Version classiqueVersion mobile

Les Évêques aux champs

 | 
Marie Casset

Annexe : monographies de sites

Le château des évêques de Coutances à Saint-Ébremond-de-Bonfossé1

Texte intégral

  • 1 Manche, arrondissement de Saint-Lô, canton de Canisy (fig. 2, p. 38).
  • 2 M. Lantier, « Aspects géologiques de la Manche », Revue du département de la Manche, 29, 1987, p.  (...)
  • 3 Au XVIIe siècle, Toustain de Billy écrivait : « ... Ce lieu est une parfaite solitude au bord d’un (...)
  • 4 D. Bertin, « Voies et sites gallo-romains de Basse-Normandie », AN, 1975, 2, p. 67-68.
  • 5 Cette structure impressionnante par ses dimensions et un dispositif d’entrée en chicane n’a jamais (...)

1La résidence des évêques de Coutances à Saint-Ébremond-de-Bonfossé s’élevait à 8 kilomètres au sud de Saint-Lô, et à environ 21 kilomètres à l’est de Coutances. Le relief vallonné, issu du substrat briovérien de grès et de schistes, est composé de collines de moins de 200 mètres d’altitude. Des vallées larges et profondes dissèquent la surface, vallées qui ne sont plus adaptées aux maigres cours d’eau qu’elles abritent2. Le site de Saint-Ébremond n’a pas été touché par l’urbanisation rurale et l’on peut considérer qu’aujourd’hui le paysage est peu différent de ce qu’il était dans un passé lointain3. La résidence occupait un éperon assez bas, modelé par le confluent de deux ruisseaux qui s’écoulent vers le nord et donnent naissance à la rivière l’Hain. L’évêque de Coutances, Geoffroy de Montbray, a choisi un site à l’écart de toute présence humaine, à 2 kilomètres de l’église de Saint-Ébremond et à un kilomètre de celle de Saint-Martin, dans une campagne peu humanisée, à l’écart de voies de circulation anciennes4. Le site est cependant marqué par un grand talus de terre précédé d’un fossé sur son versant sud qui barre l’éperon entre les deux ruisseaux et les 20 hectares ainsi déterminés ne peuvent être attribués à une enceinte médiévale5.

  • 6 Gallia Christiana, XI, Instrumenta, col. 219.
  • 7 G. Désiré dit Gosset, La Mense épiscopale de Coutances en 1440, Saint-Lô, Société d’archéologie et (...)
  • 8 R. Toustain de Billy, Histoire ecclésiastique..., II, p. 337.
  • 9 C. de Gerville, « Recherches sur les anciens châteaux... », p. 255-260.
  • 10 M. Lecanu, Histoire des évêques de Coutances, Coutances, Voisin, 1839, p. 359 ; Gallia Christiana,(...)
  • 11 Maison d’habitation et bâtiments agricoles. On a utilisé pour les montants et piédroits des portes (...)
  • 12 R. Toustain de Billy, Histoire ecclésiastique..., II, p. 337 ; J. Le Patourel, « Geoffrey of Montb (...)
  • 13 F. Vatin, Le Château de la Motte (l’Évêque ou les Bois) du XIe au XVIIIe siècle, Saint-Lô, Lejeune (...)
  • 14 Arpentages de 1745 et 1758, ADC, 11 B 203, Maîtrise des eaux et forêts de Valognes : bois apparten (...)

2Les lacunes des archives médiévales de l’évêché de Coutances n’autorisent que des éclairages ponctuels, éloignés dans le temps mais riches d’enseignements : l’Historia fundationis Ecclesiae Constantiensis sive Gesta Gaufridi Episcopi6, rédigée au début du XIIe siècle par un chanoine Jean, fils du chambellan de Geoffroy de Montbray, le devis des travaux à effectuer aux bâtiments de la mense épiscopale en 14407, et la description du château reconstruit entre 1478 et 1510 par l’évêque Geoffroy Herbert donnée par un érudit au début du XVIIe siècle8. Les enseignements de ces sources ne peuvent s’appuyer sur aucun vestige architectural à la suite du saccage par les Huguenots en 15739 et de la destruction en 1721-175610. Les bâtiments qui s’élèvent aujourd’hui sur l’éperon n’ont plus aucun rapport architectural avec le château des prélats coutançais11. Les recherches sur les évêques de Coutances qui ont privilégié l’évêque Geoffroy de Montbray (1049-1093) n’ont jamais évoqué ses formidables réalisations12, à l’exception de quelques érudits locaux13. En revanche, l’environnement lourdement aménagé du château peut être évoqué à partir d’arpentages et d’actes de gestion du XVIIIe siècle14.

