Version classiqueVersion mobile

Les Évêques aux champs

 | 
Marie Casset

Annexe : monographies de sites

Le manoir des évêques de Lisieux aux Loges1

Texte intégral

  • 1 Calvados, chef-lieu de canton (fig. 2, p. 38).

1La résidence est implantée à la sortie sud de la ville de Lisieux (Noviomagus), considérée comme une fondation romaine dotée d’aménagements importants dès le Haut-Empire (voirie, aqueduc, thermes, quais ou appontements sur la Touques ou l’Orbiquet) et d’une enceinte rectangulaire au Bas-Empire, enceinte dont les tracés est et sud ont été repris par le rempart élevé au XVe siècle.

  • 2 N. Gauthier, M. Fixot, Topographie chrétienne des cités de la Gaule des origines au milieu du VIII(...)

2L’implantation du christianisme et les premiers évêques de Lisieux, dont les plus anciens sont attestés en 538 et 584, sont des épisodes très mal connus de l’histoire de la ville. Il faut accepter aussi que la cathédrale actuelle a succédé à la cathédrale primitive dans l’angle nord-est de l’enceinte2.

  • 3 Les actes conservés ont été édités par H. de Formeville, Histoire de l’ancien évêché-comté de Lisi (...)
  • 4 Cartulaire de l’évêché, BM Lisieux, ms. 7. En 1456, Thomas Basin demande un délai d’aveu « ... a c (...)
  • 5 Devis des réparations a faire a l’evêche de Lisieux après le décès de Monseigneur de Brancas (1761 (...)
  • 6 En 1517, Antonio de Beads, secrétaire du cardinal d’Aragon, rapporte qu’on construit une nouvelle (...)
  • 7 F. Neveux, Villes épiscopales de Normandie. Études d’histoire sociale (XIVe XVe siècles), Thèse d’ (...)
  • 8 Plan de Lisieux copié en 1874 sur un plan de 1785, Bulletin de la Société d’histoire de Lisieux, 1 (...)

3Le manoir, disparu aujourd’hui, se déployait à 500 mètres au sud de la cathédrale entre la route de Livarot et la rivière d’Orbec. Peu d’actes anciens ont été conservés après la disparition des archives de l’évêché pendant la guerre de Cent Ans3 et le cartulaire reconstitué par l’évêque Thomas Basin n’est pas d’un grand secours4. Le devis des réparations en 1761 et une description par l’érudit voyageur N. de Peiresc en 16175 autorisent une restitution de l’état des bâtiments au milieu du XVIIIe siècle et des hypothèses plausibles sur certaines structures indiscutablement médiévales, malgré les grands travaux à la fin du XVe et au début du XVIe siècle par les opulents prélats, Étienne Blosset de Carrouges et Jean Le Veneur, et la destruction de quelques édifices par Philippe de Cospéan au milieu du XVIIe siècle6. Étant donné le coût exorbitant des réparations (20294 Lt), on a préféré détruire la plupart des bâtiments plutôt que de réparer. Le manoir a été quasiment oublié dans les travaux – anciens comme récents – sur Lisieux et les biens de l’évêché7. De la même façon, on ne peut compter que sur deux documents cartographiques tardifs8.

Le contexte de l’installation

Localisation et emprise

4Pour la localisation de la résidence des Loges, il faut se fier à quelques indices d’origine médiévale confrontés aux plans tardifs. Le manoir a été implanté au sud de l’agglomération, à un peu plus de 500 mètres du palais épiscopal, dans une zone non urbanisée, et hors du périmètre protégé par la vieille enceinte du Bas-Empire.

  • 9 Le toponyme « pavement » est généralement considéré comme un bon indice du passage d’une voie roma (...)
  • 10 Entre 1423 et 1426, les comptes de la ville signalent que la couverture des guérites des portes de (...)

