Version classiqueVersion mobile

Les Évêques aux champs

 | 
Marie Casset

Annexe : monographies de sites

Le manoir des évêques de Coutances à Saint-Lô1

Texte intégral

  • 1 Manche, chef-lieu du département (fig. 2, p. 38).
  • 2 La Vire est franchie au pied de l’éperon par un pont antique dont les derniers vestiges auraient é (...)

1La ville ancienne de Saint-Lô s’est développée sur un éperon rocheux de plan rectangulaire, orienté est-ouest, modelé par de petits cours d’eau et dont les parois abruptes surplombent, de 20 à 30 mètres, la rive orientale de la Vire. La dénomination antique (Briovera) révèle un très ancien lieu de passage et de franchissement de la Vire au pied de l’éperon barré2. Une grande voie vers l’ouest relie Briovera à Coutances (Cosedia) à 27 kilomètres ; elle continue à l’est vers Bayeux, à 37 kilomètres, et vers Vieux, à 50 kilomètres. Une autre grande voie vient de Carentan au nord et continue vers le sud en plusieurs branches.

  • 3 A. Descocqs, « Étude sur la topographie du vieux Saint-Lô des temps anciens à la fin du XVe siècle (...)
  • 4 Cette vente est justifiée par l’énormité des dépenses à engager après les dégâts causés par les at (...)
  • 5 Ce plan conservé aux Archives départementales de la Manche a disparu dans le bombardement de juin (...)
  • 6 Arch. dio. Coutances, M 105, édité par G. Désiré dit Gosset, La Mense épiscopale de Coutances en 1 (...)

2La disparition de la documentation médiévale concernant le manoir dans l’incendie des Archives départementales en juin 1944 est compensée en partie par la publication d’un certain nombre de sources dans des travaux anciens3. La résidence a depuis longtemps disparu du paysage saint-lois. Après les travaux de restauration à la fin du XVe siècle, l’ensemble a connu de nombreux avatars. En 1576, l’évêque Arthur de Cossé vend une large portion de la baronnie de Saint-Lô, et la ville passe entre les mains de la famille Matignon4. En 1751, le château est en très mauvais état, et le propriétaire, le duc de Vermandois, vend l’enclos en parcelles loties. C’est à cette occasion qu’un plan est relevé5. Ce plan et le devis de 14406 sont les seuls documents dont nous disposons pour apprécier ce que fut la résidence épiscopale de Saint-Lô. En effet, après l’opération de lotissement nombre de bâtiments furent détruits et le réseau de la voirie modifié. En 1944, les bombardements firent disparaître le dernier vestige encore en place, la tourelle d’escalier accolée à l’extrémité sud du logis.

  • 7 Michel de Saint Martin, Description de la ville de Saint Lô et particulièrement de sa belle eglise (...)

3Le manoir épiscopal n’a fait l’objet que de quelques notices rapides peu approfondies7.

Le contexte de l’installation

Un vieux domaine des évêques de Coutances ?

  • 8 N. Gauthier, M. Fixot, Topographie chrétienne des cités de la Gaule des origines au milieu du VIII(...)
  • 9 Gallia Christiana, XI, col. 870.
  • 10 Cité par J. Le Patourel, « Geoffrey of Montbray, Bishop of Coutances (1049-1093) », The English Hi (...)

4La signature de trois évêques du VIe siècle qui se dénomment à la fois évêques de Coutances ou / et évêques de Briovère intrigue8. Ce n’est sans doute pas le lieu de discuter ici les hypothèses d’explication d’une situation qui n’est pas exceptionnelle, hypothèses qui ne s’excluent pas les unes les autres et déterminent l’existence d’un séjour pour les prélats : biens de l’évêque Laud donnés à son Église, refuge dans une place forte. C’est peut-être de cette époque que date l’anomalie saint-loise entre les diocèses de Bayeux et de Coutances ; en effet, alors que la Vire forme, du nord au sud, la frontière, Saint-Lô et ses environs, sur la rive droite du fleuve, sont rattachés au diocèse de Coutances. Notons que des traces de cette bipolarisation subsistent au XIe siècle : en 1035, l’évêque Robert (c. 1026-1048) souscrit évêque de Saint-Lô dans une charte de confirmation des biens du monastère de Conches9 ; dans le Domesday Book, qui énumère les biens attribués, en Angleterre, à l’évêque de Coutances Geoffroy de Montbray, celui-ci est désigné, à deux reprises, par la formule, episcopus de Sancto Lauto10.

Interrogations sur une résidence épiscopale dès le Haut Moyen Âge

  • 11 Annales Vedastini et Reginon de Prüm, cités par J. Le Maho, « Châteaux d’époque franque en Normand (...)

5À la fin du IXe siècle, Saint-Lô émerge brièvement du néant documentaire. En 890, l’évêque Liste est tué dans le siège du castrum de Saint-Lô par les Vikings qui en font détruire les structures de défense (munitio)11 Le récit de cet épisode dramatique incline à considérer que les évêques de Coutances ont toujours une résidence à Saint-Lô, résidence protégée, alors que Coutances ne sera dotée de défenses que beaucoup plus tard, Il faut envisager la création ou la réactivation à l’époque carolingienne d’un ouvrage défensif très ancien (protohistorique ?) en liaison avec le contrôle du passage de la rivière et d’une mise en défense à la fois contre les raids vikings et les convoitises bretonnes, au IXe siècle, jusqu’à la cession du Cotentin au roi Salomon, en 867.

6Après 890, les évêques de Coutances, comme les autres évêques normands, désertent leur diocèse, chassés par les troubles et l’insécurité. Ils se réfugient à Rouen, au prieuré Saint-Sauveur, qui devient le prieuré Saint-Lô.

