Version classiqueVersion mobile

Les Évêques aux champs

 | 
Marie Casset

Annexe : monographies de sites

La forteresse des archevêques de Rouen à Gaillon1

Texte intégral

  • 1 Eure, canton de Gaillon (fig. 2, p. 38).

1L’agglomération de Gaillon se déploie sur la rive gauche de la Seine, à environ 37 kilomètres au sud-est de Rouen, entre Les Andelys au nord et Vernon au sud. Au Moyen Âge, la région est du ressort du diocèse d’Évreux. Nous sommes ici sur le rebord d’un plateau calcaire au sol composé d’argiles à silex, le plateau de Madrie. Le château s’élève sur un éperon qui surplombe la vallée de la Seine ; le village s’est développé sur la pente et au pied de cet éperon à l’est, à environ 3 kilomètres du fleuve.

  • 2 Comptes de l’archevêché (1388 à 1463), G 7 à G 60. Comptes de la seigneurie de Gaillon (1409 à 148 (...)
  • 3 Plan conservé aux Archives de la Vienne (carton 37), édité par P. Contamine, « Les aménagements de (...)
  • 4 J. Androuet du Cerceau, Premier volume des plus excellents bâtiments de France, Paris, 1576.

2Le château, tel qu’il se présente aujourd’hui, est le résultat de multiples remaniements documentés essentiellement à la fin du XIVe, au XVe et au début du XVIe siècle par un inventaire après décès et par des comptes de travaux2. On peut compter également sur de nombreux plans et une riche iconographie moderne dont un plan contemporain des travaux entrepris par le cardinal d’Amboise au début du XVIe siècle3 et le plan d’Androuet du Cerceau, réalisé en 1576, qui présente un état très proche de celui de la rénovation4. Aux XVIIe et XVIIIe siècles, le complexe ne connaît pas de grands bouleversements architecturaux. La Révolution signe la déchéance du château qui est presque entièrement rasé et les éléments sculptés sont pillés ; quelques-uns sont sauvés et entreposés au Musée des Monuments français. Le château devient ensuite un pénitencier et cet épisode achève de le défigurer lourdement. Entre 1919 et 1975, il devient propriété privée ; en 1975, il est racheté par l’État qui en entreprend la restauration.

  • 5 É. Chirol, Un premier foyer de la Renaissance. Le château de Gaillon, Rouen – Paris, Lecerf – Pica (...)
  • 6 P. Calderoni, Gaillon (Eure), cour d’honneur du château. Rapports de fouilles 1994 et 1995, Petit- (...)

3Le château du cardinal d’Amboise, tant vanté par les contemporains, a peu attiré les chercheurs5 et ce n’est que récemment que des fouilles archéologiques ont été entreprises au milieu de la cour d’honneur à l’emplacement de la fontaine Renaissance, dans la partie sud de la basse-cour et dans les fossés ouest et nord-ouest6.

Le contexte de l’installation

Les premiers temps du castrum de Gaillon

  • 7 La documentation concernant l’histoire de Gaillon jusqu’à son entrée dans le temporel de l’Église (...)
  • 8 L. Delisle, « Cartulaire normand de Philippe Auguste, Louis VIII, Saint Louis et Philippe le Hardi (...)
  • 9 A. Deville, Comptes..., p. LII.

4L’origine du château de Gaillon est mal connue7. Il est mentionné pour la première fois en 1196 dans le traité de Louviers qui détermine la nouvelle frontière entre l’État normand et le royaume de France, qui passe entre la forteresse (forteliciam) de Gaillon et celle de Val-de-Reuil. Gaillon constitue une pointe avancée des Français en territoire normand et lorsque Richard Cœur de Lion entreprend la construction du Château-Gaillard, à 12 kilomètres au nord, sur l’autre rive de la Seine, près des Andelys, le poids stratégique du château de Gaillon est renforcé. Sa condition juridique est mal documentée et de rares indices antérieurs au début du XIIIe siècle en font le chef-lieu d’une châtellenie dépendant du comté d’Évreux. Vers 1205, le roi y a nommé un châtelain, Cadoc8, un chef de routiers qui aurait fait construire, dans le château, une chapelle dédiée à la Vierge et à Saint-Antoine. La cession aurait été accompagnée d’une inféodation viagère puis héréditaire. En 1220, Cadoc est jeté en prison et à sa libération, en 1227, il abandonne au roi des biens qu’il tenait de lui. Nous ignorons tout des structures primitives du château de Gaillon et de celui qui fut l’initiateur de la construction. Le sceau du châtelain Cadoc présente une enceinte circulaire crénelée enserrant une tour, elle-même crénelée9. Seul un témoignage tardif évoque la forteresse primitive. En effet, un voyageur du XVIIIe siècle fait une description qui intrigue :

  • 10 BM Rouen, ms. Y, 19 fo 226, Remarques sur la Haute Normandie, Notes d’un voyageur du XVIIIe siècle (...)

La première entrée est basse et forme un carré dont les angles sont arrondis en forme de tours ; on prétend que c’était le castel de l’ancien seigneur de ce lieu avant qu’il appartint aux archevêques de Rouen10.

Entrée dans le temporel en 1262

  • 11 L. Delisle, « Cartulaire normand... », p. 143. Au domaine de Gaillon, s’ajoute tout ce que le roi (...)
  • 12 V. Tabbagh, « Le temporel des archevêques de Rouen aux derniers siècles du Moyen Âge », Journal of (...)

5En 1262, le domaine de Gaillon, la tour et le village des Noes, à 3 kilomètres au sud de Gaillon (... castrum nostrum et villam de Gallon, turrim et villam des Noes...), entrent dans le temporel de l’Église de Rouen11. Cette acquisition, par l’archevêque Eudes Rigaud, a été chèrement payée par la cession au roi de tous les moulins de Rouen, de quatre moulins à Déville, des étangs de Martainville et le paiement de 4000 Lt. On peut s’interroger sur les conditions et les raisons de cette opération menée par l’archevêque qui dépouille l’Église de Rouen de tous ses biens rouennais à l’exception du manoir urbain. Lequel des deux protagonistes de cette affaire, Louis IX ou l’archevêque, en a pris l’initiative ? Il est vraisemblable qu’étant donné les liens qui unissaient les deux hommes, il y eut une entente implicite non formulée, mais la démarche d’Eudes Rigaud, qu’il ait demandé ou seulement accepté la transaction, se laisse bien comprendre. En recevant du roi Gaillon et son château, il compense très avantageusement, sur le plan tant matériel et financier que symbolique, la perte des Andelys en 1197. La seigneurie de Gaillon va se révéler, sur le long terme, d’un rapport financier important ; vers 1400, son revenu, dîmes exclues, s’élève à 1797 Lt et vient au troisième rang des revenus archiépiscopaux après Dieppe et Aliermont-Douvrend12. L’entrée d’une forteresse dans les possessions de l’archevêché ne peut pas être négligée et l’on imagine aisément le prestige accru de l’Église de Rouen aux yeux des grands comme des humbles.

6L’acte de cession précise qu’en cas de guerre le château de Gaillon et la tour des Noes feront retour entre les mains du roi qui les rendra, en cas de paix ou de trêve, en bon état à l’archevêque. Cette clause sous-entend l’intérêt stratégique du château et laisse supposer de puissants dispositifs fortifiés.

Le castrum d’Eudes Rigaud

  • 13 Nous réservons au dernier paragraphe de ce chapitre consacré à Gaillon la confrontation des source (...)

7Lorsqu’il devient, en 1262, résidence des archevêques de Rouen, le château de Gaillon est une forteresse, un castrum. Tout au long de son histoire, il n’est jamais désigné autrement que par les termes castrum ou « chastel ». À cette date, les structures du château sont largement inconnues, à l’exception de ce que mentionne la clause de rétrocession à l’archevêque qui mentionne les fossés, les murs, les édifices, les armes, les victuailles et toutes les autres choses (fossatis, muris, aedificiis, armis, victualibus et omnibus aliis). Si l’on en croit cette formule, le château de Gaillon est un complexe ceint de murs et de fossés qui enserrent des bâtiments à la fonction indéterminée. L’absence de toute mention de tour est notable13.

  • 14 M. Charpillon, A. Caresme, Dictionnaire historique..., p. 245.
  • 15 T. Bonnin, Regestrum visitationum archiepiscopi Rothomagensis. Journal des visites pastorales d’Eu (...)
  • 16 Ibid., p. 505.
  • 17 Ibid., p. 552.
  • 18 Ibid., p. 629.

