Version classiqueVersion mobile

Les Évêques aux champs

 | 
Marie Casset

Annexe : monographies de sites

Le manoir des évêques d’Évreux à Condé-sur-Iton1

Texte intégral

  • 1 Eure, canton de Breteuil (fig. 2, p. 38).
  • 2 Condé, de Condate, confluent (J. Adigard des Gautries, F. Lechanteur, « Les noms des communes de N (...)
  • 3 D. Cliquet, Carte archéologique de la Gaule. L’Eure (27), Paris, Académie des Inscriptions et Bell (...)
  • 4 La dédicace à saint Martin de paroisses situées le long de voies anciennes et sur des sites de pas (...)
  • 5 J. Adigard des Gautries, F. Lechanteur, « Les noms des communes de Normandie... ».
  • 6 Cartulaire du chapitre, ADE, G 122 fo 6.

1Le village de Condé-sur-Iton se situe à environ 26 kilomètres au sud-ouest d’Évreux, au sud du diocèse. Il s’est développé sur le versant ouest de la rivière Iton et sur le rebord du plateau calcaire qu'elle entaille. Celle-ci a constitué une très large vallée dans laquelle elle se divise en plusieurs bras divagants. Le sol calcaire du plateau a été propice à l’extension de forêts de hêtres comme la forêt royale de Breteuil à l’ouest et au nord-ouest de Condé. Condé est un site d’occupation très ancienne2, un lieu de passage mentionné sur l’itinéraire d’Antonin et la carte de Peutinger, au carrefour de voies importantes en provenance de Lisieux et d’Évreux au nord, vers Dreux et Chartres au sud et au sud-est ; en outre, on a mis au jour, à Condé, les vestiges d’un cimetière gallo-romain3. La dédicace de l’église, à saint Martin, pourrait être l’indice d’une christianisation précoce4. Si Condé (Condatum) est cité au IXe siècle dans la vie de saint Lieufroi5, le village ne réapparaît dans les sources qu’en 1180-1185, dans une bulle du pape Lucius III qui confirme les biens de l’évêché d’Évreux à Brosville, Condé, Le Sacq et leurs dépendances et toutes les églises de Verneuil avec les dîmes de la prévôté6.

  • 7 « ... un vieux chasteau eloigne qui ne sert plus qu’au logement d’un receveur et dans lequel il se (...)
  • 8 ADE, Q 37, mise en vente du parc de Condé en 1791.
  • 9 R. Herval, « Le château des évêques d’Évreux à Condé-sur-Iton », Annuaire des cinq départements de (...)

2À partir de 1722, les évêques obtiennent du roi l’autorisation de détruire le vieux château en partie ruiné pour reconstruire un nouveau séjour sur le versant du coteau, dans des conditions topographiques plus agréables que le fond marécageux où s’élevait le château primitif7. En 1791, l’ensemble du complexe, espaces bâtis et non bâtis dont les bois et l’étang du fourneau, est vendu comme biens nationaux8. Le château actuel est le résultat de restaurations drastiques, à la mode médiévale, entreprises vers 1845 sur les bâtiments déjà bien dégradés en 1722, et les modalités de cette restauration ont été précisées par R. Herval9.

  • 10 Requête au Conseil d’État pour autoriser la démolition d’un « vieux chasteau » en 1738, ADE, 102 B (...)

3L’évocation de la résidence de Condé au Moyen Âge ne peut être que partielle et relever d’hypothèses, certes vraisemblables mais fragiles. La sollicitation des sources des XVIIIe et XIXe siècles doit donc être modeste en ce qui concerne le bâti, alors que les espaces boisés sont un peu plus documentés et en grande partie conservés10.

Le contexte de l’installation

Entrée dans le temporel

  • 11 M. Charpillon, A. Caresme, Dictionnaire historique de toutes les communes de l’Eure, Les Andelys, (...)
  • 12 Gallia Christiana, XI, col. 580 précise, en outre, que le domaine possédait un château, castrum. R (...)
  • 13 Cartulaire de l’évêché, ADE, G 6 fo 8 vo.
  • 14 Mais D. C. Douglas considère qu’une donation par Rollon est très improbable, voire impossible. Le (...)
  • 15 A.-L. Léchaudé d’Anisy, « Échiquier de Normandie sous les rois de France », MSAN, XV, 1846, p. 166

