Version classiqueVersion mobile

Le Havre colonial de 1880 à 1960

 | 
Claude Malon

Ire partie. Les échanges maritimes

Chapitre 2. Un port colonial importateur avant tout : le règne du produit

Texte intégral

  • 1 Banquet offert par la chambre de commerce aux membres du Conseil général, 21 sept. 1938, Bull. l’IC (...)

1Dire quels sont ces produits importés qui nourrissent le commerce colonial du Havre, quel est le rôle de la Place dans l’approvisionnement de la métropole, quels sont les atouts et les contraintes du marché qui ont pesé sur chacun de ces produits et favorisé la recherche du réservoir colonial, tel est l’objet de ce chapitre. En 1937, la nomenclature des produits coloniaux importés comporte quarante-deux éléments. Une étude détaillée sera conduite pour les secteurs où Le Havre occupe le 1er rang des ports français pour les importations coloniales et les importations totales : café, cacao et produits associés, bois exotiques, cotons. Une analyse plus rapide présentera les autres produits. La littérature portuaire souligne fréquemment, à juste titre, que Le Havre est avant tout un port de produits chers, désignant par là les produits d’importation. « Le Havre, port de la diversité, port de la qualité : voilà l’essentiel de l’aspect commercial de notre établissement maritime. Premier port de France pour la valeur des marchandises débarquées... ». Ainsi René Godet présente-t-il le port en 19381, annonçant les performances suivantes : « Nous avons reçu en 1937 : pour le cacao, les 9/10'de la consommation française, le café les 4/5', le coton les 2/3, les bois exotiques les 2/3, les rhums les 2/3, les cuivres la moitié. » Ce propos de banquet correspond assez bien à la réalité statistique.

Tab. 1 – La valeur des importations totales de Marseille et du Havre (en milliers de francs courants)

Valeurs entrées

1927

1931

1937

Le Havre

8 270 781

8 182 120

4 990 185

Marseille

8 478 745

5 349 832

4 561 226

Sources : TGN-DGD.

Cafés et cacaos coloniaux : le leadership havrais

2Parmi les denrées coloniales stimulantes, le café et le cacao ont contribué à faire du Havre un grand port de marchés. Plus souvent « étrangers » que réellement « coloniaux » à la fin du XIXe siècle, ces produits sont bientôt l’objet d’une substitution de réservoir au profit de l’Empire français.

La capitale du café colonial

  • 2 M. Ary-Leblond, conférence à l’ICH, le 16-12-1931. Le Port du Havre du 21-01-1932.

La politique du café au Brésil a été désastreuse pour la France ; il faut une politique française du café, Capitale : Le Havre2.

  • 3 Distinction utilisée par F. Braudel dans Civilisation matérielle, économie et capitalisme, XVe-XVII (...)
  • 4 C. Malon, Jules Le Cesne, député du Havre, 1818-1878, Luneray, Éd. Bertout, 1995, p. 189.
  • 5 Production mondiale en 1844 : 259 000 tonnes, moyenne 1880-1890 : 600 000 tonnes, 1900-1900-1910 :1 (...)
  • 6 J. Legoy, « Une profession oubliée : les trieuses de café du Havre et leur grève de 1900 », Actes d (...)
  • 7 JDH, 2-11-1918.
  • 8 O. Pringard, Le commerce des cafés au Havre, 1850-1939, mémoire de maîtrise, Le Havre, M. Chaline ( (...)
  • 9 Ibid., p. 135.
  • 10 Le monde produit en 1938 2 420 000 tonnes de café. Le Havre en importe 150 000 (Notes et études doc (...)

3À l’heure où se reconstitue l’Empire colonial, le café a cessé d’être un élément du « superflu » pour entrer dans le monde de « l’ordinaire »3. Ainsi le rappelait à la tribune du Corps législatif, le 20 juillet 1870, un député du Havre : « Dans le Nord et l’Est, le café est l’alimentation de toutes nos classes ouvrières [...] et pour nos soldats en campagne, ignorez-vous donc que le café est l’alimentation de tous les jours et qu’on le donne aux troupes deux fois par jour ? »4 La consommation mondiale du café est en progression constante au XIXe siècle, de 3 % par an en moyenne. Ce succès fait la prospérité du Havre, qui crée son marché à terme du café en 1882 et pèse, au propre comme au figuré, dans la première décennie du siècle, un cinquième du café mondial5. Au cours de la première moitié du XXe siècle, le port normand se situe à la première place des importateurs européens. Le café occupe une main-d’œuvre importante pour la manutention. Le rôle des femmes est essentiel dans le triage6. À la fonction d’importation, s’ajoute en effet celle de l’entrepôt. En 1860, Le Havre possédait 35 % des stocks en France, en 1880-1884, cette part s’élevait à 72 %. En 1895 ce produit occupe le 1er rang des échanges en valeur : 266 millions de francs. À partir de 1897, Le Havre devient la première place d’entrepôt des cafés, précédant les ports belges, hollandais et allemands. Un record est atteint en 1903 avec un stock de 216 000 tonnes. Ce début de siècle est l’âge d’or du dock-café, avec 3 600 000 sacs entreposés en 19087. À l’importation, le port normand est cependant concurrencé, jusqu’en 1914, par Hambourg à cause de la très forte consommation de café en Allemagne8. De 1919 à 1939, la première place européenne cache en réalité des changements structurels, antérieurs à la crise des années 1930 : affaiblissement du rôle d’entrepôt, déclin irréversible du trafic d’exportation. « Entrepôt de l’Europe et marché directeur avant 1914, Le Havre n’était plus en 1939 que le port d’importation du premier état consommateur de l’Europe. »9 Ce déclin souvent évoqué doit être relativisé, car en 1938, les seules importations havraises représentent tout de même plus de 6 % de la totalité des cafés produits dans le monde10. Au milieu des années 1950, la part havraise dans les importations de la France, toutes provenances confondues, est de 55 %.

Fig. 1 Les importations havraises de café, de 1890 à 1960 (en tonnes) (d’après les chiffres de RS-CC et AS-PAH)

Jusqu’aux années 1920, un réservoir colonial insignifiant

  • 11 Pour les arabicas, premières plantations au Yémen au XIVe siècle, puis à Ceylan et Batavia en 1690. (...)

4L’histoire du café colonial est celle d’un retour au pays natal, puisque la quasitotalité des espèces coloniales (robusta, kouillou) trouvent leur origine dans l’Afrique tropicale11. Les Havrais jouèrent un rôle non négligeable dans son exploitation sous d’autres cieux, la Nouvelle-Calédonie ou les Antilles. Pourtant, les cafés coloniaux comptent très peu dans la période faste du trafic maritime des cafés au Havre. Les négociants n’ont pas délaissé de gaieté de cœur leurs partenaires brésiliens ou haïtiens.

Tab. 2 L’évolution de la part des cafés coloniaux dans les importations du Havre

Cafés entrés

dont coloniaux

 % colonial

1904

110 000

799

0,7

1908

119 435

1115

0,9

1913

145 979

1 156

0,4

1920

149 869

2521

1,7

Calculs d’après RS-CC et AS-PAH.

5Au XIXe siècle, les arrivages des Antilles étaient devenus très faibles. Les deux grands réservoirs du café havrais, au moment où s’organise l’Empire colonial français, sont le Brésil et Haïti. De 1895 à 1938, la part du Brésil dans la consommation française passe de 77 à 46 %, celle d’Haïti de 35 à 3 %. Jusqu’en 1913, les cafés coloniaux ont rarement atteint 1 % des arrivages. Le café havrais est moins colonial, avant la seconde guerre mondiale, que l’ensemble du café entré en France.

Tab. 3 – La part de l’Empire dans les importations de café de la France et du Havre

1913

1929

1938

1948

France en %

1,9

3,7

42,7

69,8

Le Havre en %

0,4

24,4

88,8

Sources : RS-CC, AS-PAH pour Le Havre, J. Marseille, Empire colonial et capitalisme français. Histoire d’un divorce, Paris, Albin Michel, 1984, p. 55, pour la France.

6Ces valeurs relatives minimisent cependant la suprématie du Havre en tant que port colonial du café, à cause de la masse des cafés étrangers importés sur le port.

Tab. 4 – Les importations de café dans les grands ports coloniaux en 1927 (en quintaux)

Marseille

Bordeaux

Le Havre

Dunkerque

Importations coloniales

13 388

2874

41 739

55

Importations totales

222 925

78 208

1 266 908

1318

Sources : Institut colonial de Marseille, Annuaire économique colonial, 1929.

7La diversité des réservoirs coloniaux est grande dès cette période de timide mise en place, ce qui peut expliquer la rapide croissance de la phase suivante. Si la Guadeloupe fournit encore, en 1913, entre le tiers et la moitié des cafés coloniaux, rares sont en effet les régions de l’Empire colonial où le café ne « vient » pas.

Avec la crise, l'irrésistible ascension des cafés coloniaux

8L’irrésistible ascension des cafés coloniaux semble bien résulter, sinon de la crise économique mondiale de 1929, du moins de ses prémisses.

9La part coloniale augmente sensiblement dès 1927, sans doute parce que le négoce avait anticipé le repli colonial, à partir des signes de surproduction qui menaçaient l’économie brésilienne et des inquiétudes monétaires. La « valorisation » du café par l’État brésilien depuis 1906 consistait à acheter les récoltes et à les stocker. La surproduction et la destruction des excédents de récolte (34 millions de sacs furent détruits en 1934) sont contemporaines du repli qui profite à la production coloniale, en marge du marché international. Ce qui ne signifie pas quelles en soient la cause directe. Il a fallu que parallèlement le consommateur français accepte le goût des cafés coloniaux qui passent de 6 % en 1933 à 21,8 % de la consommation en 1937. La rupture des relations avec Haïti en 1936 vient accentuer le transfert d’approvisionnement vers les colonies. Le Havre en 1937 possède un stock de 800 000 sacs, le plus important d’Europe. L’essor du café colonial s’accompagne d’une modification des pôles exportateurs coloniaux.

Fig. 2 – Les réservoirs du café colonial importé par Le Havre durant l’entre-deux-guerres

Tab. 5 – L’évolution de la part des cafés coloniaux dans les importations du Havre

Cafés entrés en tonnes

dont coloniaux en tonnes

 % colonial

1927

126 691

4174

3,3

1933

147 886

12 952

8,8

1937

146 300

35 700

24,4

1948

40 000

35 518

88,8

1958

86 991

67 831

77,9

Calculs d’après RS-CC et AS-PAH.

  • 12 Chiffres de l’Institut colonial français, Archives de la maison Jobin.
  • 13 P. Jobin, L’orientation à donner à la production caféière coloniale, Paris, Imprimerie nationale, 1 (...)
  • 14 CAOM, 100 APOM, 835.
  • 15 Inspection de la Banque de France, 1938.
  • 16 « Il est à peu près impossible d’assurer un goût harmonieux sans allier un certain nombre de proven (...)
  • 17 Le rapport qui servit de référence aux négociations fut élaboré par trois membres du Comité techniq (...)

10En 1929, la production caféière coloniale ne fournit pas assez de stock pour alimenter un marché à terme. Les exportations totales de l’AOF (405 tonnes), ou de Madagascar (5000 tonnes) sont encore peu significatives12. Un minimum de 15 tonnes soit 250 sacs de 60 kg est exigé par la Caisse de Liquidation pour l’enregistrement des contrats13. Au Congrès du café de Marseille, en 1936, le président du commerce des cafés du Havre souligne que « le café est actuellement pour les producteurs de nos colonies, le produit le plus intéressant. Notre production atteindra dans quelques années 20 % de notre consommation »14. En 1937, même si le Brésil et Haïti représentent encore ensemble la moitié des arrivages, les colonies en fournissent déjà le quart. C’est aussi le quart de la consommation française que les cafés coloniaux assurent. Certains regrettent que les subventions données aux planteurs ne soient pas fonction des qualités obtenues. « Notre pays aurait pu ainsi, écrit l’inspecteur de la Banque de France au Havre, dans une certaine mesure, se libérer des achats faits à l’étranger. »15 Ces cafés coloniaux interviennent le plus souvent pour des mélanges16. L’inspecteur juge d’ailleurs, sans doute informé par les négociants de la Place qui préfèrent le café d’Amérique, que la protection douanière est excessive, car lorsqu’elle est complétée par des ristournes elle « aboutit à faire toucher 9 F au planteur colonial quand le planteur étranger touche 3 F », ce qui peut inciter au développement des espèces basses dans les colonies si la prime ristournée ne fait pas état de la qualité produite. Malgré cette lutte souterraine et implicite entre les tenants de l’arabica étranger et du robusta colonial, la substitution de réservoir est largement engagée. Elle suppose une mutation dans le goût des consommateurs. Les réticences existent. En effet, les arabicas brésiliens, néo-calédoniens et antillais ont désormais pour concurrents les cafés canephora : le robusta originaire du Congo, et le Kouillou, originaire du Gabon et dominant à Madagascar. Dans leur conversion au café colonial, perçue comme inéluctable, des importateurs havrais, sans doute majoritaires dans leur syndicat, trouvent l’argument qui laisse intacte leur culture négociante, tout en répondant à leur désir d’augmenter le privilège colonial. Pourquoi ne pas favoriser, par le jeu des taxes, le développement de l’arabica dans les colonies, plus que celui du robusta, la qualité à côté du produit courant qui servira de base aux transactions ? C’est la ligne de conduite qui sera tenue dans les négociations avec les ministères et les planteurs17.

Fig. 3 - Les cafés coloniaux et cafés étrangers importés au Havre de 1904 à 1958
(d’après RS-CC, Bull. ICH, AS-PAH)

Tab. 6 - Les importations de cafés coloniaux par Le Havre en 1913 et 1937 (en tonnes)

Provenances

1913

1937

AOF

7125

AEF

1100

Cameroun

2465

Togo

285

Total de la COA

9,7

42

Madagascar

189

23 105

Réunion

0,6

Mayotte

1

Somalie

87

Indochine

155

490

Nouvelle-Calédonie

143

Océanie

9,4

660

Martinique

24

70

Guadeloupe

537

365

Divers

0,5

Sources : RS-CC, « Désignation des marchandises », 1913 et Bull. ICH, no 100, mars 1938.

  • 18 Arrêté ministériel du 22-02-1937. Cf. La situation commerciale et industrielle du Havre pendant l'a (...)
  • 19 Bull. ICH, no 89, avr. 1937, p. 26-27.
  • 20 Bull. ICH, no 100, mars 1938.

11Le Syndicat des commerces des cafés du Havre demande et obtient la création d’un « marché à terme des cafés coloniaux » qui ouvre le 1er avril 193718. C’est le seul au monde qui soit basé sur le robusta. Résultat de la volonté commune du Syndicat du commerce des cafés dirigé par Léon Regray, de la chambre de commerce, de l’Institut colonial, de la chambre des courtiers assermentés, cette création s’appuie sur la position nettement dominante du Havre en matière de cafés coloniaux, et même si la fonction d’entrepôt a commencé à s’éroder, les stocks sont importants. En 1936 Le Havre a reçu 541 000 sacs des colonies. Le stock brésilien est de 350 000 sacs, celui des coloniaux de 1ooooo sacs contre 12 000 sacs à Marseille19. La production du café aux colonies a plus que doublé de r935 à 1937, passant de 21 000 à 50 000 tonnes. L’augmentation porte exclusivement sur les cafés de Côte-d’Ivoire et de Madagascar20.

  • 21 Revue internationale des produits coloniaux et du matériel colonial, no 260, mai 1951, p. 113.

12Le repli impérial donne au commerce colonial des cafés un caractère eurafricain qui s’accentue au lendemain de la guerre. Ce sont les cafés coloniaux qui permettent une reprise des importations dès 1946. Jusqu’au terme de la période coloniale, les entrées totales, étranger compris, ne dépasseront pas les 100 000 tonnes par an. Les contemporains soulignent la difficulté pour la France, qui était le principal consommateur européen en 1939, à « retrouver le goût du café », invoquant le rôle des succédanés et l’étroitesse des budgets familiaux21. Le Havre perd son leadership. La grande Place mondiale est désormais New York qui détermine les grands mouvements financiers du café. Le marché à terme des cafés, fermé en 1939, ne reprend qu’en 1954. Mais les problèmes de devises, les licences d’importation et la faiblesse du franc ont en quelque sorte dopé sinon « ossifié » le caractère colonial des approvisionnements havrais. Le café colonial triomphe au moment où le produit décline. Il a encore de beaux jours à vivre au temps de l’Union française. On peut tenter de mesurer la captation des exportations de chaque colonie par le marché havrais en 1937 (tableau 7).

  • 22 La France d’outre-mer a exporté vers et hors la métropole 1685 tonnes de café en 1913, 20329 tonnes (...)
  • 23 CAOM, fm-i-Affpol. 2858 :1. Rapport dactylographié sur la situation politique, économique, financiè (...)

13À la veille de la guerre les cafés africains et malgaches sont en plein développement22. En AEF, selon un rapport parvenu au ministère des colonies en août 1938, les exportations de café ont évolué comme suit : 931 tonnes en 19 351 340 en 1936, 1498 tonnes en 193723. En 1937 Le Havre a reçu de l’AEF 1200 tonnes et 1900 tonnes en 1938. C’est donc bien 80 % du café colonial de l’Afrique équatoriale française que Le Havre capte.

Tab. 7 – Le rôle du Havre dans la captation des exportations de café des colonies françaises
(en tonnes et en pourcentage)

Exportations

1937

vers Le Havre

%

Madagascar

21 205

18 130

85,5

Côte-d’Ivoire

10 080

Cameroun

2554

Nouvelle-Calédonie

1890

Guadeloupe

439

Nouvelles-Hébrides

460

Indochine

437

450

100

Guinée

160

Dahomey

182

Martinique

54

Océanie

22

600

100

AEF- Cameroun

4054

4200

100

AOF- Togo

10 827

8520

78,7

Antilles

493

450

91,3

Totaux

39 388

32 350

82,1

Sources : pour 1937, exportations des territoires : Centre d’Études techniques des cafés coloniaux, répartition des exportations de cafés des colonies françaises, imp. Le Petit-Havre, 1938 (diffusé par l’Institut colonial). Les chiffres en italique sont des estimations, parfois nettement inférieures aux quantités réalisées. Pour 1937 importations par Le Havre : RS-CC.

Repli ou redéploiement ? L’offre et la demande, le rôle des prix et des tarifs douaniers

  • 24 Il ne sera pas question ici de la surtaxe d’entrepôt qui frappe les cafés ayant transité auparavant (...)

14De 1924 à 1940, une constante baisse des prix en francs constants affecte aussi bien le café étranger que le café colonial. Le phénomène est bien antérieur à la crise de 1929 et aux destructions massives de récolte brésilienne. Globalement les importations se maintiennent autour de 140 000 tonnes. Or, dès 1927, une substitution partielle de réservoir s’opère au profit des colonies. Elle paraît en contradiction avec l’évolution des cours du café brésilien, souvent de meilleure qualité que les cafés de Madagascar et bien moins chers, avec une demande française où domine le goût pour l’arabica, et une offre mondiale surabondante. Les prix élevés du café colonial relèvent d’une politique douanière volontariste24, qui, de gré pour certaines entreprises ou de force pour d’autres, conduit le négoce havrais à travailler en fonction du privilège colonial. À ne suivre que l’évolution des prix à l’entrepôt, on admettrait mal en effet le succès croissant des cafés coloniaux.

