Version classiqueVersion mobile

Les Évêques aux champs

 | 
Marie Casset

Annexe : les pavés glaçurés à engobe

Annexe : les pavés glaçurés à engobe

Le Parc-Sainte-Pience. Neuilly-la-Forêt. Saint-Nicolas-d’Aliermont

Texte intégral

Contexte documentaire

Contexte de la mise au jour

  • 1 Les trois lots de pavés historiés sont présentés aux pages 479 à 483. Dans le texte qui suit, ils (...)
  • 2 E. de Beaurepaire, « Note sur une découverte de pavés émaillés », MSAN, XXII, 1856, p. 278-280 ; E (...)
  • 3 F. Delacampagne, « Pavés et plates-tombes », Cahier des Annales de Normandie, 27, 1995.
  • 4 Observation personnelle.

1Les pavés que nous considérons ont été mis au jour par les propriétaires des sites lors de travaux de terrassement ou de jardinage dans des remblais de démolition et nous ignorons donc les contextes archéologiques de ces remblais (localisation exacte, objets associés)1. La récolte incomplète et la sélection, par les inventeurs des pièces les plus remarquables (pavés entiers, morceaux suffisamment lisibles) et la négligence pour les pavés monochromes empêchent toute tentative de restitution plus ou moins complète du décor. Les lots de Saint-Nicolas-d’Aliermont et de Neuilly, mis au jour au début des années 1990, sont inédits. Les pavés du Parc ont été mis au jour par le propriétaire du site en 1855 et ils ont fait l’objet de rapides publications qui concluaient à des pavés de la fin du XVe siècle2. Quelques-uns ont été donnés au musée d’Avranches (P 5, 7, 8, 13), à la Société des Antiquaires de Normandie (P 11, 13, 18) où ils figurent toujours dans les collections3 et au musée du Moyen Âge à Paris (P 6)4.

Sites de référence

  • 5 É. Broine, « Les céramiques de l’abbaye Notre-Dame-du-Vœu à Cherbourg », Le Viquet, 112, 1996, p.  (...)
  • 6 D. et G. Ducœur, « Abbaye Sainte-Trinité de La Lucerne. Fouilles archéologiques, 1985-1990 », in L (...)
  • 7 G. Lachasse, « Les carreaux de céramique médiévale à Deux-Jumeaux », BSAN, LVI, 1961-1962, p. 526- (...)
  • 8 X. Delestre, A.-M. Flambard Héricher, La Céramique du XIe au XVIe siècle en Normandie, Beauvaisis, (...)

2L’identification des motifs très mutilés ou usés a été possible par des comparaisons avec des pavés aux motifs bien connus (châteaux de Caen, de la Motte Saint-Clair et de Regnéville, salle des gardes de l’abbaye de Saint-Étienne de Caen, abbayes de Deux-Jumeaux, Cerisy-la-Forêt, Longues, Mont-Saint-Michel, Montebourg, Aunay-sur-Odon, Notre-Dame-du-Vœu à Cherbourg et Dives-sur-Mer). Les pavages en place et datés par des fouilles fiables sont rares : plate-tombe de Notre-Dame-du-Vœu à Cherbourg, datée des années 1280-12905 ; sol de deux chapelles de l’abbatiale de La Lucerne mis en place à la fin du XIIIe siècle ou au début du XIVe siècle6 ; pavés de l’église du prieuré de Deux-Jumeaux datés du début du XIVe siècle7. Tous les auteurs ont considéré, à partir d’observations externes (couleur des pâtes, types et styles des motifs) que les pavés qu’ils étudiaient provenaient d’ateliers du Bessin (Le Molay) où la production de céramique est avérée depuis le XIIIe siècle8.

Description

État des pavés

  • 9 À Neuilly, 43 pièces étudiées dont 7 pavés entiers ou presque. Au Parc, 20 pièces étudiées, dont 1 (...)

3Dans leur état actuel, les pavés sont presque tous incomplets9 et les cassures aux angles résultent sans doute des opérations d’arrachage.

  • 10 F. Delacampagne, « Pavés et plates-tombes ».

4Tous les pavés que nous considérons sont des pavés glaçurés à engobe dont les modalités de fabrication sont longuement décrites dans un certain nombre d’ouvrages10.

