Version classiqueVersion mobile

Les Évêques aux champs

 | 
Marie Casset

Annexe : monographies de sites

Le manoir des archevêques de Rouen à Saint-Nicolas-d’Aliermont1

Texte intégral

  • 1 Seine-Maritime, arrondissement de Dieppe (fig. 2, p. 38).
  • 2 R. Musset, La Normandie, Paris, Armand Colin, 1960, p. 37-39.

1Le village de Saint-Nicolas-d’Aliermont se déploie à environ 60 kilomètres au nord de Rouen et à 12 kilomètres au sud-est de Dieppe. Nous sommes ici en plein Pays de Caux, sur un plateau orienté nord-ouest / sud-est, enserré par les rivières Béthune, au sud, et Eaulne, au nord, et qui présente en son centre un bombement modéré. Le sol d’argile à silex recouvre, en couche épaisse, un sous-sol de craie homogène ; malgré cela l’eau s’infiltre vite2. Du manoir médiéval des archevêques de Rouen, il ne subsiste que deux petites maisons à usage de communs, insérées dans un vaste lotissement installé dans l’emprise du complexe.

  • 3 T. Bonnin, Regestrum visitationum archiepiscopi Rothomagensis. Journal des visites pastorales d’Eu (...)
  • 4 ADSM, G 966.
  • 5 Plan du domaine fieffé et non fieffé des terres et seigneuries d’Aliermont, 1745, ADSM, 12 Fi 1 ; (...)

2Le journal de l’archevêque Eudes Rigaud et les comptes de la seigneurie documentent le manoir pour les XIIIe et XVe siècles3. La localisation, l’emprise et certains détails du bâti sont renseignés par deux plans. Le château dessiné sur le superbe plan terrier de 1745 qui reprend un plan antérieur datant de 1659 doit tout à l’imagination du dessinateur qui visiblement n’a jamais mis les pieds à Saint-Nicolas. S’il a correctement reporté les dimensions des parcelles, il a imaginé un logis du XVIIe siècle qui n’a jamais existé alors que le vieux logis médiéval était abandonné4. Ces lacunes sont compensées par les dix-huit bâtiments figurés sur le cadastre de 18115.

  • 6 Abbé J. B. D. Cochet, « Le manoir des archevêques de Rouen à Saint-Nicolas-d’Aliermont », Connaiss (...)

3Le manoir et son histoire n’ont pas suscité grande littérature6. Il faut enfin signaler le témoignage oral du propriétaire d’une parcelle qui a vu lors de travaux de terrassement nombre d’éléments de maçonnerie disparaître sous les pelles des aménageurs et qui a recueilli en faisant son jardin trois pavés glaçurés à engobe.

Fig. 33 – Le site du manoir au XVIIIe siècle (extrait du plan du domaine fieffé et non fieffé des terres et seigneuries d’Aliermont, ADSM, 12 Fi 1)

Les conditions de l’installation

Entrée dans le temporel en 1197

  • 7 ADSM, G 7 fo 672.
  • 8 V. Tabbagh estime que la possession de Douvrend doit être aussi ancienne que celle des Andelys («  (...)
  • 9 Ibid., p. 209.

4L’Aliermont fait partie des domaines donnés, en 1197, par Richard Coeur de Lion à l’archevêque Gautier de Coutances en échange des Andelys. La charte de donation précise :... totam forestam de Aliermont cum feris et omnibus aliis pertinenciis et libertatibus7. Cette donation étend considérablement les possessions archiépiscopales dans la région où les archevêques étaient déjà possessionnés à Douvrend, sur la frange orientale de l’Aliermont, depuis des temps forts anciens8. Les deux seigneuries de Douvrend et d’Aliermont deviennent la deuxième source de revenus des archevêques, après Dieppe. En 1400, elles rapportent, dîmes exclues, 2035 Lt, qui représentent environ 1/4 du revenu annuel brut du temporel9.

Fig. 34 – Le site du manoir en 1811 (Service du cadastre de Dieppe)

  • 10 La paroisse Saint-Nicolas est créée entre 1208 et 1222 ; l’église y est construite à partir de 124 (...)

