Version classiqueVersion mobile

Le Havre colonial de 1880 à 1960

 | 
Claude Malon

IIe partie. Les entreprises coloniales

Chapitre 5. Moments et mouvements stratégiques de l’entreprise havraise en direction de l’Empire colonial, de 1880 à 1960

Texte intégral

1La participation havraise au grand mouvement concessionnaire de 1899 a été largement sous-estimée. S’il est vrai que quelques tentatives isolées en Afrique occidentale française n’ont guère donné de résultats, la mobilisation de capitaux havrais en Afrique équatoriale fut modeste mais bien réelle. Elle détermina des positions influentes qui jouèrent à la génération suivante, un rôle directeur dans la stratégie impériale du coton. À ces entreprises volontaristes, la Place du Havre ajouta un effort de conversion de son appareil économique aux contraintes de la protection coloniale et aux possibilités de nouveaux réservoirs. Elle sut se placer au cœur du réseau des bois africains et conquérir des positions enviées dans la captation du café à la colonie. Si l’industrie havraise à la colonie ne compte que de rares expériences, les industriels de la Place eurent par des modalités différentes de Marseille, eux aussi, leur « outre-mer ».

Les Havrais dans le mouvement concessionnaire 1890-1914

L’engagement havrais dans le Congo des compagnies concessionnaires en 1899

  • 1 JO, 2-07-1899. Les concessions furent accordées en vertu du sénatus-consulte du 3 mai 1854, du décr (...)
  • 2 Sur les compagnies concessionnaires, voir notamment : C. Coquery-Vidrovitch, Le Congo au temps des (...)
  • 3 La Société du Haut-Ogooué n’est pas havraise, mais elle est ponctuellement liée à la Porte Océane : (...)

2Parmi les quarante concessions1 accordées en 1899 sur des territoires correspondant aujourd’hui au Centrafrique, au Gabon et au Congo, quatre ont un lien direct avec Le Havre2. Les entreprises à direction ou à capitaux havrais sont la Société de l’Ibenga, la concession La Kotto, la Compagnie des Sultanats du Haut-Oubangui, les Factoreries de N’Djolé3.

Fig. 1 – Concessions au ier janvier 1900. Les Havrais sont fondateurs des sociétés concessionnaires no 6, 17, 35 et coadministrent la concession no 39.

Genèse des sociétés concessionnaires à capitaux havrais

3Une dizaine de concessions, consenties en général pour une durée de cinquante ans, sont signalées par le Comité de l’Afrique française en 1895. Il s’agit notamment de la concession de Casamance (1889) attribuée à Albert Cousin, de la concession forestière Verdier, en Côte-d’Ivoire (1893), de la concession du Fernan Vaz au Congo en 1894, de la concession des îles Kerguelen attribuée au Havrais Bossière en 1893. Les concessions de 1899 sont accordées sur des territoires vastes, mal connus, où n’existe pas un réseau de comptoirs comparable à celui qui fonctionne déjà au profit des Anglais, des Marseillais ou des Bordelais sur les côtes de l’Afrique occidentale. La faible présence des Havrais dans l’implantation à la colonie africaine occidentale avant 1900 contraste avec l’appétit que suscite, sur la Place normande, la vague concessionnaire en Afrique équatoriale.

La Société de l’Ibenga ou l’axe Havre – Nord – Belgique

  • 4 CAOM, 8-Q-61

4Ernest Siegfried, Georges Raverat, Lucien Mellier, trois hommes d’affaires havrais, et Arthur Dessort, de Cambrai, formulent une demande de concession territoriale au Congo. Arthur Dessort, céréalier propriétaire de 185 ha et porteur de 35 médailles agricoles, fait intervenir Paul Bersez, député du Nord et le sénateur Maxime Lecomte, un parent, auprès de Guillain, ministre des Colonies. Dessort adresse à de Lamothe, commissaire général du Congo français à Libreville, une demande de concession de 40 000 ha dans la région de Brazzaville « pour la plantation des cafés, cacaos et vanilles et l’exploitation de la liane caoutchouc », le 12 septembre 1898, et, le 15 mai 1899, une demande de 10 000 ha « pour faire des plantations, de l’agriculture et de l’élevage ». Dans une lettre du 21 novembre 1898, il affirme : « Je puis justifier de nombreux capitaux. »4 La demande est transmise à la commission des concessions.

  • 5 CAOM, fm-sg-gcog/XV/30. Dossier 63.

5Les quatre hommes d’affaires sont autorisés à s’établir pour trente ans sur le bassin de la Rivière Ibenga et ses affluents et sur une superficie de 100 ha à Mandjimbo, dans les terrains non encore occupés par l’administration ou par des particuliers. Les quatre personnes sont solidairement responsables d’une société anonyme, constituée pour un capital d’au moins 1 500 000 F. Le 25 juin 1899, elles demandent substitution à la première société de cette SA au capital de 2 250 000 F, dont les statuts sont établis chez Mes Hellouin et Théret, notaires au Havre, le 20 avril 1899. Le 17 juin a lieu l’assemblée constitutive. Le 13 juillet 1899, le siège social est transféré du Havre, Palais de la Bourse, à Paris, 23 rue Taitbout5.

La concession La Kotto, une affaire havraise

6La demande est formulée par Rémy Martin, négociant charentais, Gaston Boulet, négociant rouennais, A. Mahieu, industriel à Armentières, et Henri Génestal, futur maire du Havre, négociant spécialisé dans le commerce des grains et représentant de plusieurs compagnies de navigation d’Europe du Nord. Le capital est fixé à 2 500 000 F. Le territoire concédé se situe à l’ouest de la rivière Kotto jusqu’au confluent avec l’Oubangui. Il couvre 3 700 000 ha.

La Société des Factoreries de N’Djolé, une stratégie havro-lilloise

  • 6 Chéradame avait trente et un ans. Cf. ADSM 2 E 70-1045, Acte Me Auger, 7-12-1899.
  • 7 JO, 7-01-1900, p. 90.
  • 8 CAOM, fm. sg. Gabon-Congo XV. Lettre de Guynet au ministre. Parlant de Monthaye : « J’ai pu appréci (...)

7Dite « concession Monthaye », du nom de son promoteur, cette société a son siège social au Havre, 55 rue Auguste Comte, et ses actionnaires sont manufacturiers du textile, à Lille, Armentières, Dunkerque, Béthune. Monthaye possédait une maison de commerce au Congo, probablement depuis 1894. Son agent à N’Djolé, Ferdinand Chéradame, était le propriétaire du terrain et du magasin. Il mourut le 7 juillet 1898, laissant un testament par lequel il cédait le tout à Monthaye : « Dans le cas de mort au service de votre maison, je vous le donne, car étant mort, je n’ai plus besoin de rien [...] Je ne vends pas ce qui ne m’a rien coûté. » 6 Gaston Monthaye-Havre affiche en 1898 un passif de 34 800 F pour un actif de 208 200 F. Son affaire avait réalisé un bénéfice de 91 500 F d’octobre 1897 à octobre 1898. La concession autorisée en décembre 18997 rassemble un capital de 600 000 F. Monthaye a bénéficié du soutien de William Guynet, délégué du Congo français au Conseil supérieur des colonies8, lui-même souscripteur pour 10 000 F. Située entre la rivière N’Gounié et les territoires de la Société du Haut-Ogooué, la concession Monthaye souffre de l’exonération de 50 % des droits de douane accordée à la SHO. Celle-ci, n’admettant pas d’être concurrencée sur la rive droite de la rivière Nyanga, avait dès 1898 fait intervenir Cabart-Danneville au Sénat. Selon l’avocat de Monthaye : « Si les capitalistes se sont intéressés de cette façon à la Société des Factoreries de N’Djolé, c’est qu’ils ne se trouvaient pas en présence d’une affaire à constituer de toutes pièces. Au contraire il existait sur le territoire concédé des établissements commerciaux en pleine prospérité et dont M. Monthaye aurait fait l’apport à la société. » La concession comprend des terres sur la rive gauche de l’Ogooué, 20 000 ha près de N’Djolé, et 2 ha pour établir des magasins dans la presqu’île Mandji au Cap Lopez.

  • 9 CAOM, Gabon-Congo-XV-53, lettre à Meunier, rapporteur de la Commission des concessions, Paris.
  • 10 CAOM, Gabon-Congo-XV-53.

8Monthaye est-il un précurseur ? C’est en tout cas un argument qu’il utilise dans sa lutte contre la concession Daumas, future Société du Haut-Ogooué. Dans une lettre adressée à la commission des concessions, il affirme avoir fait un voyage d’études au Congo en 1892 et organisé immédiatement une entreprise. « C’est à cette organisation que j’ai dû de réussir là où bien des maisons disposant cependant de capitaux très importants ont échoué. Ce travail était en grande partie exécuté avant le 17 novembre 1893, date du décret accordant la concession à M. Daumas. »9 Malgré l’aide d’un concessionnaire voisin, Gazengel, venu au Congo avec Brazza, il ne put faire annuler en 1898 le privilège de la SHO qui avait obtenu une concession de 11 millions d’hectares et « le monopole commercial sur le fleuve Ogooué »10. Monthaye s’estime d’autant plus lésé par les décisions en matière de concessions qu’il a cherché très tôt à concurrencer les factoreries anglaises et allemandes.

Malgré les circonstances défavorables où je me suis trouvé, j’ai lutté à N’Djolé avec avantage contre des maisons de commerce puissantes, telles que Woermann et Cie de Hambourg, Hatton et Cohlson de Liverpool, John Holt et Cie de Liverpool.

9Monthaye a probablement été un partisan du commerce libre « à la marseillaise », obligé de s’adapter au régime imposé sur cette partie du Congo :

  • 11 Lettre à Meunier, souligné par Monthaye.

Si j’en avais eu plus tôt connaissance, j’eusse certainement tourné mes vues vers une autre partie [...] de la côte d’Afrique où j’aurais pu développer librement mes affaires11.

Le potentiel des territoires concédés, l’exploitation agricole et commerciale

10L’exploitation des concessions repose sur un cahier des charges. La mise en valeur est fondée sur une économie de cueillette, et l’impôt constitue là une condition essentielle de l’échange.

Le cahier des charges

11Les conditions du cahier des charges sont identiques pour la quarantaine de sociétés concessionnaires. L’Ibenga paiera théoriquement une redevance fixe annuelle de 5000 F pendant cinq ans, 10 000 F les cinq années suivantes, 15 000 F de 1911 à 1930. La société devra souscrire aux obligations d’ordre général, notamment le respect de zones de chasse et de pêche pour les indigènes. Le cautionnement est fixé à 30 000 F. Les sommes dues à l’État sont fixées à 15 % des bénéfices. La Kotto devra 19 000, 28 000, 38 000 F. Elle devra contribuer pour 25 000 F à l’établissement de la ligne télégraphique de Brazzaville au Haut-Oubangui, pour le territoire qui la concerne. Dans tous les cas, les concessionnaires sont tenus par le cahier des charges, de mettre à flot un ou plusieurs bateaux à vapeur, susceptibles d’être réquisitionnés en cas d’expédition militaire par le gouverneur et pour le transport des sacs postaux.

Les ressources et l’économie de cueillette

  • 12 « Oubangui-Chari », Mission Hugues Le Roux, Paris, Imprimerie Cussac, 1918, p. 33.
  • 13 CAOM OMT, 8-Q-61, rapport GGC, 1-01-1910.

12À la lecture des différents rapports, on est frappé par le contraste entre la variété des ressources et le caractère étroit des intentions des concessionnaires, limitées à la recherche du caoutchouc et de l’ivoire. Attitude durable : en mission dans l’Oubangui Chari pour le ministre des Affaires étrangères en 1918, le Havrais Hugues Le Roux constate que pour la Compagnie des Sultanats aussi bien que pour La Kotto, l’ivoire et le caoutchouc sont les seuls produits qui intéressent l’exportation. À l’importation, il note : les tissus, le sel, la verroterie, la quincaillerie, l’outillage12. Sur le territoire de l’Ibenga, en 1909, les éléphants sont en très grand nombre. « Ils n’ont pas tendance à disparaître... la société ne fait pas chasser. »13 Le bois « n’est pas exploitable ». La forêt contient de grandes quantités de kola, le Nord est riche en copal. On trouve du café sauvage sur les rives de l’Oubangui et le tabac « vient très bien ». La société n’exploite pas l’huile de palme. Les cultures vivrières sont le manioc, le maïs, la banane. Les indigènes élèvent les poules et canards nécessaires à leur consommation. Les espèces de caoutchouc les plus répandues sont l’ireh et les lianes dites landolfia. En 1909 la société de l’Ibenga ne fait pas d’exploitation directe d’arbre à caoutchouc par manque de main-d’œuvre. Pourtant le même rapport fait état de débuts de plantation, environ 2000 pieds d’ireh en bon état sur 4 ha, superficie ridicule si on la compare à celle de la concession. Les concessionnaires sont tenus de planter jusqu’à la fin de la concession 250 nouveaux pieds de plantes à caoutchouc par tonne produite sur leur territoire.

  • 14 Rapport général du GGC, colonie de l’Oubangui-Chari, CAOM, 8-Q-63.

13La concession de La Kotto est riche en éléphants et en liane landolphia. La société n’exploite pas elle-même le caoutchouc, ce sont les indigènes qui saignent les lianes. On trouve aussi des acajous, quelques cotonniers, des palmiers à huile. Le café existe en grande quantité à l’état sauvage. Un rapport14 estime que « tous ces produits ne sont susceptibles d’aucune exploitation ». Les indigènes cultivent l’arachide dans la Basse-Kotto, le manioc, le maïs, la patate, la courge, récoltent le miel. Ils pratiquent l’assolement et le village se déplace quand la terre est épuisée. En 1910, la société emploie 92 travailleurs dont 13 agents européens.

Des transports rudimentaires

  • 15 Rapport de route de M. Sureau, garde principal commandant le détachement de milice du Moyen-Congo, (...)
  • 16 Rapport général, GGC, colonie de l’Oubangui-Chari, 8-Q-63.

14Sur l’Ibenga, les transports s’effectuent sur des pirogues, une baleinière et un bateau à roue acheté aux pères de la Mission belge de Bergues-Sainte-Marie. De dimensions modestes, 15 mètres de long, il peut porter 7 tonnes de marchandises. Il est mis en service le 17 août 1899, on le baptise Georges Raverat, après avoir confié le commandement à un jeune homme de dix-neuf ans. Le vapeur fait naufrage, entraînant la noyade du directeur de la société, Delpont15. La société La Kotto, dont le directeur réside à Kassa, fait elle-même ses transports par eau sur la Kotto et le Bongou. Mais « elle a reculé devant les quelques sacrifices que lui aurait coûtés au début l’acquisition de véhicules légers. Elle préfère s’en tenir au portage qui dans toutes ces régions est une lourde charge pour les populations »16.

Fig. 2 – L’une des dix mille parts bénéficiaires de la plus havraise des sociétés concessionnaires au Congo, La Kotto

Des méthodes musclées

  • 17 JO, 2-07-1899, p. 4384, Ibenga.
  • 18 Dont Georges Raverat est vice-président.

15Les principes énoncés par la loi sont vertueux : « Les mœurs, coutumes et religions et organisation des populations indigènes devront être rigoureusement respectées. Les agents du concessionnaire signaleront à l’administration les actes contraires à l’humanité dont ils seraient les témoins. »17 Les agents français de la société pourront exercer les attributions d’officiers de l’État civil. Le commerce des armes à feu est interdit, sauf autorisation du gouvernement « à se livrer au commerce des armes de traite sous le contrôle des agents de la colonie ». Dans la pratique, il en va autrement. Éric de Dampierre a étudié la genèse des Sultanats18 : les compagnies françaises substituent au commerce des Sultans avec les Arabes, interdit pour cause de traite des esclaves, leurs achats d’ivoire et de caoutchouc naturel que les Sultans font ramasser en brousse. Les Sultans touchent au passage une « subvention », en réalité une faible fraction de la récolte qui est apportée aux entrepôts royaux et revendue ensuite à la société. L’essentiel de la récolte des indigènes est échangé contre la pacotille des comptoirs. Non seulement le monopole commercial dont jouissent de fait les compagnies est contraire à l’Acte de Berlin, mais l’absence délibérée de tout effort de mise en valeur aboutira à la rareté des éléphants et aux récoltes de caoutchouc de plus en plus difficiles.

  • 19 Rapport de route de M. Sureau.

16Les informations recueillies dans les Archives d’outre-mer sur les sociétés havraises confirment cette collecte au moindre coût. Sur le territoire de l’Ibenga, on se préoccupe bien tardivement, dix ans plus tard, de conseiller techniquement les Congolais : « Les indigènes de la Haute vallée de l’Ibenga ont commencé à la fin de l’année 1909 l’exploitation du caoutchouc. »19 Audier, directeur de la société, dans une récente tournée a enseigné aux indigènes la façon d’exploiter le latex. « Les indigènes semblent avoir compris l’avantage pour eux à ne pas couper les arbres et les lianes. » Le personnel de l’entreprise est numériquement dérisoire par rapport à l’immensité du territoire concédé. L’Ibenga a établi deux comptoirs, à Empellé et Monbelley, gérés par des traitants indigènes. Le premier, sur la haute Ibenga est tenu par un Sénégalais, Momar N’Gaye, le second sur la moyenne Ibenga par N’Zappa. Ils sont contrôlés mensuellement par le directeur européen.

17Les sources manuscrites témoignent de tensions et de pratiques violentes. Sur les marges des concessions, on signale les incursions du sultan Sénoussi, des règlements de compte entre garde-pavillons belges et français. La Kotto se plaint que la Société du Kuango français vende des armes à tir rapide aux indigènes, mais elle pratique de même. On enregistre de nombreux décès parmi les agents européens. Le capitaine Mahieu, administrateur de la région du Haut-Oubangui, avoue au commissaire général :

  • 20 8-Q-63. Mobaye, 14-06-1901.

je ne suis pas tenté d’avoir de la pitié pour les agents comme ceux de la factorerie de Kassa qui ne voulant pas payer les indigènes, les réquisitionnent, les frappent enfin arrivent à faire ce qu’ils se sont permis à Kassa et dans les environs. Si le personnel européen ne vaut pas grand-chose, les sociétés ont intérêt à s’en débarrasser le plus tôt possible20.

  • 21 CAOM, G. Cog/XV/65.

18Mahieu précise dans son rapport : « Les agents européens de la factorerie de Kassa, Lanteigne et Perrin, pour se venger d’un vol de fusils ont attaqué le village, tué deux hommes, blessé une fillette, brûlé trois cases. »21 Un agent commercial envoyé sur l’Ibenga en 1902 dénonce également ces méthodes :

  • 22 Lettre de Georges Bonnel, agent commercial, 8 rue des Champs, Carcassonne, au ministre des Colonies (...)

J’arrivai dans cette concession le trois avril 1902 et tout d’abord je fus tristement étonné de trouver au poste d’Ibenga, transis, retenus comme prisonniers de par la seule autorité du Directeur, une douzaine de femmes et d’enfants qui avaient été razziés dans les villages environnant le poste. L’on me dit alors que c’était l’habitude et que lorsque les prisonniers devenaient gênants, on les déportait dans une île de la rive gauche de l’Oubangui où on les abandonnait. Je vis plus tard ainsi que vous en jugerez que l’on s’en débarrassait d’une façon plus sommaire et plus expéditive22.

Cueillir du caoutchouc pour payer l’impôt

  • 23 CAOM, rapport GGC1910, 8-Q-61.
  • 24 CAOM, 8-Q-63.

19Les factoreries de l’Ibenga « sont abondamment pourvues de marchandises... Le tort de la société est de persister à vouloir écouler des stocks de marchandises qui ne plaisent pas aux indigènes », dit le rapport de 1910. Ces indigènes ont bien des torts, surtout les nomades que l’on recrute, faute de trouver des autochtones : « Cette main-d’œuvre ne donne pas de résultats en rapport avec la dépense quelle occasionne. »23 Pendant l’année 1909, la société n’aurait exporté que de l’ivoire, trois tonnes, payé aux indigènes 8 F le kilo. L’Ibenga emploie 17 ouvriers de factorerie, et 14 ouvriers de plantation. Le salaire indigène est de 10 à 25 F par mois en argent, la ration en nature de 2,50 F par semaine. La ration hebdomadaire est ainsi composée : 2 kg de manioc, 0,4 kg de viande ou poisson, 15 g de sel, plus 100 g d’huile de palme par jour. Certes, il existe une pharmacie, et les plus malades sont dirigés vers Bangui. Dans les factoreries de La Kotto, trois au Sud, six au Nord, l’indigène trouve des marchandises « de qualité inférieure qui ont été achetées en Allemagne ou à Anvers ». Certaines étoffes « n’ayant plus cours encombrent inutilement les magasins, alors que les marchandises courantes telles que les étoffes bleues ou le sel font souvent défaut ». L’indigène obtient 1 kg de sel pour 1,5 kg de caoutchouc. Le rapport général pour l’année 190924 constate que la société « ne fait aucun effort pour répandre le numéraire dans sa concession ». L’enquêteur estime que la véritable raison de la non-diffusion du numéraire réside dans les prix de vente en espèces qui sont scandaleux, tout en affirmant « qu’il n’y a pas d’abus ». En 1910, parlant de la collecte des factoreries, son successeur précise que « les indigènes font du caoutchouc pour payer l’impôt, ce qui évidemment n’est pas suffisant. Et la société en leur conseillant simplement de s’acquitter de cet impôt reçoit dans ses comptoirs le caoutchouc quelle paye en numéraire ».

L’échec des stratégies concessionnaires

  • 25 A. Malraux, préface à SOS Indochine, d’Andrée Viollis, Paris, Gallimard, 1935, p. IX.

Le jeu des entreprises coloniales et de l’administration qui dépend d’elles, consiste à revendiquer pour l’action qu’elles exercent sur les indigènes la rigueur que l’État devrait exercer sur elles, et que précisément elles lui refusent25.

  • 26 A. Kourouma, Monné, outrages et défis, Paris, Le Seuil, 1990, p. 71.

Celui qui s’engage à tisser un coutil pour couvrir la nudité des fesses de l’éléphant s’est obligé à réussir une œuvre exceptionnelle26.

20Les résultats économiques de ces sociétés concessionnaires ne sont guère brillants. Il en va de même pour les affaires havraises en ce domaine.

Des entreprises peu rentables

Tab. 1 – Le capital engagé dans quatre sociétés concessionnaires havraises ou à participation havraise

Capital investi dans :

1899

1904

L’ibenga

2 250 000

La Kotto

2 250 000

Factoreries de N’Djolé

600 000

900 000

Sultanats

9 000 000

Sources : CAOM, 8-Q.

21Malgré l’importance des capitaux engagés, l’Ibenga n’est pas en mesure de distribuer des dividendes.

Tab. 2 – Le déficit de l’Ibenga de 1900 à 1909

1900 déficit

348 327,96

1901 déficit

122 681,82

1902 déficit cumulé

698 249,56

1903 déficit

83 820,41

1904 déficit cumulé

782 069,97

1906 déficit

117 464

1906 déficit cumulé

1 083 141

1909

pertes : 30 582 F, recettes : 50 000 F

Sources : CAOM, 8-Q-61.

  • 27 8-Q-61, CGCF-Charles Roguoy, contrôle des concessions, 4-12-1909.
  • 28 CAOM, GGC 8-Q-61.
  • 29 Papiers Brazza. AG du 21-12-1904. La Vie financière du 22-12-1904.
  • 30 CAOM, 1 Affpol-2858.

22Sur l’Ibenga, il a fallu attendre la soumission des Enyellés, des Mindjous et des Monpoutous pour récolter 300 kg d’ivoire par mois à partir d’août 190927 La première recette est réalisée en 1909 : 50 000 F, somme ridicule après dix ans d’exploitation. Si bien que lors de l’assemblée du 23 décembre 1909, l’Ibenga, « suivant l’exemple d’autres sociétés concessionnaires, paraît décidée à renoncer à la mise en valeur de la totalité des territoires qui lui furent accordés, en vue d’une exploitation plus rationnelle »28. La production en 1909 de cette concession, selon le rapport du commissaire du gouvernement Jean Weber le 30 janvier 1911, est de 2706 kg d’ivoire au prix de 69 485 F, de 50 kg de caoutchouc et 202 kg de copal. Les affaires de La Kotto sont meilleures, en apparence. Elle obtient en 190 311 tonnes de caoutchouc et 22 tonnes d’ivoire29. Sur son domaine, 30 000 pieds ont été plantés en 1904 et les 5 000 pieds existants ont produit 33 tonnes de caoutchouc pour l’exportation. En 1912, la concession comporte 15 plantations soit 74 450 pieds. La plantation de Kassa en représente à elle seule la moitié. L’ivoire provient du Dar Kouti. Mais à terme les « embarras financiers » contraignent la compagnie, en 1915, à « faire abandon à la colonie de son cautionnement pour pouvoir s’acquitter de ses redevances »30.

  • 31 Gabon-Congo XV, AG du 20-12-1904.
  • 32 Annonces de chargements, JDH, 1900-1910.
  • 33 CAOM, 1 Affpol-2858.

23Malgré l’héritage d’une maison bénéficiaire, la Société Monthaye, la Société des Lactoreries de N’Djolé affiche en 1904 un déficit de 13 000 F. Cependant le rapport du commissaire du gouvernement au ministre est optimiste. En effet les exportations en 1902 s’élevaient pour 15 mois à 240 000 F et en 1903 à 300 000 F pour 12 mois31. Les arrivages sur le port du Havre pour le compte de Monthaye sont réguliers32. Il s’agit d’ivoire, le plus souvent. Cela dit, le bilan est maigre. En 1909, un rapport de la 2e section de l’AEL sur les Factoreries de N’Djolé affirme que : « Les conditions dans lesquelles la société exploite le terrain concédé donnèrent lieu aux plus vives critiques de la part de l’administration. » Au 31 décembre 1909, la compagnie avait seulement créé sur ses 20 000 ha, « une factorerie, deux comptoirs et trois sous-comptoirs et n’avait planté que 799 plants de caoutchouc depuis l’origine là où elle aurait dû en planter 30 362 »33. Après une mise en demeure en avril 1911, l’assemblée des actionnaires votait la dissolution anticipée.

  • 34 C. Coquery-Vidrovitch, Le Congo au temps des grandes compagnies concessionnaires..., p. 341.

24La Compagnie des Sultanats du Haut-Oubangui, dont Georges Raverat est vice-président, est la seule qui paraît en mesure de distribuer des dividendes. Elle a été analysée comme l’exemple même de l’économie de pillage34. En 1918, elle abandonne les 3/5 de sa concession, réduit son capital de 9 à 6,5 millions de francs.

25Des administrateurs belges ou havrais qui se réunissent à Paris, une marchandise qui transite par Le Havre ou Anvers, une exploitation qui se fait à des milliers de kilomètres dans des territoires mal connus, des administrateurs en conflit, telle est l’image qu’offre l’Ibenga. Les administrateurs de sociétés, constatant les déficits des premières années, cherchent des responsables, pour ne pas remettre en cause leur système : en 1903, ceux de l’Ibenga voient dans « l’insurrection » une première cause.

  • 35 AG. du 16-07-1903, CAOM, Papiers Brazza.

La seconde cause réside dans l’horreur que toute cette population a de faire du caoutchouc. Cette horreur s’explique par un atavisme et une tradition de paresse pieusement conservée, contre lesquels on ne saurait trop réagir, mais aussi par le peu d’avantages que l’indigène trouve à récolter et préparer le caoutchouc35.

26L’impôt de capitation et les abus liés à sa collecte sont timidement évoqués :

  • 36 CAOM, rapport Lemoine, 3-07-1904, 8-Q-61.

Le C.A. attribue cette insuffisance de produits, d’une part à l’agitation causée dans la région par la perception de l’impôt, d’autre part à la mauvaise volonté et l’incapacité de ses agents36.

  • 37 CAOM, Papiers Brazza, 16 PA, c. 4. De Leusse à Brazza.
  • 38 J. Thobie, Histoire de la France coloniale, Paris, Armand Colin, 1990, tome 1, p. 719.

27Les abus des sociétés concessionnaires provoquèrent pourtant une réaction d’indignation en métropole et furent à l’origine de la dernière mission de Brazza, qui rencontra alors l’hostilité de la presse coloniale. Une contradiction existait, pour des raisons stratégiques, entre l’administration et certains concessionnaires, voire entre concessionnaires eux-mêmes, sur les modalités d’application de l’impôt. En effet, l’administrateur-délégué de La Kotto, De Leusse, écrit en 1902 à Brazza, qui est à ce moment commissaire général à Brazzaville : « Ce serait une grande faute d’établir un impôt dans ces régions avant que la paix n’y règne complètement, avant que l’action des compagnies ait porté ses fruits, c’est-à-dire avant longtemps encore. »37 Or cet impôt fut élaboré par le ministère, en parfait accord avec l’Union congolaise française, Syndicat des sociétés concessionnaires38. À cette date, le futur président de la chambre de commerce du Havre, Georges Raverat, était en même temps président de l’Union congolaise et administrateur de La Kotto.

Havrais et Belges de l’Ibenga : le divorce

  • 39 L’assemblée du 4 juin 1902 s’émeut d’une action menée contre l’Ibenga par La Kotto, « pour particip (...)

28L’Ibenga était une société franco-belge. Le conflit fut immédiat. Dès l’élection du nouveau conseil d’administration le 27 septembre 1900, les Havrais sont « révoqués de leurs fonctions par une majorité représentant les sociétés belges, La Loangé, le Comptoir commercial anversois ». Raverat cède sa place à Hureu de Ligny à la présidence et William Guynet fait son entrée. Les requérants du belge de Wégimont, propriétaires de 2262 actions, ont engagé une action judiciaire contre la « confusion de comptabilité » et les détériorations de marchandises envoyées au Congo pour le compte de l’Ibenga, dont les Havrais sont jugés responsables. On leur reproche surtout de s’intéresser davantage aux intérêts de La Kotto. Dès 1902, un certain nombre d’actionnaires demandent la dissolution de la société39.

  • 40 CAOM, rapport Lemoine du 3-07-1904, fm-sg-gc/30.
  • 41 Voir en annexe de la thèse la copie de ce rapport, CAOM, sg-gcg : XV : 30, dossier 63.

29La mauvaise situation de la société Ibenga n’était pas seulement due à l’insuffisance des produits. Il s’agissait aussi d’un conflit de méthode. Elle résultait aussi de « l’agitation causée dans la région par la perception de l’impôt »40, ou plus simplement encore de la résistance rencontrée pour installer la concession dès l’origine de son exploitation. Un rapport rédigé par la majorité belge des actionnaires pour justifier l’éviction de la direction havraise débute en ces termes : « À la date du 10 février 1900, MM. Raverat, Siegfried, Meja et Mellier, administrateurs de la Société anonyme Ibenga, adressaient à leurs collègues une longue note dans laquelle ils proposaient de prendre possession au moyen de la force armée du territoire de l’ibenga. »41

30Les Belges Brocqueville et de Wégimont sont hostiles à l’occupation militaire. « L’expérience a montré que l’intervention de la troupe armée a pour résultat de faire fuir les indigènes ou de faire couler le sang. » Ils accusent « l’ignorance des choses d’Afrique » de Raverat qui « avait en outre proposé de procéder au bornage de la concession de deux millions un quart d’hectares ». Pourtant, en 1902, les Belges, devenus maîtres de l’entreprise, adoptent à leur tour semblable attitude :

  • 42 AG extraordinaire du 16-07-1903

une insurrection a été faite en mai sur nos territoires. La répression qui était absolument nécessaire a été faite par une compagnie de Sénégalais, mais elle a eu pour conséquence d’éloigner une grande partie des indigènes42.

  • 43 PV du 30-06-1904.
  • 44 CGC 8-Q-6i-Ag 16-11-1908. Un an plus tard, il remercie le ministre pour l’envoi de « forces suffisa (...)

31En 1904, l’Assemblée générale décide que la concession sera continuée. L’opposition s’accroît entre dirigeants français et belges. Georges Raverat déclare au sujet du nouveau conseil d’administration : « Laissez-les s’empêtrer ! »43 L’ancien allié Dessort est traité dans ce document d’« âme damnée » du groupe belge. Les Havrais conservent des positions, modestement actionnaires. En 1906, la moitié du capital a été rongé par le déficit. Du Vivier de Streel occupe la présidence quelques mois. L’administration est désormais assurée par des hommes d’affaires de Roubaix (Achille Delattre est président), Jeumont, Paris, Liège, et Anvers. En 1907, les opérations financières sont nulles. Le Gouvernement du Congo français annonce au ministre des Colonies qu’il n’existe plus de factorerie dans le territoire attribué à l’Ibenga dont le président réclame la « pacification des territoires contre un état permanent de révolte »44.

La fin des sociétés concessionnaires à capitaux havrais

32Douze années après leur fondation, les entreprises concessionnaires sont restructurées. Les dirigeants de l’Ibenga considèrent alors que leur société « aura beaucoup à gagner à la fusion avec la Société de la Sangha (la Compagnie forestière Sangha-Oubangui). Une part de 300 000 F lui est reconnue dans le futur capital de 12 millions, soit un quarantième des bénéfices ». Le territoire de la concession passe en partie sous souveraineté allemande en 1911, répercussion des négociations sur le Maroc. La Société des Factoreries de N’Djolé disparaît elle aussi, dissoute en 1911. Elle obtient, par une convention avec l’État, 15 000 ha, plus un droit d’exploitation forestière quelle afferme en 1912 à un certain Meyer, fusionne avec la SAFIA et devient à terme la CEFA, Compagnie d’exploitations forestières africaines en 1924.

  • 45 Convention et décret du 1-06-1918.
  • 46 CAOM, Agefom 61-2, Sociétés concessionnaires en AEF, 1923-1950.

33En 1919, sur la cinquantaine de sociétés concessionnaires, ne restaient sous le régime de 1899 que dix entreprises dont La Kotto et les Sultanats. Les avantages obtenus contre l’abandon du privilège sont considérables et permettent une reconversion dans l’exploitation du bois, avec de nouveaux statuts et de nouvelles alliances. Les avantages sont identiques pour La Kotto qui renonce au privilège en 1918 et obtient 6965 ha en toute propriété45. C’est seulement après 1914 que La Kotto semble s’être préoccupée de la création de plantes vivrières, mil, maïs, sésame, patates. La culture du riz, en 1920, « commence à intéresser les indigènes »46. Parallèlement, la société travaille à l’extension de ses plantations de caoutchouc. De 1914 à 1920, elle a progressé de 80 000 à 2 000 000 de pieds. Ses exportations de 1920 s’élèvent à 164 tonnes de caoutchouc (16 fois plus qu’en 1903) et 8 tonnes d’ivoire. Depuis 1915, elle plante du café. Les coloniaux de la Porte Océane et d’abord ceux de la Compagnie cotonnière, les Siegfried et les Senn, conservent ici leurs positions. La plus havraise des compagnies concessionnaires se reconvertira bientôt en entreprise du coton de l’Oubangui.

Les Havrais et la vague concessionnaire : bilan

34Les perspectives ouvertes par la conquête coloniale en Afrique n’ont pas seulement mobilisé des négociants en grains et en cotons au Congo, à la recherche du caoutchouc. Il est aussi d’autres intentions, pour d’autres territoires.

Quelques tentatives isolées

  • 47 Le dossier au CAOM ne contient que la mention de ce comptoir.
  • 48 CAOM, fm-sg Soud/XV/1-3. Lettre de Louis Ambaud au sous-secrétaire d’État aux colonies, 3-10-1892.
  • 49 Cf. Lettres au ministre des Colonies, 5 et 14-05-1897, signées André Mandeix pour Ambaud frères.

35Les échecs étant aussi significatifs des intentions stratégiques que les réussites, trois tentatives seront ici brièvement évoquées : celles de Louis Ambaud, Daniel de Saumery et Ernst Bunge en Afrique. Louis Ambaud, de la maison Ambaud frères, Union des Chargeurs coloniaux, spécialisée dans l’importation des rhums et sucres antillais, dispose d’un comptoir à Kita, au Soudan47. En 1892, il argue d’une perte de 200 000 F à cause d’un cyclone à la Martinique, pour tenter d’obtenir sans succès « le transport jusqu’à Kayes ou jusqu’au point du fleuve Sénégal accessible aux bâtiments qui chargent pour l’État. Les navires de ma maison – dit-il – ne vont pas dans ces contrées ». Faisant état des conseils de son ami le colonel Archinard, il demande même l’exemption des droits de douane pour ses marchandises à Saint-Louis du Sénégal. « Je n’ignore pas que mes risques sont grands. Ils deviendraient exagérés s’il fallait y ajouter dès le début et avant d’avoir tenté toute affaire, des frais énormes de transport et de douane pour des marchandises dont la bonne arrivée sur les lieux de consommation est problématique. »48 II semble que cette affaire se soit terminée en 1897, avec la liquidation à Kayes de la Société Duport et Cie dont Louis Ambaud était commanditaire pour 55/60 du capital49.

  • 50 CAOM, fm-sg, Soud/XV/5.
  • 51 ADSM, 4 M 865. Demandes de concession. 11 mars 1899.
  • 52 Informations tirées de Pierre Campredon, Entre le Sahara et l’Atlantique. Le Parc national du Banc (...)

36Daniel de Saumery, propriétaire de plantations à la Guadeloupe, en particulier des « habitations » de la Société coloniale havraise (Nogent, Durieu, Daubin, dans la commune de Sainte-Rose), sollicite le 27 juillet 1899 une concession dans le Sultanat de Rafaï50. Il promet au directeur des Affaires d’Afrique de consacrer un million et demi de francs à la mise en valeur. Il donne comme garantie l’appui du groupe financier havrais qui administre avec lui deux entreprises à la Guadeloupe. Ce n’est certainement pas une coïncidence si la concession demandée est proche de La Kotto et si Raverat et Siegfried font partie du groupe financier évoqué. Sa demande ne semble pas davantage avoir abouti, même si elle témoigne du même bel appétit, que celle d’un autre Havrais, Ernst Bunge. Ce négociant qui « gagne bien sa vie mais n’a pas de fortune » est d’origine hollandaise. Il a été naturalisé français en 1892. En mars 1899, il demande que lui soit concédée l’île d’Arguin, sur la côte mauritanienne, à une cinquantaine de kilomètres au sud du Cap Blanc51. Cette île, occupée successivement par la Compagnie française des Indes, les Maures, les Hollandais et à nouveau les Français, eut quelque importance tant qu’elle était située sur la route du commerce de la gomme. Viennent les Anglais qui bientôt restituent l’île aux Français. C’est alors que le nouveau personnel de la colonie fait naufrage sur le banc d’Arguin, moment immortalisé par Géricault en 1819 dans Le Radeau de la Méduse. En 1880 une Compagnie des Pêcheries de l’île d’Arguin obtient l’île pour quatre-vingt-dix-neuf ans, mais la rétrocède six mois plus tard à La marée des Deux Mondes. Celle-ci périclite deux ans plus tard. Le bail sera rétrocédé, à cause d’échecs successifs, notamment à la Société française de l’île d’Arguin qui sombrera à son tour52. La tentative de Bunge, qui a des liens familiaux avec les Augustin-Normand, intéressés aux pêcheries en général, est sans doute l’une de ces initiatives éphémères suscitées par les ressources halieutiques. Entre 1919 et 1973, la Société industrielle de la Grande Pêche exploitera les eaux du banc d’Arguin. Canariens et Bretons les fréquenteront, notamment à la recherche des langoustes.

Au Dahomey, une concession alsacienne-havraise en 1897

  • 53 RDCC, no 75,17-10-1895, lettre de Saudemont.
  • 54 ADSM 2E-66, Acte Théret, 6-02-1897.

37Les Havrais ont participé à une tentative de colonisation au Dahomey sans grand lendemain, mais significative de l’existence du réseau qui unissait la Porte Océane et l’Alsace-Lorraine. Joseph Armand de Saudemont, un Alsacien qui avait vécu vingt-cinq ans au Dahomey, avait obtenu en 1896 le transfert à son nom de terres concédées en 1895 à la Fédération des Sociétés Alsaciennes-Lorraines. Cette concession était située dans les régions d’Ouidah, d’Athiéné, d’Alladah, comprenant notamment des terrains sur le Plateau de Lokossa. Elle était surtout destinée à recevoir des légionnaires alsaciens à leur libération en France et aux colonies53. Accordée sous réserve de mise en valeur avant deux ans par des nationaux, la concession conduit de Saudemont et la Fédération lorraine à trouver des commanditaires au Havre afin de rassembler au total un capital havrais et nancéen de 240 000 F. Ainsi naît le 6 février 1897, la Compagnie agricole du Dahomey, colonisation alsacienne-lorraine, dont le siège est au Havre, 75 rue de la Bourse. La souscription rassemble 46 Nancéens, 12 Havrais et quelques Parisiens54. De Saudemont se voit attribuer 650 des 2400 actions, mais deux places d’administrateurs sont occupées par les hommes du coton havrais : Hermann Du Pasquier et Henri Lerch. Ernest Siegfried souscrit à lui seul un dixième du capital et l’on retrouve parmi les actionnaires les noms de Mallet, Foerster, Odinet, Schmidt (Hauser), Kronheimer, qui témoignent d’un intérêt prudent mais précoce pour les affaires coloniales dans les nouveaux domaines. La chambre de commerce suit de près les premiers pas de cette entreprise qui, cependant, ne fait pas l’unanimité. La subvention accordée par la chambre à la Compagnie est votée par 10 voix contre 6.

  • 55 Lettre de Saudemont à la chambre de commerce du Havre, 13-12-1895, RDCC, no 76.
  • 56 Le palmier à huile fut implanté par le roi Ghézo, prédécesseur de Béhanzin, vers 1860 pour parer à (...)
  • 57 Revue maritime et commerciale du Journal du Havre.
  • 58 H. d’Almeida-Topor, Histoire économique du Dahomey / Bénin, 1890-1920, Paris, L’Harmattan, 1994, vo (...)
  • 59 Ibid., p. 277.
  • 60 Ibid., p. 115 : en 1892 Mante a investi 94 000 F et Fabre 296 600 F. En 1913 Armadon y compte 24 co (...)
  • 61 Sociétés auxquelles participe le groupe Raverat-Senn-Siegfried, au capital de 1,6 million de francs (...)

