Version classiqueVersion mobile

Le Havre colonial de 1880 à 1960

 | 
Claude Malon

Préface

Dominique Barjot

Texte intégral

1Le livre de M. Claude Malon renouvelle l’historiographie du Havre. Il s’intéresse au second plus grand port français dans ses relations avec le monde colonial. L’approche est remarquable. En premier lieu, M. Claude Malon part d’une interrogation simple. Le Havre a-t-il été, entre 1880 et 1960, un port colonial ? Soulignant le retard historiographique du Havre par rapport à Marseille, il veut apporter sa pierre à cette histoire après Philippe Manneville et Jean Legoy (société et religion), John Barzman (le monde ouvrier) et Pierre Ardaillou (vie politique). Une approche interdisciplinaire s’imposait dans laquelle C. Malon s’est engagé à fond : il montre sa capacité à mobiliser au profit de son argumentation les apports de la démographie des entreprises et ceux de la sociologie des réseaux sociaux.

2Les sources mobilisées par C. Malon impressionnent par leur ampleur et leur variété : archives d’outre-mer à Aix-en-Provence, chambre de commerce du Havre, French Lines (Compagnie des Messageries maritimes), Banque de France, Tribunal de commerce, archives municipales du Havre, fonds Ancel et séries diverses des archives départementales. S’y ajoutent de multiples sources imprimées : Société de géographie commerciale, Institut colonial du Havre, Revue de psychologie des peuples, Cahiers havrais de sociologie économique, Marchés coloniaux, Presse, Annuaires d’entreprises coloniales, Annuaires Desfossés, publications de la Chambre de commerce et de la Direction générale des Douanes. C. Malon a su en outre croiser les sources orales, iconographiques, juridiques et statistiques pour créer un répertoire des entreprises coloniales et un fonds d’iconographie commerciale de première importance.

3Le plan s’impose par sa pertinence. La première partie s’intéresse aux échanges coloniaux. Elle part de l’observation de la lente reconquête d’un commerce impérial (chapitre 1). Son poids s’affirme de plus en plus après la première guerre mondiale, au profit surtout de l’Afrique de l’Ouest et de Madagascar : il s’agit essentiellement d’un commerce de captation. La fonction importatrice domine (chapitre 2). Le Havre est avant tout un port de produits tropicaux chers, tels que le café et le cacao, mais aussi les bois exotiques, le riz, les fruits et le manioc. Avant même la crise de 1929, cette orientation se trouve favorisée par l’évolution des prix et du privilège douanier, même si chaque produit obéit à un cycle propre. L’importation des bois exotiques, en particulier, constitue une grande réussite (chapitre 3). Après la première guerre mondiale, la pénurie de bois coloniaux offre au Havre la possibilité de devenir la capitale des bois coloniaux et de concurrencer Hambourg : le mouvement est stimulé par l’offre africaine et la demande des industries havraise et parisienne. L’évolution des échanges (chapitre 4) confirme l’hypothèse d’un commerce colonial de grande valeur et la spécialisation dans les grands produits et vers l’Afrique noire.

4La seconde partie de la thèse consiste en une étude des acteurs et de l’échange. Elle repose sur la constitution d’un corpus de 350 entreprises coloniales étudiées durant huit décennies. Il regroupe des entreprises coloniales, actives à la place, sur mer ou à la colonie, tantôt autochtones, à direction ou participation havraises, tantôt allogènes, mais à participation ou direction havraise. Trois périodes apparaissent (chapitre 5) : au début du XXe siècle, une participation décevante, parce que fondée sur des méthodes archaïques, l’aventure concessionnaire au Congo ; un essai pour constituer un réservoir impérial de coton en Afrique mais dont les résultats n’apparaissent qu’après les Indépendances ; la conversion du négoce havrais au commerce colonial, entre 1926 et 1929, principalement en Côte-d’Ivoire, au Cameroun, en Oubangui, aux Antilles et en Nouvelle-Calédonie, est poursuivie, après 1950, par une tentative de captation par filiales interposées.

5La densité maximale de cette population s’observe, sans surprise, vers 1930 (chapitre 6). L’effectif compte environ 50 % d’entreprises de négoce portuaire. Une nébuleuse de PME constitue un monde solidaire familialement et professionnellement. Quelques grandes maisons havraises sortent du lot : ainsi la maison Charles. Les entreprises à la colonie, strictement havraises, apparaissent toutefois moins importantes que les grandes sociétés de traite. Il existe en outre des firmes dynastiques : tel est le cas des entreprises Ancel et Raoul-Duval. Ces dernières fournissent un bon exemple de l’adaptation du négoce portuaire au réseau colonial. Particulièrement efficaces dans le domaine du café et du cacao, elles s’imposent face à la concurrence de la SCOA et de la CFAO.