5Entrés en possession de l’Aliermont, les archevêques s’attachent à exploiter ce territoire et le défrichement de la forêt s’accompagne d’une entreprise de colonisation qui se solde par la création du village et paroisse de Saint-Nicolas et de quatre autres paroisses : Saint-Jacques, Notre-Dame, Sainte-Agathe et Croixdalle le long de la route qui rejoint Neufchâtel-en-Bray10.

Localisation et emprise (fig. 33 et 34)

  • 11 ADSM, 12 Fi 1.

6La localisation et l’emprise du manoir sont encore très nettes dans le paysage de Saint-Nicolas-d’Aliermont. À 3500 mètres, au sud-est de l’église, le long de la route de Neufchâtel-en-Bray, le vaste lotissement a conservé la superficie d’environ 7 hectares et le plan rectangulaire de l’enclos du manoir. Les plans de 1659-174511 et le cadastre de 1811 confirment la pérennité de ces dispositions. L’orientation de l’enclos du manoir et ses dimensions en largeur entre la grande route à l’est et un chemin à l’ouest sont en totale convergence avec celles des parcelles attribuées aux paysans défricheurs, telles qu’elles apparaissent sur les plans depuis le XVIIIe siècle et on peut en conclure que l’installation du manoir a accompagné l’entreprise de délimitation des parcelles.

Le manoir d’Eudes Rigaud

Le manoir primitif

  • 12 J.-E. Decorde, Histoire des cinq communes de l’Aliermont, p. 275.

7Lorsque l’archevêque Eudes Rigaud se rend pour la première fois, en octobre 1248, dans son manoir d’Aliermont, l’ensemble est de construction récente, mais on ignore auquel de ses six prédécesseurs il faut en attribuer la paternité. La tradition veut que la décision ait été prise par l’archevêque Gautier de Coutances après l’échange des Andelys12. L’archevêque Robert Poulain (1208-1222), fondateur de la paroisse, pourrait aussi bien avoir pris l’initiative de la construction du manoir, alors que l’église n’était pas encore construite. Mais l’éloignement de la résidence par rapport à l’église laisse à penser qu’il y eut un temps d’hésitation entre les deux fondations et il faut imaginer qu’on a attendu que l’entreprise de défrichement présente des indices de réussite.

Les mots pour le dire : domus, manerium, aula

  • 13 T. Bonnin, Regestrum visitationum..., p. 25.
  • 14 En 1256, 1257, 1258 (ibid., p. 267,272, 338).
  • 15 Ibid., p. 492.

8À sept reprises Eudes Rigaud accompagne la mention de son séjour à Aliermont d’un mot qui qualifie avec précision l’endroit où il se trouve. Les deux termes domus et manerium, rencontrés respectivement deux et une fois, désignent la résidence dans son ensemble. À cinq reprises, Eudes Rigaud fournit des précisions sur ses activités. En février 1249, il reçoit des prêtres du doyenné d’Envermeu in domo nostra de Alacri Monte13. À quatre reprises, il signale que les jugements contre des braconniers ont eu lieu dans l’aula14, ou dans l’aula superiori en février 126515. Il s’agit de la grande salle noble au premier étage d’un bâtiment à deux niveaux.

Les hommes et la vie du manoir

  • 16 Ibid., p. 11-12 et 23-24.

9Le manoir d’Aliermont connaît, à l’arrivée d’Eudes Rigaud sur le trône archiépiscopal de Rouen en 1248, un événement qui est rarement décrit et que l’archevêque détaille longuement, le pillage de sa domus pendant la vacance du siège, après la mort de l’archevêque Eudes Clément (1245-1247), alors que le temporel était en régale et qu’aucun représentant du roi n’était présent16. L’affaire a été menée par un nommé Gautier Carue, châtelain du château de Gamaches en Ponthieu, entouré de nombreux vassaux du comte de Dreux, parti à la croisade.