4L’entrée du domaine de Condé dans le temporel de l’Église d’Évreux est l’objet de traditions divergentes. Certains prétendent qu’il fut donné par les premiers ducs de Normandie11. Une autre tradition rapporte que la donation fut l’œuvre du roi Richard Cœur de Lion en 119012. La bulle de Lucius III infirme la seconde prise de position, et l’acte de 119013 est une confirmation de l’établissement à perpétuité du marché institué par l’évêque Jean à Condé. Ce geste du roi Richard, qui étend les droits de l’évêque et accroît ses revenus, est peut-être à mettre en rapport avec la décision de l’évêque de l’accompagner à la croisade. Si la présence de la seigneurie de Condé dans le temporel de l’évêché d’Évreux est antérieure à 1181-1191, il n’existe pas d’indices pour en évaluer la date d’entrée dans le temporel. Dans ce cas, la donation par un des premiers ducs n’est pas improbable, à moins d’envisager une donation par l’archevêque Robert (987/989-1037), fils du duc Richard Ier, qui était aussi comte d’Évreux14. Il n’est pas possible d’évaluer les conditions de l’édification d’une résidence primitive alors que la première mention d’un séjour épiscopal (domus) à Condé figure dans l’enquête sur les forêts royales ordonnée en 120715.

Localisation et aménagement du paysage (fig. 6 et 7)

5La résidence de Condé a été édifiée aux franges du village, à environ 600 mètres au sud-ouest de l’église, en contrebas de l’agglomération, dans le fond plat et marécageux de la vallée de l’Iton entre deux bras de la rivière. Le site, qui n’a pas franchement vocation défensive, recèle désormais une forte imprégnation symbolique de la puissance épiscopale. En effet, l’établissement surgissant des bas-fonds marécageux se dresse à la vue du passant. La construction du château de Condé s’est accompagnée d’une vaste entreprise d’aménagement du paysage dont on connaît mal les origines et l’initiateur, les étapes et le degré de contemporanéité ou non avec l’élévation du château primitif.

  • 16 ADE, G 6 fo 103 et 105.

6Les sources médiévales permettent simplement d’affirmer qu’à la fin du XIIIe siècle, l’évêque Nicolas d’Auteuil (1281-1298) complète des aménagements certainement antérieurs, en achetant, en 1284 et 1285, des parcelles de terre attenantes aux murs du manoir pour agrandir son jardin (jardinus)16.

  • 17 Estimation des biens nationaux en 1791, ADE, Q 37 et Plan du bois de Condé appartenant à l’evesché (...)

7Les sources modernes dévoilent une réalité dont les grandes lignes n’ont pas changé depuis le Moyen Âge et les aménagements des XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles ont apporté des modifications qui n’ont pas profondément modifié les grandes lignes du complexe17.

8En 1791, l’estimation des biens nationaux précise que l’emprise totale du complexe couvre environ 136 hectares (273 arpents), entièrement clos d’un mur de terre sommé de briques. Les détails qui suivent permettent de faire la part des espaces bâtis et des espaces non bâtis.

9On peut ainsi évaluer à environ 129 hectares les espaces non bâtis : 124 hectares en bois, labour planté et prés et un étang de 5 hectares, l’étang du Fourneau. L’ensemble est sillonné par deux bras divagants de l’Iton qui s’écoule du sud-ouest vers le nord-est. L’état actuel du site présente encore au fond de la vallée des vestiges importants de cet ensemble qui s’étendait sur environ 2 kilomètres.

  • 18 ADE, G 6 fo 105 ; D. Dodier, « Les parcs seigneuriaux de la Manche au Moyen Âge », RA, 257, 1968, (...)
  • 19 La Métallurgie normande (XIIe-XVIIe siècles), Caen, L’Inventaire, 1991, p. 196.

10Nous pouvons, sans doute, considérer que le parc a conservé depuis le Moyen Âge ses principales dispositions, en particulier ce mur de clôture mentionné en 1285, lors de l’achat par l’évêque d’une terre près du mur18. On doit cependant envisager qu’il était plus vaste que ne le révèlent les sources du XVIIIe siècle. En effet, la création de forges, avec haut-fourneau et affinerie, au XVIe siècle dans la partie orientale19, et la construction d’un nouveau château au XVIIIe siècle ont réduit la superficie initiale du parc. On doit pouvoir en évaluer la superficie totale à environ 136 hectares en y adjoignant les 7 hectares (14 arpents) occupés par le nouveau château et ses dépendances.

