Version classiqueVersion mobile

Les Évêques aux champs

 | 
Marie Casset

Annexe : monographies de sites

Le manoir des archevêques de Rouen à Fresne-l’Archevêque1

Texte intégral

  • 1 Eure, canton des Andelys (fig. 2, p. 38).
  • 2 Nous sommes ici sur un plateau crayeux recouvert de limons, aux sols bruns lessivés avec colluvion (...)
  • 3 Les parties les plus anciennes de l’église peuvent être datées du début du XIIIe siècle.
  • 4 E. Ewig, « Description Franciae », in Karl der Grosse, H. Beumann (dir.), Düsseldorf, Schwann, 196 (...)

1Le manoir des archevêques de Rouen à Fresne est situé à environ 28 kilomètres au sud-est de Rouen, la métropole épiscopale, sur le plateau du Vexin normand, au nord de la Seine. Le village s’est développé à l’écart d’une grande voie ancienne Paris-Rouen qui passe à Écouis, à 3 kilomètres à l’est2. Un certain nombre d’éléments convergents laissent soupçonner dans la région de Fresne une présence franque assez active dès le VIe siècle : dédicace de l’église à saint Martin3 et présence de deux palais mérovingiens attestés au VIe siècle, aux Andelys à 7 kilomètres au sud et à Étrépagny distant de 15 kilomètres à l’est4.

  • 5 T. Bonnin, Regestrum visitationum archiepiscopi Rothomagensis. Journal des visites pastorales d’Eu (...)
  • 6 Terrier et dénombrement de la baronnie de Fresne (1776-1779), ADSM, G 708. Plan de la paroisse de (...)
  • 7 Le terrier du domaine en 1776-1779 précise que « Le manoir seigneurial environné de murs, les jard (...)
  • 8 A.-G. Poulain, « À travers le Vexin normand », Revue des Sociétés savantes de Haute-Normandie, 14, (...)

2Les sources médiévales sont nombreuses pour appréhender le manoir dans ses structures bâties5, informations harmonieusement complétées et confirmées par des documents écrits et cartographiques produits au XVIIIe siècle et au début du XIXe siècle qui permettent d’en évaluer l’organisation dans l’espace6. Le manoir a aujourd’hui entièrement disparu du paysage et de la mémoire locale7. Un seul article signale l’existence de chapiteaux sculptés qui en proviendraient, chapiteaux conservés dans une propriété du village8.

Les premiers temps de la résidence

Un des plus vieux domaines de l’archevêché ?

  • 9 BM Rouen, Y 44 fo 32 vo-33.
  • 10 ADSM, G 7 fo 672 vo-673.

3Le domaine de Fresne ne figure pas dans le plus ancien inventaire des biens de l’Église de Rouen qui est l’objet de la bulle du pape Innocent II, en 1130-11459. Mais la charte de l’échange des Andelys, en 119710, laisse entrevoir que Fresne faisait partie intégrante d’un vaste ensemble dont le cœur devait être aux Andelys. En effet, cette charte stipule que l’archevêque cède au roi Richard son domaine (manerium) des Andelys, mais conserve la jouissance du domaine (manerium) de Fresne avec toutes ses libertés et coutumes :... cum omnibus libertatibus et liberis consuetudinibus suis et cum omni integritate sua in perpetuum.

  • 11 ADSM, G 708, Terrier et dénombrement de la baronnie de Fresne (1776-1779), p. 3-4.
  • 12 A. Longnon, Pouillés de la province ecclésiastique de Rouen, Paris, Klincksieck, 1903, p. 52. Le p (...)

4Au XVIIIe siècle, la tradition rapporte que Fresne est le premier patrimoine et la plus ancienne résidence de l’archevêque de Rouen, que sa possession remonte à l’an 500 et que les archevêques ont abandonné le séjour de Fresne pour celui de Déville, aux Xe-XIe siècles, à cause des troubles que connaissait le Vexin à cette époque11. Peu d’éléments permettent de vérifier une telle assertion ; ils posent en réalité plus de questions qu’ils n’apportent de réponses. La nomination à la cure de l’église Saint-Martin de Fresne, qui appartient à l’archevêque de Rouen, pourrait être un indice de l’ancienneté des droits de celui-ci à Fresne12. La proximité de l’église avec le manoir pose également la question d’un éventuel oratoire ou chapelle de grand domaine rural franc devenu église paroissiale.

