Version classiqueVersion mobile

Les Évêques aux champs

 | 
Marie Casset

Annexe : monographies de sites

Le manoir des évêques d’Avranches à Saint-Philbert-sur-Risle1

Texte intégral

  • 1 Eure, canton de Montfort-sur-Risle (fig. 2, p. 38).
  • 2 Cette distance à vol d’oiseau n’est pas d’un grand intérêt. En effet, se rendre à Rouen depuis Sai (...)
  • 3 D. Cliquet, Carte archéologique de la Gaule. L’Eure (27), Paris, Académie des Inscriptions et Bell (...)
  • 4 ADSM, 4 BP 7013 et 1 B 5482.
  • 5 Arch, nat., NIII, Eure, 24, Plan des bois de la baronnie de Saint-Philbert, XVIIIe siècle.
  • 6 ADE, 3 PL 93, cadastre de 1806.
  • 7 É.-A. Pigeon, Le Diocèse d’Avranches, Coutances, Salettes, 1888, p. 324-325.
  • 8 A. Montier, La Baronnie de Saint-Philbert, Paris, Librairies-imprimeries réunies, 1896.

1Le village de Saint-Philbert se déploie à environ 160 kilomètres au nord-est d’Avranches et à environ 37 kilomètres au sud-ouest de Rouen2. Nous sommes ici à la frontière orientale de l’évêché de Lisieux. Le village de Saint-Philbert s’est développé sur la rive gauche de la Risle en face d’une autre agglomération, Montfort, sur le tracé d’une voie ancienne est-ouest, qui passe la rivière à cet endroit et se dirige vers Rouen3. Le village n’a jamais fait partie de la seigneurie, entrée dans le temporel de l’Église d’Avranches en 1066. Si les sources médiévales n’apportent que de maigres renseignements, un inventaire réalisé avant la destruction autorisée par le roi en 17654, un plan du XVIIIe siècle5, le cadastre de 18066 et les remarquables vestiges conservés (clôture, quatre tours d’angle, bâtiments agricoles adossés à la clôture) permettent de restituer à la fois l’environnement du manoir et de déceler des structures médiévales à partir de son dernier état au XVIIIe siècle. L’état des vestiges envahis par le lierre ne permet pas des observations très affinées. On peut cependant compter sur des évocations rapides7 et sur une description datant de la fin du XIXe siècle, lorsque l’ensemble était en meilleur état8. Les deux bâtiments, au centre de l’enclos, ne semblent pas concerner la période que nous étudions (Pl. XVIII, fig. 34).

Les premiers temps de la résidence

Entrée dans le temporel au milieu du XIe siècle : un conflit familial

  • 9 M. Fauroux, « Recueil des actes des ducs de Normandie (911-1066) », MSAN, XXXVI, 1961, p. 438-440. (...)

2La moitié de la terre du Vièvre, aujourd’hui Saint-Philbert, entre en 1066 dans le temporel de la cathédrale Saint-André d’Avranches. La donation du domaine, par l’évêque Jean d’Avranches (1060-1067), se fait dans des conditions tout à fait exceptionnelles9. Jean est le fils d’un second mariage de Raoul d’Ivry, demi-frère utérin du duc Richard Ier. Son père lui a laissé en héritage une partie du patrimoine familial reçue probablement du duc Richard : la forêt de Vièvre et ses dépendances. Entre 1035 et 1060, il s’est séparé de plusieurs portions de cet héritage en faveur de l’abbaye de Préaux. La cession de 1066 revêt une rare solennité bien perceptible dans la charte de donation. Dans un premier temps, Jean a remis la moitié de la terre du Vièvre au duc Guillaume, qui en fait donation à l’Église. La deuxième partie de l’acte révèle la contestation de Robert de Beaufou, neveu par mariage de l’évêque Jean, qui prétend avoir reçu la terre en don héréditaire.

3Nous sommes ici en présence d’un conflit familial pour le contrôle des biens d’origine paternelle dans une période où le droit d’aînesse concurrence la succession allodiale, qui prévoit le partage des biens entre les héritiers. Malgré sa naissance d’un second mariage de son père qui le met en position de faiblesse, l’évêque Jean tient aux formes anciennes de dévolution successorale, le partage des biens, et il entend garder la libre disposition de ses biens d’origine paternelle. En face de Jean, son neveu Robert de Beaufou puise sa force dans le fait qu’il est rattaché par sa femme à la lignée issue du premier mariage ; en 1066, il est le premier mâle dans l’ordre de la succession à pouvoir prétendre à l’héritage du grand-père de sa femme et il s’oppose à un don inconsidéré qui lèse le lignage d’une partie de son patrimoine. Ce patrimoine, déjà amputé par les cessions antérieures, devenait irrécupérable par la famille du fait de son entrée dans un temporel ecclésiastique.

