Version classiqueVersion mobile

Les Évêques aux champs

 | 
Marie Casset

Annexe : monographies de sites

Le manoir des évêques de Coutances à Valognes1

Texte intégral

  • 1 Manche, chef-lieu de canton (fig. 2, p. 38).
  • 2 J. Pilet-Lemière, D. Levalet, Carte archéologique de la Gaule. La Manche (50), Paris, Académie des (...)

1L’agglomération de Valognes se situe à 20 kilomètres au sud de Cherbourg et à 55 kilomètres au nord de Coutances, la métropole épiscopale. Le site est sillonné d’est en ouest par une rivière, le Merderet et ses affluents, le Gravier, le Tremblet et le Saint-Jean. La ville s’est développée à environ un kilomètre à l’ouest d’une très vieille localité (Alauna), aujourd’hui Alleaume2. Elle est une étape sur la grande voie qui, depuis l’époque gallo-romaine, unit Cherbourg à Bayeux. C’est à Valognes qu’on quitte cette route pour rejoindre Barfleur, un des ports d’embarquement pour l’Angleterre à l’époque ducale.

  • 3 J.-L. Adam, Étude sur la ville de Valognes, Valognes – Évreux, Impr. de G. Poussin, 1912, p. 215.
  • 4 L’acte est signalé par É. Lepingard, « Procès-verbal des troubles et guerres à Carentan, Saint-Lô (...)
  • 5 J.-L. Adam, Étude sur la ville de Valognes, p. 215-216.

2Situé aux franges de l’agglomération, le manoir épiscopal a connu une histoire chaotique avant de disparaître du paysage : en 1562, il est saccagé par les Huguenots3 ; en 1570, il est acheté par le capitaine et gouverneur de Valognes4 ; à une date inconnue, les évêques de Coutances le rachètent et y font construire un séminaire en 16545.

  • 6 G. Désiré dit Gosset, La Meuse épiscopale de Coutances en 1440, Saint-Lô, Société d’archéologie et (...)
  • 7 J.-L. Adam, Étude sur la ville de Valognes ; A. Plaisse, La Grande Chevauchée guerrière d’Édouard (...)

3Le travail sur le manoir doit se contenter d’une maigre documentation hétérogène jusqu’en 1440 qui laisse ignorer nombre d’informations concernant la fréquentation, le personnel et les structures bâties. Le remarquable devis de réparations réalisé en 1440 comble un certain nombre de lacunes en permettant de restituer des édifices dont on peut repérer l’ancienneté6. La bibliographie n’est pas plus abondante et le manoir n’y est évoqué que de façon indirecte7.

Contextes de l’installation épiscopale

Le domaine ducal

  • 8 M. Fauroux, « Recueil des actes des ducs de Normandie (911-1066) », MSAN, XXXVI, 1961, p. 181-182. (...)
  • 9 Ibid., p. 349 : les moines sont établis... apud villam Valungiam.

4Valognes est au cœur d’un domaine ducal dans lequel les ducs ont abondamment puisé pour constituer la dot d’Adèle, fiancée de Robert III, en 1026-10278 et un peu plus tard en faveur d’un établissement dépendant des moines de Marmoutier9. C’est à Valognes que s’élève un des séjours ducaux favoris à proximité de la vaste forêt de Brix et près de Barfleur.

L’entrée dans le temporel au XIe siècle et les premiers aménagements

  • 10 A. Lecanu, Histoire des évêques de Coutances depuis la fondation de l’évêché jusqu’à nos jours, Co (...)
  • 11 M. Fauroux, « Recueil des actes... », p. 402-408.

5Les évêques de Coutances ont établi par étapes leur présence à Valognes, dès la première moitié du XIe siècle. Dans une charte portant l’inscription de l’évêque Algare (1131-1151) et du pape Eugène, qui énumère les confirmations et donations du duc Guillaume, figurent trente acres de terre à Valognes sans autre précision. L’origine de ces trente acres n’est pas documentée, mais il pourrait s’agir des trois manses donnés par la duchesse Gonnor, veuve de Richard Ier, pour la reconstruction de la cathédrale, manses qui auraient été accaparées par l’évêque Robert (1026-1048)10. Le seul point véritablement assuré est la confirmation en 1056-1066, par le duc Guillaume, de deux parts de la dîme de Valognes accordée par ses prédécesseurs à l’Église de Coutances11.

