Version classiqueVersion mobile

Les Évêques aux champs

 | 
Marie Casset

Annexe : monographies de sites

Le château des évêques de Lisieux à Courtonne-la-Meurdrac1

Texte intégral

  • 1 Calvados, canton de Lisieux (fig. 2, p. 38).
  • 2 Des traces de cette voie romaine ont été mises au jour à Glos, entre Lisieux et Courtonne ; on y a (...)
  • 3 Courtonne, de Cortona, ville d’Étrurie. Ce fut à la mode à l’époque carolingienne d’adopter des to (...)
  • 4 L’église en partie du XIIe siècle possède des portions de mur à l’appareil en arêtes de poisson.
  • 5 H. de Formeville, Histoire de l’ancien évêché-comté de Lisieux, Lisieux, Piel, 1873.
  • 6 A. de Caumont, Statistique monumentale du Calvados, V, Arrondissement de Lisieux, Paris – Caen, De (...)
  • 7 Inventaire de 1761, ADC, G 210. Inventaire de 1784, BM Lisieux, ms. 7. Cadastre de 1825, ADC. Cart (...)

1Le village de Courtonne-la-Meurdrac se situe à environ 7 kilomètres au sud-est de Lisieux. Nous sommes ici dans un paysage des collines de faible altitude largement entaillées par la vallée de la rivière Courtonne (autrefois Marolles) qui s’écoule d’est en ouest, et rejoint l’Orbiquet, affluent de la Touques. Courtonne s’est développé non loin d’une voie ancienne de Lisieux vers Dreux par Broglie et Condé-sur-Iton2. Le toponyme Courtonne, attesté pour la première fois en Curtonam en 10253, et la dédicace de l’église à saint Ouen sont bien ténus pour conclure à l’existence d’un grand domaine carolingien dont l’oratoire serait devenu l’église paroissiale4. La documentation concernant le fief épiscopal de Courtonne a disparu dans l’occupation des édifices du temporel pendant la guerre de Cent Ans et il ne subsiste que des informations éparses pour la plupart rassemblées au XIXe siècle5. En ce qui concerne la forteresse démantelée en 1590, les travaux plus ou moins anciens6 n’ont pas épuisé les informations fournies par les sources modernes, autant écrites que cartographiques et iconographiques7, sources que l’on peut confronter aux vestiges contenus dans une propriété privée. Il ne subsiste que des fragments de la face nord du complexe qui s’élève parallèlement à la route et en contrebas de celle-ci, consistant en un mur et un long bâtiment qui lui est adossé.

Les origines obscures de la présence épiscopale

Entrée dans le temporel

  • 8 N. Deshays, Mémoires pour servir à l’histoire des évêques de Lisieux, H. de Formeville (éd.), Hist (...)
  • 9 A.-L. Léchaudé d’Anisy, « Registre des fiefs de Philippe Auguste (1210) », MSAN, XV, 1846, p. 187.

2La date et les conditions de l’entrée du domaine de Courtonne dans le temporel de l’évêché de Lisieux sont inconnues. La tradition rapporte que l’évêque Adhémar Roberti (1360-1368) aurait acheté la terre de Courtonne et l’aurait cédée à son successeur, Alphonse Chevrier (1368-1377), pour demeurer quitte des réparations à faire à la cathédrale8. Cette version contredit les sources, certes parcellaires, dont nous disposons. En 1210, date de sa première attestation, le domaine de Courtonne est un fief de deux chevaliers et demi sur les trente que possède l’évêque de Lisieux, dans une enquête qui ne signale pour Courtonne aucun tenant9, et cette disposition prouverait que le domaine est, à cette date, entre les mains de l’évêque.

  • 10 A.-L. Léchaudé d’Anisy, « Catalogue analytique des pièces manuscrites des Archives du Calvados », (...)
  • 11 Ibid., 2e partie, MSAN, VIII, 1834, p. 20.
  • 12 ADC, G 231, copie informe au XVIIIe siècle de la quittance jointe aux pièces concernant la seigneu (...)
  • 13 Prospection inventaire en Pays d’Auge, Rapport pour l’année 1991, Caen, Service régional de l’arch (...)