  • 11 Dessins aux contours flous : N 6, 8 et 9 ; P 8, et 18.
  • 12 Une ligne verticale perturbe le dessin : N 27a, P 7.
  • 13 Irrégularités de la profondeur et du tracé : SN 2.
  • 14 P 4, 5, 11 et 16, SN 1 et 2.

5Quelques-uns portent les traces de fabrication rapide voire médiocre qu’on ne peut pas imputer à l’usure. On peut ainsi repérer l’utilisation de matrices d’estampage usées11, fendues12, ou maniées de façon irrégulière13. Des excroissances d’argile à la surface sont sans doute des traces d’empilage14. À toutes ces imperfections, les trois pavés provenant de Saint-Nicolas-d’Aliermont ajoutent une surface craquelée résultat d’une cuisson mal maîtrisée ou de l’utilisation d’argile mal préparée (Pl. XXI, fig. 41).

Caractéristiques techniques

  • 15 Pl. XXI, fig. 40. C. Norton, Carreaux de pavement du Moyen Âge et de la Renaissance, Paris, Éditio (...)

6Presque tous les pavés sont plus ou moins proches du carré (115 x 129 mm au Parc, 118 x 128 mm à Neuilly, 99 x 112 mm à Saint-Nicolas) et d’épaisseur relativement constante (22 x 27 mm au Parc et à Neuilly, 23 x 24 mm à Saint-Nicolas). Deux seulement s’écartent de ce profil : losange irrégulier (N 9) et pavé trapézoïdal de bordure circulaire (N 13). Les pâtes sont homogènes, de couleur rose orangé avec peu de dégraissant et d’inclusions à l’exception de la pâte rouge violacé du N 11. Ce sont tous des pavés estampés à engobe, les motifs clairs (blanc-ivoire) se détachant sur fond foncé (brun-rouge) à l’exception de l’inversion du N 11. La glaçure plombifère est transparente. Beaucoup portent sur une partie ou sur toute la surface des indices de cuisson réductrice qui noircit le fond et donne à la glaçure un ton verdâtre ; C. Norton considère qu’il s’agit soit du résultat de maladresses de cuisson, soit d’une volonté délibérée de cuisson réductrice15. La présence de flancs en léger biseau indique qu’ils ont été fabriqués à l’unité ; les surfaces de pose ne possèdent pas d’encoches d’accrochage.

Caractéristiques stylistiques et motifs

7Dans les modalités d’organisation et de pose, on distingue trois types de possibilités : pavés pouvant être utilisés seuls, pavés contenant un demi ou un quart de motif, pavés de bordure en arc de cercle.

8En ce qui concerne le classement des motifs, les travaux sur les pavés normands n’en ont jamais proposé de véritablement approprié. De longues discussions avec É. Broine ont débouché sur certaines propositions qui vont être mises à l’épreuve ici. La présence d’un motif unique ne pose pas franchement de problèmes, ceux-ci surgissent lorsqu’il y a combinaison de plusieurs motifs sur un même pavé (lignes, fleurs, animal). Il nous a semblé opératoire d’adopter les modalités de lecture admises pour les figures héraldiques dont on commence la lecture par le plan du fond pour accéder couche par couche au premier plan. Cela conduit à privilégier le cadre dans lequel ont été installées des images diverses. On détermine ainsi six groupes principaux avec sous-groupes pour chacun.

  • Motifs floraux : grande fleur de lys unique en diagonale et semis de petites fleurs de lys16.
  • Bestiaire : chiens courants17.
  • Héraldique pure : ne sont pris en compte dans ce groupe que les armoiries clairement identifiées par leur installation dans un écu. L’ajout de motifs conduit à proposer un sous-groupe, héraldique mise en scène18. Un autre sous-groupe pourrait être qualifié d’inspiration héraldique et le motif du château à trois tours en serait un bon exemple19.
  • Architectonique : le motif d’arcades gothiques trilobées est suffisamment sophistiqué pour ne pas être confondu avec un motif de roue. Des sous-groupes se justifient lorsqu’il y a ajout de lignes et / ou de fleurs20.
  • Personnage : deux groupes (visages, groupe de personnages construit par l’assemblage de plusieurs pavés)21.
  • Géométrique : des sous-groupes nombreux combinent un motif géométrique pur22 avec des fleurs et/ou des animaux, des motifs anthropomorphes23.
  • 24 N 6 et P 6 : inversion du passage du léopard. N 8 avec quatre-feuilles comme à Notre-Dame-du-Vœu, (...)

