Version classiqueVersion mobile

Les Évêques aux champs

 | 
Marie Casset

Annexe : monographies de sites

Le manoir des archevêques de Rouen à Louviers1

Texte intégral

  • 1 Eure, chef-lieu de canton (fig. 2, p. 38).
  • 2 D. Cliquet, Carte archéologique de la Gaule. L’Eure (27), Paris, Académie des Inscriptions et Bell (...)
  • 3 T. Bonnin, Le Cartulaire de Louviers : documents historiques originaux du Xe au XVIIIe siècle, Évr (...)
  • 4 Plan de Louviers au XVIIIe siècle, ADSM, 12 Fi 6 ; plan de Louviers en 1730, gravure sans date, AD (...)
  • 5 A. Levasseur, Histoire de Louviers, Pacy-sur-Eure, Grateau, 1914 ; P. Dibon, Essai historique sur (...)
  • 6 ADSM, G 634 (1367-1368) et G 635 à 644.

1Louviers se situe à environ 27 kilomètres au sud de Rouen, sur la rive gauche de l’Eure, aux franges orientales du plateau du Neubourg dans le diocèse d’Évreux. L’agglomération est un site d’occupation ancienne, attesté dès l’époque préhistorique, occupation qui a perduré aux époques gallo-romaine et mérovingienne2. Le domaine de Louviers (Locus Veris) est propriété ducale jusqu’à son entrée dans le temporel de l’Église de Rouen, en 1197. La résidence des archevêques a commencé à disparaître du paysage de Louviers après un arrêt royal de 1628 qui en autorise la démolition3. Le souvenir du château qui n’est plus identifiable sur les plans et les représentations de Louviers des XVIIe et XVIIIe siècles4 est devenu très flou et au XIXe siècle, les érudits s’affrontent quant à sa localisation5. Les structures médiévales et leur évolution aux XIVe et XVe siècles ne sont connues que par les comptes des travaux menés en 1367-1368 et de 1403 à 14416.

Les conditions de l’installation

Entrée dans le temporel en 1197

  • 7 Cartulaire de Philippe d’Alençon, ADSM, G 7,672.
  • 8 V. Tabbagh, « Le temporel des archevêques de Rouen aux derniers siècles du Moyen Âge », Journal of (...)
  • 9 Un acte de 1227 cite un jardin situé près du jardin (ortum) de l’archevêque, ADE, Grand Cartulaire (...)

2Le domaine de Louviers (manerium de loveriis cum omnibus pertinenciis et libertatibus et liberis consuetudinibus suis cum ministerio) entre dans le temporel de l’Église de Rouen en 1197, à la faveur de l’échange des Andelys, en même temps que Dieppe et l’Aliermont7. Ce domaine devient un des fleurons du temporel archiépiscopal ; en 1400, avec la seigneurie de Pinterville, il rapporte 1152 Lt, dîmes exclues8 ; Louviers est ainsi au quatrième rang, quant au rapport financier, des seigneuries archiépiscopales après Dieppe, Aliermont et Gaillon. L’acte de donation ne signale aucune résidence, mais l’archevêque pourrait avoir choisi d’occuper une résidence royale. Cependant, la localisation du manoir suggère une construction par l’archevêque, dans un site choisi par lui, entre 1197, date de la donation, et 1227, date de sa première attestation9.

Localisation et emprise

  • 10 P. Dibon, Essai historique sur Louviers.
  • 11 M. Charpillon, A. Caresme, Dictionnaire historique de toutes les communes de l’Eure, Les Andelys, (...)
  • 12 La ville de Louviers se dote de remparts à partir de 1366 (P. Contamine, « La ville dont le seigne (...)
  • 13 ADSM, G 969. L’acte de Charles VI paraît être l’issue d’un conflit entre l’archevêque qui renforce (...)
  • 14 ADSM, G 969.

