des palmistes sur les bateaux de la Navale de l’Ouest49.

65La maison Engelbrecht, société « en nom personnel » au capital insignifiant, trouve, par l’intermédiaire de courtiers de Place ou de remisiers, des négociants acheteurs qui payent à la CFAO, et réalise, dans les années 1947-1 960 100 % de son chiffre d’affaires avec les produits des TOM, café et cacao d’Afrique et Madagascar. Tous les grands noms du café figurent parmi ses clients qui sont bien souvent eux-mêmes importateurs : Traumann, Muller, Wagner, Virnot, Waroquet, Latham, Gilg, Arioux, Loevenbruck, Sinteroc, Reinhart, Langlois. Là aussi, l’entreprise ne se limite pas à l’activité d’agence ; elle pratique le courtage et possède un département transit.

La Société commerciale de l’Ouest Africain représentée par Alfred Stempowski, puis Soyer-Devaux et Cie

  • 50 Sur la SCOA, fondée en 1907, voir la thèse de R. Grupp, Le grand commerce et l’Afrique, la SCOA 194 (...)
  • 51 Avant la première guerre mondiale, on trouve des arrivages de produits pour la SCOA sur le port du (...)
  • 52 Le Commerce africain, SA au capital de 123,2 millions de CFA en 1951, était une maison d’import-exp (...)
  • 53 F. Massieye et J. Ferras, rue du Commerce à Abidjan, fondée en 1937, siège à Abidjan, exporte tous (...)
  • 54 J. Suret-Canale, Afrique noire 1945-1960, Paris, Éditions Sociales, 1964, p. 334.
  • 55 La Compagnie commerciale Sangha-Oubangui, fondée en 1928, a le même président et la même adresse qu (...)

66La SCOA50 avait également un représentant dans les années 1930, la maison Stempowski qui officiait également pour la Forestière Sangha-Oubangui et pour des planteurs de cacao du Cameroun51. En 1936, la représentation échoit à Soyer-Devaux, commissionnaire en produits coloniaux. Créée par deux fondés de pouvoir de la maison Alfred Stempowski, Charles Soyer et Jules Devaux, elle est l’agent commissionnaire d’une douzaine de sociétés coloniales de l’Ouest africain (Côte-d’Ivoire, Togo, Dahomey) et de plantations du Cameroun et du Gabon. La SCOA, dont elle devient l’agent exclusif, mais aussi d’autres moins importantes : le Commerce africain52 la Société Eychenne, fournisseur de coton du Togo, Massieye et Ferras, exportateurs de café et autres produits d’Abidjan53, ou des maisons plus modestes comme l’entreprise bordelaise Soucail qui possède des factoreries au Sénégal et en Côte-d’Ivoire54. Elle reçoit aussi des chargements de la CCSO55 présente au Congo et en Oubangui.

  • 56 D’autres négociants interrogés affirment que ces pratiques de grandes sociétés coloniales ont pris (...)
  • 57 Entretien avec Roland Devaux, dirigeant de l’entreprise à la suite de son père M. Jules Devaux, le (...)

67La maison Soyer-Devaux est à 90 % commissionnaire en marchandises des colonies françaises, café et coton surtout, mais aussi cacao, kapok, ébène, ivoire, peaux de chèvres, auxquels s’ajoute le piassava de la Sierra Leone. Elle deviendra essentiellement transitaire lorsque les sociétés coloniales traiteront directement avec le client métropolitain, éliminant du circuit aussi bien le commissionnaire que le courtier. Cette évolution coïncidant, selon M. Roland Devaux, avec la période des Indépendances56. L’agent havrais est aussi « surveillant aux livraisons pour compte de ces sociétés », pesée, facturation définitive des marchandises presque toujours vendues CAF. Il procède à l’expertise des petites avaries. Au moment des Indépendances africaines, la maison Corblet, déjà transitaire à l’exportation de la SCOA, se voit confier la représentation qui échappe ainsi à Soyer-Devaux. Parmi les clients de Soyer-Devaux, Jacques-Louis Delamare, dont le métier à l’origine était le courtage pour des maisons brésiliennes de café, mais qui faisait un peu de négoce colonial, et pour le reste, on trouve des négociants havrais qui s’approvisionnent aussi bien chez les agents de la SCOA, de la CFAO ou du Niger français, des clients lyonnais ou marseillais se fournissant en cafés fins au Havre. Les cotons de la société Eychenne ou de la SCOA étaient achetés notamment par la Compagnie cotonnière, la maison Reinhart, la maison Du Pasquier57. Soyer-Devaux reçoit sur le port du Havre d’importantes quantités de café africain (robusta, indénié) fournies par la SCOA, comme l’indiquent quelques chargements de navires au cours des années 1947-1950.

Tab. 12 – Exemples de chargements de café reçus par Soyer-Devaux, café de Côte-d’Ivoire principalement
(archives des courtiers, coll. privée)

Navires

Chargeur

Sacs

Dates

Rochefort

Massieye-Ferras

233

23-10-1947

SCOA

5032

23-10-1947

Périnaud

485

23-10-1947

Soucail

1150

23-10-1947

Rochefort

CECA

1737

02-02-1948

Fort de Troyon

CECA

905

21-04-1948

SCOA

2706

21-04-1948

Bouca

SCOA

8547

13-05-1948

Saint-Mathieu

SCOA

8432

22-05-1948

CECA

575

22-05-1948

Commerce africain

760

22-05-1948

Fort-Binger

CECA

458

03-06-1948

Maine 3

SCOA

1865

01-05-1949

Redon

SCOA

4288

12-10-1949

Commerce africain

548

12-10-1949

Massieye-Ferras

3478

12-10-1949

Nordpol

CCSO (AEF)

2017

03-01-1950

  • 58 Registre des marchandises réquisitionnées par les autorités allemandes dans le port du Havre et pou (...)

68L’intérêt de la SCOA (125 millions de capital en 1938 pour le marché havrais du cacao se confirme avec son entrée comme administrateur dans la maison Lehoux Fernand et Cie, dès sa formation en 1938, évoquée plus haut. La SCOA s’en retire en 1951. En 1956, Lehoux doit fermer ses succursales d’Abidjan et de Douala. La SCOA est discrètement présente dans l’armement colonial havrais. En 1950, on trouve son président, R. Carré, en position d’administrateur de la Compagnie fluviale et maritime de l’Ouest Africain (qui relie Le Havre à l’AEF), dirigée par Léon Corblet depuis sa création en 1928. La présence de la SCOA, pour discrète qu’elle soit, a sans doute contribué à alimenter un commerce colonial d’exportation vers la colonie auquel le négoce local s’intéressait peu. Cette exportation existait à la veille de la guerre par l’intermédiaire de l’agence Vairon, transitaire des cotons coloniaux. Tissus, papeterie, quincaillerie, articles de ménage, parfumerie, destinés à Abidjan, Assinie, Lomé, Grand-Lahou, Cotonou, Kaolack, Sassandra, Bobodioulasso, Douala, Kribi, perdus en juin-juillet 1940, confirment l’existence de chargements représentant plusieurs centaines de milliers de francs58.

Une présence plus officielle de la Compagnie du Niger français

  • 59 Exemple : JDH, 28-11-1891 ou JDH, 7-04-1911.
  • 60 Registre des marchandises...

69Depuis les années 1880, nombreux étaient les arrivages sur le port du Havre de cacaos, de palmistes et d’arachides sur des navires de la Cunard en route pour Liverpool, et travaillant pour la Royal Niger Cie59. La création d’une filiale baptisée Compagnie du Niger français apparaît donc comme un aboutissement logique. De sa fondation en 1913 au début des années 1920, la Compagnie du Niger français est, malgré son siège parisien, une entreprise « havraise », puisque son président est un homme d’affaires de la Place, Maurice Lamotte, homme du café, président du Crédit havrais et de la Compagnie des docks et entrepôts du Havre. Émile Thieullent, de la même banque, négociant en coton, est également administrateur. En 1932, la compagnie qui a atteint un capital de 30 millions, qui possède plus de 200 comptoirs en AOF, a toujours au Havre son unique succursale, mais les Havrais ont disparu de sa direction. C’est donc une entreprise dont le pôle de décision devient totalement extérieur au Havre, même si elle y conserve une adresse officielle qui n’est en réalité qu’une représentation. C’est alors un modeste importateur-commissionnaire (350 000 F de capital en 1931), Léonce Emo, spécialisé dans les cafés verts et les cuirs, qui sert d’intermédiaire pour les cafés, cacaos et cotons du Niger français. Il reçoit aussi les cafés de la Compagnie française de la Côte-d’Ivoire dont le Niger français est le représentant à Paris et des produits d’AEF de la Société commerciale du Kouilou Niari, autre filiale de l’Unilever. La compagnie utilise Le Havre pour exporter, par l’intermédiaire d’Emo ou d’autres transitaires, le Comptoir maritime franco-belge par exemple60, surtout des tissus et fils pour la NOSOCO, filiale elle aussi à 100 % de l’Unilever.

Tab. 13 – Exemples de chargements de café africain reçus par Léonce Emo pour le compte du Niger français (Arch. des courtiers, coll. privée)

Chargeur

Origine

Sacs

Navire

Date

CFCI

Côte-d’Ivoire

10 205

Rochefort

02-02-1948

SCKN

AEF

649

Bakala

08-03-1948

Niger français

Côte-d’Ivoire

340

Fort de Troyon

21-04-1948

CFCI

Côte-d’Ivoire

5387

Fort de Troyon

21-04-1948

CFCI

AOF

4221

Bouca

13-05-1948

Niger français

Guinée

5471

Swyndrecht

30-05-1948

SCKN

AEF

Turckheim

02-08-1948

Niger français

Côte-d’Ivoire

5200

Fort Binger

03-06-1948

Niger français

Côte-d’Ivoire

1134

Maine 3

01-05-1949

SCKN

AEF

836

Cheltenham

10-07-1949

SCKN

AEF

738

Frank-Delmas

29-12-1949

La SCAC et la STIM, grands affréteurs, transitaires, consignataires et manutentionnaires coloniaux

  • 61 Elle avait été fondée en 1885 par la Cie de Mokta qui exploitait des mines en Afrique du Nord, pour (...)
  • 62 Par exemple 737 sacs le 21-04-1948 sur le Fort de Troyon de Côte-d’Ivoire ou sur le Redon, 5-10-194 (...)
  • 63 Témoignage de M. Georges Héron.
  • 64 D. Barjot, La grande entreprise française de Travaux Publics, 1883-1974 : contraintes et stratégies (...)
  • 65 Cf. Annuaire Desfossés. En 1986, la SCAC est revendue par Suez au groupe Bolloré. Elle est encore a (...)

70Ces grandes entreprises ont fait du Havre un pôle essentiel de leurs relations avec les colonies, sans intégrer aucunement le capital local à leur direction. La Société commerciale d’affrètements et de commission est installée au Havre dès 1892-189561. La palette de ses activités est très large : importation, commission, transit, manutention, stockage, appontements et voies ferrées, travaux portuaires à la métropole comme à la colonie. Devenue au milieu des années 1960 Société commerciale d’affrètement et de combustibles, elle absorbe d’importants centres de stockage de charbon sur la Place du Havre, sur le port et près de la gare. Mais son activité coloniale n’a pas été marginale. Dès les années 1890, elle reçoit, sur des steamers anglais et français, des chargements de minerais de Nouvelle-Calédonie et concurrence les Voiliers havrais du Nickel. Elle est aussi importateur-commissionnaire des caoutchoucs congolais sur Le Havre. On trouve trace également de réception de produits divers, café inclus, dans la revue maritime du Journal du Havre avant 1914. Elle importe du café de l’Africaine française62. La SCAC a des relations étroites avec les ports africains, quelle contribue à équiper. En 1926, elle ouvre une agence à Dakar. Elle participe aux importations de bois coloniaux, c’est un concurrent redouté de la maison Charles63. G. Kunmunch, directeur de la maison au Havre, est aussi ingénieur de la SOCOPAO (Société commerciale des ports de l’Afrique occidentale) à Dakar. La SCAC appartient au groupe De Nervo-Lemaignen, et l’Union commerciale de Bordeaux-Bassens, créée par l’entrepreneur de travaux publics G. Hersent, en possède une part importante64. Le capital de l’entreprise, 1,5 million de francs en 1914, est de 625 millions de francs courants en 1952-1959. Même après la seconde guerre mondiale, ses bénéfices sont importants : 60,8 millions de francs en 1951 ce qui permet un dividende de 35 %65.

  • 66 Résultat de la fusion de la firme Estier frères et de la Compagnie nouvelle d’embarcations et de se (...)
  • 67 ADSM, 11RP-1211-2240, dommages de guerres. La société obtient une indemnité de 34 millions de franc (...)

71De taille un peu inférieure, la Société des travaux et industries maritimes, fondée en 191966, absorbe en 1928 une maison havraise : la SARL André Collet et son alliée, la maison marseillaise F. Estier. Ses compétences ressemblent à celles de la SCAC. Elle reçoit entre-deux-guerres de nombreux lots de bois coloniaux africains et du graphite de Madagascar. Elle fait transiter par la Compagnie des docks et entrepôts du matériel destiné à l’AOF ou l’AEF, aux Travaux de l’Ouest africain par exemple (automobiles Saurer vers Port-Bouët) ou pour la Compagnie coloniale de distribution d’énergie électrique à Libreville (matériel d’Alsthom-Belfort), pour Madagascar (Compagnie lilloise des moteurs). La liste des principaux actionnaires illustre bien l’intérêt que portent à la Place du Havre des capitaux lyonnais, parisiens ou marseillais. En 1939, ce sont la CFAO (75 actions), la Compagnie asiatique et africaine (500), Estier frères (674), Georges Hecquet, le président et son épouse (1070 actions) et surtout la Société d’opérations foncières industrielles et agricoles de Lyon (9782 actions)67.

La maîtrise des entreprises d’armement échappe aux Havrais

  • 68 Exemple : Le Villiers (steamer français), le 21-03-1931, chargé de 275 billes d’okoumé à ordre d’Ok (...)

72Au cours de la seconde expansion coloniale, Le Havre n’abrite qu’un faible nombre d’entreprises d’armement véritablement autochtones. Sept ont été recensées. La plus importante est la maison Corblet, célèbre pour ses « Voiliers havrais du Nickel » qui opéraient un tour du monde afin d’alimenter le port en minerais de Nouvelle-Calédonie. De multiples activités la relient ensuite à la côte occidentale d’Afrique : transports coloniaux à forfait, représentation de la société Venture-Weir. Une agence Corblet est créée à Port-Gentil en 1936. La Compagnie havraise de navigation assure également à l’occasion la réception et la consignation de navires anglais transportant du riz d’Indochine. C’est sans doute la position de Léon Corblet dans la Compagnie commerciale de l’AEL, anciens Établissements Brandon, comme administrateur en 1933 puis comme président après guerre, qui explique les nombreux arrivages de bois exotiques consignés par la maison Corblet68.

  • 69 Mory étroitement associée aux intérêts Rothschild est bientôt absorbée par la SAGA. Outre ses activ (...)

73Mais au fil du temps, il semble que la maîtrise du grand armement colonial échappe progressivement aux milieux d’affaires havrais. Des compagnies à capitaux extérieurs ouvrent des agences : Delmas-Vieljeux (qui inaugure en 1929 sa ligne Le Havre-COA), Mory vers 192569. Les conseils d’administration des plus grandes compagnies ont peu ou pas de représentants havrais : les Chargeurs réunis, premiers transporteurs pour l’AEF et l’AOF qui ont fait du Havre leur agence principale, n’en ont plus, depuis la disparition d’Albert Quesnel et de Jules Masurier, administrateurs-délégués et membres fondateurs en 1872. Ce sont au contraire les armateurs marseillais qui prennent le contrôle des Chargeurs réunis.

  • 70 X. Daumalin, Marseille et l’Ouest africain. L’outre-mer des industriels, 1841-1956, Histoire du com (...)

À la stupéfaction générale, Paul Cyprien-Fabre s’empare, avec son frère Léon, de la Cie des Chargeurs réunis en achetant 111 000 titres sur un total de 200 000, pour plus de 100 millions de francs70.

  • 71 Plaquette d’entreprise SNO, non datée, coll. part.
  • 72 Cf. A. Vigarié, Les grands ports de commerce de la Seine au Rhin, Paris, Sabri (avec le concours du (...)

74Les Messageries maritimes demeurent avant tout marseillaises et parisiennes et ne comptent, en 1936, que leur agent Odinet, au Havre, comme administrateur, lui-même armateur pour son propre compte. La Compagnie générale transatlantique qui tient une si grande place dans l’imaginaire havrais voit seulement siéger, des années 1920 aux années 1950, deux présidents de la chambre de commerce du Havre, Joannès Couvert, puis Hermann Du Pasquier. La Société navale de l’Ouest, née en 1887, est l’ancien Armement Georges Leroy du Havre, né en 1881. Après la première guerre mondiale, cette société est encore présidée par deux négociants en cuirs, Bergerault et Cremer (anciens associés et parents de Félix Faure) assistés de Hermann Du Pasquier. En 1920, le Saint Michel ouvre le service entre Le Havre et l’AOF. En 1921, la SNO se constitue une flotte pétrolière. Sans l’aide financière de ses agents à Rouen (la maison Clamageran) et à Anvers (l’armement Deppe), « la crise des années 1930 aurait certainement entraîné la disparition de la Compagnie »71, les Havrais n’auraient donc pas été en mesure de participer au sauvetage. Au moment où se resserrent les liens du Havre et des colonies d’Afrique, seul demeure René Godet (intéressé au sisal africain) comme administrateur havrais de la Navale. À la veille de la seconde guerre mondiale, la direction est totalement extérieure au Havre. Deppe et Clamageran cèdent leur place à la Société anonyme de gérance et d’armement qui reprend les navires de la Société franco-africaine de navigation à Rouen et rachète un stock majoritaire d’actions de la Navale de l’Ouest. La Banque Rothschild aurait tenté par ce moyen de concurrencer les Chargeurs réunis72. La guerre est une hécatombe pour les unités de la flotte, mais après 1945, la société demeure sous le contrôle du groupe Pasteau – Carré – DeKonink et de la SAGA (Rothschild).

  • 73 Acte Mahot-Delaquerantonnais, Paris, cf. LH, 19-04-1882.
  • 74 Cf. Contre-amiral M. Adam, revue Sea Breezer d’août i960.

75L’exemple de la Compagnie havraise péninsulaire de navigation à vapeur est encore plus frappant. Elle est née de l’armement havrais Grosos. Baptisée « Péninsulaire » à cause des relations ouvertes par Eugène Grosos dès 1860 avec la péninsule Ibérique, elle touche également l’Afrique du Nord et l’Italie. C’est devant un notaire parisien que le 16 mars 1882 Eugène Grosos s’allie à la Banque Heutsch, la Banque maritime, la Banque Périer frères et Cie73. Seront également administrateurs, des représentants de la Banque Fould, du Comptoir d’escompte de Paris et du Crédit foncier colonial. Un capital de 10 millions de francs est ainsi rassemblé, Grosos demeurant propriétaire d’un tiers des actions. La conquête de Madagascar ouvre alors un champ d’activité considérable à la Péninsulaire, pour plusieurs décennies74. Le baptême de nouveaux navires est éloquent : Ville de Tamatave, 30 novembre 1898, Diégo-Suarez, 28 avril 1900, Ville de Majunga, 22 novembre 1900, Djibouti, 3 juillet 1901.

  • 75 Assignation du 28-10-1927. AMH, F2, c. 14. Grosos tentera sans succès de rester sur la ligne de Mad (...)
  • 76 Worms avait déjà absorbé en 1885 la compagnie havraise d’armement Mallet et Hantier.
  • 77 Composition du conseil d’administration au 5-04-1951, ADSM, 11 RP.

76Dirigée par les Grosos, puis représentée par Odinet, la Péninsulaire, qui comptait à l’origine parmi ses administrateurs ces deux négociants ainsi qu’Edmond Latham, échappe, au cours des années 1930 au contrôle havrais. L’élimination de la direction havraise semble avoir résulté d’une volonté extérieure qui ne trouve même pas grâce aux yeux de la Justice. En effet, André Grosos avait été nommé le 18 juillet 1907 directeur général en remplacement de son père. Il recevait alors 10 % des bénéfices plus une somme de 175 000 F. Plus tard ses émoluments sont portés à 344 000 F et ses bénéfices à 15 %. En 1920 « un groupe de capitalistes » se procure la moitié des actions et obtient voix prépondérante au conseil d’administration. Dans le même temps, le 28 juin, Grosos se voit retirer sa délégation à la Compagnie de navigation Transocéanique, appartenant au même groupe, décision confirmée par le conseil d’administration de la Havraise péninsulaire, qui ne sera plus havraise que de nom. C’est le divorce. La Péninsulaire doit cependant verser plus de 3 800 000 F de dommages à Grosos pour rupture de contrat75. Devenue en 1934 Nouvelle Compagnie havraise péninsulaire, elle est désormais sous le contrôle de Worms qui en assure la représentation au Havre et construit des navires dans ses ateliers du Trait76. Au temps de l’Union française, la compagnie, sous la présidence d’Hypolite Worms, rassemble les représentants de sociétés et de banques parisiennes, marseillaises, lyonnaises77. C’est pourtant cette Péninsulaire qui a permis au Havre de devenir entre les deux guerres « le port malgache de la métropole ». Une force centrifuge éloigne de plus en plus la maîtrise de l’outil maritime de la Porte Océane. Entre le règne de l’armateur-négociant jusqu’à la fin du XIXe siècle et le contrôle des armements par les grands groupes financiers, la période de maîtrise locale aura été brève.

Réseaux coloniaux et secteur bancaire : les modalités de l’investissement

77L’autre secteur que la relation coloniale n’a pas réussi à infléchir dans le sens d’une plus grande autonomie locale est celui des banques. La banque havraise est étroitement liée à la banque parisienne, trop proche sans doute. Bordeaux, Lille, Lyon, Marseille, Nantes, Toulouse sont mieux armées. La Bourse du Havre, bourse de marchandises avant tout, n’a pas droit aux pages de l’Annuaire Chaix, et ses agents de change Basin et Dumesnil, par exemple entre les deux guerres, sont « en dehors des parquets ». Le Havre, à cet égard, paraît bien démuni comparé à Lyon, Lille ou Marseille.

Investissements coloniaux et investissements locaux du réseau havrais

  • 78 M. Lakroum, Chemins de fer et réseaux d’affaires en Afrique occidentale : le Dakar-Niger 1883-1960, (...)
  • 79 En 1923, la CFEEC est administrateur de la Compagnie générale française pour le commerce et l’indus (...)

78Avant 1914, des capitaux havrais s’investissent de manière significative à la colonie. D’où provient l’accumulation primitive du capital nécessaire par exemple à la participation dans les entreprises concessionnaires africaines ? Les positions acquises avant l’élan colonial du début de siècle laissent penser qu’il s’agit de capitaux provenant du négoce du coton, de l’exploitation des docks et entrepôts du Havre dont le caractère lucratif attire d’ailleurs la finance parisienne, des compagnies d’assurances. La puissance du capital havrais dans le domaine colonial bancaire ne se manifeste véritablement qu’à la « Belle époque », et jusqu’aux années 1920. Le groupe Siegfried – Raverat – Mellier dirige la Compagnie française d’études et d’entreprises coloniales, dont le but est de rechercher les concessions en Afrique, à Madagascar et aux Antilles, et le Comptoir industriel et colonial. Monique Lakroum a signalé la présence de gros actionnaires du Dakar-Saint-Louis au conseil d’administration de la Compagnie française d’études et d’entreprises coloniales au début du siècle, témoignant, fait original, de la constitution d’un groupe industriel au Sénégal ayant peu de liens avec les Bordelais, donc relativement isolé78. La Compagnie française d’études et d’entreprises coloniales semble bien être la seule organisation financière dirigée par des Havrais capable de participer à la capitalisation d’entreprises coloniales ou non, de taille remarquable79

PARTICIPATION AU CAPITAL DE 1920

PARTICIPATION À LA FONDATION DE :

Cie française du coton colonial

Cie Paris – Havre – Paris

Cie générale de l’Amérique latine

Cie française de Gypse

Cie générale d’Extrême-Orient

Cie d’alimentation et d’industrie frigorifiques

Cie des Caoutchoucs de Padang

Société des combustibles purifiés

1921, FUSION

DANS LACie GÉNÉRALE FRANÇAISE

POUR LE COMMERCE ET L’INDUSTRIE

CAPITAL 30 MILLIONS, DE :

1921, FUSION DE :

Cie française du coton colonial

Cie Paris – Havre – Paris

Cie générale de l’Amérique latine

Société l’Express fluvial

Cie générale d’Extrême-Orient

Cie des Caoutchoucs de Padang

Fig. 14 – Les activités financières de la Compagnie française d’études et d’entreprises coloniales (président Georges Raverat), en 1920-1921 (Annuaire financier France-Extrême-Orient, 1922, p. 340-342)

79Au cours des années 1914-1917, les résultats de l’entreprise sont en progrès malgré le contexte de crise invoqué dans l’assemblée générale du 18 mars 1921.