9L’existence de légères variantes, pour un motif identique24, comme l’inversion du passage d’un animal ou l’ajout de pétales aux fleurs, pose un certain nombre de questions. Avons-nous affaire à deux ateliers différents qui cherchent à se distinguer, dans un contexte de motifs à la mode, par des détails qui leur sont propres ou bien à une décision du commanditaire ?

Hypothèses de provenance, de datation et de localisation

Contexte de la recherche

  • 25 Le pavé 7 de Sainte-Pience fournit un bon exemple de cette distorsion : le dessin publié en 1858 o (...)

10Élucider la provenance et émettre des hypothèses de datation pour les trois lots de pavés que nous possédons est extrêmement délicat. Les contextes de mise au jour dans des remblais hors de toute observation archéologique et l’absence d’analyses chimiques ne laissent la place qu’à des comparaisons stylistiques avec des motifs identiques connus par des observations plus ou moins anciennes. Les travaux des antiquaires du XIXe et du début du XXe siècle sont abondants et n’ont pas été réévalués. Leurs dessins bien réglés ne rapportent pas les défauts de cuisson, les traces d’usure, de moule fendu ou usé25.

11En ce qui concerne les datations à partir des critères stylistiques des dessins, les lieux de production en Basse-Normandie et de la diffusion des pavés, rien n’est encore venu infirmer les observations prudentes de C. Norton à partir des pavés bas-normands conservés dans les collections du Musée Carnavalet qu’il installe dans une large fourchette entre la fin du XIIIe et le milieu du XIVe siècle. Il souligne la longue durée de l’utilisation des motifs et la très lente évolution des critères esthétiques et des techniques de fabrication. On ne peut donc fonder une datation précise à partir des accommodements de la coiffure, du vêtement, de l’armement défensif ou du harnachement du cheval dont les détails sont en outre trop imprécis. Il remarque cependant, qu’émerge à partir du début du XIVe siècle, une espèce « d’horreur du vide » qui conduit à la production de pavés où les motifs deviennent plus complexes ou plus exagérés et envahissent toute la surface du carreau.

12En ce qui concerne les lieux de production, il s’en tient, pour la Basse-Normandie, aux ateliers de production du Bessin, mal attestés, pour l’époque qui nous concerne, aussi bien par l’archéologie que par les sources écrites.

13Il faut enfin accepter la périodisation généralement admise pour la diffusion des sols de pavés émaillés dans les résidences civiles à partir de la seconde moitié du XIIIe siècle, diffusion postérieure aux installations dans les lieux de culte.

Hypothèses de datation

  • 26 C. Norton, « The Export of Decorated Floor Tiles from Normandy », in Medieval Art, Architecture an (...)
  • 27 ADSM, G 409 fo 5 vo (1497-1498).

14La provenance de ces trois lots de pavés reste incertaine. En ce qui concerne les deux motifs de Saint-Nicolas-d’Aliermont force est de constater qu’aucun d’eux ne figure dans les articles et catalogues anciens consacrés aux pavés émaillés de Seine-Maritime et les travaux récents sont trop rares26 ; il faut donc se rabattre sur des critères stylistiques qui ne peuvent donner entière satisfaction. Les deux motifs peu chargés en décor pourraient dater de la fin du XIIIe siècle. La région où ils ont été mis au jour, leurs dimensions, à défaut de leur décor inédit, les intègrent dans le « groupe de Dieppe » déterminé par C. Norton. Les tuileries du domaine archiépiscopal à Notre-Dame d’Aliermont et Croixdalle pourraient en être les sites de production27.

15Pour les deux sites de Neuilly et de Sainte-Pience, quelques éléments permettent d’évoquer une fourchette de datation plausible, voire une périodisation de travaux. Les pièces P 6 et N 6, semblables par leur dessin – malgré l’inversion du passage du léopard – à celles qui ornent la plate-tombe de Notre-Dame-du-Vœu à Cherbourg attribuée au prêtre Guillaume de Marguerai décédé entre 1280 et 1289, indiqueraient des travaux à la fin du XIIIe siècle.

