Version classiqueVersion mobile

Les Évêques aux champs

 | 
Marie Casset

Annexe : monographies de sites

Le manoir des archevêques de Rouen à Déville1

Texte intégral

  • 1 Seine-Maritime, arrondissement de Rouen (fig. 2, p. 38).
  • 2 P.-C. Duval, « Rouen et les voies antiques de Haute-Normandie », AN, 1984, r, p. 7.

1Le village de Déville se déploie à environ kilomètres au nord-ouest du centre de Rouen, le long de la petite rivière Cailly, affluent de la Seine, qui entaille le plateau calcaire. Sa position sur le plateau rend son accès depuis Rouen, par un chemin en forte pente, extrêmement malaisé. L’agglomération s’est développée sur un axe ancien de circulation qui reliait Rouen à Lillebonne et Harfleur2. Il faut sans doute envisager une christianisation précoce à partir de Rouen. Les vestiges les plus anciens de l’église Saint-Pierre, le chevet, ne sont pas antérieurs au XIIIe siècle.

  • 3 ADSM, G 438 fo 46.
  • 4 Comptes de l’archevêché, ADSM, G 8, G 16, G 25, G 26, G 42, G 46, G 62, G 64, G 85 ; Compte de Dév (...)
  • 5 ADSM, G 699.
  • 6 Plan du domaine fieffé et non fieffé de la baronnie de Déville (1750), ADSM, r2 Fi 3. Plan des boi (...)
  • 7 En 1613, le logis est ouvert à tous les vents, les portes et fenêtres sont fracassées et les toitu (...)

2Pour l’étude du manoir des archevêques de Rouen, on dispose d’une série de sources médiévales ponctuelles qui commencent véritablement avec les informations fournies par l’archevêque Eudes Rigaud et se poursuivent à partir de la fin du XIVe siècle avec l’inventaire effectué après le décès de Guillaume de Lestrange en 13883, les comptes de l’archevêché et de la seigneurie de Déville au XVe siècle4 et un terrier de la fin du XVe siècle5. Ces sources médiévales peuvent être heureusement conjuguées avec deux plans terriers du XVIIIe siècle et le cadastre de 18206. Aux XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles, le manoir n’est plus fréquenté par les archevêques et les travaux n’affectent que les bâtiments agricoles7.

  • 8 Abbé J.B.D. Cochet, Répertoire archéologique du département de la Seine-Inférieure, Paris, Imprime (...)
  • 9 P. Le Verdier, « Le manoir archiépiscopal de Déville », Bulletin de la Société de l’histoire de la (...)

3Le site du manoir de Déville, à l’ouest de l’église, est aujourd’hui occupé par des bâtiments récents et les vestiges que l’abbé Cochet y a observés au milieu du XIXe siècle ont disparu. Ces vestiges localisés près de la rivière consistaient en pans de murs, ouvertures obturées et pavés émaillés, qu’il datait des XIIIe et XVIe siècles8. Malgré l’abondance de documents, le manoir de Déville n’a jamais été l’objet de travaux véritablement approfondis9.

Les premiers temps de la résidence

Entrée dans le temporel au Haut Moyen Âge ?

  • 10 ADSM, G 7, 418.
  • 11 Abbé J.B.D. Cochet, Répertoire archéologique..., p. 343.
  • 12 M. Charpillon, A. Caresme, Dictionnaire historique de toutes les communes de l’Eure, Les Andelys, (...)
  • 13 G. Tessier, Recueil des actes de Charles II le Chauve, roi de France, 3 vol., Paris, Académie des (...)
  • 14 V. Tabbagh, « Le temporel des archevêques de Rouen aux derniers siècles du Moyen Âge », Journal of (...)
  • 15 Diocèse de Rouen, 1337. A. Longnon, Pouillés de la province ecclésiastique de Rouen, Paris, Klinck (...)

4La première mention du domaine de Déville dans le temporel archiépiscopal figure dans une bulle du pape Innocent II qui énumère, en 1130-1143, les biens de l’Église de Rouen10. Mais une tradition bien ancrée en fait remonter la possession à l’épiscopat de l’archevêque Romain (c. 628) qui aurait donné certains de ses biens personnels à son Église11. Les tenants de cette tradition arguent de l’existence, dans l’enceinte du manoir, d’un étang appelé Mare Saint-Romain et s’appuient sur une prétendue donation du domaine de Gisors par Clotaire II à son cousin Romain12. La vérification de ces assertions se heurte à l’absence de sources détaillées. En effet, la confirmation des biens de la cathédrale par Charles le Chauve en 863 n’énumère pas les domaines concernés13. Il est cependant vraisemblable de considérer que le domaine de Déville, si proche de Rouen, était une possession ancienne de l’archevêché remontant au Bas-Empire ou au Haut Moyen Âge, au même titre que les domaines des Andelys, de Gisors, de Douvrend et que le terrain où s’élève, à Rouen, le palais archiépiscopall14. On s’interroge alors sur l’incidence de la présence archiépiscopale dans la création de la paroisse de Déville dont l’église, dédiée à saint Pierre, est située aux portes du manoir et dont le patronage appartient à l’archevêque15.

Localisation et emprise (fig. 9 et 10)

5Le manoir des archevêques de Rouen occupe dans le village de Déville, immédiatement à l’ouest de l’église, un vaste terrain rectangulaire orienté nord-sud, ceinturé par la rivière Cailly à l’ouest et des rues à l’est et au nord.

  • 16 ADSM, G 699 fo 1. La conversion des acres médiévales ne peut se faire avec toute la précision souh (...)
  • 17 ADSM, 1 PQ 1282.

6L’emprise de l’enclos du manoir peut être évaluée à partir de documents assez nombreux. Un terrier du XVe siècle précise que le domaine non fieffé de la seigneurie couvre 6 acres (environ 4,5 hectares)16. Les deux plans de 1747 et 1750 donnent une superficie d’environ 10 hectares. En 1790, l’acheteur du manoir soumissionne pour 12 acres (environ 9 hectares)17. Enfin, le calcul sur le cadastre de 1820 donne une superficie d’environ 8 hectares. Malgré leurs divergences, ces données ne sont pas incompatibles. Il faut, semble-t-il, envisager la juxtaposition de deux espaces distincts. À l’ouest, l’enclos du manoir proprement dit s’étend le long de la rivière sur environ 4,5 hectares ; un vaste espace non bâti, d’environ 6 hectares et occupé par des vergers, s’interpose entre le village et le manoir.