4La résistance familiale à la dispersion du patrimoine justifie l’opération menée par l’évêque Jean en faveur de son Église. L’intervention du duc Guillaume lui permet d’arriver à ses fins et d’obtenir la laudatio parentum, le consentement de son neveu, moyennant une compensation qui consiste en un versement de dix livres et la recommandation des cinq chevaliers de l’évêque sous la réserve qu’à la mort de celui-ci, ces cinq chevaliers tiennent leur fief de l’évêque d’Avranches.

Fig. 35 – Carte IGN, 1812 E, Brionne, éch. 1 / 25000e, 1996

  • 10 É.-A. Pigeon, Le Diocèse d’Avranches, p. 661.

5En 1091, le ressentiment familial n’a pas complètement disparu et l’évêque Michel (1068-1094) obtient de Guillaume de Breteuil, petit-neveu de l’évêque Jean, la confirmation de la donation de 1066, moyennant une compensation de cent livres10.

  • 11 V. Gazeau, « Le patrimoine d’Hugues de Bayeux... », p. 139-147.

6La donation de 1066 n’a pas épuisé le patrimoine personnel de l’évêque Jean ; la même année, ce qui reste de son patrimoine est transmis à un certain vicomte Hugues qui n’est autre qu’Hugues de Montfort, neveu de l’évêque par son mariage avec la sœur de Robert de Beaufou11.

Localisation et emprise (fig. 35)

7L’enclos du manoir épiscopal est intact dans le paysage d’aujourd’hui. Il se déploie à environ 2 kilomètres au sud du village, sur la rive gauche de la Risle. L’espace castrai de plan presque carré a été aménagé à mi-pente du versant vers la rivière et son emprise couvre environ 1,5 hectare ; il y a tout lieu de penser qu’il s’agit de l’emprise initiale.

Les aménagements de l’environnement : un parc et une garenne

  • 12 Gallia Christiana, XI, col. 478.

8La charte de 1066 ne permet pas, au moment de la donation, d’envisager l’existence d’une résidence sur le domaine. En effet, elle ne cite que la terre du Vièvre (terre Guevre) et ses dépendances : forêts, terres cultivées et incultes, tonlieux, moulins et marchés. Mais en 1079, l’évêque d’Avranches, Jean, devenu archevêque de Rouen en 1067, y serait mort deux ans après s’être démis de ses fonctions, à la suite d’une attaque d’apoplexie12. Il est tout à fait envisageable, étant donné le contexte conflictuel de la donation, que le prélat ait rapidement fait construire une résidence destinée à manifester avec ampleur ses droits sur la terre et sur les hommes. Dans l’état actuel du site et de la documentation, seules des fouilles archéologiques permettraient de déceler le manoir primitif.

  • 13 Arch. nat. III, Eure, 24, Plan des bois de la baronnie de Saint-Philbert, XVIIIe siècle.
  • 14 BNF, ms. fr. 25911 fo 770 et 836.

9À Saint-Philbert-sur-Risle, le grand bois de la Baronnie (aujourd’hui bois d’Avranches), qui couvrait encore 85 hectares au XVIIIe siècle13, occupe un vaste rectangle au nord de la résidence qui lui est accolée. La mention d’un « parquier » dans le rôle de fouage de 1452 pour la paroisse de Saint-Philbert-sur-Risle14 est le seul indice qui permette de conclure que cet espace boisé est un parc à gibier. Cet aménagement, qui n’aurait pas manqué d’être mentionné dans la charte de 1066, doit être attribué à l’évêque Jean, responsable de travaux identiques aux portes de sa résidence du Parc près d’Avranches. Ce parc, qui n’a pu être réalisé qu’avec l’autorisation du duc, renforce la détermination du prélat.

  • 15 ADSM, 4 BP 7013, art. 58, inventaire de 1765.
  • 16 É. Zadora-Rio, « Viviers et parcs à gibier en Anjou », Dossiers Histoire et Archéologie, 106,1986, (...)

10Au XVIIIe siècle, une garenne longe la face orientale de l’enclos, sur le versant vers la rivière15. Ce dispositif, malgré son attestation tardive, peut être considéré comme un aménagement médiéval et les irrégularités du sol à cet endroit en sont peut-être les vestiges. L’élevage de lapins en garenne se répand aux XIIe et XIIIe siècles avant l’interdiction d’en aménager sans autorisation en 131716. L’installation d’une garenne au manoir de Saint-Philbert a pu intervenir pendant cette période d’engouement. Son intime liaison avec le manoir, auquel elle est accolée, permet une surveillance attentive contre les braconniers.

Le manoir médiéval : les mots et les hommes

Les mots pour le dire : manerium, « chastel »

  • 17 M. Lebrun, Le Temporel de l’évêché d’Avranches du XIe au XIVe siècle, mémoire de DES, Université d (...)
  • 18 T. Bonnin, Regestrum visitationum archiepiscopi Rothomagensis. Journal des visites pastorales d’Eu (...)
  • 19 BNF, ms. fr. 20870 fo 113.

