Version classiqueVersion mobile

Les Évêques aux champs

 | 
Marie Casset

Annexe : monographies de sites

Le château des évêques de Bayeux à Neuilly-la-Forêt1

Texte intégral

  • 1 Calvados, canton d’Isigny-sur-Mer (fig. 2, p. 38).
  • 2 Toute la documentation concernant le site de Neuilly est tirée de : H. Elhaï, La Normandie occiden (...)
  • 3 S. Lebecq observe que la seconde transgression dunkerkienne (300-600 apr. J. C.) submerge et détru (...)

1La forteresse de Neuilly a été édifiée par les évêques de Bayeux à environ 30 kilomètres à l’ouest de Bayeux, à quelques dizaines de mètres de la Vire, frontière entre les diocèses de Bayeux et de Coutances. Le site choisi est tout à fait exceptionnel. Il s’agit d’une large dépression nord-sud formée par la vallée de la Vire et de son affluent l’Elle, dépression qui débouche, au nord, dans la baie des Veys. Elle est bordée, au nord-est, par la retombée assez abrupte du plateau du Bessin qui culmine à 29 mètres et, à l’ouest, par les collines de Montmartin, qui s’élèvent à 30 mètres2. La formation géologique du site s’est prolongée jusqu’à une date récente. À partir du milieu du premier millénaire, la mer pénètre largement dans la cuvette à la suite soit du rehaussement du niveau marin, soit de la rupture des cordons littoraux par des ondes de tempête et les marais sont transformés en bassins plus ou moins inondés à chaque marée3. Le témoignage le plus éloquent est celui du secrétaire du cardinal d’Aragon qui note avec étonnement, le 20 septembre 1517, le paysage qu’il découvre en arrivant à Neuilly :

  • 4 A. de Beatis, Voyage du cardinal d’Aragon en Allemagne, Hollande, Belgique, France et Italie (1517 (...)

Ce château est très fortifié et se trouve à une lieue et demie de l’océan ; quand c’est le moment de la marée l’eau se répand sur toutes les prairies alentour4.

  • 5 Cette position qui se lit bien dans le paysage d’aujourd’hui a été confirmée par la réalisation de (...)

2Ce 20 septembre, le coefficient de marée (89) est un coefficient moyen de vive-eau, et seules quelques buttes émergent sur lesquelles ont été élevés trois châteaux dont il ne subsiste plus aujourd’hui que des ruines, les châteaux de Neuilly5, de la Rivière et de Hiégathe.

  • 6 D. Bertin, « Voies et sites gallo-romains de Basse-Normandie », AN, 1975, 2, p. 68-69. Sur la cart (...)
  • 7 Le passage du Grand Vey est établi en pleine mer sur 8 kilomètres de long, d’est en ouest, vraisem (...)
  • 8 L. Huet, Histoire civile, religieuse et commerciale d’Isigny (Calvados), Caen, Brunet, 1909, p. 5  (...)
  • 9 D. Bertin, « Voies et sites... » ; C. Bouhier, « Les travaux de voirie au Moyen Âge », AN, décembr (...)
  • 10 L. Huet, Histoire..., p. 3-16.

3Le site du château est inséré à l’intersection de voies anciennes importantes. A 6 kilomètres au nord passe le « Chemin Haussé », la grande voie romaine est-ouest qui relie Bayeux à Alauna (aujourd’hui Valognes) puis Cherbourg6. La voie la plus courte pour passer du Bessin au Cotentin imposait le difficile et périlleux passage du Grand Vey7. Il était cependant possible, arrivé à Cardonville, de bifurquer vers le sud et de passer le Petit Vey à Isigny8. Enfin, à un kilomètre au nord du village de Neuilly, la Nef du Pas permet de passer la Vire depuis le hameau de Saint-Lambert jusqu’à Montmartin. Au Moyen Âge ce passage est propriété de l’évêque de Bayeux. Sur les hauteurs, à l’ouest, était établie une autre voie ancienne qui du sud au nord relie les vieilles agglomérations d’origine gauloise, Briovère (aujourd’hui Saint-Lô) à Carentan. À Montmartin-en-Graignes, un lieu-dit Le Pavé, au nord de la commune, se trouve à l’intersection de cette grande voie et du chemin qui descendait à la Nef du Pas d’où l’on pouvait franchir les marais9. Ce n’est qu’à partir du XVIIe siècle que les interventions humaines ont progressivement créé le paysage actuel où le flux marin est maîtrisé, les cours d’eau sont endigués et régularisés et les marais asséchés à 4 mètres au-dessus du niveau de la mer10.

Fig. 23 – Le site de Neuilly au XVIIIe siècle, Carte de Cassini, feuille 94 (Bayeux), 1759

  • 11 L. Musset, « Un prélat du XIe siècle : Odon de Bayeux », Art de Basse-Normandie, 76, hiver 1978-19 (...)
  • 12 V. Bourrienne, Antiquus cartularius ecclesie baiocensis ou Livre Noir du chapitre, Paris – Rouen, (...)
  • 13 Forêt et parc de Neuilly au XVIIIe siècle, ADC, G 37 ; réparations à faire au château de Neuilly e (...)
  • 14 A. de Caumont, Statistique monumentale du Calvados, II, Arrondissements de Vire et de Bayeux, Pari (...)

4De façon tout à fait étonnante, la formidable entreprise d’Odon de Conteville et de ses successeurs n’a jamais été sérieusement évoquée par les chercheurs alors que les informations de toute nature ne manquent pas malgré leur caractère hétérogène11 : cartulaires, aveux, testament et fragments de comptes médiévaux12, documents écrits et cartographiques de gestion des XVIIe et XVIIIe siècles13, cadastre de 1825 et dessins des bâtiments encore conservés au XIXe siècle14 carte postale de la grange photographiée au début du XXe siècle, vestiges bâtis en élévation, perceptibles aux ondulations du terrain et, pour certains, mis au jour lors de travaux d’aménagements tant intérieurs qu’extérieurs (pavés émaillés, arases de murs).

Les premiers temps

Le domaine de Neuilly en 1035-1037

  • 15 D. Bates, « Notes sur l’aristocratie normande. Hugues, évêque de Bayeux (c. 1011-1049) », AN, 1973 (...)
  • 16 La forêt de Vouilly, à l’est de Neuilly, a disparu aujourd’hui. En 1035-1037, elle doit sans doute (...)
  • 17 Au nord du village de Neuilly.
  • 18 Au sud du village de Neuilly, dans les marais.
  • 19 Il faut accepter avec l’abbé Bourrienne la lecture de Neuilly pour Mulgei (Un grand bâtisseur..., (...)
  • 20 Au sud-est de Neuilly.
  • 21 À l’est de Neuilly.
  • 22 Au sud-est de Neuilly.
  • 23 Ce domaine non localisé, en 1035-1037, pourrait cependant être confondu avec la terre de la Consei (...)
  • 24 Les ducs de Normandie ont, très tôt après leur accession, retrouvé le contrôle de bois et de forêt (...)

5Aux alentours de 1035-1037, l’évêque de Bayeux Hugues d’Ivry (1011/1015-1049) ordonne le recensement des biens de l’Église de Bayeux15. Dans l’ouest du diocèse, il affirme détenir la forêt de Vouilly (silvam de Voilei)16 la haie du Parchet (haiam del Parchet)17, la fosse Luchon (fossam Luchon)18, l’église de Neuilly (ecclesiam de Mulgei)19, la terre de Saint-Marcoulf (terram de sancto Marculfo)20, la terre de Mestry (terram in Magistrei)21, le service de toute la terre de Lison (servicium de tota terra de Lisun)22 et les terres de Suhart23. Il s’agit d’un ensemble de terres localisées sur les hauteurs du plateau du Bessin cernées au nord par les marais de la vallée de l’Aure inférieure et à l’est par les marais de la vallée de la Vire et de l’Elle. Les zones boisées y tiennent une place importante et il faut les considérer comme directement issues du patrimoine forestier ducal24. Ce point permet d’envisager que, s’il y eut restitution de domaines antérieurement confisqués, il y eût également concession de nouveaux biens. La présence de l’évêque à Neuilly semble légère ; en effet, il n’y jouit que de l’église et d’un bois, la haie du Parchet, à moins que nous soyons dans l’incapacité de repérer des terres désignées par leur tenant et qui seraient sises à Neuilly.

Des indices d’une histoire ancienne

  • 25 Cette interprétation est fondée sur les remarques de C. Higounet, « Les grandes haies forestières (...)
  • 26 En 846, le Bessin est occupé et ravagé par les Bretons (A. Chédeville, H. Guillotel, La Bretagne d (...)
  • 27 Cette réorganisation crée un ensemble tourné vers le nord et rattaché au littoral de la Manche ; e (...)
  • 28 En 858, le Bessin est ravagé par les Vikings et l’évêque de Bayeux Baldfridus est tué (ibid., p. 3 (...)
  • 29 Ibid., p. 368 et 375. Deux microtoponymes Scandinaves ou saxons sont attestés dans la région de Ne (...)
  • 30 L. Musset, « La naissance de la Normandie », in Histoire de la Normandie, M. de Boüard (dir.), Tou (...)
  • 31 É. Deniaux, C. Lorren, P. Bauduin, T. Jarry, La Normandie avant les Normands..., p. 404.
  • 32 Un indice du caractère public de ces terres est fourni par une source tardive. Au début du XVe siè (...)

6Les termes haia de la liste de 1035-1037 sont indiscutablement des vestiges lexicographiques des modalités forestières de défense des frontières, mises en œuvre à l’époque carolingienne par la puissance publique25. Malgré l’absence de sources directes et précises, il est possible d’établir des liens anciens entre cette zone frontalière du Bessin et du Cotentin, les biens du fisc et les prélats bayeusains. Aux VIIIe et IXe siècles, le Bessin et le Cotentin sont intégrés à des grands commandements militaires mis en place par la puissance publique. Vers 840-850, les incursions vikings et les raids bretons conduisent à une réorganisation de la défense et à une reprise en main du Bessin par l’autorité royale26. Un missaticum restreint est créé qui groupe des pagi à l’ouest de la Seine dont le Bessin et le Cotentin ; il est confié à quatre administrateurs dont Évrard, évêque de Bayeux27. La persistance des raids vikings et bretons conduit Charles le Chauve à prendre des mesures variées, qui culminent avec l’édit de Pitres en 86428 ; elles visent à renforcer la défense des rivages et des estuaires, en particulier celui de la Seine. C’est sans doute pendant ces années 850-865 que des haies défensives ont été mises en place aux abords de l’estuaire de la Vire et cela sous la direction de l’évêque de Bayeux, Évrard. Les années suivantes, jusqu’en 923, ne semblent pas favorables à de telles initiatives de la part de la puissance publique. En effet, en 867, Charles le Chauve cède le Cotentin au roi de Bretagne Salomon et le Bessin échappe à tout contrôle royal. Des bandes de Bretons et de Vikings s’y installent. C’est sans doute par l’estuaire de la Vire qu’une bande viking est remontée jusqu’à Saint-Lô en 890 après avoir assiégé Paris à l’automne 88929. En 924, la domination normande s’étend au Bessin et en 933, c’est au tour du Cotentin et de l’Avranchin de rejoindre le duché ; la vallée de la Vire cesse alors d’être une zone frontière politique30. Ce n’est qu’en 943 qu’un évêque de Bayeux, Henri, est à nouveau mentionné. À cette date, il baptise Richard, le fils de Guillaume Longue Épée. Ce Henri est issu de la lignée d’un comte Henri mort au siège de Paris en 886 ; c’est un allié de Béranger, comte de Bayeux, père de Popa devenue la concubine de Rollon. Guillaume Longue Épée a fait baptiser son fils par un clerc issu d’une lignée amie et alliée de longue date31. Dans ces conditions, il ne serait pas invraisemblable que le duc ait choisi de donner ces terres publiques de la région de Neuilly à l’Église de Bayeux32. Et l’on comprend la volonté farouche des évêques du XIe siècle de conserver et renforcer ces domaines, la « haie » a été transformée en parc à gibier et un des successeurs des évêques Henri et Hugues y a construit un château de pierre sur des terres nouvellement données.

Les donations postérieures

  • 33 Restitution en 1074 à l’Église de Bayeux des biens confisqués à Grimoult du Plessis en 1047 (P. Ma (...)
  • 34 V. Bourrienne, Antiquus cartularius..., I, p. 6-8.
  • 35 Orderic Vital, Historia ecclesiastica, A. Le Prévost (éd.), Paris, Renouard, 1838-1855, III, p. 29 (...)

7Après le recensement de 1035-1037, des documents nombreux et assez circonstanciés permettent de cerner les étapes de la progression du domaine de Neuilly33. Les listes semblent complètes, mais n’ont pas été établies en suivant un ordre géographique et la localisation des biens est malaisée surtout lorsqu’ils ne sont désignés que par le nom de leur tenant. De ces listes, nous retiendrons les lieux assurément situés à Neuilly, tout en sachant qu’un certain nombre nous échappe pour les raisons invoquées plus haut. En 1089, le duc Robert Courteheuse confirme toutes les donations faites à l’Église de Bayeux par son père Guillaume et il y ajoute quelques maisons et revenus34. Mais nous savons qu’à cette date l’évêque de Bayeux possède, à Neuilly, une résidence où, en 1088, il a retenu prisonnier Robert de Bellême35.

8La confrontation de ce que nous venons d’établir avec des documents postérieurs permet de compléter l’étendue des terres contrôlées par l’évêque de Bayeux sous l’épiscopat d’Odon de Conteville dans la région de Neuilly malgré la difficulté à déterminer, quelquefois, la part des donations faites à ses deux successeurs immédiats, Turold (1098-1106) et Richard de Douvres (1107-1133).

  • 36 A.-L. Léchaudé d’Anisy, « Extraits des chartes... », p. 429-430 et 426.

9L’enquête ordonnée en 1133, par le roi Henri Ier, sur les services dus par les vassaux de l’évêque révèle clairement que la paroisse de Neuilly est entre les mains de l’évêque. En effet, elle mentionne que plusieurs vavasseurs de Neuilly doivent le service de garde au château (plures vavassores debent custodire castrum)36. Les fiefs de Feugères (Filgerias) et d’Isigny aux Suhards, tous les deux au nord de Neuilly, dépendent également de l’évêque.

  • 37 ... mareschum et herbergium ejus cum junco et arundine ita quod Odo episcopus et Toroldus et Ricard (...)

10Dans une enquête ordonnée vers 1144 par Geoffroy Plantagenêt, figurent des biens qui n’avaient jamais été mentionnés, à savoir des marais et herbages de joncs et de roseaux qui furent du domaine de l’évêque Odon, de Turold et de Richard fils de Samson37. Ces marais sont sans nul doute ceux qui s’étendent de Saint-Fromond au sud à Isigny au nord et où s’écoulent la Vire et son affluent l’Elle. Ces marais font partie du domaine de Neuilly depuis l’épiscopat d’Odon de Conteville sans que nous en connaissions la date de donation ; étant donné leur caractère maritime il ne peut s’agir que de biens ducaux.

  • 38 Entre 1165 et 1189, Henri II Plantagenêt reconnaît la coutume d’Isigny et de Neuilly (ibid., p. 56 (...)

11Sous les épiscopats d’Hugues et d’Odon, les évêques de Bayeux ont lourdement affirmé et étendu leur mainmise dans l’ouest de leur diocèse, aux limites de celui de Coutances. Les ducs se sont défaits à leur profit de domaines assortis de droits régaliens qui ont permis la constitution d’un domaine homogène, la baronnie de Neuilly, aux aptitudes variées. Cette région a indiscutablement une valeur stratégique évoquée plus haut, mais ses aptitudes économiques sont considérables, et les évêques de Bayeux vont savoir les exploiter dès le XIe siècle : contrôle de la navigation sur la Vire et des passages est-ouest, exploitation des marais et des forêts, création de foires et marchés à Isigny et Neuilly38.

Un château de pierre

  • 39 L’absence de sources écrites et de fouilles archéologiques ne permet pas de conclure que cette emp (...)
  • 40 Les vavasseurs de Neuilly doivent la garde au castrum de Neuilly (A.-L. Léchaudé d’Anisy, « Extrai (...)
  • 41 Cet épisode intervient dans les luttes de succession qui ont suivi la mort de Guillaume le Conquér (...)

12Le château de Neuilly a été implanté à environ un kilomètre au sud de l’église du village, au sommet d’une butte à l’abri du flux des marées. Les vestiges perceptibles sur le terrain laissent à penser que l’emprise du château s’est étendue à tout le sommet du dôme d’argile sur environ 2 hectares39 (fig. 25). Si la première attestation écrite du castrum ne date que de l’enquête de 113340, l’existence d’un établissement est assurée dès 1088, lorsque l’évêque Odon de Conteville retient Robert de Bellême prisonnier à Neuilly, mais on ignore si l’établissement mérite la dénomination de castrum41.

  • 42 M. Daliphard, « Seigneurs et châteaux dans le Pays d’Auge aux XIe et XIIe siècles. Introduction à (...)

13Que recouvre sur le terrain ce terme castrum au tournant des XIe et XIIe siècles ? Des études récentes ont sollicité les sources diplomatiques, les chroniques, les comptes des travaux réalisés dans les châteaux royaux en Normandie dans la seconde moitié du XIIe siècle et les enseignements issus des fouilles archéologiques42. Il ressort de ces études que castrum, quelles que soient les sources, est utilisé pour désigner toutes sortes d’ensembles fortifiés, villes ou villages, châteaux de terre et de bois, mottes ou châteaux de pierre. Il ne faut donc pas compter sur le vocabulaire pour nous éclairer sur les structures primitives de la résidence épiscopale de Neuilly.

  • 43 Ils ont aujourd’hui disparu mais le sol de la cour actuelle porte nettement les traces de leur ara (...)

14Il subsiste des vestiges architecturaux qui peuvent être interprétés comme ayant appartenu à la plus ancienne structure décelable. Le mur est du logis actuel est une ancienne courtine très remaniée dont le chemin de ronde a été englobé dans les espaces d’habitation postérieurs ; son parement extérieur présente encore des portions appareillées en arêtes de poisson (Pl. XII, fig. 23). Le même type d’appareil a été mis au jour sur le parement du mur nord de la cour, lors de travaux de terrassement, alors que la partie inférieure de ce mur est masquée par une épaisse couche de remblais sous-jacente au pavage de galets ; un escalier en vis était aménagé dans l’épaisseur de ce mur, escalier dont il ne reste que les marches inférieures sous le niveau actuel de la cour. Ces deux murs, très épais (1,5/2 m), ont peut-être formé les deux faces perpendiculaires d’un quadrilatère43. Ces vestiges de parement en arêtes de poisson permettent d’envisager les XIe ou XIIe siècles comme datation des structures les plus anciennes du château et d’émettre l’hypothèse que nous serions ici devant les vestiges infimes du castrum de 1133 et de celui dans lequel Odon de Conteville emprisonna Robert de Bellême.

  • 44 Serlon, De capta baiocensis civitate, RHGF, XIX, p. xciv.
  • 45 À Rochester, des fouilles récentes ont mis au jour les vestiges d’un établissement primitif consis (...)

15La période, entre 1070 et 1082, est tout à fait vraisemblable pour l’érection du château. Odon est alors souvent absent de son diocèse et il réside le plus souvent en Angleterre où il est le quasi-régent du royaume pendant les absences de son demi-frère, Guillaume. Nous savons qu’il n’est pas resté inactif en Normandie pendant cette période. Il supervise la fin de la construction de la cathédrale de Bayeux dont il préside la dédicace en 1077. Sa présence est attestée aux conciles de Rouen et de Lillebonne en 1072, 1074, 1077 et 1080. Rien n’interdit de penser que, pendant ses rares passages en Normandie, il ait tenu à ordonner et surveiller la construction d’un château à Neuilly. On connaît également les grands travaux qu’il initia dans sa résidence épiscopale de Bayeux44 et sur les domaines qu’il reçut en Angleterre après la conquête, en particulier à Douvres, Pevensey, Tonbridge, Rochester et Ded dington45. De 1082 à 1087, Odon est incarcéré à Rouen et on l’imagine mal ordonnant la construction d’un château alors que la faveur du duc s’est détournée de lui.

  • 46 Les sites de La Rivière et de Crespion sont situés au sud de Neuilly, dans le même contexte topogr (...)

16Dans une deuxième hypothèse, la construction pourrait s’insérer dans le contexte des troubles qui ont immédiatement suivi la mort de Guillaume le Conquérant en 1087. À peine le décès connu, les grands ont chassé les garnisons ducales de leurs châteaux. En outre, Henri Beauclerc, troisième fils du duc-roi défunt, vient de recevoir du nouveau duc, son frère Robert, une bonne partie du Cotentin et de l’Avranchin. On peut imaginer qu’Odon, inquiet de la création de cette nouvelle principauté aux portes de son diocèse, a entrepris d’édifier sur ses terres qui en étaient limitrophes des structures de défense à l’est de la Vire à Isigny, Neuilly, La Rivière et Crespion46. L’absence de sources et de confirmations archéologiques pour les quatre sites ne permet pas de confirmer cette mise en défense.