  • 18 ADSM, G 1074.

7Les plans parvenus jusqu’à nous sont certainement trop tardifs pour évaluer dans le détail l’ensemble des dispositions médiévales, à savoir la localisation du pôle résidentiel et sa liaison avec l’espace des communs, la localisation et l’emprise des espaces non bâtis (cours et jardins) et leur liaison et imbrication avec les espaces bâtis. Il en ressort cependant une vue d’ensemble qui reflète sans doute la réalité médiévale dans ses grandes lignes. L’espace bâti occuperait le quart sud-ouest de l’enclos, le long de la rivière, avec un accès au bois voisin par un pont attesté seulement en 174118 mais dont la présence doit être plus ancienne, sans qu’aucune source ne permette d’en appréhender les origines.

Le premier manoir

  • 19 En 1201, l’archevêque Gautier de Coutances (1184-1208) signe un acte à Déville (ADSM, G 974).
  • 20 ADSM, G 708, p. 3 et 9.
  • 21 ADSM, G 7 fo 860 vo.
  • 22 Gallia Christiana, XI
  • 23 L’archevêque Robert (987 / 989-1037) était le fils du duc Richard Ier ; son successeur Mauger (103 (...)
  • 24 Orderic Vital, Historia ecclesiastica, A. Le Prévost (éd.), Paris, Renouard, 1838-1855, II, p. 314

8Si la plus ancienne attestation d’une résidence n’est pas antérieure au début du XIIIe siècle19, les sources modernes transmettent deux traditions contradictoires concernant le séjour primitif. En 1776-1779, le terrier et dénombrement de la seigneurie de Fresne-1’Archevêque20 rapporte, dans une première mention, que la résidence de Déville aurait été construite aux Xe-XIe siècles parce que les séjours des Andelys et de Fresne, dans le Vexin normand, étaient devenus peu sûrs. Quelques pages plus loin le même document attribue à l’archevêque Eudes Rigaud (1248-1276) la construction de Déville. L’hypothèse d’une construction ex nihilo par Eudes Rigaud doit être écartée au vu des actes signés à Déville en 1201 et 124421 ; en outre, l’archevêque Eudes Clément y serait mort en 124722. On pourrait cependant interpréter cette tradition et y voir le souvenir de travaux importants réalisés par celui-ci dans sa résidence de Déville, travaux qu’aucune autre source ne signale. L’hypothèse d’une construction au cours des Xe-XIe siècles n’est pas invraisemblable. Ces deux siècles ont vu se succéder, sur le siège archiépiscopal de Rouen, de grands prélats issus de familles prestigieuses ou du lignage ducal23. Si les chroniques rapportent la vie fastueuse de certains, seul Guillaume Bonne Âme (1079-1110) est réputé pour son œuvre de bâtisseur. Orderic Vital rapporte comment il continua la reconstruction de la cathédrale et entreprit la rénovation du cloître et des maisons de l’archevêché (... claustrum episcopi domosque convenientes a fundamentis eleganter renovavit...)24.

Fig. 9 – Le site du manoir en 1750 (d’après un extrait du plan du domaine fieffé et non fieffé de la baronnie et bois de Déville, ADSM, 12 Fi 3)

Fig. 10 – Le site du manoir en 1820 (d’après cadastre ADSM, Rouen II 69)

9Mais l’hypothèse d’une possession domaniale ancienne et la proximité de la ville archiépiscopale peuvent suggérer l’existence d’une résidence rurale dès les VIIe-VIIIe siècles. Des fouilles archéologiques sur le site permettraient d’évaluer les premiers temps de l’installation archiépiscopale et son évolution.

Le manoir d’Eudes Rigaud au XIIIe siècle

Les mots pour le dire : manerium, domus, aula

  • 25 T. Bonnin, Regestrum visitationum archiepiscopi Rothomagensis. Journal des visites pastorales d’Eu (...)
  • 26 En 1269, il passe une nuit in manerio nostro (ibid.).
  • 27 En avril, le roi séjourne in domo nostra (ibid., p. 272). En 1306, domus désigne toujours l’ensemb (...)
  • 28 Ibid., p. 433 et 438.

10C’est à l’archevêque Eudes Rigaud (1247-1276) que nous devons l’essentiel de la documentation concernant le manoir au XIIIe siècle25. S’il ne donne pas de détails sur les structures qui composent l’ensemble ou sur des travaux qu’il aurait pu y entreprendre, les mots qu’il utilise pour désigner sa résidence sont instructifs : les termes manoir (manerium)26 et maison (domus)27 désignent l’ensemble de la résidence. La chapelle attestée en 126228 est sans doute un bâtiment indépendant, comme c’est le cas au XVe siècle.

  • 29 Ibid., p. 174 et 216.
  • 30 ADSM, G 8 fo 14. Ces lacunes peuvent être comblées par des sources postérieures. En effet, les com (...)

11Le témoignage d’Eudes Rigaud permet d’aller plus avant dans l’appréhension de certaines structures du pôle noble. À plusieurs reprises il mentionne avec précision le lieu, l'aula, et les circonstances de l’événement qu’il rapporte : signature d’un acte en 1252 et hommage des vassaux en 1253 et 125529. L’aula d’Eudes Rigaud est cette grande salle d’apparat dans laquelle l’archevêque procède aux actes solennels liés à sa puissance spirituelle et temporelle. Il n’existe aucun indice contemporain pour apprécier les dispositifs et aménagements de cette aula, en particulier ceux qui pourraient suggérer une grande salle de plain-pied ou à l’étage sur rez-de-chaussée. Seules des réparations, en 1377-1378, attestent d’une grande porte et de fenêtres (magnusportis et fenestre aule)30.

La vie du manoir

  • 31 ADSM, G 7 fo 860 vo.
  • 32 Trente jours en juillet 1251 et six jours en novembre 1263 pour cause de rhumatismes (T. Bonnin, R (...)
  • 33 En octobre 1263, mai 1266, juin 1267, novembre 1268, mai 1269.
  • 34 T. Bonnin, Regestrum visitationum..., p. 112 ; R. Herval, Histoire de Rouen, Rouen, Maugard, 1947  (...)