Fig. 4 – Les cours du café colonial et du café brésilien sur la Place du Havre avant application de la taxe douanière à ce dernier (prix relevés dans le Bulletin de correspondance de la chambre de commerce, tableau du prix courant légal, marchandises à l’entrepôt du Havre. À partir de 1948 les prix sont relevés dans le Bulletin maritime et commercial, qui sans autre précision correspondraient aux prix en entrepôt du Havre selon un informateur)

15Le privilège colonial remonte à 1892. Les cafés coloniaux bénéficient alors d’une détaxe de 50 % du droit de douane. À partir du 10 août 1913, les cafés coloniaux français sont exemptés de tous droits de douane. Leur privilège devient alors de 136 F pour 100 kg vis-à-vis du minimum payé par les autres provenances. Au 1" janvier 1917, l’État ayant besoin de ressources, une taxe intérieure de consommation est appliquée à tous les cafés, coloniaux inclus : 30 F pour 100 kg. S’y ajoute en 1920 une taxe ad valorem de 1,1 % sur tous les cafés, et en 1924 une taxe sur le chiffre d’affaires. En 1926 les droits de douane sont majorés de 30 %, le privilège colonial s’établit donc à 177 F. Or sur la courbe des prix la fourchette des cours de l’arabica brésilien et de l’arabica colonial s’écarte alors nettement. Aux 100 kg sur la base du prix à l’entrepôt d’origine, le café Santos, par exemple, coté 1316 F, est déjà frappé d’un handicap de 13,5 % du prix d’origine. De plus l’inflation et la chute du franc rendent les achats en milreis moins rentables.

  • 25 Un rappel exhaustif de ces mesures est contenu dans : Ch. Rufenacht, Le café et les principaux marc (...)

16Le 4 avril 1931, pour venir en aide aux producteurs coloniaux, une taxe dite de « protection coloniale » de 10 F par 100 kg est appliquée à tous les cafés, coloniaux inclus, pour une durée de dix ans. Le 8 avril 1933, dans le cadre de la politique de contingentement, un décret instaure une taxe dite de « licence d’importation » de too F aux 100 kg appliquée uniquement aux cafés étrangers. Le privilège colonial s’en trouve accru d’autant. De nombreuses modifications, qu’il serait trop long d’énumérer, interviennent jusqu’en 1940, liées notamment aux relations difficiles avec le gouvernement brésilien ou haïtien. Elles jouent en faveur du café colonial25. En 1937, le privilège colonial atteint 490 F. En 1938 la taxe de production coloniale est relevée pour promouvoir les cafés des colonies. Les prix du café à l’entrepôt du Havre, avant l’acquittement des droits de douane, sont pour une même origine, extrêmement variables. Le privilège colonial n’est pas toujours suffisant pour assurer l’hégémonie du café colonial, généralement de moins bonne qualité que l’arabica brésilien. Cela explique peut-être la plus faible pénétration du colonial sur le marché du café que sur le marché du cacao. En effet, lorsque le cours du Brésil est au plus bas, comme en 1935, il redevient concurrentiel :

Tab. 8 – L’impact du privilège sur le prix du café concurrent en 1935 (en francs courants)

Prix à l’entrepôt

Total des droits

Privilège colonial

Acquitté magasin

Santos supérieur arabica

356

537

dont 347

893

Kouilou Madagascar Robusta

760

190

exempté

950

Calculs d’après le Bulletin de correspondance de la chambre de commerce, prix de janvier, et montant des droits dans Ch. Rufenacht, Le café et les principaux marchés...

17Les mercuriales du Havre surcotent donc le café colonial : un Robusta colonial de qualité moyenne vaut deux fois plus cher à l’entrepôt qu’un arabica brésilien de haute qualité ! Mais en général le privilège colonial a bien pour effet, et c’est d’ailleurs son but, de rendre, à qualité égale, les cafés étrangers plus chers à la revente et à la consommation. Dans le tableau 9, le calcul a été fait pour 1931 et 1937, années plus représentatives du marché.

  • 26 Ibid., p. 300-301.

18En février 1947 le privilège colonial est aboli pour la première fois, du moins en théorie. Le 1“avril 1948, la taxe de protection coloniale est supprimée. Désormais le système qui prévaut est celui de la taxation à la production et à la consommation. En 1955 les deux provenances payent une taxe sur la valeur ajoutée de 16,85 %• Mais abstraction faite des autres droits secondaires, le café colonial est exempté du droit de douane de 10 % ad valorem26. Le privilège est donc maintenu, de fait. Au total, le café colonial en 1955 paie 9000 F quand le café étranger paie 12 700. Les cours, globalement meilleurs en francs constants au temps de l’Union française et de la Communauté que dans les années 1920 et 1930, doivent beaucoup en effet au dirigisme. La liberté, toute théorique, n’est rendue au commerce d’importation des cafés, jusqu’alors aux mains du groupement national d’achat, qu’en 1950. Mais il ne s’agit pour les importateurs que de la liberté de s’adresser eux-mêmes à leurs fournisseurs. Ils sont toujours tributaires des licences d’importation et de l’obligation d’importer une part majoritaire de cafés coloniaux. Dès 1956 les caisses de soutien et de stabilisation des prix sont créées dans les territoires d’outre-mer, situant les cafés coloniaux hors des prix internationaux, sauf pour l’exportation de la colonie vers l’étranger. Le retour au marché international n’est accordé qu’en 1964.

Tab. 9 – L’impact du privilège colonial sur le prix des cafés étrangers et coloniaux sur la Place du Havre (en francs courants)

1931

Prix entrepôt les 100 kg

Privilège colonial taxe douanière

Prix acquitté - autres droits

Salvador arabica

604

230

834

Santos supérieur arabica

540

230

770

Kouilou Madagascar Robusta

610

exempté

610

1937

Santos supérieur arabica

506

490

996

Kouilou Madagascar Robusta

870

exempté

870

Nouvelle-Calédonie arabica gragé

810

exempte

810

Estimation du prix à l’acquitté, autres droits déduits (taxe intérieure de consommation, taxe d’importation de 8 % etc., pesant indifféremment sur les deux origines), cf. Ch. Rufenacht, Le café et les principaux marchés…, p. 300-301. Prix relevés pour janvier dans le Bulletin de correspondance de la chambre de commerce du Havre, centre de la fourchette de cotation.

Un marché havrais dépassé par l’essor du café colonial ?

19Le Havre est bien présent sur le marché africain au moment où les efforts d’autarcie et de mise en valeur n’y ont pas encore porté leurs fruits. Le négoce havrais est donc bien placé pour s’alimenter aux exportations de l’Afrique noire, particulièrement de la Côte-d’Ivoire qui se sont développées après 1945.

  • 27 J.-J. Poquin, Les relations économiques extérieures..., p. 55.
  • 28 RPO, no 1,1956, p. 9-10. L’AOF exportait 10 tonnes en 1913 et 95000 en 1955, A. Fritz, Cours de pro (...)
  • 29 É. Houllevigue (secrétaire général de la CCIM), Journal de la marine marchande, 6-01-1949, P-4.
  • 30 Étude du trafic du port durant la période 1950-1960, ronéoté, Archives de la chambre de commerce du (...)

20Le Havre trouve dans l’Afrique noire française, en 1953, 21,7 % de ses importations et 53,6 % en 1958. Cependant, le développement du café en Afrique noire a largement débordé le marché havrais qui ne capte en 1953 qu’un cinquième des exportations. L’essor des petits planteurs indigènes et « l’engouement collectif »27 font de la Côte-d’Ivoire le troisième producteur mondial de café dès 1955. Le café devient alors le premier produit en valeur aux exportations de l’AOF : 11,5 milliards pour 80 000 tonnes28. En 1956, la Côte-d’Ivoire produit 113 400 tonnes, plus qu’une année moyenne d’importation havraise totale d’après-guerre, alors que la production totale de l’Afrique noire en 1 929 277 tonnes, n’aurait pu alimenter que 0,2 % des entrées de café sur Le Havre ! Au moment où le café colonial a enfin conquis le marché havrais, le monopole de fait dont jouissait le port normand lui échappe en partie, érodé par le développement de la production et de la commercialisation africaines vers d’autres directions. Le repli impérial sur Madagascar profite autant à Marseille qu’au Havre. En 1947, Marseille importe 40 000 tonnes de cafés, autant que Le Havre, dont 25 000 de Madagascar29. Le Havre en 1948 ne reçoit que 22 000 tonnes de la Grande île. Entre 1920 et 1939, Le Havre a reçu 75 % des cafés de toutes provenances entrés en France. Entre 1950 et 1960, cette part n’atteint que 52 %. « La perte enregistrée par Le Havre provient de la fixation à Marseille pendant la guerre d’une partie du commerce des cafés quand le port du Havre était fermé à tout trafic. »30 Ce partage des rôles plus équilibré s’effectue précisément au moment où le marché dirigé favorise plus encore les cafés coloniaux. Ce transfert relatif doit être nuancé dans la mesure où les grands négociants de café au Havre ont généralement une succursale à Marseille.

Tab. 10 – L’évolution du pourcentage du café d’Afrique noire française capté par le marché du Havre (moyennes annuelles)

Tab. 10 – L’évolution du pourcentage du café d’Afrique noire française capté par le marché du Havre (moyennes annuelles)

Pour les exportations, chiffres donnés par J.-J. Poquin, Les relations économiques extérieures des pays d’Afrique noire de l’Union française, 1925-1955, Paris, Armand Colin (Centre d’études économiques, études et mémoires), 1957, p. 51. Chiffres inférieurs à ceux donnés par A. Fritz, Cours de productions...
Pour les importations, calculs d'après RS-CC et AS-PAH.

21La perspective d’un lien exclusif et durable avec la France d’outre-mer aurait de toute façon déplu aux négociants du Havre, pour qui le retour de la liberté des transactions, réservée de fait, par les restrictions de devises, aux cafés de l’Union française, n’était pas satisfaisant. On souhaitait donc que les colonies cherchent des débouchés extérieurs :

  • 31 M. Jobin, « Éloge du café », Neptunia, no 36,4e trimestre 1954, p. 39-41.

Une intensification accrue des ressources de la Plus Grande France a entraîné un essor de sa production caféière à telle enseigne qu’on prévoit déjà le moment où celle-ci sera en mesure d’approvisionner tous nos besoins. Or, est-ce là une chose vraiment souhaitable ? Nous ne le pensons pas, car un seul débouché pour nos amis d’outre-mer : la France, une seule espèce botanique pour nos torréfacteurs soucieux de procurer une gamme variée de qualités, ne ferait l’affaire ni des uns, ni des autres31.

Fig. 5 - Les importations comparées de cafés de toutes provenances au Havre et à Marseille, à la veille et au lendemain de la seconde guerre mondiale (d’après l’AS-PAH et la revue Café vert)

  • 32 L’Afrique noire avec 53778 tonnes représente 74 % des entrées venues de l’ancienne outremer colonia (...)

22En 1961, Le Havre reçoit 101 400 tonnes de café contre 98 000 en i960. C’est le tonnage le plus élevé depuis 1938. Les anciennes colonies fournissent 72 % du tonnage32. La seule Côte-d’Ivoire expédie sur Le Havre plus de café (30 000 tonnes) que la totalité des importations coloniales à la veille de la guerre (28 500 tonnes, moyenne de 1936-1937). Il s’agit donc, depuis les années 1930, d’une transformation durable des approvisionnements, même si Le Havre n’a plus le monopole de la captation des trafics ou celui de la réception en métropole. Sur l’ensemble de la période coloniale, le café colonial semble bien avoir joué le rôle de béquille du négoce au moment des crises et des lendemains de crise, économisant des devises et restructurant les échanges jusqu’au-delà de la décolonisation. On peut aussi présenter la chose autrement : la captation des cafés d’outre-mer annulait l’avantage qu’aurait représenté l’acquisition de cafés étrangers à meilleurs prix. Dans ce cas, c’est le négoce qui devient la béquille de l’économie des territoires et favorise le développement des plantations. La part prise par l’Afrique noire et Madagascar était-elle en harmonie avec les intentions stratégiques à long terme des hommes d’affaires havrais, négociants ou planteurs, ou bien était-elle seulement considérée comme un pis-aller ? Cela reste à déterminer.

Tab. 11 Les cafés importés des pays de la zone franc en 1961

Cameroun

16 748

Comores, Madagascar

16 581

Congo

3152

Côte-d’Ivoire

30 251

Dahomey

679

Gabon

10

Guadeloupe, Martinique

119

Guyane

334

Nouvelle-Calédonie

984

Nouvelles-Hébrides

1

Sénégal

4

Somalie

846

Tahiti

8

Togo

2 934

Total

72 651

Sources : AS-PAH, 1961.

  • 33 Notes et études documentaires, no 2485, 22-11-1958.
  • 34 Jean Reinhart au Premier ministre, objet : Régime d’importation des cafés de la zone franc, le 14-0 (...)

23Il reste que le privilège colonial, rendant les prix du café étranger partiellement dissuasifs, a orienté et restructuré durablement les importations de café sur le port du Havre. Les importateurs s’en sont largement accommodés. À l’heure de la Communauté, les cafés de l’outre-mer sont toujours à la fois surpayés et exempts de droits tandis que les cafés « étrangers subissent une taxe de 20 % ad valorem »33. Mais au terme de la période coloniale, la contradiction entre les nécessités de la construction européenne et le maintien d’une protection héritée de la pratique coloniale leur devient insupportable. Jean Reinhart, qui préside la Fédération nationale des cafés verts et la Société d’importation et de commission au Havre, écrit à Michel Debré34. Il affirme que l’activité des importateurs est menacée « par une politique de soutien trop exclusivement inspirée par le souci, parfaitement légitime en soi, d’aider les producteurs de la zone franc... Les prix des cafés de la zone franc, vendus en métropole, sont artificiellement isolés des cours internationaux des mêmes cafés ». « Le prix de vente aux importateurs de France est de 100 % supérieur au prix payé par les importateurs des pays partenaires de la CEE. » En outre, les cafés étrangers sont contingentés à 25 % des besoins totaux. Dans ces conditions, on comprend qu’il n’y ait guère d’avenir pour les importateurs français dans l’Europe du Traité de Rome si la protection est maintenue.

Fig. 6 - Les importations de café de la France d’outre-mer par le port du Havre en 1937 et 1961 (chiffres tirés du Bull. ICH, no 100, mars 1938 pour 1937 et de l’AS-PAH pour 1961)

Le cacao colonial, un produit conquérant

24Le cacaoyer est d’origine précolombienne. Le fruit cacahuatl et la boisson tchocolatl se répandent du Mexique à l’Amérique centrale. Les premières chocolateries naissent en Espagne en 1580. Le cacao est connu en France en 1615, un peu plus tard en Angleterre et en Allemagne. Le cacaoyer n’atteint l’Afrique que trois siècles après la découverte de l’Amérique. Les premières graines sont utilisées à Sâo Tomé et Fernando Poo en 1822. Les plantations de Verdier en Côte-d’Ivoire datent de 1880. Le cacao se répand en Gold Coast à partir de 1891. C’est au cours de la décennie 1913-1923 que l’Afrique dépasse l’Amérique. Les cacaos des colonies françaises connaissent un essor spectaculaire à partir des années 1920. Le Havre, premier port français des cacaos, devient alors en même temps le premier port colonial des cacaos. À la fin de la période coloniale, Le Havre assure les trois cinquièmes de la consommation française, en quasi-totalité grâce au réservoir de l’Afrique noire.

Le Havre port français des cacaos : l’essor des cacaos étrangers jusqu’à 1910

25La courbe générale des importations havraises de toutes provenances est, il faut le dire, assez mouvementée.

26À la fin du XIXe siècle, les importations havraises viennent pour l’essentiel d’Amérique, Brésil, Venezuela, République Dominicaine entre autres. Vers 1880, les ventes s’effectuaient directement de l’origine à des maisons établies au Havre. Ces maisons revendaient aux chocolatiers, au fur et à mesure de leurs besoins, après un séjour plus ou moins prolongé du produit en magasin.

  • 35 Lettre d’Alfred Stempowski, président du Syndicat du commerce des cacaos du Havre, au ministre du C (...)

Le Havre était à cette époque, le seul port français alimentant la France entière, et aussi les marchés suisses, belges et hollandais. Les commissionnaires havrais avaient, à ce moment-là, une prépondérance marquée sur tous leurs collègues de France et de l’Étranger35.

  • 36 TX-CC, 1895, p. 29.

27En 1895 « Le Havre est donc, depuis longtemps, au 1er rang des ports d’importation pour les cacaos »36. La majeure partie est achetée directement pour le compte des usiniers de l’intérieur et les transactions sur place ont alors peu d’importance. Les importations en 1895 s’élèvent à 23 412 tonnes selon la chambre de commerce, 28 412 selon la douane. Le cacao occupe le 6e poste en valeur (34,4 millions de francs courants). En 1904, les importations par Le Havre représentent 77,3 % des importations françaises.

28Ces quantités sont acheminées en majeure partie sous tiers pavillon. Les établissements français de la côte d’Afrique ne représentent que 58 tonnes, l’essentiel du tonnage colonial français (1,5 % des importations havraises de cacao) étant fourni par la Martinique et la Guadeloupe. En 1913, Le Havre importe 72 % des 1800 tonnes produites par la France d’outre-mer. Les Antilles demeurent les principaux fournisseurs coloniaux, suivis par le Congo et Mayotte. Madagascar, le Sénégal et les Établissements de la COA, sans autre précision, font une timide apparition. Une diversification des approvisionnements coloniaux se dessine, mais l’Amérique latine demeure le principal fournisseur du Havre. En 1919 le tonnage colonial s’élève à 1235 tonnes soit 3 % des sacs débarqués au Havre.

Fig. 7 – Le mouvement général des importations de cacao de 1890 à 1960
(d’après RS-CC et AS-PAH)

La crise « avant la crise » et l’essor du cacao des colonies françaises

  • 37 G. Viers, « Le cacao dans le monde », COM, 1953, p. 297-351.

29De la fin du XIXe siècle à la veille de la grande crise, le centre de gravité de la production mondiale de cacao s’est déplacé de l’Amérique vers l’Afrique. En 1913, la Gold Coast est le premier producteur mondial37. Nigeria, Côte-d’Ivoire et Cameroun suivront le mouvement.

30La France et la Suisse sont davantage utilisateurs que l’Allemagne et l’Angleterre de cacaos supérieurs, à raison de 16 % pour la France et 23 % pour la Suisse. Or les cacaos africains sont des cacaos ordinaires. D’autre part la France avait la possibilité de s’approvisionner en cacaos de la Gold Coast, ce que faisait Le Havre après la première guerre. Le transfert d’approvisionnement vers les colonies françaises entre 1919 et 1927 n’en est donc que plus remarquable. Le changement de réservoir est plus précoce et plus prononcé que dans le domaine du café.