8Entre 1262 et 1269, date de son départ à la croisade, Eudes Rigaud a séjourné 66 fois à Gaillon et la tradition rapporte sans preuves qu’il y aurait fait entreprendre des travaux14. Dès les mois d’avril et mai 1262, bien avant l’établissement de l’acte de cession, signé en juillet, il séjourne dans son château (in Castro nostro) où il reçoit en mai l’hommage des vassaux de la seigneurie15. Les séjours d’Eudes Rigaud à Gaillon n’ont aucun caractère régulier. Le château est une étape sur le trajet de ses voyages depuis ou de retour vers Rouen. À plusieurs reprises, il s’arrête à Gaillon en grande compagnie ; c’est le cas en janvier 1264, lorsque le roi y passe la nuit16, et en février de la même année avec Simon, cardinal de Sainte-Cécile qui l’accompagne depuis treize jours. En septembre 1266, il est en compagnie des évêques d’Amiens et d’Auxerre, Bernard d’Abbeville et Gui de Mello17 ; en juillet 1269, c’est l’ex-évêque d’Évreux, Raoul de Grosparmi, qui est son hôtel18.

Le paysage domestiqué : un parc à gibier (fig. 15)

  • 19 L. Delisle, « Cartulaire normand... », p. 21-22.

9L’environnement aménagé du château de Gaillon est attesté très tôt dans l’enquête menée vers 1205 sur la châtellenie de Gaillon19. Le document cite le bois (nemus) de Brillehaut, le bois (nemus) de Gaillon, le parc du comte (parcum comitis) et une garenne (garena). Les comptes du XVe siècle n’évoquent que rarement le « bois du parchet ». À partir du début du XVIe siècle, nous connaissons bien les modalités de la restructuration du parc et des jardins au nord du château et l’iconographie postérieure a transmis de nombreux documents. Enfin, on peut considérer que le paysage actuel a conservé des traces probantes des installations anciennes et des microtoponymes parlants : le petit étang, la porte aux chiens, le grand étang.

  • 20 A. de Beatis, Voyage du cardinal d’Aragon en Allemagne, Hollande, Belgique, France et Italie (1517 (...)
  • 21 L’entretien de ces conduits est régulièrement attesté, ADSM, G 580 fo 32.

10Le parc s’étendait au nord-ouest du château, mais n’en était pas attenant ; il commençait à un peu plus d’un kilomètre du complexe. De plan rectangulaire, il couvrait environ 180 hectares. Un témoignage de 1517 précise qu’il faisait deux lieues de pourtour et qu’il était fermé par « une épaisse et haute muraille »20. Nous savons qu’il contenait des espaces en eau créés à partir de nombreuses sources qui alimentaient par des conduits de bois et de plomb la fontaine au milieu de la haute-cour21.

Fig. 15 – Le site de Gaillon au XVIIIe siècle, Carte de Cassini, feuille 25 (Rouen), 1757

  • 22 ADSM, G 582 fo 17 vo.

11Au début du XVe siècle, une tuilerie est attestée (« theulerie du parchet »), mais nous ignorons si elle s’élève dans l’enceinte du parc ou bien aux franges de celui-ci. Elle fournit les tuiles et les briques nécessaires à l’entretien du château22.

12La formule « bois du parchet » utilisée au XVe siècle pose la question de savoir si cet espace a conservé le statut et les privilèges d’un parc à gibier.

  • 23 ADSM, G 582 fo 19.
  • 24 A. Deville, Comptes…, p. 41.

13Entre le château et le parc on a aménagé des jardins et vergers. Malgré les attestations tardives, on peut penser qu’il s’agit d’aménagements anciens. En 1411-1412, dans le cadre de la mise en défense du château, le jardin des plantes a été nettoyé et labouré23. En 1503, on arrache les vignes qui s’étendent au nord du château, pour créer un nouveau jardin24.

Le « chastel » de Gaillon en 1388

Les hommes et la vie du « chastel »

  • 25 Par les archevêques Guillaume de Flavacourt en 1287,1298 et 1302, Guillaume de Durfort en 1324 et (...)
  • 26 Guillaume de Durfort y aurait reçu le roi, Philippe le Long, en 1320 (A. Deville, Comptes..., p. 2 (...)

14Nous pouvons difficilement affirmer que le château de Gaillon a été une résidence privilégiée par les archevêques de Rouen. En effet, il n’existe que huit attestations de séjours entre 1287 et 1388, par cinq actes signés à Gaillon25, ou rapportées par des mentions ultérieures26.

  • 27 Certaines chambres énumérées dans cet inventaire sont désignées par le nom ou la charge de l’occup (...)
  • 28 M. Charpillon, A. Caresme, Dictionnaire historique... ; A. Le Prévost, Mémoires et notes pour serv (...)

15Le personnel permanent de Gaillon n’est appréhendé qu’au détour des sources comptables de la fin du XIVe siècle, de l’inventaire du mobilier après le décès de Guillaume de Lestrange en 138827 et de quelques notations antérieures. Trois personnages d’importance résident au château : le receveur loge près de la porte, le desservant de la chapelle y possède une chambre et des capitaines sont mentionnés dans les comptes de l’archevêché en 1377, en 1384 (Pierre de Lestrange) puis en 1412 (Henri Lallemand)28. Des « escuiers » logent au château, mais on ignore leur nombre et les conditions de leur service.

  • 29 ADSM, G 584 fo 24.

16Du personnel de service nous connaissons le « portier » qui est aussi « garennier » et qui loge dans une chambre près ou sur la porte. Une chambrière est mentionnée en 1409-141029.

  • 30 BNF, ms. fr. 26002, 969.
  • 31 ADSM, G 1020.
  • 32 ADSM, G 1020, cité dans T. Bonnin, Le Cartulaire de Louviers : documents historiques originaux du (...)

17Il existe des indices de travaux à Gaillon dans la seconde moitié du XIVe siècle, travaux de mise en défense et travaux d’embellissement. En 1360, l’archevêque de Rouen reçoit du régent 1000 deniers d’or au mouton pour les dépenses engagées à cause de ses châteaux et forteresses30. En 1368, les habitants de la châtellenie de Gaillon se plaignent des contraintes qui leur ont été imposées par les travaux au château et l’archevêque allègue qu’étant donné sa position à la frontière il a besoin d’être entretenu31. Dans le même contexte, en 1380, Charles VI octroie droits et privilèges à l’archevêque pour garnir le château de Gaillon : « ... parceque ledit chastel de Gaillon est assis en frontiere et a besoin de estre garni de vivres »32. Nous ignorons la teneur de ces travaux, mais la démarche des archevêques semble claire après la chevauchée anglaise du printemps 1356 qui avait démontré la vulnérabilité des régions au sud de la Seine.

  • 33 ADSM, G 7 fo 7-8. Ce document n’a jamais été exploité en particulier par P. Lardin, « Les travaux (...)
  • 34 Les exécuteurs testamentaires devront payer à un « huchier » d’Évreux ce qui lui reste dû des « la (...)
  • 35 Les travaux entrepris au cours des quinze premières années du XVe siècle n’ont pas bouleversé le c (...)

18Quant aux travaux d’embellissement mis en œuvre, dans les années 1380, par Guillaume de Lestrange, ils sont révélés essentiellement par l’inventaire réalisé en 1388 après le décès du prélat33. S’il présente un état partiel du château, avant le démantèlement de 1424-1432 et les importants travaux de restauration entrepris à partir de 1453, il fournit le témoignage de restructurations importantes (une « maison neuve » ou « nouvelle ediffice ») restées inachevées comme en témoignent les matériaux encore entreposés dans certaines pièces : 3000 « carreaux verre », quatre fenêtres et leurs châssis, 500 ardoises et des « lambruis bruts » et « ouvres »34. On a la preuve ici de lourds travaux de redéfinition des toitures pour lesquelles on abandonne les tuiles au profit des ardoises et de l’installation de nouvelles fenêtres au logis. Ce texte, augmenté des informations fournies par les comptes de travaux entre 1409 et 1419, donne une image assez détaillée du château de Gaillon à la fin du XIVe siècle35.