10Eudes Rigaud a beaucoup apprécié le séjour d’Aliermont ; entre 1248 et 1269, il y a passé 440 jours en 150 séjours. Aucune période de l’année n’est privilégiée et de nombreux séjours sont dictés autant par le plaisir que par le besoin de repos lié à la maladie. En revanche, il est clair qu’à Aliermont Eudes Rigaud exerce toute la plénitude de ses prérogatives seigneuriales et spirituelles, en particulier lorsqu’il juge les braconniers qui ont sévi dans la forêt ou la garenne d’Aliermont.

  • 17 Ibid., p. 606.

11Le personnel du manoir nous est inconnu à l’exception d’un clerc, mentionné en 126817, gardien du manoir et de sa garenne.

Un environnement domestiqué

  • 18 ADSM, 12 Fi 1. Ce bois existe toujours et son nom, le Bois du Défens, trahit encore les structures (...)
  • 19 T. Bonnin, Regestrum visitationum..., p. 151-152, 228, 274, 294, 310, 347, 506, 606.

12La grande œuvre des archevêques dans l’Aliermont a été le défrichement et la colonisation intensifs de la forêt. Ils ont cependant conservé à environ 500 mètres, à l’ouest de leur manoir, un bois ; au XVIIIe siècle le bois du Deffends couvre environ 121 hectares18. Une portion de ce bois a été très tôt, entre 1197 et 1248, aménagée en garenne. La garenne et le bois sont régulièrement la cible des braconniers et Eudes Rigaud rapporte ses démêlés avec des chasseurs, de toute origine, qui s’introduisent dans la garenne ou la forêt et ne lésinent pas sur les moyens, houes, pioches, filets, chiens et faucons, pour piéger lièvres et perdrix19.

13Ce bois et sa garenne, malgré la proximité du manoir, n’ont jamais reçu la qualification de parc et ne peuvent pas être considérés comme tels.

Le manoir du XVe siècle

De 1269 à 1425, des témoignages architecturaux

  • 20 Abbé J. B. D. Cochet, « Le manoir des archevêques de Rouen... », p. 9.

14L’absence du manoir d’Aliermont dans les sources écrites du XIVe siècle a fait écrire qu’il avait été progressivement délaissé et supplanté dans la faveur des archevêques par le château de Gaillon, après l’entrée de ce dernier dans le temporel de l’archevêché en 126220. Cette vieille affirmation ne peut plus être maintenue au vu des quelques vestiges mis au jour dans une des parcelles du lotissement qui a succédé à l’ancien manoir. Les trois pavés émaillés historiés qui peuvent être datés de la fin du XIIIe ou du début du XIVe siècle sont la preuve de grands travaux d’embellissement (voir l’Annexe sur les carreaux de pavement, p. 471-486, et Pl XXI, fig. 41).

15La même parcelle porte encore un petit bâtiment d’orientation nord-est/sud-ouest, long de 8,4 mètres et large de 4,4 mètres, qui figure sur le cadastre de 1825 au milieu d’un groupe de trois bâtiments parallèles et d’orientation identique dans la moitié sud du complexe (Pl. XVII, fig. 33).

16La façade nord-est est percée d’une ouverture en arc brisé à deux ressauts ménagée dans un mur d’1,15 mètre d’épaisseur ; les trous carrés régulièrement disposés au-dessus attestent sans doute d’un auvent. La façade opposée est dotée, elle aussi, d’une porte plus petite aménagée dans le mur de 80 centimètres d’épaisseur. Les deux murs gouttereaux dépourvus d’ouvertures sont respectivement épais de 40 centimètres et d’1,3 mètre.

  • 21 L’utilisation de la pierre d’Aliermont est attestée pour les travaux de 1474-1475, ADSM, G 423 fo (...)
  • 22 P. Lardin, « Les chantiers du bâtiment en Normandie orientale à la fin du Moyen Âge », in Les Bâti (...)

