Version classiqueVersion mobile

Le Havre colonial de 1880 à 1960

 | 
Claude Malon

Ire partie. Les échanges maritimes

Chapitre 4. Bilan d’un commerce de grande valeur, spécialisé et de plus en plus africain

Texte intégral

1L’étude des échanges coloniaux aboutit à des certitudes : le caractère spécialisé du commerce colonial havrais, le poids de l’Afrique. Elle suscite également bien des interrogations. La principale demeure celle du degré colonial des échanges maritimes. Que valait véritablement ce commerce ? La conception quasi religieuse du tonnage, voire du « tonneau », trouble la vision d’ensemble et par là même l’appréciation du rôle havrais dans le « mécanisme colonial ». Il a donc semblé utile, malgré les lacunes statistiques, de tenter une estimation du commerce colonial d’importation, en valeur.

Un commerce colonial tardivement structuré mais de grande valeur

  • 1 Ces problèmes méthodologiques ont été abordés dans C. Malon, Le Havre colonial de 1880 à 1960, thès (...)

2Faute de sources, une balance en francs du commerce colonial du Havre n’a pu être établie. Sur l’évaluation du commerce colonial en tonnage, pèsent des contraintes statistiques, distorsions, changements de critères qui font douter de l’exactitude des chiffres de la douane autant que de ceux du port, de la chambre de commerce, de l’Institut colonial et encore plus des sources ponctuelles, articles et discours par exemple1. Selon la conjoncture, ces derniers amplifient ou minimisent le rôle du Havre comme port colonial. L’Institut colonial du Havre, en 1938, annonce des chiffres qui tout en mettant l’accent sur le rôle des produits coloniaux dans le trafic des divers, entretiennent aussi cette image d’un commerce colonial se situant autour des 10 à 12 % de l’ensemble, en tonnage bien sûr.

Essai de chiffrage, en valeur, des importations coloniales du Havre

3La « part coloniale » moyenne du commerce extérieur maritime havrais n’a qu’un intérêt relatif et peu importent les décimales. Ce qui compte, c’est le mouvement de 1880 à 1930 qui fait progresser ce commerce de 3 % aux environs de 10 à 12 % du total des flux. Or il n’y a pas de flux sans produit, sans ces « commodités » dont Le Havre s’est fait une spécialité. La quantification est significative si elle permet d’établir des écarts à la moyenne pour chaque produit importé des colonies françaises et d’avoir une idée de sa valeur. Par un recoupement des sources locales et nationales, on peut tenter d’établir la part en valeur de chaque produit colonial. À partir de là, on tentera de constituer un agrégat des principaux produits coloniaux pour aboutir à une estimation, en valeur, des importations havraises depuis les colonies françaises.

Tab. 1 – La part des importations de provenance coloniale dans les importations françaises, dans les importations havraises et la part du Havre dans les importations coloniales françaises (en %)

Tab. 1 – La part des importations de provenance coloniale dans les importations françaises, dans les importations havraises et la part du Havre dans les importations coloniales françaises (en %)

D’après Bull. ICH, no 100, mars 1938.

4L’essai de chiffrage qui suit, en milliers de francs courants 1937, repose sur une liste de 20 produits pour lesquels il est possible soit de relever, soit de calculer la valeur des importations. Le total général des importations chiffré par la douane est largement inférieur aux chiffres de la chambre et des courtiers. On supposera cependant que pour les valeurs correspondant aux quantités indiquées, la proportionnalité est respectée. Dans ce cas on appliquera le pourcentage colonial connu à chaque produit, pour aboutir à une estimation, en valeur, portant sur la moitié du tonnage colonial importé. Les prix coloniaux étant comme on l’a vu, souvent supérieurs aux prix courants étrangers, le risque de surestimation en valeur est faible pour les produits venus de l’Empire.

5Les vingt produits importés ont été retenus selon le critère de leur rang colonial au plan local ou au plan national. Un tableau des « importations comparées des colonies françaises par le port du Havre en 1936 et 1937 », publié dans le Bulletin de l’Institut colonial du Havre, rassemble les 42 produits qui ont constitué la totalité des importations coloniales. Les 22 produits non retenus ici ont soit un poids très faible, soit une nomenclature ne coïncidant pas avec celle des douanes et ne permettant pas de retrouver les valeurs. La lacune la plus gênante est celle des fruits frais, incluant bananes et ananas coloniaux en forte progression à partir de 1934. Au total, les 20 produits retenus constituent quand même un agrégat représentatif de la vocation havraise : ils représentent, toutes provenances étrangères et coloniales confondues, de 34 à 47 % des entrées en poids et deux tiers de la valeur des tonnages importés, au cours de la période étudiée.

Tab. 2 – La représentativité des 20 produits qui serviront à l’estimation en valeur des importations coloniales

% du tonnage

% de la valeur

1895

41,5

58

1913

34

62,7

1927

36,7

69,6

1937

46,7

67,1

D’après le TGN-DGD.

6Ce tableau représente la hiérarchie de 20 produits coloniaux et l’estimation de leur valeur en milliers de francs courants 1937. Les colonnes 2, 3, 4 concernent les importations toutes provenances en 1937. Les colonnes 5, 6, 7 : la part coloniale propre à chaque produit au Havre, la valeur estimée et le rang colonial. On a supposé que le prix moyen de la tonne toutes provenances était comparable au prix moyen de la tonne coloniale.

  • 2 C. Coquery-Vidrovitch, L’Afrique occidentale au temps des Français, Paris, La Découverte, 1992, p.  (...)

