Version classiqueVersion mobile

Le Havre colonial de 1880 à 1960

 | 
Claude Malon

Ire partie. Les échanges maritimes

Chapitre 3. Une réussite : l’importation des bois coloniaux

Texte intégral

1Pourquoi faire un sort particulier aux bois coloniaux dans l’étude des importations havraises ? Ce produit présente plusieurs caractères qui le distinguent des autres éléments forts du trafic colonial. Contrairement au café, au cacao, au coton dont les importations massives sur Le Havre préexistent à la période coloniale étudiée, les bois coloniaux occupent au XIXe siècle une place marginale. C’est donc un produit qui ne naît pas d’une stratégie de repli, d’une tentative de redéploiement ou d’une substitution de réservoir influencée par un privilège douanier. C’est un produit spécifiquement né du potentiel colonial lui-même : le réservoir d’acajou constitué par la Côte-d’Ivoire est bien connu ; hors de l’Afrique équatoriale et du Gabon, on ne trouve pas d’okoumé. C’est un produit qui suscite des besoins nouveaux et des consommations nouvelles, surtout la fabrication des contreplaqués, qui stimule l’hinterland local, national et européen. C’est un domaine où la suprématie havraise est incontestable, même si ce n’est pas le produit le plus cher. Enfin l’importation des bois coloniaux est en progression constante sur l’ensemble de la période, dont l’apogée ne se situe pas, contrairement à d’autres produits, à la fin des années 1930, mais au moment de la décolonisation.

Vers le leadership français et européen des bois coloniaux

2Le trafic havrais des bois coloniaux existe depuis le XVIIIe siècle. Il prend une ampleur nouvelle avec la conquête de l’Afrique, mais ne décolle véritablement qu’après la première guerre mondiale. Dès lors, le port du Havre se spécialise dans l’alimentation en bois africains de l’industrie française.

La constitution d’un marché havrais des bois exotiques

  • 1 B. Schnapper, La politique et le commerce français dans le Golfe de Guinée de 1838 à 1871, Paris – (...)
  • 2 F. Faure, Le Havre en 1878, Éd. chambre de commerce du Havre, Exposition universelle de 1878.
  • 3 En 1894, le négociant havrais De Saumery procure à la chambre de commerce 110 échantillons prélevés (...)
  • 4 A. Charles, « Le Havre, grand centre d’importation des bois exotiques et coloniaux », Journal de la (...)

3Orienté sur le bois des îles dès le XVIIIe siècle, Le Havre est familiarisé avec toutes les essences précieuses des Antilles et du Brésil au XIXe siècle. Dès 1815 on trouve sur les listes de marchandises du Havre, des bois exotiques tels que le bois d’ébène, le gaïac, et des bois de teinture, bois de campêche, bois jaune. Sous la Révolution et l’Empire on importe l’acajou des Antilles. Avec l’implantation des comptoirs français sur le Golfe de Guinée sous la monarchie de Juillet, se développent des importations en provenance du Gabon, bûches d’ébène et de santal (ou sandal) principalement. Si le marché marseillais n’était pas enthousiaste, notamment à cause du prix du fret1, le marché havrais semble avoir été régulièrement approvisionné si l’on en juge par les chargements de navires des annonces portuaires jusqu’à la fin du Second Empire. S’ajoutent à ces importations : l’aloès, le palissandre, le bois de rose. Les premiers acajous avaient été introduits sur le marché anglais. Vers 1870, ils font leur apparition au Havre, venant de Côte-d’Ivoire. « Par ses rapports directs avec l’industrie du meuble centralisée en majeure partie à Paris, le port du Havre est devenu, depuis de nombreuses années, le point central de toutes les importations de bois d’ébénisterie », écrivait Félix Faure en 18782. Les bois les plus recherchés étaient alors l’acajou d’Amérique, le palissandre du Brésil, les bois des Antilles et de la Guyane3, l’ébène de Madagascar et celui du Sénégal très estimé pour la finesse de son grain et sa couleur vive et nette. Entre 1869 et 1877, les importations oscillèrent entre 7 000 et 16 000 tonnes. Vers 1883, l’okoumé avait attiré l’attention des compagnons de Brazza. On fit des expériences en France, mais les exportations se dirigeaient surtout vers Hambourg4. En 1887 les importations de bois exotiques par Le Havre sont encore très modestes : 10 500 tonnes, 13 800 l’année suivante.

  • 5 H. Deschênes, Marchés tropicaux, 30-05-1964, p. 1435.

4Au début du siècle, Le Havre était en compétition avec Londres et Liverpool pour les acajous africains. En se tournant vers la Côte-d’Ivoire et le Gabon, l’intention n’était pas de se lancer dans la compétition de l’okoumé gabonais que Brême, Rotterdam et Anvers disputaient à Hambourg, « mais de rechercher plus spécialement les essences comparables à celles qui étaient de son expérience d’Amérique centrale et susceptibles d’alimenter les industries du placage »5. La première décennie du XXe siècle voit se développer les entrées des bois de Côte-d’Ivoire et du Gabon, surtout de l’acajou qui représente, en 1904, 46 % des 33 000 tonnes importées. En 1908, les colonies françaises fournissent un tiers des importations havraises, africaines à 95 %.

5Selon la Revue internationale des produits coloniaux, la première guerre mondiale aurait contribué, de manière décisive, à l’essor des bois coloniaux :

  • 6 R. Monmarson, Revue internationale des produits coloniaux, no 225-226, juin-juil. 1948, p. 123-125.

Les tranchées consommaient autant d’hommes que d’arbres. Les baraquements, les voies étroites, la Marine nationale demandaient sans arrêt des tonnages accrus. Nos chênes, nos hêtres, nos sapins, nos pins, nos charmes, nos bois les plus divers, transformés en pieux, en étais, en caillebotis, en madriers, en chevrons, en traverses, mouraient au champ d’honneur... C’est alors que la France songea à ses forêts africaines6

Fig. 1 – Les importations de bois exotiques de 1890 à 1960, toutes provenances (en tonnes) (d’après les séries relevées dans RS-CC et AS-PAH)

6La première guerre mondiale n’est pas encore achevée que l’on doit faire les comptes pour constater que les bois de la métropole ne suffisent pas à la consommation métropolitaine qui s’élève à 12 millions de mètres cubes par an. Venus au Havre en janvier 1918 à la demande de la Ligue coloniale, le gouverneur de l’AEF et son adjoint déclarent :

  • 7 RDCC, no 99, 30-01-1918. Angoulvant, alors gouverneur de l’AEF, son délégué en France, Rouget, Besn (...)

Les forêts de l’Est dévastées, nous aurons un déficit de 8 millions de mètres cubes. Pourquoi alors acheter à l’étranger alors qu’on peut faire face avec l’AEF et la Côte-d’Ivoire7 ?

7La suprématie du marché havrais est en germe dans ces contraintes :

À Liverpool on ne s’intéressait qu’à l’acajou, à Hambourg on ne s’intéressait qu’à l’okoumé. Au Havre au contraire on traite toutes les essences, bois de rose, ébène, tulipier. [...] Les États-Unis pourraient s’approvisionner au Havre plutôt qu’à Liverpool. Le Havre est mieux outillé. Il possède des abris que n’ont pas Marseille et Bordeaux.

Le Havre, port français et européen des bois coloniaux

8La confusion étant fréquente entre les bois « exotiques » et les bois « de teinture », il convient de rappeler la faible importance des arrivages coloniaux de bois tinctoriaux sur la Place du Havre qui possède pourtant une importante industrie dans ce secteur, avant d’apprécier la place éminente du Havre dans le domaine des bois coloniaux d’ébénisterie et de menuiserie.

