Desktop versionMobile version

Les Évêques aux champs

 | 
Marie Casset

Annexe : monographies de sites

Le manoir des archevêques de Rouen à Dieppe1

Full text

  • 1 Seine-Maritime, chef-lieu de canton (fig. 2, p. 38).
  • 2 ADSM, G 500 à G 539.
  • 3 Plan de la ville de Dieppe au XIVe siècle, in C. Vasselin, Précis de l’histoire de Dieppe, Dieppe, (...)
  • 4 A. Bouteiller, Histoire de la ville de Dieppe, Dieppe, Delevoye, 1878, p. 73.
  • 5 D. Asseline, Les Antiquitez et chroniques de la ville de Dieppe [1682], Dieppe, Marais, 1874, 2 vo (...)

1Le port de Dieppe se situe à environ 55 kilomètres au nord de Rouen. L’agglomération, attestée pour la première fois en 1030, s’est développée sur un cordon littoral de galets qui longe la rive ouest de l’estuaire de la rivière Arques. Le site est depuis l’époque gallo-romaine sur le tracé d’une voie antique parallèle au littoral depuis Lillebonne vers Eu. Une autre voie ancienne rejoint Dieppe venant de Rouen par Clères et Anneville-sur-Scie. Dieppe est une vieille fondation ducale et l’un des principaux ports de liaison avec l’Angleterre. Le manoir archiépiscopal est documenté à partir du XVe siècle par les comptes de travaux qui y sont effectués2 et C. Vasselin en a déterminé l’emplacement à partir des notations contenues dans le cartulaire composé par le receveur de la vicomté de Dieppe en 13963. En 1694, le manoir est détruit lors du bombardement de la ville par les Hollandais et une nouvelle résidence est construite qui n’a plus rien de commun avec le vieux séjour médiéval4. Le complexe n’a jamais fait l’objet de travaux particuliers à l’exception de notes rapides dans un ouvrage du XVIIe siècle5.

Les conditions de l’installation

Entrée dans le temporel en 1197

  • 6 ADSM, G 7 fo 672.
  • 7 ADSM, G 7 fo 749.
  • 8 V. Tabbagh, « Le temporel des archevêques de Rouen aux derniers siècles du Moyen Âge », Journal of (...)

2En 1197, Dieppe et le domaine de Bouteilles font partie des domaines donnés à l’archevêque de Rouen par Richard Cœur de Lion, en échange des Andelys6. En 1284, le roi Philippe le Hardi complète l’ensemble en cédant à l’archevêque Guillaume de Flavacourt la ville du Pollet, à l’extrémité nord de la langue de galets7. Cette très vaste seigneurie est le joyau du temporel de l’Église de Rouen et son rapport financier est considérable. En 1400, les revenus de Dieppe, dîmes exclues, s’élèvent à 2821 Lt. C’est le plus gros revenu annuel de toutes les seigneuries ; il représente entre 1/3 et 1/4 du revenu total du temporel8.

Localisation et conditions de l’installation

  • 9 C. Vasselin, Précis de l’histoire de Dieppe, p. 14.

3Le manoir est situé là où la ville du Pollet jouxte Dieppe9. Il occupe une parcelle rectangulaire d’environ 70 mètres de long sur 50 mètres de large, enserrée sur trois faces par des rues ou ruelles, alors que la face sud donne sur le quai.

4Les premiers temps de la résidence épiscopale sont obscurs quant aux modalités matérielles de l’installation. Il est tout à fait vraisemblable que l’archevêque et son administration ont adopté les locaux de l’administration royale après la donation de 1197 et le complexe gardera tout au long de son histoire la dénomination tout compte fait usurpée d’« hotel de la Vicomté ».

  • 10 ADSM, G 7 fo 732.
  • 11 D. Asseline, Les Antiquitez et chroniques..., II, p. 255.

5L’achat d’un tènement de maisons, sur le quai, par l’archevêque Philippe d’Alençon (1362-1375) révèle sans doute la décision d’étendre l’enclos du manoir préexistant10, et des travaux y ont été effectués peu de temps après par l’archevêque Guillaume de vienne11.