6La troisième et dernière partie traite des « Chemins de l’idée coloniale ». Elle englobe une double dimension : l’étude des réseaux prosélytes, culturels et professionnels ; les mutations de la doctrine, de la croyance et des représentations. Le chapitre 7 décrit la « construction d’un appareil colonial local ». Elle s’appuie sur des éléments bien connus, en particulier l’École pratique coloniale (1908) et l’Institut colonial (1929). Par-delà le problème du contrôle social des entrepreneurs d’Empire (Hermann Du Pasquier) se trouve posé celui des réseaux sociaux coloniaux, qui rationalisent la sociabilité coloniale. Ils y parviennent d’autant plus que les réseaux anticolonialistes ont peu d’influence.

7Pourtant, l’identité coloniale se manifeste tardivement (chapitre 8). À partir du début des années 1920, travailler chez soi devient un leitmotiv. Tandis que se développe un débat autour du choix entre colonisation à l’anglaise et colonisation à la française, l’identité négociante, à l’origine libre-échangiste, bascule vers le protectionnisme et les convictions autarciques. Se forme ainsi un imaginaire colonial (chapitre 9). Signes d’Empire et mythes fondateurs jouent un rôle grandissant : à la glorification de Louis Archinard, conquérant du Soudan, correspond, en 1937, le projet avorté d’Exposition coloniale internationale au Havre. La réalité est cependant moins flatteuse, en dépit de l’action exemplaire, mais isolée, de l’administrateur Gilbert Vieillard : les Havrais éprouvent des difficultés à s’établir aux colonies ; quant aux travailleurs marocains, ils sont rejetés à la périphérie de la ville dès les années 1920.

81944 marque une rupture (chapitre 10). À la destruction du Havre s’ajoute un nouveau contexte pour les Territoires d’outre-mer. Si, en 1945-1946, se manifeste une certaine peur devant la décolonisation, la situation apparaît paradoxale, malgré la bipolarisation : jusqu’en 1956, les communistes demeurent de bons élèves de l’Union française. Ensuite l’on observe un rapprochement de tous les partisans de l’autodétermination. De fait, les travailleurs algériens participent activement à la reconstruction de la ville et la main-d’oeuvre immigrée d’Afrique ne cesse de s’accroître. Lorsque le choix se manifeste entre Europe et Empire, un divorce progressif s’opère entre partisans du statu quo et cartiéristes. S’il existe encore un avenir pour les entreprises implantées en Afrique, le souvenir de l’âge impérial s’efface rapidement, les représentations se trouvant déphasées par rapport à l’histoire réelle.

9L’ouvrage de M. Claude Malon débouche sur des conclusions nettes et convaincantes. En premier lieu, les colonies ont permis un élargissement des compétences portuaires. La fonction du Havre a été de capter plus que de distribuer, stimulant ainsi la fonction industrielle de la place. En outre le repli colonial a été antérieur à la crise des années 1930, celle-ci ayant seulement accentué le rôle de capteur de produits et favorisé un processus de spécialisation des négociants. Réservoir de commodités pour Le Havre, l’Empire n’a pas eu partout la même utilité : c’est surtout l’Afrique noire et Madagascar qui ont apporté l’essentiel. Trente ans après la décolonisation, vers 1990, à part le pétrole, la structuration des échanges héritée de l’ère coloniale ne subsiste qu’à l’état de vestige (café et cacao de Côte-d’Ivoire par exemple). Le trafic africain actuel n’est plus qu’une survivance, Le Havre ayant été supplanté par Amsterdam, Anvers et les ports allemands.

10Le Havre lui-même n’a eu qu’un impact modeste, mais original, sur le destin des colonies. L’apport humain a été limité et les élites économiques havraises ont été peu dynamiques en matière de mise en valeur et d’industrialisation. Mais Le Havre offre un bon observatoire du redéploiement en direction de l’Empire ainsi que de la périodisation des investissements privés. La relation coloniale crée davantage d’entreprises de place que d’entreprises coloniales. La part de l’effort entrepreneurial strictement havrais en faveur du développement des activités à la colonie est faible, à l’exception du coton. En fait, Le Havre a constitué avant tout une entreprise de captation, capable de « tuer la branche produits de grandes compagnies comme la CFAO et la SCOA ». L’adhésion étroite des Havrais aux marchés coloniaux après la première guerre mondiale ne contribue que de modeste façon à l’établissement de structures économiques durables en particulier pour l’Afrique de l’Ouest.