3Au XIIIe siècle, des portions du fief de Courtonne sont inféodées. En 1260, un nommé Guillaume de Courtonne chevalier fait une donation à l’abbaye d’Ardenne10. En 1291, Pierre de Courtonne chevalier est partie prenante, avec le chapitre de Lisieux, dans le règlement du partage du patronage de l’église11. En 1372, le receveur de Lisieux signe la quittance d’une somme reçue de Godefroy Latry, seigneur de Courtonne, pour le plein relief de deux fiefs et demi de la terre de Courtonne12. Cet acte ne résout rien, mais suggère que si la terre de Courtonne a été largement inféodée par les prélats, ils ont tenu à y conserver une résidence. Ces observations à partir des textes seraient confirmées par l’existence, sur le territoire de la commune, de vestiges de plusieurs établissements nobles remontant au moins au XVIe siècle, et accompagnés de structures plus anciennes13.

4Alors que la première attestation d’une résidence ne survient qu’en 1379, il est impossible en l’état actuel de la documentation de préciser à quand remonte l’aménagement d’un premier séjour à Courtonne ; l’hypothèse de la construction d’un établissement refuge par les prélats Adhémar Roberti ou Alphonse Chevrier dans la seconde moitié du XIVe siècle contre les chevauchées anglaises ou navarraises serait bien tardive sur un domaine ancien.

Localisation et emprise (fig. 8)

5La résidence de Courtonne-la-Meurdrac est encore nettement lisible dans le paysage du bourg. Elle s’élevait à environ 150 mètres à l’est de l’église, au sud de la route de Lisieux à Nonancourt, sur le versant de la vallée de la Courtonne. Le cadastre de 1825 y fait figurer une parcelle, la Cour du Vieux Château, une mare et cinq bâtiments, dont deux circulaires. L’ensemble forme un rectangle orienté ouest-est, d’environ 1,5 hectare. Dans cet espace, où ne subsistent aujourd’hui que trois bâtiments, les ondulations du terrain ne peuvent pas être considérées comme naturelles et nous avons estimé qu’elles fournissaient la trace fossilisée de l’ancienne résidence des évêques de Lisieux.

Fig. 8 - Le site du château en 1825 (cliché cadastre ADC)

Le « fort » et le castrum dans la guerre

Du « fort » au castrum

  • 14 ADC, G 272.
  • 15 A.-L. Léchaudé d’Anisy, « Catalogue analytique... », 2e partie, p. 21.
  • 16 Au même moment, les châteaux de Neuilly aux évêques de Bayeux, de Gaillon et de Louviers aux arche (...)

6Les sources écrites mentionnent pour la première fois le château de Courtonne en 1379, lorsque l’évêque de Lisieux, Nicole Oresme, obtient du roi Charles V que tous les sujets du château et ceux qui pourraient y trouver refuge soient contraints d’y faire le guet et la garde, de jour et de nuit14. Il est tout à fait possible, dans le cas où un château existait depuis longtemps, que cette obligation ancienne ait été oubliée, et que les manants rechignent à ce service qu’ils considèrent alors comme abusif et sans fondement ; mais il est tout aussi probable qu’ils aient réagi de la même façon dans le cas d’une création récente. Trois ans plus tard, en 1382, le nouvel évêque, Guillaume d’Estouteville, fait renouveler l’obligation15 ; et cela confirme la réticence des villageois. Ces dispositions s’intègrent dans le vaste mouvement de mise en défense de la Normandie initié par Charles V et continué par Charles VI, mouvement dans lequel les forteresses épiscopales sont mises à contributionl16. Les deux actes précités utilisent le terme « fort » pour désigner le complexe.

  • 17 F. Neveux, « Lisieux au Moyen Âge », Art de Basse-Normandie, 89-90-91, hiver 1984-1985, Lisieux, p (...)
  • 18 A. de Caumont, « Relation de la visite des forteresses du bailliage de Caen. Faite en vertu du roi (...)

7La signification de ce mot se laisse difficilement appréhender. À Lisieux, c’est ainsi qu’on désigne un réduit défensif édifié, entre 1349 et 1358, pour protéger la cathédrale et le palais épiscopal17. Au même moment, en 1371, l’administration royale en Normandie qualifie de « fort » les structures de défense, non précisées, de petites agglomérations18 ; on ne peut que s’interroger sur ces dispositifs : palissades, murs de pierres ou fossés ? Quoi qu’il en soit, ce terme laisse envisager à Courtonne une résidence possédant une structure légère de défense dont on peut penser qu’elle n’englobe qu’une partie du complexe.

  • 19 Testament de l’évêque Guillaume d’Estouteville (1414), BNF, Fonds Moreau, 1162 f° 80-92. Cet évêqu (...)

8Quant à l’évêque Guillaume d’Estouteville (1382-1414), il expose avec emphase dans son testament, signé et daté, en 1414, au castrum de Courtonne,... in camera dicta vulgariter la chambre rouge, qu’il a fait construire le castrum sive fortalicium de Courtonne19.