38Cette compagnie agricole se situe dans la zone de production du palmier à huile. Les trois colonies du domaine couvrent 800 ha55. En 1899, les produits du palmier à huile alimentaient 95 % du territoire56. Il existe probablement un rapport entre les nombreux chargements d’huile de palme pour la maison Odinet à Cotonou57 entre 1900 et 1910 et sa souscription à l’entreprise de Saudemont. Le bas Dahomey n’est pas le Congo : les concessions accordées y sont de petite taille58. Hélène d’Almeida-Topor a décrit le parcours de cette entreprise, et son échec. Une commission nommée pour juger de la mise en valeur des terrains conclut en février 1898 : « Aucun résultat agricole réel n’a été obtenu et pas un seul légionnaire libéré n’a pu être dirigé sur le Dahomey. » L’entrepreneur y a dépensé plus de 70 000 F. La chambre de commerce du Havre renonce, après quelques mois, à demander des nouvelles de sa protégée. La compagnie disparaît vers 1908. Saudemont poursuit dans le commerce et les essais agricoles avant de devenir de 1913 à 1919, secrétaire de la chambre de commerce du Dahomey. Hélène d’Almeida-Topor conclut : « L’échec de cette initiative, unique en son genre au Dahomey, prouvait une fois de plus que ce pays offrait peu d’attraction, même pour une communauté décidée à s’expatrier, et que, sans capitaux, un seul homme ne pouvait réussir. »59 Pour Le Havre, les hommes du coton ont encore échoué dans une tentative extérieure à leur spécialité, alors que les Marseillais étaient plus solidement implantés et investissaient des sommes significatives60. Au Dahomey, les Havrais du coton se révélaient « meilleurs » dans leur propre domaine puisque la Compagnie française du Coton colonial61 chargeait dès 1910 régulièrement à Cotonou pour Le Havre, absorbait en 1912 les plantations de la Loza et possédait 8 comptoirs en 1913.

L’Afrique en 1900 : une mobilisation de capitaux modeste mais bien réelle

39L’étude des flux commerciaux entre Le Havre et l’Afrique ne donne pas le sentiment d’un intérêt havrais véritable avant les années 1920. Le discours sur le retard havrais, en partie justifié, conforte cette idée. Le caractère externe des sociétés formées vers 1900, l’absence de publication sur place des actes fondateurs, en font pratiquement une entreprise occulte qui a laissé peu de traces dans les mémoires des négociants. C’est pourtant bien un Havrais, Georges Raverat, qui devient président de l’Union congolaise, véritable groupe de pression des compagnies concessionnaires. Ce sont davantage les réseaux que « la ville » qui ont ici joué. La mobilisation des capitaux havrais dans l’aventure congolaise mérite un examen plus précis, pour connaître à la fois son ampleur et ses limites. Les raisons sociales et l’implantation géographique ne prouvent rien.

  • 62 Acte Me Martin, Lille, 12-07-1899, CAOM, Gabon-Congo XV-32-a.
  • 63 « La seule essentiellement française » selon E. Guernier, Afrique équatoriale française, Paris, L’E (...)
  • 64 C. Coquery-Vidrovitch, Le Congo au temps des grandes compagnies concessionnaires... : « les société (...)
  • 65 Raoul-Duval et Cie est née de la maison Frédéric Foerster, oncle de E. Raoul-Duval.
  • 66 Source : liste des actionnaires des Sultanats au 9-12-1899, CAOM, fm-sg-gcg/XV/29.

40Les Factoreries de N’Djolé, pourtant sises au Havre pour l’importation des produits, sont une affaire du Nord de la France. Cette société, qui conserve pourtant son siège social au Havre, est la seule qui soit extérieure au réseau havrais du groupe Raverat-Siegfried. Ses souscripteurs sont pour l’essentiel de Lille, Armentières, Dunkerque, Béthune. Mais elle vit de son implantation dans le port normand et son nom apparaît régulièrement dans les annonces maritimes à l’arrivée du caoutchouc, de l’ivoire et du bois de l’Afrique équatoriale. L’absence des notables du négoce et de l’industrie havraise dans son entreprise est totale62. L’Ibenga, création havro-belge, voit les Havrais se dégager bientôt de la direction des affaires et se replier d’ailleurs sur La Kotto qui est la plus havraise, et pour très longtemps, des sociétés concessionnaires63. Le réseau Siegfried est présent dans quatre des cinq sociétés présentées dans le tableau ci-après, avec la Banque d’Afrique du Sud (Jacques et Georges Siegfried), la Banque industrielle et coloniale (Ernest Siegfried et Lucien Mellier). Au total, la Belle Époque a vu les hommes d’affaires havrais participer, certes modestement, mais activement, au financement du mouvement concessionnaire en Afrique, même s’il est vrai que certaines sociétés n’appelèrent pas la totalité du capital64. Quant aux Sultanats, ils sont avant tout parisiens et belges, même si Georges Raverat y participe pour 100 actions, Frédéric Foerster65 pour 30 et Fernand Sauquet pour 50, soit un total havrais de 1 % du capital-actions66. Les Normands et les Parisiens sont majoritaires à La Kotto, les Belges dominants à l’Ibenga.

Tab. 3 – La participation havraise à l’investissement dans quatre entreprises en Afrique en 1897-1900

Actionnaires du Havre

Part du capital en %

Montant en francs

Nombre de dirigeants

La Kotto

13

24

250 000

6

L’Ibenga

17

29

656 000

4

Sultanats

3

1

90 000

1

Cie Dahomey

12

19,6

47 000

2

D’après les divers rapports conservés au CAOM, et les actes de sociétés, ADSM, 2E.

Fig. 3 – L’exemple de La Kotto : les actionnaires

Fig. 4 – Les souscripteurs de l’Ibenga (liste des actionnaires de l’Ibenga dans C. Malon, Le Havre colonial de 1880 à i960, thèse, Paris IV, D. Barjot (dir.), 2001, dactyl., annexe 211-A, vol. 4)

  • 67 É. Rabut, « Le mythe parisien de la mise en valeur des colonies africaines à l’aube du XXe siècle : (...)
  • 68 On lit dans le rapport général pour la société Ibenga pour l’année 1909 (GGC, 8-Q-61), à la rubriqu (...)

41On retrouve dans cette séquence congolaise, de 1898 à 1914, le problème posé par une politique entièrement conçue hors d’Afrique. Elle résulte de « théories sur la rentabilité de vastes entreprises privées de colonisation », imaginées dans le cadre d’une sociabilité de la géographie commerciale ou du Comité de l’Afrique française où l’autorité des Siegfried, au Havre comme à Paris, n’était pas négligeable. Le « mythe parisien de la mise en valeur des colonies françaises »67 à l’aube du XXe siècle fut, fort discrètement à vrai dire, un mythe havrais. Les industriels ou négociants concessionnaires ont eu, pour parler familièrement, les yeux plus grands que le ventre68. Certes, les bénéfices considérables réalisés par les concessionnaires belges de l’État indépendant du Congo ont dû convaincre négociants havrais, parisiens et industriels du Nord de se connecter à leur réseau ou de voler de leurs propres ailes dans ce type d’aventure. Mais il fallut au moins une décennie pour prendre conscience de l’impasse.

Des entreprises havraises du textile colonial : un effort séculaire

  • 69 « Étienne Delarue, négociant, banquier, industriel à Rouen, trouva à acheter aux Antilles un lot de (...)
  • 70 P. Hanhart, dans Algéria de juin 1935, cité par Le Port du Havre, no 205, juif 1935

42Contemporaine de la course aux concessions pour l’exploitation du caoutchouc et de l’ivoire, la « lutte pour le coton colonial » mobilise les industriels normands et les négociants havrais. Le Havre, port cotonnier français et européen, recevait 75 % des cotons entrés en France vers 1900,48 % en 1957. Ses entrepôts et son marché à terme lui permettaient d’approvisionner régulièrement les filatures de Normandie, des Vosges et de l’Alsace. Ce coton provenait encore en i960, à 80 %, des États-Unis. L’apport colonial en coton ne devient significatif qu’après 1938 (21 % d’entrées coloniales en 1948,15 % en 1958). Le Havre captait 90 % des cotons de la zone franc en 1935, et seulement 41 % en 1957. Ce rappel est nécessaire parce que la modestie des flux au début du siècle ne signifie pas forcément l’inertie des entreprises. Les courbes commerciales ne peuvent rendre compte fidèlement de ce qui a été « entrepris » en ce domaine du coton colonial, des intentions et des initiatives stratégiques des acteurs havrais dont l’histoire se confond étroitement avec celle de la stratégie impériale française du coton. Le coton antillais avait joué, au XVIIIe siècle, un rôle dans le développement du textile en Normandie69. Au début du Second Empire, la maison Masquelier avait exploité des plantations en Afrique du Nord et vendu quelques balles de coton algérien sur le marché du Havre. Au milieu des années 1930, la maison Hanhart plaidait pour « une reprise de la culture du coton en Algérie sur des données nouvelles »70. Mais c’est de l’Afrique noire que viendrait le salut, et on ne doutait pas qu’il viendrait, dès la fin du XIXe siècle où s’exprime le rêve d’une autosuffisance en matière première grâce au développement de l’Empire.

Le rôle de la Place du Havre dans la stratégie impériale du coton

  • 71 P. Bourdarie, « La lutte pour le coton colonial », Bulletin de la Société de géographie commerciale (...)

43Le Havre est un carrefour stratégique pour un redéploiement obligé. Le mobile en est essentiellement défensif. Il faut faire face à la menace américaine et au « péril jaune ». À l’extrême fin du XIXe siècle, industriels et négociants du coton en Normandie sont inquiets des mauvaises perspectives d’approvisionnement en matière première. Le souvenir de la pénurie de 1861-1863 est ravivé par les efforts, dangereux pour la France, du développement industriel des États-Unis qui ne se contenteront plus désormais de leur rôle de producteur, et sont armés pour une industrie nationale d’envergure. Leur demande intérieure privera à court ou moyen terme l’Europe de sa source d’approvisionnement. La menace est aggravée par la spéculation sur les cours du coton : « il arrive à présent que les cours les plus élevés s’appliquent quelquefois aux récoltes les meilleures. »71 En 1905, le Canada est devenu lui aussi grand consommateur. Il a absorbé en huit ans plus de 3 millions de balles. « Il ne s’écoulera pas dix ans avant que la totalité du coton produit par l’Amérique soit consommée at home annonce Paul Bourdarie devant la Société de géographie commerciale du Havre en 1905. Il craint également « le péril jaune », celui de la « transformation de la Chine en une vaste usine dont nous serons peut-être les clients », celui de « la rivalité des races jaunes, sous la conduite des généraux japonais, avec leur expansion pacifique aggravée d’un développement industriel poussé à son extrême pour le Japon ».

Prospection et expériences au Soudan

44Industriels et négociants sont invités à chercher un nouveau réservoir : « L’ensemble de nos colonies fournira, quand on le voudra... en échange des 300 millions que nous payons aux Américains, le million de balles dont l’industrie française a besoin annuellement. » Dès les débuts de la conquête du Soudan, le coton crée des espérances. En 1897, le lieutenant-gouverneur Trentinian fait enquêter les commandants de cercle. Ceux-ci confirment que le coton « vient bien » dans la vallée du Niger, de Siguiri à Goundam, ainsi que dans le cercle de Nioro, au Sahel. Des graines américaines de coton à longue soie sont expérimentées. On demande aux indigènes des cultures comparatives de ce coton et du textile indigène. Il est décidé que le coton, tant étranger qu’indigène, sera accepté au titre de l’impôt. Cette mesure n’a aucun succès, les indigènes préférant s’acquitter de l’impôt autrement. Les échantillons obtenus sont malgré tout examinés par les chambres de commerce du Havre et de Rouen qui expriment leur satisfaction en cotant les cotons indigènes de 30 à 60 F les 50 kg égrenés et les cotons longue-soie en moyenne 60 F.

L’expérience du courtier Étienne Fossat et la participation des Havrais à l’Association cotonnière coloniale

  • 72 « Le coton du Soudan », Renseignements coloniaux, no 8, supplément au Bulletin du Comité de l’Afriq (...)
  • 73 Même appréciation à la chambre de commerce du Havre où Edmond Latham conteste l’information de l’Un (...)
  • 74 De Ségou, Étienne Fossat écrit personnellement à Joannès Couvert et lui signale que s’il existe des (...)

45En 1898, on tente une expérience d’exportation en grand. À la mission d’étude du botaniste Chevalier, dite « mission des compétents techniques », on adjoint un courtier en coton du Havre, Étienne Fossat, chargé des opérations d’achat. De Kayes, il gagne Kita, Bamako, Ségou, Sansanding, Djenné, Mopti, Sumpi, Goundam. Il examine « en chaque point les échantillons présentés et remet au commandant de cercle la liste des villages dont il aurait à acheter le coton »72. Le coton fut « payé très cher ». Selon le Bulletin du Comité de l’Afrique française, le bilan fut décevant, d’abord en quantité car les indigènes font du coton juste assez pour tisser leurs vêtements. « En leur prenant leur coton nous les forcions à acheter des étoffes. » Ensuite en qualité : arrivé à Kayes, le coton était inférieur aux échantillons examinés par Fossat. Le transport de 89 tonnes de Koulikoro à Oualia exigeait 500 voitures Lefèvre73. Le coton, produit pauvre par rapport au caoutchouc et à l’ivoire, exigeait des transports peu coûteux. Rien ne pouvait se faire d’important avant l’achèvement du chemin de fer Sénégal-Niger74.

  • 75 Nautilus, « Le Soudan et la question cotonnière », Bulletin du Comité de l’Afrique française, suppl (...)
  • 76 Ibid., p. 74.
  • 77 P. Bourdarie, « La lutte pour le coton colonial », p. 431.
  • 78 Courbe jointe à deux rapports d’activité de l’ACC, AMH, FC. F2-C.22.

46Industriels et négociants ont fédéré leur stratégie autour d’un double raisonnement : on peut économiser 300 millions de francs en produisant du coton colonial et gagner 80 millions de francs en vendant des cotonnades à 31 millions d’indigènes. Fondée en janvier 1903, l’Association cotonnière coloniale se propose de prospecter, de créer des centres d’expérience et d’achat au Soudan, au Dahomey, en Côte-d’Ivoire, à Madagascar, d’agir auprès des pouvoirs publics, de « subventionner des colons sérieux ». La tâche comporte « implicitement sinon la création, du moins l’extension à outrance de la main-d’œuvre indigène »75. Placée sous l’égide de plusieurs ministères dont celui des colonies et sous le patronage du président de la République, l’ACC réunit de grandes personnalités économiques. Dès l’origine, le groupe Siegfried est influent dans le conseil, avec Jules Siegfried lui-même76, son frère Ernest Siegfried, et Charles-Auguste Marande, respectivement président et administrateur de la Compagnie cotonnière du Havre. Plus tard, Hermann Du Pasquier, Étienne Fossat, Olivier Senn, Édouard Senn, Maurice Westphalen-Lemaître participeront à la direction de l’association. Son budget étant trop faible, l’ACC se résigne à abandonner à l’administration la partie de son programme ayant trait à la culture proprement dite, et ne conserve plus que l’égrenage, opération qui consiste à séparer la graine de la fibre adhérente appelée communément coton. Elle possède, en 1905,25 machines à égrener, 5 presses et 3 usines d’égrenage mécanique77. Moins subventionnée que ses homologues anglaises et allemandes, elle fonctionne jusqu’en 1920 avec un budget de 100 000 F par an. De 1904 à 1913, le « coton produit dans les colonies françaises sous les auspices de l’ACC » s’élève régulièrement de 50 à 800 tonnes78. Le Havre ayant importé cette année-là 255 291 tonnes de coton, ces résultats apparaissent bien modestes après dix ans d’activité.

Espoirs et échecs de l’entre-deux-guerres : le maigre bilan des expériences en AOF

  • 79 A. Sarraut, La mise en valeur des colonies françaises, Paris, Payot, 1923, p. 163.

47Lorsque Albert Sarraut, en avril 1921, propose aux députés son programme général de mise en valeur des colonies françaises, la situation demeure inquiétante : « La plus grande incertitude pèse sur les conditions dans lesquelles notre industrie pourra se ravitailler dans l’avenir. »79 Les importations de coton sont passées de 764 tonnes en 1913 à 2715 en 1920, mais cela ne représente que 1,17 % des importations totales de la métropole. Sarraut parle de « crise » du coton. Les États-Unis manufacturent 65 % de leur production, et l’on continue pourtant à recevoir d’eux 80 % de la consommation industrielle. L’Association cotonnière coloniale « dispose à peine de 200 000 à 300 000 F dont la moitié est fournie par l’État. Les espoirs fondés sur la Syrie se sont évanouis. Seuls l’Indochine et l’Afrique occidentale « méritent de retenir l’attention ». Les tentatives de l’ACC au Soudan de 1904 à 1911 ont échoué, conduisant à une nouvelle certitude : « La clé du succès, c’est la culture intensive à l’aide de l’irrigation. » La crue du Niger coïncide précisément avec la période de culture cotonnière. Sarraut signale la création en 1920, de la « seule entreprise importante de culture irriguée du cotonnier », à Diré. Si Albert Sarraut vante les mérites du coton cambodgien, en revanche il consacre une seule phrase à l’AEF, compte tenu des difficultés insurmontables du transport.

  • 80 RDCC, no 108,7-06-1923.
  • 81 H. Hollaender, « Le Havre, marché du coton colonial », Le Petit-Havre, 7-01-1924.
  • 82 RDCC, no 96,9-02-1915.

48Cette question du transport est évoquée à la chambre de commerce du Havre. En 1923, « les intéressés havrais dans les cultures du coton de la boucle du Niger » ont sollicité des fonds du gouvernement de l’AO F, affirme Georges Lafaurie, tandis que Louis Vaquin estime que les transports « seront plus économiques par le transsaharien », mais qu’il serait sans doute possible de faire des transports à dos d’homme en y trouvant un bénéfice. « D’ailleurs, les Parisiens s’en occupent beaucoup. »80 La presse havraise multiplie les éditoriaux en faveur de la mise en valeur cotonnière, de l’AOF particulièrement. On plaide généralement la légitimité d’un monopole havrais des cotons coloniaux. Mais ces professions de foi disent assez bien la lenteur de l’expérience : « Le Havre est prêt à assumer ce rôle qui lui serait dévolu et son action » écrit un journaliste du Petit-Havre en 1924. Il laisse malgré tout imaginer des résistances sur la Place : « Ce résultat pourrait être obtenu si à leur arrivée en France les lots de cotons coloniaux étaient signalés et remis à la Chambre des courtiers experts en cotons du Havre, qui après échantillonnage, les présenteraient aux acheteurs... »81 Un épisode signalé dans les archives de la chambre de commerce en février 1915 révèle le peu d’entrain mis par certains négociants à supporter le coton colonial africain jusqu’à la première guerre mondiale82. Le 9 février 1915, un télégramme signé Henry parvient à la chambre, envoyé de Koulouba dans le cercle de Koutiala (au sud de Ségou). Il propose 300 tonnes de coton brut, prêtes à livrer à Bamako ou Kayes. Le président de la chambre de commerce s’adresse donc au Syndicat du commerce des cotons. Celui-ci répond : adressez-vous à Paris, à l’Association cotonnière coloniale. Or nous sommes en pleine période où bien des efforts sont faits par le Consortium du coton pour trouver de la matière première, notamment pour les besoins militaires. Le coton colonial ne fait donc pas l’unanimité chez les négociants du Havre, même si la chambre de commerce voit d’un bon œil les initiatives au Soudan.

L’expérience de la Compagnie de culture cotonnière du Niger

  • 83 RDCC, no 100,16-09-1919.
  • 84 A. Canet, La culture du coton dans les colonies françaises, Troyes, Grande Imprimerie, 1925, p. 31.

49C’est André Mandeix qui est délégué par Le Havre à la Commission des concessions coloniales, en 1919, quand est discutée la demande présentée par Marcel Hirsch, un centralien formé aux travaux d’irrigation en Mésopotamie et administrateur de la Banque Hirson, de Paris. « Nous ne pouvions que donner un avis favorable. » « La société a proposé un contrat assez compliqué... L’étendue de terrain concédée représente sur une rive du Niger 100 km de long sur 5 km de large. »83 Hermann Du Pasquier, intéressé personnellement à l’affaire, ajoute que 800 000 F seraient versés par l’Association cotonnière coloniale. La Compagnie de culture cotonnière du Niger (la Ciconnic) passe une convention le 25 novembre 1919 avec le gouvernement de l’AOF pour l’exécution de travaux d’irrigation et le développement de la culture du cotonnier. Plus précisément cette convention est établie entre le gouverneur général Merlin et Marcel Hirsch. L’Association cotonnière coloniale fournit 100 000 F de matériel84. La Ciconnic bénéficie d’une allocation de 1 600 000 F prélevée sur la liquidation du Consortium cotonnier français après la première guerre mondiale. En 1927, il est fait remise à la société privée de l’obligation de rembourser cette avance consentie par le ministère du Commerce. En décembre 1932 la Ciconnic demande l’exercice de son droit d’option sur une superficie de 92 000 ha. Une série de décrets réglera durant une décennie les attributions de concessions à la Ciconnic et à ses filiales, la Compagnie agricole et industrielle du Soudan (CAIS), la Compagnie d’élevage du Niger, et la Société civile d’Études et de Colonisation présidée par Paul Schlumberger. Les intérêts corporatifs de l’industrie cotonnière sont donc représentés. On y trouve aussi ceux du négoce havrais du coton en la personne de Hermann Du Pasquier, présent dans les conseils d’administration des quatre sociétés qui viennent d’être citées. Il figure à titre individuel dans les filiales, mais en tant que SA Du Pasquier et Cie dans la maison mère, « donneur de crédit » au même titre que la BUP, la BCA, la BFA, la Banque nationale de Crédit et la famille Hirsch.

  • 85 CAOM, fm. 1 Afféco-173.
  • 86 H. Hollaender, « La production cotonnière coloniale », Le Petit-Havre, 2-04-1923.

50Les archives coloniales témoignent d’une mise en valeur très lente, sans grand succès85. Pourtant, le réseau des entreprises du Niger obtient non seulement des territoires, mais aussi « un droit de priorité dans l’étude du système de colonisation indigène » pour la Société d’Études. Celle-ci est chargée de préparer la mise en valeur du Domaine de Diré par la recherche et l’implantation de main-d’œuvre indigène. En avril 1924 un bilan des travaux de Diré est fait à la Ciconnic en présence du ministre du Commerce. Le programme est ambitieux, mais l’enthousiasme est moins vif. L’éditorialiste du Petit-Havre juge ainsi les résultats obtenus jusque-là dans tout l’Empire français : « Quelques centaines de balles de coton, nulle part nous n’avons obtenu un résultat vraiment industriel... Ni pour les prix de revient, ni pour la qualité les planteurs de bonne volonté ne sont arrivés au but recherché. »86 Félix Eboué, en ce temps administrateur en AOF, s’adressant au gouverneur du Soudan, énumère les importantes contributions de la colonie à la Société d’études 1 960 000 F en 1933, 205 000 F en 1934, un engagement de 500 000F par an à partir de 1935, l’avance étant remboursable en 10 annuités à partir de 1940. « En réalité, dit le rapport, c’est plutôt l’administration qui s’engage implicitement à fournir à la société un nombre de colons de 9 000 personnes environ. » La Ciconnic elle-même bénéficie en 1934 d’une subvention de 800 000 F du gouvernement de l’AOF et de 3 600 000 F du ministère du Commerce.

Le Havre participe à l’Office du Niger

  • 87 « La mise en valeur de nos colonies. La culture du coton en Afrique », Le Petit-Havre, 7-10-1921.
  • 88 L’office aura la double vocation d’entrepreneur de Travaux publics et d’exploitant agricole et indu (...)

51La Ligue coloniale du Havre et le Comité du Niger (dont fait partie le Havrais général Archinard) tentent de mobiliser les négociants de la Place. L’ingénieur Bélime vient au Havre en 192187. De grands espoirs reposent sur les voies ferrées et le canal de Ségou. On se renseigne sur les sociétés déjà installées au Niger. Bélime pose la question du manque de main-d’œuvre en ces termes : « L’Africain est docile, intelligent, mais inerte ; ce qui manque, c’est la volonté de l’effort. » La revue Le Port du Havre du 18 février 1931 présente ainsi les objectifs de l’Office du Niger : « L’Afrique occidentale s’est engagée dans un programme d’hydraulique et de colonisation agricoles dont les buts sont multiples. [...] Il s’agit tout d’abord d’améliorer le sort matériel de populations dont la France a la charge par l’accroissement de la production vivrière. »88 L’aménagement en culture irriguée est « un instrument de lutte contre les disettes dont souffrent périodiquement les populations du Soudan et du Sahel ». Enfin la métropole tirera d’importants tonnages de textiles « achetés jusqu’à présent au détriment de notre balance commerciale à l’étranger ».

52Cet article du Port du Havre, non signé, parle d’un « État-major expérimenté » à la tête de l’Office du Niger. Il est vrai que le vice-président de l’Office n’est autre que Hermann Du Pasquier, directeur de cette revue. La lecture des procès-verbaux des conseils d’administration de l’Office, de la première séance, le 25 juillet 1932, à 1939 est très décevante à cet égard car le président de la chambre de commerce du Havre est très absentéiste. Ses rares interventions se limitent à souligner le rôle du Havre dans la réception du coton colonial.

  • 89 CAOM, fm. n-Afféco/362. Office du Niger.

M. Du Pasquier indique que les cotons de l’Afrique occidentale se sont vendus très facilement au Havre où les deux variétés, l’Allen et le Budi, ont été très appréciées. L’Allen a été vendu à des prix variant entre 447 et 453 F les 50 kg, le Budi vendu 419 et 441 F les 50 kg. En résumé, les cotons de l’Office sont de très bonne qualité commerciale89.

Le maigre bilan des stratégies cotonnières en AOF

53Le jugement d’un entrepreneur du coton colonial de la génération suivante, Édouard Senn, sur le bilan de l’Office du Niger, laisse percer une critique implicite.

  • 90 É. Senn, « Le coton dans les colonies françaises, le présent et l’avenir », UCE Conférences sur le (...)

Au Sénégal, dit-il, le rythme des travaux a été lent jusqu’ici parce que les crédits étaient accaparés par l’Office du Niger... C’est une œuvre gigantesque puisqu’il s’agit de la mise en valeur de plus d’un million d’hectares dans une région désertique, dénuée de population. Le programme initial de l’Office prévoyait un rendement de 100 000 tonnes de coton-fibre, soit 300 000 tonnes de coton-graine. En fait, en 1941-1942, la production a été de 1 000 tonnes pour une superficie cultivée de 3770 hectares... La mise en valeur des terres du Niger pose des problèmes de colonisation fort délicats. Tous les colons doivent être amenés sur place90.

  • 91 Le Port du Havre, no 66,8-01-1931.

54La Ciconnic bénéficia d’aides de l’Union ovine et de l’Association cotonnière coloniale. Mais ce sont bien les fonds publics qui la maintinrent en vie. Les propositions du gouvernement général de l’AOF de rachat des biens et droits de la Ciconnic, en octobre 1933 ne furent pas retenues. Bien que juridiquement très différente, la politique coloniale mise en œuvre reposait autant que la politique concessionnaire sur des privilèges accordés, avec, au surplus, un recours systématique au financement public d’entreprises privées. La distance est grande, entre le mythe du « Nil français » entretenu au Havre dans l’orbite de la chambre de commerce et l’efficacité réelle de la culture du coton colonial. L’Institut colonial du Havre constate en 1931 que : « La politique cotonnière est peu active au Niger et au Sénégal. » Les usines de l’Association cotonnière coloniale ont certes augmenté leur rendement de 28 % entre 1928 et 1929 et produit en 1930 1 601 tonnes de coton-fibre. L’AOF a exporté cette année-là 2 776 tonnes ; c’est bien peu. Des espoirs naissent au Togo dont le coton acheté environ 1 880 F la tonne se vend 9 600 F la tonne sur le marché du Havre, mais les courtiers se plaignent de la pauvreté du produit. On invoque les méfaits de l’harmattan91. L’Institut colonial du Havre souhaite des subventions gouvernementales pour le coton colonial.

  • 92 Archives de Dakar, 2 G-36 200 Mi 1774, CARAN. Rapports économiques 1936.
  • 93 « Culture cotonnière dans la France d’outre-mer », RPO, no 44, déc. 1948, p. 19-20.

55Le gouverneur du Soudan, dans son rapport pour 193692, affirme que « la meilleure assurance contre la disette réside bien dans la production d’arachides ». Le coton, c’est évident, n’a pas cette fonction. Le coton indigène, variété la plus cultivée, n’est pas apporté sur les marchés contrôlés, il est consommé localement ou dans les colonies voisines. Le coton Allen ne représente que le quart en tonnage du coton indigène (600 tonnes contre 2 400). C’est un constat d’échec. Les études botaniques et climatologiques ont été insuffisantes. Il ne suffisait pas d’être hydraulicien pour réussir la mise en valeur : « Il paraît maintenant établi que le coton Allen n’a pas un grand avenir dans les régions de la colonie à pluviométrie déjà élevée, et en particulier dans la zone située au sud du Niger, dans les cercles de Ségou et de Bamako », ajoute le gouverneur. Les résultats des investissements au Soudan sont maigres. En juin 1952, la Conférence cotonnière de Dakar évalue à 10 000 tonnes de coton-fibre les « possibilités » des territoires côtiers (Côte-d’Ivoire, Togo, Dahomey). Pourtant la production exportable de l’AOF atteint à peine 3 000 tonnes en 1952, moins qu’en 1930. Au lendemain de la guerre, l’Office du Niger lui-même ne produit plus que 300 tonnes de coton par an. « On a abandonné les recherches concernant la culture du cotonnier égyptien. »93 La Ciconnic à Diré consacre ses efforts uniquement à la riziculture. Pour la zone irriguée par le barrage de Sansanding qui aurait pu fournir 80 000 tonnes, on constate que la zone est à peine habitée.

  • 94 J. Suret-Canale, Afrique noire, t. 2, L’ère coloniale 1900-1945, Paris, Éditions sociales, 1964, p. (...)
  • 95 « L’Office du Niger », Notes et Études documentaires, no 2240,12-12-1956, p. 1 à 52.

56La priorité bientôt accordée à la question vivrière sur les territoires de l’Office n’est-elle pas, en partie, la manifestation d’un échec dans la mise en œuvre du coton colonial en Afrique de l’Ouest ? Certes, on pourra objecter que le programme Carde de 1924 avait mis l’accent sur la nécessité de développer le couple riz – coton. Les décalages entre les ambitions et les réalisations de l’Office du Niger ont été soulignés par de nombreux auteurs. On devait irriguer un million d’hectares, or en 1953 les surfaces irriguées ne dépassaient pas 25 000 ha94. La campagne 1954-1955 se solde par un maigre total de coton-graine de 3324 tonnes alors que le personnel de l’Office compte 200 Européens et 6 000 Africains. L’organisme bénéficie des aides du FIDES95. Au moment où l’Office devient un établissement public de la République du Mali le 13 mai 1961, il dispose de quatre rizeries, d’une usine d’égrenage du coton et d’une huilerie savonnerie à Niono, d’un parc d’engins de travaux publics. Les surfaces cultivées en coton occupaient 5 507 ha, alors que le riz s’étendait sur 32 500 ha, les cultures diverses (arachides, mil) sur 7 480 ha.

Des années 1930 à la décolonisation, le rôle des Havrais s’affirme et l’AEFprogresse

57Deux thèses s’affrontent, à la fin des années 1920, au Conseil supérieur des colonies, où Le Havre est représenté par un membre de la chambre de commerce, Vaquin, qui dirige également la Ligue coloniale. Il y a « ceux qui veulent réserver la culture sèche aux indigènes et la culture irriguée aux Compagnies d’exploitation et aux colons. Face à eux « l’administration, pour qui les travaux d’irrigation ont un but d’utilité générale, soit pour assainir les régions réellement peuplées, soit pour régulariser le débit des eaux dans d’autres centres ». Dès 1927-1928, n’a-t-on pas cherché une « sortie » aux incohérences de la mise en valeur cotonnière, qui résultaient en partie d’un décalage entre l’imaginaire colonial, celui du Nil français, et les réalités du terrain ? L’administration est conduite, au moins confidentiellement, à une certaine autocritique. « M. Augagneur reconnaît que certains gouvernements ont exagéré, (utilisant) pour les grands travaux, des groupements d’ouvriers dans des conditions défectueuses. » Dès lors se dessine la possibilité d’utiliser d’autres méthodes et d’autres territoires. Louis Vaquin rapporte ceci à propos de la réunion du Conseil supérieur des colonies du 27 janvier 1927 :

  • 96 Rapport Vaquin sur la réunion du Conseil supérieur des colonies, RDCC, no 113,10-03-1927, p. 203.

En fin de séance, Lamblin, gouverneur de l’Oubangui, a donné quelques détails sur la méthode qu’il a mise en pratique pour développer la culture du coton. Il a concédé une surface déterminée à une société fermière qui a la charge du défrichement et de l’égrenage. Le natif reçoit la graine de cette société, cultive, récolte et reçoit comme rémunération une partie du coton recueilli dont il dispose à son gré au cours du moment... d’autres surfaces seront successivement concédées96.

  • 97 A. Canet, La culture du coton..., p. 55-56.

58En 1925, les industriels de la métropole ne sont pas encore convaincus des possibilités de l’AEF. « 11 n’existe aucune exploitation digne de ce nom... » écrit un industriel de Troyes. L’AEF est « moins bien placé au point de vue climatérique » que l’AOF97. C’est pourtant là que seront mises en œuvre des stratégies plus efficaces.

Le développement des compagnies à monopole d’achat en AEF

  • 98 Le Port du Havre, no 66, 8-01-1931.
  • 99 Le Port du Havre, no 158, 14-09-1933.
  • 100 Ibid.

59Inspiré du système belge, l’accord de 1927 donne à des sociétés privées le monopole d’achat du coton-graine produit par l’indigène, sur un territoire donné, en contrepartie de l’installation des ateliers d’égrenage. Les sociétés achètent, transforment et exportent. Le prix minimum est fixé par le lieutenant-gouverneur98. « La société s’engage à fournir gratuitement les quantités de semences nécessaires aux indigènes auxquels elle achète la récolte à un prix fixé chaque année par le gouverneur de la colonie et basé sur les cours du marché du Havre » écrit-on alors dans Le Port du Havre qui se plaît à souligner que cette « zone de privilèges » a donné « d’excellents résultats »99, La culture des variétés Allen et Triumph, pratiquée dans la vallée de l’Oubangui et du Moyen-Logone, aurait fourni 600 tonnes en 1927, 6 000 en 1931100. De grands espoirs reposent alors sur la construction du Congo-Océan et l’aménagement du port de Pointe-Noire.

  • 101 J. Suret-Canale, L’ère coloniale 1900-1945.Cabot, « Des entreprises cotonnières en Afrique équatori (...)
  • 102 É. Senn, « Le coton dans les colonies françaises... ».

60La convention avec les sociétés fut renouvelée en 1939 et 1949. Des quatre sociétés oubanguiennes, le réseau havrais dirige la plus petite, la Cotoubangui, issue de La Kotto de 1899, mais il est présent dans le conseil d’administration de la plus importante, la Cotonfran. Dans celle-ci convergent les intérêts de la Compagnie cotonnière des Senn et du Comptoir cotonnier et colonial des Clerc qui réalisent ainsi une intégration de l’entreprise cotonnière coloniale du producteur au consommateur normand, alsacien ou lillois. Les conditions de production du « coton du commandant » ont souvent été décrites. Le paiement du coton à l’indigène en « tickets d’impôt », la dureté des conditions de transport et de manutention, la chute du prix payé au producteur indigène tandis que la société bénéficiait de primes de soutien à la faveur de la crise, tout cela semble maintenant établi101. Le patron de la Cotoubangui et de l’Union cotonnière de l’Empire français, Édouard Senn, reconnaît lui-même en avril 1944 que le coton doit cesser d’être « la culture du commandant »102.

  • 103 J. Cabot, « Des entreprises cotonnières... », p. 367-377.

61La production de l’AEF devint enfin significative, même si ce fut au prix, comme l’a souligné Jean Cabot, de la « prolétarisation » et de la « détribalisation » des populations oubanguiennes, trois à quatre cent mille personnes103. Il a calculé que l’aide gouvernementale obtenue par le Comité cotonnier de l’AEF s’élevait en quatre ans à 12,7 millions de francs dont 6,7 pour la Cotonfran, 4 millions à la Cotonaf, 1,1 à la Comouna, 0,8 à la Cotoubangui. Jusqu’à 1946, la taxe de capitation augmentait plus vite que le prix d’achat au kilo. Ensuite « l’expansion des prix et la dévaluation permanente du franc décuplèrent le prix d’achat au producteur entre 1946 et 1951 ». Pour les sociétés les bénéfices ont été constants et substantiels à partir de 1936. Les actionnaires de la Cotonfran ont constamment touché des dividendes supérieurs à 7 % tandis que le cultivateur voyait « décroître le pouvoir libérateur de son coton vis-à-vis de l’impôt de capitation ».

Les stratégies coloniales s’affirment pendant la drôle de guerre et la période de Vichy

  • 104 Témoignage de M. G L C, 1996.

62Dès les premières semaines de la guerre, l’Intendance se préoccupe de l’approvisionnement cotonnier par l’entremise du GIRC, Groupement d’importation et de répartition du coton, dirigé par l’industriel et négociant havrais WestphalenLemaître. Le Cash and carry bill voté par le Parlement américain imposait aux acheteurs français de payer comptant et de transporter eux-mêmes. Il fallait ménager les ressources en devises. Le ministère de la Guerre était responsable du coton en tant qu’acheteur de plus de 50 % de la capacité de production des usines françaises. Le prix du coton africain augmenta donc de 60 %, une aubaine pour ceux qui avaient des positions en AEF. Quand survint l’armistice, les colonies ne pouvaient cependant fournir que 3 % d’une consommation normale. Le coton stocké dans les ports de l’Atlantique fut brûlé ou réquisitionné. Quelques arrivages d’Égypte et l’inactivité totale du port du Havre attirèrent à Marseille la maison havraise Adrien Martin et ses « voiliers » spécialistes de l’échantillonnage104.

  • 105 É. Senn, « Le coton dans les colonies françaises... », p. 221-238.

63Sous le régime de Vichy, la création de deux organismes nouveaux, le Comité général d’Organisation de l’Industrie textile et le Comité central des groupements professionnels coloniaux, eut pour conséquence de resserrer les liens de l’organisation coloniale et de l’industrie textile métropolitaine. L’Association cotonnière coloniale fut donc transformée en 1942 en Union cotonnière de l’Empire français. La prospection et l’égrenage continuaient mais l’objectif fixé était avant tout de créer des stations de sélection et de culture expérimentale, de renforcer l’encadrement et l’éducation de l’indigène. Édouard Senn était président de l’UCEF. La Compagnie cotonnière du Havre, ancienne maison Siegfried, était donc au levier de commande des stratégies coloniales du coton. Le terrain d’action privilégié était l’AEF. Le Comité d’Organisation du coton demanda à Édouard Senn un rapport sur les ressources coloniales105. Il fit ressortir que la production coloniale était faible, n’ayant jamais bénéficié du privilège colonial ou de contingentements. Il proposa une politique à longue échéance. Édouard Senn fit deux voyages en Afrique du Nord, dont un avec M. Mieg, directeur du Comité d’Organisation de la filature du coton. Ils constatèrent que les recherches cotonnières en Algérie et au Maroc avaient un caractère fragmentaire. Lors d’une conférence cotonnière à Alger, la direction d’un Institut nord-africain de recherches cotonnières fut confiée à M. Mieg. Malgré la possibilité de faire travailler les colons en coopératives et les efforts de développement des méthodes scientifiques, l’Afrique du Nord ne serait pas d’un grand secours immédiat. Édouard Senn fut désigné par l’industrie métropolitaine pour engager les pourparlers à Dakar. « Les conditions, cette fois, n’étaient pas les mêmes [qu’en Afrique du Nord] car il ne pouvait être question d’organiser les producteurs noirs en coopératives responsables qui traiteraient avec le gouvernement français. »

64Édouard Senn précisait que la contribution de l’Empire à la guerre n’était pas seulement militaire :

Des instructions avaient été données à l’effet d’inciter les indigènes à remplir le devoir coton. Toutefois la métropole réclamait aussi avec insistance des oléagineux, du café, du maïs, et l’indigène ne pouvait faire tout à la fois.

65Les bas prix, le rendement faible, l’absence de protection du produit colonial jouaient en défaveur du coton. Il fallait détourner en quelque sorte l’indigène de l’arachide. « Après de laborieuses discussions, dit Édouard Senn, le rapport 6 avec l’arachide fut choisi. » « L’indigène était donc assuré de toucher une rémunération pour son coton qui devait cesser d’être la culture du commandant, c’est-à-dire un impôt en nature. Les indigènes appellent culture du commandant les cultures qui leur sont imposées par ces derniers. » Parallèlement la création de l’UCEF accentua les recherches, intégrant à sa direction des producteurs et négociants coloniaux, l’ACC qui l’avait précédée ayant surtout porté ses efforts sur la construction d’usines d’égrenage. Le haut-commissaire en Afrique française accordait à titre gratuit à l’UCEF la gérance des fermes cotonnières et des stations d’essais agricoles que celle-ci désignerait. Le choix de l’UCEF se porta sur Bouaké, que les Havrais connaissaient bien. Le principal problème de cette stratégie de développement fut la grande difficulté à trouver des génétistes, spécialistes agronomes, des techniciens, accentuée par le STO.

Intentions et résultats : l’efficacité relative de la stratégie aéfienne, la transformation des méthodes en AOF

66Au lendemain de la seconde guerre mondiale, tous territoires confondus, le bilan est donc très insuffisant, quantitativement, qualitativement.

  • 106 « Culture cotonnière dans la France d’outre-mer », RPO, no 44, déc. 1948, p. 19.

Pour satisfaire aux besoins de l’Union française, il nous faudrait environ 300 000 tonnes de coton. Or nous en produisons à peine la dixième partie. Presque partout dans nos territoires d’Afrique, les méthodes de culture sont restées primitives : pas d’amendements, pas de fumures, pas d’assolements dans des champs mal aménagés106.

  • 107 Le Petit-Havre, 14-10-1927.
  • 108 RDCC, no 113, p. 1133, rapport Vaquin sur le Conseil supérieur des colonies.
  • 109 Marchés tropicaux, 30-10-1971, p. 3146.