Les premiers temps de la résidence

L’entrée dans le temporel au XIe siècle

3Saint-Ebremond fait partie d’une vaste seigneurie dont le cœur est Saint-Lô. L’entrée de cet ensemble dans le temporel des évêques de Coutances est mal connue et des légendes invérifiables circulent qui en font remonter l’origine à une donation de l’évêque saint Lô.

  • 15 M. Fauroux, « Recueil des actes des ducs de Normandie (911-1066) », MSAN, XXXVI, 1961, p. 402-408.

4La première mention de Saint-Ébremond et de Bonfossé figure dans une charte de confirmation par Guillaume le Bâtard des biens de l’Église Notre-Dame de Coutances, en 1056-106615. Les deux sites sont signalés comme des donations faites par les prédécesseurs du duc. Ces donations, à moins qu’il ne s’agisse de restitutions, ont pu intervenir pendant les épiscopats d’Hugues (989-1025) ou de Robert (1026-1048) dont on connaît l’activité en faveur de la restauration matérielle et morale du diocèse ; Robert est réputé avoir résidé à Saint-Lô. En tout état de cause, c’est à leur successeur, Geoffroy de Montbray (1048-1093), que Saint-Ébremond doit ses premiers aménagements.

L’œuvre de Geoffroy de Montbray : un parc, une résidence ?

  • 16 Gallia Christiana, XI, Instrumenta, col. 219 :... aliud quoque nemus quod est in parochia S Ebremu (...)
  • 17 État du palais épiscopal... en 1765, Arch. dio. Coutances, DE II, Évêché 2, article 16, p. 15-16 ; (...)

5L’Historia fundationis Ecclesiae Constantiensis sive Gesta Gaufridi Episcopi rapporte qu’à Saint-Ébremond, Geoffroy crée un parc à gibier à partir d’un bois préexistant16. Le parc est en partie intact aujourd’hui ; il couvre la racine de l’éperon au sud et il en déborde largement à l’est sur les flancs des ruisseaux (fig. 29). Sa superficie au XVIIIe siècle est vraisemblablement peu différente de ce qu'elle était au Moyen Âge ; il s’étendait sur 45 hectares environ et, en 1765, l’ensemble était encore clos de haies, de murs et de fossés17. Le ruisseau qui le traverse du sud vers le nord avait permis l’aménagement d’un étang sur la face nord au contact du château. L’ensemble réoccupe le site protohistorique mentionné plus haut ; le talus de terre et le fossé qui barrent l’éperon sont noyés dans la végétation. À l’ouest, le parc est borné par l’abrupt de l’éperon, au sud, à l’est et au nord par des chemins. Le chemin au nord est celui qui permet d’accéder au château édifié à la pointe de l’éperon.

6Les Gesta Gaufridi ne rendent compte que de l’aménagement du parc ; mais l’implantation de la résidence à la pointe de l’éperon, accessible par des chemins qui longent le parc, autorise à envisager une conception simultanée des deux structures, et une volonté délibérée de lier intimement le parc et le château.

  • 18 É. Fleury, « Extraits et résumés de cartulaires du chapitre de la cathédrale de Coutances », Arch. (...)

7Le site de Saint-Ébremond va être l’objet d’autres aménagements dont il est difficile de préciser s’ils sont imputables à Geoffroy de Montbray ou à ses successeurs. Néanmoins ils semblent s’inscrire dans un projet global. Au-delà du confluent des deux ruisseaux, vers le nord, au pied du château, la vallée de l’Hain est aménagée. Deux chaussées de terre transversales barrent la vallée et un étang est créé à environ 900 mètres au nord du château. Ces dispositions, encore nettement visibles dans le paysage actuel, créaient en avant du château des étangs en gradins qui devaient se déverser les uns dans les autres par une bonde placée au milieu de la chaussée de terre (Pl. XVII, fig. 32). L’exploitation devait faire alterner assèchement puis mise en eau des étangs. Un argument en faveur d’un aménagement tardif réside dans la construction d’un moulin sur le troisième étang en aval, par l’évêque Vivien (1202-1208), qui en donna les dîmes aux chanoines de Coutances18.