17Cet édifice à lui seul est un catalogue des matériaux de construction en usage en Haute-Normandie au Moyen Âge. La façade principale est élevée principalement dans un bel appareil de calcaire blanc d’Aliermont21, mêlé de briques aux rampants du pignon ; les piédroits et l’arc de l’entrée sont en grès jaune d’Ailly. Les murs gouttereaux sont l’un en silex et l’autre en moellons de calcaire d’Aliermont mêlés de lits de silex. La façade sud-ouest est en calcaire d’Aliermont dans sa moitié inférieure alors que la moitié supérieure voit alterner les lits de briques et les lits de silex. Il n’est pas possible, dans l’état actuel de nos connaissances et faute de fouilles archéologiques ou d’analyses plus poussées des maçonneries, de déceler les travaux et transformations qui ont rythmé la vie de ce bâtiment, probablement une petite grange. On peut tout juste envisager que sa construction primitive est antérieure aux comptes du XVe siècle, qui ne mentionnent aucune construction nouvelle de bâtiment à usage agricole. Les parties édifiées en brique pourraient être le résultat de travaux de rehaussement de la charpente à partir de la deuxième moitié du XVe siècle, lorsqu’on assiste au développement de l’emploi de la brique en Haute-Normandie à partir des régions d’Arques et de Longueville22.

Les hommes et la vie du manoir au XVe siècle

  • 23 ADSM, G 411 fo 7.
  • 24 J.-E. Decorde, Histoire des cinq communes de l’Aliermont, p. 105.

18S’il n’existe aucun indice d’un séjour des archevêques de Rouen dans leur manoir d’Aliermont au XVe siècle, celui-ci n’est pas délaissé. Les comptes de la seigneurie à partir de 1425 permettent d’appréhender le rythme de la vie du manoir. Les années 1420 sont marquées par des travaux d’entretien et des réparations rendues nécessaires, en 1425-1426, par les dégâts provoqués lors du passage de troupes anglaises23. Il semble qu’en cette période troublée, le manoir ait servi de refuge, en particulier à 34 clercs dont nous savons qu’ils sont exemptés du fouage en 142524.

  • 25 V. Tabbagh, « Le temporel des archevêques de Rouen... », p. 209.
  • 26 Salaire versé à un charpentier qui a réparé une grande salle brûlée par les bourguignons, ADSM, G (...)

19Entre 1428 et 1473, la résidence disparaît des comptes où ne figure aucune dépense pour le manoir. Les revenus de la seigneurie sont tombés très bas. En 1455, les domaines de Douvrend et d’Aliermont ne rapportent plus que 227 Lt alors que les recettes s’élevaient à 2034 Lt en 140025. Pendant l’été 1472, le manoir est en partie saccagé par les troupes bourguignonnes26.

  • 27 ADSM, G 423 (1475-1476) fo 20 vo-22.
  • 28 ADSM, G 409 (1497-1498) fo 7 vo.

20À partir de 1473, de nombreux travaux de réfection sont entrepris ; certains ne doivent pas manquer d’ampleur puisque le compte de 1474-1475 mentionne une « salle neuve »27. Il ne s’agit certainement pas ici d’un bâtiment véritablement nouveau mais de la grande salle réparée après le passage des bourguignons l’année précédente. En 1497-1498, les grands travaux de réparation et de nettoyage ont été provoqués par la seule visite archiépiscopale que nous connaissons, lorsque l’archevêque Georges d’Amboise (1494-1510) est venu pendant le Carême28.

  • 29 ADSM, G 409 fo 10.
  • 30 ADSM, G 409 fo 5 vo.

21Il n’existe pas de témoignages directs sur les occupants permanents du manoir ; mais le clerc, garennier du bois du Deffens, le verdier et les trois sergents de la forêt auxquels des gages sont annuellement versés résident ou fréquentent le manoir. Quant à la présence d’un chapelain et d’un receveur, elle est attestée par les mentions de travaux à leurs logements. Mais à la fin du XVe siècle, la chapelle n’est plus desservie par un chapelain résidant ; en effet, en 1497-1498, on verse des gages au prêtre qui y chante la messe chaque semaine29. Enfin, on y emprisonne dans une geôle dont on répare la porte et la couverture de tuiles en 1497-149830.

Les mots pour le dire : « manoir », « maison », « salle », « chambre »

22Les comptes d’Aliermont désignent régulièrement la résidence archiépiscopale par le terme « manoir » et aucune autre formule pour désigner l’ensemble, « hostel » ou « maison », n’a été rencontrée.