67Si les méthodes, en AEF, reposent toujours sur la jouissance d’un monopole, il faut reconnaître que les résultats sont meilleurs qu’en AOF. En 1923, après vingt années d’existence de l’ACC, l’AOF ne fournit au Havre que 3407 tonnes107. En 1927 le coton colonial n’entrait que pour 0,9 % dans la consommation nationale108. Il atteignait cependant 2,03 % des importations havraises. De 1929 à 1935 le coton importé d’AOF en France a diminué en valeur absolue et passe au-dessous de 1 %. Les véritables succès de la mise en valeur cotonnière de l’FAO semblent postérieurs à la période coloniale. C’est le cas par exemple en Côte-d’Ivoire. Le succès de l’Allen est indiscutable : 69 tonnes de coton-graine produites en 1960, 41 730 tonnes en 1968109.

  • 110 A. Laurence, « La culture du coton dans nos territoires d’outre-mer », RPO, no 115, avr. 1955.
  • 111 É. Senn, « Le coton dans les colonies françaises... », p. 237.

68C’est bien vers 1932, avec les premiers résultats de la Cotonfran et de la Cotoubangui, que la production de l’AEF progresse puis supplante après 1945 les autres provenances coloniales sur la Place du Havre. En 1937 la Cotoubangui, la plus petite du quatuor de l’AEF, produit 2 800 tonnes de coton-graine, presqu’autant que toute l’AOF au lendemain de la guerre. Globalement, les exportations coloniales françaises atteignent 40 000 tonnes de coton-fibre en 1952, dont 32 000 venues d’AEF qui n’exportait que 40 tonnes en 1928. 90 % du tonnage est produit en culture sèche. La culture est faite en sec, variété Allen au Tchad, variété Triumph en Oubangui. Les besoins de l’Union française en 1952 sont de 250 000 tonnes pour la métropole, 20 000 pour l’outre-mer. Les exportations coloniales ne couvrent donc que 15 % des besoins français110. De 1950 à 1958 l’importation annuelle d’AEF sur Le Havre passe de 11 000 à 14 000 tonnes, et représente en moyenne les 3/4 des importations de coton colonial. Le pourcentage colonial total (auquel contribuent le Togo et le Cameroun) atteint donc enfin un seuil significatif de 14 %. Parallèlement, les autres exportations vers ou hors la zone franc, les deux tiers de la production, s’ils échappent au Havre, ont sans doute bénéficié aux entreprises à participation havraise. Les objectifs étaient pour la décennie d’après-guerre, que la totalité des TOM procurent à la France 35 % de la consommation111. Ils n’en procurèrent que la moitié. Les résultats ne furent pas à la hauteur des intentions, en tout cas pas aussi vite qu’on l’avait espéré. Ce constat conduit à interroger les sources sur la pratique des acteurs : les hommes et les entreprises.

Entreprises et entrepreneurs havrais du textile colonial, 1880-4960

69Malgré le problème délicat de la distinction entre provenances étrangères et coloniales dans la pratique des maisons de négoce, l’approche quantitative permet de découvrir quelques caractères originaux des entreprises du textile colonial. Ils concernent leur démographie et leur fonctionnement en réseau.

Approche démographique et typologie sommaire

70Globalement, sur la période étudiée, une cinquantaine de sociétés se sont intéressées aux textiles coloniaux, dont une trentaine véritablement spécialisées.

Deux manières d’entreprendre : sur « la Place », « à la colonie »

Tab. 4 – Les entreprises (havraises ou à participation havraise)'spécialisées dans le commerce ou la production du coton et des textiles exotiques des colonies françaises

Compagnie cotonnière

A3

1862

6

Vaquin Louis Vincent

A3

1895

3

Hanhart SA

A3

1908

2

Barrois et Voisin. Sté commerciale des textiles et produits coloniaux

A3

1927

1

Vatinel et Cie

A3

1930

3

Sté française d’importation cotonnière Henry Scholaert

A3

1932

3

Filatures de la Martinique, Cie française des textiles

A3

1939

4

Comptoir cotonnier et colonial

A3

1940

1

Cotoubangui

B2

1932

2

Société cotonnière de l’Indochine

C2

1898

1

Association cotonnière coloniale, IRCT

C2

1903

6

Société cotonnière du Tonkin

C2

1900

3

Sté cotonnière des Éts français de l’Océanie

C2

1909

2

Compagnie française du coton colonial

C2

1910

4

Sté des cultures de Diakandapé

C2

1919

1

Cie de culture cotonnière du Niger (Ciconnic)

C2

1919

1

Société cotonnière de Saigon

C2

1924

1

Compagnie cotonnière des Nouvelles-Hébrides

C2

1925

1

Compagnie de cultures tropicales en Afrique

C2

1925

1

Cie cotonnière franco-tchadienne, Cotonfran

C2

1926

1

Cie cotonnière du Nord-Cameroun et du Tchad

C2

1927

1

Colonne 2 : type A3, import-export ; type B2, exploitation à la colonie à direction havraise ; type C2, exploitation à la colonie à participation havraise.
Colonne 3 : date de création.
Colonne 4 : nombre d’administrateurs havrais.
Extrait de l’inventaire des entreprises présenté en annexe de C. Malon, Le Havre colonial..., vol. 5.

71Deux types d’entreprise se dégagent de cet inventaire. Le premier type, ce sont les sociétés indigènes havraises, maisons d’importation avant tout, six pour le coton, une pour les fibres exotiques. La plus grande longévité et le plus gros capital appartiennent à une maison dynastique née en 1862, société d’import-export polyvalente à dominante cotonnière. Il s’agit de la maison Siegfried devenue Compagnie cotonnière, aujourd’hui Copaco. Plus généralement, les Alsaciens d’origine, Siegfried, Marande, Senn, Hanhart, Ullmann ont clairement engagé leur entreprise de négoce dans le coton colonial. Le second type, ce sont les sociétés de plantation, pratiquant la récolte, la collecte et la préparation des fibres (égrenage du coton par exemple), qui sont partiellement administrées par des négociants havrais, quatorze pour le coton, cinq pour le sisal. Jusqu’à 1925, les investissements dans les entreprises travaillant à la colonie, dont certaines travaillent même le produit fini, se font surtout en Indochine, en Océanie. L’Afrique vient plus tard. Cela concorde avec les importations havraises de coton d’Indochine, majoritaires avant 1914. Une seule société agissant à la colonie est entièrement havraise : la Cotoubangui. Dans la population des entreprises coloniales au Havre, la répartition entre le commerce de Place et l’activité à la colonie est assez variable. L’effort de recherche de nouveaux réservoirs, plus que dans les autres niches de compétence, a été conduit en partenariat avec des administrateurs non havrais.

Tab. 5 – La ventilation des types d’entreprises selon les produits (1880-1960) (base de calcul : 310 entreprises)a

Activités

Nombre d’entreprises

Type A3

Type C2

Autres types

Coton, sisal

34

10

20

4

Café, cacao

52

39

1

12

Bois

33

15

5

13

Polyvalentes textiles exclus

74

47

10

17

Polyvalentes textiles inclus

19

14

3

2

Autres activités

98

32

7

59

a. Type A3, import-export ; type C2, exploitation à la colonie à participation havraise. Pour la typologie, voir tableau 2, chapitre 6. Sources : Almanach Micaux et Répertoire des entreprises coloniales au Havre (C. Malon, Le Havre colonial..., vol. 5).

72Les entreprises indigènes de négoce havrais spécialisées dans le textile colonial ne représentent qu’un dixième du stock total des importateurs commissionnaires en coton de la Place en 1939. On pourrait y ajouter les quatorze entreprises polyvalentes ci-après affichant, dans les almanachs du commerce, entre autres le coton colonial et les fibres dures dans leurs activités.

Entreprises et entrepreneurs : diversité de l’engagement

  • 112 RDCC, no 103,15-05-1921. Rapport Thieullent sur les cotons coloniaux.

73De nombreuses maisons, renommées sur la Place du Havre, n’apparaissent pas parmi les spécialistes du coton colonial. Elles continuent à consacrer la quasi-totalité de leurs activités au coton américain, indien ou égyptien. Les maisons Caron, Thieullent, Jacquey-Wilson, Cotons et textiles SA, semblent avoir fait peu ou pas de commerce colonial du coton pour leur propre compte, (bien que des patrons comme Thieullent ou Lamotte aient présidé et administré la Cie du Niger français, mais il s’agissait d’une société de traite polyvalente, active au Havre dans le domaine du cacao et du café). Certains pensaient même que le coton colonial écarterait les acheteurs du marché à terme qui nécessite des quantités importantes et surtout de qualité : « la plupart de nos filateurs n’emploient que de très belles qualités de coton des États-Unis et d’Égypte et ne recherchent nos cotons coloniaux de qualité médiocre et insuffisamment égrenés que comme un pis-aller. »112

Tab. 6 – Les entreprises coloniales polyvalentes affichant le textile colonial dans l’objet de leur société

Type

Année

Daniel Ancel fils

A3

1782

Raoul-Duval et Cie

A3

1826

SADES SA des Éts Shaki

A2

1900

Stempowski

A3

1854

Reinhart, SIC

A3

1856

Grosos

A3

1865

Blavier-Hugonin

A3

1912

Cie commerciale normande de l’AOF

A3

1927

Latham-Gilg

A3

1927

Dumesnil

A3

1928

Gys-Camus

A3

1921

Mutrelle

A3

1928

Soyer-Devaux

A3

1929

Deville

A3

1939

Compagnie coloniale de Vaté

B2

1927

Sté française des Nouvelles-Hébrides

C2

1894

Niger français

C3

1913

Cie coloniale des îles Banks, Nouvelles-Hébrides

C3

1928

Sté coloniale franco-hollandaise

D3

1929

74On ne peut classer comme « coloniales » certaines sociétés sous le prétexte que leurs dirigeants ont joué un rôle stratégique dans les entreprises du coton à la colonie : en tout premier lieu la maison Du Pasquier et Cie, la SA Masquelier et Cie, la maison Hauser. Pour 94 « maisons spéciales » ou importateurs commissionnaires en coton en 1914, ou 75 en 1939, au Havre, il n’y a donc que six entreprises de négoce havrais répertoriées comme coloniales ou qui s’autoproclament spécialistes du coton colonial. Il est en outre difficile de savoir si une société qui porte la double casquette « café – coton », comme la maison Wagner, figure à l’Annuaire des entreprises d’outre-mer pour ses approvisionnements en coton, ou seulement pour ses cafés.

  • 113 Non comprises les maisons Vaquin (sisal et textiles pour brosserie) et Fossat (maison de courtage l (...)

75Le tableau suivant rassemble les maisons de négoce colonial du coton113, les sociétés « non coloniales » mais dont les dirigeants se sont particulièrement engagés dans la mise en valeur à la colonie, et quelques sociétés à capital important sur la Place, qui ne se sont pas réputées spécialistes du coton colonial. Cet échantillon représente un quart des maisons d’importation et de commission du coton au Havre en 1939. Les divergences d’analyse et de réseaux d’information ont sans doute joué sur le niveau d’engagement des entrepreneurs car les trois échantillons sont assez comparables par la taille du capital.

Tab. 7 – Le capital de dix-huit entreprises d’importation du coton, en millions de francs courants pour la période 1937-1940

Tab. 7 – Le capital de dix-huit entreprises d’importation du coton, en millions de francs courants pour la période 1937-1940

Sources : TCH-6U6 et Annonces légales JDH.

  • 114 Rapport d’inspection de la Banque de France, 1935.

76Les sources de la Banque de France nous apprennent que deux grandes maisons, Hauser et Du Pasquier et Cie, « ont été durement touchées par la crise » alors que la Compagnie cotonnière « n’a pas été touchée ». Faut-il y voir un effet des différences de réseau et de stratégies ? Un fait anecdotique socialement, mais symboliquement intéressant mérite d’être souligné. Il s’agit de l’inscription, dans la liste des membres fondateurs de l’Institut colonial du Havre, au 31 décembre 1930, de la société Anderson-Clayton, un pari qui ne coûte que le prix d’une cotisation, certes. Mais quelle est cette maison, représentée au Havre, près de la Bourse, qui témoigne ainsi de son intérêt pour le développement du coton colonial français ? Rien moins qu’un géant du coton américain qui a traité en 1934 deux millions de balles (alors qu’une grosse maison havraise en reçoit 30 000 à 80 000), et qui dispose d’un stock de 84 millions de dollars de coton114 !

Croissance démographique des entreprises du textile colonial

77La démographie de l’entreprise de Place et celle de l’entreprise à la colonie sont sensiblement différentes. Les Havrais du coton se sont intéressés à la mise en valeur de l’Indochine, de l’Océanie et dans les années 1925-1935, de l’Afrique (le moment de densité la plus forte correspond bien aux efforts de mise en valeur de l’AOF pour le coton et le sisal). Ensuite, de la fin des années 1930 à la décolonisation, vient une époque de rationalisation marquée par un retrait sur l’AEF. La moindre densité est alors accompagnée d’un renforcement de l’armature locale des sociétés d’importation, parallèlement à la croissance enfin significative du coton colonial dans les importations.

Fig. 5 – La densité des entreprises havraises spécialisées dans le textile colonial (sisal et autres fibres inclus) (non comprises les entreprises polyvalentes traitant partiellement le textile des colonies), d’après le répertoire, C. Malon, Le Havre colonial..., vol. 5

78La longévité des entreprises de négoce contraste avec la diminution du nombre d’entreprises à la colonie. La surévaluation des possibilités de l’AOF dans les années 1927-1935 n’y est pas étrangère. Les sociétés indochinoises, à fort capital, disparaissent des annuaires coloniaux en même temps que s’opère l’adaptation de la Place du Havre au réservoir colonial aéfien. Les entreprises de la Place, petites et moyennes, résistent assez bien.

Des performances contrastées

  • 115 C. Hodeir, « Patronat et performance, le cas des entreprises coloniales », in Les Performances des (...)
  • 116 CAOM, fm. 1 afféco-173.
  • 117 13 814 587 F, note du 11 mai 1936 du procureur de la République de la Seine au ministre des Colonie (...)
  • 118 J. Suret-Canale, Afrique noire, t. 3, De la colonisation aux Indépendances 1945-1960, p. 359.
  • 119 D’après l’Annuaire Desfossés, 1959. Les trois sociétés absorbées en 1937 sont : les Plantations d’A (...)

79La Ciconnic, avec le groupe Hirsch-Du Pasquier, et la Compagnie des Cultures tropicales en Afrique, avec la SA Masquelier, connaissent, de leur fondation aux années 1935 et 1936, une stagnation, puis un effondrement du total de leur bilan et de leurs fonds propres à la veille de la guerre115. L’assemblée des actionnaires de la Ciconnic du 5 avril 1932 avait constaté, malgré les prêts consentis par l’Association cotonnière coloniale, un solde débiteur de 12,7 millions de francs. Les filiales étaient également en difficulté. Une note du 10 mars 1936116 par exemple signale que « la Ciconnic aurait obtenu une avance de 250 000 F de la BAO, sur son coton warranté à Diré, qui doit être transformée en crédit documentaire lorsque le coton sera embarqué à destination du Havre », mais dans le même temps le Crédit colonial, qui ne s’y trompe pas, refuse un prêt à la Ciconnic, à cause de l’insuffisance des prévisions d’exploitation. En 1936, l’activité est presque inexistante et le portefeuille quasiment improductif. Le capital social de 27 millions de francs a été entièrement absorbé et les pertes comptables s’élèvent à près de 14 millions de francs117. La Ciconnic, en 1941, affiche toujours un déficit de 274 000 F. Elle survit toujours cependant en 1947 avec un capital affiché de 9 millions de francs CFA. Elle se fond, en 1952, dans la Compagnie générale du Niger « où ne figurent plus que des personnages de second plan »118. Productrice de sisal, la Société des cultures de Diakandapé augmente son capital par absorption de trois sociétés similaires en 1937, mais elle ne distribue plus de dividendes à partir de 1953 à cause de pertes successives. En 1959 son capital est en francs constants le quinzième de celui de 1937119. À défaut de bilans comparatifs, les évolutions de la taille, d’après le capital en francs constants, semblent indiquer une bonne résistance à la conjoncture du « système Le Havre – AEF » qui profite également aux entreprises d’import-export de petite taille.

Tab. 8 – L’évolution du capital de six entreprises (en francs constants 1938)

Tab. 8 – L’évolution du capital de six entreprises (en francs constants 1938)

D’après TCH, ADF, AEC et Annonces légales.

80Quelques indices d’activité confirment la corrélation entre la croissance des importations du coton d’AEF en France et au Havre, et la bonne santé des sociétés de l’Oubangui. La Cotonfran voit son bénéfice net augmenter en même temps que la production. Celle-ci passe de 30 000 tonnes de coton-graine en 1946 à plus de 100 000 en 1960. En francs constants, le bénéfice de 1957 est 2,5 fois plus élevé que celui de 1948.

Fig. 6 – L’évolution des bénéfices de la Cotonfran en CFA courants
(d’après Marchés coloniaux et Annuaire Desfossés)

Le coton colonial dans les activités de Place

  • 120 Quelle part est celle, par exemple, des cotons coloniaux dans les 150 millions de chiffre d’affaire (...)

81Même si l’on a pu constater qu’au mieux, deux balles de coton sur dix qui entrent sur le port du Havre sont d’origine coloniale au temps de l’Union française, il est quand même utile de rassembler les données disponibles sur les sociétés de Place qui ont pratiqué le coton colonial. Cette activité est servie par des sociétés anciennes et puissantes. Des questions demeurent, posées par la polyvalence des entreprises et le manque de sources privées120. Les quelques indications de performances disponibles aux archives de la Banque de France sont reproduites dans le tableau 9, en se limitant aux sociétés compétentes dans le coton colonial sans que l’on puisse dire la part de l’outre-mer français dans leur chiffre d’affaires.

82Les sociétés liées au coton d’AEF se portent plutôt bien. La Compagnie cotonnière dispose de fonds propres importants, mais sa performance est trompeuse, car elle délègue une part de ses opérations à ses filiales africaines comme la Cotoubangui, ou havraises comme la CFIEX. C’est une affaire qui demeure « saine » pour la Banque de France, qui constate également au cours de la période l’augmentation des fonds propres du Comptoir cotonnier et colonial directement lié à la Cotonfran.

Les réseaux et la stratégie sont interdépendants

  • 121 En 1959, Dolfuss-Mieg et Cie, au capital de 2,5 milliards de francs, présente un actif de 9,1 milli (...)
  • 122 L’arrière-grand-mère maternelle de Jules et Ernest Siegfried était Marie Schlumberger, décédée en 1 (...)
  • 123 Avec une exception pour la Ciconnic où la SA Du Pasquier figure comme administrateur, mais la maiso (...)

83Le réseau du coton colonial assure un lien entre le négoce du principal port d’importation du coton, les animateurs de l’Association cotonnière coloniale, et les industriels, puisque Schlumberger, président du Syndicat général de l’industrie cotonnière siège à la fois à l’Office du Niger et à la Société d’études et de colonisation. Il a donc des liens fréquents avec Hermann Du Pasquier et Le Havre. (Pauline Schlumberger de Mulhouse est une associée de la maison Du Pasquier.) Édouard Senn est administrateur de Dolfuss-Mieg et Cie121. L’endogamie est forte. Les Schlumberger sont aussi liés aux Siegfried122. La Porte Océane était déjà, au XIXe siècle, un poste avancé de l’industrie alsacienne et plusieurs maisons avaient une double activité à Mulhouse et au Havre. Quant à la CITEC, le lien avec l’industrie est direct puisqu’il s’agit de Boussac en personne. Parfois c’est à titre individuel que les négociants de la Place s’engagent dans l’investissement colonial en général. C’est le cas de Du Pasquier123 et de Masquelier qui occupent des positions de direction ou de surveillance dans les conseils d’administration de plusieurs entreprises à la colonie avec des non-Havrais, surtout en AOF. Il est rare que les cliques (en langage sociologique) soient purement havraises. Les Masquelier et les Clerc sont liés au textile du Nord, les Siegfried-Senn à la Banque parisienne et au textile alsacien. Une interprétation trop locale de l’investissement ne rendrait pas compte de l’engagement de groupes informels mais bien concrets, dans les stratégies. La SA Masquelier, qui est présente sur tous les fronts (Indochine, Nouvelles-Hébrides, Soudan, Sénégal), vue du Havre, paraît isolée. En réalité elle appartient à des réseaux. Elle est notamment connectée avec le groupe Homberg.

Tab. 9 – Les résultats comparés des importateurs-commissionnaires du coton étranger et colonial au temps de l’Union française (coton importé pour le Groupement d’achat en millions de francs courants, chiffre d’affaires, bénéfices, fonds propres en millions de francs courants, et ratio bénéfices sur chiffre d’affaires)

Tab. 9 – Les résultats comparés des importateurs-commissionnaires du coton étranger et colonial au temps de l’Union française (coton importé pour le Groupement d’achat en millions de francs courants, chiffre d’affaires, bénéfices, fonds propres en millions de francs courants, et ratio bénéfices sur chiffre d’affaires)

D’après le rapport d’inspection de la Banque de France 1955.

84Le cas de Hermann Du Pasquier est singulier. Sorte de pape du coton, envoyé à New York en 1917 et 1918 pour assurer l’approvisionnement de la France en coton, il semble avoir placé tous ses espoirs dans le développement de l’AOF. Il participe aux différents étages de l’édifice constitué par l’Office du Niger, la Ciconnic et ses filiales. Très peu lié au groupe Siegfried-Senn (preuve que le protestantisme ne peut servir d’explication à tout ce qui concerne l’histoire des élites havraises), Du Pasquier a des liens particuliers avec l’industrie cotonnière par Schlumberger, avec la BUP et Rothschild, avec l’homme du sisal Hirsch qu’il va lui-même présenter aux industriels d’Alsace et des Vosges en 1927. Il est associé à René Godet, fondateur des Corderies de la Seine, lequel finance non seulement plusieurs entreprises de sisal africain, mais aussi l’usine textile Gonfreville à Bouaké. L’Association cotonnière coloniale est une superstructure où s’allient les efforts des deux principales composantes que l’on vient de présenter. Le groupe Du Pasquier-Schlumberger y retrouve le couple Marande-Senn. Ce dernier aura, historiquement, « le dernier mot » avec le rôle d’Édouard Senn à la tête de ITRCT après 1945 et l’installation de la CFDT.

  • 124 G. Traversin (président de la Compagnie cotonnière de 1982 à 1992), Coton et développement, hors-sé (...)

85Les Havrais du caoutchouc congolais (Raverat – Siegfried – Senn – Mellier) ont quelques intérêts en AOF, à travers la Compagnie française du coton colonial mais ils s’intéresseront également au développement du coton là où ils étaient déjà bien implantés, en Oubangui. La Kotto devient la Cotoubangui. Ainsi, dans l’histoire de la maison Siegfried, compagnie cotonnière, passe-t-on d’une société concessionnaire aux méthodes coloniales rétrogrades, à l’existence, un siècle plus tard, d’un édifice de coopération : le pôle Coton et développement. Car la Cotoubangui est bien la création d’Olivier Senn, le gendre d’Ernest Siegfried, au lendemain de la première guerre mondiale. Le territoire de la Cotoubangui est sensiblement le même que celui de La Kotto et les méthodes sont similaires de celles qu’utilisent les Belges puisqu’il s’agit de collecter en bénéficiant d’un monopole d’achat. « N’ayant pu réunir les capitaux nécessaires auprès de l’industrie cotonnière française, Olivier Senn se tourne alors vers des amis belges, les sociétés Bunge et Sipef d’Anvers et la Compagnie cotonnière congolaise. »124 La Cotoubangui démarre donc sa production grâce à l’assistance et l’expérience des techniciens belges, sur 25 000 km2, avec 25 000 planteurs de coton. Si cette entreprise, compte tenu des dimensions de son territoire, n’a jamais produit plus de 10 000 tonnes, les méthodes d’encadrement, transport, usinage, commercialisation, préfigurent celles de la CFDT actuelle. Le système de « la corde » remplace celui du « coton du commandant ». Ce système pratiqué en AEF semblait porteur de possibilités supérieures à celles de celui de l’Office du Niger.

Après 1945, un nouvel esprit et de nouvelles méthodes

  • 125 Les administrateurs représentant l’État agissent pour divers ministères (Finances, Budget, Affaires (...)

86L’échec des méthodes de l’Office du Niger a peut-être incité des entrepreneurs, à étendre en AOF le système qui avait permis l’essor de la production de l’AEF. C’est ici qu’intervient une innovation, la fondation de la Compagnie française pour le développement de fibres textiles. Le rétablissement de la souveraineté de l’Empire s’accompagnait en 1945 d’une volonté réformatrice. Des groupes de travail avaient été mis en place au ministère des Colonies et l’idée de planifier le développement faisait son chemin. Elle aboutit à l’Institution du FIDES par la loi du 30 avril 1946. L’article 2 permettait la création de sociétés d’économie mixte. En 1948, un inspecteur général des colonies, Jacques de Carbon-Ferrière, reçoit l’appui du secrétaire d’État à la France d’outre-mer du cabinet Queuille, Tony Révillon, et la collaboration d’Édouard Senn. Celle-ci fut déterminante, car la création d’une société à capitaux mixtes n’était pas bien vue, en général, du « commerce ». Ainsi naquit le 8 février 1949 la Compagnie des Textiles de l’Union française, bientôt rebaptisée Compagnie française pour le développement des fibres textiles, au capital de 20 millions de francs. L’État apportait 62 % du capital. Cinq administrateurs sur quinze représentaient les intérêts privés125.

  • 126 Réuni en juin 1956 sous la présidence de Gaston Defferre, le comité directeur du FIDES accorde une (...)

87Le but de la société est d’étudier les moyens de développer la production des textiles exotiques et de promouvoir la création d’entreprises. Elle encadre la production, installe des usines d’égrenage et des huileries, contrôle la commercialisation du coton-fibre quelle confie à la Compagnie cotonnière. C’est ce processus qui entraînera la Compagnie cotonnière à devenir au bout du compte une filiale de la CFDT. Dans le système Copaco-CFDT de l’Afrique au temps de l’Union française, on pourrait ne voir aucune innovation, sinon la reproduction du système de privilège d’achat mis en place en AEF avant guerre. Pourtant on assiste bien à un changement d’intentions et de stratégie dans le courant de l’après-guerre. On s’engage là dans une logique de coopération et de planification126. Toute la nouveauté réside dans les deux priorités stratégiques : le contrôle de la formation du prix payé au paysan africain, l’utilisation de méthodes scientifiques pour stimuler les rendements et la régularité des productions.

  • 127 De nombreuses informations ont été communiquées par M. Jean Michelis, administrateur en AOF, secrét (...)

88La Caisse de stabilisation des prix du coton est élaborée par les Services économiques et du plan de l’AOF dirigés par Jacques Ferrandi et Jean Michelis127, à Dakar. Le coton est produit par des petits paysans travaillant à la daba. Pour eux la certitude du prix est capitale. Il faut tenir les deux extrémités de la formation des prix, agir sur la formation du prix CAF et déterminer un prix de campagne annoncé avant les semis. De 1945 à 1952 où l’économie était « administrée », ce n’était pas trop difficile. Mais avec le retour au marché concurrentiel, la CFAO et la Compagnie du Niger cherchent à « placer » leur coton (la production du Nigeria était alors très importante). Un décret de 1954 établit le principe de la régulation des prix par une Caisse ; un autre, en 1955, ajoute la possibilité pour les Caisses d’intervenir dans des actions de développement. La Caisse de stabilisation des prix du coton devient un élément clé du système, dans la mesure où le monopole d’achat d’autrefois était devenu, de fait, une obligation d’achat. L’action conjuguée de la CFDT avec les services de l’État place l’ensemble du système dans une logique de développement.

  • 128 En 1946, l’UCEF se transforme en Institut de recherche du coton et des textiles exotiques. Il est p (...)
  • 129 Textiles d’outre-mer, brochure de l’IRCT, BMH 61949,1956.

89Une vue plus rationnelle, plus scientifique, des problèmes agricoles conduit Édouard Senn à transformer l’Association cotonnière coloniale, devenue pendant la guerre Union cotonnière de l’Empire français, en une structure scientifique distincte de la structure commerciale. Une simple déclaration à la préfecture de Police par le négociant havrais, le 18 avril 1946, donne naissance à l’Institut de recherches du coton et des textiles exotiques128. La ferme cotonnière de Bouaké, en Côte d’Ivoire, créée en 1928 au temps de l’ACC, devient station principale de ITRCT. Outre la création de stations en AOF dans les premières années, le champ d’action englobe aussi l’AEF avec les stations du Tchad et du Centrafrique. La recherche cotonnière gagne le Maroc (où la Compagnie cotonnière a d’ailleurs créé une filiale, la Compagnie cotonnière chérifienne) et Madagascar, en 1951. La période 1946-1960 est considérée par l’IRCT comme sa période de « décollage de la recherche cotonnière ». L’innovation repose sur trois actions : l’amélioration variétale, avec le recours, dès 1949, à la génétique, en relation avec l’ORSTOM, les techniques culturales avec les essais de fertilisation, et surtout la protection phytosanitaire : dès 1949, chaque station principale dispose d’une section d’entomologie et d’une section de phytopathologie. L’IRCT s’assure la collaboration de services de génétique, d’entomologie, de phytopathologie129.

  • 130 Cf. Chargements, Revue maritime hebdomadaire JDH, 1900-1914.
  • 131 ADSM. 178 J. Fonds Toussaint, dommages de guerre.
  • 132 Calculs d’après l’Inspection de la Banque de France, 1955.
  • 133 Coton et développement, no 2, juin 1992, p. 12 et 13.
  • 134 Cf. G. Traversin, Coton et développement. Dans les années 1990, la Copaco vend à un réseau de 600 c (...)
  • 135 M. Fichet (président de la Copaco et de la CFDT), « De la CFDT au groupe Coton et développement », (...)

90La Compagnie cotonnière est l’agent de vente de la CFDT à partir de 1952 au Cameroun, avant de devenir son agent unique, travaillant à la commission et démarchant les filateurs. Au Cameroun, de 525 tonnes de coton brut (160 tonnes de coton-fibre), la production passe à 22 200 tonnes de brut et 8 000 tonnes de fibre en 1959. Les chargements de coton adressés au Havre à la Compagnie cotonnière avant 1914 sont modestes et viennent de Cotonou ou Dakar130. Ses grandes affaires sont ailleurs. Mais le développement des compagnies-partenaires : Cotoubangui, Cotonfran, quelle administre totalement pour la première, partiellement pour la deuxième, a décidé d’une orientation durable de l’entreprise. L’ancienne maison Siegfried, qui avait dû resserrer ses liens avec les États-Unis, le Mexique et l’Amérique latine pendant les opérations du groupement d’achat, et notamment avec le négociant américain Hohenberg Bros, retrouve après 1950, une plus grande liberté d’action en Afrique. C’est, avec la maison Charles des bois coloniaux, la plus grande entreprise de négoce colonial spécifiquement havraise à l’origine. Le chiffre d’affaires atteint 68 millions de francs en 1937131. L’adhésion à la stratégie décrite stimule les ventes de la compagnie : 9 500 tonnes vendues en 1950, 46 700 tonnes en 1959 dont les deux tiers en cotons africains. En 1951 son chiffre d’affaires est de 3651 millions de francs soit 157 millions de francs 1938, avec un ratio bénéfices net sur fonds propres de 7,5 %132. On peut donc estimer à 100 millions de francs d’avant-guerre son chiffre d’affaires africain dans les années 1950 ! La Copaco dépassera les 100 000 tonnes vendues dans les années 1960133. À la fin des années 1960, elle se redéploie en Extrême-Orient134. Aujourd’hui, la Copaco est comme la CFDT, une entreprise à direction parisienne. Mais il reste au Havre la SOSEA, société de services pour l’Europe et l’Afrique, spécialisée dans le contrôle de la qualité du coton et dans l’import-export à partir du Havre, qui rassemble dans son capital, aux côtés de la Compagnie cotonnière et de la CFDT, six sociétés cotonnières africaines du Tchad, de République centrafricaine, du Mali, du Cameroun, de Côte-d’Ivoire et du Bénin135.

Un entrepreneur havrais du coton africain : Édouard Senn

91La Compagnie cotonnière est une entreprise coloniale dynastique et plus que séculaire. À l’origine il s’agit de la maison Siegfried frères (Jules, Jacques et Ernest), en 1862. La maison Ernest Siegfried prend le nom de Compagnie cotonnière en 1893. Elle siège à la Bourse du Havre, mais ses dirigeants sont rarement représentés à la chambre de commerce après Jules Siegfried. En revanche ils sont actifs dans l’appareil colonial. Charles-Auguste Marande, catholique alsacien venu au Havre en 1870, fondateur de la Ligue coloniale (1904), de l’École pratique coloniale (1908) est administrateur de la Compagnie pendant quarante ans. La Compagnie est trésorière de l’Institut colonial du Havre de 1929 à 1940.

  • 136 Cependant Charles-Auguste Marande, d’origine alsacienne, est catholique.
  • 137 Témoignage de Jean Michelis, 29-01-1998.
  • 138 Coton et développement, no 3, sept. 1992, p. 23.

92La famille Senn assure la longévité et le caractère dynastique de la maison Siegfried. En 1893, Hélène Siegfried, fille d’Ernest Siegfried et d’Émilie Schlumberger, épouse Olivier Senn, codirigeant de la compagnie. De cette union naît Édouard Senn, en 1901. Il reçoit le prénom de son grand-père, Havrais né à Genève en 1828. Rodolphe Rufenacht, né en 1893, administrateur de la compagnie, épouse Lili Senn. Voilà des entrepreneurs protestants, genevois ou alsaciens136, et une entreprise dont la continuité est assurée sinon par le patronyme, du moins par les femmes : ces traits rappellent fortement le « modèle rhénan » de Michel Hau. Édouard Senn, « typique du capitalisme protestant et genevois, par la rigueur et la probité »137, fut d’abord courtier avant de remplacer son père en 1923, à la direction de la compagnie. Ses positions d’administrateur étaient nombreuses dans le café, notamment le café colonial du Haut-Oubangui, le riz, les frigorifiques, le cuivre, les assurances. Il est administrateur de Dolfuss-Mieg. Sa vision de la filière est complète : production africaine, négoce havrais, filature et tissage alsaciens. Pendant la seconde guerre mondiale, il dirige le Groupement d’importation et de répartition. En 1953, il préside le Comité textile de l’organisation européenne de coopération. Sous son impulsion naissent l’IRCT et la CFDT dont il sera longtemps administrateur. Il participe aux travaux du Plan Monnet, du Plan Marshall, de l’OCDE138. Il abandonne la présidence de la Compagnie cotonnière en 1976 et meurt en 1992.

93Ces stratégies dessinées vers 1949 ont-elles une postérité ? L’Afrique atteint un nouveau record, en 1997, avec 1 900 000 tonnes de coton-graine donnant 800 000 tonnes de coton-fibre, soit 40 fois l’équivalent des meilleures importations coloniales de coton au Havre en 1958. Cette réussite a forcément une explication. Le système du monopole d’achat de l’entre-deux-guerres en AEF comportait une spécificité : l’édifice reposait sur le paysan et sa parcelle, avec une production encadrée commercialement et techniquement, très différente du système de plantation avec ses manœuvres. La commercialisation, avec la garantie du prix, la distinguait des grandes compagnies de traite concurrentes, CFAO ou Compagnie du Niger. Du champ de coton à la filature européenne en passant par le négoce, la force du système CFDT reposait sur l’intégration verticale et la spécialisation, ce qui n’était pas le cas des grandes sociétés coloniales de traite polyvalentes.

  • 139 M. Fichet, « La Cotontchad, cobaye de la Banque mondiale ? », Coton et développement, sept. 1997, p (...)

94Le groupe « Coton et développement », fondé sur un principe de mixité et de coopération avec des sociétés nationales des États indépendants, est à la fin du XXe siècle en conflit avec la Banque mondiale139, qui, au nom de l’ajustement structurel, fait pression pour le démantèlement des filières, au nom du « marché » et prône la privatisation de la Cotontchad (l’ancienne société privée Cotonfran). Ces enjeux actuels soulignent d’autant l’évolution d’un groupe d’entreprises et d’entrepreneurs fortement dynastiques, entreprenant à la colonie sous la protection de systèmes privilégiés (système concessionnaire, privilège d’achat) pour finalement adopter une stratégie du développement, combinant planification et initiative privée au point de se heurter à la dictature du marché mondialisé, qu’en d’autres temps on aurait appelé impérialisme.

95Les entrepreneurs havrais, au cœur de la stratégie impériale du coton, agissaient pour un projet à long terme : créer un nouveau réservoir. Ce but ne fut pas loin d’être atteint, après les errements stratégiques, au terme de la période coloniale elle-même. Cette course de fond contraste avec le sprint de l’aventure concessionnaire, gourmand et vite épuisé. Ces deux « entreprises » sont singulières. Il en est une troisième, plus massive, qui apparaît rétrospectivement comme un effort de la Place pour s’adapter, suivre ou devancer les changements de réservoir. Pour le contingent le plus nombreux des entreprises havraises, celui des importateurs de denrées coloniales, rhums, cafés, cacaos, il n’y avait pas de projet unificateur, mais des initiatives sectorielles et des adaptations stratégiques dictées par les contraintes spécifiques au produit. Une nébuleuse d’entreprises impliquées dans l’échange colonial, anciennes, nouvelles ou converties, a donné au Havre une place significative dans le mécanisme colonial. Ce sont ces moments et mouvements stratégiques, plus divers qui seront examinés maintenant.

Adaptations et conversions des entreprises havraises à l’échange colonial

  • 140 Paradoxalement, l’adjectif « colonial » crée beaucoup plus de confusion qu’il n’offre de possibilit (...)

96L’armature entrepreneuriale de l’échange colonial est constituée d’entreprises spécialisées et polyvalentes, de « maisons » anciennes, nouvelles et converties. Très rares sont les maisons ne traitant qu’un seul produit car la spécialisation n’est pas synonyme de monovalence140. Il s’agit en général d’une spécialisation relative, ou, dit autrement, d’une polyvalence rationalisée. Rares sont les spécialistes purs, sauf dans le domaine du bois. La spécialisation relative affiche souvent une dominante : café quand on négocie en même temps du cacao, du thé ou du poivre, dominante rhum et tafia quand on importe aussi du sucre, dominante riz quand on achète et vend du maïs et des graines oléagineuses. À chaque bouquet de produits correspond un ensemble de compétences particulières. La polyvalence réelle associe plusieurs groupes de produits éloignés par les compétences requises. On pourrait ainsi qualifier de polyvalente une maison qui pratique l’achat et la vente de cotons et sisal, cafés et cacaos, rhums et sucres et cuirs et peaux par exemple. De nombreuses maisons havraises affichent leur compétence à traiter dix ou quinze produits différents. D’une première approche des activités d’entreprises trois évidences se dégagent.

  1. De vieilles maisons, nées parfois dans la première moitié du XIXe siècle, continuent, au XXe siècle, d’importer depuis les vieilles colonies, surtout des rhums et des sucres.

  2. Des entreprises, nées au XIXe siècle ou avant la première guerre mondiale, qui traitaient le produit tropical étranger, se convertissent massivement dans l’entre-deux-guerres au café ou cacao des colonies françaises.

  3. Des entreprises naissent de l’essor des échanges spécifiques avec les colonies françaises, c’est le cas dans le domaine des bois africains.

Les importateurs anciens, nouveaux et convertis. Gens du rhum, gens du café

97Les importateurs de rhums, tafias et accessoirement de sucre sont nombreux sur la Place du Havre au moment où débute la deuxième expansion coloniale.

Les anciennes maisons ou Le Havre antillais

  • 141 JDH, 7-09-1838, statistiques de 1827 à 1838.

98Sous la monarchie de Juillet, la plupart des négociants-armateurs agissant dans l’espace caraïbe possédaient des voiliers « doublés de cuivre » qui transportaient surtout le sucre de canne en barriques, mais aussi du café ou de l’acajou. Ces entrepreneurs n’ont pas toujours atteint la fin du siècle. Les noms des Lemaistre et Dorey, des Lahem et Hermé, de la Veuve Homberg, de la Veuve Michel, vont s’effacer, tandis que subsisteront ceux des Ancel, Perquer, Quesnel, Masurier. Ils acheminent ensemble quelque 50 000 barriques de sucre et 3 millions de livres de café depuis la Martinique et la Guadeloupe en 1838141. À la génération suivante, à l’aube de la deuxième séquence coloniale, lorsque l’économie du rhum se substitue à celle du sucre sur la Place du Havre, quelques négociants possèdent encore des plantations, plus particulièrement en Martinique, comme Joseph De Querhoënt, membre de la chambre de commerce du Havre, et Daniel de Saumery. Ils importent de préférence, jusqu’en 1914, sur les voiliers de la maison Auger, ou de la maison Ambaud dite Union des Chargeurs coloniaux, eux-mêmes importateurs pour leur propre compte. Dans ce secteur le règne du négociant-armateur s’est prolongé. Des regroupements se sont opérés dans les années 1890. La crise de 1930 n’a pas diminué la densité des importateurs de rhum (67 en 1939 contre 60 en 1914) et les négociants travaillant spécifiquement avec l’Empire ont même créé un Syndicat des importateurs de rhums des colonies françaises.

  • 142 Il s’agit du Répertoire des entreprises coloniales au Havre (C. Malon, Le Havre colonial..., vol. 5 (...)

9971 entreprises, sur 310 que compte l’inventaire142, ont eu des relations avec les colonies françaises des Caraïbes. 35 entrepreneurs sont des importateurs-commissionnaires en rhum et accessoirement en sucre, bien que ce trafic devienne marginal. C’est donc le commerce de Place du rhum qui domine ce secteur avec 27 entreprises de type A3 spécialisées, et 8 entreprises polyvalentes possédant un important département rhum. Sur 53 importateurs de rhum colonial inscrits à l’Annuaire des entreprises coloniales en T912, on trouve 23 maisons havraises. Sur 46 « maisons spéciales » de négoce du rhum inscrites à l’Annuaire Micaux du Havre de 1939, 21 seulement ont été retenues dans l’inventaire, les autres s’étant consacrées essentiellement à une activité d’entrepositaire, ou bien s’affichant plutôt comme spécialiste des vins étrangers.

Fig. 7 – Buvard publicitaire des rhums Valois

  • 143 Il semble que la liste intègre aussi ceux qui ont surtout une activité d’entrepositaire.