11Le fait colonial constitue un révélateur dans l’histoire du Havre. La représentation dominante aujourd’hui est celle d’une succession de trois phases : un âge d’or au XIXe siècle, reposant sur un développement autocentré ; une ville moyennement riche entre les deux guerres ; une ville pauvre après la guerre, d’où l’arrivée des communistes. Cette vision mérite d’être remise en cause : l’âge d’or doit beaucoup à des réseaux d’affaires liés au capital belge, alsacien et surtout, parisien ; la période du déclin voit se réduire l’importance des investissements, mais le capital local est très présent et les performances financières s’améliorent après 1945. On doit donc parler de reconversion plutôt que de décadence. En ce qui concerne les entreprises, il apparaît que Le Havre a sans doute manqué son entrée dans la constitution des grandes sociétés coloniales, d’où le fait que les entreprises les plus performantes soient avant tout les filiales des maisons traditionnelles de la place.

12Il est possible de distinguer entre entrepreneurs novateurs, percevant les nouvelles opportunités du marché, et imitateurs, à savoir le plus grand nombre, fidèles à l’héritage négociant dominant. Le port du Havre s’inscrit dans une économiemonde dominée par les ports de la Northern Range : Le Havre a ses atouts, sa fonction d’escale et de transit ainsi qu’une sorte de commerce triangulaire Abidjan - New York - Le Havre. Mais pour juger de la performance du Havre, il faut comparer avec Anvers et Amsterdam plus qu’avec Marseille ou Bordeaux. En outre, le mythe du patronat protestant et franc-maçon ne résiste guère à l’analyse. De plus, il ne faut pas assimiler capitalisme et économie de marché : la quête du monopole et la propension à l’entente sont toujours présentes.

13Le fait colonial révèle les limites du libre-échangisme havrais : au nom du libéralisme, on réclame tantôt plus de protection et d’échange, tantôt l’abolition d’un dirigisme diabolisé. Se manifeste une volonté de défendre l’industrie métropolitaine, qui induit des solidarités hostiles à l’industrialisation des colonies. On exagère donc le libéralisme et le cosmopolitisme des Havrais. En revanche, il existe bien une intention, chez les élites, de faire du Havre un lieu de la conscience impériale. Deux générations durant, un parti colonial puissant développe un effort prosélyte au résultat tardif. Au Havre aussi, on retrouve « immobilisme colonial et verbiage impérial » (C.R. Ageron). En réalité, la décolonisation s’effectue en douceur. L’existence d’une identité coloniale n’a pas duré plus d’une génération. Y ont contribué des facteurs externes (conférence de Brazzaville, constitution de 1946, FIDES), mais aussi des causes locales (la reconstruction, la crainte de l’Europe). Le réseau colonial de contrôle social révèle ainsi ses fragilités, d’où une convergence entre anticolonialistes havrais et partisans gaullistes de l’autodétermination.

14Il existe donc une singularité havraise : le colonialisme havrais n’investit pas dans les territoires les plus rentables (Indochine, Maroc, Tunisie). Loin d’être l’héritier de la politique industrielle du XIXe siècle, il est plutôt le reflet des difficultés monétaires et financières consécutives aux guerres mondiales et de leur influence sur le négoce. Ce dernier possède, jusqu’en 1940, le contrôle social de la place et joue longtemps après le premier rôle dans l’imaginaire. Néanmoins, la décolonisation n’a pas été ressentie comme un obstacle à la vie portuaire ou à celle des entreprises : des relations privilégiées ont été maintenues avec les territoires qui ont accédé pacifiquement à l’indépendance ; de plus, la mutation est déjà largement engagée au profit des pondéreux (pétrole), puis des conteneurs. Les deux guerres ont donc joué un rôle essentiel : la première voit un repli autarcique, la seconde la destruction du port, et donc la fin de l’imaginaire colonial, ainsi qu’un changement de langage (de colonial à tropical), lié à la nécessité de réforme.

15En définitive, Le Havre ne fut pas un grand port colonisateur (au contraire de Bordeaux ou Marseille), mais simplement, pendant au moins une génération, un port colonial. On le voit, la thèse de C. Malon constitue donc un travail considérable qu’il fallait absolument publier, sous réserve certes d’une réduction autour de ses quelques grandes orientations majeures. L’ouvrage sera utilement complété par des articles ou des communications à colloques concernant des points tels que la démographie des entreprises, les réseaux sociaux, les représentations ou l’essor commercial. En outre, cette thèse démontre à l’évidence tout l’intérêt que l’historien peut tirer d’un recours systématique aux sciences sociales (économie et gestion, sociologie, psychologie sociale).

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search