  • 38 De 1900 à 1927, la production mondiale de cacao est passée de 102 000 tonnes à 519000 tonnes. En 19 (...)

31L’année 1927, mauvaise pour les importations totales de cacao, est comme un signal de la conversion. C’est précisément en cette période de resserrement du marché international que le commerce impérial du cacao vient structurer durablement les importations. La crise de 1929 n’a fait qu’amplifier ce transfert. Le Havre est déjà, en 1927, à la fois le premier port français des cacaos (70 % des importations), le premier port des cacaos des colonies françaises (53 % de ses entrées)38.

Tab. 12 – L’Afrique devient le premier producteur mondial de cacao (en %)

Amérique

Asie

Afrique

1895

86,40

3,50

10,10

1928

35,00

1,40

63,60

Sources : Bull. ICH, no 4, mars 1930, p. 42.

Fig. 8 – La substitution de réservoir des importations havraises de cacao (d’après RS-CC et AS-PAH)

Fig. 9 – Le Havre, premier port colonial français des cacaos (d’après l’Annuaire de l’Institut colonial de Marseille, 1928)

  • 39 Union coloniale. D’après une note d’Émile Prudhomme dans L’Agronomie coloniale, CAOM, 100 APOM, 398 (...)
  • 40 RS-CC, 1936, p. 32.

32En 1937 les cacaos coloniaux représentent 90 % des importations françaises et havraises de ce produit. Entre 1920 et 1927 il y a donc un véritable transfert, durable, du lieu d’approvisionnement depuis l’Amérique vers l’Afrique, et de l’étranger, (colonies d’Afrique anglaise comprises, Gold Coast), vers l’Empire colonial français. À l’image de la conquête du marché havrais par les cafés robustas, le cacao colonial provoqua une petite révolution culturelle chez les négociants qui l’acceptèrent plus par nécessité que par goût. « Le cacao de Côte-d’Ivoire jouit de peu de faveur au Havre, car on lui reproche son goût de terroir et sa présentation défectueuse. »39 Jusqu’à la décolonisation, ce sont l’Empire et la zone franc qui fourniront l’essentiel du cacao consommé par la France et passant par Le Havre. La majeure partie des cacaos est réexpédiée dès le débarquement par voie d’eau jusqu’à Paris40.

La captation des exportations africaines

33En 1929, la part de l’AOF dans les importations du port du Havre est de 35 %. Or ce cacao représente 62 % des exportations de l’AOF sur la France. Les trois principaux réservoirs du cacao havrais sont la Côte-d’Ivoire, le Cameroun, le Togo. Voici la part prise par Le Havre dans l’écoulement de la production ivoirienne.

Tab. 13 – Le Havre, débouché des cacaos de Côte-d’Ivoire en 1931 (en tonnes)

Tab. 13 – Le Havre, débouché des cacaos de Côte-d’Ivoire en 1931 (en tonnes)

Statistiques d’après les Bull. ICH, no 41 930 et no 1 001 938.

34En 1936, la proportion coloniale s’élève pour Le Havre à 91 % du nombre de sacs débarqués. Plus de la moitié vient de Côte-d’Ivoire et un tiers du Cameroun et du Togo. Les autres provenances sont les Nouvelles-Hébrides, la Martinique, la Guadeloupe, Madagascar et l’AEF. L’Afrique noire représente plus de 95 % des approvisionnements coloniaux du Havre en 1937 (fig. 10).

Le rôle des prix et des tarifs douaniers dans le changement de réservoir

  • 41 RDCC, no 122, 16-02-1935.

35« La production coloniale de cacao a pris une grande importance en raison de ce que ce produit est protégé par le privilège colonial ». Alfred Stempowski, au nom du Syndicat du commerce des cacaos, exprimait ainsi devant le ministre du Commerce, en 1935, le rôle stimulant de la protection au bénéfice des colonies41. La Côte-d’Ivoire produisait environ 1100 tonnes en 1901, près de 42 000 en 1934. La production totale des colonies était estimée à 70 000 tonnes et la consommation en France de ces provenances à 36 000 tonnes sur une consommation totale de 40 000.

  • 42 Variété de cacao du Ghana (en ce temps Gold Coast) qui sert de base à la cotation.

36La comparaison de ces courbes de prix avec celle des importations, de 1923 à 1927, laisse apparaître une hausse des cours correspondant à la diminution des entrées (fig. 11). À partir de 1927-1933, la substitution quasi totale du réservoir colonial au réservoir étranger coïncide avec une recrudescence des entrées, tandis que les prix chutent. Après 1934, les cours remontent, en partie seulement, jusqu’à 1937, et les prix coloniaux semblent tirer vers eux les prix de l’Accra42. On a souvent écrit que les Africains eux-mêmes avaient résisté à la crise en intensifiant la production indigène ; alors même que la surproduction s’accentuait. Si bien qu’en 1937, la Côte-d’Ivoire fournissait 56 % des arrivages coloniaux, et produisait à elle seule un tonnage supérieur à la consommation française. La production des colonies françaises était égale au double du débouché métropolitain. Aussi a-t-on créé, devant l’abondance de l’offre, un marché réservé en métropole.

37La protection coloniale rend artificiellement lucratif le commerce du cacao et du poivre sur le marché havrais entre 1930 et 1938. Certes une partie de la production des colonies, obligée de chercher des débouchés à l’étranger entre en concurrence avec les produits similaires sur le plan international. (Le décret du 5 novembre 1933, toujours en vigueur en 1936, avait obligé les coloniaux à exporter sur l’étranger une quantité égale à celle de leurs envois sur la métropole afin que les cours permettent une vente à bénéfice.) Mais en France, les producteurs coloniaux, en période de surproduction,

Fig. 10 – Les provenances et volumes comparés des cacaos coloniaux au Havre en 1937 et 1961 (d’après RS-CC et AS-PAH)

  • 43 Marc Simon (directeur de l’ICH), Bull. ICH, no 16, avr. 1931, p. 7.

[sont assurés] d’écouler leurs cacaos et leurs poivres jusqu’à concurrence de la totalité de la consommation métropolitaine et à un prix plutôt supérieur aux prix mondiaux. En effet, le consommateur bénéficiant de l’exemption des droits de douane sur les cacaos et les poivres d’origine coloniale accordera toujours la préférence aux produits qui, à qualité égale lui reviennent meilleur marché43.

Fig. 11 – Les prix des cacaos coloniaux anglais et des cacaos coloniaux martiniquais sur la Place du Havre de 1919 à 1939

  • 44 Bull. ICH, no 32, août 1932, p. 9.
  • 45 RS-CC, 1936.

38Le privilège colonial était-il véritablement dissuasif ? Sans aucun doute. Le cacao étranger se verra appliquer la taxe douanière (1,80 F par kg44). Le prix à l’entrepôt du lieu de production étant équivalent en 1932 pour les deux provenances, le privilège colonial fait donc bénéficier le cacao des territoires français d’une détaxe de 1800 F la tonne. À l’acquitté, le cacao d’origine étrangère vaudra pratiquement le double du cacao colonial. Dans ces conditions, seuls les cacaos fins, ceux du Venezuela utilisés par les confiseurs par exemple, ont quelque chance de trouver preneur45. On comprend aussi que dans la perspective d’un retour à la libre concurrence, les négociants insistent fréquemment sur la nécessité d’améliorer la qualité des cacaos coloniaux. Les courbes des prix à l’entrepôt des cacaos coloniaux et des provenances étrangères sont beaucoup plus proches que les courbes identiques du café colonial et étranger. Pour le cacao, le privilège colonial jouait donc au maximum. Ceci explique sans doute un changement de réservoir plus précoce et plus franc que dans le commerce du café. Au temps de l’Union française, le marché contraint par le rôle donné au Groupement national d’achat, dirigé par un négociant du Havre, a joué dans le sens d’une hausse des prix en francs constants. Le cacao de l’outre-mer français est toujours exempt de droits, alors que le produit étranger supporte une taxe ad valorem de 25 %, suspendue à la fin des années 1950, plus précocement que pour le café.

Tab. 14 – La Place du Havre dans les exportations vers toutes destinations des cacaos de l’Afrique noire (en tonnes)

Afrique noire française

Exportations

Le Havre

Captation (en %)

1925-1929

23 565

1926

58

1930-1934

49 301

1931

46

1935-1939

86 815

1937

34

Sources : J.-J. Poquin, Les relations économiques extérieures..., p. 51 et Bull. ICH, no 100, mars 1938.

Tab. 15 – Les productions et exportations, ivoiriennes et camerounaises de cacao (en tonnes), captées par Le Havre de 1926 à 1961

Tab. 15 – Les productions et exportations, ivoiriennes et camerounaises de cacao (en tonnes), captées par Le Havre de 1926 à 1961

Colonne 3 : exportations de cacao du territoire vers la métropole.
Colonne 4 : exportations de cacao du territoire vers le port du Havre.
Colonne 5 : part des exportations vers la métropole captée par le port du Havre.
Colonne 6 : part de la production du territoire acheminée vers Le Havre.
Sources : Bull. ICH, no 1 001 938, p. 24-25, RS-CC, AS-PAH, MT du 21-11-1970, p. 333-336.

Une relative émancipation des producteurs coloniaux

39En observant les statistiques de l’Institut colonial du Havre, on s’apercevra que Le Havre capte en 1926 :77 % de la production coloniale française et seulement 36 % en 1937, alors que le port continue de représenter les trois quarts des importations coloniales françaises. Cela signifie donc que les colonies françaises ont augmenté leurs débouchés étrangers. Cette érosion de la capacité d’absorption des flux coloniaux est donc très nette à l’égard du Cameroun et de la Côte-d’Ivoire, découlant logiquement des progrès accomplis dans la production de ces territoires.

  • 46 A. Fritz, Cours de productions..., p. 83.

40La production totale de cacao dans la France d’outre-mer est passée de 1800 tonnes en 1913, à 95 000 tonnes en 1938, puis 150 000 tonnes en 195546. Mais la croissance spectaculaire est contemporaine des années de crise où la production excède largement les besoins de la métropole. En 1955, Le Havre n’absorbe plus que 14 % des exportations des colonies. L’émancipation des producteurs coloniaux à l’égard du Havre est aussi une émancipation à l’égard de la métropole. Au profit de qui s’opérait cette dernière ? Était-elle de nature néocolonialiste ou bien significative d’une autonomie relative de la colonie ? L’aube des Indépendances verra des entreprises havraises se placer à l’interface du producteur colonial et de l’acheteur étranger, touchant ainsi une part des dividendes de cette émancipation.

Les autres produits alimentaires coloniaux

Le thé, le poivre, la vanille, denrées protégées

  • 47 Balzac, César Birotteau (1837), in La Comédie humaine, Paris, Gallimard (La Pléiade), 1965, tome V, (...)

Le thé ne vient que de deux manières, par caravane ou par Le Havre, dit-il d’un air finaud47.

  • 48 Bull. ICH, no 50, janv. 1934.
  • 49 Et particulièrement deux petits importateurs : les Éts Thiel et Leleu, et la Compagnie française de (...)
  • 50 En 1938 Le Havre aurait capté la totalité des thés d’Indochine sur la France : 635 tonnes sur 1180 (...)

41Le thé fait rarement l’objet de commentaires dans la documentation portuaire havraise. Le Havre importe 383 tonnes de thé en 1895. Ce produit étroitement lié au négoce du café fait alors l’objet de campagnes de vulgarisation et d’expansion auprès des consommateurs métropolitains mais également auprès des négociants. Depuis le 1er janvier 1914, le thé d’Annam et du Tonkin est exempté de droits de douane. En 1928 un thé d’Annam fine feuille se vend au Havre 15 F, et un thé noir de Ceylan 25 F auxquels s’ajouteront 3,50 F de droits de douane. Le 3 novembre 1933, le Conseil d’administration de l’Institut colonial entend un exposé de Robert Du Pasquier, agent du Service de l’Agriculture au Tonkin, sur les progrès réalisés dans la culture du thé et du café en Indochine48. L’agronome souligne le décalage entre le gros potentiel de la colonie et la qualité médiocre de la plupart des thés achetés aux petits cultivateurs indigènes. Les exportateurs, soucieux de bas prix, ne font rien pour changer cela. L’avenir est donc dans les nouvelles exploitations possédant des usines modernes. Les services agricoles orientent leurs efforts vers une aide à la préparation du thé vert. Cette question intéresse au plus haut point Le Havre49, qui, en 1936, reçoit 80 % des importations françaises de thé et la presque totalité des thés d’Indochine, en forte progression. Les trois variétés indochinoises sont le Moyen-Tonkin au bon arôme, mais qui manque de force, l’Assam qui est fort en tanin mais a peu d’arôme, le thé Shan, thé de montagne à l’excellent arôme, apprécié même des Chinois. Sur 1150 tonnes importées par Le Havre en 1936, l’Indochine procure 400 tonnes et Ceylan, la Chine et les Indes réunis 750 tonnes. En 1937 et 1938 les importations d’Indochine progressent de 400 à 630 tonnes50. Le Vietnam demeure ensuite un modeste fournisseur de la France (167 tonnes en 1955) alors qu’il est lui-même importateur depuis la Chine et Hong Kong. En 1961 Le Havre n’importe plus que 132 tonnes de thé depuis la zone franc.

  • 51 TX-CC, 1919, p. 55.
  • 52 TX-CC, 1900, RS, p. 34,1895 : les poivres de l’Indochine ont été favorisés par une réduction de moi (...)
  • 53 En 1928, le Tellichéry entrepôt vaut 975 F les 50 kg et paye 270 F de droits de douane tandis que l (...)

42En 1895, avec 3251 tonnes importées par Le Havre le poivre est au 37e poste en valeur (2,8 millions de francs). Il est impossible d’établir une courbe des importations de poivre en raison des variations de la nomenclature, et de juger de son évolution après 1945, sinon pour constater que le couple « épices - thé » représente un tonnage faible. Les arrivages sont très irréguliers. Le tonnage maximum est de 8400 tonnes en 1911. Les problèmes monétaires contribuent sans doute aux fluctuations, comme en 1919 avec 564 tonnes entrées. À cette date, selon la chambre de commerce, « il est à déplorer que pour notre colonie française indochinoise, le franc français ne puisse servir de base à nos achats et qu’il faille le transformer en piastres pour payer les produits de la colonie »51. Dès 1900, les poivres de l’Indochine, qui bénéficient d’un marché à terme sur la Place du Havre depuis 1891, se sont substitués progressivement aux poivres des Indes anglaises, grâce à la réduction de moitié qui leur est accordée sur les droits de douane52. Effectivement, de 1895 à 1900, la part de l’Indochine est passée de 25 à 70 % des poivres importés au Havre. Le privilège douanier est d’un montant moins important en 1928 pour le « Saigon », mais il est total depuis 1914 pour le poivre de Madagascar53.

  • 54 RDCC, no 100, 28-01-1919, requête appuyée par la chambre de commerce.
  • 55 Jean Raoul-Duval, pour le Syndicat du commerce des poivres, RDCC, no 122,16-02-1935. À cette date, (...)
  • 56 A. Fritz, Cours de productions..., p. 159 (Indochine de 5515 à 1016 tonnes et Madagascar de 1184 à (...)

43Les poivres coloniaux fournissent la totalité de la consommation française. Le Havre reçoit 61 % des importations de la métropole en 1913,18 % en 1934,66 % en 1937. On réexpédie en transit direct sur Paris la moitié de ces importations. Le poivre de Madagascar, d’excellente qualité, est débarqué de plus en plus à Marseille alors que le port phocéen n’importait au total en 1927, que la moitié du tonnage havrais. Signe parmi d’autres de la volonté de leadership havrais en ce domaine avant la seconde guerre mondiale, le Syndicat havrais du commerce des poivres, rappelant que le port figure au 1er rang des importateurs, réclame en 1919 que soient dirigées vers lui « les deux tiers des 1600 tonnes de poivre privilégié qui doivent être achetées dans la colonie par le gouvernement général de l’Indochine », Marseille et Bordeaux devant se partager le tiers restant54. En 1936, sur 1650 tonnes débarquées au Havre, 1550 tonnes viennent d’Indochine et 100 tonnes de Madagascar. Durant les années 1930, les stocks s’effondrent : 220 000 sacs en 19 135 200 sacs au total en 1935. D’autre part, les droits de douane sur les poivres étrangers « prohibent tout simplement l’importation »55 alors que le négoce se plaint d’une baisse de qualité des poivres de Saigon. En 1 950 350 tonnes « d’épices - thés » ont été importées au Havre, dont 167 de Madagascar. De 1938 à 1950, les importations havraises et les exportations de la France d’outre-mer ont subi le même sort : une division par 4,5 des quantités56. En 1958, 695 tonnes d’épices - thés sont entrées, dont 356 de Madagascar pour un total colonial de 369 tonnes.

Tab. 16-Les importations de poivres par le port du Havre (en tonnes)

Tab. 16-Les importations de poivres par le port du Havre (en tonnes)

Sources : RS-CC, AS-PAH.

  • 57 Notamment Deville, Roux, Jallageas, Dammann, Commerciale de Madagascar, Cotonnière des Établissemen (...)

44L’importation de vanille est toujours associée au commerce des autres denrées coloniales, le thé, le café, le poivre. Sept maisons havraises recensées l’intègrent à leur objet social57. Malheureusement ce produit n’apparaît pas dans la nomenclature portuaire, seulement dans les mercuriales. Ce produit est lui aussi stimulé par le privilège colonial, au détriment des provenances mexicaines. Sont exemptes de droits depuis 1914, les vanilles malgaches, réunionnaises et antillaises. En 1927, c’est la vanille de Tahiti qui est à son tour privilégiée. Les territoires de la France d’outremer assurent 85 % de la production mondiale de vanille et Madagascar et Tahiti assurent à eux seuls 90 % des exportations coloniales de 1955.

Des céréales coloniales, riz et mais

45Le président du Syndicat du commerce des grains, Maurice Génestal, écrit dans le Bulletin de l’Institut colonial du Havre, en 1938 : « Le fait saillant dans l’évolution du commerce des grains en France a été, ces dernières années, le développement considérable des importations de riz et de maïs coloniaux, l’Indochine fournissant la totalité du riz et la plus grande partie du maïs. » Le Havre port du riz : la formule peut sembler étrange. Pourtant le riz colonial a connu une période faste dans le port normand. En 1895, avec 8099 tonnes importées, le riz occupe le 34e poste pour une valeur de 3,2 millions de francs. À l’extrême fin du XIXe siècle, la Société anonyme des Rizeries françaises s’approvisionne aussi bien en Birmanie qu’en Indochine, et bientôt à Madagascar. En 1913, les quantités importées ont été multipliées par sept par rapport au début de la période coloniale, et par huit en 1924, 64 200 tonnes. La période 1929-1938 est particulièrement favorable, au moment où les négociants havrais unissent leurs capitaux à ceux des Marseillais pour la maîtrise du commerce des riz coloniaux. La progression des tonnages de riz d’Indochine entrés au Havre et la part prise dans les importations totales de riz par le port de 1924 à 1929 sont présentées dans le tableau qui suit, en tonnes :

Tab. 17 – L’évolution de la part des riz d’Indochine dans les importations havraises de riz

Tab. 17 – L’évolution de la part des riz d’Indochine dans les importations havraises de riz

D’après le Bull. ICH, no 8, juil. 1930.