Des bois de teinture faiblement coloniaux

9Les bois tinctoriaux et tannants sont faiblement coloniaux. Leur évolution est tout de même intéressante puisqu’elle est totalement différente des bois d’ébénisterie et menuiserie, également exotiques, mais coloniaux pour l’essentiel. Le graphique ci-dessous compare, sur un rythme globalement quinquennal, les importations des « produits tinctoriaux et tannants » et les bois « coloniaux et américains ».

  • 8 RS, 1913, p. 300.
  • 9 Par exemple, le Jean Parmentier de F. Foerster (future Maison Raoul-Duval) pour G. Doublet, 2-07-18 (...)

10L’usine de la Compagnie française des extraits tinctoriaux et tannants fut fondée en 1861 par E. Dubosc. En 1872, celui-ci découvrit les propriétés du bois de quebracho et fut le premier à importer ce bois en Europe. En 1913, cette usine située à Graville triturait 300 tonnes de bois par jour. Elle a importé en 1913, 74 000 tonnes de bois. Elle aurait été alors « la plus grande et la plus puissante de ce genre du monde entier »8. En 1904, les importations havraises s’élèvent à 74 370 tonnes soit 92, 8 % des importations françaises (80 152 tonnes). Les 45 000 tonnes de bois de campêche viennent d’Haïti et des Caraïbes, Yucatan et Honduras compris. Les annonces de cargaisons de navires sous le Second Empire font apparaître des lots de bois de campêche venus de Fort-de-France, en général sur des voiliers qui transportent du sucre9. Le quebracho passe de 11 000 tonnes en 1901 à 22 000 en 1904. En 1913 les colonies françaises représentent une part négligeable de l’approvisionnement en bois de teinture en bûches. Le réservoir colonial est utilisé pour d’autres formes, les écorces : quercitron de Madagascar ou écorces à tan d’Algérie par exemple.

Fig. 2 – Les importations comparées de bois de teinture et de bois d’ébénisterie et menuiserie de T893 à 1962 sur le port du Havre (d’après RS-CC et AS-PAH)

  • 10 Utilisé également en médecine et en tonnellerie. Madagascar en exporte 96 tonnes en 1938.
  • 11 Lichen de mer recueilli sur les rivages des mers chaudes, donne une teinture rouge foncé ou violet. (...)
  • 12 Bulletin de la Société de géographie commerciale du Havre, 1927.

11Les arrivages des bois pour la fabrication de produits tinctoriaux et tannants sont irréguliers. En 1935 : 28 400 tonnes (50 % des importations françaises), 1936 : 40 800 (60 % des importations françaises). 90 % des bois de teinture sont traités au Havre. 7 000 tonnes viennent de la Jamaïque. En 1937 le quebracho d’Argentine est devenu avec 20 330 tonnes débarquées le principal produit. À cette date, 73 % des importations françaises passent par Le Havre. Le Tizerah du Maroc français était exploité avant la crise : 41 000 tonnes importées en 1929. Mais l’exploitation intensive a quasiment ruiné ce commerce qui reprend timidement vers 1938 en provenance d’Agadir. Pour les teintures et tanins, 30 % des importations françaises viennent d’Inde et d’Afrique méridionale, et pour un dixième de Madagascar (écorces de mimosa, écorces de quercitron et de palétuvier10, orseille11). En 1927, le vice-président de la Ligue coloniale du Havre, J.-H. Leroy, est chargé d’une mission à Madagascar. Il étudie la culture du mimosa à tanin et fait état de plantations le long de la voie ferrée entre Fianarantsoa et Manakara. C’est selon lui « une des plus belles ressources de notre colonie »12. Dans l’ensemble, ces bois tinctoriaux et tannants demeurent un produit tropical ou exotique faiblement « colonial ». Ce qui explique sans doute que l’expression « bois coloniaux » soit réservée aux bois d’ébénisterie, de marqueterie et de placage. La seconde guerre mondiale a mis un coup d’arrêt aux bois de teinture. Les provenances coloniales, en 1958, ne représentent plus que 2 % d’un très faible tonnage.

Le leadership havrais des bois coloniaux africains

12Le marché du bois colonial est sensible à la conjoncture, mais cela n’entrave pas le progrès global des importations. En 1927 Le Havre est de très loin le premier port des bois coloniaux. Les Marseillais tenteront d’obtenir la création d’un marché réglementé des bois coloniaux, projet adopté par leur chambre de commerce le 11 octobre 1932, mais la domination havraise est trop forte, comme l’indiquent d’ailleurs de nombreux documents rassemblés dans leurs archives.

Tab. 1 – La part du Havre dans les importations de bois coloniaux

Importations françaises

Importations du Havre

 % du Havre

1913

88 743

61 264

69,03

1925

141 049

93 982

66,63

1926

194 780

137 297

70,48

1927

163 586

137 945

84,32

1928

180 314

156 000

86,51

1929

173 700

141 120

81,24

Sources : Archives de la CCIM, MP-33.12, Bois coloniaux, document dactylographié non signé.

13Les Marseillais eux-mêmes le disent :

  • 13 Annuaire de l’Institut colonial de Marseille, 1929, p. 392.

Le grand port français du Havre est devenu sans conteste le point de rassemblement du marché mondial du bois des îles et d’ébénisterie dans lequel les bois coloniaux africains occupent dès maintenant la première place... Le marché mondial des bois précieux ne prend plus ses directives à Londres et à Hambourg. Le jeu est déplacé : il est au Havre13

14Des côtes d’Afrique, avec marins et capitaines, reviennent les récits de l’exploitation des forêts, tel celui du capitaine au long cours Hauville, dans une causerie à la Société de géographie commerciale du Havre, en 1924 :

  • 14 M. Hauville (capitaine au long cours), « Un voyage à la côte d’Afrique », Bulletin de la Société de (...)

Si toute notre Afrique tropicale est en général une vaste forêt, la Côte-d’Ivoire en est sans contredit le joyau. C’est le pays du beau bois, de l’acajou, qui y abonde, est recherché pour sa qualité, tant à l’étranger qu’en France. L’exploitation des forêts y est très active et d’importantes sociétés françaises y font des affaires considérables. [...] Si tous les colons, dans toutes les branches de leur activité, mènent une vie laborieuse, le métier du bois est sans contredit le plus dur qui soit. L’abattage de ces arbres énormes, dont quelques-uns pèsent trente tonnes ; leur débitage en billes, le transport de ces billes, qui pèsent encore parfois dix tonnes, sur des kilomètres de chemin qu’il faut frayer à mesure dans l’inextricable brousse ; leur mise en radeaux sur les lagunes, sont autant de titanesques travaux14...

  • 15 Le Petit-Havre, 25-04-1933.
  • 16 France outre-mer, no 265, nov. 1951.

15La crise de 1930 ne stimule pas particulièrement le trafic des bois exotiques qui est déjà pour l’essentiel colonial. Les contingentements retardent l’essor des importations de bois exotiques en provenance d’Amérique, du Japon et des Indes néerlandaises. Ils n’ont donc pas desservi la cause des bois coloniaux, bien entendu, même si l’on ne retrouve pas, à la veille de la seconde guerre mondiale, le niveau de 1929. En 1935-1937, les bois représentent le plus fort tonnage des produits coloniaux, mais leur valeur est inférieure à celle du café et du cacao. L’outillage portuaire se perfectionne. Le stockage au déchargement « s’effectue sur un vaste terre-plein de 23 600 m2. Quatre grues de quai roulantes électriques de 5 tonnes prennent les billes dans la cale même, les mettent dans des chariots tarés qui les amènent à la bascule... Des portiques électriques avec grue spéciale de 10 tonnes les répartissent sur les quais. Une septième grue est occupée au chargement sur les péniches »15. Le quai aux bois coloniaux est le quai de la Gironde. Après la guerre, les importations reprennent très vite : « Les Havrais aiment à rappeler que le premier chargement d’okoumé du Gabon a été déchargé dès le 25 août 1945 par le Fort-Binger des Chargeurs réunis sur des quais écrasés par des bombes. »16 Dans la deuxième moitié des années 1950 on assiste à un progrès spectaculaire.