  • 13 Les archevêques de Rouen sont pleinement possessionnés aux Andelys en 985-1035, lorsque l’archevêq (...)
  • 14 T. Bonnin, Regestrum visitationum..., p. 11-25.

5Il est tout à fait vraisemblable d’envisager une possession ancienne, ponctuée d’usurpations et de restitutions entre le VIe et le début du XIe siècle. C’est en effet en 1035-1055 que le domaine des Andelys et, à coup sûr, son appendice de Fresne peuvent être considérés comme définitivement entre les mains des archevêques de Rouen13 mais aucun séjour archiépiscopal n’est attesté à Fresne avant les témoignages de l’archevêque Eudes Rigaud en 124814.

Le premier manoir : la tradition confrontée aux vestiges architecturaux

  • 15 En 1959, des vestiges de chapiteaux et de pierres sculptés sont signalés sans plus de détails par (...)

6Les seules sources disponibles pour évaluer l’établissement le plus ancien sont des vestiges architecturaux mis au jour sur le site de l’ancien manoir15. Il s’agit de deux chapiteaux, d’un lion dressé sur ses pattes avant et de deux colonnettes jumelées, très défigurées par des aménagements récents (Pl. VII et VIII).

  • 16 Hauteur totale : 415/425 mm ; hauteur du tailloir : 11 mm ; largeur et longueur du tailloir : 455 (...)
  • 17 D. Jalabert, « La flore gothique ; ses origines et son évolution du XIIe au XVe siècle », Bulletin (...)

7Les deux chapiteaux, sculptés dans un calcaire grossier, ont appartenu à des colonnes engagées d’environ 70 centimètres de diamètre ; leurs dimensions sont à peu de choses près identiques16. La corbeille assez écrasée est ornée d’une grande feuille à chaque angle et d’une petite feuille intercalaire au centre de chaque face. Ce sont des feuilles sans tige et sans découpures, aux nervures légèrement saillantes. L’extrémité des petites feuilles porte l’esquisse d’une volute alors que celle des grandes feuilles d’angle se recourbe en une lourde volute formée par la feuille s’enroulant sur elle-même. Ces deux chapiteaux portent les traces d’une très forte imprégnation romane, mais l’architecture des volutes en fait des crochets tels que la première sculpture gothique les a réalisés. Faute de références plus précises, ces deux chapiteaux pourraient être datés de la seconde moitié du XIIe siècle17. Les deux colonnettes jumelées sont devenues illisibles par des ajouts qui en ont fait une jardinière. Le lion dressé sur ses pattes avant, sculpté dans le même calcaire que les chapiteaux, devait orner l’extrémité d’un rampant de toiture ; étant donné le contexte de sa mise au jour, pendant des travaux de terrassement, on ne peut affirmer qu’il est contemporain des deux chapiteaux mais rien n’interdit de l’envisager.

8Ces vestiges attestent donc de l’existence d’un manoir à Fresne dès la seconde moitié du XIIe siècle ; mais aucun indice ne permet d’affirmer s’il s’agit d’un vieux manoir rénové ou d’une résidence nouvellement édifiée. Dans tous les cas, cette entreprise pourrait être l’œuvre de l’un des deux prélats qui se sont succédé à Rouen pendant cette seconde moitié du XIIe siècle, Rotrou (1165-1184) ou Gautier de Coutances (1184-1208).

Localisation, emprise et clôture (fig. 14)

  • 18 ADSM, G 708, p. 9-11.
  • 19 Plan de la paroisse réalisé en 1715 (fig. 14), ADSM, G 721/12 Fi 2, cadastre de 1828.

9Le manoir de Fresne est très clairement localisé dans le terrier et dénombrement de 1776-177918. Il se déploie au sud-ouest de l’église dont il est séparé par une rue ; les trois autres faces sont longées par le chemin vers Les Andelys à l’ouest, celui vers Cuverville au nord et la ruelle du Pré au sud. Ces informations sont confirmées par les documents cartographiques dont nous disposons depuis le début du XVIIIe siècle19.

  • 20 ADSM, G 707 fo 4 vo-5 vo. Les chiffres de conversion retenus sont ceux qui sont donnés par H. Nave (...)