46En 1927, avec 33 000 tonnes, Le Havre est le deuxième port colonial des riz. Les importations marseillaises sont trois fois plus importantes (93 208 tonnes) et Le Havre est talonné par Dunkerque (25 500 tonnes). À cette date, 94 % du riz débarqué vient des colonies françaises, 96 % en 1937. C’est de 1929 à 1936 que les importations de riz connaissent leur plus forte progression.

Fig. 12-Les importations de riz au Havre, toutes provenances (en tonnes de 1 000 kg) (d’après les chiffres de RS-CC et AS-PAH)

  • 58 D’après les chiffres du Bull. ICH, no 100, mars 1938 et J. Marseille, Empire colonial et capitalism (...)
  • 59 Globalement, les importations havraises représentent alors environ 2,5 % de la production totale de (...)
  • 60 Un marché à terme des riz, mis en place en 1925, n’avait pas bien fonctionné. Le marché des riz col (...)
  • 61 No 232, janv. 1949, p. 5. « Avant guerre, la France importait 700 000 tonnes de riz d’Indochine pou (...)

47Au moment de l’apogée, l’Indochine est devenu le réservoir quasi exclusif. En 1936, les importations havraises de riz colonial représentent 18,4 % des expéditions de l’Empire en direction de la métropole58. Si les riz d’Indochine fournissent l’essentiel des quantités, les importations indochinoises du Havre ne représentent que 12,8 % des importations indochinoises de la France. En 1937, Le Havre capte 16 % des exportations du riz de Saigon vers la métropole, c’est-à-dire 7,5 % des exportations totales du riz de Saigon59. « La hausse des ventes de riz en France a été facilitée par les bas prix de 1933 à 1935 et par la diminution des importations de maïs. » (Il s’agit évidemment du maïs étranger et non du maïs colonial.) Comme il apparaît sur la courbe, cette prospérité n’est que passagère et des signes d’essoufflement apparaissent dès 1937. Selon la chambre de commerce la cause en serait la cherté de la manutention. Des cargaisons doivent transborder à Marseille, ce qui a favorisé Cherbourg, Dieppe et même Honfleur qui reçoivent directement des maïs et riz d’Indochine. En 1936, apogée de la courbe, Le Havre reçoit 20 % des importations françaises, 13 % seulement en 1937. Malgré la création, le 4 janvier 1937, d’un marché à terme des riz coloniaux60 la tendance est donc à la baisse dès 1937. Le Havre ne retrouve pas son commerce colonial des riz après la deuxième guerre mondiale. Le cycle du riz colonial est presque terminé. Pourtant, en 1954, Madagascar a produit plus d’un million de tonnes et l’AOF 600 000 tonnes. C’est que désormais la colonie produit davantage pour elle-même. En 1961 le port normand ne reçoit que 19 286 tonnes de riz (4600 tonnes du Cambodge, 4800 de Madagascar, 9130 tonnes du Sud-Vietnam). Au temps de l’Union française, le riz n’est plus un produit « indisponible » en métropole. Dans la Revue internationale des produits coloniaux et du matériel colonial, le président des Riziculteurs de France, Clauzel, écrit : « La France peut produire le meilleur riz du monde. »61

48En 1927 Le Havre est le troisième port des maïs en France derrière Marseille et Dunkerque, et le troisième port colonial. À cette date le maïs n’est qu’un produit faiblement « colonial » comme il apparaît dans le tableau ci-après.

  • 62 Les importations françaises passent de 700 000 tonnes (dont 675 000 d’origine coloniale) en 1938, à (...)

49Au moment où s’impose le maïs colonial, apparaissent, là aussi, les premiers signes de la fin du cycle des maïs importés. Cette évolution n’est pas propre au Havre62.

Tab. 18 – Les grands ports importateurs de maïs en 1927

Importations

Colonies

 % colonial

Marseille

244 023

34 999

14

Dunkerque

198 441

17 601

9

Le Havre

145 723

12 239

8

Bordeaux

88 383

1366

1,5

Nantes

1301

301

23

D’après l’Annuaire de l’Institut colonial de Marseille, 1928.

Fig. 13 – L’irrésistible chute des maïs coloniaux sur le marché du Havre de 1937 à 1960 (d’après les chiffres de RS-CC et AS-PAH)

  • 63 107 000 tonnes d’origine coloniale en 1936 sur 112 000 (RDCC, no 125,19-07-1937).

50Le changement de réservoir au profit du domaine colonial s’est réalisé à partir de 1932. Les quantités de maïs importées des colonies françaises s’élèvent en 1936 à 107 000 tonnes, soit 96 % des arrivages de ce produit sur le port du Havre contre 8 % en 1927. Jusqu’à 1932, le principal fournisseur de la France est la République Argentine. Le droit de douane imposé aux maïs étrangers est alors porté de 24 à 40 F par quintal. Il atteindra 40 puis 51 F en 1938. Jointe à l’affaiblissement de la monnaie, la protection douanière est telle que les licences d’importation ne sont même plus utilisées. Le maïs colonial entre en franchise de droits et n’est pas contingenté. La substitution des maïs coloniaux aux maïs étrangers en découle logiquement63. Les maïs d’Indochine profitent de cette situation. Les besoins de la France ont fait doubler les cours de cette céréale à Saigon. Au Havre, ils sont passés de 60 F en janvier 1936 à 110 F CAF en janvier 1937, alors que le maïs d’Argentine, au prix international, serait parvenu à 103 F CAF-Le Havre. Le privilège colonial gêne la vente de ces derniers. Mais la situation confortable faite aux maïs coloniaux sera de courte durée. Le déclin du maïs indochinois était largement entamé lors de la perte de l’Indochine. De 1949 à 1954, les importations de ce territoire n’atteignent pas le dixième de leur tonnage de 1938. En 1955, c’est le Maroc qui représente 87 500 des 98 000 tonnes exportées par les Territoires d’outre-mer.

  • 64 Bull. ICH, no 100, mars 1938.

51Les riz et maïs ont au bout du compte fragilisé le négoce colonial havrais, à l’inverse du café, du cacao et du bois qui l’ont renforcé. Des signes de dégradation existaient avant la seconde guerre mondiale. La concurrence des autres ports, petits ou grands, devenait plus vive. En 1937 la douane s’opposait au transbordement direct sur chaland, gênant les importateurs havrais, tandis que Rouen, Nantes développaient leurs importations. Dieppe, Cherbourg recevaient leurs premières cargaisons venues d’Indochine64. La même année, la chambre de commerce de Marseille, consultée officieusement, s’opposait à la création au Havre d’un marché à terme des maïs coloniaux, considérant que la cité phocéenne était devenue un marché national et qu’il convenait de ne pas émietter les efforts. Le maïs colonial a suivi la même courbe que les riz. En effet le pic de 1948-1949 correspond au ravitaillement en période de reconstruction qui se fait essentiellement auprès des États-Unis d’Amérique : 24 500 tonnes pour 35 400 importées par Le Havre en 1950. Ensuite, véritable cause de la fin du cycle, la hausse spectaculaire des rendements et de la production métropolitaine réduit les besoins en maïs d’outre-mer. Avant guerre on estimait que pour des raisons climatiques la France n’était guère propice à la culture du maïs, or en 1950 la métropole produit 500 000 tonnes. Finalement le réservoir colonial du maïs n’aura pleinement fonctionné, pour Le Havre, que de 1932 à 1937.

Fruits, légumes et viandes des colonies françaises

52Le décollage des importations havraises de fruits frais dès le début des années 1930 est dû au développement des fruits coloniaux et particulièrement de la banane, aux Antilles mais surtout en Afrique et particulièrement au Cameroun. La banane, avec 30 000 à 40 000 tonnes par an à la veille de la seconde guerre mondiale, représente un tiers du tonnage, ce qui la place probablement au 5e rang des produits coloniaux en valeur. Contrairement aux céréales coloniales, les fruits retrouvent dès 1953 leur niveau d’avant-guerre et poursuivent leur essor, grâce aux colonies.

53La banane, originaire de Malaisie, cultivée dans l’Inde au Ve siècle avant J.-C., fut introduite sur la côte occidentale d’Afrique par les navigateurs portugais. Au XVIe siècle, elle gagne les Canaries et Saint-Domingue. Sa commercialisation commence vers 1870 pour l’Amérique et 1880 pour les Canaries. Les exportations africaines représentent, de 1935 à 1949, moins d’un cinquième du tonnage américain. En 1927, Le Havre recevait 1024 tonnes de bananes, dix fois moins que Marseille, vingt fois moins que Bordeaux. Cependant 7 % des bananes débarquées à Bordeaux venaient des colonies françaises contre 70 % pour Le Havre. En 1936, Le Havre reçoit quarante fois la quantité de 1927. Malgré quelques aléas résultant de la concurrence entre les ports, la banane est un produit devenu colonial à 100 % à la veille de la seconde guerre mondiale dans le port normand, entraînant la chute des importations depuis les Canaries ou l’Amérique centrale. Le take off de la banane au Havre se produit en 1931.

Fig. 14 Les importations de fruits frais d’origine coloniale et étrangère au Havre de 1930 à 1960 (en tonnes) (d’après les chiffres de RS-CC et AS-PAH)

Tab. 19 – Les importations de bananes en France et au Havre de 1927 à 1932 (en tonnes)

France

Le Havre

1927

79 513

1024

1928

101 102

1396

1929

127 832

1538

1930

182 197

1628

1931

214 182

32 806

1932

en 10 mois : 40 722

Sources : Le Port du Havre, no 140,5-01-1933.

  • 65 Le Port du Havre, no 98,20-08-1931.
  • 66 M. Simon, « L’avenir de la production bananière de la Côte-d’Ivoire », Bull. ICH, no 54, mai 1934.
  • 67 P. Barrère, « Le marché mondial de la banane », COM, 1950, p. 343-369.

54Dès 1932, des hangars spéciaux ont été construits pour la réception des bananes, des docks frigorifiques ont été aménagés. En amont, un frigorifique avait été construit à Conakry en 1926 par le gouvernement de la colonie65. Au Havre, une station de désinfection est installée pour les fruits contaminés. Le négoce de la Place entre en contact, par l’intermédiaire de l’Institut colonial du Havre avec les producteurs, par exemple la Coopérative bananière d’Agboville qui dirige ses premiers envois sur Le Havre en utilisant les lignes allemandes et hollandaises reliant en onze jours, sans aucune escale, Port-Bouët au Havre66. En 1936, la consommation de fruits frais par habitants n’est que de 33 kg par habitant contre 40 kg en Grande-Bretagne, 42 en Allemagne, 65 en Suisse. Il y a donc un avenir. En 1936, Le Havre est le premier port français pour l’importation des fruits frais. Il reçoit le quart des importations françaises de bananes contre le sixième en 1935,30 % des bananes d’AOF, 60 % de celles du Cameroun. Le record s’établit en 1932 à 45 000 tonnes. Au total 97,5 % des importations viennent des colonies françaises. Le décollage du trafic de la banane coloniale est, au Havre, comme en France, le résultat de l’octroi d’un privilège douanier. La banane étrangère paye désormais un droit de 20 à 50 F par quintal dont le produit est réparti entre les colonies productrices de banane. La mutation de réservoir est brutale. Les colonies fournissaient 10 % des importations françaises en 1932, près de 100 % cinq ans plus tard67. Ce qui représentait pour la métropole et sa balance commerciale un gain de 500 millions de francs.

  • 68 RS-CC, 1937, p. 57.
  • 69 RS-CC, 1936, p. 53.
  • 70 AS-PAH. En 1955 le Cameroun avait exporté 76 000 tonnes et l’Union française 316 000 tonnes (A. Fri (...)
  • 71 Étude du trafic du port durant la période 1950-1960, ronéoté, chambre de commerce du Havre, p. 15.

55Le service des bananiers des Chargeurs réunis a été renforcé en 1936 pour faire face au tonnage croissant du Cameroun. Les bananes sont chargées à Douala. La Wœrmann Linie participe aussi au trafic. Il y a en moyenne trois départs par mois. La banane Gros-Michel du Cameroun s’est en partie substituée à l’espèce Musa Sinensis de Guinée et Côte-d’Ivoire. La conférence du CIB de janvier 1937 répartit les arrivages de bananes coloniales dans les ports français. Certes, les bananes des Antilles sont réservées à Rouen et Dieppe : la chambre de commerce du Havre se plaint de ce détournement68 et souligne la valeur de ses équipements. « Nous pouvons en effet recevoir et décharger simultanément en huit heures trois navires bananiers du plus fort tonnage. »69 Effectivement, en 1937, les importations diminuent d’un tiers par disparition presque complète des bananes antillaises mais le Cameroun prend la tête en fournissant 18 755 tonnes. La production camerounaise est passée de 600 tonnes en 1933 à 24 500 tonnes en 1937 : Le Havre a donc reçu 77 % de cette production ! En 1960 les 51 000 tonnes de bananes reçues par Le Havre sont camerounaises70. « Depuis la guerre, le port du Havre reçoit l’intégralité des fruits du Cameroun consommés en France » dit une étude de la chambre de commerce en 196071. Mais globalement avant comme après guerre, Le Havre est le troisième port colonial de la banane, dépassé par Dieppe et parfois par Marseille ou Rouen.

  • 72 J. Tabanou (ingénieur des arts et métiers), Bull. ICH, no 101, avr. 1938.

56D’autres « produits coloniaux » contribuent aussi à la richesse du port. Les fruits en conserve : Le Havre reçoit 70 % des importations françaises d’ananas. Le principal producteur est la Martinique. En 1936, l’Indochine et la Réunion ont entrepris depuis peu cette fabrication. Les légumes frais : à la veille de la seconde guerre mondiale, la contribution coloniale est importante. L’Algérie et surtout le Maroc fournissent 66 % des arrivages en 1936. « Ainsi le Maroc est-il une sorte de jardin d’hiver placé aux portes de la France, sous le soleil africain, juste pour notre approvisionnement durant les saisons déficitaires. »72 Le Havre a ainsi reçu 10 % des pommes de terre de primeur du Maroc importées en France. Un départ hebdomadaire de Casablanca pour Le Havre est assuré alternativement par la Société de gérance et d’armement et les Chargeurs réunis. Cependant l’Office Chérifien de contrôle et d’exportation a ainsi réparti la production maraîchère marocaine à destination de la France :

  • Marseille 50 %

  • Bordeaux 35 %

  • Dunkerque 10 %

  • Le Havre 5 %

57L’Algérie et la Guinée fournissent aussi carottes et tomates. Le Havre dessert tous les territoires situés à l’ouest d’une limite Nantes - Paris - Dieppe. Les légumes secs : en 1937, les importations s’élèvent à 17 250 tonnes de légumes secs, dont 5500 tonnes de fèves marocaines et 2300 tonnes de fèves d’Algérie. Madagascar fournit 450 tonnes de haricots soit 48 % du tonnage des légumes secs.

  • 73 Le tapioca s’obtient par cuisson et gélification de la fécule. Il est ensuite concassé en flocons p (...)
  • 74 Revue internationale des produits coloniaux, no 257, fév. 1951, p. 46.

58Le manioc et le tapioca : l’idée de faire du tapioca de la racine de manioc, comme à Java et au Brésil, date de 188573. À Madagascar, c’est vers 1907 que le manioc devient une culture « industrielle ». La première exportation malgache, 135 tonnes, a lieu en 190974. Au Havre, en 1895, les « fécules exotiques » occupent le 39e rang en valeur des importations. 3526 tonnes en 1895, 4760 en 1913, le décollage n’a pas eu lieu avant la première guerre mondiale. Manioc et tapiocas sont épisodiquement associés dans la nomenclature au sagou ou au salep, ce qui rend la mise en série aléatoire. Le Havre domine largement ses concurrents pour l’importation du manioc.

Tab. 20-La suprématie du Havre dans l’importation de manioc en 1927 (en tonnes)

Importations

Part coloniale

Le Havre

5709

2639

Marseille

229

133

Bordeaux

206

34

D’après l’Annuaire économique colonial de l’Institut colonial de Marseille, 1928.

Fig. 15-Les importations de manioc au Havre (en tonnes) (d’après les chiffres de RS-CC et AS-PAH)

  • 75 En 1960, c’est l’Angola qui représente 8 000 des 12 000 tonnes de manioc débarquées (AS-PAH).

59En 1937, 35 % du manioc, 66 % du tapioca importés en France passent par Le Havre. Le manioc profite plus à Dunkerque avec ses amidonneries, mais Le Havre est vraiment le port du tapioca qui rentre directement dans l’alimentation de la région parisienne. Madagascar est le principal fournisseur du Havre et prépare le tapioca avant de l’expédier en France. Le tapioca colonial représente 90,2 % en 1937 des importations havraises de ce produit. Pour le manioc brut, à la veille de la seconde guerre mondiale, l’Indochine est en plein développement. Cependant, le manioc et les tapiocas, réputés denrées « coloniales » ont tendance à le devenir de moins en moins75.

  • 76 Revue internationale des produits coloniaux, no 257, fév. 1951, p 46.
  • 77 A. Fritz, Cours de productions..., p. 307.

60Pourtant, ces deux produits se maintiennent relativement bien après 1945, car ils contribuent au ravitaillement, et répondent à des habitudes alimentaires. En 1961, Madagascar continue d’exporter 4400 tonnes vers le port du Havre. Mais la courbe indique le déclin de ce produit après l’effort de ravitaillement de la métropole de 1945 à 1949. La raison en est simple : « À partir de 1950, le marché métropolitain est saturé de ce produit. »76 D’ailleurs, Madagascar n’exporte plus, au total, que 6500 tonnes de manioc en 1955 contre 35 500 en 193877.

Tab. 21-La part coloniale des entrées de manioc et tapioca dans le port du Havre

Importations

 % colonial

1937

18 200

90

1950

10 906

81

1958

17 245

45

Calculs d’après RS-CC et AS-PAH.

  • 78 RS-CC, 1936, p. 89.