17En tout état de cause, rien ne permet de privilégier l’une ou l’autre des deux hypothèses. On peut cependant peut-être envisager une installation en deux épisodes, où une résidence primitive aurait été renforcée et mise en défense en 1088.

  • 47 ). Mesqui, Châteaux et enceintes de la France médiévale, II, La Résidence et les éléments d’archite (...)
  • 48 A. Renoux, « Châteaux et résidences fortifiées des ducs de Normandie (Xe et XIe siècles) », in Les (...)
  • 49 A. Renoux, Fécamp. Du palais ducal au palais de Dieu, Paris, CNRS, 1991, p. 316.

18Nous sommes bien en peine de préciser quelles étaient les structures qui composaient le château qu’Odon construisit à Neuilly. Occupait-il déjà les 2 hectares que nous lui connaissons plus tard ? Dans ce cas il serait au nombre de ces vastes complexes, d’origine ducale ou non, aménagés aux Xe et XIe siècles. Des travaux récents, fondés sur des fouilles archéologiques, révèlent ces vastes enceintes héritières des complexes carolingiens47. En Normandie, A. Renoux relève les vastes superficies, entre 1 et 5 hectares en moyenne, des châteaux ducaux d’Exmes, Fécamp, Rouen, Cherbourg, Falaise, Eu, Arques et Caen48. Il semble, cependant, que dans le courant de la première moitié du XIe siècle, les superficies tendent à se restreindre et l’on assiste au rétrécissement de certaines enceintes. C’est ainsi que l’emprise du château ducal de Fécamp passe de 12 à 2,5 hectares49.

19En conclusion, nous pouvons considérer qu’Odon de Conteville a vraisemblablement fait édifier, sur le site ingrat de Neuilly, un château qui possédait au moins une structure de pierre alors que le site de marais fournissait les éléments de défense, propres à alimenter la valeur militaire d’un complexe stratégique. Malgré les conditions topographiques défavorables, il faut aussi mettre en avant la valeur démonstrative et symbolique de cet édifice de pierre qui jaillissait des espaces désolés. En ce troisième quart du XIe siècle, un château de pierre est un signe de puissance financière, que peu de grands, hormis les ducs et quelques magnats, sont à même de manifester. Le château de Neuilly exprime aussi la puissance politique de son détenteur et son intimité avec le prince. En effet, ce château n’a pu être élevé, dans les conditions décrites plus haut, qu’avec l’autorisation expresse du prince qui interdit l’édification de forteresses privées.

La domestication du paysage : l’arbre et l’eau

20Nous l’avons signalé plus haut, les évêques de Bayeux ont joui très tôt des espaces boisés et des marais de la région de Neuilly. Si certaines structures, telle la haie du Parchet, étaient dotées d’aménagements et de moyens d’exploitation antérieurs au début du XIe siècle, de maigres informations laissent à penser que dans la seconde moitié du XIe siècle, l’évêque Odon de Conteville a ordonné la mise en valeur et l’exploitation de la forêt de Vouilly et des marais.

L’arbre : le parc et la forêt de Neuilly (fig. 23 et 25 et Pl. XI, fig. 20)

  • 50 Il est très clairement visible sur la carte de Cassini et sur le cadastre de 1825 alors que ne sub (...)
  • 51 ADC, 1 Q 176.
  • 52 ADC, G 38 et Fi 6 G 313.

21Le parc de Neuilly a disparu du paysage actuel50 et sa disparition a commencé dès avant sa mise en vente comme bien national en 1790, qui annonce 275 arpents (environ 140 hectares) de taillis et bruyères51. Au milieu du XVIIIe siècle, un arpentage donnait 844 vergées (environ 170 hectares), alors qu’il couvre environ 230 hectares sur un plan de la paroisse de Neuilly réalisé à la même époque52. Les écarts constatés peuvent, certes, provenir d’erreurs d’arpentage, mais on doit aussi envisager que, dans le premier cas, les herbages n’aient pas été inclus dans la superficie du parc. Il est fort probable que cette superficie a peu changé depuis les origines et qu’elle doit s’établir aux alentours de 200 hectares.

22Le parc s’étendait sur le rebord du plateau et sa retombée, qui surplombe la dépression de la Vire. Les franges méridionales du parc commençaient à environ un kilomètre au nord du château et les documents précités lui attribuent un plan rectangulaire, d’orientation nord-sud, d’environ 2 kilomètres de long sur 1,5 kilomètre de large. Le parc est enserré par quatre chemins qui convergent vers le village de Neuilly ; un autre chemin le traverse du nord au sud, où il rejoint les chemins précédents après avoir atteint des bâtiments indéterminés, indiscutablement logés à l’intérieur du parc, dans un enclos distinct semi-circulaire, au lieu-dit aujourd’hui nommé La Porte du Parc.

  • 53 É. Anquetil, Le Livre Rouge..., I, p. 189-190.
  • 54 Ibid., p. 15.
  • 55 Le qualificatif de rouge est un trait réaliste lié à l’argile et au grès rouge qui affleurent sur (...)

23Si le plan du XVIIIe siècle nous apprend peu de choses sur les structures de clôture de l’ensemble, les sources médiévales sont plus disertes. En 1252, l’évêque achète deux enclos désignés par le qualificatif rubeus murus et situés près de la porte du parc53. En 1300, l’évêque Pierre de Benais dote la chapelle du château de Neuilly de revenus, parmi lesquels figure une pièce de terre sitam superparcum de Nulleyo versus rubeus fossatum54. Ces deux textes permettent d’affirmer que le parc de Neuilly était clos d’un fossé et d’un mur55. Enfin, dès le XIIIe siècle, l’entrée du parc, tournée vers le village, et, au-delà, vers le château, devait comporter des structures bâties, qui figurent encore sur le plan du XVIIIe siècle.

24Le parc de Neuilly possédait, dans sa partie méridionale, un vivier alimenté par la source d’un ruisseau, le Coudray.

  • 56 ADC, G 312.

25Enfin, sur le versant occidental du plateau, le parc est longé par des espaces en herbe, attestés seulement sur un plan de 1617 comme étant des « herbages a mons debaieux »56.

  • 57 É. Anquetil, Le Livre Rouge..., I, p. 36-37 ; Arch, nat., X 1^ 3 fo 14 v ; ADC, G 421, dénombremen (...)
  • 58 ADC, G 421 fo 46 vo.

26Le parc de Neuilly était libre de toute servitude (« tiers et dangier ») à l’égard du roi ainsi que le confirme un arrêt du Parlement en 1314 ; en outre, il est interdit à tous « et ny peult aler aucun sans dangier de forfaicture »57. Une seule restriction existe, à savoir le versement de la dîme de chaque vente de bois au chapitre de Bayeux58.

  • 59 É. Anquetil, Le Livre Rouge..., I, p. 17.

27La gestion et l’entretien du parc étaient confiés à un personnel mal connu qu’on décèle dans un acte de 1300, mentionnant près du parc un pré tenu de façon héréditaire par Thome de Parco59. Le nom de cet homme et la localisation de sa terre, près du parc, conduisent à envisager l’existence d’un parquier dont la charge se transmettait dans la famille, charge assortie d’une tenure afférente.

  • 60 Nous avons signalé plus haut que cette appellation, attestée à partir du début du XIIIe siècle, do (...)
  • 61 Carte de Cassini (fig. 23) ; ADC, G 312 ; plan de Neuilly en 1617 ; ADC, Fi 6 G 313 ; plan de Neui (...)
  • 62 Elle fait environ 770 hectares sur le plan du XVIIIe siècle alors que sa mise en vente en 1843 ann (...)
  • 63 Dans un acte de confirmation de dîmes dans la forêt de Neuilly daté des années 1205-1231, il est p (...)
  • 64 V. Bourrienne, Antiquus cartularius..., I, p. 56-57.
  • 65 Quatre forestiers, Perrin le Coq, lean le Coutard, Mathieu de Parfouru et Richard la Forest, compa (...)
  • 66 L’aveu et dénombrement du temporel précise les droits et servitudes de la forêt de Neuilly et sign (...)

28La forêt de Neuilly60 a, elle aussi, disparu du paysage contemporain où elle n’est plus attestée que par le lieu-dit La Forêt, au sud-est de Neuilly. Mais de nombreux documents la situent aux franges orientales de la paroisse de Neuilly et sur le terroir des paroisses voisines61. Elle occupe un vaste rectangle d’orientation nord-sud et son étendue maximale devait couvrir environ 800 hectares62. Cette forêt était ceinte d’un fossé très certainement accompagné d’un rempart de terre dont la tradition, au début du XIIIe siècle, attribue l’aménagement à l’évêque Odon63. Il est impossible de préciser si ce fossé entourait toute la forêt ou une certaine partie de celle-ci. La plus ancienne attestation d’un forestier pourrait être un nommé Vitalis Forestarii cité en 1165-1189 parmi les témoins et jurés du compte rendu de la coutume d’Isigny et de Neuilly ordonnée par le roi Henri II Plantagenêt64. Des forestiers sont cités en 137565 et en 147566 mais à cette date, le personnel chargé du parc n’est plus distinct de celui qui est en charge de la forêt.

  • 67 V. Bourrienne, Antiquus cartularius..., II, p. 225-226.
  • 68 É. Anquetil, Le Livre Rouge..., II, p. 19.
  • 69 Il s’agit de la collégiale du Plessis-Grimoult.
  • 70 É. Anquetil, Le Livre Rouge..., I, p. 191.
  • 71 Ibid., II, p. 343.
  • 72 Ibid., I, p. 185.
  • 73 ADC, G 7; Arch, nat., JJ 75 fo 87; ADC, G 312 fo 46-47.

29La forêt épiscopale de Neuilly était grevée de servitudes au profit d’individus ou de collectivités. Les chanoines du chapitre de Bayeux possèdent la dîme de la forêt de Neuilly au moins depuis l’épiscopat de Philippe de Harcourt (1142-1163)67. Cette libéralité est confirmée à plusieurs reprises et, en 1382, la confirmation stipule qu’aucun bois ne peut être vendu sans l’autorisation du chapitre68. L’église et les chanoines de Saint-Étienne du Plessis69 disposent, d’après une charte non datée de la fin du XIIIe siècle, dans certaines portions de la forêt des droits d’herbagio et de panagio et des mêmes droits que les chanoines de Bayeux70. Les sires locaux, vassaux de l’évêque, jouissent dans la forêt de Neuilly de droits très réglementés qu’ils ne cessent d’outrepasser et que nous connaissons à l’occasion des litiges provoqués par ces infractions. Si la chasse ne peut avoir lieu qu’en vertu du consentement de l’évêque, le braconnage est fréquent. C’est ainsi qu’en 1410, Louis Dubois, sire de Lison, Amaury de la Luizerne et Guillaume de Creully sont condamnés pour chasses illégales dans « la forest et bois dicellui lieu (de Neuilly)... lieux de garenne et de deffens d’anciennete » ; leur cas est aggravé car ils ont chassé de nuit avec des chiens et un filet71. Nous sommes mal renseignés avant cette date sur les droits de chasse dans la forêt de Neuilly. En effet, certains actes ne détaillent pas les droits que le signataire s’engage à ne pas dépasser tel l’engagement du sire de Vouilly en 128872. Tous les tenants de l’évêque, qu’ils soient nobles ou non, sont autorisés dans des limites très précises et propres à chacun à ramasser du bois dans la forêt de Neuilly73.

L’eau : les salines, les pêcheries et les gués (fig. 24)

  • 74 ADC, G 312, Plan de Neuilly en 1617 ; ADC, Fi 6 G 313, Plan et description de la paroisse de Neuil (...)

30La conjugaison des informations fournies par Antonio de Beatis et par quelques documents des XVIIe et XVIIIe siècles permet de reconstituer jusqu’à un certain point un paysage totalement disparu aujourd’hui74. À l’emplacement des herbages qui enserrent aujourd’hui le château, s’étendaient des marais salés entrés dans le temporel de l’évêché dans la seconde moitié du XIe siècle. Cette zone à la fois fluviale et marine est devenue une formidable source de revenus. La documentation médiévale est avare de détails et il faut compter sur des sources postérieures.

  • 75 En 1617, le plan de Noel Avisse en signale treize, immédiatement à l’ouest du château ; elles figu (...)
  • 76 En 1378, des terres près de la saline d’un nommé Colin sont baillées à fief, et le preneur est aut (...)
  • 77 Livre Rouge (c. 1395), ADC, G 209, f 1o 76 : « ... meson ou loge a faire le sel avec ploms et pour (...)

31Si l’exploitation de salines est bien attestée du XIVe au XVIIIe siècle75, les sources médiévales ne permettent pas d’évaluer quand et dans quelles conditions l’exploitation du sel a commencé à Neuilly. Les salines sont fieffées par l’évêque à ses vassaux proches, nobles comme les Rupalley ou non nobles, contre des redevances en sel76. Vers 1397, le livre des rentes dues à l’évêque énumère au moins huit salines à Rupalley et un acte mentionne les dispositifs nécessaires à la fabrication du sel par bouillon77. Des bassins ou fossés de concentration cernés de talus de terre (hogues) sont envahis par la mer qu’on laisse s’évaporer ; le sable salé (sablon) est mis en tas puis disposé dans des cuves par couches alternées avec des lits de paille. On versait sur l’ensemble de l’eau douce qui s’égouttait dans un fossé. Enfin, on faisait s’évaporer cette saumure dans des bacs de plomb posés sur des fourneaux ; après plusieurs heures de bouillon, le sel restait au fond. Les ressources de la région sont propices à cette activité, avec l’eau douce de la Vire et le bois de la forêt de Neuilly. Ces installations (bassins, fossés, mottes de terre et de sable, loges des fours) ne peuvent être aménagées que sur le schorre recouvert par le flux aux marées de vive-eau. La limite sud des salines de Neuilly est sans doute un bon indice du niveau atteint par la marée haute lors des grandes marées de vive-eau, alors que la limite nord, au niveau d’Isigny, en indiquerait le niveau minimum en période de morte-eau.

Fig. 24 – Schéma d’occupation des marais

  • 78 Le terme « hogue », d’origine Scandinave, désigne dans les régions saunières du monde anglo-norman (...)
  • 79 Les autres salines du Calvados connaissent à partir du XIIIe siècle un recul très net de leur acti (...)

32On doit s’interroger sur la période de création de ces salines. Faut-il incriminer les lacunes des sources qui masqueraient une création ancienne, bien antérieure au XIVe siècle, et considérer que le terme hogatn utilisé une fois vers 1179-1189 est le seul indice de l’existence ancienne de salines78 ? A contrario, on peut envisager que ces installations n’aient été possibles qu’à partir d’un certain recul du niveau marin provoqué soit par une sédimentation accrue naturelle et liée aux défrichements en amont, soit par une baisse légère du niveau marin79.

  • 80 On doit y voir la même structure que celle localisée clairement, au sud du château, sur le plan de (...)
  • 81 En 1206-1231, le chapitre reçoit la dîme des saumons pris dans la Vire et dans tout le domaine de (...)

33À Neuilly, dans un univers sillonné par les eaux fluviales et marines, des espaces ont été très tôt aménagés pour y retenir les poissons propres à cet environnement, saumons et anguilles. Les sources peu nombreuses mentionnent indifféremment la « pesquerie de Frebouge » et le vivier ou pêcherie (piscaria) de la « fosse Luchon » au sud du château et dont l’aménagement remonte à la seconde moitié du XIe siècle80. Cette pêcherie est grevée de droits au profit du sénéchal et du chapitre depuis au moins le début du XIIIe siècle81. Il faut imaginer des bassins plus ou moins artificiels reliés aux rivières et au flux de la marée par des drains et délimités par des talus de terre dont la fragilité est source de multiples conflits de bornage.

  • 82 É. Anquetil, Le Livre Rouge..., II, p. 9-10 et 226-230.

34Nous avons signalé plus haut que les donations ducales du XIe siècle avaient transféré à l’évêque de Bayeux les droits régaliens qui pesaient sur la région de Neuilly et la possession des poissons échoués est attestée au moins deux fois. En 1315-1320 et 1333, l’évêque s’élève durement contre ses vassaux, les Rupalley, et contre des seigneurs de la rive opposée qui prétendaient que le poisson échoué sur leur terre leur revenait82.

  • 83 En 1409, des lettres patentes de Charles VI laissent l’évêque jouir d’une nef pour le passage des (...)

35Une dernière prérogative couronne les droits de l’évêque de Bayeux dans les marais : la Nef du Pas. À environ 2 kilomètres au nord-ouest du château, en contrebas du parc, la zone basse et marécageuse se rétrécit entre les hauteurs de Neuilly et de Montmartin ; c’est là qu’est établi, au sud des gués du Grand Vey et du Petit Vey, le troisième passage est-ouest du Bessin vers le Cotentin. Malgré son étroitesse, ce passage est dangereux car il faut y franchir des marais régulièrement envahis par la mer et la Vire. Ce n’est qu’au XVe siècle que des sources attestent que la propriété du passage est entre les mains de l’évêque83. Il paraît difficile de cerner les origines de ce contrôle. Les lettres patentes de Charles VI marquent-elles le début d’une nouvelle activité ou bien entérinent-elles un état de fait existant depuis longtemps ? L’accord avec les habitants de Montmartin plaiderait plutôt pour la première hypothèse mais sans aucune véritable assurance. L’exploitation du bateau était mise en adjudication et le dossier de 1739 renferme des extraits d’adjudication depuis 1436 jusqu’en 1728.

Les hommes de Neuilly

Les permanents

36En l’absence de comptes, l’établissement d’une liste des hommes de l’évêque qui résident au château de Neuilly ne peut être que partielle et fragmentaire.

  • 84 A.-L. Léchaudé d’Anisy, « Extraits des chartes... », p. 426.
  • 85 H. Navel, « L’enquête de 1133... », p. 14. L’auteur traduit sergent ou prévôt pour bedel.
  • 86 V. Bourrienne, Antiquus cartularius..., I, p. 56.
  • 87 Ibid., p. 90 ; L. Musset, « Administration et justice dans une grande baronnie normande au XIe siè (...)
  • 88 En 1195, le sénéchal de Normandie, Guillaume Fils-Raoul, est aussi gardien du château de Caen (L. (...)
  • 89 ADC, G 7.

37La première mention d’un officier attaché à Neuilly remonte à l’enquête de 1133 où parmi les jurés figurent quatre servientibus episcopatus, dont un nommé Osmundus Bidellus de Nulleyo84. À ses côtés, figurent Roger de la Ferrière-Hareng, Geoffroy de Douvres et Godefroy de Bayeux. Ces quatre hommes sont très vraisemblablement les administrateurs des domaines épiscopaux85. Cet Osmondus ne figure ni parmi les vassaux fieffés, ni parmi les vavasseurs, et il est fort possible qu’il réside au château. Vers 1165-1181, Arnulfi Budellii, juré dans le compte rendu sur la coutume d’Isigny et de Neuilly86, est peut-être à la fois son fils et son successeur dans la charge de sergent / prévôt à Neuilly. Dans le même temps, une charte du doyen du chapitre de Bayeux, datée de 1150-1163, mentionne un dapifer episcopi apud Nutlleyium ; cette charge de justicier est détenue par Simon de Tournebu, neveu de l’évêque Philippe de Harcourt87. Les fonctions de justicier n’impliquaient certainement pas une résidence constante au château, à moins que le sénéchal ne se soit vu attribuer d’autres tâches, telles que la garde du château ou la surveillance des coutumes forestières88. Beaucoup plus tard, en 1375 et 1387, la charge de sénéchal est tenue par Jean de Verdun, qui fait rendre la justice par son lieutenant, Jean le Hoult, et un procureur, Richard le Fils Hue89. Il semble bien qu’à cette date, la fonction de sénéchal ne concerne plus la seule baronnie de Neuilly mais s’étend à tous les domaines de l’évêché. Au XIVe siècle, le château de Neuilly n’abrite plus de haut-justicier mais seulement ses délégués.

  • 90 ADC, G 205.
  • 91 Dans son aveu et dénombrement du temporel en 1453, l’évêque Zanon de Castiglione signale que « par (...)

38L’attestation d’un receveur de la baronnie ne survient qu’en 1436, alors que le château est occupé par une garnison anglaise dont certaines dépenses sont imputées sur les revenus de la baronnie90. Cet agent, indispensable à la gestion des domaines, devait habiter au château dont nous savons qu’une des tours contenait le chartrier91.

  • 92 É. Anquetil, Le Livre Rouge..., I, p. 187-189.
  • 93 Ce dernier point est attesté tardivement. En 1434, les deux hommes de la paroisse Saint-Pierre de (...)