Un manoir du XVe siècle peu documenté

Peu de séjours attestés

6Malgré son statut de chef-lieu d’une riche seigneurie, Dieppe a peu attiré les archevêques de Rouen. Eudes Rigaud n’y a séjourné que quinze fois, rarement plus d’une fois par an et pour de très courtes visites qui n’excèdent jamais deux jours. Il ne fournit que rarement des détails sur ses activités dieppoises qui peuvent être d’ordre religieux (messes, sermons et confirmations) ou revêtir un caractère d’autorité lorsque, par exemple, il relit la coutume des brocanteurs en janvier 1254.

  • 12 ADSM, G 28.
  • 13 ADSM, G 508 fo 39 vo.

7Les dépenses engagées en 1426-1427 pour mettre « l’ostel » en état et tendre la chambre de Monseigneur12 pourraient attester du séjour de l’archevêque Jean de la Roche Taillée (1423-1429). Cette visite prouve que l’occupation anglaise et l’insécurité qui en a résulté n’ont pas complètement interrompu les déplacements des archevêques vers leurs résidences. En 1448, le manoir qui abrite Artus de Longueval, capitaine de gens d’armes, voit ses portes et fenêtres renforcées pour que les hommes ne se répandent pas partout13.

Les mots pour le dire : « hostel »

  • 14 ADSM, G 508 fo 39 vo (1448-1449) et 537 fo 20 (1486-1487).
  • 15 ADSM, G 501 fo 32 (1425-1426).
  • 16 ADSM, G 537 fo 21 (1486-1487).

8La résidence de Dieppe est généralement désignée par la formule « hostel de la Vicomté »14 qui désigne l’ensemble de la résidence, cœur administratif de la seigneurie. Les occurrences de « hostel », sans autre qualificatif, ont la même portée générale : « mises en lostel de monseigneur », « cuisine de lostel »15 et « ostel » occupé en 1448. Une formule n’a pu être éclaircie, « lostel de derriere la vicomte » dont on répare les voûtes, les degrés et les murs16.

Le pôle seigneurial : « grande salle », « maison »

  • 17 ADSM, G 509 fo 72 (1449-1450).
  • 18 D. Asseline, Les Antiquitez et chroniques, I, p. 255.
  • 19 ADSM, G 501 fo 33 (1425-1426).

9Les comptes de travaux, à partir de 1425, et les rares témoignages postérieurs ne permettent d’élaborer qu’une image très floue du manoir de Dieppe et de la disposition des bâtiments dans un espace qui devait compter environ 3500 m 2. Ils sont ordonnés autour d’une cour17 et adossés à un mur de clôture dépourvu de tout élément de défense même symbolique. Depuis l’épiscopat de Guillaume de Vienne (1390-1407), la porte d’entrée affiche ostensiblement la prééminence de l’endroit avec les armes de l’archevêque qui y sont sculptées18. Cette porte d’entrée est surmontée du logement du concierge accessible par un escalier extérieur (« degre »)19.

  • 20 Les travaux de couverture réalisés en 1486-1487 à la « grande salle » permettent d’affirmer que ce (...)
  • 21 ADSM, G 509 fo 74 vo (1449-1450).
  • 22 ADSM, G 501 fo 33 (1425-1426).
  • 23 C’est sans doute ainsi qu’il faut comprendre les travaux de couverture en tuiles « au degre par qu (...)
  • 24 En 1449-1450, on en répare la porte avec « gonds », « clef », « touroul » et « vertevelles », ADSM (...)
  • 25 ADSM, G 537 fo 20.

10Les dépenses engagées au XVe siècle n’ont pour objet que des réparations mineures qui ne bouleversent pas l’ensemble. Le rédacteur des comptes trahit ces structures anciennes par l’utilisation de termes qui renvoient deux ou trois siècles en arrière. Si nous ne pouvons présager de sa position dans la cour, un bâtiment s’impose, la « grande salle »20 appelée aussi « la maison ou est la chambre de Monseigneur »21. Cette chambre, la « chambre de parement » et la « despense » qui l’accompagnent22 occupent un premier niveau accessible par un escalier et un perron couverts23. Une galerie fermée (« allee ») doit longer une partie du bâtiment24. Tout l’édifice est couvert de tuiles25.

  • 26 ADSM, G 509 fo 73 vo (1449-1450), G 501 fo 32-33 (1425-1426).

11Ce pôle seigneurial est complété par des bâtiments indépendants les uns des autres au vu des travaux de couverture qui y sont effectués : la chapelle, « la maison nommee la chambre aux escuiers », la « chambre aux secretaires » et la cuisine26.