Fig. 6 – Vue aérienne du site (photo IGN, mission IFN 27-76, cliché 1223, éch. 1/20000e, 1985)

L’« hostel » de Condé

Les mots pour le dire : domus, « hostel »

  • 20 T. Bonnin, Regestrum visitationum archiepiscopi Rothomagensis. Journal des visites pastorales d’Eu (...)
  • 21 Il vidime, à Condé, un acte en faveur de son chambellan, Arch, nat., JJ 79 B, fo 38,55.
  • 22 Gallia Christiana, XI, col. 608-609.

11Aucun acte épiscopal n’a mentionné par un terme approprié la résidence de Condé et la documentation ne fournit pratiquement aucune attestation de séjour épiscopal à Condé. L’archevêque de Rouen, Eudes Rigaud, s’y arrête en 126020 ; Jean, duc de Normandie, y séjourne en 134921. Enfin, l’évêque Pierre Turpin (1470-1473) serait mort à Condé22. Les mots pour désigner la résidence de Condé sont fournis par la seule administration royale en 1207, vers 1405 et en 1458.

  • 23 A.-L. Léchaudé d’Anisy, « Échiquier de Normandie sous les rois de France », p. 166.
  • 24 A. Renoux, Fécamp. Du palais ducal au palais de Dieu, Paris, CNRS, 1991, p. 272.
  • 25 É. Lalou, « Le vocabulaire des résidences royales en France sous le règne de Philippe le Bel (1285 (...)

12En 1207, l’enquête ordonnée par Philippe Auguste sur les droits de ses vassaux et de leurs dépendants dans les forêts royales précise que l’évêque d’Évreux a droit, dans la forêt de Breteuil, à un cerf, un sanglier, un hêtre, un chêne et au pasnage des porcs de sa maison (domus) de Condé23. Si le terme domus a possédé aux IXe, Xe et XIe siècles une signification vague et ambivalente24, il semble que dans le vocabulaire de l’administration royale au XIIIe siècle il continue à désigner une réalité assez floue, la maison de plaisance peu ou pas fortifiée25.

  • 26 A. Roquelet, La Vie de la forêt normande au Moyen Âge. Le Coutumier d’Hector de Chartres, I, Rouen (...)
  • 27 BNF, ms. fr. 26085,7142 Dans cette quittance, l’auberge est désignée aussi par le mot « hostel ».

13Vers 1404, le Coutumier d’Hector de Chartres rappelle les anciens droits de l’évêque d’Évreux dans la forêt de Breteuil et en français, cette fois, la résidence de Condé est désignée par le terme « hostel »26. En 1458, la quittance d’un hôtelier de Condé pour la dépense faite par les sergents de la forêt chargés de livrer le sanglier annuel précise que la livraison a été faite à l’« hostel episcopal a Conde »27. Le terme « hostel » semble bien être synonyme de domus et, dans ce cas, la résidence de Condé serait restée une maison peu ou pas fortifiée.

L’« hostel » médiéval à l’épreuve des sources modernes (fig. 7)

14D’après l’inventaire de 1791, l’ensemble de la résidence couvre une superficie d’environ 4,5 hectares. Le complexe a été installé sur la face nord du parc, qui le cerne au sud, à l’est et à l’ouest ; il est tourné vers le village. À cette date, ce vaste espace est fractionné en au moins trois unités dont nous percevons mal la localisation et les liaisons les unes par rapport aux autres : une cour et des bâtiments à usage de communs agricoles (ferme, grange, pressoir, écurie, étable, cave, four, colombier), un jardin et le logis. Le tout devait être ceint en partie par l’Iton et par un fossé en eau alimenté par la rivière.

Un logis-porte ?

  • 28 R. Herval, « Le château des évêques d’Évreux... », p. 42-43. Ce dispositif est fréquent pour les r (...)
  • 29 ADE, 102 B 95. Cadastre de 1825, ADE, 3 PL 1045 (fig. 7).

15La tradition rapporte que le château de Condé était de plan rectangulaire et possédait à chaque angle une tour reliée par des courtines28. Les documents du XVIIIe siècle qui ne mentionnent qu’un pont et deux tours et une gravure de la première moitié du XIXe siècle qui présente, sur un mode très romantique, la façade sud-ouest du château attestant que la démolition n’a pas été totale, autorisent à proposer une hypothèse plus complexe, le tout appuyé sur le cadastre de 182529.

