Version classiqueVersion mobile

Les Évêques aux champs

 | 
Marie Casset

Annexe : monographies de sites

Le manoir des évêques de Bayeux à Cambremer1

Texte intégral

  • 1 Calvados, arrondissement de Lisieux, canton de Cambremer (fig. 2, p. 38).
  • 2 F. Doré, Guides géologiques régionaux, Normandie, Paris, Masson, 1977, p. 57-60 et 128.

1Le village de Cambremer se déploie à environ 54 kilomètres à l’est de Bayeux et à 13 kilomètres à l’ouest de Lisieux, dans le quart nord-ouest du diocèse de Lisieux. Cambremer est en plein Pays d’Auge, pays de collines de craie recouvertes par endroits de limons quaternaires2. Le village s’est développé au confluent de plusieurs ruisseaux, dont la Dorette coulant vers le nord, tous affluents de la Dives.

  • 3 D. Bertin, « Voies et sites gallo-romains de la Basse-Normandie », AN, 1975,2, p. 67-68 ; P. Lanni (...)
  • 4 Une nécropole mal datée a été mise au jour à l’ouest du bourg ; le nom même de l’agglomération, at (...)
  • 5 Le clocher roman est la partie la plus ancienne de l’église actuelle.
  • 6 A. Guilmeth, Notices sur diverses localités du département du Calvados. Cambremer, Rouen, Impr. de (...)
  • 7 V. Bourrienne, Antiquus cartularius ecclesie baiocensis ou Livre Noir du chapitre, Paris – Rouen, (...)
  • 8 Soumission pour les biens nationaux à Cambremer en 1790 (ADC, 1 Q3 28).
  • 9 A. Guilmeth, Notices... En 1790, la vente des biens de l’évêché de Bayeux sur le territoire de la (...)

2On a retrouvé, à Cambremer, à environ un kilomètre au nord de la voie ancienne de Lisieux à Vieux, des vestiges d’occupation gallo-romaine (tuiles et maçonneries)3. L’occupation s’est poursuivie au Haut Moyen Âge4 et les dédicaces de l’église de Cambremer à saint Denis5 et à saint Martin pour les neuf églises de l’actuel canton sont sans doute des indices d’une christianisation précoce qu’une tradition difficilement vérifiable attribue à l’évêque de Bayeux, Vigor, dans la première moitié du VIe siècle6. La conjugaison des sources médiévales7 et des sources modernes8 avares de renseignements avec le cadastre de 1811 et l’état actuel de parcelles à l’ouest de l’église a permis de localiser l’enclos du manoir des évêques de Bayeux et d’identifier des vestiges infimes malgré l’oubli quasi total dans lequel est tombée cette installation9.

Les premiers temps de la résidence

Entrée dans le temporel et incertitudes concernant la baronnie aux XIe et XIIe siècles

  • 10 V. Bourrienne, Antiquus cartularius..., I, p. 28-29.
  • 11 L’enquête ordonnée en 1144, sur la condition de la banlieue de Cambremer, au temps d’Henri Ier, co (...)

3Les évêques de Bayeux sont possessionnés à Cambremer et dans sa région, à Manerbe, depuis au moins 1035-1037, ainsi que l’atteste le recensement des domaines de l’Église de Bayeux réalisé par l’évêque Hugues d’Ivry (1011/1015-1049)10. À cette date, la seigneurie est déjà lourdement dotée de droits d’origine publique révélés par la formule leucam de Cambremer, disposition qui implique le droit de lever des tonlieux et peut-être aussi celui d’exercer la haute justice, droit qui n’est mentionné que dans l’enquête de 1144 et la confirmation de 115411.

  • 12 D. Bates, « Hugues, évêque de Bayeux (c. 1011-1049) », AN, mars 1973, p. 7-21.
  • 13 L. Musset, « Les domaines de l’époque franque et les destinées du régime domanial du IXe au XIe si (...)
  • 14 M. Daliphard, « Seigneurs et châteaux... ».