5L’enclos, de plan triangulaire, est longé à l’ouest par une voie très ancienne qui reliait Lisieux à Sées par Canapville et Gacé et à l’est par la rivière Orbiquet qui s’écoule du sud vers le nord. Le contexte de franchissement de la rivière par la route et l’ancienneté de la voie éclairent le toponyme des Pavements attribué au quartier et au manoir depuis le Moyen Âge9. Le choix du site qui fait fi des conditions médiocres d’un fond de vallée marécageux a permis l’aménagement de plans d’eau10.

  • 11 H. de Formeville, Histoire de l’ancien évêché-comté de Lisieux, I, p. cccclxix.

6Il ne semble pas qu’on puisse suivre H. de Formeville, qui prétend que l’évêque de Lisieux possédait dans ce faubourg deux résidences, celle des Loges et celle des Pavements11.

  • 12 Ibid., p. cccclxii.

7L’emprise du complexe résidentiel et les aménagements, tant intérieurs qu’extérieurs, nous restent largement étrangers, à moins d’admettre la pérennité depuis le Moyen Âge du « jardin du Mur des Loges » et du « parc des Loges » mentionnés dans les revenus de l’évêché en 165912 et de s’en remettre au cadastre de 1824. Dans cette hypothèse, on peut estimer l’emprise globale du manoir à environ un hectare. Le complexe, de plan triangulaire, est aux trois quarts occupé par des espaces non bâtis, où des plans d’eau artificiels semblent avoir été aménagés. L’espace résidentiel s’étend, lui, au nord de l’ensemble, au contact direct de la voirie.

Les premiers temps de la résidence

  • 13 Cartulaire de l’évêché, BM Lisieux, ms. 7, fo 1.
  • 14 F. Neveux, « Les évêques et les villes de Normandie », in Les Évêques normands du XIe siècle (Acte (...)
  • 15 G.-A. Simon, « La formation des anciennes listes des évêques de Lisieux », Bulletin de la Société (...)

8La définition de la nature des liens qui existent entre la terre des Loges et l’évêque se heurte à notre méconnaissance des prérogatives comtales du prélat sur le territoire de la ville et de la banlieue de Lisieux. En 1199, le roi Jean sans Terre reconnaît qu’il ne possède sur la ville et la banlieue de Lisieux que trois plaids de l’épée (de sumonitione exercitus, de via curia suae et de moneta)13. Cette reconnaissance intervient à la demande de l’évêque Guillaume de Rupierre (1193-1201), confronté aux prétentions d’un nommé Robert qui se proclame vicomte héréditaire de Lisieux14. Le règlement permet d’affirmer qu’à cette date l’évêque est seigneur temporel de la ville et de sa banlieue, mais depuis quand ? Cette prérogative ne peut pas remonter plus haut que la fin du Xe siècle lorsque Lisieux a retrouvé un évêque, Roger, vers 980, après presque un siècle et demi d’absence épiscopale15.

  • 16 F. Rault, « Les biens de l’évêché de Lisieux... », p. 26-28.

9Auquel de ses successeurs faut-il attribuer la construction d’une résidence aux portes de la ville ? Si la tradition rapporte qu’elle ne fut aménagée qu’au XIIIe siècle16, quelques évêques des XIe et XIIe siècles pourraient bien en avoir été les instigateurs.

  • 17 Orderic Vital, Historia ecclesiastica, A. Le Prévost (éd.), Paris, Renouard, 1838-1855, II, p. 311 (...)
  • 18 Robert de Torigni, Chronique, L. Delisle (éd.), Rouen, Le Brument – Métérie, 1872-1873,1, p. 224.
  • 19 Ibid., II, p. 107; C. Poling-Schriber, The Dilemna of Arnulf of Lisieux, Bloomington, Indiana Univ (...)