7Les origines coloniales de ces 20 produits représentent donc plus de 27 % de la valeur, en francs, de ce large échantillon constitué par les deux tiers des importations totales en poids. Le tableau met en évidence un caractère du commerce colonial du Havre : il implique particulièrement les produits chers. Il est remarquable par exemple que les 536 000 tonnes d’oléagineux importées par Marseille en 1927 ne valent guère plus que les 127 000 tonnes de café importées par Le Havre (1,38 milliard de francs pour 1,23 milliard). Or après 1927, malgré la baisse des prix, la part du réservoir colonial pour le café se renforce considérablement, passant de 9 % en 1933 à 88 % en 1948. La conjoncture africaine joue en faveur des spécialités havraises : plafonnement des arachides à 600 000 tonnes en 1926 (les Havrais sont peu performants dans la traite de l’arachide), essor des cultures de plantation indigènes et coloniales amorcé dans les années de boom 1924-1928 et favorisées par la crise, le surcroît de production des cultures spéculatives, dont le port du Havre est demandeur, étant l’une des réponses des Africains au besoin d’argent frais pour payer, entre autres, la capitation2. En 1937, certains produits sont à leur apogée, riz et maïs d’Indochine par exemple. Mais d’autres n’ont pas encore accompli totalement leur substitution de provenance. Parmi les produits non représentés sur le tableau 2, sont de développement récent les primeurs du Maroc, bananes et ananas de Guinée. Tant par le tonnage que par la structure des échanges, le commerce colonial du Havre est arrivé à maturité à la veille de la seconde guerre mondiale.

  • 3 Projection risquée, mais instructive : si le changement de réservoir du seul café avait atteint, dè (...)

8Le Havre a-t-il été un port colonial ? Commercialement, sans aucun doute. En 1937 le seul échantillon de 377 215 tonnes représente 18,4 % de la valeur totale des importations. Si l’on suppose au reste des importations coloniales (197 930 tonnes) une valeur moyenne similaire, le commerce colonial importateur du Havre représenterait plus du quart de ses importations totales (commerce extérieur, pondéreux inclus) en valeur, soit environ 1,4 milliard de francs 1937. À la veille de la seconde guerre mondiale, le bilan du commerce colonial du Havre s’établirait donc ainsi : 27 à 35 % du tonnage des divers importés, 21 % des sorties de produits divers, 12 % du tonnage total importé et surtout, 27 à 28 % de la valeur des entrées. Et, comme il a été dit plus haut, 15 % du tonnage et de la valeur des marchandises exportées. Au temps de l’Union française, le changement de réservoir devenu incontestable, en particulier pour le café, la valeur des importations coloniales a probablement dépassé le tiers de la valeur totale importée3.

Tab. 3 – Essai d’estimation de la valeur des produits coloniaux français entrés au Havre en 1937

Tab. 3 – Essai d’estimation de la valeur des produits coloniaux français entrés au Havre en 1937

Tableau obtenu par croisement des sources. Les chiffres en italique ont été corrigés grâce aux sources locales.

Une spécialisation territoriale orientée vers l’Afrique noire

L’affirmation d’une vocation africaine favorisée par la conjoncture

9L’étude des tonnages et des produits a permis de mesurer les effets de captation et la part croissante prise par les échanges avec l’Afrique subsaharienne et Madagascar dans le trafic du Havre. Le rassemblement, sur deux graphiques distincts, des importations africaines sur Le Havre d’une part, des importations venues des autres colonies d’autre part, met en relief cette spécialisation territoriale, très prononcée après 1945, mais dont l’étude par produits indique à quel point elle s’inscrit dans les stratégies de mise en valeur de l’AEF et de l’AOF entre les deux guerres. Dans cette africanisation des échanges extérieurs du Havre, les relations avec le Cameroun ont pris une part importante.

Fig. 1 – Le tonnage des exportations coloniales reçues par le port du Havre de 1936 à 1958, Afrique sub-saharienne non comprise (d’après les séries de RS-CC et AS-PAH)

Fig. 2-Le tonnage des exportations coloniales africaines sub-sahariennes reçues par le port du Havre de 1936 à 1958 (d’après les séries de RS-CC et AS-PAH)

  • 4 H. d’Almeida-Topor et M. Lakroum, L’Europe et l’Afrique, un siècle d’échanges économiques, Paris, A (...)
  • 5 Ces lignes représentent, en 1960, 1 132 000 tonnes. À cette date Le Havre importe 14 millions de to (...)

10Le Havre, on l’a constaté pour certains produits, est un débouché important des produits de l’Afrique coloniale française. Ce renforcement du pôle havrais dans la décennie 1930 est l’une des manifestations de l’européanisation de l’ensemble des échanges africains, du « repli sur les empires », pas seulement l’Empire français. « Dans le cadre de la crise, la protection des prix des produits coloniaux fut renforcée, assurant ainsi l’orientation métropolitaine des échanges africains. La part des exportations destinées à l’Europe passa de 38,3 % en 1929 à 61,4 % en 1937. Mais cette évolution particulière aggrava le cloisonnement interne des échanges africains et les rivalités commerciales entre les divers domaines coloniaux. »4 Ainsi Le Havre capte de 6,2 % en 1927 à 16,7 % en 1938 des exportations de l’Afrique coloniale française en tonnage, entre le quart et la moitié des expéditions sur la métropole. La conjoncture a favorisé ce processus de spécialisation territoriale qui se poursuit après 1945 malgré la diversification des flux exportateurs africains et une place plus modeste du débouché havrais (20 % en 1949, 6,5 % en 1955). Il reste que pendant la dernière décennie coloniale, le trafic du Havre sur les lignes reliées à l’Afrique noire représente 54 % des tonnages importés et exportés sur les lignes desservant l’ensemble de l’Afrique, les Antilles françaises, la Méditerranée et la mer Noire, et les pays au-delà de Suez5.