4Il n’existe aucun indice pour détecter avec certitude la date et les conditions d’entrée de ce domaine dans les biens de l’évêché de Bayeux. Faut-il y voir l’œuvre de l’évêque Hugues d’Ivry réputé pour avoir reconstitué le temporel de l’évêché qui avait beaucoup souffert des usurpations laïques sous le règne de Robert le Magnifique12 et de ses prédécesseurs ? Dans ce cas, on s’interroge sur les modalités de la transaction : s’agit-il d’une acquisition pure et simple ou d’une restitution ? La dernière hypothèse impliquerait une possession plus ancienne alors que le caractère primitivement ecclésiastique des terres n’avait pas été oublié13. La documentation fait défaut pour apporter une réponse ; en tout état de cause, la baronnie de Cambremer pourrait être la lointaine héritière d’un ancien domaine attesté en 69914.

  • 15 La paroisse de Cambremer est entre les mains de l’évêque. Les vassaux des paroisses voisines de Mo (...)

5On peut dès maintenant s’interroger sur l’ancienneté du service militaire des vassaux de la baronnie de Cambremer et de Manerbe, service attesté tardivement, au XVe siècle, dû au château de Neuilly-la-Forêt, à plus de 80 kilomètres de là15. Si les sources sont insuffisantes pour élucider le mécanisme qui a lié les hommes de Cambremer au château de Neuilly, il pourrait s’être mis en place pendant le siècle tourmenté qui a suivi le recensement d’Hugues d’Ivry.

L’exemption de Cambremer

  • 16 F. Neveux, « Les diocèses normands aux XIe et XIIe siècles », in Les Évêques normands du XIe siècl (...)

6La terre de Cambremer est incluse dans les limites du diocèse de Lisieux et en a dépendu jusqu’à une date inconnue. En dehors de toute confirmation, on considère que son rattachement au diocèse de Bayeux serait intervenu pendant l’épiscopat de Robert des Ablèges (1206-1231). Celui-ci aurait procédé à un échange avec l’évêque de Lisieux, Jourdain du Hommet (1193-1215), qui venait de fonder dans le diocèse de Bayeux, près de Nonant, sur des terres qui lui appartenaient, l’abbaye de Juaye-Mondaye : Nonant avec Juaye-Mondaye contre Cambremer16.

Un manoir difficile à définir

Localisation et emprise de la résidence (fig. 5 et Pl. I)

  • 17 É. Anquetil, Le Livre Rouge..., I, p. 355.
  • 18 L. Delisle, Recueil des jugements de l’Échiquier de Normandie au XIIIe siècle, Paris, Imprimerie i (...)
  • 19 Les châteaux, en l’absence du seigneur, abritaient un personnel peu nombreux au nombre desquels fi (...)

7La première attestation d’une résidence à Cambremer figure dans un acte de l’évêque Guillaume de Trie qui, en 1313, achète une terre qui jouxte son château (castellum)17. Mais la seule mention d’un sénéchal en 122718 laisse présager, à cette date, l’existence d’une résidence qui pourrait avoir abrité un des responsables de l’administration du domaine19. Ce témoignage relativement tardif ne peut que difficilement être pris en compte pour affirmer que c’est au XIIIe siècle que les évêques de Bayeux ont fait édifier leur résidence de Cambremer.

  • 20 En 1312, l’évêque Guillaume Bonnet achète une terre près de son vivier ; en 1316, l’évêque Guillau (...)

8La localisation précise de la résidence est possible par la conjugaison d’informations topographiques fournies par les sources médiévales qui enseignent qu’elle était voisine du cimetière et possédait un vivier20, avec le cadastre de 1811. Sur celui-ci et encore aujourd’hui, un groupe de grandes parcelles quadrangulaires à l’ouest de l’église pourrait correspondre à ces détails. Les faces sud et ouest sont longées par la rivière Dorette et par ce qui paraît en être une dérivation ; la route de Caen longe la face nord. Le pignon ouest d’une des maisons sises dans l’enclos présente des caractéristiques qui inclinent à y voir des vestiges d’un édifice médiéval qui pourrait avoir été le manoir épiscopal. L’intimité du manoir avec l’église est tout à fait remarquable et peut alimenter l’hypothèse d’une chapelle de grand domaine devenue église paroissiale. Dans ce cas, on doit alors envisager que les évêques de Bayeux ont réoccupé un site porteur d’une symbolique ancienne de pouvoir, ecclésiastique ou non. La présence du manoir a stoppé, à cet endroit, l’extension du village, au moins jusqu’au début du XIXe siècle.