12Le séjour de Déville est très prisé au XIIIe siècle. En 1244, l’archevêque Eudes Clément y signe un acte31 et il y meurt en 1247. Les séjours d’Eudes Rigaud peuvent être brefs, un à deux jours, ou beaucoup plus longs lorsqu’il y est retenu par la maladie32 et ils ne sont pas toujours dictés par des considérations particulières. Ainsi, alors qu’il siège tous les jours aux séances de l’Échiquier de Rouen, il revient coucher le soir à Déville33. Il y invite des hôtes de marque : le roi de France en avril 1257, les évêques de Beauvais en mars 1252, d’Auxerre en août 1258, d’Avranches en mai 1261 et un légat apostolique en juillet 1269. Un séjour a été causé par des circonstances peu ordinaires. Eudes Rigaud ne s’étend pas longtemps sur l’affaire, mais il semble bien qu’il ait trouvé pendant deux jours de juillet 1251 un refuge à Déville, après l’émeute populaire qui avait investi la cathédrale de Rouen34.

13Ces séjours très nombreux de l’archevêque devaient peupler le manoir d’un personnel abondant et varié, laïcs et clercs, que les sources nous laissent ignorer.

  • 35 T. Bonnin, Regestrum visitationum..., p. 649,655 et 662.
  • 36 ADSM, G 438 fo 46.

14C’est au manoir que sont conservées les archives de la seigneurie et les actes qui y ont été signés. Le tout est rangé dans un coffre (coffro) dont Eudes Rigaud témoigne à plusieurs reprises35. Ces indications laissent à penser qu’en l’absence de l’archevêque et de son entourage le manoir de Déville abritait au moins un gardien, un officier de l’administration seigneuriale et quelques clercs de la chapelle et du secrétariat. L’inventaire de 1388 mentionne les logements des chapelains, des écuyers et de quatre personnalités dont deux administrateurs (Laurencot et Denisot) et l’abbé de Saint-Ouen36.

L’aménagement de l’espace

15Si les sources du XIIIe siècle sont muettes en ce qui concerne les aménagements à l’intérieur de l’enclos et ceux de l’environnement immédiat on est en droit de considérer que des dispositifs, attestés aux siècles suivants, pouvaient exister dès le XIIIe siècle.

  • 37 ADSM, G 7 fo 700 vo.
  • 38 ADSM, G 1074. Au sud de la même forêt, les Hospitaliers du Val-de-la-Haie possèdent un bois séparé (...)

16Les installations révélées par le cadastre napoléonien au nord-ouest de l’enclos sont tout à fait imposantes (fig. 10). L’espace sillonné de canaux et doté d’un étang circulaire issu de la dérivation de la rivière peut être identifié aux viviers dont les comptes du XVe siècle attestent de l’entretien régulier. Un moulin tourne peut-être déjà, au nord, sur la rivière. Enfin des bois dépendants de la seigneurie enserrent la résidence à l’ouest et au nord. Une partie de ces bois est d’acquisition récente ; en 1238, l’archevêque Pierre de Colmieu a obtenu du roi de France un bois (nemus) de 106 acres dans la forêt (foresta) de Roumare près de Déville (prope devillam)37. Malgré un témoignage tardif, on peut penser que le fossé, mentionné en 1739, qui sépare le bois de l’évêque de la forêt du roi est un dispositif contemporain de la cession38.

  • 39 Registre de la terre et seigneurie de Déville, XVe siècle, ADSM, G 699 fo 1.

17Il paraît certain que le manoir de Déville n’a jamais été fortifié ni même possédé des éléments de défense si modestes soient-ils ; le complexe est entouré d’un mur percé de deux portes39 dont une, sur la face ouest du manoir, débouchait sur un pont permettant de franchir la rivière et d’accéder au bois voisin.

Le manoir du XVe siècle : permanence des structures anciennes

Un séjour délaissé par les archevêques

  • 40 L.-A. Jouen, Comptes, devis et inventaires du manoir archiépiscopal de Rouen, Paris, Picard et fil (...)
  • 41 En 1306, donation signée in domo nostra de devilla, ADSM, G 7 fo 919 ; en 1348, confirmation du no (...)
  • 42 ADSM, G 2118 (1380).
  • 43 ADSM, G 16 fo 28.
  • 44 ADSM, G 1052.
  • 45 ADSM, G 42 fo 47.

18La résidence tant appréciée par l’archevêque Eudes Rigaud connaît, aux XIVe et XVe siècles, un irrémédiable déclin, la fréquentation par les archevêques se raréfie même si les huit séjours attestés sont loin de représenter la réalité. Au début du XIVe siècle, le séjour de Déville est encore en faveur auprès de l’évêque, Bernard de Fargis (1306-1311), qui y signe un acte en 1306 et y convoque un concile en 130840. Jusqu’à la fin du XIVe siècle, six autres visites sont confirmées par des actes signés à Déville41 ou par la mention des ordinations qui se tiennent dans la chapelle du manoir42 ; en 1401, les comptes de l’archevêché sont « veus, oye, gettes et examines » à Déville43. Le personnel de l’administration compte au moins un receveur ; mais en 1370, Jean Caval, huissier des Hauts-Jours, chargé de faire les exploits, rechigne à résider à Déville ; un jugement du vicomte de Déville l’y oblige44. Le manoir a été très endommagé lors du siège de Rouen en 141845.

  • 46 ADSM, G 478 et G 483.

19Il n’existe aucune trace de séjour archiépiscopal pour le XVe siècle à l’exception des festins et réceptions somptueuses que l’archevêque Georges d’Amboise (1494-1510) y organise46.

  • 47 Vacance de 1406 à 1409 et de 1429 à 1432. L’archevêque Louis de Harcourt (1409-1422) ne fit son en (...)
  • 48 ADSM, G 1051.
  • 49 M. Sadourny, « L’occupation anglaise en Haute-Normandie d’après les comptes de l’archevêché de Rou (...)
  • 50 V. Tabbagh, « Le temporel des archevêques de Rouen... », p. 209.
  • 51 ADSM, G 26 fo 31 et G 42 fo 43-44.

