Version classiqueVersion mobile

Les Évêques aux champs

 | 
Marie Casset

Annexe : monographies de sites

Le manoir des évêques d’Avranches au Parc1

Texte intégral

  • 1 Commune de Sainte-Pience, canton de La Haye-Pesnel (fig. 2, p. 38).
  • 2 D. Levalet, J. Pilet-Lemière, Carte archéologique de la Gaule. La Manche (50), Paris, Académie des (...)
  • 3 L’église actuelle ne présente pas de vestiges antérieurs au XVIe siècle.
  • 4 La date précise de la création de la paroisse se heurte à l’absence de sources. Un inventaire de 1 (...)

1Le manoir et ses annexes boisées se déploient à environ 10 kilomètres au nord-est de la métropole épiscopale, sur les versants et au fond de la vallée du ruisseau le Saultbesnon (autrefois le Limon) et de ses petits affluents, nettement au sud d’une voie ancienne d’Avranches à Vieux par Villedieu2. Les prélats ont privilégié un site boisé à l’écart de toute agglomération, aux franges de paroisses anciennes (Plomb, Braffais, Sainte-Eugienne) et ce n’est que tardivement qu’une paroisse est attestée en 1327, dont la création serait l’œuvre d’un évêque d’Avranches qui en a gardé le patronage3. Le village s’est développé autour de l’église, à environ un kilomètre de la résidence épiscopale4.

  • 5 Archives privées et ADM, GL17 (disparu), copie par É.-A. Pigeon, Musée d’Avranches, ms. non invent (...)
  • 6 Atlas Trudaine, Généralité de Caen, vol. 2, planche 18, Arch, nat., F14 8470.

2Les sources médiévales ne documentent le manoir que de façon ponctuelle et très partielle, en revanche les inventaires réalisés en 1749 et 17655 avant la destruction en 1768, l’Atlas Trudaine6, le cadastre de 1825 et l’état actuel du site du manoir (plate-forme et étang, découverte de pavés émaillés) et du paysage environnant autorisent des restitutions plausibles.

Les premiers temps de la résidence

Entrée du domaine dans le temporel de l’évêché

  • 7 ... et cum una parte silvae et villam que vocatur Plom et alteram quae vocatur Braffais cum ecclesi (...)
  • 8 ... particulas terrae quas in circuitu rivuli qui Limon vocatur possidebatprece et hortatu Joannis (...)
  • 9 ... de terra bosco Balduini quae inclusa est in Parco... quem finem dominus meus Robertus filius re (...)

3Le domaine est le résultat de l’agglomération successive de parcelles données à l’Église d’Avranches par des donateurs prestigieux. Entre 1028 et 1035, le duc Robert donne à Hugues, évêque d’Avranches, et à sa demande, les domaines de Plomb et de Braffais, un mesnil et un moulin à Sainte-Eugienne7. Entre 1060 et 1066, Guillaume le Bâtard autorise Baudouin de Brionne à céder à la cathédrale d’Avranches des parcelles incluses dans le domaine précédemment constitué8. Enfin vers 1162-1171, Mathilde, femme de Robert de Gloucester, donne à Achard, évêque d’Avranches, une portion du Bois Baudouin qui fut unie au parc déjà constitué9.

4Le domaine du Parc ne constitue pas une seigneurie à part entière, il est rattaché à la seigneurie d’Avranches.

Les premiers aménagements : un parc et une structure fossoyée ? (fig. 18, Pl. X)

  • 10 ADM, GL 17 (disparu), copie par le chanoine Pigeon conservée au musée d’Avranches, ms. non invento (...)

5L’évêque Jean (1060-1067) a réalisé sur le domaine épiscopal nouvellement étendu de lourds aménagements fondés sur une forêt préexistante : un parc à gibier. L’espace peuplé de hêtres et de cerfs est à cheval sur la vallée du Limon. Il occupait une superficie qu’on ne peut estimer qu’à partir de documents tardifs. Aujourd’hui, il couvre environ 160 hectares ; en 1765, l’inventaire précise qu’il contient 103 hectares de bois, de jardins et de prés10. Il se pourrait que l’emprise initiale ait été plus vaste ; en effet, des toponymes actuels à l’est et au nord (la Fieffe, les Fieffes, les Bruyères) pourraient témoigner de l’aliénation et de la mise en valeur agricole de certaines portions du parc à une époque difficile à apprécier. En outre, on observe sur la photo aérienne, au nord et à l’ouest de l’emprise actuelle, des alignements de haies qui matérialisent peut-être les plus anciennes limites ; dans ce cas, l’emprise primitive du parc aurait atteint au moins 250 hectares.