16Il est vraisemblable d’admettre un plan rectangulaire enserré par une courtine dont la base baigne dans le fossé et qui délimite une vaste cour centrale. L’entrée se fait par la face sud, opposée au village. La porte, ménagée dans la courtine, est encadrée par deux tours circulaires et précédée d’un pont. Les deux angles sud-est et sud-ouest sont flanqués par deux tours, une petite tour carrée et une tour ronde de dimensions plus importantes. Rien ne prouve que les deux autres angles du quadrilatère étaient eux aussi flanqués de tours.

  • 30 J. Mesqui, Châteaux et enceintes de la France médiévale, I, De la défense à la résidence, Paris, P (...)

17Le logis se développe peut-être au revers de cette courtine méridionale, formant avec la porte et les tours flanquantes un édifice unique que J. Mesqui qualifie de tour-maison sur couloir d’entrée30.

18Les trois autres faces du quadrilatère doivent être, dans ce cas, composées par les bâtiments des communs adossés à un mur.

19Ce qui est perceptible de la résidence médiévale semble confirmer ce que les appellations domus et « hostel » laissaient présager, à savoir une résidence peu fortifiée. Certes des éléments de défense sont là, fossés, porte et tours, mais ils ressortissent plutôt de l’ordre symbolique et de la volonté d’affirmer par des éléments prégnants la puissance et les pouvoirs du détenteur de la seigneurie, l’évêque d’Évreux.

  • 31 À partir de 1400, et jusqu’en 1479, le diocèse d’Évreux est touché par l’absentéisme de ses prélat (...)

20Un certain nombre de questions restent en suspens : de quand dater cet édifice et à qui en attribuer la paternité ? Si la reconstitution est valide et permet d’assimiler le logis de Condé à une tour-maison, sa construction a pu prendre place à n’importe quel moment entre le XIIIe et le XVe siècle. On pourrait cependant privilégier les XIIIe ou XIVe siècles alors que l’absentéisme des prélats au XVe siècle n’était sans doute pas propice à la mise en œuvre d’un tel complexe31.

Fig. 7 – Le site du manoir en 1825 (d’après cadastre ADE, 3 PL 1045)

Le logis du début du XVIe siècle

  • 32 La résidence urbaine près de la cathédrale a été entièrement reconstruite à l’emplacement du vieux (...)
  • 33 Ce sont peut-être les seuls éléments que la restauration du XIXe siècle ait respectés.

21Au XVe siècle, le diocèse d’Évreux a été particulièrement touché par le défaut de résidence ou la succession rapide de ses évêques, et il faut imaginer qu’en l’absence du principal responsable, les demeures épiscopales ont souffert de cet abandon. Les évêques Raoul du Fou (1479-1511) et Ambroise Le Veneur (1511-1531) se sont illustrés par d’importants travaux de restauration à la cathédrale d’Évreux et aux demeures épiscopales32. C’est à Ambroise Le Veneur que sont attribués les travaux de restauration du château de Condé. Il en a gardé les vieilles structures, tours et fossés en eau, tout en procédant à des modifications assez importantes. L’entrée sur la face sud est condamnée et reportée sur la face nord, elle ouvre directement sur la cour face au logis ; les tourelles qui encadraient la porte sont étêtées. Le logis reste adossé à la courtine sud, mais il est mis au goût du jour et doté de grandes fenêtres à meneaux sur la façade donnant sur la cour et sur la vieille courtine33.

Conclusion

22La résidence de Condé, si mal documentée soit-elle en ce qui concerne ses structures bâties, peut être considérée comme ressortissant d’un type de résidence à la définition très vaste, les maisons fortes. Nous y avons constaté l’existence d’une plate-forme ceinte de fossés en eau et d’un logis aux structures de défense, certes médiocres, mais néanmoins probantes. Si la valeur symbolique de la maison forte est généralement considérée comme l’apanage de la petite aristocratie locale, la valeur de celle de Condé est magnifiée par la formidable entreprise d’aménagement de l’espace environnant ; la présence épiscopale est affirmée par l’existence d’un très vaste parc à gibier et d’étangs. La maison forte de Condé est par deux fois qualifiée de domus puis d’« hostel ». Nous pensons avoir démontré que le logis consistait en une maison-porte accotée de deux tours. C’est cette maison forte que les évêques d’Évreux ont choisi de restaurer au début du XVIe siècle, alors qu’ils abandonnaient à des fermiers les autres séjours plus proches de la métropole (Bernienville, Brosville).