  • 28 C. de Mérindol, « Recueils d’armoiries et décors monumentaux peints et armoriés à la fin de l’époq (...)

16La pièce N 8, ornée du blason de la famille Bertrand, ne doit pas être systématiquement attribuée à une installation par Guillaume, évêque de Bayeux entre 1338 et 1347, issu de cette famille (Bertrand, vicomtes de Roncheville et de Bricquebec). En effet, il figure déjà dans la bordure de la plate-tombe de Guillaume de Margerai et les décors d’armoiries sont courants dans les habitats nobles, manifestation d’hommage, d’amitié ou d’intimité avec les grandes familles régionales voire nationales28.

  • 29 P. Gout, Le Mont-Saint-Michel. Histoire de l’abbaye et de la ville. Étude archéologique et archite (...)

17À Sainte-Pience, les motifs très chargés des pièces P 11, 12, 13, 14 et 15 orientent vers une campagne de travaux plus tardive dans la première moitié du XIVe siècle. Enfin, tous les motifs de Neuilly et du Parc sont connus sur les autres sites, sauf les motifs très chargés P 11 et P 12 repérés seulement au Mont-Saint-Michel29 ; cette particularité conduit à envisager l’intervention d’un atelier distinct qui posséderait ses motifs propres.

Hypothèses de localisation dans le séjour noble

  • 30 P. André, « Les pavements médiévaux du manoir épiscopal de Vannes-Conleau (Morbihan) », Bulletin d (...)
  • 31 J.-M. Nicolle, « Cany-Barville (76)-Caniel », in De la Gaule à la Normandie, 2000 ans d’histoire, (...)

18On a tendance, en Basse-Normandie, à considérer que les sols de pavés sont propres aux grands établissements religieux (lieux de culte, salles capitulaires), et c’est dans ce contexte ecclésiastique qu’ils ont été observés depuis la fin du XVIIIe siècle, très souvent en place. Cette affirmation est très réductrice du pouvoir d’attraction que devaient posséder ces sols colorés et animés. S’il n’est pas possible pour les sites que nous considérons de préciser les salles qu’ils ornaient, quelques références permettent d’affirmer que les sols de pavés ont fait partie de la panoplie mise au service du décor démonstratif des séjours nobles au même titre que les peintures murales et les tapisseries, pas seulement dans les chapelles mais aussi dans les grandes salles d’apparat voire dans des appartements plus retirés. La France de l’Ouest n’a jusqu’à aujourd’hui fourni que peu exemples illustrant l’adoption par l’aristocratie de ces décors de sols dans les logis (manoir épiscopal de Conleau30, manoir de Touffreville, manoir de Caniel31).

19Lors des grands travaux de restructuration et de mise au goût du jour, à partir du XVIe siècle, ils ont été arrachés jusqu’à leur mise au jour dans des remblais de démolition.

  • 32 E. Eames, English Tilers, Londres, British Museum Press, 1992.

20Reste la question de l’utilisation des pavés émaillés en décor mural. S’il en existe des preuves en Angleterre32, aucun dispositif semblable n’a encore été attesté en Normandie.

Pavés du Parc-Sainte-Pience (Manche) – 1

Pavés du Parc-Sainte-Pience (Manche) – 2

Pavés de Neuilly-la-Forêt (Calvados) – 1

Pavés de Neuilly-la-Forêt (Calvados) – 2

Pavés de Neuilly-la-Forêt (Calvados) – 3

Pavés de Saint-Nicolas-d’Aliermont (Seine-Maritime)

Bibliographie

Bibliographie

Barrett (T.), « Fine old painted tiles from Caen in Normandy », Gentlemens Magazine, LIX, 2, 1789, p. 211-212.

Beaurepaire (E. de), « Note sur une découverte de pavés émaillés », MSAN, XXII, 1856, p. 278-280.

Bourdon (C.), « Excursion archéologique à la cathédrale de Bayeux », Bulletin monumental, XVII, 1851, p. 196-214.