6Deux ruisseaux le traversent d’est en ouest. Les traces matérielles de clôture, murs, talus, fossés, et de bâtiments liés au parc ont disparu.

7La position du manoir par rapport au parc est tout à fait remarquable ; il a été édifié sur sa face sud, au confluent des deux ruisseaux utilisés pour aménager un étang qui enserre la résidence sur deux faces. Cette disposition conduit à penser qu’il y eut simultanéité dans la conception et l’aménagement des deux ensembles avec une volonté délibérée de lier intimement le parc et le château. L’accès à ce dernier se faisait par un chemin venant de la route qui longeait le parc au nord.

Fig. 18 – Le parc et le manoir : vue d’ensemble (photo IGN, mission IFN 50-14-61, cliché 1706, éch. 1/20000e, 1984)

  • 11 Atlas Trudaine, Généralité de Caen, vol. 2, planche 18, Arch, nat., F14 8470.
  • 12 Un indice fourni par l’inventaire de 1765 pourrait le laisser penser. On y signale que les deux pa (...)
  • 13 En 1765, un talus surmonté d’un mur clôt la face sud du complexe.
  • 14 G. Louise, « Les maisons fortes du bocage normand (XIIe-XVe siècles) », in La Maison forte au Moye (...)

8Dans son état au XVIIIe siècle11 et en 1825, le site possède l’empreinte fossilisée d’une première installation dont certains points sont remarquables. Les aménagements primitifs auraient consisté en l’édification d’une plate-forme ovale (110 mètres de long sur 62 mètres de large) entourée d’un fossé en eau (15-20 mètres de large) et d’un étang au sud et à l’ouest alimentés par les eaux de deux petits ruisseaux. S’il n’est pas possible d’affirmer que le sol de cette plate-forme était surélevé artificiellement par rapport au sol environnant12, on soupçonne l’existence d’un talus de clôture13. La vocation primitive de ce complexe reste problématique : des locaux pour abriter le gardien du parc, un enclos pour des animaux ou la résidence épiscopale. Dans ce dernier cas, la plate-forme ovale s’intégrerait dans la première génération de maisons fortes du XIIe siècle telles que G. Louise les a diagnostiquées dans l’Orne14. Seules des fouilles archéologiques permettraient d’établir un constat plus précis.

9Ce n’est qu’à partir de la fin du XIIe siècle qu’un acte atteste de l’existence d’une résidence épiscopale au Parc.

Le manoir dans les sources médiévales

Les mots pour le dire : manerium et « chastel »

10Dans les actes épiscopaux et les autres sources écrites disponibles, la résidence du Parc n’est désignée que par les deux formules manerium et « chastel ».

  • 15 M. Lebrun, Le Temporel de l’évêché d’Avranches du XIe au XIVe siècle, mémoire de DES, Université d (...)
  • 16 T. Bonnin, Regestrum visitationum archiepiscopi Rothomagensis. Journal des visites pastorales d’Eu (...)

11Manerium désigne l’ensemble dans une charte non datée de la fin du XIIe ou du début du XIIIe siècle lorsqu’un évêque Guillaume reconnaît au chapitre d’Avranches un droit de surveillance sur les coupes de bois et l’utilisation des fonds ainsi dégagés ad reparationem manerii sui15. Le terme est pris dans la même acception en 1250 par l’archevêque de Rouen Eudes Rigaud qui séjourne in manerium episcopi Abryncensi16.

  • 17 BNF, nouv. acq. fr. 122045,55. Ce document est intitulé réparations au « chastel du parc levesque  (...)
  • 18 ... et arcem in Castro de Parco munificentissimo a fundamentis erexit... in Castro de Parco quod an (...)

12En novembre 1390, le château est qualifié de « chastel » par le vicomte de Coutances qui vient de faire effectuer des travaux importants à « la planche levante », au « pont dormant », aux « guerittes », aux « maisons et loges », au « donjon » et aux « herces volantes »17. Dans ce texte, le manoir du Parc apparaît comme une forteresse d’importance que l’administration royale tient à conserver en bon état de défense, malgré la trêve avec l’Angleterre signée en 1389. Le même terme castrum est encore utilisé au XVIe siècle par l’évêque Robert Cenalis (1532-1560) pour décrire avec emphase l’œuvre de reconstruction effectuée par son prédécesseur Louis de Bourbon (1485-1510)18.