  • 20 Édité dans H. de Formeville, Histoire de l’ancien évêché-comté de Lisieux, p. cccclx.

9Quatre ans plus tard, en 1418, l’acte de reddition du château de Courtonne précise : « chastel et donjon de Courtonne ». Enfin, dans l’aveu au roi rendu en 1547, le château est mentionné comme « chateau clos a mottes et fosses »20.

La capitulation en 1418

  • 21 A.-L. Léchaudé d’Anisy, « Grands rôles des échiquiers de Normandie », MSAN, XV, 1846, p. 269-270.
  • 22 H. de Frondeville, « La vicomté d’Orbec pendant l’occupation anglaise (1417-1449) », Études lexovi (...)
  • 23 Il est au nombre de ceux qui sont massacrés par les Bourguignons à Paris le 12 juin 1418.
  • 24 ADC, G 305.
  • 25 P. Contamine estime que le roi n’a pas utilisé les services féodaux traditionnels trop disparates (...)

10Le 6 mars 1418, le château de Courtonne se rend au roi d’Angleterre21. Le siège du château s’inscrit dans la campagne menée par le duc de Clarence, au printemps 1418, pour terminer la conquête des vicomtés d’Auge, d’Orbec et de Pont-Audemer entamée depuis le débarquement du 1er août 1417 à l’embouchure de la Touques et la chute rapide de Lisieux en août 1417, et en assurer la défense. La prise de Courtonne est suivie très vite celle des châteaux voisins de Chambrais (aujourd’hui Broglie), le 9 mars et de la Rivière-Thibouville, le 11 mars22. L’évêque Pierre Fresnel n’a, semble-t-il, joué aucun rôle dans la défense de ses possessions ; c’était un diplomate absorbé par des négociations qui le retenaient, à Paris, éloigné de son diocèse23. La défense du château est assurée par le capitaine, Jean de Bienfaite, et il est à Courtonne au nom du roi24 ; si l’administration royale a pris à sa charge la défense de Courtonne, nous ignorons la part de l’évêque et de ses vassaux dans l’entreprise25.

  • 26 Quatre gentilshommes vont accompagner le capitaine auprès du duc de Clarence ; un chevalier et cin (...)
  • 27 R.A. Newhall, The English Conquest of Normandy (1416-1424): a study in fifteenth century warfare, (...)

11Le texte de la capitulation permet d’évaluer la population du château au moment du siège. La garnison est sous le commandement du chevalier Jean de Bienfaite, assisté d’au moins un chevalier (« chivaler ») et de neuf gentilshommes (« gentilzhommes »)26. Ces onze défenseurs composent l’encadrement noble de la garnison auquel il faut adjoindre des servants et les hommes qui devaient le guet, dont le nombre ne peut être raisonnablement évalué27. Le château était aussi encombré de réfugiés dont des « dames » et « damoiselles ».

12Les conditions de la capitulation sont sévères. Tout ce que contient le château est confisqué : nourriture, objets de la vie quotidienne, chevaux et armement, lances, arbalètes, arcs, poudre et canons. Seules les « dames » et « damoiselles » pourront partir avec « leurs arroys pour leurs corps et pour leurs tetes ». Les chevaux ayant été confisqués, tout le monde partira à pied. Pour le reste, les stipulations de la reddition sont identiques à celles que l’on rencontre ailleurs : libération des prisonniers anglais, libre choix du serment de fidélité au roi d’Angleterre et sauf-conduit pour ceux qui le refuseront.

  • 28 À Paris, le gouvernement armagnac affaibli était incapable d’envoyer ou de coordonner l’envoi de r (...)
  • 29 J. Glénisson, V. Deodato da Silva, « La pratique et le rituel de la reddition aux XIVe et XVe sièc (...)

13On peut s’interroger à la fois sur les raisons de la faible résistance de Jean de Bienfaite et sur la relative sévérité des conditions de la capitulation. La garnison de Courtonne et son capitaine ont estimé qu’ils ne recevraient ni aide ni assistance de la part des troupes royales28 et ils ont considéré cela comme une autorisation tacite de leur suzerain de se rendre sans trahir leur devoir de fidélité29. Quant aux conditions de la capitulation, leur sévérité est liée à un détail précisé dans le texte, à savoir que la résistance de Jean de Bienfaite, si courte soit-elle, était une rupture des trêves signées entre le roi d’Angleterre et le duc de Bourgogne.