  • 12 Gallia Christiana, XI, Instrumenta, col. 219.
  • 13 A. Roquelet, La Vie de la forêt normande à la fin du Moyen Âge. Le Coutumier d’Hector de Chartres,(...)

6C’est à Geoffroy de Montbray (1049-1093) qu’il revient d’affirmer la présence épiscopale à Valognes. Les Gesta Gaufridi affirment qu’il y acheta une terre sur laquelle il fit faire des aménagements12. On peut penser qu’il tenait à s’installer dans une agglomération qui était, à cette époque, un des séjours habituels des ducs de Normandie, un des centres du pouvoir. Il se pourrait aussi que nous ayons ici l’indice de la volonté du prélat d’affirmer la présence épiscopale dans le nord d’un diocèse qui n’avait pas connu d’évêque résident depuis fort longtemps. Enfin, la proximité de la vaste forêt ducale de Brix a pu entrer en ligne de compte dans le choix du prélat ; en effet, nous savons par une source tardive que l’évêque de Coutances y jouissait en vertu de son « hostel » de Valognes de droits étendus, sans doute inclus dans les donations du XIe siècle13.

  • 14 L’acte de vente de 1570 est cité par É. Lepingard, « Procès-verbal... », p. 49 ; J.-L. Adam, Étude (...)

7Comme à Coutances et à Saint-Ébremond, Geoffroy de Montbray aménage à Valognes une résidence digne de sa position de prélat et de conseiller du duc. Les Gesta Gaufridi rappellent qu’il y construisit une chapelle et une maison (domum optimam) et qu’il fit aménager un jardin (virgultum). Ces structures sont très vraisemblablement intégrées dans un même ensemble et il faut compter avec la permanence de la localisation et envisager que le manoir construit par Geoffroy de Montbray occupait l’emplacement du manoir que l’évêque Arthur de Cossé vend en 157014 aux franges nord-ouest de la ville moderne, près d’un ruisseau, le Saint-Jean.

Le manoir et les hommes

Les mots pour le dire : camera, manerium, « hostel », « court »

  • 15 Cité par J. Tardif, Coutumiers de Normandie, I, 1re partie, Le Très Ancien Coutumier de Normandie,(...)
  • 16 T. Bonnin, Regestrum visitationum archiepiscopi Rothomagensis. Journal des visites pastorales d’Eu (...)
  • 17 A. Roquelet, La Vie de la forêt normande...
  • 18 G. Désiré dit Gosset, La Mense épiscopale de Coutances..., p. 54-65.
  • 19 Cité par J.-L. Adam, Étude sur la ville de Valognes, p. 28-29.

8La résidence de Valognes est peu documentée avant le XVe siècle et elle n’est nommément désignée qu’à cinq reprises. Vers 1238, un acte est signé dans la camera de l’évêque et ce terme désigne l’espace semi-privé dans lequel les grands procèdent à des actes officiels avec une solennité réduite15. En 1266, l’archevêque de Rouen, Eudes Rigaud, séjourne in manerio episcopi Constantiensis16. Au XVe siècle, la résidence est qualifiée « d’hostel » à la fois dans le coutumier d’Hector de Chartres17 et dans l’inventaire des travaux à y entreprendre en 144018. Au XVe siècle toujours, le Matrologue de la confrérie du Saint Sacrement localise certains sites de Valognes en citant la « Court de l’Evesque »19. Les trois termes « court », « hostel » et « manoir » qui désignent l’ensemble de la résidence sont insuffisants pour en évaluer le type de structure que l’acte de vente de 1570 n’éclaire pas davantage. À cette date, le manoir ne comprend que des « maisons », une cour et au moins deux jardins dont un « petit jardin de devant ».

L’enclos du manoir en 1440

  • 20 Ibid.,p.217.