Fig. 15Les résultats de la Compagnie française d’études et d’entreprises coloniales de 1914 à 1921, convertis en francs 1914 (d’après l’Annuaire financier France-Extrême-Orient, p. 341)

  • 80 Statuts de La Kotto, verso d’une action, coll. part.
  • 81 Annuaire financier France-Extrême-Orient, 1922, p. 109. Le capital de la SFFC est alors de 20 milli (...)

80Ernest Siegfried et Lucien Mellier dès 1899, participent avec le Crédit anversois et la Banque privée, à la Banque industrielle et coloniale (ex-Compagnie française coloniale et industrielle), au capital de 6 millions de francs, qui finance notamment la Compagnie des Sultanats, ainsi que La Kotto qui lui attribue en retour mille parts bénéficiaires soit l’obtention automatique de 10 % des bénéfices80. Avant 1914, des investisseurs havrais agissaient à la fois individuellement et par le relais de la banque. Avec les années 1930, ces positions s’estompent. La Banque française de l’Afrique, à laquelle participaient les Masquelier, sombre avec la crise. On note seulement une participation d’André Grosos à la Banque de Madagascar où domine la Banque de Paris et des Pays-Bas, et une mention éphémère d’Edmond Raoul-Duval parmi les administrateurs, en 1922, de la Société financière française et coloniale, présidée par Octave Homberg, qui couronne un ensemble de sociétés indochinoises81.

81Est-ce à dire que les entrepreneurs coloniaux havrais ne disposent bientôt d’aucune réserve ? En réalité, les affaires coloniales, isolées pour les besoins de cette étude, ne sont en général pas séparées des initiatives extracoloniales, dans la pratique des négociants et industriels. Il est difficile de mesurer si l’activité coloniale nourrit l’activité extracoloniale, ou si c’est l’inverse, ou si les deux sont également lucratives. Il y a certes des exceptions : l’édification de l’« empire Charles » résulte bien du profit tiré des importations coloniales ; des maisons implantées à la colonie (Shaki), ou liées à la propriété coloniale (Rhums Chauvet) ont eu leur période de prospérité. Mais même dans ce cas, on n’hésite pas à mettre quelques œufs dans d’autres paniers. Si l’on en juge par les rapports de la Banque de France, généralement bien renseignée sur les fortunes, l’accumulation de capital dans les entreprises étudiées ne fait pas de doute : portefeuilles-titres des sociétés, fortune personnelle mobilière et surtout fortune immobilière de plusieurs dizaines de négociants, dans les branches cafés, bois, cuirs, cacaos.

  • 82 Cf. C. Malon, Le Havre colonial..., p. 383-384 : une analyse quantitative des positions de ces colo (...)

82Il existe un groupe restreint, formé d’une trentaine de négociants coloniaux, qui combine la multiplication des investissements dans les affaires coloniales, avec de nombreuses participations en partenariat avec d’autres « coloniaux » dans les affaires locales82. Les coloniaux, quelle que soit la répartition de leurs engagements, fonctionnent assez bien en réseau, par paires ou par cliques, pour l’investissement dans les affaires générales de la Place. La forte présence de ces notables dans le secteur des docks et entrepôts paraît assez logique. Elle est plus originale dans le secteur des assurances maritimes et assurances sur la vie. La disponibilité à ce type de participation financière serait plus facile à mesurer si l’on disposait aussi de listes d’actionnaires, notamment d’affaires extérieures au Havre.

Les supports bancaires de l’entreprise coloniale havraise

  • 83 M. Meuleau, Des pionniers en Extrême-Orient. Histoire de la Banque de l’Indochine, Paris, Fayard, 1 (...)
  • 84 Parmi les clients de la Banque française de l’Afrique, la maison Ancel (ADSM, 40JP), des importateu (...)
  • 85 W. Oualid, « La Banque de Madagascar », Revue d’économie politique, 1926, p. 94-99. Voir également (...)

83Comment le négoce colonial havrais a-t-il trouvé les outils bancaires nécessaires à son développement ? Les entreprises à la colonie dont le pôle de décision est extérieur au Havre, mais où figurent malgré tout des administrateurs havrais, sont connectées, comme on a pu le constater, aux organismes financiers centraux de l’Empire colonial : la Banque de l’Indochine, la Banque de l’Union parisienne, la Banque de Paris et des Pays-Bas, la Banque Rothschild. Mais le pouvoir des Havrais dans les banques coloniales paraît bien faible après 1914, si l’on en juge par les annuaires des entreprises coloniales ou l’Annuaire Desfossés. Les Havrais, contrairement aux Lyonnais, sont absents de la liste des administrateurs et gros actionnaires à la fondation de la Banque de l’Indochine83. La Banque française de l’Afrique, à laquelle participent les Masquelier, et qui avait une succursale au Havre84, sombre dans la crise de 1930. Seule autre présence notable, celle d’André Grosos dans la Banque de Madagascar, créée en 1926, au titre de son rôle de directeur de la Péninsulaire. Mais c’est la Banque de Paris et des Pays-Bas qui dirige la Banque de Madagascar, pour la simple raison que sa création lui a été confiée en 1926 par le gouvernement et le Parlement, dans le but de pratiquer l’émission de billets, l’escompte et de supprimer le change entre Madagascar et la métropole85.

84De grandes banques ont joué un rôle dans la relation du Havre avec les colonies. La Banque de Paris et des Pays-Bas, par le biais de la Compagnie générale des colonies, était présente dans les expériences du delta du Niger, auxquelles participaient les Havrais Du Pasquier et Godet pour le coton et le sisal. Le rôle de la Banque de l’Indochine a été évoqué dans la mise en valeur des Nouvelles-Hébrides en 1930 ainsi que le rôle de Raoul-Duval comme négociateur. Après 1945, la SCET (Société calédonienne d’entreprises et de travaux) et la SHET (Société hébridaise d’entreprises et de travaux) fondées par René de Casteljau, entrepreneur havrais de travaux publics, comptent la Banque de l’Indochine parmi leurs administrateurs. L’orientation africaine de cette banque a suscité un lien avec la maison Corblet, pour l’exploitation des bois de l’AEF.

  • 86 H. Bonin, « L’outre-mer, marché pour la banque commerciale ? », La France et l’outre-mer, Paris, CH (...)

85La Banque Mirabaud et la Banque de l’Union parisienne, qui l’absorbe définitivement en 1953, ont des liens plus étroits encore avec les affaires coloniales havraises. Mirabaud finance la Conserverie de Lyndiane, la BUP participe aux entreprises de la Ciconnic. Elle est administrateur de la Compagnie des îles Kerguelen aux côtés des frères Bossière et de Raoul-Duval. Elle travaille également pour une entreprise très rentable, dans laquelle Raverat, Siegfried, Mellier furent associés entre les deux guerres à la Banque de Rivaud, la Compagnie des caoutchoucs de Padang. La BUP, qui est administrateur de la Compagnie des docks et entrepôts du Havre, est devenue sur la Place une banque utile, puisqu’elle ouvre en 1938 une succursale qui existe toujours en 1958. Le négoce colonial de la Place utilise les services de la BUP, installée rue Gallieni, notamment la maison Feller (fruits tropicaux). La BUP « accompagne l’essor du groupement national d’achat des cacaos » dirigé par le Havrais Lehoux, « participe à la campagne d’achat de rhum havraise », aux « achats de café ivoirien » par Ancel86. Fait significatif : les banques coloniales citées sont membres de l’Institut colonial du Havre. La Banque de l’Indochine est symboliquement « membre bienfaiteur », et la Banque française de l’Afrique est représentée au conseil d’administration en 1930.

  • 87 François Hubert, ancien négociant en cafés.
  • 88 Lettre de la chambre de commerce du Havre au ministre du Commerce, 9-11-1894, TX-CC, 1894, p. 127-1 (...)

86L’aide au négoce en général n’est pas distincte de l’aide au négoce colonial en particulier. Elle est fournie par les banques locales et les instruments du marché de terme. Le négoce colonial a profité d’un dispositif existant, en créant au besoin ses propres instruments annexes comme le marché à terme des cafés coloniaux. « La Caisse de Liquidation des affaires en marchandises découlait du marché de terme qui découlait lui-même du marché de place. »87 Les affaires à terme du Havre se traitent presque exclusivement par l’entremise de cette Caisse de liquidation. Le courtier qui conclut une affaire à terme donne à la Caisse le nom de l’acheteur et du vendeur qui ne se connaissent pas entre eux. La Caisse délivre deux bulletins, remis aux contractants par le courtier, et règle ensuite séparément avec l’acheteur et le vendeur. Avec ce système, les achats et ventes qui se balancent sont généralement liquidés à l’avance. La Caisse se garantissant contre les risques de hausse ou de baisse peut éventuellement remplacer un contractant insolvable par un solvable. « Londres, Rotterdam, Hambourg, Marseille ont imité avec plus ou moins de succès la Caisse de Liquidation du Havre. »88 Avec le développement des flux coloniaux et la « conversion » évoquée de nombreuses entreprises, l’activité de la Caisse grandit dans la vente à terme des cacaos, des poivres et des cafés. Les marchés à terme spécifiques aux produits coloniaux ont bien fonctionné pour les cafés, moins bien pour les riz. Sans la Caisse, Le Havre n’aurait pu bénéficier de stocks en entrepôt aussi considérables, de produits coloniaux ou non, qui permettaient le warrantage, et donc l’avance de fonds. Depuis sa création en 1882, nombreux sont les coloniaux ou futurs coloniaux qui l’ont administrée, même si ce n’était pas ès qualités : les Lamotte, Latham, Sauquet, Pâlie, Windesheim, Rufenacht. Cette activité souffrit logiquement du déclin de la fonction d’entrepôt. Transformée en 1954 en Caisse de compensation des affaires en marchandises du Havre, son capital est passé de 6 millions de francs en 1925 (1,26 million de francs 1914) à 50 millions de francs en 1954 (0,32 million de francs 1914). Mais à la veille des Indépendances, les acteurs coloniaux sont tout aussi présents à sa direction : les maisons Jobin, Reinhart, Wagner-Egloff, Arioux, Rufenacht, tous gens du café auxquels se joignent des non-coloniaux : les Thieullent négociants en coton et signe des temps, Roger Meunier homme du charbon.

  • 89 Annuaire Micaux, 1939, p. 170-172. En 1922, à la veille de sa mort, Jules Siegfried est vice-présid (...)
  • 90 Témoignage de l’intéressé, M. Jacques Traumann, mars 1999.
  • 91 Rapport d’inspection de la Banque de France, 1948.

87La Caisse de liquidation n’est pas seule à offrir des possibilités au négoce général et au négoce colonial. Les banques classiques pratiquent les achats de warrants et les avances sur marchandises : l’agence de la Société Générale, celle du Crédit commercial de France, le Comptoir national d’escompte de Paris, la Banque nationale de crédit89. Signe de l’importance du financement des opérations avec l’outremer, en 1931, le directeur de la BNC, Lucien Brouard, est secrétaire général de la Ligue coloniale du Havre. Après la guerre, le directeur local de la Société Générale permet à un jeune négociant de reprendre la maison paternelle, réduite à peu de chose entre 1940 et 1950, en finançant ses importations de cafés, malgaches en particulier, et de redevenir l’une des plus importantes de la Place90. La Banque nationale pour le commerce et l’industrie aide les importateurs de bois coloniaux. En mars 1948, l’entente réalisée par Charles, Voisin et Gutzwiller, sous l’égide de la Fédération des importateurs de bois, bénéficiait de 168 millions de francs de crédits à la BNCI91. La Banque de Mulhouse aide au financement de nombreuses affaires du coton ou des produits coloniaux, et particulièrement des négociants protestants comme Raoul-Duval. Le Comptoir d’escompte contribue lui aussi au financement de la chaîne du négoce. Hubert Bonin en donne deux exemples qui concernent Le Havre.

  • 92 H. Bonin, « L’outre-mer, marché pour la banque commerciale ? », p. 452 : procès-verbal du conseil d (...)

L’agence du Comptoir d’escompte au Havre procure en 1929 un crédit d’un million et demi de francs à la Compagnie franco-coloniale des Riz, « par découvert permanent à Madagascar et par dessaisissement de marchandises à Tamatave aux fins d’embarquement », ce qui vient compléter le crédit de 1,5 million de francs accordé à la Société au Havre même92.

88La maison Ancel utilise dans les années 1920 les crédits accordés par le Comptoir à Tananarive pour ses achats de poivre et tapioca.

  • 93 Contrat par lequel une banque s’engage, d’ordre ou pour compte d’un acheteur, à régler au vendeur l (...)
  • 94 Par exemple le 4 mars 1959, un Crédoc de 8,2 millions de francs métropolitains pour l’achat de 20 t (...)

89Hubert Bonin décrit ainsi le réseau financier qui permet l’échange entre la côte africaine et un port métropolitain : « un quadrilatère se constitue : la maison de négoce sur la côte émet des traites tirées sur la maison mère – bordelaise, marseillaise, lyonnaise, parisienne ou havraise, notamment – qu’elle fait escompter à la BAO, avec l’aval d’une entité du Comptoir d’escompte à Bordeaux, Marseille, Lyon, Paris ou au Havre, qui accorde elle-même des avances à la maison mère dans ces villes. » Le négociant colonial trouve ses crédits documentaires93 auprès des banques réputées coloniales ou non. La Société caféière africaine, par exemple, à la fin des années 1950, pour financer ses achats aux planteurs camerounais se fait ouvrir des crédits documentaires au Crédit Lyonnais, au Comptoir national d’escompte94, à la Banque française du commerce extérieur. Mais elle en trouve aussi à la Banque de l’Afrique occidentale, plus rarement à la Banque commerciale africaine, car tous ces organismes n’ont pas la même souplesse et le négociant est souvent en pourparlers avec son créditeur. D’autres « crédocs » sont aussi accordés par des intervenants plus spécialisés comme la Société française pour le commerce avec les colonies et l’étranger.

  • 95 L. Favier, « Le régionalisme et Le Havre », Bulletin de la Société de géographie commerciale du Hav (...)

90En outre, le rôle de réescompte de la Banque de France joue en faveur du négoce colonial, mais probablement ni plus ni moins qu’en faveur du négoce tout court, même si les coloniaux sont bien placés dans l’administration de la succursale havraise. En 1939,8 des 12 conseillers et censeurs sont aussi des entrepreneurs coloniaux, parmi lesquels Hermann Du Pasquier, Blot-Lefèvre, Raoul-Duval, Charles. Le secrétaire de la Société de géographie commerciale, qui n’était sans doute pas le plus mal informé, écrivait en 1926 : « À mesure que les affaires se sont développées, Le Havre est devenu le rendez-vous des banques. Aux honorables et anciennes banques locales sont venues s’adjoindre les agences de grands établissements de crédit. » Affirmant que la valeur totale des marchandises importées par le port du Havre a atteint, en 1924, 8 milliards 967 millions de francs et que la valeur moyenne d’une tonne de marchandises s’établit au Havre par 2 591 F contre 333 F à Rouen, l’auteur poursuit95 :

Et tous ces milliards que réclame annuellement le commerce havrais, où le banquier les puisera-t-il ? [...] c’est surtout à la Banque de France que le banquier fera appel. La Banque de France par la puissance de son action et la confiance qu’elle inspire, les établissements de crédit et les banques locales, voilà quels sont les canaux qui drainent dans notre pays et qui apportent à nos affaires les capitaux en quête d’emploi. Les marchandises débarquées sur les quais et accumulées dans les entrepôts sont en réalité portées par les capitaux de la France qui travaille et économise. Le concours du banquier ne se limite pas d’ailleurs aux seules affaires d’importation, on peut dire que la marchandise le réclame encore quand elle est déposée aux docks et devient élément de spéculation.

  • 96 Inspection de la Banque de France, 1935.

91La Banque de France possède une clientèle directe de négociants qui se compose en 1935 de cinq importateurs de coton, « d’une vingtaine de maisons de café de première ou seconde importance, de quelques maisons de rhum et d’une trentaine d’affaires diverses »96.

  • 97 J.-P. Chaline et H. Bonin, Le Crédit industriel de Normandie, Rouen, Direction régionale des affair (...)
  • 98 Devenue la Banque Surchamp après guerre, elle participe notamment aux importations de bois coloniau (...)
  • 99 ADSM, 40JP330, Journal des opérations diverses, jan. 1924 à déc. 1924.

92Il ne semble pas que l’on retrouve au Havre l’imbrication des grandes affaires coloniales et d’une grande banque régionale comme ce fut le cas à Marseille avec la Société marseillaise de crédit, très liée à la CFAO. Hubert Bonin et Jean-Pierre Chaline ont posé cette question : « La Normandie, au seuil du XXe siècle, n’a-t-elle pas manqué d’une grande banque régionale ? »97, en rappelant qu’à la différence de Rouen, Le Havre avait au XIXe siècle des liens étroits avec la finance parisienne (Worms, Delessert) qui commanditait de grosses maisons de négoce (Delaroche). Pourtant les affaires traitées au Havre croissaient, comme l’indiquait la succursale de la Banque de France passée entre 1855 et 1877 du 9e au 4e rang. Deux banques locales ont cependant joué un rôle dans le commerce colonial, entre les deux guerres. Le Comptoir de commerce du Havre, ou Banque Chalot98 (ancienne Banque Heuzé fondée en 1848, au capital de 8 millions de francs en 1939), et le Crédit havrais absorbé en 1932 par le Crédit industriel de Normandie. Dans les archives Ancel pour l’année 1924 par exemple, figurent les intérêts créditeurs et débiteurs chez Chalot et Cie, au Crédit havrais et à la Banque nationale de crédit99. Signe d’intégration au réseau colonial des succursales de grandes banques et des banques locales et régionales : elles sont toutes adhérentes de l’Institut colonial du Havre en 1930 ou 1938.

  • 100 J.-P. Chaline et H. Bonin, Le Crédit industriel... Il distribuait alors un dividende de 10 %.
  • 101 Inspection de la Banque de France, 1927. Il est probable que l’énorme faillite de la Maison Latham (...)
  • 102 Archives départementales du Calvados, 6 U/1/70, CA du 26-03-1935.

93Le Crédit havrais, fondé en 1864, était prospère au début des années 1920100. Il connut de graves difficultés en 1926 pour s’être trop aventuré dans la commandite industrielle. La liste des entreprises pratiquant le commerce colonial qui ont été clients directs du Crédit havrais serait sans signification parce que trop longue, autant que celle des sociétés ayant bénéficié de l’appui, direct ou indirect, de la Banque de France. La réorganisation de la banque locale se fait en 1927 avec l’appui du CIC mais aussi « d’un large mouvement de solidarité havraise », notamment dans la souscription des nouvelles actions101. En 1932, le Crédit havrais fait apport définitif, en même temps que le Comptoir d’escompte de l’ouest (Caen), au Crédit industriel de Normandie, dont le CIC est le principal actionnaire. Les Havrais Lamotte et Lafaurie sont administrateurs du CIN102. Après 1945, écrivent MM. Bonin et Chaline, « le CIN devient une banque régionale de plein exercice et s’oriente davantage vers la banque d’entreprise », « banque du lait, du négoce et des ports », elle s’associe dans les années 1950 au négoce des bois exotiques de la côte occidentale de l’Afrique et finance l’importation de cotons, cafés, cacaos, rhums, succédant en cela au Crédit havrais.

  • 103 Banque de France, 1933. L’inspecteur constate, pour ces banques étrangères, une « situation privilé (...)

94Les banques étrangères, américaines en particulier, sont venues, entre les deux guerres, concurrencer fortement les banques locales ou nationales. Supérieurement organisées, elles « ne laissent souvent qu’une partie du courtage en échange de leur garantie de bonne fin des opérations ». Ainsi la Banque de France s’en émeut, car « non contentes de drainer plus de la moitié des marchandises d’importation, elles viennent disputer sur place les affaires locales et nos propres capitaux »103. Cette source ne permet pas cependant d’évaluer dans quelles proportions elles participent au financement des importations depuis l’outre-mer français. Le taux bas des capitaux sur le marché de New York a conduit de nombreuses opérations de ravitaillement de la France par Le Havre à être financées aux États-Unis. Cela laisse supposer que la crise, en accentuant la dépendance de la Place à l’égard du crédit américain, en réduisant les avances sur marchandises offertes par les banques françaises, en réduisant le warrantage et en favorisant les opérations au comptant, a pu orienter davantage encore les maisons havraises vers le marché colonial français. La baisse du cours des matières premières, vérifiée précédemment pour le café, le cacao et dans une moindre mesure le bois, aurait « assagi » selon le mot de l’inspecteur de la Banque de Erance, les importateurs. Mais la leçon de l’épisode est là : le marché local est intégré, bon gré, mal gré, à un réseau de financement international.

95Au temps de l’Union française, au moment où le café est avant tout colonial et le coton partiellement, les agences des banques nationales jouent donc un rôle fondamental dans le financement des importations. D’autant plus important que les disponibilités des entreprises sont souvent jugées insuffisantes et le recours au crédit déterminant. C’est le cas par exemple pour les bois exotiques, selon la Banque de France. En 1951, la branche cafés utilise 7,9 milliards de crédits, devant la branche coton (7,8), les bois (1), les rhums (0,76) et les cacaos (0,52). La dépendance des entreprises du produit colonial à l’égard des banques classiques à direction parisienne est indéniable.

Tab. 14 – Les risques déclarés par les établissements bancaires pour le financement des importations au 31 janvier 1955 (en millions de francs courants)
(Banque de France, 1955)

Cafés

Cotons

Divers

Banque nationale pour le commerce et l’industrie

926

993

420

Comptoir national d’escompte de Paris

706

997

Crédit Lyonnais

553

1104

420

Société Générale

1 177

1170

Crédit commercial de France

204

540

96Au total, la maîtrise du réseau d’affaires coloniales au Havre semble donc avoir été forte sur les instruments spécifiques au négoce de la Place jusqu’au milieu des années 1930, même si le développement des affaires, coloniales ou non, n’a jamais été totalement autocentré. Mais l’influence des Havrais sur l’appareil bancaire et sur les compagnies de navigation s’est amenuisée alors même que le commerce colonial de la Place devenait plus performant. Ce sont à la fois de fortes connexions au pôle parisien et à ses antennes, et un appareil original de financement local, sorte d’économie duale, qui ont permis à la Place de développer et maintenir ses relations avec les colonies.

Des entreprises de plus en plus africaines ?

  • 104 Au XVIIIe siècle, globalement, Le Havre est le quatrième port négrier après Nantes, La Rochelle et (...)