11Dans les rares textes qui mentionnent la résidence de Saint-Philbert, celle-ci est toujours désignée par le terme manoir (manerium). À la fin du XIIe ou au début du XIIIe siècle, un évêque d’Avranches, Guillaume, fonde une prébende pour la chapelle Saint-Jean-Baptiste du manoir de Saint-Philbert (... apud sanctum Philibertum in manerio episcopii)17. En 1260 et 1263, l’archevêque de Rouen, Eudes Rigaud, séjourne dans le manoir (in manerio episcopi abryncensiï)18. Cette uniformité est brisée par le terme « chastel » employé par l’évêque Jean Bochard dans l’aveu et dénombrement de son temporel en 145319.

Les hommes du manoir

12Le manoir devait abriter en permanence un certain nombre d’individus que le défaut de sources ne permet pas de connaître : responsables de la gestion du domaine, domestiques attachés au logis, valets de basse-cour. La chapelle du manoir, dédiée à saint Jean-Baptiste, était desservie par un chapelain attesté sous l’épiscopat d’un évêque Guillaume, entre 1182 et 1253, mais la charte qui réorganise la prébende ne permet pas de conclure à une présence permanente du chapelain dans le manoir.

  • 20 Robert de Torigni, Chronique, L. Delisle (éd.), Rouen, Le Brument – Métérie, 1872-1873, I, p. 284- (...)
  • 21 Quittance d’une indemnité versée à l’évêque pour son déplacement de Saint-Philbert à Évreux, BNF, (...)
  • 22 Cité par H. Sauvage, « Épisodes de la guerre de Cent Ans », RA, XXVII, 1934, p. 153-164.

13Il n’existe que trois attestations de séjour des évêques d’Avranches dans leur résidence de Saint-Philbert. Nous avons déjà signalé la tradition qui veut que l’évêque Jean y soit mort en 1079. En 1154, l’évêque Herbert (1153-1160) y bénit Robert de Torigni, abbé du Mont-Saint-Michel20. En 1376, l’évêque Robert Porte (1359-1379) y séjourne alors qu’il doit se rendre à l’Échiquier d’Évreux, convoqué par Charles le Mauvais21. La résidence de Saint-Philbert était, sans doute, le lieu de séjour des prélats lorsqu’ils se rendaient à Rouen, distant d’environ 37 kilomètres, pour y assister l’administration ducale puis royale. Ils y ont certainement beaucoup plus souvent séjourné que ne l’attestent les sources. Entre 1419 et 1450, l’occupation anglaise et les troubles qui en découlent rendent dangereux le voyage vers Saint-Philbert. En 1437, alors qu’il réside à Rouen, l’évêque Jean de Saint-Avit ne peut s’y rendre et il se plaint de ne pas pouvoir accéder aux archives de sa baronnie pour en faire le dénombrement22.

  • 23 Inventaire de 1640, ADM, GL 17 (disparu), copie par É.-A. Pigeon, BM Avranches, ms. non coté. Les (...)

14Les sources médiévales postérieures à 1450 font complètement défaut et la tradition n’a pas gardé le souvenir de travaux de reconstruction. La seule mention d’« un jeu de paume » en 1640 pourrait être l’indice que le manoir ne fut pas abandonné au XVe siècle23.

  • 24 T. Bonnin, Regestrum visitationum..., p. 77,389 et 586.

15Le seul hôte de passage que nous connaissions est l’archevêque de Rouen, Eudes Rigaud, qui séjourne à Saint-Philbert en 1250,1260 et 1263 lorsqu’il visite les diocèses de son ressort archiépiscopal24.

  • 25 Enquête de 1172 sur les services de chevaliers, citée dans C. H. Haskins, Norman Institutions, Cam (...)
  • 26 Aveu cité dans les notes de Cousin, BM Avranches, ms. 184, T 16, p. 178.

16Reste la question de la fréquentation militaire du manoir par les hommes qui y doivent le service. Au XIIe siècle, il était dû par cinq hommes25, sans doute ceux que mentionne la charte de 1066. Aucune source ne documente le service au manoir de Saint-Philbert avant l’aveu de l’évêque Robert Cenalis, en 1535, qui mentionne que « les services qui sont dus a ladite baronnie de Saint Philbert soulaient anciennement estre faits au chateau de Montfort »26. On ne peut qu’envisager un transfert, à une époque indéterminée, pendant la guerre de Cent Ans, dans un contexte de rationalisation et d’efficacité de la mise en défense.

Le manoir médiéval : sources modernes et vestiges en place

  • 27 La visite par des géomètres-experts en 1765 a servi de base à la tentative de reconstitution qui s (...)

17Si les sources écrites médiévales ne permettent pas d’appréhender la réalité matérielle du manoir de Saint-Philbert, les inventaires rédigés au XVIIIe siècle27 et les vestiges encore en place autorisent une reconstitution plausible du manoir dans son dernier état qui semble peu modifié depuis le XVIe siècle et d’y déceler quelques étapes de son évolution antérieure. Il est bien entendu que toutes les restitutions proposées ici ne pourront être validées que par des fouilles archéologiques et des analyses des maçonneries.