Fig. 3 – La part de l’Afrique noire dans le trafic havrais effectué sur cinq routes commerciales ayant un rapport avec l’outre-mer français, en i960 (en müliers de tonnes importées et exportées) (d’après une série de tableaux de chiffres ronéotée (anonyme) retrouvée dans les archives de la chambre de commerce)

Le Havre, Rouen, Bordeaux et Marseille : des spécialisations territoriales plus complémentaires que concurrentes

11La division du travail en matière de commerce colonial existe d’abord comme spécialisation héritée des contraintes les plus évidentes de la géographie. En 1927, par exemple le commerce algérien de Marseille s’établit à 3 066 000 tonneaux de jauge nette, celui du Havre à 37 000 tonneaux, le commerce antillais du Havre à 74 000 tonneaux, celui de Marseille à 33 000 tonneaux. La division du travail et la spécialisation territoriale résultent également des stratégies, des aptitudes et dotations de chaque port en capacité à traiter tel produit, à organiser flux importateur, exportateur ou les deux à la fois. La même année 1927, Le Havre fait quasiment jeu égal avec Marseille pour le trafic avec l’Indochine :

Tab. 4 – Les échanges du Havre et de Marseille avec l’Indochine en 1927 (en tonneaux)

Entrées

Sorties

Total

Marseille

144 027

90 940

234 967

Le Havre

108 716

98 903

207 619

Tableau général de la navigation, 1927, tonnage de jauge nette.

  • 6 Marseille crée son marché à terme des cafés coloniaux en 1936, pour tenter de résister à l’hégémoni (...)
  • 7 RDCC, no 127, 2-03-1939, p. 138.

12Les rencontres entre chambres de commerce sont fréquentes. Les conflits ne surgissent que lorsqu’une spécificité est menacée, celle du café havrais par exemple6, ou lorsqu’une faveur est accordée unilatéralement (par exemple lorsque les tarifs de transport du caoutchouc vers Clermont favorisent Marseille en 1939)7, ou lorsqu’il s’agit de se partager un trafic nouveau. Chaque port est davantage exportateur vers la colonie qui lui est traditionnellement liée si l’on considère les Antilles pour Le Havre et Bordeaux, ou l’Afrique du Nord pour Marseille, mais l’Indochine, Madagascar et la COA offrent des modèles plus complexes. La répartition comparée des flux de l’AEF et de l’AOF entre les ports de Marseille, Bordeaux et Le Havre en 1927 plaiderait pour une répartition de facto des zones d’influence, prenant acte d’une spécialisation plus marquée pour Le Havre dans le trafic avec l’AEF et Madagascar, particulièrement à l’importation.

Tab. 5 – Les échanges africains et malgaches du Havre, de Bordeaux et de Marseille en 1927 (en tonneaux)

Entrées à

venues d’AOF

AEF

Madagascar

Marseille

161 188

12 735

38 751

Le Havre

53 523

74 416

54 115

Bordeaux

98 967

12 771

0

Sorties de

vers l’AOF

AEF

Madagascar

Marseille

12 994

218 375

11 618

Le Havre

31 950

49 652

34 113

Bordeaux

46 357

27 064

1050

Tableau général de la navigation, 1927, tonnage de jauge nette.

13Bien entendu cette spécialisation jugée d’après le tonnage doit être corrigée par le rappel des valeurs importées, qui relativise la masse des arachides importées par Marseille. Le partage relatif des territoires et les différences de tropisme commercial apparaissent encore davantage dans les flux importateurs des deux ports en 1937.

Tab. 6 – Les importations des colonies françaises dans les ports de Marseille et du Havre en 1937 (en milliers de tonnes)

Marseille

Le Havre

AO F

376

97

AEF

79

Cameroun

47

Togo

7

Madagascar

52

65

Indochine

339

201

Réunion

5

Calédonie

5

Antilles

19

Algérie

530

32

Maroc

90

18

Tunisie

164

Syrie

46

Total général

1776

575

Sources : Havre : RS-CC ; Marseille : CCM, dans Marseille colonial face à la crise de 1929, M. Courdurié et J.-L. Miège (dir.), Êd. Chambre de commerce et d’industrie de Marseille-Provence (Histoire du commerce et de l’industrie de Marseille XIXe–XXe siècles), 1991, p. 494.

  • 8 Son trafic colonial en 1937 s’élève à 765 000 tonnes. En 1937, l’ensemble des produits végétaux col (...)

14En apparence, « Bordeaux colonial » ne pèse lui aussi en 1937 que le tiers de Marseille8. Mais il laisse au Havre le leadership de produits chers. Son trafic de rhum en 1933 est inférieur à celui du Havre (8000 tonnes contre 20 000) et ses bois exotiques n’atteignent que 22 000 tonnes. Il n’atteint pas, cette année-là, la moitié du riz colonial importé par le port normand. Ses points forts sont les phosphates (près de 100 000 tonnes), les sucres, et les arachides (environ 160 000 tonnes), les primeurs du Maroc.