3De nombreuses hypothèses ont été émises pour la localisation du séjour. Pour certains, il se situait dans l’angle nord-ouest de l’agglomération, où une rue de la Citadelle aurait pérennisé son existence, alors que l’enclos n’était plus occupé, au XVIIIe siècle, que par un cimetière10. Une seconde tradition privilégie l’angle sud-ouest entre la porte du Neubourg et un bras de l’Eure à son entrée dans la ville, là où la rue du Châtel débouche sur les anciens remparts et les fossés comblés de la ville11. La seconde hypothèse est la plus vraisemblable et quelques indices, issus des sources médiévales, plaident en faveur de cette installation aux franges de l’agglomération qui n’était pas encore fortifiée12. L’acte de Charles VI qui autorise, en 1383, l’archevêque à réédifier et renforcer la « forteresse de sondit hostel » suggère que celle-ci serait proche d’une porte édifiée depuis que la ville a été fortifiée13. En mai 1426, l’archevêque est autorisé, malgré l’hostilité des habitants de Louviers, à détourner une partie de l’eau de la rivière pour alimenter les fossés de son « chastel »14. Ces deux données confirment l’hypothèse inspirée par la rue du Châtel, à savoir que la résidence des archevêques se déployait aux limites sud de la ville entre la porte du Neubourg et un bras de l’Eure.

  • 15 ADSM, G 634 fo 8.

4Aucune source ne permet d’évaluer l’emprise de l’enclos et sa liaison avec le rempart urbain à partir de 1366. Le seul point assuré est qu’entre 1346 et 1367, l’enclos a été étendu par l’appropriation de terrains bâtis pour lesquels l’archevêque paie des rentes15.

Le manoir du XIIIe et de la première moitié du XIVe siècle

Les mots pour le dire : de la « maison » au « chastel »

  • 16 T. Bonnin, Regestrum visitationum archiepiscopi Rothomagensis. Journal des visites pastorales d’Eu (...)

5Le plus ancien témoignage d’une désignation de la résidence archiépiscopale de Louviers est celui d’Eudes Rigaud qui reçoit, en septembre 1256, le bailli de Rouen in aula nostra dicte ville16. Cette formule ne désigne vraisemblablement que la grande salle d’audience et de réception que comporte toute résidence noble et n’informe pas sur la structure de l’ensemble.

  • 17 ADSM, G 989 ; T. Bonnin, Le Cartulaire de Louviers..., II, p. 73-74.

6En 1346, la résidence est appelée « maison » dans un acte du roi Philippe de Valois qui rapporte l’agression et le saccage dont elle a été l’objet de la part des habitants de Louviers17. Les fenêtres et les portes ont été forcées, une partie de la maison est abattue et la justice ne peut plus y être rendue.

  • 18 Sous le règne de Philippe le Bel le château de Vincennes est qualifié de « maison » ou de « manoir (...)

7Faute de plus amples précisions, l’appellation « maison » reste très floue. Faut-il y voir une maison plate ceinte seulement d’un mur de clôture dépourvu de défenses ? La facilité avec laquelle quelques hommes armés de « crocs de fer » l’ont investie le laisse supposer. Le même terme est appliqué aux habitations des prudhommes qui ont subi le même sort. Mais dans la langue de l’administration royale le terme « maison » semble avoir le sens plus général de résidence quels que soient les dispositifs qui la composent18. Cependant, à peine un siècle plus tard, en 1426, un acte d’Henri VI reprend les termes d’un procès qui remonte à cinquante ou soixante ans entre l’archevêque et les habitants de Louviers qui contestaient à l’archevêque le droit d’édifier un « chastel » ou « forteresce dedans la ville » avec porte et pont-levis pour « aler ne passer de sa maison aux champs ». Cette information confirmerait la première hypothèse, à savoir l’existence d’une maison plate non fortifiée, au moins jusque dans les années 1360.

  • 19 T. Bonnin, Le Cartulaire de Louviers..., II, p. 74-75.

8Les comptes du domaine, pour l’année 1367-1368, emploient un vocabulaire plus précis (« fort » ou « chastel ») qui désigne sans équivoque une résidence défendue. Des dispositifs de défense ont été mis en place après les événements de 1346, pour parer à une nouvelle agression de la part des hommes de Louviers. Les événements ultérieurs n’ont pu que conforter la volonté de mise en défense du complexe ; il s’agit du saccage de la ville de Louviers par les troupes anglaises d’Édouard III, en août 1346 et en 135619. À partir de 1367-1368, la résidence de Louviers est indiscutablement devenue un « chastel ».