Les hommes et la fréquentation du manoir

  • 19 Actes signés par les évêques Guillaume V en 1243,1244 et 1245 (M. Lebrun, Le Temporel..., p. 65,66 (...)

13Les séjours des évêques d’Avranches dans leur proche domaine du Parc ont laissé peu de traces dans les sources ; sept seulement sont attestés par des actes signés et datés du Parc entre 1243 et 132919. Ces témoignages sont insuffisants pour conclure à une faible fréquentation épiscopale jusqu’au milieu du XIVe siècle. À partir de cette période et jusqu’au dernier quart du XVe siècle, les séjours ont pu se raréfier. Les causes sont multiples. Certains évêques ont été entraînés dans le tourbillon politique de ces années troubles. Robert Porte (1359-1379) s’est rangé aux côtés du roi de Navarre qui en a fait son chancelier et le gardien du château de Regnéville. Jean de Saint Avit (1391-1442) a été retenu par les Anglais, à Rouen, de 1418 à sa mort en 1442. Les troubles et l’insécurité provoqués par les multiples conflits de la guerre de Cent Ans ont certainement freiné, voire rendu impossible, les séjours des évêques d’Avranches dans leur résidence, si proche soit-elle de leur métropole.

  • 20 Compte des paiements faits pendant les cinq premiers mois du siège du Mont-Saint-Michel à Nicolas (...)

14Entre 1419 et 1449, le manoir du Parc abrite une garnison anglaise. En 1424-1425, elle compte treize hommes d’armes à pied ou à cheval et trente-neuf archers sous les ordres de Robert Sallemerch20. À ces hommes de la retenue, il faut sans doute ajouter des servants.

Le manoir médiéval à l’épreuve des sources modernes

Le manoir dans son dernier état au XVIIIe siècle (fig. 19 et 20)

  • 21 Inventaire de 1749, archives privées. Inventaire de 1765, ADM, GL 17 (disparu), copie par le chano (...)

15Malgré l’absence de vestiges bâtis, il est possible de tenter une reconstitution de la résidence médiévale et de son évolution à partir du cadastre de 1825 et des visites-inventaires de 1749 et 176521.

Fig. 19 – Le site du manoir en 1825 (dessin d’après Service du cadastre d’Avranches)

  • 22 Inventaire de 1749, art. 12,15 sur le plan (fig. 20).

16Un colombier haut d’environ 5,8 mètres s’élève à l’extérieur de l’enclos du manoir, au nord de la chaussée d’accès et son diamètre de 7,5 mètres en fait vraisemblablement un bâtiment de la fin du Moyen Âge22. Un moulin se tient sur la rive sud de l’étang.

  • 23 Inventaire de 1749, art. 98, 4 sur le plan. On peut interpréter comme étant une tour le bâtiment d (...)

17La plate-forme ovale est ceinte d’un mur qui en épouse le tracé. En 1765, il est clairement indiqué sur la face ouest et nord du complexe. Son épaisseur (1,3 mètre) en fait un mur renforcé et non un simple mur de clôture. Le mur des cuisines au nord-est pourrait bien être une portion de ce rempart. Deux tours carrées s’élèvent aux angles nord-ouest et nord-est23.

  • 24 Inventaire de 1749, art. 71 et 72,2 sur le plan.
  • 25 11 sur le plan.

18À l’ouest, l’entrée est constituée d’un seul corps de bâtiment à étage, de plan rectangulaire, long d’environ 11 mètres ; un passage piétonnier et un passage charretier y sont aménagés ; une pièce peu éclairée se trouve à droite en entrant ; l’étage, accessible par un escalier extérieur, est composé d’une chambre avec cabinet et latrines24 Un pont-levis, en avant de la porte, permet le franchissement du fossé à l’endroit de sa jonction avec l’étang. À l’opposé, sur la face est, il se pourrait que le local utilisé comme bûcher25 ait appartenu dans son état initial à un dispositif de franchissement du fossé qui est encore possible par un petit pont dormant donnant sur le fruitier, de l’autre côté du fossé. La face sud du complexe est dépourvue de bâtiments à l’exception de la « boulangerie » et la clôture consiste en un mur élevé sur un talus descendant vers l’étang.