Le renouveau au XIe siècle

Le retour des évêques à Saint-Lô au début du XIe siècle

  • 12 Hugues Ier (c. 989-1025) continue de résider à Rouen, mais installe sept chanoines à Saint-Lô. Her (...)
  • 13 M. Fauroux, « Recueil des actes des ducs de Normandie (911-1066) », MSAN, XXXVI, 1961, p. 405-406.
  • 14 Gallia Christiana, XI, Instrumenta, col. 239-240.

7Dans la première moitié du XIe siècle, les trois évêques qui se succèdent sur le trône épiscopal de Coutances sont réputés avoir manifesté un intérêt particulier pour Saint-Lô12. Ces installations n’ont été rendues possibles qu’à la suite de donations ou de restitutions de la part des ducs. L’évêque Geoffroy de Montbray obtient, en 1056-1066, la confirmation et l’extension, par le duc Guillaume, de la baronnie de Saint-Lô ; entre autres biens, elle comprend la paroisse Saint-Lô sur la Vire et la paroisse Sainte-Marie-du-Château (parrochia Sancte Marie consistens in Castro predicti sancti), qui sont présentées comme des donations ayant été faites par les prédécesseurs du duc13. En 1145, le pape Eugène III confirme les biens de l’Église de Coutances (... in palleis castrum Sancti Laudi cum omnibus appendiciis suis14).

8Localisation et emprise (fig. 31)

  • 15 É. Lepingard, « Le cartulaire... ».
  • 16 X. Delisle, « Un plan du château de Saint-Lô... », p. 12-16 ; Arch, nat., T 429, plan non daté du (...)

9La localisation et l’emprise du manoir épiscopal de Saint-Lô peuvent être globalement cernées à partir de sources écrites des XIVe et XVe siècles15 et par des plans établis vers 1750-1754, lorsque tout le quartier a été remodelé16.

  • 17 A. Descocqs, « Étude sur la topographie... », p. 113-220.
  • 18 Ibid., p. 127.
  • 19 Une première réduction de l’enclos a pu intervenir lors de la construction, sur son flanc sud, de (...)

10À la fin du XVe siècle, le manoir épiscopal et ses dépendances se déploient dans la moitié orientale du quadrilatère que forme la ville close17. À l’est, les jardins de l’évêque s’étendent dans le quartier du « Belle ». Le quartier occidental de la ville close est, quant à lui, dénommé le « chastel ». Le rempart de la ville ferme l’enclos épiscopal sur ses faces nord et est. À l’est, les jardins débouchent sur un quartier extérieur, le Neubourg, par une porte fortifiée, la porte du Belle, mentionnée dès 117418. La limite sud de l’enclos est très imprécise ; en effet, nous ignorons si l’occupation, par des particuliers, des terrains adjacents au rempart est un dispositif ancien. Ce dernier état est le résultat d’amputations successives à partir du XIIIe siècle pour permettre la construction puis l’agrandissement de l’église Notre-Dame19.

11Nous ne pouvons donc qu’évaluer très approximativement la superficie totale du complexe saint-lois, qui doit couvrir environ 3,7 hectares dans son dernier état au XVIIIe siècle.

  • 20 ADM, G175, Compte de la baronnie de Saint-Lô en 1446, cité par É. Lepingard, « Un point... », p. 9 (...)

12Au XVe siècle, l’enclos épiscopal est divisé en deux grands espaces. À l’ouest, s’étend une grande cour, de 3/4 d’hectare, bornée, à l’est, du côté de la ville par des bâtiments en enfilade, au sud, par l’église Notre-Dame, au nord par le rempart de la ville et à l’est par les bâtiments du logis. Un très vaste jardin, d’environ 2,3 hectares, se déploie à l’est du logis. Ce jardin, dans son état du milieu du XVe siècle, est divisé en au moins trois parties : le grand jardin, le petit jardin et une vigne attestée dès 126520.

Fig. 31 – Plan du chastel de Saint-Lô à la fin du XVe siècle (d’après A. Descocqs, « Étude sur la topographie du vieux Saint-Lô des temps anciens à la fin du XVe siècle », NMD, 35,1923, p. 113-220)

Hypothèses sur le castrum de Saint-Lô : un exemple d’inversion topographique

13Le vocabulaire qui désigne Saint-Lô, depuis le IXe siècle, fait preuve d’une belle continuité : castellum et castrum en 890, castrum en 1056-1066 et en 1145, « chastel » pour la partie occidentale de l’enclos et « Belle » pour la partie orientale à partir du XIVe siècle. Quant au quartier oriental, extra muros, de part et d’autre de la route vers Caen et Bayeux, il porte le nom de « Neubourg ».

14On peut penser que l’espace fortifié n’a jamais complètement perdu ses structures de défense. L’absence de trouvailles archéologiques et les dispositifs actuels datés des XIVe et XVe siècles ne permettent pas de s’en faire une image précise, mais on est en droit de penser que l’étendue de la ville close du XVe siècle se superposait au complexe primitif et devait couvrir environ 10 hectares. La formule de la bulle papale de 1145, palleis castrum, n’évoquerait que des palissades de bois. Quant au toponyme « Belle », porté par le quartier oriental de la ville close, on doit y voir la pérennité de l’emplacement d’une enceinte adjacente, la basse-cour, le bayle.

  • 21 Gallia Christiana, XI, col. 935.
  • 22 G. Thibout, « L’église Notre-Dame de Saint-Lô... », p. 281-284.
  • 23 La paroisse Saint-Lô est devenue paroisse Sainte-Croix au XIIIe siècle. Ces hypothèses ont ignoré (...)