39Le château abrite en permanence un portier attesté en 1234, à l’occasion du règlement d’un désaccord entre l’évêque et l’héritière du janitoris quondam castri de Nulli... super custodia porte dicti castri92. Le règlement permet d’évaluer les conditions et les droits liés à la charge, et que l’héritière du portier défunt, étant donné sa condition de fille, va perdre moyennant une compensation. La charge de portier est rétribuée par une infinité de revenus de nature variée : revenus en nature (une tenure, du bois à brûler, les droits depasnage et d’herbage, et de ramasser des branches dans les forêts épiscopales pour couvrir la maison), revenus en argent (30 sous à la Saint-Michel, 3 sous sur les prés fauchés et 12 deniers en monnaie sur le pasnage), biens de consommation lorsque l’évêque réside au château (pain, pot et chandelle, une portion de trois plats servis à l’évêque, une portion de l’avoine servie à chaque cheval), dépouilles de tous les brigands qui entrent dans le château et certaines des amendes infligées aux bagarreurs. Cette dernière notation laisse à penser que le portier était également geôlier. Le château de Neuilly est aussi prison pour les condamnés de la justice de la baronnie et des officialités de Bayeux et de Caen93.

  • 94 É. Anquetil, Le Livre Rouge..., I, p. 14-20.

40Ce n’est qu’à partir de 1300 que des chapelains sont appelés à résider au château. En effet, cette année-là l’évêque Pierre de Benais crée une chapellenie en précisant qu’il s’agit de doter la chapelle construite depuis longtemps (ab antiquo fuisse)94. Si le texte précise que l’évêque instaure plusieurs chapelains (capellani), leur nombre n’est pas précisé, pas plus que les conditions de leur service.

41Une dernière catégorie d’occupants permanents n’a jamais été mentionnée dans aucune source mais leur présence est indiscutable ; il s’agit du ou des meuniers des moulins à marée. En effet, les écluses de ces moulins doivent être actionnées deux fois par marée : fermées à la haute mer, ouvertes à marée basse. Ces manipulations exigent donc une présence permanente sur le site.

La fréquentation épiscopale et les hommes de passage

  • 95 Nous n’avons aucune preuve qu’Odon de Conteville ait séjourné à Neuilly, bien que cela soit fort p (...)
  • 96 Nicolas du Bosc (1375-1408) fut conseiller général des aides, président de la Chambre des Comptes (...)
  • 97 En 1203, Jean sans Peur s’est arrêté deux fois à Neuilly en venant de Barfleur (A.-L. Léchaudé d’A (...)

42Le château de Neuilly n’est qu’à environ 30 kilomètres de Bayeux et le déplacement ne devait pas nécessiter plus d’une demi-journée de voyage. Les sources, sur cinq siècles, n’ont révélé que cinq séjours épiscopaux95. Ces cinq attestations ne peuvent, en aucune façon, être considérées comme le total des séjours épiscopaux à Neuilly, pendant cinq siècles. Les actes des deux cartulaires bayeusains et des autres sources interrogées ne portent jamais la mention du lieu où ils ont été élaborés et signés. Il faut aussi prendre en compte ce que nous savons des absences des prélats bayeusains. Si l’évêché de Bayeux a été moins touché que les autres évêchés normands par l’absence ou le défaut de résidence, ceux-ci ont été néanmoins fréquents à partir du milieu du XIVe siècle96. On pourrait envisager aussi que les prélats ont préféré à Neuilly le séjour de Douvres, plus proche de Bayeux, et peut être plus attrayant ; mais, là aussi, les attestations de séjours sont quasi inexistantes. Neuilly possédait cependant de sérieux attraits. Outre la charge symbolique de la forteresse, il ne faut pas négliger les superbes chasses que le site autorisait. Le château n’a pas accueilli d’hôtes de marque, à l’exception de l’invité très spécial que fût Robert de Bellême, en 1088. Il était cependant, pour les ducs, une étape depuis Barfleur vers Bayeux et Caen ou Rouen97.

La garde militaire

  • 98 A.-L. Léchaudé d’Anisy, « Extraits des chartes... », p. 428.
  • 99 J.R. Strayer, Administration of Normandy under Saint-Louis, Cambridge, The Medieval Academy of Ame (...)
  • 100 É. Anquetil, Le Livre Rouge..., I, p. 351-353.

43Nous savons que le château de Neuilly a accueilli très tôt des hommes qui y devaient le guet et la garde. L’enquête de 1133 énumère les services militaires dus respectivement à l’évêque et au roi. Parmi les vassaux assujettis figurent plures vavassores qui debent custodire castrum et dare [aut ?] auxilium duodecim librarum ad custodiam98. L’enquête ne précise aucune des conditions de cette garde : ni la durée, ni la périodicité, ni si elle était due en temps de paix comme en temps de guerre. Mais dès cette date, il semble que les vavasseurs pouvaient s’exempter de cette charge en payant une compensation de 12 livres99. Cette disposition ancienne, qui pèse sur les hommes de la paroisse de Neuilly, n’est pas oubliée ; elle est fermement rappelée le 6 septembre 1412 par Charles VI qui, en considération de la position stratégique du château de Neuilly sur la route de l’invasion anglaise après le récent débarquement à Saint-Vaast, précise que tous les hommes des baronnies de Neuilly et de Cambremer doivent le guet au château de Neuilly, comme par le passé, du temps des prédécesseurs de l’évêque en place ; ils sont alors déchargés du guet et de la garde dans les châteaux royaux. L’urgence et le danger exigent, à cette date, la garde de nuit comme de jour100. L’acte de 1412 se démarque du précédent en ce qu’il étend le devoir de garde à tous les hommes, alors qu’en 1133, n’étaient assujettis que quelques individus au statut très précis de vavasseurs. Il faut considérer que cette extension de l’obligation de garde est liée aux troubles de la guerre anglaise depuis les environs de 1350.

  • 101 Aveu et dénombrement de 1475, ADC, G 421. Le service de guet dû par les hommes de Douvres n’est at (...)

44Aux hommes du village de Neuilly devaient se joindre des dépendants dont la présence ne laisse pas d’étonner. Il s’agit des hommes de Douvres, de Cambremer et de Quinéville101 qui doivent faire respectivement 86 et 32 kilomètres pour accomplir leur charge. Nous avons déjà évoqué plus haut le cas de Quinéville qui semble ressortir d’une disposition très ancienne. Les origines de la charge des hommes de Douvres et de Cambremer sont plus délicates à élucider faute de documents contemporains de l’acte de 1412, voire postérieurs. Il faut noter que les hommes de Cambremer sont logés à la même enseigne que les chevaliers, vassaux de l’évêque dans cette baronnie de Cambremer, qui doivent à Neuilly le service armé. Si ce service féodal peut être considéré comme bien antérieur au début du XVe siècle, il doit en être de même pour celui dû par les tenants de rang inférieur.

  • 102 C.H. Haskins, Norman Institutions, Cambridge, Harvard University Press, 1918, p. 14.
  • 103 S.E. Gleason, An Ecclesiastical Barony..., p. 75.
  • 104 L. Delisle, Recueil des jugements de l’Échiquier de Normandie au XIIIe siècle (1207-1270), Paris, (...)

45L’enquête de 1133, qui énumère tous les fiefs et les chevaliers vassaux de l’évêque, ne précise que le nombre d’hommes dû par chaque fief alors que ne sont jamais mentionnés ni le lieu de la convocation, ni la durée du service. L’évêque dispose ainsi, à son service, de 120 chevaliers alors qu’il en doit 10 au duc pour le roi de France, et 20 au duc en Normandie. Ces obligations militaires sont considérées comme ayant été fixées très tôt, peut-être avant 1050102. Mais faut-il suivre ce que suggère l’enquête et envisager que dans un premier temps la garde du château de Neuilly n’ait reposé que sur les vavasseurs103 ? La confrontation de l’enquête de 1133 avec des documents postérieurs permet, semble-t-il, de nuancer cette affirmation. En 1133, le fief d’Henri du Port doit le service de trois chevaliers. En 1210,1216 et 1223, l’Échiquier de Normandie juge la succession d’un nommé Henri du Port, disputée entre ses trois fils à propos du service de trois chevaliers dû au château de Neuilly104. Si nous admettons que nous avons affaire, dans les deux cas, à la même famille, il faudrait alors considérer que le service militaire dû au château de Neuilly par les vassaux de l’évêque est antérieur à 1133 et remonte au moins à la construction de la forteresse par Odon de Conteville dans le troisième quart du XIe siècle.

  • 105 ADC, G 207 fo 39-53 et fo 58-76 et G 421.
  • 106 A.-L. Léchaudé d’Anisy, « Extraits des chartes... », p. 401.

46Pour plus de précisions, il faut solliciter la documentation tardive alimentée, au milieu du XVe siècle, par les aveux de 1453,1460 et 1475, où le service armé, dû par les vassaux au château de Neuilly, est précisément stipulé105. Le fief de Rupalley, plein fief de haubert, doit un homme suffisamment armé pour 9 jours de garde à ses dépens à la porte du « grant chastel » en temps de guerre. Le fief des Fontaines, plein fief de chevalier, est assujetti aux mêmes obligations pour 44 jours. Le fief de Vouilly, demifief de chevalier, doit 9 jours de garde, à la porte du château, par un homme suffisamment armé. Les deux seigneuries de Saint-Laurent-de-Mont, de la baronnie de Cambremer, totalisent un demi-fief de haubert, et doivent 20 jours de service d’armes, en temps de guerre. Les six seigneuries de Manerbe, de la baronnie de Cambremer, comptabilisent trois fiefs et trois quarts de fiefs de haubert, et doivent un demi-service de 40 jours de garde, en temps de guerre. Le tenant du fief Hamon doit, d’après son aveu de 1575,9 jours de garde ; mais l’évêque doit lui fournir chambre et bois de lit106.

  • 107 P. Contamine, La Guerre au Moyen Âge, Paris, PUF, 1994, p. 177. L’auteur signale qu’en Normandie c (...)

47Cette nomenclature pose un certain nombre de questions sur la fréquentation militaire du château de Neuilly, son évolution et ses conditions entre le XIe et le XVe siècle. S’il paraît assuré que les 120 chevaliers de l’évêque ont tous été, à un certain moment, assujettis au service, ils ne sont plus que 12 au milieu du XVe siècle et il faut dans ce cas évoquer des rachats massifs des services dus par les tenants107, rachats dont les sources n’ont pas conservé de traces. Les services armés dus par les fiefs de la baronnie de Cambremer semblent postérieurs à l’enquête de 1133, où aucun fief dépendant de cette baronnie ne peut être repéré à l’exception des fiefs de Crévecœur, qui ne doivent plus, en 1475, que le service de trois chevaliers dus au roi en Normandie. L’origine de l’arrivée des hommes de Manerbe et de Saint-Laurent – de-Mont à Neuilly n’est pas documentée.

  • 108 D. Barthélemy a souligné la présence de ces maisons de chevaliers dans l’enceinte du château de Ve (...)
  • 109 Ibid., p. 849. L’auteur signale qu’au contraire, dans le Vendômois, la garde est définie par l’amp (...)

48La localisation de la garde dans le château n’est précisée que pour les sires de Rupalley, des Fontaines et de Vouilly, qui doivent la garde à la porte du « chastel ». L’accueil et l’installation de ces hommes dans le château pendant leur période militaire restent largement inconnus. Si nous savons, par une source tardive, qu’au moins un d’entre eux, le tenant du fief Hamon, devait être hébergé aux frais de l’évêque, nous ignorons quelle est la réalité matérielle de la formule « a ses despens » qui affecte la garde des sires des Fontaines, de Rupalley et de Vouilly. Nous sommes donc dans l’impossibilité d’affirmer qu’il existait dans le château de Neuilly des locaux spécialement affectés au logement des vassaux pendant leur service108. Une autre question reste en suspens, à savoir l’escorte qui devait accompagner l’homme de service. Les aveux du XVe siècle ne précisent que la durée du service109.

49La documentation très fragmentaire ne permet pas d’apprécier les rythmes d’occupation militaire du château et du nombre d’individus accueillis. On peut cependant envisager qu’après une période de pleine fréquentation régulière aux XIe et XIIe siècles, la possibilité d’un rachat financier ait vidé le château de ces hôtes de passage. Mais dans ce cas on s’interroge sur les critères qui ont présidé au maintien dans le service armé de ceux que nous avons rencontrés dans la seconde moitié du XVe siècle ; à moins que la guerre n’ait réactivé des services depuis longtemps atténués, voire oubliés. Sans compter que la documentation passe sous silence presque tous les grands vassaux pendant le siècle de tourmente qu’a connu le château entre 1350 et 1450.

Un « chastel » dans la guerre

Une place forte convoitée

  • 110 R. Jouet,... et la Normandie devint française, Paris, Mazarine, 1983, p. 43-61 ; F.M. Powicke, The (...)
  • 111 É. Anquetil, Le Livre Rouge..., II, p. 351-352.

50La situation et le site du château de Neuilly en font une forteresse stratégique aux confins du Bessin et du Cotentin. Elle n’a pris aucune part dans les affrontements qui, au tournant des XIIe et XIIIe siècles, ont fait basculer la Normandie dans le giron du royaume de France ; en effet, les opérations militaires ont alors essentiellement concerné la frontière orientale de la Normandie110. Il n’en va pas de même, aux XIVe et XVe siècles, lorsque l’affrontement anglo-normand prend une tout autre tournure. Un acte de Charles VI, en 1412, démontre l’importance de la forteresse épiscopale de Neuilly face aux adversaires anglais ou navarrais du roi de France et ce, dès 1343, alors que le conflit franco-anglais n’est pas encore véritablement déclaré : « ... le chastel de Nully qui est ung des plus fors chastiaulx du pais et que nos ennemis ont plus convoitte tousiours a avoir... »111.

  • 112 Vers 1340, Jeanne Bacon du Molay aurait refusé d’épouser Geoffroy et lui aurait préféré Guillaume (...)
  • 113 C. Birette, L’Invasion de 1346... ; A. Plaisse, La Grande Chevauchée guerrière d’Édouard III en 13 (...)
  • 114 Lettres de rémission à trois protagonistes, Arch, nat., JJ 87 fo 22 vo.
  • 115 En mars 1357, la trêve conclue avec les Anglais et prolongée jusqu’en juin 1359 débouche sur un tr (...)
  • 116 Le Hommet d’Arthenay, Auvers, Saint-Sauveur-le-Vicomte, Le Homme, Sainte-Marie-duMont, Montebourg (...)

51En février-mars 1343, le château de Neuilly est assiégé, sans succès, par une bande armée menée par le vicomte de Saint-Sauveur, Geoffroy de Harcourt, qui pille dans le même temps d’autres possessions épiscopales112. Pendant l’été 1346, le château reste à l’écart de la chevauchée d’Édouard III à travers la Normandie, après le débarquement de la Hougue113. En 1359, le château est le cadre d’une étrange affaire114 : trois écuyers, Guillaume et Huet de Montenay et Bors de la Chèse, accompagnés d’une troupe, investissent le château par la ruse, « souz ombre d’estre bienveillans et amis dudit chastel ». Ils neutralisent le capitaine, le sire d’Argouges, sa femme et ses servants, mettent le feu à la porte du château, brisent les coffres et s’emparent du linge, de la vaisselle précieuse et de l’argent. Ils ont tenu le château pendant un certain temps. L’évêque et le roi acceptent la défense des trois écuyers qui affirment avoir agi pour éviter que le château ne tombe entre les mains de l’ennemi, pour protéger trois de leurs sœurs et de leurs amis qui résidaient au château et pour mieux le mettre en défense. L’évêque de Bayeux Pierre de Vilaines et le sire d’Argouges confirment leurs témoignages. Il est difficile d’interpréter cet épisode. En effet, l’année 1359 est une année d’apaisement des conflits115. Malgré cela, dans le Bessin et le Cotentin, l’inquiétude et le désarroi peuvent persister, et les causes en sont nombreuses. Les esprits et les corps sont encore marqués par les ravages des chevauchées anglaises et des bandes de routiers anglais et navarrais. Le roi Jean le Bon, prisonnier depuis la défaite de Poitiers en novembre 1356, vient d’être transféré à Londres et les discussions vont bon train concernant la rançon et un traité de paix. Dans le Bessin et le Cotentin, les adversaires ont conservé des places fortes116 et le coup de main des trois écuyers s’inscrirait dans un mouvement de fidélité au roi de France de la part de petits sires, alors que nombre de seigneurs de plus haut rang, dont les ecclésiastiques du Bessin, appartenaient au parti navarrais.

La mise en défense : la forteresse et les hommes

52Les événements décrits plus haut ont amplement démontré que la forteresse de Neuilly tenait, à la fois sur le terrain et dans l’imaginaire collectif local, une place de première importance et on comprend qu’elle soit devenue l’objet de nombreuses attentions, aussi bien de la part du pouvoir royal que des évêques de Bayeux. La guerre de Cent Ans va peupler le château d’un personnel que nous n’avions, jusqu’à présent, jamais rencontré et dont il est difficile de préciser si la présence est due aux événements ou bien ressortit du service féodal courant.

  • 117 BNF, ms. fr. 25999, 75.
  • 118 G. Minois, Du Guesclin, p. 359.
  • 119 A. de Caumont, « Relation de la visite des forteresses du baillage de Caen. Faite en vertu du roi (...)
  • 120 G. Minois, Du Guesclin, p. 424-426.

53Le premier indice d’une intervention royale dans la mise en défense du château de Neuilly est, certes, ténue, mais révèle la prise en charge partielle d’une garnison par la fourniture, en 1351, de 40 tonneaux de vin sur les 100 nécessaires à la forteresse de Neuilly par le vicomte de Bayeux, et ce sur l’ordre de Guillaume Bertrand, capitaine chargé de la garde des frontières maritimes de la Normandie entre la Seine et les Veys117. On ignore quand a commencé cette prise en charge, et dans quelles conditions, mais il est très vraisemblable qu’elle a rapidement été mise sur pied après la chevauchée d’Édouard III en 1346 ; elle est, en tout état de cause, antérieure à l’ordonnance de Charles V du 19 juillet 1367, qui instaure un contrôle royal sur les forteresses privées118. En 1371, le « chastel » de Neuilly est au nombre des structures de défense, « chastels », « ostels » et « forts », que visitent les envoyés du bailli de Caen, et la forteresse est trouvée en bon état de défense119. À cette date, on comprend bien l’intérêt stratégique de la forteresse qui verrouille le passage du Bessin au Cotentin dont Du Guesclin a entrepris la reconquête entre 1371 et 1379120.

  • 121 En 1379, l’évêque Nicolas du Bosc décrit avec force misérabilisme le triste état du diocèse de Bay (...)
  • 122 Les quarante-trois témoins d’une enquête de 1454 sur les limites entre les vicomtés de Bayeux et d (...)

54Les évêques de Bayeux ne sont pas inactifs dans l’entreprise, malgré la lourde charge que cela représente dans une période où leurs revenus sont sérieusement atteints121. À une date inconnue, à partir du milieu du XIVe siècle, le cours d’un des bras de la Vire est détourné jusqu’aux fossés du château, sans doute pour y alimenter deux moulins à marée qui viennent d’être construits122.

  • 123 BNF, Compte de Pierre de Gorremont, coll. Bourgogne, vol. 104, fo 200 vo.
  • 124 BNF, ms. fr. 26271,427.
  • 125 Le fief d’Argouges, mal documenté, se situait au nord de Bayeux. Thomas de Creully est un parent d (...)

55À la reprise du conflit, le château de Neuilly a été garni d’artillerie par l’évêque Jean Langret (1414-1419)123. Entre 1359 et 1418, nous connaissons trois capitaines : le sire d’Argouges révélé lors de l’affaire des trois écuyers ; Herbert Thésard attesté en 1371 et 1374, et Thomas de Creully en 1418. Les conditions du choix et de la nomination de ces capitaines, dans cette période troublée, sont mal connues. Malgré tout il est possible d’émettre l’hypothèse qu’il y avait partage des compétences dans le choix, entre l’évêque et le roi. Deux indices peuvent être mis en avant. En 1360, le sire d’Argouges est dit « capitaine de par nous », dans la lettre de rémission royale accordée aux trois écuyers. A contrario, en 1374, le capitaine maintenu à son poste par Charles V est Herbert Thésard, qu’on peut penser avoir été nommé sur l’insistance son oncle, Louis Thésard (1360-1373), qui vient de quitter l’évêché de Bayeux pour l’archevêché de Reims124 La charge de capitaine a été confiée, par le roi et les évêques, à des hommes issus de l’entourage familial des prélats (Herbert Thésard), ou parmi des grands vassaux, tels le sire d’Argouges et Thomas de Creully125.

