Version classiqueVersion mobile

Les Évêques aux champs

 | 
Marie Casset

Annexe : monographies de sites

Le manoir des archevêques de Rouen à Pontoise1

Texte intégral

  • 1 Val-d’Oise (fig. 2, p. 38).
  • 2 L. Duval, Abrégé des antiquités de la ville de Pontoise et personnes illustres de ladite ville, Ro (...)
  • 3 Comptes de Pontoise de 1429 à 1490, ADSM, G 316 à 346.
  • 4 Comptes de réparations en 1744-1746, ADSM, G 1994.

1La ville de Pontoise s’est développée sur la rive ouest de l’Oise, aux franges du plateau du Vexin français. Nous sommes ici à environ 90 kilomètres au sud-est de Rouen et à 25 kilomètres au nord-ouest du centre de Paris. L’agglomération s’est développée sur la grande voie ancienne de Paris à Rouen et à Beauvais ; dès le VIIe siècle, l’Oise est la limite entre les diocèses de Rouen et de Paris, Pontoise ressort donc, en principe, du diocèse de Rouen2. Malgré les lacunes, les comptes de Pontoise entre 1429 et 1490 permettent de restituer l’espace du manoir et les divers éléments du bâti, en particulier la reconstruction du logis à partir de 14763. Le toisé des charpentes et maçonneries du logis et de la chapelle en 1744,1745 et 1746 en démontre la pérennité4. En 1889-1892, le logis a été débarrassé des verrues et adjonctions qu’avaient entraînées, au XIXe siècle, ses fonctions de tribunal, et a retrouvé un état proche de l’état initial.

  • 5 ADSM, G 340 à G 343.
  • 6 J. Depoin, « La reconstruction de l’hôtel archiépiscopal de Pontoise par le cardinal d’Estoutevill (...)

2Aujourd’hui le logis seul est encore debout, c’est l’actuel musée Tavet. Les documents antérieurs déjà mentionnés permettent d’évaluer la fidélité du bâtiment actuel avec le bâtiment primitif et de connaître la distribution et l’affectation des salles qui le composaient5. L’histoire comme l’intérêt architectural du bâtiment n’ont pas mobilisé les chercheurs6.

Les conditions de l’installation

La première résidence

  • 7 ADSM, G 1926. Il s’agit d’une copie établie au XVIIIe siècle de l’acte original.
  • 8 P. Bauduin, La Première Normandie..., p. 266-269.
  • 9 Lettre de l’archevêque Raoul Roussel en 1452 citée dans F. Blanquart, « Fiefs et arrière-fiefs du (...)

3La première mention d’une résidence dépendant de l’archevêché de Rouen à Pontoise se trouve dans un acte de Louis IX en faveur de l’archevêque Eudes Rigaud et signé en 12557. L’acte royal met fin à la situation confuse du Vexin français dans le diocèse de Rouen et précise que l’archidiacre devra résider à Pontoise8. La résidence de Pontoise est d’abord celle du grand vicaire qui porte aussi le titre d’archidiacre et d’official du Vexin français, mais les sources du XVe siècle ne la présentent que comme la résidence de l’archevêque. C’est dans cet « hostel » que se rendent les vassaux de l’archevêque dans le Vexin français pour l’hommage de leurs fiefs9.

4L’archevêque Eudes Rigaud a séjourné 57 fois à Pontoise entre 1248 et 1265. Le plus souvent son séjour est la dernière étape de son voyage vers Paris et la première de son voyage de retour de Paris à Rouen. Quatre fois seulement il précise qu’il a été hébergé à l’abbaye Saint-Martin et au palais royal ; à partir de 1255, il n’évoque jamais une résidence qui lui serait propre et celle-ci n’apparaît que dans les sources du XVe siècle.

Localisation

  • 10 N. Karst, Les Origines de Pontoise..., p. 69.
  • 11 ADSM, G 316 fo 4 vo (1429).
  • 12 ADSM, G 329 fo 16 vo (1468-1469). Plan de Pontoise au XVe siècle, dans N. Karst, Les Origines de P (...)