Le pôle résidentiel et ses annexes

19L’inventaire dévoile les espaces de la résidence réservés au séjour de l’archevêque et de son entourage, résidents permanents ou de passage, alors que les communs et les bâtiments à usage administratif sont ignorés. Il n’est pas aisé de reconstituer le cheminement des auteurs de l’inventaire qui ne signalent jamais le passage d’un étage à l’autre ou la présence d’escaliers et cette lacune rend incertaine la localisation précise des pièces. Cela étant, l’inventaire commence par les salles publiques, semi-privées et privées propres au séjour de l’archevêque et nous sommes en droit de penser, au vu d’exemples bien documentés ailleurs, que ces salles se trouvaient au premier étage d’un bâtiment indépendant.

  • 36 ADSM, G581 fo 16 vo.

20Si nous suivons pas à pas le parcours, le pôle résidentiel et ses annexes sont disposés de part de d’autre d’une grosse tour et donc très vraisemblablement adossés à un mur de clôture. D’un côté se déploie un bâtiment dans lequel on soupçonne l’existence de deux niveaux (un rez-de-chaussée et un étage) ; en effet, le cheminement semble le lier étroitement à la salle basse d’une tour. Nous avons identifié ce bâtiment (« tinel ») avec celui désigné par la formule « grande salle du chastel », qu’on couvre de tuiles en 1410-141136.

  • 37 Cette interprétation rejoint celle que M. de Boüard avance pour le « tinel » du château de Caen au (...)
  • 38 La signification des termes concernant les meubles a déjà été donnée dans la notice sur Les Andely (...)
  • 39 Ce meuble est le seul de tout l’inventaire à avoir reçu un qualificatif qui laisserait penser qu’o (...)
  • 40 ADSM, G 583 fo 30.

21Cinq salles se succèdent. La première est la grande salle d’apparat et de banquet (« salle du tinel »)37, bien identifiée avec ses meubles de prestige : un banc à « marchepied », un dressoir de noyer, trois tables et trois « fourmes basses ». Les salles suivantes et leur mobilier d’apparat somptueux font progresser dans l’intimité de l’archevêque : chambre de parement, chambre de retrait, chapelle de retrait et deux garde-robes. Les lits sont absents de l’inventaire, mais de nombreux autres meubles sont installés38. Dans la « chambre de parement », on trouve un « banc a perche » et une table, tous les deux sur « marchepied », un dressoir de noyer et une autre table garnie de deux « fourmes closes ». La « chambre de retrait » est dotée des mêmes meubles tout aussi ostentatoires : un banc à perche, une table, une « fourme close » et un dressoir. La « chapelle de retrait » abrite deux « roes destude » et un petit siège. On peut s’interroger sur la double fonction de cette chapelle, à la fois lieu de culte privé et lieu d’étude ; à moins qu’il ne faille considérer comme provisoire la présence des « roes destude ». Dans les deux garde-robes s’entassent trois petites tables, deux dressoirs et leurs tréteaux et une « chaiere perchée »39. Les fenêtres de ce bâtiment sont vitrées de verre blanc pour le « tinel » et de verre peint de feuilles de vigne (« vignettes ») pour les chambres de l’archevêque40.

  • 41 ADSM, G 583 fo 29 vo.
  • 42 En 1412-1413, le feu qui s’est déclaré dans la « tour carrée » a détruit les guérites édifiées sur (...)
  • 43 J. Blair, « Hall and Chamber: English Domestic Planning (1000-1250) », in Manorial Domestic Buildi (...)

22Le bâtiment du « tinel » est accoté à une « grosse tour » dont la chambre basse, étant donné les meubles qui s’y trouvent – un dressoir, deux tables et une « fourme » – communique sans doute avec la « salle du tinel ». Cette « grosse tour » doit être identifiée avec celle qui est mentionnée de la même façon dans les comptes du début du XVe siècle. On y accède par un pont dormant41 ; il se pourrait qu’elle soit carrée42. On peut considérer que cet espace, étant donné les meubles qu’il contient, fait office de sas entre le « tinel » et la cuisine attenante. Nous proposons d’y voir cet espace dénommé lower-end par les archéologues anglais à propos des pièces à usage domestique aménagées à l’extrémité des halls, à partir du XIIe siècle43.

  • 44 Compte de 1408-1409, ADSM, G 583 fo 30 vo et de 1409-1410, ADSM, G 584 fo 24.

23La suite de l’inventaire énumère quatre pièces dont une sous comble : la chambre des « escuiers », la chambre de l’abbé de Valmont, une « chambre haute » récemment ornée de lambris et un « gallatas » ; on doit y localiser également la chambre d’une chambrière44. Étant donné leur position dans l’inventaire après la chambre basse de la grosse tour, ces salles doivent y être localisées et s’y superposer ; la « grosse tour » posséderait donc quatre niveaux et serait couronnée d’une toiture.

  • 45 Il faut penser qu’il s’agit ici des étagères mobiles qu’on dressait sur des tréteaux pour exposer (...)

24Descendus des combles, les auteurs de l’inventaire passent dans un espace à usage domestique : cuisine et « panetterie ». On ne peut déterminer s’il s’agit d’un bâtiment isolé ou accolé au tinel. il ne comprend qu’un rez-de-chaussée (cuisine, paneterie, « garde menger ») surmonté d’un étage sous comble (« gallatas »). La cuisine est encombrée de 12 « dreceours »45 ; la « panetterie » abrite deux cuviers et le « garde menger » recèle des récipients (« quaques », cuvier et cuvette). Dans le comble (« gallatas ») il y a une « chambre haulte » sur la « panetterie » meublée d’une « fourme » et de deux tréteaux. Le reste de l’espace sert d’entrepôt aux matériaux destinés aux travaux (quatre fenêtres et leur châssis).

  • 46 Au cours du cheminement, les auteurs de l’inventaire ont rencontré cette « maison neuve » en desce (...)

25La maison neuve est visitée en descendant du comble avant d’arriver dans la paneterie. On ne peut qu’hésiter sur l’allure de cet édifice et sa localisation46, de même qu’il n’est pas possible de préciser si cet édifice est véritablement nouveau ou s’il ne s’agit que d’un vieux bâtiment restauré et réaménagé. L’inventaire est très laconique à son propos et n’y signale qu’un « huys » sans serrure.

26La localisation de ce complexe domestique ne peut être inférée à partir des sources écrites, en particulier son intimité ou non avec le pôle résidentiel.

  • 47 ADSM, G 587 fo 15.
  • 48 B. Mandy, « Sanctuaires castraux : de l’utilitaire à l’ostentatoire », in Le Château médiéval, for (...)

27L’inventaire ne mentionne pas d’autre chapelle que la « chapelle de retrait » et on s’interroge sur l’existence d’une chapelle indépendante dont la tradition rapporte la création par Cadoc et dont la disparition justifie, en 1433-1434, le refus de payer les chanoines qui la desservaient47. Cette disparition doit être liée au démantèlement de la forteresse en 1424 et 1436 et l’on peut en déduire que la chapelle était située dans une des structures défensives du château, une des tours48. Il ne faut sans doute pas considérer que la « chapelle de retrait » est le seul lieu de culte du complexe.

  • 49 ADSM, G 581 fo 18.
  • 50 P. Lardin, « Les travaux d’aménagement... », p. 120.

28Au centre de la cour s’élève une fontaine antérieure au compte de 1410-1411 qui en atteste l’entretien49. Elle est alimentée par les eaux d’une source située dans le bois du Parquet, immédiatement au nord du château. Les tuyaux d’arrivée et d’évacuation vers la Seine sont enterrés ; ils sont en bois d’aulne (les « conduis ») et doublés de canalisations de plomb (les « cordz »). Leur réalisation en tronçons de 3 à 3,5 mètres, emboîtés les uns dans les autres, permet un entretien régulier tous les deux mois environ50.

Les communs

  • 51 ADSM, G 480 fo 18.
  • 52 ADSM, G 480 fo 18 vo.
  • 53 ADSM, G 583 fo 30 vo et 31 vo. Ce détail incline à penser que le cellier est sous-jacent à un édif (...)
  • 54 ADSM,G 583 fo 30 vo.

29Des logements sont aménagés dans la porte, une chambre supérieure et les chambres du portier et du receveur. Ces trois pièces sont fournies de lits, draps et couvertures, mais la chambre sur la porte est encombrée d’un ramassis hétéroclite de tables, poêles, deux « jacques » de velours noir, un « bassinet », un « harnoys de jambe » et une « cote de fer ». Si l’inventaire de 1388 est muet sur les communs, les comptes postérieurs révèlent des structures anciennes : des étables51, une bucherie52, un cellier où, en 1413-1414, on installe un engin pour monter et descendre le vin53 et un poulailler attenant à la cuisine54.