61Les conserves de viandes et les viandes congelées peuvent être considérées en partie comme des produits coloniaux. Le Havre s’intéresse directement au cheptel sénégalais à la veille de la guerre de 1914, notamment à la conserverie de Lyndiane. En 1927, il est le deuxième port français d’importation de bœuf congelé, et deuxième port colonial en ce domaine avec 40 % d’entrées coloniales. En 1929, il atteint même 60 % des entrées totales en France. Ce secteur est fragile, sensible à la crise. Avant le contingentement consécutif à la crise de 1929, Le Havre importait 30 000 à 35 000 tonnes de viandes congelées. En 1936, un total de 12 650 tonnes, dont les colonies françaises fournissent 34,5 % du total. Madagascar fournit 4140 tonnes de viande. L’apport du Sénégal et du Maroc est plus modeste : 200 et 300 tonnes. Madagascar fournit également 2150 des 2200 tonnes de conserves de viandes qui ont remplacé les provenances d’Argentine frappées par les contingentements78. La production malgache, œuvre de sociétés possédant un outillage moderne fabriquant du corned-beef, est en augmentation constante.

Le Havre port du rhum et des produits sucrants

Vins et rhums sur le port du Havre

  • 79 En 1938, la Martinique a produit 18118 tonnes de rhum et la Guadeloupe 11548. Cf. E. Revert, « Prob (...)
  • 80 RDCC, no 135, 13 fév. 1947.

62Les vins d’Algérie importés par Le Havre sont en grande partie destinés à la consommation locale, les vins du Maroc sont pour l’essentiel réexportés et servent aussi à 1’avitaillement des navires, en concurrence avec les vins portugais. Quatrième port français des vins en 1927, Le Havre reçoit 87 % de ses approvisionnements des colonies et protectorats. Les rhums et alcools importés s’élèvent à 29 400 tonnes en 1936. Ils sont en général confondus dans une rubrique « eaux-de-vie - liqueurs ». Le Havre accueille les deux tiers des importations françaises de rhum, (65 % en 1929). 60 % des rhums viennent de la Martinique, de Madagascar et de la Réunion, les deux tiers de la Guadeloupe79. La presque totalité de ceux de l’Indochine, de la Guyane et des Nouvelles-Hébrides sont dirigés vers Le Havre. Ce trafic donne lieu à des opérations commerciales multiples : coupages, mélanges, mises en bouteilles. Certains établissements abandonnent l’importation ou le négoce pour se spécialiser comme entrepositaires (la petite maison Sautreuil par exemple). Les circuits de distribution s’étendent à la plus grande partie de la France, surtout le nord et l’est80.

Tab. 22 – Les importations havraises de rhum (en tonnes)

1935

1936

Martinique

7000

10 000

Guadeloupe

7500

8000

Réunion

4650

3700

Madagascar

1000

1000

Indochine

1350

800

Guyane

100

150

Nouvelles-Hébrides

25

Sources : RS-CC, 1936, p. 49.

  • 81 Dont 88 900 à la Martinique, 67 922 à la Guadeloupe, et 30629 à la Réunion (cf. COM, 1950, p. î à 2 (...)
  • 82 La loi de 1922 fut complétée par celle du 27-12-1923. La surtaxe des rhums coloniaux horscontingent (...)
  • 83 RS-CC, 1936, p. 50.
  • 84 « Le régime du contingentement et son application aux rhums des colonies françaises », Bull. ICH, n(...)
  • 85 Raphaël Confiant, dans son roman Régisseur du Rhum (Paris, Presses Pocket, 2000, p. 24) évoque cet (...)

63En 1893, vins et rhums n’occupaient que les 13e et 25e places aux importations en valeur. En 1937, ils sont aux 7e et 6e postes, totalisant 121 millions de francs (ce qui les placerait à la deuxième place des produits coloniaux en les cumulant). Une politique d’assainissement du marché des rhums est conduite dès 1922. Elle est rendue nécessaire par les stocks importants de l’intendance militaire qui pèsent sur les prix. La loi du 31 décembre pose pour la première fois le principe du contingentement des rhums et tafias des colonies françaises. Les rhums inclus dans le contingent peuvent entrer en franchise, mais la quantité à admettre est limitée à 160 000 hectolitres d’alcool pur. Le contingent fut augmenté au cours des années suivantes, aux alentours de 200 000 hectolitres81. Cette augmentation raisonnable était souhaitée par le négoce havrais, mais celui-ci trouvait malgré tout des vertus à ce contingentement. En effet, la surtaxe sur les rhums hors-contingent, élément d’un système fiscal aux rouages très complexes, a permis le maintien des prix82. Selon la chambre de commerce, la remontée des prix CAF-Le Havre à la fin de 1936 a eu « d’heureuses conséquences sur la situation économique à la Guadeloupe et à la Martinique »83. « Dans la période de surproduction que nous traversons, il vaut mieux vendre moins mais plus cher que vendre beaucoup à des prix de famine » écrit l’Institut colonial du Havre, saluant une « organisation rigoureuse mais salutaire » qui a raréfié l’offre pour provoquer la hausse des cours, en « évitant que ces cours atteignent un prix prohibitif pour l’acheteur métropolitain »84. Vu de la colonie, le contingentement fut sans doute moins apprécié85.

  • 86 F. Mariotti (président de l’Union des syndicats métropolitains d’importation et d’Exportation des r (...)

64Placée sous le contrôle du Groupement national d’achat en temps de guerre, l’activité est réduite de 75 % pour les courtiers et importateurs, jusqu’à l’épuisement des stocks en 1944. Elle est réduite à néant pour les commissionnaires-mandataires des producteurs coloniaux. En 1946, un programme d’importation appuyé par les ministères est mis sur pied par la nouvelle Union nationale des Syndicats des importateurs et exportateurs de rhum, avec une répartition à l’amiable entre les maisons intéressées, d’un contingent de 245 000 hectolitres. En octobre 1947, le Comité interprofessionnel du Rhum qui réunit producteurs, importateurs et négociants, et comprend le Syndicat du Havre, décide la répartition suivante des importations : Le Havre : 40 % ; Bordeaux : 30 % ; Paris : 18 % ; Marseille : 5 %86. Mais au lendemain de la guerre, la reprise est plus favorable à Marseille et Bordeaux qu’au Havre. Ici comme en matière de fruits, l’absence de lignes régulières défavorise le port normand. Le Syndicat des importateurs de rhums des colonies françaises de la Place se plaint en 1947 de ce que les chargements à la colonie se font au hasard, si bien que des négociants havrais reçoivent des marchandises à Bordeaux ou Marseille d’où ils sont obligés de faire venir une partie de leur rhum en chemin de fer.

  • 87 RDCC, no 135, lettre de Marotte, président de l’Union syndicale des importateurs de rhum des coloni (...)
  • 88 Cf. J.-C. Maillard, « Du repli impérial à l’ouverture européenne, les relations économiques de Bord (...)

65Si bien que l’époque où le port possédait ses lignes de voiliers antillais jusque vers 1920 apparaît comme un âge d’or du commerce des rhums coloniaux. Certes, la prééminence havraise sur le rhum colonial n’est pas remise en cause (Marseille ne recevait en 1938 que 3,8 % des importations françaises de rhum)87. Trois fois plus important que le trafic havrais en 1913, le trafic bordelais des rhums lui est inférieur en 195088. Pourtant, au temps de l’Union française, le négoce du rhum s’essouffle. Les cognacs, armagnacs et eaux-de-vie de marc réapparaissent en force sur le marché métropolitain. Les transformations des habitudes de consommation et un certain nombre de contraintes techniques qui seront évoquées dans l’étude des entreprises ont freiné le commerce du rhum. Le Havre ne recevait plus en 1950, ou en 1958, que 16 500 tonnes, contre 29 500 tonnes en 1936. Il est loin le temps où le trafic des rhums était venu pallier en partie, aux débuts de la deuxième colonisation, l’essoufflement du cycle du sucre de canne.

Fig. 16 et 17 – Le Havre, débarquement du vin. Oran, embarquement du vin

Un cycle du sucre qui s’achève

  • 89 Bull. ICH, no 50, janv. 1934.
  • 90 « En 1840 encore, la canne fournissait 99 % du sucre consommé dans le monde. [...] Ce n’est qu’en 1 (...)
  • 91 Revue internationale des produits coloniaux, no 256, janv. 1951.

66Les relations traditionnelles du Havre avec les îles à sucre de la première colonisation ont perdu leur intensité. Les chargements abondants qui parvenaient encore sous le Second Empire pour les négociants Foache, Ancel, Hauchecorne ou directement pour le raffineur Kayser-Clerc, ont déjà laissé leur place aux rhums et tafias avant 1880. En 1913, les sucres en poudre des colonies françaises entrés au Havre représentent un total de 2718 tonnes contre 2068 tonnes de sucre étranger (56,9 % du total importé). En 1927 Le Havre n’est que le deuxième port français et le troisième port colonial du sucre et 15 % seulement des sucres en poudre proviennent des colonies françaises. En 1933, avec 5700 tonnes de toutes provenances, il ne figure même pas dans les « principaux produits » coloniaux recensés par l’Institut colonial89. Le Havre ne dessert pas, comme Marseille, Bordeaux ou Nantes de grosses raffineries. Mais la vraie cause de cette désaffection pour le sucre de canne est, bien sûr, la concurrence du sucre de betterave90. En 1920, le prix très bas du sucre des Antilles est remonté passagèrement à cause des conséquences de la première guerre sur la culture de la betterave. En 1931, l’industrie sucrière métropolitaine étant reconstituée, le sucre colonial est contingenté par un décret-loi de 1935, les quantités envoyées sur la métropole sont limitées à 13 % de la production métropolitaine. Le redressement après la crise ne profite donc pas aux colonies. Sur 23 500 tonnes importées en 1937, les principaux fournisseurs sont Cuba et les Indes néerlandaises, la Grande-Bretagne. Les provenances coloniales sont faibles : Indochine, Martinique, Réunion, Madagascar représentent ensemble moins de 8 % du sucre débarqué. Vue de la colonie, cette part havraise est encore plus faible car la seule Martinique entre 1935 et 1940 produit et exporte chaque année 50 à 60 000 tonnes de sucre91. En 1950, comme en 1958, les Antilles, unique réservoir colonial fournissent 18 000 tonnes au port normand.

Fig. 18-Manutention des rhums au Havre en 1930

Tab. 23 - Les importations totales de sucre par le port du Havre (en tonnes)

Tab. 23 - Les importations totales de sucre par le port du Havre (en tonnes)

D'après RS-CC et AS-PAH.

  • 92 « Au cours de ces dix dernières années », Bull. ICH, no 100, mars 1938, p. 31.

67Au commerce des sucres s’ajoute celui des produits sucrants. Par produits sucrants on entend généralement les miels. Les miels exotiques étaient au début du siècle, importés de Cuba, d’Haïti, du Mexique, de la Californie. Le miel de Guinée fut d’abord importé avec l’intention de le distiller pour en faire de l’alcool, quand une loi vint interdire la fabrication des alcools avec des matières étrangères et coloniales. Les miels de Guinée furent alors utilisés dans la biscuiterie et la fabrication des pains d’épices92. Principal marché français des cires et miels, Le Havre reçoit 56 % des importations françaises en 1936. Les principaux fournisseurs de cire sont Madagascar, l’AEF et l’AOF, pour le miel la Guinée. Le tonnage strictement colonial au Havre s’élève à 1 000 tonnes soit 69 % des importations havraises de ce produit. En 1938, 513 tonnes de miel importées valent 1,9 million de francs, un peu moins que le poivre (2,4 millions).

Des matières coloniales pour l’industrie

Les oléagineux : des importations modestes

  • 93 TX-CC, 1919, p. 66.

68L’appellation « oléagineux » recouvre une variété de produits dont la part relative est mouvante. La courbe des importations havraises est en dents de scie mais la quantité importée est à peu près identique tout au long de la période étudiée. Le réservoir colonial s’est développé, mais sans faire du Havre un grand port des oléagineux coloniaux. Pourtant ces matières premières jouent un rôle important dans l’industrie locale. « Les importations de graines oléagineuses sont pour la plus grande partie destinées à l’industrie de la région. »93 Les arachides destinées à l’huilerie locale sont transportées sur des tramps, Scandinaves, en général. Elles sont embarquées à Rufisque et dans les ports voisins, en coques.

69Au début de la période coloniale, en 1893, les importations de graines oléagineuses sont minoritairement africaines, hormis l’huile de palme et les arachides venues de comptoirs du Golfe de Guinée. Les chargements sont surtout constitués de lin, 11 000 tonnes sur 28 000, et de colza. L’Europe et l’Inde fournissent l’essentiel des arrivées destinées en grande partie aux fabricants de l’intérieur de la France. La valeur de ces entrées n’est pas négligeable : en 1895, avec 70 500 tonnes d’oléagineux, c’est le 9e poste en valeur (16,5 millions de francs 1895). Au début des années 1930, Le Havre se situe au 4e rang des ports français en ce domaine, recevant environ 7 % des oléagineux de toutes provenances.

Fig. 19-Importations d’oléagineux de toutes provenances (en tonnes)
(d’après les chiffres de RS-CC et AS-PAH)

Tab. 24 – Les importations françaises de graines et fruits oléagineux en 1932 (en tonnes)

Tab. 24 – Les importations françaises de graines et fruits oléagineux en 1932 (en tonnes)

Sources : RDCC, no 120. Rapport Vaquin, 30-03-1933, p. 267.

70Concernant les arachides, Le Havre ne capte qu’une part modeste de la production coloniale, moins de 5 %. Le tableau ci-dessous confronte les entrées totales d’arachides au Havre et la production du Sénégal, en tonnes.

Tab. 25 – Comparaison des exportations d’arachides du Sénégal et des importations totales d’arachides par le port du Havre (en tonnes)

Entrées au Havre

Exportations du Sénégal

1888

1618

40 342

1898

4431

95 955

1900

6281

140 922

1933

22 500

388 010

Sources : RS-CC et Laurence Marfaing, Évolution du commerce au Sénégal, 1820-1930, Paris, L’Harmattan, 1991, p. 170.

  • 94 Dans le domaine de l’arachide, dès l’origine, vers 1830-1840, Marseillais, Bordelais et même Rouenn (...)

71En 1927, Le Havre n’est qu’au 5e rang des ports français pour les arachides décortiquées et au 4e pour les arachides en coques (17 500 tonnes au total contre 313 000 pour Marseille)94. En 1936, les importations havraises d’oléagineux atteignent 71 800 tonnes dont 30 000 (42 %) venues des colonies françaises, Sénégal pour l’essentiel. Les arrivages étrangers diminuent. La part coloniale s’établit à 50, 7 % en 1937. Les arachides représentent 28 % du tonnage. Le Nigeria et le Cameroun apparaissent dans les fournisseurs d’arachides en 1937. Avant 1940, l’Inde et l’AOF sont les principales sources d’importations d’arachides de la France. Les tarifs douaniers favorisent l’AOF mais l’Inde résiste sur le marché des arachides décortiquées par une main-d’œuvre moins chère. Après 1945, l’AOF et le Nigeria sont devenus les principaux fournisseurs de la France et de la Grande-Bretagne. En 1961, Le Havre reçoit 79 000 tonnes d’oléagineux dont 16 200 tonnes d’arachides et 5500 tonnes d’huile du Sénégal, 2600 tonnes d’arachides du Nigeria. Le rôle du Havre est donc bien modeste.

  • 95 « Le coprah des colonies françaises », rapport de G. Gruet à la Conférence du commerce colonial du (...)

72La production du coprah n’est pas, comme celle de l’arachide, localisée dans une région coloniale déterminée. En effet, le cocotier est exploité en Polynésie, en Océanie, en Indochine, à Madagascar et plus modestement aux Antilles et dans l’Ouest africain. Les colonies françaises ont exporté, en 1932, 36 000 tonnes et la métropole en a reçu 26 200, pour une valeur de 32 millions de francs95. La production indigène existe, mais les industriels préfèrent la qualité Sundried développée dans les plantations. Importé pour être transformé en huile, il subit la concurrence des autres produits coloniaux ou métropolitains : huile de palme, suif et saindoux, huile de baleine, soja en Allemagne. Les planteurs comptent sur l’utilisation de deux sous-produits pour améliorer le prix de revient : la fibre de coco et le charbon de coco. En 1927 Le Havre n’importe que 300 tonnes, très loin derrière Marseille et Dunkerque. Les entrées de coprah s’élèvent à 9000 tonnes en 1936, 2700 en 1937. Cette baisse s’explique par une substitution de matières premières dans les huileries au profit des palmistes.

  • 96 Le ricin, végétal transformé en huile depuis l’Antiquité, a de multiples utilisations. En 1955 la F (...)
  • 97 RS-CC et Bull. ICH, no 100, mars 1938. Le karité, ou arbre à beurre, mentionné par Léon l’Africain (...)
  • 98 Cf. B. Schnapper, La politique et le commerce français dans le Golfe de Guinée de 1838 à 1871.
  • 99 Annonces maritimes du Journal du Havre, sondages effectués dans la rubrique « Chargements » de 1850 (...)

73Parmi les oléagineux coloniaux, les graines de ricin de Madagascar (600 tonnes sur 1000 débarquées au Havre en 1936) prennent une certaine extension dans la Grande île, principal fournisseur de la métropole, et Le Havre capte un quart de ses exportations96. Le port accueille aussi un dixième des exportations de beurre de karité de l’Afrique occidentale française : 1500 à 2000 tonnes97. Le port reçoit aussi d’Afrique française de l’huile de palme (1600 tonnes en 19 271 020 en 1937) à 82 % d’origine coloniale. Ces importations sont bien antérieures à la seconde expansion coloniale. Sous le Second Empire, quelques armateurs-négociants de la Place avaient participé à la politique des points d’ancrage dans le Golfe de Guinée, où dominaient malgré tout les pionniers marseillais de l’Ouest africain98. Noix de palme, huile de palme en fûts, fournissaient alors, avec les arachides, des chargements modestes mais réguliers sur les voiliers venus de Mellacorées, Ouidah, Lagos, Grand Popo ou du Rio-Zaïre99. Le Havre a toujours importé des palmistes au cours de la période étudiée, d’origine coloniale française ou anglaise, mais il ne reçoit que le sixième des importations françaises, comme en 1938.

74Il reste que la captation d’une partie des oléagineux coloniaux a durablement structuré les importations havraises. À l’heure de la décolonisation 88 % des entrées sont fournies par la France d’outre-mer, même si le poids relatif du Sénégal diminue.

Tab. 26 – La part de la France d’outre-mer et du Sénégal dans l’approvisionnement du Havre en oléagineux, de l’Union française à la décolonisation (en tonnes)

Importations

FOM

Sénégal

1950

51 785

30 118

21 294

1958

49 833

39 468

29 621

1961

67 887

59 790

16 285

D’après l’AS-PAH, 1950, 1958, 1961.

Les caoutchoucs d’Afrique et d’Indochine

75Les efforts de développement des importations de caoutchouc précèdent sur la Place du Havre, les actions en faveur du coton colonial. Les négociants du coton ont largement participé au mouvement concessionnaire havrais au Congo en 1899, pour la recherche de l’ivoire et du caoutchouc naturel, avant de plaider pour le développement du coton dans la France d’outre-mer. De 1900 à 1940, on observe une translation des approvisionnements en caoutchouc, au niveau mondial ; le réservoir colonial n’en tire qu’un profit relatif. Le Havre, port français des caoutchoucs coloniaux et étrangers jusqu’en 1914, perd son leadership, tandis que le réservoir indochinois supplante le réservoir africain. Au temps de l’Union française, le marché du caoutchouc colonial au Havre se désagrège.