15La topographie du complexe est mieux documentée à partir du deuxième quart du XIe siècle. Une agglomération occupe l’intérieur de l’enceinte et constitue la paroisse Sainte-Marie-du-Château ; la création de cette paroisse est attribuée à l’évêque Robert (c. 1026-1048)21 ; la chapelle du château aurait servi d’église paroissiale jusqu’à la construction de l’église Notre-Dame dans le courant du XIIIe siècle22. Il se pourrait que nous soyons ici en présence du démembrement, à une date inconnue du Xe ou du début du XIe siècle, d’une grande paroisse, Saint-Lô, en deux paroisses, la paroisse Notre-Dame dans la ville close et la paroisse Saint-Lô pour le territoire extra-tnuros23.

16À l’issue de l’évolution topographique, la dévolution des espaces présente une étrange inversion. L’habitat civil (quartier du « chastel ») s’est développé sur le site de l’ancien lieu du pouvoir. Les jardins de l’évêque se déploient dans l’ancienne basse-cour (quartier du « Belle »). La résidence s’interpose entre les deux. Ceci tendrait peut-être à prouver une longue déshérence du site accompagnée d’une disparition des symboles matériels et architecturaux du pouvoir. De retour à Saint-Lô dans la première moitié du XIe siècle, les évêques n’ont pu qu’entériner les nouvelles données topographiques et s’installer dans ce qui avait été autrefois un espace à vocation subalterne, vraisemblablement libre de toute construction. Les évêques de Coutances, de retour dans leur diocèse au XIe siècle, ont tenu à réoccuper un site chargé de prestige, un lieu de pouvoir : prestige de leurs lointains prédécesseurs ou prestige de l’autorité qui avait tenu le castrum de Saint-Lô.

Le « palais » épiscopal à la fin du Moyen Âge

Les mots pour le dire : « court », « manoir », « palais », « ostel », dotnus

17Les sources écrites peu nombreuses et tardives qui ne sont, pour la plupart, pas antérieures au XVe siècle utilisent cinq termes pour désigner tout ou partie de la résidence : « court », « manoir », « palais », « ostel » et domus.

  • 24 « Court » en 1403 et 1439, et la formule a été étendue aux infrastructures urbaines voisines, tell (...)
  • 25 Dans l’aveu de 1377 et dans le compte de livraison « du fain en lostel » en 1445 (Arch, nat., P 30 (...)
  • 26 « lostel » pour lequel on fabrique des meubles en 1445 (É. Lepingard, « Un point... », p. 95-102).
  • 27 En 1444, « ostel ou sont les greniers, ostel ou len tient la juridiction temporelle dudit monseign (...)

18Les termes « court levesque » et « manoir » désignent le complexe dans son ensemble24. En revanche, le terme « ostel », dans le même temps, désigne à la fois la résidence dans son ensemble25, le logis26 et certains autres bâtiments27.

  • 28 G. Désiré dit Gosset, La Mense épiscopale de Coutances..., p. 34-43 ; ADM, G 175 (disparu), cité p (...)
  • 29 R. Toustain de Billy, Mémoires sur l’histoire du Cotentin et de ses villes : villes de Saint-Lô et (...)

19En 1440 et 1446, le devis des réparations et les comptes de la baronnie de Saint-Lô énumèrent, entre autres structures, le « grand palais » et le « petit palais »28. Un historien de la fin du XVIIe siècle rapporte des mentions d’ordinations in capella palatii episcopalis en 1492 et 149429. Le terme palais signale les deux niveaux de la résidence : le pôle résidentiel ou l’ensemble du complexe. Il est légitime de s’interroger sur l’utilisation du terme palais par le receveur de la baronnie, à propos d’une résidence en mauvais état, délaissée par des évêques de Coutances qui, depuis un siècle, n’ont pratiquement pas résidé dans leur diocèse. L’absence de sources antérieures au XVe siècle est un obstacle qui nous laisse dans l’ignorance des expressions utilisées dans les siècles précédents.

  • 30 ... in episcopali nostro domo (F. Dubosc, Carttdaire de l’abbaye de la Luzerne, Saint-Lô, Jacquelin (...)

20Domus enfin, localise, en 1488, un acte de l’évêque Geoffroy Hébert (1478-1510)30.

Les hommes du manoir

  • 31 Louis d’Erquery (1346-1370), conseiller et aumônier du roi, résida peu. Sylvestre de la Cervelle ( (...)
  • 32 Début novembre 1445, février, fin mars-début avril et septembre 1446.
  • 33 ADM, G 175 (disparu) édité par É. Lepingard, « Un point... », p. 95-102.

21La documentation indigente ne permet pas d’apprécier, à la fois, la fréquentation épiscopale et le personnel attaché en permanence au manoir dans un diocèse qui s’illustre par l’absentéisme de ses prélats31. Les seuls séjours épiscopaux véritablement attestés sont ceux de l’évêque Jean de Castiglione (1444-1453), dans les deux années qui suivent son intronisation32, et les comptes pour les années 1444-1445 et 1446 énumèrent les travaux que cette visite rendait nécessaires33. On approvisionne le manoir en foin, en fourrage et en vin. La cheminée de la chambre de l’évêque, la « chambre blance », est réparée. Trois charpentiers, sur place pendant cinq jours et demi, fabriquent des meubles : « bans », « fourmes », « tables », « traictes » et « chalix ». On s’active à nettoyer les jardins et les trois « chambres blance », rouge et verte ; et pendant deux jours, deux femmes récurent la vaisselle de cuivre et d’étain. De Coutances, on apporte quatre « tapis » et les « tentes d’une chambre vermeille » à tendre dans la chambre de l’évêque. Enfin, on recrute au moins un valet de cuisine.