10Les sources donnent à trois reprises la superficie de l’enclos : 6 acres en 1461 (entre 4 et 5 hectares)20, 9,5 acres (entre 6,5 et 7 ha), dont 3,5 en labour planté d’arbres fruitiers (entre 2,5 et 3 ha), en 1776-1779 ; environ 8 hectares sur le cadastre de 1828 ; cette dernière mesure est également la superficie de la parcelle encore intacte en 1947. Si on accepte une marge d’erreur relative, les distorsions constatées peuvent être résolues. L’emprise la plus vaste (7,5 ha environ) serait l’étendue totale de l’enclos dans lequel on distingue deux espaces accolés : à l’ouest, un verger d’environ 3,5 acres (3 ha environ) et l’enclos du manoir proprement dit où se côtoient cours, jardins et bâtiments sur 6,5 acres (4,5 ha environ).

  • 21 ADSM, G 556 fo 30.
  • 22 ADSM, G 563 fo 30 (1477-1478).

11La clôture du manoir de Fresne ne semble jamais avoir possédé de structures de défense ; elles sont, en tout état de cause, absentes des comptes de travaux du XVe siècle. Le manoir était clos de murs (« muraille ») qu’on abat en 1468-1469, parce qu’ils sont en ruine, ils sont remplacés par une palissade (« pallis »)21. Les cent chênes achetés dix ans plus tard, pour servir de coupe-vent, ont sans doute complété la nouvelle clôture22.

Un des manoirs favoris d’Eudes Rigaud

12Eudes Rigaud est le seul archevêque de Rouen dont nous connaissions les séjours fréquents à Fresne. Il y séjourne en tout 164 fois, presque tous les ans, sauf entre 1250 et 1253, et il ne s’écoule pas un mois sans que l’archevêque passe quelques jours à Fresne. Ces visites excèdent rarement sept jours ; mais en mars et avril 1259, la maladie l’y retient cinquante jours. L’entrée du domaine de Gaillon et de sa forteresse dans le temporel de l’archevêché, en 1262, modifie à peine les habitudes du prélat qui continue à venir entre cinq et onze fois par an à Fresne. L’arrivée d’Eudes Rigaud ne semble dictée par aucune contrainte particulière à l’exception des ordinations aux Andelys. Ses séjours n’y sont pas marqués par une célébration particulière, hommages des vassaux ou fêtes religieuses. Le manoir est un lieu dans lequel il aime recevoir des hôtes de marque, voire des intimes : Louis IX, en mars 1256 et l’évêque d’Évreux, Raoul de Grosparmi (1259-1262), en octobre 1260, les évêques d’Auxerre et de Beauvais, en août 1258, l’évêque d’Autun, en août 1262, et le légat du pape en août 1265.

Fig. 14 – Le site du manoir au XVIIIe siècle (extrait du plan de la paroisse de Fresne en 1715, ADSM G 721)

13Si Eudes Rigaud a scrupuleusement rapporté tous ses séjours à Fresne, il n’a jamais, par aucun mot ou formule, mentionné le manoir. Cette situation tranche avec l’habitude qu’il a prise de qualifier ses autres résidences par des mots qui les désignent en totalité ou en partie.

  • 23 É. Lalou, « Les voyages de Philippe IV le Bel en Normandie », Le Domfrontais médiéval, XV, 11, 199 (...)
  • 24 Acte daté in manerio nostro de Fraxinis, ADSM, G 1605.

14Le manoir de Fresne disparaît presque complètement des sources jusqu’au début du XVe siècle et il n’existe que deux attestations de sa fréquentation : en août 1317, le roi Philippe V y passe la nuit alors qu’il se rend dans sa maison (domus) de La Feuillée en forêt de Lyons23 ; en 1327, l’archevêque Guillaume de Durfort (1319-1331) signe un acte à Fresne24.

Le manoir du XVe siècle

  • 25 Une seule visite semble attestée dans le terrier rédigé vers 1461, qui signale les travaux réalisé (...)
  • 26 En 1432, Henri VI autorise que la justice de Fresne se tienne à Pont-de-l’Arche à cause de l’inséc (...)
  • 27 V. Tabbagh, « Le temporel des archevêques de Rouen aux derniers siècles du Moyen Âge », Journal of (...)
  • 28 ADSM, G 562 fo 27 vo.