  • 9 R. Pasquier, « Rouen, Le Havre et la côte occidentale d’Afrique au milieu du XIXe siècle », Annales (...)
  • 10 ADSM, JPL.22.3. Journal de l’Exposition nationale et coloniale de Rouen en 1896.

15Rouen mérite assurément lui aussi le titre de port colonial. Au XVIIIe siècle l’activité des deux ports normands est complémentaire et concertée. Les armateurs havrais trouvent dans les manufactures de Rouen les articles de traite pour la côte occidentale d’Afrique. Les Rouennais sont plus présents entre Sénégal et Sierra Leone tandis que les Havrais s’intéressent davantage au Dahomey, à la Côte d’Ivoire, au Gabon9. Au XIXe siècle, le commerce havrais de la gomme est modeste comparé à celui de Bordeaux, le commerce rouennais des arachides faible par rapport à celui de Marseille. Avec la famine du coton consécutive à la guerre de Sécession, se dessine une répartition des rôles qui se poursuivra au siècle suivant. Si Le Havre se tourne vers l’Inde et concentre ses efforts sur les produits chers à importer des Antilles, Rouen mise davantage sur l’Afrique du Nord, quand en 1862, ses industriels créent la Compagnie française des cotons algériens et travaillent aussi pour l’exportation vers Alger, Oran ou Constantine. Les industriels rouennais sont plus entreprenants que les Havrais en Algérie. En 1881, les Établissements Malétra de Petit-Quevilly, fondés en 1808, obtiennent la concession d’une saline à Arzew. Elle est alimentée par un lac de 4500 ha. Ils construisent là une usine pour le broyage et le raffinage et produisent environ 30 000 tonnes de sel par an vers 1896. Ils sont aussi présents en Nouvelle-Calédonie, mais n’y concurrencent pas véritablement les Havrais puisque c’est une usine de cobalt qu’ils y possèdent, doublée d’une autre unité à Petit-Quevilly10.

Tab. 7 – Les éléments comparés du trafic colonial importateur de Bordeaux et du Havre en 1937 (en tonnes)

Bordeaux

Le Havre

81 940

93 300

Oléagineux

153 000

36 800

Cafés

2770

35 700

Cacaos

3450

33 900

Bois

22 000

100 000

Rhums

13 400

18 800

Vins

21 460

23 600

Cotons

297

3500

Caoutchouc

521

4500

Charbons

36 500

16 000

Phosphates

99 000

0

Total partiel

434 338

366 100

Total général

616 000

580 000

D’après CAOM, 100 APOM 656, Union coloniale française, chiffres communiqués par les deux ports.

  • 11 E. Perrée, « Le port de Rouen et son développement depuis cinquante ans », Bulletin de la Société n (...)

16Les relations de Rouen avec le Maroc datent du XVIe siècle11. Elles s’intensifient avec le Protectorat. Elles s’élèvent à 108 000 tonnes en 1928. À la même époque, Rouen reçoit 300 000 tonnes de l’Algérie. Le tiers des vins d’Algérie entre par Rouen qui expédie en retour fers, sucres, produits chimiques, machines et 5000 tonnes environ de tissus de coton. Pour la Tunisie, la performance est plus marquée : 18 % des tonnages expédiés par la Régence sur la France entrent à Rouen, phosphates, plomb, vins, légumes. « L’Afrique du Nord a supplanté la côte occidentale d’Afrique dans le commerce maritime de Rouen », au moment où Le Havre confirme sa position comme réceptionnaire des produits chers de l’Afrique noire et de Madagascar. Hormis quelques velléités évoquées du voisin normand de récupérer une partie du trafic des bois coloniaux, ce que tenta sans succès Marseille également, on ne peut parler de concurrence acharnée avec les autres ports français, à l’inverse des relations avec Anvers ou Hambourg. Le Comité d’Action Coloniale de Rouen faisait même partie du Comité de propagande coloniale de la région du Havre en 1937.

Un échange colonial vecteur de spécialisation

17Les écarts à la moyenne de l’approvisionnement colonial se sont généralement accrus pour les produits chers, plus qu’ils ne l’ont fait pour les matières de moindre valeur.

La spécialisation dans la fonction importatrice de produits chers

18Les écarts à la moyenne témoignent du caractère variable de « l’impérialisation » des produits par substitution de réservoir.

19À la périodisation des échanges coloniaux en tonnage, s’ajoute ici une périodisation dans l’évolution des flux. Caoutchouc, bois et céréales coloniales sont les produits porteurs de la première phase. Cafés et cacaos sont devenus nettement coloniaux ou le demeurent, comme les bois exotiques, le poivre, le rhum, le nickel, au cours de la deuxième phase (après 1925-1927), tandis que maïs, riz et cuirs aboutissent à un écart négatif en fin de période. Les plus grands écarts à la moyenne concernent des produits chers, voire très chers. Les six produits formant l’échantillon du tableau 9 représentent en valeur 11,54 % de la valeur totale des importations de 1937 (pondéreux compris) et 62,7 % de l’échantillon de 20 produits coloniaux retenus pour l’étude des écarts à la moyenne. Les valeurs de 1913 ont été reflatées en francs 1938 (coefficient 6,4), les valeurs de 1927 et 1937 laissées en francs courants.