  • 17 Il fait allusion à Multiplex.
  • 18 Rouen avait proposé une réduction de 30 % des coûts de manutention. Cf. RDCC, no 119, 30-06-1932, p (...)

16Le Havre est aussi dominant en matière de bois coloniaux que l’est Marseille en matière d’oléagineux. C’est une défense systématique du marché havrais dans laquelle s’engagent les importateurs de la Place et, à leur tête, un grand entrepreneur, Albert Charles. Le moindre signe de concurrence du voisin rouennais provoque une véritable mobilisation, comme en témoigne cet événement très anecdotique : « en juin 1932 – écrit le négociant dans une lettre-pétition-, une industrie de contreplaqués installée boulevard Sadi-Carnot17 a reçu pour son usine du Havre des okoumés à Rouen, afin de bénéficier de conditions meilleures. » La mobilisation est immédiate : la Chambre syndicale « agit pour la défense du marché havrais en parfait accord avec la Chambre syndicale des producteurs de bois coloniaux africains, la Chambre syndicale de bois des îles de Paris, la Chambre syndicale des trancheurs et dérouleurs de Paris, qui ont tous insisté pour qu’une réduction importante des frais grevant les opérations par Le Havre soit accordée afin de soutenir la concurrence de Rouen et Dunkerque »18.

17La vigilance est tout aussi grande à la direction du Port autonome, comme si de la suprématie havraise découlait une sorte de légitimité : l’ingénieur en chef, directeur du port déclarait en 1938 :

  • 19 Conseil d’administration du Port autonome du Havre du 23-07-1938, ADSM, 8M-611.

En ce qui concerne les transports de bois exotiques, il a toujours été admis que le port du Havre devait bénéficier d’un tarif de faveur ; dans le trafic des bois, les bois exotiques sont plus spécialement destinés au Havre et les bois communs à Rouen et ce partage nous paraît conforme à l’intérêt général19.

  • 20 Les difficultés éprouvées à la douane par le réceptionnaire conduisent A. Charles et les Chargeurs (...)

18La chambre de commerce de Rouen avait en effet demandé que le tarif spécial applicable aux transports de bois exotiques lui soit accordé. Celle du Havre avait déjà protesté, le 24 décembre 1936, contre l’extension de ce tarif à La Rochelle. La maîtrise de la redistribution se joue aussi au niveau de l’hinterland bas-normand. Le Havre réussit entre les deux guerres à capter le trafic des bois d’okoumé qui passait par navires étrangers via Honfleur, afin d’être livrés à Lisieux où se trouve l’usine Leroy, en pratiquant le transbordement direct sur wagons20.

19La part de Dunkerque est certes modeste, mais elle s’élève en 1931 à 5500 tonnes pour 9804 tonnes à Marseille. Le port du Nord semble d’ailleurs inquiéter davantage les Havrais que celui de la Méditerranée. La chambre de commerce du Havre proteste en décembre 1937 auprès du ministre des Travaux publics, contre une proposition des réseaux de chemin de fer tendant à faire bénéficier Dunkerque de tarifs réduits pour le transport des bois exotiques. La justification du projet était de maintenir un courant d’exportation vers l’Allemagne.

  • 21 RDCC, no 125, 2-12-1937, P-400.

Nous ne voyons pas [disent les négociants havrais] comment un abaissement des prix au départ de Dunkerque à destination des industries de la région parisienne et du Centre de la France pourrait maintenir un courant d’exportation à destination de l’Allemagne, puisque ces industries s’approvisionnent déjà sur les marchés du Havre et de Bordeaux et que Dunkerque ne possède pas de stocks comparables à ceux de ces deux places commerciales21.

20L’argument utilisé ici en faveur du contrôle de l’hinterland est celui de la supériorité dans la fonction d’entrepôt. Cet argument était-il valable pour le long terme ? C’est une autre question.

  • 22 Archives de la chambre de commerce de Marseille. Note du 12 mai 1925 (CCIM MP 33-12). Cette supério (...)
  • 23 Note pour la CCM, AG de la CSPBCA du 26-03-1931, archives CCIM MP 33-12.
  • 24 En 1946, le débarquement des bois coloniaux coûterait 81 F par tonne au Havre, 120 F à Bordeaux et (...)
  • 25 Lettre d’Albert Charles du 22-11-1927 à la CCIM, contrat imprimé au Petit-Havre, CCIM MP 33-12.

21Les Marseillais étaient bien informés des atouts dont Le Havre disposait. « Les bois coloniaux acquittent à Marseille des frais beaucoup plus élevés qu’au Havre et qu’à Bordeaux. Nous sommes en infériorité très marquée par exemple sur Le Havre où, au débarquement, chaque pièce est pesée par le Service public, contrôlée par l’octroi. Le poids est alors mentionné sur chaque objet. Il devient officiel et définitif. Ici, il faut peser par wagons ou par véhicules... C’est un procédé primitif. »22 L’Institut colonial de Marseille fait état d’un rapport de la Chambre syndicale des producteurs de bois coloniaux africains23 affirmant que le port du Havre avait battu le record minimum des frais de manutention, ce qui invalide bien des lamentations entendues à la chambre de commerce du Havre sur la cherté de la main d’œuvre à la même époque. Albert Charles lui-même fait remarquer en 1934 que « Le Havre est actuellement pour ce trafic, le port meilleur marché de France, après avoir été le port le plus cher. »24 La compétence havraise s’exprimait aussi par l’adoption d’un contrat-type élaboré par Albert Charles à la demande du Groupement général de l’industrie des bois et communiqué aux chambres de commerce25.

Fig. 3 – Les réservoirs de bois coloniaux pour le port du Havre en 1938 et 1958
(d’après RS-CC et AS-PAH, quantités importées : 117 390 tonnes en 1938, 268 100 tonnes en 1958)

22En 1934, la métropole a reçu 160 000 tonnes de bois coloniaux et Le Havre 60 % de ce tonnage. Le réservoir colonial représente alors 91 % des entrées de bois exotiques. La part des « autres » bois exotiques, bois américains ou autres provenances se situe régulièrement jusqu’au terme de la période entre 10 000 et 20 000 tonnes tandis que les bois des colonies françaises poursuivent leur progression jusqu’à 280 000 tonnes en 1958. Les bois d’ébénisterie, menuiserie, marqueterie, placage ont donc été des bois coloniaux à 90 ou 95 %, sur l’ensemble de la période. Si des substitutions de réservoirs se sont produites, c’est donc entre les différentes colonies qu’il faut éventuellement les rechercher.

  • 26 Calcul d’après RS-CC et chiffres donnés par Dionis Du Séjour, « Le Havre, port français d’importati (...)
  • 27 R. Pourtier, « Le cycle de l’okoumé », in R. Pourtier, Le Gabon, Paris, L’Harmattan, 1989, t. 2, p. (...)