La clôture

18L’enceinte épouse la déclivité du versant de la vallée de la Risle. Il est impossible aujourd’hui d’affirmer que des terrassements ont été effectués pour aplanir le terrain et y aménager une plate-forme. Cette enceinte presque quadrangulaire, divisée en deux cours, couvre une vaste superficie d’environ 1,5 hectare et mesure 105 mètres de long sur 100 mètres de large (Pl. XVIII, fig. 34).

19Les vestiges présentent des traits qui laissent à penser que nous avons affaire à un ensemble relativement homogène issu probablement d’une même campagne de construction, à tout le moins d’un plan cohérent. Le mur d’enceinte, les quatre tours d’angle et le massif de la porte présentent le même appareil mixte de silex avec chaînage de moellons de pierres calcaires. Les liaisons de ces dispositifs entre eux laissent percevoir des hiatus et des traces de reprises qui sont peut-être des indices que les tours ont été insérées dans un mur préexistant.

20L’enclos est ceint sur ses quatre faces par un mur peu épais d’environ 1 mètre de large qui ne semble pas avoir été précédé d’un fossé.

21Les quatre angles sont munis chacun d’une tour ronde possédant une pièce à chacun des trois niveaux. Ces quatre tours peuvent être groupées deux par deux en considération de leurs dimensions et des aménagements quelles ont reçus. Les deux tours sud-est (Pl. XX) et nord-ouest, élevées dans deux angles opposés, ont été dotées de dispositifs plus sophistiqués que les tours des angles sud-ouest et nord-est. Les premières sont plus grandes et d’un diamètre intérieur de 4,5 mètres. Elles sont dotées d’aménagements qui les rendent habitables. L’accès aux deux niveaux supérieurs se fait par un escalier en vis, logé dans une tourelle circulaire ou polygonale accolée à la tour et coiffée d’un toit en poivrière. Les deux niveaux supérieurs sont équipés de cheminées dont les conduits sont ménagés dans l’épaisseur du mur. L’étage supérieur de la tour nord-est possède des latrines aménagées dans l’épaisseur du mur qui débouchent sur l’extérieur par une bretèche. Ces mêmes étages supérieurs étaient largement éclairés par de grandes fenêtres carrées à meneau vertical et encadrement mouluré. Les deux autres tours, aux angles sud-est et nord-ouest, sont plus petites. Elles ne possèdent pas d’escalier intérieur et sont dépourvues de dispositifs de confort, tels que des cheminées.

22La face ouest du mur d’enceinte est dotée d’une porte d’entrée qui ouvre sur un chemin vers Saint-Philbert et débouche dans la basse-cour. Elle est flanquée de deux tours rondes qui encadraient un double passage surmonté d’un corps de bâtiment et celui-ci abritait une chapelle. Des meurtrières sont ménagées dans les parties basses.

  • 28 La mise en place de deux passages, l’un pour les voitures et l’autre pour les piétons, serait anté (...)

23La datation d’un tel ensemble n’est pas aisée. Le XIIIe siècle a été adopté par les auteurs du début du XXe siècle, mais certains détails incitent à avancer une date plus tardive. La structure de la porte, avec la différenciation piétons/voitures et ses tours rondes, pourrait effectivement être un dispositif mis en place dès le XIIIe siècle, mais la longévité de ces dispositions ne permet aucune affirmation péremptoire28. Les fenêtres carrées des tours et leur meneau vertical, si tant est que nous puissions les considérer comme un aménagement contemporain des tours, ne sauraient être elles aussi antérieures au XIVe siècle, alors que les moulurations indiqueraient le XVe siècle. Ces critères stylistiques, aussi imparfaits soient-ils, conduisent à envisager le XIVe siècle pour l’aménagement de l’enceinte telle qu'elle se présente sous nos yeux aujourd’hui.

24En tout état de cause, il faut noter l’ambiguïté de cette clôture. Objectivement, elle ne possède aucun caractère défensif efficace ; nous avons noté la faible épaisseur du mur d’enceinte, les tours non alignées, l’absence de fossé. On imagine aisément la facilité avec laquelle une troupe de routiers bien déterminés serait venue à bout de cette clôture. Il faut cependant attribuer à l’évêque, bâtisseur de l’ensemble, la volonté d’imprégner le paysage d’une manifestation de sa présence et de sa puissance. Les quatre tours d’angle et la porte fortifiée sont suffisantes pour affirmer le pouvoir seigneurial.