9L’emprise de la résidence peut être évaluée à partir de l’acte de vente de 1570 qui précise que le manoir couvrait environ 3 hectares (15 vergées)20. Ce chiffre est bien loin des 30 acres qu’auraient tenu les évêques de Coutances à Valognes ; mais rien ne permet d’affirmer que ces terres étaient sises dans l’agglomération et ont reçu la résidence.

  • 21 G. Désiré dit Gosset, La Mense épiscopale de Coutances..., p. 64.

10Le devis de 1440 ne mentionne jamais la clôture du manoir et l’on doit envisager un simple mur dépourvu de défenses ; la porte dotée d’une chambre à l’étage devait se présenter comme une simple porterie21.

  • 22 Ibid., p. 58 et 64.

11Dans l’espace très fractionné on compte au moins une cour et trois jardins clos de murs percés de portes (« jardin près de la chapelle », « grand jardin » et « petit jardin »). Le petit jardin est doté de galeries et le grand jardin donne sur les champs22. Ces jardins sont longés sur certaines de leurs faces par les divers bâtiments du manoir.

Les bâtiments du pôle noble en 1440

12L’inventaire de 1440 mentionne dix-huit bâtiments. Malgré la mention régulière de travaux de couverture on ne peut pas affirmer que chaque structure de l’énumération constitue un bâtiment indépendant et l’on discerne mal ceux qui pourraient être accolés les uns aux autres. En outre, il n’est pas raisonnable de vouloir restituer à tout prix leur localisation précise les uns par rapport aux autres. Cela étant, le complexe de Valognes présente des édifices de grande envergure dont la mise en œuvre semble largement antérieure au milieu du XVe siècle. En effet, ces édifices présentent des dispositifs archaïques qui n’ont pas connu de grands travaux de restructuration à partir du milieu du XIVe siècle, en particulier le remplacement des escaliers extérieurs d’accès aux salles hautes (« degres ») par des tours d’escaliers (« vis »).

13À défaut d’une présentation qui prendrait en compte la localisation des bâtiments, nous les passerons en revue en tenant compte de leur fonction dans le manoir : bâtiments du pôle noble (chapelle, grandes salles) et dépendances à usage domestique (cuisine, fours), bâtiments administratifs, bâtiments à usage agricole.

  • 23 Ibid., p. 54-55.

14Le premier bâtiment mentionné est la chapelle et l’on en connaît seulement les sièges de pierre le long des murs. Sa position en tête du cheminement n’autorise pas à en inférer une position près de la porte ; elle se trouve près d’un jardin23.

15Près de la chapelle se déploient quatre édifices dont les dispositions en font des édifices à vocation résidentielle.

  • 24 Ibid., p. 59.
  • 25 Ibid., p. 60.
  • 26 Ibid., p. 61.

16En relation directe avec la chapelle par un escalier couvert (« allee de degrez »), se situe un bâtiment dénommé « chambre de parement ». Il est long de 19,2 mètres et large de 8,3 mètres ; l’espace noble est à l’étage et le rez-de-chaussée est occupé par deux celliers24. À proximité se dresse la « grand salle », dont les caractéristiques sont impressionnantes25. L’édifice fait 32 mètres de long et 12,8 mètres de large ; au rez-de-chaussée, une grande salle basse dotée de bancs de pierre le long des murs s’élève jusqu’à une voûte lambrissée sous charpente ; à chaque extrémité se tient une « haulte chambre » sur cellier, « haulte chambre » qui communique avec la salle par des escaliers intérieurs. Deux porches ménagés dans les murs gouttereaux ouvrent l’un sur le jardin et l’autre sur la cour. Un autre bâtiment, toujours dénommé « chambre de parement », se déploie entre la « grande salle » et la cuisine. Nous savons seulement qu’il fait 21 mètres de long, 8 mètres de large et comporte deux étages26.

  • 27 Ce bâtiment présente, par sa structure à deux niveaux, de grandes similitudes avec, au moins, deux (...)