100La caractéristique la plus nette de la démographie de ces entreprises est la grande période de créations, de 1840 à 1900 :25 maisons, spécialisées ou polyvalentes, de commerce de Place, sur 35, sont nées dans la deuxième moitié du XIXe, avec un fort mouvement vers 1880, au moment où l’importation sucrière s’essouffle. Ce mouvement n’a pas de corrélation avec les débuts de la seconde expansion coloniale puisqu’il est lié au développement spécifique de l’économie caraïbe. De plus, Le Havre disposait d’une solide tradition héritée de la traite négrière et de l’importation de sucre de canne, avec son réseau de raffineries locales. L’armature entrepreneuriale est donc constituée avant la guerre de 1914. À cette date, 100 000 fûts de rhum sont achetés annuellement par les importateurs havrais aux colons de la Martinique, de la Guadeloupe et de la Réunion. En 1939, Y Annuaire Micaux recense au Havre 67 importateurs-commissionnaires du rhum143. En 1965, il n’en reste qu’une dizaine. Les quantités importées sont passées de 24 000 tonnes en 1935 à 13 000 en 1960.

101Trois caractéristiques se dégagent de l’activité et des stratégies de ces entreprises du rhum. On perçoit tout d’abord sur la Place un groupe de maisons de petite taille : les trois quarts de l’effectif ont un petit capital, inférieur en moyenne au million de francs valeur 1938. Ce sont des importateurs, négociants commissionnaires aux activités complexes. Le deuxième caractère est relatif au transport de la marchandise qui, dans la période la plus faste, est assuré par des acteurs alliant le commerce de Place et l’armement. Troisième caractéristique : à la colonie, un groupe puissant est propriétaire. Trahissant quelque peu la typologie utilisée dans cette étude, apparaissent donc des maisons combinant négoce et implantation à la colonie. Ces positions permettent alors à des capitaux extérieurs au monde du rhum de venir se mêler à la mise en valeur des plantations.

Les activités à la colonie : Martinique et Guadeloupe

  • 144 De 1882 à 1894, selon le président du Syndicat de commerce en gros des vins et spiritueux du Havre, (...)
  • 145 ADSM-6U6 445-1906, Dépôt de marque NK Johnson. En 1888 : Plantation Sainte-Marie, Saint-Joseph, Hab (...)
  • 146 ADSM, TCH, 6U6, 1928.

102La prospérité de certains négoces se fonde sur une situation de propriétaire à la Martinique ou sur l’association à l’administration de l’entreprise, de grands propriétaires békés144. La SA des Rhums Chauvet tient son nom de l’Habitation Chauvet en Martinique. Son fondateur Joseph de Quérhoënt, membre de la chambre de commerce du Havre, maire de Sainte-Adresse, est propriétaire d’« habitations » : « Case Barète », « Labouré »145, etc. Il fonde la société en 1884 en déposant la marque « Compagnie des îles d’Amérique », bientôt Compagnie des Antilles. Son fort capital en 1918 (2,8 millions de francs courants) n’est réévalué qu’après 1946. Le conseil de la société anonyme intègre en 1923 deux négociants voisins qui pratiquent aussi le commerce du rhum, Robert Avril et Jean Raoul-Duval. La maison Ambaud frères (1880), devenue Jean Boivin et Cie, au capital de 2 millions de francs en 1924, appuie également ses activités sur les propriétés personnelles du fondateur Louis Élie Ambaud. Il possède un fonds de commerce et d’industrie pour la distillation et la préparation des rhums à Fort-de-France, quartier Rivière-Monsieur, et un immeuble sur la rive droite du canal. La distillerie abrite un appareil à jet continu de 800 à 1 000 litres, 10 cuves de fermentation, 9 de 3 600 litres et une de 28 000 litres, un foudre à tafia de 6 000 litres. Plus modeste (1 million de francs 1928 à sa création en 1928), la Commerciale antillaise, dirigée au Havre par Pierre Fégrai, s’appuie sur un réseau de grands propriétaires « békés », Langellier-Bellevue à Saint-Pierre de la Martinique, Raynal de Saint-Michel à Fort-de-France, Huygues-Despointes au François. On trouve également dans la SARL Louis Fabre-Domergue, administrateur de la Banque de la Martinique. La Commerciale antillaise vend les rhums fabriqués sur les « Habitations et Plantations Cheneaux-Macouba »146.

  • 147 Acte Hellouin 10-01-1898, archives Lacire, Le Havre.
  • 148 Liste des souscripteurs de la Compagnie havraise à la Guadeloupe, archives de maître Lacire au Havr (...)

103Les stratégies en direction de la Guadeloupe sont davantage capitalistes. On mobilise ici des apports d’entrepreneurs du coton ou du caoutchouc. En 1895, se constitue la Société coloniale havraise, pour l’exploitation de plantations dans la commune de Sainte-Rose, arrondissement de Pointe-à-Pitre. Au total, 600 ha complétés par la sucrerie Nogent. Les associés Pierre-Daniel de Saumery et John Mac Léod dotent l’entreprise d’un capital de 420 000 F. En 1900 ils joignent leurs forces à celle de la Compagnie havraise de plantations à la Guadeloupe, au capital de 450 000 F, qui exploite 740 ha dans la même commune de Sainte-Rose, possède la propriété de La Ramée et celle du Fief de Clugny, des distilleries de rhum, une sucrerie, des animaux de trait, et un bateau à vapeur147. Avant la constitution définitive de la société, Pierre-Daniel De Saumery, à qui sera confiée pour quinze années la direction de l’entreprise, se rend à la Pointe-à-Pitre pour faire un rapport sur les possibilités d’exploitation. 400 ha de terres labourables peuvent permettre d’augmenter la production de canne à sucre en vue de la production de rhum (46 000 litres, 16 000 F espérés), mais aussi du manioc (30 ha, 12 000 kg, devant rapporter 36 000 F), du café (12 000 kg dans six ans, pour 30 000 F). Dans cette compagnie on retrouve les « Africains » et « Indochinois » du coton et du caoutchouc, Raverat, Siegfried, Mellier. Ces exploitations à la colonie fusionnent dans une société : La Guadeloupe, dont l’objet s’élargit du même coup puisqu’elle se propose de traiter aussi le café et le cacao. Le capital réuni atteint le million de francs, et si le conseil de la SA est exclusivement havrais, les fondateurs ont fait appel aux contributions de négociants parisiens et rouennais. Le réseau des souscripteurs148 de la compagnie en 1898 est similaire à celui des sociétés concessionnaires au Congo à direction havraise. Le réseau des solidarités qui a joué à l’époque des sociétés concessionnaires au Congo préexiste donc dans une entreprise antillaise puisque l’on retrouve parmi les actionnaires, administrateurs ou non, les Flavrais Siegfried, Raverat, le Parisien Havrais Mellier et le Rouennais Gaston Boulet, tous dirigeants de La Kotto en Oubangui.

  • 149 Sur les Éts Darboussier avant 1907 : C. Schnakenbourg, La Compagnie sucrière de Pointe-à-Pitre, Par (...)
  • 150 A.-P. Blérald, Histoire économique de la Guadeloupe et de la Martinique, Paris, Karthala, 1986, p.  (...)

104Des capitaux havrais, par l’intermédiaire d’Edmond Raoul-Duval, puis de Jean Raoul-Duval, ont participé aux activités de la Société industrielle et agricole de la Pointe-à-Pitre, les anciens Établissements Darboussier, producteurs de sucre et exportateurs de rhum, créés par le Guadeloupéen Ernest Souques, refondés sous la raison sociale SIAPAP en 19 071149. Cette grande entreprise coloniale produit, en 1925, 104 000 sacs de sucre et 28 000 hectolitres de rhum et exporte des fûts de Basse-Terre vers Le Havre sur les navires de la CGT. Ce « véritable empire » regroupe vingt-six habitations réparties sur six communes, un total de 8 000 ha qui représente un quart de la surface plantée en sucre de Tile, écrit Alain-Philippe Blérald qui oppose ainsi la Martinique où domine la propriété Béké et la Guadeloupe où l’appel au capital métropolitain est plus déterminant150. Et en effet, si les négociants en rhum havrais sont liés aux békés de la Martinique, les bailleurs de fonds de la Guadeloupe sont principalement venus d’autres secteurs : le caoutchouc, le coton, le riz par exemple.

Des négociants-armateurs solidaires

  • 151 Il comprend les négociants Louis et Charles Ambaud, Frédéric Avril, André Mandeix (de Mandeix-O’Sca (...)
  • 152 Exemple : le Georgina Auger charge à Saint-Pierre du tafia pour Masurier, du rhum pour O’Scanlan et (...)
  • 153 Exemple : JDH, 12-04-1892.
  • 154 ADSM, 2Z106 dossier Avril.

105Dans la relation entre Le Havre et les Antilles, les échanges maritimes des sucres et du rhum ont prolongé l’existence des négociants-armateurs, à la différence des autres secteurs. Les annonces portuaires de chargements de navires témoignent de cette activité, au moins jusqu’en 1914. La maison Ambaud, outre son propre négoce, est l’un de ces armateurs. Sous le nom d’Union des Chargeurs coloniaux, ses voiliers, tel le Lamentin, transportent la marchandise des principales maisons de la Place. C’est en 1898 que se met en place le conseil de surveillance de cette Union qui ressemble fort à un consortium havrais des rhums coloniaux151. Ses navires transportent également d’autres produits depuis Saint-Pierre, du café vert par exemple. Moins important mais plus précoce, l’armement Désiré Auger existait en 1880. La maison Auger et Loiseau puis Loiseau et Aubourg combine le négoce et le transport des rhums antillais152 mais également malgaches. La maison Avril arme également pour les Antilles et la Guyane et se trouve, elle aussi, au service de la corporation. Importatrice du rhum des « Grands Fonds Bellevue », elle transporte aussi les denrées coloniales et ramène aux Antilles riz, charbons et matériaux de construction153. Son capital s’amenuise fortement et en 1935, l’entreprise se trouve en difficulté avec les banques154.

La ruche des importateurs et commissionnaires

  • 155 ADSM, 6U6, marques de fabrique 13-11-1922.
  • 156 Banque de France, 1930.
  • 157 ADSM, 11 RP – 942 – 510, dossier dommages de guerre.

106La multiplication des entrepôts et des enseignes fait imaginer une véritable ruche, avec son mouvement incessant de charrettes transportant les fûts au cœur de la ville. Voici par exemple, au 35 de la rue Jules Le Cesne, un porche assez anodin qui permet d’accéder à un grand entrepôt. Là, l’importateur Léon Bachellier loge, en 1935, 6 000 fûts de rhum. Président du Syndicat des vins et spiritueux et de l’Institut colonial entre les deux guerres, il a fondé son entreprise en 1895, au capital de 200 000 F et dispose en 1935 d’une fortune de 3 millions de francs. De cette multiplicité de petites et moyennes entreprises, se dégagent nettement, par l’importance du capital et le rayon d’action, les Entrepôts Dubuffet, dits Comptoir français d’importation coloniale. Entreprise dynastique (née en 1893) en même temps que société anonyme, elle est dotée d’un capital de 1,5 million de francs en 1910. Malgré une certaine érosion freinée par les prélèvements sur réserve extraordinaire, il s’élève encore à 20 millions de francs courants en 1946 (0,5 million de francs 1914). C’est globalement la plus grande taille des maisons spécialisées en vins et spiritueux figurant à l’inventaire, mais il est vrai qu’une part importante voire dominante du chiffre d’affaires est fournie par les importations de vins et d’eau-de-vie d’Afrique du Nord, notamment une « Fine d’Algérie, propriété exclusive des Entrepôts Dubuffet »155. En 1908, Dubuffet avait déposé une marque de « Rhum colonial des colonies françaises » au Tribunal de commerce. La maison importe aussi du café de la Martinique. En 1924, par exemple, Dubuffet a vendu 120 000 hectolitres dans 33 succursales, 32 au Havre, une à Alger. En 1927, les succursales sont 60 au Havre : on y vend 30 000 bouteilles par jour ! L’entreprise a réalisé en 1923 près de 800 000 F de bénéfices. L’action de 500 F se vend alors 975 F. En 1927 le bénéfice atteint 1 549 000 F. La maison Dubuffet traite 11 millions de francs d’affaires en 1929156. Elle est alors dirigée par le gendre du banquier Chalot qui finance ses importations. La SA Dubuffet occupait en 1939 un effectif de 99 personnes au Havre et possédait en France 45 succursales de vente au détail, et distribuait également sur place aux grossistes et aux détaillants de la ville et de la région157. Un administrateur de la SA, Eugène Marotte, sera longtemps président de l’Union syndicale des importateurs de rhum des colonies françaises. Au lendemain de la seconde guerre mondiale, Dubuffet dispose d’une solide situation financière.

  • 158 Banque de France, 1948.

Dans les années qui ont précédé la guerre, cette firme, dirigée avec habileté par M. Marotte, s’est intéressée à l’importation des rhums et détenait au début des hostilités un stock important qu’elle détenait au cours de l’occupation dans des conditions avantageuses158.

107Parmi les clients importants, figurent d’importants grossistes parisiens. En 1955, selon la Banque de France, Dubuffet, au capital de 120 millions de francs, traite 10 % des rhums consommés dans la métropole.

  • 159 Le total des ventes de la maison Aubourg s’élève à 1 144 586 F pour l’exercice 1936-1937. Les dépen (...)
  • 160 Les Rhums Saint-James ou Société coloniale à Fort-de-France ont un capital de 20 millions en 1948. (...)

108Un cas intéressant d’imbrication des intérêts relie les entreprises Auger, Aubourg, Jallageas, Caïman et Rhums Saint-James. La Société de la liqueur des Antilles porte successivement le nom de Fialix, Dubarry, Bécue. Un lien matrimonial existe avec la maison Aubourg159, par l’intermédiaire de Jean Bécue, journaliste financier parisien, époux d’Odette Aubourg et intéressé aux deux sociétés. La société Aubourg fait en 1938 apport de son département rhum en bouteilles, en réalité la quasi-totalité de son fonds de commerce, lors de la constitution de la Compagnie des planteurs réunis dite Caïman. Aubourg avait racheté cette marque en 1929 à la maison Jallageas, un autre importateur havrais, conseiller municipal, qui l’avait déposée au Tribunal de commerce en 1910. Le rhum Caïman était produit par l’usine du Galion, Langellier-Bellevue. La maison Aubourg occupe en ce temps-là tout un pâté de maisons rue Casimir Delavigne. L’entrée dans la société anonyme d’Ernestine Lambert, propriétaire des Rhums Saint-James, permet de constituer un capital de 2 millions de francs160. Les Rhums Caïman diversifient leurs approvisionnements et se constituent un important réseau de clients. En 1946 les origines de 1500 hectolitres accordés par le groupement d’achat national se répartissent ainsi :

Tab. 10 – L’origine des rhums importés par Caïman en 1946

Madagascar

Guadeloupe

Martinique

Réunion

%

3

35

46

16

100

Sources : CAOM, 129-AQ-130.

  • 161 CAOM, 129-AQ-I30, archives des Rhums Saint-James.

109Les Rhums Caïman ont recherché dès les débuts une clientèle dans les colonies françaises, belges et anglaises d’Afrique, pour concurrencer notamment les rhums bordelais Négrita161. Pour cela on recourt au réseau utilisé par la maison Aubourg dans les années 1930. Caïman utilise les services d’un agent parisien de la maison Aubourg, Bernard, « bien introduit à la SCOA, à la CFAO, au Niger français » et qui travaille moyennant commission de 5 %. En Afrique du Nord, Aubourg vend à la Société Vaafa à Oran, à la Cie marocaine à Casablanca, à la Société Tunisienne d’alimentation qui lui avait accordé un contrat d’exclusivité en 1937. On peut donc parler avec la Société Caïman de négoce colonial international des rhums, à la fois importateur et exportateur. En France, les Établissements Dubonnet sont un gros client.

  • 162 Inspection de la Banque de France, rapport 1955.

110La période 1850-1940 a donc été un moment important de l’activité de dizaines d’entreprises havraises en direction des Antilles, correspondant en quelque sorte à un cycle du rhum colonial beaucoup plus qu’à une géopolitique coloniale. Au milieu des années i960, les importateurs ex-coloniaux sont moins d’une dizaine sur la Place. Les Rhums Chauvet, Dubuffet, ont les moyens de résister. Courciéras, en 1955, affiche des résultats médiocres. La Liqueur des Antilles passe à ce moment sous contrôle de la Société Bardinet-Négrita de Bordeaux après avoir enregistré une perte de 7,2 millions en 1953162. Les importateurs-distributeurs de petite ou moyenne dimension sont laminés, à partir de 1957, par l’obligation de mise en bouteille, moment décisif qui sera examiné plus loin dans l’étude de la microéconomie de la maison Habert. Les mouvements stratégiques liés aux denrées coloniales telles que le café ou le cacao ne répondent pas à la même périodisation.

Les « denrées coloniales » : une nébuleuse d’entreprises. Initiateurs et convertis

  • 163 Les connaissements et règlements d’avaries (AFL) sont précieux pour vérifier la conversion quand le (...)

111Anciens, convertis ou nouveaux, spécialisés ou polyvalents, les importateurs de « denrées coloniales » répertoriés sont au nombre de 128, soit 41 % des unités retenues dans l’inventaire. Sur 53 maisons spécialisées dans le café – cacao – poivre des colonies et produits associés, 33 sont nées après 1924. Le recours au réservoir colonial français, constaté dans l’étude commerciale, a converti la vingtaine d’entreprises spécialisées préexistantes163 et stimulé la naissance de nouvelles unités spécialisées. Bon gré, mal gré, la plupart des importateurs, commissionnaires, négociants en cafés sont devenus coloniaux. La conversion des gens du café au réservoir colonial, qui est encore modeste à la fin des années 1930 (25 % de tonnages coloniaux), n’est plus seulement le fait d’initiatives individuelles. 11 existe une stratégie de groupe et une croyance en des perspectives très encourageantes pour le café colonial. Lors de l’inauguration du marché à terme des cafés coloniaux, en 1937, le courtier Shroeder parlait d’un accroissement dans des proportions « incalculables » :

  • 164 Bulletin de l’Institut colonial, no 89, avr. 1937, p. 26-27.

Cette perspective est d’autant plus appréciable que chaque pays, soucieux de son encaisse-or, cherche avec un soin jaloux à se libérer d’achats de produits étrangers. À titre documentaire nous citerons que l’an passé, notre balance commerciale se trouvait déficitaire de 272 millions de francs vis-à-vis du Brésil, de 713 millions vis-à-vis des Indes britanniques et de 143 millions vis-à-vis des Indes néerlandaises. Ayant la fortune de posséder dans un Empire colonial un sol pouvant produire une denrée devenue de première nécessité, la métropole se devait d’encourager les efforts admirables de ces explorateurs, de ces colons, de ces hommes d’action qui, loin de nos luttes intestines, rehaussent dans le monde le prestige de la France164.

112Le Bureau du Syndicat du commerce du café de 1952 compte, sur 12 membres, 11 individus figurant dans l’inventaire comme responsables d’entreprises en relation avec les colonies. Les témoignages de négociants en retraite ont confirmé qu’une partie de leur chiffre d’affaires découlait en majorité des relations avec les colonies françaises au temps de la protection, et beaucoup plus encore à l’époque de l’Union française. Il faut évidemment ajouter à ce stock les maisons coloniales polyvalentes qui possèdent un département café. Sur 74 maisons polyvalentes il y en aurait 55. Le rôle stimulant du privilège colonial sur les importations de cafés, cacaos, poivres, a augmenté la natalité du commerce de Place et suscité quelques initiatives à la colonie, mais plus tardivement. Bien sûr, le privilège douanier, renforcé à la fin des années 1920, fut décisif. Cependant il ne touchait pas tous les produits et on ne peut affirmer que la conversion de ces maisons soit exclusivement due au seul mouvement du marché qui avait anticipé la crise de 1929, car des Havrais occupaient déjà des positions dans l’Empire.

Les précurseurs : la maison Jobin et le café de Nouvelle-Calédonie

  • 165 L’âge d’or du café brésilien ne signifie pas un monopole des entreprises havraises sur les importat (...)
  • 166 L’origine du café de Martinique (et d’Amérique) avait quelque rapport avec Le Havre et Dieppe. Le c (...)
  • 167 AFL 002-4447,1890.
  • 168 C. Buttet, « De la grogne au séparatisme : les Européens en Nouvelle-Calédonie (1907-1909) », Ultra (...)
  • 169 AFL 002-4447, rapport d’agence 1912.

113Si les négociants du café et du cacao, à la fin du XIXe siècle, traitent de préférence avec le Brésil165, les colonies françaises leur offrent des possibilités, aux Antilles166 et en Nouvelle-Calédonie. En Nouvelle-Calédonie, l’arabica fut apporté entre 1860 et 1880 de l’île de la Réunion par les frères Maristes. La culture du café nécessitait des frais considérables, la récolte ne pouvant commencer que trois ans après la plantation et exigeant une main-d’œuvre abondante. La Nouvelle-Calédonie était pourtant le premier fournisseur colonial du Havre en café vers 1890, malgré la préférence des négociants pour le café de la Guadeloupe. « Café et tabac seront dans un avenir peu éloigné des objets d’exportation régulière », estimait à cette date l’agent à Nouméa des Messageries maritimes167. Le café bénéficie à cette époque du demi-droit de douane, et le gouvernement, par la voix du gouverneur Feillet, lance les colons dans une vaste opération caféicole, dans un contexte assez tendu cependant. Le tarif Méline gêne alors le commerce de File, comme le montre Catherine Buttet qui a étudié les réactions séparatistes des colons de Nouvelle-Calédonie face aux contraintes douanières imposées par la métropole168. Mais le mouvement est donné. Les expéditions de café par les Messageries passent de 110 tonnes en 1894 à 304 tonnes en 1898. La production exportée de l’île entre 1909 et 1912 oscille entre 350 et 650 tonnes169. En 1947 elle est de 1225 tonnes. Deux facteurs ont favorisé la mise en valeur : l’irrégularité de l’exploitation des mines de nickel et de chrome, des terres et un climat « éminemment propres à cette culture ». Et la coïncidence entre l’exemption totale de droits de douane des cafés coloniaux français et la fondation en 1913 de la Société havraise calédonienne n’est sans doute pas fortuite.

  • 170 Aimablement communiqué par M. Masson, président de Jobin SA en 1998.
  • 171 M. Jobin, document dactylographié, 31-01-1995.
  • 172 P. Jobin, Les Cafés produits dans le Monde, Le Havre, P. Jobin et Cie (éd.), 1982, p. 295.
  • 173 Dans son objet initial, la SHC associe au café d’autres objets d’importation et d’exportation à la (...)

114La maison Paul Jobin est née au Havre en 1865 si l’on en croit les encarts publicitaires. Or, peu de temps avant sa mort, M. Maurice Jobin a rédigé un bref historique de l’entreprise qui indique qu’elle est plus récente170. En 1871, deux négociants en café rouennais s’associent, Godard et Bocquet. En 1880, la raison sociale devient Bocquet et Leroy, puis en 1890 Leroy et Demoinet. Ces deux hommes engagent Paul Jobin, le père de Maurice, comme comptable. En 1900, la maison est transférée au Havre, le comptable devient l’associé. À cette époque les docks et entrepôts regorgent de café : quatre millions de sacs, surtout des cafés de la valorisation brésilienne, des arabicas d’Haïti ou des Indes, et de Guadeloupe en fûts. La clientèle de la maison Jobin est composée de trois mille clients « tous petits épiciers répartis jusque dans les moindres hameaux, et l’on pouvait les voir, torréfiant eux-mêmes leur boule sur le trottoir devant la boutique ». Quatre voyageurs parcourent la France pour la société familiale qui dispose d’un petit entrepôt à Paris, rue du Cloître Saint-Méry. Elle se spécialise, pour l’instant, dans les haut de gamme171, mais sa destinée se construit autant sur les arabicas que sur les robustas. Philippe Jobin, à son tour, évoque les origines de la Havraise calédonienne : « C’est en 1911 que M. Paul Jobin découvrit qu’un torréfacteur parisien, un nommé Armogum, d’origine martiniquaise, vendait sous le nom de Bourbon, ou Réunion, un arabica de qualité exceptionnelle venant en réalité de Nouvelle-Calédonie. » À la suite de contacts noués avec cette colonie par M. Demoinet qui y fit un voyage de trois mois, M. Jobin se lança dans une intense propagande en faveur de cette provenance ignorée jusqu’alors en métropole. « On se rendit vite compte que pour se procurer le café de cette lointaine colonie française, il fallait avoir à Nouméa un comptoir où les planteurs venaient faire leurs achats, en les payant avec leur production. » De là datent le développement et la réputation du café néo-calédonien qui amenèrent les colons à développer cette culture172. En 1912, Paul Jobin prend le contrôle d’une maison de Nouméa, la maison Huet, ancienne maison Maestracci, créée en 1873. Il en fait la Société havraise calédonienne173.

115Le robusta néo-calédonien a des origines africaines et d’une certaine manière, havraises. Le professeur Auguste Chevalier (du jardin colonial de Nogent) avait ramené des forêts d’Oubangui-Chari des fèves rondes qui poussaient à l’état sauvage. Des grains parvenus à l’École pratique coloniale du Havre furent confiés à des élèves qui partaient pour la Côte-d’Ivoire. Ceux-ci envoyèrent des échantillons de leurs premiers essais. Paul Jobin se chargea de les expertiser. « C’est ainsi qu’à côté de l’arabica cultivé en altitude, vint s’ajouter ce café poussant en plaine qu’on baptisa du nom de robusta. Cette contribution de mon père à la création de cette culture lui valut d’être décoré de l’ordre de Chevalier de la Légion d’Honneur », écrit Maurice Jobin. Cette initiative allait donc largement déborder le cadre de la Nouvelle-Calédonie puisque le robusta serait le café colonial par excellence, alimentant le marché à terme colonial. Les rapports de l’agent des Messageries maritimes à Nouméa signalent en 1911, le développement du robusta qui doit son succès à sa résistance à l’Héméléia, une maladie qui faisait des ravages considérables dans les plantations d’arabica.

  • 174 AFL 002-4447, trafic de Nouméa sur l’Europe, tableau.
  • 175 Achats à Ballande de Nouméa, AFL 002-3248.
  • 176 AFL 002-4447, rapport de 1916.

116Cette implantation à la colonie est durable. Elle permet au Havre de capter la majorité des exportations de café de Nouméa, 402 tonnes sur 673 envoyées vers les ports français en 1921174. Plus tard, d’autres maisons havraises s’approvisionneront, du moins en partie, à Nouméa, notamment comme la Société caféière française dont le maire du Havre Léon Meyer est un des gérants175 ou la maison Lemétais dite Comptoir havrais calédonien. La Havraise calédonienne garde une place de choix, malgré la domination de la forteresse Ballande, maison d’origine bordelaise, anciennement implantée et qui pratique tous les négoces, la navigation entre les îles du Pacifique, l’exploitation du nickel et des Hauts-Fourneaux de Nouméa. L’agent des Messageries parle d’un « parti Ballande » qui veut tout accaparer, contrôle les deux tiers du Conseil général et presque toutes les municipalités176. Mais il souligne aussi que c’est la Banque de l’Indochine qui tient sur l’île la situation prépondérante. La Havraise calédonienne a parfaitement résisté, dans son créneau. Elle compte parmi les principales maisons de Nouméa au temps de l’Union française : les Messageries maritimes établissent alors une statistique relative aux principaux chargeurs pour l’Europe dont on peut relever quelques éléments significatifs, puisque la compagnie maritime est, selon ses termes, presque sans concurrence pour le fret vers l’Europe. Sur le tableau qui suit, il a semblé utile de calculer la valeur moyenne par tonne du fret payé pour les chargements de chaque entreprise.

Tab. 11 – Le fret payé à l’agence de Nouméa des Messageries maritimes par les principaux chargeurs pour l’Europe

Chargeurs

Tonnage

Valeur

Payé par tonne

1953

Ballande

1608

3,2

1990

Barrau

1490

2,9

1946

Le Nickel

10 538

12,7

1205

La Tiébaghi (chrome)

18 198

21,8

1197

Havraise calédonienne

1257

2,7

2147

1955

Ballande

1529

3,2

2092

Barrau

1084

2,1

1937

Le Nickel

15 772

22,9

1451

La Tiébaghi

25 916

27,3

1053

Havraise calédonienne

649

1,3

2003

1957

Ballande

1759

4

2274

Barrau

916

2

2183

Le Nickel

23 091

45

1948

La Tiébaghi

12 509

16,8

1343

Havraise calédonienne

548

1,3

2372

1959

Ballande

1851

5,2

2809

Barrau

1130

3,1

2743

Le Nickel

22 656

39,9

1761

La Tiébaghi

28 128

33,4

1187

Havraise calédonienne

478

1,3

2719

D’après les rapports d’agence, AFL 002-4449.

117Les chargements de café de la Havraise calédonienne sont réguliers et de grande valeur. À l’importation sur la colonie, une statistique de même origine en 1958 fait apparaître la société au 6e rang des importateurs. Elle reçoit des marchandises d’Europe mais aussi d’Algérie et d’Australie.

L’intensification des relations du négoce de Place caféier avec l’Afrique et Madagascar

  • 177 Aubourg frères, Stéhelin et Cie, Café, cours, statistiques, renseignements divers, 8e édition, 1938 (...)

118« Autrefois, Café des Colonies françaises signifiait uniquement : Guadeloupe, Martinique, Bourbon, c’est-à-dire exclusivement Cafés de tout premier choix. Il s’y ajouta par la suite, les Nouvelle-Calédonie et les Tonkin » peut-on lire dans le livret édité par la maison Aubourg-Stéhelin pour l’année 1938, à l’usage des professionnels177. Tout en regrettant la part croissante des qualités secondaires coloniales, les auteurs précisent quelques raisons qui ont poussé le négoce à se tourner vers les cafés africains :

Les Martinique et même les Bourbons ont pratiquement disparu du marché. La Guadeloupe n’augmente pas sa production. La Nouvelle-Calédonie et le Tonkin ne nous fournissent plus leurs belles qualités qu’en quantités beaucoup moindres, la production du Tonkin étant d’ailleurs presque entièrement absorbée par la consommation locale, beaucoup d’Annamites eux-mêmes s’étant mis à boire du café à la place de thé...

119Les négociants havrais semblent s’être convertis au robusta africain et malgache avec quelques regrets : « nos nouvelles colonies se prêtent beaucoup moins à la culture de l’arabica que les anciennes, et les efforts qui ont été faits sous l’impulsion de Gallieni à Madagascar et de Brazza en Afrique occidentale [...] ont porté sur des espèces plus résistantes, c’est-à-dire kouilou et robusta. » Le souci est d’éviter que les qualités ordinaires coloniales, peu chères, saturent le marché « comme cela fut le cas naguère pour les cacaos coloniaux ».

120S’il existait des pionniers du café colonial tant qu’il demeurait marginal, il a fallu des prosélytes pour aider le négoce havrais et français à choisir le réservoir africain et malgache. Le négociant Guy Du Pasquier fut l’un d’entre eux. La maison Lanfant et Du Pasquier, fondée en 1937, se présentait comme « la seule maison dont le café provenait uniquement des colonies françaises ». Dans la revue Le Port du Havre, Guy Du Pasquier estimait que :

  • 178 Le Port du Havre, no 197,21-03-1935.

les cafés coloniaux, qui avaient représenté 10 % de la consommation française, devraient en 1945, atteindre près de 50 % [...] Parce que la politique protectionniste de notre gouvernement nous laisse prévoir un privilège colonial encore plus effectif, au bénéfice d’un produit qui n’est consommable qu’en France178.

121Il n’y a pas de formulation plus explicite des raisons de la conversion de nombreuses maisons havraises au café colonial. Un regard sur les connaissements d’un navire chargé à Madagascar en 1931 suffit à se convaincre que de nombreux importateurs havrais recherchent le café de la Grande île, confirmant la substitution de réservoir qui s’était amorcée à la veille de la crise. Sur les vapeurs des Messageries maritimes, les sacs de café sont destinés aux maisons suivantes :

Tab. 12 – Les destinataires havrais de cargaisons de café malgache

L’Imérina (1931) échoué à Manakara

Le Compiègne (1935) avaries à Diégo-Suarez

Maison Muller

CFIEX

Maison Wagner

Saussus

Maison Dubail

Sté Caféière (Meyer)

Maison Traumann

Sinteroc

Rousselot-Michel

Léonce Emo

Engelbrecht

Lyonnaise de Madagascar

Lyonnaise de Madagascar

Sources : AFL 002-3236 et 002-3233.

  • 179 Dans un article consacré à la présentation des cafés du Cameroun et du Togo à la IXe foire du Havre (...)
  • 180 Charles Le Gros, courtier exerçant ses fonctions rue Victor Hugo, avait débuté comme « sauteruissea (...)
  • 181 Jean-Abile-Gal (IAG) est en 1959 une SA au capital de 300 millions de CFA qui exporte du café, du c (...)

122Cependant les négociants de la Place n’étaient guère disposés à payer de leur personne pour aller sur place organiser l’achat du produit, du moins au cours des années 1930179. L’on vit même des exportateurs européens travaillant en Afrique venir démarcher sur la Place du Havre pour trouver un agent. Ce fut le cas de Jean Abile-Gal en personne qui vint au Havre en 1937. Il réussit, après quelques refus de négociants ou courtiers « assez méfiants à l’égard d’un méridional », à trouver un bon accueil chez le courtier Charles Le Gros180. Celui-ci devient son ami, et son intermédiaire, pour vendre du robusta, de l’Indénié et du Liberia de Côte-d’Ivoire. Jean Abile-Gal, fils de débitants de tabac à Toulouse, avait débuté comme traitant, circulant dans les plantations avec son camion avant de devenir un grand exportateur181.

  • 182 Les informations recueillies dans les archives ont pu être ici vérifiées et enrichies par le témoig (...)
  • 183 Banque de France, 1913.

123L’histoire de la maison Traumann est significative des orientations stratégiques dans le domaine du café au Havre182. D’abord parce que la nature de ses importations a suivi le même chemin que celle des importations havraises de café, avec les mêmes équilibres : avant guerre, un peu de café d’Afrique et de Madagascar, après 1945, une domination du café colonial, parce que, selon M. Jacques Traumann, on « n’avait pas le choix ». Le contingent de devises étant très limité, « on [La France] a commencé avec 25 000 tonnes jusqu’à 50 000 tonnes en 1963 ou 1964, et la France consommant alors 140 000 tonnes, il a bien fallu trouver du café ailleurs, c’est-à-dire dans les anciens territoires coloniaux ». Il estime la part du colonial dans le chiffre d’affaires de sa maison à 10 % en 1939 et à 70 % dans la décennie 1950-1960, 40 % vers 1963. Situation assez représentative, car, selon ce négociant, la totalité des importateurs de café, à une exception près, a pratiqué, à des degrés extrêmement divers, le café colonial. La maison Traumann a été fondée en 1910, par Ernest Traumann, allemand de Manheim naturalisé en 1898. Avec un modeste capital de 0,4 million de francs en 1913, il peut monter son affaire grâce au soutien d’un homme important de la Place, négociant en cafés, M. Lamotte183. Comme bien souvent, c’est un employé d’une maison importante, la maison Kronheimer, future Interocéanique, qui prend son indépendance. Plus attirée, par goût et conviction, par les cafés du Brésil d’Haïti ou du Costa-Rica au cours de son histoire, la maison se convertit pourtant au négoce colonial. Avec la Côte-d’Ivoire et le Cameroun (à partir de 1951), c’est le circuit classique d’achat par courtier aux sociétés coloniales, notamment celles qui ont des agents sur la Place du Havre (Niger français, CFAO, SCOA). Pour le Cameroun, où l’arabica se développe, des contacts sont établis avec des planteurs européens puis indigènes. Mais l’essentiel de l’échange colonial de la maison Traumann se fait avec Madagascar. Il s’agit alors d’une véritable activité d’importateur. La plupart des lots sont achetés FOB à un « agent-chargeur » à la colonie, Armand Faure, de Tananarive, qui établit les connaissements. Cet agent présente, aux yeux de l’importateur, l’avantage d’être bien intégré au commerce chinois de la Grande île et de pouvoir rassembler des lots de café de meilleure qualité que ceux qui sont offerts par les Malgaches.

124La maison Traumann dispose en France d’un agent dans chaque département au nord de la Loire, et fait, dans sa publicité, apparaître la mention « vente sans intermédiaire ». Cela signifie la disparition d’un personnage important avant 1914 : le « distributeur », intermédiaire entre le négociant et le torréfacteur. Parmi ses gros acheteurs, Lebreton et fils, cafés à Chartres. La société pratique fréquemment le marché de Place, se faisant tour à tour fournisseur et client d’autres maisons havraises comme Ancel, Raoul-Duval, l’interocéanique et bien d’autres, sur propositions des courtiers. Pour M. Traumann, le capital de la société en commandite simple devenue SARL, équivalant à 2,84 millions de francs en 1910 et de 1,99 millions en 1958, n’a pas de véritable signification, car il estime que le volume d’affaires, et surtout la notoriété, faisaient de sa maison une entreprise très au-dessus de la taille moyenne dans le négoce havrais. Les sources de la Banque de France lui donnent raison. 50 millions de chiffre d’affaires et un bénéfice de 1 million en 1936. En 1948, 5,96 millions de bénéfices pour un actif de 19,9 million, ce qui représente un taux de marge de 29,6 %, alors que la même année une entreprise bénéficiaire comme Raoul Duval, avec un actif 22 fois supérieur, n’a qu’un taux de marge de 2,6 %. Le négoce spécialisé, fût-il colonial-malgré-soi, donne de bons résultats dans le café. Les fonds propres demeurent faibles par rapport au chiffre d’affaires, même à l’apogée du réservoir colonial, ce qui implique un recours important aux concours bancaires. Le ratio d’indépendance n’est que de 22 % en 1960. Mais les résultats sont là : en 1957, pour un capital de 60,5 millions soit 2,3 millions de francs 1938, le chiffre d’affaires s’élève à 2180 millions de francs soit 82 millions de francs 1938, une augmentation depuis 1936 qui ne s’explique que partiellement par la cherté par rapport à l’avant-guerre, du kilo de café arrivé au Havre.

125Il est possible, au moment où ce négociant s’approvisionne à 70 % à la colonie, selon M. Traumann lui-même, de rapprocher ses performances des années 1949 à 1953, de celles d’un négociant colonial de longue date, Jobin, maison mère de la Havraise calédonienne. De les comparer aussi avec les résultats d’une société qui travaille étroitement avec les fournisseurs malgaches, la maison Muller, et avec ceux de la maison qui affiche le plus gros bénéfice dans ces années, la Compagnie française d’importation et d’exportation, contrôlée par la Compagnie cotonnière, correspondante de ses propres filiales ivoiriennes et oubanguienne. Le ratio bénéfices sur chiffre d’affaires de la maison Traumann indique une rentabilité satisfaisante, tandis que le ratio bénéfices sur fonds propres s’explique par le recours important au crédit bancaire pour le financement des importations.

Tab. 13 – Les résultats comparés de quatre négoces du café colonial au Havre au cours des 5 années 1949 à 1953, en millions de francs courants et en pourcentage

Tab. 13 – Les résultats comparés de quatre négoces du café colonial au Havre au cours des 5 années 1949 à 1953, en millions de francs courants et en pourcentage

Sources : Banque de France, 1953.

  • 184 En décembre 1947, l’interocéanique possède dans son actif, sur 19 millions de francs de stocks, 10, (...)

126Au lendemain des Indépendances, alors que Jacques Traumann continue d’importer près de la moitié de ses cafés de la zone franc, la rentabilité demeure élevée. L’insuffisance persistante des fonds propres est compensée par les concours bancaires. Une autre comparaison est possible, avec l’une des plus grandes maisons de la Place à dominante café, qui possède des filiales à Abidjan et Tamatave, la société commerciale Interocéanique maison Rufenacht en précisant toutefois que cette dernière importe aussi du coton184

Fig. 8 – Les bilans comparés de la maison Traumann et de la société commerciale Interocéanique (maison mère uniquement) en 1962 (en millions de nouveaux francs)
(d’après l’Inspection de la Banque de France 1965)

127Le ratio d’indépendance, capitaux propres sur total du passif, est de 19 % en 1962 pour Traumann et de 20 % pour l’interocéanique. L’endettement est donc important pour ces sociétés de négoce. Quant au ratio bénéfices sur fonds propres, il est exactement le même, à ce moment, pour ces deux entreprises de Place : 28,5 %. La maison Traumann cesse juridiquement d’exister en 1985. Elle offre, au total, l’exemple d’une entreprise qui a su s’adapter au réservoir colonial et à la protection, notamment grâce au café malgache, et ne s’est dégagée que très lentement au lendemain de la décolonisation, des relations avec les anciens territoires. Avec toujours en fond de toile, peu de goût pour le robusta colonial, des doutes sur sa qualité, et une attirance particulière pour le café d’Amérique latine.

128Grâce aux rapports de la Banque de France, une comparaison plus large est possible, incluant vingt-quatre entreprises du café au temps de l’Union française. Les plus coloniales et les plus spécialisées ne sont pas les moins performantes. Le ratio de rentabilité, bénéfices sur chiffre d’affaires, indicateur de marge, s’établit en moyenne à 0,7. Les sociétés de taille importante liées à la Côte-d’Ivoire, la Nouvelle-Calédonie, Madagascar, se comportent plutôt bien (CFIEX, Jobin, Traumann) tandis que les performances sont plus contrastées dans les entreprises de moindre importance.

129Les évolutions de l’interocéanique, Courrier, Danon et Wagner, montrent que des sociétés puissantes dans le café d’Amérique et prosélytes de l’arabica, ont été conduites, bon an, mal an, à travailler elles aussi avec les colonies, ou plutôt avec les « territoires » puisque leur inscription à l’Annuaire des entreprises coloniales est assez tardive. La somme de leurs chiffres d’affaires, en francs 1938, est impressionnante. Bien sûr, le café est une marchandise chère. Mais à consulter les bilans fournis à la Banque de France, on se demande si l’idée d’un âge d’or du café, fondée sur le nombre de sacs en entrepôt avant 1914, n’est pas un cliché trompeur, du moins en ce qui concerne la prospérité des entreprises d’autant que nombre des sacs en entrepôt au début du siècle étaient propriété du Brésil.