15Pendant trois quarts de siècle, entre 1327 et 1398-1399, le manoir de Fresne disparaît des sources. Nous le retrouvons, dans les comptes de travaux, à partir de 1398-1399 jusqu’en 1487-1488. Sa fonction résidentielle semble révolue, le manoir est délaissé par les archevêques25 et les officiers de l’administration seigneuriale l’ont déserté26. Il reste le cœur d’un vaste domaine agricole mis à mal par la guerre ; entre 1400 et 1455, les revenus de la seigneurie de Fresne ont baissé de moitié, passant de 908 à 437 Lt, dîmes exclues27. La guerre terminée, on y répare activement les bâtiments d’exploitation et le seul logement qu’on y reconstruit, en 1476-1477, est la maison du fermier28.

Les mots pour le dire : « hostel », « manoir », « maison »

16Tout au long des comptes de travaux du XVe siècle, les mots « hostel » et « manoir » sont attribués à la résidence de Fresne sans prépondérance de l’un par rapport à l’autre et ces deux termes désignent tout ou partie du complexe.

  • 29 ADSM, G 562 fo 27 (1476-1477).
  • 30 ADSM, G 563 fo 27 (1477-1478).
  • 31 ADSM, G 707 fo 4 vo.
  • 32 ADSM, G 556 fo 28 vo-30.

17Le « manoir » est indiscutablement la résidence comprise dans son intégralité lorsque l’intitulé du compte annonce les réparations au « manoir et maison de Fresne »29. Il en est de même quand on répare la « prison assise audit manoir »30. La formule qui vient en tête du terrier rédigé vers 1461 présente le « manoir et hostel » de Fresne et il faut prendre le terme « manoir » comme désignant l’ensemble de la résidence31. Il en va de même pour la formule « manoir et maisons » rencontrée en 1468-1469 lors de l’achat de « pallis » pour parfaire la clôture du manoir32.

  • 33 ADSM, G 542 fo 10.
  • 34 ADSM, G 560 fo 29 (1473-1474).

18Certaines occurrences du mot « manoir » doivent cependant être comprises dans un sens plus étroit, le logis. C’est ainsi qu’on doit entendre le « grant manoir » dont on clôt les jardins en 1404-140533. Certaines formulations laissent planer une grande incertitude. Ainsi il paraît délicat de vouloir à tout prix interpréter la formule de 1473-1474 : « a la porte dud manoir a este mis une pierre de seul »34.

  • 35 ADSM, G 540 fo 6-7.
  • 36 ADSM, G 549 fo 27 vo-28.
  • 37 ADSM, G 565 fo 27 vo.

19Le terme « hostel » ou « ostel » est synonyme de « manoir » dans ses deux acceptions. Tout au long du XVe siècle, « hostel » / « ostel » désigne l’ensemble de la résidence. En 1398-1399, les « mises pour lostel de fresne » incluent des travaux aux bâtiments d’exploitation, aux clôtures des jardins et à la prison35. En 1456-1457, les travaux en « lhostel de fresne » concernent la chapelle, le pressoir, une grange et la maison du fermier36. En 1479-1480, la grange à tremois est dite « assise a fresne en lostel »37.

  • 38 ADSM, G 542 fo 10.
  • 39 ADSM, G707 fo 4 vo-5 vo.

20Comme manoir, « ostel » désigne aussi le bâtiment du logis. En 1404-1405, on répare le mur du « jardin de lostel »38 ; le même compte, quelques lignes plus haut, désignait les mêmes travaux par la formule « jardins du grant manoir ». C’est dans l’acception de logis qu’il faut aussi comprendre « hostel » utilisé dans le terrier de 1461, aussi bien dans la formule « manoir et hostel » de la phrase d’entrée que dans le cours du texte lorsqu’est cité le « jardin dudit hostel »39.

  • 40 ADSM, G 556 fo 30 vo et 557 fo 14 (1468-1469 et 1469-1470).
  • 41 ADSM, G 547 fo 5 (1434-1435).
  • 42 ADSM, G 540 fo 7 (1398-1399).

21Un deuxième terme est associé à manoir, « maisons ». Utilisé au pluriel, dans la formule « manoir et maisons »40, il faut entendre tous les bâtiments compris dans l’enclos. Au singulier, « maison » désigne n’importe quel bâtiment telle que la « berguerie »41, le logement du fermier ou la « maison dempres la porte » couverte en chaume42.

L’enclos (fig. 14)

  • 43 Les clôtures des jardins sont réparées en 1398-1399, ADSM, G 540. La haie des « jardins du grant m (...)
  • 44 ADSM, G 707 fo 5.