17L’interprétation de ces bâtiments pose un certain nombre de questions. L’utilisation du terme « chambre de parement » pour désigner un bâtiment indépendant est inhabituelle. La formule désigne, à partir du milieu du XIVe siècle, une salle du logis noble, distincte à la fois de la grande salle de réception (« grande salle » ou « tinel ») et de la chambre plus intime (« chambre de retrait »). À Valognes, l’appellation « chambre de parement » sert à désigner un bâtiment présentant des particularités qui inclinent à l’identifier comme étant une aula ou une camera largement antérieure à l’année du devis27 ; l’appellation ne ferait que pérenniser la fonction ancienne de l’édifice, à la fois chambre à coucher et salle de réception. On a du mal à appliquer le même schéma de raisonnement pour le deuxième bâtiment affecté de la même désignation.

  • 28 J. Blair, « Hall and Chamber: English Domestic Planning (1000-1250) », in Manorial Domestic Buildi (...)
  • 29 Le Manoir en Bretagne (1380-1600), C. Mignot, M. Chatenet (dir.), Paris, Imprimerie nationale, 199 (...)

18En ce qui concerne la « grand salle », il faut la rapprocher de formules architecturales attestées en Grande-Bretagne à partir de la première moitié du XIIIe siècle, où l’on constate l’émergence d’un type de logis compact qui unit de part et d’autre d’un hall de plain-pied deux chambres hautes surmontant des pièces de service28. En France, ce type de dispositif est attesté en Bretagne à partir du milieu du XIVe siècle29.

  • 30 G. Désiré dit Gosset, La Mense épiscopale de Coutances..., p. 63-64. « Gehine » : salle de torture

19Le manoir de Valognes possède deux cuisines indépendantes et une dépendance : la « grand cuisine », la « cuisine ou l’en faisoit lez potages » et la « chambre ou est la gehine » ; le « fournil » est un bâtiment près des cuisines30.

Les bâtiments administratifs et les communs en 1440

  • 31 Ibid., p. 55-56 et 62.
  • 32 G. Désiré dit Gosset, La Meuse épiscopale de Coutances..., p. 64-65.
  • 33 Ibid., p. 57.
  • 34 Ibid., p. 64.
  • 35 Ibid.

20Les bâtiments à vocation administrative, tant civile que religieuse, du manoir sont nombreux. L’ancien auditoire, sans doute près de l’entrée tournée vers la ville close (« vers le chastel »), est un bâtiment de 16 mètres de long sur 9 mètres de large ; il est adossé à la prison mais on hésite à y localiser les fosses, mentionnées plus loin dans le devis31. Le « promoteur » et l’intendant (« mesnagier ») sont logés dans deux édifices distincts dénommés « chambres » dont l’étage est accessible par des escaliers extérieurs (« degres »)32. La maison servant de logis aux chapelains (« chambre aux chapellains ») est un vaste bâtiment de 32 mètres de long sur 9 mètres de large composé d’un seul rez-de-chaussée divisé en trois chambres à cheminée et doté de latrines à une extrémité33. Il existe également un logis pour le vicaire avec galerie et « degrez »34. Quant au bâtiment nommé « l’escriptoire », les informations sont insuffisantes pour le localiser35.

21Le manoir de Valognes compte une grange, deux étables, une forge et un colombier. Ces bâtiments ne semblent pas isolés dans un enclos ; en effet, l’inventaire permet de les situer près des logis de l’intendant (« mesnagerie ») et du promoteur.

  • 36 Ibid., p. 58.

22Les autres bâtiments du manoir sont d’interprétation difficile, en particulier une « maison » (32 x 7,2 m) comprenant trois « chambres basses », plusieurs « allees et degrez », une « estuve » et plusieurs cheminées36.

Les hommes

  • 37 Cité par J.-L. Adam, Étude sur la ville de Valognes, p. 215-216.
  • 38 M. Viel, « Recherches sur l’officialité de Valognes », p. 6-11.