130Le tableau 14 présente les performances des principales entreprises spécialisées dans le domaine du café, de l’époque du café étranger à celle du café colonial (entreprises à forte dominante café ou à dominante café-coton*). Les entreprises polyvalentes ne sont citées qu’à titre comparatif. Les résultats entre parenthèses indiquent des francs constants 1938.

  • 185 Les informations qui suivent ont été communiquées par M. François Huet, chef de chambre et déclaran (...)
  • 186 Il s’agit d’abord, lorsque les courtiers se présentent avec leurs « communes », sacs de papier roug (...)

131Parmi les petites maisons, voici par exemple la maison Jean Loevenbruck, entreprise familiale qui pèse à peine un dixième du chiffre d’affaires des négociants les plus importants, comme l’indique le tableau 14. Toujours située en seconde position sur la Place derrière un importateur ou un autre négociant, elle vend directement à la torréfaction, voire à des clients parisiens, Mokarex ou la Maison du Café185. Plutôt spécialiste du café d’Haïti avant guerre, Loevenbruck traite des cafés coloniaux qui représentent plus de 50 % de son tonnage au temps de l’Union française. Son cas est intéressant car il montre comment les cafés coloniaux étaient utilisés. Certes la maison se procurait de bons cafés comme ceux de la Station climatique de Dschang, au Cameroun, tenue par les Pères Blancs. Cafés arabicas, gragés au graphite pour leur donner belle apparence. Mais l’ordinaire du colonial – les robustas ou kouillous – est utilisé pour faire des mélanges « à la toile » avec un café brésilien par exemple. La confection du mélange nécessite des compétences comparables à celles de l’arbitrage, afin de retrouver le goût auquel le client est habitué186. La vente se fait ensuite sur des échantillons que les représentants proposent à Paris ou en Province. Si bien que les consommateurs, fervents de certains mélanges, s’indignent si on leur envoie un café pourtant bien meilleur quand le mélange fait défaut ! Ainsi le nom inscrit sur le sac ne correspond pas toujours à la réalité du mélange. Les gens du Nord sont amateurs de cafés assez forts et sont ainsi de bons consommateurs de colonial et même de liberia et d’excelsa au goût peu apprécié des connaisseurs. Ainsi, la stratégie des plus grandes maisons a-t-elle consisté à s’adapter au réservoir protégé de l’outre-mer, celle des petites semble avoir consisté à trouver des astuces pour habituer le client à consommer du colonial.

Tab. 14 – Les résultats des négociants en café avant et après guerre (CA : chiffre d’affaires ; BF : bénéfices)

Tab. 14 – Les résultats des négociants en café avant et après guerre (CA : chiffre d’affaires ; BF : bénéfices)

Sources : rapports d’inspection de la Banque de France.

Les entreprises spécialisées dans les importations de cacao colonial

  • 187 « Chargements », Journal du Havre et journal Le Havre, 1880-1914. Revue maritime et commerciale.
  • 188 La maison Reinhart, devenue la SIC (Société d’importation et de commission), à côté des cotons amér (...)
  • 189 Inspection de la Banque de France, 1896.
  • 190 Inspection de la Banque de France, 1923.
  • 191 Inspection de la Banque de France, 1930.

132Le réservoir antillais est important avant 1914. Dès les années 1890, des maisons havraises font embarquer de nombreuses cargaisons de cacao à Libreville ou Cap Lopez : Lerat Aîné et Cie, Albert Quesnel, et Joucla à Bas-Kouilou187 Les vieilles maisons polyvalentes, Ancel, Raoul-Duval, Interocéanique, Reinhart188, participent à la domination havraise sur le café mais aussi sur le cacao colonial, leadership révélé par l’étude des flux commerciaux. Les grandes compagnies de traite, le Niger français, et plus discrètement la CFAO et la SCOA effectuent une partie de leurs ventes sur Le Havre. Les Comptoirs Dufay et Gigandet, d’origine marseillaise, ont au Havre une importante activité dans les cacaos ainsi que la vieille maison Mignot qui avait démarré dans le commerce du sucre antillais et qui possédait à la fin du XIXe siècle « une belle clientèle parisienne » de chocolatiers189. Enfin, la création d’une dizaine de maisons à partir de 1921, anticipant la crise, accroît le potentiel havrais. Le cacao des colonies britanniques intéresse lui aussi Le Havre. En 1922, un petit importateur, Frédéric Pan, crée, avec la famille Sauquet, une société pour l’établissement au Havre d’un marché de cacaos Accra, au capital de 800 000 F, avec l’aide du Crédit havrais et de la Banque Chalot, et le concours d’une banque anglaise190. Cette compagnie commerciale franco-africaine connaît cependant des débuts difficiles, malgré une « belle clientèle de chocolatiers français » et accuse en 1928 une perte de 87 000 F191.

  • 192 Lettre du 13-08-1927. CAOM, too APOM, 398. Union coloniale française. Produits, cacao.

133Les années 1933-1940, avec près de 100 % de provenances coloniales françaises, conduisent le Syndicat du commerce des cacaos et la chambre de commerce du Havre à réclamer l’ouverture d’un marché à terme des cacaos coloniaux, comme pour les cafés. Quand Alfred Stempowski écrit au ministre du Commerce en 1927 pour réclamer le décret ouvrant ce marché à terme, son argumentation, c’est assez rare pour être souligné, s’appuie tout autant sur le développement possible des relations des « Colonies françaises avec la Mère-Patrie » que sur celui des « échanges des nationaux avec l’étranger », entendons la Gold Coast192. À cette occasion, la stratégie impériale ne néglige pas le domaine colonial britannique, en même temps qu’elle s’appuie sur le privilège colonial français. Si bien que le négociant affirme :

Nous croyons que nous avons été bien inspirés en choisissant, comme standard du terme, le sorte “Accra” dont la production est en constante augmentation, et dont le rendement a même dépassé de moitié la production mondiale des cacaos. C’est ce même type qui a été choisi par la Bourse de New York pour son marché à terme, et depuis son ouverture, les “Accra” et autres provenances de cacao ont afflué sur le marché de New York.

134L’opposition des chocolatiers, de Menier notamment, empêchera cette réalisation.

  • 193 Inspection de la Banque de France, 1955.

135En 1938, est créée la société Fernand Lehoux et Cie, qui établit des succursales à Abidjan et à Douala. Le capital est modeste : 1 million de francs, mais les appuis sont forts, puisque la SCOA figure ès qualités parmi les administrateurs. L’entreprise fournit de nombreux chocolatiers, Cardon-Duverger à Cambrai, Van Houton à Boulogne, Saint-Jacques à Tourcoing, et Félix Potin ou les chocolats Suchard à Paris. En 1947 son chiffre d’affaires est de 247 millions (26 millions de francs 1938). En 1954, il est de 3425 millions (140 millions de francs 1938). En 1953, la maison a traité 11 600 tonnes de cacao, environ la moitié des importations de la Place. Cependant la situation financière est instable, liée à l’instabilité sur le marché193. La société affiche 21 millions de pertes en 1953, 30 millions de bénéfices en trois mois en 1954. Lehoux obtient la direction du Groupement d’importation et de répartition des cacaos. Selon un ancien négociant, cette position, engendrant une habitude de « facilité » aurait précipité sa chute lors du retour au marché libre. Les succursales africaines sont fermées en 1956, ce qui laisse supposer que les producteurs se tournent vers des partenaires offrant de meilleures conditions. Et peut-être parmi eux, d’autres maisons havraises établissant à la même époque des filiales en Afrique.

L’attrait de la Côte-d’Ivoire et du Cameroun à partir des années 1930

  • 194 Bull. ICH, no 74, janv. 1936, p. 50-51.
  • 195 R. Coste (ingénieur d’agronomie coloniale), Bull. ICH, oct. 1937, p. 21.

136Le négoce havrais est, dès les années 1930, très attentif aux possibilités du Cameroun et de la Côte-d’Ivoire. Il arrive pourtant que les relations soient tendues, entre négociants et planteurs. Ceux-ci reprochant parfois à ceux-là d’empocher le bénéfice du privilège colonial. Il faut resserrer les liens avec la colonie et se renseigner à la source. Le 19 décembre 1935, Alfred Stempowski, président du Syndicat des cacaos et représentant au Havre de la SCOA, rend compte de son voyage au Cameroun dans la salle des séances de l’Institut colonial du Havre (dont il est administrateur). C’est ès qualités qu’il a été reçu par le Résident général du Cameroun, M. Repiquet. Celui-ci a demandé à tous les administrateurs du territoire de renseigner l’envoyé du Havre. Un itinéraire de 4 500 kilomètres l’a conduit de Douala vers N’Kongsamba, Foumban, Foumbot, Yaoundé, Ayos dans la région de la maladie du sommeil, Batouri avec retour à Douala par le sud. Qu’a-t-il remarqué ? « ... tous les Blancs, quels qu’ils soient, travaillent dans une entente parfaite. » Il a admiré la richesse du sol et du sous-sol. Il signale que des permis sont demandés pour l’exploitation du mica, du pétrole et des sables titaniferes. Plusieurs planteurs de café ont arrêté le développement de leur plantation pour s’adonner à la banane. Un hectare de bananiers produit 16 000 kilos et peut rapporter 8 000 F après 18 mois. En revanche, le voyageur a été frappé par l’ignorance des planteurs de cacao, il affirme que le cacao est acheté aux indigènes sans contrôle du degré de fermentation. Ainsi rend-il compte des conditions de production et d’exploitation des principaux produits qui font l’objet de transactions commerciales sur la Place du Havre194. Le Cameroun offre aussi la possibilité de résister aux critiques formulées à l’encontre du café colonial. Les hauts plateaux camerounais (région de Foumban) offrent en effet des arabicas qui peuvent rivaliser avec les guatemalas ou les nicaraguas. L’arabica du Noun (affluent de la Sanaga) « est jugé par les importateurs havrais d’une présentation et d’un classement parfaits »195.

  • 196 Louis Hubert, de la Cie générale des cafés, jusque-là très brésilienne et vénézuélienne, projette d (...)

137La Côte-d’Ivoire, elle aussi, est devenue plus attractive pour les négociants havrais à la fin des années 1930. Des implantations nouvelles ou des projets voient le jour196. Après la guerre, la revue Porte Océane vante bien souvent les possibilités de l’AOF, le développement social et scolaire. La loi-cadre de M. Defferre doit favoriser la promotion de l’Africain. 2 450 000 habitants, 13 % de la fédération et 315 000 km2. C’est la « terre d’élection du café et du cacao ». C’est au temps de l’Union française que les entreprises havraises trouvent une seconde jeunesse grâce au café colonial. Les règlements d’avarie sont un bon baromètre de l’activité d’importation puisque les dommages sont répartis sur les destinataires en proportion des quantités chargées. Voici par exemple les maisons concernées par le compte de répartition du navire Maine, venant de la côte d’Afrique, et notamment de Douala, arrivé au Havre le 6 juin 1958.

138En direction de Madagascar, Le Havre a certes une position moins dominante qu’avant guerre. Mais là aussi, des filiales sont apparues. L’examen des chargements de navires dans le Bulletin maritime du Havre pour les années 1950 révèle,

Tab. 15 –Les importateurs de cafés africains parle navire Maine le 6 juin 1958

Maison Dubail

E. Leporq et Cie

Maison Ambaud frères

Jean Loevenbruck

Daniel Ancel et fils

G. Loisel et Cie

Joseph Danon et

Sté anonyme Muller

Duparc et Roussel

H. Olivier et Cie

Guy Du Pasquier

Soyer-Devaux et Cie

Paul Jobin et Cie

Sté caféière française

Ed. Langlois

Sté havraise de commerce

Traumann et Cie

Sté commerciale Interocéanique

Maison Jules Vanier

Sources : compte de vente et de répartition, archives Hubert, coll. privée.

Tab. 16 – Les importateurs havrais de café kouillou de Madagascar, à partir du chargement d’un navire à Manakara

Importateurs

Nombre de sacs

Valeur en francs

Feller

170

3 340 000

Waroquet

1105

21 326 500

Sinteroc

1266

24 433 000

Muller

254

4 860 000

CFIEX

84

1 700 000

Olivier

138

2 740 000

Génestal

252

4 800 000

Ancel-DAF

84

1 700 000

Traumann

841

16 310 000

Soyer-Devaux

85

1 640 000

Sources : règlement d’avaries de l’Anadyr, AFL 0023222.

L’Union française : l’heure des filiales, ou quand le Havrais se fait chargeur

  • 197 Par exemple, chargement de café sur le Saint-Mathieu (27-12-1949, CCATCH).
  • 198 L’UCCAO, union des coopératives de café arabica de l’Ouest, est la plus grande entreprise agricole (...)
  • 199 Marchés tropicaux, 21-11-1970, p. 361 et 399.

139C’est en direction de la Côte-d’Ivoire, du Cameroun et de Madagascar que leurs compétences en matière de café, de cacao, et de bois exotiques, poussent les négociants havrais à installer des filiales pour devenir « chargeurs à la colonie », ce qu’ils n’étaient que rarement auparavant. Le négoce havrais occupe des positions stratégiques au débouché des coopératives agricoles. Raoul-Duval est partenaire du Syndicat agricole d’Houphouët-Boigny ; l’Agence Lesage reçoit du café des Planteurs de Sassandra, coopérative agricole des producteurs de cacao et café de la Côte-d’Ivoire occidentale à Gagnoa197. En 1961, le gouvernement camerounais accorde à l’UCCAO198 le monopole d’achat, le traitement et la commercialisation des cafés arabicas de plantation africaine du Cameroun oriental. La commercialisation est alors confiée à la maison Cavanagh du Havre. L’UCCAO produit 538 tonnes en i960 et 15 360 en 1969 et affiche 3 milliards de francs CFA de chiffre d’affaires en 1969. Cavanagh est aussi l’agent exclusif, à partir de 1964, du West Cameroon Marketing Board (cafés arabicas)199. Il s’agit donc, après l’indépendance, d’une situation de quasi-monopole dans la captation des exportations d’arabica camerounais par une maison havraise. Pour mesurer les performances et les résultats de la captation, les maisons Ancel et Raoul-Duval feront l’objet, plus loin, d’une étude de cas. Il est aussi possible d’évoquer, plus brièvement, le cas de deux sociétés dont les activités ne sont pas moins coloniales, l’une au Cameroun, l’autre en Côte-d’Ivoire et à Madagascar.

Tab. 17-Les filiales (type B2) de maisons havraises (type A3) implantées en Afrique et à Madagascar après 1945

Maison mère

Filiale

Siège

1949

Guy Du Pasquier

Sté caféière africaine

N’Kongsamba

1949

Cotoubangui

Caféière du Haut-Oubangui

Alindao

1952

Raoul-Duval SHAC

SHAC-Abidjan

Abidjan

1954

Interocéanique

Sinteroc-Abidjan

Abidjan

1955

Voisin

Sapraf

Abidjan

1956

Interocéanique

Sinteraf

Manakara

1956

Ancel

DAF-Bangui

Bangui

1956

Ancel

DAF-Abidjan

Abidjan

1956

Ancel

DAF-Douala

Douala

1956

Ancel

DAF-Tamatave

Tamatave

1959

Albert Charles

Sabic

Abidjan

1960

Vanier

SMAC

Tamatave

1960

Interocéanique

Nizière

Alger

1960

Reinhart SIC

SIC

Abidjan

Un exemple de conversion réussie au café d’outre-mer au cours des années 1950-1960 : la société commerciale Interocéanique

  • 200 ADSM, 6 U 6 447, TCH, 12-06-1928.

140Chez les « grands », l’itinéraire de la société commerciale Interocéanique révèle la capacité d’adaptation d’une entreprise de négoce, et en l’occurrence au négoce colonial. Moins coloniale dans l’entre-deux-guerres que ne pouvaient l’être Ancel ou Raoul-Duval, elle se convertit résolument en société coloniale dans les années 1950. La maison Ferdinand, puis Charles Kronheimer, située rue Gallieni, existe depuis 1840. La société Kronheimer, reconstituée en 1916 sous le nom d’interocéanique, avec le concours, comme vice-président de Wladimir Konchine, ancien directeur de la Banque d’État russe200, avait les yeux tournés vers la Baltique, les Amériques, le Brésil surtout, avant de les diriger vers l’Afrique et Madagascar. L’Interocéanique est demeurée par la suite, malgré son statut de société anonyme, une affaire familiale. Les femmes y ont joué un rôle important, les filles de Charles Kronheimer, épouses Rufenacht et Reinhart, furent administratrices. Jean-Pierre Binet, gendre de Charles Rufenacht, joua le rôle central dans l’implantation de la société en Afrique. Odette Kronheimer dirigea l’affaire à la mort de Charles Rufenacht en 1962. C’est donc à madame Rufenacht qu’Hubert Raoul-Duval racheta le département café de « l’Intero » en 1985.

  • 201 Chargement du Chambord des Messageries maritimes à Tamatave, règlement d’avaries du 23-08-1934, AFL (...)

141L’Interocéanique s’est à la fois spécialisée et convertie dans le contexte de la deuxième séquence coloniale. Spécialisée dans le domaine du café, convertie à l’échange dominant avec les colonies françaises. Durant plusieurs décennies, c’était une entreprise polyvalente qui avait exercé ses talents dans des branches aussi diverses que les cuirs, les bois, les céréales. Elle occupait, entre les deux guerres, une place importante sur le marché du sucre à Paris grâce à sa succursale. Elle ne cessera jamais totalement d’être une entreprise d’« alimentation en gros ». La société commerciale Interocéanique négocie et importe du café africain et malgache, mais aussi d’autres produits coloniaux, comme la cire et le manioc chargés à Tamatave par la Compagnie lyonnaise de Madagascar ou par des chargeurs locaux201. Un peu de coton, un peu de cacao, progressivement la part des produits divers devient très secondaire. À partir de 1928, l’interocéanique se spécialise dans le domaine du café. Il s’agit, dans un premier temps, de café brésilien et antillais, avec de nombreuses marques de fabrique (Cafés Labrador, Santa Catarina, au Bouquet des Antilles, Brésilia, Brasileiro, etc.). La société possède au Havre une brûlerie de cafés pouvant torréfier 12 tonnes par jour, les Cafés Labrador. À l’intérieur de la métropole, une vingtaine d’agents travaillent à placer le café de l’interocéanique, à Bordeaux, Marseille ou Paris où fonctionnent des succursales, mais aussi à Lille et Poitiers. Les agents, comme les courtiers en amont, reçoivent 0,5 % de la valeur de la marchandise et trouvent sans difficulté des débouchés auprès des torréfacteurs qui sont alors environ trois mille sur le territoire. L’Interocéanique emploie au Havre une quarantaine de personnes, une dizaine à Marseille.

  • 202 Quelques lots sont également fournis par Gortzunian à N’Kongsamba et Balozian à Conakry.
  • 203 De nombreuses informations économiques et stratégiques ont été communiquées par M. Jean-Pierre Bine (...)

142Après 1945, les relations avec l’outre-mer français conduisent à la création, pour l’approvisionnement direct, de deux filiales à la colonie : la Sinteroc-Abidjan, (1954, capital de 5 millions de francs CFA) et la Sinteraf-Madagascar (1956, 2 millions de francs CFA). Jusqu’au moment de l’implantation directe à la colonie, d’autres sociétés coloniales fournissent également « l’Intero » par le circuit classique du courtier : la Marseillaise de Madagascar (L. Besson), l’industrielle et commerciale de l’Emyrne, la CFCI (Niger français, Unilever) en Côte-d’Ivoire202. Au milieu des années 1950, le café représentait 98 % du chiffre d’affaires de l’interocéanique. Les deux tiers étaient procurés par les cafés coloniaux (dont 95 % de robustas), le tiers restant par les cafés étrangers, brésiliens notamment203.

  • 204 Calculs d’après les rapports d’inspection de la Banque de France 1948 et 1955. Les indications de b (...)

143Voilà donc une entreprise de taille respectable : 217 millions de chiffre d’affaires en 1947 (23 millions de francs 1938), 5553 millions de francs en 1953, soit dix fois plus en francs constants qu’en 1947. Et un ratio bénéfices sur fonds propres, dans les années 1950-1953, de 25 à 40 % contre 6 % en 1947, ce qui n’est pas dénué de signification puisqu’il s’agit d’une société anonyme. La maison se procure de substantiels bénéfices de l’Union française Jusqu’aux Indépendances204. On ne saurait donc affirmer que le marché dirigé et colonial, et les ventes pour le compte du Groupement national d’achat aient été une mauvaise affaire pour les entreprises converties au café d’outre-mer, même si Charles Rufenacht, qui dirige la maison à la suite de son beau-père Charles Kronheimer, fut l’un des ténors de la campagne contre le dirigisme. Comme le fait remarquer Jean-Pierre Binet, gendre de Charles Rufenacht, et artisan de l’implantation de la société en Afrique, à Madagascar et en Algérie, le dirigisme « tient les marges plus hautes ». Quand un produit est contingenté, il suffit d’être patient. Patient, mais aussi rapide et dynamique. Le témoignage de Jean-Pierre Binet permet de mieux comprendre en quoi l’échange colonial a donné aux entreprises du négoce havrais une seconde jeunesse après la seconde guerre mondiale.

144À l’origine de la stratégie d’implantation directe à la colonie et de la filialisation, se trouve un changement d’attitude des grandes sociétés coloniales. Les usages voulaient qu’elles s’adressent au négociant havrais par l’intermédiaire d’un courtier, pour vendre leur café ou leur cacao. Peu à peu, les SCOA, CFAO, Niger français, Marseillaise ou Lyonnaise de Madagascar rompent le contrat moral en s’adressant aux torréfacteurs ou industriels de l’hinterland métropolitain et multiplient les ventes directes. Elles obligent les négociants à réagir ou à disparaître. D’autant que le négoce ne peut compter sur un développement du café étranger et sur les pratiques traditionnelles d’importation du Brésil, car elles sont limitées par le manque de devises et les demandes aléatoires de licences d’importation à remplir en sept exemplaires. Il reste une solution : aller chercher soi-même son café, « à la colonie ». Jean-Pierre Binet réussit à convaincre son beau-père de le laisser partir à Abidjan, où il débarque en 1951, accompagné d’un jeune cadre de la maison Danon.

145Ils trouvent là des sociétés coloniales « endormies, sclérosées », qui ne prennent leurs ordres par télégramme qu’une fois par semaine. Lejeune négociant télégraphie au Havre deux fois par jour, pour connaître les cours et prendre les ordres. Mieux informé du marché, il parvient à saisir des occasions auprès des traitants, voire à laisser aux sociétés des lots qui ne l’intéressent pas. Il construit un réseau de collecte d’une dizaine de traitants, propriétaires de camions, que l’on arme de sacs vides et de billets neufs pendant la récolte et qui partent vers les plantations. En Côte-d’Ivoire, pour la Sinteroc-Abidjan, créée en SARL en 1954, les traitants sont libanais en majorité, européens en minorité. À Madagascar, où la stratégie est identique et la SARL Sinteraf officiellement créée en 1956 à Manakara, les traitants sont exclusivement chinois dans le domaine du café. On les surnomme les « épiciers ». Les Indiens dominent dans les autres secteurs. La Sinteraf ouvre ensuite des succursales à Mananjary et à Tamatave. Jean-Pierre Binet estime que cette stratégie de quelques maisons havraises, avec seulement 2 ou 3 agents de la maison mère dans chaque filiale africaine, a réussi à « tuer » l’activité café des grandes sociétés coloniales. Stratégie conquérante et contrainte à la fois. Celles qui n’ont pas voulu « faire l’intérieur » ont disparu plus tôt, soit à cause du choix stratégique comme la maison Wagner, soit parce qu’elles manquaient de surface et de capital.

146Si la Sinteraf à Madagascar continue d’exister jusqu’au début des années 1980, la Sinteroc-Abidjan est cédée au début des années i960 à la société exportatrice Tardiva. Non pas que l’interocéanique n’exporte plus de café ivoirien, mais parce qu’elle fait une bonne affaire, et même « une affaire en or » selon Jean-Pierre Binet qui rachète les Cafés Nizière à Alger. Cette maison d’importation était aussi la plus importante torréfaction en Algérie. Le fondateur, Nizière, décédé en 1950, l’avait laissée à une fille, Mlle Nizière, et à l’un de ses gendres. La maison traitait et revendait en Algérie pas moins de 12 000 tonnes de café par an et possédait trois usines : à Alger, Oran et Bône. La direction havraise était donc bien placée pour fournir l’Algérie en cafés de Côte-d’Ivoire, dans une affaire excellente parce que sans véritable concurrence. Cette société continue de fonctionner dans les années 1960, en partenariat avec l’État algérien. Le jour où l’on fête l’Indépendance, Jean-Pierre Binet se rend à Alger pour organiser avec les Algériens la relève des cadres européens rapatriés en France. L’affaire continue toujours quand il quitte l’interocéanique en 1969. Il considère aujourd’hui que les Indépendances n’ont eu aucune influence néfaste sur les activités des filiales africaines.

Une entreprise havraise au Cameroun pour l’exportation du café à la veille de la décolonisation

  • 205 Informations et documents communiqués par M. François Hubert, au cours de plusieurs entretiens entr (...)
  • 206 D’origine basque, A. Berritzbeitia, grand-père maternel de François Hubert, avait émigré vers le Ve (...)

147Le cas de la Société caféière africaine est également significatif de la manière dont des hommes du café, spécialistes avant tout du négoce de Place, adaptent leur secteur au développement du café colonial. Cette société, implantée à N’Kongsamba au Cameroun, pourrait être définie comme une filiale à autonomie relative. Dépendante, à ses débuts, de Guy Du Pasquier et Cie, puis volant de ses propres ailes, elle passe sous le contrôle de la Compagnie générale des cafés, pour être ensuite rachetée par une plus grosse maison havraise. La SCA est créée, sous forme de société anonyme, par la réunion d’un capital modeste, 3 millions de francs CFA en 1949, 8 millions de francs en 1959. Les trois initiateurs sont Guy Du Pasquier, prosélyte du café colonial depuis les années 1930, et qui possédait à N’Kongsamba ce qui n’était jusqu’alors qu’un comptoir, son beau-frère Frédéric Jung, et François Hubert205. François Hubert a été employé chez Guy Du Pasquier, au 32 rue Jules Le Cesne, avant de devenir le patron de la SCA, dont le correspondant au Havre est Guy Du Pasquier SA. François Hubert est lui-même le fils de Louis Hubert à qui son beau-père, A. Berritzbeitia206 a transmis une importante maison de négoce : la Compagnie générale des cafés. En 1959, la SCA ouvre au Havre un bureau à son propre nom, à la Bourse, la SA Guy Du Pasquier étant déchargée de ses fonctions. Le président, déjà titulaire des trois quarts du capital ancien, apporte les 5 millions de francs CFA de l’augmentation de capital, puis reprend à son compte la Compagnie générale des cafés, entreprise de la famille au Havre, qui devient ainsi le nouveau correspondant de la SCA.

  • 207 Une campagne d’achats commence en décembre et se termine vers la mi-juillet.
  • 208 Lettre de la SCA au Syndicat des commerçants importateurs et exportateurs du Cameroun, Le Havre, 22 (...)
  • 209 21-03-1959 : « Nous en sommes quand même au Havre à près de 1000 tonnes en 3 mois. » 29 mai 1961 : (...)
  • 210 Le Cameroun exporte 4250 tonnes de café en 1938, 6 200 en 1948, 10 000 en 1951 (cf. Le Cameroun, no(...)
  • 211 Lettre du président au directeur du 25-11-1957.
  • 212 Lettre de M. Quasquara, agent de la SCA, au directeur des allocations familiales du Cameroun, 4-04- (...)

148Entreprise modeste en apparence par le capital, la SCA est importante par son volume d’affaires. Son chiffre d’affaires pour la campagne 1960207 est de 397 millions de francs CFA208 (soit l’équivalent de 25,6 millions de francs métropolitains 1938). Elle occupe à N’Kongsamba une trentaine de manœuvres Bamiléké qui gagnent 200 F CFA par jour. Quelques indices permettent de mesurer la place de cette maison havraise dans les exportations de café camerounais. Elle exporte environ 2000 tonnes dans une campagne209. Cela représente 8 % de la production camerounaise de 1958210. L’entreprise a de bons résultats. Dans les années 1958-1960, la direction s’interroge sur la stratégie. Faut-il investir ou au contraire se retirer ? Le président, en 1957, écrit à son directeur : « une politique caféière franco-africaine, c’est l’avenir ». Il faut seulement accepter de travailler avec les coopératives qui joueront un rôle directeur avec l’indépendance. Mais la perspective d’une caisse de soutien est perçue comme un risque211. François Hubert espère même, un moment, pouvoir « monter une autre affaire » à Bangui, où il est en relation avec un planteur et où la filiale caféière de la Compagnie cotonnière fait de bonnes affaires. Mais les contraintes de la décolonisation étaient, selon le négociant, trop grandes à son goût. Bientôt, même pour la Caféière africaine, ces contraintes sont jugées trop importantes. Le 31 mars 1963, la SCA est cédée à la maison Ancel qui continue à l’exploiter sous le même nom212.

  • 213 Témoignage de M. François Hubert.

149Il a été possible de reconstituer l’essentiel du réseau de fournisseurs de la SCA et les modalités de l’approvisionnement. Elles sont de trois types : l’achat direct aux planteurs, colons européens ou coopératives indigènes, l’achat « au trottoir », au petit matin, par petites quantités, et enfin l’achat aux usines de décorticage, en quantités importantes. « La SCA achète également au chef de village qui lui vend les quelques sacs récoltés par les indigènes sur leurs petites parcelles. La SCA fixe son prix en sachant que le chef devait gagner 100 %. On traite volontiers avec les Bamiléké qui sont d’excellents commerçants, qui se battent avec les Haoussa, mais ne s’en prennent jamais aux Européens. »213 Les achats se limitent aux régions du robusta autour de N’Kongsamba, et aux régions productrices d’arabica, dans le Foumban.

150Les exportations depuis la colonie prennent deux directions. Celle de la métropole, Nantes, Dunkerque, Bordeaux, Rouen, Marseille, mais surtout Le Havre, où la SCA vend à la quasi-totalité des négociants de la Place (Loevenbruck, Olivier, Traumann, Langlois etc.), même quand ils sont eux-mêmes importateurs des colonies (Jobin, Interocéanique, CFIEX, etc.).

  • 214 Ventes à Overseas Foodstuf Import Trading Cy, janv. 1959.
  • 215 CFAO et SHO sont présentes à N’Kongsamba. Jean Raoul-Duval, qui est actionnaire de la SHO, se rend (...)
  • 216 La SCA au Cameroun, comme la Sinteraf (Interocéanique) à Madagascar, ont tenté à la fin des années (...)

151Les expéditions depuis Douala prennent aussi la direction de l’étranger. On vend à Lausanne214 du café expédié CAF à Anvers, Amsterdam, Rotterdam ; on exporte vers Palerme, vers New York, vers Chicago (à Continental Coffee Company). La SCA recourt aux services de la maison Cavanagh du Havre qui possède une succursale à New York et qui saura se positionner au moment de l’indépendance comme intermédiaire obligé entre l’UCCAO (Union des coopératives du Cameroun) et le marché américain. Sur le plan des achats, la SCA est en concurrence avec un autre acheteur havrais, la maison Ancel, ainsi qu’avec les grands du commerce de traite215 qui ont ainsi affaire à la concurrence de négociants plus spécialisés n’ayant pas à se préoccuper d’importer des marchandises à la colonie216.

Tab. 18 – Les fournisseurs de la Société caféière africaine au Cameroun

Sté des Plantations de Foumban

Plantation F. Leloup, Mélong

Coopérative des planteurs Bamilékés du Mungo

Coopérative agricole des planteurs Bamilékés à Dschang

Union des coopératives des cafés arabicas de l’Ouest

Usines Holstaine, N’Kongsamba

Sté des plantations de la Momo à Foumbot

Plantations Viossat frères, Mélong, région du Mongo

Coopérative de Dschang

Coopérative de Foumban

Plantation Challier, Mélong

Plantation Voisin à Mélong, robustas

Société usine Marion (Louis Marion) à N’Kongsamba

Coopérative de Bourkou

Anna Cervony, usine et plantation

Lachanas Provatopoulos

Plantation de Nyombé Penja à Penja

Vacalopoulos, usinier, N’Kongsamba

Sources : informations et documents F. Hubert.

Protection et stratégies : quelle issue ?

152À l’heure de la décolonisation, les négociants havrais sont divisés en matière stratégique, alors que l’on constate la victoire des cafés coloniaux sur le marché. La conquête du marché havrais par le café colonial a été lente. Pourquoi n’est-elle pas totale dans les années 1930 ? L’une des raisons est sans doute que le privilège colonial a été érodé par l’inflation, comme le faisaient remarquer avec véhémence les négociants et l’Institut colonial français dès 1930.

153Seule la baisse de prix du café redonnait une part de son efficacité au privilège. En revanche, après 1945, les exportateurs implantés à la colonie n’ont guère de raison de se plaindre que les Caisses de soutien garantissent un prix au producteur et imposent le prix à l’exportation dans la mesure où ce prix est élevé (3,45 F en 1960). Les cafés étrangers supportent 20 % de droits de douane. Le dirigisme peut être facteur de sécurité.

  • 217 La Société d’importation et de commission de Jean Reinhart écrit en 1960 à Michel Debré pour réclam (...)

154Pourtant, la protection devient insupportable à certains. Il semble que le marché contraint, d’abord par le privilège, puis par les problèmes de devises et par les directives gouvernementales en matière de taxes, ait suscité des stratégies différenciées, selon qu’on voulait être uniquement importateur de Place et redistributeur sur l’Europe de cafés étrangers et coloniaux à la fois (auquel cas on réclamait la fin d’une protection jugée archaïque), ou bien que l’on s’était fait chargeur à la colonie, donc capable de vendre à la fois du café protégé sur le marché français et du café bon marché directement de la colonie vers l’étranger. L’étude des maisons Ancel et Raoul-Duval tentera d’éclairer ces choix. Certains négociants ont probablement joué la double stratégie217.

Tab. 19-La détaxe par rapport au prix des 100 kg de café

Prix en francs

Détaxe en francs

 %

1900-1910

82

78

95

1914-1915

190

136

71

1919-1920

596

136

23

1925-1926

1300

136

10

1928-1929

1050

231

22

1930

526

231

43

Extrait de « La défense des producteurs de café et de thé des colonies françaises à l’Institut colonial français », 17-02-1930. Archives de la maison Jobin.

Des occasions manquées ? Les importateurs de fruits coloniaux et le rôle des compagnies de navigation

  • 218 RDCC, no 118, 24-12-1931.
  • 219 RDCCH, no 118, 17-12-1931.
  • 220 RDCCH, no 118, 21-01-1932, p. 397.

155Dans ce secteur, les performances havraises sont très inégales. Ici, les entreprises sont peu nombreuses car le marché est aléatoire. Trois facteurs ont sans doute freiné leur expansion : les contingentements, les décisions de répartition des arrivées entre les ports, et les choix des compagnies de navigation. Le Havre n’abrite que deux sociétés d’importance en ce domaine. L’une allogène, la Compagnie des bananes, l’autre indigène, la maison Feller. De petites entreprises très éphémères sont nées dans l’entre-deux-guerres pour la banane guadeloupéenne. Une maison, la SIAGA, tente de traiter l’ananas de Guinée, avec le soutien de l’Institut colonial et de la maison Chégaray, importateur de produits alimentaires. L’installation de la Compagnie des bananes au Havre a lieu en 1931 : « Le Port autonome du Havre a convaincu la compagnie d’abandonner Anvers et Rotterdam pour importer en France les bananes d’Amérique centrale. »218 Il a dépensé pour cela 1,8 million de francs dans l’aménagement de quais et de hangars. Trois à quatre cents dockers sont occupés à l’arrivée de chaque navire bananier. Or la situation de la banane coloniale dépend au Havre d’un autre facteur : la bonne volonté des compagnies de navigation. Parmi les nombreuses réclamations, celle du courtier Humbert, qui, au nom d’un important groupe de planteurs exportateurs de la Guadeloupe, sollicite une intervention de la chambre de commerce auprès de la Compagnie générale transatlantique pour qu’elle organise le transport des bananes des Antilles sur Le Havre. Hermann Du Pasquier affirme qu’Octave Homberg lui a promis ce transport219. C’est pourtant à Bordeaux qu’est accordée, en janvier 1932, la qualité de port d’attache de navires bananiers des Antilles par la Transat220.

  • 221 RDCCH, no 121, 7-06-1933.
  • 222 RDCCH, no 122, 16-02-1935, requête d’Arnauditzon lors de la visite de Marchandeau, ministre du Comm (...)

156Les conditions du marché ne sont guère encourageantes pour la création d’entreprises commerciales à capital faible ou moyen. La chambre de commerce semble considérer que l’on ne fait pas assez pour le transport colonial et trop pour la protection. On trouve prématurés les contingentements de 1933 : « M. Vaquin rappelle que le contingentement des bananes étrangères a pour but de développer l’importation de bananes coloniales. Or, ni Guadeloupe, ni Guinée, ni Côte-d’Ivoire ne sont prêtes pour répondre aux besoins de la consommation française. Voilà pourquoi, la chambre de commerce a insisté pour que l’importation des bananes étrangères ne soit pas prohibée. »221 Même revendication, en 1935, du Syndicat du commerce des bananes : « La production bananière coloniale, malgré ses progrès rapides, n’est pas encore en état de remplir sur le marché le vide causé par les sévères restrictions imposées aux importations d’autres pays. »222

  • 223 Correspondances assez nombreuses à ce sujet dans RDCC, no 1 221 934 et 1935.
  • 224 RDCC, no 122, 10-01-1935. La Cie est représentée au Havre par les Chargeurs réunis, voir Jugement d (...)

157En 1934, deux délégués de maisons havraises vont étudier au Maroc la possibilité de participer aux importations de fruits et primeurs, le Service d’agriculture chérifien ayant « oublié » Le Havre dans les attributions au profit de Bordeaux et Dunkerque. Le président de la chambre de commerce, Hermann Du Pasquier, tente de réagir en réunissant l’importateur Chégaray et les Chargeurs réunis. Il est vrai qu’à la même époque la Compagnie générale transatlantique refuse de transporter au Havre les fruits du Maroc, « parce qu’elle est liée à la Cie Paquet de Marseille » selon Hermann Du Pasquier, lui-même administrateur de la Transat223. Malgré ces difficultés, les importations de fruits frais décollent au Havre à partir de 1930 puis croissent jusqu’en i960, à 140 000 tonnes. Ces progrès sont dus aux Antilles, et surtout au Cameroun, dont Le Havre avait reçu, par les Chargeurs réunis en 1937, les trois quarts de la production. Ce sont d’ailleurs les importations « abondantes » de la Compagnie des transports maritimes de l’AOF224 qui amènent les courtiers à coter la banane de Guinée et de Côte-d’Ivoire dans les mercuriales à partir de 1934. En ce domaine, la ligne crée le fret, ou du moins, le favorise.

Bois et caoutchouc : deux rôles stratégiques différents de la Place du Havre

158Si les importateurs de bois ont un réel pouvoir, à l’interface métropole-colonie, à la mesure de leur suprématie dans ce trafic décrit plus haut, on ne peut en dire autant dans le secteur du caoutchouc, après le déclin du caoutchouc africain de cueillette. Malgré l’engagement de quelques individus dans les affaires indochinoises, les entreprises havraises du caoutchouc colonial apparaissent davantage comme des auxiliaires des grandes entreprises à capitaux parisiens.

Les entreprises havraises au cœur du réseau des bois coloniaux

159Les premières billes d’acajou de Côte-d’Ivoire seraient arrivées sur les quais du Havre en 1870, ou en 1887, selon les sources : ce qui est certain, c’est que peu de négociants havrais, à la fin du XIXe siècle, croient à l’avenir des bois coloniaux, comme en témoigne, avec une certaine ironie, un compagnon de Brazza en visite au Havre :

  • 225 Ch. de Chavannes, Le Congo français. Ma collaboration avec Brazza, 1886-1894. Nos relations jusqu'à (...)

Les habitudes finissent par devenir une seconde nature, dit un proverbe. Dans mes conversations avec M. Félix Faure, au Havre, je venais d’en recueillir une preuve de plus. le lui avais parlé de l’exploitation des forêts du Gabon et des forêts voisines comme pouvant fournir un appoint important au commerce des bois dans lequel Le Havre s’était largement spécialisé. Parmi ces bois, j’avais cité l’okoumé, beau bois léger, légèrement résineux, à fibres entrelacées, qui pouvait être substitué avantageusement au bois de peuplier lequel se faisait déjà rare en France. « Détrompez-vous m’avait-il répondu ; votre bois d’okoumé n’a aucune chance de pouvoir s’implanter sur le marché du Havre qui est déjà orienté sur le bois du Nord et sur ceux du Canada. » Cette réponse avait bouleversé la simplicité de mes idées en matière économique. Ainsi les marchands de bois, encore plus que les marchands de tissus, répugnaient à sortir de leurs habitudes commerciales et semblaient vouloir se fermer aux initiatives. C’était l’envers d’un encouragement pour nos pionniers coloniaux et j’en avais exprimé ma satisfaction à M. de Brazza et à M. Félix Faure, sans trop de ménagements du reste225...

160En 1880, Le Havre ne compte que trois négociants en bois des îles et d’ébénisterie contre treize en bois du Nord. Aucune des grandes maisons du XXe siècle ne figure dans cette liste. La conviction d’un avenir pour les bois coloniaux est tardive, surtout chez les non-spécialistes de ce produit. À la chambre de commerce, en 1919, les bois coloniaux n’ont pas bonne réputation.

  • 226 RDCC, no 100,3-01-1919.

Je me souviens – dit le président de la Compagnie consulaire – que lorsque M. Milliès-Lacroix était venu au Havre, on lui avait montré sur les quais, des accumulations de bois du Golfe de Guinée : Koumé, acajou. Le ministre avait trouvé que c’était merveilleux. Il n’y avait qu’un inconvénient : c’est que la valeur de ce bois ne payait pas le fret. Celui-ci était ruineux parce qu’il fallait embarquer des billes énormes en dehors des barres des fleuves. En un mot, c’était une mauvaise affaire. Le ministre admirait quand même : « Quelles belles forêts il y a là ! Comment se fait-il que nous ne les exploitions pas avec plus d’intensité ? » Notre hôte ignorait que les deux grands défauts de ces bois exotiques qui sont ou trop légers ou spongieux ou trop denses et tellement résistants à l’outil qu’on n’en peut rien faire226.