10Gilbert Maminot (1077-1101) a laissé le souvenir d’un grand seigneur passionné par la chasse, les jeux, l’astronomie et les mathématiques17. Jean (1107-1141) est réputé pour avoir augmenté et orné les édifices de l’évêché18. Arnoul (1141-1181) fut accusé par les chanoines de la cathédrale d’avoir dilapidé les revenus de la mense épiscopale19. L’accusation est sans doute disproportionnée et, en partie, entachée de malveillance, mais il n’est pas improbable qu’Arnoul ait œuvré à doter dignement l’évêque d’une résidence hors de la ville alors qu’il s’attachait à reconstruire la cathédrale et le palais urbain. Robert de Torigni, son contemporain, le rapporte très clairement. La cathédrale et le palais épiscopal avaient été endommagés, en septembre 1136, par les Bretons qui défendaient Lisieux contre les troupes de Geoffroy d’Anjou ; ils avaient incendié la ville pour qu’elle ne tombe pas entre les mains de l’ennemi. Entre 1145 et 1181, l’évêque Arnoul fit reconstruire le narthex, la nef et le transept de la cathédrale et des maisons ruinées qu’il évoque dans sa défense face aux accusations des chanoines.

11Il est impossible d’apporter plus de précisions alors que la première attestation d’un séjour épiscopal au château des Loges ne date que de 1283.

Le premier manoir médiéval

La fréquentation

  • 20 H. de Formeville, Histoire de l’ancien évêché-comté de Lisieux, I, p. ccccxliii ; N. Deshays, Mémo (...)
  • 21 N. Deshays, Mémoires..., p. 126.
  • 22 H. de Formeville, Histoire de l’ancien évêché-comté de Lisieux, I, p. ccxxiii.
  • 23 Ibid., p. dlxiv.
  • 24 N. Deshays, Mémoires..., p. 205.

12Il n’existe que cinq témoignages de séjours des évêques de Lisieux dans leur résidence des Loges. L’évêque Guy du Merle, qui y confirme une donation en 1283, y serait mort en 128520. En 1342, Guillaume de Charmont y nomme ses procureurs des dîmes des forêts de Rouvray et de la Londe21. En 1397, c’est au château des Loges qu’un notaire apostolique préside au règlement d’un conflit entre le sous-chantre et l’évêque, Guillaume d’Estouteville22. En 1426, le dernier acte connu est signé aux Loges23. De ce petit nombre d’occurrences, il serait abusif de conclure à une faible fréquentation de la résidence des Loges. Il faut penser qu’étant donné la proximité du palais urbain et de la cathédrale, le manoir a été un séjour apprécié par les évêques et leurs hôtes. À la fin du XVe siècle, l’évêque Étienne Blosset de Carrouges (1482-1505) est réputé en avoir fait sa demeure habituelle pendant la reconstruction du palais urbain24.

Les mots pour le dire au XIVe siècle : domo habitationis, aula, camera

  • 25 La demande d’absolution par le sous-chantre a été formulée le 23 avril in domo habitationis dicti (...)

13Les deux procès-verbaux qui, les 23 et 27 avril 1397, rapportent le règlement en deux étapes d’un conflit entre l’évêque et le sous-chantre de la cathédrale ont été dotés d’une formule de localisation différente :... in domo habitationis dicti episcopi videlicet in camera sua Pavimentis de Logiis... pour l’une et... in aula manerii episcopalis de Logiis... pour l’autre25. Ces deux formules peuvent être considérées comme synonymes et la confrontation terme à terme permet des développements intéressants. Il est clair que les deux énoncés, domo habitationis et manerii, désignent la résidence prise dans son ensemble. Le lieu précis de la rédaction, de la signature et de la proclamation des actes est clairement désigné par les deux mots aula et camera.

  • 26 A. Renoux, « Palais épiscopaux des diocèses de Normandie, du Mans et d’Angers (XIe-XIIIe siècles)  (...)