Tab. 8 – Le calcul des écarts à la moyenne des importations des principaux produits coloniaux en1913, 1937, 1958a

Tab. 8 – Le calcul des écarts à la moyenne des importations des principaux produits coloniaux en1913, 1937, 1958a

a. m = importations coloniales / importations totales en tonnage

Tab. 9 – La valeur comparée des importations coloniales de six produits sur le port du Havre (en milliers de francs)

Importations

1913 (en milliers de francs 1938)

1927

1937

Bois

7 242(46 348)

124 752

109 000

Cafés

2 075(13 280)

40 543

163 000

Cacaos

2 250(14 400)

77 804

106 000

Oléagineux

2 230(14 272)

42 920

47 700

Riz

13 024 (83 353)

104 998

112 000

Caoutchouc

13 832 (88 524)

16 490

38 000

Totaux

(260 177)

407 507

575 700

Calcul par croisement des sources TGN-DGD et RS-CC et Annuaires des Instituts coloniaux de Marseille et Le Havre.

La recherche empirique d’un modèle explicatif de cette spécialisation et des déterminants de l’échange

20Il n’y a d’explication possible de l’échange colonial du Havre que si l’on tient compte de la valeur des produits, des processus de spécialisation et d’« impérialisation » de produits pour la plupart préexistants, dans le commerce du Havre, à la période étudiée. Ces processus ont été divers. Ils ont été voulus ou subis selon les cas. Pourtant un mouvement se dégage : Le Havre se spécialise comme port des bois coloniaux, des cafés coloniaux, des cacaos coloniaux, comme port africain et malgache, comme port de produits chers, port importateur, port de marché et d’entrepôt. Les déterminants de ces échanges sont-ils les mêmes pour tous ces produits ? Peut-on dégager un modèle explicatif de ce mouvement de spécialisation ?

  • 12 J.-L. Reiffers, « Échange et spécialisation internationale », in L’Encyclopédie économique, Paris, (...)

21En abordant la question des échanges entre « Le Havre et les colonies », existe le danger de penser spontanément le port comme une nation et les colonies comme un partenaire commercial étranger puisque l’on parle de « commerce extérieur ». Les théories de l’avantage comparatif comme facteur de spécialisation ne peuvent s’appliquer ici. D’abord parce que Le Havre n’est pas une entité autonome, mais une place parmi d’autres de l’ensemble métropolitain. Ensuite parce que le modèle de Ricardo12 suppose que le libre jeu de l’offre et de la demande ne soit pas faussé. Or la colonie n’a pas autorité sur les prix, à la différence de l’« étranger », le Brésil par exemple avec sa politique de valorisation du café de 1906 à 1925. La protection douanière crée un marché spécifique. Les modèles qui mettent l’accent sur le rôle de la dotation en facteurs, capital et travail, supposent que l’on étudie des nations dont les dotations factorielles soient comparables parce que différentes. Or, dans l’échange colonial, le circuit est relativement fermé, la dotation organisée à partir du centre vers la périphérie, la division du travail agricole, industriel et commercial figée dans un schéma essentiellement autarchique. Lorsqu’il y aura remise en cause de la distinction entre produits et marchandises, que l’on commencera à parler d’industrialisation, ce n’est plus seulement l’édifice économique colonial qui sera remis en cause, mais aussi la construction politique de l’Empire.

22Le modèle de l’économie de traite pose autant de problèmes que les modèles macroéconomiques évoqués lorsqu’il s’agit de détecter ce que la relation du Havre et des colonies peut avoir de spécifique dans le processus de spécialisation. Le port du Havre n’est pas une personne physique ou morale jouant un rôle facile à déterminer dans un circuit commercial. Il n’est pas une « entreprise » en lui-même avec une stratégie et des contraintes homogènes. Il est plutôt l’agrégat de stratégies et pratiques d’entreprises hétérogènes qu’il faut étudier. Tel moment, celui des compagnies concessionnaires à capitaux havrais par exemple pour la quête du caoutchouc et factoreries au Congo, correspondra en partie au schéma de la traite, encore que de manière peu sophistiquée ; telle pratique, celle des importations de produits tropicaux s’accélérant au cours des années 1930, s’intégre dans le circuit d’une traite dont le modèle est rajeuni. Le commerce de l’AEF, de l’AOF ou de Madagascar se retrouve, on l’a vu, « captif », par la dépendance accrue à l’égard du débouché havrais. Mais il n’est pas certain, dans le contexte havrais, que le modèle de la traite soit totalement respecté puisque les acteurs eux-mêmes reconnaissent ne pas avoir de véritable culture d’exportation.

23En effet les études menées avec des approches aussi différentes que celles de Jean Suret-Canale pour l’Afrique noire, d’Hubert Bonin pour la CFAO, d’Eisa Assidon pour la SCOA, la CFAO ou l’Optorg, mettent toutes l’accent sur la caractéristique essentielle du circuit de la traite : le flux d’exportation vers la métropole est déterminant pour les profits des sociétés mais aussi par les revenus qu’il procure aux producteurs des colonies. Le pouvoir d’achat ainsi distribué conditionne l’existence même du débouché colonial pour les marchandises métropolitaines. Or globalement, les négociants havrais se soucient moins d’exporter que d’importer au fur et à mesure que les spécialisations se confirment. Avant d’aborder l’étude des entreprises, une constatation s’impose, le fait que Le Havre ne possède pas de grande société de traite très polyvalente à l’inverse de Marseille ou Bordeaux. S’il y a traite et commerce captif, ils se pratiquent dans une moindre interdépendance des deux flux. C’est pourquoi il serait intéressant de déceler les déterminants de l’échange en fonction de cette originalité, en recherchant de manière empirique dans les modèles évoqués, les facteurs qui ont favorisé la spécialisation coloniale havraise.