  • 26 3 et 5 sur le plan.
  • 27 13 sur le plan.
  • 28 Inventaire de 1749, art. 108.

19Au XVIIIe siècle, l’enclos est divisé en trois espaces. Dans la moitié ouest, se déploie une grande cour dont les faces internes nord et ouest sont bordées par des bâtiments, adossés au mur d’enceinte, attenants les uns aux autres et à usage de communs (étable, écurie et sellerie)26 ; au sud, près de la porte se tient un petit bâtiment, une boulangerie27. Un bassin est installé au milieu de la cour, alimenté en eau depuis une fontaine sur l’étang par des tuyaux de plomb et de terre cuite28. Le quart sud-est de l’enclos est entièrement occupé par un jardin.

20Le pôle résidentiel s’élève dans le quart nord-est. Il est constitué de deux bâtiments disposés en équerre.

  • 29 Inventaire de 1749, art. 15, 6 sur le plan.
  • 30 Inventaire de 1749, art. 75.

21Au nord, le long du mur d’enceinte et orienté est-ouest, s’étend un bâtiment à deux niveaux, long d’environ 13 mètres29. Au rez-de-chaussée, on trouve une grande salle avec office, garde-manger et dépense. L’office doit être une pièce carrée dont la « voûte à lunettes » retombe sur un pilier central au chapiteau sculpté30. À l’étage se trouvent la chapelle Saint-Jean et le logement du chapelain.

  • 31 Inventaire de 1749, art. 78, inventaire de 1765, art. 21,12 sur le plan.

22En retour d’équerre, et s’avançant dans la cour, on trouve un bâtiment dont le rez-de-chaussée est occupé par la cuisine communiquant avec l’office par un petit garde-manger voûté, et deux caves. La façade de ce bâtiment est masquée par le départ d’une galerie qui s’étend jusqu’à l’étang31. Le rez-de-chaussée de cette galerie est composé de onze arcades en plein cintre donnant à la fois sur le jardin et sur la cour ; l’arcade centrale est plus haute que les autres. L’étage de la galerie est occupé par des chambres, aux fenêtres à meneaux.

  • 32 Inventaire de 1749, art. 79, inventaire de 1765, art. 15, 8 sur le plan.

23L’accès à l’étage de ces deux bâtiments se fait par un escalier en vis élevé dans une tour polygonale32.

  • 33 Inventaire de 1765, art. 20,10 et 11 sur le plan.

24En arrière de la cuisine se déploient des bâtiments attenants qui abritent celliers et bûcher ; cette aile délimite, dans l’angle sud-est, une petite cour, la cour des cuisines33.

Hypothèses sur l’évolution du complexe

25Tel qu’il se présente, au milieu du XVIIIe siècle, le manoir du Parc a indéniablement conservé, dans ses grandes lignes, des structures médiévales.

  • 34 ADM, GL17 (disparu), copie par É.-A. Pigeon, BM Avranches, ms. non coté.

26Certaines peuvent être directement identifiées avec celles que le compte de 1390 révélait, en particulier les ponts « levants » et « dormants ». Quant au « donjon », signalé à cette date et absent des inventaires, les origines d’un conflit entre les chanoines d’Avranches et l’évêque en 1662 apportent quelques éclaircissements34. À cette date, les chanoines reprochent à l’évêque de démolir « un donjon en forme de pavillon » ; il est en très mauvais état, et la ruine de la couverture a endommagé la charpente et les planchers. On peut s’interroger sur l’emplacement de cette tour forte ou « donjon ». Faute d’indices d’ordre archéologique on ne peut qu’émettre des hypothèses ; la face sud de l’enclos, étrangement dépourvue de tout bâtiment, à l’exception de la boulangerie, pourrait être retenue et en particulier l’angle sud-est, occupé par un grand jardin au XVIIIe siècle. Une autre interrogation demeure quant à sa structure ; faut-il y voir un donjon carré comme le laisserait supposer la formule « pavillon » employée au XVIIe siècle ? On sait seulement que les étages n’étaient pas voûtés.

  • 35 À Hambye, le massif rectangulaire de la porterie comprend deux passages et une salle au rez-de-cha (...)

27Une première conclusion s’impose : à la fin du XIVe siècle, le manoir du Parc est une forteresse d’une certaine importance dont il faut souligner les caractères défensifs probants : larges fossés en eau, courtine assez épaisse dépourvue de chemin de ronde, tours d’angle carrées, tour forte ou donjon carré et ponts-levis. A contrario, la porte d’entrée est un point faible et sa structure est semblable à celles dont sont dotés des monastères proches à Hambye et La Lucerne, datées de la seconde moitié du XIIe siècle35.