97Les entreprises havraises africaines ne sont que très modestement héritières du commerce de traite des XVIIIe et XIXe siècles, traite des Noirs ou traite des marchandises. Le renouvellement du personnel négociant, à la charnière entre les deux séquences coloniales, a été plus prononcé qu’à Marseille, Nantes et Bordeaux. Les principaux armements négriers, David Chauvel, Bégouën-Demeaux, Foache, Feray qui avaient été les premiers des 68 négriers havrais du XVIIIe siècle, se reconvertissent ou disparaissent104. Seul l’armement Limozin, future maison Ancel, figure dans le répertoire de Jean Mettas. Les filiations sont plus délicates à établir au temps de la traite illégale. La maison Masurier, qui charge cacaos et bois à Libreville, a participé à ce commerce.

Entreprises havraises en Afrique de 1840 à 1880

  • 105 Par exemple : navire Le Louis, JDH, 24-11-1838.
  • 106 Par exemple sur Le Jeune Alphonse, arm. Leleu et Bodart, 24-08-1836.
  • 107 Jules Masurier est décédé en 1888. Sa maison, au capital de 1 million de francs, est reprise en 188 (...)
  • 108 Compte rendu de la cour d’assises de Seine-Inférieure du 24 août 1962, reproduit par J. Legoy, Le P (...)
  • 109 B. Schnapper, La politique et le commerce français dans le Golfe de Guinée de 1838 à 1871, Paris – (...)
  • 110 Déclaration du 19-02-1840 citée par B. Schnapper, La politique et le commerce français..., p. 114.

98Sous la monarchie de Juillet, quelques négociants et armateurs fréquentent la côte africaine. Paul Hauchecorne arme fret et passagers pour Saint-Louis du Sénégal105. Charles Latham vend à l’occasion de la gomme du Sénégal. Frédéric Foerster, l’ancêtre de Raoul-Duval, importe aussi des sacs de gomme106. Parmi les plus anciennes maisons actives au Gabon, figurait depuis 1852 Jules Masurier, qui dut démissionner de la chambre de commerce en 1862 à la suite d’un procès pour traite des Noirs. Le navire le Don-Juan expédié par Jules Masurier107 à Cuba avait, après recours à un prête-nom, chargé à Cabinda 850 nègres attachés par le cou, puis avait été volontairement incendié avant d’être déclaré naufragé. Les accusés furent relaxés108. Masurier le Jeune poursuivit ses activités en direction du Gabon. En 1864, Reinhart et Cie, négociant en coton américain, tenta des plantations à Grand-Bassam et Assinie. Il abandonna un an plus tard, faute de bras, non sans avoir essayé le commerce de l’huile de palme109. Quant à l’arachide, elle était déjà dominée par les Marseillais Régis et Pastré, ou le Bordelais Devès. Le Havrais Malfilatre y participa vers 1850. La chambre de commerce du Havre n’a jamais cru à la possibilité de concurrencer l’industrie anglaise pour l’exportation des tissus sur le marché africain110. En revanche, certains négociants havrais participaient à la vente des fusils sur la côte africaine. C’était le cas de Lasnier, associé à des transfuges de la maison Régis, Daumas, Béraud et Lartigue vers 1860-1870. Les mêmes continueront à approvisionner Le Havre en huile de palme, ivoire et plus tard en caoutchouc quand ils auront fondé la Société du Haut-Ogooué, même s’il ne s’agissait plus alors d’une entreprise strictement havraise.

99Quoique modeste, la participation des entreprises havraises au commerce africain d’avant la conquête n’était pas négligeable, si l’on en croit les négociants havrais eux-mêmes :

  • 111 CR TX-CC, 1873, p. 146. Rapport commercial entre le Gabon et la Place du Havre, enquête du ministèr (...)

Plusieurs maisons de la Place ont des relations suivies avec le Gabon [...] mais une partie des échanges, principalement des marchandises d’un prix assez élevé pour supporter le taux des frets par steamer, telles que l’ivoire, le caoutchouc, la cire, l’ébène, prennent souvent les lignes à vapeur anglaises qui desservent plusieurs fois par mois les côtes du Gabon et échappent aux recherches de la statistique [...] les importations directes n’ont lieu que par les navires à voiles111.

  • 112 Inspection de la Banque de France, 1897.
  • 113 Cf. Chargement du Ville de Maranhao, JDH, 9-10-1891.

100L’examen des chargements de navires, du Second Empire à la IIIe République, confirme l’existence de liens commerciaux avec la côte africaine, du Sénégal à l’Angola. Le renouvellement des acteurs a été plus important entre 1850 et 1914 sur ce front que chez les entrepreneurs du Havre antillais. Parmi les « Antillais », précisément, les navires de la maison Ambaud fréquentent la côte africaine. Les archives d’outre-mer indiquent qu’il possède un comptoir à Kita. Il demande d’ailleurs le transport gratuit de ses marchandises en se réclamant de l’amitié du général Archinard. La Banque de France signale qu’il possède aussi des comptoirs au Dahomey et au Gabon112. Une Compagnie du Gabon, société d’import-export avec maison au Gabon-Congo, apparaît également de manière éphémère entre 1892 et 1894. Sise 43 rue du Lycée, elle est dirigée par le négociant P. Sajoux. Mais les Havrais ne sont pas seuls, et il s’en faut. Les navires de la Woermann ou de la Cunard ont ici précédé ceux des Chargeurs réunis. Au début des années 1890, ces derniers débarquent au Havre des lots chargés au Gabon ou en Côte-d’Ivoire par l’Anglais John Holt ou le Français Verdier113.

La place de l’Afrique noire dans le champ d’activité des entreprises havraises de 1880 à 1960

101Afin de repérer les pôles les plus attractifs pour l’entreprise coloniale au Havre, au cours des huit décennies qui suivirent, un codage des liens existant entre les entreprises recensées et les six grandes zones de l’Empire colonial a été effectué. Le calcul présenté dans le tableau suivant intègre le fait qu’une même entreprise peut cumuler des contacts. Il s’agit donc de la ventilation de 462 liens pour 310 entreprises.

Tab. 15 – Les liens des entreprises havraises avec les grandes régions de l’Empire et leur ventilation par type

Tab. 15 – Les liens des entreprises havraises avec les grandes régions de l’Empire et leur ventilation par type

Sources : calcul effectué à partir de la rubrique « contacts » de l’inventaire des entreprises.

102Le ratio nombre de contacts/nombre d’entreprises est de 1,5.56 % des liens sur l’ensemble de la période sont des liens établis avec l’Afrique et Madagascar. Calcul artificiel, certes, puisqu’il mêle des entreprises de taille et de nature différente. Mais ce chiffre est à rapprocher des 59 % du commerce colonial du Havre effectué avec les deux régions à la veille de la seconde guerre mondiale. Le tropisme africain de l’entreprise coloniale havraise a bel et bien existé. L’attrait de l’Indochine a été bien moindre. Une autre caractéristique apparaît ici dans la ventilation par types : pour les entreprises à la colonie les initiatives autochtones (type B2) sont avant tout africaines et malgaches.

Fig. 16 – La localisation d’entreprises havraises à Madagascar, 1900-1930

103Dans une périodisation plus précise, trois moments forts correspondent assez bien à l’orientation des échanges maritimes. Autour de 1900, les Havrais participent à 7 entreprises concessionnaires en Afrique noire. Une trentaine d’entreprises de Place qui sont ou seront en relation avec la côte occidentale d’Afrique sont déjà nées, mais plusieurs ne sont pas encore « converties ». Les créations sont peu nombreuses entre 1900 et 1914. La multiplication des importateurs de rhum dans la période 1880-1914 explique l’essentiel du contingent antillais pour l’ensemble de la période 1880-1960.

104Le deuxième temps fort africain se situe de 1915 à 1930 inclus : 17 entreprises à la colonie, avec un fort tropisme soudanais, 36 entreprises de Place, intéressées aux produits coloniaux bénéficiant du privilège douanier, mais aussi au bois et aux textiles. Ensuite, la crise ralentit le mouvement de création à moins que les années 1930 ne correspondent tout simplement au temps de la « mise en service » de ce qui a été créé, ce que semble confirmer l’augmentation des tonnages.

105Un troisième temps fort de l’Afrique, avec 21 entreprises dont 12 à la colonie, intervient au temps de l’Union française, avec un mouvement de filialisation de maisons de Place. Cette orientation est parfaitement soulignée par Albert Sarraut, en visite au Havre le 30 avril 1954 :

  • 114 RDCC, no 143,30-04-1954. Inauguration de la Foire du Havre.

Après avoir consacré pendant longtemps vos activités du côté des territoires américains et des colonies françaises voisines ou limitrophes, vous projetez de porter votre curiosité et votre activité vers les territoires africains dont le commerce était le monopole d’autres cités maritimes de la France114.

106Outre la stratégie de filialisation conquérante déjà exposée, facteur déterminant, on ne peut exclure d’autres motivations avouées dans la confidence : division du risque, astuce fiscale, prescience des difficultés de l’indépendance (il vaut mieux perdre une filiale que mettre la maison mère en péril). Les entreprises havraises sont bien implantées dans la jeune Côte-d’Ivoire indépendante. Outre les filiales déjà évoquées, outre le lien maintenu entre commissionnaires havrais et sociétés coloniales comme la CFAO, la SCOA, Massieye et Ferras, Jean Abile-Gal, les Havrais sont présents dans les structures corporatives du pays.

107Parmi les 30 exportateurs de café et de cacao recensés par l’Annuaire national de la Côte-d’Ivoire 1965, 7 sont des entreprises havraises. La Côte-d’Ivoire, et dans une moindre mesure le Cameroun, sont au moment des Indépendances, les principaux partenaires de l’entreprise havraise en Afrique.

Grands et petits du négoce colonial au Havre : trois études de cas

108L’étude des mouvements stratégiques a fait la part belle aux entreprises coloniales à spécialisation relative ou absolue. Or il est des maisons de négoce, et non des moindres, qui ont emprunté des voies semblables dans la relation avec l’outremer, tout en fondant leurs stratégies sur la coexistence de plusieurs « départements » de produits. Ces maisons polyvalentes ne sont pas pour autant des entreprises de traite ou des sociétés de comptoirs comparables aux marseillaises ou bordelaises les plus connues. Ce sont deux des plus anciennes maisons de la Place, Ancel et Raoul-Duval, nées bien avant la deuxième expansion coloniale. Elles ont traversé, avec des bonheurs inégaux, la période T880-1960, et comptent encore, dans la dernière décennie du XXe siècle comme de grandes maisons de négoce havrais, voire de négoce international. Leur caractère colonial est plus affirmé que celui des concurrents locaux de grande taille, Sinteroc (Kronheimer-Rufenacht) ou SIC (Reinhart) par exemple. Leurs trajectoires sont comparables sans être identiques, dans les méthodes comme dans le choix de leurs partenaires dans la France d’outremer. Mais avant de porter le regard sur ces deux grands du commerce polyvalent colonial havrais, il est possible, grâce à un petit fonds d’archives récemment déposées, d’examiner le parcours d’une petite maison spécialisée dans le rhum, la maison Habert, représentative de cette nébuleuse qui fait l’originalité d’une place coloniale, et qui a contribué à la vie des plus grandes maisons.

Tab. 16 – Les entreprises havraises dans les syndicats d’exportateurs de la Côte-d’Ivoire en 1964

D. Ancel et fils (M. Vivien)

Vice-président du SCIMPEX (Syndicat des commerçants Importateurs-exportateurs de Côte-d’Ivoire)

Raoul-Duval (SHAC) (M. Hérain)

Membre du SCIMPEX

Sté A. Charles et fils

Syndicat des exportateurs et négociants en bois

BAT (Noël)

Syndicat des exportateurs et négociants en bois

Éts Gutzwiller

Syndicat des exportateurs et négociants en bois

Raoul-Duval (SHAC)

Codirecteur du Groupement des exportateurs de café et de cacao

D. Ancel et fils

Administrateur du groupement

SHAC (Raoul-Duval)

Administrateur du groupement

Sources : Annuaire national de la Côte-d’Ivoire, 1965.

Une petite entreprise spécialisée : la maison Habert

  • 115 Archives municipales du Havre. Fonds Habert, 515 W.

109En 1908, Gaston Habert, né dans une famille protestante venue de Sancerre, reprend une maison fondée en 1885 par Eugène Doublet, négociant retiré à Paris115.

Une petite entreprise familiale

  • 116 Pour situer la maison Habert par rapport à la représentation cumulée du capital médian des 310 entr (...)

110À l’origine, le capital est très modeste : 113712 F. 88712 F apportés par l’entrepreneur et 25000 F par un commanditaire, A. Guillerault. La maison épousera successivement tous les statuts : nom collectif et commandite simple (29 mai 1908), à responsabilité limitée (3 mai 1928), société anonyme (15 janvier 1957). Trois époques que le fondateur, décédé en 1959, a parcourues comme patron ou associé de son fils André, ou d’Henri Gibault son gendre, époux de Suzanne Henriette Habert. Lors de la transformation en société anonyme, Habert et Gibault totalisent 182 parts des 200 qui constituent le capital. Converti en francs constants, celui-ci demeure faible116. La recapitalisation de 1957 est d’ailleurs trop insignifiante pour ne pas suggérer une fin difficile de l’entreprise qui fermera ses portes en 1969.

Tab. 17 – Le capital de la maison Habert

Francs courants

Francs 1938

1908

113712

841468

1927

75000

83250

1928

500000

580000

1957

2000000

76000

Sources : AMH, 515 W et ADSM, 6U6, TCH.

111En volume d’affaires, la maison Habert ne pèse que le quart des Rhums Chauvet et le vingtième des Entrepôts Dubuffet :

Tab. 18 – La maison Habert dans la hiérarchie des importateurs de rhum au Havre au temps de l’Union française (en millions de francs courants)

Maisons

Chiffre d’affaires en 1947

Bénéfice en 1947

Capital en 1955

Dubuffet

500

120

Chauvet

100

27,6

Ambaud

27

Lamy

300

22,6

Valois

175

21,1

Le Breton

150

15

Bachellier

120

Liqueur des Antilles

100

11

15

Courciéras

11,8

Aupinel

9,6

Olier

5

Aubourg

5

Jourdain

40

3,9

Lefort et Lanctuit

30

Lesieutre

3

Habert

25

7

2

Sources : Rapports Banque de France, AMH, 515 W.

Spécialisation dans le produit et diversité dans la fonction

  • 117 L’Annuaire Micaux répartit les négociants (au sens large) en maisons spéciales (comprenant à la foi (...)

112La maison Habert est répertoriée comme importateur dans la liste des négociants et « Maison spéciale » à la rubrique du café et à celle des rhums117. Les livres de l’entreprise révèlent une configuration de rôles assez complexe. L’entreprise, en effet, pratique simultanément l’importation, la commission, le négoce et la distribution de produits des colonies françaises, mais dans des proportions variables selon le produit et les époques. La seule activité qui manque à la palette est celle de chargeur à la colonie, d’exportateur colonial vers la métropole. La maison Habert est une entreprise spécialisée. La ventilation du chiffre d’affaires est nettement en faveur du rhum.

Tab. 19 – La ventilation du chiffre d’affaires selon le produit (en millions de francs courants et en pourcentage)

Vente de rhum

Vente de café

1947

40

3,4

1948

33,9

5,4

Total 2 ans

73,9

8,8

en %

89,4

10,6

Sources : correspondance avec la Banque de France, AMH, sis W.

  • 118 Comme son nom ne l’indique pas, ses 11 comptoirs sont camerounais. Le siège est à Douala. Habert s’ (...)
  • 119 Lettre à M. Boquillon, Vesoul, 3-06-1954. Mavrommatis et frères, SA au capital de 26,6 millions de (...)

113L’activité « café » combine l’importation, le négoce et la commission. Le négoce y est dominant. Pour une année légèrement bénéficiaire, 1955 par exemple, les achats se font auprès de plusieurs dizaines de négociants ou importateurs de la Place, avec des séries de lots mensuels qui évoluent entre 400 000 et 800 000 F par négociant. Parmi ces négociants fournisseurs, Guy Du Pasquier (qui ne vend que les cafés qu’il importe d’Afrique ou de Madagascar), Ancel, Muller (spécialiste des cafés de Madagascar), Jobin, Raoul-Duval, l’interocéanique. Quelques lots de Salvador et d’Haïti apparaissent ça et là. L’importation proprement dite s’opère par le recours plus ou moins direct à des sociétés coloniales extra-havraises. Il s’agit d’Abile-Gal, du Commerce africain à Dakar, des Établissements Kléopas Evangélis à Douala et Yaoundé, de la Compagnie soudanaise118. La maison Habert est enfin commissionnaire en cafés coloniaux puisqu’elle est agent de Mavrommatis frères de Douala119. En ce cas, Habert soumet à ses clients les conditions CAF du fournisseur pour des quantités de 5 tonnes, soit environ 2,5 millions de francs. Au cours des années 1920, on retrouve, dans la correspondance des offres aux clients, la dualité des approvisionnements havrais : cafés étrangers d’Amérique latine et du Centre, Nicaragua, Bahia, Porto Rico, et cafés coloniaux : Guadeloupe bonifieur, Côte d’Ivoire. Après 1945, l’Afrique est davantage présente, avec les robustas du Cameroun.

114Le commerce des rhums repose essentiellement sur l’importation et le négoce. L’énumération des négociants et importateurs à qui la maison Habert achète des fûts de rhum reviendrait à recopier l’annuaire du commerce du Havre. Il est difficile d’évaluer la part respective de l’importation proprement dite et du négoce en seconde position. Celui-ci semble dominant. À cela s’ajoute la redistribution. En 1926, Gaston Habert offre à ses clients, en importation directe, du rhum pur des colonies « Grand Arôme », et du « Rhum Martinique », de 40 à 50°. Rhum Colonia, marque qui doit être abandonnée car Turpin et Rioult l’ont déjà adoptée, Rhum Josépha, Rhum Martinique Extra. Le négociant s’approvisionne donc auprès des gens de la Place et auprès des fournisseurs extérieurs.

Tab. 20 – Les principaux fournisseurs de rhum de la maison Habert, entre 1933 et 1940, d’après un cahier de bord (archives privées)

Au Havre

Classé AM

Au Havre

Classé AM

Hors annuaire

Aubourg

MS

Corn. Antillaise

IM-CO

Silva

Sautreuil

CO

Raoul-Duval

IM-CO

Feist

Le Breton

NC

Louis Lamy

MS

Armandio

Courciéras

MS

Aupinel

IM-CO

Delahoutre

Avril

MS

Lefort-Lanctuit

MS

Vivet

Jourdain

NC

Jules Deville

IM-CO

Mombron

Piquet

MS

Tacquey

IM-CO

Levesque

Foret

MS

Trufault

MS

Ollier

Chatel

MS

Barassin

CO

Taillan

Ancel

IM-CO

Dubuffet

MS

St Germain

Boivin

MS

Galibert et Varon

MS

Bourjac

Classé AM : Annuaire Micaux du commerce du Havre, MS : maison spéciale, IM-CO : importateur-commissionnaire, NC : non communiqué.
Sources : AMH, 515 W.

115Un « cahier de bord », de 1933 à 1940, mentionne, à côté des Havrais moins nombreux, plusieurs fournisseurs « à la colonie », terme bien sûr institutionnellement impropre, après 1945, comme si la conjoncture imposait un approvisionnement plus direct.

  • 120 En 1951, le représentant touche 1 à 3 F par litre de rhum et 1 à 2,50 F par kg de café. Dossier du (...)

116Tout à fait à l’image du négoce havrais, une petite entreprise de ce type fait appel à de nombreux courtiers, à l’achat. En 1927, Gaston Habert a payé des courtages à 20 cabinets différents sur la Place. Après guerre leur nombre va diminuant et les noms changent. À la revente, c’est un réseau de 38 représentants touchant commission120 qui est employé par la maison, dont 3 courtiers havrais, indépendamment des 10 personnes qui travaillent au Havre, au 15 rue Franklin. Ces représentants vendent les produits Habert dans une trentaine de départements.

Tab. 21 – Autres fournisseurs mentionnés sur le cahier de bord et le Livre des achats de 1945 à 1958

Fournisseurs de rhum

Origines

Huygues-Despointes (Édouard)

Antilles

Antoine de Raynal

Fort-de-France

Raymond Petit

Basse-Terre

SF Commerce Colonies et l’étranger

Martinique

Usine Gardel au Moule

Pointe-à-Pitre

Fleuriot

Antilles

Sté coloniale bordelaise

Bordeaux

Distillerie le Dillon

Fort-de-France

Rhums Chauvet

Le Havre

Bachellier

Le Havre

Entrepôt Pont des Chaînes

Fort-de France

Crassous de Médeuil, Macouba

Fort-de-France

Cie générale de commission, Paris

Martinique

Deville, Marseille

Réunion

Sources : AMH, 515 W.

Un quart de siècle de prospérité

117Dans les échanges maritimes du Havre, les importations de rhums étaient passées du 25e poste en valeur au 6e, entre la fin du XIXe siècle et 1937. La maison semble un bon baromètre de l’évolution générale du produit sur la Place. Dans l’ensemble, 2 à 3 % du rhum importé sur la Place durant un demi-siècle est passé par la maison Habert, soit en première position d’importateur, soit en seconde position de négociant. L’apogée des quantités vendues coïncide bien avec le sommet atteint par les importations sur la Place. La distribution de bénéfices n’est pas négligeable : en 1929 Gaston Habert touche 163 000 F (bénéfices et appointements), André Habert 74 000 F et Henri Gibault 71 000 F soit 61 % de la valeur du capital récemment réévalué avec la constitution de la SARL. Mais cela ne signifie pas que la fin des années 1920 ait constitué le maximum de la rentabilité. Quelques indices ponctuels, à défaut de séries continues sur le bénéfice distribué, semblent confirmer un tassement de la rentabilité, qui va de pair avec une baisse relative d’importance dans le volume échangé sur la Place. Le ratio obtenu pour la période 1915-1929, en utilisant le bénéfice commercial divisé par le chiffre des ventes, montre que la rentabilité de l’affaire est très forte pendant la Grande Guerre, et quelle se maintient globalement au cours des années 1920, sans toutefois accompagner la hausse du chiffre d’affaires en francs constants entre 1921 et 1928.

Fig. 17 – Les ventes de la maison Habert (en francs constants 1938) (Livre-journal, AMH, 515 W)

Tab. 22 – Le ratio bénéfice commercial déclaré/chiffre des ventes de la maison Habert de 1915 à 1929 (bénéfice et ventes en francs courants)

Bénéfice

Ventes

Bénéfice/chiffre d’affaires

1915

33000

294510

11,2

1917

43912

806346

5,4

1919

55054

1409014

3,9

1921

87200

2298305

3,8

1923

109140

3616768

3,1

1925

81486

6242760

1,3

1927

120920

7896312

1,5

1929

322673

8246620

3,9

Sources : AMH, 515 W.

Fig. 18 – La maison Habert, à l’angle des rues Franklin et Doubet (actuelle rue Paul Souday)

118En 1933, le ratio bénéfices distribués sur capitaux propres est de 19,5 %. Rapportés au bénéfice brut, les bénéfices distribués en représentent 26 % alors qu’en 1913, ils s’élèvent à 29,2 %. Le rapport du bénéfice au chiffre d’affaires, hors les accidents heureux et malheureux de 1943 et 1947, subit une érosion.

Tab. 23 – Le ratio bénéfices distribués/chiffre d’affaires de la maison Habert de 1935 à 1955 (bénéfices, ventes et bilan en francs courants, le reste en %)

Bénéfices

Ventes

Bilan

Bénéfices/chiffre d’affaires

1935

58 434

2 704 179

963 071

2,1

1938

31 346

2 909 484

1 392 410

1,1

1943

-43 654

759 540

729 473

-5,7

1947

2 548 431

25 909 115

6 546 697

9,8

1952

219 323

79 002 914

15 457 388

1,4

1955

58 380

60 880 014

15 489 310

0,1

Sources : AMH, 315 W.