Fig. 5 – Le site du manoir en 1811 (cadastre ADC)

9Quoi qu’il en soit, l’identification qui vient d’être faite et la discussion qui suit ne peuvent être considérées que comme des hypothèses vraisemblables que des recherches archéologiques sur le site devraient confirmer ou infirmer.

10Tel que nous pouvons l’appréhender sur le plan du cadastre de 1811 (fig. 5), l’ensemble de la résidence devait couvrir une superficie d’environ 7000 m2. Au début du XIVe siècle, les évêques Guillaume Bonnet (1306-1312) et Guillaume de Trie (1312-1324) en ont vraisemblablement étendu l’emprise primitive en achetant, à quatre reprises, des parcelles bâties qui la jouxtaient.

Une maison forte ? castellum, « motte », halla, haulla

11Les sources médiévales sont avares de notations sur la résidence de Cambremer, aucun séjour épiscopal n’y est attesté et elle n’est mentionnée que dans des actes d’achats de terres dans le premier quart du XIVe siècle. Les termes pour la désigner sont déconcertants et hétéroclites.

  • 21 É. Anquetil, Le Livre Rouge..., I, p. 355.
  • 22 Ibid., p. 359 et 357.
  • 23 Ibid., p. 384-385.

12En 1313, l’évêque, Guillaume de Trie, achète une terre près de son château (cas-tellum)21. En 1316, le même évêque procède à deux achats de terre près de son hall (halla et haulla)22. Enfin, en 1327, une terre est dite sise « près de la motte du manoir »23.

13Si le terme manoir désigne l’ensemble de la résidence, les autres formules sont plus délicates à interpréter, d’autant que le rédacteur semble les avoir utilisées dans la même acception, au même titre que manoir, pour désigner l’ensemble du complexe.

  • 24 A. Renoux, « Châteaux normands du Xe siècle dans le De Moribus et Actis Primorum Normanniae Ducurn(...)
  • 25 V. Mortet, R Deschamps, Recueil de textes relatifs à l’histoire de l’architecture et à la conditio (...)
  • 26 A. Debord, « Motte castrale et habitat chevaleresque », in Mélanges d’archéologie et d’histoire mé (...)
  • 27 Ibid., p. 85.

14Castellum possède un sens générique très vaste et peut servir à désigner des réalités de dimensions et d’emprise très variables. Chez Dudon de Saint-Quentin, au Xe siècle, castellum peut aussi bien désigner une ville fortifiée qu’une forteresse rurale24. Dans les textes des XIe et XIIe siècles, il continue de désigner une forteresse ou des bastilles de siège25. Mais rien, à Cambremer, ne laisse penser que les évêques de Bayeux y possédaient une forteresse. Une autre piste s’impose lorsqu’on sait que castellum peut désigner une motte26 et, dans ce cas, le castellum de 1313 serait traduit, en 1327, par le terme « motte ». Sur le terrain aucun vestige de motte n’a été observé. Il arrive, cependant, qu’une structure ne revête pas la forme d’une motte alors qu’elle en porte le nom27. Il faudrait alors envisager que le ou les auteurs des actes de 1313 et de 1327 ont transmis avec emphase, par le vocabulaire, une réalité moins fortement typée qu’une forteresse mais néanmoins imposante par la place qu’elle occupe dans le paysage de l’agglomération et la position de son détenteur, l’évêque de Bayeux.

  • 28 J.-M. Pesez, « Maison forte, manoir, bastide, tour, motte, enceinte, moated-site, wasserburg, ou l (...)
  • 29 M. Bur, « Pourquoi un colloque sur la maison forte au Moyen Âge ? », ibid., p. 7.