  • 55 ADSM, G 580 fo 30 vo.
  • 56 En 1410, on répare la trappe forcée par des prisonniers, ADSM, G 380 fo 29 vo 30 vo.

30À proximité se trouve aussi la salle de justice (« cohue ») restaurée en 1409-141055 et la prison aménagée dans la tour Baudet56.

Le « chastel » dans la guerre

La mise en défense entre 1404 et 1415

  • 57 ADSM, G 580 fo 20-21.

31Lorsque la guerre redevient probable dans les premières années du XVe siècle, les archevêques de Rouen obéissent aux instructions royales et préparent le château de Gaillon à affronter l’ennemi. Il s’agit de le fournir en hommes et de compléter les structures de défense dont l’essentiel remontait aux siècles précédents. Aucun nouvel édifice d’envergure n’étant signalé par les comptes à partir de 1388, on peut considérer que les structures de défense qu’ils mentionnent sont anciennes : « grosse tour », tour Baudet et tour Job, porte garnie de tourelles57.

  • 58 ADSM, G 20 fo 43.
  • 59 Des chapelles dédiées à saint Michel, localisées sur les portes des défenses urbaines ou castrales (...)

32Il nous a semblé qu’une entreprise, toute symbolique qu’elle ait été, relevait de ce parti pris : l’installation, en 1404-1405, d’une statue de saint Michel à la porte du château58. L’archange est le gardien, le guerrier, le protecteur contre le mal et à défaut d’une chapelle qui lui serait dédiée, son image au-dessus de la porte a une vertu propitiatoire59.

  • 60 ADSM, G 637 fo 28 et 32 vo, G 580 fo 20 (1409-1410), G 581 fo 17 (1410-1411).

33Des hommes sont gagés pour assurer la défense du château, dont deux « arballestriers » payés aux frais de l’archevêque60. La mise en défense ne bouleverse pas les structures existantes et l’on procède à des aménagements vite réalisés, essentiellement par des charpentiers et des « huchiers ».

  • 61 ADSM, G 582 fo 18 vo.
  • 62 ADSM, G 582 fo18 vo.
  • 63 ADSM, G 580 fo 32 vo à 33. « Guérites » : sortes de hourds de bois (E. Viollet le Duc, Dictionnair (...)
  • 64 ADSM, G 582 fo 18.
  • 65 ADSM, G 582 fo 19.
  • 66 ADSM, G 582 fo 18. La forme et la disposition de ces barbacanes ne se laissent pas identifier. En (...)
  • 67 ADSM, G 584 fo 82 vo.

34Les fossés et la porte sont l’objet de tous les soins. L’espace devant la porte et tout ce qui peut gêner la vue, buissons et cerisiers, sont déblayés, seule une haie est installée, qui peut retarder la progression ennemie61. Les « ponts levants » et « dormants » sont réparés et dotés de corde neuve62. Certaines fenêtres de la porte sont obturées et des « guérites » de charpente sont accrochées à la porte ; on passe de l’une à l’autre par une passerelle de planches63 et une loge de guetteur y est aménagée64. La « grosse tour » est elle aussi munie de guérites65. Toutes ces « guerites », aussi bien celles de la porte que celles de la « grosse tour », sont dotées de « barbacanes » réalisées par un « huchier » d’Évreux66. La mise en défense s’accompagne du changement d’affectation de certaines pièces. C’est ainsi que la « chambre de bas de la grosse tour », qui dépendait de l’espace réservé au séjour de l’archevêque, devient un entrepôt pour les grains des hommes de la seigneurie qui les mettent ainsi à l’abri des routiers qui sillonnent la région67. Pendant les travaux de mise en défense, les travaux d’entretien courant aux communs et à l’espace résidentiel ne sont pas interrompus.

La reddition de 1419

  • 68 A.-L. Léchaudé d’Anisy, L. Puiseux, « Rôles normands et français et autres pièces tirées des archi (...)
  • 69 Cité par M. Nortier, « Les sources de l’histoire de la Normandie au département des manuscrits de (...)
  • 70 ADSM, G 26 fo 33.

35Après la chute de Rouen en janvier 1419, les « ville et chastel » de Gaillon se rendent aux Anglais au mois d’avril suivant. Les exigences de la reddition sont légères, voire pleines de mansuétude68. Tous ceux qui veulent partir le peuvent sans autre obligation que de laisser au château et dans la ville toutes les armes, munitions et vivres qui s’y trouvent. Les prisonniers anglais, gallois, irlandais et gascons sont libérés. La forteresse de Gaillon est désormais dotée d’une garnison royale, mentionnée en 1423, et composée de quatre hommes d’armes à cheval, deux hommes d’armes à pied et dix-huit archers sous le commandement d’un capitaine qui est également capitaine de Louviers69. L’engagement financier et matériel de l’archevêque dans l’entretien de la garnison est attesté par le compte de 1423-1424 qui rapporte l’achat de sept lances, trois arbalètes, une poulie, un croq, des traits d’arbalète et treize livres de poudre à canon70.

Le démantèlement

36Au printemps 1424, le château de Gaillon est pris par des troupes armagnacs profrançaises qui le tiennent de Pâques au 9 juillet. La réaction anglaise, après la reprise, est très rapide. Le 16 juillet, le roi d’Angleterre ordonne

  • 71 Cité dans T. Bonnin, Le Cartulaire de Louviers..., II, p. 53.

[que] la grosse tour et les aultres tours, murailles, ponts, portes, tournelles et guérites soient abattues et ruees et les fosses combles jusques a plaine terre [seules] les sales, chambres et habitation commune icellui chastel avec les huys, fenestres et ferrements [demeureront] en forme de maison platte sans defense71.

  • 72 ADSM, G 26 fo 28 et 28 vo.
  • 73 BNF, ms. fr. 26055, 1754, 1755 et 1756.
  • 74 BNF, ms. fr. 26061, 2946.
  • 75 ADSM, G 590 fo 14.

37L’activité des partisans pro-français et le coût de l’entretien d’une garnison à Gaillon ont vraisemblablement conduit le roi d’Angleterre à cette mesure extrême. L’archevêque Jean de la Roche Taillée et ses officiers ont tout fait pour que la décision soit annulée. Le bailli de Gisors reçoit un gobelet d’argent doré pour surseoir à la démolition, pendant que le vicaire de l’archevêque se rend à Paris pour faire annuler la décision72. Rien n’y fait, l’ordre de démolition est officiellement signé. Au printemps 1432, le régent Bedford ordonne de parfaire la démolition des fortifications du château de Gaillon. Les ouvriers, recrutés sur place, sont protégés par une compagnie de trente lances et d’archers73. En 1436, le château est occupé par des troupes françaises qui rançonnent la navigation sur la Seine74. À partir de 1445 l’archevêché envisage sans succès une remise en état75.

Le renouveau après 1450

  • 76 P. Lardin fait le point sur cette reconstruction qui n’avait jamais été qu’évoquée brièvement par (...)
  • 77 Vers 1455, le revenu brut annuel, dîmes exclues, ne s’élève plus qu’à 467 Lt (V. Tabbagh, « Le tem (...)

38À partir de 1454, l’archevêque, Guillaume d’Estouteville, ordonne la reconstruction du « chastel »76. Dans le même temps la résidence de Rouen est restaurée ; celle de Pontoise ne sera reconstruite de neuf, à la suite de vaines tentatives pour réparer des édifices ruinés, que tardivement en 1476-1483. Les fonds propres issus de la seigneurie de Gaillon sont au plus bas et les dépenses sont portées au compte général de l’archevêché et non à celui de la seigneurie77.

Les inconnues du nouveau logis

39Les comptes des travaux de Gaillon, entre 1454 et 1469, n’utilisent pas d’autre terme que celui de « chastel » pour désigner le château alors que les structures de défense ont en principe disparu. Ces mêmes comptes ne renseignent jamais sur les dispositifs précis mis en place tels que logis, chambres, salles ou oratoire. C’est ainsi que nous ne connaissons que les achats de matériaux pour le « second estage » de Gaillon et pour l’« ediffice de dessus la porte » sans autres précisions. Les comptes nous laissent dans l’ignorance des travaux propres aux charpentiers, serruriers et vitriers.