  • 126 L’acte de reddition est édité dans A.-L. Léchaudé d’Anisy, L. Puiseux, « Rôles normands et françai (...)
  • 127 Des fiefs sis sur la paroisse de Vaux-sur-Aure, et dépendant de l’évêque de Bayeux, sont attestés (...)
  • 128 A.-L. Léchaudé d’Anisy, L. Puiseux, « Rôles normands... », p. 42-43.

56Les hommes de guerre, sous les ordres du capitaine, sont partiellement révélés dans l’acte de reddition de 1418. Il s’agit d’un chevalier, Jehan Faut, et de cinq écuyers, Guillaume de Vaulx, Symon Hamon, Johan de Germigny, Michel Portefais et Royer de Barren126. Parmi ces six hommes, deux sont des vassaux de l’évêque, Guillaume de Vaulx et Symon Hamon127. Un septième homme, Johannes de Monstreul, est révélé plus tard lorsqu’il retrouve ses biens, en décembre 1418, après avoir prêté serment de fidélité au roi d’Angleterre128. Il s’agit très certainement d’un des tenants du fief de Montreuil, relevant de la baronnie de Cambremer.

  • 129 M. Rey, Les Finances royales sous Charles VL Les causes du déficit (1388-1413), Paris, SEVPEN, 196 (...)

57Nous ne possédons aucun renseignement sur les servants de ces hommes d’armes, pas plus que sur le personnel spécialisé tels les canonniers et leurs valets, ou les lanceurs de pierres129 que l’acte de capitulation de 1418 sous-entend dans la formule « artillerie ».

  • 130 Éditée par]. Roquelet, La Vie de la forêt normande..., II, p. 126.
  • 131 É. Anquetil, Le Livre Rouge..., II, p. 351-352.
  • 132 A.E. Curry, « Le service féodal en Normandie pendant l’occupation anglaise (1417-1450) », in La Fr (...)

58Le château doit également abriter les hommes de Quinéville, dont le service de guet est rappelé dans l’enquête d’Hector de Chartres au début du XVe siècle130, ainsi que ceux de Neuilly et des autres possessions de l’évêque de Bayeux, comme l’a demandé Charles VI en 1412, en les déchargeant de ce même service ailleurs131. Sans compter que, depuis février 1418, l’invasion anglaise avait conduit le roi à ordonner la convocation la plus large possible132.

59Les deux épisodes de 1359 et 1418, déjà largement exploités, nous apprennent que le château, outre la garnison, abritait un certain nombre de civils. En 1360, le capitaine, le sire d’Argouges, réside au château avec sa femme et des domestiques (« servanz »). S’y trouvent aussi trois sœurs et des amis des écuyers. En 1418, l’acte de capitulation prévoit le départ de « dames et damoiselles ».

La reddition de 1418

  • 133 C.T. Allmand, La Guerre de Cent Ans. L’Angleterre et la France en guerre (1300-1450), Paris, Payot (...)
  • 134 R.A. Newhall, The English Conquest of Normandy (1416-1424) : a study in fifteenth century warfare,(...)

60La forteresse de Neuilly est à nouveau plongée dans la guerre en mai 1418, après la reprise du conflit en août 1417. La conquête méthodique s’attache à réduire les points forts en vue d’une occupation durable, villes et châteaux sont les cibles prioritaires et les sièges succèdent aux sièges133. Les places fortes à l’est de la Vire, Caen, Bayeux, Argentan, Alençon, ont capitulé pendant l’été et l’automne 1417. En mars 1418, les grandes places du Cotentin, Saint-Lô, Carentan, Saint-Sauveur-le-Vicomte, Hambye, Coutances, sont tombées entre les mains des Anglais, et le siège de Cherbourg commence, il ne se terminera que le 29 septembre. Le 12 mai 1418, le capitaine anglais de Caen, Guillebert d’Humphreyville, reçoit l’ordre d’assiéger Neuilly, qui capitule trois jours plus tard, le 15 mai134.

61Les négociations de la capitulation ont été menées à Bayeux entre Guillebert d’Humphreyville et le capitaine de Neuilly, Thomas de Creully, alors qu’un chevalier et cinq écuyers de la garnison sont otages et garants de la réalisation des termes du traité, dans les quinze jours qui suivent. Il faut noter l’absence de l’évêque, Jean Langret, dans toute l’affaire.

62Le texte n’apparaît pas comme stéréotypé, à peine retouché pour la circonstance. En effet, il comporte des détails réalistes liés au site de Neuilly, à savoir l’autorisation pour les femmes de quitter la forteresse « ... par mer ou par terre... », et la réquisition pour ce faire de « ... carettes et chevaux et de basteaux ».

  • 135 J. Glénisson, V. Deodato da Silva, « La pratique et le rituel de la reddition aux XIVe et XVe sièc (...)

63Les conditions de la reddition sont clémentes et les exigences du vainqueur ne pèsent pas d’un poids très lourd sur les occupants du château. Les armes et autres fournitures que contient la forteresse doivent y être maintenues en bon état. Les occupants sont tous autorisés à partir munis de sauf-conduits, en emportant leurs biens propres et leurs chevaux. Ils sont libres de prêter serment de fidélité au roi qui les remettra en possession de leurs biens. Quant à l’évêque de Bayeux, ses biens, dont la forteresse de Neuilly et les archives (« lettres ») qu’elle contient, sont mis entre les mains du roi et il est, lui aussi, invité à prêter serment au roi. La mansuétude du vainqueur s’explique sans doute par le fait que la résistance de la forteresse n’a été ni trop longue ni trop vigoureuse ; les assiégés ont capitulé sans perdre l’honneur, assurés qu’ils étaient de ne recevoir aucune aide française dans une région complètement investie par les troupes anglaises135. Il faut y voir aussi la volonté de séduction, mise en œuvre par Henri V à l’égard des populations des régions conquises, qui vise à encourager les serments d’allégeance.

Les ambiguïtés d’une forteresse anglaise

64Le statut de la forteresse de Neuilly, après la reddition de 1418, présente certaines particularités. En effet, les rares sources disponibles révèlent une situation dans laquelle l’occupant anglais partage avec l’évêque la jouissance du complexe castrai. Neuilly devient indiscutablement une forteresse anglaise telle que l’annonce, sans ambages, le texte de la reddition, où Henri V la qualifie de castri nostri de Nully levesque.

  • 136 A.-L. Léchaudé d’Anisy, L. Puiseux, « Rôles normands... », p. 26 et 185.
  • 137 R.-A.-L. Pezet, Les Barons de Creully, Bayeux, Impr. de Saint-Ange-Duvant, 1854, p. 388.

65Nous en connaissons deux capitaines anglais nommés par le roi : Johanni Steward nommé dès le 22 mai 1418, et Walterus Colford qui lui succède en 1420136 ; Thomas de Creully, le vaincu de 1418, serait devenu capitaine en 1426137.

  • 138 R .A. Newhall, The English Conquest of Normandy… p. 217.
  • 139 C.T. Allmand, « L’artillerie de l’armée anglaise et son organisation à l’époque de Jeanne d’Arc », (...)
  • 140 En 1424, une lettre de rémission est accordée à un Anglais de la garnison de Bayeux coupable d’avo (...)
  • 141 C.T. Allmand, Lancastrian Normandy, 1415-1450. The history of a medieval occupation, Oxford, Clare (...)
  • 142 A.E. Curry, « Le service féodal... », p. 266 ; A. Baume, Des aspects militaires de l’occupation an (...)

66La garnison, précisée lors de la nomination du premier capitaine en mai 1418, est composée de cinq hommes d’armes et de quinze archers. Il ne faut certainement pas considérer le chiffre de vingt et un hommes comme celui de la garnison dans son entier138. Malgré l’absence de documentation, il faut à coup sûr y ajouter un personnel non précisé de canonniers, armuriers, faiseurs d’arcs et d’arbalètes et d’ouvriers139. Ces hommes, pour autant que les sources permettent de les appréhender, sont des Anglais140. Cette garnison, qui devait compter une cinquantaine d’hommes, est considérée comme nécessaire à la tenue de ce point stratégique ; c’est ainsi qu’on peut interpréter le refus du régent Bedford, en 1427, de la dégarnir au profit de celle de Caen141. Nous ignorons la part des hommes de la baronnie de Neuilly, vavasseurs et chevaliers, dans la garnison, mais en principe le service féodal était toujours dû sans compter les convocations et semonces royales142.

  • 143 ADC, G 205.
  • 144 ADC, G 205 fo 124 vo et 126.
  • 145 ADC, G 205 fo 124 vo.

67Si nous pensions avoir affaire à une forteresse purement anglaise le « Compte de la recette et mesnagerie du temporel de Bayeux » pour 1436 apporte de sérieuses nuances143. Le receveur finance les déplacements du capitaine de Neuilly et de ses serviteurs à Rouen ou Bayeux ; il verse de l’argent à des Anglais venus de Neuilly144. Il semble, enfin, que le château de Neuilly ait conservé un certain train de vie, compatible avec une résidence épiscopale, ainsi que le laissent à penser les dépenses pour les cygnes et paons de Neuilly, en 1436145.

La reddition de 1449

  • 146 Arch, nat., JJ 185 fo 51, cité dans E. Cosneau, Le Connétable de Richemont, Paris, Hachette, 1886, (...)

68À l’automne 1449, la guerre gagne la forteresse de Neuilly. En septembre, l’armée du duc de Richemont est entrée en Normandie par l’Avranchin. Coutances, Saint-Lô, Carentan et la forteresse des Ponts-d’Ouves tombent entre les 12 et 30 septembre. Le 2 octobre 1449, « le chastel et place de Nully levesque » capitule entre les mains du duc de Richemont146.

69La reddition de 1449 est étrangement différente de celle de 1418. Certes le château possède toujours le potentiel défensif installé dans les années précédentes et énuméré dans l’acte de reddition : « canons, couleuvrines, arbalestres et autres habillemens de guerre ». Mais pour les hommes il en va tout autrement. La garnison anglaise a quitté le château, vraisemblablement pour rejoindre des sites urbains stratégiques (Caen, Bayeux, Cherbourg). Le château est tenu par sept « des chanoynes parens et officiers et serviteurs dudit evesque de Bayeux » assistés d’individus que l’acte de reddition appelle « habitans de ladicte place ». Il faut y voir les hommes chargés du guet et nombre de réfugiés.

  • 147 B. Guenée, Entre l’Église et l’État. Quatre vies de prélats français à la fin du Moyen Âge, Paris, (...)

70Cette situation ne manque pas de poser des questions : depuis quand la défense du château de Neuilly est-elle passée entre les mains de ces militaires improvisés ? Quelle a été la part de la décision de l’évêque Zanon de Castiglione, jusque-là favorable aux Anglais, mais qui, un mois plus tard, est aux côtés de Charles VII à Rouen147 ? La résistance n’a-t-elle été qu’un baroud d’honneur, alors que l’avance inexorable de Richemond ne laissait pas grand choix ?

71Les conditions de la capitulation soulignent la puissance de la forteresse qui ne « ... puet bonnement estre recouvrée ne reduite sans grans fraiz et despens... ». Mais l’essentiel de l’acte est consacré aux conditions de retour dans la fidélité du roi de France des hommes du château et de l’évêque, qui retrouveront, en échange, la jouissance de leurs biens. La plus grande confiance règne, qui autorise le duc de Richemont à laisser les hommes dans la forteresse jusqu’à l’échéance d’un mois, entendue pour l’accomplissement de ce qui a été conclu.

Les conséquences de la guerre

72Nous disposons pour évaluer les dégâts causés par les événements qui ont scandé le siècle qui s’est écoulé entre 1350 et 1450 de bien peu d’éléments. L’inventaire de 1777 fait remonter à cette période le délabrement d’une grande partie des structures de la basse-cour :

  • 148 ADC, G 38.

Il y a quantité danciens murs de fortiffkation qui sont détruits il y a très longtemps cest a dire plus de 200 ans auquel lon ne porte aucunne reparation ny prix non plus qua quantité danciens bastiments qui sont detruits148.

  • 149 ADC, Bibl. du Chapitre de Bayeux, ms. 207, fo 53.

73Malgré le silence des textes les sièges et l’occupation anglaise ont sans doute touché les œuvres vives du château. Les deux boulets de pierre, gros boulet de catapulte et petit boulet de couleuvrine, retrouvés sur le site lors des travaux de terrassement sont certainement l’indice de combats dont nous ne pouvons pas apprécier l’intensité. L’information la plus probante est fournie dans l’aveu rédigé en 1453 par l’évêque Zanon de Castiglione, qui déplore la disparition des archives dans l’incendie de la tour où elles étaient conservées149.

Hypothèses sur les structures du « chastel » de Neuilly

L’emprise (fig. 25 et 26)

74Aucune source médiévale ou moderne n’évoque l’étendue du château de Neuilly. Il faut s’appuyer sur les indices fournis par le cadastre de 1825 et sur ce que le terrain laisse percevoir, le tout confronté à deux plans très imprécis, en ce qui concerne le château lui-même, réalisés en 1617 et au XVIIIe siècle.

  • 150 2 sur le plan (fig. 26).
  • 151 1 sur le plan (fig. 26).
  • 152 La boulangerie est signalée dans les inventaires de 1731 et 1777 : « ... boullengerie construite d (...)

75Le château épouse étroitement le sommet d’une butte naturelle de plan triangulaire dont le sommet est tourné vers le nord-est. Il couvre une superficie d’environ 2 hectares, et nous avons déjà signalé qu’il n’est pas possible de déterminer si cette emprise doit être considérée comme l’emprise primitive, ou le résultat d’extensions postérieures. Quoi qu’il en soit, dans son état le plus accompli le complexe castrai est divisé en deux parties. Au nord, s’étend la basse-cour, vaste trapèze allongé, par où l’on pénétrait dans l’ensemble150. La porte d’entrée du château, tournée vers le village, s’ouvrait à l’extrémité nord-est151 et au début du XIXe siècle, il n’en subsiste plus qu’un petit bâtiment et le départ de l’arc d’une porte charretière bien insuffisants pour apprécier les structures de la porte152 (Pl. XI, fig. 21).

  • 153 3 sur le plan (fig. 26).
  • 154 Il a été repéré à plusieurs endroits sous la végétation par les propriétaires lors de travaux d’am (...)

76La basse-cour est prolongée, au sud-ouest, par une haute-cour de plan rectangulaire153. Certaines de ses dispositions actuelles sont issues des transformations intervenues après le XVIe siècle. Le sol actuel, pavé de galets, devait s’étendre sur toute sa superficie, alors qu’aujourd’hui il n’est visible que dans la moitié orientale154. La mise en place de ce sol est indiscutablement postérieure au Moyen Âge ; en effet, il recouvre une couche de remblais sous-jacente, épaisse d’environ un mètre. Dans cette cour, subsistent trois bâtiments en élévation.

Fig. 25 – Le site du château en 1825 (cadastre ADC)

  • 155 Sous le niveau de galets, le parement intérieur de ce mur présente un appareil en arêtes de poisso (...)

77Les deux espaces, basse-cour et haute-cour, semblent avoir été séparés par un mur très épais d’environ 2 mètres, qui pourrait avoir appartenu au complexe primitif155. Il est tout à fait vraisemblable, également, qu’un fossé renforçait cette séparation. Mais le plan de 1617, sur lequel on peut fonder cette hypothèse, est trop imprécis pour en être véritablement assuré.

L’impossible chronologie des éléments de défense : les textes et les vestiges

  • 156 En 1133, les vavasseurs de Neuilly doivent la garde au castrum de Neuilly. En 1234, nous connaisso (...)
  • 157 G. Fournier, Le Château dans la France médiévale, p. 28. L’auteur souligne que depuis le BasEmpire (...)
  • 158 Le contrefort encore en place sur la courtine orientale ne relève pas de la construction primitive (...)

78Le château de Neuilly n’a jamais été désigné autrement que par le terme castrum et ce, quelle que soit l’origine des textes qui l’affichent, actes épiscopaux ou royaux, et le contexte dans lequel ils sont émis, actes relevant du droit privé ou relatifs à la mise en défense, à partir de 1351156. Il faut noter que, dans ce corpus, les occurrences liées à la garde militaire et à la guerre sont surreprésentées par rapport à celles qui ressortissent d’une activité non militaire. Le terme castrum dans les sources des XIIe et XIIIe siècles revêt une signification trop imprécise pour en dégager, à propos de Neuilly, les structures qu’il recouvre157. Nous pouvons, à coup sûr, envisager l’existence de fossés alimentés en eau par les bras divagants de la rivière Elle ; ces fossés qui cernent l’ensemble doivent se dédoubler pour enserrer la basse-cour. La construction de la seconde moitié du XIe siècle, à laquelle nous avons conclu précédemment, doit posséder des structures fortes localisées dans la partie sud ; structures dont nous ne connaissons que la courtine très épaisse d’environ 2 mètres épaulée de contreforts158.

  • 159 Au nombre des « forts » figurent Sées, Chaillouay, Argences, Ouistreham, Hermanville, Luc, Lion, M (...)
  • 160 Sont qualifiés d’« ostels » les complexes de Colombières, d’O et de Maisy. Si nous ne connaissons (...)
  • 161 Calvados, arrondissement de Falaise. Le château de Courcy, dont les parties les plus anciennes doi (...)
  • 162 Calvados, arrondissement de Bayeux. Le château de Creully possède des structures hétérogènes. Sa r (...)

79Ce n’est qu’en 1371 que l’enquête ordonnée par l’administration royale permet une approche un peu plus précise. Les visiteurs ont relevé tous les sites aptes à la défense de la province et noté les travaux à y entreprendre. Ils ont très clairement classé les structures inspectées en trois catégories : les « forts »159, les « ostels »160 et les « chastels ». La liste des « chastels » comprend Falaise, Exmes, Chambois, Courcy161, Vire, Creully162 et Neuilly. Ce sont des forteresses urbaines (Falaise, Exmes, Vire et Creully) et rurales ou semi-rurales (Courcy, Neuilly et Chambois). Quatre de ces « chastels », Falaise, Exmes, Chambois et Vire, sont des forteresses anciennes, remarquables et puissantes, qui possèdent une tour forte déjà ancienne. Les cas de Courcy et de Creully sont plus incertains.

  • 163 É. Anquetil, Le Livre Rouge..., II, p. 12-13.
  • 164 M. de Bernard, Le Château de Caen, Caen, CRAM, 1979, p. 100.

80Le château de Neuilly est traité sur le même pied que ces forteresses et on peut donc légitimement penser qu’il en possède les caractéristiques. Les sources médiévales sont peu disertes sur les structures de défense. La seule mention directe, indiscutable, dont nous disposons, est la mention, dans l’aveu de 1453, de la tour détruite où étaient conservées les archives du temporel. Un autre terme peut être sollicité ; il s’agit du « petit chastel », qui, en 1389, jouxte une pièce de terre achetée par l’évêque163. Cette formule se laisse mal interpréter et la seule référence normande que nous pouvons invoquer concerne le château de Caen où à partir du XIIIe siècle, l’expression « petit chastel » sert à désigner le donjon de Caen et sa chemise164.

  • 165 6 sur le plan (fig. 26). Cet escalier est aujourd’hui abrité dans un appendice, très postérieur fo (...)
  • 166 T sur le plan (fig. 26).

81Sur le terrain, la majeure partie des structures de défense a disparu depuis longtemps, mais ce que les textes laissent soupçonner peut être, jusqu’à un certain point, vérifié en observant les vestiges de maçonnerie en élévation et ce qui affleure au sol (fig. 26). Nous avons constaté l’existence d’une épaisse courtine, dotée d’un chemin de ronde accessible par un escalier extérieur165. L’infime portion qui subsiste sur la face orientale ne permet pas, cependant, d’étendre cette conclusion à l’ensemble du complexe. Certains affleurements bombés et bien circonscrits laissent apparaître des maçonneries qui pourraient être, étant donné leur localisation, des vestiges de tours. Nous avons ainsi repéré quatre tours aux angles sud-ouest, sud-est, nord-est et sur la face ouest, au droit de la jonction des deux courtines, entre la bassecour et la haute-cour166.

82Les indices d’un éventuel donjon ou tour forte sont encore plus ténus. Une structure mérite, cependant, d’être observée. Le pignon oriental du logis actuel présente d’indiscutables traces de reprise de maçonnerie (Pl. XII). La partie gauche, qui s’élève dans le prolongement du parement extérieur de la courtine, est antérieure à la partie droite. En effet, le raccord maladroit laisse voir l’angle appareillé de la structure primitive. À l’intérieur, la pièce, actuellement sous les combles, possède encore, sur ses faces ouest et nord, deux grands arcs perpendiculaires qui s’élèvent jusqu’à 5 mètres au-dessus du sol actuel de la pièce. Il se pourrait que nous soyons ici en présence des vestiges étêtés d’une structure en élévation dont, au moins, le troisième niveau était voûté.