20Comme les autres diocèses normands, le siège de Rouen est touché par un fort absentéisme des prélats et par de longues périodes de vacance du siège épiscopal47. L’occupation anglaise, à partir de 1419, perturbe la vie du manoir. Il se vide de ses hôtes permanents ou de passage et les capacités d’entretien se réduisent. En 1439, le roi Henri VI autorise que la justice de Déville soit rendue à Rouen ; l’insécurité due aux « ... larrons brigans et autres ennemis... » justifie ce déplacement48. Entre 1412/1418 et 1448/1449, les revenus du temporel de l’archevêché accusent une chute vertigineuse de 84 %49. Entre 1400 et 1455, le revenu brut annuel du temporel des seigneuries de Déville, Sotteville et Rouen, dîmes exclues, baisse de 1/3, passant de 349 à 221 Lt50 Pendant toute cette période, le manoir n’a été l’objet que de légers travaux d’entretien51 ; ce n’est qu’à partir des années 1447-1448 que la vie semble y reprendre.

  • 52 L’inventaire de Gaillon en 1388 mentionne des ardoises stockées dans une chambre haute, ADSM, G 9 (...)

21Avec le retour de la paix, la prospérité se réinstalle doucement, mais la résidence de Déville ne bénéficie pas des grands travaux de restauration ou de reconstruction mis en œuvre aux Andelys, à Gaillon et à Pontoise. À Déville, on consolide sans s’attacher aux nouvelles modes d’habiter et les structures révélées par les comptes présentent nombre d’archaïsmes dont les plus flagrants sont la pérennité des escaliers extérieurs (« degres ») et des couvertures en tuiles alors que l’ardoise est utilisée dans les œuvres archiépiscopales depuis le dernier tiers du XIVe siècle52. On préfère orner les jardins et y entretenir une faune décorative qui réjouit les hôtes de l’archevêque.

Les mots pour le dire : « manoir », « hostel »

  • 53 ADSM, G 464 fo 5.
  • 54 ADSM, G 42 fo 44 vo (1439-1440), G 26 fo 31 (1423-1424), G 465 fo 7 (1474-1475)

22Les comptes de travaux conservés à partir des vingt dernières années du XIVe siècle jusqu’à la fin du XVe siècle utilisent les termes « manoir » et « hostel » ou « ostel » pour désigner la résidence et on s’interroge sur leur utilisation comme synonymes ou non, ainsi que le laisse penser la formulation « hostel et manoir » en tête du compte de 1473-147453. La confrontation des diverses formules fait apparaître une grande liberté de formulation à partir de la fin du XIVe siècle. Lorsque l’archevêque Guillaume devienne reçoit, en 1399, notification de lettres de Charles VI, le procès-verbal précise « en son hostel » et la formule peut désigner aussi bien la résidence dans son ensemble que la grande salle noble où les envoyés du roi ont été reçus. De la même façon, les actes de 1384 et 1400 sont signés in manerio nostro. Mais les formulations « colombier du manoir », « maisons du manoir » et « colombier de l’hostel »54 conduisent à considérer « manoir » et « hostel » comme synonymes pour désigner l’ensemble de la résidence.

Les espaces non bâtis (fig. 9 et 10)

  • 55 Arrachage de pruniers, de cerisiers et de rosiers en 1460-1461, ADSM, G 458 fo 7. En 1479-1480, ta (...)
  • 56 Taille des vignes en 1448-1449, ADSM, G 47 fo 25 vo.
  • 57 L. Jouen, Comptes..., p. 82 et ADSM, G 472.
  • 58 ADSM, G 438 fo 45 vo.
  • 59 En 1925, P. Le Verdier prétend qu’on voyait encore les traces de ces deux viviers (« Le manoir arc (...)

23Les trois quarts de l’enclos du manoir, au nord et à l’est, sont occupés par des vergers dont les comptes du XVe siècle rapportent l’entretien. La liste des plantations est longue et variée : cerisiers, pruniers55, pommiers, vignes56, poiriers, groseilliers et rosiers. Les bords de la rivière sont plantés de saules. Les produits de ces vergers sont destinés vraisemblablement à l’autoconsommation. Les preuves en sont minces, telles ces fournitures, au palais de Rouen, de pommes pour le verjus en 1402, et de roses vermeilles pour le vinaigre rosat en 1485-148657. Il n’est pas impossible que le plaisir esthétique ait été recherché lorsque nous savons que des cerisiers et des lavandes sont à la vue de la chambre de Monseigneur58. Des espaces en eau ponctuent cet ensemble : la mare Saint-Romain et les viviers aménagés le long de la rivière que nous avons signalés plus haut59.

  • 60 ADSM, G 473 fo 7 (1487-1488).
  • 61 ADSM, G 480 (1497-1498).

24À la fin du XVe siècle, ce vaste espace accueille une grande variété d’animaux sauvages ou semi-sauvages que l’on retient sur place en leur fournissant nourriture et facilités de nidification. Tous les ans, les comptes signalent les achats d’avoine pour nourrir les cygnes, lapins (« cognins »), pigeons, paons, canards et boures sauvages : les nids des cygnes, dans les viviers, sont protégés par des haies60, on aménage un arbre pour un nid de cigogne et l’on nourrit des hérons, butors, égrets et une jeune biche61. Ces animaux, sans doute destinés à la table épiscopale, sont là également pour leurs qualités esthétiques et il faut s’attendre à ce qu’ils errent au milieu des habitations et des jardins où leur valeur symbolique est également appréciée : la pureté du cygne, l’âme incorruptible et immortelle du paon, la piété filiale et la longévité de la cigogne.

L’espace bâti et ses jardins (fig. 10)

25L’espace bâti dans le quart sud-ouest du complexe paraît fractionné en plusieurs unités, perceptibles dans les sources du XVe siècle ; les plans du XVIIIe siècle ne les laissent pas apparaître clairement, mais on peut les considérer comme encore bien marquées par les limites des parcelles sur le cadastre de 1820. À cette date, on distingue quatre enclos quadrangulaires se succédant le long de la rivière ; le dernier, au nord, est occupé, en grande partie, par la mare Saint-Romain. Les bâtiments sont disposés aux lisières de ces enclos.