22Le très vaste enclos du manoir est fractionné en plusieurs espaces. La moitié ouest du complexe est occupée par un espace non bâti à vocation agricole, occupé vraisemblablement par un verger. La moitié orientale est consacrée aux bâtiments d’exploitation, au logis et au vaste jardin enclos43 qui le jouxte. Ce vaste jardin a vu ses dimensions réduites en 1461 par sa transformation en labour, alors qu’il était en friches44.

La primauté des bâtiments d’exploitation

  • 45 Cette localisation est confirmée par le compte de 1409-1410 qui situe les étables près de la porte (...)

23Les comptes de dépenses pour réparations font clairement appréhender l’importance, par leur nombre et leurs dimensions, des bâtiments d’exploitation. Il faut accorder un minimum de fiabilité au plan terrier de 1715 (fig. 14) qui les présente accolés les uns aux autres le long de la rue, près d’une entrée45, pour certains, perpendiculaires à la clôture pour d’autres, et dispersés dans l’enclos pour trois d’entre eux. On ne compte pas moins de douze bâtiments agricoles dont l’existence peut être considérée comme largement antérieure au XVe siècle, dans la mesure où ne sont signalées que des réparations.

  • 46 Céréales de printemps, orge ou avoine.
  • 47 ADSM, G 558 fo 28 (1471-1472).
  • 48 ADSM, G 565 fo 27 vo-28 (1479-1480).
  • 49 En 1409-1410, on achète pour réparer la grange aux tremois un « post » de 14 pieds de long, ADSM, (...)
  • 50 ADSM, G 555 fo 10 (1409-1410).
  • 51 ADSM, G 556 fo 28 vo (1428-1429) et 558 fo 28 (1471-1472).

24Deux bâtiments se distinguent par leurs dimensions et le soin que l’on porte à leur entretien. La « grange aux tremois »46 fait un peu plus de 19 mètres de long (« VIIxx pies de long ») sur 11 mètres de large (« XXXV pies de ley »)47. Elle possède au moins un bas-côté48 séparé de la nef centrale par une file de poteaux de bois de 4,5 mètres de haut49. Jusqu’en 1465-1466, elle est couverte en tuiles50, puis en chaume attesté encore en 1471-147251.

  • 52 ADSM, G 561 fo 26 vo (1474-1475) et 546 fo 10 (1428-1429).
  • 53 ADSM, G 562 fo 28 (1476-1477).
  • 54 ADSM, G 561 fo 26 vo (1474-1475).
  • 55 ADSM, G 545 fo 13 vo.
  • 56 ADSM, G 567 fo 34 (1487-1488).
  • 57 ADSM, G 562 fo 28 (1476-1477).

25La grange à blé est difficile à distinguer de la « grant granche » pour laquelle les comptes signalent les mêmes dimensions52. C’est un vaste édifice de 25 mètres (« VIIIxx pies ») de long, d’environ 13 mètres (« XL pies de ley »)53 de large et dont le pignon s’élève à 16 mètres (« chinquante pies »)54. Il se pourrait, au vu des matériaux fournis pour les réparations (« coulombs de VIII pies de long »)55, qu’il ait été construit en colombages. Les quatre piliers réparés en 1487-148856 peuvent être interprétés soit comme des contreforts, soit comme des supports intérieurs délimitant une nef et un bas-côté. Elle est couverte de tuiles57.

  • 58 ADSM, G 546 fo 9 et G 560 fo 28 vo.

26On connaît une petite grange, d’environ 14 mètres (« IIIIxx pies ») de long dont la couverture en tuiles est remplacée par une couverture en chaume en 1473-147558.

  • 59 ADSM, G 564 fo 30 (1478-1479).
  • 60 ADSM, G 556 fo 30 (1472-1473).
  • 61 ADSM, G 559 fo 27 vo (1472-1473).
  • 62 ADSM, G 547 fo 5 (1434-1435), il s’agit sans doute du même bâtiment que l’étable à brebis, G 550 f(...)
  • 63 ADSM, G 540 fo 6.

27Les bâtiments destinés à abriter les animaux sont variés. On compte une étable à brebis couverte en chaume59, une étable à vaches60, une étable à chevaux61, une étable aux porcs et une « berguerie » couvertes en chaume62 et un colombier attesté dès 1398-139963.