Le Havre, port du caoutchouc africain des compagnies concessionnaires

  • 100 R. Fabre, « Le caoutchouc dans la France d’outre-mer », RPO, no 2-3,1945, p. 3-6.

76Au début du siècle, 58 % de la production mondiale de caoutchouc est assurée par l’Amérique latine100. Cela se vérifie dans la structure des importations havraises en 1904.

Tab. 27 – Les fournisseurs du port du Havre en caoutchouc, en 1904 (en tonnes)

Tab. 27 – Les fournisseurs du port du Havre en caoutchouc, en 1904 (en tonnes)

CR-TX-CC, RS-CC, 1904.

  • 101 Le Brésil produit 54000 tonnes en 1900 (A. Fritz, Cours de productions..., p. 384).
  • 102 Chiffres de la DGD, 1895 : 2604 tonnes importées au Havre valent 13,7 millions de francs.
  • 103 Le Livre d'Or de l’industrie du caoutchouc, Paris, La Revue générale du caoutchouc, 1927, publié à (...)

77Avant 1914, Le Havre est le premier port français des caoutchoucs. Au début du siècle, il capte environ 3 % de la production brésilienne101. En 1893, ce produit occupait le 15e rang des entrées au Havre, en valeur. Le faible tonnage peut cependant cacher l’importance du produit. En 1895, la tonne de caoutchouc importé vaut le double de la tonne de café102. C’est pourquoi les faibles tonnages des importations coloniales sont commercialement intéressants. La France n’importait que 3 tonnes en 1827, 6 tonnes en 1860, 2500 tonnes en 1890103, ce qui donne leur importance aux 2600 tonnes importées par Le Havre en 1895. De 1898 à 1900, les importations coloniales sont passées de 347 à 772 tonnes grâce au doublement des caoutchoucs de Nossi-Bé et Madagascar, du Sénégal et du Congo. À cette date, il s’agit de caoutchouc de cueillette, alors que dans les années 1950, la presque totalité vient des plantations d’hévéa. Le graphique ci-après résume l’évolution des importations totales de caoutchouc végétal par le port du Havre, et la part prise par les caoutchoucs coloniaux aux dates-repères précédemment retenues.

  • 104 RDCC, no 87, 26-01-1906.
  • 105 RDCC, no 87, 26-01-1906 et 6-07-1906.
  • 106 TX-CCi, 1908, p. 61. Ce que ne dit pas la chambre de commerce, c’est que des négociants havrais fon (...)
  • 107 « À partir de 1906 la douane considère comme d’origine étrangère tous les caoutchoucs embarqués à M (...)

78Les 5610 tonnes importées par Le Havre en 1904, comparées aux 1180 tonnes importées par Bordeaux, justifient donc aux yeux de négociants havrais, comme Henri Génestal, cofondateur de l’une des sociétés concessionnaires au Congo, la demande de création d’un marché du caoutchouc au Havre. Le projet initial du ministère était de créer ce marché à Bordeaux104. La chambre de commerce faisait jusque-là valoir que les « maisons de Paris » s’occupaient davantage de caoutchouc que les maisons havraises : « peu de maisons du Havre s’occupent de caoutchouc si ce n’est de manière tout à fait accidentelle ». Devant la menace bordelaise, les entreprises havraises sont jugées moins « accidentelles » puisque le négoce local fait valoir sa suprématie en France et obtient le marché pour Le Havre. Créé en 1906, appuyé par l’Union congolaise, soutenu par une intervention de Jules Siegfried auprès de Clémentel, le marché public du Havre a l’ambition de concurrencer celui d’Anvers, centralisateur des caoutchoucs d’Afrique, pour au moins vendre sur un marché français les produits des possessions congolaises105. Selon la chambre de commerce, en 1908, « le marché du Havre conserve le 1" rang en France, et notamment les sociétés concessionnaires du Congo français continuent à y diriger leurs produits »106. La part coloniale indiquée sur le graphique d’après la statistique douanière est certainement sous-évaluée. Elle s’élève probablement à 20 %107.

Fig. 20 Les importations de caoutchouc par le port du Havre et la part des origines coloniales (d’après les chiffres de RS-CC et AS-PAH)

Un rôle modeste dans la réception des caoutchoucs d’Indochine

79La part havraise dans les importations françaises de caoutchouc évolue comme indiqué dans le tableau 28.

  • 108 Calculs d’après RS-CC et AS-PAH.
  • 109 Caoutchouc sylvestre : 53000 tonnes en 1900, 25000 tonnes en 1939. Caoutchouc cultivé : 4 tonnes en (...)
  • 110 RS-CC, 1934, p. 72.

80Le pourcentage colonial, de 19,4 % en 1913, passe à 10 % en 1927,18,4 en 1937, 3,8 en 1958108. À la veille de la seconde guerre mondiale, le plus grand producteur est la Malaisie. Désormais l’Extrême-Orient produit 95 % du caoutchouc, environ 560 000 tonnes en 1926. La production de caoutchouc a changé d’échelle°109. L’Indochine française, d’ailleurs, ne représente que 5,7 % de la production de 1938. La Malaisie britannique est, en 1934, le principal fournisseur de la France (63 % des provenances)110 et domine les entrées sur Le Havre. Le caoutchouc d’Indochine, inexistant sur le port du Havre en 1919, évolue aux environs de 800 tonnes de 1924 à 1929. Il représente 6 à 8 % des importations coloniales du Havre au cours de la même période. En 1927, Le Havre n’est plus que le deuxième port des caoutchoucs et le troisième port des caoutchoucs coloniaux.

Tab. 28 – La part du Havre dans les importations de caoutchouc de la métropole (en %)

Tab. 28 – La part du Havre dans les importations de caoutchouc de la métropole (en %)

Fig. 21 – Le Havre, Marseille et Bordeaux, importateurs de caoutchouc en 1927 (d’après l’Annuaire de l’Institut colonial de Marseille, 1928)

  • 111 La production représentait 1 % du tonnage mondial en 1920 contre 36 % en 1938. R. Fabre, « Le caout (...)
  • 112 Cf. M. Boucheret, « La liaison monétaire caoutchouc-franc-piastre », La France et l’outre-mer, Pari (...)

81En 1929, Le Havre capte 17 % des exportations de caoutchouc indochinois sur la France. Au cours de l’entre-deux-guerres, l’Indochine et le Cameroun ont supplanté largement l’AEF. En 1938, Le Havre reçoit 960 tonnes d’AEF et du Cameroun soit 31 % de la production coloniale française d’Afrique, mais 4800 tonnes d’Indochine. Il capte 8,3 % des exportations indochinoises à cette date. Marseille semble évidemment mieux placée pour capter la production indochinoise dont le départ fut de toute manière tardif111. Les importations coloniales sur Le Havre représentent, selon la revue de la chambre de commerce en 1937, la moitié des importations coloniales françaises contre le tiers en 1936. Avec le contingentement et les problèmes liés au cours de la piastre, la demande a été diversement stimulée sur le marché indochinois112.

  • 113 R. Fabre, « Le caoutchouc dans la France d’outre-mer », p. 4.

82Les industriels sont souvent eux-mêmes planteurs, ou achètent directement des marques suivies dans de grandes plantations. Le négociant est moins utile. Si bien que Le Havre est devenu pour ce produit un port de transit, après avoir été un port de marché. L’approvisionnement de Clermont-Ferrand est partagé entre Le Havre et Marseille. Le principal réservoir est ouvert sur d’autres destinations que la métropole. 29 % seulement des caoutchoucs indochinois proviennent en France en 1939, alors que 34 % sont dirigés vers les États-Unis113. L’Angleterre demeure un bon fournisseur pour Le Havre et l’on est loin du schéma traditionnel du régime de l’exclusif.

  • 114 J. Gottmann, Les marchés de matières premières, Paris, Armand Colin, 1957, p. 193-194.

Les récoltes des plantations du Sud de l’Indochine française s’exportaient avant 1939 mais transitaient souvent par Singapour où se ravitaillaient les gros importateurs. L’industrie française du caoutchouc, avant 1940 comme après, achetait son caoutchouc à Londres, grand marché de redistribution en Occident où l’on trouvait à tout moment les quantités que l’on pouvait désirer. Dans les dernières années d’avant-guerre la consommation industrielle française équivalait à peu près aux récoltes indochinoises (60 000 tonnes environ par an) ; de là certains ont voulu déduire que Saigon fournissait Clermont-Ferrand et Montargis. Il n’en était rien : les industriels français importaient surtout de Londres par Le Havre114.

Le déclin du caoutchouc colonial

83Comment le commerce du caoutchouc colonial au Havre a-t-il survécu après la seconde guerre mondiale ? En tonnage, l’apogée du caoutchouc colonial se situe vers 1950. Sur le graphique (fig. 20) indiquant la part coloniale, entre 1950 et 1958, il s’agit d’une chute spectaculaire alors qu’en vérité l’importation totale des caoutchoucs naturels augmente, et notamment les provenances indochinoises. Elle passe de 58 000 à 89 000 tonnes de 1958 à 1961. Le Sud-Vietnam représente alors 27 % des entrées et l'Afrique noire 1 %. Ce commerce n’est pas déstructuré par les événements d’Indochine. Mais il est vrai qu’il s’inscrit dans une géopolitique différente.

Tab. 29 – Le caoutchouc naturel importé de la zone franc en 1961

Cameroun

Congo

Côte-d’Ivoire

Sud-Vietnam

Total

706

197

40

24 501

25 444

D’après AS-PAH, 1961.

Le port des textiles coloniaux

Le Havre, port cotonnier européen, 1880-1939

84Le Havre est le port français des cotons. En Europe, il est le concurrent de Liverpool et Brême. En 1895, les 150 000 tonnes entrées occupent le 2e poste en valeur selon le compte spécial de la douane. Au cours des années 1895-1904, Le Havre reçoit en moyenne 70 % des importations françaises de coton. En 1937, c’est encore 58 % de ces entrées qu’il capte. Cette suprématie s’explique d’abord par un emplacement idéal pour la réception des cotons américains utilisés dans la filature rouennaise, vosgienne ou alsacienne. Pendant le Second Empire le grand concurrent est Anvers. C’est l’organisation des stocks et du marché qui fait du Havre la Place française des cotons. Le marché à terme des cotons, premier du genre sur la Place, fonctionne de 1882 à 1939. Le Syndicat du commerce des cotons, créé en 1889, groupe les négociants, les agents de maisons étrangères, les courtiers, les transitaires et même les banquiers de la ville.

Fig. 22-Les importations de coton de toutes provenances au Havre de 1892 à 1962 (d’après les chiffres de RS-CC et AS-PAH)

85Le port ne retrouvera jamais un trafic égal à celui de 1912 (282 000 tonnes importées).

  • 115 M. Lachiver, « Le Havre, port importateur de coton et de café », Études normandes, 3e et 4e trimest (...)

[Dès 1927] la crise de l’industrie cotonnière française se répercute sur les importations. Cependant la diminution des importations est moins sensible que la diminution de la production de l’industrie cotonnière ; la première n’atteint que 30 % alors que la seconde atteint presque 50 %115

  • 116 RS-CC, 1937.

86À la veille de la seconde guerre mondiale, le marché cotonnier du Havre joue surtout un rôle national, mais un mouvement régulier d’exportation existe en direction de la Suisse, de l’Allemagne, de la Belgique et des Pays-Bas116. Après 1945, les entrées ne dépassent jamais les 200 000 tonnes. Quelle a été la place des cotons coloniaux dans cette évolution ?

La difficile croissance du commerce colonial des cotons

87Les entrées de coton des colonies françaises jouent un rôle insignifiant jusqu’en 1914, marginal jusqu’à 1939, et modeste au temps de l’Union française. Cette évolution est globalement conforme à celle de l’ensemble des ports métropolitains.

Tab. 30 – Le pourcentage des cotons coloniaux dans les importations havraises

Tab. 30 – Le pourcentage des cotons coloniaux dans les importations havraises

D’après RS-CC et AS-PAH.

88Au cours de la période 1900-1930, il semble que les importateurs « cherchent » leur réservoir. En effet, en 1904, le coton des colonies françaises au Havre, vient d’Indochine (93 tonnes) et de Madagascar (11,5 tonnes) et l’Afrique noire n’expédie que 2,5 tonnes. En 1913, l’Indochine domine toujours avec 663 tonnes. Les effets de la mise en valeur cotonnière en Afrique française sont modestes. L’impact commercial est insignifiant. Le progrès de la part relative des colonies dans les entrées s’explique en partie par les diminutions de cotons américains. La crise de l’industrie cotonnière française entraîne la diminution des importations de coton au Havre, une régression de 35 % entre 1933 et 1934, mais les expéditions vers les filatures ne diminuent que de 20 %, confirmant le rôle régulateur du marché du Havre et l’importance des entrepôts.

Tab. 31 – La provenance des importations de coton au Havre (en tonnes)

1933

1934

Importations des colonies françaises

2527

3536

Importations des États-Unis

185 324

100 198

Importations totales

202 817

130 666

89La part des cotons coloniaux passe ainsi de 1,2 % à 2,7 %. Le coton, à l’inverse du café et du cacao, semble donc ne profiter que très modestement du repli impérial. Les cotons coloniaux dont Le Havre reçoit pourtant en 1935-1936 près des neuf dixièmes des importations métropolitaines ne représentent alors que 4 % du coton débarqué au Havre en 1936, 2 % en 1937.

Les progrès modestes du réservoir colonial et la diversification des provenances

90Les années de crise ont confirmé la substitution du réservoir africain au réservoir indochinois. Le tableau suivant précise le pourcentage de cotons africains captés par Le Havre en 1936.

Tab. 32 – La captation des exportations de coton colonial africain par Le Havre en 1936

Exportations

Importations Le Havre

Captation %

AEF

6710

1808

27

AOF

3455

2831

82

Togo

1515

488

32

Sources : « Exportation des colonies », Bull. ICH, no 109, déc. 1938 et RS-CC, 1937.

91Ces quantités sont faibles, sans commune mesure avec les efforts de mise en valeur et de propagande coloniales en faveur du coton dans l’Empire au cours de l’entre-deux-guerres. Ce n’est qu’à partir de 1938, avec 6,8 % des entrées de coton que le produit colonial prend une place significative dans les échanges, qui se confirme au temps de l’Union française, grâce à l’AEF.

Tab. 33 – La place de l’AEF, premier réservoir de coton colonial, pour Le Havre au temps de l’Union française

Importations des colonies

% du total

dont AEF

% AEF/colonies

1950

12 736

8

10 808

85

1958

21 843

14

13 751

63

D’après AS-PAH.

92Le Havre ne capte qu’un tiers de la production de l’AEF qui est de 32 000 tonnes en 1951. La baisse relative de cette provenance s’explique par les progrès des cotons camerounais (5500 tonnes en 1958). Le développement des cotons de la France d’outre-mer, réalisé notamment en période de fermeture du port du Havre (16 500 tonnes exportées en 1938 et 35 000 en 1948), trouve donc d’autres destinations que le débouché havrais.

Tab. 34 – La captation des cotons africains par Le Havre en 1938 et 1950 (en %)

Captation 1938

Captation 1950

AEF

60,5

45,1

AOF

69,9

73,5

Togo

54,4

61,6

Total Afrique

62,5

42,1

La concurrence de Dunkerque et de Marseille

93Durant la période 1900-1940, Le Havre est donc le port américain des cotons tandis que Marseille et Dunkerque sont davantage les ports du coton indien. Dire que Le Havre est le premier port colonial des cotons avant 1940 n’a qu’une signification limitée. Si Le Havre a des liens avec l’hinterland rouennais, parisien et alsacien, Dunkerque bénéficie des débouchés des industries textiles de la zone Lille-Roubaix-Tourcoing et importe des cotons des États-Unis, des Indes et de l’Égypte. L’organisation du négoce, les moyens techniques de conditionnement, le marché à terme, permettent au Havre de résister comme Place des cotons de l’Atlantique. La prépondérance havraise dans les cotons coloniaux s’explique par deux raisons : les cotons africains ont bénéficié de l’organisation du commerce de Place, les dirigeants du négoce du coton ont orienté, avec des succès tardifs, leurs efforts stratégiques vers l’Afrique.

94Au lendemain de la guerre, tous les ports susceptibles de recevoir en France des navires de haute-mer ont été utilisés pour le déchargement des cotons, une douzaine au total. Le Havre a gardé la prépondérance pour les importations de cotons des USA car la pénurie de dollars affectait tout autant les autres ports. Les provenances se sont diversifiées. En 1954-1958, plus de cinquante pays expédient du coton vers Le Havre. Avec 48 % des importations totales de coton pour la période 1954-1957, le port est nettement concurrencé par Marseille (24 %) et surtout Dunkerque (27 %). Le Havre ne capte que 41 % des cotons de la zone franc en 1957. L’absence de marché à terme après le 2 septembre 1939 favorise les ports concurrents, même si les Havrais sont bien présents dans le Groupement d’importation et de répartition des cotons jusqu’en 1947. La production cotonnière mondiale surabondante, la baisse tendantielle à la diminution de la consommation de coton, le recours plus fréquent des filateurs à l’approvisionnement direct en passant pardessus l’organisation havraise traditionnelle, le risque trop grand qu’il y aurait à constituer des stocks comme avant guerre ne permettent pas au Havre de retrouver son hégémonie.

Tab. 35 – La répartition des importations de coton en provenance des anciennes colonies à l’aube des Indépendances (en tonnes et en %)

1960

1961

1962

Cameroun

3163

2970

2518

Côte-d’Ivoire

568

1819

1128

Congo

7584

14 383

11 214

Togo

891

1369

1082

Dahomey

248

138

Madagascar

686

750

599

Total anciennes colonies

50

84

65

Total importé

190 459

178 003

126 552

% anciennes colonies

6,7

12,1

13,2

% Congo Cameroun

83,4

80,6

82,3

Calculs d’après AS-PAH, 1962.

  • 117 M. Lachiver, « Le Havre, port importateur de coton et de café ».

95La mesure du commerce des cotons coloniaux ne reflète pas la réalité de l’investissement havrais en ce domaine. Des achats ont été faits pour vendre dans d’autres ports plus commodes117. Des ventes à l’étranger à partir de l’AEF ont été faites là où des intérêts havrais étaient présents. L’étude des stratégies d’entreprise dira si les résultats tardifs de la commercialisation des cotons coloniaux sont un échec ou s’il s’agit d’un succès dont les fruits arriveront à maturité après la décolonisation.

Les autres fibres coloniales : sisal, kapok, piassava

  • 118 Il existe 167 espèces d’agaves dont la Sisalana Perrine qui donne la fibre de sisal vert, originair (...)
  • 119 Le kapok ou duvet végétal est la bourre soyeuse constituée par les poils qui tapissent la paroi int (...)
  • 120 Fibre de sparterie et brosserie dure produite par tous les palmiers, utilisée pour la fabrication d (...)