Broine (É.), « Les céramiques de l’abbaye Notre-Dame-du-Vœu à Cherbourg », Le Viquet, 112,1996, p. 27-33.

Carette (M.), Derœux (D.), Carreaux de pavement médiévaux de Flandre et d’Artois (XIIIe-XIVe siècles), Arras, Commission départementale d’histoire et d’archéologie du Pas-de-Calais (Mémoires ; 22), 1985.

Casset (M.), « Les pavés émaillés du manoir épiscopal de Sainte-Pience », Revue de l’Avranchin et du pays de Granville, 382, mars 2000, p. 1-14.

Casset (M.), « Les pavés émaillés » (Château de Regnéville, rapport de fouille), Caen, Service régional de l’archéologie, 1993, p. 79-98.

Delacampagne (F.), « Pavés et plates-tombes », Cahier des Annales de Normandie, 27, 1995.

Delestre (X.), Flambard Héricher (A.-M.), La Céramique du XIe au XVIe siècle en Normandie, Beauvaisis, Île-de-France, Mont-Saint-Aignan, Publications de l’université de Rouen, 1995.

Ducœur (D.), Ducœur (G.), « Abbaye Sainte-Trinité de la Lucerne. Fouilles archéologiques (1985-1990) », in L’Ordre de Prémontré et la papauté. Hommage au R. P. François Petit (Actes officiels du 16e colloque d’études et de recherches prémontrées, Abbaye de Mondaye, 1990), Amiens, CERP, 1991, p. 65-91.

Eames (E.), English Tilers, Londres, British Museum Press, 1992.

Farcy (P. de), Abbayes de l’évêché de Bayeux. Cerisy, Cordillon, Fontenay, Notre-Dame de Longues, Laval, L. Moreau, 1886-1888.

Lâchasse (G.), « Les carreaux de céramique médiévale à Deux-Jumeaux », BSAN, LVI, 1961-1962, p. 526-568.

Lâchasse (G.), « Les pavés de céramique médiévale », in Trésors des abbayes normandes, Rouen, Musée des antiquités, 1979, p. 308-349.

Lanfry (G.), « Les carrelages vernissés des salles du château d’Enguerrand de Marigny au domaine du Plessis, commune de Touffreville, par Ménesqueville (Eure) », Bulletin de la Commission des antiquités de la Seine-Inférieure, XIX, 1932-1937. p. 30-33.

Le Héricher (É.), « Découvertes d’anciennes constructions au lieu-dit Le Parc, à Sainte-Pience », Bulletin du Comité de la langue, de l’histoire et des arts de la France, III, 1855-1856, p. 65-66.

Le Héricher (É.), « Pavages émaillés de l’Avranchin », Revue de l’art chrétien, II, 1859, p. 222-224.

Nicolle (J.-M.), « Cany-Barville (76)-Caniel », in De la Gaule à la Normandie, 2000 ans d’histoire, 30 ans d’archéologie, Catalogue d’exposition (Musée départemental des Antiquités de Rouen), N. Roy (dir.), Rouen, Musées et monuments départementaux de la Seine-Maritime, 1990, p. 63-65.

Norton (C.), « The Production and Distribution of Medieval Floor Tiles in France », in Artistes, artisans et production artistique au Moyen Âge (Actes du colloque du CNRS, Rennes, 1983), X. Barrai y Altet (dir.), Paris, Picard, 1990, p. 101-131.

Norton (C.), Carreaux de pavement du Moyen Âge et de la Renaissance, Paris, Éditions Paris-Musées, 1992.

Schuler (R.), « Découverte d’un pavement de la première moitié du XIVe siècle dans l’ancien palais épiscopal de Beauvais », Groupe de recherche et d’études de la céramique du Beauvaisis, 16,1994, p. 103-162.

Scuvée (F.), « La motte médiévale de Saint-Clair à Mesnil-Vigot (Manche) », Lituus, 29-30,1980, p. 54-84.

Vesly (L. de), « La céramique ornementale en Plaute-Normandie pendant le Moyen Âge et la Renaissance », in Congrès du millénaire de la Normandie, 911-1911, II, Rouen, Impr. de L. Gy, 1912, p. 189-263.