23Le Havre est le grand port de l’okoumé. La part de cette essence est passée de 4,5 % des importations de bois exotiques en 1909 à 47 % en 1924, 66 % en 1926 (90 000 tonnes), 54 % en 193826. C’est dire l’importance du débouché havrais pour un territoire, le Gabon, « qui s’est identifié à l’okoumé pendant plus d’un siècle », ce bois représentant « à l’époque coloniale 80 % de la valeur des exportations »27. Le redémarrage des importations après la crise est favorisé par une rapide reprise des entrées d’okoumés. Le Havre profite alors d’une conjoncture favorable. L’Allemagne, en effet, avait accéléré ses achats d’okoumé, en prévision de la guerre, et, selon Albert Charles, bien au-delà de ses possibilités en devises. De gros tonnages non payés restent en souffrance à Brême et Hambourg, environ 120 000 tonnes. Les coupeurs détournent vers Le Havre leurs envois destinés à l’Allemagne, ce qui a pour conséquence des arrivages exceptionnels d’okoumé en 1935. Le Havre profite ainsi de ses possibilités d’entreposage en magasin ou en bassin flottant. Le stock est désormais d’une variété qui n’existe pas à Hambourg.

Tab. 2 – La part du Havre dans les importations françaises d’okoumé

Importations françaises

Importations havraises

soit en %

1937

120 000

59 000

49

1938

118 000

73 000

62

  • 28 RS-CC, 1938, PAH.

24La place importante occupée par le Cameroun en 1938 est due aux bois de construction (ayous, azobés et irokos) et d’ébénisterie (acajou, sapelli). On importe même des bois débités par des scieries proches de Douala. En 1938, le Port autonome estime que plus de 50 % des bois du Cameroun exportés vers la métropole sont reçus au Havre28. Les autres origines coloniales sont précieuses : ébène, angélique, bois d’amourette, satiné de la Guyane, palissandre et ébène de Madagascar, teck d’Indochine, loupes de thuya d’Afrique du Nord.

25Au lendemain de la décolonisation, Le Havre demeure le premier port des bois exotiques africains, mais le tonnage d’okoumé est inférieur à celui des bois exotiques divers. La Porte Océane n’accueille plus que 33 % des okoumés et 36,2 % des entrées de bois africains sur la France. La Rochelle a commencé son ascension.

Tab. 3 – Bois d’Afrique noire francophone, importations françaises en 1963

Tab. 3 – Bois d’Afrique noire francophone, importations françaises en 1963

Sources : Marchés tropicaux, 30-05-1964, p. 1435.

La spécialisation du Havre, entre l’offre africaine et la demande industrielle

  • 29 Cours des bois exotiques et coloniaux, juin 1930, PdH.

26En 1930, la mercuriale établie par les importateurs de bois exotiques du Havre indique la cotation des différentes espèces négociées sur la Place : elle ne comprend pas moins de 88 espèces ! C’est dire le degré de compétence nécessaire dans un tel négoce29.

La demande industrielle

  • 30 A. Charles, « Le Havre, grand centre d’importation... », p. 1227.
  • 31 Albert Charles a créé une succursale, parmi d’autres, à Thiers.

27La spécialisation dans ce négoce, c’est d’abord la mise en œuvre de connaissances techniques approfondies. « La vente sur type ou sur échantillon est presque impossible car aucune bille ne ressemble à une autre. »30 La connaissance des essences des bois de qualité appelés aussi « figurés » est une spécialité du marché du Havre. En 1949, Albert Charles distingue deux utilisations qui ont stimulé le commerce havrais des bois coloniaux : l’utilisation industrielle des bois, et l’utilisation des bois coloniaux dans les industries de luxe. « L’utilisation industrielle » c’est celle de l’acajou, du teck, de l’iroko dans la construction navale et la fabrication de matériel roulant ; de contreplaqué d’okoumé pour la charpente et la menuiserie intérieure et extérieure. De même l’industrie textile, la lutherie, la brosserie, la coutellerie31 sont utilisatrices de bois coloniaux.

  • 32 RDCC, no 122, 16-02-1935, p. 487.
  • 33 A. Charles, PdH du jeudi 23-10-1930.

28La seconde utilisation est celle des bois figurés dans les industries de luxe. Elle alimente, en France et jusqu’en Europe centrale, l’industrie du placage, à ne pas confondre avec celle des contreplaqués. Les bois coloniaux attirent au Havre, selon Albert Charles, « au détriment de Hambourg et de Liverpool, les acheteurs français et étrangers »32. Pour la France, l’industrie du placage est presque exclusivement parisienne. La région parisienne est le centre de l’industrie française de l’ameublement, voire « le centre de tout le marché européen du placage »33. Les bois exotiques ont toujours été utilisés dans l’ébénisterie et la décoration, acajou, palissandre, bois de rose, avodiré. L’agencement des cabines de luxe des paquebots, Atlantique, Normandie, lie de France, augmente aussi la demande en bois exotiques. Enfin, écrit Albert Charles :

  • 34 Sur l’histoire de l’acajou, dont l’âge d’or commence dans la première moitié du XVIIIe siècle, nota (...)

L’art moderne, amoureux de la ligne et de la couleur avec un moindre souci du détail, fait aussi appel à toutes les ressources des bois exotiques, beaux d’aspect, veinés ou moirés, colorés de tons riches et variés34.

29Sur le plan local, le développement du commerce des bois exotiques a stimulé et suscité le développement de l’activité industrielle. La Société havraise de sciages utilise les bois exotiques et coloniaux en grumes. La société Multiplex (Compagnie industrielle des bois contreplaqués) a été fondée en 1927 dans le principal port d’importation de l’okoumé d’origine gabonaise, pour la fabrication des bois contreplaqués. Elle importe 3000 tonnes en 1928 et 7000 tonnes en 1934. Le contreplaqué est principalement utilisé dans la menuiserie, l’ébénisterie, l’aviation et les constructions navales. En 1936, 10 % des arrivages sont traités par l’industrie locale, 10 % sont réexportés vers l’Allemagne. 80 % sont expédiés vers les usines de déroulage de la région parisienne, du Centre et de l’Est de la France. Les principaux centres industriels utilisateurs sont Lisieux, Beauvais, Paris et Vichy.

L’évolution des prix sur le marché havrais

30La cotation régulière des bois exotiques n’apparaît de manière régulière qu’à partir de 1921 dans le tableau du prix courant légal des marchandises établi par les courtiers. Ces prix ont été relevés dans le Bulletin de correspondance de la chambre de commerce pour le mois de janvier de chaque année. Il s’agit du prix de la tonne « à l’acquitté ».

31Si l’acajou et l’okoumé sont de prix relativement proches, l’ébène demeure une essence chère.

  • 35 J.-J. Poquin, Les relations économiques extérieures des pays d’Afrique noire de l’Union française, (...)
  • 36 R. Godet, « Le rôle du Havre dans notre économie nationale », Bull. ICH, no 107, oct. 1938, p. 5.

32Les prix en francs constants sur la Place du Havre sont plutôt stables en temps de crise pour les bois industriels et beaucoup plus fluctuants pour les essences chères : c’est bien le cas de l’ébène du Gabon. Le maintien de prix rémunérateurs pour l’okoumé se confirme à partir de 1927, qui est précisément la date de l’installation de Multiplex, fabricant de contreplaqués au Havre. Les courbes comparées des termes de l’échange et des indices d’exportation dressées par J.-J. Poquin pour la période 1925-1955 révèlent une sensibilité modérée des bois africains à la conjoncture35. Le fait est d’autant plus remarquable que le marché des bois exotiques est un marché libre, contrairement à ceux du cacao ou du café36. Il eût été absurde d’inventer un privilège colonial puisqu’on ne pouvait trouver de l’okoumé hors du Gabon. Le pouvoir d’achat des bois exotiques à la colonie suit globalement une progression beaucoup plus régulière que ne le font les exportations. La chute passagère des exportations africaines de 1931 à 1934 est liée à la situation du principal client allemand. Elle profiterait plutôt au Havre qui offre un débouché compensateur.