14L’interprétation architecturale de ces deux formules n’est pas aisée en ce qu’elles évoquent deux espaces du pôle résidentiel qui peuvent être dissociés ou imbriqués l’un dans l’autre, sous un même toit26. L’aula désigne, depuis le XIe siècle au moins, la grande salle d’audience majestueuse dans laquelle les grands laïcs ou ecclésiastiques procèdent aux actes importants de leurs ministères temporels ou spirituels. En Normandie, des vestiges d’aulae sont nombreux. C’étaient de longs bâtiments rectangulaires à un ou deux niveaux ; la salle noble occupait tout l’espace en élévation ou bien s’étendait au premier étage, au-dessus d’un rez-de-chaussée à usage domestique. La camera est considérée comme un espace semi-privé réservé à des manifestations plus intimes, moins somptueuses ou moins porteuses d’autorité. Le bâtiment abritant la camera peut être dissocié de l’aula.

15L’utilisation de ces deux appellations paraît, à la date du document, relever d’un parti pris archaïque. En cette fin du XIVe siècle, le code architectural en vigueur dans les complexes aristocratiques privilégie la mise en place d’espaces fractionnés à la vocation de plus en plus intime : grande salle ou « tinel », « chambre de parement », « chambre de retrait ».

Le manoir médiéval à l’épreuve des sources modernes

  • 27 Le devis signale cependant certains changements d’affectation entre 1715 et 1761.

16L’état du manoir en 1761 est signalé comme identique à ce qu’il était en 171527, lors d’un précédent inventaire et il est depuis longtemps occupé par un fermier. Les salles basses de quatre bâtiments abritent des communs (écurie, étable, grange), mais la présence d’éléments de confort (cheminées) autorise à dire que ces pièces ont connu un passé plus noble. L’analyse de l’inventaire laisse à penser qu’il y eut peu de travaux après les restructurations de la fin du XVe siècle ; en conséquence nous pensons pouvoir restituer le dernier état médiéval du manoir des Loges et y mettre en évidence des structures antérieures, à peine modifiées par les travaux de la fin du XVe et du début du XVIe siècle.

Le manoir au tournant des XVe et XVIe siècles (fig. 21)

17L’ensemble comprend au moins sept bâtiments principaux et il ne subsiste rien de ceux qui ont été détruits un siècle plus tôt. Le tout est enclos d’un mur de maçonnerie et de torchis, haut de 2,5 mètres, qui semble n’avoir jamais possédé de structures défensives. Ce mur est épaulé de contreforts, attestés au moins sur la face nord du bâtiment de l’entrée, le long de la rue.

Fig. 21 – Hypothèse de reconstitution du pôle résidentiel et du manoir dans son dernier état en 1761 (d’après l’inventaire de 1761, ADC, G 210, art. 149 à 161)

Fig. 22 – La chapelle Saint-Paul du palais épiscopal de Lisieux (A. de Caumont, Statistique monumentale du Calvados, V, Arrondissement de Lisieux, Paris – Caen, Derache, Didron et Dentu – Le Blanc-Hardel, 1867, p. 258)

  • 28 1 sur le plan, art. 152 de l’inventaire.

18Les bâtiments s’ordonnent autour d’une cour, mais ne sont pas adossés au mur de clôture. L’entrée, par une porte cochère, est ménagée dans un bâtiment élevé le long de la route28 ; il est long de 21 mètres et large de 7,3 mètres ; les murs latéraux sont hauts de 8,3 mètres. Le rez-de-chaussée n’abrite qu’une grande salle à cheminée, alors que trois chambres à cheminée occupent le premier étage. La façade sur la cour possède une tour d’escalier, « escalier en vis potoyère » (3,8 x 3,2 x 7 m), située à l’une ou l’autre des extrémités du corps de bâtiment. Il semble qu’elle s’élève à l’ouest dans l’angle formé par le bâtiment précédent et un « pavillon » en retour d’angle.

  • 29 3 sur le plan, art. 149 et 151 de l’inventaire.