Le nouveau logis de Guillaume d’Estouteville (fig. 17)

  • 78 É. Chirol, Un premier foyer de la Renaissance..., p. 30-35 et 49-50.

40L’appréhension du nouveau logis ne peut s’effectuer qu’à partir de documents hétérogènes et peu diserts. Outre les comptes du XVe siècle, le plan du château de Gaillon réalisé par Androuet du Cerceau présente un état du logis peu touché par les grands travaux du début du XVIe siècle qui ont consisté en la surélévation du bâtiment d’un étage et une redéfinition du décor78. Aujourd’hui, il n’en subsiste que la tourelle d’escalier.

41L’édifice lourdement restauré par l’archevêque Guillaume d’Estouteville à partir de 1454 est un vieux bâtiment adossé à la courtine ouest dont les murs ne doivent subsister que sur la hauteur du rez-de-chaussée. Cette reprise a affecté l’un des deux logis de 1388, le « tinel » ou le « nouvel ediffice ».

  • 79 ADSM, G 60 fo 28. En 1462-1463 on construit sept cheminées de brique.
  • 80 É. Chirol a démontré que cette tourelle avait été rehaussée d’un étage, dans le même style, lors d (...)
  • 81 ADSM, G 59 fo 24 et G 60 fo 29 et 29 vo.

42Le bâtiment adossé au rempart s’étend sur environ 30 mètres de long. Le logis comprend au moins trois salles séparées par des murs de refend dotés de cheminées79. Le premier étage est accessible par une tourelle d’escalier polygonale. L’ornementation de la façade souligne les étages par des bandeaux horizontaux ; la porte est cantonnée de pinacles et surmontée d’un décor sculpté figurant les armes de Guillaume d’Estouteville encadrées dans un arc en accolade80. Le premier étage devait comporter le même nombre de salles que le rez-de-chaussée. La toiture d’ardoises terminée en 1463 est couronnée de girouettes (« virevites ») aux armes du prélat81.

  • 82 ADSM, G 57 fo 34.
  • 83 ADSM, G 57 fo 35.
  • 84 ADSM, G 60 fo 30. La recherche de semblables formules a été peu fructueuse. La seule occurrence mi (...)

43La restauration du pavillon d’entrée commence en 1459 pour se terminer en 1463. On reconstruit la partie supérieure de la porte dont le démantèlement avait dû épargner les parties basses82 ; un pont-levis est rétabli en 1459-146083 et en 1462-1463, un charpentier fait « une grant faulse porte » à l’entrée du château84. Cette formule énigmatique signale peut-être le rhabillage d’une porte.

44La résidence de Gaillon a retrouvé après les entreprises de l’archevêque Guillaume d’Estouteville un certain lustre ; elle est redevenue un cadre digne des séjours des prélats de Rouen. Il se pourrait cependant, au vu des comptes, que ces travaux n’aient porté que sur les structures proprement résidentielles du complexe. En effet, il n’est jamais fait mention de reconstructions ou de réparations aux communs dont l’état, en 1454, ne devait pas être plus brillant que celui du logis.

Hypothèses sur l’évolution du complexe (fig. 17)

45Il ne s’agit pas ici d’apporter des réponses définitives mais de confronter les données qui viennent d’être exposées à celles encore partielles fournies par l’archéologie en commençant par un rapide survol des principales dispositions du château tel que l’a voulu le cardinal d’Amboise, puis de tenter de percevoir certaines étapes de l’évolution du complexe.

Le château du cardinal d’Amboise85

  • 85 L’entreprise du cardinal d’Amboise au début du XVIe siècle peut être restituée à partir de documen (...)
  • 86 É. Chirol, Un premier foyer de la Renaissance..., p. 95.

46L’ensemble est de plan grossièrement triangulaire et la pointe, tournée vers le sud, donne sur l’agglomération. L’emprise couvre environ 3000 m 2, fossés non compris. L’extrémité sud du complexe castrai, tourné vers la ville, consiste en une porte massive de plan carré aux angles accotés de tourelles (Pl. IX). É. Chirol considère que l’actuel pavillon d’entrée, simplement rhabillé entre 1502 et 1509, aurait été élevé par le cardinal d’Estouteville (1453-1483) sur des substructions antérieures aux murs plus épais86. Les fouilles archéologiques effectuées dans la cour intérieure, au pied de ce pavillon d’entrée, n’ont pas confirmé cette interprétation ; la seule investigation menée dans l’angle intérieur nord-est a révélé que les maçonneries des fondations, à cet endroit, appartenaient à la campagne de construction du XVe siècle.

47La basse-cour, très exiguë, possède de part et d’autre de l’entrée le bâtiment des cuisines à droite et un fournil à gauche. Elle est fermée au nord par une galerie qui l’isole de la haute-cour. La restauration aurait fait disparaître les tours rondes disposées de part et d’autre du massif de la porte, qui figurent sur le plan du projet antérieur aux travaux.

  • 87 Les maçonneries visibles des tours ne peuvent être attribuées qu’à la campagne de travaux du début (...)

48La haute cour est de plan quadrangulaire ; au centre s’élève une fontaine. Sur sa face orientale se déploie la « grand maison » à deux étages. Elle est adossée à la courtine entre deux grosses tours rondes dont elle annexe les espaces87. La tour sud abrite une chapelle à deux niveaux. À l’angle nord, la tour de la Sirène contenait certains appartements de l’archevêque. Entre les deux tours, une galerie et sa terrasse supérieure longent la façade de la « grand maison » et donnent sur la vallée. La façade sur la cour est ponctuée de deux escaliers en vis. É. Chirol estime que la « grand maison » est édifiée sur des caves très antérieures au bâtiment et qui dateraient du XIIe siècle ; cette datation est remise en cause par des observations récentes qui privilégient le XVIe siècle. Les tours rondes se seraient substituées à des tours carrées antérieures qui figurent sur le plan du projet.

  • 88 É. Chirol, Un premier foyer de la Renaissance..., p. 100-101. Ce pavillon est connu par deux gravu (...)
  • 89 ADSM, G 580 fo 20-21 (1409-1410). Si plusieurs portes existaient, on aurait des qualificatifs tels (...)

49La face nord de la cour est fermée par un mur. L’extrémité ouest est dotée d’une porte vers le jardin (fig. 16). Elle consiste en un pavillon carré, percé d’une porte, et greffé sur le mur nord ; il présenterait toutes les caractéristiques d’un édifice du XIIIe siècle88. Le décor plaqué sur la façade n’a occulté ni la large ouverture surmontée d’un arc en tiers-point, ni la façade extérieure avec ses deux tours rondes. Cette porte a sans doute été longtemps la seule porte du complexe, celle devant laquelle on rase un jardin et un verger en 1411-1412, qu’on dote de guérites et qui est précédée d’un pont-levis89.

50La face occidentale est restée occupée par le logis construit par le cardinal d’Estouteville entre 1454 et 1463. Le décor de la façade a été redéfini. La tourelle d’escalier a été relevée d’un étage ; elle se trouve désormais dans l’angle formé par le vieux logis et la galerie. On n’a pas relevé les deux tours carrées.

Les données de l’archéologie (fig. 17)

51Les fouilles de 1990 ont mis au jour dans le fossé nord une portion de rempart médiéval orienté nord/nord-ouest, coupé par les fondations d’un mur d’enceinte élevé au XVIe siècle et orienté sud/sud-ouest. Dans le fossé ouest, on a mis au jour la base d’une tour ronde prise dans le corps de logis d’Estouteville ; le mortier rose de la maçonnerie incline à le dater du XIIIe siècle ; l’identification d’une tour circulaire contredit l’existence, à cet endroit, d’une tour carrée sur le plan du projet. Enfin, dans l’angle des fossés nord et ouest subsistent les vestiges d’un cellier voûté qui figure encore sur le plan d’Androuet du Cerceau ; il pourrait s’agir des vestiges de la tour carrée figurant sur le projet.