  • 31 ADSM, G 413 fo 7 (1427-1428).
  • 32 ADSM, G 423 fo 22 vo.
  • 33 ADSM, G 423 fo 20 vo.

23Le mot « maison » sert à désigner les bâtiments qui peuplent l’enclos du manoir, à l’exception des bâtiments à usage agricole. Ces maisons sont qualifiées par des formules qui les localisent par rapport à d’autres bâtiments, ou par certaines de leurs singularités : « maison nommée le fort »31, « maison devers amont », « grant maison du coste devers la porte », « maison de devers la grant maison » et « maison ou il y a un chellier »32, « maison devers le gardin »33. Les comptes de 1474-1475 et de 1497-1498 sont les plus riches en enseignements, mais il est difficile de déterminer d’un compte à l’autre si la même dénomination désigne le même bâtiment.

  • 34 ADSM, G 413 fo 7.
  • 35 ADSM, G 423 fo 21.
  • 36 ADSM, G 409 fo 9.

24Concernant le terme salle, « sale de monseigneur »34, « salle neufve »35 et « vieille sale »36, sont indiscutablement des bâtiments indépendants dont on répare les toitures de tuiles et il s’agit d’éléments propres au logis de l’archevêque.

  • 37 ADSM, G 412 (1426-1427) fo 7 vo.

25Quant au terme « chambre », il désigne non pas une pièce, mais un bâtiment indépendant lorsque les comptes de 1426-1427 mentionnent « l’apentis du degre de la chambre aux chapelains et celui du coste devers la chambre au receveur »37. À tout le moins on doit envisager que ces bâtiments abritent les logis réservés aux chapelains et au receveur.

Un espace fractionné

26L’enclos du manoir d’Aliermont est fractionné en plusieurs espaces bien individualisés, séparés les uns des autres par des clôtures. Ils sont désignés par leur localisation, leur taille ou ceux qui en avaient la jouissance et faute d’en retrouver les dispositions dans l’enclos, on peut en établir une liste avec les caractéristiques de chacun.

  • 38 ADSM, G 423 fo 40.
  • 39 ADSM, G 409 fo 5-9.

27L’enclos compte une grande cour longée par une maison38 et quatre jardins clos tous mentionnés dans le compte de 1497-149839 parce qu’ils ont été débroussaillés et plantés de vignes, coudres et rosiers. Le « petit jardin » est doté d’une treille et d’un abri (« leppentis »). Le « jardin des clercs », près de la grange, le long de la cour, et le jardin « dempres la porte » sont clos de murs et leurs portes munies de verrous (« tourouls »). Les « grans jardins » ne sont connus que par les « entes » qu’on y plante.

28Nous savons peu de choses d’une galerie près de la vieille salle.

La « maison nommée fort »

  • 40 ADSM, G 413 fo 7.

29Si l’enclos du manoir d’Aliermont ne paraît pas, au vu des comptes de travaux du XVe siècle, posséder une clôture dotée d’éléments de défense, la « maison du fort » pose des questions aux réponses incertaines. Sa localisation est inconnue et l’on peut seulement affirmer qu’il s’agit d’un bâtiment à deux niveaux dont la salle de l’étage, dotée d’une cheminée, est accessible par un escalier extérieur, un « degre »40. Le terme « fort » désigne à coup sûr une structure présentant des éléments de défense, localisée dans un endroit précis de l’enclos, et non l’enclos du manoir entièrement pourvu de structures défensives. Il se pourrait que la parcelle bien individualisée qui figure sur le cadastre de 1825, dans l’angle nord-ouest de l’ancien enclos, près des vestiges du bâtiment de la porte, soit la marque ultime de ce « fort ».

Les communs

  • 41 ADSM, G 412 fo 7.
  • 42 ADSM, G 423 fo 40.
  • 43 ADSM, G 412 fo 7 (1426-1427) et G 413 fo 7.
  • 44 ADSM, G 409 fo 6.
  • 45 ADSM, G 426 fo 7 vo.