5Le Grand Vicariat de Pontoise a été installé dans une maison qui jouxte le rempart nord-est de la ville. Elle aurait été achetée à Guillaume Pasté, bailli de Senlis sous le règne de Philippe Auguste10. L’évaluation de l’emprise est possible grâce aux indications topographiques fournies par les comptes du XVe siècle : le manoir jouxte au sud-est le couvent des Cordeliers dont il est séparé par un mur11, et à l’est le rempart de la ville contre lequel bute une galerie12. Le cadastre du début du XIXe siècle transmet, sans doute, l’emprise du manoir dans son dernier état du XVIIIe siècle. Elle couvrait alors environ 1,5 hectare.

  • 13 ADSM, G 316 fo 4 vo.

6L’accès à l’enclos est double ; au sud une grande porte ouvre sur la cour de devant et sur le pôle résidentiel propre à l’archevêque alors qu’au nord une entrée secondaire donne accès au pôle administratif. Ce dernier dispositif laisse le champ libre à la circulation à travers l’enclos et on y met fin en 1429, en réparant un des murs de séparation13.

Le vieux manoir avant 1476

Les mots pour le dire : domus, « hostel », camera

  • 14 ADSM, G 316 fo 5 vo(1429).
  • 15 ADSM, G 333 fo 19 vo (1472-1473).
  • 16 ADSM, G 330 fo 15.
  • 17 ADSM, G 327 fo 19. Certains comptes de Pontoise sont en latin.
  • 18 ADSM, G 329 fo 16 vo.

7Les termes domus et « ostel » peuvent être aisément élucidés. « Ostel » désigne indiscutablement l’ensemble de la résidence dans presque toutes les occurrences relevées : lors de la taille des « treilles de lostel »14 et de la réquisition des « escuries de lostel »15. Cependant « lostel » qu’on étaie avec 54 pièces de bois et dont on obture les baies du pignon en 1469-1470 semble n’être que le logis16. Le terme maison (domus) désigne un bâtiment indépendant, qu’il s’agisse du logement de l’archevêque (magne domus), dont on répare en 142917 les dégâts provoqués par une tempête ou de la domus qui touche aux remparts et dont on commence la démolition en 1468-1469, parce qu'elle est entièrement ruinée et irréparable18.

  • 19 ADSM, G 329 fo 16 vo (1468-1469).

8Le logement du promoteur est désigné par le terme camera ; au vu de la pose de tuiles à la camera19 il ne s’agit pas de la seule chambre, mais d’un bâtiment indépendant qui abrite la chambre du promoteur.

Un espace fractionné : cours et jardins

  • 20 ADSM, G 340, 341, 342 et 346. La construction d’un nouveau logis, à partir de 1484, ne semble pas (...)
  • 21 ADSM, G 316 fo4 voet G 341 fo 33.
  • 22 ADSM, G 341 fo 33.
  • 23 ADSM, G 316 fo 4 vo.

9L’espace occupé par le complexe résidentiel est fractionné en plusieurs zones que les comptes déjà mentionnés, complétés par ceux des années 148020, permettent d’appréhender dans leurs grandes lignes. L’espace à l’est et au sud compris entre la rue, le couvent des Cordeliers et le rempart urbain est occupé par une cour (« cour de devant ») et un jardin (« le grand jardin »). Le jardin, en contre-haut, est séparé de la cour par un mur, mais une porte et un escalier permettent de passer de l’un à l’autre21. Le long du rempart, un petit jardin clos d’un mur prolonge le grand jardin22. Au nord, un troisième jardin entoure la maison du promoteur. Il est clos d’un mur qu’on répare, en 1429, pour éviter qu’on accède trop facilement dans la cour23.

  • 24 ADSM, G 327 fo 19 vo et G 329 fo 16 vo.
  • 25 ADSM, G 346 fo 33.
  • 26 ADSM, G 327 fo 20.

10Les comptes mentionnent une « grande gallerie qui bute aux murs de la ville »24 mais la documentation trop fragmentaire ne permet pas d’en évaluer les dispositions, si ce n’est qu'elle devait toucher par une de ses extrémités certains éléments du pôle résidentiel, en particulier la chapelle25. Une autre galerie unissait le bâtiment de la grande salle au logement du promoteur26.

Le pôle résidentiel

  • 27 Les comptes de 1429 et 1466-1467 mentionnent cette salle et les réparations à la charpente, ADSM, (...)
  • 28 ADSM, G 325 fo 21.
  • 29 ADSM, G 329 fo 16 vo (1468-1469).
  • 30 ADSM, G 327 (1466).
  • 31 ADSM, G1994.