Fig. 16 – La porte nord ; a- Façade sur la cour ; b- Façade sur le jardin (gravures des cabinets d’A. Lenoir et M. Taylor, in A. Deville, Comptes de dépenses de la construction du château de Gaillon, Atlas, Paris, Imprimerie nationale, 1851, Pl. IX)

52Dans la basse-cour, les sondages ont essentiellement porté sur la partie orientale. On y a mis au jour des sols archéologiques épais antérieurs, à cet endroit, aux fondations du pavillon d’entrée. Les fouilles ont dégagé un niveau de sol rubéfié, une structure maçonnée d’orientation nord-ouest/sud-est dans le prolongement d’un escalier voûté qui s’enfonce dans le sol et un sol dallé interprété provisoirement comme les vestiges d’un bassin. Des sondages antérieurs, en 1975, avaient mis au jour dans la partie occidentale de la cour, au pied de la tourelle nord-ouest du pavillon d’entrée, un sol de pavés émaillés historiés, vraisemblablement du XIVe siècle.

53Dans la haute-cour, les fouilles de 1994 et 1995 ont porté sur l’emplacement de la fontaine, au centre de la cour. La céramique permet d’affirmer que cette zone a connu une occupation dès le XIIe siècle. En outre, on a mis au jour l’angle d’un bâtiment formé de deux murs orientés vers le nord et vers l’ouest en contact direct avec le sol en place très tassé. Ils sont élevés en petits moellons de pierre de taille ; l’enduit ocre orangé et la taille layée en oblique permettent de dater la structure du XIIe siècle. La présence d’un pilier engagé, inséré dans un mur préexistant et délimitant une travée, autorise à conclure à la surélévation du bâtiment et à la mise en place d’un nouveau couvrement (charpente ou voûte) à la fin du XIIIe ou au début du XIVe siècle. Cette structure était comblée par des pierres de parement, un fragment de meneau gothique et une pierre sculptée figurant le haut d’un visage encadré d’une chevelure torsadée et présentant un orifice. Ce dernier élément a été interprété comme provenant d’une fontaine et daté du XIVe siècle.

La confrontation avec les sources écrites

54La confrontation des données hétérogènes qui précédent n’autorise pas des conclusions péremptoires et définitives. On ne peut que poser un certain nombre de questions et émettre des hypothèses que les fouilles ultérieures viendront confirmer ou infirmer. Les interrogations les plus flagrantes concernent l’emprise du complexe avant la restauration du début du XVIe siècle et sa partition en deux cours, les origines du pavillon d’entrée et des dispositifs de défense indiscutablement antérieurs à 1388 et en principe rasés à partir de 1424 dans des proportions que nous ignorons, la localisation du « tinel » et du « nouvelle ediffice » de 1388 et des annexes.

55Les plus anciennes structures mises au jour jusqu’à maintenant (bâtiment du XIIe siècle dans la cour) n’apportent aucune précision sur les structures primitives du castrum de Gaillon au XIIe siècle. Elles confirment simplement l’existence d’un complexe aux constructions de pierre entre les mains d’un grand de l’aristocratie. L’existence probable d’un bâtiment sur caves, le long de la face orientale, n’est aucunement attestée, de même que l’emprise du château et le circuit de l’enceinte dans leur dernier état du XVIe siècle ne correspondent pas exactement à ceux du complexe immédiatement antérieur, au moins en ce qui concerne la face nord où l’orientation d’un mur médiéval est contrecarrée par un mur postérieur.

56Aux XIIIe et XIVe siècles, des grands travaux complètent les structures existantes : rehaussement du cellier, construction de la porte nord et d’une tour ronde sur la face ouest, aménagement de la fontaine dans la cour, construction d’un « nouvelle ediffice ».

Fig. 17 – Localisation des structures médiévales du château de Gaillon d’après le plan d’Androuet du Cerceau, les comptes de travaux du XVe siècle et les vestiges révélés par les fouilles archéologiques

  • 90 L’existence d’un verger et d’un jardin en avant de ce pavillon est impossible étant donné l’étroit (...)
  • 91 J. Mesqui considère que ce concept de tour maîtresse isolée en avant d’un espace castrai est d’ori (...)

57L’actuel pavillon d’entrée ne peut pas être, d’après les sources écrites90, l’entrée médiévale et son plan carré accoté de tourelles d’angle ne se rattache à aucun schéma de porte connu. En revanche, on pourrait évoquer à son égard un donjon quadrangulaire élevé sur le surplomb de l’éperon. Le raccordement maladroit de la pointe sud au quadrilatère qui le prolonge au nord pourrait suggérer une extension en deux étapes, à savoir dans un premier temps la construction du donjon quadrangulaire puis l’aménagement, au nord, d’un espace castrai de plan rectangulaire91. À une date non documentée, ce donjon aurait été transformé en porte. On doit sans doute identifier la « grosse tour » avec ce pavillon.

58L’appréhension des autres structures de défense attestées, toutes sources confondues, est incertaine. Les sources écrites mentionnent deux tours (« tour Job », « tour Baudet ») et cette information est très inférieure à celle fournie par le plan du projet qui indique une tour carrée à chacun des angles de la haute-cour et deux tours rondes au coude formé par la courtine de part et d’autre du pavillon d’entrée. Ces deux tours rondes pourraient être les tours Job et Baudet entre lesquelles on installe un pont « levant » et « dormant ». Les investigations archéologiques manquent pour déterminer si les tours rondes du cardinal d’Amboise ont été élevées sur des bases anciennes ; mais il pourrait s’agir des tours carrées élevées aux quatre angles de la haute-cour et figurant sur le projet du début du XVIe siècle.

59Ces hypothèses posées, il faut envisager que le « tinel » de 1388 se déploierait près de la « grosse tour », là où dans des sols archéologiques épais, des pavés émaillés de la première moitié du XIVe siècle ont été mis au jour. Quant au « nouvel ediffice » de 1388, il pourrait se dresser sur la façade ouest et la construction du cardinal d’Estouteville en aurait repris le plan et les vestiges. Les bâtiments administratifs (« cohue ») et les communs (four, fenil, bûcher, étables à chevaux, « poullaillerie ») se déploieraient dans la partie nord de la cour.

60Les grands chantiers des cardinaux d’Estouteville et d’Amboise auraient profondément modifié l’organisation interne du complexe en inversant les pôles et les zones d’occupation. La « grosse tour » devient l’entrée débouchant sur une bassecour à vocation domestique, bien distincte d’une haute-cour à vocation résidentielle ouvrant sur des jardins et un parc complètement remodelés. Une nouvelle ceinture défensive est édifiée sur la face orientale, peut-être sur des bases anciennes.

Conclusion

61L’histoire du château de Gaillon depuis ses origines est ponctuée de zones d’ombre qui laissent la place à de lourdes interrogations auxquelles des informations ponctuelles ne donnent que des réponses partielles.

62On ne peut qu’attendre les résultats des fouilles archéologiques pour évaluer l’évolution du complexe castrai. Comment se présentaient les structures primitives ? Quel était l’état du castrum quand les archevêques l’ont reçu ? Quelle a été la part de ceux-ci dans la mise en œuvre de la forteresse qu’on appréhende à partir du début du XVe siècle ?

63Dans la ceinture forte, les archevêques ont complété ou élaboré un complexe à vocation purement résidentielle et administrative dont sont absents des bâtiments à fonction agricole : salle de justice (« cohue »), étable et écurie et vraisemblablement une cuisine sur un cellier. Le pôle résidentiel est constitué d’un bâtiment unique adossé à la courtine et à une tour dont il annexe certains étages.

64À la fin du XIVe siècle, l’édifice est restructuré par l’aménagement près de la grande salle de pièces plus intimes, par la redéfinition de la toiture désormais couverte d’ardoises et d’un nouveau logis. La guerre de Cent Ans a ravagé le château, dont les tours et courtines ont été rasées et les salles résidentielles sérieusement atteintes.

65Les travaux de restauration, à partir de 1450-1460, n’ont relevé que le logis sur les bases de bâtiments antérieurs. Ce n’est qu’à partir de 1505 qu’un pôle résidentiel monumental est reconstruit et des structures de défense rétablies.

66Malgré l’ampleur et la démonstration de puissance qu’est cette forteresse, il semble que les archevêques de Rouen l’aient peu fréquentée ; en effet, la documentation disponible ne révèle que sept visites, sans compter les 66 séjours de l’archevêque Eudes Rigaud.

Notes

1 Eure, canton de Gaillon (fig. 2, p. 38).

2 Comptes de l’archevêché (1388 à 1463), G 7 à G 60. Comptes de la seigneurie de Gaillon (1409 à 1485), ADSM, G 580 à G 612. Inventaire de Gaillon (1389), ADSM, G 9 fo 7-8. A. Deville, Comptes de dépenses de la construction du château de Gaillon, publiés d’après les registres manuscrits du cardinal d’Amboise, Paris, Imprimerie nationale, 1850 et Atlas (1851).