Les hommes du manoir

9À l’exception des séjours de l’archevêque Eudes Rigaud, les sources ne fournissent aucun témoignage qui attesterait d’un séjour archiépiscopal à Louviers. Eudes Rigaud a peu fréquenté la résidence de Louviers. Entre 1248 et 1259, il y vient une fois par an pour des visites qui n’excèdent pas deux jours et il ne signale aucune manifestation particulière ; Louviers n’aurait été qu’une étape lors de ses déplacements.

10En l’absence de l’archevêque, le manoir abrite un personnel varié que l’acte de Philippe de Valois, en 1346, fait découvrir. Ces hommes sont chargés de l’administration temporelle et spirituelle de la seigneurie : le bailli, le receveur et un principal vicaire. Pour les deux derniers, rien n’assure qu’ils résident au manoir ; en effet, l’acte royal stipule clairement que le bailli demeure dans la maison de l’archevêque alors que les deux autres ne sont mentionnés que comme étant là au moment du pillage ; soit ils s’y sont réfugiés, soit ils s’y trouvaient dans l’exercice de leurs fonctions. L’acte de 1346 ajoute qu’au manoir se trouvaient « plusieurs autres de ses gens ». Il faut certainement comprendre, dans cette formule globale, du personnel subalterne et des domestiques.

Le « chastel » de Louviers

Les mots pour le dire après 1350

  • 20 ADSM, G 634 fo 8-14 vo (1367-1368), G 635 fo 9-11 (1403-1404), G 638 fo 15 vo-17 (1424-1425), G 63 (...)
  • 21 ADSM, G 969.

11Le vocabulaire pour désigner la résidence de Louviers est issu de deux sources distinctes : les comptes de la seigneurie20 et deux actes de l’administration royale en 1383 et 142621. Il en ressort une certaine confusion qu’on ne peut imputer qu’à l’absence de détails écrits et à l’impossibilité de toute confrontation avec des témoignages postérieurs, en particulier des vestiges du bâti.

12Le terme « ostel », régulièrement rencontré, est ambivalent, désignant à la fois l’ensemble du complexe ou certaines parties vouées à la résidence.

  • 22 ADSM, G 635 fo 9 (1403-1404).

13Il possède indiscutablement un sens limité à un seul bâtiment, dans le compte de 1367-1368, lorsqu’il désigne un bâtiment à usage de logement doté d’« aisements », d’une salle et de la chambre où loge le capitaine. Le « maître dostel »22 ne doit être responsable que du logis propre de l’archevêque.

  • 23 ADSM, G 638 fo 15 vo (1424-1425).

14Mais « ostel » désigne l’ensemble de la résidence lorsqu’on y apporte du cidre pour la « garnison de lostel », de la chaux pour travailler aux guérites et de la tuile et du plâtre à « lostel de Monseigneur »23. En 1383, l’acte de Charles VI, qui réitère l’autorisation de mise en défense par l’archevêque, mentionne « un sien hostel ou hostels » transformé en forteresse.

15Dans des documents de même nature, le terme « ostel », dans son acception la plus large, est quelquefois remplacé, concurrencé en quelque sorte, par l’expression « chastel ».

  • 24 ADSM, G 635 fo 9 (1403-1404).
  • 25 ADSM, G 638 fo 15 vo (1424-1425).
  • 26 ADSM, G 969.

16C’est le cas en 1367-1368, lorsqu’on fait les huisseries de pierre jusqu’au haut des guerites du « chastel », et plus tard pour les réparations au pont et à la maison neuve du « chastel »24, pour l’évacuation de « lavant solier du pont du chastel qui pendoit sur la rue aux quiens »25. En 1426, le règlement entre l’archevêque Jean de la Roche Taillée et les habitants de Louviers qui lui contestaient le droit de mettre en défense sa résidence n’utilise plus que le terme « chastel » et précise les structures de défense qu’il pourra mettre en œuvre26.