  • 121 Lettre du Syndicat du commerce en gros des vins et spiritueux du Havre, 25-09-1935, AMH, 515 W.
  • 122 JO, 5-05-1948, p. 4344.

119Ainsi il est bien certain que le commerce des rhums a « mangé son pain blanc » avant la seconde guerre mondiale et que la fin des années 1920 a été particulièrement faste en termes d’activités. La politique d’assainissement du marché par le contingentement à partir de 1922 a permis le maintien des prix. L’institut colonial du Havre s’en était félicité. Mais un décret-loi du 21 septembre 1935, tout en réduisant les contingents de Guadeloupe et Martinique, frappait d’une taxe de 60 F par hectolitre tous les rhums des colonies françaises121. Déjà en 1935-1938, quelques signes de faiblesse percent, comme cette décision des gérants de réduire leurs appointements. Ensuite, hormis l’exception heureuse de 1947, le parcours de la maison semble une longue descente aux enfers, malgré l’abrogation en 1948 de la taxe spéciale instituée en 1935122. Le ratio bénéfice net sur fonds propres était en 1934 de 52 %. Après 1939, il sera bien souvent de 0 %. Parmi les quelques bilans figurant aux archives, cinq chiffres, extraits à intervalles réguliers, indiquent une érosion du volume d’activité.

Tab. 24 – Les bilans de la maison Habert de 1934 à 1952

Francs courants

Francs 1938

1934

1 399 972

2 183 956

1938

1 392 410

1 392 410

1940

861 178

654 495

1946

3 368 183

542 277

1952

15 457 388

587 380

Sources : AMH, 315 W.

120À partir d’un « Registre des décisions », une courbe des bénéfices distribués peut être établie. Une crise durable de la rentabilité est indéniable.

Fig. 19 – Les bénéfices distribués de la maison Habert, 1933-1957 (en francs constants 1938) (Registre des décisions, AMH, 515 W)

121Après une répartition miraculeuse entre les importateurs pour 1947 par le groupement d’achat, on a vu les ports concurrents se replacer face au Havre. De 25000 à 13000 tonnes, c’est un rétrécissement inéluctable des importations havraises qui se produit entre 1937 et 1960 que la valeur des ventes cache un moment mais que la rentabilité trahit.

La mort d’un petit négoce des rhums coloniaux

122Pourquoi à partir de 1957 assiste-t-on à la lente agonie de cette maison de négoce alors que d’autres ont résisté ? En 1969, les importateurs-commissionnaires et négociants en rhums ne sont plus qu’une dizaine, six fois moins nombreux que trente ans plus tôt.

Tab. 25 – L’activité de la maison exprimée en hectolitres d’alcool pur

Tab. 25 – L’activité de la maison exprimée en hectolitres d’alcool pur

Sources : carnet de bord, coll. privée et AMH, 515 W.

123Les ennuis commencent en 1953, avec la loi de finances du 7 février. Abrogée en juin 1955, son rétablissement est demandé par le Comité national de défense contre l’alcoolisme. En 1959, des droits jugés prohibitifs par les milieux de l’hôtellerie sont imposés au rhum et passent de 75 000 à 94 000 F. Mais c’est la décision, le 29 septembre 1958, d’obliger les négociants à vendre le rhum en bouteilles et non plus en fûts qui sonne le glas des petites et moyennes maisons havraises. L’administration espérait ainsi éviter la fraude sur les alcools. Les négociants eurent beau faire valoir nombre de scandales relatifs à la mise en bouteille clandestine d’autres alcools, rien n’y fit. Six importateurs et négociants havrais se lancèrent dans une bataille juridique : Habert, Lesieutre, Olier, Lebreton, Lanctuit, Jourdain. Ils demandèrent une indemnité compensatrice de la décision, mais furent condamnés aux dépens par une décision du Conseil d’État du 8 janvier 1965. Quatre ans plus tard, la maison Habert fermait ses portes.

  • 123 Pour Dijon 931F contre 854 F pour 559 kg. La mesure entraînait 40 % de poids supplémentaire.
  • 124 Requête au ministre des Finances sur les conséquences dommageables de l’ordonnance de 1958 et lettr (...)

124Mais au fait, qu’est-ce qui empêchait les négociants de vendre leur rhum en bouteilles ? À partir de 1958, tous les exercices de la maison Habert furent déficitaires, et le président avertissait l’assemblée générale du 25 juin 1960 de « l’impossibilité de continuer l’activité de la société sous sa forme actuelle ». La clientèle étant pour l’essentiel dans des régions éloignées du Havre, la mise en bouteille obligatoire devenait un « obstacle insurmontable ». Ce n’était pas une question d’équipement. C’est tout simplement que livrer loin, en bouteilles, était très coûteux123. Désormais le client de l’Ailier par exemple préférera s’adresser à un entrepositaire régional qui livrera moins cher des bouteilles à quelques kilomètres seulement. La fonction de négoce entre la colonie et le grossiste ou demi-grossiste, approvisionnés en fûts de 32 à 250 litres, est ainsi court-circuitée. La maison Habert doit se séparer des voyageurs de commerce, ce qui entraîne du coup la perte des clients pour le café. La baisse d’activité dès 1959 fut de 73 % pour Habert, 50 % pour Jourdain, 64 % pour Olier, 62 % pour Lesieutre124. Les entreprises qui résistèrent durent assumer la répercussion sur le prix de vente de l’équipement d’embouteillage et surtout supporter par la quantité vendue les frais de transports accrus.

  • 125 Rapport Banque de France, 1948.

125Ainsi pour ces maisons, la spécialisation, qui fut longtemps un atout, fut aussi leur fragilité. Une mesure technique et administrative pouvait être fatale. Ici, bien plus que dans le domaine du café par exemple, l’érosion de la fonction d’entrepôt entraînait directement avec elle le petit et moyen négoce dans le néant. La transformation des habitudes de consommation n’allait pas dans le sens d’une reprise des importations. Le déclin d’un négoce colonial n’était ici nullement lié à un problème de décolonisation. Il fallait, pour survivre, avoir la taille de la SA des Rhums Chauvet ou de la Liqueur des Antilles. Déjà, au lendemain de la seconde guerre mondiale, cette société vendait l’essentiel de son rhum en bouteilles125.

Daniel Ancel et fils, de l’Amérique à l’Afrique noire

126Entreprise de négoce de Place implantée progressivement à la colonie, de taille moyenne à l’échelle métropolitaine, la maison Ancel est une grande entreprise du commerce colonial polyvalent au Havre, remarquable par sa longévité.

Un record de durée et de diversité

  • 126 La famille Ancel est « une famille harfleuraise installée depuis le XVIIe siècle au Havre et qui av (...)
  • 127 Cf. P. Dardel, Navires et marchandises dans les ports de Rouen et du Havre au XVIIIe siècle, Paris, (...)

127Fondée en 1782 par Édouard Limozin, reprise par Daniel Ancel en 1812, la société est réorganisée le 1er mars 1837 sous l’enseigne « Nouvelle maison Daniel Ancel fils ». Elle existe jusqu’en 1999 sous le sigle UNIDAF126. Belle dynastie : sept générations ont assuré la continuité de l’entreprise depuis Édouard Limozin en 1782 et Daniel Ancel en 1812. C’est certainement la seule maison de la Place qui ait traversé toute la seconde séquence coloniale en ayant connu la première. Sans être aussi actifs que les Begouën-Demeaux, Foache, Mouchel ou Homberg, les Limozin ont participé à la traite des Noirs, comme l’indique le répertoire de Serge Daget. Ancel n’a-t-il pas fait partie des négociants qui ont souscrit à la contribution patriotique du quart du revenu, en 1789 à la condition formelle que la traite des Noirs serait maintenue ? À l’image du négoce havrais, Ancel a subi un préjudice consécutif à la perte de Saint-Domingue127.

  • 128 Cf. Raoul Ancel, 1846-1911, Le Havre, imp. Le Havre-Éclair, 1912.
  • 129 La raison sociale disparaît en 2001, au 103 boulevard de Strasbourg.

128Les maîtres de la maison Ancel sont des notables et non des moindres : Jules, maire du Havre en 1848, puis député officiel de l’Empire, et pilier conservateur du conseil général de Seine-Inférieure ; Raoul, maire de Gonfreville et sénateur, Georges, conseiller général, député et maire d’Harfleur ; Robert lui aussi député-maire. Prosélytes du catholicisme conservateur128, connus pour leurs alliances aristocratiques et leurs liens avec Albert de Mun, les fils de Daniel Ancel sont professionnellement tournés vers la mer et politiquement vers la campagne. Leur catholicisme est aussi notoire qu’est manifeste le protestantisme des Raoul-Duval. En 1939, Robert Ancel meurt à la suite d’une maladie contractée lors d’un voyage en Afrique. Sa veuve, devenue Mme René Bouffet, dirige l’entreprise et gère les différentes filiales de l’Union française à la décolonisation. En 1999, UNIDAF est toujours dirigée par un membre de la famille, M. de Vigan129

Fig. 20 – Les origines de la maison Daniel Ancel fils, 1782
(État civil du Havre, AMH, Histoire des rues du Havre, Charles Vesque, et ADSM, 40JP)

  • 130 ADSM, 40JP100, 31-12-1924.

129Les formes juridiques choisies furent successivement la société en nom collectif et la société à responsabilité limitée. L’entreprise est alimentée en capital par les membres de la famille, père, fils et épouse en général, et par un associé : M. Hantier au temps de Raoul Ancel, qui reçoit 50 % des bénéfices dans les années 1880, puis Ed. Morin de 1909 à 1939. Quelques employés sont modestement intéressés aux bénéfices130.

  • 131 Un registre de « liquidations » (soldes de comptes avec les divers partenaires) (ADSM, 40JP415*) co (...)
  • 132 En quantité importante : 1235 billes sur le Caroline venant de Santo-Domingo, le 5-09-1838.

130Au XIXe siècle Ancel envoie ses navires dans l’espace caraïbe et les Mascareignes. Le négociant-armateur, par la prédominance des Antilles françaises dans ses relations, demeure une maison coloniale131. Sous la monarchie de Juillet, Ancel possède en Martinique et en Guadeloupe une soixantaine de clients et fournisseurs. Les noms de multiples Békés ornent ses livres de compte. Ceux-ci chargent des barriques de sucre brut sur les voiliers « doublés, cloués et chevillés en cuivre » de l’armateur havrais : la Caroline, l’Hercule, le Saint-Jacques, le Malabar qui fréquentent surtout Saint-Pierre et la Pointe-à-Pitre, plus rarement Port-au-Prince. Les chargements entrés au Havre sont destinés pour une part à Ancel lui-même comme négociant, ainsi qu’à deux ou trois dizaines de négociants aux noms connus : Perquer, Homberg, Foache, qui parfois rendent aussi le même service à Ancel sur leurs propres navires. Si le sucre de canne constitue le gros du chargement, on transporte également des produits promis à un meilleur avenir dans l’histoire du deuxième Havre colonial : le café, le cacao, le bois de campêche, le tafia, et des billes d’acajou132.

  • 133 Revue maritime JDH, 4-09-1866.
  • 134 ADSM, 40JP400*, 1878-4883.

131Voici maintenant, sous le Second Empire, le Laurence, de Daniel Ancel fils, qui décharge barriques et sacs de sucre venus de Fort-de-France133, vers 1880 La France qui touche la Pointe-à-Pitre, Le Tage qui rapporte du café de la Réunion après avoir touché, à l’aller, le port de Saint-Nazaire134. Au cours de la deuxième séquence coloniale, le pôle d’attraction de la maison Ancel se déplace des côtes américaines vers les côtes africaines et malgaches. Ancel est une maison coloniale réellement polyvalente, à l’image d’une cinquantaine de maisons havraises de commerce de Place. Le fonctionnement du marché de Place veut que les négociants soient entre eux, tour à tour fournisseur et client, partenaire et concurrent. Ceci bien entendu n’est pas propre au négoce colonial. Mais la multiplicité des produits coloniaux traités par les entreprises polyvalentes comme Ancel renforce l’intensité et la fréquence de la relation. Les entreprises concurrentes, Raoul-Duval par exemple, sont également partenaires, comme le veut le fonctionnement du marché de Place. On peut le constater sur le tableau ci-après qui résume un sondage effectué dans les archives Ancel à partir de sources de nature différente (grand-livre, livre des fournisseurs, des clients, journal des opérations diverses, comptes de divers) et qui témoigne aussi de la polyvalence de l’entreprise.

L’intégration aux réseaux d’affaires et l’implantation à la colonie

Tab. 26 – Quelques fournisseurs et clients de la maison Ancel pour les produits coloniaux entre 1870 et 1940

Sources

Fournisseur d’Ancel

Client d’Ancel

Produit

Date

40 JP 261

Esbran*

cacao Guadeloupe

1876

Coupery

gomme Sénégal

1876

Clerc

sucre

1878

Masurier*

Sucre « Madagascar »

1878

40 JP 263

A. Lacroix (Guadeloupe)

café, cacao

1887

40 JP 401

Martial Thomas*

1891

Ariès (Martinique)

Lacroix (Guadeloupe)

sucre

40 JP 402

Géo Robinson*

1904

Tacquey*

1905

Mignot*

Mignot*

cacao

Valentin*

rhum

Stempowski*

Stempowski*

Rihal*

Rihal*

café

Raoul-Duval*

Raoul-Duval

Dufay-Gigandet*

40 JP 330

Raoul-Duval*

poivre

1924

Sinteroc*

haricots

Maridor

Leary

acajou

Dufay-Gigandet*

cacao, café

Cie coloniale Madagascar*

tapioca

Rihal*

poivres

Traumann*

café

Rizeries françaises*

riz

Raoul-Duval*

fret indéterminé

40 JP 410

Faure frères (Mad.) à

Loevenbruck*

café

1925

Cie commerciale navigation Extrême-Orient

poivre, café

1927

40JP 334

Sté Indochinoise de Corn. (Raoul-Duval)

poivre

1935

Cie Lyonnaise de Madagascar*

café

Bardin (Lyon)

Gamblin (Rouen)

Dubal (Boulogne)

Cie Niger français*

SCOA à

Sté Africaine Fr.

Léonce Emo*

café « Baoulé »

1937

A. Stempowski*

fibres

40 JP 37

Ringel (Hambourg)

coton AEF

1937

40 JP 334

CFSO à

Dubail*

café

1938

CFSO à

Guy Du Pasquier*

café

CFSO à

Langlois*

café

Grosos*

poivre

SHAC (Raoul-Duval)*

tapioca

CFSO à

Egloff*

Waroquet*

* Entreprises figurant dans C. Malon, Le Havre colonial..vol 5.

  • 135 Au capital de 2,5 millions de francs en 1902 et 30 millions de francs en 1945 (ADSM-Fonds Ancel). R (...)

132La maison Ancel n’est pas fortement connectée au réseau local des affaires extracoloniales. Ses positions y sont peu nombreuses : Société immobilière de Sainte-Adresse, Comptoirs frigorifiques Lebossé, Société havraise de logements économiques, Société havraise de pêche, auxquelles il faut ajouter une position dirigeante dans la Bénédictine de Fécamp135 dont la commercialisation occupe une place importante dans les livres de comptes de la maison Ancel. Les participations comme administrateur à d’autres sociétés coloniales sont épisodiques. Elle n’occupe guère de positions stratégiques dans de grandes entreprises coloniales. Mais ceci ne l’empêche pas de développer pour elle-même un réseau de comptoirs et de filiales à la colonie. Ce sont les comptoirs, dont certains seront filialisés après guerre, qui font la force de l’entreprise.

Tab. 27 – Les participations et filiales de la maison Ancel dans l’Empire colonial

Participations

Filiales

Le Havre

Madagascar

-Société nouvelle d’importations et d’exportations coloniales, 1938

-Daniel Ancel et fils, Tamatave

Indochine

Afrique

-Société agricole du Nord-Annam en 1928 (administrateur) – Cie agricole des thés et cafés du Kontum (actionnaire)

-Daniel Ancel et fils, Douala – Daniel Ancel et fils, Abidjan – Daniel Ancel et fils, Bangui

  • 136 ADSM, 40JP410.
  • 137 ADSM, 40JP101.

133En 1925, la maison Ancel achète pour une valeur de 54000 F des actions de la Cie agricole des thés et cafés du Kontum136. En 1935, une réduction de capital ramène cette participation à 12700 F. Si l’on en juge par ses apports personnels en 1929, lors de la transformation de la société en SARL, le portefeuille d’actions de Georges Ancel n’est que partiellement colonial : actions de la Banque de France, de la Cie des docks et entrepôts, des Chemins de fer du Nord, mais en revanche 240000 F d’actions de la Compagnie du Canal de Suez, soit un tiers de l’apport total au capital de la maison familiale137.

Les partenaires commerciaux de la maison Ancel dans l’Empire français

  • 138 ADSM, 40JP, Annexe de Darnétal.

134Deux documents conservés aux archives Ancel138 permettent de se faire une idée de ce que pouvaient être les partenaires commerciaux d’une maison de négoce des produits coloniaux. Il s’agit d’un « livre des fournisseurs » et d’un « livre des clients » pour les années 1924 à 1927. En établir la liste reviendrait à refaire un almanach du commerce du Havre augmenté de quelques entreprises coloniales externes. Les livres contiennent le nom de 400 fournisseurs et de 800 clients au cours de ces quatre années. Une déduction prudente à partir de l’identité des partenaires conduit à constater la part essentielle de l’Empire colonial français dans l’approvisionnement de l’entreprise.

  • 139 ADSM, 40JP129*. Registre des frets 1955-1956. Ancel utilise les services des lignes suivantes : Pén (...)

135Le recoupement des livres de compte conduit à deux observations. Avant 1914, les origines de la marchandise sont multiples : Amérique latine, Californie, Haïti. Le domaine colonial français est sollicité pour le sucre et le rhum des Antilles, le poivre de Saigon. Après 1920, apparaissent davantage les cacaos du Togo, du Dahomey, du Cameroun, puis les cafés coloniaux français. Dans les années 1950, les registres de fret confirment l’analyse des substitutions de réservoir : Cameroun, Côte-d’Ivoire et Madagascar l’emportent largement sur les frets « étrangers »139.

  • 140 Des affaires importantes sont réalisées avec la Compagnie coloniale de Madagascar, société fondée e (...)

136Le registre de clientèle fait apparaître la multiplicité des pratiques dans l’activité d’une maison de ce type. L’importateur qui achète FOB ou CAF à des producteurs ou des compagnies de traite140 cède sa marchandise à un négociant en première position. Il peut se trouver lui-même vendeur en première ou deuxième position, ou plus simplement commissionnaire. Ainsi voit-on Ancel vendre du café et du poivre à d’autres négociants de la Place, comme les Comptoirs Dufay et Gigandet, à Paul Beaucamp qui procède à des mélanges de cafés fins des colonies vendus sous l’étiquette « Cafés de la plus grande France ». Dans l’ensemble, les clients négociants, souvent importateurs eux-mêmes, sont nombreux et interviennent comme opérateurs avant les grossistes et les torréfacteurs. C’est dire à quel point les produits coloniaux changent souvent de propriétaire avant de parvenir chez le détaillant. Café, poivre, cacao, manioc, haricots, rhum constituent l’essentiel des transactions. Produits auxquels il faut ajouter les bois africains, ce qui semble indiquer que les importateurs très spécialisés comme Charles, trouvent chez les polyvalents comme Ancel ou Raoul-Duval qui possèdent un département bois, un complément utile à leur approvisionnement.

Tab. 28 – Exemples de transactions de la maison Ancel avec des fournisseurs en 1924-1927

Fournisseur havrais ou représenté au Havre

Produits

Volume en francs

Année

Raoul-Duval

café, poivre

1148114

en 4 ans

Rizeries indochinoises

riz

829305

1927

Rousselot-Michel

poivre

789857

1924

Mignot

cacao

267855

1927

Sauquet

cacao

381773

1927

Stempowski

cacao

75679

1927

Cie du Niger français

68275

1927

Cie de Com et nav. d’Extrême-Orient

poivre, café

880299

1924

Entreprises extérieures

Cie coloniale de Madagascar

tous

2559235

1924

Faure frères

2278513

1926

Maridor

bois

1035358

1924

Sté commerciale française d’Indochine

poivre

254317

1925

G. Valette (de Madagascar)

tapioca, riz

67271

1924

La Grande Union

bois

275753

1926

Comptoir colonial et commercial de Marseille

café, poivre

70760

1926

Cie marseillaise de commerce aux colonies

tapioca

83081

1927

Aussage

poivre

165669

1927

Cie commerciale de la Côte-d’Ivoire

coton

1926

Sources : extrait de ADSM, 40JO410, grand livre des fournisseurs.

  • 141 ADSM, 40JP297. Répertoire des opérations en douane 1934. Il n’est pas indiqué s’il s’agit uniquemen (...)

137Chez Ancel, l’activité de commissionnaire n’était pas négligeable. Elle assurait un revenu régulier. Elle représentait, à l’inventaire, entre 100 000 et 200 000 F de revenu par an entre 1925 et 1938. Outre les sociétés coloniales déjà citées telle la CFSO, les commissions proviennent pour moitié du sucre et surtout de la Bénédictine de Fécamp, dont Ancel est l’un des dirigeants. La maison effectue, aux docks ou en entrepôt fictif, des opérations de dédouanement pour le compte de tiers141. C’est le cas pour la Cie des exploitations industrielles de Saint-Domingue qui alimente la raffinerie de sucre Lebaudy à Paris, pour du sucre exporté de Tourane par N.N. Cung, pour des sociétés installées au Cameroun ou en Oubangui : les Plantations de Foumban, producteurs d’arabica, la Société Nyabong, la Plantation de la Handjia à Bangui. Elle sert aussi d’intermédiaire pour de nombreux commerçants des grandes villes françaises jusqu’à Lyon. Mais Ancel est avant tout une maison de négoce, dont le stock de marchandises, sur les docks ou en entrepôt fictif, est important. En 1917, il atteint un niveau record : un stock de 5,5 millions de francs, soit près de 15,5 millions de francs valeur 1938.

La rentabilité de l’entreprise : un parcours mouvementé (1880-1938)

  • 142 Il évoluerait ainsi de + 142 % en 1917 à-519 % en 1921 !
  • 143 Présentées également dans C. Malon, Le Havre colonial..., annexe 223, vol. 4.
  • 144 Cette évolution, conforme aux « substitutions de réservoir » déjà évoquées, est manifeste à l’exame (...)

138Le ratio bénéfice net sur fonds propres ne peut être ici d’un grand secours, tant est faible le capital de la SNC (ou de la SARL à partir de 1929), par rapport au volume des affaires142. La dette de l’entreprise, au passif, est ridiculement basse comparée au compte des associés qui représente environ 5 fois le montant du capital dans les années 1920, et les réserves sont insignifiantes. Les sources ne permettent pas d’établir des séries totalement concordantes, même si les sources de la Banque de France présentent d’intéressantes situations au début des années 1950 et au début des années 1960143. Dans cette analyse, il n’est guère possible de quantifier la part des résultats strictement dus au commerce colonial. Il est cependant certain, compte tenu des indices de provenance144 et des mentions de partenaires, que sa part est allée en croissant, concernant les revenus du café, du coton, du cacao africain, qu’elle est demeurée dominante pour le rhum, les bois exotiques, les tapiocas, les poivres d’Indochine. La courbe du bilan semble logiquement suivre l’évolution de la conjoncture du commerce colonial sur la Place.

  • 145 Xavier Daumalin situe le chiffre d’affaires de la Société commerciale et industrielle de la côte d’ (...)