11Le pôle résidentiel est composé de plusieurs bâtiments indépendants. Le logis (magne domus) comporte une salle haute27, sur cave28, accessible par un escalier (gradnm) couvert d’un auvent. Le bâtiment de la cuisine (coquina) est épaulé de contreforts maçonnés (postia)29. Quant à la chapelle médiévale couverte de tuiles30, il faut admettre que la chapelle du XVIIIe siècle en possède encore les grands traits. Elle mesurait environ 10 mètres de long sur 4 mètres de large et devait être voûtée de pierre31. La mention en 1776 d’un « escalier hourde » de seize marches pour accéder à la tribune se laisse mal interpréter. Il pourrait s’agir d’un escalier abrité par un bâti à colombages qui ménageait un accès privé à la chapelle ; on ne peut affirmer que ces deux dispositifs (escalier et tribune) sont d’origine médiévale.

Le pôle administratif

12L’enclos de la résidence incluait les bâtiments de l’administration ecclésiastique de l’archidiaconé.

  • 32 ADSM, G 316 fo 4 vo (1429) et G 335 fo 24 (1474-1475).

13Nous en connaissons le « plaidouer » ou « auditoire », bâtiment indépendant dont on répare la toiture à plusieurs reprises32. La prison doit y être accolée ; en 1429, on y répare les dégâts causés par des prisonniers qui s’en sont évadés, vraisemblablement par les latrines (« fosse ») qu’il faut remettre en état.

14Il est tout à fait vraisemblable que ce pôle administratif incluait la maison (camera) du promoteur, reliée par une galerie au logis archiépiscopal. Ce pôle administratif, judiciaire et carcéral était localisé à l’écart du pôle résidentiel, au nord de l’enclos.

Les communs

  • 33 ADSM, G 329 fo 16 vo.
  • 34 ADSM, G 316 fo 4 vo, G 325 fo 21, G 331 fo 17 vo.
  • 35 ADSM, G 333 fo 19 vo, en 1472-1473, les écuries sont réquisitionnées par les gens-d’armes qui occu (...)

15Les comptes ne permettent d’en faire qu’une énumération succincte, sans possibilité de les localiser : un cellier33, une ou plusieurs étables34 et des écuries35.

La « neufve maison » archiépiscopale après 1483

  • 36 Entre 1431 et 1433, la ville de Pontoise a été plusieurs fois pillée par les Anglais et de nombreu (...)

16Les comptes de travaux, entre 1429 et 1470, ont révélé une résidence archiépiscopale sur le point de s’effondrer36. En 1476, l’archevêque Guillaume d’Estouteville, fait entreprendre la construction d’un nouvel « hostel » dont il ne verra pas l’achèvement en 1486.

La permanence de dispositifs anciens

  • 37 ADSM, G 340 fo 36 vo.
  • 38 ADSM, G 340 fo 35 et G 346 fo 33.

17La construction d’un nouveau logis ne semble pas avoir modifié les dispositions dans l’enclos. L’espace y est toujours fractionné en cour et jardins séparés par des murs37. La vieille galerie se déploie toujours vers les murs de la ville à travers les jardins, mais un nouveau dispositif l’unit au nouveau logis : « ... une galerie pour entrer de la maison au jardin et pour aller a la vieille galerie »38.

Le nouveau logis (fig. 28 et Pl. XVI)

18La « neufve maison archiépiscopale » est un bâtiment de plan rectangulaire, d’orientation est-ouest, qui se déploie perpendiculairement au rempart dont il est séparé par une dizaine de mètres. Il mesure 17,5 sur 7,8 mètres dans œuvre. La façade principale est orientée au sud-est, donnant ainsi sur le réseau de voirie. La façade nordouest fait face à la vieille chapelle, dont on peut penser qu'elle se trouve perpendiculaire au nouveau logis.

  • 39 Cette orientation satisfait aux conseils de l’agronome Pierre de Crescens qui la recommandait au d (...)
  • 40 ADSM, G 340 fo 35.