83Les possibilités d’investigation étant ce qu’elles sont, ce qui vient d’être exposé ne peut être considéré que comme des propositions vraisemblables que des fouilles archéologiques permettraient d’approfondir. En tout état de cause, ces propositions sont trop ténues pour aller plus loin dans l’interprétation. Les dispositifs envisagés ne peuvent être que ceux du dernier état du château, au milieu du XVe siècle, et toute tentative de datation paraît vaine.

Les communs

84Dans la très vaste basse-cour du château de Neuilly, on s’attend à trouver de nombreux communs et bâtiments à usage agricole. En ce qui les concerne, les documents les plus anciens ne remontent pas au-delà du XVIIIe siècle. Les inventaires de 1731 et 1777 n’en énumèrent qu’un petit nombre. Ils sont concentrés dans la haute-cour qui a été divisée en deux : la cour noble à l’est et la cour du fermier à l’ouest. Dans cette dernière, on dénombre deux écuries et une bergerie. Une étable et la boulangerie sont isolées dans la vaste basse-cour, quasiment dépourvue de bâtiments.

Fig. 26 – Hypothèses de reconstitution du château de Neuilly

85Ce petit nombre de communs à l’époque moderne ne reflète sans doute pas la réalité médiévale ; la disparition de la réserve et de l’exploitation directe des terres au profit de fermiers locataires a rendu caducs les vieux bâtiments qu’on a laissé s’écrouler. Malgré cela, il subsiste un bâtiment à usage agricole, assez bien conservé, qu’on peut identifier comme étant une petite grange.

  • 167 Une carte postale du début du siècle le présente avant l’arrachement des contreforts, 9 sur le pla (...)

86La grange s’élève dans le quart sud-ouest de la haute cour (Pl. XI, fig. 21) et son pignon ouest est fondé sur ce qui nous a paru être un vestige de la courtine. Si l’édifice est défiguré par la présence intempestive d’au moins un appentis latéral et l’arrachement récent de ses contreforts de façade, sa structure primitive se laisse bien lire (Pl. XIII, fig. 25)167. C’est un bâtiment rectangulaire d’orientation nord-est/sud-ouest, long d’environ 8,5 mètres sur environ 5 mètres de large. La maçonnerie des murs a été montée dans un appareil grossier de grès local alors que le parement des contreforts et l’encadrement des ouvertures sont en calcaire. La façade, dans son état primitif, était épaulée par trois puissants contreforts à ressaut : un contrefort d’angle en croix, au nord, et deux contreforts en façade. De part et d’autre du contrefort central, le niveau inférieur de la façade est entièrement occupé par deux larges ouvertures surmontées, chacune, par un arc brisé à double ressaut. Le rouleau supérieur est à angle vif, alors que le rouleau inférieur est chanfreiné. À l’intérieur, l’étage semble faire partie du dispositif d’origine ; il prenait jour sur la cour par une ouverture qui a connu des remaniements successifs jusqu’à la grande fenêtre actuelle. La face nord du bâtiment est aveugle et ne porte la trace d’aucun aménagement. La face sud porte la trace de deux ouvertures basses aujourd’hui obturées ; on en distingue bien les montants et l’arc supérieur en maçonnerie grossière de grès. La présence d’un appentis primitif est attestée par l’existence d’un retrait du mur à 2 mètres du sol ; il devait protéger les accès secondaires des vents dominants du sud et de l’ouest. La datation de cette grange ne peut s’appuyer que sur d’infimes critères stylistiques, la modénature des arcs et les dispositifs des contreforts. Nous proposons la seconde moitié du XIIIe siècle ou le XIVe siècle pour l’élévation de cet édifice.

87Cette grange, de dimensions très modestes, ne peut en aucun cas être considérée comme représentative des autres bâtiments agricoles du château à propos desquels nous ignorons tout.

  • 168 A. de Beatis, Voyage du cardinal d’Aragon..., p. 171.

88Une source tardive nous informe sur l’existence de deux bâtiments qu’il est raisonnable de compter au nombre des communs ; il s’agit, sur les fossés, de « ... deux beaux moulins qui ne peuvent moudre qu’à l’heure du reflux, grâce au courant de la rivière qui entoure le château... »168. Le secrétaire du cardinal d’Aragon, italien d’origine, décrit ici un mécanisme qui ne peut que retenir l’attention d’un homme de la Méditerranée : deux moulins à marée.

  • 169 La documentation concernant les moulins à marée est extraite de l’ouvrage de J.-L. Boithias et A. (...)
  • 170 Ibid., p. 13-14.
  • 171 Mentions en 1207 et 1330 à Dieppe, en 1235 à Veules-les-Roses, en 1277 aux Ponts-d’Ouves près de C (...)

89Le site du château de Neuilly se prête bien à l’aménagement de tels mécanismes169. Le marnage est important ; la dépression de la vallée de la Vire et de l’Elle est un repli naturel suffisamment déprimé et protégé pour aménager une retenue ; le site est également assez en retrait du flot pour ne pas être constamment submergé. Les structures qui composent un moulin à marée sont assez bien connues, à tout le moins, depuis le XVIIe siècle. Ce sont des bâtiments quadrangulaires massifs et profondément fondés dans le sol. Ils sont adossés ou chevauchent la digue de la retenue d’eau. Tous sont dotés d’annexes et de dépendances : maison du meunier, jardin, grange et magasin. Si les plus anciens moulins à marée conservés aujourd’hui en Bretagne ne datent que du XVIIe siècle, la plus ancienne mention, pour l’Europe du Nord-Ouest, se trouve dans le Domesday Book, qui cite un moulin à marée dans le port de Douvres170. Aux XIIe et XIIIe siècles, les implantations se multiplient sur la côte sud de l’Angleterre et sur la côte atlantique et l’on en connaît au moins cinq dans la Normandie des XIIIe et XIVe siècles171. Les moulins de Neuilly devaient être fort semblables à celui du château de Cherbourg. Les deux forteresses ont en commun d’être ceintes de fossés envahis par la mer à chaque marée. A. Plaisse a déterminé que le moulin du château de Cherbourg était assis sur un rempart à l’extrémité d’un bief branché sur les douves. Il a été édifié du temps où la forteresse était tenue par le capitaine anglais Guillaume le Scrop (1386-1389), qui voulait éviter les sorties pour aller moudre le grain, qui pouvaient s’avérer périlleuses en cas d’opérations militaires, ou impossibles en cas de siège.

90Le contexte documentaire est suffisant pour envisager que les moulins de Neuilly aient été édifiés à partir du milieu du XIVe siècle et pour les mêmes raisons que celui de Cherbourg.

91Il s’agit d’ouvrages tout à fait exceptionnels dans l’Occident médiéval et ils sont les seuls avec celui du château de Cherbourg à avoir été érigés dans les fossés d’un château.

Un édifice de la fin du XIIe siècle : la chapelle (Pl. XIV et XV)

  • 172 ADC, G 8 fo 34 et G 38, inventaires de 1731 et 1777 ; 8 sur le plan (fig. 26).

92Nous avons identifié comme étant une chapelle le bâtiment d’orientation sud-ouest/nord-est qui s’élève dans la haute-cour parallèlement à l’épaisse courtine nord dont il n’est séparé que d’un mètre. Au XVIIIe siècle, les inventaires ne relèvent pas ce bâtiment d’une façon distincte, alors qu’une chapelle est clairement localisée dans le logis172.

93Tel qu’il se présente aujourd’hui ce bâtiment est très dégradé. Un appentis masque la partie inférieure du pignon oriental, et cela a contribué à protéger l’intégrité des deux fenêtres qui éclairaient le pignon. La façade sud a été défigurée par le démantèlement des ouvertures primitives, l’arrachement des contreforts et le percement de fenêtres hautes et d’une porte en rez-de-chaussée. La partie ouest du bâtiment a été abattue, mais elle figure encore sur le cadastre de 1825 et sur une gravure de 1837. À une date indéterminée, ce bâtiment a été redistribué ; on y a créé un étage en rehaussant les murs ; la vocation d’habitation de ce nouvel étage est attestée par la présence d’une cheminée insérée dans le mur intérieur du pignon oriental.

  • 173 Le décor des fenêtres défigurées peut malgré tout être restitué en se référant aux fragments qui s (...)

94Dans son état primitif le bâtiment était long d’environ 25 mètres et large de 8,5 mètres. Les murs sont élevés dans un appareil grossier de grès local, alors que le calcaire a été utilisé pour les contreforts, les bandeaux et corniches, les arcs et les piédroits des ouvertures. Le sol actuel est très au-dessus du sol primitif. Le mur nord, le long de la courtine, est aveugle et dépourvu de tout décor, alors que le sommet du mur sud, sur la cour, était orné d’un bandeau en dents de scie. L’édifice devait être divisé en trois travées, scandées sur le mur sud par des contreforts dont les traces d’arrachage sont nettement visibles aujourd’hui. Chaque travée ouvrait sur la cour par une fenêtre, haute de 2 mètres, à ébrasements intérieur et extérieur173. La partie supérieure était surmontée d’un arc brisé, orné d’une double moulure supérieure et d’un tore de section circulaire, et reçu de chaque côté par une colonnette logée dans un redent. Ces colonnettes étaient sommées par de petits chapiteaux circulaires à la corbeille garnie de deux types de motifs. Pour les uns il s’agit de feuilles triangulaires, à nervure centrale en relief, dont l’extrémité supérieure se recourbe en une ébauche de crochet, et pour les autres de tiges nervurées en creux, disposées en couronne et terminées par une feuille trilobée et nervurée. Chaque colonnette repose sur une base en forme de petit coussin. Le chevet est doté, dans sa partie inférieure, de deux fenêtres identiques à celles du mur sud. Un oculus les surmonte et son obturation actuelle permet seulement de signaler la mouluration qui souligne sa face externe.

95Ce décor munificent est tourné vers l’extérieur, et l’état actuel des lieux ne permet pas d’affirmer que l’intérieur avait reçu le même traitement. Des aménagements intérieurs, ne subsistent que deux petites armoires murales carrées, aménagées dans le mur du chevet, sous chacune des fenêtres. Il n’existe aucun indice de l’existence d’une voûte. La partie occidentale de l’édifice se laisse mal appréhender. Le cadastre de 1825 laisse voir, à l’ouest, à l’emplacement de la travée disparue aujourd’hui, deux appendices qu’on pourrait interpréter comme un porche ouvrant sur la cour.

  • 174 D. Jalabert, « La flore gothique ; ses origines et son évolution du XIIe au XVe siècle », Bulletin (...)
  • 175 J. Vallery-Radot, La Cathédrale de Bayeux, 2e éd., Paris, Laurens, 1958 ; J.-J. Bertaux, « La cath (...)

96Pour la datation de cet édifice, il faut, en l’absence de sources médiévales, s’en remettre à des critères d’ordre stylistique et confronter les chapiteaux de Neuilly avec un matériau raisonnablement daté. Le motif floral se rattache au parti pris adopté par les sculpteurs du premier âge gothique qui, à partir des années 1170, ont découpé et dentelé la feuille174. Une confrontation plus précise avec le décor sculpté de la cathédrale de Bayeux permet de rapprocher les motifs floraux de Neuilly de ceux qui couronnent les piles des bas-côtés nord et d’envisager qu’ils soient issus d’une même veine d’inspiration. Les étapes de la reconstruction et de la rénovation de la cathédrale de Bayeux, après 1160, sont assez bien cernées175, et l’on s’accorde pour placer la construction des collatéraux sous l’épiscopat de l’évêque Henri (1165-1205). Le bâtiment que nous venons de décrire peut donc être attribué à la fin du XIIe siècle ou au début du XIIIe siècle ; il est intéressant de noter la concomitance des travaux effectués à la cathédrale avec ceux qui sont entrepris dans une résidence rurale.

97La destination de ce bâtiment, une chapelle, a été posée d’emblée. En effet, il semble que deux détails, au moins, justifient cette identification. Si la contrainte de l’orientation qui a conduit à édifier un bâtiment aveugle sur un de ses longs côtés n’est pas un élément déterminant, l’absence de toute trace de cheminée dans le premier état permet d’exclure la fonction de logis.

  • 176 É. Anquetil, Le Livre Rouge..., I, p. 14.

98La chapelle de Neuilly pose des interrogations auxquelles le défaut de documentation n’apporte pas de réponses. Qu’en est-il d’une chapelle antérieure à celle-ci ? Il se pourrait que le château de Neuilly n’ait pas, jusqu’en cette fin du XIIe siècle, possédé de chapelle digne de ce nom, mais un simple oratoire. La création, en 1300, par l’évêque Pierre de Benais (1276-1306), d’une chapellenie destinée à la chapelle construite de toute antiquité (capellam ab antiquo constructam fuisse)176 semble concerner la chapelle que nous venons de décrire. Nous ne connaissons pas non plus les modalités d’insertion de cette chapelle dans les structures du complexe résidentiel, si ce n’est qu’elle est diamétralement opposée au bâtiment que nous avons identifié comme étant le logis, de l’autre côté de la cour.

99Nous ne possédons pas les sources pour appréhender quand et dans quelles conditions cette chapelle a été désaffectée ; il se pourrait que cela soit intervenu peu après 1450 et doive être considéré comme une des conséquences de la guerre et de l’occupation anglaise entre 1419 et 1449. Au XVIIIe siècle, la seule chapelle attestée est à l’intérieur du logis.

Une inconnue : l’évolution du logis (fig. 26 et 27, PL XII, Pl XIII, fig. 24)

  • 177 A. de Caumont, Statistique monumentale du Calvados, II, p. 738 (fig. 27) et gouache de F.A. Maugen (...)

100Le bâtiment qui abrite, aujourd’hui, le logement adossé à la courtine orientale se laisse mal interpréter. Il est l’aboutissement de remaniements anciens et de destructions mal évaluées qui ont vraisemblablement commencé dès la fin du Moyen Âge. En effet, les inventaires de 1731 et 1777 semblent décrire un état très proche de celui d’aujourd’hui. On peut compléter les informations qu’ils fournissent par deux documents iconographiques du XIXe siècle : gravures représentant la façade nord du logis sur la cour et le pignon oriental de ce même logis177 ; ceux-ci permettent d’appréhender la portion du logis détruite après 1850. Il faut enfin admettre que le logis de la fin du Moyen Âge et de l’époque moderne a succédé au logis médiéval en réutilisant des structures préexistantes. L’hypothèse de la pérennité de la localisation du logis peut être renforcée par la mise au jour, dans ce secteur, de la majorité des pavés émaillés du site.

Fig. 27 – Dernier état au milieu du XIXe siècle (A. de Caumont, Statistique monumentale du Calvados, II, Arrondissements de Vire et de Bayeux, Paris – Caen, Derache, Didron et Dentu – Le Blanc-Hardel, 1857, p. 738)

101Dans son dernier état, le logis est adossé perpendiculairement à la courtine. C’est un très vaste bâtiment d’environ 30 mètres de long sur 8 mètres de large qui se déploie sur trois niveaux en élévation. Les deux ailes qui lui sont accolées au nord et au sud sont des adjonctions tardives, au moins pour celle du nord qui met à couvert l’escalier de la courtine.

102Le mur du pignon s’élève dans le prolongement du parement externe de la courtine dont la partie supérieure doit correspondre au sommet du deuxième niveau. L’observation de l’appareil révèle une construction médiocre, aux reprises de maçonnerie nombreuses. L’appareil primitif en arêtes de poisson ne subsiste, apparemment, que sur une bande d’1 à 2 mètres de large, à 2 mètres au-dessus du sol.

103On note trois niveaux d’élévation. Le rez-de-chaussée est aveugle. Le premier étage est percé d’une fenêtre rectangulaire, sommée d’un bandeau saillant, formant arc en accolade ; ce dispositif incline à dater cet aménagement de la fin du XVe ou du début du XVIe siècle. À l’intérieur, une cheminée et un four ont été aménagés dans l’épaisseur de la courtine. Ces deux premiers niveaux sont épaulés par un contrefort à ressaut, élevé dans un bel appareil calcaire, postérieur à la courtine. La façade du troisième étage, élevé au-dessus de la courtine, présente un raccord de maçonnerie dont il a été fait mention plus haut ; à gauche, nous avons évoqué l’éventualité d’une structure plus élevée dont un étage, au moins, était voûté (donjon ?) ; la pièce de droite est éclairée par une grande fenêtre en arc brisé dont le bel appareil de moellons calcaires tranche avec la médiocrité du mur grossier. Une tentative de reconstitution du remplage, à partir des vestiges encore en place, révèle une fenêtre à deux lancettes trilobées, sur meneau vertical et horizontal, surmontées d’une rose quadrilobée. Cette superbe fenêtre ne peut qu’être l’indice d’un étage noble, au troisième niveau ; au XVIIIe siècle, cette pièce abrite la chapelle. Si la reconstitution du remplage de cette fenêtre est valide on peut dater sa mise en place de la seconde moitié du XIIIe siècle.

  • 178 Ce type de matériau très léger, issu des bancs de calcaire qui affleurent à l’ouest de la Vire, se (...)

104L’observation de la façade nord, sur la cour, permet de compléter dans les grandes lignes les principaux dispositifs du logis révélés par l’analyse du pignon oriental. L’appareil de cette façade, si on peut se fier aux vestiges qui en subsistent aujourd’hui, est de la même médiocrité que celui du pignon oriental (joints épais, pierres locales grossièrement taillées). Le mur de façade est épaulé par quatre contreforts à ressaut, qui paraissent de facture identique à celui du pignon. Le rez-de-chaussée ouvre sur la cour par quatre grandes arcades logées entre les contreforts. L’extrémité est, contre la courtine, présente des divergences : une petite ouverture à l’arc en anse de panier permet d’accéder à une pièce couverte d’une voûte en berceau élevée en calcaire local très alvéolé178. On doit imaginer que ce même dispositif affectait le rez-de-chaussée sur toute sa longueur ; nous sommes ici en présence des aires de stockage (celliers, caves) et des écuries, mentionnées par les inventaires de 1731 et 1777.

105Ce cellier possède à l’intérieur deux dispositifs mal lisibles. Il s’agit immédiatement à gauche en entrant, et insérés dans l’angle formé par la courtine et le mur de façade, des vestiges d’un escalier en vis qui permettait d’accéder au niveau supérieur.

106Les dispositions du niveau supérieur sont largement inconnues et nous ne sommes assurés que d’infimes détails. La première pièce, à l’est, est dotée d’une cheminée et d’un four aménagés dans l’épaisseur de la courtine ; à une date inconnue, cette salle a été élargie par le percement de son mur méridional et l’on a laissé subsister une grande arche longitudinale ; la fenêtre du pignon est, à ce même niveau, correspond à l’espace annexé. Il est possible que deux autres pièces, au moins, occupaient ce premier étage. Elles sont éclairées par des fenêtres à meneaux dotées du même décor d’arc en accolade que la fenêtre du pignon ; la répartition de ces ouvertures est discordante par rapport aux contreforts ; cette discordance pourrait s’expliquer par la nécessité de respecter des murs de refend préexistants.

107Le troisième niveau actuel est très réduit en hauteur ; mais sa confrontation avec le niveau de la fenêtre gothique du pignon permet d’affirmer que son élévation primitive était plus haute.

  • 179 Ces arcades ont été obturées au XVIIIe siècle par un appareil de briques qu’on retrouve dans d’aut (...)

108Sur le bâtiment qui subsiste aujourd’hui un dispositif se laisse mal interpréter. Comment s’inséraient, dans les aménagements du deuxième niveau, les trois arcades en anse de panier et de hauteur légèrement croissante conservées dans le mur d’obturation élevé après la destruction intervenue au XIXe siècle179 ? Il n’est pas possible d’y voir des nefs. Faut-il y voir les vestiges d’une galerie qui aurait occupé le bâtiment sur une certaine longueur ?

109Les observations qui précèdent autorisent une périodisation relative des remaniements qui ont affecté le logis et d’y déceler au moins quatre campagnes de travaux. Le premier état doit être considéré comme inconnu, à moins qu’il ait consisté en une structure à deux niveaux (étage sur rez-de-chaussée), perpendiculaire à la courtine et accolée à une tour donjon ( ?).

110Le deuxième état est bien mieux perceptible. Dans la seconde moitié du XIIIe siècle, le bâtiment primitif est rehaussé d’un troisième niveau, qui devient l’étage noble. Il ne paraît pas raisonnable d’affirmer que la fenêtre du pignon était celle d’une chapelle ; on y verrait bien plutôt celle d’une grande salle ; en effet, un demi-siècle plus tôt on avait construit une chapelle dans la cour. Ce rehaussement a conduit à l’élévation de contreforts pour assurer la stabilité de l’édifice. Au cours de la première moitié du XIVe siècle, on réalise, dans le logis, un sol de pavés émaillés (voir l’Annexe sur les carreaux de pavement, p. 471-486).