3 Plan conservé aux Archives de la Vienne (carton 37), édité par P. Contamine, « Les aménagements de l’espace privé. Châteaux », in Histoire de la vie privée, P. Ariès, G. Duby (dir.), II, Paris, Seuil, 1985, p. 475. La principale difficulté à l’utilisation de ce plan réside dans le fait que l’auteur n’y a pas distingué les éléments anciens à détruire ou à conserver et les nouvelles constructions.

4 J. Androuet du Cerceau, Premier volume des plus excellents bâtiments de France, Paris, 1576.

5 É. Chirol, Un premier foyer de la Renaissance. Le château de Gaillon, Rouen – Paris, Lecerf – Picard, 1952 ; Id., « Nouvelles recherches sur un plan de château de la fin du Moyen Âge », Bulletin monumental, 116,1958, p. 185-195 ; P. Lardin, « Les travaux d’aménagement, d’entretien et de reconstruction du château de Gaillon au XVe siècle, d’après les sources écrites », AM, XXV, 1995, p. 115-131.

6 P. Calderoni, Gaillon (Eure), cour d’honneur du château. Rapports de fouilles 1994 et 1995, Petit-Quevilly, SRA Haute-Normandie ; A-F. Le Guilliez, « Gaillon (Eure). Le château », AM, XXI, 1991, « Chronique des fouilles », p. 355-356, XXV, 1995, p. 291-292, XXVI, 1996, p. 287-288.

7 La documentation concernant l’histoire de Gaillon jusqu’à son entrée dans le temporel de l’Église de Rouen, en 1262, a été rassemblée par É. Chirol, Un premier foyer de la Renaissance..., p. 17-20 ; M. Charpillon, A. Caresme, Dictionnaire historique de toutes les communes de l’Eure, Les Andelys, Delcroix, 1868-1879 ; A. Deville, Comptes..., p. 1-10 ; J. Yver, « Philippe Auguste et les châteaux normands. La frontière orientale du duché », BSAN, LIX, 1967-1989, p. 325 et 344 ; P. Bauduin, La Première Normandie (Xe-XIe siècles). Sur les frontières de la haute Normandie : identité et construction d’une principauté, Caen, Presses universitaires de Caen, 2004, p. 344 et 354.

8 L. Delisle, « Cartulaire normand de Philippe Auguste, Louis VIII, Saint Louis et Philippe le Hardi », MSAN, XVI, 1852, p. 21.

9 A. Deville, Comptes..., p. LII.

10 BM Rouen, ms. Y, 19 fo 226, Remarques sur la Haute Normandie, Notes d’un voyageur du XVIIIe siècle, 1777-1779.

11 L. Delisle, « Cartulaire normand... », p. 143. Au domaine de Gaillon, s’ajoute tout ce que le roi possède dans les villages de Douvrend et de Humesnil en Haute-Normandie.

12 V. Tabbagh, « Le temporel des archevêques de Rouen aux derniers siècles du Moyen Âge », Journal of Medieval History, 6,1980, p. 199-217 (p. 209).

13 Nous réservons au dernier paragraphe de ce chapitre consacré à Gaillon la confrontation des sources écrites avec les informations fournies par ce que nous savons de son état au début du XVIe siècle et celles issues de l’archéologie.

14 M. Charpillon, A. Caresme, Dictionnaire historique..., p. 245.

15 T. Bonnin, Regestrum visitationum archiepiscopi Rothomagensis. Journal des visites pastorales d’Eudes Rigaud, Rouen, Le Brament, 1852, p. 428.

16 Ibid., p. 505.

17 Ibid., p. 552.

18 Ibid., p. 629.

19 L. Delisle, « Cartulaire normand... », p. 21-22.

20 A. de Beatis, Voyage du cardinal d’Aragon en Allemagne, Hollande, Belgique, France et Italie (1517-1518), traduit de l’italien par Mme Havard de la Montagne, Paris, Perrin, 1913, p. 146-147. Les structures contenues dans le parc et le jardin, abondamment décrits par l’auteur du témoignage, sont le résultat des travaux considérables entrepris par l’archevêque de Rouen dans les dix premières années du XVIe siècle.

21 L’entretien de ces conduits est régulièrement attesté, ADSM, G 580 fo 32.

22 ADSM, G 582 fo 17 vo.

23 ADSM, G 582 fo 19.

24 A. Deville, Comptes…, p. 41.

25 Par les archevêques Guillaume de Flavacourt en 1287,1298 et 1302, Guillaume de Durfort en 1324 et par Aimeri Quenault en 1344, ADSM, G 7 fo 336 vo (1287), G 3641 (1298), G 7 fo 864 vo (1302), G 7 fo 866 vo (1324). L’acte de 1344 est cité par É.-A. Pigeon, Histoire de la cathédrale de Coutances, Coutances, Salettes, 1876, p. 193-194.

26 Guillaume de Durfort y aurait reçu le roi, Philippe le Long, en 1320 (A. Deville, Comptes..., p. 20). En avril et mai 1368, l’archevêque Philippe d’Alençon y aurait séjourné longuement (M. Charpillon, A. Caresme, Dictionnaire historique...). L’archevêque Guillaume de Lestrange meurt à Gaillon en 1388 (ADSM, G 7 fo 7).

27 Certaines chambres énumérées dans cet inventaire sont désignées par le nom ou la charge de l’occupant.

28 M. Charpillon, A. Caresme, Dictionnaire historique... ; A. Le Prévost, Mémoires et notes pour servir à l’histoire du département de l’Eure, Évreux, Hérissey, 1862-1869, 3 vol., II, p. 144-155.

29 ADSM, G 584 fo 24.

30 BNF, ms. fr. 26002, 969.

31 ADSM, G 1020.

32 ADSM, G 1020, cité dans T. Bonnin, Le Cartulaire de Louviers : documents historiques originaux du Xe au XVIIIe siècle, Évreux, Hérissey, 1870-1874, II, p. 140-141.

33 ADSM, G 7 fo 7-8. Ce document n’a jamais été exploité en particulier par P. Lardin, « Les travaux d’aménagement... », p. 115-131. La mention d’ardoises, en 1388, est le premier témoignage d’une utilisation précoce de ce matériau considéré jusqu’à aujourd’hui comme ayant été introduit et utilisé en Haute-Normandie dans le courant du XVe siècle (P. Lardin, « Les chantiers du bâtiment en Normandie orientale à la fin du Moyen Âge », in Les Bâtisseurs du Moyen Âge, Dossiers d’archéologie, 219, décembre 1996-janvier 1997, p. 124).

34 Les exécuteurs testamentaires devront payer à un « huchier » d’Évreux ce qui lui reste dû des « lambruys » fournis pour le nouvel « ediffice » de Gaillon, ADSM, G 9 fo 19.

35 Les travaux entrepris au cours des quinze premières années du XVe siècle n’ont pas bouleversé le complexe.

36 ADSM, G581 fo 16 vo.

37 Cette interprétation rejoint celle que M. de Boüard avance pour le « tinel » du château de Caen au XIVe siècle (Le Château de Caen, Caen, CRAM, 1979, p. 79).

38 La signification des termes concernant les meubles a déjà été donnée dans la notice sur Les Andelys.

39 Ce meuble est le seul de tout l’inventaire à avoir reçu un qualificatif qui laisserait penser qu’on a tenu à signaler son état matériel ; il convient plutôt d’envisager que cette « chaiere perchee » soit un lieu d’aisance portatif.

40 ADSM, G 583 fo 30.

41 ADSM, G 583 fo 29 vo.

42 En 1412-1413, le feu qui s’est déclaré dans la « tour carrée » a détruit les guérites édifiées sur la « grosse tour », ADSM, G 582 fo 18 et G 584 fo 82 vo et 97 ; P. Lardin, « Les travaux d’aménagement... ».

43 J. Blair, « Hall and Chamber: English Domestic Planning (1000-1250) », in Manorial Domestic Buildings in England and Northern France, G. Meirion-Jones, M. Jones (dir.), Londres, The Society of Antiquaries of London (vol. 15 of Occasional Papers), 1993, p. 1-21.