Fig. 29 – Le site du château d’après le cadastre de 1827 (mairie de Saint-Ébremond-de-Bonfossé)

8Ces aménagements considérables ont nécessité de lourds investissements en hommes et en argent, et il est tout à fait plausible de penser qu’ils ont été rendus possibles grâce à la manne financière rapportée d’Italie, lors du voyage qu’y effectua l’évêque en 1050.

  • 19 Gallia Christiana, XI, col. 219.
  • 20 P. Hébert, Regards sur le Parc l’Évêque de Coutances et les parcs médiévaux de la Manche, Coutance (...)

9Il faut noter qu’au même moment, Geoffroy œuvre activement dans sa ville épiscopale. Il mène à son terme la reconstruction de la cathédrale qui avait été entreprise par son prédécesseur, Robert (1026-1048). Il fait reconstruire le palais épiscopal avec aula et verger. Aux portes de Coutances, il fait aménager un parc où sont plantés des chênes et des hêtres et où sont introduits des cerfs, des sangliers, des taureaux, des vaches et des chevaux19. Ce parc encore très présent dans le paysage actuel devait couvrir environ 100 hectares ; on sait qu’il était entouré d’un double fossé et qu’au XIIIe siècle un mur de pierre a dû remplacer la palissade de bois primitive20.

  • 21 B. Jacqueline, « Institutions et état économico-social du diocèse de Coutances de 836 à 1093 d’apr (...)

10À quelques kilomètres au sud du château de Saint-Ébremond, se déploie le bois de Soulles ; c’est une possession ancienne de l’Église de Coutances et l’on soupçonne l’évêque Herbert (1025-1026) de s’en être emparé alors qu’il appartenait aux chanoines de Coutances21.

11Un dernier point vaut d’être noté malgré l’absence de toute confirmation écrite ou archéologique. On doit envisager que Geoffroy de Montbray a sans doute engagé la reconstruction des églises de Saint-Ébremond et de Saint-Samson ; en effet, les portions de maçonnerie en arêtes de poisson laissent soupçonner que ces édifices, en leur état actuel, remontent au moins au XIe siècle.

Une résidence tardivement documentée

Le castrum de la Motte

  • 22 « Registre de la Tour de Londres », cité par C. de Gerville, « Recherches sur les anciens châteaux (...)

12Nous le découvrons pour la première fois en 1418, alors qu’il vient de tomber entre les mains du roi d’Angleterre : Jean de Birmingham signe un acte ad castrum de la Motte22.

  • 23 A.-L. Léchaudé d’Anisy, L. Puiseux, « Rôles normands et français et autres pièces tirées des archi (...)

13Le château abrite une garnison anglaise attestée au moins en décembre 1419 par la nomination d’un capitaine : Reginald West capitaneum fortalicii de la Motte23. En 1449, le « chasteau de la Motte levesque » se rend aux troupes du roi de France.

  • 24 G. Désiré dit Gosset, La Mense épiscopale de Coutances..., p. 48-53.

14En 1440, les chanoines de Coutances font procéder à la visite des bâtiments dépendant de la mense épiscopale et le devis des réparations fournit un état détaillé de l’état du château (« chastel »)24. Le complexe est en très mauvais état et le montant des réparations s’élève à 11296 Lt ; les maçons recommandent même de détruire certaines structures, dont le « grand danjon ».

  • 25 Arch. dio. Coutances, Chapitre de Coutances, 1re série, temporel épiscopal, Baronnie de la Motte ( (...)

15Tout au long des XVIIe et XVIIIe siècles, la baronnie est dénommée baronnie de la Motte. En 1723, un nommé Jacques se défend d’avoir pris « un arbre sur le fossé du tallus de la motte »25.