19Le « pavillon »29 est une structure rectangulaire de petites dimensions (5 x 3,8m), comprenant deux pièces, une par étage et dont l’inventaire signale que les fenêtres étaient autrefois garnies de meneaux de pierre. La chambre de l’étage communique avec le grenier du bâtiment suivant, sur la face ouest de la cour.

  • 30 2 sur le plan, art. 151 de l’inventaire.
  • 31 En 1761, les locaux de la vieille cuisine sont occupés par un pressoir, un cellier et une grange.
  • 32 L’inventaire précise : « une chambre qui était jadis la salle du commun ».

20Le troisième édifice s’élève à la suite du « pavillon » auquel il est accolé, mais son orientation reste incertaine30. Ce bâtiment rectangulaire (13 x 7m), à deux niveaux, s’élève peu au-dessus du sol (5,7 m), et cette caractéristique incline à penser que le rez-de-chaussée, qui abrite la cuisine et une dépendance, est semi-enterré31. À l’étage, on trouve, ouvrant vers l’ouest, une « galerie en coredor » et une grande salle32.

  • 33 4 et 5 sur le plan, art. 152 et 153. En 1761, les rez-de-chaussée de ces deux bâtiments sont occup (...)

21Au fond de la cour, au sud, se déploient deux bâtiments accolés par leurs pignons. Ils sont orientés est-ouest et donnent au nord sur la cour et au sud sur les jardins33. Ils possèdent des points communs. Leurs murs sont épais d’environ 1,3 mètre et ils ont été élevés sur deux niveaux au-dessus d’une cave. Leurs dimensions sont, à peu de choses près, identiques : 10 mètres de hauteur, 9,5 mètres de largeur, 19 mètres de longueur pour le bâtiment ouest (4) et 21 mètres pour le bâtiment est (5).

22À l’intérieur de chacun d’eux, la répartition des volumes est différente. Le bâtiment ouest (4) abrite au rez-de-chaussée une seule grande salle à cheminée et deux chambres à cheminée à l’étage. Le bâtiment est (5), plus long, est occupé, au rez-de-chaussée, par des pièces à usage domestique (offices), alors que deux pièces, dont une salle à cheminée, s’étendent à l’étage. Ce second niveau ouvre sur une galerie. Dans ce bâtiment la circulation verticale se fait par deux escaliers en vis aménagés dans une tour et une tourelle élevées, en colombage, sur la façade.

  • 34 7 sur le plan, art. 156.

23La galerie est assez bien documentée34. Il s’agit d’un couloir de circulation, large de 2,8 mètres, établi sur des supports de bois à 5,7 mètres de hauteur. Une clairevoie en longe la face ouest sur la cour. Cette galerie passe devant la façade de la chapelle au nord et permet l’accès à la tribune ; elle continue ensuite vers le bâtiment de l’entrée.

24La chapelle se déploie perpendiculairement au mur est, et doit empiéter de toute sa longueur sur la cour. C’est un bâtiment à un seul niveau, long de n mètres et large d’environ 6 mètres. Les travaux mentionnés en 1517 ont peu modifié le bâtiment qui possède encore en 1761 une « rose » à son chevet, deux vitraux sur chacun des murs latéraux, un sol de « pavés plombés » et une voûte de bois en berceau. Sur la façade ouest, un porche en appentis supporte la galerie.

25Des dépendances à vocation domestique et agricole sont recensées, mais mal localisées dans la partie nord du complexe (maison du fermier, four, pressoir et puits).

26Il semble raisonnable d’attribuer à la fin du XVe siècle un certain nombre de structures. Les tours et tourelles d’escalier ont vraisemblablement remplacé les escaliers extérieurs qui permettaient d’accéder à l’étage des bâtiments résidentiels. Quant au « pavillon », aux fenêtres à meneaux, s’il ne s’agit pas d’une construction ex nihilo, on peut envisager le percement d’ouvertures dans une structure préexistante (tour ?).