  • 27 ADSM, G 535 fo 21 (1484-1485), G 509 fo 72 vo (1449-1450).

12La résidence compte encore au moins trois bâtiments : la prison dont on répare les chambres (« chambrestes ») et nettoie la fosse, des celliers et des étables27.

Conclusion

13Le manoir de Dieppe a été peu fréquenté par les archevêques de Rouen, malgré la puissance et la richesse du domaine dont il était le cœur. Les lacunes de la documentation et la destruction du manoir au XVIIe siècle ne permettent qu’une appréhension très partielle du complexe global et des divers éléments qui le composaient. Cela étant, cette maison de ville strictement insérée dans le tissu urbain était dépourvue de jardins et d’espaces de plaisance.

14Au XVe siècle, le séjour est désigné exclusivement par le terme « hostel ». Le logis est signalé par les formules « grande salle » et « maison ». Les comptes du XVe siècle révèlent des structures bâties indépendantes les unes des autres. Le logis archiépiscopal est un bâtiment dont l’étage, accessible par un escalier extérieur précédé d’une galerie, est réservé au séjour de l’archevêque.

15On soupçonne également l’existence d’autres logis réservés au personnel permanent du manoir ou à l’escorte du prélat (chapelains, écuyers). La cuisine est, elle aussi, un bâtiment indépendant et il doit en être de même pour les communs peu nombreux. Nous avons noté la présence de bâtiments à vocation administrative (prison, hôtel de la Vicomté), mais leur insertion dans le complexe n’a pu être évaluée.

Notes

1 Seine-Maritime, chef-lieu de canton (fig. 2, p. 38).

2 ADSM, G 500 à G 539.

3 Plan de la ville de Dieppe au XIVe siècle, in C. Vasselin, Précis de l’histoire de Dieppe, Dieppe, Impr. centrale et Delevoye réunies, 1904, p. 14.

4 A. Bouteiller, Histoire de la ville de Dieppe, Dieppe, Delevoye, 1878, p. 73.

5 D. Asseline, Les Antiquitez et chroniques de la ville de Dieppe [1682], Dieppe, Marais, 1874, 2 vol.

6 ADSM, G 7 fo 672.

7 ADSM, G 7 fo 749.

8 V. Tabbagh, « Le temporel des archevêques de Rouen aux derniers siècles du Moyen Âge », Journal of Medieval History, 6, 1980, p. 209.

9 C. Vasselin, Précis de l’histoire de Dieppe, p. 14.

10 ADSM, G 7 fo 732.

11 D. Asseline, Les Antiquitez et chroniques..., II, p. 255.

12 ADSM, G 28.

13 ADSM, G 508 fo 39 vo.

14 ADSM, G 508 fo 39 vo (1448-1449) et 537 fo 20 (1486-1487).

15 ADSM, G 501 fo 32 (1425-1426).

16 ADSM, G 537 fo 21 (1486-1487).

17 ADSM, G 509 fo 72 (1449-1450).

18 D. Asseline, Les Antiquitez et chroniques, I, p. 255.

19 ADSM, G 501 fo 33 (1425-1426).

20 Les travaux de couverture réalisés en 1486-1487 à la « grande salle » permettent d’affirmer que cette formule désigne le bâtiment qui abrite cette salle, ADSM, G 537 fo 20.

21 ADSM, G 509 fo 74 vo (1449-1450).

22 ADSM, G 501 fo 33 (1425-1426).

23 C’est sans doute ainsi qu’il faut comprendre les travaux de couverture en tuiles « au degre par quoi len amonte en la maison », travaux réalisés en 1425-1426, ADSM, G 501 fo 33. D. Asseline (Les Antiquitez et chroniques., I, p. 255) mentionne sous l’épiscopat de Guillaume de vienne « ... la construction du large degré de pierre par le grand perron qui le termine a lentree de la haute sale de ce manoir... ».

24 En 1449-1450, on en répare la porte avec « gonds », « clef », « touroul » et « vertevelles », ADSM, G 509 fo 73 vo.

25 ADSM, G 537 fo 20.

26 ADSM, G 509 fo 73 vo (1449-1450), G 501 fo 32-33 (1425-1426).

27 ADSM, G 535 fo 21 (1484-1485), G 509 fo 72 vo (1449-1450).

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2007

Terms of use: http://www.openedition.org/6540

This digital publication is the result of automatic optical character recognition.
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search