23Nous ignorons presque tout des hommes qui résidaient en permanence dans l’« hostel » épiscopal de Valognes. Le manoir a perdu assez tôt certains de ses résidents permanents. En effet, l’existence d’une chapelle de l’official, attestée en 1336 dans le « Livre Blanc » ou Pouillé du diocèse37, incline à penser que les bâtiments qui abritaient la juridiction ecclésiastique ont été détachés du manoir à une date relativement ancienne pour être installés dans l’agglomération de Valognes, et ce bien avant la vente du manoir en 1540. Le manoir de l’official et la « cohue » sont clairement mentionnés à partir de 1430 et ils sont localisés près de l’église Saint-Malo38. Le manoir a cependant conservé les vieux bâtiments (« vieil auditoire ») de la justice religieuse et la prison.

  • 39 G. Désiré dit Gosset, La Meuse épiscopale de Coutances..., p. 54.

24Le devis de 1440 laisse entrevoir la présence de nombreux occupants permanents : plusieurs chapelains, un vicaire, l’intendant (« mesnagier »), le promoteur. Mais à cette date, le manoir n’abrite plus qu’un seul résident, un prêtre qui fait office d’intendant39.

  • 40 1263: BNF, ms. lat. nouv. acq. 2386, 21.1273: Arch. dio. Coutances, ms. 40, Extraits et résumés de (...)
  • 41 R. Toustain de Billy, Histoire ecclésiastique du diocèse de Coutances, Rouen, Métérie, 1874-1886, (...)

25On compte huit séjours des prélats dans leur manoir de Valognes, attestés par des actes qu’ils y ont signé : quatre au XIIIe siècle, deux dans la première moitié du XIVe siècle40. Les deux séjours constatés dans la seconde moitié du XVe siècle et rapportés par l’historien du diocèse de Coutances, Toustain de Billy, ont été consacrés à des ordinations en 1460 et 148241.

  • 42 Chronique anonyme de Cambridge, citée par A. Plaisse, La Grande Chevauchée guerrière d’Édouard III (...)
  • 43 B. Jacqueline, « La grande pitié des diocèses de Coutances et d’Avranches pendant la guerre de Cen (...)
  • 44 J.-L. Adam, Étude sur la ville de Valognes, p. 220.

26Malgré le petit nombre d’attestations, ce rythme trahit bien la quasi-absence des évêques de Coutances de leur évêché pendant plus d’un siècle, de 1350 environ jusqu’à 1478. En tout état de cause, la fréquentation du manoir de Valognes ne pouvait qu’être sérieusement perturbée après 1346. En juillet de cette année-là, les troupes anglaises qui viennent de débarquer à la Hougue stationnent à Valognes. Le roi Édouard III couche dans le manoir royal, alors que son fils, le prince de Galles, occupe le manoir épiscopal42 qui a sans doute souffert du pillage de la ville par les Anglais au moment de leur départ. Jusqu’en 1364, date de la libération d’une partie du Cotentin par Du Guesclin, il faut trois sauf-conduits pour aller de Coutances à Valognes43, et l’on imagine aisément que les évêques de Coutances ont peu fréquenté leur manoir. On ne peut pas cependant parler d’abandon total, au vu de l’acte signé à Valognes en 1355. En 1440, le manoir est dans un grand état de délabrement. Le devis des travaux de restauration s’élève à 4119 livres. Si les maçonneries ont peu souffert, l’abandon du manoir est perceptible à la ruine complète des couvertures, des huisseries des portes et fenêtres et des vitrages. On ignore si les réparations ont été effectuées, mais de retour dans leur diocèse, les évêques de Coutances, et en particulier Geoffroy Herbert, ont privilégié la restauration du palais urbain et des résidences de Saint-Lô et de Saint-Ébremond. Malgré un état sans doute médiocre, la résidence accueille au moins deux fois les prélats, en 1460 et en 1482, pour des ordinations44.

Conclusion

27Malgré l’indigence de la documentation, on peut envisager que le manoir de Valognes, installé aux franges de l’agglomération et qualifié de manerium puis d’« hostel », ressortissait d’un type précis de séjour aristocratique, les maisons plates dépourvues de structures défensives mais pourvues d’un enclos divisé en une cour et plusieurs jardins.