La basse-cour (Pl. XIX, fig. 37)

25La basse-cour occupe la moitié ouest de l’enclos et les bâtiments qui la peuplent sont adossés au mur d’enceinte. Les bâtiments qui étaient adossés au mur ouest (écuries, four et grenier à blé) ont disparu depuis 1765. En revanche, les deux bâtiments adossés en enfilade le long du mur nord (pressoir et deux granges) sont restés tels qu’ils sont décrits dans l’inventaire de 1765. Ils ont été élevés dans un appareil grossier de silex et de moellons calcaires aux joints épais ; seules les ouvertures et les contreforts sont soigneusement appareillés de pierres calcaires. À l’intérieur, les aménagements récents ont occulté toutes les maçonneries anciennes.

26Le bâtiment à l’ouest (le pressoir) est épaulé par trois contreforts qui encadrent, au rez-de-chaussée, deux arcades en plein cintre et sans mouluration, largement ouvertes sur la cour. Au niveau supérieur, s’ouvrent deux fenêtres longues et étroites qui paraissent contemporaines de l’ensemble.

27À l’est, le bâtiment qui lui est immédiatement accolé, la grange, semble une réalisation postérieure. Il est légèrement plus large et se raccorde mal avec le contrefort du bâtiment adjacent contre lequel il s’adosse ; son mur nord, vers l’extérieur, est plus haut que le mur d’enceinte et il a été renforcé par des contreforts. En outre, l’arc en plein cintre de la grande ouverture s’orne d’une mouluration haute, absente des ouvertures du bâtiment voisin.

28Ces critères sont suffisants pour préciser une datation de cet ensemble qui pourrait avoir été mis en place dans le courant des XIIIe ou XIVe siècles.

29La basse-cour devait comporter d’autres bâtiments que ceux qui sont énumérés plus haut ; en effet, la liste ne mentionne aucun colombier, et les structures de stockage sont peu nombreuses et d’une ampleur très modeste pour un complexe qui est non seulement une résidence mais également le centre de gestion d’un domaine agricole.

La cour d’honneur et le pôle noble en 1765 (fig. 36)

30La cour d’honneur se déploie dans la moitié orientale de l’enclos ; elle est séparée de la basse-cour par un mur. Il est possible que dès le Moyen Âge cet espace ait communiqué avec la garenne voisine par trois ouvertures dans le mur oriental, mentionnées dans l’inventaire et bien visibles aujourd’hui malgré les obturations.

  • 29 ADSM, 1 B 5482.

31La restitution des dispositifs du pôle noble s’appuie uniquement sur les données de l’inventaire de 1765, et il faut en souligner les lacunes. Les géomètres-experts arpentent un ensemble en très mauvais état et leur rapport va fonder l’autorisation de destruction de la plupart des bâtiments par le Conseil d’État29. Les descriptions sont succinctes et nombre de détails manquent tels les accès (escaliers), les cheminées et la mention de la plupart des ouvertures. On peut néanmoins proposer des hypothèses plausibles qui pourraient être considérées comme un travail préparatoire à des fouilles archéologiques qui les confirmeraient ou infirmeraient. Trois bâtiments indépendants possèdent indéniablement des origines médiévales si on se réfère aux formules utilisées par les géomètres qui tiennent à en noter les « fenêtres gottiques » et les « voûtes d’araites d’ogives » ou en « berceau ».

Fig. 36 – Hypothèse de reconstitution du pôle noble du manoir en 1765 (d’après l’inventaire de 1765)

  • 30 6 sur le plan, art. 52 de l’inventaire de 1765.

32Lorsqu’on pénètre dans la cour d’honneur, en venant de la basse-cour, on débouche sur un grand bâtiment30 d’orientation nord-sud, parallèle au mur de séparation des deux cours. Il est de plan rectangulaire et ses dimensions (24 mètres de long sur 13,5 de large) en font un édifice imposant. Chacun des deux étages est éclairé par « dix fenêtres gottiques », une dans chaque pignon et quatre dans chacun des murs latéraux. Le sol du rez-de-chaussée, pavé en partie de carreaux de terre cuite et en partie d’un pavage de pierre, révèle peut-être une bipartition disparue avant 1765. Le premier étage ouvre sur la « charpente d’ogive » ; cette remarque incline à penser qu’il y eut peut-être une voûte lambrissée.

  • 31 5 sur le plan, art. 53 de l’inventaire de 1765.

33À l’est, et perpendiculairement à ce premier édifice, se déploie un long bâtiment rectangulaire31 orienté est-ouest ; il est long d’environ 30 mètres et large de 8.5 mètres. Le rez-de-chaussée, qui semble semi-enterré, est occupé par un cellier, une « cave voûtée d’araites d’ogives » et une autre cave « voûtée en berceau ». Le premier étage est occupé par quatre chambres.

  • 32 3 sur le plan, art. 56 de l’inventaire de 1765.

34Une chapelle32 s’élève au droit du pignon du bâtiment précédent et dans un axe légèrement décalé. Au XVIIIe siècle, c’est un bâtiment à deux niveaux dont le rez-de-chaussée est voûté « d’araites d’ogives » et l’étage, divisé par un « mur de refend a clair voie », abrite la chapelle et communique avec l’étage du bâtiment précédent par un passage.