30Les travaux du XVe siècle ont privilégié l’entretien des bâtiments à usage agricole et de ce fait nous les connaissons assez bien. Ils étaient dispersés dans l’enclos ; deux étables s’élèvent près du fort et le « fenil » près de la porte41. Mais le petit bâtiment qui subsiste aujourd’hui et ceux qui l’accompagnaient sur le cadastre de 1825 se dressaient dans la partie occidentale de l’enclos. Les comptes énumèrent au moins sept bâtiments à usage agricole ou de communs. Le four est un édifice assez important avec une chambre au-dessus42. Les trois étables (« grande étable », « petite étable au bout de la grande » et « étable à chevaux ») sont disposées près du puits43. Nous ne connaissons l’existence d’un colombier que par les réparations qui sont réalisées à la trappe destinée à empêcher l’intrusion d’une martre44. Les comptes ne mentionnent qu’une vieille grange près du jardin des clercs ; le remplacement d’une sablière, en 1479-1480, permet d’en estimer la longueur à environ 19,2 mètres45.

  • 46 ADSM, G 409 fo 5 vo.
  • 47 ADSM, G 409 fo 8.

31Tous ces bâtiments sont couverts en tuiles provenant quelquefois de la tuilerie archiépiscopale de Croixdalle46 ; mais une seule mention d’essentes révèle une grande hétérogénéité des matériaux de couverture47.

  • 48 Évacuation des pierres tombées du gable de la vieille grange, ADSM, G 409 fo 9.
  • 49 ADSM, G 412 fo 7.

32Ces bâtiments sont indiscutablement construits en pierre48 cependant la fourniture de pièces de bois (« coulombes ») suggère que certaines parties étaient en colombage49.

Le pôle seigneurial et ses annexes : « maison », « salle »

33Les bâtiments propres aux séjours de l’archevêque et ceux qui sont liés à ses prérogatives temporelles se laissent mal appréhender.

  • 50 ADSM, G 412 f” 7 vo.

34L’entrée du manoir devait se faire par une porte monumentale dotée d’une pièce à l’étage50.

  • 51 ADSM, G 413 fo 7.
  • 52 ADSM, G 413 fo 7, G 423 fo 22, G 409 fo 6-7.
  • 53 ADSM, G 413 fo 7, G 423 fo 22 et 22 vo.
  • 54 ADSM, G 423 fo 21-22 et G 409 fo 5 vo et 9.

35Le logement de l’archevêque est éclaté en deux bâtiments. La « grant maison » comporte une « salle de hault » ou « salle de Monseigneur »51, accessible par un « degre » doté d’un auvent dont on répare la couverture en tuiles en 1427-142852 ; elle est dotée d’une cheminée dont le conduit se trouve près du « grand degre »53. Cet édifice est sans doute aussi désigné par le terme « grande salle », lorsqu’en 1474-1475 on la couvre de tuiles ; on peut penser que c’est d’elle qu’il s’agit, en 1397-1398, lorsqu’on répare les « piliers » (contreforts ?) de la « vieille salle » près de la galerie54.

36La « salle neuve », couverte de tuiles, comprend trois niveaux : au sous-sol une cave, au rez-de-chaussée une cuisine et à l’étage au moins deux chambres et une garde-robe.

  • 55 ADSM, G 423 fo 21.

37La résidence d’Aliermont possédait une chapelle indépendante dont on répare la toiture de tuiles en 1474-147555.

38Le pôle noble a gardé jusqu’à la fin du XVe siècle des dispositions archaïques dont certains détails sont particulièrement nets : les accès aux étages s’y font toujours par des « degres » extérieurs qui n’ont pas été remplacés par des « vis », le conduit saillant vers l’extérieur de la cheminée de la grande salle, et les couvertures en tuiles qui démontrent qu’on n’a pas restructuré les toitures pour adopter l’ardoise. Mais le plus remarquable semble être l’éclatement du logis archiépiscopal en au moins deux bâtiments ; ceci n’est pas sans rappeler les structures du pôle noble aux XIe, XIIe et XIIIe siècles où les bâtiments qui abritaient l’aula, la camera et la chapelle formaient chacun une entité indépendante détachée, mais néanmoins en liaison les unes avec les autres par des galeries ou des passages couverts.