96En 1937, près de 20 000 tonnes de fibres végétales autres que le coton ont été débarquées au Havre. Chanvres, sisal118, jute, kapok119, piassava120, joncs sont destinés aux industries de la corderie du Havre et d’Angers. L’industrie locale absorbe la quasi-totalité du sisal importé, dont Madagascar et l’AOF expédient 1850 tonnes (contre 1190 tonnes en 1933). Ils fournissent ensemble 58 % des entrées de sisal sur Le Havre. Le développement du sisal au Soudan, à Madagascar et aux Comores se heurte au manque de main-d’œuvre. La culture du sisal nécessite un outillage important et de gros capitaux. Elle est poursuivie en AOF par une douzaine de sociétés, à Madagascar par quatre, aux Comores par une seule. La production de l’AOF et de Madagascar est de l’ordre de 7 000 tonnes. Le Havre reçoit 1322 tonnes de kapok en 1933 et 350 tonnes en 1937 dont la majorité vient du Soudan et d’Indochine. Au total, Le Havre reçoit plus de la moitié des importations françaises de fibres pour la brosserie, travaillées par l’industrie locale. Dans les provenances étrangères, Inde et Mexique sont dominants. Au temps de l’Union française, le sisal de Madagascar est en progrès : 10 900 tonnes se dirigent vers la France en 1963 dont 4100 tonnes sur Le Havre.

Des produits divers et des minerais

Le tabac et la gomme arabique

97Voici encore un produit d’origine américaine que Le Havre colonial va chercher en Afrique. On peut considérer au Havre, le tabac comme un produit colonial, en partie du moins. Les colonies françaises représentent 28 % des arrivées en 1937, 25 % en 1958. Le tabac se situe au 14e rang des produits coloniaux importés par Le Havre en 1937. La ville possède une manufacture de tabacs. La culture se développe à Madagascar où une mission de la Régie a été envoyée en 1937. On y cultive déjà depuis 1920 du Maryland pour la Régie française. À la fin des années 1930,68 % du tabac de Madagascar prend la route du Havre. En 1950, le port capte environ 12 % de la totalité du tabac exporté par la France d’outre-mer. Les USA fournissent la majorité des apports étrangers (52 %). En 1961, Le Havre importe 21 000 tonnes de tabac contre 19 000 en i960. À ce moment, le réservoir de la zone franc représente 32 % des entrées de tabac. La production des territoires a quasiment triplé, au cours de la période 1937-1960.

98La gomme arabique, produit de l’acacia, est tirée au Sénégal de l’arbre Verek. Elle sert de nourriture aux populations locales. Elle est utilisée par les Européens en pharmacie pour dragéifïer les comprimés, et en confiserie. Elle est également utilisée dans la fabrication des colles cirages et vernis. 50 % de la gomme importée en France passe par Le Havre. Le Sénégal est le principal fournisseur. L’AOF fournit 1800 des 3800 tonnes débarquées en 1936. Au temps de l’Union française le port du Havre capte toujours plus de la moitié des gommes exportées par l’AOF.

Les cuirs et peaux, les nacres et coquillages

  • 121 « Les cuirs et peaux de l’AOF », Bulletin Havre colonial, fév. 1939, p. 5-7. Entre 1911 et 1935, l’ (...)

99De 1893 à 1937, les cuirs et peaux passent du 7e au 11e rang des importations en valeur. De 1913 à 1927, Le Havre reçoit 40 % des importations françaises. Il est alors le deuxième port pour les cuirs en général et pour les cuirs coloniaux en particulier. Les cuirs coloniaux furent employés pendant la première guerre mondiale à la fabrication des semelles de chaussures. Les peaux exotiques, notamment celles des zébus d’Afrique occidentale, se travaillent facilement au chrome et donnent un cuir de grande résistance121. Les entrées ne sont pas toujours suffisantes ; ainsi, quand il y a manque de fret on s’approvisionne à Liverpool. L’industrie de la tannerie est très éprouvée par la crise de 1929-1931. En 1936, une légère reprise permet d’atteindre 5400 tonnes dont 37 % venues des colonies françaises. Madagascar procure 1500 tonnes, en quasi-totalité des peaux de bovidés, l’Indochine 300. En 1937, les colonies procurent 32 % des cuirs et peaux débarquées. Le Havre reçoit la moitié des peaux exportées par Madagascar. En 1958 la France d’outre-mer ne procure plus que 3,3 % des cuirs et peaux entrés au Havre.

  • 122 M. Simon, « Un commerce d’importation qui disparaît, les Trocas de Nouvelle-Calédonie », Bull. ICH,(...)

100Autres matières, utiles à l’industrie des boutons qui occupe 4000 ouvriers en France à la veille de la guerre, les nacres et coquillages qui sont réexpédiés vers la région parisienne et l’Oise. En 1936, Le Havre, principal fournisseur, reçoit 670 tonnes des colonies françaises (Calédonie, Océanie, Madagascar, Somalis) soit 27 % des 2450 tonnes débarquées. La Nouvelle-Calédonie fournit 554 tonnes. En 1937, l’importation coloniale totale du Havre chute à 275 tonnes et représente 18 % du total débarqué. Le commerce des trocas de Nouvelle-Calédonie est alors en voie de disparition. Le responsable est le Japon, à qui les fabricants de boutons ont intérêt à acheter la nacre sous forme de jetons semi-ouvrés à très bon marché, alors même que les Japonais achètent eux-mêmes la matière première à Nouméa. Petits boutons, grands effets : l’Institut colonial du Havre, qui réclame la taxation de ces produits japonais, constate que le Japon profite de sa position d’acheteur pour se faire vendeur dans l’île : ses importations y ont quintuplé entre T932 et 1936, au détriment de la métropole122. En 1958, les territoires ne fournissent plus que 4 % des entrées de nacres.

Le nickel, le cuivre, le graphite, l’ilménite et les hydrocarbures

101Le Havre règne sans partage sur le commerce français du nickel néo-calédonien depuis 1880. Transportés par des voiliers, les arrivages sont incertains et variables. C’est au temps de ces voiliers que se situent les plus forts tonnages, parce que le minerai n’est pas encore suffisamment traité à la colonie. En 1908, le minerai de nickel importé (42 153 tonnes) vient entièrement de Nouvelle-Calédonie. S’y ajoutent quelque 700 tonnes de nickel en lingots venus des États-Unis. Au total, cela représente 98,6 % du nickel importé en France.

Fig. 23 – ’évolution des entrées de nickel au Havre, de 1903 à 1958, quelques dates-repères
(d’après RS-CC et AS-PAH)

  • 123 J. Gottmann, Les marchés de matières premières. À propos des autres provenances, il faut rappeler q (...)

102Les importations sont irrégulières mais de grande valeur. En 19 375 200 tonnes importées valent 42 millions de francs, ce qui les situe au 9e rang des entrées coloniales en valeur. La part coloniale néo-calédonienne évolue de 51 % en 1913 vers 82 % en 1937 et 75 % en1958123. Le Havre possède une usine de transformation du nickel. En 1955, les exportations de nickel ont représenté 75 % de la valeur des exportations totales de la Nouvelle-Calédonie, permettant d’enregistrer en 1955 un solde créditeur de 303 millions de francs Pacifique (donc 1666 millions de francs-métro). En 1955 File a exporté 450 000 tonnes de produits miniers. Le débouché havrais est donc modeste.

103Le cuivre est un produit faiblement colonial, très important par la valeur des importations. Il intéresse cependant des négociants bien implantés dans les secteurs coloniaux, comme la Compagnie cotonnière. En 1936, la production mondiale de cuivre est inférieure aux besoins. La consommation augmente fortement aux USA. Une hausse des prix en résulte. Les cours du cuivre au Havre ont plus que doublé en 1936. L’utilisation d’un marché à terme, depuis 1912, offre de grands avantages aux industriels en couvrant leurs ventes de produits fabriqués par des achats de matières premières à prix ferme. Industries du bâtiment, tréfilerie, transmission de l’électricité, industries des munitions sont quelques-uns des utilisateurs de cette matière première. Le Havre reçoit surtout du cuivre raffiné, ses importations s’élèvent en 1937 aux deux tiers des entrées en France. De la France d’outre-mer, seules l’Algérie et la Martinique expédient au Havre cette année-là 250 et 160 tonnes de cuivre allié semi-ouvré, soit moins de 1 % du cuivre débarqué. On enregistre donc peu de provenances coloniales sinon du Congo belge. En 19 581 110 tonnes sont venues d’AEF et représentent 8,6 % des entrées. C’est donc à la veille de la décolonisation que le cuivre devient pour Le Havre un produit colonial. Le cuivre est partiellement utilisé par les Tréfileries et Laminoirs du Havre qui se sont progressivement substitués à la Corderie. Dans la statistique portuaire les arrivées de cuivre sont parfois confondues avec l’aluminium dont le Cameroun est fournisseur.

  • 124 En 1927, Madagascar exporte 11500 tonnes de graphite, utilisé notamment dans la fabrication des cre (...)
  • 125 L’ilménite minerai (FeO-TiO2) contient 90 % d’oxyde de titane.

104Le graphite alimente une usine havraise, détruite en 1940, et des usines dans l’Yonne et l’Aisne. La statistique des « pierres et terres, graphite, mica » en 1936 indique une moyenne de 1250 tonnes importées de l’outre-mer. Le graphite vient de Madagascar124 qui, en 1938, fournit 1125 des 1340 tonnes importées, soit 50 % des importations françaises. La Grande île, en 1958, procure 1850 tonnes, 92 % des importations. Le graphite est utilisé à la fois pour la fabrication des crayons et par l’industrie électrique. L’ilménite se développe à la fin de la période coloniale, permettant la mise en place de l’industrie havraise du titane125 : les produits du Titane, devenus Thann et Mulhouse. L’oxyde de titane est un pigment blanc d’un pouvoir colorant exceptionnel. Il est utilisé dans l’industrie de la peinture, née au Havre des besoins de la peinture des navires. En 1961, le Sénégal fournit 9540 des 33 000 tonnes importées ; le reste vient de Malaisie, l’un des grands producteurs actuels.

  • 126 Étude du trafic du port pendant la période 1950-1960, document ronéoté, Archives de la chambre de c (...)

105Les houilles, d’origine coloniale malgré une embellie en 1937-1938 où les anthracites atteignent 27 000 tonnes venues d’Indochine et d’Afrique du Nord, n’excèdent pas, en 1958,1 % des importations. C’est à la veille de la décolonisation que l’outre-mer français vient renforcer à son tour la vocation croissante du Havre comme port de pondéreux, et gonfler de manière trompeuse le chiffre des importations coloniales. Le pétrole, tardivement, fut un produit colonial. Le Havre occupe déjà le 1er rang des ports pétroliers français alors que le seul pétrole d’origine coloniale qui apparaît en 1937 vient du Maroc en très petite quantité : 1040 tonnes pour 2 306 000 au total. Malgré un arrivage d’Afrique du Nord de 3155 tonnes en 1938, le pétrole colonial ne représente que 0,1 % des entrées. Le pétrole colonial devient significatif après 1957. Les premières cargaisons de pétrole africain arrivent du Gabon le 3 mai 1957 sur le Ronsard, et d’Hassi-Messaoud le 16 avril 1958 sur le Président Mény. En 1958, l’AEF (335 000 tonnes) et l’Algérie (143 400 tonnes) représentent 4 % des hydrocarbures importés par Le Havre. Dès 1960, la seule Algérie fournit le quart de la totalité des arrivages sur le port du Havre, avec les nouveaux réservoirs d’Edjélé et de Zarzaïtine126. En 1961, sur 12 600 000 tonnes de pétrole brut importé, l’Algérie, le Gabon, la Tunisie, ont fourni 37 % des entrées.

Notes

1 Banquet offert par la chambre de commerce aux membres du Conseil général, 21 sept. 1938, Bull. l’ICH, no 17.

2 M. Ary-Leblond, conférence à l’ICH, le 16-12-1931. Le Port du Havre du 21-01-1932.

3 Distinction utilisée par F. Braudel dans Civilisation matérielle, économie et capitalisme, XVe-XVIIIe siècles. Les Structures du quotidien, Paris, Armand Colin, 1979, p. 220-223.

4 C. Malon, Jules Le Cesne, député du Havre, 1818-1878, Luneray, Éd. Bertout, 1995, p. 189.

5 Production mondiale en 1844 : 259 000 tonnes, moyenne 1880-1890 : 600 000 tonnes, 1900-1900-1910 :1 000 000 tonnes dont 800 000 tonnes du Brésil (A. Fritz, Cours de productions coloniales à l’École technique d’outre-mer du Havre, École technique d’outre-mer du Havre, sept. 1957).

6 J. Legoy, « Une profession oubliée : les trieuses de café du Havre et leur grève de 1900 », Actes du XIXe congrès des Sociétés historiques et archéologiques de Normandie, Lisieux, 1984, Caen, Archives départementales du Calvados, 1986, p. 161-167.

7 JDH, 2-11-1918.

8 O. Pringard, Le commerce des cafés au Havre, 1850-1939, mémoire de maîtrise, Le Havre, M. Chaline (dir.), 1987, dactyl.

9 Ibid., p. 135.

10 Le monde produit en 1938 2 420 000 tonnes de café. Le Havre en importe 150 000 (Notes et études documentaires, no 2485,22-11-1958).

11 Pour les arabicas, premières plantations au Yémen au XIVe siècle, puis à Ceylan et Batavia en 1690. « Des serres d’Amsterdam, en provenance de Java, proviennent presque tous les coffea arabica cultivés dans le monde. » A. Fritz, Cours de productions...

12 Chiffres de l’Institut colonial français, Archives de la maison Jobin.

13 P. Jobin, L’orientation à donner à la production caféière coloniale, Paris, Imprimerie nationale, 1929. Extrait de L’Agronomie coloniale, no 141, p. 4.

14 CAOM, 100 APOM, 835.

15 Inspection de la Banque de France, 1938.

16 « Il est à peu près impossible d’assurer un goût harmonieux sans allier un certain nombre de provenances » dit le président du Syndicat du café au Congrès de Marseille (CAOM, 100 APOM, 835).

17 Le rapport qui servit de référence aux négociations fut élaboré par trois membres du Comité technique du Café de l’Institut colonial du Havre (Robert Ancel, Léon Regray, Maxime Gys) le 18 février 1935, et fait sien par le Syndicat du commerce des cafés et son président Edgar Raoul-Duval le 13 mars. Sources : CAOM, 100 APOM, 594.

18 Arrêté ministériel du 22-02-1937. Cf. La situation commerciale et industrielle du Havre pendant l'année 1936, chambre de commerce du Havre, imp. Le Havre-Éclair, 1937, p. 22-23.

19 Bull. ICH, no 89, avr. 1937, p. 26-27.

20 Bull. ICH, no 100, mars 1938.

21 Revue internationale des produits coloniaux et du matériel colonial, no 260, mai 1951, p. 113.

22 La France d’outre-mer a exporté vers et hors la métropole 1685 tonnes de café en 1913, 20329 tonnes en 1934, 65651 tonnes en 1938 dont 41200 à partir de Madagascar et 20967 à partir de l’Afrique subsaharienne. A. Fritz, Cours de productions...

23 CAOM, fm-i-Affpol. 2858 :1. Rapport dactylographié sur la situation politique, économique, financière et sociale de l’AEF.

24 Il ne sera pas question ici de la surtaxe d’entrepôt qui frappe les cafés ayant transité auparavant par un port étranger, mesure de protection qui ne protège pas spécifiquement le produit colonial, même si elle contribue à sa protection. Cinquante francs aux 100 kg en 1934.

25 Un rappel exhaustif de ces mesures est contenu dans : Ch. Rufenacht, Le café et les principaux marchés de matières premières, Le Havre, Éd. La Société commerciale interocéanique, Imprimerie de la Bourse, 4e édition, 1955.

26 Ibid., p. 300-301.

27 J.-J. Poquin, Les relations économiques extérieures..., p. 55.

28 RPO, no 1,1956, p. 9-10. L’AOF exportait 10 tonnes en 1913 et 95000 en 1955, A. Fritz, Cours de productions..., p. 101.

29 É. Houllevigue (secrétaire général de la CCIM), Journal de la marine marchande, 6-01-1949, P-4.

30 Étude du trafic du port durant la période 1950-1960, ronéoté, Archives de la chambre de commerce du Havre, p. 13.

31 M. Jobin, « Éloge du café », Neptunia, no 36,4e trimestre 1954, p. 39-41.

32 L’Afrique noire avec 53778 tonnes représente 74 % des entrées venues de l’ancienne outremer coloniale et 53 % des entrées totales.

33 Notes et études documentaires, no 2485, 22-11-1958.

34 Jean Reinhart au Premier ministre, objet : Régime d’importation des cafés de la zone franc, le 14-09-1960, arch, privées.

35 Lettre d’Alfred Stempowski, président du Syndicat du commerce des cacaos du Havre, au ministre du Commerce et de l’Industrie, le 13-08-1927, CAOM, 100 APOM, 398, Union coloniale française.

36 TX-CC, 1895, p. 29.

37 G. Viers, « Le cacao dans le monde », COM, 1953, p. 297-351.

38 De 1900 à 1927, la production mondiale de cacao est passée de 102 000 tonnes à 519000 tonnes. En 1926 la France importe 51400 tonnes dont 38244 par Le Havre (CAOM, 100 APOM, 398).

39 Union coloniale. D’après une note d’Émile Prudhomme dans L’Agronomie coloniale, CAOM, 100 APOM, 398. Vers 1927.

40 RS-CC, 1936, p. 32.

41 RDCC, no 122, 16-02-1935.

42 Variété de cacao du Ghana (en ce temps Gold Coast) qui sert de base à la cotation.

43 Marc Simon (directeur de l’ICH), Bull. ICH, no 16, avr. 1931, p. 7.

44 Bull. ICH, no 32, août 1932, p. 9.

45 RS-CC, 1936.

46 A. Fritz, Cours de productions..., p. 83.

47 Balzac, César Birotteau (1837), in La Comédie humaine, Paris, Gallimard (La Pléiade), 1965, tome V, p. 356. Nous soulignons.

48 Bull. ICH, no 50, janv. 1934.

49 Et particulièrement deux petits importateurs : les Éts Thiel et Leleu, et la Compagnie française des produits coloniaux (Peyrot des Gâchons).

50 En 1938 Le Havre aurait capté la totalité des thés d’Indochine sur la France : 635 tonnes sur 1180 tonnes toutes provenances (RS-CC, 1938, PAH).

51 TX-CC, 1919, p. 55.

52 TX-CC, 1900, RS, p. 34,1895 : les poivres de l’Indochine ont été favorisés par une réduction de moitié sur les droits de douane. Le cours aux 50 kg du poivre d’Indochine s’établit 70 F contre 25 aux Tellichery et Alepy.