  • 62 ADSM, G 468 fo 4 vo (1477-1478).
  • 63 ADSM, G 438 fo 42 vo et 45 vo (1389-1397).
  • 64 ADSM, G 468 fo 6 Vo(1477-1478).

26Les jardins sont associés à certains bâtiments et l’on relève ainsi le « jardin de la grande maison »62, le « gardin dessus la cuisine », le « gardin des galleries » et le « gardin des gaillers » ( ?)63. Ils sont clos de murs comme le « jardin de la grande maison »64 et le jardin dit des galleries, vraisemblablement cerné de portiques (« galleries ») qui lui donnent son nom.

  • 65 ADSM, G 43 fo 42.

27Le chemin d’accès de la porte au pôle noble et aux galeries est lui aussi bordé de haies de houx et d’épines65.

  • 66 ADSM, G 438 fo 45 vo (1389-1397). « Préaux » : pelouse de forme régulière semée de fleurs et agrém (...)
  • 67 ADSM, G 468 fo 4 vo (1477-1478).
  • 68 ADSM, G 438 fo 45 vo (1389-1397).

28Ces jardins étaient pourvus de « preaux » pour lesquels on fait venir de la « tourbe », de « loisange » et de l’« osier »66.L’un d’eux est doté d’une fontaine dont on refait et nettoie le conduit de plomb67. Les seules plantations bien documentées sont les lavandes plantées dans le jardin des galeries68.

29Il est difficile de savoir combien de bâtiments s’élevaient dans l’enclos. Les deux plans du XVIIIe siècle cités plus haut sont peu fiables avec respectivement trois bâtiments représentés en 1747, et huit en 1750. Le cadastre de 1820 en fait figurer quatorze, dispersés et non attenants les uns aux autres. Les sources médiévales permettent de peupler l’enclos de bâtiments plus nombreux, mais certaines dispositions restent inconnues telles que leurs dimensions, leur répartition dans l’espace, la localisation du pôle noble dans l’enclos et sa liaison avec les communs.

Les communs

  • 69 ADSM, G1074.
  • 70 ADSM, G 42 fo 44 vo (1439-1440), G 26 fo 31 vo (1423-1424), G 468 fo 4 vo (1477-1478). Le colombie (...)
  • 71 ADSM, G 8 fo 14 (1377-1378).
  • 72 ADSM, G 470 fo 7 vo (1480-1481).
  • 73 ADSM, G 699 fo 19 (terrier de Déville, XVe siècle). Ce moulin figure encore clairement sur les pla (...)

30En 1734-1737, le manoir de Déville comptait au moins cinq bâtiments à usage de communs : moulin à blé, étable à vaches, étable à veaux, écurie et charterie69. Au XVe siècle, les comptes de travaux en révèlent au moins six : fenil, colombier70, grange à avoine71, étables et granges72 et moulin à blé73. Si nous considérons que les comptes de travaux permettent, à peu de choses près, de restituer l’ensemble des communs, il faut souligner leur caractère ordinaire. Mais les lacunes de la documentation, en particulier l’absence d’indices probants qui permettraient d’évaluer leurs dimensions, n’autorisent pas à juger du caractère du manoir de Déville en tant que centre de collecte et de stockage de produits agricoles.

Le pôle noble et ses annexes

31Les comptes révèlent un bâti éclaté en plusieurs unités hérité sans doute des siècles précédents, XIIIe voire XIIe siècles.

  • 74 ADSM, G 468 fo 4 vo (1477-1478). La couverture en essentes est attestée depuis 1412, ADSM, G 25 fo(...)
  • 75 C’est ainsi que peuvent être interprétés les travaux de couverture de tuiles aux « potz » de la ch (...)
  • 76 ADSM, G 42 fo 43-52 vo (1439-1440).

32La chapelle se dégage très nettement, isolée des autres bâtiments. Elle possède une tour couverte d’essentes alors que le reste du bâtiment est couvert de tuiles74. Les murs latéraux sont épaulés de contreforts sommés de tuiles75. Des travaux de « charpentrie » à un des pignons laissent à penser qu’une partie des murs est peut-être en colombage76.

  • 77 En 1439-1440, on couvre de tuiles la « geaulle » de Déville, ADSM, G 42 fo 44 vo. En 1439-1440, on (...)
  • 78 ADSM, G 42 fo 43-52 vo (1439-1440).

33La prison (« geaulle ») est aussi un bâtiment isolé près de la chapelle'77 ; nous n’en connaissons que la couverture en tuiles. Il en est de même pour la « mareschaucée »78.

  • 79 Ces deux dispositifs sont attestés par les inventaires avant travaux du XVIe siècle, ADSM, G 1074.
  • 80 En 1473-1474, on répare la toiture de la cuisine avec « latte », « tuylle », « piastre », « caulx  (...)
  • 81 ADSM, G 468 fo 4 vo.
  • 82 ADSM, G1074, inventaire des réparations en 1542.

34Le manoir de Déville possède une cuisine indépendante accotée d’une « despense » et d’une « allee »79. Le bâtiment est couvert de tuiles80 et comporte peut-être des portions en colombage ainsi que semblent l’attester les travaux qui, en 1477-1478, font « de neuf de mesrien et piastre la paroi de devant de la cuisine »81. Cette cuisine est dotée d’une « allee », sans doute une galerie de communication vers les bâtiments résidentiels. Des sources postérieures attestent, en 1542, d’une deuxième cuisine, intégrée au logis sous la chambre de l’archevêque82.

  • 83 ADSM, G 438 fo 46.

35En 1388, l’inventaire des meubles contenus dans la résidence à la mort de Guillaume de Lestrange énumère treize pièces principales83, citées dans l’ordre du cheminement des scribes : deux chambres attribuées à des membres du personnel du manoir ou de l’escorte du prélat ; « despense », « drecheur », « saule du tinel », « chambre de parement », « chambre de monseigneur » et « chapelle de haut » ressortissent de l’espace privé, semi-public ou public réservé à l’archevêque ; suivent six autres chambres, dont celles des chapelains et des écuyers.

  • 84 ADSM, G 468 fo 4 vo.
  • 85 En 1447-1448, on répare les « huis » de la « salle » et « trois porteaulx de la chambre de paremen (...)
  • 86 ADSM, G 454 fo 8.