16En l’absence de tout vestige architectural, la formule castrum ou « chasteau de la Motte » pose un sérieux problème d’interprétation. Les prospections n’ont permis de repérer aucune motte ni traces de motte arasée sur toute l’emprise du site. Il ne semble pas qu’il y avait une motte à Saint-Ébremond, mais le terme peut s’appliquer au grand talus et fossé qui barre l’éperon. Si le terme castrum ou « chasteau » semble, au moins depuis le XIe siècle, désigner un ensemble plus ou moins fortement défendu, il se pourrait qu’à partir du XIVe siècle, l’appellation désigne des structures à la configuration plus précise et comportant des fossés, une porte à pont-levis, une courtine dotée de tours et un donjon.

17Les évêques de Coutances auraient donc possédé une forteresse d’importance dont l’origine et l’évolution des dispositifs de mise en défense attestés par les sources écrites au début du XVe siècle nous échappent. Ont-ils leur origine dans l’œuvre de Geoffroy de Montbray ? Ou faut-il les imputer à la mise en défense de la province contre les Anglais, à partir de la seconde moitié du XIVe siècle ?

Les structures fortes du château de la Motte en 144026

  • 26 G. Désiré dit Gosset, La Mense épiscopale de Coutances...

18Si l’on s’en remet au plan cadastral de 1827, l’emprise totale de plan triangulaire devait couvrir environ 1,5 hectare. La pointe du triangle est tournée vers le nord ; les deux faces ouest et est sont bornées par l’abrupt de l’éperon alors que la base est longée par le parc au sud.

  • 27 État du palais épiscopal... en 1765, Arch. dio. Coutances, DE II, Évêché 2, articles 9 à 19, p. 8- (...)
  • 28 G. Désiré dit Gosset, La Meuse épiscopale de Coutances..., p. 49 : « ... refaire le pillier qui so (...)

19Le complexe était divisé en deux cours ; la basse-cour est attestée dans le devis de 1440 et en 1765 lorsque la ferme qu'elle contient est louée27. Elle est sans doute isolée de la haute-cour par un fossé en eau relié à un vivier et franchi par un pont ; mais la formulation du devis est trop lacunaire pour le garantir et l’on ne pourrait y voir que le fossé qui longe la face sud du château28 et qui subsiste encore en 1765, sous forme de deux étangs.

20Cela étant, la structure du devis ne permet pas de vérifier que la totalité de l’enclos comprenant les deux cours était fortifié, ni d’attribuer à l’un ou l’autre espace les bâtiments qu’il énumère.

21Les structures de défense sont impressionnantes. L’entrée se fait par une tour-porte (« tour de la porte ») s’élevant sur trois niveaux (cellier, étage, comble), sommée de mâchicoulis (« machicolee ») et dotée d’un pont-levis, d’un pont-dormant, d’un « guichet » et d’une herse. Les deux tours de Hambye et de Mauregard possèdent deux étages et un comble ; au vu de la précision concernant une troisième tour (« tour du fournil ») mentionnée comme étant carrée, il doit s’agir de tours rondes. Elles s’élèvent sans doute à chaque extrémité de la courtine sud à quelque distance de la porte. La forteresse de Saint-Ébremond est dotée de deux « danjons » (« petit danjon », « grant danjon »). Le devis ne permet pas plus de précisions sur ces deux dispositifs : carrés ou ronds ? Accolés ou non ? Localisation (extrémité de l’éperon ?) ?

  • 29 J. Mesqui, Châteaux et enceintes de la France médiévale, I, De la défense à la résidence, Paris, P (...)

22La période de la mise en place d’un tel dispositif de défense n’est pas documentée. Nous sommes sans doute ici en présence d’un état résultant de plusieurs campagnes d’aménagements dont l’indice le plus probant serait l’existence des deux « danjons ». La vaste superficie de l’enclos inclinerait à y voir un complexe ancien remontant aux premiers temps de l’installation épiscopale dans la seconde moitié du XIe siècle ; de la même façon, la tour-porte est un dispositif attesté dès le XIe siècle29. La présence de tours rondes plaide pour des aménagements postérieurs au XIIe siècle. On doit envisager également que les évêques de Coutances ont, à l’instar de leurs collègues de Bayeux, Lisieux et Rouen, œuvré à la mise en défense de la province en renforçant les résidences qui tenaient un site stratégique.