  • 36 À partir de 1365-1366, il fut gouverneur, pour Charles de Navarre, du château de Regnéville et en (...)

28Il reste à s’interroger sur la période de la mise en place de ces dispositifs. La structure de la porterie, les tours et « donjon » quadrangulaires inclinent à envisager des travaux importants à la fin du XIIe siècle, avant l’adoption des plans circulaires. Mais il faut compter avec la persistance, voire la résurgence, des plans quadrangulaires au XIVe siècle et des travaux par l’évêque Robert Porte (1359-1379) ne sont pas invraisemblables36. Le défaut d’informations supplémentaires, en particulier d’ordre archéologique, ne permet pas d’aller plus avant dans les hypothèses.

Fig. 20 – Hypothèses de reconstitution du manoir dans son dernier état au milieu du XVIIIe siècle (d’après les inventaires de 1749 et 1765 et le cadastre de 1825)

29Le pôle résidentiel, tel qu’il se présente encore au XVIIIe siècle, présente au moins deux états distincts.

  • 37 M. Casset, Les Résidences des évêques d’Avranches au Moyen Âge, mémoire de DEA, Université du Main (...)

30Les sources signalent les travaux de restauration entrepris par l’évêque Louis de Bourbon (1485-1510). Nous connaissons ceux qu’il fit effectuer à sa résidence urbaine d’Avranches, qui consistèrent surtout en une restauration des parties hautes du logis dotées de hautes lucarnes sculptées37. Au Parc, les inventaires autorisent à lui attribuer au moins deux des structures encore en place au XVIIIe siècle. La galerie, avec son étage de chambres dotées de fenêtres à meneaux, crée de nouveaux espaces habitables et orne la cour d’un dispositif très en vogue en cette fin du XVe siècle. L’escalier en vis dans une tour polygonale pourrait être contemporain de la galerie ; il permet, en effet, d’accéder à son premier étage résidentiel.

31La restauration de Louis de Bourbon semble avoir peu touché le bâtiment en L, adossé au mur nord. Nous pourrions être ici en présence des structures les plus anciennes du manoir malgré les interrogations non résolues à son sujet. Faut-il admettre que la chapelle de l’étage occupe son emplacement primitif, à côté d’une chambre et au-dessus d’une grande salle ? Ou bien ne s’agit-il que de restructurations postérieures à un premier état ? En effet, cette chapelle pourrait n’être qu’une « chapelle de retrait » près de la chambre de l’évêque, alors qu’une chapelle indépendante aurait disparu à une date indéterminée.

  • 38 Voir l’Annexe sur les carreaux de pavement (p. 471-486) et Pl. XXI, fig. 40.

32En tout état de cause, ce bâtiment possède des vestiges architecturaux (voûte à « lunettes » sur pilier central doté d’un chapiteau sculpté de l’office) qui permettent de l’exclure des travaux de la fin du XVe siècle et d’envisager une assez longue antériorité. En outre, les dimensions du bâtiment (13 mètres de long), la proximité de la cuisine qui lui est accolée et son rôle prééminent dans la résidence (il contient la salle noble) autorisent à y voir le bâtiment que les sources écrites qualifient, en ce qui concerne d’autres complexes résidentiels, de « grande salle », de « tinel », et qui peut contenir sous un même toit l’aula et la camera. Entre le XIIe et le XIVe siècle, toutes les hypothèses sont permises pour l’édification de cet ensemble qui a connu, à deux reprises, à la fin du XIIIe et dans la première moitié du XIVe siècle, deux campagnes de pose de sols de pavés émaillés38.

Conclusion

33Il faut avouer notre ignorance des structures primitives du manoir au XIIe siècle, à l’exception sans doute de la plate-forme d’environ 3/4 d’hectare ceinte de fossés en eau. La structure en L pourrait appartenir à un état du XIIIe, voire du XIIe siècle. Le manoir a connu de grands travaux d’embellissement à la fin du XIIIe et au début du XIVe siècle et la pose de pavés émaillés en est la trace la plus marquante. Dans le courant de la seconde moitié du XIVe siècle, la construction d’un mur de pierre, flanqué de tours, et probablement d’un donjon renforce les défenses d’une médiocre maison forte. Enfin, la restauration, à la fin du XVe siècle, a peu bouleversé le vieux manoir ; elle a essentiellement touché le logis, doté de nouvelles structures d’habitation et d’agrément.