17La confrontation des deux termes, « ostel » dans son acception étendue, et « chastel », en fait des synonymes appliqués à une résidence fortifiée. Mais cette conclusion pourrait être remise en cause par l’existence d’une structure dénommée le « fort » et mentionnée dans le compte très détaillé de 1367-1368. En effet, dans cette source qui utilise aussi le terme « chastel », il est difficile de distinguer si les deux termes désignaient la même structure ou deux structures distinctes où le « fort » pourrait être une défense avancée vers les champs, indépendante du « chastel ». Ce « fort » disparaît des sources postérieures qui n’utilisent plus que le terme « chastel et forteresce ».

  • 27 La ville de Louviers a été prise par les Anglais en juin 1418.

18Les conclusions issues du vocabulaire ne peuvent se réduire qu’à des hypothèses incertaines quant à l’évolution des structures de la résidence de Louviers. L’édification d’une défense avancée, un « fort », entre 1346 et 1367, entraîne l’utilisation, pour désigner la résidence, d’un vocabulaire hésitant entre une formulation emphatique et militaire, « chastel », qui étend à l’ensemble les caractéristiques d’une partie, et une appellation d’ordre civil, « ostel ». Avant 1383, l’ensemble de l’« hostel » a été doté de structures défensives dont les rois Charles VI, en 1389, et Henri VI, en 1426, autorisent la reconstruction et le renforcement27.

Les structures défensives du « chastel »

19Les structures du « chastel » de Louviers sont révélées par des sources quasi contemporaines de leur mise en place ou des projets de leur réalisation.

  • 28 ADSM, G 634 fo 11-12.
  • 29 ADSM, G 634 fo 8 et G 983.
  • 30 Ces « guerites » sont des galeries de charpente accrochées au sommet du rempart où elles font offi (...)

20Le compte de 1367-1368 fait très nettement ressortir que la mise en défense du « fort » a été privilégiée, et les structures qui le composent, préexistantes ou nouvelles, apparaissent très nettement28. Le « fort » ouvre sur les champs par une porte qu’on munit d’un « gros trouroul » et d’une « chienne de fer ». Il est isolé du château par un fossé étroit franchi d’un pont-levis, alors que les autres faces sont dotées d’un fossé plus large qu’on élargit. Pour ce faire, l’archevêque Philippe d’Alençon (1362-1374) a mis la main sur les terrains voisins et fait raser les maisons en échange des rentes qu’il rachète progressivement par la suite29. L’enclos ainsi délimité doit être ceint d’un mur accoté d’au moins une tour, qualifiée de vieille, dont on répare la porte de la chambre sous le « degré ». Les travaux ont alors consisté, outre des réparations d’entretien ordinaire, à doter le « fort » de trois guérites élevées en pierre, bois et plâtre30. Leur construction a donné lieu à des tractations inhabituelles. En effet, elles ont été élevées avec des matériaux récupérés dans des maisons abandonnées des faubourgs de la ville et les charpentes en ont été assemblées dans la halle au drap de Louviers.

21L’enclos abrite des bâtiments, dont « lostel du fort » composé de la chambre du capitaine, d’une salle et d’« aisements ». Un grenier à blé y est aussi mentionné.

22Le « fort » se présente donc comme une défense avancée du château vers l’extérieur, un châtelet doté d’une tour et de tourelles, à vocation défensive mais aussi résidentielle.

23Les structures du château lui-même restent largement inconnues. Quelques rares formules citent laconiquement le rehaussement de la « masse du pont et les huisseries de pierre jusqu’au haut des guerites du chastel ». Si ces travaux ne concernent pas le « fort », il faudrait émettre l’hypothèse que le château est entouré d’un fossé franchi par un pont et ceint d’un mur, mais rien ne peut être assuré.

  • 31 Les comptes suivants manquent, et ceux dont nous disposons pour les années 1433 à 1441 mentionnent (...)