19La façade principale du logis, orientée au sud39, est un monument d’ostentation. Des bandeaux à peine moulurés soulignent la distribution des trois niveaux d’habitation : rez-de-chaussée, premier étage et étage sous combles. Elle est encadrée de deux tourelles d’angle polygonales, terminées par un cul-de-lampe mouluré reposant sur un contrefort polygonal. Au milieu de la façade, jaillit une imposante tour d’escalier polygonale (« la vis ») très saillante. La porte d’entrée, ménagée sur le flanc gauche de la « vis », est surmontée d’un arc en anse de panier, ses piédroits sont ornés de colonnettes terminées par des pinacles sculptés qui encadrent un fronton orné des armes de l’archevêque Guillaume d’Estouteville ; celles-ci sont encadrées d’une arcature sculptée couronnée d’un fleuron. La partie supérieure de la tour abrite une petite salle à cheminée, « lestude » de l’archevêque40.

  • 41 Le logis de Coulaines, construit vers 1460 par Jean de Garguesalle à Beaumont-en-Vairon (Indre-et- (...)
  • 42 J. Guillaume, « Le château français du milieu du XVe au début du XVIe siècle ; formes et sens », i (...)

20Le bâtiment de Pontoise, avec sa façade aux dispositifs exacerbés, est une bonne illustration des programmes architecturaux de la seconde moitié du XVe siècle41. L’hypertrophie de la tour d’escalier et sa présence prégnante sont un symbole fort de la puissance de l’occupant des lieux et peuvent être considérées comme un succédané de la grosse tour, du donjon42.

21La façade est percée de grandes fenêtres rectangulaires à meneaux, ornées de colonnettes logées dans les embrasures. Les grandes fenêtres du comble sont sommées de gables ajourés encadrés de pinacles.

22Le nouveau logis est élevé sur des caves voûtées accessibles par le pignon est dont on ne peut préciser si elles sont antérieures au bâtiment.

  • 43 ADSM, G 340 fo 35-36.

23L’état actuel du bâtiment laisse soupçonner qu’il ne possédait pas de murs de refend et les cheminées ménagées dans les deux pignons semblent être d’origine. Les comptes laissent à penser qu’on a élevé à l’intérieur des cloisons de plâtre et de bois pour individualiser salles et chambres. Les dépenses de 1483-148443 consacrées à la pose des huisseries et des serrures des portes et fenêtres permettent d’évaluer la répartition et la disposition des salles.

  • 44 ADSM, G 341 fo 33 vo-34. L’année précédente, le verrier de l’archevêque demeurant à Paris avait fo (...)

24Au rez-de-chaussée se succèdent, de l’est à l’ouest, une cuisine et sa « despense », peut-être une chambre, et la « salle » jouxtant la cuisine. Cette salle occupe la moitié du rez-de-chaussée et se signale encore aujourd’hui par son sol surélevé de trois marches. Elle ouvre sur l’extérieur au nord-ouest par une « grande fenestre devers la chapelle ». Cette « salle basse » reçoit en 1485 des aménagements de luxe : un meuble monumental réalisé par le menuisier, un « drecheur de quatre pies et demi de long » et des vitraux fournis par un peintre verrier de Pontoise44.

  • 45 Ce « porche a trois pans » se laisse mal interpréter ; il s’agit peut-être d’un élément de décor c (...)

25Le premier étage est occupé par la « chambre du parmy » au-dessus de la cuisine et une grande chambre et sa garde-robe « devers les murs », au-dessus de la salle. Le menuisier chargé de la mise en place des huisseries installe dans la chambre un meuble d’apparat ; il s’agit d’un lit (« couche ») sur une estrade de trois marches, de plus de 2 mètres de long sur 2 de large, et dont le dossier est fait de trois panneaux sculptés et ajourés. Il pose également un « porche a trois pans » en bois45. Le caractère privé de cette pièce est renforcé par la présence, sur la façade nord-ouest, au droit de la grande chambre, d’un conduit de latrines saillant. La tourelle adjacente a sans doute abrité un oratoire.

  • 46 ADSM, G 343 fo 34.

26L’étage sous comble est occupé par un grenier et la « chambre du millieu ». Cette chambre a été l’objet de soins particuliers en ce qui concerne la sûreté de ses ouvertures ; en 1486-1487, on fournit « deux fortes fenestres pour la seurete de lad. chambre fermantes par dehors »46. Cette pièce adjacente à l’« estude » au sommet de la « vis » pourrait bien avoir été conçue pour abriter archives et trésor.

  • 47 ADSM, G 341 fo 33-34, G 342 fo 32 et G 343 fo 34.

27Les travaux se terminent en 1485 et 1486 par le nettoyage et la remise en état de la cour et des jardins, l’installation des dernières portes et fenêtres et la pose des vitres47.