Les communs en 1440

  • 30 On doit cependant envisager que ces espaces non bâtis, en 1765, ont pu être aménagés sur les espac (...)

23Les bâtiments à usage agricole, vraisemblablement adossés au mur, sont variés et attestent que la forteresse est également un important centre de gestion agricole : laiterie (« daerie »), brasserie (« bracherie »), charterie, grange, deux étables à chevaux surmontées de greniers, colombier et appentis divers ; à l’exception du colombier tous ces bâtiments sont couverts en chaume. L’inventaire de 1765 présente une situation sans grand changement ; on y note cependant la présence de la maison du fermier et la disparition du colombier. On peut sans doute aussi considérer que les jardins clos de murs, simplement mentionnés en 1440, sont le jardin et le fruitier localisés dans la basse-cour en 176530.

Les bâtiments du pôle noble en 1440

24Le devis permet d’appréhender des bâtiments qui ressortissent du pôle noble. Deux bâtiments dénommés respectivement « salle » et « maison » se déploient le long de la courtine, entre la porte et chacune des deux tours. La « salle », entre la porte et la tour de Hambye, possède deux étages sur un niveau de caves ; une « vuys » permet d’accéder au niveau supérieur ; les pièces y sont lambrissées. À proximité de cet édifice se trouvent la cuisine et la chapelle. De la « maison », située entre la porte et la tour de Mauregard, nous ne connaissons que trois pièces : une « salle », la « chambre du seignour » et la « chambre aux signes ». Les deux dénominations, et en particulier le décor de peintures murales ou de tapisserie de cygnes de l’une d’elles, laissent à penser que nous sommes ici au cœur du pôle résidentiel réservé au prélat. Il s’agit d’un logis qui abrite sous un même toit toutes les fonctions d’un séjour noble : salle d’apparat et chambres à la vocation de plus en plus intime.

  • 31 G. Désiré dit Gosset, La Mense épiscopale de Coutances..., p. 51.

25Les sources médiévales ne fournissent aucun témoignage de séjours épiscopaux à Saint-Ébremond. Cependant, les bâtiments imposants sont une preuve suffisante pour démontrer l’intérêt des prélats. On y appréhende également, par la mention de son logis (« mesnagerie »)31, la présence d’un des membres du personnel permanent, l’intendant.

Un nouveau logis de la fin du XVe siècle (fig. 30)

26Lorsque l’évêque Geoffroy Herbert rejoint son diocèse en 1478, il est le premier évêque depuis plus d’un siècle à résider assidûment ; ses douze prédécesseurs ne sont pratiquement jamais venus dans leur diocèse. Depuis 1350 environ, les combats, les dépenses exigées des évêques pour la mise en défense de la province, l’occupation anglaise, l’insécurité ont freiné voire rendu impossible une gestion harmonieuse des domaines épiscopaux. L’état de délabrement transmis par le devis de 1440 en est une bonne illustration et nous ignorons si les héritiers de l’évêque Philbert de Montjeu ont fait procéder aux réparations qui leur incombaient. Les travaux que Geoffroy Herbert fait entreprendre dans les résidences de Coutances, Saint-Lô et Saint-Ébremond sont une preuve supplémentaire de leur état d’abandon.

27La tradition rapporte avec emphase les travaux qu’il mit en œuvre à SaintÉbremond :

  • 32 Gallia Christiana, XI, col. 897.

Castrum quoque exstruxit apud Motam tanto sumtu, tanto ingenio, tamque affabre factum atque politum, ut regium opus existimari queat, sed ut ipse suique posposter !, si quid hostile immineret, quo se tuto reciperent habere possent, utque otiosi artifices et operarii sua simul et ingénia et corpora exercèrent, dicereque solitum malle se operarii volentibus pecunias largiri, quam mendicantibus validiis, quos furis sanctio persequitur atque imbrobat32...