139L’évolution du bilan, en francs constants, révèle une entreprise qui, malgré des crises, augmente globalement son actif. Il est 4 fois plus important à la veille de la seconde guerre mondiale qu’au début du siècle. L’entreprise semble avoir été dopée par la guerre de 1914-19T8, affaiblie par la crise qui lui succède immédiatement, avec des années T920 bien plus difficiles à franchir que la période de la crise de 1930. La fin des années 1930 voit croître à nouveau le bilan, conformément aux bonnes années coloniales de la conjoncture portuaire havraise. Le chiffre d’affaires de 1938 place Ancel à égalité avec la maison Charles, probablement au-dessus de Raoul-Duval, au-dessous de la Compagnie cotonnière et de la maison Reinhart (SIC). Le chiffre de ses ventes est identique à celui de la maison Vézia de Bordeaux à la même époque et supérieur à celui de la CICA de Marseille145. La courbe des ventes de 1925 à 1938 est elle aussi d’apparence flatteuse. D’autant que, dans la même période, le prix des cafés à l’entrepôt, en francs constants, a tendanciellement diminué (moins pour les coloniaux que pour les étrangers) et qu’il en va de même pour les cacaos.

Fig. 21 – L’évolution du bilan de la maison Ancel de 1905 à 1938 (en francs constants 1938) (d’après ADSM, 40JP73 à 103, Journal)

Fig. 22-L’évolution du chiffre des ventes de la maison Ancel de 1925 à 1938 (en milliers de francs constants 1938) (calculs d’après ADSM, 40JP)

  • 146 LH, 13-07-1871, Bibliothèque nationale.
  • 147 D. Barjot, « L’économie : 1851-1914 », La France au XIXe siècle, Paris, PUF, 1995, p. 381.

140Au cours de la période 1880-1905, où l’entreprise demeure essentiellement tournée vers l’Amérique centrale et latine, les bénéfices semblent souffrir de la dégradation du commerce international de la France. La chute de la rentabilité coïncide avec la disparition des armements dans les livres de compte vers 1885. Figure marquante des négociants-armateurs protectionnistes dans le débat sur le libre-échange des années 1870146, Ancel semble donc avoir abandonné l’exploitation des navires avant que ne soit voté le tarif Méline en 1892. Ce tarif douanier qui de toute manière ne semble guère avoir d’effet immédiat sur l’amélioration des affaires du négociant. À partir de 1905, s’ouvre une période nettement plus favorable qui se prolongera au cours de la Grande Guerre qui coïncide avec la « reprise spectaculaire »147 de l’économie française et de l’industrie en particulier.

Fig. 23 – Les bénéfices distribués de la maison Ancel de 1880 à 1905 (en francs courants) (ADSM, 40JP, écritures d’inventaire)

La crise de rentabilité de l’entre-deux-guerres

  • 148 Si l’on en juge d’après les fournisseurs figurant dans les livres de compte.

141Au moment où le port du Havre opère une progressive substitution de réservoirs au profit des colonies françaises, l’évolution des bénéfices est moins séduisante que celle du bilan et du chiffre d’affaires ! Le contraste entre les importants bénéfices réalisés pendant la première guerre mondiale et les pertes considérables qui suivent immédiatement est saisissant. De 1914 à 1918, il y a bien eu, conjointement, gonflement des activités et des bénéfices. Les achats réalisés par exemple en 1916 ne semblent pas résulter de nouveaux circuits148. En revanche, l’importance des produits nécessaires au ravitaillement est manifeste : tapioca, notamment de la Réunion, café, sucre, et surtout d’importantes quantités de rhum. Il existe peut-être une relation avec les rations considérables qui devaient aider les « poilus » à oublier la dureté de leur condition... La période de la Grande Guerre est favorable au négociant qui n’est pas loin de « jouer dans la cour des grands ».

Fig. 24 – Les bénéfices de la maison Ancel de 1900 à 1938, lacune de 1929 à 1933 et en 1937
(en francs constants 1938)
(ADSM, 40JP71 à 101 et Banque de France pour 1934 à 1936)

Tab. 29 – Les capitaux propres (CP) et bénéfices nets (BN) comparés des deux grands du commerce colonial et de la maison Ancel en 1913 et en 1917 (en millions de francs courants)

CP 1913

BN 1913

CP 1917

BN 1917

CFAO

19,7

0,4

26,2

1,2

SCOA

3,6

0,4

5,4

U

Ancel

0,2

0,016

0,25

0,3

Sources : X. Daumalin, Marseille et l’Ouest africain..., p. 201 (assemblées générales CFAO et SCOA) et ADSM, 40JP, bilans, pour Ancel.

  • 149 ADSM, Registre 40JP75 : « Affaire Masaba à affaires litigieuses ». Mais le contentieux n’est-il pas (...)

142L’entreprise peut inscrire à son actif près de 1,5 million de francs de la rente 4 % 1918, et pour 570000 F d’obligations de la Défense Nationale. Mais l’effet-retour de cette prospérité est violent. En 1919, l’impôt sur les bénéfices de guerre s’élève à près d’un million, et un contentieux supérieur au million alourdit le passif durant plusieurs années ! La maison a-t-elle été victime d’affaires litigieuses149 ? C’est une crise durable de la rentabilité qui se prolonge au moins jusqu’à un nouveau resserrement des activités avec la crise de 1930. De 1920 à 1928, les prix à l’entrepôt des cafés et cacaos en francs constants ont plutôt augmenté, ce dont ne semble pas avoir profité le négociant. En 1928, la hausse éphémère du chiffre des ventes ne correspond qu’à la hausse éphémère des prix des marchandises importées.

143De 1930 à 1938, la croissance du bilan s’accompagne-t-elle d’un rétablissement des bénéfices ? Les sources ne permettent pas de le dire avec certitude, sinon pour les années 1936 et 1938 bénéficiaires. Quelques indicateurs peuvent être calculés. Le taux de marge commerciale, obtenu en tenant compte des variations de stock, n’est pas meilleur entre 1932 et 1938 qu’entre 1924 et 1931. Il est en moyenne de 3,75 pour les deux périodes (3,7 puis 3,8). La production de valeur ajoutée n’est donc pas globalement meilleure après les périodes de fortes pertes des années 1920. Le ratio bénéfice sur chiffre d’affaires qui s’établit en moyenne à -0,8 % dans les années 1924-1927 ne réussit à atteindre que +0,5 % en 1938, année de bonne marge commerciale. La mise en parallèle de la valeur ajoutée et de la rotation des stocks accroît le sentiment d’une baisse de rentabilité puisque le stock tourne très vite alors que la marge commerciale stagne globalement à partir de 1929.

  • 150 H. d’Almeida-Topor, « Étude graphique de la crise », L’Afrique et la crise de 1930, no spécial RFHO (...)

144Cette crise de rentabilité est-elle un élément explicatif des orientations stratégiques de la maison Ancel vers des liens plus étroits avec l’Afrique et Madagascar ? Il est un phénomène que le négociant, en son temps, ne devait pas manquer de percevoir : une différence entre la rentabilité sur le port du Flavre et celui de la rentabilité à la colonie. Les courbes tracées par Hélène d’Almeida-Topor, des produits d’exportation de la Côte-d’Ivoire entre 1924 et 1938, suggèrent une hypothèse150. Les termes de l’échange africains, et plus encore le prix réel salarial sont en chute nette à partir de 1928. Il manque donc à notre maison de négoce havraise au moins l’un des deux atouts suivants pour « profiter » de la conjoncture : exporter massivement vers la colonie, ce qui n’est ni sa vocation principale, ni sa culture, ou bien acheter elle-même sur place et charger pour son propre compte afin de ne pas dépendre des seuls prix CAF.

  • 151 Dans les actes du colloque dirigé par C. Coquery-Vidrovitch et H. d’Almeida-Topor, L’Afrique et la (...)

145Peut-être est-ce la raison pour laquelle Ancel se fait plus énergiquement acheteur et chargeur à la colonie. Il ne suffirait donc pas de bénéficier sur la Place du privilège colonial et des marchés contraints quand on est une maison de pur négoce et de commission pour trouver à l’Empire des vertus économiques. Les entreprises présentes à la colonie ont eu la possibilité de reporter sur le prix payé à l’Africain les conséquences fâcheuses de l’effondrement des cours en obtenant de l’administration des réductions de taxes grevant la commercialisation des produits d’exportation comme l’a montré Patrick Braibant dans une étude sur le profit commercial en Côte-d’Ivoire151. Sa courbe du cacao montre qu’en 1930 et 1933, l’écart entre le prix CAF-Le Havre et le cours de réalisation se réduit fortement, tandis que l’écart entre le cours Grand-Bassam et le cours CAF demeure identique : la marge bénéficiaire de celui qui achète CAF se réduit à peau de chagrin, bien plus que celle du négociant qui achèterait sur place au producteur africain. Les bilans de l’entreprise ont-ils impulsé un changement de stratégie ? Cela confirmerait l’information d’un négociant qui se souvient que si Georges Ancel fit le voyage à la Côte-d’Ivoire en 1939, c’était parce que « la maison Ancel avait fait, vers 1935, de mauvaises affaires » et quelle « réussit à se reconstituer » par une implantation directe en Afrique. On se dirigeait donc vers une concurrence plus directe avec les grandes sociétés de traite, dont on était jusque-là acheteur ou commissionnaire.

Tab. 30 – L’évolution comparée du taux de marge commerciale, de la rotation des stocks et de l’actif en francs constants de 1924 à 1938

Taux de marge commerciale en %

Ventes/stock

Actif

en francs 1938

1924

4,1

11,5

6131111

1925

-8,2

6,7

6825747

1926

18,2

7,9

5533073

1927

-7,5

7,1

4974576

1928

15,3

23,1

3973657

1929

1,4

18,8

6742349

1930

8,1

17,9

6261918

1931

-2,2

13,4

7362461

1932

6,6

18,4

9558877

1933

1,4

21,8

8819950

1934

5,9

29,5

9840464

1935

-0,6

12

11521077

1936

6,5

17,3

15369315

1937

0,9

19,2

12472492

1938

6,2

18,9

7668047

Sources : ADSM, 40JP100 à 103.

Plus colonial encore : l’activité de chargeur en Afrique et à Madagascar

146Après guerre, la société continue d’exercer son activité « dans toutes les branches d’importation pratiquées sur la Place, à l’exception des rhums ». Hormis le coton qui demeure essentiellement d’origine étrangère, les cafés et cacaos coloniaux constituent le gros des achats.

Fig. 25 – Les opérations d’achat de la maison Ancel en 1947
(en millions de francs courants)
(d’après le rapport de l’inspecteur de la Banque de France,
1948)

147En l’absence d’une série complète de comptes, il est difficile de dire pourquoi l’entreprise développe son activité coloniale, sinon en inférant à partir des conditions générales du marché protégé et de la hausse globale nette, en francs constants, après 1945, des prix du café et du cacao à l’entrepôt. Deux certitudes cependant : Ancel renforce ses positions à la colonie comme spécialiste des exportations de produits chers. Il compte également parmi les intermédiaires incontournables entre Madagascar, l’Afrique de l’Ouest et la métropole. À Tamatave, Ancel est l’un des 37 clients des Messageries maritimes en 1949, client que l’on pourrait qualifier d’exportateur moyen, comparé à la Cie marseillaise de Madagascar, encore qu’elle fasse parfois jeu égal avec la Lyonnaise de Madagascar ou la Société caféière franco-malgache.

Tab. 31 – Le tonnage embarqué pour le compte de la maison Ancel à Tamatave de 1949 à 1956

Année

Tonnage par messageries

Recettes messagerie en millions de francs

1949

465

4,7

1950

306

3,2

1951

321

3,9

1952

108

1,6

1953

253

3,6

1954

 ?

 ?

1955

227

3,1

1956

78

1

Sources : AFL 002-4482, rapports d’agence de Tamatave, Messageries maritimes.

148Si le chiffre est faible pour les années 1956-1957, c’est que la Havraise péninsulaire fait subir aux Messageries une rude concurrence. La même source indique, pour 1957, les principaux clients du vieil armement havrais, exportateurs de café à Tamatave. La maison Ancel y figure en très bonne place.

Tab. 32 – Le tonnage embarqué par la Havraise péninsulaire pour le compte de la maison Ancel et de ses concurrents à Tamatave en 1957

Exportateurs

Tonnage

Chenal

2640

Ancel

2400

SICE (Emyrne)

2340

Fakra

1355

Cie Lyonnaise

715

Guenette

703

Cie Marseillaise

340

Sources : AFL 002-4482, rapports d’agence de Tamatave, Messageries maritimes.

  • 152 Les archives Ancel ne permettent pas de dire si les lots sont achetés à la CFSO ou s’il s’agit d’im (...)

149Jusqu’à la transformation officielle et finalement tardive des succursales en filiales, en 1956, la maison Ancel se fournit à la colonie de deux manières : en étant chargeur pour elle-même et en recevant des lots d’autres sociétés à la colonie, comme la Compagnie de cultures de la Côte-d’Ivoire (CCI) ou, le plus souvent, la Compagnie forestière Sangha-Oubangui152. C’est ce qui apparaît dans quelques documents relatifs aux chargements de café vers 1948.

  • 153 Exemple : chargement de l’Aquitaine 6, de Côte-d’Ivoire et d’AEF (6-03-1950 CCATCH), ou du Cernay, (...)
  • 154 Elle vaut aussi à l’inverse pour les entreprises bicéphales havro-marseillaises comme les Comptoirs (...)

150L’activité de chargeur à la colonie ou d’importateur-commissionnaire ne profite pas seulement au port du Havre. Ancel, Raoul-Duval, ou même les représentants havrais des trois grands (CFAO, Niger, SCOA), importent du café par Dunkerque153. Quant à la succursale de la maison Ancel à Marseille, elle figure dans les livres de compte des années 1950 au même rang que les succursales africaines. Enseignement de la microéconomie d’entreprise, l’importance de la concurrence du port de Marseille au détriment du Havre dans les années 1950, dans le domaine du café, devrait être corrigée par la prise en compte du réseau des succursales. La remarque vaut aussi pour l’interocéanique154.

Tab. 33 – Exemples de chargements de café africain et malgache pour la maison Ancel (DAF)

Chargeur

Sacs

Navires

Dates

Qualité

Ancel

1965

Rochefort

23-10-1947

robusta

Ancel

1125

Rochefort

02-02-1948

robusta

CCI

421

Rochefort

02-02-1948

robusta indénié

CFSO

146

Rochefort

02-02-1948

excelsa

CFSO

969

Pilote Gamier

22-04-1948

robusta

Ancel

3213

Bouca

13-05-1948

robusta Cameroun

CFSO

250

Bouca

13-05-1948

excelsa Cameroun

Ancel

501

Saint-Mathieu

22-05-1948

Côte-d’Ivoire

Ancel

571

Lavandou

07-11-1949

arabica Cameroun

Ancel

1448

Bakala 3

03-10-1949

robusta Côte-d’Ivoire

CFSO

2248

Adm. Thomas

05-10-1949

robusta AEF

Ancel

1730

Maine 4

18-11-1949

robusta

Côte-d’Ivoire

Ancel

1736

Pilote-Garnier

05-12-1949

robusta Oubangui

Ancel

138

Ville de Reims

05-02-1950

Madagascar

Sources : Compagnie des courtiers assermentés, coll. privée.

  • 155 Revue Café Vert, avr. 1954, p. 8.
  • 156 40 JP 338*, opérations diverses. Localisation : AEOM.
  • 157 Lettre du président de la Société caféière africaine au Havre à son directeur à N’Kongsamba, le 14- (...)
  • 158 40 JP 33 *, 1952
  • 159 AFL, chargements du San Mateo, oct.-déc. 1 951 004-3828, le Saint-Bertrand, déc. 1 952 004-3832 (An (...)

151En 1954, DAF monte une usine à Abidjan pour le triage et le reconditionnement du café. Elle emploie un technicien européen et une douzaine de manœuvres, et abrite un millier de tonnes dans son hangar155. Entre autres fournisseurs, figure la Société coopérative des Planteurs du Sassandra, à Gagnoa156. Même stratégie au Cameroun où l’on entretient des magasins et emploie des manœuvres. Un agent de la maison Ancel, Marc Favaro, est en liaison avec les fournisseurs, comme l’usine Holstaine, la Société des Plantations de Djongo Penja (Caplain et Cie) ou l’usine Marion. D’autres font aussi le voyage, tel M. de Vigan, un parent associé, ou bien Alfred Stempowski en 1949 par exemple. En 1959 : « Ancel aurait pris en gérance libre une plantation de robusta avec une petite usine : ce sont eux les plus malins, les voilà installés plus solidement et sans investissement dangereux. »157 Depuis l’Oubangui, vient du café dont la société paye le transport de Berbérati à Yaoundé158. L’orientation africaine et malgache très affirmée de l’entreprise n’empêche nullement, dans les années 1950, la poursuite des relations avec les Antilles, et comme au siècle précédent, avec la Pointe-à-Pitre en particulier. La Compagnie générale transatlantique y charge régulièrement des fûts de rhum pour la maison Ancel159.

Le retour de la rentabilité grâce au commerce africain

152Pour la situation comptable de la maison Ancel, les lendemains de la seconde guerre mondiale ont été nettement meilleurs que ceux de la première. Avant même la filialisation systématique des succursales, les années 1949 à 1953 sont bénéficiaires, avec un record de 100 millions de francs courants de bénéfice net en 1950 pour 70 millions de francs de fonds propres. En francs constants, les bénéfices de cette période 1949-1953 sont même supérieurs au bénéfice record de la première guerre mondiale !

Tab. 34 – Les résultats de la maison Ancel de l’avant-guerre au début des Indépendances, activité négoce, à l’exclusion, pour 1961-1963, du bilan des filiales et du chiffre des consignations de la maison mère pour ces dernières (chiffre d’affaires et bénéfice exprimés en francs constants 1938)

Tab. 34 – Les résultats de la maison Ancel de l’avant-guerre au début des Indépendances, activité négoce, à l’exclusion, pour 1961-1963, du bilan des filiales et du chiffre des consignations de la maison mère pour ces dernières (chiffre d’affaires et bénéfice exprimés en francs constants 1938)

Sources : ADSM, 40JP et Banque de France.

  • 160 Les filiales n’ont pas communiqué leurs bilans à la Banque de France, ce qui limite la lecture de l (...)
  • 161 Rapport d’inspection de la Banque de France sur la succursale du Havre, 1965.
  • 162 Ancel aurait connu des difficultés en 1959. « GDP prétend avec le sourire qu’ils ont perdu 100 mill (...)
  • 163 Revue Le Café, no 252, juif 1971, p. 10.
  • 164 La SMAC Tamatave a été créée en 1962 par le rachat de l’usine Berger et Cie, qui traitait les cafés (...)
  • 165 En 1962, Valentin et Cie, SARL de 7,5 millions CFA, importe produits alimentaires et tissus et expo (...)

153Le 1er janvier 1956, la firme est réorganisée avec la constitution de quatre sociétés à la colonie, sur la base des anciennes succursales : Cameroun (N’Kongsamba), Oubangui (Bangui), Côte-d’Ivoire (Abidjan), Madagascar (Tamatave)160. Ce sont toutes, comme la maison mère, des SARL dirigées par Mme René Bouffet. Leur capital réuni représente en 1958, 58,5 millions de francs CFA pour 73 millions de francs métropolitains à la maison mère. La filialisation permet sans doute d’intéresser des participations extérieures puisqu’en 1963 la maison havraise ne possède que 400 000 nouveaux francs des 75 millions de francs CFA de la filiale d’Abidjan, soit 27 %. Au tournant de la décolonisation, l’africanisation est telle que le rôle de négociant ne représente plus que 25 % de son activité. Le reste des opérations est réalisé par l’activité de consignataire pour les produits de ses filiales et de quelques exportateurs étrangers161. C’est-à-dire, pour 1962 par exemple, un chiffre « consignations » de 50 millions de nouveaux francs et un « chiffre d’affaires » distinct de 13,5 millions de nouveaux francs. En l’absence de bilan consolidé, s’il est délicat de juger de la rentabilité162, il reste que le volume d’activité, avec 74 millions de nouveaux francs en 1963, équivaut à 204 millions de francs valeur 1938, soit cinq fois plus que le chiffre d’affaires à la veille de la guerre. La stratégie de redéploiement dans l’Union française a donc été payante. Le 31 mars 1963, Ancel absorbe la Société caféière africaine du Havrais François Hubert à N’Kongsamba, au capital de 8 millions de CFA, et continue à l’exploiter sous le même nom. Dans les années 1b960, elle absorbe la CFIEX, une des premières maisons de la Place, qui était jusque-là la branche café de la Compagnie cotonnière pour les relations avec la Côte-d’Ivoire et l’Oubangui, qui affichait dans les années 1949-1953 un chiffre d’affaires et des bénéfices équivalents à ceux de la maison Ancel. Le groupe ainsi formé, UNIDAF, est membre des marchés du cacao et du café de Londres, et affiche un capital de 2,5 millions de nouveaux francs163. Ancel demeure en 1970 chargeur à l’origine, à la fois par ses filiales africaines et malgaches mais aussi par la SMAC Tamatave (qui avait été créée par la maison Vanier du Havre164) et par la Société A. Valentin et Cie, à Mananjary165.

  • 166 Cf. J. Suret-Canale, Afrique et capitaux, géographie des capitaux et des investissements en Afrique (...)
  • 167 R. Robin, « Une société d’import-export en AOF, 1924-1939 », L’Afrique et la crise de 1930, RFHOM, (...)

154Les Indépendances n’ont pas entamé les performances de la maison de négoce. En effet, vers 1971, elle exporte 11,13 % du café et 10,95 % du cacao de Côte d’Ivoire, 19,5 % du café du Cameroun. Les performances sont comparables à celles d’une autre maison havraise, Raoul-Duval : plus de 6 % du café et du cacao de Côte-d’Ivoire166. Ces performances havraises peuvent être mises en relation avec celles d’une grande maison d’import-export qui réalisait, dans les années 1930,1/20 des exportations des produits de traite de l’AOF : Peyrissac, dont le chiffre d’affaires était en 1925, 60 fois celui de la maison Ancel167. Les stratégies d’enracinement africain n’ont pas si mal réussi, puisqu’au terme de la période la maison havraise cumule, après bien des difficultés, 1/10 à 1/5 des exportations de deux produits phares de la Côte-d’Ivoire et du Cameroun. La maison Ancel est-elle représentative de l’évolution des sociétés de négoce colonial au Havre ? Il serait imprudent de l’affirmer, du moins en termes de résultats pour l’entre-deux-guerres. Le statut de maison familiale ne facilite pas la lisibilité de sa gestion. La comparaison, faute de sources, est difficile avec d’autres maisons importantes de la Place quand celles-ci n’ont pas la même polyvalence et les mêmes tropismes. Mais sa démarche est au moins représentative des sociétés havraises qui ont créé des filiales à la colonie, même si les raisons ont pu être différentes pour d’autres acteurs. Elle a cherché, finalement, à sortir de son mal chronique de rentabilité des années 1920 et 1930, en devenant encore plus « coloniale », en recherchant une implantation plus directe en Côte d’Ivoire, au Cameroun, à Madagascar, de manière à ne plus dépendre des prix CAF de ses fournisseurs et en devenant chargeur pour elle-même. La maison Raoul-Duval, différente à bien des égards de la dynastie Ancel, n’est pas sans similitudes au plan stratégique. Les deux trajectoires s’éclairent mutuellement.

Raoul-Duval et Cie, la « tricontinentale »

  • 168 « En réalité, il s’appelait Friedrich Willems, il était né à Mayence, mais j’ai entendu la générati (...)

155Le fondateur de la maison Raoul-Duval est Frédéric-Guillaume Foerster, né à Mayence en 1802168. En 1826, il établit au Havre une maison de commission d’achat et de vente, rue des Viviers, dans le quartier Notre-Dame. Dès l’origine, il allie le négoce des produits tropicaux et l’armement à la voile.

Longévité, polyvalence

  • 169 Edmond Raoul-Duval est le fils aîné d’Edgar Raoul-Duval, président de la Cour d’appel de Bordeaux e (...)
  • 170 H. Raoul-Duval, Négoce international...
  • 171 Exemple : revue maritime JDH, 4-09-1866.