Une forteresse anglaise

  • 30 P. Lecacheux, Actes de la chancellerie d’Henri VI concernant la Normandie sons la domination angla (...)
  • 31 A. Baume, Des aspects militaires de l’occupation anglaise de la Normandie pendant la deuxième part (...)
  • 32 « Rôles normands et gascons de la Tour de Londres », I, p. 371, cités dans H. de Formeville, Histo (...)

14Dès la remise des clés, le château de Courtonne est doté d’un capitaine anglais, John Aubin30. Il n’est pas restitué aux évêques de Lisieux en 1420 avec le reste du temporel, il est mis entre les mains du duc d’York31. En 1422, Henri VI remet le château de Courtonne à l’administrateur du diocèse de Lisieux, Branda de Castiglione, à condition que la garde et la garnison soient confiées à des Anglais approuvés par le roi32 ; nous verrons que cette disposition ne sera pas intégralement respectée.

  • 33 A. Baume, Des aspects militaires..., p. 74 ; C. T. Allmand, Lancastrian Normandy, 1415-1450. The h (...)
  • 34 G. Lefèvre-Pontalis, « La guerre de Partisans dans la Haute-Normandie (1424-1429) », Bibliothèque (...)

15Si le château de Courtonne est maintenu en état par la nouvelle administration anglaise, c’est qu’il constitue un de ces points forts que les Anglais ont tenu à maintenir pour verrouiller les routes et assurer la sécurité et le maintien de l’ordre33. L’insécurité provoquée par des compagnies de partisans entre 1424 et 1429 autour de Lisieux, Orbec et Bernay en ont certainement fait un centre opérationnel de patrouilles de répression34.

  • 35 1427, lettre de rémission à Jean de Bienfaite, chevalier de la garnison de Courtonne, dans P. Leca (...)
  • 36 En 1422 et 1448 (A.-L. Léchaudé d’Anisy, « Catalogue analytique... », 2e partie, p. 21 et 22).

16Pendant tout le temps de l’occupation anglaise, une garnison stationne au château35, garnison composée, en partie, de petits sires français voisins et des habitants des paroisses environnantes qui continuent à refuser le guet et la garde36.

  • 37 Lorsqu’en 1456 l’évêque Thomas Basin doit fournir une nouvelle déclaration de son temporel il dema (...)

17Il n’existe aucune preuve que des travaux ont été effectués pendant l’occupation anglaise, mais le château à dû souffrir de la présence de troupes ; nous connaissons au moins la confiscation des archives conservées au château, par le vainqueur, le duc de Clarence37.

Le retour dans le giron français en 1449

  • 38 R. Blondel, Reductio Normannie, in Œuvres de Robert Blondel, II, A. Héron (éd.), Rouen, Lestringan (...)

18Le 16 août 1449, Lisieux capitule très vite devant les troupes françaises ; c’est l’évêque, Thomas Basin, partisan des Anglais, qui prend la décision de ne pas résister. Le lendemain seize châteaux voisins, dont Courtonne, suivent l’exemple de Lisieux38. Le récit de ces journées par Thomas Basin n’est pas sans intérêt. Il prétend qu’il aurait pu résister

  • 39 T. Basin, Histoire de Charles VII, C. Samaran (éd.), Paris, Les Belles Lettres, 1933, II, p. 98.

[car] il possédait à deux lieues de la ville un château très bien fortifié dans lequel accompagne seulement de ses chapelains, s’il avait voulu s’y retirer, il aurait pu sans crainte, soutenir l’assaut de toute l’armée française39.

  • 40 B. Guenée, Entre l’Église et l’État. Quatre vies de prélats français à la fin du Moyen Âge, Paris, (...)

19S’il faut attribuer une part d’emphase à ce texte rédigé tardivement par un homme exilé et amer40, un détail retient l’attention : Thomas Basin a envisagé de résister à Courtonne, soutenu par ses chapelains. En cet été 1449, les troupes anglaises et pro-anglaises ont quitté les forteresses rurales pour défendre des points forts stratégiques, essentiellement urbains (Rouen, Lisieux, Caen, Bayeux). Tout cela est bien proche de la situation constatée à Neuilly-la-Forêt ; la forteresse des évêques de Bayeux qui se rend le 2 octobre 1449 aux troupes françaises n’est plus défendue que par des chanoines de la cathédrale de Bayeux qui résistent à peine.

  • 41 L. Collet, « Le service de guet au XVe siècle », BSAN, L, 1946-1948, p. 181 et 183 ; ADSM, B, regi (...)