Fig. 30 – Hypothèse de reconstitution du château de Geoffroy Herbert (1478-1510) (d’après R. Toustain de Billy, Histoire ecclésiastique du diocèse de Coutances, Rouen, Métérie, 1874, II, p. 337)

  • 33 R. Toustain de Billy, Histoire ecclésiastique..., II, p. 337.

28L’historien du diocèse de Coutances, Toustain de Billy, a laissé une description suffisamment précise de ce nouveau logis pour en tenter une reconstitution plausible33. De plan rectangulaire, il mesure 32 mètres de long sur 11 mètres de large et semble réutiliser des structures antérieures. Le logis est adossé à la vieille courtine, au droit de la porte, précédée d’un pont-levis sur un fossé en eau. Les pièces du rez-de-chaussée sont réservées aux usages domestiques : cuisine et appartements des domestiques. Le premier étage est accessible par un escalier ménagé dans l’épaisseur de la courtine contre laquelle le logis est adossé. Ce premier étage abrite les appartements privés de l’évêque et des salles à usage public ; la chapelle est aménagée au même niveau, au-dessus du passage de la porte ; quatre tours ou tourelles en encorbellement flanquent les angles du bâtiment. Le nouveau logis est remarquable par le décor sculpté et peint qu’il a reçu. La voûte de la chapelle est supportée par vingt-six nervures et les quatre clefs sont ornées de figures sculptées : anges et Ascension du Christ. Les murs sont dotés de deux registres de décor superposés : un bandeau sculpté orné d’écussons portés par des anges et douze niches abritant chacune une statue des apôtres. Nous sommes en présence ici d’un logis très compact qui regroupe dans un même bâtiment les pièces de service au rez-de-chaussée et les salles qui abritent la vie publique et la vie privée du prélat au premier étage.

29L’interprétation de cet ensemble est délicate, en particulier en ce qui concerne la part des travaux imputables à Geoffroy Herbert. Il se pourrait que nous ayons affaire ici à un ensemble hétérogène combinant des structures anciennes avec des éléments nouveaux. La position du logis adossé à la porte dont il annexe certains espaces est une formule qui remonte au XIIIe siècle et perdure jusqu’au XVe siècle. Elle est notable et attestée dans l’ouest de la France, à Vitré au XIVe siècle et dans les manoirs bretons des XIVe et XVe siècles. Le plan rectangulaire tripartite alignant salle et chambres est lui aussi de conception ancienne, comme le sont les bancs de pierre adossés au mur de la salle de gauche.

30Nous pouvons peut-être envisager deux hypothèses ; soit Geoffroy Herbert a conservé sans beaucoup les modifier des structures existantes : le bâtiment de la tour-porte ; soit il élève de neuf un bâtiment qui fait fi des modes de construction à la fin du XVe siècle : tour d’escalier, logis en L avec salle noble en rez-de-chaussée. Seul le décor surabondant semble devoir lui être véritablement imputé. La description de Toustain de Billy permet d’envisager un type de décor qui ressortit encore du gothique flamboyant mais posséderait des caractères Renaissance.

31Il convient cependant de noter que la restauration entreprise n’a concerné qu’une petite partie du complexe. Le prélat a rassemblé dans un seul logis les espaces autrefois éclatés entre plusieurs bâtiments et les structures de défense n’ont pas été relevées.

  • 34 R. Toustain de Billy, Histoire ecclésiastique..., II, p. 383.

32Les lacunes de la documentation ne permettent d’évoquer ni les séjours épiscopaux ni le personnel attaché à la résidence, en particulier les conditions de séjour des vassaux qui devaient le service armé dans le ressort de la baronnie de Saint-Lô. Seuls les legs contenus dans le testament de Geoffroy Herbert, en 1509, mentionnent une partie du personnel attaché au château de Saint-Ébremond et à ses annexes : un porcher, un muletier, un homme et sa fille, un couple et leur fille34.

33De ce testament et des travaux qu’il y fit effectuer, il ressort que l’évêque Geoffroy Herbert a apprécié son séjour de Saint-Ébremond, où il procéda régulièrement à des ordinations.