156C’est en 1863 que son fils Frédéric Foerster lui succède et fait construire en 1877 le siège actuel, aujourd’hui Place Léon Meyer. Sa fille épouse Edmond Raoul-Duval qui prend la direction de l’entreprise en 1889169. En 1930 Edgar et Jean Raoul-Duval succèdent à leur père. Viennent ensuite, après guerre, Gilbert Raoul-Duval, et Hubert Raoul-Duval qui devient, à la cinquième génération, président de la chambre de commerce du Havre et du Port autonome. Là aussi, l’entreprise parvient à l’an 2000, malgré des restructurations. Elle employait en 1987, 75 personnes et, filiales comprises, 200 personnes en France et autant en Afrique170. Chez Raoul-Duval, la société en commandite simple et la société anonyme ont été préférées, à l’inverse d’Ancel, à la société de personnes ou la SARL, ce qui n’empêche nullement l’existence commune d’une culture de « maison ». Comme son aînée, distante de quelques dizaines de mètres à proximité de la Bourse, la maison Raoul-Duval associe, à l’origine, l’armement au négoce. Elle est en liaison constante avec l’espace caraïbe et les mers du Sud. Ainsi voyagent l’Avenir ou l’Eulalie, armés par Frédéric Foerster171 qui dispose de neuf voiliers en 1877. La polyvalence de Raoul-Duval apparaît nettement quand on procède à un sondage dans les chargements de navires venus des colonies françaises.

Tab. 35 – Exemples de chargements adressés à Raoul-Duval de 1900 à 960

Produit

Fournisseur

Date

Source

Bois rouge

à Libreville

28-12-1896

JDH

Okoumé

à Libreville

04-02-1900

JDH

Poivre noir

de Saigon

09-05-1902

RJC

Rhum

à Fort-de-France

25-03-1904

JDH

Acajou

à Grand-Bassam

21-08-1908

JDH

Cacao

d’Haiphong

14-05-1909

JDH

Café

d’Indochine

24-07-1909

JDH

Café

à Fort-de-France

08-02-1911

JDH

Ivoire

d’Indochine

24-05-1913

JDH

Acajou

de Grand-Bassam

07-06-1913

JDH

Café

à Pointe à Pitre

15-01-1924

JDH

Cacao

SF Nouvelles-Hébrides

24-07-1933

AFL 002-3248

Sources : Journal du Havre, Bull, maritime de la chambre de commerce, Archives de la French Line. RJC : Recueil de jurisprudence du Tribunal de commerce du Havre.

157La polyvalence, forte à l’époque coloniale, s’est amenuisée au fil du temps. « Nous faisons depuis l’origine du négoce de produits tropicaux, on disait autrefois de produits coloniaux. Ces produits ont totalement changé. Si nous en traitions jadis une centaine, nous n’en faisons plus qu’une quinzaine », affirme Hubert Raoul-Duval en 1987. « Certains ont complètement disparu comme les gommes arabiques ou les peaux de serpents, voire les peaux de bœufs. Nous sommes plus concentrés aujourd’hui sur le café, le cacao et un certain nombre de produits divers. »

Une forte intégration aux réseaux d’affaires locaux et coloniaux

158La dynastie Raoul-Duval a participé à maintes affaires havraises extracoloniales, beaucoup plus que la maison Ancel. Représentation de la Compagnie d’assurances la Concorde, administration de la succursale havraise de la Banque de France, de la Compagnie d’assurances la Seine-Maritime, de la Cie d’assurances l’Amphitrite, de la Cie du Chemin de fer de la Côte, de Rémy Meunier et Cie (charbons), des Docks et entrepôts du Havre, de la Société Caillard (métallurgie, engins de levage). Engagée plus encore dans les sociétés coloniales, avec de fortes positions d’administrateurs, la société crée relativement tôt pour Le Havre des filiales à la colonie.

Tab. 36 – Les participations et filiales coloniales de Raoul-Duval

Participations

Filiales

Afrique

Afrique

– Sté du Haut-Ogooué, 1928,1947

– Plantations de Woleu N’Tem

– SHAC-Abidjan, succursale, 1938 puis filiale, 1952-1975

Antilles

-Sté industrielle et agricole de Pointe-à-Pitre Cofondateur 1907-1962

Indochine

Indochine

-Optorg, après 1960

– Sté Havraise indochinoise, 1926, Saigon

– Succursale de la Société havraise indochinoise Cambodge

Océanie

– Cie Franco-tahitienne, 1920

– Cie de Vaté, CGFH, N. Hagen

– CAM Nouvelles-Hébrides puis SFNH, 1930

Kerguelen

– Cie générale des îles Kerguelen, 1933

– Pêches australes, 1928

  • 172 AFL 002 3248, avaries du navire Recherche, 24-07-1933,1422 sacs pour 225 000 F.

159Après le regroupement évoqué plus haut de diverses sociétés néo-hébridaises auxquelles participait Raoul-Duval, dans la Société française des Nouvelles-Hébrides sous l’autorité de la Banque de l’Indochine, la maison havraise conserve sa place stratégique pour l’importation des cacaos depuis Port-Vila172.

  • 173 Siège : 20, rue de Mogador, Paris, capital 1,2 million de francs, président M. Henri Picot. Annuair (...)

160Raoul-Duval a des liens multiples avec la Banque de l’Indochine. Il est l’interlocuteur de la banque dans la création de la Compagnie de Vaté. On le retrouve dans la Compagnie franco-tahitienne, dont la Banque de l’Indochine est créditrice, créée en 1920, société d’import-export possédant des magasins à Papeete, qui assure un service de navigation interinsulaire Tahiti – îles Marquises173. La participation de la société à de grandes entreprises en tant qu’administrateur s’accompagne de la représentation de leurs intérêts au Havre. Edmond Raoul-Duval avait participé en 1907 à la création de la Société industrielle et agricole de la Pointe-à-Pitre, anciens Établissements Darboussier. Aussi en est-il l’agent commissionnaire au Havre.

Tab. 37 – Quelques partenaires de Raoul-Duval, de la Société havraise indochinoise ou de la SHAC dans l’Empire colonial

Fournisseurs

Produits

Dates

Source

Sté française des Nouvelles-Hébrides

cacao

1933

AFL 002-3248

Cie commerciale îles Banks

coprah

1933

AFL 002-3248

Chabrières, CICA

café

1948

Chambre des courtiers assermentés Tribunal de commerce

SIA Pointe-à-Pitre

rhum

CFAO

tous

Sté Haut-Ogooué

tous

Clients

Aussage-Marseille

poivre

1939

AFL 002-3249

Sté havraise indochinoise pour A. Martin

caoutchouc

1951

AFL 002-3252

Sources : Archives de la French Line, Le Havre ; Chambre des courtiers, coll. privée.

  • 174 Dédouanés aux docks par Ancel, ADSM, 40JP297*. Répertoire des opérations en douane.
  • 175 « Du jour où on s’est établi et devenu leur concurrent, ils ne nous ont plus chargés de vendre leur (...)

161On trouve d’ailleurs trace de chargements de sucre expédiés par Raoul-Duval au Havre pour la raffinerie Lebaudy174. Même situation pour la représentation de la Société du Haut-Ogooué. Avant guerre, Raoul-Duval est agent de la CFAO, mais en se faisant chargeur et créant sa propre filiale, il contraint cette société à trouver un autre agent sur la Place175, la maison Engelbrecht.

Les performances de l’entreprise

  • 176 Bilan au 31-12-1947 présenté dans C. Malon, Le Havre colonial..., annexe 223, vol. 4.

162En 1924, l’inspecteur de la Banque de France estime que si le fonds social de Raoul-Duval s’élève à 1,6 million, le capital réel est de 8 à 10 millions. Aussi n’hésite-t-il pas à parler d’une « grande affaire, en pleine prospérité, avec un crédit de premier ordre ». Parmi les affaires importantes, il signale une traite de la Compagnie sino-française de commerce. Les paiements à ce fournisseur se font à la Banque industrielle de Chine par l’intermédiaire de la succursale au Havre de la Banque de Mulhouse. L’absence de bilan empêche de connaître l’impact des difficultés de l’entre-deux-guerres sur la comptabilité de l’entreprise. En 1948, le chiffre d’affaires serait de 600 millions, soit 38,5 millions de francs 1938. À cette date la maison fait un bénéfice de 11 millions176. L’inspecteur de la Banque de France remarque, à l’actif, l’importance du portefeuille-titres. Avec les participations, il procure en effet 13 millions de francs. Il estime que le poste « participations représentant l’estimation d’affaires de plantations et d’exportation en Indochine demeure très inférieur à la valeur réelle de l’actif correspondant ». Dans le poste « exigibilités », on remarquera la présence de 74 millions dus à des producteurs coloniaux et de 74 autres achetés à des fournisseurs de Madagascar pour le compte du groupement d’achat. En 1950, à la veille de la filialisation du comptoir d’Abidjan, les bénéfices de la maison mère sont très importants, parmi les premiers de la Place.

Tab. 38 – Les résultats de Raoul-Duval et Cie à la veille de la création de la SHAC-Abidjan (en millions de francs courants)

Fonds propres

Chiffre d’affaires

Bénéfice

Bénéfice/chiffre d’affaires

1950

71,3

1621

63,3

3,9 %

1951

119,3

2014

60,4

2,9 %

Sources : calculs d’après Banque de France, 1955.

163L’inspecteur de la Banque de France souligne qu’à cette date, les opérations portent sur un grand nombre de produits exotiques et que la majeure partie des opérations est traitée en qualité de commissionnaire. Il souligne la prospérité de l’entreprise, dont la moitié des actions sont possédées par Jean Raoul-Duval, ainsi que l’accroissement des fonds propres, garantie de facilités bancaires. Ceux-ci, en francs constants, ont doublé en cinq ans. Les fonds propres disponibles (non immobilisés) correspondant au fonds de roulement sont significatifs de la santé de l’entreprise.

Fig. 26 – L’évolution des fonds propres de Raoul-Duval et Cie de 1949 à 1953 (en millions de francs courants) (d’après Banque de France, 1955)

  • 177 Alors que pour beaucoup d’importateurs les fonds propres sont généralement très inférieurs aux dett (...)

164Au lendemain des Indépendances, la situation de la maison mère est plutôt prospère. En 1962-1963, alors que le chiffre d’affaires des négociants les plus importants tend à diminuer, celui de Raoul-Duval, filiales non comprises, s’élève de 56 à 58 millions de francs, soit près de 170 millions 1938, avec un rapport entre fonds propres et endettement meilleur que la moyenne177. L’échange colonial et le commerce international à partir de la zone franc vers l’étranger font de Raoul-Duval une grande entreprise. La seule activité de Place ne peut rendre compte de la véritable importance de l’entreprise.

L’activité de chargeur en Afrique, en Océanie, en Indochine, et le rôle des filiales

  • 178 H. Raoul-Duval, Négoce international...

165Hubert Raoul-Duval décrit ainsi la chaîne du négoce, telle qu’elle fonctionnait au temps où son entreprise fonctionnait essentiellement sur la base de la commission et où la maison n’était pas directement présente à la colonie pour la collecte de la marchandise178 :

  • 179 « Il commençait à y avoir des gros torréfacteurs, mais très peu à l’époque. Aujourd’hui, pour le mê (...)

Lorsque je suis entré dans notre maison en 1950, cela se passait de la façon suivante. Je prends le café de la Côte-d’Ivoire comme exemple. Il était produit par un petit planteur africain qui faisait 10 ou 15 tonnes dans son année, cela n’a pratiquement pas changé en dehors des plantations du Président. Ce planteur vendait son café soit à des factoreries de sociétés coloniales de l’intérieur, soit par l’intermédiaire de traitants libanais en général, voire des traitants français, à des exportateurs installés à Abidjan. Ces exportateurs en général non spécialisés, grandes maisons d’import-export, avaient dans tous les ports français un correspondant qui s’appelait un commissionnaire et qui vendait pour son compte « à la commission ». À l’origine c’est ce que nous étions. Ce commissionnaire grâce à un courtier de Place au Havre vendait aux négociants qui eux-mêmes, grâce à des agents à l’intérieur vendaient à des torréfacteurs, en général tous petits ou moyens179.

  • 180 Entretien du 16-03-1999 avec H. Raoul-Duval.

166La politique de Raoul-Duval fut de créer des sociétés contrôlées à 100 % par la maison mère, sociétés qui avaient leur crédit, leurs dirigeants, on dit depuis leur « centre de profit » sur place, mais dont les engagements étaient garantis par la maison mère, « de façon que les managers locaux n’aient pas l’impression, contrairement aux grandes compagnies coloniales par exemple qu’ils étaient un pion dans une grande configuration au service d’un siège lointain, donc des gens plus responsables de ce qu’ils faisaient directement eux-mêmes »180. Le but était évidemment de s’approvisionner directement en matières premières à vendre. Concurrencer les anciens fournisseurs d’hier, mais sans essayer de jouer le même rôle, en se limitant à l’importation spécialisée.

  • 181 Marchés coloniaux, no 135, spécial Indochine, 12-06-1948.

167Si la maison Ancel peut être qualifiée d’africaine et malgache, Raoul-Duval est africaine et asiatique. Ses relations avec Madagascar se limitent à quelques correspondants hindous. En Océanie, malgré des positions aux Nouvelles-Hébrides ou en Polynésie, la stratégie d’implantation commerciale fut rétrospectivement jugée peu payante. En revanche, en Indochine, l’activité de Raoul-Duval aboutit à la création d’une filiale à Saigon, la Société havraise indochinoise, en 1926. Cette dernière ouvre même une succursale à Phnom Penh. Riz, poivre, peaux de buffles, « tous produits d’Indochine » sont exportés et les assurances « toutes branches » sont proposées au client. Edgar Raoul-Duval est en 1948 le président du Syndicat des exportateurs français d’Indochine181. Les intermédiaires auxquels s’adresse le négociant sont surtout des Chinois. Il y eut même une tentative d’implantation au Laos, en collaboration avec Étienne Denis. La Société commerciale du Laos, en 1932, avec Charles Raoul-Duval, un cousin germain de Jean et Edgar, était une filiale de la maison havraise. Mais elle ne vécut pas longtemps.

168En Afrique, le processus de filialisation est plus tardif et se limite à l’AOF. Raoul-Duval importe des quantités importantes de café sur Le Havre pour le compte d’une maison de Marseille, Chabrières et Cie qui se fournit auprès de la Compagnie industrielle de la côte d’Afrique, autre maison marseillaise propriétaire de plantations au Dahomey et en Côte-d’Ivoire. Quelques chargements de navires semblent indiquer que jusqu’à la création de la filiale, les quantités chargées à la colonie par Raoul-Duval pour lui-même sont moins importantes que les chargements que la maison havraise contrôle pour d’autres. Elle le fait parfois sur demande de sa propre succursale à Marseille, notamment pour les lots chargés à la colonie par la CICA, dont Chabrières est d’ailleurs le deuxième actionnaire après Fraissinet.

Tab. 39 – Exemples de chargements de café africain pour E. Raoul-Duval et Cie SA

Chargeur

Navire

Sacs

Date

Origine

CICA-Chabrières

Fort-de-Douaumont

700

22-03-1948

Côte-d’Ivoire

Raoul-Duval

Bouca

133

13-05-1948

AOF

CICA-Chabrières

Bouca

886

13-05-1948

AOF

CICA

Saint-Mathieu

525

22-05-1948

Côte-d’Ivoire

Raoul-Duval

Fort-Binger

178

03-06-1948

Côte-d’Ivoire

CICA

Robert-Espagne

2598

19-07-1949

Côte-d’Ivoire

Raoul-Duval

Bakala 3

201

03-10-1949

Côte-d’Ivoire

CICA

Bakala 3

1612

03-10-1949

Côte-d’Ivoire

Sources : d’après des chargements de navires, Syndicat des courtiers, CCATCH, coll. privée.

  • 182 Annuaire national de la Côte-d’Ivoire, 1965, p. 160.

169Le bureau que le négociant avait établi à Abidjan avant guerre est transformé en filiale en 1952. La Société havraise africaine de commerce « SHAC », dont le capital évolue entre 19 et 30 millions de CFA de 1952 à 1960, traite en priorité le café et le cacao, plus modestement les palmistes. Elle importe aussi un peu de riz182. À l’Indépendance, son directeur M. Hérain dirige, avec Jean Abile-Gal, le Groupement professionnel des exportateurs de café et de cacao en relation avec le Syndicat agricole africain dont Félix Houphouët-Boigny est le président d’honneur. Cette collaboration, rappelle Hubert Raoul-Duval, était l’une des clés de la réussite de cette filialisation : « En 1952 en créant la société, nous nous sommes adressés en particulier aux coopératives dont le leader était le président Houphouët-Boigny ce qui a valu à mes oncles à l’époque, des remarques plus qu’acerbes des grandes compagnies coloniales, en disant que nous étions anti-France. » La SHAC possède deux usines de conditionnement des produits sur la côte ivoirienne, distantes de 300 km, à Abidjan et à San Pedro. En 1975, E. Raoul-Duval et Cie, présidée et dirigée par Hubert Raoul-Duval, emploie 32 personnes, son chiffre d’affaires est de 225 millions de francs. La SHAC emploie 250 personnes et son chiffre d’affaires de 12300 millions de CFA, soit à peu près l’équivalent de la maison mère.

Une activité de négoce intercolonial et international

  • 183 AFL 002-3239, avaries du Saint-Valéry, août 1948, 1020 sacs de riz, valeur 1 263 534 F.
  • 184 Chargement navire Sontay, avarié 6-01-1947, chargement de 900 balles pour Van Eephen, valeur 10 290 (...)
  • 185 Chargement du D’Artagnan, incendie à Shangaï, 20-01-1941, 91 balles pour 62345 F-AFL 002-3231.
  • 186 Chargement du Vercors, 31-03-1951, pour 2,3 millions de francs. AFL 002-3252.

170On ne saurait juger de la véritable activité des filiales à la colonie de Raoul-Duval et Cie à partir des seuls chargements qui parviennent au Havre. Les activités ne se limitent pas à la seule relation colonie – métropole. On commerce de colonie à colonie, de colonie à étranger. Négoce de colonie à colonie : Raoul-Duval, par le biais de la Société havraise indochinoise est fournisseur en riz de Saigon des Établissements Ballande de Nouméa183. Négoce international entre colonie française et étranger : la Société havraise indochinoise vend du kapok embarqué à Saigon à Van Eephen de Rotterdam, à Landauer et Cie à Anvers184, à Continental import et export Cie à Shangaï185. Elle vend du caoutchouc à la Société de commerce franco-britannique186. Hubert Raoul-Duval se souvient :

On s’est mis à vendre un peu partout directement. Aux États-Unis, et beaucoup en Italie, embarquement d’Abidjan sur les ports italiens, sur l’Europe du Nord, tout ça sans passer par Le Havre. Mais c’est notre bureau d’ici qui faisait les ventes et envoyait les ventes à Abidjan à exécuter.

171Le négoce international à partir de la colonie est particulièrement fort pour le cacao, dont 95 % partent directement de la colonie à l’étranger, parce que les gros fabricants de beurre et de poudre de chocolat n’étaient pas établis en France. L’exportation directe vers l’étranger à partir de la colonie a été facilitée par l’amélioration et la standardisation des qualités. Il est moins impérieux qu’avant guerre de travailler les lots sur le port du Havre. En 1975, la SHAC d’Abidjan traite plus de produits que la maison mère ; ils sont exportés dans vingt pays. L’installation de filiales à la colonie a donc permis de renforcer l’activité de commerce international.

Raoul-Duval, Ancel : réseaux différents, stratégies comparables

172Au-delà des différences de réseau, il reste que les deux sociétés ont bien joué de la polyvalence rationalisée et de leur implantation directe à la colonie. Leur rentabilité au milieu des années 1950 est globalement meilleure que celle de nombreuses sociétés de Place évoquées plus haut, qui se sont contentées d’acheter CAF-Le Havre à des fournisseurs coloniaux ou étrangers.

Tab. 40 – La situation comparée des maisons Raoul-Duval et Ancel au temps de l’Union française (en millions de francs courants)

Tab. 40 – La situation comparée des maisons Raoul-Duval et Ancel au temps de l’Union française (en millions de francs courants)

Sources : calculs d’après les rapports d’inspection de la Banque de France, 1955.

173L’évolution de plus en plus coloniale de ces maisons est certaine. Hubert Raoul-Duval estime ainsi la part que représentaient avant et après guerre les relations de sa maison avec les colonies françaises, stricto sensu :

  • 187 Entretien du 16-03-1999 avec H. Raoul-Duval. L’intégralité de l’entretien est présentée dans C. Mal (...)

Pour nous, je dirai que c’était 100 %. Nous ne faisions plus de coton. Les deux [pays] où nous avions une filiale, plus Madagascar d’où nous importions café, poivre, girofle, plus la Guadeloupe d’où nous importions du rhum. Nous étions typiquement une maison dite coloniale, mais avec une importance beaucoup moins grande que les grandes sociétés. Nous ne faisions que de l’export de ces pays-là187.

174La politique de filialisation et de spécialisation dans des niches de compétence assurait des années de prospérité pour ces maisons et bien après les Indépendances. « C’est ce qui nous a permis à nous et à d’autres, je pense à la maison Ancel, de prendre la place des grandes sociétés dans le marché du café et du cacao en Afrique. » Ce témoignage rejoint celui d’un autre dirigeant rencontré au sujet de l’interocéanique qui affirme : « Nous avons tué les sociétés coloniales », en ce qui concerne le département café du moins.

  • 188 Cf. C. Coquery-Vidrovitch, courbe des profits et du taux de profit de la SCOA de 1910 à 1960, dans (...)
  • 189 De 24 % du total en 1955 à 15 % en 960 puis de 10 % en 1964 à 4 % en 1973, 0 % en 1980. R.E. Grupp,(...)

175À l’examen des sources comptables, pour la maison Ancel, ou du témoignage oral, pour Raoul-Duval, il apparaît donc que cette stratégie était à la fois une réponse à un mal chronique de rentabilité et une démarche créatrice de reconquête du marché, le dosage des deux facteurs étant probablement variable selon les maisons. Si l’on compare le mouvement du profit de la SCOA de 1910 à 1960, avec les informations qui ont pu être recueillies sur les bénéfices et les indices de rentabilité de la maison Ancel, la stratégie des maisons « africaines » du Havre se conçoit mieux188. De 1910 à 1920, pas de différence dans le mouvement, bénéficiaire. Dans l’entre-deux-guerres, bien que le taux de profit de la grande compagnie soit irrégulier, son profit progresse dans l’ensemble, surtout dans la première moitié des années 1920, et à partir de 1934. Or ce sont là des années de pertes pour Ancel. Le négoce portuaire n’est donc plus suffisant et l’on doit certainement connaître, au 103 du boulevard de Strasbourg, les bilans de la SCOA, parfois évoqués dans le Journal du Havre. L’implantation à la colonie préparée dès la fin des années 1930, officialisée en 1954, est payante : tandis que profits et taux de profit de la SCOA diminuent dès 1948, les indices de rentabilité de la maison Ancel sont élevés entre 1949 et 1953, et les bénéfices attestent de la réussite d’une stratégie qui concurrence les grandes maisons de traite. Il reste à vérifier si les témoignages convergents correspondent à la réalité évoquée, celle de la « mort » du commerce des produits dans une grande compagnie de traite. Pour la SCOA, R. E. Grupp constate que dans les années 1950, la société subit des pertes, notamment en 1956 et 1957. Les réseaux de collecte des produits de l’intérieur africain sont « devenus non rentables ». La compagnie se replie sur les capitales. Le ratio bénéfice sur chiffre d’affaires tombe de 2 % en 1952 à 0,5 % en 1955, ce qui est inférieur, toutes proportions gardées, à la rentabilité des Raoul-Duval et Ancel. Et surtout, à partir de 1952, le chiffre d’affaires des produits s’effondre189. Les traitants (qui ont remplacé la collecte dans les factoreries d’avant-guerre) vendent à la concurrence plus offrante. L’apparition d’« exportateurs spécialistes nouveaux venus, négociants havrais notamment » conduit la SCOA à choisir « la voie du retrait ». Évolution comparable à la CFAO : dès le début des années 960, elle devient, sous la plume d’Hubert Bonin, « La CFAO sans produits ».