111Dans la seconde moitié du XVe siècle ou au début du XVIe siècle, le logis est profondément remanié. Le donjon ( ?) est étêté, le troisième niveau est rabaissé, l’espace noble est installé au premier étage, immédiatement au-dessus des aires de stockage. La salle orientale est élargie et de nouvelles ouvertures sont percées.

112Les travaux de restauration après la guerre de Cent Ans ont profondément modifié les dispositions du château de Neuilly. Les éléments de la forteresse ne sont pas relevés mais conservés en ruine et nous devons en imaginer la pérennité du caractère symbolique malgré le délabrement. Les bâtiments des communs, dans la bassecour, ne sont pas tous reconstruits et il se pourrait que ce soit dès cette époque qu’une boulangerie ait été aménagée dans la porte d’entrée. La vie du château est recentrée dans la haute-cour, divisée en deux espaces : cour agricole, avec logement du fermier, et cour noble. Les structures éclatées du pôle noble sont regroupées dans un seul bâtiment dont on conserve les structures anciennes en les aménageant et l’on aboutit ainsi à un logis compact conforme aux nouveaux critères de l’habitat noble. Mais l’ensemble a indéniablement gardé, très apparentes, les structures antérieures.

Conclusion

113La forteresse de Neuilly présente, en Normandie, un cas très exceptionnel de résidence épiscopale. L’installation du complexe résulte de la volonté d’un grand prélat du XIe siècle, Odon de Conteville. Les conditions topographiques (marais fluviomarins) ont conduit à la mise en place très précoce d’aménagements majeurs (viviers, salines) qui se prolongent sur la terre ferme (parc à gibier, forêt).

114Si les sources écrites n’attestent que d’une faible fréquentation par les évêques, il faut prendre en compte les campagnes de travaux que les vestiges encore en place attestent à partir de la fin du XIIIe siècle. Ceux-ci sont la preuve de l’intérêt des évêques de Bayeux pour la résidence de Neuilly.

115La structure globale et la vaste emprise de l’enceinte inclinent à considérer que la conception du complexe pourrait remonter au XIe siècle, mais la maigreur des sources écrites et l’absence d’informations que pourraient fournir des fouilles archéologiques empêchent toute évaluation des étapes de l’évolution du complexe fortifié dont on peut seulement soupçonner l’ancienneté. Dans la seconde moitié du XIVe siècle, le château de Neuilly est une forteresse d’importance (fossés en eau, tours, donjon ?) sur laquelle l’administration royale compte pour assurer la défense d’un point stratégique : le passage des gués entre le Bessin et le Cotentin. Mais la documentation fait défaut pour apprécier les travaux de mise en défense que le roi et les évêques de Bayeux se sont partagés.

116L’occupation par une garnison anglaise, entre 1418 et 1449, ne semble pas avoir bouleversé le complexe et en particulier le cadre résidentiel que le receveur de Bayeux continue d’entretenir jusqu’à un certain point.

117Après 1450, la remise en état a consisté en un repli des activités dans la haute-cour. Des documents, certes tardifs, laissent à penser que la basse-cour est plus ou moins laissée à l’abandon ; les structures de défense ne sont pas relevées et l’on en conserve les ruines. La disposition et l’organisation du logis, perpendiculaire à la vieille courtine, sont conservées, mais son ampleur est réduite d’un étage et on lui intègre la chapelle, alors que l’ancienne chapelle, de l’autre côté de la cour, est affectée à d’autres usages.

118Cette remise en état, tout compte fait médiocre, trahit à la fois le désintérêt pour la résidence de Neuilly, malgré le prestige ancien qui l’imprégnait, et l’affaiblissement des ressources, sérieusement entamées après un siècle de troubles et de gestion difficile.

Notes

1 Calvados, canton d’Isigny-sur-Mer (fig. 2, p. 38).

2 Toute la documentation concernant le site de Neuilly est tirée de : H. Elhaï, La Normandie occidentale entre la Seine et le golfe normand-breton : étude morphologique, Bordeaux, Bière, 1963, p. 150-159 ; M. Hubert, « La baie des Veys », Annuaire des cinq départements de la Normandie, 1973, p. 10-24,34-37 et 63-76 ; Id., « Les difficultés de circulation entre le Bessin et le Cotentin du XVIIIe au XIXe siècle », BSAN, LIX, 1967-1989, p. 173-216 ; et des entretiens avec Messieurs Coutard et Ozouf du laboratoire de géomorphologie de l’université de Caen, lors de carottages sur le site du château de Neuilly, en février 1996. Un mémoire du XVIIIe siècle rapporte l’envahissement des marais en 1263, ADM, G 412.

3 S. Lebecq observe que la seconde transgression dunkerkienne (300-600 apr. J. C.) submerge et détruit le cordon littoral qui longe la plaine maritime de la Flandre, alors qu’aux IXe, XIe et XIIe siècles, ce même littoral est ravagé par des raz-de-marée (« L’homme et le milieu marin dans le bassin des mers du Nord au début du Moyen Âge », in L’Homme et la nature au Moyen Âge (Actes du Ve congrès international d’archéologie médiévale, Grenoble, 1993), M. Collardelle (dir.), Paris, Errance, 1996, p. 180-188).

4 A. de Beatis, Voyage du cardinal d’Aragon en Allemagne, Hollande, Belgique, France et Italie (1517-1518), traduit de l’italien par Mme Havard de la Montagne, Paris, Perrin, 1913, p. 170-171. Calcul du coefficient de marée par le Service hydrographique et océanographique de la Marine, Brest, www.shom.fr

5 Cette position qui se lit bien dans le paysage d’aujourd’hui a été confirmée par la réalisation des courbes d’altitude suivant deux axes perpendiculaires nord-sud et est-ouest qui ont couvert toute l’emprise du château : le sol de l’emprise du château se situe à 2 mètres au-dessus du niveau supérieur des marais asséchés qui culmine à 4 mètres au-dessus du niveau de la mer. Les quatre carottages ont démontré le caractère naturel de la butte. Dans la cour actuelle, immédiatement sous le pavage de galets, on rencontre une couche de remblais épaisse de 60 à 80 centimètres, composée d’un mélange de terre mêlée de pierres et de fragments de charbon de bois. Une nappe phréatique secondaire lui est immédiatement sous-jacente ; elle s’est logée sur le sol naturel fait d’un matériau argilo-limoneux mêlé de débris carbonatés ; cette argile de couleur gris-bleu, plastique et compacte, est épaisse d’environ 8 mètres ; en effet, le puits de la cour, profond de 8 mètres, plonge jusqu’à la nappe phréatique principale, sur les galets d’une des terrasses anciennes de la Vire. Les sondages effectués aux extrémités nord et sud ont révélé une structure moins complexe. Une couche d’humus tourbeux, épaisse d’environ 50 centimètres, repose directement sur du limon argileux dont le niveau supérieur est à peine mêlé de débris liés à l’occupation humaine. Cependant la nappe phréatique secondaire est logée à environ 1,80-2 mètres du sol actuel. Ces sondages tendent à prouver que le château de Neuilly a été implanté sur un dôme d’argile compacte et plastique, d’origine naturelle, formant une île au milieu des marais régulièrement inondés par les marées hautes. Ce matériau est particulièrement favorable pour y fonder un édifice. Mais les constructeurs ont, semble-t-il, tenu à renforcer et stabiliser cette surface, en y enfonçant des pieux de bois ; c’est ainsi que peuvent être interprétés, faute d’indices contraires, les pieux mis au jour dans la basse-cour, lors de travaux de terrassement et bien conservés grâce au milieu très humide. Mais l’hypothèse de vestiges d’édifices en bois n’est pas à exclure.

6 D. Bertin, « Voies et sites gallo-romains de Basse-Normandie », AN, 1975, 2, p. 68-69. Sur la carte de Cassini, ces voies anciennes sont encore bien visibles et distinctes des routes nouvelles (fig. 23).

7 Le passage du Grand Vey est établi en pleine mer sur 8 kilomètres de long, d’est en ouest, vraisemblablement sur la base du cordon littoral submergé. Il relie le hameau de Saint-Clément, sur la rive orientale, au hameau de Brucheville, sur la rive occidentale. Il faut traverser trois fleuves et leurs bras divagants (l'Aure, la Vire et la Douve). Il faut aussi affronter les bancs de sable et les vasières. La traversée ne peut s’effectuer que sous la conduite d’un passeur qui, seul, connaît l’heure propice du départ, à marée descendante et les lieux de passage qui peuvent changer d’une marée à l’autre. L’existence d’un passeur est attestée au XVIe siècle par Gilles de Gouberville (Journal de Gilles de Gouberville, E. de Robillard de Beaurepaire (éd.), MSAN, XXXI, 1893, p. 664). Ce passage a été au Moyen Âge le théâtre d’épisodes dramatiques et tumultueux. Wace, dans le Roman de Rou, rapporte le passage périlleux, en 1047, par le jeune duc Guillaume lorsqu’il apprend, alors qu’il séjourne à Valognes, la conspiration de quelques grands de son entourage (vers 3640-3684, « Guillaume le Bâtard depuis son avènement jusqu’en janvier 1047 », traduction en français moderne du Roman de Rou par J. Lepetit, Art de Basse-Normandie, 70, hiver 1976-1977, p. 16-17). En novembre 1356, l’armée navarraise qui poursuit des troupes françaises, à l’issue d’une chevauchée dans le Cotentin, se perd en partie dans les gués de Saint-Clément (Chronique des quatre premiers Valois (1327-1393), S. Luce (éd.), Paris, Vve de J. Renouard, 1862, p. 66). En avril 1450, les chefs de l’armée française hésitent à attaquer l’ennemi anglais au passage des gués, dangereux pour la cavalerie française et trop favorables à l’infanterie anglaise. Malgré les réticences, l’arrière-garde anglaise est attaquée, mais la marée montante sépare les combattants. Le lendemain seulement, le comte de Clermont passe les gués et entre dans le Bessin vers Formigny (R. Blondel, Reductio Normannie, livre troisième, in Œuvres de Robert Blondel, II, A. Héron (éd.), Rouen, Lestringant, 1893, P. 350-355)

8 L. Huet, Histoire civile, religieuse et commerciale d’Isigny (Calvados), Caen, Brunet, 1909, p. 5 ; C. Estienne, La Guide des chemins de France, Paris, Estienne, 1553, p. 129 : « A Isigny passe un bras de mer nommé le petit Vay qui ne dure que demie lieue a la différence du grand Vay qui est fort dangereux et dure deux lieues ». Entre 1804 et 1824, les deux bras de la Vire, à cet endroit, furent resserrés et un pont de pierre construit à Auville.

9 D. Bertin, « Voies et sites... » ; C. Bouhier, « Les travaux de voirie au Moyen Âge », AN, décembre 1960, 4, p. 332. La voie Saint-Lô-Carentan figure encore sur la carte de Cassini à l’est de la nouvelle route ; aujourd’hui elle n’est plus qu’un chemin interrompu par endroits.

10 L. Huet, Histoire..., p. 3-16.

11 L. Musset, « Un prélat du XIe siècle : Odon de Bayeux », Art de Basse-Normandie, 76, hiver 1978-1979, p. 12-18 et 47 ; V. Bourrienne, Odon de Conteville, évêque de Bayeux, Évreux, Impr. de l’Eure, 1900 ; Id., Un grand bâtisseur : Philippe de Harcourt, évêque de Bayeux (1142-1163), Paris, Naert, 1930 ; D. Bates, « The Character and Career of Odo, Bishop of Bayeux (1049-50 – 1097) », Speculum, 50, no 1, janvier 1975, p. 1-20 ; S.E. Gleason, An Ecclesiastical Barony of the Middle Ages. The bishopric of Bayeux (1066-1204), Cambridge, Harvard University Press, 1936 ; F. Vatin, Le Château de Neuilly (l’Évêque ou la Forêt) au XIVe siècle, Saint-Lô, Éd. de Scripta, 1934.

12 V. Bourrienne, Antiquus cartularius ecclesie baiocensis ou Livre Noir du chapitre, Paris – Rouen, Picard et fils – Lestringant, 1902-1903 ; É. Anquetil, Le Livre Rouge de l’évêché de Bayeux, Bayeux, Société des sciences, arts et Belles-Lettres, 1908-1911 ; aveux de 1453 et 1475, ADC, G chapitre de Bayeux 207 et G chapitre de Bayeux 421 fo 19-20 ; testament de l’évêque Jean de Boissey en 1412, BNF, Fonds Moreau, 1161 fo 559-562 vo ; « Compte de la recepte et mesnagerie du temporel de Bayeux... en 1436 », ADC, G chapitre de Bayeux 205.

13 Forêt et parc de Neuilly au XVIIIe siècle, ADC, G 37 ; réparations à faire au château de Neuilly en 1777, ADC, G 38 ; plan de Neuilly par Noel Avisse en 1617, ADC, G chapitre de Bayeux 312 ; plan et description de la paroisse de Neuilly (XVIIIe siècle), ADC, Fi 6 G 313 ; dossiers de contestation concernant la navigation sur la Vire (É. Parey, « De la navigation sur la Vire au Moyen Âge », NMD, 1851, p. 32-87).

14 A. de Caumont, Statistique monumentale du Calvados, II, Arrondissements de Vire et de Bayeux, Paris – Caen, Derache, Didron et Dentu – Le Blanc-Hardel, 1857, p. 736-738 ; F.A. Maugendre, Le château de Neuilly et L’entrée du château de Neuilly, gouaches vers 1840, Musée Baron Gérard, Bayeux.

15 D. Bates, « Notes sur l’aristocratie normande. Hugues, évêque de Bayeux (c. 1011-1049) », AN, 1973,1, p. 10-11.

16 La forêt de Vouilly, à l’est de Neuilly, a disparu aujourd’hui. En 1035-1037, elle doit sans doute être confondue avec la forêt de Neuilly détenue par les évêques de Bayeux avant 1155, telle qu’en fait foi la donation, par l’évêque Philippe de Harcourt, des dîmes de la forêt de Neuilly, d’après V. Bourrienne, Antiquus cartularius..., I, p. 225. La carte de Cassini montre bien que la forêt de Neuilly s’étend à l’est jusqu’à Vouilly et au sud jusqu’à Lison et au-delà (fig. 23).

17 Au nord du village de Neuilly.

18 Au sud du village de Neuilly, dans les marais.

19 Il faut accepter avec l’abbé Bourrienne la lecture de Neuilly pour Mulgei (Un grand bâtisseur..., 19).

20 Au sud-est de Neuilly.

21 À l’est de Neuilly.

22 Au sud-est de Neuilly.

23 Ce domaine non localisé, en 1035-1037, pourrait cependant être confondu avec la terre de la Conseillère, sise aux Oubeaux à l’est de Neuilly, que nous savons être entre les mains d’une famille Suhard dans la seconde moitié du XVe siècle (Aveu et dénombrement de 1475). Les Suhard sont aussi possessionnés à Isigny dès le début du XIIe siècle.

24 Les ducs de Normandie ont, très tôt après leur accession, retrouvé le contrôle de bois et de forêts passés entre les mains de particuliers (A. Debord, « Châteaux et forêts en France aux XIe et XIIe siècles », in Le Château, la chasse et la forêt, A. Chastel (dir.), Bordeaux, Éditions Sud-Ouest (Les cahiers de Commarque), 1990, p. 32).

25 Cette interprétation est fondée sur les remarques de C. Higounet, « Les grandes haies forestières de l’Europe médiévale », in Paysage rural : réalités et représentation (Actes du Xe congrès des historiens médiévistes de l’enseignement supérieur public, Lille – Villeneuve-d’Ascq, 1979). Revue du Nord, LXII, no 244, janvier-mars 1980, p. 213-220.

26 En 846, le Bessin est occupé et ravagé par les Bretons (A. Chédeville, H. Guillotel, La Bretagne des saints et des rois (Ve-Xe siècle), Rennes, Éditions Ouest-France, 1984, p. 266).

27 Cette réorganisation crée un ensemble tourné vers le nord et rattaché au littoral de la Manche ; en plus du Bessin et du Cotentin, il comprend le Corlois, l’Otlinga Saxonia et Harduini, l’Hiémois et le Lieuvin. L’évêque Évrard est assisté de l’abbé Thierry, de Herluin et de Harduin (É. Deniaux, C. Lorren, R Bauduin, T. Jarry, La Normandie avant les Normands, de la conquête romaine à l’arrivée des Vikings, Rennes, Éditions Ouest-France, 2002, p. 388).

28 En 858, le Bessin est ravagé par les Vikings et l’évêque de Bayeux Baldfridus est tué (ibid., p. 395).

29 Ibid., p. 368 et 375. Deux microtoponymes Scandinaves ou saxons sont attestés dans la région de Neuilly : Hiégathe sur une butte des marais au sud-ouest du village de Neuilly et Oistreham dans la paroisse de Vouilly à l’est. Le « fieu doistreham » est attesté en 1475 dans 1 aveu et dénombrement du temporel rédigé sous l’épiscopat de Louis de Harcourt, ADC, G 421 fo XX vo.

30 L. Musset, « La naissance de la Normandie », in Histoire de la Normandie, M. de Boüard (dir.), Toulouse, Privat, 1970, p. 98 ; J. Le Patourel, The Norman Empire, Oxford, Oxford University Press, 1976, p. 3-4 ; D.C. Douglas, « The Rise of Normandy », Proceedings of the British Academy, XXXIII, 1947, p. 104-109.

31 É. Deniaux, C. Lorren, P. Bauduin, T. Jarry, La Normandie avant les Normands..., p. 404.

32 Un indice du caractère public de ces terres est fourni par une source tardive. Au début du XVe siècle, les habitants de Quinéville (Manche, arrondissement de Valognes), sur la côte est du Cotentin, à 32 kilomètres au nord de Neuilly, doivent le guet au château de Neuilly en contrepartie de droits dans la forêt royale de Brix (Le Coutumier d’Hector de Chartres, édité par A. Roquelet, La Vie de la forêt normande à la fin du Moyen Âge, II, Rouen, Société de l’histoire de Normandie, 1995, p. 126). La forêt de Brix s’étendait au nord du Cotentin entre Valognes et Cherbourg (J.-L. Adam, « La forêt de Brix », Mémoires de la Société académique de Cherbourg, 15,1894-1905, p. 345-363 ; A. Plaisse, « La forêt de Brix au XVe siècle », AN, 1964, 4, p. 411-443). Ce service de guet dans un château privé moyennant des droits dans une forêt royale serait une survivance de droits anciens dans une forêt publique contre l’obligation du guet dans un établissement public. En Auvergne, G. Fournier pense que cette situation est une survivance d’un régime fiscal archaïque de caractère public, qui remonterait à l’installation, par les autorités, d’un établissement de défense (Le Peuplement rural en Basse-Auvergne durant le Haut Moyen Âge, Paris, PUF, 1962, p. 388 ; « Peuplement et paysages au Moyen Âge », in Les Monts d’Auvergne, P. Bressolette (dir.), Toulouse, Privat, 1983, p. 125).

33 Restitution en 1074 à l’Église de Bayeux des biens confisqués à Grimoult du Plessis en 1047 (P. Marcheguay, « Chartes normandes de l’abbaye de Saint-Florent », MSAN, XXX, 1880, p. 700 703) ; confirmation, par Robert Courteheuse, en 1089, des donations faites par son père Guillaume le Conquérant, qu’il augmente de quelques maisons et de revenus (V. Bourrienne, Antiquus cartularius..., I, p. 6) ; enquête réalisée, en 1133, par ordre du roi Henri Ier, sur les services féodaux dus par l’évêque de Bayeux (A.-L. Léchaudé d’Anisy, « Extraits des chartes et autres actes normands ou anglo-normands qui se trouvent dans les archives du Calvados », MSAN, VIII, 1834, p. 426-429) ; bulle du pape Lucius II en 1144, énumérant les biens de l’Église de Bayeux par ordre de leur entrée dans le temporel (éditée par V. Bourrienne, Un grand bâtisseur..., p. 16-19) 1 enquête ordonnée par Geoffroy Plantagenêt, vers 1144, concernant les biens, droits, libertés et franchises de l’Église de Bayeux sous l’épiscopat d’Odon de Conteville (V. Bourrienne, Antiquus cartularius..., I, p. 45-48) ; compte rendu d’une reconnaissance ordonnée, entre 1165 et 1189, par Henri II Plantagenêt sur la coutume d’Isigny et de Neuilly (ibid., p. 56-57). Ces textes ont été l’objet de recherches et d’études approfondies qui privilégient l’étude de la mise en place des structures féodales en ignorant la nature des terres qui entraient dans le temporel de Bayeux : S.E. Gleason, An Ecclesiastical Barony... ; H. Navel, « L’enquête de 1133 sur les fiefs de l’évêché de Bayeux », BSAN, XLII, 1934, p. 5-80 ; Id., « Recherches sur les institutions féodales en Normandie », BSAN, LI, 1948-1951, p. 1-76 ; V. Bourrienne, Un grand bâtisseur...