34Une dernière interrogation subsiste : les bâtiments à usage agricole, attestés au XVIIIe siècle, sont peu nombreux et d’une faible ampleur pour un centre de gestion agricole. On doit, sans doute, considérer que le manoir moderne a perdu bon nombre de bâtiments agricoles d’origine médiévale dont l’utilisation était rendue caduque par la location des terres de la réserve.

Notes

1 Commune de Sainte-Pience, canton de La Haye-Pesnel (fig. 2, p. 38).

2 D. Levalet, J. Pilet-Lemière, Carte archéologique de la Gaule. La Manche (50), Paris, Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 1989.

3 L’église actuelle ne présente pas de vestiges antérieurs au XVIe siècle.

4 La date précise de la création de la paroisse se heurte à l’absence de sources. Un inventaire de 1295 mentionne les reliques de sainte Pience conservées dans la cathédrale d’Avranches, BM Avranches, ms. 206 fo 26. La tradition en fait remonter la donation par Charlemagne au IXe siècle ; É.-A. Pigeon penche plutôt en faveur d’une donation sous l’épiscopat de Remedius, vers 850 (Vies des saints du diocèses de Coutances et Avranches, Avranches, Perrin, 1898, II, p. 171-173).

5 Archives privées et ADM, GL17 (disparu), copie par É.-A. Pigeon, Musée d’Avranches, ms. non inventorié.

6 Atlas Trudaine, Généralité de Caen, vol. 2, planche 18, Arch, nat., F14 8470.

7 ... et cum una parte silvae et villam que vocatur Plom et alteram quae vocatur Braffais cum ecclesiis et molendinis et unum masnille cum uno molendino in villa quae dicitur Esgen..., M. Fauroux, « Recueil des actes des ducs de Normandie (911-1066) », MSAN, XXXVI, 1961, p. 27.

8 ... particulas terrae quas in circuitu rivuli qui Limon vocatur possidebatprece et hortatu Joannis episcopi quas particulas idem episcopus infra Parcum quern cum pecunia construxerat inclusif..., ibid.

9 ... de terra bosco Balduini quae inclusa est in Parco... quem finem dominus meus Robertus filius regis Henrici fecit cum episcopo Acardo de predicta terra, salva conventione cervi et fagi..., cité dans É.-A. Pigeon, Le Diocèse d’Avranches, Coutances, Salettes, 1888, p. 339-340.

10 ADM, GL 17 (disparu), copie par le chanoine Pigeon conservée au musée d’Avranches, ms. non inventorié.

11 Atlas Trudaine, Généralité de Caen, vol. 2, planche 18, Arch, nat., F14 8470.

12 Un indice fourni par l’inventaire de 1765 pourrait le laisser penser. On y signale que les deux parements du mur d’enceinte ne sont pas de même hauteur et qu’il existe une différence de 2 à 3 mètres entre le parement intérieur et le parement extérieur.

13 En 1765, un talus surmonté d’un mur clôt la face sud du complexe.

14 G. Louise, « Les maisons fortes du bocage normand (XIIe-XVe siècles) », in La Maison forte au Moyen Âge (Actes du colloque de Pont-à-Mousson, 1984), M. Bur (dir.), Paris, CNRS, 1986, p. 31-39.

15 M. Lebrun, Le Temporel de l’évêché d’Avranches du XIe au XIVe siècle, mémoire de DES, Université de Caen, 1964 (dactyl.) (Édition du cartulaire de l’évêché, dit Livre Vert), p. 12.

16 T. Bonnin, Regestrum visitationum archiepiscopi Rothomagensis. Journal des visites pastorales d’Eudes Rigaud, Rouen, Le Brument, 1852, p. 461.

17 BNF, nouv. acq. fr. 122045,55. Ce document est intitulé réparations au « chastel du parc levesque ». Nous avons considéré qu’il s’agissait du château des évêques d’Avranches et non d’un château qui se serait élevé dans le parc épiscopal de Coutances, dont l’existence n’a jamais été établie. Le même compte signale des réparations au « chastel » de Saint-Pierre-Langers, entre Avranches et Granville. Les travaux ont été réalisés par des ouvriers venant de paroisses au nord de Coutances.