Conclusion

34Le château de Saint-Ébremond est trop mal documenté pour que nous puissions conclure avec trop de certitude. Cela étant, certains indices convergent en faveur d’un établissement qui, dès le XIe siècle, a largement utilisé les données d’un paysage peu humanisé pour créer un environnement prestigieux : parc à gibier, viviers et étangs.

35Certaines caractéristiques du complexe castrai (emprise dilatée, vaste bassecour) plaident pour une construction contemporaine de ces aménagements. La personnalité et le poids politique considérable de Geoffroy de Montbray, l’initiateur de l’ensemble, renforcent cette intuition. Mais faute de sources, les structures de la forteresse primitive restent ignorées. Le castrum de 1440 est un complexe d’importance, sans doute le résultat de plusieurs campagnes d’aménagements qui l’ont doté d’une tour-porte, de deux tours flanquantes rondes, de deux donjons, le tout ceint par l’abrupt de l’éperon sur deux faces et un fossé. C’est aussi un important centre de gestion domaniale dont témoignent des bâtiments agricoles variés.

36La réputation de sa faveur auprès des évêques de Coutances ne peut être prouvée par les sources écrites. Seules les structures tardivement attestées permettent de l’envisager. Les évêques de Coutances ont disposé à Saint-Ébremond d’une résidence de prestige possédant au moins deux bâtiments à usage résidentiel et une chapelle. Avant 1440, ceux-ci ont été aménagés pour en faire des logis à la mode comprenant plusieurs salles à la vocation de plus en plus intime.

37À la fin du XVe siècle, les évêques de Coutances choisissent de le restaurer et rénover, mais la remise en état n’est que partielle et consiste en une reprise de structures antérieures : tour-porte transformée en logis redécoré au goût du gothique finissant. Les structures défensives et une grande partie de l’espace castrai sont laissées à l’abandon.

Notes

1 Manche, arrondissement de Saint-Lô, canton de Canisy (fig. 2, p. 38).

2 M. Lantier, « Aspects géologiques de la Manche », Revue du département de la Manche, 29, 1987, p. 169-174.

3 Au XVIIe siècle, Toustain de Billy écrivait : « ... Ce lieu est une parfaite solitude au bord d’un bois, dans un vallon étroit et marécageux, où tombent trois petits ruisseaux, dont on a fait deux ou trois étangs, mais inutiles et sans poisson, le tout à mon avis sans aucun agrément. Pour le terroir, il y est fort stérile. La vue est très bornée, le voisinage, étant à quatre grandes lieues de Coutances et à deux de Saint-Lô, avec des chemins presque impraticables » (Histoire ecclésiastique du diocèse de Coutances, Rouen, Métérie, 1874, II, p. 337).

4 D. Bertin, « Voies et sites gallo-romains de Basse-Normandie », AN, 1975, 2, p. 67-68.

5 Cette structure impressionnante par ses dimensions et un dispositif d’entrée en chicane n’a jamais fait l’objet de recherches depuis son signalement par C. de Gerville, « Recherches sur les anciens châteaux du département de la Manche », MSAN, V, 1829-1830, p. 255-260.

6 Gallia Christiana, XI, Instrumenta, col. 219.

7 G. Désiré dit Gosset, La Mense épiscopale de Coutances en 1440, Saint-Lô, Société d’archéologie et d’histoire de la Manche (Études et Documents ; 7), 1998.

8 R. Toustain de Billy, Histoire ecclésiastique..., II, p. 337.

9 C. de Gerville, « Recherches sur les anciens châteaux... », p. 255-260.

10 M. Lecanu, Histoire des évêques de Coutances, Coutances, Voisin, 1839, p. 359 ; Gallia Christiana, XI, col. 897.

11 Maison d’habitation et bâtiments agricoles. On a utilisé pour les montants et piédroits des portes et fenêtres des éléments sculptés et moulurés provenant du château de Geoffroy Herbert.

12 R. Toustain de Billy, Histoire ecclésiastique..., II, p. 337 ; J. Le Patourel, « Geoffrey of Montbray, Bishop of Coutances (1049-1093) », The English Historical Review, LIX, 1944, p. 129-161 ; L. Musset, « Geoffroy de Montbray, évêque de Coutances (1049-1093) », Revue du département de la Manche, 99,1983, p. 5-17 ; M. Chibnall, « La carrière de Geoffroy de Montbray », in Les Évêques normands du XIe siècle (Actes du colloque de Cerisy-la-Salle, 1993), P. Bouet, F. Neveux (dir.), Caen, Presses universitaires de Caen, 1995, p. 279-294.