34 V. Bourrienne, Antiquus cartularius..., I, p. 6-8.

35 Orderic Vital, Historia ecclesiastica, A. Le Prévost (éd.), Paris, Renouard, 1838-1855, III, p. 291-292.

36 A.-L. Léchaudé d’Anisy, « Extraits des chartes... », p. 429-430 et 426.

37 ... mareschum et herbergium ejus cum junco et arundine ita quod Odo episcopus et Toroldus et Ricardus filius Sansonis ea in dominico suo habuerunt (V. Bourrienne, Antiquus cartularius..., I, p. 47).

38 Entre 1165 et 1189, Henri II Plantagenêt reconnaît la coutume d’Isigny et de Neuilly (ibid., p. 56-57). Ces foires et marchés peuvent raisonnablement être considérés comme des fondations épiscopales. Voir L. Musset, qui considère que le droit de foire avait précocement cessé d’être un monopole ducal (« Foires et marchés en Normandie à l’époque ducale », AN, 26,1976, p. 15).

39 L’absence de sources écrites et de fouilles archéologiques ne permet pas de conclure que cette emprise très vaste était celle du château initial ou bien le résultat d’extensions postérieures à la construction primitive.

40 Les vavasseurs de Neuilly doivent la garde au castrum de Neuilly (A.-L. Léchaudé d’Anisy, « Extraits des chartes... », p. 426).

41 Cet épisode intervient dans les luttes de succession qui ont suivi la mort de Guillaume le Conquérant, l’année précédente. Odon s’est rallié à Robert Courteheuse, duc de Normandie, après avoir soutenu Guillaume le Roux, roi d’Angleterre. Il a été chassé d Angleterre après y avoir subi défaite militaire et capitulation. Tapis à Neuilly, ses hommes s’emparent pendant l’été 1088 de Robert de Bellême et d’Henri Beauclerc qui viennent de débarquer à Barfleur et se dirigent vers Bayeux. Henri est emprisonné à Bayeux, Robert, lui, est retenu à Neuilly (Orderic Vital, Historia ecclesiastica, III, p. 291-292 ; V. Bourrienne, Odon de Conteville..., p. 100-110 ; L. Musset, « Odon de Bayeux », p. 12-18).

42 M. Daliphard, « Seigneurs et châteaux dans le Pays d’Auge aux XIe et XIIe siècles. Introduction à une étude archéologique de l’habitat seigneurial fortifié », École nationale des Chartes, Positions de Thèses, 1981, p. 78 ; M. Chibnall, « Orderic Vitalis on Castles », in Studies in Medieval History presented to R. Allen Brown, Woodbridge, The Boydell Press, 1989, p. 43-56 ; A. Renoux, « Résidences et châteaux ducaux normands au XIIe siècle : l’apport des sources comptables et des données archéologiques », in L’Architecture normande au Moyen Âge (Actes du colloque de Cerisy-la-Salle, 1994), M. Baylé (dir.), Caen, Presses universitaires de Caen, 1997,1, p. 199-200 ; Id., « Châteaux normands du Xe siècle dans le De Moribus et Actis Primorum Normanniae Ducum de Dudon de Saint-Quentin », in Mélanges d’archéologie et d’histoire médiévales en l’honneur du doyen Michel de Boüard, Genève, Droz, 1982, p. 327-346 ; A. Debord, « Motte castrale et habitat chevaleresque », ibid., p. 83-89 ; G. Fournier, Le Château dans la France médiévale, Paris, Aubier Montaigne, 1978, p. 28.

43 Ils ont aujourd’hui disparu mais le sol de la cour actuelle porte nettement les traces de leur arasement alors que le parement extérieur était conservé pour constituer la clôture de la cour au nord de la chapelle (Pl. XIV, fig. 27).

44 Serlon, De capta baiocensis civitate, RHGF, XIX, p. xciv.

45 À Rochester, des fouilles récentes ont mis au jour les vestiges d’un établissement primitif consistant en une large enceinte close de fossés et talus et la présence probable d’une motte dans l’angle sud-est. Le complexe était très certainement la base de la puissance militaire d’Odon, et le centre administratif de ses domaines du Kent. S’il n’existe pas de preuves tangibles de l’existence des autres châteaux mentionnés dans les chroniques, un second château, oublié des textes, peut lui être attribué, celui de Deddington dans l’Oxfordshire. Des fouilles archéologiques menées entre 1947 et 1951 et en 1977-1978 ont mis au jour un établissement de la fin de la période saxonne consistant en une enceinte triangulaire ceinturée de talus et de fossés. Le site est réoccupé, dans la seconde moitié du XIe siècle, par une vaste enceinte triangulaire dotée d’une motte dans l’angle est. La fouille a mis au jour, au pied de la motte, les vestiges d’un bâtiment de pierre en L avec hall et chamber-block qui pourrait, étant donné son ampleur, avoir été élevé par Odon pour en faire le centre administratif de ses domaines de l’Oxfordshire (R.J. Ivens, « Deddington Castle, Oxfordshire, and the English Honor of Odo of Bayeux », Oxoniensa, 49,1984, p. 106 ; C. Flight, A.C. Harrison, « Rochester Castle », Archaeologia Cantania, XCIV, 1978, p. 27-60 ; R.J. Ivens, « Deddington Castle, Oxfordshire. A summary of excavations, 1977-1978 », South Middlands archaeology, 13,1983, P. 34-41).

46 Les sites de La Rivière et de Crespion sont situés au sud de Neuilly, dans le même contexte topographique. Aujourd’hui, les ruines du château de La Rivière ne sont pas antérieures au XIVe siècle ; on sait qu’il existait une motte à Crespion.

47 ). Mesqui, Châteaux et enceintes de la France médiévale, II, La Résidence et les éléments d’architecture, Paris, Picard, 1993, p. 17.

48 A. Renoux, « Châteaux et résidences fortifiées des ducs de Normandie (Xe et XIe siècles) », in Les Mondes normands (VIIIe-XIIe siècles) (Actes du IIe congrès international d’archéologie médiévale, Caen, 1987), H. Galinié (dir.), Caen, Société d’archéologie médiévale, 1989, p. 120.

49 A. Renoux, Fécamp. Du palais ducal au palais de Dieu, Paris, CNRS, 1991, p. 316.

50 Il est très clairement visible sur la carte de Cassini et sur le cadastre de 1825 alors que ne subsistent aujourd’hui que des espaces à peine boisés : le Bois du Parc et la Porte du Parc.

51 ADC, 1 Q 176.

52 ADC, G 38 et Fi 6 G 313.

53 É. Anquetil, Le Livre Rouge..., I, p. 189-190.

54 Ibid., p. 15.

55 Le qualificatif de rouge est un trait réaliste lié à l’argile et au grès rouge qui affleurent sur le plateau. Les observations sur le terrain n’ont pas permis de retrouver des vestiges de clôture (talus, fossé, mur).

56 ADC, G 312.

57 É. Anquetil, Le Livre Rouge..., I, p. 36-37 ; Arch, nat., X 1^ 3 fo 14 v ; ADC, G 421, dénombrement du temporel en 1475, fo 46.

58 ADC, G 421 fo 46 vo.

59 É. Anquetil, Le Livre Rouge..., I, p. 17.

60 Nous avons signalé plus haut que cette appellation, attestée à partir du début du XIIIe siècle, doit remplacer l’appellation forêt de Vouilly rencontrée dans l’acte de 1035-1037.

61 Carte de Cassini (fig. 23) ; ADC, G 312 ; plan de Neuilly en 1617 ; ADC, Fi 6 G 313 ; plan de Neuilly au XVIIIe siècle.

62 Elle fait environ 770 hectares sur le plan du XVIIIe siècle alors que sa mise en vente en 1843 annonce une superficie de 675 hectares (ADC, G 37).

63 Dans un acte de confirmation de dîmes dans la forêt de Neuilly daté des années 1205-1231, il est précisé :...et décimas forestae nostrae de Nulleio intrafossata Odonis episcopi sitas (V. Bourrienne, Antiquus cartularius..., I, p. 328-329). Un acte antérieur, émis par l’évêque Henri entre 1165 et 1205, cite une pièce de terre sise près de la forêt (prope forestam) et entre le fossé de la forêt et le ruisseau de la Pissotte (inter fossatum foreste... et rivulum qui vocaturpissotam) (É. Anquetil, Le Livre Rouge..., II, p. 353-354).

64 V. Bourrienne, Antiquus cartularius..., I, p. 56-57.

65 Quatre forestiers, Perrin le Coq, lean le Coutard, Mathieu de Parfouru et Richard la Forest, comparaissent comme témoins dans un litige entre l’évêque et le sire d’Airel, ADC, G 7. Il s’agit d’un dossier constitué en 1684, établissant les droits du sire d’Airel dans la forêt de Neuilly. Le dossier contient des copies d’actes des XIVe, XVe et XVIe siècles.

66 L’aveu et dénombrement du temporel précise les droits et servitudes de la forêt de Neuilly et signale les « deux sergens fieuffes pour les garder (le parc et la forêt) et aultres sergens et gardes que mondit seigneur y peult commettre », ADC, G 421 fo 46.

67 V. Bourrienne, Antiquus cartularius..., II, p. 225-226.

68 É. Anquetil, Le Livre Rouge..., II, p. 19.

69 Il s’agit de la collégiale du Plessis-Grimoult.

70 É. Anquetil, Le Livre Rouge..., I, p. 191.

71 Ibid., II, p. 343.

72 Ibid., I, p. 185.

73 ADC, G 7; Arch, nat., JJ 75 fo 87; ADC, G 312 fo 46-47.

74 ADC, G 312, Plan de Neuilly en 1617 ; ADC, Fi 6 G 313, Plan et description de la paroisse de Neuilly, XVIIIe siècle.

75 En 1617, le plan de Noel Avisse en signale treize, immédiatement à l’ouest du château ; elles figurent encore sur la carte de Cassini, et Dumoulin en compte cinq, possédant chacune trois fourneaux. Il rappelle que ce sont des portions de fiefs appartenant à l’évêque de Bayeux et note également que l’origine du droit et du privilège est inconnue (Dumoulin, Géographie ou description générale du royaume de France divisé en ses généralités, III, Généralité de Caen, Paris, Leclerc, 1765, p. 48).

76 En 1378, des terres près de la saline d’un nommé Colin sont baillées à fief, et le preneur est autorisé à aménager une saline moyennant une redevance de six boisseaux de sel par an (É. Anquetil, Le Livre Rouge..., II, p. 12-13). Dix ans plus tard, en 1387, un accord est conclu entre l’évêque et ses vassaux, les Rupalley. Ils possèdent déjà deux salines, dont une en ruine, mais ils en ont aménagé deux nouvelles sans l’autorisation de l’évêque ; ce dernier impose de recevoir chaque année la moitié du montant du bail d’une des quatre salines, celle qui est tenue par Jean Fautras (ibid., p. 35).

77 Livre Rouge (c. 1395), ADC, G 209, f 1o 76 : « ... meson ou loge a faire le sel avec ploms et pour metre les autres choses a cen necessaires et pouvoir cuildre sablon par toute la greve... mote a assoer la pourvens lesdis ploms et autres choses a cen necessaires... ». Au XVIIIe siècle, on a découvert des plombs et des tonneaux enfouis dans le sol des marais (L. Huet, Histoire..., p. 282). Ce mode d’extraction du sel est attesté sur la côte normande depuis au moins le Ier siècle av. J.C. à Villers-sur-Mer, Dives-sur-Mer, Corbon et Périers-en-Auge (F. Delacampagne, Carte archéologique de la Gaule. Le Calvados (14), Paris, Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 1990, p. 20 ; G. Mancel, « Notice sur les salines des côtes centrales de la Normandie », Annuaire des cinq départements de l’ancienne Normandie, 1840, p. 387-400). On amis au jour à Villers-sur-Mer des traces de four, du charbon de bois et des godets d’ébullition (R. Caillaud, E. Lagnel, « Une station de la Tène finale à Villers-sur-Mer », AN, 1964,2, p. 83-102).

78 Le terme « hogue », d’origine Scandinave, désigne dans les régions saunières du monde anglo-normand, soit la saline dans son entier, soit les buttes de sablon, soit la butte naturelle ou artificielle sur lesquelles sont installées la hutte et la chaudière du saunier.

79 Les autres salines du Calvados connaissent à partir du XIIIe siècle un recul très net de leur activité sous le coup d’accidents météorologiques, du retrait de la mer et de la concurrence des marais salants du littoral atlantique (C. Maneuvrier, « La production de sel au Moyen Âge sur le littoral du Calvados », in L'Exploitation ancienne des roches dans le Calvados. Histoire et archéologie, Caen, Conseil général du Calvados, 1999, p. 433-437).

80 On doit y voir la même structure que celle localisée clairement, au sud du château, sur le plan de 1617, le « vivier levesque ». Ce vivier peut être identifié avec la « Fosse Luchon » que nous savons dans le temporel depuis au moins les années 1035-1037 et qui pourrait être un ancien mouillage. En effet, dans un accord intervenu en 1397, concernant les bornes de ce vivier et celles du clos de la dame du Hommet qui tenait le château de La Rivière tout proche, ce vivier est qualifié de Fosse Luchon (É. Anquetil, Le Livre Rouge..., II, p. 200). Une charte de 1135-1150 confirme les droits, non précisés, du chancelier de l’évêché sur la pêcherie depuis le temps de l’évêque Odon et de ses successeurs Richard de Douvres (1107-1133) et Richard de Kent (1135-1142) (V. Bourrienne, Antiquus cartidarius..., II, p. 218-219).

81 En 1206-1231, le chapitre reçoit la dîme des saumons pris dans la Vire et dans tout le domaine de Neuilly (V. Bourrienne, Antiquus cartularius..., I, p. 288-289). En revanche nous ignorons L’origine de la livraison annuelle au chapitre de 1500 anguilles issues de la pêcherie, et dont la reconnaissance par l’évêque n’intervient qu’en 1382 (É. Anquetil, Le Livre Rouge..., II, p. 19).

82 É. Anquetil, Le Livre Rouge..., II, p. 9-10 et 226-230.

83 En 1409, des lettres patentes de Charles VI laissent l’évêque jouir d’une nef pour le passage des piétons, des animaux et des cavaliers. En 1459, un accord est signé entre l’évêque et les habitants de Montmartin au sujet d’un chemin à travers les marais, au débouché du passage, dont l’entretien est reconnu à la charge de l’évêque (ADC, G 8). Ces pièces sont rassemblées dans un dossier composé de copies d’actes du XVe siècle, joint à un arrêt du Conseil d’État qui règle, en 1739, un conflit entre l’évêque de Bayeux et les habitants de Montmartin. Aujourd’hui le paysage a conservé les traces de ce dispositif : le chemin qui descend de Montmartin et les lieux-dits, la Nef du Pas à l’ouest et la Maison du Pas à l’est.

84 A.-L. Léchaudé d’Anisy, « Extraits des chartes... », p. 426.

85 H. Navel, « L’enquête de 1133... », p. 14. L’auteur traduit sergent ou prévôt pour bedel.

86 V. Bourrienne, Antiquus cartularius..., I, p. 56.

87 Ibid., p. 90 ; L. Musset, « Administration et justice dans une grande baronnie normande au XIe siècle : les terres des Bellême sous Roger II et Robert », Cahier des Annales de Normandie, 17,1985, Autour du pouvoir ducal normand (Xe-XIIe siècles), p. 133,137 et 145.

88 En 1195, le sénéchal de Normandie, Guillaume Fils-Raoul, est aussi gardien du château de Caen (L. Musset, « Les prés et le foin du roi », ibid., p. 83).

89 ADC, G 7.

90 ADC, G 205.

91 Dans son aveu et dénombrement du temporel en 1453, l’évêque Zanon de Castiglione signale que « par les fortunes des anciennes guerres plusieurs livres, Chartres et autres ensaignements du temporel... furent ars en une des tours dudit chastel de Neuilly », ADC, G 207 fo 53.

92 É. Anquetil, Le Livre Rouge..., I, p. 187-189.

93 Ce dernier point est attesté tardivement. En 1434, les deux hommes de la paroisse Saint-Pierre de Caen chargés de mener les prisonniers à Neuilly sont exemptés du fouage, BNF, ms. fr. 25405, 344. En 1576, Jacques Hérout rappelle, dans l’aveu d’une vavassorerie qu’il tient de l’évêque, que celui-ci lui doit les quatre fers du cheval lorsqu’il accompagne les officiers de l’évêque qui conduisent à Neuilly les prisonniers condamnés par l’official (A.-L. Léchaudé d’Anisy, « Extraits des chartes... », p. 401).

94 É. Anquetil, Le Livre Rouge..., I, p. 14-20.

95 Nous n’avons aucune preuve qu’Odon de Conteville ait séjourné à Neuilly, bien que cela soit fort probable. Le premier séjour est attesté par un acte de l’évêque Grégoire de Naples signé et daté de Neuilly, en 1275 (É. Anquetil, Le Livre Rouge..., II, p. 359). En 1356, l’évêque Pierre de Vilaines se réfugie au château de Neuilly alors que le Bessin est ravagé par les troupes anglaises après la descente anglaise de l’été, et par les incursions des bandes anglo-navarraises, après la défaite de Poitiers en septembre ; c’est à Neuilly qu’il meurt en 1360 et son corps est inhumé dans la chapelle à la suite du refus, par la Chambre apostolique, qu’il soit inhumé dans la cathédrale de Bayeux, parce qu’il n’avait pas payé les débites ; en 1440, l’évêque Zanon de Castiglione fait transférer ses restes dans la nef de la cathédrale (Gallia Christiana, XI, col. 374). En 1459, Zanon de Castiglione meurt au château de Neuilly (ibid., col. 381). En 1486, Charles de Neufchâtel signe, à Neuilly, une charte d’indulgence en faveur de l’Hôtel-Dieu de Bayeux (mentionnée dans M. Béziers, Mémoires pour servir à l’état historique et géographique du diocèse de Bayeux, Rouen, Lestringant, 1894-1896, II, p. 148).

96 Nicolas du Bosc (1375-1408) fut conseiller général des aides, président de la Chambre des Comptes puis chancelier ; Jean de Boissey (1408-1412) participa au concile de Pise ; Zanon de Castiglione (1432-1459) résida peu et participa aux conciles de Bâle et de Florence.

97 En 1203, Jean sans Peur s’est arrêté deux fois à Neuilly en venant de Barfleur (A.-L. Léchaudé d’Anisy, A. Charma, « Magni Rotuli Scaccarii Normanniae sub regibus Angliae », MSAN, XVI, 1852, p. 82 et 84).

98 A.-L. Léchaudé d’Anisy, « Extraits des chartes... », p. 428.

99 J.R. Strayer, Administration of Normandy under Saint-Louis, Cambridge, The Medieval Academy of America, 1932, p. 58. L’auteur signale que ce dispositif de compensation paraît fixé aux alentours de 1172 sous le nom de scutagium ou auxilium exercitum pour les services de chevalier et qu’il est aussi valable pour la catégorie inférieure de vassaux que sont les vavassores.

100 É. Anquetil, Le Livre Rouge..., I, p. 351-353.

101 Aveu et dénombrement de 1475, ADC, G 421. Le service de guet dû par les hommes de Douvres n’est attesté qu’en 1714, avec son rachat de 10 livres, dans les pieds de gages pièges de la baronnie de Douvres, ADC, G 15.

102 C.H. Haskins, Norman Institutions, Cambridge, Harvard University Press, 1918, p. 14.

103 S.E. Gleason, An Ecclesiastical Barony..., p. 75.

104 L. Delisle, Recueil des jugements de l’Échiquier de Normandie au XIIIe siècle (1207-1270), Paris, Imprimerie impériale, 1864, p. 187.

105 ADC, G 207 fo 39-53 et fo 58-76 et G 421.

106 A.-L. Léchaudé d’Anisy, « Extraits des chartes... », p. 401.

107 P. Contamine, La Guerre au Moyen Âge, Paris, PUF, 1994, p. 177. L’auteur signale qu’en Normandie ces rachats ont pu être réalisés très tôt, dès le XIIe siècle, et ce avec l’autorisation de la monarchie.

108 D. Barthélemy a souligné la présence de ces maisons de chevaliers dans l’enceinte du château de Vendôme dès le XIe siècle (La Société dans le comté de Vendôme de l'an mil au XIVe siècle, Paris, Fayard, 1993, p. 585).

109 Ibid., p. 849. L’auteur signale qu’au contraire, dans le Vendômois, la garde est définie par l’ampleur de l’escorte plus que par la durée.