22Cet épisode témoigne de l’absence de tout entretien régulier et on ignore s’il faut considérer cette situation comme habituelle et ordinaire, ou s’il faut l’imputer à la seule période documentée, à savoir la guerre de Cent Ans, à l’insécurité et à l’absentéisme des prélats qui favoriserait le laxisme des officiers chargés de la gestion des domaines et de l’entretien des résidences. En 1440, le devis des réparations à effectuer s’élève à environ 955 Lt ; si les maçonneries sont en bon état, il faut restaurer et réparer toutes les portes et fenêtres et les couvertures.

  • 34 F. Dubosc, Cartulaire..., p. 208.
  • 35 R. Toustain de Billy, Mémoires..., p. 67-68.

23Les évêques de Coutances retrouvent leur diocèse à la fin du XVe siècle. Geoffroy Herbert (1478-1510) signe un acte à Saint-Lô34 et procède à des ordinations in capellapalatii episcopalis35. Cet évêque est réputé, également, avoir restauré et reconstruit les résidences de Saint-Lô et de Saint-Ébremond.

24Pour le reste nous ne pouvons qu’inférer, au vu des documents analysés plus avant, l’existence d’un personnel administratif et de service : official, receveur, chapelain, domestiques ? Mais il se pose, à leur propos, la question de leur résidence ou non dans le manoir alors que les sources écrites attestent de leur logis.

  • 36 Arch, nat., P 304 fo 2 vo.

25En temps de guerre, le manoir se peuplait d’hommes étrangers au service domestique et à l’administration, mais dont la présence était exigée par le service vassalique. En effet, l’aveu de 1377 mentionne qu’un des vassaux de l’évêque, le sire de Gourfaleur, doit garder la porte de la chambre de l’évêque36. Il se pourrait que ce service réduit au temps de guerre ait été, primitivement, un service dû à chaque visite de l’évêque.

Le logis (fig. 32)

26La confrontation du devis de 1440 avec le plan de 1751 autorise un certain nombre d’hypothèses sur ce qui pourrait être considéré comme les structures les plus anciennes du complexe.

  • 37 Nous avons signalé plus haut que cette intimité était le résultat de l’extension du chevet de l’ég (...)

27Le grand complexe qui ferme la cour, à l’est, s’étend du voisinage du rempart, au nord, jusqu’au chevet de l’église Notre-Dame, au sud37. Il se déploie sur environ 70 mètres de long et comprend plusieurs bâtiments accolés, qui ouvrent à l’ouest sur la cour, et à l’est sur des jardins.

  • 38 14 sur le plan (fig. 32).
  • 39 I. Hacker-Sück, « La Sainte-Chapelle de Paris et les chapelles palatines au Moyen Âge en France », (...)

28À l’extrémité sud se dresse la chapelle38, dont le rez-de-chaussée est occupé par des caves, un four et un logement, alors que l’espace cultuel occupe le premier étage ; elle fait environ 18 mètres de long et les murs sont épais d’1,8 mètre. En 1440, on en restaure les lambris, la chaire et les sièges. Un escalier en vis, dans une tour polygonale, en permet l’accès depuis la cour ; on ne peut affirmer que cette tour est antérieure au devis, qui mentionne des réparations au « degre ». L’appellation « chapelle de bas », en 1440, et la pose de vitres aux fenêtres laisse soupçonner que le rez-de-chaussée, assez éclairé, fut à usage cultuel. Ce type de chapelle à deux niveaux de culte a été très rarement observé en Normandie mais on le rencontre fréquemment dans les résidences ecclésiastiques, en particulier dans les palais épiscopaux urbains39. Ce dispositif doit être ancien et l’on peut envisager qu’il corresponde à un schéma connu lorsque la chapelle seigneuriale sert également de lieu de culte paroissial comme ce fut le cas à Saint-Lô, au moins jusqu’au XIIIe siècle.

Fig. 32 – Le manoir au XVIIIe siècle (d’après X. Delisle, « Un plan du château de Saint-Lô au XVIIIe siècle », NMD, 27, 1909, p. 12-16)

  • 40 11 et 12 sur le plan.
  • 41 Lorsque le plan a été établi, la partie ouest de cette façade est détruite.
  • 42 Les murs de la partie ouest paraissent être des cloisons rajoutées après coup pour créer un couloi (...)

29Perpendiculairement à la chapelle, se déploie un bâtiment d’environ 45 mètres de long sur 11 mètres de large40 et dont les murs sont épais de 3 mètres. Des caves forment un premier niveau dont nous ignorons si elles sont semi-enterrées ou de plain-pied. La façade ouest, sur la cour, est épaulée de six contreforts, dont les trois médians sont beaucoup plus saillants que les autres. Ces contreforts alternent harmonieusement avec sept ouvertures ; à l’extrémité nord, ce dispositif est très altéré. La façade orientale sur les jardins est dépourvue de contreforts, mais devait posséder sur toute sa longueur des ouvertures symétriques à celles de la façade ouest41. Le plan ne permet d’affirmer l’existence que d’un seul niveau qui paraît être divisé en deux salles d’inégale longueur par un mur de refend42. Ces dispositifs concordent à peu de choses près avec les informations fournies par le devis de 1440 : réparations aux contreforts (« pilliers »), au grand cellier et à une basse-salle, au plancher du grenier (« solier »).

30À cette date, l’appellation « petit palais » ne désigne que la partie attenante à la chapelle et reliée à elle par une galerie. Il ne comprend que la chambre de l’évêque, chambre lambrissée, éclairée par quatre fenêtres et meublée d’armoires de bois (« aumaires »).

  • 43 9 sur le plan. Il se pourrait que cet escalier soit celui qui est décrit avec emphase par l’abbé M (...)
  • 44 8 sur le plan.