  • 33 2 sur le plan, art. 55 de l’inventaire de 1765.

35Un quatrième bâtiment33, au nord de la chapelle, est presque passé sous silence par les géomètres, à l’exception de l’escalier en vis logé dans une tour polygonale élevée en colombage sur un solin de pierre.

Hypothèses sur les structures médiévales

36L’interprétation de cet ensemble n’est pas aisée. En effet, nous devons envisager des aménagements, non documentés, qui auraient affecté des bâtiments primitifs pour aboutir au complexe que nous venons de restituer.

  • 34 E. Impey, « Seigneurial Domestic Architecture in Normandy, 1050-1350 », in Manorial Domestic Build (...)
  • 35 A. Nissen-Jaubert, « Domfront (Orne) : château des ducs de Normandie », in Palais médiévaux (Franc (...)

37Des recherches récentes ont déterminé qu’à partir du XIVe siècle, les vieilles structures résidentielles des XIIe et XIIIe siècles, lorsqu’elles ne sont pas détruites, sont profondément modifiées. On y multiplie, en élevant des cloisons verticales ou des planchers, des espaces semi-privés ou privés (chambre de parement, chambre de retrait). Les bâtiments primitifs sont allongés. On connaît aussi des changements d’affectation. Ainsi, au château de Beaumont-le-Richard, le premier étage de la camera du XIIe siècle a été transformé en chapelle vers 1630, alors que le rez-de-chaussée restait un espace de stockage34. À Domfront, dans le château, l'aida de la fin du XIe siècle est devenue très tôt une chapelle35.

  • 36 M. de Boüard, « La salle dite de l’Échiquier, au château de Caen », Medieval Archeology, IX, 1965, (...)

38Ces précautions étant prises, on peut envisager un certain nombre d’hypothèses concernant les structures médiévales du manoir. Le groupe formé par les bâtiments 3 et 5 reliés, à l’étage, par un passage attire l’attention. Ils sont disposés en enfilade, sur deux axes légèrement décalés. Cette disposition des deux bâtiments clés du pôle noble, l’aida et la camera, est fréquemment attestée aux XIe et XIIe siècles dans des résidences aristocratiques de l’aire anglo-normande36. Dans ces sites et dans d’autres similaires, la chapelle est édifiée sur un axe perpendiculaire (Caen, Westminster) ou un axe parallèle éloigné (Cheddar).

  • 37 J. Mesqui, Châteaux et enceintes de la France médiévale, II, La Résidence et les éléments d’archit (...)

39À Saint-Philbert, on peut envisager un tel couple : camera d’étage transformée ultérieurement en chapelle, aula sur niveau de stockage divisée ensuite en quatre chambres. Si la longueur du bâtiment 5 (30 m) le rattache à un groupe de grandes salles peu représentées (30-35 m / 10-15 m)37, en revanche sa faible largeur (8,5 m) paraît exclure toute similitude. Il est beaucoup plus vraisemblable d’envisager que nous sommes ici en présence d’un couple chapelle d’étage et logis (camera). L’ultime état de ce dernier serait le résultat d’au moins deux campagnes d’aménagements : le noyau primitif avec salle sur niveau de stockage aurait été allongé d’un module aux dispositions identiques.

  • 38 L. Musset, « Sites monastiques de Basse-Normandie. L’abbaye de Barbery », Art de Basse-Normandie, (...)

40Le bâtiment 6, malgré l’apparente précision de l’inventaire, se prête difficilement à l’analyse. En tout état de cause, ce bâtiment possède toutes les apparences d’un logis dont les deux niveaux, largement éclairés, ont une vocation résidentielle. Il peut être comparé à des bâtiments encore en place dans les deux abbayes cisterciennes de Barbery (Calvados) et Saint-André-en-Gouffern (Calvados), dont on estime qu’ils ont été élevés dans le deuxième quart du XIIIe siècle et qu’ils avaient vocation d’hôtellerie38.

41L’évaluation de la chronologie de la mise en place des bâtiments de Saint-Philbert souffre de l’absence de détails architecturaux. Néanmoins, le couple formé par les bâtiments 3 et 5 pourrait témoigner des plus anciennes structures élevées puis restructurées aux XIIIe-XIVe siècles. Quant au bâtiment 6, si la comparaison avec les logis de Barbery et de Saint-André est valide, il peut être daté du deuxième quart du XIIIe siècle.

  • 39 J. Mesqui, Châteaux et enceintes de la France médiévale, II, p. 209.

42Une ultime étape de travaux est perceptible. En effet, il se pourrait que la redéfinition des fenêtres des tours avec leur encadrement à deux baguettes croisées dans les angles39, la « vis » en colombage et le bâtiment auquel elle est accolée soient l’œuvre des évêques Jean Bochard (1453-1485) ou Louis de Bourbon (1485-1510). Ce dernier est réputé pour avoir opéré des restructurations semblables à la résidence urbaine d’Avranches et à celle du Parc.