Hypothèses concernant les structures les plus anciennes

  • 35 En 1617, N. de Peiresc la décrit ainsi : « La chapelle du château des Loges au faubourg semble aus (...)

27La chapelle est l’élément pour lequel nous avons le plus d’assurances. Sa construction, à moins qu’il ne s’agisse d’aménagements à un bâtiment préexistant, est contemporaine de celle de la chapelle Saint-Paul, élevée dans le palais urbain vers 1285-1298, sous l’épiscopat de Guillaume d’Asnières (fig. 22)35.

28Les détails concernant le bâtiment proche de la chapelle et sur un axe parallèle permettent l’interprétation de ses fonctions et une chronologie relative de la mise en place des deux parties.

  • 36 A. Renoux, Fécamp. Du palais ducal au palais de Dieu, Paris, CNRS, 1991, p. 294.

29Il existe une grande intimité dans l’espace entre le bâtiment oriental et la chapelle, intimité renforcée par la liaison au moyen d’une galerie. 11 est dès lors tout à fait vraisemblable de conclure à une simultanéité de conception et de construction des deux structures qui forment le cœur de la résidence aristocratique ; nous serions ici en présence d’un schéma ancien de plus en plus fréquent à partir du XIe siècle36. Dans le premier bâtiment à vocation résidentielle, l’étage noble est aménagé sur un rez-de-chaussée à usage domestique ou de stockage mais sa fonction, aula ou camera, ne peut être précisée.

30Ultérieurement, ce premier bâtiment a été prolongé d’un module aux dimensions presque identiques, mais le parti pris des dispositions internes y est radicalement différent ; la grande salle est située au rez-de-chaussée et surmontée de chambres.

31Enfin, dans un troisième temps, on a élevé sur la façade donnant sur la cour une tour et une tourelle d’escalier, sans doute pour remplacer des accès extérieurs.

32Le bâtiment qui s’élève au nord-ouest du complexe, près de l’entrée, pourrait relever d’un pôle domestique à l’écart du pôle résidentiel. Rien n’empêche d’envisager qu’il est contemporain du couple chapelle / camera-aula qui se déploie de l’autre côté de la cour.

33La datation de la mise en place de ces structures ne relève que d’hypothèses très larges. En tout état de cause, on peut attribuer à Étienne Blosset de Carrouges et Jean Le Veneur la construction du « pavillon » aux fenêtres à meneaux, des tours d’escalier et du bâtiment à grande salle en rez-de-chaussée.

34Ces travaux ont peu modifié le complexe antérieur dans son état de la fin du XIIIe siècle : couple aula-camera-chapelle et pôle domestique.

Conclusion

35La résidence des Loges s’inscrit dans un type de résidence tout à fait particulier, les maisons plates à vocation à la fois résidentielle et agricole. Le complexe s’illustre par une vaste emprise ; son enclos, fractionné en une cour d’entrée et un très vaste jardin, est dépourvu de tout dispositif de défense. Le logis médiéval donnait à la fois sur la cour et le jardin.

36Le pôle résidentiel du manoir des Loges était composé de plusieurs unités disposées autour de la cour, non adossées à un mur de clôture. Nous pensons avoir mis au jour, à partir des sources modernes, l’existence d’un logis où l’étage noble se déploie sur un rez-de-chaussée à usage de stockage. Cette structure simple pourrait avoir été mise en place aux XIIe ou XIIIe siècles. À une date indéterminée, ce logis a été prolongé d’un module aux dispositifs identiques. Une chapelle indépendante jouxte le logis, sur un axe parallèle, et elle lui est reliée par une galerie.

37Il se pourrait que le bâtiment proche de l’entrée ait abrité des salles à usage domestique (cuisine).

38La documentation trop lacunaire et la proximité du palais urbain font hésiter à conclure que la période de la plus intense fréquentation fut les XIIIe et XIVe siècles.