31Tout le reste du bâtiment est désigné par le terme « grand palais ». Le niveau inférieur est composé d’un grand cellier et d’une basse chambre. L’accès à l’étage se fait par des « degres » et un « porche » qui doivent s’élever le long du pignon nord43. On répare les huit fenêtres et les lambris du « grand palais ». Le devis énumère une dépense, une galerie et quatre « chambres » dont la « chambre » de l’évêque, la « chambre verte », la « chambre le Hommet » et une chambre sur le jardin dotée de latrines. Ces deux dernières pièces sont de localisation incertaine. En effet, la « chambre le Hommet » est sur la cuisine et cette dernière semble se déployer au nord de l’ensemble avec d’autres salles (salle voûtée, tour) aux fonctions non élucidées44.

32L’interprétation de cet ensemble se heurte à de nombreux obstacles. En effet, les lacunes documentaires ne permettent pas d’évaluer précisément quelle a été la nature des travaux imputables à l’évêque Geoffroy Herbert, à ses successeurs et aux nouveaux propriétaires du complexe, entre 1578 et 1751.

33Cela étant, l’observation du plan laisse transparaître quelques indices qui pourraient permettre d’attribuer les grandes lignes du complexe à une période largement antérieure au milieu du XVe siècle et aux travaux de l’évêque Geoffroy Herbert. En effet, si nous admettons que l’absentéisme des prélats, à partir du milieu du XIVe siècle, a contribué à freiner, voire à tarir, les travaux de construction, le complexe que nous avons sous les yeux a gardé des structures antérieures au milieu du XIVe siècle.

34Il est tentant de restituer au très long bâtiment nord-sud un premier niveau de plain-pied ou semi-enterré, à usage de caves et de celliers ; ce rez-de-chaussée serait surmonté de deux salles en enfilade accessibles par un grand escalier extérieur adossé parallèlement au pignon nord. L’épaisseur des murs et les contreforts très saillants sont l’indice d’une élévation importante, soit d’un seul niveau, soit sur deux étages. Dans ces conditions, on peut envisager plusieurs hypothèses d’interprétation.

  • 45 J. Mesqui, Châteaux et enceintes de la France médiévale, II, La Résidence et les éléments d’archit (...)

35Il est tout à fait possible que nous soyons ici en présence du bâtiment qui se trouve au cœur de toute résidence aristocratique, l’aula. S’il ne s’agit que de l’aula, la grande salle d’apparat et de réception, ses dimensions en font un bâtiment tout à fait exceptionnel, et l’inscrivent dans le groupe peu nombreux des très grandes salles, telle que l’aula épiscopale de Sens au XIIe siècle (38 x 11 m), l’aula comtale d’Angers au XIIe siècle (39 x 10 m) ou l’aula d’Avignon de la première moitié du XIVe siècle (49 x 12 m)45.

36On pourrait aussi envisager que ce bâtiment abritait sous un seul toit l’aula et la camera, la salle d’apparat prolongée des pièces constituant l’appartement privé du prélat. La partition en deux salles, par un mur de refend, plaide pour une telle hypothèse.

37La chapelle, accolée perpendiculairement au bâtiment, doit sans doute être considérée comme un dispositif contemporain de la construction de la grande salle. Dans ce cas, nous manquons de sources pour affirmer que cette chapelle est celle qui aurait été édifiée par l’évêque Robert, dans la première moitié du XIe siècle.

38Les bâtiments qui s’étendent, au nord, dans le prolongement de la grande salle en sont nettement isolés par l’escalier et ses murs épais. La façade sur la cour avec sa petite tour ronde (escalier ?) pourrait être une adjonction postérieure aux édifices que nous appréhendons, cuisine et salle voûtée sur deux niveaux ; en effet, cette façade crée un couloir de circulation (galerie ?) qui se raccorde maladroitement avec la façade de la grande salle. Cela étant, on peut très bien envisager qu’au nord de la grande salle se trouvait la cuisine du complexe primitif, et que l’affectation de ce bâtiment perdura jusqu’au XVIIIe siècle.

39La disposition des bâtiments, et en particulier le rapport tout à fait intime qui existe entre le logis et l’église Notre-Dame, est tardive, mais elle n’est pas sans rappeler les dispositions constatées dans les métropoles épiscopales entre le palais urbain et la cathédrale. Un dispositif aménagé au chevet de l’église sous l’épiscopat de Geoffroy Herbert renforce, à Saint-Lô, cette intimité. Il s’agit d’une chaire extérieure, édifiée au point de rencontre du second collatéral nord du chœur et du déambulatoire et donnant sur la cour. Cette appropriation d’une portion de l’église par le prélat étonne, dans la mesure où l’église ne dépend pas de l’évêque. En effet, le patronage appartient à l’abbaye Sainte-Croix, depuis la création de la paroisse.

Le bâtiment de l’entrée

  • 46 L’entrée du manoir est documentée par le devis de 1440, le plan de 1751 et une gravure de 1843.

40L’entrée est ménagée dans un vaste bâtiment, d’orientation nord-sud, immédiatement longé par la rue de la Poterie et dans le prolongement de la façade de l’église Notre-Dame, dont il est séparé par quelques maisons46. Le plan et la gravure présentent un ensemble, sans doute très remanié depuis le Moyen Âge. Une porte cochère unique est percée dans le pignon d’un bâtiment perpendiculaire à la rue ; de part et d’autre, s’étendent deux bâtiments en aile. Les structures médiévales sont bien oblitérées, à l’exception peut-être des deux cheminées au conduit polygonal. On ne discerne rien qui pourrait évoquer des structures défensives.

  • 47 G. Désiré dit Gosset, La Mense épiscopale de Coutances..., p. 39.