53 En 1928, le Tellichéry entrepôt vaut 975 F les 50 kg et paye 270 F de droits de douane tandis que le Saigon vaut 1200 mais ne paye que 210 F. Le Madagascar vaut 800 et ne paye rien (d’après le Bulletin Havre colonial, 1928, p. 17).

54 RDCC, no 100, 28-01-1919, requête appuyée par la chambre de commerce.

55 Jean Raoul-Duval, pour le Syndicat du commerce des poivres, RDCC, no 122,16-02-1935. À cette date, sur 400 F de marchandises les poivres d’Indochine acquittent 701 F et les poivres étrangers 1296 F.

56 A. Fritz, Cours de productions..., p. 159 (Indochine de 5515 à 1016 tonnes et Madagascar de 1184 à 250).

57 Notamment Deville, Roux, Jallageas, Dammann, Commerciale de Madagascar, Cotonnière des Établissements français de l’Océanie.

58 D’après les chiffres du Bull. ICH, no 100, mars 1938 et J. Marseille, Empire colonial et capitalisme français..., annexes, p. 1146.

59 Globalement, les importations havraises représentent alors environ 2,5 % de la production totale de riz en Indochine (qui est de 6260000 tonnes en 1937, un peu moins que la Birmanie, pour une production mondiale de 133 millions de tonnes) : cf. Bull. ICH, no 125, avr. 1940, p. 16.

60 Un marché à terme des riz, mis en place en 1925, n’avait pas bien fonctionné. Le marché des riz coloniaux ouvre le 4 janvier 1937 avec la vente de 1500 quintaux (RDCC, no 125).

61 No 232, janv. 1949, p. 5. « Avant guerre, la France importait 700 000 tonnes de riz d’Indochine pour l’alimentation du bétail, 70000 tonnes de riz de luxe, pour l’alimentation humaine, venu d’Italie, d’Amérique, de Java ou d’Égypte, ce riz coûtait cher. » Les riz pour bétail étaient employés à 55 % pour les porcs et 35 % pour les volailles (Bull. ICH, no 125, p. 22).

62 Les importations françaises passent de 700 000 tonnes (dont 675 000 d’origine coloniale) en 1938, à 293 000 (dont 115 000 coloniales) en 1951 (A. Fritz, Cours de productions…).

63 107 000 tonnes d’origine coloniale en 1936 sur 112 000 (RDCC, no 125,19-07-1937).

64 Bull. ICH, no 100, mars 1938.

65 Le Port du Havre, no 98,20-08-1931.

66 M. Simon, « L’avenir de la production bananière de la Côte-d’Ivoire », Bull. ICH, no 54, mai 1934.

67 P. Barrère, « Le marché mondial de la banane », COM, 1950, p. 343-369.

68 RS-CC, 1937, p. 57.

69 RS-CC, 1936, p. 53.

70 AS-PAH. En 1955 le Cameroun avait exporté 76 000 tonnes et l’Union française 316 000 tonnes (A. Fritz, Cours de productions..., p. 330).

71 Étude du trafic du port durant la période 1950-1960, ronéoté, chambre de commerce du Havre, p. 15.

72 J. Tabanou (ingénieur des arts et métiers), Bull. ICH, no 101, avr. 1938.

73 Le tapioca s’obtient par cuisson et gélification de la fécule. Il est ensuite concassé en flocons puis séché. Le manioc est utilisé à la fois pour l’alimentation locale et celle du bétail, le tapioca pour les potages et entremets, la biscuiterie et les pâtes, et même les boissons comme en Guyane.

74 Revue internationale des produits coloniaux, no 257, fév. 1951, p. 46.

75 En 1960, c’est l’Angola qui représente 8 000 des 12 000 tonnes de manioc débarquées (AS-PAH).

76 Revue internationale des produits coloniaux, no 257, fév. 1951, p 46.

77 A. Fritz, Cours de productions..., p. 307.

78 RS-CC, 1936, p. 89.

79 En 1938, la Martinique a produit 18118 tonnes de rhum et la Guadeloupe 11548. Cf. E. Revert, « Problèmes de géographie antillaise », COM, 1950, p. 1 à 27. La captation de la production par le seul port du Havre s’élèverait donc à 55 % pour la première, 69 % pour la deuxième à la veille de la seconde guerre mondiale.

80 RDCC, no 135, 13 fév. 1947.

81 Dont 88 900 à la Martinique, 67 922 à la Guadeloupe, et 30629 à la Réunion (cf. COM, 1950, p. î à 27).

82 La loi de 1922 fut complétée par celle du 27-12-1923. La surtaxe des rhums coloniaux horscontingent était la même que celle qui pesait sur les liqueurs étrangères. Les rhums des colonies françaises étaient exempts de surtaxe, pour la quantité contingentée, uniquement s’ils provenaient de la mise en œuvre de matières premières, cannes ou mélasses, récoltées ou fabriquées dans les colonies (CAOM, 100 APOM, 844. Institut colonial français, Groupe de défense des rhums coloniaux).

83 RS-CC, 1936, p. 50.

84 « Le régime du contingentement et son application aux rhums des colonies françaises », Bull. ICH, no 107, oct. 1938, p. 8 à 14.

85 Raphaël Confiant, dans son roman Régisseur du Rhum (Paris, Presses Pocket, 2000, p. 24) évoque cet épisode : « À partir de cette loi infâme du contingentement, l’insouciance moqueuse du nègre envers la vie se mua en un sourcillement permanent qui lui gâchait ses moindres petits plaisirs. La hautaineté des Blancs s’effrita quelque peu et ils cessèrent de donner des banquets au moindre prétexte. Tout le monde avait conscience que le pays [la Martinique N.D.L.R.] venait de descendre une marche supplémentaire vers la décadence et qu’un beau jour, assurément et pas peut-être, il se retrouverait les quatre fers en l’air. » (L’exploitation dont parle l’auteur expédie sucre et rhum sur la Place du Havre, cf. p. 119.)

86 F. Mariotti (président de l’Union des syndicats métropolitains d’importation et d’Exportation des rhums), Le rhum et le sucre dans les territoires français d’outre-mer, Paris, Sedeis, 1949, p. 67 sq.

87 RDCC, no 135, lettre de Marotte, président de l’Union syndicale des importateurs de rhum des colonies françaises, membre de la maison Dubuffet, au directeur au Havre du Service des importations et exportations, pour réclamer la mise en place de 3 navires réguliers, du 13-02-1947.

88 Cf. J.-C. Maillard, « Du repli impérial à l’ouverture européenne, les relations économiques de Bordeaux et de l’outre-mer », COM, no 200, déc. 1997, p. 338-393.

89 Bull. ICH, no 50, janv. 1934.

90 « En 1840 encore, la canne fournissait 99 % du sucre consommé dans le monde. [...] Ce n’est qu’en 1900 que la betterave acquiert la suprématie absolue (70 millions de quintaux contre 37millions et demi). » J. Meyer, L’Europe et la conquête du monde, Paris, Armand Colin, 1996, p. 320.

91 Revue internationale des produits coloniaux, no 256, janv. 1951.

92 « Au cours de ces dix dernières années », Bull. ICH, no 100, mars 1938, p. 31.

93 TX-CC, 1919, p. 66.

94 Dans le domaine de l’arachide, dès l’origine, vers 1830-1840, Marseillais, Bordelais et même Rouennais ont devancé les Havrais, notamment pour les essais d’huilerie et de savonnerie industrielle, à l’exemple des Anglais (cf. B. Schnapper, La politique et le commerce français dans le Golfe de Guinée de 1838 à 1871, Paris – La Haye, Mouton, 1961, p. 124 sq).

95 « Le coprah des colonies françaises », rapport de G. Gruet à la Conférence du commerce colonial du 18-12-1933, Bull. ICH, no 50, janv. 1934, p. 11-20.

96 Le ricin, végétal transformé en huile depuis l’Antiquité, a de multiples utilisations. En 1955 la France en utilisait plus de 6000 tonnes dans le textile, la pharmacie, la papeterie, les industries chimiques (A. Fritz, Cours de productions..., p. 229-235).

97 RS-CC et Bull. ICH, no 100, mars 1938. Le karité, ou arbre à beurre, mentionné par Léon l’Africain au XVIe siècle, rencontré par divers explorateurs, Mungo Park ou Barth est propre au climat sahélo-soudanien. L’amande fournit une matière grasse qui occupe une place modeste dans le commerce des oléagineux. Dans les années 1950, des stations de l’IRHO développent des plantations de karité en Côte-d’Ivoire et en Haute-Volta. En 1955, deux usines travaillent le karité en France.

98 Cf. B. Schnapper, La politique et le commerce français dans le Golfe de Guinée de 1838 à 1871.

99 Annonces maritimes du Journal du Havre, sondages effectués dans la rubrique « Chargements » de 1850 à 1880.

100 R. Fabre, « Le caoutchouc dans la France d’outre-mer », RPO, no 2-3,1945, p. 3-6.

101 Le Brésil produit 54000 tonnes en 1900 (A. Fritz, Cours de productions..., p. 384).

102 Chiffres de la DGD, 1895 : 2604 tonnes importées au Havre valent 13,7 millions de francs.

103 Le Livre d'Or de l’industrie du caoutchouc, Paris, La Revue générale du caoutchouc, 1927, publié à l’occasion de la l’Exposition du caoutchouc.

104 RDCC, no 87, 26-01-1906.

105 RDCC, no 87, 26-01-1906 et 6-07-1906.

106 TX-CCi, 1908, p. 61. Ce que ne dit pas la chambre de commerce, c’est que des négociants havrais font précisément partie de ces sociétés concessionnaires, ce qui invalide en partie sa déclaration sur le « peu de maisons havraises » qui s’occuperaient de son importation. Cet aspect sera développé dans la deuxième partie consacrée aux entreprises.

107 « À partir de 1906 la douane considère comme d’origine étrangère tous les caoutchoucs embarqués à Matadi, port étranger, bien que la plupart de ceux-ci proviennent du Congo français. » TX-CCi, 1908, p. 63.

108 Calculs d’après RS-CC et AS-PAH.

109 Caoutchouc sylvestre : 53000 tonnes en 1900, 25000 tonnes en 1939. Caoutchouc cultivé : 4 tonnes en 1900, 975 000 tonnes en 1939 (A. Fritz, Cours de productions..., p. 385).

110 RS-CC, 1934, p. 72.

111 La production représentait 1 % du tonnage mondial en 1920 contre 36 % en 1938. R. Fabre, « Le caoutchouc dans la France d’outre-mer ».

112 Cf. M. Boucheret, « La liaison monétaire caoutchouc-franc-piastre », La France et l’outre-mer, Paris, CHEFF, 1998, p. 43-60.

113 R. Fabre, « Le caoutchouc dans la France d’outre-mer », p. 4.

114 J. Gottmann, Les marchés de matières premières, Paris, Armand Colin, 1957, p. 193-194.

115 M. Lachiver, « Le Havre, port importateur de coton et de café », Études normandes, 3e et 4e trimestres 1959, p. 225-243.

116 RS-CC, 1937.

117 M. Lachiver, « Le Havre, port importateur de coton et de café ».

118 Il existe 167 espèces d’agaves dont la Sisalana Perrine qui donne la fibre de sisal vert, originaire du Yucatan. Le sisal est cultivé au Soudan, au Sénégal, en Guinée, en Côte-d’Ivoire, à Madagascar.

119 Le kapok ou duvet végétal est la bourre soyeuse constituée par les poils qui tapissent la paroi interne du fruit du kapokier, plus connu en Afrique sous le nom de fromager, l’arbre à palabres. Il est utilisé en sellerie, chapellerie, isolation thermique et acoustique, etc. Cf. A. Fritz, Cours de productions..., p. 28.

120 Fibre de sparterie et brosserie dure produite par tous les palmiers, utilisée pour la fabrication des cordes, brosses, balais de cantonniers.

121 « Les cuirs et peaux de l’AOF », Bulletin Havre colonial, fév. 1939, p. 5-7. Entre 1911 et 1935, l’AOF exporte environ 2000 tonnes de peaux par an qui se vendent CAF Le Havre ou Marseille.

122 M. Simon, « Un commerce d’importation qui disparaît, les Trocas de Nouvelle-Calédonie », Bull. ICH, no 92, juil. 1937, p. 6-7.

123 J. Gottmann, Les marchés de matières premières. À propos des autres provenances, il faut rappeler que la Nouvelle-Calédonie n’est pas le principal fournisseur de nickel dans le monde. Le Canada (gisement de Sudbury) a produit 80 à 90 % de l’extraction avant 1946.

124 En 1927, Madagascar exporte 11500 tonnes de graphite, utilisé notamment dans la fabrication des creusets (J. Roblin, L’approvisionnement de la France par ses colonies, Paris, E. Sagot et Cie, 1928).

125 L’ilménite minerai (FeO-TiO2) contient 90 % d’oxyde de titane.

126 Étude du trafic du port pendant la période 1950-1960, document ronéoté, Archives de la chambre de commerce du Havre, p. 4.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 Les importations havraises de café, de 1890 à 1960 (en tonnes) (d’après les chiffres de RS-CC et AS-PAH)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7189/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Légende Fig. 2 – Les réservoirs du café colonial importé par Le Havre durant l’entre-deux-guerres
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7189/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Légende Fig. 3 - Les cafés coloniaux et cafés étrangers importés au Havre de 1904 à 1958(d’après RS-CC, Bull. ICH, AS-PAH)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7189/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Fig. 4 – Les cours du café colonial et du café brésilien sur la Place du Havre avant application de la taxe douanière à ce dernier (prix relevés dans le Bulletin de correspondance de la chambre de commerce, tableau du prix courant légal, marchandises à l’entrepôt du Havre. À partir de 1948 les prix sont relevés dans le Bulletin maritime et commercial, qui sans autre précision correspondraient aux prix en entrepôt du Havre selon un informateur)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7189/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Tab. 10 – L’évolution du pourcentage du café d’Afrique noire française capté par le marché du Havre (moyennes annuelles)
Légende Pour les exportations, chiffres donnés par J.-J. Poquin, Les relations économiques extérieures des pays d’Afrique noire de l’Union française, 1925-1955, Paris, Armand Colin (Centre d’études économiques, études et mémoires), 1957, p. 51. Chiffres inférieurs à ceux donnés par A. Fritz, Cours de productions...Pour les importations, calculs d'après RS-CC et AS-PAH.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7189/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Légende Fig. 5 - Les importations comparées de cafés de toutes provenances au Havre et à Marseille, à la veille et au lendemain de la seconde guerre mondiale (d’après l’AS-PAH et la revue Café vert)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7189/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende Fig. 6 - Les importations de café de la France d’outre-mer par le port du Havre en 1937 et 1961 (chiffres tirés du Bull. ICH, no 100, mars 1938 pour 1937 et de l’AS-PAH pour 1961)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7189/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende Fig. 7 – Le mouvement général des importations de cacao de 1890 à 1960(d’après RS-CC et AS-PAH)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7189/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende Fig. 8 – La substitution de réservoir des importations havraises de cacao (d’après RS-CC et AS-PAH)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7189/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende Fig. 9 – Le Havre, premier port colonial français des cacaos (d’après l’Annuaire de l’Institut colonial de Marseille, 1928)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7189/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre Tab. 13 – Le Havre, débouché des cacaos de Côte-d’Ivoire en 1931 (en tonnes)
Légende Statistiques d’après les Bull. ICH, no 41 930 et no 1 001 938.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7189/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
Légende Fig. 10 – Les provenances et volumes comparés des cacaos coloniaux au Havre en 1937 et 1961 (d’après RS-CC et AS-PAH)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7189/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende Fig. 11 – Les prix des cacaos coloniaux anglais et des cacaos coloniaux martiniquais sur la Place du Havre de 1919 à 1939
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7189/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre Tab. 15 – Les productions et exportations, ivoiriennes et camerounaises de cacao (en tonnes), captées par Le Havre de 1926 à 1961
Légende Colonne 3 : exportations de cacao du territoire vers la métropole.Colonne 4 : exportations de cacao du territoire vers le port du Havre.Colonne 5 : part des exportations vers la métropole captée par le port du Havre.Colonne 6 : part de la production du territoire acheminée vers Le Havre.Sources : Bull. ICH, no 1 001 938, p. 24-25, RS-CC, AS-PAH, MT du 21-11-1970, p. 333-336.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7189/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Tab. 16-Les importations de poivres par le port du Havre (en tonnes)
Légende Sources : RS-CC, AS-PAH.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7189/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
Titre Tab. 17 – L’évolution de la part des riz d’Indochine dans les importations havraises de riz
Légende D’après le Bull. ICH, no 8, juil. 1930.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7189/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Légende Fig. 12-Les importations de riz au Havre, toutes provenances (en tonnes de 1 000 kg) (d’après les chiffres de RS-CC et AS-PAH)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7189/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende Fig. 13 – L’irrésistible chute des maïs coloniaux sur le marché du Havre de 1937 à 1960 (d’après les chiffres de RS-CC et AS-PAH)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7189/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende Fig. 14 Les importations de fruits frais d’origine coloniale et étrangère au Havre de 1930 à 1960 (en tonnes) (d’après les chiffres de RS-CC et AS-PAH)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7189/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende Fig. 15-Les importations de manioc au Havre (en tonnes) (d’après les chiffres de RS-CC et AS-PAH)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7189/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Légende Fig. 16 et 17 – Le Havre, débarquement du vin. Oran, embarquement du vin
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7189/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende Fig. 18-Manutention des rhums au Havre en 1930
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7189/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Tab. 23 - Les importations totales de sucre par le port du Havre (en tonnes)
Légende D'après RS-CC et AS-PAH.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7189/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Légende Fig. 19-Importations d’oléagineux de toutes provenances (en tonnes)(d’après les chiffres de RS-CC et AS-PAH)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7189/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Tab. 24 – Les importations françaises de graines et fruits oléagineux en 1932 (en tonnes)
Légende Sources : RDCC, no 120. Rapport Vaquin, 30-03-1933, p. 267.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7189/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
Titre Tab. 27 – Les fournisseurs du port du Havre en caoutchouc, en 1904 (en tonnes)
Légende CR-TX-CC, RS-CC, 1904.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7189/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
Légende Fig. 20 Les importations de caoutchouc par le port du Havre et la part des origines coloniales (d’après les chiffres de RS-CC et AS-PAH)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7189/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Tab. 28 – La part du Havre dans les importations de caoutchouc de la métropole (en %)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7189/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
Légende Fig. 21 – Le Havre, Marseille et Bordeaux, importateurs de caoutchouc en 1927 (d’après l’Annuaire de l’Institut colonial de Marseille, 1928)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7189/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Légende Fig. 22-Les importations de coton de toutes provenances au Havre de 1892 à 1962 (d’après les chiffres de RS-CC et AS-PAH)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7189/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Tab. 30 – Le pourcentage des cotons coloniaux dans les importations havraises
Légende D’après RS-CC et AS-PAH.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7189/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
Légende Fig. 23 – ’évolution des entrées de nickel au Havre, de 1903 à 1958, quelques dates-repères (d’après RS-CC et AS-PAH)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7189/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 21k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search