28La volonté épiscopale, au XIe siècle, de tenir une résidence à Valognes est très nette et le séjour eut les faveurs des prélats, au moins au XIIIe siècle et jusqu’au milieu du XIVe siècle. Les évêques de Coutances ont mis en œuvre des réalisations de grande envergure où la part réservée aux bâtiments liés à la fonction ecclésiastique est importante : chapelle, logis des chapelains, logis du promoteur et du vicaire. Nous avons pu démontrer l’existence d’au moins deux bâtiments réservés au séjour du prélat, dont la période de construction pourrait remonter au XIIIe siècle : aula, camera. Le vocabulaire qui les désigne au milieu du XVe siècle (« chambre de parement », « grand salle ») pérennise leur fonction ancienne alors que les structures ont vraisemblablement peu changé.

29Le site de Valognes démontre en outre assez clairement qu’il y eut, à partir d’une période qu’on évalue mal (fin XIIIe-début du XIVe siècle), éloignement des bâtiments à vocation administrative et judiciaire. Depuis au moins la première moitié du XIVe siècle, l’official de Valognes opère dans un manoir urbain ; le manoir épiscopal a cependant conservé les prisons.

30La guerre de Cent Ans semble avoir marqué un sérieux coup d’arrêt à la fréquentation, voire une rupture quasi définitive. Après le retour de la paix, le manoir de Valognes n’accueille plus les prélats que pour des séjours d’obligation (ordinations) et il n’existe aucune preuve que le manoir fut restauré à l’instar de ce que connurent, à la fin du XIVe siècle, les résidences de Saint-Lô et de Saint-Ébremond.

Notes

1 Manche, chef-lieu de canton (fig. 2, p. 38).

2 J. Pilet-Lemière, D. Levalet, Carte archéologique de la Gaule. La Manche (50), Paris, Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 1989.

3 J.-L. Adam, Étude sur la ville de Valognes, Valognes – Évreux, Impr. de G. Poussin, 1912, p. 215.

4 L’acte est signalé par É. Lepingard, « Procès-verbal des troubles et guerres à Carentan, Saint-Lô advenus par suite de la descente du comte de Montgommery en mars-avril 1574 », NMD, 9,1880, p. 49.

5 J.-L. Adam, Étude sur la ville de Valognes, p. 215-216.

6 G. Désiré dit Gosset, La Meuse épiscopale de Coutances en 1440, Saint-Lô, Société d’archéologie et d’histoire de la Manche (Études et Documents ; 7), 1998, p. 54-65.

7 J.-L. Adam, Étude sur la ville de Valognes ; A. Plaisse, La Grande Chevauchée guerrière d’Édouard III en 1346, Cherbourg, Isoète, 1994 ; A. Le Bouteiller, Valognes, Saint-Lô, Manche-tourisme, 1975 ; Valognes, Art de Basse-Normandie, 56, 1971 ; M. Viel, « Recherches sur l’officialité de Valognes », Revue de la Manche, fasc. 128,32, octobre 1990, p. 4-17.

8 M. Fauroux, « Recueil des actes des ducs de Normandie (911-1066) », MSAN, XXXVI, 1961, p. 181-182. Parmi les biens de la dot figure « ... curtem que appellatur Valongias cum silvis, pratis, molendinis et omnibus appenditiis suis ».

9 Ibid., p. 349 : les moines sont établis... apud villam Valungiam.

10 A. Lecanu, Histoire des évêques de Coutances depuis la fondation de l’évêché jusqu’à nos jours, Coutances, Voisin, 1839, p. 147-150. Cette charte est cependant considérée comme douteuse par M. Lecanu.

11 M. Fauroux, « Recueil des actes... », p. 402-408.

12 Gallia Christiana, XI, Instrumenta, col. 219.

13 A. Roquelet, La Vie de la forêt normande à la fin du Moyen Âge. Le Coutumier d’Hector de Chartres, II, Rouen, Société de l’histoire de Normandie, 1995, p. 127.

14 L’acte de vente de 1570 est cité par É. Lepingard, « Procès-verbal... », p. 49 ; J.-L. Adam, Étude sur la ville de Valognes, p. 215-217.