Conclusion

43Le domaine de Saint-Philbert, entré dès le milieu du XIe siècle dans le temporel des évêques d’Avranches, a sans doute porté assez tôt une résidence très éloignée de la métropole épiscopale. Cependant, les lacunes de la documentation ne permettent pas d’affirmer que cet éloignement freina la fréquentation par les prélats. En tout état de cause, la guerre de Cent Ans marque un coup d’arrêt aux visites épiscopales. Après 1450, il se pourrait qu’il ne soit plus qu’un centre de gestion de la réserve et du parc attenant.

44La nature de l’enceinte du manoir fait hésiter à le qualifier franchement de maison forte. Il y a certes mur d’enceinte, tours d’angle et porte défendue mais le tout est d’une rare médiocrité défensive et présente surtout une superficie bien supérieure à la superficie moyenne des maisons fortes. Nous pouvons sans doute considérer que l’ampleur de l’espace occupé et ses prolongements (garenne, parc à gibier) contribuaient à amplifier la démonstration de pouvoir et de puissance.

45Le pôle résidentiel se déploie dans une haute-cour nettement séparée de la basse-cour. Nous pensons avoir identifié un logis où le rez-de-chaussée à usage de stockage est surmonté par l’étage noble. Le bâtiment qui abrite la chapelle au premier étage est édifié à proximité du logis, sur un axe parallèle légèrement décalé. Ce logis primitif a été prolongé d’un module à peu près identique dans ses dimensions et ses dispositions. Il subsiste néanmoins de sérieuses interrogations sur un autre grand bâtiment mal documenté mais indiscutablement médiéval et doté de nombreuses fenêtres « gottiques ». En tout état de cause, d’importants travaux ont été entrepris aux XIIIe et XIVe siècles, en particulier la mise en œuvre d’au moins deux bâtiments à vocation résidentielle.

46Après 1450, le manoir a connu quelques restaurations et restructurations (tour d’escalier, nouveau bâtiment résidentiel ?). Le petit nombre de bâtiments agricoles adossés au mur de la basse-cour, attestés au XVIIIe siècle, laisse à penser que le manoir a vu se réduire, sans doute assez tôt, sa fonction de centre de gestion agricole après avoir perdu sa vocation de résidence à la fin du Moyen Âge.

Notes

1 Eure, canton de Montfort-sur-Risle (fig. 2, p. 38).

2 Cette distance à vol d’oiseau n’est pas d’un grand intérêt. En effet, se rendre à Rouen depuis Saint-Philbert n’est sans doute pas si facile, il faut passer la Risle et traverser de vastes espaces forestiers.

3 D. Cliquet, Carte archéologique de la Gaule. L’Eure (27), Paris, Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 1993.

4 ADSM, 4 BP 7013 et 1 B 5482.

5 Arch, nat., NIII, Eure, 24, Plan des bois de la baronnie de Saint-Philbert, XVIIIe siècle.

6 ADE, 3 PL 93, cadastre de 1806.

7 É.-A. Pigeon, Le Diocèse d’Avranches, Coutances, Salettes, 1888, p. 324-325.

8 A. Montier, La Baronnie de Saint-Philbert, Paris, Librairies-imprimeries réunies, 1896.

9 M. Fauroux, « Recueil des actes des ducs de Normandie (911-1066) », MSAN, XXXVI, 1961, p. 438-440. L’interprétation des conditions dans lesquelles a été réalisée la donation de Saint-Philbert par l’évêque Jean doit beaucoup aux ouvrages suivants : V. Gazeau, « Le patrimoine d’Hugues de Bayeux (c. 1011-1049) », in Les Évêques normands du XIe siècle (Actes du colloque de Cerisy-la-Salle, 1993), P. Bouet, F. Neveux (dir.), Caen, Presses universitaires de Caen, 1995, P.139-147 ; R. Génestal, « La formation du droit d’aînesse dans la coutume de Normandie », Normannia, 1928, p. 157 ; Id., Le Parage normand, Caen, Jouan, 1911 ; Id., Le Retrait lignager, Caen, Olivier, 1925 ; R. Fossier, La Société médiévale, Paris, Armand Colin, 1991, p. 162,166-167 ; S. White, Customs, Kinship and Gifts to Saints. The Laudatio Parentum in Western France, 1050-1150, Chapel Hill (N. C.), The University of New Carolina Press, 1988.

10 É.-A. Pigeon, Le Diocèse d’Avranches, p. 661.

11 V. Gazeau, « Le patrimoine d’Hugues de Bayeux... », p. 139-147.

12 Gallia Christiana, XI, col. 478.

13 Arch. nat. III, Eure, 24, Plan des bois de la baronnie de Saint-Philbert, XVIIIe siècle.

14 BNF, ms. fr. 25911 fo 770 et 836.

15 ADSM, 4 BP 7013, art. 58, inventaire de 1765.

16 É. Zadora-Rio, « Viviers et parcs à gibier en Anjou », Dossiers Histoire et Archéologie, 106,1986, p. 74-77 ; G. Fournier, « Forêts et châteaux en France aux XIIIe et XIVe siècles », in Le Château, la chasse et la forêt, A. Chastel (dir.), Bordeaux, Éditions Sud-Ouest (Les cahiers de Commarque), 1990, p. 37-66.