  • 64 ADSM, G 549 fo 28 (1456-1457).
  • 65 ADSM, G 542 fo 9 vo (1404-1405).
  • 66 ADSM, G 707 fo 5 vo.

28Les communs comptent également un pressoir64, un moulin et un fournil couvert en tuiles65. Un puits, dans cette région qui manque d’eau, a été percé en 146166.

Le logis et ses annexes : « les haultes salles »

  • 67 ADSM, G 556 fo 29 vo.

29Le logis de Fresne est quasiment absent des comptes du XVe siècle. Le bâtiment dénommé « haultes salles » dont on répare, en 1468-1469, un « huys » muni de « gonds », « vertevelles » et « tourouls »67, doit être compris comme un bâtiment à deux niveaux dont le niveau supérieur était peut-être la salle noble. La localisation de ce bâtiment est incertaine et il s’agit peut-être de l’édihce long de 35 mètres qui, sur les plans de 1715 et 1827, se dresse à l’entrée du manoir et donne à la fois sur les jardins et sur la cour.

  • 68 ADSM, G 549 fo 27 vo-28 (1456-1457).
  • 69 ADSM, G 563 fo 28.

30Une chapelle indépendante s’élève près des « salles » et la formule « au pignon devers les salles »68 n’autorise pas à affirmer si elle est édifiée sur un axe perpendiculaire, sur le même axe ou sur un axe parallèle au bâtiment des « salles ». Des travaux de terrassement réalisés en 1477-1478 pour rehausser le sol et détourner les eaux qui s’écoulaient dans la cave69 laissent à penser que cette chapelle était édifiée sur un niveau semi-enterré.

  • 70 ADSM, G 542 fo 8 vo (1404-1405).
  • 71 ADSM, G 563 fo 28.

31Un dernier bâtiment ressortit du pôle seigneurial, la prison. Sa localisation l’associe aux communs, près de la grange au blé et du colombier70. On peut s’interroger sur le degré d’occupation de cette prison lorsqu’on apprend, en 1477-1478, qu’il faut la vider de la terre, des pierres et des nombreuses bêtes mortes qui s’y sont accumulées71.

Conclusion

32Le manoir de Fresne a été implanté près de l’église, son ancienneté vraisemblable n’a pu être prouvée et la première attestation d’une résidence est fournie par des vestiges sculptés datés de la seconde moitié du XIIe siècle.

33Le manoir qui présente toutes les caractéristiques d’une maison plate dépourvue d’éléments de défense n’est véritablement documenté qu’au XVe siècle et désigné par les formules « hostel », « manoir » et « maison ».

34L’emprise très vaste se dédouble et l’enclos du manoir proprement dit est prolongé par un espace à vocation agricole. Dans un très vaste enclos les bâtiments à vocation noble ne sont pas véritablement isolés des communs aux fonctions agricoles. Nous avons décelé un enclos fractionné en plusieurs espaces distincts : cour et jardins. Le logis près de l’entrée donne à la fois sur la cour et les communs et le jardin. Il semble avoir consisté en une maison dont l’étage, accessible par un escalier extérieur, est réservé à l’habitat noble. Ce logis est désigné, au XVe siècle, par le terme « haultes salles » qui semble traduire la pérennité d’un logis très antérieur à la salle noble d’étage. Une chapelle indépendante complétait le pôle résidentiel.

35Si les fonctions résidentielles et administratives du manoir de Fresne ressortent clairement des sources médiévales, sa vocation de centre de gestion d’un grand domaine agricole est autant affirmée par la présence de communs nombreux et imposants.

36Ce séjour très prisé par les archevêques, au moins au XIIIe siècle, est délaissé, en tant que résidence, à partir du XIVe siècle, et sa vocation d’exploitation agricole l’emporte. En effet, après la guerre de Cent Ans priorité est donnée à la restauration des bâtiments agricoles ; restauration dont il faut souligner certains caractères médiocres comme le remplacement des tuiles par le chaume. Le logis n’est l’objet d’aucune rénovation d’importance et on se contente de le réparer à l’identique, en particulier en ce qui concerne la couverture de tuiles.