15 Cité par J. Tardif, Coutumiers de Normandie, I, 1re partie, Le Très Ancien Coutumier de Normandie, 1881 (texte latin), II, La Summa de Legibus in curia laicali, Rouen – Paris, Lestringant – Picard, 1896, p. ccxxxi, note 3.

16 T. Bonnin, Regestrum visitationum archiepiscopi Rothomagensis. Journal des visites pastorales d’Eudes Rigaud, Rouen, Le Brument, 1852, p. 556.

17 A. Roquelet, La Vie de la forêt normande...

18 G. Désiré dit Gosset, La Mense épiscopale de Coutances..., p. 54-65.

19 Cité par J.-L. Adam, Étude sur la ville de Valognes, p. 28-29.

20 Ibid.,p.217.

21 G. Désiré dit Gosset, La Mense épiscopale de Coutances..., p. 64.

22 Ibid., p. 58 et 64.

23 Ibid., p. 54-55.

24 Ibid., p. 59.

25 Ibid., p. 60.

26 Ibid., p. 61.

27 Ce bâtiment présente, par sa structure à deux niveaux, de grandes similitudes avec, au moins, deux édifices bien datés de la première moitié du XIIe siècle à Domfront (Orne) et à Beaumont-le-Richard (E. Impey, « La demeure seigneuriale en Normandie entre 1125 et 1225 et la tradition anglo-normande », in L’Architecture normande au Moyen Âge (Actes du colloque de Cerisy-la-Salle, 1994), M. Baylé (dir.), Caen, Presses universitaires de Caen, 1997,1, p. 219-241 ; A. Nissen-Jaubert, « Domfront (Orne) : château des ducs de Normandie », in Palais médiévaux (France-Belgique), 25 ans d’archéologie, A. Renoux (dir.), Le Mans, Publications de l’université du Maine, 1994, p. 41-42).

28 J. Blair, « Hall and Chamber: English Domestic Planning (1000-1250) », in Manorial Domestic Buildings in England and Northern France, G. Meirion-Jones, M. Jones (dir.), Londres, The Society of Antiquaries of London (vol. 15 of Occasional Papers), 1993, p. 15.

29 Le Manoir en Bretagne (1380-1600), C. Mignot, M. Chatenet (dir.), Paris, Imprimerie nationale, 1993, p. 111-116.

30 G. Désiré dit Gosset, La Mense épiscopale de Coutances..., p. 63-64. « Gehine » : salle de torture.

31 Ibid., p. 55-56 et 62.

32 G. Désiré dit Gosset, La Meuse épiscopale de Coutances..., p. 64-65.

33 Ibid., p. 57.

34 Ibid., p. 64.

35 Ibid.

36 Ibid., p. 58.

37 Cité par J.-L. Adam, Étude sur la ville de Valognes, p. 215-216.

38 M. Viel, « Recherches sur l’officialité de Valognes », p. 6-11.

39 G. Désiré dit Gosset, La Meuse épiscopale de Coutances..., p. 54.

40 1263: BNF, ms. lat. nouv. acq. 2386, 21.1273: Arch. dio. Coutances, ms. 40, Extraits et résumés des cartulaires du chapitre de la cathédrale de Coutances. 1283 : cité dans J.-L. Adam, Étude sur la ville de Valognes, p. 215.1318 : Cartulaire de Saint-Sauveur, 464, cité dans L. Delisle, Histoire du château et des sires de Saint-Sauveur le Vicomte, Valognes, Martin, 1867, p. 83.1355 : BNF, ms. fr. 20882 fo 41.

41 R. Toustain de Billy, Histoire ecclésiastique du diocèse de Coutances, Rouen, Métérie, 1874-1886, II, p. 275-304.

42 Chronique anonyme de Cambridge, citée par A. Plaisse, La Grande Chevauchée guerrière d’Édouard III..., p. 95.

43 B. Jacqueline, « La grande pitié des diocèses de Coutances et d’Avranches pendant la guerre de Cent Ans », NMD, 1948, p. 40.

44 J.-L. Adam, Étude sur la ville de Valognes, p. 220.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search