  • 190 Cité par J. Suret-Canale dans Afrique et capitaux.

176Les pratiques du négoce colonial de maisons comme Ancel et Raoul-Duval à la fin des années 1950 se situent à la charnière entre deux époques. D’une part les progrès des transmissions n’ont pas totalement écourté les circuits, puisque demeurent encore des commissionnaires et courtiers de Place assez nombreux. Mais d’autre part, le négociant métropolitain se fait chargeur pour lui-même, par l’intermédiaire d’une ou plusieurs filiales à la colonie. L’on passe ainsi de l’ère de la succursale à celle de la filiale, plus précoce chez Raoul-Duval que chez Ancel. Cette filialisation présente aussi un intérêt conjoncturel lié aux prémices de la décolonisation : pour la maison Ancel il s’agissait, selon un témoin, de fractionner le risque par la multiplication des SARL à la colonie. DAF-Tamatave aurait été nationalisée après 1963 sans que cela détruise l’ensemble de l’édifice. Cette filialisation présentait en outre l’avantage d’intéresser directement le personnel d’encadrement qui acceptait d’aller travailler à la colonie. Chez Raoul-Duval, l’intention de faire du commerce international à partir de la colonie est reconnue. Dix ans après les Indépendances, ces deux maisons sont incontournables : elles exportent ensemble 17 % du café et 17 % du cacao de Côte-d’Ivoire en 1971, selon la revue Marchés coloniaux190.

Les entreprises coloniales au Havre : conclusion

  • 191 Leurs problèmes ne sont pas sans rappeler les difficultés de l’huilerie coloniale marseillaise, lié (...)

177Quelque 350 entreprises, au cours de la deuxième séquence coloniale, ont œuvré aux échanges entre la métropole et l’Empire, en organisant à partir du Havre, totalité ou partie de leur stratégie. L’apogée des créations de sociétés se situe à la fin des années 1920. La densité maximale, en 1930, est de 200 entreprises qui agissent sur la Place, sur mer et à la colonie. Cette période d’intensité coïncide avec un autre phénomène, celui de la conversion à l’échange colonial de maisons préexistantes, principalement dans le domaine du café et du cacao. Cette multiplication des acteurs peut être mise en perspective avec l’apogée, vers 1937, des importations coloniales de la Place. Le port touche ainsi les dividendes de l’effort d’entreprise. L’essai de typologie confirme assez bien ce qu’exprimait un « concept d’époque » de la presse portuaire havraise : une place originale du Havre dans le « mécanisme colonial ». Dans une nébuleuse de petites entreprises familiales de négoce portuaire, les sociétés qui se détachent sont, elles aussi, marquées par la spécialisation. Les entreprises à la colonie les plus performantes ont été engendrées par de grands négociants spécialistes de la captation. Le Havre est à l’interface du monde colonial français et de l’hinterland parisien et européen pour le transit des produits chers indisponibles en métropole. Cependant les études de cas montrent que les entreprises liées à un produit dont le cycle s’achève sont en grande difficulté. Celles du riz colonial se sont concentrées pour résister, dès les années 1930. Celles du rhum, à l’image de la maison Habert, connaissent des difficultés qui ne laissent plus en lice que les plus puissantes, à la fin des années 1960191. Heureusement, l’échange colonial n’a pas contrarié la tradition havraise : celle de la spécialisation dans les produits chers, celle de stratégies d’entreprises attirées par des « niches » où s’exerce une compétence dans le commerce d’importation des « commodités ».

  • 192 Paradoxalement, les origines du commerce international du café de colonie à l’étranger ne sont pas (...)

178Des entreprises havraises, comme la maison Ancel, entrevoient, à l’occasion d’une crise de rentabilité dont souffre le négoce pur dans les années 1930, le parti qu’elles pourraient tirer d’un mariage plus étroit avec l’essor des cultures d’exportation. Le privilège colonial s’avère insuffisant à compenser l’étroitesse de la marge bénéficiaire entre le prix à l’entrepôt et le prix de réalisation. L’affaire est entendue : il faut, de négociant, se faire aussi chargeur, acheteur à la colonie, imiter les compagnies de traite, mais uniquement pour l’approvisionnement en commodités, et pour mieux les concurrencer, bientôt, au temps de l’Union française. L’exemple des maisons havraises implantées à la colonie présente un paradoxe. Elles sont devenues encore plus coloniales par l’implantation directe après 1945 en « faisant l’intérieur ». Mais en même temps elles développent leurs activités, hors du marché colonial contraint, par une insertion plus forte dans le réseau international de colonie à étranger. C’est par ce double mouvement que ces maisons se sont révélées performantes192. Un phénomène contient parfois une chose et son contraire. L’entreprise coloniale « à la havraise » contribuait à enfermer l’échange dans la protection des produits de la zone franc, en assurant un approvisionnement de la métropole de type colonial, grâce à un privilège colonial continué, de fait. En même temps, pour échapper à ce privilège bénéfique, elle contribuait à ouvrir les exportations des pays bientôt indépendants vers les marchés américains et européens.

179Les causes de l’effort entrepreneurial constaté sont à la fois convergentes et multiples. Les déterminants de l’échange et les stratégies sont liés. Il n’y eut pas une seule, mais des stratégies commerciales coloniales. À chaque type de produit sa stratégie. En effet, l’Empire apportait des réponses à des problèmes économiques qui n’étaient pas tous de même nature. Développer le coton colonial, c’était, sur le long terme, répondre à une pénurie annoncée. Importer du café colonial, c’était, à court et moyen terme, se débarrasser des contraintes de la surproduction étrangère et de l’infériorité monétaire. Conquérir le bois colonial, c’était à la fois répondre à une indisponibilité passagère de matière en métropole et à une indisponibilité d’espèces végétales que seuls pouvaient produire les pays tropicaux. Accepter d’importer moins de sucre, de riz ou de maïs, voire de rhum des colonies, c’était reconnaître bon gré, mal gré, le développement d’une production métropolitaine que l’on n’aurait pas imaginée telle un demi-siècle plus tôt.

180L’entreprise coloniale au Havre a sa part d’obscurité et ses faiblesses. Seule, une partie de l’édifice entrepreneurial est perceptible. La partie visible des outils de l’échange est celle des spécialistes de l’importation, avec le cortège des courtiers, commissionnaires et agents, leurs experts, leurs commis et leurs « voiliers », spécialistes de l’échantillonnage. C’est un monde fortement réticulaire. Beaucoup moins ostensible est le monde de l’entreprise à la colonie. L’aventure la moins glorieuse est la participation active au partage concessionnaire du Congo au début du siècle. Les réseaux de la commenda havraise demeurent assez discrets. Les acteurs spécialistes ou polyvalents sont intégrés au maillage des grandes affaires coloniales, banques, compagnies de traite présentes dans le port normand, mais souvent de manière officieuse. L’entreprise coloniale havraise a ses faiblesses : elle brasse du capital, nécessaire à la circulation des produits chers. Elle est très dépendante du crédit bancaire, des « crédocs » et de la Banque de France. La Place coloniale a su malgré tout perfectionner les instruments du marché à terme et faire fonctionner un marché spécifique aux cafés coloniaux. Mais après la Grande Guerre, les milieux d’affaires locaux ne sont plus capables d’engendrer de grandes aventures coloniales bancaires et la maîtrise des grands armements que la Place a vu naître lui échappe. Après le grand dérèglement de 1914, si bien des facteurs poussent Le Havre vers les colonies, le développement autocentré s’est essoufflé, et la Place joue avec plus de frilosité une partition spécifique, aiguë dans les compétences, de l’orchestre colonial métropolitain et parisien.

181Quand l’effort est enfin récompensé, on constate que l’entreprise coloniale a ses effets pervers au regard du strict intérêt local. On trahit parfois la maison mère et le berceau havrais. C’est le prix de l’innovation payante. Les entrepreneurs havrais sont des artisans déterminants, Édouard Senn en tête, du système Coton et développement. Continuité et rupture dans la maison Siegfried : le système inauguré en 1947 inscrit de nombreux pays d’Afrique dans les circuits mondiaux d’une production et d’une commercialisation du coton qui ne trouvera son apogée que bien après les Indépendances, avec des initiatives placées sous le signe de la mixité du privé et du public. Il déplace vers la capitale les pôles de décision. Autre entorse aux routines de la Place, celle des maisons de négoce qui s’implantent directement à la colonie, concurrencent les géants du commerce de traite et par là même les autres ports, en jouant sur les niches de compétence et la rapidité. Elles accompagnent l’essor de la Côte-d’Ivoire et du Cameroun dans la conquête d’un marché international, tissant un réseau de colonie à étranger, court-circuitant souvent, à leur tour, Le Havre et son réseau de commissionnaires et de courtiers. La maison Raoul-Duval assume totalement cette stratégie. Certains acteurs, qui ont trouvé dans la filialisation en Afrique une seconde jeunesse, poursuivent, au-delà des Indépendances qui ne les perturbent guère, des relations étroites avec les anciens territoires. Mais le commerce de Place s’interroge, à l’heure de la décolonisation, sur les modalités d’un commerce eurafricain dégagé des vieilles habitudes de l’exclusif et lui permettant de participer davantage au marché européen, quitte à divorcer quelque peu d’avec l’Empire. Quels chemins l’idée coloniale a-t-elle suivis pour en arriver là ?

Fig. 27-La Société havraise africaine de commerce, fondée par Raoul-Duval à Abidjan en 1952

Notes

1 Ces choix méthodologiques : champs et critères du recensement, sources, choix de facteurs discriminants et codage du répertoire sont présentés dans C. Malon, Le Havre colonial de 1880 à i960, thèse, Paris IV, D. Barjot (dir.), 2001, dactyl., annexe 220, vol. 4.

2 Ce répertoire, sorte de banque de données, est présenté séparément dans C. Malon, Le Havre colonial..., vol. 5. Il est constitué de 310 fiches et d’une liste complémentaire.

3 Cf. C. Malon, « Les entreprises coloniales au Havre de 1880 à 1960, créations et conversions », in Créateurs et créations d’entreprises de la Révolution Industrielle à nos jours, J. Marseille (dir.), Paris, ADHE, 2000, p. 419-436.

4 RDCC, no 142, 17-07-1952. Sur 164 chambres de commerce dans la métropole, 12 comptent 48 membres, 21 en comptent 12,7 chambres ont 30 membres dont Marseille et Bordeaux, 10 ont 24 membres dont Le Havre.

5 Non compris les secteurs transports et crédit.

6 Qui possédaient parfois antérieurement des succursales ou des comptoirs à la colonie (Raoul-Duval, Ancel, Interocéanique).

7 F. Crouzet, Naissance et mort des entreprises en Europe, XIXe-XXe siècles, M. Moss et Ph. Jobert (dir.), Dijon, Université de Bourgogne, 1994, p. 206.

8 « Vie et mort des entreprises à Stockholm », in Naissance et mort des entreprises..., p. 160.

9 C’est le cas par exemple en 1932 de la SA Du Pasquier (Hermann) ou de la maison Hauser, selon la Banque de France. Elles n’ont pas disparu pour autant.

10 L’examen démographique n’apporte pas de réponse véritable aux raisons des 22 disparitions intervenues entre 1955 et 1959. Elles concernent en effet des situations diverses (maisons vieillies, fusions et absorptions, sorties mal négociées du dirigisme) et ne dispensent pas d’un examen des différences de stratégies.

11 N. Aubourg, Adaptation ou sélection par l’environnement ? Apports et limites de l’écologie des populations à la problématique du changement organisationnel, thèse de sciences de gestion, université de Caen Basse-Normandie, P. Joffre (dir.), IAE, jan. 2000, dactyl.

12 Ibid., p. 143.

13 Même si l’on est loin de la taille atteinte par les grandes compagnies maritimes présentes sur la Place, mais à capital allogène et siège parisien (Chargeurs réunis, Messageries maritimes, dont le « capital médian » calculé par la même méthode s’établit autour des 300 millions de francs valeur 1938).

14 ADSM, 11RP1181, dossier dommages de guerres, bilan au 30-06-1939, bénéfice de 2,1 millions de francs, bilan 1945 : actif de 127 millions de francs courants, bénéfice 8,7 millions de francs.

15 Annuaire Desfossés.

16 Rapports d’inspection de la Banque de France, 1955 et Annuaire Desfossés, 1959. De 1954 à 1958, la SHO distribue 275 à 350 F de dividende par action de 2 500 F, le bénéfice de référence n’est donc pas négligeable.

17 Entretien avec Hubert Raoul-Duval, 16-03-1999.

18 Concession Butet, arrêté du 1-12-1921, CAOM, Agefom, 61-2.

19 ADSM, 6116-445,15-06-1928 dépôt de marque TCH pour tissus de coton. La compagnie compte parmi ses administrateurs Pierre Morel manufacturier à Fleury-sur-Andelle et Jacques Fauquet, Rouennais banquier à Paris.

20 La CLM sera absorbée par la SCOA en 1969.

21 Manifestes de navires, Bulletin maritime et commercial, par exemple sur le Rochefort de DelmasVieljeux le 5-03-1958. On trouve également du piassava et du café pour Copenhague par transbordement au Havre (Delmas, 16-08-1956).

22 LH, 30-08-1929.

23 O. Lambert, Marseille entre tradition et modernité, les espérances déçues, 1919-1939, Éd. Chambre de commerce et d’industrie Marseille-Provence, 1996.

24 Informations financières, JDH, 28-05-1929.

25 Inspection de la Banque de France, 1938. « La trésorerie est bien assurée et le tiers de l’actif est constitué par un portefeuille-titres composé de valeurs de qualité. »

26 Marcel Coty est le frère du futur président de la République.

27 Entretien avec Francis Kéromen, de la maison Charles.

28 Entretien avec François Hubert, 12-09-1998. Les négociants parlent aussi du marché de terme plus que du marché à terme, même si l’expression semble tombée en désuétude.

29 ADSM, 2E64, Acte Me Cheuret du 18-01-1899.

30 Même si le nombre d’actions détenues par certains est parfois symbolique. ADSM, 2E70 1044, Étude Auger, acte du 23-11-1899.

31 Archives de Me Lacire, Le Havre, Place de l’Hôtel de Ville.

32 Entretien avec Jacques Lenoble, le 9-06-1999.

33 La maison Abile-Gal était représentée par le courtier Legros, rue Copernic.

34 Au Cameroun, M. Lenoble s’approvisionne auprès des Établissements Gortzunian.

35 Une exception cependant : la SA Raoul-Duval est l’un des dix-huit actionnaires de la CFIEX, contrôlée à la fois par la famille Senn-Rufenacht et par la Société commerciale transatlantique, elle-même contrôlée par la Compagnie cotonnière du groupe Senn (Liste des actionnaires de la CFIEX au 1er septembre 1939, ADSM, 11RP).

36 Bulletin de la Fédération nationale des cafés verts, 23-03-1952.

37 RDCC, no 126,1-09-1938.

38 CAOM, fonds privés, APC 71 (CCV16).

39 Les Charbonnages du Tonkin absorbent en 1933 le domaine de Kébao dont E. Siegfried et L. Mellier étaient administrateurs et dont l’administrateur-délégué était Ch. de Leusse leur partenaire de La Kotto, en Oubangui.

40 Une certaine réciprocité existe puisque De Wégimont, du réseau belge de l’Ibenga, est administrateur des docks du canal de Tancarville (anciens magasins Raverat).

41 Archives du Syndicat des courtiers en marchandises (CCATCH), coll. privée.

42 Entretien avec Robert Le Fur (1-04-1998), dont l’entreprise de courtage réalisait environ 40 % de son chiffre d’affaires avec l’outre-mer dans les années 1950, dont 80 % de café. Cette petite société au capital de 400 000 F en 1950 traitait aussi le cacao, les produits sucrants, la pâte de mangue de la Martinique. Elle pratiquait aussi la représentation. La maison Le Fur disposait régulièrement d’un encart publicitaire dans la revue Marchés coloniaux.

43 Exemple : le Fort-de-Douaumont, 24-12-1947,15 000 sacs sur 19 000.

44 Examen des chargements, feuilles d’expertise du Syndicat des courtiers, CCATCH.

45 Entretien avec H. Raoul-Duval.

46 Registre des marchandises réquisitionnées par les autorités allemandes dans le port du Havre. Archives de la chambre de commerce du Havre.

47 Entretien avec Pierre Engelbrecht.

48 Bulletin maritime et commercial, tri-hebdomadaire 1956-1962, aux archives de la chambre de commerce.

49 Exemple : le Saint-Thomas pour le Comptoir maritime franco-belge, entré le 30-03-1958

50 Sur la SCOA, fondée en 1907, voir la thèse de R. Grupp, Le grand commerce et l’Afrique, la SCOA 1945-1982, Paris VII, 1983.

51 Avant la première guerre mondiale, on trouve des arrivages de produits pour la SCOA sur le port du Havre : caoutchouc de Grand-Bassam sur Chargeurs réunis, JDH, 17-11-1911. Née en 1854, la maison Alfred Stempowski, au capital de 1 million 1926, était spécialisée dans le négoce des fibres textiles coloniales de brosserie, tout en demeurant polyvalente pour les autres produits. Alfred Stempowski dirigeait aussi le Syndicat du commerce des cacaos.

52 Le Commerce africain, SA au capital de 123,2 millions de CFA en 1951, était une maison d’import-export siégeant à Dakar, implantée au Sénégal, en Côte-d’Ivoire, au Cameroun et en Gambie anglaise. Cf. Marchés coloniaux, no 285, 28-04-1951, p. 1206. Le Commerce africain est contrôlé par le groupe Lesieur.

53 F. Massieye et J. Ferras, rue du Commerce à Abidjan, fondée en 1937, siège à Abidjan, exporte tous produits coloniaux, au capital de 200 millions CFA en 1962 (AEOM, 1963). Raymond Eychenne est président en 1938 de la chambre de commerce de Lomé (Bull. ICH, jan. 1939, p. 8).

54 J. Suret-Canale, Afrique noire 1945-1960, Paris, Éditions Sociales, 1964, p. 334.

55 La Compagnie commerciale Sangha-Oubangui, fondée en 1928, a le même président et la même adresse que la SCOA.

56 D’autres négociants interrogés affirment que ces pratiques de grandes sociétés coloniales ont pris de l’ampleur dès 1945.

57 Entretien avec Roland Devaux, dirigeant de l’entreprise à la suite de son père M. Jules Devaux, le 19-11-1998.

58 Registre des marchandises réquisitionnées par les autorités allemandes dans le port du Havre et pour lesquelles il n’a été délivré, ni bon de réquisition, ni certificat de saisie, archives de la chambre de commerce.

59 Exemple : JDH, 28-11-1891 ou JDH, 7-04-1911.

60 Registre des marchandises...

61 Elle avait été fondée en 1885 par la Cie de Mokta qui exploitait des mines en Afrique du Nord, pour assurer le transport et la commercialisation.

62 Par exemple 737 sacs le 21-04-1948 sur le Fort de Troyon de Côte-d’Ivoire ou sur le Redon, 5-10-1949 (archives des courtiers, coll. privée).

63 Témoignage de M. Georges Héron.

64 D. Barjot, La grande entreprise française de Travaux Publics, 1883-1974 : contraintes et stratégies, thèse de lettres, Paris IV Sorbonne, F. Caron (dir.), 1989, dactyl.

65 Cf. Annuaire Desfossés. En 1986, la SCAC est revendue par Suez au groupe Bolloré. Elle est encore aujourd’hui présente au Havre.

66 Résultat de la fusion de la firme Estier frères et de la Compagnie nouvelle d’embarcations et de servitudes à Marseille, cette entreprise s’est étendue aux principaux ports français et a créé une filiale à Anvers, l’Union d’agences maritimes (O. Lambert, Marseille entre tradition et modernité..., p. 408).

67 ADSM, 11RP-1211-2240, dommages de guerres. La société obtient une indemnité de 34 millions de francs pour ses marchandises sinistrées aux docks et entrepôts. Elle apparaît liée à la Banque Morgan.

68 Exemple : Le Villiers (steamer français), le 21-03-1931, chargé de 275 billes d’okoumé à ordre d’Okoyo, 840 billes d’okoumé à ordre de Libreville (JDH).

69 Mory étroitement associée aux intérêts Rothschild est bientôt absorbée par la SAGA. Outre ses activités pétrolières en Afrique subsaharienne, elle contrôle Uniroute (Union routière centrafricaine) qui a le monopole de l’évacuation de la Cotonfran.

70 X. Daumalin, Marseille et l’Ouest africain. L’outre-mer des industriels, 1841-1956, Histoire du commerce et de l’industrie de Marseille, XIXe-XXe siècles, t. VIII, 1992, p. 250-251.

71 Plaquette d’entreprise SNO, non datée, coll. part.

72 Cf. A. Vigarié, Les grands ports de commerce de la Seine au Rhin, Paris, Sabri (avec le concours du CNRS), 1964, p. 510. La SAGA, créée en 1919, est entrée dans le groupe Suez en 1983.

73 Acte Mahot-Delaquerantonnais, Paris, cf. LH, 19-04-1882.

74 Cf. Contre-amiral M. Adam, revue Sea Breezer d’août i960.

75 Assignation du 28-10-1927. AMH, F2, c. 14. Grosos tentera sans succès de rester sur la ligne de Madagascar en créant en 1927 la Société havraise de navigation de l’océan Indien, Nouvelles lignes Grosos, qui cessera ses activités en 1931.

76 Worms avait déjà absorbé en 1885 la compagnie havraise d’armement Mallet et Hantier.

77 Composition du conseil d’administration au 5-04-1951, ADSM, 11 RP.

78 M. Lakroum, Chemins de fer et réseaux d’affaires en Afrique occidentale : le Dakar-Niger 1883-1960, thèse d’histoire, université de Paris VII, C. Coquery-Vidrovitch (dir.), 1987, dactyl., p. 136.

79 En 1923, la CFEEC est administrateur de la Compagnie générale française pour le commerce et l’industrie, au capital de 30 millions, en partenariat avec les Aciéries d’Anzin, la SC de Batignolles, Pont-à-Mousson. Lors de la fusion de 1921, la Cie française du coton colonial se voit attribuer 16 000 de 39 000 actions créées soit une valeur de 4 millions de francs pour ses apports en nature faits à la société (Annuaire financier France-Extrême-Orient, 1922, p. 426).

80 Statuts de La Kotto, verso d’une action, coll. part.

81 Annuaire financier France-Extrême-Orient, 1922, p. 109. Le capital de la SFFC est alors de 20 millions de francs, et l’actif de 18,3 millions de francs.

82 Cf. C. Malon, Le Havre colonial..., p. 383-384 : une analyse quantitative des positions de ces coloniaux dans les affaires non coloniales de la Place du Havre.

83 M. Meuleau, Des pionniers en Extrême-Orient. Histoire de la Banque de l’Indochine, Paris, Fayard, 1990, listes p. 47-49. Seul Jacques Siegfried, frère de Jules et d’Ernest, figure dans le groupe issu du CEP, mais il est déjà un banquier parisien avant tout.

84 Parmi les clients de la Banque française de l’Afrique, la maison Ancel (ADSM, 40JP), des importateurs de rhum ou de café : Aupinel, A. Hugues, Lefebvre, Valentin, et de denrées coloniales diverses, cacao, oléagineux : Odinet, Stempowski (Banque de France, 1926).

85 W. Oualid, « La Banque de Madagascar », Revue d’économie politique, 1926, p. 94-99. Voir également CAOM, D/6 (3) 81.

86 H. Bonin, « L’outre-mer, marché pour la banque commerciale ? », La France et l’outre-mer, Paris, CHEFF, 1998, p. 475-476.