20Nous ignorons quand et dans quelles conditions l’évêque de Lisieux retrouve la jouissance de sa résidence de Courtonne, et il ne subsiste aucune attestation de séjour épiscopal ni de travaux pour la seconde moitié du XVe siècle. Les sources révèlent seulement que la contestation concernant le guet dû au château par les habitants des paroisses voisines continue. En 1453 et en 1463, deux accords sont établis pour le guet au « chastel et forteresse » ou à l’« hostel et place » de Courtonne41.

  • 42 A. de Beatis, Voyage du cardinal d’Aragon en Allemagne, Hollande, Belgique, France et Italie (1517 (...)
  • 43 Compte édité dans H. de Formeville, Histoire de l’ancien évêché-comté de Lisieux, p. ccccxxiv.

21À partir de la seconde moitié du XVe siècle, le château de Courtonne disparaît quasiment de notre documentation. Il jette ses derniers feux, à notre connaissance, en 1517, lorsque l’évêque de Lisieux, Jean Le Veneur, y reçoit somptueusement pendant deux jours le cardinal d’Aragon42. En 1573, le château de Courtonne est vide, à l’exception des meubles du receveur et de six vieilles pièces d’artillerie, d’un mortier et d’un moulin à pied à blé43.

Hypothèses sur le dernier état médiéval

  • 44 « ... les murs qui forment partie de la cour sont tres anciens faisant partie de la cloture dun an (...)

22Les lacunes de la documentation nous font retrouver le château de Courtonne au XVIIIe siècle alors qu’il n’est plus habité que par un fermier logé dans un des deux bâtiments encore debout. La formidable forteresse de Guillaume d’Estouteville démantelée en 1590 n’est plus qu’un souvenir44.

  • 45 La face externe de ces moellons a peut-être été taillée en bossage ; mais les effets de l’érosion (...)
  • 46 Les auteurs qui ont décrit, au XIXe siècle, les vestiges du château ont mal localisé la porte. En (...)
  • 47 Les propriétaires actuels ont mis au jour récemment des arases de mur de cette tour détruite. A. d (...)

23L’observation des vestiges actuels permet de restituer la face nord composée d’une courtine, épaisse d’environ 1,3 mètre, élevée dans un bel appareil de moellons de calcaire local très blanc à inclusions de silex45 et conservée sur 20 mètres de long et 10 mètres de haut (Pl. II, fig. 3). La partie supérieure, sans doute le résultat d’un rehaussement, a été dotée d’archères dont il reste deux exemplaires. Sur la face interne du mur, un cordon saillant court à environ un mètre sous le niveau des archères. On peut penser que cette corniche était destinée à ancrer un dispositif de type passerelle de bois rendu nécessaire par l’absence de chemin de ronde. Sur sa face externe, la courtine est longée par un fossé en grande partie comblé aujourd’hui. L’entrée fortifiée, encadrée de deux tours rondes, s’ouvrait à l’extrémité est46. À l’autre extrémité de la courtine s’élevait une tour ronde décrite en 188 047. Son diamètre était d’environ 5 mètres ; elle s’élevait sur trois niveaux et comportait une pièce rectangulaire par niveau et des murs épais d’environ 1,3 mètre. Arcisse de Caumont a vu au sommet de cette tour des corbeaux de pierre qui attesteraient la présence de hourds (Pl. II, fig. 2).

24Un bâtiment en colombage sur solin de maçonnerie qui s’élève à l’ouest de la tour, attesté depuis au moins 1761, semble largement hors du complexe fortifié et donc certainement postérieur à la période que nous considérons.

25La plate-forme occupée aujourd’hui par le jardin, délimitée, à l’est, par un fossé, et au sud, par une très nette dénivellation, doit fournir l’emprise et le circuit du rempart (Pl. III). Si nous acceptons cette interprétation des ondulations du terrain, et en l’attente de fouilles archéologiques qui viendraient la confirmer ou l’infirmer, la forteresse se présente comme un quadrilatère à peu près carré d’environ 50 mètres de côté entouré de fossés sur ses quatre faces.

26Il est très vraisemblable que le terrain jusqu’à la rivière, au sud, était occupé en partie par une basse-cour, dont on peut penser qu'elle était ceinte aussi de fossés dont la mare, sur sa face orientale, dans le prolongement du fossé, serait le seul vestige.

  • 48 En 1781, c’est la maison du fermier, composée à l’ouest d’une pièce au rez-de-chaussée et d’une au (...)

27Le bâtiment qui subsiste48, adossé à la courtine nord, est trop peu documenté pour que nous puissions émettre quelque hypothèse à son propos : logis médiéval ou anciens communs d’une date indéterminée ?