24Le règlement de 1426 prévoit la construction de murailles et de tours, l’aménagement d’un fossé alimenté par l’eau du fleuve franchi par un pont-levis et d’une porte vers les champs dotée de deux « tournelles » et d’un pont-levis. Ce dernier dispositif semble reprendre et renforcer le vieux « fort », mais on ne peut affirmer que ces aménagements ont été réalisés. À partir de 1426, il n’y a plus de travaux au « chastel »31.

25Ce même texte de 1426 expose avec force détails les liens administratifs entre la ville close et le « chastel » archiépiscopal. Les habitants de Louviers ont obtenu que la forteresse soit totalement dissociée des défenses de la ville. La garde du château est entièrement à la charge de l’archevêque ; en son absence et en cas de guerre, la porte vers les champs devra être murée. La défense de la ville sera assurée par les habitants sous les ordres d’un capitaine élu par eux parmi six candidats désignés par l’archevêque.

Le pôle civil du « chastel »

  • 32 ADSM, G 638 fo 16 vo (1424-1425).
  • 33 ADSM, G 635 fo 9 vo.
  • 34 Les travaux à la geôle sont toujours mentionnés à la fin du compte avec les travaux aux halles. Ce (...)

26Si les comptes nous laissent ignorer tout du logis de l’archevêque, ils mentionnent quelques bâtiments indépendants dont on répare les toitures32 : fenil, fournil près de la porte, cuisine, et logement des chapelains dont on couvre le degré. La chapelle n’est attestée que par la fourniture de douze cierges en 1403-140433. La même année, une maison neuve est étayée. La geôle n’est pas dans l’enceinte de la résidence34.

Les hommes du « chastel »

  • 35 ADSM, G 638 fo17.

27Le seul indice d’un séjour archiépiscopal se trouve dans la dépense de corde pour tendre la « chambre de Monseigneur » en 1424-142535.

  • 36 ADSM, G 634 fo 12 vo. On paie les gages en 1403-1404, ADSM, G 635 fo 9.
  • 37 Dont on paie les gages en 1403-1404, ADSM, G 635 fo 9.
  • 38 ADSM, G 635 fo 9 vo.
  • 39 ADSM, G 364 fo 11.

28Le capitaine, Jean Dache, loge dans la maison du « fort » ; il y occupe une chambre qu’en 1367-1368 on divise en deux par une clôture de bois et de plâtre36. Le château abrite un « maistre dostel »37 et plusieurs chapelains ; à partir de la fourniture de douze cierges, en 1403-1404, on peut penser qu’ils sont astreints à célébrer régulièrement des offices dans la chapelle38. L’un deux, l’aumônier, partage avec le receveur et le capitaine la responsabilité de l’administration du château. En effet, le compte de 1367-1368 les associe dans la commande du marché passé pour édifier les guérites39.

  • 40 ADSM, G 634 fo 10 (1367-1368).

29Le receveur et son clerc ont une situation à part révélée par le compte de 1367-136840. Ils logent à l’extérieur du château dans un « ostel » loué pour les héberger et certains de leurs besoins sont imputés sur les comptes de la seigneurie : deux « ajustes » pour le receveur, un « traversin » pour son clerc et un bât pour le cheval du même receveur.

30La résidence de Louviers devait être peuplée d’un personnel plus nombreux et plus disparate. Si le compte de 1367-1368 ne le mentionne pas, il fait apparaître ses besoins par le biais des « achats de garnison », de « nourriture », et de « mesnage ». Les caves et les celliers stockent des grains, du blé et de l’avoine, pour lesquels on achète des mesures et de la toile pour faire des « pouches », de la viande salée conservée dans un tonneau fermé à clé pour le porc et un cuvier pour le mouton. La cuisine est rééquipée en trépied, mortier et « pesteil », poêles d’« erain » ou de fer, petits pots de cuivre, huches pour mettre le pain, cuvier à lessive, petit pot à laver et « grant bacine ». La vaisselle de table est renouvelée par des plats, écuelles, pintes, saucières et salières, le tout en étain. Des meubles neufs sont achetés : un banc, deux tables, deux « fourmes », quatre tréteaux, trois petites « chaeres », un coffre de noyer, une huche pour mettre le linge. On achète aussi du linge : quatre paires de grands et petits draps, des doubliers et touailles, une couverture de drap rouge, deux « tapiz ». Tous ces achats prouvent la présence au château de valets et de domestiques qui en assurent le train de vie, l’entretien et l’approvisionnement. Ils pourraient être également l’indice que l’année 1367-1368 a connu un séjour de l’archevêque dans sa résidence de Louviers, mais aucune autre source ne permet de le confirmer.