Notes

1 Eure, canton de Breteuil (fig. 2, p. 38).

2 Condé, de Condate, confluent (J. Adigard des Gautries, F. Lechanteur, « Les noms des communes de Normandie ; dictionnaire étymologique », supplément aux AN, 1969, 2).

3 D. Cliquet, Carte archéologique de la Gaule. L’Eure (27), Paris, Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 1993. À l’automne 2005, des fouilles dirigées par J. Le Maho ont mis au jour des vestiges d’un fanum gallo-romain, près de l’église.

4 La dédicace à saint Martin de paroisses situées le long de voies anciennes et sur des sites de passage est considérée comme relevant d’une première vague d’implantation d’oratoires ou d’églises ruraux (C. Lorren, « L’église Saint-Martin de Mondeville (Calvados) », in Mélanges d’archéologie et d’histoire médiévales en l’honneur du doyen Michel de Boüard, Genève, Droz, 1982, p. 258-259 ; J. Fournée, « L’intérêt de la dédicace à saint Martin pour l’étude de la formation des paroisses rurales et urbaines en Normandie », Bulletin philologique et historique du CTHS, 1975, p. 25). La partie la plus ancienne de l’église actuelle (tour) n’est pas antérieure au XIIIe siècle.

5 J. Adigard des Gautries, F. Lechanteur, « Les noms des communes de Normandie... ».

6 Cartulaire du chapitre, ADE, G 122 fo 6.

7 « ... un vieux chasteau eloigne qui ne sert plus qu’au logement d’un receveur et dans lequel il se trouve plusieurs batiments inutiles et peris de vetuste Entrautres deux grandes tours qui ne sont daucuns usages », Requête au Conseil d’État pour autoriser la démolition d’un « vieux chasteau » en 1738, ADE, 102 B 95.

8 ADE, Q 37, mise en vente du parc de Condé en 1791.

9 R. Herval, « Le château des évêques d’Évreux à Condé-sur-Iton », Annuaire des cinq départements de la Normandie, 1956, p. 42-45.

10 Requête au Conseil d’État pour autoriser la démolition d’un « vieux chasteau » en 1738, ADE, 102 B 95. Mise en vente du parc de Condé, 1791, ADE, Q 37. Gravure anonyme et non datée du vieux château de Condé, BNF, H 119440. Cadastre de 1825, ADE, 3 PL 1045. Plan du parc de Condé, XVIIIe siècle, Arch, nat., N III, Eure, 161. Cartes postales du château néo-médiéval, début du XXe siècle, BNF, cabinet des estampes.

11 M. Charpillon, A. Caresme, Dictionnaire historique de toutes les communes de l’Eure, Les Andelys, Delcroix, 1868-1879 ; A. Le Prévost, Notes pour servir à la topographie et à l'histoire des communes du département de l’Eure au Moyen Âge, Évreux, Hérissey, 1862-1864.

12 Gallia Christiana, XI, col. 580 précise, en outre, que le domaine possédait un château, castrum. R. Herval suit cette tradition (« Le château des évêques d’Évreux... », p. 42).

13 Cartulaire de l’évêché, ADE, G 6 fo 8 vo.

14 Mais D. C. Douglas considère qu’une donation par Rollon est très improbable, voire impossible. Le nouveau maître de la terre n’aurait pas accepté de se défaire de biens issus de la conquête (« Rollo of Normandy », The English Historical Review, CCXXVIII, octobre 1942, p. 433).

15 A.-L. Léchaudé d’Anisy, « Échiquier de Normandie sous les rois de France », MSAN, XV, 1846, p. 166.

16 ADE, G 6 fo 103 et 105.

17 Estimation des biens nationaux en 1791, ADE, Q 37 et Plan du bois de Condé appartenant à l’evesché d’Evreux, XVIIIe siècle, Arch, nat., N III, Eure 16.

18 ADE, G 6 fo 105 ; D. Dodier, « Les parcs seigneuriaux de la Manche au Moyen Âge », RA, 257, 1968, p. 263.

19 La Métallurgie normande (XIIe-XVIIe siècles), Caen, L’Inventaire, 1991, p. 196.

20 T. Bonnin, Regestrum visitationum archiepiscopi Rothomagensis. Journal des visites pastorales d’Eudes Rigaud, Rouen, Le Brument, 1852, p. 365.