41Les sources du XVe siècle sont très claires : les bâtiments le long de la rue qui se déploient de part et d’autre de l’entrée sont destinés à abriter les hommes de l’administration, autant laïque qu’ecclésiastique. Le devis de 1440 permet de situer de part et d’autre de la porte : le logis de l’intendant (« mesnagerie ») et des étables vers l’église, l’« auditoire » et le logis de l’official (« chambre » sur étable au rez-de-chaussée) de l’autre côté. La prison semble installée dans la tour du bâtiment de l’autre côté de la cour47.

  • 48 Le cartulaire de l’église Notre-Dame cite à plusieurs reprises des maisons, le long de la rue de l (...)

42Les bâtiments de la juridiction temporelle sont dissociés du manoir et installés dans un bâtiment qui lui est attenant hors de l’enclos48.

La cour et les communs

43Une fois la porte cochère franchie, on débouche dans une grande cour rectangulaire. Au nord, elle est bordée par le rempart urbain et des communs, à l’est, elle est fermée sur toute sa longueur par le logis et au sud s’étend l’église Notre-Dame. Telle que nous l’appréhendons dans son état de 1751, elle n’a pas changé depuis la fin du Moyen Âge et couvre une superficie d’environ 7000 mètres carrés.

  • 49 Si nous acceptons que l’église paroissiale a été élevée dans le courant du XIIIe siècle pour rempl (...)

44Cette emprise est très nettement inférieure aux dispositions initiales à la suite d’au moins quatre cessions de terrains pour édifier puis agrandir l’église Notre-Dame49.

  • 50 A. Descocqs, « Étude sur la topographie... », p. 129-133.

45Ces opérations ont provoqué le déménagement des communs de la face sud vers la face nord de la cour, le long du rempart urbain50. En 1440, un certain nombre de bâtiments lui sont accolés : étables, chambres. Au vu des réparations à y effectuer les deux tours du rempart urbain font partie du complexe.

  • 51 5 et 7 sur le plan.
  • 52 R. Toustain de Billy, Mémoires..., p. 342.

46Dans cette résidence urbaine, les communs sont peu nombreux. On relève surtout des écuries51 ; nous ignorons si le « fenil » démoli lors de la première campagne de travaux du chœur de l’église Notre-Dame a été reconstruit52.

Conclusion

47Le manoir urbain de Saint-Lô présente des caractéristiques tout à fait exceptionnelles. Il ne fait pas de doute qu’au XIe siècle, les évêques de Coutances ont tenu à occuper ou réoccuper un site imprégné d’un prestige ancien où s’entremêlaient pouvoir laïc et pouvoir ecclésiastique.

48L’emprise du complexe d’environ 3 hectares est tout à fait remarquable par sa vaste étendue, en partie dans l’ancienne basse-cour du castrum carolingien. L’enclos est divisé en deux espaces nettement séparés par un très grand logis qui donne à la fois sur les jardins et la cour.

49Malgré des attestations tardives nous avons considéré que ce logis possédait des dispositions imposantes nettement antérieures au XIVe siècle. Sur un rez-de-chaussée vraisemblablement semi-enterré, le premier étage abrite les salles nobles (aula et camera ?) accessibles par un grand escalier extérieur. La chapelle est adossée au pignon nord alors que des bâtiments à usage domestique (cuisine) s’élèvent au droit du pignon sud. À une date indéterminée, les locaux à vocation administrative ont été installés dans les bâtiments de l’entrée.

50Les importantes lacunes de la documentation ne permettent pas d’apprécier le degré de fréquentation de cette prestigieuse résidence par les évêques de Coutances et on perçoit seulement un regain de faveur à la fin du XVe et au début du XVIe siècle, avant la vente d’une partie de la seigneurie de Saint-Lô et de la résidence en 1576.

Notes

1 Manche, chef-lieu du département (fig. 2, p. 38).

2 La Vire est franchie au pied de l’éperon par un pont antique dont les derniers vestiges auraient été détruits en 1838. Le nom primitif d’origine gauloise signifie le « pont sur la Vire » ; il est attesté au moins en 511 et 549 ; l’hagiotoponyme Saint-Lô apparaît à la fin du IXe siècle (J. Pilet-Lemière, D. Levalet, Carte archéologique de la Gaule. La Manche (50), Paris, Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 1989 ; C. Bouhier, « Le destin des villes et des gros villages gallo-romains de la Manche avant les invasions normandes », Revue de la Manche, 21, 82, 1979, p. 27-28 ; F. de Beaurepaire, Les Noms des communes des anciennes paroisses de la Manche, Paris, Picard, 1986).

3 A. Descocqs, « Étude sur la topographie du vieux Saint-Lô des temps anciens à la fin du XVe siècle », NMD, 35, 1923, p. 113-220 ; É. Lepingard, « Le cartulaire de l’église Notre-Dame de Saint-Lô », NMD, 17, 1899, p. 99-146, 18, 1900, p. 131 et 26, 1908, p. 21-63 ; ADM, G175, Compte de la baronnie de Saint-Lô en 1446 (disparu), cité par É. Lepingard, « Un point de l’histoire ecclésiastique du diocèse de Coutances », NMD, 11, 1893, p. 95-102.

4 Cette vente est justifiée par l’énormité des dépenses à engager après les dégâts causés par les attaques des Huguenots en 1562 et 1574 (A. Dupont, « La baronnie de Saint-Lô », Revue du département de la Manche, 27, fasc. 106, 1985).

5 Ce plan conservé aux Archives départementales de la Manche a disparu dans le bombardement de juin 1944. Il avait été édité par X. Delisle, « Un plan du château de Saint-Lô au XVIIIe siècle », NMD, 27, 1909, p. 12-16. L’auteur a complété son édition par la description des vestiges qu’il pouvait encore appréhender dans certaines maisons issues de l’ancien complexe.