Fig. 4 – L’évolution des prix de la tonne d’okoumé sur le marché du Havre durant l’entre-deux-guerres (prix relevés dans le Bulletin de correspondance, quotidien publié par E. Hemet à la Bourse du Havre, rue Dupleix)

33Il y eut trois moments difficiles : les deux reprises après les deux guerres et les suites de la crise de 1930. Si l’on en croit ce qu’écrivait Jean Meniaud, chef du Service des bois coloniaux, la reprise en 1919-1921 fut lente à cause du manque de navires. Sur les courbes des importations et des prix, pour la période 1921-1924 le décollage des importations et l’offre importante sur le marché havrais s’accompagnent d’une baisse des prix en francs constants. Les phénomènes de surproduction relèvent ici de causes spécifiques au produit colonial lui-même. En effet, une forte demande a stimulé l’offre au-delà du raisonnable. À la fin des années 1920, il y eut un « mirage ». Antonin Fabre, chargé de mission, en 1925, par le ministère des Colonies évoque la mode des bois coloniaux :

On a pu constater dans tous les domaines de la consommation mondiale, un excès de raffinement. Architectes, ébénistes, sculpteurs, menuisiers, charpentiers ont associé leurs connaissances et leurs talents pour satisfaire leur clientèle. Le modeste mobilier de noyer, de chêne ciré a été remplacé par celui d’acajou... Nous avons assisté à la transformation des grands magasins en palais luxueux...

Fig. 5 – L’évolution comparée des prix de trois espèces durant la même période
(Bulletin de correspondance, quotidien publié par E. Hemet à la Bourse du Havre, rue Dupleix. Prix à l’acquitté)

  • 37 A. Fabre, Le commerce et l’exploitation des bois du Gabon. Guide pratique à l’usage des colons, des (...)

Les banques, les sociétés à gros capitaux et les industriels ont réorganisé leur travail dans des cadres somptueux. C’est à nos colonies et particulièrement à la grande forêt équatoriale que des gens énergiques sont allés demander la matière première... Le nombre des exploitants forestiers augmente chaque année en AEF et particulièrement au Gabon. Malgré cela, les offres ne peuvent encore satisfaire aux demandes37.

  • 38 A. Pouzin, Revue internationale des produits coloniaux, janv. 1929.
  • 39 Bull. ICH, no 52, mars 1934, article paru dans la Revue internationale des produits coloniaux, fév. (...)

34La mode des bois coloniaux fit donc penser qu’ils pouvaient se substituer totalement aux bois métropolitains, au point d’inviter les exploitants coloniaux à exporter des essences de remplacement. Or le prix de revient des bois africains était le double du bois indigène. Un article de la Revue internationale des produits coloniaux, en 1929, dénonçait cette utopie38. La crise de l’okoumé aurait donné des signes dès 1928, et personne ne croyait en 1930 à une crise de longue durée. Ainsi l’on continua de couper, aggravant la situation39. Le Havre compte alors à lui seul un stock de 50 000 à 60 000 tonnes, presque autant que Hambourg et Brême réunis. L’acajou de Côte-d’Ivoire et du Cameroun fut aussi atteint. Les importateurs installèrent des scieries en Afrique pour transformer les stocks pour les offrir à la clientèle des bois débités et séchés ou répondre à la demande locale de menuiserie et de charpente.

35Quand, en 1934, la demande repart, les prix restent bas, écrit J. Meniaud. C’est du moins ainsi qu’il le perçoit car, en francs constants et hormis un accident en 1937, les prix des bois coloniaux sur le marché du Havre ont bien résisté durant les années 1930, bien mieux qu’au début des années 1920. La baisse très relative des arrivages après 1930, nécessitée par les abus du stockage (on se situe quand même au double des importations de 1913), s’accompagne d’une certaine fermeté des prix. Celle-ci résulte d’une mesure administrative de contingentement destinée à assainir un marché en situation dangereuse. L’hégémonie de l’okoumé à l’heure de la crise, sur l’économie gabonaise, est bien décrite par l’Association économique du Gabon en 1931. L’administration locale a dû suspendre pendant une année la coupe de bois et les effets néfastes de la mévente sont aussi l’illustration du succès de l’okoumé :

  • 40 Lettre du 4-04-1931 de l’Association économique du Gabon à l’Institut colonial de Marseille. Archiv (...)

depuis que l’okoumé a succédé aux caoutchouc, bûches d’ébène, bois rouge, piassava en fibres, cacao, café, amandes et huile de palme, gomme, copal, ces produits ne sont plus exploités commercialement par les indigènes parce qu’ils ne se vendent plus. Ainsi, chaque fois qu’une crise de l’okoumé est déclenchée, elle paralyse tout le mouvement commercial de la colonie, comme à l’heure actuelle40.

  • 41 Le Port du Havre, no 210, oct. 1935.
  • 42 Revue internationale des produits coloniaux, no 263-264, août-sept. 1951, p. 160.

36Le succès de l’okoumé sur le marché métropolitain portait donc en germe le danger de la monoproduction si problématique dans les économies dominées. En 1931, la demande en bois gabonais étant inférieure à l’offre, un contingentement fixant la production à moins 25 % fut décidé et l’octroi de permis de coupe fut temporairement suspendu. Une nouvelle restriction de 10 % fut décidée par le gouvernement général en 193541. Ces mesures ont sans doute assaini le marché et permis un maintien des prix. De même, l’envol des prix visible sur la courbe en 1938-1939 correspond sans doute à la limitation des exportations d’okoumé à 12 000 tonnes par mois42.

  • 43 Bulletin de correspondance de la chambre de commerce devenu Bulletin maritime et commercial ne prés (...)

37Finalement la courbe des prix contredit à la fois l’optimisme des contemporains au cours des années 1920 et leur pessimisme des années 1930. Le Havre a tiré le bénéfice du maintien de la demande sur l’ensemble du réseau européen, l’Italie et la Suisse comprises. Malgré les propos indignés contre les contingentements de bois étrangers, le négoce a probablement bénéficié de leur effet sur les prix du bois colonial. En 1953, les importations de bois coloniaux d’Afrique noire retrouvent leur niveau d’avant-guerre avant de franchir le seuil des 200 000 tonnes43.

La captation des bois africains par le port du Havre

38Observons par exemple les expéditions d’okoumé du Gabon au cours de l’année 1937, à partir des statistiques fournies par deux bureaux centraux, celui de Port-Gentil et celui de Libreville. Où se dirigent ces expéditions d’okoumé gabonais ?

Tab. 4 – La destination des okoumés exportés par le Gabon en 1937 (en tonnes)

Port-Gentil

Libreville

Le Havre

120 829

74 369

Bordeaux

5110

0

Nantes

2110

0

Marseille

1511

270

Dunkerque

3884

2803

Rouen

0

5196

La Pallice

1383

5557

Rochefort

0

22 842

Brême

8794

3024

Hambourg

30 609

18 240

Koenigsberg

855

4932

Rotterdam

33 531

14 907

Gênes

5704

0

Trieste

237

190

Cape Town

839

0

Anvers

10 446

2500

Christiansand

1118

4823

Godeborg

0

1002

Lisbonne

202

0

Newcastle

551

0

Totaux

227 713

160 655

Sources : Bull. ICH, no 100, mars 1938, p. 38-39.

39Selon ce document Le Havre aurait donc capté en 1937, 50,3 % de l’okoumé exporté par le Gabon, alors qu’en 1913 l’Allemagne absorbait les quatre cinquièmes des exportations gabonaises. Un rapport du Gouvernement général de l’AEF fournit des chiffres qui, confrontés à la statistique portuaire, indiquent une captation moins dominatrice et plus vraisemblable.

Tab. 5 – La Place du Havre comme débouché des bois de l’AEF vers 1936 (en tonnes)

Tab. 5 – La Place du Havre comme débouché des bois de l’AEF vers 1936 (en tonnes)

Sources : rapport dactylographié de 340 p. sur « La situation politique, économique, financière et sociale de l’AEF », août 1938, 1 Aff.-pol. : 2858/1, CAOM, Aix-en-Provence.