36Les comptes de travaux dans la seconde moitié du XVe siècle apportent des détails supplémentaires ; en outre, ils attestent qu’aucune entreprise d’envergure, telles que des reconstructions ou adjonctions, n’a été entreprise. La « grand maison »84 ou « salle »85 possède deux niveaux ; la « grand salle » à l’étage est accessible par un « degre » précédé d’une galerie couverte de tuiles86.

  • 87 ADSM, G 1074.

37Les inventaires avant travaux réalisés dans la première moitié du XVIe siècle énumèrent : la chambre de Monseigneur, la « chambre pres la grande salle », la « grande salle », la « galerie paincte », la « cuisine de dessous la chambre de monseigneur » et la « chambre de l’argentier » ; les autres structures contenues dans la liste sont très clairement extérieures au logis87.

38En dépit de leur apparence pleine d’enseignements, ces documents présentent nombre de lacunes concernant en particulier les communications verticales et le passage d’un bâtiment à un autre. L’interprétation qui va suivre ne peut donc émettre que des hypothèses pleines d’interrogations aux réponses incertaines.

  • 88 La « salle du tinel », mentionnée en 1388, est sans doute la même pièce que la « grand salle » de (...)
  • 89 J. Blair, « Hall and Chamber: English Domestic Planning (1000-1250) », in Manorial Domestic Buildi (...)

39Le logis, dans son état de 1388, semble être constitué d’un bâtiment unique. L’étage noble est accessible par un « degre » précédé ou surmonté d’un auvent et d’une galerie. À cet étage se succèdent la grande salle (« tinel », « grande salle »88), accotée à une extrémité de deux pièces de service et prolongée par les deux chambres de l’archevêque (« chambre de parement », « chambre »), et une chapelle privée (« chapelle de haut »). On doit envisager que les deux petites pièces de service ouvrent sur l’« allee » conduisant à la cuisine. La vraisemblance de cette restitution est fondée sur des dispositifs identiques attestés dans certaines résidences de grands laïcs ou ecclésiastiques. On y a observé, en particulier en Angleterre à partir de la fin du XIIe siècle, l’installation à une extrémité de la grande salle (lower end) de petites pièces de service plus ou moins isolées de la salle et communiquant avec les bâtiments du pôle domestique89.

40Quant aux six autres chambres du personnel (chapelains, écuyers) on ne peut que s’interroger sur leur localisation, peut-être au rez-de-chaussée ou dans un autre bâtiment ?

41Cet état du logis que nous soupçonnons présente d’indéniables similitudes avec le grand bâtiment qui figure sur le plan de 1747 où on note un rez-de-chaussée presque aveugle, alors que l’étage est abondamment pourvu de grandes fenêtres.

Les meubles de la résidence à la fin du XIVe siècle

42L’inventaire de 1388-1389 cité plus haut énumère les meubles conservés dans la résidence archiépiscopale en l’absence de l’archevêque. Les pièces à usage domestique en sont exclues et nous ne disposons que de l’inventaire des chambres et pièces de séjour. Le manoir paraît bien démuni en l’absence de l’archevêque non pas par la quantité des meubles, au nombre d’environ 30 pour 15 salles, mais bien plutôt par leur médiocre qualité et le peu de diversité qu’ils présentent. On compte seulement quatre types de meubles : 15 tables, 10 « fourmes », 6 bancs et 2 dressoirs. Il n’y a ni lits, ni chaises, ni tabourets. Il faut noter l’absence de tout meuble à caractère ostentatoire, à l’exception de deux vieux dressoirs. La vétusté règne ; en effet, la moitié des meubles sont qualifiés de vieux, seules les 10 « fourmes » sont neuves. Cette situation trahit sans doute la désaffection pour Déville, dès la fin du XIVe siècle, et la nette préférence pour les résidences de Gaillon et de Paris dont les inventaires rédigés à la même date énumèrent un mobilier plus riche et plus varié.

Conclusion

43Si l’ancienneté du manoir de Déville ne peut être affirmée de façon assurée, nous devons considérer qu’il fut un séjour apprécié des archevêques de Rouen, au moins jusqu’à la fin du XIVe siècle. Son implantation aux portes de l’agglomération, sur le tracé d’une grande voie ancienne, suffit sans doute à expliquer cette faveur.

44Les termes pour le désigner tout au long du Moyen Âge font preuve d’une incontestable continuité : manerium, domus, « manoir », « hostel ». Le manoir de Déville est un séjour non fortifié dont l’emprise très vaste est fragmentée en cours et jardins. L’enclos du manoir proprement dit est amplifié, vers le village, par un grand verger qui l’isole de l’agglomération.

45Son rôle de centre de gestion agricole est attesté par la présence de communs, mais cette vocation était relativement réduite.

46La vocation résidentielle, aux portes de Rouen, est ancienne et le manoir de Déville a été régulièrement fréquenté aux XIIIe et XIVe siècles jusqu’à ce que la guerre de Cent Ans vienne en perturber l’accès.

47Du XIIIe au XVe siècle, les sources fournissent un bel échantillon de termes pour désigner le logis : aula, « saule du tinel », « grant salle », « grande maison ». Ces termes s’appliquent vraisemblablement à la même structure, mais témoignent d’une partition des salles intervenue à partir de la seconde moitié du XIVe siècle : un bâtiment à deux niveaux où l’étage est occupé par les salles nobles accessibles par un escalier extérieur. Après 1450, le manoir de Déville ne connaît pas de grands bouleversements ; on se contente d’une nouvelle distribution des salles et de la création d’une cuisine dans le logis alors que la vieille cuisine indépendante est conservée. À cette date, le manoir a cependant conservé ce qui devait être un de ses attraits les plus anciens : des jardins et des espaces en eau dans lesquels évoluent des animaux nombreux et variés plus ou moins domestiqués.

Notes

1 Seine-Maritime, arrondissement de Rouen (fig. 2, p. 38).

2 P.-C. Duval, « Rouen et les voies antiques de Haute-Normandie », AN, 1984, r, p. 7.

3 ADSM, G 438 fo 46.

4 Comptes de l’archevêché, ADSM, G 8, G 16, G 25, G 26, G 42, G 46, G 62, G 64, G 85 ; Compte de Déville, ADSM, G 438 à G 480.