Notes

1 Eure, canton des Andelys (fig. 2, p. 38).

2 Nous sommes ici sur un plateau crayeux recouvert de limons, aux sols bruns lessivés avec colluvions et formations de silex qui se caractérise par la pénurie d’eau qui y règne comme dans le Pays de Caux avec lequel il présente de grandes similitudes géologiques (D. Cliquet, Carte archéologique de la Gatde. L’Eure (27), Paris, Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 1993 ; R. Musset, La Normandie, Paris, Armand Colin, 1960, p. 58-59).

3 Les parties les plus anciennes de l’église peuvent être datées du début du XIIIe siècle.

4 E. Ewig, « Description Franciae », in Karl der Grosse, H. Beumann (dir.), Düsseldorf, Schwann, 1965,1, p. 143-177.

5 T. Bonnin, Regestrum visitationum archiepiscopi Rothomagensis. Journal des visites pastorales d’Eudes Rigaud, Rouen, Le Brument, 1852. Terrier de Fresne (1461), ADSM, G 707. Comptes de la baronnie de Fresne (1398 à 1488), ADSM, G 540 à G 567.

6 Terrier et dénombrement de la baronnie de Fresne (1776-1779), ADSM, G 708. Plan de la paroisse de Fresne (début du XVIIIe siècle), ADSM, G 721 et 12 Fi 2. Vente des biens nationaux en 1790, ADE, Q 35. Cadastre de 1807 et 1828, ADE, III Pl 34 et III Pl 579.

7 Le terrier du domaine en 1776-1779 précise que « Le manoir seigneurial environné de murs, les jardins, masure et l’ancien hotel nomme les Salles où sont encore les fondements du gros château que nos seigneurs archevesques habitaient... », ADSM, G 708, p. 9.

8 A.-G. Poulain, « À travers le Vexin normand », Revue des Sociétés savantes de Haute-Normandie, 14,1959, p. 72-73.

9 BM Rouen, Y 44 fo 32 vo-33.

10 ADSM, G 7 fo 672 vo-673.

11 ADSM, G 708, Terrier et dénombrement de la baronnie de Fresne (1776-1779), p. 3-4.

12 A. Longnon, Pouillés de la province ecclésiastique de Rouen, Paris, Klincksieck, 1903, p. 52. Le patronage d’église est considéré comme un phénomène ayant peu évolué (G. Devailly, « Les patronats d’église en Normandie aux XIIIe et XIVe siècles », Cahier des Annales de Normandie, 23, 1990, Recueil d’études en hommage à Lucien Musset, p. 352).

13 Les archevêques de Rouen sont pleinement possessionnés aux Andelys en 985-1035, lorsque l’archevêque Mauger exempte les moines de Saint-Père de Chartres du tonlieu des Andelys (B. Guérard, Cartulaire de l’abbaye de Saint-Père de Chartres, Paris, De Crapelet, 1840,1, p. 176-177).

14 T. Bonnin, Regestrum visitationum..., p. 11-25.

15 En 1959, des vestiges de chapiteaux et de pierres sculptés sont signalés sans plus de détails par A.-G. Poulain qui rapporte le témoignage du curé en 1955 (« À travers le Vexin normand », p. 72-73). Aujourd’hui ces vestiges ont été déplacés par l’ancien propriétaire du site et sont conservés dans sa propriété voisine.

16 Hauteur totale : 415/425 mm ; hauteur du tailloir : 11 mm ; largeur et longueur du tailloir : 455 x 335 mm et 460 x 335 mm.

17 D. Jalabert, « La flore gothique ; ses origines et son évolution du XIIe au XVe siècle », Bulletin monumental, 1932, p. 190-200.

18 ADSM, G 708, p. 9-11.

19 Plan de la paroisse réalisé en 1715 (fig. 14), ADSM, G 721/12 Fi 2, cadastre de 1828.

20 ADSM, G 707 fo 4 vo-5 vo. Les chiffres de conversion retenus sont ceux qui sont donnés par H. Navel, Recherches sur les anciennes mesure agraires normandes, Caen, Jouan et Bigot, 1932, p. 21 et 148. Il faut considérer les résultats que nous produisons comme des ordres de grandeur. En effet, ces calculs sont entachés de nombre d’imprécisions. L’acre de 1461 et celle de 1776-1779, faute de références plus précises, ont reçu la même conversion ; en outre l’acre de Fresne semble, d’après H. Navel, hésiter entre 81 a. 72 et 68 a. 66. La différence entre les deux mesures donne environ 1 hectare.