  • 44 Chiffres donnés par J.-J. Poquin, Les relations économiques extérieures..., p. 58 et pour Le Havre (...)

40Le tableau suivant confronte les exportations annuelles de l’Afrique noire coloniale (AOF – AEF – Cameroun – Togo) de bois exotiques44, et les importations havraises de bois coloniaux, sachant que ces dernières sont africaines en moyenne à 90 %. Le niveau de captation des bois africains en général est probablement moins fort pour l’ensemble des bois que pour le seul okoumé : 25 à 30 % en moyenne, ce qui est tout de même considérable.

Tab. 6 – La captation par Le Havre des exportations de bois africains en général (en tonnes)

Moyennes

Exportations africaines

Importations Le Havre

1925-1929

483 000

137 815

1930-1934

380 000

124 728

1935-1939

406 000

120 373

1940-1944

65 700

0

1945-1949

242 000

120 463

1950-1954

500 000

116 748

1955-1959

261 655

Sources : Poquin, Les relations économiques extérieures..., pour l’Afrique et RS-CC et ASPAH pour Le Havre.

41Voici maintenant représentées conjointement la courbe des importations havraises de bois exotiques et celles des exportations des bois d’Afrique noire coloniale et des territoires français d’outre-mer. Sur la période 1913-1938, la masse des bois importés par Le Flavre représente 28,9 % de la masse exportée, les deux tiers des importations françaises de bois exotiques. Si l’on exclut les bois américains (environ 10 % des tonnages) on retrouve un niveau de captation de 26 %, d’autant plus remarquable que les colonies exportent non seulement vers d’autres ports français, mais aussi vers d’autres pays. Les importations havraises sont globalement plus stables que les exportations africaines.

Fig. 6 – La captation, par le port du Havre, des bois de l’Afrique noire française et des colonies en général de 1913 à 1938 (pour l’Afrique et les colonies, J. Teillac, Les bois de la Côte-d’Ivoire, leurs conditions d’exploitation et de vente, Paris, Éditions maritimes et coloniales, 1954, et pour Le Havre, RS-CC et Bull. ICH)

  • 45 Marchés coloniaux, no 299, 4-08-1951, p. 1249. En 1951 la superficie boisée des TOM est de 375 mill (...)
  • 46 Marchés coloniaux, no 307, 29-09-1951.

42Après 1945, ressurgit le même danger qu’après 1918 : dans les principaux réservoirs, Côte-d’Ivoire, Cameroun, AEF, l’épuisement en gros arbres des essences appréciées s’annonce dans les zones les plus accessibles, notamment pour l’okoumé du Gabon. Et ce ne sont pas les scieries installées à la colonie qui en sont responsables, car elles sont surtout alimentées par les bois de troisième choix pour les besoins locaux. C’est du moins ce qu’affirme la revue Marchés coloniaux qui souligne en 1951 l’insuffisance de la main-d’œuvre. Les entreprises du Gabon reçoivent des travailleurs du Nigeria. Les voies de communication sont en mauvais état et le bois emprunte surtout la route en saison sèche, l’Ogooué navigable sur 250 km, plus que le chemin de fer. À cette date il se confirme qu’il n’y a pas de salut pour les bois coloniaux hors d’Afrique, car en Guyane « tout est à faire » et en Indochine l’essentiel de l’exploitation est réservé à la consommation locale45. En septembre 1951, un congrès réuni à l’initiative de l’OECE réunit les maîtres allemands, belges, hollandais, espagnols et français du bois colonial. Ils créent une Association technique internationale des bois tropicaux dont le but est de rechercher les moyens d’augmenter la production et la consommation. À sa tête, Jassogne président de l’Association du Congo belge. La France est représentée au bureau par le Havrais Albert Charles46.

  • 47 RPO, 4-05-1956, p. 20.
  • 48 RPO, no 1, 1957, p. 13.

43À partir de 1953, la progression des bois africains reprend, parallèlement à l’intensification de l’exploitation des forêts dont la Revue de la Porte Océane rend compte. Elle signale qu’en 1955 l’augmentation des exportations du Gabon a porté principalement sur les grumes d’okoumé (plus 10 000 tonnes par rapport à 1954) et les bois déroulés et contreplaqués (plus 2300 tonnes)47. La raison de cette reprise est que l’exploitation se fait plus loin à l’intérieur des terres. En 1957, la Société du Haut-Ogooué effectue une première sortie de 600 tonnes de bois en pleine zone des rapides aux environs de N’Djolé. « L’expérience tentée en période de basses-eaux a réussi grâce à l’habileté des pagayeurs Okandé. Huit pirogues montées par 50 hommes ont mis 17 jours pour franchir 55 km sans perdre une bille. L’équipement des chantiers dans cette région totalement inhabitée a demandé deux ans d’efforts et le transport par DC3 d’un camion grumier démonté. »48 Malgré ces innovations, la peine des hommes est toujours là...

44Le travail dans une concession forestière au Moyen-Congo, à Djembo, district d’Ouesso, en 1954, est raconté par un ancien élève de l’École coloniale du Havre :

  • 49 R. Tual, promotion 1945 de l’EPC : extrait de « Nouvelles d’un forestier », Havre colonial, Bulleti (...)

Je voudrais relater ici [...] l’ouverture d’un permis à la Société forestière de la Sangha dont les 8 000 tonnes de bois de production annuelle vendues à Brazzaville et à l’exportation au Congo Belge sont un apport considérable pour l’économie du pays.
Le prospecteur, après avoir étudié soigneusement le terrain, fait ses layons, compté ses bois, étudié les moyens d’évacuation, situé le poste futur, dressé son plan qui servira à obtenir un permis de l’administration des eaux-et-forêts, laisse place au chef de chantier qui d’ailleurs fait souvent les deux ; celui-ci a terminé son ancien permis, une équipe envoyée auparavant a fait hâtivement un campement provisoire au bord de la rivière principale ; le camp est fait avec les matériaux du pays (bois de la forêt, tuiles de bambous), il se compose de deux pièces meublées sommairement, mais l’intérieur est rendu confortable par la présence de l’électricité fournie par un groupe électrogène de 12 volts, un frigidaire avec chambre froide et le poste de radio qui fait paraître les soirées solitaires moins longues quand la lecture manque ; les 50 hommes, moins parfois, sont également logés précairement et n’ont pas le même confort, bien que j’aie eu l’occasion d’habiter des camps sans radio, ni frigo, ni poste de radio, avec comme éclairage une lampe-tempête ; j’étais donc logé à la même enseigne ; en tout cas, par égalité, je m’efforce, quand j’ai à faire ce travail, d’accorder à mon camp le même nombre de jours pour le faire qu’à celui où se trouvent mes manœuvres. Ce travail fait, nous pouvons commencer le poste proprement dit et pendant plusieurs mois c’est une lutte acharnée contre la végétation qui lutte durement en entremêlant ses branches et en faisant ressortir sournoisement et rapidement une nouvelle végétation sous le couvert de celle abattue et brûlée. Petit à petit, les arbres sont débités, le recru coupé ; le tout est brûlé, la terre est piochée et les termitières hautes de plusieurs mètres et leurs occupants se révèlent des adversaires coriaces qui se vengeront plus tard sur nos constructions et nos plantations. Nous installons d’abord nos travailleurs ; des cases modestes encore sont édifiées en attendant des jours meilleurs, les plantations sont commencées et les femmes plantent leur nourriture de demain (manioc, bananes, arachides, maïs, patates, ananas, tarots, etc.). Une grande allée est défrichée qui servira de route principale ; des caféiers sont plantés, des agrumes aussi, quelques fleurs pour embellir le poste [...]. En même temps que sont faits ces travaux, il faut penser au « gagne-pain », aussi une troisième équipe et son capita travaille d’arrachepied à faire des routes : les abatteurs ont repris joyeusement la cognée, après le fracas des géants abattus, on entend leurs cris de victoire et, le corps couvert de sueur, ils rentrent au village au plus tard vers 1 heure de l’après-midi et se reposent jusqu’au soir, à moins que les plus courageux entreprennent de faire une plantation à leur compte ; les acajous, irokos, padoucks, limbas, sont tombés pêle-mêle ; ils se cachent, mais les routes tentaculaires les dénichent, les enserrent ; les traits de scie ont découpé ces rois de la forêt, et, pour couronner ce travail, les puissants Latil iront les chercher, puis portés sur remorques, ils attendront sur le beach que les eaux montantes les transportent au lieu de destination pour finir leur vie dans des habitations confortables où ils réjouiront les yeux par leur présence sous forme de meubles et aménagements d’intérieur49.