15Dans ce cas, la résidence de Cambremer pourrait être qualifiée de maison forte. En effet, le vocabulaire du XIVe siècle, pour la désigner, correspond à des observations plus générales relevées par J.-M. Pesez qui constate que, dans la langue des XIVe et XVe siècles, le terme motte désigne des structures édifiées sur une plate-forme peu élevée, voire absente, inscrites à l’intérieur de fossés28. À Cambremer, les deux faces ouest et sud du quadrilatère que nous considérons sont longées par deux légères dépressions empruntées par des ruisseaux. Mais nous ne pouvons pas affirmer que le complexe était également ceinturé d’un mur doté d’éléments de flanquement, telles que bretèches et tourelles29.

  • 30 Hala des marchands de Roye en Vermandois autorisée par Philippe Auguste en 1182, et de Rozoy-en-Br (...)
  • 31 Le dictionnaire de Du Cange (Glossarium mediae et infimae latinitatis, L. Faure (éd.), Paris, Libr (...)
  • 32 En Bretagne, depuis le VIIIe siècle, au moins, le terme aula est utilisé pour désigner la grande s (...)

16Halla et haulla désignent aussi, en 1316 et 1318, la résidence de Cambremer, le complexe dans son ensemble et non un des bâtiments de la résidence. Le terme est ambigu ; il sert, le plus souvent, à désigner les halles des marchés30 et nous pourrions l’interpréter ainsi à Cambremer qui possède depuis longtemps un marché. Mais quelques indices permettent d’attribuer à ce halla / haulla de Cambremer le sens de manoir, et de le considérer comme une graphie déformée de aula31. En effet, d’après l’acte de 1316, l’achat de l’évêque consiste en une masure seu haulle que nous pourrions traduire par une maison ou hall, située près du hall de l’évêque. Il semble que ce contexte documentaire permet d’exclure une halle de marché. Le cas de Cambremer permet de noter en ce début du XIVe siècle une évolution du terme aula traditionnellement utilisé aux XIe, XIIe et XIIIe siècles, pour désigner indifféremment le manoir ou le bâtiment et la salle noble qu’il contenait. Nous assistons à des confusions de graphie et à une extension de ce terme noble à des logements d’individus de rang modeste32.

Des vestiges probables (Pl. I)

17Sur la parcelle identifiée comme étant celle de la résidence épiscopale s’élève une maison du XVIIIe siècle dont le pignon ouest appartient à un édifice antérieur. Ce pignon, large d’environ 12 mètres, est épaulé à chaque extrémité et jusqu’à la retombée du toit par des contreforts ; la partie centrale du mur est occupée par un conduit de cheminée saillant qui se rétrécit à mi-hauteur.

  • 33 E. Impey, « Seigneurial Domestic Architecture in Normandy, 1050-1350 », ibid., p. 82-120.
  • 34 Ibid., p. 108-109.

18Ce pignon rappelle par ses dispositions celui de certains bâtiments récemment qualifiés de halls ou chamber-blocks33. La Grange aux Dîmes de Rumesnil34, à 4 kilomètres au nord de Cambremer, est un hall à un bas-côté, de 12 mètres de large et de 27,5 mètres de long ; son pignon sud, épaulé de contreforts en croix, possède un conduit de cheminée saillant. L’ensemble était divisé en deux espaces à peu près égaux, aula et camera. E. Impey date ce bâtiment du milieu du XIIIe siècle et considère que ses structures pérennisent des formes remontant aux XIe et XIIe siècles.

19Si le pignon de Cambremer est bien celui de la résidence épiscopale les comparaisons qui précèdent ne sont que d’un piètre secours pour tenter une datation, mais elles permettent d’éclairer la formule halla / haula encore utilisée au début du XIVe siècle. Elle désigne l’ensemble de la résidence tout en en privilégiant la structure la plus prégnante, le bâtiment qui abrite la salle noble, l’aida.

Conclusion

20L’incertitude dans laquelle nous laissent les sources ne permet pas de conclusion véritablement probante en ce qui concerne la résidence de Cambremer. Les questions restées sans réponses sont nombreuses. Le manoir primitif est-il contemporain de la première attestation du domaine dans le premier tiers du XIe siècle ? La construction a-t-elle été la conséquence de l’entrée de l’exemption dans l’évêché de Bayeux pour affirmer la présence épiscopale dans un territoire jusque-là étranger au diocèse ?