17 M. Lebrun, Le Temporel de l’évêché d’Avranches du XIe au XIVe siècle, mémoire de DES, Université de Caen, 1964 (dactyl.), p. 149.

18 T. Bonnin, Regestrum visitationum archiepiscopi Rothomagensis. Journal des visites pastorales d’Eudes Rigaud, Rouen, Le Brument, 1852, p. 389 et 586.

19 BNF, ms. fr. 20870 fo 113.

20 Robert de Torigni, Chronique, L. Delisle (éd.), Rouen, Le Brument – Métérie, 1872-1873, I, p. 284-285.

21 Quittance d’une indemnité versée à l’évêque pour son déplacement de Saint-Philbert à Évreux, BNF, ms. fr. 20879 fo 100.

22 Cité par H. Sauvage, « Épisodes de la guerre de Cent Ans », RA, XXVII, 1934, p. 153-164.

23 Inventaire de 1640, ADM, GL 17 (disparu), copie par É.-A. Pigeon, BM Avranches, ms. non coté. Les XVe et XVIe siècles ont été des périodes d’engouement pour le jeu de paume ; à Gaillon, le cardinal d’Amboise fait construire un jeu de paume en 1508-1509 (A. Deville, Comptes de dépenses de la construction du château de Gaillon, publiés d’après les registres manuscrits du cardinal d’Amboise, Paris, Imprimerie nationale, 1850, p. 425 sq.).

24 T. Bonnin, Regestrum visitationum..., p. 77,389 et 586.

25 Enquête de 1172 sur les services de chevaliers, citée dans C. H. Haskins, Norman Institutions, Cambridge, Harvard University Press, 1918, p. 8-9.

26 Aveu cité dans les notes de Cousin, BM Avranches, ms. 184, T 16, p. 178.

27 La visite par des géomètres-experts en 1765 a servi de base à la tentative de reconstitution qui suit, ADSM, 4 BP 7013 fo 48-58. Description succincte par É.-A. Pigeon, Le Diocèse d'Avranches, p. 324-325.

28 La mise en place de deux passages, l’un pour les voitures et l’autre pour les piétons, serait antérieure au XIVe siècle, malgré ce qu’affirme J. Mesqui, Châteaux et enceintes de la France médiévale, I, De la défense à la résidence, Paris, Picard, 1991, p. 307-308.

29 ADSM, 1 B 5482.

30 6 sur le plan, art. 52 de l’inventaire de 1765.

31 5 sur le plan, art. 53 de l’inventaire de 1765.

32 3 sur le plan, art. 56 de l’inventaire de 1765.

33 2 sur le plan, art. 55 de l’inventaire de 1765.

34 E. Impey, « Seigneurial Domestic Architecture in Normandy, 1050-1350 », in Manorial Domestic Buildings in England and Northern France, G. Meirion-Jones, M. Jones (dir.), Londres, The Society of Antiquaries of London (vol. 15 of Occasional Papers), 1993, p. 85-94.

35 A. Nissen-Jaubert, « Domfront (Orne) : château des ducs de Normandie », in Palais médiévaux (France-Belgique), 25 ans d’archéologie, A. Renoux (dir.), Le Mans, Publications de l’université du Maine, 1994, p. 41-42.

36 M. de Boüard, « La salle dite de l’Échiquier, au château de Caen », Medieval Archeology, IX, 1965, p. 64-81 ; Id., Le Château de Caen, Caen, CRAM, 1979 ; J. Blair, « Hall and Chamber : English Domestic Planning (1000-1250) », in Manorial Domestic Buildings..., p. 3 et 6.

37 J. Mesqui, Châteaux et enceintes de la France médiévale, II, La Résidence et les éléments d’architecture, Paris, Picard, 1993, p. 78-79.

38 L. Musset, « Sites monastiques de Basse-Normandie. L’abbaye de Barbery », Art de Basse-Normandie, 23, 1961, p. 22-27 ; Id., « Sites monastiques de Basse-Normandie. L’abbaye de Saint-André-en-Gouffern », Art de Basse-Normandie, 1, 1956, p. 14-18.

39 J. Mesqui, Châteaux et enceintes de la France médiévale, II, p. 209.

Table des illustrations

Légende Fig. 35 – Carte IGN, 1812 E, Brionne, éch. 1 / 25000e, 1996
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7162/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 221k
Légende Fig. 36 – Hypothèse de reconstitution du pôle noble du manoir en 1765 (d’après l’inventaire de 1765)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7162/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 89k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Volume papier

leslibraires.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search