  • 50 L’OBAEF créé par le décret du 24 février 1944 était un groupement de producteurs de type corporatif (...)
  • 51 Tribune de Raoul Monmarson dans la Revue internationale des produits coloniaux : « L’Office des boi (...)

45La création de l’Office des bois par les décrets de février 1944 et d’octobre 1945 empêchait l’exportation libre et directe par les utilisateurs50. Bientôt le décret d’août 1948 enlevait à l’OBAEF ses prérogatives relatives au contingentement et le monopole de vente des bois autres que l’okoumé. L’intervention de l’État, qualifiée de « dictature »51 par les milieux coloniaux, n’a donc pas tué le négoce du bois. Elle n’a même pas gêné les grands de l’okoumé. Les plus puissants, c’est-à-dire les industriels possédant des permis d’exploitation, peuvent exporter librement : ce sont les « dérogataires », au nombre de cinq, parmi lesquels Multiplex qui a son usine au Havre et Leroy, usine de Lisieux.

Fig. 7 – Au temps de l’Union française, le renouveau du trafic havrais des bois africains, couches empilées (en tonnes) (d’après AS-PAH)

  • 52 « Malaise sur le marché des bois coloniaux au Havre », Marchés coloniaux, no 326, 9-02-1952.
  • 53 G. Delaporte, « L’évolution de la production et du marché des bois tropicaux africains », Marchés t (...)

46Les importations havraises après 1950 sont en plein essor, malgré un malaise passager, visible sur la figure 7, provoqué par la levée des droits de douane des bois communs étrangers, laquelle facilite de nombreuses offres en provenance de Gold Coast et du Nigeria à des cours plus bas que ceux de Côte-d’Ivoire et du Cameroun52. La fin de la période coloniale voit les importations progresser fortement : de 1955 à 1960 elles passent de 166 000 à 260 000 tonnes. Les importations métropolitaines augmentent toutefois à un rythme moins rapide que les exportations des bois en grumes et bois de sciages de l’Afrique tropicale, colonies anglaises incluses (1870 milliers de mètres cubes de bois en grumes exportées par l’Afrique noire en 1954 et 4032 milliers de mètres cubes en 1959)53. Le degré de captation tend à baisser, signe d’une dépendance moins forte à l’égard du seul marché havrais. Sur le graphique (fig. 7), il apparaît que l’AEF, notamment par les okoumés du Gabon, assure le contingent dominant des importations havraises. Mais la progression des bois de la Côte-d’Ivoire s’accélère après 1956, au point de concurrencer l’AEF au moment de la décolonisation.

Tab. 7 – Le Havre, importations de bois en grumes (en tonnes) au lendemain des Indépendances

Origine

1961

1963

Cameroun

8436

8479

Congo-Brazza

7073

6377

Côte-d’Ivoire

89 354

90 397

Gabon

101 388

85 344

Total bois tropicaux

216 838

216 628

Total bois importés

228 902

258 915

Sources : Marchés tropicaux, 30-05-1964, p. 1435.

Fig. 8 – L’importation des bois coloniaux au Havre. Terre plein de Gironde : vapeurs Vendôme et Saint-Prosper en débarquement

  • 54 J. Genevois, Cours de marchandises, Paris – Strasbourg, Librairie Istra, 1936, p. 13.

C’est Le Havre qui, par l’aménagement de son port, son outillage, ses facilités de communication avec la région parisienne est le premier marché français de bois coloniaux et le marché international le mieux approvisionné54.

47Telle était la leçon que les élèves des collèges techniques apprenaient dans un manuel de 1936. Aujourd’hui, les traces de cette activité ont quasiment disparu.

Notes

1 B. Schnapper, La politique et le commerce français dans le Golfe de Guinée de 1838 à 1871, Paris – La Haye, Mouton, 1961, p. 119-121.

2 F. Faure, Le Havre en 1878, Éd. chambre de commerce du Havre, Exposition universelle de 1878.

3 En 1894, le négociant havrais De Saumery procure à la chambre de commerce 110 échantillons prélevés dans les chantiers de l’administration pénitentiaire et propose une nomenclature.

4 A. Charles, « Le Havre, grand centre d’importation des bois exotiques et coloniaux », Journal de la Marine marchande, no 1226, 23-06-1949, p. 1225-1229.

5 H. Deschênes, Marchés tropicaux, 30-05-1964, p. 1435.

6 R. Monmarson, Revue internationale des produits coloniaux, no 225-226, juin-juil. 1948, p. 123-125.

7 RDCC, no 99, 30-01-1918. Angoulvant, alors gouverneur de l’AEF, son délégué en France, Rouget, Besnard, ancien ministre des Colonies dans une conférence au Grand Théâtre du Havre.

8 RS, 1913, p. 300.

9 Par exemple, le Jean Parmentier de F. Foerster (future Maison Raoul-Duval) pour G. Doublet, 2-07-1866, JDH.

10 Utilisé également en médecine et en tonnellerie. Madagascar en exporte 96 tonnes en 1938.

11 Lichen de mer recueilli sur les rivages des mers chaudes, donne une teinture rouge foncé ou violet. Madagascar en exporte 38 tonnes en 1938 (A. Fritz, Cours de productions coloniales d’origine végétale, École technique d’outre-mer du Havre, sept. 1957, p. 422).

12 Bulletin de la Société de géographie commerciale du Havre, 1927.

13 Annuaire de l’Institut colonial de Marseille, 1929, p. 392.

14 M. Hauville (capitaine au long cours), « Un voyage à la côte d’Afrique », Bulletin de la Société de géographie commerciale du Havre, 1924, p. 18 sq.

15 Le Petit-Havre, 25-04-1933.

16 France outre-mer, no 265, nov. 1951.

17 Il fait allusion à Multiplex.

18 Rouen avait proposé une réduction de 30 % des coûts de manutention. Cf. RDCC, no 119, 30-06-1932, p. 219.

19 Conseil d’administration du Port autonome du Havre du 23-07-1938, ADSM, 8M-611.

20 Les difficultés éprouvées à la douane par le réceptionnaire conduisent A. Charles et les Chargeurs réunis à protester en mars 1939 sous peine de voir ce trafic leur échapper (RDCC, no 127, p. 124).

21 RDCC, no 125, 2-12-1937, P-400.

22 Archives de la chambre de commerce de Marseille. Note du 12 mai 1925 (CCIM MP 33-12). Cette supériorité crée parfois des situations singulières : le 3 juin 1946 l’Agence marseillaise de la franco-coloniale des bois d’Abidjan proteste contre l’envoi de bois coloniaux de la COA destinés aux Forges et Chantiers de la Méditerranée à Marseille, par Le Havre (lettre au secrétaire général de la Marine marchande, CCIM MP 33-12).