28La description qui précède confrontée au vocabulaire laisse la place à de nombreuses interrogations. Qu’en est-il d’une tour maîtresse ou donjon attesté par le texte de la reddition du « chastel et Dongon de Courtonne » en 1418 ? Aucun indice ne permet d’en préciser les structures et la localisation.

29En quoi ont véritablement consisté les travaux de Guillaume d’Estouteville ? Comment interpréter le passage, dans le vocabulaire, du terme « fort » employé par l’administration royale en 1379, aux termes castrum sive fortalicium ou « chastel et donjon » employés respectivement en 1414, par Guillaume d’Estouteville et en 1418 dans l’acte de reddition ?

30Il apparaît certain que Guillaume d’Estouteville n’a pas fait construire le château de Courtonne et que ses entreprises ont consisté en une reprise de structures préexistantes dénommées le « fort ». Sans pouvoir entrer dans les détails, on peut estimer que le « fort » de Courtonne est une maison forte dotée de fossés, d’un mur d’enceinte et de tours rondes aux angles, accostée d’une basse-cour elle aussi ceinte de fossés.

31À défaut d’indices probants que pourraient fournir des fouilles archéologiques, on peut envisager la construction, par Guillaume d’Estouteville, d’une tour forte qui aurait hissé la maison forte au rang de « chastel ». Cette hypothèse peut s’appuyer sur les informations fournies par la visite de 1371, où le terme « chastel » est réservé aux complexes qui possèdent cette caractéristique : « chastels » de Caen, Vire, Chambois, Neuilly, et Creully.

Conclusion

32Si la résidence de Courtonne n’apparaît que tardivement dans les sources, l’ancienneté du domaine dans le temporel épiscopal et la proximité de la métropole sont des arguments en faveur d’une installation des évêques de Lisieux bien antérieure au milieu du XIVe siècle.

33L’implantation près de l’église sur le versant d’une vallée n’a pas privilégié les fonctions défensives et cet état de fait laisse à penser que le premier séjour n’avait pas vocation militaire.

34Son émergence dans les sources, à partir de la seconde moitié du XIVe siècle dans un contexte exclusivement militaire, fausse sans doute notre appréhension des structures du complexe primitif. Cela étant, les mutations du vocabulaire, entre 1379 et 1414, inclinent à y voir la conversion d’une maison forte (« fort ») en une forteresse d’importance (castrum sive fortalicium) par l’évêque Guillaume d’Estouteville.

35L’observation des vestiges et les notes anciennes permettent de conclure à un complexe sans doute biparti avec basse-cour et haute-cour de plan quadrangulaire, tours d’angle circulaires et porte fortifiée ; une interrogation demeure quant à l’existence d’une tour forte ou « donjon », suggérée par les textes. Après 1450, les évêques de Lisieux choisissent d’abandonner le château en tant que résidence et il n’existe aucun indice de travaux de restauration et de rénovation avant le démantèlement de la forteresse en 1590.

Notes

1 Calvados, canton de Lisieux (fig. 2, p. 38).

2 Des traces de cette voie romaine ont été mises au jour à Glos, entre Lisieux et Courtonne ; on y a relevé également des vestiges d’un aqueduc romain : F. Delacampagne, Carte archéologique de la Gaule. Le Calvados (14), Paris, Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 1990.

3 Courtonne, de Cortona, ville d’Étrurie. Ce fut à la mode à l’époque carolingienne d’adopter des toponymes d’origine italienne (F. de Beaurepaire, « La toponymie de la Normandie ; méthodes et applications », Cahiers Léopold Delisle, fasc. 18,1-2,1969, p. 56).

4 L’église en partie du XIIe siècle possède des portions de mur à l’appareil en arêtes de poisson.

5 H. de Formeville, Histoire de l’ancien évêché-comté de Lisieux, Lisieux, Piel, 1873.

6 A. de Caumont, Statistique monumentale du Calvados, V, Arrondissement de Lisieux, Paris – Caen, Derache, Didron et Dentu – Le Blanc-Hardel, 1867, p. 111-113 ; M. Élisabeth, « Histoire de Courtonne-la-Meurdrac » [1880], Le Pays d’Auge, 1954 ; F. Rault, « Les biens de l’évêché de Lisieux », Le Pays d’Auge, juin 1972.

7 Inventaire de 1761, ADC, G 210. Inventaire de 1784, BM Lisieux, ms. 7. Cadastre de 1825, ADC. Carte postale du début du XXe siècle.

8 N. Deshays, Mémoires pour servir à l’histoire des évêques de Lisieux, H. de Formeville (éd.), Histoire de l’ancien évêché-comté de Lisieux, II, p. 133 et 137.