21 ADSM, G 556 fo 30.

22 ADSM, G 563 fo 30 (1477-1478).

23 É. Lalou, « Les voyages de Philippe IV le Bel en Normandie », Le Domfrontais médiéval, XV, 11, 1995, p. 16.

24 Acte daté in manerio nostro de Fraxinis, ADSM, G 1605.

25 Une seule visite semble attestée dans le terrier rédigé vers 1461, qui signale les travaux réalisés « depuis la venue de Monsr. », ADSM, G 707, fo 5 vo.

26 En 1432, Henri VI autorise que la justice de Fresne se tienne à Pont-de-l’Arche à cause de l’insécurité due « ... aux larrons et brigans nos ennemis adversairent qui souvent vont et passent par nosd pais », ADSM, G1019.

27 V. Tabbagh, « Le temporel des archevêques de Rouen aux derniers siècles du Moyen Âge », Journal of Medieval History, 6, 1980, p. 199-217.

28 ADSM, G 562 fo 27 vo.

29 ADSM, G 562 fo 27 (1476-1477).

30 ADSM, G 563 fo 27 (1477-1478).

31 ADSM, G 707 fo 4 vo.

32 ADSM, G 556 fo 28 vo-30.

33 ADSM, G 542 fo 10.

34 ADSM, G 560 fo 29 (1473-1474).

35 ADSM, G 540 fo 6-7.

36 ADSM, G 549 fo 27 vo-28.

37 ADSM, G 565 fo 27 vo.

38 ADSM, G 542 fo 10.

39 ADSM, G707 fo 4 vo-5 vo.

40 ADSM, G 556 fo 30 vo et 557 fo 14 (1468-1469 et 1469-1470).

41 ADSM, G 547 fo 5 (1434-1435).

42 ADSM, G 540 fo 7 (1398-1399).

43 Les clôtures des jardins sont réparées en 1398-1399, ADSM, G 540. La haie des « jardins du grant manoir » est mentionnée en 1404-1405, ADSM, G 542 fo 10.

44 ADSM, G 707 fo 5.

45 Cette localisation est confirmée par le compte de 1409-1410 qui situe les étables près de la porte, ADSM, G 543 fo 14. Quant à l’étable aux porcs, elle joint la grange au tremois d’après le compte de 1479-1480, ADSM, G 565 fo 28.

46 Céréales de printemps, orge ou avoine.

47 ADSM, G 558 fo 28 (1471-1472).

48 ADSM, G 565 fo 27 vo-28 (1479-1480).

49 En 1409-1410, on achète pour réparer la grange aux tremois un « post » de 14 pieds de long, ADSM, G 543 fo 14 vo.

50 ADSM, G 555 fo 10 (1409-1410).

51 ADSM, G 556 fo 28 vo (1428-1429) et 558 fo 28 (1471-1472).

52 ADSM, G 561 fo 26 vo (1474-1475) et 546 fo 10 (1428-1429).

53 ADSM, G 562 fo 28 (1476-1477).

54 ADSM, G 561 fo 26 vo (1474-1475).

55 ADSM, G 545 fo 13 vo.

56 ADSM, G 567 fo 34 (1487-1488).

57 ADSM, G 562 fo 28 (1476-1477).

58 ADSM, G 546 fo 9 et G 560 fo 28 vo.

59 ADSM, G 564 fo 30 (1478-1479).

60 ADSM, G 556 fo 30 (1472-1473).

61 ADSM, G 559 fo 27 vo (1472-1473).

62 ADSM, G 547 fo 5 (1434-1435), il s’agit sans doute du même bâtiment que l’étable à brebis, G 550 fo 28 vo (1471-1472).

63 ADSM, G 540 fo 6.

64 ADSM, G 549 fo 28 (1456-1457).

65 ADSM, G 542 fo 9 vo (1404-1405).

66 ADSM, G 707 fo 5 vo.

67 ADSM, G 556 fo 29 vo.

68 ADSM, G 549 fo 27 vo-28 (1456-1457).

69 ADSM, G 563 fo 28.

70 ADSM, G 542 fo 8 vo (1404-1405).

71 ADSM, G 563 fo 28.

Table des illustrations

Légende Fig. 14 – Le site du manoir au XVIIIe siècle (extrait du plan de la paroisse de Fresne en 1715, ADSM G 721)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7152/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 323k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Volume papier

leslibraires.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search