23 Note pour la CCM, AG de la CSPBCA du 26-03-1931, archives CCIM MP 33-12.

24 En 1946, le débarquement des bois coloniaux coûterait 81 F par tonne au Havre, 120 F à Bordeaux et 146 F à Marseille, 6-02-1946, archives CCIM MP 33-12.

25 Lettre d’Albert Charles du 22-11-1927 à la CCIM, contrat imprimé au Petit-Havre, CCIM MP 33-12.

26 Calcul d’après RS-CC et chiffres donnés par Dionis Du Séjour, « Le Havre, port français d’importation des bois coloniaux », PdH, no 118, mars 1932.

27 R. Pourtier, « Le cycle de l’okoumé », in R. Pourtier, Le Gabon, Paris, L’Harmattan, 1989, t. 2, p. 145-188.

28 RS-CC, 1938, PAH.

29 Cours des bois exotiques et coloniaux, juin 1930, PdH.

30 A. Charles, « Le Havre, grand centre d’importation... », p. 1227.

31 Albert Charles a créé une succursale, parmi d’autres, à Thiers.

32 RDCC, no 122, 16-02-1935, p. 487.

33 A. Charles, PdH du jeudi 23-10-1930.

34 Sur l’histoire de l’acajou, dont l’âge d’or commence dans la première moitié du XVIIIe siècle, notamment au détriment de l’ébène jugé trop triste, voir A. Charles, « L’acajou du XVe au XXe siècle », conférence au salon des artistes décorateurs, Paris, 12-05-1953, Bibliothèque de l’ISTOM (ancienne École pratique coloniale du Havre), no 2434. « En 1900, le modem style, que l’on a appelé le style nancéien, l’utilisa comme matière première dans de larges proportions [...] Il serait facile de citer l’agencement de nombreux hôtels, de grandes banques, l’aménagement de bureaux de grosses entreprises, non seulement dans les grandes capitales, mais encore dans les grandes villes de province. »

35 J.-J. Poquin, Les relations économiques extérieures des pays d’Afrique noire de l’Union française, 1925-1955, Paris, Armand Colin (Centre d’études économiques, études et mémoires), 1957, p. 125.

36 R. Godet, « Le rôle du Havre dans notre économie nationale », Bull. ICH, no 107, oct. 1938, p. 5.

37 A. Fabre, Le commerce et l’exploitation des bois du Gabon. Guide pratique à l’usage des colons, des commerçants et des industriels, Paris, Société d’Éditions géographiques, maritimes et coloniales, 1927, p. 57-58.

38 A. Pouzin, Revue internationale des produits coloniaux, janv. 1929.

39 Bull. ICH, no 52, mars 1934, article paru dans la Revue internationale des produits coloniaux, fév. 1934.

40 Lettre du 4-04-1931 de l’Association économique du Gabon à l’Institut colonial de Marseille. Archives CCIM MP 33-12.

41 Le Port du Havre, no 210, oct. 1935.

42 Revue internationale des produits coloniaux, no 263-264, août-sept. 1951, p. 160.

43 Bulletin de correspondance de la chambre de commerce devenu Bulletin maritime et commercial ne présente hélas aucune cotation des bois exotiques entre 1945 et 1960.

44 Chiffres donnés par J.-J. Poquin, Les relations économiques extérieures..., p. 58 et pour Le Havre RS-CC et AS-PAH.

45 Marchés coloniaux, no 299, 4-08-1951, p. 1249. En 1951 la superficie boisée des TOM est de 375 millions ha (celle de la France 11 millions ha), AOF et AEF réunies : 320 millions ha, Madagascar et Guyane 14 millions ha. Marchés coloniaux, no 307, 29-09-1951.

46 Marchés coloniaux, no 307, 29-09-1951.

47 RPO, 4-05-1956, p. 20.

48 RPO, no 1, 1957, p. 13.

49 R. Tual, promotion 1945 de l’EPC : extrait de « Nouvelles d’un forestier », Havre colonial, Bulletin des anciens élèves de l’École pratique coloniale, no 42-43, juil.-déc. 1954, p. 9-11.

50 L’OBAEF créé par le décret du 24 février 1944 était un groupement de producteurs de type corporatif, placé sous le contrôle du haut-commissaire de la fédération. Les exploitants devaient livrer leurs grumes à l’Office qui livrait ensuite aux exportateurs. Le conseil d’administration fixait le prix d’achat aux producteurs. En 1953 l’OBAEF a réceptionné et conditionné 370 000 tonnes d’okoumé (G. Lasserre, « Okoumé et chantiers forestiers au Gabon », COM, 1955, p. 119-160). Guy Lasserre estime que l’OBAEF a évité des faillites en limitant la chute des prix lors de la crise de 1953 et procuré des crédits à la mécanisation.

51 Tribune de Raoul Monmarson dans la Revue internationale des produits coloniaux : « L’Office des bois poursuit son chemin à la gloire du parasitisme », no 235, avr. 1945.

52 « Malaise sur le marché des bois coloniaux au Havre », Marchés coloniaux, no 326, 9-02-1952.

53 G. Delaporte, « L’évolution de la production et du marché des bois tropicaux africains », Marchés tropicaux, 21-11-1970, p. 346.

54 J. Genevois, Cours de marchandises, Paris – Strasbourg, Librairie Istra, 1936, p. 13.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – Les importations de bois exotiques de 1890 à 1960, toutes provenances (en tonnes) (d’après les séries relevées dans RS-CC et AS-PAH)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7190/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende Fig. 2 – Les importations comparées de bois de teinture et de bois d’ébénisterie et menuiserie de T893 à 1962 sur le port du Havre (d’après RS-CC et AS-PAH)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7190/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende Fig. 3 – Les réservoirs de bois coloniaux pour le port du Havre en 1938 et 1958(d’après RS-CC et AS-PAH, quantités importées : 117 390 tonnes en 1938, 268 100 tonnes en 1958)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7190/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Tab. 3 – Bois d’Afrique noire francophone, importations françaises en 1963
Légende Sources : Marchés tropicaux, 30-05-1964, p. 1435.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7190/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Légende Fig. 4 – L’évolution des prix de la tonne d’okoumé sur le marché du Havre durant l’entre-deux-guerres (prix relevés dans le Bulletin de correspondance, quotidien publié par E. Hemet à la Bourse du Havre, rue Dupleix)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7190/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende Fig. 5 – L’évolution comparée des prix de trois espèces durant la même période(Bulletin de correspondance, quotidien publié par E. Hemet à la Bourse du Havre, rue Dupleix. Prix à l’acquitté)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7190/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Tab. 5 – La Place du Havre comme débouché des bois de l’AEF vers 1936 (en tonnes)
Légende Sources : rapport dactylographié de 340 p. sur « La situation politique, économique, financière et sociale de l’AEF », août 1938, 1 Aff.-pol. : 2858/1, CAOM, Aix-en-Provence.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7190/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Légende Fig. 6 – La captation, par le port du Havre, des bois de l’Afrique noire française et des colonies en général de 1913 à 1938 (pour l’Afrique et les colonies, J. Teillac, Les bois de la Côte-d’Ivoire, leurs conditions d’exploitation et de vente, Paris, Éditions maritimes et coloniales, 1954, et pour Le Havre, RS-CC et Bull. ICH)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7190/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Légende Fig. 7 – Au temps de l’Union française, le renouveau du trafic havrais des bois africains, couches empilées (en tonnes) (d’après AS-PAH)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7190/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende Fig. 8 – L’importation des bois coloniaux au Havre. Terre plein de Gironde : vapeurs Vendôme et Saint-Prosper en débarquement
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7190/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 49k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search