Vivier (É.), Les Amis de Hambye, 2, 1934, p. 32-34 ; 3, 1935, p. 25-26, 35 ; 4, 1936, p. 10-14 ; 6, 1938, p. 19.

Notes

1 Les trois lots de pavés historiés sont présentés aux pages 479 à 483. Dans le texte qui suit, ils sont désignés par les lettres P pour Le Parc, N pour Neuilly et SN pour Saint-Nicolas-d’Aliermont. Ils sont dessinés à l’échelle 1/4. Les pavés P 13, P 16, SN 1 et SN 2 sont reproduits en couleurs dans le cahier hors-texte (Pl. XXI).

2 E. de Beaurepaire, « Note sur une découverte de pavés émaillés », MSAN, XXII, 1856, p. 278-280 ; E. Le Héricher, « Découvertes d’anciennes constructions au lieu-dit Le Parc, à Sainte-Pience », Bulletin du Comité de la langue, de l’histoire et des arts de la France, III, 1855-1856, p. 65-66 ; Id., « Pavages émaillés de l’Avranchin », Revue de l’art chrétien, II, 1859, p. 222-224.

3 F. Delacampagne, « Pavés et plates-tombes », Cahier des Annales de Normandie, 27, 1995.

4 Observation personnelle.

5 É. Broine, « Les céramiques de l’abbaye Notre-Dame-du-Vœu à Cherbourg », Le Viquet, 112, 1996, p. 27-33. L’auteur considère que la plate-tombe et son entourage de pavés ont été mis en place dans l’année qui suivit l’inhumation.

6 D. et G. Ducœur, « Abbaye Sainte-Trinité de La Lucerne. Fouilles archéologiques, 1985-1990 », in L’Ordre de Prémontré et la papauté. Hommage au R. P. François Petit (Actes officiels du 16e colloque d’études et de recherches prémontrées, Abbaye de Mondaye, 1990), Amiens, CERP, 1991, p. 65-91.

7 G. Lachasse, « Les carreaux de céramique médiévale à Deux-Jumeaux », BSAN, LVI, 1961-1962, p. 526-568 ; Id., « Les pavés de céramique médiévale », in Trésors des abbayes normandes, Rouen, Musée des antiquités, 1979, p. 308-349.

8 X. Delestre, A.-M. Flambard Héricher, La Céramique du XIe au XVIe siècle en Normandie, Beauvaisis, Île-de-France, Mont-Saint-Aignan, Publications de l’université de Rouen, 1995, p. 99-101.

9 À Neuilly, 43 pièces étudiées dont 7 pavés entiers ou presque. Au Parc, 20 pièces étudiées, dont 13 entiers. À Saint-Nicolas, 3 pièces, dont deux entiers.

10 F. Delacampagne, « Pavés et plates-tombes ».

11 Dessins aux contours flous : N 6, 8 et 9 ; P 8, et 18.

12 Une ligne verticale perturbe le dessin : N 27a, P 7.

13 Irrégularités de la profondeur et du tracé : SN 2.

14 P 4, 5, 11 et 16, SN 1 et 2.

15 Pl. XXI, fig. 40. C. Norton, Carreaux de pavement du Moyen Âge et de la Renaissance, Paris, Éditions Paris-Musées, 1992, p. 64.

16 N 9 : lys sur pavé en losange irrégulier ; N 11 : lys en diagonale accoté de 4 points ; P 9 : lys en diagonale ; P 10 : lys épanoui en diagonale accoté de 2 points ; P 8 : semis.

17 N 3 : pattes ( ?) ; P 1, 2, 3 et 4 : chiens courants.

18 P 7 : écu aux armes de l’évêché de Coutances dans un quadrilobe ; N 8 : armoiries des Bertrand accotées de deux quatre-feuilles de part et d’autre de la pointe.

19 N10.

20 SN 1 (Pl. XXI, fig. 41), P 14 : architectonique et géométrique et floral.

21 N 27a et b : deux demi-visages ; N 24a et b : chaque pavé porte un cavalier tournoyant en armure, à poser en vis-à-vis ; N 25a et b : deux moitiés inférieures de personnages portant des vêtements drapés à assembler avec deux pavés portant la partie supérieure des personnages sous arcade.