  • 41 ADSM, G 856 et ADE B 116.
  • 42 ADSM, G 665.

31En 1436, le roi d’Angleterre ordonne la destruction des murs de la ville41. Les comptes de Louviers, dans les années qui suivent, ne donnent aucun détail sur cette démolition qui semble avoir touché également le château épiscopal. En effet, le compte de 1467-1468 mentionne la location d’un « terrain vide ou souhait estre lentree du chastel de monseigneur »42. À partir de cette période, les archevêques de Rouen se désintéressent de leur résidence de Louviers et, en 1628, ils obtiennent du roi l’autorisation de la démolir.

Conclusion

32L’étude de la résidence de Louviers a laissé beaucoup de questions sans réponse. Nous ignorons tout des conditions matérielles de l’installation du complexe primitif entre 1197 et 1227. Il se pourrait qu’on ait délibérément choisi aux franges de l’agglomération, au contact de la campagne et à proximité du fleuve, un site qui permettait de déployer un complexe digne des archevêques.

33Nous avons soupçonné l’existence, dans un premier temps, d’une maison plate dont les troubles et les événements militaires du milieu du XIVe siècle ont provoqué la mutation en deux phases. On édifie d’abord un « fort » qui pourrait consister en la mise en défense d’une partie seulement du complexe. Ensuite, les structures de défense sont étendues et l’établissement n’est plus qualifié que de « chastel ». Il n’a pas été possible de déterminer avec précision si cette extension avait touché tout le complexe ou bien si elle n’avait affecté que le « fort » en renforçant ses structures initiales par l’adjonction de tours avec porte défendue et ponts-levis.

34Dans l’enclos, les bâtiments indépendants sont dispersés (cuisine, four), mais les structures propres au logement de l’archevêque sont restées inconnues.

35À la fin du XVe siècle, les archevêques de Rouen négligent de restaurer une résidence qui n’avait jamais eu les faveurs de leurs prédécesseurs.

Notes

1 Eure, chef-lieu de canton (fig. 2, p. 38).

2 D. Cliquet, Carte archéologique de la Gaule. L’Eure (27), Paris, Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 1993.

3 T. Bonnin, Le Cartulaire de Louviers : documents historiques originaux du Xe au XVIIIe siècle, Évreux, Hérissey, 1870-1874, IV, p. 31.

4 Plan de Louviers au XVIIIe siècle, ADSM, 12 Fi 6 ; plan de Louviers en 1730, gravure sans date, ADE, P 374 ; plan de Louviers en 1889, ADE, Pl 375.

5 A. Levasseur, Histoire de Louviers, Pacy-sur-Eure, Grateau, 1914 ; P. Dibon, Essai historique sur Louviers, Rouen, Édouard frères, 1836 ; M. Godard, « Les vieilles rues de Louviers », Bulletin de la Société d’études diverses de l’arrondissement de Louviers, XII, 1909-1910, p. 37-56.

6 ADSM, G 634 (1367-1368) et G 635 à 644.

7 Cartulaire de Philippe d’Alençon, ADSM, G 7,672.

8 V. Tabbagh, « Le temporel des archevêques de Rouen aux derniers siècles du Moyen Âge », Journal of Medieval History, 6, 1980, p. 209.

9 Un acte de 1227 cite un jardin situé près du jardin (ortum) de l’archevêque, ADE, Grand Cartulaire de Saint-Taurin, fo 227 vo, cité dans T. Bonnin, Le Cartulaire de Louviers..., I, p. 187.