9 A.-L. Léchaudé d’Anisy, « Registre des fiefs de Philippe Auguste (1210) », MSAN, XV, 1846, p. 187.

10 A.-L. Léchaudé d’Anisy, « Catalogue analytique des pièces manuscrites des Archives du Calvados », 1er partie, MSAN, VII, 1834, p. 24.

11 Ibid., 2e partie, MSAN, VIII, 1834, p. 20.

12 ADC, G 231, copie informe au XVIIIe siècle de la quittance jointe aux pièces concernant la seigneurie de Courtonne.

13 Prospection inventaire en Pays d’Auge, Rapport pour l’année 1991, Caen, Service régional de l’archéologie.

14 ADC, G 272.

15 A.-L. Léchaudé d’Anisy, « Catalogue analytique... », 2e partie, p. 21.

16 Au même moment, les châteaux de Neuilly aux évêques de Bayeux, de Gaillon et de Louviers aux archevêques de Rouen sont l’objet de mesures de mise en défense comparables.

17 F. Neveux, « Lisieux au Moyen Âge », Art de Basse-Normandie, 89-90-91, hiver 1984-1985, Lisieux, p. 39 ; C. Engelhard, « Une forteresse épiscopale pendant la guerre de Cent Ans : le fort de Lisieux », in Congrès du millénaire de la Normandie, 911-1911,1, Rouen, Impr. de L. Gy, 1912, p. 139-153.

18 A. de Caumont, « Relation de la visite des forteresses du bailliage de Caen. Faite en vertu du roi en 1371 par Regnier le Coustellier, bailli de Caen, accompagné de Jehan Dubois et Rogier Lemasnier, chevaliers », MSAN, XI, 1840, p. 185-204. Les forts mentionnés dans ce texte sont : Sées, Chaillouay, Argences, Ouistreham, Hermanville, Luc, Lion, Mathieu, Bernescq et Trévières.

19 Testament de l’évêque Guillaume d’Estouteville (1414), BNF, Fonds Moreau, 1162 f° 80-92. Cet évêque est le seul pour lequel nous ayons des témoignages de séjours à Courtonne. Outre le séjour de 1414 déjà mentionné, il y aurait celui au cours duquel il reçut un mandement de Charles VII en 1411 (N. Deshays, Mémoires..., p. 152).

20 Édité dans H. de Formeville, Histoire de l’ancien évêché-comté de Lisieux, p. cccclx.

21 A.-L. Léchaudé d’Anisy, « Grands rôles des échiquiers de Normandie », MSAN, XV, 1846, p. 269-270.

22 H. de Frondeville, « La vicomté d’Orbec pendant l’occupation anglaise (1417-1449) », Études lexoviennes, IV, 1936, p. 22-24.

23 Il est au nombre de ceux qui sont massacrés par les Bourguignons à Paris le 12 juin 1418.

24 ADC, G 305.

25 P. Contamine estime que le roi n’a pas utilisé les services féodaux traditionnels trop disparates et dérisoires ; en 1417, cependant, la levée du ban et de l’arrière-ban exige la contribution et la participation des villes, des communautés religieuses et de la population rurale (Guerre, État et société à la fin du Moyen Âge. Étude sur les armées des rois de France (1337-1494), Paris – La Haye, Mouton, 1972, p. 218-220).

26 Quatre gentilshommes vont accompagner le capitaine auprès du duc de Clarence ; un chevalier et cinq gentilshommes restent otages pendant la négociation.

27 R.A. Newhall, The English Conquest of Normandy (1416-1424): a study in fifteenth century warfare, New Haven, Yale University Press, 1924, p. 218.

28 À Paris, le gouvernement armagnac affaibli était incapable d’envoyer ou de coordonner l’envoi de renforts.

29 J. Glénisson, V. Deodato da Silva, « La pratique et le rituel de la reddition aux XIVe et XVe siècles », in Jeanne d’Arc, une époque, un rayonnement (Actes du colloque d’histoire médiévale, Orléans, 1979), Paris, CNRS, 1982, p. 113-122.

30 P. Lecacheux, Actes de la chancellerie d’Henri VI concernant la Normandie sons la domination anglaise (1422-1435), Rouen – Paris, Lestringant – Picard fils et Cie, 1,1907, p. 161 ; A.-L. Léchaudé d’Anisy, L. Puiseux, « Rôles normands et français et autres pièces tirées des archives de Londres par Bréquigny en 1764,1765 et 1766 », MSAN, XXIII, 1858, p. 110 et 249.