22 N 20 : losanges ; P 12 : étoiles.

23 Géométrique et animalier : N1, N 2, N 4, N 5, P 5. Géométrique et floral : N12, N13, N14, N15, N 16, N17, N 18, N 21, N 22, P11, P12, P 13, P 15, P 16, P 17, P18, SN 2. Géométrique et animalier et floral : P 6, N 6, N 7. Géométrique et anthropomorphe : N 26.

24 N 6 et P 6 : inversion du passage du léopard. N 8 avec quatre-feuilles comme à Notre-Dame-du-Vœu, Saint-Étienne (salle des gardes) alors que le même motif à Longues porte deux sextefeuilles.

25 Le pavé 7 de Sainte-Pience fournit un bon exemple de cette distorsion : le dessin publié en 1858 oblitère le flou du dessin et la marque d’une fente verticale dans le moule.

26 C. Norton, « The Export of Decorated Floor Tiles from Normandy », in Medieval Art, Architecture and Archaeology at Rouen (The British Archaeological Association, Conference Transactions for the year 1986), J. Stratford (éd.), Leeds, W.S. Maney and son Limited, 1993, p. 81-97 ; G. Lanfry, « Les carrelages vernissés des salles du château d’Enguerrand de Marigny au domaine du Plessis, commune de Toufffeville, par Ménesqueville (Eure) », Bulletin de la Commission des antiquités de la Seine-Inférieure, XIX, 1932-1937, p. 30-33 ; L. de Vesly, « La céramique ornementale en Haute Normandie pendant le Moyen Âge et la Renaissance », in Congrès du millénaire de la Normandie, 911-1911, II, Rouen, Impr. de L. Gy, 1912, p. 189-263.

27 ADSM, G 409 fo 5 vo (1497-1498).

28 C. de Mérindol, « Recueils d’armoiries et décors monumentaux peints et armoriés à la fin de l’époque médiévale », in Les Armoriaux médiévaux (Actes du colloque de Paris, 1994), L. Holtz, M. Pastoureau, H. Loyau (dir.), Paris, Le Léopard d’or, 1998, p. 291-331. La grande salle du manoir de la Vigne au Mesnil-sous-Jumièges est ornée d’une frise de blasons courant au sommet des murs et sur les entrais de la charpente apparente. Y figurent les armoiries des familles royales et princières de France, Angleterre, Navarre, Brabant et Hainaut ; armoiries également de grandes familles normandes (Paisnel, Bacon, Harcourt, Esneval...) et le blason du propriétaire, l’abbaye de Jumièges (J.-P. Corbasson, « Le manoir de la Vigne au Mesnil-sous-Jumièges (Seine-Maritime). Étude des peintures », BSAN, LXII, 1994-1997, p. 141-174).

29 P. Gout, Le Mont-Saint-Michel. Histoire de l’abbaye et de la ville. Étude archéologique et architecturale des monuments, Paris, Armand Colin, 1910, t. II, planches IV et V.

30 P. André, « Les pavements médiévaux du manoir épiscopal de Vannes-Conleau (Morbihan) », Bulletin de la Société polymathique du Morbihan, CXXVII, 2001, p. 47-61.

31 J.-M. Nicolle, « Cany-Barville (76)-Caniel », in De la Gaule à la Normandie, 2000 ans d’histoire, 30 ans d’archéologie, Catalogue d’exposition (Musée départemental des Antiquités de Rouen), N. Roy (dir.), Rouen, Musées et monuments départementaux de la Seine-Maritime, 1990, p. 63-65.

32 E. Eames, English Tilers, Londres, British Museum Press, 1992.

Table des illustrations

Légende Pavés du Parc-Sainte-Pience (Manche) – 1
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7165/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
Légende Pavés du Parc-Sainte-Pience (Manche) – 2
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7165/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 275k
Légende Pavés de Neuilly-la-Forêt (Calvados) – 1
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7165/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 254k
Légende Pavés de Neuilly-la-Forêt (Calvados) – 2
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7165/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 258k
Légende Pavés de Neuilly-la-Forêt (Calvados) – 3
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7165/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 134k
Légende Pavés de Saint-Nicolas-d’Aliermont (Seine-Maritime)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7165/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 67k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Volume papier

leslibraires.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search