44 Compte de 1408-1409, ADSM, G 583 fo 30 vo et de 1409-1410, ADSM, G 584 fo 24.

45 Il faut penser qu’il s’agit ici des étagères mobiles qu’on dressait sur des tréteaux pour exposer la vaisselle de luxe.

46 Au cours du cheminement, les auteurs de l’inventaire ont rencontré cette « maison neuve » en descendant de « la chambre sur la panetterie » à la « panetterie ».

47 ADSM, G 587 fo 15.

48 B. Mandy, « Sanctuaires castraux : de l’utilitaire à l’ostentatoire », in Le Château médiéval, forteresse habitée (XIe-XVIe siècles). Archéologie et histoire : perspectives de la recherche en Rhône-Alpes (Actes du colloque de Lyon, 1988), J.-M. Poisson (dir.), Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’Homme (Documents d’archéologie française ; no 32), 1992, p. 79.

49 ADSM, G 581 fo 18.

50 P. Lardin, « Les travaux d’aménagement... », p. 120.

51 ADSM, G 480 fo 18.

52 ADSM, G 480 fo 18 vo.

53 ADSM, G 583 fo 30 vo et 31 vo. Ce détail incline à penser que le cellier est sous-jacent à un édifice qui pourrait être la cuisine.

54 ADSM,G 583 fo 30 vo.

55 ADSM, G 580 fo 30 vo.

56 En 1410, on répare la trappe forcée par des prisonniers, ADSM, G 380 fo 29 vo 30 vo.

57 ADSM, G 580 fo 20-21.

58 ADSM, G 20 fo 43.

59 Des chapelles dédiées à saint Michel, localisées sur les portes des défenses urbaines ou castrales, sont attestées depuis le VIIe siècle (N. Faucherre, « Enjeu symbolique et défense passive du château ; une figure emblématique : la chapelle sur la porte », in L’Église et le château (Xe-XVIIIe siècle), A. Chastel (dir.), Bordeaux, Éditions Sud-Ouest (Les cahiers de Commarque), 1988, p. 17).

60 ADSM, G 637 fo 28 et 32 vo, G 580 fo 20 (1409-1410), G 581 fo 17 (1410-1411).

61 ADSM, G 582 fo 18 vo.

62 ADSM, G 582 fo18 vo.

63 ADSM, G 580 fo 32 vo à 33. « Guérites » : sortes de hourds de bois (E. Viollet le Duc, Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, Paris, Bance puis Morel, 1858-1868).

64 ADSM, G 582 fo 18.

65 ADSM, G 582 fo 19.

66 ADSM, G 582 fo 18. La forme et la disposition de ces barbacanes ne se laissent pas identifier. En effet, les barbacanes de Gaillon ne semblent avoir aucun rapport avec les barbacanes maçonnées ou fossoyées que décrit J. Mesqui, Châteaux et enceintes de la France médiévale, I, De la défense à la résidence, Paris, Picard, 1991, p. 352-355.

67 ADSM, G 584 fo 82 vo.

68 A.-L. Léchaudé d’Anisy, L. Puiseux, « Rôles normands et français et autres pièces tirées des archives de Londres par Bréquigny en 1764,1765 et 1766 », MSAN, XXIII, 1858, p. 117-118.

69 Cité par M. Nortier, « Les sources de l’histoire de la Normandie au département des manuscrits de la Bibliothèque Nationale de Paris. Le fonds des nouvelles acquisitions françaises », Cahiers Léopold Delisle, XVI, 3-4,1967, p. 62.

70 ADSM, G 26 fo 33.

71 Cité dans T. Bonnin, Le Cartulaire de Louviers..., II, p. 53.

72 ADSM, G 26 fo 28 et 28 vo.

73 BNF, ms. fr. 26055, 1754, 1755 et 1756.

74 BNF, ms. fr. 26061, 2946.

75 ADSM, G 590 fo 14.

76 P. Lardin fait le point sur cette reconstruction qui n’avait jamais été qu’évoquée brièvement par des auteurs antérieurs (« Les travaux d’aménagement... », p. 115-131). Ce qui suit évoque les structures de la nouvelle résidence et tente d’évaluer la part des reprises et celle des nouveautés.

77 Vers 1455, le revenu brut annuel, dîmes exclues, ne s’élève plus qu’à 467 Lt (V. Tabbagh, « Le temporel des archevêques de Rouen... », p. 209).

78 É. Chirol, Un premier foyer de la Renaissance..., p. 30-35 et 49-50.

79 ADSM, G 60 fo 28. En 1462-1463 on construit sept cheminées de brique.

80 É. Chirol a démontré que cette tourelle avait été rehaussée d’un étage, dans le même style, lors des travaux de 1506-1507 (Un premier foyer de la Renaissance..., p. 33-35 et 50).

81 ADSM, G 59 fo 24 et G 60 fo 29 et 29 vo.

82 ADSM, G 57 fo 34.

83 ADSM, G 57 fo 35.

84 ADSM, G 60 fo 30. La recherche de semblables formules a été peu fructueuse. La seule occurrence mise au jour est tardive. Il s’agit des « fausses portes » mentionnées dans le Livre des choses memorables de l’Abbaye de Saint-Denis en France pendant l’investissement de la ville de Saint-Denis par les troupes de Condé en 1652 ; il s’agissait des portes de l’enceinte carolingienne qui avaient subsisté au milieu de la ville close moderne (Atlas historique de Saint-Denis, M. Wyss (dir.), Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’Homme, 1996, p. 238).

85 L’entreprise du cardinal d’Amboise au début du XVIe siècle peut être restituée à partir de documents comptables et iconographiques contemporains des travaux, documents complétés par de nombreuses images de toute nature produites aux XVIIe, XVIIIe et XIXe siècles, à confronter avec les vestiges en place ou conservés au Musée des Monuments français. É. Chirol a recensé et utilisé les comptes de travaux, toutes les images et les plans produits depuis celui de J. Androuet du Cerceau (É. Chirol, Un premier foyer de la Renaissance... et A. Deville, Comptes...). Nous ajouterons à ce panorama les données de l’archéologie et celles fournies par le plan d’un projet de restauration du château, contemporain des travaux, publié dans l'Histoire de la vie privée, II, p. 475. Sur ce plan, on ne peut faire clairement la part de l’existant et de ce qui relève du projet.

86 É. Chirol, Un premier foyer de la Renaissance..., p. 95.

87 Les maçonneries visibles des tours ne peuvent être attribuées qu’à la campagne de travaux du début du XVIe siècle, communication orale de D. Pitte, SRA Haute-Normandie, Petit-Quevilly.

88 É. Chirol, Un premier foyer de la Renaissance..., p. 100-101. Ce pavillon est connu par deux gravures du XIXe siècle, publiées dans A. Deville, Comptes..., Atlas, Pl. IX.

89 ADSM, G 580 fo 20-21 (1409-1410). Si plusieurs portes existaient, on aurait des qualificatifs tels : « grand porte », « petite porte », « porte devers... ».

90 L’existence d’un verger et d’un jardin en avant de ce pavillon est impossible étant donné l’étroitesse du terrain disponible à cet endroit au bord de la falaise.

91 J. Mesqui considère que ce concept de tour maîtresse isolée en avant d’un espace castrai est d’origine ancienne ; l’exemple du château royal de Montléry, pour lequel il a constaté un raccordement de la tour maîtresse isolée au reste du château, n’est pas sans rappeler celui de Gaillon (Châteaux et enceintes de la France médiévale, I, p. 42-45). La tour Maubergeon du château de Poitiers, considérée comme la tour-maison primitive, excentrée par rapport au complexe castrai, se déploie sur un plan rectangulaire accoté de tours d’angle (ibid., I, p. 159 et 219, II, p. 36 et 45).

Table des illustrations

Légende Fig. 15 – Le site de Gaillon au XVIIIe siècle, Carte de Cassini, feuille 25 (Rouen), 1757
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7153/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 89k
Légende Fig. 16 – La porte nord ; a- Façade sur la cour ; b- Façade sur le jardin (gravures des cabinets d’A. Lenoir et M. Taylor, in A. Deville, Comptes de dépenses de la construction du château de Gaillon, Atlas, Paris, Imprimerie nationale, 1851, Pl. IX)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7153/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 379k
Légende Fig. 17 – Localisation des structures médiévales du château de Gaillon d’après le plan d’Androuet du Cerceau, les comptes de travaux du XVe siècle et les vestiges révélés par les fouilles archéologiques
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7153/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 180k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Volume papier

leslibraires.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search