Conclusion

39Le manoir d’Aliermont ne paraît pas avoir retenu longtemps l’attention des archevêques de Rouen. Si nous nous en tenons aux témoignages d’Eudes Rigaud et à des indices archéologiques qui attesteraient de travaux d’embellissement à la fin du XIIIe siècle, il ne semble avoir été fréquenté qu’au XIIIe siècle.

40Le manoir, désigné par les formules équivalentes domus, manerium et « manoir », était une maison plate où le « fort » ne paraît avoir été qu’un dispositif de défense très ponctuel. La très vaste emprise de l’enclos était fractionnée en une cour et quatre jardins clos attenants à des bâtiments indépendants et bien distincts les uns des autres.

41Le manoir est un centre de gestion agricole dont nous n’appréhendons sans doute pas tous les éléments.

42Le pôle résidentiel n’a pas pu être localisé dans l’enclos. En revanche, nous avons admis que les comptes du XVe siècle permettaient de mettre au jour trois structures indépendantes : une chapelle, un bâtiment abritant une « salle » noble à l’étage, accessible par un « degre » extérieur doté d’un « auvent » (galerie ?), et un troisième édifice restauré en 1474-1475, qui possède une cuisine et une chambre au rez-de-chaussée, une garde-robe et une chambre au premier étage.

43Au XVe siècle, le manoir d’Aliermont a depuis longtemps perdu sa fonction de résidence, les bâtiments à usage résidentiel sont reconstruits à l’identique et ne connaissent pas de restructurations qui les auraient mis au goût du jour. Ils ont gardé, dans leurs grandes lignes, les structures évoquées par Eudes Rigaud au milieu du XIIIe siècle.

Notes

1 Seine-Maritime, arrondissement de Dieppe (fig. 2, p. 38).

2 R. Musset, La Normandie, Paris, Armand Colin, 1960, p. 37-39.

3 T. Bonnin, Regestrum visitationum archiepiscopi Rothomagensis. Journal des visites pastorales d’Eudes Rigaud, Rouen, Le Brument, 1852 ; Comptes de la seigneurie d’Aliermont (1423-1529), ADSM, G 411 à G 430.

4 ADSM, G 966.

5 Plan du domaine fieffé et non fieffé des terres et seigneuries d’Aliermont, 1745, ADSM, 12 Fi 1 ; Cadastre de 1811, éch. 1/2500e.

6 Abbé J. B. D. Cochet, « Le manoir des archevêques de Rouen à Saint-Nicolas-d’Aliermont », Connaissance de Dieppe, 88,1987, p. 6-9 ; Id., Répertoire archéologique du département de la Seine-Inférieure, Paris, Imprimerie nationale, 1872 ; J.-E. Decorde, Histoire des cinq communes de l’Aliermont, Rouen – Paris – Dieppe, Méterie – Derache et Didron – Renaux, 1877.

7 ADSM, G 7 fo 672.

8 V. Tabbagh estime que la possession de Douvrend doit être aussi ancienne que celle des Andelys (« Le temporel des archevêques de Rouen aux derniers siècles du Moyen Âge », Journal of Medieval History, 6,1980, p. 199-217,201).

9 Ibid., p. 209.

10 La paroisse Saint-Nicolas est créée entre 1208 et 1222 ; l’église y est construite à partir de 1249 ; elle possède aujourd’hui encore des parties du XIIIe siècle. L’église Saint-Jacques a été dédicacée par l’archevêque Eudes Rigaud en 1257. L’église Notre-Dame mentionnée par Eudes Rigaud en 1252 possède des parties du XIIIe siècle. L’église Sainte-Agathe accueille Eudes Rigaud dès 1263 (J.-E. Decorde, Histoire des cinq communes de l’Aliermont, p. 96,99-100,102-103, 197, 231).