31 A. Baume, Des aspects militaires de l’occupation anglaise de la Normandie pendant la deuxième partie de la guerre de Cent Ans, thèse de doctorat, Université Paris-Sorbonne – Paris IV, 1978 (dactyl.), p. 198.

32 « Rôles normands et gascons de la Tour de Londres », I, p. 371, cités dans H. de Formeville, Histoire de l’ancien évêché-comté de Lisieux, I, p. cliii et dlv.

33 A. Baume, Des aspects militaires..., p. 74 ; C. T. Allmand, Lancastrian Normandy, 1415-1450. The history of a medieval occupation, Oxford, Clarendon Press, 1983, p. 187.

34 G. Lefèvre-Pontalis, « La guerre de Partisans dans la Haute-Normandie (1424-1429) », Bibliothèque de l’École des Chartes, LIV, 1893, p. 480.

35 1427, lettre de rémission à Jean de Bienfaite, chevalier de la garnison de Courtonne, dans P. Lecacheux, Actes de la chancellerie d’Henri VI..., II, p. 14 ; 1432, lettre de rémission à Henri du Buisson, « povre gentilhomme » de la paroisse de Tordouet, employé à la garde du château de Courtonne (ibid., p. 201). En 1448, Pierre de Neuville, écuyer seigneur de Prêtreville, capitaine de Courtonne depuis 14 ans, est relevé à l’âge de 70 ans (H. de Frondeville, « Compte de Jean le Muet, vicomte d’Orbec, pour la Saint-Michel 1444 », Études lexoviennes, IV, 1936).

36 En 1422 et 1448 (A.-L. Léchaudé d’Anisy, « Catalogue analytique... », 2e partie, p. 21 et 22).

37 Lorsqu’en 1456 l’évêque Thomas Basin doit fournir une nouvelle déclaration de son temporel il demande un délai « ... a cause que les registres de lesvesche furent perdus au temps que le duc de clarence fut loge a Courtonne », cité dans N. Deshays, Mémoires..., p. 192.

38 R. Blondel, Reductio Normannie, in Œuvres de Robert Blondel, II, A. Héron (éd.), Rouen, Lestringant, 1893, p. 76-79 et 298-299.

39 T. Basin, Histoire de Charles VII, C. Samaran (éd.), Paris, Les Belles Lettres, 1933, II, p. 98.

40 B. Guenée, Entre l’Église et l’État. Quatre vies de prélats français à la fin du Moyen Âge, Paris, Gallimard, 1987, p. 397.

41 L. Collet, « Le service de guet au XVe siècle », BSAN, L, 1946-1948, p. 181 et 183 ; ADSM, B, registre de l’Échiquier de 1463, f° 271 v °.

42 A. de Beatis, Voyage du cardinal d’Aragon en Allemagne, Hollande, Belgique, France et Italie (1517-1518), traduit de l’italien par Mme Havard de la Montagne, Paris, Perrin, 1913, p. 166.

43 Compte édité dans H. de Formeville, Histoire de l’ancien évêché-comté de Lisieux, p. ccccxxiv.

44 « ... les murs qui forment partie de la cour sont tres anciens faisant partie de la cloture dun ancien chateau qui existait autrefois lequel a ete anciennement demoli par force majeure et de terns immemorial aussy bien que les murs au pourtour de ladite cour, tours, tourelles et autres qui composaient ledit chateau avant sa destruction », Inventaire de 1761, ADC, G 210, article 134.

45 La face externe de ces moellons a peut-être été taillée en bossage ; mais les effets de l’érosion et des joints récents débordants empêchent toute certitude.

46 Les auteurs qui ont décrit, au XIXe siècle, les vestiges du château ont mal localisé la porte. En effet, la visite de 1765 signale que la porte d’entrée est faite de neuf et bien distincte de la vieille porte. La nouvelle entrée de la ferme a été ménagée à l’ouest près d’une tour ronde. C’est cette entrée qui figure sur une carte postale du début du XXe siècle et qu’on emprunte aujourd’hui.

47 Les propriétaires actuels ont mis au jour récemment des arases de mur de cette tour détruite. A. de Caumont, Statistique monumentale du Calvados, V, p. 111-113 ; M. Élisabeth, « Histoire de Courtonne-la-Meurdrac ».

48 En 1781, c’est la maison du fermier, composée à l’ouest d’une pièce au rez-de-chaussée et d’une autre à l’étage ; dans le prolongement et sous le même toit on trouve un cellier et un grenier, une grange et une étable sous charpente.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search