21Le vocabulaire médiéval pour désigner le séjour et les maigres vestiges que nous pensons pouvoir lui attribuer inclinent à le considérer comme ressortissant du type des maisons fortes.

22L’absence de toute attestation de séjour épiscopal à Cambremer ne doit pas être considérée comme l’indice que la résidence n’a jamais été visitée par les prélats. Enfin, l’absence de toute mention dans les sources modernes laisse à penser qu’à partir d’une date indéterminée (XVe siècle ?) elle a perdu les faveurs des prélats.

Notes

1 Calvados, arrondissement de Lisieux, canton de Cambremer (fig. 2, p. 38).

2 F. Doré, Guides géologiques régionaux, Normandie, Paris, Masson, 1977, p. 57-60 et 128.

3 D. Bertin, « Voies et sites gallo-romains de la Basse-Normandie », AN, 1975,2, p. 67-68 ; P. Lannier, « Les voies de communication antiques de la cité des Lexovii », AN, 1985,3, p. 209.

4 Une nécropole mal datée a été mise au jour à l’ouest du bourg ; le nom même de l’agglomération, attesté à la fin du VIIe siècle, pourrait être issu d’un grand domaine entre les mains d’un propriétaire d’origine germanique, Cambrimarum, en 699 (M. Daliphard, « Seigneurs et châteaux dans le Pays d’Auge aux XIe et XIIe siècles. Introduction à une étude archéologique de l’habitat seigneurial fortifié », École nationale des Chartes, Positions de Thèses, 1981, p. 77 et 79).

5 Le clocher roman est la partie la plus ancienne de l’église actuelle.

6 A. Guilmeth, Notices sur diverses localités du département du Calvados. Cambremer, Rouen, Impr. de Berdalle et Lapommeraye, s. d.

7 V. Bourrienne, Antiquus cartularius ecclesie baiocensis ou Livre Noir du chapitre, Paris – Rouen, Picard et fils – Lestringant, 1902-1903 ; É. Anquetil, Le Livre Rouge de l’évêché de Bayeux. Manuscrit du XVe siècle, Bayeux, Société des sciences, arts et Belles-Lettres, 1908-1911 ; Aveu et dénombrement du temporel de l’évêché de Bayeux en 1475 (ADC, G chapitre de Bayeux 421).

8 Soumission pour les biens nationaux à Cambremer en 1790 (ADC, 1 Q3 28).

9 A. Guilmeth, Notices... En 1790, la vente des biens de l’évêché de Bayeux sur le territoire de la commune ne mentionne que des moulins, des halles et des « étaux » (ADC, 1 Q 53).

10 V. Bourrienne, Antiquus cartularius..., I, p. 28-29.

11 L’enquête ordonnée en 1144, sur la condition de la banlieue de Cambremer, au temps d’Henri Ier, constate que, outre le droit de tonlieu, la coutume comprend la haute justice (teloneum statutum... similiter et sanguinis), V. Bourrienne, Antiquus cartularius..., I, p. 51-53, 46, 24, 15 ; Id., Un grand bâtisseur : Philippe de Harcourt, évêque de Bayeux (1142-1163), Paris, Naert, 1930. L. Musset considère que ces deux droits étaient liés et relevaient à l’origine de la puissance publique (« Recherches sur les tonlieux en Normandie à l’époque ducale », Cahier des Annales de Normandie, 17,1985, Autour du pouvoir ducal normand (Xe-XIIe siècles), p. 67).

12 D. Bates, « Hugues, évêque de Bayeux (c. 1011-1049) », AN, mars 1973, p. 7-21.

13 L. Musset, « Les domaines de l’époque franque et les destinées du régime domanial du IXe au XIe siècle », BSAN, XLIX, 1942-1945, p. 45-50.

14 M. Daliphard, « Seigneurs et châteaux... ».

15 La paroisse de Cambremer est entre les mains de l’évêque. Les vassaux des paroisses voisines de Montreuil, Grandouet, Victot, Ponfol, Manerbe, Fumichon, Saint-Laurent-de-Mont, Canchy et Vendeuvre doivent le service au château de Neuilly.