5 ADSM, G 699.

6 Plan du domaine fieffé et non fieffé de la baronnie de Déville (1750), ADSM, r2 Fi 3. Plan des bois de la baronnie de Déville (1747), ADSM, 12 Fi 4. Cadastre de r820, ADSM, Rouen II 69.

7 En 1613, le logis est ouvert à tous les vents, les portes et fenêtres sont fracassées et les toitures en mauvais état ; en 1734, les planchers du logis et d’une grange sont effondrés, ADSM, G 1074.

8 Abbé J.B.D. Cochet, Répertoire archéologique du département de la Seine-Inférieure, Paris, Imprimerie nationale, 1872, p. 343.

9 P. Le Verdier, « Le manoir archiépiscopal de Déville », Bulletin de la Société de l’histoire de la Normandie, XIV, 1925, p. 20-37 ; L. de Glanville, Promenade archéologique de Rouen à Fécamp et de Fécamp à Rouen, Caen, Impr. de Delos, 1851, p. 14.

10 ADSM, G 7, 418.

11 Abbé J.B.D. Cochet, Répertoire archéologique..., p. 343.

12 M. Charpillon, A. Caresme, Dictionnaire historique de toutes les communes de l’Eure, Les Andelys, Delcroix, 1868-1879, 2 vol.

13 G. Tessier, Recueil des actes de Charles II le Chauve, roi de France, 3 vol., Paris, Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 1943-1955, vol. 2, p. 86-89.

14 V. Tabbagh, « Le temporel des archevêques de Rouen aux derniers siècles du Moyen Âge », Journal of Medieval History, 6,1980, p. 201.

15 Diocèse de Rouen, 1337. A. Longnon, Pouillés de la province ecclésiastique de Rouen, Paris, Klincksieck, 1903, p. 73.

16 ADSM, G 699 fo 1. La conversion des acres médiévales ne peut se faire avec toute la précision souhaitée. Nous utilisons ici, faute d’études plus récentes, les travaux de H. Navel, Recherches sur les anciennes mesures agraires normandes, Caen, Jouan et Bigot, 1932, p. 30. À Déville, l’acre vaut environ 78 ares 35.

17 ADSM, 1 PQ 1282.

18 ADSM, G 1074.

19 En 1201, l’archevêque Gautier de Coutances (1184-1208) signe un acte à Déville (ADSM, G 974).

20 ADSM, G 708, p. 3 et 9.

21 ADSM, G 7 fo 860 vo.

22 Gallia Christiana, XI

23 L’archevêque Robert (987 / 989-1037) était le fils du duc Richard Ier ; son successeur Mauger (1037-1055) était le fils de Richard II ; le père de l’archevêque Jean d’Ivry (1067-1079) était le frère utérin du duc Richard Ier (Gallia Christiana, XI, col. 28-48).

24 Orderic Vital, Historia ecclesiastica, A. Le Prévost (éd.), Paris, Renouard, 1838-1855, II, p. 314.

25 T. Bonnin, Regestrum visitationum archiepiscopi Rothomagensis. Journal des visites pastorales d’Eudes Rigaud, Rouen, Le Brument, 1852.

26 En 1269, il passe une nuit in manerio nostro (ibid.).

27 En avril, le roi séjourne in domo nostra (ibid., p. 272). En 1306, domus désigne toujours l’ensemble de la résidence dans un acte qui y est signé par l’archevêque Bernard de Fargis (ADSM, G 7 fo 919).

28 Ibid., p. 433 et 438.

29 Ibid., p. 174 et 216.

30 ADSM, G 8 fo 14. Ces lacunes peuvent être comblées par des sources postérieures. En effet, les comptes de travaux du XVe siècle révèlent des dispositifs qui semblent avoir peu changé depuis le temps d’Eudes Rigaud et ils attestent qu’on n’a entrepris, à Déville, aucune entreprise d’importance. Nous réservons cependant l’analyse critique de ces dispositifs à un paragraphe ultérieur.

31 ADSM, G 7 fo 860 vo.

32 Trente jours en juillet 1251 et six jours en novembre 1263 pour cause de rhumatismes (T. Bonnin, Regestrum visitationum..., p. 113-114).

33 En octobre 1263, mai 1266, juin 1267, novembre 1268, mai 1269.

34 T. Bonnin, Regestrum visitationum..., p. 112 ; R. Herval, Histoire de Rouen, Rouen, Maugard, 1947 » p. 87.

35 T. Bonnin, Regestrum visitationum..., p. 649,655 et 662.

36 ADSM, G 438 fo 46.

37 ADSM, G 7 fo 700 vo.

38 ADSM, G 1074. Au sud de la même forêt, les Hospitaliers du Val-de-la-Haie possèdent un bois séparé de la forêt par un fossé, où subsiste une borne portant sur une face la fleur de lys et sur l’autre la croix de Malte. Ce bois est l’ancien parc à gibier des ducs de Normandie (M. Miguet, Templiers et Hospitaliers en Normandie, Paris, CTHS, 1995, p. 418).

39 Registre de la terre et seigneurie de Déville, XVe siècle, ADSM, G 699 fo 1.

40 L.-A. Jouen, Comptes, devis et inventaires du manoir archiépiscopal de Rouen, Paris, Picard et fils, 1908, p. lxxxviii.

41 En 1306, donation signée in domo nostra de devilla, ADSM, G 7 fo 919 ; en 1348, confirmation du nombre des chanoines du Plessis-Grimoult, « Cartulaires du calvados », MSAN, VIII, 1838, p. 66 ; en 1384, charte de la fondation de la Chartreuse de Saint-Hilaire, L.-A. Jouen, Comptes..., p. 18 ; en 1399, l’archevêque, Guillaume de Vienne, y reçoit des lettres de Charles VI, ADSM, G 1791, et une députation municipale de Rouen, L.-A. Jouen, Comptes..., p. 25 ; en 1400, une lettre de Guillaume de Vienne est datée de Déville, ADSM, G 4134.