11 ADSM, 12 Fi 1.

12 J.-E. Decorde, Histoire des cinq communes de l’Aliermont, p. 275.

13 T. Bonnin, Regestrum visitationum..., p. 25.

14 En 1256, 1257, 1258 (ibid., p. 267,272, 338).

15 Ibid., p. 492.

16 Ibid., p. 11-12 et 23-24.

17 Ibid., p. 606.

18 ADSM, 12 Fi 1. Ce bois existe toujours et son nom, le Bois du Défens, trahit encore les structures mises en place, fossés et talus de terre, pour en interdire l’accès.

19 T. Bonnin, Regestrum visitationum..., p. 151-152, 228, 274, 294, 310, 347, 506, 606.

20 Abbé J. B. D. Cochet, « Le manoir des archevêques de Rouen... », p. 9.

21 L’utilisation de la pierre d’Aliermont est attestée pour les travaux de 1474-1475, ADSM, G 423 fo 21 vo.

22 P. Lardin, « Les chantiers du bâtiment en Normandie orientale à la fin du Moyen Âge », in Les Bâtisseurs du Moyen Âge, Dossiers d’archéologie, 219, décembre 1996-janvier 1997, p. 123. À Aliermont, la première mention de briques, sans indication de provenance, date des travaux de 1474-1475, ADSM, G 423 fo 21 vo.

23 ADSM, G 411 fo 7.

24 J.-E. Decorde, Histoire des cinq communes de l’Aliermont, p. 105.

25 V. Tabbagh, « Le temporel des archevêques de Rouen... », p. 209.

26 Salaire versé à un charpentier qui a réparé une grande salle brûlée par les bourguignons, ADSM, G 422 fo 43-45. Ces opérations des troupes bourguignonnes interviennent après la rupture de la trêve le 4 juin 1472. Alors qu’elles stationnent en Picardie, elles fondent vers le sud, prennent Nesle et Roye mais échouent devant Beauvais ; en se dirigeant vers Dieppe puis Rouen elles ravagent le Pays de Caux avant de reprendre le chemin de la Picardie. Une nouvelle trêve est signée en novembre 1472 (P.M. Kendall, Louis XI, Paris, Fayard, 1974, p. 269, 276 et 282-286).

27 ADSM, G 423 (1475-1476) fo 20 vo-22.

28 ADSM, G 409 (1497-1498) fo 7 vo.

29 ADSM, G 409 fo 10.

30 ADSM, G 409 fo 5 vo.

31 ADSM, G 413 fo 7 (1427-1428).

32 ADSM, G 423 fo 22 vo.

33 ADSM, G 423 fo 20 vo.

34 ADSM, G 413 fo 7.

35 ADSM, G 423 fo 21.

36 ADSM, G 409 fo 9.

37 ADSM, G 412 (1426-1427) fo 7 vo.

38 ADSM, G 423 fo 40.

39 ADSM, G 409 fo 5-9.

40 ADSM, G 413 fo 7.

41 ADSM, G 412 fo 7.

42 ADSM, G 423 fo 40.

43 ADSM, G 412 fo 7 (1426-1427) et G 413 fo 7.

44 ADSM, G 409 fo 6.

45 ADSM, G 426 fo 7 vo.

46 ADSM, G 409 fo 5 vo.

47 ADSM, G 409 fo 8.

48 Évacuation des pierres tombées du gable de la vieille grange, ADSM, G 409 fo 9.

49 ADSM, G 412 fo 7.

50 ADSM, G 412 f” 7 vo.

51 ADSM, G 413 fo 7.

52 ADSM, G 413 fo 7, G 423 fo 22, G 409 fo 6-7.

53 ADSM, G 413 fo 7, G 423 fo 22 et 22 vo.

54 ADSM, G 423 fo 21-22 et G 409 fo 5 vo et 9.

55 ADSM, G 423 fo 21.

Table des illustrations

Légende Fig. 33 – Le site du manoir au XVIIIe siècle (extrait du plan du domaine fieffé et non fieffé des terres et seigneuries d’Aliermont, ADSM, 12 Fi 1)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7161/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 187k
Légende Fig. 34 – Le site du manoir en 1811 (Service du cadastre de Dieppe)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7161/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 110k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Volume papier

leslibraires.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search