13 F. Vatin, Le Château de la Motte (l’Évêque ou les Bois) du XIe au XVIIIe siècle, Saint-Lô, Lejeune, 1932 ; L. Hulmel, « Notice sur Saint-Ébremond-de-Bonfossé », Mélanges de la Société archéologique de la Manche, 1973, p. 187.

14 Arpentages de 1745 et 1758, ADC, 11 B 203, Maîtrise des eaux et forêts de Valognes : bois appartenant à l’évêché de Coutances (XVIIIe siècle) et G 37 ; Inventaire des biens de l’évêché en 1765, articles 9 à 19, p. 8-19, Arch. dio. Coutances, DE II, Évêché 2.

15 M. Fauroux, « Recueil des actes des ducs de Normandie (911-1066) », MSAN, XXXVI, 1961, p. 402-408.

16 Gallia Christiana, XI, Instrumenta, col. 219 :... aliud quoque nemus quod est in parochia S Ebremundi industria summa censusque proprio redenit ibique parcum opulentissimum cervis et apris tauris et vacis et equis constituit.

17 État du palais épiscopal... en 1765, Arch. dio. Coutances, DE II, Évêché 2, article 16, p. 15-16 ; arpentages de 1745 et 1758 par la Maîtrise des eaux et forêts de Valognes, ADC, 11 B 203.

18 É. Fleury, « Extraits et résumés de cartulaires du chapitre de la cathédrale de Coutances », Arch. dio. Coutances, M 40, p. 31. Nous avons considéré que ce moulin est celui qui s’élève au nord du site du château et encore attesté au XVIIIe siècle.

19 Gallia Christiana, XI, col. 219.

20 P. Hébert, Regards sur le Parc l’Évêque de Coutances et les parcs médiévaux de la Manche, Coutances, OCEP – P. Hébert, 1989, p. 43-44.

21 B. Jacqueline, « Institutions et état économico-social du diocèse de Coutances de 836 à 1093 d’après les Gesta Gaufridi du Livre Noir du chapitre coutançais », Revue historique de droit français et étranger, 4e série, no 58,1980, p. 231.

22 « Registre de la Tour de Londres », cité par C. de Gerville, « Recherches sur les anciens châteaux... », p. 255-260.

23 A.-L. Léchaudé d’Anisy, L. Puiseux, « Rôles normands et français et autres pièces tirées des archives de Londres par Bréquigny en 1764,1765 et 1766 », MSAN, XXIII, 1858, p. 114.

24 G. Désiré dit Gosset, La Mense épiscopale de Coutances..., p. 48-53.

25 Arch. dio. Coutances, Chapitre de Coutances, 1re série, temporel épiscopal, Baronnie de la Motte (1547-XVIIIe siècle).

26 G. Désiré dit Gosset, La Mense épiscopale de Coutances...

27 État du palais épiscopal... en 1765, Arch. dio. Coutances, DE II, Évêché 2, articles 9 à 19, p. 8-19.

28 G. Désiré dit Gosset, La Meuse épiscopale de Coutances..., p. 49 : « ... refaire le pillier qui soustenait le pont par quoy passoit l’eaue entre le mur et la basse court, et la douve depuis lad. tour de Hambuye jucques au vivier de l’ostel... ».

29 J. Mesqui, Châteaux et enceintes de la France médiévale, I, De la défense à la résidence, Paris, Picard, 1991, p. 307.

30 On doit cependant envisager que ces espaces non bâtis, en 1765, ont pu être aménagés sur les espaces libérés par la destruction de la forteresse.

31 G. Désiré dit Gosset, La Mense épiscopale de Coutances..., p. 51.

32 Gallia Christiana, XI, col. 897.

33 R. Toustain de Billy, Histoire ecclésiastique..., II, p. 337.

34 R. Toustain de Billy, Histoire ecclésiastique..., II, p. 383.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search