  • 13 J.-L. Mucchielli et M. Sollogoub, « L’indisponibilité source de l’échange », L’Échange internationa (...)
  • 14 A. Fabre, Le commerce et l’exploitation des bois du Gabon. Guide pratique à l’usage des colons, des (...)

24Le facteur d’« indisponibilité » vient immédiatement à l’esprit quand il s’agit de produits tropicaux13. Une place qui a des atouts pour l’accueil de ces produits, préexistant à l’essor colonial, se spécialiserait donc logiquement. C’est vrai pour le café et le cacao, indisponibles en métropole pour raisons climatiques. Dans une logique de « la plus grande France », les spécialisations de territoires coloniaux seraient assimilables à celle du Languedoc accédant au vignoble de masse avec la constitution d’un marché national grâce aux chemins de fer dans la seconde moitié du XIXe siècle. Mais le facteur « indisponibilité » peut n’être pas durable. C’est le cas lorsque le riz et le maïs se révèlent être exploitables sur le territoire métropolitain, entraînant la chute des importations coloniales après 1945 en même temps que s’amorce la décolonisation de l’Indochine. En est-il de même pour le bois ? En partie seulement. Il est significatif que les études de contemporains sur les bois coloniaux comportent dans leurs descriptifs une rubrique « remplacement » : l’onzabili du Gabon remplace le noyer de France et le hêtre, l’okoumé remplace tous les bois vendus pour la charpente et l’ébénisterie, l’iroko remplace le vieux chêne, etc.14. L’indisponibilité peut n’être que relative, dépendante de l’intérêt plus ou moins grand que le négoce et l’industrie trouvent à la substitution. Cet aspect conduit à réfléchir sur les facteurs qui ont orienté l’offre et la demande en produits coloniaux sur la Place du Havre.

  • 15 C. Coquery-Vidrovitch, J. Thobies, C.-R. Ageron, Histoire de la France coloniale, Paris, Armand Col (...)
  • 16 P. Jobin, L'orientation à donner à la production coloniale française, extrait de L’Agronomie coloni (...)

25La stimulation de la demande est très visible pour les bois, le café, le cacao : nombreuses campagnes de propagande en aval pour vanter les progrès de la qualité des cafés ou des cacaos, campagnes en amont pour exiger cette qualité, campagnes souvent abusives on l’a vu pour le « tout-bois colonial ». Catherine Coquery-Vidrovitch estime qu’il ne faut pas « assimiler la crise aux colonies à un phénomène de surproduction des matières premières » et que si « le rétrécissement du marché international n’exerça pas une influence prépondérante, c’est précisément parce que la production coloniale, relativement protégée par la France, n’était pas en mesure d’affecter l’équilibre mondial »15. En revanche, la menace de surproduction étrangère a orienté les flux. La conscience que la valorisation du café brésilien échouerait à terme amena les négociants à se couvrir par une marge de sécurité coloniale, mais en prévenant tout excès. « Sous l’influence de l’Institut de défense du café de Sâo Paulo, une longue période de hauts prix a incité en de nombreux pays à la création de nouvelles caféières dont l’apport futur fait entrevoir une suite de récoltes mondiales surproductives inconciliables avec des cours toujours aussi élevés. Il importe de prévenir les planteurs coloniaux contre un engouement irréfléchi. »16 Les négociants ne critiquent jamais le privilège colonial au cours des années 1930, tout en continuant à protester contre les contingentements de produits étrangers.

  • 17 H. d’Almeida-Topor, courbe des prix à l’exportation de quelques produits d’AOF, 1920-1939, indice 1 (...)

26En termes de prix, les produits ne se comportent pas de manière uniforme sur le marché. Si les cours mondiaux se répercutent sur les prix des produits du cru à la colonie, les mercuriales du Havre accusent pour le cacao une poursuite de la baisse après 1936 des prix à l’entrepôt, contrairement à ce qui se passe pour les cacaos africains à l’exportation17. À l’inverse, les cafés et les bois africains se sont nettement mieux comportés après 1931 que les arachides, les palmistes et le coton. Ceci tendrait à prouver que certaines niches commerciales occupées par Le Havre s’avéraient alors relativement payantes, hors toute considération sur la marge de réalisation.

27Il faut donc chercher au-delà des évolutions de prix les causes de la spécialisation en matière de produits de l’outre-mer français, illustrée par la création de marchés à terme des cafés coloniaux et des riz coloniaux, et la revendication d’un marché à terme des cacaos coloniaux. C’est la protection coloniale, en faussant le libre jeu de l’offre et de la demande par le surprix colonial, qui accentue la spécialisation et entraîne le négoce vers les niches les plus lucratives et les plus sûres à court terme. La Place du Havre bénéficie de l’essor de l’agriculture d’exportation, qu’elle soit indigène ou de colons. Les bois des colonies françaises affichent des prix qui résistent bien à la crise, ils sont pratiquement sans concurrence externe. Les maïs coloniaux bénéficient de l’entrée en franchise. Pour les cafés, cacaos, poivres et produits associés, la politique douanière est fortement incitative. Le privilège colonial appliqué, le café, le cacao, le poivre, les oléagineux étrangers reviennent plus cher au consommateur qu’un produit colonial indépendamment de la qualité.