6 Arch. dio. Coutances, M 105, édité par G. Désiré dit Gosset, La Mense épiscopale de Coutances en 1440, Saint-Lô, Société d’archéologie et d’histoire de la Manche (Études et Documents ; 7), 1998.

7 Michel de Saint Martin, Description de la ville de Saint Lô et particulièrement de sa belle eglise ainsi que des personnes de la cour royale qui y sont nees et du cardinal du Perron qui en estoit originaire [1676], BM Caen, impr. 276, fo 95-115, édité par B. Jacqueline, NMD, 49, 1937, p. 177 ; B. Jacqueline, « Histoire de l’église paroissiale Notre-Dame de Saint-Lô », Revue du département de la Manche, 17, fasc. 65, janvier 1975, p. 3-44 ; Id., « Le palais des barons-évêques de Saint-Lô », in Chapitres et cathédrales en Normandie (Actes du congrès des Sociétés historiques et archéologiques de Normandie, 1996), S. Lemagnen, P. Manneville (dir.), Caen, Musée de Normandie, 1997, p. 81-88 ; A. Dupont, « La baronnie de Saint-Lô » ; H. Sauvage, « Le château de Saint-Lô », NMD, 19, 1901, p. 1-52 et 20, 1902, p. 1-40.

8 N. Gauthier, M. Fixot, Topographie chrétienne des cités de la Gaule des origines au milieu du VIIIe siècle, IX, Province ecclésiastique de Rouen (Lugdunensis Secunda), Paris, De Boccard, 1996, p. 93-94.

9 Gallia Christiana, XI, col. 870.

10 Cité par J. Le Patourel, « Geoffrey of Montbray, Bishop of Coutances (1049-1093) », The English Historical Review, LIX, 1944, p. 132, note 5.

11 Annales Vedastini et Reginon de Prüm, cités par J. Le Maho, « Châteaux d’époque franque en Normandie », AM, X, 1980, p. 154.

12 Hugues Ier (c. 989-1025) continue de résider à Rouen, mais installe sept chanoines à Saint-Lô. Herbert (c. 1025-1026) se serait établi à Saint-Lô avant d’échanger son évêché contre celui de Lisieux. Robert (c. 1026-1048) réside, lui aussi, à Saint-Lô, où il aurait reconstruit le manoir épiscopal avec une chapelle, Sainte-Marie-du-Château ; il entreprend aussi la reconstruction de la cathédrale de Coutances (Gallia Christiana, XI, col. 869-875 et Instrumenta, col. 217-218).

13 M. Fauroux, « Recueil des actes des ducs de Normandie (911-1066) », MSAN, XXXVI, 1961, p. 405-406.

14 Gallia Christiana, XI, Instrumenta, col. 239-240.

15 É. Lepingard, « Le cartulaire... ».

16 X. Delisle, « Un plan du château de Saint-Lô... », p. 12-16 ; Arch, nat., T 429, plan non daté du quartier du Belle (vers 1750 ?). Malgré l’absence de légende on peut penser qu’il s’agit du projet de l’aménagement d’une rue vers le faubourg du Neubourg, à l’est, à travers le rempart urbain.

17 A. Descocqs, « Étude sur la topographie... », p. 113-220.

18 Ibid., p. 127.

19 Une première réduction de l’enclos a pu intervenir lors de la construction, sur son flanc sud, de l’église paroissiale Notre-Dame, à partir de la seconde moitié du XIIIe siècle (G. Thibout, « L’église Notre-Dame de Saint-Lô ; ses campagnes de construction », in Congrès archéologique de France (CXXIVe session, 1966, Cotentin et Avranchin), Paris, Société française d’archéologie, 1966, p. 282-283). La construction des tours de façade et des premières travées de la nef de cette première église a donné lieu à des appropriations de terrains appartenant à des particuliers ; les rentes qui leur étaient versées sont connues par une source de 1437. La mainmise sur des terrains épiscopaux n’est pas documentée, mais elle est très vraisemblable. Dans la seconde moitié du XVe siècle, les évêques, Richard-Olivier de Longueil et Geoffroy Herbert, ont cédé une partie des terrains dépendant du manoir pour y construire le vaste chœur à déambulatoire de l’église Notre-Dame, en remplacement du chœur à chevet plat du XIIIe siècle (ibid., p. 284-285).

20 ADM, G175, Compte de la baronnie de Saint-Lô en 1446, cité par É. Lepingard, « Un point... », p. 95-102 et A. Descocqs, « Étude sur la topographie... », p. 129-130 et 123.

21 Gallia Christiana, XI, col. 935.

22 G. Thibout, « L’église Notre-Dame de Saint-Lô... », p. 281-284.

23 La paroisse Saint-Lô est devenue paroisse Sainte-Croix au XIIIe siècle. Ces hypothèses ont ignoré une interrogation : quid d’un lieu de culte paroissial antérieur à la chapelle Sainte-Marie-du-Château ?

24 « Court » en 1403 et 1439, et la formule a été étendue aux infrastructures urbaines voisines, telle la « rue de la Court levesque », attestée en 1444 (É. Lepingard, « Le cartulaire... », 1899, p. 121, et 1900, p. 140). Maisons qui « butent au manoir de Monsr » en 1411 (ibid., 1908, p. 53). Une terre « jouxte les estables du manoir » en 1444 (ibid., 1900, p. 140). En 1446, les comptes de la baronnie énumèrent les différents bâtiments du « manoir » (É. Lepingard, « Un point... », p. 95-102). En 1470, l’évêque donne un terrain du « manoir » (B. Jacqueline, « Donation d’un terrain du Manoir l’évêque aux trésoriers de Notre-Dame par Richard-Olivier de Longueil, 30 mai 1470 », NMD, 54, 1943, p. 91-95).