  • 48 F. Robin souligne la multiplication des tours d’escalier dans les résidences de René d’Anjou (La C (...)

28Ce logis extrêmement compact étonne par l’absence d’axes secondaires de circulation verticale réservés soit aux visiteurs, aux domestiques ou à l’intimité de l’archevêque, comme ceux que l’on connaît dans ce type de logis au XVe siècle48. En dépit de la présence de la tour d’escalier dont nous avons signalé plus haut la structure impressionnante, le nouveau logis de Pontoise se présente sous des aspects relativement modestes. Le statut de cette maison pourrait expliquer ce parti pris ; en effet, elle abrite en priorité le Grand Vicaire et l’archevêque n’y est reçu qu’occasionnellement.

Fig. 28 – Plan du rez-de-chaussée et de l’étage sous combles du manoir (mairie de Pontoise)

29Les autres dispositifs de l’enclos, chapelle, galeries, cours et jardins et communs, qui ont été conservés sans autres modifications que des travaux d’entretien, doivent malgré tout conférer à l’ensemble une certaine grandeur que nous pouvons difficilement évoquer.

Conclusion

30Le manoir de Pontoise est sans doute un des rares exemples précisément documenté d’une installation épiscopale dans un complexe résidentiel urbain préexistant. Le manoir est une maison plate dont l’emprise, étroitement insérée dans le tissu urbain, est relativement modeste. L’enclos a été partagé en deux espaces aux vocations précises : pôle administratif et pôle résidentiel. Une autre partition se superpose, celle en cour et jardins clos de murs. La liaison entre les deux s’établit par une galerie qui unit le logis de l’archevêque à celui du promoteur.

31Jusqu’à la fin du XVe siècle, le pôle administratif a gardé des structures antérieures : prison, auditoire et logement du promoteur. Nous pensons avoir démontré que ce dernier était composé d’un bâtiment unique, dont l’étage avait vocation de logement.

32Les mutations du pôle résidentiel illustrent bien au XVe siècle le passage de structures éclatées en plusieurs bâtiments indépendants à un logis compact conforme aux nouvelles modes de l’habitat aristocratique. Jusqu’en 1483, la résidence compte une chapelle, une cuisine et une maison dont l’étage est dévolu au logement de l’archevêque ; le logis est relié à la chapelle par une galerie. La reconstruction adopte un programme totalement différent. On conserve la chapelle et la vieille galerie, mais le nouveau logis rassemble au rez-de-chaussée la cuisine et la salle à manger et au premier étage, accessible par un escalier logé dans une tour très saillante, les deux chambres de l’archevêque (chambre de parement et chambre).

Notes

1 Val-d’Oise (fig. 2, p. 38).

2 L. Duval, Abrégé des antiquités de la ville de Pontoise et personnes illustres de ladite ville, Rouen, Cabut, 1720, p. 12-16 ; N. Karst, Les Origines de Pontoise et son évolution au Moyen Âge, mémoire de Maîtrise, Université Panthéon-Sorbonne – Paris I, 1992 (dactyl.), p. 20 sq. ; P. Bauduin, La Première Normandie (Xe-XIe siècles). Sur les frontières de la haute Normandie : identité et construction d’une principauté, Caen, Presses universitaires de Caen, 2004, p. 266-269.

3 Comptes de Pontoise de 1429 à 1490, ADSM, G 316 à 346.

4 Comptes de réparations en 1744-1746, ADSM, G 1994.

5 ADSM, G 340 à G 343.

6 J. Depoin, « La reconstruction de l’hôtel archiépiscopal de Pontoise par le cardinal d’Estouteville », Commission des antiquités et des arts de Seine-et-Oise, 17, 1897, p. 71-78.

7 ADSM, G 1926. Il s’agit d’une copie établie au XVIIIe siècle de l’acte original.

8 P. Bauduin, La Première Normandie..., p. 266-269.

9 Lettre de l’archevêque Raoul Roussel en 1452 citée dans F. Blanquart, « Fiefs et arrière-fiefs du Vexin normand et du Vexin français mouvant de l’archevêché de Rouen aux XIIIe et XIVe siècles », Bulletin philologique et historique (jusqu’à 1715) du CTHS, 1925, p. 192.

10 N. Karst, Les Origines de Pontoise..., p. 69.

11 ADSM, G 316 fo 4 vo (1429).

12 ADSM, G 329 fo 16 vo (1468-1469). Plan de Pontoise au XVe siècle, dans N. Karst, Les Origines de Pontoise..., planche 10.