Fig. 4 – L’évolution comparée des prix, en francs constants et en indice, de trois produits coloniaux à l’entrepôt au Havre (d’après les prix relevés dans le Bulletin de correspondance de la chambre de commerce du Havre, déflatés en francs 1914 et convertis en indice)

28Le surprix colonial est donc facteur de spécialisation dans les créneaux qui permettent de freiner la baisse des prix. Faut-il en conclure que l’offre et la demande ont été non seulement stimulées, mais dirigées par la protection coloniale ? Qui cherchait-on à protéger, les colons ou les négociants ? Des tensions apparaissent ici et là, entre le « colonial » et le « commercial », dans les débats de la chambre de commerce. Globalement, le négoce a bénéficié du soutien des marchés par ce dirigisme qu’il détestait. La manière dont s’en sont accommodés les acteurs sera examinée dans la deuxième partie consacrée aux entreprises. Les contradictions et la cohérence de la doctrine économique coloniale dominante seront étudiées comme chemins de l’idée coloniale. On ne peut pour l’instant porter de jugement sur les effets dynamisants ou fragilisants de la dépendance mutuelle entre Le Havre et la France d’outre-mer, sur les effets de la colonisation sur la fonction portuaire elle-même. Il faut auparavant étudier les débats et les choix stratégiques des acteurs individuels, négociants et entreprises et de l’acteur collectif que constitue le négoce havrais, regroupé au sein de la chambre de commerce ou des structures corporatives à visée coloniale.

Les échanges maritimes du Havre colonial : conclusion

29Le Havre possède, comme tout autre port, ses problèmes de dépendance à l’égard du passé. Les huit décennies coloniales contraignent la place à cultiver ses traditions en même temps qu’à se réformer, à se resituer dans les grands courants de la fréquentation océanique. À la veille de la première guerre mondiale, le réseau maritime de l’échange colonial est en place. Le Havre n’est coupé d’aucune colonie, ancienne ou nouvelle. Il est prêt à devenir un grand port africain et malgache de la métropole, tout en conservant les liens anciens avec l’espace Caraïbe, des liens plus récents avec l’Indochine et l’Océanie. L’âge des voiliers de la route du rhum et de la circumnavigation des voiliers du nickel le cède bientôt aux lignes régulières et aux tramps de compagnies qui sont loin d’être toutes havraises et encore moins françaises. Le commerce colonial du Havre est bien un commerce de l’Europe du Nord, de la Northern Range, avec ses navires français, allemands, anglais, hollandais.

30En devenant colonial pour la deuxième fois de son histoire, le port du Havre, à partir du milieu des années 1890 et plus encore à partir du milieu des années 1920, ne trahit pas sa vocation, l’importation avant tout. Sa spécialité, c’est l’importation de produits tropicaux de grande valeur. Globalement, sa performance marchande atteint les trois quarts des importations métropolitaines depuis les colonies pour des produits tels que le coton, le café, le cacao, les bois exotiques. Ne peut-on considérer que Le Havre est devenu, à la faveur des changements de réservoir opérés par ses navires et ses entreprises, poussé par l’aiguillon du privilège colonial, le premier port colonial des produits chers ? Les artères qui l’unissent à l’Amérique du coton sont menacées d’atrophie : voilà que l’Afrique subsaharienne offre des tonnages modestes qu’il faut capter. Le Brésil perturbe le jeu d’une place hère d’être la capitale du café : elle devient, à la veille de la seconde guerre mondiale, la capitale du café colonial et plus encore le débouché privilégié des territoires de l’Union française. Capitale aussi, française, voire européenne, des bois coloniaux, une puissance que les performances de La Rochelle en fin de siècle ont fait oublier.

31Le Havre vit sur la route de marchandises coloniales circulant entre plusieurs métropoles et leurs empires. Ses concurrents, dans l’effort de captation des produits coloniaux, sont davantage que Bordeaux ou Marseille, Liverpool, Anvers, Hambourg, Amsterdam, Rotterdam. Anvers surtout, qui lui dispute une partie de l’approvisionnement de l’hinterland français, ce qui n’empêche pas des liens d’affaires avec ces différentes places. Hier comme aujourd’hui, l’un des enjeux est bien de ne point perdre pied comme acteur incontournable de la Northern Range. Le port normand laisse échapper la maîtrise des grands armements pour se consacrer davantage à la captation jalouse de ce qui fait la fierté de ses entrepôts et s’équipe en conséquence, quais aux bois tropicaux, frigorifiques, marché à terme colonial, d’autant qu’une partie de son industrie, plus modeste qu’à Marseille, dépend du produit colonial.

32À la veille de la décolonisation, la fonction de transit et le trafic des pondéreux ont largement engagé la bataille contre le négoce et le trafic des divers. Les échanges maritimes spécifiquement coloniaux appartiennent donc plutôt à l’ancienne culture économique havraise, ou à sa vocation traditionnelle marquée par la manipulation du sac ou de la balle en entrepôt. N’est-ce pas cette victoire, aujourd’hui constatée, du pondéreux et du conteneur qui masque rétrospectivement l’importance réelle qui fut celle des échanges coloniaux du Havre ? On peut raisonnablement situer les entrées coloniales à 12 % des tonnages importés au Havre, pourcentage calculé, et à près de 28 % de la valeur des entrées, pourcentage estimé. Cette importance demeure, de la fin des années 1930 à la décolonisation, compte tenu de l’hégémonie des cafés et des bois coloniaux jusqu’aux lendemains des Indépendances. La part coloniale en tonnage et en valeur dans les exportations havraises s’établit à environ 15 %. La réévaluation du rôle colonial de la Place du Havre à partir de l’étude des flux semble donc s’imposer. Mais se limiter à ces constats, ce serait oublier que les ports sont des instruments de travail entre les mains des hommes. Ce sont eux, individuellement ou en groupe, qui perpétuent des traditions, élaborent des stratégies, échouent ou réussissent dans l’innovation, bref, entreprennent.