25 Dans l’aveu de 1377 et dans le compte de livraison « du fain en lostel » en 1445 (Arch, nat., P 304 fo 3 et É. Lepingard, « Un point... », p. 95-102 et 73).

26 « lostel » pour lequel on fabrique des meubles en 1445 (É. Lepingard, « Un point... », p. 95-102).

27 En 1444, « ostel ou sont les greniers, ostel ou len tient la juridiction temporelle dudit monseigneur lEvesque » (É. Lepingard, « Le cartulaire... », 1908, p. 73).

28 G. Désiré dit Gosset, La Mense épiscopale de Coutances..., p. 34-43 ; ADM, G 175 (disparu), cité par A. Descocqs, « Étude sur la topographie... », p. 129.

29 R. Toustain de Billy, Mémoires sur l’histoire du Cotentin et de ses villes : villes de Saint-Lô et de Carentan, Saint-Lô, Impr. F. Le Tual, 1912, p. 67-68.

30 ... in episcopali nostro domo (F. Dubosc, Carttdaire de l’abbaye de la Luzerne, Saint-Lô, Jacqueline fils, 1878, p. 208).

31 Louis d’Erquery (1346-1370), conseiller et aumônier du roi, résida peu. Sylvestre de la Cervelle (1371-1386) résida le plus souvent à Rouen. Nicolas de Tholon (1386-1387) et Guillaume de Crévecœur (1387-1408), chanceliers du duc de Bourgogne, ne résidèrent pas. Gilles Deschamps (1408-1413), premier aumônier et confesseur du roi, fut inhumé à Rouen. Pandolphe de Malatesta (1418-1424) ne résida pas. Philbert de Montjeu (1424-1439) ne résida pas ; il présida à plusieurs sessions du concile de Bâle et mourut à Prague. Gilles de Duremort (1439-1444) résida le plus souvent à Rouen. Jean de Castiglione (1444-1453) résida peu. Richard-Olivier de Longueil (1453-1470) résida le plus souvent à la cour du roi et du pape à partir de 1462, et mourut à Rome. Benoît de Montferrand (1470-1476) et Julien de la Rovere (1476-1477) ne résidèrent pas.

32 Début novembre 1445, février, fin mars-début avril et septembre 1446.

33 ADM, G 175 (disparu) édité par É. Lepingard, « Un point... », p. 95-102.

34 F. Dubosc, Cartulaire..., p. 208.

35 R. Toustain de Billy, Mémoires..., p. 67-68.

36 Arch, nat., P 304 fo 2 vo.

37 Nous avons signalé plus haut que cette intimité était le résultat de l’extension du chevet de l’église à partir du milieu du XVe siècle.

38 14 sur le plan (fig. 32).

39 I. Hacker-Sück, « La Sainte-Chapelle de Paris et les chapelles palatines au Moyen Âge en France », Cahiers archéologiques, XIII, 1962, p. 217-257. L’auteur cite les chapelles doubles des palais épiscopaux de Paris, Laon, Noyon, Reims et les chapelles doubles de nombreux logis abbatiaux.

40 11 et 12 sur le plan.

41 Lorsque le plan a été établi, la partie ouest de cette façade est détruite.

42 Les murs de la partie ouest paraissent être des cloisons rajoutées après coup pour créer un couloir.

43 9 sur le plan. Il se pourrait que cet escalier soit celui qui est décrit avec emphase par l’abbé Michel de Saint-Martin en 1676 : « ... il nous est resté le palais episcopal ou Ion monte en la premiere salle par pres de cent degres » (Description de la ville de Saint Lô..., BM Caen, impr. 276, fo 95-115, édité par B. Jacqueline, NMD, 49, 1937, p. 177).

44 8 sur le plan.

45 J. Mesqui, Châteaux et enceintes de la France médiévale, II, La Résidence et les éléments d’architecture, Paris, Picard, 1993, p. 78.

46 L’entrée du manoir est documentée par le devis de 1440, le plan de 1751 et une gravure de 1843.

47 G. Désiré dit Gosset, La Mense épiscopale de Coutances..., p. 39.

48 Le cartulaire de l’église Notre-Dame cite à plusieurs reprises des maisons, le long de la rue de la Poterie, qui jouxtent « lostel ou len tient la juridiction temporelle dudit Monseigneur l’Evesque », en 1439 et 1444 (É. Lepingard, « Le cartulaire... », 1899, p. 121 et 1908, p. 73). Le devis de 1440 signale clairement que la « juridiction de la seneçauchie » se tient dans une « maison hors ledit hostel ».

49 Si nous acceptons que l’église paroissiale a été élevée dans le courant du XIIIe siècle pour remplacer la chapelle du château devenue trop petite, il faut admettre qu’une partie du terrain a été prise sur l’espace de l’enclos épiscopal alors que l’abbaye saint-loise de Sainte-Croix en donnait un autre proche qui lui appartenait. À partir des années 1420, l’enclos est à nouveau réduit par la construction du nouveau double collatéral sud de l’église. L’évêque Philbert de Montjeu s’en plaint et reçoit une rente en compensation ; en outre, il s’engage à ne pas reconstruire le « fenil » qui se trouvait à cet endroit. Entre 1453 et 1510, les deux évêques, Richard-Olivier de Longueil (1453-1470) et Geoffroy Herbert (1478-1510), donnent des terrains de l’enclos pour édifier le nouveau chœur de l’église (G. Thibout, « L’église Notre-Dame de Saint-Lô... », p. 284-290).

50 A. Descocqs, « Étude sur la topographie... », p. 129-133.

51 5 et 7 sur le plan.

52 R. Toustain de Billy, Mémoires..., p. 342.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search