161Le succès des bois coloniaux, devenus une décennie plus tard la vitrine du Havre colonial, est l’œuvre d’entrepreneurs déterminés, dans un environnement négociant assez hostile. L’entrée d’Albert Charles à la chambre de commerce en 1929 consacre une réussite et confirme un changement de point de vue.

Spécialisation, monovalence et connexions

  • 227 RDCC, no 88,4-09-1908.
  • 228 Les entreprises polyvalentes intégrant le bois à leur palette sont peu nombreuses ; une dizaine par (...)
  • 229 RDCC, no 112,20-05-1926.

162À la différence des textiles coloniaux, le secteur du bois a engendré une grande majorité (25 sur 33) d’entreprises de Place : importateurs, commissionnaires, courtiers. L’investissement à la colonie et les demandes de concessions ont été modestes, Le Havre jouant ici principalement un rôle de négoce entre les coupeurs africains et l’hinterland européen. Les entreprises les plus puissantes de la Place sont aussi les plus durables et font partie de la première génération (Charles, Morgand, Gutzwiller). Parmi les plus anciennes, la maison Gutzwiller achète de grandes quantités d’okoumé aux Établissements Brandon (devenus plus tard la CCAEF présidée par le Havrais Léon Corblet), à Libreville. En 1908, Gutzwiller affirme avoir vendu à l’Allemagne 10 000 tonnes de ces okoumés pour la fabrication des boîtes de cigares227. La seconde génération d’entreprises du bois est plus nombreuse mais les intervenants se sont parfois constitués en société pour quelques marchés éphémères ou n’ont pu résister face à la « forteresse » Charles, notamment quelques agences venues de Paris (Dufour, Fafin). D’importantes sociétés africaines (CFI, SIBE) créent des représentations au Havre mais continuent à passer des marchés avec les grands de la Place. En l’absence de privilège colonial, c’est essentiellement le maintien des prix évoqué dans l’analyse commerciale qui, malgré les crises, a solidifié ce stock d’entreprises et cette attitude de spécialisation voulue228. La stratégie de développement se caractérise par deux volontés : créer un outillage d’envergure sur le port, s’appuyer sur les encouragements de l’État. C’est le ministre du Commerce qui demande en 1926 l’avis de la chambre de commerce du Havre sur « la création en France, de marchés de bois coloniaux, pour enlever aux marchés de New York, Liverpool, Rotterdam et Hambourg, le quasi-monopole dont ils jouissent ». Albert Charles insista sur la nécessité de prévoir de grands emplacements, ce qui fut fait229.

  • 230 M. Berty Charles, qui a dirigé l’entreprise à la suite de son père Albert Charles, affirme, lui, qu (...)
  • 231 Entretien avec Lance Beausire, Le Havre, 21-01-1997.

163La division du travail s’opérait ainsi, de 1930 à 1955, selon M. Lance Beausire, acteur et témoin de ce négoce : les chargeurs en Afrique avec lesquels il était en contact étaient, notamment, la Compagnie du Niger français exportateur de beaux acajous à l’est de la Côte-d’Ivoire, la Société forestière de Tabou et Cavally (celle-ci était une concession accordée aux Morgand, mais les exportateurs havrais étaient rares) et un certain M. Paimparey, forestier exportateur au Gabon. Les importateurs havrais, Charles, Sence, Gutzwiller, Guerrier et Thiébault, Morgand, Voisin, entreposaient la marchandise sur les quais. Ils traitaient parfois directement avec le consommateur industriel. Les maisons Charles et Voidey approvisionnaient selon certaines sources, les usines de contreplaqués Luterma et Multiplex en Okoumé, affirmation contestable pour la maison Charles230. Lance Beausire, associé de janvier 1928 à 1931 à son père Herbert, anglais de Liverpool, et son oncle Percy James, sous la raison sociale Herbert Beausire, abandonne le négoce pour le courtage sous le nom de Beausire et Cie dès 1931, après le retour en Angleterre de ses associés en période de crise. Il travaille donc comme intermédiaire moyennant commission. Ses clients sont des importateurs américains de Norfolk, Baltimore et New York, anglais de Liverpool ou roumains de Bucarest. Si les bois d’Afrique française, anglaise, ou portugaise (ébène du Mozambique), en grumes, constituent le gros des chargements réexpédiés du Havre vers ces destinations par la Transat, on y trouve aussi du citron de Ceylan et du palissandre des Indes, du teck de Birmanie. À l’inverse, le courtier procure à ses clients européens, du buis des Antilles, du palissandre du Brésil, du gaïac de Saint-Domingue. Ces affaires en courtage réputées appartenir au commerce de Place, nécessitent en réalité de nombreux voyages. Lance Beausire y est souvent accompagné d’acheteurs anglais. Son bilinguisme est un atout. Ainsi voyage-t-il en Côte-d’Ivoire, au Cameroun, au Gabon, au Liberia, au Cabinda, à Bangui (où il rencontre « un grand manitou », Victor Balet, patron d’une scierie), jusqu’à Calcutta231.

164Dans les manifestes de navires du Bulletin maritime du Havre pour la période 1956-1960 figurent des sigles de chargeurs à la colonie qui expédient leur marchandise sur Le Havre. Reviennent fréquemment EFACI (Exploitations forestières et agricoles de la Côte-d’Ivoire, spécialistes en iroko et acajou, au capital de 66 millions de francs CFA), SEFIC (Société d’exploitations forestières et industrielles du Cameroun, 50,5 millions de francs CFA), CFS (Compagnie forestière de Sassandra, sipo, makoré, niangon, iroko, framiré, aboudikro, dont la Société des Grands Moulins de Dakar est administrateur, 22 millions de francs CFA), la SAFA (Société africaine forestière et agricole du Groupe Beaumont-De Ribes-Rivaud qui contrôle aussi la Bordelaise africaine, possède des hévéas et caféiers en Centrafrique, des forêts au Cameroun et charge également à Sassandra pour Le Havre, 2,9 millions de nouveaux francs en 1962), BAT (G. Noël représenté au Havre), VB (sans doute Victor Balet). Les transporteurs sont assez interchangeables : Delmas Vieljeux, Chargeurs réunis, et les navires reçus par le Comptoir maritime franco-Belge, Société navale de l’Ouest principalement. Les provenances principales sont Sassandra, Abidjan, Pointe-Noire, Port-Gentil, Libreville, Douala. Le plus souvent, ces navires chargent en même temps que les bois, du café, du cacao et du coton.

La maison Charles au sommet de la hiérarchie

165À l’origine de la maison Albert Charles, se situe une entreprise d’importation de bois tropicaux américains, antillais et africains chargés à Grand-Bassam ou Cap-Lopez, la maison F. Philippe. Le circuit de la marchandise est déjà en place entre 1899 et 1914, avec les acajous de la Côte-d’Ivoire. Albert Charles travaille en ce temps-là dans la grande menuiserie de son père Albert Charles-Dubreuil. Son intérêt pour la matière le conduit à entrer dans la maison Philippe en 1918. Il est bientôt intéressé au capital à raison de 0,5 million pour 1,1 million de francs à son patron.

  • 232 F. Kéromen, collaborateur d’Albert Charles depuis 1936 jusqu’à la fermeture de l’entreprise.

M. Charles était le fils d’un grand menuisier qui avait un moment donné, jusqu’à 450 personnes. On faisait une fenêtre à l’époque en une heure trois quarts... on la fait à l’heure actuelle avec une demi-heure de moins, mais à cette époque-là c’était formidable. M. Charles-Dubreuil avait le visage un peu de Clemenceau qui disait « quand j’ai décidé de faire quelque chose je le fais ». Il allait acheter ses bois chez Francis Philippe. M. Charles s’est pris véritablement d’amour pour ces bois-là en disant à son père « je vais m’associer avec Monsieur Philippe ». C’est devenu la société Philippe et A. Charles. Il a dû reprendre la maison vers 1929-1930 à son nom propre232.

  • 233 Inspection de la Banque de France, 1923.

166En vérité, c’est en 1923 que Philippe se retire. Albert Charles continue l’affaire au moment où de gros bénéfices ont été faits grâce à la clientèle de la coutellerie et à l’écoulement des stocks de guerre233.

  • 234 Les surfaces occupées par l’entreprise dans le quartier de l’Eure sont impressionnantes et donnent (...)

167La maison Charles accumule les grumes et sciages de bois exotiques234, à la fois dans ses chantiers privés, et pour la plus grande partie dans les magasins publics, notamment aux Docks du Pont Rouge qui jouxtent l’entreprise, et dont Albert Charles est administrateur. Il emploie, en 1 939 158 personnes dont 20 représentants.

Notre firme occupait, avant la guerre, la première place dans l’importation des bois exotiques et coloniaux, non seulement pour l’approvisionnement de l’industrie

Tab. 20 – Les principaux fournisseurs des entreprises du bois colonial de la Place du Havre (les entreprises présentes au Havre ou à participation havraise sont inscrites en caractères gras)

Fournisseurs à la colonie

Courtiers agents

Importateurs négociants

Oddos, Fores-équatoriale (Abidjan) (Gr Beaumont De Ribes)

A. Charles

CFI (Abidjan)

Voidey Willmann Maltrait-CIB

idem

Bordelaise africaine (Cameroun, Côte-d’Ivoire)

(Gr. Beaumont-De Ribes)

idem

Occidentale africaine

idem

EFACI (Hamilton-Pujol)

idem

SIB (Cayenne)

idem

Cie asiatique et Africaine

idem

Charles (SABIC-Abidjan)

idem

Charles (Chandor-Daloa)

idem

Victor Balet, Niger F. SOC. FOR. du Tabou-BC (Morgand-Bas Cavally)

Beausire

Morgand

CBA-CCAF (Libreville)

Voisin C.

SIBA (Gr. Clément et Équatoriale)

Guerrier-Th.

BAT (Abidjan, Douala, Port-Gentil)

G. Noel

SCAF (Grand-Bassam) SEFIC (Douala) (Groupe CEGEPAR)

SOA

CCAEF-Corblet (Gabon) UFO-SAG-F. VAZ-SGB

Sieba J. Voisin

Éts Brandon 1908 (fut. CCAEF)

Gutzwiller

Sources : renseignements fournis par F. Kéromen, Berty Charles et Lance Beausire.

métropolitaine, mais également pour la réexportation sur l’étranger. Nos principaux clients étaient les entreprises de menuiserie, les arsenaux et chantiers de construction navale, les fabricants de matériel roulant, de contreplaqués, l’industrie automobile, la construction aéronautique, les industries diverses : lutherie, brosserie, coutellerie, tabletterie et enfin l’industrie du placage et de la décoration.

  • 235 . ADSM, 11 RP, 1193-1763, dossier dommages de guerre, 17-11-1945. Charles équipe aussi les établiss (...)
  • 236 Acte de société, Étude Lacire du 31-12-1951, LH 27-03-1952.
  • 237 ADSM, 2Z106.
  • 238 Banque de France, 1938.
  • 239 ADSM 11 RP.

168Ainsi la maison Charles se définit-elle dans une note de 1945235. L’activité de la maison ne se limite pas à l’importation et à l’exportation. Elle pratique aussi la consignation, le magasinage, le warrantage, la représentation, la commission voire le transit et le transport236. Elle affiche même le courtage dans ses compétences bien qu’en réalité elle fasse appel à d’autres courtiers ou commissionnaires. Les bois africains sont dominants mais les bois d’Amérique comptent également. L’appellation « bois exotiques recouvrait, dans le langage professionnel, des provenances extra-africaines (Asie, Indonésie, Brésil, Guyane). La valeur totale des immeubles (bureaux rue de Colmar, constructions, immeuble à Paris, à Marseille, scierie occupant les numéros 35 à 45 de la rue de Mulhouse) s’élève à 152 millions de francs et les biens mobiliers à 71,2 millions de francs. L’entreprise atteignait déjà un chiffre d’affaires de 40 millions de francs en 1932237 et 30 millions en 1937238. Pour l’exercice 1939-1940, le chiffre d’affaires était de 59 millions239.

  • 240 Ses bureaux furent successivement sinistrés rue Dumont d’Urville, puis Place de l’Hôtel de Ville, p (...)
  • 241 Banque de France, 1955.

169Malgré six bombardements de 1940 à 1944, et les enlèvements par les autorités allemandes, l’entreprise survit240. Certes, son chiffre d’affaires tombe à 22 puis à 11 millions durant la guerre. Le personnel est réduit de moitié, les activités s’orientent vers la vente des bois de pays, l’exploitation forestière et la carbonisation, s’appuyant fortement sur la succursale parisienne. Les seules importations durant la guerre sont faites par le port de Marseille. Mais dès 1946, le chiffre d’affaires s’élève à 700 millions, soit 112 millions de francs 1938 ! Le montant des concours bancaires dont bénéficie l’entreprise donne une idée du volume des affaires : 440 millions en 1955, 722 en 1956, 883 en 1957. Il révèle aussi que sa trésorerie demeure vulnérable et sensible aux variations de cours. D’ailleurs, vers 1950, la maison connaît « de sérieuses difficultés »241.

  • 242 Banque de France, 1957.

Cette société, écrit alors l’inspecteur de la Banque de France, a dû, il y a quelques années, à la montée générale du prix des matières consécutive à la guerre de Corée, le rétablissement d’une situation devenue particulièrement précaire242

Fig. 9 – Portrait d’Albert Charles

  • 243 Témoignage de M. Berty Charles, 3-03-1999.
  • 244 JO de la Côte-d’Ivoire, 19-11-1960. En 1962, chaque filiale fait état d’un capital de 20 millions d (...)

170Avant 1940, les principaux fournisseurs de la maison Charles étaient l’Occidentale africaine, la Bordelaise africaine, la Forestière équatoriale. Mais après guerre, les fournisseurs à la colonie se multiplient. Les surplus américains de scrappers, bulldozers « inondent l’Afrique », et l’exploitation forestière s’intensifie le long des rivières. En Côte-d’Ivoire, les « radeaux » ou « trains » de bois descendent deux fois par an au moment des crues vers Grand-Bassam. Le personnel sur place est plus nombreux grâce à la fondation de la succursale d’Abidjan, dès 1944, et les achats se font sur les chantiers, alors qu’avant guerre ils s’opéraient de préférence depuis Le Havre, en toute confiance243. C’est pour organiser l’écoulement des stocks accumulés en Côte-d’Ivoire pendant la guerre, où les coupes avaient continué, qu’Albert Charles crée la STIBECA (Société de transit et d’importation des bois exotiques, coloniaux et américains) avec d’autres importateurs français, pour le compte de la Fédération nationale des importateurs. La STIBECA est administrée par Charles, Gutzwiller et Voisin. Ce dernier, pour des raisons non élucidées, conteste l’initiative. Albert Charles ne pouvait manquer de faire des émules. Ses beaux-frères Georges et Victor Benet, employés de la maison, tentent en 1928 de voler de leurs propres ailes, sans grand succès. À l’inverse, Georges Noël réussit. Il quitte l’entreprise vers 1945 pour fonder avec un autre employé, Maurice Letellier, une maison d’importation au Havre à succursales multiples (BAT), avec siège social à Paris, et implantations en Côte-d’Ivoire, au Cameroun et au Gabon. Georges Noël devient président des Scieries du Haut-Sassandra244.

Fig. 10-Vue partielle des Établissements Charles, rue de Colmar, démolis en 1999

Fig. 11 – Vue partielle des Établissements Charles, rue de Mulhouse, démolis en 1998

  • 245 Les deux témoins interrogés ont accepté de proposer une estimation à 75 % pour l’un et plus de 80 % (...)
  • 246 RDCC, no 122,16-02-1935.
  • 247 Lettre au commissaire général de l’Exposition universelle de 1931, le 27-02-1929. CAOM, fm, 4 Afféc (...)
  • 248 Inspection de la Banque de France, 1965 : Charles, Gutzwiller et Humbert (bois du Nord), totalisent (...)

171Les Indépendances n’ont pas perturbé, à en croire tous les témoins, la marche de l’entreprise. En revanche, vers i960, un gros client, le GIM, menuiserie industrielle d’origine lyonnaise, est perdu lorsque cette entreprise décide d’exploiter elle-même sa matière première en Afrique. La maison Charles ne s’occupe toujours pas d’importer de l’okoumé, considéré comme chasse gardée des entreprises du contreplaqué. Mais l’Afrique, au point de vue tonnage, est primordiale, et le demeure au cours des années i960, Côte-d’Ivoire et Cameroun principalement. En 1962, « les perspectives des professionnels demeurent optimistes », et le chiffre d’affaires de la firme « a quadruplé en 10 ans ». Les « bois exotiques », souvent constitués d’essences précieuses, avaient une grande valeur (tecks, palissandre). L’Indochine, l’Indonésie ont en leur temps contribué à la prospérité de la maison. L’entreprise Charles a sans doute globalement capté plus des trois quarts des importations havraises de bois coloniaux, en valeur sinon en tonnage245. L’entrepreneur faisait remarquer au ministre du Commerce en 1935, que si Le Havre captait 60 % du tonnage des bois coloniaux importés en France, cela représentait beaucoup plus en valeur, le port recevant la quasi-totalité des essences les plus précieuses246. Quant à la dimension de sa propre maison, Albert Charles affirme en 1929 qu’elle représente un quart des importations totales de la France247. En 1965 son entreprise représente 65 % du chiffre d’affaires de tout le négoce du bois sur la Place, bois du Nord compris248. À la fin de la période coloniale, le caractère familial de l’entreprise reste entier.

  • 249 On peut comparer les 250 millions de francs courants de capital en 1950 aux 7 millions de francs de (...)

172Cette entreprise mérite bien le nom de « maison ». Société en nom collectif à l’origine, elle demeure non seulement une société de personnes, mais le « père » Charles est lui-même le gérant unique en 1951 de la société de famille à responsabilité limitée. Le statut ne correspond guère à l’importance d’un capital qui n’est jamais rongé par l’inflation249.

173Mais cette originalité peut être aussi considérée comme une faiblesse. Un tel volume d’affaires lié aussi étroitement aux fonds propres d’un individu présente un certain paradoxe. Ce que ne manque pas de remarquer l’inspecteur de la Banque de France :

Tab. 21 – L’organisation générale de la maison Charles au début des années 1960

Tab. 21 – L’organisation générale de la maison Charles au début des années 1960

D’après les renseignements fournis par M. G. Héron.

Tab. 22 – L’évolution du capital de la maison Charles

Capital, en millions (anciens francs courants)

Capital, en millions (en francs 1938)

1919

1,65

3 465

1920

2,50

3 750

1951

250,00

10 750

1962

400,00

11 560

1964

800,00

21 680

Sources : TCH et Annonces légales.

Les bilans successifs pèchent toujours par le même point faible : l’étroitesse de la trésorerie ; les capitaux personnels ne correspondent ni à l’importance des immobilisations, ni au volume d’affaires [...] Quelle que puisse être la sous-évaluation du stock, il n’en reste pas moins que cette maison travaille surtout avec l’argent des comptes créditeurs et des banques : de ce fait, sa situation est vulnérable...

  • 250 Inspection de la Banque de France, rapport 1938. À cette date le volume d’affaires est de 30 millio (...)

174En même temps, la Banque reconnaît qu’Albert Charles « qui donne l’impression d’être un homme d’affaires très personnel, très fermé et aussi très capable » a su maintenir au Havre « par la diversité des bois en stock, un marché important capable de fournir à l’exportation »250. Il semblerait donc que l’on puisse être une grande maison de négoce sans grande capacité d’autofinancement.

  • 251 CR. TX-CC 1965, p. 912, nécrologie d’Albert Charles, vice-président honoraire de la chambre de comm (...)
  • 252 RDCC, no 113,27-05-1927.
  • 253 RDCC, no 122, requête d’Albert Charles au ministre du Commerce, 16-02-1935.
  • 254 ADSM, 2Z106, dossier de Légion d’honneur, 1932.

175Certes le marché était porteur, pour les raisons évoquées en première partie. Encore fallait-il concurrencer les grands ports européens du Nord-Ouest. En matière de bois, la dispersion dans la polyvalence n’aurait été d’aucun secours. Trois facteurs ont sans doute contribué au succès de la maison Charles : l’effort innovant en matière d’outillage, le rassemblement corporatif dans une pyramide havraise aisément contrôlable, la capacité de grand communicateur d’Albert Charles lui-même. Albert Charles, administrateur du Port autonome depuis 1935, vice-président en 1947, s’attache à la création du terre-plein des bois coloniaux, quai de la Gironde251. En 1944, il crée la Fédération nationale des importateurs, exportateurs, négociants, industriels et commissionnaires en bois exotiques tropicaux et américains dont il demeure le président jusqu’à 1964. Il protège son territoire en même temps que le marché havrais. En mai 1927, par exemple, l’Agence générale des colonies ayant décidé de faire une démonstration sur le débit et l’emploi des bois coloniaux à la Foire de Rouen, Charles décide d’exposer un chalet construit en bois exotiques, pour « faire échec à ces manœuvres » et « démontrer le côté pratique du marché du Havre »252. Il n’est pas uniquement défenseur des bois africains puisqu’il proteste contre les contingentements des bois d’Amérique et des Indes néerlandaises, mais il s’émeut des « mesures prises par les Groupes forestiers parlementaires » pour la défense des bois métropolitains contre les bois coloniaux253. Albert Charles franchit tous les grades de la Légion d’honneur « pour services spéciaux rendus à la colonisation ». Il classe les différentes espèces de bois coloniaux dans un fascicule qu’il distribue chez les consommateurs de bois européens. Il adresse aux différentes écoles professionnelles de France des tableaux de bois coloniaux254. Il participe avec le ministère des Colonies à toutes les foires-exposition : Oran, Anvers, Prague, Bruxelles, Bordeaux, Nantes, Rennes, Rouen, Lyon, La Rochelle, etc. Sa bibliographie spécialisée, traitant des différentes essences, est abondante.

Fig. 12 – Barres et bûches. Grumes entreposées dans le quartier de l’Eure, vers 1958

  • 255 Succursale dès 1944, création en 1959 de la Société africaine des bois industrielle et commerciale.
  • 256 Information de M. Georges Héron, secrétaire général. Charles établit aussi une filiale au Liberia. (...)
  • 257 176, boulevard de Plombières, Marseille, archives CCIM, MP-33.12.

176L’intégration verticale de la maison est tardive et limitée : exploitation forestière et filiale à Abidjan à la fin des années 1950255, construction de la scierie de la rue de Mulhouse au Havre, au milieu des années 1950. La filiale d’Abidjan dite SABIC (Société africaine des bois industrielle et commerciale) est la suite logique de la succursale. Également à 100 % Charles, les chantiers d’Ornano dits Chandor, à Daloa en Côte-d’Ivoire fournissent des grumes256. Ce n’est que sous la contrainte du nouvel état indépendant qui oblige à l’exportation d’un quota de bois débités que Charles établit des scieries dans ses filiales. La maison Charles est avant tout une maison de négoce qui achète le bois, le stocke et le revend, avec son réseau de forestiers, de chargeurs, de courtiers, de commissionnaires et de négociants partenaires. Son emprise sur le négoce d’importation s’exprime par la position de son patron à la tête des Chambres syndicales, nationale, havraise, et même à Marseille, où le directeur de la maison Albert Charles dans cette ville, Maurice Parfait, est secrétaire du Syndicat des importateurs de bois exotiques257 et administrateur de la Fédération des importateurs de bois coloniaux des Ports français.

  • 258 RDCC, no 140,11-01-1951. La chambre de commerce souhaite prudemment ne pas intervenir. Épisode d’au (...)
  • 259 Entretien avec Berty Charles, 3-03-1999.
  • 260 Et s’appliquaient aux importateurs industriels et négociants utilisant ces bois ou les revendant en (...)

177On trouve, dans les débats de la chambre de commerce du Havre, quelques signes d’agacement de la part des concurrents d’Albert Charles. La maison Gutzwiller, plus ancienne, souhaite être traitée avec les mêmes égards. En 1951, Gutzwiller et Voisin protestent contre le projet d’Albert Charles de constituer une Société coopérative d’importation des bois exotiques258. Les dirigeants de la maison Charles rencontrés pour cette enquête se refusent malgré tout à voir dans les autres maisons havraises uniquement des concurrents, plutôt des partenaires-concurrents. Pourtant la pratique du « marché de Place » est ici minime entre négociants, à l’inverse du café, car la marchandise va en général directement vers l’utilisateur259. « L’empire Charles » est bien assis, et l’homme est influent. Capable d’obtenir par exemple du ministre des Finances la suppression des taxes forestières qui frappaient les opérations d’exportation des bois exotiques et coloniaux260.

  • 261 Pour contourner ces difficultés, Charles importe davantage sur Anvers, Dieppe, Fécamp, Saint-Brieuc (...)
  • 262 Président de la Compagnie forestière de l’Indénié, embarquement et scierie à Abidjan.
  • 263 Selon un rapport de mission sur COA par Jean-Claude Muel pour les Chargeurs réunis en 1964, la firm (...)

178La toute-puissance d’une entreprise dans un secteur est peut-être une arme à double tranchant. Lorsqu’elle connaît des difficultés, c’est toute l’activité portuaire, en l’occurrence celle des bois exotiques, qui est mise en cause. La maison Charles s’adapte sans problème aux Indépendances. L’année 1969 est même excellente. L’entreprise embauche de nouveaux ouvriers, portugais et tunisiens notamment. Albert Charles meurt en 1965, au moment où se prépare le transfert des bureaux et des installations de la rue de Colmar et du quai de la Gironde vers le boulevard Jules Durand et le quai du Rhin. Une nouvelle scierie à double niveau est en construction. Cinq grandes nefs permettront d’éviter la saturation, dont une nef-séchoir et trois nefs-entrepôt. Le Crédit national soutient le financement. À Marseille, vers 1966, MM. Charles décident le même type de transfert, très important, vers Port-Saint-Louis. Des investissements sont opérés pour la succursale de Bordeaux-Bassens ainsi qu’à Strasbourg. À recouper les appréciations des témoins, il semble que l’arrêt des activités de la maison Charles en 1975 soit dû en partie à ces transferts « démesurés », auxquels s’ajoutent des contraintes externes, la concurrence de l’aluminium, les difficultés avec les chantiers de Côte-d’Ivoire, des échecs commerciaux comme celui de l’essai des bois brésiliens, trop abrasifs. On évoque également les dockers plus exigeants depuis 1968261, l’entrée de la CGT dans l’entreprise et la fin du paternalisme. La revente de la SABIC-Abidjan à Mimran262 contre une participation Charles à la CFI se termine par un litige. Les succursales de Marseille, Bordeaux et Strasbourg sont revendues sous le nom de Société des Trois Ports. Plus que les autres négociants spécialisés dans les bois exotiques de la Place, le véritable concurrent de ces années-là est la SCAC, dont on a vu plus haut le réseau considérable dans l’outre-mer. En Côte-d’Ivoire, le concurrent le plus sérieux est la firme allemande Danzer, qui fournit aux Chargeurs réunis un fret plus important que l’entreprise havraise263. Avec la mort de l’entreprise Charles, Le Havre cesse d’être le grand port des bois exotiques. La route est libre pour La Rochelle. Il reste que les entrepreneurs havrais furent bien les acteurs essentiels dans le dispositif d’importation des bois coloniaux en France, un mécanisme dont ils avaient la maîtrise. Ce n’était pas le cas dans le domaine du caoutchouc.

Des entreprises havraises au service des réseaux du caoutchouc asiatique

179Avec le développement du caoutchouc indochinois, les capitalistes havrais n’ont plus un rôle aussi important dans la production et la commercialisation du caoutchouc qu’avant 1914, durant le cycle du caoutchouc africain de cueillette. Certes, les entrepreneurs du coton, ou du riz, en Asie comme en Afrique, ne sont pas absents de ce secteur dans les années de l’entre-deux-guerres. Au temps de l’Union française, Le Havre devient un lieu de transit mais la maîtrise des activités de la Place lui échappe en grande partie.

Des Havrais dans les sociétés indochinoises

  • 264 « La famille Rivaud étend son contrôle sur un empire de 200 000 ha de concessions, dont 80 000 ha p (...)
  • 265 Capital : 2,15 M F, le président est W. Bordes. Le siège de la société est à Paris, 38 rue du Louvr (...)

180Georges Raverat, l’homme fort du caoutchouc au Havre, n’a pas tout misé sur l’Afrique. Il est, en 1920, vice-président de la Compagnie des caoutchoucs de Padang, associé avec Siegfried et Mellier une fois de plus, au Groupe De Rivaud, groupe autonome par rapport à la Banque de l’Indochine (car celle-ci ne saurait prétendre à l’hégémonie, précise Marc Meuleau264). La Compagnie de Padang, née en 1911 avec l’appui des intérêts bruxellois, outre ses 3700 ha d’hévéas à Sumatra, possède 1500 ha en Indochine et produit 1890 tonnes en 1929. Des investisseurs havrais ont bien entendu saisi l’intérêt qu’il y avait à épouser le succès du caoutchouc d’Orient hors des colonies françaises. En 1907, des coloniaux havrais, Raoul-Duval, Latham, Dennis, un homme du coton, s’associent à Édouard Bruce, résident havrais qui est propriétaire d’une plantation de 488 ha à Mackimala, dans la région de Madras. La société ne dure que sept ans. En 1920, deux Havrais, Ph. Larmandie et G. Mundler, sont administrateurs délégués des Comptoirs Bordes, fondés en 1852, pour l’importation des caoutchoucs bruts des Indes Orientales265.

  • 266 RDCC, no 144, 12-04-1928. Léon Clerc précède Léon Corblet dans la CCAEF (anciens Éts Brandon fourni (...)
  • 267 Le Livre d’Or de l’Industrie du caoutchouc, 1927.

181Léon Clerc est lui aussi un homme d’affaires influent. Ses intérêts sont là où se développe le caoutchouc de plantation, et pas seulement dans l’Empire français : dans la Franco-néerlandaise de culture et de commerce dont le siège social est à La Haye, le siège administratif à Paris et les plantations à Java, au capital de 12,6 millions de francs en 1911 ; dans la Compagnie de l’Hévéa, plantations belges à Java, 1 million de francs en 1908 ; dans la Compagnie du Sélangor, 2 millions de francs en 1911, qui possède 140 000 arbres en Malaisie, présidée par Willy Van de Velde dont le nom apparaît dans les adresses de chargements débarqués au Havre à cette époque. Léon Clerc est associé à Octave Homberg et à la Banque de l’Indochine dans l’administration de la Société des caoutchoucs de l’Indochine et des papeteries de l’Indochine. En 1928, ce négociant havrais reçoit l’appui de la chambre de commerce pour une candidature au titre de conseiller du commerce extérieur. C’est, selon Hermann Du Pasquier, « tant en raison des affaires d’importation qu’il traite depuis des années que par ses fonctions d’administrateur de sociétés coloniales importantes »266. Cette Société des caoutchoucs de l’Indochine, à laquelle Léon Clerc participe, pourvoit en 1927 au sixième des besoins de la métropole267, exploite les plantations de Loc-Ninh, dans le domaine des « Terres Rouges » qu’un proche d’Octave Homberg décrit ainsi en 1927 :

  • 268 G. Le Fèvre, L’épopée du caoutchouc, Paris, Stock, 1927, préface d’Octave Homberg. Loc-Ninh se situ (...)

Dix mille hectares d’un seul bloc, dont cinq mille hectares plantés. De telles superficies déconcertent. On ne peut guère les appeler plantations ou domaines. Ce sont de véritables principautés. Paris avec son chemin de fer de ceinture tiendrait tout entier dans Loc-Ninh268.

La Place du Havre réduite au rôle d’auxiliaire

182Au moment où s’élèvent les quantités de latex importées d’Indochine de 1933 à 1954, puis du Sud-Vietnam, les Havrais n’ont plus de position décisive sur la Place comme à la colonie. Il n’y a plus de Havrais dans la Compagnie des caoutchoucs de Padang après Ernest Siegfried. La création en 1948 d’une Société française pour l’entreposage du latex (SFEL) qui s’occupe de stockage et de distribution des gommes, matières plastiques et émulsions est le résultat d’une entente des parrains du caoutchouc indochinois parmi lesquels les Havrais n’ont plus de place. Tout au plus, Le Havre est-il demeuré un carrefour stratégique pour la famille De Rivaud.

  • 269 « Les importateurs de caoutchouc brut, qui autrefois se fournissaient principalement sur le marché (...)

183À l’inverse de la situation de 1899 où le négoce était alimenté par l’implantation de négociants à la colonie congolaise, les importateurs de caoutchouc havrais de la deuxième génération ne sont plus que des rouages, transitaires ou commissionnaires, d’une machine qui utilise Le Havre comme plaque tournante et dont ils n’actionnent aucune des manettes. Ce mouvement s’opère également au détriment du marché anglais269. Au moment du fort accroissement des arrivages d’Indochine, les principaux importateurs intermédiaires entre les sociétés indochinoises et la SFEL utilisent un type de circuit illustré par le tableau 24, établi à partir de chargements de navires des Messageries maritimes revenant de Saigon.

  • 270 Accidenté au retour d’Haiphong en rade de Singapour. La répartition des contributions à l’avarie né (...)

184Sur le seul navire Vercors270, la maison Albert Martin, commissionnaire, avait reçu 14 lots dont la valeur contributive totale s’élevait à 69,3 millions de francs 1951. D’autres importateurs, moins importants ou transitaires, apparaissent dans les manifestes : Dourlet, Dussueil, Currie, ainsi que les Tréfileries et Laminoirs du Havre. Parfois l’usine Michelin importe pour elle-même par Le Havre.

Tab. 23 – Les grandes sociétés membres du Conseil de gérance de la SFEL et leur capital en 1948 (en millions de francs courants)

Société financière des caoutchoucs

350 M F

Bruxelles

Compagnie du Cambodge

8 M piastres

Saigon

Compagnie des caoutchoucs de Padang

43,2 M F

Saigon

SA du port de Rosario

too M F

Paris

Société des plantations des Terres Rouges

12 M piastres

Saigon

Sources : Le Havre-Éclair, 18-03-1949.

Tab. 24 – Les principaux importateurs-transitaires de caoutchouc de plantation d’Indochine et du Vietnam au Havre et leurs chargeurs outre-mer entre 1951 et 1957

Saigon

Le Havre

Navire

Date

Alcan et Diethelm et Cle Corn, de Nav. d’Ext. Orient

pour

Albert Martin Charles Lejeune A. Pillet Cic

Le Vercors

1951

Plantations des Terres Rouges

pour

Albert Martin Taquey

Péi-Ho

1957

Sté des Plantations d’Hévéas

pour

Albert Martin Charles Lejeune A. Pillet Cie

Sté Caout. d’Extrême-Orient et Michelin

pour

Albert Martin A. Pillet Cie

Ste-M-Église

1957

Sources : AFL-1997-002, Messageries maritimes.

L’outre-mer des industriels havrais

185L’outre-mer des industriels est triple. C’est celui des entrepreneurs dont l’activité dépend de la matière première coloniale, celui des entreprises travaillant pour l’équipement des territoires, celui, bien évidemment, des sociétés qui ont tenté d’établir une activité de transformation à la « périphérie ».

L’industrie havraise à la colonie : des expériences précoces, rares et contrastées

186L’entreprise des frères Bossière, armateurs de vocation, appartient au mouvement concessionnaire. Elle est aussi une expérience d’industrie à la colonie dans le domaine des pêcheries.

Les Bossière aux Kerguelen : de la pèche à l’usine

  • 271 Acte sous seing privé du 30-03-1911, JDH, 10-05-1911. À l’origine, la Société « René et Henri Bossi (...)
  • 272 E. Aubert de La Rue, « Étude géologique et prospection minière dans l’archipel de Kerguelen », Bull (...)

187La concession des îles Kerguelen est obtenue en 1893, grâce à l’appui de Félix Faure et de Jules Siegfried, pour cinquante ans. Le droit d’exploiter le territoire des îles Kerguelen a été personnellement accordé à René-Émile Bossière et HenryÉmile Bossière, dont la maison était en liquidation judiciaire en 1891. Les Bossière feront apport de leur droit d’exploitation à la société concessionnaire des îles Kerguelen en 1911271. Pour ces entrepreneurs, très actifs dans la Société de géographie commerciale du Havre, des possibilités multiples de mise en valeur semblaient se dessiner, parfois illusoires. En effet, des minéraux furent signalés aux Kerguelen, mais se révélèrent incertains ou inexistants : le diamant, l’or, le nickel, le cobalt, le cuivre et le pétrole. Henry Bossière avait découvert des affleurements de charbon dans le ravin de Port-Jeanne-d’Arc. Les découvertes les plus intéressantes de la mission Aubert de la Rue en 1928 furent les gisements d’agate « dont l’exploitation demanderait peu de main-d’œuvre » et le spath d’Islande, variété de calcite très limpide, recherchée pour la fabrication d’instruments d’optique. « Ce minerai, très rare, vaut deux mille francs le kilo. »272 Mais seules les pêcheries donnèrent quelques résultats après 1907.

  • 273 CAOM, D/6 (3)/52, Gouvernement général Madagascar.

188Après avoir obtenu le monopole de chasse des loups marins et éléphants de mer, Bossière est autorisé, en 1908, à fonder à Saint-Paul un établissement de conserves de langoustes, dépeçage de baleines et cachalots. En 1909, les Pêcheries de Kerguelen sont créées et trois ans plus tard un administrateur de la société donne son nom à Port-Couvreux. En 1925, Henri Bossière crée une filiale « les Pêches australes ». 1928 voit la création d’une filiale, La Langouste française, qui fonctionne durant huit ans. Une première campagne produit 50 000 boîtes. Une trentaine d’Européens sont installés sur l’île, dans des conditions de vie très dures. La seconde expédition procure 400 000 boîtes entre décembre 1929 et août 1930, grâce aux trente Français auxquels l’on a adjoint quatre-vingts Malgaches273. L’usine de Saint-Paul peut produire 15 000 boîtes par jour et la société sollicite l’autorisation de recruter des Malgaches supplémentaires.

  • 274 Thèse que l’on trouve également dans le récit de Daniel Floch, Les oubliés de l’tle Saint-Paul, des (...)

189Dans ces entreprises les Bossière ont bénéficié de la participation au capital de deux maisons coloniales havraises : Raoul-Duval et Génestal, ainsi que de la Banque de l’Union parisienne qui prend le contrôle de l’entreprise en 1930. La complexité des montages financiers et les contraintes géographiques et climatiques ont fragilisé l’entreprise, aboutissant à l’abandon du personnel sur les lieux d’exploitation. Bien qu’elle ait distribué un dividende de 6 % pour les Pêches australes en 1926 et de 15 % pour la CGIK en 1928, la faillite et la déchéance de l’entreprise sont prononcées le 20 mars 1936. Des études récentes (Briot en 1990, Arnaud et Beurois en 1996) ont signalé le caractère à la fois paternaliste et utopiste des Bossière ainsi que « l’ignorance coupable et l’inconscience des nouveaux dirigeants » (ceux de la BUP) qui ont permis les événements dramatiques de l’île Saint-Paul à l’origine de la faillite des sociétés et de la déchéance des concessionnaires274.

La conserverie de Lyndiane au Sénégal

  • 275 « Je vous prie de réserver le meilleur accueil à M. De Chanaud. » 21-08-1912, CAOM, 9 Affeco-20.
  • 276 M. Mbodj, « Un essai d’implantation agro-industrielle coloniale au Sénégal : la conserverie de Lynd (...)
  • 277 Lettre de G. M. De Chanaud au ministre des Colonies, Le Havre, 26-12-1913, CAOM, 9 Affeco-c 20.
  • 278 M. Mbodj, « Un essai d’implantation... », p. 362-363.

190La Société française d’alimentation De Chanaud et Cie exploite au Havre, à la veille de la première guerre mondiale, un entrepôt frigorifique d’environ 2000 mètres cubes et possède deux vapeurs frigorifiques. Sa zone d’action est l’Argentine et sa spécialité le saumon congelé. Elle fournit les compagnies de navigation pour l’approvisionnement des navires. L’inauguration d’une usine à Lyndiane, près de Kaolak, peut laisser penser par sa date de mise en service (1er décembre 1914), que De Chanaud a monté son affaire pour les besoins de la guerre. Ce n’est pas certain, car De Chanaud importait, déjà en 1910, du poisson de la côte occidentale d’Afrique et possédait une ligne de navigation reliant les ports du Sénégal. Muni d’une lettre de recommandation du ministre Albert Lebrun, De Chanaud part pour Dakar le 25 août 1912, afin d’étudier les possibilités d’installation d’abattoirs et de frigorifiques275. Mohammed Mbodj276 a souligné le rôle d’un vétérinaire, Pierre, qui depuis 1906, milite pour l’utilisation du cheptel sénégalais et qui visite le SineSaloum en compagnie de De Chanaud. Il insiste également sur le rôle de l’administrateur Paul Brocard qui « portera presque à bout de bras » l’expérience de l’usine De Chanaud. L’entrepreneur réclamera l’entrée en franchise sur la métropole, avant même que l’usine ne soit achevée, de quantités importantes d’animaux277. Il trouvera en Brocard un auxiliaire précieux pour une véritable réquisition du bétail. Une mise en cause par d’autres administrateurs provoque l’inculpation de Brocard, « pour avoir reçu dons et présents »278 à la suite d’une plainte de Biaise Diagne, le commissaire de la République.

  • 279 Le 28 février 1915, par exemple, ce dernier décharge au Havre 2612 quartiers de bœuf frigorifié, 66 (...)

191L’usine de Lyndiane, construite avec le soutien de la Banque Mirabaud et du gouverneur Angoulvant, dispose d’un capital de 3 millions de francs, emploie 3 000 personnes dont 450 ouvriers, et utilise 50 000 bœufs par an. Les capacités et les méthodes sont vantées par le journal hebdomadaire l’AOF qui parle de cette entreprise « gigantesque pour le Sénégal », bel exemple d’appel aux ressources de l’Afrique durant la première guerre mondiale. De Chanaud possède deux cargos spécialisés, le Kaolak et le Lyndiane279.

  • 280 Extrait du rapport d’ensemble 4e trimestre 1915, du gouverneur de la colonie du SénégalHaut-Niger, (...)