Notes

1 Ces problèmes méthodologiques ont été abordés dans C. Malon, Le Havre colonial de 1880 à 1960, thèse de géographie, Paris IV, D. Barjot (dir.), 2001, dactyl., vol. 4, annexe 110.

2 C. Coquery-Vidrovitch, L’Afrique occidentale au temps des Français, Paris, La Découverte, 1992, p. 126-127.

3 Projection risquée, mais instructive : si le changement de réservoir du seul café avait atteint, dès 1937, son niveau des années 1950, l’ensemble de la part coloniale en valeur dans les importations totales du Havre serait de 37 %.

4 H. d’Almeida-Topor et M. Lakroum, L’Europe et l’Afrique, un siècle d’échanges économiques, Paris, Armand Colin, 1994, p. 81.

5 Ces lignes représentent, en 1960, 1 132 000 tonnes. À cette date Le Havre importe 14 millions de tonnes dont 12 millions de charbons et pétroles et embarque 2,5 millions de tonnes tout compris.

6 Marseille crée son marché à terme des cafés coloniaux en 1936, pour tenter de résister à l’hégémonie havraise en utilisant auprès des planteurs le fait que les négociants marseillais étaient partisans de plus de protection douanière pour ce produit que ne l’étaient les négociants havrais. Cf. O. Lambert, Marseille colonial face à la crise de 1929, Éd. Chambre de commerce et d’industrie de Marseille-Provence (Histoire du commerce et de l’industrie de Marseille XIXe-XXe siècles), 1991, p. 292.

7 RDCC, no 127, 2-03-1939, p. 138.

8 Son trafic colonial en 1937 s’élève à 765 000 tonnes. En 1937, l’ensemble des produits végétaux coloniaux entrés à Bordeaux (461 000 tonnes) est inférieur à celui du Havre (560 000 tonnes), 100 APOM 656, CAOM.

9 R. Pasquier, « Rouen, Le Havre et la côte occidentale d’Afrique au milieu du XIXe siècle », Annales de Normandie, no 2, mai 1999, p. 167-190.

10 ADSM, JPL.22.3. Journal de l’Exposition nationale et coloniale de Rouen en 1896.

11 E. Perrée, « Le port de Rouen et son développement depuis cinquante ans », Bulletin de la Société normande de géographie, t. XLIV, 1930, p. 53-57.

12 J.-L. Reiffers, « Échange et spécialisation internationale », in L’Encyclopédie économique, Paris, Economica, 1990, chap. 28, 1.1, p. 979-1029.

13 J.-L. Mucchielli et M. Sollogoub, « L’indisponibilité source de l’échange », L’Échange international, fondements théoriques et analyses empiriques, Paris, Economica, 1980, p. 29.

14 A. Fabre, Le commerce et l’exploitation des bois du Gabon. Guide pratique à l’usage des colons, des commerçants et des industriels, Paris, Société d’Éditions géographiques, maritimes et coloniales, 1926, p. 58 à 88.

15 C. Coquery-Vidrovitch, J. Thobies, C.-R. Ageron, Histoire de la France coloniale, Paris, Armand Colin, 1990, t. 2, p. 236-237.

16 P. Jobin, L'orientation à donner à la production coloniale française, extrait de L’Agronomie coloniale, Paris, Imprimerie nationale, sept. 1929, no 141 et 143.

17 H. d’Almeida-Topor, courbe des prix à l’exportation de quelques produits d’AOF, 1920-1939, indice 100 en 1920, L’Afrique au XXe siècle, Paris, Armand Colin, 1994, p. 109. De 1924 à 1931, le mouvement des courbes havraises est similaire.

Table des illustrations

Titre Tab. 1 – La part des importations de provenance coloniale dans les importations françaises, dans les importations havraises et la part du Havre dans les importations coloniales françaises (en %)
Légende D’après Bull. ICH, no 100, mars 1938.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7191/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre Tab. 3 – Essai d’estimation de la valeur des produits coloniaux français entrés au Havre en 1937
Légende Tableau obtenu par croisement des sources. Les chiffres en italique ont été corrigés grâce aux sources locales.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7191/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende Fig. 1 – Le tonnage des exportations coloniales reçues par le port du Havre de 1936 à 1958, Afrique sub-saharienne non comprise (d’après les séries de RS-CC et AS-PAH)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7191/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende Fig. 2-Le tonnage des exportations coloniales africaines sub-sahariennes reçues par le port du Havre de 1936 à 1958 (d’après les séries de RS-CC et AS-PAH)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7191/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende Fig. 3 – La part de l’Afrique noire dans le trafic havrais effectué sur cinq routes commerciales ayant un rapport avec l’outre-mer français, en i960 (en müliers de tonnes importées et exportées) (d’après une série de tableaux de chiffres ronéotée (anonyme) retrouvée dans les archives de la chambre de commerce)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7191/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Tab. 8 – Le calcul des écarts à la moyenne des importations des principaux produits coloniaux en1913, 1937, 1958a
Légende a. m = importations coloniales / importations totales en tonnage
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7191/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Légende Fig. 4 – L’évolution comparée des prix, en francs constants et en indice, de trois produits coloniaux à l’entrepôt au Havre (d’après les prix relevés dans le Bulletin de correspondance de la chambre de commerce du Havre, déflatés en francs 1914 et convertis en indice)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7191/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 153k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search