18 ... et arcem in Castro de Parco munificentissimo a fundamentis erexit... in Castro de Parco quod anno 1534 reaedificaverat..., Gallia Christiana, XI, col. 489.

19 Actes signés par les évêques Guillaume V en 1243,1244 et 1245 (M. Lebrun, Le Temporel..., p. 65,66 et 144) ; Richard Laine en 1254 et 1257 (ibid., p. 74 et F. Dubosc, Cartulaire de l’abbaye de la Luzerne, Saint-Lô, Jacqueline fils, 1878, p. 88) ; Jean de Vienne en 1329 (Gallia Christiana, XI, col. 489).

20 Compte des paiements faits pendant les cinq premiers mois du siège du Mont-Saint-Michel à Nicolas Burdett, bailli du Cotentin (1424-1425) (BNF, ms. fr. 4485 fo 311-312), lettre de rémission à Jean Lhôte qui fut enfermé au Parc l’Évêque tenu par une garnison anglaise (BNF, ms. fr. 14546 fo 17), mandement du duc de Bedford (1424), cités et édités par S. Luce, Chronique du Mont-Saint-Michel (1343-1468), publiée avec notes et pièces diverses relatives au Mont-SaintMichel et à la défense nationale en Basse Normandie pendant l’occupation anglaise, Paris, Firmin Didot et Cie, 1,1879, p. 149-157 (P.150 et 154 note 1), p. 179-180, p. M7-149.

21 Inventaire de 1749, archives privées. Inventaire de 1765, ADM, GL 17 (disparu), copie par le chanoine Pigeon conservée au musée d’Avranches, ms. non inventorié.

22 Inventaire de 1749, art. 12,15 sur le plan (fig. 20).

23 Inventaire de 1749, art. 98, 4 sur le plan. On peut interpréter comme étant une tour le bâtiment désigné par le terme « gros pavillon ».

24 Inventaire de 1749, art. 71 et 72,2 sur le plan.

25 11 sur le plan.

26 3 et 5 sur le plan.

27 13 sur le plan.

28 Inventaire de 1749, art. 108.

29 Inventaire de 1749, art. 15, 6 sur le plan.

30 Inventaire de 1749, art. 75.

31 Inventaire de 1749, art. 78, inventaire de 1765, art. 21,12 sur le plan.

32 Inventaire de 1749, art. 79, inventaire de 1765, art. 15, 8 sur le plan.

33 Inventaire de 1765, art. 20,10 et 11 sur le plan.

34 ADM, GL17 (disparu), copie par É.-A. Pigeon, BM Avranches, ms. non coté.

35 À Hambye, le massif rectangulaire de la porterie comprend deux passages et une salle au rez-de-chaussée, une chambre à l’étage accessible par un escalier extérieur ; elle est datée des environs de 1150 (B. Beck, « Historique de l’abbaye et description archéologique », Art de Basse-Normandie, 44,1968, p. 16). La porterie de la Lucerne qui ne comporte qu’un passage est datée du troisième quart du XIIe siècle.

36 À partir de 1365-1366, il fut gouverneur, pour Charles de Navarre, du château de Regnéville et en approcha sans doute de très près les travaux de mise en défense au milieu du XIVe siècle. Ses prises de position favorables au roi de Navarre, contre le roi de France, auraient pu le pousser à fortifier son manoir du Parc. En février 1367, Robert Porte reçoit 1000 francs-or du roi de Navarre pour tenir en état le château de Regnéville qui venait de lui être confié ; la pension est assignée sur le revenu du port (BNF, ms. fr. 20789, 91, 95 et 96).

37 M. Casset, Les Résidences des évêques d’Avranches au Moyen Âge, mémoire de DEA, Université du Maine, 1993 (dactyl.), p. 64.

38 Voir l’Annexe sur les carreaux de pavement (p. 471-486) et Pl. XXI, fig. 40.

Table des illustrations

Légende Fig. 18 – Le parc et le manoir : vue d’ensemble (photo IGN, mission IFN 50-14-61, cliché 1706, éch. 1/20000e, 1984)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7154/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 369k
Légende Fig. 19 – Le site du manoir en 1825 (dessin d’après Service du cadastre d’Avranches)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7154/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Fig. 20 – Hypothèses de reconstitution du manoir dans son dernier état au milieu du XVIIIe siècle (d’après les inventaires de 1749 et 1765 et le cadastre de 1825)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7154/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 51k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search