39À la fin du XVe siècle, les évêques de Lisieux choisissent de rénover le manoir des Loges ; mais cette restauration n’a pas bouleversé les structures antérieures. On a remplacé les escaliers extérieurs par des escaliers en vis dans des tours accolées aux vieux bâtiments ; on a sans doute également prolongé ou restructuré le vieux logis compact et ouvert de grandes fenêtres.

Notes

1 Calvados, chef-lieu de canton (fig. 2, p. 38).

2 N. Gauthier, M. Fixot, Topographie chrétienne des cités de la Gaule des origines au milieu du VIIIe siècle, IX, Province ecclésiastique de Rouen (Lugdunensis Secunda), Paris, De Boccard, 1996, p. 82-87.

3 Les actes conservés ont été édités par H. de Formeville, Histoire de l’ancien évêché-comté de Lisieux, Lisieux, Piel, 1873, qui a aussi publié dans son ouvrage un mémoire sur les évêques de Lisieux, écrit au XVIIIe siècle : N. Deshays, Mémoires pour servir à l’histoire des évêques de Lisieux.

4 Cartulaire de l’évêché, BM Lisieux, ms. 7. En 1456, Thomas Basin demande un délai d’aveu « ... a cause que les registres de levesche furent perdus au temps que le duc de Clarence fut loge a Courtonne » (N. Deshays, Mémoires..., p. 192).

5 Devis des réparations a faire a l’evêche de Lisieux après le décès de Monseigneur de Brancas (1761), ADC, G 210, fo 170-186, art. 149-162 ; N. de Peiresc, « Antiquitez francoises ou extraits de divers antiens historiens concernant l’histoire antienne de la France », BM Carpentras, ms. 1791.

6 En 1517, Antonio de Beads, secrétaire du cardinal d’Aragon, rapporte qu’on construit une nouvelle église dans « le palais de l’évêque au-dehors de la ville où nous avons logé » (Voyage du cardinal d’Aragon en Allemagne, Hollande, Belgique, France et Italie (1517-1518), traduit de l’italien par Mme Havard de la Montagne, Paris, Perrin, 1913, p. 167 ; N. Deshays, Mémoires..., p. 201-206).

7 F. Neveux, Villes épiscopales de Normandie. Études d’histoire sociale (XIVe XVe siècles), Thèse d’État, Université de Caen, 1993 (dactyl.) ; O. Buon, Lisieux du début du XIIIe siècle au milieu du XIVe siècle, mémoire de Maîtrise, Université de Caen, 1993 (dactyl.) ; F. Rault, « Les biens de l’évêché de Lisieux à la veille de la Révolution », Le Pays d’Auge, juin 1972, p. 21-29. La bibliothèque municipale de Lisieux conserve un manuscrit de madame Sahier-Roche qui décrit le manoir à partir du devis de 1765 (ms. 122).

8 Plan de Lisieux copié en 1874 sur un plan de 1785, Bulletin de la Société d’histoire de Lisieux, 16, 1907, p. 19-20 ; cadastre de 1824.

9 Le toponyme « pavement » est généralement considéré comme un bon indice du passage d’une voie romaine (C. Bouhier, « Les travaux de voirie au Moyen Âge », AN, décembre 1960, 4, p. 331-336) ; un gué est mentionné en 1321 (O. Buon, Lisieux..., p. 27) ; en 1397, un acte épiscopal est signé in camera Pavimentis de Logiis (H. de Formeville, Histoire de l’ancien évêchécomté de Lisieux, p. ccxxiii).

10 Entre 1423 et 1426, les comptes de la ville signalent que la couverture des guérites des portes de l’enceinte de la ville est faite de chaume et de roseaux pris à l’étang de la Motte et près les Pavements, près de la maison de l’évêque (H. de Formeville, Histoire de l’ancien évêché-comté de Lisieux, I, p. dlxiv).