La contribution de la colonie à l’approvisionnement de la métropole, écrit le gouverneur en 1915, s’est manifestée surtout par l’exportation de peaux, de viandes frigorifiées et de conserves. Les produits de l’élevage frigorifique de Lyndiane dans le Sine-Saloum sont presque exclusivement réservés aux services militaires et l’administration s’efforce d’en accroître chaque jour le rendement. Les convois de bœufs continuent d’arriver normalement à l’usine, provenant de régions souvent éloignées. Les indigènes commencent à comprendre le profit réel qu’ils peuvent tirer de leurs troupeaux dont le service vétérinaire s’efforce de développer l’élevage rationnel en les mettant à l’abri des épidémies280.

192Une foire-concours pour les plus beaux animaux fut même ouverte à Kaolak le 15 janvier 1917.

  • 281 On retrouve Gustave De Chanaud à la tête de la Compagnie agricole commerciale et industrielle de Ba (...)

193L’entreprise fut-elle aussi positive que l’affirmait le gouverneur général en 1915 ? Pour Mohamed Mbodj (1984), elle a partiellement ruiné le cheptel sénégalais dont elle a absorbé 10 % pour les seuls besoins de la métropole. Le contrat avec le Ravitaillement est résilié le 21 février 1918. Le gouverneur Van Vollenhoven juge alors De Chanaud « plus apte à lancer des affaires qu’à les administrer ». De Chanaud offrait aux éleveurs des prix 60 % moins chers qu’à Dakar. Les épizooties de 1917 décimèrent le cheptel. L’usine ne tournait qu’à un tiers de sa capacité pour des raisons techniques. Même rapportées au cheptel estimé de toute l’AOF, 5 millions de bœufs, dont 800 000 au Sénégal, les quantités utilisées étaient énormes et n’auraient pas permis une exploitation à moyen terme. Quand l’entreprise fit faillite dans des conditions douteuses, c’est en raffinerie d’arachide quelle se reconvertit281.

  • 282 Les deux sociétés ont leur siège social à Paris, 56 rue de Provence et leur établissement principal (...)
  • 283 AMH, F4-C16, 14. Guerre de 1914-1918, Ravitaillement.

194Toujours est-il que De Chanaud joua un rôle dans l’approvisionnement de la ville du Havre durant la première guerre mondiale, en liaison étroite avec la préfecture et le maire Pierre Morgand. Il fut également chargé de l’entrepôt frigorifique et de la distribution des viandes à écouler pour le compte de la municipalité. Celle-ci lui versait 25 F par tonne et par mois. La Société française d’alimentation De Chanaud et Cie de 1915 devint, sur les factures qui malheureusement ne mentionnent pas la provenance de la viande, la Société coloniale d’alimentation frigorifique282, au capital de 3 millions de francs 1918. Les activités de De Chanaud après 1918 furent continuées par les Comptoirs frigorifiques français Henri Lebossé283.

La filature Gonfreville à Bouaké (Côte-d’Ivoire)

  • 284 Selon l’Annuaire des entreprises coloniales de 1928.
  • 285 ADSM. 2Z 106. René Godet, Légion d’honneur.

195C’est au contraire un exemple de réussite et de longévité qu’offre l’usine textile de Bouaké. Robert Gonfreville est un Havrais, ancien commis des affaires indigènes à Dabakala. Son aventure a déjà été brièvement évoquée, dans l’étude des stratégies havraises du coton colonial. Rappelons simplement l’originalité de cette aventure industrielle outre-mer, et surtout sa durée. Arrivé en Afrique en 1912, Gonfreville constate les possibilités de culture cotonnière et l’importance de l’artisanat indigène de filature et de tissage. En 1919, il crée un établissement à Bouaké pour l’égrenage du coton. Il met en place sa filature en 1922 avec du matériel d’occasion. Il dispose d’une égreneuse à vapeur et d’une presse hydraulique284. Membre de l’Institut colonial du Havre, Gonfreville est lié avec un homme du textile colonial, du sisal, René Godet, patron des Corderies et des Tréfileries au Havre, qui affirme avoir participé au financement de cette entreprise africaine285. Pourvue d’un capital stable en francs constants jusqu’au lendemain de la guerre, l’entreprise, dirigée un moment par la veuve du fondateur, passe sous le contrôle de la Société du Haut-Ogooué et Luc Durand Réville en devient le président-directeur général. Le capital progresse et décuple en francs constants par rapport à la mise initiale, jusqu’à 1962. Les bénéfices s’élèvent à 11,6 millions de francs CFA en 1953 pour un actif de 214 millions, à 32,5 millions en 1957 pour un actif de 371 millions. L’entreprise devient une des vitrines de la Côte-d’Ivoire de Félix Houphouët-Boigny.

L’industrie coloniale sur la Place du Havre

196Les Havrais, dans le secteur du riz, ont associé le négoce et l’industrie. Les capitaux des autres cités coloniales de la métropole se sont intéressés aux activités de la Place.

Le cycle du riz, développement, concentration et dépérissement des entreprises

197Le riz de consommation animale, qui constitue entre les deux guerres la plus grande partie du commerce de cette céréale, représente la presque totalité des importations du Havre. Le riz de consommation humaine, importé d’Indochine, ne dépasse pas au Havre 2500 tonnes, et la France s’approvisionne pour l’essentiel à Modane. Le marché intérieur est limité car Marseille, Dunkerque, Bordeaux et Nantes écoulent aussi leurs produits. Ici jouera la tricontinentalité permise par la situation du port du Havre : le riz indochinois ou malgache venu sur les navires des Messageries maritimes ou de la Péninsulaire, une fois traité, peut repartir vers Dakar sur les Chargeurs réunis. Les réexportations de riz par Le Havre varient de 20 000 à 40 000 tonnes. En 1929 elles se répartissent ainsi :

Tab. 25 – Les réexportations de riz vers l’Empire colonial en 1929

Brisures

3080

dont AOF et AEF :

93,5 %

Riz entier, farines

21 995

dont Antilles :

35 %

AOF et AEF :

25 %

Sources : RS-CC.

198Un observateur l’affirmait en 1931 :

  • 286 M. Amphoux, Le Havre et sa fonction industrielle, Paris, Les Presses Modernes, 1931, p. 70-72.

Ces réexportations consistent en riz de consommation animale, destiné, outremer, à l’alimentation des noirs ; ce sont des riz entiers mélangés à des brisures. Haïti et l’Amérique centrale en reçoivent un peu, mais la plus grosse partie est dirigée sur Dakar. Les propriétés antibéribériques du riz expliquent sa forte consommation en AOF286.

199Pourquoi ces entreprises n’envoient-elles pas le riz directement de Saigon à Dakar ?

L’industrie est nécessaire pour délivrer le riz des charançons qui hâteraient en pays chaud, la détérioration du grain. Le fret de Saigon à Dakar n’est pas assez abondant et une cargaison entière de riz déprécierait le grain lors de son arrivée en masse au Sénégal.

200Ces considérations éclairent les motivations de ce circuit intercolonial, voire tricontinental : il n’est pas question de laisser échapper la plus-value de l’usinage en la confiant à la colonie. Les mentalités négociantes ne sont pas prêtes à l’industrialisation en Afrique, fût-elle contrôlée par l’entreprise métropolitaine elle-même. Cette tricontinentalité est plutôt autarciste.

201La société anonyme des Rizeries françaises est créée en 1891, en deux temps : un acte à Anvers (31-05-1891, capital 100 000 F) significatif de l’existence d’un réseau havro-belge, au Havre le 10-09-1891, (capital 400 000 F). La SARF « achète et vend les riz bruts venant des pays d’outre-mer » et les usine : blanchiment, fabrication de semoules et de farines et de dérivés : amidon et glucose. Elle décortique et polit 1200 quintaux de riz par 24 heures en 1896. À l’origine, elle importe par chargements de 4000 à 5000 tonnes des riz bruts dont la provenance est partagée entre Moulmeïn, Rangoon, le Japon, Java et Saigon. Sa grande usine est située sur la rive nord du canal de Tancarville. Le fondateur, Georges Raverat, entrepreneur de travaux publics à l’origine et propriétaire de docks, fait apport de terrains à Graville pour le raccordement des voies de communication. La SARF est en 1895, le seul établissement de la circonscription qui emploie des riz, et particulièrement des riz de Saigon. Ses dirigeants expliquent ainsi l’essor de l’entreprise :

Fig. 13 – La société anonyme des Rizeries françaises, quai du Garage

À la faveur du grand écart de prix provoqué par leur entrée en franchise en France et par suite des efforts des décortiqueries de nos ports, pour les faire adopter par une clientèle qui les ignorait, les riz de Saigon ont à peu près remplacé en France depuis quelques années les riz de Birmanie importés précédemment par les usines anglaises, belges et allemandes.

  • 287 RDCC, no 75, 26-06-1895, lettre de la Société à la chambre de commerce du Havre, sur demande de ren (...)

202La SARF emploie à ce moment 10000 à 12 000 tonnes de riz par an. Elle reproche à l’industrie des riz à la colonie de fournir des produits de mauvaise qualité. « Il serait à désirer que les riz de Saigon soient exportés seulement en paddy, car c’est seulement quand ils ont été travaillés en France qu’ils peuvent concurrencer les riz de Birmanie. »287 L’importation des riz, usinés à la colonie par des concurrents, oblige pourtant la société à faire un effort d’investissement :

  • 288 Déclaration du président des Rizeries françaises devant les actionnaires, en mai 1911, cité par J.- (...)

L’importation de plus en plus considérable en France, de riz usinés en Indochine a réduit d’année en année la marge unitaire de bénéfice dont bénéficiait notre industrie dans la première période de son existence. Ce n’est qu’en augmentant sans relâche le chiffre de nos affaires que nous avons pu maintenir la situation relativement favorable que nous vous présentons depuis plusieurs années. Mais en même temps qu’il nous fallait immobiliser dans une usine plus que doublée un capital très important, le roulement de fonds nécessité par le développement de nos affaires devenait d’année en année plus considérable. Pour faire face à cette situation nouvelle, il a paru prudent à votre conseil de vous proposer de porter votre capital de 400 000 à 1 000 000 F288.

  • 289 Cf. L’Économiste français, 3-09-1927.
  • 290 Jusqu’en 1907, Madagascar importait du riz. Puis elle est devenue exportatrice. Les exportations on (...)
  • 291 Demêmes, promotion 1916-1917, Bulletin de l’EPC, janv. 1924, p. 4.

203Les activités commerciales se diversifient : importation de riz indochinois et malgache et redistribution en France, en Afrique occidentale, en Guadeloupe, en Afrique du Nord289. La société vend 24 000 tonnes de riz en 1927 et ses bénéfices dépassent le million de francs. Selon L’Économiste français elle a toujours distribué des dividendes réguliers et ses actions sont introduites sur le marché boursier en 1927. Des succursales sont officiellement créées en 1923 à Madagascar290, en 1925 à Dakar, en 1927 à Grand-Bassam. À Fianarantsoa, un ancien élève de l’École pratique coloniale du Havre dirige une rizerie de la société où se fait le décorticage291. Il gère un domaine agricole de 200 ha de rizières et une exploitation forestière de 900 ha.

204À l’origine de l’entreprise et du capital de la SARF, on retrouve des hommes du coton et du caoutchouc, tels Ernest Siegfried ou Georges Raverat lequel se présente en général à ce titre comme « industriel ». C’est probablement parce que cette entreprise « marche » quelle est absorbée. Cette absorption se réalise en deux temps et ne nuit pas au port du Havre. Celui-ci voit les entrées de riz passer de 65 000 tonnes en 1930 à plus de 150 000 tonnes en 1936. La concentration s’opère en deux temps : union du pôle havrais et du pôle marseillais, puis intégration de l’ensemble dans une entente dont le centre de gravité se déplace vers Bordeaux. En 1927, la SA des Rizeries françaises fusionne, à égalité de capital, avec les Rizeries de la Méditerranée pour former la Compagnie franco-coloniale des Riz. Le Havrais Georges Raverat est président, le Marseillais Demo Pellas vice-président. En 1928, quelques administrateurs démissionnent, des Nantais (Levesque, avec bureaux à Bordeaux) et des Bordelais (Denis) font leur entrée.

  • 292 Annuaire financier France-Extrême-Orient. À cette date la CFI apparaît déjà comme un consortium all (...)
  • 293 Créée en 1923, siège à Saigon, présidée par Alphonse Denis, où l’on retrouve également la Société L (...)
  • 294 JDH, 20-01-1931, Raverat y avait souscrit pour 325 000 F.
  • 295 AG du 30-10-1929, liquidation de la Franco-coloniale des riz, JDH, Étude Fay à Paris.

205En 1930, l’ensemble est absorbé par la Compagnie franco-indochinoise, présidée par Étienne Denis de Bordeaux, société dont Georges Raverat était administrateur depuis 1912. La société anonyme des Rizeries françaises est elle-même administrateur de la CFI en 1922292. Elle est aussi administrateur de la SA des Riz d’Indochine Denis frères293. L’imbrication des intérêts précède donc largement la fusion. Raverat est alors remplacé dans cette position par Édouard Senn et Rodolphe Rufenacht. La même année les Havrais (Raverat, Mellier, Raoul-Duval), alliés à la Cie franco-malgache d’Entreprise, se débarrassent d’une Compagnie française des Riz créée deux ans plus tôt pour la stricte importation des riz de Madagascar294. La Franco-indochinoise exploite au total un fonds de commerce qui relie Le Havre, Marseille, Nantes, Modane, Saigon (avec terrains à Cholon), Pointe-Noire, Haïti et Dakar295.

  • 296 De plus les rendements y étaient deux fois ceux de l’Indochine. R. Laure, Le continent africain au (...)
  • 297 AFL 1997-002-4481.
  • 298 « Les exportations des riz entiers à destination des Antilles étaient naguère importantes au Flavre (...)

206L’officialisation des succursales malgaches se fait à la veille de la crise commerciale et agricole qui frappe Madagascar dès la fin de 1928 et qui conduit la colonie à importer du riz d’Indochine. L’administration s’émeut en 1933 de ces arrivées importantes, « alors que Madagascar exportait il y a quelques années plus de 20 000 tonnes de riz »296. Cela représente, selon l’agent des Messageries maritimes à Tamatave « une évasion de capitaux sans espoir de retour »297. En 1934, ce sont 18 443 tonnes de riz indochinois qui sont débarquées par les Messageries dans ce port malgache. Ainsi la concentration décrite précédemment a-t-elle sans doute épousé, pour le bien provisoire des rizeries havraises, la conjoncture des mouvements intercoloniaux : après le riz malgache pour l’AOF et les Antilles298, le riz indochinois pour Madagascar et le maintien pour quelques années encore du trafic vers Le Havre grâce à une alliance en temps opportun avec les Bordelais de Saigon.

  • 299 Fondée en 1908, existe en 1963.
  • 300 AFL 002-3228, navire Bir-Hakeim, août 1954, Denis frères à Saigon pour la Cie Francoindochinoise, l (...)
  • 301 Société immobilière, née en 1915, boulevard des Chutes-Lavie à Marseille, dits aussi Grands Moulins (...)
  • 302 Liste des actionnaires, AG du 8-11-1938, MEC et du 12-12-1938 SCFI, ADSM, 11 RP-1005-6954, dossier (...)
  • 303 Acte Hasselmann, 29-07-1927. Apport en nature aux Moulins et entrepôts coloniaux, une usine à l’ang (...)

207Seules les Rizeries indochinoises et Maïseries indochinoises, qui rassemblent Eugène Gigandet et le duo marseillais Rauzy-Ville, constituent des concurrentes de taille. Après l’effondrement des importations havraises de riz dès 1937, les deux sociétés : Denis frères (CFI) et Société commerciale de l’Indochine (Rauzy299 continueront à approvisionner modestement Le Havre en riz usinés à la colonie300. Parmi les principaux actionnaires de la SCI Rauzy se trouve Ulysse Joulé, domicilié au Havre au siège des Rizeries indochinoises, lesquelles participent également au capital de la maison Rauzy. Ces locaux des Rizeries indochinoises au Havre, 287 boulevard de Graville, appartiennent aux Moulins et entrepôts coloniaux301, dont les quatre actionnaires sont précisément la Société commerciale française de l’Indochine, les Rizeries indochinoises, Édouard Worms, la Cie fluviale du port de Saïgon-Cholon302 C’est donc un montage assez complexe qui sous-tend l’édifice. Les locaux des Rizeries furent agrandis grâce à l’apport d’une vieille société coloniale havraise, les Établissements Shaki en 1927303.

  • 304 RDCC, no 143,30-04-1954.

208Un autre réceptionnaire s’établit en 1947, une société strasbourgeoise, Costimex, qui reçoit sur la Place des chargements d’Indochine. Cette société occupe les anciens locaux de la Compagnie commerciale d’Extrême-Orient, active par ailleurs dans le domaine du caoutchouc. En 1953 le Syndicat du commerce des grains s’émeut des programmes d’importation des maïs de l’ONIC qui favorisent les autres ports au détriment du Havre, et particulièrement Rouen dont les Rizeries indochinoises font leur centre de vente, tout en conservant la succursale havraise. Au Havre, ce sont les Rizeries, Génestal, Costimex, et Gibon qui font alors les plus grosses commandes à l’ONIC304. Mais l’industrie coloniale du riz au Havre s’éteint, essentiellement parce que le cycle du riz colonial s’achève et non, semble-t-il, par un désengagement volontaire du capital havrais des entreprises du secteur. D’ailleurs, ne verra-t-on pas, plus tard, les Rizeries indochinoises, intégrées en 1970 au groupe Rivoire-Carret-Lustucru, exporter depuis Marseille du riz de Camargue vers l’Afrique francophone ?

Une industrie de transformation stimulée

209La fonction industrielle du Havre doit-elle beaucoup aux colonies ? Il existe des secteurs qui, pour des raisons liées à l’origine géographique de la matière première, sont peu « coloniaux » et surtout « tropicaux » : c’est le cas pour la Compagnie française des extraits tinctoriaux et tannants. La relation avec l’Empire français a pourtant favorisé le développement d’activités industrielles importatrices : huileries et savonneries (à un degré bien moindre que Marseille), traitement du nickel et du graphite, chocolateries et fabriques de tapioca, brosserie, industries du bois, conditionnement du latex. Elle a stimulé quelques entreprises exportatrices vers les colonies et certaines industries de travaux maritimes.

Desmarais et la Crème de Rufisque

  • 305 Sa capacité de raffinage est de 600 barils par jour en 1896 (Y. Guyot et A. Raffalovich, Dictionnai (...)
  • 306 RS-CC, 1924, p. 400.
  • 307 Par exemple le steamer norvégien Atna qui débarque deux greniers d’arachides en coques le 3-02-1939 (...)
  • 308 RS-CC, 1938.
  • 309 En 1897, 10 tonnes par jour d’huiles comestibles de sésame et d’arachide sont produites, clarifiées (...)
  • 310 L’entreprise a été fondée en 1861 et possède également une usine à Colombes et une en Gironde.
  • 311 Annonce légale, LH, 24-01-1954.

210L’industrie la plus ancienne de fabrication des huiles, travaillant à l’époque les oléagineux locaux, le lin et le colza, est l’Huilerie L. Lequette, fondée en 1869, à Montivilliers. Mais le secteur est dominé par les fabricants de l’« Huile de Rufisque, Crème de Rufisque » : l’entreprise Desmarais est liée au cycle de l’arachide du Sénégal, comme les grandes industries coloniales marseillaises, bien que la partie la plus importante de l’usine du Havre soit consacrée, dès la fin du XIXe siècle, à l’industrie du pétrole305. « La qualité des huiles d’arachide Desmarais frères, pour la consommation de bouche, jouit d’une réputation méritée et lutte avantageusement avec les toutes premières marques françaises. »306 Elle possède son quai spécialisé, son entrepôt de douane et importe elle-même une partie de sa matière première, les « greniers d’arachides », joignant ainsi le commerce et l’affrètement à l’industrie. Les autres greniers arrivent sur des tramps, pour la plupart Scandinaves307 Les fruits embarqués à Rufisque, Kaolak ou Joal, arrivent en coques308. Desmarais fabrique des huiles végétales et minérales et progresse conjointement dans son activité pétrolière. Le coton et les palmistes contribuent à la fabrication des huiles industrielles (40 tonnes par jour309) et de savons « de Marseille » (25 tonnes par jour). Sa clientèle est normande et parisienne. Installée au Havre en 1878310, elle emploie en 1931 un millier d’ouvriers. Elle atteint en 1954 un capital de 2 milliards de francs courants dont 800 millions sont consacrés au département des oléagineux311. Ses activités pétrolières, foyer de développement du premier port pétrolier français, ne seront alimentées que très modestement par le pétrole de l’Union française.

  • 312 Cf. J. Marseille, Empire colonial et capitalisme français. Histoire d'un divorce, thèse de lettres, (...)

211Desmarais colonial ? Oui, mais pas trop. En métropole, la part des importations d’origine coloniale de graines oléagineuses et d’arachides progresse de manière significative à partir de 1934. Auparavant, cette part s’élevait en général à un quart des entrées sur la France. Ensuite, elle occupera la moitié ou les trois quarts des tonnages avec un maximum de 86 % en 1950312. Cette année-là précisément, l’entreprise Desmarais se plaint que la moyenne de trituration annuelle de l’huilerie française soit passée de 1,2 million de tonnes en 1938 à 480 000 tonnes en 1950. Le problème n’est pas la domination écrasante du réservoir colonial sur le réservoir étranger, mais le fait que l’on transforme davantage la matière première sur place, à la colonie. Si bien que l’industrie métropolitaine ne tourne qu’à 24 % de sa capacité. Avec l’Union syndicale des fabricants d’huile, Desmarais dénonce une « coalition » du Groupement des exportateurs d’arachides et des fabricants d’huile d’AOF, garantissant à ces derniers la majorité du contingent des matières à traiter.

  • 313 AMH, D2, 17. Correspondance de Pierre Courant. Note sur la situation actuelle de l’industrie de l’h (...)

212L’entreprise fait pression auprès de Pierre Courant, maire et député, afin qu’il intervienne contre le dirigisme et une concurrence jugée déloyale : « Dans les cinq années qui viennent de s’écouler depuis la libération de la reprise de nos relations avec l’Afrique, le Gouvernement a systématiquement soutenu contre les huileries métropolitaines les nouvelles huileries créées en AOF. »313 L’industrialisation des colonies est donc ici en conflit d’intérêt avec celle de la Place.

Un autre cas d’industriel-armateur colonial : Le Nickel

  • 314 Cf. J.-P. Portelette, Cent ans d’histoire du nickel au Havre, de SLN à Eramet, Luneray, Bertout, 19 (...)
  • 315 En 1900, la société emploie 1680 personnes en Nouvelle-Calédonie et 700 en Europe. La production es (...)
  • 316 M. Amphoux, Le Havre et sa fonction industrielle, p. 53.
  • 317 La fusion transforme le minerai en matte de nickel à environ 75 % de teneur, notamment à l’aide d’u (...)
  • 318 La Banque de l’Indochine a financé ces transformations, M. Meuleau, Histoire de la Banque de l’Indo (...)
  • 319 Rapports aux AG 1921 et 1922 dans l’Annuaire financier France-Extrême-Orient, 1922, p. 398-399.

213En 1863, l’ingénieur Jules Garnier découvre le minerai de nickel. Une première société est constituée en 1876314. En 1880 la société Le Nickel est fondée, et recueille les hauts fourneaux de la Pointe-Chaleix près de Nouméa, usine Higginson. En 1884, celle-ci doit fermer avec la première crise du nickel qui conduit au transfert de l’affinage en France, au Royaume-Uni et en Allemagne. C’est une bonne affaire pour Le Havre : la société est transformée en SA « Le Nickel pur » en 1892, présidée par Ernest Siegfried, avec le soutien d’autres négociants de la Place, Frédéric Foerster (fondateur de la maison Raoul-Duval, figurant parmi les actionnaires)315. Commence ainsi l’aventure des « Voiliers havrais du Nickel » transportant de la Nouvelle-Calédonie au Havre, un minerai lourd et très impur au début. En 1911, une usine est construite à Thio. L’usine du Havre, la seule qui survive en Europe après 1918, obtient le métal pur et le revend aux aciéries de la métropole. En 1931, l’usine occupe 300 personnes dont 10 % d’ouvriers marocains « qui supportent mieux que les Français le travail des fours »316. Jean-Paul Portelette distingue deux époques dans l’histoire du nickel au Havre ; de 1888 à 1928, cette industrie comporte deux usines : une usine d’affinage et une usine de fusion317. De 1928 à 1962, la concurrence canadienne obligeant à économiser les frais de transport, le traitement du minerai se fait à la colonie et Le Havre utilise des mattes de nickel à 75 %, les installations se modernisent et l’électrification progresse318. Au cours de la première période, les Havrais sont présents à la fois dans l’administration de la société autant que dans la commandite des navires de transport. La fin du transport par voiliers coïncide avec la disparition des Havrais dans le conseil d’administration. Autre coïncidence : la grave crise de 1920-1921 fait chuter les bénéfices industriels à 2,2 millions de francs courants contre 4,7 millions de francs en 1913319.

Fig. 14 – L’ancienne usine du Nickel, rue du Docteur Piasceki, lors de sa démolition en 1982

Une industrie importatrice-exportatrice de grande taille : Les Corderies

  • 320 RDCC, no 118,12-12-1931.
  • 321 H. Deschênes, Marchés tropicaux, 1964.

214Si la filature havraise de coton (Filature et tissage de Graville, fondée sous la Restauration) ne peut être comparée, par sa petite taille, au réseau normand des industries textiles, il en va différemment de l’utilisation du sisal. On a observé pour cette matière, dans l’étude commerciale, la part prépondérante prise par le réservoir soudanais et le réservoir malgache. Les Corderies de la Seine, imbriquées dans l’énorme entreprise des Tréfileries et Laminoirs, utilisent, selon le gouverneur Brévié en visite au Havre, la totalité du sisal produit en AOF durant l’entre-deux-guerres. Dans les années 1920, elles traitent directement avec les planteurs. En 1931, un administrateur représentant les plantations du Soudan vient au Havre. Il négocie avec L.V. Vaquin, l’un des spécialistes des fibres textiles coloniales à la chambre de commerce. Il est décidé que la cote sera établie par la Chambre syndicale des courtiers assermentés et l’on s’oriente vers l’existence d’un marché régulier du sisal au Havre qui doit pratiquement décupler les quantités traitées sur la Place320. Les ateliers de corderie et ficellerie filent le sisal et le chanvre. Le grand homme du sisal au Havre est René Godet qui investit dans l’entreprise à la colonie, en Casamance, au Soudan, et dirige les Corderies. Il participe avec les Bordelais à la Société des Cultures de Diakandapé. Exportatrices également, les Corderies (département de Tréfimétaux) vendent sous la marque « Salamandre » (l’emblème du Havre) « divers cordages et articles de pêche, fils et filets en câbles naturels et synthétiques que l’on retrouve aussi bien chez les pêcheurs d’Afrique du Nord qu’en Afrique tropicale »321.

« Les industries diverses » et les colonies

  • 322 Ils réclament une taxe de 25 % sur la brosserie étrangère (RDCC, no 139,15-06-1950). On verra plus (...)

215Il s’agit ici d’industriels-négociants dont l’entreprise revêt un caractère familial. Les importations de manioc de Madagascar ont stimulé la fabrication des tapiocas. Bien qu’il s’agisse de deux sociétés juridiquement distinctes, la maison Narcisse Rihal, importateur de denrées coloniales, et la maison Gustave Rihal, fabrique de tapioca, forment un ensemble solidaire. Cette double fonction industrielle et négociante se retrouve dans les brosseries, pour la maison Vaquin (Louis Vaquin est l’un des ténors coloniaux havrais les plus actifs) et pour la maison Stempowski pour les fibres dures venues de Madagascar et d’AOF. Ce sont les mêmes fibres qui sont utilisées pour la brosserie et la matelasserie. En 1950, les maisons Louis Vaquin et Cie, les Éts Schweitzer père et la Société Framex sont en mesure, selon la chambre de commerce, de répondre aux besoins du marché français. Ces usines occupent une importante main-d’œuvre féminine et la plupart des opérations se font à la main. Ces petits industriels sont friands de protection douanière contre les concurrents industriels322. D’autres activités sont plus surprenantes. La maison Valentin, importateur havrais de rhum des Antilles françaises, expédie au début des années 1960 des produits salés pour l’apéritif ou fruits séchés en Afrique, à Madagascar, aux Antilles sous la marque VAL. Son usine parisienne est transférée au Havre et occupe une cinquantaine de personnes. La Brasserie Paillette, les Verreries de Graville, sont également mises en valeur par Henri Deschênes dans son étude de 1964. Il insiste particulièrement sans préciser les dates, sur le débouché africain et malgache des produits de la Compagnie électro-mécanique par l’intermédiaire de grosses entreprises coloniales comme Davum à Madagascar, la SCOA en Afrique noire, Brossette au Maroc.

La Société Multiplex fabrique des contreplaqués

  • 323 Cie africaine de Placages, Lucien Balloux (administrateur de Multiplex) président, et Société Multi (...)
  • 324 Cf. « J’ai visité Multiplex », L’Avenir du Havre, 24-06-1947.

216L’industrie des contreplaqués est spécifiquement alimentée par les okoumés du Gabon, cette appellation constituant pratiquement un pléonasme. Si l’ébène, l’acajou et le palissandre alimentent l’ébénisterie et le placage en région parisienne, l’industrie des contreplaqués que seule la Russie connaissait avant 1914, s’installe au Havre au moment où ses négociants s’assurent la domination du marché. On transporte même du contreplaqué du Havre à Marseille par mer. La Cie Multiplex exporte un tiers de sa production vers l’étranger, vers l’Afrique du Nord et la Syrie. Cette entreprise fonctionne au Havre de 1927 à 1967, mais aucun Havrais ne figure parmi ses administrateurs. Multiplex participe elle-même à la fabrication de déroulés à Port-Gentil323. En 1947, l’usine du Havre produit 15 m3 de contreplaqué par jour, soit 1746 panneaux représentant 2736 m2. Dans la cour de l’établissement, s’entassent des grumes d’okoumé pesant jusqu’à 8 tonnes l’unité. Bois de faible densité, son gros diamètre et sa tendresse permettent de le travailler facilement à la dérouleuse. La grume est montée entre deux pointes comme sur un tour, et tourne sur un axe, entraînée par un moteur de 40 CV. La dérouleuse agit comme une sorte de gros rabot. Les panneaux obtenus ainsi passent ensuite au séchoir, puis ils sont encollés entre des rouleaux. Plusieurs panneaux encollés sont enfin mis ensemble sous une presse de 800 tonnes. La pression se fait en même temps que la cuisson. La manipulation est entièrement effectuée par du personnel féminin324.

Les Travaux publics et maritimes pour les colonies

  • 325 Cf. J. Suret-Canale, De la colonisation aux Indépendances 1945-1960, p. 278.
  • 326 CAOM, Agefom 3 58-113 bis. L’ouvrage a une force de 120 tonnes de levée.

217La participation havraise en ce domaine s’oriente vers deux pôles : l’Océanie et l’Afrique noire. En Afrique, le constructeur naval Augustin-Normand participe aux Ateliers de Pointe-Noire. Les Ateliers Duchesne et Bossière ont opéré comme les négociants en café ou en bois, et créé, vers 1950, une filiale à Abidjan, les Ateliers et Chantiers maritimes d’Abidjan (ACMA) lesquels s’unissent en 1953 aux Ateliers et Chantiers maritimes de l’Afrique française, dépendants de Delmas-Vieljeux, pour fonder en 1953, la Société Caréna325. Celle-ci installe un dock flottant et répond aux commandes de divers ports africains. Elle participe à l’équipement portuaire de Port-Gentil. À l’heure des Indépendances, les établissements Caillard, dont les dirigeants ont toujours été attentifs aux activités de l’Institut colonial du Havre, livrent de nombreux appareils de levage à Alger, Bône, Douala, Conakry. Cette activité continue encore à la fin du XXe siècle. Le 1er septembre 1935, L’Abeille 32 du Havre quitte le port pour Pointe-Noire, où elle arrive cinq semaines plus tard. Elle remorque un ponton-bigue, le Lieutenant de Vaisseau Audouin construit par les Chantiers de Normandie à Grand-Quevilly pour la Société de construction des Batignolles326.

218René de Casteljau, né à Nouméa en 1900, possède au Havre une entreprise de travaux publics et bâtiments industriels. Il crée à partir de 1946 dans le Pacifique Sud des filiales pour l’importation de matériaux et la réalisation de travaux. La Société calédonienne d’entreprises et de travaux en 1949, la Société hébridaise d’entreprises et de travaux en 1960, la Société polynésienne d’entreprises et de travaux en 1961. Il y a sans doute une relation entre leur développement et l’augmentation des importations de ciment sur la Nouvelle-Calédonie : 9 300 tonnes en 1955, 22 000 tonnes en 1956. La filiale de Nouméa associe à son administration la Havraise calédonienne (maison Jobin), ainsi que la Société Le Nickel. Cette dernière participe aussi à l’entreprise De Casteljau aux Nouvelles-Hébrides, précisément dans l’île de Vaté. Mais la participation la plus significative est celle de la Banque de l’Indochine à Papeete dans la filiale polynésienne et dans la filiale néo-hébridaise de René de Casteljau.

Fig. 15-Fresques de Jacques Simon décorant la gare du Havre

Notes

1 JO, 2-07-1899. Les concessions furent accordées en vertu du sénatus-consulte du 3 mai 1854, du décret du 30 avril 1886 (ratification de la conférence de Berlin), du décret du 12 février 1892 (relatif à la conférence de Bruxelles), du décret du 28 septembre 1897 sur l’organisation du Congo français.

2 Sur les compagnies concessionnaires, voir notamment : C. Coquery-Vidrovitch, Le Congo au temps des grandes compagnies concessionnaires, 1898-1930, Paris – La Haye, Mouton, 1972.

3 La Société du Haut-Ogooué n’est pas havraise, mais elle est ponctuellement liée à la Porte Océane : par ses origines, car Daumas et Béraud ont eu une maison au Havre, de 1866 à 1885 en même temps qu’à Paris et Marseille, Daumas étant associé dans un premier temps aux Havrais Lasnier et Lartigue. La SHO, comme Daumas importe de la COA sur Le Havre.

4 CAOM, 8-Q-61

5 CAOM, fm-sg-gcog/XV/30. Dossier 63.

6 Chéradame avait trente et un ans. Cf. ADSM 2 E 70-1045, Acte Me Auger, 7-12-1899.

7 JO, 7-01-1900, p. 90.

8 CAOM, fm. sg. Gabon-Congo XV. Lettre de Guynet au ministre. Parlant de Monthaye : « J’ai pu apprécier ses rares qualités d’organisateur... etc. »

9 CAOM, Gabon-Congo-XV-53, lettre à Meunier, rapporteur de la Commission des concessions, Paris.

10 CAOM, Gabon-Congo-XV-53.

11 Lettre à Meunier, souligné par Monthaye.

12 « Oubangui-Chari », Mission Hugues Le Roux, Paris, Imprimerie Cussac, 1918, p. 33.

13 CAOM OMT, 8-Q-61, rapport GGC, 1-01-1910.

14 Rapport général du GGC, colonie de l’Oubangui-Chari, CAOM, 8-Q-63.

15 Rapport de route de M. Sureau, garde principal commandant le détachement de milice du Moyen-Congo, à M. l’administrateur Commandant de Région, rapports GGC 8-Q-61. CAOM.

16 Rapport général, GGC, colonie de l’Oubangui-Chari, 8-Q-63.

17 JO, 2-07-1899, p. 4384, Ibenga.

18 Dont Georges Raverat est vice-président.

19 Rapport de route de M. Sureau.

20 8-Q-63. Mobaye, 14-06-1901.

21 CAOM, G. Cog/XV/65.

22 Lettre de Georges Bonnel, agent commercial, 8 rue des Champs, Carcassonne, au ministre des Colonies, 4-07-1908, CAOM, rapports CGC 8-Q-61.

23 CAOM, rapport GGC1910, 8-Q-61.

24 CAOM, 8-Q-63.

25 A. Malraux, préface à SOS Indochine, d’Andrée Viollis, Paris, Gallimard, 1935, p. IX.

26 A. Kourouma, Monné, outrages et défis, Paris, Le Seuil, 1990, p. 71.

27 8-Q-61, CGCF-Charles Roguoy, contrôle des concessions, 4-12-1909.

28 CAOM, GGC 8-Q-61.

29 Papiers Brazza. AG du 21-12-1904. La Vie financière du 22-12-1904.

30 CAOM, 1 Affpol-2858.

31 Gabon-Congo XV, AG du 20-12-1904.

32 Annonces de chargements, JDH, 1900-1910.

33 CAOM, 1 Affpol-2858.

34 C. Coquery-Vidrovitch, Le Congo au temps des grandes compagnies concessionnaires..., p. 341.

35 AG. du 16-07-1903, CAOM, Papiers Brazza.

36 CAOM, rapport Lemoine, 3-07-1904, 8-Q-61.

37 CAOM, Papiers Brazza, 16 PA, c. 4. De Leusse à Brazza.

38 J. Thobie, Histoire de la France coloniale, Paris, Armand Colin, 1990, tome 1, p. 719.

39 L’assemblée du 4 juin 1902 s’émeut d’une action menée contre l’Ibenga par La Kotto, « pour participation de l’Ibenga aux frais d’une mission Alziary ». CAOM, Papiers Brazza.

40 CAOM, rapport Lemoine du 3-07-1904, fm-sg-gc/30.

41 Voir en annexe de la thèse la copie de ce rapport, CAOM, sg-gcg : XV : 30, dossier 63.

42 AG extraordinaire du 16-07-1903

43 PV du 30-06-1904.

44 CGC 8-Q-6i-Ag 16-11-1908. Un an plus tard, il remercie le ministre pour l’envoi de « forces suffisantes ».

45 Convention et décret du 1-06-1918.

46 CAOM, Agefom 61-2, Sociétés concessionnaires en AEF, 1923-1950.

47 Le dossier au CAOM ne contient que la mention de ce comptoir.

48 CAOM, fm-sg Soud/XV/1-3. Lettre de Louis Ambaud au sous-secrétaire d’État aux colonies, 3-10-1892.

49 Cf. Lettres au ministre des Colonies, 5 et 14-05-1897, signées André Mandeix pour Ambaud frères.

50 CAOM, fm-sg, Soud/XV/5.

51 ADSM, 4 M 865. Demandes de concession. 11 mars 1899.

52 Informations tirées de Pierre Campredon, Entre le Sahara et l’Atlantique. Le Parc national du Banc d’Arguin, Arles, FIBA, La Tour du Valat, 2000.

53 RDCC, no 75,17-10-1895, lettre de Saudemont.

54 ADSM 2E-66, Acte Théret, 6-02-1897.

55 Lettre de Saudemont à la chambre de commerce du Havre, 13-12-1895, RDCC, no 76.

56 Le palmier à huile fut implanté par le roi Ghézo, prédécesseur de Béhanzin, vers 1860 pour parer à la suppression des revenus tirés de la vente des esclaves. M. Riedinger, « Le palmier à huile au Dahomey », RPO, no 42, oct. 1948, p. 10-12.

57 Revue maritime et commerciale du Journal du Havre.

58 H. d’Almeida-Topor, Histoire économique du Dahomey / Bénin, 1890-1920, Paris, L’Harmattan, 1994, vol. 1, p. 217. La concession de 136 000 ha à la Cie Ouémé-Dahomey accordée au négociant parisien Adolphe Charles Samson fut un échec (p. 270).

59 Ibid., p. 277.

60 Ibid., p. 115 : en 1892 Mante a investi 94 000 F et Fabre 296 600 F. En 1913 Armadon y compte 24 comptoirs.

61 Sociétés auxquelles participe le groupe Raverat-Senn-Siegfried, au capital de 1,6 million de francs en 1912.

62 Acte Me Martin, Lille, 12-07-1899, CAOM, Gabon-Congo XV-32-a.

63 « La seule essentiellement française » selon E. Guernier, Afrique équatoriale française, Paris, L’Encyclopédie maritime et coloniale, 1949, p. 308.

64 C. Coquery-Vidrovitch, Le Congo au temps des grandes compagnies concessionnaires... : « les sociétés [...] refusèrent de faire bénévolement, aux dépens de leurs profits immédiats, les investissements énormes devant lesquels l’État avait lui-même reculé. »

65 Raoul-Duval et Cie est née de la maison Frédéric Foerster, oncle de E. Raoul-Duval.

66 Source : liste des actionnaires des Sultanats au 9-12-1899, CAOM, fm-sg-gcg/XV/29.

67 É. Rabut, « Le mythe parisien de la mise en valeur des colonies africaines à l’aube du XXe siècle : la commission des concessions coloniales (1898-1912) », Journal of African history, 20,1979, p. 271-287.

68 On lit dans le rapport général pour la société Ibenga pour l’année 1909 (GGC, 8-Q-61), à la rubrique Renseignements généraux : « La direction ne possédant pas le décret de concession de l’Ibenga, il n’est pas possible au lieutenant commandant la subdivision d’indiquer les limites de la concession ! »

69 « Étienne Delarue, négociant, banquier, industriel à Rouen, trouva à acheter aux Antilles un lot de quarante balles de coton et il eut l’idée de les faire filer [...] Le premier tissu de coton, chaîne et trame fut fait à Bolbec en 1703. » Camille Lion (négociant et filateur, président du Comité d’action coloniale de la Société industrielle de Rouen), conférence, Bull, de la SGN, t. XXXVI, 1934, p. 35-47.

70 P. Hanhart, dans Algéria de juin 1935, cité par Le Port du Havre, no 205, juif 1935

71 P. Bourdarie, « La lutte pour le coton colonial », Bulletin de la Société de géographie commerciale du Havre, 3-41e trimestres 1905, p. 418-435.

72 « Le coton du Soudan », Renseignements coloniaux, no 8, supplément au Bulletin du Comité de l’Afrique française, oct. 1899.

73 Même appréciation à la chambre de commerce du Havre où Edmond Latham conteste l’information de l’Union coloniale qui affirmait que le coton à Kayes équivalait aux espèces américaines cotées au Havre 65 F les 50 kg. Latham précise que les cotons du Soudan ont été vendus récemment 32 à 40 F (RDCC, 21-04-1899).

74 De Ségou, Étienne Fossat écrit personnellement à Joannès Couvert et lui signale que s’il existe des cotons de bonne qualité dans la colonie, l’exportation « est à peu près impossible à cause de l’absence de moyens de transport » (RDCC, 24-03-1899).

75 Nautilus, « Le Soudan et la question cotonnière », Bulletin du Comité de l’Afrique française, supplément au no d’avr. 1903, p. 73 à 90.