42 ADSM, G 2118 (1380).

43 ADSM, G 16 fo 28.

44 ADSM, G 1052.

45 ADSM, G 42 fo 47.

46 ADSM, G 478 et G 483.

47 Vacance de 1406 à 1409 et de 1429 à 1432. L’archevêque Louis de Harcourt (1409-1422) ne fit son entrée solennelle qu’en 1415 puis quitta la Normandie après la conquête anglaise ; Louis de Luxembourg (1437-1443) résida peu et cumula l’archevêché de Rouen avec celui d’Ely ; Guillaume d’Estouteville (1453-1483) résida à Rome de 1455 à sa mort ; Georges d’Amboise résida peu.

48 ADSM, G 1051.

49 M. Sadourny, « L’occupation anglaise en Haute-Normandie d’après les comptes de l’archevêché de Rouen », Revue des Sociétés savantes de Haute-Normandie, 53, 1969, p. 27.

50 V. Tabbagh, « Le temporel des archevêques de Rouen... », p. 209.

51 ADSM, G 26 fo 31 et G 42 fo 43-44.

52 L’inventaire de Gaillon en 1388 mentionne des ardoises stockées dans une chambre haute, ADSM, G 9 fo 7-8.

53 ADSM, G 464 fo 5.

54 ADSM, G 42 fo 44 vo (1439-1440), G 26 fo 31 (1423-1424), G 465 fo 7 (1474-1475)

55 Arrachage de pruniers, de cerisiers et de rosiers en 1460-1461, ADSM, G 458 fo 7. En 1479-1480, taille des cerisiers, pommiers, rosiers et poiriers, ADSM, G 469 fo 6.

56 Taille des vignes en 1448-1449, ADSM, G 47 fo 25 vo.

57 L. Jouen, Comptes..., p. 82 et ADSM, G 472.

58 ADSM, G 438 fo 45 vo.

59 En 1925, P. Le Verdier prétend qu’on voyait encore les traces de ces deux viviers (« Le manoir archiépiscopal de Déville », p. 20-37).

60 ADSM, G 473 fo 7 (1487-1488).

61 ADSM, G 480 (1497-1498).

62 ADSM, G 468 fo 4 vo (1477-1478).

63 ADSM, G 438 fo 42 vo et 45 vo (1389-1397).

64 ADSM, G 468 fo 6 Vo(1477-1478).

65 ADSM, G 43 fo 42.

66 ADSM, G 438 fo 45 vo (1389-1397). « Préaux » : pelouse de forme régulière semée de fleurs et agrémentée de banquettes de verdure, de tonnelles ou de pergolas (C. Beaune, « Le langage symbolique des jardins médiévaux », in Jardins du Moyen Âge, Catalogue de l’exposition présentée à l’abbaye de Noirlac (15 mai-30 septembre 1995), Paris, Le Léopard d’or, 1995, p. 67).

67 ADSM, G 468 fo 4 vo (1477-1478).

68 ADSM, G 438 fo 45 vo (1389-1397).

69 ADSM, G1074.

70 ADSM, G 42 fo 44 vo (1439-1440), G 26 fo 31 vo (1423-1424), G 468 fo 4 vo (1477-1478). Le colombier pourrait bien être ce petit bâtiment circulaire qui figure sur les plans de 1750 et 1820.

71 ADSM, G 8 fo 14 (1377-1378).

72 ADSM, G 470 fo 7 vo (1480-1481).

73 ADSM, G 699 fo 19 (terrier de Déville, XVe siècle). Ce moulin figure encore clairement sur les plans de 1747 et 1750 sur la rivière, au nord de l’enclos.

74 ADSM, G 468 fo 4 vo (1477-1478). La couverture en essentes est attestée depuis 1412, ADSM, G 25 fo 29.

75 C’est ainsi que peuvent être interprétés les travaux de couverture de tuiles aux « potz » de la chapelle abîmés par la pluie. Ces « pilliers » et « postz », en maçonnerie, peuvent être interprétés comme des contreforts. Dans son article sur l’église Notre-Dame de Saint-Lô, G. Thibout signale que le terme « pilier » désigne aussi bien les contreforts (« L’église Notre-Dame de Saint-Lô ; ses campagnes de construction », in Congrès archéologique de France (CXXIVe session, 1966, Cotentin et Avranchin), Paris, Société française d’archéologie, 1966, p. 287).

76 ADSM, G 42 fo 43-52 vo (1439-1440).

77 En 1439-1440, on couvre de tuiles la « geaulle » de Déville, ADSM, G 42 fo 44 vo. En 1439-1440, on répare le pignon de la chapelle qui pend sur la prison, ADSM, G 42 fo 43-52.

78 ADSM, G 42 fo 43-52 vo (1439-1440).

79 Ces deux dispositifs sont attestés par les inventaires avant travaux du XVIe siècle, ADSM, G 1074.

80 En 1473-1474, on répare la toiture de la cuisine avec « latte », « tuylle », « piastre », « caulx » et « quevrons », ADSM, G 464 fo 5.

81 ADSM, G 468 fo 4 vo.

82 ADSM, G1074, inventaire des réparations en 1542.

83 ADSM, G 438 fo 46.

84 ADSM, G 468 fo 4 vo.

85 En 1447-1448, on répare les « huis » de la « salle » et « trois porteaulx de la chambre de parement de ladite salle » ; le terme salle dans cet emploi nous a paru clairement désigner, non pas une pièce, mais le bâtiment qui abrite la salle, ADSM, G 46 fo 31 vo.

86 ADSM, G 454 fo 8.

87 ADSM, G 1074.

88 La « salle du tinel », mentionnée en 1388, est sans doute la même pièce que la « grand salle » de 1454-1455.

89 J. Blair, « Hall and Chamber: English Domestic Planning (1000-1250) », in Manorial Domestic Buildings in England and Northern France, G. Meirion-Jones, M. Jones (dir.), Londres, The Society of Antiquaries of London (vol. 15 of Occasionnai Papers), 1993, p. 1-21.

Table des illustrations

Légende Fig. 9 – Le site du manoir en 1750 (d’après un extrait du plan du domaine fieffé et non fieffé de la baronnie et bois de Déville, ADSM, 12 Fi 3)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7147/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 122k
Légende Fig. 10 – Le site du manoir en 1820 (d’après cadastre ADSM, Rouen II 69)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7147/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 153k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Volume papier

leslibraires.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search