11 H. de Formeville, Histoire de l’ancien évêché-comté de Lisieux, I, p. cccclxix.

12 Ibid., p. cccclxii.

13 Cartulaire de l’évêché, BM Lisieux, ms. 7, fo 1.

14 F. Neveux, « Les évêques et les villes de Normandie », in Les Évêques normands du XIe siècle (Actes du colloque de Cerisy-la-Salle, 1993), P. Bouet, F. Neveux (dir.), Caen, Presses universitaires de Caen, 1995, p. 211.

15 G.-A. Simon, « La formation des anciennes listes des évêques de Lisieux », Bulletin de la Société historique de Lisieux, 25, 1920-1925, p. 3-30 ; L. Musset, « Un millénaire oublié : la remise en place de la hiérarchie épiscopale en Normandie autour de 990 », in Papauté, monachisme et théories politiques. Études d’histoire médiévales offertes à Marcel Pacaud, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 1994, p. 563-573.

16 F. Rault, « Les biens de l’évêché de Lisieux... », p. 26-28.

17 Orderic Vital, Historia ecclesiastica, A. Le Prévost (éd.), Paris, Renouard, 1838-1855, II, p. 311-312.

18 Robert de Torigni, Chronique, L. Delisle (éd.), Rouen, Le Brument – Métérie, 1872-1873,1, p. 224.

19 Ibid., II, p. 107; C. Poling-Schriber, The Dilemna of Arnulf of Lisieux, Bloomington, Indiana University Press, 1990, p. 67-81.

20 H. de Formeville, Histoire de l’ancien évêché-comté de Lisieux, I, p. ccccxliii ; N. Deshays, Mémoires..., p. 126.

21 N. Deshays, Mémoires..., p. 126.

22 H. de Formeville, Histoire de l’ancien évêché-comté de Lisieux, I, p. ccxxiii.

23 Ibid., p. dlxiv.

24 N. Deshays, Mémoires..., p. 205.

25 La demande d’absolution par le sous-chantre a été formulée le 23 avril in domo habitationis dicti episcopi videlicet in camera sua Pavimentis de Logiis ; ce n’est que le 27 avril qu’il prête serment d’obéissance in aula manerii episcopalis de Logiis et que l’évêque, Guillaume d’Estouteville, lève les sentences qui avaient été prononcées contre lui.

26 A. Renoux, « Palais épiscopaux des diocèses de Normandie, du Mans et d’Angers (XIe-XIIIe siècles) : état de la question », in Les Évêques normands du XIe siècle, p. 188-189.

27 Le devis signale cependant certains changements d’affectation entre 1715 et 1761.

28 1 sur le plan, art. 152 de l’inventaire.

29 3 sur le plan, art. 149 et 151 de l’inventaire.

30 2 sur le plan, art. 151 de l’inventaire.

31 En 1761, les locaux de la vieille cuisine sont occupés par un pressoir, un cellier et une grange.

32 L’inventaire précise : « une chambre qui était jadis la salle du commun ».

33 4 et 5 sur le plan, art. 152 et 153. En 1761, les rez-de-chaussée de ces deux bâtiments sont occupés par une écurie et une étable.

34 7 sur le plan, art. 156.

35 En 1617, N. de Peiresc la décrit ainsi : « La chapelle du château des Loges au faubourg semble aussy presque du mesme temps que celle du palais episcopal ». Arcisse de Caumont attribue la construction de la chapelle du palais à Guillaume d’Asnières (Statistique monumentale du Calvados, V, Arrondissement de Lisieux, Paris – Caen, Derache, Didron et Dentu – Le BlancHardel, 1867, p. 256-260). Les vestiges de cette chapelle, arcades brisées à remplage rayonnant, sont encore bien visibles aujourd’hui dans un mur intérieur de l’actuelle bibliothèque municipale (observations personnelles).

36 A. Renoux, Fécamp. Du palais ducal au palais de Dieu, Paris, CNRS, 1991, p. 294.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search