76 Ibid., p. 74.

77 P. Bourdarie, « La lutte pour le coton colonial », p. 431.

78 Courbe jointe à deux rapports d’activité de l’ACC, AMH, FC. F2-C.22.

79 A. Sarraut, La mise en valeur des colonies françaises, Paris, Payot, 1923, p. 163.

80 RDCC, no 108,7-06-1923.

81 H. Hollaender, « Le Havre, marché du coton colonial », Le Petit-Havre, 7-01-1924.

82 RDCC, no 96,9-02-1915.

83 RDCC, no 100,16-09-1919.

84 A. Canet, La culture du coton dans les colonies françaises, Troyes, Grande Imprimerie, 1925, p. 31.

85 CAOM, fm. 1 Afféco-173.

86 H. Hollaender, « La production cotonnière coloniale », Le Petit-Havre, 2-04-1923.

87 « La mise en valeur de nos colonies. La culture du coton en Afrique », Le Petit-Havre, 7-10-1921.

88 L’office aura la double vocation d’entrepreneur de Travaux publics et d’exploitant agricole et industriel. C’est un établissement public doté de la personnalité civile et de l’autonomie financière (Notes et études documentaires, 12-12-1956).

89 CAOM, fm. n-Afféco/362. Office du Niger.

90 É. Senn, « Le coton dans les colonies françaises, le présent et l’avenir », UCE Conférences sur le coton, avr. 1944, p. 235.

91 Le Port du Havre, no 66,8-01-1931.

92 Archives de Dakar, 2 G-36 200 Mi 1774, CARAN. Rapports économiques 1936.

93 « Culture cotonnière dans la France d’outre-mer », RPO, no 44, déc. 1948, p. 19-20.

94 J. Suret-Canale, Afrique noire, t. 2, L’ère coloniale 1900-1945, Paris, Éditions sociales, 1964, p. 254 à 360.

95 « L’Office du Niger », Notes et Études documentaires, no 2240,12-12-1956, p. 1 à 52.

96 Rapport Vaquin sur la réunion du Conseil supérieur des colonies, RDCC, no 113,10-03-1927, p. 203.

97 A. Canet, La culture du coton..., p. 55-56.

98 Le Port du Havre, no 66, 8-01-1931.

99 Le Port du Havre, no 158, 14-09-1933.

100 Ibid.

101 J. Suret-Canale, L’ère coloniale 1900-1945.Cabot, « Des entreprises cotonnières en Afrique équatoriale », in Entreprises et entrepreneurs en Afrique XIXe-XXe siècles, Paris, L’Harmattan, 1983 ; É. de Dampierre, « Coton noir, café blanc, deux cultures du Haut-Oubangui à la veille de la loi-cadre », Cahiers d’études africaines, no 2, mai i960.

102 É. Senn, « Le coton dans les colonies françaises... ».

103 J. Cabot, « Des entreprises cotonnières... », p. 367-377.

104 Témoignage de M. G L C, 1996.

105 É. Senn, « Le coton dans les colonies françaises... », p. 221-238.

106 « Culture cotonnière dans la France d’outre-mer », RPO, no 44, déc. 1948, p. 19.

107 Le Petit-Havre, 14-10-1927.

108 RDCC, no 113, p. 1133, rapport Vaquin sur le Conseil supérieur des colonies.

109 Marchés tropicaux, 30-10-1971, p. 3146.

110 A. Laurence, « La culture du coton dans nos territoires d’outre-mer », RPO, no 115, avr. 1955.

111 É. Senn, « Le coton dans les colonies françaises... », p. 237.

112 RDCC, no 103,15-05-1921. Rapport Thieullent sur les cotons coloniaux.

113 Non comprises les maisons Vaquin (sisal et textiles pour brosserie) et Fossat (maison de courtage liée à l’Association cotonnière coloniale).

114 Rapport d’inspection de la Banque de France, 1935.

115 C. Hodeir, « Patronat et performance, le cas des entreprises coloniales », in Les Performances des entreprises françaises au XXe siècle, J. Marseille (dir.), Paris, Le Monde Éditions, 1995, p. 79 à 102.

116 CAOM, fm. 1 afféco-173.

117 13 814 587 F, note du 11 mai 1936 du procureur de la République de la Seine au ministre des Colonies. CAOM, 1 Afféco-173.

118 J. Suret-Canale, Afrique noire, t. 3, De la colonisation aux Indépendances 1945-1960, p. 359.

119 D’après l’Annuaire Desfossés, 1959. Les trois sociétés absorbées en 1937 sont : les Plantations d’Ambidedi, les Plantations de Kayes N’Di, les Plantations de Haute-Volta.

120 Quelle part est celle, par exemple, des cotons coloniaux dans les 150 millions de chiffre d’affaires coton de la maison Reinhart (SIC) en 1937, dont le partenaire principal est l’Américain Mac Fadden ?

121 En 1959, Dolfuss-Mieg et Cie, au capital de 2,5 milliards de francs, présente un actif de 9,1 milliards de francs et distribue un dividende d’environ 10 % (Annuaire Desfossés, 1959).

122 L’arrière-grand-mère maternelle de Jules et Ernest Siegfried était Marie Schlumberger, décédée en 1838. Ernest Siegfried a épousé Emilie Schlumberger décédée en 1928. Leur fille Hélène Siegfried a épousé Olivier Senn. Édouard Senn est donc petit-fils de Siegfried et de Schlumberger.

123 Avec une exception pour la Ciconnic où la SA Du Pasquier figure comme administrateur, mais la maison ne figure nulle part comme entreprise de commerce colonial.

124 G. Traversin (président de la Compagnie cotonnière de 1982 à 1992), Coton et développement, hors-série, sept. 1999, p. 79-82.

125 Les administrateurs représentant l’État agissent pour divers ministères (Finances, Budget, Affaires étrangères, Agriculture, Coopération et pour la Caisse centrale de la France d’outre-mer).

126 Réuni en juin 1956 sous la présidence de Gaston Defferre, le comité directeur du FIDES accorde une dotation à l’IRCT et une subvention de 209 millions à la Compagnie française pour le développement des fibres textiles.

127 De nombreuses informations ont été communiquées par M. Jean Michelis, administrateur en AOF, secrétaire général de la Compagnie française des textiles de 1963 à 1978, le 29-01-1998.

128 En 1946, l’UCEF se transforme en Institut de recherche du coton et des textiles exotiques. Il est présidé par Édouard Senn. On y trouve aussi Westphalen-Lemaître, industriel à Bolbec et négociant au Havre, et les Éts Gonfreville de Bouaké.

129 Textiles d’outre-mer, brochure de l’IRCT, BMH 61949,1956.

130 Cf. Chargements, Revue maritime hebdomadaire JDH, 1900-1914.

131 ADSM. 178 J. Fonds Toussaint, dommages de guerre.

132 Calculs d’après l’Inspection de la Banque de France, 1955.

133 Coton et développement, no 2, juin 1992, p. 12 et 13.

134 Cf. G. Traversin, Coton et développement. Dans les années 1990, la Copaco vend à un réseau de 600 clients dans le monde, 400 000 tonnes par an (l’équivalent de deux fois une bonne année d’importations havraises au cours de la période étudiée).

135 M. Fichet (président de la Copaco et de la CFDT), « De la CFDT au groupe Coton et développement », Coton et développement, hors-série, sept. 1999, p. 131-135.

136 Cependant Charles-Auguste Marande, d’origine alsacienne, est catholique.

137 Témoignage de Jean Michelis, 29-01-1998.

138 Coton et développement, no 3, sept. 1992, p. 23.

139 M. Fichet, « La Cotontchad, cobaye de la Banque mondiale ? », Coton et développement, sept. 1997, p. 2-3.

140 Paradoxalement, l’adjectif « colonial » crée beaucoup plus de confusion qu’il n’offre de possibilités d’identification des entreprises et de leur champ d’action. Dans l’objet des sociétés, précisé aux actes de constitution, les cafés, cacaos, poivres, thés sont regroupés sous l’appellation « denrées coloniales ». L’expression « produits coloniaux » désigne, dans la pratique, un ensemble de produits tropicaux plus étendu que les seuls cafés, cacaos, thés, poivres, tels que rhums, riz, manioc, oléagineux et parfois bois et caoutchoucs. On remarquera qu’une société affichant dans son objet les produits et « denrées coloniales » ne commerce pas forcément avec les colonies.

141 JDH, 7-09-1838, statistiques de 1827 à 1838.

142 Il s’agit du Répertoire des entreprises coloniales au Havre (C. Malon, Le Havre colonial..., vol. 5, consultable aux AMH).

143 Il semble que la liste intègre aussi ceux qui ont surtout une activité d’entrepositaire.

144 De 1882 à 1894, selon le président du Syndicat de commerce en gros des vins et spiritueux du Havre, il y eut à la Martinique création de 22 rhumeries « dites industrielles » qui emploient en partie des sirops de sucres ou mélasses venus des îles voisines, Sainte-Lucie et Trinidad. Saint-Pierre et ses environs passent ainsi de 6 millions à 18 millions de litres. Elles font vivre propriétaires et négociants, distillateurs, tonneliers et gabariers (TX-CC1894, P-220-221).

145 ADSM-6U6 445-1906, Dépôt de marque NK Johnson. En 1888 : Plantation Sainte-Marie, Saint-Joseph, Habitation Bon père, Plantation Saint-Jean, Plantation Saint-Charles.

146 ADSM, TCH, 6U6, 1928.

147 Acte Hellouin 10-01-1898, archives Lacire, Le Havre.

148 Liste des souscripteurs de la Compagnie havraise à la Guadeloupe, archives de maître Lacire au Havre.

149 Sur les Éts Darboussier avant 1907 : C. Schnakenbourg, La Compagnie sucrière de Pointe-à-Pitre, Paris, L’Harmattan, 1997.

150 A.-P. Blérald, Histoire économique de la Guadeloupe et de la Martinique, Paris, Karthala, 1986, p. 145.

151 Il comprend les négociants Louis et Charles Ambaud, Frédéric Avril, André Mandeix (de Mandeix-O’Scanlan), Georges Turpin (de Turpin et Rioult), Charles Coulon, Eugène Lionnet, Ernest Hulin (de Mignot), Paul Vasse. Charles Élie Ambaud et Louis Élie Ambaud sont gérants (ADSM, 2 E 64, Acte Cheuret du 18-01-1899).

152 Exemple : le Georgina Auger charge à Saint-Pierre du tafia pour Masurier, du rhum pour O’Scanlan et pour Lamy. JDH, 19-12-1891.

153 Exemple : JDH, 12-04-1892.

154 ADSM, 2Z106 dossier Avril.

155 ADSM, 6U6, marques de fabrique 13-11-1922.

156 Banque de France, 1930.

157 ADSM, 11 RP – 942 – 510, dossier dommages de guerre.

158 Banque de France, 1948.

159 Le total des ventes de la maison Aubourg s’élève à 1 144 586 F pour l’exercice 1936-1937. Les dépenses engagées pour la publicité Caïman s’élèvent à 1,5 million de 1931 à 1938, avec un maximum de 702 000 F pour 1937 alors que le capital Aubourg n’est que de 2 millions. CAOM, 129-AQ-130.

160 Les Rhums Saint-James ou Société coloniale à Fort-de-France ont un capital de 20 millions en 1948. L’apport de la société Aubourg en 1938 a été estimé à 850 000 F. CAOM, 129-AQ-130.

161 CAOM, 129-AQ-I30, archives des Rhums Saint-James.

162 Inspection de la Banque de France, rapport 1955.

163 Les connaissements et règlements d’avaries (AFL) sont précieux pour vérifier la conversion quand les archives d’entreprise manquent.

164 Bulletin de l’Institut colonial, no 89, avr. 1937, p. 26-27.

165 L’âge d’or du café brésilien ne signifie pas un monopole des entreprises havraises sur les importations de brésilien. En 1891 la Companhia Lacerda, grande société brésilienne au capital de 28,5 millions de francs, établie à Santos et au Havre, importait sur l’Europe 559 131 sacs soit plus de 33 000 tonnes (cf. JDH, 10-08-1891).

166 L’origine du café de Martinique (et d’Amérique) avait quelque rapport avec Le Havre et Dieppe. Le capitaine d’infanterie de Marine Gabriel Mathieu de Clieu (né à Anglesquevilie près du Havre en 1680, gouverneur de la Martinique) constate la vogue du café à Paris, dérobe un plan à Jussieu (plants offerts par le bourgmestre d’Amsterdam à Louis XIV), et en 1723 le plant fructifie à la Martinique. En 1784 la culture du café gagne le Venezuela.

167 AFL 002-4447,1890.

168 C. Buttet, « De la grogne au séparatisme : les Européens en Nouvelle-Calédonie (1907-1909) », Ultramarines, no 14, juin 1997, p. 20-27.

169 AFL 002-4447, rapport d’agence 1912.

170 Aimablement communiqué par M. Masson, président de Jobin SA en 1998.

171 M. Jobin, document dactylographié, 31-01-1995.

172 P. Jobin, Les Cafés produits dans le Monde, Le Havre, P. Jobin et Cie (éd.), 1982, p. 295.

173 Dans son objet initial, la SHC associe au café d’autres objets d’importation et d’exportation à la manière d’une société de traite. Elle a des intérêts dans la navigation locale et préside la Société du Tour de Côte de Nouméa.

174 AFL 002-4447, trafic de Nouméa sur l’Europe, tableau.

175 Achats à Ballande de Nouméa, AFL 002-3248.

176 AFL 002-4447, rapport de 1916.

177 Aubourg frères, Stéhelin et Cie, Café, cours, statistiques, renseignements divers, 8e édition, 1938, coll. privée.

178 Le Port du Havre, no 197,21-03-1935.

179 Dans un article consacré à la présentation des cafés du Cameroun et du Togo à la IXe foire du Havre en novembre 1933, on lit sous la rubrique « desiderata » : « Les principaux importateurs du Havre, intéressés à la vente du café, seraient heureux de recevoir, à l’occasion des congés, la visite des producteurs coloniaux et des agents officiels des services agricoles. Ils envisagent la possibilité d’accorder des crédits importants aux planteurs du Cameroun qui se rendraient au Havre... » (Bull. ICH, no 48, nov. 1933, p. 15).

180 Charles Le Gros, courtier exerçant ses fonctions rue Victor Hugo, avait débuté comme « sauteruisseau » vers 1914. Il a été employé chez Jobin puis chez Latham (comme voyageur-placier), chez Gaillard (future maison Muller qui plus tard sera importatrice de cafés malgaches). En 1927, il devient directeur d’une maison de négoce nantaise ayant une succursale au Havre : la maison Veuve Jacques Houdet. La crise de 1929 entraînant la fermeture de la succursale havraise, Charles Le Gros continue son activité comme courtier libre. Son fils Jean travaille avec lui de 1936 à 1942. En 1950 son frère Michel prend le relais. Ils traitent notamment du Guadeloupe bonifieur. Charles Le Gros est alors agent-courtier agissant pour Abile-Gal mais aussi pour la Société coloniale de Paris qui fait surtout le kouillou de Madagascar. Il est aussi en relation avec un courtier de Marseille : M. Tissot. Charles Le Gros devient ensuite courtier assermenté jusqu’en 1960 (entretien avec Jacques Le Gros, 2-06-2000).

181 Jean-Abile-Gal (IAG) est en 1959 une SA au capital de 300 millions de CFA qui exporte du café, du cacao, des palmistes et importe surtout des produits alimentaires. Elle possède 11 succursales en Côte-d’Ivoire (AEOM).

182 Les informations recueillies dans les archives ont pu être ici vérifiées et enrichies par le témoignage de monsieur Jacques Traumann, qui a dirigé la maison à partir de 1950, et qui fut l’un des dirigeants du Syndicat du café (entretien du 24-02-1999).

183 Banque de France, 1913.

184 En décembre 1947, l’interocéanique possède dans son actif, sur 19 millions de francs de stocks, 10,3 millions de francs de cafés de Madagascar à recevoir de la colonie (Banque de France, 1948).

185 Les informations qui suivent ont été communiquées par M. François Huet, chef de chambre et déclarant en douane, responsable des stocks chez Loevenbruck.

186 Il s’agit d’abord, lorsque les courtiers se présentent avec leurs « communes », sacs de papier rouge contenant 3 kg prélevés sur toute la cargaison, d’analyser et de goûter le café dans tous ses états, chaud et froid, sucré et non sucré. Il s’agit ensuite de procéder aux mélanges des quantités achetées sur « la toile ».

187 « Chargements », Journal du Havre et journal Le Havre, 1880-1914. Revue maritime et commerciale.

188 La maison Reinhart, devenue la SIC (Société d’importation et de commission), à côté des cotons américains a développé ses relations avec les colonies. Elle fait partie avec Ancel, Raoul Duval et Grosos des maisons qui ont tissé les liens les plus anciens avec Madagascar, déclarait Albert Charles le 20-08-1951 devant des membres de l’Assemblée représentative de Madagascar en visite au Havre (RDCC, no 140).

189 Inspection de la Banque de France, 1896.

190 Inspection de la Banque de France, 1923.

191 Inspection de la Banque de France, 1930.

192 Lettre du 13-08-1927. CAOM, too APOM, 398. Union coloniale française. Produits, cacao.

193 Inspection de la Banque de France, 1955.

194 Bull. ICH, no 74, janv. 1936, p. 50-51.

195 R. Coste (ingénieur d’agronomie coloniale), Bull. ICH, oct. 1937, p. 21.

196 Louis Hubert, de la Cie générale des cafés, jusque-là très brésilienne et vénézuélienne, projette de s’établir en Côte-d’Ivoire en 1940. Mais son associé est tué dans un accident d’avion (témoignage de M. François Hubert).

197 Par exemple, chargement de café sur le Saint-Mathieu (27-12-1949, CCATCH).

198 L’UCCAO, union des coopératives de café arabica de l’Ouest, est la plus grande entreprise agricole du Cameroun au moment de l’indépendance et en 1970. Elle est fondée en 1959. Elle regroupe cinq coopératives dont la coopérative de Dschang fondée en 1946 ; l’Union représente 64 700 familles de planteurs. Elle trouve ses débouchés dans le Marché commun et aux USA.

199 Marchés tropicaux, 21-11-1970, p. 361 et 399.

200 ADSM, 6 U 6 447, TCH, 12-06-1928.

201 Chargement du Chambord des Messageries maritimes à Tamatave, règlement d’avaries du 23-08-1934, AFL 002-3221. Chargement de l’Anadyr à Manakara, pour 15 millions de francs de kouillou le 11-01-1957, AFL 002-32222.

202 Quelques lots sont également fournis par Gortzunian à N’Kongsamba et Balozian à Conakry.

203 De nombreuses informations économiques et stratégiques ont été communiquées par M. Jean-Pierre Binet, administrateur de l’Inter.océanique et fondateur des filiales africaines (entretien accordé le 7-06-2000, à Paris).

204 Calculs d’après les rapports d’inspection de la Banque de France 1948 et 1955. Les indications de bénéfice net contenues dans ces rapports, converties en francs constants 1938, donnent l’évolution suivante : en 1924 : 2,3 millions de francs ; en 1925 : 4,5 ; en 1926 : 2,3 ; en 1936 : 2,2 ; en 1950 : 2,8 ; en 1953 :1,6 et en 1962 :3,4 (pour la seule maison mère à cette date).

205 Informations et documents communiqués par M. François Hubert, au cours de plusieurs entretiens entre 1996 et 1999.

206 D’origine basque, A. Berritzbeitia, grand-père maternel de François Hubert, avait émigré vers le Venezuela où il avait mis en valeur des plantations de café qu’il expédiait sur le marché du Havre. Il émigra ensuite, en suivant le produit vers la Porte Océane.

207 Une campagne d’achats commence en décembre et se termine vers la mi-juillet.

208 Lettre de la SCA au Syndicat des commerçants importateurs et exportateurs du Cameroun, Le Havre, 22-02-1961. Coll. part.

209 21-03-1959 : « Nous en sommes quand même au Havre à près de 1000 tonnes en 3 mois. » 29 mai 1961 : « Nos achats depuis le début de la campagne : 1666 tonnes, nos ventes sur. l’étranger, 400 tonnes. » (lettre du président au directeur).

210 Le Cameroun exporte 4250 tonnes de café en 1938, 6 200 en 1948, 10 000 en 1951 (cf. Le Cameroun, no hors-série de la Documentation photographique, Paris, La Documentation française – Éditions de la Présidence du conseil, 1951). Le Havre a reçu 14 831 tonnes de café camerounais en 1960 (AS-PAH).

211 Lettre du président au directeur du 25-11-1957.

212 Lettre de M. Quasquara, agent de la SCA, au directeur des allocations familiales du Cameroun, 4-04-1963, coll. privée.

213 Témoignage de M. François Hubert.

214 Ventes à Overseas Foodstuf Import Trading Cy, janv. 1959.

215 CFAO et SHO sont présentes à N’Kongsamba. Jean Raoul-Duval, qui est actionnaire de la SHO, se rend sur place lorsque l’usine Holstaine est en vente en janvier 1958. La SCA, après une hésitation, renonce à la racheter.

216 La SCA au Cameroun, comme la Sinteraf (Interocéanique) à Madagascar, ont tenté à la fin des années 1950 d’améliorer leur activité en vendant de la friperie (moustiquaires et uniformes achetés aux États-Unis). Cela donna de maigres résultats.

217 La Société d’importation et de commission de Jean Reinhart écrit en 1960 à Michel Debré pour réclamer la fin de la protection des cafés coloniaux et, la même année, installe une filiale à Abidjan (archives des courtiers, coll. privée).

218 RDCC, no 118, 24-12-1931.

219 RDCCH, no 118, 17-12-1931.

220 RDCCH, no 118, 21-01-1932, p. 397.

221 RDCCH, no 121, 7-06-1933.

222 RDCCH, no 122, 16-02-1935, requête d’Arnauditzon lors de la visite de Marchandeau, ministre du Commerce et de l’Industrie et de William Bertrand, ministre de la Marine marchande.

223 Correspondances assez nombreuses à ce sujet dans RDCC, no 1 221 934 et 1935.

224 RDCC, no 122, 10-01-1935. La Cie est représentée au Havre par les Chargeurs réunis, voir Jugement du TCH du 10-01-1939. Recueil de Jurisprudence, 85e année.

225 Ch. de Chavannes, Le Congo français. Ma collaboration avec Brazza, 1886-1894. Nos relations jusqu'à sa mort, 1905, Paris, Plon, 1937, p. 5.

226 RDCC, no 100,3-01-1919.

227 RDCC, no 88,4-09-1908.

228 Les entreprises polyvalentes intégrant le bois à leur palette sont peu nombreuses ; une dizaine parmi lesquelles : Raoul Duval et Cie, la Société commerciale d’affrètements et de commission, la Compagnie de commerce et de navigation d’Extrême-Orient, Latham et Gilg, L. V. Vaquin. L’entreprise Leroy de Lisieux se fournit au Havre, soit par camions, soit par Honfleur par un quai spécialisé en bord de Seine à l’aide de navires de moindre encombrement venant de ses propres lieux de chargement à la colonie.

229 RDCC, no 112,20-05-1926.

230 M. Berty Charles, qui a dirigé l’entreprise à la suite de son père Albert Charles, affirme, lui, que son entreprise n’a jamais fait d’okoumé, les usines de contreplaqué s’approvisionnant elles-mêmes. Multiplex, en effet, créée en 1927, s’approvisionne en partie elle-même. Luterma est créée en 1961. Luterma s’approvisionnait par Le Havre (cf. Registre des marchandises réquisitionnées par les autorités allemandes sur le port du Havre, Archives de la chambre de commerce), mais ce n’est qu’en 1961 quelle construit une usine au Havre, qui fonctionne à partir de 1963.

231 Entretien avec Lance Beausire, Le Havre, 21-01-1997.

232 F. Kéromen, collaborateur d’Albert Charles depuis 1936 jusqu’à la fermeture de l’entreprise.

233 Inspection de la Banque de France, 1923.

234 Les surfaces occupées par l’entreprise dans le quartier de l’Eure sont impressionnantes et donnent sur les rues Dumont-d’Urville, de Colmar, Denfert-Rochereau, Marceau et de Mulhouse, plus de 20 000 m2

235 . ADSM, 11 RP, 1193-1763, dossier dommages de guerre, 17-11-1945. Charles équipe aussi les établissements de crédit, la gare maritime du Havre. Dans ses bureaux, un escalier en makoré, sorte d’acajou de la Côte-d’Ivoire, sert de modèle à de nombreux utilisateurs du bois.

236 Acte de société, Étude Lacire du 31-12-1951, LH 27-03-1952.

237 ADSM, 2Z106.

238 Banque de France, 1938.

239 ADSM 11 RP.

240 Ses bureaux furent successivement sinistrés rue Dumont d’Urville, puis Place de l’Hôtel de Ville, puis 7 bis rue du Maréchal Gallieni, installés 93 boulevard de Strasbourg avant de revenir rue de Colmar.

241 Banque de France, 1955.

242 Banque de France, 1957.

243 Témoignage de M. Berty Charles, 3-03-1999.

244 JO de la Côte-d’Ivoire, 19-11-1960. En 1962, chaque filiale fait état d’un capital de 20 millions de CFA.

245 Les deux témoins interrogés ont accepté de proposer une estimation à 75 % pour l’un et plus de 80 % pour l’autre.

246 RDCC, no 122,16-02-1935.

247 Lettre au commissaire général de l’Exposition universelle de 1931, le 27-02-1929. CAOM, fm, 4 Afféco/43.

248 Inspection de la Banque de France, 1965 : Charles, Gutzwiller et Humbert (bois du Nord), totalisent 90 % du chiffre de la Place.

249 On peut comparer les 250 millions de francs courants de capital en 1950 aux 7 millions de francs de capital de l’une des principales maisons de Marseille, les Établissements Boyer : bois coloniaux, entrepôt, scierie, parquetterie qui travaillait avec la Franco-coloniale des Bois à Douala et Abidjan au capital de 6,5 millions de francs 1949.

250 Inspection de la Banque de France, rapport 1938. À cette date le volume d’affaires est de 30 millions. Une telle entreprise est gourmande en immeubles et outillage.

251 CR. TX-CC 1965, p. 912, nécrologie d’Albert Charles, vice-président honoraire de la chambre de commerce, décédé le 28-01-1965.

252 RDCC, no 113,27-05-1927.

253 RDCC, no 122, requête d’Albert Charles au ministre du Commerce, 16-02-1935.

254 ADSM, 2Z106, dossier de Légion d’honneur, 1932.

255 Succursale dès 1944, création en 1959 de la Société africaine des bois industrielle et commerciale.

256 Information de M. Georges Héron, secrétaire général. Charles établit aussi une filiale au Liberia. Ce sont ses fils qui se déplacent à la colonie, surtout Philippe Charles-Dubreuil.

257 176, boulevard de Plombières, Marseille, archives CCIM, MP-33.12.

258 RDCC, no 140,11-01-1951. La chambre de commerce souhaite prudemment ne pas intervenir. Épisode d’autant plus obscur qu’une coopérative d’achat avait été constituée avec les mêmes Gutzwiller et Voisin en 1946, la STIBECA.

259 Entretien avec Berty Charles, 3-03-1999.

260 Et s’appliquaient aux importateurs industriels et négociants utilisant ces bois ou les revendant en France ou à l’exportation. Cf : arrêté du 25-06-1950, RDCC, no 140, 11-01-1951.

261 Pour contourner ces difficultés, Charles importe davantage sur Anvers, Dieppe, Fécamp, Saint-Brieuc après 1968.

262 Président de la Compagnie forestière de l’Indénié, embarquement et scierie à Abidjan.

263 Selon un rapport de mission sur COA par Jean-Claude Muel pour les Chargeurs réunis en 1964, la firme Danzer a son siège et ses usines à Reutlingen, dans le Wurtemberg. Elle possède deux usines à Kiel près de Strasbourg, une usine de placage à Zurich. Elle exploite 174 chantiers forestiers en Côte-d’Ivoire, employe 40 Européens et 700 Africains. Elle expédie 90 000 tonnes par an en Allemagne (AFL 001-0195-1964, archives Chargeurs réunis).

264 « La famille Rivaud étend son contrôle sur un empire de 200 000 ha de concessions, dont 80 000 ha plantés en hévéas, produisant 10 000 tonnes de caoutchouc, 1,5 % de la production mondiale en 1920. » M. Meuleau, Histoire de la Banque de l’Indochine, Paris, Fayard, 1990, p. 350.

265 Capital : 2,15 M F, le président est W. Bordes. Le siège de la société est à Paris, 38 rue du Louvre, la maison Mundler est son agent au Havre, rue Fontenelle (Le Livre d’Or de l’Industrie du caoutchouc, 1927). Georges Mundler est courtier et Jean Mundler négociant en 1939.

266 RDCC, no 144, 12-04-1928. Léon Clerc précède Léon Corblet dans la CCAEF (anciens Éts Brandon fournisseurs en bois africains, du Havrais Gutzwiller), associé à Du Vivier de Streel. En 1939, au moment où il transforme sa maison havraise en comptoir cotonnier et colonial, il est associé à Édouard Senn dans la Cotonfran.

267 Le Livre d’Or de l’Industrie du caoutchouc, 1927.

268 G. Le Fèvre, L’épopée du caoutchouc, Paris, Stock, 1927, préface d’Octave Homberg. Loc-Ninh se situe à une centaine de kilomètres au nord de Saigon, près de la frontière avec le Cambodge.

269 « Les importateurs de caoutchouc brut, qui autrefois se fournissaient principalement sur le marché de Londres, importent maintenant directement leurs caoutchoucs des pays d’origine » (Vaquin, RDCC, 1935, no 123, p. 286).

270 Accidenté au retour d’Haiphong en rade de Singapour. La répartition des contributions à l’avarie nécessitait un inventaire complet du chargement (AFL 1997-002-3252).

271 Acte sous seing privé du 30-03-1911, JDH, 10-05-1911. À l’origine, la Société « René et Henri Bossière frères et Cie » avait été fondée en commandite simple pour l’armement et la pêche, le transit, la consignation le 9-05-1890 (JDH, 24-05-1890). Elle est en liquidation judiciaire un an plus tard et doit vendre charbon, vergues, mâts, 800 caisses de poisson, etc. (JDH, 14-04-1891).

272 E. Aubert de La Rue, « Étude géologique et prospection minière dans l’archipel de Kerguelen », Bulletin de la Société géologique de Normandie et des amis du muséum du Havre, t. XXXV, années 1924 à 19 301 931, p. 35-47.

273 CAOM, D/6 (3)/52, Gouvernement général Madagascar.

274 Thèse que l’on trouve également dans le récit de Daniel Floch, Les oubliés de l’tle Saint-Paul, des Crozet et des Kerguelen, Rennes, Éditions Ouest-France, 1993.

275 « Je vous prie de réserver le meilleur accueil à M. De Chanaud. » 21-08-1912, CAOM, 9 Affeco-20.

276 M. Mbodj, « Un essai d’implantation agro-industrielle coloniale au Sénégal : la conserverie de Lyndiane (Sine-Saloum) 1912-1919 », Entreprises et entrepreneurs en Afrique..., p. 351-365.

277 Lettre de G. M. De Chanaud au ministre des Colonies, Le Havre, 26-12-1913, CAOM, 9 Affeco-c 20.

278 M. Mbodj, « Un essai d’implantation... », p. 362-363.

279 Le 28 février 1915, par exemple, ce dernier décharge au Havre 2612 quartiers de bœuf frigorifié, 66 moutons frigorifiés, 442 sacs de foie de bœuf, 499 paquets de panse, des cuirs secs, des cuirs verts, chargés à Lyndiane. Il a aussi chargé à Rufisque un « grenier » d’arachide. Un petit vapeur de 200 tonnes, le Ville de Dijon, assure le service entre Lyndiane et Dakar. « De nombreux chalands et remorqueurs, pour le service fluvial de l’Usine, complètent utilement une véritable flotte commerciale. » L’AOF. Écho de la côte occidentale d’Afrique (articles dans CAOM, 9 Affeco-20).

280 Extrait du rapport d’ensemble 4e trimestre 1915, du gouverneur de la colonie du SénégalHaut-Niger, Arch, de Dakar, 2 G15-16. CARAN.

281 On retrouve Gustave De Chanaud à la tête de la Compagnie agricole commerciale et industrielle de Badikaha, constituée le 18 août 1927 à Grand-Bassam pour l’exportation des arachides, du sisal, du karité (actions de la CACIB, coll. privée).

282 Les deux sociétés ont leur siège social à Paris, 56 rue de Provence et leur établissement principal au Havre, 28 rue Hilaire Colombel.

283 AMH, F4-C16, 14. Guerre de 1914-1918, Ravitaillement.

284 Selon l’Annuaire des entreprises coloniales de 1928.

285 ADSM. 2Z 106. René Godet, Légion d’honneur.

286 M. Amphoux, Le Havre et sa fonction industrielle, Paris, Les Presses Modernes, 1931, p. 70-72.

287 RDCC, no 75, 26-06-1895, lettre de la Société à la chambre de commerce du Havre, sur demande de renseignements par le ministre du Commerce.

288 Déclaration du président des Rizeries françaises devant les actionnaires, en mai 1911, cité par J.-L. Maillard, La révolution industrielle au Havre, 1860-1914, thèse d’histoire, université de Rouen, J. Vidalenc (dir.), 1978, dactyl., p. 162.

289 Cf. L’Économiste français, 3-09-1927.

290 Jusqu’en 1907, Madagascar importait du riz. Puis elle est devenue exportatrice. Les exportations ont dépassé 33 000 tonnes en 1925 (Bulletin Havre colonial, juil. 1929).

291 Demêmes, promotion 1916-1917, Bulletin de l’EPC, janv. 1924, p. 4.

292 Annuaire financier France-Extrême-Orient. À cette date la CFI apparaît déjà comme un consortium alliant les intérêts havrais, nantais et bordelais.

293 Créée en 1923, siège à Saigon, présidée par Alphonse Denis, où l’on retrouve également la Société Levesque de Nantes (Annuairefinancier France-Extrême-Orient, 1922, p. 289).

294 JDH, 20-01-1931, Raverat y avait souscrit pour 325 000 F.

295 AG du 30-10-1929, liquidation de la Franco-coloniale des riz, JDH, Étude Fay à Paris.

296 De plus les rendements y étaient deux fois ceux de l’Indochine. R. Laure, Le continent africain au milieu du siècle. Perspectives et problèmes de la mise en valeur économique, Paris, Lavauzelle, 1952, p. 77.

297 AFL 1997-002-4481.

298 « Les exportations des riz entiers à destination des Antilles étaient naguère importantes au Flavre, mais elles se sont presque arrêtées depuis la crise [...] la Cie Franco-indochinoise qui faisait jadis la quasi-totalité des exportations de riz du Havre vers les colonies s’intéresserait à nouveau à ce trafic si les conditions en devenaient meilleures » (Rapport Vaquin, RDCC, no 123,1-08-1935). Mais le développement du riz comme base de l’alimentation des indigènes, depuis que la culture de l’arachide a fait baisser celle des produits vivriers au Sénégal, allait à l’encontre du mouvement intercolonial.

299 Fondée en 1908, existe en 1963.

300 AFL 002-3228, navire Bir-Hakeim, août 1954, Denis frères à Saigon pour la Cie Francoindochinoise, la société commerciale française de l’Indochine pour les Rizeries indochinoises, tourteaux de coprah et brisures de riz.

301 Société immobilière, née en 1915, boulevard des Chutes-Lavie à Marseille, dits aussi Grands Moulins de Longchamp.

302 Liste des actionnaires, AG du 8-11-1938, MEC et du 12-12-1938 SCFI, ADSM, 11 RP-1005-6954, dossier de dommages de guerre. Entreprise sinistrée par l’explosion d’un train de munitions en gare de Graville.

303 Acte Hasselmann, 29-07-1927. Apport en nature aux Moulins et entrepôts coloniaux, une usine à l’angle du boulevard de Graville et du boulevard d’Harfleur, avec magasin et voie ferrée. Les Éts Shaki reçoivent 1000 des 12 000 actions des Moulins et Entrepôts coloniaux.

304 RDCC, no 143,30-04-1954.

305 Sa capacité de raffinage est de 600 barils par jour en 1896 (Y. Guyot et A. Raffalovich, Dictionnaire du commerce, de l’industrie et de la banque, Paris, Guillaumin, 1898).

306 RS-CC, 1924, p. 400.

307 Par exemple le steamer norvégien Atna qui débarque deux greniers d’arachides en coques le 3-02-1939, chargés à Kaolak et Joal (JDH).

308 RS-CC, 1938.

309 En 1897, 10 tonnes par jour d’huiles comestibles de sésame et d’arachide sont produites, clarifiées par filtration (Guyot, Raffalovich, Dictionnaire...).

310 L’entreprise a été fondée en 1861 et possède également une usine à Colombes et une en Gironde.

311 Annonce légale, LH, 24-01-1954.

312 Cf. J. Marseille, Empire colonial et capitalisme français. Histoire d'un divorce, thèse de lettres, Paris I, 1984, dactyl., annexes, tableau XIII, p. 1143-1145.

313 AMH, D2, 17. Correspondance de Pierre Courant. Note sur la situation actuelle de l’industrie de l’huilerie, 3-12-1950.

314 Cf. J.-P. Portelette, Cent ans d’histoire du nickel au Havre, de SLN à Eramet, Luneray, Bertout, 1991.

315 En 1900, la société emploie 1680 personnes en Nouvelle-Calédonie et 700 en Europe. La production est passée de 400 tonnes en 1880 à 4000 tonnes en 1900 (Catalogue de l’Exposition Universelle de 1900, J.-P. Portelette, Cent ans d’histoire du nickel).

316 M. Amphoux, Le Havre et sa fonction industrielle, p. 53.

317 La fusion transforme le minerai en matte de nickel à environ 75 % de teneur, notamment à l’aide d’une cornue Bessemer. L’affinage traite la matte pour aboutir à la fabrication des rondelles et cylindres (J.-P. Portelette, Cent ans d’histoire du nickel, p. 100-103).

318 La Banque de l’Indochine a financé ces transformations, M. Meuleau, Histoire de la Banque de l’Indochine, p. 399.

319 Rapports aux AG 1921 et 1922 dans l’Annuaire financier France-Extrême-Orient, 1922, p. 398-399.

320 RDCC, no 118,12-12-1931.

321 H. Deschênes, Marchés tropicaux, 1964.

322 Ils réclament une taxe de 25 % sur la brosserie étrangère (RDCC, no 139,15-06-1950). On verra plus loin le Syndicat de la sparterie s’opposer à l’industrie « à la colonie ».

323 Cie africaine de Placages, Lucien Balloux (administrateur de Multiplex) président, et Société Multiplex administrateur (AEOM, 1962).

324 Cf. « J’ai visité Multiplex », L’Avenir du Havre, 24-06-1947.

325 Cf. J. Suret-Canale, De la colonisation aux Indépendances 1945-1960, p. 278.

326 CAOM, Agefom 3 58-113 bis. L’ouvrage a une force de 120 tonnes de levée.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – Concessions au ier janvier 1900. Les Havrais sont fondateurs des sociétés concessionnaires no 6, 17, 35 et coadministrent la concession no 39.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7193/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 392k
Légende Fig. 2 – L’une des dix mille parts bénéficiaires de la plus havraise des sociétés concessionnaires au Congo, La Kotto
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7193/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Légende Fig. 3 – L’exemple de La Kotto : les actionnaires
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7193/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Fig. 4 – Les souscripteurs de l’Ibenga (liste des actionnaires de l’Ibenga dans C. Malon, Le Havre colonial de 1880 à i960, thèse, Paris IV, D. Barjot (dir.), 2001, dactyl., annexe 211-A, vol. 4)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7193/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Tab. 7 – Le capital de dix-huit entreprises d’importation du coton, en millions de francs courants pour la période 1937-1940
Légende Sources : TCH-6U6 et Annonces légales JDH.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7193/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende Fig. 5 – La densité des entreprises havraises spécialisées dans le textile colonial (sisal et autres fibres inclus) (non comprises les entreprises polyvalentes traitant partiellement le textile des colonies), d’après le répertoire, C. Malon, Le Havre colonial..., vol. 5
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7193/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Tab. 8 – L’évolution du capital de six entreprises (en francs constants 1938)
Légende D’après TCH, ADF, AEC et Annonces légales.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7193/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende Fig. 6 – L’évolution des bénéfices de la Cotonfran en CFA courants(d’après Marchés coloniaux et Annuaire Desfossés)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7193/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Tab. 9 – Les résultats comparés des importateurs-commissionnaires du coton étranger et colonial au temps de l’Union française (coton importé pour le Groupement d’achat en millions de francs courants, chiffre d’affaires, bénéfices, fonds propres en millions de francs courants, et ratio bénéfices sur chiffre d’affaires)
Légende D’après le rapport d’inspection de la Banque de France 1955.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7193/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende Fig. 7 – Buvard publicitaire des rhums Valois
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7193/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre Tab. 13 – Les résultats comparés de quatre négoces du café colonial au Havre au cours des 5 années 1949 à 1953, en millions de francs courants et en pourcentage
Légende Sources : Banque de France, 1953.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7193/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Légende Fig. 8 – Les bilans comparés de la maison Traumann et de la société commerciale Interocéanique (maison mère uniquement) en 1962 (en millions de nouveaux francs)(d’après l’Inspection de la Banque de France 1965)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7193/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Tab. 14 – Les résultats des négociants en café avant et après guerre (CA : chiffre d’affaires ; BF : bénéfices)
Légende Sources : rapports d’inspection de la Banque de France.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7193/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Fig. 9 – Portrait d’Albert Charles
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7193/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende Fig. 10-Vue partielle des Établissements Charles, rue de Colmar, démolis en 1999
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7193/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Légende Fig. 11 – Vue partielle des Établissements Charles, rue de Mulhouse, démolis en 1998
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7193/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Titre Tab. 21 – L’organisation générale de la maison Charles au début des années 1960
Légende D’après les renseignements fournis par M. G. Héron.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7193/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende Fig. 12 – Barres et bûches. Grumes entreposées dans le quartier de l’Eure, vers 1958
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7193/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Légende Fig. 13 – La société anonyme des Rizeries françaises, quai du Garage
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7193/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7193/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 380k
Légende Fig. 15-Fresques de Jacques Simon décorant la gare du Havre
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7193/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 75k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search