21 Il vidime, à Condé, un acte en faveur de son chambellan, Arch, nat., JJ 79 B, fo 38,55.

22 Gallia Christiana, XI, col. 608-609.

23 A.-L. Léchaudé d’Anisy, « Échiquier de Normandie sous les rois de France », p. 166.

24 A. Renoux, Fécamp. Du palais ducal au palais de Dieu, Paris, CNRS, 1991, p. 272.

25 É. Lalou, « Le vocabulaire des résidences royales en France sous le règne de Philippe le Bel (1285-1314) », in Palais royaux et princiers au Moyen Âge (Actes du colloque du Mans, 1994), A. Renoux (dir.), Le Mans, Publications de l’université du Maine, 1996, p. 44 et 46. Les résidences royales des Villiers, de La Feuillie, Becoiseau, Lorris et Le Moncel sont désignées par le terme domus dans les comptes et les actes de ce règne.

26 A. Roquelet, La Vie de la forêt normande au Moyen Âge. Le Coutumier d’Hector de Chartres, I, Rouen, Société de l’histoire de Normandie, 1984, p. 279.

27 BNF, ms. fr. 26085,7142 Dans cette quittance, l’auberge est désignée aussi par le mot « hostel ».

28 R. Herval, « Le château des évêques d’Évreux... », p. 42-43. Ce dispositif est fréquent pour les résidences de la petite et moyenne noblesse en Normandie aux XIVe et XVe siècles.

29 ADE, 102 B 95. Cadastre de 1825, ADE, 3 PL 1045 (fig. 7).

30 J. Mesqui, Châteaux et enceintes de la France médiévale, I, De la défense à la résidence, Paris, Picard, 1991, p. 156-157 et 344. Le front sud du château de Condé fait irrésistiblement penser à la tour-maison bourguignonne de Chévenon (Nièvre), datée de la fin du XIVe siècle. On peut évoquer aussi à son propos les tours-maisons sur couloir d’entrée très nombreuses au sud de la Loire, plus rarement attestées au nord (Artois) et dont les premiers exemples sont datés du XIIIe siècle.

31 À partir de 1400, et jusqu’en 1479, le diocèse d’Évreux est touché par l’absentéisme de ses prélats qui résident peu, voire pas du tout. Guillaume de Cantiers (1400-1418) est souvent absent ; il participe aux conciles de Pise et de Constance et effectue des missions auprès du duc de Bourgogne. Paul Capranica (1420-1427), secrétaire et camérier du pape, ne résida pas. Martial Fournier (1427-1439) résida peu ; il fut le plus souvent au concile de Bâle et auprès du duc de Bedford, dont il était le chancelier. Pasquier de Vaux (1439-1443) est réputé avoir peu résidé ; il était conseiller du roi d’Angleterre et président de la Chambre des Comptes de Rouen. Entre 1443 et 1464, le siège épiscopal d’Évreux est l’objet d’une contestation qui oppose Pierre de Comborn et Guillaume de Flocques. Jean Balue (1465-1467) résida peu. Son frère, Antoine Balue (1467-1471), ne prit jamais possession du diocèse. Jean Herberge (1473-1479), chargé de missions diplomatiques par Louis XI, ne prit possession qu’en 1477. Ce n’est qu’à partir de 1479 que le siège d’Évreux retrouve des prélats plus assidus à résider : Raoul du Fou (1479-1511) et Ambroise Le Veneur (1511-1531). On connaît les travaux qu’ils firent entreprendre à la cathédrale, la reconstruction totale de la résidence urbaine et la restauration du château de Condé par Ambroise Le Veneur. Nous n’avons pas la preuve, à Évreux, que le chapitre ou des receveurs efficaces aient pris en main l’entretien des demeures épiscopales.

32 La résidence urbaine près de la cathédrale a été entièrement reconstruite à l’emplacement du vieux manoir et c’est aujourd’hui un bel exemple d’édifice civil de la fin du XVe siècle (Gallia Christiana, XI, col. 608-609).

33 Ce sont peut-être les seuls éléments que la restauration du XIXe siècle ait respectés.

Table des illustrations

Légende Fig. 6 – Vue aérienne du site (photo IGN, mission IFN 27-76, cliché 1223, éch. 1/20000e, 1985)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7145/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 329k
Légende Fig. 7 – Le site du manoir en 1825 (d’après cadastre ADE, 3 PL 1045)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7145/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 151k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Volume papier

leslibraires.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search