16 F. Neveux, « Les diocèses normands aux XIe et XIIe siècles », in Les Évêques normands du XIe siècle (Actes du colloque de Cerisy-la-Salle, 1993), P. Bouet, F. Neveux (dir.), Caen, Presses universitaires de Caen, 1995, p. 17.

17 É. Anquetil, Le Livre Rouge..., I, p. 355.

18 L. Delisle, Recueil des jugements de l’Échiquier de Normandie au XIIIe siècle, Paris, Imprimerie impériale, 1864, p. 102-103.

19 Les châteaux, en l’absence du seigneur, abritaient un personnel peu nombreux au nombre desquels figure souvent le sénéchal ou le receveur.

20 En 1312, l’évêque Guillaume Bonnet achète une terre près de son vivier ; en 1316, l’évêque Guillaume de Trie achète un terrain, portant une maison, qui se trouve près de sa résidence et qui jouxte le cimetière (É. Anquetil, Le Livre Rouge..., I, p. 359 et 357).

21 É. Anquetil, Le Livre Rouge..., I, p. 355.

22 Ibid., p. 359 et 357.

23 Ibid., p. 384-385.

24 A. Renoux, « Châteaux normands du Xe siècle dans le De Moribus et Actis Primorum Normanniae Ducurn de Dudon de Saint-Quentin », in Mélanges d’archéologie et d’histoire médiévales en l’honneur du doyen Michel de Boüard, Genève, Droz, 1982, p. 328-333.

25 V. Mortet, R Deschamps, Recueil de textes relatifs à l’histoire de l’architecture et à la condition des architectes en France au Moyen Âge, XIe-XIIIe siècles, Paris, CTHS, 1995,1, p. 252, II, p. 82-83.

26 A. Debord, « Motte castrale et habitat chevaleresque », in Mélanges d’archéologie et d’histoire médiévales..., p. 84.

27 Ibid., p. 85.

28 J.-M. Pesez, « Maison forte, manoir, bastide, tour, motte, enceinte, moated-site, wasserburg, ou les ensembles en archéologie », in La Maison forte au Moyen Âge (Actes du colloque de Pont-à-Mousson, 1984), M. Bur (dir.), Paris, CNRS, 1986, p. 337.

29 M. Bur, « Pourquoi un colloque sur la maison forte au Moyen Âge ? », ibid., p. 7.

30 Hala des marchands de Roye en Vermandois autorisée par Philippe Auguste en 1182, et de Rozoy-en-Brie en 1216 ; halla des marchands de Paris citée dans la Chronique de Rigord et de Guillaume le Breton, in V. Mortet, P. Deschamps, Recueil de textes..., II, p. 145, 147 et 224.

31 Le dictionnaire de Du Cange (Glossarium mediae et infimae latinitatis, L. Faure (éd.), Paris, Librairie des sciences et des arts, 1937-1938,10 vol. ) signale bien que hala, haulla et haula désignent le lieu où les marchands viennent vendre, mais possèdent aussi une autre acception, domus, domicilium, aula, palatium ; l’auteur cite comme étant sans équivoque l’haulla de l’abbé de Saint-Wandrille en 1267.

32 En Bretagne, depuis le VIIIe siècle, au moins, le terme aula est utilisé pour désigner la grande salle noble aussi bien que le complexe résidentiel (G. Meirion-Jones, M. Jones, J. R. Pilcher, « The Seigneurial Domestic Buildings of Britanny, 1000-1700 », in Manorial Domestic Buildings in England and Northern France, G. Meirion-Jones, M. Jones (dir.), Londres, The Society of Antiquaries of London (vol. 15 of Occasional Papers), 1993, p. 163).

33 E. Impey, « Seigneurial Domestic Architecture in Normandy, 1050-1350 », ibid., p. 82-120.

34 Ibid., p. 108-109.

Table des illustrations

Légende Fig. 5 – Le site du manoir en 1811 (cadastre ADC)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7144/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 223k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search