10 P. Dibon, Essai historique sur Louviers.

11 M. Charpillon, A. Caresme, Dictionnaire historique de toutes les communes de l’Eure, Les Andelys, Delcroix, 1868-1879, 2 vol. ; M. Godard, « Les vieilles rues de Louviers », p. 49. En 1909, des vestiges de fossés et de substructions (mur, escalier et porte en plein cintre débouchant sur trois marches) ont été mis au jour à l’angle de la rue du Neubourg et de la rue du Châtel, sous 2 mètres de remblais. L’auteur conclut qu’il s’agit des restes de la résidence archiépiscopale et il les date de la fin du XIIe siècle.

12 La ville de Louviers se dote de remparts à partir de 1366 (P. Contamine, « La ville dont le seigneur est un évêque. À propos de Louviers aux XIVe et XVe siècles », in Les Prélats, l’Église et la société (XIe-XVe siècles). Hommage à Bernard Guillemain, Bordeaux, CROCEMC, 1994, p. 259-267).

13 ADSM, G 969. L’acte de Charles VI paraît être l’issue d’un conflit entre l’archevêque qui renforce sa résidence et les habitants de Louviers qui contestent cette mise en défense alors que la ville vient de se doter d’une enceinte fortifiée.

14 ADSM, G 969.

15 ADSM, G 634 fo 8.

16 T. Bonnin, Regestrum visitationum archiepiscopi Rothomagensis. Journal des visites pastorales d’Eudes Rigaud, Rouen, Le Brument, 1852, p. 257-258.

17 ADSM, G 989 ; T. Bonnin, Le Cartulaire de Louviers..., II, p. 73-74.

18 Sous le règne de Philippe le Bel le château de Vincennes est qualifié de « maison » ou de « manoir » (É. Lalou, « Le vocabulaire des résidences royales en France sous le règne de Philippe le Bel (1285-1314) », in Palais royaux et princiers au Moyen Âge (Actes du colloque du Mans, 1994), A. Renoux (dir.), Le Mans, Publications de l’université du Maine, 1996, p. 49).

19 T. Bonnin, Le Cartulaire de Louviers..., II, p. 74-75.

20 ADSM, G 634 fo 8-14 vo (1367-1368), G 635 fo 9-11 (1403-1404), G 638 fo 15 vo-17 (1424-1425), G 639 fo 14 (1425-1426), G 640 fo 13 vo (1426-1427).

21 ADSM, G 969.

22 ADSM, G 635 fo 9 (1403-1404).

23 ADSM, G 638 fo 15 vo (1424-1425).

24 ADSM, G 635 fo 9 (1403-1404).

25 ADSM, G 638 fo 15 vo (1424-1425).

26 ADSM, G 969.

27 La ville de Louviers a été prise par les Anglais en juin 1418.

28 ADSM, G 634 fo 11-12.

29 ADSM, G 634 fo 8 et G 983.

30 Ces « guerites » sont des galeries de charpente accrochées au sommet du rempart où elles font office de mâchicoulis et de poste de tir. C’est ainsi que M. de Boüard interprète les guérites mentionnées dans les comptes de travaux du château de Caen au XIVe siècle (Le Château de Caen, Caen, CRAM, 1979, p. 44).

31 Les comptes suivants manquent, et ceux dont nous disposons pour les années 1433 à 1441 mentionnent « néant » au paragraphe des travaux.

32 ADSM, G 638 fo 16 vo (1424-1425).

33 ADSM, G 635 fo 9 vo.

34 Les travaux à la geôle sont toujours mentionnés à la fin du compte avec les travaux aux halles. Cette hypothèse serait confirmée par la formule de 1367-1368 : « chambre sur la fosse de la geôle de Louviers », qui laisse entendre que la prison est extérieure à l’enclos.

35 ADSM, G 638 fo17.

36 ADSM, G 634 fo 12 vo. On paie les gages en 1403-1404, ADSM, G 635 fo 9.

37 Dont on paie les gages en 1403-1404, ADSM, G 635 fo 9.

38 ADSM, G 635 fo 9 vo.

39 ADSM, G 364 fo 11.

40 ADSM, G 634 fo 10 (1367-1368).

41 ADSM, G 856 et ADE B 116.

42 ADSM, G 665.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Volume papier

leslibraires.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search