87 François Hubert, ancien négociant en cafés.

88 Lettre de la chambre de commerce du Havre au ministre du Commerce, 9-11-1894, TX-CC, 1894, p. 127-130.

89 Annuaire Micaux, 1939, p. 170-172. En 1922, à la veille de sa mort, Jules Siegfried est vice-président de la Banque nationale de crédit, 16 boulevard des Italiens à Paris, constituée en 1913, au capital de 500 millions de francs (cf. Annuaire financier France-Extrême-Orient, 1922, p. 67).

90 Témoignage de l’intéressé, M. Jacques Traumann, mars 1999.

91 Rapport d’inspection de la Banque de France, 1948.

92 H. Bonin, « L’outre-mer, marché pour la banque commerciale ? », p. 452 : procès-verbal du conseil d’administration du comptoir d’escompte, 13-03-1929.

93 Contrat par lequel une banque s’engage, d’ordre ou pour compte d’un acheteur, à régler au vendeur le prix d’une marchandise contre remise de documents déterminés.

94 Par exemple le 4 mars 1959, un Crédoc de 8,2 millions de francs métropolitains pour l’achat de 20 tonnes d’arabica, représentant 100 % de la valeur FOB-Douala de la marchandise, utilisable jusqu’au 31 mars (archives privées).

95 L. Favier, « Le régionalisme et Le Havre », Bulletin de la Société de géographie commerciale du Havre, 1926, p. 3-12.

96 Inspection de la Banque de France, 1935.

97 J.-P. Chaline et H. Bonin, Le Crédit industriel de Normandie, Rouen, Direction régionale des affaires culturelles de Haute-Normandie, 1996.

98 Devenue la Banque Surchamp après guerre, elle participe notamment aux importations de bois coloniaux (Rapport d’inspection de la Banque de France, 1948).

99 ADSM, 40JP330, Journal des opérations diverses, jan. 1924 à déc. 1924.

100 J.-P. Chaline et H. Bonin, Le Crédit industriel... Il distribuait alors un dividende de 10 %.

101 Inspection de la Banque de France, 1927. Il est probable que l’énorme faillite de la Maison Latham en 1923, due à la défection de filatures clientes, à hauteur de 30 millions, s’était ajoutée aux difficultés du Crédit havrais, étroitement surveillé par la Banque de France.

102 Archives départementales du Calvados, 6 U/1/70, CA du 26-03-1935.

103 Banque de France, 1933. L’inspecteur constate, pour ces banques étrangères, une « situation privilégiée, peu comparable à l’ostracisme dont nos banques sont frappées à l’étranger, aux États-Unis en particulier ».

104 Au XVIIIe siècle, globalement, Le Havre est le quatrième port négrier après Nantes, La Rochelle et Bordeaux en nombre de navires, 392 voyages qui ont traité plus de 95 000 nègres (cf. J. et C. Briot, « Les négriers du Havre de Grâce », Neptunia, no 1 671 987, p. 26-38), calculs d’après le répertoire de J. Mettas, Répertoire des expéditions négrières françaises au XVIII siècle, II, Ports autres que Nantes, Paris, SFHOM, 1984. En fin de siècle, le port normand se classe plusieurs fois au 2e rang.

105 Par exemple : navire Le Louis, JDH, 24-11-1838.

106 Par exemple sur Le Jeune Alphonse, arm. Leleu et Bodart, 24-08-1836.

107 Jules Masurier est décédé en 1888. Sa maison, au capital de 1 million de francs, est reprise en 1880 par son gendre Charles Quesnel et continue de charger jusqu’à la première guerre mondiale du cacao à Libreville et à Cap-Lopez.

108 Compte rendu de la cour d’assises de Seine-Inférieure du 24 août 1962, reproduit par J. Legoy, Le Peuple du Havre et son histoire, 1800-1914 : le cadre de vie, Fécamp, Éd. de L’Estuaire, 2002, p. 410-413.

109 B. Schnapper, La politique et le commerce français dans le Golfe de Guinée de 1838 à 1871, Paris – La Haye, Mouton, 1961, p. 205.

110 Déclaration du 19-02-1840 citée par B. Schnapper, La politique et le commerce français..., p. 114.

111 CR TX-CC, 1873, p. 146. Rapport commercial entre le Gabon et la Place du Havre, enquête du ministère du Commerce, renseignements pris par MM. Latham et De Coninck. Lettre du 7-11-1873.

112 Inspection de la Banque de France, 1897.

113 Cf. Chargement du Ville de Maranhao, JDH, 9-10-1891.

114 RDCC, no 143,30-04-1954. Inauguration de la Foire du Havre.

115 Archives municipales du Havre. Fonds Habert, 515 W.

116 Pour situer la maison Habert par rapport à la représentation cumulée du capital médian des 310 entreprises de l’inventaire, elle fait partie des 38 % de sociétés qui n’atteignent pas le million de francs 1938.

117 L’Annuaire Micaux répartit les négociants (au sens large) en maisons spéciales (comprenant à la fois les importateurs et négociants), importateurs-commissionnaires, et commissionnaires.

118 Comme son nom ne l’indique pas, ses 11 comptoirs sont camerounais. Le siège est à Douala. Habert s’adresse au bureau parisien (Livre des achats, 1954).

119 Lettre à M. Boquillon, Vesoul, 3-06-1954. Mavrommatis et frères, SA au capital de 26,6 millions de CFA en 1962, import-export tous produits, Douala, Yaoundé, N’Kongsamba, M’Banga, M’Batmayo (AEOM, 1962).

120 En 1951, le représentant touche 1 à 3 F par litre de rhum et 1 à 2,50 F par kg de café. Dossier du représentant Paul Richard à Dijon, 515 W.

121 Lettre du Syndicat du commerce en gros des vins et spiritueux du Havre, 25-09-1935, AMH, 515 W.

122 JO, 5-05-1948, p. 4344.

123 Pour Dijon 931F contre 854 F pour 559 kg. La mesure entraînait 40 % de poids supplémentaire.

124 Requête au ministre des Finances sur les conséquences dommageables de l’ordonnance de 1958 et lettre du 29-02-1964 à M. Celice, avocat au Conseil d’État, AMH, 515 W.

125 Rapport Banque de France, 1948.

126 La famille Ancel est « une famille harfleuraise installée depuis le XVIIe siècle au Havre et qui avait servi tous les régimes ». P. Ardaillou, Les Républicains du Havre au XIXe siècle, thèse d’histoire, université Paris IV Sorbonne, J.-P. Chaline (dir.), 1997, dactyl., p. 97.

127 Cf. P. Dardel, Navires et marchandises dans les ports de Rouen et du Havre au XVIIIe siècle, Paris, EHESS, 1963, p. 102.

128 Cf. Raoul Ancel, 1846-1911, Le Havre, imp. Le Havre-Éclair, 1912.

129 La raison sociale disparaît en 2001, au 103 boulevard de Strasbourg.

130 ADSM, 40JP100, 31-12-1924.

131 Un registre de « liquidations » (soldes de comptes avec les divers partenaires) (ADSM, 40JP415*) contient les noms de 27 affréteurs en Martinique, 26 en Guadeloupe, 5 à MarieGalante, Saint-Thomas et Saint-Domingue. Ces relations se retrouvent aisément, avec le nom des navires et les négociants destinataires dans les annonces de chargement du Journal du Havre sous la monarchie de Juillet (JDH, BMH).

132 En quantité importante : 1235 billes sur le Caroline venant de Santo-Domingo, le 5-09-1838.

133 Revue maritime JDH, 4-09-1866.

134 ADSM, 40JP400*, 1878-4883.

135 Au capital de 2,5 millions de francs en 1902 et 30 millions de francs en 1945 (ADSM-Fonds Ancel). Raoul Ancel en a été le président.

136 ADSM, 40JP410.

137 ADSM, 40JP101.

138 ADSM, 40JP, Annexe de Darnétal.

139 ADSM, 40JP129*. Registre des frets 1955-1956. Ancel utilise les services des lignes suivantes : Péninsulaire (Worms), Messageries maritimes pour DAF-Tamatave, Société navale de l’Ouest et Delmas pour DAF-Abidjan, et Delmas, les Chargeurs réunis, la Flolland Afrika Line pour DAF-Cameroun.

140 Des affaires importantes sont réalisées avec la Compagnie coloniale de Madagascar, société fondée en 1896, au capital de 2,5 millions de francs en 1928, qui possède des exploitations agricoles, forestières et minières, notamment des gisements de graphite, et des concessions le long de la voie ferrée de Tananarive à la mer. Le président en est Paul Boyer, par ailleurs président de la BAO, du Comptoir national d’escompte, administrateur de la Banque de l’Algérie, de la Banque industrielle d’Afrique du Nord, vice-président de la Banque de l’Indochine.

141 ADSM, 40JP297. Répertoire des opérations en douane 1934. Il n’est pas indiqué s’il s’agit uniquement de dédouanement ou s’il y a aussi commission.

142 Il évoluerait ainsi de + 142 % en 1917 à-519 % en 1921 !

143 Présentées également dans C. Malon, Le Havre colonial..., annexe 223, vol. 4.

144 Cette évolution, conforme aux « substitutions de réservoir » déjà évoquées, est manifeste à l’examen des marchandises en stock dans les écritures de fin d’année du Journal DAF (ADSM, 40JP75-78 et 100-103).

145 Xavier Daumalin situe le chiffre d’affaires de la Société commerciale et industrielle de la côte d’Afrique, ancienne maison Armadon, à 20 millions de francs. Celui de la CFAO était de 142 millions de francs en 1928. Cf. colloque « Négoce et Afrique noire », Hubert Bonin (dir.), sept. 1999, IEP – CEAN Bordeaux, publié sous le titre Négoce blanc en Afrique noire, Paris, SFHOM, 2000.

146 LH, 13-07-1871, Bibliothèque nationale.

147 D. Barjot, « L’économie : 1851-1914 », La France au XIXe siècle, Paris, PUF, 1995, p. 381.

148 Si l’on en juge d’après les fournisseurs figurant dans les livres de compte.

149 ADSM, Registre 40JP75 : « Affaire Masaba à affaires litigieuses ». Mais le contentieux n’est-il pas, dans certains cas, un moyen de minimiser le bénéfice ?

150 H. d’Almeida-Topor, « Étude graphique de la crise », L’Afrique et la crise de 1930, no spécial RFHOM, no 232-2 331 976, p. 713-776 (736-744).

151 Dans les actes du colloque dirigé par C. Coquery-Vidrovitch et H. d’Almeida-Topor, L’Afrique et la crise de 1930, no spécial RFHOM, no 232-233, 1976, p. 555-573.

152 Les archives Ancel ne permettent pas de dire si les lots sont achetés à la CFSO ou s’il s’agit d’importation à la commission. Depuis longtemps Ancel effectuait pour elle des opérations de dédouanement (ADSM, 40JP297, 1934). La CFSO était née en 1911 du regroupement de sociétés concessionnaires au Congo. C’est elle qu’André Gide « épingle » dans sa relation de voyage.

153 Exemple : chargement de l’Aquitaine 6, de Côte-d’Ivoire et d’AEF (6-03-1950 CCATCH), ou du Cernay, arrivé à Dunkerque le 14-10-1949 avec 22 000 sacs de café.

154 Elle vaut aussi à l’inverse pour les entreprises bicéphales havro-marseillaises comme les Comptoirs Dufay et Gigandet.

155 Revue Café Vert, avr. 1954, p. 8.

156 40 JP 338*, opérations diverses. Localisation : AEOM.

157 Lettre du président de la Société caféière africaine au Havre à son directeur à N’Kongsamba, le 14-05-1959, archives privées. Le propriétaire de la plantation serait un certain Arusso.

158 40 JP 33 *, 1952

159 AFL, chargements du San Mateo, oct.-déc. 1 951 004-3828, le Saint-Bertrand, déc. 1 952 004-3832 (Ancel reçoit du rhum au Havre, mais aussi à Bordeaux) ou lie d’Aix, avr.-août 1955, 004-3825.

160 Les filiales n’ont pas communiqué leurs bilans à la Banque de France, ce qui limite la lecture de leurs performances (Banque de France, 1957).

161 Rapport d’inspection de la Banque de France sur la succursale du Havre, 1965.

162 Ancel aurait connu des difficultés en 1959. « GDP prétend avec le sourire qu’ils ont perdu 100 millions sur divers produits. La note a dû être sévère pour amener une maison de cette classe à licencier du personnel », archives SCA, coll. privée, 20-03-1959.

163 Revue Le Café, no 252, juif 1971, p. 10.

164 La SMAC Tamatave a été créée en 1962 par le rachat de l’usine Berger et Cie, qui traitait les cafés kouillous de marque Maduni.

165 En 1962, Valentin et Cie, SARL de 7,5 millions CFA, importe produits alimentaires et tissus et exporte les produits locaux (AEOM, 1963).

166 Cf. J. Suret-Canale, Afrique et capitaux, géographie des capitaux et des investissements en Afrique tropicale d’expression française, Montreuil-sous-Bois, L’Arbre verdoyant, 1987, p. 287, d’après Marchés tropicaux. On ne compte aucun Havrais dans les 6 sociétés de traite citées dans ces deux pays en 1971, mais 3 des 9 « exportateurs spécialisés » sont havrais.

167 R. Robin, « Une société d’import-export en AOF, 1924-1939 », L’Afrique et la crise de 1930, RFHOM, 1976, p. 544-553.

168 « En réalité, il s’appelait Friedrich Willems, il était né à Mayence, mais j’ai entendu la génération de mon père, celle qui a fait la guerre de 1914, dire que ce grand-père était rhénan et non pas allemand, et qu’il était né à Mayence lorsque Mayence était chef-lieu de département. C’était vrai, mais enfin il était bel et bien allemand. » H. Raoul-Duval, Négoce international et places maritimes. Les Conférences du CIRTAI, université du Havre, 30-11-1987, brochure.

169 Edmond Raoul-Duval est le fils aîné d’Edgar Raoul-Duval, président de la Cour d’appel de Bordeaux en 1861, conseiller municipal de Rouen en 1870, député de Bernay, propriétaire du château du Vaudreuil, et dont le grand-père maternel n’est autre que l’économiste JeanBaptiste Say. Cf. B. Bodinier et C. Cornu, « Un précurseur de la droite républicaine : Edgar Raoul-Duval (1832-1887) », Revue d’Histoire moderne et contemporaine, no 46-4, déc. 1999, p. 680-712.

170 H. Raoul-Duval, Négoce international...

171 Exemple : revue maritime JDH, 4-09-1866.

172 AFL 002 3248, avaries du navire Recherche, 24-07-1933,1422 sacs pour 225 000 F.

173 Siège : 20, rue de Mogador, Paris, capital 1,2 million de francs, président M. Henri Picot. Annuaire financier France-Extrême-Orient, 1922.

174 Dédouanés aux docks par Ancel, ADSM, 40JP297*. Répertoire des opérations en douane.

175 « Du jour où on s’est établi et devenu leur concurrent, ils ne nous ont plus chargés de vendre leurs produits. »

176 Bilan au 31-12-1947 présenté dans C. Malon, Le Havre colonial..., annexe 223, vol. 4.

177 Alors que pour beaucoup d’importateurs les fonds propres sont généralement très inférieurs aux dettes : Sinteroc 28 % des dettes, Traumann 25 %, pour Raoul-Duval ils représentent 50 % (Banque de France, 1965).

178 H. Raoul-Duval, Négoce international...

179 « Il commençait à y avoir des gros torréfacteurs, mais très peu à l’époque. Aujourd’hui, pour le même circuit, que se passe-t-il ? Sur le plan de la production, pas de changement. Par contre, pour l’exportation : un exportateur qui est notre filiale et nous, sans aucun autre intermédiaire. Et nous traitons ensuite directement à la grande torréfaction sans autre intermédiaire que le téléphone. » H. Raoul-Duval, Négoce international...

180 Entretien du 16-03-1999 avec H. Raoul-Duval.

181 Marchés coloniaux, no 135, spécial Indochine, 12-06-1948.

182 Annuaire national de la Côte-d’Ivoire, 1965, p. 160.

183 AFL 002-3239, avaries du Saint-Valéry, août 1948, 1020 sacs de riz, valeur 1 263 534 F.

184 Chargement navire Sontay, avarié 6-01-1947, chargement de 900 balles pour Van Eephen, valeur 10 290 900 F, pour Landauer 660 balles valeur 4 960 098 F. AFL 002-3250.

185 Chargement du D’Artagnan, incendie à Shangaï, 20-01-1941, 91 balles pour 62345 F-AFL 002-3231.

186 Chargement du Vercors, 31-03-1951, pour 2,3 millions de francs. AFL 002-3252.

187 Entretien du 16-03-1999 avec H. Raoul-Duval. L’intégralité de l’entretien est présentée dans C. Malon, Le Havre colonial..., annexe 223, vol. 4.

188 Cf. C. Coquery-Vidrovitch, courbe des profits et du taux de profit de la SCOA de 1910 à 1960, dans « L’impact des intérêts coloniaux : SCOA et CFAO dans l’Ouest africain, 1910-1965 », Journal of African History, 1975, p. 595-621, repris dans « Les changements économiques en Afrique dans le contexte mondial (1935-1980) », in L’Histoire générale de l’Afrique, t. VIII, L’Afrique depuis 1935, Paris, Unesco, 1998, chapitre 11, p. 339.

189 De 24 % du total en 1955 à 15 % en 960 puis de 10 % en 1964 à 4 % en 1973, 0 % en 1980. R.E. Grupp, Legrand commerce et l’Afrique... C’est le chiffre d’affaires automobile – magasins – équipement qui assure désormais les revenus de la société.

190 Cité par J. Suret-Canale dans Afrique et capitaux.

191 Leurs problèmes ne sont pas sans rappeler les difficultés de l’huilerie coloniale marseillaise, liées au cycle de l’arachide, jusqu’au détail des contraintes de la mise en bouteille.

192 Paradoxalement, les origines du commerce international du café de colonie à l’étranger ne sont pas libérales mais protectionnistes. L’envoi de café ivoirien vers les USA fut initié par la contrainte du jumelage, imposée par la politique des Caisses de stabilisation et du ministère de la France d’outre-mer. Si par exemple, les TOM produisaient 140 000 tonnes et si les besoins de la métropole étaient de 120 000 tonnes, il fallait trouver un système pour vendre 20 000 tonnes sur le marché étranger dans l’intérêt de la production coloniale, mais à un prix inférieur parce qu’aligné sur le marché mondial (explication donnée par J.-P. Binet, entretien du 7-06-2000).

Table des illustrations

Titre Tab. 2 – La distribution des établissements selon la catégorie et l’activité
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7194/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Légende Fig. 1 – Les trois types dominants de l’entreprise coloniale au Havre (calculs d’après l’inventaire des 310 entreprises)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7194/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende Fig. 2 – Les effectifs comparés des entreprises coloniales par spécialités
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7194/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende Fig. 3 – La distribution par spécialités des principaux types d’entreprises (en abscisse le type, en ordonnée le nombre d’établissements)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7194/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Légende Fig. 4 – Les flux de création des entreprises coloniales au Havre de 1880 à 1960 (lire 1880 : nombre d’entreprises créées de 1880 à 1884) (Répertoire des entreprises coloniales au Havre, vol. 5)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7194/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende Fig. 5 – L’évolution de la densité des entreprises coloniales, toutes catégories confondues au Havre de 1880 à 1960 (Répertoire dans C. Malon, Le Havre colonial..., vol. 5, calcul d’après la matrice visuelle en annexe 221, vol. 4)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7194/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende Fig. 6 – La répartition des grandes catégories d’activité dans les trois cohortes d’entreprises (les entreprises nées avant 1880 ont été intégrées à la première cohorte)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7194/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende Fig. 7 – Le comportement des trois cohortes au cours de la période 1880-1960 dans le secteur des entreprises de Place
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7194/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende Fig. 8 – Le comportement des trois cohortes au cours de la période 1880-1960 dans le secteur des entreprises à la colonie
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7194/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Tab. 5 – La ventilation des entreprises de l’inventaire selon l’indicateur de taille (en millions de francs constants 1938) calcul portant sur 299 entreprises
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7194/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Légende Fig. 9 – Le capital des entreprises coloniales au Havre
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7194/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende Fig. 10 – Une clique du réseau colonial havrais
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7194/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende Fig. 11 – L’organigramme de la Compagnie cotonnière
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7194/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende Fig. 12 – La distribution des positions d’affaires de Georges Raverat (ADSM, TCH 6U6 et Annonces légales de la presse havraise 1890-1940)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7194/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende Fig. 13La distribution des positions d’affaires de Hermann Du Pasquier (1864-1955) (ADSM, TCH 6U6 et Annonces légales de la presse havraise)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7194/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende Fig. 15Les résultats de la Compagnie française d’études et d’entreprises coloniales de 1914 à 1921, convertis en francs 1914 (d’après l’Annuaire financier France-Extrême-Orient, p. 341)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7194/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Tab. 15 – Les liens des entreprises havraises avec les grandes régions de l’Empire et leur ventilation par type
Légende Sources : calcul effectué à partir de la rubrique « contacts » de l’inventaire des entreprises.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7194/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Légende Fig. 16 – La localisation d’entreprises havraises à Madagascar, 1900-1930
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7194/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende Fig. 17 – Les ventes de la maison Habert (en francs constants 1938) (Livre-journal, AMH, 515 W)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7194/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende Fig. 18 – La maison Habert, à l’angle des rues Franklin et Doubet (actuelle rue Paul Souday)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7194/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Légende Fig. 19 – Les bénéfices distribués de la maison Habert, 1933-1957 (en francs constants 1938) (Registre des décisions, AMH, 515 W)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7194/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Tab. 25 – L’activité de la maison exprimée en hectolitres d’alcool pur
Légende Sources : carnet de bord, coll. privée et AMH, 515 W.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7194/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Légende Fig. 20 – Les origines de la maison Daniel Ancel fils, 1782(État civil du Havre, AMH, Histoire des rues du Havre, Charles Vesque, et ADSM, 40JP)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7194/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende Fig. 21 – L’évolution du bilan de la maison Ancel de 1905 à 1938 (en francs constants 1938) (d’après ADSM, 40JP73 à 103, Journal)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7194/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende Fig. 22-L’évolution du chiffre des ventes de la maison Ancel de 1925 à 1938 (en milliers de francs constants 1938) (calculs d’après ADSM, 40JP)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7194/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende Fig. 23 – Les bénéfices distribués de la maison Ancel de 1880 à 1905 (en francs courants) (ADSM, 40JP, écritures d’inventaire)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7194/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende Fig. 24 – Les bénéfices de la maison Ancel de 1900 à 1938, lacune de 1929 à 1933 et en 1937(en francs constants 1938)(ADSM, 40JP71 à 101 et Banque de France pour 1934 à 1936)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7194/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende Fig. 25 – Les opérations d’achat de la maison Ancel en 1947(en millions de francs courants)(d’après le rapport de l’inspecteur de la Banque de France, 1948)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7194/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Tab. 34 – Les résultats de la maison Ancel de l’avant-guerre au début des Indépendances, activité négoce, à l’exclusion, pour 1961-1963, du bilan des filiales et du chiffre des consignations de la maison mère pour ces dernières (chiffre d’affaires et bénéfice exprimés en francs constants 1938)
Légende Sources : ADSM, 40JP et Banque de France.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7194/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Légende Fig. 26 – L’évolution des fonds propres de Raoul-Duval et Cie de 1949 à 1953 (en millions de francs courants) (d’après Banque de France, 1955)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7194/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Tab. 40 – La situation comparée des maisons Raoul-Duval et Ancel au temps de l’Union française (en millions de francs courants)
Légende Sources : calculs d’après les rapports d’inspection de la Banque de France, 1955.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7194/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Fig. 27-La Société havraise africaine de commerce, fondée par Raoul-Duval à Abidjan en 1952
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7194/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 158k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540