13 ADSM, G 316 fo 4 vo.

14 ADSM, G 316 fo 5 vo(1429).

15 ADSM, G 333 fo 19 vo (1472-1473).

16 ADSM, G 330 fo 15.

17 ADSM, G 327 fo 19. Certains comptes de Pontoise sont en latin.

18 ADSM, G 329 fo 16 vo.

19 ADSM, G 329 fo 16 vo (1468-1469).

20 ADSM, G 340, 341, 342 et 346. La construction d’un nouveau logis, à partir de 1484, ne semble pas avoir perturbé les dispositions antérieures.

21 ADSM, G 316 fo4 voet G 341 fo 33.

22 ADSM, G 341 fo 33.

23 ADSM, G 316 fo 4 vo.

24 ADSM, G 327 fo 19 vo et G 329 fo 16 vo.

25 ADSM, G 346 fo 33.

26 ADSM, G 327 fo 20.

27 Les comptes de 1429 et 1466-1467 mentionnent cette salle et les réparations à la charpente, ADSM, G 316 fo 5 vo et G 327 fo 19-20.

28 ADSM, G 325 fo 21.

29 ADSM, G 329 fo 16 vo (1468-1469).

30 ADSM, G 327 (1466).

31 ADSM, G1994.

32 ADSM, G 316 fo 4 vo (1429) et G 335 fo 24 (1474-1475).

33 ADSM, G 329 fo 16 vo.

34 ADSM, G 316 fo 4 vo, G 325 fo 21, G 331 fo 17 vo.

35 ADSM, G 333 fo 19 vo, en 1472-1473, les écuries sont réquisitionnées par les gens-d’armes qui occupent Pontoise.

36 Entre 1431 et 1433, la ville de Pontoise a été plusieurs fois pillée par les Anglais et de nombreux bâtiments, dont l’église Notre-Dame et le vicariat, ont souffert de ces raids (N. Karst, Les Origines de Pontoise..., p. 69).

37 ADSM, G 340 fo 36 vo.

38 ADSM, G 340 fo 35 et G 346 fo 33.

39 Cette orientation satisfait aux conseils de l’agronome Pierre de Crescens qui la recommandait au début du XIVe siècle et soulignait les vertus du bon air du soleil levant dans Le Livre des prouffitz champrestres et ruraulx, Lyon, 1530, p. 4.

40 ADSM, G 340 fo 35.

41 Le logis de Coulaines, construit vers 1460 par Jean de Garguesalle à Beaumont-en-Vairon (Indre-et-Loire), présente de nombreux points communs avec le logis de Pontoise.

42 J. Guillaume, « Le château français du milieu du XVe au début du XVIe siècle ; formes et sens », in La France de la fin du XVe siècle. Renouveau et apogée (Actes du colloque de Tours, 1983), B. Chevalier, P. Contamine (dir.), Paris, CNRS, 1985, p. 222.

43 ADSM, G 340 fo 35-36.

44 ADSM, G 341 fo 33 vo-34. L’année précédente, le verrier de l’archevêque demeurant à Paris avait fourni 40 pieds de verre.

45 Ce « porche a trois pans » se laisse mal interpréter ; il s’agit peut-être d’un élément de décor couronnant la porte, à moins qu’il ne s’agisse d’un dais à la tête du lit.

46 ADSM, G 343 fo 34.

47 ADSM, G 341 fo 33-34, G 342 fo 32 et G 343 fo 34.

48 F. Robin souligne la multiplication des tours d’escalier dans les résidences de René d’Anjou (La Cour d’Anjou-Provence. La vie artistique sous le règne du roi René, Paris, Picard, 1985, p. 109). À Paris, l’hôtel de Cluny, construit entre 1456 et 1485 par l’abbé Jean de Bourbon, présente une séparation nette des pièces privées et des pièces publiques qui possèdent chacune leur propre réseau de liaisons verticales et horizontales (M.-N. Rosenfeld, « La distribution des palais et des hôtels à Paris du XIVe au XVIe siècle », in Architecture et vie sociale. L’organisation intérieure des grandes demeures à la fin du Moyen Âge et à la Renaissance (Actes du colloque de Tours, 1988), Paris, Picard, 1994, p. 212-213 et 218).

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search