110 R. Jouet,... et la Normandie devint française, Paris, Mazarine, 1983, p. 43-61 ; F.M. Powicke, The Loss of Normandy (1189-1204), Manchester, Manchester University Press, 1913.

111 É. Anquetil, Le Livre Rouge..., II, p. 351-352.

112 Vers 1340, Jeanne Bacon du Molay aurait refusé d’épouser Geoffroy et lui aurait préféré Guillaume Bertrand, fils de Robert Bertrand, seigneur de Briquebec, et neveu de l’évêque de Bayeux, Guillaume Bertrand (1338-1347). Il est très tentant de voir dans l’expédition de Geoffroy de Harcourt des implications multiples où se mêleraient un conflit entre deux lignages et des allégeances politiques opportunistes. En 1341, Philippe de Valois avait interdit aux familles Bertrand et de Harcourt de s’affronter sous peine de voir leurs biens confisqués. Cette affaire et son issue sont connues par les lettres de rémission accordées à certains condamnés (Arch, nat., X 1A 10 fo 12 vo et 108). Elle est également rapidement mentionnée dans Anonymi Chronicon ab orig mundi, BNF, ms. lat. 4942, fo 178 vo ; F. Vatin, Le Château de Neuilly... ; L. Delisle, Histoire du château et des sires de Saint-Sauveur le Vicomte, Valognes, Martin, 1867, p. 51-53 ; C. Birette, L’Invasion de 1346 dans le Cotentin d’après plusieurs témoins oculaires, Cherbourg, Impr. La Dépêche, 1936 ; R. Jouet,... et la Normandie devint française, p. 125-138.

113 C. Birette, L’Invasion de 1346... ; A. Plaisse, La Grande Chevauchée guerrière d’Édouard III en 1346, Cherbourg, Isoète, 1994. Pendant cette première partie de la guerre de Cent Ans, les Anglais ont évité d’attaquer les villes et les châteaux convenablement fortifiés. Arrivées à Carentan, les troupes d’Édouard III ont continué vers le sud jusqu’à Saint-Lô qui a été mis à sac, puis elles se sont dirigées vers Caen.

114 Lettres de rémission à trois protagonistes, Arch, nat., JJ 87 fo 22 vo.

115 En mars 1357, la trêve conclue avec les Anglais et prolongée jusqu’en juin 1359 débouche sur un traité signé au mois d’août suivant entre le dauphin Charles, régent du royaume, et Charles de Navarre (P. Contamine, La Guerre de Cent Ans, Paris, PUF, 1968, p. 28-32 ; R. Cazelles, Société politique, noblesse et couronne sous Jean le Bon et Charles V, Paris – Genève, Droz, 1982 ; Id., « Le parti navarrais jusqu’à la mort d’Étienne Marcel », Bulletin philologique et historique du CTHS, 1960, p. 839-869 ; G. Minois, Du Guesclin, Paris, Fayard, 1993 ; B. Jacqueline, « La grande pitié des diocèses de Coutances et d’Avranches pendant la guerre de Cent Ans », NMD, 1948, p. 39-45 ; H. Denifle, La Désolation des églises, monastères et hôpitaux en France pendant la guerre de Cent Ans, Paris, Picard et fils, 1897, I).

116 Le Hommet d’Arthenay, Auvers, Saint-Sauveur-le-Vicomte, Le Homme, Sainte-Marie-duMont, Montebourg et Barfleur sont toujours anglaises. Carentan, Cherbourg et Valognes sont navarraises.

117 BNF, ms. fr. 25999, 75.

118 G. Minois, Du Guesclin, p. 359.

119 A. de Caumont, « Relation de la visite des forteresses du baillage de Caen. Faite en vertu du roi en 1371 par Regnier le Coustellier, bailli de Caen, accompagné de Jehan Dubois et Rogier Lemasnier, chevaliers », MSAN, XI, 1840, p. 201.

120 G. Minois, Du Guesclin, p. 424-426.

121 En 1379, l’évêque Nicolas du Bosc décrit avec force misérabilisme le triste état du diocèse de Bayeux et des biens de la mense épiscopale :... nonnulla castra, fortalitia, maneria, domus habitationes et alia loca ad mensam episcopalem Baiocen spectantia pro majori parte destructa existunt... (Lettre du pape Clément VII à l’archevêque de Rouen, citée par H. Denifle, La Désolation des églises..., p. 756). Le pape reprend ce que contenait un courrier reçu de l’évêque Nicolas du Bosc qui demandait que ce qu’il devait au pape soit reporté. S’il force le trait et pousse loin le dénigrement de son prédécesseur, il faut, malgré tout, lui accorder une certaine créance et admettre la baisse des revenus et un certain délabrement des immeubles. Dans les marais de Neuilly, le délabrement dû au manque d’entretien est aggravé au début du XVe siècle par une légère remontée du niveau marin. Ceci est attesté en 1415, dans un aveu du fief de Saint-Lambert à Neuilly, dont 15 acres de près « sont et ne seront jamais d’aucune valeur pource que la mer les couvre et les a gagnes » (cité dans R. Jouet, « Le Cotentin entre 1394 et 1417. Restauration économique ou marasme persistant ? », AN, 20, 1970, 4, p. 260).

122 Les quarante-trois témoins d’une enquête de 1454 sur les limites entre les vicomtés de Bayeux et de Carentan ont entendu dire qu’il y avait eu un détournement volontaire du cours de la Vire pour alimenter les fossés du château. Le plus âgé ayant 73 ans ces travaux ont pu intervenir à partir du milieu du XIVe siècle (É. Anquetil, Le Livre Rouge..., Il, 354-357). La régularité du fossé rectiligne, mentionné « grand fossé ou lit de l’ancienne rivière » sur le cadastre de 1825, incite à y voir le cours forcé aménagé vers 1350. Vers 1600, ce bras a été abandonné lors de la suppression des moulins à marée du château (Pl. XI, fig. 20).

123 BNF, Compte de Pierre de Gorremont, coll. Bourgogne, vol. 104, fo 200 vo.

124 BNF, ms. fr. 26271,427.

125 Le fief d’Argouges, mal documenté, se situait au nord de Bayeux. Thomas de Creully est un parent du baron de Creully.

126 L’acte de reddition est édité dans A.-L. Léchaudé d’Anisy, L. Puiseux, « Rôles normands et français et autres pièces tirées des archives de Londres par Bréquigny en 1764,1765 et 1766 », MSAN, XXIII, 1858, p. 22.

127 Des fiefs sis sur la paroisse de Vaux-sur-Aure, et dépendant de l’évêque de Bayeux, sont attestés dans le recensement effectué en 1153 par l’évêque Philippe de Harcourt (V. Bourrienne, Antiquus cartularius..., I, p. 193-197). Symon Hamon pourrait tenir le fief Hamon attesté tardivement (ADC, G 7).

128 A.-L. Léchaudé d’Anisy, L. Puiseux, « Rôles normands... », p. 42-43.

129 M. Rey, Les Finances royales sous Charles VL Les causes du déficit (1388-1413), Paris, SEVPEN, 1965, p. 429.

130 Éditée par]. Roquelet, La Vie de la forêt normande..., II, p. 126.

131 É. Anquetil, Le Livre Rouge..., II, p. 351-352.

132 A.E. Curry, « Le service féodal en Normandie pendant l’occupation anglaise (1417-1450) », in La France anglaise au Moyen Âge (colloque des historiens médiévistes français et britanniques, Actes du 111e congrès national des Sociétés savantes, section d’histoire médiévale et de philologie, Poitiers, 1986), Paris, CTHS, 1988, p. 235.

133 C.T. Allmand, La Guerre de Cent Ans. L’Angleterre et la France en guerre (1300-1450), Paris, Payot, 1989, p. 52 et 93.

134 R.A. Newhall, The English Conquest of Normandy (1416-1424) : a study in fifteenth century warfare, New Haven, Yale University Press, 1924, p. 93.

135 J. Glénisson, V. Deodato da Silva, « La pratique et le rituel de la reddition aux XIVe et XVe siècles », in Jeanne d’Arc, une époque, un rayonnement (Actes du colloque d’histoire médiévale, Orléans, 1979), Paris, CNRS, 1982, p. 120-122.

136 A.-L. Léchaudé d’Anisy, L. Puiseux, « Rôles normands... », p. 26 et 185.

137 R.-A.-L. Pezet, Les Barons de Creully, Bayeux, Impr. de Saint-Ange-Duvant, 1854, p. 388.

138 R .A. Newhall, The English Conquest of Normandy… p. 217.

139 C.T. Allmand, « L’artillerie de l’armée anglaise et son organisation à l’époque de Jeanne d’Arc », in Jeanne d’Arc..., p. 79.

140 En 1424, une lettre de rémission est accordée à un Anglais de la garnison de Bayeux coupable d’avoir tué un nommé Jean le Boulanger qu’il voulait impliquer dans le meurtre de deux soldats anglais de la garnison de Neuilly (P. Lecacheux, Actes de la chancellerie d’Henri VI concernant la Normandie sous la domination anglaise (1422-1435), extraits des registres du Trésor des chartes aux Archives nationales, Rouen – Paris, Lestringant – Picard fils et Cie, 1907-1908, p. 101-102).

141 C.T. Allmand, Lancastrian Normandy, 1415-1450. The history of a medieval occupation, Oxford, Clarendon Press, 1983, p. 96.

142 A.E. Curry, « Le service féodal... », p. 266 ; A. Baume, Des aspects militaires de l’occupation anglaise de la Normandie pendant la deuxième partie de la guerre de Cent Ans, Thèse de doctorat, Université Paris-Sorbonne – Paris IV, 1978 (dactyl.), p. 88 sq. ; l’auteur souligne que les documents perdus ou éparpillés rendent l’établissement de listes difficiles à établir.

143 ADC, G 205.

144 ADC, G 205 fo 124 vo et 126.

145 ADC, G 205 fo 124 vo.

146 Arch, nat., JJ 185 fo 51, cité dans E. Cosneau, Le Connétable de Richemont, Paris, Hachette, 1886, p. 622.

147 B. Guenée, Entre l’Église et l’État. Quatre vies de prélats français à la fin du Moyen Âge, Paris, Gallimard, 1987, p. 356 et 363.

148 ADC, G 38.

149 ADC, Bibl. du Chapitre de Bayeux, ms. 207, fo 53.

150 2 sur le plan (fig. 26).

151 1 sur le plan (fig. 26).

152 La boulangerie est signalée dans les inventaires de 1731 et 1777 : « ... boullengerie construite dans lancien passage vouté du château... chambre au-dessus du four... », ADC, G 8 et G 38. Sur une aquarelle réalisée en 1845, il ne subsiste plus que la partie inférieure du montant est, épaulé par un contrefort massif, et le départ de l’arc d’une porte charretière.

153 3 sur le plan (fig. 26).

154 Il a été repéré à plusieurs endroits sous la végétation par les propriétaires lors de travaux d’aménagement.

155 Sous le niveau de galets, le parement intérieur de ce mur présente un appareil en arêtes de poisson. Au XVIIe ou XVIIIe siècle, ce mur a été rasé et on n’en a conservé que le parement extérieur comme simple mur de clôture ; ailleurs il a été évidé pour en faire un local de stockage. À cela, s’est ajouté l’aménagement d’un bassin adossé au parement nord du mur, alimenté par une canalisation venant de la cour d’honneur.

156 En 1133, les vavasseurs de Neuilly doivent la garde au castrum de Neuilly. En 1234, nous connaissons le portier/gardien du castrum. En 1300, l’évêque fonde une chapellenie dans son château de Neuilly :... in nostro Castro de Nulleyo... À partir du milieu du XIVe siècle, le terme « chastel » remplace castrum. En 1359, le « chastel » est attaqué par des écuyers. En 1371, le « chastel » de Neuilly est au nombre des forteresses visitées par les envoyés du bailli de Caen (édité par A. de Caumont, « Relation de la visite des forteresses du baillage de Caen. Faite en vertu du roi en 1371 par Regnier le Coustellier, bailli de Caen, accompagné de Jehan Dubois et Rogier Lemasnier, chevaliers », MSAN, XI, 1840, p. 185-204). En 1389, l’évêque achète une rente sur une portion de terre située « devant le chastel de Nully a la porte du petit chastel iouxte le rivière » d’une part et le « petit chastel daultre » (É. Anquetil, Le Livre Rouge..., II, p. 12-13). En 1412, le roi Charles VI reconnaît que le « chastel de Nully » est d’une importance capitale pour la défense du royaume. En 1414-1419, l’évêque Jean Langret garnit d’artillerie le « chastel » de Neuilly. Les capitulations de mai 1418 et d’octobre 1449 mentionnent indifféremment la « forteresse », « le chastel » et « le chastel et place » de Neuilly. Les aveux de la seconde moitié du XVe siècle, et en particulier celui de 1460, émis par l’évêque Louis de Harcourt, mentionnent le « chastel fort clos a muraille » (édité par V. Bourrienne, « Le dénombrement de l’évêché de Bayeux », Baiocana, mai 1909, p. 6-16, novembre 1909, p. 160-167, novembre 1910, p. 145-154).

157 G. Fournier, Le Château dans la France médiévale, p. 28. L’auteur souligne que depuis le BasEmpire les termes castrum et castellum sont utilisés pour désigner toutes sortes d’ensembles fortifiés de terre, de bois ou de pierre. Dans la tapisserie de Bayeux, la motte d’Hastings est qualifiée de castrum. En 1114-1129, le village du Plessis-Grimoult, protégé d’une palissade de bois ou d’un rempart de terre, est qualifié de castrum (É. Zadora-Rio, « L’enceinte fortifiée du Plessis-Grimoult (Calvados). Contribution à l’étude historique et archéologique de l’habitat seigneurial au XIe siècle », AM, III-IV, 1973, p. 167).

158 Le contrefort encore en place sur la courtine orientale ne relève pas de la construction primitive ; le parement nord, vers la basse-cour, présente les traces d’arrachement d’un massif de maçonnerie, maillé au parement, qui pourrait être le vestige d’un contrefort de la courtine primitive.

159 Au nombre des « forts » figurent Sées, Chaillouay, Argences, Ouistreham, Hermanville, Luc, Lion, Mathieu, Bernescq et Trévières. Il s’agit, pour autant qu’on puisse les apprécier, en particulier à Sées, de localités dotées de structures défensives médiocres, ne possédant qu’une cohésion restreinte, appliquées à un quartier réduit et dépourvues de défenses avancées, telles des tours. La ville de Sées n’a jamais possédé d’enceinte fortifiée mais trois « forts », chacun protégeant un quartier bien précis : le « fort » Saint-Gervais enserrait le quartier cathédral, le « fort » Saint-Pierre protégeait le coeur du Bourg-le-Comte et le « fort » Saint-Martin autour de l’abbaye du même nom (F. Neveux, « L’urbanisme au Moyen Âge dans quelques villes de Normandie », in L’Architecture normande au Moyen Âge, I, p. 280). Au même moment, le « fort » de Lisieux est édifié, en 1349-1358, autour du quartier cathédral (C. Engelhard, « Une forteresse épiscopale pendant la guerre de Cent Ans : le fort de Lisieux », in Congrès du millénaire de la Normandie, 911-1911, Rouen, Impr. de L. Gy, 1912,1, p. 139-158).

160 Sont qualifiés d’« ostels » les complexes de Colombières, d’O et de Maisy. Si nous ne connaissons pas l’« ostel » de Maisy, les « ostels » de Colombières et d’O ont conservé, malgré des transformations ultérieures, des structures qui paraissent remonter au XIVe siècle. Ce sont tous les deux des quadrilatères, protégés par des douves en eau. Le complexe castrai est composé d’un mur d’enceinte flanqué de tours d’angle rondes et d’une porte fortifiée précédée d’un pont-levis. Les bâtiments sont disposés autour d’une cour unique et adossés à la courtine. Pour le château d’O (Orne, canton de Mortrée, arrondissement d’Argentan), voir H. de Secogne, in Congrès archéologique de France (IIIe session tenue dans l’Orne en 1953 par la Société française d’archéologie), Paris, Impr. de Daupeley-Gouverneur, 1954. Pour le château de Colombières (Calvados, arrondissement de Bayeux), il s’agit observations personnelles.

161 Calvados, arrondissement de Falaise. Le château de Courcy, dont les parties les plus anciennes doivent remonter aux XIIe-XIIIe siècles, possède une enceinte polygonale composée d’une courtine flanquée de sept tours rondes et d’une tour carrée, et d’une porte fortifiée ; le tout est enserré de fossés en eau. Les bâtiments d’habitation étaient adossés au rempart. La tour sud, plus grosse, pourrait être considérée comme faisant office de tour forte ou donjon (J. L’Hermitte, « Courcy », Art de Basse-Normandie, 3,1956, p. 14-16).

162 Calvados, arrondissement de Bayeux. Le château de Creully possède des structures hétérogènes. Sa reconstruction à partir de 1357, dans un contexte troublé, l’a doté de structures défensives, dont une tour rectangulaire établie sur la courtine, que J. Mesqui baptise tourbeffroi, c’est-à-dire une tour forte dépourvue de fonction d’habitat (E. Impey, « Le château de Creully », in L’Architecture normande au Moyen Âge, II, p. 315 ; J. Mesqui, Châteaux et enceintes de la France médiévale, I, De la défense à la résidence, Paris, Picard, 1991, p. 96-105).

163 É. Anquetil, Le Livre Rouge..., II, p. 12-13.

164 M. de Bernard, Le Château de Caen, Caen, CRAM, 1979, p. 100.

165 6 sur le plan (fig. 26). Cet escalier est aujourd’hui abrité dans un appendice, très postérieur formant aile au logis. Dans l’inventaire de 1731 il est ainsi décrit : « ... escallier basty et pratiqué en partye dans lespoisseur des murs de lancien chasteau... », ADC, G 8 fo 33.

166 T sur le plan (fig. 26).

167 Une carte postale du début du siècle le présente avant l’arrachement des contreforts, 9 sur le plan (fig. 26).

168 A. de Beatis, Voyage du cardinal d’Aragon..., p. 171.

169 La documentation concernant les moulins à marée est extraite de l’ouvrage de J.-L. Boithias et A. de La Vernhe, Les Moulins à mer et les anciens meuniers du littoral, Nonette, Créer, 1989.

170 Ibid., p. 13-14.

171 Mentions en 1207 et 1330 à Dieppe, en 1235 à Veules-les-Roses, en 1277 aux Ponts-d’Ouves près de Carentan, au XIVe siècle à Ouistreham et Cherbourg (A. Plaisse, « Le moulin à marée de Cherbourg », Cahier des Annales de Normandie, 23,1990, Recueil d’études en hommage à Lucien Musset, p. 371-384).

172 ADC, G 8 fo 34 et G 38, inventaires de 1731 et 1777 ; 8 sur le plan (fig. 26).

173 Le décor des fenêtres défigurées peut malgré tout être restitué en se référant aux fragments qui subsistent aux fenêtres du mur sud mais surtout à celles, mieux conservées, du pignon est (Pl. XV).

174 D. Jalabert, « La flore gothique ; ses origines et son évolution du XIIe au XVe siècle », Bulletin monumental, 1932, p. 199-205.

175 J. Vallery-Radot, La Cathédrale de Bayeux, 2e éd., Paris, Laurens, 1958 ; J.-J. Bertaux, « La cathédrale de Bayeux », Art de Basse-Normandie, 54,1969, p. 19-44.

176 É. Anquetil, Le Livre Rouge..., I, p. 14.

177 A. de Caumont, Statistique monumentale du Calvados, II, p. 738 (fig. 27) et gouache de F.A. Maugendre, Musée Baron Gérard, Bayeux (Pl. XI, fig. 21) ; 4 et 5 sur le plan (fig. 26).

178 Ce type de matériau très léger, issu des bancs de calcaire qui affleurent à l’ouest de la Vire, semble avoir été privilégié, dans la région, pour la construction de voûtes. La voûte d’une salle basse d’une tour du château de Colombières est élevée dans ce même matériau.

179 Ces arcades ont été obturées au XVIIIe siècle par un appareil de briques qu’on retrouve dans d’autres parties du bâtiment.

Table des illustrations

Légende Fig. 23 – Le site de Neuilly au XVIIIe siècle, Carte de Cassini, feuille 94 (Bayeux), 1759
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7157/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende Fig. 24 – Schéma d’occupation des marais
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7157/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Légende Fig. 25 – Le site du château en 1825 (cadastre ADC)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7157/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 147k
Légende Fig. 26 – Hypothèses de reconstitution du château de Neuilly
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7157/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 146k
Légende Fig. 27 – Dernier état au milieu du XIXe siècle (A. de Caumont, Statistique monumentale du Calvados, II, Arrondissements de Vire et de Bayeux, Paris – Caen, Derache, Didron et Dentu – Le Blanc-Hardel, 1857, p. 738)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7157/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 185k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Volume papier

leslibraires.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search